Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 3 of 3
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, this week, the Minister of Health honoured us with her presence before the Canada-China committee to answer our questions. However, she wasted our time for three hours. She did the same thing she does during question period, which is repeat platitudes. The minister even tried to make us believe that she had not received a briefing about the breach at the Winnipeg lab.
Can the Prime Minister confirm that the Minister of Health had not been briefed on the matter?
Monsieur le Président, cette semaine, la ministre de la Santé nous a honorés de sa présence au comité Canada-Chine, pour répondre à nos questions. Par contre, elle nous a fait perdre notre temps pendant trois heures. Elle a fait la même chose que ce qu'elle fait pendant la période des questions orales, c'est-à-dire qu'elle a répété des platitudes. La ministre a même essayé de nous faire croire qu'elle n'avait pas reçu de breffage concernant la faille au laboratoire de Winnipeg.
Est-ce que le premier ministre peut nous confirmer que la ministre de la Santé n'avait pas reçu de breffage à ce sujet?
Collapse
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
View Michael Chong Profile
2021-06-01 10:14 [p.7706]
Expand
moved:
That an order of the House do issue for the unredacted version of all documents produced by the Public Health Agency of Canada in response to the March 31, 2021, and May 10, 2021, orders of the Special Committee on Canada-China Relations, respecting the transfer of Ebola and Henipah viruses to the Wuhan Institute of Virology in March 2019, and the subsequent revocation of security clearances for, and termination of the employment of, Dr. Xiangguo Qiu and Dr. Keding Cheng, provided that:
(a) these documents shall be deposited with the Law Clerk and Parliamentary Counsel, in both official languages, within 48 hours of the adoption of this order;
(b) the Law Clerk and Parliamentary Counsel shall promptly thereafter notify the Speaker, who shall forthwith inform the House, whether he is satisfied the documents were produced as ordered;
(c) the Minister of Health shall be ordered to appear before the special committee, for at least three hours, at a televised meeting, to be held within two weeks of the adoption of this order, to discuss the documents and the matters referred to in them;
(d) the Law Clerk and Parliamentary Counsel shall confidentially review the documents with a view to redacting information which, in his opinion, could reasonably be expected to compromise national security or reveal details of an ongoing criminal investigation, other than the existence of an investigation;
(e) the Speaker shall cause the documents, as redacted pursuant to paragraph (d), to be laid upon the table at the next earliest opportunity and, after being tabled, they shall stand referred to the special committee;
(f) the Law Clerk and Parliamentary Counsel shall discuss with the special committee, at an in camera meeting, to be held within two weeks of the documents being tabled pursuant to paragraph (e), what information he redacted pursuant to paragraph (d); and
(g) the special committee may, after hearing from the Law Clerk and Parliamentary Counsel pursuant to paragraph (f), decide to make public any of the information which was redacted, as well as, in lieu of making such information public, rely on such information for the purpose of making findings and recommendations in any subsequent report to the House, provided that, for the purpose of this paragraph, the documents deposited pursuant to paragraph (a) shall be deemed to have been referred to the special committee.
propose:
Qu’un ordre de la Chambre soit donné en vue de l’obtention de la version non caviardée de tous les documents produits par l’Agence de la santé publique du Canada en réponse aux ordres du 31 mars 2021 et du 10 mai 2021 du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes en ce qui concerne le transfert des virus de l’Ebola et de l’Henipah à l’Institut de virologie de Wuhan en mars 2019, ainsi que la révocation subséquente des habilitations de sécurité des docteurs Xiangguo Qiu et Keding Cheng, et leur licenciement, pourvu que:
a) ces documents soient déposés auprès du légiste et conseiller parlementaire, dans les deux langues officielles, dans un délai de 48 heures suivant l’adoption du présent ordre;
b) le légiste et conseiller parlementaire en informe ensuite immédiatement le Président, qui devra informer immédiatement la Chambre s’il est convaincu que les documents ont été produits comme il a été ordonné;
c) la ministre de la Santé reçoive l’ordre de comparaître devant le Comité spécial pendant au moins trois heures lors d’une réunion télévisée qui aura lieu dans les deux semaines suivant l’adoption du présent ordre pour discuter de ces documents et des renseignements qui y figurent;
d) le légiste et conseiller parlementaire examine confidentiellement les documents afin de caviarder les renseignements qui, à son avis, risquent de nuire à la sécurité nationale ou de révéler le contenu d’une enquête criminelle en cours autre que l’existence de cette enquête;
e) le Président fasse déposer sur le bureau les documents tels que caviardés conformément au paragraphe d) à la première occasion et, que, après avoir été déposés, ces documents soient renvoyés d’office au Comité spécial;
f) le légiste et conseiller parlementaire discute avec les membres du Comité spécial, lors d’une réunion à huis clos, dans les deux semaines suivant le dépôt des documents conformément au paragraphe e), des renseignements qu’il a caviardés conformément au paragraphe d);
g) les membres du Comité spécial puissent, après avoir entendu le légiste et conseiller parlementaire conformément au paragraphe f), décider de rendre publics tous les renseignements qui ont été caviardés, et, au lieu de divulguer ces renseignements, les utiliser en vue d’en arriver à des conclusions et de formuler des recommandations pour les prochains rapports qui seront présentés à la Chambre, pourvu qu'aux fins du présent paragraphe, les documents déposés conformément au paragraphe a) soient réputés avoir été renvoyés au Comité spécial.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 360--
Mr. Alexandre Boulerice:
With regard to the support units and bases of the Canadian Armed Forces and subcontracts, broken down by fiscal year since 2011-12: (a) what are the details of each contract, including (i) the supplier, (ii) the amount, (iii) the commodity description, (iv) the sourcing, sole or not; and (b) for each contract in (a), why was this work not performed by the Department of National Defence?
Response
Ms. Anita Vandenbeld (Parliamentary Secretary to the Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, the Department of National Defence issues thousands of contracts each year to facilitate its operations and to better serve Canadians at home and abroad. These contracts are subject to national defence’s procurement processes, which allow the department to deliver the right equipment and quality service to the Canadian Armed Forces in a timely manner.
As part of its commitment to openness and transparency, the Department of National Defence proactively discloses all of its contracts over $10,000. Details of these contracts, ranging from 2011 to 2020, can be found at the Open Government website using the following link: https://open.canada.ca.
National defence does not centrally track subcontract data broken down by location. Providing the requested details would require a manual search and validation of over 160,000 contracts, which could not be completed in the allotted time.

Question No. 361--
Mr. Pierre Poilievre:
With regard to private debt guaranteed by the government: what is its total value, including all Crown corporations like the Canada Mortgage and Housing Corporation and Export Development Canada?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, the outstanding principal under loan guarantees issued by the government on the borrowings of third parties stood at $14.5 billion at December 31, 2019. At September 30, 2020, the date of the most recent finalized quarterly data available, the outstanding principal under loan guarantees totalled $15.8 billion.
In addition, the Canada Mortgage and Housing Corporation, CMHC, and the Canada Deposit Insurance Corporation, CDIC, operate insurance programs related to third-party debt for the government. CDIC operates the deposit insurance fund, which provides basic protection coverage to depositors for up to $100,000 of eligible deposits with each member bank, trust or loan company. CMHC operates the mortgage insurance fund, which provides insurance for mortgage lending on Canadian housing by private institutions. At December 31, 2019, total insurance in force amounted to $1,280,849 million. At September 30, 2020, the date of the most recent quarterly data available, total insurance in force amounted to $1,405,991 million. In the event that the corporations have insufficient funds, the government will have to provide financing. The government expects that the corporations will cover the cost of both current claims and possible future claims.

Question No. 362--
Mr. Randall Garrison:
With regard to the government’s commitment to expunge the criminal records of LGBTQ2+ Canadians for historical offences that are no longer criminal offences as part of the Expungement of Historically Unjust Convictions Act: (a) how many people have applied to have their records expunged for unjust convictions; (b) what percentage of the applicants have been successful in having their records expunged; (c) of the unsuccessful applications, what reasons have been given for their rejection by category and how many rejected applications fall into each category; and (d) is there a deadline for applying for expungement under this act and, if so, will that deadline be extended to take into account the impact of the pandemic on the ability of those affected to complete applications?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Mr. Speaker, from December 2019 to January 26, 2021, with regard to (a), PBC received 37 applications for expungement.
With regard to (b), 10) applications were accepted as eligible, and expungement was ordered for nine of them, 90%. The remaining application was refused because, upon investigation, the activity for which the person was convicted remains a criminal offence under the Criminal Code.
With regard to (c), 27 applications were returned or were not admissible because the individual did not meet one or more of the legislated eligibility criteria—i.e., their convictions were not on the list of eligible convictions for expungement. Additionally, the board did not have jurisdiction—i.e., expired absolute/conditional discharge—over two of the ineligible applications.
With regard to (d), there is no deadline for applying for expungement under this act.

Question No. 369--
Mr. Jack Harris:
With regard to Global Affairs Canada, from August 2020 to the present: (a) how much funding was (i) allocated, (ii) spent by month to promote the candidacy of Bill Morneau to the presidency of the Organisation for Economic Co-operation and Development; (b) how many public servants were involved in substantial activities related to Mr. Morneau’s candidacy; and (c) how many person-hours were dedicated to substantial activities related to Mr. Morneau’s candidacy?
Response
Mr. Robert Oliphant (Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers.
The Government of Canada was disappointed to learn that Bill Morneau did not obtain sufficient support to become the next Secretary General of the OECD. Bill Morneau was an ideal candidate to lead the OECD in these difficult times and his commitment deserves to be recognized. Although this result was not what Canada hoped, Canada will work with the next Secretary General of the OECD, Mr. Mathias Cormann, and would like to congratulate him on his appointment.
In response to (a), consistent with its goals to contribute to an effective and high-performing rules-based system that serves Canadians and Canada’s interests, the government campaigned for a Canadian to become the next Secretary General of the OECD. It provided diplomatic support, advocacy and strategic advice.
As is the case in campaigns for leadership positions in multilateral organizations, outreach with key decision-makers in members’ capitals and members’ representatives to the organization is required. Based on the Treasury Board’s special travel authorities and the approach taken for travel-related costs in similar campaigns supported by the department in the past, existing resources of up to $98,385.19 were budgeted. No new resources were allocated. As of January 27, 2021, the total costs incurred by the government in relation to the campaign are $10,899.73.
In response to (b), the department has not assigned any officials exclusively for the purposes of the OECD Secretary-General campaign. Nevertheless, as the lead department responsible for the relationship with the organization, to varying degrees and in line with their regular duties, 19 officials in the department and at the permanent delegation of Canada to the OECD provided punctual support to the campaign at different moments in time.
In response to (c), the work performed by government officials is part of their regular duties, such as preparing briefing or communications materials, managing relations with the OECD and undertaking outreach with foreign countries.

Question No. 370--
Mr. Rob Morrison:
With regard to the negotiations between Canada and the United States to renew the Columbia River Treaty: (a) what is the current schedule of the negotiations; (b) which organizations and individuals have been granted observer status for the negotiations; (c) which organizations and individuals have requested observer status but were not granted it; and (d) what is the government's specific reason for denying the request for each organization or individual in (c)?
Response
Mr. Robert Oliphant (Parliamentary Secretary to the Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers.
With regard to (a), Canada and the United States have held 10 negotiation rounds on modernization of the Columbia River Treaty, the CRT. Round 11 has not yet been scheduled.
With regard to (b), in April 2019, the Minister of Foreign Affairs granted observer status to representatives from the Ktunaxa, Okanagan-Syilx and Secwepemc nations. These three indigenous nations work closely with Canada and British Columbia as part of these treaty negotiations.
With regard to (c), the member of Parliament for Kootenay—Columbia has requested observer status. This status has not been granted.
With regard to (d), the negotiating teams from both Canada and the United States are made up of non-political public servants. There are no political representatives from federal, provincial or state governments or other political representatives.
The Canadian delegation consists of personnel from the federal government, provincial government, BC Hydro and the three indigenous nations official observers covering the range of CRT-related issues. The Global Affairs Canada negotiating team and chief negotiator continue to engage with and update Columbia River basin community groups, the Local Governments Committee and political representatives at provincial and federal levels. The provincial members of the team provide regular updates to the responsible minister and B.C. political representatives and host regular town hall meetings to ensure local communities are briefed on the negotiations and to receive feedback from people in the basin. The representatives from the Ktunaxa, Okanagan-Syilx and Secwepemc nations engage their leadership and communities on the CRT and bring back their interests to the Canadian delegation.

Question No. 372--
Ms. Michelle Rempel Garner:
With regard to COVID-19 vaccines: (a) how many will Canada receive, broken down by week, between January 29, 2021, and the end of 2021; and (b) what is the breakdown by manufacturer with whom Canada has procurement agreements, including those manufacturers whose vaccines have not yet received Health Canada approval?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), as of March 16, 2021, the quarterly breakdown of expected deliveries of approved vaccines from Pfizer-BioNTech and Moderna, AstraZeneca and Janssen) is eight million by the end of March, 28.5 million between April and the end of June, and 81.5 million between July and the end of September, for an aggregate total of 118 million by the end of September 2021. This includes accelerated doses of 1.5 million in March and one million in April and May. PSPC continues to work with vaccine suppliers to negotiate the early delivery of doses to Canadians, and as such, the information is subject to change.
In addition, information about the quantities of COVID-19 vaccines that have been delivered to provinces and territories to date is published by the Public Health Agency of Canada on the Vaccines and treatments for COVID-19: Vaccine rollout website at https://www.canada.ca/en/ public-health/services/diseases/ 2019-novel-coronavirus-infection/ prevention-risks/ covid-19-vaccine-treatment/ vaccine-rollout.html#a4. This information is updated weekly.
With regard to (b), information on Canada’s COVID-19 vaccine agreements, including a breakdown by supplier and number of doses, is published on Public Services and Procurement Canada’s Procuring vaccines for COVID-19 website at: https://www.canada.ca/en/ public-services-procurement/ services/procuring-vaccines- covid19.html.
To protect Canada’s negotiating position and to respect confidentiality clauses in our vaccine agreements, Public Services and Procurement Canada cannot unilaterally disclose details of specific agreements. We continue to seek opportunities to be as transparent as possible about our procurements in support of Canada’s COVID response, while respecting confidentiality agreements and protecting our negotiating position.

Question No. 373--
Mr. Bob Saroya:
With regard to illegal firearms entering Canada: what is the government’s estimate of the number of illegal firearms that have entered the country since 2016, broken down by year and by method of entry (air cargo shipments, land passenger vehicle smuggling, etc.)?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Mr. Speaker, our government is committed to ensuring that our border remains open to legitimate trade and travel while closed to those who seek to traffic or smuggle weapons or drugs.
Following significant cuts by the previous Conservative government to our security agencies, in the last Parliament our government announced an investment of $327 million to combat gun and gang violence, with $86 million to prevent cross-border smuggling of illegal firearms. Of this, the CBSA is being provided an extra $51.5 million to enhance screening, detection and training around firearms smuggling, and $34.5 million for the RCMP’s integrated criminal firearms initiative to enhance intelligence gathering, technology and investigations.
Upon the introduction of new legislation that will strengthen gun control at our borders, we announced additional anti-smuggling investments for the RCMP worth $42.4 million over 5 years, with $6.1 million ongoing. At the same time, for the CBSA we announced enhanced intelligence and investigative capacity of $21.8 million over 5 years, and $3.3 million for ongoing AI threat detection, with $1.7 million over 5 years.
We welcome the opportunity to discuss ways to prevent cross-border firearms smuggling, considering that during the study of Bill C-71 study at SECU, the Conservative MPs proposed amendments that “there be no punishment for include ‘false statements to procure licences’, ‘false statements to procure customs confirmations’—so, importing or trafficking”, as seen at https://openparliament.ca/search/?q=%22randall+koops%22&page=3
At every point in the travel continuum, the government undertakes activities to prevent the smuggling of illicit firearms. Pre-border, the government works closely with domestic and international law enforcement agencies to identify and disrupt criminal networks involved in smuggling or facilitating the smuggling of illicit firearms, through intelligence sharing and operations. The Canada Border Services Agency’s, CBSA’s, national targeting centre also uses intelligence, information and other indicators to conduct pre-arrival risk assessments of goods and people entering the country to identify high-risk shipments or travelers.
If firearms are smuggled into Canada, the CBSA works closely with its law enforcement partners to identify smuggling routes and individuals involved, and to lay the appropriate criminal charges after a thorough criminal investigation. Where a foreign national may be involved, the CBSA can also remove the individual from the country, as such criminal involvement would likely deem the individual as inadmissible to Canada. From January 1, 2014 to September 6, 2020, the CBSA seized 4263 undeclared firearms at the border.
Just recently, we announced that we will be re-establishing the cross-border crime forum with the U.S. while exploring the creation of a cross-border task force to address gun smuggling and trafficking.
To fight the criminal act of gun smuggling and trafficking at our border, under Bill C-21 we will increase the maximum prison sentence to highlight how serious this offence is. Additionally, we will increase sharing of data between the RCMP and local law enforcement agencies to better prosecute trafficking offences, and will table an annual report for greater transparency and accountability.
We welcome the support of the Canadian Association of Chiefs of Police who “wholeheartedly endorse all efforts to strengthen border controls and impose stronger penalties to combat firearms smuggling and trafficking”.

Question No. 374--
Mr. Pierre Poilievre:
With regard to ownership of government bonds: what is the total ownership of bonds, broken down by wealth quintile?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, a search of the records of the Department of Finance did not produce any results, as neither the department nor the Bank of Canada collects data regarding holdings of government bonds, either in general or by wealth quintiles.

Question No. 375--
Mrs. Cathay Wagantall:
With regard to the directives outlined in the Supplementary mandate letter of January 15, 2021, addressed to the Minister of Veterans Affairs and Associate Minister of National Defence and signed by the Prime Minister: (a) what are the specific programs and services that will be reviewed to ensure veterans, their families, and their primary caregivers receive the best possible mental health supports, including timely access to service; (b) what are the metrics by which each program and service will be reviewed; and (c) when will a review of each program and service begin and end?
Response
Hon. Lawrence MacAulay (Minister of Veterans Affairs and Associate Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, Veterans Affairs Canada recognizes the impact that military service has on the mental health and well-being of both veterans and their family members, and understands the importance of family to the overall health and wellness of veterans. As emphasized in the Prime Minister’s supplementary mandate letter to the Minister of Veterans Affairs and Associate Minister of National Defence, the Minister of Veterans Affairs is committed to ensuring that eligible veterans, their families and their primary caregivers have access to the mental health support they need, when they need it. Veterans Affairs Canada fully supports these efforts and is engaged in activities that are working towards delivering on this mandate commitment, including a review of mental health supports to ensure that veterans, their families and primary caregivers have the best possible mental health services. The timing and metrics are still being determined.

Question No. 376--
Mr. Michael Kram:
With regard to the decision to layoff air traffic control workers at the Regina International Airport and the statement by the Minister of Transport in the House of Commons on January 28, 2021, that "No decision has been made. It is important to note that any changes in the level of service proposed by Nav Canada will be subjected to a rigorous safety assessment by Transport Canada": (a) why were layoff notices provided to workers prior to January 28, 2021, if "no decision has been made"; (b) on what date was the decision made; (c) on what date was Transport Canada first notified of the decision; (d) what are the details of how the "rigorous safety assessment by Transport Canada" was conducted; and (e) what were the results of the safety assessment?
Response
Hon. Omar Alghabra (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), Nav Canada is a private, arm’s-length entity and Transport Canada is not involved in the company’s day-to-day management decisions. That said, Transport Canada assesses service level reductions to ensure that they do not have a negative impact on safety.
With regard to parts (b) to (e), no decisions have been made by Transport Canada on a potential service level reduction. Transport Canada is still awaiting receipt of Nav Canada’s aeronautical study, which it will review to determine if the department is supportive of any proposed service level reduction at Regina International Airport. This assessment will begin once the study is received from Nav Canada.

Question No. 377--
Mr. Michael Barrett:
With regard to the various travel restrictions and border measures put into place during the pandemic: (a) what is the government's criteria or exit strategy regarding when each restriction or measure will be eased, including the targeted number of vaccinations, cases or hospitalizations before the government will consider easing each measure; and (b) does the government have any projected timeline for when each criteria in (a) is expected to be met and, if so, what is the timeline?
Response
Hon. Patty Hajdu (Minister of Health, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada’s top priority is the health and safety of Canadians. To limit the introduction and spread of COVID-19 in Canada, the Government of Canada has taken unprecedented action to implement a comprehensive strategy with layers of precautionary measures.
Between February 3, 2020, and February 14, 2021, the Governor in Council has made 45 emergency orders under the Quarantine Act to minimize the risk of exposure to COVID-19 in Canada, to reduce risks from other countries, to repatriate Canadians and to strengthen measures at the border to reduce the impact of COVID-19 in Canada. Together, these measures have been effective. By limiting incoming travel to Canada, requiring mandatory quarantine for asymptomatic travellers, with some exceptions, and requiring mandatory isolation for symptomatic travellers, the number of travel-related COVID-19 cases in December 2020 was a fraction of the travel-related cases seen in March 2020 at the beginning of the pandemic.
In consultation with provinces, territories, and industry stakeholders, and in recognition of the low number of domestic cases, some travel restrictions were eased in October 2020. These include restrictions for extended family members of Canadian citizens, permanent residents and persons registered as Indians under the Indian Act; compassionate entry and limited release from quarantine for reasons such as funerals or to provide care to someone residing in Canada; international students; regular cross-border students; children in shared custody agreements; and residents of isolated border communities.
However, as the numbers increased again and new variants of concern emerged, more stringent measures were introduced once again. In December 2020, the Minister of Transport announced a 72-hour emergency travel ban on all incoming flights from the United Kingdom, and by January 7, 2021, travellers flying into Canadian airports were required to provide proof of a negative molecular test taken prior to departure, with exceptions. This was followed later in January with the ability of travellers to provide proof of a positive COVID-19 test taken at least 14 days and not more than 90 days prior to travel. At this time, strengthened measures continue to be necessary as new variants of the virus that causes COVID-19, which are more transmissible, may have an impact on the efficacy of some vaccines and drugs. Therefore, additional testing and quarantine requirements for travellers arriving by both air and land, as announced by the Prime Minister on January 29, 2021, came into effect on February 14. Under these new measures, travellers arriving at Canada’s land ports of entry are required to provide proof of a negative COVID-19 molecular test, and as of February 21, all travellers arriving in Canada will be required to take a COVID-19 molecular test on arrival and again later during their quarantine, with exceptions. Also as of February 21, travellers arriving by air will be required to reserve and stay in a Government of Canada-approved hotel for up to three nights, at their own cost, while they await the results of the COVID-19 molecular test they took upon arrival, with limited exceptions.
A certain proportion of travellers will require the use of clinical resources for care. In addition, infected travellers can cause secondary transmission to household members or in the community. Therefore, travel continues to present a risk of importing cases, including cases of new variants of the virus, and increases the potential for onward community transmission of COVID-19. To increase monitoring for importation of variants of concern, and to allow our health care system to recover, these stricter measures are necessary to reduce immediate risks associated with new variants and to protect Canadians.
Border measures are developed through consultation with provincial, territorial and international governments, and are based on national and international evidence-based risk assessments, including evaluation of available scientific data and assessment of domestic and international public health measures. The Government of Canada continues to review the available scientific evidence to determine future border measures, including the use of both testing and vaccination to protect the health and safety of Canadians.
The Government of Canada recognizes that entry prohibitions, mandatory quarantine requirements and testing protocols place significant burden on the Canadian economy, Canadians, and their immediate and extended families. However, these measures remain the most effective means of limiting the introduction of new cases of COVID-19 into Canada. The Government of Canada continues to work with provinces and territories to gather evidence to guide policy and decision-making and to incorporate all available options to permit further easing of border measures. While approved COVID-19 vaccines protect an individual from the severe effects of illness, there is limited evidence regarding the ability of a vaccinated individual to transmit the virus to others. Questions also remain regarding the effectiveness of vaccines in preventing illness related to new variants of concern of COVID-19. We continue work towards a time where measures can be eased for those who are vaccinated.
With the advent of new, more transmissible variants of the virus, the Government of Canada continues to take a precautionary approach to border measures in an effort to preserve domestic health capacity and reduce the further introduction and transmission of COVID-19 in Canada.

Question No. 378--
Mr. Marty Morantz:
With regard to the impact of interest rate hikes on the government’s finances: what are the Department of Finance’s projections on the amount of interest the government will have to pay to service the debt in each of the next 10 years under the (i) current interest rate levels, (ii) increased interest rate levels, broken down by rate?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Finance and Deputy Prime Minister, Lib.):
Mr. Speaker, the most recent projections for Government of Canada debt charges can be found in the fall economic statement 2020, which was released on November 30, 2020, and is available at https://www.budget.gc.ca/ fes-eea/2020/ home-accueil-en.html. Specifically, the projection for interest paid on the federal debt for the current and following five years can be found in Table A1.5 on page 126, in the row labelled “Public debt charges”. The Department of Finance does not produce 10-year projections.
These public debt charge projections have been calculated using interest rate projections provided by private sector forecasters through a survey conducted in September 2020. Further details and the results of the September survey can be found on pages 119 -121 of the fall economic statement 2020, including the private sector projection of the Government of Canada three-month treasury bill and the 10-year bond rates.

Question No. 380--
Mr. Bob Zimmer:
With regard to the planned layoffs at the air traffic control towers in St-Jean, Windsor, Sault Ste. Marie, Regina, Fort McMurray, Prince George and Whitehorse: (a) how many air traffic controllers have received layoff notices, broken down by each airport; (b) does the Minister of Transport agree with the decision to lay off these air traffic controllers, and, if not, has he asked Nav Canada to reverse the decision; and (c) did Transport Canada conduct an analysis on the impact of these layoff decisions, and, if so, what methodology was used, and what were the findings, broken down by airport?
Response
Hon. Omar Alghabra (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, in response to part (a), Nav Canada is a private, arm’s-length entity, and Transport Canada is not involved in the company’s day-to-day management decisions.
In response to parts (b) and (c), and having said that, Transport Canada assesses service level reductions to ensure that they do not have a negative impact on safety. No decisions have been made by Transport Canada on potential service-level reductions currently under consideration. The department is still awaiting Nav Canada’s aeronautical study, after which the assessment will begin.

Question No. 381--
Mr. Chris Warkentin:
With regard to the government’s response to Order Paper question Q-313, regarding SNC-Lavalin and COVID-19 programs and spending measures, and the $150,000,000 contract awarded on April 8, 2020, to SNC-Lavalin to design and deliver mobile health units: (a) was this contract solesourced, or was there an open competition; (b) if the contract was awarded through an open competition, how many other competing bids were received; (c) was the tender for this contract advertised and, if so, between what dates was the contract advertisement online, prior to the bid deadline; (d) on what date did the Minister of Public Works and Government Services approve the contract; (e) did this contract receive sign off or approval at any cabinet committee and, if so, on what date, and at which committee; (f) what are the terms of the contract, including any delivery dates; (g) what are the start and end dates of the contract; (h) has the value of the contract been amended since it was originally signed and, if so, what is the (i) original contract value, (ii) revised contract value, (iii) date of amendment; and (i) what specific products, and how many, have been delivered to date as a result of the contract, and where are each of the products currently located?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), a contract in support of the government’s COVID-19 response was awarded to the SNC-Lavalin PAE Joint Venture, SNC-Lavalin PAE Inc., on April 9, 2020, to design and deliver mobile health units following a limited tender solicitation. This contract is valued at $150 million.
With regard to (b), two Canadian contractors were invited to submit proposals based on their proven record on complex logistics work: SNC-Lavalin PAE Inc. of Ottawa, Ontario, and Weatherhaven Global Resources Ltd. of Coquitlam British Columbia.
With regard to (c), the tender was not publicly advertised. The two contractors were invited to submit proposals based on their proven record on complex logistics work. SNC-Lavalin PAE Inc. was invited because of its past and current contracts related to supporting the Department of National Defence with camp logistics for deployed military operations, e.g., in Kandahar, Afghanistan.
With regard to (d), the deputy minister of Public Services and Procurement Canada approved the SNC-Lavalin PAE Inc. and Weatherhaven Global Resources Ltd. contracts on April 9.
With regard to (e), the $150,000,000 contract awarded on April 8, 2020, to SNC-Lavalin to design and deliver mobile health units did not receive approval from any cabinet committee.
With regard to (f), in accordance with the statement of work, the supplier is to provide up to 10 transportable 100-bed mobile health units, MHUs, with an option for additional units, and to also provide services, as and when required, through task-authorizations. Each MHU is to be a fully self-sufficient unit that can provide targeted care for persons with acute respiratory disease and distress.
During the MHU contract period, the supplier may be asked to provide and warehouse up to 10 MHUs deployable kits; establish a program management structure and team to execute the work; and provide logistic support services, on an as and when required basis.
With regard to (g), the contracts were issued with a six-month term and two six-month options. The award date for the two contracts was April 9, 2020. Both six-month extensions have been exercised on both contracts, which now have an end date of October 8, 2021.
With regard to (h), the maximum contract value of both contracts has not increased from the original value of $150 million.
With regard to (i), for the SNC-Lavalin PAE Inc. contract, the contractor was required to provide up to five MHUs’ worth of medical consumables and medical equipment. The contractor has delivered three designs for different MHU configurations, including a container and pod solution. Project management services and warehousing of products continues.
Some of the medical equipment has been transferred to the Public Health Agency of Canada for distribution to provinces to address provincial needs. The rest of the medical equipment and consumables remain within the contractor’s warehouse.

Question No. 382--
Ms. Michelle Rempel Garner:
With regard to the government’s contracts for COVID-19 vaccines: (a) what recourse or financial penalties were written into each contract for (i) a delayed delivery schedule, (ii) deliveries with fewer doses than stated in the delivery schedule; (b) what was the original vaccine delivery schedule written into each contract; (c) what is the current vaccine delivery schedule for each contract; and (d) what intellectual property provisions were included in the contracts related to licensing for domestic manufacturing?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, to protect Canada’s negotiating position and to respect confidentiality clauses in our vaccine agreements, Public Services and Procurement Canada cannot unilaterally disclose details of specific agreements. We continue to seek opportunities to be as transparent as possible about our procurements in support of Canada’s COVID response, while respecting confidentiality agreements and protecting our negotiating position.
For further information regarding vaccine procurement, please see https://www.canada.ca/en/public-services-procurement/services/procuring-vaccines-covid19.html

Question No. 383--
Mr. Jamie Schmale:
With regard to procurement practices applied to contracts during the COVID-19 pandemic: (a) what constitutes a COVID-19-related contract or supplier; (b) what policies or requirements have been paused, removed, suspended, or deferred for contracts related to COVID-19; (c) have integrity checks been downsized or compacted to accommodate tighter supply timelines; and (d) what policies or requirements have been waived for companies bidding on COVID-19-related contracts?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), as a common service provider for procurement, PSPC has been engaged by its clients to procure a broad range of goods and services related to the government’s response to the COVID-19 pandemic. This has included requirements such as personal protective equipment; medical/laboratory equipment and supplies; vaccines, logistics; professional services; software; health related services; guard and security services; cleaning services; and communications, advertising, and contact center and construction services.
PSPC has been disclosing supplier names and contract values for contracts that it has entered into on behalf of other government departments and agencies for personal protective equipment, PPE, as well as medical/laboratory equipment and supplies at https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/comm/aic-scr/contrats-contracts-eng.html. The information released will be adjusted over time as the procurement environment evolves.
With regard to part (b), no policies or requirements have been paused, removed, suspended, or deferred for contracts related to COVID-19. However, the Treasury Board amended the contracting policy to confer time-limited increased emergency contracting limits to the Minister of Public Services and Procurement for COVID-19-related procurements.
In addition, the Public Health Agency of Canada made a request on behalf of the federal government that PSPC invoke a national security exception, NSE, with respect to the acquisition of goods and services required in order to respond to the COVID-19 pandemic. That invocation, which covers a broad range of goods and services, is time-limited and applies only until the World Health Organization no longer declares the COVID-19 pandemic a public health emergency of international concern. An NSE invocation removes procurements from the obligations of Canada’s trade agreements for reasons of national security. NSEs are provided for in trade agreements to ensure that parties to the agreements are not required to compromise their national security interests through application of the trade agreements.
With regard to part (c), the Government of Canada’s integrity regime and its verification process have been consistently applied throughout the pandemic, including for applicable COVID-19 related procurements. The verification process has not been impacted and the department continues to provide high-quality services to complete all requests within its prescribed service standards.
With regard to part (d), no policies or requirements have been waived for companies bidding on COVID-19 related contracts.

Question No. 384--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to the consultations conducted before the tabling of Bill C-15, An Act respecting the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples: (a) what are the details of all in-person and virtual consultations and meetings conducted by the Minister of Crown-Indigenous Relations or the Department of Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs with all First Nations, Inuit, and Metis stakeholders, between August 1, 2018, and December 3, 2020, including, for each, the (i) date, (ii) location, (iii) name and title of the First Nations, groups, organizations or individuals consulted, (iv) recommendations that were made to the minister; and (b) what are the details of all in-person and virtual consultations and meetings conducted by the Minister of Crown-Indigenous Relations or the Department of Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs, with all provincial ministers of Indigenous Affairs and all third-party stakeholders, between August 1, 2018, and December 3, 2020, including, for each, the (i) date, (ii) location, (iii) name and title of the groups, organizations or individuals consulted, (iv) recommendations that were made to the minister?
Response
Hon. David Lametti (Minister of Justice and Attorney General of Canada, Lib.):
Mr. Speaker, the question was interpreted as referring specifically to consultations conducted on Bill C-15, An Act respecting the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. Consultations on this bill began in early 2020, with a focused engagement period from September 2020 to November 2020. Between October and November 2020, the Government of Canada held 28 sessions with modern treaty and self-governing rights holders on a nation-to-nation, government-to-government basis as reflected in their agreements. The Government of Canada met bilaterally with the Assembly of First Nations, Inuit Tapiriit Kanatami, and the Métis National Council. Our government also met with other national and regional organizations, including indigenous women’s organizations, LGBTQ2S+ groups, indigenous youth and indigenous law students.
Justice Canada, with the support of Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs Canada, CIRNAC,, will publish a what-we-learned report, which will be made available to members of the public soon.

Question No. 385--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to offers or proposals received by the government to manufacture or produce COVID-19 vaccines in Canada, or to develop facilities for such production, since January 1, 2020: what are the details of any such offers or proposals, including (i) the name of the individual or firm making the offer or proposal, (ii) the summary of the offer or proposal, including the timeline, (iii) whether or not the offer or proposal was accepted by the government, (iv) the reason the offer or proposal was rejected, if applicable?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of Innovation, Science and Industry, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada does not comment on whether specific applications for federal funding, including from the strategic innovation fund, SIF, may be under consideration. Details related to applicants and/or applications are subject to commercial confidentiality and cannot be disclosed. The process for strategic innovation fund projects can be consulted on the program website at https://www.ic.gc.ca/eic/site/125.nsf/eng/00023.html.
In the course of the Department of Innovation, Science and Economic Development’s efforts to map the vaccine and therapeutic manufacturing landscape in Canada, departmental officials conducted a comprehensive outreach across a range of companies to better understand their capabilities in light of the COVID-19 pandemic. The nature and content of these conversations are commercially confidential. The Government of Canada also established the Vaccine Task Force, Therapeutics Task Force and the joint manufacturing subcommittee, comprising scientific experts and industry leaders, to make evidence-based recommendations to the government. All promising leads and offers to the government have been thoroughly evaluated for their specific scientific and technical merits and their ability to make a timely contribution to Canada’s biomanufacturing landscape, and investment decisions are made on that basis.
To date, more than 20 proposals have been submitted that are related to biomanufacturing, vaccines and/or therapies. The Government has announced three of these projects, Precision NanoSystems, Abcellera and Medicago, and multiple others are in various stages of due diligence or other consideration, in consultation with the some of Canada’s leading scientists and industry experts in vaccinology, immunology, therapeutics and commercialization. Further projects will be announced in due course.
On May 3, 2020, the government announced a $175.6-million investment in AbCellera through SIF to support its antibody therapy discovery and to establish a good manufacturing practice facility in Vancouver.
On October 23, 2020, the government announced an investment of up to $173 million in Quebec City-based Medicago through SIF. The project, valued at a total of $428 million, will involve developing a vaccine through clinical trials, including phase 3, and establish a large-scale vaccine and antibody production facility to increase Canada’s domestic biomanufacturing capacity.
On February 2, 2021, the government announced an investment of up to $25.1 million in Vancouver-based Precision NanoSystems Inc. for a new biomanufacturing centre to expand Canada’s capabilities in the production of ribonucleic acid, RNA, vaccines and future genetic medicines.
A backgrounder that highlights the list of investments that have been made can be found at the following website: https://www.canada.ca/en/innovation-science-economic-development/news/2021/02/backgrounder--government-of-canada-investments-in-covid-19-vaccines-and-biomanufacturing-capacity.html.

Question No. 389--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to the agreement between the government and the Enoch Cree Nation related to the Yekau Lake Practice Bombing Range: (a) what is the summary of the terms of the agreement; and (b) is the text of the agreement publicly available and, if so, how can the public access the agreement?
Response
Mr. Gary Anandasangaree (Parliamentary Secretary to the Minister of Crown-Indigenous Relations, Lib.):
Mr. Speaker, insofar as Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs Canada is concerned, the response is as follows.
With regard to (a), the Enoch Cree Nation submitted its Yekau Lake Practice Bombing Range specific claim in November 2007, on the basis that the Crown breached both its fiduciary and statutory obligations under the Indian Act in respect of the lease of the former Yekau Lake Bombing Range as part of Canada's war effort during the Second World War. Canada has provided $91 million in compensation to fully and finally resolve the Yekau Lake Practice Bombing Range specific claim. Please see https://orders-in-council.canada.ca/attachment.php?attach=39817&lang=en for additional details.
With regard to (b), the text of the agreement is not publicly available and is protected by settlement privilege.

Question no 360 --
M. Alexandre Boulerice:
En ce qui concerne les bases et unités de soutien des Forces armées canadiennes et les contrats de sous-traitance, ventilés par exercice depuis 2011-2012: a) quels sont les détails de chacun des contrats, y compris (i) le fournisseur, (ii) le montant, (iii) la description des biens ou services, (iv) l’octroi ou non à un fournisseur unique; b) pour chacun des contrats en a), quelle est la raison pour laquelle ce travail n'a pas été effectué par le ministère de la Défense nationale?
Response
Mme Anita Vandenbeld (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, le ministère de la Défense nationale octroie des milliers de contrats chaque année pour faciliter ses activités, et pour mieux servir les Canadiens au pays et à l’étranger. Ces contrats sont assujettis aux processus d’approvisionnement du ministère de la Défense nationale qui lui permettent de fournir le bon équipement et des services de qualité aux Forces armées canadiennes en temps utile.
Dans le cadre de son engagement à l’égard de l’ouverture et de la transparence, le ministère de la Défense nationale divulgue de façon proactive tous ses contrats de plus de 10 000 $. Les détails de ces contrats, de 2011 à 2020, se trouvent dans le site Web Gouvernement ouvert, au lien suivant: https://ouvert.canada.ca.
Le ministère de la Défense nationale n’effectue pas de suivi centralisé des données des contrats de sous-traitance, ventilés par endroit. Pour fournir le niveau de détails demandé, nous aurions à effectuer une recherche et une validation manuelles de plus de 160 000 contrats, ce qui est impossible à réaliser dans le temps imparti.

Question no 361 --
M. Pierre Poilievre:
En ce qui concerne la dette privée garantie par le gouvernement: quelle est la valeur totale de celle-ci, y compris celle de toutes les sociétés d’État telles que la Société canadienne d’hypothèques et de logement et Exportation et développement Canada?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, au 31 décembre 2019, le principal impayé au titre des garanties de prêt émises par le gouvernement sur les emprunts de tiers s’élevait à 14,5 milliards de dollars. Au 30 septembre 2020 les données trimestrielles finalisées disponibles les plus récentes, le principal impayé au titre des garanties de prêt s’élevait à 15,8 milliards de dollars.
De plus, la Société canadienne d’hypothèques et de logement, ou SCHL, et la Société d’assurance-dépôts du Canada, ou SADC, administrent des programmes d’assurance liés à la dette de tiers pour le gouvernement. La SADC administre le Fonds d’assurance-dépôts qui assure, jusqu’à concurrence de 100 000 $ des dépôts assurables auprès de chacune des banques, compagnies de fiducie ou de prêts qui en sont membres. La SCHL administre le Fonds d’assurance hypothécaire qui assure les prêts hypothécaires consentis par les institutions privées sur les propriétés résidentielles au Canada. Au 31 décembre 2019, l’assurance totale en vigueur s’élevait à 1 280 849 millions de dollars. Au 30 septembre 2020, les données trimestrielles disponibles les plus récentes, l’assurance totale en vigueur s’élevait à 1 405 991 millions de dollars. Advenant que ces sociétés manquent de fonds pour s’acquitter de leurs obligations, le gouvernement devra fournir les montants nécessaires. Le gouvernement prévoit que les sociétés pourront combler le coût des réclamations courantes et éventuelles.

Question no 362 --
M. Randall Garrison:
En ce qui concerne l’engagement du gouvernement à effacer les casiers judiciaires des Canadiens LGBTQ2+ pour des infractions passées n’étant plus considérées comme des infractions criminelles en vertu de la Loi sur la radiation de condamnations constituant des injustices historiques: a) combien de personnes ont demandé la radiation de leur casier judiciaire pour des condamnations injustes; b) quel pourcentage des demandeurs ont réussi à faire effacer leur casier judiciaire; c) parmi les demandes rejetées, quelles raisons ont justifié le refus, par catégorie, et combien de demandes rejetées y a-t-il dans chaque catégorie; d) y a-t-il un délai pour présenter une demande de radiation en vertu de cette loi et, le cas échéant, ce délai sera-t-il prolongé pour tenir compte des conséquences de la pandémie sur la capacité des personnes touchées à remplir leurs demandes?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, de décembre 2019 au 26 janvier 2021, en réponse à la partie a) de la question, la CLCC a reçu 37 demandes de radiation.
En réponse à la partie b) de la question, 10 demandes ont été acceptées comme étant admissibles et la radiation a été ordonnée pour 9 d’entre elles, soit 90 %. La demande restante a été refusée parce que, après enquête, l'activité pour laquelle la personne a été condamnée reste une infraction pénale en vertu du Code criminel.
En ce qui concerne la partie c) de la question, 27 demandes ont été renvoyées ou n’étaient pas admissibles, car la personne ne remplissait pas un ou plusieurs des critères d'admissibilité prévus par la loi, c'est-à-dire que ses condamnations ne figuraient pas sur la liste des condamnations admissibles à la radiation. De plus, la Commission n'avait pas compétence, c'est-à-dire que l’absolution inconditionnelle ou conditionnelle était expirée, sur deux des demandes inadmissibles.
Au sujet de la partie d) de la question, il n'y a pas de date limite pour demander une radiation en vertu de cette loi.

Question no 369 --
M. Jack Harris:
En ce qui concerne Affaires mondiales Canada, depuis août 2020 jusqu’à aujourd’hui: a) quel financement a été (i) alloué, (ii) dépensé par mois pour la promotion de la candidature de Bill Morneau à la présidence de l’Organisation de coopération et de développement économiques; b) combien de fonctionnaires ont participé à des activités importantes associées à la candidature de M. Morneau; c) combien d’heures-personnes ont été consacrées à des activités importantes associées à la candidature de M. Morneau?
Response
M. Robert Oliphant (secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Monsieur le Président, ce qui suit reflète la réponse consolidée approuvée au nom des ministres d’Affaires mondiales Canada.
Le gouvernement du Canada a été déçu d’apprendre que Bill Morneau n’a pas obtenu le soutien suffisant pour devenir le prochain secrétaire général de l’OCDE. M. Morneau était un candidat idéal pour diriger l’OCDE en ces temps difficiles, et son dévouement mérite d’être souligné. Bien que ce ne soit pas le résultat qu’il espérait, le Canada collaborera avec le prochain secrétaire général de l’OCDE, Mathias Cormann, et le félicite de sa nomination.
En réponse à la partie a) de la question, conformément à son objectif de contribuer à un système efficace fondé sur des règles et très performant qui sert les Canadiens et les intérêts du Canada, le gouvernement a fait campagne pour qu’un Canadien devienne le prochain secrétaire général de l’OCDE. Il a fourni un appui diplomatique, des activités de plaidoyer et des conseils stratégiques.
Comme c’est le cas dans les campagnes pour des postes de direction au sein d’organisations multilatérales, il est nécessaire de sensibiliser les principaux décideurs des capitales des membres et les représentants des membres de l’organisation. En fonction des autorisations spéciales de voyager du Conseil du Trésor et de l’approche adoptée pour les frais de voyage dans le cadre de campagnes similaires soutenues par le ministère dans le passé, des ressources existantes d’un maximum de 98 385,19 $ ont été incluses au budget. Aucune nouvelle ressource n’a été affectée. En date du 27 janvier 2021, les coûts totaux engagés par le gouvernement dans le cadre de cette campagne sont de 10 899,73 $.
En réponse à la partie b) de la question, le Ministère n’a affecté aucun fonctionnaire exclusivement aux fins de la campagne au poste de secrétaire général de l’OCDE. Néanmoins, en tant que ministère principal responsable des relations avec l’Organisation, à des degrés divers et conformément à leurs fonctions habituelles, 19 fonctionnaires du ministère et de la Délégation permanente du Canada auprès de l’OCDE ont fourni un soutien ponctuel à la campagne à différents moments.
En ce qui concerne la partie c) de la question, le travail effectué par les représentants du gouvernement fait partie de leurs tâches habituelles, comme la préparation de documents d’information ou de communication, la gestion des relations avec l’OCDE et la sensibilisation des pays étrangers.

Question no 370 --
M. Rob Morrison:
En ce qui concerne les négociations entre le Canada et les États-Unis pour le renouvellement du Traité du fleuve Columbia: a) quel est le calendrier pour les négociations à l’heure actuelle; b) à quelles organisations et à quels particuliers le statut d’observateur des négociations a-t-il été octroyé; c) quelles organisations et quels particuliers ont demandé à avoir un statut d’observateur, mais ne se sont pas vus accorder ce statut; d) quelle raison précise le gouvernement a-t-il invoquée pour rejeter la demande de chaque organisation ou de chaque particulier en c)?
Response
M. Robert Oliphant (secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Monsieur le Président, ce qui suit reflète la réponse consolidée approuvée au nom des ministres d’Affaires mondiales Canada.
En réponse à la partie a) de la question, le Canada et les États-Unis ont participé à 10 séries de négociations sur la modernisation du Traité du fleuve Columbia, ou TFC. L’horaire de la 11e série de négociations n’a pas encore été fixé.
En ce qui a trait à la partie b) de la question, au mois d’avril 2019, le ministre des Affaires étrangères a accordé le statut d’observateur aux représentants des nations Ktunaxa, Okanagan-Syilx et Secwepemc. Ces trois nations autochtones collaborent de près avec le Canada et la Colombie-Britannique dans le cadre de ces négociations de traité.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, le député de Kootenay-Columbia a demandé le statut d’observateur. Ce statut ne lui a pas été accordé.
En réponse à la partie d) de la question, les équipes de négociation du Canada et des États-Unis sont formées de fonctionnaires non politiques. Elles ne comptent aucun représentant politique des gouvernements fédéraux, provinciaux ou d’État ni d’autres représentants politiques.
La délégation canadienne est formée de membres du personnel du gouvernement fédéral, du gouvernement provincial, de BC Hydro et des observateurs officiels des trois nations autochtones s’intéressant à l’éventail des enjeux liés au TFC. L’équipe de négociation d’Affaires mondiales Canada et le négociateur principal s’entretiennent toujours avec les groupes communautaires du bassin du fleuve Columbia, le Comité des gouvernements locaux et les représentants politiques au niveau provincial et au niveau fédéral et tiennent ces groupes à jour au sujet des nouveaux faits. Les membres provinciaux de l’équipe fournissent régulièrement des mises à jour au ministre responsable et aux représentants politiques de la Colombie-Britannique. et organisent régulièrement des réunions de discussion libre pour s’assurer que les collectivités locales sont tenues au courant des négociations, de même que pour recevoir des commentaires des personnes habitant dans le bassin. Les représentants des nations Ktunaxa, Okanagan-Syilx et Secwepemc discutent avec leurs dirigeants et les collectivités du TFC et font connaître les intérêts de ces derniers à la délégation canadienne.

Question no 372 --
Mme Michelle Rempel Garner:
En ce qui concerne les vaccins contre la COVID-19: a) combien le Canada en recevra-t-il, par semaine, entre le 29 janvier 2021 et la fin de 2021; b) combien le Canada en recevra-t-il de chaque fabricant avec qui il a conclu une entente d’approvisionnement, y compris ceux dont le vaccin n’a pas encore été homologué par Santé Canada?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, voici la ventilation par trimestre des livraisons attendues des vaccins homologués Pfizer BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen, en date du 16 mars 2021: 8 millions d’ici la fin mars, 28,5 millions entre avril et la fin de juin, et 81,5 millions entre juillet et la fin de septembre, pour un total global de 118 millions d’ici la fin de septembre 2021. Cela comprend la livraison accélérée de 1,5 million de doses en mars et de 1 million en avril et en mai. Comme Services publics et Approvisionnement Canada continue de s’employer auprès des fournisseurs de vaccins à négocier la livraison rapide des doses destinées à la population canadienne, l'information est susceptible de changer.
De plus, les renseignements sur les quantités de vaccins contre la COVID-19 qui ont été livrées aux provinces et aux territoires à ce jour sont publiés par l’Agence de la santé publique du Canada sur le site Web Vaccins et traitements contre la COVID-19: Déploiement du vaccin à https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/prevention-risques/covid-19-vaccins-traitements/deploiement-vaccin.html#a4. Ces renseignements sont mis à jour chaque semaine.
En réponse à la partie b) de la question, les renseignements concernant les ententes du Canada sur les vaccins contre la COVID-19, y compris une ventilation par fournisseur et nombre de doses, sont publiés sur le site Web Achats de vaccins contre la COVID-19 de Services publics et Approvisionnement Canada à https://www.canada.ca/fr/services-publics-approvisionnement/services/achat-vaccins-covid19.html.
Afin de protéger la position de négociation du Canada et de respecter les clauses de confidentialité des ententes sur les vaccins, Services publics et Approvisionnement Canada ne peut pas divulguer unilatéralement les détails de certaines d’entre elles. Nous continuons de chercher des possibilités pour être aussi transparents que possible quant à nos achats à l’appui de la réponse du Canada à la pandémie de COVID-19, tout en respectant les ententes de confidentialité et en protégeant notre position de négociation.

Question no 373 --
M. Bob Saroya:
En ce qui concerne les armes à feu illégales qui entrent au Canada: à combien le gouvernement estime-t-il le nombre d’armes à feu illégales entrées au pays depuis 2016, ventilé par année et par méthode d’entrée (expéditions de fret aérien, véhicules terrestres à passagers, contrebande, etc.)?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, notre gouvernement s’est engagé à faire en sorte que notre frontière demeure ouverte au commerce et aux déplacements légitimes tout en étant fermée à ceux qui cherchent à faire le trafic d’armes ou de drogues.
À la suite des compressions importantes effectuées par le gouvernement conservateur précédent dans nos agences de sécurité, notre gouvernement a annoncé, au cours de la dernière législature, un investissement de 327 millions de dollars pour lutter contre la violence liée aux armes à feu et aux gangs, avec 86 millions de dollars pour prévenir la contrebande transfrontalière d’armes à feu illégales. De ce montant, l’Agence des services frontaliers du Canada, ou ASFC, reçoit 51,5 millions de dollars supplémentaires pour améliorer le dépistage, la détection et la formation en matière de contrebande d’armes à feu et 34,5 millions de dollars pour l’Initiative intégrée des armes à feu criminelles de la GRC afin d’améliorer la collecte de renseignements, la technologie et les enquêtes.
Lors de l’adoption d’une nouvelle loi qui renforcera le contrôle des armes à feu à nos frontières, nous avons annoncé des investissements supplémentaires de lutte contre la contrebande pour la GRC, d’une valeur de 42,4 millions de dollars sur cinq ans, avec 6,1 millions de dollars en cours. Parallèlement, nous avons annoncé pour l’ASFC une capacité accrue de renseignement et d’enquête de 21,8 millions de dollars sur cinq ans et une capacité continue de 3,3 millions de dollars pour la détection des menaces d’IA: 1,7 M$ sur cinq ans.
Nous sommes heureux d’avoir l’occasion de discuter des moyens de prévenir la contrebande transfrontalière d’armes à feu, considérant que lors de l’étude C-71 à la SECU, les députés conservateurs ont proposé des amendements qui « proposent qu’il n’y ait pas de punition pour [différents délits qui] incluent les “fausses déclarations pour obtenir des licences”, les “fausses déclarations pour obtenir des confirmations douanières” — donc, l’importation ou le trafic. » https://openparliament.ca/search/?q=%22randall+koops%22&page=3
À chaque étape du continuum des voyages, le gouvernement entreprend des activités pour prévenir la contrebande d’armes à feu illicites. Avant l’arrivée à la frontière, le gouvernement travaille en étroite collaboration avec les organismes nationaux et internationaux d’exécution de la loi afin de repérer et de perturber les réseaux criminels impliqués dans la contrebande ou la facilitation de la contrebande d’armes à feu illicites, par l’échange de renseignements et les opérations. Le Centre national de ciblage de l’ASFC utilise également des renseignements, de l’information et d’autres indicateurs pour effectuer des évaluations des risques avant l’arrivée des marchandises et des personnes qui entrent au pays afin de repérer les expéditions ou les voyageurs à risque élevé.
Si des armes à feu sont introduites clandestinement au Canada, l’ASFC travaille en étroite collaboration avec ses partenaires de l’exécution de la loi pour identifier les voies de contrebande et les personnes impliquées, et pour déposer les accusations criminelles appropriées après une enquête criminelle approfondie. Lorsqu’un ressortissant étranger peut être impliqué, l’ASFC peut également expulser la personne du pays, car une telle implication criminelle la considérerait probablement comme inadmissible au Canada. Du 1er janvier 2014 au 6 septembre 2020, l’ASFC a saisi 4 263 armes à feu non déclarées à la frontière.
Tout récemment, nous avons annoncé que nous rétablirions le Forum sur la criminalité transfrontalière avec les États-Unis tout en envisageant la création d’un groupe de travail transfrontalier chargé de lutter contre la contrebande et le trafic d’armes à feu.
Pour combattre l’acte criminel de contrebande et de trafic d’armes à feu à notre frontière, en vertu du projet de loi C-21, nous augmenterons la peine de prison maximale pour souligner la gravité de cette infraction. De plus, nous augmenterons l’échange de données entre la GRC et les organismes locaux d’exécution de la loi afin de mieux poursuivre les auteurs d’infractions liées au trafic et nous déposerons un rapport annuel pour plus de transparence et de responsabilisation.
Nous saluons l’appui de l’Association canadienne des chefs de police qui « appuie sans réserve tous les efforts visant à renforcer les contrôles aux frontières et à imposer des sanctions plus sévères pour lutter contre la contrebande et le trafic d’armes à feu ».

Question no 374 --
M. Pierre Poilievre:
En ce qui concerne les personnes qui détiennent des obligations du gouvernement: quel est le nombre total de personnes détenant des obligations, ventilé par quintile de richesse?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, une recherche dans les dossiers du ministère des Finances n’a relevé aucune occurrence, car ni le ministère ni la Banque du Canada ne recueille de l’information sur les caractéristiques des personnes détenant des obligations du gouvernement, ni de façon générale ni selon le quintile de richesse.

Question no 375 --
Mme Cathay Wagantall:
En ce qui concerne les directives énoncées dans la lettre de mandat supplémentaire du 15 janvier 2021 adressée au ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale et signée par le premier ministre: a) quels sont précisément les programmes et les services qui seront révisés afin que les vétérans, leurs familles et leurs principaux dispensateurs de soins reçoivent le meilleur soutien en santé mentale possible, y compris un accès au service en temps opportun; b) selon quels paramètres chacun des programmes et services sera-t-il révisé; c) quand la révision de chacun des programmes et services doit-elle débuter et quand doit-elle prendre fin?
Response
L'hon. Lawrence MacAulay (ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, Anciens Combattants Canada reconnaît les répercussions du service militaire sur la santé mentale et le bien être des vétérans et des membres de leur famille, et comprend l'importance de la famille pour la santé et le bien-être des vétérans. Comme le souligne la lettre de mandat supplémentaire du premier ministre à mon intention, je m’engage à faire en sorte que les vétérans admissibles, leur famille et leurs principaux dispensateurs de soins aient accès au soutien en matière de santé mentale dont ils ont besoin, au moment où ils en ont besoin. Anciens Combattants Canada appuie entièrement ces efforts et participe à des activités qui visent à respecter cet engagement énoncé dans le mandat, y compris un examen des mesures de soutien en matière de santé mentale afin que les vétérans, leur famille et leurs principaux dispensateurs de soins aient accès aux meilleurs services de santé mentale possible. Les échéances et les paramètres restent à déterminer.

Question no 376 --
M. Michael Kram:
En ce qui concerne la décision de mettre à pied les employés du contrôle aérien de l’aéroport international de Regina et la déclaration faite par le ministre des Transports à la Chambre des communes le 28 janvier 2021, selon laquelle « Aucune décision n’a été prise. Il est à noter que toute proposition de changement au niveau de service de la part de Nav Canada sera soumise à une évaluation de sécurité rigoureuse par Transports Canada »: a) pourquoi des employés ont-ils reçu un avis de mise à pied avant le 28 janvier 2021, si « aucune décision n’a été prise »; b) à quelle date la décision a-t-elle été prise; c) à quelle date Transports Canada a-t-il été avisé de cette décision pour la première fois; d) quelles ont été les modalités de réalisation de l' « évaluation de sécurité rigoureuse par Transports Canada »; e) quelles ont été les conclusions de l’évaluation de sécurité?
Response
L’hon. Omar Alghabra (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, NAV CANADA est une entité privée indépendante et Transports Canada ne participe pas aux décisions de gestion quotidiennes de l’entreprise. Cela dit, Transports Canada évalue les réductions de niveau de service pour s'assurer qu'elles n'ont pas d'incidence négative sur la sécurité.
En réponse aux parties b) à e), aucune décision n’a été prise par Transports Canada quant à une possible réduction du niveau de service. Transports Canada attend toujours de recevoir l’étude aéronautique de NAV CANADA, qui sera examinée pour déterminer s’il est favorable à une proposition de réduction du niveau de service à l’aéroport international de Regina. L’examen sera entamé une fois que l’étude de NAV CANADA sera reçue.

Question no 377 --
M. Michael Barrett:
En ce qui concerne les diverses restrictions de voyage et mesures frontalières mises en place pendant la pandémie: a) quels sont les critères ou la stratégie de sortie du gouvernement concernant le moment où chaque restriction ou mesure sera assouplie, y compris le nombre de vaccinations, de cas ou d’hospitalisations à atteindre avant que le gouvernement envisage l’assouplissement de chaque mesure; b) le gouvernement a-t-il un échéancier prévu en ce qui concerne le moment auquel chaque critère énoncé en a) devrait être satisfait et, le cas échéant, quel est cet échéancier?
Response
L’hon. Patty Hajdu (ministre de la Santé, Lib.):
Monsieur le Président, la priorité du gouvernement du Canada est la santé et la sécurité des Canadiens. Pour limiter l'introduction et la propagation de la COVID-19 au Canada, le gouvernement a adopté des mesures sans précédent pour mettre en œuvre une stratégie globale comportant plusieurs niveaux de mesures de précaution.
Entre le 3 février 2020 et le 14 février 2021, le gouverneur en conseil a pris 45 décrets d'urgence en vertu de la Loi sur la quarantaine afin de réduire au minimum le risque d'exposition à la COVID-19 au Canada — pour réduire les risques provenant d'autres pays, pour rapatrier des Canadiens et pour renforcer les mesures à la frontière afin de réduire l'impact de la COVID-19 au Canada. Réunies, ces mesures se sont avérées efficaces. En limitant les voyages d'entrée au Canada, en exigeant la mise en quarantaine obligatoire des voyageurs asymptomatiques, à quelques exceptions près, et l'isolement obligatoire des voyageurs symptomatiques, le nombre de cas de COVID-19 liés aux voyages en décembre 2020 ne représentait qu'une fraction des cas liés aux voyages observés en mars 2020 au début de la pandémie.
En consultation avec les provinces, les territoires et les acteurs du secteur, et compte tenu du faible nombre de cas nationaux, certaines restrictions de voyage ont été assouplies en octobre 2020. Il s'agit notamment des restrictions imposées aux membres de la famille élargie des citoyens canadiens, des résidents permanents et des personnes inscrites comme Indiens en vertu de la Loi sur les Indiens; de l'entrée pour des raisons humanitaires et de la libération limitée de la quarantaine pour des raisons telles que les funérailles ou pour fournir des soins à une personne résidant au Canada, aux étudiants étrangers, aux étudiants transfrontaliers réguliers, aux enfants faisant l'objet d'une entente de garde partagée et aux résidents de communautés frontalières isolées.
Cependant, comme le nombre de ces personnes a de nouveau augmenté et que de nouveaux variants préoccupants sont apparus, des mesures plus strictes ont de nouveau été introduites. En décembre 2020, le ministre des Transports a annoncé une interdiction de voyage d'urgence de 72 heures pour tous les vols en provenance du Royaume-Uni, et, le 7 janvier 2021, les voyageurs se rendant dans les aéroports canadiens devaient fournir la preuve d'un test moléculaire négatif effectué avant le départ, sauf exceptions. Cette mesure a été suivie plus tard en janvier par la possibilité pour les voyageurs de fournir la preuve d'un test COVID-19 positif effectué au moins 14 jours et pas plus de 90 jours avant le voyage. À l'heure actuelle, des mesures renforcées restent nécessaires, car de nouveaux variants plus transmissibles du virus qui provoque la COVID-19 peuvent éventuellement avoir des répercussions sur l'efficacité du vaccin. Par conséquent, les exigences supplémentaires en matière de tests et de quarantaine pour les voyageurs arrivant par voie aérienne et terrestre, annoncées par le premier ministre le 29 janvier 2021, sont entrées en vigueur le 14 février. En vertu de ces nouvelles mesures, les voyageurs arrivant aux points d'entrée terrestres du Canada doivent fournir la preuve d'un test moléculaire COVID-19 négatif, et, à partir du 21 février, tous les voyageurs arrivant au Canada devront subir un test moléculaire COVID-19 à leur arrivée et à nouveau plus tard pendant leur quarantaine, sauf exceptions. Toujours à partir du 21 février, les voyageurs arrivant par avion devront réserver et séjourner dans un hôtel approuvé par le gouvernement du Canada pour un maximum de trois nuits, à leurs propres frais, en attendant les résultats du test moléculaire COVID-19 qu'ils ont subi à leur arrivée, à quelques exceptions près.
Une certaine proportion de voyageurs devra avoir recours à des ressources cliniques pour se faire soigner. En outre, les voyageurs infectés peuvent provoquer une transmission secondaire aux membres du ménage ou à la communauté. Par conséquent, les voyages continuent de présenter un risque d'importation de cas, y compris de nouveaux variants du virus, et augmentent le potentiel de transmission communautaire de la COVID-19. Afin d'accroître la surveillance de l'importation des variants préoccupants et de permettre à notre système de santé de se rétablir, ces mesures plus strictes sont rendues nécessaires pour réduire les risques immédiats associés aux nouveaux variants et pour protéger les Canadiens.
Les mesures frontalières sont élaborées en consultation avec les gouvernements provinciaux, territoriaux et internationaux et sont établies sur des évaluations des risques nationales et internationales fondées sur des données probantes, y compris l'évaluation des données scientifiques disponibles et l'évaluation des mesures de santé publique nationales et internationales. Le gouvernement du Canada continue d'examiner les données scientifiques disponibles afin de déterminer les futures mesures frontalières, y compris le recours aux tests et à la vaccination pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens.
Le gouvernement du Canada reconnaît que les interdictions d'entrée, les exigences de quarantaine obligatoires et les protocoles d'essai imposent un fardeau important à l'économie canadienne, aux Canadiens et à leur famille immédiate et élargie. Toutefois, ces mesures demeurent le moyen le plus efficace de limiter l'introduction de nouveaux cas de COVID-19 au Canada. Le gouvernement du Canada continue de travailler avec les provinces et les territoires afin de recueillir des preuves servant à orienter les politiques et la prise de décisions, et d'intégrer toutes les options disponibles pour permettre un assouplissement supplémentaire des mesures frontalières. Bien que les vaccins COVID-19 approuvés protègent un individu contre les effets graves de la maladie, il existe peu de preuves concernant la capacité d'un individu vacciné à transmettre le virus à d'autres personnes. Des questions subsistent également concernant l'efficacité des vaccins dans la prévention des maladies liées aux nouveaux variants préoccupants de COVID-19. Nous continuons à œuvrer pour que les mesures puissent être assouplies pour les personnes vaccinées.
Avec l'apparition de nouveaux variants plus transmissibles du virus, le gouvernement du Canada continue d'adopter une approche prudente des mesures frontalières afin de préserver les capacités sanitaires nationales et de réduire l'introduction et la transmission de COVID-19 au Canada.

Question no 378 --
M. Marty Morantz:
En ce qui concerne l’incidence de l’augmentation des taux d’intérêt sur les finances du gouvernement: quelles sont les prévisions du ministère des Finances au sujet du montant d'intérêt que le gouvernement devra payer au service de la dette pour chacune des 10 prochaines années en fonction (i) des taux d’intérêt actuels, (ii) de l’augmentation des taux d’intérêt, ventilée par taux?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, les projections les plus récentes concernant les frais de la dette du gouvernement du Canada figurent dans l’Énoncé économique de l’automne 2020, publié le 30 novembre 2020 et accessible à l’adresse https://www.budget.gc.ca/fes-eea/2020/home-accueil-fr.html. Plus précisément, la projection des intérêts payés sur la dette fédérale pour l’année en cours et les cinq suivantes se trouve au tableau A1.5 à la page 144 de la ligne intitulée Frais de la dette publique. Le ministère des Finances ne produit pas de projections sur 10 ans.
Ces projections des frais de la dette publique ont été calculées à l’aide des projections des taux d’intérêt fournies par les prévisionnistes du secteur privé dans le cadre d’un sondage mené en septembre 2020. On trouvera également d’autres détails et les résultats du sondage de septembre aux pages 137 à 139 de l’Énoncé économique de l’automne 2020, y compris la projection par le secteur privé des bons du Trésor du gouvernement du Canada sur trois mois et les taux des obligations sur dix ans.

Question no 380 --
M. Bob Zimmer:
En ce qui concerne les licenciements prévus dans les tours de contrôle de la circulation aérienne à Saint-Jean, Windsor, Sault Ste. Marie, Regina, Fort McMurray, Prince George et Whitehorse: a) combien de contrôleurs de la circulation aérienne ont reçu un avis de licenciement, ventilé par aéroport; b) le ministre des Transports est-il d’accord avec la décision de licencier ces contrôleurs de la circulation aérienne et, si ce n’est pas le cas, a-t-il demandé à Nav Canada d’annuler la décision; c) Transports Canada a-t-il effectué une analyse des répercussions de ces licenciements et, le cas échéant, quelle méthode a été utilisée et quelles ont été les conclusions, ventilées par aéroport?
Response
L’hon. Omar Alghabra (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse èa la partie a) de la question, NAV CANADA est une entité privée indépendante et Transports Canada ne participe pas aux décisions de gestion quotidiennes de l’entreprise.
Cela dit, en réponse aux parties b) et c) de la question, Transports Canada évalue les réductions de niveau de service pour s'assurer qu'elles n'ont pas d'incidence négative sur la sécurité. Aucune décision n'a été prise par Transports Canada sur d'éventuelles réductions du niveau de service actuellement à l'étude. Le ministère attend toujours l’étude aéronautique de NAV CANADA, après quoi l’évaluation commencera.

Question no 381 --
M. Chris Warkentin:
En ce qui concerne la réponse du gouvernement à la question inscrite au Feuilleton Q-313 au sujet de SNC-Lavalin, des programmes et des mesures financières liés à la COVID-19, et du contrat de 150 000 000 $ attribué à SNC-Lavalin le 8 avril 2020 pour la conception et la livraison d’unités de santé mobiles: a) le contrat a-t-il été octroyé à un fournisseur unique ou y a-t-il eu un processus concurrentiel; b) si le contrat a été attribué par l’intermédiaire d’un processus concurrentiel, combien d’autres soumissions concurrentes ont été reçues; c) l’appel d’offres pour ce contrat a-t-il été annoncé et, le cas échéant, entre quelles dates a-t-il été annoncé en ligne, avant la date limite pour la présentation des soumissions; d) quelle est la date à laquelle la ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux a approuvé le contrat; e) ce contrat a-t-il obtenu l’approbation ou la signature d’un comité du Cabinet et, le cas échéant, à quelle date et par quel comité; f) quelles sont les modalités du contrat, y compris toutes les dates de livraison; g) quelles sont les dates de début et de fin du contrat; h) la valeur du contrat a-t-elle été modifiée depuis la signature du contrat original et, le cas échéant, quelle est (i) la valeur du contrat original, (ii) la valeur du contrat révisé, (iii) la date à laquelle le contrat a été modifié; i) quels produits précis, et combien, ont été livrés jusqu’à maintenant dans le cadre du contrat et où chacun de ces produits se trouvent-ils à l’heure actuelle?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, un contrat à l’appui de la réponse du gouvernement à la COVID-19 a été attribué à SNC-Lavalin PAE en coentreprise, ou SNA-Lavalin PAE inc., le 9 avril 2020, pour la conception et la livraison d’unités de santé mobiles à la suite d’un appel d’offres limité. La valeur de ce contrat s’élève à 150 millions de dollars.
En ce qui concerne la partie b) de la question, deux entrepreneurs canadiens ont été invités à présenter des propositions en raison de leurs capacités antérieures: SNC-Lavalin PAE inc. d’Ottawa, en Ontario, et Weatherhaven Global Resources ltée de Coquitlam, en Colombie-Britannique.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, l’appel d’offres n’a pas été annoncé publiquement. Les deux entrepreneurs ont été invités en raison de leurs capacités antérieures. SNC-Lavalin PAE inc. a été invitée en raison de sa capacité d’exécution dans le cadre de contrats anciens et actuels liés à du soutien offert au ministère de la Défense nationale en matière de logistique pour de grands camps pour des opérations militaires à l’étranger, par exemple, à Kandahar, en Afghanistan.
Relativement à la partie d) de la question, le sous-ministre de Services publics et Approvisionnement Canada a approuvé les contrats de SNC-Lavalin PAE inc. et de Weatherhaven Global Resources ltée le 9 avril.
Au sujet de la partie e) de la question, le contrat de 150 millions de dollars attribué le 8 avril 2020 à SNC-Lavalin pour la conception et la livraison d’unités de santé mobiles n’a reçu l’approbation d’aucun comité du Cabinet.
En réponse à la partie f) de la question, conformément à l’énoncé des travaux, le fournisseur doit fournir au plus 10 unités de santé mobiles, ou USM, et transportables de 100 lits, y compris une option pour des unités supplémentaires, et fournir également des services, au fur et à mesure des besoins, au moyen d’autorisation de tâches. Les USM seront des unités entièrement autonomes qui permettront de prodiguer des soins ciblés aux personnes atteintes d’une maladie respiratoire aiguë ou de détresse respiratoire.
Pendant la durée du contrat relatif aux USM, le fournisseur pourrait être appelé à fournir et entreposer au plus 10 trousses déployables d’USM; à mettre en place une structure de gestion de programme et une équipe pour réaliser les travaux; et à fournir des services de soutien logistique, au fur et à mesure des besoins.
Relativement à la partie g) de la question, les contrats attribués s’échelonnent sur six mois et comportent deux périodes d’option de six mois. La date d’attribution des deux contrats était le 9 avril 2020. Les deux périodes d’option de six mois ont été exercées pour les deux contrats et leur date de fin est désormais le 8 octobre 2021.
Au sujet de la partie h) de la question, la valeur maximale initiale des deux contrats n’a pas augmenté par rapport au montant initial de 150 millions de dollars.
En réponse à la partie i) de la question, en ce qui concerne le contrat de SNC-Lavalin PAE inc., l’entrepreneur devait fournir les fournitures médicales consommables et l’équipement médical pour au plus cinq USM. L’entrepreneur a fourni trois conceptions pour différentes configurations d’USM, y compris une solution de conteneur et de cabine. On continue de faire appel à leurs services de gestion de projet et d’entreposage de produits.
Une partie de l’équipement médical a été transférée à l’Agence de la santé publique du Canada aux fins de distribution aux provinces qui en ont besoin. Le reste de l’équipement médical et des fournitures médicales sont conservés dans l’entrepôt de l’entrepreneur.

Question no 382 --
Mme Michelle Rempel Garner:
En ce qui concerne les contrats que le gouvernement a conclus pour obtenir des vaccins contre la COVID-19: a) quels recours ou pénalités financières ont été inscrits dans chaque contrat pour (i) un calendrier de livraison retardé, (ii) des livraisons comptant moins de doses que ce qui était prévu dans le calendrier de livraison; b) quel était le calendrier de livraison initial des vaccins inscrit dans chaque contrat; c) quel est le calendrier actuel de livraison des vaccins pour chaque contrat; d) quelles dispositions relatives à la propriété intellectuelle ont été incluses dans les contrats concernant l’octroi de licences pour la fabrication domestique?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, afin de protéger la position de négociation du Canada et de respecter les clauses de confidentialité des ententes sur les vaccins, Services publics et Approvisionnement Canada ne peut pas divulguer unilatéralement les détails de certaines d’entre elles. Nous continuons de chercher des possibilités pour être aussi transparents que possible quant à nos achats à l’appui de la réponse du Canada à la pandémie de COVID-19, tout en respectant les ententes de confidentialité et en protégeant notre position de négociation.
Pour de plus amples renseignements sur l’achat des vaccins, on peut consulter la page Web suivante: https://www.canada.ca/fr/services-publics-approvisionnement/services/achat-vaccins-covid19.html.

Question no 383 --
M. Jamie Schmale:
En ce qui concerne les modalités d’approvisionnement par contrat durant la pandémie de COVID-19: a) qu’est-ce qui constitue un contrat ou un fournisseur relatif à la COVID-19; b) quelles politiques ou exigences a-t-on mises sur pause, supprimées, suspendues ou reportées pour les contrats relatifs à la COVID-19; c) a-t-on rationnalisé ou condensé les contrôles d’intégrité pour accommoder les échéances d’approvisionnement plus serrées; d) quelles politiques ou exigences a-t-on laissé tomber pour les fournisseurs soumissionnant à des contrats relatifs à la COVID-19?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, en tant que fournisseur de services communs pour l’approvisionnement, SPAC a été chargé par ses clients d’acheter un vaste éventail de biens et de services liés à la réponse du gouvernement à la pandémie de COVID-19. Les besoins visaient notamment de l’équipement de protection individuelle, des fournitures médicales et de laboratoires, des vaccins, des services de logistique, des services professionnels, des logiciels, des services liés à la santé, des services de garde et de sécurité, des services de nettoyage, des services de communication, de publicité et de centre de contact ainsi que des services de construction.
SPAC divulgue les noms des fournisseurs et la valeur des contrats en ce qui concerne les contrats que le ministère a passés, au nom d’autres ministères et organismes, pour acquérir de l'EPI, du matériel médical, du matériel de laboratoire et des fournitures à l’adresse https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/comm/aic-scr/contrats-contracts-fra.html. Les renseignements rendus publics seront ajustés au fil du temps, selon l'évolution du contexte des approvisionnements.
En réponse à la partie b) de la question, aucune politique ou exigence n’a été mise en pause, supprimée, suspendue ou reportée pour les contrats liés à la COVID-19. Toutefois, le Conseil du Trésor a modifié la Politique sur les marchés afin de conférer à la ministre des Services publics et des Approvisionnements des pouvoirs accrus et limités dans le temps pour la passation de contrats liés à la COVID-19.
De plus, l’Agence de santé publique du Canada, ou ASPC, a présenté une demande au nom du gouvernement fédéral pour que SPAC invoque l’exception au titre de la sécurité nationale, ou ESN, en vue de se procurer les biens et les services nécessaires pour répondre à la pandémie de COVID-19. L’invocation, qui englobe un large éventail de biens et de services, est pour une durée déterminée et s’applique seulement jusqu’à ce que l’OMS déclare que la pandémie de COVID-19 n’est plus une urgence de santé publique de portée internationale. L’ESN est invoquée pour retirer les marchés publics des obligations des accords commerciaux du Canada pour des raisons de sécurité nationale ; les ESN sont prévues dans les accords commerciaux et visent à garantir que les parties signataires d’un accord commercial n’ont pas à compromettre leurs intérêts en matière de sécurité nationale en appliquant les dispositions des accords commerciaux.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, le Régime d’intégrité du gouvernement du Canada ainsi que le processus de vérification de l’intégrité ont été appliqués systématiquement pendant la pandémie de COVID-19, y compris dans le cadre des activités d’approvisionnement liées à la COVID-19. Ce processus est demeuré le même et le ministère continue de fournir des services de haute qualité qui respectent les normes de service établies.
Au sujet de la partie d) de la question, aucune politique ou exigence n’a été supprimée pour les entreprises qui soumissionnent les contrats liés à la COVID-19.

Question no 384 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne les consultations menées avant le dépôt du projet de loi C-15, Loi concernant la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones: a) quels sont les détails de toutes les consultations et réunions virtuelles et en personne tenues par la ministre des Relations Couronne-Autochtones ou par le ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord avec tous les intervenants des Premières Nations, inuits et métis, entre le 1er août 2018 et le 3 décembre 2020, y compris, pour chaque, (i) la date, (ii) le lieu, (iii) les nom et titre des Premières Nations, groupes, organisations ou personnes consultés, (iv) les recommandations adressées à la ministre; b) quels sont les détails de toutes les consultations et réunions virtuelles et en personne tenues par la ministre des Relations Couronne-Autochtones ou par le ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord avec tous les ministres provinciaux des Affaires autochtones et toutes les tierces parties, entre le 1er août 2018 et le 3 décembre 2020, y compris, pour chaque, (i) la date, (ii) le lieu, (iii) les nom et titre des groupes, organisations ou personnes consultés, (iv) les recommandations adressées à la ministre?
Response
L’hon. David Lametti (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):
Monsieur le Président, la question a été interprétée comme faisant plus précisément référence aux consultations menées sur le projet de loi C-15, Loi concernant la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Les consultations sur ce projet de loi ont commencé au début de 2020 et ont été accompagnées d’une période de consultation ciblée de septembre 2020 à novembre 2020. Entre octobre et novembre 2020, le gouvernement du Canada a tenu 28 séances avec les détenteurs de droits issus de traités modernes et de droits à l’autonomie sur une base de nation à nation et de gouvernement à gouvernement, comme le reflètent leurs accords. Le gouvernement du Canada a tenu des rencontres bilatérales avec l'Assemblée des Premières Nations, l'Inuit Tapiriit Kanatami et le Ralliement national des Métis. Notre gouvernement a également rencontré d'autres organisations nationales et régionales, notamment des organisations de femmes autochtones, des groupes LGBTQ2S+, des jeunes autochtones et des étudiants en droit autochtones.
Justice Canada, avec l’appui de Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada ou RCAANC, a publié un rapport « Ce que nous avons appris » qui sera bientôt mis à la disposition du public.

Question no 385 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne les offres ou propositions prévoyant la fabrication ou la production de vaccins contre la COVID-19 au Canada, ou la création d’installations pour la production de tels vaccins, que le gouvernement a reçues depuis le 1er janvier 2020: quels sont les détails de ces offres ou propositions, y compris (i) le nom du particulier ou de l’entreprise qui a soumis l’offre ou la proposition, (ii) un résumé de l’offre ou de la proposition, y compris de son échéancier, (iii) si le gouvernement a accepté ou rejeté l’offre ou la proposition, (iv) les raisons pour lesquelles le gouvernement a rejeté l’offre ou la proposition, le cas échéant?
Response
L’hon. François-Philippe Champagne (ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada s’abstient de tout commentaire concernant la possibilité que des demandes particulières de financement fédéral, y compris auprès du Fonds stratégique pour l’innovation, ou FSI, pourraient être à l’étude. Les détails concernant les candidats ou les demandes sont assujettis à la confidentialité commerciale et ne peuvent être divulgués. Le processus relatifs aux projets du Fonds stratégique pour l’innovation peut être consulté sur le site Web du programme à l’adresse https://www.ic.gc.ca/eic/site/125.nsf/fra/00023.html.
Dans le cadre des efforts du ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique pour analyser la situation relative à la fabrication de vaccins et de produits thérapeutiques au Canada, les représentants ministériels ont mené une vaste consultation auprès de certaines entreprises afin de mieux comprendre leurs capacités dans le contexte de la pandémie de COVID-19. La nature et le contenu de ces conversations sont confidentiels sur le plan commercial. Le gouvernement du Canada a également créé le Groupe de travail sur les vaccins, le Groupe de travail sur les produits thérapeutiques et le Sous-comité de fabrication conjointe, composés d’experts scientifiques et de dirigeants de l'industrie, dont le mandat est de formuler des recommandations fondées sur des données probantes à l’intention du gouvernement. Toutes les offres et les pistes prometteuses ayant été présentées au gouvernement ont fait l’objet d’un examen approfondi fondée sur leurs mérites techniques et scientifiques particuliers, de même qu’à leur capacité de contribuer en temps opportun à la biofabrication, à la suite duquel les décisions d’investissement ont été prises.
Jusqu’à maintenant, plus de 20 propositions liées à la biofabrication de vaccins ou de traitements ont été soumises. Le gouvernement a annoncé trois de ces projets, Precision NanoSystems, Abcellera et Medicago, et plusieurs autres projets sont à l’étude, en consultation avec certains des plus éminents experts scientifiques et dirigeants de l’industrie du Canada en vaccinologie, en immunologie, en produits thérapeutiques et en commercialisation. D'autres projets seront annoncés en temps voulu.
Le 3 mai 2020, le gouvernement a annoncé un investissement de 175,6 millions de dollars dans AbCellera, par l’entremise du FSI, pour appuyer la découverte de traitements par anticorps et établir une installation qui respecte les pratiques exemplaires en fabrication à Vancouver.
Le 23 octobre 2020, le gouvernement a annoncé un investissement de 173 millions de dollars dans Medicago, située dans la ville de Québec, par l’entremise du FSI. Le projet, d’une valeur totale de 428 millions de dollars, consistera à développer un vaccin grâce à des essais cliniques, y compris la phase 3, et à établir une installation de production à grande échelle de vaccins et d’anticorps pour augmenter la capacité de biofabrication canadienne.
Le 2 février 2021, le gouvernement a annoncé un investissement pouvant atteindre 25,1 millions de dollars dans Precision NanoSystems inc., située à Vancouver, afin de financer un nouveau centre de biofabrication qui a pour but d’accroître les capacités du Canada en matière de production de vaccins à base d’acide ribonucléique, ou ARN, et de futurs médicaments génétiques.
Un document d'information qui souligne les investissements réalisés peut être consultés sur le site Web https://www.canada.ca/fr/innovation-sciences-developpement-economique/nouvelles/2021/02/document-dinformation--investissements-du-gouvernement-du-canada-dans-la-biofabrication-et-les-vaccins-contre-la-covid-19.html.

Question no 389 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne l’entente entre le gouvernement et la Nation crie d’Enoch relativement au champ d'entraînement de bombardement de Yekau Lake: a) quel est le résumé des modalités de l’entente; b) le texte de l’entente est-il accessible au public et, le cas échéant, comment le public peut-il accéder à l’entente?
Response
M. Gary Anandasangaree (secrétaire parlementaire de la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada, la réponse à la question est la suivante:
Concernant la partie a) de la question, la nation crie d'Enoch a soumis sa revendication particulière concernant le champ de tir d'entraînement de Yekau Lake en novembre 2007, sur une base que la Couronne a violé ses obligations fiduciaires et légales en vertu de la Loi sur les Indiens en ce qui concerne la location de l'ancien champ de tir de Yekau Lake dans le cadre de l'effort de guerre du Canada pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Canada a versé 91 millions de dollars en compensation pour résoudre entièrement et définitivement la revendication spécifique du champ de tir d'entraînement de Yekau Lake. Pour plus de détails, on peut consulter le site https://decrets.canada.ca/attachment.php?attach=39817&lang=fr.
Concernant la partie b) de la question, le texte de l'accord n'est pas accessible au public et est protégé par le privilège de règlement.
Collapse
Results: 1 - 3 of 3

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data