Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 5 of 5
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2019-06-18 23:28 [p.29375]
Expand
That is unparliamentary, and I ask the hon. member for Malpeque to apologize for using an unparliamentary word.
C'est non parlementaire, et je demande au député de Malpeque de s'excuser d'avoir utilisé un mot non parlementaire.
Collapse
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2018-01-29 15:52
Expand

Question No. 1314--
Mr. Robert Kitchen:
With regard to the statement by the Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons on November 2, 2017, that “Never before in the history of Canada have we seen a redistribution of Canada's wealth to the middle class and those aspiring to become a part of it”: does the government consider this statement to be accurate and, if so, what specific information does the government have to back up this statement?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, the comments by the Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons were in reference to the government’s efforts to support Canada’s middle class and those working hard to join it and to ensure the wealthy pay their fair share of taxes. Since coming to office, the government has helped middle-class Canadians by reducing the rate on the second personal income tax bracket from 22% to 20.5%, while asking the wealthiest Canadians to pay a bit more through the introduction of a new top income bracket of 33%. The government has also introduced the Canada child benefit, which is providing increased benefits to nine out of 10 families with children, and which is better targeted to those who need it most compared to the previous system of child benefits. In addition, the government is taking steps to address tax advantages that disproportionately benefit the wealthy.
The government is also taking steps to expand opportunities for individuals seeking to join the middle class. Investments in areas such as early learning, child care, and affordable housing will provide a foundation for upward mobility to those who are currently struggling with these needs, while investments in skills training will provide greater opportunities for workers to upgrade their skills and attain better-paying jobs.
Moreover, the government is taking actions to strengthen the position of middle-class workers in the workplace. The government has introduced legislation to restore a fair and balanced approach to organized labour and is working on further legislative changes and other policy options to address emerging issues in the labour market, such as unpaid internships and a fair wages policy for businesses that have dealings with the federal government.
The government supports Canada’s middle class and is working to deliver a more balanced and fair economy where growth is shared by all Canadians and does not just benefit the wealthy.

Question No. 1320--
Mr. Len Webber:
With regard to the seven Books of Remembrance that lie in the Memorial Chamber in the Peace Tower on Parliament Hill: (a) what is the government going to do to ensure uninterrupted public access to the Books during renovations on the Centre Block; (b) when will these changes take place; and (c) until what date will the alternate arrangements be in place?
Response
Hon. Seamus O'Regan (Minister of Veterans Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, the Books of Remembrance commemorate the lives of more than 118,000 Canadians who have made the ultimate sacrifice while serving Canada in uniform. During the renovation of the Centre Block, the Books of Remembrance will be located in phase one of the Visitor Welcome Centre in a suitably designed space where public viewing and the daily page-turning ceremony will continue.
It is currently unknown how long the Books of Remembrance will remain in phase one of the Visitor Welcome Centre as the Centre Block renovation is in the early stages of its execution and a schedule is still in development.

Question No. 1321--
Mr. Len Webber:
With regard to the Peace Tower Carillon on Parliament Hill: (a) what is going to be done to ensure the weekday noon-time concert will continue to play while renovations on the Centre Block take place; (b) when will any changes take effect; and (c) until what date will the alternate arrangements be in place?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement, Lib.):
Mr. Speaker, the Parliament Buildings belong to all Canadians. Part of our responsibility is to engage them on the projects taking place here on Parliament Hill.
The government is considering several ways to ensure a positive visitor experience on Parliament Hill during this time.
Public Services and Procurement Canada, PSPC, is working with the House of Commons to ensure live performances by the Dominion Carillonneur continue for as long as possible during the renovation of the Peace Tower. The project is still in the early stages. PSPC is currently carrying out a detailed investigation that is critical to defining the scope, budget, and schedule of the renovations. At this point, no determination has been made about the timing of any potential impacts on the carillon or on alternative arrangements.

Question No. 1324--
Mr. Robert Aubin:
With regard to the statement by the Minister of Transport in the House of Commons on October 30, 2017, that “We are not getting rid of the function of checking the check pilots of the airlines”: (a) on what evidence or documents is the Minister’s statement based; (b) what are the details of the evidence or documents in (a); (c) has the Minister read the document entitled “Risk Assessment--Oversight of the ACP/AQP Evaluator Programs (Ottawa, ON; 6-10 February 2017) Conventional Tool”; (d) if the answer to (c) is in the affirmative, when did the Minister read this document; (e) did the Minister approve the policy as described in the document in (c); (f) does the Minister intend to overturn the decision made by the Civil Aviation Directorate and National Operations at Transport Canada to delegate responsibility for the evaluation of company check pilots to the airlines as of April 1, 2018; (g) when was the Minister informed that Transport Canada had decided to delegate responsibility for the evaluation of company check pilots to the airlines; (h) did the Minister speak to the Director of National Operations at Transport Canada about this statement; (i) if the answer to (h) is affirmative, what are the details of this conversation; (j) what other member countries of the International Civil Aviation Organization have transferred responsibility for evaluating company check pilots to the airlines; (k) has Transport Canada assessed the internal need for aviation safety inspectors; (l) if the answer to (k) is affirmative, what is the result of the department’s assessment; and (m) what is the impact of this need in terms of inspectors on the new policy adopted by Transport Canada?
Response
Hon. Marc Garneau (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, the safety and security of Canadians is a top priority for the Government of Canada.
With respect to the statement by the Minister of Transport in the House of Commons on October 30, 2017, that, “We are not getting rid of the function of checking the check pilots of the airlines”, and with regard to parts (a) to (i), Transport Canada has a rigorous regulatory program in place and conducts oversight activities to verify industry compliance. Under the Canadian Aviation Regulations, it is industry’s responsibility to comply with all safety regulations and to operate safely.
On behalf of the minister, Transport Canada delegates the responsibility of conducting pilot proficiency checks of industry ?pilots by experienced and qualified pilots. For over 25 years, delegates have been monitoring industry pilots. Similar to our oversight regime, the department inspects based on a series of risk criteria. If a risk is identified with the company’s approved check pilots or with the company’s compliance with any regulations, the department will not hesitate to take action in the interest of aviation safety.
With regard to parts (j) to (m), the program is in compliance with the International Civil Aviation Organization, ICAO, standards and aligns with other civil aviation authorities such as the U.S. Federal Aviation Administration, whose delegates are known as “check airmen”. The department’s use of ministerial delegates is also well established for aircraft certification, pilot testing of various licences, and pilot written exams.
Transport Canada requires that professional pilots receive a pilot proficiency check, PPC, to confirm and test skills and proficiency in dealing with aircraft standard operations and emergency procedures. The requirements and standards for these check rides meet or exceed ICAO requirements.
A pilot proficiency check is conducted every six months, year, or two years depending on the type of operation, size, and complexity of aircraft.
The department is aware that the United Kingdom Civil Aviation Authority has extended similar privileges to its senior examiners.
Transport Canada continually analyzes its workforce, and focuses on recruitment and retention of staff to ensure it has the necessary number of oversight personnel with the required skills and competencies to plan and conduct oversight activities. As in any workplace, total workforce can fluctuate at any given time due to changing demographics, promotions, retirements, and other factors.
The new policy will not impact inspectors. The department is focusing surveillance on areas of greater risk based on data. When an area is deemed a low risk, resources are reallocated to areas identified as higher risk.

Question No. 1326--
Ms. Elizabeth May:
With regard to the drafting of Bill C-45, the Cannabis Act: (a) did the government study the environmental impacts of the Canadian cannabis industry and consider this in the drafting of legislation; (b) if the answer in (a) is negative, why not; and (c) if the answer in (a) is affirmative, what are the details of any correspondence, reports, or documents related to the subject of the sustainability of the legislation contained in Bill C-45, including (i) date, (ii) sender, (iii) recipients, (iv) title, (v) summary of contents?
Response
Mr. Bill Blair (Parliamentary Secretary to the Minister of Justice and Attorney General of Canada and to the Minister of Health, Lib.):
Mr. Speaker, prior to the introduction of Bill C-45, Health Canada carried out the mandatory assessment of environmental impacts, strategic environmental analysis, in the context of developing a federal legal framework to legalize, strictly regulate, and restrict cannabis.
Under the proposed framework, licence-holders would be subject to federal and provincial/territorial statutes and regulations with respect to environmental protection. These laws and regulations establish clear rules to limit potential negative environmental impacts due to commercial cultivation and manufacturing, such as poor air quality, harmful effects of unauthorized pesticide use, water contamination, and improper use and disposal of harmful substances.
A key objective of the framework set out in Bill C-45 is to displace the illegal market. The current illicit cannabis market relies on unregulated cultivation and manufacturing practices, for example, potential mishandling of chemicals, including unauthorized pesticide use, or improper disposal and release of harmful substances, which may have detrimental effects on the environment. Reducing illegal cannabis production can be expected to lead to a decrease in negative environmental impacts due to these unregulated practices.
Consideration of environmental impacts will form a part of the regulatory impact analysis statement that will be required prior to the publication of federal regulations, subject to parliamentary approval of Bill C-45 by Parliament.

Question No. 1328--
Mr. Mark Warawa:
With regard to the so-called “Mandate Letter Tracker” on the Privy Council Office website: (a) is any third-party non-government analysis conducted to ensure that the claims made on the website are not Liberal Party propaganda; (b) if the answer to (a) is affirmative, what are the details of any such contracts, including (i) person who conducted the analysis, (ii) vendor, (iii) amount, (iv) date and duration of contract, (v) file number; (c) what are the costs associated with setting up the website, broken down by individual item; and (d) what are the anticipated ongoing costs of maintaining the website, broken down by individual item?
Response
Mr. Peter Schiefke (Parliamentary Secretary to the Prime Minister (Youth), Lib.):
Mr. Speaker, with regard to the so-called “mandate letter tracker” on the Privy Council Office, PCO, website, the response from PCO is as follows:
In response to (a), no. The Mandate Letter Tracker was produced by the results and delivery unit, RDU, in PCO with support from all federal government departments.
In response to (b), this is not applicable.
In response to (c), the development of the website was completed with existing Government of Canada financial resources. Ongoing maintenance of the website will also rely on existing financial resources. The tracking of mandate letter commitments and priorities is one of many roles and responsibilities of the results and delivery unit in PCO. These roles also encompass efforts to monitor delivery, address implementation obstacles to key priorities, and report on progress to the Prime Minister. The unit also facilitates the work of the government by developing tools, guidance, and learning activities on implementing an outcome-focused approach.

Question No. 1330--
Mr. Mark Warawa :
With regard to the Fall Economic Statement tabled by the Finance Minister on October 24, 2017: for each investment horizon in chart 3.8 (10 years, 20 years, 30 years), how much total tax would be paid in a personal savings account, versus in a private corporation, for the entire life cycle of the investment, including taxes paid on the final distribution to the corporate owner of all funds?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, as chart 3.8 of the 2017 fall economic statement illustrates, a high-income individual can realize significant tax advantages from holding passive investments in his or her corporation. By benefiting from a lower rate of tax on business income, the amount of after-tax income that can be invested passively in a private corporation is larger than what can be invested had the income been distributed as salary or dividends. As shown in the example, a corporate owner is able to earn after-tax interest income that is about 1.8 times more than he or she could realize at the personal level after 10 years, after distribution. After 30 years, the additional after-tax interest income from saving in a corporation is more than double what they could have obtained by saving at the personal level. This implies that investments made inside a private corporation are effectively subject to a lower implicit tax rate than investments made inside personal savings accounts.

Question No. 1333--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to Canada’s participation in the Asian Infrastructure Investment Bank (AIIB) and testimony at the Standing Committee on Finance on November 7, 2017, by the Director, International Finance and Development Division, International Trade and Finance Branch, of the Department of Finance: (a) on how many of the AIIB’s 21 approved projects (Philippines: Metro Manila Flood Management Project, Asia: IFC Emerging Asia Fund, India: Transmission System Strengthening Project, Gujarat Rural Roads Project, India Infrastructure Fund and Andhra Pradesh 24x7--Power For All, Egypt: Round II Solar PV Feed-in Tariffs Program, Tajikistan: Nurek Hydropower Rehabilitation Project--Phase I and Dushanbe-Uzbekistan Border Road Improvement Project, Georgia: Batumi Bypass Road Project, Bangladesh: Natural Gas Infrastructure and Efficiency Improvement Project and Distribution System Upgrade and Expansion Project, Indonesia: Dam Operational Improvement and Safety Project Phase II, Regional Infrastructure Development Fund Project and National Slum Upgrading Project, Azerbaijan: Trans Anatolian Natural Gas Pipeline Project to be co-financed with the World Bank, Oman: Duqm Port Commercial Terminal and Operational Zone Development Project and Railway System Preparation Project, Myanmar: Myingyan Power Plant Project, Pakistan: Tarbela 5 Hydropower Extension Project and National Motorway M-4 Project) as of November 9, 2017, did the government conduct its own environmental and human rights review as part of its project assessment; (b) on how many of the AIIB’s nine proposed projects (China: Beijing Air Quality Improvement and Coal Replacement Project, Oman: Broadband Infrastructure Project, Sri Lanka: Climate Resilience Improvement Project–Phase II, India: Bangalore Metro Rail Project–Line R6, National Investment and Infrastructure Fund, Madhya Pradesh Rural Connectivity Project, Amaravati Sustainable Capital City Development Project and Mumbai Metro Line 4 Project, Georgia: 280 MW Nenskra Hydropower Plant) as of November 9, 2017, did the government conduct its own environmental and human rights review as part of its project assessment; (c) broken down by individual project (i) what were the outcomes and findings of all the environmental and human rights reviews for all of the AIIB projects that the government conducted, (ii) when was each review completed; and (d) what was the criteria considered within the environmental and human rights reviews by the government when it conducted assessments of all of AIIB’s projects?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, on November 6, 2017, Department of Finance officials testified at the Standing Committee on Finance on the Asian Infrastructure Investment Bank, AIIB. In the testimony, officials explained that the Government of Canada conducts assessments of projects being considered by multilateral development banks of which Canada is a member. As Canada is not yet a member of the AIIB, the government is not yet undertaking assessments of AIIB projects.

Question No. 1334--
Mr. Alupa A.Clarke:
With regard to the appointment process of the Commissioner of Official Languages in the most recent selection process with a cut-off date of September 12, 2017: (a) what was the total number of applicants; (b) what was the number of applicants who submitted applications after the initial cut-off date; (c) what was the number of candidates who passed the initial or preliminary round of screening; (d) what are the details of the steps in the selection process, including (i) number and types of exams given, (ii) number of interviews, (iii) other steps, including a description of each step; and (e) what was the intended date of announcement of the selected candidate for Commissioner of Official Languages?
Response
Mr. Peter Schiefke (Parliamentary Secretary to the Prime Minister (Youth), Lib.):
Mr. Speaker, with regard to the appointment process of the Commissioner of Official Languages in the most recent selection process with a cut-off date of September 12, 2017, the response from the Privy Council Office is as follows:
In response to (a), 67 applications were submitted.
In response to (b), 24 applications were submitted after September 12, 2017.
In response to (c), the number of candidates who passed the initial or preliminary round of screening has been withheld to prevent direct or residual disclosure of identifiable data.
In response to (d), candidates are assessed through a variety of means at various points in a selection process, e.g., the screening of applications against the education and experience criteria set in the notice of appointment opportunity for the position. The selection committee interviewed a short list of qualified candidates and checked their references. As the position requires proficiency in both official languages as set out in the Language Skills Act, candidates were also asked to undergo a language skills evaluation. Shortlisted candidates also underwent psychometric assessments to assist in determining their personal suitability for the position
In response to (e), the government is committed to carrying out selection processes as quickly as possible. At the same time, the government is committed to identifying the most qualified candidates through open, transparent, and merit-based processes, and will take as long as is required to find the right person for such an important leadership position. The appointment of Raymond Théberge as the new Commissioner of Official Languages was announced on December 14, 2017.

Question No. 1337--
Ms. Irene Mathyssen:
With regard to claims for disability benefits processed by the Department of Veterans Affairs and to the entire process required to treat those claims, including, but not limited to, receipt of claims, assessment of claims, investigation of claims and gathering of evidence, denial of claims, appeals processes, court appearances, and dealing with complaints, broken down by year since 2012: (a) how much money has been spent by the Department processing claims that have been denied, including (i) staff hours, (ii) court time, (iii) costs for experts, (iv) administration fees, (v) all other relevant expenses; (b) what is the number of claims that were denied and the proportion of total claims it represents; and (c) what is the average length of time for applications to be processed before being denied?
Response
Hon. Seamus O’Regan (Minister of Veterans Affairs and Associate Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, in response to (a), Veterans Affairs is unable to provide a breakdown of expenditures related to the processing of claims by approved claims versus denied claims as its financial system does not track expenditures in this manner. However, the overall administrative cost of the adjudication process within Veterans Affairs since 2012 is broken down as follows: 2011-12: $17.7M (Salary $16.7M / Operating $1.0M); 2012-13: $19.2M (Salary $17.8M / Operating $1.5M); 2013-14: $19.1M (Salary $16.9M / Operating $2.2M); 2014-15: $19.6M (Salary $16.5M / Operating $3.2M); 2015-16: $23.3M (Salary $19.8M / Operating $3.6M); 2016-17: $25.3M (Salary $ $22.1M / Operating $3.2M)
Figures have been rounded.
These expenditures are for the centralized operations division, which is responsible for the adjudication of most of Veterans Affairs Canada’s programs and benefits, such as disability awards and pensions, critical injury benefit, earnings loss, retirement income security benefit, and career impact allowance. These expenditures capture the administrative cost, salary and non-salary, of preparing, processing, and adjudicating benefit applications. However, there are other areas of VAC that also contribute to the adjudication process, including but not limited to the following: health professionals, e.g., doctors and nurses; bureau of pensions advocates, e.g., lawyers; and program management and field operations, e.g., case managers and veteran service agents. Expenditures for these areas are not included above.
In response to (b), from January 1, 2012 to November 21, 2017, there were 178,667 conditions ruled on by Veterans Affairs Canada. Of those, 60,293, or 33.7%, were denied. This is not representative of the number of veterans who have been denied disability benefits, as a veteran may receive rulings for multiple conditions.
In response to (c), for those denied, the average turnaround time was 126 days.
Veterans Affairs Canada is working hard to provide veterans and their families with the care and support they need when and where they need it. It is looking at the entire disability application process from intake to decisions to expedite decisions and respond to veterans’ needs more quickly.
Veterans Affairs Canada receives a significant number of applications that often require additional information from veterans. This process takes time to complete to ensure the correct information is gathered to make an informed disability benefit decision. This has affected its service standards for applications.
Although Veterans Affairs Canada has hired additional resources, it recognizes that the adjudication process needs to be streamlined even further and additional adjudicators hired to make application decisions in a more effective and timely manner.
Veterans Affairs Canada is working to implement further measures to reduce the backlog and improve program success by continuing to hire more front-line staff, simplifying the decision-making process for some medical conditions, and working with partners to speed up access to service health records.
The number of disability benefits claims submitted to Veterans Affairs Canada has increased by 20% in 2015-16, as compared to the previous fiscal year.

Question No. 1351--
Mr. Dave MacKenzie:
With regard to the November 24, 2017, claim of the Parliamentary Secretary to the Minister of Transport in the House of Commons that Canadians expect a government to come out with legislation that is multi-jurisdictional: (a) does the Attorney General concur with the Parliamentary Secretary’s assertion; (b) is it the government’s position that the laws passed by the Parliament of Canada are not limited to the constitutional jurisdiction of Parliament; (c) has the present government proposed bills which would legislate beyond the constitutional jurisdiction of Parliament; and (d) if the answer to (c) is affirmative, which bills are they and what are their extra-jurisdictional provisions?
Response
Hon. Marc Garneau (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, on November 24, 2017, the parliamentary secretary made reference to Bill C-64, the wrecked, abandoned or hazardous vessels act, in the House of Commons, and in so doing, referred to the multi-jurisdictional aspects of the bill. In this regard, Bill C-64 includes provisions to enable multi-jurisdictional collaboration, such as delegation of authority and information-sharing provisions, as a result of consultations with indigenous groups, provincial-territorial representatives, port authorities, and other stakeholders. Bill C-64 also includes interdepartmental coordination provisions between the Department of Transport and the Department of Fisheries and Oceans and the Canadian Coast Guard, with each having their respective areas of jurisdiction under the proposed bill. The proposed legislation enables collaboration and coordination while falling clearly under federal jurisdiction as it deals with matters pertaining to shipping and navigation.
The government introduced Bill C-64 following consultations with indigenous groups, provincial-territorial representatives, port authorities, and other stakeholders. The purpose of the proposed legislation is to help prevent future occurrences of abandoned and wrecked vessels and reduce the impact of those that do occur. By doing so, the proposed legislation would protect coastal and shoreline communities, the environment, and infrastructure. It also aims to reduce the burden on taxpayers. To date, governments have borne many of the costs to remove and dispose of problem vessels. This legislation is a core element of the national strategy on abandoned and wrecked vessels that was announced as part of the oceans protection plan in November 2016.

Question No. 1355--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to the meeting between the Chief Administrative Officer of the Thompson-Nicola Regional District and the Policy Advisor and Special Assistant for Western Canada and the Territories to the Minister of Infrastructure and Communities, on June 1, 2017: what are the titles of all briefing notes provided by the government to the Policy Advisor and Special Assistant between May 1, 2017, and June 8, 2017?
Response
Hon. Amarjeet Sohi (Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Mr. Speaker, between May 1, 2017, and June 8, 2017, Infrastructure Canada did not provide briefing notes to the policy adviser and special assistant for western Canada and the territories to the Minister of Infrastructure and Communities with regard to his meeting with the chief administrative officer of the Thompson-Nicola Regional District on June 1, 2017.

Question No. 1360--
Mr. Guy Lauzon:
With regard to Bill C-2, An Act to amend the Income Tax Act: (a) did the Minister of Finance sign the proposal to have Cabinet adopt this legislative proposal as its policy; (b) if the answer to (a) is affirmative, on what date did he sign it; (c) on what date was the legislative proposal adopted as the policy of Cabinet; (d) on what date was it decided to propose that the amendments in clause 1 of the Bill would have effect for the 2016 tax year; (e) on what date was the drafting of Ways and Means Motion No. 1 completed; (f) on what date was the drafting of the Bill completed; (g) on what date did the Leader of the Government in the House of Commons hold the Bill review meeting; (h) was the Minister of Finance in attendance at the meeting referred to in (g); and (i) on what date was it decided to schedule the tabling of Ways and Means Motion No. 1 for December 7, 2015?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, as publicly stated by the government House leader on November 4, 2015 as the reason to call back the House in December 2015, the Government of Canada took the first step to fulfill one of its key mandate commitments on December 7, 2015, which was to give middle-class Canadians a tax break.
On that date, the Minister of Finance tabled in the House of Commons a notice of ways and means motion to reduce the 22% personal income tax rate to 20.5%. To help pay for this middle-class tax cut, the government asked the wealthiest one per cent of Canadians to contribute a little more. Therefore, the motion also included provisions to create a new top personal income tax rate of 33% for individual taxable incomes in excess of $200,000 and provisions to return the tax-free savings account annual contribution limit to $5,500 from $10,000.
These measures were included in Bill C-2, which was tabled in the House of Commons on December 9, 2015, and received royal assent on December 15, 2016. By proposing that these tax changes take effect as of January 1, 2016, the government was able to offer immediate help to nearly nine million Canadians, while laying the groundwork for long-term economic growth.
The government applies the principles set out in the Access to Information Act in processing parliamentary returns. Information related to cabinet deliberations and decision-making has been withheld on those grounds.

Question No. 1361--
Mr. John Brassard:
With regard to the climate change report prepared by Abacus Data and presented at the meeting of the Canadian Council of Ministers of the Environment on Friday November 3, 2017, in Vancouver, British Columbia: (a) when was the tendering process for this study released; (b) how many firms replied to the tender; (c) who was questioned for the data that was used for the report; (d) what are the details of the contract with Abacus Data related to the report, including (i) contract amount, (ii) date, (iii) duration, (iv) description of goods or services provided, (v) file number; and (e) what are the details of all meetings between the Chairman of Abacus Data and Environment and Climate Change Canada or the Privy Council Office, including (i) date, (ii) ministers and exempt staff in attendance as well as any other attendees, (iii) agenda items, (iv) location?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, Environment and Climate Change Canada has no contract recorded in relation to Question No. 1361.

Question No. 1362--
Mr. Louis Plamondon:
With regard to the Office of the Governor General, for the years 2015, 2016 and 2017: how many people did it employ, including (i) the list of all employees, by position, with job descriptions, including the Office of the Secretary to the Governor General (OSGG), (ii) the total of all salaries, including benefits, of the management positions for the OSGG?
Response
Mr. Peter Schiefke (Parliamentary Secretary to the Prime Minister (Youth), Lib.):
Mr. Speaker, with regard to the Office of the Governor General, for the years 2015, 2016, and 2017, the response from the Office of the Governor General is as follows: The office of the secretary to the Governor General is headed by the secretary who serves as a senior adviser to the Governor General and Herald Chancellor of the Canadian Heraldic Authority.
As of March 31, 2015: Salaries: $11.62M Benefits: $1.89M As of March 31, 2016: Salaries: $11.94M Benefits: $1.87M As of March 31, 2017: Salaries: $11.71M Benefits: $1.80M.
With regard to policy, program and protocol, this branch plans and implements the Governor General’s program domestically and abroad, including over 500 events yearly; administers visitor and interpretation services--over 300,000 visitors last year--at both official residences, Rideau Hall and the Citadelle; provides editorial and public affairs services, and is responsible for providing overall support to the viceregal family.
The number of FTEs, which includes the secretary’s office, is as follows: As of March 31, 2015: 83 As of March 31, 2016: 92 As of March 31, 2017: 95.
The Chancellery of Honours With regard to the chancellery of honours, the chancellery branch administers all aspects of the Canadian honours system including the Order of Canada, the bravery decorations, the meritorious service decorations and the sovereign’s medal for volunteers; and the Canadian heraldic authority which creates and records armorial bearings.
The number of FTEs is as follows: As of March 31, 2015: 28 As of March 31, 2016: 36 (additional funds allocated following the honours review: https://www.budget.gc.ca/2015/docs/plan/ch4-2-eng.html). As of March 31, 2017: 39.
Corporate Services With regard to corporate services, the corporate services branch supports internal services and implements central agency policies and guidelines that apply across the organization. This branch is divided into two components. One component encompasses financial and materiel management, information technology, information resources, and mail management. The other component encompasses people management, i.e., human resources; workplace management, i.e., accommodations, security, and transportation services, as well as strategic planning and internal communications.
The number of FTEs is as follows: As of March 31, 2015: 49 As of March 31, 2016: 46 As of March 31, 2017: 39.

Question No. 1373--
Mr. Jamie Schmale:
With regard to directives and instructions provided by the Privy Council Office (PCO) to any department or agency since November 4, 2015, and excluding any instructions provided by the Legislation and House Planning section of PCO: what are the details of all directives and instructions including (i) sender, (ii) recipients, (iii) date, (iv) directive or instruction provided?
Response
Mr. Peter Schiefke (Parliamentary Secretary to the Prime Minister (Youth), Lib.):
Mr. Speaker, the Privy Council Office does not track all directives and instructions provided to other departments or agencies. Attempting to address this inquiry within the allotted time frame could lead to the disclosure of incomplete or misleading information.

Question No. 1377--
Mr. Dan Albas:
With regard to the statement by the Minister of Finance in the House of Commons on November 30, 2017, that “No one outside the closed circle within the Department of Finance and those who needed to know within our government would have known about our actions in advance of that date”, in reference to the tabling of the Notice of Ways and Means Motion to amend the Income Tax Act: what are the titles of all individuals who knew about the actions prior to December 7, 2015, and when did they know?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, the Department of Finance Canada’s responsibilities include the development and evaluation of federal taxation policies and legislation. Accordingly, the department supported the Minister of Finance in developing the notice of ways and means motion tabled in Parliament on December 7, 2015, as well as the implementing legislation, which was introduced in Parliament as Bill C-2 on December 9, 2015. The department also worked on preparing communications material to support the December 7, 2015, announcement, including a news release and a backgrounder.

Question No. 1382--
Mr. Phil McColeman:
With regard to the statement by the Minister of National Revenue in the House of Commons on November 6, 2017, that “Over the past two years, we have invested nearly $1 billion to combat tax havens. This investment has helped our efforts to recover nearly $25 billion”: (a) how much of the nearly $25 billion has been recovered from tax havens; and (b) what is the breakdown of the $25 billion by country or continent where the tax haven is located?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.): :
Mr. Speaker, with respect to the question, here is the response from the Canada Revenue Agency, or CRA. In terms of part (a), fiscal impact is the traditional measure used for the CRA’s departmental performance report to report on the audit assessment and examination results from compliance activities. More specifically, it consists of federal and provincial taxes assessed, tax refunds reduced, interest and penalties, and the present value of future federal tax assessable arising from compliance actions. It excludes amounts reversed on appeal and uncollectable amounts.
Over the past two fiscal years, the CRA identified $25 billion in fiscal impact from audit activities: $12.7 billion in 2015-16 and $12.5 billion in 2016-17. Some of the CRA’s audit functions focus on large business and aggressive tax planning by high net-worth individuals. Audits in these areas have yielded approximately two-thirds of this fiscal impact, $15.9 billion. A large part of these adjustments for large businesses, by value, are based on CRA reassessments of intra-company transfer prices on payments made to related companies in low-tax jurisdictions.
Taxpayers, especially those with complex tax structures, may have many transactions, both domestic and international, that lead to a specific account balance requiring payment. The complexity of the calculations for payments on taxes owed and the attribution of them to audits versus other sources of debt in a given year is very difficult to do accurately. Audit assessments, particularly those involving large amounts or related to aggressive tax planning, are frequently appealed and then litigated, and as a result, it can be several years before there is judicial confirmation of the amount owed. In addition, there can be issues securing payment from taxpayers and bankruptcies can also occur. As such, the CRA cannot provide a specific number in the manner requested.
However, the CRA can confirm that in fiscal year 2016-17, the CRA resolved $52.1 billion in outstanding tax debt from all revenue lines, most notably individual tax, corporate tax, GST/HST, and payroll deductions, which were payable for current and previous years.
In terms of part (b), as noted, the CRA does not track fiscal impact in the manner requested.

Question No. 1383--
Mr. Alain Rayes:
With regard to the Canadian Broadcasting Corporation, for the years 2015, 2016 and 2017: what was the total remuneration paid by the Corporation, including all bonuses, the overtime buyout, the celebrity premium, the clothing allowance and all other premiums, for each (i) male host of a French-language television news program, (ii) female host of a French-language television news program?
Response
Mr. Sean Casey (Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage, Lib.):
Mr. Speaker, in processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act. The requested information has been withheld on the grounds that it constitutes competitive as well as personal information.

Question No. 1384--
Ms. Lisa Raitt:
With regard to the Disability Tax Credit and individuals who self-identify with type 1 Diabetes: (a) what percentage of individuals with type 1 Diabetes were (i) approved, (ii) rejected, for the Disability Tax Credit during the 2015-16 fiscal year; and (b) what percentage of individuals with type 1 Diabetes were (i) approved, (ii) rejected, for the Disability Tax Credit between May 2, 2017, and December 5, 2017?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, with respect to the question, here is the response from the Canada Revenue Agency, CRA. In terms of parts (a) and (b), to be eligible for the disability tax credit, an individual must have a severe and prolonged impairment in physical or mental functions, as defined in the Income Tax Act and as certified by a medical practitioner. Eligibility is not based on a diagnosis, but rather on the effects of the impairment on their ability to perform the basic activities of daily living. Eligibility determinations are not made, or tracked, based on diagnosis. Therefore, the CRA is unable to respond in the manner requested as the data is not available.

Question No. 1385--
Ms. Lisa Raitt:
With regard to the Privy Council Office’s “Mandate Letter Tracker” and the 13 commitments listed as “underway with challenges”, as of December 5, 2017: (a) what specifically are the challenges, broken down by commitment; (b) what specific actions is the government planning in order to overcome the challenges, broken down by commitment; and (c) for each of the 13 commitments, does the government plan on keeping its commitment or not?
Response
Mr. Peter Schiefke (Parliamentary Secretary to the Prime Minister (Youth), Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), transparency and accountability are central themes of the Government of Canada’s mandate, as illustrated by the November 2015 public release of ministerial mandate letters. The Canada.ca/results website creates a central, accessible space anyone can go to, to monitor the progress against the government’s commitments to Canadians as outlined in the ministerial mandate letters. The website includes not only an overall status of progress for all commitments, but also a paragraph with more information on the status of implementation. For those commitments that are “under way with challenges”, more information on the specific challenges can be found in that paragraph.
With regard to (b), an “underway with challenges” status means progress toward completing this commitment is going more slowly than expected or that the commitment is complex by its very nature. The government is working with departments to overcome the challenges identified. While the 13 commitments that are “under way with challenges” can be found across a variety of the government priorities, four are under the indigenous priority, and progress requires longer-term, transformative changes that are part of reconciliation with indigenous peoples. Some of the other commitments are taking longer to implement than anticipated. More specific context is given in the text associated with the 13 commitments classified as “under way with challenges”, as well as a link to additional information as appropriate.
With regard to (c), as of December 5, 2017, the government is planning on keeping all the 13 commitments that are “under way with challenges”. Updates to the status of commitments will be reflected in future updates of the mandate letter tracker.

Question No. 1388--
Mr. Dave MacKenzie:
With regard to the $576,500 paid to Vox Pop Labs Incorporated for Project Tessera: (a) what goods or services did the government receive as a result of the payment prior to project’s originally scheduled end date of September 30, 2017; (b) did Vox Pop Labs Incorporated fulfill the conditions of its applications; (c) how did Vox Pop Labs specifically fulfill “Justification 6” of its application where it stated “the project will be created and launched in a timely fashion, resulting in a significant impact during the celebratory period in 2017”; (d) how did Vox Pop Labs specifically fulfill “Justification 7” on its application, where it was projected that the project would reach in excess of 1,000,000 individuals; and (e) how many individuals have viewed Project Tessera, since January 1, 2017, broken down by month, or what is the best estimate, if exact figures are not available?
Response
Mr. Arif Virani (Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage (Multiculturalism), Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), Vox Pop Labs Incorporated--Vox Pop--originally received a contribution from the Canada 150 Fund of $576,500 for Project Tessera, a Canada 150 signature project. Vox Pop subsequently received a supplement of $228,782, bringing the total contribution to $805,282.
The Government of Canada supported Project Tessera under the Canada 150 fund through a contribution and not a contract. Therefore, the Government of Canada is not procuring goods or services. Project Tessera is not a Government of Canada project; Project Tessera belongs to Vox Pop Labs Incorporated.
Vox Pop Labs Incorporated has changed the name of their project from Project Tessera to Echoes.
With regard to (b), Vox Pop is fulfilling its obligations as per the contribution agreement with the Canada 150 fund. The key activities for the project as outlined in the original contribution agreement are as follow: create a digital quiz that will survey users on themes such as culture, values, symbols, and belonging to Canada, and encourage participants to learn about their own national identities and cultures and explore the commonalities they have with other people across the country; generate a unique data set on public perceptions about Canada and what it means to be Canadian in 2017; and ensure the findings of the survey, including all relevant data, are placed in the public domain and freely accessible to Canadians by December 31, 2017. The survey results will serve as a legacy of Canada 150 for future generations.
The “digital quiz” now called Echoes was launched on Monday, December 4, 2017. Echoes will generate a unique dataset on public perceptions about Canada and what it means to be Canadians in 2017.
With regard to (c), the launch of the project was originally scheduled to coincide with the Canada Day celebrations; however, after completing the analysis of their panel studies, Vox Pop Labs determined that their design did not sufficiently capture a user’s sense of collective and individual belonging to the Canadian cultural mosaic as per the goals of the project specified in the contribution agreement. Vox Pop Labs chose to delay the launch so the survey could be improved.
With regard to (d) and (e), the Echoes survey was launched on Monday, December 4, 2017. It is too early to say how many individuals will participate.

Question No. 1389--
Mr. Wayne Easter:
With regard to the contract that was signed between Transport Canada and the City of Charlottetown and any of its agencies pertaining to the Charlottetown Port Authority: (a) what are the guidelines or conditions of use; and (b) do these include a provision for industrial use?
Response
Hon. Marc Garneau (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), Transport Canada transferred the port of Charlottetown under the port divestiture program on April 21, 2005, to the Charlottetown Harbour Authority Inc.
The operating agreement between Transport Canada and the Charlottetown Harbour Authority Inc. dictated conditions of use for the first four years of operations. The agreement expired on April 21, 2009.
After this date, the Charlottetown Harbour Authority Inc. is free to use the facility as it wishes, provided it follows all applicable federal, provincial, and municipal laws.
With regard to (b), there are no specific provisions on the industrial use of lands in any of the agreements. As mentioned, any and all use of the property must follow all applicable federal, provincial, and municipal laws pertaining to that specific use.

Question No. 1393--
Mr. Robert Kitchen:
With regard to the November 21, 2017 news release titled “Government of Canada provides financial support to Ontario college students affected by labour dispute”: (a) what are the details of the financial support, excluding any support students would have normally received had a labour dispute not occurred, including (i) how many students received payments, (ii) what was the average amount received by a student, (iii) what percentage of the payments required repayment, such as loans; (b) broken down by type of financial assistance received, as referenced in (a), what criteria was used to determine if an applicant would receive financial assistance; (c) how many students applied for the financial support referred to in (a); and (d) how many of the students referred to in (c) were granted financial assistance?
Response
Mr. Rodger Cuzner (Parliamentary Secretary to the Minister of Employment, Workforce Development and Labour, Lib.):
Mr. Speaker, Canada’s prosperity depends on young Canadians getting the education and the experience they need to prepare for the jobs of today and tomorrow.
With regard to (a), affected students will be eligible to receive additional financial assistance for the weeks added to their school terms.
With regard to (a)(i), nearly 140,000 Canada student loans and grants recipients were affected by the strike. Where extensions to school terms occur, the associated assessments for additional financial assistance will take place until the spring of 2018. As a result, final statistics on additional payments due to the strike will only be available approximately six months after the conclusion of the academic year.
With regard to (a)(ii), the amount each student receives will depend on their individual eligibility for Canada Student Loans and Grants, and on the time period by which their individual programs are extended.
With regard to (a)(iii), final statistics on additional payments due to the strike will only be available approximately six months after the conclusion of the academic year.
With regard to (b), criteria to determine a student’s eligibility for financial assistance due to the strike do not change from the regular assessment process. Affected students who received the Canada student grant for full-time students will receive an additional amount of grant based on their family income and extended weeks of study; Canada student loan recipients may be eligible for up to an extra $210 per week, depending on individual needs—that is, additional cost of living and available resources.
With regard to (c), nearly 140,000 students affected by the strike could qualify for additional financial support. Students from Ontario will not be required to reapply, as data on extended sessions will be available to assess their additional needs. Students from other provinces studying at Ontario colleges will need to reapply; however, data will only be available approximately six months after the conclusion of the academic year.
With regard to (d), final statistics on additional payments due to the strike will only be available approximately six months after the conclusion of the academic year.

Question No. 1394--
Mr. Todd Doherty:
With regard to homeowners whose property was burned as a result of the wildfires in British Columbia: are they required to declare timber salvaged from their property as a capital gain?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, the determination of how income from the sale of trees on a woodlot would be taxed under the Income Tax Act is a question that would require a review of the facts and circumstances of the particular situation.
“Woodlot” is used in a broad sense to mean land covered with trees. A woodlot includes treed land held primarily as a source of fuel, posts, logs or trees, whether the trees are grown with or without human intervention. The term also includes treed land that is part of a cottage property and a farmer’s wooded land.
Generally, where a woodlot is a non-commercial woodlot and money or other valuable consideration is received for the sale of timber or the right to cut timber, the sale proceeds are subject to tax on capital account, as a capital gain, generally as a disposition of personal-use property. Generally, a loss on the sale of personal-use property is not deductible.
A capital gain is generally calculated as the proceeds of disposition on the sale of property minus the adjusted cost of the property and related selling expenses. Depending on the situation, capital gains could result from the sale of salvageable lumber.
For more information on capital gains, members may refer to “T4037 Capital Gains 2016” on www.Canada.ca.
The CRA recognizes the difficulties faced by Canadians affected by wildfires in British Columbia and understands that natural disasters may cause hardship for taxpayers whose primary concerns during this time are their families, homes, and communities.
The Canada Revenue Agency, or CRA, administers legislation that gives the Minister of National Revenue discretion to grant relief from penalty or interest when the following types of situations prevent a taxpayer from meeting their tax obligations: extraordinary circumstances, actions of the CRA, inability to pay or financial hardship, or other circumstances. For more information about the circumstances that may warrant relief from penalties or interest, members may refer to “Cancel or waive penalties or interest” on www.Canada.ca.

Question No. 1401--
Mr. Harold Albrecht:
With regard to the Canada Summer Jobs Program for the Summer of 2017: (a) which organizations received funding; and (b) how much funding did each organization receive?
Response
Mr. Rodger Cuzner (Parliamentary Secretary to the Minister of Employment, Workforce Development and Labour, Lib.):
Mr. Speaker, the list of organizations funded through the Canada summer jobs program for the summer of 2017, including the amount paid, will be made public on the program website. It will be available at www.canada.ca/canada-summers-jobs.

Question No. 1409--
Ms. Candice Bergen:
With regard to Ministers who are responsible for various regional development agencies: (a) between January 1, 2017 and December 8, 2017, how many days did the Minister responsible for the Atlantic Canada Opportunities Agency spend in (i) Nova Scotia, (ii) New Brunswick, (iii) Prince Edward Island, (iv) Newfoundland and Labrador; (b) between January 1, 2017, and December 8, 2017 how many days did the Minister responsible for Western Economic Diversification spend in (i) British Columbia, (ii) Alberta, (iii) Saskatchewan, (iv) Manitoba; (c) between January 1, 2017 and December 8, 2017, how many days did the Minister responsible for the Canada Economic Development Agency for the Regions of Quebec spend in Quebec; (d) between January 1, 2017 and December 8, 2017, how many days did the Minister responsible for the Federal Economic Development Initiative in Northern Ontario spend in Northern Ontario; and (e) between January 1, 2017 and December 8, 2017, how many days did the Minister responsible for the the Federal Economic Development Agency for Southern Ontario spend in Southern Ontario?
Response
Hon. Navdeep Bains (Minister of Innovation, Science and Economic Development, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to the information requested on travel by the minister responsible for the regional development agencies, please refer to the proactive disclosure on travel for the Minister of Innovation, Science and Economic Development at the following link: https://www.ic.gc.ca/app/ic/trvlHsptltyDsclsr/pblc/indx.do?lang=eng.
In addition to travelling to various cities across Canada, the Minister of Innovation, Science and Economic Development and his staff meet with stakeholders from all regions of the country to discuss regional and local issues on a regular and ongoing basis.

Question No. 1411--
Mr. Dean Allison:
With regard to Bill C-27, An Act to amend the Pension Benefits Standards Act, 1985: (a) did the Leader of the Government in the House of Commons convene a bill review meeting prior to the Bill's introduction; and (b) did the Minister of Finance attend the bill review meeting?
Response
Mr. Kevin Lamoureux (Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons, Lib.):
Mr. Speaker, the details of a bill review process, including individual ministers’ involvement in the process, are considered a cabinet confidence.

Question No. 1422--
Mr. Harold Albrecht:
With regard to revenue which will be received by government as a result of the sale of marijuana after July 1, 2018: (a) what is the projected annual revenue generated from taxation on marijuana; and (b) what percentage of the revenue referred to in (a) will be given to (i) provinces, (ii) municipalities, (iii) First Nations, Inuit, and Metis organizations, (iv) other organizations, broken down by recipient?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, on November 10, 2017, the Department of Finance Canada published for consultation a proposed excise duty framework for cannabis products. The proposed framework will support our twin goals of keeping cannabis out of the hands of youth, and profits from its sale out of the hands of criminals as we work to legalize and strictly regulate access to cannabis. The public consultation period closed on December 7, 2017.
Finance Canada is still assessing the potential size of the legal cannabis market, which will be a key factor in determining how much revenue will ultimately be collected under the proposed excise duty framework. In the short term, the size of the legal market will depend on a number of factors, including the supply of legal product, and the distribution and retail systems developed by provinces and territories, the details of which are still being assessed.
At the finance ministers’ meeting on December 11, 2017, ministers agreed that for an initial two-year period following the legalization of non-medical cannabis, taxation revenues will be shared on the basis of 75 per cent for provincial and territorial governments and 25 per cent for the federal government. Provinces and territories will work with municipalities according to shared responsibilities towards legalization. From 2018¬-19 to 2019-20, the federal portion of cannabis excise tax revenue will be capped at $100 million annually. Any federal revenue in excess of $100 million during this time will be provided to provinces and territories.
The department will report on its fiscal projections at a future date.

Question No. 1425--
Mr. John Nater:
With regard to responses provided by the government to questions on the Order Paper, since November 4, 2015, where the government cited the principles of the Access to Information or Privacy Act as a justification for not providing the requested information: for each response that has such a citation, or any similar type of citation, what are the specific principles used to justify withholding the information, broken down by response and by question?
Response
Mr. Kevin Lamoureux (Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons, Lib.):
Mr. Speaker, Parliament adopted the Access to Information Act and the Privacy Act in 1983. Since then, successive governments have provided information in parliamentary returns in a manner that respects the principles governing the disclosure of government information contained in these acts.
Since parliamentary returns are not formally processed under these acts, specific sections are not quoted to justify non-disclosure. However, parliamentary returns officers consult officials responsible for access to information and privacy to ensure that the Privacy Act and the principles governing exclusions, exemptions, and prohibitions contained in the Access to Information Act are applied to proposed responses to parliamentary returns.

Question no 1314 --
M. Robert Kitchen:
En ce qui concerne la déclaration du secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes le 2 novembre 2017, selon laquelle « [j]amais auparavant dans l’histoire du Canada nous avons constaté une redistribution de la richesse du pays à la classe moyenne et ceux qui cherchent à en faire partie »: le gouvernement considère-t-il que cette affirmation est exacte et, le cas échéant, quels renseignements précis détient-il pour l’appuyer?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, les commentaires du secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes faisaient allusion aux efforts du gouvernement pour appuyer la classe moyenne au Canada et ceux qui travaillent fort pour en faire partie ainsi que pour s’assurer que les riches paient leur juste part d’impôts. Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a aidé les Canadiens de la classe moyenne en abaissant le taux de la deuxième tranche d’imposition sur le revenu des particuliers de 22 % à 20,5 %, tout en demandant aux Canadiens les mieux nantis de payer un peu plus au moyen de l’instauration d’une nouvelle tranche d’imposition supérieure de 33 %. Le gouvernement a aussi instauré l’Allocation canadienne pour enfants, qui fournit des prestations plus élevées à 9 familles sur 10 ayant des enfants et qui est mieux ciblée pour aider ceux qui en ont le plus besoin comparativement au régime de prestations précédent. En outre, le gouvernement prend des mesures pour contrer les avantages fiscaux qui profitent démesurément aux riches.
Le gouvernement prend également des mesures pour accroître les possibilités pour les personnes qui cherchent à joindre la classe moyenne. Des investissements dans des domaines tels que l’apprentissage et la garde des jeunes enfants ainsi que des logements abordables offriront un fondement pour la mobilité ascendante pour ceux qui éprouvent actuellement à remplir ces besoins, alors que des investissements dans la formation sur les compétences offriront de plus grandes possibilités pour les travailleurs qui cherchent à mettre à niveau leurs compétences et à obtenir des emplois mieux rémunérés.
En outre, le gouvernement prend des mesures pour renforcer la situation des travailleurs de la classe moyenne dans le milieu de travail. Le gouvernement a adopté une loi afin de rétablir une approche juste et équilibrée en matière de mouvement syndical et travaille sur d’autres modifications législatives et autres options politiques afin de traiter les enjeux émergents dans le marché du travail, par exemple les stages non rémunérés ainsi qu’une politique équitable sur les traitements pour les entreprises qui font affaire avec le gouvernement fédéral.
Le gouvernement appuie la classe moyenne au Canada et travaille afin d’offrir une économie plus équilibrée et plus juste où la croissance est partagée par tous les Canadiens et ne profite pas uniquement aux plus riches.

Question no 1320 --
M. Len Webber:
En ce qui concerne les sept Livres du Souvenir qui se trouvent à la Chapelle du Souvenir de la Tour de la Paix sur la Colline du Parlement: a) quelles mesures le gouvernement prendra-t-il pour assurer l’accès ininterrompu pour le public aux Livres pendant les travaux de rénovation à l’édifice du Centre; b) quand ces mesures seront-elles mises en place; c) jusqu’à quand ces mesures seront-elles en place?
Response
L'hon. Seamus O'Regan (ministre des Anciens Combattants, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a), b) et c) de la question, les Livres du Souvenir commémorent la vie de plus de 118 000 Canadiens qui ont fait le sacrifice ultime au service du Canada. Au cours des rénovations apportées à l’édifice du Centre, les Livres du Souvenir seront installés dans la Phase 1 du Centre d’accueil des visiteurs dans un lieu désigné convenable qui permettra au public de les voir et où se poursuivra la cérémonie quotidienne dans le cadre de laquelle l’agent tourne les pages requises.
On ne sait pas encore combien de temps les Livres du Souvenir seront conservés dans la Phase 1 du Centre d’accueil des visiteurs puisque les rénovations de l’édifice du Centre n’en sont qu’à leurs débuts et que le calendrier des travaux n’est pas encore au point.

Question no 1321 --
M. Len Webber:
En ce qui concerne le Carillon de la Tour de la Paix sur la Colline du Parlement: a) quelles mesures prendra-t-on pour s’assurer que le concert quotidien du midi en semaine se poursuive pendant les travaux de rénovation à l’édifice du Centre; b) quand ces mesures seront-elles mises en place; c) jusqu’à quand ces mesures seront-elles en place?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, les édifices du Parlement appartiennent à tous les Canadiens, et notre responsabilité consiste entre autres à faire participer ceux-ci aux projets qui se déroulent ici, sur la Colline du Parlement.
Le gouvernement étudie plusieurs façons de s’assurer de créer une expérience positive pour les visiteurs de la Colline du Parlement durant cette période.
Services publics et Approvisionnement Canada, ou SPAC, collabore avec la Chambre des communes afin d’assurer que les récitals du carillonneur du Dominion se poursuivent le plus longtemps possible pendant la rénovation de la Tour de la Paix. Le projet n’en est encore qu’à ses débuts. SPAC réalise actuellement une étude détaillée, essentielle pour déterminer la portée, le budget et le calendrier des rénovations. À ce stade-ci, les répercussions éventuelles du projet sur le carillon n’ont pas encore été déterminées et aucune autre disposition n’a été prise.

Question no 1324 --
M. Robert Aubin:
En ce qui concerne la déclaration du ministre des Transports à la Chambre des communes le 30 octobre 2017, selon laquelle « nous n'éliminons pas les vérifications des pilotes vérificateurs des lignes aériennes »: a) sur quelles preuves et documents s’appuie le Ministre pour justifier le contenu de cette déclaration; b) quels sont les détails des preuves et documents en a); c) est-ce que le Ministre a pris connaissance du document intitulé « Risk Assessment -- Oversight of the ACP/AQP Evaluator Programs (Ottawa, ON; 6-10 February 2017) Conventional Tool »; d) si la réponse en c) est affirmative, quand le ministre a-t-il pris connaissance de ce document; e) est-ce que le Ministre a approuvé la politique telle qu’elle est décrite dans le document en c); f) le Ministre prévoit-il annuler la décision prise par les Opérations nationales et la Direction générale de l'Aviation civile à Transports Canada, de déléguer aux pilotes vérificateurs des opérateurs aériens l’évaluation de leurs propres pilotes à partir de la date du 1er avril 2018; g) quand le Ministre a-t-il été informé du fait que Transports Canada a pris la décision de déléguer aux pilotes vérificateurs des compagnies aériennes la responsabilité d’évaluer leurs propres pilotes; h) le Ministre a-t-il eu des échanges avec le directeur des Opérations nationales à Transports Canada au sujet de sa déclaration; i) si la réponse en h) est affirmative, quels sont les détails de ces échanges; j) quels sont les autres pays membres de l’Organisation de l’aviation civile internationale qui ont adopté la politique de transférer aux pilotes vérificateurs des compagnies aériennes la responsabilité d’évaluer leurs pilotes; k) est-ce que Transports Canada a estimé le besoin interne du nombre d’inspecteurs en sécurité aérienne; l) si la réponse en k) est affirmative, quel est le résultat de l’estimation du ministère; m) quel est l’incidence du besoin en terme d’inspecteurs sur la nouvelle politique adoptée par Transports Canada?
Response
L’hon. Marc Garneau (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, la sûreté et la sécurité des Canadiens est une priorité absolue pour le gouvernement du Canada.
En ce qui concerne ma déclaration à la Chambre des communes le 30 octobre 2017, selon laquelle « nous n'éliminons pas les vérifications des pilotes vérificateurs des lignes aériennes », et en réponse aux parties a) à i) de la question, Transports Canada a mis en place un programme de réglementation rigoureux et mène des activités de surveillance afin de vérifier que l’industrie agit conformément à la réglementation. Selon les termes du Règlement de l’aviation canadien, c’est à l’industrie qu’incombe la responsabilité de se conformer à tous les règlements de sécurité et d’entreprendre toute activité de façon sécuritaire.
C’est en mon nom que Transports Canada délègue la responsabilité de l’exécution des contrôles de la compétence des pilotes de l’industrie à des pilotes qualifiés et compétents, et ce, depuis plus de 25 ans. Tout comme pour le régime de surveillance, les inspections du ministère sont fondées sur une série de critères de risque. Advenant qu’un risque soit associé aux pilotes vérificateurs agréés ou à la conformité de la compagnie à la réglementation, le ministère n’hésitera pas à prendre les mesures qui s’imposent dans l’intérêt de la sécurité aérienne.
En réponse aux parties j) à m) de la question, le programme est en outre conforme aux normes de l’Organisation de l’aviation civile internationale, ou OACI, et cadre avec celui d’autres autorités de l’aviation civile, notamment la Federal Aviation Administration des États Unis dont les délégués sont appelés des Check Airmen, des pilotes vérificateurs.. Le ministère a une longue tradition d’utilisation de délégués ministériels pour la certification d’aéronefs, l’examen pour des pilotes pour différents permis et licences, et les examens écrits pour les pilotes.
Transports Canada exige que les pilotes professionnels soient assujettis à un contrôle de compétence pilote dont le but est de mettre à l’essai et de confirmer leurs compétences professionnelles et leurs aptitudes lors de manœuvres aériennes courantes et de procédures d’urgence. Les exigences et les normes applicables à ces vols de vérification satisfont ou dépassent les exigences de l’OACI.
Un pilote est soumis à un contrôle de compétence une fois par semestre, par an ou tous les deux ans. La fréquence du contrôle est fonction du type d’exploitation, de la taille et de la complexité de l’aéronef.
Un pilote est soumis à un contrôle de compétence une fois par semestre, par an ou tous les deux ans. La fréquence du contrôle est fonction du type d’exploitation, de la taille et de la complexité de l’aéronef.
Transports Canada analyse continuellement ses effectifs et concentre ses efforts sur le recrutement et le maintien en poste de ses employés afin de s’assurer de disposer d’un nombre suffisant de personnes ayant les compétences et les qualifications requises pour planifier et entreprendre les activités de surveillance. Or, comme dans tous les milieux de travail, l’effectif de Transports Canada fluctue à cause des changements démographiques, des promotions, des départs à la retraite et d’autres facteurs.
La nouvelle politique n’aura toutefois aucune incidence pour les inspecteurs. Les activités de surveillance du ministère ciblent principalement les secteurs qui, d’après les données recueillies, présentent le plus de risques. Lorsqu’un secteur est considéré comme étant à faible risque, les ressources sont réaffectées aux secteurs présentant des risques plus élevés.

Question no 1326 --
Mme Elizabeth May:
En ce qui concerne la rédaction du projet de loi C-45, Loi sur le cannabis: a) le gouvernement a-t-il étudié les répercussions environnementales de l’industrie canadienne du cannabis et en a-t-il tenu compte dans le cadre de la rédaction du texte; b) si la réponse en a) est négative, pourquoi pas; c) si la réponse en a) est affirmative, quels sont les détails de toute correspondance et de tous rapports et documents liés à la question de la viabilité des mesures législatives que contient le projet de loi C-45, y compris (i) la date, (ii) l’expéditeur, (iii) les destinataires, (iv) le titre, (v) le résumé du contenu?
Response
M. Bill Blair (secrétaire parlementaire de la ministre de la Justice et procureure générale du Canada et de la ministre de la Santé, Lib.):
Monsieur le Président, avant le dépôt du projet de loi C-45, Santé Canada a effectué l’évaluation obligatoire des impacts environnementaux, l’évaluation environnementale stratégique, dans le but d’élaborer un cadre juridique qui permettrait de légaliser, de réglementer et de restreindre l’accès au cannabis.
En vertu du cadre proposé, les détenteurs de permis seraient assujettis aux lois et règlements fédéraux et provinciaux ou territoriaux touchant la protection de l’environnement. Ces lois et règlements établissent des règles explicites afin de limiter les impacts environnementaux liés à la culture et à la confection commerciales, notamment la mauvaise qualité de l’air, les effets dommageables provenant de l’utilisation de pesticides non autorisés, la contamination de l’eau et l’usage et l’élimination inadéquats de substances nocives.
Un objectif clé du cadre établi par le projet de loi C-45 est d’éliminer le marché illicite. Le marché illicite actuel du cannabis repose sur des pratiques de culture et de confection qui ne sont pas réglementées et qui peuvent avoir des effets nuisibles sur l’environnement, par exemple, la mauvaise manipulation de produits chimiques possible, y compris l’utilisation de pesticides non autorisés, ou l’usage et l’élimination inadéquats de substances nocives. La réduction de la production illégale de cannabis pourrait mener à une réduction des impacts environnementaux néfastes liés à ces pratiques qui ne sont pas réglementées.
L’examen des impacts environnementaux fera partie du Résumé de l'étude d'impact de la réglementation qui devra être complété avant la publication des règlements fédéraux, sous réserve de l’adoption du projet de loi C-45 par le Parlement.

Question no 1328 --
M. Mark Warawa:
En ce qui concerne le suivi des lettres de mandat présenté sur le site Web du Bureau du Conseil privé: a) a-t-on chargé un tiers non gouvernemental d’analyser les résultats pour s’assurer que les affirmations publiées sur ce site Web ne constituent pas de la propagande du Parti libéral; b) si la réponse en a) est affirmative, quels sont les détails de ces contrats, y compris (i) personne ayant procédé à l’analyse, (ii) fournisseur, (iii) coûts, (iv) date et durée du contrat, (v) numéro de dossier; c) quels sont les coûts de conception du site Web, ventilés par item; d) quels sont les coûts prévus du maintien du site Web, ventilés par item?
Response
M. Peter Schiefke (secrétaire parlementaire du premier ministre pour la Jeunesse, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne le suivi des lettres de mandat présenté sur le site Web du Bureau du Conseil privé, ou BCP, la réponse du BCP est la suivante:
En ce qui concerne la partie a) de la question, la réponse est non. Le suivi des lettres de mandat a été produit par l’Unité des résultats et de la livraison du BCP en collaboration avec tous les ministères du gouvernement fédéral.
La partie b) de la question est sans objet.
En réponse à la partie c) de la question, le site Web a été créé à l’aide des ressources financières existantes du gouvernement du Canada. Ces ressources financières seront également utilisées pour la mise à jour continue du site. Le suivi des priorités et des engagements prévus dans les lettres de mandat est l’un des nombreux rôles et responsabilités de l’Unité des résultats et de la livraison du BCP. L’Unité appuie également les efforts visant à superviser la livraison, à éliminer les obstacles à la mise en œuvre liés aux principales priorités et à rendre compte au premier ministre des progrès réalisés. Par ailleurs, l’Unité facilite les travaux du gouvernement en matière d’élaboration d’outils, de documents d’orientation et d’activités d’apprentissage sur la mise en œuvre d’une approche axée sur les résultats.

Question no 1330 --
M. Mark Warawa:
En ce qui concerne l’Énoncé économique de l’automne présenté par le ministre des Finances le 24 octobre 2017: pour chacun des horizons de placement illustrés au graphique 3.8 (10 ans, 20 ans et 30 ans), quel montant total d’impôt serait payé, selon que le placement est réalisé dans un compte d’épargne personnelle ou dans une société privée, pour toute la durée de la période de placement, y compris l’impôt payé lors de la distribution des fonds au propriétaire de la société à la fin de la période de placement?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, tel qu’il est illustré au graphique 3.8 de l’Énoncé économique de l’automne 2017, un particulier à revenu élevé peut bénéficier d’avantages fiscaux appréciables en détenant des placements passifs dans sa société. En raison du taux d’imposition plus bas sur le revenu d’entreprise, le montant du revenu après impôt pouvant être investi passivement est plus important s’il est détenu dans la société que s’il est distribué sous forme de salaire ou de dividendes. Comme le montre l’exemple, un propriétaire d’entreprise est en mesure de gagner un revenu d’intérêts après impôt environ 1,8 fois supérieur à celui qu’il pourrait obtenir à titre de particulier, après distribution, après 10 années. Au bout de 30 années, le revenu d’intérêts après impôt additionnel relié à l’épargne détenue dans la société est plus de deux fois supérieur à ce que le propriétaire d’entreprise aurait pu obtenir en épargnant ce montant à titre de particulier. Ceci implique que les investissements détenus dans une société sont effectivement assujettis à un taux d’impôt implicite plus faible que des investissements détenus dans un compte d’épargne personnel.

Question no 1333 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne la participation du Canada à la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII) et la comparution devant le Comité permanent des finances le 7 novembre 2017 du directeur, Division des finances internationales et de la politique de développement, Direction des finances et échanges internationaux, du ministère des Finances: a) pour combien des 21 projets approuvés de la BAII (Philippines: projet de gestion des inondations du Grand Manille, Asie: fonds de la SFI pour les pays émergents de l’Asie, Inde: projet de renforcement du système de transmission, projet de routes rurales au Gujarat, fonds pour l’infrastructure de l’Inde et projet 24x7 -- Power For All dans l’Andhra Pradesh, Égypte: phase II du programme de tarifs de rachat du système PV solaire, Tadjikistan: projet de remise en état de la centrale hydroélectrique de Nurek -- phase I et projet d’amélioration de la route frontalière Dushanbe-Ouzbékistan, Géorgie: projet de voie de contournement de Batumi, Bangladesh: projet d’infrastructure de gaz naturel et d’amélioration de l’efficacité et projet d’amélioration et d’expansion du réseau de distribution, Indonésie: projet d’amélioration de la fonctionnalité et de la sûreté des barrages -- phase II, et projet national d’assainissement des quartiers insalubres, Azerbaïdjan: projet de gazoduc transanatolien cofinancé avec la Banque mondiale, Oman: projet de développement du terminal commercial et de la zone opérationnelle du port de Duqm et projet de préparation du réseau ferroviaire, Myanmar: projet de centrale d’électricité Myingyan, Pakistan: projet d’agrandissement de la centrale hydroélectrique Tarbela 5 et projet d’autoroute nationale M-4) en date du 9 novembre 2017, le gouvernement a-t-il effectué son propre examen environnemental et de la situation des droits de la personne dans le cadre de l’évaluation des projets; b) pour combien des neuf projets proposés par la BAII (Chine: projet d’amélioration de la qualité de l’air de Beijing et du remplacement du charbon, Oman: projet d’infrastructure à large bande, Sri Lanka: projet de renforcement de la résilience climatique -- phase II, Inde: projet de métro de Bangalore – ligne R6, fonds national d’investissement et d’infrastructure, projet de connectivité dans les régions rurales du Madhya Pradesh, projet de développement d’Amaravati en tant que capitale durable et projet de la ligne de métro 4 de Mumbai, Géorgie: centrale hydroélectrique de 280 MW de Nenskra) en date du 9 novembre 2017, le gouvernement a-t-il effectué son propre examen environnemental et de la situation des droits de la personne dans le cadre de l’évaluation des projets; c) ventilés par projet individuel (i) quels ont été les résultats et les constatations des examens environnementaux et de la situation des droits de la personne effectués par le gouvernement pour tous les projets de la BAII, (ii) quand chaque examen a été terminé; d) quels critères ont été pris en considération dans les examens environnementaux et de la situation des droits de la personne effectués par le gouvernement dans les évaluations des projets de la BAII?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, le 6 novembre 2017, les représentants du ministère des Finances ont témoigné devant le Comité permanent des finances sur la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, ou BAII. Dans le témoignage, les représentants ont expliqué que le gouvernement du Canada effectue des évaluations des projets envisagés par les banques multilatérales de développement dont le Canada est membre. Le Canada n’est toujours pas membre de la BAII, donc le gouvernement n’a encore entrepris des évaluations des projets de la BAII.

Question no 1334 --
M. Alupa A. Clarke:
En ce qui concerne la nomination du commissaire aux langues officielles dans le cadre du plus récent processus de sélection dont la date limite était le 12 septembre 2017: a) quel a été le nombre total de candidatures; b) combien de candidatures ont-elles été présentées après la première date limite; c) combien de candidatures ont-elles été retenues au terme de la première ronde de sélection; d) quelles sont les étapes détaillées du processus de sélection, y compris (i) le nombre d’examens et leur type, (ii) le nombre d’entrevues, (iii) les autres étapes, y compris la description de chacune d’elles; e) à quelle date était-il prévu d’annoncer la candidature retenue pour le poste de commissaire aux langues officielles?
Response
M. Peter Schiefke (secrétaire parlementaire du premier ministre pour la Jeunesse, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne la nomination du Commissaire aux langues officielles dans le cadre du plus récent processus de sélection dont la date limite était le 12 septembre 2017, la réponse du Bureau du Conseil privé est la suivante:
En réponse à la partie a) de la question, 67 candidatures ont été présentées.
Concernant la partie b) de la question, 24 candidatures ont été présentées après le 12 septembre 2017.
Relativement à la partie c) de la question, le nombre de candidatures retenues au terme de la première ronde de sélection n’a pas été communiqué pour prévenir la divulgation directe ou par recoupements des données permettant d’identifier les personnes.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, les candidats sont évalués de diverses façons, à divers stades du processus de sélection, par exemple, la présélection des candidatures en fonction des exigences du poste en matière d’études et d’expérience énoncées dans l’avis de possibilité de nomination pour le poste. Une liste restreinte de candidats a été dressée. Le comité de sélection a fait passer ces candidats en entrevue et a vérifié leurs références. Puisque le poste exige la maîtrise des deux langues officielles, comme le prévoit la Loi sur les compétences linguistiques, il a également été demandé aux candidats de se soumettre à une évaluation des compétences linguistiques. Les candidats inscrits sur la liste restreinte ont également subi des évaluations psychométriques pour déterminer s’ils possèdent les qualités personnelles requises pour le poste.
Quant à la partie e) de la question, le gouvernement est résolu à mener les processus de sélection dans les meilleurs délais. Cela dit, le gouvernement est déterminé à trouver le candidat le plus qualifié au moyen d’un processus de sélection ouvert, transparent et fondé sur le mérite, et il prendra le temps qu’il faudra pour trouver la bonne personne pour ce poste important de direction. La nomination de Raymond Théberge à titre de nouveau Commissaire aux langues officielles a été annoncée le 14 décembre 2017.

Question no 1337 --
Mme Irene Mathyssen:
En ce qui concerne les demandes de prestations pour invalidité qui ont été traitées par le ministère des Anciens Combattants et l’ensemble du processus de traitement de ces demandes, y compris, sans s’y limiter, la réception, l’évaluation et l’examen des demandes, la collecte d’information, les refus, le processus d’appel, les comparutions devant les tribunaux et le traitement des plaintes, pouvez-vous indiquer, pour chaque année depuis 2012: a) combien le ministère a-t-il dépensé pour le traitement des demandes qui ont été refusées, y compris (i) les heures consacrées par le personnel, (ii) le temps en cour, (iii) les coûts liés aux experts, (iv) les frais d’administration, (v) toutes les autres dépenses pertinentes; b) combien de demandes ont été refusées et quel pourcentage ces demandes représentaient-elles; c) combien de temps a-t-il fallu en moyenne pour traiter les demandes, avant que celles-ci soient refusées?
Response
L'hon. Seamus O'Regan (ministre des Anciens Combattants, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, Anciens Combattants Canada n’est pas en mesure de fournir une description ventilée des dépenses liées au traitement des demandes selon qu’elles sont des « demandes approuvées » ou des « demandes refusées » puisque son système financier ne tient pas compte des dépenses de cette façon. Cependant, les coûts administratifs généraux du processus de décision à Anciens Combattants depuis 2012 sont ventilés ainsi: en 2011-2012, 17,7 millions de dollars, dont 16,7 millions de dollars en salaires et 1 million de dollars en fonctionnement; en 2012-2013, 19,2 millions de dollars, dont 17,8 millions de dollars en salaires et 1,5 million de dollars en fonctionnement; en 2013-2014, 19,1 millions de dollars, dont 16,9 millions de dollars en salaires et 2,2 millions de dollars en fonctionnement; en 2014-2015, 19,6 millions de dollars, dont 16,5 millions de dollars en salaires et 3,2 millions de dollars en fonctionnement; en 2015-2016, 23,3 millions de dollars, dont 19,8 millions de dollars en salaires et 3,6 millions de dollars en fonctionnement; et en 2016-2017, 25,3 millions de dollars, dont 22,1 millions de dollars en salaires et 3,2 millions de dollars en fonctionnement.
Les chiffres ont été arrondis.
Ces dépenses concernent la Direction générale des opérations centralisées qui est responsable de la prise de décision pour la majorité des programmes et des avantages d’Anciens Combattants Canada tels que les indemnités et les pensions d’invalidité, l’indemnité pour blessure grave, l’allocation pour perte de revenus, l’allocation de sécurité du revenu de retraite et l’allocation pour incidence sur la carrière. Ces dépenses comprennent les coûts administratifs, c’est-à-dire les salaires et les dépenses non salariales, de la préparation, du traitement et de la prise de décision touchant les demandes d’avantages. Cependant, d’autres secteurs d’Anciens combattants Canada contribuent également au processus de décision, notamment: les professionnels de la santé, par exemple les médecins et les infirmiers, le Bureau des services juridiques des pensions, par exemple les avocats, Gestion des programmes et Opérations en région, par exemple les gestionnaires de cas et les agents des services aux vétérans, et les dépenses touchant ces secteurs ne sont pas incluses ci-dessus.
En réponse à la partie b) de la question, du 1er janvier 2012 au 21 novembre 2017, Anciens Combattants Canada a rendu 178 667 décisions. De ce nombre, 60 293 étaient des décisions non favorables, soit 33,7 %. Ces données ne correspondent pas au nombre de vétérans à qui avait été refusées des prestations d’invalidité puisqu’un vétéran peut recevoir des décisions pour de nombreuses affections.
En réponse à la partie c) de la question, dans le cas des demandes non favorables, le délai d’exécution moyen était de 126 jours.
Anciens Combattants Canada travaille fort pour offrir aux vétérans et à leur famille les soins et le soutien dont ils ont besoin au moment opportun et dans la localité où ils se trouvent. Le ministère se penche sur le processus entier de traitement des demandes de prestation d’invalidité, de la réception à la prise de décision, dans le but d’accélérer les décisions et répondre aux besoins des vétérans plus rapidement.
Anciens Combattants Canada reçoit un nombre considérable de demandes pour lesquelles les vétérans doivent souvent fournir plus de renseignements. Le processus de décision sur la prestation d’invalidité prend du temps: il faut s’assurer que les bons renseignements sont recueillis en vue d’une prise de décision éclairée. Le temps nécessaire a un effet sur les normes de service pour le traitement des demandes.
Bien qu’Anciens Combattants Canada ait embauché des ressources supplémentaires, le ministère est conscient que le processus décisionnel doit être davantage rationalisé et qu’il faut embaucher des arbitres supplémentaires pour rendre des décisions de façon plus efficace en temps opportun.
Anciens Combattants Canada travaille à la mise en œuvre d’autres mesures pour réduire l’arriéré des demandes et accroître le succès du programme en continuant d’embaucher des employés de première ligne supplémentaires, en simplifiant le processus décisionnel pour certaines affections et en collaborant avec des partenaires pour accélérer l’accès aux dossiers médicaux relatifs au service.
Le nombre de demandes de prestation d’invalidité présentées à Anciens Combattants Canada a augmenté de 20 % en 2015-2016 comparativement à l’exercice financier précédent.

Question no 1351 --
M. Dave MacKenzie:
En ce qui concerne l’affirmation faite à la Chambre des communes le 24 novembre 2017 par la secrétaire parlementaire du ministre des Transports selon laquelle les Canadiens veulent un projet de loi intergouvernemental: a) la procureure générale est-elle d’accord avec l’affirmation de la secrétaire parlementaire; b) le gouvernement est-il d’avis que les lois adoptées par le Parlement du Canada ne se limitent pas au champ de compétence constitutionnel du Parlement; c) le gouvernement actuel a-t-il présenté des projets de loi dont le champ d’application ne relève pas de la compétence constitutionnelle du Parlement; d) si la réponse en c) est affirmative, quels sont ces projets de loi et quelles en sont les dispositions extragouvernementales?
Response
L’hon. Marc Garneau (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, le 24 novembre 2017, la secrétaire parlementaire a fait référence au projet de loi C-64, Loi concernant les épaves, les bâtiments délabrés, abandonnés ou dangereux et les opérations d’assistance, à la Chambre des communes. Ce faisant, elle s'est référée aux aspects multijuridictionnels du projet de loi. À cet égard, le projet de loi C-64 comprend des dispositions permettant la collaboration entre plusieurs instances, comme les dispositions sur la délégation d’autorité et l'échange de renseignements, à la suite de consultations avec les groupes autochtones, les représentants provinciaux et territoriaux, les administrations portuaires et d'autres intervenants. Le projet de loi C-64 comprend également des dispositions de coordination interministérielle entre le ministère des Transports et le ministère des Pêches et des Océans et la Garde côtière canadienne, chacun ayant ses compétences respectives en vertu du projet de loi. Le projet de loi permet la collaboration et la coordination tout en relevant clairement de la compétence fédérale en ce qui concerne les questions relatives de transport maritime et de la navigation.
les représentants provinciaux et territoriaux, les administrations portuaires et d'autres intervenants. L'objectif de la législation proposée est d'aider à prévenir les occurrences futures de navires abandonnés et naufragés et de réduire l'impact de ceux qui se produisent. Ce faisant, la loi proposée protégerait les collectivités côtières et riveraines, l'environnement et l'infrastructure. Il vise également à alléger le fardeau des contribuables. À ce jour, les gouvernements ont assumé bon nombre des coûts liés à l'enlèvement et à l'élimination des navires en difficulté. Cette législation est un élément central de la stratégie nationale sur les navires abandonnés et naufragés qui a été annoncée dans le cadre du plan de protection des océans en novembre 2016.

Question no 1355 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne la rencontre entre le dirigeant principal administratif du District régional Thompson-Nicola et le conseiller en politiques et adjoint spécial pour l’Ouest du Canada et les Territoires du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, le 1er juin 2017: quel est le titre de chacune des notes d’information fournies au conseiller en politiques et adjoint spécial entre le 1er mai et le 8 juin 2017 par le gouvernement?
Response
L’hon. Amarjeet Sohi (ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Monsieur le Président, entre le 1er mai et le 8 juin 2017, Infrastructure Canada n’a fourni aucune note d’information au conseiller en politiques et adjoint spécial pour l’Ouest du Canada et les Territoires du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités en ce qui concerne sa rencontre avec le dirigeant principal administratif du District régional Thompson-Nicola le 1er juin 2017.

Question no 1360 --
M. Guy Lauzon:
En ce qui concerne le projet de loi C-2, Loi modifiant la Loi de l’impôt sur le revenu: a) le ministre des Finances a-t-il signé la proposition de faire adopter par le Cabinet cette mesure législative comme étant sa politique; b) si la réponse en a) est affirmative, à quelle date l’a-t-il signée; c) à quelle date la mesure législative a-t-elle été adoptée en tant que politique du Cabinet; d) à quelle date a-t-on décidé de proposer que les amendements à l’article 1 du projet de loi s’appliquent à l’année d’imposition 2016; e) à quelle date a-t-on terminé la rédaction de la motion des voies et moyens no 1; f) à quelle date a-t-on terminé la rédaction du projet de loi; g) à quelle date la leader du gouvernement à la Chambre a-t-elle tenue la réunion d’examen du projet de loi; h) le ministre des Finances a-t-il assisté à la réunion mentionnée en g); i) à quelle date a t on décidé de fixer le dépôt de la motion des voies et moyens no 1 au 7 décembre 2015?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, tel qu’énoncé publiquement par le leader du gouvernement à la Chambre des communes le 4 novembre 2015 comme raison de rappeler la Chambre en décembre 2015, le gouvernement du Canada a fait le premier pas pour remplir l'un des principaux engagements de son mandat le 7 décembre 2015, soit donner aux Canadiens de la classe moyenne un allégement fiscal.
À cette date, le ministre des Finances a déposé à la Chambre des communes un Avis de motion des voies et moyens visant à réduire le taux d’imposition du revenu des particuliers de 22 % à 20,5 %. Pour aider à payer cette réduction d'impôt pour la classe moyenne, le gouvernement a demandé au 1 % le plus riche des contribuables canadiens de fournir une contribution un peu plus élevée. Par conséquent, la motion prévoyait également des dispositions visant à établir un nouveau taux maximum d’imposition des particuliers de 33 % sur le revenu imposable des particuliers qui excède 200 000 $ et des dispositions pour ramener le plafond annuel de cotisation du Compte d'épargne libre d'impôt de 10 000 $ à 5 500 $.
Ces mesures ont été incluses dans le projet de loi C-2, qui a été déposé à la Chambre des communes le 9 décembre 2015 et a reçu la sanction royale le 15 décembre 2016. En proposant que ces modifications fiscales entrent en vigueur le 1er janvier 2016, le gouvernement a pu offrir une aide immédiate à près de 9 millions de Canadiens tout en jetant les bases d'une croissance économique à long terme.
Le gouvernement applique les principes énoncés dans la Loi sur l'accès à l'information dans le traitement des documents parlementaires. Les informations relatives aux délibérations et aux prises de décision du Cabinet ont été retenues pour ces raisons.

Question no 1361 --
M. John Brassard:
En ce qui concerne le rapport sur les changements climatiques préparé par Abacus Data et présenté à la réunion du Conseil canadien des ministres de l’environnement qui a eu lieu le vendredi 3 novembre 2017, à Vancouver (Colombie-Britannique): a) quand le processus d’appel d’offres pour cette étude a-t-il été rendu public; b) combien d’entreprises ont répondu à l’appel d’offres; c) qui a été questionné pour les données utilisées aux fins du rapport; d) quels sont les détails du marché conclu avec Abacus Data et lié au rapport, y compris (i) son montant, (ii) sa date, (iii) sa durée, (iv) la description des biens ou des services fournis, (v) le numéro de dossier; e) quels sont les détails relatifs à toutes les rencontres entre le président du conseil d’Abacus Data et Environnement et Changement climatique Canada ou le Bureau du Conseil privé, y compris (i) leur date, (ii) le nom des ministres et du personnel exempté qui étaient présents ainsi que des autres participants, (iii) les points de l’ordre du jour, (iv) l’endroit des rencontres?
Response
L’hon. Catherine McKenna (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Monsieur le Président, Environnement et Changement climatique Canada n'a aucun contrat enregistré en ce qui concerne la question Q-1361.

Question no 1362 --
M. Louis Plamondon:
En ce qui concerne le Bureau du gouverneur général, pour les années 2015, 2016 et 2017: combien compte-t-il d’employés, y compris (i) la liste de tous les employés, par fonction, avec descriptif des tâches, y compris le Bureau du secrétaire du gouverneur général (BSGG), (ii) la somme de tous les salaires, avec tous les avantages, des postes de direction du BSGG?
Response
M. Peter Schiefke (secrétaire parlementaire du premier ministre (Jeunesse), Lib.):
Monsieur le Président, le Bureau du secrétaire du gouverneur général est dirigé par un secrétaire qui fait fonction de principal conseiller de la gouverneure générale et de chancelier d’armes de l’Autorité héraldique du Canada.
Au 31 mars 2015, les salaires totalisaient 11,62 millions de dollars. Les avantages, quant à eux, totalisaient 1,89 million de dollars. Au 31 mars 2016, les salaires totalisaient 11,94 millions de dollars. Les avantages, quant à eux, totalisaient 1,87 million de dollars. Au 31 mars 2017, les salaires totalisaient 11,71 millions de dollars. Les avantages, quant à eux, totalisaient 1,80 million de dollars.
Pour ce qui est de la Direction générale de la politique, du programme et du protocole, elle planifie et exécute le programme national et international de la gouverneure générale, plus de 500 événements annuellement. Elle administre un programme d’interprétation et de services aux visiteurs, plus de 300,000 l’an dernier, dans les deux résidences officielles, soit Rideau Hall et La Citadelle. Elle fournit des services de rédaction et de révision, s’occupe des affaires publiques et offre le soutien général à la famille vice-royale.
Le nombre d’ETP, qui inclut le Bureau du secrétaire, était de 83 au 31 mars 2015, de 92 au 31 mars 2016 et de 95 au 31 mars 2017.
La Chancellerie des distinctions honorifiques administre tous les aspects du système canadien de distinctions honorifiques, y compris l’Ordre du Canada, les décorations pour actes de bravoure, les décorations pour service méritoire et la Médaille du souverain pour les bénévoles ainsi que l’Autorité héraldique du Canada, qui crée et enregistre les armoiries.
Le nombre d’ETP était de 28 au 31 mars 2015, et au 31 mars 2016, il était de 36; des fonds additionnels ont été alloués à la suite de la revue des distinctions honorifiques. À ce sujet, on peut consulter le site suivant: https://www.budget.gc.ca/2015/docs/plan/ch4-2-fra.html). Au 31 mars 2017, le nombre d’ETP était de 39.
La direction de services ministériels appuie les services internes et met en œuvre les politiques et lignes directrices à l’échelle de l’organisme. Elle est divisée en deux volets. Le premier comprend les services financiers, la gestion du matériel, la technologie de l’information et la gestion des ressources d’information et du courrier. Le second comprend la gestion des personnes, ou les ressources humaines, la gestion du milieu de travail, soit la gestion des locaux, sécurité et services de transport, ainsi que la planification stratégique et les communications internes.
Le nombre d’ETP, au 31 mars 2015, était de 49, au 31 mars 2016, il était de 46, et au 31 mars 2017, il était de 39.

Question no 1373 --
M. Jamie Schmale:
En ce qui concerne les directives et instructions fournies par le Bureau du Conseil privé (BCP) à tout ministère ou organisme depuis le 4 novembre 2015, abstraction faite des instructions fournies par la section Législation et planification parlementaire du BCP: quels sont les détails relatifs à toutes les directives et instructions, y compris (i) l’expéditeur, (ii) les destinataires, (iii) la date, (iv) la directive ou l’instruction fournie?
Response
M. Peter Schiefke (secrétaire parlementaire du premier ministre (Jeunesse), Lib.):
Monsieur le Président, le Bureau du Conseil privé ne suit pas toutes les directives et les instructions fournies à d'autres ministères ou organismes. Tenter de répondre à cette demande dans les délais prescrits pourrait mener à la divulgation de renseignements incomplets ou erronés.

Question no 1377 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne la déclaration faite par le ministre des Finances à la Chambre des communes le 30 novembre 2017, selon laquelle « personne en dehors du cercle restreint au ministère des Finances et des personnes au gouvernement qui devaient le savoir, n’aurait su à l’avance ce que nous allions faire à cette date-là », au sujet du dépôt de l’avis de motion de voies et moyens visant à modifier la Loi sur l’impôt sur le revenu: quels sont les titres de toutes les personnes qui étaient au courant des mesures qui allaient être prises avant le 7 décembre 2015 et à quel moment ont-elles été mises au courant?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, les responsabilités du ministère des Finances Canada comprennent l'élaboration et l'évaluation de politiques et de lois fiscales fédérales. Par conséquent, le ministère a appuyé le ministre des Finances dans la préparation de l'Avis de motion des voies et moyens déposé au Parlement le 7 décembre 2015, ainsi que dans la préparation des dispositions législatives de mise en œuvre déposées au Parlement le 9 décembre 2015, dans le projet de loi C-2. Le ministère a également préparé des documents de communication à l'appui de l'annonce du 7 décembre 2015, y compris un communiqué de presse et un document d'information.

Question no 1382 --
M. Phil McColeman:
En ce qui concerne la déclaration faite par la ministre du Revenu national à la Chambre des communes le 6 novembre 2017, à savoir, « pour lutter contre les paradis fiscaux, au cours des deux dernières années, nous avons investi près de 1 milliard de dollars, ce qui nous a permis d’aller récupérer près de 25 milliards de dollars »: a) quelle part de ces près de 25 milliards de dollars a été recouvrée dans les paradis fiscaux; b) comment ces 25 milliards de dollars sont-ils répartis entre les pays ou les continents où le paradis fiscal est situé?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l'incidence fiscale est la mesure traditionnelle que l’ARC utilise dans son Rapport ministériel sur le rendement pour rendre compte des cotisations établies à la suite de vérifications et des résultats des examens liés à des activités d’observation. Plus précisément, l’incidence fiscale comprend les impôts fédéral et provinciaux établis, les remboursements d'impôt réduits, les intérêts et les pénalités, ainsi que la valeur actualisée des futures cotisations d’impôt fédéral résultant de mesures d’observation. Elle exclut les montants annulés en appel et les montants non recouvrables.
Au cours des deux derniers exercices, l’incidence fiscale des activités de vérification de l'ARC s’est chiffrée à 25 milliards de dollars: 12,7 milliards de dollars en 2015-2016 et 12,5 milliards de dollars en 2016-2017. Certaines des fonctions de vérification de l'ARC sont axées sur les grandes entreprises et la planification fiscale abusive des particuliers fortunés. Les vérifications effectuées dans ces secteurs ont révélé environ les deux tiers de l'incidence fiscale, soit 15,9 milliards de dollars. Une grande partie de ces rajustements, sur la base de leur valeur, sont fondés sur de nouvelles cotisations que l’ARC a établies à l’endroit de grandes entreprises et concernent les prix de transfert internes appliqués aux paiements effectués à des sociétés liées dans des juridictions à faible taux d'imposition.
Les contribuables, surtout ceux ayant des structures fiscales complexes, peuvent avoir effectué de nombreuses transactions nationales et internationales qui sont liées à un compte dont le solde nécessite un paiement. Comme les calculs des paiements d’impôt dû sont complexes, il est très difficile de les attribuer à une vérification précise plutôt qu’à une autre source de dette dans une année donnée. Les cotisations établies à la suite d’une vérification, surtout les cotisations dont les montants sont importants ou qui sont liées à la planification fiscale abusive, font souvent l'objet d'un appel et ensuite d’une contestation. Il peut donc s'écouler plusieurs années avant que le montant dû ne soit confirmé par les tribunaux. De plus, il peut y avoir des problèmes de paiement de la part des contribuables ainsi que des faillites. À ce titre, l'ARC ne peut pas fournir un nombre précis tel qu’il est demandé dans la question.
Toutefois, en 2016-2017, l'ARC peut confirmer qu’elle a réglé 52,1 milliards de dollars de dettes fiscales en souffrance, payables pour l’année courante et les années précédentes, qui provenaient de toutes les sources de revenus, notamment l’impôt sur le revenu des particuliers, l’impôt des sociétés, la TPS/TVH et les retenues sur la paie.
Enfin, pour ce qui est de la partie b) de la question, comme il est indiqué ci-dessus, l'ARC ne fait pas de suivi de l’incidence fiscale, tel qu’il est demandé dans la question. .

Question no 1383 --
M. Alain Rayes:
En ce qui concerne la Société Radio-Canada, pour les années 2015, 2016 et 2017: à combien s'est élevé la rémunation offerte par la Société, y compris, l'ensemble des bonus, le rachat de temps supplémentaire, la prime à la notoriété, l'allocation pour vêtements et tout autre primes, pour chaque (i) animateur d'une émission de télévision d'information de langue française, (ii) animatrice d'une émission de télévision d'information de langue française?
Response
M. Sean Casey (secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien, Lib.):
Monsieur le Président, lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Les renseignements demandés n'ont pas été communiqués, car il s'agit de renseignements concurrentiels ainsi que personnels.

Question no 1384 --
Mme Lisa Raitt:
En ce qui concerne le crédit d’impôt pour personnes handicapées et les personnes se déclarant atteintes de diabète de type 1: a) quel pourcentage des demandes de crédit d’impôt pour personnes handicapées chez les personnes atteintes de diabète de type 1 a été (i) approuvé, (ii) rejeté, pendant l’exercice 2015-2016; b) quel pourcentage des demandes de crédit d’impôt pour personnes handicapées chez les personnes atteintes de diabète de type 1 a été (i) approuvé, (ii) rejeté, entre le 2 mai 2017 et le 5 décembre 2017?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a) et b) de la question, pour qu’une personne soit admissible au crédit d’impôt pour personnes handicapées, un professionnel de la santé doit attester qu’elle a une déficience grave et prolongée des fonctions physiques ou mentales, selon la définition figurant dans la Loi de l’impôt sur le revenu. Les déterminations de l’admissibilité ne sont pas faites ni consignées en fonction d’un diagnostic. Par conséquent, l'ARC est incapable de répondre à la question, car elle ne dispose pas des données nécessaires.

Question no 1385 --
Mme Lisa Raitt:
En ce qui concerne le « Suivi des lettres de mandat » du Bureau du Conseil privé et des 13 engagements dits « en cours -- avec défis », en date du 5 décembre 2017: a) quels sont ces défis au juste, ventilés par engagement; b) quelles mesures précises le gouvernement entend-il prendre pour les relever, ventilées par engagement; c) pour chacun de ces 13 engagements, le gouvernement compte-t-il respecter son engagement ou non?
Response
M. Peter Schiefke (secrétaire parlementaire du premier ministre pour la Jeunesse, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la transparence et la reddition de comptes sont des thèmes centraux du mandat du gouvernement du Canada, comme l’a illustré la publication des lettres de mandat des ministres en novembre 2015. Le site Web Canada.ca/résultats est un outil central et accessible que tout le monde peut consulter pour suivre les progrès réalisés par rapport aux engagements pris par le gouvernement auprès des Canadiens, selon les lettres de mandat des ministres. Ce site Web présente l’état d’avancement global de tous les engagements, et contient en plus un paragraphe qui fait le point sur la mise en œuvre. Dans le cas des engagements « en cours ? avec défis », ce paragraphe fournit des précisions sur les défis en question.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, le statut « en cours -- avec défis » signifie que les progrès en vue de la réalisation de l’engagement sont plus lents que prévu, ou que l’engagement est complexe en raison de sa nature. Le gouvernement travaille avec les ministères pour surmonter les difficultés indiquées. Alors que les 13 engagements qui sont « en cours -- avec défis » touchent différentes priorités gouvernementales, quatre se rattachent à la priorité Peuples autochtones, et les progrès exigent des changements transformateurs à plus long terme faisant partie de la réconciliation avec les peuples autochtones. Dans d’autres cas, la mise en œuvre prend plus de temps que prévu. Le texte concernant les 13 engagements « en cours – avec défis » précise le contexte et il est possible d’accéder à des renseignements additionnels s’il y a lieu.
Enfin, en ce qui concerne la partie c) de la question, en date du 5 décembre 2017, le gouvernement compte tenir les 13 engagements qui sont « en cours -- avec défis ». Des renseignements à jour sur l’état des engagements seront inclus dans les futures mises à jour du Suivi des lettres de mandat.

Question no 1388 --
M. Dave MacKenzie:
En ce qui concerne le montant de 576 000 $ versé à Vox Pop Labs dans le cadre du Projet tesselle: a) quels biens ou services le gouvernement a-t-il reçu en échange de ce montant avant la date de fin du projet fixée initialement au 30 septembre 2017; b) Vox Pop Labs a-t-il respecté les conditions de sa demande; c) comment Vox Pop Labs a-t-il respecté le point 6 de sa demande, où il affirmait que le projet sera créé et lancé rapidement et aurait une incidence importante sur les célébrations de 2017; d) comment Vox Pop Labs a-t-il respecté le point 7 de sa demande, où il prévoyait rejoindre plus d’un million de personnes grâce à son projet; e) combien de personnes ont consulté le Projet tesselle depuis le 1er janvier 2017, ventilées par mois, ou quelle est la meilleure estimation si des données exactes ne sont pas disponibles?
Response
M. Arif Virani (secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien (Multiculturalisme), Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, Vox Pop Labs Incorporated, ou Vox Pop, a reçu à l’origine une contribution de 576 500 $ du Fonds Canada 150 pour le Projet tesselle, un projet Signature de Canada 150. Vox Pop a par la suite reçu un supplément de 228 782 $, ce qui porte la contribution totale à 805 282 $.
Le gouvernement du Canada a appuyé le Projet tesselle dans le cadre du Fonds Canada 150 au moyen d’une contribution et non d’un contrat. Par conséquent, le gouvernement n’achète pas de biens ou de services. Le Projet tesselle n’est pas un projet du gouvernement, il appartient à Vox Pop Labs Incorporated.
Vox Pop Labs Incorporated a changé le nom de son Projet tesselle, qui s’appelle dorénavant Échos.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, Vox Pop s’acquitte de ses obligations en vertu de l’accord de contribution conclu avec le Fonds Canada 150. Les principales activités du projet décrites dans l’accord de contribution original sont les suivante: créer un questionnaire numérique qui permettra de sonder les utilisateurs sur des thèmes comme la culture, les valeurs, les symboles et l’appartenance au Canada, et d’encourager les participants à se familiariser avec leur propre identité et leur propre culture nationales et à explorer les points qu’ils ont en commun avec d’autres personnes au pays; générer un ensemble de données unique sur les perceptions du public à l’égard du Canada et ce que signifie le Canada pour eux en 2017; et veiller à ce que les résultats du questionnaire, y compris toutes les données pertinentes, soient rendus publics et mis à la disposition des Canadiens gratuitement d’ici le 31 décembre 2017. Les résultats du questionnaire constitueront un legs du programme Canada 150 pour les générations à venir.
Le questionnaire numérique maintenant appelé Échos a été lancé le lundi 4 décembre 2017. Échos produira un ensemble de données unique sur les perceptions du public à l’égard du Canada et ce que signifie le Canada pour eux en 2017.
En ce qui concerne la partie cd) de la question, au départ, le lancement du projet devait coïncider avec les célébrations de la Fête du Canada. Toutefois, après avoir terminé l’analyse des études de groupes de réflexion, Vox Pop a déterminé que sa conception ne rendait pas suffisamment compte du sentiment d’appartenance collective et individuelle des utilisateurs à la mosaïque culturelle canadienne pour refléter les objectifs du projet précisés dans l’accord de contribution. Vox Pop a choisi de retarder le lancement afin d’améliorer le questionnaire.
Enfin, en ce qui a trait aux parties d) et e) de la question, le questionnaire Échos a été lancé le lundi 4 décembre 2017. Il est trop tôt pour dire combien de personnes y participeront.

Question no 1389 --
M. Wayne Easter:
En ce qui concerne le marché conclu entre Transports Canada et la Ville de Charlottetown ou ses organismes relativement à l’administration portuaire de Charlottetown: a) quelles sont les lignes directrices ou conditions d’utilisation; b) celles-ci comportent-elles une disposition sur l’usage industriel?
Response
L’hon. Marc Garneau (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, Transports Canada a transféré le port de Charlottetown à l’Administration portuaire de Charlottetown le 21 avril 2005 aux termes du Programme de cession des ports.
L’entente d’exploitation conclue entre Transports Canada et l’Administration portuaire de Charlottetown a régi les conditions d’utilisation pour les quatre premières années d’exploitation. L’entente a pris fin le 21 avril 2009.
Après cette date, l’Administration portuaire de Charlottetown est libre d’utiliser l’installation comme bon lui semble, dans la mesure où elle respecte toutes les lois fédérales, provinciales et municipales applicables.
Enfin, pour ce qui est de la partie b) de la question, les ententes ne comportent aucunes dispositions particulières sur l’usage industriel du port. Comme il a été mentionné, l’usage de la propriété doit respecter toutes les lois fédérales, provinciales et municipales qui régissent cet usage particulier.

Question no 1393 --
M. Robert Kitchen:
En ce qui concerne le communiqué du 21 novembre 2017 intitulé « Le gouvernement du Canada offre une aide financière aux étudiants ontariens de niveau collégial touchés par le conflit de travail »: a) quels sont les détails de l’aide financière, à l’exclusion de l’aide que les étudiants auraient normalement reçue s’il n’y avait pas eu de conflit de travail, y compris (i) combien d’étudiants ont reçu des paiements, (ii) quel montant ont reçu en moyenne les étudiants, (iii) quel pourcentage des paiements doit être remboursé, notamment des prêts; b) ventilé par type d’aide financière reçue, comme il est mentionné en a), quel critère a été utilisé pour déterminer si un demandeur recevrait de l’aide financière; c) combien d’étudiants ont demandé l’aide financière mentionnée en a); d) combien d’étudiants mentionnés en c) ont reçu de l’aide financière?
Response
M. Rodger Cuzner (secrétaire parlementaire de la ministre de l'Emploi, du Développement de la main d'oeuvre et du Travail, Lib.):
Monsieur le Président, la prospérité du Canada repose sur les compétences et l’expérience que les jeunes Canadiens pourront acquérir afin de se préparer pour les emplois d’aujourd’hui et de demain.
Les étudiants touchés seront admissibles à l’aide financière supplémentaire pour les semaines ajoutées à leurs sessions.
En réponse à la partie a)(i) de la question, Près de 140 000 bénéficiaires de prêts et bourses d’études canadiens ont été touchés par la grève. Advenant la prolongation d’une session, les évaluations permettant de déterminer le montant de l’aide financière supplémentaire seront menées jusqu’au printemps 2018. Par conséquent, les données statistiques finales relatives aux paiements supplémentaires occasionnés par la grève ne seront disponibles qu’environ six mois après la fin de l’année scolaire.
Pour ce qui est de la parte a)(ii) de la question, le montant versé à chaque étudiant dépendra de l’admissibilité de chacun aux prêts et bourses d’études canadiens, ainsi que de la durée de la prolongation de chaque programme.
En ce qui concerne la partie a)(iii) de la question, les données statistiques finales sur les paiements supplémentaires occasionnés par la grève ne seront disponibles qu’environ six mois après la fin de l’année scolaire.
En ce qui a trait à la partie b) de la question, les critères servant à déterminer si un étudiant est admissible à de l’aide financière en raison de la grève ne diffèrent pas des critères du processus d’évaluation régulier. Les étudiants touchés qui ont reçu une bourse d’études canadienne pour étudiants à temps plein recevront une subvention supplémentaire en fonction de leur revenu familial et du prolongement de leurs semaines d’études; les bénéficiaires de prêts canadiens aux étudiants peuvent être admissibles à un montant supplémentaire maximal de 210 $ par semaine, selon les besoins individuels, c’est-à-dire les frais de subsistance supplémentaires et les ressources disponibles.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, près de 140 000 étudiants touchés par la grève pourraient être admissibles à une aide financière supplémentaire. Les étudiants de l’Ontario n’auront pas à présenter à nouveau une demande étant donné que les données sur les sessions prolongées seront disponibles et qu’il sera ainsi possible d’évaluer leurs besoins supplémentaires. Les étudiants provenant d’autres provinces qui suivent leurs études en Ontario devront présenter une autre demande; cependant, les données ne seront disponibles qu’environ six mois après la fin de l’année scolaire.
Enfin, en ce qui concerne la partie d) de la question, les données statistiques finales sur les paiements supplémentaires occasionnés par la grève ne seront disponibles qu’environ six mois après la fin de l’année scolaire.

Question no 1394 --
M. Todd Doherty:
En ce qui concerne les propriétaires fonciers dont la propriété a été incendiée dans les feux de forêt de la Colombie-Britannique: sont-ils tenus de déclarer le bois récupéré de leur propriété comme gain en capital?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, déterminer le traitement fiscal à accorder au revenu tiré de la vente d’arbres situés sur une terre à bois selon la Loi de l’impôt sur le revenu est une question qui exigerait un examen des faits et des circonstances propres à chaque cas.
L’expression « terre à bois » est employée ici dans un sens large et désigne un fonds de terre couvert d’arbres. Une terre à bois comprend un boisé détenu principalement comme source de combustible, de poteaux, de rondins ou d’arbres, que les arbres croissent avec ou sans intervention humaine. L’expression désigne également un boisé qui fait partie d’une exploitation agricole ou d’une propriété utilisée comme résidence secondaire.
De façon générale, dans le cas d’une terre à bois qui n’est pas exploitée de façon commerciale et où il y a vente de bois d’œuvre ou cession d’un droit de coupe en échange d’une somme ou d’une autre contrepartie à titre onéreux, le produit de la vente ou de la cession est assujetti à l’impôt au titre du capital, en tant que gain en capital découlant de la disposition d’un « bien à usage personnel ». La perte découlant de la vente d’un bien à usage personnel n’est généralement pas déductible.
Un gain en capital correspond généralement au produit de disposition sur la vente d’une immobilisation, moins le prix de base rajusté et les dépenses qui ont été engagées ou effectuées pour vendre l'immobilisation. Selon les circonstances, un gain en capital pourrait être réalisé à la suite de la vente de bois d'oeuvre récupérable.
Pour en savoir plus sur les gains en capital, on peut consulter le guide T4037, Gains en capital -- 2016, sur www.Canada.ca.
L’ARC reconnaît que les Canadiens touchés par les récents feux de végétation en Colombie Britannique font face à des difficultés, et elle comprend que les catastrophes naturelles peuvent causer de très grandes difficultés aux contribuables touchés, dont les principales préoccupations en pareilles circonstances sont leur famille, leur foyer et leur collectivité.
L'ARC administre la législation qui donne la discrétion à la ministre du Revenu national d’accorder un allègement des pénalités et des intérêts lorsque les situations suivantes empêchent le contribuable de remplir ses obligations fiscales: circonstances exceptionnelles; actions de l'ARC; incapacité de payer ou difficultés financières; autres circonstances. Pour de plus amples renseignements sur les situations qui peuvent donner droit à un allègement des pénalités ou des intérêts, on peut consulter l’item « Annulation des pénalités ou des intérêts ou renonciation à ceux-ci » sur www.Canada.ca.

Question no 1401 --
M. Harold Albrecht:
En ce qui concerne le programme Emplois d’été Canada pour l’été 2017: a) quels organismes recevront des subventions; b) combien chaque organisme a-t-il reçu?
Response
M. Rodger Cuzner (secrétaire parlementaire de la ministre de l'Emploi, du Développement de la main d'oeuvre et du Travail, Lib.):
Monsieur le Président, la liste de tous les organismes financés par Emplois d'été Canada 2017, y compris le montant payé, sera rendu public sur le site Web du programme. Elle est disponible au www.canada.ca/canada-summers-jobs.

Question no 1409 --
Mme Candice Bergen:
En ce qui concerne les ministres responsables des diverses agences de développement régional: a) du 1er janvier 2017 au 8 décembre 2017, combien de jours le ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique a-t-il passé (i) en Nouvelle-Écosse, (ii) au Nouveau-Brunswick, (iii) à l’Île-du-Prince-Édouard, (iv) à Terre-Neuve-et-Labrador; b) du 1er janvier 2017 au 8 décembre 2017, combien de jours le ministre responsable de Diversification de l’économie de l’Ouest Canada a-t-il passé (i) en Colombie-Britannique, (ii) en Alberta, (iii) en Saskatchewan, (iv) au Manitoba; c) du 1er janvier 2017 au 8 décembre 2017, combien de jours le ministre responsable de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec a-t-il passé au Québec; d) du 1er janvier 2017 au 8 décembre 2017, combien de jours le ministre responsable de l’initiative fédérale du développement économique pour le Nord de l’Ontario a-t-il passé dans le Nord de l’Ontario; e) du 1er janvier 2017 au 8 décembre 2017, combien de jours le ministre responsable de l’Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l’Ontario a-t-il passé dans le Sud de l’Ontario?
Response
L'hon. Navdeep Bains (ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne les renseignements demandés au sujet de mes voyages en tant que ministre responsable des agences de développement régional, on peut consulter la divulgation proactive de mes frais de voyage en suivant le lien suivant: https://www.ic.gc.ca/app/ic/trvlHsptltyDsclsr/pblc/indx.do?lang=fra.
En plus de voyager dans différentes villes au Canada, mon équipe et moi-même rencontrons des intervenants de toutes les régions canadiennes afin d’aborder les questions régionales et locales de façon régulière et permanente.

Question no 1411 --
M. Dean Allison:
En ce qui concerne le projet de loi C-27, Loi modifiant la Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension: a) la leader du gouvernement à la Chambre des communes a-t-elle convoqué une réunion pour examiner le projet de loi avant son dépôt; b) le ministre des Finances était-il présent à la réunion?
Response
M. Kevin Lamoureux (secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.):
Monsieur le Président, les détails du processus d’examen d’un projet de loi, y compris la participation des différents ministres, sont considérés comme des renseignements confidentiels du Cabinet.

Question no 1422 --
M. Harold Albrecht:
En ce qui concerne les revenus que touchera le gouvernement grâce à la vente de marijuana après le 1er juillet 2018: a) quels sont les revenus annuels prévus qui seront tirés des taxes sur la marijuana; b) quel pourcentage des revenus mentionnés en a) sera donné aux (i) provinces, (ii) municipalités, (iii) organisations des Premières Nations, des Inuit et des Métis, (iv) autres organisations, ventilé par bénéficiaire?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, le 10 novembre 2017, le ministère des Finances a publié, aux fins de consultation, une proposition de cadre du droit d’accise sur les produits du cannabis. La proposition de cadre appuiera notre double objectif de garder le cannabis hors de la portée des jeunes et d’empêcher les criminels d’en tirer profit, alors que nous nous employons à légaliser et à réglementer strictement l’accès au cannabis. La période de consultation publique s’est terminée le 7 décembre 2017.
Finances Canada évalue toujours la taille potentielle du marché du cannabis légal, qui représentera un facteur clé pour déterminer les recettes qui seront recueillies aux termes de la proposition de cadre du droit d’accise sur les produits du cannabis. À court terme, l’ampleur du marché légal dépendra de nombreux facteurs, dont l’approvisionnement du produit légal ainsi que les systèmes de distribution et de vente au détail mis au point par les provinces et les territoires, les détails faisant toujours l’objet d’évaluations.
Lors de la réunion des ministres des Finances tenue le 11 décembre 2017, les ministres ont convenu que pour la période initiale de deux ans suivant la légalisation du cannabis non médical, les recettes fiscales seront réparties de la façon suivante: 75 % aux gouvernements provinciaux et territoriaux et 25 % au gouvernement fédéral. Les provinces et les territoires travailleront en collaboration avec les municipalités conformément aux responsabilités partagées à l’égard de la légalisation. De 2018 2019 à 2019 2020, la partie fédérale de la taxe d’accise sur le cannabis sera plafonnée à 100 millions de dollars par année. Les recettes fédérales allant au delà des 100 millions de dollars seront versées aux provinces et aux territoires.
Le ministère rendra compte de ses projections financières à une date ultérieure.

Question no 1425 --
M. John Nater:
En ce qui concerne les réponses du gouvernement aux questions inscrites au Feuilleton, depuis le 4 novembre 2015, lorsque le gouvernement a invoqué les principes de la Loi sur l’accès à l’information ou de la Loi sur la protection des renseignements personnels pour justifier le fait de ne pas fournir les renseignements demandés: pour chaque réponse dans laquelle il a invoqué ces principes ou tout principe semblable, quels principes particuliers ont servi à justifier le fait de ne pas communiquer les renseignements, ventilés par réponse et par question?
Response
M. Kevin Lamoureux (secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.):
Monsieur le Président, le Parlement a adopté la Loi sur l’accès à l’information et la Loi sur la protection des renseignements personnels en 1983. Depuis, dans les documents parlementaires, les gouvernements successifs se sont conformés aux principes énoncés dans ces lois concernant la divulgation de renseignements du gouvernement.
Étant donné que les documents parlementaires ne sont pas officiellement visés par ces lois, les articles de ces dernières ne doivent pas être cités ni invoqués pour justifier la non-divulgation. Toutefois, les préposés aux documents parlementaires consultent les agents responsables de l’accès à l’information et de la protection des renseignements personnels pour veiller à ce que la Loi sur la protection des renseignements personnels ainsi que les principes régissant les exclusions, exceptions et interdictions prévues par la Loi sur l’accès à l’information soient appliqués aux réponses proposées aux documents parlementaires.
Collapse
Abacus Data Inc.Access to Information ActAccess to information requestsAlbas, DanAlbrecht, HaroldAllison, DeanAsian Infrastructure Investment BankAubin, RobertAviation safety inspectorsBains, NavdeepBergen, Candice ...Show all topics
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 1104--
Mr. Wayne Easter:
With regard to the application by the Canadian Transit Company to expand the Ambassador Bridge, entitled “The Ambassador Bridge Enhancement Project”: (a) how long has the application been in the system; (b) why has there been a delay in the issuing of a permit under the International Bridges and Tunnels Act; (c) what is the target date for the permit to be issued; and (d) which official or officials considered the project?
Response
Hon. Marc Garneau Garneau (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada is committed to protecting the safety, security, and efficiency of Canada’s vital trade links.
With respect to (a), on February 27, 2014, the Canadian Transit Company submitted an application for a proposed project pursuant to the International Bridges and Tunnels Act.
With regard to (b), there is no legislated time frame under which International Bridges and Tunnels Act decisions must be made; as a result, there has not been a delay in issuing a permit. The length of the review process was caused by the complexity of the project and the requirement for extensive public, stakeholder, and international consultations in the review of the application. The results of these consultations are available on Transport Canada’s website at https://www.tc.gc.ca/eng/page-653.html. Once the review of the application and of the comments received during the consultations is complete, the Minister of Transport makes a recommendation to the Governor in Council for the proposed project.
With regard to (c), there is no legislated time frame under which International Bridges and Tunnels Act decisions must be made.
With regard to (d), the Minister of Transport makes a recommendation to the Governor in Council. The Governor in Council decides whether to approve the construction of the proposed project.

Question No. 1105--
Mr. Wayne Easter:
With regard to the investigation into the Clyde River Fish Kill in Clyde River and area on Prince Edward Island (PEI): (a) how many personnel from Environment and Climate Change Canada (EC) have been involved in the investigation; (b) with regard to interviews conducted between EC officials and individuals involved in the case, how many interviews have taken place, and over what period of time; (c) with regard to trips to PEI related to this investigation made by off-island EC offices, (i) how many trips were made, (ii) how many vehicle hours have been accumulated, (iii) what was the duration of each trip, (iv) what were the accommodation and travel status costs; (d) who requested this extended investigation at the federal level; (e) which individual, or individuals, from PEI requested the assistance of EC; (f) has EC produced a report on the extraordinary rain event that caused the flooding and, if so, what did the report conclude; and (g) what are the details of all correspondence, both written and electronic, related to this matter, between officials from the PEI Department of the Environment and EC personnel?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, Environment and Climate Change Canada, ECCC, takes threats to the environment very seriously.
ECCC has opened an investigation into alleged violations of subsection 36(3) of the Fisheries Act in relation to a fish kill in the Clyde River, Prince Edward Island, that occurred on July 25, 2016. Two ECCC personnel have been involved in this investigation so far, and a report regarding the rain event is being produced.
When ECCC enforcement officers have reasonable grounds to believe a violation has occurred, they can open an investigation in order to gather evidence related to the alleged incident. As ECCC is currently investigating this matter, it would be inappropriate to provide further details at this time.

Question No. 1106--
Mr. Mark Strahl:
With regard to the regulatory impact analysis done for regulations respecting reduction in the release of Methane and Certain Volatile Organic Compounds: (a) what source data did the government use to conclude that “without immediate action, it is expected that fugitive and venting methane emissions from the oil and gas sector in Canada will continue to be released at high levels of about 45Mt CO2E per year between 2012 and 2035”; (b) what source data was used to calculate Figure 1: Baseline scenario and policy scenario methane emissions and compliance costs by year; (c) which distributors and how many were consulted to provide estimates on pneumatic controllers and pumps compliance costs; (d) what documentation does the government have showing the oil and gas industry was “satisfied with the modifications that the Department offered”; and (e) what environmental non-governmental organization's information was used as source data for any conclusions reached within the regulatory impact analysis?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), the baseline methane emissions quoted in the analysis are based on projections from Canada’s second biennial report to the United Nations Framework Convention on Climate Change.
With regard to (b), Figure 1 summarizes the key impacts estimated in the cost-benefit analysis. The sources used to derive these estimates include publicly available sources, such as the National Energy Board’s Canada’s Energy Future projections and the U.S. EPA Natural Gas STAR, reports from independent contractors such as Clearstone Engineering and the Prasino Group, and data collected by western provinces under the Petrinex reporting system.
With regard to (c), the distributors were Laurentide Controls and Spartan Controls. The complete quotation from the Regulatory Impact Analysis Statement is “The oil and gas industry was satisfied with the modifications that the Department offered, but continue to challenge federal regulations on the sector.” The statement is based on feedback given to Environment and Climate Change Canada during meetings held in the fall of 2016.
With regard to (d), reports included “Pneumatic Pump Alternatives for Cold Weather”, 2016, by GreenPath Energy, and “Zero Emission Technologies for Pneumatic Controllers in the USA”, 2016, by Carbon Limits. Canadian oil and gas service providers are GreenPath Energy and Cap-Op Energy.
With regard to (e), data was used from an ICF International report entitled “Economic Analysis of Methane Emission Reduction Opportunities in the Canadian Oil and Natural Gas Industries”, which was commissioned by two environmental non-governmental organizations, the Environmental Defense Fund, or EDF, and the Pembina Institute, to estimate emissions from compressors.

Question No. 1111--
Mrs. Cheryl Gallant:
With regard to Canada's committment to the UN Green Climate Fund: since November 4, 2015, what is the total amount that Canada has committed to the Fund, and, of this amount, what has been paid as of June 30, 2017?
Response
Hon. Marie-Claude Bibeau (Minister of International Development and La Francophonie, Lib.):
Mr. Speaker, Canada has pledged $300 million to the Green Climate Fund to support its initial resource mobilization period, 2015-2018. As of June 30, 2017, Canada has paid $168 million of this amount. The remaining $132 million will be delivered in fiscal year 2018-19.

Question no 1104 --
M. Wayne Easter:
En ce qui concerne la soumission de la Canadian Transit Company pour élargir le pont Ambassador, intitulée « Projet d’amélioration du pont Ambassador »: a) depuis combien de temps la soumission est-elle dans le système; b) pourquoi la délivrance du permis en vertu de la Loi sur les ponts et les tunnels internationaux tarde-t-elle; c) quelle est la date prévue de délivrance du permis; d) quel fonctionnaire ou groupe de fonctionnaires a examiné le projet?
Response
L’hon. Marc Garneau (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada s'est engagé à protéger la sécurité, la sûreté et l'efficacité des liens commerciaux vitaux du Canada.
En réponse à la partie a) de la question, qui concerne la soumission de la Canadian Transit Company pour élargir le pont Ambassador, intitulée « Projet d’amélioration du pont Ambassador », la compagnie a présenté une demande relative à un projet en vertu de la Loi sur les ponts et tunnels internationaux le 27 février 2014.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, il n’existe aucun délai prescrit selon lequel les décisions en vertu de la Loi sur les ponts et tunnels internationaux doivent être prises; à ce titre, il n’y a donc pas eu de retard dans la délivrance d’un permis. La durée du processus d’examen s’explique par la complexité du projet et la nécessité de mener de vastes consultations auprès du public et des parties prenantes ainsi qu’à l’échelle internationale dans le cadre de l’examen de la demande. Les résultats de ces consultations sont disponibles sur le site Web de Transports Canada, à l’adresse https://www.tc.gc.ca/fra/page-653.html. Une fois que l’examen de la demande et des commentaires reçus pendant les consultations est terminé, je fais une recommandation au gouverneur en conseil à l’égard du projet proposé.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, il n’existe aucun délai prescrit selon lequel les décisions en vertu de la Loi sur les ponts et tunnels internationaux doivent être prises.
Pour répondre à la partie d) de la question, je ferai une recommandation au gouverneur en conseil. Le gouverneur en conseil prendra une décision quant à l’approbation de la construction du projet

Question no 1105 --
M. Wayne Easter:
En ce qui concerne l’enquête sur la mort de poissons dans la rivière Clyde située à l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.): a) combien d’employés d’Environnement et Changement climatique Canada (EC) ont participé à l’enquête; b) en ce qui a trait aux entrevues menées entre des représentants d’EC et les personnes impliquées dans le dossier, combien d'entrevues ont eu lieu, et en combien de temps; c) en ce qui concerne les voyages à l’Î.-P.-É. relativement à l’enquête menée par des bureaux d’EC situés à l’extérieur de l’île, (i) combien de voyages ont été effectués, (ii) combien d’heures de déplacement en véhicule ont été accumulées, (iii) quelle a été la durée de chaque voyage, (iv) quels étaient les coûts liés à l’hébergement et aux frais de déplacement; d) qui a demandé la tenue de cette enquête au niveau fédéral; e) qui, à l’Î.-P.-E., a demandé l’aide d’EC; f) EC a-t-il produit un rapport sur l'épisode de pluie exceptionnel qui a causé l'inondation, et, le cas échéant, quelle était la conclusion du rapport; g) quels sont les détails de la correspondance électronique et papier relative à cette enquête entre le personnel du ministère de l’Environnement de l’Î.-P.-É. et le personnel d’EC?
Response
L’hon. Catherine McKenna (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Monsieur le Président, Environnement et Changement climatique Canada, ou ECCC, prend très au sérieux les menaces pour l’environnement.
Environnement et Changement climatique Canada a ouvert une enquête concernant des infractions alléguées au paragraphe 36(3) de la Loi sur les Pêches, en lien avec la mort de poissons dans la rivière Clyde, à Île-du-Prince-Édouard, survenue le 25 juillet 2016. Deux employées d’ECCC ont participé à cette enquête jusqu’à présent et un rapport concernant l’événement de précipitation est en cours de préparation.
Lorsque des agents d’application de la loi d’ECCC ont des motifs raisonnables de croire qu’une infraction s’est produite, ils peuvent ouvrir une enquête afin de recueillir des preuves en lien avec l’incident. Puisque l’enquête est en cours, il serait inapproprié de divulguer davantage d’information à ce stade.

Question no 1106 --
M. Mark Strahl:
En ce qui concerne l’étude d’impact de la réglementation concernant la réduction des rejets de méthane et de certains composés organiques volatils: a) de quelles sources de données le gouvernement s’est-il servi pour conclure que si « rien n’est fait immédiatement, on s’attend à ce que les émissions d’évacuation et les émissions fugitives de méthane du secteur pétrolier et gazier continuent d’être rejetées à des niveaux élevés, soit environ 45 Mt éq. CO2 par année au Canada entre 2012 et 2035 »; b) de quelles sources de données s’est-il servi pour calculer les statistiques de la Figure 1: Émission de méthane du scénario de référence et du scénario réglementaire, et coûts annuels de la conformité; c) qui sont les distributeurs et combien d’entre eux ont été consultés pour fournir des estimations sur les coûts de la conformité des régulateurs et pompes pneumatiques; d) de quels documents le gouvernement dispose-t-il pour montrer que l’industrie pétrolière et gazière « était satisfaite des modifications apportées par le Ministère »; e) de quelles informations fournies par des organisations non gouvernementales à vocation écologique le gouvernement s’est-il servi à titre de sources de données pour parvenir aux conclusions formulées dans l’étude d’impact de la réglementation?
Response
L’hon. Catherine McKenna (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, les émissions de méthane de référence citées dans l’analyse sont basées sur les projections du « Deuxième rapport biennal du Canada sur les changements climatiques » soumis à la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques.
En ce qui concerne la partie b) de la question, la figure 1 résume les principaux impacts estimés dans l'analyse coût-bénéfice. Les données sources utilisées pour calculer ces estimations comprennent des sources accessibles au public, telles que les projections de l'Avenir énergétique du Canada de l’Office national de l'énergie et de Natural Gas STAR de l’Agence de protection de l’environnement, ou EPA, des États-Unis; des rapports d'entrepreneurs indépendants tels que Clearstone Engineering et Prasino Group; et les données recueillies par les provinces de l'Ouest par l’entremise du système de rapport Petrinex.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, les distributeurs sont Laurentide Controls et Spartan Controls. Les rapports sont les suivants: « Pneumatic Pump Alternative for Cold Weather », publié en 2016 par Greenpath Energy, et « Zero Emission technologies for pneumatic controllers in USA », publié en 2016 par Carbon Limits. Les fournisseurs de services canadiens du secteur du pétrole et du gaz sont Greenpath Energy et Cap-Op Energy.
Relativement à la partie d) de la question, la citation complète du résumé d’étude d’impact de la réglementation est la suivante: « L'industrie pétrolière et gazière était satisfaite des modifications apportées par le ministère, mais elle continue de contester les règlements fédéraux sur le secteur. » L’énoncé est fondé sur les commentaires fournis à Environnement et Changement climatique Canada lors de réunions tenues à l’automne 2016.
Pour répondre à la partie e) de la question, les données ont été utilisées à partir d'un rapport de ICF International « Economic Analysis of Methane Emission Reduction Opportunities in the Canadian Oil and Natural Gas Industries », qui a été commandé par deux organisations non gouvernementales environnementales, soit l’Environmental Defense Fund et l'Institut Pembina, pour estimer les émissions des compresseurs.

Question no 1111 --
Mme Cheryl Gallant:
En ce qui concerne l’engagement du Canada à l’égard du Fonds vert pour le climat de l’ONU: depuis le 4 novembre 2015, quel est le montant total des fonds engagés par le Canada auprès du Fonds, et, de ce montant, combien a été payé au 30 juin 2017?
Response
L’hon. Marie-Claude Bibeau (ministre du Développement international et de la Francophonie, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la question, le Canada a annoncé le versement de 300 millions de dollars au Fonds vert pour le climat. De cette somme, le Canada a payé 168 millions de dollars depuis le 30 juin 2017. Les 132 millions de dollars restant seront versés au cours l’année financière 2018-2019.
Collapse
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2017-06-16 12:21
Expand

Question No. 1005--
Mr. Michael Cooper:
With regard to the $545 million of Treasury Board Secretariat funding allocated to “paylist requirements” in Supplementary Estimates (C) 2016-17: (a) how was this amount calculated; and (b) what are the “paylist requirements”, broken down line by line, being accommodated by this funding?
Response
Ms. Joyce Murray (Parliamentary Secretary to the President of the Treasury Board, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), the $545 million amount included in 2016-17 supplementary estimates (C) is made up of amounts set aside by departments for collective bargaining purposes, as well as an amount for the employer’s anticipated costs for collective agreements that were expected to be finalized in 2016-17. Roughly 75% of the funds are amounts that departments set aside in prior years.
As a result of the 2013 operating budget freeze, departments are required to absorb the cost of wage and salary increases that take effect in 2014-15 and 2015-16, and their ongoing impact. This also includes retroactive payments. To assist departments in managing these obligations, they were provided with the opportunity to reprofile--move forward to future years--funding from 2014-15 and 2015-16 to manage the costs for which they are responsible.
Wage and salary increases that take effect in 2016-17 and future years, along with their ongoing impact, are part of the employer’s anticipated costs and will be funded centrally.
At the time the 2016-17 supplementary estimates (C) were prepared, 12 tentative collective bargaining agreements had been reached, covering over three-quarters of represented public servants. However, not all of these agreements had been ratified by the bargaining agents and none had been signed by the employer. Funding was included in supplementary estimates (C) to provide sufficient capacity to address cash management pressures that might have materialized had the agreements been ratified and signed by March 31, 2017.
As collective agreements were not ratified and signed by the end of the fiscal year, funding was not allocated to departments and lapsed to the fiscal framework. As a result, funding for the same purpose has been included in the 2017-18 supplementary estimates (A).
With regard to (b), Treasury Board Secretariat vote 30, paylist requirements, is a central vote that is used by Treasury Board ministers to allocate funds to departments for costs related to parental and maternity allowances, severance pay; and adjustments to the terms and conditions of employment of the federal public service, including members of the Royal Canadian Mounted Police and the Canadian Forces, when these have not been provided from Treasury Board Secretariat vote 15 on compensation adjustments.
The entire amount requested for supplementary estimates (C) was for adjustments to the terms and conditions of employment of the federal public service to reflect new collective agreements, as described earlier.

Question No. 1014--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to the $3.6 million allocated to the Department of Canadian Heritage for the celebration of the 375th anniversary of Montreal in Supplementary Estimates (C) 2016-17: what funds have been awarded thus far, broken down by (i) recipient, (ii) amount, (iii) project description?
Response
Mr. Sean Casey (Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (i), the funds were awarded to the Society for the Celebrations of Montréal’s 375th Anniversary.
With regard to (ii), the amount delivered in 2016-17 is $3,620,895. The total funding for the project is $10,000,000, to be delivered over two fiscal years, 2016-17 and 2017-18.
With regard to (iii), the proposed activities will highlight the history of Montreal and its importance in the development of Canada. Programming planned by the society is taking place over 375 days, from December 21, 2016, to December 31, 2017, and includes shows, interpretive and commemorative activities, documentaries, multimedia experiences, and indigenous-themed activities. The proposed programming will permit a large audience to participate free of charge as they commemorate and celebrate the history of Montreal.

Question No. 1015--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to the government forgiving student loans owed: (a) how many student loans have been forgiven since November 4, 2015; (b) what criteria is used to determine eligibility for debt forgiveness; (c) what reasons are laid out within the criteria as acceptable to forgive student debt; and (d) for each of the instances in (c), how many loans were forgiven under each reason since November 4, 2015?
Response
Mr. Rodger Cuzner (Parliamentary Secretary to the Minister of Employment, Workforce Development and Labour, Lib.):
Mr. Speaker, there are three types of loan forgiveness provided through the Canada student loans program, the CSLP. They are the severe permanent disability benefit, Canada student loan forgiveness for family doctors and nurses, and forgiveness in cases of death.
In the case of the severe permanent disability benefit, a borrower may be eligible for the severe permanent disability benefit, the SPDB, if they have a physical or mental impairment that prevents them from ever being able to study at a post-secondary level and take part in the labour force; and the disability is expected to remain with them for life. The borrower must submit an application for SPDB, along with medical documents to support the application. From November 4, 2015, to March 31, 2017, 969 Canada student loan borrowers were approved for loan forgiveness through SPDB.
In the case of the Canada student loan forgiveness for family doctors and nurses, family doctors, residents in family medicine, nurse practitioners, and nurses who practise in designated rural or remote communities may be eligible to have a portion of their Canada student loans forgiven.
To be eligible for Canada student loan forgiveness, borrowers must have started their current employment--full-time, part-time, or casual, including self-employment for family doctors with a private family practice--as an eligible medical professional in a designated rural or remote community on or after July 1, 2011; completed a full 12-month loan forgiveness period, during which time they worked in a in an under-served rural or remote community; and submitted a Canada student loan forgiveness for family doctors and nurses application form.
Applicants must meet the necessary licensing requirements for that profession under an appropriate authority, such as the College of Family Physicians of Canada or provincial nursing associations, and must be practising in Canada in one of the following professions: family doctor; family medicine resident in training with an accredited medical school in Canada, who would be exempt from the licensing requirement; registered nurse; registered psychiatric nurse; registered practical nurse; licensed practical nurse; or nurse practitioner.
Family doctors and family medicine residents in training with an accredited medical school in Canada may receive up to $8,000 per period in Canada student loan forgiveness, to a maximum of $40,000.
Nurse practitioners and nurses may receive up to $4,000 per year in Canada student loan forgiveness, to a maximum of $20,000 over five years.
From November 4, 2015, to March 31, 2017, there were 4,922 recipients of doctors and nurses loan forgiveness.
In the case of loan forgiveness for reasons of death, in the event that a borrower dies, all repayment obligations are terminated regardless of the loan regime.
From November 4, 2015, to March 31, 2017, 2,014 Canada student loan borrowers had their loans forgiven due to death. The data includes figures related to a processing backlog and does not necessarily reflect the number of borrowers who died from November 4, 2015, to March 31, 2017.

Question No. 1020--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to the Tribute to Liberty’s Memorial to the Victims of Communism: (a) what are the current expected start and completion dates for construction of the Memorial; (b) what is the current status of the Memorial; (c) why was the location of the Memorial changed from in front of the Supreme Court building to the Garden of Provinces and Territories; (d) why was total funding and the government's contribution to the Memorial cut; and (e) why has construction on the Stanley Cup Monument and on the National Holocaust Monument, both six years between the proposal and project's projected completion, been prioritized and fast-tracked while the Memorial to the Victims of Communism has been delayed and is facing a longer timeline?
Response
Mr. Sean Casey (Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), monument construction is scheduled to begin in the spring of 2018. Major monument elements are scheduled to be completed in late 2018.
With regard to (b), with the winning concept proposed by Team Raff, as announced on May 18, 2017, the memorial is now entering into the design development phase.
With regard to (c), the results of a series of consultations led by the Department of Canadian Heritage in 2016 informed the decision to change the location of the memorial.
With regard to (d), due to the change of the site, the budget was revised. The allocated financial resources will permit the erection of a monument that reflects Canadian values for present and future generations.
With regard to (e), the creation of national monuments follows a process that has three major phases: design competition, design development, and implementation. Each monument project is realized under its own set of circumstances, such as the nature of the commemoration, the site or location, the budget, the involvement of partners, and varying schedules

Question No. 1022--
Mr. Colin Carrie:
With regard to the announcement made by the Government House Leader (GHL) on the evening of April 30, 2017, concerning a government motion proposing to amend the Standing Orders of the House of Commons: (a) was the decision, which was the subject of the announcement, taken by the Cabinet or a committee of the Cabinet; (b) if the answer to (a) is negative, by whom was the decision made, on behalf of the government; (c) in coming to the decision announced, was anyone consulted in this respect; (d) if the answer to (c) is affirmative, what are the relevant names, titles, dates and associated file numbers concerning those consultations; (e) what is the government’s current position concerning the contents of the GHL March 10, 2017, discussion paper; (f) was the GHL letter to the Opposition House Leaders shared with journalists prior to being sent to her colleagues; (g) if the answer to (f) is affirmative, why was the letter shared; (h) with respect to the “specific commitments” in the 2015 Liberal Party platform, referred to by the GHL, what are the so-called specifics; and (i) why were no details concerning, or drafts of, the government’s intended motion provided by the GHL?
Response
Hon. Bardish Chagger (Minister of Small Business and Tourism and Leader of the Government in the House of Commons, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to the announcement made by the government House leader, the GHL, on the evening of April 30, 2017, concerning a government motion proposing to amend the Standing Orders of the House of Commons, the government will be moving forward with the commitment to modernize the rules of the House of Commons in order to make Parliament more relevant for Canadians and make it a better place to work by introducing a government motion in the House of Commons to implement these commitments. The motion will refer to the commitments made in the platform during the election in relation to the inappropriate use of prorogation and omnibus bills, the strengthening of committees, improving financial oversight, and increasing accountability in question period.
In the discussion paper released in March 2017, the government put forward ideas in good faith to foster a dialogue on additional ways that we could modernize the operations of the House of Commons. As indicated in the letter of April 30, 2017, the government does not intend to move forward on these items at the present time. Going forward, the government remains committed to dialogue among all parties on how to improve the tone in the House of Commons and to find new ways of making the House more effective at addressing government and private members’ business. Most importantly, we hope that we can make the House of Commons more accountable to Canadians.

Question No. 1023--
Mr. Alupa A. Clarke:
With regard to the approval of the purchase of Super Hornets without a tender, and to the statement made by the Parliamentary Secretary to the Minister of Public Service and Procurement in the House on April 6, 2017, that “I will let the Department of National Defence provide him with details regarding this capability gap”: what are the details of any information that would have led to this statement, including those relating specifically to the existence of a “capability gap”?
Response
Mr. Jean R. Rioux (Parliamentary Secretary to the Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, Canada has obligations to the North American Aerospace Defense Command, NORAD, to have a certain number of fighter jets mission-ready at all times, as well as obligations to the North Atlantic Treaty Organization, NATO. The number of mission-ready planes the Royal Canadian Air Force, or RCAF, can put in the air today is fewer than Canada’s NORAD and NATO obligations combined. The RCAF is risk-managing this capability gap, and has been doing so for a number of years. However, the government is not willing to accept this level of risk anymore.
On November 22, 2016, the government announced that it will launch, within its current mandate, an open and transparent competition to replace the fleet of CF-18 fighter aircraft. In addition, the government announced that Canada will immediately explore the acquisition of 18 new Super Hornet aircraft to supplement the CF-18s for an interim period until the permanent replacements arrive. While the government has entered into discussions with the U.S. government and Boeing about this potential acquisition, no decision has been made yet. Discussions must demonstrate that the interim fleet is appropriately capable and can be obtained at a cost, schedule, and economic value that are acceptable to Canadians. Furthermore, the government also announced that it would increase support for the current CF-18 fleet.
On June 7, 2017, the government unveiled its new defence policy: “strong, secure, engaged”. In order for Canada to counter today’s evolving threat environment and remain highly interoperable with its allies and key operational partners, this policy commits to replacing the CF-18 fleet with 88 advanced fighter aircraft.

Question No. 1028--
Mr. Wayne Easter:
With regard to the investigation into the Clyde River Fish Kill in Clyde River and area on Prince Edward Island (PEI): (a) how many personnel from the Department of Fisheries and Oceans (DFO) have been involved in the investigation; (b) with regard to interviews conducted between DFO officials and individuals involved in the case, how many interviews have taken place, and over what period of time; (c) with regard to trips to PEI related to this investigation made by off-island DFO offices, (i) how many trips were made, (ii) how many vehicle hours have been accumulated, (iii) what was the duration of each trip, (iv) what were the accommodation and travel status costs; (d) who requested this extended investigation at the federal level; (e) which individual, or individuals, from PEI requested the assistance of the DFO; (f) has the DFO been provided with a report from Environment Canada on the extraordinary rain event that caused the flooding, and if so, what did the report conclude; and (g) what are the details of all correspondence, both written and electronic, related to this matter, between officials from the PEI Department of the Environment and DFO personnel?
Response
Mr. Terry Beech (Parliamentary Secretary for Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), there was no involvement by personnel of the Department of Fisheries and Oceans, DFO.
With regard to (b), no interviews were conducted by DFO.
With regard to (c), no trips to P.E.I. related to this investigation were made by off-island DFO offices.
Parts (d) and (e) are not applicable.
With regard to (f), no, DFO has not been provided with a report from Environment Canada.
With regard to (g), there has been no correspondence between officials from the P.E.I. Department of the Environment and DFO personnel.

Question No. 1032--
Mr. Jamie Schmale:
With regard to the decision made by Immigration, Refugees, and Citizenship Canada (IRCC) to charge $100 for a ten minute search for information and $30 for each additional minute, as described in The Hill Times on May 3, 2017: (a) what is the title of the individual who made the decision to charge for information; (b) when was the Minister’s Office made aware of the decision to charge for information; (c) has the Minister or his office issued a statement approving of the decision to charge for information; (d) has the President of the Treasury Board advised IRCC that charging for information is not in keeping with the Prime Minister’s directive to make government data “open by default” and, if so, when was this done; and (e) what was the response by IRCC?
Response
Hon. Ahmed Hussen (Minister of Immigration, Refugees and Citizenship, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), no decision to charge for this information was made. The requester was advised to contact the statistical unit in the department responsible for providing data on a cost-recovery basis. This is standard operating procedure when an access to information request has been received for which no records exist. In an attempt to assist the requester, the access to Information and privacy division suggested the requester turn to the cost-recovery unit. IRCC only charges the $5 request fee for access to information requests. The authority to charge for data related to immigration that has not been published by the department is contained in subsection 314(1) of the Immigration and Refugee Protection Regulations. The amounts that can be charged are also contained therein.
With regard to (b), no decision to charge for this information was made, as this is part of IRCC’s established practice to meet requesters’ information needs.
With regard to (c), as noted in (a), charging for reports produced under cost recovery is done under the authority of subsection 314(1) of the Immigration and Refugee Protection Regulations and the fees set under paragraphs 314(1)(a) and 314(1)(b) of these regulations.
With regard to (d) and (e), as noted in (a), charging for customized reports is done under the authority of subsection 314(1) of the Immigration and Refugee Protection Regulations. IRCC is implementing a rigorous open government plan by posting greater numbers of data tables with an increased frequency on the Government of Canada’s open data portal. IRCC data tables on the open data portal are among the most-accessed data sources.

Question No. 1034--
Mr. Dan Albas:
With regard to individuals detained at airports by Canada Border Services Agency (CBSA), since January 1, 2016, broken down by airport and by month: (a) on how many days have CBSA holding cells at airports been (i) at half-capacity, (ii) at capacity, (iii) over-capacity, (iv) empty; and (b) what is the protocol when CBSA holding cells are over-capacity?
Response
Hon. Ralph Goodale (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), the CBSA canvassed all regions across the country for the requested information. While the CBSA has holding cells in 21 airport locations, not all airports were able to provide the data requested. Manual records exist; however, given the scope and time frame of the request, as well as the large volume of information, the CBSA is unable to provide detailed information as requested.
With regard to (b), the CBSA has short-term holding cells in 21 airports across the country. These cells are for detentions of 48 hours or less. CBSA holding cells at airports are under capacity the majority of the time and are normally used for a short period of time while the individual is awaiting pickup from a local police agency or to be escorted to an outbound flight.
Should holding cells reach overcapacity, the CBSA will move individuals to other designated facilities as per the established agreements in place in each region. The nature and reason for detention may dictate the facility used in some circumstances.

Question No. 1037--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls: (a) has the Minister receive communications from stakeholder groups expressing concerns regarding the National Inquiry; (b) if the answer to (a) is affirmative, which stakeholders expressed concern and how many communications were received; (c) has the Minister received communications from individual Canadians expressing concerns regarding the National Inquiry; and (d) if the answer in (c) is affirmative, how many communications were received?
Response
Ms. Yvonne Jones (Parliamentary Secretary to the Minister of Indigenous and Northern Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, the Minister of Indigenous and Northern Affairs received 456 pieces of correspondence in the form of letters and emails from stakeholder groups and from individuals across the country on the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls between November 4, 2015, and May 3, 2017. Records are based on a search of the department’s document tracking system. Some items may not have been captured if they fell outside the search criteria or were not tracked or entered correctly in the system. The correspondence reflected various views on the inquiry, including views on the mandate of the commission, opposition to the inquiry, concerns with inquiry timelines, and support for the inquiry.

Question no 1005 --
M. Michael Cooper:
En ce qui concerne les fonds de 545 millions de dollars du Secrétariat du Conseil du Trésor affectés aux « besoins en matière de rémunération » dans le Budget supplémentaire des dépenses (C) 2016-2017: a) comment a-t-on calculé ce montant; b) quels sont les « besoins en matière de rémunération », ventilés ligne par ligne, qui sont visés par ces fonds?
Response
Mme Joyce Murray (secrétaire parlementaire du président du Conseil du Trésor, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le montant de 545 millions de dollars figurant au Budget supplémentaire des dépenses (C) de 2016-2017 comprend les montants mis de côté par les ministères aux fins des négociations collectives, ainsi que le montant des coûts prévus de l’employeur pour les conventions collectives censées être conclues en 2016-2017. Près de 75 % des fonds sont des sommes mises de côté par les ministères au cours des années antérieures.
Par suite du gel des budgets de fonctionnement en 2013, les ministères sont tenus d'absorber le coût des hausses salariales qui entrent en vigueur en 2014-2015 et en 2015-2016 et de l’impact continu qui s’ensuit. Cela comprend aussi les paiements rétroactifs. Pour les aider à assumer ces obligations, les ministères avaient la possibilité de reporter des fonds de 2014 2015 et de 2015-2016 à des années ultérieures afin de gérer les coûts dont ils sont responsables.
Les hausses salariales qui entrent en vigueur en 2016-2017 et au cours des années ultérieures, ainsi que l’impact continu qui s’ensuit font partie des coûts prévus de l’employeur et seront financées par l’administration centrale.
Lorsque le Budget supplémentaire des dépenses (C) de 2016-2017 a été préparé, il y avait un accord de principe sur 12 conventions collectives, regroupant plus des trois quarts des fonctionnaires représentés. Cependant, ces ententes ne sont pas toutes ratifiées par les agents négociateurs; aucune n’a été signée par l'employeur. Des fonds figurent au Budget supplémentaire des dépenses (C) pour assurer une capacité suffisante permettant de répondre aux pressions de gestion de la trésorerie qui auraient pu se matérialiser si les conventions avaient été ratifiées et signées en date du 31 mars 2017.
Comme les conventions collectives n’étaient ni ratifiées ni signées à la fin de l’exercice financier, les fonds n’ont pas été affectés aux ministères et sont restés inutilisés dans le cadre financier. Par conséquent, des fonds à cette fin figurent de nouveau dans le Budget supplémentaire des dépenses (A) de 2017-2018.
En ce qui concerne la partie b) de la question, le crédit 30, « Besoins en matière de rémunération », du Secrétariat du Conseil du Trésor est un crédit central utilisé par les membres du Conseil du Trésor pour l’attribution de fonds aux ministères reliés au coût des prestations parentales et de maternité; des indemnités de départ; et du rajustements des conditions d’emploi dans la fonction publique fédérale, y compris pour les membres de la Gendarmerie royale du Canada et des Forces canadiennes, dans les cas où ces besoins n’ont pas été pourvus par le crédit 15, « Rajustements de la rémunération ».
La totalité du montant demandé dans le Budget supplémentaire des dépenses (C) a été affectée aux rajustements des conditions d’emploi dans la fonction publique fédérale pour refléter les nouvelles conventions collectives, selon ce qui est décrit ci dessus.

Question no 1014 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne les 3,6 millions de dollars affectés au ministère du Patrimoine canadien pour les célébrations du 375e anniversaire de Montréal dans le Budget supplémentaire des dépenses (C) 2016-2017: quel montant a-t-on versé jusqu’à présent, ventilé par (i) destinataire, (ii) montant, (iii) description de projet?
Response
M. Sean Casey (secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie i) de la question, les fonds ont été attribués à la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal.
Pour ce qui est de la partie ii) de la question, le montant versé en 2016-2017 est de 3 620 895 $. Le financement total consacré au projet est de 10 000 000 $, versé sur une période de 2 ans (2016-2017 et 2017-2018).
En ce qui concerne la partie iii) de la question, les activités proposées souligneront l’histoire de Montréal et son importance dans le développement du Canada. La programmation prévue par la Société s’étendra sur 375 jours, du 21 décembre 2016 au 31 décembre 2017, et comprend des spectacles, des activités d’interprétation et de commémoration, des documentaires, des expériences multimédias et des activités à thèmes autochtones. Les projets proposés permettront à un vaste public de participer gratuitement à des activités de commémoration et de célébrer l’histoire de Montréal.

Question no 1015 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne l’exonération de remboursement de prêts d’études accordée par le gouvernement: a) combien de prêts d’études ont été exonérés depuis le 4 novembre 2015; b) quels sont les critères employés pour déterminer l’admissibilité à une exonération; c) quelles sont les raisons considérées dans les critères comme étant acceptables pour l’exonération d’un prêt d’études; d) pour chaque cas en c), combien de prêts ont-ils été exonérés pour chaque raison depuis le 4 novembre 2015?
Response
M. Rodger Cuzner (secrétaire parlementaire de la ministre de l'Emploi, du Développement de la main d'oeuvre et du Travail, Lib.):
Monsieur le Président, le Programme canadien de prêts aux étudiants, le PCPE, prévoit trois types d’exonération de remboursement: l’exonération au titre de disposition applicable aux étudiants ayant une invalidité grave et permanente; l’exonération de remboursement des prêts d’études canadiens pour les médecins de famille et le personnel infirmier; et l’exonération en cas de décès.
Pour ce qui est de la disposition applicable aux étudiants ayant une invalidité grave et permanente, la DEIGP, l’emprunteur peut y être admissible s’il ne peut plus faire d’études postsecondaires ni travailler en raison d’une déficience physique ou mentale, et si l’invalidité doit le suivre toute sa vie. Pour bénéficier de la DEIGP, l’emprunteur doit présenter une demande et produire des documents médicaux à l’appui de sa demande. Entre le 4 novembre 2015 et le 31 mars 2017, 969 demandes d’exonération de remboursement de prêts du Programme canadien de prêts aux étudiants ont été approuvées en vertu de la DEIGP.
Pour ce qui est de l’exonération de remboursement du prêt d’études pour les médecins de famille et le personnel infirmier, les médecins de famille, les résidents en médecine familiale, le personnel infirmier et les infirmières et infirmiers praticiens qui travaillent dans des collectivités rurales ou éloignées désignées peuvent être admissibles à l’exonération du remboursement d’une partie de leurs prêts d’études canadiens.
Pour être admissible à l’exonération du remboursement des prêts d’études canadiens, l’emprunteur doit: avoir commencé à exercer son emploi actuel, que ce soit à temps plein, à temps partiel ou occasionnel, y compris le travail autonome pour les médecins de famille ayant un cabinet privé de médecine familiale, à titre de professionnel de la santé admissible dans une collectivité rurale ou éloignée désignée le 1er juillet 2011 ou après cette date; avoir terminé une période d’exonération du remboursement d’un prêt complète de 12 mois consécutifs, durant laquelle il a travaillé dans une collectivité rurale ou éloignée mal desservie; et avoir présenté le formulaire Demande d'une exonération de prêt d'études canadien pour les médecins de famille et le personnel infirmier.
Les demandeurs doivent exercer au Canada l’une des professions qui suivent et satisfaire aux exigences nécessaires en matière d’obtention d’une licence pour ladite profession qui sont appliquées par l’autorité compétente, comme le Collège des médecins de famille du Canada ou des associations provinciales d’infirmières et infirmiers: médecin de famille; résident en médecine familiale en formation dans une école de médecine agréée au Canada, exempté de l’exigence en matière d’obtention d’une licence; infirmière ou infirmier autorisé; infirmière ou infirmier psychiatrique autorisé; infirmière ou infirmier auxiliaire autorisé; infirmière ou infirmier auxiliaire; ou infirmière ou infirmier praticien.
Les médecins de famille et les résidents en médecine familiale en formation dans une école de médecine agréée au Canada peuvent obtenir une exonération maximale de 8 000 $ par période sur un prêt d’études canadien, jusqu’à un maximum de 40 000 $.
Les infirmiers praticiens ou les membres du personnel infirmier peuvent être admissibles à une exonération maximale de 4 000 $ par an de leur prêt d’études canadien, jusqu’à concurrence de 20 000 $ sur cinq ans.
Entre le 4 novembre 2015 et le 31 mars 2017, 4 922 demandes d’exonération de remboursement de prêts d'études canadiens pour les médecins de famille et le personnel infirmier ont été approuvées.
En ce qui concerne le décès, en cas de décès de l’emprunteur, toutes les obligations de remboursement sont annulées sans égard au régime de prêt.
Entre le 4 novembre 2015 et le 31 mars 2017, 2 014 exonérations du remboursement de prêts au titre du Programme canadien de prêts aux étudiants ont été accordées en raison du décès de l’emprunteur. Ce chiffre tient compte de dossiers dont le traitement a été effectué en retard et ne reflète pas nécessairement le nombre d’emprunteurs décédés entre le 4 novembre 2015 et le 31 mars 2017.

Question no 1020 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne le Monument aux victimes du communisme de Tribute to Liberty: a) quelles sont actuellement les dates prévues de début et de fin de la construction du monument; b) quel est l’état actuel du monument; c) pourquoi le monument sera érigé dans le Jardin des provinces et des territoires au lieu de devant l’édifice de la Cour suprême; d) pourquoi le financement total et la contribution du gouvernement à l’égard du monument ont été coupés; e) pourquoi le Monument de la Coupe Stanley et le Monument national de l’Holocauste, pour lesquels six années se seront écoulées entre leur proposition et leur réalisation, ont-ils été priorisés et accélérés, alors que la construction du Monument aux victimes du communisme a été reportée et fait face à des délais plus longs?
Response
M. Sean Casey (secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la construction du monument devrait commencer au printemps de 2018. Il est prévu que les éléments majeurs du monument seront terminés à la fin de 2018.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, avec l’annonce, le 18 mai 2017, du concept gagnant proposé par l’équipe Raff, le monument entre maintenant dans la phase de développement du design.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, les résultats d’une série de consultations, dirigées par le ministère du Patrimoine canadien, en 2016, viennent appuyer la décision de modifier l’emplacement du monument.
En ce qui concerne la partie d) de la question, en raison du changement de site, le budget a été revu. Les ressources financières disponibles permettront d’ériger un monument qui illustre les valeurs canadiennes pour les générations actuelles et futures.
Enfin, pour ce qui est de la partie e) de la question, la création de monuments nationaux suit un processus en trois phases principales, soit le concours de design, le développement du design et la mise en œuvre. Chaque projet de monument est réalisé en tenant compte de ses circonstances propres, comme la nature de la commémoration, le site et l’emplacement, le budget, la participation des partenaires et les différents calendriers.

Question no 1022 --
M. Colin Carrie:
En ce qui concerne l’annonce faite par la leader du gouvernement à la Chambre des communes (LGCC) le 30 avril 2017 en soirée, relativement à une motion du gouvernement proposant de modifier le Règlement de la Chambre des communes: a) la décision dont l’annonce faisait état a-t-elle été prise par le Cabinet ou par un comité du Cabinet; b) si la réponse en a) est négative, par qui la décision a-t-elle été prise, au nom du gouvernement; c) la décision annoncée a-t-elle fait l’objet de consultations; d) si la réponse au point c) est affirmative, quels sont les noms, titres, dates et numéros de dossier pertinents; e) quelle est la position actuelle du gouvernement à l’égard de la teneur du document de discussion présenté le 10 mars 2017 par la LGCC; f) la lettre de la LGCC aux leaders parlementaires de l’opposition a-t-elle été communiquée à des journalistes avant son envoi à ses homologues; g) si la réponse en f) est affirmative, pourquoi la lettre a-t-elle été communiquée; h) en ce qui a trait aux « engagements précis » de la plateforme de 2015 du Parti libéral que mentionne la LGCC, quels sont ces engagements dits précis; i) pourquoi la LGCC n’a-t-elle fourni aucun détail relatif à la motion que le gouvernement comptait présenter, ni ébauches de celle-ci?
Response
L’hon. Bardish Chagger (leader du gouvernement à la Chambre des communes et ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne l’annonce que j’ai faite en soirée à la Chambre des communes, le 30 avril 2017, relativement à une motion proposant de modifier le Règlement de la Chambre des communes, le gouvernement ira de l’avant et modernisera le Règlement en proposant une motion du gouvernement pour donner suite à ses engagements. Le Parlement sera ainsi plus pertinent pour les Canadiens et deviendra un meilleur endroit où travailler. La motion fera référence aux engagements pris lors de la campagne électorale, notamment en ce qui a trait au recours inapproprié à la prorogation et aux projets de loi omnibus, au renforcement des comités, à l’amélioration de la surveillance financière et à la reddition de compte lors de la période de questions.
Dans le document de travail publié en mars 2017, le gouvernement propose de bonne foi des idées visant à susciter un dialogue sur les autres moyens de moderniser les opérations de la Chambre des communes. Comme il l’a indiqué dans sa lettre du 30 avril 2017, le gouvernement n’a pas l’intention de mettre en avant ces modifications pour l’instant. Le gouvernement demeure engagé à discuter avec toutes les parties des façons d’améliorer le ton à la Chambre des communes et de rendre la Chambre plus efficace dans sa réponse aux affaires émanant du gouvernement et des députés. Surtout, nous espérons rendre la Chambre des communes plus responsable devant la population canadienne.

Question no 1023 --
M. Alupa A. Clarke:
En ce qui concerne l’approbation de l’achat d’appareils Super Hornet sans appel d’offres et la déclaration du secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, qui a dit à la Chambre le 6 avril 2017 qu’il « [laisserait] le ministère de la Défense nationale fournir les détails concernant cet écart de capacité », quels sont les détails concernant les renseignements ayant pu donner lieu à cette déclaration, y compris ceux liés précisément à l’existence d’un « écart de capacité »?
Response
M. Jean Rioux (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, dans le cadre du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord, le NORAD, le Canada a l’obligation de maintenir un certain nombre de chasseurs prêts à l’action en tout temps. En même temps, le Canada a des obligations auprès de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord, l’OTAN. Or le nombre de chasseurs prêts à l’emploi que nous pouvons faire décoller aujourd’hui ne permet pas de respecter nos obligations à l’égard à la fois du NORAD et de l’OTAN. L’Aviation royale canadienne gère cet écart de capacité et le fait depuis plusieurs années. Toutefois, le gouvernement n'est plus prêt à accepter ce niveau de risque.
Le 22 novembre 2016, le gouvernement a annoncé qu’il lancerait, au cours de son mandat actuel, un appel d’offres ouvert et transparent pour remplacer la flotte existante de chasseurs CF18. En outre, le gouvernement a annoncé que le Canada se penchera immédiatement sur l’acquisition de 18 nouveaux chasseurs Super Hornet pour compléter la flotte de CF18 jusqu’à ce que la flotte de remplacement permanente soit livrée. Bien que le gouvernement ait entamé des discussions avec le gouvernement des États-Unis et Boeing pour l’utilisation provisoire de ces chasseurs, aucune décision n’a encore été prise à cet égard. Les discussions doivent démontrer que la flotte intérimaire possède le niveau de capacité approprié et qu’elle peut être obtenue selon un coût, un délai et une valeur économique qui sont acceptables pour les Canadiens. En outre, le gouvernement a également annoncé qu'il augmenterait son soutien pour la flotte actuelle de CF18.
Le 7 juin 2017, le gouvernement a dévoilé sa nouvelle politique de défense « Protection, Sécurité, Engagement ». Afin que le Canada puisse combattre les menaces changeantes actuelles et assurer une interopérabilité élevée avec ses alliés et principaux partenaires opérationnels, le gouvernement s’engage, au moyen de cette politique, à remplacer la flotte de chasseurs CF18 actuelle par 88 chasseurs sophistiqués

Question no 1028 --
M. Wayne Easter:
En ce qui concerne l’enquête sur la mort de poisons dans la rivière Clyde située à l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-E.): a) combien d’employés du ministère des Pêches et des Océans (MPO) ont participé à l’enquête; b) en ce qui a trait aux entrevues menées entre des représentants du MPO et les personnes impliquées dans le dossier, combien d’entrevues ont eu lieu, et en combien de temps; c) en ce qui concerne les voyages à l’Î.-P.-E. relativement à l’enquête menée par des bureaux du MPO situés à l’extérieur de l’île, (i) combien de voyages ont été effectués, (ii) combien d’heures de déplacement en véhicule ont été accumulées, (iii) quelle a été la durée de chaque voyage, (iv) quels étaient les coûts liés à l’hébergement et aux frais de déplacement; d) qui a demandé la tenue de cette enquête au niveau fédéral; e) qui, à l’Î.-P.-E., a demandé l’aide du MPO; f) le MPO a-t-il reçu un rapport d'Environnement Canada sur l’épisode de pluie exceptionnel qui a causé l’inondation, et, le cas échéant, quelle était la conclusion du rapport; g) quels sont les détails de la correspondance électronique et papier relative à cette enquête entre le personnel du ministère
Response
M. Terry Beech (secrétaire parlementaire du ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, il n'y a eu aucune participation d’employés du ministère des Pêches et des Océans, le MPO.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, aucune entrevue n'a été menée par le MPO.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, aucun voyage à l’Île-du-Prince-Édouard relativement à l’enquête n’a été mené par des bureaux du MPO situés à l’extérieur de l’île.
Les parties d) et e) sont sans objet.
En ce qui concerne la partie f) de la question, non, le MPO n'a pas reçu de rapport d'Environnement Canada.
Enfin, pour ce qui est de la partie g) de la question, il n'y a eu aucune correspondance entre le personnel du ministère de l’Environnement de l’Île-du-Prince-Édouard et le personnel du MPO.

Question no 1032 --
Mr. Jamie Schmale:
En ce qui concerne la décision prise par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRC) d’imposer des frais de 100 $ pour une recherche d’information de dix minutes et 30 $ pour chaque minute supplémentaire, comme l’a rapporté le Hill Times le 3 mai 2017: a) quel est le titre de la personne qui a pris la décision d’imposer des frais pour de l’information; b) quand le bureau du ministre a-t-il été mis au courant de la décision d’imposer des frais pour de l’information; c) le ministre ou son bureau ont-ils publié une déclaration pour approuver la décision d’imposer des frais pour de l’information; d) le président du Conseil du Trésor a-t-il avisé IRC que l’imposition de frais pour de l’information ne cadre pas avec la directive du premier ministre de rendre les données du gouvernement « ouvertes par défaut » et, le cas échéant, à quel moment l’a-t-il fait; e) quelle a été la réponse d’IRC?
Response
L'hon. Ahmed Hussen (ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, aucune décision d’imposer des frais pour cette information n’a été prise. Le demandeur a été invité à communiquer avec le service des statistiques du ministère, qui est chargée de fournir des données selon des modalités de recouvrement des coûts. Il s’agit d’une procédure d’exploitation normalisée lorsqu’une demande d’accès à l’information est reçue et qu’il n’existe aucun enregistrement. Dans le but d’aider le demandeur, la Division de l’accès à l’information et de la protection des renseignements personnels a proposé au demandeur de consulter l’unité de recouvrement des coûts. Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, ou IRCC, ne facture que des frais de 5 $ pour les demandes d’accès à l’information. Le pouvoir de facturer pour des données relatives à l’immigration qui n’ont pas été publiées par le ministère figure au paragraphe 314(1) du Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés. Les montants qui peuvent être facturés y figurent également.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, aucune décision d’imposer des frais pour cette information n’a été prise, car cela fait partie de la pratique établie par IRCC pour répondre aux besoins en information des demandeurs.
En ce qui concerne la partie c) de la question, comme je l’ai indiqué dans la réponse à la partie a) de la question, l’imposition de frais pour des rapports produits selon des modalités de recouvrement des coûts se fait sous l’égide du paragraphe 314(1) du Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés, et les frais imposés sont établis aux alinéas 314(1)a) et b) dudit Règlement.
Enfin, en ce qui a trait à la partie d) de la question, comme je l’ai indiqué dans la réponse à la partie a) de la question, l’imposition de frais pour des rapports produits sur mesure se fait sous l’égide du paragraphe 314(1) du Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés. IRCC met en œuvre un plan du gouvernement ouvert et rigoureux en affichant un nombre croissant de tableaux de données à une fréquence accrue sur le portail des données ouvertes du gouvernement du Canada. Les tableaux de données d’IRCC sur le portail des données ouvertes font partie des sources de données les plus consultées.

Question no 1034 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne les personnes détenues dans les aéroports par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), depuis le 1er janvier 2016, ventilé par aéroport et par mois: a) pendant combien de jours les cellules de détention provisoire de l’ASFC étaient-elles (i) à mi-capacité, (ii) à pleine capacité, (iii) en surcapacité, (iv) vides; b) quel protocole l’ASFC suit-elle lorsque ses cellules de détention provisoire sont en surcapacité?
Response
L'hon. Ralph Goodale (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’Agence des services frontaliers du Canada, l’ASFC, a sollicité toutes les régions au pays pour l’information demandée. Bien que l’ASFC ait des cellules de détentions provisoires dans 21 aéroports, tous les aéroports n’ont pas pu fournir les informations demandées. Des registres manuels existent, mais compte tenu de l’ampleur et du délai d’exécution de la demande ainsi que du volume d’information s’y rattachant, l’ASFC n’est pas en mesure de fournir des informations détaillées telles que demandées.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, l'ASFC a des cellules de détentions provisoires à court terme, soit 48 heures ou moins, dans 21 aéroports d’un bout à l’autre du pays. Les cellules de détentions provisoires de l'ASFC dans les aéroports sont en sous-capacité la plupart du temps, et elles sont normalement utilisées pour une courte période pendant que l'individu attend qu'une agence de police locale vienne le chercher ou qu’on l’escorte jusqu’à un vol pour l'étranger.
Dans les cas où les cellules de détention atteindraient leur capacité maximale, l’ASFC enverrait des personnes dans d’autres installations désignées conformément aux ententes conclues dans chaque région. La nature et les raisons de la détention peuvent déterminer l’établissement choisi dans certaines cironstances.

Question no 1037 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées: a) la ministre a-t-elle reçu des communications de la part de groupes d’intervenants exprimant leur inquiétude au sujet de l’Enquête nationale; b) si la réponse en a) est affirmative, quels sont les groupes d’intervenants ayant exprimé leur inquiétude et combien de communications ont été reçues; c) la ministre a-t-elle reçu des communications de la part de particuliers exprimant leur inquiétude au sujet de l’Enquête nationale; d) si la réponse en c) est affirmative, combien de communications ont été reçues?
Response
Mme Yvonne Jones (secrétaire parlementaire de la ministre des Affaires autochtones et du Nord, Lib.):
Monsieur le Président, la ministre des Affaires autochtones et du Nord a reçu 456 lettres et courriels de groupes d'intervenants et d’individus de partout au Canada au sujet de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées entre le 4 novembre 2015 et le 3 mai 2017. Les documents sont basés sur une recherche du système de suivi de documents ministériels. Il se peut que certains articles n’aient pas été capturés s’ils ne correspondaient pas aux paramètres de recherche, si le suivi n’a pas été effectué ou si l’entrée est incorrecte dans le système. Les correspondances reflétaient divers points de vue sur l'enquête, y compris les points de vue sur le mandat de la Commission, les oppositions à l'enquête, les préoccupations concernant les délais de l’enquête et le soutien à l'enquête.
Collapse
Aboriginal peoplesAdministrative feesAlbas, DanAnniversaryBeech, TerryCanada Border Services AgencyCanadian ForcesCarrie, ColinCasey, SeanCF-18 aircraftChagger, Bardish ...Show all topics
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
View Mark Strahl Profile
2016-09-22 12:16 [p.4962]
Expand
Mr. Speaker, never let it be said that I cannot create a buzz in the room.
I was pleased to be the fisheries critic for the last year, during which I had the opportunity to interact with Atlantic Canadian fishers in different sectors. Just last week, the official opposition caucus took the opportunity to meet in Halifax to reconnect and re-engage with Atlantic Canadians, as the leader of the party has been doing. I believe she has made six visits to the region since she was elected as interim leader.
Having spoken with Atlantic Canadians, they definitely feel they are being taken for granted by the government. They feel they are being taken for granted by the very members of Parliament who they sent to Ottawa to speak up for them. An example is on the northern shrimp quota allocation, the LIFO system, which was rigged in favour of one province. All but one panel member was from Newfoundland and Labrador. All but one meeting was held in Newfoundland and Labrador and other regions that wanted a change to the northern quota system.
The minister accepted that recommendation and it cost the fishermen of Nova Scotia and New Brunswick tens of millions of dollars with the decision to take away their fishing quota. What did the member for South Shore—St. Margarets say to the fishermen who had lost millions of dollars because of that decision? She said nothing. She has been silent, even though she campaigned on keeping the last in, first out system. Since that time, she has said nothing.
I was also in P.E.I. and met with fishermen in Charlottetown, LaVie, Morell, and O'Leary. What did they say? They said that the government had changed the lobster carapace size, something that Gail Shea never let happen in her entire time as a member of Parliament. She stood up for the fishers in Prince Edward Island. Now she is gone.
There are four Liberal MPs in that region. What have they said to protect lobster fishermen in P.E.I.? They have said nothing. The new member for Egmont has said nothing. The Minister of Agriculture has said nothing. The member for Malpeque has said nothing. Fishermen are getting no representation from their members of Parliament because they are too afraid to speak out.
The Prime Minister speaks for the Liberal Party of Canada in Atlantic Canada, not the members who were sent here to represent those constituents. The lobster fishermen I met with in O'Leary said that it seemed the Minister of Agriculture, the member for Cardigan, has lost his voice. Members in the Conservative Party, be they from British Columbia, Ontario, or across the rest of the country, will speak up for Atlantic Canadians if no one on that side will.
Today the Minister of Justice danced around whether she would actually insist that the next appointment to the Supreme Court be an Atlantic Canadian. The Liberals have said that they are insisting they be on the short list. That is not what we are asking for today. That is not what Atlantic Canadians are demanding. They are demanding that they continue to have the representation they have had on the Supreme Court for the last 140 years.
I want to quote another article, this time from The Guardian in Charlottetown, P.E.I. Gerard Mitchell, former chief justice of the Supreme Court in Prince Edward Island, stated:
Dear Prime Minister: I am writing to you to ask that you please revise your new policy on appointment of judges to the Supreme Court of Canada. The revision should affirm the well-established convention of filling vacancies with judges from the same region of the country as their predecessor.
Merit and ensuring the maintenance of regional perspectives on the court should be the litmus test for appointment. Bilingualism is certainly an asset, but it never has been, and never should be, an absolute requirement for appointment to the Supreme Court of Canada. The highest court in the land needs well-qualified judges, whether bilingual or not, from all the regions of Canada to bring to bear their perspectives on the great legal issues of the day.
Regional representation on the judicial branch of our government is an important aspect of our Canadian democracy. The pan-Canadian composition of the Court adds to the legitimacy of it’s Decision-making authority. The new policy, if unaltered, could someday result in all nine judges coming from one or two parts of the country.
We need to stand up for the people of Atlantic Canada. We in the official opposition will do it, even if the Liberal members of Parliament have chosen not to.
Nous nageons dans l'allégresse, monsieur le Président.
J'ai été heureux d'être le porte-parole en matière de pêches cette dernière année, pendant laquelle j'ai eu l'occasion d'échanger avec des pêcheurs de différents secteurs du Canada atlantique. Pas plus tard que la semaine dernière, le caucus de l'opposition officielle s'est réuni à Halifax pour renouer et reprendre contact avec les Canadiens de cette région, comme l'a fait la chef de notre parti. Je crois qu'elle s'est rendue six fois dans la région depuis qu'elle est chef intérimaire.
D'après mes discussions avec les Canadiens de l'Atlantique, il ressort qu'ils ont l'impression que le gouvernement les tient pour acquis. Ils ont l'impression que les députés qu'ils ont élus pour les représenter à Ottawa les tiennent pour acquis. Je songe par exemple à l'allocation des quotas de crevettes nordiques, le principe du dernier entré, premier sorti, qui a été truqué en faveur d'une province. Tous les membres du comité, sauf un, provenaient de Terre-Neuve-et-Labrador. Toutes les réunions, sauf une, ont eu lieu à Terre-Neuve-et-Labrador et dans des régions qui souhaitaient qu'on modifie le système des quotas.
Le ministre a accepté la recommandation, et la décision de réduire les quotas de pêche a coûté aux pêcheurs de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick des dizaines de millions de dollars. Qu'a dit la députée de South Shore—St. Margarets aux pêcheurs qui ont perdu des millions de dollars en raison de cette décision? Elle n'a rien dit. Elle est restée silencieuse, malgré le fait qu'elle a fait campagne en promettant de maintenir la politique du dernier entré, premier sorti. Depuis ce temps, elle n'a absolument rien dit.
Je suis allé à l'Île-du-Prince-Édouard et j'y ai rencontré des pêcheurs à Charlottetown, LaVie, Morell et O'Leary. Que m'ont-ils dit? Ils m'ont dit que le gouvernement avait modifié la taille approuvée pour les carapaces de homard, quelque chose qui ne s'était jamais produit du temps de la députée Gail Shea. Elle prenait la défense des pêcheurs de l'Île-du-Prince-Édouard, mais elle n'est plus là pour le faire.
Il y a quatre députés libéraux dans cette région. Qu'ont-ils dit pour protéger les pêcheurs de homard de l'Île-du-Prince-Édouard? Rien du tout. Le nouveau député d'Egmont n'a rien dit. Le ministre de l'Agriculture n'a rien dit. Le député de Malpeque n'a rien dit. Les pêcheurs ne sont nullement représentés par leurs députés parce que ceux-ci ont peur de s'exprimer.
Le premier ministre exprime la position du Parti libéral du Canada en ce qui concerne le Canada atlantique, mais pas nécessairement celle des députés qui ont été envoyés ici pour représenter les électeurs de cette région. Les pêcheurs de homard que j'ai rencontrés à O'Leary m'ont dit avoir l'impression que le ministre de l'Agriculture, le député de Cardigan, est devenu muet. Les députés du Parti conservateur, qu'ils viennent de la Colombie-Britannique, de l'Ontario ou d'autres régions du pays, prendront la défense de la population du Canada atlantique si personne de l'autre côté de la Chambre n'est disposé à le faire.
Aujourd'hui, la ministre de la Justice a éludé la question lorsqu'on lui a demandé si elle insisterait pour que le prochain juge nommé à la Cour suprême vienne du Canada atlantique. Les libéraux ont dit qu'ils insistent pour que des candidats de cette région figurent sur la courte liste. Ce n'est pas ce que nous avons demandé aujourd'hui, et ce n'est pas non plus ce que les Canadiens de l'Atlantique réclament. Ils exigent de continuer d'être représentés à la Cour suprême comme ils l'ont été au cours des 140 dernières années.
J'aimerais maintenant citer un autre article, qui est cette fois tiré du Guardian, le journal de Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard. Gerard Mitchell, un ancien juge en chef de la Cour suprême de l'Île-du-Prince-Édouard, a écrit ceci:
Monsieur le premier ministre, Je vous écris pour vous demander de bien vouloir remanier votre nouvelle politique concernant la nomination des juges à la Cour suprême du Canada. La correction devrait aller dans le sens de la coutume bien établie, qui veut que les candidats choisis soient de la même région que leur prédécesseur.
Le mérite et le maintien des perspectives régionales à la Cour devraient être les critères déterminants de la nomination. Le bilinguisme est certainement un atout, mais il n'a jamais été et ne devrait jamais être une exigence absolue pour être nommé à la Cour suprême du Canada. Le plus haut tribunal du pays doit compter des juges hautement qualifiés de toutes les régions du Canada, qu'ils soient bilingues ou non, afin de faire valoir les perspectives de celles-ci dans les grands dossiers juridiques du jour.
La représentation régionale au sein de la branche judiciaire du gouvernement est un élément important de la démocratie canadienne. La nature pancanadienne de la composition de la Cour ajoute à la légitimité de son pouvoir décisionnel. Si la nouvelle politique demeure inchangée, la Cour pourrait un jour être composée de neuf juges provenant d'une ou deux régions du pays.
Il nous faut défendre les intérêts des gens du Canada atlantique. L'opposition officielle est prête à le faire, même si les députés libéraux en ont choisi autrement.
Collapse
Results: 1 - 5 of 5

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data