Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 66284
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2021-05-12 16:35 [p.7121]
Expand
I declare the motion carried.
Accordingly, the bill stands referred to the Standing Committee on Industry, Science and Technology.
Je déclare la motion adoptée.
En conséquence, le projet de loi est renvoyé au Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2021-05-12 18:37 [p.7138]
Expand
Madam Speaker, I appreciate the opportunity to address Bill C-265. I would like to draw a comparison. There is no doubt that there are members on all sides of the House who are very concerned about workers and want to do what we can in order to support them, whether they are currently in the workforce or they find themselves in a situation where they are disabled temporarily or even long term.
Bill C-265 is an attempt to address an issue. Having said that, there are a couple of concerns. One would be in regard to the scope of the legislation. Is it going beyond the scope of what was intended? Bill C-265 recognizes the scope of the EI programs in terms of their objectives, which are quite simple. It is there to help keep workers connected to the labour force.
Members will find that a majority of the workers who end up taking leave beyond 26 weeks do not return to work. In many ways, we need to look at other programs. The government recognizes the need to support Canadian workers who find themselves out of the labour market, either long term or permanently due to disability, and does this through the program that Canadians will be very familiar with, the Canada pension plan disability benefits. The EI program really is not meant to provide that avenue of coverage.
There are concerns regarding the bill we have before us. I would ask members to take a look at what is being proposed by the government, particularly through Bill C-30. The minister has done an excellent job in understanding the importance of making changes to benefit workers in Canada. We have seen that through some temporary measures that have taken place because of the pandemic. When the pandemic hit, we made sickness benefits a priority.
We introduced a number of temporary changes to the EI program in order to support Canadians during this difficult time over the last number of months. Some of those temporary measures were to facilitate access and increase the generosity of EI benefits, including EI sickness benefits, just to cite a few of them. This allowed Canadians to qualify for EI with only 120 insurable hours. I think that was a very well-received initiative by the government.
There was a need, and the government responded by implementing a minimum benefit rate of $500 a week. This particular change had a very positive impact, much like we had through the CERB program with that minimum amount of money. We saw how Canadians benefited in all regions of the country. I thought it was very encouraging when we heard there would be a minimum benefit rate, which was established at $500 per week.
There were also temporary measures to provide access to up to 50 weeks of regular benefits and the freezing of the EI premium rate at the 2020 rate for two years. I see those as very strong, positive actions that were necessary. The minister and the civil servants responded quite quickly in terms of making sure that injured and disabled workers were being seriously looked at and supported during the pandemic.
Bill C-30 has some things within it that I would recommend the House seriously look at. There are many reasons to support Bill C-30: After all, it is our budget bill and a wide variety of things affect so many Canadians. I would encourage members to support this legislation.
There are some specifics about workers. For example, budget 2021 contains commitments to modernize the EI program for the 21st century. It announces consultations on future long-term reforms to EI. Many times, we have seen private members' bills, resolutions and a wide spectrum of other types of debates hit the floor of the House of Commons that talk about EI and how important the program is, and how important it is that we look at ways in which we can make modifications to it that benefit workers.
For years in opposition, I wanted to see some changes to it. With the 2015 election results and the change in government, I was very happy that, for the first time, I had some sense that the government was going to be acting on worker-related legislation that would be more favourable to workers. Many of my Liberal colleagues have wanted to see changes to EI. The announcement of extending or allowing for consultations on future long-term reforms will do us and the people of Canada quite well into the future because of the spectrum of issues we face today. They were not necessarily prioritized in previous years. Extending EI sickness benefits to 26 weeks is a component of that reform.
Budget 2021 is a more balanced approach than the private member's bill that we have before us today. I would encourage members to look at it. In particular, we are seeing the extension of EI sickness benefits. They are a very important component of any reform.
I highlighted some other areas. When we think of sickness benefits, what are they and what do they currently provide? Sickness benefits provide short-term income support and help maintain workers' labour market attachment while they are temporarily unable to work due to a short-term illness, injury or quarantine, which is most appropriate at this time.
The EI sickness benefit would provide up to 15 weeks of temporary income support at an amount equal to 55% of an individual's average weekly insurable earnings, up to a maximum weekly amount. The commitment to increase EI sickness benefits in budget 2021 would also increase the maximum number of sickness benefit weeks available, from 15 to 26. If passed, the bill would provide $3 billion over five years starting in 2021-22 and an ongoing $967 million per year to do just that.
This extension would take effect in the summer of 2022. I would encourage members to look at the benefits to the workers in the budget that the Minister of Finance has brought forward and support it.
Madame la Présidente, je suis heureux d'intervenir au sujet du projet C-265. J'aimerais faire une comparaison. Il est indéniable que, dans tous les partis, il y a des députés qui s'inquiètent vivement du sort des travailleurs et veulent faire tout en leur pouvoir pour les aider, que ces travailleurs soient actuellement sur le marché du travail ou dans une situation d'invalidité temporaire ou à long temps.
Certes, le projet de loi C-265 vise à répondre à un besoin, mais il comporte quelques problèmes. L'un de ces problèmes est sa portée. Va-t-il plus loin que ce qui était prévu à l'origine? Le projet de loi C-265 reconnaît la portée des programmes d'assurance-emploi, notamment leurs objectifs, qui sont assez simples. L'assurance-emploi vise à aider les travailleurs à rester dans la population active.
Les députés constateront que, dans la majorité des cas, les travailleurs qui s'absentent au-delà de 26 semaines ne retournent pas au travail. Il faut se concentrer sur d'autres programmes dans une large mesure. Le gouvernement est conscient qu'il faut aider les travailleurs canadiens qui doivent quitter le marché du travail, que ce soit pour une longue période ou de façon permanente, en raison d'une invalidité, et c'est ce qu'il fait dans le cadre d'un programme que les Canadiens connaissent très bien, soit la Prestation d'invalidité du Régime de pensions du Canada. Le programme d'assurance-emploi n'est vraiment pas conçu pour offrir ce genre d'aide.
Le projet de loi dont nous sommes saisis soulève des préoccupations. J'invite les députés à examiner ce que le gouvernement propose, plus particulièrement dans le cadre du projet de loi C-30. La ministre a très bien compris l'importance d'apporter des changements pour aider les travailleurs canadiens. C'est ce qu'on a constaté en voyant certaines mesures temporaires qui ont été mises en place en raison de la pandémie. Au début de la pandémie, nous avons fait des prestations de maladie une priorité.
Nous avons apporté un certain nombre de changements temporaires au programme d'assurance-emploi afin d'aider les Canadiens pendant la période difficile que nous avons connue ces derniers mois. Certaines de ces mesures temporaires visaient, entre autres, à faciliter l'accès aux prestations d'assurance-emploi et à bonifier les prestations, y compris les prestations de maladie de l'assurance-emploi. Cela a permis à certaines personnes d'être admissibles à l'assurance-emploi avec seulement 120 heures assurables. Je pense que c'est une initiative du gouvernement qui a été très bien accueillie.
Le besoin était là, et le gouvernement a établi le taux de prestation minimale à 500 $ par semaine. Ce changement a eu un effet très positif, à l'instar de celui que nous avons eu avec la PCU et ce montant d'argent minimum. Nous avons vu comment les Canadiens en ont profité dans toutes les régions du pays. J'ai trouvé très encourageant d'apprendre qu'il y aurait un taux de prestation minimale, qui avait été établi à 500 $ par semaine.
Il y a aussi eu des mesures temporaires pour offrir l'accès à jusqu'à 50 semaines de prestations régulières et le gel du taux de cotisation à l'assurance-emploi au taux de 2020 pour deux ans. À mon avis, ce sont des mesures positives et très concrètes qui étaient nécessaires. La ministre et les fonctionnaires ont réagi très rapidement pour faire en sorte que les travailleurs blessés et handicapés soient bien pris en compte et soutenus pendant la pandémie.
Je recommande à la Chambre d'étudier attentivement certains éléments du projet de loi C-30. Il y a de nombreuses raisons d'appuyer le projet de loi C-30: après tout, il s'agit du projet de loi d'exécution du budget, et il inclut une variété de mesures qui touchent de nombreux Canadiens. J'encourage les députés à l'appuyer.
Il comprend des mesures précises pour les travailleurs. Par exemple, le budget de 2021 prévoit la modernisation du programme d'assurance-emploi pour l'adapter au XXIe siècle. Il annonce des consultations sur les futures réformes à long terme de ce programme. À maintes reprises, la Chambre des communes a été saisie de projets de loi d'initiative parlementaire, de résolutions et de toutes sortes d'autres débats sur l'assurance-emploi, son importance et la nécessité que nous cherchions des façons de modifier le programme pour le bien des travailleurs.
Pendant de nombreuses années lorsque j'étais dans l'opposition, je voulais que des changements y soient apportés. Après les élections de 2015 et le changement de gouvernement, j'étais très heureux d'avoir, pour la première fois, le sentiment que le gouvernement allait présenter des projets de loi concernant les travailleurs qui leur seraient favorables. Nombreux sont mes collègues libéraux qui souhaitaient que le régime d'assurance-emploi soit modifié. L'annonce de la prolongation ou de la tenue de consultations concernant d'éventuelles réformes sur le long terme est une bonne nouvelle pour notre avenir et pour celui de la population canadienne en raison de l'étendue des questions que nous devons régler. Ces questions ne faisaient pas nécessairement partie des priorités les années précédentes. La prolongation de la période de prestations de maladie de l'assurance-emploi jusqu'à 26 semaines est un élément de cette réforme.
Le budget de 2021 propose une approche plus équilibrée que le projet de loi d'initiative parlementaire à l'étude. J'invite les députés à consulter le budget. Il comprend une prolongation de la période de prestations de maladie de l'assurance-emploi, un élément très important de toute réforme dans ce domaine.
J'ai souligné certains autres éléments. Lorsqu'on parle de prestations de maladie, de quoi s'agit-il et qu'apportent-elles? Les prestations de maladie offrent un soutien du revenu à court terme et aident les travailleurs à garder leur lien avec le marché du travail lorsqu'ils sont temporairement incapables de travailler en raison d'une maladie de courte durée, d'une blessure ou d'une quarantaine, ce qui n'est pas négligeable par les temps qui courent.
La prestation de maladie de l'assurance-emploi procurait, pendant un maximum de 15 semaines, un soutien temporaire du revenu correspondant à 55 % de la rémunération hebdomadaire moyenne assurable d'une personne, à concurrence d'une somme maximale par semaine. L'engagement à bonifier les prestations de maladie de l'assurance-emploi contenu dans le budget de 2021 comprend une augmentation du nombre de semaines pendant lesquelles un travailleur peut recevoir ces prestations, qui passerait de 15 à 26 semaines. Le projet de loi prévoit pour cette mesure 3 milliards de dollars sur cinq ans à partir de 2021-2022, puis de 967 millions de dollars par année par la suite.
La prolongation prévue commencerait à s'appliquer à l'été 2022. J'invite les députés à prendre connaissance des mesures avantageuses pour les travailleurs présentées dans le budget par la ministre des Finances et à appuyer le budget.
Collapse
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2021-05-12 18:47 [p.7139]
Expand
Madam Speaker, it is my turn to talk about this important bill. I just need a minute to recover from what I heard the parliamentary secretary say a moment ago about extending EI sickness benefits to 26 weeks starting in July 2022. He seemed pretty proud of that, but I do not think this is a very pleasant way for people who are sick now or who are going to get sick in the coming weeks to find out that they will not be entitled to additional protection.
As I said, Bill C-265 focuses on a topic that is especially relevant now considering the circumstances: employment insurance sickness benefits. The bill would extend those benefits to provide essential financial support to people who cannot work because of illness, injury or quarantine.
We are all facing unimaginable difficulties because of the pandemic, but some people are in absolutely dire straits because they are sick. Canadians should be able to concentrate on recovering without having to worry about making ends meet.
Although the EI sickness benefits program is essential, it is troubling to see all the problems with it. The current maximum of 15 weeks of benefits was established in 1971 and has not been updated since.
It is important to remember that this bill also bears the name of Émilie Sansfaçon, a courageous young woman who fought on two fronts. She fought a battle against a fatal form of cancer and she fought for an increase in the number of weeks of EI sickness benefits in order to help others like her.
I would like to remind members that Émilie was a young mother and stepmother to two children. She was diagnosed with cancer twice in the same year. Because the maximum of 15 weeks of EI sickness benefits was not enough to meet her needs, she was forced to remortgage her house, max out her lines of credit and seek financial help from her family to make ends meet.
Less than a week after finishing chemotherapy, she went back to work in order to bring in some much-needed income. She had to go back to work instead of taking the three months she needed to recover both mentally and physically. Five months later, the cancer came back and this time it was more aggressive. It spread to Émilie's lungs and became inoperable. After going on sick leave a second time, Émilie once again found that she was entitled to only 15 weeks of benefits. For someone in her situation, 15 weeks is just not enough, since it usually takes months to recover.
I would like to honour the memory of Émilie, who passed away in November 2020 after fighting tooth and nail to have the EI sickness benefit period extended for all Canadians.
According to a report from the organization BC Cancer, the average treatment and recovery time for those diagnosed with breast cancer ranges from 26 to 36 weeks. For those with colon cancer, the average treatment and recovery time is 37 weeks. Those are two of the most common cancers in Canada. For less common cancers such as rectal cancer, the average treatment and recovery time is even higher, averaging a little over 47 weeks. Clearly, the current 15 weeks of benefits is not enough.
In its recent budget, the Liberal government partially responded to the request. Unfortunately, this policy announcement was disappointing on several fronts. The Liberals capped EI sickness benefits at 26 weeks, despite a motion adopted by a majority of members here in the House that called for a longer period. On top of that, the Liberals have only committed to doing so starting in the summer of 2022. There was absolutely no reason to delay this important change for sick Canadians until next year. People better hope they do not get sick until then.
It is not enough. It is too little, too late. I am not the only member here who is inundated with letters and calls from constituents who can no longer pay their bills and have to go back to work while fighting for their lives.
Allow me to share some examples. Annick wrote to me and I was able to speak to her this evening.
Here is what she emailed me: I am writing to you about employment insurance sickness benefits. I learned in January that I would have to battle an aggressive form of breast cancer. I started chemotherapy, which will continue until June. I will then have a total mastectomy, before having radiation. For this part of my treatment, I will have to travel to Lévis every day, which will cost a lot money. The Employment Insurance Act gives me 15 weeks of benefits. How am I supposed to focus on my recovery knowing that I will have no income after 15 weeks? I will not even finish chemotherapy until after those 15 weeks run out. My doctors expect my recovery to take around a year. I have been working since I was 15 years old. I am now 45 and I have always paid my taxes. I do not know how I will heal, survive, pay for medications, pay my heating bill, buy groceries, buy clothes or meet all of my basic needs. I hope that my email will inspire you and that you will challenge the Prime Minister to review EI sickness benefits. The Prime Minister has been telling us for the past year that Canadians' health comes first, and now is the time to prove it to those of us battling cancer. Thank you for your time. Annick, from Thetford Mines.
I also heard from Diane from Princeville, who received her 15 weeks of EI sickness benefits but cannot go back to work yet. Her only option was to apply for welfare.
Here is what another mother wrote: I would like to know what to do once the 15 weeks of sickness benefits run out. The Prime Minister was supposed to do something about this, but this promise, like many others, was broken. My daughter had a stroke in November. She just finished university in April and was supply teaching in schools, which meant she did not have any disability insurance. She is now in rehab for at least three months, earning no income.
Another example is Nathalie Beaudoin from Plessisville, who had cancer. Her benefits ran out, and her family was getting by on her partner's income. She died today.
Then there is Martine, who has a rare disease. Treatment to fix her immune system is not working and is causing undesirable side effects. She had to go back to work in November because she ran out of money. She is now on her second employer, and it is not easy because she has to miss work to go for treatment. She has been working for a month. Her employer already seems to be finding her absences troublesome because there is nobody to replace her.
We see cases like these every day. In February 2020, the House adopted a motion, backed by the Conservatives, to extend EI benefits from 15 weeks to 50 weeks in the next budget. At our last convention, we adopted a policy presented by the riding association of my colleague from Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup to extend benefits to 52 weeks. I repeat: Canadians who are already grappling with serious and often fatal diseases on a daily basis should not have to worry about their financial situation. They should be focusing on their recovery.
Louis Sansfaçon, the father of Émilie, the bill's namesake, had this to say about the Liberals' broken promises: “Émilie fell asleep for the last time in a bed at Hôtel-Dieu hospital in Quebec City on November 5...with no answer, no commitment, disappointed.”
In advocating for a proper extension of EI sickness benefits, Émilie Sansfaçon was fighting not only for herself, but for other seriously ill Canadians, like Annick and Diane.
We all hope that the Liberals will not forget that when it comes time to vote on Bill C-265.
Madame la Présidente, c'est à mon tour de parler de cet important projet de loi. J'aimerais d'abord me remettre de ce que je viens d'entendre, alors que le secrétaire parlementaire était tout fier de dire que la durée des prestations de maladie de l'assurance-emploi allait passer à 26 semaines en juillet 2022. Pour tous ceux et celles qui sont malades actuellement ou qui vont tomber malades au cours des prochaines semaines, je ne pense pas qu'il soit si agréable d'apprendre de cette manière qu'ils n'auront pas droit à une protection supplémentaire.
Comme je le mentionnais, le projet de loi C-265 se concentre sur un sujet particulièrement pertinent dans les circonstances actuelles: les prestations de maladie de l'assurance-emploi. Le projet de loi  vise à prolonger la durée de ces prestations pour fournir une aide financière essentielle aux personnes qui se trouvent dans l'incapacité de travailler en raison d'une maladie, d'une blessure ou d'une mise en quarantaine.
Outre les difficultés inimaginables auxquelles nous sommes confrontés à cause de la pandémie, certaines personnes affrontent des situations encore pires en raison de leur maladie. Les Canadiens devraient pouvoir se concentrer sur leur rétablissement, plutôt que d'avoir à se préoccuper de joindre les deux bouts.
Bien que le programme des prestations de maladie de l'assurance-emploi soit essentiel, il est troublant de constater les lacunes qu'on y trouve. L'actuelle période maximale de 15 semaines de prestations a été établie en 1971, sans jamais avoir été mise à jour depuis.
Il est important de se souvenir que ce projet de loi porte également le nom d'Émilie Sansfaçon, une jeune femme courageuse qui a combattu sur deux fronts. D'un côté, elle a mené bataille contre un cancer mortel, tandis que de l'autre, elle s'est battue pour faire augmenter le nombre de semaines de prestations de maladie de l'assurance-emploi, afin d'aider ceux et celles qui se trouvaient dans la même situation qu'elle.
Je rappelle qu'Émilie était une jeune mère et belle-mère de deux enfants. Elle a reçu un diagnostic de cancer à deux reprises au cours de la même année. Parce que la période maximale de 15 semaines de prestations de maladie de l'assurance-emploi ne suffisait pas à répondre à ses besoins, elle a été forcée d'hypothéquer sa maison de nouveau, de maximiser ses marges de crédit et de recevoir une aide financière de sa famille pour joindre les deux bouts.
Moins d'une semaine après avoir terminé ses traitements de chimiothérapie, elle est retournée au travail pour retrouver un revenu dont elle avait grand besoin. Elle a dû le faire au lieu de respecter une période de convalescence de trois mois pour retrouver sa santé physique et mentale. Cinq mois plus tard, Émilie a connu une récidive plus agressive de la maladie, le cancer s'étant propagé à ses poumons et étant devenu inopérable. Après avoir été mise en congé de maladie une deuxième fois, Émilie se retrouvait une fois de plus à n'avoir droit qu'à 15 semaines de prestations. Pour quelqu'un dans sa situation, 15 semaines ne suffisaient tout simplement pas, compte tenu des périodes de convalescence qui sont souvent de plusieurs mois.
Je tiens à honorer la mémoire d'Émilie, décédée en novembre 2020 après s'être battue avec acharnement pour faire prolonger la période des prestations de maladie de l'assurance-emploi pour tous les Canadiens.
Un rapport de BC Cancer indique que la durée moyenne de traitement et de récupération des personnes ayant reçu un diagnostic de cancer du sein varie de 26 à 36 semaines. Pour ceux qui souffrent d'un cancer du côlon, la durée moyenne de traitement et de guérison est de 37 semaines. Ce sont là deux des cancers les plus courants au Canada. Pour les cancers moins courants comme le cancer du rectum, la durée moyenne de traitement et de récupération est encore plus élevée, se situant à un peu plus de 47 semaines en moyenne. On voit bien que les 15 semaines actuelles de prestations ne suffisent pas.
Dans son dernier budget, le gouvernement libéral a partiellement répondu à la demande. Malheureusement, cette annonce politique est décevante sur plusieurs fronts. Les libéraux ont limité la durée des prestations de maladie de l'assurance-emploi à 26 semaines, malgré une motion adoptée par une majorité de députés ici à la Chambre et qui visait une plus longue période. De plus, les libéraux ne se sont engagés à le faire qu'à l'été 2022. Pourtant, rien, absolument rien ne justifiait de reporter à l'an prochain ce changement si important pour les Canadiens malades. Mieux vaut ne pas être malade pendant cette période.
Ce n'est pas suffisant, c'est trop peu et c'est trop tard. Je ne suis pas le seul député à être inondé de lettres et d'appels de citoyens qui ne peuvent plus payer leurs factures et qui doivent retourner au travail tout en se battant pour leur vie.
Je me permets de donner quelques exemples. Annick m'a écrit, et j'ai eu l'occasion de lui parler ce soir.
Voici le contenu de son courriel: le but de mon courriel est d'attirer votre attention sur les prestations de maladie de l'assurance-emploi. J'ai appris au mois de janvier dernier que je devrai me battre contre un cancer agressif du sein. J'ai commencé des traitements de chimiothérapie qui vont s'étirer jusqu'au mois de juin. Ensuite, je subirai une mastectomie totale. La suite du traitement est de la radiothérapie. Pour cette portion du traitement, je devrai me déplacer tous les jours à Lévis, ce qui implique beaucoup de dépenses. La Loi sur l'assurance-emploi me donne droit à 15 semaines de prestations. Comment puis-je me concentrer sur ma guérison en sachant que je n'aurai plus aucun revenu après 15 semaines? Les traitements de chimiothérapie vont dépasser ce délai de 15 semaines. Mes médecins prévoient ma guérison sur une période de plus ou moins un an. Je travaille depuis que j'ai 15 ans. Aujourd'hui, je suis âgée de 45 ans et j'ai toujours payé mes impôts. Je me demande comment je vais faire pour me guérir, survivre, payer mes médicaments, me chauffer, manger, me vêtir, voire combler tous mes besoins fondamentaux. En espérant que mon courriel va vous toucher et que vous questionnerez le premier ministre sur le fait de revoir les prestations de maladie de l'assurance-emploi. Depuis un an que le premier ministre nous dit que la santé des Canadiens passe avant tout, c'est le moment de le prouver à nous, les combattants du cancer. Je vous remercie du temps accordé à ma requête. Annick, de Thetford Mines.
Je peux aussi donner l'exemple de Diane, de Princeville, qui a reçu la totalité des 15 semaines de prestations de maladie de l'assurance-emploi, mais qui n'est toujours pas en mesure de retourner au travail. Elle a dû se résigner à demander de l'aide sociale.
Une autre mère nous demande: j'aimerais savoir vers quoi l'on peut se tourner lorsque les 15 semaines de maladie sont épuisées. Le premier ministre était pourtant censé s'en occuper, mais, comme plusieurs autres de ses projets, rien n'a été fait. Ma fille a fait un AVC en novembre dernier. Elle venait de terminer l'université en avril. Elle faisait du remplacement dans des écoles. Cela veut dire qu'elle n'avait pas d'assurance-salaire. Elle est présentement en réhabilitation pour au moins 3 mois, sans salaire.
Je peux donner l'exemple de Nathalie Beaudoin, de Plessisville, qui a eu un cancer. Elle avait épuisé ses prestations, et la famille ne vivait que sur le revenu du conjoint. Elle est décédée aujourd'hui.
Je peux aussi parler du cas de Martine, atteinte d'une maladie orpheline. Les traitements pour régulariser son système immunitaire restent inefficaces et provoquent chez elle des effets secondaires indésirables. Elle a dû retourner travailler en novembre, parce qu'elle n'avait pas d'argent. Elle en est à son deuxième employeur, et ce n'est pas facile, car elle doit s'absenter pour ses traitements. Elle travaille depuis un mois. Son employeur semble déjà trouver ses absences pesantes, parce qu'il n'est pas capable de la remplacer.
Des cas comme ceux-là, nous en avons tous les jours. En février 2020, la Chambre, avec l'appui des conservateurs, a adopté une motion visant à faire passer les prestations de l'assurance-emploi de 15 semaines à 50 semaines dans le prochain budget. Lors de notre dernier congrès, nous avons adopté une politique présentée par l'association de mon collègue de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup pour faire passer les prestations à 52 semaines. Je le répète: les Canadiens qui sont déjà confrontés quotidiennement à des maladies graves et souvent mortelles ne devraient pas avoir à se soucier de leur situation financière. Ils devraient se concentrer avant tout sur leur rétablissement.
Louis Sansfaçon, le père d'Émilie, dont le projet de loi porte le nom, avait ceci à dire sur des promesses non tenues des libéraux: « [...] Émilie s'est endormie dans son dernier lit à l'hôpital Hôtel-Dieu de Québec le 5 novembre... sans réponse, sans engagement, déçue. »
Émilie Sansfaçon s'est battue non seulement pour elle-même en préconisant une extension appropriée de la couverture maladie de l'assurance-emploi, mais elle s'est aussi battue pour d'autres Canadiens gravement malades, comme Annick, comme Diane.
Nous espérons tous que les libéraux ne l'oublieront pas au moment de voter sur le projet de loi C-265.
Collapse
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2021-05-12 18:56 [p.7140]
Expand
Madam Speaker, I am very pleased to rise in support of this bill. It actually looks a lot like my own private member's bill, Bill C-212, which effectively seeks to do the same thing.
It is in the spirit of an amendment that I tried to move to one of the government's most recent bills modifying the Employment Insurance Act for the purposes of the pandemic, where I sought to have the EI sickness benefit extended to 50 weeks. It is in the spirit of a motion that has already passed, not once but twice, in the House of Commons during this Parliament that calls for an extension of the EI sickness benefit to 50 weeks. Frankly, it is high time that this got done.
I have to say I have not found the government's response to this proposal compelling in the least. The previous intervention by the member for Winnipeg North, just two speakers ago, illustrated the inadequacy of the government's response. He talked about EI as a program meant to maintain an attachment to the workforce. That is true, but there already other EI benefits that can extend up to 50 weeks.
It makes no sense at all to say that, because somebody is sick, they should not be able to maintain an attachment to their job and go back to work after an adequate recovery period, and continue to receive some benefit during that whole period. I do not see how sickness is a good way to choose people who would not get the length of benefit that they might otherwise receive under a normal EI stream.
The member then talked about some other general features of EI that have been changed throughout the course of the pandemic, but did not really speak again to the issue of sickness benefits.
The question that the bill really puts to the fore, and rightly so, is for people who are sick, how are we going to do right by them. Even prior to the pandemic, there had been a campaign towards 50 weeks going on for far too long already, with governments that refuse to act and to implement a 50-week EI sickness benefit.
We knew, already, that in terms of typical recovery periods for diseases like cancer, 15 weeks is simply not enough. However, the pandemic has put this question into even sharper relief. COVID-19 has led to the development of a condition that some people are calling long COVID, post-COVID syndrome or COVID long-haulers. These are people who are seriously falling through the cracks.
They are falling through the cracks for a number of reasons. In some cases, it is that they contracted COVID before the robust testing regime was in place, so they do not have a formal diagnosis of COVID. In some cases, their workplace insurance plan for things like short-term disability does not recognize long COVID as a condition, so they cannot get coverage.
One of the programs that has been there for these folks in their time of need and as we learn more about this new condition that is afflicting them is the EI sickness benefit, but that is only for 15 weeks. We heard from people some time ago who were already at the expiration of their EI sick benefits and unable to access any other kind of insurance program.
Without naming names, out of concern for folks' privacy, I do want to read some excerpts of the stories that have been sent to me by people who are struggling with long COVID, who I think really make the case for why it is so important that we make our EI sickness benefit a much longer benefit.
One woman who wrote to me said:
My symptoms started on April 2, 2020. In the weeks and months that followed, I have suffered and continue to suffer with multiple symptoms that affect my ability to function on a daily basis. I used my short-term sick credits available through my employer until October 2020. At that point my long-term disability through a third party insurance company should have started, but my claim was denied. I am currently going through the appeal process, which could take many months. I am receiving EI sick benefits, but when those end I will have no income.
Another woman from Quebec says, “Please help. I got COVID in March 2020. I've been sick since. I'm coughing uncontrollably and because of the cough, I can't resume my job working on the phone or any other job. Even going to the store I get stared at. I just exhausted my EI sickness benefits and I have nothing else available to me. I'll be sick and homeless. Fifteen weeks is just not enough to recover. I want to work but my doctor said that I'll end up being fired because of this cough.”
Another woman writes, “I am emailing on behalf of my 25-year-old child. They contracted COVID-19 at work at the end of May 2020 and have not been able to work since. They were eligible for CERB and received it until the end of September. They have been receiving the EI benefit since then, but are becoming concerned about what will happen if they continue to be unable to work when their benefits run out.”
A woman from Ontario wrote, “My husband and I are both COVID long-haulers and are about to lose our home because of lack of government financial support. As a result of my insurance company denying my long-term disability claim, I've had to rely on employment insurance sickness benefits, but the 15 weeks of benefits to which I'm eligible are almost up and I'll soon find myself without any income whatsoever. Though I filed a lawsuit against my insurer, it could take up to two years for my case to be resolved.”
There are more, I am sorry to say. We have heard from so many people who really had no other resort in the pandemic than the EI sickness benefit. Despite the fact that there have been many changes made to the EI program on a very quick basis throughout the pandemic, as yet no changes have been made.
I know the government committed to extending the benefit to 26 weeks in the campaign, but those have not surfaced in any of the legislative changes over the past year. They finally appear in Bill C-30, but what I cannot understand is why the government would choose to go with only 26 weeks, when we have an excellent bill like the one before us today. We have clearly demonstrated the will of the House of Commons to support a 50-week benefit.
When I tried to amend a previous government bill, Bill C-24, to include a 50-week benefit, one of the arguments, which I did not find compelling, made by folks on the government side was that making changes to the software that undergirds the EI system was very difficult and it was not just a matter of putting in a number of weeks in the system. It is very complicated, according to them.
If this is supposed to be a once-in-a-generation change to the EI sickness benefit, it would be a tragedy if it ended up only being for 26 weeks. Future governments are going to make that same argument that we cannot expand the number of weeks because the software does not support it. If this is the moment to make that change, and the government is clearly signalling a willingness to make that change, even though it was not willing a couple of months ago on Bill C-24, then let us get it right the first time.
There is an expression on job sites that there is never enough time to do the job right the first time, but there is always enough time to redo it three times after. The problem with this is that we are not slapping up a storefront here. People are sick now and their EI sickness benefits have already expired. People with that benefit, on the cusp of expiring, are going to suffer while the government struggles to get this right. The way is clear. The House of Commons has already said categorically that it should be a 50-week benefit. We have had opportunities with amendments that I have moved previously. We have another opportunity with this bill today.
This has already taken too long. Let us get this right the first time and do right by all those people who are out there suffering, either with new conditions like long COVID, or with long-standing conditions who have struggled to get their health needs met during the pandemic because our hospitals have rightly been focused on helping all those whose lives have been jeopardized by COVID-19. Let us ensure that sick Canadians have the financial support they need to get through these challenging times.
Madame la Présidente, je suis ravi d'exprimer mon appui au projet de loi. D'ailleurs, il ressemble beaucoup à mon projet de loi d'initiative parlementaire, le projet de loi C-212, qui a essentiellement le même objectif.
En outre, il s'inscrit dans le même esprit qu'un amendement que j'ai tenté de faire apporter à l'un des plus récents projets de loi du gouvernement visant à modifier la Loi sur l’assurance-emploi pour les besoins de la pandémie. J'ai tenté de faire passer à 50 semaines les prestations de maladie de l'assurance-emploi. Le projet de loi s'inscrit aussi dans l'esprit d'une motion déjà adoptée, deux fois plutôt qu'une, à la Chambre des communes durant cette législature, et qui réclame la même chose que mon projet de loi d'initiative parlementaire. Franchement, il est grand temps de donner suite à cette proposition.
Je dois dire que j'ai trouvé que la réponse du gouvernement à celle-ci n'était pas du tout convaincante. En fait, l'intervention précédente du député de Winnipeg-Nord, qui a pris la parole juste avant le dernier intervenant, reflète la faiblesse de la réponse du gouvernement. Le député a affirmé que le régime d'assurance-emploi visait à aider les travailleurs à garder leur lien avec le marché du travail. C'est vrai, mais il existe déjà d'autres sortes de prestations d'assurance-emploi pouvant être versées jusqu'à 50 semaines.
Il est insensé de penser qu'une personne, parce qu'elle est malade, ne devrait pas pouvoir maintenir un lien avec son emploi et retourner au travail après une période de convalescence adéquate et toucher une prestation tout au long de cette période. Je ne comprends pas en quoi la maladie est un critère judicieux pour empêcher des gens de toucher des prestations aussi longtemps qu'ils en toucheraient autrement sous un volet normal de l'assurance-emploi.
Le député a ensuite parlé d'autres caractéristiques générales de l'assurance-emploi qui ont été modifiées depuis le début de la pandémie, mais n'est pas vraiment revenu sur le sujet des prestations de maladie.
La question que le projet de loi soulève, et pour cause, est: comment allons-nous aider comme il se doit les personnes malades? Même avant la pandémie, on faisait campagne depuis beaucoup trop longtemps déjà pour réclamer que la période de prestations soit portée à 50 semaines. Or, les gouvernements refusent d'instaurer une période d'admissibilité aux prestations de maladie de l'assurance-emploi de 50 semaines.
Nous savions déjà que, dans le cas de maladies comme le cancer, 15 semaines ne sont tout simplement pas suffisantes, car la période pour se remettre sur pied est typiquement plus longue. Quoi qu'il en soit, la pandémie a mis ce point encore plus en évidence. La COVID-19 a des effets à long terme sur certaines personnes, qui passent à travers les mailles du filet.
Elles passent à travers les mailles du filet pour diverses raisons. Dans certains cas, c'est parce qu'elles ont contracté la COVID avant que le régime de dépistage agressif ne soit en place, et elles n'ont donc pas reçu de diagnostic officiel de COVID. Dans d'autres cas, le régime d'assurance de leur lieu de travail ne reconnaît pas la COVID de longue durée comme une maladie appelant une invalidité à court terme, de sorte qu'elles ne sont pas couvertes.
On en apprend plus sur cette nouvelle maladie et les gens, pendant cette période difficile, se sont tournés vers le régime qui était à leur disposition, soit le régime d'assurance-emploi, mais la couverture n'est que de 15 semaines. Il y a quelque temps, des gens qui avaient déjà utilisé toutes leurs prestations d'assurance-emploi et n'étaient pas en mesure de trouver une autre assurance ont communiqué avec nous.
Sans citer de noms, pour protéger la vie privée de ces gens, j'aimerais vous lire quelques extraits d'histoires qui m'ont été envoyées par des personnes aux prises avec une COVID de longue durée qui montrent bien, à mon avis, pourquoi il est si important que les prestations de maladie de l'assurance-emploi soient beaucoup plus longues.
Voici ce que m'a écrit une femme:
Mes symptômes sont apparus le 2 avril 2020. Dans les semaines et les mois qui ont suivi, j'ai souffert et je continue de souffrir de symptômes divers et variés qui m'empêchent de fonctionner au quotidien. J'ai utilisé les congés de maladie à court terme que j'ai grâce à mon employeur jusqu'en octobre 2020. À ce moment-là, j'aurais dû commencer à être couverte par un régime d'invalidité à long terme par l'intermédiaire d'une compagnie d'assurance tierce, mais ma demande a été refusée. Ma demande est, actuellement, en appel et cela pourrait prendre plusieurs mois. Je reçois des prestations de maladie d'assurance-emploi, mais lorsqu’elles prendront fin, je n'aurai plus de revenu.
Une Québécoise a dit ceci: « Aidez-moi, s'il vous plaît. J'ai contracté la COVID-19 en mars 2020. Je suis malade depuis ce temps. Je tousse de façon incontrôlable et, à cause de cette toux, je ne peux pas reprendre mon emploi, qui se fait au téléphone, ou tout autre emploi. Même quand je vais au magasin, les gens me dévisagent. Je viens d'épuiser mes prestations de maladie de l'assurance-emploi et je n'ai aucune autre option. Je vais me retrouver malade et itinérante. Il faut plus que 15 semaines pour se rétablir. Je veux travailler, mais mon médecin dit qu'on finira par me congédier à cause de ma toux. »
Une autre femme a écrit ceci: « Je vous envoie ce courriel au nom de mon enfant de 25 ans. Il a contracté la COVID-19 au travail à la fin mai 2020 et n'a pas été capable de travailler depuis. Il était admissible à la Prestation canadienne d'urgence et s'en est prévalu jusqu'à la fin septembre. Il reçoit des prestations d'assurance-emploi depuis lors, mais il commence à s'inquiéter de ce qui arrivera quand il aura épuisé ses prestations et qu'il ne pourra toujours pas travailler. »
Une Ontarienne a écrit ceci: « Mon mari et moi subissons tous les deux des effets à long terme de la COVID-19 et sommes sur le point de perdre notre maison parce que nous ne recevons aucune aide financière du gouvernement. Étant donné que ma compagnie d'assurance a refusé ma demande d'invalidité à long terme, j'ai dû compter sur les prestations de maladie de l'assurance-emploi, mais j'ai presque épuisé les 15 semaines de prestations auxquelles j'étais admissible et je me retrouverai bientôt sans aucun revenu. J'ai intenté une poursuite contre mon assureur, mais il faudra peut-être jusqu'à deux ans pour que mon affaire soit réglée. »
Il y en a plus, hélas. Il y a tellement de gens qui nous ont écrit pour nous dire qu'ils n'ont eu d'autre choix que de se tourner vers les prestations de maladie de l'assurance-emploi pendant la pandémie. Or, même si de nombreux changements ont été apportés en quatrième vitesse au régime d'assurance-emploi depuis le début de la pandémie, rien n'a été fait pour améliorer les prestations de maladie.
Je sais que, pendant la campagne électorale, le gouvernement s'est engagé à faire passer le nombre de semaines de prestations à 26, mais ce changement ne figurait dans aucune des mesures législatives étudiées depuis un an. Il en est enfin question dans le projet de loi C-30, mais je m'explique mal pourquoi le gouvernement a décidé d'en rester à 26 semaines, alors qu'avec l'excellent projet de loi dont la Chambre est saisie aujourd'hui, les députés ont clairement indiqué qu'ils souhaitent que les prestations de maladie soient offertes durant 50 semaines.
Lorsque j'ai essayé de modifier le projet de loi C-24 en ce sens, le gouvernement m'a répondu — sans toutefois me convaincre, ai-je besoin de le préciser — que c'était très compliqué de modifier le logiciel qui permet d'administrer l'assurance-emploi et qu'il ne suffisait pas de changer un chiffre dans une case. Ce type de changement serait très compliqué à apporter, semble-t-il.
S'il s'agit vraiment d'un changement de cap comme on n'en voit qu'une fois dans une génération, ce serait vraiment dommage que l'on se contente de porter le nombre de semaines de prestations de maladie à 26. Les futurs gouvernements reprendront invariablement le même argument et invoqueront les difficultés informatiques pour laisser les choses telles quelles. Si le moment est vraiment venu de faire ce changement et que le gouvernement s'y montre disposé — ce qui n'était pas le cas il y a quelques mois, à l'époque du projet de loi C-24  —, alors aussi bien faire les choses comme il se doit du premier coup.
Sur les chantiers de construction, il y a une expression selon laquelle il n'y a jamais assez de temps pour bien faire le travail la première fois, mais qu'il y en a toujours assez pour refaire le travail trois fois par la suite. Le problème, en l'occurrence, c'est qu'il ne s'agit pas de construire un bâtiment. Des gens sont malades en ce moment même, et leurs prestations de maladie de l'assurance-emploi ont déjà expiré ou sont sur le point d'expirer. Des gens souffrent pendant que le gouvernement peine à bien faire les choses. La situation est pourtant claire. La Chambre des communes a déjà déclaré sans l'ombre d'un doute que les prestations devraient s'étendre sur 50 semaines. J'ai déjà proposé des amendements à cet effet, alors ce n'est pas comme si l'occasion ne s'était jamais présentée. Aujourd'hui, ce projet de loi nous offre une autre occasion.
L'attente a déjà été trop longue. Faisons les choses comme il se doit du premier coup pour toutes ces personnes qui souffrent, que ce soit de nouveaux problèmes de santé comme la COVID longue ou de problèmes plus anciens qui ont été difficiles à régler à cause de la pandémie, nos hôpitaux étant à juste titre davantage concentrés sur les personnes dont la vie est menacée par la COVID-19. Faisons en sorte que les Canadiens malades obtiennent le soutien financier dont ils ont besoin pour traverser cette période difficile.
Collapse
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
2021-05-12 19:06 [p.7142]
Expand
Madam Speaker, I will try not to get too worked up, even though there is clearly good reason to do so. What we are talking about this evening is extremely important for our constituents, for those who put their trust in us to represent them.
If we polled people on the street about whether a certain bill should be passed, it would be very rare for 10 out of 10 people to agree. However, that would be the case with Bill C-265. This is more than just a number on a bill. It is a battle that has been going on for the past four Parliaments. The member for Salaberry—Suroît is currently waging that battle with passion and strength, and five or six other MPs have waged it before her.
With all due respect for the opposite view, I think that the House needs to face up to its 80-year-old responsibility to improve employment insurance coverage for all Quebeckers and Canadians who lose their jobs. We need to do that not because people are asking us to, but because they need us to.
It might seem ironic for me to explain to the Liberals that we, as parliamentarians, are privileged. Relatively speaking, those of us in this Parliament are the elected officials earning the best living in Canada, and many of us came from a privileged background before we even had the privilege of sitting in this hallowed chamber.
When we lose our jobs, we have support from many people, we get severance packages that can often be considerable and, when we are sick, we do not end up on unemployment. No one feels sorry for us.
I say this because this is not the case for everyone. The workers who pay our salaries and make it possible for us to be here to represent them do not have one-tenth of the security we have. For the vast majority of people, becoming ill sets off a chain of misfortunes and difficult decisions, often because they have no choice. For some people with cancer or other serious illnesses, it can even mean death.
I bring this up a lot, but I want us to remember who we work for. It is always very important to remember, and I will name one of the people we work for. Actually, it is a person we worked for. This individual was let down by a number of governments, but there are thousands of others, including her two children and her spouse.
That person was Émilie Sansfaçon, a woman from Quebec who fought both her illness and the system that allowed her wretched disease to control her life. Nobody here believes that money saves people's lives directly. It does not. However, one thing money can do, especially money that replaces income, is give people a fair fight against disease. Nobody needs a crystal ball to see that health problems are at least as stressful as the possibility of losing everything.
The Bloc Québécois understands that. We have always fought to improve the program. We fought for an independent fund, we fought to eliminate the spring gap, we fought to improve access to regular benefits, we fought to end the classification of unemployed workers, and we fought to improve all types of benefits.
I think the debate on Bill C-265 is less about improving benefits and more about correcting injustice. Talk to anyone battling serious illness, such as cancer, and it will quickly become clear that employment insurance is flawed.
Refusing, as the Liberals do, to see that 15 or 26 weeks are not enough is a serious error in judgment. The Parliamentary Budget Officer outlined the problem very clearly. More than four out of five people who use up the entire special benefit end up taking unpaid leave for another 16 weeks on average. It is absolutely disgusting. Worse yet, not even a quarter of claimants are able to return to work after exhausting the benefit. In developing an important public policy, it is absurd to draw a line based on the least unfortunate quartile of the sick.
In any case, and I want to stress this because it makes me angry, behind all this foot-dragging there seems to be some acknowledgement that this does not look good, but there is also concern that the people who manage to recover will still get the benefit. These are people who are sick and their priority is to return to work, because that would mean they are in good health.
I cannot understand how parliamentarians here can be opposed to the idea of increasing the number of weeks. I recommend they do a little soul-searching.
For someone who is sick, their illness means living with a constant financial threat over their head. For a person who is sick, their illness means losing their job and their employment relationships while they are fighting the disease.
Since special sickness benefits were established in 1971, not only have federal sickness benefits not improved, but the labour market has changed dramatically. Needs are becoming increasingly urgent, especially with regard to achieving work-life balance. Someone who loses their job is entitled to receive regular EI benefits. Someone who has a baby is entitled to maternity leave or parental leave. However, someone who has cancer or a chronic disease and who needs to take frequent or multiple days off work gets only what someone who breaks their arm riding a bike would get. That is not right.
It is unfortunate, but no one wants to fall ill. I think it is high time Parliament made an effort to restore some balance.
For the last six years, it has been 2015 for the Liberals, except for employment insurance. When it comes to EI, they are still stuck in 1971. Must we bring back a DeLorean for the Prime Minister, like in the movie Back to the Future, so he can finally realize this? It would probably be useful for him to go back in time to see one particular thing.
In 2012, he voted for Bill C-291, introduced by the former member for Bourassa. That bill called for the exact same thing we are calling for today. It is a rare thing for me to quote the former member for Bourassa, but I will do it, nevertheless. Before his bill was defeated by the Conservatives, here is what he had to say:
In a non-partisan way, I am asking all my colleagues to make that gesture of solidarity and support my bill.
That is exactly what I am asking my colleagues today with an additional argument. The House has already agreed to extend EI benefits from 15 to 50 weeks in the event of a serious illness. That was not so long ago, on February 18, 2020. Furthermore, there are many reasons for supporting our bill. The lesser known reason is that employment insurance is a so-called stabilizing program. I am not the one who said that; it was Stephen Poloz, former governor of the Bank of Canada.
There is no doubt that because of the current crisis many people understand the importance of a good EI program. I really do not understand the government's foot-dragging. It claimed to be the champion of the less fortunate, but perhaps that was nothing but a publicity stunt. I hope not.
How will Liberal members explain it if they do not support the bill introduced by the member for Salaberry—Suroît? Is there something they fail to understand? The bill is not that complicated. It only amends the Employment Insurance Act by increasing the maximum duration of sickness benefits from 15 to 50 weeks. It is as simple as that.
I reiterate that this is nothing new, nor has it come out of the blue. We should all agree that this is just common sense. However, we need the government's support. On April 15, 2020, the Speaker of the House rightly reminded us that in order to pass third reading and head to the Senate, Bill C-265 would need royal recommendation. That means the fate of the will of the House, as expressed through a majority motion in 2020, rests entirely with this government.
If the Liberals do not support the bill, they will have to live with the consequences of their refusal, because vulnerable Quebeckers and Canadians will suffer as a result.
In closing, I want to thank the member for Salaberry—Suroît for her determination in championing this bill. I also want to thank the 162 members of the House who had the courage to set partisanship aside in February 2020 and vote in favour of the Bloc Québécois motion. I hope they will once again show their support for the struggle of survivors and those still fighting to make our society a little fairer and more supportive by voting in favour of Bill C-265 in memory of Émilie Sansfaçon.
Madame la Présidente, je vais tenter de ne pas m'enflammer même si, de toute évidence, il y aurait matière à le faire. Ce dont nous discutons ce soir est d'une importance majeure pour les citoyennes et les citoyens, qui nous accordent leur confiance afin que nous les représentions.
Si on faisait un vox pop dans la rue pour demander aux gens si un projet de loi devrait être adopté, on verrait très rarement 10 personnes sur 10 donner leur accord. Ce serait toutefois le cas en ce qui concerne le projet de loi C-265. C'est d'ailleurs plus qu'un numéro sur un projet de loi: c'est un combat qui se poursuit depuis quatre législatures. C'est le combat de la députée de Salaberry—Suroît, qui le porte avec passion et avec force, et celui de cinq ou six députés qui l'ont aussi mené par le passé.
Je pense, avec égard pour l'opinion contraire, que la Chambre doit faire face à sa responsabilité vieille de 80 ans de faire progresser la couverture de l'assurance-emploi de tous les Québécoises et les Québécois, les Canadiens et les Canadiennes qui perdent leur emploi. Elle doit le faire non pas parce que nos concitoyens le demandent, mais bien parce qu'ils en ont besoin.
Il pourrait sembler ironique que j'explique aux libéraux que nous, les parlementaires, sommes privilégiés. Dans ce Parlement, nous sommes, toute proportion gardée, les élus qui gagnent le mieux leur vie au Canada, et plusieurs d'entre nous provenaient déjà d'un milieu favorisé avant même d'avoir le privilège de siéger dans cette illustre Chambre.
Quand nous perdons notre emploi, nous avons le soutien de plusieurs personnes, nous avons des conditions de départ souvent avantageuses et, quand nous sommes malades, personne ne nous envoie au chômage. Nous ne faisons pas pitié.
Je dis cela parce que ce n'est pas pareil pour tout le monde. Les travailleuses et les travailleurs qui financent nos salaires et nos conditions de travail afin de nous permettre de les représenter ne possèdent pas le dixième de la sécurité dont nous bénéficions. Pour la grande majorité des gens, tomber malade signifie une spirale de malheurs qui s'enchaînent et une suite de décisions difficiles, souvent parce qu'ils n'en ont pas le choix. Dans le cas du cancer et de plusieurs autres maladies graves, cela peut même vouloir dire la mort.
Maintenant, comme je le fais souvent, je vais demander pour qui nous travaillons. C'est une maudite bonne question, et je vais nommer une personne pour qui nous travaillons. En fait, c'est une personne pour qui nous travaillions. C'est une personne que plusieurs gouvernements ont laissé tomber, mais qui en cache des milliers d'autres et, au premier chef, ses deux enfants et son conjoint.
Cette personne, c'est Émilie Sansfaçon, une Québécoise qui s'est battue contre la maladie, ainsi que contre le système qui permettait à cette foutue maladie d'exercer un contrôle plus grand sur elle. Personne ici ne s'imagine que l'argent sauve des vies directement. Ce n'est effectivement pas le cas. Cependant, une chose que l'argent permet de faire, plus particulièrement celui qui remplace le revenu, c'est de mener un combat équitable contre la maladie. Nul besoin d'être un devin pour comprendre que les problèmes de santé entraînent certainement autant de stress que le fait de risquer de perdre tout ce qu'on possède.
Au Bloc québécois, nous comprenons cela. Nous avons toujours milité pour l'amélioration du programme, que ce soit pour une caisse autonome, l'abolition du trou noir, l'amélioration de l'accès aux prestations régulières, la fin de la catégorisation des chômeurs et, évidemment, la bonification des prestations, qu'importe le titre.
Je pense que le débat sur le projet de loi C-265 s'inscrit non pas dans la lignée des bonifications, mais bien dans celle de la correction des injustices. On comprend que la prestation de maladie de l'assurance-emploi est une aberration lorsqu'on a côtoyé ne serait-ce qu'une personne aux prises avec une maladie grave comme le cancer.
Refuser, comme le font les libéraux, de voir que 15 ou 26 semaines ne suffisent pas est une grave erreur de jugement. Le directeur parlementaire du budget a très clairement détaillé le problème. Plus de quatre personnes sur cinq qui épuisent la prestation spéciale doivent prendre congé à leurs frais pour une autre durée de 16 semaines, en moyenne. C'est tout simplement révoltant. Pire que cela, ce n'est même pas le quart des prestataires qui réussissent à retourner au travail après avoir épuisé la prestation. Pour élaborer une politique publique importante, c'est absurde de se fier au quartile le moins malchanceux des malades pour tracer une ligne.
De toute façon, et j'insiste là-dessus, parce que cela me met hors de moi, on dirait qu'en filigrane de toutes ces tergiversations, on admet que cela n'a pas d'allure, mais on craint que des gens guéris reçoivent la prestation. Or, ce sont des gens malades, et la priorité de ces gens est de retourner travailler, car cela voudra dire qu'ils sont en santé.
Je ne comprends pas que des parlementaires ici s'opposent à l'idée d'augmenter le nombre de semaines et je les invite à faire preuve d'introspection.
Pour une personne malade, cela signifie de vivre constamment avec une menace économique au-dessus de la tête. Pour une personne malade, cela signifie de perdre son emploi, son lien d'emploi dans son combat contre la maladie.
Depuis la création des prestations spéciales pour maladie en 1971, non seulement les prestations de maladie fédérale n'ont jamais été bonifiées, mais le marché du travail a changé. Les besoins se font plus criants, notamment en matière de conciliation entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Perdre son emploi peut donner droit à des prestations ordinaires d'assurance-emploi. Accoucher peut donner droit à un congé de maternité et un congé parental. Par contre, avoir le cancer ou une maladie chronique, être obligé de prendre congé fréquemment ou de manière prolongée, cela donne la même chose que se casser le bras en bicyclette et ce n'est pas normal.
C'est bien dommage, mais personne ne souhaite tomber malade. Je pense qu'il serait temps que le Parlement fasse un effort pour équilibrer les choses.
On est en 2015 depuis six ans pour les libéraux, sauf pour l'assurance-emploi pour laquelle on se trouve en 1971. Faut-il qu'on ramène une DeLorean, comme dans le film Retour vers le futur au premier ministre afin qu'il le réalise? Cela lui serait probablement utile pour qu'il retourne dans le passé pour voir une chose en particulier.
Il a voté pour le projet de loi C-291 de l'ancien député de Bourassa en 2012 qui demandait précisément ce qu'on demande aujourd'hui. C'est rare que je cite l'ancien député de Bourassa, mais je vais quand même le faire. Avant que son projet de loi soit battu par les conservateurs, il avait dit ce qui suit:
J'aimerais demander à tous mes collègues de mettre de côté la partisanerie et d'appuyer mon projet de loi en signe de solidarité avec ces personnes.
C'est exactement ce que je demande à mes collègues aujourd'hui avec un argument supplémentaire. La Chambre s'est déjà prononcée en faveur de la prolongation des prestations d'assurance-emploi de 15 à 50 semaines en cas de maladie grave. Cela ne fait pas longtemps, cela s'est passé le 18 février 2020. De plus, les raisons pour appuyer notre projet de loi sont nombreuses. La moins connue, c'est que l'assurance-emploi est un programme qu'on appelle « stabilisateur ». Ce n'est pas moi qui le dis, c'est Stephen Poloz, l'ancien gouverneur de la Banque du Canada.
Il est bien certain que, à cause à la crise actuelle, plusieurs personnes comprennent l'importance d'un bon programme d'assurance-emploi. Je m'explique pourtant mal les tergiversations du gouvernement, qui s'est posé volontiers comme défenseur de la veuve et de l'orphelin devant les médias, à moins que ce n'ait été qu'un coup de publicité ou de marketing. J'espère que non.
Comment ses députés vont-ils pouvoir expliquer cela s'ils n'appuient pas le projet de loi de la députée de Salaberry—Suroît. Ont-ils mal compris? Le projet de loi est pourtant très simple. Il modifie uniquement la Loi sur l'assurance-emploi en faisant passer la durée maximale des prestations de maladie de 15 à 50 semaines. Ce n'est pas plus compliqué que cela.
Je réitère que ce n'est pas nouveau, ce n'est pas sorti de nulle, c'est juste du gros bon sens dont nous devrions tous faire preuve. Cependant, nous avons besoin de l'appui du gouvernement. Le 15 avril 2020, le Président de la Chambre a rappelé à bon droit que pour dépasser l'étape de la troisième lecture et se rendre au Sénat, le projet de loi C-265 devra avoir la recommandation royale. C'est donc entièrement sur les épaules du gouvernement en place que repose le sort de la volonté de la Chambre exprimée par la voie d'une motion majoritaire en 2020.
Si les libéraux n'appuient pas le projet de loi, ils devront vivre avec l'odieux de leur refus puisque cela signifiera que des Québécois, des Québécoises, des Canadiens et des Canadiennes vulnérables souffriront.
En terminant, je veux remercier la députée de Salaberry—Suroît qui porte ce projet de loi avec détermination. Je veux aussi remercier les 162 députés de la Chambre qui ont osé ignorer la partisanerie en février 2020 en votant pour la motion du Bloc québécois. J'espère qu'ils renouvelleront leur appui à la lutte que les survivants et ceux qui se battent encore mènent pour rendre notre société toujours un peu plus juste et plus compréhensive en votant en faveur du projet de loi C-265 en mémoire d'Émilie Sansfaçon.
Collapse
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
View Claude DeBellefeuille Profile
2021-05-12 19:17 [p.7143]
Expand
Madam Speaker, my speech will wrap up the debate on the Émilie Sansfaçon bill.
I remind the House that the purpose of Bill C-265 is to extend EI sickness benefits from 15 weeks to 50 weeks. It is a short bill that could really benefit all the most vulnerable workers, who are left with no income while sick, often while fighting for their lives. It is a bill that would allow workers to recover with dignity.
Canada is a rich country, but all it has to offer to sick workers is instability, stress and financial insecurity. That is embarrassing and unacceptable. Workers get 15 weeks to fight an illness, recover and return to work. However, all the studies show that people need an average of 41 weeks to fully recover.
In the last budget, we were disappointed to see that the Liberals were taking action, but only to extend the benefit period to 26 weeks. We know the Liberals' intentions. The fact remains that this half measure is hard to justify.
During the first hour of debate, I ended my speech in the House by stating this about the benefits: “If the government increases these benefits to 26 weeks, then it is simply providing false comfort hiding the terrible reality that the Liberals are letting down approximately 68% of workers who need those benefits.”
I share the disappointment of the 68% of sick workers. These thousands of workers paid premiums every payday but have been abandoned because they are sick. These thousands of Quebec and Canadian workers would be entitled to a much more ambitious and responsive social safety net if they worked in France, Germany, Sweden, Norway or even California.
A briefing note on the budget helps us better understand the Liberal government's arguments justifying this 26-week period. It states:
The data suggest that a worker is not likely to return to work, could be away from work much longer [and] could leave the labour force altogether after taking more than 26 weeks of leave. Although some stakeholders support extending the duration of sickness benefits to 50 weeks, this would not be in keeping with the main objective of employment insurance sickness benefits, which is to provide income support to workers on short-term sick leave.
That argument is unacceptable.
Honestly, that analysis made me mad. It essentially says that being sick for too long has various consequences, including financial insecurity and increased vulnerability, since the government is severing our employment relationship. It means that the insurance we paid into with every paycheque does not cover us. It means that we are on are own. All these consequences are discriminatory and neglectful.
As we speak, there are workers who are sick. There are workers who are getting better. There are workers who just want to recover and go back to work. There are workers whose 15 weeks will soon be up, which is making them anxious, because they do not know how they are going to pay their bills or even pay for medical transportation.
These workers, who receive little compassion, are being offered a maximum of 26 weeks. To add insult to injury, no one knows exactly when in 2022 this improvement will be made by order. However, we have the means right now to offer 50 weeks. Cabinet knows that, I am sure of it.
When I was drafting my bill, I had some terrific meetings that left a big impression on me. In particular, I met Émilie Sansfaçon's father, Louis Sansfaçon, who took up the political fight of his daughter, a young mother we lost much too soon. There is nothing purer than a father's love for his daughter, for his child. This was evident in all the meetings I had with Mr. Sansfaçon.
If any of my Liberal colleagues are still not convinced that 50 weeks are necessary, I invite them to have a short meeting with Louis Sansfaçon and Marie-Hélène Dubé, who is also a fighter for this cause. It is impossible to remain indifferent to their life stories, and it is insensitive to offer them a half measure in response.
Now is our chance to vote to make the point once again that workers need 50 weeks, not 26 weeks, and that the Liberals are making a mistake by insisting on abandoning vulnerable workers. I encourage them to move in the right direction and do the right thing by voting in favour of my bill.
Madame la Présidente, c'est par mon discours que se conclue le débat consacré au projet de loi d'Émilie Sansfaçon.
Je rappelle que l'objectif du projet de loi C-265 est de faire passer de 15 à 50 semaines les prestations de maladie de l'assurance-emploi. C'est un court projet de loi qui ferait tellement de bien à tous les travailleurs les plus vulnérables, qui se retrouvent devant rien alors qu'ils luttent bien souvent pour leur vie. C'est un projet de loi qui permettrait aux travailleurs de guérir dans la dignité.
Actuellement, au Canada — un pays riche —, nous offrons la précarité, le stress et l'insécurité financière aux travailleurs malades. C'est gênant et inacceptable. Nous offrons 15 semaines à un travailleur pour combattre la maladie, s'en remettre et retourner au travail. Pourtant, toutes les études prouvent qu'en moyenne, c'est de 41 semaines dont on a besoin pour se rétablir pleinement.
Dans le plus récent budget, nous avons eu la déception de constater que les libéraux allaient bouger, mais en ne faisant passer la période des prestations qu'à 26 semaines. Nous connaissions les intentions libérales. Il n'en demeure pas moins que cette demi-mesure est difficile à justifier.
Lors de la première heure de débat, j'avais conclu mon discours à la Chambre en disant ceci au sujet des prestations: « Si le gouvernement les augmente à 26 semaines, c'est une fausse bonne nouvelle puisqu'elle cache la terrible réalité: les libéraux laisseront tomber environ 68 % des travailleurs qui en ont besoin. »
Ma déception, c'est celle de ces 68 % de travailleurs malades, qui sont des milliers à avoir cotisé à chacune de leur paie et qui sont abandonnés parce qu'ils sont malades. Ces milliers de travailleurs québécois et canadiens auraient droit à un filet social bien plus ambitieux et beaucoup mieux adapté s'ils étaient des travailleurs français, allemands, suédois, norvégiens ou même californiens.
Dans une note d'information sur le budget, nous pouvons mieux comprendre les arguments du gouvernement libéral pour justifier cette période de 26 semaines. Le gouvernement nous dit ceci:
Les données suggèrent qu'un travailleur n'est pas susceptible de retourner à son emploi, qu'il pourrait prendre un congé beaucoup plus long [et] qu'il pourrait quitter complètement la population active après avoir pris plus de 26 semaines de congé. Bien que certains intervenants aient préconisé de prolonger la durée des prestations de maladie à 50 semaines, cela ne cadrerait pas avec l'objectif principal des prestations de maladie d'assurance-emploi, qui est de fournir un soutien [de] revenu aux travailleurs qui sont en congé de maladie pendant une courte durée.
Cette citation est inacceptable.
Honnêtement, cette analyse m'a fâchée. Au fond, ce qu'elle dit, c'est que le fait d'être malade trop longtemps a plusieurs conséquences. Cela nous vaut la précarité. Cela nous vaut d'être encore plus vulnérables puisque l'État nous arrache à notre lien d'emploi. Cela signifie que l'assurance que nous avons payée à chacune de nos paies ne nous couvre pas. Cela veut enfin dire que nous devons nous débrouiller. Toutes ces conséquences sont de la discrimination et un abandon.
Au moment où l'on se parle, il y a des travailleurs malades. Il y a des travailleurs qui récupèrent. Il y a des travailleurs qui ne demandent qu'à guérir et à réintégrer leur emploi. Il y a des travailleurs dont les 15 semaines arrivent bientôt à échéance et qui vivent dans l'anxiété parce qu'ils ne savent pas comment ils paieront leurs factures ou même leur transport médical.
Ces travailleurs, qui reçoivent peu de compassion, se font offrir un maximum de 26 semaines. Comble d'insulte, cette bonification se fera on ne sait trop à quel moment, par décret, quelque temps en 2022. Pourtant, on a les moyens aujourd'hui de s'offrir les 50 semaines. Le conseil des ministres le sait, j'en suis convaincue.
Quand j'ai préparé mon projet de loi, j'ai fait des rencontres sensationnelles qui m'ont beaucoup marquée. J'ai notamment rencontré le père d'Émilie Sansfaçon, M. Louis Sansfaçon, qui porte le combat politique de sa fille, une jeune mère de famille qu'on a perdue bien trop tôt. Il n'y a rien de plus pur que l'amour d'un père pour sa fille, pour son enfant. Cela s'est reflété dans toutes les rencontres que j'ai eues avec M. Sansfaçon.
Si un de mes collègues libéraux n'est toujours pas convaincu que 50 semaines soient nécessaires, je l'invite à un court rendez-vous avec Louis Sansfaçon et avec Marie-Hélène Dubé, elle aussi une combattante. Il est impossible de demeurer insensible face à leur parcours de vie, mais, surtout, il est insensible de leur offrir une demi-mesure en guise de réponse.
Voici donc l'occasion de voter pour faire valoir encore une fois que le besoin s'établit à 50 semaines et non à 26 semaines, et que les libéraux font fausse route en s'obstinant à abandonner les travailleurs vulnérables. Je les encourage à aller vers le bon sens et dans la bonne voie en votant en faveur de mon projet de loi.
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2021-05-12 19:22 [p.7144]
Expand
Pursuant to an order made on Monday, January 25, the division stands deferred until Wednesday, May 26, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
Conformément à l'ordre adopté le lundi 25 janvier, le vote par appel nominal est différé jusqu'au mercredi 26 mai, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-11 10:20 [p.7021]
Expand
Mr. Speaker, I am pleased to join in the debate today. It is our second day of looking at the budget implementation act, Bill C-30. Given that the budget was over 700 pages long and the budget implementation act is over 300 pages, I will start at a higher level of extraction by examining the nature of this legislation and refamiliarizing some of us with the controversial issue of omnibus bills.
This is clearly an omnibus bill, but I want to set out why it is not offensive. At over 300 pages long, the budget implementation act contains well over 20 acts. It affects the Canada Labour Code, the Federal Courts Act, the Trust and Loan Companies Act, two different varieties of student loans and student financial assistance. I will not read them all, but a large number of pieces of legislation are affected.
The issue of illegitimate omnibus budget bills takes us back to the era of the Harper administration in a minority. They were the best way to push through offensive legislation when parties that formed the majority of the members of Parliament, but were not the administration, would have objected. With the use of offensive omnibus budget bills, the Conservative government quite shrewdly discerned that it could put through things that would not otherwise get public support or MP support, given that they are confidence votes. It put through things such as the Budget Implementation Act 2008 and Budget Implementation Act 2009, which weakened environmental assessment leading up to the majority actions of that government. It continued to put lots of things in budget implementation acts that were omnibus bills.
An omnibus bill merely means that many pieces of legislation are being passed all at once. This is not offensive is if it is all to one purpose. Everything in Bill C-30 is mentioned in the budget. As far as I can see, there are no sneaky surprises, as we discovered in a recent budget in which there were deferred prosecution agreements for corporations. As I go through this bill, it is not like the omnibus budget bill of spring 2012 that destroyed our environmental assessment process, which has still not been repaired. It gutted the Fisheries Act and eliminated the national round table, among other things. This is an omnibus bill, but it is appropriate in that everything I can find in Bill C-30 is consistent with the budget itself and has to do with legislative changes to make it possible to enact the budget, which this Parliament has now passed.
There are items of concern. When the bill gets to committee, maybe improvements could be made on some of these, but certainly it is of concern to see withdrawal of supports for important things within our economy during COVID. We are clearly not looking at a post-pandemic budget. After not having had a budget for two years, this budget continues to face times of deep uncertainty. I have had my first vaccine shot. I will wait four months and then get a second shot. With vaccines, we see there is light at the end of the tunnel, but with variants, spikes and economies in various provinces opening up a bit and then closing rapidly, there are a lot of reasons why businesses and individual Canadians will continue to need support.
The notion that we would lower the Canada recovery benefit from the current $500 a week to $300 a week by July should be looked at. That is soon, and we may not be ready for that. The wage subsidy is ending by September. A lot of businesses in my riding know for sure that they will need that wage subsidy well beyond September. There are deep concerns particularly in the tourism sector, so I will focus on tourism for a minute.
The tourism sector has received $500 million in the budget, and that is not nearly enough. We underestimate it, as Canadians and even as parliamentarians. All of us have tourism in our ridings, and collectively across the country tourism's contribution to GDP is roughly the same as the oil sands. It employs far more people, thousands and thousands of them, across Canada in every region, and $500 million is not adequate to meet the needs of the tourism sector.
Big businesses in my riding, attractions such as Butchart Gardens, would normally have upwards of 700 to 800 employees seasonally. Butchart Gardens did not have anything like that number last summer because it was not open, but the wage subsidy allowed it to keep specialists employed: the hundreds of people who were recruited from around the world as horticulturalists. It simply will not be able to keep that workforce if we do not have a wage subsidy. If it loses that workforce and these specialists, horticulturalists and experts are not able to be employed here, they will go to other countries. Their skills are in demand.
We have a very big concern about the $500 million provided for tourism and the $1 billion for promotion. Some of the businesses in my riding feel rather hollowed out by the notion that we will have a billion dollars going to advertising attractions in Canada that cannot stay open.
It is also peculiar that we have a decision by the Department of Transportation that cruise ships on our coasts will not open until February 28, 2022. I have yet to see any justification for that arbitrary date. This is a big concern, because if we are letting people get on airplanes, are saying there are vaccination passports and that people are okay to travel, certainly we should be informed of why there is this arbitrary date. It would continue to damage tourism.
This budget is also very short on support for ground transport. The bus lines of this country, whether Wilson Bus Lines or Maritime Bus, need more connectivity between cities and towns. The support for Via Rail is welcome, at $491 million, but it is all in the Windsor-Quebec corridor. What about Vancouver to Toronto and Montreal to Halifax? In the absence of Greyhound, the Irving Bus Line and others that run between communities, those routes need daily trains and an expanded economy service.
What is missing again is what we are going to do to improve our financial prospects going forward. If we are not going to be looking at cuts, we need more revenue. There are some new taxes in this budget and some ways to save money. I particularly applaud the idea that the Government of Canada is going to stop spending as much on travel by civil servants: That is a $1-billion savings over five years. Most of that travel, as we know, was by air. We have learned during COVID that we can find other ways to meet that avoid greenhouse gases and avoid so much travel.
Long-term we need to look at more revenue. The Parliamentary Budget Officer has pointed out that our debt-to-GDP ratio is going to level out at about 51%. It was about 30.6% before the pandemic, and it will be 2055 before we get to pre-pandemic debt-to-GDP ratios. In 1995-96, we were at 66%, but we do not want to go through that deep austerity program ever again. We have to protect our health system. We have to expand it with pharmacare, which should have been in this budget and was not.
We need to look at where we can get more revenue and be consistent. For heaven's sake, it is time to stop subsidizing fossil fuels. It is time to cancel the Trans Mountain pipeline, which is going to cost another $10 billion to $12 billion. We are looking at excess profits from our banks. We should be going after those. We should be looking at a wealth tax. We certainly do not do enough in this budget. It suggests consultations on what to do about credit card interest rates and horrific payday loans. Those things need more attention.
We need to look at improving the revenue line so that we can afford universal pharmacare, which we must, and so that we can make sure the day care program takes place across the country for all Canadians. As well, we need to bring in support initially for low-income dental and get rid of the interest on Canadian student loans. All those need revenue in their appropriate place. With that, I am thankful for the time to speak to Bill C-30.
Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je participe au débat d'aujourd'hui, en cette deuxième journée d'examen de la loi d'exécution du budget, le projet de loi C-30. Comme le budget compte plus de 700 pages et que la loi d'exécution du budget dépasse les 300 pages, je me concentrerai tout d'abord sur une vue d'ensemble, sur la nature du projet de loi et sur certaines des controverses qui entourent les projets de loi omnibus.
Il s'agit de toute évidence d'une mesure omnibus, mais elle n'est pas choquante pour autant et je souhaite expliquer pourquoi. Dépassant les 300 pages, la loi d'exécution du budget touche plus de 20 lois, dont le Code canadien du travail, la Loi sur les Cours fédérales, la Loi sur les sociétés de fiducie et de prêt, deux catégories de prêts étudiants et l'aide financière aux étudiants. Je n'en dresserai pas la liste complète, mais beaucoup de mesures législatives sont touchées.
La question des projets de loi omnibus d’exécution du budget qui sont illégitimes nous ramène à l’époque où l’administration Harper était minoritaire. Ils constituaient le meilleur moyen de faire passer des lois offensantes quand les partis qui formaient la majorité des députés, mais qui ne faisaient pas partie de l’administration, s’y seraient opposés. Grâce à l’utilisation de projets de loi omnibus offensants, le gouvernement conservateur a découvert qu’il pouvait faire adopter des mesures qui, autrement, n’auraient pas obtenu l’appui du public ou des députés, étant donné qu’il s’agissait de votes de confiance. Il a fait adopter, par exemple, la Loi d’exécution du budget 2008 et la Loi d’exécution du budget 2009 qui ont affaibli l’évaluation environnementale menant aux actions majoritaires de ce gouvernement. Il a continué à intégrer dans les lois d’exécution du budget de nombreux éléments qui auraient constitué des projets de loi omnibus.
Un projet de loi omnibus regroupe simplement de nombreux textes législatifs qui sont adoptés en même temps. Ce n’est pas choquant s’ils ont tous un but commun. Tout ce qui figure dans le projet de loi C-30 est mentionné dans le budget. D’après ce que je peux voir, il n’y a pas de surprises sournoises, comme nous l’avons découvert dans un récent budget où il y avait des ententes de poursuites différées pour des sociétés. En parcourant ce projet de loi, je constate qu’il n’est pas comme le projet de loi omnibus d’exécution du budget du printemps 2012 qui a détruit notre processus d’évaluation environnementale, lequel n’a toujours pas été réparé. Entre autres, il a vidé la Loi sur les pêches de sa substance et éliminé la table ronde nationale. Le projet de loi C-30 est un projet de loi omnibus, mais il est approprié dans la mesure où tout ce que je peux y voir concorde avec le budget lui-même et concerne des modifications législatives visant à permettre l’adoption du budget, que le Parlement a maintenant adopté.
Il y a quelques points préoccupants. Lorsque le projet de loi sera renvoyé en comité, des améliorations pourront peut-être être apportées à certains d’entre eux, mais il est certainement préoccupant de constater le retrait du soutien à des éléments importants de notre économie pendant la COVID. Il est clair que nous ne sommes pas en présence d’un budget post-pandémie. Après l’absence d’un budget pendant deux ans, ce budget correspond à des périodes de profonde incertitude. J’ai reçu ma première injection de vaccin. Je vais attendre quatre mois avant de recevoir une deuxième injection. Les vaccins nous permettent de voir la lumière au bout du tunnel, mais avec les variants, les crêtes et l’économie de diverses provinces qui s’ouvre un peu puis se referme aussitôt, il y a beaucoup de raisons pour lesquelles les entreprises et les particuliers continueront à avoir besoin de soutien.
L’idée de faire passer la prestation canadienne de la relance économique de 500 $ à 300 $ par semaine d’ici juillet devrait être examinée. C’est bientôt, et nous ne sommes peut-être pas prêts à cela. La subvention salariale prend fin en septembre. Beaucoup d’entreprises de ma circonscription savent pertinemment qu’elles auront besoin de cette subvention bien après septembre. Il y a de profondes inquiétudes, notamment dans le secteur du tourisme, alors je vais me concentrer sur le tourisme pendant quelques instants.
Le secteur du tourisme a reçu 500 millions de dollars dans le budget, ce qui est loin d’être suffisant. En tant que Canadiens et même en tant que parlementaires, nous sous-estimons ce secteur. Nous avons tous du tourisme dans nos circonscriptions et, collectivement, dans tout le pays, la contribution du tourisme au PIB est à peu près la même que celle des sables bitumineux. Il emploie beaucoup plus de personnes, des milliers et des milliers, partout au Canada, dans toutes les régions, et 500 millions de dollars ne suffisent pas à répondre aux besoins du secteur touristique.
Les grandes entreprises de ma circonscription, des attractions touristiques comme les Jardins Butchart, comptent normalement plus de 700 à 800 employés en saison. C'était loin d'être l'effectif l’été dernier parce que les jardins n’étaient pas ouverts, mais la subvention salariale leur a permis de garder les spécialistes employés: les centaines d’horticulteurs qui ont été recrutés dans le monde entier. L’entreprise ne sera tout simplement pas en mesure de conserver cette main-d’œuvre si nous n’avons pas de subvention salariale. Si elle perd cette main-d’œuvre et que ces spécialistes, horticulteurs et experts ne sont pas en mesure d’être employés ici, ils iront dans d’autres pays. Leur savoir-faire est fort recherché.
Les 500 millions de dollars prévus pour le tourisme et le milliard de dollars pour la promotion nous préoccupent beaucoup. Certaines entreprises de ma circonscription sont plutôt perplexes à l’idée qu’un milliard de dollars sera consacré à la publicité d’attractions canadiennes qui ne pourront pas rester ouvertes.
Il est également curieux que le ministère des Transports ait décidé que les paquebots de croisière sur nos côtes ne seront pas ouverts avant le 28 février 2022. Je n’ai encore vu aucune justification de cette date arbitraire. C’est très inquiétant, car si nous laissons les gens prendre l’avion, si nous disons qu’il y a des passeports de vaccination et que les gens peuvent voyager, nous devrions certainement être informés de la raison d’une telle date arbitraire. Cela continuerait à nuire au tourisme.
Ce budget est également avare de soutien en faveur du transport terrestre. Les lignes d’autocar de ce pays, que ce soit Wilson Bus Lines ou Maritime Bus, ont besoin d’établir une plus grande connectivité entre les villes et les villages. Le soutien accordé à Via Rail est bienvenu, avec 491 millions de dollars, mais il concerne uniquement le corridor Windsor-Québec. Qu’en est-il de Vancouver à Toronto et de Montréal à Halifax? En l’absence de Greyhound, de la ligne d’autobus Irving et d’autres lignes qui relient les collectivités, ces itinéraires ont besoin de trains quotidiens et d’un service économique élargi.
Là encore, ce qui manque, ce sont des mesures qui nous permettraient d'améliorer nos perspectives financières. Si nous n’envisageons pas de réductions, nous avons besoin de plus de recettes. Il y a quelques nouvelles taxes dans ce budget et quelques moyens d’économiser de l’argent. J’applaudis particulièrement l’idée que le gouvernement du Canada va cesser de dépenser autant pour les voyages des fonctionnaires: cela représente une économie d’un milliard de dollars sur cinq ans. La plupart de ces voyages, comme nous le savons, se faisaient par avion. Nous avons appris au cours de la COVID que nous pouvons trouver d’autres moyens d’éviter les gaz à effet de serre et d’éviter autant de voyages.
À long terme, nous devons envisager d’augmenter les recettes. Le directeur parlementaire du budget a souligné que le ratio de la dette par rapport au PIB va se stabiliser à environ 51 %. Il était de 30,6 % avant la pandémie, et il faudra attendre 2055 pour retrouver les ratios d’avant la pandémie. En 1995-1996, nous étions à 66 %, mais nous ne voulons plus jamais revivre une austérité aussi intense. Nous devons protéger notre système de santé. Nous devons l’élargir grâce à l’assurance-médicaments, qui aurait dû figurer dans ce budget et qui n’y est pas.
Nous devons voir où nous pouvons obtenir davantage de revenus et être cohérents. Pour l’amour du ciel, il est temps de cesser de subventionner les combustibles fossiles. Il est temps d’annuler le pipeline Trans Mountain, qui va coûter 10 à 12 milliards de dollars de plus. Qu’en est-il des profits excessifs des banques? Nous devrions nous en prendre à elles. Nous devrions envisager un impôt sur la fortune. Nous n’en faisons certainement pas assez dans ce budget. Il propose des consultations sur ce qu’il faut faire au sujet du taux d’intérêt des cartes de crédit et des horribles prêts sur salaire. Ces questions méritent plus d’attention.
Nous devons chercher à améliorer les recettes afin de pouvoir nous permettre d’offrir un régime universel d’assurance-médicaments, ce que nous devons faire, et afin de nous assurer que le programme des garderies est mis en place dans tout le pays pour tous les Canadiens. De même, nous devons apporter un soutien initial aux personnes à faible revenu pour les soins dentaires et éliminer l’intérêt sur les prêts étudiants canadiens. Tous ces éléments ont besoin de revenus. Sur ce, je vous remercie de m’avoir accordé le temps de parler du projet de loi C-30.
Collapse
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2021-05-11 10:30 [p.7023]
Expand
Madam Speaker, I always appreciate the words of the member. She is very helpful, especially related to our Porcupine Caribou herd, which I will mention later. I thank her for clarifying the omnibus bill. All budget implementation acts are omnibus bills because they have to deal with so many bills and departments.
To clarify, there are $1 billion for tourism. It is $500 million directly to tourism, $100 million to marketing and $400 million to tourism events such as festivals and museums. On top of the existing support programs that are being extended, there is $700 million for business financing and expansion of the small business financing program.
I wanted to thank the member for her great support over the years for the protection of the Porcupine Caribou herd that has so much effect on the Gwich'in people. Hopefully, she supports the $24 million for pan-Arctic scientific research through the polar continental shelf program, which many MPs might not know of, but is very important—
Madame la Présidente, je suis toujours heureux d’écouter les propos de la députée. Ils sont très utiles, surtout en ce qui concerne notre harde de caribous de la Porcupine, dont je parlerai plus tard. Je la remercie d’avoir apporté des précisions sur le projet de loi omnibus. Toutes les lois d’exécution du budget sont des projets de loi omnibus parce qu’elles doivent traiter d’un grand nombre de projets de loi et de ministères.
Pour mettre les choses au clair, il y a un milliard de dollars pour le tourisme, soit 500 millions de dollars directement destinés au tourisme, 100 millions de dollars pour le marketing et 400 millions de dollars pour les événements touristiques comme les festivals et les musées. En plus des programmes de soutien existants qui sont prolongés, il y a 700 millions de dollars pour le financement des entreprises et l’expansion du programme de financement des petites entreprises.
Je tiens à remercier la députée pour l'immense soutien qu’elle a apporté au fil des ans à la protection de la harde de caribous de la Porcupine, qui a tant d’effets sur le peuple Gwich’in. J’espère qu’elle appuiera les 24 millions de dollars destinés à la recherche scientifique panarctique par l’entremise du programme du plateau continental polaire, que de nombreux députés ne connaissent peut-être pas, mais qui est très important...
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-11 10:31 [p.7023]
Expand
Madam Speaker, that is very generous praise for my work from the member for Yukon. My work to protect the Porcupine Caribou herd, and the Arctic National Wildlife Refuge just across the border from Yukon, is nothing compared with what the hon. member for Yukon has done. He was their champion well before I went into politics. We have worked together for decades.
Madame la Présidente, je remercie le député de Yukon pour ses bons mots à l'égard de mon travail. Les efforts que j'ai déployés pour protéger la harde de caribous de la Porcupine et la réserve faunique nationale de l'Arctique, qui est située juste de l'autre côté de la frontière du Yukon, ne sont rien comparés à l'action menée par le député de Yukon. Il s'est fait le champion de ces causes bien avant que je ne me lance en politique. Nous avons travaillé ensemble pendant des décennies.
Collapse
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
View Denis Trudel Profile
2021-05-11 10:32 [p.7023]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague for her speech. It was interesting to hear what she had to say about tourism in particular.
I would like to turn to another topic. In the budget, the government says it will send seniors 75 and up a $500 cheque. The budget also says old age security will probably go up next year, but that is a whole year from now. It is creating two classes of seniors: those 75 and up and those under 75.
In Quebec papers this weekend, the seniors' federation spoke up, saying that seniors were not yet satisfied and were really angry. There is no reason to believe that a senior under 75 is poorer than one over 75.
What does my colleague think of the fact that this budget creates two classes of seniors?
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son discours. C'était très intéressant de l'entendre parler du tourisme, notamment.
Je vais passer à un autre sujet. Dans le budget, on prévoit que le gouvernement va envoyer un chèque de 500 $ aux aînés de 75 ans et plus. On y dit aussi que la pension de la Sécurité de la vieillesse va probablement être augmentée l'année prochaine, mais ce n'est que dans un an. En fait, on crée deux classes d'aînés: ceux de 75 ans et plus et ceux de moins de 75 ans.
En fin de semaine, dans les journaux au Québec, la fédération des aînés s'est exprimée pour dire que les aînés ne décoléraient pas, qu'ils étaient vraiment fâchés. Rien n'indique qu'un aîné de moins de 75 ans est plus pauvre qu'un aîné de plus de 75 ans.
Qu'est-ce que ma collègue pense du fait que le budget de cette année crée deux classes d'aînés?
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-11 10:32 [p.7023]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague for his question.
It is clear that nothing justifies creating two classes of seniors.
I myself am 66 years old. Seniors have been given no explanation for this decision. I completely agree with my colleague.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Il est clair que rien ne justifie la création de deux classes d'aînés.
Personnellement, j'ai 66 ans. Les personnes âgées n'ont reçu aucune explication à propos de cette décision. Je suis tout à fait d'accord avec mon collègue.
Collapse
View Pat Kelly Profile
CPC (AB)
View Pat Kelly Profile
2021-05-11 10:33 [p.7023]
Expand
Madam Speaker, during the member for Yukon's intervention, he thanked the member for Saanich—Gulf Islands for her clarity around omnibus bills. I thought she was quite clear. I have more a comment, not a question.
A large budget implementation act tabled by a Conservative government is bad, but a large budget implementation act that touches on different acts across the operation of government is good.
It was clear and I did understand very carefully what she was saying.
Madame la Présidente, au cours de son intervention, le député de Yukon a remercié la députée de Saanich-Gulf Islands de la clarté avec laquelle elle a parlé des projets de loi omnibus. Elle a en effet été très claire. Voilà, je n'avais pas vraiment de question, mais plus une observation à formuler.
Un projet de loi omnibus d'exécution du budget présenté par un gouvernement conservateur est une mauvaise chose, mais un projet de loi omnibus d'exécution du budget qui vise à modifier différentes lois touchant le fonctionnement du gouvernement est une bonne chose.
C'est clair et j'ai très bien compris ce qu'elle a dit.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2021-05-11 10:34 [p.7023]
Expand
Madam Speaker, I am afraid to say that the hon. member for Calgary Rocky Ridge misunderstood entirely what I was saying. I did point out that the Liberals had included a change to the Criminal Code that was not required on the notion of deferred prosecution. That was a specific measure as a result of lobbying by SNC-Lavalin. That should never have been in a budget implementation bill, but that was one measure.
The spring 2012 omnibus budget bill and the fall 2012 omnibus budget bill brought in measures never mentioned in the budget, such as getting rid of scrutiny over some of our spy agencies in the fall omnibus budget bill, killing the environmental assessment process in the spring omnibus budget bill, and getting rid of the Kyoto implementation act. Again, these were not mentioned in the budget.
The previous administration created monstrous omnibus budget bills without connection to the budget itself. It was quite different.
Madame la Présidente, je crains que le député de Calgary Rocky Ridge n'ait pas du tout compris ce que je disais. J'ai effectivement souligné que les libéraux avaient inclus une modification superflue au Code criminel qui portait sur la notion de suspension des poursuites. Il s'agissait d'une mesure précise qui découlait des activités de lobbying de SNC-Lavalin. Elle n'aurait jamais dû figurer dans un projet de loi d'exécution du budget, mais ce n'était qu'une mesure.
Les projets de loi omnibus d'exécution du budget du printemps 2012 et de l'automne 2012 ont introduit des mesures qui n'ont jamais été inscrites dans le budget, comme l'élimination de la surveillance de certains de nos services d'espionnage dans le projet de loi omnibus d'exécution du budget de l'automne, l'abandon du processus d'évaluation environnementale dans le projet de loi omnibus d'exécution du budget du printemps et l'abrogation de la Loi de mise en œuvre du Protocole de Kyoto. Comme je l'ai dit, ces mesures n'étaient pas inscrites au budget.
L'administration précédente a créé de gigantesques projets de loi omnibus d'exécution du budget qui n'ont aucun lien avec le budget lui-même. C'était tout à fait différent.
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2021-05-11 10:35 [p.7024]
Expand
Madam Speaker, all of us in this place know that so many Canadians have suffered great loss over the course of this pandemic. Some of us have also been affected by some of that loss. Whether it has been loss of life, health or paycheques, we know this past year has been extremely difficult. Certainly, we know no Canadian has been immune. All Canadians have experienced a loss of control and a loss of normalcy. It has been two years in the making, with Canadians across the country desperate and anxious to turn the corner on the pandemic.
There was a lot of expectation for the recently tabled budget. Unfortunately, for far too many, this budget fell flat, but by no means for a lack of spending. We know the Prime Minister has added $155 billion in new debt this year alone, and Canada's federal debt will pass $1.2 trillion this year for the first time ever. The government has tried to paint all its spending as stimulus spending, but that is not accurate. Yes, some spending will help stimulate the economy, but significant amounts are being spent on the Liberal government's own partisan interests.
Simply put, this is a spending budget, not a growth budget. The limited amount of funds being spent on stimulus have been confirmed by our Parliamentary Budget Officer, who also cautioned that continued debts and deficits will limit the government's future ability to introduce new permanent programs without cuts or tax increases. That fact is simply unavoidable. Massive deficit spending is unsustainable. It jeopardizes the long-term sustainability of the many social programs that many Canadians depends on. It limits the government's ability to react to future challenges and ultimately leads to higher taxes.
It is a hard truth that the Liberal government wanted to ignore the pandemic, but Canadians footing the bill will not have the luxury of ignoring it. Missing from the budget are focused spending on long-term growth and a clear plan to reopen Canada's economy safely. Unfortunately, that means more uncertainty for my constituents. This budget abandons the natural resource sector, one of the greatest contributors to our national prosperity, as a fiscal anchor. While the Liberal government's disregard for the energy sector is not a shock to any of my constituents, who depend on jobs in the industry to put food on the table and keep the lights on, it is nonetheless devastating for those workers who have lost their jobs, had their wages cut or are seeing opportunities and businesses in their industry dwindle. There is no support for them in this budget.
Emergency wage supports are not a meaningful replacement for a stable and predictable paycheque. That is exactly what Canadians want, stable and predictable paycheques. Our oil and gas workers have taken hit after hit at the hands of the Liberal government and now continue to be overlooked as the Prime Minister fails to see the financial and environmental opportunities in the oil and gas sector. That failure has a massive impact on my constituents, but the missed opportunity will ultimately be felt by all Canadians, who also benefit from the success of this sector.
Similarly, consistently overlooked and undervalued by the government are our farmers and farm families. While the budget introduces some measures to alleviate some of the ballooning costs facing our agricultural producers, it cannot be lost that it is the Liberal government's policies that are burying those agricultural producers in costs. The Liberal government has repeatedly failed to recognize the significant financial, food security and environmental contributions of our world-class agricultural sector.
The Liberal government's unfocused spending and failure to deliver a growth plan lets Canadians down. It lets down western Canadians, who do not see themselves or their livelihoods in the Liberal government's reimagined economy. It lets down those Canadians who have lost their jobs during the pandemic and do not know what the future holds. It lets down those Canadians who cannot afford more taxes and are already struggling to make ends meet, which includes low-income seniors, who were left out of this budget.
We know that seniors have been disproportionately impacted by this pandemic, from health to social isolation to financial costs. Not one senior has been immune to the fallout of this pandemic. Despite this, seniors have never really been a priority for the Prime Minister. The supports that are included in this budget and its legislation are either short on details or leave too many seniors behind.
Prior to the budget, Conservatives called on the Prime Minister to deliver increased financial supports for low-income seniors. The proposed one-time payment and the increase to old age security do nothing to support low-income seniors under the age of 75. For those seniors aged 74 and under who are facing an increased cost of living and unexpected costs due to the pandemic, and who are struggling with overstretched budgets, there is no support.
As shadow minister for seniors, I have been hearing from seniors from across the country who are upset and who feel forgotten. I share in their disappointment. Instead of focusing on spending on seniors who need it the most, the Liberal government has divided seniors. Our seniors, who have worked hard and helped build this country, should not be struggling to make ends meet. They deserve to live securely and with dignity, and this includes seniors living in long-term care.
The pandemic has sadly revealed how far we have missed the mark in ensuring the health and well-being of our seniors living in long-term care. Every level of government has a responsibility to Canada's seniors. We know that federal support is necessary to address the acute challenges in long-term care. While this budget proposes significant spending, there are unanswered questions on how it will be delivered.
The Liberal government has made many announcements, but seniors living in long-term care, their families and those who care for them need us to move beyond announcements. We need a federal government working in collaboration with provinces, territories, seniors advocates and caregiving organizations to ensure that meaningful and appropriate solutions are delivered in the immediate and the short-term. Collaboration is crucial to moving the needle.
As we look to improve the continuum of housing and care needs, aging in place is an important part of that conversation. It is good to see supports in this area, though the budget is short on details. However, noticeably absent from this budget is recognition or support for caregivers. There is also no clear plan for seniors concerned about managing their retirement savings through this crisis and beyond. Seniors deserve to live in dignity and security, but this Liberal budget leaves too many behind.
The potential permanent impact of unfocused and uncontrolled spending is also greatly concerning. Massive deficit spending without a clear plan for growth jeopardizes the long-term viability of our health care system and important social programs. It is critical that social programs, such as old age security and the guaranteed income supplement, continue to be viable in the long term for those seniors who depend on them. That is why Conservatives have put forward a recovery plan that is focused on long-term growth.
Canadians do not need the Liberal government to spend the most money to achieve less than our global counterparts. They do not need massive spending that fails to grow the economy, and instead saddles them and their children with higher taxes. Canadians need measures that create jobs and boost economic growth. They need a plan to safely reopen our economy. They need a plan that includes them regardless of where they live or what sector of the economy they work in.
Canadians want to return to normal and get back to work. Unfortunately, this legislation fails to do that. It leaves millions of Canadians behind. It is time for a real path forward.
Madame la Présidente, tous les députés savent que beaucoup de Canadiens, dont certains d'entre nous, ont subi de grandes pertes au cours de la pandémie. Qu'il s'agisse de pertes de vie, de santé ou de chèques de paie, nous savons que l'année qui vient de s'écouler a été extrêmement difficile. Nous savons certainement qu'aucun Canadien n'a été épargné. Tous les Canadiens ont connu une perte de contrôle et de normalité. Il a fallu attendre deux ans pour un budget et, pendant ce temps, les Canadiens d'un océan à l'autre étaient désespérés et impatients de tourner la page sur la pandémie.
Les attentes étaient grandes par rapport au récent budget. Malheureusement, pour beaucoup trop de gens, ce budget est tombé à plat, mais ce n’est en aucun cas faute de dépenses. Nous savons que rien que cette année, le premier ministre a ajouté 155 milliards de nouvelles dettes et que la dette fédérale du Canada dépassera 1,2 billion de dollars pour la toute première fois. Le gouvernement s’est efforcé de dépeindre toutes ces dépenses comme des dépenses de relance, mais ce n’est pas exact. Oui, certaines dépenses aideront à stimuler l’économie, mais des sommes importantes sont consacrées aux intérêts partisans du gouvernement libéral.
En termes simples, il s’agit d’un budget de dépenses, pas d’un budget de croissance. Le directeur parlementaire du budget a confirmé la part limitée des fonds consacrés à la relance. Il a également mis en garde contre le fait que les dettes et les déficits continus limiteront la capacité du gouvernement à mettre en œuvre de nouveaux programmes permanents sans comprimer les dépenses ni augmenter les impôts. Ce constat est tout simplement indéniable. Les dépenses déficitaires massives ne sont pas viables. Elles compromettent la viabilité à long terme de nombreux programmes sociaux dont dépendent de nombreux Canadiens. Elles limitent la capacité du gouvernement à réagir aux défis futurs et, à terme, elles entraînent une hausse des impôts.
La vérité toute crue, c’est que le gouvernement libéral a voulu ignorer la pandémie, mais les Canadiens qui paient la facture n’auront pas le luxe de l’ignorer. Le budget ne prévoit pas de dépenses ciblées pour la croissance à long terme ni de plan clair pour rouvrir l’économie canadienne en toute sécurité. Malheureusement, cela se traduira par encore plus d'incertitude pour mes concitoyens. Ce budget abandonne le secteur des ressources naturelles, l’un des plus grands moteurs de notre prospérité nationale, comme point d’ancrage fiscal. Le mépris que le gouvernement libéral manifeste envers le secteur de l’énergie n’étonnera aucun de mes concitoyens, qui dépendent des emplois dans l’industrie pour mettre du pain sur la table et garder les lumières allumées, mais il est néanmoins dévastateur pour ces travailleurs qui ont perdu leur emploi, ont vu leur salaire réduit ou voient disparaître les débouchés et les entreprises dans leur secteur. Ce budget ne prévoit aucun soutien pour eux.
Les mesures de soutien salarial d’urgence ne remplacent pas de manière satisfaisante un chèque de paie stable et prévisible. Or, c’est exactement ce que les Canadiens veulent: un chèque de paie stable et prévisible. Nos travailleurs du secteur pétrolier et gazier ont été malmenés à maintes reprises par le gouvernement libéral et ils continuent d’être négligés, le premier ministre ne voyant pas les possibilités financières et environnementales qu’offre le secteur pétrolier et gazier. Cet échec a des répercussions massives pour mes concitoyens, mais l’occasion ratée en viendra à être ressentie par tous les Canadiens qui profitent eux aussi du succès de ce secteur.
De même, le gouvernement oublie et sous-estime constamment nos agriculteurs et leur famille. Le budget renferme bien certaines mesures visant à alléger certains coûts croissants que nos producteurs agricoles doivent supporter, mais il ne faut pas perdre de vue que ce sont les politiques du gouvernement libéral qui ensevelissent ces producteurs agricoles sous les coûts. À maintes reprises, le gouvernement libéral n’a pas su reconnaître les contributions importantes de notre secteur agricole de classe mondiale à notre santé financière, à la sécurité alimentaire et à l’environnement.
Les dépenses non ciblées du gouvernement libéral et son incapacité à présenter un plan de croissance laissent en plan les Canadiens. Le gouvernement laisse en plan les Canadiens de l’Ouest qui ne voient pas la place qui leur est réservée dans l’économie repensée par le gouvernement libéral ni celle réservée à leurs moyens de subsistance. Il laisse en plan les Canadiens qui ont perdu leur emploi pendant la pandémie et qui ne savent pas ce que l’avenir leur réserve. Il laisse en plan les Canadiens qui ne peuvent se permettre de payer plus d’impôt et qui ont déjà du mal à joindre les deux bouts, notamment les aînés à faible revenu, qu’on ne voit pas dans ce budget.
Nous savons que les aînés ont été touchés de façon disproportionnée par la pandémie, que nous parlions de santé, d’isolement social ou de coûts. Aucun aîné n’a été épargné par les répercussions de la pandémie. Malgré cela, ils n’ont jamais vraiment été une priorité pour le premier ministre. Les mesures de soutien prévues dans le budget et dans sa loi d’exécution manquent de détails ou laissent trop d’aînés pour compte.
Avant le budget, les conservateurs avaient demandé au premier ministre de prévoir un soutien financier accru pour les aînés à faible revenu. Le paiement ponctuel proposé et l’augmentation des prestations de la Sécurité de la vieillesse ne font rien pour soutenir les aînés à faible revenu de moins de 75 ans. Pour les aînés de 74 ans et moins qui doivent composer avec une augmentation du coût de la vie, des coûts imprévus en raison de la pandémie et un budget déjà trop serré, il n’y a aucun soutien.
En tant que porte-parole en matière d’aînés, j’ai entendu des aînés de partout au pays qui sont mécontents et qui se sentent oubliés. Je partage leur déception. Au lieu de se concentrer sur les dépenses pour les aînés qui en ont le plus besoin, le gouvernement libéral a divisé les aînés. Nos aînés, qui ont travaillé dur et qui ont contribué à bâtir ce pays, ne devraient pas avoir du mal à joindre les deux bouts. Ils méritent de vivre en sécurité et dans la dignité, et cela vaut pour les aînés qui vivent dans un établissement de soins de longue durée.
La pandémie a tristement révélé à quel point nous avons raté la cible pour assurer la santé et le bien-être de nos aînés vivant dans ces établissements. Chaque ordre de gouvernement a une responsabilité envers les aînés du Canada. Nous savons que l’aide fédérale est nécessaire pour relever les défis pressants des soins de longue durée. Ce budget propose des dépenses considérables, mais des questions demeurent sans réponse en ce qui concerne la façon dont elles seront effectuées.
Le gouvernement libéral a fait de nombreuses annonces, mais les aînés qui vivent dans un établissement de soins de longue durée, leur famille et ceux qui en prennent soin ont besoin que nous fassions plus que des annonces. Nous avons besoin d’un gouvernement fédéral qui travaille en collaboration avec les provinces, les territoires, les défenseurs des droits des aînés et les organismes de soins pour veiller à ce que des solutions concrètes et adaptées soient mises en œuvre dans l’immédiat et à court terme. La collaboration est essentielle pour faire bouger les choses.
Il est important d'aborder la question du maintien des personnes âgées chez elles lorsqu'on cherche à répondre à leurs besoins en logement et en soins. Le budget prévoit de l'argent à ce chapitre, et je m'en réjouis, même si j'aurais aimé y trouver plus de détails. Cependant, aucune forme de reconnaissance ni aucune aide n'est prévue dans le budget pour les aidants naturels. On n’y trouve pas non plus de plan clair pour venir en aide aux aînés qui gèrent avec inquiétude leur épargne-retraite dans la crise actuelle et qui ne sont pas rassurés pour l'avenir. Ils méritent de vivre dans la dignité et en toute sécurité, mais le budget libéral dont nous débattons abandonne trop de gens à leur sort.
Il y a lieu aussi de s'inquiéter sérieusement des conséquences irrémédiables que risquent d'avoir les dépenses inconsidérées et effrénées du gouvernement. Lorsqu'on accumule des déficits massifs et qu'on n'a pas de plan de croissance économique, on risque de compromettre la viabilité à long terme du système de santé et d’importants programmes sociaux. Il est essentiel que les programmes sociaux, comme la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti, demeurent viables à long terme pour les aînés qui en dépendent. C’est pourquoi les conservateurs ont présenté un plan de relance axé sur la croissance à long terme.
Les Canadiens n’ont pas envie que le gouvernement fédéral dépense des tonnes d'argent pour obtenir de moins bons résultats que d'autres pays comparables au nôtre. Ils ne souhaitent pas voir des dépenses massives qui sont inefficaces pour stimuler l'économie et qui ont plutôt comme effet d'alourdir grandement leur fardeau fiscal et celui de leurs enfants. Les Canadiens ont besoin des mesures qui créent des emplois et stimulent l’économie. Ils ont besoin d’un plan qui permet à l'économie du pays de redémarrer en toute sécurité, un plan pour tous, quel que soit l'endroit où l'on vit et le secteur de l’économie où l'on travaille.
Les Canadiens veulent revenir à la normale et se remettre au travail. Malheureusement, cette loi ne le permet pas. Elle laisse tomber des millions de Canadiens. Il est temps de se donner un vrai plan pour avancer.
Collapse
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2021-05-11 10:45 [p.7025]
Expand
Madam Speaker, I very much enjoy serving with the hon. member on the standing committee for human resources. She talked about support for seniors and discrimination against seniors of different ages. In the very budget the Conservatives presented upon gaining a majority, they increased the age of eligibility for old age security for seniors from age 65 to 67. I presented a private member's motion to have this reversed, which the Conservatives defeated.
The rationale at the time was that people were living and working longer, and therefore, there was no need for support between age 65 and 67. Is that still the policy of the Conservative Party of Canada?
Madame la Présidente, j’ai le grand plaisir de siéger avec la députée au Comité permanent des ressources humaines. Elle a parlé de l'aide pour les personnes âgées et de la discrimination envers les aînés selon leur âge. Pourtant, le budget que les conservateurs eux-mêmes ont présenté après avoir réussi à former un gouvernement majoritaire, ils ont fait passer de 65 à 67 ans l’âge de l’admissibilité à la Sécurité de la vieillesse pour les personnes âgées. À l'époque, j'ai présenté une motion d’initiative parlementaire pour faire annuler cette mesure, mais les conservateurs ont voté contre.
La justification à l’époque était que les gens vivaient et travaillaient plus longtemps et que, par conséquent, ils n'avaient pas besoin de prestations entre les âges de 65 et 67 ans. Est-ce toujours la politique du Parti conservateur du Canada?
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2021-05-11 10:46 [p.7025]
Expand
Madam Speaker, I also enjoy serving with the hon. member on our committee. I will say that we heard the 10% increase for OAS for seniors age 75 and up was a campaign promise in 2019. It still has not been implemented, and I am not going to take any lessons from the Liberal government.
Liberals did not think that seniors were a priority when they had a majority last term, and they did not appoint a minister of seniors until very well into their term.
Madame la Présidente, je suis heureuse, moi aussi, de pouvoir travailler avec le député au sein de notre comité. Je lui répondrais que l’augmentation de 10 % des prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les personnes âgées de 75 ans et plus est une promesse électorale qui date de 2019. Or, cette promesse n’a pas encore été tenue, et je n'ai pas de leçon à recevoir du gouvernement libéral.
Les libéraux ne voyaient pas les aînés comme une priorité au cours de la dernière législature, alors qu'ils formaient un gouvernement majoritaire, et ils n’ont nommé une ministre des Aînés que très tard dans leur mandat.
Collapse
View Mario Beaulieu Profile
BQ (QC)
View Mario Beaulieu Profile
2021-05-11 10:47 [p.7025]
Expand
Madam Speaker, I would like to know what my colleague thinks of the fact that the government is behaving a bit like it has too much money. It is interfering in areas of provincial jurisdiction, when it is not even fulfilling its basic responsibilities, including transferring money for health from the federal taxes it collects from Quebec and the provinces. We know that all the provinces and Quebec are calling for increased health transfers.
Health care systems across the board are at a breaking point at the cost of human lives during a pandemic. Why not increase health transfers instead of interfering in Quebec's jurisdictions?
Madame la Présidente, j'aimerais connaître l'opinion de ma collègue sur le fait que le gouvernement se comporte un peu comme s'il avait trop d'argent. Il s'ingère dans des domaines de compétence provinciale, alors qu'il ne remplit pas ses responsabilités de base, notamment celle de retransférer dans la santé l'argent des impôts fédéraux prélevés au Québec et dans les provinces. On sait que toutes les provinces et le Québec demandent qu'on augmente les transferts en santé.
Les systèmes de santé sont partout sur le point de craquer, et cela nous a coûté très cher en vies humaines en temps de pandémie. Pourquoi ne pas augmenter les transferts en santé, plutôt que de s'ingérer dans des domaines de compétence du Québec?
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2021-05-11 10:48 [p.7025]
Expand
Madam Speaker, I very much am a big advocate for respecting provincial jurisdiction. I definitely think federal government needs to act where a federal government can and provinces need to act where they need to as well.
I think this speaks to the failure of the Liberals and their plan to prepare for this pandemic and also their planning that has failed altogether going through this pandemic. What this budget fails to do is have a plan to reopen the economy. If government keeps spending the way it is, we are going to lose supports for programs such as OAS and GIS, which many Canadians rely on.
Madame la Présidente, je suis vraiment une grande défenseure du respect des compétences provinciales. Il ne fait aucun doute pour moi que le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux doivent uniquement intervenir dans leurs champs de compétence respectifs.
Je pense que l'état de préparation des libéraux pour affronter la pandémie était lamentable et que leur planification a été un échec tout au long de la pandémie. Le budget ne prévoit pas de plan de relance économique. Si le gouvernement continue de dépenser comme il le fait, nous ne pourrons plus financer des programmes comme la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti, sur lesquels de nombreux Canadiens comptent.
Collapse
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
View Alexandre Boulerice Profile
2021-05-11 10:49 [p.7025]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague for her speech. If we want to be able to have good public services for the long term, whether in health or to help the most vulnerable, like our seniors, we need to have the necessary revenues.
In that sense, there is nothing in the Liberal budget for collecting money from those who have it, in other words, companies such as Amazon, with its billions of dollars in profits, or web giants that are still not paying their taxes in Canada. We are also still not seeing a wealth tax.
Are those not things that the Conservatives would like to see in order to increase government revenues and avoid cuts in public services?
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son discours. Si nous voulons être en mesure d'avoir de bons services publics à long terme, que ce soit en santé ou pour aider les personnes les plus vulnérables comme nos aînés, nous devons avoir les revenus nécessaires.
En ce sens, on ne retrouve à peu près rien dans le budget libéral pour aller chercher l'argent là où il est, c'est-à-dire chez des compagnies comme Amazon, qui ont fait des milliards de dollars, et chez les géants du Web, qui ne paient toujours pas leur impôt au Canada. On n'y retrouve toujours pas non plus d'impôt sur la fortune.
Est-ce que ce ne sont pas des choses que les conservateurs voudraient voir pour justement augmenter les revenus de l'État et éviter des coupes dans les services publics?
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2021-05-11 10:49 [p.7026]
Expand
Madam Speaker, what I would like to see is the Liberal government reduce its burdensome regulations on the oil and gas sector, which provides a lot of supports for many provinces, whether that is OAS, GIS, health care, schools and transfer payments. I would like to see the burden of the red tape and the regulations go away, so we can see increased revenue from our oil and gas sector.
Madame la Présidente, j'aimerais voir le gouvernement libéral alléger sa réglementation trop lourde dans le secteur pétrolier et gazier, qui est financièrement très bénéfique pour de nombreuses provinces. Grâce à lui, les gouvernements ont de l'argent pour la Sécurité de la vieillesse, le Supplément de revenu garanti, les services de santé, l'éducation et les paiements de transfert. J'aimerais que le gouvernement élimine le fardeau administratif et réglementaire pour que le secteur pétrolier et gazier puisse générer des recettes accrues.
Collapse
View John McKay Profile
Lib. (ON)
View John McKay Profile
2021-05-11 10:50 [p.7026]
Expand
Mr. Speaker, people are starting to be cautiously hopeful. As vaccines roll out and we approach herd immunity, Canadians can dream, once again, of something approaching normality. What the new normal might be is, of course, anyone's guess. However, some people are starting to turn to thinking about how we are going to pay for the debts and deficits that have been necessarily incurred over the course of the last 14 months. Some 74% of Canadians are worried about the budget deficit, and it is a legitimate worry.
The government rightly injected billions of dollars into the economy. Looking at the charts in this 700-page budget, much of the money is sitting in Canadian savings accounts. I perceive that to be a good thing. Canadians have been notorious under-savers, more spenders than savers, but now, not quite so much.
Chart 22 in the budget shows that 8% of nominal GDP, year over year, has been put into savings accounts. That is a huge amount of money. It is such a huge amount of money that it will be looking for spending opportunities as we emerge from the pandemic. As it says in the budget documents, it may well become a bit of a tailwind to the economy.
However, what happens when significant excess money is released into the economy, money looking for places to be spent, generally speaking prices go up. Labour becomes more expensive, the cost of goods and services climbs and people's savings do not get them as much as before. Then we have another problem, and that is called inflation.
An article in The Globe and Mail caught my eye the other day. It was about the perceived mismatch between the consumer price index, CPI, and people's lived experience. The price of shelter rose 2.4% last year, which was consistent with the CPI of 2.2%, well within the Bank of Canada's inflationary band. Meanwhile, the average resale price of a home went up 32%. This is a mismatch between people's lived experience and the official numbers. As one commentator put it:
That leads to a cost-of-living indicator that doesn't quite reflect what consumers see and feel, and an inflation indicator that doesn't quite reflect the long-term cost of owned housing relative to other things we buy....To that point, there is a consistent mismatch between CPI inflation as Statscan measures it and how Canadians typically perceive inflation.
The article goes on in great detail as to the various means to measure inflation, a quite academic debate which I will spare the House.
However, in an online survey conducted by the Bank of Canada last year, 55% of the respondents said that 2% inflation was not a realistic representation of their experience of inflation, while 66% of respondents believed that the inflation in Canada was generally higher than 2%. All of the budgetary calculations are based upon a range of 2% to 3% inflation and a clear determination by the Bank of Canada to keep interest rates very low. The Governor of the Bank of Canada has repeated himself several times on that point.
The reason that Canadians are concerned about the size of the deficit is the fear that it will become overwhelmingly expensive to the detriment of other initiatives if inflation takes off and therefore interest rates take off. On the present consensus of numbers generated by the absolute best economists in Canada, Canada can afford a very large deficit and debt-to-GDP ratio.
Historically, we have been here before. Post-World War II, we had a debt-to-GDP ratio in the neighbourhood of 116% and, in 1995, we were named an honorary member of the Third World. At the time, we had a 67% debt to GDP. By virtue of economic expansion and some prudent measures, we were able to deal with those situations, and they were worse than what we are presently experiencing, which is a debt-to-GDP ratio around 50%, give or take, projected forward for the next five years.
However, there is a lingering doubt that the CPI does not quite get the picture right, not on housing, not on shelter, not on food, not on lumber, not on steel, not on cement. In this morning's Globe and Mail, the article entitled, “Copper hits record high”, is a commentary on the rise of the price of copper, which is used for everything, from plumbing to electricity to alternative energy as well as Chinese supply-side jitters and accommodating monetary policy, which is motivating companies to ramp up spending.
Virginia-based trader, Dennis Gartman, said, “The monetary authorities, whether it’s the Fed, the Bank of Canada, the Bank of Japan, the Bank of England, have all been extraordinarily expansionary. Copper, lead, zinc, aluminum, tin, iron ore, steel, are telling you something’s going on in the global economy.” He added, “This is inflationary, and this is more than transitory circumstances. This is secular in nature.” This is where it might end badly.
I started by talking about Canadians having massive amounts of money in their savings accounts, some of which will go to feed a pent-up demand. What will happen if Canadians go to spend their money and inflation has eroded their pandemic savings account? It will create a lot of very unhappy and upset Canadians. As the great philosopher, Wayne Gretzky, once said. one should go to “where the puck is going, not where it has been.” There are indications out there where the puck is going to inflation and if it goes to inflation, we will have yet another problem.
I commend the government on its handling of the pandemic finances thus far, but we, as Canadians, need to recognize that the inflationary pressures are there. How we handle them will largely determine how we get through this period of “normalcy”.
Monsieur le Président, un optimisme prudent renaît dans la population. La vaccination progressant et, avec elle, l’immunité collective se rapprochant, les Canadiens peuvent de nouveau rêver d’un retour à quelque chose qui ressemble à la normale, bien que personne ne sache, évidemment, à quoi cela ressemblera. Cependant, certains commencent à se demander comment nous allons rembourser les dettes et combler les déficits qui se sont forcément accumulés au cours des 14 derniers mois. Le déficit budgétaire inquiète environ 74 % des Canadiens, et leur inquiétude est légitime.
Le gouvernement a, avec raison, injecté des milliards de dollars dans l’économie. Si l’on regarde les tableaux dans ce budget de 700 pages, on voit qu’une bonne partie de l’argent se trouve dans les comptes d’épargne des Canadiens. Il me semble que c’est une bonne chose. Les Canadiens sont connus pour ne pas assez épargner, pour être plus dépensiers qu’économes, mais ce n’est plus autant le cas à présent.
Le Graphique 22 du budget montre qu'au cours des 12 derniers mois, l'épargne a atteint l'équivalent de 8 % du PIB nominal. Cela représente énormément d’argent, tellement que les épargnants chercheront des occasions de dépenser une fois passée la pandémie. Comme le disent les documents budgétaires, il se peut fort que, grâce à cette épargne, l’économie ait le vent en poupe.
Toutefois, en général, quand beaucoup d’argent excédentaire est déversé dans l’économie, autrement dit que les consommateurs cherchent à dépenser, les prix augmentent. La main-d’œuvre devient plus chère, le coût des biens et des services grimpe et l'argent épargné ne permet pas d’acheter autant qu’avant. C’est alors que se pose un autre problème, celui de l’inflation.
Un article du Globe and Mail a retenu mon attention d’autre jour. Il parlait de décalage perçu entre l’indice des prix à la consommation, l’IPC, et ce que vivent les citoyens. Le prix du logement a augmenté de 2,4 % l’an dernier, ce qui est conforme à l’IPC de 2,2 % et nettement dans la fourchette d’inflation de la Banque du Canada. Parallèlement, le prix de revente moyen des maisons a augmenté de 32 %. Voilà un décalage entre ce que vivent les citoyens et les chiffres officiels. Comme le faisait remarquer un commentateur:
On se retrouve donc dans une situation où l'indice des prix à la consommation ne correspond pas à la réalité telle qu'elle est perçue par les consommateurs et où le taux d'inflation ne reflète pas tout à fait ce qu'il en coûte à long terme pour entretenir une maison par rapport aux autres biens de consommation [...] Il y a donc constamment un écart entre la hausse de l'indice des prix à la consommation calculé par Statistique Canada et la perception que les Canadiens ont de l'inflation.
L'article explique ensuite avec force détails les divers moyens de mesurer l'inflation, mais comme il s'agit de considérations plutôt arides, j'en fais grâce à la Chambre.
N'empêche que, si on se fie à un sondage mené en ligne l'année dernière par la Banque du Canada, 55 % des répondants estiment qu'à 2 %, le taux officiel de l'inflation ne correspond pas à l'expérience qu'ils en ont, tandis que 66 % d'entre eux sont d'avis que l'inflation est généralement supérieure à 2 % au Canada. Tous les calculs budgétaires sont fondés sur un taux d'inflation situé entre 2 et 3 % et partent du principe que la Banque du Canada va maintenir les taux d'intérêt à des niveaux très peu élevés. Le gouverneur de la Banque du Canada l'a très souvent répété.
Les Canadiens s'inquiètent de la taille du déficit parce qu'ils craignent que, si l'inflation devait augmenter soudainement, ce qui veut dire que les taux d'intérêt feraient de même, le déficit finirait par coûter tellement cher à l'État que celui-ci devrait couper ailleurs. Or, les plus grands économistes du pays s'entendent tous pour dire que le Canada peut se permettre un déficit très élevé et un ratio dette-PIB à l'avenant.
Nous sommes déjà passés par là. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, nous avions un ratio dette-PIB qui avoisinait les 116 % et, en 1995, nous nous sommes vu décerner le titre de membre honoraire du tiers monde. Notre ratio de la dette par rapport au PIB était alors de 67 %. Grâce à la croissance économique et à quelques mesures prudentes, nous avons pu redresser des situations qui étaient pires que ce que nous connaissons aujourd’hui avec un ratio de la dette-PIB d’environ 50 %, plus ou moins, prévu pour les cinq prochaines années.
Cependant, le doute persiste que l’IPC ne reflète pas tout à fait la réalité, du moins pas en ce qui concerne le logement, l’alimentation, le bois d’œuvre, l’acier ou le ciment. Dans le Globe and Mail de ce matin, l’article intitulé « Copper hits record high » porte, comme son nom l’indique, sur l’envolée des cours du cuivre, matière utilisée dans toute sorte d’activités, de la plomberie à l’électricité en passant par les énergies de remplacement, ainsi que sur la nervosité par rapport à l’approvisionnement et la politique monétaire accommodante de la Chine, qui incite les entreprises à dépenser plus.
Dennis Gartman, courtier basé en Virginie, déclare: « Les autorités monétaires, que ce soit la Réserve fédérale, la Banque du Canada, la Banque du Japon ou la Banque d’Angleterre, se montrent toutes extraordinairement expansionnistes. Quand on regarde le prix du cuivre, du plomb, du zinc, de l’aluminium, de l’étain, du minerai de fer et de l’acier, on peut en conclure qu’il se passe quelque chose dans l’économie mondiale. » Il ajoute: « La situation est inflationniste et il ne s’agit pas de circonstances passagères. Elles sont de nature constante. » C’est là que les choses pourraient mal tourner.
J’ai commencé par dire que les Canadiens ont beaucoup d’argent dans leurs comptes d’épargne et qu’une partie de cet argent servira à assouvir une demande refoulée. Qu’arrivera-t-il si les Canadiens veulent dépenser leur argent et que l’inflation a entamé leur épargne accumulée pendant la pandémie? Beaucoup de Canadiens seront très mécontents, voire furieux. Comme l’a déclaré un jour le grand philosophe Wayne Gretzky, il faut devancer la rondelle plutôt que la suivre. Des signes montrent que l’inflation pointe et si elle se matérialise, nous aurons encore un autre problème.
Je remercie le gouvernement de sa gestion des finances de la pandémie jusqu’ici, mais les Canadiens doivent reconnaître que les pressions inflationnistes sont là. Ce que nous en ferons déterminera dans une large mesure comment nous traverserons cette période de « vie normale ».
Collapse
View Pat Kelly Profile
CPC (AB)
View Pat Kelly Profile
2021-05-11 10:58 [p.7027]
Expand
Madam Speaker, this is the type of debate we need, where we discuss important issues before the House, and inflation and his concern about it should be duly noted.
I am very pleased to hear the member raise inflation. At finance committee, for example, the testimony from officials and members of the government, members of his caucus, has largely not shared the urgency around getting a handle on ensuring that inflation does not harm Canadians in the months and years to come. The lived experience tells Canadians that prices on the critical things they need have gone up, like heating homes, rent and the price of a home, which has gone up 30% across Canada during the pandemic. I would ask the member continue with his concern on inflation.
Madame la Présidente, voilà le type de débat dont nous avons besoin, où nous discutons de questions importantes à la Chambre, et il faut prendre bonne note de l’inflation et de la préoccupation à son égard exprimée par le député.
Je suis très heureux que le député ait mentionné l’inflation. Au comité des finances, par exemple, les fonctionnaires et les ministériels, les membres de son caucus, n'estimaient pas qu’il était urgent de prendre des mesures pour que les Canadiens n’aient pas à souffrir de l’inflation dans les mois et les années à venir. Nous constatons que le prix de choses essentielles dont les Canadiens ont besoin a augmenté, par exemple le chauffage domestique, le loyer et le prix des maisons, qui a grimpé de 30 % dans l’ensemble du Canada pendant la pandémie. Je demande au député de continuer d’exposer ses craintes au sujet de l’inflation.
Collapse
View John McKay Profile
Lib. (ON)
View John McKay Profile
2021-05-11 11:00 [p.7027]
Expand
Madam Speaker, I am glad to hear that the finance committee is actually debating this issue.
I do not profess to be a world-leading economist, but I have lived through the stagflation of the 1970s, the erosion of people's savings and the mismatch between what inflation was doing to their assets and to their income.
The issue is whether the CPI is actually measuring the right things. The argument is that the CPI measures the Canadian economy well and its inflation well during non-pandemic times, but during a pandemic, it may not be measuring quite the right things. This an interesting debate and I hope the finance committee carries on with that.
Monsieur le Président, je suis heureux que le comité des finances délibère de cette question.
Je n'ai pas la prétention d'être un éminent économiste, mais j'ai vécu la stagflation des années 1970 qui a fait fondre les économies des gens parce que l'inflation n'a pas eu le même effet sur leurs actifs et sur leurs revenus.
La question est de savoir si l'indice des prix à la consommation mesure les bonnes choses. On dit que cet indice est un bon outil d'évaluation de l'économie et de l'inflation au Canada en dehors d'une période de pandémie, mais pendant une pandémie, il ne permet peut-être pas de mesurer les bonnes choses. C'est un débat intéressant, et j'espère que le comité des finances continuera de se pencher là-dessus.
Collapse
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2021-05-11 11:01 [p.7027]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague from Scarborough—Guildwood for his speech.
He spoke about inflation and purchasing power. Purchasing power is indeed shrinking, especially under the current circumstances. I wonder what my colleague and his party think about increasing old age security for seniors aged 75 and over.
He mentioned numerous complaints, including some from seniors, about the loss of purchasing power. Seniors aged 65 to 75 are complaining about the unfair decision to increase the pension only for seniors aged 75 and older.
What does my colleague think about this very sensitive issue?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Scarborough—Guildwood de son discours.
Il a parlé de l'inflation et de la perte du pouvoir d'achat. En effet, le pouvoir d'achat diminue comme peau de chagrin, particulièrement dans les circonstances actuelles. Je m'interroge sur la position de mon collègue et de son parti d'offrir des augmentations de la pension de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés âgés de 75 ans et plus.
Il faisait mention des nombreuses plaintes des gens, dont des aînés, au sujet de la perte de leur pouvoir d'achat. Présentement, les aînés âgés de 65 à 75 ans se plaignent beaucoup de l'injustice créée par la décision d'augmenter la pension des aînés âgés de 75 ans et plus seulement.
J'aimerais connaître l'opinion de mon collègue quant à cette question très délicate.
Collapse
View John McKay Profile
Lib. (ON)
View John McKay Profile
2021-05-11 11:02 [p.7027]
Expand
Madam Speaker, it is an issue, but the first point I would make is that if inflation does take off, it erodes everybody's purchasing power, seniors and non-seniors alike.
The second point I would like to make is that the government had to pick one age, whether it is 70, 75, even 80 or whatever, because the government's finances are not unlimited. Therefore, the choice was to support those who were the most vulnerable, and it was deemed that those people over 75 had the least flexibility in their financing and therefore needed the most support, most immediately.
Madame la Présidente, c'est effectivement un problème, mais je dirais d'abord que, si l'inflation augmente, elle réduira le pouvoir d'achat de tout le monde, et non seulement les aînés.
Je dirais ensuite que le gouvernement devait choisir un âge, qu'il s'agisse de 70 ans, de 75 ans, de 80 ans ou de n'importe quel autre âge, parce que les ressources financières du gouvernement ne sont pas illimitées. On a donc décidé d'aider les plus vulnérables, et on a déterminé que les personnes âgées de plus de 75 ans avaient moins de souplesse financière et que c'étaient donc elles qui avaient le plus grand besoin d'aide dans l'immédiat.
Collapse
View Niki Ashton Profile
NDP (MB)
View Niki Ashton Profile
2021-05-11 11:03 [p.7027]
Expand
Madam Speaker, as we know, there is a fair deal to look at in the budget, but one of the areas we have yet to see action on is when it comes to reinforcing the powers of the Canadian ombudsperson for responsible business enterprise. The government has failed to create an independent office with real powers to investigate abuses and redress the harms caused by Canadian companies, particularly mining companies operating abroad. This is not acceptable. We know that Canadian mining companies the world over are wreaking havoc.
How important is it for the government to step up and have the power to stop the rampant exploitation in which we see companies engage in the name of our country?
Madame la Présidente, il y a beaucoup de mesures à examiner dans le budget, mais il n'y en a toujours aucune visant le renforcement des pouvoirs de l'ombudsman canadien de la responsabilité des entreprises. Le gouvernement n'a pas créé un bureau indépendant doté de vrais pouvoirs pour enquêter sur les cas d'abus et réparer les torts causés par les entreprises canadiennes, plus particulièrement les minières actives à l'étranger. C'est inacceptable. Nous savons que les minières canadiennes causent des ravages partout dans le monde.
Dans quelle mesure le gouvernement est-il prêt à prendre ses responsabilités et à se donner le pouvoir de mettre un terme à l'exploitation débridée que se permettent des compagnies au nom de notre pays?
Collapse
View John McKay Profile
Lib. (ON)
View John McKay Profile
2021-05-11 11:03 [p.7027]
Expand
Madam Speaker, I have three points. The first is that the ombudsperson is a serious person and very capable. The second is that the government did give her a decent budget. The third is that she is right; we should have the appropriate suite of powers for the ombudsperson.
Madame la Présidente, je ferai valoir trois points. Premièrement, l'ombudsman est une personne sérieuse et éminemment compétente. Deuxièmement, le gouvernement lui a accordé un budget décent. Troisièmement, la députée a raison, l'ombudsman doit disposer de la série de pouvoirs voulus.
Collapse
View Mike Lake Profile
CPC (AB)
View Mike Lake Profile
2021-05-11 11:04 [p.7027]
Expand
Madam Speaker, what a pleasure to have the opportunity to speak to this bill for the budget implementation act. I listened carefully to the previous speaker from the Liberal Party and wanted to say a couple of things in regard to working with him. I note, with appreciation, that back in 2017, he was the only Liberal member of Parliament who broke the whip on the Canadian autism partnership and voted in support of it in 2017, along with members from all of the opposition parties. I very much appreciate him for that.
I also appreciated the member quoting Wayne Gretzky. In my previous life before I was a member of Parliament, I worked for the Edmonton Oilers for a decade, and so I very much appreciated that speech. I loved the quote that he used. One of the things that was key to Wayne Gretzky's success was practice. His father had a reputation for building a rink in their backyard and Wayne would go out for hours on end just practising. One of the keys to practising, of course, is repeating something learned from the past, which is where I will turn my comments to now.
The member said that in regards to where we are going right now that it “might end badly.” This is of great concern to members on the Conservative side and to my constituents here in Edmonton—Wetaskiwin that this might end badly.
In regard to learning from the past, I was very interested when the Liberal member for Scarborough—Guildwood said that “in 1995, we were named as an honorary member of the third world.” I listened with interest because that was where I was planning to go with my own speech. Of course, in 1995, Canada's credit rating went down under the Chrétien and Martin Liberal government of the day. We slashed spending on things like health care, social services and education. We slashed international development spending; all of those things. Our spending was the lowest that it has been in my lifetime. I am concerned that that is where we are heading right now. I am going to talk a little bit about what got us there in 1995 and the late nineties where, as the member said, we were named as an honorary member of the third world. To find out what got us to that point, we will have to go back to the Trudeau government of 1968 and the seventies.
When Pierre Trudeau and his Liberal government came to power, there was almost no debt in Canada. There was very little debt, relative to where we are right now, and that Trudeau government decided to conduct an experiment. It decided that running perpetual deficits was a good idea. It ran deficits in 14 out of the 15 years that it was in power. Of course, when the Liberals were no longer in power, interest rates were at an all-time high. There have been some comments about interest rates in some of the speeches so far. However, interest rates were not at an all-time high the entire time the Liberals were in power. When they were making decisions to run their massive deficit experiment, interest rates were much lower.
To give context, in August of 1981, interest rates were at 20.78%, which was a disaster for Canada. That was just before the equally disastrous national energy program experiment that the Trudeau government at that time ran. In August of 1971, 10 years earlier, as the government was just in its third year of power, interest rates were at 5%. By August of 1976, interest rates had risen from 5% to 9.25%, and by August of 1981 they had gone up to 20.78%. Folks who think that interest rates are just going to remain low forever maybe need a little bit of a history lesson, maybe to go back in time and take a look at what happened in the 1970s.
There was a transition of power in 1984 to the Mulroney government and the Liberals, pre-pandemic, prior to the massive deficit spending, like to point out that in previous decades the highest levels of debt were incurred under the Mulroney government. What they do not say is that the debt incurred, the deficits run up, under the Mulroney government were almost entirely interest on Pierre Trudeau's debt. The interest levels were so high that our biggest deficits in history were simply interest payments on the debt that Pierre Trudeau ran up. Of course, that bill came due and it came due more than a generation later than when the deficit started to be racked up by the Trudeau government. That debt came due in the late 1990s when, as the Liberal member for Scarborough—Guildwood pointed out, we were named as an honorary member of the third world.
I hope that we learn something today as we go down the road we are going down. We have to acknowledge that we are in a global pandemic and any government in power, any of the main parties, would be running large deficits at this point in time to deal with the challenge we are facing. The Conservative government back in 2008, 2009 and 2010 had to run fairly large deficits to deal with the global meltdown. The difference between now and then is that the Conservative government had a plan right from the start to get our budget back to balance.
We knew that we could not incur these deficits forever and that eventually, in the long-term interest of Canadians, we had to ensure we got our budget back to balance, so in 2008 we laid out a seven-year plan to get back to balance. In 2015 we got back to balance. We followed the plan to a T. I had the pleasure of serving on the cabinet committee from 2012 to 2105 that reviewed the plans of the government, ministers and departments to play their role in getting back to balance. We got back to balance by 2015 and that was the fiscal situation that the government of the day inherited.
If we look at this budget, where the government is and program spending, in 2014-15 program spending in the Conservatives' last year of government was $254 billion. Now let us look at 2019-20, pre-pandemic, before anybody knew what was going to happen. We should remember that the entire way through, Conservatives were asking the government if it was prepared for a future eventuality where the global economy was not as strong as it was. During this entire time of global strength in the economy relative to what it had been previously, rather than continue with a balanced budget and increased spending because of increased revenues that the government could then have the flexibility to spend on priorities of Canadians, it decided to rack up massive new spending. In 2014-15, program spending was $254 billion and by 2019-20, it was $349 billion, up $95 billion, 37.5%, in just five years. That is insane in terms of fiscal management. That was leading into the pandemic.
If we look at this budget, we are dealing with what we are dealing with now, but Canadians would expect to see a government that would have a plan for a post-pandemic world, for getting our finances in order and moving beyond the pandemic. In this budget, if we fast-forward to 2022-23, plans for spending after the pandemic is over, the government's projected program spending is $412 billion. We should remember that in the last year of the Harper government, it was $254 billion. Eight years later, the government plans program spending of $412 billion, an increase of over $150 billion, over 62%, in just eight years.
If we go back to the Trudeau government of the 1970s and look at the disaster its fiscal plan was for a future generation, my concern is that we are heading down that exact same path now with the current government. We need a change in direction. We need a plan from the government, even if it is a long-term plan, to get back to balance eventually so that we can again continue on the path that we were on in 2015, an upward trajectory where governments had the flexibility to spend on the priorities of Canadians.
Madame la Présidente, je suis ravi d’avoir l’occasion de parler de ce projet de loi d’exécution du budget. J’ai écouté attentivement l’intervenant précédent du Parti libéral et je voulais dire deux ou trois choses au sujet de ma collaboration avec lui. Je note, avec plaisir, qu’en 2017, il a été le seul député libéral à voter pour le partenariat canadien pour l’autisme, avec des députés de tous les partis d’opposition. Je lui en suis très reconnaissant.
Je lui suis reconnaissant également d’avoir cité Wayne Gretzky. Dans mon ancienne vie, avant d’être député, j’ai travaillé pour les Oilers d’Edmonton pendant une décennie, et j’ai donc beaucoup aimé ce discours. J’ai adoré la citation qu’il a choisie. L’entraînement est l’une des clés du succès de Wayne Gretzky. Son père était réputé pour la patinoire qu'il construisait dans leur jardin chaque année, où Wayne passait des heures à s’entraîner. L’une des clés de l’entraînement, bien sûr, est la répétition de ce que l’on a appris dans le passé, et c’est sur cela que je vais centrer mes remarques maintenant.
Le député a dit qu’en ce qui concerne la direction que nous prenons actuellement, les choses « pourraient mal tourner ». Les députés conservateurs et mes concitoyens d’Edmonton-Wetaskiwin s’inquiètent beaucoup du fait que les choses pourraient mal tourner.
Pour ce qui est de tirer des leçons du passé, j’ai trouvé très intéressant d'entendre le député libéral de Scarborough—Guildwood dire: « [E]n 1995, nous nous sommes vu décerner le titre de membre honoraire du tiers monde ». J’ai écouté avec intérêt parce que c’était là où je comptais aller dans mon propre discours. Bien sûr, en 1995, la cote de crédit du Canada a baissé sous le gouvernement libéral de Chrétien et de Martin. Nous avons sabré les dépenses dans des domaines comme les soins de santé, les services sociaux et l’éducation. Nous avons réduit les dépenses en développement international, et toutes ces choses. Nos dépenses n’avaient jamais été aussi faibles de mon vivant. Je crains que ce soit dans ce sens que nous allions actuellement. Je vais parler un peu de ce qui nous a amenés là en 1995 et à la fin des années 1990 où, comme l’a dit le député, nous nous sommes vu décerner le titre de membre honoraire du tiers monde. Pour savoir ce qui nous a amenés là, il faut remonter au gouvernement Trudeau de 1968 et aux années 1970.
Lorsque Pierre Trudeau et son gouvernement libéral sont arrivés au pouvoir, le Canada n’avait presque pas de dette. Il était très peu endetté, par rapport à la situation actuelle, et le gouvernement Trudeau a décidé de mener une expérience. Il a décidé que les déficits perpétuels étaient une bonne idée. Il a enregistré des déficits pendant 14 des 15 années où il était au pouvoir. Bien sûr, lorsque les libéraux n’étaient plus au pouvoir, les taux d’intérêt ont atteint des sommets historiques. Il y a eu quelques commentaires sur les taux d’intérêt dans certains des discours prononcés jusqu’à présent. Toutefois, les taux d’intérêt n’étaient pas à un niveau record pendant toute la période où les libéraux étaient au pouvoir. Lorsqu’ils prenaient des décisions pour mener leur expérience de déficit massif, les taux d’intérêt étaient beaucoup plus bas.
Pour présenter le contexte, en août 1981, les taux d’intérêt étaient de 20,78 %, ce qui était un désastre pour le Canada. C’était juste avant l’expérience tout aussi désastreuse du programme énergétique national menée par le gouvernement Trudeau de l’époque. En août 1971, 10 ans plus tôt, alors que le gouvernement en était à sa troisième année au pouvoir, les taux d’intérêt étaient de 5 %. En août 1976, ils étaient passés de 5 % à 9,25 %, et en août 1981, ils avaient atteint 20,78 %. Les gens qui pensent que les taux d’intérêt vont rester bas pour toujours ont peut-être besoin d’une petite leçon d’histoire, de remonter dans le temps et de regarder ce qui s’est passé dans les années 1970.
Il y a eu une transition de pouvoir en 1984 avec le gouvernement Mulroney, et les libéraux aiment préciser qu'avant la pandémie et les dépenses massives qui ont aggravé le déficit, au cours des décennies précédentes, les niveaux d’endettement les plus élevés ont été enregistrés sous le gouvernement Mulroney. Ce qu’ils ne disent pas, c’est que la dette contractée et les déficits accumulés, sous le gouvernement Mulroney, étaient presque entièrement dus à l’intérêt sur la dette de Pierre Trudeau. Les taux d’intérêt étaient si élevés que nos plus gros déficits de l’histoire n’étaient que des paiements d’intérêt sur la dette contractée par Pierre Trudeau. Bien sûr, cette facture est arrivée à échéance plus d’une génération plus tard que lorsque le déficit a commencé à être accumulé par le gouvernement Trudeau. Cette dette est arrivée à échéance à la fin des années 1990, lorsque, comme l’a souligné le député libéral de Scarborough—Guildwood, le Canada a été nommé membre honoraire du tiers monde.
J’espère que nous apprendrons quelque chose aujourd’hui, au moment où nous nous engageons dans cette voie. Nous devons reconnaître que nous vivons une pandémie mondiale et que n’importe quel gouvernement au pouvoir, quel qu’en soit le parti, accumulerait aujourd’hui d’importants déficits pour relever ce défi. En 2008, 2009 et 2010, le gouvernement conservateur a dû accuser des déficits assez importants pour faire face à la crise économique mondiale. La différence entre aujourd’hui et cette époque est que le gouvernement conservateur avait un plan dès le départ pour rétablir l’équilibre budgétaire.
Nous savions que nous ne pouvions pas accumuler de tels déficits indéfiniment et qu’en fin de compte, dans l’intérêt à long terme des Canadiens, nous devions veiller à rétablir l’équilibre budgétaire. En 2015, nous avons rétabli l’équilibre. Nous avons suivi le plan à la lettre. J’ai eu le plaisir de siéger, de 2012 à 2015, au comité du Cabinet qui a examiné les plans du gouvernement, des ministres et des ministères en ce qui concerne leur rôle dans le retour à l’équilibre. Nous avons retrouvé l’équilibre en 2015 et c’est la situation financière dont le gouvernement a hérité à ce moment-là.
Jetons un regard sur ce budget, sur la position du gouvernement et sur les dépenses de programme; en 2014-2015, les dépenses de programme de la dernière année du gouvernement conservateur étaient de 254 milliards de dollars. Comparons cela à 2019-2020, avant la pandémie, avant que quiconque ne sache ce qui allait se passer. N’oublions pas que tout au long de cette période, les conservateurs ont demandé au gouvernement s’il était prêt à faire face à une éventualité où l’économie mondiale ne serait pas aussi forte qu’elle l’était. Pendant toute cette période de vigueur de l’économie mondiale par rapport à ce qu’elle était auparavant, plutôt que de continuer à présenter un budget équilibré et à augmenter les dépenses de façon proportionnelle à l’augmentation des recettes pour répondre aux priorités des Canadiens, il a décidé d’accumuler de nouvelles dépenses massives. En 2014-2015, les dépenses de programmes étaient de 254 milliards de dollars et en 2019-2020, elles s’élevaient à 349 milliards de dollars, soit une augmentation de 95 milliards de dollars, 37,5 %, en cinq ans seulement. C’est une gestion budgétaire absolument insensée. Et c’était avant la pandémie.
Avec le présent budget, voilà ce que nous faisons, mais les Canadiens s’attendraient à voir un gouvernement qui aurait un plan pour la période post-pandémique, pour mettre de l’ordre dans nos finances et aller au-delà de la pandémie. Dans ce budget, si nous avançons rapidement jusqu’en 2022-2023, les dépenses de programme que le gouvernement projette après la pandémie s’élèvent à 412 milliards de dollars. Rappelons que la dernière année du gouvernement Harper, elles étaient de 254 milliards de dollars. Huit ans plus tard, le gouvernement prévoit des dépenses de programme de 412 milliards de dollars, soit une augmentation de plus de 150 milliards de dollars, 62 %, en huit ans seulement.
Si l’on remonte au gouvernement Trudeau des années 1970 et que l’on regarde le désastre que son plan financier a représenté pour les générations subséquentes, je crains que nous ne nous engagions dans la même voie avec le gouvernement actuel. Nous devons changer de direction. Il nous faut un plan du gouvernement, même s’il s’agit d’un plan à long terme, pour revenir en fin de compte à l’équilibre afin que nous puissions à nouveau poursuivre sur la voie sur laquelle nous étions en 2015, une trajectoire ascendante où les gouvernements avaient la souplesse de pouvoir dépenser pour les priorités des Canadiens.
Collapse
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
View Mark Gerretsen Profile
2021-05-11 11:14 [p.7029]
Expand
Madam Speaker, can the member explain why, if the Conservatives are so against debt and deficit, it is in their platform commitment for the next election that it will take them 10 years to balance that deficit?
Madame la Présidente, le député peut-il expliquer pourquoi, si les conservateurs sont si opposés à l’endettement et au déficit, il est dit dans leur engagement électoral qu’il leur faudra 10 ans pour équilibrer le budget?
Collapse
Results: 1 - 30 of 66284 | Page: 1 of 2210

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data