Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 150000
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-10-30 10:03 [p.1469]
Expand
Madam Speaker, virtually since the leader of the Liberal Party became the leader of the Liberal Party, one of the strongest senses of commitment that I have seen in the leader, who is now Prime Minister, is his sense of commitment toward indigenous peoples and wanting to establish that nation-to-nation relationship.
If we take a look at what we have been able to accomplish as a government over the last number of years, we can all share in recognizing the valuable contributions as legislators that members on all sides of the House have made on this very important issue. Members would be very familiar with the calls to action in regard to reconciliation. There are 94 calls to action asking for governments and other agencies to do what they can to move towards reconciliation.
The bill we are debating today, and have debated for a couple of days, is just that. It is one of the calls for reconciliation. I would encourage all members to seriously consider supporting this legislation.
I have had the opportunity and am very proud to represent Winnipeg North. Winnipeg North has an interesting, diverse makeup of people. One of the largest and growing communities is the indigenous community in Winnipeg North. I estimate it is probably somewhere in the area of 18% to 22%, with some areas of the riding having a higher percentage than others. I like to think that, going forward as a community, Winnipeg North wants and should push for and encourage, wherever we can, reconciliation, by taking the actions necessary to ensure that there is more harmony within our society.
We have such a wonderful, diverse community. For me personally, I think the bill we are debating today will go a long way in being helpful. It does not matter which member of Parliament or which area of the country we represent, the community of Canada will in fact benefit from the recognition of this statutory holiday.
I have taken the initiative, and it is not too often I do this, to quote something from constituents in regard to this specific bill. I have two quotes I would like to share with members. These are from constituents with indigenous backgrounds. I indicated that I would be debating Bill C-5, the need for a statutory holiday, and I asked for their thoughts. I would like to share a couple of the comments I received.
This comes from one of my constituents, who says, “As a parent, we teach our children about the tooth fairy and Santa, and as children, they eventually outgrow these make-believe images and beliefs. Contrasted to racism and some Canadians' lack of understanding of residential schools, Indian-based schools and treaties negotiated with my peoples, which are the cornerstone of our nation's legal foundation, many Canadian children are growing up with a false or make-believe history, which contributes to the latter intolerance we see in hospital beds in Quebec and at the fishermen's wharf in Nova Scotia. Education is the only solution and is needed to create understanding. Understanding is the sunlight where racism and falsehoods die. September 30 should be a day when all Canadian people reflect on our true history and the hardships that first peoples continue to face, in a day focused on culture, language, history, understanding, truth and the united path of reconciliation.”
Another constituent, in this case a mother of indigenous background, sent me this. She says, “As stated in the TRC report, reconciliation must inspire indigenous and non-indigenous peoples to transform Canadian society so that our children and grandchildren can live together in dignity, peace and prosperity on these lands we now share. Imagine the opportunities for families, individuals and businesses to grow their understanding and make progress towards reconciliation, to pass this down from one generation to the next. Imagine the events that would be hosted in communities from coast to coast to coast. Reconciliation is every Canadian's responsibility. It is not enough to leave this to certain sectors like education in school. As a government, as individuals, as Canadians, we need to honour the spirit and intent of the call to action number 80 and establish a statutory holiday and enact a day of truth and reconciliation in partnership with indigenous people.
I have a very short quote from her 12-year old daughter who, by the way, had a grandmother who actually went to a residential school. She said, “It would be so much better if everyone could participate instead of just having Orange Shirt Day at school.”
The Truth and Reconciliation Commission of Canada conducted an extensive public review in terms of what we needed to do during this era of Canada's history where it is really important for us to try to make amends. The Truth and Reconciliation Commission came up with 94 recommendations. If we look at all 94 recommendations, 76 of those fall, at least in part, under federal responsibility. What we have seen over the last number of years is a government, with support from other parties, dealing with issues such as language and child welfare. We have seen budgetary measures to support the principles of reconciliation in different forms.
The call to action we are talking about today is number 80. Allow me to quote from the Truth and Reconciliation Commission's calls to action:
We call upon the federal government, in collaboration with Aboriginal peoples, to establish, as a statutory holiday, a National Day for Truth and Reconciliation to honour Survivors, their families, and communities, and ensure that public commemoration of the history and legacy of residential schools remains a vital component of the reconciliation process.
Whether it is my constituents or the calls to action, these are good reasons for members to recognize the value. We have seen that in different forms. It was not that long ago that I was talking about recognizing Filipino Heritage Month in June, or standing in the chamber calling for members of Parliament to recognize a Sikh Heritage Month in April. On many occasions I have stood in my place and talked about the importance of heritage and the designation of days, weeks or months.
We are saying here that we need to have a statutory holiday to recognize the true value of what has taken place in order for us to move forward and be part of reconciliation in a positive way, to reflect on the many speeches in which we talk about Canada's great diversity, and to understand and appreciate the value of what Bill C-5 is offering all of us. Today is an opportunity to send a strong, powerful message to our indigenous peoples.
Madame la Présidente, je peux dire que presque depuis son arrivée à la tête du Parti libéral, le chef du parti, qui est maintenant le premier ministre, fait des peuples autochtones une priorité: l'établissement d'une relation de nation à nation est l'un de ses plus forts engagements.
En réfléchissant à ce que le gouvernement est parvenu à accomplir ces dernières années, nous pouvons tous reconnaître les précieuses contributions que les députés de tous les partis ont faites, en tant que législateurs, dans ce dossier très important. Les députés connaissent très bien les appels à l'action par rapport à la réconciliation. Il y a 94 appels à l'action qui demandent aux gouvernements et à d'autres organismes de faire ce qu'ils peuvent pour faire progresser le processus de réconciliation.
Le projet de loi dont nous débattons aujourd'hui, et dont nous sommes saisis depuis quelques jours, s'inscrit directement dans ce cadre. Il répond à l'un des appels à l'action. J'encourage tous les députés à envisager sérieusement d'appuyer cette mesure législative.
J'ai eu la possibilité d'être le député Winnipeg-Nord; je le suis et j'en suis très fier. La population y est intéressante et diversifiée. L'une des communautés les plus grandes et qui croît le plus est celle des Autochtones, qui représentent entre 18 à 22 % de la population, à peu près, voire plus dans certains secteurs de ma circonscription. J'aime à croire que la collectivité de Winnipeg-Nord souhaite, pour son avenir et partout où c'est possible, promouvoir la réconciliation en prenant les mesures nécessaires pour assurer une plus grande harmonie dans notre société.
Nous avons une collectivité très belle et diversifiée. J'estime personnellement que le projet de loi dont nous débattons aujourd'hui sera très utile. Le Canada, quelle que soit la région ou la personne qui la représente au Parlement, bénéficiera de la désignation de ce jour férié.
J'ai décidé de citer certaines observations faites par des résidants de ma circonscription — je ne fais pas cela très souvent —à propos de ce projet de loi. Je vais présenter les propos tenus par deux personnes ayant des racines autochtones. J'ai indiqué que j'allais discuter du projet de loi C-5 et de la nécessité d'avoir un jour férié et je leur ai demandé ce qu'ils en pensaient. Je vais vous lire certains des commentaires qui m'ont été faits.
J'aimerais vous lire un message que j'ai reçu d'une personne de ma circonscription qui dit ceci: « En tant que parents, nous parlons à nos enfants de la fée des dents et du père Noël, mais lorsqu'ils grandissent, nos enfants finissent par se rendre compte qu'il s'agit d'histoires fictives inventées de toutes pièces. Comparons cela au phénomène du racisme et à l'ignorance de certains Canadiens au sujet des pensionnats — les écoles réservées aux Indiens — et des traités qui ont été négociés avec mon peuple, qui constituent le fondement juridique du Canada. Cette méconnaissance fait en sorte que de nombreux enfants canadiens grandissent en apprenant une version erronée de l'histoire et deviennent ensuite des adultes intolérants, comme ceux qu'on peut voir dans les hôpitaux au Québec ou sur les quais de pêche en Nouvelle-Écosse. L'éducation est la seule solution pour parvenir à la compréhension, et la compréhension est la bête noire du racisme et des faussetés. Le 30 septembre devrait être un jour axé sur la culture, la langue, l'histoire, la compréhension, la vérité et le processus de réconciliation, à l'occasion duquel tous les Canadiens réfléchissent à la vraie histoire du pays et à toutes les épreuves que doivent encore surmonter les Autochtones. »
Une autre personne de ma circonscription, une mère d'origine autochtone, cette fois, m'a envoyé ceci. Elle dit: « Comme le dit le rapport de la Commission de vérité et réconciliation, la réconciliation doit inspirer les Autochtones et les non-Autochtones à transformer la société canadienne afin que nos enfants et nos petits-enfants puissent vivre ensemble dans la paix, la dignité et la prospérité sur ces terres que nous partageons. Imaginons les possibilités pour les familles, les particuliers et les entreprises d'approfondir leur compréhension et de réaliser des progrès vers la réconciliation, puis de transmettre cela d'une génération à l'autre. Imaginons les événements qui seraient organisés dans les collectivités d'un océan à l'autre. La réconciliation est la responsabilité de tous les Canadiens. On ne peut se fier uniquement à certains secteurs, tel qu'à l'enseignement dans les écoles, pour y parvenir. Cela ne suffit pas. En tant que gouvernement et en tant que Canadiens, à titre individuel et collectif, nous devons, en partenariat avec les peuples autochtones, honorer l'esprit et l'intention de l'appel à l'action numéro 80 et établir comme jour férié une journée nationale de la vérité et de la réconciliation.
J'ajoute une brève citation de sa fille de 12 ans dont la grand-mère, soit dit en passant, a fréquenté un pensionnat. Elle dit: « Ce serait tellement mieux si tout le monde pouvait participer plutôt que de souligner la Journée du chandail orange à l'école seulement. »
La Commission de vérité et réconciliation du Canada a mené un examen public exhaustif de ce que nous devons faire en cette période de l'histoire du Canada où il est vraiment important de faire amende honorable. La Commission de vérité et réconciliation a produit 94 recommandations. De ces 94 recommandations, 76 sont, au moins en partie, du ressort du fédéral. Au cours des dernières années, le gouvernement, avec l'appui d'autres partis, s'est notamment occupé de questions relatives aux langues et au bien-être des enfants. Des mesures budgétaires ont été adoptées pour appuyer les principes de la réconciliation sous différentes formes.
L'appel à l'action dont il est question aujourd'hui est l'appel à l'action no 80. Je vais citer les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation:
Nous demandons au gouvernement fédéral d’établir comme jour férié, en collaboration avec les peuples autochtones, une journée nationale de la vérité et de la réconciliation pour honorer les survivants, leurs familles et leurs collectivités et s’assurer que la commémoration de l’histoire et des séquelles des pensionnats demeure un élément essentiel du processus de réconciliation.
Que ce soit en raison des remarques de mes concitoyens ou des appels à l'action, ce sont de bonnes raisons pour les députés de reconnaître l'importance d'un tel jour férié. Ils l'ont fait pour diverses communautés. Il n'y a pas si longtemps, je réclamais la désignation de juin comme le Mois du patrimoine philippin, et je demandais aux députés de reconnaître le mois d'avril comme le Mois du patrimoine sikh. À bien des reprises, je suis intervenu pour souligner l'importance de désigner des jours, des semaines ou des mois pour célébrer le patrimoine des communautés.
Nous croyons qu'il faut instaurer un jour férié pour reconnaître la gravité réelle de ce qui s'est produit afin de pouvoir aller de l'avant, prendre part au processus de réconciliation de manière positive, réfléchir aux nombreux discours prononcés ici sur la grande diversité de notre pays, ainsi que comprendre et apprécier à sa juste valeur ce que le projet de loi  C-5 nous offre à tous. Nous avons aujourd'hui l'occasion d'envoyer un message fort et percutant aux peuples autochtones canadiens.
Collapse
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2020-10-30 10:13 [p.1470]
Expand
Madam Speaker, I would say that there is pretty much unanimous support on this one.
I am just wondering about some of the other issues that were in the Truth and Reconciliation Commission's report, and also about the relationship that we have with indigenous peoples across the country.
I come from a riding with 14 first nations communities across northern Alberta. One of the frustrations that is often brought up to me is around those band members who live off-reserve: how they incorporate with the folks who live on-reserve, and why services that are available on-reserve are not necessarily available off-reserve. Many of these questions are brought up to me.
I recently had a meeting with Denise from my riding, and she brought it up. The other thing that she was frustrated with was the lack of enforcement of the First Nations Financial Transparency Act. Her community recently got a “cows and plows” settlement, and she said they do not know where that money is going. She would really like to know if the Liberals will be enforcing the First Nations Financial Transparency Act.
Madame la Présidente, je dirais que cette question jouit d'un soutien pratiquement unanime.
Je me questionne cependant sur certaines autres questions qui faisaient partie du rapport de la Commission de vérité et réconciliation, ainsi que sur la relation que nous entretenons avec les peuples autochtones au pays.
Je viens d'une circonscription où l'on retrouve 14 communautés autochtones dans le Nord de l'Alberta. Une des frustrations qu'on me rapporte souvent concerne les membres des bandes qui vivent hors des réserves. On se demande comment ils peuvent s'intégrer à ceux qui vivent dans les réserves et pourquoi des services qui sont offerts dans les réserves ne le sont pas nécessairement hors de celles-ci. Voilà le genre de questions qu'on me pose.
J'ai récemment rencontré Denise, une résidante de ma circonscription, qui a abordé le sujet. Elle se dit frustrée que la Loi sur la transparence financière des Premières Nations ne soit pas appliquée. Sa communauté est récemment parvenue à une entente en matière d'agriculture, mais elle ne sait pas comment l'argent est utilisé. Elle aimerait vraiment savoir si les libéraux ont l'intention d'appliquer la Loi sur la transparence financière des Premières Nations.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-10-30 10:14 [p.1470]
Expand
Madam Speaker, there are numerous issues. It has taken us many years to get to the point we are at today, and not all issues will be resolved overnight. I believe that we need to move more on an urban indigenous strategy and how that would fit into society, moving forward.
It is important that we have faith and trust in indigenous leadership and encourage it wherever we can. I appreciate the question, and the suggestion from the member that he would be—
Madame la Présidente, les problèmes sont nombreux. Il a fallu bien des années pour arriver où nous en sommes aujourd'hui, et tous les problèmes ne se régleront pas du jour au lendemain. Je crois que nous devons maintenant nous concentrer davantage sur une stratégie à mettre en œuvre dans la société pour les Autochtones en milieu urbain.
Il faut faire confiance aux dirigeants autochtones et les encourager à toutes les occasions. Je remercie le député de la question et d'avoir dit qu'il serait...
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-10-30 10:15 [p.1470]
Expand
Questions and comments, the hon. member for Rivière-des-Mille-Îles.
Nous revenons aux questions et observations. Le député de Rivière-des-Mille-Îles à la parole.
Collapse
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
View Luc Desilets Profile
2020-10-30 10:15 [p.1470]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech.
Bill C-5 is really exciting and interesting. As we know, it resonates with many Quebeckers because they have always been close to indigenous peoples and they want to maintain that closeness.
When we talk about the right to redress in the bill, we are talking about the right of victims to get redress for the harm that was done to them. This finds its expression in the duty that the state has to satisfy the victims by restoring their past status, fairly compensating them for the harm done or offering them the opportunity for rehabilitation.
What does the government have to say about the Bloc Québécois motion? That is exactly what we are asking for, redress and an apology from the federal government.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours.
Ce projet de loi C-5 est vraiment passionnant et intéressant. Il interpelle beaucoup les Québécois comme on le sait, ces derniers ayant toujours été proches des peuples autochtones et désireux de maintenir cette proximité.
Quand on parle du droit de réparation dans le projet de loi, il s'agit du droit des victimes d'obtenir une réparation pour les préjudices qui leur ont été causés. Cela se manifeste par le devoir qui incombe à l'État de satisfaire les victimes, soit en leur restituant leur statut passé, en les compensant justement pour les préjudices causés ou en leur offrant une possibilité de réhabilitation.
Par rapport à la motion du Bloc québécois, qu'est-ce que le gouvernement a à nous dire? C'est exactement cela que nous demandons: qu'il y ait réparation et des excuses de la part du gouvernement fédéral.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-10-30 10:16 [p.1470]
Expand
Madam Speaker, I am not sure. Is the member talking about yesterday's motion?
Today we are talking about truth and reconciliation. The bill that is before us is a significant step in terms of recognizing how important it is that all Canadians have a role to play in reconciliation. I would think that is a step forward, as I would anticipate that we would see many different activities on the statutory holiday that would be educational for all of us.
Madame la Présidente, je ne suis pas sûr. Le député parle-t-il de la motion d'hier?
Nous parlons aujourd'hui de la vérité et de la réconciliation. Le projet de loi à l'étude représente une étape essentielle pour reconnaître que tous les Canadiens ont un rôle important à jouer afin de promouvoir la réconciliation. Je dirais que c'est un pas dans la bonne direction. Pendant ce jour férié, je m'attends à ce qu'on organise une foule d'activités instructives pour tout le monde.
Collapse
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
View Rachel Blaney Profile
2020-10-30 10:17 [p.1471]
Expand
Madam Speaker, I agree with having a national day for truth and reconciliation. It is an important step in the right direction. However, what is even more important is for Canada to recognize the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. I am wondering how long it is going to take for that piece of legislation that is so needed, and we are seeing that across Canada right now.
When is that going to be tabled?
Madame la Présidente, je suis d'accord avec l'idée de désigner une journée nationale de la vérité et de la réconciliation. C'est un pas important dans la bonne direction. Cependant, ce qui est encore plus important, c'est que le Canada reconnaisse la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Je me demande combien de temps il faudra pour adopter un projet de loi à cet égard, car on constate partout au Canada qu'on en a grandement besoin.
Quand ce projet de loi sera-t-il présenté?
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-10-30 10:18 [p.1471]
Expand
Madam Speaker, the Prime Minister and the government, in fact Liberal members of Parliament, have been very clear in support of it. I suspect it is only a question of time. There was an attempt previously that made it fairly far; unfortunately, it got stalled at the Senate level. I appreciate the question.
Madame la Présidente, le premier ministre et le gouvernement, c'est-à-dire les députés libéraux, ont déclaré très clairement qu'ils y sont très favorables. À mon avis, ce n'est qu'une question de temps. On a déjà tenté de le faire, mais le projet de loi, qui s'était pourtant rendu assez loin, a malheureusement été bloqué au Sénat. Je remercie la députée de sa question.
Collapse
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-10-30 10:18 [p.1471]
Expand
Madam Speaker, I am honoured to be here today to speak in support of Bill C-5. I wish to honour the important work of sister Georgina Jolibois that initiated the development of the bill, and to commend the government's effort to ensure that this legislation is realized. This is a critical piece of legislation: a small piece of justice as we begin to move forward learning about the true history of Canada. These are stories I also possess as somebody who has had to work through her own intergenerational impacts.
My mother was from Wood Mountain Lakota First Nation in Treaty 4 territory in the province of Saskatchewan. She was a street kid who ended up in child welfare after my grandmother abandoned her and her younger brother in a motel room in Moose Jaw when she was five years of age. Due to the fact she was the eldest child, my grandmother left her in charge of her younger brother with specific instructions to ration a loaf of bread and a jar of peanut butter and jam for the five days she had to leave them in search of money.
There were no supports for indigenous women in the 1930s. There were no social safety nets. There were no human rights. Sexism was rampant and racism was fierce. My grandmother had no one to turn to, especially as an indigenous single mother, so she left her children. I remember my mother telling me how she, along with my uncle, gleefully ate the loaf of bread, resulting in a complete depletion of their food ration in only one day. Hungry, scared and alone, my mother decided to contact the Children's Aid Society. At five years old, my mother had become street savvy and, having no other relatives to turn to at the time, contacted the Children's Aid Society. My mother and her brother needed to eat. They were hungry.
It is beyond most people's imaginations, especially those persons who have been privileged with human rights, how a mother could leave her young children in a motel room. It is beyond the minds of many privileged persons to genuinely appreciate what events in my mother's life led her, at five years of age, to understand how to deal with her and her brother's hunger. My mother knew who to call, and how to work with the bureaucratic child welfare system, to get fed. She had learned to survive just like my grandmother, who had absolutely no resources or supports to assist her. I am sure my grandmother's struggle rang so loudly that she could not hear the musical and healing reverberations of the jingle dress. The jingles were too faint and muzzled to hear above the noise of the struggle she faced every day. There was no time for healing or inner reflection. She was hungry and alone while the Canadian government wilfully perpetrated acts of genocide, making it impossible for her to survive.
My grandmother's choice to leave her young children in a room did not stem from a lack of love. My grandmother started living on the streets as a child and eventually became an alcoholic in adult life as a way to deal with the violent genocide she experienced as an indigenous child and then woman. Dislocated from her family for reasons directly impacted by the Indian Act of 1876 and the institutional disruptions to my family, including residential schools and the child welfare system, she did not have anyone or anywhere she could turn to. She was not even considered a human being by the Canadian government under the 1876 Indian Act, which defined a person as any individual other than an Indian. This violent colonial history has often been invisible to settler populations, due to the masterful way governments have hidden their dirty little secrets of genocide. This has supported a level of cognitive dissonance in Canada that has paved the way forward for ongoing human rights violations against indigenous peoples.
It is not surprising that many indigenous people suffer from unresolved colonial trauma today, and continue to suffer as a result of the wilful human rights violations perpetrated by governments. One only has to look at the number of indigenous children currently in care, more now than at the height of residential schools, to see the long-term impacts that violating indigenous people's fundamental indigenous human rights has had on indigenous nations.
The contemporary child welfare system, or what I like to refer to as the dumping ground of society, is there so that no one has to see the legacy of cultural, social and family disruption that has resulted from colonization.
Understanding the impacts of colonialism in Canada is imperative if we are going to move forward in a manner that honours all persons. Going back in our shared history and reflecting on historical disruptions to better understand why things are the way they are today is imperative. For Canada, it is about exposing truth and working through all the cognitive dissonance that keeps it sick. For families and communities that have experienced genocide, it is about relearning how to be together as families, communities and nations. This is the journey I have had to follow while trying to understand my grandmother's reasons for causing such pain towards my mother, whom I love dearly. This has been a very difficult journey for me.
As a result of my family history, for most of my younger years, I grew up without extended family. In fact, we were so devoid of family connections that my parents asked a close friend if we could call him “Uncle” Larry. He was not a biological uncle; however, they wanted us to experience having family outside of our own immediate unit. I remember how excited I was to meet Uncle Larry. It was my first time ever being able to call somebody “uncle”, and I remember talking about my Uncle Larry to my friends. Finally, I was able to participate in playground conversations about weekend family engagements with extended family members. I was not close to Larry. In fact, if I saw him today, I would not even know what he looked like. I do not even remember his last name, but our relationship made me feel normal.
I was pretty much without extended relations until my mother's side of the family had a reunion when I was 13 years old, and I was reunited with my aunts, uncles and cousins who had been separated by child welfare. It felt like I had known my relatives my whole life. Our instant closeness flowed through our blood members' shared stories of resistance, struggle, survival, hope and pride in our ancestors.
We are the descendants of Sitting Bull: one of the most revered leaders in North America. Our nation's history, in fact, has become a Hollywood story, often romanticized in movies like Dances with Wolves, which chose a Caucasian woman to star as the leading Lakota lady. Painted in brown theatrical makeup, she was swept off her feet by the white soldier who was part of the U.S. army. They fell in love, and she willingly chose to leave her family to build a new life with this heroic, white settler. I vividly remember that, for at least two years after Dances with Wolves was released, any time I mentioned I was Lakota, I would frequently hear, “Wow, Dances with Wolves.” That comment would make me nauseous, because it epitomized the myth of the kind white settler who lived side by side with indigenous peoples resulting in a respectful, lasting and loving relationship: the great colonial lie.
This myth makes a mockery of the violent colonial attacks against the Lakota Nation, and contradicts historical accounts passed down orally by my ancestors who settled in Wood Mountain after the Battle of Little Bighorn. This battle between the U.S. army and indigenous nations, including the Cheyenne Nation, occurred as an act of resistance to the wrongful dispossession of our ancestral lands. Led by Chief Sitting Bull, indigenous people bravely fought to defend our lands from the U.S. army. Under the barbaric racism and violent leadership of General George Custer, white settlers attempted to encroach on our territory.
Although I often hear about the sad death of Custer during this battle in history books, rarely do I hear any discussion about the many women and children who were violently murdered while the army attempted to attack one of our camps. To me, Custer symbolizes the greedy white settler with a compromised moral character who stole our lands.
Our story was not of great white saviours, but of a massacre led by the racist American army under the leadership of the violent and savage General George Custer. Canada has now celebrated over 150 years as a nation on stolen indigenous lands and talk about reconciliation with indigenous peoples seems to be the new trend.
However, there is no reconciliation in the absence of justice and it is becoming clearer that the present Liberal government is unwilling to move beyond mere rhetoric. I have become increasingly annoyed each day watching the news, seeing my indigenous brothers and sisters fighting for justice without action by current governments. Who really needs to reconcile?
In the case of the Lakota nation, our only goal was to stay on our lands, maintain our families and our culture. We did what any community members would do if a group of people came onto their land, forcing them to move without cause. Of course, their first action would be to defend their lands. Moreover, if the same party continued to violate their human rights, tensions would continue to rise, resulting in a need to take action. That is exactly what we did.
The experience of my beautiful Lakota nation was violent, exploitive and marked by grotesque violence against our women and girls by our colonizers. Great leaders such as Crazy Horse and Sitting Bull, our women and girls, children, grandmothers and grandfathers were murdered or forced to flee our ancestral land to make room for the settlers. We were forced off the very lands we had lived on since time immemorial. Our beautiful way of life was disrupted by violent colonialism, and it is not over.
In Canada, governments continue to violate our ways of life with wilful and violent acts with almost a complete disregard for our fundamental indigenous human rights. That was the kind of violent colonialism my grandmother experienced throughout her lifetime. She was born into colonial violence and as a result never lived a life where she was honoured as a life-giver and a human being. Unlike the main character of Dances with Wolves, she could not wash the brown off her skin and enjoy all the privileges that one's pigment can offer. She had to endure the violent racism that was perpetrated against her every day. In spite of all her barriers, she survived. It may not have been a story of My Fair Lady, but she survived. That does not speak of her weakness, but to her resilience as an indigenous woman finding her way through daily human rights violations.
My grandmother was a human being, deserving to be loved and to experience joy. This was made impossible through the insidious violence and racism enacted by the Indian Act of 1876. She did not have many choices. When people are stripped of the basic necessities they require to have joy such as housing, food and safety, growing into a whole person becomes difficult. That was also true for my grandmother, whose life journey was defined by the systemic impoverishment of indigenous people that began with the dispossession of our lands. Based on justifications rooted in the doctrine of discovery, they deny our right to self-determination and continued to wilfully violate our fundamental indigenous human rights. It is exactly that belief, enforced through colonial policies and legislation, that left my grandmother homeless.
I only met my grandmother twice. The last time was when my mother welcomed her to stay in our home prior to a lung operation that would end her life. My mother, in spite of being abandoned in a hotel room, took her mother home. She shared love, compassion, laughter and care with my grandmother in her final days, in spite of her own struggles that resulted from her being a child in care. My mother's kindness came from a place of non-judgment, a place of love and a place of compassion.
I remember asking my mom how she could take my grandmother into her home when she had abandoned my mother as a child. She responded by saying her mother was pretty much on her own when she was 12. She was completely alone in the world. She had no rights and no way to support herself. There were no social safety nets at the time and she did the very best she could with the tools she had.
That was the most powerful teaching of forgiveness that I have ever heard in my life. As I sit here and think of my grandmother, the very thought of the isolation she must have felt brings me to tears. How sad that due to racist, paternalistic and misogynistic policies, my grandmother was never given an equal chance to have joy. Instead, her life consisted of finding ways to survive the obstacles of human rights violations that continue to be enforced under the Indian Act and within Canadian policies.
My mother deeply understood the realities that my grandmother faced and instead of becoming resentful, she focused on the love her mother demonstrated while she was pregnant with her. Although my grandmother was an alcoholic, she sacrificed her addiction to alcohol to support a healthy pregnancy with my mom. I remember my mom saying that in spite of the fact that my grandmother was an alcoholic, “she abstained from alcohol while she was pregnant with me, gifting me with all the physical tools I needed in life to succeed and it was for that reason that I would always love her”. My mother understood that as a result of colonizations, relationships became messy and that ethical decisions extended beyond an individual's choices because injustice left individuals without choices.
I often wonder if people could physically see what a heart looks like when it has been broken or wounded. Maybe it would encourage them to be a little kinder, a little more gentle, a little less judgmental, a little more loving and a little less hurtful. Unfortunately, the life of my grandmother reminds me that when we completely dehumanize a person, we can begin to justify unthinkable acts and are able to turn a blind eye to human suffering.
I think I carry some of her pain and sorrow in my blood memory. It is the kind of intergenerational trauma that brings on feelings of being unlovable and unworthy of joy. These are the words we learned in Canadian institutions that tried to assimilate us. I still hear those voices in my mind and heart at times, but I have found ways to overpower those voices. It is the resiliency I inherited from my ancestors, the kind of resiliency that was emulated through my mother's spirit.
Unlike the trauma that overtook my grandmother's life, my mother managed to overcome great obstacles. She became a statistical miracle and because of that, I was afforded the good life. Can anyone imagine living through the trials and tribulations that my mother did and making it out sane? This was in spite of the genocide and the gross human rights violations she experienced early on in life. She was one of the first indigenous psychiatric nurses in Saskatchewan, an awarding-winning researcher, a scholar and a social justice warrior who assisted in changing child welfare legislation to support former children in care and rights for persons experiencing mental health issues. My mother was a woman of beauty and grace.
I honour my mother and grandmother today. It is a day, one day of remembrance, one day to honour. We need that day, as do thousands and thousands of Canadians who are open to learning about Canada's true and consistently evolving history in our relationship with indigenous peoples. There is no reconciliation in the absence of justice, so I am here to state loudly that we need to honour this little piece of justice.
Madame la Présidente, je suis honorée de prendre la parole afin d'appuyer le projet de loi C-5. Je tiens à saluer l'important travail de sœur Georgina Jolibois, qui est à l'origine du projet de loi, et à féliciter le gouvernement de ses efforts pour concrétiser celui-ci. C'est une mesure législative cruciale, un petit hymne à la justice tandis que nous commençons à cheminer dans notre apprentissage de la véritable histoire du Canada. Il s'agit d'une histoire qui m'appartient, à moi aussi, en tant que personne qui a dû elle-même composer avec des répercussions intergénérationnelles.
Ma mère était membre de la Première Nation Lakota de Wood Mountain, du territoire issu du Traité 4, en Saskatchewan. Elle était une enfant de la rue, qui a été prise en charge par les services de protection de l'enfance après que ma grand-mère l'ait abandonnée, ainsi que son jeune frère, dans une chambre de motel alors qu'elle était âgée de cinq ans. Comme elle était l'aînée, ma grand-mère lui avait donné des instructions précises pour qu'elle rationne le pain, le beurre d'arachide et la confiture qu'elle leur laissait pour les cinq jours où elle serait absente, à la recherche d'argent.
Les femmes autochtones ne pouvaient compter sur aucune forme de soutien dans les années 1930. Il n'y avait pas de filet social et pas de droits de la personne. Le sexisme et le racisme étaient omniprésents. Ma grand-mère autochtone élevait ses enfants toute seule et elle n'avait personne vers qui se tourner, alors elle les a abandonnés. Ma mère m'a raconté que mon oncle et elle ont dévoré goulûment le pain qu'elle leur avait laissé, ce qui veut dire qu'ils avaient avalé en une seule journée toute la nourriture qui devait leur en durer cinq. Affamée, apeurée et seule, ma mère a décidé de contacter les services d'aide à l'enfance. À l'âge d'à peine 5 ans, ma mère connaissait déjà les airs de la rue, alors comme elle n'avait pas d'autre parent vers qui se tourner, elle a contacté les autorités. Son frère et elle devaient manger. Ils avaient faim.
C'est extrêmement difficile d'imaginer, surtout pour ceux dont les droits fondamentaux n'ont jamais été bafoués, qu'une mère puisse laisser ses enfants en bas âge dans un motel. Pour bon nombre de personnes privilégiées, c'est tout simplement impossible de comprendre les événements qui ont obligé ma mère, du haut de ses 5 ans, à s'organiser pour que son frère et elle aient de quoi se nourrir. Ma mère savait qui appeler quand elle avait besoin de manger et comment se débrouiller dans le réseau d'aide à l'enfance. Elle a appris à survivre, comme ma grand-mère, qui n'avait ni les ressources ni le soutien pour subvenir à ses besoins, l'avait fait avant elle. Ma grand-mère était tellement dans la dèche que je doute que le tintement des clochettes de sa robe traditionnelle parvenait encore jusqu'à ses oreilles et réussissait à la rasséréner. Le bruit des clochettes était éclipsé par celui de sa misère quotidienne. Elle n'avait pas le temps de prendre soin d'elle ni de s'adonner à l'introspection. Elle était seule, elle avait faim et, à l'époque, l'État s'employait à éradiquer son peuple et à l'empêcher de survivre, elle.
Si ma grand-mère a choisi de laisser ses jeunes enfants dans une chambre, ce n'est pas parce qu'elle ne les aimait pas. Après avoir vécu dans la rue pendant son enfance, elle était devenue alcoolique une fois adulte pour tenter d'oublier le violent génocide qu'elle avait vécu à titre d'enfant et de femme autochtone. Arrachée à sa famille pour des motifs liés directement à la Loi sur les Indiens de 1876 et aux bouleversements institutionnels, comme les pensionnats et le système d'aide à l'enfance, qui avaient chamboulé la famille, elle n'avait personne vers qui se tourner et aucun endroit où aller. Elle n'était même pas considérée comme un être humain par le gouvernement du Canada puisque, selon la Loi sur les Indiens de 1876, l'expression « personne » désignait un individu autre qu'un Sauvage. Les populations non autochtones n'ont souvent pas conscience de cette histoire coloniale violente, puisque les gouvernements ont réussi, de façon magistrale, à faire du génocide un vilain secret bien gardé. La dissonance cognitive qui s'est ainsi créée au Canada a ouvert la voie à d'incessantes violations des droits des personnes à l'endroit des peuples autochtones.
Il n'est pas étonnant que beaucoup d'Autochtones souffrent actuellement de traumatismes coloniaux non résolus et que cette souffrance soit perpétuée par les violations des droits de la personne que commettent délibérément les gouvernements. Pour prendre conscience des effets à long terme qu'ont, sur les nations autochtones, les violations des droits fondamentaux de la personne, il suffit de regarder le nombre d'enfants autochtones qui sont actuellement placés en famille d'accueil, un nombre encore plus élevé qu'au plus fort de la période des pensionnats.
Le système contemporain de protection de l'enfance, que j'aime qualifier de dépotoir de la société, est là pour camoufler les séquelles des perturbations culturelles, sociales et familiales qui découlent du colonialisme.
Il est impératif de comprendre les répercussions du colonialisme au Canada si nous voulons progresser dans le respect de la dignité de tous. Il est impératif de revenir sur notre histoire commune et de réfléchir aux perturbations du passé pour mieux comprendre pourquoi les choses sont ce qu'elles sont aujourd'hui. Pour le Canada, il s'agit d'exposer la vérité et de dépasser toutes les dissonances cognitives qui alimentent sa maladie. Pour les familles et les communautés qui ont vécu le génocide, il s'agit de réapprendre comment être ensemble en tant que familles, communautés et nations. C'est le cheminement que j'ai eu à faire pour essayer de comprendre les raisons qui ont poussé ma grand-mère à agir comme elle l'a fait et qui ont tant fait souffrir ma mère, que j'aime profondément. Ce fut un parcours très difficile pour moi.
En raison de mon histoire familiale, j'ai grandi sans famille élargie pendant une grande partie de ma jeunesse. En fait, nous étions tellement dépourvus de liens familiaux que mes parents ont demandé à un ami proche si nous pouvions l'appeler « oncle » Larry. Mes parents voulaient ainsi nous faire vivre l'expérience de la famille en dehors du noyau familial. Je me souviens combien j'étais excitée à l'idée de rencontrer mon oncle Larry. C'était la première fois que j'appelais quelqu'un « mon oncle », et je pouvais enfin parler à mes amis des contacts que j'avais avec des membres de la famille élargie. Pour autant, je n'étais pas proche de Larry. En fait, si je le voyais aujourd'hui, je ne le reconnaîtrais même pas. Je ne me souviens même pas de son nom de famille, mais notre relation m'a fait sentir normale.
Je n'avais pratiquement jamais rencontré des membres de ma famille élargie jusqu'à l'âge de 13 ans, où j'ai pu faire connaissance de mes tantes, oncles et cousins du côté de ma mère, qui avaient été séparés par les services de protection de l'enfance. J'avais l'impression de les connaître depuis toujours. Nos histoires de résistance, de lutte, de survie, d'espoir et de fierté de nos ancêtres nous avaient instantanément rapprochés.
Nous sommes les descendants de Sitting Bull, l'un des leaders les plus vénérés d'Amérique du Nord. En fait, l'histoire de notre nation a été récupérée par Hollywood, qui l'a souvent romancée dans des films comme Dances with Wolves, où le rôle principal, une femme lakota, est joué par une actrice caucasienne dont le visage brun est l'oeuvre de maquilleurs professionnels. Son personnage est emporté par un soldat blanc de l'armée américaine. Ils tombent amoureux et elle choisit de quitter sa famille pour construire une nouvelle vie avec son héroïque colon blanc. Pendant les deux années qui ont suivi la sortie du film Dances with Wolves, je ne pouvais pas faire référence à mes origines lakota sans que les gens s'extasient et fassent immédiatement le lien avec le film. Cette réaction me donnait la nausée, car elle incarnait parfaitement le mythe du gentil colon blanc vivant en harmonie avec les peuples autochtones, dans une relation empreinte de respect et d'amour; bref, le grand mensonge colonial.
Ce mythe tourne en dérision les violentes attaques coloniales contre la nation des Lakotas et contredit les récits historiques transmis oralement par mes ancêtres qui se sont installés à Wood Mountain après la bataille de Little Bighorn. Cette bataille entre l'armée américaine et les nations autochtones, y compris la nation des Cheyennes, constituait un acte de résistance à la dépossession injustifiée de nos terres ancestrales. Sous la direction du chef Sitting Bull, les Autochtones se sont courageusement battus pour défendre nos terres contre l'armée américaine. Sous l'influence du racisme barbare du général George Custer et sous son commandement d'une grande brutalité, des colons blancs ont tenté d'empiéter sur notre territoire.
Bien qu'on parle souvent de la triste mort du général Custer au cours de cette bataille dans les livres d'histoire, j'entends rarement parler du grand nombre de femmes et d'enfants qui ont été violemment assassinés lorsque l'armée a tenté d'attaquer l'un de nos camps. À mes yeux, le général Custer symbolise le colon blanc avide, à la moralité douteuse, qui a volé nos terres.
Notre histoire n'est pas celle de l'arrivée des grands sauveurs blancs, mais plutôt celle d'un massacre commis par une armée américaine raciste agissant sous le commandement d'une brute, le général George Custer. Il y a maintenant plus de 150 ans que le Canada est une nation qui vit sur des terres qu'elle a volées aux Autochtones et parler de réconciliation avec les peuples autochtones semble être devenu la nouvelle tendance.
Or, sans justice, il ne peut y avoir de réconciliation et il apparaît de plus en plus évident que le gouvernement libéral actuel n'a pas envie d'aller au-delà des beaux discours. Je suis de plus en plus agacée par ce que je vois aux nouvelles chaque jour, mes frères et soeurs autochtones obligés de lutter pour obtenir justice sans que les gouvernements en place ne fassent quoi que ce soit. Qui a vraiment besoin de réconciliation?
La nation Lakota, elle, avait un seul objectif: demeurer sur ses terres, maintenir ses familles intactes et conserver sa culture. Nous avons fait ce que toute communauté aurait fait devant un groupe venu pour la chasser de ses terres sans raison. La première chose qu'elle a faite a été de défendre ses terres, une réaction normale. Si le même groupe continuait ensuite de violer ses droits fondamentaux, les tensions ne pourraient que s'intensifier, obligeant cette communauté à agir. C'est exactement ce que nous avons fait.
Ma magnifique nation, les Lakotas, a été victime de violence et d'exploitation, et ses femmes et ses filles ont été marquées par la violence inouïe de ses colonisateurs. De grands dirigeants, comme Crazy Horse et Sitting Bull, nos femmes et nos filles, des enfants, des grands-mères et des grands-pères ont été assassinés ou obligés de fuir notre territoire ancestral pour laisser la place aux colons. Nous avons été chassés du territoire que nous avions occupé depuis des temps immémoriaux. Notre merveilleux mode de vie a été perturbé par un colonialisme violent, qui n'est pas terminé.
Au Canada, des gouvernements continuent à violer nos modes de vie au moyen d'actes délibérés et violents, dans un mépris presque total des droits fondamentaux des Autochtones. C'est le genre de colonialisme violent que ma grand-mère a connu toute sa vie. Elle est née dans la violence coloniale et, en conséquence, elle n'a jamais été respectée en tant que donneuse de vie et en tant qu'être humain. Contrairement au personnage principal du film Il danse avec les loups, elle n'a pas pu se débarrasser du brun de sa peau pour ainsi profiter de tous les privilèges qu'une pigmentation de peau peut offrir. Elle a dû endurer le racisme violent dont on a fait preuve contre elle tous les jours. En dépit de tous les obstacles qu'elle a dû surmonter, elle a survécu. Sa vie n'a peut-être pas ressemblé à l'histoire de My Fair Lady, mais elle a survécu. Sa vie n'est pas une histoire de faiblesse, mais de résilience en tant que femme autochtone qui a trouvé son chemin en dépit des violations quotidiennes de ses droits.
Ma grand-mère était un être humain; elle méritait d'être aimée et d'être heureuse. La violence et le racisme sournois consacrés par la Loi sur les Indiens de 1876 l'ont cependant brimée dans ce droit. Les choix qui s'offraient à elle étaient limités. Lorsqu'on prive les gens des choses essentielles dont ils ont besoin pour être heureux, comme le fait d'avoir un logement, de pouvoir se nourrir et d'être en sûreté, il leur est difficile de devenir des personnes accomplies. C'était vrai aussi pour ma grand-mère, dont le parcours de vie a été défini par l'appauvrissement systémique des peuples autochtones qui a commencé par la dépossession de leurs terres. La doctrine de la découverte sert à justifier le refus d'accorder aux Autochtones le droit à l'autodétermination et la poursuite des violations délibérées de leurs droits fondamentaux de la personne. C'est précisément cette croyance, appliquée au moyen de mesures législatives et de politiques coloniales, qui a fait que ma grand-mère s'est retrouvée sans abri.
J'ai rencontré ma grand-mère à deux reprises seulement. La dernière fois, c'est lorsque ma mère l'avait invitée à venir habiter chez nous avant de subir une opération aux poumons qui mettrait fin à sa vie. Ma mère, qui avait été abandonnée dans une chambre d'hôtel, l'a accueillie sous son toit malgré tout. Elle a partagé des moments d'amour, de compassion, de rires et de tendresse avec ma grand-mère dans les derniers jours de sa vie, malgré les propres difficultés qu'elle a dû surmonter en tant qu'enfant en centre d'accueil. La bonté de ma mère était exempte de jugement et emplie d'amour et de compassion.
Je me souviens d'avoir demandé à ma mère comment elle pouvait accueillir ma grand-mère chez elle alors que celle-ci l'avait abandonnée lorsqu'elle était enfant. Elle a répondu que sa mère avait dû se débrouiller pratiquement seule dès l'âge de 12 ans. Elle était complètement seule au monde. Elle n'avait ni droits ni moyen d'assurer sa subsistance. À l'époque, il n'existait aucun filet de sécurité sociale, et elle a fait du mieux qu'elle a pu avec les outils qu'elle avait.
Ce fut la plus grande leçon de pardon qu'on m'ait jamais enseignée dans ma vie. Quand je pense à ma grand-mère et au sentiment d'isolement qu'elle a dû ressentir, cela me donne envie de pleurer. Comme il est triste que, à cause de politiques racistes, paternalistes et misogynes, ma grand-mère n'ait jamais eu la même chance que les autres d'être heureuse. Au contraire, sa vie a consisté en une recherche constante de moyens de survivre aux obstacles érigés par la violation des droits de la personne qui se perpétue encore aujourd'hui dans les politiques canadiennes et la Loi sur les Indiens.
Ma mère comprenait bien ce que ma grand-mère avait vécu et, plutôt que d'avoir du ressentiment, elle s'est concentrée sur l'amour dont avait fait preuve sa mère au moment de sa grossesse. Ma grand-mère était alcoolique, mais elle a réussi à arrêter de boire lorsqu'elle était enceinte de ma mère pour assurer la santé de sa fille à naître. Je me souviens que ma mère ait dit que, même si ma grand-mère était alcoolique, « elle a cessé de boire de l'alcool pendant qu'elle était enceinte de moi, afin de me donner la capacité physique de réussir dans la vie et, pour cette raison, je l'ai toujours aimée ». Ma mère comprenait que, en raison de la colonisation, les relations étaient compliquées et les choix éthiques avaient une portée plus grande que le choix individuel, parce que les injustices font que les gens se retrouvent sans la possibilité de faire des choix.
Je me demande souvent ce qui arriverait s'il était possible de voir à quoi ressemble un cœur brisé ou blessé. Peut-être que cela amènerait les gens à être plus doux, plus gentils et plus aimables et à être moins tentés de porter des jugements et d'être blessants. Malheureusement, la vie de ma grand-mère me rappelle que, lorsqu'on déshumanise une personne, on ouvre la porte à des gestes impensables et on se permet d'ignorer la souffrance humaine.
Je pense que je suis quelque peu imprégnée de sa souffrance et de son chagrin. C'est le genre de traumatisme intergénérationnel qui fait que l'on ne se sent pas digne d'être aimé et d'être heureux. C'est d'ailleurs ce que nous ont appris les institutions canadiennes qui tentaient de nous assimiler. Parfois, j'entends encore ces voix dans ma tête et dans mon cœur, mais j'ai trouvé des façons de les faire taire. J'y arrive grâce à la résilience que m'ont léguée mes ancêtres, le genre de résilience dont ma mère faisait preuve.
Contrairement à ma grand-mère, qui a vécu une vie dominée par les traumatismes, ma mère a été en mesure de surmonter des obstacles imposants. Elle est considérée comme un miracle selon les statistiques, et c'est pour cette raison que j'ai eu la chance d'avoir une belle vie. Comment peut-on s'attendre à surmonter les difficultés auxquelles ma mère s'est heurtée et à en ressortir sain d'esprit? Elle a été capable de le faire en dépit du génocide qui sévissait et des violations flagrantes des droits de la personne dont elle a été victime dès l'enfance. Ma mère est l'une des premières infirmières psychiatriques autochtones de la Saskatchewan. C'était une chercheuse primée, une érudite et une défenseure de la justice sociale qui a participé à la réforme des lois sur les services à l'enfance afin de venir en aide aux personnes qui étaient autrefois prises en charge par l'État et pour défendre les droits des personnes atteintes de troubles de santé mentale. Ma mère était d'une beauté et d'une grâce inégalées.
Je rends hommage à ma mère et à ma grand-mère aujourd'hui. C'est un jour, un jour pour se souvenir, un jour pour rendre hommage. Nous avons besoin de cette journée, comme en ont besoin les milliers et milliers de Canadiens qui sont prêts à découvrir la vraie histoire en constante évolution de notre relation avec les peuples autochtones. Sans justice, il n'y a pas de réconciliation. C'est pourquoi j'affirme haut et fort ici que nous devons honorer ce petit hymne à la justice.
Collapse
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2020-10-30 10:37 [p.1473]
Expand
Madam Speaker, I have often said one of the great honours of being a parliamentarian is to hear speeches like that in this House. While we have to do it virtually during COVID, I want to thank the member opposite for reminding us of the shameful and troubling history that we inherit in this country, but the important and critical work we have to do going forward.
I listened to what can only be described as a story that is as powerfully painful as it is joyful in terms of where it is leading us as a country and in the transformation in one family's life. I ask the member opposite, as we move toward recognizing this day, what she would see as important ways to mark the day, what children should do, what government members should do, what educators should do, what all the parts of Canadian society should do to make sure that this day of reconciliation is not a day of reconciliation, but in fact the celebration of the achievements of reconciliation that I hope we see in the days ahead.
Madame la Présidente, j'ai souvent dit que l'un des grands privilèges qu'il y a à être parlementaires, c'est de pouvoir écouter des discours comme celui-là à la Chambre. Même si nous devons faire cela à distance à cause de la COVID, j'aimerais remercier la députée d'en face de nous rappeler la honteuse et triste histoire dont nous avons hérité au pays, mais aussi le travail essentiel que nous devons faire à l'avenir.
J'ai écouté une histoire dont on peut dire qu'elle est à la fois bouleversante et heureuse en raison de la direction qu'elle nous fait prendre en tant que pays et de la transformation qu'une famille a vécue. Alors que nous nous apprêtons à reconnaître cette journée, j'aimerais savoir quelles seraient, selon elle, les principales façons de souligner cette journée, ce que les enfants, les membres du gouvernement, les éducateurs, toute la société canadienne devraient faire pour que cette journée ne soit pas une journée de réconciliation, mais plutôt de célébration des acquis de la réconciliation dont nous nous réjouirons un jour, je l'espère.
Collapse
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-10-30 10:39 [p.1473]
Expand
Madam Speaker, it is important to recognize it is a day of reflection, and part of what I was sharing today are some of my reflections and many of the reflections I have on that very important day, but we need to go beyond that day.
I was trying to share is that it is a day, but that does not change the living realities of indigenous people in this country, whether it be defending our lands or me as an indigenous woman walking down the street being hypersexualized. We need to make sure that day flows into what we do every day, and that this is an important day for us as indigenous people to reflect on our experiences, but for fellow Canadians and allies to learn about this history and think of ways to do better.
Madame la Présidente, il est important de reconnaître cette journée comme un jour de réflexion. Aujourd'hui, j'ai fait part, entre autres, de certaines de mes réflexions, notamment sur cette journée. Or, malgré la grande importance de désigner une telle journée, nous devons allons plus loin.
Ce que je veux dire par cela, c'est qu'une telle initiative ne change en rien la réalité quotidienne des Autochtones au Canada, que ce soit la nécessité de défendre nos terres ou l'hypersexualisation dont je suis victime comme femme autochtone quand je marche dans la rue. Nous devons nous assurer que cette journée influence nos gestes quotidiens et qu'il s'agit non seulement d'une journée où les Autochtones peuvent réfléchir à leurs expériences, mais aussi où leurs alliés et concitoyens canadiens apprennent ce qui s'est passé et trouvent des moyens de faire mieux.
Collapse
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I would first like to congratulate the member on a great honour to her mother. I wonder what advice the member would say her mother might have to newcomers, who are maybe coming from very difficult situations, so they can make it just like her mother did.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à féliciter la députée du bel hommage qu'elle a rendu à sa mère. Je me demande quels conseils, selon elle, sa mère donnerait aux nouveaux arrivants, qui ont peut-être fui des situations fort difficiles, pour les aider à s'en tirer comme elle l'a fait.
Collapse
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-10-30 10:40 [p.1474]
Expand
Madam Speaker, first I would like to point out that for newcomers coming to Canada, one of the first steps in inviting new people on Turtle Island is teaching them the true history of this country. I know many people in my riding, which is a very diverse riding, who are shocked when they find out true Canadian history. That is a first step, but it goes beyond people to how we need to change systems to ensure people can thrive and not just survive.
This is the story of my grandmother at a time with no social safety net, and now during COVID we see an inadequate social safety net. It is more than inspirational stories, it is about putting forward programs and services and legislating human rights so everybody can have what they need to survive and thrive.
Madame la Présidente, d'abord, en ce qui concerne les nouveaux arrivants sur l'île de la Tortue, l'une des premières étapes consiste à leur enseigner la véritable histoire du Canada. Pour beaucoup de gens de ma circonscription, qui est très diversifiée, la découverte de la véritable histoire du Canada est un choc. C'est un premier pas, mais il faut aller au-delà pour montrer la nécessité de changer les systèmes et ainsi permettre aux gens de s'épanouir, et non simplement de survivre.
J'ai parlé de la vie de ma grand-mère à une époque sans filet de sécurité sociale. Aujourd'hui, depuis le début de la pandémie de COVID-19, on constate que le filet de sécurité sociale est inadéquat. Il faut aller au-delà des récits inspirants. Il faut mettre en place des programmes et des services, ainsi que des mesures législatives qui protègent les droits de la personne, afin que tous aient accès aux ressources nécessaires pour survivre et s'épanouir.
Collapse
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
View Julie Vignola Profile
2020-10-30 10:41 [p.1474]
Expand
Madam Speaker, I would like to commend my colleague and her family for their resilience and strength in the face of those hardships.
The first nations and the Inuit and Métis peoples have suffered greatly. The creation of a day of commemoration is a first step. I am thinking of various events, such as the kidnappings perpetrated by Jacques Cartier, General Amherst's idea to give indigenous people blankets infected with smallpox and Macdonald's genocidal actions with the highly racist 1876 act. I do not want to name it because its title is racist. That law is still in effect.
In addition to a day of commemoration, does my colleague not agree that real and sincere reconciliation will not be possible unless the 1876 act is completely reformed?
Madame la Présidente, je tiens à féliciter ma collègue et sa famille pour la résilience et la force dont elles ont fait preuve pendant ces épreuves.
Les Premières Nations, les Inuits et les Métis ont grandement souffert. L'instauration d'une journée de commémoration constitue un premier pas. Je pense à différents événements, comme les kidnappings faits par Jacques Cartier, l'idée du général Amherst de donner des couvertures contaminées avec le virus de la variole et les actions génocidaires de Macdonald avec la loi hautement raciste de 1876 — j'ai de la misère à la nommer, parce que son titre est raciste. Cette loi est toujours en vigueur.
En plus de la journée de commémoration, ma collègue ne pense-t-elle pas qu'une réelle et sincère réconciliation n'est possible que si la loi de 1876 est profondément réformée?
Collapse
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-10-30 10:42 [p.1474]
Expand
Madam Speaker, this is, like I said, a little piece of justice. It is critical we fully adopt and implement the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. The kinds of acts of genocide that have been perpetrated against indigenous peoples are very clearly linked to willful and violent human rights violations.
However, we need to do more than just adopt and implement the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, we need to act on it and we need to respect it in the kinds of decisions we make in the House of Commons or in all places of power and decision-making so that indigenous peoples throughout these lands can finally have their minimum human rights recognized.
Madame la Présidente, comme je l'ai dit plus tôt, c'est un petit hymne à la justice. Il est essentiel que nous adoptions et mettions en œuvre pleinement la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Les actes de génocide qui ont été perpétrés contre les peuples autochtones constituent sans l'ombre d'un doute des violations violentes et délibérées des droits de la personne.
Cependant, il faut faire plus qu'adopter et mettre en œuvre la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Il faut y donner suite et la respecter dans le cadre des décisions prises à la Chambre des communes et dans tous les lieux de pouvoir et d'influence. Ce n'est qu'ainsi que les droits fondamentaux des peuples autochtones de partout au pays seront enfin reconnus.
Collapse
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2020-10-30 10:43 [p.1474]
Expand
Madam Speaker, I felt very compelled today to rise and share what a deep honour and privilege it is to serve beside the hon. member for Winnipeg Centre. Her existence in this space is an act of resistance.
In her sharing today, she talked about the importance of land and every child becoming an adult and working through their traumas. I am wondering if the hon. member could expound on the connection between the dispossession of land and the apprehension of children as it relates to her experience and those of indigenous peoples from Turtle Island all the way to Palestine.
Madame la Présidente, je ne peux m'empêcher de prendre la parole aujourd'hui pour dire à quel point c'est un honneur et un privilège de travailler aux côtés de la députée de Winnipeg-Centre. Sa seule présence en cette enceinte constitue un acte de résistance.
Dans son allocution aujourd'hui, elle a parlé de l'importance de la terre et du fait que chaque enfant doive devenir un adulte, malgré les traumatismes. Je me demande si la députée pourrait nous expliquer le lien qui existe entre la dépossession des terres et la prise en charge des enfants, par rapport à son expérience et celle des peuples autochtones, de l'île de la Tortue jusqu'en Palestine.
Collapse
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-10-30 10:44 [p.1474]
Expand
Madam Speaker, culture is rooted in land. When they dispossessed us of our land, they dispossessed us of our power. Our language and teachings come from the land. If we look at what is happening across the country right now, indigenous people are rising to defend their lands. That is our lifeblood.
All we have left are these small parcels of land. We have less than 1% of the total land mass in the country, yet governments continue to infringe on our human rights, violently taking us off our lands and trying to maintain this neo-colonial project to integrate us. We just want to be on our land. We want to stay on the little bit of land we have, which is less than 1% of the total Canadian land mass right now. We want to live our way of life, our culture and pass the teachings down to future generations.
When we dispossess people of their lands, we dispossess them of their identity and culture. That is what we are seeing around the country. They are doing what anybody would do if somebody came onto their lands, without cause, and took them out to push forward a political and economic agenda. We need to stop that.
Madame la Présidente, la culture est enracinée dans nos terres. Ceux qui nous ont dépossédés de nos terres nous ont enlevé nos forces. Notre langue et nos enseignements nous viennent de la terre. Partout au pays, nous voyons des Autochtones qui luttent pour défendre leurs terres. C'est vital pour nous.
Tout ce qu'il nous reste, ce sont de modestes parcelles de terre. Nous occupons moins de 1 % du territoire du pays, mais les gouvernements continuent de violer nos droits de la personne, de nous expulser violemment de nos terres et d'essayer de poursuivre leur projet d'assimilation néo-colonialiste. Nous voulons seulement être sur notre territoire. Nous voulons rester sur le modeste territoire qu'il nous reste et qui représente actuellement moins de 1 % de la superficie du pays. Nous voulons conserver notre mode de vie et notre culture et les transmettre aux générations futures.
Lorsqu'on dépossède des gens de leurs terres, on les prive de leur identité et de leur culture. C'est ce que l'on constate partout au pays. Ces peuples font ce que n'importe quel autre peuple ferait si on venait l'expulser sans raison de son territoire pour servir des intérêts politiques et économiques. Il faut y mettre un terme.
Collapse
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2020-10-30 10:46 [p.1474]
Expand
Madam Speaker, I was deeply moved by the member for Winnipeg Centre. I am always interested and moved by the personal stories she shares, which are important perspectives to hear in this place.
I hear from indigenous people in my riding that reconciliation is dead or it is just a word. What would the member see as the priorities to move on next from the Truth and Reconciliation Commission's recommendations? It is important to have this day, to recognize it and commemorate it, but what would she like to see us move on next as a Parliament?
Madame la Présidente, j'ai été profondément ému par les propos de la députée de Winnipeg-Centre. Les histoires qu'elle raconte m'intéressent et me touchent toujours. Il est important d'entendre ces perspectives à la Chambre.
Les Autochtones de ma circonscription me disent que la réconciliation est au point mort, que le mot est vide de sens. Selon la députée, à quelles recommandations de la Commission de vérité et réconciliation devrait-on accorder la priorité? Certes, il est important de désigner la journée, de la souligner et de la célébrer, mais, d'après elle, à quoi le Parlement devrait-il consacrer ses efforts par la suite?
Collapse
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-10-30 10:46 [p.1474]
Expand
Madam Speaker, this is a little piece of justice, but it is important to remind everyone that these were calls to action, not calls to discussion. The Truth and Reconciliation Commission laid out 94 calls to action very clearly. We have to go beyond discussion and flowery words about forming relationships. We develop relationships, respectful relationships, through action.
If we are really serious in this country about reconciliation, then we have to fundamentally change the way we do things, and it must be rooted in human rights, the kind of human rights that are articulated through the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. The frustration comes from that. On one hand, we hear talks of reconciliation, but then when we look at the news, we continue to see—
Madame la Présidente, c'est un petit hymne à la justice, mais il ne faut pas oublier qu'il s'agissait d'appels à l'action, et non d'appels à la discussion. La Commission de vérité et réconciliation a énoncé très clairement 94 appels à l'action. Nous devons aller au-delà de la discussion et des belles paroles sur l'établissement de relations. C'est par l'action que l'on bâtit des relations — des relations respectueuses.
Si nous envisageons sérieusement la réconciliation au pays, nous devons transformer la manière dont nous faisons les choses.Celle-ci doit être fondée sur les droits de la personne, tels qu'ils sont définis dans la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. La frustration vient de là. D'un côté, nous entendons parler de réconciliation, mais, aux nouvelles, nous continuons de voir...
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-10-30 10:48 [p.1474]
Expand
My apologies but we need to resume debate.
The hon. Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage.
Je regrette, mais nous devons poursuivre le débat.
La secrétaire parlementaire du ministre du Patrimoine canadien a la parole.
Collapse
View Julie Dabrusin Profile
Lib. (ON)
View Julie Dabrusin Profile
2020-10-30 10:48 [p.1475]
Expand
Madam Speaker, I would like to begin today by acknowledging we are on the unceded territory of the Algonquin Anishinabe Nation, and it continues to be home to many first nations, Métis and Inuit people.
We hear about land acknowledgements a fair bit these days when we go to different events and the like. It is very important that we treat this not as a checkmark, as we continue to talk about issues and about a national day of truth and reconciliation, but as an opportunity to learn the history of the lands.
Last night, as I was preparing for today, I took some time to learn more about the history of this region. This is an important part of what the bill can be, going forward. We are talking about a day, but it is more than just a day. It is about ensuring that Canadians, in working with indigenous communities and peoples across the country, learn the true history, about which the member for Winnipeg Centre so eloquently spoke. I really do appreciate having heard from the member for Winnipeg Centre. She had much to contribute to this conversation. Then we can build our path forward as a country.
This bill would create a national day of truth and reconciliation on September 30 each year. It would be a federal statutory holiday. Creating this day responds to call to action 80 of the Truth and Reconciliation calls to action. We have a commitment to respond to all the calls to action that fall within the federal space, and this is one step forward.
It has its roots, though, in the private member's bill that was brought forward by a former member of this place, Georgina Jolibois. I really want to thank her for all the work she did to bring this forward. The work that we did on her bill in committee in the last Parliament set the base for where we are now. I had the honour to be the chair of the committee that studied her bill. It was a great starting place for a lot of learning.
I would like to point out, because I forgot to mention it in advance, that I will be sharing my time with the member for Mount Royal, who will also have much to say on the bill.
I hope we can build on all the work we did in committee. We can take that as a starting place when this bill goes to committee and move quickly together on it. From everything I have heard in the debate, we are in a good place to get it there and will be able to move quickly to ensure we can celebrate and commemorate this day on September 30 of 2021.
I would also like to thank all the witnesses who came to committee and shared their knowledge. As we heard from the member for Bow River, who also served with me on that committee in the last Parliament, it was a place for tremendous learning for the members. It is worth thanking the people who took the time to inform us in that way.
As one step forward on the path to reconciliation, the bill is important as it creates a pause, a chance for us to educate, remember, commemorate and to think about where we want to go as we move forward.
When I was in high school, residential schools were still open. In fact, through most of my time at law school, residential schools were still open. However, I never learned about them. We never talked about them. We learned so little about indigenous history and indigenous leaders. This was a tremendous loss. We need to do better. We need to ensure that we take this opportunity so this essential learning is there and is recognized. We need to take that time.
I listened to the member for Cariboo—Prince George speak about growing up. He lived just down the street from the residential school, which is at the heart of Orange Shirt Day. He did not know about the school. He did not know what was happening. He talked about his process of learning more about it and about this day being a difficult one. It is going to require us to rethink parts of our history, a history about which we had not be taught. It is important we hear from people like the member for Winnipeg Centre and about the hard, honest truths.
I mentioned some of the previous speakers in this debate. I want to highlight the fact that this has been a special debate for this place. So often it is partisan in here. We do not truly speak with one another and share. Then there are those moments, those bills where we have a debate and we get to hear and share stories, learn from one another and come together. This debate has been one of those times. I want to thank everyone who has participated. I look forward to working with all of them as we go forward to ensure we move the bill through this place quickly and on to the other place.
I mentioned the members for Cariboo—Prince George and Bow River. The members for Fredericton and North Island—Powell River also told very personal stories about their children, their histories. They talked about the importance of recognition and respectful learning as a path forward for their children, that dignity. I would like to thank them for sharing that. It was important to have that part of our history.
When we talk about this day, it is important to think about the words in the Truth and Reconciliation Commission's final report:
All Canadian children and youth deserve to know Canada’s honest history, including what happened in the residential schools, and to appreciate the rich history and knowledge of Indigenous nations who continue to make such a strong contribution to Canada, including our very name and collective identity as a country. For Canadians from all walks of life, reconciliation offers a new way of living together.
We have spent a lot of time in this place talking about residential school history and the need to tell the truth about our history. However, that statement also includes the path of hope, the fact that it is about reconciliation and offering a new way of living together. It highlights the need to appreciate the rich history and knowledge of indigenous nations.
During the study of the bill put forward by Georgina Jolibois in the last Parliament, there was much discussion about how this day should be commemorated. On that point, I find that the words of the president of ITK, Natan Obed, go to the heart of some of this conversation. He said:
It would be, in our position, much better for the day to be positive and be forward-looking than to be a remembrance day of sorts for certain grievances in the past—although history will be, of course, a part of the overarching conversation. I know there are direct links between the Truth and Reconciliation Commission's calls to action and this particular piece of legislation. I don't want to lose those entirely, but I do want Canadians and first nations, Inuit and Métis to have the ability to talk about the positive and the great strength that we bring to Canadian society, and the great leaders we have within our communities, and the visions we have for the future as Canadians but also as indigenous peoples exercising our right to self-determination.
It highlights the need that as we talk about our history, we also remember to learn more about strong indigenous leaders and their contributions to the country.
I would like briefly talk about why September 30 is important, an issue that has come up in the past.
September 30 is an important date because September was seen, as was told by Phyllis Webstad, as the crying month. That date is at a time when kids are back in school, so it is an opportunity for teachers to speak with their students about these issues. At the committee, some people suggested that perhaps we should look at appropriating another day, for example Remembrance Day. That is not the right way to go. The debate I have heard so far in this place has centred very much on the idea that we should move forward with the date that has been chosen.
I look forward to working with members from all across this place to ensure we can move quickly to make this day a reality.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à souligner que nous sommes réunis aujourd'hui sur les terres non cédées de la nation algonquine anishinabe. Cette terre abrite toujours nombre de membres des Premières Nations, de Métis et d'Inuits.
De nos jours, lorsqu'on assiste à des événements, on entend souvent les gens souligner qu'ils sont sur des terres non cédées ainsi que d'autres formules semblables. Tout en poursuivant les discussions sur les sujets que nous abordons et sur la journée nationale de la vérité et de la réconciliation, il est très important de ne pas considérer la mention des terres non cédées comme une simple formalité, mais comme une occasion de connaître l'histoire de ces terres.
Hier soir, en me préparant au débat d'aujourd'hui, j'ai pris le temps de me renseigner sur l'histoire de cette région. C'est une partie importante de ce à quoi pourrait servir le projet de loi, à l'avenir. Il est question d'une journée, mais il ne s'agit pas que d'une seule journée. Il s'agit de faire en sorte que les Canadiens, en collaboration avec les peuples et les communautés autochtones du Canada, en apprennent davantage sur la vraie histoire, dont la députée de Winnipeg-Centre a parlé si éloquemment. Je suis vraiment très heureuse d'avoir écouté la députée de Winnipeg-Centre. Elle apporte beaucoup à la discussion actuelle. C'est ainsi que nous pourrons tracer la voie à suivre pour notre pays.
Ce projet de loi désignerait le 30 septembre comme la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Cette date deviendrait un jour férié fédéral. L'instauration de cette journée commémorative donnerait suite à l'appel à l'action 80 de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Le gouvernement s'est engagé à donner suite à tous les appels à l'action de compétence fédérale, et il s'agit d'un pas dans la bonne direction.
Or, le projet de loi actuel tire ses origines d'un autre projet de loi, d'initiative parlementaire, qui avait été présenté par Georgina Jolibois, une ancienne députée. Je tiens absolument à la remercier pour tous les efforts qu'elle a déployés en vue de faire progresser ce dossier. Les travaux du comité qui ont porté sur le projet de loi de Mme Jolibois au cours de la dernière législature ont jeté les bases du travail que nous sommes en train de faire aujourd'hui. J'ai eu le privilège de présider le comité qui a examiné son projet de loi. Ce fut un très bon point de départ pour mieux comprendre les enjeux.
J'ai oublié de le préciser à l'avance, mais je partagerai mon temps de parole avec le député de Mont-Royal, qui en aura, lui aussi, long à dire sur le projet de loi.
J'espère que nous pourrons mettre à profit tout le travail que nous avons accompli en comité. Il pourra nous servir de point de départ quand le projet de loi sera renvoyé au comité, ce qui nous permettra d'avancer rapidement. D'après ce que j'ai entendu pendant le débat, il semble que nous pourrons mener le projet de loi à bon port rapidement et que nous serons en mesure de célébrer cette journée spéciale le 30 septembre 2021.
Je tiens aussi à remercier tous les témoins qui nous ont fait profiter de leurs connaissances. Comme l'a souligné le député de Bow River, qui siégeait à ce comité avec moi pendant la dernière législature, les membres du comité ont énormément appris. Je tiens à remercier les gens qui ont pris le temps de nous informer.
C'est un projet de loi important, parce qu'il marque un pas en avant sur le chemin de la réconciliation et qu'il créera un temps d'arrêt, une occasion de sensibiliser les gens, de se souvenir du passé et de réfléchir à la direction à suivre pour bien avancer.
Quand j'étais au secondaire, les pensionnats étaient encore ouverts. En fait, pendant la majeure partie de mes études en droit, les pensionnats étaient encore ouverts. Cependant, je n'en ai jamais entendu parler pendant mes études. Nous avons appris si peu de choses sur l'histoire et les dirigeants autochtones. C'est une perte énorme. Nous devons faire mieux. Nous devons profiter de l'occasion pour que cet enseignement fondamental soit offert et reconnu. Nous devons prendre le temps qu'il faut.
J'ai écouté le député de Cariboo—Prince George parler de son enfance. Il vivait non loin du pensionnat, qui est à la base de la Journée du chandail orange. Il n'était pas au courant de l'existence du pensionnat. Il ignorait ce qui s'y passait. Il a parlé du jour où il a appris ce qui s'y passait et du fait que ce fut une journée difficile. Nous allons devoir revoir certaines parties de notre histoire, une histoire qu'on ne nous a pas enseignée. Il est important que nous entendions des histoires comme celle de la députée de Winnipeg-Centre, et que nous apprenions la sombre vérité, toute la vérité.
J'ai parlé de certains des intervenants précédents dans le débat. Je tiens à souligner qu'il s'agit d'un débat spécial à la Chambre. La partisanerie est si souvent au rendez-vous ici. Nous ne dialoguons pas vraiment les uns avec les autres. Ensuite, il y a les occasions où nous tenons un débat sur un projet de loi et avons la chance d'entendre et de raconter des histoires, d'apprendre les uns des autres et d'unir nos efforts. Ce débat a été l'une de ces occasions. Je remercie tous les députés qui y ont participé. J'ai hâte de travailler avec eux à l'avenir pour faire adopter rapidement le projet de loi à la Chambre et au Sénat.
J'ai parlé des députés de Cariboo—Prince George et de Bow River. Les députées de Fredericton et de North Island—Powell River ont également raconté des anecdotes très personnelles sur leurs enfants et leur histoire. Elles ont parlé de l'importance de la reconnaissance et de l'apprentissage respectueux comme voie à suivre pour leurs enfants; elles ont parlé de cette dignité. Je les remercie de nous avoir fait part de leur point de vue. Il était important d'entendre cette partie de notre histoire.
Lorsque nous parlons de cette journée, il est important de penser aux mots suivants du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation:
Tous les enfants et les jeunes du Canada méritent de connaître une version honnête de l'histoire de leur pays, y compris ce qui s'est passé dans les pensionnats, et d'être en mesure d'apprécier la richesse de l'histoire et du savoir des nations autochtones qui continuent d'apporter une contribution notable au Canada, comme l'illustrent son nom et son identité collective en tant que pays. Aux Canadiens de tous les horizons, la réconciliation offre un nouveau moyen de vivre ensemble.
Nous avons passé beaucoup de temps à la Chambre à parler des pensionnats et de la nécessité de dire la vérité à propos de notre histoire. Cela dit, cette déclaration reflète aussi l'espoir, un chemin vers une nouvelle façon de vivre ensemble: la réconciliation. Elle souligne la nécessité d'apprécier la richesse de l'histoire et du savoir des nations autochtones.
Pendant l'étude du projet de loi présenté par Georgina Jolibois au cours de la dernière législature, on avait beaucoup parlé de la forme que prendrait cette journée. À cet égard, il me semble que les paroles du président de L'Inuit Tapiriit Kanatami, Natan Obed, peuvent nous aider. Il dit:
Selon nous, il vaudrait bien mieux [que cette journée] soit positive et tournée vers l'avenir au lieu d'être une sorte de jour du souvenir où on se souviendrait des griefs du passé, même si l'histoire faisait évidemment partie de la conversation. Je sais qu'il existe des liens directs entre les appels à l'action de la Commission de vérité et de réconciliation et le présent projet de loi. Sans vouloir dissoudre ces liens complètement, je voudrais que les Canadiens et les Premières Nations, les Inuits et les Métis puissent parler des éléments positifs et de la grande force que nous apportons à la société canadienne, des grands chefs que comprennent nos communautés et des visions que nous avons quant à l'avenir à titre de Canadiens, mais aussi à titre d'Autochtones exerçant leurs droits à l'autonomie gouvernementale.
Cela fait ressortir l'importance de ne pas oublier, alors que nous discutons de notre histoire, d'en apprendre davantage sur les grands chefs autochtones et leur contribution au pays.
Je tiens à rappeler brièvement en quoi la journée du 30 septembre est importante. Il s'agit d'une question qui a déjà été soulevée par le passé.
Le 30 septembre est une date importante, car, comme l'a déjà dit Phyllis Webstad, le mois de septembre était considéré comme le mois des pleurs. Le 30 septembre, c'est un moment où les enfants sont de retour à l'école, et il s'agit donc d'une occasion pour les enseignants d'aborder ces questions avec leurs élèves. Lors d'une séance du comité, certains ont dit que nous devrions envisager d'utiliser un autre jour, par exemple le jour du Souvenir. Ce n'est pas la bonne façon de procéder. Les délibérations qui ont eu lieu jusqu'à présent dans cette enceinte se sont focalisées sur l'idée que nous devrions conserver la date qui a déjà été choisie.
Je me réjouis de pouvoir collaborer avec les députés de tous les partis pour faire en sorte que nous puissions agir rapidement afin de faire de cette journée une réalité.
Collapse
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
View Rachel Blaney Profile
2020-10-30 10:58 [p.1476]
Expand
Madam Speaker, I want to thank the member for recognizing my speech last week. She talked a lot about sharing stories. I want acknowledge that when we look at this day, what we are asking is for indigenous people to share stories that are intimate, painful and, often, from their lived experience. I am wondering how do we create a safer environment where we are not asking indigenous people to bleed to educate non-indigenous people.
Madame la Présidente, je remercie la députée de mentionner mon discours de la semaine dernière. Elle revient souvent sur les histoires que les gens racontent. Lorsque l'on demande aux Autochtones de raconter leurs expériences, il s'agit d'histoires intimes et douloureuses. Je me demande comment créer un milieu plus sûr où les Autochtones n'ont pas à rouvrir leurs blessures afin de sensibiliser les non-Autochtones.
Collapse
View Julie Dabrusin Profile
Lib. (ON)
View Julie Dabrusin Profile
2020-10-30 10:58 [p.1476]
Expand
Madam Speaker, I would like to thank the member for that question because it is very important. We need to take direction from indigenous people at how best to approach this because the burden should absolutely not be placed on them to retell this honest and difficult history.
This has to be something that we work on together. We need to work together to find the appropriate way to commemorate and respectfully tell the story in a way that does not push down indigenous voices while we are trying to create a safe space. We need to find a way that actually empowers those voices and the sharing of those stories that, at the same time, acknowledges this should not be an extra burden for indigenous people. I absolutely think that we need to very much take our cues from indigenous people in our country as to how best to approach this. That should be an important part of our discussions as to how we will commemorate it.
Madame la Présidente, je remercie la députée de sa question, qui touche un point très sensible. Nous devons nous en remettre aux Autochtones pour déterminer la meilleure approche, car il n'est pas question de leur imposer le fardeau que représente ce récit honnête et difficile.
Il faudra déterminer ensemble la meilleure façon de faire. Nous devons collaborer pour trouver la meilleure manière de commémorer et de raconter l'histoire avec respect, en laissant les voix autochtones s'exprimer dans un espace sûr. Il faut habiliter les Autochtones à se faire entendre et à faire part de leur histoire tout en évitant que cela leur soit trop lourd. Pour y arriver, je suis tout à fait persuadée que nous devrons être à l'écoute des Autochtones du pays. Cela devrait être un volet important de nos discussions entourant la commémoration.
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-10-30 10:59 [p.1476]
Expand
We will have three minutes and 30 seconds after Oral Questions for questions.
Il restera trois minutes et 30 secondes après la période des questions.
Collapse
View Francesco Sorbara Profile
Lib. (ON)
View Francesco Sorbara Profile
2020-10-30 11:00 [p.1476]
Expand
Madam Speaker, the month of November will mark the 10th anniversary of Financial Literacy Month, with this year's focus aimed at helping Canadians learn how to manage their finances in challenging times.
During Financial Literacy Month, virtual events will be ongoing to encourage Canadians to better educate themselves in areas such as emphasizing the 10 things to know in times of financial uncertainty, including protecting oneself from financial fraud, building good financial habits and having a plan to repay borrowed funds.
In my riding of Vaughan—Woodbridge, IC Savings credit union is an outstanding, long-time community partner, which is assisting its clients in learning how to budget, educating them on new products and assessing their financial goals. Since the onset of the pandemic, it has helped its clients access many of the federal relief programs, such as CEBA for their business and CERB, if they lost their job due to COVID-19.
As we celebrate the 10th anniversary of Financial Literacy Month, I encourage all Canadians to go to Canada.ca and access fantastic resources by searching for “Financial Literacy Month”.
Madame la Présidente, en ce mois de novembre, nous soulignerons le 10e anniversaire du Mois de la littératie financière. Cette année, on tentera d'aider les Canadiens à apprendre comment gérer leurs finances pendant une période difficile.
Dans le cadre du Mois de la littératie financière, on organisera régulièrement des événements en ligne pour encourager les Canadiens à mieux s'informer en apprenant notamment les 10 choses à savoir en période d'incertitude financière, comment se protéger contre la fraude financière, comment adopter de saines habitudes financières et comment planifier le remboursement d'un emprunt.
Dans ma circonscription, Vaughan—Woodbridge, la coopérative de crédit IC Savings est depuis longtemps un partenaire communautaire exceptionnel qui informe ses clients sur la façon de faire un budget, sur les nouveaux produits et sur la manière d'évaluer leurs objectifs financiers. Depuis le début de la pandémie, la coopérative aide ses clients à accéder aux nombreux programmes d'aide fédéraux comme le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes et la Prestation canadienne d'urgence, qui est offerte en cas de perte de revenus à cause de la COVID-19.
En ce 10e anniversaire du Mois de la littératie financière, j'encourage tous les Canadiens à se rendre sur le site Canada.ca et à taper « Mois de la littératie financière » dans la barre de recherche pour accéder à des ressources formidables.
Collapse
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, last week a truly remarkable thing occurred. For the first time in roughly 50 years, sockeye salmon have returned to Okanagan Lake. In the 1950s and 1960s, flood control work, which included dams, the channelling of rivers and other irrigation water system infrastructure, destroyed the natural salmon habitat. It has taken over a decade of hard work by the Okanagan Nation Alliance to rebuild and restore this precious river system so it can again be navigated by sockeye salmon. These are very important first steps to restoring indigenous fisheries in our region.
The Okanagan Nation Alliance was created in 1981 and includes the Okanagan Indian band, Upper Nicola Indian band, Westbank First Nation, Penticton Indian band, Osoyoos Indian band, the Lower and Upper Similkameen Indian bands, and the Colville confederated tribes with respect to areas of common concern.
I would ask all members of this place to join me in recognizing the hard work and success of the Okanagan Nation Alliance in reaching this historic milestone.
Madame la Présidente, il s'est produit une chose absolument remarquable la semaine dernière. Pour la première fois depuis une cinquantaine d'années, le saumon rouge est de retour dans le lac Okanagan. Dans les années 1950 et 1960, les travaux de régularisation des crues, dont la construction de barrages, l'aménagement de chenaux et l'érection d'infrastructures d'irrigation du bassin hydrographique ont complètement détruit l'habitat naturel de cette espèce. Il aura fallu plus d'une dizaine d'années de dur labeur de la part de l'Alliance des nations de l'Okanagan pour restaurer le réseau hydrographique de ce cours d'eau d'une grande valeur et le réaménager de telle sorte que le saumon rouge puisse y naviguer à nouveau. Il s'agit d'un premier pas important vers le rétablissement des zones de pêche autochtone de ma région.
L'Alliance des nations de l'Okanagan a vu le jour en 1981 et comprend la bande indienne d'Okanagan, la bande indienne d'Upper Nicola, la Première Nation Westbank, la bande indienne de Penticton, la bande indienne d'Osoyoos ainsi que la bande indienne de la haute Similkameen et celle de la basse Similkameen. Elle peut aussi compter sur les tribus confédérées de Colville pour les zones d'intérêt commun.
Je demande à tous les députés de se joindre à moi pour saluer l'excellent travail de l'Alliance des nations de l'Okanagan, qui a réussi cet exploit historique.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-10-30 11:02 [p.1477]
Expand
Madam Speaker, since day one this government has been working very aggressively with different types of organizations and levels of government to fight the coronavirus pandemic. I think it is time we recognize some of those partners that have been working along with government.
Today, I would like to tell members of some of those organizations that are working in Winnipeg North, where we have Ma Mawi Wi Chi Itata Centre; Mount Carmel Clinic, and its Ann Ross Day Nursery; The Day Nursery Centre; Turtle Island Neighbourhood Centre; the Bear Clan Patrol; CEDA, the Community Education Development Association; David Livingstone School; North End Women's Resource Centre; Tina's Safe Haven; Little Stars PLAYhouse; and Access NorWest.
Organizations throughout our great country have really stepped up to help the federal government work with different levels of government to make sure the health and well-being of Canadians is that much better off.
Madame la Présidente, depuis le tout début, le gouvernement libéral collabore de façon très énergique avec différents ordres de gouvernement et différents types d'organismes pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Il m'apparaît important de souligner le travail de quelques-uns de ces partenaires.
Je souhaite donc, aujourd'hui, mentionner aux députés quelques organismes à l'oeuvre dans Winnipeg-Nord: le centre Ma Mawi Wi Chi Itata; la clinique Mount Carmel et le centre préscolaire Ann Ross; la garderie Day Nursery; le centre communautaire de l'île à la Tortue; la Bear Clan Patrol; la Community Education Development Association; l'école David-Livingstone; le centre de ressources pour les femmes du secteur Nord; le refuge de Tina; le centre de jeu Little Stars; et Access NorWest.
Des organismes de partout au pays ont relevé avec brio le défi d'aider le gouvernement fédéral à collaborer avec différents ordres de gouvernement de telle sorte que la santé et le bien-être des Canadiens s'en trouvent grandement améliorés.
Collapse
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2020-10-30 11:03 [p.1477]
Expand
Madam Speaker, I rise today to thank the countless number of first responders, who sacrifice so much, not just in my riding of Courtenay—Alberni, but across Canada. October 20 marked the 10-year anniversary of the tragic loss of ambulance paramedics Ivan Polivka and Jo-Ann Fuller. Ivan and Jo-Ann were both from the Tofino station. They were returning from the hospital in Port Alberni when their ambulance was involved in a single-vehicle accident. This week community members gathered online and in person to honour their memory and pay tribute to their compassion and courage, and the care they provided for their fellow citizens.
While Ivan and Jo-Ann were special, and they are still greatly missed after 10 years, they were not unique. Thousands of first responders answer our calls for help in emergencies throughout Canada on a daily basis, often at risk to their own safety and well-being.
Madam Speaker, I ask that you and all members in the House join me in remembering Ivan and Jo-Ann, and in thanking every first responder, past and present, for their service to their communities across our nation.
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui pour remercier les innombrables premiers répondants qui font tant de sacrifices, non seulement dans ma circonscription, Courtenay—Alberni, mais partout au Canada. Le 20 octobre a marqué le 10e anniversaire de la disparition tragique des ambulanciers paramédicaux Ivan Polivka et Jo-Ann Fuller. Ivan et Jo-Ann travaillaient tous les deux à la station de Tofino. Ils rentraient d'un hôpital à Port Alberni lorsque leur ambulance a été impliquée dans un accident mettant en cause un seul véhicule. Cette semaine, les membres de la collectivité se sont réunis en ligne et en personne pour honorer la mémoire d'Ivan et de Jo-Ann et souligner la compassion, le courage et la prévoyance dont ils faisaient preuve envers leurs concitoyens.
Même si Ivan et Jo-Ann étaient des personnes remarquables qui nous manquent encore, même après 10 ans, ils n'étaient pas uniques. Partout au Canada, des milliers de premiers intervenants répondent chaque jour à nos appels à l'aide en situation d'urgence, mettant souvent leur propre sécurité et leur propre bien-être en danger.
Madame la Présidente, je vous demande ainsi qu'à tous les députés de vous joindre à moi pour honorer la mémoire d'Ivan et de Jo-Ann, et pour remercier tous les premiers intervenants, anciens et actuels, au service des collectivités des quatre coins du Canada.
Collapse
View Sven Spengemann Profile
Lib. (ON)
View Sven Spengemann Profile
2020-10-30 11:04 [p.1477]
Expand
Madam Speaker, I take the floor with a heavy heart as our community has lost a dear friend and leader Beatrice Moreira-Laidlow.
Affectionately known as “Queen Bea”, Beatrice had recently been appointed general manager of the Port Credit BIA, but she was central to our community for years in so many other ways. Whether she was offering young people their first opportunity to volunteer at local events, championing local businesses or simply greeting neighbours with a smile from her signature go-cart, Beatrice brought inspiration and kindness to everyone she met. She was so fundamental in creating the Port Credit we know and love today, the lighthouse landing was fittingly named “The Queen Bea Lookout”.
Beyond all she did for us, she was a proud mother to her son Josh. Her family meant everything to her.
Beatrice will be profoundly missed, and our community will never be the same. We will honour her by ensuring that Port Credit remains resilient, vibrant and full of life. Her vision and legacy will live on.
Madame la Présidente, c'est avec tristesse que je prends la parole aujourd'hui, car notre communauté a perdu une amie très chère et une chef de file importante, Mme Beatrice Moreira-Laidlow.
Surnommée affectueusement « Queen Bea », Beatrice avait récemment été nommée directrice générale de la zone d'amélioration des affaires et des petites entreprises de Port Credit, mais elle occupait un rôle central dans notre communauté depuis très longtemps et de bien d'autres manières. Beatrice était une source d'inspiration et de gentillesse pour toutes les personnes qui croisaient son chemin, entre autres en donnant une première chance à des jeunes et en leur offrant des possibilités de bénévolat lors d'événements locaux, en faisant la promotion des entreprises de la région, et en saluant les voisins avec un sourire radieux à bord de sa fameuse voiturette de golf. Elle a joué un rôle de premier plan pour faire de Port Credit l'endroit que nous chérissons tant aujourd'hui et le phare emblématique mieux connu sous le nom de « belvédère de Queen Bea ».
Outre tout ce qu'elle a accompli au sein de la communauté, elle était aussi la fière maman de Josh. Sa famille était ce qu'il y avait de plus précieux à ses yeux.
Beatrice laisse un grand vide dans notre communauté et nous ne l'oublierons jamais. Nous honorerons sa mémoire en faisant en sorte que Port Credit continue d'incarner la résilience, le dynamisme et la vitalité. Sa vision et son héritage survivront.
Collapse
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2020-10-30 11:05 [p.1477]
Expand
Madam Speaker, great leaders are revealed in times of great crisis. Unfortunately, the COVID-19 crisis has exposed the Liberal Prime Minister's great shortcomings.
People undoubtedly remember his 2015 campaign promise to run small deficits. He said it was not a big deal because budgets can balance themselves. As a result, the Prime Minister ran record deficits when things were going well. We must not forget all of the Liberals' ethical violations.
Then the pandemic hit. The Prime Minister was too slow to close the borders, to provide Canadians with rapid tests and to sign contracts to supply vaccines to Canadians.
The WE scandal broke and, instead of being transparent, he prorogued Parliament because the Liberals absolutely did not want us to find out the truth.
Then this week, he told us that he thinks the sky is the limit when it comes to spending. He has no fiscal anchor and no respect for the middle-class workers who are paying for his out-of-control spending.
Current and future generations of Canadians, even Canadians who have not yet been born, will have to pay the price for a Prime Minister who does not know how to count and who cannot be counted on.
Madame la Présidente, les grandes crises révèlent les grands leaders. Malheureusement, la crise de la COVID-19 a plutôt révélé aux Canadiens les grandes lacunes du premier ministre libéral.
Les gens se souviennent sûrement de sa campagne électorale de 2015, où il promettait de faire de légers déficits. Ce n'est pas grave, disait-il, car un budget s'équilibre par lui-même. Le résultat, c'est que le premier ministre a fait des déficits records alors que tout allait bien. Il ne faut pas oublier les nombreux manquements à l'éthique de la part des libéraux.
Puis, la pandémie est arrivée. Le premier ministre a été en retard pour fermer les frontières, pour fournir aux Canadiens les tests de dépistage rapide et pour signer des contrats afin de fournir des vaccins aux Canadiens.
Le scandale de l'affaire UNIS éclate et, au lieu d'être transparent, il proroge le Parlement. Tout cela parce que les libéraux ne veulent surtout pas qu'on sache la vérité.
De plus, il nous a appris cette semaine qu'il ne compte imposer aucune limite à son désir de dépenser. Il n'a aucune cible budgétaire et aucun respect pour les travailleurs de la classe moyenne, celles et ceux qui paient pour ses dépenses incontrôlées.
Les Canadiens d'aujourd'hui et de demain, et même ceux qui ne sont pas nés, vont devoir payer le prix à cause de ce premier ministre qui ne sait pas compter et sur qui l'on ne peut pas compter.
Collapse
View Lyne Bessette Profile
Lib. (QC)
View Lyne Bessette Profile
2020-10-30 11:06 [p.1477]
Expand
Madam Speaker, as we all know, seniors have been hit hard by the pandemic, and especially by the lockdown measures. After speaking with a few seniors from Brome—Missisquoi, I realized that, for many of them, isolation and loneliness are having as much of an impact as the virus.
The current context has brought new meaning to the use of digital devices, which allow them to stay in touch with their friends and family. This is why I was so pleased to be able to distribute new tablet computers to a number of seniors in Bedford and Stanbridge East over the past few weeks. Thanks to this donation, a few hundred seniors will be able to participate virtually in their favourite activities and maintain that important contact with their loved ones. This project was made possible by the new horizons for seniors program, which provides valuable assistance to our organizations every year.
I want to thank everyone who participated in the 2020 program and benefited from our government's support.
I want seniors in Brome—Missisquoi and all across Canada to know that we are here for them. Together, we will get through this crisis.
Madame la Présidente, comme nous le savons, les aînés ont été durement touchés par la pandémie, particulièrement par les mesures de confinement. En parlant à quelques-uns des aînés de Brome—Missisquoi, j'ai pu constater que, pour plusieurs d'entre eux, l'isolement et la solitude ont eu des conséquences tout aussi réelles que celles du virus.
Dans ce contexte, l'utilisation d'appareils numériques a pris un nouveau sens. Cela leur permet de rester en contact avec leurs amis et leur famille. C'est donc avec plaisir que, dans les dernières semaines, j'ai pu remettre de nouvelles tablettes électroniques à plusieurs aînés de Bedford et de Stanbridge East. Grâce à ce don, quelques centaines d'entre eux pourront participer virtuellement à leurs activités préférées et garder un contact important avec leurs proches. Ce projet a été rendu possible grâce au programme Nouveaux Horizons pour les aînés, qui fournit chaque année un coup de main précieux à nos organismes.
Je tiens à remercier tous ceux qui ont participé au programme 2020 et qui ont profité de cette aide de notre gouvernement.
J'aimerais dire aux aînés de Brome—Missisquoi et à ceux de partout au Canada que nous sommes là pour eux. Ensemble, nous allons traverser la crise.
Collapse
View Adam van Koeverden Profile
Lib. (ON)
View Adam van Koeverden Profile
2020-10-30 11:07 [p.1478]
Expand
Madam Speaker, the Salvation Army, Khi Community, which serves families in Milton, believes in supporting those who need it most. This pandemic has affected families across Canada. When parents were worried about putting food on the table or affording diapers and formula, our Salvation Army doubled its efforts to get families in Milton the help they need.
It was not always easy. In the early months of the pandemic, collecting donations and raising funds was very challenging. That is why our government committed to supporting the work of community-serving organizations such as the Salvation Army. That is why we launched the emergency fund for food security, committing $100 million to tackle food insecurity during these difficult times, a piece of which, through Feed Ontario, went to support the great work our local Salvation Army does.
This means that Ruth Hickman, captain the SAKC, and her team can deliver more fresh food boxes and ensure they meet the diverse needs of our community. It means families will be able to purchase Christmas presents for their kids through the Khi Community gift card program. To the Salvation Army, Khi Community in Milton, and to Salvation Armies across Canada, I send my thanks for all the amazing work done every day.
Madame la Présidente, l'Armée du Salut de la communauté Khi, qui sert les familles de Milton, croit qu'il faut soutenir les gens qui en ont le plus besoin. La pandémie a touché des familles dans l'ensemble du Canada. Lorsque des parents craignaient de ne pas pouvoir nourrir leur famille ou de ne pas avoir les moyens d'acheter des couches et du lait maternisé, notre Armée du Salut a redoublé d'efforts pour apporter aux familles de Milton l'aide dont elles avaient besoin.
Cela n'a pas toujours été facile. Dans les premiers mois de la pandémie, il était très difficile de recueillir des dons et d'amasser des fonds. C'est pourquoi le gouvernement s'est engagé à appuyer le travail d'organismes communautaires comme l'Armée du Salut. À cette fin, nous avons lancé le Fonds d'urgence pour la sécurité alimentaire et affecté 100 millions de dollars à la lutte contre l'insécurité alimentaire en ces temps difficiles. Une partie de cet argent a été versé, par l'intermédiaire de Feed Ontario, à la filiale locale de l'Armée du Salut pour soutenir son excellent travail.
Cela signifie que Ruth Hickman, capitaine de l'Armée du Salut de la communauté Khi, et son équipe peuvent livrer plus de boîtes d'aliments frais et répondre aux divers besoins de la collectivité. Cela signifie que les familles pourront acheter des cadeaux de Noël à leurs enfants grâce au programme de cartes-cadeaux de la communauté Khi. Je remercie l'Armée du Salut de la communauté Khi de Milton et toutes les autres filiales de l'Armée du Salut au Canada du travail extraordinaire qu'elles accomplissent chaque jour.
Collapse
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2020-10-30 11:09 [p.1478]
Expand
Madam Speaker, as the COVID-19 pandemic continues its second wave, so too continues the second wave of job losses. The Liberals say they are going to create a million jobs, but they are on the way to destroying thousands of jobs in my riding due to increased carbon taxes, the clean fuel standard and their upcoming single-use plastic ban.
Now is absolutely not the time for measures that will force the closures of plants and factories that employ thousands of hard-working Canadians and are making products to help keep us safe during this pandemic. This includes takeout containers used by restaurants across the country, and plastic knives, forks and stir sticks, such as those used right here in the House of Commons.
The Liberals’ abysmal response to this pandemic will only be made worse by these measures, and I implore them to reconsider, knowing the thousands of lives and livelihoods that are at stake if they proceed as planned.
Madame la Présidente, alors que nous vivons la deuxième vague de la pandémie de COVID-19, nous vivons également la deuxième vague de pertes d'emplois. Les libéraux disent qu'ils vont créer un million d'emplois, mais ils sont sur le point d'en détruire des milliers dans ma circonscription avec l'augmentation de la taxe sur le carbone, la norme sur les carburants propres et l'interdiction à venir des articles en plastique à usage unique.
Ce n'est absolument pas le moment de prendre des mesures qui forceront la fermeture d'usines où des milliers de Canadiens travaillent fort et fabriquent des produits pour notre sécurité pendant la pandémie. Parmi les produits en plastique, on compte des contenants à emporter utilisés par des restaurants de tout le pays, ainsi que des couteaux, des fourchettes et des bâtons à mélanger comme ceux qu'on utilise ici même à la Chambre.
Les terribles mesures prises par les libéraux pour faire face à la pandémie ne feront qu'aggraver la situation. J'exhorte le gouvernement à revenir sur sa décision, sachant que des milliers de vies et d'emplois sont en jeu s'il décide de procéder comme prévu.
Collapse
View Paul Lefebvre Profile
Lib. (ON)
View Paul Lefebvre Profile
2020-10-30 11:10 [p.1478]
Expand
Madam Speaker, a former MP from the area of my hometown, Kapuskasing, passed away on March 3.
From 1988 to 2004, Réginald Bélair represented the riding of Cochrane—Superior and later Timmins—James Bay.
In his first speech to the House on December 3, 1988, this nature lover said that “this northern land is very welcoming; it is an ideal place to relax, to fish, to hunt, to go cross-country skiing or ice-fishing, etc. It has wide open spaces that ease the mind and challenge us to get to know nature better.” These words are still true today.
In 2004, as deputy speaker of the House of Commons, Mr. Bélair said to his colleagues, “Nevertheless, I would ask you to be generous with each other and cooperate a little in order to maintain some decorum in the House.” That still stands up as good advice today.
Mr. Bélair's passing is a painful loss to his family, his wife Jo-Anne and his two daughters Annie and Julie.
Farewell Mr. Bélair and thank you for serving Canada.
Madame la Présidente, un ancien député de la région de ma ville natale, Kaspuskasing, est décédé le 3 mars dernier.
De 1988 à 2004, Réginald Bélair a représenté la circonscription de Cochrane—Superior et, par la suite, celle de Timmins—James Bay.
Lors de son premier discours à la Chambre, le 3 décembre 1988, ce grand amateur de nature a déclaré que « ce pays nordique est très accueillant, c'est un endroit idéal de détente, soit pour la pêche, soit pour la chasse, le ski de fond, la pêche sur la glace, etc. Ce sont de grands espaces qui permettent le repos de l'esprit et qui défient d'apprivoiser cette nature sauvage ». Ces paroles s'appliquent évidemment encore aujourd'hui.
En 2004, à titre de vice-président de la Chambre des communes, M. Bélair a dit ceci à ses collègues: « Je vous demande tout de même de faire preuve d'un peu de générosité l'un envers l'autre et de coopérer un peu pour conserver quand même un certain décorum à la Chambre. » Il s'agit d'un sage conseil encore aujourd'hui.
M. Bélair a laissé un vide douloureux chez sa famille, sa femme, Jo-Anne, et ses deux filles, Annie et Julie.
Adieu, M. Bélair, et merci d'avoir servi le Canada.
Collapse
View Tim Uppal Profile
CPC (AB)
View Tim Uppal Profile
2020-10-30 11:11 [p.1478]
Expand
Madam Speaker, yesterday, the Deputy Prime Minister provided the closest thing to a fiscal update that Canadians have seen in over a year. However, instead of announcing anything resembling a plan on getting our economy back on track, she was content on hammering home the same Liberal message as always: more spending. Canadians are left wondering what their return on investment is going to be.
Canada's unemployment rate is the highest in the G7, with nearly 12% in Alberta. Millions of Canadians are still out of work. Businesses across Canada are on the brink of bankruptcy. Canadians need a plan to deal with this pandemic and improve the economy. For Alberta, there are energy projects awaiting this government's approval that would bring thousands of jobs to an industry that the Liberals have decimated in the last five years.
We need a results-based plan. We need a government focused on jobs. We need a government that cuts red tape to help businesses grow their business instead of punishing them with barriers.
Madame la Présidente, hier, la vice-première ministre a présenté ce qui, depuis plus d'un an, se rapproche le plus d'une mise à jour financière. Hélas, au lieu d'annoncer un semblant de plan de relance pour l'économie canadienne, elle s'est contentée de marteler le message que nous servent les libéraux depuis toujours: encore plus de dépenses. La population canadienne est donc en droit de s'interroger à propos d'un éventuel retour sur l'investissement.
Le taux de chômage au Canada demeure le plus élevé de tous les pays du G7, et celui de l'Alberta s'élève à près de 12 %. Des millions de Canadiens sont toujours sans emploi, tandis que des entreprises partout au pays sont au bord de la faillite. Les Canadiens ont besoin que le gouvernement présente un plan pour faire face à cette pandémie et relancer l'économie. En ce qui concerne l'Alberta, plusieurs projets énergétiques attendent l'approbation du gouvernement fédéral, des projets susceptibles de créer des milliers d'emplois au sein d'une industrie que les libéraux ont réussi à décimer au cours des cinq dernières années.
Le gouvernement doit présenter un plan axé sur les résultats. Il doit également stimuler la création d'emplois et réduire les formalités administratives afin d'aider les entreprises à se développer, au lieu de leur mettre des bâtons dans les roues.
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2020-10-30 11:12 [p.1479]
Expand
Madam Speaker, the self-proclaimed feminist Prime Minister talks a lot about applying a gender lens to every policy decision. The reality is that a quick application reveals that his failure to prioritize rapid tests is failing women.
Women make up the majority of residents in long-term care and the vast majority of staff. These care homes have been the epicentre of this pandemic. Experts have been clear that access to rapid testing is key to mitigating outbreaks and fatalities in long-term care. We are now well into the second wave with numbers surging, yet our highly vulnerable senior population still has no readily available access to rapid testing. In fact, Canada is months behind other countries when it comes to procuring and approving rapid tests.
Women living and working in long-term care do not need feminist lip service. They need immediate supports to ensure their health and safety.
Madame la Présidente, le premier ministre, qui s'est autoproclamé féministe, parle beaucoup de tenir compte de la sexospécificité dans toutes les décisions politiques. En réalité, si on vérifie rapidement, on constate qu'il a laissé tomber les femmes en ne priorisant pas les tests de dépistage rapide.
Dans les établissements de soins de longue durée, les femmes représentent la majorité des résidants et la grande majorité des employés. Ces établissements se retrouvent à l'épicentre de l'épidémie. Les spécialistes ont indiqué clairement que l'accès aux tests de dépistage rapide est essentiel pour atténuer les risques d'éclosion et limiter le nombre de morts dans les établissements de soins de longue durée. La deuxième vague est maintenant bien avancée, le nombre de cas monte en flèche, et pourtant, les aînés, qui sont très vulnérables, n'ont toujours pas facilement accès aux tests de dépistage rapide. En fait, le Canada accuse des mois de retard sur d'autres pays en ce qui concerne l'obtention et l'approbation de tests de dépistage rapide.
Les femmes qui vivent ou qui travaillent dans des établissements de soins de longue durée n'ont pas besoin de beaux discours féministes. Elles ont besoin d'un soutien immédiat pour assurer leur santé et leur sécurité.
Collapse
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2020-10-30 11:13 [p.1479]
Expand
Madam Speaker, I rise today to highlight the incredible work being done in my riding by Fanshawe College's Centre for Research and Innovation.
Dr. Abdulla Mahboob and his team have worked on a research project that involves custom-made peptide inhibitors that can halt the spread of the coronavirus within infected patients. As with many viruses, COVID-19 has mutations that increase resistance to treatments. The Fanshawe team's technology is a non-infectious replicon of the virus that can be easily modified to test the effectiveness of new treatments against COVID-19 and other viral outbreaks in the future, and this technology is faster and safer than ever before.
The applied research and high quality of work produced in our Canadian college research centres sometimes go unnoticed by the government. Dr. Mahboob and his team are now ready to take this development beyond a college lab and need help to make it more accessible for treatment testing centres around the world. I call on everyone to share this development and help spread the word of this talented team. We are extremely proud.
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui pour souligner le travail exceptionnel du centre de la recherche et de l'innovation du Collège Fanshawe dans ma circonscription.
Le Dr Abdulla Mahboob et son équipe ont mené un projet de recherche portant sur des inhibiteurs protéiques adaptés pouvant freiner la course du coronavirus chez les personnes infectées. Comme bien d'autres virus, celui qui est responsable de la COVID-19 peut muter pour devenir plus résistant aux traitements. La technologie mise au point par l'équipe du Collège Fanshawe est un réplicon non infectieux du virus qui peut être facilement modifié pour vérifier l'efficacité de nouveaux traitements contre la COVID-19 et d'autres futures maladies virales. Cette technologie est plus rapide et plus sécuritaire que jamais auparavant.
Le gouvernement n'est pas toujours conscient de la recherche appliquée et des travaux de grande qualité qui se font dans les centres de recherche des collèges canadiens. Le Dr Mahboob et son équipe sont maintenant prêts à passer à la prochaine étape et ont besoin d'aide pour rendre le fruit de leurs recherches plus accessible aux centres qui mettent des traitements à l'essai partout dans le monde. Je demande à tous mes collègues de passer le mot au sujet de cette équipe pleine de talent et de ses travaux. Nous en sommes très fiers.
Collapse
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2020-10-30 11:14 [p.1479]
Expand
Madam Speaker, 25 years ago Quebec came within a hair's breadth of becoming independent in the 1995 referendum. It will not take another 25 years for Quebec to make the obvious decision to take total control of its destiny.
Let us seize the opportunity to point out that what our adversaries would like to see die is tenacious, whether it is the very idea of independence that continues to inspire one third of youth, or political vehicles like the Bloc Québécois, which many thought was dead and buried, not so long ago.
Let us seize the opportunity to again start the conversation about the Quebec of tomorrow, a Quebec with a green and innovative economy, especially in the regions, and a generation that is ready to hear about this vision for the first time.
Let us seize the opportunity to promote and also defend our language, our culture and our identity, which, more than ever before, are in conflict with Canadian culture. That is why we do not have to wait another 25 years.
Madame la Présidente, il y a 25 ans, le Québec passait à un cheveu de devenir un pays indépendant lors du référendum de 1995. Il ne faudra pas 25 autres années avant que le Québec fasse le choix qui s'impose de lui-même de prendre le contrôle total de sa destinée.
Saisissons l'occasion de rappeler que ce que nos adversaires voudraient bien voir mourir est tenace, qu'il s'agisse de l'idée même de l'indépendance qui continue d'inspirer le tiers des jeunes ou qu'il s'agisse de véhicules politiques, comme le Bloc québécois que plusieurs voyaient enterré il y a pourtant peu.
Saisissons l'occasion de recommencer à parler du Québec de demain, un Québec riche de son économie verte et innovante, notamment en région, et une génération qui est prête à entendre cette vision pour la première fois.
Saisissons l'occasion de promouvoir et aussi défendre notre langue, notre culture, et notre identité qui se butent — on le voit plus que jamais — à la culture canadienne. C'est ainsi que non, il ne faudra pas 25 autres années.
Collapse
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
View Michelle Rempel Garner Profile
2020-10-30 11:15 [p.1479]
Expand
Madam Speaker, this weekend we will see many images of deformed, warty, greenish women, and I am, of course, referring to the modern imagery of witches.
Throughout the course of history, women have been burned at the stake and tortured for being witches. In reality, they were herbalists, midwives or just too independent for the patriarchy's liking. I am sure after being shut away, beaten and left to sit in their own filth, these women did look misshapen, and purple and green with the marks of violence.
Today we might not literally burn women at the stake, but we still do not believe them when they are abused. We still punish them when they speak truth to power, a shout-out to the member for Vancouver Granville, and we tacitly shun women who own and use the power that is innate to all of us.
On the occasion of this rare blue moon Samhain, let us push aside those who cause us to doubt our magic and celebrate those who, with humility and strength, manifest great things for the world. To all the witches out there, keep rocking it, blessed Samhain and happy Halloween.
Madame la Présidente, en fin de semaine, nous verrons de nombreuses images de femmes à la peau verte déformées et couvertes de verrues. Évidemment, je parle de la façon dont on dépeint de nos jours la sorcière.
À travers l'histoire, les femmes ont été torturées et brûlées au bûcher parce qu'on les accusait d'être des sorcières. En vérité, elles étaient herboristes, sages-femmes ou simplement trop indépendantes au goût de l'élite patriarcale. Je peux imaginer que, après avoir été enfermées, battues et laissées dans la crasse, ces femmes avaient l'air difformes et que les coups qu'elles avaient reçus avaient laissé des marques violettes et vertes.
De nos jours, on ne brûle peut-être plus littéralement les femmes au bûcher, mais cela ne nous empêche pas de ne pas les croire lorsqu'elles disent avoir été victimes d'une agression. Elles doivent encore payer le prix lorsqu'elles osent tenir tête à l'autorité — je pense notamment à la députée de Vancouver Granville — et nous évitons d'appuyer les femmes qui n'ont pas peur de se servir du pouvoir que nous avons toutes en nous.
En cette rare occasion de lune bleue pendant le Samain, arrêtons d'accorder de l'importance à ceux qui doutent de nos pouvoirs et célébrons celles qui, avec force et humilité, font se réaliser de grandes choses pour la planète. À toutes les sorcières, n'abandonnez pas et passez un joyeux Samain et une joyeuse Halloween.
Collapse
View Majid Jowhari Profile
Lib. (ON)
View Majid Jowhari Profile
2020-10-30 11:16 [p.1480]
Expand
Madam Speaker, I am pleased to stand in the House today to speak to a cause that is very close to my heart. On November 1, we begin the annual Movember campaign to spread awareness on men's health specifically related to prostate and testicular cancer, men's mental health and suicide prevention. These issues affect us all.
In Canada, 75% of people who die by suicide are men, and one in 10 men will suffer from serious depression in his lifetime. Seeking help is a sign of strength, and having open conversations is critical. The mental health of young men needs more attention, and I applaud the good work that organizations like Home on the Hill, Krasman Centre and CCSYR are doing in my riding of Richmond Hill to increase awareness.
I invite all of my colleagues to take part in Movember. I challenge my male colleagues to grow a mo and save a bro. If they cannot grow a mo, I ask them to spread awareness, share resources and continue the conversation on men's mental health.
Madame la Présidente, je suis ravi de prendre la parole à la Chambre aujourd'hui pour souligner une cause qui me tient à cœur. Le 1er novembre s'amorcera Movember, la campagne annuelle de sensibilisation à la santé des hommes, et plus particulièrement, au cancer de la prostate et des testicules, à la santé mentale des hommes et à la prévention du suicide chez les hommes. Ces questions nous concernent tous.
Au Canada, 75 % des personnes qui se suicident sont des hommes. En outre, un homme sur 10 souffrira de dépression grave dans sa vie. Demander de l'aide est un signe de courage, et tenir des discussions ouvertes est essentiel. Il faut accorder plus d'attention à la santé mentale des jeunes hommes. Je félicite les organismes tels que Home on the Hill, le centre Krasman et les services communautaires catholiques de la région d'York du bon travail qu'ils font dans ma circonscription, Richmond Hill, pour sensibiliser la population.
J'invite tous mes collègues à participer à Movember. Je mets mes collègues masculins au défi de se laisser pousser la moustache pour sauver un confrère. S'ils ne peuvent se laisser pousser la moustache, je leur demande de contribuer à sensibiliser la population, de communiquer le matériel d'éducation et de perpétuer le dialogue sur la santé mentale des hommes.
Collapse
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
View Michael Chong Profile
2020-10-30 11:17 [p.1480]
Expand
Madam Speaker, it is clear Canadian drone systems were diverted to the conflict between Armenia and Azerbaijan in violation of the Arms Trade Treaty, the Wassenaar Arrangement and Canadian law. There is lots of reputable photographic and video evidence.
Here is what we know: On April 23, the Prime Minister spoke with Turkish President Erdogan. In that conversation, did he agree to President Erdogan's request to approve the export of these drone systems from Canada to Turkey, yes or no?
Madame la Présidente, il est clair que des systèmes canadiens de drones ont été détournés vers le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, ce qui contrevient au Traité sur le commerce des armes des Nations unies, à l'Arrangement de Wassenaar et à la loi canadienne. Il y a beaucoup d'enregistrements vidéo et de photos provenant de sources fiables qui le prouvent.
Voici ce que nous savons: le 23 avril, le premier ministre s'est entretenu avec le président turc Erdogan. Lors de cette conversation, a-t-il accepté la demande du président Erdogan voulant qu'il approuve l'exportation de ces systèmes de drones du Canada vers la Turquie, oui ou non?
Collapse
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-10-30 11:18 [p.1480]
Expand
Madam Speaker, as I think everyone in the House knows, our government is committed to a strong and rigorous arms export system. That is why we acceded to the Arms Trade Treaty. Human rights considerations are now at the centre of our exports regime. When we became aware of possible uses of military equipment that had been exported to Turkey, the minister immediately ceased export permits, suspended them, and they are under review at this time.
Madame la Présidente, comme tous les députés à la Chambre le savent sans doute, le gouvernement est déterminé à avoir un système d'exportation d'armes fort et rigoureux. C'est la raison pour laquelle nous avons adhéré au Traité sur le commerce des armes. Le respect des droits de la personne est au cœur de notre régime d'exportations. Lorsque nous avons appris que de l'équipement militaire avait possiblement été envoyé en Turquie, le ministre a immédiatement annulé tous les permis d'exportation et ces derniers font actuellement l'objet d'un examen.
Collapse
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
View Michael Chong Profile
2020-10-30 11:18 [p.1480]
Expand
Madam Speaker, the government did not answer my question. Exporting these drone systems contributes to the conflict in Nagorno-Karabakh.
My question is simple and I will ask it again: Did the government agree to President Erdogan's request and bypass officials to approve the export of these drone systems, yes or no?
Madame la Présidente, le gouvernement n'a pas répondu à ma question. L'exportation de ces systèmes de drones contribue au conflit dans le Haut-Karabakh.
Je repose ma question, qui est simple: le gouvernement a-t-il accédé à la demande du président Erdogan et court-circuité les fonctionnaires pour approuver l'exportation de ces systèmes de drones, oui ou non?
Collapse
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-10-30 11:19 [p.1480]
Expand
Madam Speaker, with all due respect, I believe I did answer the question. We are committed to a rigorous arms export regime. We follow all our international commitments and even more through legislation passed by this House of Commons. Everything we do with respect to our arms exports follows international law, and we are subject to no undue pressure from any external forces.
Madame la Présidente, en tout respect, je crois avoir répondu à la question. Nous sommes déterminés à mettre en place un système d'exportation d'armes rigoureux. Nous respectons tous nos engagements internationaux et nous allons encore plus loin grâce à la mesure législative adoptée par la Chambre des communes. Toutes les mesures que nous prenons par rapport à nos exportations d'armes sont conformes au droit international, et aucune force extérieure n'exerce de pressions indues sur nous.
Collapse
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
View Michael Chong Profile
2020-10-30 11:19 [p.1480]
Expand
Madam Speaker, it has been nearly 10 months since Ukraine International flight 752 was shot down. The victims' loved ones want justice for the 85 Canadian citizens and residents who perished.
When will the government listen to these families and impose sanctions on those responsible? When will it follow the democratic will of this House and impose sanctions on the Islamic Revolutionary Guard Corps of Iran?
Madame la Présidente, cela fait près de 10 mois que le vol 752 d'Ukraine International a été abattu. Les proches des victimes réclament justice pour les 85 Canadiens et résidents qui y ont perdu la vie.
Quand le gouvernement écoutera-t-il les familles et imposera-t-il des sanctions aux responsables? Quand suivra-t-il la volonté démocratique de cette Chambre et imposera-t-il des sanctions au Corps des Gardiens de la révolution islamique d'Iran?
Collapse
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2020-10-30 11:20 [p.1480]
Expand
Madam Speaker, I want to acknowledge to the member opposite and to the House that we are very concerned with the activities of various hostile state actors as it pertains to their activities around human rights and their impact on Canadians. We are vigorously reviewing, constantly, the criminal legislation that allows for the listing of certain organizations.
With respect to the particular regime he refers to, we have in fact listed a number of its proxies as terrorist organizations. We will continue to act in the best interests of the safety of Canadians.
Madame la Présidente, je tiens à signaler au député d'en face et à la Chambre que nous nous inquiétons grandement des violations des droits de la personne commises par divers acteurs étatiques hostiles et de leurs répercussions sur les Canadiens. Nous révisions activement et constamment les lois pénales permettant l'inscription de certaines organisations.
Quant au régime mentionné par le député, nous avons effectivement inscrit plusieurs de ses mandataires sur la liste des organisations terroristes. Nous continuerons d'agir dans l'intérêt de la sécurité des Canadiens.
Collapse
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
View Michael Chong Profile
2020-10-30 11:21 [p.1480]
Expand
Madam Speaker, not only has the government failed to impose sanctions in regard to the downing of the Ukrainian airliner that killed so many Canadians, but the families are now being revictimized. People like Hamed Esmaeilion of Richmond Hill are being threatened, bullied and harassed by the Iranian regime right here in Canada.
When will the government take seriously the threat of foreign influence operations run here in this country by Iran, by China and by Russia? When will it get serious and use the full power of the Government of Canada to shut these operations down?
Madame la Présidente, non seulement le gouvernement n'a-t-il pas imposé de sanctions à la suite de l'écrasement de l'avion ukrainien, dans lequel tant de Canadiens ont trouvé la mort, mais voilà que les familles sont victimisées de nouveau. Des personnes comme Hamed Esmaeilion de Richmond Hill se font menacer, intimider et harceler par le régime iranien, ici même au Canada.
Quand le gouvernement prendra-t-il au sérieux la menace des opérations d'influence étrangère qui sont menées au pays par l'Iran, la Chine et la Russie? Quand prendra-t-il ses responsabilités en se servant de tout le pouvoir du gouvernement du Canada pour mettre fin à ces opérations?
Collapse
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2020-10-30 11:21 [p.1481]
Expand
Madam Speaker, I agree completely that any activity directed toward the families of the victims of that terrible tragedy of the downing of that airliner is outrageous and unacceptable.
I want to assure the member opposite that the national security establishment and our law enforcement agencies are vigorously engaged on that issue. We will do what is necessary to protect those individuals, and we share in the member's denunciation of that activity on Canadian soil.
Madame la Présidente, je conviens que toute pression exercée sur les familles des victimes de ce terrible écrasement d'avion est tout simplement scandaleuse et inacceptable.
Je tiens à assurer au député d'en face que nos services de sécurité nationaux et nos organismes d'application de la loi se penchent sérieusement sur cette question. Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour protéger ces personnes et nous appuyons la dénonciation par le député de telles activités en sol canadien.
Collapse
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
View Michael Chong Profile
2020-10-30 11:22 [p.1481]
Expand
Madam Speaker, two months ago, Russia used the chemical weapon Novichok to poison opposition leader, Alexei Navalny. Two years ago, Russia used that same chemical weapon to poison people in the U.K., one of whom died. Two weeks ago, Europe and Britain imposed sanctions on Russian officials for the poisoning of Navalny.
The government says that it believes in multilateralism, but when given the opportunity often does not act accordingly. When will the government join our allies and impose Magnitsky sanctions on the Russian officials responsible for the poisoning of opposition leader Navalny?
Madame la Présidente, il y a deux mois, la Russie a utilisé le Novichok, une arme chimique, pour empoisonner le chef de l'opposition Alexei Navalny. Il y a deux ans, la Russie a eu recours à la même arme pour empoisonner des gens au Royaume-Uni, dont l'un en est mort. Il y a deux semaines, l'Europe et la Grande-Bretagne ont imposé des sanctions aux fonctionnaires russes pour l'empoissonnement de M. Navalny.
Le gouvernement dit croire au multilatéralisme, mais il en fournit rarement la preuve. Quand le gouvernement se joindra-t-il à nos alliés et imposera-t-il des sanctions Magnitsky aux fonctionnaires russes responsables de l'empoisonnement de M. Navalny, le chef de l'opposition?
Collapse
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-10-30 11:23 [p.1481]
Expand
Madam Speaker, I believe the member knows that Canada has strongly condemned and will continue to condemn the attack against Alexei Navalny, who had been poisoned with a chemical nerve agent. We thank Germany for its steadfast support of him through this process. We strongly condemn this outrageous attack. Russian authorities have to explain what happened so that those responsible may be held to account without delay. The use of chemical weapons is abhorrent and unacceptable.
Canada joins the international community and will continue to stand with Mr. Navalny and his family in the search for justice.
Madame la Présidente, le député sait que le Canada a fermement condamné — et continuera de le faire — l'attaque contre Alexei Navalny, qui a été empoisonné par un agent chimique neurotoxique. Nous remercions l'Allemagne, qui a appuyé cet homme de façon indéfectible tout au long du processus. Nous condamnons fermement cette attaque scandaleuse. Les autorités russes doivent expliquer ce qui s'est passé pour que les responsables puissent répondre de leurs actes sans tarder. L'emploi d'armes chimiques est odieux et inacceptable.
Le Canada se joint à la communauté internationale et il continuera d'appuyer M. Navalny et sa famille dans leur quête de justice.
Collapse
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-10-30 11:23 [p.1481]
Expand
Madam Speaker, the government finally tabled its report explaining why it prorogued the House over the summer. I read the report, but I still do not know why the Liberals shut down Parliament. I still do not know why the prorogation lasted six weeks instead of 24 hours, if the sole purpose was to adapt our work in the House to the realities of the pandemic. I still do not know why it took six weeks for them to come up with a throne speech that was nearly identical to the previous budget.
My memory fails me. Could the government remind me what, exactly, happened on August 18 when it decided to shut down Parliament?
Madame la Présidente, le gouvernement a enfin déposé son rapport expliquant les raisons pour lesquelles il a prorogé la Chambre durant l'été. J'ai beau le lire, mais je ne sais toujours pas pourquoi il a fermé le Parlement. On ignore pourquoi cela a duré six semaines plutôt que 24 heures, si c'était simplement pour adapter les travaux à la réalité de la pandémie. On ignore pourquoi cela a duré six semaines pour arriver à un discours du Trône quasi identique au précédent budget.
J'ai un trou de mémoire. Est-ce que le gouvernement pourrait me rappeler ce qui s'est passé exactement le 18 août, quand il a décidé de fermer le Parlement?
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-10-30 11:24 [p.1481]
Expand
Madam Speaker, since day one the government's and the Prime Minister's focus have been combatting the coronavirus pandemic. We have put in a multitude of different programs that have really had a positive impact on all Canadians in all regions.
We prorogued the session because it was very important for all of us to remain focused and work collaboratively on doing what Canadians want us to do, and that is to put in our best efforts in fighting the coronavirus.
Madame la Présidente, depuis le tout premier jour, le gouvernement et le premier ministre se sont employés à lutter contre la pandémie de coronavirus. Nous avons mis en place une multitude de programmes qui ont été réellement bénéfiques pour l'ensemble des Canadiens, partout au pays.
Nous avons prorogé le Parlement parce qu'il était très important pour nous tous de garder le cap et de travailler en collaboration pour accomplir ce que les Canadiens réclament, soit que nous mettions tout en œuvre pour lutter contre le coronavirus.
Collapse
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-10-30 11:24 [p.1481]
Expand
Madam Speaker, when something is urgent, you do not take six weeks, you take 24 hours.
There were two words missing from the report on the prorogation. The words I heard were “WE Charity”. The Liberals forgot to say that it was convenient for them to shut down the four committees that were looking into a Liberal scandal. They forgot to mention that they were looking to kill time for six weeks so that people would stop talking about WE Charity.
Plus, they are still trying to stall the committees to cover up the scandal. Why can they not be honest and admit that they shut down Parliament because of WE Charity?
Madame la Présidente, quand c'est urgent, on ne prend pas six semaines, on prend 24 heures.
Le problème avec le rapport sur la prorogation, c'est qu'il y manquait deux mots. Je les ai entendus: WE Charity. Ils ont oublié de dire que cela adonnait bien de suspendre les travaux de quatre comités qui enquêtaient sur un scandale libéral. Ils ont oublié que ce qu'ils voulaient, c'était gagner du temps, six semaines, pour qu'on arrête de parler de WE Charity.
D'ailleurs, ils sont encore en train d'essayer de retarder les comités pour étouffer le scandale. Pourquoi n'ont-ils pas l'honnêteté d'avouer qu'ils ont suspendu le Parlement à cause de WE Charity?
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-10-30 11:25 [p.1481]
Expand
Madam Speaker, the House of Commons, for the first time since 1988, sat during July and August. We actually sat more days in the summertime than we lost through prorogation. I know members of the opposition might say technically we did not sit as the House of Commons, but we all sat on the floor of the House of Commons. There were literally hundreds of questions and opportunities for all opposition parties to hold the government to account. The reality is that we will continue to be focused on combatting the coronavirus.
Madame la Présidente, pour la première fois depuis 1988, la Chambre des communes a siégé en juillet et en août. En fait, le nombre de séances tenues au cours de l'été est supérieur à celui des séances perdues en raison de la prorogation. Je sais que les députés de l'opposition pourraient dire que, techniquement, il ne s'agissait pas de séances de la Chambre. Toutefois, nous nous sommes bel et bien réunis dans cette enceinte. Il y a eu dans les faits des centaines de questions et d'occasions pour tous les partis de l'opposition de demander des comptes au gouvernement. La réalité, c'est que nous continuerons à faire de la lutte contre le coronavirus une priorité.
Collapse
View Laurel Collins Profile
NDP (BC)
View Laurel Collins Profile
2020-10-30 11:26 [p.1481]
Expand
Madam Speaker, Logan's, a long-time live music venue in Victoria, announced this week that it had to shut its doors for good. Logan's was a beloved watering hole where people came together to talk politics, listen to live music and go to the Sunday Hootenanny. I have heard from countless small businesses just like Logan's that are struggling to stay open, and Victoria is facing the impending loss of many of the places that make our community what it is. Logan's will be missed. We need to support these small businesses.
Why are small businesses like Logan's still waiting on the government to give them the kind of help that would keep them afloat?
Madame la Présidente, la salle de spectacle Logan's, à Victoria, qui présente depuis longtemps des concerts, a annoncé cette semaine qu'elle fermait ses portes pour de bon. Les gens se réunissaient chez Logan's pour prendre un verre, discuter de politique, écouter de la musique et participer à la soirée de scène ouverte, le Sunday Hootenanny. Une multitude de petites entreprises comme Logan's m'ont dit qu'elles arrivaient difficilement à rester ouvertes, et Victoria risque de perdre bon nombre des entreprises qui définissent notre collectivité. Les gens s'ennuieront de Logan's. Nous devons soutenir ces petites entreprises.
Pourquoi les petites entreprises comme Logan's sont-elles encore en train d'attendre l'aide du gouvernement qui leur permettrait de se maintenir à flot?
Collapse
View Julie Dabrusin Profile
Lib. (ON)
View Julie Dabrusin Profile
2020-10-30 11:27 [p.1482]
Expand
Madam Speaker, I thank the member for raising the issue about that local live venue and the importance of this venue. By the ongoing compliance with public health guidelines, Canada's theatres and live venues have been doing their part to keep Canadians safe during the pandemic, but these cancellations have had an impact on the businesses. We recognize the importance of ensuring the viability and that we have a strong, robust industry. We have committed through emergency funds $500 million to help maintain jobs and support this business community. We will continue to be there and continue to work for a robust recovery.
Madame la Présidente, je remercie la députée d'avoir parlé du problème vécu par cette entreprise locale et d'avoir souligné l'importance de cette dernière. En respectant les consignes de la santé publique, les salles de théâtre et de spectacles au Canada contribuent à assurer la sécurité des Canadiens pendant la pandémie, mais les annulations ont eu un impact sur ces entreprises. Nous sommes conscients de l'importance d'assurer leur viabilité, ainsi que la force et la robustesse de cette industrie. Nous avons investi 500 millions de dollars dans des fonds d'urgence visant à soutenir les emplois et tout ce secteur économique. Nous allons continuer de le soutenir et de travailler à une reprise vigoureuse.
Collapse
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2020-10-30 11:27 [p.1482]
Expand
Madam Speaker, Canada had a severe housing crisis before the outbreak of COVID-19, but due to the severe economic impacts of the pandemic, many more Canadians are at risk of losing their homes. They need the federal government to help, yet in my riding of Vancouver Kingsway an agency of the government is ordering the Still Creek Housing Co-op to raise its rents by over 5%.
Will the Liberals instruct the CMHC to cancel this policy that will hurt many single-parent families, low-income individuals, disabled folks and seniors?
Madame la Présidente, avant la pandémie de COVID-19, le Canada connaissait déjà une grave crise du logement. Vu les répercussions économiques graves de la pandémie, encore plus de Canadiens risquent de perdre leur logement. Le gouvernement fédéral doit les aider. Pourtant, dans ma circonscription, Vancouver Kingsway, une agence du gouvernement a donné l'ordre à la coopérative d'habitation Still Creek de hausser ses loyers de plus de 5 %.
Les libéraux ordonneront-ils à la SCHL d'annuler cette politique qui nuira à un grand nombre de familles monoparentales, de personnes à faible revenu et de personnes handicapées?
Collapse
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2020-10-30 11:28 [p.1482]
Expand
Madam Speaker, this government through the national housing strategy has actually restored lapsed funding agreements with co-ops to sustain the rent geared to income program that the Conservative government was letting disappear under its watch.
Regarding the co-op in question, I would be happy to sit with the member to review what CMHC has done around re-establishing those subsidies, but in response to COVID, this government is now taking the unprecedented step of launching the rapid housing initiative, a $1-billion initiative to acquire, renovate and provide emergency housing immediately for cities across this country. We look forward to continuing to work with Parliament to achieve on this file.
Madame la Présidente, dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement, le gouvernement a en fait rétabli les accords de financement conclus avec des coopératives d'habitation qui étaient venus à échéance de manière à maintenir en place le programme de loyer proportionné au revenu que l'ancien gouvernement conservateur laissait disparaître.
En ce qui concerne la coopérative en question, je serais ravi de m'entretenir avec le député pour examiner ce qu'a fait la SCHL relativement au rétablissement de ces subventions. Par ailleurs, en réponse à la pandémie, le gouvernement a pris la mesure sans précédent de lancer l'Initiative pour la création rapide de logements, un investissement de 1 milliard de dollars qui permettra d'acquérir, de rénover et de fournir des logements d'urgence immédiatement dans des villes partout au pays. Nous sommes impatients de continuer de travailler à ce dossier avec le Parlement.
Collapse
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-10-30 11:28 [p.1482]
Expand
Madam Speaker, unfortunately, Canada has the highest unemployment rate of all the G7 countries. Unfortunately, Canada is the only G7 country that does not have an economic recovery plan. Unfortunately, Canada still does not have a government that knows where it is going in matters of public finance. It has no budget and no economic update. What is worse, the Prime Minister said this week that spending is not being regulated. We suspected as much, but at least now he has finally admitted it.
Could the Prime Minister tell Canadians that he is aware that when his government spends recklessly, sooner or later, our children and our grandchildren will have to pay the price?
Madame la Présidente, malheureusement, de tous les pays du G7, le Canada est celui qui a le plus haut taux de chômage. Malheureusement, le Canada est le seul pays du G7 à ne pas avoir de plan de reprise économique. Malheureusement, le Canada n'a toujours pas de gouvernement qui sait où il s'en va en matière de finances publiques: pas de budget, pas de mise à jour. Pire, le premier ministre a affirmé cette semaine qu'il n'a pas d'encadrement des dépenses. Il faut remarquer qu'on s'en doutait, mais, au moins, il l'a dit.
Le premier ministre pourrait-il informer les Canadiens qu'il est conscient que, lorsque l'on dépense sans compter, tôt ou tard, ce sont nos enfants et nos petits-enfants qui vont payer pour cela?
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-10-30 11:29 [p.1482]
Expand
Madam Speaker, as I am sure the member is aware, in the last number of months, the government has engaged in many different ways, with different levels of government, to work collaboratively on a restart program, amongst many other programs, to ensure that Canadians as a whole are in a much better position to combat the coronavirus and its impacts.
We are looking to the official opposition and others to work collaboratively with the government so that we can continue to be there for Canadians in a very real and tangible way.
Madame la Présidente, comme le député le sait sans doute, au cours des derniers mois, le gouvernement a collaboré de diverses façons avec différents ordres de gouvernement pour élaborer un programme de relance économique, un programme parmi tant d'autres pour veiller à ce que l'ensemble de la population canadienne soit en meilleure posture pour lutter contre le coronavirus et les conséquences négatives qu'il entraîne.
Nous aimerions que l'opposition officielle et les autres partis collaborent avec le gouvernement afin que nous puissions continuer de prendre des mesures concrètes pour soutenir les Canadiens.
Collapse
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-10-30 11:30 [p.1482]
Expand
Madam Speaker, the lengthy silence that preceded the parliamentary secretary's answer is very telling. Obviously, the government has no idea where it is going with regard to public spending.
Meanwhile, the Government of Quebec already has an economic update in place. Yes, the Quebec government is running deficits, but it has a goal. The Quebec finance minister said that the budget would be balanced by 2026.
What is the federal government's plan?
Madame la Présidente, le long silence précédant la réponse du secrétaire parlementaire est très révélateur du fait que le gouvernement ne sait pas du tout où il s'en va en matière de dépenses publiques.
Pourtant, le gouvernement du Québec a déjà une mise à jour économique en marche. Oui, ce gouvernement fait des déficits, mais il a un objectif: le ministre des Finances du Québec a dit que le retour à l'équilibre budgétaire se ferait d'ici 2026.
Qu'en est-il du gouvernement fédéral?
Collapse
View Sean Fraser Profile
Lib. (NS)
View Sean Fraser Profile
2020-10-30 11:31 [p.1482]
Expand
Madam Speaker, what I would say to the hon. member is that if his house was on fire, I would tell him to save the people inside and put the fire out. The Conservative approach seems, instead, to be to shut off the hose over the concern of the future price of water.
We entered this pandemic with the healthiest fiscal situation in the G7. We have used the fiscal firepower we have to help families keep food on the table and a roof over their heads. We have used that fiscal firepower to help keep the doors open at businesses and workers on the payroll.
Canadians deserve to have a government that will commit to getting them through this pandemic, no matter what it takes. That is exactly what we are going to deliver.
Madame la Présidente, ce que je tiens à dire au député, c'est que si sa maison était en feu, je lui conseillerais de sauver les personnes qui s'y trouvent et d'éteindre le feu. Or, j'ai l'impression que l'approche des conservateurs consisterait à fermer le tuyau d'arrosage parce qu'ils s'inquiètent de la facture d'eau.
Au début de la pandémie, le Canada avait la plus saine situation économique du G7. Le gouvernement s'est servi de ses solides atouts financiers pour aider les familles à mettre du pain sur la table et à garder un toit au-dessus leur tête, et pour aider les entreprises à rester ouvertes et à garder leurs employés.
Les Canadiens méritent d'avoir un gouvernement qui s'engage à les aider à traverser la pandémie, peu importe ce qu'il en coûte. C'est exactement ce que nous allons faire.
Collapse
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2020-10-30 11:32 [p.1482]
Expand
Madam Speaker, this week the money laundering inquiry in B.C. said the RCMP does not have enough resources and officers to fight it.
Dirty money bought up billions of dollars' worth of B.C. real estate in 2018, inflating home prices by 5%. The C.D. Howe Institute says that dirty money laundered into Canada could be over $100 billion a year.
The public safety minister was the minister for organized crime reduction. He has known about this problem for years. When will he finally take money laundering and fighting organized crime seriously?
Madame la Présidente, cette semaine, l'enquête sur le blanchiment d'argent en Colombie-Britannique a révélé que la GRC ne dispose pas de suffisamment de ressources ni d'agents pour lutter contre ce phénomène.
De l'argent sale a permis d'acheter pour des milliards de dollars en biens immobiliers en Colombie-Britannique en 2018, contribuant ainsi à l'augmentation du prix de l'immobilier de 5 %. Selon l'Institut C.D. Howe, le montant d'argent sale blanchi au Canada tous les ans pourrait dépasser les 100 milliards de dollars.
Le ministre de la Sécurité publique était le ministre responsable de la lutte contre le crime organisé. Il est au courant du problème depuis des années. Quand va-t-il enfin prendre au sérieux le blanchiment d'argent et la lutte contre le crime organisé ?
Collapse
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2020-10-30 11:32 [p.1483]
Expand
Madam Speaker, I want to thank the member for a great question that gives me an opportunity to remind the member that during the last four years of the Conservative government, they slashed the RCMP budget by over half a billion dollars and closed all the integrated proceeds of crime units.
By contrast, and it is a sharp contrast, we have invested over $172 million restoring the ability of the RCMP, FINTRAC and CRA to establish enforcement teams. We have worked with the Province of British Columbia on this matter. We have created new offences. We are actually investing in dealing with the very serious problem of money laundering and restoring the very unfortunate cuts made by a previous Conservative government.
Madame la Présidente, j'aimerais remercier la députée pour cette excellente question et lui rappeler, par la même occasion, qu'au cours des quatre dernières années du gouvernement conservateur, celui-ci a réduit le budget de la GRC de plus d'un demi-milliard de dollars et a fermé toutes les unités intégrées de contrôle des produits de la criminalité.
En revanche, et c'est un contraste saisissant, nous avons investi plus de 172 millions de dollars dans la GRC, le Centre d'analyse des opérations et déclarations financières du Canada et l'Agence du revenu du Canada afin de leur permettre de remettre sur pied des équipes chargées de l'application de la loi. Nous avons travaillé là-dessus avec la Colombie-Britannique. Nous avons créé de nouvelles infractions. Nous investissons, en fait, dans la lutte contre le blanchiment d'argent, qui est un problème très grave, et nous rétablissons le financement supprimé — c'était vraiment malheureux — par un gouvernement conservateur précédent.
Collapse
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2020-10-30 11:32 [p.1483]
Expand
Madam Speaker, this minister has been in power for half a decade, so he should stop blaming everyone else. He should stop pointing fingers and actually do his job, because I would think he would get the big picture here, as a former police chief. It goes beyond legal casinos in B.C. China-based transnational cartels, connected to the Chinese Communist Party, have been operating underground casinos in B.C. and Ontario. It looks like foreign interference in Canada. Money laundering to fund organized crime is tearing Canadian families and communities apart. This is a real threat to Canada.
When will the minister actually do something, stop talking—
Madame la Présidente, le parti du ministre est au pouvoir depuis cinq ans. Il devrait donc arrêter de blâmer les autres et se contenter de faire son travail. En tant qu'ancien chef de police, j'aurais cru qu'il comprendrait l'ampleur de la situation. Elle va au-delà des casinos légaux en Colombie-Britannique. Des cartels transnationaux basés en Chine, liés au Parti communiste chinois, exploitent des casinos clandestins en Colombie-Britannique et en Ontario. Cela s'apparente à de l'ingérence étrangère au Canada. Le blanchiment d'argent visant à financer le crime organisé déchire des familles et des communautés canadiennes. Cela représente une véritable menace pour le Canada.
Quand le ministre passera-t-il à l'action, arrêtera-t-il de parler...
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-10-30 11:33 [p.1483]
Expand
The hon. Minister of Public Safety has the floor.
Le ministre de la Sécurité publique a la parole.
Collapse
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2020-10-30 11:33 [p.1483]
Expand
Madam Speaker, the member points out that this is a problem right across Canada. In fact, Canada used to have 12 integrated proceeds of crime units that were staffed by excellent and qualified RCMP officers who conducted those investigations, until the Conservatives closed all 12.
We have begun to restore those cuts and to replace those officers with a significant investment in the RCMP to ensure it now has the capacity to do that important work. I appreciate the member's new-found interest in this, but the Conservatives' record speaks for itself.
Madame la Présidente, la députée signale qu'il s'agit d'un problème à l'échelle du Canada. En fait, le Canada avait autrefois 12 unités mixtes des produits de la criminalité. Elles étaient dotées d'excellents agents de la GRC, très compétents, qui menaient ce type d'enquêtes, jusqu'à ce que les conservateurs les ferment toutes.
Nous avons commencé à compenser la perte de ces agents en investissant beaucoup d'argent dans la GRC pour nous assurer qu'elle est maintenant en mesure de faire ce travail crucial. Je me réjouis du nouvel intérêt que la députée porte à cet enjeu, mais le bilan des conservateurs à cet égard est éloquent.
Collapse
View Lianne Rood Profile
CPC (ON)
View Lianne Rood Profile
2020-10-30 11:34 [p.1483]
Expand
Madam Speaker, Loblaws, Metro and Walmart are increasing fees to suppliers for the privilege of selling to their grocery stores. On Wednesday, the CEO of Sobeys announced that his grocery chain would not increase fees to farmers and processors. He said, “I don't think it's healthy …some of these behaviours are just plain bad for Canada.”
When will the government step up like Conservatives have, call this out and side with Canadians like Sobeys has?
Madame la Présidente, Loblaws, Metro et Walmart augmentent les frais que doivent payer les fournisseurs pour avoir le privilège de vendre leurs produits à ces épiceries. Mercredi, le PDG de Sobeys a annoncé que sa chaîne d'épiceries n'augmenterait pas les frais que doivent payer les agriculteurs et les transformateurs. Il a déclaré que c'était malsain et que ces pratiques étaient tout simplement néfastes pour le Canada.
Quand le gouvernement dénoncera-t-il cette situation, comme les conservateurs l'ont fait, et prendra-t-il le parti des Canadiens à l'instar de Sobeys?
Collapse
View Ali Ehsassi Profile
Lib. (ON)
View Ali Ehsassi Profile
2020-10-30 11:34 [p.1483]
Expand
Madam Speaker, it is disappointing to see grocers impose these costly fees, which fall on the thousands of Canadian food processors who are working hard to feed Canadians and support their communities amid many challenges. Independent grocers, food producers and processors and their workers have played a critical role during this pandemic. We share the concern of Canadians about fair market practices, and we are committed to ensuring that Canada has the right conditions for all businesses to thrive.
Madame la Présidente, il est navrant de constater que des épiciers imposent de tels frais, que doivent assumer des milliers de transformateurs canadiens qui travaillent d'arrache-pied pour nourrir les Canadiens et pour soutenir leurs communautés malgré tous les défis que nous vivons en ce moment. Les épiciers indépendants, les producteurs alimentaires, les transformateurs, ainsi que leurs employés jouent un rôle déterminant pendant la pandémie. Comme les Canadiens, nous reconnaissons l'importance d'avoir des pratiques commerciales équitables et nous sommes résolus à ce que le Canada offre des conditions favorables pour permettre à toutes les entreprises de prospérer.
Collapse
View Lianne Rood Profile
CPC (ON)
View Lianne Rood Profile
2020-10-30 11:35 [p.1483]
Expand
Madam Speaker, gouging fees by grocery giants could put farmers and processors out of business in the middle of a pandemic, putting Canadians' jobs and their food security at risk. The government should tell Canadians that it will take action now: not tomorrow and not next week, but now. The government needs to call out this unfair competition practice like the Conservatives have.
When will the Liberals show leadership for our farmers and help everyday Canadians with their grocery bills?
Madame la Présidente, les frais abusifs imposés par les supermarchés pourraient acculer des agriculteurs et des transformateurs à la faillite en pleine pandémie, menaçant ainsi les emplois et la sécurité alimentaire de nombre de Canadiens. Le gouvernement devrait dire aux Canadiens qu'il interviendra dès maintenant; pas demain ni la semaine prochaine, mais tout de suite. Le gouvernement doit dénoncer cette pratique concurrentielle injuste, comme l'ont fait les conservateurs.
Quand les libéraux vont-ils faire preuve de leadership pour défendre les agriculteurs et aider les Canadiens ordinaires à payer leur épicerie?
Collapse
View Marie-Claude Bibeau Profile
Lib. (QC)
View Marie-Claude Bibeau Profile
2020-10-30 11:35 [p.1483]
Expand
Madam Speaker, I can assure the House that we are following the situation very closely with my colleague, the Minister of Innovation, and also with my colleagues from the provinces. This is a very important issue that would fall under the jurisdiction of the provinces, and this is why we will facilitate the discussion while we will be meeting many times in November through our almost weekly FPT meetings.
Madame la Présidente, je peux assurer à la Chambre que nous suivons la situation de très près avec mon collègue le ministre de l'Innovation ainsi qu'avec mes homologues provinciaux. C'est un dossier très important qui relève des provinces, et c'est pourquoi nous allons faciliter la discussion pendant les nombreuses rencontres entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux qui auront lieu presque toutes les semaines au cours du mois de novembre.
Collapse
View Maxime Blanchette-Joncas Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, at yesterday's meeting of the Standing Committee on Public Accounts, the Auditor General reiterated that she does not have the budget to scrutinize all the new pandemic spending. That is troubling. She reiterated that she will not be able to analyze the $343 billion in new spending unless she gets additional resources. That makes no sense.
Interestingly, the Liberal Party seems to be fine with that. We cannot let the government spend hundreds of billions of dollars with no oversight, especially not in light of the WE Charity scandal.
The Auditor General is asking for $31 million, which is very reasonable.
When will she finally get the resources she needs to do her job?
Madame la Présidente, hier, au Comité permanent des comptes publics, la vérificatrice générale a répété qu'elle n'a pas le budget pour scruter toutes les nouvelles dépenses liées à la pandémie. C'est troublant. Elle répète qu'elle ne pourra pas analyser 343 milliards de dollars en nouvelles dépenses sans ressources additionnelles. Cela n'a pas de sens.
Curieusement, cela semble faire l'affaire du Parti libéral. Nous ne pouvons pas laisser le gouvernement dépenser par centaines de milliards sans surveillance, surtout pas à la lumière du scandale WE Charity.
La vérificatrice générale demande 31 millions de dollars, ce qui est très raisonnable.
Quand va-t-elle enfin recevoir les moyens de faire son travail?
Collapse
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-10-30 11:37 [p.1484]
Expand
Madam Speaker, let me start by assuring the new Auditor General of my full collaboration and that of the President of the Treasury Board. Our government is committed to supporting her important ongoing work.
As the Auditor General told the committee, she is feeling very positive about the work that is going on between her office and the Department of Finance.
We pledged to make sure her office has the resources it needs. We will have more to say in due course.
Madame la Présidente, j'aimerais commencer par offrir toute ma collaboration et celle du président du Conseil du Trésor à la nouvelle vérificatrice générale. Notre gouvernement est déterminé à soutenir ses travaux importants et permanents.
Comme l'a dit la vérificatrice générale lors de sa comparution devant le Comité, elle est très encouragée par le travail qui se poursuit entre son bureau et le ministère des Finances.
Nous nous sommes engagés à ce que son bureau dispose des ressources nécessaires. Nous aurons plus à dire en temps utile.
Collapse
View Maxime Blanchette-Joncas Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, the Liberals awarded an untendered contract worth $900 million to their friends at WE Charity. They awarded another untendered contract worth $237 million to Frank Baylis, who was still a Liberal member of the House just last year. How many other similar contracts exist that we just do not know about?
The Auditor General is asking for $31 million to scrutinize the $343 billion the government has spent during the pandemic. Her office has requested a budget increase five times in the last five years.
Aside from furthering the interests of the Liberal Party and its good friends, could the government—
Madame la Présidente, les libéraux ont confié un contrat sans appel d'offres de 900 millions de dollars à leurs amis de WE Charity. Ils ont confié un autre contrat sans appel d'offres de 237 millions de dollars à Frank Baylis, qui était encore député libéral à la Chambre l'an dernier. Combien existe-t-il de contrats de ce genre, que nous ne connaissons pas?
La vérificatrice générale demande 31 millions de dollars pour scruter 343 milliards de dollars en dépenses pendant la pandémie. Son bureau a demandé cinq fois dans les cinq dernières années une augmentation de son budget.
À part favoriser les intérêts du Parti libéral et de ses bons amis, le gouvernement pourrait-il...
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-10-30 11:38 [p.1484]
Expand
The hon. Parliamentary Secretary to the President of the Treasury Board and to the Minister of Digital Government.
La parole est à l'honorable secrétaire parlementaire du président du Conseil du Trésor et de la ministre du Gouvernement numérique.
Collapse
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-10-30 11:38 [p.1484]
Expand
Madam Speaker, that is a great question.
After Stephen Harper's Conservatives cut the Auditor General's budget by nearly $6.5 million, we took steps to restore that funding.
In budget 2018, we invested over $41 million in additional funding for the Office of the Auditor General. Thanks to that increased funding, that office was able to add the equivalent of 38 full-time employees to the team.
As I said in my previous answer, we are very encouraged by the discussion between—
Madame la Présidente, c'est une bonne question.
Après que les conservateurs de Stephen Harper ont réduit de près de 6,5 millions de dollars le budget du Bureau du vérificateur général, nous avons pris des mesures pour rétablir ce financement.
Dans le cadre du budget de 2018, nous avons investi plus de 41 millions de dollars en fonds supplémentaires pour le Bureau du vérificateur général. Grâce à cette augmentation des fonds, le Bureau a pu ajouter l'équivalent de 38 nouveaux employés à temps plein à son équipe.
Comme je l'ai dit dans ma réponse précédente, nous sommes très encouragés par la discussion entre...
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-10-30 11:39 [p.1484]
Expand
The hon. member for Elgin—Middlesex—London.
La parole est à l'honorable députée de Elgin—Middlesex—London.
Collapse
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
View Karen Vecchio Profile
2020-10-30 11:39 [p.1484]
Expand
Madam Speaker, the pandemic has clearly led to an increase in violence against women, in the form of both domestic abuse and human trafficking. While Canadian women are facing these grim realities, women in unstable areas of the world face unthinkable threats to their safety and security. Unfortunately, Canada's leadership has been called into question when it comes to responding to these threats, in particular due to the lack of women peacekeepers who are available for deployment.
When will the government pick up the slack and take these issues seriously?
Madame la Présidente, la pandémie, on le sait, a fait augmenter la violence contre les femmes, et plus particulièrement la violence familiale et la traite des personnes. Tandis qu'ici, au Canada, les femmes font ce qu'elles peuvent pour lutter contre cette triste réalité, celles qui habitent dans les régions les plus instables de la planète vivent dans l'insécurité la plus complète et craignent constamment pour leur vie. Malheureusement, de nombreuses voix doutent de plus en plus de la capacité du Canada à contrer les dangers qui planent sur la tête de ces femmes, surtout parce qu'il y a très peu de femmes pour prendre part aux missions des Casques bleus.
Quand le gouvernement se ressaisira-t-il et prendra-t-il ces questions au sérieux?
Collapse
View Gudie Hutchings Profile
Lib. (NL)
View Gudie Hutchings Profile
2020-10-30 11:39 [p.1484]
Expand
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for the question.
No form of gender-based violence is tolerated in our country, and we are going to continue to work with Canadians to end it in every form.
Our government has made progress with the first-ever federal strategy to prevent gender-based violence that will support survivors and families. We know there is more work to be done, and that is why we have committed to a national action plan to ensure that anyone facing any violence has reliable and timely access to protection and services, no matter who they are or where they live.
Due to COVID-19, we have seen additional funding of over $100 million to help women in need, and that—
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
Le Canada ne tolère aucune forme de violence fondée sur le sexe, et nous allons continuer de tout faire, avec la collaboration des Canadiens, pour éradiquer ce fléau sous toutes ses formes.
Le gouvernement a fait un premier pas en présentant la toute première stratégie fédérale visant à prévenir et à contrer la violence fondée sur le sexe, qui permet de venir en aide aux survivants et à leurs proches. Nous savons qu'il reste encore du chemin à faire et c'est pourquoi nous nous sommes engagés à présenter un plan d'action national. Nous tenons à ce que chaque victime de violence, quelle que soit son identité, puisse obtenir rapidement et aisément la protection et les services dont elle a besoin, peu importe l'endroit où elle vit.
Depuis le début de la pandémie de COVID-19, nous avons injecté plus de 100 millions de dollars supplémentaires afin de venir en aide aux femmes dans le besoin, et...
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-10-30 11:40 [p.1484]
Expand
The hon. member for Elgin—Middlesex—London.
La députée d'Elgin—Middlesex—London a la parole.
Collapse
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
View Karen Vecchio Profile
2020-10-30 11:40 [p.1484]
Expand
Madam Speaker, we are speaking about the number of women in the Canadian Armed Forces. It is embarrassingly low. We are nowhere near our target of 25% of women in the Canadian Armed Forces by 2026. When women are caught in conflict zones, it is essential that women peacekeepers are there to offer compassionate and empathetic support.
What is the government's plan to meet this need and show Canadian leadership in peacekeeping efforts?
Madame la Présidente, revenons au nombre de femmes dans les rangs des Forces armées canadiennes, un nombre lamentablement bas. Nous sommes à mille lieues d'atteindre l'objectif de compter 25 % de femmes dans les Forces armées d'ici 2026. Quand des femmes sont coincées en zone de conflit, il est essentiel que des gardiennes de la paix puissent les soutenir avec empathie et compassion.
Que fera le gouvernement pour répondre à ces besoins et donner au Canada un rôle de premier plan dans les initiatives de maintien de la paix?
Collapse
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2020-10-30 11:40 [p.1484]
Expand
Madam Speaker, I agree with the member who raised the question. We need to increase the number of women in the Canadian Armed Forces.
If we want to increase the number of women in peacekeeping, all of us, as allies, have to increase the number of women, and we are working very hard to increase our numbers. In fact, the current commander of the NATO training mission in Iraq is Jennie Carignan, and she has done fabulous work.
We will continue to increase our numbers and have an impact on peacekeeping operations.
Madame la Présidente. Je suis d'accord avec la députée: nous devons augmenter le nombre de femmes dans les Forces armées canadiennes.
Pour que les forces de maintien de la paix puissent compter plus de femmes, l'ensemble des alliés doivent recruter plus de femmes, comme nous nous efforçons nous-mêmes de le faire. J'en profite pour souligner que la commandante actuelle de la mission de formation de l'OTAN en Irak, Jennie Carignan, fait un travail fantastique.
Nous continuerons d'augmenter le nombre de femmes et de contribuer aux opérations de maintien de la paix.
Collapse
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2020-10-30 11:41 [p.1485]
Expand
Madam Speaker, for someone who has nothing to hide, the Prime Minister is going a heck of a long way to cover up in the WE scandal. He threatened an election, he shut Parliament down for six weeks, and in his latest move he has paralyzed the finance committee with a 25-hour, 171,000-word, one-month-long filibuster. Rambling speeches this week ventured into a Liberal MP comparing the WE scandal documents that have been blacked out to sacred texts, like the Torah, the Bible and the Quran. That presumably means that he wants to black out sections of those texts as well.
Which ones would he like to black out?
Madame la Présidente, pour une personne qui n'a rien à cacher, le premier ministre fait sacrément beaucoup d'efforts pour étouffer le scandale UNIS. Il a menacé de déclencher des élections, il a prorogé le Parlement pour six semaines et, dernièrement, il a paralysé le Comité des finances au moyen d'une manoeuvre d'obstruction qui a duré un mois et qui a occupé le Comité pendant 25 heures, avec des documents contenant 171 000 mots. Dans des interventions incohérentes, un député libéral a même comparé les documents caviardés liés au scandale UNIS à des textes sacrés comme la Torah, la Bible et le Coran. Je présume que cela implique qu'il veut aussi caviarder des passages de ces grands textes.
Lequel de ces textes sacrés veut-il caviarder?
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-10-30 11:42 [p.1485]
Expand
Madam Speaker, it is interesting when the member talks about filibusters. I sat in this chamber when the member spoke for 14 hours on the budget. He talked about the stones of the chamber and all sorts of things that, some might say, were somewhat interesting.
As much as the Conservatives want to focus their efforts and concentration on WE, who are we to say that they cannot do what their priorities are?
What I can tell members is that this government's priority is to work for the health and well-being of Canadians and our economy. We are going to remain focused on the coronavirus and fight it.
Madame la Présidente, il est intéressant d'entendre le député parler de manœuvres d'obstruction. Je siégeais à la Chambre quand il a discouru pendant 14 heures du budget. Il a parlé des pierres de l'édifice qui abrite la Chambre et de toutes sortes de choses qui, de l'avis de certains, étaient plus ou moins intéressantes.
Les conservateurs peuvent bien concentrer leurs efforts sur la fondation UNIS s'ils le veulent, et ce n'est pas à nous de décider de leurs priorités.
Je peux dire aux députés que la priorité du gouvernement est de se concentrer sur la santé et le bien-être des Canadiens et sur l'économie. Nous garderons le cap sur la lutte contre le coronavirus.
Collapse
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, a big difference is that when the member for Carleton filibustered it was to expose corruption. The Liberals are filibustering to hide their corruption.
This week at the finance committee, the display by the member for Guelph where he likened the Bible, Torah, Quran and other sacred texts to the Liberals' blacked-out corruption documents is disgusting and, frankly, quite stupid. We know that, for this Liberal government, corruption is sacred.
Does the minister—
Madame la Présidente, la principale différence est que lorsque le député de Carleton a fait de l'obstruction, c'était pour dénoncer la corruption. Les libéraux font de l'obstruction pour dissimuler leur corruption.
Plus tôt cette semaine, lors d'une séance du comité des finances, le député de Guelph a fait une allocution où il a comparé la Bible, la Torah, le Coran et d'autres textes sacrés aux documents caviardés par les libéraux pour camoufler leur corruption, ce qui est dégoûtant et, à vrai dire, très stupide. Il ne fait aucun doute que, pour le gouvernement libéral, la corruption est sacrée.
Le ministre est-il...
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-10-30 11:43 [p.1485]
Expand
I would ask the member to please refrain from using unparliamentary language.
Je demande au député de s'abstenir d'utiliser un langage non parlementaire.
Collapse
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, does the minister agree that this language was wrong and that it was hurtful to Canadians of faith?
Will he apologize to the House and ask the member to do that same?
Madame la Présidente, le ministre est-il d'accord que cette manière de s'exprimer était inappropriée et offensante pour les Canadiens croyants?
Présentera-t-il ses excuses à la Chambre et demandera-t-il au député d'en faire autant?
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-10-30 11:44 [p.1485]
Expand
Madam Speaker, in my time I have heard Conservative members filibuster. When they talk about filibusters, I think they need to look in the mirror. It is important for us to realize what is taking place is a government that is focused on working collaboratively for those who want to work collaboratively on the number one priority of Canadians, which is the coronavirus and minimizing the negative impact it is having on our society. We look to the Conservatives to join with us and start working collaboratively, whether it is in committee or in the House.
Madame la Présidente, depuis que je siège à la Chambre, j'entends les conservateurs faire de l'obstruction. Lorsqu'ils parlent d'obstruction, j'estime qu'ils devraient se regarder dans le miroir. C'est important pour la Chambre de réaliser que le gouvernement axe ses efforts sur la collaboration avec ceux et celles qui veulent bien collaborer afin de respecter la principale priorité des Canadiens, qui est de combattre le coronavirus et d'atténuer son impact sur notre société. Nous comptons sur les conservateurs pour qu'ils unissent leurs efforts à ceux du gouvernement et qu'ils commencent à collaborer, que ce soit durant les séances des comités ou durant celles de la Chambre.
Collapse
View Niki Ashton Profile
NDP (MB)
View Niki Ashton Profile
2020-10-30 11:44 [p.1485]
Expand
Madam Speaker, this week the environment commissioner told us that the risk assessment system for the transportation of dangerous goods is flawed, with incomplete and outdated data. At the same time, the Transportation Safety Board watch-list highlighted that uncontrollable movement of train incidents is on the rise, the same incident that killed three CP workers in February of 2019 with trains carrying the same dangerous goods that blew up in Lac-Mégantic. This is beyond unacceptable. What these watchdogs are telling us is that the next accident is around the corner.
When will the minister finally take action before he has to once more share his condolences with the families and communities affected?
Madame la Présidente, cette semaine, le commissaire à l'environnement nous a informés que le système d'évaluation des risques pour le transport de marchandises dangereuses comporte des lacunes et est axé sur des données incomplètes et désuètes. Parallèlement, la Liste de surveillance du Bureau de la sécurité des transports a souligné que le nombre de cas de mouvements non contrôlés des trains est en hausse. Trois travailleurs du CP sont décédés en février 2019 à la suite d'un accident provoqué par un tel mouvement, qui impliquait des trains transportant les mêmes produits dangereux qui ont explosé à Lac-Mégantic. C'est tout à fait inacceptable. Ce que ces chiens de garde nous disent, c'est qu'un autre accident risque d'arriver bientôt.
Quand le ministre va-t-il enfin prendre des mesures afin d'éviter de devoir de nouveau offrir ses condoléances aux familles et aux collectivités touchées?
Collapse
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
View Chris Bittle Profile
2020-10-30 11:45 [p.1485]
Expand
Madam Speaker, we welcome the publication of the Transportation Safety Board of Canada's “Watchlist 2020”, which provides key recommendations for the overall improvement of Canada's transportation system.
We are pleased to see the Transportation Safety Board of Canada recognize the significant progress made by the department in substantially reducing the backlog and addressing past safety recommendations, but we understand we need to do more. We share the Transportation Safety Board's commitment to advancing the safety of Canada's transportation system and take its recommendations seriously. We will never hesitate to take the necessary actions to continuously improve safety.
Madame la Présidente, nous saluons la publication de la « Liste de surveillance 2020 » du Bureau de la sécurité des transports du Canada, qui fournit des recommandations clés pour améliorer le système de transport canadien dans son ensemble.
Nous sommes heureux de voir le Bureau de la sécurité des transports du Canada souligner les progrès importants réalisés par le ministère pour réduire considérablement l'arriéré et donner suite aux recommandations de sécurité antérieures, mais nous comprenons que nous devons en faire plus. Nous partageons le désir du Bureau de la sécurité des transports de rendre le système de transport du Canada plus sécuritaire et nous prenons ses recommandations au sérieux. Nous n'hésiterons jamais à prendre les mesures nécessaires pour améliorer continuellement la sécurité.
Collapse
View Niki Ashton Profile
NDP (MB)
View Niki Ashton Profile
2020-10-30 11:45 [p.1485]
Expand
Madam Speaker, the commissioner of the environment and sustainable development released a report this week revealing that the risk assessment system is based on incomplete and outdated data.
The following day, the Transportation Safety Board of Canada's watch-list highlighted that the number of unplanned or uncontrolled movements is climbing. These are the same incidents that killed three CP workers in February of 2019, with trains carrying the same dangerous goods that caused the accident in Lac-Mégantic. We are being warned that the next serious accident is around the corner.
When will the minister do something to prevent the next—
Madame la Présidente, cette semaine, le rapport du commissaire à l'environnement et au développement durable a démontré que le système d'évaluation des risques est fondé sur des données incomplètes et périmées.
Le lendemain, la Liste de surveillance du Bureau de la sécurité des transports du Canada a exposé que le nombre de mouvements imprévus ou non contrôlés est à la hausse; les mêmes incidents qui ont causé la mort de trois travailleurs du CP en février 2019, avec des trains transportant le même genre de matériel dangereux qui a causé l'accident à Lac-Mégantic. On nous dit qu'on est à la veille du prochain accident grave.
Quand le ministre va-t-il agir pour éviter la prochaine...
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-10-30 11:46 [p.1485]
Expand
The hon. Parliamentary Secretary to the Minister of Transport.
L'honorable secrétaire parlementaire du ministre des Transports a la parole.
Collapse
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
View Chris Bittle Profile
2020-10-30 11:46 [p.1486]
Expand
Madam Speaker, Transport Canada has taken concrete action in response to safety issues identified on previous watch-lists, including implementing many measures to strengthen rail safety, such as implementing stricter rules to secure trains and reduce the risk of uncontrolled movement of railway equipment.
We published the locomotive voice and video recorder regulation to provide accident investigators with the insight into the sequence of events leading up to rail accidents. We will listen to the Transportation Safety Board and act on its recommendations, because rail safety is of fundamental importance to this minister and the department.
Madame la Présidente, Transports Canada a pris des mesures concrètes en réponse aux problèmes de sécurité indiqués sur les listes de surveillance précédentes. Il a notamment mis en œuvre de nombreuses mesures visant à renforcer la sécurité ferroviaire, dont l'application de règles plus strictes pour sécuriser les trains et réduire le risque de mouvements non contrôlés du matériel ferroviaire.
Nous avons publié le Règlement sur les enregistreurs audio et vidéo de locomotive afin de donner aux enquêteurs une idée de la séquence des événements qui mènent aux accidents ferroviaires. Nous écouterons le Bureau de la sécurité des transports et donnerons suite à ses recommandations, car la sécurité ferroviaire est d'une importance fondamentale pour le ministre et le ministère.
Collapse
View Wayne Long Profile
Lib. (NB)
View Wayne Long Profile
2020-10-30 11:47 [p.1486]
Expand
Madam Speaker, on October 7, our government announced it was moving forward with its commitment to ban harmful, single-use plastics as part of its plan to achieve zero plastic waste by 2030. However, for many Canadians with disabilities, plastic straws are essential for drinking. Without access to bendable, durable plastic straws, the simple act of taking a drink can become more challenging and potentially dangerous.
Can the Parliamentary Secretary to the Minister of Environment and Climate Change please share what steps our government is taking to ensure the needs of Canadians with disabilities—
Madame la Présidente, le 7 octobre dernier, le gouvernement a annoncé qu'il allait concrétiser son engagement d'interdire les articles en plastique nocif à usage unique dans le cadre de son objectif de zéro déchet de plastique d’ici 2030. Cependant, pour de nombreux Canadiens handicapés, les pailles en plastique sont essentielles pour boire. Sans des pailles en plastique pliables et durables, le simple fait de boire une canette peut devenir plus difficile et potentiellement dangereux.
Le secrétaire parlementaire du ministre de l’Environnement et du Changement climatique peut-il nous dire les mesures que prend le gouvernement pour que les besoins des personnes handicapées au Canada...
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-10-30 11:47 [p.1486]
Expand
The hon. parliamentary secretary.
Le secrétaire parlementaire a la parole.
Collapse
View Terry Duguid Profile
Lib. (MB)
View Terry Duguid Profile
2020-10-30 11:48 [p.1486]
Expand
Madam Speaker, I would like to thank the member for Saint John—Rothesay for his strong advocacy for Canadians with disabilities. Our government is taking ambitious action to eliminate plastic waste and pollution, including through a ban on harmful, single-use plastics.
We will engage with Canadians with disabilities as we move forward to ensure their needs are reflected in our approach. We will ensure no Canadian who needs a plastic straw for accessibility or medical reasons will go without. We will always protect our environment and advance the rights of people with disabilities.
Madame la Présidente, je remercie le député de Saint John—Rothesay de défendre vigoureusement les intérêts des Canadiens handicapés. Le gouvernement prend des mesures ambitieuses pour éliminer les déchets de plastique et la pollution, notamment en interdisant les articles en plastique nocif à usage unique.
Nous travaillerons avec les Canadiens handicapés pour que leurs besoins soient pris en compte dans l'approche à suivre dans ce dossier. Nous veillerons à ce qu'aucun Canadien ayant besoin d'une paille en plastique pour des raisons d'accessibilité ou médicales n'en soit privé. Nous protégerons toujours l'environnement et nous défendrons les droits des personnes handicapées.
Collapse
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-10-30 11:48 [p.1486]
Expand
Madam Speaker, there are hardships at the Canada-U.S. border due to buck-passing by the Minister of Public Safety and the Minister of Health.
One example is when Darren tried to cross to the United States to visit his brother. He was turned around by U.S. customs, yet still required to quarantine for 14 days. What followed was buck-passing from public safety to health, only to learn, too late to help Darren, that appeals are to be made to PHAC.
To the Minister of Public Safety, how is it that U.S. billionaire executives clear the border, while regular Canadians like Darren face nothing but chaos?
Madame la Présidente, il y a des problèmes à la frontière canado-américaine parce que le ministre de la Sécurité publique et la ministre de la Santé se renvoient la balle.
Ainsi, Darren, qui a tenté de se rendre aux États-Unis pour visiter son frère, s'est vu refuser l'entrée par les douanes étatsuniennes, mais il a tout de même dû s'isoler pendant 14 jours. Ensuite, les ministères de la Sécurité publique et de la Santé se sont renvoyé la balle. Nous avons finalement appris — mais trop tard pour que cela puisse être utile à Darren — qu'un appel pouvait être faire auprès de l'Agence de la santé publique du Canada.
Le ministre de la Sécurité publique peut-il expliquer pourquoi les hauts dirigeants milliardaires des États-Unis traversent librement la frontière alors que des Canadiens ordinaires comme Darren n'ont droit à rien d'autre que le chaos?
Collapse
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2020-10-30 11:48 [p.1486]
Expand
Madam Speaker, I am pleased to advise the member that we took very strong action to protect the health and safety of Canadians by imposing very significant restrictions at the Canada-U.S. border that accomplished a number of things. They allowed for the facilitation of the passage of trade goods and essential workers at that border, and at the same time, we placed severe restrictions on non-essential travel.
We have been working to resolve issues where individual Canadians have been impacted by those measures. Those measures are important and it is also important we work with local health authorities and our provincial and municipal partners to ensure the health and safety of Canadians. That is what we have been doing from the outset and we will continue that work.
Madame la Présidente, je suis heureux d'informer le député que nous avons pris des mesures très énergiques pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens en imposant des restrictions importantes à la frontière canado-américaine, ce qui a permis d'accomplir plusieurs choses. Les mesures ont permis de faciliter le passage des biens et des travailleurs essentiels à la frontière, et, parallèlement, nous avons imposé des restrictions sévères sur les déplacements non essentiels.
Nous nous efforçons de résoudre les situations fâcheuses dans lesquelles des Canadiens peuvent se trouver. Ces mesures sont importantes, et il est également important de collaborer avec les autorités sanitaires locales et nos partenaires provinciaux et municipaux pour assurer la santé et la sécurité des Canadiens. C'est ce que nous faisons depuis le début, et nous poursuivrons ce travail.
Collapse
View Chris d'Entremont Profile
CPC (NS)
View Chris d'Entremont Profile
2020-10-30 11:50 [p.1486]
Expand
Madam Speaker, one week ago the new PMPRB regulations and guidelines were announced. These changes have been expected for quite some time by patients and patient groups. These groups warn that, without serious revisions to the draft guidelines, new life-saving drugs like Trikafta will not be released here in Canada. Unfortunately, the proposed changes do not reflect the concerns communicated to the government.
Why is the Liberal government letting down patients and families once again?
Madame la Présidente, on a annoncé il y a une semaine les nouveaux Règlement et directives sur les médicaments brevetés. Ces changements sont attendus depuis un certain temps par les patients et par les groupes de patients. Ces derniers signalent qu'en l'absence d'une révision sérieuse du projet de lignes directrices, de nouveaux médicaments susceptibles de sauver des vies, comme le Trikalfa, ne seront pas commercialisés au Canada. Malheureusement, les changements proposés ne reflètent pas les préoccupations communiquées dernièrement au gouvernement.
Pourquoi le gouvernement libéral laisse-t-il encore une fois tomber les patients et leur famille?
Collapse
View Darren Fisher Profile
Lib. (NS)
View Darren Fisher Profile
2020-10-30 11:50 [p.1486]
Expand
Madam Speaker, Canada has among the highest patented medicine prices in the world and these high prices negatively affect the ability of patients to access new medicines.
In August 2019, we announced the final amendments to the patented medicine regulations. This is the first substantive update to the regulations in more than 20 years and the member knows that new guidelines were just released about a week ago. These amendments will give the Patented Medicine Prices Review Board new tools to protect Canadians from excessive prices of patented medicines.
Madame la Présidente, le Canada est l'un des pays où les prix des médicaments brevetés sont le plus élevés, ce qui freine l'accès aux nouveaux médicaments.
En août 2019, nous avons apporté les derniers amendements par rapport au Règlement sur les médicaments brevetés. Il s'agit de la première mise à jour substantielle du Règlement en plus de 20 ans, et le député n'est pas sans savoir que de nouvelles lignes directrices viennent d'être rendues publiques il y a environ une semaine. Ces modifications visent à fournir au Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés de nouveaux outils pour protéger les Canadiens des prix excessifs de ces médicaments.
Collapse
Results: 1 - 100 of 150000 | Page: 1 of 1500

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data