Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 10170
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
moved that Bill C-206, An Act to amend the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act (qualifying farming fuel), be read the second time and referred to a committee.
He said: Mr. Speaker, our farmers are the backbone of our community and the engine of our economy. They are the hard-working men and women who take to the fields every day in the searing heat and, lately, the snow and freezing temperatures. They make sure we have food on our tables and, literally, the clothes on our backs. Our agriculture industry represents more than 7% of the GDP, and it still bears repeating how important, vital and essential our agriculture community is and its impact on our economy.
Farmers contribute over 2.3 million employment positions, including people who own farms and those who are involved in farming. That is one in eight jobs that is there because of farmers and the great work they do. We are an agriculture dynamo.
We are a leader in many categories. We are number one in the world in maple syrup. We produce 75% of the world's maple syrup, so let us hear it for maple syrup. We are in the top five in many agricultural productions, such as flax seed, canola, pulses, oats and durum wheat.
During the pandemic, and in fact, at any time in recent history, Canadians have not had to worry about food supply. Canadians have some of the least expensive, highest quality and safest food in the entire world, and that is because of our terrific farmers and agri-food workers.
During the pandemic, farmers kept going. As we all battled the pandemic, they kept making sure that their fields were planted and their animals were fed, so we could be fed.
As we start contemplating what a stronger Canada looks like going forward, one of the questions we will no doubt think about is self-sufficiency. One thing I can tell the House about the future is that, as long as we take care of farmers, we will always be able to feed ourselves here in Canada.
Unfortunately, farmers have had difficult times in the recent years. Whether it was due to difficult weather conditions, global trade wars or pricing disputes, there have been numerous challenges. This includes, unfortunately, the latest free trade agreement with the United States of America, CUSMA, where there was a watering down or a reduction of the market share for many of our farmers, which is disappointing.
Different governments have responded to the pandemic differently in how they have supported the agriculture community. Our neighbours to the south have literally given billions of dollars to farmers to help them bridge to a better day and get the farms through this. Unfortunately, here in Canada, our farmers have not had the same benefit. Instead, our farmers are getting recycled funding announcements and endless platitudes. Farmers deserve better.
Even in our domestic marketplace, farmers are facing challenges. Multi-million dollar grocery stores are setting record profits. However, they are doing it, at least in part, on the backs of Canadian farmers. We need to give Canadian farmers a break.
Farmers are not asking for a handout. In fact, they are not even asking for a hand-up. They just want a level playing field because they know, as I know, that our farmers are the best in the world. Where they have an opportunity, they will be successful and they will win.
In 2008, before the government even contemplated a federal carbon tax, in British Columbia the government put in place a carbon tax. In fact, many commentators have highlighted the fact that our current carbon tax is built on the chassis of the British Columbia carbon tax. However, there are notable differences, one of which is that before that British Columbia carbon tax was ever put in place, its government contemplated deeply the effect it would have on agriculture.
The result was more fulsome exemptions for Canadian farmers and fairer treatment for B.C. farmers. They have a full exemption on all farm fuels, including natural gas and propane, which is exactly what my private member's bill calls for. As well, in British Columbia, most commentators have said this exemption actually strengthens the carbon tax and helps farmers. Why would we not do this federally?
In a world where much of our competition is not subject to pollution taxing, the carbon tax is an unfair barrier for our farmers. The government has hummed and hawed, saying, “Maybe it costs this much, or maybe it costs that much.”
We do have numbers on the cost of the carbon tax, but they are not from the federal government, unfortunately. They come from from producers, such as the Saskatchewan producers, who calculated that an unbelievable 8% of net income will go to the carbon tax for Saskatchewan producers.
In 2022, because of set escalators for everyone out there, there will be an automatic increase without parliamentary consent to the tax. It is a nefarious regime, no doubt. By 2022, because of those escalators, that tax will actually go to 12%. That means, to put it in the language of my neighbours, that one in ten cows that farmers raise would go to pay the carbon tax, one in ten pigs would go to pay the carbon tax and one in ten tonnes of grain would go to pay the carbon tax.
Many farmers have sent my office their bills. These are exorbitant bills, particularly during last year's harvest when the grain was wet and they had to spend extra time and money drying it. I have numerous invoices that show that the carbon tax was $10,000 to $20,000.
To add insult to injury, the government decided to charge HST on the carbon tax. Come on. What we are seeing is that this tax is not only making our producers less competitive, it is also reducing their margins.
Although the government will not admit it, the carbon tax is not neutral for farmers. The claim that the carbon tax is neutral is in dispute, but what is not in dispute is that, for farmers, as a particular sector, it is not revenue neutral. Farmers' prices are not set by themselves, but rather by governments and international markets. They cannot just push that cost along. It is coming directly out of the pockets of our farmers, and that is money they could be using to reinvest in their farms, invest in clean technologies and help support their families.
I come from a small town called Orono, Ontario. I think it is one of the prettiest towns in Canada. In this town, our economy is based on farming. Farmers go out and buy food at the local restaurants. They go to the feed store and buy feed for their stock. They go to the tractor dealership and buy tractors. There are countless jobs that are created by the farmers, and when we take this money out of rural Canada, we take this money out of Canadians' hands. Rural Canada does not need more taxes. What we need is more support.
The Greenhouse Gas Pollution Pricing Act currently includes a partial exemption on fossil fuels for farmers. It exempts diesel and gasoline. For whatever reason, and I still have not been given a good explanation of why this is, it does not exempt natural gas and propane. However, natural gas and propane, by nearly every environmentalist's account, are actually cleaner fuels.
I do not understand why we would not exempt cleaner fuels but exempt dirtier fuels. It does not make sense. This impacts all of the agricultural sector, but it has specific impacts on grain farmers, who have to dry their crops with natural gas and propane. There is nothing that our farmers would rather than to not have to do that, or to find an alternative way of doing it using renewable energy, but the reality is that that does not exist right now.
Now, if we could pause, give the farmers a break from the carbon tax and let them reinvest that money into innovation and clean technology, maybe that would occur. Maybe the free market could come up with some great ideas that could clean our environment, but as of now, the carbon tax is a continuing burden on farmers. It is slowing innovation and making our environment dirtier.
As the member of Parliament for Northumberland—Peterborough South, I have the great pleasure of representing some of the best farmers of all of Canada. I have had numerous conversations with our farmers, and whether we are at the back of a tailgate, out in the fields or in the boardroom, they tell me over and over that they spend more time in the environment than anyone. They tell me that of course they want a clean environment, of course they recognize that climate change is real and they want to fight climate change, but they do not want to do it by being taxed.
What we want to do is to come up with innovation: clean tech to have us go forward. Examples of that are already happening. Farmers are among the leading environmentalists in Canada. They have advanced technologies such as no-till farming and precision farming.
One thing that I have gotten to know about from talking with some of our farmers is precision farming. It seems like it is out of the Jetsons, for people my age. It actually uses satellites. The satellites beam down GPS coordinates so that every inch of productive farm area is used and so that no extra drop of gasoline, diesel, natural gas or propane is used. This reduces emissions. The farmers are working hard to be environmental stewards for us.
The reality is that the grain growers have done analysis based on Statistics Canada's numbers. They emit about 66 megatonnes of carbon dioxide, which is not good. However, on the other side of equation are the crops they plant: their carbon sinks. These actually absorb over 100 megatonnes of carbon dioxide. Farmers are already carbon-neutral, 20 years ahead of the government's schedule. However, farmers, unlike nearly every other industry, are not given credit for this. They are not given an offset for the great work they do for the environment. We are just asking that we allow farmers the same playing field as other industries.
Why would we not get support for this private member's bill? In B.C. the NDP have done the same. The province strengthened its carbon tax. From an environmental perspective, I give it a check. It will help farmers be more competitive. There is a check. It will help our economy be stronger. There is a check. I do not see any xes.
I know that this cannot be true and I am hoping it is not true, but the only reason to oppose this bill would be pure politics. I know that the members on the other side want to support this. Whether they are from the Bloc Québécois, the NDP or the Liberal Party, members want to go back to farmers to tell them they are proud of having voted for a bill today that will make their lives a little bit easier and make things a little less difficult for them. We have to get beyond this.
I was in the House about two weeks ago, proudly speaking for small business owners and asking for a simple pause of audits during the pandemic. We were opposed. Only one party voted against us. I think we have had great amendments for a number of bills that were being legislated, but every time they are opposed, opposed, opposed.
I am calling upon my great friends across the aisle to do what is right for their constituents. Put down your sabres, extend your hands and work with our government-in-waiting to develop constructive solutions for Canadians. We want to work with our colleagues. We want to make life better for Canadians. Please join us.
propose que le projet de loi C-206, Loi modifiant la loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre (combustible agricole admissible), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
Monsieur le Président, les agriculteurs sont la pierre angulaire de la collectivité et le moteur de l'économie. Ces hommes et ces femmes travaillent fort dans les champs tous les jours, malgré les chaleurs accablantes et, ces jours-ci, la neige et le froid. Grâce à eux, nous avons de la nourriture sur nos tables et des vêtements sur le dos. L'industrie agricole compte pour plus de 7 % du PIB. Il convient de répéter à quel point la communauté agricole et son apport à l'économie sont importants, cruciaux et essentiels.
Les agriculteurs génèrent plus de 2,3 millions d'emplois, y compris les propriétaires d'exploitations agricoles et ceux qui travaillent dans le domaine de l'agriculture. Cela signifie qu'un emploi sur huit existe à cause des agriculteurs et de leur excellent travail. En matière d'agriculture, nous sommes très forts.
Nous sommes des chefs de file dans de nombreuses catégories. Nous sommes les premiers producteurs de sirop d'érable au monde. Nous fabriquons 75 % de tout le sirop d'érable produit dans le monde. Vive le sirop d'érable! Nous nous classons parmi les cinq premiers producteurs de graines de lin, de canola, de légumineuses, d'avoine et de blé dur.
Jamais pendant la pandémie, pas plus qu'à aucun moment de l'histoire récente de leur pays, les Canadiens n'ont eu à s'inquiéter au sujet de l'offre alimentaire. Les Canadiens ont accès aux aliments parmi les moins chers, les meilleurs et les plus sûrs dans le monde entier, et ce, grâce à nos extraordinaires agriculteurs et travailleurs de l'agroalimentaire.
Pendant la pandémie, les agriculteurs ont continué à travailler. Alors que nous luttions contre l'épidémie, ils ont continué à ensemencer leurs champs et à nourrir leurs animaux pour que nous ayons à manger.
Alors que nous commençons à réfléchir à ce à quoi un Canada plus fort ressemblera à l'avenir, il est évident que nous allons penser à notre autosuffisance. S'il y a bien une chose que je peux dire à la Chambre à propos de l'avenir, c'est celle-ci: tant et aussi longtemps que nous nous préoccuperons des agriculteurs, nous serons en mesure de nous nourrir ici, au Canada.
Malheureusement, les dernières années ont été difficiles pour les agriculteurs. Ils ont été confrontés à bien des problèmes, qu'il s'agisse d'intempéries, de guerres commerciales dans le monde ou de litiges au sujet des prix. Parmi ces problèmes, on compte, hélas, le dernier accord de libre-échange avec les États-Unis, l'Accord Canada–États-Unis–Mexique, ou ACEUM, dans le cadre duquel beaucoup d'agriculteurs ont vu leur part du marché rétrécir, ce qui est décevant.
L'aide offerte aux agriculteurs depuis le début de la pandémie varie beaucoup selon les gouvernements. Nos voisins du sud leur ont littéralement donné des milliards de dollars pour survivre jusqu'au retour des jours meilleurs. Malheureusement, les agriculteurs du Canada n'ont pas eu cette chance. Ils ont plutôt droit à une litanie de platitudes et d'annonces réchauffées. Les agriculteurs méritent mieux que ça.
Même sur le marché canadien, les agriculteurs en arrachent. Les grandes chaînes d'épiciers engrangent des profits records, alors qu'elles sont déjà multimillionnaires, et c'est sur le dos des agriculteurs canadiens qu'elles s'enrichissent, du moins en partie. Je crois qu'ils ont droit à un répit bien mérité.
Les agriculteurs ne veulent pas qu'on leur fasse de cadeaux. Ils ne veulent même pas qu'on les traite différemment des autres. Ils veulent seulement que les règles soient les mêmes pour tous, car ai-je besoin de rappeler que les agriculteurs canadiens sont les meilleurs du monde? Ils sont tout à fait capables de tirer leur épingle du jeu et de réussir. Il suffit qu'on leur en donne la possibilité.
Dès 2008, avant même que le gouvernement ne songe à faire la même chose à l'échelle pancanadienne, la Colombie-Britannique se dotait d'une taxe sur le carbone. De nombreux observateurs ont d'ailleurs fait remarquer que la taxe actuelle est directement inspirée de celle de la Colombie-Britannique. Il y a toutefois des différences importantes, à commencer par le fait qu'avant d'aller de l'avant, la Colombie-Britannique a bien réfléchi aux conséquences que sa future taxe aurait sur le secteur agricole.
Elle a donc accordé de vastes exemptions aux agriculteurs, qui ont ainsi pu être traités de manière équitable. Ces derniers jouissent en fait d'une exemption complète sur les combustibles agricoles, dont le gaz naturel et le propane, exactement comme le propose mon projet de loi d'initiative parlementaire. La plupart des observateurs britanno-colombiens ont d'ailleurs constaté que, dans les faits, cette exemption avait aidé les agriculteurs et rendu la taxe sur le carbone plus efficace. Pourquoi ne pas faire la même chose à l'échelle fédérale?
Dans un monde où une bonne partie de la concurrence n'est assujettie à aucune taxe sur la pollution, la taxe sur le carbone constitue un obstacle injuste pour les agriculteurs du Canada. Que fait le gouvernement? Il hésite, il tergiverse, bref il se défile en invoquant le coût de ceci ou de cela.
Nous disposons de chiffres sur le coût de la taxe sur le carbone, mais, malheureusement, ils ne proviennent pas du gouvernement fédéral. Ils proviennent des producteurs, comme ceux de la Saskatchewan, qui ont calculé que 8 % de leur revenu net serviront à payer la taxe sur le carbone, ce qui est incroyable.
En 2022, à cause du facteur de progression prévu pour tout le monde, la taxe augmentera automatiquement sans le consentement du Parlement. Il s'agit manifestement d'un régime pernicieux. D'ici 2022, à cause du facteur de progression, la taxe passera à 12 %. Comme le disent mes voisins, 1 vache sur 10, 1 porc sur 10 ou 1 tonne de grain sur 10 servira à payer la taxe sur le carbone.
Beaucoup d'agriculteurs ont envoyé leurs factures à mon bureau. Elles sont exorbitantes, particulièrement celles de la récolte de l'année dernière, où le grain était humide. Les agriculteurs ont dû consacrer davantage de temps et d'argent au séchage. J'ai de nombreuses factures qui montrent que la taxe sur le carbone leur a coûté entre 10 000 et 20 000 $.
Le comble, c'est que le gouvernement a décidé d'exiger la TVH sur la taxe sur le carbone. Voyons donc. Non seulement cette taxe rend les producteurs canadiens moins concurrentiels, mais elle réduit aussi leur marge bénéficiaire.
Même si le gouvernement refuse de le reconnaître, la taxe sur le carbone entraîne un coût pour les agriculteurs. Le principe voulant que la taxe sur le carbone n'entraîne pas de coût est remis en question; ce qui n'est pas remis en question est le fait que, dans le secteur de l'agriculture en particulier, cette taxe entraîne un coût. Ce ne sont pas les agriculteurs qui établissent les prix de leurs produits; ces prix sont dictés par les gouvernements et les marchés internationaux. Les agriculteurs ne peuvent donc pas simplement récupérer leurs coûts. Cet argent vient directement de leurs poches, et c'est de l'argent qu'ils pourraient plutôt réinvestir dans leur exploitation, investir dans des technologies propres ou utiliser pour subvenir aux besoins de leur famille.
Je viens d'une petite ville de l'Ontario qui s'appelle Orono. Je pense que c'est une des plus jolies villes au pays. Son économie est fondée sur l'agriculture. Les agriculteurs vont dans les restaurants locaux. Ils vont dans les magasins d'aliments pour animaux et achètent de quoi nourrir leur bétail. Ils achètent des tracteurs chez les concessionnaires de tracteurs. Ils créent d'innombrables emplois. Quand on sort cet argent des régions rurales du Canada, on l'enlève des mains des Canadiens. Les régions rurales du pays n'ont pas besoin de plus de taxes; elles ont besoin de plus de soutien.
La Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre prévoit actuellement une exemption partielle concernant les combustibles fossiles utilisés par les agriculteurs. L'exemption couvre le diésel et l'essence, mais ni le gaz naturel ni le propane; malgré tous mes efforts, je n'ai pas réussi à découvrir exactement pourquoi. Rappelons que, d'après presque tous les écologistes, le gaz naturel et le propane sont en fait des carburants plus propres que les deux autres.
Je ne comprends pas pourquoi on choisit d'exempter de la loi des carburants particulièrement polluants, mais pas des carburants plus propres. Ce n'est pas logique. Cette décision a des conséquences pour l'ensemble du secteur agricole, mais elle touche particulièrement les producteurs de grain, qui doivent utiliser du gaz naturel et du propane pour faire sécher leurs récoltes. Ils préféreraient vraiment ne pas avoir à le faire, ou avoir la possibilité d'employer une source d'énergie renouvelable, mais une telle méthode n'existe pas pour le moment.
Si on pouvait donner aux agriculteurs un congé de taxe sur le carbone, ils pourraient investir cet argent dans l'innovation et les technologies propres et peut-être régler ce problème. Le libre marché pourrait trouver d'excellentes idées pour réduire la pollution. La réalité actuelle, toutefois, c'est que la taxe sur le carbone demeure un fardeau pour les agriculteurs. Elle ralentit l'innovation et contribue à la pollution.
À titre de député de Northumberland—Peterborough-Sud, j'ai le grand plaisir de représenter certains des meilleurs agriculteurs du pays. Je converse souvent avec eux, que ce soit derrière un camion, dans les champs ou dans une salle de réunion, et ils me répètent encore et toujours qu'ils passent plus de temps que n'importe qui dans l'environnement. Ils me répètent qu'ils souhaitent évidemment un environnement propre, qu'ils reconnaissent évidemment la réalité des changements climatiques et qu'ils souhaitent lutter contre ce problème, mais autrement que par l'intermédiaire d'une taxe.
Nous cherchons à faciliter les projets innovants, notamment dans les technologies propres, pour réaliser des progrès. On en constate déjà des exemples. Les agriculteurs sont des chefs de file de l'environnement au Canada. Ils utilisent des technologies de pointe comme la culture sans travail du sol et l'agriculture de précision.
Des agriculteurs m'ont fait découvrir les techniques d'agriculture de précision. Pour les gens de ma génération, le concept semble tout droit sorti d'un épisode des Jetsons. Il repose sur l'utilisation de satellites. En effet, les satellites envoient des coordonnées GPS qui servent à optimiser chaque pouce des terres cultivables, de façon à réduire au minimum la consommation d'essence, de diésel, de gaz naturel et de propane, et partant, les émissions de gaz à effet de serre. Les agriculteurs ne ménagent pas leurs efforts pour être les gardiens de l'environnement au bénéfice des Canadiens.
En fait, les producteurs de grains ont fait une analyse à partir des données de Statistique Canada. Ils ont évalué que leurs émissions de dioxyde de carbone s'élèvent à 66 mégatonnes, ce qui n'est pas bon. Cependant, de l'autre côté de l'équation se trouvent leurs cultures qui constituent des puits qui absorbent plus de 100 mégatonnes de dioxyde de carbone. Les agriculteurs atteignent déjà la carboneutralité, 20 ans avant l'échéancier du gouvernement. Malheureusement, ils ne reçoivent aucune reconnaissance pour leur contribution, contrairement à la majorité des autres industries. Les agriculteurs ne reçoivent aucune mesure de contrepartie pour les bienfaits précieux qu'ils procurent à l'environnement. Nous demandons seulement que les agriculteurs soient sur un pied d'égalité avec les autres industries.
Pourquoi le projet de loi d'initiative parlementaire ne recevrait-il pas d'appui? En Colombie-Britannique, le NPD a fait la même chose. La province a renforcé sa taxe sur le carbone. D'un point de vue environnemental, c'est un bon point pour le projet de loi. Il aidera les agriculteurs à être plus compétitifs. Voilà un autre bon point. Il renforcera notre économie. Voilà un troisième bon point. Je ne vois aucun domaine où le projet de loi a une mauvaise note.
Je sais que cela ne peut pas être vrai et j'espère que ce ne l'est pas, mais la seule raison de s'opposer au projet de loi serait purement politique. Je sais que les députés d'en face veulent l'appuyer. Qu'ils soient du Bloc québécois, du NPD ou du Parti libéral, les députés veulent pouvoir dire aux agriculteurs qu'ils sont fiers d'avoir voté aujourd'hui en faveur d'un projet de loi qui leur facilitera un peu la vie et qui rendra les choses un peu moins difficiles pour eux. Il faut surmonter cette impasse.
Il y a environ deux semaines, j'ai été fier de prendre la parole à la Chambre au nom des propriétaires de petites entreprises pour demander l'arrêt des vérifications pendant la pandémie. Notre demande a fait l'objet d'opposition. Un seul parti a voté contre nous. Je pense que nous avons proposé d'excellents amendements pour un certain nombre de projets de loi, mais chaque fois, on s'y est opposé.
Je demande à mes grands amis d'en face de faire ce qui est bon pour leurs concitoyens. Je les prie de rengainer leurs sabres, de tendre la main et de travailler avec notre gouvernement en attente afin de trouver des solutions constructives pour les Canadiens. Nous voulons travailler avec nos collègues. Nous voulons améliorer la vie des Canadiens. J'invite les députés à se joindre à nous.
Collapse
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-11-23 11:19 [p.2213]
Expand
Madam Speaker, I respect the member's remarks because I do not think there was very much exaggeration, except I might question where the best farmers come from. He might have been a little offside there.
The exemptions on diesel and gas are fairly easy to propose, because it is easy to mark the fuels with a dye. I have not checked into B.C. I am pleased to hear what he said about B.C. and will check into that.
How would the member feel about making this exemption in a way that it could not be abused? I think that is one of the key points. I agree with him 100% on the cost. I have spent a lot of time in western Canada, and I know some farmers have bills for drying grain that are over $30,000 just for propane and natural gas. That is a cost burden that I recognize.
How could it be done in a way that the exemption would not be abused within the system?
Madame la Présidente, je respecte les observations de mon collègue. Je ne crois pas qu'il exagère. Je suis par contre en désaccord avec lui pour ce qui est de la région où se trouvent les meilleurs agriculteurs du pays. Je crois qu'il s'est légèrement trompé sur ce point.
Une exemption pour le diésel et l'essence est assez facile à instaurer, car il est facile de colorer ces combustibles. Je n'ai pas vérifié la situation en Colombie-Britannique, mais je suis content d'entendre ce qu'en a dit le député et je vais me renseigner.
Comment le député propose-t-il de prévenir les abus d'une telle exemption? Car, à mon avis, c'est l'un des principaux facteurs à considérer. Je suis tout à fait d'accord avec le député en ce qui concerne le coût. J'ai passé beaucoup de temps dans l'Ouest canadien et je sais que, pour certains agriculteurs, il en coûte plus de 30 000 $ rien qu'en propane et en gaz naturel pour faire sécher le grain. Je suis conscient de ce fardeau.
Comment pourrait-on prévenir les réclamations abusives au titre de l'exemption dans le système?
Collapse
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I deeply respect the member across the way for his advocacy for farmers and for Prince Edward Island. My wife's family is from down east, so I recognize and respect his claim that there are great farmers there as well.
British Columbia has already done this. We can use a receipt-based system otherwise. Anyone who has been in a farming community, which I am sure the member across the way would agree with, would know that farmers are among the most honest, hard-working people. I believe that we can come up with a system that farmers will abide by to make sure that we do not extend it to people who do not deserve it. I know farmers, and they will not abuse the system. That is a promise from me.
Madame la Présidente, je respecte sincèrement le député d'en face pour sa défense des intérêts des agriculteurs et de l'Île-du-Prince-Édouard. La famille de mon épouse vient de l'Est, alors j'admets que cette région compte elle aussi d'excellents agriculteurs.
La Colombie-Britannique le fait déjà. Autrement, nous pourrions utiliser un système qui fonctionne à partir de reçus. Toute personne issue d'une collectivité agricole — et je suis convaincu que le député d'en face en convient — sait que les agriculteurs comptent parmi les gens les plus honnêtes et les plus travaillants qui soient. Je suis certain que nous pourrons trouver un système que les agriculteurs respecteront pour s'assurer que l'exemption n'avantage personne indûment. Je connais les agriculteurs. Ils n'abuseront pas du système. J'en fais la promesse.
Collapse
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2020-11-23 11:20 [p.2213]
Expand
Madam Speaker, I commend my colleague for his speech and his comments.
I would like him to tell us what proportion of greenhouse gas emissions are actually produced by the fuel sector, such as propane and natural gas, in comparison with other sectors.
The Bloc Québécois thinks that we really need to focus our work on transforming western Canada's entire energy sector. What does he think about that and what measure would he suggest to help farmers become greener?
Madame la Présidente, je félicite mon collègue pour son discours et pour sa présentation.
J'aimerais qu'il nous dise quelle est la proportion réelle du secteur des combustibles tels que le propane et le gaz naturel dans l'émission des gaz à effet de serre en comparaison avec d'autres secteurs.
Au Bloc québécois, nous pensons qu'il faut vraiment axer nos travaux sur une transformation de tout le secteur énergétique de l'Ouest. Quel est son avis à cet égard, et quelle mesure suggère-t-il pour soutenir les agriculteurs afin qu'ils deviennent plus verts?
Collapse
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I had the honour of being in the great province of Quebec to do my French training. I am still working on that, but maybe the next time I am up, I will be speaking in French.
I deeply believe in the free market and private enterprise. I believe that when we give farmers the opportunity, they will invest in green technology. I am sure members have had the same conversations in Quebec with farmers. They are passionate about the environment. They are passionate about climate change. They just want the opportunity to work privately and not have a heavy-handed government mandated on them.
Madame la Présidente, j'ai eu le plaisir de faire ma formation en français dans la belle province de Québec. Je dois encore m'améliorer, mais peut-être que la prochaine fois que je prendrai la parole, ce sera en français.
Je crois profondément au libre marché et à l'entreprise privée. Je crois que les agriculteurs investiront dans les technologies vertes si on leur en donne la possibilité. Je suis sûr que les députés ont eu les mêmes conversations avec les agriculteurs au Québec. L'environnement est un dossier qui tient à cœur aux agriculteurs. Il en va de même pour les changements climatiques. Les agriculteurs veulent simplement avoir la possibilité de travailler dans le secteur privé et ne pas devoir rendre des comptes à un gouvernement autoritaire.
Collapse
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
View Alistair MacGregor Profile
2020-11-23 11:21 [p.2213]
Expand
Madam Speaker, I want to ask the member for Northumberland—Peterborough South about a few of the other costs that farmers are dealing with. Farm debt, we have seen, has doubled since 2000. We have seen that the costs of fertilizer, chemicals, machinery, technology and services are taking increasing amounts of farmers' revenues so they are only left with a small portion of them.
Does the member have any thoughts on how we can help farmers with those other costs given how much they are now paying for the inputs?
Madame la Présidente, le député de Northumberland—Peterborough-Sud peut-il nous parler de quelques-uns des autres coûts que doivent assumer les agriculteurs? Nous l'avons vu, l'endettement agricole a doublé depuis l'an 2000. Nous avons constaté que les coûts des engrais, des produits chimiques, de la machinerie, des technologies et des services engloutissent une part croissante des revenus des agriculteurs, de sorte qu'il ne leur reste pas grand-chose.
Le député a-t-il une idée de la manière dont nous pouvons aider les agriculteurs à faire face à ces autres coûts, compte tenu de ce qu'ils paient actuellement pour intrants?
Collapse
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I have deep respect for the member. I substituted on the agriculture committee and the member always has intelligent and extremely well-prepared remarks.
I would say much the same as I said earlier. Farmers are the most independent, hardest-working people. They are among the hardest working in Canada. All they need is for government to get out of the way: our farmers will make it happen if we reduce the burden on them. The beauty of the free enterprise system is that with freedom and liberty, millions and millions of farmers are making great decisions and producing great products. Quite frankly, they have an amazing track record of delivering on them.
Madame la Présidente, j'ai beaucoup de respect pour le député. J'ai siégé à titre de remplaçant au comité de l'agriculture, où il fait toujours des observations d'une très grande qualité et très bien préparées.
Je dirais à peu près la même chose que tantôt. Les agriculteurs sont les gens les plus indépendants et les plus travaillants. Ils sont parmi les gens qui travaillent le plus fort au Canada. Ils ont simplement besoin que le gouvernement leur laisse le champ libre: les agriculteurs seront en mesure de faire leur travail si le gouvernement réduit leur fardeau. La beauté du système de libre entreprise est que grâce à la liberté qu'il accorde, des millions d'agriculteurs peuvent prendre d'excellentes décisions et produire de merveilleux produits. Bien franchement, ils ont un excellent bilan à cet égard.
Collapse
View Emmanuella Lambropoulos Profile
Lib. (QC)
View Emmanuella Lambropoulos Profile
2020-11-23 11:23 [p.2214]
Expand
Madam Speaker, I thank you for giving me the opportunity to rise today to speak to Bill C-206, an act to amend the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act to extend the exemption for qualifying farming fuel to marketable natural gas and propane.
The bill before us attempts to alleviate potential costs borne by Canadian farmers. Let us take a closer look at the implications of the bill and what our government has already done to reduce the burden on Canadians as we safeguard the natural environment.
We continue to see the impacts of climate change through extreme weather events, from wildfires in western Canada to the increasingly powerful hurricanes, typhoons and storms that batter communities around the world. It is increasingly not a question of whether an extreme event will happen, but where it will happen.
Our government has made a serious commitment to address this major generational challenge. Canada must play a significant role in this global fight. We need to take immediate action in order to ensure that our children and grandchildren have clean air to breathe and a strong, healthy economy.
My constituents are very concerned about climate change, as am I. In recent months, I have received many emails from them asking me not to abandon the environment during this pandemic and telling me that we need to make the environment a priority. They are absolutely right.
This is why, in December 2016, Canada's first ministers adopted the pan-Canadian framework on clean growth and climate change. The pan-Canadian framework is the country's plan to meet our emissions reduction target, grow the economy and build resilience to a changing climate.
The framework is built on the following four pillars: pricing carbon pollution; complementary actions to further reduce emissions across the economy; measures to adapt to the impacts of climate change and build resilience; and actions to accelerate innovation, support clean technology and create jobs.
Pricing pollution is essential to the framework. A price on pollution reduces pollution at the lowest overall cost to businesses and consumers. A well-designed price on pollution provides an incentive for climate action and clean innovation while protecting business competitiveness. It is efficient and cost-effective because it allows businesses and households to decide for themselves how best to reduce emissions.
We are making sure there is a price on pollution across the country, while also taking steps to maintain affordability of households and ensure Canadian companies can compete and succeed in a competitive global marketplace.
The federal pollution pricing system has two components: a regulatory charge on fossil fuels, and an output-based pricing system for large industrial facilities, which provides a price incentive to reduce emissions and spur innovation.
All direct proceeds from pricing pollution under the federal system are being returned to the jurisdiction in which they were collected. Returning proceeds from pollution pricing helps Canadians make more environmentally sustainable consumption choices, but does not change the incentive to pollute less. Every time a consumer or business makes a purchasing or investment decision, there is a financial incentive to choose greener options, regardless of how the proceeds are rebated or returned.
Our government has made it clear that nobody should be able to pollute for free in Canada. I also want to make it clear that federal pollution pricing is not meant to generate revenue. Its goal is to help everyone understand that polluting has a price and to support cleaner growth and a more sustainable future.
I repeat, the government is not keeping any direct proceeds from the federal pollution pricing system. In Saskatchewan, Manitoba, Ontario and Alberta, the Government of Canada is returning the bulk of the proceeds from the federal fuel charge directly to households through climate action incentive payments. Most households have been getting more back in climate action incentive payments than they pay in increased costs due to pollution pricing.
The remaining proceeds from the federal fuel charge are used to provide support to key sectors in the federal backstop provinces including small and medium-sized businesses, municipalities, universities, schools, colleges, hospitals and not-for-profit organizations, as well as indigenous communities.
It is important to note the agriculture sector already receives significant relief under the federal pollution pricing system compared with other sectors of the economy. Most emissions from agriculture are from biological sources and are not covered under the federal pricing system.
The act as it stands provides significant upfront relief to farmers for gasoline and diesel, subject to certain conditions. In particular, all or substantially all of the fuel must be for use in eligible farming activities. Relief from the fuel charge generally applies to the operation of farming equipment and machinery, such as combine harvesters. Only limited emissions from the agriculture sector are covered under the federal pollution pricing system.
In short, this bill needs to be carefully considered to ensure it would not introduce complexity and unintended consequences. As it stands currently, the act's strength is that it is simple and straightforward in targeting a reduction in emissions.
Those are important considerations, and Canadians expect us to take them into account as we assess the potential benefits of Bill C-206.
The federal pollution pricing system is about recognizing that pollution has a cost, empowering Canadians and driving innovation. Putting a price on products that are more polluting and returning the bulk of direct proceeds to individuals and families in the jurisdiction of origin enables households to make cleaner and more environmentally sustainable choices.
I would be happy to support C-206 if it is sustainable and if there are no other ways to help the agricultural sector. However, I do believe that if we do make exceptions in certain industries, such as the agricultural industry, then we are really taking a step back and it would be open to other industries to also ask for exemptions.
I do understand that considering the pandemic, a lot of the burden has been on Canadian farmers. They have been affected a lot more than other sectors, not necessarily economically because they have been doing quite well, but a lot of the burden has been on them. Thanks to them, Canadians have been able to have food during this time. That said, I am still not 100 per cent sold on Bill C-206 and I would need to see more. I would wait before I give an official position.
Madame la Présidente, je vous remercie de me donner l'occasion de parler aujourd'hui du projet de loi C-206, une loi qui modifie la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, afin d'élargir l'exemption qui s'applique au combustible agricole admissible et d'inclure le gaz naturel commercialisable et le propane.
Le projet de loi dont nous sommes saisis vise à réduire les coûts potentiels assumés par les agriculteurs canadiens. Examinons de plus près les répercussions du projet de loi et les mesures que le gouvernement a déjà prises pour réduire le fardeau des Canadiens tout en protégeant l'environnement naturel.
Nous continuons à voir les répercussions des changements climatiques dans les phénomènes météorologiques extrêmes, comme les feux de forêt dans l'Ouest du Canada ainsi que les ouragans, les typhons et les tempêtes de plus en plus puissants qui frappent les collectivités du monde entier. Il n'est plus question de savoir si un phénomène météorologique se produira, mais où il se produira.
L'engagement de notre gouvernement à affronter et à relever ce défi générationnel est sérieux. Le Canada doit jouer un rôle important dans cette lutte mondiale. Il faut que nous agissions dès maintenant afin de faire en sorte que nos enfants et nos petits-enfants puissent respirer de l'air pur et profiter d'une économie vigoureuse et saine.
Mes concitoyens sont très préoccupés par le changement climatique, comme je le suis aussi. Au cours des deniers mois, j'ai reçu beaucoup de courriels me demandant de ne pas laisser tomber l'environnement durant cette pandémie et me disant que nous devions traiter l'environnement en priorité. Ils ont absolument raison.
Voilà pourquoi, en décembre 2016, les premiers ministres provinciaux du Canada ont adopté le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques. Ce cadre est le plan élaboré par le Canada pour atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions, pour faire croître l'économie et pour renforcer la résilience face aux changements climatiques.
Le cadre est constitué des quatre piliers suivants: la tarification de la pollution; des mesures complémentaires pour réduire davantage les émissions produites à l'échelle de l'économie canadienne; des mesures pour nous adapter aux répercussions des changements climatiques et accroître notre résilience; et des mesures pour accélérer l'innovation, soutenir les technologies propres et créer des emplois.
La tarification de la pollution est un élément essentiel de ce cadre. En associant un prix à la pollution, on réduit celle-ci au plus bas coût possible pour les entreprises et pour les consommateurs. Un système de tarification de la pollution bien conçu constitue un incitatif à agir pour le climat et à favoriser l'innovation verte, tout en protégeant la compétitivité des entreprises. Une telle tarification est efficace et rentable, parce qu'elle permet aux entreprises et aux ménages de décider de la meilleure façon de réduire les émissions.
Nous nous assurons d'appliquer un prix à la pollution partout au pays, tout en prenant des mesures pour que cela reste abordable pour les ménages et pour faire en sorte que les entreprises canadiennes puissent soutenir la concurrence et réussir dans un marché mondial concurrentiel.
Le système fédéral de tarification de la pollution se compose de deux éléments: une redevance réglementaire sur les combustibles fossiles et un système de tarification fondé sur le rendement, qui s'applique aux grandes installations industrielles. Cela incite à réduire les émissions et stimule l'innovation.
Toutes les recettes directes provenant du système fédéral de tarification de la pollution sont reversées à la province ou au territoire où elles ont été générées. Cette remise aide les Canadiens à faire des choix de consommation plus écologiques sans réduire l'encouragement à moins polluer. Chaque fois qu'un consommateur ou qu'une entreprise prend une décision à propos d'un achat ou d'un investissement, il existe un incitatif financier à choisir des options plus écologiques, peu importe la façon dont le produit de l'incitatif leur est rendu.
Notre gouvernement a clairement indiqué que l'on ne devrait pas pouvoir polluer impunément au Canada. De plus, je tiens également à être claire: le système fédéral de tarification de la pollution ne vise pas à générer des recettes. Il vise plutôt à faire prendre connaissance que la pollution a un prix, ainsi qu'à favoriser une croissance plus propre et un avenir plus durable.
Je le répète, le gouvernement du Canada ne perçoit aucune recette provenant directement du régime fédéral de tarification de la pollution. En Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario et en Alberta, le gouvernement verse la majeure partie des recettes de la redevance fédérale sur les combustibles directement aux ménages au moyen du paiement de l'incitatif à agir pour le climat, ce qui a permis à la plupart des ménages de recevoir davantage que ce que leur coûte le régime fédéral de tarification de la pollution par le carbone.
Le reste des recettes provenant du régime fédéral de tarification de la pollution est utilisé pour soutenir des secteurs clés dans les provinces, notamment les PME, les municipalités, les universités, les écoles, les collèges, les hôpitaux et les organismes à but non lucratif, de même que les communautés autochtones.
Il convient de souligner que le secteur agricole bénéficie déjà d'un allègement significatif dans le cadre du régime fédéral de tarification de la pollution par rapport aux autres secteurs de l'économie. La plupart des émissions provenant du secteur agricole sont issues d'une source biologique et ne sont donc pas couvertes par ce régime.
Le projet de loi, dans sa forme actuelle, prévoit une aide initiale importante pour les agriculteurs en ce qui concerne l'essence et le diésel, sous certaines conditions. En particulier, la totalité ou la quasi-totalité du carburant devra être utilisée dans le cadre d'activités agricoles autorisées. L'exonération de la taxe sur le carburant s'applique généralement au fonctionnement des équipements et de la machinerie agricole, comme les moissonneuses-batteuses. Seules des émissions limitées du secteur agricole sont couvertes par le régime en question.
Bref, ce projet de loi doit être soigneusement examiné pour s'assurer qu'il n'introduirait pas de complications et de conséquences imprévues. L'avantage de la loi actuelle, c'est qu'elle est simple et directe par rapport à son objectif de cibler une réduction des émissions polluantes.
Il s'agit là de considérations importantes, et les Canadiens s'attendent à ce que nous les prenions en compte dans l'évaluation des avantages éventuels du projet de loi C-206.
Le système fédéral de tarification de la pollution vise à reconnaître que la pollution a un coût, à responsabiliser les Canadiens et à favoriser l'innovation. En établissant une tarification de certains produits qui sont plus polluants que d'autres et en retournant la plus grande partie des sommes perçues directement aux personnes et aux familles qui résident dans la province ou le territoire d'origine, il permet aux ménages de faire des choix plus propres et plus respectueux de l'environnement.
Je serai heureuse d'appuyer le projet de loi C-206 s'il est jugé viable et s'il n'y a aucun autre moyen d'aider le secteur agricole. Cependant, je suis convaincue que si nous prévoyons des exceptions pour certaines industries, comme celle de l'agriculture, ce serait un recul: d'autres industries pourraient ensuite demander des exceptions.
Je comprends que, compte tenu de la pandémie, les agriculteurs canadiens portent un lourd fardeau. Ils ont été beaucoup plus touchés que leurs concitoyens d'autres secteurs. Je ne parle pas nécessairement de conséquences financières parce qu'ils s'en tirent plutôt bien. Ils portent néanmoins un lourd fardeau. Grâce à eux, les Canadiens peuvent s'alimenter en cette période de pandémie. Cela dit, je ne suis pas complètement convaincue que le projet de loi C-206 doit être appuyé, et il me faudra plus d'information à ce sujet. J'attendrai donc avant d'adopter une position officielle.
Collapse
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2020-11-23 11:30 [p.2215]
Expand
Madam Speaker, I would like to acknowledge farmers for their hard work and day in, day out dedication. Every day, from dawn to dusk, these people are out in nature working the fields. If anyone in Quebec and Canada cares about protecting the environment, it is farmers. I take my hat off to them.
My colleague from Northumberland—Peterborough South said that we need to reduce the burden on farmers, and I have to say I agree with that in principle. We all want to reduce pollution, but we must always carefully consider the best approach to reducing greenhouse gas emissions. We have two options: the carrot and the stick.
The carrot here is incentives to encourage people to change their behaviour. The stick is using punishment to achieve that goal. Every time we implement one of these measures, I think it is wise to ask ourselves whether it is effective and meaningful. That is not clear in this case.
This proposal would add propane and natural gas to the list of exemptions, since they are essential to drying grains. We all remember the CN strike last fall and the wave of panic that swept through our rural areas.
As this point in time, propane and natural gas are still the most efficient way to dry grain. When we talk about protecting the environment, we also have to think about minimizing the impact of changes on those who are hardest hit by the effects. Farmers are amongst the first to be affected by climate disruptions. If crops are extremely wet, more fuel is needed to dry the grains. This is not a personal choice that can be easily changed at this time.
Should we be looking for other heat sources that would be equally efficient and that could replace current fuels in the medium and long term? Yes, of course. Biomass is just one example that comes to mind. However, there are significant development and implementation costs to consider.
We have to think about providing support to the agricultural industry to make these changes as soon as possible instead of punishing our grassroots people. The problem is that Liberal polices often put the responsibility on the public and the grassroots. We see very few measures that target big business, the oil industry and the coal-fired electricity sector in western Canada. The Bloc Québécois knows that those are the main sources of greenhouse gas emissions, because the numbers prove it.
Of course, that does not mean that we can ignore agricultural pollution, on the contrary. We have to recognize, however, that the use of fossil fuels is not the primary source of agricultural pollution. That would be livestock emissions, the use of fertilizers and a whole lot of other things we need to look at if we want to effectively reduce greenhouse gases.
If we want to meet the Paris Agreement targets, which were clearly endorsed by this government, then we have to tackle the big polluters. So far we have seen only mediocre programs that certainly will not allow us to meet these targets.
In Quebec, individual transportation is currently the main source of greenhouse gases. We are fortunate to have hydroelectricity. I cannot say the same for the west. This is not a rebuke. I would like westerners to understand my comments. If we look at Canada as a whole, since 1990 the west has been the primary source of all increases in greenhouse gas emissions, in particular from oil sands operations. Our view is that projects such as the Trans Mountain expansion should be abandoned. That is where we should be hitting harder.
I want to come back to agriculture. There is another reason for the Bloc's support of Bill C-206, and that is obviously the desire to help out the agricultural sector. In addition, Quebec is not affected by this bill because the carbon tax was created by the federal government to compensate for the fact that certain provinces and territories had not adopted any such program. Quebec has the carbon market and its system has been tied to that of California since 2013. It works well. This program exempts agriculture, which is not affected.
Still, when it comes to fuels, there is a part that cannot be measured, and this has an indirect impact on farmers in Quebec. Members of the Union des producteurs agricoles estimate that farmers have paid roughly $40 million in indirect taxation through the carbon market. Talks are currently under way with Quebec about returning this money to that sector. I think that is the right thing to do, and in that spirit, it just makes sense that we recognize the contribution made by the farming community, as well as the difficulties it is experiencing. We therefore plan to support Bill C-206.
We have to keep one thing in mind. We think it would be unfair to demand immediate efforts and changes from those who are the primary victims of the crisis in the energy sector and the challenges posed by climate change, beginning with the farming community and their families. We therefore need to start with the most polluting industries.
The federal government has a responsibility here to stop subsidizing fossil fuels and to stop giving tax breaks that are much bigger compared to those given to other sectors. I could also mention Quebec's forestry industry, which has been woefully underfunded, even though this sector is an extremely sustainable source of materials if managed wisely. The key word here is “wisely”. When a government imposes a tax like the carbon tax, it needs to consider whether this tax will work and whether it will change people's behaviour.
I think we need to do a lot of research and development to find alternatives to using oil and natural gas for drying grain. Farmers do not currently have other options, and this remains the most effective method.
What is the objective of the legislation? Section 3 of the act sets out the farming fuels that qualify for an exemption: gasoline, light fuel oil and fuels set out in a regulation. The bill introduced by our Conservative Party colleague simply wants to add marketable natural gas and propane to that list. I think that respects the spirit of the act, which was designed to put a price on pollution without penalizing the agricultural sector.
In conclusion, we are choosing to spare farmers from having to take on the environmental tax burden, which I think is a good thing. However, the western provinces must start working on an energy transition to diversify their economy. The Bloc Québécois will always support western Canadians. We stand with them and we support them. We do not want to shut down their industries and let them go hungry.
What we are saying is that they need to start transitioning. That is where they need to do some work. It is the way of the future. The burden should not be placed on the most vulnerable workers.
Madame la Présidente, je voudrais d'abord souligner le travail des producteurs agricoles ainsi que leur dévouement quotidien. Jour après jour, de l'aube au crépuscule, ces gens travaillent dans les champs, directement dans la nature. S'il y a des individus au Québec et au Canada qui ont à cœur la préservation de l'environnement, ce sont bien les producteurs agricoles. Je leur tire mon chapeau.
Je dois dire que j'adhère à l'idée de base émise dans la proposition de mon collègue de Northumberland—Peterborough-Sud, selon laquelle il faut alléger le fardeau des producteurs agricoles. Nous avons tous le souci de réduire la pollution, mais il faudra toujours se questionner sur l'approche à adopter pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Deux approches sont possibles: la carotte ou le bâton.
En ce qui concerne la carotte, il s'agit de recourir à des mesures incitatives pour encourager les gens à changer de comportement, tandis que l'approche du bâton consiste à prendre des mesures punitives pour y arriver. Chaque fois qu'on instaure une telle mesure, je pense qu'il est judicieux de se demander si elle est efficace et pertinente. Dans ce cas-ci, ce n'est pas évident.
La proposition vise à ajouter le propane et le gaz naturel aux exemptions, puisqu'ils sont essentiels pour le séchage des grains. On se souvient tous de la grève du Canadien National, à l'automne dernier, alors que la panique générale s'est installée dans nos campagnes.
À l'heure actuelle, le propane et le gaz naturel sont encore les moyens les plus efficaces pour procéder au séchage des grains. Quand on parle de protection de l'environnement, on parle aussi de minimiser les conséquences des changements sur les gens qui en souffrent le plus. Or les agriculteurs sont les premiers à être exposés aux bouleversements climatiques. Si les récoltes sont extrêmement humides, il faudra utiliser plus de combustibles pour sécher les grains. Il ne s'agit pas là d'un choix personnel facilement modifiable, à l'heure actuelle.
Est-il pertinent de chercher d'autres sources de chaleur qui seraient tout aussi efficaces et qui pourraient remplacer les combustibles actuels à moyen ou long terme? La réponse est oui. Je pense à la biomasse, entre autres. Cependant, il y a des coûts de développement et de mise en place importants à considérer.
Il faudrait donc songer à apporter un soutien à l'industrie agricole pour effectuer ces transformations le plus rapidement possible, plutôt que de frapper les gens de la base. Le problème, dans les politiques libérales, c'est qu'on rejette souvent la responsabilité sur les citoyens et les gens de la base. On voit peu de mesures visant les grandes entreprises, l'industrie pétrolière et la production d'électricité au charbon dans l'Ouest du pays. Au Bloc québécois, nous savons que ce sont là les principales sources d'émission de gaz à effet de serre, car les chiffres le démontrent.
Bien sûr, cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas se pencher sur la pollution agricole, au contraire. Cependant, il faut quand même être conscient que l'utilisation de combustibles n'est pas la source majeure de la pollution émise par le milieu agricole. Il s'agit des émanations du bétail, de l'utilisation des engrais et d'un paquet de choses qu'il faut aller explorer si on veut avoir une bonne performance en matière de réduction des gaz à effet de serre.
Si on veut arriver à atteindre les objectifs de l'Accord de Paris, qui ont été clairement endossés par ce gouvernement, c'est aux gros pollueurs qu'il faut s'adresser. Jusqu'à maintenant, on ne nous a présenté que des programmes timides qui, de toute évidence, ne nous permettront pas d'atteindre ces objectifs.
Présentement, au Québec, le transport individuel est la principale de source de production de gaz à effet de serre, or nous avons la chance de pouvoir compter sur l'hydroélectricité. Il en va autrement de l'Ouest. Il ne s'agit pas d'un reproche. J'aimerais que les gens de l'Ouest comprennent bien mon intervention. Depuis 1990, si on considère le Canada dans sa globalité, toutes les augmentations d'émissions de gaz à effet de serre émanent principalement de l'Ouest. Elles émanent principalement de l'exploitation des sables bitumineux. À notre sens, des projets comme l'expansion de Trans Mountain devraient être abandonnés. C'est là qu'il faut frapper plus fort.
Je vais revenir au monde agricole. Une autre raison incite le Bloc à être assez favorable au projet de loi C-206, et c'est évidemment le désir de donner de l'oxygène au monde agricole. Cela dit, il y a également le fait que le Québec n'est pas touché par cette loi, puisque la taxe sur le carbone a été instaurée par le fédéral pour compenser le fait que certaines provinces et certains territoires n'avaient pas adopté de programme. Or le Québec a le marché du carbone, et son système est lié à celui de la Californie, depuis 2013. Cela fonctionne bien. Dans ce programme, il y a une exemption pour le monde agricole, qui n'est pas touché par cela.
Par contre, en ce qui a trait aux combustibles, il y a une partie qu'il est impossible de mesurer, et cela a des répercussions indirectes sur les producteurs agricoles du Québec. Les membres de l'Union des producteurs agricoles estiment qu'environ 40 millions de dollars ont été versés par les producteurs agricoles dans la taxation indirecte du marché du carbone. Il y a actuellement des pourparlers avec Québec pour retourner cet argent dans le milieu. C'est, je pense, ce qu'il faut faire, et c'est dans cet esprit et en toute logique qu'il faut reconnaître l'apport du monde agricole, de même que les difficultés qu'il éprouve. Ainsi, nous serons favorables au projet de loi C-206.
Il faut garder quelque chose en tête. Nous pensons qu'il serait injuste d'exiger que l'effort soit réalisé d'un seul coup par les gens qui sont les premières victimes de la crise du secteur de l'énergie et des défis proposés par les changements climatiques, à commencer par leurs familles et le monde agricole. Nous devons donc commencer par les industries les plus polluantes.
Le fédéral a un rôle à jouer là-dedans en cessant de subventionner les énergies fossiles et en cessant d'accorder des exemptions fiscales énormes en comparaison avec ce que reçoivent d'autres secteurs. Je pourrais parler notamment du secteur de la forêt, au Québec, où il y a un sous-investissement épouvantable. Pourtant, il s'agit d'une source de matériaux extrêmement verte, si on l'exploite intelligemment. Le mot « intelligemment » est important. Quand on impose une taxe comme la taxe sur le carbone, il faut se demander si elle va fonctionner et si elle va faire changer le comportement des gens.
Je crois qu'il faut faire beaucoup de recherche-développement pour trouver des solutions alternatives au propane et au gaz naturel pour le séchage du grain. Actuellement, les producteurs n'en ont pas à leur disposition et cela demeure le moyen le plus efficace.
Qu'est-ce que la loi veut faire? Actuellement, l'article 3 de la loi qui décrit les combustibles agricoles admissibles à une exemption. Il s'agit de l'essence, du mazout léger ou des combustibles visés par un règlement. Le projet de loi de notre collègue du Parti conservateur veut simplement rajouter le gaz naturel commercialisable et le propane à cette nomenclature. Il me semble que cela respecte l'esprit du projet de loi, qui visait à imposer un coût à la pollution sans pénaliser le secteur agricole.
En conclusion, nous décidons d'épargner les agriculteurs du fardeau de la taxe environnementale. Je pense que c'est une bonne chose. En contrepartie, les provinces de l'Ouest doivent entamer une transition énergétique pour diversifier leur économie. Le Bloc québécois sera toujours là pour appuyer les gens de l'Ouest. Nous sommes solidaires et nous les soutenons. Nous ne souhaitons pas arrêter toutes leurs industries et les laisser mourir de faim.
Ce que nous disons, c'est qu'il faut commencer la transition. C'est là qu'il est important de faire de gros gains. C'est la voie de l'avenir. Il ne s'agit pas de faire porter le poids aux travailleurs les plus vulnérables.
Collapse
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
View Alistair MacGregor Profile
2020-11-23 11:41 [p.2216]
Expand
Madam Speaker, I would like to start by thanking the member for Northumberland—Peterborough South for bringing the bill forward for debate. He has substituted on the agriculture committee a few times and I have sincerely enjoyed working with him. I look forward to having him join us again in the future, this time as a witness to defend his bill.
Before I go into the specifics of the bill, I want to say that the NDP believes there should be a price on pollution. The fact that human-caused climate change is occurring is no longer in dispute; it is a verifiable scientific fact. Canada is facing a climate emergency, one that will manifest itself in increasingly costly ways to our natural environment and economy.
A change in climate will bring more extreme weather events, and it is our farmers who will suffer. Changing precipitation patterns will bring increased frequency and longer durations of flooding and drought in different regions of the country. Fluctuating temperatures could have devastating impacts on livestock production. There will always be the increase of deadly forest fires. There will be real and catastrophic economic costs to this, both in adapting to the changes and in doing our best to mitigate them.
This will indeed be the fight of the 21st century. Unfortunately, the continuing political fight over the carbon tax ignores these realities and sidelines the leadership we as a country need to take against climate change.
I want to talk a bit about farmers and the important role they play in this conversation. This centres on carbon sequestration. The only way we are going to solve climate change is if we significantly reduce the amount of carbon we are putting into the atmosphere and find new and innovative ways to sequester the carbon that is already there.
One of these ways is through good agricultural practices and giving farmers recognition of agriculture's potential for carbon sequestration. It is estimated in scientific literature that agricultural soils have a storage capacity of 30 to 50 tonnes of carbon per hectare. Ecological, agricultural practices, which include low tillage, no-till and intercropping, already sequester more carbon in soil than farmers are currently given credit for.
Recently, I took a trip to the interior of British Columbia to talk with ranchers who had won sustainability awards. They were using proactive management of their grasslands with their cattle herds. This is the leadership we need to see, and farmers are indeed taking it. We can all use this as a good example of what Canada is doing right. Also, our farms in Canada have great renewable energy potential, both in harnessing the sun and wind, and of course in their production of biomass for biofuels.
Despite the advances we have made and the potential that good agricultural practices offer in the fight against climate change, it is still an inescapable fact that farmers today depend on fossil fuels. This is especially true when it comes to drying grain.
The unseasonably wet autumn of 2019 was called the “harvest from hell”. It saw extensive and prolonged rainfall right before and during harvest time in many parts of Canada. Early snowfalls and frost also ruined many crops. Farmers had to use propane and natural gas heaters to dry their grain. Without the use of these grain dryers, their cash crops would have become worthless, as rot would have set in. That would have been a huge economic hit. As it stands, there are currently no viable alternatives to the use of propane and natural gas for the operation of these dryers.
With a changing climate, the new reality is that there will be many future years during which significant amounts of grain drying will be necessary for farmers across Canada. As certain pockets of western Canada are losing workers at harvest year after year, grain drying is now moving from something nice to have to something they need to have.
Let me outline the value of this sector to the Canadian economy.
Canola alone is worth $26.7 billion and pays out $11.2 billion in wages, and 90% of it is exported. It is Canada's largest agricultural export.
Let us look at other grain sectors, wheat in particular. We exported 20.5 million tonnes of wheat in 2017, and that was worth $21 billion in export sales.
This is a significant part of our economy. If farmers are suffering, as they have been with recent harvests, I believe, through the spirit of the bill, that they require some help.
Now let me turn to a more specific discussion on Bill C-206.
As the NDP agriculture and agri-food critic, I can say that the NDP will be supporting the bill at second reading. I believe the principle of the bill is sound and that it deserves to make it to committee for further examination. In fact, I wrote to the Minister of Agriculture in February to bring this particular issue to her attention.
Let us look at what the bill does. The bill makes amendments to the interpretation section of the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act to broaden the definition of what a qualifying farm fuel is. The Greenhouse Gas Pollution Pricing Act was brought about through the enactment of an omnibus budget bill, Bill C-74, in the previous Parliament. Bill C-206 would add natural gas and propane to the definition, which is currently limited to gasoline, light fuel oil or a prescribed type of fuel.
This is important because the term “qualifying farm fuel” is used in several important sections of that federal statute. It is referred to in section 17 and again in section 38, as two examples. This is important because those sections specify that a charge for the carbon tax is not payable. If we list these two additional fuels, natural gas and propane, as qualifying farm fuels so they are understood to be used only on the farm for farming purposes, the charge for the carbon tax would not be payable.
As my colleague, the sponsor of the bill, correctly noted, there are provincial precedents. In my home province of British Columbia, coloured fuel purchases can be made, such as coloured gasoline and coloured diesel. These are exempt from both the motor fuel tax and the carbon tax in British Columbia. British Columbia also lists propane as having an exemption from the motor fuel tax. It is understood that propane is going to be used by a qualifying farm for a farm purpose if certain conditions are met.
I believe there is strong provincial precedent, and that is why the bill deserves to go to committee for further examination. Hopefully we can hear from some qualified witnesses there.
Seeing that my time on the bill is wrapping up, I believe that Bill C-206, at this second reading stage, does deserve to go to committee. I am happy to be supporting it for that discussion.
As part of the broader discussion on the bill and the costs that farmers are bearing, we need to recognize, as has been detailed by the National Farmers Union, that Canadian farm debt is now listed at over $100 billion and has nearly doubled since 2000. Since 1990, the corporations that supply fertilizers, chemicals, machinery, fuels, technology services and credit have captured nearly all farm revenues, leaving farmers with just 5% of the total revenue.
While the measures provided in Bill C-206 would have a measurable impact and benefit, especially when farmers are having to dry their grain, I hope we can use the bill to broaden the discussion on the other costs that farmers are having to bear. As a country, we all need to come together to tackle the farm crisis. It is going to required a sustained effort to actually put our support in the farmers' corner.
I will conclude there. I would like to again thank the member for Northumberland—Peterborough South for bringing the bill forward. I hope the House sees fit to vote in favour of it at second reading so we can have a more specific discussion at committee.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à remercier le député de Northumberland—Peterborough-Sud d'avoir présenté cette mesure législative. Il a siégé à titre de remplaçant au comité de l'agriculture à quelques reprises, et j'ai sincèrement aimé travailler avec lui. Je serai heureux de le revoir au comité, cette fois comme témoin, lorsqu'il défendra son projet de loi.
Avant d'entrer dans les détails du projet de loi, je souhaite préciser que le NPD croit qu'il faut tarifier la pollution. L'existence des changements climatiques causés par l'homme ne fait plus aucun doute: c'est un fait scientifique qui est vérifiable. Le Canada est plongé dans une urgence climatique qui se traduira par un coût environnemental et économique de plus en plus élevé à l'échelle nationale.
Les changements climatiques accroîtront l'incidence de phénomènes météorologiques extrêmes, et ce sont nos agriculteurs qui en souffriront. La modification des régimes de précipitations augmentera la fréquence et la durée des inondations et des périodes de sécheresse dans diverses régions du pays. La variation des températures pourrait en outre avoir des effets dévastateurs sur l'élevage de bétail. C'est sans compter les feux de forêt meurtriers qui se produiront plus souvent. Les changements climatiques auront de réelles répercussions économiques, que ce soit pour que nous nous y adaptions ou pour que nous fassions de notre mieux pour les atténuer.
Il s'agira bel et bien du combat du XXIe siècle. Hélas, la bataille politique incessante à propos de la taxe sur le carbone fait fi de ces réalités et empêche le Canada de prendre les initiatives nécessaires pour lutter contre les changements climatiques.
J'aimerais parler un peu des agriculteurs et du rôle important qu'ils jouent dans cette discussion, au cœur de laquelle se trouve la séquestration du carbone. La seule façon de résoudre le problème des changements climatiques, c'est de réduire considérablement la quantité de carbone que nous émettons dans l'atmosphère et de trouver des manières ingénieuses de séquestrer le carbone qui s'y trouve déjà.
Une de ces manières consiste à favoriser les bonnes pratiques agricoles et à reconnaître aux agriculteurs le potentiel de contribuer à la séquestration du carbone. Selon la littérature scientifique, on estime que les terres agricoles ont la capacité d'emmagasiner de 30 à 50 tonnes de carbone par hectare. Les pratiques agricoles écologiques, notamment la culture sans labour ou avec travail du sol réduit et la culture intercalaire, permettent déjà aux agriculteurs de séquestrer plus de carbone qu'on ne le pense.
J'ai récemment fait un voyage dans la région intérieure de la Colombie-Britannique, où je me suis entretenu avec des éleveurs primés pour leurs pratiques agricoles durables. Ils assurent une gestion proactive des pâturages qui nourrissent leurs troupeaux de bovins. C'est le genre de leadership qui est nécessaire, et les agriculteurs n'ont pas peur d'assumer ce rôle. Ils nous offrent un bon exemple de ce dont nous pouvons nous réjouir au Canada. De plus, les exploitations agricoles au Canada ont énormément de potentiel au chapitre de l'énergie renouvelable, notamment l'énergie solaire, l'énergie éolienne et la production de la biomasse nécessaire à la fabrication de biocarburants.
Malgré toutes les avancées technologiques et toutes les possibilités qu'offrent les bonnes pratiques agricoles dans la lutte aux changements climatiques, un fait incontournable demeure: les agriculteurs modernes dépendent des carburants fossiles. C'est particulièrement vrai lorsqu'il s'agit du séchage du grain.
L'automne 2019, particulièrement humide, a été surnommé la « récolte infernale ». Il y a eu une période de pluie intense et prolongée juste avant et pendant les récoltes dans de nombreuses régions du pays. De plus, des chutes de neige et du gel précoces ont ruiné de nombreuses récoltes. Les agriculteurs ont dû utiliser des séchoirs au propane et au gaz naturel pour sécher leur grain. Sans ces appareils, leurs cultures commerciales auraient été perdues, car le grain aurait pourri. Les dommages économiques auraient été énormes. En ce moment, il n'existe aucune autre solution de rechange viable aux séchoirs au propane et au gaz naturel.
Avec les changements climatiques, la nouvelle réalité fait en sorte que les agriculteurs canadiens devront probablement sécher de grandes quantités de grain pendant de nombreuses années. Comme certaines régions de l'Ouest canadien perdent année après année des travailleurs au moment des récoltes, les séchoirs à grain sont en train de passer du statut d'équipement pratique à celui d'équipement essentiel.
J'aimerais préciser la valeur de l'industrie agricole pour l'économie canadienne.
Le secteur du canola à lui seul représente des ventes de 26,7 milliards de dollars, dont 90 % sont destinées à l'exportation, et permet de verser 11,2 milliards de dollars en salaires. C'est le principal produit agricole destiné à l'exportation du pays.
Un autre secteur de l'industrie des grains, celui du blé, a exporté 20,5 millions de tonnes de blé en 2017, et la valeur de ces exportations s'élève à 21 milliards de dollars.
C'est un secteur important de notre économie. Si les agriculteurs souffrent, comme lors des récoltes récentes, je crois qu'il faut les aider comme on propose de le faire dans le projet de loi.
J'aimerais maintenant parler plus particulièrement du projet de loi C-206.
En tant que porte-parole du NPD en matière d'agriculture et d'agroalimentaire, je peux dire que le NPD appuiera le projet de loi à l'étape de la deuxième lecture. Je crois qu'il s'appuie sur un bon principe et qu'il mérite d'être renvoyé à un comité pour y être étudié davantage. D'ailleurs, j'ai écrit à la ministre de l'Agriculture en février pour porter cette question à son attention.
Examinons ce qui est proposé dans le projet de loi. Le projet de loi vise à apporter des modifications à l'article de la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre qui contient les définitions afin d'élargir la définition de ce qui constitue un combustible agricole admissible. La Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre a été mise en place lors de la dernière législature avec l'adoption du projet de loi omnibus C-74. Le projet de loi C-206 ajouterait le gaz naturel et le propane à la définition, qui n'inclut actuellement que l'essence, le mazout léger ou un combustible visé par règlement.
C'est important, parce que le terme « combustible agricole admissible » revient dans plusieurs parties majeures de la loi fédérale. Par exemple, il en est question dans l'article 17 et dans l'article 38. C'est important parce que ces deux articles précisent les circonstances où la taxe sur le carbone n'a pas à être payée. Une fois ajoutés à la liste des combustibles agricoles admissibles, le gaz naturel et le propane utilisés strictement pour l'agriculture ne seraient pas soumis à la taxe sur le carbone.
Comme le parrain du projet de loi l'a si bien dit, il existe des précédents à l'échelon provincial. Dans ma province, la Colombie-Britannique, on peut acheter du carburant coloré, comme de l'essence teintée ou du diesel teinté, qui est exempté de la taxe sur les carburants et de la taxe sur le carbone de la Colombie-Britannique. Le propane figure aussi sur la liste des carburants exemptés de la taxe sur les carburants de la Colombie-Britannique. Il est entendu que le propane sera utilisé par une exploitation agricole admissible uniquement pour l'agriculture, sous certaines conditions.
Je crois qu'il existe de bons exemples dans les provinces et c'est pourquoi le projet de loi doit être renvoyé au comité pour un examen plus approfondi. Il est à espérer que des témoins qualifiés pourront être reçus.
Je vois que le temps qui m'est accordé pour parler du projet de loi arrive à sa fin. Je crois que le projet de loi C-206, à l'étape de la deuxième lecture, doit être renvoyé au comité. Je suis heureux d'appuyer l'adoption du projet de loi pour que cette discussion puisse se poursuivre.
Dans le cadre des discussions plus larges au sujet du projet de loi et des coûts que doivent assumer les agriculteurs, il faut être conscients, comme l'a expliqué le Syndicat national des cultivateurs, que la dette des exploitations agricoles au Canada a presque doublé depuis 2000 et dépasse maintenant les 100 milliards de dollars. Depuis 1990, les sociétés qui vendent de l'engrais, des produits chimiques, de la machinerie, du carburant et des services technologiques et celles qui fournissent du crédit accaparent pratiquement tous les revenus des exploitations agricoles, ne laissant aux agriculteurs que 5 % des revenus totaux.
Même si les mesures prévues dans le projet de loi C-206 auraient des impacts mesurables et présenteraient des avantages, notamment dans le cas des producteurs qui doivent faire sécher leur grain, j'espère que nous pourrons nous servir du projet de loi pour élargir la discussion aux autres coûts que les agriculteurs doivent assumer. En tant que pays, nous devons nous serrer les coudes pour répondre à la crise en agriculture. Il faudra un effort soutenu pour arriver à vraiment aider les agriculteurs.
Je vais m'arrêter ici. Je voudrais remercier de nouveau le député de Northumberland—Peterborough-Sud d'avoir présenté le projet de loi. J'espère que la Chambre jugera que ce dernier mérite d'être adopté à l'étape de la deuxième lecture en vue de discussions plus ciblées au comité.
Collapse
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2020-11-23 11:51 [p.2218]
Expand
Madam Speaker, it is a pleasure to rise to speak to Bill C-206. I want to take this opportunity to thank my colleague, the member for Northumberland—Peterborough South, for bringing it forward and addressing what is a very serious concern within our agricultural sector.
Our farmers across the country understand that certain things are outside their control: weather, droughts, floods and commodity prices. However, they continue to work extremely hard for Canadians' health in making sure we have food on our tables, and there is anxiety and mental health stress that go along with that. Farmers do that because they are passionate and love what they do.
However, there are some things they rely on the government to provide. They want to ensure they have the infrastructure to move their commodities to market. They want to ensure they have a competitive tax and regulatory regime. They want to ensure they have trade markets around the world in which to sell their commodities. One area where the current Liberal government is failing Canadian agriculture is the tax and regulatory regime, and Bill C-206 tries to remedy that situation.
In my opinion, the COVID pandemic has had a devastating impact on our economy. As parliamentarians and as Canadians, we are going to be looking to sectors of our industry and relying on them to help us pull ourselves out of this very deep financial hole. I would argue that agriculture will be one of the key sectors that can help us do that.
There are going to be food shortages around the world, and food security in our own country is going to be an issue. Canadian farmers, ranchers and processors are willing and able to take on that burden, but for them to do that we have to ensure they have the resources not only to survive this pandemic but to thrive afterwards. Asking them to pay the burdensome cost of a carbon tax, which other industries do not have to pay or have exemptions for, does not make sense. The bill would address that.
What is frustrating for our farmers and ranchers is they are not getting the credit they deserve for what they have already done. They are not getting the credit they deserve for the carbon sequestration and carbon sink that agriculture is. Keystone Agricultural Producers of Manitoba has done a study showing that Canadian agriculture is a 30-megatonne sink on the positive, yet we continue to attack agriculture with the misinformation and misperception that is out there.
Canadian agriculture is not part of the problem when it comes to climate change. In fact, it is part of the solution. It is decades ahead of every other industry in Canada, and no one has made people in the agriculture sector do this. There has been no carbon tax there forcing them to do this. They have done it because they know it is the right thing to do. Very few Canadians are as passionate about their soil, their water, their livestock and their grain. It is their livelihood, so of course they are going to do everything they possibly can to take care of things.
I found it interesting that my Liberal colleague, who was speaking on behalf of the Liberal Party, was saying that farmers need to find a more equitable solution to this problem. If there were a cheaper and more efficient way to do it, farmers would have found it.
I want to ensure that my colleagues across the way understand what we are talking about and the impact this is having on agriculture. It is unfortunate that my Liberal colleague was blaming farmers for climate change. Again, as I said, farmers have done everything possible to ensure they have done their part in the fight against climate change and in protecting our environment.
I am not going to name the person, but a Liberal colleague said, last year, “Why do farmers not put solar panels on their combines?” This speaks to what we are up against here in the misunderstanding around agriculture. They harvest 24 hours a day, seven days a week when harvest time comes, from sun up to sun down. When people say farmers should be looking for alternatives, we really have some work to do in understanding what farmers are doing and what limitations they already have.
The Kielstra family has a poultry farm in my riding and I toured their poultry operation earlier this summer. Mr. Kielstra was very upset about this carbon tax. He showed me his bills and gave me his Excel spreadsheet. He paid $51,526 in carbon tax last year, just to heat his barns. He has no other choice. It is winter.
He has to heat those barns to protect the health and safety of his birds. If not, he is going to be charged with animal cruelty. There is no other alternative. He cannot build a fire in the barn to protect his birds. He is using natural gas and propane to do that because they are clean fuels, they are inexpensive and they work.
When the carbon tax in 2022 goes to $50 a tonne, that $50,000 he is spending now will be close to $100,000 a year. We are not talking nickels and dimes here. We are talking about the difference between ensuring this operation is viable or going bankrupt. What makes it different for this sector is that farmers cannot pass on those costs to their customers. Agriculture is a price-taker. It is not that he can just increase the price of his birds by $50 a pound or kilogram.
The same goes for grain farmers. A grain farmer in northern Saskatchewan sent me his carbon tax bill for one delivery of propane to dry his grain. For one delivery of propane, his carbon tax bill was $800. That lasts him one week, not a month or a year. That is $3,200 a month he is paying to dry his grain and, once again, he has no other choice.
There was the harvest from hell last year, which we spoke a great deal about in the House, and northern Saskatchewan had a huge snowfall again this fall. Again he is going to have to dry his grain, and farmers from Saskatchewan to Ontario all had to do that last year. They had to take on costs they never expected. Again, as a grain farmer, he cannot pass those costs on anywhere else. He is absorbing those costs himself. The agriculture minister said last week that she understands that farmers work on very tight margins. Yes, that is right. Therefore, when the government has an opportunity to do something about it, why would it not please step up and do that?
Farmers are those who kind of keep their heads down, work hard and do everything they possibly can, but over the last year, year and a half, they have become very outspoken about the impact this carbon tax has had on them. I am very concerned about the position the Liberal government is taking on this. The previous agriculture minister said that all of the Canadian farmers he talked to were very supportive of the carbon tax. I can say exactly how many farmers I have spoken to who are supportive of the carbon tax. It is very close to zero.
When I asked the current agriculture minister, in an Order Paper question, what the cost of the carbon tax was to Canadian farmers, her answer was that the information was secret. Champions of agriculture, as Liberals profess themselves to be, should not be hiding the truth. We know what the cost of the carbon tax is to Canadian agriculture. It is crippling. The Canadian Federation of Independent Business said the carbon tax is costing Canadian farmers about $14 million a year.
Conservatives are offering a very easy solution. There are already exemptions for purple gas and diesel. There are exemptions for the greenhouse industry. Why not expand that definition to include propane and natural gas, which are the cleanest fuels, the least expensive fuels and would offer Canadian farmers an opportunity to keep their heads above water through this very difficult time?
As I said at the beginning, Canadian agriculture has a unique opportunity to carry the burden, to help Canada dig itself out of a very deep financial hole, not only here in Canada but around the world. However, it is also important that we protect the security of our food supply and our supply chain. If our farmers cannot survive this, we do not have food on grocery store shelves.
With no farms, there is no food. That is imperative. Bill C-206 would help to alleviate the burden, the mental health stress and the financial crunch that Canadian farmers are feeling right now. I would urge my colleagues across the floor and throughout the House to support this bill.
Madame la Présidente, c'est avec plaisir que je prends la parole au sujet du projet de loi C-206. Je profite de l'occasion pour remercier mon collègue le député de Northumberland—Peterborough-Sud, de l'avoir présenté et de s'être attaqué à ce très grave problème au sein de notre secteur agricole.
Les agriculteurs canadiens comprennent que certaines choses sont hors de leur contrôle, dont les conditions météorologiques, les sécheresses, les inondations et le prix des produits de base. Cependant, ils continuent à travailler extrêmement fort, tout en subissant de l'anxiété et du stress, pour produire les aliments qui se trouvent dans notre assiette et ainsi contribuer à la santé des Canadiens. Les agriculteurs le font parce qu'ils sont passionnés et qu'ils aiment ce qu'ils font.
Ils comptent toutefois sur le gouvernement à certains égards. Ils veulent avoir les infrastructures nécessaires pour acheminer leurs produits vers les marchés. Ils veulent avoir un régime fiscal et réglementaire compétitif. Ils veulent avoir accès à des marchés partout dans le monde pour y vendre leurs produits de base. Le régime fiscal et réglementaire est l'un des secteurs dans lesquels le gouvernement libéral laisse tomber les agriculteurs canadiens, et le projet de loi C-206 tente de remédier à la situation.
À mon avis, la pandémie de COVID a eu des conséquences désastreuses sur notre économie. En tant que parlementaires et Canadiens, nous allons nous tourner vers certains secteurs de l'industrie pour sortir le pays de ce gouffre financier très profond. Je soutiens que l'agriculture sera l'un des secteurs clés qui pourront nous aider à y parvenir.
Il y aura des pénuries alimentaires dans le monde entier et, au Canada, la sécurité alimentaire constituera un enjeu. Les agriculteurs, les éleveurs et les transformateurs canadiens sont prêts à relever le défi et en sont capables, mais pour ce faire, nous devons nous assurer qu'ils disposent des ressources nécessaires non seulement pour survivre à la pandémie mais aussi pour prospérer par la suite. Il est insensé de leur demander de payer le lourd tribut d'une taxe sur le carbone, que d'autres industries n'ont pas à payer ou à l'égard de laquelle elles bénéficient d'exemptions. Le projet de loi réglerait ce problème.
Ce qui est frustrant pour les agriculteurs et les éleveurs, c'est qu'on ne leur reconnaît pas de mérite pour ce qu'ils ont déjà fait. Le secteur agricole ne reçoit pas le mérite qui lui revient pour la séquestration du carbone et le fait de constituer un puits de carbone. L'association Keystone Agricultural Producers, au Manitoba, a réalisé une étude qui révèle que l'agriculture canadienne représente un puits de 30 mégatonnes de carbone. Pourtant, ce secteur continue d'être la cible de désinformation et de fausses perceptions.
L'industrie agricole canadienne ne contribue pas au changement climatique. En réalité, elle fait partie de la solution. Elle a des décennies d'avance sur toutes les autres industries du Canada, et personne n'a obligé les gens de ce secteur à prendre des initiatives environnementales. Aucune taxe sur le carbone n'a forcé les agriculteurs à agir. Ils l'ont fait parce qu'ils savent que c'est ce qui s'impose. Très peu de Canadiens sont aussi soucieux du sol, de l'eau, du bétail et du grain. Comme c'est leur gagne-pain, les agriculteurs vont évidemment tout mettre en oeuvre pour bien s'occuper du milieu et des ressources.
J'ai trouvé intéressant d'entendre ma collègue libérale, qui prenait la parole au nom du Parti libéral, dire que les agriculteurs devraient trouver une solution plus équitable au problème. S'il y avait une façon moins coûteuse et plus efficace de faire les choses, les agriculteurs l'auraient trouvée.
Il faut que mes collègues d'en face comprennent de quoi il s'agit, de même que les répercussions que cela a sur l'agriculture. Ma collègue libérale blâme les agriculteurs pour les changements climatiques; c'est malheureux. Encore une fois, comme je l'ai dit, les agriculteurs ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour voir à faire leur part dans la lutte contre les changements climatiques et la protection de l'environnement.
Je ne dirai pas qui, mais, l'an dernier, un de nos collègues libéraux a demandé pourquoi les agriculteurs ne mettaient pas des panneaux solaires sur leur moissonneuse-batteuse. Cela montre le peu de compréhension qu'on a ici du secteur de l'agriculture. À l'époque de la récolte, les agriculteurs travaillent 24 heures par jour, 7 jours par semaine, du lever ou coucher du soleil. Quand les gens disent que les agriculteurs devraient essayer de trouver des solutions de rechange, on voit qu'il reste du chemin à faire avant qu'ils comprennent ce que font les agriculteurs et avec quelles limites ils doivent déjà composer.
La famille Kielstra exploite un élevage de volaille dans ma circonscription et j'ai visité celui-ci au début de l'été. M. Kielstra était très contrarié par la taxe sur le carbone. Il m'a montré ses factures et m'a donné sa feuille de calcul Excel. Il a payé 51 526 $ en taxe sur le carbone l'année dernière, juste pour chauffer ses poulaillers. Il n'a pas d'autre choix que de le faire. C'est l'hiver.
Il doit chauffer les poulaillers pour assurer la santé et la sécurité des volailles, sinon il va être accusé de cruauté envers les animaux. Il n'a pas d'autre alternative. Il ne peut pas faire un feu dans le poulailler. Il chauffe les poulaillers au gaz naturel et au propane parce que ce sont des combustibles propres, peu coûteux et efficaces.
Lorsque la taxe sur le carbone passera à 50 $ la tonne en 2022, les 50 000 $ qu'il dépense actuellement frôleront les 100 000 $ par année. Ce n'est pas une mince somme. On parle de la différence entre pouvoir continuer d'exploiter son élevage de volaille de façon viable et faire faillite. Ce qui distingue ce secteur des autres, c'est que les agriculteurs ne peuvent pas refiler les coûts aux consommateurs. Le secteur de l'agriculture est soumis aux prix du marché. Il ne peut pas simplement augmenter le prix de la volaille de 50 $ la livre ou le kilogramme.
La situation est similaire pour les céréaliculteurs. L'un d’eux, qui habite dans le Nord de la Saskatchewan, m'a fait parvenir la facture qu'il doit acquitter, à cause de la taxe sur le carbone, pour le propane dont il se sert pour faire sécher son grain. Pour une seule livraison de propane, la taxe lui coûte 800 $, et il s'agit de livraisons qui doivent être répétées aux semaines, pas aux mois ni aux années. Cela revient à 3 200 $ par mois pour faire sécher les céréales qu'il cultive. Dans ce cas-ci également, il ne s'agit pas de quelque chose dont il peut se passer.
Après la terrible saison des récoltes de l'année dernière, dont nous avons abondamment parlé à la Chambre, le Nord de la Saskatchewan a reçu de grandes quantités de neige cet automne. Ce céréaliculteur devra encore une fois faire sécher ses récoltes, tout comme les agriculteurs de la région qui s'étend de la Saskatchewan à l'Ontario ont eu à le faire l'année dernière. Ils ont dû assumer des coûts inattendus. Je tiens à préciser que les céréaliculteurs ne peuvent pas refiler ces coûts à quiconque. Ils doivent les payer eux-mêmes. La ministre de l'Agriculture a déclaré la semaine dernière qu'elle reconnaît que les agriculteurs ont une marge de profit très mince. Oui, c'est la réalité. Par conséquent, quand le gouvernement a la possibilité d'améliorer les choses, pourquoi ne le fait-il pas?
Les agriculteurs se contentent de travailler fort et de faire tout leur possible, mais au cours des 12 à 18 derniers mois, ils se sont exprimés très ouvertement sur l'impact que la taxe sur le carbone avait sur eux. Je suis très préoccupé par la position qu'adopte le gouvernement libéral à ce sujet. L'ancien ministre de l'Agriculture a affirmé que tous les agriculteurs canadiens à qui il avait parlé appuyaient la taxe sur le carbone. Je peux compter sur les doigts de ma main le nombre d'agriculteurs à qui j'ai parlé qui appuient la taxe sur le carbone. Il n'y en a presque aucun.
Quand j'ai demandé à la ministre de l'Agriculture actuelle, dans une question inscrite au Feuilleton, quel était le coût de la taxe sur le carbone pour les agriculteurs canadiens, elle m'a répondu que cette information était secrète. Si les libéraux sont les grands défenseurs de l'agriculture qu'ils se targuent d'être, ils ne devraient pas cacher la vérité. Nous connaissons bien le coût qu'impose la taxe sur le carbone à l'agriculture canadienne. Il est prohibitif. Selon la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, la taxe sur le carbone coûte aux agriculteurs canadiens environ 14 millions de dollars par année.
Les conservateurs proposent une solution très simple. Il existe déjà des exemptions pour l'essence mauve et pour le diésel. Il existe des exemptions pour l'industrie des cultures de serre. Pourquoi ne pas élargir la définition pour inclure le propane et le gaz naturel, qui sont les carburants les plus propres et les moins coûteux, afin de donner la chance aux agriculteurs canadiens de garder la tête hors de l'eau durant cette période très difficile?
Comme je l'ai dit au début, c'est une occasion unique pour l'agriculture canadienne d'alléger le fardeau, pas seulement ici, au Canada, mais aussi dans le monde entier, et d'aider le Canada à se sortir de la très difficile situation financière dans laquelle se trouve le pays. Néanmoins, il est aussi important que nous protégions notre chaîne d'approvisionnement alimentaire. Si nos agriculteurs ne survivent pas à cette crise, il n'y aura plus rien à manger dans les supermarchés.
Sans exploitations agricoles, il n'y a pas de nourriture. C'est essentiel. Le projet de loi C-206 contribuerait à alléger le fardeau financier et psychologique qui pèse sur les épaules des agriculteurs canadiens. J'invite donc instamment tous mes collègues à appuyer ce projet de loi.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-23 12:01 [p.2219]
Expand
Madam Speaker, I want to be very clear in terms of the Government of Canada's ongoing support of our farming community. We have actually had very strong advocates within the Department of Agriculture, including a minister who is very sensitive to all the different regions and the needs of the farming community.
I wanted to speak to this bill because I am someone who was born and grew up in the Prairies, around Manitoba and Saskatchewan. I can recall being on the John Deere tractor when I was 12 or 13 years old in the province of Saskatchewan, or driving down Highway 2 in the province of Manitoba, where we would see a line of farmers cultivating and harvesting wheat. It is a very impressive sight at 11 p.m. or midnight, when the lights are beaming and we can see the reaping of the fields to feed the world. It gives a whole new meaning and I understand this. I do not believe I am alone.
Within the Liberal caucus, where we even have a rural component, members are very much aware of the issues that farmers have to face in every region of our country. When we talk about a price on pollution, it is one of the reasons why, through a budgetary motion, we looked at some of the costs farmers have, particularly with gas and diesel, and then came up with the exemption. It was something that is fairly easily tagged and marked. Therefore, we could ensure that farmers are being given a break on the price on pollution.
I would question the member when he said that 98% of farmers are opposed to a price on pollution. At the end of the day, whether one is a rural or an urban member, we recognize the impact the population has on our environment. All of us want to play a role.
What is important is that the government recognized that we needed to level the field and make sure everyone is contributing a fair share. That is something the government has done and we will continue to look at ways in which we can improve the system. At times, the Conservatives try to give a false impression that the government, the Liberal caucus, does not understand the farming community. That is just not true.
I have had many opportunities to have discussions and visit farms with many different commodities, whether poultry, the pig industry in province of Manitoba or the many grains that are grown. I am not unique within the caucus. We understand the difficulties when farmers have a wet crop and need to dry that crop out to get it to market.
I want to remind my friends that, when Harper was the prime minister, we had heaps of wheat being piled outside of storage bins while we had ships that were empty miles away from the Vancouver port.
Madame la Présidente, je tiens à être très clair quant à l'appui que le gouvernement du Canada donne en permanence à notre milieu agricole. Le ministère de l'Agriculture compte d'ardents défenseurs de la cause agricole et, notamment, une ministre très à l'écoute des besoins des différentes régions et du monde agricole.
Je voulais intervenir à propos de ce projet loi parce que je suis moi-même né et j'ai grandi dans les Prairies, au Manitoba et en Saskatchewan. Je me revois, à l'âge de 12 ou 13 ans, trônant derrière le volant d'un tracteur John Deere, en Saskatchewan, ou en train de descendre la route 2, au Manitoba, au milieu de champs de blé que de nombreux agriculteurs s'activaient à cultiver et à récolter. C'est très impressionnant de voir la récolte, une récolte qui nourrira le monde, se faire à la lueur des phares, dans la nuit, vers 23 heures ou minuit. Cela donne un tout nouveau sens à ce qu'est la sécurité alimentaire. Je le comprends et je ne crois pas être le seul.
Au sein du caucus libéral, qui compte des représentants de circonscriptions rurales, les députés sont très conscients des problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs de toutes les régions du pays. En ce qui concerne la tarification de la pollution, c'est notamment pour cette raison que nous avons, au moyen d'une motion budgétaire, tenu compte de certains coûts pour les agriculteurs, en particulier pour l'essence et le diésel, et que nous en sommes venus à une exemption. C'est un aspect qui est assez facile à suivre. Par conséquent, nous avons pu donner un répit aux agriculteurs par rapport à la tarification de la pollution.
Je doute que, comme l'a dit le député, 98 % des agriculteurs s'opposent à une tarification de la pollution. Au bout du compte, peu importe si nous venons d'une région urbaine ou rurale, nous reconnaissons tous les effets de la population sur l'environnement. Nous voulons tous jouer un rôle dans ce dossier.
L'important, c'est que le gouvernement a reconnu que nous devions établir des règles équitables pour que tous fournissent leur juste part d'efforts. Le gouvernement l'a fait, et nous continuerons à chercher des façons d'améliorer le système. Parfois, les conservateurs tentent de donner la fausse impression que le gouvernement, le caucus libéral, ne comprend pas les agriculteurs. Ce n'est tout simplement pas vrai.
J'ai pu à de nombreuses occasions discuter avec des agriculteurs et visiter des exploitations agricoles de différents secteurs. Je pense à la volaille, à l'industrie porcine du Manitoba et aux nombreuses céréales qui sont cultivées. Je ne suis pas le seul à l'avoir fait au sein du caucus. Nous comprenons les difficultés que vivent les agriculteurs lorsqu'ils doivent assécher une récolte humide avant de l'acheminer vers les marchés.
Je tiens à rappeler à mes collègues que, lorsque Stephen Harper était premier ministre, des montagnes de blé s'accumulaient à l'extérieur des silos, alors que des navires vides se trouvaient à quelques miles du port de Vancouver.
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2020-11-23 12:05 [p.2220]
Expand
The time provided for the consideration of Private Members' Business has now expired. The order is dropped to the bottom of the order of precedence on the Order Paper.
La période réservée à l'étude des affaires émanant des députés est maintenant écoulée. L'article retombe au bas de la liste de priorité du Feuilleton.
Collapse
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2020-11-23 12:05 [p.2220]
Expand
Madam Speaker, it is an honour and privilege to speak today on Bill C-8 from the traditional unceded territory of the Snuneymuxw people. I want to acknowledge that the riding of Nanaimo—Ladysmith lies within the territories of the Snuneymuxw, the Snaw-naw-as, the Stz'uminus and the Lyackson first nations.
Huy’chka siem.
I would like the thank the hon. member for Sydney—Victoria for sharing this time with me today so that I could speak to this important bill.
Bill C-8 is an act to amend the Citizenship Act. The bill would change the oath of citizenship so that newcomers to Canada, in addition to pledging allegiance to the Queen, will also faithfully observe the laws of Canada, including the Constitution, which recognizes and affirms the aboriginal treaty rights of first nations, Inuit and Métis people.
The Snuneymuxw people, whose territory I am from speaking today, signed a treaty in 1854. This was the 14th and the last of the so-called Douglas treaties, and it was ignored for over 100 years. It was not until the landmark White and Bob Supreme Court case in 1965 that this treaty was finally recognized by the Government of Canada. This historic case marked the beginning of the modern era of treaty and aboriginal rights and title, advocacy and activism across Canada.
I learned about this treaty while working on a film about the Nanaimo River, entitled Voices of the River. In my interviews with Snuneymuxw elder Ellen White and with her grandson Doug White, who was the chief of Snuneymuxw First Nation at the time, they both emphasized the importance of this treaty and the rights and title that it enshrines. Most residents of Nanaimo would have no knowledge of this treaty and what it means. It is a constant struggle for the Snuneymuxw people to have their treaty rights recognized.
This is true for first nations across Canada, as we have seen with the Mi'kmaq fishery in Nova Scotia and the Haudenosaunee dispute in Caledonia, Ontario. We are all treaty people in Canada. We have historical treaties that need to be respected, and for those first nations that have never signed treaties, it is incumbent upon the government to go through the modern-day treaty process in a respectful way.
It is important for newcomers to Canada to understand the indigenous and first nations rights enshrined in the Canadian Constitution and the Canadian Charter of Rights and Freedoms. All Canadians, including new Canadians, need to understand these legal documents. They should understand that if they are not in a region that is covered by a treaty, then they are in a region that has never surrendered and is still legally indigenous territory.
The bill would complete number 94 of the 94 calls to action of the Truth and Reconciliation Commission. That does not mean that the current Parliament has finally gotten to the end of the list and has implemented the previous 93 calls to action, far from it. We have a very poor record of implementing these calls to action. Earlier this year my colleague, the hon. member for Fredericton, presented a scorecard in her speech on this issue. Out of the 52 broader reconciliation recommendations, seven have been completed. Under justice, it is one out of 18; language and culture, one out of five; health, zero; education, zero; and child welfare, zero.
In the first year, five recommendations were completed, and just four since 2016. At the current rate, it will take approximately 38 more years before all of the calls to action are implemented. This is not reconciliation in action.
Call to action number 94 is important, but there are far more urgent calls to action that we need to turn our attention to. Call to action number one calls upon federal, provincial, territorial and aboriginal governments to commit to reducing the number of aboriginal children in care. Right now there are more indigenous children in the child welfare system in this country than there were children in the residential schools at the height of the residential school system. This is an ongoing abuse of human rights and a violation of fundamental social justice.
When I talk to local leaders from first nations and urban indigenous communities in my riding, they tell me the same thing: Children are being apprehended by provincial child welfare agencies, and it is not because the parents have neglected to provide their children with love, care or attention. The majority of child welfare apprehensions are a direct result of poverty and inadequate housing. The Government of Canada could deal with this immediately with a poverty reduction strategy and rapid housing program for first nations and urban indigenous populations.
The missing and murdered indigenous women and girls inquiry recommendations called for a guaranteed livable income to ensure no Canadian needs to live in poverty. A guaranteed livable income would remove the bias inherent in our social welfare programs and would be a step toward ending systemic racism in this country. Indigenous people are overrepresented in our prison system and in our homeless population. This is also a direct result of poverty and the disproportionate number of children pulled from their families and communities by the child welfare system.
We have a long way to go toward true reconciliation with indigenous people in Canada. Under the reconciliation section of the Truth and Reconciliation Commission calls to action, the first call to action, number 43, calls upon federal, provincial, territorial and municipal governments to fully adopt and implement the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples as the framework for reconciliation. This is important and we need to get this done right away. Why are we not debating this right now?
It is a national shame indigenous communities have boil water advisories that go on for years and even decades, that indigenous communities deal with serious and persistent poverty, that indigenous people are overrepresented in our criminal justice system and in our homeless population, that we have such high levels of suicide among indigenous youth and that health outcomes for indigenous people are comparable to those of residents of low-income countries.
It is an international black eye for Canadians that we have encroaching developments and industrial projects forced upon indigenous communities after sham consultations and then have those developments and projects rammed through with enforcement actions by highly armed militarized police forces.
We need economic reconciliation to improve the conditions for economic development and economic sovereignty for first nations. The connection to land is key to the culture of indigenous people in Canada, but as colonizers we have broken that link. The reserve system forced indigenous people off the land and took away those key connections to their culture. Industrialization has destroyed many traditional territories with resource extraction, including excessive logging, mining and oil and gas production, destroying biodiversity and leaving behind toxic messes.
In my riding of Nanaimo Ladysmith, the traditional lands of the Hul'qumi’num-speaking people were stolen out from under them with the E&N land grant 150 years ago. Coal baron and B.C. cabinet minister Robert Dunsmuir was given 8,000 square kilometres of land, or 20% of Vancouver Island, to build the E&N railway from Esquimalt to Nanaimo as part of the deal for B.C. to join Confederation. This corrupt deal and historic wrong need to be corrected. We cannot celebrate 150 years of B.C. joining Confederation next year without reparation for this theft. Reconciliation must be more than words, it must include reparation for historic wrongs.
There is a long list of things we need to do to make things right in our relationship with first nations, Inuit and Métis people in this country. If this is indeed our most important relationship, as the Prime Minister has often repeated, then let us get on with it.
I have had the honour and privilege of working with many newcomers to Canada and I know they are keen to be good citizens and become part of our communities. Many of the newcomers arrive from difficult situations and have faced war, poverty, environmental degradation and human rights abuses. Once they learn about our history and fully understand the circumstances many indigenous people live with in Canada, these newcomers are shocked.
Bill C-8 is an acknowledgement of the responsibilities of all Canadians, including new Canadians. It is an important piece of legislation. The Green Party supports this legislation. We support all the calls to action by the Truth and Reconciliation Commission, we support the recommendations of the missing and murdered indigenous women and girls inquiry and we support the full implementation of the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.
I hope to debate much more legislation implementing urgent calls to action from the Truth and Reconciliation report soon. I hope this happens in the very near future.
Madame la Présidente, c'est un honneur et un privilège de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-8 depuis le territoire traditionnel non cédé de la Première Nation Snuneymuxw. Je tiens à reconnaître que la circonscription de Nanaimo—Ladysmith se trouve sur le territoire des Premières Nations Snuneymuxw, Snaw-naw-as, Stz'uminus et de Lyackson.
Huy’chka siem.
Je tiens à remercier le député de Sydney—Victoria de partager son temps de parole avec moi aujourd'hui afin que je puisse parler de cet important projet de loi.
Le projet de loi C-8 vise à modifier la Loi sur la citoyenneté. Il modifierait le serment de citoyenneté pour que les nouveaux arrivants au Canada, en plus de prêter allégeance à la reine, observent fidèlement les lois du Canada, y compris la Constitution, qui reconnaît et confirme les droits ancestraux ou issus de traités des Premières Nations, des Inuits et des Métis.
Aujourd'hui, j'interviens depuis le territoire de la Première Nation Snuneymuxw, qui a signé un traité en 1854. Il s'agissait du 14e et dernier des traités dit « traités Douglas » et on en a fait fi pendant plus de 100 ans. Il a fallu attendre le fameux arrêt White and Bob rendu par la Cour suprême en 1965 pour que le gouvernement du Canada reconnaisse enfin ce traité. Cette affaire historique a marqué le début de l'ère moderne du militantisme pour le respect des droits et titres ancestraux ou issus de traités partout au Canada.
J'ai entendu parler pour la première fois de ce traité quand je travaillais sur un film au sujet de la rivière Nanaimo, intitulé Voices of the River. Lors de mes entrevues avec l'aînée de la Première Nation Snuneymuxw Ellen White et son petit-fils Doug White, qui était le chef à l'époque, les deux ont souligné l'importance de ce traité et des droits et des titres qu'il garantit. La plupart des habitants de Nanaimo n'ont aucune connaissance de ce traité ni de ce qu'il signifie. Les Snuneymuxw doivent constamment se battre pour faire reconnaître leurs droits issus de ce traité.
C'est vrai pour toutes les Premières Nations du Canada, comme nous avons pu le constater lors des événements liés à la pêche micmaque, en Nouvelle-Écosse, et lors du conflit avec les Haudenosaunee, à Caledonia, en Ontario. Au Canada, nous sommes tous visés par des traités. Nous devons respecter les traités historiques qui ont été signés. En ce qui a trait aux Premières Nations qui n'ont jamais signé de traité, il incombe au gouvernement de conclure des traités modernes avec elles, de manière respectueuse.
Il est important que les nouveaux arrivants au Canada comprennent les droits des Autochtones et des Premières Nations inscrits dans la Constitution du Canada et dans la Charte des droits et libertés du Canada. Tous les Canadiens, y compris les néo-Canadiens, devraient comprendre ces textes juridiques. Ils devraient comprendre que s'ils se trouvent dans une région qui n'est pas visée par un traité, cette région n'a jamais été cédée; elle est toujours, juridiquement parlant, un territoire autochtone.
Le projet de loi répondrait à l'appel no 94 des 94 appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation. Cela ne veut pas dire que le Parlement actuel est finalement arrivé au bout de la liste et qu'il a déjà donné suite aux 93 appels à l'action précédents, loin de là. Nous affichons un bien piètre bilan pour ce qui est d'appliquer ces recommandations. Cette année, ma collègue la députée de Fredericton a en fait le décompte dans son discours. On a donné suite à sept recommandations sur 52 en ce qui a trait à la réconciliation, à une recommandation sur 18 en matière de justice, à une recommandation sur cinq en ce qui concerne la langue et la culture, et à aucune des recommandations concernant la santé, l'éducation et la protection de l'enfance.
On a donné suite à cinq recommandations pendant la première année, et à seulement quatre recommandations depuis 2016. Au rythme actuel, il faudra encore attendre environ 38 ans avant la mise en œuvre de toutes les recommandations. Ce n'est pas une façon de poser des gestes concrets pour la réconciliation.
L'appel à l'action no 94 est important, mais il y a des recommandations beaucoup plus urgentes dont nous devons nous occuper. L'appel à l'action no 1 demande au gouvernement fédéral, aux gouvernements provinciaux et territoriaux de même qu'aux gouvernements autochtones de s'engager à réduire le nombre d'enfants autochtones pris en charge. À l'heure actuelle, il y a au pays plus d'enfants autochtones qui sont pris en charge par le système de protection de l'enfance qu'il y en avait dans le système des pensionnats à son apogée. On continue donc d'aller à l'encontre d'un droit de la personne et de la justice sociale fondamentale.
Lorsque je parle avec des dirigeants des communautés autochtones et des Autochtones en milieu urbain de ma circonscription, ils me disent tous la même chose: des enfants sont pris en charge par les services provinciaux de protection de l'enfance, et ce n'est pas parce que leurs parents ont négligé de leur donner de l'amour, des soins ou de l'attention. Dans la majorité des cas, la prise en charge découle directement de la pauvreté et des logements inadéquats. Le gouvernement du Canada pourrait résoudre ce problème immédiatement en mettant en œuvre une stratégie de lutte contre la pauvreté et un programme visant à fournir des logements rapidement pour les Premières Nations et les populations autochtones en milieu urbain.
Le rapport de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées recommande l'établissement d'un programme de revenu annuel garanti pour s'assurer qu'aucun Canadien ne connaisse la pauvreté. La mise en place d'un tel programme permettrait également d'éliminer les biais propres à nos programmes d'aide sociale, en plus de représenter une étape vers l'élimination du racisme systémique au Canada. Les Autochtones sont surreprésentés dans notre système carcéral, ainsi que parmi les sans-abri. Il s'agit d'une conséquence directe de la pauvreté et du nombre disproportionné d'enfants ayant été arrachés à leur famille et à leur communauté par le système d'aide à l'enfance.
Nous avons encore beaucoup à faire pour parvenir à une véritable réconciliation avec les peuples autochtones du Canada. Dans la partie consacrée aux recommandations de la Commission de vérité et de réconciliation, le premier appel à l'action, qui porte le numéro 43, demande aux gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, ainsi qu'aux administrations municipales d'adopter et de mettre en oeuvre la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones en tant que cadre du processus de réconciliation. C'est important et nous devons agir tout de suite. Pourquoi ne sommes-nous pas en train de discuter de cet enjeu dès maintenant?
C'est une honte nationale que des communautés autochtones soient toujours obligées de faire bouillir leur eau, et que cette situation perdure depuis des années, voire des décennies. C'est une honte nationale que les communautés autochtones soient confrontées à une pauvreté à la fois grave et persistante, que les Autochtones soient surreprésentés au sein du système de justice pénale et parmi les sans-abri, que les taux de suicide soient si élevés chez les jeunes autochtones, et que les résultats en matière de santé chez les populations autochtones soient comparables à ceux des habitants de pays à faible revenu.
La réputation du Canada est ternie sur la scène internationale quand, après une parodie de consultation, on impose aux communautés autochtones des projets industriels et des développements qui empiètent sur leur territoire et que des forces policières lourdement armées protègent ensuite l'exécution des travaux.
Nous avons besoin d'une réconciliation économique afin de créer des conditions propices au développement et à la souveraineté économiques des Premières Nations. Le lien à la terre est un élément central de la culture des peuples autochtones du Canada, mais, en tant que colonisateurs, nous avons brisé ce lien. Le système de réserves a forcé les peuples autochtones à quitter leurs terres et coupé ce lien essentiel à leur culture. L'industrialisation a aussi détruit beaucoup de territoires traditionnels pour en extraire des ressources, que ce soit par des coupes de bois excessives, l'extraction minière ou la production pétrolière et gazière, des activités qui détruisent la biodiversité et laissent derrière elles des lieux contaminés.
Dans ma circonscription, Nanaimo Ladysmith, les terres traditionnelles des peuples parlant le hul'qumi’num leur ont été volées pour la concession de terres au chemin de fer E & N, il y a 150 ans. Robert Dunsmuir, baron du charbon et ministre au sein du gouvernement de la Colombie-Britannique, a reçu 8 000 kilomètres carrés de terres, soit 20 % de l'île de Vancouver, pour bâtir le chemin de fer E & N d'Esquimalt à Nanaimo. Cela faisait partie de l'entente conclue pour que la Colombie-Britannique se joigne à la Confédération. Il faut rectifier cette entente malhonnête et cette injustice historique. Nous ne pouvons pas célébrer, l'an prochain, les 150 ans de l'entrée de la Colombie-Britannique dans la Confédération sans avoir réparé ce tort. La réconciliation doit aller au-delà des belles paroles. Elle doit comprendre la réparation des torts du passé.
Elle est longue la liste de choses que nous devrions faire pour remettre sur les rails notre relation avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis. S'il s'agit véritablement de la relation la plus importante qui soit pour l'État canadien, comme le répète sans cesse le premier ministre, alors agissons.
J'ai eu l'honneur et le privilège de travailler avec de nombreux néo-Canadiens, alors je sais à quel point ces gens tiennent à être de bons citoyens et à s'intégrer à la société. Beaucoup de nouveaux arrivants ont échappé à des circonstances difficiles et ont connu la guerre, la pauvreté, les cataclysmes environnementaux et les violations des droits de la personne. Quand ils apprennent l'histoire de notre pays et comprennent vraiment les conditions dans lesquelles vivent de nombreux Autochtones, ils n'en reviennent pas.
Le projet de loi C-8 fait ressortir les responsabilités qui incombent à tous les Canadiens, y compris ceux qui viennent d'arriver. Il s'agit d'une mesure législative de première importance, et le Parti vert l'appuie. Nous souhaitons que l'État donne suite à tous les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation, aux recommandations de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et à la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.
J'espère que nous pourrons débattre de bien d'autres mesures législatives visant à mettre en œuvre les urgents appels à l'action qui se trouvent dans le rapport de la Commission de vérité et réconciliation, et j'espère que ce sera très bientôt.
Collapse
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
View Rachel Blaney Profile
2020-11-23 12:15 [p.2221]
Expand
Madam Speaker, one of the biggest challenges we face when we look at this piece of legislation is we are still not seeing a government taking an active role and actually implementing the calls to action by the Truth and Reconciliation Commission. Here we are again with another small step, but we still do not see substantive support to move forward in a way that is really about reconciliation.
I am wondering if the member could talk about why indigenous communities are being asked to wait, government after government, and when we are going to actually see action, and what would that action look like?
Madame la Présidente, l'une des plus grandes difficultés rencontrées lors de l'étude de ce projet de loi est que le gouvernement ne joue pas un rôle actif et ne met pas réellement en œuvre les appels à l'action formulés par la Commission de vérité et réconciliation. Il s'agit encore une fois d'un petit pas vers la réconciliation, mais nous attendons toujours un appui véritable à cet égard.
Le député peut-il expliquer pourquoi les gouvernements, l'un après l'autre, demandent aux communautés autochtones d'attendre? Peut-il aussi indiquer quand des mesures concrètes seront prises et quelles formes elles prendront?
Collapse
Results: 1 - 15 of 10170 | Page: 1 of 678

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data