Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 338
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-09-24 10:04 [p.25]
Expand
Mr. Speaker, pursuant to Standing Order 36(8)(a), I have the honour to table, in both official languages, the government's response to 67 petitions. These returns will be tabled in an electronic format.
Monsieur le Président, conformément à l'article 36(8)a) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles et sous forme électronique, la réponse du gouvernement à 67 pétitions.
Collapse
View Carla Qualtrough Profile
Lib. (BC)
View Carla Qualtrough Profile
2020-09-24 10:05 [p.25]
Expand
moved for leave to introduce Bill C-2, An Act relating to economic recovery in response to COVID-19.
demande à présenter le projet de loi C-2, Loi relative à la relance économique en réponse à la COVID-19.
Collapse
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-24 10:05 [p.25]
Expand
Mr. Speaker, it is with a heavy heart that I rise today in the House to pay tribute to the late Right Hon. John Turner, Canada's 17th prime minister.
I knew John my whole life, and he believed fiercely in the values that make us who we are as Canadians, values like treating everyone with dignity and respect and always being willing to stand up for what is just and right. Today we remember him as a House of Commons man, a strong advocate for equality and a champion of our democracy.
We live in an extraordinary country, thanks in part to people like John Turner. John learned to love democracy very early in life. From his earliest years, his mother taught him the importance of public service.
Throughout his career, first as a lawyer and later as a politician, he was always the epitome of elegance and humility. John treated every person with dignity and respect. No matter how busy he was, he never forgot anyone's birthday.
As a member of Parliament, John had the privilege of serving three different provinces. Thanks to his mastery of the law and the democratic process, he was able to overhaul the Criminal Code. His work for the Department of Justice paved the way for legal aid in Canada, ensuring that every person could defend their rights, regardless of their economic or cultural background. These changes transformed the lives of millions of Canadians.
It was obvious to anyone who spoke with John how much he loved Canada. John always talked about his country with immense hope and optimism. For him, Canada was a place where people helped and respected one another, a place where equality was a way of life.
It was just last year that John was on the Hill to celebrate his 90th birthday with people from across the political spectrum, and I remember that he was still passionate about strengthening our democratic institutions. He used to say that “Democracy doesn't happen by accident.” He was right.
John knew that keeping our democracy strong and free meant we needed to put in the hard work to keep it that way. He believed in the incredible power of young people to get involved in our democratic process and encouraged them to do that wherever he could. John knew that Canadians, regardless of age or background, formed the heart of our country and that our future depended on all of us working together for everyone.
Today, as we mourn his loss and reflect on his legacy, let us all remember our ability to give back to our own communities.
To John's wife, Geills, and their children Elizabeth, Michael, David and Andrew, to his grandchildren, his sister Brenda Norris and brother-in-law David Kilgour, your husband, loving father and brother was a great Canadian. We are all so lucky you shared him with us.
I invite my fellow Canadians to join us in signing the virtual book of condolences, and together, let us continue to work to defend and strengthen our democracy. As John once said, let us not take this country for granted.
Monsieur le Président, c'est avec le cœur lourd que je me lève en Chambre aujourd'hui pour rendre hommage au très honorable John Turner, 17e premier ministre du Canada.
J'ai connu John toute ma vie, et je peux affirmer qu'il croyait fermement aux valeurs qui définissent notre identité canadienne. Des valeurs comme le fait de traiter les autres avec respect et dignité. Et de toujours être prêt à défendre ce qui est juste et bon. Aujourd'hui, nous nous souvenons de lui comme étant un pilier de la Chambre des communes, un fervent défenseur de l'égalité et de notre démocratie.
Nous vivons dans un pays extraordinaire et c'est en partie grâce à des gens comme John Turner. John a développé un attachement pour la démocratie très tôt dans sa vie. Déjà lorsqu'il était jeune, sa mère lui a appris l'importance du service public.
Tout au long de sa carrière, d'abord comme avocat et par la suite comme politicien, il a toujours fait preuve d'élégance et d'humilité. John traitait tout le monde avec dignité et respect. Même quand il était très occupé, il ne lui arrivait jamais d'oublier l'anniversaire de quiconque dans son entourage.
Comme député, John a eu le privilège de servir trois provinces différentes. Son excellente maîtrise du droit et du processus démocratique lui a permis d'apporter des changements majeurs au Code criminel. Son travail au ministère de la Justice a ouvert la voie à l'aide juridique au Canada pour que tous puissent faire reconnaître leurs droits, peu importe leur profil économique ou culturel. Ces changements ont transformé la vie de millions de Canadiens.
Quand quelqu'un discutait avec John, c'était facile de voir à quel point il aimait le Canada. John parlait toujours de son pays avec énormément d'espoir et d'optimisme. Pour lui, le Canada, c'est un endroit où on s'entraide et où on respecte les autres, un endroit où l'égalité est un style de vie.
D'ailleurs, John est venu sur la Colline l'an dernier pour célébrer son 90e anniversaire en compagnie de gens de tous les horizons politiques. Je me souviens à quel point il parlait encore avec passion du renforcement de nos institutions démocratiques. Il disait que « la démocratie ne se fait pas par accident ». Il avait raison.
John savait que pour que notre démocratie demeure forte et libre, nous devions travailler fort. Il avait la conviction que les jeunes pouvaient exercer un pouvoir incroyable au sein de notre processus démocratique et il les encourageait à le faire partout où il le pouvait. John savait que les Canadiens de tous âges et de tous horizons étaient au cœur de notre pays et que notre avenir serait façonné par la collaboration de tous, pour le bien de chacun.
Aujourd'hui, tandis que nous pleurons sa perte et réfléchissons à son héritage, souvenons-nous de notre capacité à redonner à notre propre communauté.
J'aimerais dire ceci à son épouse Geills, à ses enfants Elizabeth, Michael, David et Andrew, à ses petits-enfants, à sa sœur Brenda Norris et à son beau-frère David Kilgour: votre époux, votre père aimant, votre frère était un grand Canadien. Nous avons beaucoup de chance d'avoir pu le côtoyer également.
J'invite enfin tous les Canadiens à signer le livre de condoléances virtuel. Et, ensemble, continuons de tout faire pour défendre et renforcer notre démocratie. Comme John l'a dit un jour: « ne tenons pas ce pays pour acquis ».
Collapse
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-09-24 10:10 [p.26]
Expand
Mr. Speaker, on behalf of the official opposition and the Conservative Party of Canada, I have the honour to pay tribute to former prime minister the Right Hon. John Turner.
Some people leave their mark on this place in a way that outlasts them by decades. To walk the halls and see their portraits is to be reminded daily that we stand where they stood.
The tributes that have poured out for Mr. John Turner in the last week could easily lead one to believe that the very existence of the modern Liberal Party is his greatest legacy. So many veterans of the Martin and Chrétien campaigns of the 1990s and early 2000s took to television, to social media, and to local radio and newspapers this week to pay tribute to the man they give credit for getting them involved in politics.
Their stories had one common theme. They spoke to a plain truth that John Turner never forgot and that so many who held the same lofty offices as his have never known. John Turner cared about individual Canadians, and not just those he encountered in the halls of power, where he spent more than 20 years as attorney general, finance minister, prime minister and leader of the opposition. Stories this week have been set in airplanes, taverns, church basements and coffee shops, stories of a man who took the extra time to know Canadians' stories and remember their names.
We have a tendency in moments like this to turn men into monuments, and with a prime minister who was an Olympic athlete and a Rhodes Scholar, that would be very easy to do. However, to Canadians who shared their stories this week of a man who remembered their names years after first meeting them, of a politician who inspired them to get off the couch, of an adversary without a shred of malice in his heart, the John Turner who comes through is one who always had more interest in being a person than he ever had in being a portrait.
I will relate a story. It is very interesting, and when I first heard it I questioned whether it was actually true. When I tell the story, I think those who have not heard it will share in my awe.
As the story goes, the young Liberal MP John Turner and his wife were vacationing in Barbados. While on the beach one morning, Mr. Turner's wife noticed a man out for a swim who appeared to be in trouble. The surf was rough that day. There was a strong undertow and the elderly man was not a strong swimmer. Mr. Turner's wife anxiously alerted her husband to the situation. Without hesitation, the young MP, who was a competitive swimmer in his university days, plunged into the surf. Grasping the man in a life-saving hold, he struggled against the undertow and finally made it back to shore.
Once on the beach, Mr. Turner set out to give the man mouth-to-mouth resuscitation. When the resuscitated gentleman came to his senses, who was the person Mr. Turner had saved? It was none other than the Progressive Conservative leader, former prime minister and then leader of the opposition John Diefenbaker. Is that not unbelievable? It is one thing to run into a colleague on a holiday, especially an opposition colleague, but it is another thing to save that individual's life. What an amazing and wonderful story.
They say that the greatest compliments are those that come from our staunchest adversaries, and in spite of being one of his fiercest adversaries, former Progressive Conservative prime minister Brian Mulroney had this to say about Mr. Turner:
The fact that he was a gentleman set him apart.... He was leader of the opposition...and while we had many battles...there was no malice in the man. He was a man of principle, so he brought a great sense of dignity both to himself and to the various jobs he held.
He always conducted himself with dignity and with elegance, so I think he's going to be remembered, of course, as a prime minister, but also as a parliamentarian, who contributed a great deal to Canada in the course of a highly successful life.
As I say, he brought to politics a very, very good mind and a vision for Canada. He brought all those values, including integrity and dignity, to his job. He symbolized, I thought, much of what was best about Canada.
What wonderful words from former prime minister Brian Mulroney about the Right. Hon. John Turner.
In closing, history has taught us that we always knew where John Turner stood. It did not matter if it was the prime minister he served, the Canadian people he faced or the party that he dedicated his life to. He did the hard job for every prime minister he served, and from what I have heard, when he disagreed with them they knew it. In fact, John Turner was the last finance minister to have resigned from cabinet on principle. Mr. Turner had all the qualities one would want in a Canadian statesman, even when people disagreed with him, and sometimes especially when people disagreed with him.
Our public life is richer because of the contributions the Right Hon. John Turner made. May he rest in peace.
Monsieur le Président, au nom de l'opposition officielle et du Parti conservateur du Canada, j'ai l'honneur de rendre hommage à la mémoire de l'ancien premier ministre le très honorable John Turner.
Il y a des personnes qui laissent leur marque dans cette enceinte des décennies après leur départ. Tous les jours, quand nous nous promenons dans les couloirs et que nous voyons leurs portraits, nous nous rappelons que nous marchons sur leurs traces.
Les nombreux hommages qui ont été rendus à M. John Turner au cours de la dernière semaine pourraient facilement nous amener à croire que le Parti libéral moderne est le plus grand héritage qu'il nous aura laissé. En effet, tant de vétérans des gouvernements Martin et Chrétien des années 1990 et du début des années 2000 se sont servis de la télévision, des médias sociaux, des stations de radio locales et des journaux cette semaine pour rendre hommage à l'homme qui les a amenés à se lancer en politique.
Leurs histoires avaient un point en commun. Ces personnes ont parlé d'une qualité bien évidente que John Turner a toujours possédée, ce qui n'est malheureusement pas le cas de beaucoup d'autres gens ayant occupé des postes aussi élevés que lui. John Turner se souciait du sort des Canadiens, et pas seulement de celui des personnes qu'il rencontrait dans les coulisses du pouvoir, où il a passé plus de 20 ans de sa vie comme procureur général, ministre des Finances, premier ministre et chef de l’opposition. Les récits racontés sur lui cette semaine prenaient place dans des avions, des tavernes, des sous-sols d'églises et des cafés. Ils dressaient le portrait d'un homme qui prenait le temps nécessaire pour connaître les histoires des Canadiens et se souvenir de leur nom.
Dans une situation comme celle-ci, nous avons tendance à mettre la personne sur un piédestal, et, avec un premier ministre qui était un ancien athlète olympique et un boursier de la fondation Rhodes, ce serait très facile de le faire. Toutefois, pour les Canadiens qui, tout au long de la semaine, ont raconté des anecdotes par rapport au fait que cet homme s'était rappelé de leur nom même plusieurs années après qu'ils aient été présentés, que ce politicien les avait inspirés à se lever et à passer à l'action, qu'il était un adversaire au cœur dépourvu de malice, le John Turner qui est remémoré est un homme qui a toujours été plus intéressé à être une personne qu'un monument.
Je vais faire part à la Chambre d'une anecdote. Elle est très inspirante, et quand je l'ai entendue pour la première fois, je me suis demandé si elle était véridique. Quand j'aurai terminé, ceux et celles qui l'entendent pour la première fois seront aussi émerveillés que moi.
Voici l'anecdote en question. Le jeune député libéral John Turner et son épouse étaient en vacances à la Barbade. Un matin sur la plage, Mme Turner a remarqué un nageur en détresse. Ce jour-là, la mer était agitée. La vague de fond était puissante et l'homme, qui était plutôt âgé, n'était pas très bon nageur. Mme Turner s'est empressée de signaler la situation à son mari. Le jeune député qui avait fait de la nage compétitive lorsqu'il était étudiant à l'université a plongé dans la mer sans la moindre hésitation. Après avoir agrippé l'homme pour lui maintenir la tête hors de l'eau, il a lutté contre la vague de fond pour revenir sur la plage.
Sur la plage, M. Turner a administré le bouche-à-bouche à l'homme qu'il venait de secourir. Lorsque l'infortuné nageur est revenu à lui, M. Turner s'est rendu compte qu'il venait de sauver la vie à nul autre qu'à l'ancien premier ministre progressiste-conservateur John Diefenbaker, qui était alors le chef de l'opposition. N'est-ce pas incroyable? C'est une chose de rencontrer par hasard un collègue en vacances, et plus particulièrement un collègue de l'opposition, mais c'en est une autre de sauver la vie à ce collègue. Quelle histoire à la fois étonnante et formidable.
On dit que les plus grands compliments sont ceux qui viennent de nos plus farouches adversaires. Ainsi, en dépit du fait qu'il était l'un de ses plus ardents opposants, voici ce que l'ancien premier ministre progressiste-conservateur Brian Mulroney a dit au sujet de M. Turner:
Il se démarquait parce qu'il était un gentleman... Il était chef de l'opposition... et bien que nous ayons eu de nombreux différends... il n'avait aucune malice. Comme c'était un homme de principe, il a fait preuve d'une grande dignité et s'est acquitté de toutes les tâches qui lui ont été confiées avec un véritable sens de l'honneur.
M. Turner s'est toujours conduit avec dignité et élégance et je crois qu'on se rappellera de lui, évidemment, comme un premier ministre, mais aussi comme un parlementaire qui a fait une contribution remarquable au Canada au cours d'une vie très réussie.
J'affirme que M. Turner a fait bénéficier la sphère politique de son solide intellect et de sa vision pour le Canada. Dans le cadre de ses fonctions, il a mis en pratique les valeurs auxquelles il souscrivait, notamment l'intégrité et la dignité. J'estime qu'il symbolisait dans une large mesure ce que le Canada a de meilleur.
Quelles belles paroles prononcées par l'ancien premier ministre Brian Mulroney à propos du très honorable John Turner.
Je terminerai en disant que l'histoire nous a appris que John Turner a toujours su nous donner l'heure juste quant à ses positions, peu importe si cela concernait son premier ministre, le peuple canadien ou le parti auquel il a consacré sa vie. Il a effectué le travail difficile que lui ont confié tous les premiers ministres qu'il a servis, et d'après ce que j'ai entendu, lorsqu'il n'était pas d'accord, il ne se gênait pas pour le leur dire. John Turner a d'ailleurs été le dernier ministre des Finances à avoir démissionné du Cabinet par principe. M. Turner possédait toutes les qualités auxquelles on est en droit de s'attendre d'un homme d'État canadien, même — et surtout — lorsque les gens n'étaient pas d'accord avec lui.
Le travail du très honorable John Turner a contribué à enrichir notre vie publique. Qu'il repose en paix.
Collapse
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
View Claude DeBellefeuille Profile
2020-09-24 10:15 [p.26]
Expand
Mr. Speaker, John Napier Turner was born in England in 1929. He emigrated to Canada with his mother in 1932 after his father died.
A true athlete, he qualified for the 1948 Olympics in London but was unable to compete because of a knee injury. Although sprinting was his speciality, his political career was more like a marathon.
John Turner entered politics for the first time in 1962, when he was elected to represent the Liberal Party of Canada in the riding of Saint-Laurent—Saint-Georges, on the Island of Montreal. Six years later, in 1968, this ambitious man ran to succeed Lester B. Pearson as the leader of the Liberal Party. However, it was Pierre Elliott Trudeau who became the Liberal leader and then prime minister.
As the justice minister under that government, John Turner decriminalized abortion and homosexuality. These changes to the Criminal code were a major step forward for the rights of women and the LGBT community. It was also in his capacity as justice minister that Mr. Turner applied the controversial War Measures Act during the October 1970 crisis. In 1972, he became finance minister, a position he held for three years.
Members will recall that John Turner was not happy about Quebec not being a party to the constitutional agreement of 1982. While his Liberal Party colleagues were adamantly opposed to recognizing Quebec's distinct character, John Turner was in favour of the Meech Lake accord. That is why Jean Chrétien, his long-time political rival, accused him of not standing up to Quebec.
In 1984 John Turner finally achieved his dream, replacing Pierre Elliott Trudeau as the leader of the Liberal Party and becoming Prime Minister. Although his time as Prime Minister was short, lasting only 79 days, John Turner loyally remained the leader of the official opposition until 1990 and finally retired from politics in 1993.
His important contribution to politics deserves recognition.
On behalf of the Bloc Québécois, I would like to offer my sincere condolences to the family and friends mourning his loss today.
Monsieur le Président, né en Angleterre en 1929, John Napier Turner émigre au Canada avec sa mère en 1932 à la suite de la mort de son père.
Véritable athlète, il est passé près de participer aux Jeux olympiques de Londres de 1948, mais a dû y renoncer après s'être blessé au genou. Même s'il était spécialiste du sprint, sa carrière politique relève plutôt d'un véritable marathon.
La vie l'a mené vers la politique pour la première fois en 1962, alors qu'il est élu sous la bannière du Parti libéral du Canada dans la circonscription de Saint-Laurent—Saint-Georges, sur l'île de Montréal. Homme ambitieux, il tente de succéder à Lester B. Pearson à la chefferie du Parti libéral six ans plus tard, en 1968. C'est plutôt Pierre-Elliott Trudeau qui devient chef, puis premier ministre.
Sous ce gouvernement, John Turner, alors ministre de la Justice, fut celui qui décriminalisa l'avortement et l'homosexualité. Ces changements au Code criminel constituaient une avancée majeure pour les droits des femmes et de la communauté LGBT. C'est aussi à titre de ministre de la Justice qu'il appliqua la controversée Loi sur les mesures de guerre lors de la crise d'Octobre de 1970. Dès 1972, pour trois ans, il accéda au poste de ministre des Finances.
On se souviendra que John Turner n'appréciait pas que le Québec soit absent de l'entente constitutionnelle de 1982. Tandis que ses collègues du Parti libéral étaient farouchement opposés à la reconnaissance du caractère distinct du Québec, John Turner défendait plutôt l'accord du lac Meech. C'est d'ailleurs pour ces raisons que Jean Chrétien, son rival politique de toujours, l'accusait d'être mou face au Québec.
C'est en 1984 que John Turner réalisa enfin son rêve en remplaçant Pierre-Elliott Trudeau à la tête du Parti libéral, puis comme premier ministre. Même si son mandat de premier ministre fut court, puisqu'il ne dura que 79 jours, John Turner, un homme loyal, demeure chef de l'opposition officielle jusqu'en 1990 et se retire finalement de la vie politique en 1993.
Son importante contribution à la vie politique mérite d'être soulignée.
Au nom du Bloc québécois, je souhaite mes plus sincères condoléances à tous les amis, aux proches et à la famille qu'il laisse aujourd'hui dans le deuil.
Collapse
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2020-09-24 10:18 [p.27]
Expand
Mr. Speaker, today we are paying tribute to John Napier Turner, who made major contributions to politics in Canada.
With the passing of John Turner we mourn a prime minister of Canada and a man who made incredible contributions to public life as a minister of finance, a minister of justice, and briefly as a prime minister and as the leader of the opposition in his decades of public life.
As the House is well aware, John Turner was larger than life outside of politics as well. He was a Rhodes scholar, a talented athlete and a skilled lawyer.
Ed Broadbent, a former leader of the NDP, who served with him in Parliament, said of him that of all the party leaders he had known, John Turner had the deepest respect for Parliament and for its democratic rules and procedures.
In the end, though, he never did take a seat in Parliament as a prime minister, 11 seats down from your seat, Mr. Speaker.
We can talk about his contributions. We can certainly talk about his background. However, I would like to speak about his being an inspiration to so many Canadians. I know this because of my own family history. My father, who is now 98 and still married to my mother, who is 97—we have good genes in New Westminster—was a long-time school administrator and teacher, and someone who won a high school basketball championship in British Columbia and was a school board trustee in New Westminster—Coquitlam—Burnaby. He had never run for higher office, but when John Turner became the leader of the Liberal Party, he was inspired and sought and won the Liberal nomination. He ran for the Liberals in that riding, 20 years before I ran for the NDP. Though that election did not turn out as either my father or John Turner had planned, the reality is that John Turner inspired hundreds of candidates across the country and millions of Canadians in the elections of 1984 and 1988. If members were to visit my parents' home in New Westminister, B.C., they would see many pictures of John Turner with my father.
That inspiration John Turner developed and provoked in so many Canadians is something that lives today. His deep respect for democracy was something I think all Canadians admire. The reality is that our democracy is as good and as strong as the calibre of the representatives Canadians choose for themselves.
John Turner was an exemplary public servant and will be greatly missed.
The NDP caucus and our leader offer our sincere condolences to the family and friends of John Napier Turner.
Monsieur le Président, aujourd'hui nous faisons l'éloge de John Napier Turner, qui a apporté des contributions énormes à notre vie politique canadienne.
À la suite du décès de John Turner, nous pleurons un premier ministre du Canada et un homme qui, dans le cadre de sa carrière politique de plusieurs décennies, a apporté d'importantes contributions à la vie publique en tant que ministre des Finances, ministre de la Justice et, brièvement, premier ministre et chef de l'opposition.
Comme la Chambre le sait très bien, John Turner était aussi un homme plus grand que nature à l'extérieur de la scène politique. Il était un boursier de la fondation Cecil Rhodes, un athlète talentueux et un juriste émérite.
Ed Broadbent, un ancien chef du NPD qui a siégé au Parlement à ses côtés, a dit de lui que, de tous les chefs de parti qu'il a connus, John Turner avait le respect le plus profond pour le Parlement et pour ses règles et procédures démocratiques.
Toutefois, il n'a finalement jamais siégé au Parlement en tant que premier ministre et occupé le siège qui se trouve à 11 sièges de vous, monsieur le Président.
Ses contributions sont dignes de mention, tout comme l'est certainement son parcours. Je vais toutefois parler du fait qu'il a été une source d'inspiration pour de nombreux Canadiens. Je l'ai constaté personnellement dans ma famille même. Mon père, qui est maintenant âgé de 98 ans et qui est toujours marié avec ma mère, qui a 97 ans — nous avons de bonnes prédispositions génétiques, à New Westminster —, a eu une longue carrière d'enseignant et d'administrateur d'école, a remporté un championnat de basketball au niveau secondaire en Colombie-Britannique et a été commissaire d'école dans New Westminster—Coquitlam—Burnaby. Il n'avait jamais cherché à occuper de plus hautes fonctions, mais, quand John Turner est devenu le chef du Parti libéral, il a été inspiré: il a brigué et remporté l'investiture libérale. Il a fait campagne pour les libéraux dans cette circonscription, 20 ans avant ma propre campagne pour le NPD. Même si ces élections n'ont pas donné les résultats que mon père et John Turner avaient souhaités, le fait est que John Turner a été une source d'inspiration pour des centaines de candidats partout au pays et des millions de Canadiens pendant les élections de 1984 et 1988. Si les députés visitaient la maison de mes parents à New Westminster, en Colombie-Britannique, ils y verraient de nombreuses photos de John Turner et de mon père.
Cette flamme que John Turner a fait naître et a nourrie dans le cœur de nombreux Canadiens scintille encore aujourd'hui. Je pense que tous les Canadiens admiraient son profond respect pour la démocratie. Dans les faits, la qualité et la solidité de notre régime démocratique reposent sur le calibre des représentants que se donnent les Canadiens.
John Turner a été un parlementaire exemplaire. Il nous manquera beaucoup.
De la part du caucus du NPD et de notre chef, nous offrons nos sincères condoléances à la famille et aux proches de John Napier Turner.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-09-24 10:21 [p.27]
Expand
Mr. Speaker, I rise on a point of order. I would like the unanimous consent of the House to also offer condolences on behalf of the Green Party.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je demande le consentement unanime de la Chambre pour offrir également mes condoléances au nom du Parti vert.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2020-09-24 10:21 [p.27]
Expand
Do we have unanimous consent?
Some hon. members: Agreed.
Y a-t-il consentement unanime?
Des voix: D'accord.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-09-24 10:21 [p.27]
Expand
Thank you, Mr. Speaker. I also want to thank all of my colleagues.
It is a great honour for me to address the chamber to pay tribute to my friend, John Turner.
I, obviously, am from a different generation, and in case anyone thinks I have changed sides, I am wearing red today in honour of John Turner. I do not know how I became so lucky to be considered worthy to be one of the few opposition MPs invited to what I think will go down in history as an extraordinary event, his 90th birthday party on June 10 last year.
John Turner did not approach reflections on his 90th birthday as someone who was out of it, who was not paying attention, who was just reflecting on the past, but gave a speech that was a clarion call to democracy. To his last days, he was engaged in the life of this country. He loved Canada so passionately, and his contributions to this country must not be underestimated. When he was Minister of Justice, he gave us legal aid. He said that everyone had to have access to the law, that they had to have access to a defence. He also took the first step on the very long road to LGBTQ rights by ending the criminality of same-sex relations in this country through a change to the Criminal Code.
He did much, and he was remembered and celebrated at that birthday party, as we have now heard, by Brian Mulroney by video and other living prime ministers who were present, including the Right Hon. Joe Clark, who gave a spectacular address, the Right Hon. Paul Martin and the Right Hon. Jean Chrétien. It was an extraordinary evening.
I want to give my condolences to Geills; Elizabeth; granddaughter, Fiona, and to my dear friends, Laura and David Kilgour, family members of someone who exemplifies what it means to be a great Canadian. John Turner is the exemplar of what that looks like: John Turner was a great Canadian.
Rather than spending anymore time saying things about him that I have learned, I have to say that he fought so hard against the creation of the PMO as a big-time institution. He was there, working for our current prime minister's father. Indeed, Tom Axworthy famously relates how when he was working for Prime Minister Pierre Elliott Trudeau, Tom was sent with a message from John Turner, Minister of Finance. Turner said to him, “You just go back there and tell the boss that I don't need some junior G-man from PMO coming around here to tell me what to do.” Those were the days. It has taken a while.
I want to end what I am saying by quoting what John Turner told us on his birthday. It goes to the essence of what he meant by saying that democracy does not happen by accident, as the Prime Minister has mentioned. He said that often:
I don't like the use of the term “backbencher” when describing MPs. It is the MP who holds a prominent position in the House of Commons. My thinking on this is honed from the Magna Carta—one of the greatest pieces of democracy ever. Written in 1215, it laid out the essence of democracy in Great Britain and became the template of democracy worldwide.
Then, reflecting on the Magna Carta and the importance of the people voting, and the people who are elected occupying the position of government, he said:
It's so different today, where Prime Ministers
—and here I want to make sure that is plural, so that no one thinks they are being singled out—
act in a manner that I can only describe as unilateral.
The most important part of democracy in my view is that “people govern people”. We have to hold that principle sacred...where debate and opinion of people matter.
...democracy does not happen by accident.
I thank John Turner for his constant reminder that we have to contribute to our society and give back. He lived under principles of faith as a devote Catholic. He understood that what we do to each other, we can expect to be done unto us, and we have an obligation to the entire family of humanity.
Eternal rest grant unto him. Light perpetual shine upon him. May he rest in peace.
Je vous remercie, monsieur le Président. Je remercie également tous mes collègues.
C'est un grand honneur pour moi de prendre la parole pour rendre hommage à mon ami, John Turner.
De toute évidence, je fais partie d'une autre génération, et, pour ceux qui me soupçonnent d'avoir changé d'allégeance, je précise que si je porte du rouge aujourd'hui, c'est en hommage à John Turner. J'ignore pourquoi j'ai eu la chance d'être jugée digne de faire partie des rares députés de l'opposition à avoir été invités à son 90e anniversaire, le 10 juin de l'année dernière, qui, selon moi, passera à l'histoire comme étant un événement extraordinaire.
Les réflexions livrées par John Turner lors de son 90e anniversaire n'étaient pas celles d'un homme qui était en décalage avec la société, qui n'était pas à l'écoute ou qui se contentait de ruminer le passé: son discours se voulait un appel à l'action au nom de la démocratie. Jusqu'à ses derniers jours, il a contribué à l'essor du pays. Il aimait passionnément le Canada. Gardons-nous d'ailleurs de sous-estimer ses contributions au pays. Quand il était ministre de la Justice, il nous a donné l'aide juridique. Il disait que tout le monde devait avoir accès à la justice, que tout le monde avait droit à une défense. C'est aussi lui qui a fait le premier pas sur la très longue route vers la reconnaissance des droits de la communauté LGBTQ en modifiant le Code criminel de façon à décriminaliser les relations sexuelles entre personnes de même sexe au Canada.
Il a accompli beaucoup de choses et, lors de cette fête d'anniversaire, comme on l'a mentionné, de nombreuses personnes l'ont célébré en évoquant ses réalisations: Brian Mulroney, par vidéo, ainsi que d'autres anciens premiers ministres qui étaient là, dont le très honorable Joe Clark, qui a prononcé un discours magistral, et les très honorables Paul Martin et Jean Chrétien. Quelle soirée extraordinaire.
Je veux offrir mes condoléances à Geills, à Elizabeth, à sa petite-fille Fiona ainsi qu'à mes chers amis Laura et David Kilgour, des membres de la famille du parfait exemple d'un grand Canadien. C'est ce qu'était John Turner: un grand Canadien.
Au lieu de passer plus de temps à parler de ce que je connais de lui, je soulignerai qu'il a lutté bec et ongles contre l'établissement du Cabinet du premier ministre en tant qu'entité ayant un poids important. Il travaillait pour le père du premier ministre actuel. Tom Axworthy a d'ailleurs raconté, c'est bien connu, qu'alors qu'il travaillait pour le premier ministre Pierre Elliott Trudeau, John Turner, qui était ministre des Finances à l'époque, lui avait confié un message. John Turner lui avait dit: « Retourne là-bas et dis au patron que je n'ai pas besoin que le Cabinet du premier ministre m'envoie un bureaucrate en herbe pour me dire quoi faire. » Quelle époque! Il a fallu un certain temps.
J'aimerais terminer en rappelant une chose que John Turner a dite le jour de son anniversaire. C'est ce qui résume le mieux sa pensée quand il affirmait que la démocratie n'est pas le fruit du hasard, comme le rappelait le premier ministre. M. Turner a alors répété une chose qu'il disait souvent:
Je n'aime pas dire d'un député qu'il est « d'arrière-ban ». Les députés sont au cœur même du fonctionnement de la Chambre des communes. Ma réflexion est inspirée de la Magna Carta, c'est-à-dire l'un des plus grands ouvrages démocratiques de tous les temps. Écrite en 1215, la Magna Carta jette les bases de la démocratie en Grande-Bretagne et, partant, dans le reste du monde.
Il a poursuivi sa réflexion sur la Magna Carta, sur l'importance du vote et sur le fait que le gouvernement doit être formé d'élus, avant d'ajouter ceci:
C'est tellement différent de nos jours; les premiers ministres [...]
— et j'insiste ici sur le pluriel, afin que personne ne se sente visé plus qu'un autre —
[...] agissent d'une manière que je peux seulement qualifier d'unilatérale.
À mes yeux, le principe selon lequel le peuple dirige le peuple est le plus important de tous en démocratie. Nous devons le considérer comme sacro-saint [...] dès qu'il est question de débats et d'opinion publique.
[...] la démocratie n'est pas le fruit du hasard.
Je remercie John Turner de nous avoir sans cesse rappelé que nous devons apporter notre pierre à la société. Fervent catholique, il a mené sa vie selon les principes de la foi. Il avait compris que ce que nous faisons aux autres pouvait nous être fait à notre tour et que nous avons des devoirs envers la grande famille humaine.
Puisse-t-il jouir de son repos éternel. Que la lumière brille toujours sur lui. Qu'il repose en paix.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2020-09-24 10:26 [p.28]
Expand
I am grateful that we are able to come together today to pay our respects to our colleague as members of the parliamentary family. During and even beyond his long political career, John Turner was a passionate defender of our parliamentary democracy.
Together let's commemorate the life of Canada's 17th prime minister.
I invite all hon. members to stand to observe a moment of silence.
[A moment of silence observed]
Je suis reconnaissant que nous ayons eu l'occasion aujourd'hui de rendre hommage, ici et ensemble, à un membre de notre famille parlementaire. Au cours de sa longue carrière politique et même au-delà, John Turner s'est montré un ardent défenseur de notre démocratie parlementaire.
Ensemble, nous pouvons commémorer la vie du 17e premier ministre du Canada.
J'invite les députés à se lever pour observer une minute de silence.
[La Chambre observe un moment de silence.]
Collapse
View Kenny Chiu Profile
CPC (BC)
View Kenny Chiu Profile
2020-09-24 10:29 [p.28]
Expand
Mr. Speaker, I am honoured to present a petition from Canadians concerned with the passing of the national security legislation in Hong Kong. It is their belief that the passing of this law is in gross violation of the Sino-British Joint Declaration and the one country, two system framework. The petitioners call upon the government to impose appropriate sanctions under the Justice for Victims of Corrupt Foreign Officials Act.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition provenant de Canadiens qui s'inquiètent de la loi sur la sécurité nationale adoptée par Hong Kong. Selon eux, la loi va carrément à l'encontre de la Déclaration conjointe sino-britannique et du principe d'un pays, deux systèmes. Les pétitionnaires réclament que le gouvernement impose des sanctions appropriées en vertu de la Loi sur la justice pour les victimes de dirigeants étrangers corrompus.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is a pleasure to be back. I am presenting two petitions today. The first is in support of Bill S-204, which was put forward in the Senate by Senator Salma Ataullahjan. The bill would make it a criminal offence for Canadians to go abroad to receive an organ for which there has not been consent, and it would also create a provision to make someone inadmissible to Canada if they had been involved in organ harvesting or trafficking. This is an important human rights bill. Efforts have been made to pass similar versions of this bill in this and the other place for over 10 years.
Monsieur le Président, je suis heureux d'être de retour. Je présente deux pétitions aujourd'hui. La première appuie le projet de loi S-204, parrainé par la sénatrice Salma Ataullahjan. Le projet de loi érigerait en infraction criminelle le fait pour un Canadien de se rendre à l'étranger pour recevoir un organe prélevé sans le consentement du donneur et il rendrait inadmissibles au Canada les personnes qui ont participé au prélèvement ou au trafic d'organes. Il s'agit d'un projet de loi important pour les droits de la personne. On s'efforce depuis plus de 10 ans de faire adopter une version de ce projet de loi à la Chambre et à l'autre endroit.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the second petition speaks to the government's priorities with respect to health care in January and February when it could have been focusing on improving seniors care and preparing for a response to the pandemic. The government's focus was instead on removing vital safeguards associated with the government's euthanasia regime. The petitioners raise concern about the government's plans previously in Bill C-7 to eliminate a 10-day reflection period and also reduce the number of witnesses required. The petitioners believe that these were important safeguards that need to be in place and question the government's priorities with respect to removing safeguards when there are so many other vital health care issues that we should be focused on.
Monsieur le Président, la deuxième pétition porte sur les priorités du gouvernement en janvier et en février en ce qui concerne les soins de santé. En effet, alors qu'il aurait pu concentrer ses efforts sur l'amélioration des soins aux aînés et la préparation d'une réponse à la pandémie, le gouvernement a plutôt choisi pour priorité de supprimer des mesures de protection vitales de son régime d'euthanasie. Les pétitionnaires expriment leur préoccupation à l'égard des plans du gouvernement de supprimer, par la voie de l'ancien projet de loi C-7, la période de réflexion de 10 jours et de réduire le nombre de témoins requis. Les pétitionnaires estiment que ces importantes mesures de protection doivent demeurer en place et remettent en question la décision du gouvernement de faire de la suppression de ces mesures de protection sa priorité alors qu'il devrait concentrer ses efforts sur tant d'autres questions vitales en matière de soins de santé.
Collapse
View Jenny Kwan Profile
NDP (BC)
View Jenny Kwan Profile
2020-09-24 10:31 [p.29]
Expand
Mr. Speaker, I have two petitions that I would like to table today. The first is signed by over 2,600 Canadians and calls on the government to extend paid maternity leave for a minimum of three months for mothers in Canada during the pandemic, and noting that many of them are not receiving adequate health care due to the redirection of these health resources as a result of COVID-19. As well, many are not able to get affordable, quality child care at this time. As such, the petitioners note that COVID-19 has significantly impacted their physical and mental health and call on the government to allow mothers who are currently on 12 months of maternity leave the option of switching to 18 months of maternity leave.
Monsieur le Président, j'aimerais déposer deux pétitions aujourd'hui. La première a été signée par plus de 2 600 Canadiens et exhorte le gouvernement à prolonger d'au moins trois mois le congé de maternité payé des mères au Canada pendant la pandémie. Elle mentionne également que la majorité des nouvelles mères ne reçoivent pas de soins de santé adéquats, car les ressources du système de santé qui leur étaient consacrées ont été réaffectées à la lutte contre la COVID-19. D'ailleurs, bon nombre d'entre elles n'ont pas accès à des services de garde abordables de qualité à l'heure actuelle. Les pétitionnaires signalent que la COVID-19 a eu d'importantes répercussions sur la santé mentale et physique des mères et demandent donc au gouvernement de permettre à celles qui ont choisi de prendre un congé de maternité de 12 mois de le prolonger jusqu'à 18 mois.
Collapse
View Jenny Kwan Profile
NDP (BC)
View Jenny Kwan Profile
2020-09-24 10:33 [p.29]
Expand
Mr. Speaker, the second petition has over 6,000 signatures. The petitioners call for action from the government for people who are struggling with family separation because of the delay in spousal sponsorship applications. People are desperate to reunite with their loved ones, yet the immigration process for spousal sponsorship has ground to a halt. They call on the government to create a special temporary resident visa for applicants, with reasonable eligibility criteria and conditions, and to allow spouses and their children from visa required countries to easily apply for the STRV online and to issue and deliver multi-entry STRVs electronically and expeditiously. We need to ensure that the capacity to process applications is increased and that we address the lengthy delays that exist. Prompt action is required.
Monsieur le Président, la deuxième pétition a été signée par plus de 6 000 personnes. Les signataires demandent au gouvernement d'agir pour aider les personnes dont la famille demeure séparée en raison des retards dans le traitement des demandes de parrainage de conjoint. Des gens cherchent désespérément à être réunis avec leurs proches, mais le processus d'immigration pour le parrainage de conjoint s'est pratiquement arrêté. Les pétitionnaires demandent au gouvernement de créer un visa de résident temporaire spécial pour les demandeurs, assujetti à des critères d'admissibilité et à des conditions raisonnables, afin que les conjoints et les enfants qui se trouvent dans des pays pour lesquels un visa est exigé puissent facilement demander un visa de résident temporaire spécial en ligne et que des visas pour entrées multiples puissent être délivrés rapidement de façon électronique. Nous devons accroître la capacité de traitement et réduire les délais actuels. Il faut agir rapidement.
Collapse
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2020-09-24 10:33 [p.29]
Expand
Mr. Speaker, I am honoured to table a petition on behalf of residents from Cumberland and Courtney. They call on the government to declare the current opioid overdose and fentanyl poisoning crisis a national public health emergency under the Emergencies Act in order that the government can manage and resource this crisis with the aim of reducing and eliminating preventable deaths from poisoned fentanyl. We have lost over 147 residents in British Columbia in August alone. The government has not declared it a public health emergency despite the fact that over 15,000 Canadians have died since 2016. The petitioners want the government to reform current drug policy and decriminalize personal possession. Last, they want the government to create with urgency and immediacy a system to provide safe, unadulterated access to substances so that people who use substances experimentally, recreationally or chronically are not at imminent risk of overdose due to a contaminated source. These petitioners are mothers, fathers, brothers, sisters and cousins of people who have died and lost loved ones. The government needs to take action.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition au nom des résidants de Cumberland et de Courtney. Ils demandent au gouvernement de déclarer que la crise actuelle des surdoses d'opioïdes et d'empoisonnements au fentanyl constitue une urgence nationale de santé publique en vertu de la Loi sur les mesures d'urgence, de manière à pouvoir gérer cette crise et disposer des ressources nécessaires pour réduire et éliminer les décès évitables d'empoisonnement par le fentanyl. Au mois d'août seulement, 147 résidants de la Colombie-Britannique ont perdu la vie à cause de cette crise. Le gouvernement a refusé de déclarer que la crise constitue une urgence nationale de santé publique, même si plus de 15 000 Canadiens en sont morts depuis 2016. Les pétitionnaires demandent au gouvernement de réformer les politiques actuelles sur les drogues afin de décriminaliser la possession aux fins de consommation personnelle. Enfin, ils demandent au gouvernement de créer de toute urgence un système permettant aux gens qui consomment des substances pour en faire l'expérience, dans un but récréatif ou de manière chronique, de se procurer ces substances sans qu'elles aient été frelatées et sans qu'elles les exposent au risque d'une surdose résultant de la contamination avec un produit dangereux. Les pétitionnaires sont des mères, des pères, des frères, des sœurs et des cousins de personnes qui sont mortes ou qui ont perdu un être cher. Le gouvernement doit intervenir.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-09-24 10:35 [p.29]
Expand
Mr. Speaker, it is an honour to rise today on the traditional territory of the Algonquin peoples to present the following petition. It relates to an aspect of the climate crisis and calls on the government the deal with how we send our money to developing countries and how that money should be allocated.
The petitioners recognize that the Intergovernmental Panel on Climate Change has clearly indicated that the impact of accelerated global warning has disproportionate impacts on the most vulnerable. This is increasing inequities, particularly for women, in the developing world. Approximately a third of Canada's climate finance has been in investment projects for adaptation and is, very specifically, missing some opportunities to allocate money as grants instead of loans.
The petitioners call on the Government of Canada to commit at least 50% of Canada's public climate finance for developing countries to adaptation and at least 15% to projects that target gender equality as a primary objective.
Monsieur le Président, c'est un honneur de prendre la parole aujourd'hui sur les terres ancestrales des Algonquins et de présenter la pétition que voici. Elle porte sur un aspect de la crise climatique et demande au gouvernement de se pencher sur les moyens que nous utilisons pour envoyer de l'argent aux pays en développement et sur la façon de répartir ces fonds.
Les pétitionnaires reconnaissent que, selon le Groupe d'experts intergouvernementaux sur l'évolution du climat, il est clair que l'accélération du réchauffement climatique à l'échelle mondiale touche de façon disproportionnée les personnes les plus vulnérables. Ce phénomène accentue donc les inégalités dans les pays en développement, ce qui touche particulièrement les femmes. Environ le tiers du financement que le Canada consacre à la lutte aux changements climatiques est dédié à des projets d'investissements axés sur les mesures d'adaptation. Soulignons aussi que ces projets ne tirent pas parti de la possibilité d'accorder des subventions plutôt que des prêts.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de consacrer au moins 50 % du financement fédéral destiné aux pays en développement à des mesures d'adaptation, et au moins 15 % à des projets dont l'un des principaux objectifs est l'égalité des sexes.
Collapse
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2020-09-24 10:36 [p.29]
Expand
Mr. Speaker, it is an honour and privilege to stand today to present a petition by seniors advocates in my riding of Nanaimo—Ladysmith.
COVID-19 has exposed the degradation of care to seniors and the instability of the workforce.
The petitioners are calling on the government to include long-term care in the public health system by creating national standards for care and staffing levels under the Canada Health Act and ensure accountability; eliminate profit-making by government-funded long-term care facilities, ensure funds are spent as allocated and ban subcontracting; standardize equitable living wages and benefits, and implement single-site employment for all staff; strengthen government oversight, and initiate strong penalties and clawbacks for facilities not complying with the regulations; and require independent family councils with protect rights.
I would like to thank Penny MacCourt in my riding. There are 2,500 signatures on this petition.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur et le privilège de prendre la parole aujourd'hui afin de présenter une pétition au nom de défenseurs des personnes âgées dans ma circonscription, Nanaimo—Ladysmith.
La COVID-19 a dévoilé au grand jour la dégradation des soins prodigués aux aînés et l'instabilité de l'effectif.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement d'ajouter les soins de longue durée au système de santé publique en établissant des normes nationales pour les niveaux de dotation et de soins prodigués au titre de la Loi canadienne sur la santé, ainsi que d'en assurer la reddition de comptes. Les pétitionnaires exhortent également le gouvernement à éliminer les profits réalisés par les établissements de soins de longue durée subventionnés, veiller à ce que les fonds soient dépensés comme prévu et interdire la sous-traitance; à uniformiser les prestations et salaires équitables et restreindre tout le personnel à un seul lieu de travail; à renforcer la surveillance gouvernementale et imposer des pénalités sévères et des mesures de récupération aux établissements qui ne respectent pas la réglementation; et à exiger la mise en place de conseils de famille indépendants ayant des droits protégés.
Je tiens à remercier Penny MacCourt, qui habite ma circonscription. La pétition compte 2 500 signatures.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2020-09-24 10:37 [p.30]
Expand
Before proceeding, I just want to remind all members that when presenting petitions we ask that they be as brief as possible and have a synopsis. We only have limited time, and we want to make sure that all members get to present their petitions.
I wish to inform the House that, because of the ministerial statement, government orders will be extended by 20 minutes today.
Avant de poursuivre, je tiens à rappeler à tous les députés qu'ils doivent présenter les pétitions aussi brièvement que possible en exposant seulement les grandes lignes. Notre temps est limité, et nous souhaitons que tous les députés puissent présenter leurs pétitions.
Je signale à la Chambre qu'en raison de la déclaration ministérielle, l'étude des ordres émanant du gouvernement sera prolongée de 20 minutes aujourd'hui.
Collapse
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I am rising today on a question of privilege concerning the Liberal government's disrespect of an order of the Standing Committee on Finance requiring the production of records related to the Prime Minister's half-billion-dollar WE scandal.
At its July 7 meeting, the finance committee adopted the following motion:
That, pursuant to Standing Order 108(1)(a), the Committee order that any contracts concluded with We Charity and Me to We, all briefing notes, memos and emails, including the contribution agreement between the government and the organization, from senior officials prepared for or sent to any Minister regarding the design and creation of the Canada Student Service Grant, as well as any written correspondence and records of other correspondence with We Charity and Me to We from March 2020 be provided to the Committee no later than August 8, 2020; that matters of Cabinet confidence and national security be excluded from the request; and that any redactions necessary, including to protect the privacy of Canadian citizens and permanent residents whose names and personal information may be included in the documents, as well as public servants who have been providing assistance on this matter, be made by the Office of the Law Clerk and Parliamentary Counsel of the House of Commons.
On or about August 8, the government provided the finance committee's clerk with about 5,600 pages of materials. These documents were subsequently released to committee members on August 18, mere minutes before the prorogation of Parliament. It is important to understand that these pages often included several copies of the same emails and, worse, many of the pages featured blacked-out, redacted, obscured and hidden content. It is those redactions that trouble me, and they should trouble every member of Parliament.
I will quote Speaker Milliken's highly publicized Afghan detainee documents ruling from April 27, 2010. This is on page 2042 of the debates. He said:
Before us are issues that question the very foundations upon which our parliamentary system is built. In a system of responsible government, the fundamental right of the House of Commons to hold the government to account for its actions is an indisputable privilege and in fact an obligation.
The finance committee exercised its privilege and obligation to get to the bottom of this extraordinarily troubling WE scandal wherein the Prime Minister handed his friends $543.33 million in a contribution agreement to run a paid volunteer scheme, instead of trusting Canada's hard-working public servants to administer the CSSG.
The order I quoted, which passed, allowed for cabinet confidences and national security content to be excluded. All other vetting was to be done by the Office of the Law Clerk and Parliamentary Counsel. Of course, a contract to a children's charity for a youth volunteering program would not involve national security, but it is simply a standard form for motions generally used at committees lately.
The government, however, contravened the committee's order, as is explained in the law clerk's own August 18 letter to the finance committee:
The letters accompanying the documents for each department stated that redactions had been made to protect Cabinet confidences in accordance with the motion adopted by FINA. In addition, the letters and documents indicate that the departments had also made redactions to protect personal information in accordance with the Privacy Act, to protect third party information and information on the vulnerability of their computer or communication systems, or methods employed to protect their systems. These latter grounds for exemption from disclosure are contained in the Access to Information Act.
Upon reception of the documents on August 9, 2020, you provided them to my Office so that we could make the necessary redactions to protect the privacy of Canadian citizens and permanent residents, as well as public services as contemplated by the production order. However, as mentioned above, the documents had already been redacted by the departments to protect personal information and on other grounds.
Here comes the kicker:
As my Office has not been given the opportunity to see the unredacted documents, we are not able to confirm whether those redactions are consistent with the order of Committee.
Further down the page, Mr. Dufresne adds the following:
As mentioned above, the department made certain redactions to the documents on grounds that were not contemplated in the order of the Committee.
A moment ago, I referred to the finance committee using a familiar form of motion. I should pause here to note that the entire pattern of document redactions is also familiar. On February 26, the health committee adopted a document production order seeking records concerning the Liberal government's preparations for the current pandemic. In response, the government provided significantly censored documents, covering up key details about the Liberals' failures to prepare Canada adequately against COVID-19. That episode required Mr. Dufresne to write a similar letter to the clerk of the health committee noting the government's open defiance of a parliamentary committee exercising its constitutional rights.
For a government that preaches transparency and openness by default, its track record of blocking out inconvenient facts speaks louder. However, one significant evolution since the health committee's experience is that here the government tried to deflect responsibility elsewhere for the redactions.
According to an article on August 27 on CBC News entitled, “Commons law clerk says government went too far in redacting WE Charity documents”:
Last week, a spokesperson for the Prime Minister's Office told CBC News that the redactions were done by the parliamentary law clerk, who was following the committee's direction to remove documents covered by cabinet confidentiality and personal information about Canadian citizens.
The Prime Minister's Office was trying to deny its complicity in the cover-up concerning these documents. In fact, this seems to have been a talking point circulated among Liberals.
On the evening of August 19, I was part of a panel discussion on CBC's Power & Politics along with the Parliamentary Secretary to the Minister of Justice. He repeated the Prime Minister's Office's alternative facts and told viewers that night, “The motion included a proviso that redactions should be done as necessary to protect certain interests, including privacy interests, etc., and those should be done by House administration, including the Office of the Law Clerk. That is exactly what happened in this case. The motion was followed to the letter. Redactions were done not by the government and not by political staff but by House of Commons objective officials.”
The denials of the Prime Minister's Office have been exposed as bald-faced lies in the law clerk's letter. Those denials were also given voice by the parliamentary secretary, who had likely been unwittingly briefed and scripted by the PMO to believe that they were true.
It is my respectful submission, Mr. Speaker, that two separate grounds for a prima facie contempt of Parliament are made out in these facts.
First, as the law clerk and parliamentary counsel informed the committee's clerk on August 18, the government disrespected a lawful order of a committee of the House of Commons to produce documents. This is, for reasons I will argue, an appropriate case to come directly before the House.
Second, the Prime Minister's Office and the parliamentary secretary, in attempting to deflect criticism from the government's redaction of those documents in disobedience of a committee's order, made misrepresentations about the work of a table office of this House and risked damaging his reputation in the process.
Allow me to offer you, Mr. Speaker, some of the applicable precedents and procedural background to these issues.
As to the first ground, the breach of a committee order, the law clerk's own letter helpfully offers a succinct explanation of the situation. This is what it says:
We note that the House's and its committees' power to order the production of records is absolute and unfettered as it constitutes a constitutional parliamentary privilege that supersedes statutory obligations, such as the exemptions found in the Access to Information Act. The House and its committees are the appropriate authority to determine whether any reason for withholding the documents should be accepted or not. One such measure is the Committee's decision to have my Office make the necessary redactions to protect personal information and the public servants providing assistance in this matter.
Page 137 of the House of Commons Procedure and Practice, third edition, explains the source of this authority:
By virtue of the preamble and section 18 of the Constitution Act, 1867, Parliament has the ability to institute its own inquiries, to require the attendance of witnesses and to order the production of documents, rights which are fundamental to its proper functioning. These rights are as old as Parliament itself.
Bosc and Gagnon add, further down on that same page, that:
For the purposes of an inquiry, the committee may send for any papers that are relevant to its order of reference.
This right to order the production of documents is unlimited. At pages 984 to 986, Bosc and Gagnon elaborate that:
Public servants and Ministers may sometimes invoke their obligations under certain legislation to justify their position. Companies may be reluctant to release papers which could jeopardize their industrial security or infringe upon their legal obligations, particularly with regard to the protection of personal information. Others have cited solicitor-client privilege in refusing to allow access to legal papers or notices.
These types of situations have absolutely no bearing on the power of committees to order the production of papers and records. No statute or practice diminishes the fullness of that power rooted in House privileges unless there is an explicit legal provision to that effect, or unless the House adopts a specific resolution limiting the power. The House has never set a limit on its power to order the production of papers and records.
Tension between government and Parliament on the interaction between the Access to Information Act and the Privacy Act on the one hand, with the document production orders on the other, is as old as the laws themselves.
Some books were not available from the Library of Parliament due to COVID limitations, so I am drawing from digital text.
For example, the first report of the former Standing Committee on Privileges and Elections from the third session of the 34th Parliament states, at page 9 of the Journals for May 29, 1991:
After careful consideration and consultation, the committee has concluded there is nothing in the Privacy Act to prevent the House of Commons from issuing an order for the production of unexpurgated versions of the two reports.... The House, in our opinion, has the the absolute power to issue an order requiring the solicitor General to provide the two reports in their entirety.
Disregarding a committee order is a very serious matter. Page 239 of Parliamentary Privilege in Canada, second edition, explains this:
Disobedience to rules or orders represents an affront to the dignity of the House, and accordingly the House could take action, not simply for satisfaction but to ensure that the House of Commons is held in the respect necessary for its authority to be vindicated. Without proper respect, the House of Commons could not function. Thus, disobedience may well be considered contempt.
In substituting its own judgment for the finance committee's or the law clerk's, the government has overstepped its authority and flouted the will of the finance committee.
Sir John Bourinot in his first edition of Parliamentary Procedure and Practice in the Dominion of Canada, wrote at page 281:
But it must be remembered that under all circumstances it is for the House to consider whether the reasons given for refusing the information are sufficient. The right of Parliament to obtain every possible information on public questions is undoubted, and the circumstances must be exceptional, and the reasons very cogent, when it cannot be at once laid before the Houses.
In the Afghan documents ruling, the chair articulated at page 2,044 an approach to raising those “reasons very cogent”, namely to make the case through the persuasion of debate and the offering of amendments to the motion under debate.
In the end the government does not have the final say for, as Speaker Milliken put it:
The House debated the matter and voted to adopt an Order for the production of documents despite the request of the Government.
In usurping the role assigned to the law clerk, the Liberal government's evasion of accountability represents a grave affront to the dignity and authority of the House of Commons.
Page 138 of Bosc and Gagnon speaks to the present situation stating, “If such an order is ignored, the committee has no means to enforce the order on its own. It may report the matter to the House and recommend that appropriate action be taken. It is then a decision of the House whether or not to issue an order for the production of papers.”
Obviously, the committee was unable to report its situation directly to the House because the Prime Minister shut down Parliament through prorogation quite literally within minutes of the documents becoming available. In fact, it has become perfectly plain for all to see the motivation for prorogation was to shut down committee investigations getting too close to the Prime Minister for his own comfort.
If the Speech from the Throne was about presenting a refreshing agenda reflecting the COVID pandemic, the Prime Minister simply could have prorogued Parliament the night before last, or yesterday morning for that matter. He did not need to shut down Parliament on August 18. The only thing that accomplished was killing committee investigations cold in their tracks.
This brings me to page 152 and 153 of Bosc and Gagnon, which I want to address directly. They state, “Speakers have consistently ruled that, except in the most extreme situations, they will hear questions of privilege arising from committee proceedings only upon presentation of a report from the committee which deals directly with the matter”.
I would respectfully submit the present situation is one of those extreme cases where the Speaker's direct intervention is warranted. This is not a matter in which we can just pick up tomorrow where we left off.
Page 977 of Bosc and Gagnon explains, “Certain specific conditions must be met to continue with a study begun during a previous session or Parliament.... Finally, committees must be constituted; that is, they must be assigned members and a Chair must be chosen.”
The finance committee has no members and it has no chair. In fact, if the Liberals were being particularly cynical, they could exploit Parliamentary tactics to keep our committees from considering substantive business until November.
On December 4, 1992, the House considered a question of privilege concerning the intimidation of a subcommittee witness. In making his argument, then Liberal deputy House leader Don Boudria said at page 14,630 of the Debates:
I wish to bring to your attention in the unlikely event that you would be tempted to rule that this matter should be dealt with at committee, that in fact the committees are in the process of winding down for the Christmas period.
This evidence was brought before a sub-committee which has terminated its proceedings for the next few months. Therefore, the evidence on this could only be heard before committee in a number of months from now at the earliest, if at all, in the event of a prorogation of Parliament later.
For his part, Mr. Speaker Fraser argued at page 14,631, ruling, “Some mention has been made that this matter arose in a committee and hon. members will have heard me say many times that usually matters should be put back to committee. My own feeling is that under the circumstances which have been explained to me that is not the convenient or appropriate thing to do at this time.”
Mr. Speaker, your most recent privilege ruling concerned a complaint about something that has previously arisen in committee of the whole and Bosc and Gagnon explain on page 919 its relevance to the present case, stating, “Once that committee has completed its business, it ceases to exist.”
In your ruling on July 22, 2020, at page 2,701 of the Debates you said, “I accept that the particular circumstances of this situation, notably the challenge surrounding the committee of the whole format, do make it appropriate to bring the matter to the Speaker.”
We are, I would argue, in substantively the same position today with standing committees such as the finance committee. Committees were terminated with prorogation and have not yet been reconstituted, and may not be for some time.
I respectfully submit that you ought to extend by analogy your July ruling, not to mention Fraser's 1992 ruling, to the present circumstances of unconstituted standing committees. Prorogation denied the committee the opportunity to meet and to report this abuse by the government to this House. The time necessary to reconstitute committees and the delays that could be attempted compound this problem. The House must have a means to address behaviour contemptuous of committees.
Having made out the grounds for finding a prima facie contempt, I want to speak briefly on the remedy. When members rise on questions of privilege, the Chair always hears that they are prepared to move an appropriate motion. I, too, am prepared to do so. However, I quote Speaker Milliken, who asked rhetorically in the 2010 ruling I cited, at page 2,044:
The authorities I have cited are unanimous in the view of the House's privilege to ask for the production of papers and many go on to explain that accommodations are made between those seeking information and those in possession of it to ensure that arrangements are made in the best interests of the public they both serve.
...Is it possible to put in place a mechanism by which these documents could be made available to the House without compromising the security and confidentiality of the information they contain? In other words, is it possible for the two sides, working together in the best interests of the Canadians they serve, to devise a means where both their concerns are met? Surely that is not too much to hope for.
This notion of a prima facie ruling forcing an opportunity to reach a negotiated settlement before addressing the matter before a motion and vote was echoed by Speaker Levac of the Legislative Assembly of Ontario on September 13, 2012, at page 5 of the Votes and Proceedings. It is a ruling that should ring bells for some Liberals across the way, specifically for staffers in the Prime Minister's Office. It concerned the Dalton McGuinty government's defiance of a document production order related to the gas plant scandal.
Many of the folks at the heart of the Ontario Liberal operation later picked up and headed down the 401 to Ottawa, some with outrageously high expense claims I should add, and they brought their political playbooks to the nation's capital. One of them who did not make it to Ottawa though was Dalton McGuinty's chief of staff. He was instead sentenced to imprisonment for his role in destroying gas plant scandal records, so it should go without saying that opposition members of Parliament are anxious to lay hands on the full records of the sweetheart deal between the Prime Minister's friends at WE and the Canadian taxpayers.
The Conservatives are prepared to be constructive and reasonable if it means getting expeditious access to the documents in question. Perhaps in the time you are deliberating on these issues we may be able to reach an adequate compromise. To throw out an idea, I note that among the ranks of the official opposition are several privy councillors. One or more of them, on the strengths of their Privy Council oaths, could view the documents to be able to provide assurances to other MPs that the government's grounds for redactions are legitimately claimed.
I recognize that solution may not work well for members of the other two opposition parties. Perhaps an alternative would be for the government to simply allow the House law clerk and his team of lawyers a chance to view the original documents so they can provide MPs with these assurances. I note in passing that the law clerk's own special adviser and counsel previously served as chief of staff to the Minister for Women and Gender Equality and Rural Economic Development, so I could not imagine the Liberals having a serious objection to this course of action. Nonetheless, my point is that there are solutions staring us right in the face, if only the Liberal government would engage us on them.
However, if discussions cannot reach an expeditious compromise, I am fully prepared to put a solution forward by way of a motion for the House to decide.
Next, I would like to turn to the second ground for a prima facie contempt finding: the Prime Minister's Office's lies about the law clerk redacting the documents.
Bosc and Gagnon explain this contempt at page 81, which states:
There are, however, other affronts against the dignity and authority of Parliament which may not fall within one of the specifically defined privileges. Thus, the House also claims the right to punish, as a contempt, any action which, though not a breach of a specific privilege: tends to obstruct or impede the House in the performance of its functions; obstructs or impedes any Member or officer of the House in the discharge of their duties; or is an offence against the authority or dignity of the House, such as disobedience of its legitimate commands or libels upon itself, its Members, or its officers.
It is worth noting here that the corresponding entry in Parliamentary Practice in New Zealand, fourth edition, at page 763, clarifies that the reference to libels extends to slanders. However, in any event, Bosc and Gagnon, at page 81, elaborates upon the scope of contempt of Parliament as follows:
The House of Commons enjoys very wide latitude in maintaining its dignity and authority through the exercise of its contempt power. In other words, the House may consider any misconduct to be contempt and may deal with it accordingly....
Throughout the Commonwealth most procedural authorities hold that contempts, as opposed to privileges, cannot be enumerated or categorized.
To be clear, Mr. Dufresne is, of course, a table officer of the House. Citation 219 of Beauchesne's Parliamentary Rules and Forms, sixth edition, reminds us, “The Officers in the service of the House of Commons are the Clerk of the House, the Sergeant-at-Arms, the Law Clerk and Parliamentary Counsel, the Deputy Clerk, and the Clerks Assistant.”
The Prime Minister's Office, in its effort to spin its way out of a scandal, which has enveloped the whole of government and claimed the career of a finance minister, lied about the work of Mr. Dufresne, attempting to lay blame at his feet. What is more is that the Prime Minister's staff enlisted a member of the House, the member for Parkdale—High Park, to go on television to spread their spin about the law clerk. Maingot, at page 250, writes, “As in the case of a court of law, the House of Commons is entitled to the utmost respect; thus, when someone publishes libellous reflections on the House, they will be treated as contempt of the House.”
Indeed, in a case concerning the defamation of a table officer, Mr. Speaker Tusa of the Legislative Assembly of Saskatchewan, on June 24, 1987, at page 79 of the Journals, found a prima facie case of privilege about remarks which “may have harmed the credibility of the Legislative Counsel and Law Clerk”. In that case, the legislative assembly subsequently adopted the following motion:
That this House accepts the apology of the Minister of Justice with respect to his public remarks attacking the credibility of the Legislative Counsel and Law Clerk, and confirms that those remarks constituted a breach of the privileges of this Assembly.
Madam Speaker Sauvé articulated a view on October 29, 1980, at page 4213 of the Debates, on an appropriate threshold when falsehoods were deployed. She stated:
Members will appreciate that the expression “false” is subject to but one interpretation in the House of Commons Debates, that is, pejorative, and it is considered unparliamentary when referring to another hon. member. While the word has less sinister meanings in the context of contempt, it seems to me that to amount to contempt, representations or statements about our proceedings or of the participation of members should not only be erroneous or incorrect, but, rather, should be purposely untrue and improper and import a ring of deceit. To be false in the context of contempt, and interpretation of our proceedings must be an obviously, purposely distorted one....My role, therefore, is to interpret the extracts of the document in question, not in terms of their substance, but to find whether, on their face, they represent such a distorted interpretation of the events or remarks in our proceedings that they obviously attract the characterization of “false”.
The Prime Minister's Office quite clearly knew who was responsible for redacting the documents provided by the government to the finance committee when it was spinning journalists and putting out the justice minister's parliamentary secretary on TV panels.
We are not talking about the woman or man on the street in North Bay who might be following our proceedings from afar through the news. Instead, we are talking about a central player in the scandal implicating an esteemed officer, a table officer of the House, in a distorted interpretation of events, purposely untrue and bearing a heavy ring of deceit.
As Saskatchewan's Mr. Speaker Tusa said on May 23, 1989, at page 94 of the Journals, “it is the duty of the House to protect its officers.” That goes to the essence of my question of privilege.
Members of Parliament have many things said about us in the course of our work. However, we also have many platforms, including the most awesome of them all, the floor of the House of Commons, to respond and defend ourselves. Our table officers, who provide us with such solid support and service, on the other hand, have no such outlet and, if they tried, could risk compromising their neutrality. That is why it is incumbent on us, incumbent on the House, to protect our clerks at the table.
That is why I am asking you, Mr. Speaker, to find a prima facie contempt in respect of the Prime Minister's Office and the parliamentary secretary's defamation about the role played by the law clerk in blocking government transparency and breaching a committee's order. We must protect the hard-working staff of the House from being exploited, in this case exploited for political gain, when there is a lie at the heart of such exploitation.
If you find a prima facie contempt, Mr. Speaker, I am prepared to move an appropriate motion.
Monsieur le Président, j'interviens aujourd'hui au sujet d'une question de privilège concernant le manque de respect dont fait preuve le gouvernement libéral à l'égard d'une ordonnance du Comité permanent des finances concernant la production de documents liés au scandale d'un demi-milliard de dollars du premier ministre en lien avec l'organisme UNIS.
Lors de sa réunion du 7 juillet dernier, le comité des finances a adopté la motion suivante:
Que, conformément à l'article 108(1)(a) du Règlement, le Comité ordonne que tout contrat conclu avec Mouvement UNIS et Me to We, toutes les notes de synthèse, notes de service et courriels de hauts fonctionnaires préparés ou envoyés à tout ministre concernant la conception et la création de la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant, ainsi que toute correspondance écrite et tout dossier d'autre correspondance avec Mouvement UNIS et Me to We à partir de mars 2020 soient fournis au Comité au plus tard le 8 août 2020; que les questions de confiance du Cabinet et de sécurité nationale soient exclues de la demande; et que toute expurgation nécessaire, y compris pour protéger la vie privée des citoyens canadiens et des résidents permanents dont les noms et les renseignements personnels peuvent être inclus dans les documents, ainsi que des fonctionnaires qui ont fourni une assistance à ce sujet, soit effectuée par le Bureau du légiste et conseiller parlementaire de la Chambre des communes.
Le 8 août ou aux environs de cette date, le gouvernement a fourni au greffier du comité des finances environ 5 600 pages de documents. Ces documents ont ensuite été communiqués aux membres du comité le 18 août, quelques minutes seulement avant la prorogation du Parlement. Il est important de comprendre que ces pages comprenaient souvent plusieurs exemplaires des mêmes courriels et, pire encore, que de nombreuses pages comportaient du contenu caviardé, censuré et expurgé. Ce sont ces caviardages qui m'inquiètent, et ils devraient inquiéter tous les députés.
Je citerai la décision du 27 avril 2010 du Président Milliken, qui a fait l'objet d'une grande publicité, concernant les documents relatifs aux détenus afghans. Ma citation, qui est extraite de la page 2042 des Débats de la Chambre des communes, se lit comme suit:
Les questions dont nous sommes saisis remettent en question le fondement même de notre régime parlementaire. Dans un régime de gouvernement responsable, le droit fondamental de la Chambre des communes d'obliger le gouvernement à rendre compte de ses actes est un privilège incontestable et, en fait, une obligation.
Le comité des finances a exercé son privilège et son obligation d'aller au fond de ce scandale extraordinairement troublant concernant UNIS, dans lequel le premier ministre a remis à ses amis 543,33 millions de dollars aux termes d'un accord de contribution destiné à gérer un programme de bénévolat rémunéré, au lieu de faire confiance aux vaillants fonctionnaires canadiens et de les laisser administrer la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant.
L'ordonnance que j'ai citée et qui a été adoptée permettait d'exclure les questions de confiance du Cabinet et de sécurité nationale. Tout autre contrôle devait être effectué par le Bureau du légiste et conseiller parlementaire. Certes, un contrat passé avec une organisation caritative en vue de mener à bien un programme de bénévolat de jeunes n'impliquerait pas la sécurité nationale, mais il s'agit simplement d'une formule standard dont se servent dernièrement les comités pour les motions.
Le gouvernement n'a cependant pas respecté l'ordonnance du comité, comme l'explique le légiste dans la lettre qu'il a adressée à ce dernier le 18 août:
Dans la lettre d'accompagnement des documents de chaque ministère, il est indiqué que les documents ont été caviardés afin de protéger les secrets du Cabinet, conformément à la motion adoptée par FINA. De plus, les lettres et les documents indiquent que des caviardages ont été faits afin de protéger des renseignements personnels conformément à la Loi sur la protection des renseignements personnels, de protéger des renseignements de tiers et des renseignements sur la vulnérabilité de leurs systèmes informatiques ou de communications, ou portant sur les méthodes employées pour leur protection. Ces derniers motifs d'exception en ce qui concerne la divulgation des renseignements sont prévus par la Loi sur l'accès à l'information.
Lorsque vous avez reçu les documents le 9 août 2020, vous les avez transmis à mon bureau pour que nous puissions les caviarder afin de protéger les renseignements personnels de citoyens canadiens et de résidents permanents, ainsi que des fonctionnaires comme le prévoit l'ordonnance de publication. Toutefois, comme il a été mentionné ci-dessus, les documents avaient déjà été caviardés par les ministères afin de protéger des renseignements personnels.
Voici qui couronne le tout. Il poursuit en disant:
Étant donné que mon bureau n'a pas eu l'occasion de voir les documents non caviardés, nous ne sommes pas en mesure de confirmer si les caviardages sont conformes à l'ordonnance du Comité.
Plus loin, M. Dufresne ajoute ceci:
Comme il est mentionné plus haut, les ministères ont fait certains caviardages pour des motifs qui ne sont pas prévus dans l'ordonnance du Comité.
Il y a un moment, j'ai mentionné que le comité des finances utilisait un modèle standard pour les motions. Je tiens à souligner que le caviardage de documents est également pratique courante. Le 26 février, le comité de la santé a adopté une ordonnance de communication de documents concernant les mesures préventives prises par le gouvernement libéral pour la présente pandémie. Le gouvernement a donné suite à cette ordonnance en fournissant des documents substantiellement caviardés dans le but de cacher des renseignements clés montrant que les libéraux n'ont pas pris les mesures adéquates pour protéger le Canada contre la COVID-19. À la suite de cet épisode, M. Dufresne a dû écrire une lettre similaire au greffier du comité de la santé pour signaler que le gouvernement avait ouvertement refusé d'accéder à la demande d'un comité parlementaire qui exerçait ses droits constitutionnels.
Il sied fort mal à un gouvernement qui prêche la transparence et l'ouverture en toutes circonstances d'avoir l'habitude de cacher les faits susceptibles de lui nuire. Cependant, il faut mentionner un fait important depuis la rebuffade subie par le comité de la santé: cette fois-ci, le gouvernement a tenté d'imputer la responsabilité du caviardage à d'autres instances.
Voici un extrait d'un article intitulé « Le légiste de la Chambre des communes affirme que le gouvernement est allé trop loin en caviardant des documents concernant l'organisme UNIS », publié le 27 août sur le site CBC News:
La semaine dernière, un porte-parole du Cabinet du premier ministre a déclaré à des journalistes de CBC News que le légiste parlementaire avait effectué le caviardage par suite de la demande du comité qui avait exigé le retrait de tous les documents protégés par la confidentialité des délibérations du Cabinet et contenant des renseignements personnels de citoyens canadiens.
Le Cabinet du premier ministre tentait ainsi de nier sa complicité dans les manœuvres visant à étouffer cette affaire de documents caviardés. En fait, il semble que cette réponse préfabriquée ait circulé parmi les libéraux.
Le soir du 19 août, j'ai participé à un débat public à l'émission Power & Politics, diffusée sur les ondes de CBC, en compagnie du secrétaire parlementaire du ministre de la Justice. Ce dernier a répété les faits alternatifs du Cabinet du premier ministre, indiquant aux téléspectateurs que la motion avait pour condition que le caviardage s'effectue au besoin de manière à protéger certains intérêts, notamment en matière de vie privée, et que l'Administration de la Chambre des communes, y compris le Bureau du légiste, en soit responsable. Il a maintenu que c'est ce qui s'était produit et que la motion avait été respectée à la lettre, c'est-à-dire que le caviardage n'avait pas été fait par le gouvernement ni par le personnel politique, mais bien par des fonctionnaires objectifs de la Chambre des communes.
Dans sa lettre, le légiste dévoile que les démentis du Cabinet du premier ministre ne sont que des mensonges éhontés. Le secrétaire parlementaire avait repris ces démentis, sans doute après que le Cabinet du premier ministre l'ait instruit à son insu et lui ait fait croire qu'ils étaient vrais.
À mon humble avis, monsieur le Président, ces faits constituent deux motifs distincts nous permettant de conclure de prime abord à un outrage au Parlement.
D'abord, comme le légiste et conseiller parlementaire de la Chambre des communes l'a indiqué au greffier du comité le 18 août dernier, le gouvernement n'a pas respecté l'ordre légal émanant d'un comité de la Chambre de produire des documents. Pour les motifs que je vais exposer, c'est une affaire dont il convient de saisir directement la Chambre.
Ensuite, pour esquiver les critiques concernant le caviardage de ces documents par le gouvernement en dépit d'un ordre du comité, le Cabinet du premier ministre et le secrétaire parlementaire ont véhiculé des faussetés à propos du travail d'un greffier au Bureau de la Chambre, risquant ainsi de porter atteinte à sa réputation.
Monsieur le Président, permettez-moi de vous exposer certains précédents applicables au cas qui nous occupe ainsi que le contexte procédural qui entoure ces enjeux.
En ce qui a trait au premier motif, soit la violation d'un ordre du comité, la lettre du légiste explique succinctement la situation. Voici ce qu'on peut y lire:
Soulignons que le pouvoir de la Chambre et de ses comités d’ordonner la production de documents est absolu et sans réserve, car il s’agit d’un privilège parlementaire constitutionnel qui a préséance sur les obligations prévues par la loi, comme les exceptions que prévoit la Loi sur l’accès à l’information. La Chambre et ses comités sont les autorités compétentes pour déterminer s’il convient d’accepter ou non toute raison pour empêcher la [communication] de documents [...] La décision du Comité de charger mon bureau de faire les caviardages nécessaires pour protéger les renseignements personnels et les fonctionnaires qui ont fourni de l’aide dans le dossier était une de ces mesures.
La source de cette autorité est expliquée à la page 137 de La procédure et les usages de la Chambre des communes, troisième édition:
Selon le préambule et l’article 18 de la Loi constitutionnelle de 1867, le Parlement jouit du droit de procéder à des enquêtes, d’exiger la comparution de témoins et d’ordonner la production de documents, des droits essentiels à son bon fonctionnement. Ces droits sont d’ailleurs aussi anciens que le Parlement lui-même.
Bosc et Gagnon ajoutent ensuite, plus bas dans la même page:
Pour les besoins d’une enquête, un comité peut ordonner la production de documents relevant de son ordre de renvoi.
Ce droit d'ordonner la production de documents est illimité. Bosc et Gagnon expliquent ce qui suit aux pages 984 à 986:
Des fonctionnaires ou des ministres peuvent parfois invoquer ou s'inspirer des obligations qui leur incombent en vertu de certaines lois pour justifier une telle situation. Des compagnies ont fait preuve de réticences à divulguer des documents mettant en jeu leur sécurité commerciale ou qui pourraient enfreindre des obligations légales qu'elles ont, notamment en matière de protection de renseignements personnels. D'autres ont invoqué le secret professionnel liant des avocats à leurs clients pour refuser l'accès à des documents légaux ou avis juridiques.
Ce genre de situations n'affecte aucunement le pouvoir des comités d'exiger la production de documents et dossiers. Aucune loi ou pratique ne vient diminuer la plénitude de ce pouvoir dérivé des privilèges de la Chambre, à moins que des dispositions légales le limitent explicitement ou que la Chambre ait restreint ce pouvoir par résolution expresse. Or, la Chambre n'a jamais fixé aucune limite à son pouvoir d'exiger le dépôt de documents et de dossiers.
Les tensions entre le gouvernement et le Parlement concernant l'interaction entre la Loi sur l'accès à l'information et la Loi sur la protection des renseignements personnels, d'une part, et les ordonnances de production de documents, d'autre part, sont aussi anciennes que les lois elles-mêmes.
Étant donné que je n'ai pas pu obtenir certains livres auprès de la Bibliothèque du Parlement en raison des restrictions liées à la COVID, je tire mes citations de textes numériques.
Par exemple, à la page 9 des Journaux du 29 mai 1991 de l'ancien Comité permanent des privilèges et élections de la 3e session de la 34e législature, le premier rapport du Comité indique ceci:
Après avoir minutieusement étudié cette question et consulté divers intervenants, le Comité en est venu à la conclusion qu'aucune disposition de la Loi sur la protection des renseignements personnels n'empêche la Chambre des communes d'adopter un ordre exigeant la production des versions non expurgées des deux rapports [...] Selon nous, la Chambre a le pouvoir d'adopter un ordre obligeant le solliciteur général à en remettre les versions intégrales.
Ne pas tenir compte d'un ordre adopté par un comité est très grave. À la page 250 de la deuxième édition du Privilège parlementaire au Canada, on indique ceci:
La désobéissance aux règles ou aux ordres constitue un affront à la dignité de la Chambre, qui peut donc y donner suite, non seulement pour sa propre satisfaction, mais pour veiller à ce qu'on lui témoigne le respect nécessaire à la sauvegarde de son autorité et à défaut duquel la Chambre ne pourrait remplir sa mission. C'est pourquoi la désobéissance peut être considérée comme un outrage [...]
En substituant son propre jugement à celui du comité des finances ou du légiste, le gouvernement a outrepassé ses pouvoirs ainsi que la volonté du comité des finances.
À la page 281 de la première édition de l'ouvrage Parliamentary Procedure and Practice in the Dominion of Canada, sir John Bourinot a écrit ceci:
Néanmoins, il ne faut jamais oublier que, quelles que soient les circonstances, c'est la Chambre qui décide si les raisons invoquées pour refuser de fournir des renseignements sont suffisantes. Le droit du Parlement d'obtenir tous les renseignements possibles concernant une question d'intérêt public est incontestable et les circonstances doivent être exceptionnelles et les raisons très puissantes pour que ces renseignements ne soient pas présentés devant les Chambres.
À la page 2 044 de sa décision sur l'Afghanistan, la présidence avait indiqué comment présenter ces « raisons très puissantes », c'est-à-dire au moyen d'arguments persuasifs dans le cadre des débats et d'amendements à la motion à l'étude.
Au bout du compte, le gouvernement n'a pas le dernier mot. D'ailleurs, le Président Milliken avait déclaré:
La Chambre a débattu de l'affaire et adopté un ordre portant production de documents, malgré la demande du gouvernement.
En usurpant le rôle confié au légiste de la Chambre, le gouvernement a tenté de se soustraire à son obligation de rendre des comptes, ce qui représente une atteinte grave à la dignité et à l'autorité de la Chambre des communes.
La page 138 de l'ouvrage de Bosc et Gagnon a trait aux situations semblables à ce dont il est question actuellement. Voici ce qu'il en dit: « Si l'ordre n'est pas respecté, le comité ne peut rien faire lui-même, sauf renvoyer l'affaire à la Chambre et recommander des mesures. Il incombe ensuite à la Chambre de délivrer ou non un ordre de la production de documents. »
Évidemment, le comité n'a pas pu signaler la situation directement à la Chambre, car le premier ministre a fermé le Parlement au moyen d'une prorogation, à peine quelques minutes après la transmission des documents. En fait, c'est devenu tout à fait évident pour tous que le but de la prorogation était de mettre fin à l'étude du comité, qui commençait à embarrasser dangereusement le premier ministre.
S'il voulait simplement présenter, dans le discours du Trône, un programme rafraîchi pour lutter contre la pandémie de COVID-19, le premier ministre aurait pu proroger le Parlement avant-hier soir, ou même hier matin, tant qu'à faire. Il n'avait pas besoin de fermer le Parlement le 18 août. La seule chose que cette prorogation précipitée a accomplie a été d'interrompre l'enquête du comité.
Ce qui m'amène aux pages 152 et 153 du Bosc et Gagnon, où l'on peut lire que « [la] présidence a toujours eu pour politique, sauf dans des circonstances extrêmement graves, de n’accueillir des questions de privilège découlant de délibérations de comités que sur présentation, par le comité visé, d’un rapport traitant directement de la question ».
À mon humble avis, la situation actuelle est l'un de ces cas extrêmes où l'intervention directe de la présidence est justifiée. Il ne s'agit pas d'une question que nous pouvons simplement reprendre là où nous en étions.
À la page 977 du Bosc et Gagnon, on trouve l'explication suivante: « Certaines conditions précises doivent être remplies pour la poursuite d’une étude entamée lors d’une session ou législature précédente[...] Ensuite, les comités doivent être constitués, c’est-à-dire se voir doter de membres et avoir un président. »
Le comité des finances n'a ni membre ni président. En fait, si les libéraux étaient vraiment cyniques, ils pourraient exploiter les tactiques parlementaires pour empêcher les comités de se pencher sur des questions de fond jusqu'en novembre.
Le 4 décembre 1992, la Chambre a été saisie d'une question de privilège portant sur l'intimidation d'une témoin ayant comparu devant un sous-comité de la Chambre. Dans le courant de son argumentaire, celui qui était alors leader parlementaire des libéraux, l'ex-député Don Boudria, a dit ceci — et l'on pourra retrouver la citation à la page 14360 des Débats:
[...] si jamais vous étiez tenté de juger que cette affaire relève du comité, ce qui est très peu probable, je tiens à vous signaler que les comités s'apprêtent à interrompre leurs travaux pour la période des Fêtes.
Cette affaire a été soumise à un sous-comité qui a déjà interrompu ses travaux pour les quelques prochains mois, ce qui fait que les témoignages ne pourraient certainement pas être entendus avant quelques mois, et pourraient peut-être ne pas être entendus du tout s'il y a prorogation du Parlement.
De son côté, le président Fraser a fait la déclaration suivante, que l'on trouvera à la page 14631 des Débats: « On a dit que le problème avait surgi dans un comité, et les députés m'ont souvent entendu dire que les problèmes peuvent habituellement être renvoyés au comité intéressé. Étant donné les circonstances qu'on m'a expliquées, je pense que ce n'est pas ce qu'il convient de faire cette fois-ci. »
Monsieur le Président, la plus récente décision que vous avez rendue relativement à une question de privilège portait sur une chose qui s'était produite pendant une réunion du comité plénier. Or, comme l'expliquent Bosc et Gagnon à la page 919 de leur ouvrage, « [u]ne fois que le comité [plénier] a terminé ses travaux, il cesse d'exister ».
Dans votre décision du 22 juillet 2020, à la page 2701 des Débats, vous avez dit: « Je conviens que les circonstances particulières de cette situation, à savoir principalement les contraintes entourant la formule de comité plénier, font qu'il est effectivement approprié de soulever la question auprès du Président. »
Je dirais que nous nous retrouvons essentiellement dans la même situation aujourd'hui en ce qui a trait aux comités permanents comme le comité des finances. Ils ont été dissous avec la prorogation. Ils n'ont pas été reconstitués depuis, et ils ne le seront peut-être pas pour un certain temps.
En ce qui concerne la situation actuelle, où les comités permanents ne sont pas constitués, je dirais en tout respect que vous devriez appliquer une décision semblable à votre décision de juillet et à la décision rendue par le Président Fraser en 1992. La prorogation a empêché le comité de se réunir et de faire rapport à la Chambre sur l'abus commis par le gouvernement. Ce problème pourrait s'aggraver en raison du temps nécessaire pour reconstituer les comités et des possibles tactiques dilatoires. La Chambre doit pouvoir remédier à ce manque de respect pour les travaux des comités.
Ayant établi les motifs pour lesquels j'estime qu'il y a de prime abord outrage à la Chambre, j'aimerais parler brièvement de la façon d'y remédier. Lorsqu'un député soulève une question de privilège, il dit toujours à la présidence qu'il est prêt à présenter la motion appropriée. Je suis également prêt à le faire. Cependant, j'aimerais citer le Président Milliken. Dans la décision de 2010 que j'ai déjà citée, il a posé, pour la forme, la question suivante, à la page 2044:
Les ouvrages que j’ai cités précédemment reconnaissent tous que la Chambre a le privilège de demander la production de documents et bon nombre d’entre eux font mention des compromis intervenant entre ceux qui cherchent à obtenir les renseignements et ceux qui les possèdent afin d’en arriver à une entente dans l’intérêt véritable de la population qu’ils servent.
[...]  Est-ce possible d’instaurer un mécanisme par lequel ces documents pourraient être mis à la disposition de la Chambre sans compromettre la sécurité et la confidentialité des renseignements qu’ils contiennent? Autrement dit, est-il possible pour les deux côtés de travailler ensemble dans l’intérêt véritable des Canadiens qu’ils servent, afin de trouver un moyen qui puisse concilier les intérêts de chacun? Ce n’est certainement pas un souhait utopique.
Cette notion de décision de prime abord forçant la négociation d'une entente avant que l'affaire soit traitée au moyen d'une motion et d'un vote a été reprise par le président Levac le 13 septembre 2012, à la page 5 des Procès-verbaux de l'Assemblée législative de l'Ontario. Cette décision devrait dire quelque chose à certains libéraux, en face, en particulier aux membres du personnel politique du Cabinet du premier ministre. Elle concerne le non-respect, par le gouvernement de Dalton McGuinty, d'un ordre de production de documents relatifs au scandale des centrales électriques au gaz naturel.
Bon nombre de ceux qui ont participé à cette opération des libéraux en Ontario ont ensuite pris l'autoroute 401 pour se rendre à Ottawa, certains en profitant même pour demander le remboursement de frais exorbitants, et ils ont apporté leur manuel de stratégie dans la capitale nationale. Il y en a un cependant qui n'a pas pu venir à Ottawa: le chef de cabinet de Dalton McGuinty. Il a été condamné à la prison pour le rôle qu'il avait joué dans la destruction des documents liés au scandale des centrales au gaz, alors il va sans dire que les députés de l'opposition ont bien hâte de mettre la main sur l'ensemble des documents liés au traitement de faveur accordé par le premier ministre à ses amis d'UNIS relativement à une entente conclue sur le dos des contribuables canadiens.
Les conservateurs sont prêts à agir de façon constructive et raisonnable si le résultat est l'obtention rapide des documents concernés. Il est possible que, pendant que vous prenez ces questions en délibéré, nous en arrivions à un compromis acceptable. Je lance une idée: parmi les députés de l'opposition officielle, plusieurs sont des conseillers privés alors un ou plusieurs d'entre eux, puisqu'ils ont prêté serment pour devenir membres du Conseil privé, pourraient consulter les documents et confirmer aux autres députés que le gouvernement avait raison de les caviarder.
Je suis conscient que cette solution n'est peut-être pas optimale pour les députés des deux autres partis de l'opposition. Le gouvernement aurait aussi l'option de tout simplement permettre au légiste et conseiller parlementaire et à son équipe d'avocats d'examiner les documents originaux afin qu'ils puissent rassurer les députés. Je souligne en passant que la conseillère spéciale du légiste parlementaire a déjà été la chef de cabinet de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural, donc je doute que les libéraux opposent de graves objections à cette façon de procéder. Peu importe, là où je veux en venir, c'est que nous pourrions trouver une solution si les libéraux nous permettaient d'en discuter.
Cela dit, si après les discussions nous ne parvenons pas rapidement à un compromis, je suis tout à fait disposé à prendre les mesures nécessaires, c'est-à-dire à présenter une motion, pour permettre à la Chambre de se prononcer sur cette question.
J'aimerais maintenant intervenir au sujet du deuxième élément permettant d'établir qu'il y a présomption d'outrage: le manque d'honnêteté du Cabinet du premier ministre à propos du caviardage des documents par le légiste parlementaire.
Le Bosc-Gagnon explique cet outrage. À la page 81, on peut lire:
Il existe toutefois d’autres affronts contre la dignité et l’autorité du Parlement qui peuvent ne pas constituer une atteinte aux privilèges comme telle. Ainsi, la Chambre revendique le droit de punir au même titre que l’outrage tout acte qui, sans porter atteinte à un privilège précis, nuit ou fait obstacle à la Chambre, à un député ou à un haut fonctionnaire de la Chambre dans l’exercice de ses fonctions, ou transgresse l’autorité ou la dignité de la Chambre, par exemple la désobéissance à ses ordres légitimes ou des propos diffamatoires à son endroit ou à l’endroit de ses députés ou hauts fonctionnaires.
Il vaut la peine de mentionner que l'entrée correspondante en Nouvelle-Zélande, à la page 763 de la quatrième édition de l'ouvrage Parliamentary Practice in New Zealand, précise que la notion de propos diffamatoires englobe les calomnies. Quoi qu'il en soit, à la page 81, le Bosc-Gagnon explique la portée de l'outrage au Parlement comme suit:
La Chambre des communes, en exerçant son pouvoir de réprimer l’outrage, dispose d’une très grande latitude pour défendre sa dignité et son autorité. En d’autres termes, elle peut considérer toute inconduite comme un outrage et la traiter en conséquence. [...]
Dans les pays du Commonwealth, la plupart des experts en procédure affirment que, à la différence des privilèges, les cas d’outrage ne peuvent être dénombrés ni classés.
Soyons clairs: M. Dufresne est, bien entendu, un haut fonctionnaire de la Chambre des communes. Ainsi, dans la Jurisprudence parlementaire de Beauchesne, sixième édition, le commentaire 219 nous rappelle ceci: « Les hauts fonctionnaires de la Chambre des communes sont le greffier de la Chambre, le sergent d'armes, le légiste et conseiller parlementaire, le sous-greffier et les greffiers adjoints. »
Le Cabinet du premier ministre, pour se dépêtrer d'un scandale qui a éclaboussé l'ensemble du gouvernement et mis fin à la carrière d'un ministre des Finances, a menti sur le travail de M. Dufresne et tenté de lui faire porter le chapeau. Qui plus est, le personnel du premier ministre a demandé à un député, celui de Parkdale—High Park, d'aller à la télévision débiter des boniments sur le légiste. Maingot, à la page 261, fait observer que: « À l'instar d'un tribunal, la Chambre des communes a droit au plus grand respect. Par conséquent, quelqu'un qui publie des remarques diffamatoires à son propos se rend coupable d'outrage à la Chambre. »
En effet, dans une affaire concernant la diffamation d'un cadre supérieur, le président Tusa de l'Assemblée législative de la Saskatchewan, le 24 juin 1987, à la page 79 des Journaux, conclut qu'il y avait de prime abord une question de privilège concernant des remarques qui « auraient pu nuire à la crédibilité de la conseillère parlementaire et légiste ». L'Assemblée législative a adopté par la suite la motion suivante:
Que la Chambre accepte les excuses du ministre de la Justice concernant ses attaques publiques visant la crédibilité du conseiller législatif et légiste, et qu'elle confirme que ces remarques constituaient une atteinte aux privilèges de cette Assemblée.
Le 29 octobre 1980, la Présidente Sauvé a émis une opinion sur ce qui constitue un seuil approprié lorsqu'on dit des faussetés. Voici ce qu'on peut lire à la page 4213 des Débats:
Comme les députés le savent sans doute, le mot « faux » n'admet qu'une seule interprétation dans les débats de la Chambre des communes, et c'est une interprétation péjorative jugée non parlementaire quand le mot s'adresse à un autre député. Bien que le mot ait un sens moins sinistre dans le contexte de l'outrage, il me semble que pour être assimilées à un outrage, les démarches ou les déclarations relatives à nos délibérations ou à la participation des députés devraient non seulement être erronées ou inexactes, mais plutôt être délibérément fausses ou inconvenantes et comprendre un élément de tromperie. Pour être fausse dans le contexte de l'outrage, une interprétation de nos délibérations doit [...] de toute évidence avoir été déformée de propos délibéré. [...] Mon rôle, par conséquent, consiste à interpréter les passages du document en question, mais non en fonction de leur substance. Je dois plutôt chercher à découvrir si, de prime abord, ils donnent une interprétation tellement déformée des événements ou des observations qui ont caractérisé nos délibérations qu'on ne peut de toute évidence éviter de les taxer de « faux ».
De toute évidence, le Cabinet du premier ministre savait à qui il incombait de caviarder les documents fournis par le gouvernement au Comité des finances lorsqu'il baratinait les journalistes et arrangeait des entrevues télévisées pour le secrétaire parlementaire du ministre de la Justice.
Il ne s'agit pas ici d'une femme ou d'un homme lambda à North Bay qui suit peut-être nos travaux de loin par l'entremise des médias. Il s'agit plutôt d'un acteur clé d'un scandale impliquant un fonctionnaire réputé, un greffier de la Chambre — un scandale dans lequel des faits ont été déformés et présentés d'une façon délibérément fausse et qui comprend un élément de tromperie manifeste.
Comme l'a fait valoir le Président Tusa de l'Assemblée législative de la Saskatchewan le 23 mai 1989, à la page 94 des Journaux, « la Chambre a le devoir de protéger ses fonctionnaires ». Cela touche l'essence même de ma question de privilège.
On dit beaucoup de choses sur nous, les députés, dans le cadre de notre travail. Pour répliquer et nous défendre, nous avons cependant accès à de nombreuses tribunes, dont la plus remarquable d'entre toutes: la Chambre des communes. Nos greffiers, qui nous assurent un appui indéfectible et un service si précieux, n'ont toutefois pas cette possibilité. S'ils tentaient tout de même le coup, ils risqueraient alors de compromettre leur neutralité. Il nous revient donc, ainsi qu'à la Chambre dans son ensemble, de protéger nos greffiers au Bureau.
Voilà pourquoi je vous demande, monsieur le Président, de conclure de prime abord à un outrage en ce qui concerne la diffamation commise par le Cabinet du premier ministre et le secrétaire parlementaire quant au rôle joué par le légiste pour faire obstacle à la transparence et enfreindre une ordonnance du comité. Nous devons protéger le personnel de la Chambre, qui travaille très fort, contre l'exploitation, en l'occurrence l'exploitation mensongère à des fins politiques.
Monsieur le Président, si vous jugez qu'il y a eu de prime abord outrage à la Chambre, je suis disposé à présenter la motion appropriée.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2020-09-24 11:10 [p.34]
Expand
I thank the hon. member for his submission. I will take it under advisement and return to the House.
Je remercie le député d'avoir exposé son point de vue. Je vais prendre la question en délibéré et je ferai part de ma décision à la Chambre.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-09-24 11:10 [p.34]
Expand
Mr. Speaker, I think you will find that the government did in fact comply with the motion as adopted by the committee. However, it is disappointing that in a time that we are facing a second wave of a pandemic, the Conservatives want to use this time in the House to play partisan politics and talk about the WE Charity rather than focus on providing the help that Canadians need.
I will get the opportunity to review the many comments put on the record by the member opposite and will provide further comment in the coming days.
Monsieur le Président, je pense que vous constaterez que le gouvernement s'est effectivement conformé à la motion telle qu'adoptée par le comité. Cependant, il est décevant qu'au moment où nous sommes confrontés à la deuxième vague de la pandémie, les conservateurs souhaitent utiliser le temps à la Chambre pour faire de la politique partisane et parler de l'organisme UNIS plutôt que de s'occuper d'offrir l'aide dont les Canadiens ont besoin.
J'aurai l'occasion de passer en revue les nombreux commentaires formulés par le député d'en face et je reviendrai sur le sujet dans les prochains jours.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2020-09-24 11:11 [p.34]
Expand
The hon. member for La Prairie wishes to speak to the question of privilege.
L'honorable député de La Prairie aimerait se prononcer sur la question de privilège.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-24 11:11 [p.34]
Expand
Mr. Speaker, we would like to reserve the right to respond to this question of privilege at a later date.
Monsieur le Président, nous aimerions nous réserver le droit de réagir à cette question de privilège à une date ultérieure.
Collapse
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2020-09-24 11:11 [p.34]
Expand
I would like to take a few minutes to add some comments to the excellent presentation given by my colleague from Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes.
I would like to add some points, in part because it was my NDP motion that was brought forward to the finance committee on July 7. I very carefully wrote that motion to ensure that any redactions necessary be made by the Office of the Law Clerk and Parliamentary Counsel at the House of Commons. The idea was very clear that any redactions to take place would only be made through the Office of the Law Clerk. As members are well aware, all MPs from all parties voted for that motion. Therefore, this is not a partisan issue it all; it is an issue of ensuring that the privileges of the House of Commons are maintained.
It was with shock and consternation that the same day we became aware of this, through the Office of the Law Clerk writing to the clerk of the Standing Committee on Finance, saying very clearly that departments had made certain redactions to the documents on grounds that were not contemplated in the order of the committee and also stating, ”As my Office has not been given the opportunity to see the unredacted documents, we are not able to confirm whether those redactions are consistent with the order of the Committee”, the committee was shut down.
Of course, the committee would have acted immediately, but as the member points out, at the very same moment we became aware of the censorship of these documents, of which there are 5,000 pages, with 1,000 of them completely or substantially altered and censored, Parliament was prorogued, and the committee will not be meeting again potentially for several weeks.
As the House is aware, and as the member has cited, this work of the finance committee comes through an order of the House of Commons. Unanimously, because of the pandemic, we agreed at that time that the finance committee would provide oversight for all spending related to the pandemic. Surely, in this case, it means the House of Commons was mandating the finance committee to do that work.
As members know, Standing Order 108 states, “Standing committees shall be severally empowered to examine and enquire into all such matters as may be referred to them by the House....” This is clearly what happened in this case.
As the member has cited, chapter 20 of House of Commons Procedure and Practice, which we very clearly follow as a bible with respect to the directions it provides us, states:
The Standing Orders do not delimit the power to order the production of papers and records. The result is a broad, absolute power that on the surface appears to be without restriction. There is no limit on the types of papers likely to be requested; the only prerequisite is that the papers exist in hard copy or electronic format, and that they are located in Canada. They can be papers originating from or in the possession of governments....
Clearly, a House of Commons mandate was given to the finance committee and the committee was endeavouring to provide that oversight.
Unanimously, on July 7, with the support of all members from all parties, an order was made for the production of papers. On August 18, we found out they had been censored or substantially redacted. Over 1,000 pages had basically been wholly or substantially blacked out.
I know other members will be intervening on this, hopefully today, because it is important that you, Mr. Speaker, be given the opportunity to come to a rapid decision in this respect.
The decision made on April 27, 2010, by Speaker Milliken against the Harper government at the time. states the following:
It is the view of the Chair that accepting an unconditional authority of the executive to censor the information provided to Parliament would in fact jeopardize the...separation of powers that is purported to lie at the heart of our parliamentary system and the independence of its constituent parts. Furthermore, it risks diminishing the inherent privileges of the House and its members, which have been earned and must be safeguarded.
He also stated:
...procedural authorities are categorical in repeatedly asserting the powers of the House in ordering the production of documents. No exceptions are made for any category of government documents, even those related to national security.
At the time, he was referring to the Special Committee on the Canadian Mission in Afghanistan.
My caucus and I are of the opinion this definitely constitutes a question of privilege. If a debate were to be held on this matter, our caucus would be ready to participate because this matter is extremely important to parliamentary privilege.
J'aimerais prendre quelques minutes pour ajouter quelques commentaires à l'excellente présentation de mon collègue de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes.
J'aimerais ajouter des précisions, en partie parce que c'est ma motion, en tant que néo-démocrate, qui a été présentée au comité des finances le 7 juillet dernier. J'avais pris soin de rédiger la motion de façon à ce que toute expurgation nécessaire soit effectuée par le Bureau du légiste et conseiller parlementaire de la Chambre des communes. Il était très clair que toute expurgation ne devait être apportée que par l'entremise du Bureau du légiste. Comme les députés le savent, tous les députés de tous les partis avaient voté en faveur de cette motion. Par conséquent, ce n'est aucunement un cas de partisanerie; la question est de veiller à préserver les privilèges de la Chambre des communes.
Le jour même où nous avons été informés de la situation, j'ai été choqué et consterné d'apprendre qu'une lettre préparée par le Bureau du légiste à l'intention du greffier du Comité permanent des finances énonçait très clairement que les ministères avaient caviardé les documents pour des motifs qui n'étaient pas prévus dans l'ordonnance du Comité. Il est écrit: « Étant donné que mon bureau n'a pas eu l'occasion de voir les documents non caviardés, nous ne sommes pas en mesure de confirmer si les caviardages sont conformes à l'ordonnance du Comité. » Par la suite, le comité a été contraint de cesser ses travaux.
Bien sûr, le comité aurait pris immédiatement des mesures, mais, comme l'a souligné le député, au moment même où nous nous sommes rendu compte que, sur les 5 000 pages de documents reçus, 1 000 pages avaient été en totalité ou en grande partie altérées et censurées, le Parlement a été prorogé. Par conséquent, le comité ne pourra probablement se réunir que dans plusieurs semaines.
Comme le savent les députés, et comme le député vient de le dire, cette enquête du Comité permanent des finances découle d'un ordre de la Chambre des communes. En raison de la pandémie, nous avons convenu à l'unanimité que le comité des finances assurerait la surveillance de toutes les dépenses liées à la gestion de celle-ci. De toute évidence, dans ce cas, c'est la Chambre des communes qui a confié ce travail au comité des finances.
Comme le savent les députés, l'article 108 du Règlement prévoit ceci: « Les comités permanents sont autorisés individuellement à faire étude et enquête sur toutes les questions qui leur sont renvoyées par la Chambre ». C'est manifestement ce qui s'est passé dans le cas dont nous parlons.
Comme l'a dit le député, le chapitre 20 de La procédure et les usages de la Chambre des communes, qui est très clairement notre bible et qui guide notre conduite, précise ceci:
Le libellé du Règlement ne circonscrit pas les contours du pouvoir d’exiger la production de documents et de dossiers. Il en résulte un pouvoir général et absolu qui ne comporte a priori aucune limitation. La nature des documents qui sont susceptibles d’être exigés est indéfinie, les seuls préalables étant qu’ils soient existants, peu importe qu’ils soient en format papier ou électronique, et qu’ils soient au Canada. Il peut s’agir de documents et dossiers qui émanent ou qu’ont en leur possession des gouvernements [...]
De toute évidence, la Chambre des communes a confié un mandat au comité des finances, lequel s'efforçait de faire le travail requis.
Un ordre de production de documents a été adopté à l'unanimité, par les députés de tous les partis, le 7 juillet. Le 18 août, nous avons découvert que les documents en question avaient été censurés ou considérablement caviardés. Plus de 1 000 pages avaient été essentiellement masquées en totalité ou en grande partie.
Je sais que d'autres députés interviendront à ce sujet. J'espère que ce sera aujourd'hui même, puisqu'il est important, monsieur le Président, que vous puissiez prendre rapidement une décision dans cette affaire.
La décision rendue le 27 avril 2010 par le Président Milliken contre le gouvernement Harper de l'époque dit ce qui suit:
La présidence est d'avis que le fait d'admettre que l'organe exécutif jouit d'un pouvoir inconditionnel de censurer les renseignements fournis au Parlement compromettrait en fait la séparation des pouvoirs censée reposer au coeur même de notre régime parlementaire, ainsi que l'indépendance des entités qui le composent. En outre, cela risquerait d'affaiblir les privilèges inhérents de la Chambre et de ses députés, privilèges qui ont été acquis et qui doivent être protégés.
Il a aussi déclaré que:
[…] les ouvrages de procédure affirment catégoriquement, à bon nombre de reprises, le pouvoir qu'a la Chambre d'ordonner la production de documents. Ils ne prévoient aucune exception pour aucune catégorie de documents gouvernementaux, même ceux qui ont trait à la sécurité nationale.
À l'époque, il faisait référence au Comité spécial sur la mission canadienne en Afghanistan.
À mon avis et à celui de notre caucus, il n'y a aucun doute qu'il se trouve ici matière à question de privilège. Si un débat est déclenché à ce sujet, notre caucus sera prêt à y participer puisque cette question est extrêmement importante pour le privilège parlementaire.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2020-09-24 11:17 [p.35]
Expand
I thank hon. members.
Je remercie les députés.
Collapse
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-09-24 11:17 [p.35]
Expand
Mr. Speaker, I am rising today to speak on behalf of Canada's Conservatives and the official opposition to respond to the government's Speech from the Throne.
I will be sharing my time with my colleague from Louis-Saint-Laurent, the House Leader of the Official Opposition.
We heard another Liberal Speech from the Throne. It was another speech full of recycled Liberal promises, with grand gestures and lofty visions, but with no real plan to deal with the pandemic, no real plan to deal with the urgent health care needs of the provinces, no real plan to deal with the lack of jobs and no real plan to deal with Canadian unity issues or western alienation. There was no plan to deal with the economy.
The Liberal Speech from the Throne was full of the same old promises and recycled ideas that we have all been hearing for years and years. Many of these promises have been unfulfilled and they leave countless people behind.
I am talking about people like the single mom from Burlington who has to choose between staying home with her sick kids and picking up another shift at the local Subway to pay the rent. I am talking about the fish harvester down east who is not sure how they are going to afford their next season. I am talking about the producer in Brandon, Manitoba burdened by the carbon tax and worried about a trade war keeping their goods from market. I am talking about the dad in Hinton, Alberta who does not know what he is going to do when the bank's mortgage deferral program comes to an end.
I am talking about the family in Cantley, Quebec that is trying to get their minivan to last through just one more winter, and they cannot afford an electric car. I am talking about the people who drive Ford 150s, like thousands of Canadians. They are tired of being insulted by Liberal elites. I am talking about the family in Yukon that runs a fly-in guide outfitting business. They rely almost entirely on international tourism.
These are the people that Conservatives are standing up for. These are the people who we know have been left behind in this Liberal Speech from the Throne.
Let us just make sure that it is clear: The Prime Minister shut down Parliament. He prorogued Parliament, he shut down committees and he stopped everything dead in its tracks when he was being exposed for his scandal. Why was this? He said he was going to present a Speech from the Throne that would give Canadians a plan. It did none of that. It is clear the only reason the Prime Minister prorogued Parliament was to cover up and distract from his own scandal.
It is also very disturbing that there was no plan to deal with this pandemic. When our leader spoke with the Prime Minister last week, he asked the Prime Minister to ensure that Canadians had better and faster access to COVID testing options. It is vitally important right now that Canadians have options to get tested for COVID and they get the results back in a timely manner. It is unacceptable that we trust countries such as Japan, Germany and the U.S. with our national security intelligence, but we do not trust their approval of 15-minute saliva tests.
Just last March, the Prime Minister promised that rapid testing for Canadians would be his top priority. Half a year and half a trillion dollars later, Canadian families are still waiting in line for hours and sometimes days for tests, let alone for results. The Prime Minister has failed to deliver. Maybe the wealthy, well-connected friends of the Liberal elite can afford to stay quarantined. Maybe they can afford to wait, but hard-working Canadians cannot afford to take weeks off to quarantine if they come up in a contact-tracing list. They deserve a plan and they deserve to have some hope.
There was no commitment to increase health transfers, which was the provinces' top ask. Instead of giving the provinces the resources they need to fight the pandemic, the Liberals are once again interfering in provincial jurisdiction.
Last week, on behalf of the provinces, Premiers Kenney, Pallister, Ford and Legault were here in Ottawa, presenting a united front and asking the federal government to do the right thing by providing appropriate health care funding to the provinces with no strings attached. Contrary to what the Prime Minister thinks, and who believes Ottawa knows best, it is the provinces that are best placed to deal with issues that fall within provincial jurisdiction.
Last week, to highlight the extent of the health care funding problem, my premier, Manitoba's Premier Pallister, explained it this way. He said that never has there been a higher demand for health care, never have federal contributions to health care been so low and, because of this, never have wait times been so long. This was before the pandemic even started. Now, with the second wave of the pandemic upon us, people are hurting and sometimes even dying because the federal government is not giving the provinces the health care funding they need to look after their people.
Furthermore, the Canadian Medical Association had this to say about the failure of the current Liberal Prime Minister's Speech from the Throne. It stated:
...today's speech falls short of delivering on the promise of ensuring a resilient health care system and keeping Canadians healthy.
The top issue we are dealing with today is a health crisis, and the Liberals failed to address it in the Speech from the Throne. It is absolutely unacceptable. While I could continue on the issue of health care, I know that my colleague, the hon. member for Calgary Nose Hill and our shadow minister for health, will have a lot more to say during this debate and during the days and weeks ahead.
I want to close my remarks today with a very important issue. I understand that for some who are here in the east it may not be top of mind. For those who live in Ontario, Quebec and maybe the Atlantic provinces, I fully understand and I can see why they do not see this as top of mind. I wish the Prime Minister would help to bring it to the forefront. It is the issue of unity in this country and the issue of the western provinces, including the one I come from, feeling alienated by the Prime Minister and the current government. The Prime Minister likes to say that we are stronger when we are united and we are all in this together, yet our country is more divided than ever.
Our Conservative leader made it clear during his first call with the Prime Minister that if the Prime Minister is serious he must make addressing national unity concerns and western alienation a priority. However, there is not a single thing in the throne speech to even acknowledge that there is a problem.
Our government needs to show Canadians that it values and respects all of them and their contributions to this country. This respect starts with an understanding that revenue generated by various resources in each region of the country helps to build roads, hospitals and infrastructure in other parts of the country and not just in the provinces where the resources are found. The lack of respect by the Prime Minister for our natural resource industries is unacceptable because these industries form the backbone of our economy.
In the words of Alberta premier Jason Kenney:
In a 6,783 word throne speech, not one word recognized the crisis facing Canada’s largest industry: the energy sector that supports 800,000 jobs.... Instead, we got a litany of policies that would strangle investment and jeopardize resource jobs when we most need the industry that generates 20 percent of government revenues in Canada.
To highlight the failure of the Liberal government to deal with the issues facing Alberta, Premier Kenney went on to say:
Alberta is disappointed that instead of listening to Canada’s provinces, the federal government doubled down on policies that will kill jobs, make Canada poorer and weaken national unity.
In fact, agriculture, forestry and energy resources were not mentioned once in this speech. This is completely unacceptable given that we found out yesterday that Canada recorded its largest ever drop in natural resources employment in the second quarter.
Under the leadership of the hon. member for Durham, Canadians can rest assured that we will hold the Prime Minister and the Liberal government to account. We will not support this Speech from the Throne, but we will put forward a plan that keeps Canadians safe, protects jobs and gets our country back on track.
Monsieur le Président, j'interviens aujourd'hui afin de réagir au discours du Trône au nom des conservateurs du Canada et de l'opposition officielle.
Je vais partager mon temps avec mon collègue de Louis-Saint-Laurent, le leader à la Chambre de l'opposition officielle.
Nous avons entendu un autre discours du Trône de la part des libéraux. Il s'agit d'un autre discours truffé de promesses libérales recyclées, de gestes grandioses et de visions emphatiques, mais sans véritable plan pour vaincre la pandémie, pour répondre aux besoins urgents des provinces en matière de soins de santé, pour remédier à la pénurie d'emplois et régler le problème d'unité nationale ou de l'aliénation de l'Ouest. Il ne présente pas de plan pour prendre en main l'économie.
Le discours du Trône des libéraux contient les mêmes vieilles promesses et les mêmes idées qu'on nous rabâche depuis des années. Beaucoup de ces promesses n'ont pas été tenues et d'innombrables personnes ont été laissées pour compte.
Je parle ici de la mère seule de Burlington, qui doit choisir entre demeurer à la maison avec ses enfants malades ou accepter un quart de travail supplémentaire au Subway du coin afin de pouvoir payer le loyer. Je parle du pêcheur de l'Est du pays, qui ignore s'il aura les moyens d'entreprendre la prochaine saison. Je parle du producteur de Brandon, au Manitoba, accablé par la taxe sur le carbone et préoccupé par une guerre commerciale qui l'empêche d'écouler sa récolte sur le marché. Je parle du papa de Hinton, en Alberta, qui ne sait pas ce qu'il fera lorsque prendra fin le programme de report des paiements hypothécaires.
Je parle également de la famille de Cantley, au Québec, qui cherche à faire en sorte que sa fourgonnette réussisse à traverser un hiver de plus et qui n'a pas les moyens de se payer un véhicule électrique. Je parle des milliers de Canadiens qui conduisent une Ford 150. Toutes ces personnes en ont par-dessus la tête de se faire insulter par les élites libérales. Je parle de la famille au Yukon qui exploite une pourvoirie uniquement accessible par avion et qui dépend presque exclusivement des touristes étrangers.
Voilà les personnes que les conservateurs défendent. Voilà les personnes que le discours du Trône à la sauce libérale a laissées pour compte.
Mettons les choses au clair: le premier ministre a mis le cadenas sur le Parlement. Lorsque son scandale a été mis au jour, il a prorogé le Parlement et il a mis fin aux travaux des comités. Il a brusquement appliqué les freins, sur tous les plans. Dans quel but? Il a affirmé vouloir présenter un discours du Trône qui proposerait un plan aux Canadiens. Or, il n'en est rien. De toute évidence, si le premier ministre a prorogé le Parlement, c'est strictement pour dissimuler et faire oublier son scandale.
Le fait qu'il n'y ait aucun plan de lutte contre la pandémie est aussi très troublant. Lorsque notre chef a discuté avec le premier ministre la semaine dernière, il lui a demandé d'assurer aux Canadiens un accès plus rapide et plus efficace aux tests de dépistage de la COVID. Il est extrêmement important en ce moment que les Canadiens puissent subir un test et qu'ils obtiennent les résultats rapidement. Il est inacceptable que nous accordions notre confiance à des pays comme le Japon, l'Allemagne et les États-Unis pour les questions de sécurité nationale et de renseignement, mais que nous ne puissions faire de même pour les tests salivaires qu'ils ont approuvés, des tests donnant des résultats en 15 minutes.
Pas plus tard qu'en mars dernier, le premier ministre a promis de faire de l'accélération du dépistage sa grande priorité. Six mois plus tard, après des dépenses d'un demi-billion de dollars, les familles canadiennes doivent toujours attendre des heures, et parfois des jours, pour passer un test. Sans parler du délai pour obtenir les résultats. Le premier ministre n'a pas tenu parole. Les riches amis bien placés de l'élite libérale peuvent peut-être se permettre de rester en quarantaine. Il est possible qu'ils aient le luxe d'attendre. Les travailleurs canadiens, eux, ne peuvent pas se permettre de s'isoler pendant des semaines si la recherche de contacts remonte jusqu'à eux. Ils méritent qu'on leur propose un plan et ils méritent d'avoir un peu d'espoir.
Il n'a pas été question d'augmenter les transferts en santé. C'était la principale demande des provinces. Au lieu de donner aux provinces les ressources dont elles ont besoin pour lutter contre la pandémie, les libéraux empiètent encore une fois sur les champs de compétence provinciaux.
La semaine dernière, les premiers ministres Kenney, Pallister, Ford et Legault sont venus à Ottawa, au nom des provinces, pour présenter un front uni et demander au gouvernement fédéral de faire ce qui s'impose en fournissant un financement approprié pour les soins de santé sans y assortir de conditions. Contrairement à ce que pense le premier ministre, qui croit que le gouvernement fédéral a toujours raison, les provinces sont les mieux placées pour s'occuper des dossiers de compétence provinciale.
Afin de mettre en lumière la gravité du problème de financement des soins de santé, la semaine dernière, le premier ministre Pallister du Manitoba, ma province, a affirmé que la demande de services de santé n'avait jamais été aussi forte, que la contribution fédérale en matière de santé n'avait jamais été si faible et que, par conséquent, les temps d'attente étaient plus longs que jamais auparavant. Cette situation existait déjà avant la pandémie. Maintenant, à l'aube d'une seconde vague, les gens sont pénalisés et certains meurent parce que le gouvernement fédéral n'accorde pas aux provinces un financement leur permettant d'offrir les services de santé dont leur population a besoin.
Qui plus est, voici ce que l'Association médicale canadienne avait à dire au sujet des lacunes du discours du Trône présenté par l'actuel premier ministre:
[...] le discours du Trône d'aujourd'hui ne tient pas la promesse du gouvernement d'offrir un système de santé résilient et d'assurer la bonne santé de la population canadienne.
Le principal problème auquel nous nous heurtons aujourd'hui est la crise sanitaire, mais les libéraux n'en ont pas fait mention dans le discours du Trône. C'est carrément inacceptable. Je pourrais continuer à parler des soins de santé, mais je sais que ma collègue, la députée de Calgary Nose Hill et ministre de la santé du cabinet fantôme aura beaucoup plus à dire à ce sujet dans le cadre du présent débat et dans les jours et les semaines à venir.
Je conclurai sur une question très importante. Je comprends que ce ne soit pas nécessairement une question prioritaire pour certains ici dans l'est du pays. Je comprends tout à fait que ce ne soit pas la question qui intéresse le plus les gens qui habitent en Ontario, au Québec et, peut-être aussi, dans les provinces de l'Atlantique. J'aimerais bien que le premier ministre contribue à la porter à l'avant-plan. Je parle de la question de l'unité du pays et du cas des provinces de l'Ouest, dont celle que j'habite, qui ont l'impression d'être laissées de côté par le premier ministre et le gouvernement actuel. Le premier ministre aime dire que nous sommes plus forts lorsque nous sommes unis et que nous sommes tous dans la même situation. Or, le pays est plus divisé que jamais.
Le chef conservateur a dit clairement au premier ministre lors de sa première conversation téléphonique avec lui que, s'il était sérieux, il devait faire des questions de l'unité nationale et de la désaffection de l'Ouest une priorité. Or, il n'y a pas un seul élément du discours du Trône qui reconnaît même l'existence d'un problème à cet égard.
Le gouvernement doit montrer aux Canadiens qu'il les apprécie et les respecte tous, ainsi que les contributions qu'ils apportent au pays. Pour cela, il faut d'abord comprendre que les recettes générées par les diverses ressources dans chaque région du pays contribuent à la construction de routes, d'hôpitaux et d'infrastructures dans d'autres régions du pays et pas seulement dans les provinces où se trouvent ces ressources. Le manque de respect dont fait preuve le premier ministre à l'égard de nos industries des ressources naturelles est inacceptable, car ces industries constituent l'épine dorsale de l'économie.
Selon les mots du premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney:
Dans un discours du Trône de 6 783 mots, pas un seul mot pour évoquer la crise à laquelle est confrontée la plus grande industrie du Canada: le secteur de l'énergie qui soutient 800 000 emplois.... Au lieu de cela, nous avons eu droit à une litanie de politiques qui, si elles sont mises en œuvre, étrangleront les investissements et mettront en péril les emplois dans le secteur des ressources, à un moment où nous avons le plus grand besoin de l'industrie qui génère 20 % des recettes de l'État au Canada.
Pour souligner l'incapacité du gouvernement libéral à traiter les problèmes auxquels l'Alberta est confrontée, le premier ministre Kenney poursuit en ces termes:
L'Alberta est déçue de constater qu'au lieu d'écouter les provinces du Canada, le gouvernement fédéral rajoute des politiques qui vont faire disparaître des emplois, appauvrir le pays et affaiblir l'unité nationale.
En fait, l'agriculture, la foresterie et les ressources énergétiques n'ont pas été mentionnées une seule fois dans ce discours. C'est d'autant plus inacceptable que nous apprenions hier que le Canada a enregistré au deuxième trimestre la plus forte baisse de l'emploi dans le secteur des ressources naturelles de son histoire.
Sous la direction du député de Durham, les Canadiens peuvent être assurés que nous demanderons des comptes au premier ministre et au gouvernement libéral. Nous n'appuierons pas ce discours du Trône, mais nous présenterons un plan qui garantira la sécurité des Canadiens, protégera les emplois et remettra notre pays sur les rails.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-09-24 11:27 [p.37]
Expand
Mr. Speaker, we on the government's side recognize the importance of working with the provinces, territories and other stakeholders to do what we can to minimize the negative impact of a second wave.
I would like to provide a quote from the Premier of Manitoba. It is a response to the safe restart agreement that contradicts most of what the deputy leader of the Conservative Party says. The letter states:
This federal funding will help support work already undertaken by the Government of Manitoba to increase daily testing capacity from a baseline of 1,000 tests to more than 3,000 tests per day.
It further states:
The Government of Canada will provide $700 million to support health care system capacity to respond to a potential future wave of COVID-19. A further $500 million will address immediate needs and gaps in the support and protection of people experiencing challenges related to mental health, substance use or homelessness. This investment will help to keep Canadians safe and healthy with the health care supports they need.
Does the member agree that it is time we get co-operation from the official opposition, as we are receiving it even from Conservative premiers in Canada?
Monsieur le Président, le gouvernement reconnaît l'importance de collaborer avec les provinces, les territoires et les autres parties prenantes pour faire ce que nous pouvons afin de réduire au minimum les répercussions d'une deuxième vague.
J'aimerais citer le premier ministre du Manitoba. Il s'agit d'une lettre de réponse concernant l'Accord sur la relance sécuritaire, qui contredit en grande partie les propos de la chef adjointe du Parti conservateur. Voici ce qu'on peut y lire :
Ce financement fédéral appuiera les travaux que le gouvernement du Manitoba a déjà entrepris pour augmenter sa capacité de dépistage et faire passer le nombre de tests effectués quotidiennement de 1 000 à plus de 3 000.
On peut lire ensuite:
Le gouvernement du Canada versera 700 millions de dollars pour renforcer la capacité des systèmes de santé à réagir à une éventuelle nouvelle vague de COVID-19. Un montant supplémentaire de 500 millions de dollars permettra de répondre aux besoins immédiats et d’éliminer certaines lacunes dans l’aide et la protection accordées aux personnes qui éprouvent des problèmes de santé mentale, de toxicomanie ou d’itinérance. Cet investissement aidera à assurer la santé et la sécurité des Canadiens et à leur fournir les soins de santé dont ils ont besoin.
La députée convient-elle qu'il est temps que l'opposition officielle collabore avec le gouvernement? Après tout, même les premiers ministres conservateurs du Canada sont prêts à le faire.
Collapse
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-09-24 11:29 [p.37]
Expand
Mr. Speaker, as an opposition, the Conservatives have shown ourselves to be very co-operative since the pandemic hit in passing emergency legislation. We had to be very careful because we saw the Liberal government try to make a power grab during the pandemic. We had to be careful, but we have been very co-operative. I will take no lectures from my colleague from Manitoba on the Liberal side regarding co-operating. We have done our fair share of co-operating.
Today is the day, and the opposition will take this day, to stand up for Canadians who are left behind by the Liberals. This is not just about throwing money at something. This is money that the Liberals are very good at promising and very bad at delivering, as we have seen over the last five years. The money never gets to its intended place. We saw this when times were good and the Liberals were promising money for infrastructure. We can ask Manitoba how far that money went and whether it was even delivered. I can say it did not get to its intended place.
We are not impressed by Liberal promises. We have heard them. We have seen them. We got the T-shirt.
Monsieur le Président, en tant que députés de l'opposition, les conservateurs se sont montrés très coopératifs depuis le début de la pandémie afin que des mesures législatives d'urgence soient adoptées. Nous avons dû être très vigilants, car nous avons vu le gouvernement tenter d'abuser de son pouvoir pendant la pandémie. Nous avons dû faire preuve de prudence, mais nous avons été très coopératifs. Je n'ai pas de leçon à recevoir de mon collègue libéral manitobain en ce qui concerne la collaboration. Nous avons apporté notre juste contribution à cet égard.
L'opposition se portera dès aujourd'hui à la défense des Canadiens abandonnés par les libéraux. Il ne suffit pas de faire des dépenses. Les libéraux sont très habiles pour promettre de l'argent, mais très mauvais lorsqu'il s'agit de l'investir, comme nous l'avons vu au cours des cinq dernières années. L'argent n'est jamais investi comme prévu. Nous l'avons constaté dans les bonnes années où les libéraux promettaient de l'argent pour les infrastructures. Nous n'avons qu'à demander aux Manitobains jusqu'où cet argent s'est rendu, ou s'il a même été versé. Je peux dire qu'il n'a pas été investi comme prévu.
Nous ne sommes pas impressionnés par les promesses des libéraux. Nous avons tout vu et tout entendu.
Collapse
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2020-09-24 11:30 [p.37]
Expand
Mr. Speaker, the Speech from the Throne offers supply-managed farmers full and fair compensation for recent trade agreements.
I have some questions and I would like my colleague to comment. First, is this the last time this promise will be made? We like this promise, we agree with it and we want it to be kept, but this is not the first time we have heard it. There needs to be action. Farmers are fed up. They have run out of patience. It is time for them to be properly compensated.
Second, when it says “full and fair” does that include the agreement with Europe, the Comprehensive and Progressive Agreement for Trans-Pacific Partnership or CUSMA? Does that include the limits on exports of dairy by-products to other countries, which makes no sense? Does that include the fact that CUSMA came into force on July 1? We are worried. It is time for the government to stop interfering in provincial jurisdictions, start minding its own business and, most importantly, do what it promised.
I would like my colleague to comment on the compensation for farmers.
Monsieur le Président, dans le discours du Trône, il est question de donner un dédommagement plein et équitable aux producteurs sous la gestion de l'offre à la suite des derniers accords commerciaux.
J'ai plusieurs questions à poser, et j'aimerais avoir les commentaires de ma collègue à ce sujet. Premièrement, est-ce la dernière fois que nous entendrons cette promesse? Nous aimons la promesse, nous sommes d'accord sur celle-ci et nous voulons qu'elle se réalise, mais ce n'est pas la première fois que nous entendons de telles choses. Il faut poser des gestes concrets. Les producteurs sont tannés, ils n'ont plus de patience. Il est temps de les compenser adéquatement.
Deuxièmement, quand on dit « plein et équitable », est-ce que cela inclut l'accord avec l'Europe, l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste ou l'ACEUM? Est-ce que cela inclut la limitation des exportations des sous-produits laitiers dans les pays tiers, ce qui n'a pas d'allure? Est-ce que cela inclut le fait que l'ACEUM a été mis en vigueur le 1er juillet? Nous sommes inquiets. Il est temps que le gouvernement arrête de faire des intrusions dans les champs de compétence qui ne lui appartiennent pas et qu'il s'affaire à exécuter les tâches qui lui reviennent et, surtout, qu'il fasse ce qu'il a promis.
J'aimerais avoir les commentaires ma collègue sur les compensations aux producteurs.
Collapse
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-09-24 11:31 [p.37]
Expand
Mr. Speaker, I agree with my colleague, as I come from an agricultural riding in Manitoba. I have been so disappointed, as have all of us on this side, by the lack of value, attention and credit given to our agricultural sector in Canada. This includes those who are part of the supply management system, but also livestock producers and grain producers. Every sector of the agricultural industry in Canada has been ignored and disrespected. People have pretended that the sector does not exist and what it contributes does not exist. The Speech from the Throne is another example of that.
We have to continue to advocate for farmers. The Liberals seem not to have set foot on a farm in many years, and I would invite some of them to visit some rural areas. I know they do not represent those areas, but they need to understand the sacrifices our farmers make in producing food not only for Canada, but for the world, and they do it in an environmentally friendly and sustainable way. They should be congratulated, rewarded and supported instead of ignored.
Monsieur le Président, je suis d'accord avec le député puisque je viens d'une circonscription agricole au Manitoba. Je suis déçue du manque de considération, d'attention et de valeur accordées à l'agriculture au Canada, ce qui inclut ceux qui font partie du système de gestion de l'offre, mais aussi les éleveurs de bétail et les producteurs de grains. Tous les secteurs de l'industrie agricole canadienne ont été négligés et bafoués. On fait comme s'ils n'existaient pas et comme s'ils n'avaient rien à offrir. Le discours du Trône en est encore un exemple.
Nous devons continuer de défendre les intérêts des agriculteurs. J'ai l'impression que les libéraux n'ont pas mis les pieds dans une exploitation agricole depuis très longtemps. Je les invite donc à faire un tour dans quelques régions rurales. Je suis consciente qu'ils ne représentent pas ces endroits, mais ils se doivent de comprendre les sacrifices que les agriculteurs acceptent de faire pour produire de la nourriture non seulement pour le Canada, mais pour le reste du monde, tout en adoptant des pratiques écologiques et durables. Nous devrions féliciter, récompenser et soutenir ces travailleurs au lieu de les ignorer.
Collapse
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-24 11:33 [p.37]
Expand
Mr. Speaker, I am proud to rise in the House on behalf of the people of Louis-Saint-Laurent and, very humbly, as the official opposition House leader.
I want to sincerely give thanks for all the support for my colleagues in the official opposition and, obviously, for my leader, the hon. member for Durham, leader of the official opposition and of all Conservatives in Canada from coast to coast. As we know, he and his wife are now fighting COVID-19. He will get back here stronger than ever; I can assure the House of that.
We are gathered here today after the House was prorogued for five weeks. During the summer, committees were working to shed light on the government's serious, unacceptable ethical lapses, but the Prime Minister decided to prorogue the House. Parliamentary committees were all suspended. We could not do our jobs in the House or in committee. We are now back in the House after the throne speech.
A Speech from the Throne is a unique and exceptional opportunity to bring Canadians together, to talk about national unity and the fact that the provinces and the federal government must work together and respect jurisdictions. This is an opportunity for the government to show that it has a clear plan and knows where it is going, all while effectively managing government spending. The throne speech is an opportunity for the government to show that it has a plan. What we saw yesterday was anything but a plan. The government gave a classic Liberal speech and completely ignored these three fundamental elements.
First let us consider the issue of spending. We all realize that in a crisis like the one we are experiencing now, investing is essential. Yes, unfortunately, that creates deficits. We faced that reality in 2008-09. We are not happy about it, but we understand that it has to be done. However, we still need to know where we are heading. What the Prime Minister and his government showed us yesterday, given the speech delivered by the Governor General, is that they do not realize that the money being spent today does not belong to us. Yesterday's speech was all spend, spend, spend, but there was nothing about controlling that spending. That is unacceptable.
Of course we must invest in certain sectors. Yes, we must do something for the workers who have lost their jobs because of the crisis. Yes, we must do something for the businesses that have to close temporarily, and will have to take advantage of a potential economic recovery. We must be there to support them. We still need to know where we are heading, and the government has done everything but control spending. We all remember the economic snapshot provided by the former finance minister. We all saw that the deficit was approaching half a trillion dollars and that our debt load had reached over one trillion dollars. The former finance minister never mentioned those two significant figures, and with good reason, because that is not a record to be proud of.
We believe that investments must be made, but there must be a plan. Yesterday's throne speech shows us that the government wants to spend money we do not have and does not know where it is heading. I remind members that money we do not have is a debt that must be paid by our children and grandchildren. The Conservatives are thinking of the younger generation. Yes, the next generation will have to pay for the government's unbridled spending. When we ask for better control of spending, we are thinking first and foremost of young Canadians.
Furthermore, true to Liberal tradition, the government is picking fights with the provinces. No sooner was the Speech from the Throne a wrap than the Premier of Quebec took to social media to express his disapproval on the grounds that the speech sidelined collaboration and scorned jurisdiction. I want to make it perfectly clear that jurisdiction is no mere academic notion meant for the likes of professors and constitutional experts. The government needs to understand and act on its responsibilities while allowing the provinces to take care of theirs. Yesterday, the government said it would invest in health, education, child care and so on, but those are basically provincial responsibilities, not federal ones. What the federal government is responsible for is making sure tests are approved so they can be done as efficiently as possible, but the government is not even meeting its own expectations in that regard. It is minding the business of others instead of taking care of its own.
There is a solution to this, one that the leader of the official opposition proposed two and half weeks ago after meeting with the Premier of Quebec, and that is increasing health transfers to the provinces. That would be a legitimate and important step forward, as indicated by the member for Durham, the leader of the official opposition, our Conservative leader, after meeting with the Premier of Quebec, and we are proud of it. This is classic Conservative: We respect provincial jurisdictions.
As we all know, there are new needs related to health care. The COVID-19 crisis has brought this to light with regard to seniors, among others. We know that transfers do need to be increased, and if there is one area where we need to spend—if we are fortunate enough to win Canadians' trust—we would definitely invest more in health by increasing transfers to the provinces, since health is a provincial jurisdiction. That happens at the provincial level, not the federal level.
Lastly, a Speech from the Throne should emphasize Canadian unity. All of us Canadians need to stand shoulder to shoulder and work together. Whether we are from Ontario, Vancouver, British Columbia, or wherever, we need to work together. There was absolutely nothing in yesterday's speech that would support and foster a strong, united Canada. There was not a single word about Quebec's aerospace industry, not a single word about natural resources in the west, nothing in the speech to bring Canadians together.
Let me be perfectly clear. Some hear “natural resources” and automatically think of the west, but 50,000 people in Quebec work in the petrochemical industry. That is a lot of people. That is why we believe all provinces must be involved and must work together to make Canada a better place.
The Speech from the Throne is a unique opportunity to underscore that. It is the ideal time for us all to work together for the good of Canadians, and for all Canadians, no matter where they live, to make a tangible contribution to our recovery.
Sadly, the Prime Minister failed to do that. I therefore move, seconded by the member for Lévis—Lotbinière, that the motion be amended by adding the following:
And regrets to inform Your Excellency that your government has failed to provide a plan to approve and deploy new rapid testing measures to aid the provinces in the fight against the COVID-19 pandemic;
Further regret to inform Your Excellency that your government has failed to provide an adequate plan to support the future of Canadian workers and small businesses inclusive of a program for wage subsidization that protects Canadian jobs while effectively promoting the value and dignity of work, along with a more extensive plan for commercial rent assistance and effective small business supply chain protection;
Further regret to inform Your Excellency that your government continues to neglect the unity problems that its policies have created in the Western provinces by undermining the role that resource workers, and resource producing provinces have played in paying for quality public services across the Federation;
Further regrets to inform Your Excellency that your government has not acknowledged the need for a new policy regarding Communist China that reflects its responsibility for imposing a new police state-style security law on the over 300,000 Canadians in Hong Kong, as well as committing a campaign of ethnic cleansing against Uyghur Muslims in the Chinese area of Xinjiang; and
Also further regrets to inform Your Excellency that your government has failed to provide adequate transparency to the House with regard to the relationship between the organization known as the WE Charity, the Prime Minister’s family, the relevant government ministries, and outside organizations involved in the development of the Canada Student Services Grant program.
Monsieur le Président, c'est avec beaucoup de fierté que je me lève à la Chambre au nom des citoyens de Louis-Saint-Laurent, et c'est également avec beaucoup d'humilité que je me lève à titre de leader à la Chambre de l'opposition officielle.
Je tiens à remercier sincèrement de leur soutien mes collègues de l'opposition officielle et, bien sûr, mon chef, le député de Durham, chef de l'opposition officielle, ainsi que tous les conservateurs du Canada d'un océan à l'autre. Comme nous le savons, lui et sa femme se battent maintenant contre la COVID-19. Je tiens à assurer à la Chambre qu'il reviendra ici plus fort que jamais.
Nous sommes réunis aujourd'hui, à la suite de la prorogation de la Chambre pendant cinq semaines. En été, le travail parlementaire fait en comité nous permet de faire la lumière sur des problèmes d'éthique graves, majeurs et imbuvables du gouvernement, mais le premier ministre a décidé de proroger la Chambre. Les comités parlementaires ont tous été suspendus. Nous ne pouvions plus faire notre travail, à la Chambre et dans les comités. On revient maintenant à la Chambre avec un discours du Trône.
Un discours du Trône est une occasion unique et exceptionnelle de rassembler les Canadiens, de parler de l'unité du pays et du fait que les provinces et le fédéral doivent travailler ensemble dans le respect des champs de compétence. C'est une occasion de démontrer qu'on a un plan précis et qu'on sait où l'on s'en va, tout en contrôlant efficacement les dépenses publiques. Le discours du Trône est une occasion de montrer qu'on sait où on s'en va. Ce qu'on a vu hier, c'est tout sauf cela. On a prononcé un discours typiquement libéral, dans lequel ces trois éléments fondamentaux ont été bafoués.
Regardons tout d'abord la question des dépenses. Nous sommes tous conscients que, lors d'une période de crise comme celle que nous vivons actuellement, il faut investir. Oui, par malheur, cette situation va générer des déficits. Nous avons été confrontés à cela en 2008-2009. Ce n'est pas de gaieté de cœur que nous le faisons, mais nous comprenons qu'il faut le faire. Encore faut-il savoir où l'on s'en va. Ce que le premier ministre et son gouvernement nous ont démontré hier, par la voix de la gouverneure générale, c'est qu'ils n'ont aucune conscience du fait que l'argent que l'on dépense aujourd'hui ne nous appartient pas. Hier, on a parlé de dépenses, de dépenses et de dépenses, et on n'a strictement rien dit quant au contrôle de ces dépenses. C'est inacceptable.
Bien entendu, il faut investir dans certains secteurs. Oui, il faut penser aux travailleurs qui perdent leur emploi en raison de la crise. Oui, il faut penser aux entreprises qui doivent fermer temporairement et qui doivent profiter du fait qu'il y a une possibilité de reprise économique. Il faut être présent et les épauler. Or, encore faut-il savoir où l'on s'en va, et le gouvernement a tout fait sauf contrôler les dépenses. Nous nous souvenons tous du portrait économique fait cet été par l'ancien ministre des Finances. Nous avons tous constaté que le déficit frisait maintenant le demi-trillion de dollars et que nous avions dépassé la dette d'un trillion de dollars. Ces deux chiffres importants n'avaient jamais été prononcés par l'ancien ministre des Finances, et pour cause, puisque c'était un bilan tout à fait déshonorable.
Nous estimons qu'il faut investir, mais en sachant où l'on s'en va. Le discours du Trône d'hier indique que le gouvernement veut dépenser de l'argent que nous n'avons pas et qu'il ne sait pas où il s'en va. Je rappelle que l'argent que nous n'avons pas, c'est une facture que nous envoyons à nos enfants et à nos petits-enfants. Les conservateurs pensent à la jeune génération. Oui, la prochaine génération va devoir payer pour les dépenses incontrôlées du gouvernement. Quand nous demandons un meilleur contrôle des dépenses, nous pensons d'abord et avant tout aux jeunes Canadiens.
De plus, comme le veut la tradition typiquement libérale, le gouvernement provoque des chicanes avec les provinces. Le discours du Trône était à peine terminé que le premier ministre du Québec a immédiatement signalé, par l'entremise des médias sociaux, son profond désaccord avec le discours du Trône, qui mettait de côté la collaboration et, surtout, le respect des champs de compétence. Qu'on me comprenne bien: les champs de compétences ne sont pas des histoires de professeurs d'université et de constitutionnalistes. Il suffit de savoir ce qu'on doit faire selon son champ de compétence et de permettre aux provinces de s'occuper de leurs champs de compétence. Hier, le gouvernement a dit qu'il allait investir dans la santé, l'éducation, les garderies et j'en passe. Or, ces responsabilités relèvent essentiellement des provinces et non du fédéral. Par contre, le fédéral a une responsabilité, soit celle de s'assurer que les tests seront approuvés, pour qu'on puisse les faire de la façon la plus efficace possible. À cet égard, le gouvernement ne répond pas à ses propres exigences. Il dit aux autres quoi faire, mais il ne s'occupe pas de ce qu'il doit faire.
La solution est celle que nous avons proposée, il y a deux semaines et demie, par l'entremise du chef de l'opposition officielle, à la suite de la rencontre avec le premier ministre du Québec, c'est-à-dire d'augmenter les transferts en santé pour les provinces. C'est légitime et il s'agit d'un pas en avant très important signalé par le député de Durham, chef de l'opposition officielle, chef des conservateurs, à la suite de la rencontre avec le premier ministre du Québec, et nous en sommes fiers. En effet, cela est typique des conservateurs: nous respectons les champs de compétences.
Il y a de nouveaux besoins en santé et nous en sommes tous conscients. La crise de la COVID-19 a mis cela en lumière, en ce qui concerne les aînés, entre autres. Nous constatons qu'il faut en effet augmenter les transferts, et, s'il y a une dépense que nous devons faire — si par bonheur les Canadiens nous honorent de leur confiance —, ce sera justement d'investir davantage pour la santé en faisant plus de transferts aux provinces, puisque cela relève des provinces. Ce n'est pas ici, mais dans les provinces, que cela se passe.
Finalement, un discours du Trône doit miser sur l'unité canadienne. Nous devons, tous les Canadiens, nous serrer les coudes, travailler ensemble. Que l'on soit de l'Ontario, de Vancouver, de la Colombie-Britannique, peu importe, nous devons travailler ensemble. Or nous n'avons strictement rien vu hier pour nourrir et permettre une forte unité canadienne. Que ce soit au Québec, alors qu'on a complètement oublié le secteur de l'aéronautique, que ce soit dans l'Ouest, alors qu'on a complètement oublié les ressources naturelles, il n'y a rien pour unir les Canadiens.
Je vais être bien clair. D'aucuns pourraient dire « on le sait bien: l'Ouest et les ressources naturelles »; or, au Québec, 50 000 personnes travaillent dans le secteur de la pétrochimie. Cela représente beaucoup de monde. Nous estimons donc que toutes les provinces doivent participer à l'effort, travailler ensemble et faire en sorte que le Canada se porte mieux.
Le discours du Trône est une occasion exceptionnelle pour mettre cela en lumière. C'est un moment fantastique pour nous permettre justement de travailler ensemble pour le bien des Canadiens, et pour que tous les Canadiens, de façon concrète et peu importe où ils sont, puissent aider à se sortir de la situation.
Or voilà que le premier ministre a failli à la tâche. En conséquence, je propose, appuyé par le député de Lévis—Lotbinière, que la motion soit modifiée en ajoutant ce qui suit:
Nous regrettons d'informer Votre Excellence que votre gouvernement n'a pas fourni de plan pour approuver et déployer de nouvelles mesures de dépistage rapide pour aider les provinces dans la lutte contre la pandémie de COVID-19.
Nous regrettons également d'informer Votre Excellence que votre gouvernement n'a pas réussi à fournir un plan adéquat pour soutenir l'avenir des travailleurs et des petites entreprises du Canada, comprenant un programme de subvention salariale qui protège les emplois canadiens tout en promouvant de manière efficace la valeur et la dignité du travail, ainsi qu'un plan plus large d'aide au loyer commercial et de protection efficace de la chaîne d'approvisionnement des petites entreprises; et
Nous regrettons aussi d'informer Votre Excellence que votre gouvernement continue de négliger les problèmes d'unité que ses politiques ont créés dans les provinces de l'Ouest en sapant le rôle que les travailleurs des ressources et les provinces productrices de ressources ont joué dans le paiement de services publics de qualité dans toute la Fédération.
Qui plus est, nous regrettons d'informer Votre Excellence que votre gouvernement n'a pas reconnu la nécessité d'une nouvelle politique à l'égard de la Chine communiste qui reflète sa responsabilité dans l'imposition d'une nouvelle loi de sécurité, à la manière d'un État policier, aux plus de 300 000 Canadiens à Hong Kong, ainsi que dans la perpétration d'une campagne de nettoyage ethnique contre les musulmans ouïghours dans la région chinoise du Xinjiang; et
Finalement, nous regrettons d'informer Votre Excellence que votre gouvernement n'a pas assuré une transparence adéquate à la Chambre, en ce qui concerne les relations entre l'organisation connue sous le nom de WE Charity, la famille du premier ministre, les ministères concernés et les organisations extérieures participant à l'élaboration du programme de Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant.
Collapse
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2020-09-24 11:42 [p.39]
Expand
The motion in amendment is in order.
Before we begin, I respectfully request that hon. members remember that time is very limited during during questions and comments. I know that this hybrid format is new. Therefore, it is vital that we respect the time members have.
That is why I am asking hon. members to keep their interventions short so as to allow as many members as possible to have an opportunity to ask questions or provide comments to the member who spoke.
Questions and comments, the hon. member for Malpeque.
La motion d'amendement est recevable.
Avant que nous ne commencions, je demande respectueusement aux honorables députés de se rappeler que le temps est très limité pendant la période consacrée aux commentaires, aux questions ou aux observations. Je sais que ce format hybride est nouveau. Il est donc impératif de respecter le temps dont disposent les députés.
C'est pourquoi je demande aux honorables députés de restreindre la durée de leurs interventions et ainsi de permettre au plus de députés possible d'avoir l'occasion de poser leurs questions ou de faire leurs commentaires ou observations au député qui vient de faire sa présentation.
Nous passons maintenant aux questions et commentaires et la parole est à l'honorable député de Malpeque.
Collapse
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-09-24 11:46 [p.39]
Expand
Mr. Speaker, there are some regrets on this side too. I was hoping the member for Louis-Saint-Laurent, in his new capacity, would get up and thank this government for the leadership it has provided since COVID first hit in March.
His remarks were full of contradictions. On the one hand, the member and the party opposite are saying we should stop spending and that the government is spending too much. On the other hand, members have said that the government should transfer more money to the provinces, and spend here and spend there.
Does the member not realize that we have already transferred $19 billion to the provinces under the safe restart recovery program? Does he not realize that we have transferred $2 billion to assist the provinces with education? Does the member think that is important? Also, the throne speech outlines so many things for individuals and businesses to get the economy started again and protect individuals and businesses during the second wave.
Could the member get up and just say thanks?
Monsieur le Président, nous avons aussi des regrets de ce côté-ci de la Chambre. J'aurais aimé que, dans ses nouvelles fonctions, le député de Louis-Saint-Laurent intervienne afin de remercier le gouvernement pour le leadership qu'il a exercé depuis la première explosion de COVID, en mars dernier.
Ses propos sont truffés de contradictions. D'une part, le député et le parti d'en face disent que nous devrions arrêter de dépenser et que le gouvernement dépense trop. D'autre part, ils souhaitent que le gouvernement transfère plus d'argent aux provinces et qu'il dépense ici et là.
Le député ne voit-il pas que nous avons déjà transféré 19 milliards de dollars aux provinces dans le cadre du programme de relance sécuritaire? Ne voit-il pas que nous avons transféré 2 milliards de dollars pour aider les provinces dans le secteur de l'éducation? Le député croit-il que c'est important? De plus, le discours du Trône comporte une foule de mesures qui permettront, au cours de la deuxième vague, de relancer l'économie et de protéger les particuliers et les entreprises.
Le député pourrait-il dire simplement merci?
Collapse
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-24 11:47 [p.39]
Expand
No, I will not say thanks to the government, and this is why, Mr. Speaker.
First of all, there is a real miss in this throne speech: control. Where is the control in spending money? It is too easy for the government to say that today it will spend $2 billion for this and $4 billion for that, will create brand new programs and will give $900 million to family friends to create a brand new program with WE Charity.
This is what we have seen in the last six months. Obviously we have to seriously address this issue. Obviously we have to help Canadians. Obviously we have to help businesses. However, the point is that we have do it with control, and the government has absolutely no control—
Non, je ne remercierai pas le gouvernement et voici les raisons de mon refus, monsieur le Président.
Tout d'abord, le discours du Trône est vraiment déficient sur le plan du contrôle. Où sont les mesures de contrôle des dépenses? Il est trop facile pour le gouvernement de dire qu'aujourd'hui il va dépenser 2 milliards de dollars pour ceci et 4 milliards de dollars pour cela, qu'il créera de tout nouveaux programmes et qu'il donnera 900 millions de dollars à des amis de la famille afin de créer un tout nouveau programme avec l'organisme UNIS.
C'est ce que nous avons vu au cours des six derniers mois. Nous devons évidemment nous pencher sérieusement sur cette question. Nous devons évidemment aider les Canadiens. Nous devons évidemment aider les entreprises. Cependant, le fait est que nous devons le faire en mettant en place des mesures de contrôle et le gouvernement n'a absolument aucune mesure de contrôle...
Collapse
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2020-09-24 11:48 [p.39]
Expand
Questions and comments, the hon. member for Courtenay—Alberni.
Nous passons aux questions et observations. Le député de Courtenay—Alberni a la parole.
Collapse
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2020-09-24 11:48 [p.39]
Expand
Mr. Speaker, I thank the House leader for the official opposition for his enthusiasm and spirit and for talking about our working together.
In talking about working together, one thing we put forward was to call on the government to extend the amount of sick days to 10 so that when someone is sick, they will stay home instead of possibly going to work because they have to pay their bills and feed their family. Instead of going to work and spreading the virus in this pandemic, they should be at home taking care of themselves, and their children if they are sent home from school sick with symptoms of COVID. This is something that we are calling on the government to take action on to make sure that people are getting the support they need. During this pandemic, we have seen the gaps in the social safety net. People need help right now.
Does the member and does his party support us in calling on the government to take care of those workers and to extend sick days, and not just during the pandemic but once and for all?
Monsieur le Président, je remercie le leader de l'opposition officielle à la Chambre de son enthousiasme et de sa détermination. Je lui sais aussi gré d'avoir parlé de notre collaboration.
Parlant de collaboration, l'une des mesures que nous réclamons auprès du gouvernement consiste à porter le nombre de jours de congé de maladie à 10 de sorte que, lorsqu'une personne est malade, elle reste chez elle plutôt que d'être obligée de rentrer travailler pour payer les factures et nourrir sa famille. Plutôt que d'aller au travail et de propager le virus pendant la pandémie, les personnes malades devraient rester à la maison pour se soigner. Les parents doivent également pouvoir rester à la maison pour prendre soin de leurs enfants si l'école les renvoie chez eux parce qu'ils présentent des symptômes de COVID-19. C'est une mesure que nous demandons au gouvernement de prendre pour que les Canadiens bénéficient du soutien dont ils ont besoin. La pandémie fait ressortir les lacunes du filet de sécurité sociale. Les gens ont besoin d'aide immédiatement.
Le député et son parti appuient-ils ce que nous réclamons auprès du gouvernement, c'est-à-dire qu'il veille au bien-être des travailleurs en étendant le nombre de jours de congé de maladie, pas seulement pour la durée de la pandémie, mais de façon permanente?
Collapse
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-24 11:49 [p.39]
Expand
Mr. Speaker, I thank my colleague from the NDP for this important question.
Obviously, there are a lot of people who were put aside by these government policies in the last six months. My colleague, the deputy official leader of the opposition, the member for Portage—Lisgar, said very clearly that this throne speech and this government have failed in the last six months to directly help people who needed it.
Yes, obviously, there are a lot of people who have been served, which is fine, but, unfortunately, what we have seen is a government policy is that continues help some people while creating another problem.
Canada is experiencing a serious labour shortage in every sector because of the Liberals' policies, yet they want to renew these policies as though there is nothing wrong with them.
Monsieur le Président, je remercie le député du NPD pour cette question importante.
Évidemment, il y a beaucoup de gens qui ont été laissés pour compte par les politiques du gouvernement au cours des six derniers mois. Ma collègue la chef adjointe de l'opposition officielle, la députée de Portage—Lisgar, a dit très clairement que le discours du Trône et le gouvernement actuel ont échoué à aider directement les personnes aux besoins les plus criants durant les six derniers mois.
Oui, il ne fait aucun doute que de nombreuses personnes ont reçu de l'aide, ce qui est correct, mais, malheureusement, ce que nous voyons, c'est une politique du gouvernement qui continue d'aider certaines personnes tout en créant d'autres problèmes.
Nous avons souffert au Canada d'un très sérieux manque de main-d'oeuvre dans toutes les entreprises en raison des politiques des libéraux, que ces derniers veulent malheureusement reconduire comme si de rien n'était.
Collapse
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2020-09-24 11:50 [p.40]
Expand
Mr. Speaker, my question is for the new opposition House leader. Congratulations to him.
I am proud to be a Quebecker, and I am proud of Quebec. I will say a few words about the Speech from the Throne. I did not make a note of all the ways that it intruded into provincial jurisdiction, nor all of Quebec's models that the Canadian government wants to copy for Canada-wide programs.
I am thinking specifically about the child care program. The Canadian government wants to bring in a Canada-wide child care program based on the Quebec model. I would point out that this model has been around for about 25 years. It is unique in North America and is held up as an example around the world.
Would the hon. member agree that the proposed Canada-wide program is just another intrusion into provincial jurisdiction, especially since Quebec has its own program? Would the hon. member agree that the right thing to do would be to transfer the money to Quebec, since it already has its own program?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au nouveau leader à la Chambre de l'opposition officielle, que je félicite.
Je dois dire que je suis fière d'être Québécoise et je suis fière du Québec. Je vais parler du discours du Trône. Je n'ai pas noté toutes les intrusions qu'il soulève dans les compétences provinciales ni tous les modèles québécois que l'on veut calquer pour mettre en place des programmes pancanadiens.
Je pense particulièrement ici au programme de services de garde. On veut mettre en place un programme pancanadien de services de garde en s'inspirant du modèle québécois. Ce modèle existe — je veux le rappeler — depuis à peu près 25 ans, il est unique en Amérique du Nord et il est cité en exemple partout dans le monde.
Selon le député, le programme pancanadien proposé représente-t-il une intrusion supplémentaire dans les compétences provinciales, surtout que le Québec s'est doté de son propre programme? Le député considèrerait-il légitime le transfert des sommes d'argent visées au Québec, puisque ce dernier a déjà son propre programme?
Collapse
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-24 11:51 [p.40]
Expand
Mr. Speaker, as a proud federalist, I am also very proud to be a Quebecker and to represent Quebec.
Yes, we believe that, unfortunately, the government's proposal is a direct intrusion into provincial jurisdiction. It was rather odd to hear the Governor General state during the throne speech that the government plans to learn from Quebec's example. Since the government wants to use Quebec's model, which has been in place for 25 years, is that not proof that this is an area of provincial jurisdiction?
The Liberal Party already made this promise two decades ago, but it never kept it. It promised care for children who are now too old for child care.
Monsieur le Président, comme fier fédéraliste, je suis aussi très fier d'être Québécois et de représenter le Québec.
Oui, nous estimons que la proposition faite par le gouvernement a le malheur d'être une intrusion directe dans les champs de compétence des provinces. Il est d'ailleurs un peu curieux d'entendre la gouverneure générale dire durant le discours du Trône que le gouvernement entend s'inspirer de l'exemple du Québec. Or, puisque le gouvernement veut s'inspirer de l'exemple du Québec qui existe depuis déjà 25 ans, n'est-ce pas la preuve que cela relève des compétences des provinces?
Il y a environ une vingtaine d'années, le Parti libéral avait déjà fait cette promesse, mais ne l'a jamais réalisée. En fait, il l'avait fait pour des enfants qui, aujourd'hui, n'ont plus besoin de garderies.
Collapse
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-24 11:52 [p.40]
Expand
Mr. Speaker, I thank the hon. opposition members for their comments.
First, I would like to state what I believe to be a fundamental fact in this moment in our country's history: COVID-19 is still very much here. We have not yet beaten this pandemic. We are fighting a battle, and this is a battle we must win.
I know the fight against this disease in the past six months has been difficult for Canadians. For too many people, especially our seniors, the most vulnerable, it has been a matter of life and death. This ordeal is unlike anything that we, as Canadians, have lived through in modern history.
I wish I could stand in this place and say that it is over, that the hard work is behind us, but that is simply not the reality. In the four biggest provinces of Canada the second wave is not just starting, but is already under way. On March 13, when we went into lockdown, there were only 47 new cases of COVID-19. Just yesterday we had well over 1,000 new cases. The fact is this fall could be worse than last spring. That depends on the actions we all take in the coming days and weeks, because we all, collectively, have the power to beat down this second wave. We can and we must. All Canadians need to wear their masks. We need to wash our hands. We need to avoid gatherings, especially indoors, and remember that this is not the time for partying. We need to maintain social distance. We need to download and use the COVID Alert app. Of course, we all need to get our flu shots.
As for us parliamentarians, we have a job to do as well, an important job, which is to ensure that Canadians, and the businesses that employ them so they can feed their families, get the support they need to help them pull through this pandemic. We need to do whatever it takes to support people through this crisis. The reality is that the best way to support our economic recovery is by making sure that we are supporting the health and safety of Canadians right now.
There are folks, including members on the opposite side of the aisle, who think that we should have moved more quickly to help businesses and more slowly to help individual Canadians. That is simply wrong. We know that supporting hard-working Canadian families, our seniors and young people is the best way to make sure that our economy comes roaring back as quickly as possible. It is disappointing that the Conservative Party has chosen to put politics first. It would rather vote to have an election in the midst of a pandemic than to vote to extend badly needed help to Canadians at a time of unprecedented need.
Our sole objective since March has been to help Canadians get through this crisis, to protect their health and their businesses, and to protect workers and their livelihoods.
We know that the pandemic has hit some groups more than others. This includes our seniors, working mothers, racialized Canadians, indigenous peoples and youth. We intend to address these inequalities.
I listened carefully to the statement made by the Leader of the Opposition made yesterday and the interventions by the two hon. MPs who spoke to the Conservative approach today. I think they are faced first with a fundamental challenge. The deputy leader got up and started by saying that we have no plan, and then proceeded to explain how she disagrees with all the different elements of our plan. Again, the Conservatives cannot have it both ways.
We know that the preoccupation of many Canadians, as highlighted by the hon. deputy leader, is with the health and safety of Canadians. That is something we all share, we as elected officials and Canadians. That is why, from the very beginning of this pandemic, we have worked with top scientists, doctors, public health agencies across the country, premiers and municipal governments. We have worked with everyone to focus on keeping Canadians safe and healthy through this challenge. From the very beginning we sat down regularly with the premiers. Indeed, I think we have had close to 20 first ministers meetings just over the past six months to talk about how we need to work together to help Canadians.
I will come back to the contention by the Conservatives that we are somehow in a national unity crisis, just to highlight the reality that Canadians across all orders of government and all regions of the country have never been more united in working together to deliver safely for all Canadians. Indeed, as we look around the world and contrast how we have managed through this pandemic with places where the positioning around a pandemic response has been a source of partisan controversy and discourse, we see the fact that Canadians have come together has been very significant in contributing to our well-being. The reality is that from the beginning of our meetings with those premiers, our position as a federal government has been, how can we help?
We were there to encourage more testing. We were there to give them the tools to do more testing, whether it was money, resources or equipment they needed. From the beginning, we have been encouraging and helping the provinces to expand their testing capacity. Across the country, we are seeing an increase in testing capacity, thanks in part to the $19 billion we gave the provinces for a safe recovery.
Since the pandemic started, we have sent the provinces half a billion dollars in health transfers. To support a just recovery, we then transferred another half a billion for health care systems, since we realize that this is an unprecedented public health crisis.
We are going to continue making decisions based on science and listening to the experts who are doing everything they can to keep Canadians safe. At the same time, we are also taking action to make sure we have the means to boost testing numbers.
That is why, with our international procurements and the incredible innovative work being done here right here by Canadian scientists and researchers, who are creating new alternatives to testing moving forward with new equipment that we can produce right here in Canada, we have significantly stepped up the federal government's ability to support the provinces in their responsibilities around testing. We will continue to do that.
We recognize that big questions around health care are being brought forward by the crisis of this pandemic. That is exactly why we have not only transferred, as I said, a billion dollars to the provinces to help with the immediate, acute supports, on top of the $19 billion we transferred to the provinces through the Safe Restart Agreement, but we have also committed to absolutely sitting down with the provinces this fall to talk about the future of the Canada health transfers, recognizing that our health care systems are changing and that there are new needs. We recognize, for example, that more and more of health care is not going to be delivered in institutional settings but in home settings. That means investing in home care, investing in supports for the delivery of health services, not just to hospitals and institutions, but through a broader range of ways. The federal government will be there to be part of that conversation.
We also recognize that increasingly treatment for diseases is not through surgical intervention or institutionalization, but through increasingly sophisticated medications and pharmaceuticals. Of course, as pharmaceuticals becomes more complex and sophisticated, their costs go up. That is why as a federal government we have already stepped up over the past years to drive down the cost of prescription drug prices, to be there to support the provinces with rare disease, high-cost drug strategies. We will continue to do that as we move toward a national universal pharmacare program, working first with the provinces that want to move quickly on it. Those are also parts of the conversations that we need to have about the future of health care in this country.
Let me be very, very clear that the federal government continues to have an important role to play in ensuring the safety and security of all Canadians. We will be there with the health care system and with supports for social programs, as we have been from the beginning.
As we look forward to a post-pandemic world, which cannot come fast enough for any of us, we know that we have to learn lessons from this pandemic. However, while we are in this pandemic, the federal government will be there every step of the way with a focus on supporting the health of Canadians.
Of course, we recognize the provinces' responsibilities and jurisdictions when it comes to health. They do great work in their jurisdictions.
However, we also recognize that we need to help them when they become overwhelmed or face particularly difficult challenges. That is why, when the Premier of Quebec asked us to send in the army to help in long-term care facilities during this crisis that Quebec could not manage alone, we did not hesitate to help. We are there to help protect our seniors and to support Canadians. That is a promise that we made from the very beginning of this pandemic and we are keeping it.
We are showing that, yes, we are there. We sent the Canadian Armed Forces to help our seniors. We are continuing to help thanks to the Canadian Red Cross, which is still working in Quebec's long-term care facilities to help the province regain control of this tragic situation.
We will help Canadians in partnership with the provinces. Some people are recommending that we should simply send transfer payments and give the provinces blank cheques for their health care systems, but that would not have helped because we needed people on the ground, soldiers and Canadian Red Cross personnel.
This is not just a question of money, although we will certainly continue sending money. We have transferred over $40 billion to the provinces for their health care systems, and we will continue to take action to protect the health of Canadians. However, we will do so as Canadians would expect, in other words, in partnership with the provinces. That is what we will continue to do.
Despite everything, the Conservatives continue to suggest that we have not been there for Canadians.
The Conservatives say that our plan has left everyday Canadians behind. When the pandemic struck, the Conservatives were more concerned with austerity than with helping people, and now they have doubled down on that view. When they say we have not been there to help ordinary help, I can say that almost nine million Canadians who received the Canada emergency wage subsidy would disagree with them. We were there to support Canadians right across the country despite the Conservatives saying that we should not be.
We were there for the millions of workers who managed to keep their jobs or get hired back to their jobs because of the wage subsidy that supported payroll. Those people needed support through this pandemic.
The issue that keeps coming back from the Conservatives is that we are doing too much, we are investing too much in Canadians, we are helping Canadians too much and that it is irresponsible for the future. The reality is, as I said, the best way to recover the economy of the country is to support Canadians through this health crisis. That is what the Conservatives do not understand.
In the short term, while we are living with this pandemic, we will continue to invest in Canadians and support them.
What we are not hearing from the Conservatives in their response to the Speech from the Throne is specifically what spending measures they disagree with. Do they disagree with the extension of the Canada emergency wage subsidy, because that is in the Speech from the Throne. We are extending it through to next summer. Do they disagree with the $500 a week that people got through CERB, which we are now going to be continuing to deliver through the EI system and with a benefit that is going to support those Canadians who still cannot access EI? We know that supporting Canadians who need the $500 a week through the continuation of this pandemic is essential, yet the Conservatives do not seem to want us to do that.
Therefore, my question continues to be this. What do the Conservatives actually disagree with? What is it that they do not think we should be doing for Canadians right now? Where do they leave Canadians aside? Where do they say that we have to recover the economy, so we have to stop spending?
If we had not stepped up as a federal government right across the country, in every province and territory, to put money directly in the pockets of people from the beginning of this pandemic, what would Canadians have done? First, they would have had to go further into debt to pay for groceries or to pay their rent. The help we gave was significant, but not only did it prevent them from going deeper into debt, it also prevented many people from having to use food banks and from losing their homes and jobs.
The reality is that there were still far too many people who had to go to food banks. That is why we invested hundreds of millions of dollars in food banks, shelters and supports for the most vulnerable across the country. Every step of the way, we had the backs of Canadians. We are committing now, as we approach this second wave, to continue to have the backs of people, and the Conservatives would rather vote for an election right now rather than support people.
The Conservatives are asking a lot of questions that Canadians are asking, such as what the path is for our deficit and if we will be fiscally responsible. This is where we have to make a very clear distinction between the short-term measures that are there to support Canadians and the long-term recovery plan in a post-pandemic world. The short-term measures we need to support Canadians will be there for them. We will support Canadians through this pandemic in all the ways we need to, because that is the best way to get us to a strong economy on the other side. Again, what the Conservatives do not understand is doing less to support Canadians will actually hurt our economy in the long run. It will lead to a slower recovery and greater deficits.
Absolutely, once we are through this pandemic, it will be extremely important to be fiscally responsible and sustainable. That is where the investments we are proposing in the throne speech on child care, on housing and on pharmacare are not just things that support the social safety net. It actually leads to better growth; more women in the workforce; more families not facing impossible choices when their kids have to stay home; more support for businesses that do not have to pay the same level of prescription drug coverage with a national universal pharmacare program; more people who are not costing us through shelter systems and vulnerabilities, but have their own homes and are able to contribute to our country.
These are not simply social measures. They are economic measures as we move forward and they will be done because the pandemic has shown us the cracks in our society that Canadians need to fill.
The Conservatives often talk to us about our seniors and the need to support them better in these tough times. We have provided an additional $2.5 billion in support to eligible seniors in the form of one-time, tax-free OAS and GIS payments. We are supporting community-based projects aimed at improving seniors' quality of life and reducing their social isolation. To that end, we invested an additional $20 million in the new horizons for seniors program.
The Speech from the Throne lays out the work we will do with the provinces and territories to set national standards for long-term care. We will take action to ensure that seniors are able to stay in their own homes longer. We will work with our colleagues here in Parliament on Criminal Code amendments to hold those who neglect seniors under their care accountable.
The Speech from the Throne also states that we will look at new measures to ensure better pay for personal support workers, who do a difficult but essential job. Our society must better value their diligence, their skills and their hard work. We must keep trying to do better by our seniors. If the Conservatives disagree, they can keep saying so and vote against the throne speech, which offers real help for our seniors. If they disagree with these measures, they can tell seniors themselves. That is what they are saying.
When it comes to job creation, we know that we have a lot of work to do to get the economy back to where it was before the pandemic and create an even stronger economy. In our first five years in office, we created more than a million jobs for Canadians. During the pandemic, our country saw record job losses, as did every country in the world.
The Conservatives keep saying that the CERB and the support we are giving people who have to pay rent and buy groceries are a disincentive to work. The reality is that we are always going to be there to support workers. We know that Canadians want to contribute and work, but there is a job shortage because of the pandemic. Many sectors were hit extremely hard by this pandemic. We will continue to be there to help people who want to work but have no job to go to. The Conservatives claim that if we stop providing support to millions of people, they will find jobs, but that is a totally ridiculous and irresponsible thing to say.
Once again, I am asking the Conservatives to list the specific measures in the throne speech that they disagree with. Since they do not like the Liberal Party and its approach, they ought to suggest something else. However, they have nothing to suggest. They know that our priority from the beginning has been to be there for Canadians. Since they have nothing to suggest, they talk about a national unity crisis. In reality, Canadians have never been so united.
That has been the story of this pandemic: Canadians coming together to work together in all orders of government to deliver for people; to work together in communities; to work together in workplaces; to be there for opposite sides of the country; PPE produced in Ontario, making its way across the country; supports in scientific resources developed in the west, in B.C., sharing their impact across the country; seafood harvested on our coasts, feeding the rest of the world; and energy workers in Alberta, who continue to innovate and look forward to a better world where their kids will continue to have jobs and opportunities.
The members opposite have asked me about Alberta and are highlighting it. Let me tell them how this government has been there for all Canadians and specifically, because they keep asking, for Alberta.
From the very beginning, the Canada emergency response benefit helped thousands upon thousands of Albertans who were already being challenged with a crisis in the oil and gas sector that is global and is particularly acute in Alberta.
We were there with the CERB. We were there with the emergency wage subsidy to keep people on. We made investments in cleaning up orphan wells, which was a provincial area of jurisdiction but that we are happy to support because we need to give people opportunities to do the right thing and to have work through this difficult time.
On top of that, we sat down and delivered part of $19 billion that we transferred to provinces that has helped Albertans and people across the country with that safe restart. Those transfers to keep people safe were worked out and agreed with all premiers, including the premier of Alberta. Just a few weeks ago, when school boards and parents across the country were worried about kids getting back to school, we signed a $2 billion safe restart agreement with the provinces to make sure, among other things, that school boards in Alberta would have some money to make sure that kids get back to school safely.
However, the Conservatives are choosing to create a national unity crisis. All Canadians are challenged by this, with some areas being much harder hit than others: the tourism sector, the oil and gas industry, and certain cultural sectors that are based on performance. There are many sectors that are hurting and we are continuing to look at ways to deliver supports to them right across the country. I know the deputy leader did not mean to mislead the House, so I am hoping she is going to be able to correct herself. She said that the agriculture, the forestry industry and natural resources are not even mentioned in the Speech from the Throne. That is not true and she can check on page 24 if she really wants to, but we took a lot of time to reassure people and talk about the challenges faced by people across the country.
If we want to talk about agriculture, we know that the capacity of hard-working farmers and fishers across this country to put food on our tables and contribute to important global supply chains by working hard even through a pandemic is incredibly important. Our farmers have been absolute heroes in making that happen. That is why when we look at the things they are worried about with increasing flooding and increasing droughts because of climate change, we realize that the deputy leader's party and former government did really hurt farmers in the Prairies. They killed the Prairie Farm Rehabilitation Administration. The PFRA was there to help manage water in the Prairies in a way that is only becoming more important with the impacts of climate change. However, the previous Conservative government killed it. The reality is that we know that managing our water resources, particularly for our farmers in the Prairies, is essential. That is why this throne speech promises to deliver on a Canadian water agency to replace and continue the good work of the PFRA. For that alone, Conservatives on the Prairies should be voting for this throne speech; but no, the Conservatives killed the PFRA so they would not want to highlight that we are actually bringing it back.
We talk about how important our forestry workers are going to be in building good jobs for the future, how important our natural resources industries and miners are going to be in building jobs for the future. We know that we are moving toward a society and a world where more and more high-tech solutions are going to rely on rare minerals, on good-quality and well-extracted products. Look at the fact that Canada's clean aluminum is so important to so many supply chains across the country.
Canada's clean aluminum is produced with minimal greenhouse gas emissions and is prized by industries from around the world that want to be able to say their electronic devices do not contribute to climate change. That is good news for aluminum workers. It is also great for workers in our natural resources sector that we can show that electric car batteries are made with minerals extracted here, in Canada, in a responsible, forward-looking way.
I was very happy to have a chance to speak to people in the mining sectors, and I know what Canada has to offer in terms of both natural resources and natural resource processing. This will help us secure a place in the economy of the future, which will be more prosperous and more sustainable. That is critical. We spoke about this in the throne speech. We will continue to recognize that the best way to restart the economy is to also look at where the economy is going. A low-carbon economy is the way of the future. However, the reality is that we will not be able to reach net zero by 2050 without the full participation and innovation of workers in our energy and natural resources sectors.
There are energy experts in Alberta, Saskatchewan, British Columbia, and Newfoundland and Labrador. These workers are always looking to innovate, plan for a better future and find concrete solutions. We need them to make our economy cleaner, more efficient, and more successful on the global marketplace. This is an integral part of our future, and we will continue to invest in this sector.
The Conservatives want to turn this into a national unity crisis. I am sorry, but that is frankly irresponsible. More than anyone else in the world, Canadians showed that they were there for one another during this pandemic. To try to make this into a political attack is simply irresponsible and ridiculous.
We will continue to be there for Canadians through this pandemic. We will continue to support the families and the workers who need it right across the country. We will continue to do what is necessary to have Canadians' backs, regardless of what the Conservatives might say. We will continue to recognize the cracks in our systems that the pandemic has revealed: the challenges around homelessness, the challenges around women excluded from the workforce, the challenges around access to health care and pharmacare and the challenges around systemic racism that continue to hold back far too many people across the country. That is why, as we move forward in fighting systemic racism, we move forward first and foremost on economic empowerment for Black entrepreneurs and Black-owned businesses.
It is interesting, because I heard a lot of people say that there are so many other things to do. Yes, there are. If one sits down with Black community leaders and talks to Black entrepreneurs, one of the first things they will ask for is better access to capital. That is why we were so glad a few weeks ago to be able to announce that we have worked with Canada's top banks on delivering access to capital to start rebalancing the economic scales and the barriers that exist because of systems that are discriminatory, but there is so much more to do and we talk about that in the throne speech. We need to reform our justice system. We need to improve outcomes for Black communities and young people. These are the things we are going to continue to do not just for Black Canadians but for all racialized Canadians.
On the flip side, that pathway toward reconciliation continues to be more important than ever before. All the commitments this government has made over the years on moving forward on reconciliation that we have been steadily working on and living up to now need to be accelerated. We need to continue to protect indigenous brothers and sisters from the impacts of this pandemic, but we also need to be giving them the tools and the ability to thrive and prosper in their communities right across the country. That is where we are going to be accelerating many measures of reconciliation. That is why we will be bringing forward in the House, before the end of this year, legislation to enact the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, despite the fact that the Conservatives are already set to vote against it.
We know that Canada is an incredible country. It is an incredible country, not because of geography, not because of history as much as because of Canadians themselves: people who are there to support each other, to work hard for each other, to build their success and to make sure that their communities feel success as well, to stand up for each others' rights and opportunities and to build a better future. That is what this pandemic has shown, Canadians stepping up to do what really matters.
It is unfortunate to see the Conservatives choosing to focus on politics at this time when Canadians are pulling together, trying to create divisions instead of recognizing that Canadians are working together. On this side of the House, we will continue to work not just to support Canadians, but with all members of the House to move forward on meaningful, tangible ways to help Canadians now and into the future.
This moment in our history is going to make a big difference, not only for the next few years, but for decades to come.
This is about how we are going to help the most vulnerable people and rebuild a forward-looking economy with opportunities for everyone across the country. This is about how we are going to ensure that the barriers that exist because of systemic racism are reduced and eliminated. The choices we make today as a country are extremely important to the life of our nation.
Our parents and grandparents, who lived through the Great Depression and the Second World War, worked very hard. They laid the foundation of our society and the country we live in today. They faced crises and made changes with the future in mind. They created the world as we know it today. That is what they lived through. That is what they accomplished.
There are two things I would add. First of all, we must learn from their example. They successfully created the incredibly prosperous world we enjoyed at the end of the 20th century. We must emulate the way they responded to a crisis by coming together and working hard to build a better future.
As we ponder that, we need to learn from their example and understand what we need to do to make things better. We need to acknowledge that the seniors who built the country we love today are now extremely vulnerable, living in long-term care homes across the country. It is our duty to focus on them and do everything we can to protect them. As a country, we will be there to honour their sacrifices and recognize their vulnerability.
Together, we will overcome this challenge. I know we can work together. I know we can keep our promises to Canadians. I know the future will be better because of the work we are going to do together.
Monsieur le Président, je remercie les honorables députés de l'opposition de leurs interventions.
J'aimerais d'abord souligner ce que je crois être un fait fondamental en ce moment de l'histoire de ce pays: la COVID-19 est encore bien présente. Nous n'avons pas encore vaincu la pandémie, nous sommes en plein combat, et c'est un combat que nous devons gagner.
Je sais qu'au cours des six derniers mois, la lutte contre cette maladie a été difficile pour les Canadiens. Pour beaucoup trop de gens, mais en particulier nos aînés, les plus vulnérables, cela a été une question de vie ou de mort. Pour chacun de nous, pour l'ensemble des Canadiennes et des Canadiens, c'est une épreuve comme nous n'en avions jamais vécu dans l'histoire moderne.
J'aimerais pouvoir affirmer à la Chambre que c'est terminé et que nous n'aurons plus à faire tant d'efforts, mais il n'en est tout simplement pas ainsi. Dans les quatre plus grandes provinces du Canada, la deuxième vague n'est pas seulement amorcée, elle déferle déjà. Le 13 mars, lorsque nous avons mis en place des mesures de confinement, il y avait seulement 47 nouveaux cas de COVID-19. Hier, on a dénombré bien au-delà de 1 000 nouveaux cas. En fait, la situation pourrait être pire cet automne qu'au printemps dernier. Tout dépend des gestes que nous poserons tous au cours des prochains jours et des semaines à venir, car, collectivement, nous avons le pouvoir de vaincre la deuxième vague. Nous le pouvons et nous le devons. Tous les Canadiens doivent porter un masque. Nous devons nous laver les mains. Il faut éviter les rassemblements, surtout à l'intérieur, et se rappeler que ce n'est pas le moment de faire la fête. Il faut se tenir à une certaine distance des autres. Nous devons télécharger et utiliser l'application Alerte COVID. Bien entendu, nous devons tous nous faire vacciner contre la grippe.
Quant à nous, les parlementaires, nous avons un travail à faire, un travail important, soit de voir à ce que les Canadiens, ainsi que les entreprises où ils travaillent pour subvenir aux besoins de leur famille, obtiennent l'aide dont ils ont besoin pour traverser la pandémie. Nous devons tout faire pour soutenir la population pendant la crise. En vérité, présentement, la meilleure façon de favoriser la relance économique, c'est de faire le nécessaire pour assurer la santé et la sécurité des Canadiens.
Certains, notamment des députés d'en face, considèrent qu'il aurait fallu agir plus rapidement pour aider les entreprises, mais moins rapidement pour ce qui est des particuliers. Il n'y a rien de plus faux. Nous savons que soutenir les vaillantes familles canadiennes, les aînés et les jeunes est la meilleure façon d'arriver aussi rapidement que possible à une solide relance économique. Il est décevant de constater que le Parti conservateur a choisi de faire de la basse politique. Les conservateurs aimeraient mieux provoquer une élection en pleine pandémie qu'appuyer le maintien de l'aide dont les Canadiens ont désespérément besoin, maintenant plus que jamais.
Notre seul et unique objectif depuis le mois de mars a été d'aider les Canadiens à surmonter la crise, de protéger leur santé et leurs entreprises, de protéger les travailleurs et leurs moyens de subsistance.
Nous savons que la pandémie a frappé certains groupes de la société plus que d'autres. Je pense entre autres à nos aînés, aux mères sur le marché du travail, aux Canadiens racisés, aux peuples autochtones et aux jeunes. Nous avons l'intention de corriger ces inégalités.
J'ai écouté attentivement la déclaration qu'a faite le chef de l’opposition hier ainsi que les propos que deux députés ont tenus aujourd'hui sur l'approche des conservateurs. Je pense qu'ils butent d'abord sur un défi fondamental. Lorsque la chef adjointe a pris la parole, elle a commencé par affirmer que nous n'avions aucun plan, puis elle s'est lancée dans une critique de chacun des éléments de notre plan. Comme je l'ai déjà dit, les conservateurs doivent choisir: les deux possibilités ne peuvent pas cohabiter.
Nous savons que la grande priorité pour de nombreux concitoyens, comme l'a souligné la chef adjointe, est la santé et la sécurité des Canadiens. C'est un point que nous avons tous en commun, tant les élus que les autres Canadiens. C'est pourquoi, dès le début de cette pandémie, nous avons collaboré avec d'éminents scientifiques, des médecins, les agences de santé publique de partout au pays, les premiers ministres des provinces et les municipalités. Nous avons travaillé avec tout le monde dans l'objectif d'assurer la santé et la sécurité des Canadiens pendant cette période difficile. Dès le début, nous avons rencontré régulièrement les premiers ministres des provinces. En fait, je pense que, dans les six derniers mois seulement, nous avons eu près de 20 rencontres avec eux pour discuter de la nécessité d'unir nos forces pour aider les Canadiens.
Je vais revenir à l'assertion faite par les conservateurs, qui affirment que nous vivons une crise d'unité nationale. En réalité, tous les ordres de gouvernement et toutes les régions du pays n'ont jamais été plus unis pour assurer la sécurité de l'ensemble des Canadiens. En effet, quand nous regardons ce qui se passe partout dans le monde et que nous comparons la façon dont nous avons géré la pandémie par rapport à d'autres pays où la gestion de cette crise a fait l'objet de controverses et de débats partisans, nous constatons que l'unité dont ont fait preuve les Canadiens a contribué très grandement à notre bien-être. En fait, depuis le début de nos rencontres avec les premiers ministres des provinces, le gouvernement fédéral a toujours tenté de déterminer ce qu'il pouvait faire pour aider.
Nous avons été là pour encourager l'augmentation des tests de dépistage. Nous avons été là pour leur donner les outils afin d'effectuer plus de tests de dépistage, que ce soit de l'argent, des ressources ou l'équipement nécessaire. Depuis le début, nous encourageons et nous aidons les provinces à augmenter leurs capacités de dépistage. Partout au pays, nous observons une hausse des capacités de dépistage, en partie parce que nous avons octroyé 19 milliards de dollars aux provinces en vue d'une relance sécuritaire.
Dès le début de la pandémie, nous avons fait des transferts en santé aux provinces d'un demi-milliard de dollars. Par la suite, dans le cadre de cette relance équitable, nous avons transféré un autre demi-milliard de dollars pour les systèmes de santé, reconnaissant ainsi que nous sommes dans une crise sanitaire sans précédent.
Nous allons continuer de nous baser sur la science et d'écouter les experts qui font tout le nécessaire pour assurer la sécurité des Canadiens. En même temps, nous agissons pour nous assurer d'avoir les moyens d'augmenter le nombre de tests de dépistage.
Ainsi, grâce aux commandes que nous avons passées à l’étranger et au labeur acharné des scientifiques et des chercheurs canadiens, qui sont en train de trouver de nouvelles façons de fabriquer de nouveaux équipements ici même, au Canada, nous avons réussi à renforcer considérablement la capacité du gouvernement fédéral d’aider les provinces à s’acquitter de leurs responsabilités en matière de tests de dépistage. Nous entendons poursuivre nos efforts dans ce sens.
Nous sommes conscients que la pandémie soulève d’importantes questions en ce qui concerne les services de santé. C’est précisément pour cette raison que nous avons non seulement transféré 1 milliard de dollars aux provinces pour les aider à faire face aux besoins immédiats, en plus des 19 milliards de dollars que nous leur avons transférés dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire, mais que nous nous sommes aussi engagés à les rencontrer cet automne pour discuter de l’avenir des transferts canadiens en matière de santé, étant donné que nos systèmes de santé sont en pleine mutation et que des besoins nouveaux sont en train d’apparaître. Par exemple, nous sommes conscients que de plus en plus de soins de santé vont être administrés, non pas dans des hôpitaux et des institutions, mais à domicile. Il va donc falloir investir dans les soins à domicile, investir dans les services de prestations des soins de santé, et pas seulement dans les hôpitaux et dans les institutions, mais dans des contextes différents. Le gouvernement entend participer à ces discussions.
Nous savons également que, de plus en plus, le traitement des maladies va nécessiter, non pas des interventions chirurgicales ou des hospitalisations, mais plutôt des médicaments et des protocoles pharmaceutiques de plus en plus complexes et sophistiqués qui, bien entendu, vont coûter plus cher. C’est la raison pour laquelle le gouvernement fédéral est déjà intervenu au cours des dernières années pour faire baisser le coût de ces médicaments et aider les provinces à financer le traitement onéreux des maladies rares. Nous entendons poursuivre nos efforts dans ce sens, afin de mettre en place un système national d’assurance-médicaments universel, en commençant par discuter avec les provinces qui sont prêtes à agir rapidement. Voilà le genre de discussions que nous devons avoir en ce qui concerne l’avenir des services de santé dans notre pays.
Je vais être on ne peut plus clair: le gouvernement fédéral entend continuer à jouer un rôle important dans le maintien de la santé et de la sécurité de tous les Canadiens. Nous allons continuer de contribuer au système de soins de santé et de financer des programmes sociaux, comme nous le faisons depuis le début.
En attendant la fin de la pandémie, qui ne viendra jamais assez tôt pour la plupart d’entre nous, nous savons que nous devons en tirer des leçons. Toutefois, tant que cette pandémie n’est pas terminée, le gouvernement fédéral entend bien jouer le rôle qui lui revient pour protéger la santé de tous les Canadiens.
Nous reconnaissons bien sûr les responsabilités et les compétences qui incombent aux provinces en matière de santé. Elles font du bon travail dans leurs champs de compétence.
Cependant, nous reconnaissons aussi que nous avons besoin de les aider quand surviennent des débordements ou des défis plus grands que d'habitude. C'est pour cette raison que, lorsque le premier ministre du Québec nous a demandé d'envoyer l'armée dans les CHSLD pour aider durant cette crise que le Québec ne pouvait pas gérer seul, nous avons répondu sans hésiter que nous l'aiderions. Nous sommes là pour aider à protéger nos aînés et pour appuyer les Canadiens. C'est une promesse que nous avons faite dès le début de cette pandémie et nous la tenons.
Nous démontrons que, oui, nous sommes là. Nous avons envoyé les Forces armées canadiennes aider nos aînés. Nous continuons d'aider grâce à la Croix-Rouge canadienne, qui est encore présente dans les CHSLD pour aider le Québec à reprendre le contrôle de cette situation tragique.
Nous allons aider les Canadiens en partenariat avec les provinces. Certaines personnes recommandent que nous nous contentions d'envoyer des transferts en argent et des chèques en blanc aux provinces pour leurs systèmes de santé. Pourtant, cela n'aurait pas aidé, car cela prenait des gens, des soldats, et du personnel de la Croix-Rouge canadienne sur le terrain.
Il ne s'agit pas que d'une question d'argent, mais nous allons assurément continuer d'envoyer de l'argent. Nous avons envoyé plus de 40 milliards de dollars aux provinces pour leurs systèmes de santé et nous allons continuer d'agir pour assurer la santé des Canadiens. Cependant, nous allons le faire comme les Canadiens s'y attendent, c'est-à-dire en partenariat avec les provinces. C'est ce que nous allons continuer de faire.
Malgré tout, les conservateurs continuent de suggérer que nous ne sommes pas là pour les Canadiens.
Les conservateurs affirment que notre plan a laissé les Canadiens ordinaires pour compte. Quand la pandémie a frappé, les conservateurs étaient plus préoccupés par les questions d'austérité que par les façons d'aider les gens, et ils choisissent maintenant de s'ancrer encore plus profondément dans cette position qu'ils ont adoptée. Ils prétendent que nous n'avons pas aidé les Canadiens ordinaires, mais je peux dire que les près de 9 millions de Canadiens qui ont reçu la Subvention salariale d'urgence du Canada ne partagent pas leur opinion. En dépit de ce qu'auraient préféré les conservateurs, nous avons été là pour soutenir les Canadiens d'un bout à l'autre du pays.
Nous sommes aussi venus en aide aux millions de travailleurs qui ont réussi à garder leur emploi ou à se faire réembaucher grâce à la subvention salariale aux entreprises. Ces personnes avaient besoin de soutien durant la pandémie.
Ce que les conservateurs ne cessent de nous reprocher, c'est d'en faire trop. Ils disent que nous investissons trop dans les Canadiens, que nous les aidons trop et que c'est irresponsable. Cependant, comme je l'ai dit, dans les faits, la meilleure façon de contribuer au rétablissement de l'économie canadienne est de soutenir les Canadiens tout au long de la crise sanitaire qui sévit actuellement. Voilà ce que les conservateurs ne comprennent pas.
À court terme, nous continuerons à investir dans les Canadiens et à les soutenir pendant la pandémie.
D'ailleurs, les conservateurs se sont bien gardés de préciser, dans leur réponse au discours du Trône, contre quelles dépenses ils en ont exactement. Sont-ils contre la prolongation de la subvention salariale d'urgence du Canada, qui est abordée dans le discours du Trône et que nous prolongeons jusqu'à l'été prochain? Ont-ils plutôt une dent contre les 500 $ par semaine auxquels donnait droit la Prestation canadienne d'urgence, qui sera graduellement remplacée par l'assurance-emploi et par une autre prestation pour les travailleurs qui n'ont toujours pas droit à l'assurance-emploi? Selon nous, il est absolument nécessaire de continuer à verser ces 500 $ aux Canadiens qui en auront encore besoin pour la suite des choses, mais on dirait que les conservateurs ne veulent pas que nous empruntions cette voie.
Ma question demeure donc la même: contre quelles mesures les conservateurs en ont-ils? Quelles sont les mesures que nous prenons pour aider les Canadiens et qui, selon eux, n'ont pas leur raison d'être? À quel moment de leur réflexion ont-ils écarté les Canadiens de l'équation? Comment peuvent-ils affirmer que nous devons à la fois relancer l'économie et freiner les dépenses?
Qu'auraient fait les Canadiens si le gouvernement fédéral n'était pas intervenu pour mettre de l'argent directement dans leurs poches dès le début de la pandémie? Certes, ils auraient été obligés de s'endetter davantage pour payer l'épicerie ou leur loyer. L'aide que nous avons fournie est considérable. Non seulement elle a permis aux Canadiens d'éviter de s'endetter davantage, elle a permis à bien des gens d'éviter d'avoir recours aux banques alimentaires et d'éviter de perdre leur maison ou leur emploi.
La réalité, c'est que beaucoup trop de gens ont quand même dû se tourner vers les banques alimentaires. Voilà pourquoi nous avons investi des centaines de millions de dollars dans les banques alimentaires, les refuges et l'aide aux Canadiens les plus vulnérables. Jour après jour, nous avons soutenu les Canadiens. Alors que la deuxième vague approche, nous nous engageons à continuer de soutenir les Canadiens, et les conservateurs préféreraient déclencher des élections sur-le-champ plutôt que de soutenir la population.
Les conservateurs posent beaucoup des mêmes questions que les Canadiens, par exemple à combien s'élèvera le déficit et si nous serons responsables sur le plan financier. Nous devons donc établir une distinction claire entre les mesures à court terme servant à soutenir les Canadiens et le plan qui favorisera la relance à long terme après la pandémie. Nous prendrons les mesures à court terme qui s'imposent pour aider les Canadiens. Nous aiderons les Canadiens à traverser la pandémie de toutes les façons nécessaires parce que c'est le meilleur moyen d'assurer une économie forte lorsque la pandémie prendra fin. Comme je l'ai déjà dit, les conservateurs doivent comprendre que faire moins pour aider les Canadiens nuira à l'économie canadienne à long terme. La reprise sera plus lente et les déficits, plus élevés.
Une fois la pandémie derrière nous, il sera particulièrement important de faire preuve de responsabilité financière et de favoriser le développement durable. C'est pourquoi les investissements que nous avons présentés dans le discours du Trône en matière de services de garde, de logement et d'assurance-médicaments ne visent pas uniquement à financer le filet social. Ces investissements vont favoriser en fait une meilleure croissance économique et une participation accrue des femmes sur le marché du travail. En outre, ces investissements vont faire en sorte qu'un plus grand nombre de familles ne soient pas confrontées à des choix impossibles si leurs enfants devaient rester à la maison. Les entreprises, grâce au programme national et universel d'assurance-médicaments que nous allons mettre en place, vont bénéficier d'un plus grand soutien et ne devront plus débourser autant d'argent pour les médicaments sur ordonnance de leurs employés. Enfin, nos mesures d'aide au logement permettront à davantage de personnes vulnérables de se trouver un toit et de contribuer à l'essor de notre pays, ainsi que de diminuer les coûts engendrés par les centres d'hébergement.
Il ne s'agit donc pas de mesures à caractère social uniquement, mais de mesures économiques qui devront être prises parce que la pandémie nous a permis de mieux constater les lacunes de notre société, des failles que les Canadiens et les Canadiennes devront combler.
Les conservateurs nous parlent souvent de nos aînés et de la nécessité de mieux les appuyer dans ces moments difficiles. Nous avons offert aux aînés admissibles un soutien additionnel de 2,5 milliards de dollars sous forme de versements uniques non imposables de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément de revenu garanti. Nous soutenons des projets communautaires qui visent à améliorer la qualité de vie des aînés et à atténuer leur isolement social. Pour ce faire, nous avons investi 20 millions de dollars de plus dans le programme Nouveaux Horizons pour les aînés.
Le discours du Trône présente le travail que nous ferons en collaboration avec les provinces et les territoires pour établir des normes nationales pour les soins de longue durée. Nous agirons pour que les aînés puissent rester plus longtemps dans leur propre maison. Nous allons travailler avec nos collègues ici, au Parlement, afin de modifier le Code criminel pour faire en sorte que les personnes qui négligent les aînés dont elles s'occupent soient tenues responsables de leurs actes.
Le discours du Trône indique aussi que nous allons nous pencher sur de nouvelles mesures pour améliorer la rémunération des préposés aux services de soutien aux personnes, dont le travail est difficile, mais essentiel. Notre société doit mieux valoriser leur diligence, leurs compétences et leur travail. Nous devons continuer de chercher à mieux faire pour nos aînés. Si les conservateurs ne sont pas d'accord sur cela, qu'ils continuent de le dire et de voter contre le discours du Trône qui offre de l'aide concrète pour nos aînés. S'ils sont en désaccord avec ces mesures, qu'ils l'expliquent directement aux aînés. C'est ce qu'ils sont en train de dire.
En ce qui a trait à la création d'emplois, nous savons que nous avons beaucoup de travail à faire pour retrouver l'économie que nous avions avant la pandémie et créer une économie encore plus forte. Dans les cinq premières années de nos mandats, nous avons créé plus de 1 million d'emplois pour les Canadiens. Pendant la pandémie, nous avons observé des pertes d'emplois record dans notre pays, comme dans tous les pays du monde.
Les conservateurs continuent de dire que la PCU et le soutien que nous donnons aux gens qui doivent payer leur loyer et leur épicerie sont un désincitatif au travail. La réalité, c'est que nous allons toujours être là pour appuyer les travailleurs. Nous savons que les Canadiens veulent contribuer et travailler, mais il manque d'emplois à cause de la pandémie. Beaucoup de secteurs ont été frappés extrêmement fort par cette pandémie. Nous allons donc continuer d'être là pour aider les gens qui veulent travailler, mais il n'y a pas d'emplois. Cette idée que si on retirait le soutien à des millions de personnes, celles-ci se trouveraient un emploi est complètement farfelue et irresponsable de la part des conservateurs.
Encore une fois, je demande aux conservateurs avec quelles mesures précises du discours du trône ils sont en désaccord. Puisqu'ils n'aiment pas le Parti libéral et son approche, qu'ils proposent autre chose. Or, ils n'ont rien à proposer. Ils savent que depuis le début notre priorité est d'être là pour les Canadiens. Comme ils n'ont rien à proposer, ils parlent d'une crise d'unité nationale. En réalité, les Canadiens n'ont jamais été aussi unis qu'ils le sont actuellement.
C'est vraiment ce qui ressort de cette pandémie: les Canadiens se serrent les coudes dans tous les ordres de gouvernement afin de servir la population. Ils le font dans les collectivités et au travail. Ils sont prêts à aider des gens à l'autre bout du pays: de l'équipement de protection individuelle produit en Ontario est envoyé partout au pays; des avancées scientifiques obtenues dans l'Ouest, en Colombie-Britannique, ont des retombées dans l'ensemble du pays; les fruits de mer récoltés sur les côtes canadiennes sont exportés partout dans le monde. Les travailleurs du secteur de l'énergie en Alberta, qui continuent d'innover et de travailler à l'avènement d'un monde meilleur où leurs enfants auront des emplois et des débouchés.
Les députés d'en face me posent des questions au sujet de l'Alberta et ils mettent l'accent sur la situation dans cette province. Je vais leur dire ce que le gouvernement a fait pour les Canadiens et plus précisément pour les Albertains, puisque ces députés s'inquiètent du sort de ces derniers.
Depuis le début, la Prestation canadienne d'urgence soutient des milliers et des milliers d'Albertains, qui étaient déjà aux prises avec la crise du secteur du pétrole et du gaz, une crise mondiale qui frappe durement l'Alberta.
Nous les avons soutenus au moyen de la Prestation canadienne d'urgence. Nous leur avons permis de conserver leur emploi grâce à la Subvention salariale d'urgence. Nous avons consacré de l'argent au nettoyage de puits abandonnés, un dossier qui relève de la compétence des provinces, mais que nous sommes ravis d'appuyer parce que nous devons permettre aux gens de faire ce qui s'impose et de travailler en cette période difficile.
De plus, par l'intermédiaire du Cadre de relance sécuritaire, nous avons envoyé aux provinces une partie des 19 milliards de dollars ayant servi à aider les Albertains et des personnes dans l'ensemble du pays pendant cette pandémie. C'est avec la collaboration et l'appui de tous les premiers ministres provinciaux, incluant celui de l'Alberta, que nous avons acheminé ces fonds qui visent à protéger les gens. Il y a quelques semaines à peine, quand les commissions scolaires et les parents à l'échelle du pays appréhendaient la rentrée scolaire, nous avons conclu une entente de 2 milliards de dollars avec les provinces dans le cadre du Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire afin de veiller à ce que les commissions scolaires de l'Alberta aient les ressources nécessaires pour assurer la sécurité des élèves lors du retour en classe.
Or, les conservateurs ont choisi de créer une crise d'unité nationale. Tous les Canadiens vivent des difficultés liées à la COVID-19, et certains secteurs sont plus durement touchés que d'autres, comme le secteur touristique, l'industrie pétrolière et gazière ainsi que les arts de la scène. Beaucoup de secteurs éprouvent des difficultés, et nous continuons de chercher des moyens de les soutenir, partout au pays. Je sais que la chef adjointe ne voulait pas induire la Chambre en erreur et j'espère qu'elle pourra se rétracter. Elle a dit que le discours du Trône ne faisait même pas mention de l'agriculture, de l'industrie forestière et des ressources naturelles. C'est inexact. Elle n'a qu'à vérifier à la page 24, car nous avons investi beaucoup de temps pour rassurer les gens et parler des difficultés qu'éprouvent les Canadiens, d'un bout à l'autre du pays.
Lorsqu'on parle d’agriculture, il faut dire à quel point la capacité des agriculteurs et des pêcheurs de ce pays à mettre de la nourriture sur nos tables et à contribuer aux importantes chaînes d’approvisionnement mondiales grâce à leur dur labeur, même pendant la pandémie, a été incroyablement importante. Nos agriculteurs ont été de véritables héros pour ce qui est de l'atteinte de cet objectif. Voilà pourquoi, lorsqu'on tient compte de leurs préoccupations, notamment l’augmentation des inondations et des sécheresses en raison du changement climatique, on se rend compte que le parti de la leader parlementaire de l'opposition et l’ancien gouvernement ont vraiment causé du tort aux agriculteurs des Prairies. Ils ont éliminé l’Administration du rétablissement agricole des Prairies. Cette entité avait pour but d’aider à la gestion de l’eau dans les Prairies, question qui ne fait que gagner en importance compte tenu des répercussions du changement climatique. Toutefois, le gouvernement conservateur précédent l’a supprimée. Il faut se rendre à l’évidence: la gestion des ressources en eau, en particulier pour les agriculteurs des Prairies, est essentielle. C’est pourquoi le discours du Trône promet de mettre en place une agence canadienne de l’eau pour remplacer et poursuivre l'excellent travail de l’ARAP. Ne serait-ce que pour cela, les conservateurs des Prairies devraient voter pour ce discours du Trône. Mais comme les conservateurs ont éliminé l’ARAP, ils ne veulent pas mettre en évidence le fait que nous la rétablissons.
Nous parlons de l’importance des travailleurs forestiers dans la création de bons emplois pour l’avenir, de l’importance des industries de ressources naturelles et des mineurs dans la création d’emplois pour l’avenir. Nous savons que nous nous dirigeons vers une société et un monde où de plus en plus de solutions de haute technologie reposeront sur des minéraux rares, sur des produits de bonne qualité et bien extraits. Il suffit de constater l’importance qu’a l’aluminium propre du Canada dans de nombreuses chaînes d’approvisionnement partout au pays.
L'aluminium vert du Canada, produit en limitant les émissions de gaz à effet de serre, est recherché par des industries des quatre coins du monde qui veulent pouvoir dire que leurs produits électroniques ne sont pas en train de contribuer aux changements climatiques. C'est une bonne nouvelle pour les travailleurs du secteur de l'aluminium. C'est aussi une énorme et bonne nouvelle pour nos travailleurs du secteur des ressources naturelles, quand on peut démontrer que les batteries de véhicules électriques sont basées sur des minerais qu'on aurait extraits ici, au Canada, de façon responsable tournée vers l'avenir.
J'ai été très heureux de pouvoir m'entretenir avec des gens des secteurs miniers et je sais ce que le Canada a à offrir, non seulement en matière de ressources naturelles, mais également en matière de transformation des ressources naturelles. Cela nous permettra de faire partie de l'économie de l'avenir, qui sera plus prospère et plus durable. C'est essentiel. Nous en parlons dans ce discours du Trône. Nous allons continuer de reconnaître que la meilleure façon de relancer l'économie, c'est aussi de penser à où l'économie s'en va. On s'en va vers la décarbonisation. Or, la réalité, c'est que nous ne pourrons pas atteindre nos cibles de Net Zéro en 2050 sans la pleine participation et l'innovation des travailleurs dans nos secteurs de l'énergie et des ressources naturelles.
Des gens de l'Alberta, de la Saskatchewan, de la Colombie-Britannique et de Terre-Neuve-et-Labrador sont des experts en matière d'énergie. Ces travailleurs sont toujours là pour innover, pour préparer un meilleur avenir et pour trouver des solutions concrètes. Nous avons besoin d'eux pour transformer notre économie pour la rendre moins polluante et plus efficace et pour faire en sorte qu'elle connaisse plus de succès commercial dans le monde. C'est une partie intégrante de notre avenir et nous allons continuer d'investir dans ce secteur.
Les conservateurs veulent en faire une crise d'unité nationale. Je suis désolé, mais c'est tout simplement irresponsable. Pendant cette pandémie, plus que n'importe qui ailleurs dans le monde, les Canadiens ont démontré qu'ils étaient là les uns pour les autres. Essayer d'introduire cette attaque politique est tout simplement irresponsable et farfelu.
Nous continuerons à soutenir les Canadiens tout au long de cette pandémie. Nous continuerons à soutenir les familles et les travailleurs qui ont besoin d'appui dans tout le pays. Nous continuerons à faire ce qu’il faut pour soutenir les Canadiens, quoi qu’en disent les conservateurs. Nous continuerons à reconnaître les failles de nos systèmes que la pandémie a révélées: les enjeux liés à l’itinérance, à l’exclusion des femmes du marché du travail, à l’accès aux soins de santé et à l’assurance-médicaments et au racisme systémique, qui continuent à freiner beaucoup trop de gens au Canada. Voilà pourquoi, alors que nous continuons à lutter contre le racisme systémique, nous mettons d'abord et avant tout l'accent sur l’autonomisation économique des entrepreneurs noirs et des entreprises appartenant à des Noirs.
C’est intéressant, parce que j’ai entendu beaucoup de gens dire qu’il y a tant d’autres choses à faire. Oui, il y en a. Si l’on parle aux dirigeants de la communauté noire et à des entrepreneurs noirs, l’une des premières choses qu’ils demanderont est un meilleur accès aux capitaux. C’est pourquoi nous étions ravis il y a quelques semaines d'annoncer que nous avons collaboré avec les principales banques canadiennes en ce qui concerne l’accès aux capitaux pour commencer à rééquilibrer les échelles économiques et faire tomber les barrières qui existent en raison de systèmes discriminatoires, mais il reste encore beaucoup à faire et nous en parlons dans le discours du Trône. Il faut réformer le système judiciaire. Il faut améliorer les résultats pour les communautés noires et les jeunes. Ce sont des objectifs que nous continuerons à poursuivre non seulement pour les Canadiens noirs, mais pour tous les Canadiens racialisés.
Par ailleurs, il demeure plus important que jamais auparavant que nous suivions la voie de la réconciliation. Le gouvernement a poursuivi fermement tous les engagements qu'il a pris au fil des ans à cet égard. Toutefois, il est maintenant temps d'augmenter la cadence. Il nous faut continuer à protéger nos frères et sœurs autochtones des conséquences de cette pandémie, tout en leur fournissant les moyens et les outils nécessaires pour qu'ils puissent prospérer au sein de leurs communautés, aux quatre coins du pays. Voilà pourquoi nous accélérerons la mise en place de bon nombre de mesures de réconciliation. C'est aussi ce qui explique que nous présenterons à la Chambre, avant la fin de l'année, une mesure législative qui vise l'adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, et ce, même si les conservateurs ont déjà convenu de voter contre celle-ci.
Nous savons tous que le Canada est un pays incroyable, non pas tant à cause de sa géographie ou de son histoire, mais grâce aux Canadiens et aux Canadiennes. Les citoyens canadiens s'entraident, travaillent fort pour assurer leur succès, contribuer au bien collectif et veiller à la prospérité de leurs collectivités. Ils souhaitent que tous jouissent des mêmes droits et des mêmes possibilités, et s'emploient à bâtir un avenir meilleur. La pandémie a montré que les citoyens canadiens se mobilisent pour faire ce qui compte réellement.
Il est regrettable que les conservateurs choisissent de faire de la politique partisane et de créer des divisions en cette période où les Canadiens se serrent les coudes. De ce côté-ci de la Chambre, nous continuerons de collaborer avec l'ensemble des députés pour trouver des moyens concrets d'aider les Canadiens, maintenant et dans l'avenir.
C'est un moment de notre histoire qui va faire une grande différence, pas seulement dans les années à venir, mais dans les décennies à venir.
Il s'agit de la manière dont nous allons aider les gens les plus vulnérables et reprendre une économie axée sur l'avenir avec des occasions pour tous partout au pays. Il s'agit de la manière dont nous allons nous assurer que les barrières qui existent à cause du racisme systémique seront réduites et éliminées. Les choix que nous faisons maintenant en tant que pays sont extrêmement importants dans la vie de notre pays.
Nos parents, nos grands-parents, ceux qui ont vécu la Grande Dépression et la Deuxième Guerre mondiale ont travaillé extrêmement fort. Ils ont jeté les bases de la société et du pays dans lequel nous vivons aujourd'hui. Ils ont fait face à des crises et ils ont amené des changements avec un oeil sur l'avenir. Ils ont créé ce monde dans lequel nous vivons. Voilà la crise qu'ils ont vécue. Voilà le travail qu'ils ont fait.
J'ajouterai deux choses. D'abord, nous nous devons de nous inspirer de leur exemple. Ils ont réussi à créer ce monde incroyablement prospère que nous avons connu à la fin du XXe siècle. Nous nous devons de nous inspirer de la manière dont ils ont répondu à une crise en se rassemblant et en travaillant fort pour un meilleur avenir.
En même temps que nous avons cette réflexion, nous devons apprendre de leur exemple et reconnaître le travail que nous devons faire pour améliorer les choses. Il faut reconnaître que ces aînés qui ont bâti ce pays que nous adorons aujourd'hui sont actuellement extrêmement vulnérables dans nos centres de soins de longue durée aux quatre coins du pays. Nous nous devons de nous concentrer sur eux et de tout faire pour les protéger. Nous allons être là, en tant que pays, pour reconnaître leurs sacrifices et leur vulnérabilité.
Nous allons être à la hauteur, ensemble, du défi qui se présente à nous. Je sais que nous allons pouvoir travailler ensemble. Je sais que nous allons pouvoir remplir nos engagements auprès des Canadiens. Je sais que l'avenir sera meilleur grâce du travail que nous allons faire ensemble.
Collapse
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-24 12:31 [p.45]
Expand
Madam Speaker, I am very pleased to rise after the Prime Minister, who today has delivered his second partisan speech in the last several hours because last night he had a so-called national address to the nation, which was anything but a call from the Prime Minister and rather a call from the Liberal Party leader.
What we saw today was a Prime Minister who is completely out of touch with Canadians. When it comes to national unity, the Prime Minister chose to fan the flames rather than focus on what Canadians are going through.
Yes, there is a national unity problem in this country. Yes, westerners are fed up with federal policy. Yes, the government of Quebec is fed up with the current government meddling in provincial jurisdictions.
Concerning this reality, the Prime Minister said it was “irresponsible and ridiculous”. What we are currently going through is anything but ridiculous.
What people in the west are living with right now is not funny. However, the Prime Minister is saying that it is irresponsible to raise the issue. That is funny. How can the Prime Minister be so arrogant today?
Madame la Présidente, je suis très content d'intervenir après le premier ministre, qui a prononcé aujourd'hui son second discours partisan au cours des dernières heures. Hier, il a, en effet, prononcé un soi-disant discours à la nation, qui s'est avéré n’être rien d'autre qu'une proclamation du premier ministre ou plutôt du chef du Parti libéral.
Ce que nous avons vu aujourd'hui, c'est un premier ministre qui est complètement déconnecté de la réalité des Canadiens. Voilà que le premier ministre, à la question de l'unité nationale, a préféré jeter de l'huile sur le feu plutôt que d'être attentif à la réalité des Canadiens.
Oui, il y a des problèmes d'unité nationale dans ce pays. Oui, les gens de l'Ouest en ont ras le pompon de la politique gouvernementale fédérale. Oui, le gouvernement du Québec en a ras le pompon de voir l'actuel gouvernement s'ingérer dans les compétences provinciales.
À propos de cette réalité, le premier ministre a dit que c'était « irresponsable et farfelu ». Ce que nous vivons actuellement est tout sauf farfelu.
Ce que les gens dans l'Ouest vivent en ce moment n'est pas drôle. Le premier ministre affirme, cependant, qu'il est irresponsable d'en parler. C'est drôle. Comment le premier ministre peut-il se montrer si arrogant aujourd'hui?
Collapse
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-24 12:32 [p.45]
Expand
Madam Speaker, the story of the pandemic in Canada is the story of people working together. Since the beginning of the pandemic we have had 18 meetings with the provincial premiers. At each meeting the federal government asked how it could help the provinces protect their citizens and what it could do, together with the provinces, to ensure the health and safety of Canadians. During those 18 meetings with the premiers, we made record investments to the tune of $19 billion to help the provinces achieve a safe reopening. We invested $2 billion to ensure a safer return to school in Canada.
We are in the midst of a crisis. At the same time, Canadians are coming together from coast to coast to coast. The reality is that pointing out we are divided is pure Conservative spin. Yes, some people have different political views, while others are frustrated, and I understand that. However, it is wrong to say that Canadians are divided when we are more united than ever, especially in comparison with our American neighbours. We are working together to protect each other. The reality is that we will continue to work together.
Madame la Présidente, l'histoire de la pandémie au Canada, c'est l'histoire de gens qui travaillent ensemble. Depuis le début de la pandémie, nous avons eu 18 rencontres avec les premiers ministres des provinces. Lors de chaque rencontre, le gouvernement fédéral demandait comment il pouvait aider les provinces à protéger leurs citoyens et ce qu'il pouvait faire, de concert avec les provinces, pour assurer la sécurité et la santé des Canadiens. Pendant ces 18 rencontres avec les premiers ministres, nous avons su livrer des investissements records, à hauteur de 19 milliards de dollars, pour aider les provinces vers une relance sécuritaire. Nous avons investi 2 milliards de dollars pour assurer une rentrée scolaire plus sécuritaire partout au pays.
Nous sommes en train de vivre une crise. En même temps, les Canadiens se rassemblent d'un bout à l'autre du pays. La réalité, c'est que souligner que nous sommes divisés est une invention conservatrice. Effectivement, certaines personnes ont différents points de vue sur le plan politique et d'autres ont des frustrations; je comprends cela. Or il est faux de dire que les Canadiens sont divisés alors que nous sommes plus unis que jamais, surtout quand nous nous comparons à nos voisins américains. Nous travaillons ensemble pour protéger les uns et les autres. La réalité, c'est que nous continuerons à travailler ensemble.
Collapse
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2020-09-24 12:34 [p.45]
Expand
Madam Speaker, I heard the Prime Minister say that the Conservatives are going to have to answer a lot of questions. I think the Prime Minister is also going to have to answer some questions, especially about seniors.
He spoke about seniors a moment ago. He is going to have to tell us why, for the first time ever, he is creating two classes of seniors, namely “young” seniors and “old” seniors.
He is also going to have to answer some questions about WE Charity.
The federal government does not run any hospitals. It does not run any seniors' homes. The provinces are the experts, yet the federal government is still trying to tell them what to do, instead of just transferring the money they need to provide high-quality services in the provinces, including Quebec.
With an air of condescension, not to say contempt, he said that we are asking for a blank cheque. We are not asking for a blank cheque. All we want is for the federal government to keep its word and cover 50% of Canada's health care costs. All we want is for the federal government to respect the Constitution that the Prime Minister's father foisted on Quebec.
Madame la Présidente, j'entendais le premier ministre dire que les conservateurs auront certainement à répondre à un certain nombre de questions. Je pense que le premier ministre devra aussi répondre à des questions, notamment en ce qui concerne les aînés.
Il y a quelques instants, il a mis l'accent sur les aînés. Il devra nous dire pourquoi, pour la première fois, il crée deux catégories d'aînés; les « jeunes » aînés et les « vieux » aînés.
Il devra aussi répondre à un certain nombre de questions en ce qui a trait au mouvement UNIS.
Le gouvernement fédéral ne gère aucun hôpital. Il ne gère aucune résidence pour personnes âgées. Or il prétend pouvoir donner des leçons aux provinces qui ont l'expertise en la matière plutôt que de simplement transférer les sommes requises pour assurer des services de qualité dans les provinces, y compris au Québec.
Dans un élan condescendant, voire méprisant, il a dit que nous voulons un chèque en blanc. Nous ne voulons pas un chèque en blanc. Nous demandons simplement que le gouvernement fédéral respecte ses engagements, soit de contribuer à 50 % des frais relatifs aux soins de santé au Canada; nous demandons simplement que le gouvernement fédéral respecte la Constitution que le père du premier ministre a enfoncée dans la gorge du Québec.
Collapse
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-24 12:35 [p.46]
Expand
Madam Speaker, I am happy to correct the hon. member, who I am certain did not want to mislead the House. The federal government is responsible for providing health care to indigenous people living on reserve and to members of the Canadian Armed Forces.
It is worth pointing out that we have military health care expertise, because it means that our soldiers were able to help Quebec's long-term care facilities. Our military has considerable expertise that helped Quebec better protect its seniors. We will continue to respect jurisdictions. We will continue to be there for Canadians.
The member also referred to our promise to increase old age security for seniors aged 75 and over. We recognize that people are living longer and longer, which is a good thing. Unfortunately, as people age, their expenses increase, and their pension does not go nearly as far as it used to. We therefore recognized the importance of doing more for seniors so that they can live longer in dignity, and we will continue to do just that.
We will always continue to work in partnership with and respect the provinces. That is what makes our beautiful country, our great confederation, work. As a federalist, I know that there are things that my sovereignist friend and I will not agree on, but we will always agree on the fact that we all need to work to protect Canadians, no matter where they live in this country.
Madame la Présidente, je suis content de corriger l'honorable député qui ne voulait certainement pas induire la Chambre en erreur: le gouvernement fédéral a la responsabilité d'offrir des soins de santé aux peuples autochtones vivant dans les réserves et aux militaires des Forces armées canadiennes.
C'est une bonne chose de souligner que nous avons l'expertise en matière de soins de santé offerts aux militaires, puisque cela signifie que nos militaires ont pu aider les CHSLD. Ils ont une expertise importante qui a aidé le Québec à mieux protéger ses aînés. Nous allons continuer à respecter les champs de compétences. Nous allons continuer d'être là pour les Canadiens.
Le député a aussi souligné notre promesse d'augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés de 75 ans et plus. Effectivement, nous reconnaissons que les gens vivent de plus en plus longtemps, ce qui est une bonne chose. Malheureusement, les coûts augmentent au fur et à mesure qu'ils vieillissent. De plus, leur pension est de plus en plus loin. Nous avons donc reconnu que de faire davantage pour les aînés afin qu'ils vivent plus longtemps dans la dignité est important, et nous continuerons de le faire.
Nous continuerons toujours à travailler en partenariat avec les provinces, tout en respectant celles-ci. C'est ce qui fait fonctionner notre beau pays, notre belle confédération. Je sais que, en tant que fédéraliste, il y a des choses sur lesquelles je ne serai pas d'accord avec mon ami souverainiste, mais nous serons toujours d'accord sur le fait que nous devons tous travailler pour protéger tous les Canadiens, où qu'ils soient au pays.
Collapse
View Taylor Bachrach Profile
NDP (BC)
View Taylor Bachrach Profile
2020-09-24 12:37 [p.46]
Expand
Madam Speaker, so many people in northwest British Columbia continue to struggle with the loss of their income as a result of this pandemic. This includes people working in retail, people working in tourism and people working in hospitality.
The government's original plan for the transition from CERB to EI included an unexplained reduction in benefits of $400 per month. Will the Prime Minister please confirm that he has now accepted the NDP's demand that there be no reduction in benefits in the transition from the CERB program?
Madame la Présidente, il y a beaucoup de gens dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique qui continuent à composer avec la perte de leurs revenus liée à la pandémie. Je pense aux personnes travaillant dans le commerce de détail ou dans le secteur du tourisme et de l'hôtellerie notamment.
Le plan initial du gouvernement sur la transition de la PCU à l'assurance-emploi prévoyait une réduction inexpliquée des prestations de 400 $ par mois. Le premier ministre nous confirmera-t-il qu'il a maintenant accepté la demande du NPD de ne pas réduire les prestations lors de ladite transition?
Collapse
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-24 12:38 [p.46]
Expand
Madam Speaker, I am pleased to highlight that we recognize the challenges faced by Canadians right across the country. From the very beginning, with the Canada emergency response benefit, we were there to support Canadians, even though the Conservatives continue to insist that we should not have been so quick with the CERB, should not have been so quick to help Canadians and should have focused on businesses first instead.
We know that supporting workers and families across this country was the right thing to do. We all want to imagine a country in which our economy will be running again at full steam without this pandemic, but we are not there yet. We still have far too many people who are out of work, far too many people who would love to find a job or would love to be working but simply cannot.
That is why we are transitioning the CERB into a robust EI system that will continue to offer $500 a week to people who are looking for work or who cannot find work and to people who need that support because they simply have to be home to support their families during this difficult time.
For the people who have not been able to access or cannot access EI, we are creating a Canada recovery benefit that will support them with $500 a month, because that is the support that all Canadians deserve.
Madame la Présidente, je suis content de souligner que nous sommes conscients des difficultés qu'éprouvent les Canadiens de partout au pays. Dès le début, nous étions là pour aider les Canadiens grâce à la Prestation canadienne d'urgence, même si les conservateurs soutiennent toujours que nous n'aurions pas dû instaurer cette mesure aussi rapidement, que nous n'aurions pas dû aider les Canadiens aussi rapidement et que nous aurions plutôt dû commencer par nous occuper des entreprises.
Nous savons qu'aider les travailleurs et les familles des quatre coins du pays était la bonne chose à faire. Nous rêvons tous d'un pays où l'économie reprendra à plein régime sans pandémie, mais nous n'en sommes pas encore là. Il y a encore beaucoup trop de gens au chômage, beaucoup trop de gens qui aimeraient trouver un emploi ou travailler, mais qui ne le peuvent tout simplement pas.
C'est pourquoi nous transformons la Prestation canadienne d'urgence en un solide régime d'assurance-emploi, qui prévoit offrir 500 $ par semaine aux personnes qui cherchent un emploi ou qui n'en trouvent pas et à celles qui ont besoin de cet argent parce qu'elles doivent rester chez elles pour subvenir aux besoins de leur famille au cours de cette période difficile.
Pour les personnes qui n'ont pas pu être admissibles à l'assurance-emploi ou qui n'y sont pas admissibles, nous avons créé la Prestation canadienne de la relance économique, qui leur permettra de toucher 500 $ par mois parce que tous les Canadiens méritent d'être soutenus.
Collapse
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
View Mark Gerretsen Profile
2020-09-24 12:39 [p.46]
Expand
Madam Speaker, I am so glad that the Prime Minister talked about CERB, because it was a program that not only helped so many individual Canadians, but in fact put our economy in such a place that it could continue to survive throughout this pandemic.
I will take this opportunity, as I have done before, to thank the incredible public service that delivered on that program. The reality is that we went from the World Health Organization declaring a global pandemic to having money in the bank accounts of 5.4 million Canadians in one month and four days. By any standard that is an extreme accomplishment, and it is all due to the incredible public service we have.
The Prime Minister would know that the economy and our environment are incredibly important to me. The throne speech hit on the government's aim to legislate Canada's global goal of net zero by 2050. I am curious if the Prime Minister could expand on how he sees the changes to our economy, and what parts of the economy we will push and support to make this a reality so we can meet our goals.
Madame la Présidente, je suis très heureux que le premier ministre ait parlé de la Prestation canadienne d'urgence, car il s'agit d'un programme qui a non seulement aidé un grand nombre de Canadiens, mais qui a également permis à l'économie du pays de survivre tout au long de la pandémie.
Je profite de l'occasion, comme je l'ai déjà fait, pour remercier les remarquables fonctionnaires qui ont assuré l'exécution du programme. Le fait est que seulement un mois et quatre jours après que l'Organisation mondiale de la santé ait déclaré une pandémie mondiale 5,4 millions de Canadiens ont reçu une aide financière. C'est un exploit impressionnant, et tout cela grâce à la formidable fonction publique du Canada.
Le premier ministre sait que l'économie et l'environnement sont très importants pour moi. Le discours du Trône a souligné l'intention du gouvernement de légiférer sur l’objectif canadien de zéro émission nette d’ici 2050. Le premier ministre peut-il nous dire comment il entrevoit la transformation de notre économie et nous préciser quels seront les secteurs économiques que nous allons stimuler et soutenir financièrement pour en arriver à cela et atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés?
Collapse
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-24 12:41 [p.46]
Expand
Madam Speaker, let me first respond to the initial comments of our esteemed colleague from Kingston and the Islands.
The Canadian public service has been extraordinary, and not just the federal public service but those right across the provinces, as we have worked on initiatives to support vulnerable workers and support local food banks and shelters, and as we have delivered unprecedented financial supports, with the CERB and the Canada emergency wage subsidy, for an economy that was shut down through the spring. They are extraordinary people who, even as everyone else was hunkering down and staying home, stayed at work, connected online and delivered innovative, creative ways of supporting Canadians. We are all deeply indebted to them.
With regard to the environment, we will continue to recognize that the best way to build a strong economy for the future, for the long term, for future generations and for now is to invest in innovative new technologies, in decarbonization and in moving forward to ensure that every sector is playing a role in transforming our country for the better, from energy workers to auto workers, from fishers and foresters to farmers.
We know that working together on fighting climate change and building an economy of the future goes along with being responsible and sustainable in the long term.
Madame la Présidente, je répondrai tout d'abord aux premières observations de notre distingué collègue de Kingston et les Îles.
La fonction publique canadienne a fait un travail extraordinaire, qu'il s'agisse des fonctionnaires fédéraux ou de tous les fonctionnaires provinciaux, et ce travail nous a permis de mettre en place des initiatives afin de soutenir les travailleurs vulnérables, les banques alimentaires locales et les refuges, et de verser une aide financière sans précédent, par l'entremise de la Prestation canadienne d'urgence et de la Subvention salariale d'urgence du Canada, alors que l'économie a été sur pause pendant tout le printemps. Ce sont des gens fantastiques. Tandis que le reste de la population se terrait chez elle, ils ont continué de travailler, en communiquant par voie électronique, et ont mis en place des façons novatrices et inventives de soutenir les Canadiens. Nous leur en sommes profondément reconnaissants.
Pour ce qui est de l'environnement, nous continuerons de reconnaître que la meilleure façon de bâtir une économie solide pour l'avenir, pour le long terme, pour les générations futures et pour le présent, c'est d'investir dans de nouvelles technologies novatrices et dans la décarbonation, et de faire en sorte que tous les secteurs contribuent à faire du Canada un pays meilleur, des travailleurs de l'énergie aux travailleurs de l'automobile, des pêcheurs et des travailleurs forestiers aux agriculteurs.
Nous savons qu'unir nos forces pour lutter contre les changements climatiques et bâtir l'économie de l'avenir, c'est agir de façon responsable et viable à long terme.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-24 12:42 [p.47]
Expand
Madam Speaker, so much fuss for so little return. Parliament was shut down a month ago in the midst of a serious pandemic. Now we are probably at the start of the second wave. When Parliament was shut down, the government said there would be a throne speech. We were expecting clear measures, unambiguous ideas and concrete solutions to the current situation.
Furthermore, the Prime Minister delivered an address to the nation. People were calling us, wanting to know what he was going to announce. This was an extraordinary situation. We were on tenterhooks, expecting something big. Unfortunately, the Speech from the Throne is a hodgepodge of ideas that we have heard many times before. It is a rehash of last year's throne speech. These are empty ideas, not solutions. People may say that it is greener. The greenest thing about it is all the old ideas they recycled.
Apart from that, apart from a huge, perhaps historic, intrusion into provincial jurisdictions by the federal government, there is nothing noteworthy. After listening to the Prime Minister's address to the nation, I thought, what a joke. Was that all? He told us to wash our hands, wear a mask and use the COVID Alert app, and said that the government would take on debt instead of Canadians. There was nothing new. It was really a one-man show. What a joke.
I was wondering why he went to all the trouble, and then I realized. We know how magicians make things disappear. They create a diversion. They distract us and then use sleight of hand. That is what this government is trying to do. It is using the throne speech and address to the nation to create a diversion and try to hide something. It pretends it is being serious and taking the bull by the horns.
He wants to make the WE scandal disappear into thin air. This whole charade was designed to get the Prime Minister out of the mess he has been in for the past month over WE Charity. He was up to his neck in this scandal. It was the worst scandal his government had gone through, and there were plenty. Four committees were studying the matter. The Minister of Finance resigned, which is a big deal. The Prime Minister is facing his third probe by the Ethics Commissioner. He is rewriting the Guinness Book of World Records. He is the Wayne Gretzky of ethics violations. All this to hush up the scandal. The government should not expect to get off lightly, because the Bloc Québécois intends to keep the ball rolling. We are going to keep a close eye on what is happening with the WE scandal.
People are asking us what the solution is. It is very simple. This address to the nation and the throne speech should have been about the public health crisis and the health care systems that have been affected by this unprecedented crisis. The solution came from the provincial premiers and the Government of Quebec. It is simple. The solution is to put money into health care. That is all there is to it. That is all the provinces want. They must get help to pay for health care.
The Prime Minister says he has met with them 20 times, but he is not listening to them. He met with them 20 times and every time the ministers told him the same thing, but he is not listening. He could meet with them 100 times, and it would not matter. He is not listening to Canada's health care experts, the people in charge of safeguarding the health of Quebeckers and Canadians.
Earlier, the Prime Minister spoke about blank cheques. He just does not get it. The Canadian Constitution clearly states that health care falls under the jurisdiction of Quebec and the provinces. It says so in black and white. To help the provinces and Quebec provide proper funding for health care, the federal government needs to contribute.
The federal government is saying that it will not give out any blank cheques, but it is not the government's money. The Prime Minister needs to understand that. It is not his money. It is taxpayers' money.
Quebec taxpayers pay taxes and give the federal government a blank cheque. They give the federal government that money, but in return they expect to receive services from the federal government. Quebec taxpayers expect to receive quality health care after paying those taxes. After putting money in its own pockets, this government is meddling in things that are none of its concern, acting like an armchair quarterback and saying that the provinces need to do this or that, when it knows nothing about what needs to be done.
The federal government was supposed to provide 50% of the funding, but that was cut to 33% and then 25%. In the early 2010s, the Conservatives had a great idea. They said that they were going to put a 3% cap on increases to health care transfers. It was their idea.
The 2013 Thomson report was clear. Maintaining health care spending, including in Quebec, requires an annual funding increase of 5.6%. It does not take a PhD in math to understand that when costs increase by 5.6% annually and the federal government only allocates 3% more in its budget, the remaining 2.6% is on the wrong side of the balance sheet. That is obvious.
Last week, the premiers of Quebec and the provinces stated that, based on their calculations, they need an additional $28 billion for health care. Once again, the federal government refused and said it was not going to write a blank cheque.
Ironically, this government tries to interfere in the jurisdiction of the provinces and Quebec, but it cannot manage its own affairs properly.
The rail crisis was a federal matter, yet for 20 days, the government stated that it would not do anything and that it was up to the provinces and Quebec to take care of it. It is actually a federal matter. The government needs to do its job. It went out of its way to do nothing. That is unbelievable. I call that compulsive passive resistance.
Then the pandemic began. Since the virus came from overseas, the Prime Minister was advised to close the borders. It was only logical. That was his job. That is what he is there for, among other things, but he said that he would not close the borders. It took the mayor of Montreal going to Dorval and saying that enough is enough. The mayor did what the Prime Minister was supposed to do. The government is not looking after its own affairs.
Foreign workers who arrived here were meant to be put in quarantine, and the federal government was supposed the manage the situation. It failed to do that. It does not take care of its own affairs, but it pretends it is king and says it will manage areas under provincial jurisdiction. It needs to mind its own business. That is what Quebeckers want, for this government to mind its own business.
With regard to hospital staff, nurses are doing an amazing job. They have been performing miracles for years. As a result of increased chronic underfunding by this government, and by the federal government in general, they are being called upon to make more and more miracles happen. They are being left to fend for themselves. Orderlies are having to take on more and more work. Burnout is ever present. Instead of saying that it is going to help them, give them money, support them, give them resources and not let them down, what is the government doing? It is telling them how to do their jobs and refusing to provide more help. That is what the government said in the throne speech. It makes no sense.
The government saw the throne speech as an opportunity to interfere in Quebec's areas of jurisdiction, including long-term care facilities, home care, family doctors, virtual health care, mental health resources, pharmacare, training for workers, and child care. These things are none of the federal government's business.
What exactly is the federal government's business? Taxpayers' money. The federal government should take that money and give it back to the government responsible for providing these services to taxpayers, be that in Quebec City or Ottawa. That is precisely how the Canadian federation works. I did not make that up or make the rules. The Liberals are the ones not following the rules.
There is some good news, sort of. It is not entirely good news though. It never is.
Helping seniors is a good thing. For the past year, we have been talking about how seniors are in a precarious financial situation, and the crisis caused by the pandemic has made things even worse. These seniors are isolated and sick, and, sadly, many of them have died. We asked the government to help them, but the government decided to help only those over 75. We do not understand that kind of logic. Do they think nothing happens to people between the ages of 65 and 75? Do they think those people live a charmed life? Why create two classes of seniors?
The government is going to help certain industries that are struggling, including the travel, tourism and culture sectors. That is great. However, the throne speech included nothing for the aerospace industry, even though it accounts for 43,000 direct and indirect jobs in Quebec and is its largest export. This sector was hit hard by the pandemic, and yet the throne speech offers no solutions.
The government has promised to create a million jobs. This is the usual smoke and mirrors from the Liberal Party, which seems to like round numbers. It says it is going to create a million jobs, but we have no idea how.
The Liberal Party has already promised to plant two billion trees. People were impressed and wondered how the government would do that. The government would only reply that it was going to plant those trees, but now, one year later, not one tree has been planted.
The Liberals promised that Canada would reach net zero by 2050. People were impressed. They wondered what the Liberals' secret was and asked them how they were going to do it. The Liberals have no idea. This is a joke. It is all smoke and mirrors.
The government says it will create one million jobs. It may want to start by protecting aerospace jobs that are so important for Quebec. These are good jobs that benefit all of Quebec and its exports. It is not complicated. It is what needs to be done. Again, however, this government pouts and does not want to deal with the economy in a smart way, when all it would take is an aerospace policy. In Canada and Quebec, we are the only country that does not help its aerospace industry in a structured way. In Quebec, we are capable of building a plane from stem to stern. It is a source of pride. We do that in spite of the federal government and the fact that half of our taxes do not come back to us in a smart way.
The government said it would make web giants contribute. That is good news. It is interesting. Yet, the government does not mention tax havens because the Liberals are spineless. I know some Liberal members and I like them. I have not spoken at length with them about it, but I know that they would say that tax havens do not make sense. Why then are the Liberals not taking action? Which friends do they want to protect by standing by while everyone has been urging them to take action on this issue over the years? These tax havens represent billions of dollars in lost taxes.
The government has extended the Canada emergency wage subsidy. The Liberals know that it is a good measure because they used it for six months and made $800,000. They tested the subsidy and found that it worked for them. They thought it was great and decided to keep it in place.
The government is talking about a green recovery. Fine, but since we are on the subject, I would have liked the speech to nix the Trans Mountain expansion. Many economists and academics, even some from western Canada, are saying that this project is not viable, that it will not make money and that investing $12 billion in it is unthinkable. The message was crystal clear, we have heard it over and over, and it became glaringly obvious two weeks ago. The writing was on the wall. There throne speech should have made a definitive statement about it, but it was not even mentioned.
The government's environmental whims are shorter-lived than a balloon at a porcupine party. They come and go. That is a fact.
The government sacrificed the future of farmers and milk quotas, for example, for the sake of more international agreements. The government sacrificed these things for the sake of globalization, and farmers lost billions of dollars. They were promised again and again that they would get compensation and that the money was there. It was there in last year's throne speech. What happened since then? Nothing. What is happening now? Still nothing.
This sends a message to farmers. The government is putting their finances in jeopardy because it cannot negotiate sensible agreements with other countries. As a result, the government cannot and will not help them. Farmers are told that they will get help, but they will not. That is typical of the Government of Canada.
In conclusion, there is very little in the throne speech to satisfy the Bloc Québécois. If the government wants our support for the throne speech, it will have to produce an agreement to increase health transfers by next week. That is what Quebeckers are asking for. That is what Quebec's health care system needs. That is what the Bloc Québécois wants.
I would like to table, seconded by the hon. member for Salaberry—Surroît, an amendment to the amendment:
That the amendment be modified by adding, after the fourth paragraph, the following:
“We regret that your government did not respond to the unanimous call from the Premier of Quebec, and provincial and territorial premiers for an unconditional increase to the Canada Health Transfer so it represents 35% of health care costs in Quebec, the provinces and territories;
We also regret that your government is creating two classes of seniors by proposing to increase old age security only for people aged 75 and over;
We regret that your government is violating constitutional jurisdiction by not allowing Quebec and the provinces to opt out, with full compensation, of federal programs in areas under their jurisdiction;”.
Madame la Présidente, on a fait tout cela pour cela. On a fermé le Parlement il y a un mois en situation de pandémie grave. Aujourd'hui, nous sommes dans une situation où il y a probablement un début seconde vague. Quand on a fermé le Parlement, on a dit qu'il y aurait un discours du Trône. Nous nous attendions à ce qu'il y ait des mesures claires, des idées précises, des solutions concrètes à la situation que nous vivons présentement.
De plus, le premier ministre a fait un appel à la nation. Les gens appelaient chez nous en demandant ce qu'il allait annoncer. C'est une situation extraordinaire. Nous étions en attente et nous nous attendions à quelque chose d'important. Malheureusement, le discours du Trône est un ramassis d'idées que nous avons souvent entendues. C'est un prolongement du discours du Trône que nous avons entendu l'année passée. Ce sont des idées creuses. Il n'y a pas de solution. Les gens vont dire que c'est plus vert. Oui, on va recycler les vieilles idées; c'est ce qui est plus vert.
À part cela, à part une intrusion importante, voire historique du gouvernement fédéral dans les compétences des provinces, il n'y a rien à noter. Après avoir écouté l'appel à la nation que le premier ministre a faite, je me suis dit que c'était une blague. Est-ce tout? Il nous a dit de nous laver les mains, de porter le masque, d'utiliser l'application Alerte COVID et que le gouvernement s'endetterait à la place des citoyens. Ce n'est rien de nouveau. C'est vraiment un one man show qu'il nous a offert. Ce n'est pas sérieux.
Je me suis demandé pourquoi il avait fait tout cela et j'ai compris. On sait ce que les magiciens font. Ils ont des objets dans les mains et les font disparaître. Pour faire cela, ils créent de la diversion. Ils nous font regarder ailleurs et subtilement ils font disparaître l'objet. C'est ce que l'actuel gouvernement essaie de faire. Il crée de la diversion et fait disparaître quelque chose en disant qu'il va faire un discours du Trône et un appel à la nation. Il prétend être sérieux et prendre le taureau par les cornes.
Finalement, il veut fait disparaître l'affaire UNIS tout simplement. Toute cette mascarade visait à sortir le premier ministre d'une situation extrêmement difficile qu'il vivait depuis un mois et qui s'appelait WE Charity. Il était dans le scandale jusqu'au cou. C'était le pire scandale que le gouvernement en place avait vécu, et il y en a eu plusieurs. Quatre comités se penchaient sur ce cas-là. Le ministre des Finances a démissionné; ce n'est pas rien. Le premier ministre ira faire un troisième tour devant le commissaire à l'éthique. Il est en train de réécrire le livre Guinness des records. Il est le Wayne Gretzky des manquements à l'éthique. Tout cela pour étouffer l'affaire. Le gouvernement ne perd rien pour attendre, car le Bloc québécois va continuer le travail. Nous allons scruter encore une fois pour voir ce qui se passe avec l'affaire UNIS.
Les gens nous demandent quelle est la solution. C'est très simple. Cet appel à la nation et ce discours du Trône auraient dû porter sur la crise sanitaire et sur les soins de santé qui ont été affectés par cette crise sans précédent. La solution venait des premiers ministres des provinces et du gouvernement du Québec. Elle est simple. Il faut mettre de l'argent dans la santé. C'est très simple. C'est tout ce que les provinces veulent. Il faut les aider à financer les soins de santé.
Le premier ministre dit qu'il les a rencontrés 20 fois. Cependant, il ne les écoute pas. Il les a rencontrés 20 fois, et cela fait 20 fois que les ministres lui disent la même chose, mais il ne les écoute pas. Même s'il les rencontrait 100 fois, cela ne donnerait rien. Il n'écoute pas les spécialistes des soins de santé au Canada, ceux qui ont la responsabilité de veiller à la santé des Québécois et des Canadiens.
Tantôt, le premier ministre a parlé de chèque en blanc. Il n'a rien compris. La Constitution canadienne stipule clairement que les soins de santé relèvent de la compétence du Québec et des provinces. C'est écrit. Pour aider les provinces et le Québec à financer adéquatement les soins de santé, il faut que le gouvernement fédéral y contribue.
Or il nous dit qu'il ne fera pas de chèque en blanc, alors que ce n'est pas son argent. Il faudra que le premier ministre comprenne cela: ce n'est pas son argent, c'est l'argent des contribuables.
Les contribuables québécois paient des taxes et des impôts et font un chèque en blanc au gouvernement fédéral. Ils lui donnent cet argent, mais, en compensation, ils s'attendent à recevoir des services de la part du gouvernement fédéral. Les contribuables québécois s'attendent à recevoir des soins de santé de qualité après avoir payé des taxes et des impôts. Ce gouvernement, après avoir mis l'argent dans ses poches, joue à la belle-mère et au gérant d'estrade et dit qu'on devrait faire ceci et cela. Or il n'y connaît rien.
Le financement fourni par le gouvernement fédéral était censé s'élever à 50 %. Or il a été réduit à 33 %, puis à 25 %. Au début des années 2010, les conservateurs ont eu une bonne idée. Ils ont dit qu'ils allaient plafonner l'augmentation des soins de santé à 3 %. C'était leur idée.
En 2013, le rapport Thomson a été clair. Pour maintenir à flot le financement des dépenses en santé, entre autres au Québec, l'augmentation des coûts est de 5,6 % chaque année. Cela ne prend pas un doctorat en mathématiques pour comprendre que, quand les coûts augmentent de 5,6 % annuellement et que, dans son budget le gouvernement fédéral ne donne que 3 % de plus, les 2,6 % restants s'en vont du mauvais côté. C'est une évidence.
La semaine passée, les premiers ministres du Québec et des provinces ont dit que, selon leur calcul, il faudrait 28 milliards de dollars pour financer les dépenses de santé. Encore une fois, le gouvernement fédéral a dit qu'il ne les leur donnerait pas et qu'il ne faisait pas de chèque en blanc.
C'est drôle, ce gouvernement essaie de s'immiscer dans les compétences des provinces et du Québec, mais il est incapable de s'occuper de ses champs de compétence comme il faut.
La crise ferroviaire relevait de ses champs de compétence, mais, pendant 20 jours, le gouvernement a dit qu'il ne s'en occupait pas et que c'était aux provinces et au Québec de gérer cela. Or il s'agit d'une compétence fédérale. Qu'il fasse son travail! Il a tout fait pour ne rien faire. C'est incroyable! Moi, j'appelle cela de la résistance passive compulsive.
Ensuite, la pandémie a commencé. Comme le virus venait de l'étranger, on a dit au premier ministre qu'il devait fermer les frontières. Ce n'était pas compliqué. C'était son travail. C'est à cela qu'il sert, entre autres, mais il a répondu qu'il ne fermerait pas les frontières. Il a fallu que la mairesse de Montréal arrive à Dorval et dise que c'était assez. C'est une mairesse qui fait le travail du premier ministre. Le gouvernement ne s'occupe pas de ses champs de compétences.
Les travailleurs étrangers qui sont arrivés ici étaient censés être mis en quarantaine et le fédéral était censé gérer la situation. Il ne l'a pas fait. Il ne fait rien dans ses champs de compétence, or il joue au roi et dit qu'il va gérer les compétences des provinces. Qu'il se mêle donc de ses affaires! C'est ce que les Québécois lui demandent. Qu'il se mêle de ses affaires!
En ce qui concerne le personnel hospitalier, les infirmières font un travail exceptionnel. Cela fait des années que ces gens font des miracles. À cause du sous-financement chronique accéléré de ce gouvernement, et du gouvernement fédéral en général, ils sont appelés à faire de plus en plus de miracles. On les laisse à eux-mêmes. Les préposés aux bénéficiaires qui voient leurs tâches augmenter. Le syndrome d'épuisement professionnel, c'est leur quotidien. Au lieu de dire qu'on va les aider, qu'on va leur donner de l'argent, qu'on va les appuyer, qu'on va leur donner des ressources et qu'on ne les lâchera pas, que fait-il? Il leur dit comment ils doivent faire leur travail tout en indiquant qu'il ne les aidera pas davantage. C'est ce que le gouvernement a dit dans le discours du Trône. Cela n'a aucun sens.
Le discours du Trône, c'est le festival de l'intrusion du gouvernement fédéral dans les champs de compétence du Québec. Je vais en nommer quelques-uns rapidement. Il va se mêler des CHSLD, des soins à domicile, des médecins de famille, des soins de santé virtuels, des ressources en santé mentale, de l'assurance-médicaments, de la formation de la main-d'œuvre, des garderies. Or cela ne le regarde pas.
Que connaît le gouvernement fédéral là-dedans? C'est l'argent des contribuables. Le gouvernement fédéral doit prendre cet argent et le redonner au gouvernement qui est chargé de fournir ces services aux contribuables, qui sont les mêmes personnes pour Québec ou Ottawa. C'est le fonctionnement même de la fédération canadienne. Ce n'est pas moi qui ai inventé cela ni établi les règles. Par contre, ce sont les libéraux qui ne les respectent pas.
Évidemment, il y a de bonnes nouvelles, si l'on peut dire, car ce ne sont jamais tout à fait de bonnes nouvelles.
L'aide aux aînés, c'est très bien. Cela fait un an que nous disons que les aînés sont dans une situation financière précaire, exacerbée par la crise engendrée par la pandémie. Ces aînés sont isolés et malades et beaucoup d'entre eux sont malheureusement décédés. Nous avons demandé au gouvernement de les aider, mais ce dernier a décidé de n'aider que les aînés de 75 ans et plus. Nous ne comprenons pas une telle logique. C'est comme s'il ne se passe rien entre 65 ans et 75 ans et que les aînés de cette tranche d'âge sont bénis des dieux. Pourquoi créer deux catégories de gens?
Le gouvernement va aider certaines industries qui sont en difficulté, dont les secteurs du voyage, du tourisme et de la culture. C'est bien. Par contre, le discours du Trône ne mentionne rien pour l'aéronautique, une industrie qui représente pourtant 43 000 emplois directs et indirects au Québec et qui est sa principale exportation. C'est un domaine qui a été frappé de plein fouet par la pandémie, mais le discours du Trône n'offre aucune solution à cela.
Le gouvernement promet de créer 1 million d'emplois. Voilà bien le Parti libéral, qui fait des shows de boucane et qui aime les chiffres ronds. Il annonce qu'il va créer 1 million d'emplois, mais on ne sait pas comment il va y parvenir.
Le Parti libéral a déjà promis de planter 2 milliards d'arbres. Les gens ont trouvé cela impressionnant et se sont demandé comment le gouvernement allait y arriver. Le gouvernement a simplement répondu qu'il allait planter ces arbres, mais, un an plus tard, aucun arbre n'a été planté.
Les libéraux ont promis que le Canada serait carboneutre en 2050. Les gens étaient impressionnés, se sont demandé quel était le secret des libéraux et leur ont demandé comment ils y parviendraient. Or, les libéraux ne le savent pas. Ce n'est pas sérieux. Ce sont des shows de boucane.
Le gouvernement dit qu'il va créer 1 million d'emplois. Qu'il commence donc par protéger les emplois dans l'aéronautique, qui sont si importants pour le Québec. Ce sont des emplois de qualité qui ont des retombées positives pour l'ensemble du Québec et ses exportations. Ce n'est pas compliqué, c'est ce qu’il faut faire. Encore une fois, cependant, ce gouvernement fait la moue et ne veut pas intervenir de façon intelligente dans l'économie, alors qu'il pourrait le faire avec une politique sur l'aéronautique. Au Canada et au Québec, nous sommes le seul pays à ne pas aider l'aéronautique de façon structurée. Pourtant, au Québec, nous sommes capables de construire un avion de A à Z et nous en tirons fierté. Nous y parvenons en dépit du gouvernement fédéral et bien que la moitié de nos impôts et de nos taxes ne nous reviennent pas de façon intelligente.
Le gouvernement a dit qu'il allait faire contribuer les géants du Web. C'est une bonne nouvelle. C'est intéressant. Pourtant, le gouvernement ne parle pas des paradis fiscaux parce que les libéraux ne sont pas capables de mettre leurs culottes. Je connais des députés libéraux et je les trouve sympathiques. Je ne leur en ai pas beaucoup parlé, mais je suis certain qu'ils diraient que les paradis fiscaux n'ont pas de sens. Pourquoi les libéraux n'agissent-ils pas, alors? Quels amis veulent-ils protéger en n'agissant pas dans un domaine dans lequel tout le monde les presse d'intervenir depuis longtemps? Ces paradis fiscaux représentent des pertes de milliards de dollars en impôts et en taxes.
Le gouvernement a prolongé la Subvention salariale d'urgence du Canada. Les libéraux savent que c'est une bonne mesure, car ils l'ont utilisée pendant six mois. Ils ont fait 800 000 $ avec cela. Ils ont testé la Subvention et ils ont trouvé que c'était bon pour eux. Ils ont trouvé cela génial et ont décidé de poursuivre l'expérience.
Le gouvernement parle d'une relance verte, soit. Cependant, puisqu'on est sur ce sujet, j'aurais aimé que ce discours mette une croix sur la prolongation de l'oléoduc Trans Mountain. De nombreux économistes et universitaires, dont certains viennent même de l'Ouest canadien, disent que ce projet ne passe pas la rampe, qu'il n'est pas rentable et qu'il est impensable d'y investir 12 milliards de dollars. C'est le message sans équivoque qui a été lancé, à répétition, et qui s'est avéré une évidence il y a deux semaines. Même un aveugle aurait vu cela. On se serait attendu à ce que le discours du Trône l'énonce clairement, mais ce sujet n'y était pas.
Les velléités environnementales du gouvernement ne durent pas plus longtemps qu'une balloune dans une fête de porcs-épics. Cela passe très rapidement. C'est un fait.
On a mis sur l'autel de la croissance des échanges internationaux l'avenir des agriculteurs, des quotas de lait, entre autres. On a déposé cela sur l'autel de la mondialisation et ils ont perdu des milliards de dollars. On leur a promis à maintes reprises qu'on allait les dédommager et qu'il y avait de l'argent pour cela. L'année passée, dans le discours du Trône, c'était là. Que s'est-il passé depuis? Rien. Qu'est-ce qui est arrivé maintenant? Rien de plus.
Il y a alors un message envoyé aux agriculteurs. On les met dans une situation précaire financièrement parce qu'on n'est pas capable de négocier des ententes intelligentes avec les autres pays. En conséquence, on ne pourra pas les aider et on ne les aidera pas. On va leur dire qu'on va les aider, mais on ne les aidera pas. C'est le propre du gouvernement du Canada.
En conclusion, il n'y a pas grand-chose dans le discours du Trône qui satisfait le Bloc québécois. Pour que nous puissions appuyer le discours du Trône, cela va prendre, d'ici la semaine prochaine, une entente d'augmentation des transferts en santé. C'est ce que les Québécois demandent. C'est ce dont le système de santé du Québec a besoin. C'est ce que le Bloc québécois veut.
J'aimerais déposer, appuyé par la députée de Salaberry—Surroît, un sous-amendement:
Que l'amendement soit modifié par adjonction après le quatrième paragraphe de ce qui suit:
Nous regrettons que votre gouvernement n'ait pas entendu la demande unanime des premiers ministres du Québec, des provinces et des territoires demandant d'augmenter sans condition le Transfert canadien en matière de santé pour qu'il représente 35 % des dépenses en santé au Québec, dans les provinces et dans les territoires;
Nous regrettons aussi que votre gouvernement crée deux classes d'aînés en proposant d'augmenter la pension de la vieillesse seulement pour les personnes âgées de 75 ans et plus;
Nous regrettons que votre gouvernement ne respecte pas les juridictions constitutionnelles en ne permettant pas au Québec et aux provinces de se retirer sans condition et avec pleine compensation des programmes mis en place par le fédéral dans leurs champs de compétence;
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-09-24 13:01 [p.49]
Expand
The subamendment is in order.
Questions and comments, the hon. parliamentary secretary.
Le sous-amendement est recevable.
Nous passons aux questions et observations. Le secrétaire parlementaire a la parole.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-09-24 13:02 [p.49]
Expand
Madam Speaker, I am somewhat disappointed but not surprised. My colleagues, the members of the Bloc, would like to see the demise of Canada. That is fairly well established. All they want is to have the cash without any standards or anything tagged onto the money. They just want the government to give them the money.
This is completely at odds with the people I represent. The people who I represent are not that much different from a majority of Canadians. They understand and appreciate that the federal government's role is more than just handing over cash or a blank cheque. They understand and appreciate the value of our health care system. They want a national government that genuinely cares about the delivery of that health care system.
The federal government does have a role to play. The Canada Health Act dictates that the federal government has a role to play.
The member commented that the throne speech would do nothing for the aerospace industry. Facts are often distorted in the chamber. The government cares passionately about the aerospace industry, whether it is in the province of Quebec or in the province of Manitoba. I suspect that the wage subsidy program has been very beneficial for many aerospace jobs.
Would the member not recognize that many of the initiatives that have been brought into force over the last six months have literally saved thousands of jobs in the province of Quebec and have assisted many more, tens of thousands, people, providing money to them?
Madame la Présidente, je suis quelque peu déçu, mais pas surpris. Mes collègues les députés du Bloc québécois aimeraient voir la fin du Canada. C'est un fait assez bien établi. Tout ce qu'ils veulent, c'est qu'on verse l'argent sans imposer de normes. Ils veulent que le gouvernement leur donne l'argent, tout simplement.
Cela va complètement à l'encontre de ce que veulent les gens que je représente. Ils ne sont pas bien différents de la majorité des Canadiens. Ils comprennent et sont conscients que le gouvernement fédéral ne fait pas que fournir de l'argent ou un chèque en blanc. Ils sont conscients de la valeur du système de santé. Ils veulent un gouvernement national qui se préoccupe vraiment de la prestation des soins de santé.
Le gouvernement fédéral a un rôle à jouer, et ce rôle est dicté par la Loi canadienne sur la santé.
Le député a affirmé que le discours du Trône n'apporterait rien à l'industrie aérospatiale. Il arrive souvent que les faits soient déformés dans cette enceinte. Le gouvernement se soucie profondément de l'industrie aérospatiale, que ce soit au Québec ou au Manitoba. Je suppose que le programme de subventions salariales a grandement contribué à maintenir de nombreux emplois dans l'aérospatiale.
Le député admettra-t-il que bon nombre des initiatives qui ont été implantées au cours des six derniers mois ont permis de préserver littéralement des milliers d'emplois au Québec et que ces initiatives ont contribué à maintenir encore plus d'emplois, des dizaines de milliers, en procurant de l'argent aux Canadiens?
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-24 13:04 [p.49]
Expand
Madam Speaker, the member opposite must not have very many constitutionalist friends. Personally, I am going by the Constitution. I read it and I have studied it. I know what I am talking about.
He said that health care does not fall under Quebec's jurisdiction and that the federal government has a role to play in it. I am sorry, but he should read his materials again. He cannot be serious. Nobody who has read the Constitution would say that the federal government has no business writing blank cheques.
The Constitution dates back to 1867. The sources of revenue available to the provinces and Quebec were insufficient to manage all the expenses. That is why provincial transfers were created in 1867. At the time, the federal government's main sources of revenue were quite profitable. They were related to transportation and borders.
Back in 1867, one of the only ways the provinces could get money was an income tax. There was no such thing at the time. Income taxes were created in the early 20th century by British Columbia. When the Canadian government saw that this was working, it decided it wanted in on the action, even though this was not supposed to be a source of revenue for it. It is the story of the Canadian federation. I could give an eight-hour speech on this, but I think I had better stop here.
The people across the aisle are going to have to realize that what we are saying is not just hot air. It is based on facts.
He talked about aerospace policy. We do not just want the government to shell out money reluctantly or grudgingly, as it has been doing for years. When there were problems with the C Series, Bombardier waited a long time for federal money, which almost failed to materialize. At the time, most of the aerospace funding was going to sectors that channelled more capital towards Ontario and Quebec. That is more misinformation from the member opposite.
At some point, the member is going to have to learn how to handle information properly. If he wants to debate that, I have no problem with it.
Madame la Présidente, le député d'en face ne doit pas avoir beaucoup d'amis constitutionnalistes. Personnellement, je me fie à la Constitution. Je l'ai lue et j'ai travaillé là-dessus. Je sais de quoi je parle.
Il dit que le domaine de la santé ne fait pas partie des compétences du Québec et que le gouvernement fédéral a un rôle à jouer en la matière. Je m'excuse, mais il devrait relire ses documents. Ce n'est pas sérieux. Personne ayant lu la Constitution canadienne ne dira que le gouvernement fédéral n'a pas d'affaire à faire des chèques en blanc.
La Constitution remonte à 1867. Les sources de revenus des provinces et du Québec étaient insuffisantes pour gérer toutes les dépenses. C'est la raison pour laquelle, les transferts aux provinces ont été créés en 1867. À l'époque, les principales sources de revenus du gouvernement fédéral étaient payantes; elles étaient liées aux transports et aux frontières.
En 1867, les moyens des provinces pour obtenir de l'argent étaient, entre autres, l'impôt sur le revenu. Cela n'existait pas. Cela a été créé au début du XXe siècle par la Colombie-Britannique. Quand le gouvernement du Canada a vu que cela fonctionnait, il a décidé de s'immiscer là-dedans, même si ce n'était pas sa source de revenus. C'est l'histoire de la fédération canadienne. Je pourrais faire un discours de huit heures à ce sujet, mais je pense que je vais m'arrêter ici.
Il va falloir que ces gens comprennent que ce qu'on dit n'est pas du vent. On se base sur des faits.
Il a parlé de la politique aéronautique. Ce que nous voulons, ce n'est justement pas que le gouvernement donne des subventions du bout des lèvres ou du bout des doigts, contrairement à ce qu'il fait depuis plusieurs années. Quand il y a eu des problèmes avec la C Series, Bombardier a longuement attendu l'argent du gouvernement fédéral, qui n'est jamais arrivé ou presque. À l'époque, la majorité de l'aide apportée au domaine de l'aéronautique a été offerte à des secteurs qui irriguaient davantage les capitaux vers l'Ontario et le Québec. C'est aussi une fausse information donnée par le député d'en face.
À un moment donné, il faudra être capable de gérer les informations comme il le faut. S'il veut faire débattre à ce sujet, cela ne me pose pas problème.
Collapse
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, it is great to hear Bloc Québécois members passionately defending the Canadian Constitution. It is truly a delight to hear. It is fitting and informative.
The NDP has gone after clear wins for people, measures that will help them in their everyday lives. The crisis has shown how important sick leave is. People who do not feel well and have COVID symptoms should not to feel forced to go to work. They should be able to stay home, because that is a fundamental right in terms of workers' health and safety.
Does my Bloc colleague agree that people should be entitled to sick leave?
Madame la Présidente, je suis très intéressé à entendre les élus du Bloc québécois défendre avec passion la Constitution canadienne. Cela fait vraiment plaisir à entendre. C'est approprié et intéressant.
Le NPD est allé chercher des gains directs pour les gens, des mesures qui les aideront dans la vie de tous les jours. La crise a notamment démontré l'importance des congés de maladie. Si quelqu'un ne se sent pas bien et a des symptômes de la COVID, il ne doit pas se sentir forcé d'aller travailler. Il doit pouvoir rester à la maison, puisqu'il s'agit d'un droit fondamental en matière de santé et de sécurité des travailleurs et des travailleuses.
Est-ce que mon collègue du Bloc est d'accord pour dire que les gens devraient avoir droit à des congés de maladie?
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-24 13:06 [p.50]
Expand
Madam Speaker, I would like to point out that I am not extolling the virtues of the Constitution. I am quite familiar with the Constitution, since it has been hindering Quebec's economic development since 1867. That is why we take great interest in the Canadian Constitution and why we want out of it. From the very beginning, the Constitution has been diminishing our rights and institutionalizing our minority status in Canada. That is a fact. An entire nation and its people were simply confined under the label of “province” among the other provinces of Canada.
He is extolling the virtues of centralization and that is proof of encroachment. NDP members are like Liberals in a hurry. They want to take away the provinces' powers and Quebec's powers; that is what they are fighting for. It is too bad the member from Rosemont does not talk about this in his riding; I am not sure he would be here after the next election.
Madame la Présidente, j'aimerais dire que je ne vante pas les mérites de la Constitution. Je connais la Constitution parce que, depuis 1867, elle a été une entrave au développement économique du Québec. C'est pourquoi la Constitution canadienne nous intéresse et c'est pourquoi nous voulons en sortir. Depuis le début, la Constitution diminue nos droits et institutionnalise notre statut minoritaire au Canada. C'est un fait. Un peuple, une nation, a été tout simplement confiné au rôle de province parmi les autres provinces du Canada.
Il vante les mérites de la centralisation et c'est une preuve d'empiétement. Les membres du NPD sont des libéraux pressés. Ils veulent voir disparaître les pouvoirs des provinces et du Québec, c'est ce pour quoi ils militent. C'est dommage que le député de Rosemont n'en parle pas dans sa circonscription, car je ne suis pas certain qu'il sera ici après les prochaines élections.
Collapse
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2020-09-24 13:08 [p.50]
Expand
Madam Speaker, my colleague spoke at length about the aerospace sector and Quebec's position as a leader in that field. Another area in which Quebec is a leader is the electrification of transportation, which came up in the Speech from the Throne. The ideas are there, but the details are not and that concerns us.
Quebec is already leading the way in generous car purchase incentives and first when it comes to electric vehicles in Canada. We have 1,800 charging stations. We are talking about 4,700 jobs and 58 businesses. The Speech from the Throne mentions this sector.
Where will the government put its federal investments? Will they be sent to competitors of the Quebec market, cancelling out Quebec's efforts? Will the government instead negotiate with Quebec on mineral processing and battery production and support the ecosystem of our SMEs that built this expertise?
In his last intervention, my colleague said that Quebec's initiatives have always been underestimated. What does he think about the potential harm of the Speech from the Throne to the promise of electric transportation?
Madame la Présidente, mon collègue a amplement parlé du secteur de l'aéronautique, dans lequel le Québec est un chef de file. Le Québec est un chef de file dans un autre domaine, soit l'électrification des transports, et il en est question dans le discours du Trône. Il y a des idées, mais il n'y a pas de détails, et cela nous inquiète.
Le Québec est déjà le leader des subventions généreuses à l'achat d'un véhicule et le premier au rang des véhicules électriques au Canada. Nous avons 1 800 bornes de recharge. On parle de 4 700 emplois et de 58 entreprises. Le discours du Trône aborde ce secteur.
Où le gouvernement dirigera-t-il les investissements fédéraux? Seront-ils envoyés aux concurrents du marché québécois, annulant ainsi les efforts du Québec? Va-t-il plutôt mener des négociations avec le Québec sur le dossier de la transformation des minerais et de la production de batteries, en plus de soutenir l'écosystème de nos PME qui ont bâti cette expertise?
Lors de sa dernière intervention, mon collègue a dit que les gestes posés par le Québec ont toujours été sous-estimés. Que pense-t-il des dangers du discours du Trône sur le plan des promesses relatives au transport électrique?
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-24 13:09 [p.50]
Expand
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for her question.
Quebec is definitely becoming more and more engaged in the green energy transition. We are pioneers in Canada. It is not that we are any better or worse than others. The fact is that our use of hydroelectricity has led us to make this energy transition more quickly.
We cannot ask this government to help both western oil and Quebec's energy transition. This just goes to show that Canada is not working, because we cannot serve two masters at any one time. Grasp all, lose all, the saying goes.
I completely agree with increasing support for the energy transition. To date, unfortunately, we have only been paid lip service.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
Le Québec, manifestement, se lance de plus en plus dans une transition énergétique verte. Nous en sommes les pionniers au Canada. Ce n'est pas que nous soyons meilleurs ou pires, mais notre recours à l'hydro-électricité nous a menés plus rapidement vers cette transition énergétique.
On ne peut pas demander à ce gouvernement d'aider à la fois le pétrole de l'Ouest et la transition énergétique du Québec. C'est la preuve que le Canada ne fonctionne pas. En effet, on ne peut pas avoir deux maîtres à la fois: qui trop embrasse mal étreint.
Je suis parfaitement d'accord pour accroître l'aide pour la transition énergétique. Jusqu'à présent, malheureusement, nous n'avons eu droit qu'à des vœux pieux.
Collapse
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2020-09-24 13:10 [p.50]
Expand
Madam Speaker, the Bloc Québécois's perception is shaped by its very narrow vision for the future of this country and Quebec.
The federal government invests 87¢ for every dollar invested in Canada, at all levels of government. The federal government invests to help our workers, families and SMEs, and to protect our economy and our families. This government is prepared to help Quebeckers and our SMEs all across the country.
As for climate change and environmental protections, why does the member not talk about the Government of Quebec's position on “net-zero”? Our government knows where it stands on this.
Madame la Présidente, il est évident que la perception du Bloc québécois est un peu influencée par sa vision très étroite de ce que pourraient être ce pays et le Québec.
Je constate que pour chaque dollar investi — tous gouvernements confondus — au Canada, 87 cents sont investis par le gouvernement fédéral au bénéfice de nos travailleurs, de nos familles et de nos PME, afin de protéger notre économie et nos familles. Sachons donc reconnaître que nous sommes un gouvernement prêt à venir en aide aux Québécois et aux Québécoises ainsi qu'à nos PME, et ce, d'un bout à l'autre du pays.
En ce qui touche plus spécifiquement aux changements climatiques et aux mesures de protection de notre environnement, pourquoi ne pas parler de ce que veut le gouvernement du Québec en matière d'aide « zéro »? Notre gouvernement, lui, sait très bien où il se situe à ce sujet.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-24 13:11 [p.50]
Expand
Madam Speaker, Lavoisier said, “Nothing is lost, nothing is created, everything is transformed.”
The money that the federal government gives Quebec represents taxes paid by Quebeckers. It is not a gift.
The Bloc Québécois certainly does not think of Quebec as a minor player. On the contrary, for the Bloc, Quebec is a major player, and we hold Quebeckers in such esteem that we believe they are capable of seizing control of their own destiny. Does that mean that we hate Canada? Absolutely not. It is just that we are different and we deserve our own country.
Madame la Présidente, Lavoisier disait: « Rien ne se perd, rien ne se crée: tout se transforme ».
L'argent que verse le fédéral au Québec, c'est de l'argent que les Québécois ont payé en impôts et en taxes. Il n'y a donc pas ici de cadeau.
Non, le Bloc québécois ne perçoit pas le Québec comme étant « petit ». Tout au contraire, le Bloc voit le Québec tellement grand et a tellement d'estime pour les gens du Québec qu'il pense que les Québécois sont capables de prendre en main leur propre destinée. Cela veut-il dire pour autant que nous avons une haine du Canada? Absolument pas. C'est simplement que nous sommes différents et que nous méritons notre pays.
Collapse
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I will be sharing my time with my colleague and friend, the hon. member for Courtenay—Alberni, who is going to speak to us about issues that affect his community and the people of British Columbia.
I am pleased to rise in the House to respond to the Speech from the Throne on behalf of the NDP. Quite frankly, my first reaction, and I believe everyone's first reaction, was to wonder whether this was all worth it. There has been much ado about nothing. The government prorogued and shut down Parliament claiming that we needed to take a new direction, to start fresh with a forward-looking vision.
Yesterday, I felt like I was in the movie Groundhog Day, like I woke up and was back in October 2019. The Speech from the Throne is a rehashing of the Liberals' platform from last year. It contains some worthwhile measures, some unfortunate ones, and some omissions. However, there is nothing to explain why the government decided to prorogue Parliament. The Speech from the Throne is a carbon copy of the one the government proposed during the last session. The NDP feels this was a missed opportunity.
The government doubled down with the Prime Minister's speech to the nation. It was ridiculous and comical. I think the Prime Minister did not like that the Governor General got to read his text, so he thought he would go on TV and read it himself, just to be sure he would get his face on the nightly news. I think the Prime Minister actually has plenty of opportunities to speak to Canadians and the media.
We were treated to a pointless throne speech that seemed like reheated leftovers, followed by an address to the nation that was equally pointless and told us nothing new. It simply reminded us to be careful and wear masks. It seems like the Liberals used our parliamentary institution to deliver political talking points, with no real message. Some might point out that this is not the first time the Liberals have done that, and I would agree. We in the NDP were left wanting more.
Parts of the throne speech seem promising. The Liberals say we need to look after families and children, invest in child care, and make sure people can get their prescription drugs. The NDP has a pretty good memory. The Liberals first brought up the idea of public child care and pharmacare back in 1997. The Liberals have been talking about these great social programs for almost 25 years, but they never actually follow through. They always say they could not do it this time but will do it next time. They expect us to believe them every time.
The real test is not the Speech from the Throne, but whether the government will make the right decisions and, ultimately, make investments that will really help Canadians.
We worked with the government over the past few months because we wanted to make sure everyone could eat and pay rent during the crisis. People need access to a basic income so they can power through this health and economic crisis.
At first, the Liberal government's responses were not very encouraging. We said that millions of people were losing their jobs and had no income to support their families. The government's first response was that those people could apply for employment insurance. We reminded the Liberals that 60% of workers do not have access to EI because it is a highly flawed program. Our progressive left-wing party has long been calling for an overhaul of the EI program.
We managed to get the Canada emergency response benefit. At first the Liberals told us that they were not offering it to everyone, but we wanted it to be given to everyone. Anyone who did not need it could pay it back in taxes. Then the Liberals proposed a sum of $1,000 a month. In many places, that was not nearly enough. In places like Vancouver, Toronto or Montreal, once the rent is paid, assuming that is enough to cover the rent, there would be nothing left over. The Liberals were reluctant, but we managed to push them to provide $2,000 a month.
Then we realized that self-employed workers, freelancers and contract employees were not covered. If someone has 10 or 12 contracts and loses eight or nine of them because of the crisis, they still have a little income. Initially, all of these people were excluded from the CERB. We negotiated, worked and pushed for measures, and we were able to make sure that people could earn up to $1,000 a month and still access the CERB.
The Liberals forgot about students, who were also excluded. We pointed out that not all students are mollycoddled young people living with their parents. Many of them had to pay rent and put food on the table, but they did not have summer jobs. We therefore called for a student benefit. It took a while. We worked hard and negotiated with the government, and we succeeded. This proves that progressive members who are willing to work constructively are needed. They can get things done for ordinary folks, for self-employed workers and for students.
Earlier, I spoke about sick days. Clearly, my Bloc Québécois colleague has no qualms about brushing this issue aside. In real life, sick days are very important to people, especially during a crisis and a pandemic. We do not want anyone who has symptoms such as a fever or cough to go to work. We made significant progress by putting pressure on the government. Getting sick days for workers was an achievement that was applauded by Quebec and Canadian unions. I believe we took an important step forward.
Of course, there were things missing from the throne speech. We are in the midst of a health crisis because of a virus that has been around for six months and will probably be around for six more. However, the Liberal government is doing nothing about transfer payments for the public health care system. Stephen Harper's Conservatives cut the health transfer escalator. Despite their fine talk, the Liberals have upheld the Conservatives' vision, putting enormous pressure on public health care systems in Quebec and across Canada. During the crisis, we saw that our public health care system needs money and oxygen. It must be able to recruit staff and offer good working conditions and salaries so that they stay on the job. We saw and are still seeing orderlies who do not want to go to work because it is too dangerous. We understand. They are paid a pittance. Some nurses are leaving the profession because the hours are too hard.
Obviously, hospitals are run by Quebec and the provinces, not Ottawa. However, the federal government must cover the costs and make a significant contribution. At present, the federal contribution does not even cover 25% of total health care costs. The NDP and others are telling the federal government that it is missing the boat. Why is the government not announcing that it will transfer more money to public health care systems? Why do we have a so-called public system that is largely privatized?
The NDP is the party of Tommy Douglas and universal health care. People should be able to access care with their health card, not their credit card. Why are there so many private seniors' homes and long-term care homes? Because people want to make money off health care for seniors. Disaster struck the Centre Herron, a private long-term care home in Dorval. Residents were paying between $3,000 and $10,000 a month but were not even getting clean diapers. They were eating spoiled food. They were not being cared for. They were falling down, and nobody was picking them up. That is completely unacceptable to the NDP. We do not want the private sector involved in our health care systems, and certainly not in elder care.
We are going through a public health crisis right now, but let us not forget that we are still in the midst of an environmental and climate crisis. That has not gone away. We are travelling and driving a little less. The economy has slowed down, and our greenhouse gas emissions have dropped, but that will not last. If we do not change our ways and change our production and consumption patterns, we are heading straight for a wall.
I would refer members to a book written by Frédéric Bérard, law professor at the University of Montreal, entitled La Terre est une poubelle en feu, or “the earth is a flaming trash can”. We are seeing this again with the wildfires in California. The book's title is not simple imagery, it is actually quite accurate. If we do not drastically change our way of life, our greenhouse gas emissions will continue to rise and we will completely miss our Paris targets. It is becoming increasingly hard to imagine that we will be able to limit global warming to 1.5°C, which is the commitment we made. The Liberals keep contradicting themselves on this. They say all the right things, yet they continue buying pipelines, expanding oil production and boosting subsidies to oil companies. The NDP will oppose that.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec mon collègue et ami, le député de Courtenay—Alberni, qui va nous entretenir de sujets qui touchent sa communauté et les gens de la Colombie-Britannique.
J'ai le plaisir de me lever à la Chambre pour répondre au discours du Trône au nom du NPD. En toute franchise, la première réaction qui s'impose — et que tout le monde a eue, je crois — est de se demander si tout cela en valait la peine pour en arriver à ceci. L'éléphant a accouché d'une souris. On a prorogé et fermé le Parlement sous prétexte d'avoir besoin d'une nouvelle orientation afin de repartir sur de nouvelles bases pour avoir une vision axée sur l'avenir.
J'ai eu l'impression hier de vivre Le jour de la marmotte, de me réveiller et d'être de retour en octobre 2019. Le discours du Trône est la plateforme libérale de l'année dernière, ressassée et réchauffée, contenant certaines choses intéressantes, d'autres déplorables, et omettant certains éléments. Par contre, il n'y a rien qui puisse expliquer pourquoi le gouvernement a décidé de proroger le Parlement. Le discours du Trône est une copie identique de ce que le gouvernement proposait à la dernière session. Au NPD, nous avons l'impression qu'il s'agit d'un exercice quelque peu manqué.
Le gouvernement a doublé cela par un discours du premier ministre à la nation. C'était loufoque et rigolo. Selon moi, le premier ministre n'était pas content que ce soit la gouverneure générale qui lise son texte. Il s'est dit qu'il passerait à la télévision pour le lire lui-même, afin d'être certain que ce soit son visage qui passe aux nouvelles du soir. Je pense que le premier ministre a pourtant beaucoup d'occasions de parler aux citoyennes et aux citoyens et de s'adresser aux médias.
Nous avons eu droit à un discours du Trône inutile et qui sentait le réchauffé, puis à un discours à la nation qui était tout aussi inutile et qui ne nous apprenait rien de plus, si ce n'est nous rappeler d'être prudents et de porter nos masques. Nous avons l'impression qu'on a joué avec l'institution parlementaire à des fins de communication politique partisane, pour peu de choses. On me dira que cela n'est pas la première fois que les libéraux font cela et je serais d'accord. Cependant, nous sommes restés sur notre faim, au NPD.
Certains éléments du discours du Trône semblent intéressants. Les libéraux nous disent qu'il faut prendre soin de nos familles et de nos enfants, qu'il faut investir dans les services de garde et qu'il faut que les gens aient accès à des médicaments. Au NPD, nous avons un peu de mémoire et nous nous rappelons que c'est en 1997 que les libéraux nous ont parlé de services de garde publics et d'un programme d'assurance-médicaments pour la première fois. Cela fait donc presque 25 ans que les libéraux nous parlent de ces programmes sociaux intéressants, mais ils ne les mettent jamais en place. Chaque fois, ils nous disent qu'ils n'ont pas pu le faire la dernière fois, mais qu'ils le feront la prochaine fois. Chaque fois, il faut qu'on les croie.
Le vrai test, ce n'est pas le discours du Trône, mais de savoir si le gouvernement va prendre les décisions nécessaires et finir par faire ces investissements, qui aideraient tellement nos citoyennes et nos citoyens.
Nous avons travaillé avec le gouvernement au cours des derniers mois parce que nous voulions nous assurer que chacun serait capable durant la crise de payer sa nourriture et son loyer. Il faut que les gens puissent toucher un revenu minimum pour continuer d'aller de l'avant alors qu'ils vivent une crise sanitaire et économique.
Au début, les réponses que le gouvernement libéral nous donnait n'étaient pas très encourageantes. Nous avons dit que les gens perdaient leurs emplois par millions et qu'ils n'avaient aucun revenu pour assurer la survie de leur famille. La première réponse du gouvernement a été que ces gens pouvaient soumettre une demande d'assurance-emploi. Nous avons alors rappelé aux libéraux que 60 % des travailleurs n'ont pas accès à l'assurance-emploi parce que c'est un programme qui a plein de trous. Cela fait longtemps que notre parti progressiste de gauche plaide pour une réforme majeure du programme d'assurance-emploi.
Nous avons été capables d'aller chercher la Prestation canadienne d'urgence. Au départ, les libéraux nous avaient dit qu'ils ne l'offriraient pas à tout le monde, mais nous voulions que cela soit donné à tout le monde. Si les gens n'en avaient pas besoin, ils pouvaient la repayer en impôts. Puis les libéraux ont proposé un montant de 1 000 $ par mois. Or, dans bien des endroits, ce montant était trop bas. Qu'il s'agisse de Vancouver, de Toronto ou de Montréal, une fois le loyer payé — en présumant que ce montant suffisait à couvrir le loyer —, il ne serait plus rien resté. Les libéraux ont un peu rechigné, mais nous avons été capables de les pousser à offrir 2 000 $ par mois.
Ensuite, on s'est rendu compte que les travailleurs autonomes, les pigistes et les employés contractuels n'étaient pas couverts. S'ils ont 10 ou 12 contrats et qu'ils en perdent huit ou neuf à cause de la crise, il leur reste encore un peu de revenus de travail. Au début, tous ces gens étaient exclus de la PCU. Nous avons négocié, travaillé et insisté et nous avons réussi à faire en sorte que les gens peuvent avoir un revenu d'un maximum de 1 000 $ par mois tout en ayant accès à la PCU.
Les libéraux n'avaient pas pensé aux étudiants, qui étaient exclus, eux aussi. Nous avons dit que les étudiants n'habitaient pas tous chez leurs parents et n'étaient pas tous dans du coton. Plusieurs d'entre eux devaient payer leur loyer et manger, alors qu'ils n'avaient pas d'emploi d'été. Nous avons donc demandé d'avoir une prestation pour les étudiants. Cela a pris du temps. Nous avons travaillé fort et négocié avec le gouvernement. Nous avons été capables d'obtenir cela. C'est la preuve que cela vaut la peine d'avoir des députés progressistes qui travaillent et qui sont constructifs. Ils peuvent faire des gains pour les gens, pour M. et Mme Tout-le-Monde, les travailleurs autonomes et les étudiants.
J'ai parlé plus tôt des journées de maladie. Évidemment, mon collègue du Bloc québécois rejette cela du revers de la main avec un certain mépris. Toutefois, dans la vraie vie, les journées de maladie sont extrêmement importantes pour les gens, surtout en temps de crise et de pandémie. On ne veut pas que quiconque aille au travail avec des symptômes de fièvre ou de toux. Nous avons réalisé un progrès significatif en mettant de la pression sur le gouvernement. L'obtention des journées de maladie pour les gens a été applaudie par les syndicats du Québec et du Canada. Je crois que nous avons fait un pas en avant et que c'est significatif.
Bien sûr, il manquait des choses dans le discours du Trône. Nous vivons une crise sanitaire à cause d'un virus qui est là depuis six mois et qui sera probablement là pendant six autres mois. Or le gouvernement libéral ne bouge pas en ce qui concerne les transferts d'argent pour le système de santé publique. Les conservateurs de Stephen Harper avaient coupé la croissance des transferts en santé. Malgré leurs beaux discours, les libéraux ont maintenu la vision des conservateurs, ce qui met une énorme pression sur nos systèmes de santé publique au Québec et un peu partout au Canada. Pendant la crise, on a vu que notre système de santé publique a besoin d'argent et d'oxygène. Il doit être capable de recruter des gens et de leur offrir de bonnes conditions de travail et de bons salaires pour qu'ils restent au travail. On a vu, et on en voit encore aujourd'hui, des préposés aux bénéficiaires qui ne veulent pas se rendre au travail parce que c'est trop dangereux. Nous les comprenons. Ils sont payés des salaires de misère. Certaines infirmières quittent leur profession parce que leur horaire de travail est trop difficile.
Évidemment, ce n'est pas Ottawa qui doit gérer les hôpitaux, c'est le Québec et les provinces. Cependant, c'est le fédéral qui doit en assumer les coûts et apporter une contribution significative. Or la contribution du fédéral n'atteint même pas 25 % de l'ensemble des coûts en santé. Nous, au NPD, et d'autres également, nous disons au gouvernement fédéral que c'est une occasion manquée. Comment se fait-il que le gouvernement n'annonce pas qu'il va transférer davantage d'argent aux systèmes de santé publique? Comment se fait-il que nous ayons un système de santé officiellement public, mais qu'il soit largement privatisé?
Le NPD est le parti de Tommy Douglas et de l'assurance-maladie pour tout le monde. C'est la carte soleil qui donne accès à des soins, et non une carte de crédit. Comment se fait-il qu'il y ait un grand nombre de centres pour personnes âgées et de CHSLD qui sont privés? Il y a des gens qui veulent faire des profits avec la santé des personnes âgées. La catastrophe du Centre Herron, à Dorval, a eu lieu dans un CHSLD privé. Les gens payaient de 3 000 $ à 10 000 $ par mois et ils restaient dans leurs couches qui n'étaient pas changées. Ils mangeaient de la nourriture avariée sans recevoir de soins. Ils tombaient par terre et personne ne venait les ramasser. Pour nous, au NPD, c'est complètement inacceptable et nous ne voulons pas voir le privé dans nos systèmes de santé, surtout lorsqu'il s'agit de soins pour les personnes âgées.
Nous vivons une crise sanitaire en ce moment, mais il ne faut pas oublier que nous vivons encore une crise environnementale et climatique. Cela n'a pas disparu. Nous avons un peu moins voyagé et moins pris notre voiture. L'économie a roulé au ralenti et nous avons constaté une diminution de nos émissions de gaz à effet de serre. Cependant, cela ne durera pas parce que, si nous ne changeons pas nos habitudes de vie et la manière dont nous produisons et consommons, nous allons continuer et heurter un mur.
Je cite un professeur de droit de l'Université de Montréal, M. Frédéric Bérard. Dernièrement, il a écrit un livre intitulé La Terre est une poubelle en feu. On le voit encore une fois avec les feux en Californie. Le terme n'est pas juste une image, il est adéquat. Si on ne change pas radicalement la façon dont nous fonctionnons, nos émissions de gaz à effet de serre vont continuer à augmenter et nous allons complètement rater nos cibles de l'Accord de Paris. Cela devient de plus en plus difficile de croire que nous allons pouvoir limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius comme nous nous y étions engagés. Là-dessus, les libéraux sont complètement contradictoires. Même s'ils tiennent des propos très intéressants, ils continuent à acheter des oléoducs et à augmenter la production de pétrole et les subventions aux compagnies pétrolières. Le NPD va s'opposer à cela.
Collapse
Results: 1 - 60 of 338 | Page: 1 of 6

1
2
3
4
5
6
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data