Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 10275
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
View David Lametti Profile
2020-10-09 10:05 [p.787]
Expand
moved that Bill C-7, an act to amend the Criminal Code (medical assistance in dying), be read the second time and referred to a committee.
He said: Madam Speaker, I am pleased to speak today about Bill C-7, an act to amend the Criminal Code regarding medical assistance in dying, MAID. The bill before the House today is identical to former Bill C-7, which I was proud to have introduced in February following significant consultation among Canadians and experts. I believe this bill reflects a consensus among Canadians and I call on all of my colleagues in this place to support its timely passage.
As members will recall, this bill proposes a legislative response to the Quebec Superior Court's ruling in Truchon and Gladu, in which the court ruled that it is unconstitutional to limit MAID to persons whose death is reasonably foreseeable. That declaration of invalidity, which applies only in Quebec, was initially suspended for six months and subsequently extended by four months, such that it would have come into effect on July 12.
We were all working toward that deadline when this bill was initially introduced. As with many other aspects of our lives, the COVID-19 pandemic disrupted our usual parliamentary activities and it became impossible to meet the July deadline. As Attorney General, I asked for a further extension, which the court granted, until December 18, 2020.
Even though the ruling in Truchon and Gladu was suspended, Quebeckers who are experiencing intolerable suffering and who meet all the eligibility criteria except that of reasonably foreseeable death can apply to the court for an exemption that would allow a practitioner to provide medical assistance in dying despite Parliament not yet having amended the legislation.
Six exemptions have been granted since Justice Baudouin handed down her ruling in September 2019, and others are under review. The availability of exemptions limits the impact of the suspension of the ruling in Quebec.
I would like to take a moment to note the passing of Mr. Truchon, one of the plaintiffs in the case that led to these important changes to our medical assistance in dying regime. Like many Canadians, Mr. Truchon was concerned about the impact of the pandemic on his quality of life in addition to the suffering caused by his medical condition. He want the option to obtain medical assistance in dying, which he did in April. I would like to express my deepest condolences to his loved ones.
The bill before members today, four years after the enactment of Canada's first medical assistance in dying provisions in 2016, proposes a significant change to Canada's MAID regime in broadening eligibility to persons whose natural death is not reasonably foreseeable.
The 2016 amendments were, themselves, a historic change in our criminal law. They created exemptions to some of the most serious criminal offences, which aim to protect one of our most fundamental values, that of human life. These exemptions sought to protect and promote another of our most cherished values, individual freedom, and more specifically, the freedom to decide when enough medical suffering is enough and to choose when and how one's life should end.
Health Canada's first annual report on medical assistance in dying in Canada released this past July indicates that since then nearly 14,000 Canadians have received MAID. In 2019, MAID accounted for 2% of deaths in Canada.
The requirement for reasonably foreseeable natural death was part of a MAID regime that was adopted in 2016. However, we decided not to appeal the Truchon and Gladu decision because we agreed that medical assistance in dying should be available as a means to address intolerable suffering outside of the end-of-life context. To ensure the consistency of criminal law across the country, we committed to amending the Criminal Code.
Before amending the Criminal Code, we conducted an extensive consultation with Canadians. We gathered responses from 300,000 people through an online questionnaire. My colleagues, the Minister of Health and the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion, our parliamentary secretaries and I also held round tables across Canada with over 125 experts and stakeholders. The summary of these activities can be viewed on the website of the Department of Justice.
Based on these consultations and other sources of information, the bill proposes adjusting both the eligibility criteria and the procedural safeguards to respond to the decision rendered in Truchon and Gladu. The bill also proposes allowing patients to waive the requirement to give final consent in specific circumstances so that they do not lose their access to medical assistance in dying.
We know that Canadians are also concerned about other issues that are not addressed in this bill. I am thinking, in particular, of access to medical assistance in dying on the basis of mental illness. I am also thinking about advance requests for medical assistance in dying for people who are not yet suffering but fear they will be after they have lost their ability to request this assistance and who want to making their wishes known before that happens.
The upcoming parliamentary review of the medical assistance in dying regime and of the state of palliative care in Canada will provide an opportunity to give these complex issues the time and attention they deserve. It is up to Parliament to determine the scope of this review and when to conduct it.
COVID-19 has delayed this important review, but I am confident that Parliament will undertake it as soon as possible. That being said, our government's top priority is to meet the deadline set by the Quebec Superior Court in the Truchon and Gladu case.
Before I discuss the contents of the bill in more detail, I would like to note the important concerns of many individuals in the disability community about changing Canada's MAID policy from a way to avoid a painful death to a means of relieving intolerable suffering. It is crucial that these concerns not be forgotten as we resume our debate. In the view of many disability groups, a MAID regime that does not limit eligibility to those whose death is already reasonably foreseeable enshrines in law the erroneous view that disability itself is a valid reason for ending life. We have also heard from individuals living with disabilities, like Mr. Truchon and Ms. Gladu, that autonomy in how they choose to live and die is paramount. These are complex and nuanced points of view.
Let me be absolutely clear. Our government supports the equality of all Canadians without exception and categorically rejects the notion that a life with a disability is one that is not worth living or worse than death itself. I believe the fundamental principle that all lives have equal and intrinsic value can be balanced with other important interests and societal values, in particular, the importance of individual choice for Canadians. This balance is at the heart of the bill's objectives, which are to recognize the autonomy of individuals to choose MAID as a means for relieving intolerable suffering, regardless of the foreseeability of their natural death, while at the same time protecting vulnerable persons, recognizing that suicide is an important public health issue and affirming the inherent and equal value of every person's life.
I will now go into the specifics of various elements of the bill.
The bill proposes to expand eligibility for medical assistance in dying by repealing the criteria for a reasonably foreseeable natural death. Medical assistance in dying would therefore be available to people suffering unbearable pain, who have a serious and incurable disease, infection or disability, and whose medical condition is characterized by an advanced and irreversible decline in their capacity.
This removal of “reasonable foreseeability of natural death” from the eligibility criteria would mean that some persons whose only condition is a mental illness could be eligible for MAID. However, the bill proposes to exclude mental illness on its own as a grounds for MAID eligibility.
Our consultations and the report of the Council of Canadian Academies that studied this issue indicated that the trajectory of mental illness is more difficult to predict than that of most physical illnesses, that spontaneous improvement is possible, and that a desire to die and an impaired perception of one's circumstances are symptoms, themselves, of some mental illnesses.
This means that it would be very difficult to determine when, if ever, it is appropriate to grant someone's request that their life be ended solely on the basis of mental illness. In no way does this suggest that persons with a mental illness necessarily lack the decision-making capacity to consent to MAID, or that the suffering associated with a mental illness is of a lesser degree than the suffering associated with physical illness.
During second reading debate of former Bill C-7, some members noted their support for this exclusion while others raised concerns. This issue requires much more thought and debate. We feel the parliamentary review of the MAID legislation would be an appropriate forum for this.
The bill also proposes changes to the safeguards, since the existing safeguards were designed to protect persons whose death is reasonably foreseeable.
Expanding eligibility requires changes to the safeguards, since many experts believe there are greater risks in assessing applications for medical assistance in dying from individuals whose death is not reasonably foreseeable.
The bill therefore proposes two sets of safeguards. Each applies whether natural death is reasonably foreseeable or not. This is the only role that the concept of reasonably foreseeable death would play in the new regime. It would no longer constitute grounds for refusing a request for medical assistance in dying.
Reasonable foreseeability of natural death, or RFND, refers to a temporal but flexible connection between the person's overall medical circumstances and their anticipated death. It allows for clinical judgment, as it requires a comprehensive individual assessment that does not have a result in a specific prognosis and clearly does not require death to be imminent.
Individuals may decline towards death along trajectories of greater or lesser predictability. As such, RFND is not defined by a maximum or minimum prognosis, but it does require a temporal link to death in the sense that the person is approaching the end of their life in the near term.
We kept the RFND standard because it provides flexibility in relation to the difficult and imprecise exercise of anticipating when natural death might occur. A natural death that is expected within six to 12 months certainly meets the RFND standard. That was made clear when Parliament adopted Bill C-14 as an end-of-life regime. It did not impose a six- to 12-month prognosis requirement to preserve flexibility, but it still considered such timelines to be within the meaning of RFND.
A person's death may also be foreseeable in the temporal sense over longer periods, depending on the particular circumstances under consideration. However, having an illness that will cause death several years in the future would not normally meet the condition of RFND.
Safeguards for those whose deaths are reasonably foreseeable are based on safeguards that currently exist with two changes. First, the 10-day reflection period would be eliminated. Second, the request for medical assistance in dying will no longer require the signature of two independent witnesses, just one.
A person paid to provide health care services or personal care who is not involved in the assessment of the person's eligibility for medical assistance in dying can now act as an independent witness.
During second reading of former Bill C-7, some hon. members expressed concern about removing some of the safeguards.
Allow me to assure hon. members that these changes are based on the comments we received during our consultations and follow through on them.
For those whose natural death is foreseeable, many of whom spend a long time seriously thinking about what they want to do, the 10-day reflection period might unduly prolong their suffering.
We also learned that people who live in long-term care facilities or in remote regions may have difficulty finding two independent witnesses. These difficulties are exacerbated by the pandemic. The independent witness confirms the identity of the person, but does not participate in assessing their eligibility for medical assistance in dying. Only one person is required for meeting that safety objective.
Newly eligible persons whose death is not reasonably foreseeable would benefit from additional safeguards, the purpose of which is to ensure that sufficient time and expertise is devoted to the assessment of their MAID request. Where death is not reasonably foreseeable, the suffering motivating a MAID request may be due to a broader range of sources that warrant greater attention before someone's life is prematurely ended, to reduce the risk of providing MAID when there is a possibility of alleviating the person's suffering.
Specifically, the bill proposes a minimum 90-day assessment period, which would require that at least one of the practitioners assessing eligibility has expertise in the condition that is causing the person's intolerable suffering. A formal specialization or certification by a medical college would not be required. The bill would also require that a person whose death is not reasonably foreseeable be informed of and offered available means to relieve suffering, such as mental health and disability supports. In addition, the practitioner would have to be satisfied that those other means of relieving suffering have been seriously considered.
These are clarifications to the existing requirement of informed consent. It is our hope that these steps are already taken in all cases, but the Criminal Code would explicitly require them for those whose death is not reasonably foreseeable.
In addition to changes in response to the decision in Truchon and Gladu, the bill would let a person whose natural death is reasonably foreseeable and who has been deemed eligible to receive MAID to waive final consent if there is a risk they will lose the capacity to consent before the date on which they chose to receive MAID.
At present, the Criminal Code requires that, immediately before providing MAID, the practitioner must ensure that the person has given express consent to MAID and that they have the opportunity to withdraw their request. This safeguard, which attests to the irreversible nature of death and the importance of obtaining consent at the point of ending life, simply cannot be met if the person has lost the capacity to consent. This seems unfair when a person has been deemed eligible and was awaiting the procedure. In such cases, the rule could push some individuals to obtain medical assistance in dying earlier than they wanted to.
Under the amendments proposed in the bill, a person whose death is foreseeable, who has already been assessed and approved for MAID and has decided they want to receive it, could make an advance consent arrangement with their practitioner, setting out the date for the provision of MAID and their consent to MAID if they no longer have the capacity to consent at that later point.
According to round table participants and experts who looked at this question for the Council of Canadian Academies' 2018 reports, providing for advance consent in this way presents relatively little complexity or risk, and some practitioners have indicated they would be relatively comfortable providing MAID under such circumstances.
The bill does not propose to permit advance requests in contrast to what I have just described as advance consent. Advance requests are documents that may be provided at some future unknown date, if and when a set of expected circumstances materializes and when the person is no longer able to give consent. This issue is significantly more complex and challenging, and it will be examined during the parliamentary review.
Finally, the bill would enhance the monitoring regime, which is crucial for accountability and transparency. I have examined the bill for charter compliance and I am confident that it responds to the Truchon ruling in a way that respects the charter. I will soon table a charter statement that sets out key considerations about the bill's potential impacts on charter rights and freedoms.
In conclusion, these important amendments seek to guarantee that medical assistance in dying—
propose que le projet de loi C-7, Loi modifiant le Code criminel concernant l'aide médicale à mourir, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
Madame la présidente, je suis heureux d'intervenir aujourd'hui au sujet du projet de loi C-7, loi modifiant le Code criminel concernant l'aide médicale à mourir. Le projet de loi à l'étude à la Chambre aujourd'hui est identique au projet de loi C-7 précédent, que j'ai fièrement présenté en février à la suite de vastes consultations auprès de Canadiens et d'experts. J'estime que le projet de loi reflète un consensus entre les Canadiens et je prie tous les députés de l'adopter sans tarder.
Les députés se souviendront que le projet de loi propose une réponse législative à la décision Truchon et Gladu de la Cour supérieure du Québec, selon laquelle il est inconstitutionnel de limiter l'accès à l'aide médicale à mourir aux personnes dont la mort est raisonnablement prévisible. Cette déclaration d'invalidité, qui ne s'applique qu'au Québec, a initialement été suspendue pendant six mois, et subséquemment pendant quatre mois de plus, de sorte qu'elle devait entrer en vigueur le 12 juillet.
Nous travaillions tous en fonction de cette date butoir lorsque le projet de loi a été présenté initialement. Comme dans bien d'autres volets de nos vies, la pandémie de COVID-19 a perturbé les activités parlementaires et il est devenu impossible de respecter l'échéance en juillet. En tant que procureur général, j'ai demandé une autre prolongation, jusqu'au 18 décembre 2020, que la cour m'a accordée.
Bien que l'entrée en vigueur de la décision dans l'affaire Truchon et Gladu soit suspendue, les Québécois qui éprouvent des souffrances intolérables et qui remplissent les critères d'admissibilité, à l'exception de celui de la mort raisonnablement prévisible, peuvent demander à la Cour une exemption qui permet à un praticien de fournir l'aide médicale à mourir même si le Parlement n'a pas encore modifié les dispositions législatives.
Six exemptions ont été accordées depuis que la juge Baudouin a rendu sa décision, en septembre 2019, et d'autres demandes sont en cours d'instruction. La possibilité d'obtenir une exemption atténue l'incidence de la suspension de l'entrée en vigueur de la décision au Québec.
J'aimerais prendre un moment pour souligner le décès de M. Truchon, l'un des deux demandeurs dans l'affaire qui a précipité ces importants changements à notre régime d'aide médicale à mourir. Comme de nombreux Canadiens, M. Truchon était préoccupé par les répercussions de la pandémie sur sa qualité de vie. Ses préoccupations s'ajoutaient aux souffrances attribuables à sa condition médicale. Il voulait avoir l'option d'obtenir l'aide médicale à mourir, ce qu'il a fait en avril. Je présente mes condoléances les plus sincères à ses proches.
Le projet de loi présenté aujourd'hui aux députés, quatre ans après la promulgation, en 2016, des premières dispositions canadiennes relatives à l'aide médicale à mourir, propose un changement significatif aux mesures relatives à l'aide médicale à mourir au Canada en élargissant les critères d'admissibilité aux personnes dont la mort naturelle n'est pas raisonnablement prévisible.
Les modifications faites en 2016 constituaient en soi un changement mémorable de notre droit pénal. Elles ont été à l'origine d'exemptions pour certaines des infractions pénales les plus graves et visaient à protéger une de nos valeurs les plus fondamentales, c'est-à-dire la vie humaine. Elles visaient aussi à protéger et à promouvoir une autre de nos valeurs les plus chères, la liberté individuelle, et plus précisément, la liberté de décider quand ne plus accepter l'acharnement thérapeutique et quand et comment terminer sa vie.
Le premier rapport annuel de Santé Canada sur l'aide médicale à mourir au Canada, publié en juillet dernier, montre que, depuis, près de 14 000 Canadiens se sont prévalus de l'aide médicale à mourir. En 2019, l'aide médicale à mourir a représenté 2 % des décès au Canada.
La condition selon laquelle la mort naturelle devait être raisonnablement prévisible était incluse dans les mesures adoptées en 2016. Cependant, nous avons décidé de ne pas faire appel de la décision Truchon et Gladu, parce que nous avons conclu que l'aide médicale à mourir devrait pouvoir être offerte dans le but de mettre fin à des souffrances intolérables, en dehors du contexte d'une fin de vie. Afin d'assurer la cohérence du droit pénal dans tout le pays, nous nous sommes engagés à modifier le Code pénal.
Avant de modifier le Code criminel, nous avons mené une consultation exhaustive auprès des Canadiens. Un questionnaire en ligne a permis de recueillir plus de 300 000 réponses du public. Mes collègues, la ministre de la Santé et la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées, nos secrétaires parlementaires et moi-même avons aussi tenu des tables rondes partout au Canada, avec plus de 125 experts et intervenants. Le résumé de ces activités peut être consulté sur le site Web du ministère de la Justice.
En se fondant sur ces consultations et sur d'autres sources d'information, le projet de loi propose d'ajuster à la fois les critères d'admissibilité et les mesures de sauvegarde procédurales afin de répondre au jugement rendu dans la cause Truchon et Gladu. Dans certaines circonstances, il propose aussi de permettre aux patients de renoncer à l'exigence du consentement final afin de ne pas perdre leur accès à l'aide médicale à mourir.
Nous savons que les Canadiens sont aussi préoccupés par d'autres questions qui ne sont pas abordées dans ce projet de loi. Je pense notamment à l'admissibilité à l'aide médicale à mourir sur la base de problèmes de santé mentale. Je pense aussi aux demandes anticipées de l'aide médicale à mourir que souhaiteraient faire des personnes qui ne souffrent pas maintenant, mais qui craignent la survenance de souffrances une fois qu'elles auront perdu la capacité de demander cette aide et qui veulent faire part de leur volonté avant que cela ne se produise.
L'examen parlementaire prévu du régime de l'aide médicale à mourir et de la situation des soins palliatifs au Canada constituera une occasion d'accorder à ces questions complexes le temps et l'attention qu'elles méritent. Il incombe au Parlement de décider du moment et de la portée de cet examen.
La COVID-19 a retardé cet important examen, mais je suis convaincu que le Parlement l'entreprendra dès qu'il sera possible de le faire. Ceci étant dit, la priorité absolue de notre gouvernement est de respecter le délai fixé par la Cour supérieure du Québec dans l'affaire Truchon et Gladu.
Avant de me pencher plus en détail sur le contenu du projet de loi, je voudrais parler des préoccupations importantes qui ont été soulevées par de nombreuses personnes handicapées quant au changement que l'on souhaite apporter à la politique sur l'aide médicale à mourir. En raison de ce changement, on pourrait avoir recours à l'aide médicale à mourir pour soulager des souffrances insoutenables et non pour éviter une mort douloureuse. Il est essentiel que nous tenions compte de ces préoccupations dans le cadre du débat. Du point de vue de nombreux groupes de personnes handicapées, une politique sur l'aide médicale à mourir qui ne limite pas l'admissibilité aux personnes dont la mort est déjà raisonnablement prévisible consacre dans la loi le principe erroné selon lequel vivre avec un handicap est une bonne raison de mettre fin à sa vie. D'ailleurs, des personnes handicapées, notamment M. Truchon et Mme Gladu, nous ont dit que c'était essentiel qu'elles puissent elles-mêmes choisir comment elles vivent et comment elles meurent. Ce sont des points de vue très complexes et nuancés.
Je tiens à être parfaitement clair. Le gouvernement du Canada favorise l'égalité de tous les Canadiens, sans aucune exception, et rejette catégoriquement la notion voulant que ce soit tellement insupportable de vivre avec un handicap que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue et que la mort est plus souhaitable. Selon moi, le principe fondamental selon lequel toutes les vies ont une valeur égale et intrinsèque peut être concilié avec d'autres valeurs sociétales essentielles, notamment l'importance de la liberté de choix individuelle pour les Canadiens. Cet équilibre est au cœur des objectifs du projet de loi, qui visent à reconnaître l'autonomie des personnes souhaitant avoir recours à l'aide médicale à mourir pour soulager des souffrances insupportables, indépendamment de la prévisibilité de leur mort naturelle, tout en protégeant les personnes vulnérables, en reconnaissant que le suicide est une question de santé publique importante et en confirmant la valeur inhérente et égale de la vie de chaque personne.
J'aborderai maintenant plus en détail les éléments du projet de loi.
Ce dernier propose d'élargir l'admissibilité à l'aide médicale à mourir en abrogeant le critère de la mort raisonnablement prévisible. L'aide médicale à mourir serait donc accessible aux personnes qui sont aux prises avec des souffrances intolérables, qui sont atteintes d'une maladie, d'une infection ou d'un handicap grave et incurable et dont l'état médical est caractérisé par un déclin avancé et irréversible de leurs capacités.
Le fait d'éliminer le critère d'admissibilité fondé sur la « mort naturelle raisonnablement prévisible » signifierait que certaines personnes dont le seul problème de santé est d'ordre mental pourraient être admissibles à l'aide médicale à mourir. Le projet de loi propose toutefois de ne pas permettre l'aide médicale à mourir lorsque la maladie mentale est la seule condition médicale invoquée.
D'après nos consultations et le rapport du Conseil des académies canadiennes, qui a étudié cet enjeu, la trajectoire d'une maladie mentale est plus difficile à prédire que celle de la plupart des maladies physiques. De plus, l'état du malade peut s'améliorer de façon spontanée, et le fait d'avoir une perception déformée de sa propre situation et de souhaiter mourir compte parmi les symptômes de certaines maladies mentales.
Dans ce contexte, il serait très difficile de déterminer à quel moment il serait approprié de permettre l'aide médicale à mourir, si jamais cela était permis, quand le seul motif invoqué est une maladie mentale. On n'entend pas, par là, que les personnes ayant une maladie mentale sont nécessairement dépourvues de la capacité décisionnelle requise pour consentir à l'aide médicale à mourir, ni que la souffrance associée à une maladie mentale est moindre que celle qui découle d'une maladie physique.
À l'étape de la deuxième lecture de l'ancien projet de loi C-7, des députés se sont prononcés en faveur de cette exclusion et d'autres ont souligné leurs préoccupations. C'est un enjeu qui nécessitera encore beaucoup de réflexion et de débats. Nous sommes d'avis que l'examen parlementaire de la loi sur l'aide médicale à mourir offrirait un forum approprié pour ces réflexions et ces débats.
Le projet de loi propose également des modifications aux mesures de sauvegarde, puisque celles qui existent actuellement avaient été conçues en vue de protéger les personnes dont la mort est raisonnablement prévisible.
L'élargissement de l'admissibilité nécessite des modifications aux mesures de sauvegarde, puisque de nombreux experts estiment qu'il y a plus de risques à évaluer les demandes d'aide médicale à mourir émanant des personnes dont la mort n'est pas raisonnablement prévisible.
Le projet de loi propose donc deux séries de mesures de sauvegarde. Chacune s'applique selon que la mort naturelle est raisonnablement prévisible ou non. C'est le seul rôle que jouerait le concept de la mort raisonnablement prévisible dans le nouveau régime. Il ne constituerait plus un motif de refus d'une demande d'aide médicale à mourir.
La prévisibilité raisonnable de la mort naturelle désigne le lien temporel plus ou moins long entre l'état de santé global d'une personne et le moment prévu de sa mort. Elle permet de poser un jugement clinique, car elle nécessite une évaluation personnalisée et exhaustive sans avoir à donner lieu à un pronostic précis et sans — et il s'agit là d'un élément capital — que la mort ne soit nécessairement imminente.
Chaque personne peut se rapprocher de la mort d'une manière plus ou moins prévisible. Voilà pourquoi la prévisibilité raisonnable de la mort naturelle n'est pas définie par un pronostic minimal ou maximal, mais par un lien temporel avec la mort. Bref, on doit constater que la vie d'une personne arrive à son terme.
Nous avons conservé le concept de prévisibilité raisonnable de la mort naturelle parce qu'il laisse une certaine marge de manœuvre dans un exercice qui est par définition difficile et imprécis, celui de prévoir le moment de la mort naturelle d'une personne. Une mort naturelle qui serait prévue d'ici 6 à 12 mois correspondrait très certainement au critère de prévisibilité raisonnable de la mort naturelle. C'est ce que le Parlement a clairement fait savoir quand il a fait du projet de loi C-14 le cadre régissant la fin de vie. Comme il voulait se garder une certaine marge de manœuvre, il n'est pas allé jusqu'à imposer ce délai bien précis, mais il l'a néanmoins considéré comme une bonne illustration du concept de prévisibilité raisonnable de la mort naturelle.
Temporellement parlant, la mort naturelle d'une personne peut être prévisible à plus long terme, selon sa situation et son état de santé. Cela dit, une personne qui risquerait de mourir dans plusieurs années seulement ne devrait théoriquement pas répondre au critère de prévisibilité raisonnable de la mort naturelle.
Les mesures de sauvegarde pour les personnes dont la mort est raisonnablement prévisible sont fondées sur celles qui existent actuellement, avec deux changements. Premièrement, la période de réflexion de 10 jours serait éliminée. Deuxièmement, il ne serait plus exigé que la demande d'aide médicale à mourir soit signée devant deux témoins indépendants, mais plutôt devant un seul.
Les personnes rémunérées pour fournir des soins de santé et des soins personnels et qui ne participent pas à l'évaluation de l'admissibilité de la personne à l'aide médicale à mourir pourraient maintenant agir en qualité de témoin indépendant.
Lors de la deuxième lecture de l'ancien projet de loi C-7, certains députés avaient exprimé des préoccupations relativement à la suppression des mesures de sauvegarde.
Permettez-moi d'assurer aux députés que ces changements se fondent sur les commentaires que nous avons reçus lors de nos consultations et y donnent suite.
Pour les personnes dont la mort naturelle est prévisible, dont un grand nombre réfléchissent sérieusement et longuement à ce qu'elles veulent, la période de réflexion de 10 jours risque de prolonger indûment leurs souffrances.
Nous avons aussi appris que les personnes qui vivent dans des établissements de soins de longue durée ou dans des régions éloignées peuvent avoir des difficultés à trouver deux témoins indépendants. Ces difficultés sont exacerbées par la pandémie. Le témoin indépendant vérifie l'identité de la personne, mais ne participe pas à l'évaluation de l'admissibilité de celle-ci à l'aide médicale à mourir. Une seule personne suffit donc pour atteindre cet objectif de sécurité.
Les personnes nouvellement admissibles à l'aide médicale à mourir dont la mort n'est pas raisonnablement prévisible bénéficieraient de mesures de sauvegarde additionnelles. Ces nouvelles mesures visent à garantir que suffisamment de temps est consacré à l'examen, par une personne compétente, de leurs demandes d'aide médicale à mourir. Lorsque la mort n'est pas raisonnablement prévisible, les souffrances qui poussent une personne à faire une demande d'aide médicale à mourir pourraient être causées par une grande variété de sources. Avant de mettre fin prématurément à la vie de quelqu'un, il faudrait s'intéresser davantage à ces dernières pour ne pas administrer l'aide médicale à mourir quand il serait possible d'alléger les souffrances de la personne.
Plus précisément, le projet de loi propose une période d'évaluation d'au moins 90 jours, ce qui nécessiterait qu'au moins un des praticiens qui évaluent l'admissibilité possède une expertise en ce qui concerne le problème de santé à l'origine des souffrances intolérables de la personne. Une spécialisation ou une certification officielle par un collège médical ne serait pas requise. Le projet de loi exigerait aussi d'informer les personnes dont la mort n'est pas raisonnablement prévisible des moyens disponibles pour soulager leurs souffrances, tels que des services de soutien en santé mentale et des services de soutien aux personnes handicapées, et de les mettre à leur disposition. Les praticiens devraient aussi être convaincus que ces autres moyens de soulager la souffrance ont été sérieusement envisagés.
Cela sert à clarifier l'exigence du consentement éclairé. Nous espérons que ces mesures sont déjà prises en tout temps, mais le Code criminel exigerait explicitement qu'elles le soient pour les personnes dont la mort n'est pas raisonnablement prévisible.
Outre les changements en réponse à la décision dans l'affaire Truchon et Gladu, le projet de loi permettrait à une personne dont la mort naturelle est raisonnablement prévisible et qui a été jugée admissible à recevoir l'aide médicale à mourir de renoncer au consentement final, si elle risque de perdre la capacité à consentir avant la date à laquelle elle a choisie de recevoir l'aide médicale à mourir.
À l'heure actuelle, le Code criminel exige que, immédiatement avant de fournir l'aide médicale à mourir, le praticien s'assure que la personne consent expressément à recevoir l'aide médicale à mourir et qu'elle a la possibilité de retirer son consentement. Il est impossible de respecter cette mesure de sauvegarde qui témoigne du caractère irréversible de la mort et de l'importance d'obtenir le consentement au moment de mettre fin à la vie, si la personne a perdu la capacité de consentir. Cela semble injuste, lorsqu'une personne avait été jugée admissible et attendait la procédure. Dans de tels cas, la règle peut pousser certaines personnes à obtenir l'aide médicale à mourir plus tôt qu'elle ne le souhaitait.
Les modifications proposées dans le projet de loi feraient en sorte qu'une personne dont la mort est prévisible, qui a déjà été évaluée et approuvée pour recevoir l'aide médicale à mourir et qui décide qu'elle souhaite s'en prévaloir pourrait prendre des dispositions avec son praticien pour lui donner son consentement préalable, ce qui signifie déterminer la date à laquelle l'aide médicale à mourir sera administrée et consentir à recevoir l'aide médicale à mourir si, à la date fixée, elle n'a plus la capacité à donner son consentement.
Selon les personnes qui ont participé aux tables rondes et les experts qui se sont penchés sur la question aux fins des rapports de 2018 du Conseil des académies canadiennes, cette façon de permettre le consentement préalable présente relativement peu de complexité ou de risque. De plus, des praticiens ont dit qu'ils seraient relativement à l'aise d'administrer l'aide médicale à mourir dans de telles circonstances.
Contrairement à ce que je viens de décrire concernant le consentement préalable, le projet de loi ne propose pas de permettre les demandes anticipées. Les demandes anticipées sont des documents pouvant être fournis à une date future indéterminée si et seulement si un ensemble de circonstances attendues se concrétisent et que la personne n'est plus en mesure de donner son consentement. Cette question est considérablement plus complexe et difficile à régler, et elle sera étudiée dans le cadre de l'examen parlementaire.
Enfin, le projet de loi améliorerait le régime de surveillance, qui est essentiel aux fins de la reddition de comptes et de la transparence. J'ai vérifié la conformité du projet de loi avec la Charte et j'ai la certitude que celui-ci répond à l'arrêt Truchon dans le respect de la Charte. Sous peu, je déposerai un énoncé concernant la Charte décrivant les principaux facteurs à considérer à l'égard de l'incidence possible du projet de loi sur les droits et les libertés protégés par la Charte.
En conclusion, ces modifications importantes visent à garantir que l'aide médicale à mourir...
Collapse
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2020-10-09 11:23 [p.799]
Expand
Madam Speaker, Ottawa is investing $295 million to retool the Ford plant in Oakville, Ontario, so it can build electric vehicles.
That is good news, but let's not forget that the expertise in transportation electrification is in Quebec, not Ontario. We are the ones who know about clean electricity, battery technology and charging stations.
In the Speech from the Throne, the government says it wants to make Canada a world leader in clean energy. Does the government recognize Quebec's expertise, and will it refocus its investments on Quebec's industrial cluster?
Madame la Présidente, Ottawa investit 295 millions de dollars pour réorienter l'usine Ford d’Oakville, en Ontario, vers la construction de véhicules électriques.
C'est une bonne nouvelle, mais il ne faut pas oublier que l'expertise en électrification des transports est au Québec et non pas en Ontario. L'électricité propre, c'est nous. Les batteries, c'est nous. Les bornes de recharge, c'est nous.
Dans son discours du Trône, le gouvernement dit vouloir faire du Canada un leader mondial en énergie propre. Le gouvernement reconnaît-il l'expertise québécoise et va-t-il recentrer ses investissements vers la grappe industrielle du Québec?
Collapse
View Ali Ehsassi Profile
Lib. (ON)
View Ali Ehsassi Profile
2020-10-09 11:23 [p.799]
Expand
Madam Speaker, yesterday we announced that Ford will invest $1.8 billion to set up battery electric vehicle production in Oakville, which will include federal and provincial assistance. This is about Canada and it is about Quebec, but it is part of a start. It is only a beginning of what we hope is a significant focus on a sustainable and greener economic recovery all across Canada. We see leading actors in this space across the country: in Quebec, Lion Electric; in Nova Scotia—
Madame la Présidente, hier nous avons annoncé que Ford va investir 1,8 milliard de dollars dans une transformation qui lui permettra de fabriquer des véhicules électriques à batterie à Oakville. L'entreprise obtiendra une aide des gouvernements fédéral et provinciaux pour réaliser ce projet. Nous reconnaissons l'expertise de tout le Canada ainsi que celle du Québec et soulignons que cet investissement ne représente qu'un début. Nous souhaitons qu'une place importante soit accordée à une reprise économique plus durable et plus verte partout au Canada. Notre pays compte de nombreux chefs de file dans ce domaine: au Québec, la Compagnie Électrique Lion; en Nouvelle-Écosse...
Collapse
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2020-10-09 11:24 [p.799]
Expand
Madam Speaker, the Bloc Québécois is concerned because Ottawa is not an ally of specific economic sectors in Quebec.
We have expertise in naval construction, yet the Davie shipyard, Canada's largest shipbuilder, was completely shut out of a $100-billion bonanza in federal contracts. We have expertise in aerospace, yet there is no federal assistance for a sector that is one of those hardest hit by COVID-19 and no policy for the future of the industry.
Will the government commit to investing in Quebec's electrification industry instead of moving our expertise to Ontario?
Madame la Présidente, le Bloc québécois s'inquiète parce qu'Ottawa n'est pas un allié des secteurs économiques spécifiques au Québec.
L'expertise en construction navale, c'est nous. Pourtant le chantier Davie, le plus grand au Canada, a été complètement évacué d'un pactole de 100 milliards de dollars en contrats fédéraux. L'expertise en aérospatiale, c'est nous. Il n'y a pourtant aucune aide fédérale pour un des secteurs les plus affaiblis par la COVID-19 ni aucune politique pour l'avenir de l'industrie.
Est-ce que le gouvernement s'engage à investir dans la filière électrique au Québec plutôt qu'à délocaliser notre expertise vers l'Ontario?
Collapse
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-10-09 11:25 [p.799]
Expand
Madam Speaker, while the Bloc Québécois airs its concerns, we are taking action. We know that investing in the electrification of vehicles is good news for everyone. It is good news not only for the environment, but also for all Canadians. This will also benefit businesses in Quebec. In fact, we are already investing in electrification in Quebec.
Again, this is not about pitting Quebec against the other provinces. We can work together in our country, Canada.
Madame la Présidente, pendant que le Bloc québécois s'inquiète, nous agissons et nous intervenons. On sait qu'investir dans l'électrification des véhicules est une bonne nouvelle pour tous. Non seulement, c'est une bonne nouvelle pour l'environnement, mais aussi pour l'ensemble des Canadiens. Cela va aussi bénéficier à des entreprises du Québec. Par ailleurs, nous investissons déjà dans l'électrification au Québec.
Encore une fois, il ne s'agit pas ici d'opposer le Québec aux autres provinces. On peut travailler ensemble dans notre pays, le Canada.
Collapse
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-10-09 11:36 [p.801]
Expand
Madam Speaker, this is another slap in the face for Quebec's forestry industry. Yesterday, the government announced $68 million to combat an insect that is ravaging the forests in western Canada, the pine beetle. This is in addition to the $200 million that Ottawa had already invested.
In the meantime, back home, we are having the same problem with the spruce budworm. We are not as lucky as western Canada. The federal government has not invested one cent to help Quebec protect its forests.
When will the government collaborate to combat the spruce budworm problem?
Madame la Présidente, voici une autre claque au visage de l'industrie forestière québécoise. Le gouvernement a annoncé hier 68 millions de dollars pour lutter contre un insecte qui ravage les forêts de l'Ouest: le dendroctone du pin. Cela s'ajoute aux 200 millions de dollars qu'Ottawa avait déjà investis.
Pendant ce temps, chez nous, nous avons le même problème avec la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Nous n'avons pas la même chance que l'Ouest. Le fédéral n'a pas investi un sou pour aider le Québec à protéger ses forêts, zéro.
Quand est-ce que le gouvernement va collaborer pour lutter contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette?
Collapse
View Paul Lefebvre Profile
Lib. (ON)
View Paul Lefebvre Profile
2020-10-09 11:37 [p.801]
Expand
Madam Speaker, I am very pleased to answer my colleague's question.
We are very concerned about this situation and we are having ongoing discussions with the Government of Quebec to see how we can support Quebec's forestry industry and the workers in Quebec. The spruce budworm is certainly a very important challenge, but we must continue to innovate and support the forestry sector in Quebec and across Canada.
Madame la Présidente, je suis très heureux de répondre à la question de ma collègue.
Nous sommes très préoccupés par cette situation et nous continuons les discussions avec le gouvernement du Québec pour voir comment nous pouvons appuyer l'industrie forestière du Québec et les travailleurs du Québec. La tordeuse des bourgeons de l'épinette est certainement un enjeu très important, mais il faut continuer à innover et à soutenir le secteur forestier du Québec et celui de partout au Canada.
Collapse
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-10-09 11:37 [p.801]
Expand
Madam Speaker, somehow they have no problem interfering in provincial jurisdictions.
Why not help the Maritimes' forestry industry, since that has not happened in a few years? It has been luckier than Quebec, too.
Ottawa invested $75 million to fight the spruce budworm, but Quebec did not get a penny of that. It is a special federal fund to help Maritime barons like Irving protect their private forests at taxpayers' expense.
The government also invested $75 million in New Brunswick. Quebec got nothing even though more acreage on the North Shore alone, where I am from, is infested than in all of New Brunswick. I am not making that up.
When will Ottawa stop giving Quebec's forestry industry the short end of the stick?
Madame la Présidente, pourtant, on ne se gêne pas pour empiéter sur les champs de compétence des provinces.
On pourrait aider l'industrie forestière des Maritimes, vu qu'on ne l'a pas fait depuis quelques années. Elle a aussi eu plus de chance que le Québec.
Ottawa a investi 75 millions de dollars pour lutter contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette, mais il n'y a pas un sou pour le Québec. C'est un fonds fédéral spécial visant à aider les empereurs des Maritimes, comme Irving, à protéger leurs forêts privées aux frais des contribuables.
On a aussi investi 75 millions de dollars au Nouveau-Brunswick, mais rien au Québec. Or le territoire infesté au Québec, ne serait-ce que chez moi sur la Côte-Nord, est plus grand que le Nouveau-Brunswick au complet. Cela ne s'invente pas.
Quand est-ce qu'Ottawa va cesser de plomber l'industrie forestière du Québec?
Collapse
View Paul Lefebvre Profile
Lib. (ON)
View Paul Lefebvre Profile
2020-10-09 11:38 [p.802]
Expand
On the contrary, Madam Speaker, we are working with the Province of Quebec on forestry issues. I had the opportunity to go to Quebec to announce measures in support of the forestry industry and the good jobs it creates all the way from Chibougamau to Témiscamingue.
I am very happy to continue working with the sector and the Government of Quebec to support workers and this industry, which is extremely important to Quebec and Canada.
Madame la Présidente, au contraire, nous travaillons en partenariat avec la province du Québec en ce qui concerne le secteur forestier. J'ai eu l'occasion d'aller au Québec pour annoncer des mesures qui appuient l'industrie forestière et les bons emplois qu'elle crée, de Chibougamau jusqu'au Témiscamingue.
Je suis très heureux de continuer à travailler avec le secteur et avec le gouvernement du Québec afin de soutenir les travailleurs et cette industrie extrêmement importante pour le Québec et le Canada.
Collapse
View Emmanuella Lambropoulos Profile
Lib. (QC)
View Emmanuella Lambropoulos Profile
2020-10-07 14:52 [p.678]
Expand
Mr. Speaker, in my riding, Saint-Laurent, and throughout Quebec, the pandemic has highlighted the importance of having a safe and affordable place to call home.
This is a tough time for many Quebeckers, but we have made progress with the launch of the national housing strategy. Yesterday, we announced an agreement with Quebec on major investments in social and community housing.
Can the Prime Minister tell us what this agreement means for Quebec families?
Monsieur le Président, dans ma circonscription, Saint-Laurent, et partout au Québec, la pandémie a montré l'importance d'avoir un endroit sûr et abordable pour se sentir chez soi.
C'est un moment difficile pour beaucoup de Québécois et de Québécoises, mais nous avons fait du progrès avec le lancement de la Stratégie nationale sur le logement. Hier, nous avons annoncé une entente avec Québec sur des investissements importants en logement social et communautaire.
Le premier ministre peut-il nous dire ce que cette entente veut dire pour les familles québécoises?
Collapse
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-10-07 14:53 [p.678]
Expand
Mr. Speaker, I thank the hon. member for Saint-Laurent for her important question and her hard work in her riding.
We are proud to have negotiated a bilateral agreement with Quebec as part of the national housing strategy. This 10-year, nearly $3.7-billion agreement will help protect, renew and expand housing in Quebec.
We will continue to work with the provinces and territories, including Quebec, to put an end to chronic homelessness. We must do better for those who need housing, and we will do better across the country.
Monsieur le Président, je remercie la députée de Saint-Laurent de son importante question et de son travail acharné dans sa circonscription.
Nous sommes fiers d'avoir conclu un accord bilatéral dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement avec le Québec. Cette entente de 10 ans, de près de 3,7 milliards de dollars, permettra de protéger, de renouveler et d'élargir le logement au Québec.
Nous continuerons à travailler avec les provinces et les territoires, y compris avec le Québec, pour mettre fin à l'itinérance chronique. Nous nous devons de faire mieux pour ceux qui ont besoin d'un logement, et nous ferons mieux partout au pays.
Collapse
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2020-10-07 16:33 [p.694]
Expand
Madam Speaker, I thank the member for her speech.
I would like to ask her a question about the situation in Quebec. Has the government brought in legislation to prevent sexual violence? Does Quebec have tools to train justice system officials?
Madame la Présidente, je remercie la députée de son discours.
J'aimerais lui poser une question relative à la situation au Québec. Est-ce que le gouvernement a mis en place des lois pour prévenir la violence sexuelle? A-t-il des outils de formation pour les intervenants en justice?
Collapse
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2020-10-07 16:33 [p.694]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague for her question.
Quebec is addressing the issue of education and training for judges on sexual assault cases. Those discussions are under way.
I would like to take a moment to expand on this. The civil courts could be another possible avenue for supporting sexual assault victims. There are other options still on the table.
The two levels of government need to communicate and come to an agreement.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
Au Québec, on se penche sur la question de l'éducation et de la formation des juges en ce qui a trait aux cas d'agression sexuelle. Ces discussions sont en cours.
J'en profite pour élargir le sujet. Il y a la question des tribunaux civils, qui pourraient être une autre façon d'accompagner les victimes d'agression sexuelle. Il y a d'autres choses qui sont encore sur la glace.
Il faudra que les deux paliers de gouvernement se parlent et s'entendent.
Collapse
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, in March, the Bloc Québécois demanded support for businesses' fixed costs. On April 11, the Bloc got the government to vote in favour of a motion to help with fixed costs. Six months on, we are still waiting.
Another lockdown began on October 1. More than 12,000 SMEs are in jeopardy. The very next day, Quebec announced assistance for fixed costs. Meanwhile, radio silence on Ottawa's end.
Six months have gone by. When will the Liberals take action?
Monsieur le Président, déjà en mars, le Bloc québécois réclamait une aide pour les coûts fixes des entreprises. Le 11 avril, le Bloc réussissait à faire voter le gouvernement en faveur d'une motion pour une aide aux coûts fixes. Six mois plus tard, on attend toujours.
Depuis le 1er octobre, il y a de nouveau confinement. Plus de 12 000 PME sont menacées. Dès le lendemain du 1er octobre, Québec annonçait une aide aux coûts fixes. Pendant ce temps, c'était silence radio du côté d'Ottawa.
Après six mois, quand les libéraux vont-ils agir?
Collapse
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
View Chrystia Freeland Profile
2020-10-06 14:38 [p.628]
Expand
Mr. Speaker, I thank my colleague for his excellent question.
The Bloc member is well aware that we promised to help SMEs with fixed costs in the throne speech. That is absolutely necessary, and it is even more necessary now because of the second wave.
Our government agrees. This is an essential program. We are working with businesses and the provinces and territories to set up a program.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son excellente question.
Comme le député du Bloc le sait très bien, nous avons promis dans le discours du Trône un appui aux PME pour les coûts fixes. Cela est vraiment nécessaire, et c'est nécessaire plus que jamais aujourd'hui à cause de la deuxième vague.
Notre gouvernement est d'accord. C'est un programme essentiel. Nous sommes en train de travailler avec les entreprises, les provinces et les territoires pour organiser un programme.
Collapse
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2020-10-06 14:53 [p.631]
Expand
Mr. Speaker, this evening we will be voting against the throne speech because we see that seniors are unfortunately not included in the government's plans. It is negligent to not agree to increase old age security starting at age 65 to support their buying power when we want to get the economy going again. It is negligent to not give Quebec the health transfers needed to protect and care for seniors during the second wave. The throne speech is supposed to reflect the government's vision for the future.
Does it believe that those who built Quebec no longer matter?
Monsieur le Président, ce soir, nous voterons contre le discours du Trône, parce que nous constatons que les aînés ne font malheureusement pas partie des plans du gouvernement. C'est négligent de ne pas consentir à une hausse de la Sécurité de la vieillesse dès 65 ans pour soutenir leur pouvoir d'achat alors qu'on voudra relancer l'économie. C'est négligent de ne pas octroyer au Québec les transferts en santé nécessaires pour protéger et soigner les aînés durant la deuxième vague. Le discours du Trône est censé incarner la vision d'avenir du gouvernement.
Considère-t-il que celles et ceux qui ont bâti le Québec n'y ont plus leur place?
Collapse
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-10-06 14:54 [p.631]
Expand
Mr. Speaker, what is negligent is wanting to send Canadians to the polls. Last week, the Bloc leader said he had lost confidence in the government, that he wanted an election immediately or next spring at the latest. Meanwhile, cases are on the rise, people are losing their jobs, everyone is worried.
The government is focused on helping all Quebeckers and Canadians and the Bloc should do the same instead of thinking about an election.
Monsieur le Président, ce qui est négligent, c'est de vouloir envoyer les Canadiens en élection. La semaine dernière, le chef du Bloc a dit qu'il avait perdu sa confiance envers le gouvernement, qu'il voulait des élections tout de suite ou, au plus tard, au printemps. Pendant ce temps, les cas augmentent, les gens perdent leur job, le monde est inquiet.
Le gouvernement se concentre à aider l'ensemble des Québécois et des Canadiens et les bloquistes devraient faire la même chose que nous, au lieu de penser à des élections.
Collapse
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I hope that the adjournment debate will help clarify some things.
First, I would like to take this opportunity to commend my colleagues who are here in the House. The Bloc Québécois team is the biggest team in the House this evening. I am very pleased to see them here. They say it is always the best who leave first, but that is not true in this case.
Last Wednesday, during question period, I asked the government some questions about why there is no real policy in this regard. Of course, there has been some sporadic assistance, given at certain times, a little bit of money allocated on an ad hoc basis. However, the real question is, why is there no real policy?
Why is this industry not mentioned in the throne speech? It seems to me that a post-pandemic throne speech should mention the industries that are struggling. Unfortunately, the answers were completely unsatisfactory. The government said, among other things, that it was working hard for Canadians. However, we would like the government to make real commitments regarding the aerospace industry.
My humble opinion is that Canada could learn from Quebec when it comes to the aerospace industry. Quebec could serve as an inspiration, since it has had an aerospace policy for nearly 20 years. On top of that, it offers specialized workforce training, makes risk-sharing investments in major projects, offers a tax credit that is more appropriate for the sector than federal programs, and offers support to SMEs in the aerospace sector to help them integrate into their clients' supply chains. It has an integrated policy that has supported the development of the entire cluster. Since the sector is undergoing a radical transformation and is in a critical phase given the dismantling of Bombardier, Quebec is currently reviewing its policy, and consultations are under way. It is taking a proactive approach.
Still, there are certain things that a province cannot do alone. Ottawa needs to get on the same page. Sad to say, all we get now is radio silence. Any time we ask a question about it, we get no answer.
The aerospace industry is struggling, and it deserves real support. All members know that this is a massive and very important industry that includes 220 businesses in Quebec, 200 of which are SMEs. Since small businesses are the lifeblood of economic development in Quebec, we must give them all the support they need.
The context of the pandemic has come up often. A number of people have talked about planes being grounded and no orders being placed. This will probably not change for a long while. During the pandemic, 4,000 jobs were lost in the aerospace industry. In some cases, the federal support, such as the research and development tax credit or the Canada emergency wage subsidy, were not in tune with the reality. We, of course, fully supported the Canada emergency wage subsidy.
All of this shows that the aerospace industry has completely fallen off of Ottawa's radar. This major, crucial industry tends to be left out when the government is developing programs that should be adapted in a pandemic.
Madame la Présidente, j'espère que le débat d'ajournement nous permettra de clarifier certains éléments.
Tout d'abord, j'aimerais profiter de l'occasion pour saluer mes collègues qui sont présents à la Chambre — l'équipe du Bloc québécois est la plus grande équipe à la Chambre ce soir. Cela me fait plaisir de les voir ici. On dit que ce sont toujours les meilleurs qui partent en premier, mais, dans ce cas-ci, c'est faux.
Mercredi dernier, lors de la période des questions orales, j'ai posé des questions au gouvernement afin de savoir pourquoi il n'y a pas de véritable politique en la matière. Bien sûr, il y a eu des aides sporadiques, c'est-à-dire à certains moments. Un peu d'argent a été versé de manière ponctuelle. Cependant, la véritable question est la suivante. Pourquoi n'y a-t-il pas de vraie politique?
Pourquoi cette industrie n'est-elle pas mentionnée dans le discours du Trône? Il me semble que, après une pandémie, le discours du Trône devrait mentionner les industries qui éprouvent des difficultés. Malheureusement, les réponses ont été nettement insatisfaisantes. On a dit, entre autres, que l'on travaillait très fort pour les Canadiens et pour les Canadiennes. Toutefois, nous aimerions que le gouvernement prenne de véritables engagements relativement à l'industrie aérospatiale.
Je le dis bien humblement: le Canada pourrait s'inspirer du Québec en matière d'aérospatiale. En effet, le Québec pourrait être une source d'inspiration, puisqu'il a une politique aérospatiale depuis près de 20 ans. De plus, il offre une formation de la main-d'œuvre spécialisée, il fait des investissements à risques partagés relativement aux grands projets, il offre un crédit d'impôt mieux adapté au secteur que les programmes fédéraux et il offre un soutien aux PME du domaine de l'aéronautique, afin de permettre à celles-ci de s'intégrer aux chaînes d'approvisionnement des donneurs d'ordres. Il s'agit d'une politique intégrée qui a permis de soutenir le développement de toute la grappe. Alors que le secteur est en grande transformation et traverse une phase critique compte tenu du démantèlement de Bombardier, le Québec est actuellement en train de réviser sa politique, et les consultations sont en cours. Il s'agit donc d'une approche proactive.
Il n'en reste pas moins qu'il y a des choses qu'une province ne peut faire seule. Ottawa doit ramer dans le même sens. C'est triste à dire, mais, pour l'instant, c'est le silence radio. Chaque fois que l'on pose une question à ce sujet, on n'obtient pas de réponses.
L'industrie aérospatiale est en difficulté, et elle mérite un réel soutien. Comme chacun le sait, il s'agit d'un véritable géant. Cette industrie est extrêmement importante, et elle compte 220 entreprises au Québec, dont 200 PME. Comme les PME sont la véritable cellule du développement économique au Québec, il faut leur donner tout le soutien nécessaire.
On a souvent parlé du contexte de la pandémie. On a mentionné plusieurs fois que les avions sont cloués au sol et qu'il n'y a pas de commandes. D'ailleurs, il n'y en aura probablement pas avant longtemps. Pendant la pandémie, 4000 emplois ont été perdus dans le secteur de l'aéronautique. Dans certains cas, on a pu voir que les soutiens fédéraux n'étaient pas adaptés à la réalité, que l'on pense au crédit d'impôt pour la recherche-développement ou à la Subvention salariale d'urgence du Canada. Évidemment, la Subvention salariale d'urgence est une idée que nous avons soutenue de A à Z.
Tout cela démontre que l'industrie aérospatiale est complètement absente de l'écran radar d'Ottawa. On tend à oublier ce secteur important, vital, quand on met sur pied des programmes qui devraient être adaptés lors d'une pandémie.
Collapse
View Ali Ehsassi Profile
Lib. (ON)
View Ali Ehsassi Profile
2020-10-06 19:52 [p.665]
Expand
Madam Speaker, I am pleased to respond to comments made by the hon. member for Saint-Hyacinthe—Bagot regarding aerospace.
We all know and fully recognize that great Canadian industries have been disrupted.
We know that Canadian workers and businesses have all been facing economic uncertainty and challenges during the COVID-19 pandemic.
Our government recognizes the importance of supporting the sectors that have been hardest hit by the current global pandemic, including, of course, the aerospace industry. I would like to take this opportunity to highlight our support to all sectors.
Our COVID-19 economic response plan includes broad measures to help Canadian businesses, small and large, weather this unprecedented storm. This includes the business credit availability program, the Canada emergency business account, the Canada emergency wage subsidy and, of course, the large employer emergency financing facility.
Let me be clear. Our government remains fully committed to supporting the aerospace sector and its workers in both the short term and the long term.
We have always gone to bat for Canada's aerospace workers, and we will keep doing so.
The aerospace industry in Quebec and across Canada is an extremely important industry for jobs, innovation and technology developments in Canada. In fact, as I am sure the member is fully aware, green aviation is an area where Canada is truly a global powerhouse. To be more specific, the two aircraft in the world that have environmental product designations are assembled right here in Canada.
We know that aerospace is one of the most innovative and export-driven industries in Canada. It contributed over $25 billion in gross domestic product and more than 210,000 jobs to the Canadian economy in 2018. The aerospace industry is also the number one research and development player among all Canadian manufacturing industries, with an R and D investment of $1.5 billion in 2018, representing, I might add, approximately a quarter of all manufacturing R and D undertaken in Canada. The industry is national in scope, with important aerospace clusters in each region of the country, comprised of maintenance work, suppliers or large manufacturers.
Canada, in other words, is an innovative global leader in the aerospace industry, and we know that Quebeckers, and indeed Canadians across the country, rightfully take enormous pride in this sector. Our government has provided significant funding since 2015 to support the aerospace and space industries through innovation programs, including of course the strategic innovation fund. These key investments are driving ongoing advancements in this sector as it transitions to be cleaner, more innovative and more competitive.
Our funding, in turn, has leveraged significant private sector investments to better position the aerospace industry in Canada. Throughout this process our government has engaged with industry partners and has been extremely proactive in promoting Canada's aerospace sector. We are working closely with our partners on various issues that have arisen since the onset of the pandemic. We appreciate this ongoing—
Madame la Présidente, je suis heureux de répondre aux observations du député de Saint-Hyacinthe—Bagot concernant l'industrie aérospatiale.
Nous savons tous pertinemment que de grandes industries canadiennes ont été perturbées.
Nous savons que les travailleurs et les entreprises canadiennes ont tous été confrontés à des difficultés et à des incertitudes économiques pendant la pandémie de la COVID-19.
Le gouvernement reconnaît l'importance de soutenir les secteurs qui ont été le plus durement touchés par la pandémie mondiale actuelle, y compris évidemment l'industrie aérospatiale. Je souhaite profiter de l'occasion pour souligner le soutien que nous apportons à tous les secteurs.
Le Plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 comprend de vastes mesures pour aider les entreprises canadiennes, petites et grandes, à traverser cette tempête sans précédent. Mentionnons entre autres le Programme de crédit aux entreprises, le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes, la Subvention salariale d'urgence du Canada, et bien sûr, le Crédit d'urgence pour les grands employeurs.
Soyons clairs. Le gouvernement reste pleinement déterminé à soutenir à court et à long terme le secteur aérospatial et ses travailleurs.
Nous avons toujours défendu les travailleurs de l'industrie aérospatiale au Canada, et nous allons continuer à le faire.
L'industrie aérospatiale du Québec et des autres régions du Canada est une source extrêmement importante d'emplois, d'innovation et d'avancées technologiques pour le Canada. En fait, comme le député le sait fort bien, j'en suis sûr, l'aviation écologique est un domaine dans lequel le Canada est une véritable superpuissance mondiale. Plus précisément, les deux seuls aéronefs au monde à avoir été désignés comme des produits écologiques sont tous les deux assemblés ici, au Canada.
Nous savons que l'industrie aérospatiale est l'une des industries canadiennes les plus novatrices et les plus axées sur l'exportation. En 2018, elle a contribué pour plus de 25 milliards de dollars au produit intérieur brut et elle représentait plus de 210 000 emplois dans l'économie canadienne. L'industrie aérospatiale se classe en outre première dans le secteur de la fabrication pour ce qui est des investissements en recherche et développement, qui totalisent 1,5 milliard de dollars dans son cas, ce qui représente, je dois le préciser, environ le quart de tous les investissements en recherche et développement du secteur canadien de la fabrication. C'est une industrie qui est présente à l'échelle nationale, avec des grappes aérospatiales importantes dans chaque région du Canada. Ces grappes regroupent des entreprises d'entretien, des fournisseurs ainsi que de grands constructeurs.
Autrement dit, le Canada est un chef de file novateur de l'industrie aérospatiale dans le monde. Nous savons que les Québécois et les Canadiens de l'ensemble du pays sont énormément fiers de ce secteur, et à juste titre. Depuis 2015, le gouvernement a injecté des sommes importantes dans l'aérospatiale par l'entremise de programmes favorisant l'innovation, notamment bien sûr le Fonds stratégique pour l'innovation. Ces sommes importantes stimulent les avancées dans le secteur, alors qu'il se transforme pour être plus écologique, plus innovateur et plus concurrentiel.
Les fonds que nous avons versés ont suscité d'importants investissements du secteur privé pour mieux positionner l'industrie aérospatiale au Canada. Tout au long de ce processus, le gouvernement a mobilisé les partenaires de l'industrie et s'est montré très proactif dans la promotion du secteur aérospatial du Canada. Nous collaborons étroitement avec nos partenaires pour régler diverses questions qui ont été soulevées depuis le début de la pandémie. Nous nous réjouissons de...
Collapse
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, unfortunately, that answer confirms what I feared. The member said the aerospace industry is important, but then he just repeated many of the statistics I included in my own remarks. I appreciate that, and I thank my colleague, but there is still the matter of turning that into a policy.
The hon. parliamentary secretary replied that the government has invested money and that there are broad programs for struggling companies. We know that, but this industry deserves a specific program.
Why not do what Ottawa did for the auto industry and come up with a proper policy? Why not start by sitting down with all the stakeholders, including workers, companies and the Government of Quebec, which is a very important stakeholder and partner, and designing a real policy?
There are also a lot of programs that should be targeted, and we need a cohesive vision around that. Basically, the government needs to treat this as a truly strategic industry because, quite honestly, Canada is one of only countries in the world that has a real aerospace industry but does not treat it as such.
Madame la Présidente, cette réponse confirme malheureusement ce que je craignais. On nous dit que l'aérospatiale, c'est important, mais en nous répétant à plusieurs égards des statistiques que j'ai moi-même présentées dans mon intervention. C'est apprécié et j'en remercie mon collègue. Néanmoins, la question est de savoir comment on en fait une politique.
L'honorable secrétaire parlementaire m'a répondu qu'on avait investi de l'argent et qu'il y avait des programmes généraux pour les entreprises qui en arrachaient. On le sait. Or, cette industrie mérite un programme particulier.
Pourquoi ne pas faire comme Ottawa l'a fait pour l'industrie automobile, c'est-à-dire une véritable politique, à commencer par une table où sont assis tous les acteurs — les travailleurs, les entreprises et le gouvernement du Québec, qui est un acteur et un partenaire très important? Ce serait peut-être la base pour en arriver à une vraie politique.
De plus, il y aurait beaucoup de programmes qui doivent être ciblés, il faut une vision cohérente sur cette question. Bref, il faudrait la traiter comme une vraie industrie stratégique, parce que, honnêtement, le Canada est un des seuls pays au monde à avoir une vraie industrie aérospatiale et à ne pas la traiter comme telle.
Collapse
View Ali Ehsassi Profile
Lib. (ON)
View Ali Ehsassi Profile
2020-10-06 19:58 [p.666]
Expand
Madam Speaker, as our government moves forward with Canada's COVID-19 economic response plan, we will continue to work with affected sectors such as aerospace to ensure that Canadian businesses and workers have the support they need. A smooth economic recovery will, of course, require an unprecedented level of collaboration between the public and private sectors.
Our government is fully committed to supporting the aerospace sector to create good, long-term jobs for its workers in Canada and help Canada's world-class aerospace industry weather this unprecedented COVID-19 storm. Our government will be there to help create a better future for Quebeckers and, indeed, for all Canadians.
Madame la Présidente, alors que le gouvernement va de l'avant avec le Plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19, nous continuerons de travailler avec les secteurs touchés, dont l'industrie aérospatiale, pour que les entreprises et les travailleurs canadiens reçoivent le soutien dont ils ont besoin. Bien évidemment, pour réaliser une reprise économique sans heurt, il faudra un niveau de collaboration sans précédent entre les secteurs public et privé.
Le gouvernement est déterminé à soutenir le secteur aérospatial afin de créer de bons emplois à long terme pour les travailleurs canadiens et à aider les entreprises aérospatiales de calibre mondial d'ici à traverser cette crise sans précédent qu'est la pandémie de COVID-19. Le gouvernement prendra les mesures nécessaires pour contribuer à créer un avenir meilleur pour les Québécois et, en fait, pour l'ensemble des Canadiens.
Collapse
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, SMEs, like restaurants or bars, survived the first wave of COVID-19 by going into debt. That is no longer an option. Loans no longer cut it.
If we want to avoid thousands of bankruptcies during the second wave then we have to help our businesses pay their fixed costs. Quebec has brought in repayable conditional financial assistance for fixed costs and is calling on Ottawa to contribute to it. The Bloc has been calling on Ottawa for help with fixed costs since April.
Quebec has taken action. What is Ottawa waiting for?
Monsieur le Président, les PME, comme les restaurants ou les bars, ont survécu à la première vague de la COVID-19 en s'endettant. Là, ce n'est plus une option. Les prêts ne suffisent plus.
Si l'on veut éviter des milliers de faillites durant la deuxième vague, il va falloir aider nos entreprises à payer leurs coûts fixes. Le Québec a mis en place une aide financière remboursable sous condition pour les coûts fixes et demande à Ottawa d'y participer. Cela fait depuis avril que le Bloc demande une aide d'Ottawa pour les coûts fixes.
Québec a agi. Du côté d'Ottawa, qu'est-ce qu'on attend?
Collapse
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
View Chrystia Freeland Profile
2020-10-05 14:37 [p.544]
Expand
Mr. Speaker, I thank the member for his question, which is truly important.
In the Speech from the Throne, we promised we would help SMEs pay their fixed costs. This assistance is more important than ever since we are in the second wave and the provinces, including Quebec, have taken strong measures to combat this second wave. We must truly be there for them and we will be.
Monsieur le Président, je remercie le député de sa question, qui est vraiment importante.
Dans le discours du Trône, nous avons promis de l'aide aux PME pour qu'elles paient leurs coûts fixes. Cette aide est plus importante que jamais, voyant que nous sommes dans la deuxième vague et que les provinces, incluant le Québec, ont pris des mesures fortes pour lutter contre cette deuxième vague. Nous devons donc vraiment être là et nous serons là.
Collapse
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, what the government announced on Friday is more loans. However, there is a limit to how much debt bars and restaurants can take on. There is a limit to what can be put off to tomorrow. In its throne speech, Ottawa promised to help businesses being closed by order of the public health authorities.
Will they finally put their words into action? Will Ottawa join the Government of Quebec and provide assistance for the fixed costs of businesses in the red zone?
Monsieur le Président, ce que le gouvernement a annoncé vendredi, c'est davantage de prêts, mais il y a des limites à la capacité d'endettement que les bars et les restaurants peuvent supporter. On a atteint la limite de ce qu'on peut pelleter par en avant. Ottawa a promis dans son discours du Trône d'aider les entreprises qui ferment par décision des autorités de la Santé publique.
Est-ce qu'on va enfin passer de la parole aux actes? Est-ce qu'Ottawa va se joindre au gouvernement du Québec pour offrir un soutien aux coûts fixes des entreprises en zone rouge?
Collapse
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
View Chrystia Freeland Profile
2020-10-05 14:38 [p.544]
Expand
Mr. Speaker, the answer is yes. I discussed this issue with Quebec's finance minister, Éric Girard, yesterday evening. He and I are going to be talking again this evening.
I have a question for the Bloc. Once we have completed the technical work, I hope the Bloc will vote with us.
Monsieur le Président, la réponse est oui. J'ai discuté de cet enjeu avec le ministre des Finances du Québec, Éric Girard, hier soir. Je vais parler avec lui encore une fois ce soir.
J'ai une question pour le Bloc. Quand nous aurons fini ce travail technique, j'espère que le Bloc votera avec nous.
Collapse
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2020-10-02 11:23 [p.480]
Expand
Mr. Speaker, Quebec is in the midst of the second wave of the COVID-19 pandemic.
The restaurant and bar industry is in jeopardy. Bars and restaurants are SMEs that managed to hold on during the first lockdown, but today thousands of them are at risk of going bankrupt. Yesterday, Quebec announced that it would help with fixed costs for businesses in red zones that have to close their doors. Quebec is contributing. Now it is the federal government's turn. Quebec is asking the federal government to participate by sharing the cost of the program and enhancing it.
Will the federal government do its part and help Quebec with this program?
Monsieur le Président, le Québec en est à sa deuxième vague de la COVID-19.
Le milieu des restaurants et des bars est en danger. Les bars et les restaurants sont des PME qui ont tenu le coup pendant le premier confinement, mais, aujourd'hui, ce sont des milliers d'entre eux qui risquent la faillite. Hier, Québec a annoncé une aide aux coûts fixes pour les entreprises obligées de fermer leurs portes en zone rouge. Québec contribue, c'est le tour du gouvernement fédéral. Québec demande au fédéral de participer en partageant les coûts du programme et en le bonifiant.
Le fédéral va-t-il mettre la main à la pâte et se joindre à l'aide de Québec?
Collapse
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-10-02 11:24 [p.480]
Expand
Mr. Speaker, yesterday, the Bloc Québécois promised to trigger an election now, if possible, or else later this spring. If it could, the Bloc Québécois would like us to have an election this weekend.
While the Bloc Québécois is focusing on an election, we are focusing on the health of Quebeckers. There are over 1,000 cases today and seven deaths, and the Bloc Québécois's priority is to trigger an election.
Really?
Monsieur le Président, hier, le Bloc québécois a promis des élections maintenant, si possible, sinon plus tard ce printemps. Le Bloc veut qu'on soit, si possible, en élection en fin de semaine.
Pendant que le Bloc québécois se concentre sur des élections, nous nous concentrons sur la santé des Québécois. Il y a plus de 1 000 cas aujourd'hui et 7 décès, et la priorité du Bloc québécois, c'est de déclencher des élections.
Vraiment?
Collapse
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2020-10-02 11:24 [p.480]
Expand
Mr. Speaker, I heard nothing about assistance for SMEs, but I will continue.
There is one thing we should not forget: taking out loans means going into debt, and that is no longer an option. The government twice promised to help businesses affected by COVID-19, such as restaurants and bars. The first time, at the request of the Bloc Québécois, it promised to provide assistance for fixed costs, as a result of a motion passed on April 11. Need we remind the government that in the throne speech it also promised to support businesses that must close when ordered to do so by public health authorities?
Will the government keep its promise and help support businesses by providing assistance for fixed costs that will not be in the form of a loan?
Monsieur le Président, je n'ai rien entendu sur une aide aux PME, mais je vais continuer.
Il y a une chose qu'il ne faut pas oublier: les prêts, c'est de l'endettement, et ce n'est plus une option. Le gouvernement s'est engagé deux fois envers les entreprises touchées par la COVID-19, comme les restaurants et les bars. Il s'est engagé une première fois, à la demande du Bloc québécois, à mettre en place une aide pour les coûts fixes, grâce à une motion passée le 11 avril dernier. Faut-il rappeler qu'il s'est aussi engagé dans le discours du Trône à soutenir les entreprises qui doivent fermer par décision de la santé publique?
Le gouvernement va-t-il tenir parole et aider à soutenir les entreprises avec une aide aux coûts fixes qui n'inclut pas un endettement?
Collapse
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-10-02 11:25 [p.480]
Expand
Mr. Speaker, yesterday the Bloc Québécois announced that it had lost confidence in the government and would therefore be voting against the government's economic measures.
If we introduce economic measures to help seniors, the Bloc will vote against them. If we introduce economic measures to help workers, it will vote against them. If we introduce economic measures to help our SMEs, it will vote against them.
The Bloc Québécois has abandoned Quebeckers. We will never abandon them.
Monsieur le Président, hier, le Bloc québécois a annoncé qu'il retirait sa confiance au gouvernement, donc qu'il allait voter contre toutes les mesures économiques du gouvernement.
Si nous présentons des mesures économiques pour aider les aînés, le Bloc va voter contre. Si nous présentons des mesures économiques pour aider nos travailleurs, il va voter contre. Si nous présentons des mesures économiques pour aider nos PME, il va voter contre.
Le Bloc québécois a abandonné les Québécois. Nous, nous ne le ferons jamais.
Collapse
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-10-02 11:35 [p.482]
Expand
Mr. Speaker, the government House leader just demonstrated a major lack of respect for my colleague from Saint-Jean, but particularly for Quebec restaurants and bars that are in red zones and at risk of going bankrupt.
Even if he regards us with contempt, can the leader answer our questions out of respect for the businesses that have had to shut down for another month and are at risk of going bankrupt?
Quebec has asked the federal government to join its program, share the cost and enhance it. Will the government do that?
Monsieur le Président, le leader du gouvernement à la Chambre vient de montrer un grand manque de respect envers ma collègue de Saint-Jean, mais surtout envers les restaurants et les bars du Québec qui sont en zone rouge et risquent la faillite.
Est-ce que le leader peut répondre à nos questions même s'il nous méprise, ne serait-ce que par respect pour les entreprises qui sont à nouveau fermées pour un mois et qui risquent la faillite?
Québec a demandé au fédéral de se joindre à son programme, de partager les coûts et de le bonifier. Est-ce que le gouvernement répondra présent?
Collapse
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-10-02 11:36 [p.482]
Expand
Mr. Speaker, there are moments in history where we recognize the leadership of a party by the way it reacts in a time of crisis. The Bloc Québécois failed that test yesterday by saying that it was going to ensure that our government does not make it past the spring of 2021.
What will happen if cases go up in 2021? What will happen if thousands of Quebeckers are still looking for work? Will the Bloc Québécois's priority be to trigger an election?
The Bloc Québécois promised to maintain a responsible position. This is very disappointing.
Monsieur le Président, il y a des moments dans l'histoire où l'on reconnaît le leadership d'un parti à sa façon de réagir en temps de crise. Le Bloc québécois a échoué à ce test-là hier en disant qu'il allait s'assurer que notre gouvernement ne dépasse pas le printemps 2021.
Qu'arrivera-t-il si les cas augmentent en 2021? Qu'arrivera-t-il si des milliers de Québécois se cherchent encore un emploi? La priorité du Bloc sera-t-elle de déclencher des élections?
Le Bloc québécois avait promis de maintenir une position responsable, c'est profondément décevant.
Collapse
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-10-02 11:37 [p.482]
Expand
Mr. Speaker, I am speechless.
A government stands when it has the confidence of the House. The Leader of the Government in the House of Commons is not answering legitimate questions. It should answer those questions, if only out of respect for the bars, restaurants and businesses that are in jeopardy.
These are serious issues, but he wants to play political games. We know the government is planning to announce loans for these businesses. The government needs to step up with programs that meet Quebec's needs. It has to adapt the Canada emergency commercial rent assistance for small businesses. The criteria are overly restrictive.
I am going to ask this question for the fourth time, just like my colleague from Saint-Jean did. What is the government going to do? Does it care about businesses?
Monsieur le Président, je suis sans voix.
Un gouvernement tient quand il a la confiance de la Chambre. Le leader du gouvernement à la Chambre des communes ne répond pas aux questions légitimes. Il devrait le faire, ne serait-ce que par respect pour les bars, les restaurants et les entreprises qui risquent la faillite.
On parle de questions sérieuses. Lui, il préfère disputer une joute politique. On sait que le gouvernement va encore annoncer des prêts pour ces entreprises. Il faut qu'il embarque, qu'il réponde « présent » auprès de Québec en ce qui a trait aux programmes. Ce gouvernement doit modifier l'Aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial, destinée aux petites entreprises. Les critères sont trop restrictifs.
Je pose la question pour la quatrième fois, comme l'a fait ma collègue de Saint-Jean. Que va faire le gouvernement? Se soucie-t-il des entreprises?
Collapse
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-10-02 11:37 [p.482]
Expand
Mr. Speaker, I said it earlier. The Bloc Québécois is busy planning its election campaign. Meanwhile, we are busy working for businesses, for seniors, for workers who have lost their jobs, and for the restaurant and tourism sector. That is what taking concrete action means.
The Bloc Québécois can go ahead and plan its campaign. It can focus on that as much as it wants while we step up for Quebeckers.
Monsieur le Président, je l'ai dit plus tôt. Pendant que le Bloc québécois prépare sa campagne électorale, nous, nous agissons pour les entreprises, pour les aînés, pour les travailleurs qui ont perdu leur emploi, et pour le secteur de la restauration et du tourisme. Cela, c'est agir de façon concrète.
Le Bloc québécois peut toujours préparer des élections. Qu'il se concentre là-dessus autant qu'il le veut, pendant ce temps-là, nous serons là pour les Québécois.
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-10-02 11:51 [p.485]
Expand
Mr. Speaker, the government House leader seems to be creating a narrative in which the Bloc Québécois wants an election and does not want to collaborate.
The cultural sector has been hit hard by the pandemic. The House leader should listen to what his colleague, the member for Malpeque, said this week. He told us that Canadian taxpayers could not be an ATM for Quebec. Whenever the cultural sector tries to access Canada's ATM, they get an “insufficient funds” message.
I do not want to hear talk of an election. I do not want to hear about collaboration. I have a simple question. Will the Minister of Canadian Heritage commit to making sure that Quebec's cultural sector gets access to immediate, direct assistance to pay rent and fixed costs?
Monsieur le Président, le leader du gouvernement semble écrire une nouvelle histoire selon laquelle le Bloc québécois veut des élections et qu'il ne veut pas de collaboration.
Je sais que le milieu culturel mange cela solide pendant la pandémie. Je peux peut-être référer le leader à une citation de son collègue, le député de Malpeque, qui, cette semaine, nous disait que les contribuables canadiens ne sont pas le guichet automatique du Québec. Quand il est question de culture, je vais dire que le guichet canadien affiche « fonds insuffisants ».
Je ne veux pas entendre parler d'élections. Je ne veux pas entendre parler de collaboration. J'ai une question simple. Le ministre du Patrimoine va-t-il s'engager à ce que le secteur culturel québécois ait accès à une aide directe et immédiate pour payer les loyers et les coûts fixes?
Collapse
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-10-02 11:51 [p.485]
Expand
Mr. Speaker, I want to commend the Minister of Canadian Heritage for his extraordinary work. Having had the privilege of once holding that job myself, I know how important culture is, so, yes, we will be there for the cultural industry.
I would like to ask my Bloc Québécois friend a question. I have a lot respect for many Bloc Québécois members. They do good work. However, since yesterday, they have been saying that they will never vote with the government again. If we implement a cultural program, will they vote against it like they plan to vote against everything else?
Monsieur le Président, ayant eu le privilège d'être ministre du Patrimoine canadien moi-même — et je salue ici le travail extraordinaire réalisé par le ministre actuel —, je connais l'importance de la culture. Et oui, nous serons là pour le milieu culturel.
Je vais poser une question à mon ami du Bloc québécois. J'ai beaucoup de respect pour plusieurs députés du Bloc québécois. Ils font un bon travail, mais, depuis hier, ils disent qu'ils ne voteront plus jamais avec le gouvernement. Si nous mettons sur pied un programme culturel, vont-ils voter non, comme pour tout le reste?
Collapse
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-10-02 11:52 [p.486]
Expand
Mr. Speaker, I realize that the government House leader is bothered by the fact that the Bloc Québécois's sole loyalty is to Quebeckers. I invite him to talk to us about elections outside the chamber. I would like an answer. Of course, given that the Bloc Québécois's sole loyalty is to Quebeckers, we will vote in favour of everything brought before the House that is good for Quebec. We are making that clear from the outset.
Since the issue just came up, let us continue discussing culture. We are asking for a clear answer and we do not want the government to avoid the question by talking about other things. Our museums, movie houses and theatres are in a red zone and closed for 28 days. This means that their owners are in trouble. This means that artists are once again unable to practise their craft. Culture matters to the Bloc Québécois because it represents our identity—
Monsieur le Président, je comprends que la loyauté exclusive du Bloc québécois aux Québécois chatouille le leader du gouvernement et je l'invite à nous parler d'élections à l'extérieur de la Chambre. Je souhaiterais donc une réponse. Bien entendu, le Bloc québécois étant loyal exclusivement aux Québécois, nous voterons en faveur de tout ce qui est bon pour le Québec et qui sera amené à la Chambre. Nous clarifions cela d'entrée de jeu.
Parlons encore de culture, puisqu'on vient d'en parler. Nous demandons une réponse claire et que le gouvernement n'esquive pas la question en parlant d'autre chose. Nos musées, nos théâtres et nos salles de spectacles sont en zone rouge, fermés pour 28 jours. Cela signifie que les propriétaires de salles et de musées ont des difficultés. Cela signifie que les artistes se retrouvent, encore une fois, incapables de pratiquer leur art. Au Bloc québécois, la culture, ça nous intéresse parce que la culture, c'est notre identité...
Collapse
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-10-02 11:53 [p.486]
Expand
Mr. Speaker, the Bloc Québécois is not Quebeckers. Bloc members make that mistake a lot. The Bloc Québécois is just a political party with its own strengths and weaknesses. That is all. It is not all Quebeckers. Bloc members do not speak on behalf of my colleague from Louis-Saint-Laurent, of Liberal caucus members from Quebec, or of my colleague from Gatineau.
The Bloc Québécois is loyal to the Bloc Québécois, not to Quebeckers, period. Its members have decided to stay in the stands and watch the game while we vote.
Monsieur le Président, le Bloc québécois, ce n'est pas les Québécois. Ils font souvent cette erreur. Le Bloc québécois n'est qu'un parti politique, avec ses forces et ses faiblesses. C'est tout. Ce n'est pas l'ensemble des Québécois. Les députés du Bloc ne viennent pas parler au nom de mon collègue de Louis-Saint-Laurent, de mes collègues québécois au sein du caucus libéral, ni de mon collègue de Gatineau.
La loyauté du Bloc québécois n'est pas envers les Québécois, mais envers le Bloc québécois, point. Ses députés ont décidé de rester dans les estrades et de regarder la partie alors que, pendant ce temps, nous voterions.
Collapse
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-10-01 12:41 [p.405]
Expand
Madam Speaker, the NDP has long supported the principle of asymmetrical federalism because we recognize that Quebec has its own distinct history, language and culture.
However, I would like to ask my Bloc Québécois colleague the following question. Are the reasons for greater autonomy for Quebec based on this distinct culture and history, or is my colleague saying that, as a province, Quebec has provincial rights like all the other provinces and this comes down to recognizing the rights of all the provinces?
Madame la Présidente, cela fait longtemps que le NPD appuie le principe d'un fédéralisme asymétrique parce que nous reconnaissons que le Québec a une histoire, une langue et une culture distinctes.
Cependant, je voudrais demander ce qui suit à mon collègue du Bloc québécois. Les arguments pour une plus grande autonomie du Québec reposent-ils sur cette culture et cette histoire distinctes, ou mon collègue avance-t-il que le Québec, étant une province, a des droits provinciaux comme toutes les autres provinces et que c'est une question de reconnaître les droits de toutes les provinces?
Collapse
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2020-10-01 12:42 [p.405]
Expand
Madam Speaker, whether we like it or not, Quebec is one of the provinces in this federation. The Constitution sets out a certain number of powers that belong to the provinces and, consequently, to Quebec.
When the federal government negotiates a health care agreement with the provinces, the expectation is that it will abide by and respect the agreement signed. We know that sometimes the federal government's signature is not worth the paper it is written on. Here we can add my colleague's very pertinent arguments on the particular history, evolution and development of Quebec, which make it—without wanting to seem presumptuous—a distinct province and a distinct society.
Madame la Présidente, que cela nous plaise ou non, le Québec est l'une des provinces de cette fédération. La Constitution fait état d'un certain nombre de pouvoirs qui incombent aux provinces et donc au Québec par la force des choses.
Lorsque le gouvernement fédéral négocie une entente avec les provinces sur les soins de santé, on s'attend à ce qu'il respecte cette entente et qu'il respecte sa signature. Des fois, on le sait, la signature du fédéral ne vaut pas plus que le papier sur lequel elle est inscrite, mais s'ajoutent ici les arguments très pertinents que mon collègue a invoqués en lien avec l'histoire, le cheminement et le développement particuliers du Québec, qui font de celui-ci — sans vouloir paraître présomptueux — une province et une société distinctes.
Collapse
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
View Yves-François Blanchet Profile
2020-10-01 14:05 [p.419]
Expand
Mr. Speaker, Quebec is not the only place where October brings back dark memories of a federation that claimed to be a friend sending in its army to march through the streets in the heavy boots of repression.
Three years ago today, on October 1, in a bid to suppress the referendum on self-determination organized by the legitimate government of Catalonia, Spain disgraced itself by resorting to violence.
By backing Spain, Canada is hedging its bets for dealing with Quebec's independence movement, which refuses to give up because, of the two nations, Quebec is the one that has no reason to be ashamed.
To President Puigdemont, living in exile, and President Torra, who was deposed by Spain, I extend my friendship and my pledge to ensure that each nation gets to exercise its right to self-determination and express its own culture in its own language, reflecting its own values.
Long live free Catalonia.
Monsieur le Président, il n'y a pas que le Québec pour qui octobre évoque des souvenirs sombres et qui a vu l'armée d'une fédération se prétendant ami faire résonner la semelle des lourdes bottes de la répression dans ses propres rues.
Il y a trois ans, ce 1er octobre, pour contrer le référendum sur l'autodétermination organisé par le gouvernement légitime de la Catalogne, l'Espagne a déployé la violence et s'est couverte de honte.
En cautionnant l'Espagne, le Canada ménage ses options face à un mouvement indépendantiste québécois qui refuse de rendre l'âme, car des deux nations, l'âme québécoise est celle qui n'a pas à avoir honte.
J'exprime encore au président Puigdemont en exil et au président Torra destitué par l'Espagne toute mon amitié et mon engagement à ce que chaque nation puisse exercer son droit à l'autodétermination et chanter sa propre culture dans sa propre langue, reflet de ses propres valeurs.
Vive la Catalogne libre!
Collapse
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2020-10-01 16:17 [p.441]
Expand
Madam Speaker, I heard my colleague say that he has been waiting a long time for a day care system. If he were in Quebec, he would have had his wish, since Quebec is a leader in this area. Quebec also has a drug insurance plan that could have enhanced coverage if a federal program were implemented and Québec had the right to opt out with full compensation.
I would like to know what my colleague thinks about the right to opt out with full compensation for these programs.
Madame la Présidente, j'ai entendu mon collègue dire qu'il avait attendu longtemps et qu'il attendait toujours un système de garderie. S'il avait habité au Québec, il aurait pu en bénéficier parce que le Québec est avant-gardiste là-dessus. Le Québec a aussi un système d'assurance-médicaments qui pourrait avoir une couverture bonifiée si un programme fédéral était mis en place et que le Québec avait un droit de retrait avec pleine compensation.
J'aimerais l'entendre sur ce qu'il pense d'un droit de retrait avec pleine compensation pour ces programmes.
Collapse
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2020-10-01 16:18 [p.441]
Expand
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for her question.
The NDP believes that it is essential that we support asymmetrical federalism, for example in the case of a day care system. Quebec is the model for the program. I like that. For the NDP, if Quebec has a program, the federal government should transfer the funds to support that program, but it is also essential that Quebec have jurisdiction over the program and that it implement its own plan based on its own objectives. It is that simple.
Madame la Présidente, j'aimerais remercier ma collègue de sa question.
Le NPD juge essentiel de soutenir le fédéralisme asymétrique comme sur la question d'un programme de garderie. Le Québec est le modèle. J'aime cela. Pour le NPD, si la province du Québec a un programme, il est nécessaire de verser les fonds pour soutenir ce programme, mais c'est aussi essentiel pour le Québec d'avoir les compétences et de mettre en œuvre son plan avec ses objectifs. C'est simple.
Collapse
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, in the Speech from the Throne, Ottawa says it wants to help industries that have been hard hit by COVID-19, but there is not a single word about the aerospace industry.
That omission represents Quebec's primary export sector, 43,000 good jobs, $18 billion in sales, and the third largest aerospace hub in the world.
The Prime Minister is an MP from Montreal. Aerospace is key to the economy of greater Montreal.
Will Ottawa finally stop ignoring this cutting-edge Quebec industry and bring in an aerospace policy?
Monsieur le Président, dans le discours du Trône, Ottawa dit vouloir aider les industries particulièrement touchées par la COVID-19, mais il n'y a pas un mot sur l'aérospatiale.
Cet oubli, en passant, c'est juste le premier secteur d'exportation du Québec, 43 000 bons emplois, 18 milliards de dollars de chiffre d'affaires, le troisième pôle en importance au monde en aéronautique.
Le premier ministre est un député de Montréal. L'aérospatiale est au cœur de l'économie du Grand Montréal.
Ottawa va-t-il enfin cesser d'ignorer cette industrie québécoise de pointe et mettre en place une politique de l'aérospatiale?
Collapse
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-30 15:04 [p.344]
Expand
Mr. Speaker, the aerospace industry in Quebec and across Canada is an extremely important industry when it comes to jobs, innovation, and the future we are building here in Canada. We will always support that industry.
Many industries have been affected by the COVID-19 crisis. That is why we brought in measures like the wage subsidy and the Canada emergency response benefit, to help workers and these industries.
We continue to work with the industries that have been hit hard so that we can help them. We will always be there for the aerospace industry in Quebec and across Canada.
Monsieur le Président, l'industrie aérospatiale, au Québec et partout au Canada, est une industrie extrêmement importante pour les emplois, pour l'innovation, pour l'avenir que nous sommes en train de bâtir ici, au Canada. Nous allons toujours l'appuyer.
Pendant cette crise de la COVID-19, il y a bien des industries qui ont été affectées. C'est pour cela que nous avons mis en place des mesures comme la subvention salariale, comme la Prestation canadienne d'urgence, pour aider les travailleurs, pour aider ces industries.
Nous continuons de travailler avec les industries hautement affectées pour que nous puissions les appuyer. Nous serons toujours là pour l'industrie aérospatiale, au Québec et partout au Canada.
Collapse
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, we need targeted programs and a comprehensive policy, not rhetoric or piecemeal measures that lack vision. The Prime Minister's indifference towards this sector is nothing new. In 2016, he said that what is good for a Montreal MP is not necessarily good for a Toronto or Calgary MP. That is ironic, because when Toronto needs help for its auto sector, the government is there. When Calgary needs help for its oil sector, it gets it.
When Montreal needs help for the aerospace sector, where is the Prime Minister?
Some hon. members: Oh, oh!
Monsieur le Président, ce ne sont pas des paroles ou des actions à la pièce sans vision que cela prend, mais des programmes ciblés, une politique globale. D'ailleurs, l'insouciance du premier ministre quant au secteur n'est pas nouvelle. Déjà, en 2016, il disait que « ce qui est bon pour un député de Montréal n'est pas nécessairement bon pour un député de Toronto ou de Calgary ». C'est drôle, parce que quand Toronto a besoin d'aide pour l'automobile, le gouvernement est là. Quand Calgary a besoin d'aide pour son pétrole, elle l'obtient.
Où est le premier ministre pour Montréal, quand on a besoin d'aide dans l'aérospatiale?
Des voix: Oh, oh!
Collapse
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-30 15:05 [p.344]
Expand
Mr. Speaker, the laughter from different parts of the House shows that these remarks do not really ring true. As people know very well, our government was there for all Canadians before this crisis, during this crisis and, naturally, in the years to come. We will do whatever it takes to create good, long-term jobs in Canada to protect our environment, support our natural resources and help our leading manufacturing sectors, such as the aerospace industry and other industries. We will be there to create a better future for all Canadians.
Monsieur le Président, les rires qui proviennent des différents coins de la Chambre soulignent à quel point ce sont peut-être des propos légèrement incohérents. Comme les gens le savent très bien, notre gouvernement a été là pour tous les Canadiens, avant cette crise, pendant cette crise, et, bien sûr, dans les années à venir. Nous allons faire tout ce qui est nécessaire pour créer de bons emplois à long terme au Canada pour protéger notre environnement, soutenir nos ressources naturelles et aider les industries manufacturières de pointe comme l'aérospatiale et d'autres. Nous allons être là pour créer un meilleur avenir pour tous les Canadiens.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-29 14:28 [p.245]
Expand
Mr. Speaker, yesterday, most Quebeckers learned that they are now in the red zone. On behalf of the Bloc Québécois, I would first like to express my solidarity with the people of Quebec who just received this terrible news.
Today, a survey revealed that 81% of Quebeckers want the federal government to increase health transfers. That is only natural, since we are in the midst of a health crisis. Yesterday evening, the Bloc Québécois introduced an amendment to that effect. We want more health transfers. The Liberals voted against it, the Conservatives voted against it, the NDP voted against it, and the Green Party voted against it.
Why is the federal government turning its back on Quebeckers when we are in the midst of a second wave?
Monsieur le Président, hier, la majorité des Québécois ont appris qu'ils tombaient désormais en zone rouge. Je tiens d'abord à exprimer ma solidarité, au nom du Bloc québécois, envers la population québécoise, qui vient d'avoir cette terrible nouvelle.
Aujourd'hui, un sondage a révélé que 81 % des Québécois veulent que le fédéral augmente ses transferts en santé. C'est normal, on est dans une crise sanitaire. Hier soir, le Bloc québécois a déposé un amendement qui allait dans ce sens. Nous voulons plus de transferts en santé. Les libéraux ont voté contre, les conservateurs ont voté contre, le NPD a voté contre et les verts ont voté contre.
Pourquoi le fédéral laisse-t-il tomber les Québécois, alors que nous sommes dans une deuxième vague?
Collapse
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-29 14:29 [p.245]
Expand
Mr. Speaker, while the Bloc Québécois is complaining, we are taking action. This week, we will be sending $19 billion to the provinces to help them fight the second wave. These are agreements that we signed with all of the provincial premiers because we have been there, from the beginning, to support the provinces in the important work that they are doing with us to control this pandemic.
I spoke with Premier Legault yesterday evening to once again express our solidarity. We will be there to help the provinces and to send money where it is needed.
Monsieur le Président, pendant que le Bloc québécois rouspète, nous agissons. Cette semaine, nous allons envoyer 19 milliards de dollars aux provinces pour qu'elles puissent lutter contre cette deuxième vague. Ce sont des accords que nous avons signés avec tous les premiers ministres des provinces et des territoires, parce que, depuis le début, nous sommes là pour appuyer les provinces dans le travail important qu'elles font avec nous pour contrôler cette pandémie.
J'ai pu parler au premier ministre Legault, hier soir, pour lui exprimer encore une fois notre solidarité. Nous serons là pour aider les provinces et transférer de l'argent là où il y a des besoins.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-29 14:30 [p.245]
Expand
Mr. Speaker, the Liberals put $500 million into health care. Quebec and the provinces want $28 billion. Honestly, can the Prime Minister count?
Eighty-one per cent of Quebeckers and 73% of Canadians want health transfers to increase. In Quebec, the National Assembly is unanimous: They want health transfers to increase. All provincial premiers want health transfers to increase.
What is it going to take for the Prime Minister to understand?
Monsieur le Président, en santé, les libéraux ont donné 500 millions de dollars. Les provinces et le Québec veulent avoir 28 milliards de dollars. Franchement, le premier ministre sait-il compter?
Ce sont 81 % des Québécois et 73 % des Canadiens qui veulent plus de transferts en santé. Au Québec, l'Assemblée nationale est unanime: on veut plus de transferts en santé. Tous les premiers ministres des provinces veulent plus de transferts en santé.
Qu'est-ce que cela va prendre au premier ministre pour qu'il comprenne?
Collapse
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-09-29 14:30 [p.245]
Expand
Mr. Speaker, Bloc Québécois members are very good at shouting, but they do not always listen.
Since day one, we have transferred billions of dollars into health care systems to counter this health crisis in Quebec and across the country. We also made a formal commitment to work with the provinces on increasing health transfers; there will be a first ministers meeting this fall on the matter. We have had 18 first ministers meetings since the pandemic began. We are going to have more and we are going to talk about health transfers. We have promised to do that.
Monsieur le Président, les députés du Bloc québécois sont très bons pour crier, mais ils n'écoutent pas nécessairement.
Depuis le début, nous avons transféré des milliards de dollars dans les systèmes de santé pour contrer cette crise sanitaire au Québec et partout au pays. De plus, nous nous sommes engagés formellement à travailler avec les provinces concernant l'augmentation des transferts en santé. Cela comprend une rencontre des premiers ministres qui aura lieu cet automne et qui portera là-dessus. Nous avons eu 18 rencontres des premiers ministres depuis le début de la pandémie. Nous allons en avoir d'autres et nous allons parler des transferts en santé. C'est une promesse que nous avons faite.
Collapse
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
View Claude DeBellefeuille Profile
2020-09-29 14:41 [p.247]
Expand
Mr. Speaker, there is talk of going back into lockdown as of tomorrow evening. I stand in solidarity with my constituents and all the businesses facing this nightmare once again. Because of the pandemic, families, business people, individuals, seniors and everyone else are having to make huge sacrifices.
That is why 81% of us are demanding that the federal government increase health transfers. Quebeckers understand that the solution to a health crisis lies first and foremost in stable federal investments in health care.
When will the federal government deliver?
Monsieur le Président, on parle d'un retour au confinement demain soir. Je tiens à exprimer ma solidarité envers mes concitoyens et toutes les entreprises pour qui c'est un cauchemar à revivre. La pandémie exige des sacrifices immenses de la part des familles, des gens d'affaires, des personnes seules, des aînés, de nous tous.
C'est pourquoi 81 % d'entre nous exigent que le fédéral augmente les transferts en santé. Les Québécois comprennent que la solution à une crise sanitaire passe d'abord et avant tout par un investissement récurrent en santé par le fédéral.
Qu'attend le fédéral pour répondre à cela?
Collapse
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-29 14:42 [p.247]
Expand
Mr. Speaker, the federal government is there to support Quebec. Here are some examples: $675 million to increase testing; $270 million to support the health care system, including $112 million for mental health; $166 million for vulnerable populations; and $675 million to purchase PPE. We are introducing sick leave for Quebeckers who do not already have it and must self-isolate.
What Quebeckers need is co-operation, not partisanship. Let's work together.
Monsieur le Président, le gouvernement fédéral est là pour le Québec. Voici quelques exemples: 675 millions de dollars pour augmenter le nombre de tests; 270 millions de dollars pour appuyer le système de santé, dont 112 millions de dollars pour la santé mentale; 166 millions dollars pour les populations vulnérables; 675 millions pour l'achat d'équipements de protection. Nous allons créer un congé de maladie pour les Québécois qui n'en ont pas et qui doivent s'isoler.
En fait, ce dont les Québécois ont besoin, c'est de collaboration, pas de partisanerie. Travaillons ensemble.
Collapse
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, the second wave of COVID-19 is hitting Quebec hard. Times are tough. The Government of Quebec is making difficult decisions that could have consequences on thousands of SMEs, their owners, their workers, and their communities. Some entrepreneurs narrowly avoided bankruptcy last spring, but they are worried about how the next few weeks will unfold.
Do the Liberals understand the challenge? Will they support the restaurants, bars and the entire cultural sector, such as movie theatres and performance halls that are just starting to get their heads above water?
Monsieur le Président, la deuxième vague de la COVID-19 frappe le Québec et elle frappe fort. Les temps sont durs. Le gouvernement du Québec prend des décisions difficiles qui risquent d'avoir des conséquences sur des milliers de PME, leurs propriétaires, leurs travailleurs et leurs communautés. Des entrepreneurs ont évité de justesse des faillites le printemps dernier, mais voient les prochaines semaines avec angoisse.
Est-ce que les libéraux reconnaissent le défi? Vont-ils appuyer les restaurants, les bars et tout le milieu culturel comme les cinémas et les salles de spectacle qui commençaient à peine de se sortir la tête de l'eau?
Collapse
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
View Mélanie Joly Profile
2020-09-29 14:48 [p.249]
Expand
Mr. Speaker, I thank my colleague for the question because it is important. We want the business community and the cultural sector and all employees and entrepreneurs who are affected by this new lockdown to know that we are with them.
We will be there. We have been there for them over the past few months. We are there for them and will continue to be there in the days ahead whether through the Canada emergency wage subsidy, direct assistance for businesses, loans for small businesses and help through the EI system.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question parce qu'elle est pertinente. En effet, nous voulons montrer notre solidarité avec le milieu des affaires et le milieu culturel et avec tous les employés et les entrepreneurs qui sont affectés par ce nouveau confinement.
Nous serons là. Nous avons été là au cours des derniers mois. Nous sommes là et nous serons là dans les prochains jours, que ce soit avec la Subvention salariale d'urgence du Canada, les aides directes aux entreprises, les prêts pour les petites entreprises et de l'aide par le truchement de l'assurance-emploi.
Collapse
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2020-09-29 14:55 [p.250]
Expand
Mr. Speaker, the United States has appealed the World Trade Organization's decision in favour of Canada on Canadian softwood lumber. We are talking about $3 billion unfairly being held at the border. American protectionism is and will continue to be an issue, regardless of whether the Democrats or the Republicans are in charge.
When will the government implement policies that support the interests of forestry workers in Saguenay—Lac-Saint-Jean, the Lower St. Lawrence, Mauricie, Abitibi and Baie-Comeau?
Monsieur le Président, les États-Unis ont porté en appel la décision favorable au Canada de l'Organisation mondiale du commerce sur le bois d'œuvre canadien. Ce sont 3 milliards de dollars qui dorment aux frontières injustement. Le protectionnisme américain frappe et frappera encore à nos portes, peu importe que ce soit des démocrates ou des républicains.
Quand le gouvernement mettra-t-il en place des politiques favorisant l'intérêt des travailleurs de la forêt au Saguenay-Lac-Saint-Jean, au Bas-Saint-Laurent, en Mauricie, en Abitibi et à Baie-Comeau?
Collapse
View Mary Ng Profile
Lib. (ON)
View Mary Ng Profile
2020-09-29 14:55 [p.250]
Expand
Mr. Speaker, Canada is disappointed that the United States decided to appeal the WTO report from last month. The WTO found that the countervailing measures that the United States had imposed on Canada were inconsistent with the United States' obligations. The American countervailing measures on Canadian softwood lumber were deemed to be unfair and unfounded, and they are undermining the economic recovery on both sides of the border.
We will continue to work—
Monsieur le Président, le Canada est déçu que les États-Unis aient décidé d'aller en appel au sujet du rapport de l'OMC du mois dernier, qui avait conclu que les droits compensateurs à l'encontre du Canada étaient incompatibles avec les obligations des États-Unis. Les droits américains sur le bois d'œuvre canadien ont été jugés injustes et non fondés, et entravent la reprise économique des deux côtés de la frontière.
Nous continuerons à travailler...
Collapse
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2020-09-29 14:56 [p.250]
Expand
Mr. Speaker, since the beginning of the pandemic, the government has let its deficit, the deficit of all taxpayers, balloon to more than $328 billion.
The pandemic is a public health crisis. The people we are relying on most are our nurses, orderlies and doctors. How much money did the federal government transfer to Quebec for health care? At the very beginning of March, Quebec received just $100 million of the $328 billion that has been spent. How can this government be so indifferent to the challenges our health care professionals are facing?
Monsieur le Président, depuis le début de la pandémie, le gouvernement a fait grimper son déficit — le déficit de tous les contribuables — à plus de 328 milliards de dollars.
La pandémie est une crise de santé publique. Les gens les plus sollicités sont nos infirmières et nos infirmiers, nos préposés et nos médecins. Combien d'argent venant du gouvernement a été transféré vers le Québec pour la santé? À peine 100 millions de dollars, au tout début en mars, sur 328 milliards de dollars dépensés. Comment ce gouvernement peut-il être aussi insensible aux défis de nos professionnels de la santé?
Collapse
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-29 14:57 [p.250]
Expand
Mr. Speaker, we have been with Quebec since day one, both through even more regular discussions between the first ministers as part of bilateral collaborations between ministers and, most importantly, through direct assistance. As I said earlier, we allocated $675 million for additional testing, $270 million for health care in general, $112 million for mental health, and $675 million for new equipment to protect our guardian angels.
The Government of Canada has been with Quebec since day one, and we will continue to face this challenge with Quebec.
Monsieur le Président, nous avons été avec le Québec depuis le jour 1, que ce soit lors de discussions plus que jamais régulières entre les premiers ministres, dans le cadre de collaborations bilatérales entre les ministres, mais surtout avec de l'aide concrète. Je l'ai dit tantôt: 675 millions de dollars pour avoir plus de tests, 270 millions de dollars pour la santé de façon générale, 112 millions de dollars pour la santé mentale, 675 millions de dollars pour l'achat d'équipement justement pour protéger nos anges gardiens.
Le gouvernement du Canada est depuis le jour 1 aux côtés du Québec et chemine avec le Québec, et nous continuerons de le faire.
Collapse
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2020-09-29 14:57 [p.251]
Expand
Mr. Speaker, when the government says no to increasing health transfers, it is not saying no to the National Assembly, the Government of Quebec or provincial governments. It is not saying no to Quebec's Premier Legault or to the 81% of Quebeckers who are in favour of transfers. When it refuses to increase transfers, the Liberal government is saying no to exhausted nurses, orderlies and doctors. It is saying no to sick people waiting for care.
Why is this government saying no to increasing health transfers on a recurring basis?
Monsieur le Président, quand ce gouvernement dit non à l'augmentation des transferts en santé, il ne dit pas non à l'Assemblée nationale, au gouvernement du Québec ou à celui des provinces. Il ne dit pas non au premier ministre Legault du Québec ni aux 81 % des Québécois qui sont favorables aux transferts. Quand il refuse d'augmenter les transferts, le gouvernement libéral dit non aux infirmiers et aux infirmières épuisés, aux préposés et aux médecins. Il dit non aux malades en attente de soins.
Pourquoi ce gouvernement refuse-t-il d'augmenter les transferts en santé de façon récurrente?
Collapse
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-29 14:58 [p.251]
Expand
Mr. Speaker, when the government says no to the Bloc Québécois, it is not saying no to Quebeckers.
The problem is that the Bloc Québécois often gets a little confused. There is the Bloc Québécois and there are Quebeckers. We often disagree with the Bloc Québécois, but we will always stand alongside Quebeckers. We will always be there to support health care, our seniors, our families and our businesses, and we will always stand alongside Quebeckers.
Monsieur le Président, quand le gouvernement dit non au Bloc québécois, il ne dit pas non aux Québécois.
Le problème est que le Bloc québécois se mélange souvent un petit peu. Il y a le Bloc québécois et il y a les Québécois. Nous allons être en désaccord avec le Bloc québécois, mais nous marcherons toujours aux côtés des Québécois. Nous allons toujours être là pour la santé, pour nos aînés, pour nos familles, pour nos entreprises et toujours aux côtés des Québécois.
Collapse
Results: 1 - 60 of 10275 | Page: 1 of 172

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data