Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 3 of 3
View James Bezan Profile
CPC (MB)
View James Bezan Profile
2017-05-29 18:56 [p.11579]
Expand
Mr. Chair, we are looking forward to tonight's committee of the whole as we raise a number of questions and issues surrounding the defence budget and where the government is taking our Canadian Armed Forces and Department of National Defence.
I want to also welcome the support the minister has here tonight, with the deputy minister, the vice-chief of the defence staff, and those in ADM positions. I thank them for supporting the minister tonight and for the work they do in supporting our men and women in uniform.
This has been a rough session for the minister. He has misled Canadians on a number of occasions now. There was the issue of danger pay on Operation Impact for everybody who was stationed in Kuwait. It took our efforts as the opposition to bring to light that some members in the fight against ISIS were being treated unfairly. The government instead doubled down and then embarrassed itself and ultimately had to correct the problem.
We also know the capability gap surrounding our CF-18s is an imaginary one. We are going to dive into that more completely.
We also want to talk about the continued stand-down by the government in pulling resources out of Iraq and Kuwait that were in support of our troops who are fighting ISIS and in support of our allies, and of course about how the minister has misled the House in saying our allies were happy when we pulled our CF-18s out of the fight.
We also have that situation again, with the government pulling our Auroras out of the fight against ISIS and leaving the heavy lifting to our NATO allies, who have had to move in AWACs.
We have the famous architect issue. That report came up over Operation Medusa, and the minister has apologized for it.
This budget is nothing to celebrate either. There have been $12 billion in cuts made in two consecutive budgets by the government. The finance minister has said that the Department of National Defence is appropriately provisioned, but the minister himself has said that there need to be significant investments going forward in the DPR.
The budget cuts that we are seeing right now are decreasing the amount of training that our troops can do and the amount that they can do in maintaining readiness to do the jobs that we call upon them to do.
I am going to first talk about the defence policy review. It is being rolled out, but it is much delayed. Originally the minister said that we would have the defence policy review in front of us by the end of last year; here we are, six months down the road, and we still have not seen it. The government has said that it will be released on June 8, and we are going to be looking at it.
I want to dive into that a bit, because we have already seen a number of shell games going on with the budget. In the cuts in this budget, the government has taken $8.5 billion and punted it down the road for up to 20 years. We were able to find in the budget that there was some re-profiling, as the minister likes to call it, or stuff that lines up better with our fiscal framework, but there is still $5.6 billion of shifted funds that are not accounted for, and we need to find out where those funds are going. We know there is some deferred spending coming from LAV modernization and some funding for the fixed-wing search and rescue planes that was moved down to better fit when the planes are being delivered, but we want to know if the shell games are going to continue.
We want to know whether or not there is going to be adequate funding in the budget to support the defence policy review or if the minister is going to defer all of that funding until after the next election. One thing of which the defence minister is the architect is the defence policy review, but can he guarantee us that the funding is going to be there, or is it going to be, as Dave Perry said, underfunded and under-ambitious?
Monsieur le président, ce soir, nous sommes ravis d'avoir l'occasion de nous constituer en comité plénier pour soulever un certain nombre de questions et d'enjeux associés au budget de la défense et à la voie dans laquelle le gouvernement mène les Forces armées canadiennes et le ministère de la Défense nationale.
Je tiens aussi à souhaiter la bienvenue aux personnes qui sont venues appuyer le ministre ce soir, notamment le sous-ministre, le vice-chef d'état-major de la Défense et les sous-ministres adjoints. Je les remercie du soutien offert au ministre ce soir et de leur travail à l'appui des militaires.
Cette session a été difficile pour le ministre. Il a maintenant induit les Canadiens en erreur à de nombreuses reprises. Il y a eu la question des primes de danger pour tous les militaires participant à l'opération Impact qui étaient déployés au Koweït. Grâce aux efforts de l'opposition, la lumière a été faite sur le traitement injuste à l'égard de certains membres, dans la lutte contre le groupe État islamique. Après que la situation ait été dévoilée, le gouvernement a renchéri, ce qui l'a mis dans l'embarras, et il a finalement dû corriger le problème.
Nous savons aussi que le déficit de capacité associé aux CF-18 est fictif. Nous allons nous pencher plus en détail sur le sujet.
Nous voulons aussi parler de l'inactivité continue du gouvernement, qui a retiré les ressources de l'Irak et du Koweït qui appuyaient nos militaires combattant le groupe armé État islamique et qui appuyaient nos alliés, et, bien sûr, de la façon avec laquelle le ministre a induit la Chambre en erreur en déclarant que nos alliés étaient heureux lorsque nous avons retiré les CF-18 du combat.
La même situation se reproduit une fois de plus, puisque le gouvernement retire les appareils Aurora du combat contre le groupe État islamique et qu'il laisse nos alliés de l'OTAN faire le gros du travail avec des appareils AWACS.
Nous avons le fameux problème de « l'architecte ». Le rapport sur l'opération Méduse est paru, et le ministre a présenté ses excuses.
Le budget n'a rien de réjouissant non plus. Dans le cadre de deux budgets consécutifs du gouvernement, il y a eu des compressions budgétaires de l'ordre de 12 milliards de dollars. Le ministre des Finances a déclaré que le ministère de la Défense nationale était adéquatement approvisionné, mais, dans le cadre de l'Examen de la politique de défense, le ministre a lui-même affirmé que des investissements considérables devaient être faits pour aller de l'avant.
Les compressions budgétaires auxquelles nous assistons actuellement réduisent la formation que peuvent recevoir les troupes et les mesures qu'elles peuvent prendre pour maintenir la disponibilité opérationnelle nécessaire pour accomplir le travail que nous leur demandons de faire.
Je vais commencer par parler de l'examen de la politique de défense. Il est lancé, mais avec beaucoup de retard. À l'origine, le ministre avait dit que l'examen de la politique de défense serait terminé avant la fin de l'année dernière. Nous voici six mois plus tard, et nous n'en avons toujours pas vu les résultats. Le gouvernement a dit qu'ils seront rendus publics le 8 juin et que nous les examinerons.
Je veux en parler un peu parce que nous avons déjà été témoins d'un certain nombre de tours de passe-passe concernant le budget. Dans ses compressions budgétaires, le gouvernement a repoussé des investissements de 8,5 milliards de dollars pour une période pouvant aller jusqu'à 20 ans. Nous avons découvert dans le budget qu'il y avait des reports, comme le ministre les appelle; des choses qui s'alignent mieux avec le cadre financier. Cependant, il reste 5,6 milliards de dollars de fonds transférés qui ne sont pas comptabilisés. Il faut découvrir où sont affectés ces fonds. Nous savons qu'il y a des dépenses reportées qui proviennent de la modernisation des véhicules blindés légers et que certains fonds destinés aux aéronefs de recherche et de sauvetage à voilure fixe ont été reportés afin de mieux correspondre à la livraison des aéronefs. Cependant, nous voulons savoir si les tours de passe-passe vont continuer.
Nous voulons savoir s'il y aura suffisamment de fonds dans le budget pour l'examen de la politique de défense ou si le ministre va reporter la totalité du financement au-delà des prochaines élections. Il y a une chose dont le ministre est l'architecte et c'est l'examen de la politique de défense, mais peut-il nous garantir que l'argent sera là ou la politique sera-t-elle, comme Dave Perry l'a dit, insuffisamment financée et insuffisamment ambitieuse?
Collapse
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2017-01-30 15:24
Expand

Question No. 596--
Ms. Anne Minh-Thu Quach:
With regard to the Canada Summer Jobs program: (a) how many jobs were created through this program from 2014 to 2016, broken down by year; and (b) for each of these years, how many jobs (i) were full time, (ii) were part time, (iii) lasted more than 12 weeks, (iv) lasted between 8 and 12 weeks, (v) lasted between 4 and 8 weeks, (vi) lasted less than 4 weeks?
Response
Mr. Rodger Cuzner (Parliamentary Secretary to the Minister of Employment, Workforce Development and Labour, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), the jobs created by the Canada Summer Jobs, or CSJ, program are as follows: for 2014, 34,538; for 2015, 34,470; and for 2016, 65,874.
For 2014, with regard to (b)(i) and (b)(ii), through CSJ there were 34,538 full-time and part-time jobs. It should be noted that jobs must be full time--i.e., from a minimum of 30 to a maximum of 40 hours per week. Under exceptional circumstances, students with disabilities or with other barriers to full-time employment are eligible to work part time.
With regard to (b)(iii), (b)(iv), (b)(v), and (b)(vi), the estimated duration is based on average project data: 11% of the jobs lasted more than 12 weeks; 51% of the jobs lasted between 8 and 12 weeks, and 38% of the jobs lasted less than 8 weeks.
For 2015, with regard to (b)(i) and (b)(ii), through CSJ there were 34,470 full-time and part-time jobs. It should be noted that jobs must be full time--i.e., from a minimum of 30 to a maximum of 40 hours per week. Under exceptional circumstances, students with disabilities or with other barriers to full-time employment are eligible to work part time.
With regard to (b)(iii), (b)(iv), (b)(v), and (b)(vi), the estimated duration is based on average project data: 11% of the jobs lasted more than 12 weeks; 66% of the jobs lasted between 8 and 12 weeks, and 23% of the jobs lasted less than 8 weeks.
For 2016, with regard to (b)(i) and (b)(ii), through CSJ there were 68,874 full-time and part-time jobs. It should be noted that jobs must be full time--i.e., from a minimum of 30 to a maximum of 40 hours per week. Under exceptional circumstances, students with disabilities or with other barriers to full-time employment are eligible to work part time.
With regard to (b)(iii), (b)(iv), (b)(v), and (b)(vi), the estimated duration is based on average project data: 2.5% of the jobs lasted more than 12 weeks; 77.5% of the jobs lasted between 8 and 12 weeks, and 20% of the jobs lasted less than 8 weeks.

Question No. 598--
Mr. Alupa Clarke:
With regard to Supplementary Estimates (B), 2016-17 and the $46.7 million listed for Public Works and Government Services Canada under “Funding for incremental costs related to post-implementation pay operations”, how was the total of this funding used, broken down by line item and expense?
Response
Hon. Judy Foote (Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, as of November 10, 2016, the supplementary estimates (B) have had not been approved by Parliament.
Should they be approved by Parliament as tabled, PSPC plans to allocate this funding (of $47.6 million) in the following way: $5.7 million for additional support provided by IBM, which includes 24-7 troubleshooting support and refinements to processes and functionality.; $22.2 million for satellite offices in various locations, including Gatineau, Montreal, Shawinigan, and Winnipeg, as well as the call centres in Toronto and Ottawa.; $14.6 million for additional resources to manage our complaints centre, provide training and support to departments, and provide other support to ensure that system maintenance is performed with minimal disruption and that systems interacting with Phoenix are running as they should; and . $4.2 million as contingency to address unforeseen issues as they arise.
This is also subject to receiving the necessary spending authorities from Treasury Board.

Question No. 605--
Mr. Ted Falk:
With regard to the regulations and guidelines outlined in sections 241.31 (3) and 241.31 (3.1) of the Criminal Code: (a) since June 17, 2016, has the Minister of Health established a process for monitoring and reporting on medical assistance in dying; (b) if the answer to (a) is in the affirmative, what information has been gathered, on (i) the types of medical conditions that motivate requests, (ii) whether the safeguards in the law are working as intended, (iii) demographic information about people who request the service, (iv) whether there are regional differences in how the service is carried out across Canada, (v) the number of requests made for medical assistance in dying both approved and not approved; (c) what are the details of any statistics available related to information gathered; and (d) if the answer to (a) is in the negative, what steps has the Minister of Health undertaken to begin collecting the information in (b)?
Response
Hon. Jane Philpott (Minister of Health, Lib.):
Mr. Speaker, the new legislation, An Act to amend the Criminal Code and make related amendments to other Acts (medical assistance in dying), formerly Bill C-14, authorizes the federal Minister of Health to make regulations for the purpose of establishing a system for monitoring medical assistance in dying.
With regard to (a), a process for monitoring and reporting on medical assistance in dying is currently being developed. While most sections amending the Criminal Code to permit the lawful provision of medical assistance in dying came into force with the passage of the legislation, the sections on monitoring, sections 4 and 5, will come into force 12 months later--i.e., June 17, 2017. This means that the federal Minister of Health’s authority to make regulations with respect to monitoring will only become active at that point, but it does not require that the regulations be completed by that time.
For these reasons, (b) and (c) are not applicable.
With regard to (d), federal officials are currently working on the parameters of a federal monitoring and reporting system, including what information will be collected; to whom it must be sent; information technology requirements; and how information will be protected, analyzed, and released. The complexity of these regulations and the consequences for health care professionals require that the government must take the time necessary to get the regulations right, and include opportunities for consultations. Until these federal regulations are in place, health care professionals will not be required to provide information to the federal government; however, each province and territory has its own approach to the implementation and oversight of medical assistance in dying and may require its health care providers to provide data for these purposes.
All governments in Canada recognize the importance of timely public reporting on medical assistance in dying. To this end, federal, provincial, and territorial officials are working collaboratively to produce interim reports with available national data during the regulatory development period.
The government expects an initial release of data in early 2017. Subsequent interim reports will be released on a periodic basis until annual reporting commences under the federal regulatory regime.

Question No. 606--
Mrs. Marilène Gill:
With regard to the Minister of Finance’s involvement in the Muskrat Falls project: (a) what were the findings of the risk analyses conducted by the Department of Finance to justify two federal loan guarantees of $6.3 billion and $2.9 billion, respectively, to enable Newfoundland and Labrador and Nalcor to carry out the Muskrat Falls project; (b) does the Department recommend that the government offer further loan guarantees to cover the project’s rising costs; (c) is the value of the assets of the Muskrat Falls project greater than the $9.2 billion in loan guarantees; (d) does the fee of 0.5 per cent that the government applied to the $2.9-billion loan guarantee announced in November 2016 indicate that this new extension of funds will not be backed by Muskrat Falls assets; (e) has the Department assessed the ability of the Newfoundland and Labrador government to repay the federal government in relation to the Muskrat Falls project should the federal loan guarantee be implemented and, if so, what were the findings of the assessment; and (f) has the government considered the possibility that Newfoundland and Labrador may default on payments to the government following the implementation of the federal loan guarantee, which enabled it to carry out the Muskrat Falls projects, and, if so, what conclusion did the government reach?
Response
Hon. Bill Morneau (Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), (b), (e), and (f), in processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act, and certain information has been withheld on the grounds that the information constitutes advice or recommendations and cabinet confidences.
With regard to (c), Nalcor Energy, found at www.nalcorenergy.com/publications.asp, and Emera Inc., found at http://investors.emera.com/corporateprofile.aspx?iid=4072693, both value property, plant, and equipment assets at historical cost in their financial statements. Once construction is completed, costs and therefore asset values are expected to be in excess of total federal loan guarantees.
With regard to part (d), the specific conditions of additional loan guarantee support will be negotiated with the Government of Newfoundland and Labrador and Nalcor Energy in the near future with provisions for commercial terms. The Government of Canada will remain protected by a strong legal construct, as with the first federal loan guarantee.

Question No. 608--
Mrs. Marilène Gill:
With regard to the involvement of the Minister of Natural Resources in the Muskrat Falls project: (a) on the basis of what analysis did the Minister decide that the Muskrat Falls facility would enable Nalcor to cover project costs; (b) at what price will the electricity produced at Muskrat Falls have to be sold for to enable the project to achieve a breakeven point; (c) before offering a new loan guarantee of $2.9 billion, did the Minister conduct market research to determine that the price of electricity in the Atlantic provinces and northeastern United States would enable the Muskrat Falls project to achieve a breakeven point; and (d) if the answer to (c) is affirmative, what were the findings of this study?
Response
Hon. Jim Carr (Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), the cost recovery framework for Muskrat Falls consists of a series of revenue agreements available on the Muskrat Falls website at https://muskratfalls.nalcorenergy.com/newsroom/reports/, in English only, in provincial legislation, and in orders in council. This cost recovery framework legally requires that all project costs be recovered from electricity consumers in Newfoundland and Labrador, regardless of the final costs.
With regard to (b), the prices paid to the project entities will be set at a value that ensures full cost recovery plus a return on equity. These prices will be determined once the projects are complete and the final construction cost is known.
With regard to (c), the Muskrat Falls project’s viability is not dependent on electricity exports; all project costs will be covered by electricity consumers in Newfoundland and Labrador. As such, no market research was required to determine whether export prices would enable achievement of a break-even point.
For these reasons, (d) is not applicable.

Question No. 609--
Mrs. Marilène Gill:
With regard to the involvement of the Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard in the Muskrat Falls project: (a) before authorizing the Muskrat Falls project, did the Minister ensure that the necessary environmental assessments were completed pursuant to the Fisheries Act, particularly as regards mercury contamination of fish stocks; (b) was the Minister informed of the findings of independent studies indicating that the Muskrat Falls project would result in high levels of contamination and, if so, why did the Minister not cancel the authorization?
Response
Hon. Dominic LeBlanc (Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), Fisheries and Oceans Canada, DFO, was actively involved in the environmental assessment of the Lower Churchill hydroelectric project, which was carried out by a federal-provincial joint review panel and concluded in August 2011. Among other things, the environmental assessment examined in considerable detail the bioaccumulation of methylmercury as a result of the project. It was recognized during this environmental assessment that the Muskrat Falls component of the project and other hydroelectric projects on the Churchill River would likely result in some bioaccumulation of methylmercury, including in downstream areas.
During the environmental assessment, DFO reviewed various technical documents, submitted information requests, and prepared both a written submission and an oral presentation for the hearings. DFO provided expert science-based advice that downstream bioaccumulation of methylmercury could be greater and extend further than predicted by the proponent, Nalcor Energy. This was recognized in the report and conclusions of the joint review panel. In response to the joint review panel’s conclusions and recommendations, the Government of Canada required Nalcor Energy to extend downstream methylmercury monitoring into Goose Bay and Lake Melville. This monitoring would assess the extent and duration of any increases in methylmercury in fish and seals and enable Nalcor Energy to implement consumption advisories if needed.
The requirement to implement a comprehensive methylmercury monitoring program was formally prescribed as a condition of the authorization DFO issued to Nalcor in 2013, under section 35(2)(b) of the Fisheries Act, for impacts on fish and fish habitat from the Muskrat Falls hydroelectric dam and reservoir creation.
With regard to (b), over the past three years, the Nunatsiavut government has carried out and supported studies on methylmercury in Lake Melville, including work by Harvard University researchers published in 2015. Fisheries and Oceans Canada, DFO, was made aware of these studies as a result of meetings with the Nunatsiavut government in October of 2015.
In February 2016, DFO carried out a scientific review of the implications of the Harvard study on methylmercury in Lake Melville through a Canadian Science Advisory Secretariat, or CSAS, process. DFO and Environment and Climate Change Canada scientists determined that predictions in the Harvard study were consistent with the advice the DFO provided during the environmental assessment. The scientific review recommended some adjustments to downstream methylmercury monitoring protocols, which DFO implemented.
These adjustments are covered under the Fisheries Act authorization issued to Nalcor Energy in 2013, which allows for the implementation of adaptive management in the monitoring of post-project predictions and adjustments to the program to respond to new information. As a result of this condition, the authorization did not require cancellation or amendment.
Departmental officials have maintained an ongoing dialogue with the Nunatsiavut government with respect to the project. The minister of DFO has also met with the Minister for Lands and Natural Resources for the Nunatsiavut government to acknowledge and discuss the Nunatsiavut government’s concerns related to methylmercury in Lake Melville. Furthermore, in October 2016 an agreement was made between the Province of Newfoundland and Labrador and indigenous leaders to create an independent expert advisory committee, or IEAC, that would determine and recommend options for mitigating human health concerns related to methylmercury. While DFO does not possess expertise in relation to human health risks associated with methylmercury, DFO will be participating in the IEAC as an expert adviser in relation to the bioaccumulation of methylmercury in fish and seals downstream of the project.

Question No. 611--
Mr. David Sweet:
With regard to the decision to not issue a commemorative medal as part of the Canada 150th celebrations: (a) what was the justification for this decision; (b) what are the details of any documented evidence to support this justification; and (c) what process was used to make this decision, in particular, (i) who was consulted, (ii) how they were consulted?
Response
Hon. Mélanie Joly (Minister of Canadian Heritage, Lib.):
Mr. Speaker, Canada’s 150th anniversary of Confederation is a unique opportunity to bring Canadians together and strengthen our connection to our communities by inspiring a vision of a vibrant, diverse, and inclusive country.
Canada 150 celebrations will be rooted in community building, engagement, and family celebrations from coast to coast to coast. These celebrations are for each and every Canadian. They are about connecting with one another.
Our government will mark the 150th anniversary of Confederation by inviting all Canadians to participate, celebrate, and explore via the numerous initiatives in their communities.
The Government of Canada is providing funding for community-driven activities and pan-Canadian signature projects as well as major events. Our government is empowering and encouraging all Canadians to engage with their community and to make 2017 a year to remember. We want all Canadians to join in the celebrations.
The vision for the 150th anniversary of Confederation is intended to inspire Canadians and bring them together by highlighting the themes of diversity and inclusion, reconciliation with Indigenous peoples, young people, and the environment.
Our government is proud to support and promote initiatives that will inspire a generation of Canadians to help build Canada’s future and creating a lasting economic, cultural, and social legacy for our country.

Question No. 613--
Mr. Gordon Brown:
With regard to wait times at the Thousand Islands Bridge Border Crossing and the Ogdensburg-Prescott International Bridge Border Crossing, broken down by crossing, between May 1, 2016, and October 31, 2016: (a) what was the average wait time for vehicle traffic, broken down by month, day and hour; and (b) what was the volume of vehicle traffic, broken down by month, day and hour?
Response
Hon. Ralph Goodale (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
:Mr. Speaker, the CBSA cannot provide the requested information within the prescribed time frame. The request would result in an exceptionally large volume of information, and translating thousands of lines of data would require significant human and financial resources.
Current and forecasted border wait times, however, are available at the following web address: http://www.cbsa-asfc.gc.ca/bwt-taf/menu-eng.html.

Question No. 615--
Mr. Bob Saroya:
With regard to the work integrated learning program mentioned by the Minister of Employment, Workforce Development and Labour, in the House of Commons on November 18, 2016: (a) what are the details of the program; (b) how much government funding has been allotted for the program; (c) what is the duration and yearly budget for the program; and (d) what are the specific goals of the program?
Response
Mr. Rodger Cuzner (Parliamentary Secretary to the Minister of Employment, Workforce Development and Labour, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), as announced in Budget 2016, the student work-integrated learning program, or SWILP, is a $73-million program that will support new work-integrated learning, WIL, opportunities, such as co-ops and internships for young Canadians, with a focus on high-demand fields such as science, technology, engineering, mathematics, or STEM, and business, as well as through sustainable partnerships to align skills training with jobs in demand. Details will be provided once the SWILP is officially launched.
With regard to (b), as announced in Budget 2016, the student work-integrated learning program, SWILP, is a $73-million program that will support new work-integrated learning, or WIL, opportunities, such as co-ops and internships, for young Canadians, with a focus on high-demand fields such as science, technology, engineering, mathematics, or STEM, and business, as well as through sustainable partnerships to align skills training with jobs in demand.
With regard to (c), the student work-integrated learning program, SWILP, is a four-year program. Yearly budget for the SWILP will be provided once the SWILP is officially launched.
With regard to (d), the student work-integrated learning program, SWILP, is a four-year initiative that will support sustainable and innovative partnerships between employers and willing post-secondary education, or PSE, institutions to create quality work-integrated learning, WIL, opportunities for PSE students in high-demand fields related to science, technology, engineering, mathematics, or STEM, and business.
The WIL opportunities created through these partnerships will better align the technical, foundational, and work-ready skills of students. PSE students will be encouraged to approach learning and WIL opportunities with an entrepreneurial mindset, to better position them to secure employment in their chosen fields of study and make immediate and meaningful contributions to Canada’s future growth and innovation.
The student work-integrated learning program, SWILP, will bring stakeholders from post-secondary education institutions and employers in key growth and innovation sectors of the Canadian economy.

Question No. 622--
Mr. François Choquette:
With regard to the Critical Habitat of the Beluga Whale (Delphinapterus leucas) St. Lawrence Estuary Population Order, published on May 14, 2016: (a) when will the Order come into force; (b) how many stakeholders have commented on the project; and (c) what are the names of the stakeholders who commented on the project, if this information is available?
Response
Hon. Dominic LeBlanc (Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), the ministerial order is expected to come into force in early winter 2017.
With respect to (b) and this ministerial order, four comments were submitted during the 30-day Canada Gazette part I comment period.
With regard to (c), the stakeholders who commented on this proposed ministerial order are Madame Amélie Larouche, chef conseillère, Première Nation Malécites de Viger; Philippe Gervais, vice-président, Capital Hill Group; Lloyd Sykes, a citizen; and from the Government of Quebec, Minister Laurent Lessard, Ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, and Minister David Heurtel, Ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Question No. 626--
Mr. Mel Arnold:
With regard to the mandate letter to the Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard and specifically, the section which called for the review of the previous government's changes to the Fisheries and Navigable Waters Protection Acts: (a) specifically what lost protections is the mandate letter referring to; (b) what harms or proof of harm, to fish or fish habitat, attributed to the previous government's changes to these two Acts exist; and (c) specifically what protections lost, or alleged to have been lost as a result of the previous government's changes to these two Acts, is not provided for under other federal, provincial, or territorial legislation or regulations?
Response
Hon. Dominic LeBlanc (Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), the previous government’s changes to the Fisheries Act were made with little consultation or transparency and were poorly received by environmental and indigenous groups. Various partners, stakeholders, and indigenous groups have emphasized the need for improved engagement and collaboration in developing and implementing any new legislation and policy to protect fish and fish habitat.
Since the Fisheries Act was changed in 2012-2013, indigenous groups, the academic community, stakeholders, and the public more generally have expressed concern with the changes to the act and their implementation. The department has continued to hear these types of concerns during the initial stages of public engagement related to the review of the 2012-2013 changes to the Fisheries Act this year.
For example, concern has been expressed about the legislative change from a prohibition against “harmful alteration, destruction or disruption of fish habitat” to a prohibition against “serious harm to fish”, defined as the “the death of fish or any permanent alteration to, or destruction of, fish habitat”. Some people have expressed concern that under this new wording, temporary alterations to fish habitat are no longer prohibited, even though temporary alterations can have significant effects on fish and fish habitat productivity.
There has also been concern raised that since 2012-2013, the habitat protection prohibition only applies to fish and fish habitat that are part of or support commercial, recreational, and aboriginal fisheries and that are currently harvested.
The department has received comments that the reduction in offices and staff that coincided with the 2012-2013 amendments also reduced protections, as they resulted in a decreased capacity to deliver on fish and fish habitat protection through project review, monitoring, and enforcement.
With regard to (b), the department has not been either resourced or mandated to conduct this type of comprehensive monitoring and has not undertaken specific monitoring or analysis to compare the impacts of the changes to the act. The department is, however, developing new processes to monitor projects as well as to report back to Canadians on how fish and fish habitat are being protected in these specific areas.
With regard to (c), while management of inland fisheries has largely been delegated to the provinces and the Yukon Territory, the administration of the provisions related to the protection of fish and fish habitat remains with the federal government across Canada. Provincial and territorial authorities do deliver a range of natural resource conservation initiatives under various provincial and territorial laws that complement those of the federal government. For example, land use decisions made by these authorities may have a significant bearing on the quality and function of fish habitat in a given watershed.

Question No. 628--
Mrs. Kelly Block:
With regard to the Community Participation Fund program: (a) how many grants were issued from January 1, 2016, to November 23, 2016; (b) how many of the groups who received grants were (i) Indigenous groups, (ii) local groups and local organizations, (iii) municipalities with a population of less than 10 000, (iv) not-for-profit organizations; (c) how many requests for funding were received; and (d) what percentage of grants went to (i) reviewing documents and providing written comments to contribute to the development and improvement of Canada’s marine transportation system in Canada, (ii) preparing for, travelling to, and participating in meetings related to the development and improvement of Canada’s marine transportation system in Canada, (iii) hiring expertise or conducting studies that contributes to the development and improvement of Canada’s marine transportation system in Canada?
Response
Hon. Marc Garneau (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada recognizes the importance of a renewed relationship with indigenous peoples in Canada. That is why the community participation funding program, CPFP, helps eligible indigenous groups and local communities take part in developing and improving Canada's marine transportation system. The CPFP gives recipients the opportunity to contribute their knowledge towards tailoring marine transportation systems to local conditions and the environment.
Eligible recipients include indigenous groups, local groups and local organizations, municipalities with a population of less than 10,000, and not-for-profit organizations. Applicants must also prove that they depend on the local marine environment in an area that is being considered for social, economic, or commercial activities.
With regard to (a), 36 grant recipients were approved during this time period, and 29 grant payments have been issued to date.
With regard to (b), of the groups that received grants, 22 were indigenous groups, none were local groups or local organizations, one was a municipality with a population of less than 10,000, and 13 were not-for-profit organizations.
With regard to (c), 39 funding requests were received.
With regard to (d)(i), 100% of grants went to reviewing documents and providing written comments to contribute to the development and improvement of Canada’s marine transportation system. With regard to (d)(ii), 100% of grants went to preparing for, travelling to, and participating in meetings related to the development and improvement of Canada’s marine transportation system. With regard to (d)(iii), 16.6% of grants went to hiring expertise or conducting studies that contributed to the development and improvement of Canada’s marine transportation system.

Question No. 629--
Mrs. Kelly Block:
With regard to Transport Canada’s online consultation on the Navigation Protection Act: (a) how many submissions were received; and (b) what are the names of the individuals and organizations who participated in the consultation?
Response
Hon. Marc Garneau (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, with respect to Transport Canada’s online consultation on the Navigation Protection Act, with regard to (a), from June 20 to August 31, 2016, Canadians were encouraged to participate in an online questionnaire to help inform the government's review of environmental and regulatory processes, including the Navigation Protection Act, as outlined in the Minister of Transport’s mandate letter. This questionnaire included one question specific to the Navigation Protection Act, to which 155 people provided a response. This consultation was in addition to the continual engagement work conducted by Transport Canada.
With regard to (b), names of individuals and organizations that participated were not collected through this questionnaire. This online questionnaire was conducted anonymously to encourage more openness in responses, as is common practice. Anonymously filling out the questionnaire also eliminates the risk of unauthorized or inappropriate use or disclosure of personal information because no personal information is collected.

Question No. 631--
Mr. Tom Lukiwski:
With regard to the Canadian Radio-television and Telecommunications Commission (CRTC) and the most recent request for funding by the Canadian Administrator of VRS (CAV), Inc. from the National Contribution Fund: (a) what is the amount of the total 2017 CAV budget; (b) what is the amount of CAV’s 2016 deficit; (c) what is the amount of the 2017 administrative expenses in the CAV budget; (d) what is the amount of the 2017 CAV budget to provide 76 hours per week in both English/ASL and French/LSQ services; (e) what is the CAV’s forecast in the 2017 budget of the number of VRS users on average throughout the year and the average number of minutes per month; (f) what is the amount being paid by CAV to the contractor for the VRS Platform, IVèS, in (i) 2016, (ii) 2017; (g) what is the amount being paid by CAV to Convo Communications for seat-hours in (i) 2016, (ii) 2017; (h) what is the amount being paid by CAV to Service d’interprétation visuelle et tactile (SIVET) in (i) 2016, (ii) 2017, for VRS service to meet the needs of French/LSQ speakers; and (i) what is the amount being paid by CAV in (i) 2016, (ii) 2017, to Convo Communications as an incentive to establish Canadian-based operations?
Response
Hon. Mélanie Joly (Minister of Canadian Heritage, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), the amount of the total 2017 budget for the Canadian Administrator of VRS, or CAV, is $25,419,405.
With regard to (b), the amount of CAV’s 2016 deficit is $666,693. With regard to (c), while there is no line item in the budget specifically called “administrative expenses”, the CAV projected $375,419 for administration for 2017.
With regard to (d), by “the amount of the 2017 CAV budget to provide 76 hours per week in both English/ASL and French/LSQ services”, it is assumed that the question refers to the CAV’s operations expenses and operations-contingency, which are as follows: for operations, 19,703,898; for operations-contingency, $3,487,416.
With regard to (e), the CAV’s forecast of VRS users for 2017 is an average of 3000 users, and the average number of minutes per month is 100 minutes per user.
With regard to (f), (g), and (h), in processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act, and the information requested has been withheld on the grounds that the information constitutes third party information related to material loss and contract negotiations.
With regard to (i), while the CAV’s application to the CRTC notes that there are incentives within the contract they concluded with Convo Communications to incite them to establish Canadian-based operations, no further details were provided and the CRTC has no additional insight.

Question No. 634--
Mrs. Karen Vecchio:
With regard to the Social Sciences and Humanities Research Council (SSHRC) and Canada 2020: how much funding did SSHRC provide to Canada 2020 in order to sponsor the Canada 2020 conference held from November 2 to 4, 2016, in Ottawa?
Response
Hon. Kirsty Duncan (Minister of Science, Lib.):
Mr. Speaker, the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada, SSHRC, has an agreement with Canada 2020 that includes a $15,000 contribution to the conference.

Question No. 642--
Hon. Candice Bergen:
With regard to the guidelines set out in the Prime Minister’s “Open and Accountable Government” document: (a) what processes are in place when a public office holder is accused of violating the Prime Minister’s guidelines; (b) what processes are in place when the Prime Minister is accused of violating the said guidelines?
Response
Mr. Peter Schiefke (Parliamentary Secretary to the Prime Minister (Youth), Lib.):
Mr. Speaker, “Open and Accountable Government” sets out the Prime Minister’s expectations for his ministry. The Prime Minister may determine whether a particular minister is meeting those expectations and whether any corrective action should be taken. Similarly, it is the responsibility of each minister to ensure that the exempt staff in his or her office are acting in accordance with guidelines applicable to those staff. Privy Council Office, PCO, officials may support the Prime Minister in providing advice on how such guidance can be interpreted or applied and how it relates to other documents or legal instruments, such as the Conflict of Interest Act and the Lobbying Act. PCO officials further support the Prime Minister with respect to Governor-in-Council appointment processes for senior government officials.

Question No. 644--
Mr. Scott Reid:
With regard to the Royal Canadian Mounted Police (RCMP), since October 20, 2015: (a) which divisions within the RCMP equip some or all of their cruisers with automated external defibrillators (AEDs); (b) in each RCMP division, how many police cruisers are equipped with an AED; (c) has the number of RCMP cruisers equipped with AEDs increased, and if so, in which RCMP divisions has the increase occurred, and what is the number of the increase experienced in each division; (d) what policies or procedures exist which dictate (i) the use of AEDs by RCMP officers, (ii) the dispatching of RCMP vehicles to incidents where a sudden cardiac arrest is suspected, (iii) how to equip patrol cruisers with AEDs; (e) are there any existing or developing plans, at the divisional or national level, to increase the number of RCMP cruisers equipped with AEDs; and (f) what are the dates, times, originators and recipients of all communications to and from the Office of the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness which mention automated external defibrillators and the Royal Canadian Mounted Police?
Response
Hon. Ralph Goodale (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Speaker, in response to (a), the divisions within the RCMP that equip some or all of their cruisers with automated external defibrillators, AEDs, are C, Québec; D, Manitoba; E, British Columbia; K, Alberta; and National.
In response to (b), the number of police cruisers by division equipped with AEDs are as follows: C Division, Québec, six police cruisers; D Division, Manitoba, two police cruisers; E Division, British Columbia, is unable to provide an accurate response at this level of detail, as it would require an excessive amount of resources and time; K Division, Alberta, six police cruisers; and National Division, two police cruisers
In response to (c), there was no recent increase in the number of RCMP cruisers equipped with AEDs in Divisions C, D, K, and National. E Division is unable to provide an accurate response at this time.
In response to (d), training for the use of AEDs is included in the standard first aid curriculum that all RCMP members take every three years.
The RCMP has approved the implementation of AEDs for the following RCMP operational areas: the emergency medical response team, the divisional fitness and lifestyle program, the Prime Minister’s protection detail, and where provincial policing standards require that an AED be available or carried in conjunction with a conducted energy weapon.
In response to (e), if an RCMP workplace is not outlined in (d) and requires AED implementation, the detachment commander or manager can obtain approval through the commanding officer.
In response to (f), between October 20, 2015, and December 5, 2016, the RCMP executive services and ministerial liaison unit received one piece of correspondence on defibrillators on February 26, 2016, from the office of the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness. A response was provided on March 18, 2016.
National and divisional RCMP policies with respect to the use of AEDs by the RCMP can be found in chapter 9 of the RCMP National Occupational Safety Manual.

Question No. 653--
Mr. Bob Saroya:
With regard to funds, grants, loans, and loan guarantees the government has issued through the Department of Canadian Heritage, in excess of $1000 and since November 4, 2015: what are the details of these funds, grants, loans, and loan guarantees, and for each one, what is the (i) name of the recipient, (ii) constituency of the recipient, (iii) program for which the grant, loan, or loan guarantee was given, (iv) date the application was received, (v) amount of the individual grant, loan, or loan guarantee, (vi) date the payment was made?
Response
Hon. Mélanie Joly (Minister of Canadian Heritage, Lib.):
Mr. Speaker, as of January 1, 2016, in the effort to increase transparency, Canadian Heritage became the first department to go above and beyond Treasury Board policy requirements on proactive disclosure and committed to disclosing awards from one dollar and above.
Please note that the requested information is available on the departmental website at http://canada.pch.gc.ca/eng/1453476384672/1453476482298. The department does not provide loans or loan guarantees.

Question No. 654--
Mr. Bob Saroya:
With regard to bonuses paid out for employees of Shares Services Canada, since November 4, 2015: (a) how many employees have received bonuses; (b) what is the total amount paid out in bonuses; (c) how many employees have received performance bonuses; (d) what is the total amount paid out in performance bonuses; and (e) what is the total amount paid out in performance bonuses to employees at the EX-01 level or higher?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, the performance management program for executives is a government-wide program guided by a directive set by the Treasury Board of Canada Secretariat and a responsibility of the deputy head, which is adhered to by SSC.
Executives in the core public administration are eligible to earn performance pay when they meet the commitments outlined in their performance agreements. Executives do not earn performance pay if they do not meet expectations. Performance pay includes at-risk pay, which is a portion of the pay that must be re-earned each year, and, potentially, a bonus for exceptional performance.
The terminology used in the answers below covers fiscal year 2015-16 as follows: “at-risk pay” covers sections (a) and (b); “bonus” covers sections (c) and (d).
Accordingly, (a) employees that have received at-risk pay, 117.
According to (b) total amount paid out in at-risk pay, $1,532,968.
According to (c) employees that have received performance bonuses (bonus), 19.
According to (d) total amount paid out in performance bonuses (bonus), $82,683.
According to (e) total amount paid out in performance bonuses (at-risk pay, plus bonus) to employees at the EX-01 level or higher, $1,615,651.

Question No. 660--
Hon. Kevin Sorenson:
With regard to the government and middle-class Canadians: (a) what is the government’s definition of the middle-class; and (b) what salary range does the government consider to be middle-class for (i) individuals, (ii) couples, (iii) families?
Response
Hon. Bill Morneau (Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada defines the middle class using a broader set of characteristics than merely income. Middle-class Canadians can generally be identified by the values they hold and the lifestyle they aspire to. Middle-class values are values that are common to most Canadians and from all backgrounds: they believe in working hard to get ahead and hope for a better future for their children. Middle-class families also aspire to a lifestyle that typically includes adequate housing and health care, educational opportunities for their children, a secure retirement, job security, and adequate income for modest spending on leisure pursuits, among other characteristics. The income required to attain such a lifestyle can vary greatly based on Canadians’ specific situations, e.g., whether they face child care expenses or whether they live in large cities where housing tends to be more expensive.
As a result, it is not possible to pin down a specific income range that would capture everyone who is in the middle class and exclude everyone who is not. In addition, Canada has no official statistical measure of what constitutes the middle class.

Question No. 663--
Mr. Dave MacKenzie:
With regard to the RCMP ceremonial guard at the Canada 2020 reception at the Renwick Gallery in Washington, D.C., on March 9, 2016: how much did Canada 2020 pay the RCMP for the ceremonial guard?
Response
Hon. Ralph Goodale (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Mr. Speaker, Canada 2020 did not pay the RCMP, but they covered all travel-related expenses.

Question No. 671--
Mrs. Sylvie Boucher:
With regard to the proposed Canada Infrastructure Bank: what contingency plans does the government have in the event that private-sector funding for the Bank is either unavailable or withdrawn?
Response
Hon. Amarjeet Sohi (Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Mr. Speaker governments in Canada cannot address all of the country’s infrastructure needs alone. Large institutional investors, such as Canada’s public pension funds, have a large pool of capital that the infrastructure bank can help attract and leverage to meet the country’s infrastructure requirements.
The Advisory Council on Economic Growth’s report on infrastructure released in October 2016 highlights that given the historically low and, in many cases, negative interest rate environment, there is an abundance of institutional capital around the world waiting to be deployed. The report broadly illustrates this point in noting that there is approximately $11.7 trillion “parked” in negative-yield bonds.
The report also states that pension funds and sovereign wealth funds have approximately $170 billion invested in infrastructure. The infrastructure investment potential for these institutional investors is estimated at $1.7 trillion to $2.5 trillion, representing 10 to 14 times the level of current investment.
Canada is a stable country with fiscal room for significant investment and a well-grounded system in place. Furthermore, Canada has a long and solid tradition of partnering with the private sector, with a solid reputation in developing and leading in public-private partnership projects. Thus, Canada is well positioned to attract its share of the large amounts of capital that the private sector is seeking to invest in infrastructure.
The Canada infrastructure bank will be responsible for investing at least $35 billion on a cash basis from the federal government into large infrastructure projects that contribute to economic growth, through direct investments, loans, loan guarantees and equity investments. Part of this amount—$15 billion—will be sourced from the announced funding for public transit, green infrastructure, social infrastructure, trade and transportation, and rural and northern communities. An additional $20 billion in capital will be available to the Canada infrastructure bank for investments, which will result in the bank holding assets in the form of equity or debt. This $20 billion will therefore not result in a fiscal impact on the government.

Question No. 672--
Mrs. Sylvie Boucher:
With regard to the 59 different expense claims made by the exempt staff of the Minister of International Development for trips to Sherbrooke, Quebec, between November 20, 2015 and August 30, 2016, as listed on proactive disclosure: (a) what are the details of any official government business which occurred on each trip, broken down by specific event or meeting; and (b) what government business related to the Minister’s International Development portfolio occurred on each trip, broken down by specific event or meeting?
Response
Hon. Marie-Claude Bibeau (Minister of International Development and La Francophonie, Lib.):
Mr. Speaker, 55 of the 59 claims submitted as listed in the proactive disclosure are transportation related. Despite the significant distance between Ottawa and the riding of Compton--Stanstead, there are very limited flight or train options to travel. The most cost-efficient solution is to use the driver provided by the department for transportation.
Further details are provided in the “Policies for Ministers’ Offices--January 2011”, available online at http://www.tbs-sct.gc.ca/hgw-cgf/structure/pgmo-pldcm/pgmo-pldcmtb-eng.asp

Question No. 673--
Mr. Matt Jeneroux:
With regard to studies conducted by the government about the impact a carbon tax will have on food and grocery prices, since November 4, 2015: (a) have any studies been conducted regarding the increase in food and grocery prices as a result of a carbon tax; and (b) what are the specific details for all studies in (a) including (i) date of completion, (ii) title, (iii) file number, (iv) summary of conclusions?
Response
Hon. Bill Morneau (Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, at the first ministers meeting on December 9, 2016, most provinces and territories agreed to implement the pan-Canadian framework on clean growth and climate change. The framework includes a pan-Canadian approach to pricing carbon pollution, such that carbon pricing will be implemented across the country by 2018. Provinces and territories have the flexibility to choose between two systems: a direct price on carbon pollution or a cap and trade system. British Columbia, Alberta, Ontario, and Quebec, representing over 80 per cent of the population, have already implemented or have introduced legislation to implement carbon pricing.
The federal government will introduce a backstop pricing system that will apply in jurisdictions that do not meet the national carbon pricing benchmark. The revenues from pricing carbon pollution will remain in the province or territory where they originate. Each jurisdiction can use carbon pricing revenues according to their needs, including to address impacts on vulnerable populations and sectors, and to support climate change and clean growth goals.
The impact of pricing carbon pollution on food and grocery prices in Canada will depend on the approaches taken individually by provinces and territories in implementing a carbon price that meets the pan-Canadian benchmark for carbon pricing, as well as the decisions made regarding how revenues from carbon pricing will be used.
An overview of the analysis of the environmental and economic impacts of the pan-Canadian framework can be accessed on the Canada.ca website at the following address: https://www.canada.ca/en/services/environment/weather/climatechange/climate-action/economic-analysis.html.

Question No. 676--
Mr. Harold Albrecht:
With regard to the submission from the Canadian Medical Association (CMA) to the Standing Committee on Finance which recommends exempting group medical structures and health care delivery from Budget 2016’s proposed changes: (a) has the Department of Finance done a cost analysis on this recommendation, and if so, what were the results; (b) does the government plan on implementing the CMA recommendation; and (c) what is the rationale for the decision in (b)?
Response
Hon. Bill Morneau (Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), the department has not done a cost analysis for the recommendation made by the CMA.
With regard to (b), implementing CMA’s recommendation would be inconsistent with the intent of the amendments, which clarify that each small business is entitled to one small business deduction.
With regard to (c), the government is committed to ensuring tax fairness for all Canadians and businesses so that everyone pays their fair share. This includes ensuring that private corporations are not being used to inappropriately reduce tax obligations for high-income earners. The Budget Implementation Act, 2016, No. 2 amended the Income Tax Act to address certain tax planning arrangements that could allow access to the small business tax rate in unintended circumstances. It ensures, for example, that if the $500,000 income limit is intended to be shared among partners in a small business partnership, the partners cannot multiply the limit. The amendments will only affect structures that attempt to multiply access to the small business deduction through the use of a partnership or corporation. It will not affect certain alternative structures that are available for group operations, such as cost-sharing arrangements.

Question No. 680--
Mr. Martin Shields:
With regard to civil aviation enforcement actions by Transport Canada: (a) how many operators currently do not have the confidence of Transport Canada, and specifically the confidence of Prairie and Northern Region (PNR) Civil Aviation and are considered to not be operating safely; and (b) what specific actions have been taken by Transport Canada or PNR to address the assessment on the final page of the Minister’s transition binder that “minimal compliance with regulations has proven to be insufficient to deem these operators safe”?
Response
Hon. Marc Garneau (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, continually improving aviation safety in Canada is a priority. As such, the Government of Canada does not hesitate to take the necessary actions to keep Canada’s skies safe. With respect to civil aviation enforcement actions by Transport Canada and question (a), when Transport Canada believes an operator is operating unsafely, it immediately takes action to require the operator to correct the issue or, if deemed appropriate, it suspends the operator’s operating certificate until the situation can be corrected. All Canadian air operators are treated in this manner across the country.
With respect to (b), Transport Canada suspends or cancels an operator’s operating certificate when it believes they are operating unsafely. A suspended operator cannot operate until they demonstrate that they have met the conditions of reinstatement.
In the public interest, Transport Canada cancelled the air operator certificate of one company, prohibiting them from operating aircrafts commercially due to the company’s inability to sustain the required level of compliance needed to maintain safe operation. The air operating certificate was cancelled after Transport Canada conducted a comprehensive review of the company’s full compliance and safety record.
Transport Canada also suspended a second operator, as deficiencies were identified in the company’s operational and maintenance control. After being suspended, Transport Canada approved corrective action plans developed by the company. As a result, Transport Canada reinstated the company’s air operator certificate. Following their reinstatement, the company was placed in enhanced monitoring to enable department officials to closely monitor the implementation and effectiveness of the corrective actions. Transport Canada continues to monitor the company to ensure that its corrective action remains in place and is effective.
Transport Canada takes its aviation safety oversight role very seriously and expects every air operator to fully comply with aviation safety requirements. When air operators fail to comply with regulations, Transport Canada will take action in the interest of public safety.

Question No. 684--
Mr. Robert Aubin:
With regard to the International, Large Business and Investigations Branch of the Canada Revenue Agency, since it was created in April 2016: (a) how many employees have been assigned to it; (b) what has been its operating budget; (c) how many taxpayer audits have been active; (d) of the audits in (c), how many have been referred to the Criminal Investigations Program or the Public Prosecution Service of Canada; (e) of the audits in (d), how many have been or are before the courts; and (f) of the cases before the courts in (e), how many have resulted in convictions?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), the international, large business and investigations branch, ILBIB, was formerly part of the larger compliance programs branch, CPB. ILBIB was created in April 2016 to provide more focus on international tax audit, aggressive tax planning, criminal investigations and the development of strategies to combat international tax evasion and aggressive tax avoidance. As of June 29, 2016, the most recent date for which current information is available, ILBIB had 2,654 full time equivalents FTEs.
With regard to (b), ILBIB has an annual operating budget of $271,283,229, which includes funding from budget 2016 related to the cracking down on tax evasion and tax avoidance commitment.
With regard to (c), since April 2016, there have been 15,602 active audits in ILBIB, of which 5,184 audits were completed as of November 25, 2016, the most recent date for which current information is available. Please note that many of the completed and active files were created in the former CPB, prior to the creation of ILBIB.
With regard to (d), while the CRA is able to provide the number of new criminal investigations opened since April 1, 2016, it cannot do so in the manner requested (i.e., with respect to the data provided in part (c)). Since April 1, 2016, 56 new criminal investigations have been opened. Criminal investigations can be complex and require months or years to complete. This will be dependent on the complexity of the case, the number of individuals involved, the availability of information or evidence, cooperation or lack thereof of witnesses or the accused, and the various legal tools that may need to be employed to gather sufficient evidence to establish a case beyond reasonable doubt.
None of the 56 have been referred to the Public Prosecution Service of Canada, PPSC, in the nine months of the scope of the question. Generally speaking, whether or not a file is accepted for criminal investigation and possible subsequent prosecution is based on many factors, including the evidence to establish that a crime has been committed and the likelihood of securing a conviction if charges are laid. The criminal investigations program investigates suspected cases of tax evasion, fraud, and other serious violations of tax laws and recommends to the PPSC cases for possible prosecution where an investigation has been carried out and where evidence accumulated indicates guilt beyond a reasonable doubt.
With regard to (e) and (f), for the reasons outlined in part (d), since April 1, 2016, no files are before the courts and, consequently, there have been no convictions.

Question No. 688--
Ms. Karine Trudel:
With regard to the audits conducted by the Canada Revenue Agency concerning international tax evasion, since January 1, 2006: (a) how many cases have resulted in a negotiated settlement, broken down by (i) year, (ii) amount of the penalties imposed, (iii) interest charged?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, please note that as of April 2014, through the creation of the offshore compliance division, the CRA began to track offshore related audits that resulted in a negotiated settlement. For this reason, the CRA is only able to provide data from that date. Information prior to April 2014 is not available in the manner requested (i.e., by year, since January 1, 2006).
The CRA strives for effective and efficient resolution of audit issues, on the basis of facts, and only settles files on a principled basis in accordance with legislation that it administers (the Income Tax Act, Excise Tax Act, and other fiscal legislation). Reaching an agreement with the taxpayer has numerous potential benefits, such as the reduction of litigation risk and costs, taxpayer agreement to the taxability of the income earned, consistency in resolution of complex issues, and the commitment by the taxpayer to pay the liability within a specific time frame.
With regard to part (a)(i), since 2014, 34 of the over 293 tax audits of offshore non-compliance resulted in a settlement.
With regard to part (a)(ii), these 34 audit cases settled resulted in over $6 million in federal taxes assessed and $3.8 million in penalties. In total, the 293 audits yielded $155 million in federal tax and penalties assessed.
With regard to part (a)(iii), the CRA does not track the interest charged from the negotiated settlements noted above.

Question No. 694--
Mr. Pierre-Luc Dusseault:
With regard to the Canada Revenue Agency’s Offshore Tax Informant Program (CRA) (OTIP), since its creation in 2014: (a) what have the CRA’s operating costs for this Program been; (b) how many leads have been provided under OTIP; (c) of these leads, how many resulted in audits; (d) what sums were recovered by the CRA as a result of OTIP; (e) what was the amount of each award given to OTIP informants; and (f) what percentage of the amounts recovered did the awards to OTIP informants represent?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with respect to the above-noted question, what follows is the response from the Canada Revenue Agency, CRA. The offshore tax informant program, OTIP, was launched on January 15, 2014, as part of the CRA’s efforts to fight international tax evasion and aggressive tax avoidance. OTIP allows the CRA to make financial awards to individuals who provide information related to major international tax non-compliance that leads to the collection of taxes owing.
Individuals who wish to participate in the OTIP and who have specific and credible information about a situation of major international tax non-compliance are recommended to first contact the OTIP hotline. During the call, the CRA discusses how the program works on a no-names basis. If it appears that the case generally meets the criteria, individuals are provided with a case number and instructions on how to submit the information to the program. Information that the CRA receives is collected under the authority of federal tax legislation and will be used to determine if there is non-compliance with Canada's tax laws. Where the CRA determines that the submission does not meet the program criteria or qualify for a reward, the CRA can still use this information for other purposes in carrying out its mandate to ensure that all taxpayers pay the correct amount of tax under the law. The information provided can be referred to other program areas for compliance action.
More information is available on the CRA website: http://www.cra-arc.gc.ca/gncy/cmplnc/otip-pdife/sbmt-eng.html.
In response to part (a), from January 2014 up to November 2016, the date to which current figures are available, the CRA’s operating costs for the offshore tax informant program, OTIP, are $1,866,090.
In response to part (b), as of November 30, 2016, the date to which current figures are available, the OTIP has received 398 written submissions; 127 are active submissions, of which the OTIP has entered into over 20 contracts with informants and are reviewing the balance. Of the 271 cases that did not qualify under the OTIP, 94 have been closed and 177 were referred to other areas within the CRA for possible compliance action.
In response to part (c), of the leads received in part (b) through the OTIP, the CRA has completed or is currently conducting audits involving over 218 taxpayers.
In response to part (d), while the CRA is unable to confirm the amount recovered, to date, the CRA has reassessed more than $1 million in federal tax and foreign reporting penalties as a result of information submitted to the OTIP. As these are multi-year audits, this represents a small number of the over 218 taxpayers that were or are currently under audit.
In response to part (e), an individual, or “informant”, must be eligible for the offshore tax informant program, OTIP. Information about the eligibility for the offshore tax informant program is available on the CRA website: http://www.cra-arc.gc.ca/gncy/cmplnc/otip-pdife/lgblty-eng.html.
An OTIP analyst will consider the information provided by the informant, evaluate the merits of the case, and make a recommendation about inclusion in the program. If a case is recommended for inclusion in the program, it is referred to an oversight committee of senior management representatives for approval to enter into a contract. Once approved, the informant and the CRA will enter into a contract. A payment can be denied and a contract can be terminated in certain situations. The CRA works to conclude the process as efficiently as possible. However, it may take several years from the date of entering into a contract with the CRA until the additional federal tax is assessed, the taxpayer's appeal rights have expired, and the amount owing is collected.
The CRA has entered into over 20 contracts with informants and others are in process; however, for the reasons noted above, no rewards have been paid to date.
In response to part (f), for the reasons noted in part (e), the CRA has not paid any awards to date. However, under the OTIP, if the CRA assesses and collects more than $100,000 in additional federal tax, the amount of the reward will be between 5% and 15% of the federal tax collected, not including interest or penalties.

Question No. 697--
Mrs. Kelly Block:
With regard to the carbon pricing plan announced by the Prime Minister: (a) has the government produced any economic impact studies on the impact of a $50 per tonne carbon price on the following sectors (i) commercial aviation, (ii) freight rail, (iii) passenger rail, (iv) marine shipping; and (b) if the answer to (a) is affirmative, what are the details of each study, including (i) dates and duration of each study, (ii) who conducted each study, (iii) findings of each study?
Response
Hon. Bill Morneau (Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, at the first ministers’ meeting on December 9, 2016, most provinces and territories agreed to implement the pan-Canadian framework on clean growth and climate change. The framework includes a pan-Canadian approach to pricing carbon pollution, such that carbon pricing will be implemented across the country by 2018. Provinces and territories have the flexibility to choose between two systems: a direct price on carbon pollution or a cap and-trade system. British Columbia, Alberta, Ontario, and Quebec, representing over 80%of the population, have already implemented or have introduced legislation to implement carbon pricing.
The federal government will introduce a backstop pricing system that will apply in jurisdictions that do not meet the national carbon pricing benchmark.
The revenues from pricing carbon pollution will remain in the province or territory where they originate. Each jurisdiction can use carbon pricing revenues according to their needs, including to address impacts on vulnerable populations and sectors and to support climate change and clean growth goals.
The impact of pricing carbon pollution on commercial aviation, freight rail, passenger rail, and marine shipping in Canada will depend on the approaches taken individually by provinces and territories in implementing a carbon price that meets the pan-Canadian benchmark for carbon pricing, as well as the decisions made regarding how revenues from carbon pricing will be used.
An overview of the analysis of the environmental and economic impacts of the pan-Canadian framework can be accessed on the Canada.ca website at the following address: https://www.canada.ca/en/services/environment/weather/climatechange/climate-action/economic-analysis.html.

Question No. 702--
Mr. Gordon Brown:
With regard to Canada Border Services Agency (CBSA): what are the file numbers of all ministerial briefings or departmental correspondence between the government and CBSA since November 4, 2015, broken down by (i) minister or department, (ii) relevant file number, (iii) correspondence or file type, (iv) date, (v) purpose, (vi) origin, (vii) intended destination, (viii) other officials copied or involved?
Response
Hon. Ralph Goodale (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Mr. Speaker, a preliminary search was done in ccmMercury, the file tracking system of the Canada Border Services Agency, CBSA, to find the file numbers of all ministerial briefings or departmental correspondence between the government and the CBSA since November 4, 2015. As a result of the volume and the processing required to provide the detail requested, the CBSA cannot produce a response by the specified deadline.

Question No. 725--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to the political activities regime set out in the Public Service Employment Act: (a) how many allegations of improper political activities were reported between October 2015 and December 2016, broken down by department; (b) of the reports listed in (a), how many investigations were performed, broken down by department; (c) of the investigations listed in (b) how many resulted in disciplinary action, broken down by department; and (d) of the investigations listed in (b), how many were initiated by the Deputy Minister, the Associate Deputy Minister, and other management level officials?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, in response to (a), from October 1, 2015, to December 6, 2016, the Public Service Commission received five allegations of improper political activities concerning employees from Shared Services Canada, the Canada Revenue Agency, the Department of National Defence, the Department of Justice, and Natural Resources Canada.
In response to (b), of these allegations, two investigations were launched In processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act, and certain information has been withheld on the grounds that the information constitutes personal information.
In response to (c), to date, no disciplinary action has been ordered by the commission regarding these investigations. One of these investigations was discontinued, while the other one is still ongoing. In processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act, and certain information has been withheld on the grounds that the information constitutes personal information. Disciplinary action can also be taken by the employee’s home department under the deputy head’s authority. The Public Service Commission does not collect data related to disciplinary action taken by departments
In response to (d), both investigations were initiated by managers.

Question No. 726--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to public service staffing and the Veterans Hiring Act: (a) how many veterans have been hired since October 19, 2015; (b) how many veterans applied; and (c) how many veterans were rejected, and what were the reasons for each rejection, in list format?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), a total of 266 veterans were hired since October 19, 2015, of which 255 were statutory or regulatory priorities. This data originates from the Public Service Commission’s priority information management system. It includes appointments from organizations subject to the Public Service Employment Act, as well as appointments using similar criteria at the Canada Revenue Agency. In addition, 11 were through preference and mobility provisions. Information on preference and mobility appointments is available up to March 31, 2016.
With regard to (b), a total of 1,350 veterans submitted 3,813 applications from October 19, 2015 to November 30, 2016. This includes applications to organizations subject to the PSEA, based on the closing date of the advertisement. Cancelled advertisements are excluded. Some veterans submitted multiple applications. Due to information being captured through monthly extracts, applicant data is only available up until November 30, 2016.
With regard to (c), of the 3,813 veteran applications, 457 were screened out of internal and external appointment processes from October 19, 2015 to November 30, 2016 for the following reasons: 420 applications did not meet the screening requirements identified for the job opportunity, 30 applications did not meet the unsupervised Internet test requirements identified for the job opportunity, six applications did not indicate that the applicant was residing or employed in the specified radius identified for the job opportunity at the time they submitted their application, and one application did not meet the experience requirements identified for the job opportunity. This data originates from the Public Service Commission’s public service resourcing system, PSRS. Decisions on the remaining applications were made by the hiring organizations at later stages in the appointment process and may have been based on assessment tools such as written examinations, interviews or references.

Question No. 734--
Mr. Robert Kitchen:
With regard to the government's proposal for the Canadian Infrastructure Bank: (a) what will be the corporate structure of the bank; (b) how much funding will the government provide to the bank; (c) how much in loan guarantees will the government, including any federal agency, provide to the bank; (d) how much private investment is needed to ensure the sustain the bank; (e) what is the value of all firm financial commitments the government received to the bank from private investments so far; (f) are there any requirements that private investments in the Canadian Infrastructure Bank come from Canadian firms; (g) will the Canadian Infrastructure Bank allow investments from individuals or groups with ties to the Chinese government; (h) will the Canadian Infrastructure Bank allow investments from individuals or groups with ties to other foreign governments; and (i) will the Canadian Infrastructure Bank allow investments from individuals or groups with ties to a listed terrorist group?
Response
Hon. Amarjeet Sohi (Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Mr. Speaker, the 2016 fall economic statement announced the investing in Canada plan, proposing to invest over $180 billion over 12 years, starting in 2017-18, in public transit, green infrastructure, social infrastructure, transportation that supports trade, and Canada’s rural and northern communities. As part of this plan, the government is proposing the creation of a Canada infrastructure bank that will work with provinces, territories, and municipalities to further the reach of the government funding directed to infrastructure. The Canada infrastructure bank, federal and provincial/territorial governments, and investors will work together to identify potential projects and identify investment opportunities that provide the biggest economic, social, and environmental returns.
The Canada infrastructure bank will make investments in revenue-generating infrastructure projects and plans that contribute to the long-term sustainability of infrastructure across the country. It will be mandated to work with project sponsors to structure, negotiate, and deliver federal support for infrastructure projects with revenue-generating potential; use innovative financial tools to invest in national and regional infrastructure projects and attract private sector capital to public infrastructure projects; serve as a single point of contact for unsolicited proposals from the private sector; and improve evidence-based decision making and advise governments on the design and negotiation of revenue-generating infrastructure projects.
Regarding the corporate structure of the Canada infrastructure bank, it will be accountable to, and partner with, government, but will operate at greater arm’s length than a department. It will work with provincial, territorial, municipal, indigenous, and investment partners to transform the way infrastructure is planned, funded, and delivered in Canada.
In terms of funding and investments, the Canada infrastructure bank will be responsible for investing at least $35 billion on a cash basis from the federal government into large infrastructure projects that contribute to economic growth through direct investments, loans, loan guarantees, and equity investments. Part of this amount, $15 billion, will be sourced from the announced funding for public transit, green infrastructure, social infrastructure, trade and transportation, and rural and northern communities. An additional $20 billion in capital will be available to the Canada infrastructure bank for investments, which will result in the bank holding assets in the form of equity or debt. This $20 billion will therefore not result in a fiscal impact for the government.
Regarding potential private sector investments in Canada’s public infrastructure, the Investment Canada Act provides for the review of significant direct acquisitions of control of Canadian businesses by foreign investors for their likely economic net benefit to Canada. The act also provides for the review of foreign investments that could be injurious to national security.
The government will announce further details on the investing in Canada plan through budget 2017.

Question No. 737--
Ms. Marilyn Gladu:
With regard to any federal payments made, or to be made, as a result of the decision by the Ontario government to cancel a project with Windstream Energy LLC: (a) what is the current amount of federal funds which are slated to be delivered to Windstream Energy LLC as a result of the related NAFTA ruling; (b) what steps is the government planning or considering in order to recover the money from the individuals involved; (c) has the government asked any of the following individuals or entities for repayment on behalf of Canadian taxpayers, (i) the former Premier of Ontario, Dalton McGuinty, (ii) the current Premier of Ontario, (iii) the Liberal Party of Ontario, (iv) any of the individuals facing charges in relation to the cancellation of the project, or in relation to the deletion or destruction of related emails; (d) does the government have any plans to take legal action against any individuals in order to recover the federal funds required as a result of the NAFTA ruling; (e) if the answer to (d) is affirmative, what are the details of any action the government is planning to take?
Response
Hon. François-Philippe Champagne (Minister of International Trade, Lib.):
Mr. Speaker, on September 30, 2016, the NAFTA Chapter 11 tribunal constituted to hear Windstream v. Canada issued its final award, which awarded the claimant, Windstream Energy LLC, $25,182,900 in damages and $2,912,432 in costs.
This award is but a small fraction of the damages requested as the majority of the company’s claims were dismissed by the tribunal. Post-award interest, as agreed to by the parties, is also payable. The public version of the award is available here at www.pcacases.com/web/sendAttach/2036. The Government of Canada is currently in consultation with the Government of Ontario with regards to payment details.
This dispute represents a very small portion of the billions in investments that Canada attracts and the billions that Canadian companies invest abroad.

Question No. 740--
Hon. Ahmed Hussen:
With regard to Lt. Gen. Michael Hood’s testimony at the Senate Standing Committee for National Security and Defence in which he indicated that our NORAD and NATO commitments were previously being met, but a policy change which required meeting these commitments concurrently resulted in a requirement to increase the number of fighters available: (a) who made this policy change; (b) was Lt. Gen. Hood consulted prior to the decision to make this change; (c) if the answer to (b) is in the negative, what is the rationale; (d) on what basis or recommendation was this policy change made; (e) on what date was this policy change made; (f) why was this change made before the completion of the government’s Defence Policy Review; (g) what is the rationale for this policy change; (h) since November 3, 2015, has the Armed Forces’ policy requirements changed for the (i) Chinook helicopter fleet, (ii) CP-140 Aurora surveillance plane fleet, (iii) Griffin helicopter fleet, (iv) Sea King helicopter fleet, (v) C-17 Globemaster fleet, (vi) C-130 Hercules fleet; (i) if the answer to any part of ( h) is affirmative (i) what was the change, (ii) who made it, (iii) on what basis or recommendation was it made, (iv) on what date was it made, (v) why was it made before the completion of the government’s Defence Policy Review, (vi) what is the rationale for it; (j) what are the estimated additional operational costs of this policy change; (k) what is the total number of fighter jets required for the Royal Canadian Air Force (RCAF) to implement this policy change; (l) what will be the result of this policy change with respect to the RCAF’s NATO contributions; and (m) what is the expected result of this policy change with respect to the RCAF’s NORAD contributions?
Response
Hon. Harjit S. Sajjan (Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada has made the decision to no longer risk manage our ability to simultaneously meet our NORAD and NATO commitments. Canada’s current CF-18 fighter aircraft fleet is now more than 30 years old and down from 138 to 76 aircraft. Canada has been risk managing its ability to meet these commitments for a number of years. The government is no longer willing to accept this risk, and is consequently exploring the acquisition of an interim fleet of Super Hornet aircraft to supplement the CF-18 fighter aircraft fleet until the permanent replacement arrives. This decision was announced on 22 November 2016.
By taking action now, the government will ensure that our defence needs will continue to be met in both the short- and long-term, and that Canada remains a credible and dependable ally. In making this decision, advice to the Minister of National Defence was funneled through his two main advisors, the chief of the defence staff and the deputy minister.
The specific information requested about on what basis or recommendation this policy change was made constitutes advice to ministers and is cabinet confidence.
Since 3 November 2015, there have been no changes to policy requirements for any of the other fleets of the Royal Canadian Air Force listed in the question.
Canada has obligations to the North American Aerospace Defense Command, NORAD, and to the North Atlantic Treaty Organization, NATO, to be ready to deploy a fighter capability. Specifically, Canada has committed six fighter aircraft on standby to the NATO Response Force. The number of Canadian fighter aircraft committed to NORAD is classified. However, the number of mission-ready fighter jets Canada can concurrently provide to these organizations is fewer than the sum of these obligations could demand, which means, as a result, that the Royal Canadian Air Force, RCAF, faces a capability gap.
Details on the permanent fleet size and the anticipated costs will be defined by the defence policy review and budget 2017.

Question No. 741--
Mr. Pierre Paul-Hus:
With regard to the statement made in the House of Commons by the Minister of National Defence on November 23, 2016, that on September 11, 2001, Canada had to “put every single fighter up in the air”: (a) how many of Canada’s CF-18s flew sorties on September 11, 2001; (b) how many of Canada’s CF-18s were put on readiness on September 11, 2001; and (c) were any of Canada’s CF-18s diverted from their NATO obligations on September 11, 2001?
Response
Hon. Harjit S. Sajjan (Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, on September 11, 2001, in response to terrorist attacks against the United States, the North American Aerospace Defense Command, NORAD, took control of Canadian and American airspace and mobilized assets to address the threat. The airspace in both Canada and the United States was shut down, and all airborne civilian and military aircraft were ordered to land at the nearest suitable airfield.
In Canada, all NORAD rapid reaction assets were immediately deployed, primarily to escort international air traffic to coastal airfields. Throughout the day, the Royal Canadian Air Force, RCAF, recalled personnel and prepared combat capable, mission-ready air assets in response to the uncertain security situation. The RCAF continued to generate forces at the two main operating bases, Canadian Forces Base Bagotville and Canadian Forces Base Cold Lake, until each base reached its maximum operating capacity. NORAD has responsibility for detailed information related to operations on September 11, 2001, and has classified information related to the number of sorties flown that day.
Readiness is a measure of how prepared the Canadian Armed Forces are to deploy, and readiness levels are always classified. In processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act, and certain information has been withheld on the grounds that the information relates to national security, defence and international affairs. In keeping with the principles of these acts, while we are in a position to state that all NORAD rapid reaction assets in Canada were deployed, specific details such as the number of aircraft fuelled and armed or the number of sorties flown on September 11, 2001 cannot be released.
A review of our historical data found no record of CF-18s being diverted from their North Atlantic Treaty Organization, NATO, obligations, specifically on September 11, 2001.

Question No. 742--
Mr. Pierre Paul-Hus:
With regard to the deletion from the Department of National Defence’s website of the Defence Research and Development Canada June 2014 report in relation to fighter jets: (a) when was the report deleted from the website; (b) who ordered the deletion; (c) when was the Minister or his office made aware of the deletion; (d) did the Minister or his office approve the deletion, and if so, on what date; (e) what is the rationale behind the decision to delete the report; and (f) what are the details of any briefing notes, memorandums, or other dockets related to the deletion of said report including (i) date, (ii) sender, (iii) recipient, (iv) title, (v) summary, (vi) file number?
Response
Hon. Harjit S. Sajjan (Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, the report was removed from the website on November 4, 2016.
The director of staff, strategic joint staff, ordered the deletion of the report.
The minister and the minister’s office became aware of the deletion after the Department of National Defence had taken action to remove the report from the website.
Neither the minister, nor the minister’s office, approved the deletion of the report. The Department of National Defence did not seek the minister’s approval.
Given the current threat environment, the director of staff, strategic joint staff, judged the information contained in the report should no longer remain public.
No briefing notes, memorandums or dockets were produced on the subject.

Question No. 744--
Hon. Candice Bergen:
With respect to the mydemocracy.ca website: (a) what are the details of the membership of the advisory panel who decided on the questions, including for each individual their (i) name, (ii) title, (iii) affiliation; (b) what is the breakdown of expected costs associated with the postcards promoting the website, including (i) postage, (ii) printing, (iii) preparation, (iv) other costs broken down by individual cost; (c) what was the total cost of the development of the website, broken down by individual line item; (d) did the Minister of Democratic Institutions approve the questions on the website, and if so, on what date did the Minister approve the questions; and (e) on what date were the questions (i) finalized by the advisory panel, (ii) submitted to the Minister for approval?
Response
Hon. Karina Gould (Minister of Democratic Institutions, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part a) of the question, Vox Pop Labs developed the questions, in consultation with the Government of Canada and an advisory panel of prominent scholars in areas such as research design, survey methodology, and electoral politics. The panel members included the following academics: André Blais, professeur titulaire, Université de Montréal; Elisabeth Gidengil, Hiram Mills professor, McGill University; Richard Johnston, professor, University of British Columbia; Peter Loewen, associate professor, University of Toronto; Scott Matthews, associate professor, Memorial University; Jonathan Rose, associate professor, Queen’s University; Laura Stephenson, associate professor, Western University; and Melanee Thomas, assistant professor, University of Calgary.
The members of the academic advisory panel issued a statement that can be found at: http://individual.utoronto.ca/loewen/Electoral_Reform_files/statement%20advisory%20board%20FINAL.pdf.
With regard to part b), the Government of Canada wanted to engage as many Canadians as possible in a conversation about electoral reform. Postcards were sent to every Canadian household inviting them to participate in MyDemocracy.ca. The breakdown of expected costs for the postcards includes $1,673,921.08 for postage and a total of $295,128 for the printing and preparation of the cards, which were done by the same firm. There were no other individual costs.
With regard to part c), the contract with Vox Pop Labs for the development of the application along with analysis and reporting of results is expected to cost $369,058.00, including HST.
With regard to part d), the final approval of the questions included in MyDemocracy.ca was given in November 2016.
With regard to part e), Vox Pop Labs developed the questions, in consultation with the Government of Canada and an advisory panel of prominent scholars in areas such as research design, survey methodology, and electoral politics.
The process for developing, reviewing, and providing feedback on questions was an iterative, consultative, and collaborative process. Final approval for the questions included in MyDemocracy.ca was given in November 2016.

Question No. 755--
Ms. Irene Mathyssen:
With regard to Veterans Affairs Canada what is: (a) the criteria for benefits for veterans with injuries or disease due to exposure to toxic chemicals, including, but not limited to, (i) asbestos, (ii) lead, (iii) lubricants, (iv)cleaners, (v) chemical spraying, (vi) spraying at CFB Gagetown, (vii) depleted uranium, (viii) radiation, (ix) other chemicals; (b) the number of claims that have been made for exposure to toxic chemicals, including, but not limited to, (i) asbestos, (ii) lead, (iii) lubricants, (iv) cleaners, (v) chemical spraying, (vi) spraying at CFB Gagetown, (vii) depleted uranium, (viii) radiation, (ix) other chemicals; and (c) the number of successful claims for toxic chemicals exposure, including, but not limited to, (i) asbestos, (ii) lead, (iii) lubricants, (iv) cleaners, (v) chemical spraying, (vi) spraying at CFB Gagetown, (vii) depleted uranium, (viii) radiation, (ix) other chemicals?
Response
Hon. Kent Hehr (Minister of Veterans Affairs and Associate Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part a), a diagnosed medical condition and evidence that the condition or disability is related to military service is required to receive a disability benefit from Veterans Affairs Canada. Canadian Armed Forces members and veterans with a disability associated with exposure as a result of military service or any other service-related disability are encouraged to apply for disability benefits from Veterans Affairs Canada. Additional guidance for the adjudication of disability benefit applications related to hazardous material, radiation exposure, and exposure to Agent Orange and other unregistered United States military herbicides may be found at the following website addresses: www.veterans.gc.ca/eng/about-us/policy/document/1315 and www.veterans.gc.ca/eng/about-us/policy/document/1190.
With regard to b) and c), toxic chemicals are not a condition but rather a potential cause to other conditions. Veterans Affairs Canada does not track the causes of the conditions, only the conditions themselves. As a result, Veterans Affairs Canada is unable to provide the data requested.

Question No. 757--
Mr. Jim Eglinski:
With regard to projects funded by the government on the O’Chiese First Nation: (a) what is the total value of invoices which have been received but not paid as of December 7, 2016; (b) what are the details of any such invoices, including the (i) amount, (ii) date received, (iii) vendor, (iv) description of goods or services provided, (v) reason for non-payment; (c) what are the details of all correspondence between the Minister of Indigenous and Northern Affairs and the O’Chiese First Nation or the vendors regarding non-payments, including the (i) date, (ii) sender, (iii) recipient, (iv) title, (v) file number?
Response
Hon. Carolyn Bennett (Minister of Indigenous and Northern Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, insofar as Indigenous and Northern Affairs Canada is concerned, no invoices were unpaid as of December 7, 2016.

Question No. 761--
Mr. Ron Liepert:
With regard to the Free 2017 Parks Canada Discovery Pass Program offered by Parks Canada: (a) how many passes have been requested as of December 7, 2016; (b) how many passes were requested by (i) individuals residing in Canada, (ii) families residing in Canada, (iii) individuals residing outside of Canada, (iv) families residing outside of Canada; (c) what has been the cost to produce the passes, broken down by (i) staff time, (ii) staff overtime, (iii) printing, (iv) design, (v) mailing, (vi) postage, (vii) other costs, indicating nature of such costs; (d) how many passes have been provided to other agencies, such as the Canadian Automotive Association or Alberta Motor Association, identifying which agencies received passes and how many passes each agency received; (e) how many passes were purchased in the 2015-2016 fiscal year and what was the total gross revenue from purchased passes; and (f) what was the cost to produce the passes in the 2015-2016 fiscal year broken down by (i) staff time, (ii) staff overtime, (iii) printing, (iv) design, (v) mailing, (vi) postage, (vii) other costs, indicating nature of such costs?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, the government is very pleased to offer free admission for all visitors to national parks, national historic sites, and national marine conservation areas operated by Parks Canada in 2017 to celebrate Canada 150.
Canada’s national parks and national marine conservation areas provide outstanding examples of our country’s natural landscapes, generate economic activity by attracting visitors from Canada and abroad, and provide Canadians with access to our natural heritage.
As Canada’s largest provider of natural and cultural tourism, Parks Canada’s destinations form important cornerstones for Canada’s local, regional, and national tourism industry. Parks Canada places are an important part of local economies, helping to generate billions of dollars annually and employ tens of thousands of people.
The millions of visitors to Canada’s national parks, national historic sites, and national marine conservation areas make a substantial and widespread contribution to the Canadian economy, through job creation and revenues generated for local businesses.
With regard to a), as of December 7, 2016, there were 377,879 pass orders for 661,925 passes.
With regard to b), Parks Canada received 360,926 orders from individuals or families residing in Canada for 632,146 passes. Parks Canada received 16,953 orders from individuals or families outside of Canada for 29,779 passes. The agency cannot differentiate between families or individuals based on orders.
With regard to c)i), the amount is $40,000. Over three months, the Discovery Pass program represented 70% of the work of two staff and 30% of the work of one staff person. No staff overtime has been incurred. Each pass costs $0.342 to produce. As of December 7, 2016, approximately 661,925 passes were ordered. Print costs would be approximately $226,378. With regard to c) iv), the amount is $2,713. No mailing costs were incurred. No postage costs were incurred. No other costs were incurred.
No passes were provided to other agencies.
The free 2017 Discovery Pass replaces both regular entry and traditional Discovery Pass sales. The total number of 2015-16 entry passes purchased, including Discovery Passes and daily entry, was 5,884,127, totalling $65,991,356 in total gross revenue. The number of Discovery Passes purchased for 2015-16 is 176,557 passes, totalling $21,435,577 in gross revenue.
With regard to f) i), the amount is $55,000 over 12 months. The Discovery Pass program represented 50% of the work of one staff and 20% of the work of one staff person. No staff overtime has been incurred. The cost of printing the 2016 Discovery Pass was $0.36 per pass for a total of $63,561. With regard to f) iv), the amount is $2,713. Packaging and mailing passes cost $34,250. Some 8,250 Discovery Passes were ordered for distribution by mail. With an average postal charge of $0.98 per order, the total cost was $8,085. No other costs were incurred.

Question No. 762--
Mr. Len Webber:
With regard to the list of chronic diseases maintained by the Public Health Agency of Canada: (a) why are Crohn's and colitis not included on the list; (b) when were Crohn's and colitis last reviewed for inclusion on the list; (c) what criteria do Crohn's and colitis not meet for inclusion on the list; (d) when will Crohn's and colitis next be reviewed for inclusion on the list; and (e) what is the full criteria used for determining whether a disease is included on the list?
Response
Hon. Jane Philpott (Minister of Health, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to a), the list of chronic diseases and conditions on the Public Health Agency of Canada’s website was updated in December 2016 to include Crohn’s disease and ulcerative colitis, see www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/index-eng.php. In addition, surveillance information on diagnosed inflammatory bowel disease, IBD, collected on an annual basis via Statistics Canada’s Canadian Community Health Survey, is also publicly available online via PHAC’s Chronic Disease Infobase DataCubes, see http://infobase.phac-aspc.gc.ca/cubes/index-eng.html.
With regard to b), the list of diseases and conditions was reviewed in December 2016, and PHAC’s website has been updated to include Crohn’s disease and ulcerative colitis, see www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/index-eng.php.
With regard to c), generally, the list includes those diseases and conditions on which PHAC conducts ongoing national surveillance.
With regard to d), as mentioned, the list of diseases and conditions was reviewed in December 2016, and PHAC’s website has been updated to include Crohn’s disease and ulcerative colitis, see www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/index-eng.php.
With regard to e), generally, the list includes those diseases and conditions on which PHAC conducts ongoing national surveillance. Surveillance activities are prioritized based on criteria such public health considerations, such as epidemiologic and economic burden; technical aspects, such as feasibility to collect data at the national level; validity of collection methods for the condition; alignment with PHAC’s mandate and government’s priorities; and resource availability. Surveillance experts revisit the coverage of their activities regularly, in light of these parameters.

Question No. 764--
Mr. Earl Dreeshen:
With regard to the cancellation of the Enbridge Northern Gateway: (a) what scientific data was provided with regard to the impacts of the proposed pipeline route subsequent to the approval of this project by the Joint Review Panel in 2014; (b) how did this additional scientific input contradict the science that supported the original decision by the Joint Review Panel; and (c) what were the (i) potential consequences identified by this new scientific input, (ii) the risk or likelihood that these consequences would occur, (iii) the likelihood that additional conditions or measures intended to mitigate could have reduced these risks to an acceptable level?
Response
Hon. Jim Carr (Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, in its 2014 report, the joint review panel made a non-binding recommendation to the Governor in Council on the project application. The report documents the extensive technical, scientific, traditional, and specialized information and knowledge the panel received from a variety of sources in relation to the project. In its November 25, 2016 decision, Order in Council 2016-1047, the Governor in Council directed the National Energy Board to dismiss the Northern Gateway Pipelines Limited Partnership’s application for a certificate. The National Energy Board acted on the Governor in Council’s direction on December 6, 2016, by dismissing the project application.
The Governor in Council’s decision on the project application relied on the joint review panel’s 2014 report including the scientific evidence, analysis, and data contained in that report. The report contained scientific and other evidence documenting the unique and irreplaceable nature of the ecosystem of the Great Bear Rainforest, including the Douglas Channel. The sensitivity of this ecosystem was central to the Governor in Council’s conclusion that the waters of the Douglas Channel must be protected from any spills of crude oil from tankers and was also, therefore, central to its direction to the National Energy Board to dismiss the project application. As the joint review panel did an adequate job of documenting the scientific evidence, it was unnecessary to consider additional scientific sources beyond those documented in the panel’s report.

Question No. 770--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to the initiative of the Department of Citizenship and Immigration and the Paul Yuzyk Award for Multiculturalism: (a) what is the number of nominations for the Award received in 2015 and in 2016, broken down by each of the following categories (i) youth, (ii) organization, (iii) lifetime achievement or outstanding achievement; (b) what is the number of valid candidates for each year and category referred to in (a); (c) who is the winner of the 2016 Award; and (d) what is the full and complete list of all news release and other communication or notification products used in relation to the Award?
Response
Hon. Mélanie Joly (Minister of Canadian Heritage, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part a), in 2015, (i) 4 nominations, (ii) 12 nominations, (iii) 25 nominations.
In 2016, there were no nominations received as no call for nominations was made.
With regard to part b), in 2015, (i) 3 nominations, (ii) 11 nominations, (iii) 23 nominations. Three nominations received in 2015 were incomplete and were therefore not valid.
In 2016, there were no nominations received as no call for nominations was made.
With regard to part c), the format of the Paul Yuzyk Award for Multiculturalism is being re-evaluated following the return of the multiculturalism program to the Department of Canadian Heritage.
With regard to part d), communication and notification products used in relation to the 2015 Paul Yuzyk Award included a news release on January 19, 2015,
“Nominations now being accepted for the 2015 Paul Yuzyk Award for Multiculturalism”, see http://news.gc.ca/web/article-en.do?nid=922589.
On social media, on Twitter, 44 award-related messages were posted in English and French. These were retweeted 95 times and favourited 85 times. Other Twitter users posted 40 external messages related to the Award, which were in turn retweeted 20 times and favourited six times.
On Facebook, starting in March 2015, approximately eight award posts were made before the nomination deadline. Facebook had not previously been used to promote the award because of departmental restrictions.
In email marketing, messages were sent to approximately 1,800 contacts. These encouraged nominations and provided information about the new categories.
Messages were sent on four occasions: targeted launch messages for each of the three categories, a reminder to all contacts in early March, a deadline extension notice in late March, and a targeted message to previous sponsors encouraging repeat nominations, also in late March.
Details of the award were listed on Citizenship and Immigration Canada’s website, which had responsibility for the multiculturalism program at the time.

Question No. 772--
Mr. Alain Rayes:
With regard to the Mydemocracy.ca website: (a) did the Minister of Democratic Institutions make changes to add or remove any of the questions on the survey and, if so, what specific changes were made; (b) did the exempt staff of the Minister make changes to add or remove any of the questions on the survey and, if so, what specific changes were made; (c) who made the final decision regarding which questions were included; and (d) what role did (i) academic experts, (ii) Privy Council Office officials, (iii) political staff, have in the development, approval, and implementation of the questions?
Response
Hon. Karina Gould (Minister of Democratic Institutions, Lib.):
Mr. Speaker, the response from the Privy Council Office is as follows: Vox Pop Labs developed the questions, in consultation with the Government of Canada and Vox Pop Lab’s advisory panel of prominent scholars in areas such as research design, survey methodology, and electoral politics. Inclusion of or changes to some questions was also based on empirical testing.
The process for developing, reviewing, and providing feedback on questions was an iterative, consultative, and collaborative one, but the Government of Canada was responsible for final approval of the questions.

Question No. 777--
Mr. James Bezan:
With regard to the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces' Treasury Board submissions, for each fiscal year from 2014 to present: (a) how many submissions were approved for (i) capital equipment projects, (ii) infrastructure, (iii) information management and information technology; (b) for each item in (a), what is the title and value of each submission; and (c) did any of the submissions in (b) refer to article 506.11(a) in the Agreement on Internal Trade, and if so, which ones?
Response
Hon. Harjit S. Sajjan (Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, in processing parliamentary returns, the government applies the principles of the Access to Information Act, and as such, the information requested in the question has been withheld on the grounds that it constitutes a confidence of the Queen’s Privy Council for Canada.

Question No. 782--
Mr. Michael Cooper:
With regard to the Prime Minister's Open and Accountable Government guidelines: who has the mandate to conduct an investigation into alleged breaches of the guidelines?
Response
Mr. Peter Schiefke (Parliamentary Secretary to the Prime Minister (Youth), Lib.):
Mr. Speaker, “Open and Accountable Government” sets out the Prime Minister’s expectations for his ministry. The Prime Minister may determine whether a particular minister is meeting those expectations, and whether any corrective action should be taken. Similarly, it is the responsibility of each minister to ensure that the exempt staff in his or her office are acting in accordance with guidelines applicable to those staff. Privy Council Office officials may support the Prime Minister in providing advice on how such guidance can be interpreted or applied, and how it relates to other documents or legal instruments such as the Conflict of Interest Act and the Lobbying Act. PCO officials further support the Prime Minister with respect to Governor in Council appointment processes for senior government officials.

Question No. 785--
Mr. Gérard Deltell:
How many additional full-time jobs have been created in Canada between November 2015 and November 2016?
Response
Hon. Bill Morneau (Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, between November 2015 and December 2016, 204,000 additional jobs were created in Canada, 88,100 of which were full-time jobs.

Question No. 788--
Mr. Erin Weir:
With regard to the approval of Kinder Morgan’s Trans Mountain Expansion Project: what measures, if any, do the government and the National Energy Board plan to take to ensure that it be built with Canadian-made steel?
Response
Hon. Jim Carr (Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, the National Energy Board recommendation report for the Trans Mountain expansion project does not require Kinder Morgan to purchase pipe materials, including steel, from Canadian suppliers. Country of origin is not a factor in material requirements for this project. Rather, materials must comply with the specifications and quality standards detailed in Condition 9 of the NEB’s report and the Canadian Standards Association’s oil and gas pipeline systems standards, CSA Z662, clause 5. These conditions and standards are designed to keep Canadians and their environment safe.
The proponent, Trans Mountain ULC., has stated its intent to source approximately 230,000 metric tonnes of line pipe material from a domestic supplier, which includes the use of Canadian-made steel. According to the proponent, Trans Mountain’s sourcing strategy is to maximize the amount of locally sourced pipe material, within the production capability and capacity of the domestic supplier.

Question No. 789--
Mr. François Choquette:
With regard to the recovery strategy for the Copper Redhorse (Moxostoma hubbsi) and its population in Quebec, published in 2012 by Fisheries and Oceans Canada: (a) when will the proposed regulations to identify the species’ critical habitat in southwestern Quebec be published in the Canada Gazette; and (b) when will the Order come into force?
Response
Hon. Dominic LeBlanc (Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard, Lib.):
Mr. Speaker, in response to (a), officials with the Department of Fisheries and Oceans are actively working with their colleagues in other federal departments on this matter. It is anticipated that an order would be published in the Canada Gazette as early as winter 2017.
In response to (b), orders made under subsections 58(4) and (5) of the Species at Risk Act typically enter into force after they are signed by the competent minister or ministers and formally assigned a unique number by the Privy Council Office, i.e. “registration”.

Question No. 791--
Mr. David Sweet:
With regard to changes made to capital gains taxes and mortgage insurance rules in October 2016 by the Department of Finance: (a) what analysis has been done on the effects of such changes with respect to (i) housing prices by region, (ii) construction activity, (iii) value and rate of mortgage approvals for Canadians, especially first time homebuyers, (iv) GDP and employment; and (b) for each of the analyses conducted related to (a)(i) through (a)(iv), what conclusions were reached?
Response
Hon. Bill Morneau (Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, these measures follow an in-depth analysis of the housing market conducted by the Department of Finance Canada, in conjunction with various government agencies, including the Office of the Superintendent of Financial Institutions, the Bank of Canada, and Canada Mortgage and Housing Corporation, CMHC. They were also informed by the views of the wide range of stakeholders with whom the Department of Finance and government regularly meet, including ongoing collaboration and information sharing done through a working group with provincial and municipal officials.
Prior to the announcement regarding the changes to mortgage insurance eligibility, loan-level data from recent quarters was used to determine the extent to which mortgage lending would have been affected if the new rules had already been in place. The analysis found the new restrictions could have impacted roughly 8% of recent home sales in the first year of the policy, with impacts spread across the country. This estimate did not account for adjustments buyers could make to remain in the market by using savings for a larger down payment or purchasing a cheaper home.
The potential reduction in home sales was then translated into estimated impacts on residential investment, home prices and GDP growth, finding that the measures would be a modest drag on house prices and GDP growth in the short term.
These estimates did not incorporate the impact of the measures on enhancing the long-term stability of the Canadian housing market, financial system, and economy due to more sustainable mortgage debt. The intended impact of the new stress test is to help ensure new homeowners across all provinces can afford their mortgages even if economic conditions change, such as an increase in interest rates. This requirement will help promote the stability of the Canadian housing market and economy over the long term.

Question No. 792--
M. Glen Motz:
With regard to Budget 2016: according to the most recent data available, what has been the economic and employment impact of the fiscal measures outlined on p. 256-258, both in total and broken down by specific measure?
Response
Hon. Bill Morneau (Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, overall, the fiscal measures in budget 2016 are “expected to translate into 100,000 jobs created or maintained by 2017-18.” This is based on the historical relationship between the types of spending and revenue measures announced in budget 2016, and their impact on growth in employment and real GDP in Canada.
Funding for the most substantial measures of budget 2016 began to flow into the economy in the third quarter of 2016--Canada child benefit and investments in infrastructure. Given that the estimates for economic impact included in budget 2016 were calculated based on a two-year time horizon, having only one quarter of GDP data does not provide sufficient information to assess their impact with any degree of precision.
However, employment data are available for the last two quarters of 2016. While it is not possible to attribute gains to specific budget measures, it is notable that employment gains in the last quarter of 2016--108,000 jobs--were the highest since the second quarter of 2010.

Question No. 793--
Mr. Glen Motz:
With regard to the Minister of Finance's tax expenditure review panel: (a) what materials have been developed for the review panel; (b) what are the mandate, terms, and conditions of participation in the panel; (c) what is the list of tax expenditures which have been reviewed by the panel for potential elimination; (d) does the government have any targets with respect to revenue raised and, if so, what are they; and (e) what is the net cost of each expenditure referred to in (c)?
Response
Hon. Bill Morneau (Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, in response to part (a), the review of federal tax expenditures is led by the Department of Finance Canada, with the support of a group of external advisers. The objective of the review and the role of the advisers are further explained in the response to part (b).
Advisers have been provided with internal analysis prepared by the Department of Finance Canada in the context of the review. Advisers have also been provided with general background information on federal tax expenditures.
In response to part (b), as stated by the government, the objective of the review is to ensure that federal tax expenditures are fair for Canadians, efficient and fiscally responsible--see Department of Finance Canada news release, June 17, 2016: http://www.fin.gc.ca/n16/16-077-eng.asp). This review is part of a broader government commitment to eliminate poorly targeted and inefficient programs, wasteful spending, and ineffective and obsolete government initiatives.
The review of federal tax expenditures is led by the Department of Finance Canada. To ensure that the review is informed by a range of perspectives, the following external experts have been engaged to provide advice to Department of Finance Canada officials: Robin Boadway, Queen’s University; Kim Brooks, Dalhousie University; Kevin Dancey, former CEO of CPA Canada; Luc Godbout, Université de Sherbrooke; Jinyan Li, Osgoode Hall Law School; Kevin Milligan, University of British Columbia; and Jennifer Robson, Carleton University.
Terms and conditions under which the advisers are providing advice to the Department of Finance Canada were set out in the letters of agreement between the department and the advisers. As per the statements of work attached to these letters, the advisers are expected to participate in periodic meetings, either in person or through conference calls, with other advisers and government officials; and provide advice to the Department of Finance.
The letters of agreement cover the period up to March 31, 2017. Advisers are remunerated on a per diem basis, up to maximum amounts that are set out in the letters of agreement. One adviser has declined to receive a per diem. Travel and living expenses incurred in the performance of these agreements are reimbursed by the department in accordance with the rates and conditions that are specified in the Treasury Board travel directive, up to maximum amounts that are set out in the letters of agreement. Total contract values are posted on the Department of Finance Canada website at www.fin.gc.ca/disclose-divulgation/discl_cont-eng.asp.
In addition to the above, Mr. Kevin Milligan was on assignment with the Department of Finance Canada until December 31, 2016. The terms and conditions of this assignment are set out in an Interchange Canada letter of agreement, which has been agreed upon between Mr. Milligan, his employer--the University of British Columbia--and the Department of Finance Canada. Mr. Milligan’s work during his assignment consists of special research projects directed by the Department of Finance Canada in the context of the review.
In response to part (c), as per the budget 2016 announcement, the department is undertaking a comprehensive review of tax expenditures. The scope of the review of federal tax expenditures is broad, and includes personal income tax expenditures, corporate income tax expenditures, as well as goods and services tax expenditures. The external experts who have been engaged to provide advice to Department of Finance Canada officials are providing advice in respect of all analysis performed by the department in the context of the review.
In response to part (d), the Government of Canada has not set a specific revenue target for the review of federal tax expenditures.
In response to part (e), estimates of the fiscal cost of each federal tax expenditure can be found in part 2 of the “Report on Federal Tax Expenditures” that is published annually by the Department of Finance Canada. The latest edition of this report is available on the department’s website at www.fin.gc.ca/purl/taxexp-eng.asp.

Question no 596 --
Mme Anne Minh-Thu Quach:
En ce qui concerne le programme Emplois d'été Canada: a) combien d’emplois ont été créés grâce à ce programme de 2014 à 2016, ventilés par année; b) pour chacune de ces années, combien d’emplois (i) étaient à temps plein, (ii) étaient à temps partiel, (iii) ont duré plus de 12 semaines, (iv) ont duré entre 8 et 12 semaines, (v) ont duré entre 4 et 8 semaines, (vi) ont duré moins de 4 semaines?
Response
M. Rodger Cuzner (secrétaire parlementaire de la ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'oeuvre et du Travail, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, voici le nombre d’emplois créés par le programme Emplois d’été Canada, ou EÉC: en 2014, 34 538 emplois ont été créés; en 2015, 34 470 l’ont été; et en 2016, ce sont 65 874 emplois qui ont été créés.
En ce qui concerne la partie b) de la question, en 2014, les 34 538 emplois créés étaient à temps plein et à temps partiel. En effet, les emplois doivent être à temps plein, soit d’un minimum de 30 heures par semaine jusqu’à un maximum de 40 heures par semaine.
En vertu de circonstances exceptionnelles, des étudiants handicapés ou dont d’autres barrières les empêchent d’effectuer un emploi à temps plein peuvent travailler à temps partiel. La durée estimée est basée sur des données moyennes de projets: 11 % des emplois ont duré plus de 12 semaines; 51 % des emplois ont duré entre 8 et 12 semaines; et 38 % des emplois ont duré moins de 8 semaines.
En 2015, 34 470 emplois à temps plein et à temps partiel.
La durée estimée est basée sur des données moyennes de projets: 11 % des emplois ont duré plus de 12 semaines; 66 % des emplois ont duré entre 8 et 12 semaines; et 23 % des emplois ont duré moins de 8 semaines.
En 2016, 65 874 emplois à temps plein et à temps partiel.
La durée estimée est basée sur des données moyennes de projets: 2.5 % des emplois ont duré plus de 12 semaines; 77,5 % des emplois ont duré entre 8 et 12 semaines; et 20 % des emplois ont duré moins de 8 semaines.

Question no 598 --
M. Alupa Clarke:
En ce qui concerne le Budget supplémentaire des dépenses (B) 2016-2017 et les 46,7 millions de dollars inscrits pour Travaux publics et Services gouvernementaux Canada sous « Financement pour les coûts supplémentaires liés aux opérations de rémunération suite à la mise en œuvre », comment l’ensemble de cette somme a-t-elle été utilisée, ventilé par poste et par dépense?
Response
L’hon. Judy Foote (ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, en date du 10 novembre 2016, le Budget supplémentaire des dépenses (B) n’avait pas été approuvé par le Parlement.
S’il est approuvé par le Parlement tel que présenté, Services publics et Approvisionnement Canada prévoit affecter le financement, soit 47,6 millions de dollars, comme suit: 5,7 millions de dollars seront affectés au soutien supplémentaire fourni par IBM, y compris le service de dépannage offert 24 heures sur 24, sept jours sur sept, ainsi que les améliorations apportées aux processus et aux fonctions; 22,2 millions de dollars iront à la mise en place de bureaux satellites à divers emplacements, notamment à Gatineau, Montréal, Shawinigan et Winnipeg, de même que des centres d’appels à Toronto et à Ottawa; 14,6 millions de dollars serviront à l’embauche de ressources supplémentaires afin de gérer notre bureau des plaintes, d’offrir de la formation et du soutien aux ministères ainsi que de fournir du soutien afin de s’assurer que la maintenance du système est réalisée avec un minimum de perturbation et que les systèmes qui interagissent avec Phénix fonctionnement correctement; enfin, 4,2 millions de dollars serviront de fonds de prévoyance pour régler les problèmes au fur et à mesure qu’ils surgissent.
Nous devons également obtenir les autorisations de dépenser du Conseil du Trésor.

Question no 605 --
M. Ted Falk:
En ce qui concerne les règles et les lignes directrices énoncées aux paragraphes 241.31 (3) et (3.1) du Code criminel: a) depuis le 17 juin 2016, la ministre de la Santé a-t-elle établi, en ce qui a trait à l’aide médicale à mourir, un système de surveillance et de production de rapports; b) si la réponse en a) est affirmative, quels renseignements ont été recueillis sur (i) les types de maladies pour lesquelles une telle aide est demandée, (ii) le fonctionnement adéquat des mesures de sauvegarde prévues dans la loi, (iii) le profil démographique des personnes ayant demandé ce service, (iv) tout écart régional dans la manière dont le service est exécuté au Canada, (v) le nombre de demandes d’aide médicale à mourir effectuées, qu’elles soient approuvées ou non; c) quels sont les détails de toutes statistiques disponibles liées aux renseignements recueillis; d) si la réponse en a) est négative, quelles mesures la ministre de la Santé a-t-elle prises en vue de commencer à recueillir les renseignements mentionnés en b)?
Response
L’hon. Jane Philpott (ministre de la Santé, Lib.):
Monsieur le Président, les nouvelles mesures législatives de la Loi modifiant le Code criminel et apportant des modifications connexes à d’autres lois (aide médicale à mourir), anciennement le projet de loi C 14, autorisent la ministre fédérale de la Santé à faire un règlement en vue d’établir un système permettant de surveiller l’aide médicale à mourir.
En réponse à la partie a) de la question, un processus de surveillance et d’établissement de rapports sur l’aide médicale à mourir est en cours de développement. Bien que la plupart des articles modifiant le Code criminel de manière à permettre l’offre légale d’une aide médicale à mourir soient entrés en vigueur à la suite de l’adoption des mesures législatives, les articles sur la surveillance, les articles 4 et 5, entreront en vigueur 12 mois plus tard, c’est-à-dire le 17 juin 2017. Cela signifie que le pouvoir de la ministre fédérale de la Santé lui permettant de faire des règlements concernant la surveillance ne deviendra actif qu’à ce moment; toutefois, cela ne requiert pas que les règlements soient terminés d’ici là.
Les parties b) et c) de la question sont sans objet.
Enfin, en ce qui concerne la partie d) de la question, les fonctionnaires fédéraux travaillent actuellement sur les paramètres d’une surveillance et d’un système d’établissement de rapports fédéraux, y compris les renseignements qui seront recueillis, les personnes auxquelles ils doivent être envoyés, les exigences en matière de technologie de l’information et la façon dont les renseignements seront protégés, analysés et communiqués. La complexité de ces règlements et des conséquences pour les professionnels de la santé signifie que le gouvernement doit prendre le temps de créer des règlements adéquats et d’offrir des possibilités de consultation du public. Jusqu’à ce que ces règlements fédéraux soient en place, les professionnels de la santé ne seront pas obligés de fournir des renseignements au gouvernement fédéral; toutefois, chaque province et territoire a sa propre approche en ce qui a trait à la mise en œuvre et à la surveillance de l’aide médicale à mourir et peut exiger que ses fournisseurs de soins de santé fournissent des données à ces fins.
Tous les gouvernements au Canada reconnaissent l’importance de l’établissement de rapports publics en temps opportun sur l’aide médicale à mourir. À cette fin, les fonctionnaires fédéraux, provinciaux et territoriaux travaillent en collaboration afin de produire des rapports provisoires à partir des données nationales disponibles pendant la période d’élaboration des règlements.
Le gouvernement s’attend à une publication initiale des données au début de 2017. Des rapports provisoires subséquents seront publiés de manière périodique jusqu’à ce que l’établissement de rapports annuels commence sous le régime de réglementation fédéral.

Question no 606 --
Mme Marilène Gill:
En ce qui concerne l’implication du ministre des Finances dans le projet de Muskrat Falls: a) quelles sont les conclusions des analyses de risque que le ministère des Finances a préparées, justifiant que le gouvernement offre deux garanties de prêt, respectivement de 6,3 $ et de 2,9 $ milliards de dollars, en vue de permettre à Terre-Neuve-et-Labrador et la société Nalcor de réaliser le projet de Muskrat Falls; b) le Ministère recommande-t-il au gouvernement d’offrir d’autres garanties d’emprunt de manière à couvrir les coûts grandissants du projet; c) la valeur de l’actif à Muskrat Falls est-elle supérieure à la valeur de la garantie d’emprunt de 9,2 $ milliards de dollars; d) la prime de 0,5% exigée par le gouvernement dans la garantie de prêt de 2,9 $ milliards de dollars annoncée en novembre 2016 indique-t-elle que cette nouvelle allonge de fonds ne sera pas adossée à un actif à Muskrat Falls; e) le Ministère a-t-il évalué la capacité du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador de rembourser ses dettes envers le gouvernement fédéral découlant du projet Muskrat Falls advenant la réalisation de la garantie d’emprunt du gouvernement et, le cas échéant, quelles sont les conclusions de son évaluation; f) le gouvernement a-t-il envisagé la possibilité que Terre-Neuve-et-Labrador se retrouve en défaut de paiement face au gouvernement à la suite de la réalisation de la garantie fédérale d’emprunt lui ayant permis d’entreprendre la construction du projet de Muskrat Falls et, le cas échéant, à quelle conclusion en est-il arrivé?
Response
L’hon. Bill Morneau (ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a), b), e) et f) de la question, lorsqu’il traite des documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Certains renseignements n’ont pas été communiqués au motif que l’information constitue des conseils ou des recommandations et des renseignements confidentiels du Cabinet.
En ce qui concerne la partie c) de la question, Nalcor Energy, dont l’adresse internet est http://www.nalcorenergy.com/publications.asp, et Emera Inc., dont l’adresse est http://investors.emera.com/corporateprofile.aspx?iid=4072693, évaluent tous les deux les actifs comme la centrale, le matériel et les autres biens à leur coût historique dans leurs états financiers. Une fois la construction terminée, on s’attend à ce que les coûts, et par conséquent la valeur des actifs, dépassent le montant total des garanties de prêt du gouvernement fédéral.
Enfin, pour ce qui est de la partie d) de la question, les modalités précises de la garantie d’emprunt additionnelle seront négociées prochainement avec le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador et avec Nalcor Energy et comprendront des dispositions concernant des conditions commerciales. Le gouvernement du Canada demeurera protégé par un solide cadre juridique, comme pour la première garantie de prêt fédérale.

Question no 608 --
Mme Marilène Gill:
En ce qui concerne l’implication du ministre des Ressources naturelles dans le projet de Muskrat Falls: a) sur la base de quelle analyse le Ministre a-t-il conclu que l’opération de la centrale de Muskrat Falls permettra à la société Nalcor de couvrir les coûts du projet; b) à quel prix l’électricité produite par le projet de Muskrat Falls devra-t-elle être vendue pour que le projet puisse atteindre le point de rentabilité; c) avant d’offrir une nouvelle garantie de prêt de 2,9 $ milliards de dollars, le Ministre a-t-il effectué une étude de marché démontrant que le prix de l’électricité sur le marché des provinces atlantiques et du nord-est des États-Unis permettra au projet de Muskrat Falls d’atteindre le point de rentabilité; d) si la réponse en c) est affirmative, quelles sont les conclusions de cette étude?
Response
L’hon. Jim Carr (ministre des Ressources naturelles, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui a trait au point a), le cadre de recouvrement des coûts pour Muskrat Falls est composé d’une série d’ententes sur les recettes, lesquelles sont affichées, en anglais seulement, sur le site Web de Muskrat Falls à https://muskratfalls.nalcorenergy.com/newsroom/reports/, de lois provinciales et de décrets. Ce cadre de recouvrement des coûts requiert légalement que tous les coûts de projet soient recouvrés auprès des consommateurs d’électricité de Terre-Neuve-et-Labrador, peu importe les coûts finaux.
Pour ce qui est du point b), les prix payés aux entités du projet seront établis à une valeur qui assure un recouvrement intégral des coûts en plus d’un rendement des capitaux propres. Ces prix seront déterminés une fois que les projets seront réalisés et que le coût de construction final sera connu.
En ce qui concerne le point c), la viabilité du projet de Muskrat Falls ne dépend pas des exportations d’électricité; tous les coûts du projet seront couverts par les consommateurs d’électricité de Terre-Neuve-et-Labrador. En conséquence, aucune étude de marché n’a été nécessaire pour déterminer si les prix d’exportation permettaient d’atteindre le seuil de rentabilité.
Quant au point d), c’est sans objet.

Question no 609 --
Mme Marilène Gill:
En ce qui concerne l’implication du ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne dans le projet de Muskrat Falls: a) avant d’octroyer les autorisations au projet de Muskrat Falls, le Ministre a-t-il réalisé les évaluations environnementales nécessaires, en particulier en ce qui a trait à la contamination au mercure des stocks de poisson, conformément à la Loi sur les pêches; b) le Ministre a-t-il été informé des conclusions d’évaluations indépendantes démontrant que la réalisation du projet Muskrat Falls causerait un niveau élevé de contamination et, le cas échéant, quelles sont les raisons pour lesquelles le Ministre n’a pas suspendu les autorisations?
Response
L'hon. Dominic LeBlanc (ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne le point a), Pêches et Océans Canada, ou le MPO, a participé activement à l'évaluation environnementale du projet de centrale hydroélectrique dans le cours inférieur du fleuve Churchill — le projet —, qui a été effectuée par une commission d'examen conjointe fédérale-provinciale et s'est terminée en août 2011. Cette évaluation a examiné de manière très détaillée, entre autres choses, la bioaccumulation de méthylmercure susceptible de résulter du projet. Au cours de cette évaluation environnementale, il a été reconnu que les chutes Muskrat, qui constituent un élément du projet, et d'autres projets hydroélectriques sur le fleuve Churchill entraîneraient probablement une certaine bioaccumulation de méthylmercure, notamment dans les zones en aval.
Dans le cadre de l'évaluation environnementale, le MPO a examiné divers documents techniques, présenté des demandes d'information et préparé une présentation écrite et un exposé oral pour les audiences. Il a fourni des avis d'experts fondés sur des données scientifiques, selon lesquels la bioaccumulation de méthylmercure en aval pourrait être plus importante et s'étendre plus loin que prévu par le promoteur, Nalcor Energy. Ce constat figure dans le rapport et les conclusions de la commission d'examen conjointe. Pour donner suite aux conclusions et aux recommandations de la commission d'examen conjointe, le gouvernement du Canada a exigé que Nalcor Energy exerce une surveillance des concentrations de méthylmercure dans les zones en aval jusqu'à Goose Bay et dans le lac Melville. Cette surveillance doit évaluer l'importance et la durée de toute augmentation des concentrations de méthylmercure chez les poissons et les phoques, et permettra à Nalcor Energy d'émettre des avis relatifs à la consommation, au besoin.
L'obligation de mettre en oeuvre un programme complet de surveillance du méthylmercure avait été officiellement prévue en tant que condition de l'autorisation accordée en 2013 par le ministère à Nalcor Energy, conformément à l'alinéa 35(2)b) de la Loi sur les pêches, en vue de déterminer les répercussions de la création du barrage hydroélectrique de Muskrat Falls et du réservoir sur le poisson et l'habitat du poisson.
Pour ce qui est du point b), au cours des trois dernières années, le gouvernement du Nunatsiavut a réalisé et appuyé des études sur le méthylmercure dans le lac Melville, notamment des travaux publiés en 2015 par des chercheurs de l'Université Harvard. Pêches et Océans Canada, ou le MPO, a été informé de ces études à l'occasion de réunions avec le gouvernement du Nunatsiavut en octobre 2015.
En février 2016, le MPO a effectué un examen scientifique des implications de l'étude de l'Université Harvard quant au méthylmercure dans le lac Melville, dans le cadre d'un processus du Secrétariat canadien de consultation scientifique, ou SCCS. Des scientifiques du MPO et d'Environnement et Changement climatique Canada ont établi que les prédictions établies par l'étude de l'Université Harvard correspondaient aux conseils fournis par le MPO lors de l'évaluation environnementale. L'examen scientifique a donné lieu à la recommandation d'apporter quelques modifications aux protocoles de surveillance du méthylmercure en aval, modifications que le MPO a mises en oeuvre.
Ces modifications étaient prévues dans l'autorisation délivrée à Nalcor Energy en 2013 en vertu de la Loi sur les pêches, laquelle permet la mise en place d'une gestion adaptative dans le cadre de la surveillance des prédictions après la réalisation du projet et des modifications au programme en fonction des nouvelles informations disponibles. Du fait de cette condition, il n'a pas été nécessaire d'annuler ni de modifier l'autorisation.
Les fonctionnaires du ministère ont entretenu un dialogue continu avec le gouvernement du Nunatsiavut en ce qui a trait au projet. Le ministre des Pêches et des Océans a aussi rencontré le ministre des Terres et des Ressources naturelles du gouvernement du Nunatsiavut, afin de prendre connaissance des préoccupations de celui-ci relativement au méthylmercure dans le lac Melville et d'en discuter. De plus, en octobre 2016, un accord a été conclu entre la province de Terre-Neuve-et-Labrador et les dirigeants autochtones en vue de créer un comité consultatif d'experts indépendant, qui déterminera et recommandera des options pour atténuer les préoccupations que suscite le méthylmercure pour la santé humaine. Bien que le MPO ne possède pas d'expertise en ce qui a trait aux risques pour la santé humaine associés au méthylmercure, il participera au comité consultatif à titre d’expert-conseil, dans la mesure où la bioaccumulation de méthylmercure concerne les poissons et les phoques en aval du projet.

Question no 611 --
M. David Sweet:
En ce qui concerne la décision de ne pas émettre de médaille commémorative dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire du Canada: a) comment cette décision a-t-elle été justifiée; b) quels sont les détails des documents appuyant cette justification; c) quel processus a-t-on suivi pour prendre cette décision, plus particulièrement (i) quelles personnes ont été consultées, (ii) comment ont-elles été consultées?
Response
L’hon. Mélanie Joly (ministre du Patrimoine canadien, Lib.):
Monsieur le Président, le 150e anniversaire de la Confédération canadienne est une occasion unique de rassembler les Canadiens et de renforcer nos liens avec nos collectivités en offrant la vision d’un pays divers, dynamique et inclusif.
Les célébrations de Canada 150 s’appuieront sur le renforcement des collectivités, l’engagement et la tenue de fêtes familiales d’un océan à l’autre. Ce sont les célébrations de tous les Canadiens. Elles seront l’occasion d’être au contact les uns avec les autres.
Pour marquer le 150e anniversaire de la Confédération, le gouvernement invitera tous les Canadiens à participer, à célébrer et à explorer dans le cadre des nombreuses initiatives proposées dans leurs collectivités.
Le gouvernement du Canada fournit des fonds pour des activités communautaires, des projets signature pancanadiens et de grands événements. Notre gouvernement habilite et encourage tous les Canadiens à se mobiliser dans leur collectivité pour faire de 2017 une année mémorable. Nous voulons que tous les Canadiens participent aux célébrations.
La vision du 150e anniversaire de la Confédération doit inspirer les Canadiens et les rassembler en soulignant les thèmes que sont la diversité et l’inclusion, la réconciliation avec les peuples autochtones, les jeunes et l’environnement.
Notre gouvernement est fier de soutenir et de promouvoir des initiatives qui inciteront une génération de Canadiens à aider à construire l’avenir du Canada et à créer un héritage économique, culturel et social durable pour notre pays.

Question no 613 --
M. Gordon Brown:
En ce qui concerne les temps d’attente au poste frontalier du Pont des Mille-Îles ainsi qu’au poste frontalier du Pont international Ogdensburg-Prescott, ventilés par passage, pendant la période du 1er mai 2016 au 31 octobre 2016: a) quel est le temps d’attente moyen pour la circulation, ventilé par mois, jour et heure; b) quel est l’intensité de la circulation, ventilée par mois, jour et heure?
Response
L'hon. Ralph Goodale (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, l'ASFC ne peut fournir les renseignements demandés dans les délais prescrits. La demande engendrerait un volume important d'information, et la traduction de milliers de lignes de données nécessiterait la mobilisation de ressources humaines et financières substantielles de l’ASFC.
Les délais d'attente aux frontières actuels et prévus se retrouvent toutefois à l'adresse Web suivante: http://www.cbsa-asfc.gc.ca/bwt-taf/menu-fra.html.

Question no 615 --
M. Bob Saroya:
En ce qui concerne le programme d’apprentissage avec intégration au milieu de travail dont a fait mention la ministre de l’Emploi, du Développement de la main d’œuvre et du Travail à la Chambre des communes le 18 novembre 2016: a) quels sont les détails de ce programme; b) quel est le montant qui y a été affecté; c) quels sont la durée et le budget annuel du programme; d) quels en sont les objectifs précis?
Response
M. Rodger Cuzner (secrétaire parlementaire de la ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'oeuvre et du Travail, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, comme il a été annoncé dans le budget de 2016, le Programme d’apprentissage intégré en milieu de travail pour étudiants, le PAIMTE, est une initiative de 73 millions de dollars qui favorisera la création de possibilités d’apprentissage intégré au travail, comme des stages coop ou d’autres types de stages, pour les jeunes Canadiens, en mettant l’accent sur les domaines en forte demande, comme les sciences, la technologie, l’ingénierie, les mathématiques et les affaires. L’initiative favorisera également l’établissement de partenariats qui aideront à harmoniser la formation professionnelle avec les emplois caractérisés par une forte demande. Les détails seront fournis une fois que le PAIMTE sera officiellement lancé.
En ce qui concerne la partie b) de la question, comme il a été annoncé dans le budget de 2016, le PAIMTE est une initiative de 73 millions de dollars qui favorisera la création de possibilités d’apprentissage intégré au travail, comme des stages coop ou d’autres types de stages, pour les jeunes Canadiens, en mettant l’accent sur les domaines en forte demande, comme les sciences, la technologie, l’ingénierie, les mathématiques et les affaires. L’initiative favorisera également l’établissement de partenariats qui aideront à harmoniser la formation professionnelle avec les emplois caractérisés par une forte demande.
Relativement à la partie c) de la question, le PAIMTE est une initiative de quatre ans. Le budget annuel sera fournir une fois que le PAIMTE sera officiellement lancé.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, le PAIMTE est une initiative de quatre ans qui favorisera l’établissement de partenariats durables et innovateurs entre les employeurs et les établissements d’enseignement postsecondaire volontaires pour créer des possibilités d’apprentissage intégré au travail de qualité pour les étudiants de niveau postsecondaire dans des domaines où la demande de travailleurs est élevée et qui sont liés aux sciences, à la technologie, à l’ingénierie, aux mathématiques et aux affaires.
Les possibilités d’apprentissage intégré au travail créées dans le cadre de ces partenariats permettront de mieux harmoniser les compétences techniques, de base et d’employabilité. Les étudiants de niveau postsecondaire seront invités à adopter une mentalité entrepreneuriale face aux possibilités d’apprentissage et d’apprentissage intégré au travail, afin qu’ils soient mieux outillés pour se trouver un emploi dans leur domaine d’études choisi et qu’ils puissent contribuer immédiatement et de façon significative à la croissance et à l’innovation futures du Canada.
Le PAIMTE réunira les intervenants des établissements d’enseignement postsecondaire et les employeurs des secteurs clés en matière de croissance et d’innovation au sein de l’économie canadienne.

Question no 622 --
M. François Choquette:
En ce qui concerne l’Arrêté visant l’habitat essentiel du béluga (Delphinapterus leucas) population de l’estuaire du Saint-Laurent, publié le 14 mai 2016: a) quand l’Arrêté entrera-t-il en vigueur; b) combien d’intéressés se sont prononcés sur le projet; c) quels sont les noms des intéressés qui se sont prononcés sur le projet, si cette information est disponible?
Response
L'hon. Dominic LeBlanc (ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l'arrêté ministériel devrait entrer en vigueur dès l'hiver 2017.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, quatre commentaires concernant l'arrêté ministériel ont été présentés pendant la période de consultation de 30 jours suivant la publication dans la partie I de la Gazette du Canada.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, les intervenants qui sont les auteurs de ces commentaires sont les suivants: Mme Amélie Larouche, chef conseillère, Première Nation des Malécites de Viger; Philippe Gervais, vice-président du groupe Capital Hill; Lloyd Sykes, citoyen; et le gouvernement du Québec, représenté par M. Laurent Lessard, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et M. David Heurtel, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Question no 626 --
M. Mel Arnold:
En ce qui concerne la lettre de mandat du ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne et, plus particulièrement, la section recommandant un examen des modifications apportées par le gouvernement précédent à la Loi sur les Pêches et à la Loi sur la protection des eaux navigables: a) à quelles protections éliminées la lettre de mandat fait-elle référence plus précisément; b) quels préjudices ou quelles preuves de préjudices contre le poisson ou les habitats du poisson peuvent être attribués aux changements que le gouvernement précédent a apportés à ces deux lois; c) plus précisément, quelles protections perdues, ou présumées perdues, par suite des changements apportés par le gouvernement précédent à ces deux lois, ne sont pas visées par d’autres lois ou règlements fédéraux, provinciaux ou territoriaux?
Response
L'hon. Dominic LeBlanc (ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, les modifications apportées à la Loi sur les pêches par l'ancien gouvernement ont été apportées avec peu de consultation ou de transparence et ont été mal reçues par les groupes environnementaux et autochtones. Divers partenaires, des intervenants et des groupes autochtones ont insisté sur la nécessité d'améliorer l'engagement et la collaboration lors de l'élaboration et de la mise en œuvre de la nouvelle Loi et de la nouvelle politique visant à protéger le poisson et son habitat.
Depuis que la Loi sur les pêches a été modifiée en 2012-2013, les groupes autochtones, le milieu universitaire, les intervenants et le public en général expriment des préoccupations quant aux modifications apportées et à leur mise en œuvre. Le ministère a continué à recevoir ces préoccupations tout au long des phases initiales du processus de consultation publique mené cette année au sujet des modifications apportées en 2012-2013 à la Loi sur les pêches.
Par exemple, des préoccupations ont été soulevées au sujet de la modification législative qui fait passer l'interdiction visant « la détérioration, la destruction ou la perturbation de l’habitat du  poisson » à une interdiction de causer des « dommages sérieux », un terme défini comme « la mort de tout poisson ou la modification permanente ou la destruction de son habitat ». Certains se sont dits inquiets que cette nouvelle formulation n'interdise plus la détérioration temporaire de l'habitat du poisson, même si une telle détérioration peut avoir une incidence grave sur le poisson et sur la productivité de son habitat.
On s'inquiète également du fait que, depuis 2012-2013, les interdictions visant à protéger l'habitat ne s'appliquent plus qu'aux poissons et aux habitats du poisson qui sont actuellement visés par des pêches autochtones, récréatives ou commerciales.
Le ministère a reçu des commentaires affirmant que la réduction du nombre de bureaux et de membres du personnel, qui a coïncidé avec les modifications apportées en 2012-2013, a également réduit les protections puisqu'elle a entraîné une diminution de la capacité à assurer la protection du poisson et de son habitat par l'examen de projets, la surveillance et l'application de la loi.
En ce qui concerne la partie b) de la question, le ministère n'a reçu ni le mandat ni les ressources pour mener une surveillance approfondie. Le ministère n’a pas entrepris de suivi spécifique ou d’analyse afin de comparer les impacts des changements à la loi. Il s'affaire toutefois à élaborer de nouveaux processus pour surveiller les projets et produire des rapports à l'intention des Canadiens sur les mesures de protection des poissons et de leur habitat qui sont mises en œuvres dans ces endroits particuliers.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, tandis que la gestion des pêches intérieures a en grande partie été déléguée aux provinces et au territoire du Yukon, l'administration des dispositions relatives à la protection des poissons et de leur habitat incombe au gouvernement fédéral dans l'ensemble du Canada. Les autorités provinciales et territoriales réalisent un large éventail d'initiatives de conservation des ressources naturelles en vertu de diverses lois provinciales et territoriales qui s’ajoutent à celles du gouvernement fédéral. À titre d'exemple, les décisions quant à l'utilisation des terres prises par ces autorités peuvent avoir une incidence importante sur la qualité et la fonction de l'habitat du poisson dans un bassin hydrographique donné.

Question no 628 --
Mme Kelly Block:
En ce qui concerne le Programme de financement de la participation communautaire: a) combien de subventions ont été accordées entre le 1er janvier 2016 et le 23 novembre 2016; b) combien des bénéficiaires étaient (i) des groupes autochtones, (ii) des organisations ou groupes locaux, (iii) des municipalités ayant une population de moins de 10 000 habitants, (iv) des organismes sans but lucratif; c) combien de demandes d’aide financière ont été reçues; d) quel pourcentage des subventions a été consacré à (i) réviser des documents et fournir des commentaires écrits pour contribuer au développement et à l’amélioration du système de transport maritime du Canada, (ii) se préparer en vue de réunions liées au développement et à l’amélioration du système de transport maritime du Canada, s’y rendre et y participer, (iii) embaucher des experts ou réaliser des études contribuant au développement et à l’amélioration du système de transport maritime du Canada?
Response
L’hon. Marc Garneau (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada reconnaît l'importance d'une relation renouvelée avec les peuples autochtones au Canada. Pour cette raison le Programme de financement de la participation communautaire, le PFPC, vise à aider les groupes autochtones et les collectivités locales admissibles à participer au développement et à l'amélioration du système de transport maritime au Canada. Le PFPC donne aux bénéficiaires l'occasion d'adapter, grâce à leurs connaissances, les systèmes de transport maritime aux conditions locales et à l'environnement.
La liste des bénéficiaires admissibles inclut les groupes autochtones, les organisations ou groupes locaux, les municipalités de moins de 10 000 habitants et les organismes à but non lucratif. Les demandeurs doivent démontrer clairement qu'ils dépendent de l'environnement maritime d'une zone qu'ils envisagent d'utiliser pour des activités sociales, économiques ou commerciales.
En réponse à la partie a) de la question, 36 bénéficiaires ont été approuvés pendant la période du 1er janvier au 23 novembre 2016, et 29 paiements ont été versés à ce jour.
En ce qui concerne la partie b) de la question, (i) 22 groupes autochtones, (ii) aucune organisation ou groupe local, (iii) une municipalité de moins de 10 000 habitants et (iv) 13 organismes à but non lucratif ont reçu des subventions
Pour ce qui est de la partie c) de la question, 39 demandes de financement ont été reçues.
Ainsi, (i) 100 % des subventions ont servi à réviser des documents et à fournir des commentaires écrits pour contribuer au développement et à l’amélioration du système de transport maritime du Canada; (ii) 100 % des subventions ont servi à la préparation, au déplacement et à la participation aux réunions liées au développement et à l’amélioration du système de transport maritime du Canada; et (iii) 16,6 % des subventions ont permis à six bénéficiaires d’embaucher un expert en vue de contribuer au développement et à l’amélioration du système de transport maritime.

Question no 629 --
Mme Kelly Block:
En ce qui concerne la consultation en ligne de Transports Canada relative à la Loi sur la protection de la navigation: a) combien de mémoires ont été reçus; b) quels sont les noms des personnes et des organismes qui ont participé à la consultation?
Response
L’hon. Marc Garneau (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne la consultation en ligne de Transports Canada relative à la Loi sur la protection de la navigation, les réponses sont les suivantes: En réponse à la question a), du 20 juin au 31 août 2016, les Canadiens ont été encouragés à participer à un questionnaire en ligne pour aider à l'examen du gouvernement sur les processus environnementaux et réglementaires, y compris la Loi sur la protection de la navigation, comme l'indique la lettre de mandat du ministre des Transports. Ce questionnaire comprenait une question spécifique à la Loi sur la protection de la navigation, à laquelle 155 personnes ont répondu. Cette consultation s’ajoute au travail continuel d’engagement mené par Transports Canada.
En réponse à la question b), les noms des individus et des organisations qui ont participé n'ont pas été recueillis dans le cadre de ce questionnaire. Ce questionnaire en ligne a été mené de façon anonyme pour encourager une plus grande ouverture dans les réponses, comme cela est la pratique courante. L’utilisation d’un questionnaire anonyme élimine également le risque d'une utilisation non autorisée ou inappropriée ou la divulgation de renseignements personnels car les renseignements personnels ne sont pas recueillis.

Question no 631 --
M. Tom Lukiwski:
En ce qui concerne le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) et la plus récente demande de financement de l’Administrateur canadien du SRV (ACS), inc. au Fonds de contribution national: a) à combien s’élève le budget total de l’ACS pour l’exercice 2017; b) à combien s’élève le déficit de l’ACS pour l’exercice 2016; c) quel est le montant prévu pour les dépenses administratives en 2017 dans le budget de l’ACS; d) quel est le montant prévu dans le budget de l’ACS de 2017 pour fournir 76 heures par semaine de services en anglais/ASL et en français/LSQ; e) quelles sont, dans le budget de 2017, les prévisions de l’ACS quant au nombre moyen d’utilisateurs du SRV par année et au nombre moyen de minutes par mois; f) quel est le montant versé par l’ACS au fournisseur de la plateforme de SRV, IVèS, en (i) 2016, (ii) 2017; g) quel est le montant versé par l’ACS à Convo Communications pour des postes de travail-heures en (i) 2016, (ii) 2017; h) quel est le montant versé par l’ACS à Service d’interprétation visuelle et tactile (SIVET) en (i) 2016, (ii) 2017, pour des services de SRV afin de répondre aux besoins des francophones/LSQ; i) quel est le montant versé par l’ACS en (i) 2016, (ii) 2017, à Convo Communications pour l’inciter à établir des activités au Canada?
Response
L’hon. Mélanie Joly (ministre du Patrimoine canadien, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le budget total de l’Administrateur canadien du SRV, l’ACS, pour 2017 est de 25 419 405 $.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, le déficit de l’ACS pour 2016 est de 666 693 $. En ce qui concerne la partie c) de la question, bien que le budget ne comporte pas de poste intitulé « dépenses administratives », l’ACS prévoit des dépenses administratives de 375 419$ pour 2017.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, pour ce qui est du montant prévu dans le budget de l’ACS de 2017, pour fournir 76 heures par semaine de services en anglais et en français, il est supposé que la question fait référence au budget d’exploitation et d’exploitation-éventualité, à savoir: exploitation: 19 703 898 $; et exploitation -- éventualité: 3 487 416 $ .
Pour ce qui est de la partie d) de la question, selon les prévisions de l’ACS, il y aura en moyenne 3 000 usagers du SRV en 2017, et la durée moyenne d’utilisation sera de 100 minutes par usager.
En ce qui concerne les parties f), g) et h) de la question, lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. L’information demandée ne peut être divulguée car il s’agit de renseignements de tiers touchant les dommages matériels et la négociation de contrats.
Enfin, en ce qui a trait à la partie i) de la question, bien que la demande de l’ACS auprès du CRTC mentionne que des mesures incitatives sont inscrites au contrat conclu avec Convo Communications afin d’inciter cette dernière à ouvrir des bureaux au Canada, aucun détail n’a été fourni à cet égard et le CRTC n’a aucune information additionnelle à ce sujet.

Question no 634 --
Mme Karen Vecchio:
En ce qui concerne le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) et Canada 2020 : à combien s’élève le total des fonds accordés par le CRSH à Canada 2020 pour parrainer la conférence Canada 2020 qui s’est tenue du 2 au 4 novembre 2016 à Ottawa?
Response
L’hon. Kirsty Duncan (ministre des Sciences, Lib.):
Monsieur le Président, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, le CRSH, a une entente avec Canada 2020 qui comprend une contribution de 15 000 $ à la conférence.

Question no 642 --
L’hon. Candice Bergen:
En ce qui concerne les directives établies dans le document « Gouvernement ouvert et responsable » du premier ministre: a) quels processus sont en place lorsqu’un titulaire de charge publique est accusé de ne pas avoir respecté les directives du premier ministre; b) quels processus sont en place lorsque le premier ministre est accusé de ne pas avoir suivi lesdites directives?
Response
M. Peter Schiefke (secrétaire parlementaire du premier ministre (Jeunesse), Lib.):
Monsieur le Président, « Pour un gouvernement ouvert et responsable » énonce les attente du premier ministre à l’égard de son ministère. Le premier ministre peut déterminer si un ministre en particulier répond à ces attentes et si des mesures correctives devraient être prises. Dans un même ordre d’idées, chaque ministre doit veiller à ce que le personnel exempté de son bureau agisse en conformité avec les lignes directrices applicables à ce personnel. Les représentants du Bureau du Conseil privé, le BCP, peuvent aider le premier ministre à donner des conseils quant à la façon dont ces directives peuvent être interprétées ou appliquées, et son lien avec les autres documents ou instruments légaux, comme la Loi sur les conflits d’intérêts et la Loi sur le lobbying. Les représentants du BCP appuient aussi le premier ministre en ce qui concerne les processus de nomination des hauts fonctionnaires du gouvernement par le gouverneur en conseil.

Question no 644 --
M. Scott Reid:
En ce qui concerne la Gendarmerie royale du Canada (GRC), depuis le 20 octobre 2015: a) quelles divisions de la GRC équipent une partie ou la totalité de leurs voitures de patrouille de défibrillateurs automatiques externes (DAE); b) pour chaque division de la GRC, combien de voitures de patrouille sont équipées d’un DAE; c) le nombre de voitures de patrouille de la GRC équipées d’un DAE a-t-il augmenté et, dans ce cas, dans quelles divisions de la GRC cette hausse s’est-elle produite, et de quel ordre est cette hausse dans chacune des divisions; d) quelles politiques ou procédures dictent (i) l’utilisation des DAE par les agents de la GRC, (ii) l’envoi de véhicules de la GRC sur les lieux d’incidents où l’on présume qu’un arrêt cardiaque soudain s’est produit, (iii) la façon d’équiper les voitures de patrouilles d’un DAE; e) planifie-t-on ou a-t-on planifié, à l’échelle divisionnaire ou nationale, d’équiper de DAE un plus grand nombre de voitures de patrouille de la GRC; f) quels sont les dates, les heures, les auteurs et les destinataires de toutes les communications à destination et en provenance du Cabinet du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile qui font mention de défibrillateurs automatiques externes et de la Gendarmerie royale du Canada?
Response
L'hon. Ralph Goodale (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, les divisions de la GRC qui équipent une partie ou la totalité de leurs voitures de patrouille de défibrillateurs automatiques externes, les DAE, sont la Division C, au Québec, la Division D, au Manitoba, la Division E, en Colombie-Britannique, la Division K, en Alberta, et la Division nationale.
En ce qui concerne la partie b) de la question, le nombre de voitures de patrouille équipées d’un DAE, par division, est réparti comme suit: il y a six voitures de patrouille dans la Division C, au Québec, deux voitures de patrouille dans la Division D, au Manitoba, six voitures de patrouille dans la Division K, en Alberta, et deux voitures de patrouille dans la Division nationale; la Division E, en Colombie-Britannique, n’est pas en mesure de répondre de façon précise dans les détails demandés, car cela nécessiterait trop de temps et de ressources.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, il n’y a pas eu de hausse récente du nombre de voitures de patrouille de la GRC équipées de DAE dans les divisions C, D, K et nationale. La Division E n’est pas en mesure de déterminer si c’est le cas à l’heure actuelle.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, une formation sur l’utilisation des DAE fait partie du programme de secourisme général devant être suivi tous les trois ans par tous les membres de la GRC.
La GRC a approuvé la mise en œuvre de DAE pour les secteurs opérationnels suivants: le Groupe des interventions médicales d'urgence, le Programme divisionnaire de condition physique et de mode de vie et le Peloton de protection du premier ministre, et aussi dans les secteurs où les normes provinciales en matière de services de police exigent qu’un DAE soit disponible/porté en même temps qu’une arme à impulsions.
En ce qui concerne la partie e) de la question, si un milieu de travail de la GRC n’est pas décrit dans d) et qu’un DAE doit y être mis en œuvre, le chef de détachement ou le gestionnaire peut obtenir l’approbation requise par le biais du commandant divisionnaire.
Pour ce qui est de la partie f) de la question, entre le 20 octobre 2015 et le 5 décembre 2016, les Services d'état-major et Liaisons ministérielles de la GRC ont reçu une communication sur les défibrillateurs le 26 février 2016 en provenance du cabinet du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile. Une réponse a été fournie au cabinet du ministre le 18 mars 2016.
Enfin, pour ce qui est de la politique nationale et divisionnaire de la GRC régissant l’utilisation des ADE par la GRC, la politique applicable est énoncée au chapitre 9 du Manuel de la sécurité au travail.

Question no 653 --
M. Bob Saroya:
En ce qui concerne le financement, les subventions, les prêts et les garanties de prêts de plus de 1000 $ que le gouvernement a accordés par l’intermédiaire du ministère du Patrimoine canadien depuis le 4 novembre 2015: quels sont les détails sur ce financement, ces subventions, ces prêts et ces garanties de prêts et pour chaque paiement, quel est le (i) nom du destinataire, (ii) la circonscription du destinataire, (iii) le programme pour lequel le financement, la subvention, le prêt ou la garantie de prêt a été accordé, (iv) la date à laquelle la demande a été reçue, (v) le montant du financement, de la subvention, du prêt ou de la garantie de prêt, (vi) la date à laquelle le paiement a été fait?
Response
L’hon. Mélanie Joly (ministre du Patrimoine canadien, Lib.):
Monsieur le Président, en date du 1er janvier 2016, dans le but d’accroître la transparence, Patrimoine canadien était le premier ministère à aller au-delà des exigences du Conseil du Trésor sur la divulgation proactive des octrois de subventions et contributions et s’est engagé à publier les octrois de 1 dollar et plus.
On notera que les renseignements demandés sont disponibles sur le site Web suivant du ministère: http://canada.pch.gc.ca/fra/1453476384672/1453476482298. Le ministère n’offre pas de prêts ou de garanties de prêts.

Question no 654 --
M. Bob Saroya:
En ce qui concerne les primes accordées aux employés de Services partagés Canada, depuis le 4 novembre 2015: a) combien d’employés ont reçu des primes; b) quel est le montant total payé en primes; c) combien d’employés ont reçu des primes de rendement; d) quel est le montant total payé en primes de rendement; e) quel est le montant total payé en primes de rendement à des employés à des postes de niveau égal ou supérieur au niveau EX-01?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, le Programme de gestion du rendement des cadres supérieurs est un programme à l’échelle du gouvernement qui s'inspire d'une directive établie par le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada et adoptée par SPC sous la responsabilité de l'administrateur général. Les cadres de l’administration centrale sont éligibles à gagner une rémunération au rendement lorsqu’ils rencontrent les engagements contenus dans leur entente de rendement.
Les cadres ne reçoivent pas de rémunération au rendement s’ils ne rencontrent pas leurs engagements. La rémunération au rendement inclus la rémunération à risque, soit une portion du salaire qui doit être gagnée à chaque année et potentiellement un boni pour un rendement exceptionnel.
La terminologie utilisée dans les réponses ci-dessous couvre l'année fiscale 2015-2016 et se décrit comme suit: la rémunération à risque couvre les sections a) et b); le boni couvre les sections c) et d).
En réponse à la partie a) de la question, 117 employés ont reçu des rémunérations à risque.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, le montant total payé en rémunération à risque est de 1 532 968 $.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, 19 employés ont reçu des primes de rendement, ou bonis.
En ce qui concerne la partie d) de la question, le montant total payé en primes de rendement, ou bonis, est de 82 683 $.
Enfin, pour ce qui est de la partie e) de la question, le montant total payé en primes de rendement, c’est-à-dire en rémunération à risque et en bonis, à des employés à des postes de niveau égal ou supérieur au niveau EX-0,1 a été de 1 615 65 $.

Question no 660 --
L’hon. Kevin Sorenson:
En ce qui concerne le gouvernement et les Canadiens de la classe moyenne: a) comment le gouvernement définit-il la classe moyenne; b) dans quelle échelle salariale le gouvernement considère-t-il que se situe la classe moyenne pour (i) les particuliers, (ii) les couples, (iii) les familles?
Response
L’hon. Bill Morneau (ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada définit la classe moyenne en se servant d’un ensemble élargi de caractéristiques au-delà du simple revenu. Les valeurs qui animent les Canadiens et le style de vie auquel ils aspirent déterminent généralement leur appartenance à la classe moyenne. Les valeurs de la classe moyenne sont des valeurs que partagent la plupart des Canadiens de tous les horizons -- les Canadiens de la classe moyenne croient qu’il faut travailler fort pour avancer et espèrent un avenir meilleur pour leurs enfants. Les familles de la classe moyenne aspirent aussi à un style de vie qui comprend habituellement un logement et des soins de santé adéquats, l’accès à l’éducation pour leurs enfants, une retraire sûre, la sécurité d’emploi et un revenu leur permettant de consacrer de modestes dépenses à leurs loisirs, entre autres caractéristiques. Le revenu nécessaire pour accéder à un tel style de vie peut varier grandement en fonction de la situation particulière des Canadiens, comme par exemple le fait d’avoir ou non des frais de garde d’enfants à payer ou le fait de vivre dans une grande ville, où les logements sont généralement plus chers.
Par conséquent, il est impossible de définir exactement un intervalle de revenu spécifique qui inclurait l’ensemble des individus constituant la classe moyenne et qui exclurait tous ceux qui n’en font pas partie. De plus, le Canada n’a pas de mesure statistique officielle de ce que constitue la classe moyenne.

Question no 663 --
M. Dave MacKenzie:
En ce qui concerne la garde de cérémonie de la GRC à la réception de Canada 2020, à la Renwick Gallery, à Washington, le 9 mars 2016: quel montant Canada 2020 a-t-il versé à la GRC pour la garde de cérémonie?
Response
L'hon. Ralph Goodale (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, Canada 2020 n’a pas payé la GRC, mais il a assumé toutes les dépenses de voyage.

Question no 671 --
Mme Sylvie Boucher:
En ce qui concerne la Banque de l’infrastructure du Canada, telle que proposée: de quels plans d’urgence le gouvernement dispose-t-il au cas où le financement du secteur privé pour la banque ne serait pas disponible ou serait rétiré?
Response
L’hon. Amarjeet Sohi (ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Monsieur le Président, les gouvernements au Canada ne peuvent pas répondre à eux-seuls à tous les besoins en infrastructure du pays. Les grands investisseurs institutionnels, comme les fonds de pension publics du Canada, disposent de vastes réserves de capitaux que la Banque de l’infrastructure peut aider à attirer et dont elle peut tirer parti pour répondre aux besoins en infrastructure du pays.
Le rapport sur les infrastructures que le Conseil consultatif en matière de croissance économique a rendu public en octobre 2016 met en lumière le fait qu’il y a une abondance de capitaux institutionnels partout dans le monde qui n’attendent qu’à être affectés, et ce, en raison du contexte de taux d’intérêt exceptionnellement bas et dans de nombreux cas négatifs.
Le rapport illustre largement ce point en soulignant qu’il y a environ 11,7 billions de dollars qui « dorment » dans des bons à rendement négatif. Le rapport indique également que les fonds de pension et les fonds souverains ont environ 170 milliards de dollars investis dans les infrastructures. Le potentiel d’investissement dans les infrastructures pour ces investisseurs institutionnels se situe entre 1,7 billion à 2,5 billions de dollars, ce qui représente de 10 à 14 fois le niveau d’investissement actuel.
Le Canada est un pays stable qui dispose d’une marge de manœuvre pour effectuer des investissements considérables ainsi que d’un solide système en place. De plus, le Canada a une longue et solide tradition de partenariat avec le secteur privé, et il jouit d’une solide réputation pour ce qui est d’élaborer et de diriger des projets dans le cadre de partenariats public-privé. Ainsi, le Canada est bien placé pour attirer sa part des quantités importantes de capitaux que le secteur privé cherche à investir dans les infrastructures.
La Banque de l’infrastructure du Canada sera responsable d’investir au moins 35 milliards de dollars du gouvernement fédéral, selon la comptabilité de caisse, dans de grands projets d’infrastructure qui contribueront à la croissance économique. Pour ce faire, elle aura recours à des investissements directs, à des prêts, à des garanties de prêts et à des participations au capital. Une partie de ce montant, soit 15 milliards, proviendra des volets annoncés pour le transport en commun, l’infrastructure verte, l’infrastructure sociale, le commerce et le transport ainsi que les collectivités rurales et nordiques. Du capital additionnel de 20 milliards sera mis à la disposition de la Banque de l’infrastructure du Canada aux fins d’investissement, sous la forme de capitaux propres ou de titres de créance. Ce montant de 20 milliards n’aura ainsi aucune incidence budgétaire pour le gouvernement.

Question no 672 --
Mme Sylvie Boucher:
En ce qui concerne les 59 demandes de remboursement présentées par le personnel exonéré de la ministre du Développement international pour des voyages effectués à Sherbrooke (Québec) entre le 20 novembre 2015 et le 30 août 2016, selon l’information communiquée par divulgation proactive: a) quels sont les détails de toute activité gouvernementale officielle ayant eu lieu durant chacun des voyages, en ventilant par activité ou réunion précise; b) quelle activité gouvernementale a eu lieu en lien avec le portefeuille du développement international de la Ministre durant chacun des voyages, ventilés par activité ou réunion précise?
Response
L’hon. Marie-Claude Bibeau (ministre du Développement international et de la Francophonie, Lib.):
Monsieur le Président, en tout, 55 des 59 demandes de remboursement présentées faisant l’objet d’une divulgation proactive sont liées au transport. Malgré la grande distance entre Ottawa et la circonscription de Compton-Stanstead, très peu de vols et de voyages en train sont disponibles. La solution la plus efficace sur le plan des coûts pour s’y rendre est d’utiliser le service de chauffeur fourni par le ministère.
D’autres détails à ce sujet sont disponibles dans la Politique à l’intention des cabinets des ministres -- Janvier 2011, à l’adresse suivante: http://www.tbs-sct.gc.ca/hgw-cgf/structure/pgmo-pldcm/pgmo-pldcmtb-fra.asp.

Question no 673 --
M. Matt Jeneroux:
En ce qui concerne les études menées par le gouvernement au sujet de l’impact qu’une taxe sur le carbone aura sur le prix des aliments et du panier d’épicerie, depuis le 4 novembre 2015: a) des études ont-elles été effectuées concernant la hausse du prix des aliments et du panier d’épicerie découlant d’une taxe sur le carbone; b) quels sont les détails relatifs aux études indiquées ena) y compris (i) la date d’achèvement, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier, (iv) le sommaire des conclusions?
Response
L’hon. Bill Morneau (ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, à la réunion des premiers ministres le 9 décembre 2016, la plupart des provinces et des territoires se sont entendus pour instaurer le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques. Le Cadre inclut une tarification pancanadienne pour la pollution par le carbone, qui sera mise en œuvre à l’échelle du pays d’ici 2018. Les provinces et les territoires ont la souplesse afin de choisir entre deux systèmes: un prix direct sur la pollution par le carbone ou un système de plafonnement et d’échange. La Colombie Britannique, l’Alberta, l’Ontario et le Québec, qui représentent plus de 80 % de la population, ont déjà mis en œuvre ou présenté un projet de loi en vue d’introduire une tarification du carbone. Le gouvernement fédéral introduira une mesure d’appoint de tarification qui s’appliquera dans les provinces et territoires qui ne donnent pas suite au modèle pancanadien pour la tarification du carbone.
Les revenus de la tarification de la pollution par le carbone demeureront dans la province ou le territoire dans lesquels ils ont été générés. Chaque province ou territoire peut utiliser les revenus provenant de la tarification du carbone comme il l’entend, y compris pour faire face aux répercussions sur les populations et les secteurs vulnérables et pour soutenir l’atteinte des objectifs liés aux changements climatiques et à la croissance propre.
L’impact de la tarification de la pollution par le carbone sur le prix des aliments et du panier d’épicerie au Canada dépendra des approches adoptées individuellement par les provinces et les territoires en ce qui concerne la mise en œuvre d’un prix sur le carbone qui répond au modèle pancanadien pour la tarification du carbone, ainsi que des décisions prises concernant l’utilisation des revenus de la tarification du carbone.
Un aperçu de l’analyse des impacts environnementaux et économiques du Cadre pancanadien est accessible sur le site Web Canada.ca à l'adresse suivante: https://www.canada.ca/fr/services/environnement/meteo/changementsclimatiques/action-pour-climat/analyse-economique.html.

Question no 676 --
M. Harold Albrecht:
En ce qui concerne le mémoire de l’Association médicale canadienne (AMC) soumis au Comité permanent des finances et qui recommande d’exempter les structures médicales de groupe et la prestation des soins de santé des changements proposés du budget de 2016: a) le ministère des Finances a-t-il fait une analyse de coûts de cette recommandation et, si oui, quels en sont les résultats; b) le gouvernement prévoit-il mettre en œuvre la recommandation de l’AMC; c) quelle est la justification de la décision en b)?
Response
L’hon. Bill Morneau (ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le ministère n’a pas fait d’analyse de coûts de cette recommandation.
En ce qui concerne la partie b) de la question, la mise en œuvre de la recommandation de l’Association médicale canadienne, l’AMC, ne serait pas conforme à l’objet des modifications, qui ont pour effet de préciser que chaque petite entreprise a droit à une seule déduction accordée aux petites entreprises.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, le gouvernement est déterminé à assurer l’équité fiscale pour l’ensemble des Canadiens et des entreprises pour que chacun paie sa juste part. Ainsi, il faut notamment veiller à empêcher l’utilisation de sociétés privées pour réduire de façon inappropriée les obligations fiscales de ceux qui ont un revenu élevé. La Loi no 2 d’exécution du budget de 2016 a modifié la Loi de l’impôt sur le revenu afin de traiter des mécanismes de planification fiscale qui pourraient donner droit au taux d’imposition des petites entreprises dans des circonstances non souhaitées. Cela fait en sorte, par exemple, que les associés d’une société de personnes qui est une petite entreprise ne peuvent pas multiplier le plafond de revenu de 500 000 $ qui est censé être partagé entre eux. Les modifications ne toucheront que les structures qui tentent de multiplier l’accès à la déduction accordée aux petites entreprises par l’utilisation d’une société de personnes ou d’une société. Les modifications ne toucheront pas certaines autres structures offertes dans le cadre d’activités collectives, tels les accords relatifs au partage des frais.

Question no 680 --
M. Martin Shields:
En ce qui concerne les mesures prises par Transports Canada pour l’application de la loi en aviation civile: a) à l’heure actuelle, combien d’exploitants n’ont pas la confiance de Transports Canada, ni, en particulier, celle de la direction de l’aviation civile de la Région de Prairies et du Nord (RPN), et mènent des activités jugées non sécuritaires; b) quelles mesures précises ont été prises par Transports Canada ou la RPN pour donner suite à l’évaluation faite à la dernière page du cahier de transition du ministre, selon laquelle « l’observation minimale des règlements s’est avérée insuffisante pour pouvoir juger sécuritaires les activités de ces exploitants »?
Response
L’hon. Marc Garneau (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, l’amélioration continue de la sécurité aérienne au Canada est une priorité. À ce titre, le gouvernement du Canada n'hésite pas à prendre les mesures nécessaires pour protéger le ciel canadien. En ce qui concerne les mesures prises par Transports Canada pour l’application de la loi en aviation civile, en réponse à la partie a) de la question, lorsque Transports Canada estime qu’un exploitant mène ses activités de façon non sécuritaire, des mesures immédiates son prises pour exiger que l’exploitant corrige la situation ou, si cela est jugé approprié, le certificat d’exploitation est suspendu jusqu’à ce que l’exploitant soit en mesure de le faire. Tous les opérateurs aériens canadiens sont traités de la même façon partout au pays.
En ce qui concerne la partie b) de la question, Transports Canada suspend ou annule le certificat d’exploitation d’un exploitant lorsqu’il estime que celui-ci mène ses activités de façon non sécuritaire. L’exploitant suspendu pourra reprendre ses activités quand il démontrera qu’il a rempli les conditions pour que son certificat soit rétabli.
Dans l’intérêt public, Transports Canada a annulé le certificat d’exploitation aérienne d’une entreprise, lui interdisant d’exploiter des aéronefs à des fins commerciales, car l’entreprise était incapable de maintenir le niveau de conformité requis et nécessaire pour que ses activités restent sécuritaires. Le certificat d’exploitation aérienne a été annulé après que Transports Canada eut procédé à un examen approfondi de l’ensemble du bilan de conformité et de sécurité de l’entreprise.
Transports Canada a également suspendu le certificat d’exploitation d’un deuxième exploitant, car des lacunes ont été relevées dans les mesures de contrôle des opérations et de la maintenance de l’entreprise. Après avoir été suspendue, l’entreprise a rédigé des plans de mesures correctives que Transports Canada a approuvés. En conséquence, Transports Canada a rétabli son certificat d’exploitation aérienne. Après le rétablissement, l’entreprise a fait l’objet d’une surveillance accrue pour permettre à des fonctionnaires du Ministère de surveiller étroitement la mise en œuvre et l’efficacité des mesures correctives.
Transports Canada continue de surveiller l’entreprise pour s’assurer que les mesures correctives qu’elle a prises restent en place et sont efficaces. Transports Canada prend très au sérieux son rôle de surveillance de la sécurité aérienne et s’attend à ce que chaque exploitant aérien se conforme entièrement aux exigences en matière de sécurité aérienne, à défaut de quoi Transports Canada prendra des mesures dans l’intérêt de la sécurité publique.

Question no 684 --
M. Robert Aubin:
En ce qui concerne la Direction générale du secteur international, des grandes entreprises et des enquêtes de l’Agence du revenu du Canada, depuis sa création en avril 2016: a) combien d’employés y sont affectés; b) quel est son budget de fonctionnement; c) combien de vérifications de contribuables sont actives; d) des vérifications en c), combien ont été référées au Programme des enquête criminelles ou au Service des poursuites pénales du Canada; e) des vérifications référées en d), combien ont été ou sont devant les tribunaux; f) des dossiers devant les tribunaux en e), combien ont abouti à des condamnations?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’actuelle Direction générale du secteur international, des grandes entreprises et des enquêtes, la DGSIGEE, était autrefois une composante de la grande Direction générale des programmes d’observation, la DGPO. La DGSIGEE a été créée en avril 2016 pour mettre l’accent sur la vérification de l’impôt international, la planification fiscale abusive, les enquêtes criminelles et l’élaboration de stratégies pour lutter contre l’évasion fiscale internationale et l’évitement fiscal abusif. Au 29 juin 2016, date la plus récente pour laquelle des renseignements à jour sont disponibles, elle comptait 2 654 équivalents temps-plein.
En ce qui concerne la partie b) de la question, la DGSIGEE a un budget d’exploitation annuel de 271 283 229 $, ce qui comprend les fonds provenant du budget de 2016 et destinés à lutter contre l’évasion fiscale et l’évitement fiscal.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, depuis avril 2016, la DGSIGEE a mené 15 602 vérifications actives, dont 5 184 étaient achevées au 25 novembre 2016, date la plus récente pour laquelle des renseignements à jour sont disponibles. Il est à noter que bon nombre des dossiers fermés ou actifs ont été créés par l’ancienne DGPO, avant la création de la DGSIGEE.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, bien que l’ARC soit en mesure de fournir des renseignements au sujet des nouvelles enquêtes criminelles qui ont été ouvertes depuis le 1er avril 2016, elle ne peut pas le faire de la manière demandée, c’est-à-dire en ce qui concerne les données fournies à la partie c) de la question. Cinquante-six enquêtes criminelles ont été ouvertes depuis le 1er avril 2016. Une enquête criminelle peut nécessiter des mois, voire des années de travail. Cela dépend de la complexité du cas, du nombre de personnes touchées, de la disponibilité de l’information ou de la preuve, de la collaboration des témoins ou des accusés et des divers outils juridiques utilisés afin de recueillir une preuve suffisante pour établir un cas hors de tout doute raisonnable.
Aucune des 56 enquêtes n’a été renvoyée au Service des poursuites pénales du Canada, le SPPC, durant les neuf mois visés par la question. En règle générale, l’acceptation d’un dossier pour une enquête criminelle et une éventuelle poursuite subséquente se fondent sur plusieurs facteurs, dont la preuve permettant d’établir qu’un crime a été commis et la probabilité d’obtenir une condamnation si des accusations sont portées. Le Programme d’enquêtes criminelles enquête sur les cas soupçonnés d’évasion fiscale, de fraude et de violation grave des lois fiscales et recommande au SPPC les cas où son enquête et les éléments de preuve recueillis indiquent qu’il y a culpabilité au-delà de tout doute raisonnable.
Enfin, pour ce qui est des parties e) et f) de la question, pour les raisons mentionnées à la réponse à la partie d) de la question, depuis le 1er avril 2016, aucun des dossiers n’a été présenté devant les tribunaux et, par conséquent, il n’y a eu aucune condamnation.

Question no 688 --
Mme Karine Trudel:
En ce qui concerne les vérifications effectuées par l’Agence du revenu du Canada concernant l’évasion fiscale à l’étranger, depuis le 1er janvier 2006: combien de dossiers ont abouti à un règlement négocié, ventilé par (i) année, (ii) montants des pénalités imposées, (iii) intérêts réclamés?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en avril 2014, l’Agence du revenu du Canada, l’ARC, a entamé un suivi des vérifications liées à l’observation à l’étranger. Ces vérifications ont donné lieu à un règlement négocié, grâce à la création de la Division de l’observation à l’étranger. Pour cette raison, l’ARC n’est en mesure de fournir des renseignements qu’à partir de cette date. Les renseignements établis avant avril 2014 ne sont pas disponibles tels qu’ils ont été demandés, par exemple, par année, depuis le 1er janvier 2006.
L’ARC cherche à résoudre les enjeux de vérification de manière efficace et efficiente sur la base des faits. Elle ne traite les dossiers qu’en se fondant sur les principes qui sont conformes aux lois qu’elle-même administre, c’est-à-dire la Loi de l’impôt sur le revenu, la Loi sur la taxe d’accise et d’autres lois fiscales. Parvenir à une entente avec le contribuable peut offrir plusieurs avantages, tels que la réduction du risque et des coûts d'une poursuite, l'acceptation par le contribuable que le revenu gagné soit assujetti à l’impôt, l'uniformité de la résolution d'enjeux complexes et l'engagement du contribuable à payer son obligation dans un délai précis.
En réponse à la partie a)(i) de la question, depuis 2014, 34 parmi les quelque 293 vérifications de l'impôt pour des cas d'inobservation à l'étranger ont abouti à un règlement.
Pour ce qui est de la partie a)(ii) de la question, ces 34 cas de vérification ont abouti à plus de 6 millions de dollars en impôt fédéral et à 3,8 millions de dollars en pénalités. Par ailleurs, 293 vérifications ont généré 155 millions de dollars en impôt fédéral et en pénalités.
Enfin, en ce qui concerne la partie a)(iii) de la question, l'ARC ne fait pas le suivi des intérêts imposés lors des règlements négociés mentionnés ci-dessus.

Question no 694 --
M. Pierre-Luc Dusseault:
En ce qui concerne le Programme de dénonciateurs de l’inobservation fiscale à l’étranger de l’Agence du revenu du Canada (ARC) depuis son établissement en 2014: a) quels ont étés les coûts de fonctionnement de ce Programme pour l’ARC; b) combien de dénonciations ont été reçues dans le cadre de ce Programme; c) du nombre de dénonciations en b), combien ont fait l’objet de vérifications; d) quels ont étés les sommes récupérées par l’ARC grâce à ce Programme; e) à combien s’élevait chaque récompense allouée aux dénonciateurs dans le cadre de ce Programme; f) à combien s’élevait le pourcentage de chaque récompense par rapport à la somme récupérée allouée aux dénonciateurs dans le cadre de ce Programme?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, le Programme de dénonciateurs de l’inobservation fiscale à l’étranger, le PDIFE, a été lancé le 15 janvier 2014 dans le cadre des efforts continus de l’Agence du revenu du Canada, l’ARC, visant à lutter contre l’évasion fiscale et l’évitement fiscal abusif. Le PDIFE permet à L’ARC de récompenser financièrement les particuliers qui fournissent des renseignements liés à des cas importants d’inobservation fiscale internationale qui mènent au recouvrement d’impôt dû.
Les particuliers qui souhaitent participer au PDIFE et qui détiennent des détails précis et crédibles sur des cas d’inobservation fiscale internationale de grande ampleur sont invités à contacter le PDIFE par le biais de sa ligne téléphonique. Durant l’appel, l’ARC discutera du fonctionnement anonyme du programme. S’il semble que le cas répond aux critères de façon générale, l’ARC fournira un numéro de dossier et des instructions sur la façon de soumettre les renseignements au programme. Les renseignements que l’ARC reçoit sont recueillis selon des pouvoirs conférés par les lois fiscales fédérales et seront utilisés afin de déterminer s’il y a inobservation des lois fiscales du Canada. Lorsque l’ARC détermine que les dénonciations ne respectent pas les critères du programme ou qu’elles ne sont pas admissibles à une récompense, l’ARC peut quand même utiliser ces renseignements à d’autres fins dans le cadre de son mandat visant à s’assurer que tous les contribuables paient leur juste part d’impôt selon la loi. Les renseignements fournis peuvent être envoyés à d’autres programmes pour des mesures d’observation, y compris le Programme des indices provenant de dénonciateurs.
De plus amples informations sont disponibles sur le site Web de l’ARC, à l’adresse suivante: http://www.cra-arc.gc.ca/gncy/cmplnc/otip-pdife/sbmt-fra.html.
En réponse à la partie a) de la question, les coûts d’exploitation de l’ARC pour le PDIFE, de janvier 2014 jusqu’en novembre 2016, date à laquelle les plus récentes données sont disponibles, ont été de 1 866 090 $.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, en date du 30 novembre 2016, date à laquelle les données suivantes sont disponibles, le PDIFE avait reçu 398 dénonciations écrites. De ces 398 dénonciations écrites, 127 sont des dénonciations actives, dont 20 constituent des contrats avec des dénonciateurs et le restant faisant actuellement l’objet d’un examen. Des 271 cas qui n’étaient pas admissibles au PDIFE, 94 cas ont été fermés et 177 ont été renvoyés à d’autres secteurs de l’ARC le cas échéant pour que des mesures d’observation éventuelles soient prises.
En ce qui concerne la partie c) de la question, des dénonciations reçues mentionnées dans la partie b) grâce au PDIFE, l’ARC a complété ou est en train de mener des vérifications qui impliquent plus de 218 contribuables.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, bien que l’ARC ne soit pas en mesure de confirmer le montant récupéré à ce jour, elle peut cependant confirmer que, grâce aux renseignements fournis dans le cadre du PDIFE, elle a établi de nouvelles cotisations pour plus de 1 million de dollars en impôt fédéral et pénalités liées aux déclarations de l’étranger. Puisqu’il s’agit de vérifications s’échelonnant sur plusieurs années, cela représente une partie minime des 218 contribuables qui ont fait ou qui font présentement l’objet d’une vérification.
Pour ce qui est de la partie e) de la question, un individu, ou dénonciateur, doit être admissible pour le PDIFE. De plus amples informations au sujet des critères d’admissibilité au PDIFE sont disponibles sur le site Web de l’ARC, à l’adresse suivante: http://www.cra-arc.gc.ca/gncy/cmplnc/otip-pdife/lgblty-fra.html.
Un analyste du PDIFE examinera les renseignements fournis par le dénonciateur, évaluera le bien-fondé du dossier et fera une recommandation quant à l’inclusion au programme. S’il est recommandé d’ouvrir un dossier dans le cadre du programme, la recommandation sera renvoyée à un comité de surveillance composé de représentants de la haute direction pour approbation afin d’établir un contrat. Une fois l’approbation reçue, le dénonciateur et l’ARC concluront un contrat. Un paiement peut être refusé et un contrat résilié dans certaines situations. L’ARC vise à terminer le processus le plus rapidement possible. Toutefois, plusieurs années peuvent s’écouler après la date de signature du contrat avec l’ARC avant qu’une cotisation de l’impôt fédéral supplémentaire soit établie, que les droits d’appel du contribuable expirent et que le montant dû soit perçu.
L’ARC a conclu plus de 20 contrats avec des dénonciateurs et d’autres sont en cours; toutefois, pour les raisons énumérées ci-dessus, aucune récompense n’a été payée jusqu’à maintenant.
Enfin, pour ce qui est de la partie f) de la question, pour les raisons énumérées à la réponse à la partie e) de la question, l’ARC n’a payé aucune récompense jusqu’à maintenant. Toutefois, en vertu du programme, si l’ARC établit une cotisation d’impôt fédéral supplémentaire à 100 000 $, elle versera une récompense allant de 5 % à 15 % de l’impôt fédéral supplémentaire perçu, à l’exclusion des intérêts et pénalités.

Question no 697 --
Mme Kelly Block:
En ce qui concerne le plan d’établissement du prix du carbone annoncé par le premier ministre: a) le gouvernement a-t-il produit des études sur les retombées économiques d’un prix du carbone de 50 $ la tonne sur les secteurs suivants (i) l’aviation commerciale, (ii) le transport ferroviaire de marchandises, (iii) le transport ferroviaire de voyageurs , (iv) le transport maritime; b) si la réponse en a) est affirmative, quels sont les détails de chaque étude, notamment (i) les dates et la durée de chaque étude, (ii) les personnes qui ont mené chaque étude, (iii) les conclusions de chaque étude?
Response
L’hon. Bill Morneau (ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, à la réunion des premiers ministres, le 9 décembre 2016, la plupart des provinces et territoires se sont entendus pour instaurer le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques. Le Cadre inclut une approche pancanadienne à l’égard de la tarification de la pollution par le carbone, qui sera mise en œuvre à l’échelle du pays d’ici 2018. Les provinces et les territoires ont la souplesse nécessaire pour choisir entre deux systèmes: un prix direct sur la pollution par le carbone ou un système de plafonnement et d’échange. La Colombie Britannique, l’Alberta, l’Ontario et le Québec, qui représentent plus de 80 % de la population, ont déjà mis en œuvre ou présenté un projet de loi en vue d’introduire une tarification du carbone.
Le gouvernement fédéral introduira une mesure d’appoint de tarification qui s’appliquera dans les compétences qui ne répondent pas au modèle pancanadien de la tarification du carbone.
Les revenus de la tarification de la pollution par le carbone demeureront dans la province ou le territoire dans lesquels ils ont été générés. Chaque province ou territoire peut utiliser les revenus provenant de la tarification du carbone comme il ou elle l’entend, y compris pour faire face aux répercussions sur les populations et les secteurs vulnérables et pour soutenir l’atteinte des objectifs liés aux changements climatiques et à la croissance propre.
L’impact de la tarification de la pollution par le carbone sur l’aviation commerciale, le transport ferroviaire de marchandises, le transport ferroviaire de voyageurs et le transport maritime au Canada dépendra des approches adoptées individuellement par les provinces et les territoires en ce qui concerne la mise en œuvre d’un prix sur le carbone qui répond au modèle pancanadien pour la tarification du carbone, ainsi que des décisions prises concernant l’utilisation des revenus de la tarification du carbone.
Un aperçu de l’analyse des impacts environnementaux et économiques du Cadre pancanadien est accessible sur le site Web Canada.ca à l'adresse suivante: https://www.canada.ca/fr/services/environnement/meteo/changementsclimatiques/action-pour-climat/analyse-economique.html.

Question no 702 --
M. Gordon Brown:
En ce qui concerne l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC): quels sont les numéros de dossier de tous les documents d’information ministériels et de toute la correspondance ministérielle entre le gouvernement et l’ASFC depuis le 4 novembre 2015, ventilés par (i) ministre ou ministère, (ii) numéro de dossier pertinent, (iii) type de correspondance ou de dossier, (iv) date, (v) but, (vi) origine, (vii) destination prévue, (viii) autres fonctionnaires ayant obtenu copie ou concernés?
Response
L'hon. Ralph Goodale (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, une recherche préliminaire a été effectuée dans ccmMercury, le système de suivi des dossiers de l’ASFC, pour les numéros de dossier de tous les documents d’information du ministre ou de la correspondance entre le gouvernement et l’ASFC depuis le 4 novembre 2015. À cause du nombre élevé de dossiers et de toutes les procédures à effectuer pour obtenir les détails requis, l’ASFC n’est pas en mesure de répondre dans les délais prescrits.

Question no 725 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne le régime d’activités politiques énoncé dans la Loi sur l’emploi dans la fonction publique: a) combien d’allégations d’activités politiques irrégulières ont été présentées entre octobre 2015 et décembre 2016, ventilé par ministère; b) parmi les allégations en a), combien d’enquêtes ont été menées, ventilé par ministère; c) parmi les enquêtes mentionnées en b), combien ont donné lieu à des mesures disciplinaires, ventilé par ministère; d) parmi les enquêtes mentionnées en b), combien ont été menées à l’initiative du sous-ministre, du sous-ministre délégué et d’autres cadres?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, du 1er octobre 2015 au 6 décembre 2016, la Commission de la fonction publique a reçu cinq allégations d’activités politiques irrégulières visant des employés de Services partagés Canada, de l’Agence du revenu du Canada, du ministère de la Défense nationale, du ministère de la Justice et de Ressources naturelles Canada.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, deux de ces allégations ont fait l’objet d’une enquête. Lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Certains renseignements n’ont pas été communiqués, car il s’agissait de renseignements personnels.
En ce qui concerne la partie c) de la question, à ce jour, aucune mesure disciplinaire n’a été ordonnée par la Commission dans le cadre de ces enquêtes. Le ministère d’attache de l’employé peut également imposer des mesures disciplinaires en vertu du pouvoir de l’administrateur général. La Commission de la fonction publique ne recueille pas de données relatives aux mesures disciplinaires imposées par les ministères. L’une de ces enquêtes a été abandonnée, tandis que l’autre est toujours en cours. Lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Certains renseignements n’ont pas été communiqués, car il s’agissait de renseignements personnels.
Enfin, pour ce qui est de la partie d) de la question, les deux enquêtes ont été menées à l’initiative de gestionnaires.

Question no 726 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne la dotation dans la fonction publique et la Loi sur l’embauche des anciens combattants: a) combien d’anciens combattants ont été embauchés depuis le 19 octobre 2015; b) combien d’anciens combattants ont posé leur candidature; c) combien d’anciens combattants ont vu leur candidature rejetée et quelles étaient, sous forme de liste, les motifs de chacun des rejets?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, en tout, 266 anciens combattants ont été embauchés depuis le 19 octobre 2015, dont 255 à titre de priorités statutaires ou réglementaires. Ces données proviennent du Système de gestion de l’information sur les priorités de la Commission de la fonction publique. Elles tiennent compte des nominations effectuées dans les organisations assujetties à la Loi sur l’emploi dans la fonction publique, la LEFP, ainsi que des nominations faites selon des critères semblables à l’Agence du revenu du Canada. Par ailleurs, 11 anciens combattants ont été embauchés en vertu des dispositions sur la préférence et la mobilité. Les données sur les nominations effectuées en vertu des dispositions sur la préférence et la mobilité sont accessibles jusqu’au 31 mars 2016.
En ce qui concerne la partie b) de la question, en tout, 1 350 anciens combattants ont soumis 3 813 demandes d’emploi au cours de la période s’échelonnant du 19 octobre 2015 au 30 novembre 2016. Ces chiffres englobent les organisations assujetties à la LEFP, en fonction de la date de clôture indiquée dans l’annonce. Les annonces qui ont été annulées n’ont pas été prises en considération. Certains anciens combattants ont soumis plusieurs demandes d’emploi. Puisque l’information est comptabilisée sur une base mensuelle, les données sur les postulants ne sont disponibles qu’en date du 30 novembre 2016.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, parmi les 3 813 demandes d’emploi soumises par des anciens combattants, 457 ont été rejetées dans le cadre de processus de nomination internes et externes du 19 octobre 2015 au 30 novembre 2016: 420 demandes ne satisfaisaient pas aux exigences de présélection établies pour l’opportunité d’emploi; 30 demandes ne satisfaisaient pas aux exigences du test en ligne non supervisé établies pour l’opportunité d’emploi; 6 demandes ne précisaient pas que le postulant résidait ou travaillait dans le rayon spécifié pour l’opportunité d’emploi au moment où il a soumis sa candidature; une demande ne satisfaisait pas aux exigences relatives à l’expérience pour l’opportunité d’emploi. Ces données proviennent du Système de ressourcement de la fonction publique de la Commission de la fonction publique. Les décisions concernant les autres demandes d’emploi ont été prises par les organisations d’embauche à des stades ultérieurs du processus de nomination et peuvent avoir été prises en fonction d’outils d’évaluation, tels que les examens écrits, les entrevues ou les vérifications de références.

Question no 734 --
M. Robert Kitchen:
En ce qui concerne les intentions du gouvernement par rappport au projet de la Banque de l’infrastructure du Canada: a) quelle sera sa structure organisationnelle; b) quel financement le gouvernement lui accordera-t-il; c) quel montant en garanties de prêt le gouvernement, toutes organisations fédérales confondues, lui accordera-t-il; d) de quel montant d’investissements privés la banque aura-t-elle besoin pour fonctionner; e) quelle est la valeur totale des engagements financiers fermes pour la banque que le gouvernement a obtenus jusqu’à présent de la part d’investisseurs privés; f) le gouvernement exige-t-il que les investissements privés proviennent de sociétés canadiennes; g) la banque acceptera-t-elle les investissements provenant de groupes ou de particuliers ayant des liens avec le gouvernement de la Chine; h) la banque acceptera-t-elle les investissements provenant de groupes ou de particuliers ayant des liens avec d’autres gouvernements étrangers; i) la banque acceptera-t-elle les investissements provenant de groupes ou de particuliers ayant des liens avec une entité terroriste inscrite?
Response
L’hon. Amarjeet Sohi (ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Monsieur le Président, dans l’énoncé économique de l’automne 2016 a annoncé le plan Investir dans le Canada, qui propose d’investir plus de 180 milliards de dollars sur 12 ans à compter de 2017-2018 dans le transport en commun, les infrastructures vertes, les infrastructures sociales, les infrastructures de transport à l’appui du commerce, et les collectivités rurales et du Nord du Canada. Dans le cadre de ce plan, le gouvernement propose la création de la Banque de l’infrastructure du Canada qui collaborera avec les provinces, les territoires et les municipalités pour renforcer la portée du financement du gouvernement destiné aux infrastructures. La Banque de l'infrastructure du Canada, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, ainsi que les investisseurs travailleront de concert afin de déterminer des projets éventuels et de cerner les possibilités d'investissement offrant les résultats les plus favorables sur les plans économique, social et environnemental.
La Banque de l’infrastructure du Canada investira dans des projets d’infrastructure générateurs de revenus et dans des plans qui contribuent à la durabilité à long terme des infrastructures de l’ensemble du pays. Elle aura pour mandat de collaborer avec les promoteurs des projets afin d’atteindre les objectifs suivants: structurer, négocier et mettre en place les mécanismes de soutien fédéraux pour les projets d’infrastructure présentant un potentiel de revenus; utiliser des outils financiers novateurs pour investir dans des projets d’infrastructure nationaux et régionaux et pour attirer le capital du secteur privé dans les projets d’infrastructure publique; servir de point de contact unique pour les propositions non sollicitées du secteur privé; et améliorer la prise de décisions fondée sur des données probantes et conseiller le gouvernement sur la conception et la négociation de projets d’infrastructure générant des revenus.
Pour ce qui est de sa structure organisationnelle, la Banque de l’infrastructure du Canada devra rendre des comptes au gouvernement et elle évoluera en partenariat avec ce dernier, mais elle fonctionnera de façon plus indépendante qu’un ministère, en collaborant avec les provinces, les territoires, les municipalités, les Autochtones et les partenaires d’investissement dans le but de transformer la façon dont les infrastructures sont planifiées, financées et réalisées au Canada.
En matière de financement et d’investissement, la Banque de l’infrastructure du Canada sera responsable d’investir au moins 35 milliards de dollars du gouvernement fédéral, selon la comptabilité de caisse, dans de grands projets d’infrastructure qui contribueront à la croissance économique, et ce, en ayant recours à des investissements directs, à des prêts, à des garanties de prêts et à des participations au capital. Une partie de ce montant, soit 15 milliards de dollars, proviendra des volets annoncés pour le transport en commun, les infrastructures vertes, les infrastructures sociales, les infrastructures de transport à l’appui du commerce ainsi que les collectivités rurales et du Nord. En outre, 20 milliards de capital additionnel seront mis à la disposition de la Banque de l'infrastructure du Canada aux fins d'investissement, sous la forme de capitaux propres ou de titres de créance. Ce montant de 20 milliards de dollars n'aura ainsi aucune incidence budgétaire pour le gouvernement.
En ce qui concerne les investissements potentiels du secteur privé dans les infrastructures publiques du Canada, la Loi sur lnvestissement Canada prévoit l’examen des acquisitions directes importantes visant le contrôle d’entreprises canadiennes par des investisseurs étrangers en fonction de l’avantage économique net que les acquisitions représentent vraisemblablement pour le Canada. La Loi prévoit également l’examen des investissements étrangers susceptibles de porter atteinte à la sécurité nationale.
Le gouvernement annoncera d’autres détails concernant le plan Investir dans le Canada dans le budget de 2017.

Question no 737 --
Mme Marilyn Gladu:
En ce qui concerne tout paiement fédéral versé, ou devant être versé, par suite de la décision du gouvernement de l’Ontario d’annuler un projet avec Windstream Energy SARL: a) quel est le montant actuel que le gouvernement fédéral doit verser à Windstream Energy LLC par suite de la décision connexe en vertu de l’ALENA; b) quelles mesures le gouvernement prévoit-il prendre ou envisage-t-il de prendre afin de recouvrer cet argent auprès des personnes en cause; c) le gouvernement a-t-il réclamé à l’une ou l’autre des personnes ou entités suivantes un remboursement au nom des contribuables canadiens, (i) l’ancien premier ministre de l’Ontario Dalton McGuinty, (ii) l’actuelle première ministre de l’Ontario, (iii) le Parti libéral de l’Ontario, (iv) l’une ou l’autre des personnes accusées en lien soit avec l’annulation du projet, soit avec la suppression ou la destruction des courriels connexes; d) le gouvernement compte-t-il intenter des poursuites contre quiconque afin de recouvrer les paiements fédéraux requis par suite de la décision en vertu de l’ALENA; e) si la réponse au point d) est affirmative, quels sont les détails de toute action que projette le gouvernement?
Response
L'hon. François-Philippe Champagne (ministre du Commerce international, Lib.):
Monsieur le Président, le tribunal constitué afin d’instruire la cause Windstream c. Canada a rendu sa sentence définitive le 30 septembre 2016. Il y ordonne que le Canada verse à la partie demanderesse, Windstream Energy LLC, la somme de 25 182 900 $ en guise de dommages et la somme de 2 912 432 $ en guise de remboursement des dépens.
La majorité des réclamations de la compagnie a été rejetée, et ce remboursement n’est qu’une petite fraction des dommages réclamés combinée aux intérêts encourus après le rendu de la sentence tel qu’entendu entre les parties. La version publique de la sentence peut être consultée, en anglais, à l’adresse https://www.pcacases.com/web/sendAttach/2036. Les gouvernements du Canada et de l’Ontario sont présentement en communication en vue de préciser les modalités liées au versement de ces sommes.
Ce différend représente une infime portion des milliards en investissements que le Canada attire et les milliards que les entreprises canadiennes investissent à l’étranger.

Question no 740 --
L'hon. Ahmed Hussen:
En ce qui concerne le témoignage du lieutenant général Michael Hood devant le Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense, dans le cadre duquel il a indiqué que nous respections auparavant nos engagements relatifs au NORAD et à l’OTAN, mais qu’une modification de la politique exigeant que nous remplissions simultanément ces engagements nous a obligé à accroître le nombre d’avions de chasse disponibles: a) qui a apporté cette modification à la politique; b) le lieutenant général Hood a-t-il été consulté avant qu’on décide d’apporter cette modification; c) si la réponse à la question b) est négative, pourquoi n’a-t-il pas été consulté; d) sur quels critères ou recommandations s’est-on appuyé pour modifier la politique; e) à quelle date la modification a-t-elle été apportée; f) pourquoi a-t-on apporté cette modification avant de terminer l’examen de la politique de défense du gouvernement; g) qu’est-ce qui justifie cette modification; h) depuis le 3 novembre 2015, la politique des Forces armées a-t-elle été modifiée pour ce qui est de (i) la flotte d’hélicoptères Chinook, (ii) la flotte d’avions de surveillance CP-140 Aurora, (iii) la flotte d’hélicoptères Griffin, (iv) la flotte d’hélicoptères Sea King, (v) la flotte d’aéronefs C-17 Globemaster, (vi) la flotte d’aéronefs C-130 Hercules; i) si la réponse à l’un des éléments de la question h) est affirmative, (i) quelle modification a été apportée, (ii) qui l’a apportée, (iii) sur quels critères ou recommandations s’est on appuyé pour modifier la politique, (iv) à quelle date la modification a-t-elle été apportée, (v) pourquoi a-t-on apporté cette modification avant de terminer l’examen de la politique de défense du gouvernement, (vi) qu’est-ce qui justifie cette modification; j) quels sont les coûts opérationnels supplémentaires prévus de la modification de la politique; k) quel est le nombre total d’avions de chasse requis par l’Aviation royale canadienne pour mettre en œuvre cette modification de la politique; l) quelle sera l’incidence de cette modification sur la contribution de l’Aviation royale canadienne à l’OTAN; m) quelle sera l’incidence de cette modification sur la contribution de l’Aviation royale canadienne au NORAD?
Response
L’hon. Harjit S. Sajjan (ministre de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada a pris la décision de ne plus gérer les risques liés à notre capacité à remplir nos engagements à la fois envers le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord, le NORAD, et l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, l’OTAN. La flotte actuelle de chasseurs CF-18 du Canada est âgée de plus de 30 ans et a été réduite, passant de 138 à 76 aéronefs. Le Canada gère les risques liés à notre capacité à remplir nos engagements depuis un certain nombre d’années. Le gouvernement n’est plus disposé à accepter ces risques et, par conséquent, explore l’acquisition d’une flotte intérimaire de chasseurs Super Hornet afin de suppléer la flotte de chasseurs CF-18 jusqu’à l’arrivée d’un remplacement permanent. Cette décision a été annoncée le 22 novembre 2016.
En prenant ces mesures dès maintenant, le gouvernement s’assure que nous continuons à répondre à nos besoins en matière de défense tant à court terme qu’à long terme et que le Canada demeure un allié crédible et fiable. En prenant cette décision, les conseils au ministre de la Défense nationale ont été canalisés par l’entremise de ses deux principaux conseillers, le chef d’état-major de la Défense et le sous ministre.
L’information demandée relativement à la façon dont la décision a été prise constitue un conseil au ministre et fait partie des secrets du cabinet.
Depuis le 3 novembre 2015, aucun changement n’a été apporté aux exigences de la politique pour n’importe laquelle des autres flottes de l’Aviation royale canadienne, l’ARC, mentionnées dans la question.
Le Canada a l’obligation envers le NORAD et l’OTAN d’être prêt à déployer une capacité d’avions chasseurs. Tout particulièrement, le Canada s’est engagé à avoir six chasseurs en réserve pour la Force de réaction de l’OTAN; le nombre de chasseurs canadiens réservés pour le NORAD est une information classifiée. Cependant, le nombre de chasseurs prêts à l’action que le Canada peut fournir en simultanée à ces organisations est inférieur au total des obligations, ce qui veut donc dire que les capacités de l’ARC sont insuffisantes.
De plus amples détails sur la taille de la flotte permanente et les coûts prévus seront fournis lors de l’examen de la politique de défense et dans le budget 2017.

Question no 741 --
M. Pierre Paul-Hus:
En ce qui concerne la déclaration faite à la Chambre des communes par le ministre de la Défense nationale le 23 novembre 2016 selon laquelle le 11 septembre 2011, le Canada a « dû mobiliser tous les avions-chasseurs »: a) combien des CF 18 du Canada ont effectué des sorties le 11 septembre 2001; b) combien des CF 18 du Canada ont été placé en état de préparation le 11 septembre 2001; c) certains CF 18 du Canada ont ils dû laisser tomber leurs obligations envers l’OTAN le 11 septembre 2001?
Response
L’hon. Harjit S. Sajjan (ministre de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, le 11 septembre 2001, en réponse aux attaques terroristes lancées contre les États-Unis, le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord, le NORAD, a pris le contrôle de l’espace aérien canadien et américain et a mobilisé des ressources pour contrer la menace. On a fermé l’espace aérien tant au Canada qu’aux États-Unis et on a demandé que tous les aéronefs civils et militaires en vol atterrissent sur le terrain d’aviation convenable le plus près.
Au Canada, toutes les capacités d’intervention rapide du NORAD ont été immédiatement déployées, surtout pour escorter le trafic aérien international jusqu’à des terrains d’aviation côtiers. Pendant cette journée, l’Aviation royale canadienne, l’ARC, a rappelé son personnel et préparé des ressources aériennes aptes au combat et prêtes à l’action en réponse à la situation incertaine en matière de sécurité. L’ARC a continué de mettre sur pied des forces dans les deux principales bases d’opérations, la Base des Forces canadiennes Bagotville et la Base des Forces canadiennes Cold Lake, jusqu’à ce que chacune d’elles atteigne sa capacité maximale de fonctionnement. Le NORAD est responsable des informations détaillées concernant les opérations qui ont eu lieu le 11 septembre 2001, et possède de l’information classifiée quant au nombre de sorties effectuées à cette date.
L’état de préparation est une mesure qui indique à quel point les Forces armées canadiennes sont prêtes à se déployer, et les niveaux d’état de préparation sont toujours des données classifiées. De plus, l’information demandée en partie a) dans cette question relève du NORAD. Quand le gouvernement traite les documents parlementaires, il applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes énoncés dans la Loi sur l'accès à l'information, et certains renseignements ne sont pas divulgués car l’information était liée à la sécurité nationale, à la défense et aux affaires internationales. Conformément aux principes énoncés dans ces lois, bien que nous puissions affirmer que toutes les capacités d’intervention rapide du NORAD au Canada ont été déployées, on ne peut pas publier certains détails, tels que le nombre d’aéronefs ravitaillés et armés ou le nombre de sorties effectuées le 11 septembre 2001.
L’examen de nos données historiques n’a pas permis de trouver de mentions selon lesquelles des CF18 auraient été détournés de leurs obligations envers l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, l’OTAN, tout particulièrement le 11 septembre 2001.

Question no 742 --
M. Pierre Paul-Hus:
En ce qui concerne la suppression, sur le site Web du ministère de la Défense nationale, du rapport de juin 2014 de Recherche et développement pour la défense Canada sur les avions de chasse: a) à quel moment le rapport a-t-il été effacé du site Web; b) qui en a ordonné la suppression; c) quand le Ministre et son bureau ont-ils été mis au courant de la suppression; d) le Ministre ou son bureau ont-ils approuvé la suppression et, le cas échéant, à quelle date; e) quelle est la raison de la décision de supprimer le rapport; f) quels sont les détails sur les notes d’information, les notes de service et les autres dossiers liés à la suppression du rapport, y compris (i) la date, (ii) l’expéditeur, (iii) le destinataire, (iv) le titre, (v) le sommaire, (vi) le numéro de dossier?
Response
L’hon. Harjit S. Sajjan (ministre de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le rapport a été retiré du site Web le 4 novembre 2016.
En ce qui concerne la partie b) de la question, le directeur d’état-major -- État-major interarmées stratégique a demandé que le rapport soit supprimé.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, mon cabinet moi-même avons été mis au courant de la suppression après que le ministère de la Défense nationale ait retiré le rapport du site Web.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, ni mon cabinet ni moi-même n’avons approuvé la suppression du rapport. Le ministère de la Défense nationale n’a pas demandé mon approbation.
En ce qui concerne la partie e) de la question, étant donné le contexte actuel de la menace, le directeur de l’état-major, État-major interarmées stratégique, a jugé que l’information contenue dans le rapport ne devait plus être publique.
Enfin, pour ce qui est de la partie f) de la question, aucune note d’information ou de service ni aucun autre dossier n’ont été préparés sur le sujet.

Question no 744 --
L’hon. Candice Bergen:
En ce qui concerne le site Web mademocratie.ca: a) qui sont les membres du groupe consultatif ayant décidé des questions, y compris, pour chaque membre, (i) leur nom, (ii) leur titre, (iii) leur affiliation; b) quelle est la ventilation des coûts prévus de la promotion par cartes postales du site Web, y compris (i) l’affranchissement, (ii) l’impression, (iii) la préparation, (iv) les autres coûts ventilés individuellement; c) quel a été le coût total de la conception du site Web, ventilé par poste; d) est-ce que la ministre des Institutions démocratiques a approuvé les questions apparaissant sur le site Web, et, si oui, quelle date la Ministre a-t-elle approuvé les questions; e) quelle date les questions ont-elles été (i) finalisées par le groupe consultatif, (ii) soumises à la Ministre pour approbation?
Response
L'hon. Karina Gould (ministre des Institutions démocratiques, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, Vox Pop Labs a élaboré les questions en collaboration avec le gouvernement du Canada et un groupe consultatif d’universitaires réunissant des experts en conception et méthodologie de recherche et en politique électorale. Voici les membres du groupe consultatif: André Blais, professeur titulaire de l’Université de Montréal; Elisabeth Gidengil, professeure titulaire de la chaire Hiram Mills de l’Université McGill; Richard Johnston, professeur de l’Université de la Colombie Britannique; Peter Loewen, professeur agrégé de l’Université de Toronto; Scott Matthews, professeur agrégé de l’Université Memorial; Jonathan Rose, professeur agrégé de l’Université Queen’s; Laura Stephenson, professeure agrégée de l’Université Western; et Melanee Thomas, professeure agrégée de l’Université de Calgary.
Le groupe a publié une déclaration qui peut être consultée à l’adresse suivante: http://individual.utoronto.ca/loewen/Electoral_Reform_files/statement%20advisory%20board%20FINAL.pdf.
En ce qui concerne la partie b) de la question, le gouvernement du Canada voulait engager le plus de Canadiens et Canadiennes possible dans une conversation sur la réforme électorale. Des cartes postales ont été envoyées à tous les ménages canadiens pour les inviter à participer à MaDémocratie.ca. La ventilation des coûts prévus pour les cartes postales comprend les frais d’affranchissement, qui s’élèvent à 1 673 921,08 $, et les frais pour l’impression et la préparation des cartes, qui s’élèvent à 295 128 $. Ces opérations ont été réalisées par la même entreprise. Il n’y a pas d’autres coûts individuels.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, la valeur du contrat conclu avec Vox Pop Labs pour l’élaboration de l’application ainsi que pour l’analyse et la communication des résultats devrait s’élever à 369 058 $, TVH comprise.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, l’approbation finale des questions de MaDémocratie.ca a été donnée en novembre 2016.
Enfin, pour ce qui est de la partie e) de la question, Vox Pop Labs a élaboré les questions en collaboration avec le gouvernement du Canada et un groupe consultatif d’universitaires réunissant des experts en conception et méthodologie de recherche et en politique électorale.
L’élaboration et l’examen des questions, ainsi que la rétroaction sur ce sujet, ont suivi un processus itératif, consultatif et collaboratif. L’approbation finale des questions de MaDémocratie.ca a été donnée en novembre 2016.

Question no 755 --
Mme Irene Mathyssen:
En ce qui concerne Anciens Combattants Canada quel est: a) le critère d’admissibilité aux prestations pour les anciens combattants qui souffrent de blessures ou de maladies dues à une exposition à des produits chimiques toxiques tels que, sans s’y limiter, (i) l’amiante, (ii) le plomb, (iii) les lubrifiants, (iv) les détergents, (v) l’épandage de produits chimiques, (vi) l’épandage à la BFC Gagetown, (vii) l’uranium appauvri, (viii) un rayonnement, (ix) d’autres produits chimiques; b) le nombre de demandes qui ont été déposées en raison d’une exposition à des produits chimiques toxiques tels que, sans s’y limiter, (i) l’amiante, (ii) le plomb, (iii) les lubrifiants, (iv) les détergents, (v) l’épandage de produits chimiques, (vi) l’épandage à la BFC Gagetown, (vii) l’uranium appauvri, (viii) un rayonnement, (ix) d’autres produits chimique; c) le nombre de demandes approuvées pour une exposition à des produits chimiques toxiques tels que, sans s’y limiter, (i) l’amiante, (ii) le plomb, (iii) les lubrifiants, (iv) les détergents, (v) l’épandage de produits chimiques, (vi) l’épandage à la BFC Gagetown, (vii) l’uranium appauvri, (viii) un rayonnement, (ix) d’autres produits chimiques?
Response
L’hon. Kent Hehr (ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, pour être admissible aux prestations d’invalidité d’Anciens Combattants Canada, il faut fournir un diagnostic d’affection médicale et une preuve que l’affection ou l’invalidité est liée au service militaire. Les membres des Forces armées canadiennes et les vétérans atteints d’une invalidité associée à une exposition attribuable au service militaire ou de toute autre invalidité liée au service sont encouragés à présenter une demande de prestations d’invalidité à Anciens Combattants Canada. Les sites Web suivants contiennent des lignes directrices additionnelles concernant les décisions rendues à l’égard des demandes de prestation d’invalidité à la suite d’une exposition à des matières dangereuses, à la radiation, à l’agent Orange et à d’autres herbicides non homologués de l’armée américaine: http://www.veterans.gc.ca/fra/about-us/policy/document/1315 et http://www.veterans.gc.ca/fra/about-us/policy/document/1190.
En réponse à la question, les produits chimiques ne constituent pas une affection, mais plutôt une cause potentielle d’autres affections. Anciens Combattants Canada ne fait pas le suivi des causes des affections, uniquement des affections elles-mêmes. Par conséquent, Anciens Combattants Canada n’est pas en mesure de fournir les données demandées.

Question no 757 --
M. Jim Eglinski:
En ce qui concerne les projets financés par le gouvernement dans la Première Nation d'O'Chiese: a) quelle est la valeur totale des factures reçues, mais non payées en date du 7 décembre 2016; b) quels sont les détails de ces factures, y compris (i) le montant, (ii) la date de réception, (iii) le fournisseur, (iv) la description des biens et services fournis, (v) la raison du défaut de paiement; c) quels sont les détails de la correspondance entre la ministre des Affaires autochtones et du Nord canadien et la Première Nation d'O'Chiese ou les fournisseurs à propos des défauts de paiement, y compris (i) la date, (ii) le fournisseur, (iii) le destinataire, (iv) le titre, (v) le numéro de dossier?
Response
L'hon. Carolyn Bennett (ministre des Affaires autochtones et du Nord, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne Affaires autochtones et du Nord Canada, AANC, aucune facture n’était impayée en date du 7 décembre 2016.

Question no 761 --
M. Ron Liepert:
En ce qui concerne le programme de la Carte d’entrée découverte 2017 gratuite de Parcs Canada: a) combien de cartes d’entrée avaient été demandées au 7 décembre 2016; b) combien de cartes d’entrée ont été demandées par (i) des particuliers résidant au Canada, (ii) des familles résidant au Canada, (iii) des particuliers résidant à l’extérieur du Canada, (iv) des familles résidant à l’extérieur du Canada; c) quel a été le coût de production des cartes d’entrée, ventilé par (i) heures du personnel, (ii) heures supplémentaires du personnel, (iii) impression, (iv) conception, (v) envois postaux, (vi) frais d’affranchissement, (vii) autres coûts, en indiquant leur nature; d) combien de cartes d’entrée ont été fournies à d’autres organismes, tels que l’Association canadienne des automobilistes ou l’Alberta Motor Association, en indiquant les organismes qui ont reçu des cartes d’entrée et le nombre de cartes d’entrée reçues par chaque organisme; e) combien de cartes d’entrée ont été achetées au cours de l’exercice 2015-2016 et quel a été le revenu brut total lié aux cartes achetées; f) quel a été le coût de production des cartes d’entrée au cours de l’exercice 2015-2016, ventilé par (i) heures du personnel, (ii) heures supplémentaires du personnel, (iii) impression, (iv) conception, (v) envois postaux, (vi) frais d’affranchissement, (vii) autres coûts, en indiquant leur nature?
Response
L’hon. Catherine McKenna (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Monsieur le Président, pour célébrer Canada 150, le gouvernement du Canada est très heureux d’offrir en 2017 l’entrée gratuite à tous les visiteurs des parcs nationaux, des lieux historiques nationaux et des aires marines nationales de conservation administrés par Parcs Canada.
Les parcs nationaux et les aires marines nationales de conservation du Canada offrent de remarquables exemples des paysages naturels de notre pays, engendrent de l’activité économique en attirant des visiteurs d’ici et d’ailleurs et permettent à la population canadienne d’avoir accès à son patrimoine naturel.
Étant le plus important fournisseur en matière de tourisme naturel et culturel au pays, Parcs Canada gère des destinations qui constituent des pierres angulaires de l’industrie touristique tant sur le plan local, régional que national. Les sites de Parcs Canada sont d’un apport considérable aux économies locales, contribuent à engendrer des milliards de dollars annuellement et emploient des dizaines de milliers de personnes.
Les millions de visiteurs des parcs nationaux, des lieux historiques nationaux et des aires marines nationales de conservation du Canada apportent une contribution vaste et substantielle à l’économie canadienne en aidant à créer des emplois et à générer des revenus pour les entreprises locales.
En réponse à la partie a) de la question, en date du 7 décembre 2016, Parcs Canada a reçu 377 879 commandes pour 661 925 cartes d’entrée Découverte.
Pour ce qui est des parties b)(i) et (ii) de la question, Parcs Canada a reçu 360 926 commandes par des particuliers ou des familles résidant au Canada pour 632 146 cartes d’entrée Découverte; Pour les parties b)(iii) et (iv) de la question, Parcs Canada a reçu 16 953 commandes par des particuliers ou des familles de l’extérieur du Canada pour 29 779 cartes d’entrée Découverte. L’Agence n’est pas en mesure de différencier les commandes reçues par des familles de celles reçues par des particuliers.
En ce qui concerne la partie c)(i) de la question, la réponse est 40 000 $. Sur une période de 3 mois, le programme de carte d’entrée Découverte a représenté 70 % du travail de deux employés et 30 % du travail d’un employé. En réponse à la partie c)(ii), aucune heure supplémentaire n’a été payée. Pour la partie c)(iii), la production de chaque carte d’entrée coûte 0,342 $. En date du 7 décembre 2016, environ 661 925 cartes d’entrée ont été commandées. Les coûts d’impression seraient d’environ 226 378 $. La réponse à la partie c)(iv) est 2 713 $. Pour ce qui est de la partie c)(v), aucuns frais d’envoi postal n’ont été engagés. Pour la partie c)(vi), aucuns frais d’affranchissement n‘ont été engagés. Pour la partie c)(vii), aucun autre coût n’a été engagé.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, aucune carte d’entrée Découverte n’a été fournie à d’autres organismes.
Pour ce qui est de la partie e) de la question, la carte d’entrée Découverte 2017 gratuite se substitue aux ventes habituelles pour l’entrée régulière et pour la carte d’entrée Découverte. Le nombre de laissez-passer pour une entrée achetés en 2015-2016, y compris les entrées réalisées par l’entremise des cartes d’entrée Découverte et les entrées quotidiennes, s’élevait à 5 884 127 pour un revenu total de 65 991 356 $. Le nombre de cartes d’entrée Découverte achetées en 2015-2016 est de 176 557 pour un revenu brut total de 21 435 577 $.
Enfin, pour ce qui est de la partie f)(i) de la question, le coût est de 55 000 $ sur une période de 12 mois. Le programme de carte d’entrée Découverte représente 50 % du travail d’un employé et 20 % du travail d’un employé. Pour la partie f)(ii) de la question, aucune heure supplémentaire n’a été requise. Pour la partie f)(iii) de la question, le coût de production de la carte d’entrée Découverte 2016 était de 0,36 $ par carte pour un total de 63 561 $. La réponse à la partie f)(iv) est 2 713 $. Pour la partie f)(v), les coûts d’emballage et d’envoi postal ont été de 34 250 $. Pour la partie f)(vi), 8 250 cartes d’entrée Découverte ont été commandées en vue de leur distribution par la poste. Avec un tarif postal moyen de 0,98 $ par commande, le coût total a été de 8 085 $. Enfin, pour la partie f)(vii), aucun autre coût n’a été engagé.

Question no 762 --
M. Len Webber:
En ce qui concerne la liste des maladies chroniques tenue par l’Agence de la santé publique du Canada: a) pourquoi la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse n’y figurent-elles pas; b) quand a-t-on examiné pour la dernière fois la possibilité d’inclure la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse dans la liste; c) à quels critères la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse ne répondaient-elles pas; d) quand aura lieu le prochain examen pour inclure la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse dans la liste; e) quels sont les critères utilisés pour déterminer si une maladie peut être incluse dans la liste?
Response
L’hon. Jane Philpott (ministre de la Santé, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la liste de maladies et d’affections chroniques du site Web de l’Agence de la santé publique du Canada, l’ASPC, a été mise à jour en décembre 2016 afin d’inclure la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, comme on peut le voir à l’adresse suivante: http://www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/index-fra.php. De plus, des informations en matière de surveillance des maladies inflammatoires de l’intestin diagnostiquées, recueillies annuellement grâce à l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes menée par Statistique Canada, sont également disponibles en ligne dans les cubes de données de l’infobase des maladies chroniques de l’ASPC à cette adresse: http://infobase.phac-aspc.gc.ca/cubes/index-fra.html.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, la liste de maladies et d’affections chroniques a été révisée en décembre 2016, et le site Web de l’ASPC a été mise à jour afin d’inclure la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, à l’adresse suivante: http://www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/index-fra.php.
En ce qui concerne la partie c) de la question, de façon générale, la liste inclut les maladies et les affections chronique pour lesquelles l’ASPC conduit des activités de surveillance régulières.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, tel que mentionné, la liste de maladies et d’affections chroniques a été révisée en décembre 2016, et le site Web de l’ASPC a été mise à jour afin d’inclure la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, toujours à l’adresse http://www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/index-fra.php.
Enfin, pour ce qui est de la partie e) de la question, de façon générale, la liste inclut les maladies et les affections chroniques pour lesquelles l’ASPC conduit des activités de surveillance régulières. Les activités de surveillance sont pour leur part priorisées selon divers critères, incluant des considérations liées à la santé publique, par exemple le fardeau épidémiologique ou économique, des aspects techniques, per exemple la faisabilité de recueillir des données au niveau national, la validité des méthodes de collecte de données pour ces conditions, l’alignement de ces activités avec le mandant de l’ASPC et les priorités du gouvernement, ainsi que la disponibilité des ressources. Les experts en surveillance révisent l’étendue de leurs activités régulièrement, à la lumière de ces paramètres.

Question no 764 --
M. Earl Dreeshen:
En ce qui concerne l’annulation du projet Northern Gateway d’Enbridge: a) quelles données scientifiques a-t-on fournies sur les conséquences du tracé proposé du pipeline après que la Commission d’examen conjoint a approuvé le projet en 2014; b) en quoi ces nouvelles données scientifiques contredisent-elles celles fournies à l’appui de la décision initiale de la Commission d’examen conjoint; c) quels étaient (i) les conséquences potentielles cernées dans les autres données scientifiques, (ii) les risques ou probabilités que ces conséquences se produisent, (iii) les probabilités que les conditions ou mesures d’atténuation supplémentaires auraient réduit les risques pour atteindre un niveau acceptable?
Response
L’hon. Jim Carr (ministre des Ressources naturelles, Lib.):
Monsieur le Président, dans son rapport de 2014, la Commission d’examen conjoint avait formulé une recommandation non exécutoire à l’intention du gouverneur en conseil au sujet de la demande de projet. Le rapport fait état d’un grand volume de renseignements et de connaissances à caractère technique, scientifique, traditionnel et spécialisé que la Commission avait reçu d’une multitude de sources au sujet du projet. Dans sa décision du 25 novembre 2016, le décret 2016-1047, le gouverneur en conseil a ordonné à l’Office national de l’énergie de rejeter la demande de certification de Northern Gateway Pipelines Limited Partnership. Sur ordre du gouverneur en conseil, l’Office national de l’énergie a rejeté la demande relative au projet le 6 décembre 2016.
La décision du gouverneur en conseil sur la demande relative au projet reposait sur le rapport de 2014 de la Commission d’examen conjoint, rapport qui comportait entre autres des faits probants, des analyses et des données de nature scientifique. Le rapport contenait, entre autres, des données probantes scientifiques qui mettaient en évidence la nature unique et irremplaçable de l’écosystème de la forêt pluviale de Great Bear, y compris le chenal Douglas. La vulnérabilité de cet écosystème était l’élément central de la conclusion du gouverneur en conseil, conclusion selon laquelle les eaux du chenal Douglas doivent être protégées contre tout déversement de pétrole brut par des citernes et, par conséquent, il s’agissait du point central de sa directive à l’Office national de l’énergie de rejeter la demande de projet. Puisque la Commission d’examen conjoint s’était acquittée adéquatement de son mandat en réunissant les données scientifiques, il s’est avéré inutile de faire appel à d’autres sources scientifiques en plus de celles recensées dans le rapport de la Commission.

Question no 770 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne l’initiative du ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration et le Prix Paul Yuzyk pour le multiculturalisme: a) combien de candidatures ont été reçues en 2015 et en 2016, ventilé selon chacune des catégories suivantes (i) Jeunesse, (ii) Organisation, (iii) Ensemble des réalisations et Réalisation exceptionnelle; b) quel est le nombre de candidatures valides pour chaque année et chaque catégorie en a); c) qui est le gagnant du Prix de 2016; d) quelle est la liste exhaustive de de tous les communiqués et autres produits de communication ou de notification utilisés dans le cadre de ce Prix?
Response
L’hon. Mélanie Joly (ministre du Patrimoine canadien, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, en 2015, nous avons reçu 4 candidatures dans la catégorie jeunesse, 12 candidatures dans la catégorie organisation et 25 candidatures dans la catégorie ensemble des réalisations et réalisation exceptionnelle.
En 2016, aucune candidature n’a été soumise étant donné qu’aucun appel de candidatures n’a été lancé.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, des candidatures de 2015, 3 d’entre elles étaient valides dans la catégorie jeunesse, 11 dans la catégorie organisation et 23 l’étaient dans la catégorie ensemble des réalisations et réalisation exceptionnelle. Trois des candidatures soumises étaient incomplètes, donc non valides.
En 2016, aucune candidature n’a été soumise étant donné qu’aucun appel de candidatures n’a été lancé.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, une réévaluation du format du Prix Paul Yuzyk pour le multiculturalisme est présentement en cours à la suite du retour du programme du multiculturalisme au ministère du Patrimoine canadien.
Partie d): Les produits de communication ou de notification suivants ont été utilisés en ce qui concerne le Prix Paul Yuzyk de 2015:
Communiqué 19 janvier 2015, Les nominations sont maintenant acceptées pour le Prix Paul Yuzyk pour le multiculturalisme 2015. (http://nouvelles.gc.ca/web/article-fr.do?nid=922589&_ga=1.217286678.1601357276.1478634438).
Médias sociaux: Twitter: 44 messages liés au prix ont été affichés en français et en anglais. Ces gazouillis ont été retransmis 95 fois et marqués comme favoris à 85 reprises. D’autres utilisateurs de Twitter ont affiché 40 messages externes liés au Prix qui ont ensuite été retransmis 20 fois et marqués comme favoris à six reprises.
Facebook: Depuis mars 2015, environ huit messages liés au Prix ont été créés avant la date limite pour soumettre une candidature. Facebook n’avait pas été utilisé auparavant pour promouvoir le Prix en raison de restrictions ministérielles.
Marketing par courriel: Nous avons contacté environ 1 800 personnes par l’envoi de messages qui incitaient les mises en candidature et fournissaient des renseignements au sujet des nouvelles catégories.
Les messages ont été transmis à quatre reprises: 1) messages de lancement ciblés pour chacune des trois catégories, 2) un rappel à toutes les personnes contactées au début de mars, 3) un avis de prolongation du délai à la fin de mars, 4) un message ciblé aux parrains antérieurs les encourageant à répéter les mises en candidature, également à la fin de mars.
Contenu du site Web: Les renseignements concernant le prix avaient été affichés sur le site de Citoyenneté et Immigration Canada, qui était responsable du Programme du multiculturalisme à l’époque.

Question no 772 --
M. Alain Rayes:
En ce qui concerne le site Web mademocratie.ca: a) la ministre des Institutions démocratiques a-t-elle apporté des changements afin d’ajouter ou de retirer des questions du sondage et, le cas échéant, quels sont ces changements; b) le personnel exonéré de la Ministre a-t-il apporté des changements afin d’ajouter ou de retirer des questions du sondage et, le cas échéant, quels sont ces changements; c) qui a pris la décision définitive en ce qui concerne les questions faisant partie du sondage; d) quel rôle ont joué (i) les experts du milieu universitaire, (ii) les représentants du Conseil privé, (iii) le personnel politique dans l’élaboration, l’approbation et la mise en œuvre des questions?
Response
L'hon. Karina Gould (ministre des Institutions démocratiques, Lib.):
Monsieur le Président, la réponse du Bureau du Conseil privé est la suivante: Vox Pop Labs a élaboré les questions en collaboration avec le gouvernement du Canada et un groupe consultatif d’universitaires réunissant des experts en conception et méthodologie de recherche et en politique électorale. Les changements apportés à certaines questions étaient également fondés sur la mise à l’épreuve empirique.
L’élaboration et l’examen des questions, ainsi que la rétroaction sur ce sujet ont suivi un processus itératif, consultatif et collaboratif, mais le gouvernement du Canada était responsable de l’approbation des questions.

Question no 777 --
M. James Bezan:
En ce qui concerne les présentations au Conseil du Trésor du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, pour chaque exercice de 2014 à aujourd’hui: a) combien de soumissions ont été autorisées pour (i) les projets de biens d’investissement, (ii) l’infrastructure, (iii) la gestion de l’information et la technologie de l’information; b) pour chaque élément en a), quels sont le titre et la valeur de chaque soumission; c) une ou plusieurs soumissions présentées en b) renvoie-t-elle à l’alinéa 506.11a) de l’Accord sur le commerce intérieur, et, le cas échéant, lesquelles?
Response
L’hon. Harjit S. Sajjan (ministre de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, lorsqu’il traite des documents parlementaires, le gouvernement applique les principes de la Loi sur l’accès à l’information et, par conséquent, l’information demandée dans cette question ne peut être divulguée, car elle constitue une confidence du Conseil privé de la Reine pour le Canada.

Question no 782 --
M. Michael Cooper:
En ce qui concerne les lignes directrices pour un gouvernement ouvert et responsable du premier ministre: qui a pour mandat d’enquêter sur les manquements présumés aux lignes directrices?
Response
M. Peter Schiefke (secrétaire parlementaire du premier ministre (Jeunesse), Lib.):
Monsieur le Président, les lignes directrices « Pour un gouvernement ouvert et responsable » énoncent les attentes du premier ministre à l’égard de ses ministres. Le premier ministre peut déterminer si un ministre en particulier répond à ces attentes ou non et si des mesures correctives doivent être prises. De même, chaque ministre doit veiller à ce que le personnel exempté de son bureau agisse conformément aux lignes directrices qui s’appliquent à ce personnel. Les fonctionnaires du Bureau du Conseil privé, le BCP, peuvent aider le Premier ministre en lui donnant des conseils sur la façon d’interpréter et d’appliquer ces lignes directrices et sur la façon dont elles se rapportent à d’autres documents ou instruments juridiques, comme la Loi sur les conflits d’intérêts et la Loi sur le lobbying. Les fonctionnaires du BCP apportent aussi leur appui au premier ministre en ce qui concerne les processus de nomination des hauts fonctionnaires du gouvernement par le gouverneur en conseil.

Question no 785 --
M. Gérard Deltell:
Combien d’emplois à temps plein additionnels ont été créés au Canada de novembre 2015 à novembre 2016?
Response
L’hon. Bill Morneau (ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, le nombre d’emplois créés au Canada de novembre 2015 à décembre 2016 a augmenté à 204 000, dont 88 100 sont des emplois à temps plein.

Question no 788 --
M. Erin Weir:
En ce qui concerne l’approbation du projet d’expansion du pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan: quelles mesures le gouvernement et l’Office national de l’énergie prévoient-ils prendre pour s’assurer qu’il est construit avec de l’acier fabriqué au Canada?
Response
L’hon. Jim Carr (ministre des Ressources naturelles, Lib.):
Monsieur le Président, le Rapport de recommandation de l’Office national de l’énergie, l’ONE, sur le projet d’agrandissement du réseau Trans Mountain n’indique pas que Kinder Morgan doit acheter les matériaux de tuyauterie, dont l’acier, à des fournisseurs canadiens. Le pays d’origine ne fait pas partie des exigences relatives aux matériaux pour ce projet. Les matériaux doivent plutôt respecter les spécifications et les normes de qualité indiquées à la condition no 9 du rapport de l’ONE, ainsi que la clause 5 de la norme Z662 intitulée « Réseaux de canalisations de pétrole et de gaz » de l’Association canadienne de normalisation. Ces conditions et ces normes visent à protéger les Canadiens et l’environnement.
Le promoteur, Trans Mountain ULC, a annoncé son intention de se procurer environ 230 000 tonnes métriques de matériaux de tuyauterie auprès d’un fournisseur national, ce qui comprend l’utilisation de l’acier fabriqué au Canada. Le promoteur a indiqué que la stratégie d’approvisionnement de Trans Mountain est de se procurer localement le plus de matériaux de tuyauterie possible, selon la capacité de production du fournisseur national.

Question no 789 --
M. François Choquette:
En ce qui a trait au programme à la stratégie de rétablissement de l'habitat essentiel du chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi) et de sa population au Québec, publiée en 2012 par Pêches et Océans Canada: a) quand le projet de réglementation visant à déterminer l'habitat essentiel du sud-ouest du Québec sera-t-il déposé à la Gazette du Canada; b) quand l'Arrêté entrera-t-il en vigueur?
Response
L'hon. Dominic LeBlanc (ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, les représentants de Pêches et Océans Canada collaborent activement avec leurs collègues d'autres ministères fédéraux à ce sujet. On s'attend à ce qu'un arrêté soit publié dans la Gazette du Canada dès l'hiver 2017.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, les arrêtés pris en vertu des paragraphes 58(4) et 58(5) de la Loi sur les espèces en péril entrent généralement en vigueur une fois signés par les ministres compétents et se font officiellement attribuer un numéro unique par le Bureau du Conseil privé. Il s’agit en fait d’un « enregistrement ».

Question no 791 --
M. David Sweet:
En ce qui concerne les changements à l’impôt sur les gains en capital et les règles de l’assurance hypothécaire apportés en octobre 2016 par le ministère des Finances: a) quelles analyses a-t-on réalisées au sujet des effets de ces changements sur (i) le prix des logements par région, (ii) le secteur de la construction, (iii) la valeur des hypothèques et les taux d’approbation des prêts hypothécaires pour les Canadiens, en particulier les acheteurs d’une première maison, (iv) le PIB et l’emploi; b) pour chacune des analyses effectuées relativement aux points a)(i) à a)(iv), quelles étaient les conclusions?
Response
L’hon. Bill Morneau (ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, ces mesures font suite à une analyse approfondie du marché du logement réalisée par le ministère des Finances du Canada, de concert avec divers organismes du gouvernement, y compris le Bureau du surintendant des institutions financières, la Banque du Canada et la Société canadienne d’hypothèques et de logement. La prise de ces mesures a également été guidée par les points de vue qui ont été formulés par une vaste gamme de parties prenantes avec lesquelles le ministère des Finances et le gouvernement se réunissent régulièrement, notamment dans le cadre de la collaboration et de l’échange de renseignements continus par l’entremise d’un groupe de travail avec des représentants des provinces et des municipalités.
Avant l’annonce des changements apportés aux règles d’admissibilité à l’assurance hypothécaire, les données sur les prêts des plus récents trimestres servaient à déterminer dans quelle mesure les prêts hypothécaires auraient été touchés si les nouvelles règles avaient été en place. Selon les résultats des analyses, les nouvelles restrictions auraient touché environ 8 % des récentes ventes de maison au cours de la première année de mise en œuvre de la politique, les répercussions se répartissant dans tout le pays. Cette estimation ne tenait pas compte des rajustements que pouvaient faire les acheteurs pour demeurer dans le marché, à savoir utiliser leurs économies pour verser une mise de fonds plus importante ou acheter une maison moins coûteuse.
La réduction potentielle des ventes de maisons a ensuite été exprimée en répercussions estimatives sur la croissance de l’investissement résidentiel, des prix des logements et du PIB. Il a été conclu que les mesures freineraient modestement la croissance des prix des logements et du PIB à court terme.
Ces estimations ne tenaient pas compte de l’incidence de ces mesures sur l’accroissement de la stabilité à long terme du marché du logement, du système financier et de l’économie au Canada favorisant une dette hypothécaire plus viable. Il est souhaité que ce nouveau test de résistance contribue à faire en sorte que les nouveaux propriétaires de toutes les provinces aient les moyens de rembourser leur prêt hypothécaire même si les conditions économiques changent, par exemple si les taux d’intérêt augmentent. Cette exigence aidera à favoriser la stabilité du marché du logement et de l’économie du Canada à long terme.

Question no 792 --
M. Glen Motz:
En ce qui concerne le budget de 2016: selon les plus récentes données disponibles, quelle est l’incidence des mesures fiscales décrites aux pages 293 à 295 sur l’économie et l’emploi (incidence totale et incidence ventilée par mesure)?
Response
L’hon. Bill Morneau (ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, globalement, les mesures budgétaires prévues dans le budget de 2016 devraient « se traduire par la création ou le maintien de 100 000 emplois d’ici 2017-2018 ». Cette dernière estimation a été établie en se fondant sur le rapport que l’on a constaté par le passé entre les mesures de dépenses et de revenus du type de celles annoncées dans le budget de 2016 et leur incidence sur la croissance de l’emploi et du PIB réel au Canada.
Au cours du troisième trimestre de 2016, on a commencé à injecter dans l’économie des fonds pour les plus importantes mesures énoncées dans le budget de 2016, comme l’Allocation canadienne pour enfants et les investissements dans les infrastructures. Étant donné que l’on a estimé l’incidence économique des mesures sur un horizon de deux ans dans le budget de 2016, les données sur le PIB d’un seul trimestre ne sont pas suffisantes pour évaluer leur incidence avec quelconque degré de précision.
Par contre, les données sur l’emploi des deux derniers trimestres de 2016 sont disponibles. Même s’il est impossible d’attribuer des gains à des mesures budgétaires particulières, les gains enregistrés au niveau de l’emploi au cours du dernier trimestre de 2016, soit 108 000 emplois, reflètent la plus forte hausse depuis le deuxième trimestre de 2010.

Question no 793 --
M. Glen Motz:
En ce qui concerne le groupe d’examen des dépenses fiscales du ministre des Finances: a) quels documents ont été élaborés à l’intention du groupe d’examen; b) quel est le mandat du groupe et quelles sont les conditions pour y participer; c) quelles sont les dépenses fiscales dont la possible élimination a été étudiée par le groupe; d) le gouvernement s’est-il doté de cibles concernant les recettes générées et, dans l’affirmative, quelles sont-elles; e) quel est le coût net de chaque dépense mentionnée en c)?
Response
L’hon. Bill Morneau (ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’examen des dépenses fiscales fédérales est dirigé par le ministère des Finances du Canada, avec le soutien d’un groupe de conseillers externes. La réponse à la question b) fournira plus de renseignements à propos de l’objectif de l’examen et du rôle des conseillers.
Des analyses internes préparées par le ministère des Finances du Canada dans le cadre de l’examen ont été partagées avec les conseillers. Les conseillers ont également obtenu des renseignements généraux au sujet des dépenses fiscales fédérales.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, tel que l’a énoncé le gouvernement, l’examen a pour objectif d’assurer que les dépenses fiscales fédérales sont équitables envers les Canadiennes et les Canadiens, en plus d’être efficientes et responsables sur le plan budgétaire. On peut se référer au communiqué de presse du ministère des Finances du Canada daté du 17 juin 2016 sur le site http://www.fin.gc.ca/n16/16-077-fra.asp. Cet examen s’inscrit dans l’engagement général du gouvernement à éliminer les programmes mal ciblés ou inefficients, le gaspillage et les initiatives gouvernementales inefficaces ou dépassées.
L’examen des dépenses fiscales fédérales est dirigé par le ministère des Finances du Canada. Afin de pouvoir mener un examen éclairé par un éventail de perspectives, on a fait appel aux experts externes suivants pour conseiller les fonctionnaires du ministère: Robin Boadway, de l’Université Queen’s; Kim Brooks, de l’Université Dalhousie; Kevin Dancey, ancien chef de la direction de CPA Canada; Luc Godbout, de l’Université de Sherbrooke; Jinyan Li, de l’Osgoode Hall Law School; Kevin Milligan, de l’Université de la Colombie-Britannique; et Jennifer Robson, de l’Université Carleton.
Les termes et conditions en vertu desquels les conseillers prodiguent des conseils au ministère des Finances du Canada ont été établis par des lettres d’entente entre le ministère et les conseillers. En vertu des énoncés des travaux qui accompagnent ces lettres, les conseillers doivent: participer à des réunions, en personne ou par téléconférence, avec d’autres conseillers et avec des représentants du gouvernement; et prodiguer des conseils au ministère des Finances du Canada.
Les lettres d’entente couvrent la période allant jusqu’au 31 mars 2017. Les conseillers ont droit à une indemnité quotidienne, jusqu’aux maximums établis par les lettres d’entente. Un conseiller a choisi de ne pas recevoir d’indemnité quotidienne. Le ministère assume les frais de déplacement et de subsistance engagés dans la réalisation de ces travaux, conformément aux taux et aux conditions que l’on précise dans la Directive sur les voyages du Conseil du Trésor, jusqu’à concurrence des maximums établis par les lettres d’entente. Les valeurs maximales de contrat sont affichées sur le site Web du ministère des Finances du Canada à www.fin.gc.ca/disclose-divulgation/discl_cont-fra.asp.
En ajout à ce qui précède, M. Kevin Milligan a été en affectation au ministère des Finances du Canada jusqu’au 31 décembre 2016. Les termes et conditions de cette affectation sont établis dans un protocole d’entente Échanges Canada qui a été conclu entre M. Milligan, son employeur, l’Université de la Colombie-Britannique, et le ministère des Finances du Canada. Les tâches de M. Milligan durant son affectation consistent en divers projets de recherche particuliers dirigés par le ministère des Finances du Canada dans le cadre de l’examen.
En ce qui concerne la partie c) de la question, tel qu’annoncé dans le budget de 2016, le ministère a entrepris un examen exhaustif des dépenses fiscales fédérales. Cet examen est d’une portée étendue et englobe les dépenses fiscales liées à l’impôt sur le revenu des particuliers et des sociétés ainsi que celles liées à la taxe sur les produits et services. Les conseillers externes dont le rôle est de prodiguer des conseils aux fonctionnaires du ministère des Finances du Canada formulent des conseils au sujet de l’ensemble des analyses préparées par le ministère dans le cadre de l’examen.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, le gouvernement du Canada n’a pas établi de cible de recettes donnée pour l’examen des dépenses fiscales fédérales.
Enfin, pour ce qui est de la partie e) de la question, des estimations du coût fiscal de chacune des dépenses fiscales sont fournies à la partie 2 du « Rapport sur les dépenses fiscales fédérales ». Ce document est publié chaque année par le ministère des Finances du Canada, et la plus récente édition est disponible sur le site Web du ministère à www.fin.gc.ca/purl/taxexp-fra.asp.
Collapse
150th Anniversary of Canadian Confederation8555-421-676 Submission from the Canadia ...Air safetyAlbrecht, HaroldArnold, MelAssisted suicideAubin, RobertAudits and auditorsAwards presentationsBacklogsBeluga ...Show all topics
View Karen McCrimmon Profile
Lib. (ON)
View Karen McCrimmon Profile
2016-01-28 10:07 [p.517]
Expand
Mr. Speaker, pursuant to Standing Order 32(2) and on behalf of the Minister of National Defence, I have the honour to table, in both official languages, copies of the Communications Security Establishment commissioner's 2014-15 annual report.
Monsieur le Président, conformément au paragraphe 32(2) du Règlement et au nom du ministre de la Défense nationale, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, les exemplaires du Rapport annuel 2014-2015 du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications.
Collapse
Results: 1 - 3 of 3

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data