Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 32 of 32
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
View David Lametti Profile
2019-06-17 22:13 [p.29246]
Expand
Mr. Speaker, I hope that everyone in this House will join me.
The fourth element is on reclassification of offences. Reclassification of offences is another key element of Bill C-75 that will modernize and streamline the Criminal Code and promote a more efficient and economical use of judicial resources.
Hybridizing offences that are punishable by a maximum penalty of two, five and 10 years' imprisonment gives the provinces and territories greater flexibility to match their resources to the cases based on the offender's circumstances and the gravity of the case.
However, this reclassification would not change the fundamental sentencing principles. The classification reforms do not reduce penalties. Serious offences will continue to be treated seriously by the courts.
The other place's amendments 1, 10, 11, 13 and 14 are about the reclassification of offences and touch on areas for which witnesses expressed concerns about amendments potentially having unintended consequences.
Amendment 1 would allow a court to order DNA sampling for offences punishable by five and 10 years' imprisonment. Bill C-75 would hybridize those offences, and DNA orders are already issued for them. This amendment is consistent with the objectives of the bill, and I urge the House to join me in supporting it.
I would also urge the House to join me in supporting amendment 11, which would amend the Identification of Criminals Act to state that a person accused of a hybrid offence can be fingerprinted even if the prosecutor opts to proceed by way of summary conviction.
Amendments 13 and 14 are consequential amendments relating to the coming-into-force date of the specified provision if amendment 12 is agreed to.
The other place's amendment 10 attempts to respond to concerns that a number of stakeholders made regarding the unintended impact of Bill C-75's proposed amendments to increase the maximum penalty for most Criminal Code offences with a summary conviction penalty to two years less a day.
Currently section 802.1 makes clear that agents, including law students, articling students, paralegals and others, cannot appear in summary conviction proceedings where the maximum term of imprisonment is greater than six months, unless the agent is authorized under a program approved by the lieutenant governor in council of the province or the accused is an organization.
The Standing Committee on Justice and Human Rights amended section 802.1 to allow provinces and territories to establish criteria in addition to their existing authority to approve programs, authorizing agents to appear in summary conviction proceedings where the maximum penalty was more than six months and to allow agents to attend court in place of the accused to seek an adjournment of the proceeding on all summary conviction matters without prior authorization.
These amendments maintain jurisdictional flexibility in this area of criminal procedure while also recognizing regional diversity and how legal representation is regulated across Canada.
The proposed other place's amendment would add a provision that would also allow agents to appear where they are authorized to do so under the law of a province. We are concerned that there might be unintended results to this amendment. As I stated earlier, this bill is the product of considerable consultation with provinces and territories and there has not been sufficient time to analyze and ascertain what the effect of this amendment would be under existing provincial and territorial laws.
Moreover, provinces and territories already have flexibility to quickly address any consequences of the reclassification scheme on agents through the amendments made to the bill in this place last December. Using the proposed new power to do this through criteria or a program established by the lieutenant governor in council is a much faster process than legislative reform.
For these reasons, we do not support the other place's amendment 10.
The fifth element is about strengthening case management. Bill C-75 will strengthen Criminal Code provisions to improve case management.
The sixth element is about improving the jury selection process. Bill C-75 will also improve the jury selection process by eliminating the potentially discriminatory use of peremptory challenges, making the selection process more transparent, promoting fairness and impartiality and making jury trials more efficient in general.
The seventh key area was implementing other additional efficiencies. One of the most widely supported aspects of the bill is the promotion of additional efficiencies, including through the use of technology where available to facilitate remote appearances.
Bill C-75 also includes reforms proposed in three bills that were previously introduced as separate bills: Bill C-28, victim surcharge; Bill C-38, exploitation and trafficking in persons, and Bill C-39, repeal of provisions ruled unconstitutional.
The other place's amendments 5, 8 and 9 respond to the December 14, 2018, decision of the Supreme Court of Canada in R. v. Boudreault, which struck down the provisions in the Criminal Code related to the federal victim surcharge, used by provinces and territories to partially fund their victim services.
The other place's amendments re-enact a new victim surcharge regime that requires the imposition of a surcharge in all cases, but provides greater judicial discretion to depart from imposing the surcharge in appropriate cases, in order to address the concerns of the Supreme Court decision.
I believe the victim surcharge amendments will restore the necessary judicial discretion to ensure that the sentence imposed in each case is fit and proportionate. I urge this House to join me in supporting these amendments. These are changes that I know my provincial and territorial colleagues are awaiting.
In conclusion, as we can see, this bill contains a number of crucial measures to reduce delays in the criminal justice system. These measures will help modernize and simplify the system, while at the same time providing additional safeguards for vulnerable victims and restoring the ability to collect the federal victim surcharge.
Last, but not least, these amendments represent an important step towards reversing the historically disproportionate impact of the criminal justice system on indigenous peoples and marginalized peoples.
We must work together to ensure that this bill is passed before we adjourn for the summer.
Monsieur le Président, j'espère que tous les députés se joindront à moi.
Le quatrième élément porte sur la reclassification des infractions. La reclassification des infractions constitue un autre élément clé du projet de loi C-75 qui vise à moderniser et à simplifier le Code criminel et à favoriser une utilisation plus efficace et plus économique des ressources judiciaires.
Le fait d’ériger en infraction mixte les actes criminels simples passibles d’un emprisonnement maximal de deux, cinq et dix ans confère aux provinces et aux territoires une marge de manœuvre supplémentaire pour mieux attribuer les ressources aux dossiers, selon la situation de chaque délinquant et en fonction de la gravité de chaque cas.
Cependant, cette reclassification ne changerait pas les principes fondamentaux de la détermination de la peine. Les réformes de classement ne consistent pas à réduire les peines. Les actes graves continueront d’être traités sérieusement par les tribunaux.
Les modifications nos 1, 10, 11, 13 et 14, apportées par l’autre endroit, ont trait à la reclassification des infractions et visent les domaines dans lesquels des témoins craignent que les modifications apportées puissent avoir des conséquences imprévues.
La modification no 1 permettra au tribunal de continuer à rendre des ordonnances de prélèvement à des fins d’analyse génétique pour les actes criminels passibles de cinq ans et de dix ans d'emprisonnement que le projet de loi C-75 propose d’ériger en infractions mixtes et pour lesquelles une telle ordonnance peut être actuellement rendue. Cette modification est compatible avec les objectifs du projet de loi, et j’incite la Chambre à se joindre à moi pour l’appuyer.
J’incite également la Chambre à se joindre à moi pour appuyer la modification no 11 qui modifiera la Loi sur l’identification des criminels pour préciser qu’il peut y avoir une prise d’empreintes digitales d’un prévenu qui est accusé d’une infraction mixte, même si le procureur procède par voie de procédure sommaire.
Les modifications no 13 et 14 apporteront des modifications corrélatives relativement à la date d’entrée en vigueur de la disposition visée, si la modification no 12 est adoptée.
L'amendement no 10 de l'autre endroit tente de répondre aux préoccupations d'un certain nombre d'intervenants à propos des effets imprévus des modifications proposées dans le projet de loi C-75 visant à faire passer, pour la plupart des infractions au Code criminel punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, la peine maximale d'emprisonnement à deux ans moins un jour.
En ce moment, l'article 802.1 du Code criminel indique clairement que les représentants, y compris les étudiants en droit, les stagiaires et les techniciens juridiques, ne peuvent pas comparaître si l'infraction est passible, sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, d'un emprisonnement de plus de six mois, sauf s'ils y sont autorisés au titre d'un programme approuvé par le lieutenant-gouverneur en conseil de la province ou sauf si l'accusé est une organisation.
Le Comité permanent de la justice et des droits de la personne a modifié l'article 802.1 pour permettre aux provinces et aux territoires d'établir des critères, en plus de leur autorité existante d'approuver des programmes, permettant aux représentants de comparaître pour des infractions passibles de plus de six mois d'emprisonnement et de comparaître, au nom de l'accusé, pour toute infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire aux fins d'un ajournement, sans autorisation préalable.
Ces amendements maintiennent la souplesse des administrations dans cet aspect des procédures criminelles tout en reconnaissant la diversité régionale dans la façon dont la représentation juridique est réglementée dans l'ensemble du Canada.
L'amendement proposé par l'autre endroit ajouterait une disposition qui permettrait aussi aux représentants de comparaître lorsqu'ils y sont autorisés en vertu d'une loi provinciale. Nous craignons que cet amendement ait des résultats non intentionnels. Comme je l'ai dit plus tôt, le projet de loi repose sur de vastes consultations menées auprès des provinces et des territoires. Il n'y a pas eu suffisamment de temps pour analyser et confirmer les effets que cet amendement aurait aux termes des lois provinciales et territoriales existantes.
De plus, les provinces et les territoires ont déjà la souplesse requise pour gérer rapidement toute conséquence du nouveau régime de catégorisation des représentants grâce à l'amendement apporté au projet de loi à la Chambre en décembre dernier. Il est beaucoup plus rapide d'avoir recours au nouveau pouvoir proposé, par l'entremise de critères et d'un programme établi par le lieutenant-gouverneur en conseil, qu'à une réforme législative.
Pour ces raisons, nous n'appuyons pas l'amendement 10 de l'autre endroit.
Le cinquième élément porte sur le renforcement de la gestion des instances. Le projet de loi C-75 renforcera les dispositions du Code criminel afin d’améliorer la gestion des instances.
Le sixième élément porte sur l’amélioration du processus de sélection des jurés. Le projet de loi C-75 permettra aussi d’améliorer le processus de sélection des jurés, afin d’éliminer l’utilisation potentiellement discriminatoire des récusations péremptoires, d’accroître la transparence du processus de sélection, de favoriser l’équité et l’impartialité et d’améliorer l’efficacité générale de nos procès devant jury.
Le septième point porte sur la mise en oeuvre de gains d'efficience supplémentaires. L'un des aspects du projet de loi ayant fait l'objet d'un appui généralisé, c'est la promotion des gains d'efficience supplémentaires, notamment grâce à l'utilisation de la technologie là où elle existe, afin de faciliter les comparutions à distance.
Le projet de loi C-75 renferme aussi des réformes proposées dans trois projets de loi distincts, qui avaient été présentés antérieurement, soit: le projet de loi C-28, portant sur la suramende compensatoire; le projet de loi C-38, portant sur l'exploitation et la traite des personnes; et le projet de loi C-39, visant l'abrogation de dispositions jugées inconstitutionnelles.
Les amendements 5, 8 et 9 apportés par l'autre endroit font suite à la décision rendue le 14 décembre 2018 par la Cour suprême du Canada dans l'affaire R. c. Boudreault. Dans cette décision, la Cour a abrogé les dispositions du Code criminel concernant la suramende compensatoire fédérale, que les provinces et les territoires utilisaient pour financer partiellement les services aux victimes.
Les amendements apportés par l'autre endroit établissent un nouveau système de suramende compensatoire qui exige l'imposition d'une suramende dans tous les cas. En outre, ce système accorde un plus grand pouvoir discrétionnaire aux juges pour qu'ils puissent s'abstenir d'imposer une suramende compensatoire dans certains cas, de manière à répondre aux préoccupations soulevées dans la décision de la Cour suprême.
Je crois que les modifications apportées au système de suramende compensatoire rétabliront le pouvoir judiciaire discrétionnaire nécessaire pour que la peine imposée dans chaque cas soit appropriée et proportionnelle à la gravité de l'infraction. J'exhorte la Chambre à se joindre à moi et à appuyer ces amendements. Je sais que mes collègues des provinces et des territoires attendent ces changements.
En conclusion, comme on peut le constater, ce projet de loi comprend de nombreuses mesures cruciales pour réduire les délais dans le système de justice pénale. Ces mesures permettront de moderniser et de simplifier le système, tout en renforçant les mesures de protection pour les victimes vulnérables, et de rétablir la capacité de percevoir la suramende compensatoire fédérale.
Enfin, et surtout, ces modifications constituent une étape importante pour inverser les effets historiques disproportionnés du système de justice pénale sur les Autochtones et les personnes marginalisées.
Il est essentiel que nous unissions nos efforts pour veiller à ce que ce projet de loi soit adopté avant l'ajournement pour l'été.
Collapse
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2019-06-17 23:14 [p.29254]
Expand
Mr. Speaker, I was just making the point that the Criminal Lawyers' Association has made, about why mandatory minimum sentences are important. It is because if a criminal lawyer has the possibility, a zero-sum game, that his or her client will get the minimum sentence that is there with no discretion of the judges to forge a penalty that is appropriate in the circumstances, the lawyer is not going to cut any deals. There will be no plea bargaining. There will be no efficiency. Therefore, the greatest single efficiency gain would have been what the Prime Minister promised us would happen, which is that mandatory minimum sentences, the way the Conservatives did it, would be eliminated. That was the promise that Canadians received over and over again, only to be completely thrown out in this bill.
It is a gigantic reform initiative. To be fair, it is all pertaining to criminal law but is a gigantic effort with this gigantic problem completely ignored. It is not a problem that I alone identify as an obstacle to efficiency gains and to addressing the crisis that Jordan represents, of people walking free from very serious crimes because we cannot get a trial in a reasonable amount of time. For reasons that escape me, the Liberals completely ignored that and did a number of other things, some of which are commendable but do not do what the objective of the bill was to be, which was to address the issue of inefficiency. That is the problem that the Criminal Lawyers' Association pointed out.
The courts have been reduced to simply being, as some people call them, slot machines of justice. They have no discretion at all. If the facts are made out, the penalty is there. It is push a button. Some judges have complained to me privately that they feel like they are simply automatons. That is not what judges historically have done. The Conservatives rendered them in this position that is invidious and, frankly, embarrassing to many judges. What they thought they had the power to do, which was to render an appropriate sentence to fit the crime, was thrown out the window when mandatory minimums were imposed on so many of the sentences in the Criminal Code.
We also have a crisis in Canada with the overrepresentation of indigenous women in particular. To his credit, the Minister of Justice referred to this problem. We all are aware of it. It is another national disgrace. Jonathan Rudin testified to the justice committee. He is a very memorable witness. He is a lawyer with the Aboriginal Legal Services in Toronto. He highlighted the government's inaction with regard to abolishing mandatory minimum sentences and its particular effect on indigenous women. Here is what he said:
[w]e have to look at the fact that there are still mandatory minimum sentences that take away from judges the ability to sentence indigenous women the way [judges] would like [them] to be sentenced. There are still provisions that restrict judges from using conditional sentences, which can keep women out of prison.
The first thing he urged the committee to recommend was to bring into legislation that judges have sentencing discretion, which the Liberals promised to do and did not.
I suspect the problem is much worse now, but in 2015 the proportion of indigenous adults in custody relative to their percentage of the population was eight times higher for indigenous men and a staggering 12 times higher for indigenous women. Any measure that could address this problem head-on has to be looked at seriously. The government's failure to address what the mandate letter from the Prime Minister told us it would do is a serious missed opportunity.
I would like to turn to preliminary inquiries, which the minister also referred to and was the subject of some of the reform proposals that the Senate brought forward. The Senate legal and constitutional affairs committee passed an amendment to Bill C-75 that would bring back the option for preliminary inquiries for hundreds of criminal offences. Since Bill C-75 was first introduced in the House, the NDP has been advocating that preliminary hearings be retained in criminal proceedings. The Senate is attempting to reverse the government's move to eliminate preliminary inquiries for all offences, except for offences carrying a sentence of life imprisonment.
Senator Pierre Dalphond, a former judge, passed an amendment to bring back the option of preliminary inquiries for most indictable offences, as long as the judge ensures that the impact on complainants is mitigated.
The Liberals argue that this will cost court time, but we heard at the justice committee over and over again testimony that, if we got rid of preliminary inquiries, time saving would actually be marginal and the potential for miscarriage of justice would be great.
While the government has accepted many of the Senate amendments, it is using its motion to continue to severely limit the use of preliminary hearings. We have opposed this measure since Bill C-75 was brought to the House, and our stance, I am confident, remains the correct one.
The Liberals at the House justice committee voted to allow preliminary inquiries only when the maximum sentence is life imprisonment. The other place amended this provision to allow far more judicial discretion, increasing the number of offences that could have a preliminary inquiry from 70 to 463. The minister pointed out that they tried to find some middle ground on this issue.
Overwhelmingly, we heard from witnesses at the justice committee that restricting the use of preliminary inquiries will not address court delays sufficiently and will sacrifice or could sacrifice the rights of the accused. For example, Ottawa criminal defence lawyer Michael Spratt said at the committee that preliminary inquiries occupy a very small percentage of court time but “deliver huge savings to the system. Preliminary inquiries deliver these efficiencies in a number of different ways.” They focus issues for trial, reducing trial length; they identify evidentiary or legal problems in a case at an early stage so the parties can ensure that these problems don't arise during the trial; and they can facilitate the resolution of charges.
He was not alone. Time does not allow me to list all the people who agreed with Mr. Spratt, but they include the Canadian Bar Association; the Criminal Lawyers' Association; the Alberta Crown Attorneys' Association, the prosecution side; various defence lawyers, such as Sarah Leamon, a criminal lawyer; Professor Lisa Silver of the University of Calgary, and on and on, yet the government did not want to go there. I cannot, for the life of me, understand why.
There is also a huge possibility that with taking preliminary inquiries away, there could be a risk that people will be wrongfully convicted. That is what Bill Trudell, the chair of the Canadian Council of Criminal Defence Lawyers, said. The government says we do not need them because we now have what are called Stinchcombe disclosure provisions, Stinchcombe being a famous case requiring the Crown to provide all the evidence available to the defence witnesses. The government says that, as a result, we do not need preliminary inquiries. That certainly is not what these people have said, and on a risk-benefit analysis they think it is just not right. The possibility of a wrongful conviction seems to be something we should all be worried about.
I know that time is running out quickly, but I said I would comment on some of the positive things in the bill, and I would like to do so.
First, there is the elimination of what are called “zombie” provisions of the Criminal Code, which criminalize things that are no longer illegal. These provisions have been found to be unconstitutional and have no place in the Criminal Code.
The bill would restore the discretion of judges to impose fewer victim fine surcharges or not impose them at all. I commend the government for that step as well.
I said in my question for the Minister of Justice earlier that I commend the government for broadening the definition of intimate partner violence. That is a good step. Creating an alternative process for dealing with breaches of bail is another good step. Codifying the so-called ladder principle, which requires that the least onerous form of release be imposed, is a good thing as well.
I agree with the government, and I confess not everybody does, that abolishing peremptory challenges is a positive step. Also, the routine police evidence provision has been amended for the good.
For the LGBTQ2+ community, the vagrancy and bawdy house provisions that were often used in the past to criminalize gay men have been rightly repealed. I am proud of the role that I played at the justice committee in moving those amendments, and I commend the government for finally repealing these discriminatory provisions.
I wish to be on record as saying that there is much in this bill that is commendable. It is the fact of the missed opportunity that is so disturbing.
I still have concerns about the many hybrid offences created in Bill C-75, because contrary to what the hon. Conservative member for Sarnia—Lambton said earlier, all this does is to push them down to the already overburdened criminal courts at the provincial level. The more hybrid offences, which proceed by way of summary rather than indictment, go to the provincial courts, where 95% of all criminal matters already take place. I have talked to people in my province of British Columbia who are very concerned about the impact of this on the administration of justice in that province. Jordan is perhaps not as much of a problem in the superior courts, but is a bigger problem in the provincial courts. Surely, that was not the intent.
I know that I have little time left, but I want to complete the point I made earlier about Madam Justice Marion Buller, the chief commissioner for the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls. She had the opportunity to go to the Senate committee with her report. A number of suggestions were made for reform in the other place and are now in the amendments before this House. I am very happy that that has happened. However, there are still serious problems with some of the legacies of residential schools and the sixties scoop that still need to be addressed.
I believe my time is almost at an end, so let me just say this. I wish we could support this bill. There is much in it that is worthwhile, but the failure to do what the Prime Minister told us they would do, deal with the mandatory minimums, and the inability to address the preliminary inquiries in a more manageable way, are the reasons we must respectfully oppose this bill.
Monsieur le Président, je faisais valoir l'avis de l'Association des avocats criminalistes concernant l'importance des peines minimales obligatoires. Pour un avocat criminaliste, si son client s'expose à une peine minimale, sans que le juge ait le pouvoir discrétionnaire de définir une peine qui soit appropriée dans les circonstances, il n'y a rien à gagner, alors il ne conclura pas d'entente. Il n'y aura aucune négociation de plaidoyer. Il n'y aura pas d'efficacité. Donc, le plus grand gain en efficacité aurait été ce que le premier ministre nous avait promis, soit que les peines minimales obligatoires, telles que les conservateurs les avaient conçues, seraient éliminées. C'est la promesse qui avait été faite aux Canadiens, à maintes reprises, mais ce projet de loi l'a complètement reniée.
Il s'agit d'une réforme gigantesque. Pour être honnête, il est uniquement question de droit pénal, mais il s'agit d'un effort gigantesque, et ce gigantesque problème n'est pas du tout réglé. Je ne suis pas le seul à dire que ce problème est un obstacle aux gains d'efficacité et au règlement de la crise engendrée par l'arrêt Jordan, qui fait en sorte que des gens qui ont commis des crimes graves doivent être relâchés parce qu'on n'arrive pas à tenir leur procès dans un délai raisonnable. Pour une raison qui m'échappe, les libéraux ont complètement ignoré ce problème et ils ont pris différentes mesures, dont certaines sont louables, mais qui ne feront rien pour l'atteinte des objectifs prétendus du projet de loi, soit de répondre aux problèmes d'inefficacité. C'est le problème soulevé par l'Association des avocats criminalistes.
Les tribunaux en sont réduits à n'être que des machines à sous de la justice, comme certains disent. Ils n'ont plus aucun pouvoir discrétionnaire. Si les faits s'avèrent, la peine est déjà prévue. C'est aussi simple que d'appuyer sur un bouton. Certains juges se sont plaints directement à moi en privé du fait qu'ils ont l'impression de n'être que des robots. Historiquement, le rôle des juges était bien différent. Les conservateurs ont réduit les juges à ce rôle ingrat et, honnêtement, gênant pour beaucoup d'entre eux. Les juges croyaient avoir le pouvoir d'ordonner des peines appropriées en fonction des crimes commis, mais ce pouvoir leur a été retiré lorsque des peines minimales obligatoires ont été ajoutées pour de très nombreuses infractions du Code criminel.
Au Canada, la surreprésentation des femmes autochtones est un problème particulièrement grave. Le ministre de la Justice en a parlé, et c'est tout à son honneur. Nous sommes tous au courant de ce problème. C'est une autre honte nationale. Jonathan Rudin a témoigné devant le comité. Il a fait un témoignage fort mémorable. C'est un avocat de Toronto membre de l'organisme Aboriginal Legal Services. Il a parlé de l'inaction du gouvernement en ce qui concerne l'abolition des peines minimales obligatoires, ainsi que des effets de ces peines sur les femmes autochtones. Il a dit ceci:
[...] nous devons penser au fait qu'il existe encore des sentences minimales obligatoires qui empêchent les juges d'infliger aux femmes autochtones les peines qu'ils voudraient leur infliger. Certaines dispositions empêchent encore les juges de recourir à des peines avec sursis, lesquelles évitent l'incarcération aux femmes.
Sa première recommandation au comité a été de mettre en place des dispositions législatives pour accorder plus de pouvoir discrétionnaire aux juges, ce que les libéraux avaient promis de faire, mais ils n'ont pas tenu parole.
Je soupçonne que le problème est bien pire aujourd'hui, mais en 2015, la proportion d'adultes autochtones était 8 fois plus élevée parmi la population en détention que parmi la population en général pour les hommes, et 12 fois plus élevée pour les femmes, une proportion ahurissante. Toute mesure pouvant remédier directement à ce problème doit être examinée sérieusement. Le fait que le gouvernement n'a pas accompli ce que disait la lettre de mandat du premier ministre est une sérieuse occasion ratée.
J'aimerais maintenant parler des enquêtes préliminaires, dont le ministre a également parlé et qui ont fait l'objet de certaines des réformes proposées par le Sénat. Le comité sénatorial des affaires juridiques et constitutionnelles a adopté un amendement au projet de loi C-75 en vue de rétablir l'option d'une enquête préliminaire pour des centaines d'infractions criminelles. Depuis que le projet de loi C-75 a été présenté à la Chambre, le NPD fait valoir la nécessité de conserver les enquêtes préliminaires dans les procédures criminelles. Le Sénat essaie d'annuler la démarche du gouvernement qui vise à éliminer les enquêtes préliminaires pour toutes les infractions, sauf celles assorties d'une peine d'emprisonnement à perpétuité.
Le sénateur Pierre Dalphond, un ancien juge, a fait adopter un amendement afin de ramener l'option d'une enquête préliminaire pour la plupart des infractions punissables par mise en accusation, pour autant que le juge veille à ce que les répercussions sur le plaignant soient atténuées.
Les libéraux font valoir que cela accaparera les tribunaux. Toutefois, le comité de la justice s'est fait dire par de nombreux témoins que si on supprimait les enquêtes préliminaires, le temps sauvé serait minime et le risque d'erreur judiciaire, grand.
Le gouvernement a accepté de nombreux amendements du Sénat, mais il se sert de sa motion pour continuer à limiter sévèrement le recours aux enquêtes préliminaires. Nous nous sommes opposés à cette mesure depuis que le projet de loi C-75 a été proposé à la Chambre. Je suis convaincu que notre position demeure la bonne.
Les libéraux du comité de la justice de la Chambre des communes ont voté pour permettre les enquêtes préliminaires seulement dans les cas où la peine maximale est l'emprisonnement à vie. L'autre endroit a amendé cette disposition afin d'élargir considérablement le pouvoir discrétionnaire des juges ainsi que de faire passer de 70 à 463 le nombre d'infractions qui peuvent faire l'objet d'une enquête préliminaire. Le ministre a affirmé qu'ils avaient essayé de trouver un terrain d'entente sur cette question.
La très grande majorité de témoins entendus par le comité de la justice ont indiqué que le fait de restreindre le recours à l'enquête préliminaire ne réduira pas suffisamment les délais judiciaires et qu'il pourrait sacrifier les droits de l'accusé. Par exemple, selon Michael Spratt, avocat criminaliste pratiquant à Ottawa, les enquêtes préliminaires accaparent très peu de temps devant les tribunaux « tout en offrant d'importants gains d'efficience, et ce, d'un certain nombre de façons différentes ». Elles ciblent les questions à trancher durant le procès et réduisent la durée du procès. Elles permettent de cerner les problèmes de preuve ou les d'ordre juridique aux premières étapes d'une affaire, de sorte qu'ils ne surviennent pas au milieu d'un procès. Elles peuvent aussi faciliter le règlement des accusations criminelles.
Il n'est pas le seul de cet avis. Je n'ai pas le temps de faire la liste de tous les gens qui étaient d'accord avec Me Spratt, mais je dirai qu'elle inclut l'Association du Barreau canadien, l'Association des avocats criminalistes, l'association des procureurs de la Couronne de l'Alberta et divers avocats de la défense, dont Sarah Leamon, une criminaliste, la professeure Lisa Silver, de l'Université de Calgary, et j'en passe. Pourtant, le gouvernement a refusé de s'engager dans cette voie. Je n'arrive absolument pas à comprendre.
À la suite de l'élimination des enquêtes préliminaires, il est fort possible que des gens soient condamnés à tort. C'est ce que pense Bill Trudell, président du Conseil canadien des avocats de la défense. Le gouvernement prétend que l'on n'a plus besoin des enquêtes préliminaires étant donné l'existence des dispositions sur la divulgation établies dans l'arrêt Stinchcombe. Il s'agit d'une cause célèbre, qui exige que la poursuite fournisse aux témoins de la défense toute la preuve dont elle dispose. Le gouvernement affirme qu'il n'est donc plus nécessaire de tenir des enquêtes préliminaires. Ce n'est pourtant pas du tout ce que ces gens ont dit. Compte tenu d'une analyse des risques et des avantages, ils pensent que c'est tout simplement inadmissible. Nous devrions tous craindre la possibilité que des gens soient condamnés à tort.
Je sais que le temps s'écoule rapidement, mais j'ai dit que je parlerais de certaines des mesures positives contenues dans le projet de loi. C'est ce que je vais faire maintenant.
Premièrement, le projet de loi vise à éliminer ce qu'on appelle les dispositions « zombies » du Code criminel, qui érigent en infractions des choses qui ne sont plus illégales. Ces dispositions ont été jugées inconstitutionnelles et n'ont donc plus leur place dans le Code criminel.
Le projet de loi rétablirait le pouvoir discrétionnaire des juges d'imposer moins de suramendes compensatoires, voire aucune. Je félicite également le gouvernement pour cette mesure.
Dans la question que j'ai posée plus tôt au ministre de la Justice, j'ai félicité le gouvernement d'avoir élargi la définition de la violence contre un partenaire intime. C'est un pas dans la bonne direction. La création d'un autre processus pour traiter les cas de non-respect des conditions de mise en liberté sous caution représente un autre pas dans la bonne direction. Il s'agit aussi d'une bonne idée de codifier le principe dit de l'échelle, qui exige qu'on impose la forme la moins pénalisante de la mise en liberté.
À l'instar du gouvernement, j'estime que l'abolition des récusations péremptoires est une mesure positive; je reconnais toutefois que tout le monde ne partage pas cet avis. De plus, la disposition sur les éléments de preuve de routine a été modifiée pour le mieux.
En ce qui concerne la communauté LGBTQ2+, les dispositions sur les maisons de débauche et le vagabondage qui étaient souvent utilisées dans le passé pour faire des homosexuels des criminels ont été abrogées, à juste titre. Je suis fier du rôle que j'ai joué au comité de la justice en proposant ces amendements et je félicite le gouvernement d'avoir finalement abrogé ces dispositions discriminatoires.
Je tiens officiellement à dire que ce projet de loi renferme beaucoup d'éléments tout à fait louables. Ce qui me dérange autant, c'est qu'il s'agit en quelque sorte d'une occasion manquée.
Je m'interroge encore sur les nombreuses infractions mixtes créées par le projet de loi C-75, car contrairement à ce qu'a pu dire la députée conservatrice de Sarnia—Lambton tout à l'heure, tout ce que cette décision fera, c'est de surcharger encore plus les tribunaux provinciaux. En effet, la plupart — 95 % pour être exact — des infractions mixtes, qui font l'objet d'une procédure sommaire au lieu d'un procès en bonne et due forme, sont jugées par des tribunaux provinciaux. Les Britanno-Colombiens craignent sincèrement les effets que cette décision pourrait avoir sur l'administration de la justice dans leur province. L'arrêt Jordan n'est peut-être pas un problème pour les juridictions supérieures, mais pour les tribunaux provinciaux, oui. Je doute fort que c'est ce que le gouvernement cherchait à faire.
Je sais qu'il me reste peu de temps, mais je tiens à revenir sur ce que je disais plus tôt au sujet de la commissaire en chef de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, la juge Marion Buller. Elle est venue parler de son rapport au comité du Sénat. Bon nombre des réformes qui ont été proposées à l'autre endroit font maintenant partie des amendements dont la Chambre est présentement saisie. Je sais toutefois que les problèmes causés par les pensionnats indiens et la rafle des années 1960 se font sentir encore aujourd'hui. Il faut faire quelque chose.
Je crois que mon temps de parole touche à sa fin, alors je dirai simplement ceci: j'aimerais que nous puissions appuyer ce projet de loi. Il contient bon nombre d'éléments intéressants, mais il n'atteint pas l'objectif que le premier ministre nous avait dit qu'il atteindrait, soit éliminer les peines minimales obligatoires, et son incapacité à gérer plus facilement les enquêtes préliminaires sont les raisons pour lesquelles nous devons nous opposer respectueusement à ce projet de loi.
Collapse
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2018-11-28 15:59 [p.24106]
Expand
Mr. Speaker, it is with great pleasure that I rise today to speak on behalf of the Minister of Justice and Attorney General of Canada to Bill C-75, an act to amend the Criminal Code, the Youth Criminal Justice Act and other acts and to make consequential amendments thereto.
This legislation represents a key milestone on our government's commitment to modernizing the criminal justice system, reducing delays and ensuring the safety of all Canadians. Delays in the criminal justice system affect public safety, undermine public confidence in the administration of justice, adversely impact the rights of accused persons and fails to provide Canadians good value for money.
When proceedings are stayed due to delays, the criminal justice system itself fails. Perpetrators are not held responsible for their actions, the innocent are not given the opportunity to truly clear their name and victims suffer.
Uses of delay in the criminal justice is not a new one. In the early 1990s, tens of thousands of cases were stayed due to delay following the Supreme Court of Canada's historic decision in the Crown and Askov.
As we know, the Supreme Court's subsequent decisions in Jordan and Cody set out a new legal framework for assessing delays. That framework included a transition period in assessing the cases for which charges had been laid prior to the release of the decision.
Given that this period will come to an end next summer, we have no time to lose. We must do everything we can to improve the efficiency of our criminal justice system.
Fortunately, we have many helpful studies and reports including the in-depth study of the Standing Committee on Legal and Constitutional Affairs. Its July 2017 report is entitled “Delaying Justice is Denying Justice”. After hearing from a sum total of 138 witnesses, the standing committee concluded that the causes of delays were wide and varied. It issued a call to the legal community, including judges and federal-provincial-territorial ministers of justice and attorneys general to “take decisive and immediate steps to address the causes of delays and to modernize our justice system.” It also called in the Minister of Justice to show leadership “in taking the necessary reformative action”.
I know the minister feels extremely privileged to have been entrusted with the responsibility to address this urgent issue, which also forms part of the mandate letter given to her by the Prime Minister. The Minister of Justice has taken several significant steps to improve the criminal justice system. In total, she has made now 240 judicial appointments and elevations to superior courts right across the country. In 2017 alone, the minister made 100 appointments, more than any other minister of justice in the last two decades. This year she is on pace to meet or exceed that number.
At the same time, the last two budgets presented by our government have allocated funding for an unprecedented number of new judicial positions, which are necessary to allow courts to respond to growing caseloads, including criminal matters. In all, our government has seen the creation of 75 new judicial positions over the past two years.
In fact, earlier this year, chief justices in Alberta and Quebec noted that for the first time in a long time, they were starting to notice positive trends in terms of delays. That is a very encouraging sign. The significant efforts made by judges, courts, governments and other actors in the justice system are paying off.
I will use the rest of the time that I have today to address our government's legislative response to criminal justice system delays.
I would like to thank the members of the Standing Committee on Justice and Human Rights for their thorough study of the bill.
The committee heard from 95 witnesses and examined a significant number of documents on a highly complex subject. There were 58 briefs submitted by various stakeholders, including representatives of police forces, Crown attorneys, defence attorneys, legal aid programs, victims' rights advocates, representatives of indigenous groups, and academics.
The discussion on the admission of routine police evidence by affidavit was particularly important, and our government was listening.
Although our intentions were commendable, we admit that our approach, as proposed, could have had unintended consequences, especially for unrepresented accused persons.
The committee gave that concern due consideration, and we accepted its amendment in that regard.
The reforms in this bill were also generally well received by all sides. There were some concerns heard regarding the provision, the proposed reverse onus, in the context of intimate partner violence due to operational issues that some had experienced with what is known as dual charging; that is where both perpetrators and victims are charged after a victim has had to use physical force to defend herself.
Supporting survivors of domestic violence and ensuring that more perpetrators are brought to justice was part of our platform in 2015, and the reverse onus provisions, which do just that, were maintained in the bill after the committee study.
We know, including most recently, from the Supreme Court of Canada decision in Antic that the problem is not the law itself but in how it has been applied. It is important to note that provinces and territories have developed policies and training in this area. We have a solid legal framework, yet a disproportionate number of indigenous and vulnerable and marginalized accused are being denied bail. Those who are being released are being required to follow too many onerous conditions, with a strong reliance on sureties in a number of jurisdictions.
The proposed new process contained in Bill C-75 talks about judicial referral hearings, which will provide an off ramp for administration of justice offences that do not actually cause harm to a victim. This proposal has been supported enthusiastically, both by residents in my riding of Parkdale—High Park and by Canadians right across the country, who are concerned about the disproportionate overrepresentation of indigenous and racialized persons in our criminal justice system.
What we have advanced is a shining example of exactly what the Supreme Court of Canada and the Senate committee report were imploring when calling for “a cultural shift among justice system participants that moves them away from complacency and towards efficiency, cooperation and fairness.”
My colleagues will also recall that Bill C-75 includes two proposals in relation to preliminary inquiries. First, the bill proposes to restrict preliminary inquiries for adults accused to offences punishable by life imprisonment, for example, murder or kidnapping. Second, it will permit the judge presiding over the preliminary inquiry to limit the issues to be explored and the number of witnesses to be heard at the preliminary inquiry.
The approach in Bill C-75 with respect to preliminary inquiries reflects the extensive consideration and consultation on various options throughout the years and the best evidence available, and ultimately proposes a balanced approach between various interests at stake. It also proposes an approach that was endorsed and supported by the provincial and territorial ministers of justice during the extensive consultations undertaken by the minister with her provincial and territorial counterparts.
One topic that was a particular focus for the committee was the reclassification of offences. Reclassification will result in amendments to many provisions in the code, both for the purposes of hybridizing existing indictable offences that carry a maximum penalty of imprisonment of 10 years or less, and to create uniform maximum penalty of imprisonment on summary conviction of two years less a day.
The reclassification amendments were supported by the minister's provincial and territorial counterparts, who felt strongly that these amendments would give prosecutors much-needed flexibility based on the gravity of cases before them.
Notably, the reclassification amendments are procedural. They change how conduct that is not deserving of an indictable sentence range can be treated. It is already a well-known feature of our criminal justice system that prosecutors assess the facts of the case and the circumstances of the offender to determine which type of sentence to seek from the court.
Importantly, nothing in the bill proposes to lower the sentences that would be awarded under the law. These reforms would not change the fundamental principles of sentencing. We value the variety of perspectives and knowledge that the many witnesses contributed to the Standing Committee on Justice's study.
Bill C-75's proposed reclassification of indictable offences, punishable by maximum of 10 years imprisonment or less, does not treat these offences any less seriously for sentencing purposes.
Nonetheless, this is an important point. The justice committee heard compelling testimony from witnesses on the terrorism and advocating genocide offences. Our government recognizes that these are crimes against the state, against society at large for the purpose of advancing a political objective, in the case of terrorism. In the case of advocating genocide, these are crimes not just against society at large but crimes against humanity.
I say that with some experience in the area, as a former prosecutor at the UN war crimes tribunal for Rwanda. I know first-hand that there is no more reprehensible crime known to law then genocide, which is advocating for the destruction, in whole or in part, of a national, ethnic, racial, or religious group.
The standing committee unanimously recommended that these offences be carved out of the reclassification approach in Bill C-75. We thank the committee for its diligent work in this area, and agree wholeheartedly with this amendment.
On that note, we moved consequential government amendments to remedy an unintended error from one of these committee amendments in order to reflect the committee's objective of removing these offences from the list of those that were being reclassified.
We also welcomed the committee's amendments to section 802.1 of the Criminal Code to allow the provinces and territories to set criteria permitting agents, that is non-lawyers, such as law students, articling students and paralegals, to appear on summary conviction offences punishable by more than six months imprisonment and to allow agents to appear on any summary conviction offence for the purpose of an adjournment.
One of the unintended consequences of the proposal to reclassify offences in the Criminal Code is that agents would not have been able to appear for individuals on most summary conviction offences unless authorized by the provinces and territories. The justice committee helpfully amended section 802.1 of the Criminal Code to enable provinces and territories to establish criteria for agent representation on summary conviction offences with a maximum penalty of greater than six months imprisonment in addition to the current authority to create programs for this purpose as well as to allow agents to appear on any summary conviction offences for adjournments.
This amendment would address concerns over access to justice issues. It would maintain jurisdictional flexibility while also recognizing regional diversity in how legal representation is regulated across Canada.
On this point, I would underscore that access to justice informs not only the core aspect of the bill, but in all of the efforts we are undertaking at the justice ministry and the efforts made by the minister. The minister has brought this issue to the attention of her provincial and territorial counterparts so they will take the requisite prompt legislative action to set the necessary criteria for this important matter relating to access to justice.
I would also like to talk about the jury reforms proposed in Bill C-75. These changes will make major improvements to our jury selection process by abolishing peremptory challenges for Crown and defence attorneys, allowing judges to direct that a juror stand by for reasons of maintaining public confidence in the administration of justice, modernizing challenges for cause, empowering judges to decide challenges for cause, and allowing trials to continue with the consent of the parties in the event that the number of jurors is reduced below 10, in order to avoid mistrials.
The under-representation of indigenous peoples and visible minorities on juries is a major concern. This problem has been well-documented for years. We believe that eliminating peremptory challenges will significantly improve the diversity of juries.
Peremptory challenges give both the accused and the Crown the power to exclude potential jurors without having to provide a reason. They have no place in our courtrooms, given the potential for abuse. Once this bill has passed, Canada will join countries like England, Scotland and Northern Ireland, which abolished peremptory challenges in 1988.
We must remember that provincial and territorial laws and processes play an important role in determining candidates for jury duty and the methods used to compile jury lists.
The federal government is just one piece of the puzzle. However, I am pleased to see that federal, provincial and territorial government representatives are working together on a wide range of jury-related issues in order to make further recommendations on how to improve Canada's jury system. I believe that the questions raised during the committee's study of Bill C-75 will help with these deliberations.
I was also pleased to see that the committee was generally in favour of the more technical proposals aimed at reducing delays and improving efficiency in our system, in particular with respect to removing the requirement for judicial endorsement for the execution of out-of-province warrants, clarifying the signing authority of clerks of the court, and facilitating remote appearances.
As well, I wish to highlight the committee's unanimous support of the repeal of section 159 of the Criminal code, a proposal that has been well received in the LGBTQ community, as well as the proposed amendment to repeal the vagrancy and bawdy house offences, which have been historically and improperly used to target consensual adult sexual activity. These amendments continue our government's important work to address discrimination against LGBTQ2 Canadians.
Importantly the committee also supported Bill C-75's proposal to repeal the abortion offences that the Supreme Court of Canada struck down as unconstitutional in the Morgentaler decision in 1988. Our government will always protect a woman's reproductive rights and her right to choose what to do with her own body.
As I have already stated, Bill C-75 proposes comprehensive reforms that will help to ensure that an accused person's right to be tried within a reasonable time is respected and that all justice system participants, including victims and witnesses, do not face delays.
At the same time, we are deeply conscious of the need and have heard the call for sentencing reform, including mandatory minimum penalties. The minister remains committed to advancing change.
The courts have made it clear that many mandatory minimum penalties present serious challenges from a constitutional perspective. The minister has been clear that her view is that judges should be provided the necessary discretion to impose sentences appropriate to the offender before them.
That said, we need to ensure we put in place sentencing reform that will stand the test of time. Mandatory minimum penalties are being litigated quite extensively. There are cases in which the Supreme Court has upheld the mandatory minimum penalty and there are cases in which the court has not.
We want to ensure we have taken all steps and done our due diligence as we continue to work on sentencing reform so the changes we make will stand the test of time.
The bold reforms proposed in the legislation have been the subject of extensive discussions, consultations and collaboration with the minister's provincial and territorial colleagues. Our commitment to prioritize key legislative reforms that we felt cumulatively would have the biggest impact in reducing delays in the criminal justice system remains strong.
This discussion and the consultations have included extensive debate within this very chamber itself. The House has debated Bill C-75 for a total of 14 hours and 45 minutes thus far. Ninety-five witnesses in the course of 27 hours were heard by the Standing Committee on Justice and Human Rights during extended sitting hours. A total of 28 members of the opposition benches from multiple parties have spoken out on the bill.
Further to that, we have listened to the standing committee's recommendations and to key stakeholders who have committed to address the issues of delays in the criminal justice system. Bill C-75, as amended, is a result of this commitment and reflects the beginning of a culture change that the Supreme Court was calling for in its Jordan and its Cody decisions. I therefore urge all members to support this important legislation.
Monsieur le Président, c’est avec grand plaisir que je prends la parole aujourd’hui au nom de la ministre de la Justice et procureure générale du Canada sur le projet de loi C-75, Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et d’autres lois et apportant des modifications corrélatives à certaines lois.
Ce projet de loi représente une étape clé de l’engagement du gouvernement à moderniser le système de justice pénale, à réduire les délais et à assurer la sécurité de tous les Canadiens. Les retards dans le système de justice pénale nuisent à la sécurité publique, minent la confiance du public dans l’administration de la justice, portent atteinte aux droits des accusés et n’offrent pas aux Canadiens une bonne optimisation des ressources.
Lorsque des poursuites sont suspendues à cause de retards, c'est le système de justice lui-même qui échoue. Les auteurs ne sont pas tenus responsables de leurs actes, les innocents n’ont pas la possibilité de blanchir véritablement leur nom et les victimes souffrent.
Le recours aux délais dans le système de justice pénale n’est pas nouveau. Au début des années 1990, des dizaines de milliers d’affaires ont été suspendues en raison de retards par suite de la décision historique de la Cour suprême du Canada dans l’affaire Askov.
Comme nous le savons, les arrêts Jordan et Cody subséquents de la Cour suprême ont établi un nouveau cadre juridique pour évaluer les retards. Ce cadre prévoyait une période de transition pour l’évaluation des causes dans lesquelles des accusations avaient été portées avant la publication des décisions.
Étant donné que cette période prendra fin l’été prochain, nous n’avons pas de temps à perdre. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour augmenter l’efficacité de notre système de justice pénale.
Heureusement, nous disposons de nombreux rapports et études utiles, dont l’étude approfondie du Comité permanent des affaires juridiques et constitutionnelles de juillet 2017, intitulé « Justice différée, justice refusée ». Après avoir entendu 138 témoins, le Comité a conclu que les causes des retards étaient nombreuses et variées. Il a lancé un appel aux acteurs du milieu juridique, y compris aux juges et aux ministres de la Justice et procureurs généraux fédéral, provinciaux et territoriaux, afin qu’ils prennent « des mesures décisives et immédiates pour s’attaquer aux causes des délais et moderniser notre système de justice ». Il a aussi invité la ministre de la Justice à faire preuve de leadership « pour entreprendre les réformes nécessaires ».
Je sais que la ministre se sent extrêmement privilégiée qu’on lui ait confié la responsabilité de régler ce problème urgent, qui était aussi un élément de la lettre de mandat que le premier ministre lui a remise. La ministre de la Justice a pris plusieurs mesures importantes pour améliorer le système de justice pénale. En tout, elle a déjà fait 240 nominations à la magistrature et promotions aux cours supérieures à l'échelle du pays. En 2017 seulement, la ministre a fait 100 nominations, soit plus que tout autre ministre de la Justice au cours des 20 dernières années. Cette année, elle est en bonne voie d’égaler ou de dépasser ce nombre.
Parallèlement, les deux derniers budgets présentés par le gouvernement ont engagé des fonds pour un nombre sans précédent de nouveaux postes de juges qui sont nécessaires pour permettre aux tribunaux de traiter les charges de travail croissantes, y compris en matière criminelle. En tout, le gouvernement a créé 75 postes de juge au cours des deux dernières années.
De fait, plus tôt cette année, les juges en chef de l’Alberta et du Québec ont souligné que pour la première fois depuis longtemps, ils commençaient à observer des tendances positives à l’égard des retards. C’est un signe très encourageant. Les efforts considérables déployés par les juges, les tribunaux, les gouvernements et d’autres intervenants du système judiciaire portent leurs fruits.
J’utiliserai le reste du temps dont je dispose aujourd’hui pour parler de la réponse législative du gouvernement aux retards du système de justice pénale.
Je tiens à remercier les membres du Comité permanent de la justice et des droits de la personne de leur examen approfondi de ce projet de loi.
Le Comité a entendu 95 témoins et s'est penché sur une quantité considérable de documents qui traitent d'un sujet extrêmement complexe, notamment 58 mémoires présentés par divers intervenants, dont des représentants de la police, de la Couronne, de la défense, des groupes d'aide juridique, des défenseurs des droits des victimes, des représentants de groupes autochtones et des académiciens.
La discussion sur l'admission de preuves de routine recueillies par la police dans le cadre de déclarations sous serment était particulièrement importante et notre gouvernement était à l'écoute.
Bien qu'elle ait eu une intention louable, nous admettons que notre approche, telle que proposée, aurait pu avoir des conséquences indésirables, en particulier pour les accusés non représentés.
Le Comité a dûment tenu compte de cette préoccupation, et nous avons accepté son amendement à ce sujet.
Les réformes contenues dans ce projet de loi ont également été généralement bien accueillies par toutes les parties concernées. Certaines préoccupations ont été exprimées au sujet de la disposition qui prévoit l’inversion du fardeau de la preuve proposé dans le contexte de la violence entre partenaires intimes en raison de problèmes opérationnels que certains ont éprouvés avec ce qu’on appelle la mise en accusation double, c’est-à-dire lorsque tant l'auteur que la victime sont accusés après qu’une victime a dû utiliser la force physique pour se défendre.
Soutenir les survivants de la violence conjugale et veiller à ce qu’un plus grand nombre d’agresseurs soient traduits en justice faisait partie de notre plateforme de 2015, et les dispositions sur l’inversion du fardeau de la preuve, qui visent exactement ces objectifs, ont été maintenues dans le projet de loi après l’étude en comité.
Nous savons que le problème n’est pas la loi elle-même, mais la façon dont elle a été appliquée, ce que la Cour suprême du Canada a confirmé plus récemment dans l’arrêt Antic. Il est important de souligner que les provinces et les territoires ont élaboré des politiques et de la formation dans ce domaine. Nous disposons d’un cadre juridique solide, mais un nombre disproportionné d’accusés autochtones, vulnérables et marginalisés se voient refuser leur libération sous caution. Ceux qui sont libérés sont tenus de respecter un trop grand nombre de conditions onéreuses et, dans un certain nombre d'administrations, on a largement recours aux cautionnements.
Le nouveau processus proposé dans le projet de loi C-75 parle d’audiences sur les renvois judiciaires. Il fournira une porte de sortie pour les infractions relatives à l’administration de la justice qui ne causent pas vraiment de tort à une victime. Cette proposition a été appuyée avec enthousiasme tant par les résidents de ma circonscription, Parkdale—High Park, que par des Canadiens d’un bout à l’autre du pays qui sont préoccupés par la surreprésentation disproportionnée des Autochtones et des personnes racialisées dans notre système de justice pénale.
Ce que nous avons présenté est un brillant exemple de ce que la Cour suprême du Canada réclamait, tout comme le comité sénatorial quand il recommandait dans son rapport « de faire évoluer la mentalité des intervenants du système de justice pénale: ils devront délaisser la culture de complaisance qui y règne au profit d’une autre, axée sur l’efficacité, la collaboration et l’équité ».
Mes collègues se rappelleront aussi que le projet de loi C-75 comporte deux propositions relatives aux enquêtes préliminaires. Premièrement, le projet de loi propose de limiter les enquêtes préliminaires pour les accusés adultes aux infractions passibles d’emprisonnement à perpétuité, par exemple le meurtre ou l’enlèvement. Deuxièmement, il permettra au juge qui préside l’enquête préliminaire de limiter les questions à examiner et le nombre de témoins à entendre à l’enquête préliminaire.
L’approche retenue dans le projet de loi C-75 en ce qui concerne les enquêtes préliminaires prend en compte l’examen approfondi de différentes options et les consultations sur celles-ci au fil des ans, ainsi que les meilleures données probantes disponibles. Il propose au bout du compte une approche équilibrée entre les différents intérêts en jeu. Il propose aussi une approche qui a été approuvée et appuyée par les ministres provinciaux et territoriaux de la Justice au cours de vastes consultations menées par la ministre auprès de ses homologues provinciaux et territoriaux.
Le reclassement des infractions est l’un des sujets sur lesquels le comité s’est particulièrement penché. Il entraînera des modifications à de nombreuses dispositions du Code, à la fois dans le but d’ériger en infractions mixtes des actes criminels actuellement passibles d’une peine d’emprisonnement maximale de 10 ans ou moins et de créer une peine maximale uniforme de deux ans moins un jour en cas de déclaration sommaire de culpabilité.
Les homologues provinciaux et territoriaux de la ministre ont souscrit aux modifications visant le reclassement. Ils étaient fermement convaincus que ces modifications donneraient aux poursuivants la souplesse dont ils avaient grandement besoin pour tenir compte de la gravité des causes qu’ils ont à traiter.
Les modifications visant le reclassement sont d’ordre procédural. Elles modifient la façon dont on peut traiter une conduite qui ne justifie pas une peine applicable à un acte criminel. Il est déjà bien connu dans notre système de justice pénale que les procureurs évaluent les faits de l’affaire et la situation du délinquant afin de déterminer le type de peine à demander au tribunal.
Il est important de souligner que rien dans le projet de loi ne propose d’alléger les peines qui seraient imposées en vertu de la loi. Ces réformes ne modifieraient pas les principes fondamentaux de la détermination de la peine. Nous valorisons la diversité des perspectives et des connaissances que les nombreux témoins ont apportées à l’étude du Comité permanent de la justice.
Le reclassement des actes criminels passibles d’une peine d’emprisonnement maximal de 10 ans ou moins qui est proposée dans le projet de loi C-75 ne traite pas ces infractions moins sérieusement aux fins de la détermination de la peine.
Néanmoins, le point est important. Le comité de la justice a entendu des témoignages convaincants sur les infractions de terrorisme et d'encouragement au génocide. Le gouvernement reconnaît qu’il s’agit de crimes contre l’État, contre la société dans son ensemble, dans le but de promouvoir un objectif politique quand il s’agit de terrorisme. Dans le cas de l'encouragement au génocide, ce sont non seulement des crimes contre la société dans son ensemble, mais des crimes contre l’humanité.
Je le dis avec une certaine expérience dans ce domaine, en tant qu’ancien procureur du tribunal des Nations unies pour les crimes de guerre au Rwanda. Je sais qu’on ne connaît pas en droit de crime plus répréhensible que le génocide, qui préconise la destruction, en tout ou en partie, d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux.
Le comité permanent a recommandé à l’unanimité que ces infractions soient exclues de l’approche de reclassement du projet de loi C-75. Nous remercions le comité de son travail diligent à cet égard et nous souscrivons entièrement à cet amendement.
À cet égard, le gouvernement a proposé des amendements corrélatifs afin de corriger une erreur dans l’un des amendements du comité afin de donner suite à l’objectif du comité de retirer ces infractions de la liste des infractions qui étaient reclassées.
Nous avons également accueilli favorablement les modifications que le comité a proposé d’apporter à l’article 802.1 du Code criminel afin de permettre aux provinces et aux territoires d’établir des critères permettant à un représentant, c’est-à-dire un non-juriste, comme un étudiant en droit, un stagiaire ou un technicien juridique, de comparaître pour des infractions passibles de plus de six mois d’emprisonnement et pour permettre à un représentant de comparaître pour toute infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire aux fins d'un ajournement.
L’une des conséquences imprévues de la proposition de reclassement des infractions dans le Code criminel est que les représentants n’auraient pas pu comparaître pour la plupart des infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire sans l’autorisation des provinces et des territoires. Le comité de la justice a modifié utilement l’article 802.1 du Code criminel pour permettre aux provinces et aux territoires d’établir des critères pour la représentation des représentants à l’égard d’infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire assorties d’une peine maximale de plus de six mois d’emprisonnement, en plus du pouvoir actuel de créer des programmes à cette fin et d’autoriser la comparution d’un représentant pour toute infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire aux fins d'un ajournement.
Cet amendement répondrait aux préoccupations concernant les problèmes d’accès à la justice. Il maintiendrait la souplesse des administrations tout en reconnaissant la diversité régionale dans la façon dont la représentation juridique est réglementée dans l’ensemble du Canada.
Sur ce point, je tiens à souligner que l’accès à la justice guide non seulement l’élément fondamental du projet de loi, mais aussi tous les efforts déployés par la ministre de la Justice et son ministère. La ministre a porté cette question à l’attention de ses homologues provinciaux et territoriaux afin qu’ils prennent rapidement les mesures législatives nécessaires pour établir les critères voulus sur cet enjeu important lié à l’accès à la justice.
Je voudrais également parler des réformes proposées par le projet de loi C-75 concernant les jurés. Ces changements apporteront des améliorations importantes à notre processus de sélection des jurys, notamment en abolissant les récusations péremptoires pour les avocats de la Couronne et les avocats de la défense, en permettant à un juge d'écarter un juré afin de maintenir la confiance du public envers l'administration de la justice, en modernisant les récusations motivées, en habilitant le juge à décider de toute récusation motivée et en permettant à un procès de se dérouler avec le consentement des parties si le nombre de jurés est inférieur à 10, afin d'éviter les procès nuls.
La sous-représentation au sein des jurys, en particulier des peuples autochtones et des minorités visibles, est une préoccupation majeure. Ce problème est bien documenté depuis des années. Nous pensons qu'abolir les récusations péremptoires aura un effet significatif sur l'amélioration de la diversité au sein des jurys.
Les récusations péremptoires, qui donnent à l'accusé et à la Couronne le pouvoir d'exclure des jurés sans fournir de motif, n'ont pas leur place dans nos salles d'audience, étant donné le potentiel d'abus. Ce projet de loi verra le Canada se joindre à des pays comme l'Angleterre, l'Écosse et l'Irlande du Nord, qui les ont déjà abolies depuis 1988.
Il est important de garder à l'esprit que les lois et les processus provinciaux et territoriaux jouent un rôle important dans la détermination des candidats et des candidates aux fonctions de juré et des moyens utilisés pour établir une liste de jurés.
En tant que gouvernement fédéral, nous ne sommes qu'une pièce du casse-tête. Cependant, je suis ravi de constater que les représentants des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux collaborent sur un éventail de questions liées aux jurés afin de formuler d'autres recommandations sur la manière d'améliorer le système de jurés au Canada. Je suis convaincu que les questions soulevées lors de l'étude du projet de loi C-75 par le comité éclaireront ces réflexions.
J'ai également été heureux de voir que le comité était généralement favorable aux propositions plus techniques visant à réduire les délais et à améliorer l'efficacité du système, notamment en ce qui a trait à la suppression de l'exigence d'approbation pour les mandats hors province, à la clarification du pouvoir de signature des greffiers du tribunal et à la facilitation des comparutions à distance.
Je tiens aussi à souligner l’appui unanime du comité concernant l’abrogation de l’article 159 du Code criminel, une proposition qui a été bien accueillie par la communauté LGBTQ, ainsi que l'amendement proposé en vue d’abroger les infractions de vagabondage et de maison de débauche qui avaient été invoquées dans le passé de façon abusive pour cibler des activités sexuelles consensuelles d’adultes. Ces amendements s'inscrivent dans l’important travail du gouvernement visant à lutter contre la discrimination à l’endroit des Canadiens LGBTQ2.
Fait important, le comité a aussi souscrit à la proposition contenus dans le projet de loi C-75 visant à abroger les infractions relatives à l’avortement que la Cour suprême du Canada avait déclarées inconstitutionnelles dans l’arrêt Morgentaler en 1988. Le gouvernement protégera toujours les droits reproductifs des femmes et leur droit de choisir quoi faire de leur propre corps.
Comme je l’ai déjà dit, le projet de loi C-75 propose des réformes exhaustives qui aideront à faire en sorte que le droit de l’accusé à être jugé dans un délai raisonnable soit respecté et que tous les intervenants du système de justice, y compris les victimes et les témoins, ne subissent aucun retard.
Par ailleurs, nous sommes profondément conscients de la nécessité d’une réforme de la détermination de la peine, y compris des peines minimales obligatoires, et nous avons entendu cet appel. La ministre demeure déterminée à promouvoir le changement.
Les tribunaux ont dit sans équivoque que de nombreuses peines minimales obligatoires posent de graves problèmes d'un point de vue constitutionnel. La ministre a clairement dit qu’à son avis, les juges devraient avoir le pouvoir discrétionnaire nécessaire pour imposer des peines appropriées au contrevenant qui comparait devant eux.
Cela dit, nous devons mettre en place une réforme de la détermination de la peine qui résiste à l’épreuve du temps. Les peines minimales obligatoires font l’objet de nombreux litiges. Il y a des cas où la Cour suprême a maintenu la peine minimale obligatoire et d’autres où elle ne l’a pas fait.
Nous voulons être sûrs d’avoir pris toutes les mesures nécessaires et d’avoir fait preuve de diligence raisonnable tout en poursuivant la réforme de la détermination de la peine afin que les changements que nous y apporterons résistent à l’épreuve du temps.
Les réformes audacieuses proposées dans ce projet de loi ont fait l’objet de discussions approfondies, de consultations et de collaboration avec les collègues provinciaux et territoriaux de la ministre. Nous allons accorder la priorité aux réformes législatives qui, selon nous, auraient le plus d’effet cumulatif sur la réduction des retards dans le système de justice pénale. Notre intention à cet effet demeure ferme.
Cette discussion et ces consultations ont fait l’objet d’un débat approfondi à la Chambre même. On y a débattu de ce projet de loi C-75 pendant 14 heures et 45 minutes. En 27 heures, le Comité permanent de la justice et des droits de la personne a entendu 95 témoins avec prolongation des séances. En tout, 28 députés des partis de l’opposition se sont prononcés sur ce projet de loi.
De plus, nous avons écouté les recommandations du comité permanent et les principaux intervenants qui tiennent à résoudre les problèmes des retards dans le système de justice pénale. Le projet de loi C-75 tel que modifié est le résultat de cet engagement et annonce le début du changement de culture que la Cour suprême réclamait dans ses arrêts Jordan et Cody. J’exhorte donc tous les députés à appuyer cet important projet de loi.
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2018-11-28 16:27 [p.24111]
Expand
Madam Speaker, I rise once again to speak to Bill C-75. One of the biggest problems with Bill C-75 is that, although the objective of the legislation is to reduce delay in Canada's courts, it actually does very little to reduce delay. For a bill that is designed to reduce delay, the fact that it does not reduce delay is a pretty big problem.
The Parliamentary Secretary to the Minister of Justice and other Liberal MPs who have spoken on the bill in this place have patted themselves on the back about, as they have put it, the good work of the justice committee, which heard from 95 witnesses, as the Parliamentary Secretary to the Minister of Justice just stated, and that Liberal MPs listened to the key stakeholders and acted on the concerns raised by stakeholders.
In the three years I have been a member of Parliament I have never seen a piece of legislation more widely criticized in virtually all aspects of this massive 300-page bill than Bill C-75. Despite the rhetoric from across the way about listening to key stakeholders, the reality is that on issue after issue, the Liberals did not listen. They ignored the concerns raised by key stakeholders at committee. Instead they rammed the bill through committee and, other than a few minor changes, we are largely stuck with a very flawed bill, a bill that is problematic in so many different ways.
In that regard, let me first highlight the issue of hybridization. Putting aside the issue of watering down serious indictable offences, which is certainly a serious concern, from the standpoint of reducing delay, hybridization is going to download even more cases onto provincial courts. Some 99.6% of criminal cases are already heard before provincial courts, and if any member questions my statement about the fact this would result in the further downloading of cases, do not take my word for it. Take the Canadian Bar Association's word. The Canadian Bar Association, in its brief to the justice committee said that hybridization, “...would likely mean more cases will be heard in provincial court. This could result in further delays in those courts....” No kidding. Despite what the Canadian Bar Association said, the government said, “No problem. We'll just download more cases on to provincial courts”.
Then, there were public safety concerns raised about hybridization. One of the concerns raised was by John Muise, a former member of the Parole Board. He noted that offences being reclassified included breaches of long-term supervision orders. Long-term supervision orders apply to the most dangerous sexual predators in our society. We are talking about individuals who are so dangerous that after they complete their sentence, they are subject to a long-term supervision order for up to 10 years, with many stringent conditions.
John Muise said that it is a serious problem to treat breaches of these orders which are imposed on the most dangerous of people and that they should remain solely indictable, mainly because a breach of a long-term supervision order is a sign that these very dangerous offenders are returning to their cycle of violence and exploitation of vulnerable persons. We are not talking about marginalized people here, as the hon. parliamentary secretary referred to with respect to minor administration of justice offences, breaches of orders, which should be treated seriously. In this case, we are talking about the most serious offenders. Instead of heeding the advice of John Muise, the government said, “No problem; we'll move ahead”, forgetting about what a member of the Parole Board of Canada had said.
As well, Mr. Chow, deputy chief constable of the Vancouver Police Department, appeared before our committee. He said that there was another problem to reclassifying some very serious indictable offences as it relates to taking a sample and putting it into a national DNA database. Right now, if someone is convicted for one of those offences as an indictable offence, the Crown could apply to a judge to take a DNA sample to be put into the national DNA data bank. However, with Bill C-75, if the offence was prosecuted by way of summary conviction and the individual was convicted, it would be a summary conviction offence rather than an indictable offence, and no such application could be made.
In talking about the impact that might have upon police investigations, Deputy Chief Constable Chow noted in his testimony that of the 85 offences that are being reclassified, as a result of DNA samples being taken over the last number of years, 19 homicides and 24 sexual assaults were solved. However, instead of listening to Mr. Chow, instead of listening to Mr. Muise, the government said, “We don't care. We're moving ahead.”
Then there is the issue of preliminary inquiries. The government is limiting preliminary inquiries to be held if the maximum sentence is life imprisonment, and for all other offences with a lesser maximum penalty, a preliminary inquiry would no longer be available. The government claims that this will help speed up the court process. Witness after witness begged to differ with the government. The brief submitted to the committee by the Canadian Bar Association stated on limiting preliminary inquiries:
This would not reduce court delays and would negatively impact the criminal justice system as a whole.... Any connection between court delays and the preliminary hearing is speculative at best.
If members do not want to take the word of the Canadian Bar Association, perhaps they might be interested in taking the word of the Barreau du Québec, which stated:
The Barreau du Québec opposes this amendment. By limiting the use of preliminary inquiries, some argue that we can speed up the judicial process and thus reduce delays. We believe that limiting preliminary inquiries in this way would be ineffective or even counterproductive.
Then there was Philip Star, a criminal defence lawyer from Nova Scotia, who said before the committee in respect to preliminary inquiries:
They're incredibly helpful, not only to the accused, but to the Crown and ultimately to our system, by cutting down on delays....
So much for the government's assertion that limiting preliminary inquiries is somehow going to reduce delays.
It gets better, because Laurelly Dale, another lawyer, a defence counsel, who appeared before the committee said:
Two major studies have concluded that preliminary inquiries do not contribute substantially to the problem of court delay. Preliminary hearings facilitate the resolution of potentially lengthy and expensive trials in superior court. They are often used instead of rather than in addition to trials. They expedite the administration of justice. It is far easier and quicker to get a two- to four-day prelim, as opposed to a one- to two-week trial in superior court.
Then there is Michael Spratt, who said:
There is a delay problem in our courts, but preliminary inquiries are not the cause of that delay.
Witness after witness, as I said, told the government that this is not going to work. It is not going to reduce delay. Did the government listen? Did the Liberal members on the justice committee listen? Apparently not.
Further testimony on prelims was from Sarah Leamon who said:
...87% of them actually resolve after the preliminary inquiry process. It saves the complainant,—
—in the context of a sexual assault complainant—
—in the vast majority of circumstances, from having to testify again and from being re-traumatized.
While the Liberal members opposite say they listened, the evidence before the committee and the response of the government to the evidence before the committee demonstrates exactly the opposite.
Even if one accepts the reasoning of the government, despite all of the evidence before the committee that limiting preliminary inquiries will in fact reduce delay, it is important to note that preliminary inquiries only take up about 3% of court time across Canada. To the degree that this is going to have a beneficial impact, the fact remains it is a very small piece of the much larger problem of backlog and delay in Canada's courts.
Let us look at the issue of judicial referral hearings, and the evidence that was before the committee on judicial referral hearings. Serious concerns were raised, including by John Muise, a former member of the Parole Board of Canada, as well as from Mr. Chow from the Vancouver Police Department, about the fact that individuals who commit an administration of justice offence, who are referred to a judicial referral hearing, would not have that breach of an order or other administration of justice offence entered into CPIC.
Right now, if someone does commit an AOJ offence, it is entered into CPIC, but thanks to the government's judicial referral hearing process, that would not happen. As I mentioned when I posed a question to the hon. parliamentary secretary, the consequences of not presenting the full CPIC record before a judge or justice of the peace can have devastating consequences. My community learned this when Constable David Wynn was shot and killed by someone who had an extensive criminal record, including an extensive record of administration of justice offences.
Now the government is saying that the court would not even have the benefit, if that CPIC record were to be presented, of the totality of that offender's criminal record because, after all, those offences would not be entered into CPIC. When I asked the parliamentary secretary what the government intended to do to fix this serious public safety issue, which was brought up more than once before the justice committee, he regretfully did not have an answer.
I should note again that in terms of judicial referral hearings, while they will have an impact on undermining public safety because those breaches will not be entered into CPIC, the impact of administration of justice offences on the backlog in our system is actually quite limited. That is because AOJ offences are typically dealt with as tagalong offences. What I mean by that is that they are usually dealt with at the same time that the main or underlying charge is dealt with. Therefore, in terms of the amount of court time and court resources that are being used for the purpose of dealing with administration of justice offences, in fact, it is quite minimal.
Again, members should not take my word for it. They should take the word of Rick Woodburn, the president of the Canadian Association of Crown Counsel. Here is what Mr. Woodburn said to the justice committee:
I can tell you from the ground, they don't clog up the system. They don't take that much time. A breach of a court order takes very little time to prove, even if it goes to trial—and that's rare. Keep in the back of your mind that these charges aren't clogging up the system.
Did the Liberals keep that in the back of their minds? Apparently not because they just went ahead with the judicial referral hearing process without a plan, without any thought of the serious public safety issues that were raised before the justice committee.
Then there is the issue of peremptory challenges. Peremptory challenges have nothing to do with delay, but they were added to this bill. The basis upon which the government has decided to eliminate peremptory challenges is that somehow it will increase the representativeness of juries. Witness after witness said quite the opposite, but instead of listening to those witnesses, the government just moved ahead.
Taken together, the record is very clear. Ninety-five witnesses gave evidence at committee and on issue after issue, the Liberals ignored the evidence. The Liberals ignored the witnesses and as a result, we have a very flawed bill that is not going to get to the heart of the problem, which is to reduce the delay and backlog in Canada's courts.
Madame la Présidente, je prends de nouveau la parole au sujet du projet de loi C-75. L’un des principaux problèmes du projet de loi C-75, c’est que, même s’il a pour objet de réduire les délais dans les tribunaux canadiens, il y réussit très peu. Pour un projet de loi qui vise à réduire les délais, le fait qu’il n’y parvienne pas pose un problème de taille.
Le secrétaire parlementaire de la ministre de la Justice et d’autres députés libéraux qui ont parlé du projet de loi à la Chambre se sont félicités, comme ils l’ont dit, du bon travail du Comité de la justice, qui a entendu 95 témoins, comme vient de le souligner le secrétaire parlementaire, et du fait que les députés libéraux ont écouté les principaux intervenants et ont donné suite à leurs préoccupations.
Depuis trois ans que je suis député, je n’ai jamais eu connaissance d’autant de critiques qu'à l'égard du projet de loi C-75, et sur presque tous les aspects de cet énorme texte de 300 pages. Malgré les beaux discours des députés d’en face sur la nécessité d’écouter les principaux intervenants, la réalité, c’est que, d’un enjeu à l’autre, les libéraux n’ont pas écouté. Ils n’ont pas tenu compte des préoccupations soulevées par les principaux intervenants devant le comité. Ils ont fait adopter le projet de loi à toute vapeur au comité et, mis à part quelques changements mineurs, nous nous retrouvons avec un projet de loi très largement imparfait, qui pose problème à bien des égards.
À ce sujet, permettez-moi d’abord de souligner la question du reclassement de certaines infractions en infractions mixtes. Indépendamment de l’édulcoration d'infractions graves punissables par mise en accusation, qui constitue assurément une grave préoccupation, du point de vue de la réduction des délais, le reclassement en infractions mixtes entraînera le transfert d'encore plus de cas aux tribunaux provinciaux. Quelque 99,6 % des affaires criminelles sont déjà entendues par des tribunaux provinciaux, et si un député remet en question mon affirmation selon laquelle cela entraînera un délestage des causes, il n’est pas obligé de me croire sur parole. Qu’il se fie plutôt à l’Association du Barreau canadien. Dans le mémoire qu’elle a présenté au Comité de la justice, l’Association du Barreau canadien dit que le reclassement en infractions mixtes signifiera probablement que les tribunaux provinciaux devront entendre davantage d’affaires, et que cela pourrait entraîner d’autres retards dans ces tribunaux. Sans blague? Malgré ce qu’a dit l’Association du Barreau canadien, le gouvernement rétorque qu’il n’y a aucun problème, et qu’il transférera simplement plus de dossiers aux tribunaux provinciaux.
Ensuite, des préoccupations en matière de sécurité publique ont été soulevées au sujet du reclassement en infractions mixtes. L’une de ces préoccupations a été soulevée par John Muise, un ex- membre de la Commission des libérations conditionnelles. Il signale que parmi les infractions reclassées se trouve le défaut de se conformer à une ordonnance de surveillance de longue durée. Or, les ordonnances de surveillance de longue durée s’appliquent aux prédateurs sexuels les plus dangereux de notre société. Nous parlons ici de personnes tellement dangereuses qu’après avoir purgé leur peine, elles sont assujetties à une ordonnance de surveillance de longue durée pouvant aller jusqu’à 10 ans, assortie de conditions nombreuses et très sévères.
Selon John Muise, c'est un grave problème de changer les règles concernant les violations de ces ordonnances, qui sont imposées aux individus les plus dangereux. Une violation d'une ordonnance de surveillance de longue durée devrait nécessairement être punissable par mise en accusation, surtout parce qu'elle signifie qu'un délinquant très dangereux est en train de retomber dans le cycle de la violence et de l'exploitation de personnes vulnérables. Ces individus ne sont pas simplement des personnes marginalisées, comme l'a laissé entendre le secrétaire parlementaire en qualifiant les violations d'ordonnance d'infractions mineures contre l'administration de la justice. Lorsque ces violations impliquent des délinquants ayant commis des crimes graves, elles doivent être traitées sérieusement. Or, au lieu de suivre le conseil de John Muise, le gouvernement a décidé de balayer le problème du revers de la main et de n'en faire qu'à sa tête. Il a relégué aux oubliettes le point de vue d'un membre de la Commission des libérations conditionnelles du Canada.
M. Chow, chef adjoint constable du Service de police de Vancouver a comparu devant notre comité, lui aussi. Il voit un autre problème dans le reclassement de certaines infractions très graves punissables par mise en accusation. C'est un problème lié au prélèvement des empreintes génétiques pour les conserver dans la Banque nationale de données génétiques. Actuellement, lorsqu'une personne est déclarée coupable de l'une de ces infractions, qui sont punissables par mise en accusation, le procureur de la Couronne peut demander à un juge que les empreintes génétiques soient prélevées et conservées dans la Banque nationale de données génétiques. Cependant, le projet de loi C-75 prévoit que, dans les cas où il y aurait déclaration de culpabilité par procédure sommaire, l'infraction n'entrerait dans la catégorie de celles qui sont punissables par mise en accusation, ce qui fait que le procureur ne pourrait pas faire une telle demande.
Le chef adjoint constable Chow nous fait remarquer que ce changement aurait une incidence sur les enquêtes de police. En effet, au cours des dernières années, les empreintes génétiques recueillies à la suite de l'une des 85 infractions que le projet de loi prévoit reclasser ont permis de résoudre 19 homicides et 24 agressions sexuelles. Malheureusement, le gouvernement a décidé d'ignorer l'avis de M. Chow et de M. Muise et de n'en faire qu'à sa tête.
Il y a ensuite la question des enquêtes préliminaires. Le gouvernement veut permettre la tenue d’une enquête préliminaire seulement dans le cas d'infractions passibles de l’emprisonnement à perpétuité. Dans tous les autres cas, on ne pourrait éliminer l'enquête préliminaire. Le gouvernement soutient que cela permettra d'accélérer le processus judiciaire. Nombre de témoins s'inscrivent en faux contre cette affirmation. Dans le mémoire qu'elle a soumis au comité, l'Association du Barreau canadien dit ceci au sujet de la proposition de limiter la tenue d'une enquête préliminaire:
[Cela] ne réduirait pas les délais judiciaires et affecterait le système de justice pénale dans son ensemble [...] Est, au mieux, hypothétique tout lien entre les délais judiciaires et l’enquête préliminaire.
Si les députés ne sont pas prêts à croire l'Association du Barreau canadien, ils seront peut-être disposés à croire le Barreau du Québec, qui a affirmé ceci:
Le Barreau du Québec s’oppose à cette modification. En limitant le recours à l’enquête préliminaire, certains affirment que l’on puisse accélérer les procédures judiciaires et ainsi réduire les délais. [...] [Nous croyons] que cette limitation de l’enquête préliminaire sera inefficace, voire contre-productive.
Par ailleurs, lorsqu'il a témoigné devant le comité, Philip Star, un avocat criminaliste de la Nouvelle-Écosse, a dit ceci au sujet des enquêtes préliminaires:
Elles sont extrêmement utiles, non seulement pour l’accusé, mais aussi pour la Couronne et, ultimement, pour notre système, puisqu’elles permettent de réduire les délais [...]
Tant pis pour l'affirmation du gouvernement selon laquelle le fait de limiter la tenue d'enquêtes préliminaires permettra de réduire les délais.
Plus encore, lorsqu'elle a comparu devant le comité, Laurelly Dale, une autre avocate de la défense, a dit ceci:
Deux grandes études ont conclu que les enquêtes préliminaires ne contribuent pas de façon importante aux problèmes des retards devant les tribunaux. Les audiences préliminaires facilitent le règlement de procès possiblement longs et coûteux devant les cours supérieures. On les utilise souvent pour remplacer des procès et non en plus des procès. Ces enquêtes permettent d'accélérer le processus d'administration de la justice. Il est beaucoup plus facile et rapide de consacrer de deux à quatre jours à une enquête préliminaire plutôt que une ou deux semaines à un procès devant une cour supérieure.
Ensuite, Michael Spratt a dit ceci:
[...] il y a un problème de retards dans nos tribunaux, mais les enquêtes préliminaires n'en sont pas la cause.
Je le répète, tous les témoins ont dit au gouvernement que le projet de loi ne produirait pas les résultats escomptés. Il n'aidera pas à réduire les délais. Le gouvernement fait-il la sourde oreille? Les députés libéraux du comité de la justice ont-ils écouté? J'ai l'impression que non.
Sarah Leamon a également comparu devant le comité pour parler des enquêtes préliminaires, et elle a dit ceci:
[...] 87 % des affaires se résolvent après le processus d'enquête préliminaire. Dans la grande majorité des cas...
— lorsqu'il s'agit d'une victime d'agression sexuelle —
[...] cela évite au plaignant de témoigner et d'être traumatisé de nouveau.
Les députés libéraux ont beau dire qu'ils ont écouté, mais les témoignages qui ont été entendus par le comité et la réaction du gouvernement devant ceux-ci montrent exactement le contraire.
En supposant que le gouvernement ait raison, malgré tous les témoignages devant le comité selon lesquels limiter les enquêtes préliminaires aura pour effet de provoquer encore plus de retards, il est important de souligner que les enquêtes préliminaires ne représentent que 3 % du temps consacré aux procédures devant les tribunaux à l'échelle du Canada. Donc, en ce qui a trait aux avantages de cette mesure, il faut se rappeler qu'elle ne s'attaque qu'à une infime partie du très grand problème d'engorgement des tribunaux canadiens et d'accumulation des dossiers en attente.
Penchons-nous sur la question des comparutions et les témoignages recueillis par le comité sur les comparutions. De sérieuses réserves ont été exprimées, notamment par John Muise, un ancien membre de la Commission des libérations conditionnelles du Canada, ainsi que par M. Chow, du service de police de Vancouver, à propos du fait que les individus qui commettent une infraction contre l'administration de la justice et sont cités à comparaître ne verront pas cette infraction ni aucune autre infraction contre l'administration de la justice consigner sur le site du Centre d'information de la police canadienne, ou CIPC.
Actuellement, toute infraction contre l'administration de la justice est consignée dans le CIPC. Ce ne sera pas le cas si l'on s'en tient au processus de comparution proposé par le gouvernement. Comme je l'ai dit quand j'ai posé une question au secrétaire parlementaire, si le dossier du CIPC n'est pas présenté dans son entier à un juge ou à un juge de paix, les conséquences peuvent s'avérer dévastatrices. Ma collectivité s'en est rendu compte lors de l'assassinat de l'agent David Wynn, qui a été abattu par un individu au casier judiciaire chargé, en raison notamment de multiples infractions contre l'administration de la justice.
Le gouvernement dit maintenant que le tribunal n'aurait même pas accès à la totalité du casier judiciaire du délinquant, si le dossier du CIPC dudit délinquant devait être présenté, parce que, tout bien considéré, ces infractions ne seraient pas consignées dans le CIPC. Quand j'ai demandé au secrétaire parlementaire si le gouvernement avait l'intention de régler ce grave problème de sécurité publique — qui a été soulevé plus d'une fois au comité —, je n'ai malheureusement pas reçu de réponse.
Je devrais mentionner encore que, en ce qui concerne les comparutions pour manquement, même si elles vont se contribuer à miner la sécurité publique du fait que les infractions correspondantes ne seront pas entrées dans le système du CIPC, l'effet des infractions contre l'administration de la justice sur les engorgements du système est à vrai dire assez faible et ce, parce que ces infractions sont habituellement traitées en même temps que l'infraction sous-jacente ou principale. Par conséquent, pour ce qui est du temps d'audience et des ressources des tribunaux utilisées pour les infractions contre l'administration de la justice, dans les faits, c'est assez minime.
Là encore, les députés n'ont pas à me croire sur parole. Ils devraient croire Rick Woodburn, président de l'Association canadienne des juristes de l'État. Voici ce qu'il a dit au comité de la justice:
Je peux vous dire d'expérience que ces cas n'engorgent pas le système et ne causent pas de retards. Le non-respect d'une ordonnance judiciaire est très facile à prouver, même lorsque cela conduit à un procès, ce qui est très rare. N'oubliez jamais que ces infractions n'engorgent pas le système.
Les libéraux y ont-il songé? Apparemment non, car ils sont simplement allés de l'avant avec le processus de comparution pour manquement sans plan, sans réfléchir aux graves problèmes de sécurité publique mentionnés devant le comité de la justice.
Ensuite, il y a la question des récusations péremptoires. Les récusations péremptoires n’ont rien à voir avec les délais, mais ce projet de loi prévoit leur élimination. Le gouvernement a fondé cette décision sur la possibilité d'améliorer la représentativité des jurys. Or, les témoins ont l'un après l’autre affirmé le contraire. Cependant, au lieu d’écouter ces témoins, le gouvernement est simplement allé de l’avant.
Tout compte fait, la situation est très claire. Quatre-vingt-quinze témoins ont comparu devant le comité et, quel que soit l'enjeu, les libéraux ont ignoré les points de vue présentés. Les libéraux n'ont pas tenu compte des témoins et, par conséquent, nous nous retrouvons avec un projet de loi bancal qui ne règle pas le problème, c’est-à-dire réduire l’engorgement des tribunaux canadiens et l’accumulation de dossiers en attente.
Collapse
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2018-11-28 16:56 [p.24114]
Expand
Madam Speaker, very briefly, as to the competency of the government, I would point to our medical assistance in dying bill, Bill C-45, and Bill C-46, and our appointment of 240 judges.
The member opposite took issue with peremptory challenges. The question I would put to him is on this issue. First of all, we have not just eliminated peremptory challenges, but are allowing judges to ensure that any jury will be diverse and represent the community it serves. We emphasize challenges for cause.
Does the member opposite believe, as in England, as it was done 30 years ago, that it is important that if one seeks to stand aside a juror, one has a reason for that, other than simply just the way that juror looks, and that one can enunciate that reason in front of an impartial adjudicator?
Madame la Présidente, j'aimerais donner très brièvement comme exemples de la compétence du gouvernement le projet de loi sur l'aide médicale à mourir, les projets de loi C-45 et C-46, ainsi que la nomination de 240 juges.
Le député d'en face a dit que l'abolition de la récusation péremptoire de jurés lui pose problème. Je veux donc lui poser une question à ce sujet. Tout d'abord, nous ne nous sommes pas contentés d'abolir la récusation péremptoire. Nous autorisons les juges à garantir que tout jury est diversifié et représente les collectivités qu'il sert. Nous soulignons aussi l'importance des récusations motivées.
Le député d'en face croit-il qu'il est important que si une personne cherche à mettre à l'écart un juré, elle soit motivée par une raison autre que son apparence physique et qu'elle puisse fournir cette raison devant un arbitre impartial, comme l'exige l'Angleterre depuis 30 ans.
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2018-11-28 16:57 [p.24114]
Expand
Madam Speaker, I would cite the Canadian Bar Association, which has said that in the case of peremptory challenges, “they are more frequently used to the benefit of Indigenous and other racialized persons”. The Bar Association went on to say that the bill's amendments to the jury process “abolishing peremptory challenges, seem insufficiently considered. If legislative reform is required, it should be based on empirical data generated through a thorough examination of the jury system.”
Indeed, that was said before the committee. There was a lot of evidence about how this is actually going to make it less likely that juries are representative. One of the proposals was perhaps in—
Madame la Présidente, permettez-moi de citer l'Association du Barreau canadien, qui a dit que les récusations péremptoires « sont plus fréquemment utilisées à l'avantage des Autochtones et des autres personnes racialisées ». L'Association a ajouté que les modifications apportées par le projet de loi au processus de sélection du jury, y compris « l'abolition des récusations péremptoires, semblent insuffisamment étudiées. Si une réforme législative est nécessaire, elle devrait être fondée sur des données empiriques produites par un examen exhaustif du système de jury. »
C'est ce que l'Association a dit au comité. De nombreux témoins ont affirmé que l'abolition de ces récusations réduirait, en fait, les chances d'un jury représentatif. L'une des propositions...
Collapse
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2018-11-28 17:28 [p.24117]
Expand
Madam Speaker, when I made my speech on Bill C-75 at second reading, I mentioned that we were eager to work with the government to improve the bill. I am disappointed to report not enough was done to enable us to support this legislation. The government's stated goal was to reduce court delays in accordance with the Supreme Court's decision in Jordan and to continue with trial fairness imperatives. I am afraid the bill comes up short on both counts.
This was a 302-page bill so I will not be able to address in my short time the questions I wanted to. However, I would like to speak on four themes very briefly. First, the failure to address mandatory minimum penalties; second, the hybridization issues we have heard about; third, restrictions on preliminary inquiries; and fourth, the patchwork approach to agent representation. These are among the many issues we heard testimony on at the justice committee.
We heard testimony that the measures proposed would, in fact, make matters worse in many cases. I will elaborate. Most of the action in criminal justice in Canada takes place in the provincial courts, and hybridizing offences and pushing more cases onto to those courts is hardly a solution that is going to make things better.
However, I commend the government for a number of things. I commend it for deleting the routine police evidence provision that was agreed to be problematic at the committee. I am pleased we, at the committee, persuaded the government to change that odious provision. I am also pleased to have moved, along with my colleague, the hon. member for Edmonton Centre, a provision that would repeal the bawdy house provisions and vagrancy sections of the Criminal Code that have been used so often to criminalize consensual sexual activities, particularly among the LGBTQ2 community.
However, there were hundreds of amendments brought to the committee and a number of them were not accepted. For example, the New Democratic Party brought 17 amendments to committee designed to help vulnerable people impacted by our justice system. None of them were accepted by the government.
Every day there are real people who are self-represented. They cannot afford lawyers and there is not enough legal aid in this world to represent them. Who are these people? They are primarily indigenous, poor and marginalized. It is our submission that this bill simply does not do enough to address their realities.
Many of the stakeholders we consulted have told us that the key reforms in Bill C-75 are not evidenced-based at all. The stated objective of this bill is to respond to the Jordan judgment, with its mandatory time limits, yet there is considerable doubt the changes proposed would speed up the criminal justice system. Arguably, they would have the opposite effect.
The Liberals claim that this is somehow bold criminal justice reform, yet the elephant in the room is that they failed entirely to address former prime minister Harper's regime of mandatory minimum sentences, despite their political promises and public commitments to do so. Defence lawyers and legal academics agree the reversal of this practice would have been a huge step to unclogging the delays in the system, yet the Liberals failed utterly to even address the topic at all. We believe we need to deal with the root causes of the delays, things like addiction and poverty issues, which are really the root of the crime we are dealing with.
Let me start with mandatory minimums. This is one thing that would have increased compliance with Jordan and alleviated court burden from multiple charter challenges, and it is unfathomable why the Liberals ducked this issue. So many people came to our committee and talked about it. I do not have time to list them all but they included, from Barreau du Québec, Dr. Marie-Eve Sylvestre, who is a professor at the University of Ottawa, and Jonathan Rudin of Aboriginal Legal Services. I could go on and on. All of these people have spoken out about the failure to address mandatory minimums.
There are so many quotes I do not have time to address, but Jonathan Rudin, who is the program director for Aboriginal Legal Services reminded us that even the justice minister herself acknowledged the issues with mandatory minimum sentencing, saying, “This government knows that mandatory minimum sentences do not work.” She spoke eloquently on this issue on September 29, 2017, almost a year ago.
The justice minister said:
There is absolutely no doubt that MMPs have a disproportionate effect on Indigenous people, as well as other vulnerable populations. The data are clear. The increased use of MMPs over the past decade has contributed to the overrepresentation in our prison system of Indigenous people, racialized communities and female offenders. Judges are well-equipped to assess the offender before them and ensure that the punishment fits the crime.
There is nothing, absolutely nothing, in this bill to address that issue.
I am pleased that Senator Kim Pate has introduced Bill S-251, sponsored by my colleague, the member for Saskatoon West, which provides for judicial discretion to depart from the mandatory sentence when it would be just to do so. Then the opportunities for plea bargaining when judges have the discretion that they used to have, as all the experts have said, would go a great deal of distance to solve the issue of delays.
I do not have time to do much with the issue of hybridization. I think there has been enough said about that, and in the interests of time I will skip that.
I will say that Emilie Taman, one of the witnesses, a prominent lawyer in Ottawa, said this:
Indeed, of the 136 indictable offences that are to be reclassified as hybrid by virtue of Bill C-75, 95 are offences punishable by five or ten years. Consequently, this Bill now gives the Crown, rather than the accused, control over whether trial by jury is on the table for these 95 offences. This is problematic because the Crown’s exercise of discretion is done without transparency and is only reviewable on the very high standard of abuse of process.
In other words, we are giving the Crown counsel of the land the ability to make up their minds about which way to go in the privacy of their offices. Contrast that with judicial discretion, where in open court judges decide whether the penalty fits the crime. How different. How far we have come and how far away we are from justice. The potential for bias is real.
I believe that time will not allow me to do much more, but I am so enticed by what the hon. parliamentary secretary said about preliminary inquires that, in the interest of time, I want to address that issue head-on.
The government appears to believe that restricting preliminaries will save court time and protect vulnerable witnesses. The Canadian Bar Association, the Criminal Lawyers' Association, the Canadian Council of Criminal Defence Lawyers, and the Alberta Crown Attorneys' Association are among the witnesses that utterly disagree with the parliamentary secretary.
We heard considerable testimony about preliminaries actually reducing court delay. We heard extensive, compelling testimony that preliminary inquiries are a necessary tool to preserve trial fairness.
The Criminal Lawyers' Association of Ontario said:
Eliminating preliminary inquiries for all cases other than those for which a maximum period of imprisonment of life is available will not further the interests of justice or assist with the orderly and efficient administration of criminal justice. The Committee should recommend that these changes not be made.
I had a dozen quotes to give on this, but I think my favourite witness was Professor Lisa Silver of the University of Calgary's faculty of law. She said that we have to protect people from having a trial where none is necessary and that the “preliminary inquiry, at its core, exists as the legislative 'shield' between the accused and the Crown.”
She gave an example, a story which members may well remember, that of Susan Nelles, a nurse at the cardiac ward at the Hospital for Sick Children in Toronto, who was accused of murdering children. During the preliminary inquiry, they found a complete lack of evidence. The result was the charges were dropped. The result, in Professor Silver's view, was that preliminary inquiries are a vital step in ensuring due process and fair trials.
The other issue I want to talk about involves restricting agent representation. Upping the penalty for summary offences to two years less a day is going to have an adverse effect for agent representation across our country. I am talking about law students, paralegals and other agents that currently represent a large “gap population”, as they are called, in our country. There are many individuals who simply do not qualify for legal aid and are too poor to afford a lawyer.
The government has decided it is up to the provinces and territories to regulate what type of agent can represent what crime. This is not co-operative federalism; this is creating a patchwork effect to justice across Canada. Access to appropriate counsel should not depend on where people live, but now it will. We have student legal aid services, people such as Lisa Cirillo, Suzanne Johnson and Doug Ferguson, who asked the government to reverse the measure that would limit agent representation, and yet nothing appears to have been done on that point.
Let me be clear. An unrepresented accused will absolutely increase court delay and deprive that person of his or her right to a proper trial. It often forces the Crown and judges into an uncomfortable position where they must occasionally advise, assist and support the self-represented accused when this is contrary to their official role in the process.
We proposed a number of changes to increase jury representativeness. They were rejected. Professor Kent Roach talked about the shameful situation of juries, such as the failure to have any indigenous jurors on the Gerald Stanley case, and suggested, as did the Criminal Lawyers' Association that we have the ability to look at the jury and the judge given the discretion to decide whether it was representative or indeed embarrassing. That was rejected by my colleagues.
I am sorry I do not have time to say much more, but I will say this. There is a real opportunity lost. We do not do comprehensive criminal justice reform very often in our country. The Liberals brought in a 302-page bill. Some of the key issues I have addressed will only exacerbate the problem before us, making less justice and further delays. There are some things in this bill we like, but on balance we have to say, sadly, we cannot support it.
Madame la Présidente, lorsque je suis intervenu au sujet du projet de loi C-75 à l’étape de la deuxième lecture, j’ai mentionné que nous étions impatients de travailler avec le gouvernement pour y apporter des améliorations. Je suis déçu de constater qu’il n’y a pas eu suffisamment de chemin parcouru pour nous permettre d’appuyer ce projet de loi. L’objectif déclaré du gouvernement était de réduire les délais judiciaires conformément à la décision de la Cour suprême dans l’affaire Jordan et de maintenir les impératifs d’équité des procès. Je crains que le projet de loi ne soit pas à la hauteur dans les deux cas.
Comme il s’agit d’un projet de loi de 302 pages, je ne pourrai pas, dans le peu de temps dont je dispose, aborder toutes les questions que je voulais aborder. Cependant, j’aimerais parler très brièvement de quatre thèmes. Premièrement, le fait de ne pas s’attaquer aux peines minimales obligatoires; deuxièmement, les problèmes d’infractions mixtes dont nous avons entendu parler; troisièmement, les restrictions relatives aux enquêtes préliminaires et, quatrièmement, l’approche disparate en ce qui a trait aux représentants. Ce sont là quelques-unes des nombreuses questions au sujet desquelles des gens sont venus témoigner au Comité de la justice.
Certains ont dit que les mesures proposées ne feraient qu’empirer la situation dans de nombreux cas. Je m’explique. La plupart des poursuites pénales au Canada sont intentées devant les tribunaux provinciaux, et la question des infractions mixtes et du renvoi d’un plus grand nombre de causes devant ces tribunaux ne fera rien pour améliorer les choses.
J’ai toutefois des félicitations à faire au gouvernement. Je le félicite d’avoir supprimé la disposition sur les éléments de preuve de routine présentés par la police que le comité avait jugée problématique. Je suis ravi que nous ayons pu, en comité, persuader le gouvernement de modifier cette affreuse disposition. Je suis également fier d’avoir proposé, avec mon collègue, le député d’Edmonton-Centre, une disposition visant à abroger les dispositions du Code criminel sur les maisons de débauche et sur le vagabondage qui ont été si souvent invoquées pour criminaliser des activités sexuelles consensuelles, particulièrement au sein de la communauté LGBTQ2.
Des centaines d’amendements ont toutefois été présentés au comité et un certain nombre d’entre eux n’ont pas été acceptés. Par exemple, le Nouveau Parti démocratique a présenté 17 amendements visant à aider les personnes vulnérables qui ont affaire à notre système de justice. Le gouvernement n’en a pas accepté un seul.
Chaque jour, des gens ordinaires assurent leur propre défense parce qu’ils n’ont pas les moyens de se payer un avocat et qu’il n’y a pas suffisamment de services d’aide juridique sur terre pour les représenter. Qui sont ces gens? Ce sont surtout des Autochtones, des pauvres et des personnes marginalisées. Nous sommes d’avis que ce projet de loi ne va pas assez loin pour leur venir en aide.
Bon nombre des intervenants que nous avons consultés nous ont dit que les réformes phares du projet de loi C-75 ne sont pas du tout fondées sur des données probantes. L’objectif du projet de loi est de donner suite à l’arrêt Jordan, avec ses délais obligatoires, mais il y a fort à parier que les changements proposés ne contribueront pas à accélérer le processus de justice criminelle. Ils risquent plutôt d’avoir l’effet contraire.
Les libéraux prétendent qu’il s’agit là d’une réforme audacieuse du système de justice criminelle, mais l’éléphant dans la pièce, c’est qu’ils n’ont rien fait pour corriger le régime des peines minimales obligatoires de l’ancien premier ministre Harper, malgré leurs promesses et leur engagement public à cet égard. Des avocats de la défense et des professeurs de droit s’entendent pour dire que l’annulation de cette pratique aurait grandement contribué à désengorger le système judiciaire, mais les libéraux ont lamentablement échoué à renverser la situation. Nous croyons qu’il faut s’attaquer aux causes profondes des retards, par exemple les problèmes de toxicomanie et de pauvreté, qui sont à l’origine du crime dont nous parlons.
Parlons d’abord des peines minimales obligatoires. Leur abrogation aurait permis d’accroître la conformité à l’arrêt Jordan et d’alléger le fardeau des tribunaux, alourdi par les multiples contestations fondées sur la Charte; il est inconcevable que les libéraux aient esquivé la question. Notre comité a reçu tellement de témoins qui nous en ont parlé. Je n’ai pas le temps de tous les nommer, mais il y avait, du Barreau du Québec, Marie-Eve Sylvestre, professeure à l’Université d’Ottawa, et Jonathan Rudin, des Services juridiques autochtones. Et je pourrais continuer à en nommer. Toutes ces personnes ont dénoncé l’échec du gouvernement à corriger le tir sur la question des peines minimales obligatoires.
Ces témoins ont dit tellement de choses que je n’ai pas le temps de tout répéter, mais Jonathan Rudin, directeur de programme pour les Services juridiques autochtones, nous a dit que « le gouvernement actuel sait bien que les peines minimales obligatoires sont inefficaces » et nous a rappelé que la ministre de la Justice elle-même a reconnu les problèmes posés par les peines minimales obligatoires. Elle en a parlé avec éloquence le 29 septembre 2017, il y a un peu plus d’un an.
La ministre de la Justice a dit:
Les peines minimales obligatoires se répercutent de façon disproportionnée sur les Autochtones et d'autres groupes vulnérables. C'est un fait incontestable. Les données sont probantes. Le recours accru aux peines minimales obligatoires au cours de la dernière décennie a contribué à la surreprésentation des Autochtones, des communautés racialisées et des délinquantes dans le système carcéral. Les juges sont bien placés pour évaluer le délinquant qui se trouve devant eux et veiller à ce que la peine soit proportionnelle au crime.
Ce projet de loi ne règle absolument en rien ce problème.
Je suis heureux que la sénatrice Kim Pate ait présenté le projet de loi S-251, parrainé par ma collègue la députée de Saskatoon-Ouest, qui confère aux juges le pouvoir discrétionnaire de renoncer à imposer des peines obligatoires dans les cas où ils estiment qu'il est juste de le faire. Il y a aussi les négociations de plaidoyer, où les juges ont la latitude qu'ils avaient auparavant, qui contribueraient de façon importante à régler le problème des retards selon tous les experts.
Je n'ai pas le temps de vraiment parler du reclassement de certaines infractions en infractions mixtes. Je pense qu'on en a déjà assez parlé et, comme le temps file, je ne m'attarderai pas sur cette question.
Je dirai qu'Emilie Taman, une avocate bien connue qui a témoigné, a déclaré ceci:
En effet, sur les 136 actes criminels qui sont reclassés comme infractions mixtes par le projet de loi C-75, 95 sont passibles d’une peine de 5 ou 10 ans. Par conséquent, ce projet de loi donne maintenant à la Couronne, plutôt qu’à l’accusé, le choix du procès devant jury pour ces 95 infractions. C’est problématique parce que, d’une part, la Couronne exerce son pouvoir discrétionnaire sans transparence, et d’autre part, sa décision peut faire l’objet d’un contrôle judiciaire seulement suivant l’exigence très élevée d’un abus de procédure.
Autrement dit, nous donnons aux procureurs de la Couronne du pays la capacité de décider de la voie à suivre dans l'intimité de leurs bureaux. Comparons cela à la discrétion judiciaire, où, en audience publique, les juges décident si la peine convient à l'infraction. Comme c'est différent. Nous avons fait beaucoup de chemin, mais la justice est bien loin. La possibilité de partialité est réelle.
Il ne me reste pas beaucoup de temps, mais je suis si interpellé par ce qu'a dit le secrétaire parlementaire au sujet des enquêtes préliminaires que je veux m'attaquer de front à la question sans perdre une minute de plus.
Le gouvernement semble croire que, grâce aux restrictions relatives aux enquêtes préliminaires, les témoins vulnérables seront protégés et les tribunaux feront des gains de temps. L'Association du Barreau canadien, l'Association des avocats criminalistes, le Conseil canadien des avocats de la défense, et l'Alberta Crown Attorneys' Association comptent parmi les témoins qui sont totalement en désaccord avec le secrétaire parlementaire .
Nous avons entendu énormément de témoignages selon lesquels les enquêtes préliminaires réduisent les délais judiciaires. Nous avons aussi entendu des témoignages approfondis et convaincants indiquant qu'elles étaient un outil nécessaire pour préserver l'équité des procédures.
D'après la Criminal Lawyers' Association of Ontario:
Supprimer les enquêtes préliminaires pour tous les cas autres que ceux pour lesquels une peine d'emprisonnement à perpétuité est possible n'est pas dans l'intérêt de la justice et ne contribue pas au bon déroulement de l'administration de la justice pénale. Le comité devrait recommander que ces modifications ne soient pas apportées.
J'ai une douzaine de citations à présenter sur le même sujet, mais je crois que ma préférée est celle de Lisa Silver, professeure à la faculté de droit de l'Université de Calgary. Elle soutient qu'il faut protéger les gens contre la possibilité d'un procès inutile et que, « fondamentalement, l'enquête préliminaire agit comme un bouclier juridique entre l'accusé et la Couronne ».
Les députés se souviendront peut-être qu'elle a raconté l'histoire de Susan Nelles, une infirmière du département de cardiologie à l'Hôpital pour enfants malades de Toronto, qu'on accusait d'avoir assassiné des enfants. L'enquête préliminaire a permis de conclure à une insuffisance totale de preuves, et les accusations ont été abandonnées. Selon Mme Silver, ce cas démontre que l'enquête préliminaire est une étape cruciale pour assurer le respect de la procédure et un procès équitable.
Autre point que je souhaite aborder: les restrictions entourant le rôle des représentants. Le fait de porter les peines pour les infractions punissables par procédure sommaire à deux ans moins un jour aura des conséquences néfastes sur la représentation partout au pays. Je parle des étudiants en droit, des parajuristes et d'autres agents qui représentent actuellement la « population non couverte », comme on appelle au pays les nombreuses personnes non admissibles à l'aide juridique qui n'ont pas les moyens de faire appel à un avocat.
Le gouvernement a décidé de laisser aux provinces et aux territoires le soin d'établir la réglementation concernant quel type de mandataires pourra être utilisé pour tel ou tel crime. Ce n'est pas cela le fédéralisme de collaboration; on ne fait qu'étendre une catalogne juridique sur le pays. L'accès à un conseiller juridique ne devrait pas varier selon l'endroit où on habite, mais ce sera maintenant le cas. Des représentants des services d'aide juridique aux étudiants, des gens comme Lisa Cirillo, Suzanne Johnson et Doug Ferguson, ont demandé au gouvernement de ne pas adopter la mesure qui limitera la représentation par un mandataire, mais il semble que rien n'ait été fait à ce sujet.
Soyons clairs. Un accusé qui n'est pas représenté cause assurément des retards au tribunal et la situation le prive de son droit à un procès équitable. Cela amène également souvent la poursuite et les juges dans une position inconfortable où ils sont à l'occasion contraints de conseiller, d'aider et de soutenir l'accusé qui assure sa propre défense, alors que cela est contraire au rôle qu'ils sont officiellement appelés à jouer dans le processus.
Nous avons proposé différents changements afin d'accroître la représentativité des jurys. Ils ont été rejetés. Kent Roach a parlé de la situation honteuse des jurys, citant l'absence de jurés autochtones dans l'affaire Gerald Stanley, et il a soutenu, comme la Criminal Lawyers' Association, que nous avons la possibilité de revoir les questions entourant le jury et le pouvoir discrétionnaire accordé aux juges de déterminer si la composition est représentative ou embarrassante.
Je suis désolé, je n'ai pas le temps de parler encore longtemps, mais je souhaite dire ceci: nous avons raté une occasion. Il arrive rarement qu'on fasse une réforme en profondeur de la justice pénale au pays. Les libéraux ont présenté un projet de loi de 302 pages. Certaines des questions que j'ai soulevées ne feront qu'exacerber le problème, nier le droit à la justice et prolonger les retards. Il y a des éléments de ce projet de loi que nous appuyons, mais nous ne pouvons malheureusement pas l'appuyer dans son ensemble.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2018-11-20 13:07 [p.23603]
Expand
Mr. Speaker, I have the honour to rise today at report stage of Bill C-75, an act to amend the Criminal Code, the Youth Criminal Justice Act and other acts and to make consequential amendments to other acts. This is an omnibus bill that addresses matters related to the Criminal Code of Canada.
At first, everyone in our society who deals with major justice issues were quite pleased with what the Minister of Justice had to say. There is a clear need for reform. Unfortunately, many in the legal community and elsewhere who are calling for real reform are disappointed.
There is a great sense of disappointment. The longer we work with Bill C-75, the more the disappointment deepens. Michael Spratt, the former chair of the Canadian Criminal Lawyers' Association, has been quoted in this debate before. As he put it, “It all sounded so good. But it has all gone so wrong.”
I did attempt to make improvements to the legislation. Members of this place will know that while my status as leader of the Green Party of Canada does not allow me to sit on any committees, through the work of the PMO, first under former primer minister Stephen Harper and now under our current Prime Minister, I have what some might think of as an opportunity but I have to say it is an enormous burden that increases my workload. It is rather unfair because if it were not for what the committees have done, I could have been presenting substantive amendments here at report stage. That is my right as a member of Parliament and not of one of the three big parties. I have very few rights as a member of Parliament with one seat for the Green Party, but one of those rights was to be able to make substantive amendments at report stage. My rights have been subsumed into what, as I said, was done first by the Conservative government and now by the Liberals, to say that I have an opportunity to present amendments during clause-by-clause study at committee, although I am not a member of the committee. I do not have a right to vote, but I get a chance to speak to my amendments.
It was under that committee motion I was able to present 46 amendments. I participated vigorously in the clause-by-clause consideration of Bill C-75. It was a very discouraging process as very few amendments from opposition parties were accepted. Most of my amendments went directly to testimony from many witnesses who wanted to see the bill improved and I am disappointed that none of my 46 amendments made it through.
I should say that some of the worst parts of Bill C-75 were changed on the basis of government-proposed amendments. One of the ones that had worried me a great deal was the idea that in a criminal trial, evidence from the police could come in the form of a written statement without proffering the police officer in question for cross-examination. That was amended so that the prosecutors cannot use what is called routine police evidence without having someone put forward to be cross-examined. There was also the repeal of the vagrancy law and repeal of the law about keeping a common bawdy house.
However, many other sections of this bill cry out for further amendment, so at this point I want to highlight those sections that really need to be amended. We are at report stage, and third reading will come in short order. We are already under time allocation. I hope that when this bill gets to the other place, as it inevitably will, the other place will pass amendments that are needed.
It is quite clear that this bill, in some key areas, would do the opposite of what the government has promised, particularly in relation to disadvantaged people, particularly in relation to the status of indigenous peoples in our prisons, and particularly in relation to access to justice and fairness which have actually been worsened in this bill. That is not something I expected to be standing up and saying at report stage, but there it is. It is massively disappointing, and I hope that the Senate will improve it.
One of the things that was done, and I am not sure it was the best solution, but it was clearly a response to the Stanley case where it was a massive sense of a miscarriage of justice. When there is a jury, it is supposed to be a jury of the accused person's peers. If the person is an indigenous youth and his or her jury is entirely Caucasian, it is not exactly a jury of his or her peers. One of the reasons this happens is the use of peremptory challenges. Therefore, I do appreciate the effort in Bill C-75 to eliminate peremptory challenges. However, I want to go over the way in which this bill actually takes this backward.
The effort here of course, as many other hon. members have pointed out, is that this bill is in direct response to the Jordan decision of the Supreme Court of Canada in 2016. In the Jordan case, the delays were so profound that the case could not proceed. Therefore, I think it is very clear that all Canadians feel the same sense of concern with the new trial timelines of 18 months for provincial courts and 30 months for superior court. No one wants people to be freed, who at this point still have the presumption of innocence, because they have not gone through their court case. If the evidence is good enough, the prosecutors bring those people forward. The idea that they are just let out of jail because the trial times and the processing of that person took too long offends our sense of justice. The Government of Canada and the Parliament of Canada were given a very quick jab toward justice by the Supreme Court of Canada. However, have we got it right?
In an effort to speed up trials, I will mention one thing first, which is the issue of eliminating preliminary inquiries. There was a great deal of evidence before our committee that the Government of Canada and the justice department did not have good data to tell us that preliminary inquiries were a source of great delay.
I want to quote from one of the legal experts. Bill Trudell is the current chair of the Canadian Council of Criminal Defence Lawyers. He described preliminary inquiries like this, “They're like X-rays before an operation”. That is a very useful thing to have. They do not happen all the time, but when we remove them without good evidence as to why we are removing them, we could end up having innocent people convicted. In fact, Bill Trudell said that as difficult as it was for him to say, he thinks more innocent people will be convicted because we have taken out preliminary inquiries without quite having the evidence that that was a good thing to do to speed up trials.
We have heard a lot from my friends in the Conservative caucus about the question of hybridization. We have the problem that, having changed the range of sentencing, the effect of Bill C-75 is to also increase the sentencing for a summary conviction from six months to two years.
The Liberals have also added in Bill C-75 provisions about the use of agents that I do not think were thoroughly thought through. To give a better sense of agents, and this goes to the question of access to justice, suppose people are not quite poor enough to get a legal aid lawyer but are trying to navigate the legal system and they cannot afford a lawyer. In many of those cases, for a very long time, criminal defendants have had the benefit, particularly if they are low income, of law school clinics, which are young lawyers in training. They are student lawyers working as a clinic to provide legal services to people charged with lesser offences. It is too late to amend as here we are at report stage. I hope the other place will amend this to ensure access to legal aid clinics out of law schools in order to help marginalized groups navigating the legal system. I think this is an unintended consequence. I am certain that people in the Department of Justice did not ponder this and say that one of the problems is too many poor people are getting help from law students. That was not a problem that wanted solving, that was a very good and ongoing process that has been recklessly compromised in this bill. I have to hope that when it gets to the other place, we can fix this and make sure that in the definition of “agents” we exclude law students and law schools running clinics.
There are other aspects of this bill where the Liberals have just failed altogether to deal with the issue of the disproportionate number of indigenous people behind bars. They have taken in some aspects, in taking things into account. However, one of my amendments, that I really regret was not accepted, was we have no definition of “vulnerable populations”, and a lot of the evidence that came before the justice committee suggested we need such a definition. I tried one and it failed. Maybe the other place can try again. I hope that Bill C-75 will see more improvement in the other place before it becomes law.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de prendre la parole aujourd'hui, à l'étape du rapport du projet de loi C-75, Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et d'autres lois et apportant des modifications corrélatives à certaines lois. Il s'agit d'un projet de loi omnibus qui porte sur des questions relatives au Code criminel du Canada.
Au début, toutes les personnes de notre société qui s'occupaient des questions importantes relatives à la justice étaient vraiment satisfaites des paroles de la ministre de la Justice. Il est évident que nous avons besoin d'une réforme. Malheureusement, plusieurs avocats et personnes de la société qui exigent de vraies réformes sont déçus.
Leur déception est vive. Plus on travaille sur le projet de loi C-75, plus cette déception grandit. Michael Spratt, l'ancien président de la Criminal Lawyers' Association, a déjà été cité dans ce débat. Comme il l'a dit: « Tout cela semblait si beau. Mais tout a si mal tourné. »
J'ai essayé d'apporter des améliorations au projet de loi. Comme tous les députés le savent, ma position en tant que chef du Parti vert du Canada ne me donne pas le droit de siéger aux comités. Cependant, grâce aux efforts du Cabinet du premier ministre, d'abord sous l'ancien premier ministre Stephen Harper et maintenant sous le premier ministre actuel, j'ai ce que certaines personnes considèrent comme un privilège. Je dois toutefois avouer qu'il s'agit d'un énorme fardeau qui augmente ma charge de travail. C'est plutôt injuste parce que, n'eût été le travail des comités, j'aurais pu présenter des amendements de fond au Parlement à l'étape du rapport. C'est mon droit à titre de députée qui n'est pas membre de l'un des trois grands partis. Je jouis de très peu de droits en tant que députée qui a un siège pour le Parti vert, mais l'un de ces droits me permet d'apporter des amendements de fond à l'étape du rapport. Mes droits ont été amalgamés au privilège qui, comme je l'ai indiqué, m'a été accordé d'abord par le gouvernement conservateur et maintenant par le gouvernement libéral, c'est-à-dire le privilège de présenter des amendements au cours de l'étude article par article au comité, même si je ne suis pas un membre du comité. Je n'ai pas de droit de vote, mais j'ai l'occasion de parler de mes amendements.
C'est grâce à la motion du comité que j'ai eu l'occasion de proposer 46 amendements. J'ai pris part activement à l'étude article par article du projet de loi C-75. Ce fut un processus particulièrement décourageant, dans la mesure où très peu d'amendements proposés par les partis d'opposition ont été acceptés. La plupart des amendements que j'ai moi-même présentés étaient directement inspirés par les témoignages de personnes qui souhaitaient voir le projet de loi amélioré. Je suis déçue de constater qu'aucun de mes 46 amendements n'a été adopté.
Je dois dire que certains des pires aspects du projet de loi C-75 ont été changés du fait d'amendements proposés par le gouvernement. Parmi les aspects qui m'inquiétaient énormément, on retrouvait le principe selon lequel, dans le cadre d'un procès criminel, un policier pouvait présenter une déclaration écrite en guise de preuve sans être lui-même soumis à un contre-interrogatoire. Heureusement, cet aspect a été amendé pour faire en sorte que les procureurs ne pourront plus se servir de ce qu'on appelle les éléments de preuve de routine sans que la personne qui a présenté ces éléments soit contre-interrogée. De plus, les dispositions sur les maisons de débauche et le vagabondage ont été supprimées.
Toutefois, de nombreux autres articles du projet de loi doivent impérativement être amendés et je vais vous en donner des exemples. Nous sommes à l'étape du rapport, et celle de la troisième lecture ne devrait pas tarder. Nous sommes déjà limités par l'attribution de temps. J'espère que lorsque le projet de loi arrivera à l'autre endroit — et il y arrivera inévitablement —, il fera l'objet des amendements nécessaires.
Il est très clair que, dans certains domaines clés, le projet de loi donnera des résultats contraires à ceux que le gouvernement avait promis, surtout par rapport aux personnes désavantagées, au statut des Autochtones dans les prisons, ainsi qu'à l'accès à la justice et à l'équité, autant de circonstances qui s'aggraveront aux termes du projet de loi. Je ne pensais pas devoir intervenir pour dire cela à l'étape du rapport et pourtant… C'est profondément décevant et j'espère que le Sénat apportera des améliorations.
L'une des choses que l'on a faites et je ne sais pas si c'était la meilleure solution, mais c'était certainement pour donner suite à l'affaire Stanley dans laquelle on a eu un profond sentiment d'injustice, a été de décider que le jury serait composé de pairs de la personne accusée. Si cette dernière est Autochtone et que le jury est entièrement composé de Caucasiens, ce n'est pas exactement ce que l'on peut qualifier de jury de pairs. L'une des raisons en est le recours à la récusation péremptoire. Je comprends donc l'intention du projet de loi C-75 d'éliminer les récusations péremptoires. Or, je veux vous montrer comment le projet de loi nous fait faire un pas en arrière.
Bien sûr, dans le cas présent, comme beaucoup d'autres députés l'ont dit, ce projet de loi vise à répondre à la décision prise par la Cour suprême du Canada en 2016 dans le cadre de l'affaire Jordan. Dans cette affaire, les retards étaient tels que le procès a avorté. Il est très évident, je pense, que tous les Canadiens ont des doutes sur la validité des nouveaux délais pour la tenue des procès, à savoir 18 mois pour les cours provinciales et 30 mois pour les cours supérieures. Personne ne veut voir d'accusés — à ce stade, ils bénéficient encore de la présomption d'innocence — libérés parce que leur procès n'a pas pu avoir lieu. Si la preuve est suffisamment solide, les procureurs présentent les cas. Cela offense notre sens de la justice de penser qu'ils ne sont libérés qu'en raison des délais excessifs enregistrés dans la conduite des procès. La Cour suprême du Canada a remis vite fait le gouvernement du Canada et le Parlement sur la voie de la justice. Avons-nous, cependant, fait les choses comme il le fallait?
Je parlerai d'abord d'une mesure visant à accélérer la tenue des procès, c'est-à-dire la suppression des enquêtes préliminaires. D'après de nombreux témoignages entendus au comité, les données dont disposaient le gouvernement du Canada et le ministère de la Justice ne pouvaient pas leur permettre de voir que les enquêtes préliminaires étaient une source de grands retards.
J'aimerais citer un des juristes, Bill Trudell, qui est le président actuel du Conseil canadien des avocats de la défense. Selon lui, les enquêtes préliminaires équivalent à une séance de rayons X avant une opération. C'est un outil très intéressant. Ces enquêtes n'ont pas toujours lieu, mais si nous n'avons pas de bons arguments pour expliquer pourquoi nous les supprimons, il se pourrait que des personnes innocentes soient inculpées. De fait, Bill Trudell a déclaré, aussi difficile que cela soit pour lui de tenir de tels propos, qu'un plus grand nombre d'innocents seraient inculpés parce que nous avons supprimé les enquêtes préliminaires sans avoir vraiment prouvé que cela contribuait à accélérer la tenue des procès.
Les députés du caucus conservateur nous ont beaucoup parlé de la reclassification. Le problème c'est qu'étant donné que l'éventail des peines a été modifié le projet de loi C-75 aura également pour effet de faire passer de six mois à deux ans la durée de la peine pour une déclaration de culpabilité par procédure sommaire.
Dans le projet de loi C-75, les libéraux ont également ajouté des dispositions sur le représentant. À mon avis, celles-ci n'ont pas été mûrement réfléchies. Pour mieux saisir de quoi il en retourne avec le représentant — et il est ici question de l'accès à la justice —, prenons des gens qui ne sont pas assez pauvres pour obtenir un avocat de l'aide juridique, qui n'ont pas les moyens de payer un avocat, mais qui essaient de se retrouver dans le système judiciaire. Dans bon nombre de ces cas, depuis très longtemps, les accusés dans les affaires criminelles peuvent s'adresser, surtout s'ils ont un faible revenu, aux cliniques d'aide juridique offertes par les facultés de droit. Il s'agit de jeunes avocats en formation. Ces étudiants en droit offrent des services juridiques aux personnes accusées d'infractions moins graves. Il est trop tard pour apporter des amendements, car nous en sommes à l'étape du rapport. J'espère que l'autre endroit modifiera cette disposition pour permettre l'accès aux cliniques d'aide juridique à l'extérieur des facultés de droit afin d'aider les groupes marginalisés à se retrouver dans le système judiciaire. Je pense que c'est une conséquence imprévue. Je suis certaine que les gens du ministère de la Justice n'y ont pas pensé et qu'ils n'ont pas songé que l'un des problèmes est que trop de personnes pauvres reçoivent de l'aide d'étudiants en droit. Ce n'était pas un problème qu'il fallait régler, c'était un très bon processus qui est compromis de façon imprudente dans le projet de loi. J'espère qu'à l'autre endroit, ce problème pourra être réglé et que la définition de « représentant » exclura les étudiants en droit et les cliniques offertes par les facultés de droit.
Il y a d'autres aspects du projet de loi où les libéraux n'ont pas abordé la question de la surreprésentation des Autochtones derrière les barreaux. Ils ont tenu compte de certains des aspects liés à cette question. Cependant, un des amendements que j'avais proposés et qui, fort malheureusement, n'a pas été retenu, concernait l'absence d'une définition de « populations vulnérables », alors que bien des témoignages entendus au comité de la justice laissaient entendre qu'il faudrait une définition. J'en ai proposé une, mais elle n'a pas été retenue. Peut-être que l'autre endroit pourra essayer à nouveau. J'espère que le projet de loi C-75 sera amélioré davantage à l'autre endroit avant d'être adopté.
Collapse
View Doug Eyolfson Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, I am pleased to participate in today's debate of Bill C-75. I would like to use my time today to discuss some aspects of amendments to the selection of juries. As we know, jury reform is an area of shared jurisdiction and Parliament is responsible for the criminal law and the rules in the Criminal Code setting out the framework for in-court jury selection. The provinces and territories are responsible for determining, for example, who is eligible for jury duty and the process by which the jury roll is compiled. Bill C-75 proposes several reforms with respect to the in-court jury selection process.
First, is the abolishment of peremptory challenges. The Standing Committee on Justice and Human Rights heard several witnesses testify on jury reforms. Several legal experts and advocates expressed strong support for their elimination, as it would finally put an end to discriminatory exclusion of jurors.
Kent Roach from the University of Toronto stated:
The proposed abolition of peremptory challenges in s.271 of Bill C-75 is the most effective and efficient way to ensure that neither the Crown or the accused engages in discrimination against Aboriginal people and other disadvantaged and identifiable groups when selecting a juror.
Brent Kettles from Toronto said:
...having peremptory challenges cannot help but lower the public confidence in the administration of justice when members of the public and perspective jurors watch perspective jurors excluded on the basis of no reason, on the basis of no evidence, and without any information.
When those exclusions are based basically on the gut feeling of who is likely to be sympathetic to one side or the other, then that doesn't give the public or perspective jurors a feeling that jury selection is happening in a way that is fair and impartial, and also represents the community.
Legal expert Vanessa McDonnell noted:
It's important to recognize that these challenges have historically been, and can be, used against accused persons to their detriment. We have to balance the perceived benefit of having the peremptory challenge in your pocket to challenge someone whom defence counsel doesn't feel quite right about against the very real risk, I would suggest, that these challenges are going to be used in a way that disadvantages the accused person. My view is that, on balance, the potential harm, not only to the system but to accused persons, is greater than any benefit that accrues.
Discrimination in the selection of juries has been documented for decades. Concerns about the discriminatory use of peremptory challenges and its impact on indigenous people being under-represented on juries were raised in 1991 by Senator Murray Sinclair, then a judge with the Manitoba aboriginal justice inquiry.
More recently, we heard from retired Supreme Court Justice Frank Iacobucci, who studied these issues in his 2013 report on first nations representation on Ontario Juries. Having read these reports and after hearing from many experts on the topic, I am confident that Bill C-75 proposes the right approach in abolishing peremptory challenges. It is a simple and effective way to prevent deliberate discrimination and the arbitrary exclusion of qualified jury members.
Furthermore, to bring greater efficiencies to the jury selection process and to make it more impartial, the bill proposes to empower a judge to decide whether to exclude jurors challenged for cause—for example, because they are biased to one side—by either the defence or prosecution.
Currently, such challenges are decided by two laypersons called “triers” who are not trained in the law. This process has been problematic, causing delays in jury trials even before they begin and appeals resulting in orders for a new trial.
The proposal would shift the responsibility for such challenges to judges, who are trained adjudicators and therefore better placed to screen out impartial jurors. The proposed change reflects a recommendation made in 2009 by the Steering Committee on Justice Efficiencies and Access to the Justice System, a group established by the federal-provincial-territorial ministers of justice, comprising judges, deputy ministers of justice from across Canada, defence lawyers, representatives of the bar associations and the police. It is also consistent with what is done in other common law countries, such as England, Australia and New Zealand.
I am confident that this change in procedure would result in improvements in the overall efficiency of our jury trials.
There are also several proposed changes to modernize and update the challenge for cause grounds. Notably, the proposed change to reduce the number of jurors with criminal records for minor offences who could be challenged and excluded from jury duty would help address concerns that excluding individuals with minor criminal records disproportionately impacts certain segments of society, including indigenous persons, as noted by Justice Iacobucci. It would also assist in improving broader participation on juries, and thus, jury representativeness.
In conclusion, the jury reforms in Bill C-75 would mark critical progress in the area of promoting fairness, diversity and participation in the jury selection process. These improvements would also enhance efficiencies, as well as public confidence, in the criminal justice system.
I call upon all members of the House to support this transformative bill.
Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat d'aujourd'hui au sujet du projet de loi C-75. Je me propose de parler maintenant des modifications prévues dans le projet de loi concernant la constitution des jurys. Les députés n'ignorent pas que la question de la réforme du jury est une compétence partagée. Le Parlement a la responsabilité de la législation pénale et des règles du Code criminel qui régissent la sélection des jurés en cour. Les provinces et les territoires ont la responsabilité de déterminer, par exemple, qui peut être juré et comment doit être dressée la liste des jurés. Le projet de loi C-75 propose plusieurs changements au processus de sélection des jurés en cour.
Tout d'abord, il y a l'abolition des récusations péremptoires. Le Comité permanent de la justice et des droits de la personne a entendu plusieurs témoins sur la question de la réforme du jury. De nombreux spécialistes juridiques ont fortement appuyé leur suppression, car cela mettrait finalement un terme à l'exclusion discriminatoire de certains jurés.
Kent Roach, de l'Université de Toronto, a dit:
L'abolition proposée des récusations péremptoires dans l'article 271 du projet de loi C-75 est la façon la plus efficace de veiller à ce que ni la Couronne ni l'accusé n'exerce de discrimination contre les Autochtones et d'autres groupes défavorisés et identifiables au moment de sélectionner les jurés.
Brent Kettles de Toronto a affirmé:
[...] les récusations péremptoires ne peuvent que réduire la confiance du public à l'égard de l'administration de la justice, lorsque des membres du public et des éventuels jurés constatent que certains d'entre eux sont exclus sans raison, sans preuve et sans information.
Lorsque ces exclusions sont fondées essentiellement sur des impressions quant aux personnes susceptibles d'être sympathiques à une partie ou à l'autre, cela ne donne pas au public ou aux jurés le sentiment que la sélection des jurés se fait de façon juste et impartiale et qu'elle est aussi représentative de la collectivité.
Selon l'experte en droit, Vanessa McDonnell:
Il est important de reconnaître que ces récusations ont toujours été et peuvent être utilisées contre des accusés à leur détriment. Nous devons trouver un équilibre entre l'avantage, tel qu'il est perçu, de la procédure de récusation péremptoire pour avoir la possibilité de récuser une personne au sujet de laquelle l'avocat de la défense a un sentiment mitigé et le risque très réel, je crois, que cette procédure soit employée au détriment de l'accusé. À mon avis, dans l'ensemble, le préjudice potentiel, non seulement pour le système, mais aussi pour les accusés, est plus grand que tout avantage qui en découlerait.
On constate de la discrimination dans la sélection des jurés depuis des décennies. En 1991, le sénateur Murray Sinclair, qui était juge à l'époque, dénonçait, dans le cadre de l'enquête sur la justice autochtone réalisée au Manitoba, le caractère discriminatoire de la récusation péremptoire et son incidence sur les Autochtones, qui se retrouvaient sous-représentés au sein des jurys.
Plus récemment, l'ancien juge de la Cour suprême Frank Iacobucci a étudié ces questions dans son rapport de 2013 sur la représentation des Premières Nations sur la liste des jurés en Ontario. Ayant lu ces rapports et écouté les témoignages d'un grand nombre de spécialistes de la question, je suis convaincu que l'abolition de la récusation péremptoire, dans le projet de loi C-75 est un pas dans la bonne direction. C'est une façon simple et efficace de prévenir la discrimination délibérée et l'exclusion arbitraire de jurés qualifiés.
De plus, afin de rendre le processus de sélection du jury plus efficace et plus impartial, le projet de loi propose de permettre à un juge de décider si le motif de récusation des jurés est fondé, comme c'est le cas lorsque la défense ou la poursuite fait preuve de parti pris.
À l'heure actuelle, ce type de récusation est déterminé par des profanes, deux « vérificateurs » qui n'ont pas de formation en droit. Cette procédure pose des problèmes, car elle occasionne des retards même avant le début du procès, ainsi que des appels qui nécessitent un nouveau procès.
Le projet de loi propose de transférer la responsabilité de la récusation aux juges qui ont reçu une formation d'arbitre et qui sont donc mieux placés pour dépister les jurés impartiaux. Le changement proposé fait suite à la recommandation faite en 2009 par le Comité directeur sur l'efficacité et l'accès en matière de justice, qui avait été créé par les ministres fédéraux, provinciaux et territoriaux de la Justice et qui réunissait des juges, des sous-ministres de la Justice de partout au Canada, des avocats de la défense, des représentants des barreaux du pays et des membres des corps policiers. Ce changement s'aligne également sur ce qui a été fait dans d'autres pays où la common law est appliquée, comme l'Angleterre, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.
Je suis convaincu que cette nouvelle procédure permettra de renforcer l'efficacité générale de nos procès avec jury.
Plusieurs autres changements visent à moderniser et à actualiser la procédure de récusation motivée. On propose notamment de réduire le nombre de jurés ayant un casier judiciaire pour des infractions mineures qui pourraient être exclus d'un jury, de sorte qu'on pourra moins prétendre que l'exclusion systématique d'individus ayant un casier judiciaire mineur a une incidence disproportionnée sur certains segments de la société, y compris les Autochtones, comme l'a fait remarquer le juge Iacobucci. Cela permettra aussi d'encourager la participation à des jurys et, partant, améliorera leur représentativité.
En conclusion, les réformes du jury proposées dans le projet de loi C-75 contribueraient considérablement à promouvoir l'équité, la diversité et la participation au processus de sélection des jurés. À leur tour, ces améliorations renforceraient l'efficacité et rétabliraient la confiance du public dans le système de justice pénale.
J'invite donc tous les députés à appuyer ce projet de loi transformateur.
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2018-11-20 13:43 [p.23608]
Expand
Mr. Speaker, my colleague from Charleswood—St. James—Assiniboia—Headingley spoke a lot about jury reform and the elimination of peremptory challenges. This is something we on this side took very seriously and were open to at committee. We heard from various witnesses. The member cited Professor Roach.
I would also note that uniformly, every member of the defence bar who appeared before our committee told us not to eliminate peremptory challenges. In that regard, I would quote Solomon Friedman, a criminal defence lawyer in Ottawa. He said:
Given the overrepresentation of aboriginal persons and racialized minorities as accused in our criminal justice system, at present the peremptory challenge is often the only tool counsel can use in order to ensure that the jury, even in some small way, is representative of the accused.
Michael Spratt, a past board member of the Criminal Lawyers' Association, was very outspoken in his opposition.
I am wondering if the hon. member could comment, given the uniform opposition from the criminal defence bar.
Monsieur le Président, mon collègue de Charleswood—St. James—Assiniboia—Headingley a parlé abondamment de la réforme du jury et de l'élimination des récusations péremptoires. De ce côté-ci, nous prenons ce sujet très au sérieux et nous nous sommes montrés ouverts lors de l'étude en comité. Nous avons entendu divers témoins. Le député a notamment cité M. Roach.
J'aimerais aussi faire remarquer que, de façon générale, les avocats de la défense qui ont comparu devant le comité ont recommandé de ne pas éliminer les récusations péremptoires. Je citerai à ce sujet Solomon Friedman, un avocat de la défense d'Ottawa, qui a affirmé ceci:
Compte tenu de la surreprésentation actuelle des Autochtones et des minorités raciales dans notre système de justice pénale, à l’heure actuelle, la récusation péremptoire est souvent le seul moyen pour les avocats de s'assurer que le jury, ne serait-ce que dans une faible mesure, est représentatif de l’accusé.
Michael Spratt, ancien membre du conseil d'administration de la Criminal Lawyers' Association, a exprimé de façon éloquente son opposition.
Je me demande si le député aurait quelque chose à dire sur l'opposition générale des avocats de la défense.
Collapse
View Doug Eyolfson Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, it is correct that there are many members of the defence lawyers community that have made this assumption. However, we have a system right now that drastically under-represents aboriginal people and racialized people in our jury system. The system we have had up until now does not work, and this legislation would be a valuable means of helping to correct this imbalance.
Monsieur le Président, il est vrai que nombre d'avocats de la défense ont défendu cette position. Cependant, le système actuel fait en sorte que les Autochtones et les personnes racialisées sont gravement sous-représentés au sein des jurys. Jusqu'à présent, le système ne fonctionne pas, et ce projet de loi serait un atout pour remédier au déséquilibre.
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2018-11-20 16:55 [p.23637]
Expand
Mr. Speaker, the hon. member for Kildonan—St. Paul also touched upon the issue of peremptory challenges. This is something we took very seriously in terms of considering their abolition. Unanimously, before the justice committee, the criminal defence bar said that peremptory challenges were absolutely essential in order to ensure a fair trial.
In that regard, I would draw the hon. member's attention to the comments of Richard Fowler of the Canadian Council of Criminal Defence Lawyers, who stated before the committee, “I will just say, as an aside, that the abolition of peremptory challenges is a huge mistake. I've selected over 100 juries, and I've never seen it misused. It's necessary.”
Another lawyer, Solomon Friedman, indicated that it was essential to ensure that juries are representative of the broader population.
Could the hon. member address those points?
Monsieur le Président, la députée de Kildonan—St. Paul a également abordé la question des récusations péremptoires. C'est une chose que nous avons prise très au sérieux lorsque nous avons envisagé de les éliminer. Devant le comité de la justice, les avocats de la défense ont déclaré à l'unanimité que les récusations péremptoires sont absolument essentielles pour assurer un procès équitable.
À cet égard, j'aimerais attirer l'attention de la députée sur les commentaires de Richard Fowler, du Conseil canadien des avocats de la défense, qui a déclaré ceci devant le comité: « Je dirais simplement, en passant, que l'abolition des récusations péremptoires est une grave erreur. J'ai participé à la sélection de plus de 100 jurys, et je n'ai jamais vu la récusation utilisée à mauvais escient. Elle est nécessaire. »
Un autre avocat, Solomon Friedman, a indiqué qu'il est essentiel de veiller à ce que les jurys soient représentatifs de l'ensemble de la population.
La députée peut-elle se prononcer à ce sujet?
Collapse
View MaryAnn Mihychuk Profile
Lib. (MB)
View MaryAnn Mihychuk Profile
2018-11-20 16:56 [p.23637]
Expand
Mr. Speaker, I would be glad to do so.
We remember cases in Canada where the jury did not reflect the local population. We heard from many people that there was a question of fairness and justice. Removing the peremptory challenge would, for example, limit the ability of a defence attorney to remove individuals based on something quite superficial. It might also limit the ability of the jury to be as reflective of the community as we would hope.
We want to ensure that there is representation from all of the ethnic groups in our local communities, and that the justice system is fair and open for all.
Monsieur le Président, j'en serais heureuse.
Nous nous souvenons de cas au Canada où le jury n'était pas représentatif de la population locale. De nombreuses personnes ont dit qu'il y avait une question d'équité et de justice. L'élimination de la récusation péremptoire, par exemple, limiterait la capacité d'un avocat de la défense d'enlever des personnes pour des motifs assez superficiels. Elle pourrait aussi empêcher un jury d'être aussi représentatif de la communauté que nous l'espérons.
Nous voulons nous assurer que tous les groupes ethniques des collectivités locales sont représentés et que le système judiciaire est équitable et ouvert à tous.
Collapse
View Lloyd Longfield Profile
Lib. (ON)
View Lloyd Longfield Profile
2018-11-20 17:11 [p.23639]
Expand
Mr. Speaker, the member mentioned delays, moving away from the peremptory challenges which caused a lot of delays in our system and going toward the set aside provisions in the current proposed legislation to streamline the jury selection process, give control to the judges to make sure we have diversity. Could the hon. member talk about how that could improve our efficiency in the court system going forward?
Monsieur le Président, le député a parlé des retards, de l'abolition des récusations péremptoires, qui causent de nombreux retards dans le système canadien, et de l'adoption des dispositions du projet de loi qui visent à simplifier le processus de sélection des jurés et à donner le pouvoir aux juges de veiller à la diversité. Le député peut-il expliquer comment cela améliorera l'efficience du système judiciaire canadien?
Collapse
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
View Gary Anandasangaree Profile
2018-11-20 17:11 [p.23639]
Expand
Mr. Speaker, it is very clear that the outcomes we see, the numbers we see year after year from the Office of the Correctional Investigator, should trouble all Canadians. They should really raise questions as to why certain provisions and practices exist and how they affect racialized people. It is very clear that peremptory challenge is one of those issues where we have seen some serious miscarriages of justice over the years. It is a very important step in Bill C-75 that would address a major concern of many victimized communities that have been seeking justice.
Monsieur le Président, il est très clair que les résultats que nous constatons, que les données produites année après année par le Bureau de l'enquêteur correctionnel devraient inquiéter tous les Canadiens. Ces constats devraient nous amener à nous demander pourquoi certaines dispositions et certaines pratiques existent et quels sont leurs effets sur les personnes racialisées. Il est évident que, au fil du temps, les récusations péremptoires comptent parmi les éléments qui ont engendré de graves erreurs judiciaires. C'est une mesure très importante du projet de loi C-75 qui répond à une préoccupation majeure de nombreux groupes victimisés qui cherchent à obtenir justice.
Collapse
View Lloyd Longfield Profile
Lib. (ON)
View Lloyd Longfield Profile
2018-11-08 12:05 [p.23441]
Expand
Mr. Speaker, it is my pleasure to speak today to Bill C-75. Like other members of the House, I am very appreciative of the study undertaken by the Standing Committee on Justice and Human Rights and the many witnesses who gave helpful testimony on various aspects of this bill. I would like to use my time today to discuss the jury amendments proposed in Bill C-75.
As members know, jury reform is an area of shared jurisdiction. While Parliament is responsible for the criminal law and the rules in the Criminal Code setting out the legal framework for in-court jury selection, the provinces and territories are responsible for determining, for example, who is eligible for jury duty and the process by which the jury roll is compiled.
Bill C-75 proposes several reforms to the in-court jury selection process. One of the significant changes that I would like to start with is the proposal to abolish peremptory challenges.
The committee heard from several witnesses who testified on jury reforms, all of whom shared an understanding of the importance of representative juries. Their views differed on whether or not peremptory challenges contribute to or undermine that objective. However, several legal experts and advocates, and most notably Professor Kent Roach, expressed very strong support for their elimination, which would finally put an end to the discriminatory exclusion of jurors. Any tool that can be used to effectively undermine the participation on juries of persons of a particular race or ethnicity contributes to a perception of mistrust and lack of confidence in the justice system.
Jonathan Rudin, the program director for Aboriginal Legal Services, also gave compelling testimony before the committee that the use of peremptory challenges has had a corrosive impact on efforts to encourage indigenous people to act as jurors. Discrimination in the selection of juries has been documented for decades. Concerns about the discriminatory use of peremptory challenges and its impact on indigenous people being under-represented on juries were raised back in 1991 by Senator Murray Sinclair, then a judge, in the report of the Manitoba aboriginal justice inquiry. More recently, we heard from retired Supreme Court Justice Frank Iacobucci, who studied these issues in his 2013 report on first nations representation on Ontario juries.
I agree with Professor Kent Roach who, in his written brief to the committee, characterized jury reforms in Bill C-75 as being “long overdue”.
Having read these reports and hearing from many experts on the topic, I am confident that Bill C-75 proposes the right approach in abolishing peremptory challenges. It is a simple and effective way to prevent deliberate discrimination and the arbitrary exclusion of qualified jury members.
Furthermore, to bring greater efficiencies to the jury selection process and to make it more impartial, the bill proposes to empower the judge to decide whether to exclude jurors challenged for cause, such as because they are biased by either the defence or the prosecution. Currently, such challenges are decided by two lay people, called “triers”, who are not trained in the law. This process has been problematic, causing delays in jury trials even before they begin, and appeals resulting in orders for a new trial. The proposal would shift the responsibility for such challenges to judges who are trained adjudicators and therefore better placed to screen out impartial jurors. The proposed change reflects the recommendation made in 2009 by the Steering Committee on Justice Efficiencies and Access to the Justice System, a group established by the federal-provincial-territorial ministers of justice and comprising judges, deputy ministers of justice from across Canada, defence lawyers, representatives of the bar associations, and the police. It is also consistent with what has been done in other common law countries, such as England, Australia and New Zealand. I am confident that this change in procedure will make improvements to the overall efficiency of our jury trials.
There are also several proposed changes to modernize and update the challenge for cause grounds. Notably, the proposed change to reduce the number of jurors with criminal records for minor offences from being challenged and excluded for jury duty would help address concerns that excluding individuals with minor criminal records disproportionately impacts certain segments of society, including indigenous persons, as noted by Justice Iacobucci. It would also assist with improving broader participation on juries, and thus jury representativeness.
While a few witnesses before committee said they would like to see this ground removed so that anyone with a criminal record could not be challenged for cause, I am mindful of the fact that permitting a juror with a serious criminal background to serve on a jury and make the decision as to the guilt or innocence of the accused could greatly undermine public confidence in the administration of justice. I would also note that provincial and territorial jury legislation also specifies who is eligible for jury duty and is, in many respects, reflected by what is in the Criminal Code.
Bill C-75 would also allow a judge to continue a trial without the jury when the number of jurors falls below 10 and where the Crown and the accused agree. This change would promote efficiencies because it would avoid mistrials when the jury is reduced to fewer than 10 jurors due to illness or some other reason.
Another key change proposed in Bill C-75 is to allow judges to stand aside a potential juror while other jurors are selected, in order to maintain public confidence in the administration of justice, for example, to support the establishment of an impartial, representative jury. The change recognizes the important role that judges can play in improving jury selection at the outset. I believe that the use of this power, where deemed appropriate, would help improve the diversity of jurors during the in-court selection process, particularly in cases where public confidence in the administration of justice would be undermined if the jury were not more diverse.
With respect to the representativeness of juries, there is certainly work that remains to be done, especially given the important role played by both the federal government and the provinces and territories in the jury selection process. I am greatly encouraged by the fact that jurisdictions are collaborating to examine a wide range of jury-related issues, and undertaking important work to find further ways to improve our jury selection system in Canada, including to enhance representation on juries.
In closing, I would like to emphasize that the jury reforms in Bill C-75 mark critical progress in promoting fairness, diversity and participation in the jury selection process. These improvements would also enhance efficiencies, as well as public confidence in the criminal justice system.
I call on all members of the House to support this transformative bill. I thank the justice committee for its work, and the witnesses committee members heard from in bringing forward this important legislation, including the amendments they proposed.
Monsieur le Président, je me réjouis d’avoir l’occasion de prendre la parole aujourd’hui au sujet du projet de loi C-75. À l’instar de mes collègues, je salue l’étude qui a été entreprise par le Comité permanent de la justice et des droits de la personne, et je remercie les nombreux témoins qui y ont exprimé leurs points de vue sur différents aspects du projet de loi. Je me propose de parler maintenant des amendements du projet de loi qui concernent la constitution des jurys.
Les députés n’ignorent pas que la question de la réforme du jury est une compétence partagée. Le Parlement a la responsabilité de la législation pénale et des règles du Code criminel qui régissent la sélection des jurés en cour, tandis que les provinces et les territoires ont la responsabilité de déterminer, par exemple, qui peut être juré et comment doit être dressée la liste des jurés.
Le projet de loi C-75 propose plusieurs amendements au processus de sélection des jurés en cour. Je vais commencer par le plus important: l’abolition des récusations péremptoires.
Le comité a entendu plusieurs témoins sur la question de la réforme du jury, et tous ces témoins reconnaissaient qu’il était important d’avoir des jurys représentatifs. Quant à la question de savoir si la récusation péremptoire favorisait ou sapait cet objectif, ils ont exprimé des opinions divergentes. Plusieurs spécialistes juridiques, notamment le professeur Kent Roach, se sont dits très favorables à l'abolition de la récusation péremptoire, car cela met finalement un terme à l’exclusion discriminatoire de certains jurés. Toute procédure susceptible d’entraver la participation à des jurys de personnes issues d’une race ou d’une ethnie particulière contribue à un sentiment de méfiance à l’égard du système de justice.
Jonathan Rudin, directeur de programme chez Aboriginal Legal Services, a brillamment démontré au comité que le recours à la récusation péremptoire a eu un impact délétère sur les efforts déployés pour encourager les Autochtones à faire partie de jurys. Les études montrent que, depuis des décennies, la sélection des jurys est discriminatoire. Déjà en 1991, le sénateur Murray Sinclair, qui était juge à l’époque, dénonçait, dans le rapport de l’enquête sur la justice autochtone qui a été réalisée au Manitoba, le caractère discriminatoire de la récusation péremptoire et son impact sur les peuples autochtones qui se retrouvaient sous-représentés dans les jurys. Plus récemment, c’est l’ancien juge de la Cour suprême Frank Iacobucci qui a exprimé son point de vue là dessus dans son rapport de 2013 sur la représentation des Premières Nations dans les jurys de l’Ontario.
Je suis d’accord avec le professeur Kent Roach lorsqu’il dit, dans son mémoire au comité, que les réformes proposées dans le projet de loi C-75 n’ont que trop tardé.
Ayant lu ces rapports et écouté les témoignages d’un grand nombre de spécialistes de la question, je suis convaincu que l'abolition de la récusation péremptoire, dans le projet de loi C-75, est un pas dans la bonne direction. C’est une façon simple et efficace de prévenir la discrimination délibérée et l’exclusion arbitraire de jurés qualifiés.
De plus, afin de rendre le processus de sélection du jury plus efficace et plus impartial, le projet de loi propose de permettre à un juge de décider si le motif de récusation des jurés est fondé, comme c’est le cas lorsque la défense ou la poursuite fait preuve de parti pris. À l’heure actuelle, ce type de récusation est déterminé par des profanes, deux « juges des faits » qui n’ont pas reçu de formation en droit. Cette procédure pose des problèmes car elle occasionne des retards même avant le début du procès, ainsi que des appels qui nécessitent un nouveau procès. Le projet de loi propose de transférer la responsabilité de la récusation aux juges qui ont reçu une formation d’arbitre et qui sont donc mieux placés pour écarter les jurés partiaux. Le changement proposé fait suite à la recommandation faite en 2009 par le Comité directeur sur l’efficacité et l’accès en matière de justice, qui avait été créé par les ministres fédéraux, provinciaux et territoriaux de la Justice et qui réunissait des juges, des sous-ministres de la Justice de partout au Canada, des avocats de la défense, des représentants des barreaux du pays et des membres des corps policiers. Ce changement s’aligne également sur ce qui a été fait dans d’autres pays où la common law est appliquée, comme l’Angleterre, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Je suis convaincu que cette nouvelle procédure permettra de renforcer l’efficacité générale de nos procès avec jury.
Plusieurs autres changements visent à moderniser et à actualiser la procédure de la récusation motivée. On propose notamment de réduire le nombre de jurés ayant un casier judiciaire pour des infractions mineures qui peuvent être exclus d’un jury, de sorte qu’on pourra moins prétendre que l’exclusion systématique d’individus ayant un casier judiciaire mineur a un impact disproportionné sur certains segments de la société, y compris les Autochtones, comme l’a fait remarquer le juge Iacobucci. Cela permettra aussi d’encourager la participation à des jurys et, partant, la représentativité de ces jurys.
Même si certains témoins qui ont comparu devant le comité ont recommandé la suppression de ce motif, afin qu’aucune personne détenant un casier judiciaire ne puisse faire l’objet d’une récusation motivée, je crains qu’en permettant à un juré détenant un lourd casier judiciaire de siéger dans un jury et de participer à la décision concernant la culpabilité ou l’innocence de l’accusé, on ne sape gravement la confiance du public dans l’administration de la justice. J’observe également que, s’agissant de la composition des jurys, les législations provinciales et territoriales définissent clairement qui peut être juré et, à bien des égards, conformément aux dispositions du Code criminel.
Le projet de loi C-75 permet également à un juge, avec l’assentiment de la Couronne et de l’accusé, de poursuivre un procès sans jury lorsque le nombre de jurés devient inférieur à 10, ce qui facilitera les choses lorsque le nombre de jurés tombe sous la barre des 10 pour des raisons de maladie ou autres.
Un autre changement important du projet de loi C-75 consiste à permettre aux juges de mettre à l’écart un juré potentiel, pendant que d’autres jurés sont sélectionnés, dans le but de maintenir la confiance du public dans l’administration de la justice, et de favoriser la constitution d’un jury impartial et représentatif. Ce changement tient compte du rôle important que les juges peuvent jouer pour constituer le meilleur jury possible dès le début. J’estime que l’exercice de ce pouvoir, s’il est invoqué de façon raisonnable, contribuera à assurer une plus grande diversité dans les jurys, pendant le processus de sélection, surtout dans les cas où la confiance du public envers l’administration de la justice risquerait d’être sérieusement ébranlée si le jury ne reflétait pas une plus grande diversité.
En ce qui concerne la représentativité des jurés, il y a certainement encore du travail à faire, surtout si l’on songe au rôle important que jouent à la fois le gouvernement fédéral et les provinces et territoires dans le processus de sélection des jurys. Je me réjouis de voir que ces gouvernements sont prêts à collaborer pour examiner toutes sortes de questions liées aux jurys et pour faire ce qu’il faut pour améliorer notre système de sélection des jurys au Canada, afin d’en assurer une meilleure représentativité.
En conclusion, j’aimerais souligner le fait que les réformes proposées dans le projet de loi C-75 en ce qui concerne la composition du jury contribuent grandement à promouvoir l’équité, la diversité et la participation au processus de sélection des jurys. Ces réformes permettront également de réaliser des gains d’efficience, et de renforcer la confiance du public dans le système de justice pénale.
J'invite tous les députés à appuyer ce projet de loi transformateur. Je remercie le comité de la justice de son travail, ainsi que les témoins qui se sont présentés devant lui pendant son étude de cet important projet de loi, étude qui a donné lieu aux amendements proposés.
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2018-11-08 12:14 [p.23442]
Expand
Mr. Speaker, the member for Guelph spent much of his time addressing the issue of peremptory challenges. It was a proposal I considered very seriously, but there was a lot of evidence before the justice committee that peremptory challenges are a vital tool, including for defence counsel to use. In fact, the defence counsel and representatives of the defence bar who appeared were unanimous in calling on the committee not to move forward with eliminating peremptory challenges. In addition to that, their evidence was that it could actually increase the representativeness of juries. Consistent with that, the Supreme Court of Canada, in its Sherratt decision, stated that peremptory challenges can increase rather than diminish the representativeness of juries. Could the member comment on that?
Monsieur le Président, le député de Guelph a passé une bonne partie de son temps de parole à traiter de la question des récusations péremptoires. C'est une proposition à laquelle j'ai réfléchi très sérieusement, mais selon beaucoup de témoignages devant le comité de la justice, les récusations péremptoires représentent un outil essentiel, notamment pour les avocats de la défense. En fait, tous les avocats de la défense qui ont comparu ont demandé — sans exception — au comité de ne pas éliminer les récusations péremptoires. De plus, ils ont déclaré qu'elles peuvent même augmenter la représentativité des jurys. La décision de la Cour Suprême du Canada dans l'affaire Sherratt, qui indique que les récusations péremptoires peuvent augmenter la représentativité des jurys plutôt que de la diminuer, cadre avec cette affirmation. Le député pourrait-il nous dire ce qu'il en pense?
Collapse
View Lloyd Longfield Profile
Lib. (ON)
View Lloyd Longfield Profile
2018-11-08 12:15 [p.23442]
Expand
Mr. Speaker, I thank the member for St. Albert—Edmonton for his work on the committee. As he pointed out, there was conflicting evidence at committee. However, where we have landed, namely, giving the stand-aside revisions for the justice to be able to put aside people in order to increase diversity, is really the way to go. By removing the challenges, we would be able to make sure that people are not excluded because of their race or background, and that they still are eligible and under the guidance of the judge in the final selection of the jury. It is a tool that we are giving the judges to make sure that we have diversity and representative juries.
Monsieur le Président, je remercie le député de St. Albert—Edmonton de son travail au comité. Comme il l'a souligné, il y a eu des témoignages contradictoires devant le comité. Cependant, nous avons estimé que la meilleure solution consiste à épauler les juges en leur permettant d'écarter certaines personnes afin d'accroître la diversité. En éliminant les récusations péremptoires, nous pourrons garantir que des gens ne seront pas exclus à cause de leur race ou de leurs origines, mais qu'ils seront toujours admissibles sous la direction du juge lors de la sélection finale des jurés. C'est un outil que nous donnons aux juges pour que les jurys soient diversifiés et représentatifs.
Collapse
View Celina Caesar-Chavannes Profile
Ind. (ON)
View Celina Caesar-Chavannes Profile
2018-11-08 12:36 [p.23445]
Expand
Mr. Speaker, it gives me great pleasure to rise to speak to Bill C-75, an act to amend the Criminal Code, the Youth Criminal Justice Act and other acts and to make consequential amendments to other acts.
Before I begin, I would like to thank the Minister of Justice and the Standing Committee on Justice and Human Rights for their work on this legislation, which is now at report stage. It really would address some of the issues of delay in our court system. It would reinforce and strengthen our criminal justice system to ensure that victims would be looked after in a way that would protect them, our communities and society and. At the same time, it looks at the inequities within the system.
Before I go any further, I will quote Bryan Stevenson, a lawyer in the United States. I have read his book Just Mercy and one line reads, “Each of us is more than the worst thing we’ve ever done.” I started with that quote because I want lay some context.
I have listened to hon. opposition members speak to the bill. I want to re-emphasize that our objective is not to revictimize innocent people, but to ensure they are adequately protected. We know there are inequities in the system and the bill looks to improve the efficiency of and equity within the system.
There have been many reports, and it is not just me saying this, about the over-incarceration of our indigenous and black populations within federal institutions across the country. Irrespective of where we are, we see this happening.
I am not a lawyer and this is not my background, but in looking at the legislation, I want people in Whitby to know and understand what the legislation would do to strengthen our criminal justice system, the Criminal Code and increase efficiencies. By doing both, it would increase efficiency.
Bill C-75 proposes to do a few things: modernize and streamline our bail system, including by legislating a principle of restraint to reduce the imposition of unnecessary conditions and with the intended effect of reducing the overrepresentation of indigenous and marginalized Canadians in our criminal justice system. Essentially, when bail conditions are imposed, the proposal is to look at the situation of the individuals in front of the judge and come up with reasonable conditions that would prevent them from re-entering the criminal justice system. By doing that, we would ensure it would not be a revolving door in and out of prison. We want people to be rehabilitated and stay out of the system, but there has to be a thoughtful process throughout the whole judicial system to ensure that happens.
A second proposal is to change the way our system deals with administration of justice offences, including by creating new judicial referral hearings as an alternative to a new criminal charge, with the goal of reducing the burden of administrative justice charges and increasing court efficiency. If an alcoholic is in front of a judge and one of the conditions imposed by the judge is that the person not drink, that is a little unreasonable. Why not have one of the conditions be that the individual seeks treatment? That is a better alternative than telling that person not to drink. Allow individuals to seek treatment and make it part of their conditions so they do not come back before the court. It would prevent that revolving door and increase efficiency.
Another proposal is to strengthen the way our criminal justice system responds to intimate partner violence, including enhancing the reverse onus at bail for repeat offenders. If charged with an offence, it is not up to the prosecution but rather to the defendant to present evidence for why he or she should be released. This makes it harder for the person to reoffend, and it protects the victim. It should be up to the individual to tell the court why he or she will not offend again. It should not be up to the prosecution to do that. It broadens the definition of intimate partner violence to include dating partners and former partners, and it increases the maximum sentence for intimate partner violence.
Another reform is the reform to jury selection processes. This legislation proposes reform by including the abolition of peremptory challenges, reinforcing the power of judges to stand aside certain jurors in order to increase the diversity of the jury selection. That does not mean the person will not have the opportunity to be a juror; it just means that in order to increase the diversity of the jurors who are selected as a jury of our peers, they should reflect those who are living in the community. That component allows for judges to have the authority to do that. Jurors cannot be removed without reason. They cannot be indiscriminately removed; there has to be a reason for that. This also helps to allow and increase equity within our system.
This piece of legislation also restricts the availability of preliminary inquiries to only those offences carrying the maximum penalty of life imprisonment, with the intended effect of reducing the time it takes for each case to go to trial. We know that the introduction of this proposal will allow us to understand what victims go through. We are not revictimizing witnesses by having them testify at the peremptory and also at the trial. It increases efficiency while also, as I mentioned earlier, ensuring that the victim is not further victimized within the system.
I want to talk about the hybridized offences, and a few people may want an explanation as to what this is. There are three ways in which we can convict. There are summary convictions, indictable offences and hybrid offences. The fact that we are increasing the number of hybrid offences does not mean the Crown does not have the ability to decide the appropriate sentence or look at the seriousness of the offence.
My hon. colleague from St. Albert—Edmonton has brought this up a number of times. He is a civil litigator, and during his speech he said we cannot just leave it up to the Crown somewhere in some building to have the ability to indiscriminately sentence. I am sure he has faith in the ability of his colleagues, and I would hope he would know that these lawyers take their job very seriously. Not taking away their ability to decide the seriousness of a crime means they can still go in either direction, whether people are given a fine, or two years, or two years to life. That possibility is still available to our attorneys.
This is certainly not what it is doing. It is not being soft on crime. In addition to these proposals, our Minister of Justice has made significant numbers of appointments. Last year there were over 100 appointments to the bench. We are currently at 235. We are on track this year to keep that number going.
We have the most diversity on the bench. We have judges who look like Canadians. That combination of appointments, plus the proposals in here, increases the equity in our system, and it increases the efficiency of our system.
Monsieur le Président, je me réjouis de prendre la parole au sujet du projet de loi C-75, Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et d’autres lois et apportant des modifications corrélatives à certaines lois.
Avant de commencer, je tiens à saluer le travail réalisé par la ministre de la Justice et le Comité permanent de la justice et des droits de la personne au sujet de ce projet de loi, qui en est maintenant à l’étape du rapport. Je suis convaincue qu’il va permettre de corriger certains des retards qui se produisent dans notre système judiciaire. Il va également permettre de renforcer notre système de justice pénale en proposant des moyens d’assurer la protection des victimes, des collectivités et de la société en général. En même temps, il propose de redresser certaines injustices au sein du système.
Avant d’aller plus loin, j’aimerais citer Bryan Stevenson, un avocat américain. J’ai lu son livre intitulé Just Mercy, où il dit notamment: « Chacun de nous vaut mieux que la pire chose qu’il a pu faire ». Cette citation me permet de situer le contexte.
J’ai écouté les députés de l’opposition parler du projet de loi. Je tiens à répéter que notre objectif n’est pas de victimiser une deuxième fois des gens innocents, mais plutôt de veiller à ce qu’ils soient bien protégés. Nous savons qu’il y a des injustices dans notre système, et le projet de loi propose des façons d’améliorer l’efficacité et d’accroître l’équité au sein de ce système.
Un grand nombre de rapports ont démontré, je ne suis pas la seule à le dire, que les Autochtones et les Noirs étaient surreprésentés dans les pénitenciers fédéraux au Canada. C’est un phénomène qu’on peut observer dans toutes les régions.
Je ne suis pas avocate et n’ai aucune formation dans ce domaine, mais quand je vois ce projet de loi, je me dis qu’il faut que les gens de Whitby comprennent bien ce qu’il propose pour renforcer notre système de justice pénale et le Code criminel et pour réaliser des gains d’efficience. En s’attaquant aux deux fronts à la fois, on pourra faire des gains d’efficience.
Le projet de loi C-75 propose un certain nombre de choses: moderniser et simplifier le système de libération sous caution, notamment en énonçant le principe de la retenue afin d’imposer moins souvent des conditions inutiles et de réduire la surreprésentation des Canadiens autochtones et marginalisés dans notre système de justice pénale. Autrement dit, lorsque des conditions sont imposées pour la libération sous caution, nous proposons, en substance, de prendre en compte la situation de celui qui comparaît devant le juge et de trouver des conditions raisonnables qui lui permettront de ne pas être réintégré dans le système de justice pénale. De cette façon, nous nous assurons que les portes des prisons ne sont pas des portes tournantes. Nous voulons que les délinquants soient réadaptés et qu’ils puissent rester en dehors du système, mais il faut pour cela que l’ensemble du parcours judiciaire soit bien pensé.
Le deuxième changement consiste à modifier la façon dont nous traitons les infractions contre l’administration de la justice, notamment en créant une procédure de comparution pour manquement, au lieu d’une nouvelle infraction pénale, dans le but d’alléger le volume des infractions contre d’administration de la justice et de réaliser des gains d’efficacité. Si un alcoolique comparaît devant un juge et que celui-ci impose, entre autres, comme condition que la personne ne doit pas boire, cela n’est pas très raisonnable. Pourquoi ne pas imposer comme condition que la personne se fasse soigner? C’est mieux que de lui dire de ne pas boire. L’objectif est d’encourager les individus à se faire soigner et d’en faire une condition, afin d’éviter leur retour devant le tribunal. Il faut éviter les portes tournantes et faire des gains d’efficacité.
Une autre proposition consiste à renforcer les mesures que peut prendre le système de justice pénale en matière de violence contre un partenaire intime, notamment en renversant le fardeau de la preuve au moment de la libération sous caution, pour un récidiviste. Si celui-ci est accusé d’une infraction, ce n’est pas à la poursuite mais plutôt à la défense de présenter des preuves justifiant sa mise en liberté. Cela rend la récidive plus difficile et protège la victime. C’est à l’individu de démontrer au tribunal pourquoi il ne récidivera pas. Ce n’est pas à la poursuite de faire cela. Le projet de loi élargit la définition de la violence contre un partenaire intime en incluant les partenaires amoureux, actuels et anciens, et il augmente la peine d’emprisonnement maximale en cas de violence contre un partenaire intime.
Le projet de loi propose également de réformer le processus de sélection des jurys en supprimant la récusation motivée et en renforçant le pouvoir des juges d’écarter certains jurés afin d’accroître la diversité du jury sélectionné. Cela ne signifie pas que la personne ainsi écartée ne sera jamais juré. Cela signifie tout simplement que, dans le but d’accroître la diversité des jurés sélectionnés, il faut que ces derniers soient représentatifs de la population de la collectivité. Les juges auront donc le pouvoir de le faire. Un juré ne pourra pas être écarté sans motif, le juge devra justifier sa décision. Cette réforme contribuera également à accroître l’équité au sein de notre système.
Ce projet de loi limite également la tenue d’une enquête préliminaire aux infractions passibles de la peine de prison à vie, dans le but de réduire le délai qui précède la tenue d’un procès. Cette proposition répond aux besoins des victimes. Nous voulons leur éviter de comparaître une première fois à l’enquête préliminaire et une deuxième fois au procès. Cela nous permet également de faire des gains d’efficacité, comme je l’ai dit tout à l’heure, et d’empêcher que la victime soit victimisée une nouvelle fois.
J’aimerais dire quelques mots des infractions mixtes. À l’intention de ceux qui voudraient savoir ce que c’est, je dirai qu’il y a trois façons de condamner une personne. Il y a la déclaration de culpabilité par procédure sommaire, l’acte criminel et l’infraction mixte. Le fait que nous augmentions le nombre d’infractions mixtes ne signifie pas que la Couronne n’a pas le pouvoir de déterminer la peine appropriée ou le degré de gravité de l’infraction.
Mon collègue de St. Albert—Edmonton en a parlé plusieurs fois. Il est avocat en droit civil. Pendant son intervention, il a dit que nous ne pouvons tout simplement pas laisser la Couronne, quelque part dans un immeuble, décider d’imposer une peine comme bon lui semble. Je suis sûre qu’il a confiance dans la compétence de ses collègues, et j’espère qu’il est convaincu que ces avocats prennent leur travail très au sérieux. Le fait qu’on ne leur retire pas le pouvoir de décider du degré de gravité d’une infraction signifie qu’ils peuvent aller dans l’une ou l’autre direction, que les accusés soient condamnés à une amende ou à une peine d’emprisonnement de deux ans ou plus. Nos avocats auront toujours cette possibilité.
Le projet de loi n’est certainement pas laxiste. En plus de ces propositions, notre ministre de la Justice a fait un certain nombre de nominations. L’an dernier, elle a nommé plus de 100 personnes dans des postes de juges. On en compte aujourd’hui 235; les choses progressent normalement.
Nous avons une magistrature très diversifiée. Nous avons des juges qui ressemblent à des Canadiens. Ensemble, ces nominations et les réformes proposées dans le projet de loi vont contribuer à accroître l’équité et l'efficacité de notre système.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2018-06-07 21:39 [p.20507]
Expand
Mr. Speaker, it is a pleasure for me to address the bill. You may have observed that the Conservatives are in a very good mood tonight, but it is not because of the content of the legislation. It is actually other things going on tonight in the province of Ontario.
Some hon. members: What?
Mr. Garnett Genuis: Members are asking “what?” They may not know, but it seems there will be a Progressive Conservative majority government in Ontario. I am sorry to have to break that news to my friends across the way, but the Liberals may still get official party status. It is a harbinger of things to come in a year and a half in federal politics. One of the reasons we are likely to see a similar result for the Liberals in a year and a half is precisely their failures with respect to the justice system.
I will turn now to a much less happy subject, and that is the content of the Liberals' Bill C-75. We can call it a justice omnibus or “injustice” omnibus bill. It is over 300 pages, making various changes with respect to the framework around criminal justice. There are certainly problems with the way the Liberals are administering the justice system, problems in need of solutions. However, the proposals by the government do not improve the situation. In fact, they make the situation much worse.
There are so many different aspects of the bill. It pays to mention to some extent that this is an omnibus bill. The Liberals talked in the last election about not doing omnibus bills. They said that omnibus bills limited the scrutiny that could be applied to individual items, that they forced members to vote all at once on provisions, some of which they may think were laudable and others which they may think were not.
Coming from that election promise, we now find ourselves in a situation in this Parliament where it seems virtually all of the legislation we debate is omnibus legislation. It is interesting that we had previous bills before this Parliament that included many of the same provisions and then the government decided it would roll them all together in one massive omnibus bill. I guess the Liberals felt they were not being as effective in advancing their legislative agenda as they wanted to, but this is yet another case where we see the government going back on its promise. On the one hand is the commitment about how it would manage the parliamentary process, then we see, in practice, the government doing the exact opposite.
The arguments the Liberals use for bringing in these omnibus bills, which go against their previous commitments, are usually something to the effect of they think it is a really good bill, that there are a lot of good things in it, so they want to get it through. Whether it is a good bill is precisely what a robust parliamentary process is supposed to determine. That is why the appropriate level of scrutiny is necessary. There will probably be an opportunity to pull all sorts of quotes from the member for Winnipeg North and others decrying these process elements, which are now being deployed with full force under the Liberal government.
We have in front of us an omnibus bill. There are a number of different elements I want to discuss, as well as more broadly the government's failure to manage the justice system effectively.
Members will understand and appreciate how important the effective functioning of our justice system is, especially in a context where the courts have ruled that cases can be thrown out if they do not proceed within a particular time frame. We have seen very serious charges not proceed, simply on the basis of time and delay. Therefore, the management of the criminal justice system so these delays do not happen, so people are actually brought to justice on time, is critical for the protection of society and for ensuring justice is done for victims, for the criminal, and for everyone.
Why do we have this growing problem of delays? The most obvious reason, and a reason the government has been steadfast in refusing to address, is the government's failure to appoint judges.
The fact is, it took six months for the justice minister to appoint a single judge. The government lauds its judicial appointments on various fronts. I am sure that any justice minister would laud their own appointment choice, but we have to get the job done. It is fundamental to the effectiveness of our justice system that we achieve quality and the necessary quantity so that the work can proceed. Appointing justices should be the easy part. I do not suspect that there is any shortage of qualified people in this country who are interested in the position, yet the government has been very slow to proceed, and this has created a significant concern.
It is not as if nobody was suggesting the Liberals take action. Thank goodness we have a strong opposition, and a strong shadow minister and shadow deputy minister of justice who were specifically calling very early on for the government to move forward with the appointment of justices.
I can hear my friend for St. Albert—Edmonton asking the justice minister when she would finally do her job and start appointing judges. The justice minister responded to those questions day after day in question period, yet despite those questions being posed by the Conservatives, we simply did not see action.
We have this issue with court delays, and the government now seems to believe that one of the solutions to court delays is to reduce the penalty to allow for summary convictions. The effect of that is lower sentences for very serious crimes. That is sold by the government as a solution to a problem that it has created, but let us apply Occam's razor and try and take that obviously simpler solution, which is that the justice minister should do her job and appoint the necessary number of judges to ensure that we do not have court delays.
In the context of justifying itself, the government is saying that we are going to have summary convictions to try to fix the problem that we created. The Liberals are not admitting it, but that is the implication of what they are saying. We see proposals for summary convictions, meaning reduced charges for all kinds of various serious crimes. I think it is important for the House to identify and look at some of these crimes for which they are proposing reduced sentences. This is not an exhaustive list, but I want to identify some of the key ones.
There is participation in the activity of a terrorist group. I do not recall ever receiving phone calls in my office from people saying that we should have lighter sentences for those who participate in terrorist groups. Maybe members across the way have had a different experience. However, I do not think, especially in the present time and climate, that people are looking for that kind of approach with regard to those who are involved in a terrorist group.
As well, there is leaving Canada to participate in activities of a terrorist group. There is a possibility now that going to fight abroad with a terrorist organization like Daesh could be a subject of summary conviction and therefore lower sentences. There are other serious offences, but I would highlight those two terrorism-related offences, which are the first ones on my list for which we are hearing proposals in the proposed legislation for lighter sentences.
Concealment of identity while taking part in a riot would be a possible summary conviction, as well as breach of trust by a public officer. The idea of lighter sentences for public officers who breach trust is interesting. Why would the Liberals be proposing lighter sentences for public officers who breach trust? I cannot imagine why the Liberals are proposing lighter sentences for public officers who breach trust. We might pontificate about that, but I would perhaps risk venturing into unparliamentary territory.
There is municipal corruption. For example, if a former MP became the mayor of London, hypothetically, there is a possibility of lighter sentences for municipal corruption.
There is selling or purchasing office. I want to reassure the Minister of Infrastructure and Communities that this does not refer to selling or purchasing office equipment. This is selling or purchasing an office itself, which is a criminal offence. However, now it would possibly be a matter of summary conviction.
Another is influencing or negotiating appointments or dealing in offices. It is interesting that so many elements of political corruption are being proposed for lighter sentences in this bill. It is very interesting, but I cannot imagine why that would be.
For prison breach, there is a proposal for lighter sentences. Assisting a prisoner of war to escape is something that I hope does not happen often. It does not seem to me that this offence would be a good candidate for a lighter sentence, but the justice minister, and through this bill the government, is proposing lighter sentences in that case.
Obstructing or violence to or arrest of officiating clergymen is an item I want to come back to. It is something dealing with section 176 of the Criminal Code that we have already had some discussion on in this place. The government made some commitments with regard to not changing that section, and now it has gone back on those commitments by trying to re-engage that section through Bill C-75. I will come back to that and talk about it in more detail in a few minutes.
There are also lighter sentences proposed for keeping a common bawdy house and for causing bodily harm by criminal negligence.
There are three drunk-driving-related offences: impaired driving causing bodily harm; blood alcohol level over legal limit, with bodily harm; and failure or refusal to provide a sample, with bodily harm. Canadians who are concerned about combatting drunk driving and drug-impaired driving should be, and I think are, a bit frustrated by some of the back-and-forth that we see from the current government. It is frustrating to me as I follow the positions the Liberals take on some things and not on others.
A member of the Conservative caucus proposed a very strong private member's bill that included a number of provisions dealing with drunk driving. That bill was supported by, I think, all members of this House at second reading. Then it was killed after committee, yet many very similar provisions were included in the government's bill, Bill C-46. The government has not been able to pass that bill ahead of its marijuana legislation. The Liberals said it is critical we have these provisions around drunk driving in place, and they proposed it at the same time as Bill C-45, the marijuana legalization bill. They said these things were important together, and they are willing at the same time to pass the marijuana legalization bill ahead of the drunk and drug-impaired driving bill.
Many of the same provisions were already proposed by a Conservative private member's bill. I recall the speech the parliamentary secretary for justice gave at the same time with respect to my colleague's private member's bill, when he quibbled with the bill on such trivial grounds as the coming-into-force date of the bill being too soon. They said they could not pass this bill combatting drunk driving officially because the coming-into-force date was too soon. They can propose an amendment to change that. It was really because the Liberals wanted to try to claim credit for some of the provisions there. Again, we have this further question about the government's response on issues of alcohol-impaired driving because they are creating conditions for a summary conviction around that issue.
Let me list some other offences: receiving a material benefit associated with trafficking; withholding or destroying documents associated with trafficking; abduction of a person under 16; abduction of a person under 14; material benefit from sexual services; forced marriage; polygamy; marriage under age of 16 years; advocating genocide; arson for fraudulent purposes; participating in activities of criminal organizations.
We have a great deal of discussion about the government's feminist agenda, and yet on some of these crimes, such as forced marriage or polygamy, crimes that very often involve an abusive situation targeting young women, the government is reducing sentencing that targets those who commit those kinds of crimes. It is unfortunate to see the government talking about trying to respond to some of these problems that exist, and then when it comes to criminal justice, they think it is acceptable to propose lighter sentences in these cases.
I have a number of other comments I will make about this bill in the time I have left to speak.
There is a proposal in this legislation to get rid of peremptory challenges. This is a provision that we are interested in studying and exploring, but I think that even if there is an inappropriate use of peremptory challenge in some cases, we should be careful not to throw out a provision if there may be other negative consequences that have not been discussed.
Some of the discussion around peremptory challenges suggests, on the one hand, that they can be used to remove people from juries on the basis of racial profiling. Essentially, somebody is racially profiled and presumed to think in a certain way, so they are removed on the basis of a peremptory challenge.
People have countered those criticisms by saying that on the other hand, peremptory challenges could be used against those who express or have expressed or give indication of having extreme or bigoted views. Sometimes the law needs to recognize other potential impacts that are maybe not being fully foreseen.
We think this issue of peremptory challenges is very much worthy of study at the committee level, but I encourage members, in the spirit of appropriate legislative caution, to work out and consider the full consequences of changes to the structure of our jury system, recognizing that even if there may be negative consequences to this provision in particular situations, removing peremptory challenges may create other unconsidered negative consequences as well.
I want to speak about section 176. This is a very important section of the Criminal Code that specifically addresses the targeting of religious officials or the disruption of worship, things that in many cases would likely lead to some charge anyway, though not in every case. It ensures that somebody who is trying to disrupt the practice of faith is treated in an proportionate way. That is what section 176 does.
The government had previously tried to get rid of section 176, to remove it from the Criminal Code. The justification was weak. It said that because the language used was “clergymen”, it was somehow narrow in its definition and applied to only one faith and one gender. The point was amply made in response that although the language was somewhat archaic, it was very clear that it applied broadly to any religious official and to any religious institution.
The section was subsequently qualified. There is nothing wrong with clarifying the language, but it was always clear and never seriously in dispute that it applied broadly and on an equal basis.
It was through public pressure, the work of the opposition in partnership with many groups in civil society in raising the alarm about this, that the government backed away at the time from its proposal to remove section 176. Now section 176 is back before us. The government is not proposing to remove it; it is just proposing to change it to a possible summary conviction, again meaning a lighter sentence.
Again we are raising a question that is similar to the discussion around drunk driving. There is this kind of back-and-forth, bait and switch approach with the government, but it is clear that there is this repeated attempt to weaken the laws that protect religious institutions and the practice of faith. Some of the time the government is very glad to trumpet its commitment—for instance, in its talk about combatting Islamophobia—but when we have a concrete provision in the Criminal Code that protects people's ability to practise their faith without interruption, we see not one but multiple attempts by the government to move against it.
There is so much more to say about Bill C-75, which is over 300 pages, that I could talk for hours, but my time has expired.
Monsieur le Président, je suis heureux d'intervenir au sujet du projet de loi. Vous aurez peut-être remarqué que les conservateurs sont de très bonne humeur ce soir. Ce n'est pas en raison du contenu du projet de loi, mais d'autres choses qui sont en train de se passer dans la province de l'Ontario.
Des voix: Quoi?
M. Garnett Genuis: Des députés me demandent de quoi je parle. Ils semblent ignorer que l'Ontario aura probablement un gouvernement progressiste-conservateur majoritaire. Je suis désolé d'annoncer la nouvelle à mes amis de l'autre côté de l'allée. Les libéraux conserveront peut-être leur statut de parti officiel. Voilà un présage de ce qui se produira dans un an et demi aux élections fédérales. Les libéraux fédéraux connaîtront un sort semblable dans un an et demi en raison notamment de leurs échecs concernant le système judiciaire.
Je passe maintenant à un sujet beaucoup moins réjouissant, c'est-à-dire le contenu du projet de loi C-75, un projet de loi omnibus sur la justice ou « l'injustice » . Il compte plus de 300 pages et apporte diverses modifications au cadre entourant la justice pénale. Certes, il y a des problèmes dans la façon dont les libéraux gèrent le système de justice et ces problèmes doivent être réglés, mais les propositions du gouvernement n'améliorent en rien la situation. Au contraire, elles la rendent bien pire.
Le projet de loi comporte de nombreux aspects distincts. Il importe de mentionner qu'il s'agit d'un projet de loi omnibus. Les libéraux ont promis pendant la dernière campagne électorale de ne pas présenter de projets de loi omnibus, car ils ont dit que ceux-ci limitent l'étude des éléments individuels et forcent les députés à voter du même coup sur toutes les dispositions, alors qu'ils peuvent estimer que certaines sont louables et que d'autres ne le sont pas.
Malgré cette promesse électorale, nous nous retrouvons, dans la présente législature, dans une situation où presque tous les projets de loi dont nous débattons sont des mesures omnibus. C'est intéressant, car nous avons été saisis d'autres projets de loi au cours de la présente législature qui ont inclus beaucoup des mêmes dispositions, et le gouvernement a ensuite décidé de les regrouper tous en un seul, énorme projet de loi omnibus. J'imagine que les libéraux ont estimé qu'ils n'arrivaient pas à faire progresser leur programme législatif aussi efficacement qu'ils auraient aimé, mais ce n'est qu'un autre exemple de promesse rompue. D'un côté, il y a l'engagement pris quant à la gestion du processus parlementaire, de l'autre, nous constatons que le gouvernement fait exactement le contraire.
Lorsqu'ils tentent de justifier leur décision de présenter un projet de loi omnibus, allant ainsi à l'encontre des engagements qu'ils ont pris auparavant, les libéraux disent, par exemple, que c'est un très bon projet de loi et qu'il contient nombre de bonnes mesures qu'ils veulent faire adopter. Or, c'est justement en le soumettant à un processus parlementaire rigoureux qu'on peut déterminer s'il est bon ou non. Voilà pourquoi il faut l'examiner comme il se doit. Nous aurons probablement l'occasion de citer toutes sortes de déclarations du député de Winnipeg-Nord et d'autres qui dénoncent des procédures qui sont maintenant employées sans retenue sous le gouvernement libéral.
Nous sommes saisis d'un projet de loi omnibus. J'aimerais discuter de divers aspects et, de façon plus générale, de l'incapacité du gouvernement à gérer efficacement le système de justice.
Les députés comprendront et sauront apprécier à quel point il est important que notre système de justice soit efficace, surtout dans un contexte où les tribunaux ont conclu que des causes peuvent maintenant être rejetées si elles ne sont pas jugées dans un délai donné. Nous avons vu des accusations très graves être rejetées simplement à cause des délais. Il est donc crucial de gérer le système de justice pénale de manière à éviter de tels délais et à ce que les accusés soient traduits en justice le plus rapidement possible afin de protéger la société et de veiller à ce que justice soit rendue pour les victimes, les criminels et toute la population.
Pourquoi le problème des délais est-il de plus en plus important? La cause la plus évidente — et le gouvernement s'entête à ne pas y remédier —, c'est l'incapacité du gouvernement à nommer des juges.
La réalité, c'est qu'il a fallu six mois à la ministre de la Justice pour nommer un seul juge. Le gouvernement se targue sur toutes les tribunes d'avoir nommé des juges. Je suis sûr que n'importe quel ministre de la Justice vanterait les mérites des candidats qu'il a choisis, mais il faut faire le travail. Il est essentiel pour l'efficacité du système de justice que des personnes qualifiées, en nombre suffisant, soient nommées pour que les dossiers avancent. La nomination de juges devrait être la partie facile du processus. Je ne crois pas qu'il manque de personnes qualifiées au Canada qui sont intéressées à devenir juge. Pourtant, le gouvernement avance à pas de tortue, ce qui cause des problèmes graves.
Ce n'est pas comme si personne n'essayait de pousser les libéraux à agir. Dieu merci, l'opposition est solide; le ministre et le ministre adjoint du cabinet fantôme chargés de la justice ont, dès le début, appelé le gouvernement à nommer rapidement des juges.
Je me souviens de mon collègue de St. Albert—Edmonton en train de demander à la ministre de la Justice quand elle fera enfin son travail et qu'elle commencera à nommer des juges. Jour après jour, pendant la période des questions, la ministre de la Justice répondait à ses questions, mais, malgré l'insistance des questions des conservateurs, rien n'a bougé.
Les retards qui s'accumulent dans le système judiciaire posent problème, et le gouvernement semble croire qu'il serait bon, pour régler ce problème, de réduire les sanctions afin qu'on puisse avoir recours aux déclarations de culpabilité par procédure sommaire. Cette stratégie a pour effet de réduire les peines associées à des crimes très graves. Le gouvernement présente cette façon de faire comme la solution à un problème qu'il a lui-même créé. Il serait préférable de s'inspirer du rasoir d'Ockham et d'adopter la solution la plus simple, c'est-à-dire que la ministre de la Justice fasse son travail et nomme le nombre de juges nécessaires pour éliminer les retards du système judiciaire.
Le gouvernement tente de se justifier et affirme qu'on aura recours aux déclarations de culpabilité par procédure sommaire dans l'espoir de régler le problème qu'il a créé. Les libéraux ne l'admettent pas, mais c'est ce qu'on peut lire entre les lignes. Ils proposent le recours aux déclarations de culpabilité par procédure sommaire, donc à des accusations réduites, pour toutes sortes de crimes très graves. Il m'apparaît important que la Chambre regarde de plus près les crimes pour lesquels le gouvernement propose des peines réduites. Sans en dresser la liste complète, je m'attarderai ici sur certains des crimes les plus importants.
Il y a entre autres la participation à une activité d'un groupe terroriste. Je ne me rappelle pas que quelqu'un m'ait déjà appelé à mon bureau pour me dire que nous devrions alléger les peines de ceux qui participent à des activités de groupes terroristes. Il est possible qu'il en soit autrement pour les députés d'en face. Toutefois, je doute fort, surtout dans le contexte actuel, que les Canadiens souhaitent ce type d'approche pour ceux qui sont impliqués dans un groupe terroriste.
Il y a également le fait de quitter le Canada pour participer aux activités d'un groupe terroriste. Il est maintenant possible que la décision de partir à l'étranger pour grossir les rangs d'une organisation terroriste comme Daech soit traitée par voie de procédure sommaire et ainsi sujette à des peines réduites. Beaucoup d'autres crimes graves sont inclus, mais je souligne ces deux infractions associées au terrorisme, qui sont à la tête de ma liste d'infractions pour lesquelles le projet de loi propose des peines moins sévères.
La dissimulation d'identité en prenant part à une émeute pourrait suivre la procédure sommaire, tout comme l'abus de confiance par un fonctionnaire public. L'idée d'imposer des peines moins sévères aux fonctionnaires coupables d'abus de confiance est intéressante. Pourquoi donc les libéraux proposeraient-ils des peines allégées pour ces cas? Je n'arrive pas à imaginer pourquoi les libéraux proposent des peines moins sévères pour les fonctionnaires coupables d'abus de confiance. Nous pourrions pontifier sur le sujet, mais je risquerais de m'aventurer en territoire non parlementaire.
Il y a la corruption municipale. Par exemple, si un ancien député élu maire de London était trouvé coupable de corruption municipale, il pourrait recevoir une peine plus légère.
Il y a l'achat ou la vente d'une charge. Je tiens à rassurer le ministre de l'Infrastructure et des Collectivités: il ne s'agit pas de la vente ou de l'achat de cahiers de charges. On parle ici de la vente ou de l'achat d'une charge, ce qui est un acte criminel. Cependant, on pourrait désormais procéder par déclaration sommaire de culpabilité dans de telles affaires.
Il y a aussi le fait d'influencer ou de négocier une nomination ou d'en faire commerce. Il est intéressant de constater que le projet de loi propose d'alléger les peines dans le cas d'un très grand nombre d'éléments touchant la corruption politique. C'est très intéressant, mais je n'ai aucune idée des raisons qui expliquent une telle situation.
Dans le cas des bris de prison, le projet de loi propose des peines moins lourdes. J'espère que l'infraction liée au fait d'aider un prisonnier de guerre à s'évader ne se produit pas trop souvent. Selon moi, une telle infraction ne devrait pas être passible d'une peine plus légère, mais la ministre de la Justice et le gouvernement, par l'entremise de ce projet de loi, proposent que ce soit le cas.
Je tiens à revenir au point portant portant sur le fait de gêner ou d'arrêter un ministre du culte, ou de lui faire violence. Cela relève de l'article 176 du Code criminel, dont nous avons déjà discuté à la Chambre. Le gouvernement a pris l'engagement de ne pas changer cet article, mais il est maintenant revenu sur ses promesses en essayant de reprendre cet article dans le projet de loi C-75. J'y reviendrai pour en discuter plus en détail dans quelques minutes.
Les peines proposées pour la tenue d'une maison de débauche et pour avoir causer des lésions corporelles par négligence criminelle ont été allégées.
Il y a trois infractions liées à la conduite avec les facultés affaiblies: la conduite avec facultés affaiblies causant des lésions corporelles; l'alcoolémie supérieure à la limite permise, avec lésions corporelles; et l'incapacité ou le refus de fournir un échantillon, avec lésions corporelles. Les Canadiens qui se préoccupent de lutter contre la conduite avec les facultés affaiblies par l'alcool et la drogue devraient être frustrés — et je crois qu'ils le sont — par tout ce va-et-vient que nous voyons de la part du gouvernement actuel. C'est frustrant pour moi de voir les positions adoptées par libéraux à l'égard de certaines choses, mais pas à l'égard de certaines autres choses.
Un membre du caucus conservateur a proposé un projet de loi d'initiative parlementaire très solide qui comprend un certain nombre de dispositions traitant de l'alcool au volant. Ce projet de loi a, je crois, été appuyé par tous les députés à l'étape de la deuxième lecture. Puis, il a été rejeté après l'étape de l'étude en comité. Pourtant, bien des dispositions très similaires à celles de ce projet de loi ont été incluses dans le projet de loi du gouvernement, le projet de loi C-46, que le gouvernement n'a pas réussi à faire adopter avant celui sur la marijuana. Les libéraux ont dit qu'il était essentiel que les dispositions régissant l'alcool au volant soient en place au moment de la légalisation de la marijuana, alors ils ont proposé le projet de loi C-46 en même temps que le projet de loi C-45. Or, les voilà prêts à adopter le projet de loi sur la légalisation de la marijuana avant celui sur la conduite avec facultés affaiblies par les drogues ou l'alcool.
Bon nombre des mêmes dispositions ont également été proposées dans le projet de loi d'initiative parlementaire d'un conservateur. Je me souviens du discours que le secrétaire parlementaire de la ministre de la Justice a prononcé au sujet de ce projet de loi. Il ergotait sur des vétilles telles que la date d'entrée en vigueur. Les libéraux ont dit ne pas pouvoir adopter officiellement ce projet de loi contre l'alcool au volant par ce que la date d'entrée en vigueur était trop rapprochée. Ils auraient pu proposer un amendement pour modifier cela. En vérité, les libéraux souhaitaient s'attribuer le mérite pour certaines des dispositions. De plus, nous devons nous interroger sur la réponse du gouvernement à l'égard des questions entourant la conduite avec facultés affaiblies par l'alcool car il crée des conditions pour que cela soit punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.
Je vais nommer d'autres infractions: bénéficier d'un avantage matériel lié à la traite de personnes; retenir ou détruire tout document lié à la traite de personnes; enlever une personne âgée de moins de 16 ans; enlever une personne âgée de moins de 14 ans; bénéficier d'un avantage matériel provenant de la prestation de services sexuels; le mariage forcé; la polygamie; le mariage de personnes de moins de 16 ans; l'encouragement au génocide; l'incendie criminel avec intention frauduleuse; la participation aux activités d'une organisation criminelle.
Nous avons beaucoup discuté du programme féministe du gouvernement. Pourtant, en ce qui concerne certains de ces crimes, comme le mariage forcé ou la polygamie, des crimes souvent liés à des situations où de jeunes femmes font l'objet de violence, le gouvernement choisit de réduire les peines à l'intention de ceux qui commettent ce genre de crimes. C'est dommage que le gouvernement parle de régler certains de ces problèmes, puis, lorsqu'il est question de justice pénale, il juge acceptable de proposer des peines plus légères dans ce genre de cas.
Pendant le temps qu'il me reste, je vais faire quelques observations de plus au sujet du projet de loi.
On propose dans le projet de loi d'abolir la récusation péremptoire. C'est une disposition que nous souhaitons étudier, mais je pense que, même si le motif de récusation n'est pas fondé dans certains cas, nous devons veiller à ne pas supprimer une disposition s'il pouvait y avoir d'autres conséquences négatives qui n'ont pas encore faire l'objet d'un débat.
Certaines des discussions au sujet de la récusation péremptoire laissent entendre, d'une part, que le processus peut être utilisé pour mettre à l'écart un juré en fonction d'un profilage racial. Essentiellement, une personne fait l'objet d'un profilage racial et est présumée penser d'une certaine façon, et c'est pourquoi elle est mise à l'écart au moyen du processus de récusation péremptoire.
Les gens ont réfuté les critiques en déclarant que, d'un autre côté, la récusation péremptoire pourrait être utilisée contre ceux qui expriment ou qui ont exprimé un point de vue extrême ou sectaire ou qui donne une indication qu'ils en ont un. Parfois, la loi doit reconnaître les autres répercussions que l'on ne peut pas prévoir totalement.
Nous croyons que la question de la récusation péremptoire vaut vraiment la peine d'être étudiée au comité, mais j'encourage les députés, dans un esprit de prudence législative avisée, à déterminer toutes les répercussions des changements apportés à la structure du système de jury et à en tenir compte, reconnaissant que, même si cette disposition entraîne des conséquences négatives dans des situations précises, l'élimination de la récusation péremptoire pourrait aussi causer d'autres conséquences négatives imprévues.
Je tiens à parler de l'article 176. Il s'agit d'un article très important du Code criminel qui vise expressément le fait de s'en prendre à des dirigeants religieux ou de troubler des offices religieux, des gestes qui, dans bien des cas, donnent probablement lieu à des accusations de toute façon, mais pas dans tous les cas. Cet article garantit que, si une personne tente de troubler un office religieux, elle sera traitée de façon proportionnelle. Voilà ce que fait l'article 176.
Le gouvernement a déjà tenté de se débarrasser de l'article 176 et de l'effacer du Code criminel. Ses motifs étaient plutôt faibles. Selon lui, l'expression « ministre du culte » renvoyait seulement au sexe masculin et à une seule religion. De nombreuses personnes ont toutefois fait valoir que, s'il est vrai que l'expression a quelque chose d'archaïque, il ne faisait aucun doute qu'elle s'appliquait aux deux sexes et à toutes les religions.
L'article a donc été récrit. Il n'y a rien de mal à rendre les choses plus claires, mais dans ce cas-ci, personne n'a jamais vraiment douté que cet article s'appliquait de manière très large et n'excluait personne.
C'est finalement sous la pression populaire — l'opposition et de nombreux groupes de la société civile ayant tiré la sonnette d'alarme — que le gouvernement a décidé de faire marche arrière et de renoncer à supprimer l'article 176. Voilà pourtant qu'il revient sur le tapis. Cette fois-ci, le gouvernement ne veut plus le supprimer, il veut simplement en faire une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, ce qui voudrait dire une peine allégée pour les inculpés.
La même question se pose que dans le cas de la conduite avec facultés affaiblies. Le gouvernement a beau essayer de nous leurrer avec ses nombreuses volte-faces, on voit tout de suite qu'il cherche à affaiblir les lois qui protègent les institutions religieuses et la pratique de la foi. Autant il n'hésite pas à annoncer certains de ses engagements tambour battant — pensons par exemple à l'islamophobie —, autant il essaie de se défiler, et deux fois plutôt qu'une, quand une disposition du Code criminel protège concrètement les personnes qui veulent pratiquer leur foi sans craindre d'être interrompues.
Il y a tellement de choses à dire au sujet du projet de loi C-75, qui fait plus de 300 pages, que je pourrais en parler pendant des heures, mais mon temps de parole est écoulé.
Collapse
View Julie Dabrusin Profile
Lib. (ON)
View Julie Dabrusin Profile
2018-06-05 21:43 [p.20319]
Expand
Mr. Speaker, I am very happy we were addressing peremptory challenges in the bill. When I did my first jury trial, one of the most surprising things for me was how little information we had when we made these decisions about our jury. We had very basic information about the person. We do not ask questions like we see on TV and we had to make a quick judgment call, as a lawyer, as to whether that person could stay on the trial.
I believe there is more work to be done. There are also questions at the provincial level about how a jury list is selected. How does the member see these changes to peremptory challenges? How does he see it as helping to get stereotyping and those kinds of prejudicial things that we can make when we have very little information and we are looking at a person and deciding whether he or she should be on the jury?
Monsieur le Président, je suis très heureuse qu'on aborde la question des récusations péremptoires dans le projet de loi. Lorsque j'ai participé à mon premier procès devant jury, j'ai été très surprise de découvrir, entre autres, qu'on dispose de très peu de renseignements pour prendre des décisions sur le jury. On a accès à des renseignements très rudimentaires sur les jurés potentiels. On ne pose pas des questions comme on le voit à la télévision. En tant qu'avocat, il faut porter un jugement rapidement et décider si une personne peut demeurer dans le jury.
Je crois qu'il reste du travail à faire. Il reste aussi des questions auxquelles répondre à l'échelle provinciale concernant la méthode de sélection des jurés. Que pense le député des modifications aux récusations péremptoires? Comment pense-t-il qu'elles s'attaquent aux stéréotypes et aux sortes de jugements préjudiciables qu'on peut porter lorsqu'on dispose de très peu de renseignements et qu'on examine une personne afin de décider si elle devrait faire partie du jury?
Collapse
View Marco Mendicino Profile
Lib. (ON)
View Marco Mendicino Profile
2018-06-05 21:43 [p.20319]
Expand
Mr. Speaker, I want to thank my hon. colleague for all of her work in this area. I know she was a member of the legal profession prior to her taking office. I always invite and welcome her thoughts and her input on this. However, perhaps one of the most important things she has mentioned is the notion that the problem about the chronic under-representation of indigenous peoples and marginalized peoples on our juries far predate our time in office.
There have been reports that go back as far as when Senator Sinclair was a judge in Manitoba. More recent, retired Supreme Court of Canada Justice Frank Iacobucci submitted a report in 2013 to the Attorney General of Ontario in which it was well-documented that much work needed to be done, including taking a close look at the use of peremptory challenge.
Bill C-75 would enhance the accountability and transparency around the methods by which the parties would contribute to the selection of juries. It would require them to provide a reason. In other words, it would open up that box of thinking that currently is able to be exercised without any review, without any comment from the courts.
We are confident that by doing this, we will see more individuals step forward and contribute to juries that are composed of and are reflective of the diversity of our communities, and that is a very positive thing.
Monsieur le Président, je tiens à remercier ma collègue pour l'ensemble de son travail dans ce domaine. Je sais qu'elle était juriste avant d'être élue. J'aime toujours connaître son opinion sur ce point. Cependant, peut-être que l'une des choses les plus importantes qu'elle ait mentionnées est la notion que le problème de sous-représentation chronique des Autochtones et des personnes marginalisées au sein de nos jurys remonte à bien plus loin que notre élection.
Il y a des rapports qui remontent aussi loin qu'à l'époque où le sénateur Sinclair était juge au Manitoba. Plus récemment, en 2013, le juge à la retraite de la Cour suprême du Canada, Frank Iacobucci, a présenté un rapport au procureur général de l'Ontario dans lequel il démontrait qu'il y avait encore fort à faire, notamment examiner de près le recours à la récusation péremptoire.
Le projet de loi C-75 rehausserait la responsabilité et la transparence entourant les méthodes par lesquelles les partis contribueraient à la sélection de jurys. Il leur faudrait donner une raison. Autrement dit, cela donnerait la possibilité de changer la façon de fonctionner actuelle, qui consiste à faire la sélection sans examen, sans commentaire de la part des tribunaux.
Nous estimons que, ce faisant, nous verrons plus de personnes participer volontairement aux jurys, dont la composition reflète la diversité de nos collectivités, et c'est une chose très positive.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2018-06-05 22:07 [p.20323]
Expand
Mr. Speaker, I have concerns about parts of this bill, but I see much in it that is welcome and important.
Does my hon. friend from Bow River not agree that doing away with peremptory challenges would help create fairer juries for the accused? I do not know if he has any thoughts on the Colten Boushie case, but we do need to do better in this country in having juries that are able to fairly assess a criminally accused.
I do not want to comment on a particular case, but clearly this is an important reform.
Monsieur le Président, certains aspects de ce projet de loi me préoccupent, mais ce dernier renferme à mon avis des éléments utiles et importants.
Mon collègue de Bow River ne pense-t-il pas que l'abolition de la récusation péremptoire permettrait d'en arriver à des jurys plus justes pour les accusés? Je ne sais pas ce qu'il pense de l'affaire Colten Boushie, mais, à mon avis, nous devons faire mieux au Canada pour ce qui est de constituer des jurys en mesure d'évaluer correctement une personne accusée au criminel.
Je n'ai pas l'intention de faire des commentaires à propos d'une affaire en particulier, mais il est clair qu'il s'agit d'un changement important.
Collapse
View Martin Shields Profile
CPC (AB)
View Martin Shields Profile
2018-06-05 22:07 [p.20323]
Expand
Mr. Speaker, the member said she would not respond to a specific case, so I will not either.
As with my colleagues in the legal profession, I do believe we have a tremendous legal profession. I trust the process they have used in choosing how it works. They have a tremendous responsibility on their hands. I believe in both the defence and the prosecutor, and the system they have. It should be a process they use, and historically it has worked. I want to leave it there. It is not for me to step into that one.
Monsieur le Président, la députée a dit qu'elle ne s'attarderait pas à une affaire en particulier, alors je ne le ferai pas non plus.
Je pense que nous avons d'excellents juristes. J'ai confiance dans le processus qu'ils ont utilisé pour prendre des décisions sur le fonctionnement de la profession. Ils ont une très grande responsabilité. Je crois en la défense et en la poursuite et en leur fonctionnement. Ce devrait être un procédé qu'ils utilisent, un procédé qui a toujours fonctionné. Je vais en rester là. Ce n'est pas à moi d'approfondir ce sujet.
Collapse
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2018-06-05 23:33 [p.20335]
Expand
Madam Speaker, I would like to ask the member what he thinks about the jury selection items in the bill.
First, I want to make a comment. I want to make sure that the public is aware, and I am a layperson, too. There seems to be some indication that some people think that this would reduce the maximum sentences. There is nothing in this bill that reduces maximum sentences. The judges still have access to all the same maximum sentences, and they still have access to indictment. In fact, certain summary offence penalties have actually increased.
My question is related to jury selection. Peremptory challenges are proposed to be removed. For the person in the street, a peremptory challenge means that when people line up to be jurors, the defence lawyer or the prosecutor can say, “Oh, I don't like that one” and throw them out for no reason at all. Does that sound like natural justice? This has been an issue for decades. It is being removed, and that could actually be used to increase diversity.
Also in the bill is that judges can stand aside certain jurors to obtain diversity, and they can decide on challenges for cause, to make sure that if the defence or the prosecutor is suggesting that someone leave for a certain cause, the judge can decide on that.
I think these are improvements, but I would like to hear the member's thoughts on these proposed changes.
Madame la Présidente, j'aimerais savoir ce que pense le député des dispositions du projet de loi relatives à la sélection des jurés.
Mais tout d'abord, je veux faire une observation. Je veux communiquer une chose aux gens du public qui sont profanes comme moi. Certains semblent penser que le projet de loi réduirait les peines maximales. Or, rien dans le projet de loi ne vise à réduire les peines maximales. Les juges ont toujours la possibilité d'imposer les mêmes peines maximales et de procéder par mise en accusation. En fait, les peines pour certaines infractions punissables par voie de procédure sommaire sont maintenant plus sévères.
Ma question porte sur la sélection des jurés. On propose de supprimer les récusations péremptoires. Pour les gens ordinaires, les récusations péremptoires permettent à l'avocat de la défense ou de la Couronne de rejeter un juré sans raison aucune. Est-ce conforme à la justice naturelle? Les récusations péremptoires causent des problèmes depuis des décennies. On les élimine, ce qui pourrait faire accroître la diversité.
Par ailleurs, le projet de loi prévoit que le juge peut retenir certains jurés afin d'assurer une certaine diversité. Le juge peut aussi choisir d'imposer les récusations motivées et d'exiger que l'avocat de la défense ou de la Couronne fournisse des motifs pour écarter un juré.
Selon moi, il s'agit d'améliorations, mais j'aimerais entendre le point de vue du député sur les modifications proposées.
Collapse
View Tom Kmiec Profile
CPC (AB)
View Tom Kmiec Profile
2018-06-05 23:34 [p.20335]
Expand
Mr. Speaker, I thoroughly enjoyed my time with the member for Yukon at the procedure and House affairs committee. I hope it will be very short from now until the end of June. That is my hope, and I am sure it is the member's hope as well.
On peremptory challenges, the member makes an interesting point that it is an attempt to get more diversity in our jury system. Diversity is important, but I always try to go back to the fact that people should be tried by a jury of their peers, as much as possible. When people are accused of a crime, the entire weight of the judicial system is standing against them. They truly are in an unfortunate position. If they have committed the crime, it will hopefully end with a just sentence being applied to them, a just outcome of the court trial. Diversity is important, but I do not think we can lose track of the fact that our goal should be achieving a trial where people are facing their peers and are able to know that their peers will understand where they are coming from, understand their particular situation.
How diversity plays into that is an interesting point. I have read portions of the bill, but I am not certain that the government has struck the right balance in it.
Monsieur le Président, j'ai beaucoup aimé le temps que j'ai passé avec le député du Yukon au comité de la procédure et des affaires de la Chambre. J'espère que les réunions seront brèves jusqu'à la fin de juin. C'est là mon espoir, et je suis sûr que c'est aussi celui du député.
En ce qui concerne la question des récusations péremptoires, le député aborde un point intéressant, c'est-à-dire l'objectif d'accroître la diversité dans les jurys. La diversité est un volet important, mais j'essaie toujours de retourner au fait que les gens devraient comparaître devant un jury formé de leurs pairs le plus possible. Lorsqu'une personne est accusée d'un crime, tout le poids du système judiciaire s'oppose à elle. Elle se trouve dans une position véritablement fâcheuse. Si elle a commis un crime, elle recevra, espérons-le, une peine juste. Ce serait le résultat approprié d'un procès. La diversité est importante, mais je ne pense pas que nous devons perdre de vue le grand objectif: mettre en place un procès où la personne est jugée par ses pairs parce qu'elle sait qu'ils comprendront son contexte, sa situation particulière.
Il est intéressant de s'attarder au rôle de la diversité dans cette question. J'ai lu des parties du projet de loi, mais je ne suis pas certain que le gouvernement a atteint le bon équilibre dans ce cas-ci.
Collapse
View Vance Badawey Profile
Lib. (ON)
View Vance Badawey Profile
2018-06-05 23:51 [p.20337]
Expand
Madam Speaker, I am pleased to have the opportunity to participate in today's debate on Bill C-75 and to address more specifically those reforms that deal with juries. Hopefully, the comments I will make will answer some of the questions by the members opposite that my colleagues have been answering for the last little.
Juries are a cornerstone of our criminal justice system and are guaranteed as a right under the Canadian Charter of Rights and Freedoms for offences carrying a maximum penalty of five years or more under section 11(f). For some offences, such as murder and terrorism, there is a presumption that the accused will be tried by a judge and jury, and for other offences, such as robbery and sexual assault, an accused can elect to be tried by a judge alone or judge and jury.
Canada is a diverse country, underlined by a core value of respect. We should not expect anything less of our juries. The Supreme Court of Canada has noted that the jury acts as the conscience of the community and must in fact be a representative cross-section of society, and be honestly and fairly chosen.
The Supreme Court of Canada has also made it clear that a process that promotes a diverse jury furthers the confidence of the community, including the accused, victims, and the public at large, in the administration of justice. We know there is discrimination in our criminal justice system and, as a result, certain communities have different experiences in the system.
We know that we have to do better to address the problems that plague our system and have contributed to high rates of incarceration among indigenous persons and those suffering from mental health challenges or battling addictions. We also know that if the challenges are left unaddressed, confidence in the system will continue to be eroded. That is why the proposed jury reforms included in Bill C-75 are so important.
Canada's jury selection process has long been the subject of concern. Several reports have documented discrimination in the use of peremptory challenges. There is also a clear record of under-representation of indigenous persons and other minority groups on Canadian juries. Bill C-75 seeks to address these concerns through reforms to the in-court jury selection process, recognizing that laws governing jury selection exist at both the federal and provincial-territorial levels.
For example, Parliament has jurisdiction over the criminal law, including the rules in the Criminal Code governing jury trials and in-court jury selection, whereas the provinces and territories are responsible for legislation that governs matters such as the criteria of who may serve as a juror and the process by which the jury roll is prepared and compiled.
Bill C-75 respects the division of powers over juries and proposes to abolish peremptory challenges and give judges a greater role in the jury selection process. As many are likely aware, peremptory challenges give both the crown and defence counsel the ability to exclude potential jurors from participating in jury duty without having to provide a reason. Senator Murray Sinclair, in his earlier work on the 1991 report on the Manitoba aboriginal justice inquiry, documented the discriminatory use of peremptory challenges and recommended that they be abolished.
More recently, retired Supreme Court Justice Frank Iacobucci, in his 2013 report on first nation representation on Ontario juries, recommended that consideration be given to amending the Criminal Code to prohibit the discriminatory use of peremptory challenges. Similar calls for reform have been made by legal experts and advocacy groups, such as Aboriginal Legal Services of Toronto.
Abolishing peremptory challenges would settle the concern that this aspect of the jury selection process may be used to discriminate unfairly against potential jurors and would strengthen public confidence in the jury selection process.
The proposed amendments will signal that discrimination of any kind, including through the use of peremptory challenges based on a hunch or based the way a potential juror looks at an accused, has no meaningful role in promoting fairness and impartiality in the criminal justice process.
I strongly support this proposed change and note that Canada will join countries like England, Scotland, and Northern Ireland, which have also abolished peremptory challenges.
This bill would also amend the “stand aside” provision, which currently permits a judge to stand aside jurors for reasons of personal hardship or any other reasonable cause. This tool helps to ensure that potential jurors are impartial and capable of performing their duties if they are selected. Amendments will clarify that a judge can stand aside a juror to maintain public confidence in the administration of justice, a concept that is already used in other parts of the Criminal Code, and has been interpreted by the Supreme Court of Canada in R. v. St-Cloud, 2015, in the context of bail.
The use of this power would be context-specific, approached from the perspective of a properly informed public that understands the legislative provisions of the code, charter values, and the circumstances of any given case, and recognizes the important role judges can play in promoting a jury that is impartial, representative, and competent.
Bill C-75 would also modernize and streamline the challenge for cause process, including by empowering judges to decide all challenges for cause. The challenge for cause process is frequently used in jury trials as an important aspect of jury selection because it seeks to ensure that only eligible and impartial jurors are selected to try a case.
The proposed reforms address some long-standing concerns with the jury selection process in Canada and will help to increase the diversity of juries, while respecting the rights of the accused, maintaining public safety, and creating a criminal justice system that is fair, efficient, and equitable for all Canadians. I urge all members to support this legislation.
Madame la Présidente, je suis heureux d'avoir l'occasion de participer au débat d'aujourd'hui sur le projet de loi C-75 et d'aborder en particulier les réformes qui touchent aux jurys. J'espère que mes commentaires répondront à certaines des questions des députés d'en face auxquelles mes collègues répondent depuis un petit moment.
Les jurys représentent une pierre angulaire de notre système de justice pénale et, conformément à l'alinéa 11f), ils sont un droit garanti par la Charte canadienne des droits et libertés aux personnes accusées d'infractions passibles d'une peine maximale de cinq ans ou plus. Dans le cas de certaines infractions, comme le meurtre et le terrorisme, on présume que l'accusé sera jugé par un juge et un jury. En ce qui concerne d'autres infractions, comme le vol qualifié et l'agression sexuelle, un accusé peut choisir d'être jugé uniquement par un juge ou par un juge et un jury.
Le Canada est un pays diversifié qui repose sur une valeur fondamentale, à savoir le respect. Nous ne devrions pas en attendre moins des jurys. La Cour suprême du Canada a souligné que le jury agit comme la conscience de la collectivité et doit refléter fidèlement la société. Ses membres doivent être choisis de façon juste et honnête.
La Cour suprême du Canada a aussi dit très clairement qu'un processus qui promeut la diversité du jury augmente la confiance de la société, notamment de l'accusé, des victimes et du grand public, en l'administration de la justice. Nous savons qu'il y a de la discrimination dans notre système de justice pénale et que, en conséquence, certains groupes ont des expériences différentes du système.
Nous savons que nous devons mieux régler les problèmes qui assaillent notre système et qui ont contribué aux taux élevés d'incarcération des personnes autochtones et de ceux qui souffrent de problèmes de santé mentale ou qui luttent contre des dépendances. Nous savons également que si les problèmes ne sont pas réglés, la confiance dans le système continuera à se dégrader. Voilà pourquoi les réformes du jury proposées dans le projet de loi C-75 sont si importantes.
Au Canada, le processus de sélection des jurés est depuis longtemps une source de préoccupations. Plusieurs rapports ont documenté la discrimination associée aux récusations péremptoires. Il y a aussi une sous-représentation manifeste des personnes autochtones et d'autres groupes minoritaires dans les jurys canadiens. Le projet de loi C-75 cherche à répondre à ces préoccupations grâce à des réformes du processus de sélection des jurés en cour, tout en reconnaissant que des lois régissant la sélection des membres du jury existent aux échelons fédéral, provincial et territorial.
À titre d'exemple, le Parlement a compétence en matière pénale, notamment les règles du Code criminel qui régissent les procès devant un jury et la sélection en cour du jury, tandis que les provinces et les territoires sont responsables des lois qui régissent les questions comme les critères pour être un juré et le processus par lequel la liste des jurés est préparée et compilée.
Le projet de loi C-75 respecte le partage des pouvoirs sur les jurys et propose d'abolir la récusation péremptoire et de donner aux juges un plus grand rôle dans la sélection des jurés. Comme beaucoup de gens le savent probablement, la récusation péremptoire permet à la fois à la Couronne et à l'avocat de la défense d'exclure des jurés potentiels de la fonction de juré sans devoir en donner la raison. Le sénateur Murray Sinclair, dans le travail qu'il a fait plus tôt sur le rapport de 1991 sur l'enquête sur la justice autochtone au Manitoba, a documenté le recours discriminatoire à la récusation péremptoire et a recommandé son abolition.
Plus récemment, le juge à la retraite Frank Iacobucci, dans le rapport qu'il a publié en 2013 sur la représentation des Premières Nations dans les jurys en Ontario, a recommandé qu'on étudie la possibilité de modifier le Code criminel afin d'interdire le recours discriminatoire à la récusation péremptoire. Des demandes de réforme semblables ont été faites par des légistes et des groupes de défense de droits, dont les Aboriginal Legal Services of Toronto.
L'abolition de la récusation péremptoire permettrait de remédier à la crainte que cet élément du processus de sélection des jurés puisse être utilisé pour traiter injustement des jurés potentiels et accroîtrait la confiance de la population dans le processus de sélection des jurés.
Les modifications proposées indiquent que la discrimination, sous toutes ses formes, y compris par le recours à la récusation péremptoire fondé sur une intuition ou sur la façon dont un candidat juré regarde un accusé, n'a pas sa place dans un système de justice pénale juste et impartial.
Je suis vivement d'accord avec cette modification. Je tiens d'ailleurs à mentionner que le Canada joindrait les rangs de pays qui ont déjà aboli la récusation péremptoire, comme l'Angleterre, l'Écosse et l'Irlande du Nord.
Ce projet de loi modifierait en outre la disposition de « mise à l'écart », qui permet à l'heure actuelle au juge de mettre un juré à l'écart pour toute raison valable, y compris un inconvénient personnel sérieux. Cette disposition permet de veiller à ce que les jurés retenus soient impartiaux et en mesure d'accomplir leur devoir. Les modifications précisent qu'un juge peut ordonner qu'un juré se tienne à l'écart pour maintenir la confiance du public envers l'administration de la justice, une notion qui figure déjà dans d'autres parties du Code criminel et a été interprétée par la Cour suprême du Canada, dans l'affaire R. c. St-Cloud, en 2015, dans le contexte de la mise en liberté sous caution.
L'utilisation de ce pouvoir doit reposer sur le contexte et être guidée par le point de vue d'un public bien informé, qui comprend les dispositions législatives du Code, les valeurs consacrées par la Charte ainsi que les circonstances de l'affaire en question. Elle tient en outre compte du rôle important que peuvent jouer les juges pour ce qui est de favoriser la constitution d'un jury impartial, représentatif et compétent.
Le projet de loi C-75 permettrait également de moderniser et de simplifier le processus de récusation motivée de jurés, notamment en donnant au juge le pouvoir de déterminer dans tous les cas si le motif est fondé. Ce processus est souvent employé dans les procès devant jury. Il représente un aspect important de la sélection des jurés, car il vise à faire en sorte que seuls des jurés admissibles et impartiaux soient retenus.
Les changements proposés abordent des préoccupations de longue date relativement au processus de sélection des jurés au Canada et vont contribuer à accroître la diversité des jurys tout en respectant les droits des accusés, en assurant la sécurité du public et en créant un système de justice pénale juste, efficace et équitable pour tous les Canadiens. J'engage vivement tous les députés à appuyer cette mesure législative.
Collapse
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
View Jody Wilson-Raybould Profile
2018-05-24 15:16 [p.19602]
Expand
moved that Bill C-75, An Act to amend the Criminal Code, the Youth Criminal Justice Act and other Acts and to make consequential amendments to other Acts, be read the second time and referred to a committee.
She said: Mr. Speaker, I am proud to rise today to speak to Bill C-75, an act to amend the Criminal Code, the Youth Criminal Justice Act and other acts and to make consequential amendments to other acts. The legislation represents a key milestone in our government's commitment to modernize the criminal justice system, reduce delays, and ensure the safety of Canadians.
For more than a decade, the criminal justice system has been under significant strain. Although the crime rate in Canada has been declining, court cases are more complex, trials are getting longer, and the impacts on victims are compounded. In addition, indigenous people and marginalized Canadians, including those suffering from mental illness and addictions, continue to be overrepresented in the criminal justice system. For these reasons, I was mandated by the Prime Minister to reform the criminal justice system, and it is why I was proud to introduce this legislation as part of our government's response to those fundamental challenges.
Bill C-75 also responds to the Supreme Court of Canada's decision in 2016 in R. v. Jordan. The decision established strict timelines beyond which delays would be presumptively unreasonable and cases would be stayed. In such cases, the accused will not stand trial. This is unacceptable, and it jeopardizes public confidence in the justice system.
The bill also addresses issues raised in the June 2017 report of the Standing Senate Committee on Legal and Constitutional Affairs, which called on the government to address court delays, and it reflects our government's commitment to bring about urgent and bold reforms, many of which were identified as priorities by all provincial and territorial justice ministers in April and September of last year.
The bill proposes reforms in seven key areas. First, the bill would modernize and streamline the bail system. Second, it would enhance our approach to addressing administration of justice offences, including for youth. Third, it would bolster our response to intimate partner violence. Fourth, the bill would restrict the availability of preliminary inquiries to offences with penalties of life imprisonment. Fifth, it would reclassify offences to allow the crown to elect the most efficient procedure appropriate in the circumstances. Sixth, it would improve the jury selection process. Seventh, it would strengthen the case management powers of judges. The bill includes a number of additional reforms related to efficiencies, which I will touch on briefly later.
As noted, the first area of reform would modernize and streamline the bail regime. Under the charter, an accused person is presumed innocent until proven guilty. If charged with an offence, that person has the right not to be denied bail without just cause. The Supreme Court of Canada has repeatedly stated that bail, including the types of release and conditions imposed, must be reasonable, yet we know that police and courts routinely impose conditions that are too numerous, too restrictive, and at times directed toward improper objectives, such as behaviour and punishment. These objectives do not protect public safety.
We also know that there are more individuals in remand than those convicted of a crime. In other words, our correctional facilities are more than half-filled with people who have not been convicted of an offence.
In addition, the current approach to bail uses a disproportionate amount of resources, taking away from more serious cases. It perpetuates a cycle of incarceration.
Consistent with the 2017 Supreme Court of Canada decision in R. v. Antic, the proposed bail reforms would codify a principle of restraint. This would direct police and judges to consider the least restrictive and most appropriate means of responding to criminal charges at the bail stage rather than automatically detaining an accused. The individual circumstances of an indigenous accused and a vulnerable accused, such as a homeless person or one with mental illness and addiction issues, would become required considerations when making bail decisions. This means that an accused's circumstances would have to be considered prior to placing conditions upon them that were difficult or impossible to follow.
The principle of restraint would make bail courts more efficient by encouraging release at the earliest possible opportunity, without the need for a bail hearing in every case, and would take significant steps to reduce costs associated with the growing remand population currently detained in custody awaiting trial.
The bill would also strengthen the way our bail system responds to intimate partner violence by providing better protection for victims. If an accused has a history of violence against an intimate partner and is charged with similar conduct, the amendments would impose a reverse onus at the bail hearing, shifting the responsibility to the accused to show why the accused should not be detained pending trial.
I will now turn to the second area of reform proposed in Bill C-75, which is to enhance the way our justice system responds to administration of justice offences. These are offences that are committed by a person against the justice system itself after another offence has already been committed or alleged. Common examples are failure to comply with bail conditions, such as to abstain from consuming alcohol; failure to appear in court; or breaching a curfew.
Across Canada, accused people are routinely burdened with complex and unnecessary bail conditions that are unrelated to public safety and that may even be impossible to follow, such as when a curfew is broken by an accused because he or she missed the bus in a remote area. In other words, accused people are being placed in circumstances in which a breach is virtually inevitable. We are setting them up to fail.
Indigenous people and marginalized Canadians are disproportionately impacted by breach charges, often because of their personal circumstances, such as a lack of family and community supports. As a result, indigenous people and marginalized Canadians are more likely to be charged, more likely to be denied bail, and if released, more likely to be subject to stricter conditions.
In addition, administration of justice offences impose an enormous burden on the criminal justice system, as nearly 40% of all adult cases involve at least one of these administrative charges. To respond to these challenges, Bill C-75 proposes a new approach. Police would retain the option to lay a new charge for the breach or failure to appear where appropriate. However, if the offence did not involve physical or emotional harm to a victim, property damage, or economic loss, the police would have an additional option of referring the accused to a judicial referral hearing. This would be an entirely new tool that would serve as an alternative to an unnecessary criminal charge and that would substantially increase court efficiencies without impacting public safety.
In the youth context, these proposals would encourage police to first consider the use of informal measures, as already directed by the Youth Criminal Justice Act, such as warnings, cautions, and referrals, and would require that conditions imposed on young persons be reasonable and necessary. This aligns with the overall philosophy of the act, which is to prevent our youth from entering a life of crime, in part by providing alternatives to formal criminal charges and custody.
At the judicial referral hearing, a court would hear the bail conditions and have three options: release the accused on the same conditions, impose new conditions to better address the specific circumstances of the accused, or detain the accused. This approach would allow for alternative and early resolution of minor breaches and would ensure that only reasonable and necessary conditions were imposed. This is a more efficient alternative to laying a new criminal charge and would help prevent indigenous persons and marginalized Canadians from entering the revolving door of the criminal justice system.
The third area of reform in Bill C-75 is with respect to intimate partner violence. In 2015, Canadians elected our government on a promise to give more support to survivors of domestic violence, sexual assault, and sexual harassment and to ensure that more perpetrators were brought to justice. I am proud to follow through on this commitment within this bill.
As I already noted, those accused of repeat offences involving violence against an intimate partner would be subject to a reverse onus at the bail stage. In addition, the bill does the following: (1) proposes a higher sentencing range for repeat offences involving intimate partner violence; (2) broadens the definition of “intimate partner” to include dating partners and former partners; (3) provides that strangulation is an elevated form of assault; and (4) explicitly specifies that evidence of intimate partner abuse is an aggravating factor for sentencing purposes.
Intimate partner violence is a reality for at least one in two women in Canada. Women who are indigenous, trans, elderly, new to Canada, or living with a disability are at increased risk for experiencing violence due to systemic barriers and failures. The personal and often lifelong consequences of violence against women are enormous.
The fourth area of reforms is to increase court efficiencies by limiting the availability of preliminary inquiries. Preliminary inquiries are an optional process used to determine whether there is enough evidence to send an accused to trial. Bill C-75 would limit their availability to accused adults charged with very serious offences punishable by life imprisonment, such as murder and kidnapping.
I recognize this represents a significant change. It is not a change we propose lightly. It is the product of an in-depth consultation process with my counterparts in the provinces and territories and with the courts, and it is based on the best available evidence. For instance, we know in 2015-2016, provincial court cases involving preliminary inquiries took more than four times longer to reach a decision than cases with no preliminary inquiry.
It is important to note that there is no constitutional right to a preliminary inquiry, and one is not necessary for a fair trial so long as the crown satisfies its disclosure requirements. In the Jordan decision, the Supreme Court of Canada asked Parliament to take a fresh look at current processes and reconsider the value of preliminary inquiries in light of the broad disclosure rules that exist today. The Standing Senate Committee on Legal and Constitutional Affairs also recommended that they be restricted or eliminated.
The proposed measures would reduce the number preliminary of inquiries by approximately 87%, ensure they are still available for the more complex and serious offences, help unclog the courts, and reduce burdens on witnesses and victims from having to testify twice, once at a preliminary inquiry and once at trial. For example, this measure would eliminate the need for a vulnerable witness in a sexual assault or child sexual assault trial from having to testify twice.
I am confident these reforms would not reduce trial fairness, that prosecutors would continue to take their disclosure obligations seriously, that our courts would continue to uphold the right to make full answer and defence, and that there would remain flexibility in existing processes, such as out-of-court discoveries, that have been implemented in some provinces already—for example, in Quebec and Ontario.
I will now turn to the fifth major area of reform proposed in Bill C-75, which is the reclassification of offences. The Criminal Code classifies offences as summary conviction, indictable, or hybrid. Hybrid offences may proceed as either a summary conviction or as an indictable offence. That choice is made by the prosecutor after considering the facts and circumstances of the case. The bill would hybridize 136 indictable offences and standardize the default maximum penalty for summary conviction offences in the Criminal Code to two years less a day.
These proposals would neither interfere with the court's ability to impose proportionate sentences nor change the existing maximum penalties for indictable offences. What Bill C-75 proposes is to provide more flexibility to prosecutors to proceed summarily in provincial court for less serious cases. This would allow for matters to proceed more quickly and for superior courts to focus on the most serious matters, resulting in an overall boost in efficiency in the system.
Let me clear: this reform is in no way intended to send a message that offences being hybridized are less serious or should be subjected to lower sentences. Rather, it is about granting greater discretion to our prosecutors to choose the most efficient and appropriate procedure, having regard to the unique circumstances before them. Serious offences would continue to be treated seriously and milder offences would take up less court time, while still carrying the gravity of a criminal charge.
A sixth area of proposed reforms in Bill C-75 is with respect to jury selection.
Discrimination in the selection of juries has been well documented for many years. Concerns about discrimination in peremptory challenges and its impact on indigenous peoples being represented on juries was raised back in 1991 by Senator Murray Sinclair, then a judge, in the Manitoba aboriginal justice inquiry report. That report, now over 25 years old, explicitly called for the repeal of peremptory challenges. More recently, retired Supreme Court Justice Frank Iacobucci addressed these issues in his 2013 report on first nations representation on Ontario juries.
Reforms in this area are long overdue. Peremptory challenges give the accused and the crown the ability to exclude jurors without providing a reason. In practice, this can and has led to their use in a discriminatory manner to ensure a jury of a particular composition. This bill proposes that Canada join countries like England, Scotland, and Northern Ireland in abolishing them.
To bring more fairness and transparency to the process, the legislation would also empower a judge to decide whether to exclude jurors challenged for cause by either the defence or prosecution. The legislation will strengthen the power of judges to stand aside some jurors in order to make room for a more diverse jury that will in turn promote confidence in the administration of justice. Courts are already familiar with the concept of exercising their powers for this purpose.
I am confident that the reforms will make the jury selection process more transparent, promote fairness and impartiality, improve the overall efficiency of our jury trials, and foster public confidence in the criminal justice system.
The seventh area of reforms will strengthen judicial case management. As the Supreme Court of Canada noted in its 2017 decision in Cody, judges are uniquely positioned to encourage and foster culture change. I completely agree. Judges are already engaged in managing cases and ensuring that they proceed promptly and fairly through the existing authorities in the Criminal Code, as well as provincial court rules. These reforms would bolster these powers—for instance, by allowing case management judges to be appointed at the earliest point in the proceeding.
In addition to the major reforms I have noted thus far, Bill C-75 will make technical amendments to further support efficiencies, such as by facilitating remote technology and consolidating and clarifying the Attorney General of Canada's power to prosecute.
Finally, the bill will make better use of limited parliamentary time by including three justice bills currently before Parliament: Bill C-28, Bill C-38, and Bill C-39.
In closing, Bill C-75 proposes meaningful reforms that will speed up criminal court proceedings and improve the safety of our communities while also taking steps to address the overrepresentation of indigenous peoples and marginalized Canadians in the criminal justice system.
Our criminal justice system must be fair, equitable, and just. Victims, families, accused, and all participants in the justice system deserve no less. I urge all members of this House to support this important piece of legislation.
propose que le projet de loi C-75, Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et d'autres lois et apportant des modifications corrélatives à certaines lois, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur le Président, je suis fière de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-75, Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et d'autres lois et apportant des modifications corrélatives à certaines lois. Ce projet de loi représente un jalon important en vue d'honorer la promesse du gouvernement de moderniser le système de justice pénale, de réduire les délais et d'assurer la sécurité des Canadiens.
Depuis plus d'une décennie, le système de justice pénale est considérablement surmené. Bien que le taux de criminalité au Canada soit à la baisse, les cas judiciaires sont plus complexes, les procès prennent de plus en plus de temps et les incidences pour les victimes n'en sont que pires. En outre, les Autochtones et les Canadiens marginalisés, y compris ceux qui souffrent de maladie mentale et de dépendance, continuent d'être surreprésentés dans le système de justice pénale. Pour ces raisons, j'ai reçu de la part du premier ministre le mandat de réformer le système de justice pénale, et c'est pourquoi je suis fière d'avoir présenté le projet de loi dans le cadre de la réponse du gouvernement à ces défis fondamentaux.
Le projet de loi C-75 fait également suite à la décision rendue par la Cour suprême du Canada en 2016 dans l'affaire R. c. Jordan. La décision a établi des délais stricts au-delà desquels les délais seraient présumés déraisonnables et les affaires seraient suspendues. Dans une telle éventualité, l'accusé n'aurait pas à subir de procès. Cette situation est inacceptable et elle met en péril la confiance du public dans le système judiciaire.
Le projet de loi aborde également les questions soulevées dans le rapport de juin 2017 du Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles, qui demandait au gouvernement de remédier aux retards judiciaires. De plus, il reflète l'engagement de notre gouvernement à apporter des réformes urgentes et audacieuses, dont bon nombre ont été identifiées comme des priorités par tous les ministres provinciaux et territoriaux de la Justice, en avril et septembre de l'année dernière.
Le projet de loi propose des réformes dans sept domaines clés. Premièrement, il permettra de moderniser et de rationaliser le système de mise en liberté sous caution. Deuxièmement, il améliorera notre approche à l'égard des infractions contre l'administration de la justice, y compris celles commises par les jeunes. Troisièmement, il renforcera notre réponse à la violence conjugale. Quatrièmement, le projet de loi limitera la tenue d'une enquête préliminaire aux infractions passibles de peines d'emprisonnement à perpétuité. Cinquièmement, il permettra de reclasser les infractions afin de permettre à la Couronne de choisir la procédure la plus efficace et la plus appropriée dans les circonstances. Sixièmement, il améliorera le processus de sélection du jury. Septièmement, il renforcera les pouvoirs des juges de gérer les affaires. Le projet de loi comprend un certain nombre d'autres réformes liées aux gains d'efficience, dont je parlerai brièvement plus tard.
Comme je l'ai indiqué, les premières réformes porteraient sur la modernisation et la rationalisation du système de mise en liberté sous caution. Conformément à la Charte, toute personne inculpée est présumée innocente tant qu'elle n'a pas été trouvée coupable. Toute personne inculpée a le droit de ne pas être privée sans juste cause d'une mise en liberté sous caution. La Cour suprême du Canada a déterminé à maintes reprises que la mise en liberté sous caution, y compris les divers types de libération et de conditions imposés, doivt être raisonnable. Or, on sait que la police et les tribunaux imposent souvent des conditions trop nombreuses, trop restrictives et visant parfois des objectifs inappropriés, notamment un changement de comportement et le châtiment.
Nous savons aussi qu'il y a plus de personnes en détention provisoire que de personnes reconnues coupables d'un crime. Autrement dit, nos établissements correctionnels sont à moitié remplis de gens qui n'ont pas été reconnus coupables d'une infraction.
De plus, l'approche actuelle en matière de mise en liberté sous caution utilise une quantité disproportionnée de ressources, qui pourraient se concentrer sur des cas plus graves. Elle perpétue un cycle d'incarcération.
Conformément à la décision rendue par la Cour suprême du Canada en 2017 dans l'affaire R. c. Antic, les réformes proposées en matière de cautionnement codifieront un principe de retenue. Cela incitera la police et les juges à envisager les moyens les moins restrictifs et les plus appropriés pour répondre aux accusations criminelles à l'étape de la mise en liberté sous caution plutôt que de détenir automatiquement un accusé. La situation individuelle d'un accusé autochtone et d'un accusé vulnérable, comme une personne sans abri ou ayant des problèmes de santé mentale et de toxicomanie, devra être prise en compte dans les décisions relatives à la mise en liberté sous caution. Cela signifie qu'il faudra tenir compte de la situation de l'accusé avant de lui imposer des conditions difficiles ou impossibles à respecter.
Le principe de retenue rendra les tribunaux de libération sous caution plus efficaces en encourageant la remise en liberté le plus tôt possible, sans qu'il soit nécessaire de tenir une enquête sur le cautionnement dans chaque cas. De plus, il donnera lieu à la prise de mesures importantes pour réduire les coûts associés à l'augmentation de la population en détention provisoire actuellement en attente de procès.
Le projet de loi viendrait également renforcer la façon dont le système de libération sous caution traite la violence entre les partenaires intimes en offrant des protections supplémentaires aux victimes. Si une personne a déjà commis des actes de violence à l'endroit d'un partenaire intime et qu'elle est de nouveau accusée de tels actes, les modifications proposées prévoient que le fardeau de la preuve serait renversé au moment de l'enquête sur le cautionnement et qu'il reviendrait à l'accusé de démontrer qu'il peut être mis en liberté en attendant son procès.
Je vais maintenant aborder la deuxième partie des réformes proposées dans le projet de loi C-75, celles qui concernent l'amélioration de la réponse du système de justice aux infractions contre l'administration de la justice. Il s'agit d'infractions commises à l'endroit même du système de justice après qu'une autre infraction a ou aurait été commise. Les exemples les plus fréquents comprennent l'omission de respecter des conditions de mise en liberté sous caution, comme celle de s'abstenir de consommer de l'alcool, le défaut de se présenter devant le tribunal ou le non-respect d'un couvre-feu.
Partout au Canada, des accusés se voient imposer des conditions de mise en liberté sous caution complexes et inutiles qui n'ont rien à voir avec la sécurité publique et qui peuvent même être impossibles à respecter, comme lorsqu'un accusé en région éloignée ne respecte pas un couvre-feu parce qu'il a raté l'autobus. En d'autres termes, des gens se retrouvent dans des situations où il leur est pratiquement impossible de respecter les conditions. Nous créons les conditions pour qu'ils échouent.
Les Autochtones et les personnes marginalisées commettent de manière disproportionnée des infractions aux conditions, souvent en raison de leur situation personnelle, telle qu’un manque d’appui de leur famille et de la collectivité. Par conséquent, les Autochtones et les Canadiens marginalisés sont plus susceptibles d’être accusés, de se voir refuser une mise en liberté sous caution ou, s’ils sont libérés sous caution, plus susceptibles de se voir imposer des conditions plus strictes.
En outre, les infractions contre l’administration de la justice imposent un énorme fardeau au système de justice pénale, car près de 40 % de toutes les affaires concernant des adultes s’accompagnent d’au moins une infraction de ce type. Le projet de loi C-75 propose une nouvelle approche afin de régler ces difficultés. La police conserverait la possibilité de déposer une nouvelle accusation en regard de l’infraction ou de l’omission de comparaître au moment approprié. Cependant, si l’infraction n’a pas causé de préjudice physique ou psychologique à une victime, de dommages à la propriété ou de perte économique, la police aurait aussi la possibilité d’aiguiller le prévenu vers une comparution pour manquement. Cela constituerait un outil complètement nouveau pouvant servir de solution de rechange à une accusation criminelle inutile et augmenterait considérablement l’efficience des tribunaux sans nuire à la sécurité du public.
Dans le contexte des jeunes, ces propositions encourageraient les policiers à envisager d’abord un recours à des mesures informelles, comme le prévoit déjà la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, tel que des avertissements, des mises en garde et des renvois, et prescriraient que les conditions imposées aux jeunes gens soient raisonnables et nécessaires. Cela s’harmonise avec le principe général de la loi, qui est d’éviter que nos jeunes commencent une carrière criminelle, en partie en offrant des solutions de rechange à des accusations criminelles officielles ou au placement sous garde.
À la comparution pour manquement, le tribunal entendra les conditions de mise en liberté sous caution et aura trois possibilités: libérer le prévenu sous les mêmes conditions, imposer de nouvelles conditions mieux adaptées à la situation particulière du prévenu ou placer le prévenu en détention. Cette approche permettrait une résolution extrajudiciaire rapide des infractions mineures, tout en assurant que seules des conditions raisonnables et nécessaires ont été imposées. Il s’agit d’une solution plus efficiente que le dépôt d’une nouvelle accusation criminelle et qui contribuerait à empêcher que les Autochtones et les Canadiens marginalisés se retrouvent dans les portes tournantes du système de justice pénale.
Le troisième domaine de réforme du projet de loi C-75 concerne la violence entre partenaires intimes. En 2015, les Canadiens ont élu le gouvernement actuel sur la promesse de fournir davantage de soutien aux survivants de la violence familiale, des agressions sexuelles et du harcèlement sexuel et de s’assurer que davantage d’agresseurs sont traduits en justice. Je suis fier d’honorer cet engagement grâce à ce projet de loi.
Comme je l’ai déjà mentionné, les personnes accusées d’une deuxième infraction de violence ou d’une infraction subséquente contre un partenaire intime seraient assujetties à une inversion du fardeau de la preuve à l’étape de la mise en liberté sous caution. En outre, le projet de loi: 1) propose une fourchette de peines plus lourdes dans le cas des récidives en matière de violence entre partenaires intimes; 2) propose un élargissement de la définition de « partenaire intime » qui englobera les partenaires amoureux et les anciens partenaires intimes; 3) prévoit que l’étranglement est une forme aggravée d’agression; et 4) énonce explicitement qu’une preuve d’abus contre un partenaire intime est un facteur aggravant aux fins de la détermination de la peine.
La violence entre partenaires intimes est une réalité pour au moins une femme sur deux au Canada. Les femmes autochtones, transgenres, âgées, néo-canadiennes ou handicapées courent un risque accru de subir de la violence en raison des barrières et des échecs systémiques. Les conséquences personnelles et souvent permanentes de la violence à l'égard des femmes sont énormes.
Le quatrième domaine de réforme consiste à accroître l'efficacité des tribunaux en limitant la disponibilité des enquêtes préliminaires. L'enquête préliminaire est un processus facultatif utilisé pour déterminer s'il y a suffisamment de preuves pour envoyer un accusé au procès. Le projet de loi C-75 limitera leur disponibilité aux adultes accusés d'infractions très graves passibles d'emprisonnement à perpétuité, comme le meurtre et l'enlèvement.
Je reconnais qu'il s'agit d'un changement important. Ce n'est pas un changement que nous proposons à la légère. Il est le fruit d'un processus de consultation approfondie avec mes homologues des provinces et des territoires ainsi qu'avec les tribunaux, et il est fondé sur les meilleures données disponibles. Par exemple, nous savons qu'en 2015-2016, les causes devant les cours provinciales impliquant des enquêtes préliminaires ont pris plus de quatre fois plus de temps pour en arriver à une décision que les causes sans enquête préliminaire.
Il est important de noter qu'il n'existe pas de droit constitutionnel à une enquête préliminaire et qu'une telle enquête n'est pas nécessaire à un procès équitable tant que la Couronne satisfait à ses exigences en matière de divulgation. Dans l'arrêt Jordan, la Cour suprême du Canada a demandé au Parlement de jeter un regard neuf sur les processus actuels et de reconsidérer la valeur des enquêtes préliminaires à la lumière des règles générales de divulgation qui existent aujourd'hui. Le Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles a également recommandé qu'elles soient restreintes ou éliminées.
Les mesures proposées permettront de réduire le nombre d'enquêtes préliminaires d'environ 87 %, de s'assurer qu'elles sont toujours disponibles pour les infractions plus complexes et graves, d'aider à désengorger les tribunaux et de réduire le fardeau des témoins et des victimes de devoir témoigner deux fois, une fois lors d'une enquête préliminaire et une fois au procès. Par exemple, cette mesure éliminera la nécessité pour un témoin vulnérable dans un procès pour agression sexuelle sur un adulte ou un enfant d'avoir à témoigner deux fois.
Je suis convaincue que ces réformes ne réduiront pas l'équité des procès, que les procureurs continueront de prendre au sérieux leurs obligations de divulgation, que nos tribunaux continueront de respecter le droit de présenter une défense pleine et entière et que les processus existants, comme les enquêtes préalables hors cour, qui ont déjà été mis en œuvre dans certaines provinces, au Québec et en Ontario par exemple, continueront de jouer leur rôle.
Je vais maintenant aborder le cinquième grand domaine de réforme proposé dans le projet de loi C-75, soit la reclassification des infractions. Le Code criminel classifie les infractions en infractions punissables par procédure sommaire, en infractions punissables par mise en accusation et en infractions mixtes. Les infractions mixtes peuvent faire l'objet d'une mise en accusation ou d'une procédure sommaire. C’est le procureur qui décide après avoir étudié les faits et les circonstances de l’affaire. Le projet de loi transformerait en infractions mixtes 136 infractions punissables par mise en accusation et normaliserait à deux ans moins un jour la peine maximale par défaut des infractions punissables par procédure sommaire dans le Code criminel.
Ces propositions ne nuiraient pas à la capacité du tribunal d’imposer des peines proportionnelles ni de changer les peines maximales pour les infractions punissables par mise en accusation. Le projet de loi C-75 propose d’offrir aux procureurs plus de latitude afin de poursuivre par procédure sommaire devant les tribunaux provinciaux pour des infractions moins graves. Cela permettrait aux affaires de se régler plus rapidement et aux tribunaux supérieurs de se pencher sur les affaires les plus graves, ce qui augmenterait considérablement l’efficience globale du système.
Soyons clairs: cette réforme ne vise en aucun cas à transmettre le message que certaines infractions sont moins graves que d’autres et devraient être assujetties à des peines moindres. Il s’agit plutôt d’accorder plus de latitude à nos procureurs afin qu’ils choisissent la procédure la plus efficiente et la mieux indiquée, compte tenu de la situation qui les occupe. Les infractions graves continueront d’être traitées avec la sévérité voulue et les infractions moindres accapareraient moins le temps des tribunaux, tout en conservant la sévérité associée à une accusation criminelle.
Le sixième domaine de réforme proposé par le projet de loi C-75 concerne la sélection des jurés.
La discrimination dans la sélection des jurés est bien documentée depuis de nombreuses années. Des préoccupations entourant la discrimination dans le cadre des récusations péremptoires et ses effets sur la représentation des Autochtones au sein des jurys ont été soulevées dès 1991 par le sénateur Murray Sinclair, qui était alors juge, dans le rapport de la Commission d’enquête sur l’administration de la justice et les Autochtones du Manitoba. Ce rapport, datant maintenant de plus de 25 ans, demandait explicitement l’abrogation des récusations péremptoires. Plus récemment, le juge la Cour suprême à la retraite Frank Iacobucci a abordé cette question dans son rapport de 2013 sur la représentation des Premières Nations au sein des jurys de l’Ontario.
Des réformes dans ce domaine sont attendues depuis trop longtemps. Les récusations péremptoires donnent au prévenu et à la Couronne la capacité d’exclure un juré sans avoir à se justifier. Dans la pratique, cela peut être utilisé de façon discriminatoire afin d’en arriver à une composition particulière du jury, et cela s’est fait. Le projet de loi propose d’imiter des compétences telles que l’Angleterre, l’Écosse et l’Irlande du Nord en les abolissant.
Afin d’apporter plus d’équité et de transparence au processus, la législation conférerait au juge le pouvoir de décider d’exclure ou pas les jurés faisant l’objet d’une récusation motivée. La loi renforcerait le pouvoir des juges d’écarter certains jurés afin d'obtenir un jury plus diversifié, ce qui en retour augmenterait la confiance du public à l’égard de l’administration de la justice. Les tribunaux sont déjà familiarisés avec la notion d’exercer leurs pouvoirs à cette fin.
Je suis convaincue que les réformes rendront le processus de sélection des jurés plus transparent, qu'elles favoriseront l’équité et l’impartialité, qu'elles amélioreront l’efficacité globale des procès devant jury et qu'elles renforceront la confiance du public dans le système de justice pénale.
Le septième domaine de réforme renforcera la gestion des dossiers des tribunaux. Comme la Cour suprême du Canada l’a souligné dans sa décision de 2017 dans l’affaire Cody, les juges jouissent d’une position unique pour encourager et favoriser le changement de culture. Je suis tout à fait d’accord. Les juges s’occupent déjà de gérer les affaires et de voir à les traiter rapidement et équitablement grâce aux pouvoirs existants prévus dans le Code criminel et les règles judiciaires provinciales. Les réformes proposées renforceraient ces pouvoirs en permettant par exemple de nommer les juges responsables de la gestion de l’instance le plus tôt possible dans la procédure.
En plus des réformes majeures dont j’ai parlé jusqu’ici, le projet de loi C-75 apportera des modifications techniques afin d’accroître l’efficacité, notamment en facilitant le recours à la technologie à distance ainsi qu'en consolidant et en précisant le pouvoir du procureur général du Canada d’intenter des poursuites.
Enfin, le projet de loi permettra de faire un meilleur usage du temps limité dont dispose le Parlement en englobant trois projets de loi qui portent sur la justice dont le Parlement est actuellement saisi: les projets de loi C-28, C-38 et C-39.
En terminant, le projet de loi C-75 propose des réformes constructives qui accéléreront les procédures pénales et qui amélioreront la sécurité de la population canadienne tout en offrant des mesures pour régler le problème de la surreprésentation des peuples autochtones et des Canadiens marginalisés dans le système de justice pénale.
Le système de justice pénale canadien doit être juste et équitable. Les victimes, les familles, les accusés et tous les intervenants qui y évoluent ne méritent rien de moins. J’exhorte tous les députés à appuyer cette importante mesure législative.
Collapse
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2018-05-24 16:16 [p.19611]
Expand
Madam Speaker, I am pleased to rise today and contribute to what has been a passionate debate. Who knew that criminal justice could be that? Like the colleagues who have spoken before me, we, on the NDP side, have done an enormous amount of consultation with folks from the criminal defence bar, university prosecutors, deputy attorneys general, and the like. Regrettably, as a consequence of that, we have had to conclude that we must oppose this bill.
However, I want to make it clear to my colleagues that our goal is to work with the government, take it at its word, and offer our hand to see whether we can make this a better bill in the justice committee. After all, it is over 300 pages. It is an omnibus criminal justice amendment. We want to work constructively to make it better for Canadians and get it to committee as quickly as possible for that purpose.
Obviously, in any criminal justice reform, there are two goals. The goal of efficiency is clearly the government's stated objective: making our courts more efficient, doing away with the backlog, and dealing with the consequences of the Jordan case, in which the Supreme Court confirmed that we need to have speedy justice in this country. Efficiency is the government's stated objective, and I will come back to that. At the same time, we can never, of course, lose sight of the rights of the accused in our justice system.
With the research and consultation we have done, I want to say at the outset that we recognize there are some good things in this bill, which I will refer to, but there are also some deeply problematic things, which, in some cases, everyone we spoke to thought to be problematic. It is in that spirit that we engage in this debate.
For example, Ms. Sayeh Hassan, a Toronto-based criminal defence lawyer, summarized what many have told us when she wrote:
While there are parts of Bill C-75 that have the potential for improving the criminal justice system, many other parts will not only be unhelpful when it comes to reducing delay but will also wipe out numerous rights currently afforded to an accused person.
The big, ugly elephant in the room is the fact that the government chose to completely ignore what so many people have talked about, which is the need to get rid of mandatory minimum sentencing. That was a hope that people had the right to expect the minister to address. After all, justice writer Sean Fine of The Globe and Mail notes:
As far back as October, 2016, the Justice Minister told the Criminal Lawyers' Association in a speech that she would change the minimum sentencing laws “in the near future.” Days later, she told The Globe that new legislation would be coming soon, “certainly in the early part of next year.”
It is now 2018, and here is a 300-page bill that does not even talk about that reform initiative, which would have dealt with the issue of delay in a much more effective way. I also note that it was in her mandate letter and was ignored in this 300-page bill. Although I have enormous respect for the minister, it needs to be pointed out that the absence of reform of mandatory minimum sentencing is a significant missed opportunity.
We all know we have a clogged-up justice system and so forth. As has been pointed out, we all know the serious injustices that have occurred. Just last month in Calgary, there was a high-profile case involving Nick Chan, an alleged gang member and leader, who was acquitted of charges of murder, conspiracy to commit murder, and leading a criminal organization. Why? Because of the inability to have a court trial resolved in a short period of time, according to the 2016 Jordan decision. All Canadians find that unacceptable.
The question that must be asked is whether this bill helps address that problem head-on. The argument from many is that it remains a serious problem. For example, in its position paper, the Criminal Lawyers' Association states:
Mandatory minimum sentences frustrate the process of resolving cases by limiting the crown’s discretion to offer a penalty that will limit the crown's ability to take a position that will foster resolution before trial.
Here is what happens. Defence lawyers have this mandatory minimum sentence, so they are not going to take a chance on the court's discretion, because the Harper Conservatives essentially took away the discretion that our trial judges had. The result is that we have people going to trial who, in the past, would not have chosen a trial; they would have pleaded to a lower charge. It is inexcusable that this issue did not even get addressed in this bill.
Another thing, which my colleague from Nanaimo—Ladysmith has spoken about numerous times, is that we have a crisis in Canada with the overrepresentation of indigenous women, in particular. My colleague has done that work as a member of the status of women committee. During testimony at that committee, Jonathan Rudin, of Aboriginal Legal Services, highlighted the government's inaction with regard to abolishing mandatory minimum sentencing and its effect on indigenous women. He said:
[W]e have to look at the fact that there are still mandatory minimum sentences that take away from judges the ability to sentence indigenous women the way [the judges] would like [them] to be sentenced. There are still provisions that restrict judges from using conditional sentences, which can keep women out of prison.
The first thing that he urged the committee to recommend was to bring in legislation to give judges that discretion, which the Liberals promised to do. The elephant in the room is that they did no such thing. In 2015, and it is probably worse now, the proportion of indigenous adults in custody relative to their percentage of the population was eight times higher for indigenous men and 12 times higher for indigenous women. Any measure that could address that problem head-on has to be looked at seriously, and the government's failure to address what the mandate letter by the Prime Minister told it to is a serious missed opportunity.
I promised I would focus on some of the positives in this bill, from the perspective of the NDP.
First, the elimination of so-called zombie provisions of the Criminal Code is a good thing. For example, the criminalization that has existed for anal intercourse could have been removed long ago, so we are pleased that finally the government has done it. I wish it had done that with other zombie provisions, such as water skiing at night, which remains an offence in the Criminal Code. Maybe the government will look at that one later.
Second, it is a good thing that the bill would restore the discretion of judges to impose fewer victim fine surcharges or not to impose victim fine surcharges at all. I commend the government for doing that. As I believe my Conservative colleague has also pointed out, broadening the definition of intimate partner violence is also a good step. Creating an alternate process for dealing with some of the alleged breaches of bail is another good step. Codifying the so-called ladder principle, requiring that the least onerous form of release be imposed, is a good thing.
I personally think that abolishing peremptory challenges is a good thing. Although I recognize there is disagreement among many on that, I think it is a good thing. I want to put that on the record.
On the other hand, here are some of the negative things.
Absolutely every single person we talked to said that the provision on admissibility of so-called routine police evidence is overly broad and could be problematic to marginalized people in particular. Everyone agreed that routine police evidence language has to be fixed. Many people were happy that the time of day when the offence occurred, the weather, or routine lab results would be made available. However, the way it is drafted, it could even include the ability of the crown to not have a police officer come and provide eyewitness testimony. I do not think this was intended by the government, but it is an example of what appears to be a hastily drafted bill that needs to be fixed. The irony is that most judges are going to allow cross-examination of police officers, so Sergeant Brown will have to be brought back at some later time, with more delay as a result. That is surely unintended. It is surely something we can work together to fix.
Professor Peter Sankoff of the University of Alberta went so far as to call this measure extremely dangerous and ineffective. It is not just we who are saying this.
We have heard a lot about hybrid offences today. I am sure the government would agree that there seems to be a need to change the hybridization offences aspect. As colleagues have pointed out, the downloading to provincial courts of many offences is only going to move the problem of clogged courts at the superior court level to the provincial courts because more cases will be dealt with as summary conviction matters. I wonder if the consultation with the provincial and territorial ministers has made that point clear. The provincial court in British Columbia already hears 95% of all criminal matters. I am sure it is not that much different elsewhere, so I would invite the government to consider how we can work together to address that problem of obvious downloading.
Another area of concern, perhaps a sleeper, is that the government intends to increase the maximum penalties for summary convictions. In practical terms, what that means is that agents like law students and paralegals, who are currently able to represent people accused of an offence with a maximum penalty of six months or less, will not be able to do so for a whole range of offences if these changes go forward. It is an unintended consequence, but it certainly has to be addressed, because we not only have a problem already with unrepresented people in the provincial courts and judges bending over backwards, appropriately, to help those people who cannot afford or obtain the services of a lawyer, but now they will also not be able to get paralegals or law students to represent them in some cases. That again is something that I would have thought the government did not want to occur, but it appears to be something that would occur.
Lastly, I want to acknowledge that increased funding was provided for legal aid in budget 2018. I think that is something everyone agrees was long overdue. I commend the government for doing it. However, in the province of British Columbia, as we saw in yesterday's Vancouver Sun, it is simply too little, too late. It is a gigantic increase compared to the past, but now, according to Mark Benton, the CEO of the Legal Services Society, “Many lawyers providing services to the poor are doing it at a loss—the tariffs too low for most to earn a living, and so low that LSS is having trouble attracting and retaining lawyers.” We have got to deal with that.
I talked earlier about the preliminary inquiry issue with my friend from Niagara Falls and I understand that there is a difference of opinion on this issue. However, the facts are that these proposed changes would only save about 3% of court time. While the government proudly said the legislation will reduce the use by 87%, which sounds great, it did not tell us that it is not going to save a lot of time. Then why do it? Why do it when there is a risk, according to the chair of the Canadian Council of Criminal Defence Lawyers, Bill Trudell, that there will be more wrongful convictions? Why would we take away a right? The government says we have the Stinchcombe disclosure and it is a different world from when we started with preliminary inquires, but what is the risk-benefit equation here? We are saving 3% of court time and we are causing perhaps a wrongful conviction. I do not think that lines up. It is overbroad. Therefore, I think it is something we need to worry about.
I commented on intimate partner violence and bail; in the interest of time, I will not say any more.
There is a concern about the impact of this bill on those who have suffered the legacy of residential schools and the like, such as in the sixties scoop. For example, the Criminal Lawyers' Association said as follows:
Sadly, intimate partner violence is one of the recognized legacies of residential schools and the 60s scoop. Creating a reverse onus at the bail stage and increasing the sentence on conviction will likely aggravate the crisis of the over-representation of indigenous people in our prisons.
A similar concern was echoed by Professor Elizabeth Sheehy, as well as Professor Isabel Grant, so I think we need to get our hands around this issue and figure out whether we can find another way, despite the fact that I believe it was well intentioned.
In conclusion, what I want to point out now are some of the things we think could be used to address some of these problems.
First, the government claims it has made judicial appointments, which we heard the Conservatives say as well, but there still appears to be a problem with judicial vacancies. I am not saying that is a singular solution, but it needs to be addressed as part of a comprehensive solution.
Second, as I have said, we wish the government would reconsider the failure to review mandatory minimum sentences.
Third, the NDP believes that decriminalizing small amounts of drugs in this opioid crisis that we are experiencing would definitely have an impact on the clogged courts that we face. Who are the people in our provincial courts often unrepresented? Disproportionately, they are people with mental health challenges, people with addictions, people who are poor and simply cannot afford a lawyer, and legal aid does not have the ability to look after them. That is what is clogging up the system.
If we look at it from that end of the telescope, we would make truly important reform efforts. Jagmeet Singh has made a bold statement that decriminalizing small quantities of drugs is something we need to give serious thought to as part of the solution to our clogged-up courts. Not criminalizing these issues, but treating them as mental health issues and health issues generally is the way to go. We have to find a better way.
In Vancouver and Victoria we have drug courts and some creative ways to address this problem, but they have not been adequate. We still have serious problems.
By criminalizing people, we give them criminal records. What does having a criminal record mean? It means people cannot get a job in many cases. Are we thinking about that? It is really important.
I have talked in the House many times about the injustice of thousands of Canadians having criminal records for possession of small quantities of cannabis. There are still people who are unable to find a job because they are still being charged under the current law, which is about to change. I commend the member of Parliament for Hull—Aylmer for his intention to implement a bill that would see these records expunged. I do not think that goes far enough, but I will certainly join with him in that initiative.
Finally, we would offer greater social supports. They are at the core of this issue. We need greater funding for legal aid, which would surely cut down on the number of unrepresented individuals and ensure that more accused people would have access to much-needed resources.
Earlier today, I referred to an excellent summary about the consultations that the government undertook in this regard, a March 2018 report of the Department of Justice entitled “What we Heard—Transforming Canada's Criminal Justice System”. I want to read into the record its fundamental conclusion and ask the House whether the bill does the job.
It says:
Almost all roundtable participants stressed the same major concern. They said that most people who come in contact with the criminal justice system are vulnerable or marginalized individuals. They are struggling with mental health and addiction issues, poverty, homelessness, and prior victimization. Most felt the criminal justice system is not equipped to address the issues that cause criminal behaviour in these groups, nor should it be. Participants felt these issues are worsened by an over-reliance on incarceration.
We are very much in agreement, and I hope that my hon. colleagues will consider these concerns and work with us at the justice committee to make the kinds of changes to our criminal justice system that are so obviously needed.
Madame la Présidente, je suis ravi de prendre la parole aujourd'hui pour participer à un débat qui se révèle animé. Qui aurait cru que le système de justice pénale soulèverait les passions? Comme mes collègues qui se sont exprimés avant moi, au NPD, nous avons mené de vastes consultations avec des avocats de la défense, des universitaires, des procureurs, des sous-procureurs généraux et d'autres personnes occupant des postes semblables. Malheureusement, à la suite de ces discussions, nous en sommes venus à la conclusion que nous devions nous opposer au projet de loi.
Cela dit, je tiens à préciser à mes collègues que notre objectif est de collaborer avec le gouvernement, de le prendre au mot et de lui offrir notre aide pour déterminer les façons d'améliorer le projet de loi au comité de la justice. Après tout, la mesure législative compte plus de 300 pages. C'est un projet de loi omnibus qui modifie le système de justice pénale. Nous souhaitons travailler de façon constructive pour l'améliorer dans l'intérêt des Canadiens. Nous voulons donc le renvoyer au comité le plus rapidement possible à cette fin.
Évidemment, dans toute réforme de la justice pénale, il y a deux objectifs. L'efficience est clairement l'objectif déclaré du gouvernement: accroître l'efficacité des tribunaux, éliminer l'arriéré et gérer les conséquences du cas Jordan, dans lequel la Cour suprême a confirmé que nous devons avoir un système de justice rapide au Canada. L'efficience est le grand objectif avancé par le gouvernement, et j'y reviendrai. En même temps, nous ne pouvons jamais, bien entendu, perdre de vue les droits de l'accusé dans notre système de justice.
Je dois dire d'emblée que, selon nos recherches et nos consultations, il y a de bonnes mesures dans ce projet de loi, et je vais en parler, mais il y a également des aspects très problématiques qui, dans certains cas, ont été soulevés par tous ceux que nous avons consultés. C'est donc ce que nous souhaitons mettre en lumière dans le cadre de ce débat.
Par exemple, Sayeh Hassan, avocate criminaliste basée à Toronto, a résumé ce que nombre de gens nous ont dit en écrivant ceci:
Même si certaines dispositions du projet de loi C-75 pourraient améliorer le système de justice pénale, dans bien d'autres cas, non seulement les mesures proposées seront inefficaces lorsqu'il s'agit de réduire les délais, mais elles auront également pour effet d'éliminer nombre de droits actuellement accordés aux accusés.
Le problème le plus flagrant, c'est que le gouvernement a choisi de ne pas du tout tenir compte d'un aspect dont bien des gens ont parlé, c'est-à-dire la nécessité d'abolir les peines minimales obligatoires. Il était permis d'espérer que la ministre s'attaque à ce problème. Après tout, Sean Fine, auteur du Globe and Mail spécialisé dans les affaires juridiques, a écrit ceci:
Déjà en octobre 2016, la ministre de la Justice a dit, lors d'un discours devant la Criminal Lawyers' Association, qu'elle allait changer « prochainement » les dispositions législatives concernant les peines minimales obligatoires. Quelques jours plus tard, elle a dit au Globe and Mail qu'on verrait bientôt les nouvelles dispositions législatives et qu'elles seraient présentées « certainement au début de la prochaine année ».
Nous sommes maintenant en 2018, et nous sommes saisis d'un projet de loi de 300 pages qui ne dit rien sur cette initiative de réforme et qui aurait pu résoudre le problème des délais beaucoup plus efficacement. Je souligne également que cet objectif figurait dans la lettre de mandat de la ministre et qu'il n'est pas pris en compte dans ce projet de loi de 300 pages. Même si j'ai énormément de respect pour la ministre, je dois souligner que l'absence de réforme à l'égard des peines minimales obligatoires représente une occasion manquée.
Nous savons tous que le système judiciaire est engorgé et ainsi de suite. Cela a déjà été dit, mais nous sommes tous conscients des graves injustices qui ont été commises. Le mois dernier, à Calgary, Nick Chan, qui est un membre et un chef présumé de gang, dont le cas a été très médiatisé, a été acquitté des accusations de meurtre, de complot en vue de commettre un meurtre et d'avoir dirigé une organisation criminelle. Pourquoi? Parce qu'il n'aurait pas été possible de tenir un procès dans un délai raisonnable tel que le prévoit l'arrêt Jordan de 2016. Les Canadiens estiment que c'est inacceptable.
La question qu'il faut poser est la suivante: ce projet de loi résout-il vraiment ce problème? Bien des gens soutiennent que ce sérieux problème demeure. Dans son exposé de position, la Criminal Lawyers' Association affirme notamment:
Les peines minimales obligatoires entravent l'efficacité du processus de règlement des cas en limitant le pouvoir discrétionnaire de la Couronne d'offrir une peine qui réduira la capacité de la Couronne d'adopter une position favorisant un règlement avant le procès.
Voici ce qui se produit. Comme les avocats de la défense savent qu'il y a une peine minimale obligatoire, ils évitent de prendre le risque de compter sur la discrétion de la cour étant donné que les conservateurs de Stephen Harper ont essentiellement éliminé le pouvoir discrétionnaire des juges. Résultat: des gens subissent des procès où, dans le passé, ils auraient plutôt plaidé coupables à de moindres accusations. Il est inexcusable que rien de tout cela n'ait été abordé dans ce projet de loi.
Ma collègue de Nanaimo—Ladysmith a aussi déclaré à maintes reprises que le Canada est aux prises avec un problème de surreprésentation des femmes autochtones, en particulier. Ma collègue a travaillé sur ce dossier en tant que membre du comité de la condition féminine. Pendant son témoignage au comité, Jonathan Rudin, des Services juridiques autochtones, a insisté sur l'inaction du gouvernement concernant l'abolition des peines minimales obligatoires et de leur effet sur les femmes autochtones. Il a dit:
Nous devons penser au fait qu'il existe encore des sentences minimales obligatoires qui empêchent les juges d'infliger aux femmes autochtones les peines qu'ils voudraient leur infliger. Certaines dispositions empêchent encore les juges de recourir à des peines avec sursis, lesquelles évitent l'incarcération aux femmes.
Avant tout, il a pressé le comité de recommander une mesure législative afin de redonner aux juges ce pouvoir discrétionnaire. C'est ce que les libéraux avaient promis de faire et, de toute évidence, ils ne l'ont pas fait. En 2015 — et c'est probablement pire aujourd'hui —, la proportion d'hommes autochtones d'âge adulte dans la population carcérale était huit fois plus élevée que dans la population générale, et douze fois plus élevée dans le cas des femmes autochtones. Toute mesure susceptible de régler ce problème doit être étudiée sérieusement. Le gouvernement a échoué dans le mandat que lui a confié le premier ministre à cet égard.
J'ai promis que je m'attarderais à des aspects du projet de loi auxquels le NPD est favorable.
Premièrement, il élimine ce qu'on appelle les dispositions zombies du Code criminel, ce qui est une bonne chose. Par exemple, la criminalisation du sexe anal aurait pu être abolie il y a longtemps et nous sommes ravis que le gouvernement l'ait fait. J'aurais souhaité qu'il accorde le même sort à d'autres dispositions zombies, comme la disposition du Code criminel qui interdit le ski nautique en soirée. Peut-être le gouvernement se penchera là-dessus ultérieurement.
Deuxièmement, il est judicieux de redonner aux juges le pouvoir de décider d'imposer moins ou pas de suramendes compensatoires. Je félicite le gouvernement d'avoir agi sur ce point. Comme l'a affirmé le député conservateur, je crois, élargir la définition de « partenaire intime » est également un pas dans la bonne direction. De plus, il est bon de créer un autre processus concernant les cas de non-respect des conditions de mise en liberté et de codifier le principe dit de l'échelle, qui exige qu'on impose la forme la moins pénalisante de mise en liberté.
Je suis moi-même en faveur de l'abolition des récusations péremptoires. Je sais que la question suscite la controverse, mais je suis d'avis que c'est une bonne chose. Je tiens à le signaler.
D'un autre côté, voici quelques aspects négatifs.
Absolument toutes les personnes à qui nous avons parlé ont dit que la disposition sur l'admissibilité des soi-disant éléments de preuve de routine recueillis par la police est trop vaste et pourrait être problématique pour les personnes marginalisées en particulier. Tout le monde s'entendait pour dire que le libellé de l'élément de preuve routine doit être corrigé. Beaucoup de gens étaient heureux que l'heure à laquelle l'infraction a été commise, la météo ou les résultats de laboratoire de routine soient disponibles. Cependant, selon la façon dont la disposition est rédigée, elle pourrait même permettre à la Couronne de refuser qu'un policier vienne témoigner. Je ne pense pas que c'était l'intention du gouvernement, mais c'est un exemple de ce qui semble être un projet de loi rédigé à la hâte et qui doit être corrigé. L'ironie, c'est que la plupart des juges vont permettre le contre-interrogatoire des agents de police, de sorte que le sergent Brown devra être rappelé plus tard, ce qui entraînera plus de retard. Ce n'est certainement pas intentionnel. C'est certainement quelque chose que nous pouvons régler en travaillant ensemble.
Le professeur Peter Sankoff de l'Université de l'Alberta est allé jusqu'à qualifier cette mesure d'extrêmement dangereuse et inefficace. Ce n'est pas seulement nous qui le disons.
Nous avons beaucoup entendu parler des infractions mixtes aujourd'hui. Je suis persuadé que le gouvernement conviendra qu'il semble nécessaire de modifier l'aspect des infractions mixtes. Comme des collègues l'ont souligné, le transfert aux tribunaux provinciaux de nombreuses infractions ne fera que déplacer le problème de l'engorgement des cours supérieures vers les cours provinciales, car un plus grand nombre d'affaires seront traitées par déclaration sommaire de culpabilité. Je me demande si la consultation avec les ministres provinciaux et territoriaux a été claire à ce sujet. En Colombie-Britannique, la cour provinciale entend déjà 95 % de toutes les affaires criminelles. Je suis sûr que ce n'est pas si différent ailleurs, alors j'invite le gouvernement à réfléchir à la façon dont nous pouvons travailler ensemble pour régler ce problème de transfert de surcharge évident.
Un autre sujet de préoccupation, peut-être moins évident, c'est que le gouvernement a l'intention d'augmenter les peines maximales pour les déclarations de culpabilité par procédure sommaire. Concrètement, cela signifie que des acteurs comme les étudiants en droit et les techniciens juridiques, qui sont actuellement en mesure de représenter des personnes accusées d'une infraction passible d'une peine maximale de six mois ou moins, ne pourront pas le faire pour toute une gamme d'infractions si ces changements vont de l'avant. C'est une conséquence involontaire, mais il faut certainement s'y attarder, car non seulement nous avons déjà un problème avec les personnes non représentées dans les cours provinciales et les juges qui font des pieds et des mains, comme il se doit, pour aider ceux qui n'ont pas les moyens d'obtenir les services d'un avocat, mais maintenant ils ne pourront pas non plus obtenir les services d'un technicien juridique ni d'un étudiant en droit pour les représenter dans certains cas. Encore une fois, j'aurais cru que le gouvernement ne voulait pas que cela se produise, mais il semble que cela se produira.
En terminant, je tiens à dire que je suis conscient que le budget de 2018 augmente le financement de l'aide juridique. Je crois que tout le monde s'entend pour dire qu'il était plus que temps. Je félicite le gouvernement d'avoir pris cette décision. Or, en Colombie-Britannique, comme on a pu le lire dans le Vancouver Sun d'hier, c'est trop peu trop tard. Certes, il s'agit d'une augmentation faramineuse par rapport à ce qui se faisait auparavant, mais selon le PDG de la Legal Services Society, c'est-à-dire les services d'aide juridique de la province, Mark Benton: « De nombreux avocats qui offrent leurs services aux pauvres travaillent à perte, c'est-à-dire à des tarifs insuffisants pour que la plupart puissent gagner leur vie. Tellement bas, en fait, que la LSS a du mal à trouver des avocats et à les garder. » Il faut s'occuper de ce problème.
Mon collègue de Niagara Falls et moi avons discuté tout à l'heure de la question de l'enquête préliminaire, et je sais que nous ne sommes pas du même avis. C'est un fait: les changements proposés feraient diminuer le temps des procédures d'environ 3 % seulement. Le gouvernement est tout fier de dire que la mesure législative réduira de 87 % le nombre d'enquêtes préliminaires, ce qui peut paraître excellent, mais il se garde bien d'ajouter qu'elle n'aura à peu près aucun effet sur la durée des procédures. Pourquoi proposer une telle mesure, alors? Pourquoi courir le risque qu'il y ait davantage de déclarations de culpabilité erronées, comme le craint le président du Conseil canadien des avocats de la défense, Bill Trudell? Pourquoi retirer aux prévenus un de leurs droits? Le gouvernement répond que le droit à la divulgation établi dans Stinchcombe demeure valide et que nous sommes très loin de l'époque où les enquêtes préliminaires ont vu le jour, mais a-t-il pris le temps de peser le pour et le contre de cette mesure? Nous réduirons la durée des procédures de 3 %, mais certaines personnes pourraient être reconnues coupables à tort. Selon moi, les deux ne se comparent même pas. Les risques sont excessifs, et je crois que cela devrait nous inquiéter.
J'ai déjà parlé de la violence entre partenaires intimes et du cautionnement, alors je ne reviendrai pas là-dessus, parce que le temps file.
Des inquiétudes persistent quant à l'effet qu'aura le projet de loi sur les personnes qui ont fréquenté un pensionnat indien ou qui ont vécu un traumatisme semblable, comme les victimes de la rafle des années 1960. Voici par exemple ce qu'a déclaré la Criminal Lawyers' Association:
Malheureusement, la violence entre partenaires intimes est l'une des séquelles reconnues laissées par les pensionnats autochtones et la rafle des années 1960. L'inversion du fardeau de la preuve à l'étape de la mise en liberté sous caution et l'alourdissement de la peine des personnes reconnues coupables risquent d'empirer la surreprésentation des Autochtones dans les prisons.
C'est une préoccupation qu'ont aussi exprimée les professeures Elizabeth Sheehy et Isabel Grant. Je pense donc que nous devons nous attaquer à cette question et déterminer si nous pouvons trouver une autre solution, même si, à mon avis, celle-ci partait d'une bonne intention.
En conclusion, je veux maintenant souligner quelques mesures qui, selon nous, pourraient nous permettre de régler certains des problèmes.
Premièrement, le gouvernement prétend qu'il a nommé des juges — nous avons entendu les conservateurs faire la même affirmation —, mais il semble toujours y avoir des postes de juge vacants. Je ne veux pas dire qu'il s'agit de l'unique option, mais il faut remédier à la situation dans le cadre d'une solution globale.
Deuxièmement, comme je l'ai mentionné, nous souhaitons que le gouvernement revienne sur sa décision de ne pas revoir les peines minimales obligatoires.
Troisièmement, le NPD estime que le fait de décriminaliser la possession de petites quantités de drogues dans le contexte de la présente crise des opioïdes permettrait assurément de réduire l'engorgement actuel des tribunaux. Qui sont les gens souvent sans représentation dans les tribunaux provinciaux? Il y a un nombre disproportionné de gens aux prises avec des problèmes de santé mentale, de toxicomanes, de gens pauvres qui n'ont tout simplement pas les moyens de se payer un avocat, et l'aide juridique n'a pas la capacité de s'occuper d'eux. Voilà ce qui engorge le système.
Si on examine la situation sous cet angle, nous ferions vraiment de vastes efforts pour réformer le système. Jagmeet Singh a fait une déclaration audacieuse en affirmant qu'une partie de la solution à la congestion des tribunaux passe fort probablement par la décriminalisation de la possession de petites quantités de drogues. La bonne façon de procéder est habituellement de ne pas criminaliser ces problèmes, mais bien de les traiter comme des problèmes de santé mentale et des problèmes de santé. Nous devons trouver une meilleure solution.
À Vancouver et à Victoria, il y a des tribunaux de traitement de la toxicomanie, et on a trouvé des moyens originaux de s'attaquer à ce problème, mais ils n'ont pas été efficaces. Il y a encore de graves problèmes.
En judiciarisant les gens, ils finissent avec un casier judiciaire. Qu'arrive-t-il lorsqu'on a un casier judiciaire? Dans de nombreux cas, on ne peut plus se trouver d'emploi. Y avons-nous pensé? C'est primordial.
J'ai affirmé maintes fois à la Chambre qu'il est injuste que des milliers de Canadiens se retrouvent avec un casier judiciaire pour possession de petites quantités de cannabis. Il y a encore des gens qui ne parviennent pas à obtenir un emploi parce qu'on continue de les accuser en vertu de la loi actuelle. Cependant, les choses sont sur le point de changer. Je félicite le député de Hull—Aylmer d'avoir présenté un projet de loi en vue de radier ces casiers judiciaires. Je ne crois pas que sa mesure législative aille assez loin, mais j'appuierai certes cette initiative.
Finalement, nous offririons de meilleurs soutiens sociaux. C'est là le fond du problème. Nous avons besoin de fonds supplémentaires pour l'aide juridique, ce qui réduirait sûrement le nombre de gens sans représentation et garantirait que davantage d'accusés ont accès à des ressources grandement nécessaires.
Plus tôt aujourd'hui, j'ai parlé d'un excellent résumé sur les consultations menées par le gouvernement à cet égard. Il s'agit plus précisément d'un rapport publié en mars 2018 par le ministère de la Justice, qui s'intitule « Ce que nous avons entendu — Transformer le système canadien de justice pénale ». Je veux lire sa conclusion fondamentale et demander à la Chambre si le projet de loi donnera les résultats escomptés.
Il dit ceci:
Presque tous les participants à la table ronde ont exprimé les mêmes préoccupations majeures. Ils ont dit que presque toutes les personnes qui ont des démêlés avec le système de justice pénale sont des personnes vulnérables ou marginalisées. Elles souffrent de problèmes de santé mentale, de toxicomanie, de pauvreté, d’itinérance et ont déjà été victimes d’actes de violence. La plupart des participants ont estimé que le système de justice pénale n’est pas outillé pour répondre aux problèmes qui sont à la source de comportements criminels chez ces groupes, et qu’il ne devrait pas l’être. Selon les participants, ces problèmes sont aggravés par un recours excessif à l’incarcération.
Nous sommes tout à fait d'accord. J'espère que mes collègues tiendront compte de ces préoccupations et travailleront avec nous au comité de la justice en vue d'apporter les changements dont notre système de justice pénale a évidemment grandement besoin.
Collapse
View Marco Mendicino Profile
Lib. (ON)
View Marco Mendicino Profile
2018-05-24 16:35 [p.19613]
Expand
Madam Speaker, I want to begin by thanking my hon. colleague for his comments, which I found to be very constructive, and for his recognition of the fact that Bill C-75 is about addressing systemic barriers for marginalized people, for vulnerable people, and for victims.
To build on that, with regard to the comments he made about preliminary inquiries, I hope on reflection he will acknowledge that by reducing the eligibility of offences for preliminary inquiries, what we are trying to do is avoid unnecessary retraumatization of victims of intimate partner violence.
I would also encourage him to reflect on the fact that when he cites one particular statistic with regard to 3% of charges, it is charges, not court time. It may be 3% of charges, but it represents disproportionately much more expenditure of court time and resources.
The last thing I would like him to do is to expand on his personal support for the abolishment of peremptory challenges, which are inexorably linked the difficulties and the challenges that we have had around under-representation of indigenous peoples and other marginalized peoples on our juries. It is very important that we move closer to a more open and transparent jury selection process. I hope he will take the time and effort to expand on why he supports the abolishment of peremptory challenges.
Madame la Présidente, je veux commencer en remerciant mon collègue pour ses observations, que j’ai trouvé très constructives, et pour le fait qu’il reconnaisse que le projet de loi C-75 vise à aplanir les obstacles systémiques pour les personnes marginalisées, les personnes vulnérables et les victimes.
Dans le même ordre d’idée, en ce qui a trait aux observations qu’il a faites au sujet des enquêtes préliminaires, j’espère qu’après réflexion, il reconnaîtra qu’en restreignant les enquêtes préliminaires à certaines infractions, nous tentons d’éviter de nouveaux traumatismes inutiles aux victimes de violence de la part d’un partenaire intime.
Je l’incite aussi à réfléchir au fait que les statistiques particulières qu'il cite concernant 3 % des accusations concernent justement des accusations, et non pas du temps passé en cour. Il s’agit peut-être seulement de 3 % des accusations, mais celles-ci sont à la source de dépenses beaucoup plus élevées en ce qui a trait au temps passé en cour et aux ressources des tribunaux.
La dernière chose que j’aimerais que le député fasse, c’est d’expliquer le soutien qu’il accorde à l’abolition des récusations péremptoires, qui sont intrinsèquement liées aux difficultés et aux défis qui existent concernant la sous-représentation des Autochtones et d’autres personnes marginalisées parmi les jurés. Il est très important que nous nous rapprochions d’un processus de sélection des jurés plus ouvert et transparent. J’espère qu’il prendra le temps et la peine d’expliquer pourquoi il appuie l’abolition des récusations péremptoires.
Collapse
View Marco Mendicino Profile
Lib. (ON)
View Marco Mendicino Profile
2018-05-24 16:41 [p.19614]
Expand
Madam Speaker, during an exchange with one of the Conservative members, my colleague asked what the record is with regard to consultations on Bill C-75 and the overall criminal justice review process.
I thought it would be helpful to inform the member that we have conducted over 20 round tables across the country; have received 11,400 written online submissions; and have engaged with our federal, provincial, and territorial partners, and with members of the judiciary at every level. It is on the basis of those engagements that we decided to put forward this historic, bold legislation, which is going to cure delay. With that now on the record in the chamber, I am hoping that the member will join us in addressing the culture of complacency that was identified as one of the great challenges by the Supreme Court of Canada in its Jordan decision.
I also encourage my hon. colleague to address the question that I put to him earlier about his support for the abolishment of peremptory challenges.
Madame la Présidente, pendant un échange avec l’un des députés conservateurs, mon collègue a demandé ce que les consultations disaient sur le projet de loi C-75 et l’examen du système de justice pénale de manière générale.
J’ai pensé qu’il serait utile d’informer le député que nous avons organisé plus de 20 tables rondes dans tout le pays, que nous avons reçu 11 400 mémoires par Internet et que nous avons collaboré avec nos partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux ainsi qu’avec les membres de la magistrature à tous les niveaux. C’est sur la base de cette mobilisation que nous avons décidé de présenter cette mesure législative historique et audacieuse qui va remédier à l'engorgement. Maintenant que cela a été dit à la Chambre, j’espère que le député se joindra à nous pour contrer la culture de complaisance que la Cour suprême a considérée, dans l'arrêt Jordan, comme l’un des plus grands défis à relever.
J’encourage également mon collègue à répondre à la question que je lui ai posée plus tôt au sujet de son appui relativement à l’élimination des récusations péremptoires.
Collapse
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2018-05-24 16:42 [p.19614]
Expand
Madam Speaker, given the time constraints imposed upon me, it will be difficult to do justice to the two questions put.
I am not denying that there was consultation with thousands of Canadians. I am sure that judges were involved. At least one important and very experienced deputy attorney general from the past says this is nothing but downloading. I would be interested in what others have to say about that.
I personally support the provision on peremptory challenges. It would mean that the colour of a person's skin would not be sufficient reason for someone to simply stand in a courtroom and challenge a proposed juror because the person does not think that juror would do justice as an indigenous person. We know cases where that has occurred recently, and that is why I thought this was useful, but on the condition that we have a more robust ability to challenge for cause. The Americans do that much better, much longer, and with much more gravitas than we do. We need to put that out there as well: the quid pro quo for not having that historic right.
Madame la Présidente, étant donné les contraintes de temps qui me sont imposées, il sera difficile de rendre justice aux deux questions posées.
Je ne nie pas que des milliers de Canadiens ont été consultés. Je suis certain que les juges ont participé au processus. Au moins un ancien sous-procureur général important et très expérimenté affirme que ce n’est rien d’autre que du délestage. J’aimerais savoir ce que d’autres ont à dire à ce sujet.
Je suis personnellement en faveur de la disposition sur les récusations péremptoires. Cela signifierait que la couleur de la peau de quelqu’un ne serait pas une raison suffisante pour qu’une personne puisse simplement contester devant un tribunal le choix d’un juré proposé parce qu’elle ne pense pas que ce juré rendrait justice en tant qu'Autochtone. Nous connaissons des cas où cela s’est produit récemment. C’est pourquoi je crois que c'est utile, mais à la condition d'être mieux à même de recourir à la récusation motivée. Les Américains font cela beaucoup mieux que nous, depuis beaucoup plus longtemps et avec beaucoup plus de sérieux et de dignité que nous. Nous avons besoin de cela aussi; c'est la concession au fait de ne pas avoir ce droit historique.
Collapse
Results: 1 - 32 of 32

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data