Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 810
Suzy McDonald
View Suzy McDonald Profile
Suzy McDonald
2019-06-18 11:47
Expand
I did hear the question. Thank you very much.
I don't have the breakdown by province, but I can talk to you a little bit about how it works. I'll just note that this is the Canada health transfer for which the main estimates has over $40 billion estimated.
Essentially, this program grows in line with a growth track. We do a three-year moving average on the gross domestic product, with funding to increase by a guaranteed amount of 3% every year. For 2019-20, that growth is 4.6%, which is in line with that growth track.
This funding is flexible. It goes to the provinces and territories. It's block funding; they can use it as they want, although we do have conditions associated with it, and it is allocated on a per capita basis.
In addition to this amount—and it might be what you're referring to as well—there is funding that is provided through Health Canada that in a previous year came through Finance Canada's budget as a one-time payment, but the funding for home care services and mental health services is included in Health Canada's budgeting process.
J'ai entendu la question. Merci beaucoup.
Je n'ai pas le détail par province, mais je peux vous parler un peu du fonctionnement. Je tiens seulement à souligner qu'il s'agit du Transfert canadien en matière de santé qui est évalué à plus de 40 milliards de dollars dans le Budget principal des dépenses.
En gros, le programme suit une courbe de croissance. Nous calculons la moyenne pondérée mobile triennale de la croissance nominale du produit intérieur brut, avec une garantie d’augmentation du financement d’au moins 3 % par année. En 2019-2020, cette croissance est de 4,6 %, ce qui est fidèle à la courbe de croissance.
Ce financement est souple. Il est remis aux provinces et aux territoires sous forme globale: les gouvernements peuvent l'utiliser à leur guise, bien que certaines conditions s'appliquent et qu'il soit calculé selon le nombre d'habitants.
En plus de ce montant, il y a des fonds versés par l'intermédiaire de Santé Canada qui figuraient dans un budget antérieur de Finances Canada à titre de paiement unique, et c'est peut-être à ces fonds que vous faites référence également. Les fonds pour les services à domicile et en santé mentale sont toutefois inclus dans le processus budgétaire de Santé Canada.
Collapse
Greg Carreau
View Greg Carreau Profile
Greg Carreau
2019-06-06 8:56
Expand
Thank you, Madam Chair and members of the committee.
Good morning. My name is Greg Carreau and I'm the director of the water and air quality bureau at Health Canada.
I would like to begin by acknowledging that the land on which we are meeting today is on the traditional and unceded territory of the Algonquin nation.
I welcome the opportunity to discuss Health Canada's role in protecting Canadians from environmental risks to health. I will speak to the department's activities and expertise related to mercury and contaminated sites, first in general, and then as it relates to Grassy Narrows. Health Canada works closely with Environment and Climate Change Canada to protect the health of Canadians from environmental contaminants such as mercury through our chemicals management plan. This work is accomplished under the Canadian Environmental Protection Act, 1999, which provides the authority for the federal government to take action to address harmful chemicals.
Mercury poses a host of human health risks. The health risks of mercury depend on its chemical form, route of exposure and the level of exposure. Mercury in its organic form, methylmercury, bioaccumulates up the food chain—for example, in fish—and is absorbed through the digestive tract and distributed throughout the body. It readily enters the brain, where it may remain for long periods of time. In pregnant women, it can cross the placenta and into the fetus.
A child's developing nervous system is particularly sensitive to mercury. Effects can include a decrease in IQ, delays in walking and talking, blindness and seizures. In adults, extreme exposure can lead to personality changes, changes in vision, deafness, loss of muscle coordination and sensation, intellectual impairment and even death. Cardiovascular, renal and carcinogenic effects have also been observed.
The federal government has taken action to reduce levels of mercury and risks to health. A wide range of regulatory and non-regulatory initiatives have effectively reduced mercury emissions in Canada. Since the 1970s, domestic sources of mercury emissions have been reduced by approximately 90%. Global efforts are also important, and Canada ratified the Minamata Convention on Mercury in 2017, a global treaty to reduce mercury emissions and exposures.
Today, methylmercury exposure in Canadians is often linked to eating fish. Health Canada establishes standards for the amount of mercury permitted in retail fish. To further reduce exposure, Health Canada provides advice to Canadians on the consumption of certain types of fish known to contain higher levels of mercury.
Health Canada has undertaken research to evaluate the levels of mercury in Canadians. The Canadian health measures survey collects information from Canadians about their health and includes measurements of chemicals in blood and urine. Results found that over 99% of Canadians sampled had levels of mercury below the established methylmercury blood guidance levels. When levels of methylmercury in blood are below the guidance value, no negative health effects are expected.
Regarding the health risks of contaminated sites, Health Canada participates in the federal contaminated sites action plan. Health Canada's role is to provide expert advice, guidance, training and tools on the assessment and mitigation of health risks. The historical source of the mercury contamination that impacts Grassy Narrows First Nation has not been part of the federal contaminated sites action plan.
Health Canada has had historical involvement in evaluating the human health impacts of mercury contamination in the river system of the English and Wabigoon rivers. Beginning in the 1970s, Health Canada has been investigating the impacts of mercury on the residents of the Grassy Narrows and Whitedog communities. This work was carried out by Health Canada's first nations and Inuit health branch, which was transferred to Indigenous Services Canada in 2017. My colleague from Indigenous Services Canada described these activities earlier.
The residents of Grassy Narrows First Nation have been exposed to elevated levels of mercury resulting from past industrial practices. Health Canada is committed to continuing to work with partners to address the health risk posed by mercury, including our scientific expertise and any future collaborative action with Grassy Narrows First Nation.
I wish to thank the committee for the opportunity to appear today.
Merci, madame la présidente, et merci aux membres du Comité.
Bonjour à tous. Je m'appelle Greg Carreau et je suis le directeur du Bureau de la qualité de l'air et de l'eau de Santé Canada.
J'aimerais tout d'abord souligner que le territoire sur lequel nous sommes réunis aujourd'hui est le territoire traditionnel non cédé du peuple algonquin.
Je suis heureux d'avoir l'occasion de discuter du rôle de Santé Canada dans la protection des Canadiens contre les risques pour la santé liés à l'environnement. Je parlerai des activités et de l'expertise du ministère en matière de mercure et de sites contaminés, d'abord dans une perspective générale, puis dans le cas particulier de Grassy Narrows. Dans le cadre du Plan de gestion des produits chimiques du gouvernement fédéral, Santé Canada travaille en étroite collaboration avec Environnement et Changement climatique Canada afin de protéger la santé des Canadiens contre les contaminants de l'environnement, comme le mercure. Ce travail est accompli en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement de 1999, qui confère au gouvernement fédéral le pouvoir de prendre des mesures visant les produits chimiques nocifs.
Le mercure présente de nombreux risques pour la santé humaine. Les effets qu'il a sur la santé dépendent de sa forme chimique, de la voie d'exposition et du degré d'exposition. Le méthylmercure, qui est une forme organique de mercure, se bioaccumule dans la chaîne alimentaire, par exemple dans le poisson, puis est absorbé par le tube digestif et distribué dans tout l'organisme. Il pénètre facilement dans le cerveau, où il peut demeurer pendant une longue période. Chez la femme enceinte, il peut traverser le placenta et atteindre le foetus.
Le système nerveux en développement d'un enfant est particulièrement sensible au mercure. Les effets peuvent comprendre une baisse du quotient intellectuel, des retards dans la maîtrise de la marche et de la parole, la cécité et des crises épileptiques. Chez l'adulte, une exposition importante au mercure peut entraîner des changements de personnalité, des troubles visuels, des problèmes de surdité, une perte de coordination musculaire et de sensation, des déficiences intellectuelles et même la mort. Des problèmes cardiovasculaires, des lésions rénales et des effets cancérogènes ont également été observés.
Le gouvernement fédéral a pris des mesures dans le but de réduire les concentrations de mercure et les risques connexes pour la santé. De fait, un large éventail d'initiatives réglementaires et non réglementaires ont permis de faire baisser les émissions de mercure au Canada. Depuis les années 1970, les sources intérieures d'émissions de mercure ont diminué d'environ 90 %. Les efforts déployés à l'échelle planétaire sont aussi importants, et le Canada a ratifié en 2017 la Convention de Minamata sur le mercure, un traité mondial visant à réduire les émissions de mercure et l'exposition qui en découle.
De nos jours, l'exposition de la population canadienne au méthylmercure est souvent associée à la consommation de poisson. Santé Canada a établi des normes qui régissent la quantité de mercure permise dans le poisson vendu au détail. Afin de réduire encore davantage l'exposition, Santé Canada fournit aux Canadiens des conseils sur la consommation de certaines espèces de poissons commerciaux qui renferment des concentrations plus élevées de mercure.
Santé Canada a entrepris des travaux de recherche pour évaluer les concentrations de mercure au sein de la population canadienne. L'Enquête canadienne sur les mesures de la santé permet de recueillir auprès des Canadiens des renseignements sur leur santé et de mesurer les concentrations de certaines substances chimiques dans le sang et l'urine. Les résultats de l'enquête ont révélé que plus de 99 % des Canadiens échantillonnés présentaient des concentrations de mercure inférieures aux valeurs guides établies pour la concentration de méthylmercure dans le sang. Lorsque la concentration de méthylmercure dans le sang est inférieure aux valeurs guides, aucun effet négatif sur la santé n'est attendu.
En ce qui concerne les risques pour la santé que posent les sites contaminés, Santé Canada participe au Plan d'action pour les sites contaminés fédéraux. Le rôle du ministère est d'offrir des conseils spécialisés, de l'orientation, de la formation et des outils sur l'évaluation et l'atténuation des risques pour la santé. Or, la source historique de contamination au mercure qui touche la Première Nation de Grassy Narrows ne fait pas partie du Plan d'action pour les sites contaminés fédéraux.
Santé Canada contribue depuis longtemps à l'évaluation des répercussions sur la santé humaine de la contamination au mercure du réseau hydrographique English-Wabigoon. Dans les années 1970, le ministère a commencé à étudier les effets du mercure sur les résidents des communautés de Grassy Narrows et de Whitedog. Les travaux ont été exécutés par la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits de Santé Canada, qui a été transférée à Services aux Autochtones Canada en 2017. Mon collègue de Services aux Autochtones Canada a déjà décrit ces travaux.
Les résidents de la Première Nation de Grassy Narrows ont été exposés à des concentrations élevées de mercure provenant d'activités industrielles passées. Santé Canada est résolu à continuer de travailler avec ses partenaires pour s'attaquer aux risques pour la santé associés au mercure, notamment en fournissant une expertise scientifique dans le cadre de toute activité future menée en collaboration avec la Première Nation de Grassy Narrows.
J'aimerais remercier le Comité de m'avoir permis de m'adresser à lui aujourd'hui.
Collapse
View Kevin Waugh Profile
CPC (SK)
Thank you.
Thank you to all of you for coming here today.
Dr. Wong, you said there was still poisoning going on in the community.
Mr. Carreau, in your remarks, you noted that mercury poses a host of human health risks, including for the brain and pregnant women. It can cross the placenta into the fetus.
Health Canada refused to reveal the names of 150 residents who were identified at birth. The umbilical cord blood of babies was tested for 22 years, from 1970 to 1992, and 357 infants on reserve had testing data that sat somewhere. Some of it was, they said, in bank boxes in Thunder Bay and Ottawa. The information was slow and at times never even passed on.
If we're still having issues today, has this improved situation improved at Health Canada and your departments?
Merci.
Merci à vous tous d'être là aujourd'hui.
Docteur Wong, vous dites qu'il y a encore des cas d'empoisonnement dans la collectivité.
Monsieur Carreau, dans votre déclaration, vous avez souligné que le mercure crée beaucoup de risques pour la santé humaine, y compris pour le cerveau et chez les femmes enceintes. Le mercure peut passer par le placenta et atteindre le fœtus.
Santé Canada refuse de révéler le nom des 150 résidents qui ont été identifiés à la naissance. Le sang du cordon ombilical des bébés a été testé pendant 22 ans, de 1970 à 1992, et nous avons des données de tests de 357 enfants de la réserve qui sont conservés je ne sais où. Les gens ont dit qu'une partie de l'information se trouvait dans des boîtes d'entreposage à Thunder Bay et à Ottawa. L'information était fournie lentement et, parfois, elle ne l'a jamais été.
Si nous avons encore des problèmes à l'heure actuelle, la situation s'est-elle améliorée chez Santé Canada et au sein de vos ministères?
Collapse
Tom Wong
View Tom Wong Profile
Tom Wong
2019-06-06 9:29
Expand
Perhaps I'll ask Jennifer Mercer, the director of the program, to speak to that.
What you described was something in the past. However, the department has spent a lot of time working with ethicists at the research ethics board and the community and has poured in additional resources in order to hand search all of the historical documents from the past 40 years and provide those to the communities in boxes, literally.
I'll turn to Jennifer Mercer for the details.
Thanks.
Je vais demander à Jennifer Mercer, la directrice du programme, d'en parler.
Ce que vous avez décrit relève du passé. Cependant, le ministère a beaucoup travaillé avec des éthiciens du Comité d'éthique de la recherche et des membres de la collectivité et a consacré plus de ressources en la matière afin d'effectuer des recherches manuelles dans tous les documents historiques des 40 dernières années et de fournir aux collectivités des boîtes — littéralement — de documents.
Je vais laisser Jennifer Mercer vous en dire plus.
Merci.
Collapse
Jennifer Mercer
View Jennifer Mercer Profile
Jennifer Mercer
2019-06-06 9:30
Expand
You're right. There's over 50 years of historical data in approximately 100 banker boxes. This data is owned by the individuals who were tested. This personal medical information has been released to the individuals who were tested. If you have an individual who, for example, was born to a mother whose cord blood was tested at the time of birth, the cord blood data was released to the mother.
Throughout the past 50 years, we've had ongoing requests from community members to get access to their personal medical information. I've been in the position for about two years, and I've had 40 or 50 individuals who have asked for their personal medical information. That information has been released upon request to the individual, or, depending on how they sign the consent, to the person with whom they want to share the information, such as a researcher or a physician. It is an individual's personal medical information.
That said, since, I think, the mid-1970s, upon request by researchers who had the support of the community, we have been releasing this data, and this data has been going to the researchers in a de-identifiable format. That means it doesn't have a date of birth or a name. You cannot identify who the individual is, but we have been releasing that data when requested.
We need to make sure that we protect individuals' personal medical information, and we have to respect the Privacy Act. If we released data without the appropriate measures in place, we'd be not in keeping with the Privacy Act.
Vous avez raison. Il y a plus de 50 ans de données historiques dans environ 100 boîtes d'entreposage. Ces données appartiennent aux personnes qui ont été testées. Les renseignements médicaux personnels en question ont été communiqués aux personnes testées. S'il y a une personne qui, par exemple, est née d'une mère dont le cordon ombilical avait été testé au moment de la naissance, les données connexes ont été fournies à la mère.
Au cours des 50 dernières années, nous avons eu constamment des demandes de membres de la collectivité qui voulaient avoir accès à leurs renseignements médicaux personnels. Je suis en poste depuis environ deux ans, et de 40 à 50 personnes ont demandé leurs renseignements médicaux personnels. Cette information a été communiquée à la demande de personnes ou, selon la façon dont ils ont signé le formulaire de consentement, à la personne à qui ils voulaient que l'information soit communiquée, comme un chercheur ou un médecin. Il s'agit de renseignements médicaux personnels des gens.
Cela dit, depuis, je crois, le milieu des années 1970, à la demande de chercheurs qui avaient le soutien de la collectivité, nous avons communiqué les données en question, et ces données ont été remises aux chercheurs dans un format anonymisé. Cela signifie qu'on a retiré les dates de naissance et les noms. On ne peut pas identifier la personne dont il est question, mais nous avons communiqué les données sur demande.
Nous devons nous assurer de protéger les renseignements médicaux personnels des gens et nous devons respecter la Loi sur la protection de renseignements personnels. Si nous communiquons les données sans prendre des mesures appropriées, nous ne respecterons pas la Loi sur la protection des renseignements personnels.
Collapse
View Bill Casey Profile
Lib. (NS)
Welcome, everybody, to meeting number 148.
We are going to have a little chaos today with the votes and everything. I managed to meet with the minister on the way in and I asked if she would forgo her opening statement to allow for more questions. She said to table the statement. I appreciate that very much.
However, before going to questions, we'd like to invite the minister to say some opening words.
Je vous souhaite à tous la bienvenue à la séance numéro 148.
Il y aura un peu de chaos ici au moment des votes. J'ai réussi à attraper la ministre pendant qu'elle s'en venait ici et je lui ai demandé si elle pouvait passer outre sa déclaration préliminaire pour vous permettre de lui poser plus de questions. Elle a accepté de seulement déposer son mémoire. Je l'apprécie beaucoup.
Cependant, avant de vous laisser l'interroger, je souhaiterais inviter la ministre à vous dire quelques mots.
Collapse
Simon Kennedy
View Simon Kennedy Profile
Simon Kennedy
2019-05-28 16:43
Expand
I realize there is limited time so I won't run on, but there are essentially two different kinds of activities that we conduct with regard to medical cannabis.
Sans entrer dans les détails compte tenu du peu de temps à votre disposition, je vous dirais qu'il y a essentiellement deux genres d'activités que nous menons relativement au cannabis thérapeutique.
Collapse
Tolga Yalkin
View Tolga Yalkin Profile
Tolga Yalkin
2019-05-27 12:09
Expand
Certainly, Mr. Chair. I'm Director General of Consumer Product Safety at Health Canada.
Certainement, monsieur le président. Je suis le directeur général de la Sécurité des produits de consommation à Santé Canada.
Collapse
David Lee
View David Lee Profile
David Lee
2019-05-06 16:13
Expand
Thank you, Mr. Chair.
Subdivision C would amend the Food and Drugs Act to optimize patient safety, but to enable innovation.
Clause 164 would introduce a more organized way to determine classification. Right now, products can fall under more than one definition, such as a food and a drug, or a device and a drug. This would help increase transparency and cause the minister to consult. It would also reduce, especially for innovative smaller businesses, the uncertainties when you have to choose which pathway to take.
Clause 166 would introduce measures to modernize our clinical trial structure. Many advanced ways of conducting clinical trials are being developed. This will be especially good for physician-led research for our children with cancers. It would also include new abilities for clinical trials in foods such as infant formulas and hospital-given foods, for example, through a feeding tube. Right now, companies have to do those clinical trials in other countries because they're not enabled here.
Clause 169 and on would introduce a new pathway for advanced therapeutic products. This is very important because science and technology is really multiplying the developments that we're starting to see, a lot of in-hospital manufacturing of devices that can be embedded with cells. This is for a regulator to be very agile, and look after the safety but make sure we can tailor the requirements through what this pathway is intended to do.
Perhaps I can pass the floor to my colleague to go over the inspection measures.
Merci, monsieur le président.
La sous-section C modifierait la Loi sur les aliments et drogues pour optimiser la sécurité des patients tout en favorisant l'innovation.
L'article 164 permettrait de mieux organiser le système de classification. À l'heure actuelle, les produits peuvent correspondre à plus d'une définition; ils peuvent, par exemple, être à la fois un aliment et une drogue ou un instrument et une drogue. Cette modification améliorerait la transparence et inciterait le ministre à consulter. Elle permettrait également de réduire les incertitudes liées au choix de la marche à suivre, surtout pour les petites entreprises novatrices.
L'article 166 propose des mesures visant à moderniser la structure des essais cliniques. On élabore actuellement de nombreux moyens novateurs de procéder à des essais cliniques. Ce sera particulièrement intéressant pour la recherche médicale destinée aux enfants atteints de cancer. On pourrait, entre autres, tester des aliments comme les préparations pour nourrissons et les aliments fournis à l'hôpital, par exemple, au moyen d'une sonde d'alimentation. À l'heure actuelle, les entreprises doivent faire ces essais cliniques à l'étranger parce qu'elles n'y sont pas autorisées ici.
L'article 169 et les suivants proposent une nouvelle marche à suivre pour les produits thérapeutiques innovants. C'est très important parce que la science et la technologie progressent très rapidement et qu'on commence à voir se répandre la fabrication en milieu hospitalier d'appareils susceptibles d'être intégrés à des cellules. Cela permet aux organismes de réglementation de réagir rapidement en veillant à la fois à la sécurité et à la possibilité d'adapter les exigences à l'objectif visé.
Je crois que je vais céder la parole à mon collègue, qui vous parlera des mesures d'inspection.
Collapse
Greg Loyst
View Greg Loyst Profile
Greg Loyst
2019-05-06 16:15
Expand
Thanks for the opportunity to provide a brief overview of clauses 170 and 171, which deal in particular with the powers of inspection.
We work in an increasingly complex world, and technology is evolving at unprecedented speed, but our powers of inspection have not kept up with the pace of those developments.
The proposed amendments would clarify some of the powers conferred by the act and grant inspectors modern powers to enforce it, which would make it possible to adopt more flexible and adaptable approaches.
The proposed amendments are really intended to help us better protect the health and safety of Canadians. These are in keeping with powers that you would find in other modern federal legislation, including many of those acts that are administered within the health portfolio.
What I'll do is quickly run through some of the highlights of the authorities that we're seeking.
The proposed amendments would allow inspectors to order a person to provide an inspector with any document, information or sample specified by the inspector. This could be done without the inspector being on site. They would add electronic data to the list of records or documents that could be examined, by giving the inspector the ability to reproduce this electronic data or use a computer system or a means of telecommunication at the place being inspected. They would allow things like the inspectors taking photographs or making recordings and sketches during an inspection. An inspector would be able to examine, test or take samples of anything in the place being inspected, or remove anything from the place being inspected for those purposes.
Inspectors would be able to cause a person to identify themselves to the satisfaction of the inspector in the place being inspected. The inspector would be able to order a person to move or stop a conveyance for the purpose of inspecting that conveyance, or if a conveyance is blocking access to products in a warehouse, for example, to move that conveyance so that the inspector could get at it.
It would also allow an authority to pass through or over private property. This would not include a dwelling house. The sanctity of the home would remain. The only two ways we could get into a home would be with a warrant or with the consent of an owner, but this would allow us to pass over private property to execute our functions.
I'd also like to mention that in clauses 173 to 175 you'll find the offence provisions. What's important to note is that where there is a duty created by these new authorities, it would fit within the existing infrastructure of the offences that are currently in the act, so there is no increase to penalties or offences. In those clauses we've really just aligned the provisions that we're seeking here with the existing infrastructure of the penalties.
That's it.
Merci de me donner la possibilité de vous donner un bref aperçu des articles 170 et 171, qui portent plus précisément sur les pouvoirs d'inspection.
Le contexte dans lequel nous travaillons est de plus en plus complexe et la technologie évolue à une vitesse sans précédent. Nos pouvoirs en matière d'inspection n'ont pas suivi le rythme de cette évolution.
Les modifications proposées préciseraient certains des pouvoirs conférés par la loi. Elles accorderaient aux inspecteurs des pouvoirs s'inscrivant dans la modernité pour appliquer la loi, ce qui leur permettrait d'adopter des approches plus souples et plus adaptables.
Les modifications proposées visent vraiment à nous aider à mieux protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Ces pouvoirs sont conformes à ceux que l'on retrouve dans d'autres lois fédérales modernes, dont beaucoup de lois administrées par le portefeuille de la Santé.
Je vais aborder rapidement en certains points saillants des pouvoirs que nous demandons.
Les modifications proposées permettraient aux inspecteurs d'ordonner à une personne de leur fournir tout document, renseignement ou échantillon dont il a besoin. Cela pourrait se faire sans que l'inspecteur soit sur place. Ces modifications permettraient d'ajouter des données électroniques à la liste des dossiers ou des documents susceptibles d'être examinés, en donnant à l'inspecteur la possibilité de reproduire ces données ou d'utiliser un système informatique ou un moyen de télécommunication à l'endroit faisant l'objet de l'inspection. Les inspecteurs pourraient notamment prendre des photos ou faire des enregistrements et des croquis pendant l'inspection. Ils pourraient examiner, tester ou prélever des échantillons de tout ce qui se trouve sur les lieux de l'inspection ou y prendre quoi que ce soit à ces fins.
Les inspecteurs pourraient demander à une personne de s'identifier à leur satisfaction sur les lieux de l'inspection. Ils pourraient ordonner à une personne de déplacer ou d'arrêter un moyen de transport pour l'inspecter ou, si un moyen de transport bloque l'accès à des produits dans un entrepôt, par exemple, de le déplacer pour que l'inspecteur ait accès.
Il serait également possible de traverser une propriété privée et d'y circuler, exception faite d'une maison d'habitation, l'inviolabilité du domicile étant respectée. Les deux seuls moyens d'entrer dans une maison seraient un mandat ou le consentement du propriétaire, mais nous pourrions quand même circuler dans une propriété privée pour exécuter nos fonctions.
Je voudrais préciser que les articles 173 à 175 portent sur les infractions. Il faut rappeler que, quand une obligation est créée par ces nouvelles autorisations, elle s'inscrit dans l'infrastructure existante des infractions déjà prévues par la loi et qu'il n'y a donc pas d'augmentation des pénalités ou des infractions. Dans ces dispositions, nous avons simplement aligné ce que nous demandons ici sur l'infrastructure existante des pénalités.
C'est tout.
Collapse
Tolga Yalkin
View Tolga Yalkin Profile
Tolga Yalkin
2019-05-06 16:40
Expand
Good afternoon, ladies and gentlemen.
To give you some context, Canadian law requires businesses to disclose on their labels the ingredients used in chemical products sold for use in the workplace.
That said, some companies consider their formulas trade secrets, and accordingly, they can file a claim to exempt a chemical product from the requirement to disclose its ingredients on the label.
When a company makes such an application to Health Canada, we review the other information that a company plans on providing a worker on the chemical product in question, including the hazard symbols, the precautionary statements and the first aid treatment in the case of exposure. We review that information obviously to make sure that it is sufficient and accurate to keep workers safe.
The proposed measures, although not radical, would make minor improvements to our process for considering the claims businesses make that their chemical formulas not be disclosed.
The first is removing the requirement that Health Canada be the guarantor of the information they do plan on providing workers on their chemical products as required by the law.
The second is replacing the Canada Gazette process for publishing individual product notifications with an online system. I want to stress that this is not about eliminating the gazetting process for new regulations. That would remain. Rather, it's about individual product notifications. That we are still gazetting these, I think, is really a reflection of the fact that the act in question was conceived of over 40 years ago, a time in which gazetting was really the only way to communicate to companies such notifications.
Other similar notifications you might be interested to know about, as well, for which Health Canada is responsible, such as relating to natural health product licences, drug sale authorizations and novel food safety assessments, for example, are not gazetted but are presented online.
The third is eliminating a heavy and cumbersome appeal process and leaving any disputes to be dealt with by way of judicial review.
The fourth is providing for more graduated sanctions for non-compliance.
The fifth is providing the Minister of Health with the authority under a very narrow set of circumstances to disclose chemical formulas where there is a serious or imminent danger to human health or safety.
That concludes my remarks, Chair, and I'm happy to take any questions.
Bonjour, mesdames et messieurs.
En guise de contexte, le droit canadien exige que les entreprises divulguent sur les étiquettes les ingrédients qui se trouvent dans les produits chimiques vendus pour l'utilisation en milieu de travail.
Cela dit, certaines entreprises considèrent que leurs formules sont des secrets commerciaux, si bien qu'elles peuvent présenter une demande de dérogation à l'obligation de divulguer les ingrédients d'un produit chimique sur l'étiquette.
Lorsqu'une entreprise adresse cette demande à Santé Canada, nous examinons les autres renseignements que l'entreprise compte fournir à ses travailleurs au sujet du produit chimique en question, y compris les symboles de danger, les mises en garde et les premiers soins à administrer en cas d'exposition. Nous examinons évidemment cette information pour vérifier qu'elle est suffisante et exacte pour assurer la sécurité des travailleurs.
Bien qu'elles ne soient pas radicales, les mesures proposées représentent de petites améliorations au processus par lequel on considère les demandes des entreprises de ne pas divulguer leurs formules chimiques.
Premièrement, il faut abolir l'obligation faite à Santé Canada de se porter garant de l'information que l'entreprise a l'intention de fournir aux travailleurs sur ses produits chimiques, comme l'exige la loi.
Deuxièmement, il faut un système en ligne pour remplacer le processus de la Gazette du Canada pour la publication des avis relatifs aux produits individuels. Je tiens à souligner qu'il ne s'agit pas d'éliminer le processus de publication des nouveaux règlements dans la Gazette. Cela ne changerait pas. Il s'agit plutôt des avis relatifs aux produits individuels. Si nous les publions encore dans la Gazette, selon moi, c'est que la loi en question date d'il y a plus de 40 ans, au temps où la Gazette était vraiment la seule façon de communiquer ces avis aux entreprises.
D'autres notifications semblables, qui pourraient vous intéresser également, et dont Santé Canada est responsable, comme les licences de produits de santé naturels, les autorisations de vente de médicaments et les évaluations de salubrité des aliments nouveaux, par exemple, ne sont pas publiées dans la Gazette, mais diffusées en ligne.
Troisièmement, il y a l'élimination d'un processus d'appel lourd et onéreux qui consiste à soumettre les différends au contrôle judiciaire.
Quatrièmement, il faut prévoir des sanctions plus graduées en cas de non-conformité.
Cinquièmement, il faut donner au ministre de la Santé le pouvoir, dans des circonstances très restreintes, de divulguer les formules chimiques en cas de danger grave ou imminent pour la santé ou la sécurité des humains.
Voilà qui conclut mes remarques, monsieur le président, et je serai heureuse de répondre à vos questions.
Collapse
Jason Flint
View Jason Flint Profile
Jason Flint
2019-05-06 16:54
Expand
Mr. Chair, clauses 217 to 219 propose changes to improve efficiency and remove some duplication in the Pest Control Products Act.
Just as a background, pesticides in Canada are regulated by Health Canada to protect health and the environment. Products undergo a pre-market scientific risk assessment before being authorized. Once registered, products are subject to cyclical re-evaluations. They're also subject to special reviews if new information comes to light about a registered product.
The issue revolves around the Pest Control Products Act, which requires a special review to be conducted every time another OECD member country removes all uses of a pest control product for health or environmental reasons. The way this is written, it can result in multiple reviews of the same issue having to be conducted, often at the same time.
The amendment proposed would allow Health Canada to combine multiple reviews into one special review, or to examine the issue as part of an ongoing special review or re-evaluation, provided it could be incorporated early enough in the review process to allow for a scientific assessment and consultation on the decision, or in some cases, not to conduct a review at all, if the basis of the foreign decision had already been considered previously by Health Canada and there was no new information.
In summary, this should provide some savings for both government and industry, if we can remove the requirement to do these duplicate special reviews.
Monsieur le président, les articles 217 à 219 proposent des changements destinés à améliorer l'efficacité et à éliminer certains doubles emplois dans la Loi sur les produits antiparasitaires.
En guise de contexte, disons que Santé Canada réglemente les pesticides au Canada pour protéger la santé et l'environnement. Les produits font l'objet d'une évaluation scientifique des risques précédant la mise en marché avant d'être autorisés. Une fois homologués, les produits peuvent faire l'objet de réévaluations cycliques. Ils font également l'objet d'examens spéciaux si de nouveaux renseignements sont révélés au sujet d'un produit homologué.
La question concerne la Loi sur les produits antiparasitaires, qui exige un examen spécial chaque fois qu'un autre pays membre de l'OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économiques, élimine toutes les utilisations d'un produit antiparasitaire pour des raisons de santé ou d'environnement. Dans sa forme actuelle, la loi prête à de multiples examens de la même question, souvent en même temps.
La modification proposée permettrait à Santé Canada de combiner de multiples examens en un même examen spécial ou d'examiner la question dans le cadre d'un examen spécial ou d'une réévaluation en cours, si elle peut être intégrée assez tôt dans le processus d'examen pour permettre une évaluation scientifique et une consultation sur la décision ou, dans certains cas, pour ne pas faire d'examen du tout, si Santé Canada s'est déjà penché sur le fondement de la décision étrangère et qu'il n'y a pas de nouveaux renseignements.
En résumé, cela devrait permettre au gouvernement et à l'industrie de réaliser des économies, si nous pouvons éliminer l'obligation de faire ces examens spéciaux en double.
Collapse
Remington Nevin
View Remington Nevin Profile
Remington Nevin
2019-05-01 15:47
Expand
Thank you, Mr. Chair, and thank you, members of the committee, for inviting me here today.
I'm Dr. Remington Nevin, and I'm the executive director of the Quinism Foundation, which is a Vermont-based non-profit organization. Our mission is to support and promote education and research on the medical condition known as chronic quinoline encephalopathy, otherwise known as neuropsychiatric quinism. This is the medical condition caused by poisoning of the central nervous system by mefloquine and related quinoline anti-malarials.
I last provided evidence to this committee in December 2016 in the form of a written brief on the topic of mefloquine, and in that brief I commented in part on what were then the recent changes to the Canadian mefloquine product monograph updated in August of that year. The monograph was subsequently updated again in, I believe, September 2017, following the publication of both the Canadian Forces surgeon general report on mefloquine and the Health Canada report on mefloquine. It is the language from this most recent update that I will refer to in my testimony today.
The current Canadian mefloquine product monograph now warns physicians and other prescribers, in bold typeface, that:
Patients should be advised to consult a healthcare professional if any neurological and/or psychiatric symptoms occur during the prophylactic use of mefloquine
—for the prevention of malaria—
as healthcare professionals may have to discontinue mefloquine and prescribe an alternative medicine for the prevention of malaria.
The monograph further clarifies, in a boxed warning, that not only may mefloquine have to be discontinued, but that “mefloquine should be discontinued” and an alternative medication substituted if psychiatric or neurologic symptoms occur during prophylactic use.
The updated monograph then also makes clear that:
Psychiatric symptoms ranging from anxiety, paranoia...and depression to hallucinations and psychotic behavior...can occur with mefloquine use. Symptoms may occur early in the course of mefloquine use and on occasion...these symptoms have been reported to continue long after mefloquine has been stopped.
The monograph then also makes clear that:
In a small number of patients it has been reported that dizziness or vertigo and loss of balance may continue for months or years after discontinuation of mefloquine, and in some cases vestibular damage may be permanent.
There are several important points being made in this approved labelling, which has been approved by Health Canada and, therefore, presumably are being agreed to by Health Canada.
The first point being made is that there is an acknowledgement by Health Canada and the product's manufacturer that in some cases there are long-term psychiatric and neurologic symptoms that result from mefloquine use. The assumption in the labelling is that there is a likelihood of these symptoms being causal, meaning caused by the drug, and not merely associated with its use. To be clear, this causality is really not disputed by experts. There is broad consensus among international drug regulators on this fact. There's good evidence from the medical and scientific literature and from the accumulated pharmacovigilance data—meaning the adverse-event reports—that symptoms such as insomnia, abnormal dreams, nightmares, anxiety, depression and cognitive dysfunction, among other psychiatric symptoms, for example, can continue for years after use of the drug. That's the first point.
The second point being made by this updated language is that there's also tacit acknowledgement by Health Canada and the drug's manufacturer that to reduce the risk of these long-term symptoms, mefloquine should be discontinued at the onset of any psychiatric or neurologic symptom. This is made clear by the additional language in the monograph, that:
During prophylactic use, if signs of acute anxiety, depression, restlessness or confusion occur, these may be considered prodromal to a more serious event. In these cases, the drug must be discontinued and an alternative medication should be substituted.
It should be clear, given the other language in the monograph, as well as international drug labelling, that these specific symptoms—the acute anxiety, depression, restlessness or confusion—should be considered illustrative and not exclusive. For example, the European drug labelling makes clear that abnormal dreams, nightmares and insomnia should also require the drug's discontinuation. I believe this is clear from the Canadian product monograph language as well.
For the purposes of this committee’s mandate, these two points have profound implications for the care of Canadian veterans, tens of thousands of whom since the 1990s have been exposed to mefloquine, in most cases without the benefit of these enhanced warnings.
One obvious and profound implication is that for those Canadian veterans who were ordered to take mefloquine prior to these warnings appearing in the product monograph, and who were therefore not told to discontinue the drug at the onset of any psychiatric symptoms, there is an increased risk that they experienced the “more serious event” that these psychiatric symptoms are considered prodromal to. To be clear, this more serious event is in fact the development of the long-term psychiatric and neurologic symptoms that in some cases can contribute to disability.
This then raises the question: what is being done systematically by Veterans Affairs Canada and others to identify those veterans who did in fact develop these long-term psychiatric and neurologic symptoms as a result of their use of mefloquine? The answer appears to be nothing. As a result, in a recent letter to the former Minister of Veterans Affairs, we called upon VAC to implement a program to screen veterans for a history of symptomatic mefloquine exposure, meaning those veterans who not only recall having taken mefloquine but who recall having experienced those symptoms that are specifically listed as being prodromal to the more serious event, which we understand is a euphemism for the development of disability from the drug’s use.
Unfortunately, what we received in reply from the current minister was a very unsatisfying response, which suggests to us that VAC is not taking this issue seriously. I'd be happy to share this response for the record on request.
As we noted in our original letter to the veterans affairs minister, we believe that screening veterans “for symptomatic mefloquine exposure is a necessary first step to raising clinicians’ awareness of the prevalence of mefloquine poisoning among the recent Canadian veteran population”. We also believe that screening will permit VAC to more accurately and validly “estimate the total number of veterans exposed to mefloquine” and “how incomplete prescribing documentation may be”. We also believe that this will permit VAC to estimate “how many veterans may be suffering disability who may become eligible for disability compensation” as a result. As we noted in our original letter, our organization would be pleased to work with VAC to help implement such screening in this population.
That concludes my prepared testimony. I would be very pleased to answer any questions the committee members may have. Thank you.
Merci, monsieur le président, et merci aux membres du Comité de m'avoir invité aujourd'hui.
Je suis le Dr Remington Nevin. Je suis le directeur exécutif de la Quinism Foundation, une organisation sans but lucratif du Vermont. Notre mission consiste à soutenir et promouvoir la sensibilisation et la recherche sur un état de santé appelé l'encéphalopathie quinoléine chronique, aussi appelé quinisme neuropsychiatrique. C'est un état de santé causé par l'empoisonnement du système nerveux central par la méfloquine et d'autres antipaludiques à base de quinoléine.
La dernière fois que j'ai comparu devant le Comité remonte à décembre 2016. J'avais alors présenté un mémoire sur le sujet de la méfloquine. Dans le mémoire en question, je formulais des commentaires sur les récents changements apportés à ce moment-là à la monographie canadienne de la méfloquine qui avait été mise à jour en août, cette année-là. La monographie a par la suite été mise à jour à nouveau, si je ne m'abuse, en septembre 2017, après la publication du rapport du médecin-chef des Forces canadiennes et de Santé Canada sur la méfloquine. C'est à ce libellé de la mise à jour la plus récente que je me référerai dans le cadre de mon témoignage d'aujourd'hui.
La monographie canadienne de la méfloquine avertit maintenant les médecins et les autres prescripteurs en caractère gras que:
On doit demander aux patients de consulter un professionnel de la santé en présence de tout symptôme neurologique ou psychiatrique survenant pendant le traitement prophylactique par la méfloquine
— pour la prévention de la malaria —
le professionnel de la santé pourrait devoir interrompre le traitement par la méfloquine et prescrire un autre médicament pour la prévention du paludisme.
La monographie précise en outre, dans un avertissement encadré, que, non seulement il faudrait devoir interrompre le traitement par la méfloquine, mais qu'il faudrait en plus prescrire un autre médicament si des symptômes psychiatriques ou neurologiques sont constatés durant l'utilisation prophylactique.
La nouvelle monographie dit aussi clairement ce qui suit:
Différents symptômes psychiatriques, dont l’anxiété, la paranoïa, la dépression, les hallucinations et un comportement psychotique, peuvent survenir avec la méfloquine. Ces symptômes peuvent apparaître très tôt au cours du traitement par la méfloquine; dans certains cas, ces symptômes ont persisté longtemps après l’interruption du traitement.
La monographie dit ensuite expressément ce qui suit:
Chez un petit nombre de patients, les réactions neuropsychiatriques rapportées, par exemple dépression, acouphènes, étourdissements, vertige ou perte d’équilibre, ont parfois persisté pendant des mois, voire des années, après l’interruption du traitement par méfloquine. Des lésions vestibulaires permanentes ont également été observées dans certains cas.
Il y a plusieurs points importants soulevés dans cette étiquette approuvée — elle l'a été par Santé Canada — et, par conséquent, ce sont présumément des choses que reconnaît Santé Canada.
Le premier point, c'est que Santé Canada et le fabricant du produit reconnaissent que, dans certains cas, l'utilisation de la méfloquine peut entraîner des symptômes psychiatriques et neurologiques à long terme. L'hypothèse sur l'étiquette, c'est qu'il y a une probabilité que ces symptômes soient de nature causale, ce qui signifie qu'ils sont causés par le médicament, et pas simplement associés à son utilisation. Pour plus de clarté, ce lien de causalité n'est pas vraiment contesté par les experts. Par conséquent, il y a un important consensus parmi les organismes de réglementation des médicaments à l'échelle internationale à ce sujet. Il y a de bonnes données probantes de nature médicale et scientifique ainsi qu'une grande quantité de données de pharmacovigilance accumulées — on parle ici de rapports d'effets indésirables — selon lesquels les symptômes comme l'insomnie, des rêves anormaux, des cauchemars, de l'anxiété, la dépression et le dysfonctionnement cognitif, entre autres symptômes psychiatriques, par exemple, peuvent se poursuivre pendant des années après l'utilisation du médicament. C'est le premier point.
Le deuxième point qui découle du libellé mis à jour, c'est qu'il y a aussi une reconnaissance tacite de Santé Canada et du fabricant du médicament du fait que, pour réduire le risque de ces symptômes à long terme, il faudrait arrêter d'administrer de la méfloquine dès l'apparition de tout symptôme psychiatrique ou neurologique. C'est quelque chose que dit clairement le libellé supplémentaire ajouté à la monographie suivant:
Si, au cours d’un traitement prophylactique, des signes d’anxiété aiguë, de dépression, d’instabilité psychomotrice ou de confusion apparaissent, ils peuvent être des signes avant-coureurs d’un phénomène plus grave. Dans ce contexte, le traitement doit être interrompu et un autre médicament doit être administré.
Il devrait être clair, vu les autres passages de la monographie ainsi qu'à la lumière des règles internationales d'étiquetage du médicament, que ces symptômes précis — l'anxiété aiguë, la dépression, l'agitation ou la confusion — devraient être considérés comme des symptômes illustratifs, et non exclusifs. Par exemple, l'étiquette européenne du médicament dit clairement que des rêves anormaux, des cauchemars et l'insomnie devraient aussi entraîner l'arrêt de l'administration du médicament. Je crois que c'est quelque chose qui est aussi clair à la lumière du libellé de la monographie canadienne du produit.
Vu le mandat du Comité, ces deux points ont des répercussions profondes sur les soins à prodiguer aux vétérans canadiens, les dizaines de milliers d'entre eux qui, depuis les années 1990, ont été exposés à la méfloquine, dans la plupart des cas, sans bénéficier de ces avertissements accrus.
Une répercussion évidente et profonde, c'est que dans le cas des vétérans canadiens qu'on a obligés à prendre la méfloquine avant que ces avertissements ne figurent sur la monographie du produit et qui, par conséquent, ne se sont pas fait dire d'arrêter de prendre le médicament dès l'apparition de symptômes psychiatriques, il y a un risque accru qu'ils soient victimes des « phénomènes plus graves » dont ces symptômes psychiatriques sont considérés comme des signes avant-coureurs. Pour être clair, ce phénomène plus grave est l'apparition de symptômes psychiatriques et neurologiques à long terme qui, dans certains cas, peuvent entraîner une invalidité.
On doit donc se poser la question suivante: que font systématiquement Anciens Combattants Canada et d'autres intervenants pour identifier ces vétérans qui ont en fait présenté de tels symptômes psychiatriques et neurologiques à long terme découlant de leur utilisation de la méfloquine? La réponse semble être rien. Par conséquent, dans une lettre récente adressée à l'ancien ministre des Anciens Combattants, nous avons demandé à ACC de mettre en oeuvre un programme de dépistage des vétérans relativement à des antécédents d'exposition symptomatique à la méfloquine, ce qui signifie qu'on s'intéresse non seulement aux vétérans qui se rappellent avoir pris de la méfloquine, mais aussi à ceux qui se rappellent avoir affiché les symptômes qui sont mentionnés précisément comme étant des signes avant-coureurs d'un phénomène plus grave, qui, nous le comprenons bien, est un euphémisme qui renvoie au fait de devenir invalide à la suite de l'utilisation du médicament.
Malheureusement, la réponse que nous avons reçue du ministre actuel était très insatisfaisante, ce qui nous donne à penser qu'ACC ne prend pas cet enjeu au sérieux. Je serais heureux de vous fournir la réponse pour le compte rendu, sur demande.
Comme nous l'avons mentionné dans notre lettre initiale au ministre des Anciens Combattants, nous croyons que le dépistage des vétérans ayant connu une exposition symptomatique à la méfloquine est une première étape nécessaire pour sensibiliser les médecins à la prévalence de l'empoisonnement à la méfloquine parmi la population récente de vétérans canadiens. Nous croyons aussi que le dépistage permettra à ACC d'estimer de façon plus exacte et valide le nombre total de vétérans exposés à la méfloquine et de déterminer à quel point la documentation relative à la prescription est incomplète. Nous croyons aussi qu'une telle mesure permettrait à ACC d'estimer combien de vétérans souffrent peut-être d'une invalidité et deviendraient alors admissibles à une indemnité d'invalidité. Comme nous l'avons souligné dans notre lettre initiale, notre organisation serait heureuse de travailler en collaboration avec ACC pour aider à mettre en place un tel processus de dépistage auprès de cette population.
Voilà qui conclut le témoignage que j'avais préparé. Je serai très heureux de répondre aux questions des membres du Comité. Merci.
Collapse
View John Oliver Profile
Lib. (ON)
View John Oliver Profile
2019-02-07 9:48
Expand
Thank you very much.
My question is for Brian and MEDEC.
In December, Health Canada released its action plan on medical devices. It had three principal focuses. In part, it came out of the concerns that some media had with complications from some devices.
First—and you've commented on it—is improving how medical devices get to market. Your presentation really hit on that, and the advice that you've given appears to be heard well by Health Canada.
There are two other areas, though. One was strengthening monitoring, and following up that would include increasing inspection and enforcement by Health Canada regulators. The second was improving information to Canadians. Right now, if there's an incident with an existing licensed piece of equipment, it requires an FOI request to get that information released. Health Canada is looking at, I believe, creating a database of information so that Canadians can more readily access it.
Could you comment on those latter two areas of focus by Health Canada to improve safety for Canadians?
Merci beaucoup.
Ma question s'adresse à Brian et à MEDEC.
En décembre, Santé Canada a rendu public son plan d'action sur les instruments médicaux. Il se compose de trois grands volets. Il découle en partie de préoccupations soulevées par les médias au sujet de complications liées à certains instruments.
Premièrement — et vous avez fait des commentaires à ce sujet —, il faut améliorer la façon dont les instruments médicaux sont mis en marché. Votre présentation a vraiment frappé dans le mille à cet égard et les conseils que vous avez donnés semblent être entendus par Santé Canada.
Il y a deux autres choses, cependant. L'une consiste à renforcer la surveillance et les suivis, ce qui supposerait un nombre accru d'inspections et que les organismes de réglementation de Santé Canada fassent davantage appliquer les règlements. La seconde consiste à améliorer l'information destinée aux Canadiens. À l'heure actuelle, en cas d'incident avec un instrument homologué, il faut faire une demande d'accès à l'information pour que cette information puisse être divulguée. Santé Canada étudie la possibilité, je crois, de créer une base de données pour que les Canadiens puissent obtenir plus facilement l'information.
Pourriez-vous commenter ces deux dernières questions d'intérêt de Santé Canada pour améliorer la sécurité pour les Canadiens?
Collapse
Brian Lewis
View Brian Lewis Profile
Brian Lewis
2019-02-07 9:49
Expand
I'll start on it, then Diana will finish.
What we found with Health Canada, with everything that was identified when the International Consortium of Investigative Journalists was looking at this, is that 80% of the work that the consortium was indicating needed to be done, Health Canada had already started. They were well ahead in the process, realizing that there was a need there for all the things you're talking about.
Diana, you have some of the specifics.
Je vais commencer à répondre, puis Diana finira.
Ce que nous avons constaté à propos de Santé Canada — à la lumière de tous les enjeux identifiés lorsque le Consortium international des journalistes d'investigation s'est penché là-dessus —, c'est que 80 % du travail qui, selon le consortium, devait être fait avait déjà été entamé par Santé Canada. Il était bien en avance dans le processus, réalisant que tout ce dont vous parlez devait être fait.
Diana, vous avez des précisions.
Collapse
Diana Johnson
View Diana Johnson Profile
Diana Johnson
2019-02-07 9:50
Expand
To your point about the surgical database, that went online just at the end of last month, which was actually much sooner than predicted in the action plan. It had quoted December of this year for that to be available.
We know that Health Canada had been working on that database for a number of years and we're really pleased to see that it managed to get brought forward as a result. So that's already in play.
With regard to the inspections, that is a concern, based on what we said earlier. The number of audits, especially for small businesses, can be very stifling because you're using the same resources that you would be using for your innovative product development as well.
We don't know any of the details that are being proposed yet with regard to that. We don't know whether it's more to increase foreign inspections, which is a good thing, or whether it's to increase local inspections, which we're already having a lot of. There is a grey area where we don't know what the plan is as yet.
Au sujet de votre observation sur la base de données chirurgicales, elle a été mise en ligne à la fin du mois dernier, soit beaucoup plus tôt que ce qui était prévu dans le plan d'action, qui disait qu'elle serait disponible en décembre de cette année.
Nous savons que Santé Canada travaillait à cette base de données depuis plusieurs années et nous étions ravis de voir que le ministère avait réussi à la concrétiser. Elle est donc déjà en opération.
Pour ce qui est des inspections, c'est une préoccupation, comme nous l'avons dit plus tôt. Le nombre de vérifications, surtout pour les petites entreprises, peut être très contraignant parce que l'on utilise les mêmes ressources que celles que l'on utiliserait pour le développement de produits innovants.
Nous ne connaissons pas les détails de ce qui est proposé à cet égard. Nous ne savons pas s'il s'agit d'augmenter les inspections à l'étranger, ce qui est une bonne chose, ou s'il s'agit d'accroître les inspections locales, déjà nombreuses. Il y a une zone grise où nous ne savons pas ce qui est prévu.
Collapse
Abby Hoffman
View Abby Hoffman Profile
Abby Hoffman
2019-01-31 15:28
Expand
Thank you.
Good afternoon. Thank you for the opportunity to appear in front of you on this important issue.
I want to begin by acknowledging that the land we are meeting on today is the traditional and unceded territory of the Algonquin nation.
I, like everyone else, have been very concerned about the reports we've all heard of indigenous women being coerced into undergoing sterilization procedures. It is unacceptable that this could happen to any woman anywhere in Canada's health care system. Forced or coerced sterilization is a serious violation of human rights and medical ethics. It's a form of gender-based violence and evidence of a broader need to eliminate racism and discriminatory practices that may exist within our health system.
Unfortunately, there is a documented history of compulsory sterilization in Canada linked to a broader eugenics movement in the 1900s. Institutionalization, regulation of marriage and sterilization were social controls in place in some parts of the country. While these practices were codified in law in some provinces, we know that sterilization without appropriate consent occurred in other parts of the country as well. Women with intellectual disabilities and marginalized, racialized and indigenous women were often the victims. Several well-known academics, including Dr. Karen Stote and Dr. Erika Dyck, have documented this history in detail.
Recent media reports of indigenous women undergoing coerced sterilization procedures suggest that these injustices may have occurred long after laws allowing forced sterilization were repealed. The scope of the issue has not been documented comprehensively, aside from the work of now Senator Boyer and Dr. Judith Bartlett.
It's the responsibility of all players in the health system to ensure that patients have access to health services that are free from bias and discrimination. The Government of Canada takes this obligation seriously. We know that indigenous women, along with other vulnerable women impacted by poverty, mental health, addiction issues and so on, also struggle with bias and safety in the system.
Just as an example, in 2016 Women's College Hospital, following a period of study of over six years, released a report entitled “A Thousand Voices for Women's Health”. It documented how women from diverse communities feel they were treated, and expressed their expectation for services that are responsive to and respectful of individual identities, cultures, and social circumstances, and that are non-judgmental.
We know that in Canada no one level of government has exclusive jurisdiction over health care. It's a complex system of shared jurisdiction, where both the federal government and the provinces and territories have important responsibilities. The federal government, for its part, has important roles to play in ensuring the health and safety of Canadians, making financial contributions to the Canadian health care system through the CHT and setting national standards for health care through the Canada Health Act. Provincial and territorial governments have the primary responsibility, of course, for day-to-day management, organization and delivery of health care services. Each jurisdiction has created its own health care system, but based on common principles.
As part of their responsibilities to administer and deliver health care services, each province and territory has laid out, through statute, its frameworks for oversight of health care professionals by self-regulating bodies. These bodies are responsible for reviewing and responding to complaints against health care professionals under their authority, and for disciplinary action when warranted.
Provinces and territories also have the authority to regulate matters related to a patient's consent for medical treatment. The concept of informed consent has evolved over time. It's complex. The processes for making decisions on treatments that were once almost entirely the domain of providers have shifted over time to greater consideration of the views of patients. Informed consent today is about ensuring that the patient has the information and the capacity to make an informed decision based on the advice and counsel of their health practitioner.
Informed consent means that a patient has received information about the nature of the treatment that's proposed, the expected benefits, risks and side effects, alternative courses of action, and the likely consequences of not receiving treatment. But the consent also has to be valid. For the consent to be valid, the consenting individual must have the capacity to make an informed judgment and to provide their consent voluntarily.
Studies involving women consenting to gynecological procedures show that patients frequently describe feeling compelled to sign a consent form despite their preference not to undertake a procedure. ln a study by Hall, Prochazka and Fink, published in the Canadian Medical Association Journal in 2012, 30% of women consenting to surgery reported that they did not think they had a choice about signing the consent form, and 88% of the respondents perceived the form as strictly administrative. This suggests there are some significant shortcomings in practitioner communication with patients on matters of consent and that how and when consent is obtained from women is important.
All jurisdictions have a role in ensuring that health care services are delivered in a manner that is free from discrimination, no matter where those services are delivered, and no matter who provides the service. The federal government can and does play an important role as catalyst for health care system improvements and for supporting collaboration among multiple players and stakeholders on critical issues.
In just a minute, my colleague from lndigenous Services Canada will elaborate on a number of areas, but I want to speak briefly to our plans specific to improving cultural safety.
Our plan is consistent with the government's overall commitment to advancing reconciliation with indigenous peoples and implementing the Truth and Reconciliation Commission's calls to action. Specifically, calls to action 23 and 24 ask all orders of government to support “cultural competency training for all healthcare professionals” and the calls directed to medical and nursing schools ask them to require that all students have “training in intercultural competency, conflict resolution, human rights, and anti-racism”.
On December 11, 2018, the Minister of Health and the then minister of indigenous services wrote to provincial and territorial ministers and to health professional organizations, among others, seeking their collaboration on and participation in a federal-provincial-territorial working group. Health Canada is taking a leadership role and will partner with provinces, territories and health organizations to take actions that we hope will lead to a significant cultural shift in the Canadian health system; that is, a shift to a system that supports efforts to prevent discriminatory practices and increases access to culturally safe health services for indigenous peoples.
This March, Health Canada will convene provincial and territorial partners to begin discussing areas for collaboration on measures to increase cultural safety in the health care system. This group will work closely with indigenous partners, women and health professional organizations. We expect the federal-provincial-territorial group to build on the good work already under way across the country and to identify opportunities for action in areas such as awareness raising and training.
By way of example, in British Columbia, which is among the most advanced jurisdictions in the country, extensive cultural safety training has already been delivered to providers, administrators and policy-makers throughout the province. Health authorities, institutions, provider organizations and so on in other parts of the country have other initiatives under way as well.
We will collaborate with indigenous partners and governments at the national and regional level and with professional colleges and health organizations. Fortunately, there are opportunities to learn from the experiences of groups who've championed the objective of non-discrimination for some time, such as, for example, the First Nations Health Authority in British Columbia, which has a vision of hard-wiring the concepts of cultural safety and cultural humility into the delivery of health care services.
We know that improving health outcomes, increasing access to culturally appropriate health services and programs and addressing the social determinants of health are high priorities for indigenous leaders and communities across the country.
I believe that the work we are undertaking will increase the level of cultural safety within the health care system, lead to improvements in the quality of service and contribute to reconciliation.
I thank you for the opportunity to make these short remarks. Following my colleague's remarks, I would be pleased to attempt to answer your questions. Thank you.
Merci.
Bonjour. Merci de me donner l'occasion de vous parler de cette importante question.
Je tiens d'abord à souligner que nous nous réunissons aujourd'hui sur des terres traditionnelles non cédées de la Nation algonquine.
Comme tout le monde, les récits au sujet des femmes autochtones qui ont été forcées de se faire stériliser m’ont grandement préoccupée. Il est inacceptable qu’une telle chose ait pu arriver à n'importe quelle femme dans le système de santé canadien, et ce, quel que soit l’endroit. La stérilisation forcée ou contrainte est une violation grave des droits de la personne et de l'éthique médicale. C’est une forme de violence fondée sur le sexe, et la preuve de besoin plus général d'éliminer le racisme et les pratiques discriminatoires qui pourraient exister dans le système de santé.
Malheureusement, il existe au Canada une histoire documentée de stérilisation obligatoire liée à un mouvement eugénique plus vaste qui remonte aux années 1900. L’institutionnalisation, la réglementation du mariage et la stérilisation étaient des mécanismes de contrôle sociaux qui avaient été mis en place dans certaines régions du Canada. Bien que ces pratiques aient été codifiées dans les lois de certaines provinces, nous savons que la stérilisation sans consentement approprié a aussi été pratiquée ailleurs au pays. Les victimes étaient des femmes avec une déficience intellectuelle, des femmes marginalisées et des femmes autochtones. Plusieurs universitaires de renom, dont Karen Stote et Erika Dyck, ont abondamment documenté ces pratiques.
De récents reportages sur les femmes autochtones qui ont subi des stérilisations forcées laissent entendre que ces injustices pourraient avoir eu lieu bien après l'abrogation des lois autorisant ces stérilisations. Mis à part les travaux de la sénatrice Boyer et de la Dre Judith Bartlett, à Saskatoon, l’étendue du phénomène n'a pas été documentée de manière exhaustive.
Il incombe à tous les acteurs du système de santé de veiller à ce que les patients aient accès à des services de santé exempts de préjugés et d’ostracisme. Le gouvernement du Canada prend cette obligation au sérieux. Nous sommes conscients que les femmes autochtones ainsi que d'autres femmes vulnérables touchées par la pauvreté, les problèmes de santé mentale et la toxicomanie font aussi face à des problèmes de préjugés et de sécurité dans le système de santé.
Par exemple, en 2016, après une étude qui a duré six ans, le Women's College Hospital a publié le rapport A Thousand Voices for Women's Health — ou, un millier de voix pour la santé des femmes —, qui documente comment les femmes de diverses communautés ont le sentiment d'être traitées et les attentes de ces femmes à l’égard des services, services qu’elles souhaitaient voir adaptés aux identités individuelles, aux cultures et aux situations sociales des personnes. De façon générale, ces femmes étaient d'avis que la prestation des services devrait se faire dans le respect de ces différences et sans jugement.
Comme vous le savez, au Canada, aucun ordre de gouvernement n’a la compétence exclusive en santé. Il s'agit d'un système complexe de compétences partagées où le gouvernement fédéral et les gouvernements des provinces et des territoires doivent chacun assumer d’importantes responsabilités. Pour sa part, le gouvernement fédéral est tenu d’assurer la santé et la sécurité des Canadiens, de contribuer financièrement au système de santé canadien au moyen du Transfert canadien en matière de santé et de fixer des normes nationales sur les soins, ce qu’il fait par l’intermédiaire de la Loi canadienne sur la santé. Les gouvernements des provinces et des territoires sont quant à eux responsables au premier chef de la gestion quotidienne, de l'organisation et de la prestation des services de santé, et chacune de ces administrations a pour cela créé son propre système en fonction de principes communs.
Dans le cadre de leurs responsabilités visant à administrer et assurer la prestation des services de santé, les provinces et les territoires ont élaboré au moyen de lois leurs propres cadres pour assurer la surveillance des professionnels du milieu par des organismes d'autoréglementation. Ces organismes sont chargés d'examiner les plaintes déposées contre les professionnels de la santé qui relèvent d’eux, de répondre à ces plaintes et de prendre des mesures disciplinaires lorsqu’elles s’avèrent fondées.
Les provinces et les territoires ont également le pouvoir de réglementer les affaires liées au consentement des patients à l’égard des traitements médicaux. Le concept de consentement éclairé a évolué avec le temps. C’est une question complexe. Autrefois, les processus de prises de décisions au sujet des traitements relevaient presque exclusivement des fournisseurs de soins, mais ils ont changé au fil du temps pour faire une plus grande place à l’opinion des patients.
Pour qu'il y ait un consentement éclairé, il faut assurer que le patient a les renseignements et la capacité nécessaires pour prendre une décision lucide quant au traitement que lui conseillent ses praticiens de la santé. Le consentement éclairé signifie que le patient a reçu des renseignements sur la nature, les avantages escomptés, les risques et les effets secondaires du traitement, sur les solutions de rechange et sur les conséquences probables d'un refus de suivre le traitement. Or, pour que le consentement soit valide, le patient doit avoir la capacité de porter un jugement éclairé et de donner ce consentement de façon volontaire.
Des études portant sur les femmes qui donnent leur consentement pour les interventions gynécologiques montrent que les patientes affirment souvent se sentir obligées de signer un formulaire de consentement malgré leur choix ferme de ne pas procéder à l'intervention. Dans une étude par Hall, Prochazka et Fink publiée dans le Journal de l'Association médicale canadienne, en 2012, il est indiqué que 30 % des femmes qui ont accepté l'opération ont déclaré qu'elles ne pensaient pas avoir le choix de signer le formulaire de consentement, et que 88 % des femmes croyaient que le formulaire n’était en fait qu’une formalité administrative. On peut donc supposer qu’il existe d'importantes lacunes dans la façon dont les praticiens parlent à leurs patientes de cette question de consentement. On peut aussi présumer que la façon d’obtenir le consentement et le moment choisi pour le demander sont importants.
Toutes les administrations sont tenues de s'assurer que la prestation des services de santé se fait sans discrimination, peu importe l'endroit où ils sont prodigués ou la personne qui les prodigue. Le gouvernement fédéral peut jouer et joue un important rôle de catalyseur pour l’amélioration du système de santé et il appuie la collaboration de nombreux acteurs et intervenants relativement à certains problèmes névralgiques.
Dans une minute, ma collègue de Services aux Autochtones Canada vous entretiendra sur différents aspects de cette question, mais je voudrais d’abord vous dire un mot sur les plans particuliers que nous proposons pour améliorer la sécurité sur le plan culturel.
Cette démarche est conforme à l'engagement qu’a pris le gouvernement du Canada de faire avancer la réconciliation avec les Autochtones et de mettre en oeuvre les appels à l'action de la Commission de vérité et de réconciliation. Notamment, elle donne suite aux appels à l'action nos 23 et 24, qui demandent à tous les ordres de gouvernement d'appuyer la formation sur la compétence culturelle pour les professionnels de la santé et les appels lancés aux écoles de médecine et de soins infirmiers pour qu’elles exigent que tous les étudiants reçoivent « une formation axée sur les compétences pour ce qui est de l’aptitude interculturelle, du règlement de différends, des droits de la personne et de la lutte contre le racisme ».
Le 11 décembre 2018, la ministre de la Santé et l'ancienne ministre des Services aux Autochtones ont écrit aux ministres provinciaux et territoriaux et aux organismes de santé pour demander leur collaboration et leur participation à un groupe de travail fédéral-provincial-territorial. Santé Canada assumera un rôle de direction et collaborera avec les provinces, les territoires et les organismes de santé afin de prendre des mesures qui, nous l'espérons, conduiront à un changement de culture important dans le système de santé canadien. Nommément, ce changement devrait se traduire par un déplacement vers un système apte à soutenir le déploiement des efforts visant à empêcher les pratiques racistes et discriminatoires et à augmenter l'accès à des services de santé sécuritaire du point de vue culturel pour les Autochtones.
En mars, Santé Canada réunira des partenaires provinciaux et territoriaux afin de discuter de vecteurs de collaboration possibles relativement aux mesures susceptibles d’améliorer la sécurité culturelle dans le système de soins de santé. Le groupe collaborera étroitement avec des partenaires autochtones, des femmes et des organisations de professionnels de la santé. Nous nous attendons à ce que le groupe de travail fédéral-provincial-territorial tire parti du bon travail déjà en cours dans l'ensemble du pays, et qu'il détermine les possibilités d'actions dans des domaines comme la sensibilisation et la formation.
Par exemple, en Colombie-Britannique — l’une des administrations les plus avancées du pays à ce chapitre —, une formation approfondie sur la sécurité culturelle a déjà été donnée aux fournisseurs, aux administrateurs et aux décideurs de toute la province. Les autorités de la santé, les institutions, les fournisseurs, etc. dans d'autres parties du pays ont également des initiatives en cours à ce sujet.
Nous allons collaborer à l’échelle nationale et régionale avec les partenaires autochtones et les gouvernements ainsi qu’avec des collèges professionnels et des organismes de santé. Heureusement, il y aura des possibilités d'apprendre de l'expérience des groupes qui défendent l'objectif de la non-discrimination depuis un certain temps, comme c’est le cas, par exemple, de la Régie de la santé des Premières Nations, en Colombie-Britannique, qui vise à « ancrer » les concepts de sécurité et d'humilité culturelles dans la prestation des services de soins de santé.
Nous savons que l’amélioration des résultats en matière de santé, la bonification de l'accès à des services et des programmes de santé appropriés au niveau culturel et la prise en compte des déterminants sociaux de la santé sont de grandes priorités pour les leaders et les communautés autochtones dans l'ensemble du pays.
Je crois que le travail que nous entreprenons permettra d’améliorer la sécurité culturelle et la qualité des services dans le système de santé, et qu’il contribuera à la réconciliation.
Je vous remercie de m’avoir donné la chance de vous présenter ces quelques observations. Après l’exposé de ma collègue, je serai ravie de répondre à vos questions. Merci.
Collapse
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
I have to open the House, yes. I've been told.
Je dois ouvrir la séance, à ce qu’on m’a dit.
Collapse
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
Thank you very much, Mr. Chair.
Good morning, everyone, and thank you so much for inviting me to the Standing Committee on Health.
It's truly important for me to be here today to discuss with you the supplementary estimates (A) for the year 2018-19. I always welcome this opportunity to highlight some of the priorities and to discuss our efforts to keep Canadians healthy and safe. As always, I'm grateful to the committee members for your contributions to discussions, and I look forward to answering your questions.
Before I begin, I would also like to thank my officials who are accompanying me today.
They are Mr. Simon Kennedy, deputy minister of health; Dr. Siddika Mithani, president of the Public Health Agency of Canada; Dr. Theresa Tam, chief public health officer and from the Public Health Agency of Canada; Monsieur Michel Perron, vice-president of external affairs and business development at the Canadian Institutes of Health Research; and last but not least, Mr. Paul Glover, the president of the Canadian Food Inspection Agency.
They are masters in their fields and I am always happy when they accompany me at committee here. Also, I may turn to them for details with respect to some of the questions.
First, I would like to speak to Health Canada's authorities. Through the supplementary estimates (A), we are asking for an increase of $33.5 million. This would raise Health Canada's total authorities to just under $2.4 billion. This increase in funding would allow us to deliver on key priorities of the Government of Canada. I will describe these for you now, starting with opioids.
As Minister of Health, the first file that I was briefed on as Canada's health minister was the opioid crisis.
Since 2016 this crisis has claimed the lives of over 8,000 Canadians. This is a national tragedy that must be stopped, and it's why our government has taken action to save lives and to turn the tide on this national public health crisis.
So far we have restored harm reduction to the core of our approach and opened more than 25 supervised consumption sites. We have implemented the emergency treatment fund through budget 2018, and we are working to reduce stigma, which is a barrier to health and social services for people who use drugs, through public education.
Nevertheless, the opioid crisis continues to take lives and devastate communities. We must do more, and we will do more. These enhanced efforts include Health Canada's substance use and addictions program, which provides more than $28 million annually to support initiatives that work to prevent, treat and reduce all forms of harm from problematic substance use.
As a part of these estimates, this program has realigned $7.3 million to help address the opioid crisis.
Let's turn now to cannabis.
To support the legalization and regulation of cannabis, Health Canada received an additional $500,000 for operating expenditures from the central advertising fund as a part of these estimates for the cannabis pre-legalization advertising campaign.
This funding is a part of our government's significant investment of $108.5 million over six years to support cannabis public education, awareness and surveillance activities. We know that it's essential to invest in public education efforts surrounding the health and safety facts of cannabis, specifically targeting youth, in advance of the Cannabis Act coming into force.
These campaigns began long before legalization. They're intended to give Canadians, especially youth, the honest facts about cannabis, and to put them in a position to make informed, responsible and healthy choices. While healthy choices are the most important part of maintaining good health, environmental factors also have an impact.
Now let's turn to the new impact assessment and regulatory processes.
As you know, our government is renewing the federal impact assessment and regulatory system. The enhanced system will better protect Canadians' health, as well as our environment, fish and waterways. It will also rebuild public trust in how decisions about resource development are made.
This system will apply to all projects that are subject to federal assessment, such as mines, dams, pipelines and marine terminals.
Health Canada is the key federal department positioned to provide expertise on human health impacts of projects like these.
As such, we are requesting $5 million to help transition to the new impact assessment and regulatory processes.
Let's turn now to pay administration. I would now like to turn to an important administrative issue.
As you know, the Phoenix pay system continues to pose challenges for the public service, including employees of Health Canada and its portfolio organizations. For this reason, we are requesting $1.3 million in additional funds to address the issues in pay administration and to help ensure that our employees are paid properly and on time.
I will now speak in more detail about our portfolio organizations, their priorities and their specific requests for funding.
The Public Health Agency of Canada, PHAC, is asking for a net increase of $6.7 million to its authorities. This would bring the total authorities for 2018-2019 to $687.2 million.
This increase includes nearly $5.5 million to support the Aboriginal Head Start in Urban and Northern Communities Program.
This program funds indigenous community-based organizations in urban and northern areas to develop programs that promote healthy development of indigenous preschool children.
The increase we are requesting also includes $1 million to support PHAC's childhood vaccination campaign. This advertising campaign will raise awareness of the importance, safety and effectiveness of vaccination.
As a part of the health portfolio, the Canadian Food Inspection Agency, also known as CFIA, works to uphold a strong and reliable food-safety system.
The supplementary estimates we are presenting today reflect an increase of $9.4 million for CFIA for specific time-limited activities, bringing its total authorities for 2018-2019 to $762 million.
The specific time-limited activities include funding for the Canadian Food Safety Information Network. This network will strengthen Canada's ability to detect and respond to food hazards by connecting and coordinating food safety and public health authorities.
The Canadian Institutes of Health Research, or CIHR, is Canada's health research investment agency. It provides $1 million per year to support Canada's health scientists.
Through these supplementary estimates, CIHR is seeking an increase of $0.4 million, for a total of approximately $1.1 billion in available authorities. This increase will support the creation of new scientific knowledge—knowledge that will lead to improved health, more effective health services and products, and a stronger Canadian health care system.
In conclusion, Health Canada, and indeed all five organizations in the health portfolio, is committed to spending funds responsibly, efficiently and effectively. The work I have outlined today will be instrumental in helping us achieve our mandate to protect the health and safety of all Canadians.
Thank you for this opportunity to speak about our work and to explain our budgetary priorities.
I am now pleased to take your questions.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Bonjour à tous et je vous remercie de m'avoir invitée au Comité permanent sur la santé.
Il est vraiment important pour moi d'être ici aujourd'hui pour discuter avec vous du Budget supplémentaire des dépenses (A) pour l'année 2018-2019. Je suis toujours heureuse d'avoir l'occasion de souligner certaines des priorités et de discuter des efforts que nous déployons pour assurer la santé et la sécurité des Canadiens. Comme toujours, je remercie les membres du Comité de leur contribution aux discussions, et je me ferai un plaisir de répondre à leurs questions.
Avant de commencer, j'aimerais également remercier les fonctionnaires qui m'accompagnent aujourd'hui.
Il s'agit de M. Simon Kennedy, sous-ministre de la Santé; Mme Siddika Mithani, présidente de l'Agence de la santé publique du Canada; Mme Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique, de l'Agence de la santé publique du Canada; M. Michel Perron, vice-président, Affaires extérieures et développement des affaires, Instituts de recherche en santé du Canada; et le dernier, mais non le moindre, M. Paul Glover, président de l'Agence canadienne d'inspection des aliments.
Ils sont des experts dans leur domaine et je suis toujours heureuse quand ils m'accompagnent devant les comités. De plus, je vais peut-être m'adresser à eux pour obtenir des détails au sujet de certaines des questions.
J'aimerais tout d'abord dire quelques mots sur les crédits accordés à Santé Canada. Par l'intermédiaire du Budget supplémentaire des dépenses (A), nous avons demandé l'injection d'une somme supplémentaire de 33,5 millions de dollars, ce qui porterait les crédits totaux de Santé Canada à tout près de 2,4 milliards de dollars. Cette augmentation du financement permettrait de donner suite à de grandes priorités du gouvernement du Canada, que je m'apprête à vous décrire en commençant par les opioïdes.
À titre de ministre de la Santé du Canada, le premier dossier dont j'ai été informée à mon entrée en fonction a été la crise des opioïdes.
Depuis 2016, cette crise a coûté la vie à plus de 8 000 Canadiens. C'est une tragédie nationale à laquelle il faut mettre un terme, et c'est pourquoi notre gouvernement a pris des mesures pour sauver des vies et renverser la vapeur dans cette crise nationale de santé publique.
Jusqu'à maintenant, nous avons ramené la réduction des méfaits au coeur de notre approche et ouvert plus de 25 centres de consommation supervisée. Nous avons créé le Fonds pour le traitement d'urgence dans le cadre du budget de 2018, et nous nous employons à réduire la stigmatisation par la sensibilisation du public, puisqu’elle constitue un obstacle aux services sociaux et de santé pour les consommateurs de drogues.
Néanmoins, les opioïdes continuent de tuer des gens et de porter un coup terrible aux communautés. Nous devons pousser les choses plus loin. Cela comprend le Programme sur l'usage et les dépendances aux substances de Santé Canada, qui investit plus de 28 millions de dollars par année dans des initiatives visant à prévenir, à traiter et à réduire toutes les formes de méfaits liés à la consommation problématique de substances.
Ce budget supplémentaire des dépenses prévoit une réaffectation de 7,3 millions de dollars de la part du programme pour nous aider à mettre fin à la crise des opioïdes.
Passons maintenant au cannabis.
Pour appuyer la légalisation et la réglementation du cannabis, Santé Canada a reçu 500 000 $ supplémentaires du fonds central pour la publicité dans le cadre de ce budget pour couvrir les dépenses de fonctionnement liées à la campagne de publicité préalable à la légalisation du cannabis.
Ce financement fait partie de l'investissement substantiel de 108,5 millions de dollars sur six ans de notre gouvernement pour les activités publiques d'éducation, de sensibilisation et de veille au sujet du cannabis. Nous savons qu'il est essentiel d'investir dans les efforts de sensibilisation du public concernant les faits relatifs à la santé et à la sécurité du cannabis, en ciblant particulièrement les jeunes, avant l'entrée en vigueur de la Loi sur le cannabis.
Ces campagnes ont commencé bien avant la légalisation. Elles ont présenté aux Canadiens, surtout les jeunes et les jeunes adultes, les faits véritables sur cette substance afin de leur permettre de faire des choix éclairés et responsables. Bien que les choix sains soient l'élément le plus important du maintien d'une bonne santé, les facteurs environnementaux ont aussi une incidence.
Passons maintenant aux nouveaux processus d'évaluation des répercussions et processus réglementaire.
Comme vous le savez, notre gouvernement renouvelle le régime d’évaluation des répercussions et de réglementation. Le système amélioré permettra de mieux protéger la santé des Canadiens, ainsi que notre environnement, les poissons et les cours d'eau. Il permettra également de rétablir la confiance du public dans la façon dont les décisions relatives à l'exploitation des ressources sont prises.
Ce système s'appliquera à tous les projets soumis à une évaluation fédérale, comme ceux touchant les mines, les barrages, les pipelines et les terminaux portuaires.
Santé Canada est le ministère fédéral le mieux placé pour mettre à profit son expertise à propos des effets des projets de ce genre en santé humaine.
Par conséquent, nous demandons que la somme de 5 millions de dollars soit investie afin de faciliter la transition vers les nouveaux processus liés à la réglementation et à l'évaluation des répercussions.
Passons maintenant à l'administration de la paie. J'aimerais maintenant aborder une question administrative importante.
Comme vous le savez, le système de paie Phoenix continue de causer des difficultés dans la fonction publique, y compris pour des employés de Santé Canada et des organismes qui forment son portefeuille. Pour cette raison, nous demandons 1,3 million de dollars supplémentaires pour régler les problèmes d’administration de la paie et pour faire en sorte que nos employés reçoivent leur salaire respectif à temps.
Maintenant, je parlerai plus en détail des organismes dont se compose notre portefeuille, de leurs priorités et de leurs demandes de financement respectives.
L'Agence de la santé publique du Canada, ou ASPC, demande une augmentation nette de 6,7 millions de dollars de ces crédits. Ainsi, les crédits pour l'exercice 2018-2019 totaliseraient 687,2 millions de dollars.
Cette augmentation comprend les quelque 5,5 millions de dollars nécessaires pour soutenir le Programme d'aide préscolaire aux Autochtones dans les collectivités urbaines et nordiques.
Ce programme finance des organismes autochtones de proximité dans les régions urbaines et nordiques afin qu'ils élaborent des programmes qui favorisent le développement sain des enfants autochtones d'âge préscolaire autochtones.
L'augmentation que nous demandons comprend également 1 million de dollars pour la campagne de vaccination des enfants de l'ASPC. Cette campagne de publicité fera connaître l'importance, la sécurité et l'efficacité de la vaccination.
Dans le portefeuille de la santé, l'Agence canadienne d'inspection des aliments, aussi appelée ACIA, s'efforce de maintenir un système de salubrité des aliments solide et fiable.
Le Budget supplémentaire des dépenses que nous présentons aujourd'hui inclut une augmentation de 9,4 millions de dollars pour l'ACIA afin d'appuyer les activités de durée limitée précises, ce qui porte le total des crédits pour l'exercice 2018-2019 à 762 millions de dollars.
Les activités de durée limitée en question comprennent du financement pour le Réseau canadien d'information sur la salubrité des aliments. Ce réseau permettra au Canada d'être mieux en mesure de détecter les risques liés à la salubrité des aliments et d'y répondre, en reliant et en coordonnant les autorités chargées de la salubrité des aliments et de la santé publique.
Les Instituts de recherche en santé du Canada, ou IRSC, sont les organismes responsables du financement de la recherche en santé du gouvernement du Canada. Ils accordent chaque année 1 million de dollars à des scientifiques canadiens du domaine de la santé.
Dans ce budget supplémentaire des dépenses, les IRSC demandent une augmentation de 0,4 million de dollars, pour un total d'environ 1,1 milliard de dollars en crédits disponibles. Cette augmentation permettra de générer de nouvelles connaissances scientifiques, lesquelles mèneront à une meilleure santé, à des produits et services de santé plus efficaces, et à un système de santé canadien beaucoup plus solide.
En conclusion, Santé Canada et les cinq organismes du portefeuille de la Santé s’engagent à dépenser les fonds de façon responsable, efficiente et efficace. Le travail que j'ai décrit aujourd'hui sera essentiel pour que nous remplissions notre mandat qui est de protéger la santé et la sécurité de tous les Canadiens.
Je vous remercie de m’avoir donné l'occasion de parler de notre travail et d'expliquer nos priorités budgétaires.
Je suis ravie de répondre à vos questions.
Collapse
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Sonia Sidhu Profile
2018-12-06 8:56
Expand
Thank you, Mr. Chair.
Thank you, Minister, and all the officials, for being here today.
My first question is to the minister.
Minister, as you know, I introduced a motion to the committee to study diabetes and its impact on the health of Canadians. Part of the study was around what the government can do to help those living with diabetes, as well as how we can prevent it.
I know that healthy eating is part of diabetes prevention, and thank you for taking a great initiative on that.
I would like to know what our government is doing to help Canadians understand the risk factors and to motivate them to make lifestyle changes to prevent chronic diseases such as diabetes. Also, are you aware of Diabetes Canada's 360° strategy? What are your thoughts on that?
Merci, monsieur le président.
Merci, madame la ministre, et merci à tous les fonctionnaires qui sont ici aujourd'hui.
Ma première question s'adresse à la ministre.
Madame la ministre, comme vous le savez, j'ai présenté une motion au Comité pour une étude sur le diabète et ses répercussions sur la santé des Canadiens. Une partie de l'étude portait sur ce que le gouvernement peut faire pour aider les personnes atteintes de diabète, ainsi que sur les mesures de prévention.
Je sais que la saine alimentation fait partie de la prévention du diabète, et je vous remercie d'avoir pris une excellente initiative à cet égard.
J'aimerais savoir ce que fait le gouvernement pour aider les Canadiens à comprendre les facteurs de risque et les motiver à modifier leur mode de vie afin de prévenir les maladies chroniques comme le diabète. De plus, connaissez-vous la stratégie 360° de Diabète Canada? Qu’en pensez-vous?
Collapse
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
Thank you very much, Ms. Sidhu, for the question. I want to take this opportunity to thank you for the leadership that you've shown with respect to the area of diabetes and also for the work that you've done on the all-party caucus on diabetes, and thank you for bringing forward the motion to ensure that the HESA committee could study this very important issue.
We certainly recognize that many Canadians live with diabetes, either type 1 or type 2 diabetes, and we certainly recognize that there are many contributing risk factors as to why people live with diabetes. Our government is deeply concerned with this area, and that's why we've made significant investments there.
I was very pleased that in budget 2016-17, an investment of $47 million was made in the area of diabetes research. We've also been able to partner with the JDRF, and we were able to collaboratively invest $30 million in the research component of type 1 diabetes. We still have some work to do with respect to that investment, but the money continues to roll out.
Also, I have to say that I was very pleased that over the past several months, I've been able to meet with officials from Diabetes Canada, and they've been able to provide me with a snapshot of the good work that is being done.
I was very pleased to hear about the Diabetes 360° program that they have brought forward. Just a few weeks ago—and I think I saw many of you there that day—they had their mobile unit here on the Hill, and many of us were able to stop in. I think that several members of the health committee were there, as I'm looking around the table. Many of you had your health checks and had your report cards that looked at the risk factors associated with diabetes. Again, we certainly are pleased with the work that Diabetes Canada is doing.
Finally, I think that as a government, we've certainly done a lot of work in addressing the risk factors for diabetes. We recognize that diabetes is a serious, chronic disease, and, as I indicated at the very beginning, we recognize that it affects millions of people and that investments made at the front end can certainly prevent people from living with and suffering from diabetes.
More work needs to be done in the area of research with respect to treatment and prevention. I know that as health minister, I'm extremely pleased with the investments that we've made and the strategies that we've brought forward, such as the healthy eating strategy and the tobacco strategy. We certainly recognize that education also needs to be done to ensure that Canadians are aware of the risk factors associated with diabetes.
Merci beaucoup, madame Sidhu, de votre question. Je tiens à profiter de l'occasion pour vous remercier du leadership dont vous avez fait preuve dans le domaine du diabète et du travail que vous avez fait au sein du caucus multipartite sur le diabète, et je vous remercie d'avoir présenté cette motion pour que le Comité sur la santé puisse étudier cette question très importante.
Nous reconnaissons certainement que de nombreux Canadiens vivent avec le diabète, que ce soit le diabète de type 1 ou de type 2, et nous reconnaissons certainement qu'il y a de nombreux facteurs de risque qui expliquent pourquoi les gens vivent avec le diabète. Notre gouvernement est très préoccupé par cette question, et c'est pourquoi nous avons fait des investissements importants dans ce domaine.
J'ai été très heureuse de constater que le budget de 2016-2017 prévoyait un investissement de 47 millions de dollars dans la recherche sur le diabète. Nous avons également été en mesure de travailler en partenariat avec la FRDJ et d'investir conjointement 30 millions de dollars dans le volet recherche du diabète de type 1. Nous avons encore du travail à faire en ce qui concerne cet investissement, mais l'argent continue d'être versé.
De plus, je dois dire que j'ai été très heureuse de rencontrer, au cours des derniers mois, des représentants de Diabète Canada, qui m'ont donné un aperçu du bon travail qui se fait.
J'ai été très heureuse d'entendre parler du programme Diabetes 360° qu'ils ont mis sur pied. Il y a quelques semaines seulement — et je pense que j'ai vu beaucoup d'entre vous ce jour-là —, ils avaient installé leur unité mobile ici sur la Colline, et beaucoup d'entre nous ont pu s'y arrêter. Je pense que plusieurs membres du Comité sur la santé y étaient, j’en vois beaucoup autour de la table. Bon nombre d'entre vous ont fait leur bilan de santé et ont reçu un bulletin des facteurs de risque associés au diabète. Encore une fois, il ne fait aucun doute que nous sommes heureux du travail que fait Diabète Canada.
Enfin, je pense qu'en tant que gouvernement, nous avons fait beaucoup de travail pour nous attaquer aux facteurs de risque du diabète. Nous reconnaissons que le diabète est une maladie chronique grave et, comme je l'ai dit au début, nous reconnaissons qu'il touche des millions de personnes et que les investissements faits en amont peuvent certainement empêcher les gens de vivre avec le diabète et d'en souffrir.
Il reste du travail à faire dans le domaine de la recherche pour le traitement et la prévention. Je sais qu'en qualité de ministre de la Santé, je suis extrêmement heureuse des investissements que nous avons faits et des stratégies que nous avons proposées, comme la stratégie sur la saine alimentation et la stratégie sur le tabac. Nous reconnaissons certainement qu'il faut aussi sensibiliser les Canadiens aux facteurs de risque associés au diabète.
Collapse
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Sonia Sidhu Profile
2018-12-06 9:00
Expand
Thank you.
Canada's health care system is a source of pride and a defining value for Canadians, and our government has been working collaboratively with provinces and territories to improve access to home care and mental health services for Canadians. Budget 2017 provided, as you said, $11 billion in new funding over 10 years to provinces and territories.
In August 2017, provinces and territories endorsed a common statement of principles of shared health priorities that set out pan-Canadian objectives for home care and mental health funding. Could you provide the committee with an update on the ongoing work with the provinces and territories to ensure that this funding meets the needs of Canadians?
I'm also a great advocate for national pharmacare. Can you give us an update on ongoing work on that? When Canadians living with diseases cannot afford their medical supplies and equipment, something has to change. Please give us an update on ongoing work on that.
Merci.
Le système de soins de santé du Canada est une source de fierté pour les Canadiens et une valeur caractéristique de notre pays, et notre gouvernement collabore avec les provinces et les territoires pour améliorer l'accès des Canadiens aux soins à domicile et aux services de santé mentale. Comme vous l'avez dit, le budget de 2017 prévoyait 11 milliards de dollars additionnels sur 10 ans pour les provinces et les territoires.
En août 2017, les provinces et les territoires ont approuvé un énoncé commun de principes sur les priorités communes en santé qui établit des objectifs pancanadiens pour le financement des soins à domicile et de la santé mentale. Pourriez-vous faire le point sur le travail en cours avec les provinces et les territoires pour que ce financement réponde aux besoins des Canadiens?
Je suis également une ardente défenseure d'un régime national d'assurance-médicaments. Pouvez-vous faire le point sur les travaux en cours à ce sujet? Lorsque les Canadiens atteints de maladies n'ont pas les moyens d'acheter les fournitures et les équipements médicaux dont ils ont besoin, il faut que les choses changent. Je vous prierais de faire le point sur les travaux en cours à ce sujet.
Collapse
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
With respect to investments made in additional funding for mental health care and home care, to give you a snapshot as to where we're at, in budget 2017, as you've indicated, we were pleased that we saw an investment of $11 billion in those two areas. We've certainly heard from Canadians that the areas of home care and mental health were two priority areas, and I was extremely pleased that in budget 2017, targeted investments were made in those two areas.
As a result, over the past year and a half we've been in negotiations with the provinces and territories to finalize the bilateral agreements with provinces and territories. At this point in time, I'm pleased to announce that nine provinces and territories have finalized and have signed their agreements, and as for the other remaining four provinces, we are almost at the end of the negotiations, and either by the end of this year or in early 2019 those negotiations, those bilaterals, will be completed, and the monies will be flowing.
I also have to say that even before the bilateral agreements have been signed, money has been going to provinces and territories. We certainly want to make sure that people have access to the funding that's required, but those bilateral agreements are really key, because we want to make sure that the money is going where it's supposed to be going.
As per your question with respect to pharmacare—I think there was that component as well—as you're all aware, in budget 2018 we announced the creation of an advisory council on the implementation of a national pharmacare program. Work continues to be under way with respect to that. We are very pleased that Dr. Eric Hoskins and a group of fine Canadians have agreed to sit on this committee, and they've been having a national conversation with Canadians with respect to what a national pharmacare program can look like. I look forward to receiving the report in the spring of 2019 with some recommendations of possible options as we move forward. We recognize that the work that's been done in this area by the advisory council is key, and I truly look forward to receiving the report with recommended options and a path to move forward.
En ce qui concerne les investissements additionnels dans les soins de santé mentale et les soins à domicile, pour vous donner un aperçu de la situation, dans le budget de 2017, comme vous l'avez indiqué, nous avons été heureux de constater un investissement de 11 milliards de dollars dans ces deux domaines. Les Canadiens nous ont dit que les soins à domicile et la santé mentale étaient deux questions prioritaires, et j'ai été extrêmement heureuse de constater que le budget de 2017 prévoyait des investissements ciblés à cet égard.
Par conséquent, depuis un an et demi, nous négocions avec les provinces et les territoires pour mettre la dernière main aux ententes bilatérales. À ce stade-ci, je suis heureuse d'annoncer que neuf provinces et territoires ont finalisé et signé leurs ententes et que, pour ce qui est des quatre provinces qui restent, nous sommes presque à la fin des négociations. C'est donc dire que d'ici la fin de cette année ou au début de 2019, ces négociations bilatérales seront terminées et les fonds seront versés.
Je dois également dire qu'avant même la signature des ententes bilatérales, des fonds ont été versés aux provinces et aux territoires. Nous voulons certainement nous assurer que les gens ont accès au financement nécessaire, mais ces ententes bilatérales sont vraiment essentielles, parce que nous voulons faire en sorte que l'argent aille là où il est censé aller.
Pour répondre à votre question sur l'assurance-médicaments — je pense qu'il y avait aussi cet élément —, comme vous le savez tous, dans le budget de 2018, nous avons annoncé la création d'un conseil consultatif sur la mise en oeuvre d'un régime national d'assurance-médicaments. Le travail se poursuit à cet égard. Nous sommes très heureux que le Dr Eric Hoskins et un groupe de Canadiens de confiance aient accepté de siéger à ce conseil et entreprendre ce débat national avec les Canadiens concernant ce à quoi pourrait ressembler un régime national d'assurance-médicaments. J'ai hâte de recevoir le rapport, au printemps 2019, qui contiendra des recommandations sur les options possibles. Nous reconnaissons que le travail qui a été fait dans ce domaine par le conseil consultatif est essentiel, et j'ai vraiment hâte de recevoir le rapport dans lequel figureront les options recommandées et la voie à suivre pour aller de l'avant.
Collapse
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2018-12-06 9:03
Expand
Thank you, Chair.
Thank you to the minister for being here today and to all of the departmental representatives as well.
I want to start by thanking the minister personally. I see she tabled in the House of Commons the framework on palliative care, of which I am passionately a fan. I see that all of the elements that we heard in consultations across the country were captured, and I look forward to working with her to see us accelerate palliative care for all Canadians. Thank you for that.
My first question has to do with thalidomide. In budget 2018, there was an intent to resolve the remaining claims in the thalidomide area. Could you give us an update as to whether those claims are resolved?
Merci, monsieur le président.
Je remercie la ministre d'être présente ici aujourd'hui, de même que tous les représentants du ministère.
Je tiens d'abord à remercier personnellement la ministre. Je vois qu'elle a déposé à la Chambre des communes le cadre sur les soins palliatifs, auquel je crois profondément. Je constate que tous les aspects dont nous avons entendu parler au cours des consultations menées partout au pays ont été pris en compte, et j'ai hâte de travailler avec elle pour accélérer l'offre de soins palliatifs pour tous les Canadiens. Je vous en remercie.
Ma première question porte sur la thalidomide. Dans le budget de 2018, il était prévu de régler les demandes d'indemnisation restantes concernant la thalidomide. Pouvez-vous nous dire si ces demandes sont réglées?
Collapse
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
Thank you very much, Ms. Gladu, for your question.
Once again, congratulations on your private member's bill. We were extremely pleased that we were able to table the bill. I look forward to seeing the progression of the work that needs to be done and that will be done with respect to an action plan. I'm looking forward to continuing to work with you on that.
With respect to your question on thalidomide survivors, soon after I was named Minister of Health, I was privileged to meet with many thalidomide survivors in Ottawa, one of whom was Fiona Sampson. I also had the privilege of meeting with TVAC, which is the Thalidomide Victims Association of Canada.
These individuals shared with me the challenges they face, day in and day out as they age, in living with thalidomide. We also heard from some individuals who were concerned because they had not been identified as part of the compensation program.
I was extremely pleased that budget 2018 committed to addressing concerns regarding thalidomide survivors. Within the very near future—within the coming months—we will be announcing steps to move forward with respect to this program.
I certainly want to make sure—and I stress to the committee—that individuals who are thalidomide victims or who feel they are possible victims will have another opportunity to apply for this program. As I've indicated, within the coming months we'll be able to do a formal announcement. I look forward to being able to share that information with all of you.
Merci beaucoup, madame Gladu, de votre question.
Encore une fois, félicitations pour votre projet de loi d'initiative parlementaire. Nous avons été extrêmement heureux de pouvoir déposer ce projet de loi. J'ai hâte de voir la progression du travail qui doit être fait et qui sera fait dans le cadre d'un plan d'action. Je suis impatiente de continuer à travailler avec vous sur ce dossier.
En ce qui concerne votre question sur les survivants de la thalidomide, peu après ma nomination comme ministre de la Santé, j'ai eu le privilège de rencontrer de nombreux survivants de la thalidomide à Ottawa, dont Fiona Sampson. J'ai également eu le privilège de rencontrer des représentants de l'ACVT, l'Association canadienne des victimes de la thalidomide.
Ces personnes, qui vivent avec la thalidomide, m'ont fait part des défis auxquels elles font face, jour après jour, au fur et à mesure qu'elles avancent en âge. Nous avons également entendu certaines personnes qui étaient inquiètes parce qu'elles n'avaient pas été identifiées comme faisant partie du programme d'indemnisation.
J'ai été extrêmement heureuse de constater que le budget de 2018 comportait un engagement de donner suite aux préoccupations concernant les survivants de la thalidomide. Dans un avenir très rapproché — au cours des prochains mois —, nous annoncerons des mesures pour aller de l'avant avec ce programme.
Je tiens à m'assurer — et j'insiste sur ce point auprès du Comité — que les victimes de la thalidomide ou celles qui estiment être des victimes éventuelles auront une autre occasion de présenter une demande dans le cadre de ce programme. Comme je l'ai indiqué, nous pourrons faire une annonce officielle au cours des prochains mois. J'ai hâte de pouvoir mettre en commun cette information avec vous tous.
Collapse
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2018-12-06 9:05
Expand
That's very good.
I see that we are expecting the Hoskins report in the spring of 2019. Will the report be made public before the election?
C'est très bien.
Je vois que nous attendons le rapport Hoskins au printemps 2019. Le rapport sera-t-il rendu public avant les élections?
Collapse
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
First and foremost, with respect to the report, we have to recognize that Dr. Hoskins and his group of officials have been working diligently in having a conversation with all Canadians from coast to coast to coast. I haven't had an update with respect to the work that's been done thus far, but I do follow through with the secretariat, and they're telling me that they're hard at work.
With respect to the report's findings, I absolutely feel that the report will be made public. I'm not sure of the exact date of the tabling of the report or of our making the report public, but like many of you, I look forward to seeing the findings of that report, as we certainly recognize that it will be a key pillar as we move forward in the decision on what a potential pharmacare program could look like for Canadians.
D'abord et avant tout, en ce qui concerne le rapport, nous devons reconnaître que le Dr Hoskins et son groupe ont fait preuve de diligence dans leurs consultations auprès de tous les Canadiens d'un océan à l'autre. Je n'ai pas eu de mise à jour concernant le travail qui a été fait jusqu'à maintenant, mais j'ai fait un suivi auprès du secrétariat, et on me dit que les choses vont bon train.
En ce qui concerne les conclusions du rapport, je suis absolument convaincue qu'elles seront rendues publiques. Je ne suis pas certaine de la date exacte du dépôt du rapport, ni de la date à laquelle nous le rendrons public, mais comme beaucoup d'entre vous, j'ai hâte de prendre connaissance des conclusions qu'il contient, car nous reconnaissons certainement qu'il s'agira d'un élément clé dans notre décision sur la forme que pourrait prendre un éventuel régime d'assurance-médicaments pour les Canadiens.
Collapse
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2018-12-06 9:06
Expand
That's very good.
My next question has to do with the competitiveness of Canadians and with some of the things that have been introduced by Health Canada. I would like to offer some examples.
One is pesticides that Canadian producers will not be able to use anymore that don't necessarily have replacements. When we receive food from other countries that do use those same pesticides, that disadvantages us. Also, the front-of-pack labelling will be something that Canadian businesses and industries will have the expense of putting in place, but there are many exemptions given to materials coming from other countries so that they don't need to have that.
Could you make a comment on why, when we put these programs in place, we're punishing Canadian businesses, as opposed to making these requirements for all?
C'est très bien.
Ma prochaine question porte sur la compétitivité des Canadiens et sur certaines des mesures prises par Santé Canada. J'aimerais donner quelques exemples.
Il y a d'abord les pesticides que les producteurs canadiens ne pourront plus utiliser et qui ne sont pas nécessairement remplacés. Lorsque nous importons des aliments d'autres pays qui utilisent ces mêmes pesticides, cela nous désavantage. De plus, ce seront les entreprises et les industries canadiennes qui auront à payer pour mettre en place l'étiquetage sur le devant des emballages, alors que de nombreuses exemptions s'appliquent aux produits en provenance d'autres pays, qui n'ont pas à se conformer à cette exigence.
Pourriez-vous nous dire pourquoi, lorsque nous mettons ces programmes en place, nous punissons les entreprises canadiennes au lieu d'imposer ces exigences à tous?
Collapse
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
First and foremost, protecting the health and safety of Canadians is my number one priority as Canada's health minister.
There are two components to your question there. Perhaps I'll start off with the second component of your question with respect to the front-of-pack labelling.
We recognize, as I indicated earlier, that the issue of chronic disease is on the rise in this country. We recognize that we spend approximately $28 billion to $30 billion in addressing chronic disease. Our eating habits, either healthy or unhealthy, as well as our sedentary lifestyle, certainly contribute to that.
When it comes to front-of-pack labelling, we want to make sure that we make the healthy choice the easier choice for Canadians. That's why we're moving forward with this initiative of front-of-pack labelling. As you're probably aware, it's to make sure that Canadians are aware that the foods they purchase may be high in sugars, fat or salt.
D'abord et avant tout, la protection de la santé et de la sécurité des Canadiens est ma priorité absolue en tant que ministre de la Santé du Canada.
Votre question comporte deux volets. Je commencerai peut-être par le deuxième concernant l'étiquetage sur le devant des emballages.
Nous constatons, comme je l'ai dit plus tôt, que le problème des maladies chroniques est en hausse au Canada. Nous reconnaissons que nous dépensons entre 28 et 30 milliards de dollars pour lutter contre les maladies chroniques, auxquelles contribuent certainement nos habitudes alimentaires, saines ou malsaines, ainsi que notre mode de vie sédentaire.
En ce qui concerne l'étiquetage sur le devant des emballages, nous voulons faciliter les choix santé pour les Canadiens. C'est pourquoi nous allons de l'avant avec cette initiative. Comme vous le savez probablement, il s'agit de veiller à ce que les Canadiens sachent que les aliments qu'ils achètent peuvent être riches en sucre, en gras ou en sel.
Collapse
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2018-12-06 9:08
Expand
Sure. I'm familiar with the program, but will all other countries have to put on Canadian front-of-pack labelling in order to sell products in Canada?
Bien sûr. Je connais le programme, mais est-ce que tous les autres pays devront se conformer à l'exigence canadienne d'étiquetage sur le devant des emballages pour vendre des produits au Canada?
Collapse
Results: 1 - 30 of 810 | Page: 1 of 27

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data