Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 13 of 13
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2019-06-21 14:54 [p.29473]
Expand
I have the honour to inform the House that when this House did attend Her Excellency this day in the Senate chamber, Her Excellency the Governor General was pleased to give, in Her Majesty's name, the royal assent to the following bills:
C-71, An Act to amend certain Acts and Regulations in relation to firearms—Chapter 9.
C-81, An Act to ensure a barrier-free Canada—Chapter 10.
S-203, An Act to amend the Criminal Code and other Acts (ending the captivity of whales and dolphins)—Chapter 11.
C-82, An Act to implement a multilateral convention to implement tax treaty related measures to prevent base erosion and profit shifting—Chapter 12.
C-59, An Act respecting national security matters—Chapter 13.
C-68, An Act to amend the Fisheries Act and other Acts in consequence—Chapter 14.
C-77, An Act to amend the National Defence Act and to make related and consequential amendments to other Acts—Chapter 15.
C-78, An Act to amend the Divorce Act, the Family Orders and Agreements Enforcement Assistance Act and the Garnishment, Attachment and Pension Diversion Act and to make consequential amendments to another Act—Chapter 16.
C-84, An Act to amend the Criminal Code (bestiality and animal fighting)—Chapter 17.
C-58, An Act to amend the Access to Information Act and the Privacy Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 18.
C-88, An Act to amend the Mackenzie Valley Resource Management Act and the Canada Petroleum Resources Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 19.
C-93, An Act to provide no-cost, expedited record suspensions for simple possession of cannabis—Chapter 20.
C-102, An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for the federal public administration for the fiscal year ending March 31, 2020—Chapter 21.
C-101, An Act to amend the Customs Tariff and the Canadian International Trade Tribunal Act—Chapter 22.
C-91, An Act respecting Indigenous languages—Chapter 23.
C-92, An Act respecting First Nations, Inuit and Métis children, youth and families—Chapter 24.
C-75, An Act to amend the Criminal Code, the Youth Criminal Justice Act and other Acts and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 25.
C-48, An Act respecting the regulation of vessels that transport crude oil or persistent oil to or from ports or marine installations located along British Columbia's north coast—Chapter 26.
C-83, An Act to amend the Corrections and Conditional Release Act and another Act—Chapter 27.
C-69, An Act to enact the Impact Assessment Act and the Canadian Energy Regulator Act, to amend the Navigation Protection Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 28.
C-97, An Act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on March 19, 2019 and other measures—Chapter 29.
It being 2:55 p.m., the House stands adjourned until Monday, September 16, 2019, at 11 a.m., pursuant to Standing Orders 28(2) and 24(1).
(The House adjourned at 2:55 p.m.)
The 42nd Parliament was dissolved by Royal Proclamation on September 11, 2019.
J'ai l'honneur de faire savoir à la Chambre que, lorsqu'elle s'est rendue auprès de Son Excellence la gouverneure générale dans la Chambre du Sénat, Son Excellence a bien voulu donner, au nom de Sa Majesté, la sanction royale aux projets de loi suivants:
C-71, Loi modifiant certaines lois et un règlement relatifs aux armes à feu — Chapitre 9.
C-81, Loi visant à faire du Canada un pays exempt d'obstacles — Chapitre 10.
S-203, Loi modifiant le Code criminel et d’autres lois (fin de la captivité des baleines et des dauphins) — Chapitre 11.
C-82, Loi mettant en œuvre une convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices — Chapitre 12.
C-59, Loi concernant des questions de sécurité nationale — Chapitre 13.
C-68, Loi modifiant la Loi sur les pêches et d’autres lois en conséquence — Chapitre 14.
C-77, Loi modifiant la Loi sur la défense nationale et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois — Chapitre 15.
C-78, Loi modifiant la Loi sur le divorce, la Loi d'aide à l'exécution des ordonnances et des ententes familiales et la Loi sur la saisie-arrêt et la distraction de pensions et apportant des modifications corrélatives à une autre loi — Chapitre 16.
C-84, Loi modifiant le Code criminel (bestialité et combats d'animaux) — Chapitre 17.
C-58, Loi modifiant la Loi sur l'accès à l'information, la Loi sur la protection des renseignements personnels et d'autres lois en conséquence — Chapitre 18.
C-88, Loi modifiant la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie et la Loi fédérale sur les hydrocarbures et apportant des modifications corrélatives à d'autres lois — Chapitre 19.
C-93, Loi prévoyant une procédure accélérée et sans frais de suspension de casier judiciaire pour la possession simple de cannabis — Chapitre 20.
C-102, Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l'administration publique fédérale pendant l'exercice se terminant le 31 mars 2020 — Chapitre 21.
C-101, Loi modifiant le Tarif des douanes et la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur — Chapitre 22.
C-91, Loi concernant les langues autochtones — Chapitre 23.
C-92, Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis — Chapitre 24.
C-75, Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et d'autres lois et apportant des modifications corrélatives à certaines lois — Chapitre 25.
C-48, Loi concernant la réglementation des bâtiments transportant du pétrole brut ou des hydrocarbures persistants à destination ou en provenance des ports ou des installations maritimes situés le long de la côte nord de la Colombie-Britannique — Chapitre 26.
C-83, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition et une autre loi — Chapitre 27.
C-69, Loi édictant la Loi sur l’évaluation d’impact et la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie, modifiant la Loi sur la protection de la navigation et apportant des modifications corrélatives à d’autres lois — Chapitre 28.
C-97, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2019 et mettant en œuvre d'autres mesures — Chapitre 29.
Comme il est 14 h 55, la Chambre s'ajourne au lundi 16 septembre 2019, à 11 heures, conformément aux articles 28(2) et 24(1) du Règlement.
(La séance est levée à 14 h 55.)
La 42e législature a été dissoute par proclamation royale le 11 septembre 2019.
Collapse
Aboriginal languagesAboriginal peoplesAccess for disabled peopleAccess to informationAdjournmentAgriculture, environment and natural res ...British ColumbiaBudget 2019 (March 19, 2019)C-101, An Act to amend the Customs Tarif ...C-102, An Act for granting to Her Majest ...C-48, An Act respecting the regulation o ... ...Show all topics
View Anne Minh-Thu Quach Profile
NDP (QC)
View Anne Minh-Thu Quach Profile
2019-02-01 13:10 [p.25168]
Expand
Mr. Speaker, Bill S-203 seeks to phase out cetacean captivity in Canada. Canadians everywhere, whether from Quebec, the Prairies or Vancouver, are increasingly opposed to keeping dolphins, killer whales and belugas in captivity.
The NDP would like to see this bill go forward because it has the support of scientists and ordinary Canadians alike. Canada can take an important step toward protecting vulnerable marine mammals and putting an end to the inhumane treatment of these highly intelligent creatures.
An Angus Reid survey conducted in May 2018 found that twice as many Canadians believe that keeping these mammals in captivity in Canadian aquariums should be prohibited compared to those who think it should be allowed.
Bill S-203 sets out a three-pronged approach to phasing out captivity. First, under the Fisheries Act, it prohibits the capture of live animals, except for the purpose of rescue. At present, such captures are legal if they are authorized. The last time cetaceans were captured in Canada was in 1992, when some belugas were captured near Churchill.
Second, it prohibits imports and exports, unless authorized for the purpose of conducting scientific research or to ensure the animals' welfare, for example, by transferring it to an open water sanctuary. It prohibits this under the Wild Animal and Plant Protection and Regulation of International and Interprovincial Trade Act.
Third, it also bans breeding under the animal cruelty provisions of the Criminal Code, subject to summary conviction and a $200,000 fine unless provincially licensed for scientific research.
Bill S-203 was studied by the Senate Standing Committee on Fisheries and Oceans for months. During this time, the committee heard from the world's foremost marine mammal experts that keeping animals in captivity cannot be justified given the scientific knowledge available on the biological needs of cetaceans.
These marine mammals are intelligent, social and sensitive to noise. They need to move freely and to dive deeply to thrive.
I was surprised to learn how far a whale travels to feed and socialize. It is about 100 miles a day. When we consider the size of pens, it is understandable that these animals must feel constrained, to say the least.
The scientific literature on the nature and behaviour of cetaceans tells us that it is cruel to keep them in captivity. They are intelligent marine mammals, very social and sensitive to sound. They need plenty of space to swim and dive deep.
Captive orcas live in the equivalent of one-ten-thousandth of 1% of their natural habitat. That is infinitesimal. They do not have enough space to swim in a straight line or deep underwater. It is even worse when they are forced to entertain tourists all day long. The animals get bored, and that makes them frustrated and aggressive.
Captive whales and dolphins are imprisoned and isolated. They suffer from health problems, they die younger, and their infant mortality rates are higher. They suffer from sensory deprivation. Transfers from one aquarium to another and mother-calf separations are traumatic. In other words, the evidence shows that the social and biological needs of cetaceans cannot be met in captivity.
Now that we know so much about cetacean ecology and biology, we cannot condone an economic model that is harmful to these animals' health.
The benefit of Bill S-203 is that it gives the parks and aquariums time to adapt to this new reality. The bill does not threaten the animals that are already in parks like Marineland or the Vancouver Aquarium. On the contrary, these animals can live several decades, and I hope that they will one day be able to retire to a sanctuary.
In addition, the bill does not eliminate the rescue program. It allows for rescue and rehabilitation efforts of cetaceans that have washed ashore, for example.
However, there must be absolutely no breeding of these animals in captivity, under the current conditions. There is no proof that this provides any kind of scientific benefit. As I already mentioned, captivity has some very harmful effects on these marine animals.
Jane Goodall, who was invited to testify before the Senate committee last fall, said that the current permission of Vancouver Aquarium's breeding programs on-site and at SeaWorld with belugas on loan, is no longer defensible by science. She also said that this is demonstrated by the high mortality rates evident in these breeding programs and by the ongoing use of these animals in interactive shows as entertainment. Lastly, she said that the phasing out of such programs is the natural progression of humankind's evolving view of cetaceans as equals.
This should not be a partisan issue, but rather a moral issue informed by science. Since it was introduced in December 2015, the bill has been stalled repeatedly by the Conservatives, so much so that my colleague from Port Moody—Coquitlam and other members spoke out publicly, calling on the Senate to stop dithering, put it to a vote and send the bill to the House of Commons.
We in the NDP believe that the government should support ethical and useful research on cetaceans, that is, research done in a natural environment. There, scientists can get a realistic view of their natural behaviours without causing a lifetime of pain and suffering. Cetaceans in captivity endure unjustified suffering.
Bill S-203 is a reasonable, balanced piece of legislation. It allows exemptions for animals that are already in captivity and provides for a lengthy transition period for the zoo and aquarium community. No one is asking those facilities to shut down overnight.
This is the right thing to do, and it is time to act.
Monsieur le Président, le projet de loi S-203 propose l’élimination progressive de la captivité des cétacés au Canada. Qu’on vive au Québec, dans les Prairies ou à Vancouver, on accepte de moins en moins qu’on laisse les dauphins, les épaulards et les bélugas en captivité.
Les néo-démocrates souhaitent que le projet de loi aille de l’avant, car il reçoit l’appui de la population et des scientifiques. Le Canada peut faire un pas important vers la protection des mammifères marins vulnérables et mettre fin au traitement inhumain de ces créatures très intelligentes.
Un sondage effectué en mai 2018 par l’Institut Angus Reid a révélé que les Canadiens sont deux fois plus susceptibles de penser qu’il devrait être interdit de garder ces mammifères en captivité dans les aquariums canadiens que de penser que cette pratique devrait être autorisée.
Le projet de loi S-203 élimine progressivement la captivité de trois manières. Premièrement, il interdit, en vertu de la Loi sur les pêches, la capture de bêtes vivantes, sauf dans le cas des sauvetages. Actuellement, les captures sont légales si elles sont autorisées. Au Canada, les dernières captures de cétacés ont eu lieu en 1992, alors qu’on a capturé des bélugas près de Churchhill.
Deuxièmement, il interdit les importations et les exportations, sauf si elles sont autorisées à des fins de recherche scientifique ou pour assurer le bien-être des animaux, par exemple, le transfert dans un sanctuaire en eau libre. Il l’interdit en vertu de la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial.
Troisièmement, il interdit aussi la reproduction, en vertu des dispositions du Code criminel sur la cruauté envers les animaux, sous peine d’une déclaration sommaire de culpabilité et d’une amende de 200 000 $, à moins que la province ait autorisé des travaux de recherche scientifique.
Le projet de loi S-203 a été étudié par le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans pendant des mois, durant lesquels les plus grands spécialistes mondiaux des mammifères marins ont déclaré que la pratique du maintien en captivité ne peut être justifiée étant donné les connaissances scientifiques dont on dispose sur les besoins biologiques des cétacés.
Ce sont des mammifères marins intelligents, sociaux et sensibles au bruit. Ils ont besoin de circuler librement et de plonger profondément pour prospérer.
J’ai été surprise d’apprendre la distance que pouvait parcourir une baleine pour se nourrir et socialiser: environ 100 miles par jour. Quand on voit la taille des bassins, on peut comprendre que de tels animaux doivent se sentir pour le moins à l’étroit.
Les preuves scientifiques sur la nature et le comportement des cétacés indiquent qu’il est cruel de les garder en captivité. Ce sont des mammifères marins intelligents qui ont une très grande sensibilité sociale et acoustique. Ils ont besoin d’un vaste espace pour nager et plonger en profondeur.
Un épaulard en captivité vit dans seulement un dix-millième de 1 % de son habitat naturel. C’est minime! Ils n’ont donc pas assez d’espace pour nager en ligne droite ou profondément. C’est pire encore quand ils sont forcés de divertir des touristes toute la journée. Les cétacés s’ennuient et deviennent frustrés et agressifs.
En captivité, ils sont emprisonnés et isolés. Ils souffrent de problèmes de santé, ont une durée de vie réduite et des taux élevés de mortalité infantile. Ils souffrent de privation sensorielle et de traumatismes dus au transfert vers d’autres parcs et à la séparation des veaux. Autrement dit, les preuves indiquent que les installations de captivité ne peuvent pas répondre à leurs besoins sociaux ou biologiques.
Nous connaissons bien mieux l’écologie et la biologie de ces espèces. Il n’y a plus de raison de continuer un modèle économique qui n’est pas sain pour les animaux.
L’avantage du projet de loi S-203, c’est qu’il laisse aux parcs ou aux aquariums le temps de s’adapter à cette nouvelle réalité. Le projet de loi ne menace pas les animaux qui sont déjà dans les parcs comme Marineland ou l’aquarium de Vancouver. Au contraire, ces animaux peuvent vivre plusieurs décennies, et j’espère qu’ils pourront un jour prendre leur retraite dans un sanctuaire.
Par ailleurs, le projet de loi ne met pas fin au programme de sauvetage. Il autorise les efforts de sauvetage et les opérations de réhabilitation des cétacés qui se sont échoués, par exemple.
Par contre, il est clair qu’il ne peut plus y avoir de reproduction de ces animaux dans les conditions actuelles de captivité. Il n’a jamais été prouvé qu’il y avait un quelconque avantage pour la science. Comme je le mentionnais précédemment, la captivité a des effets très néfastes sur ces animaux marins.
Jane Goodall, qui a été invitée à témoigner au comité du Sénat l’automne dernier, a dit que la permission dont l’aquarium de Vancouver bénéficie à l’heure actuelle pour ses programmes de reproduction en captivité des bélugas qui lui ont été prêtés dans ses installations et aux installations de SeaWorld ne peut plus être défendue par la science. Elle a aussi dit que cela a été prouvé par le taux de mortalité élevé dans ces programmes de reproduction et par l'utilisation continue de ces animaux dans les spectacles interactifs en guise de divertissement. Enfin, elle a dit que l'élimination progressive de ces programmes était due à l'évolution naturelle des humains, qui voient désormais les cétacés comme des égaux.
Cette question ne doit pas être une question partisane, mais bien une question morale appuyée par la science. Depuis son dépôt, en décembre 2015, le projet de loi s'est enlisé à maintes reprises dans des manœuvres dilatoires de la part des conservateurs, à tel point que c'est mon collègue de Port Moody—Coquitlam et d'autres députés qui se sont exprimés publiquement pour exiger du Sénat qu'il cesse de tergiverser, qu'il passe au vote et qu'il soumette ce projet de loi à la Chambre des communes.
Nous, les néo-démocrates, croyons que le gouvernement devrait appuyer la recherche éthique et utile sur les cétacés, c'est-à-dire la recherche qui se fait en milieu naturel. Ainsi, les scientifiques peuvent se faire une idée réaliste des comportements naturels de ces animaux sans leur imposer une vie de douleurs et de souffrances. Les cétacés en captivité souffrent de manière non justifiable.
Le projet de loi S-203 est une mesure législative raisonnable et équilibrée. Il propose des exemptions pour les animaux déjà en captivité et accorde une longue période de transition à la communauté des zoos et des aquariums. On ne demande donc pas aux installations de fermer du jour au lendemain.
C'est la bonne chose à faire, et il est temps d'agir.
Collapse
View Peter Schiefke Profile
Lib. (QC)
View Peter Schiefke Profile
2019-02-01 13:16 [p.25169]
Expand
Mr. Speaker, I rise today to speak to Bill S-203, An Act to amend the Criminal Code and other Acts, also known as the Ending the Captivity of Whales and Dolphins Act.
This bill proposes changes to three acts: the Criminal Code, the Fisheries Act, and the Wild Animal and Plant Protection and Regulation of International and Interprovincial Trade Act.
I will begin by saying that I strongly support this bill, as do a large number of my constituents in Vaudreuil—Soulanges and Canadians across the country. I hope that this debate will continue in committee.
As we learn more about the life of whales and other cetaceans, it is clear that captivity is never the right thing to do. Canada is not alone on this. To be honest, the movement against the captivity of whales has grown and keeps growing around the world. My wife and I saw whales in the St. Lawrence and in Tadoussac and the experience changed us. Tadoussac is not the only place to go whale-watching.
The reality is that support for this law is not just strong for those near the Gulf of St. Lawrence. There are also those on the west coast who are in awe of the beauty of these creatures, such as those who live in Vancouver, Victoria or Haida Gwaii where people on the coast are treated to the incredible sights and sounds of the orcas as they play, hunt and share their majesty with us all.
However, it is not just coastal Canadians who are fuelling this movement. It is all Canadians, young and old, who have listened to the science, learned more about these incredible creatures and know that they do not belong in swimming pools, no matter how large. This is indeed good news, but that is not all the good news that I want to share with my colleagues.
While the banning of whale captivity is not yet in legislation, the practice has been in place for years in Canada. Licences for the capture of live cetaceans are only issued by the Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard for scientific research or rehabilitation. In the past 10 years, only one licence has been issued for the rehabilitation of a live stranded Pseudorca calf.
Our government has also taken notice of the growing concern to ensure that cetaceans are not being captured for the sole purpose of being kept on public display. That is why last year our government introduced Bill C-68, which is awaiting committee consideration in the other place, and contains amendments that would prohibit the captivity of whales and allow the minister to put in place regulations to ban the import and export of these beautiful creatures. Today, there are only two facilities in Canada that house cetaceans: Marineland in Niagara Falls, Ontario, and the Vancouver Aquarium in British Columbia.
Marineland is, as many of us know, a commercial facility with approximately 60 cetaceans. Most are belugas, with one being a killer whale. The Vancouver Aquarium is a not-for-profit facility and has one cetacean at its facility, a 30-year-old Pacific white-sided dolphin that was rescued from the wild and has been deemed unfit for release back into the wild. The Vancouver Aquarium works with Fisheries and Oceans Canada to rescue and rehabilitate marine mammals in distress. Even with all of this, we know that we must do more to ensure that cetaceans continue to be protected. That is why we need to make it clear through legislation that, indeed, whales do not belong in captivity.
While we are here today debating the need for whales to remain in the wild, I also want to highlight the need for us to ensure that their marine environment is also protected. Over the past few years in that regard, this government has made real investments to protect and conserve our marine environment. In 2016, the Prime Minister announced $1.5 billion dollars for the oceans protection plan, which has since funded 55 coastal restoration projects, is helping to address threats to marine mammals from vessel noise and collisions, and increased our on-scene environmental response capacity all across the country.
Further, as part of budget 2018, this government also announced $167.4 million for the whales initiative, which has further funded recovery plans for endangered species such as the southern resident killer whale, the beluga whale and the North Atlantic right whale.
It is clear that protecting marine mammals is an ongoing initiative and today we are debating a piece of legislation that will help ensure that whales stay where they belong: in the wild.
However, I heard some concerns about our jurisdiction and the mechanism that would allow this bill to make important changes to the Wild Animal and Plant Protection and Regulation of International and Interprovincial Trade Act.
As many members know, a number of provinces also have animal welfare laws in place. For example, Ontario has legislation that prohibits the breeding and acquisition of killer whales, as well as other animal protection rules. The bill before us today also seeks to amend the Criminal Code regarding animal welfare. I look forward to hearing the debates in committee and learning more about the shared federal-provincial jurisdiction in this regard.
In spite of everything, I continue to support this bill, and I fully support the principle behind it. It is time to put an end to the captivity of whales and cetaceans. Let's do it for our children and our grandchildren.
Monsieur le Président, je me lève aujourd'hui pour parler du projet de loi S-203, Loi modifiant le Code criminel et d'autres lois, aussi connu sous le nom de Loi visant à mettre fin à la captivité des baleines et des dauphins.
Ce projet de loi propose des changements à trois lois: le Code criminel, la Loi sur les pêches et la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial.
Je vais commencer par dire que je suis fortement en faveur de ce projet de loi, tout comme un grand nombre de mes concitoyens de Vaudreuil—Soulanges et de Canadiens et de Canadiennes de partout au pays. J'espère que ce débat se poursuivra en comité.
Alors que nous en apprenons plus sur la vie des baleines et d'autres cétacés, il est clair que la captivité n'est jamais, sans exception, la bonne chose à faire. Cette réalité n'existe pas seulement au Canada. À vrai dire, le mouvement contre la captivité des baleines a grandi et continue de grandir partout au monde. Ma conjointe et moi avons vu les baleines du fleuve Saint-Laurent, comme celles de Tadoussac, et l'expérience nous a transformés. Ce n'est cependant pas seulement à Tadoussac qu'on peut voir nos baleines.
En réalité, il n'y a pas que ceux qui vivent proche du golfe du Saint-Laurent qui appuient cette mesure législative. Il y a les habitants de la côte Ouest qui s'extasient devant la beauté de ces créatures, notamment ceux qui habitent à Vancouver, à Victoria et à Haida Gwaii, où la population côtière peut assister au spectacle éblouissant des épaulards lorsqu'ils jouent, chassent et déploient toute leur majesté.
Toutefois, les Canadiens des régions côtières ne sont pas seuls à soutenir ce mouvement. Tous les Canadiens, jeunes et vieux, qui ont écouté ce que les scientifiques disent, qui en ont appris plus sur ces créatures hors du commun et qui savent que leur place n'est pas dans une piscine, si grande soit-elle, l'appuient. C'est en fait une bonne nouvelle, mais ce ne sont pas les seules bonnes nouvelles dont je veux faire part à mes collègues.
Bien que l'interdiction de garder des baleines en captivité ne soit pas encore légiférée, elle existe dans la pratique depuis des années au Canada. Les permis pour la capture de cétacés vivants ne sont délivrés que par le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne à des fins de recherches scientifiques et de réintégration. Au cours des 10 dernières années, un seul permis a été délivré et c'était pour la réintroduction d'un petit faux-orque qui s'était échoué.
Le gouvernement est également conscient de la préoccupation croissante concernant la mise en captivité de cétacés en vue de les exhiber. C'est pourquoi l'année dernière, le gouvernement a présenté le projet de loi C-68, qui va être étudié par un comité du Sénat, et qui contient des modifications visant à interdire la mise en captivité des baleines et à permettre au ministre de mettre en place des règlements afin d'interdire l'importation et l'exportation de ces superbes créatures. Aujourd'hui, il n'y a que deux centres au Canada qui gardent des cétacés en captivité: Marineland, à Niagara Falls, en Ontario, et l'aquarium de Vancouver, en Colombie-Britannique.
Marineland, comme beaucoup de nous le savent, est un établissement commercial qui abrite approximativement 60 cétacés. La plupart sont des bélugas et il y a un épaulard. L'aquarium de Vancouver est un établissement sans but lucratif. Il abrite un seul cétacé, un dauphin à flancs blancs du Pacifique de 30 ans qui a été rescapé de la nature et dont on juge qu'il ne peut être remis en liberté dans son milieu naturel. L'aquarium de Vancouver collabore avec le ministère des Pêches et des Océans pour sauver des mammifères marins en détresse et assurer leur réadaptation. Malgré tout cela, nous savons que nous devons en faire plus pour que les cétacés continuent d'être protégés. C'est pourquoi nous devons établir clairement dans la loi que les baleines n'ont pas leur place en captivité.
Aujourd'hui, nous débattons de la nécessité de laisser les baleines en liberté, mais je tiens aussi à souligner que nous devons également veiller à la protection du milieu marin dans lequel elles vivent. À ce chapitre, au cours des dernières années, le gouvernement a fait de véritables investissements pour protéger et conserver le milieu marin. En 2016, le premier ministre a annoncé que le gouvernement affecterait 1,5 milliard de dollars au Plan de protection des océans qui, depuis lors, a financé 55 projets de restauration côtière, contribue à contrer les menaces que posent le bruit des navires et les collisions aux mammifères marins et a accru notre capacité d'intervention environnementale sur place partout au pays.
Qui plus est, dans le cadre du budget de 2018, le gouvernement a aussi annoncé qu'il consacrerait 167,4 millions de dollars à l'initiative de protection des baleines, laquelle a financé la mise en oeuvre de plans de rétablissement des espèces en voie de disparition, comme l'épaulard résident du Sud, le béluga et la baleine noire.
Il est évident que la protection des mammifères marins est une initiative continue, et, aujourd'hui, nous débattons d'une mesure législative qui garantira que les baleines restent là où elles doivent être: dans la nature.
Cependant, j’ai entendu certaines préoccupations à propos de notre champ de compétence et du mécanisme qui permettra à ce projet de loi d’apporter des changements importants à la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial.
En effet, comme plusieurs le savent, plusieurs provinces ont également des lois de protection des animaux en place. Par exemple, l’Ontario interdit l’élevage et l’achat d’épaulards et a des règles supplémentaires pour protéger les espèces animales. Le projet de loi présenté aujourd’hui vise également à apporter des modifications au Code criminel pour le bien-être des animaux. Je suis impatient d’entendre les débats qui auront lieu en comité et d’en apprendre davantage sur le partage des compétences entre les gouvernements fédéral et provinciaux sur le sujet.
Malgré tout, je continue d’appuyer ce projet de loi et j'appuie entièrement l'idée principale derrière celui-ci. C’est le temps de mettre fin à la captivité des baleines et des cétacés. Faisons-le pour nos enfants et nos petits-enfants.
Collapse
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2019-02-01 13:23 [p.25169]
Expand
Mr. Speaker, I rise today to speak to the issue of Bill S-203, which has a stated objective of ending the captivity of whales and dolphins, while allowing some exceptions for rescue and rehabilitation. I support the bill's moving forward to be studied by a committee. As MP for Pontiac, I call upon members of this chamber to move forward quickly so that this can be studied, because Canadians are expecting more action on this issue. We need to do a better job of protecting our whales and our dolphins.
Banning whale and dolphin captivity would demonstrate a concrete step toward international leadership on this key animal-welfare issue. It would bring Canada into step with countries like France, India, Chile, Costa Rica, Switzerland and various U.S. states where there are strict restrictions. Canadian values are evolving. They are changing. As scientific understanding evolves, so do Canadian values and so does our appreciation for those sophisticated creatures with which we share this planet. Canadians understand that whales and dolphins are complicated, intelligent beings and that the breeding in captivity of these species has no place in Canadian society.
One of the leading conservationists of the past two generations, Dr. Jane Goodall, whom I had the good fortune of meeting in Parliament in 2016, has said that the phasing-out of captive cetacean programs is the natural progression of humankind's evolving view of our non-human animal kin. This is an issue that has been raised by my constituents as embodying, yes, a scientific dimension, but also an important moral dimension. Bill S-203 has attracted tremendous support from the public as well as politicians of all parties, and it is clear that it is an opportune moment for the bill to be sent to committee and studied further.
As the member for Pontiac, I am proud to urge my colleagues in the House of Commons to move forward with this bill quickly and send it to committee because it is an innovative measure to protect whales and dolphins. Prohibiting the captivity of cetaceans is an important step toward international leadership on animal welfare. Canadians have been showing their growing opposition to keeping cetaceans in captivity. Today, the only facilities where cetaceans are still kept in captivity are the Vancouver Aquarium in British Columbia and Marineland in Ontario.
Fierce debate continues over issues such as mortality rates and longevity, especially of whales and dolphins while they are in captivity. The most conclusive data, as I understand it, are for orcas. Their annual mortality rates are significantly higher in captivity than in the wild. The mortality data related to live captures are relatively straightforward. Capture is undeniably stressful and, in the case of dolphins, results in a sixfold increase in mortality risk during and immediately after capture.
Live captures, particularly of dolphins, continue around the world in regions where very little is known about the status of populations. For smaller stocks, live capture operations are a significant conservation concern. These are issues that we have to take seriously. Even for those stocks not currently under threat, the lack of scientific assessment or regard for welfare makes the proliferation of these operations an issue of global concern. Therefore, it is good and it is appropriate that Canadian legislators are examining putting an end to cetacean captivity.
In the case of Bill S-203, to achieve this objective the bill proposes amendments to a series of statutes, namely the Criminal Code, the Fisheries Act and the Wild Animal and Plant Protection and Regulation of International and Interprovincial Trade Act, which tends to be called WAPPRIITA.
The capture of live cetaceans falls under federal jurisdiction. Although the Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard has the authority to issue licences for the capture of live cetaceans for the purpose of public display, no such licence has been issued since the 1990s.
Bill S-203 proposes to amend the Fisheries Act to prohibit moving “a live cetacean...from its immediate vicinity with the intent to take it into captivity.” This translates into making it illegal to capture or take a wild cetacean with the goal of keeping it captive. An exception is made when the animal is captured to help it.
As mentioned in the first hour of debate, the amendments to the Fisheries Act proposed in Bill S-203 are substantively similar to those introduced by the government in Bill C-68. In drafting Bill C-68, great care was taken to include the intent of Bill S-203, which is to end the capture of cetaceans from Canadian fishery waters for public display purposes.
Like Bill S-203 before us today, Bill C-68 includes provisions that would prohibit the capture of cetaceans and would allow for changes to import regulations to stop the import of cetaceans.
One of the important things for committee members as they study Bill S-203 is to examine what is the best legislative path forward, given the measures proposed in Bill C-68 and those proposed in Bill S-203. I look forward to following that process carefully.
There is one particular aspect that would merit an in-depth study, specifically the amendments this bill seeks to make in relation to WAPPRIITA, the Wild Animal and Plant Protection and Regulation of International and Interprovincial Trade Act.
WAPPRIITA forbids the import, export and interprovincial transportation of species it applies to unless those specimens are accompanied by the appropriate documents, licenses and permits. In all cases, the act applies to plants or animals, alive or dead, as well as the parts and any derived products. What is most important to understand about WAPPRIITA, which is the domestic statute that enables us to fulfill our international obligations under the CITES convention, is that it is a conservation-focused statute. We need to make sure that the objectives of that statute are consistent with Bill S-203. That is going to be an important discussion to have at committee.
The other thing we need to take into account is that this debate speaks to Canadian values.
I have had the wonderful opportunity to observe cetaceans in their natural environment, not just in eastern Canada, but also in western Canada, the Pacific and the St. Lawrence River. I know just how many Canadians have been touched by this experience.
My two young children have loved that experience, and they cannot even contemplate how cetaceans could be kept in captivity.
My wife, Regina, spent a summer with Dr. Paul Spong on Vancouver Island at his research station on Hanson Island studying the A5 pod. She was forever changed by that experience.
Most Canadians will recognize just how important it is to all of us that we do right by these species that are so special. Let us be conscious of the fact that these are some of the most highly sophisticated, most incredible beings on earth. When they are in captivity, they demonstrate absolutely abnormal behaviours. We need to make sure that Canadian legislation respects that these are incredibly sophisticated beings with complex social relations, and they deserve to be in the wild.
I appreciate this opportunity to urge the House to move this legislation forward for study in committee.
Je prends la parole aujourd'hui pour parler du projet de loi S-203 dont l'objectif déclaré est de mettre fin à la captivité des baleines et des dauphins tout en permettant quelques exceptions pour le sauvetage et la réadaptation. J'appuie le renvoi du projet de loi à un comité pour qu'il soit étudié. En tant que député de Pontiac, je demande aux députés de procéder rapidement afin de permettre l'étude de cette mesure: les Canadiens s'attendent à ce que nous soyons plus proactifs dans ce dossier. Nous devons mieux protéger les baleines et les dauphins.
Interdire la mise en captivité des baleines et des dauphins serait une mesure concrète favorisant un leadership mondial sur la grande question du bien-être des animaux. Le Canada emboîterait ainsi le pas à des pays comme la France, l'Inde, le Chili, le Costa Rica, la Suisse et divers États américains où il existe des restrictions strictes. Les valeurs canadiennes évoluent. Elles changent. Au fur et à mesure que les connaissances scientifiques évoluent, les valeurs canadiennes évoluent, tout comme notre opinion à l'égard de ces créatures intelligentes avec lesquelles nous partageons la Terre. Les Canadiens comprennent que les baleines et les dauphins sont des êtres complexes et intelligents et que la reproduction en captivité de ces espèces n'a pas sa place dans la société canadienne.
En 2016, j'ai eu l'occasion de rencontrer l'une des grandes défenseures de l'environnement des deux dernières générations, Jane Goodall, alors qu'elle était au Parlement. Cette dernière a déclaré qu'un jour, la vision que les êtres humains ont des espèces animales inclura inévitablement l'élimination progressive des programmes de cétacés en captivité. Il s'agit d'une question soulevée par les électeurs de ma circonscription qui a, certes, un caractère scientifique, mais aussi un caractère moral important. Le projet de loi S-203 a reçu un énorme appui de la population et des politiciens de tous les partis. Il est évident que le moment est bien choisi pour renvoyer le projet de loi au comité et l'étudier davantage.
En tant que député de Pontiac, je suis fier d'inviter mes collègues de la Chambre des communes à traiter de ce projet de loi rapidement et à l'étudier en comité, parce qu'il s'agit d'une mesure novatrice pour protéger les baleines et les dauphins. Interdire la mise en captivité des cétacés démontrerait un important pas vers un leadership international dans la protection des animaux. De plus en plus souvent, les Canadiens nous montrent leur opposition au fait de garder des cétacés en captivité. Présentement, les seuls endroits où ces cétacés sont toujours en captivité sont l'aquarium de Vancouver, en Colombie-Britannique, et Marineland, en Ontario.
Des questions comme le taux de mortalité et la longévité continuent de faire l'objet de vifs débats, surtout en ce qui concerne les baleines et les dauphins en captivité. À ma connaissance, les données les plus probantes portent sur les épaulards. Le taux annuel de mortalité des épaulards en captivité est considérablement plus élevé que celui des épaulards en liberté. Les données sur la mortalité liées à la capture de cétacés vivants sont assez claires. La capture cause indéniablement un stress et, dans le cas des dauphins, entraîne un risque de mortalité six fois plus élevé pendant ou immédiatement après la capture.
On continue de capturer des cétacés vivants, surtout des dauphins, dans des régions du monde où il existe peu de données sur l'état des populations. Dans les cas où les populations sont petites, la capture de cétacés vivants présente un problème important sur le plan de la conservation. Ce problème ne doit pas être pris à la légère. Même lorsque les populations ne sont pas menacées, l'absence d'évaluation scientifique ou d'égard pour le bien-être des animaux fait de ces activités une question d'intérêt mondial. Il est donc tout à fait pertinent que les législateurs canadiens étudient une mesure qui mettrait fin à la captivité des cétacés.
Pour réaliser cet objectif, le projet de loi S-203 prévoit la modification d'une série de lois, à savoir le Code criminel, la Loi sur les pêches et la Loi sur la protection d'espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial.
La capture de cétacés dans la nature relève de la compétence fédérale. Bien que le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne ait le pouvoir d'autoriser un permis pour la capture d'un cétacé vivant à des fins d'exposition publique, aucun permis de ce type n'a été délivré depuis les années 1990.
Le projet de loi S-203 propose de modifier la Loi sur les pêches afin qu'il soit interdit « de déplacer un cétacé vivant [...] dans l’intention de le mettre en captivité. » Cela veut dire qu'il serait désormais illégal de prendre un cétacé sauvage dans le but de le garder en captivité. Il serait cependant permis de déplacer un cétacé qui a besoin d'aide.
Comme on l'a dit pendant la première heure du débat, les modifications de la Loi sur les pêches proposées dans le projet de loi S-203 ressemblent en substance à celles que le gouvernement a incluses dans le projet de loi C-68. Lorsqu'il a rédigé le projet de loi C-68, le gouvernement a pris grand soin de le rendre conforme à l'esprit du projet de loi S-203, qui vise à mettre fin à la capture de cétacés dans les zones de pêche canadiennes pour peupler les aquariums.
Tout comme le projet de loi S-203, qui est à l'étude aujourd'hui, le projet de loi C-68 contient des dispositions qui interdiraient la capture de cétacés et qui permettraient d'apporter des changements à la réglementation sur les importations pour mettre fin à l'importation de cétacés.
Il sera important que, dans leur examen du projet de loi S-203, les membres du comité se penchent sur la meilleure approche législative à adopter, compte tenu des mesures proposées dans le projet de loi C-68 et de celles du projet de loi S-203. Je serai heureux de suivre ce travail de près.
Il vaudrait la peine d'examiner une des dispositions du projet de loi en profondeur, plus précisément les modifications législatives qu'il propose concernant la Loi sur la protection d'espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial.
La Loi sur la protection d'espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial interdit l'importation, l'exportation et le transport interprovincial des espèces auxquelles elle s'applique, à moins que les spécimens soient accompagnés des documents, licences et permis appropriés. La Loi s’applique aux plantes et aux animaux, vivants ou morts, ainsi qu’à leurs parties et aux produits qu’on en tire. Ce qu'il faut surtout comprendre à propos de cette loi est qu'il s'agit d'une loi nationale qui nous permet de remplir nos obligations internationales aux termes de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction, qui vise la conservation des espèces. Nous devons nous assurer que les objectifs de cette loi sont conformes au projet de loi S-203. Cet enjeu va faire l'objet d'un important débat au comité.
Il faut aussi tenir compte du fait que ce débat est lié aux valeurs canadiennes.
J’ai eu la chance formidable d'observer des cétacés dans leur milieu naturel, non seulement dans l’Est du Canada, mais aussi dans l’Ouest du Canada, dans le Pacifique et dans le fleuve Saint-Laurent, et je sais combien de Canadiens ont été touchés par cette expérience.
Mes deux jeunes enfants ont adoré cette expérience et ils ne peuvent s'imaginer que des cétacés puissent être gardés en captivité.
Mon épouse, Regina, a passé un été avec M. Paul Spong à sa station de recherche de l'île Hanson, près de l'île de Vancouver, afin d'étudier le groupe d'épaulards appelé pod A5. Cette expérience l'a changée pour toujours.
La plupart des Canadiens reconnaîtront l'importance pour nous tous de traiter convenablement ces espèces, qui sont uniques. Il faut savoir que c'est l'une des espèces les plus complexes vivant sur cette planète. En captivité, son comportement devient totalement anormal. Il faut faire en sorte que la législation canadienne respecte le caractère extrêmement complexe de cette espèce, aux relations sociales avancées, qui mérite de rester à l'état sauvage.
Je suis heureux de cette occasion qui m'est offerte d'exhorter la Chambre à renvoyer ce projet de loi au comité pour examen.
Collapse
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2018-11-29 17:36 [p.24238]
Expand
Mr. Speaker, I rise today to speak to Bill S-203, an act to amend the Criminal Code and other acts, also known as the act for ending the captivity of whales and dolphins, or as we have heard, the Free Willy bill. It was introduced in the other place by the hon. Senator Wilfred Moore on December 8, 2015, and following his retirement was carried by Senator Sinclair.
The bill proposes amendments to the Criminal Code, the Fisheries Act and the Wild Animal and Plant Protection and Regulation of International and Interprovincial Trade Act. Because I only have 10 minutes, I will refer to that statute from here forward as WAPPRIITA.
The goal of these amendments is to end the captivity of cetaceans; that is, whales, dolphins and porpoises in Canada. Indeed, the stated objective of Bill S-203 is to gradually reduce and eventually do away with the practice of holding whales, dolphins and other cetaceans captive in Canadian facilities.
Bill S-203 proposes amendments to the Criminal Code that would make it an offence to hold cetaceans in captivity. It proposes an amendment to the Fisheries Act that would prohibit the capture of a cetacean in order to take it into captivity. Finally, Bill S-203 proposes to amend the WAPPRIITA to prohibit the import of cetaceans into Canada and the export of a cetacean from Canada.
Bill S-203 is a response to growing public concern about the well-being of cetaceans. We now have a greater understanding and awareness of the nature of these animals and the living conditions they need to be happy and healthy. There is clearly growing support for the protection of whales and other marine mammals in Canada and around the world.
Since its introduction, Bill S-203 has undergone significant changes. Our colleagues in the other place, particularly through the consultations and study done by the standing committee, have sent us a bill that deserves our full consideration.
Bill S-203 also now includes provisions that affirm the rights of indigenous peoples, many of whom feature whales as a central part of their culture and traditions.
In order to enable certain critical conservation and research activities to continue, Bill S-203 includes provisions that would create exceptions where an animal is in need of rescue or rehabilitation. Cetaceans currently in captivity at Marineland and the Vancouver Aquarium would also fall under the exception clauses; that is, these facilities would not be closed down, leaving animals that have never known another home with no place to be cared for.
We are surrounded on three incredibly wide-ranging coasts by spectacular oceans. These waters are home to 42 distinct populations of whales.
All of these animal species and many more are facing major threats. Global warming has affected water temperatures, and that is affecting the food supply. Illegal, unreported, unregulated fishing, accidental by-catch and entanglement in commercial fishing nets, declining food availability, noise pollution, habitat pollution and even collisions all pose a threat to cetaceans.
The conservation and protection of marine mammals in the wild, including cetaceans, has become a whole-of-government priority in Canada. This priority has been underscored by the increasing threats facing three endangered species of whales, the southern resident killer whales on the west coast, the North Atlantic right whales on the east coast, and the St. Lawrence estuary beluga in Quebec.
The government's commitment to recovering and protecting Canada's whale species is reflected in the support provided through the $1.5 billion oceans protection plan announced by the Prime Minister in 2016, the $167.4 million whales initiative announced as part of budget 2018, and the recent announcement of $61.5 million for measures in support of the southern resident killer whale.
Fisheries and Oceans Canada has been coordinating with other federal departments and provincial and territorial governments to advance other initiatives, including reducing vessel strikes and entanglement of the North Atlantic right whale, reducing contaminants affecting the St. Lawrence estuary beluga, and introducing amendments to the marine mammal regulations that establish minimum general approach distances for whales, dolphins and porpoises in Canadian fisheries waters.
Bill S-203's focus is on the capture of wild cetaceans for the purpose of keeping them in captivity as an attraction, and the ongoing holding and/or breeding of cetaceans in captivity. As I have said, there are only two facilities in Canada that hold cetaceans in captivity, Marineland in Niagara Falls, Ontario and the Vancouver Aquarium in British Columbia.
Marineland is a commercial facility that has approximately 60 cetaceans, including beluga whales, dolphins and one orca or killer whale. The vast majority of cetaceans held at Marineland are belugas.
The Vancouver Aquarium is a not-for-profit facility. It has only one cetacean at its facility, a 30-year old Pacific white-sided dolphin that was rescued from the wild and deemed non-releasable. Earlier this year, the Vancouver Aquarium announced that it would no longer display cetaceans and would focus instead on its work on conservation and rescuing stranded and injured whales and dolphins. The Vancouver Aquarium works with Fisheries and Oceans Canada to rescue and rehabilitate marine mammals in distress.
The Minister of Fisheries, Oceans and the Canadian Coast Guard only issues licences for the capture of a live cetacean when the purpose is for scientific research or rehabilitation. In the past 10 years, only one such licence has been issued for the rehabilitation of a live stranded Pseudorca calf. It has been a matter of public policy for more than two decades that wild cetaceans not be captured and placed in captivity unless the goal is to rescue, rehabilitate and release them.
Provincial and territorial legislative regimes in this area continue to evolve. In 2015, Ontario banned the buying, selling or breeding of orca whales. The province also amended the Ontario Society for the Prevention of Cruelty to Animals Act to increase protection for other marine mammals held in captivity.
This bill was debated in the other place, so we have debated the amendments to the Fisheries Act that the government introduced in the spring and summer.
My colleagues may have noticed that some of the amendments put forward in Bill C-68 would achieve the main goal set out in Bill S-203: ending the captivity of cetaceans. Bill C-68 would do that without impeding the government's ability to do important scientific research.
Bill C-68 also includes provisions that protect the rights of northern indigenous peoples to export cetacean products, such as narwhal tusks.
Bill C-68 would prohibit capturing a cetacean with the intent to take it into captivity. Exceptions are made for the minister to authorize an exception if a cetacean is injured, in distress or in need of care.
The bill also proposes a regulation-making authority with respect to importing fish, including cetaceans. This regulation-making authority would allow the government to determine the circumstances under which a cetacean could be imported to or exported from Canada. For example, these movements may be permitted for purposes of repopulation or conservation. They may be prohibited if the intent is to display cetaceans in aquariums. These regulatory tools could also enable the government to authorize the import and export of cetaceans to sea sanctuaries should those facilities be established in the future.
The former minister of fisheries, oceans and the Canadian Coast Guard has acknowledged that the amendments to the Fisheries Act proposed in Bill C-68 as they pertain to keeping cetaceans in captivity were inspired by Bill S-203, and in particular the bill's sponsor, retired Senator Wilfred Moore.
There is no doubt that this government and Canadians from coast to coast to coast support the ban on the captivity of cetaceans for the sole purpose of display. That is why I look forward to supporting this bill to committee and participating in the debate that will occur there and hearing from witness testimony.
Monsieur le Président, j’interviens aujourd’hui au sujet du projet de loi S-203, Loi modifiant le Code criminel et d’autres lois, également connue sous le nom de Loi visant à mettre fin à la captivité des baleines et des dauphins, ou, comme nous l’avons entendu, du projet de loi « Free Willy ». Il a été présenté au Sénat par l’honorable sénateur Wilfred Moore le 8 décembre 2015 et, après sa retraite, il a été parrainé par le sénateur Sinclair.
Le projet de loi propose des modifications au Code criminel, à la Loi sur les pêches et à la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales sauvages et à la réglementation de leur commerce international et interprovincial. Comme je n’ai que 10 minutes, j’appellerai dorénavant cette loi la Loi sur la protection des espèces.
Ces modifications visent à mettre fin à la captivité des cétacés, c’est-à-dire des baleines, des dauphins et des marsouins au Canada. En fait, l’objectif déclaré du projet de loi S-203 est de réduire graduellement et, éventuellement, d’éliminer la pratique consistant à garder les baleines, les dauphins et autres cétacés captifs dans des installations canadiennes.
Le projet de loi S-203 propose des modifications au Code criminel qui érigerait en infraction le fait de garder des cétacés en captivité. Il propose un amendement à la Loi sur les pêches qui interdira la capture d’un cétacé afin de l’emmener en captivité. Enfin, le projet de loi S-203 propose de modifier la Loi sur la protection des espèces pour interdire l’importation de cétacés au Canada et l’exportation d’un cétacé du Canada.
Le projet de loi S-203 est une réponse à la préoccupation grandissante du public entourant le bien-être des cétacés. Il y a maintenant une plus grande sensibilité et une meilleure compréhension en ce qui concerne la nature de ces animaux et les conditions qui leur sont nécessaires pour être en bonne santé et heureux. Il y a, sans aucun doute, un soutien croissant relativement à la protection des baleines et des autres mammifères marins, au Canada et partout dans le monde.
Depuis sa présentation, le projet de loi S-203 a subi d’importantes modifications. Nos collègues du Sénat, notamment grâce aux consultations et à l’étude effectuées par le comité permanent, nous ont envoyé un projet de loi qui mérite toute notre attention.
Le projet de loi S-203 comprend aussi maintenant des dispositions qui affirment les droits des peuples autochtones, dont bon nombre font des baleines un élément central de leur culture et de leurs traditions.
Afin de permettre la poursuite de certaines activités essentielles de conservation et de recherche, le projet de loi S-203 contient des dispositions qui créeraient des exceptions lorsqu’un animal a besoin d’être sauvé ou réhabilité. Les cétacés actuellement en captivité à Marineland et à l’Aquarium de Vancouver seraient également visés par les clauses d’exception, c’est-à-dire que ces installations ne seraient pas fermées, de sorte que les animaux qui n’ont jamais connu un autre foyer ne seraient pas laissés à eux-mêmes.
Nous sommes entourés par trois côtes incroyablement étendues côtoyant des océans spectaculaires. Ces eaux abritent 42 populations distinctes de baleines.
Toutes ces espèces animales, et bien d'autres, sont confrontées à des menaces importantes. Le réchauffement climatique a eu des impacts sur la température de l'eau, qui à son tour affecte l'approvisionnement alimentaire. La pêche illégale, non déclarée et non réglementée, les prises accessoires accidentelles et l'enchevêtrement dans les filets des pêcheries commerciales, la réduction des aliments disponibles, la pollution sonore, la pollution de l'environnement et même les collisions jouent un rôle dans la menace pour les cétacés.
La conservation et la protection des mammifères marins dans la nature, y compris les cétacés, sont devenues une priorité dans l'ensemble du gouvernement au Canada. Cette priorité a été mise en évidence par la menace croissante à laquelle sont confrontées trois espèces de baleines: l'épaulard résident du Sud sur la côte Ouest, la baleine noire de l'Atlantique Nord sur la côte Est et le béluga de l'estuaire du Saint-Laurent, au Québec.
L'engagement du gouvernement de rétablir et de protéger les espèces de baleines du Canada se reflète dans les mesures qu'il prend dans le cadre du Plan de protection des océans, doté d'une enveloppe de 1,5 milliard de dollars et annoncé par le premier ministre en 2016, l'initiative de protection des baleines, financée à hauteur de 167,4 millions de dollars et annoncée dans le budget de 2018, et la récente annonce de l'affectation de 61,5 millions de dollars à des mesures visant à soutenir les populations d'épaulards résidents du Sud.
Pêches et Océans Canada coordonne avec d'autres ministères fédéraux et des gouvernements provinciaux et territoriaux l'avancement d'autres initiatives, notamment pour réduire les collisions avec des navires et les enchevêtrements de baleines noires, réduire les contaminants qui touchent les bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent, et il propose des modifications au Règlement sur les mammifères marins pour fixer des distances d'approche générale minimales des baleines, des dauphins et des marsouins dans les eaux de pêche canadiennes.
Le projet de loi S-203 porte surtout sur la capture de cétacés sauvages pour les garder en captivité en vue de les exhiber ainsi que sur le maintien et la reproduction de cétacés en captivité. Comme je l'ai dit, il n'y a que deux centres au Canada qui gardent des cétacés en captivité: Marineland à Niagara Falls, en Ontario, et l'aquarium de Vancouver, en Colombie-Britannique.
Marineland est un établissement commercial qui abrite approximativement 60 cétacés, y compris des bélugas, des dauphins et une orque ou un épaulard. La vaste majorité des cétacés gardés à Marineland sont des bélugas.
L'aquarium de Vancouver, quant à lui, est un établissement sans but lucratif. Il abrite un seul cétacé, un dauphin à flancs blancs du Pacifique de 30 ans qui a été rescapé de la nature et dont on juge qu’il ne peut être remis en liberté dans son milieu naturel. Plus tôt cette année, l'aquarium de Vancouver a annoncé qu'il n'exhiberait plus des cétacés et qu'il se concentrerait plutôt sur son travail de conservation et de sauvetage des baleines et des dauphins échoués et blessés. L'aquarium collabore avec le ministère des Pêches et des Océans pour sauver des mammifères marins en détresse et assurer leur réadaptation.
Le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne délivre seulement des licences pour la capture d'un cétacé vivant lorsque cet acte est posé dans le but de mener des recherches scientifiques ou d'assurer la réadaptation du mammifère. Au cours des 10 dernières années, il n'est arrivé qu'une fois qu'on délivre ce genre de licence, et c'était pour la réadaptation d'un bébé faux-orque qui avait été trouvé en détresse. Cela fait plus de deux décennies que le gouvernement a comme politique d'autoriser uniquement la capture et la mise en captivité des cétacés sauvages lorsqu'elles ont pour but de les sauver, d'assurer leur réadaptation, puis de les relâcher.
Les régimes législatifs provinciaux et territoriaux dans ce domaine continuent d'évoluer. En effet, en 2015, l'Ontario a interdit l'achat, la vente et la reproduction des orques. La province a aussi modifié la Loi sur la Société de protection des animaux de l'Ontario pour mieux protéger les autres mammifères marins gardés en captivité.
Étant donné que ce projet de loi faisait l'objet d'un débat dans l'autre Chambre, nous avons débattu ici des modifications proposées par le gouvernement à la Loi sur les pêches le printemps et l'été derniers.
Mes collègues auront noté que certains des amendements proposés dans le projet de loi C-68 atteindraient l'objectif premier du projet de loi S-203, qui est de mettre fin à la captivité des cétacés. Le projet de loi C-68 le ferait, tout en préservant la capacité du gouvernement de mener des recherches scientifiques importantes.
Le projet de loi C-68 comprend également des dispositions qui garantiraient la protection des droits des peuples autochtones du Nord d'exporter des produits des cétacés, comme les défenses de narval.
Le projet de loi C-68 interdira la pêche des cétacés lorsqu'elle a pour but leur mise en captivité, sauf si le ministre l'autorise, notamment parce qu'ils sont blessés, en détresse ou parce qu'ils ont besoin de soins.
Le projet de loi prévoit une autorité réglementaire en matière d'importation de poisson, y compris de cétacés, qui permettrait au gouvernement d'établir les circonstances selon lesquelles des cétacés peuvent être importés ou exportés au Canada. Par exemple, elles pourraient être permises à des fins de repopulation ou de conservation et interdites si l'objectif est de les exposer dans des aquariums. Ces outils réglementaires permettront également au gouvernement d'autoriser l'importation et l'exportation de cétacés dans des sanctuaires marins, si on en construit dans le futur.
L'ancien ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne a reconnu que les modifications à la Loi sur les pêches proposées dans le projet de loi C-68 concernant la mise en captivité de cétacés étaient inspirées du projet de loi S-203, et plus particulièrement du parrain de ce projet de loi-là, le sénateur retraité Wilfred Moore.
Il ne fait aucun doute que le gouvernement et les Canadiens d'un océan à l'autre appuient l'interdiction de maintenir en captivité des cétacés à des fins d'exposition. C'est pourquoi j'ai hâte d'appuyer ce projet de loi au comité, de participer au débat qui y aura lieu et d'entendre des témoignages à ce sujet.
Collapse
View Fin Donnelly Profile
NDP (BC)
View Fin Donnelly Profile
2018-11-29 17:56 [p.24241]
Expand
Mr. Speaker, I am pleased to rise to speak in support of Bill S-203, an act to amend the Criminal Code and other acts (ending the captivity of whales and dolphins).
The bill was first introduced in the Senate in 2015. It has taken three long years to get it here, and I fully support its quick passage into law. The purpose of the bill is to phase out the captivity of cetaceans: whales, dolphins and porpoises in Canada. There is an exception for rescues, rehabilitation, licensed scientific research, or if it is in the best interest of the cetacean.
Keeping these incredible creatures confined is cruel. This is a moral issue, but it is informed by science, and I hope all members of the House will support this legislation. The study of cetaceans is important, but New Democrats believe research on cetaceans can be conducted in an ethical manner in the wild where they belong. There, scientists can get a realistic view of their natural behaviours without causing a lifetime of pain and suffering.
Science has proven that they suffer in captivity. Let us have a look at what the Animal Welfare Institute reports about their natural behaviour compared to when they are in captivity.
In the wild, cetaceans can travel up to 100 miles a day, feeding and socializing with other members of their pods. Pods can contain hundreds of individuals with complex social bonds and hierarchies. In captivity, they are housed in small enclosures, unable to swim in a straight line for long or dive deeply. Sometimes they are housed alone without opportunities for socialization, or they are forced to live with incompatible animals and even species with which they would not naturally have close contact.
In the wild, cetaceans spend approximately 80% to 90% of their time under water. They have the freedom to make their own choices. In captivity, they spend approximately 80% of their time at the surface, looking for food and attention from their trainers, who make the choices for them.
In the wild, they are surrounded by other sea life and are an integral part of marine ecosystems. They have evolved for millions of years in the oceans, and in most cases, they are the top predators. In captivity, cetaceans are in artificial environments that are sterile or lack stimulation. Tank water must be treated or filtered, or both, to avoid health problems for the animals, although they may still suffer from bacterial and fungal infections that can be deadly. Other species, such as fish, invertebrates and sea vegetation cannot survive these treatments, so display tanks are as empty as hotel swimming pools.
In the wild, cetaceans live in a world of natural sound. They rely on their hearing as we do on our sight. Echolocation is their main sensory system, and they use sound to find mates, migrate, communicate, forage, nurse, care for young, and escape predators. In captivity, cetaceans must listen to filtration systems, pumps, music, fireworks and people clapping and yelling daily. Their concrete and glass enclosures also reflect sounds, so a poorly designed enclosure can make artificial noises worse. Echolocation is rarely used, as a tank offers no novelties or challenges to explore.
In captivity, it must be horrific for these animals. Cetaceans are intelligent, emotional and social mammals. Orcas, in particular, are highly social animals that travel in groups or pods that consist of five to 30 whales, although some pods may combine to form a group of 100 or more.
Canadians witnessed their extraordinary human-like behaviour this past summer, as we watched the grieving ordeal of the mother orca, J-35 Tahlequah, who carried her dead newborn calf for about 1,600 kilometres over 17 days. She empathetically held on, diving deep to retrieve her calf each time it slid from her head. Jenny Atkinson, director of the Whale Museum on San Juan Island told the CBC:
We do know her family is sharing the responsibility of caring for this calf, that she's not always the one carrying it, that they seem to take turns. While we don't have photos of the other whales carrying it, because we've seen her so many times without the calf, we know that somebody else has it.
This type of grieving behaviour is not unique to killer whales. Dolphins and other mammals, including gorillas, are known to carry their deceased young in what is widely believed by scientists to be an expression of grief.
Sheila Thornton, the lead killer whale biologist for Fisheries and Oceans Canada describes it. She said:
Strong social bonds between the families of orcas drive much of their behaviour. The southern residents share food, a language, a culture of eating only fish and an ecological knowledge of where to find it in their home range.
Bill S-203 is an important piece of proposed legislation that would grandfather out captivity in three ways.
First, it would ban live captures under the Fisheries Act, except for rescues. To be clear, the bill would not interfere with rescues. In fact, it would allow for research if the cetacean is unfit to return to the wild.
Second, it would ban cetacean imports and exports, except if licensed for scientific research or in the cetacean's best interest. An example of that exemption would be a transfer to an open water sanctuary under the Wild Animal and Plant Protection and Regulation of International and Interprovincial Trade Act, or WAPPRIITA.
Third, it would ban breeding under the animal cruelty provisions of the Criminal Code, subject to a summary conviction and a $200,000 fine unless provincially licensed for scientific research.
It is important to note that government Bill C-68, which is currently in the Senate, prohibits cetacean captures except for rescues and authorizes the regulation of imports. However, Bill C-68 would not restrict imports or exports by law or ban breeding.
Bill S-203 would also ban cetacean performances for entertainment. Currently, two Canadian facilities hold captive cetaceans. The Vancouver Aquarium holds one dolphin and has publicly committed to not hold any new cetaceans following the Vancouver Park Board ban. Marineland in Niagara Falls, Ontario, holds 50 to 60 belugas, five dolphins and one orca. Since 2015, it has been illegal to buy, sell or breed orcas in that province.
For these facilities, a change brought on as a result of Bill S-203 would be felt gradually. Marineland, for example, could keep its current whales and dolphins, many of which should live for decades, and in that time it could evolve to a more sustainable model, perhaps with a focus on conservation. The Vancouver Aquarium, for instance, could retain its current residents for research and may even acquire new whales and dolphins through rescue and rehabilitation.
Phil Demers, a former head trainer at Marineland, said this about the bill:
As a former Marine Mammal Trainer, I believe the bill to ban cetacean captivity and breeding in Canada is imperative and long-overdue. I have witnessed the physiological and emotional consequences captivity imposes on these magnificent beings, and those who care for them. No living being should be forced to endure what I’ve witnessed, and it’s my hope that this bill will finally put an end to these cruel practices.
It is about time. Canada is behind other jurisdictions on this issue. The United Kingdom, Italy, New Zealand, Chile, Cyprus, Hungary and Mexico all have banned or severely restricted these practices. Companies have begun ending their partnerships with other companies that keep cetaceans in captivity. Air Canada, WestJet, JetBlue, Southwest Airlines and Taco Bell have all recently ended their association with SeaWorld Entertainment, which operates a total of 12 parks in the United States.
In a letter to the Vancouver Parks Board, Dr. Jane Goodall said:
The scientific community is also responding to the captivity of these highly social and intelligent species as we now know more than ever, about the complex environments such species require to thrive and achieve good welfare. Those of us who have had the fortunate opportunity to study wild animals in their natural settings where family, community structure and communication form a foundation for these animals’ existence, know the implications of captivity on such species.
In 1977, I received the honour of a lifetime when the Squamish nation bestowed me with the name Iyim Yewyews, meaning orca, blackfish or killer whale, a strong swimmer in the animal world. They gave me this name for the work I was doing to conserve, protect and restore the watersheds, our marine environment and the natural world, which includes these whales.
I encourage all members to get on the right side of history and pass this important bill.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole pour appuyer le projet de loi S-203, Loi modifiant le Code criminel et d’autres lois visant à mettre fin à la captivité des baleines et des dauphins.
Le projet de loi a d'abord été présenté au Sénat en 2015. Cela a pris trois longues années pour qu'il se rende à la Chambre et je suis entièrement en faveur de son adoption rapide. Le projet de loi a pour objet d'éliminer progressivement la mise en captivité des cétacés — c'est-à-dire des baleines, des dauphins et des marsouins — au Canada, sauf en cas de sauvetage, de rétablissement, de recherche scientifique autorisée ou de mesure dans leur intérêt.
Il est cruel de garder ces incroyables créatures en captivité. Il s'agit d'une question morale, mais fondée sur des données scientifiques. J'espère que tous les députés appuieront le projet de loi. Il est important d'étudier les cétacés, mais le NPD croit que la recherche sur ceux-ci peut être menée de façon éthique et dans leur milieu naturel. Dans ce contexte, les scientifiques peuvent se faire une idée plus réaliste de leurs comportements naturels sans causer toute une vie de douleur et de souffrance.
Les recherches scientifiques ont démontré que les cétacés souffrent quand ils sont gardés en captivité. L'Animal Welfare Institute a comparé le comportement des cétacés dans leur milieu naturel à celui des cétacés en captivité. Voyons ce qu'il dit.
Les cétacés en liberté peuvent parcourir jusqu'à 100 milles par jour; ce faisant, ils se nourrissent et entretiennent des liens sociaux avec les membres de leur troupeau. Les troupeaux peuvent comprendre des centaines d'individus et fonctionnent selon des liens sociaux et des hiérarchies complexes. En captivité, les cétacés sont gardés dans de petits enclos dans lesquels il leur est impossible de nager en ligne droite sur une longue distance ou de plonger en profondeur. Dans certains cas, l'animal est seul sans possibilité de liens sociaux ou forcé de cohabiter avec des animaux incompatibles et même des espèces qu'il ne côtoierait pas dans la nature.
En liberté, les cétacés passent environ 80 à 90 % de leur temps sous l'eau. Ils ont la possibilité de faire leurs propres choix. En captivité, ils passent environ 80 % de leur temps à la surface de l'eau, en quête de nourriture et de l'attention de leurs dresseurs, qui décident pour eux.
Dans la nature, les cétacés sont entourés de vie marine et font partie intégrante de l'écosystème marin. Ce sont des créatures qui ont évolué sur des millions d'années dans les océans et, la majorité du temps, ce sont eux les plus grands prédateurs. Gardés en captivité, les cétacés se retrouvent dans un environnement artificiel stérile ou ne leur offrant aucune stimulation. L'eau des aquariums doit être traitée ou filtrée, parfois les deux, pour éviter des problèmes de santé aux animaux. Il leur arrive tout de même de se retrouver avec des infections bactériennes ou fongiques qui peuvent être mortelles. Certaines autres espèces, comme les poissons, les invertébrés et la végétation marine, ne peuvent survivre à ces traitements. Les aquariums publics sont donc aussi vides que des piscines d'hôtel.
Pour les cétacés, le milieu marin est un monde de sons. Ils dépendent de l'ouïe comme nous dépendons de la vision. L'écholocalisation est leur principal système sensoriel. Ils utilisent les sons pour s'accoupler, migrer, communiquer, se nourrir, allaiter, s'occuper de leurs petits et échapper aux prédateurs. Lorsqu'ils sont en captivité, les cétacés entendent au quotidien le bruit des systèmes de filtration, des pompes, de la musique, des feux d'artifice ainsi que des applaudissements et des cris des gens. De plus, le son a tendance à rebondir dans leur enclos en verre ou en béton. Un enclos mal conçu peut rendre encore plus insupportable le bruit artificiel. Ils utilisent rarement l'écholocalisation parce qu'il n'y a rien à découvrir dans un réservoir ni aucun défi à surmonter.
Cela doit être horrible pour ces animaux de vivre en captivité. Les cétacés sont des mammifères très intelligents, sensibles et sociaux. Les épaulards sont des animaux particulièrement sociaux qui voyagent en groupes ou en troupeaux de 30. Il arrive parfois même que des troupeaux se rassemblent pour former un groupe de 100 épaulards ou plus.
Cet été, les Canadiens ont pu témoigner de leur comportement très humain en suivant le deuil de la mère, J-35 Tahlequah, qui a poussé son petit mort-né sur 1 600 kilomètres pendant 17 jours. Pleine d'empathie, elle l'a tenu tout le long. Chaque fois qu'il glissait de sa tête, elle allait le chercher plus loin dans l'eau. Jenny Atkinson, la directrice du musée de la baleine à l'île de San Juan a dit à CBC/Radio-Canada:
On sait que sa famille partage avec elle la responsabilité de prendre soin de son bébé. Elle n'est pas la seule à le porter. Ils semblent le faire à tour de rôle. Bien que nous n'ayons pas de photos des autres épaulards qui le portent, nous l'avons vue tellement de fois sans son bébé que nous savons qu'un autre épaulard s'en occupe.
Ce type de comportement associé au deuil n'est pas seulement observé chez les épaulards. Les dauphins et d'autres mammifères, y compris les gorilles, transportent leurs petits décédés. Les scientifiques considèrent généralement ce comportement comme une expression de chagrin.
Sheila Thornton, biologiste en chef, spécialiste des épaulards, à Pêches et Océans Canada a décrit leurs interactions dans ces mots:
Les liens sociaux étroits entre les familles d'orques définissent une grande partie de leur comportement. En plus de mettre en commun leur nourriture, les épaulards résidents du Sud ont en commun une langue, une culture axée sur une alimentation composée uniquement de poissons et des connaissances écologiques pour savoir où les trouver dans leur habitat.
Le projet de loi S-203 est une mesure législative importante qui mettrait fin à la captivité de trois façons.
Premièrement, il interdirait la capture de cétacés vivants selon la Loi sur les pêches, sauf s'il s'agit d'un sauvetage. Je le dis clairement: le projet de loi n'empêcherait pas les sauvetages. En fait, il permettrait la recherche dans les cas où l'on juge que le cétacé ne peut être remis en liberté dans son milieu naturel.
Deuxièmement, il interdirait les exportations et les importations de cétacés, sauf dans les cas où une licence est accordée pour mener des recherches scientifiques ou pour garder le cétacé en captivité dans son propre intérêt. Un exemple d'une telle exemption serait un transfert vers un refuge en eau libre selon la Loi sur la protection d'espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial.
Troisièmement, il interdirait la reproduction selon les dispositions du Code criminel sur la cruauté envers les animaux, qui serait punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et passible d'une amende de 200 000 $, sauf dans les cas où un permis provincial est obtenu pour mener des recherches scientifiques.
Il est à noter que le projet de loi d'initiative ministérielle C-68, actuellement à l'étude au Sénat, vise à interdire la capture de cétacés, sauf si c'est pour les sauver, et à encadrer les importations. Cependant, le projet de loi C-68 ne vise pas à limiter les importations ou les exportations par voie législative, ni à interdire l'élevage.
De plus, au titre du projet de loi S-203, on ne pourrait pas exhiber des cétacés dans un spectacle à des fins de divertissement. À l'heure actuelle, deux établissements canadiens gardent des cétacés en captivité. L'aquarium de Vancouver garde un dauphin et s'est engagé publiquement à ne pas garder d'autres cétacés en captivité, à la suite de l'interdiction mise en place par le conseil d'administration des parcs de Vancouver. Marineland, à Niagara Falls, en Ontario, garde 50 à 60 bélugas, cinq dauphins et un épaulard en captivité. Depuis 2015, il est illégal d'acheter, de vendre ou d'élever des épaulards dans cette province.
Pour ces établissements, les mesures du projet de loi S-203 s'appliqueraient graduellement. Par exemple, Marineland pourrait garder les baleines et les dauphins qui sont actuellement en sa possession et qui, dans bien des cas, vivront encore des dizaines d'années. Pendant ce temps, l'établissement pourrait adopter un nouveau modèle plus durable et axé, par exemple, sur la conservation. Quant à l'aquarium de Vancouver, il pourrait notamment garder les animaux actuellement en sa possession à des fins de recherche, et même accueillir d'autres baleines et dauphins dans le cadre d'une initiative de sauvetage et de réadaptation.
Phil Demers, ancien entraîneur en chef de Marineland, a dit ceci au sujet du projet de loi:
En tant qu’ancien entraîneur de mammifères marins, j’estime que le projet de loi visant à interdire le maintien et l’élevage de cétacés en captivité au Canada est impératif et qu’il aurait dû être déposé depuis longtemps. J’ai été témoin des séquelles aux niveaux physiologique et émotif que le maintien en captivité a sur ces magnifiques créatures et sur ceux qui en prennent soin. Aucun être vivant ne devrait être forcé de subir ce dont j’ai été témoin, et j’espère que ce projet de loi mettra fin une fois pour toutes à ces pratiques cruelles.
Il est à peu près temps. Sur cette question, le Canada accuse du retard par rapport à d'autres pays. Le Royaume-Uni, l'Italie, la Nouvelle-Zélande, le Chili, Chypre, la Hongrie et le Mexique ont tous interdit ces pratiques ou les ont sévèrement restreintes. Certaines entreprises ont mis un terme à leur partenariat avec des compagnies qui tiennent des cétacés en captivité. Air Canada, WestJet, JetBlue, Southwest Airlines et Taco Bell ont tous récemment mis fin à leur association avec SeaWorld Entertainment, qui exploite 12 parcs aux États-Unis.
Dans une lettre adressée au Vancouver Parks Board, Mme Jane Goodall déclare:
La communauté scientifique réagit également à la captivité de ces espèces très sociables et intelligentes, car on sait, plus que jamais auparavant, qu'elles ont besoin d'un environnement complexe pour connaître le bien-être et l'épanouissement. Ceux d'entre nous qui ont eu la chance d'observer des animaux sauvages dans leur habitat naturel, où la famille, la structure de la communauté et la communication offrent un fondement à l'existence de ces animaux, connaissent les conséquences de la captivité sur ces espèces.
En 1977, j'ai eu l'honneur de ma vie lorsque la nation Squamish m'a conféré le nom d'Iyim Yewyews, qui signifie orque, poisson noir, épaulard ou animal bon nageur. On m'a donné ce nom en raison du travail que je faisais pour assurer la conservation, la protection et la restauration des bassins hydrographiques, notre environnement marin et la nature, ce qui comprend les baleines.
J'encourage tous les députés à se ranger du bon côté de l'histoire et à voter pour cet important projet de loi.
Collapse
View Ed Fast Profile
CPC (BC)
View Ed Fast Profile
2018-06-13 22:07 [p.20887]
Expand
Mr. Speaker, I have enjoyed listening to the various interventions on this private member's bill, one which recognizes Canada's relationship with Latin America and the ties we have to many of the countries in that region of the world, establishing the recognition, at law, that the relationship between Canadians and their Latin American partners is a very good one and that can lead to prosperity and to wonderful relationships.
I heard discussion about sports here today, and the culture of Latin America, but I would like to focus today on a thing that has been my passion for a number of years now, and that is international trade. As Canada's former international trade minister, I had the honour and privilege of being able to lead Canada's trade agenda all around the world. We brought in the global markets action plan, which opens up new markets for Canadians who are looking to export their goods all around the world. We also saw in trade an opportunity not only to drive Canadian prosperity, but to help other countries around the world improve their own prosperity. There are some who believe that trade is a zero-sum game: if they win, we lose; if we win, they lose. We have leaders in the world today, very well-known leaders, who believe that trade is a zero-sum game and are prepared to lose opportunities to build trading relationships that are going to drive their own economic growth.
We as a Conservative Party strongly believe that trade is not a zero-sum game, that in fact a rising tide lifts all ships. To put it another way, when we increase the size of the pie, everybody benefits, everybody can participate, and everybody can become more prosperous. That is what generated our enthusiasm for engaging in trade with Latin America. It was our Conservative government under Stephen Harper that led the charge to really seize the opportunity to engage with countries within Latin America. We engaged with countries like Panama and Honduras. We engaged with countries like Peru and Colombia. We also made attempts to engage with some of the larger economies in South America like Argentina and Brazil, and I will get to those in a moment. What drove us was not only a motive to drive economic growth in Canada through trade, but it was to be a vehicle that could be used to help other countries that were emerging from very troubled histories, very troubled pasts.
I will give an example of where Canada has engaged. By the way, this is also a compliment to our Liberals here because they are the ones who started the trade negotiations with Chile. I give credit where credit is due. What happened was that Chile under Augusto Pinochet lived in fear, under the oppression of a tyrant and a dictator who oppressed his people. There was no democracy. There was no security in that country. There was no rule of law. It was chaotic. It was immensely unsafe. Those who remember those days remember the news reports coming out of Chile: extra-judicial killings; and people, fathers and mothers, disappearing, never to be seen again. Eventually, Augusto Pinochet was deposed. He was brought to justice. The country was in shambles. The economy was in shambles. Canada decided to engage with Chile. There are those who suggest that with countries that come from very problematic pasts like Colombia, Peru, and Honduras, the best way of treating them is as pariahs and not to engage with them at all; isolate them.
Canada's approach has been quite different. We have said, provided a country has a genuine desire to emerge from its difficult past and to make the structural reforms required, we are prepared to engage with it on trade. When we engage on trade, we get to engage on building democratic institutions, building the rule of law, delivering better security in those countries. It is all part of a package. It is not just about trade.
We engage with Chile and Canada was one of the first countries to sign a trade agreement with Chile. Today, Chile is the most prosperous, most democratic country in South America. It is a shining example of where engagement made a huge difference. Even to this day, Canada has close relationships with Chile. We still have a trade agreement with it.
There are other countries in the region. Peru was one. It was trying to loosen itself from the grip of the Shining Path guerrillas, who were wreaking chaos throughout the country. Eventually it was able to emerge from that and its leader at the time chose to engage with Canada and asked if it would be possible for Canada to consider a trade agreement with Peru. We said we knew they had a troubled past and there were lots of things to fix in their country, but they had expressed a genuine desire to create a much better country, a much better economy, and a much better future for the people. We engaged with Peru. We negotiated a trade agreement. Today, Peru is a completely different country. It still has its challenges and anyone who travels there will understand that, but it is a vastly different and superior country to what it once was.
The same thing is true with Colombia where we engaged with President Santos, who was trying to make peace with the FARC guerillas and the ELN, the national patriotic army. We said we would engage with it on a trade agreement and we negotiated. At the end of the day we were able to secure an agreement that is today helping to drive prosperity with that country because there are other countries that Colombia has now engaged with as well and has trade agreements with. It is strengthening its democratic institutions. It has a semblance of rule of law in Colombia. Is it perfect? No, but it is getting much better. Canada played a part in doing that, in providing security, developing capacity within that country.
Canada is known around the world as being a kinder, gentler nation. Countries that are coming out of a troubled past find it much easier to engage with Canada than with other countries because we have a different approach. For example, some trade agreements have to be negotiated on asymmetrical bases, in other words, the outcomes are not the same on both sides. We recognize that one partner is weaker and instead of saying it is our way or the highway, we want full access to a market overnight, Canada has an approach that says over time they are going to develop a much more prosperous country, but for now we want to engage and we are going to set up a set of rules that favour the other country for the time being. Over time, they can catch up and we will have a full-blown bilateral agreement that is truly balanced.
That is the kind of approach that Canadians brought to trade, that we have brought to Latin America. We have made a huge difference as we have engaged with those countries. There are other countries that we still have to engage with, countries like Brazil, Argentina, Venezuela, Paraguay, Uruguay. They are all part of something called Mercosur. Actually Venezuela is not part of it, given its recent challenges, but the other countries are part of a larger trading bloc that Canada has tried to engage with. The problem is that many of those countries still believe that trade is a zero-sum game, so that if one wins, the other loses. They are very protectionist. They really do not want to open up their economies, but they want to open up our economy. It has to be a two-way street, we understand that.
I hope I have been able to paint a bit of a picture of Latin America. It is not just about sports, it is not just about culture, it is about economic opportunity, it is about trade, and making the lives of millions of people better, and ensuring prosperity for them.
Monsieur le Président, j'ai bien aimé écouter les diverses interventions au sujet de ce projet de loi d'initiative parlementaire, qui souligne la relation du Canada avec l'Amérique latine et les liens qu'il entretient avec de nombreux pays de cette région du monde, en reconnaissant, par voie législative, que la relation entre les Canadiens et leurs partenaires latino-américains est très positive et peut ouvrir la voie à de merveilleuses relations.
Ce soir, il a beaucoup été question de sport et de la culture de l'Amérique latine, mais j'aimerais maintenant m'attarder sur un sujet qui me passionne depuis quelques années déjà: le commerce international. Lorsque j'étais ministre du Commerce international du Canada, j'ai eu l'honneur et le privilège de faire valoir les priorités commerciales du Canada partout dans le monde. Nous avons lancé le Plan d'action sur les marchés mondiaux, qui a permis d'ouvrir de nouveaux marchés à l'étranger et de créer des possibilités d'exportation pour les Canadiens. Nous considérions également que les échanges commerciaux permettaient de renforcer la prospérité économique, non seulement au Canada, mais aussi ailleurs dans le monde. Certains croient que le commerce est un jeu à somme nulle: s'ils gagnent, nous perdons; si nous gagnons, ils perdent. À l'heure actuelle, nous avons des dirigeants dans le monde, des dirigeants très connus, qui estiment que le commerce est une situation gagnant-perdant et qui sont prêts à perdre des possibilités pour établir des relations commerciales destinées à favoriser uniquement leur propre croissance économique.
Le Parti conservateur croit fermement que le commerce n'est pas un jeu à somme nulle et que, en réalité, la marée montante soulève tous les bateaux. Autrement dit, lorsque la tarte est plus grosse, tout le monde en bénéficie, tout le monde peut participer et tout le monde peut devenir prospère. C'est ce qui nous a incités à faire du commerce avec l'Amérique latine. C'est le gouvernement conservateur, sous la houlette de Stephen Harper, qui a mené la charge afin de vraiment saisir l'occasion de traiter avec les pays de l'Amérique latine. Nous avons approfondi les liens commerciaux avec des pays comme le Panama, le Honduras, le Pérou et la Colombie. Nous avons aussi tenté de lancer des pourparlers avec certaines des plus grandes économies de l'Amérique du Sud, comme l'Argentine et le Brésil. J'y reviendrai dans un instant. Ce qui nous a poussés sur cette voie, c'est non seulement la volonté de stimuler la croissance économique au Canada grâce au commerce, mais aussi d'être une force en vue d'aider d'autres pays venant à peine de sortir d'une période très trouble de leur histoire.
Je vais donner un exemple de pays avec lequel le Canada a renforcé ses liens. En passant, c'est aussi un compliment aux libéraux, étant donné que ce sont eux qui ont entamé les négociations commerciales avec le Chili. Il faut bien rendre à César ce qui est à César. Ce qui est arrivé, c'est que le Chili d'Augusto Pinochet vivait dans la peur, sous l'oppression d'un tyran et d'un dictateur qui opprimait son peuple. Il n'y avait pas de démocratie. Ce pays n'était pas sécuritaire. Il n'y avait pas de primauté du droit. C'était le chaos. C'était extrêmement dangereux. Ceux qui se souviennent de cette époque se souviennent aussi des nouvelles qui nous parvenaient du Chili: exécutions extrajudiciaires et disparitions, à tout jamais, de gens, des pères et des mères. Éventuellement, Augusto Pinochet a été destitué. Il a été traduit en justice. Le pays était en ruine. L'économie était en ruine. Le Canada a décidé d'approfondir ses liens avec le Chili. Certaines personnes affirment que la meilleure façon de traiter les pays qui ont un passé tumultueux comme la Colombie, le Pérou et le Honduras, c'est en paria et en ne collaborant pas du tout avec eux, en les isolant.
L'approche du Canada est très différente. Nous disons que, pour peu qu'un pays désire sincèrement se sortir de son passé difficile et opérer les réformes structurelles nécessaires, nous sommes disposés à tisser des liens commerciaux avec lui. Lorsque nous collaborons sur le plan commercial, nous en arrivons à collaborer à la mise en place d'institutions démocratiques et de la primauté du droit et à l'amélioration de la sécurité dans ces pays. Cela fait partie d'un tout. Il ne s'agit pas que de commerce.
Nous collaborons avec le Chili, et le Canada a été l'un des premiers pays à signer un accord commercial avec ce pays. Aujourd'hui, le Chili est le pays le plus prospère et le plus démocratique d'Amérique du Sud. Voilà un brillant exemple d'un endroit où la collaboration a fait une énorme différence. Même encore aujourd'hui, le Canada a des liens étroits avec le Chili. Nous avons encore un accord commercial avec ce pays.
Il y a d'autres pays dans la région. Le Pérou en est un. Ce pays essayait de se sortir de l'emprise des guérillas du Sentier lumineux, qui semaient le chaos d'un bout à l'autre de son territoire. Il a fini par arriver à s'en sortir, et son dirigeant de l'époque a choisi de collaborer avec le Canada et de lui demander s'il serait possible d'envisager un accord commercial avec le Pérou. Nous avons dit savoir qu'il avait un passé trouble et qu'il y avait beaucoup de problèmes à régler dans ce pays, mais il a exprimé un désir sincère d'améliorer le pays, l'économie et l'avenir de la population. Nous avons décidé de collaborer avec le Pérou. Nous avons négocié un accord commercial. Aujourd'hui, le Pérou est un tout autre pays. Il a encore des difficultés, et quiconque s'y rend peut le constater, mais c'est un pays immensément différent et supérieur à ce qu'il a déjà été.
C'est aussi le cas de la Colombie. Nous avons établi des liens avec le président Santos, qui tentait de faire la paix avec les guérilleros des FARC et avec l'ELN, l'armée nationale patriotique. Nous avons déclaré que nous allions travailler avec la Colombie afin de conclure un accord commercial. Les négociations ont porté leurs fruits, et nous avons conclu une entente qui est maintenant porteuse de prospérité en Colombie. De son côté, la Colombie a établi des liens avec d'autres pays et conclu des accords commerciaux avec eux. Elle renforce ses institutions démocratiques, et il y existe une certaine primauté du droit. A-t-elle atteint la perfection? Non, mais elle s'est beaucoup améliorée, notamment grâce à l'aide du Canada, qui a favorisé la sécurité du pays et renforcé ses capacités.
Le Canada est reconnu dans le monde entier comme un pays aimable et tolérant. Les pays qui sortent d'une période très difficile trouvent qu'il est beaucoup plus facile de traiter avec le Canada qu'avec d'autres pays, car nous avons une façon différente de faire les choses. À titre d'exemple, certains accords commerciaux sont asymétriques, c'est-à-dire que les résultats ne sont pas les mêmes pour les deux parties. Quand nous traitons avec un partenaire plus faible que nous, au lieu d'imposer notre volonté et d'exiger un accès complet et immédiat à son marché, nous partons du principe que l'autre pays deviendra beaucoup plus prospère au fil du temps, mais que, pour le moment, nous souhaitons maintenir nos liens avec lui et établir une série de règles qui lui seront favorables. Au fil du temps, ce partenaire comblera son retard, et nous arriverons à un accord bilatéral à part entière, vraiment équilibré.
C'est le genre de façon de faire que le Canada a adopté en matière de commerce, qu'il a adopté en Amérique latine. En nouant le dialogue avec ces pays, nous avons énormément contribué à améliorer les choses. Il nous reste encore d'autres pays avec lesquels établir des liens, des pays comme le Brésil, l'Argentine, le Venezuela, le Paraguay et l'Uruguay. Ils font tous partie de ce qu'on appelle le Mercosur. En fait, le Venezuela n'en fait pas partie compte tenu de ce qui s'y passe dernièrement, mais les autres pays forment un bloc commercial avec lequel le Canada a tenté de nouer le dialogue. Le problème est que, pour bon nombre de ces pays, le commerce est encore un jeu à somme nulle, une situation dans laquelle il y a un gagnant et un perdant. Ils sont très protectionnistes. Ils ne tiennent pas vraiment à ouvrir leur économie, mais ils veulent que nous leur ouvrions la nôtre. Il faut que ce soit donnant donnant; nous savons cela.
J'espère avoir réussi à donner une meilleure idée de ce qu'est l'Amérique latine. Il y a les sports, il y a la culture, mais il y a aussi les occasions économiques, le commerce et la possibilité d'améliorer la vie de millions de gens et de leur offrir la prospérité.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2018-06-13 22:38 [p.20890]
Expand
Mr. Speaker, it is interesting. I am pleased to be part of the one party in the House that is actually interested in talking about our relationship with Latin America.
It seems only the Conservatives want to make the case for this bill, and for this important relationship. That is an interesting thing. I am sure that the community and Latin America really appreciates our party's contribution and engagement with this issue. Certainly this is something that we are going to continue to talk about. Conservatives believe in and value Canada's relationship with all of our partners around the world, and with the community in Latin America. I think that the case needs to be made on this bill and that is what those of us in the official opposition precisely are going to continue to do.
I have a lot that I want to say on this bill. I am sorry that I only have 10 minutes but I will do my best to get through all of my points. I know my colleagues across the way are disappointed as well that I only have 10 minutes to make the case.
Of course this is the late Senator Enverga's bill and I think it is important to start out by saluting his good work in the Senate, and outside of the Senate as well. Unlike some of our longer tenured members, I did not have the same opportunity to get to know him so well, but in the short time in which our careers overlapped here on Parliament Hill, I saw his commitment to this place, his commitment to advocating for his community and country, and using the role he had as a senator to really move this country forward. This bill is one example of that larger contribution he made.
There are a few things that I wanted to comment on in this bill. Speaking of Latin American history and heritage, I wanted to share a bit about my own familial connection to Latin America. It is an important connection. Although no member of my family has Latin American origins, my grandparents met in Latin America. I am glad they did because I would not be here otherwise.
The story is a simple one. My grandfather was born here in Canada. He was born in Toronto. My grandmother was born in Europe. She was part Jewish. She was a Holocaust survivor. The family was able to get one visa so my great-grandfather left Germany. He went to South America, as I recall, without any sort of particular design. This was just where they were able to get a visa. He ended up in Ecuador. My grandmother survived the war inside Germany and then she and her mother left for South America to meet up with my great-grandfather. They met up in South America. My grandmother worked at a bookstore. My grandmother was a refugee and my grandfather who was a Canadian was the explorer. He kind of went out adventuring and travelled all over the world. I know he spent some time in the Philippines as well as a young man. That is another connection to Senator Enverga. He spent two years in the Philippines. He ended up as well in South America.
Therefore, it was in Ecuador that my grandparents met at a house party. Three weeks later they were engaged and ended up back here in Canada. From my perspective, it is a great Canadian story of explorer meets refugee and they end up in Canada. However, South America was that crossover point where people from different parts of the world who were seeking opportunity came and were able to meet.
My mother was also born in South America. After returning to Canada, my grandparents went back and they spent some time in Venezuela. Of course, we are very familiar with the challenges in Venezuela, the abuse of human rights, the abuse of democracy, that we see from the Maduro regime there. It is interesting that it was not that long ago when Venezuela, rich in resources, was a place where a Canadian would go to seek work and opportunity.
That is a little bit of my own personal connection to South America as part of the region that is spoken about in this bill. We can see through that, and in general, the rich resources, rich culture, and rich opportunities that exist in that region. Certainly, there are many opportunities as a result of that, in terms of cultural enrichment and Canada's relationship with the region. I know, for example, that my colleague from B.C., a former trade minister in the Harper government, spoke about the trade deals that Canada signed and other trade deals that Canada was in the process of seeking during the period of the Harper government. We had an aggressive, vigorous trade agenda that was very successful and committed to deepening those ties throughout the world, but in particular we were successful at developing deeper ties in the Americas.
From time to time other parties did not agree with us on that trade agenda. They would say, for example, that we should not be trading with countries that do not have a perfect human rights record, yet we saw opportunities through trade, through engagement, but also through associated labour and environmental agreements, to create the opportunities and the catalyst for the kinds of improvements that were under way in those countries, indeed that people were seeking in those countries.
We saw trade as a part of a constructive tool kit for our engagement with these countries. Under the previous government, we had a minister of state who was responsible for the Americas. This reflected the particular emphasis we put on the economic, cultural, and strategic relationship we had with Latin America.
Part of the importance of that relationship, as well, was the role that Canada could play in championing our values, what we sometimes describe as Canadian values but also really are universal human values: the ideas of freedom, democracy, human rights, and the rule of law. In all of our relationships around the world, we seek to advance those values. In particular, in the previous government, in our engagement with Latin America, we saw opportunities and did work to advance those values.
Today we see certain countries where there are increasing challenges. I do not think enough has been said, for example, in Canada or in this House, about the situation in Nicaragua. We see many people being killed in protests that are taking place, people who are challenging the repression that is happening. Protestors are being killed. It is important for us to raise these issues, to ask questions, and to challenge the Government of Nicaragua to respect the fundamental rights of people in that country.
I am hopeful that this will be part of the engagement that our government takes around the world. They say that the advancement of human rights and protection of democracy is a key priority. We are skeptical in certain instances of the way that works itself out in practice. We have continued to challenge the government on those issues.
Nonetheless, another case I should mention is Venezuela. We have seen, in response to a lot of pressure that has come from civil society as well as the opposition, a downgrading in the diplomatic relationship with Venezuela, which was a way of sending a message. It is important, as well, that we use the tool kits that are available, such as Magnitsky sanctions against some of these regimes.
It is also striking to me, when I think about the challenges that exist in Latin America, in some of these countries, and ask the question, what does it take to engage our attention in some of these human rights issues? We speak about Latin American issues that are relatively very close to us. Many Canadians have connections and will go on vacation, perhaps, to countries in Central and South America, yet when there are challenges, whether it is natural disasters or human rights issues that emerge, I do not know if those engage the headlines here in the way that maybe we would like them to.
This is a challenge that we have to reflect on, how, in a spirit of universal human solidarity, we can try to make sure we are engaged, yes, of course, with the things that are in our immediate environment, but also to engage with questions of human well-being and suffering as they happen elsewhere.
In this context, I was going to read a quote from The Theory of Moral Sentiments by Adam Smith, but I do not think I have time in the one minute I have left. Anyway, the point he makes in a fairly famous fable is that if we imagined some terrible tragedy happening on the other side of the world, we might reflect on it, we might consider it, we might engage it philosophically, and then we might, after that, kind of go on about our business.
However, if we were to imagine, in the case of the fable, losing one's own little finger tomorrow, or imagine some relatively very minor tragedy happening to ourselves, it would engage us at a visceral and a subconscious level. It is our reason and our sense of higher value that pushes us beyond this to feel a really strong sense of solidarity and fellowship with those around us.
Monsieur le Président, le débat est captivant. Je suis heureux de faire partie du seul parti à la Chambre qui s'intéresse vraiment à notre relation avec l'Amérique latine.
On dirait que seuls les conservateurs veulent défendre ce projet de loi et l'importante relation qu'il met en évidence. C'est intéressant. Je suis certain que les pays d'Amérique latine et les gens qui en sont issus sont bien contents de voir notre parti participer à ce débat et y contribuer. Nous allons certainement continuer d'en reparler. Les conservateurs croient en la valeur des relations du Canada avec ses partenaires partout sur la planète, notamment celles qu'il entretient avec les pays d'Amérique latine. Je crois qu'il faut défendre ce projet de loi et c'est ce que les députés de l'opposition vont continuer de faire.
J'en aurais long à dire au sujet de ce projet de loi, mais, malheureusement, je n'ai que 10 minutes; je ferai de mon mieux pour aborder tous les éléments dont je veux parler. Je suis certain que mes collègues d'en face aussi sont déçus que je n'aie que 10 minutes pour défendre le projet de loi.
Je parle évidemment du projet de loi du regretté sénateur Enverga et je pense que c'est important de commencer en soulignant son travail exceptionnel au Sénat et à l'extérieur aussi. Contrairement à d'autres députés qui sont ici depuis plus longtemps que moi, je n'ai pas eu autant la chance de le connaître, mais dans le peu de temps où nos carrières se sont chevauchées ici, sur la Colline du Parlement, j'ai constaté son dévouement à l'égard de cet endroit, sa détermination à défendre sa communauté et son pays, et sa volonté d'utiliser son rôle de sénateur pour vraiment faire avancer le Canada. Cette mesure législative est un exemple de la grande contribution qu'il a apportée.
Il y a quelques éléments dans ce projet de loi dont j'aimerais traiter. En parlant de l'histoire et du patrimoine de l'Amérique latine, je veux m'arrêter un peu sur le lien que ma propre famille entretient avec cette région du monde. C'est un lien important. Même si aucun membre de ma famille n'est d'origine latino-américaine, c'est là que mes grands-parents se sont rencontrés. J'en suis heureux, car je ne serais pas ici autrement.
C'est une histoire simple. Mon grand-père est né ici, au Canada, plus précisément à Toronto. Ma grand-mère, quant à elle, est née en Europe. Elle avait du sang juif. Elle a survécu à l'Holocauste. Sa famille a été en mesure d'obtenir un visa, ce qui a permis à mon arrière-grand-père de quitter l'Allemagne. Il s'est rendu en Amérique du Sud, si je ne m'abuse, sans plan précis. Il y est seulement allé parce que c'est pour cet endroit qu'il avait obtenu un visa. Il a abouti en Équateur. Ma grand-mère a survécu à la guerre en Allemagne, puis sa mère et elle sont parties pour l'Amérique du Sud afin de rejoindre mon arrière-grand-père. Ils ont été réunis là-bas. Ma grand-mère travaillait dans une librairie. Elle était une réfugiée, tandis que mon grand-père d'origine canadienne était un explorateur. Il aimait partir à l'aventure et voyager partout dans le monde. Je sais qu'il a passé un certain temps aux Philippines quand il était jeune. Il s'agit là d'un autre lien avec le sénateur Enverga. Mon grand-père a passé deux ans aux Philippines avant d'aboutir lui aussi en Amérique du Sud.
C'est donc en Équateur que mes grands-parents se sont rencontrés, à l'occasion d'une fête dans une résidence. Trois semaines plus tard, ils étaient fiancés, puis ils sont venus s'établir au Canada. Je trouve que c'est une belle histoire: un explorateur rencontre une réfugiée, et les deux vont vivre ensemble au Canada. Cependant, l'Amérique du Sud était le point de croisement où deux personnes provenant de diverses régions du monde se sont rendues en quête de perspectives d'avenir et ont pu se rencontrer.
Ma mère est également née en Amérique du Sud. Après être revenus au Canada, mes grands-parents sont allés passer quelque temps au Venezuela. Évidemment, nous connaissons très bien les difficultés auxquelles ce pays est confronté, notamment les grossières violations des droits de la personne et les atteintes à la démocratie dont est responsable le régime Maduro. Pourtant, il n'y a pas si longtemps, le Venezuela, un pays riche en ressources, offrait de bonnes perspectives d'emploi.
Voilà donc le lien très personnel qui m'unit à l'Amérique du Sud et à ce projet de loi. Nous savons que, de façon générale, il s'agit d'une région où les ressources abondent. On y trouve une riche culture et d'immenses possibilités. Toutes ces choses ouvrent assurément leur lot de perspectives, aussi bien sur le plan de l'enrichissement culturel que du resserrement des liens que le Canada entretient avec la région. Je sais, par exemple, que mon collègue de la Colombie-Britannique, un ancien ministre du Commerce international sous le gouvernement Harper, a évoqué les accords de libre-échange que le Canada a signés et ceux que le gouvernement Harper voulait conclure. Nous avions un programme commercial ambitieux et vigoureux qui nous a permis de resserrer nos liens avec des pays de partout dans le monde, mais surtout avec les Amériques.
Il est arrivé que les autres partis ne soient pas d'accord avec nous concernant le programme commercial. Ils estimaient, par exemple, que nous ne devions pas entretenir de relations commerciales avec des pays qui n'avaient pas un bilan exemplaire au chapitre des droits de la personne, et pourtant, grâce au commerce, au dialogue, et aussi à des accords connexes sur la main-d'oeuvre et l'environnement, nous avons pu créer des possibilités et exercer une influence positive sur ces pays, de manière à apporter les améliorations souhaitées.
À nos yeux, le commerce était l'un des moyens qui allaient nous permettre de tisser des liens avec ces pays. Sous le gouvernement précédent, nous avions un ministre d'État responsable des Amériques, ce qui prouve que nous accordions une grande importance à nos relations économiques, culturelles et stratégiques avec l'Amérique latine.
Cette relation reposait aussi en bonne partie sur la manière dont le Canada pouvait faire valoir les valeurs que nous appelons parfois « valeurs canadiennes », mais qui sont en réalité des valeurs humaines universelles: la liberté, la démocratie, les droits de la personne, la primauté du droit. Nous cherchons toujours à faire valoir ces valeurs, quel que soit le pays avec qui nous sommes en relation. Le gouvernement précédent voyait beaucoup de potentiel en Amérique latine et il a toujours insisté sur ces valeurs.
De nos jours, la situation dans certains pays est de plus en plus difficile. Je crois d'ailleurs qu'on n'a pas assez parlé du Nicaragua, que ce soit à la Chambre ou au Canada en général. De nombreuses personnes sont tuées pendant les manifestations organisées pour protester contre la répression des autorités. Les manifestants se font tuer. Il faut le dire, il faut poser des questions et il faut talonner le gouvernement du Nicaragua pour qu'il respecte les droits fondamentaux de ses citoyens.
J'espère que cette attitude sera celle du gouvernement partout sur la planète. Les libéraux affirment que les droits de la personne et la démocratie sont deux grandes priorités, mais à voir ce qui se passe, on peut parfois en douter. De notre côté, nous reviendrons toujours à la charge.
Par ailleurs, je devrais aussi parler de ce qui se passe au Venezuela. En réaction à d'intenses pressions de la part de la société civile et de l'opposition, les relations diplomatiques avec le Venezuela se sont dégradées, ce qui constitue un message clair. Il est aussi important d'utiliser tous les outils mis à notre disposition, comme l'imposition de sanctions en vertu de la Loi de Magnitski contre certains de ces régimes.
Quand je pense aux défis et aux problèmes liés aux droits de la personne qui existent dans certains pays d'Amérique latine, je me demande ce qu'il faut faire pour attirer l'attention des gens sur ces enjeux. On parle des questions liées à l'Amérique latine qui nous touchent relativement de très près. De nombreux Canadiens entretiennent des liens avec des pays d'Amérique centrale ou d'Amérique du Sud, où ils vont parfois en vacances. Pourtant, lorsqu'il survient des problèmes — des catastrophes naturelles ou des violations des droits de la personne —, je ne pense pas que ces événements fassent autant les manchettes au Canada qu'ils le devraient.
Il faut donc réfléchir à ce défi. Comment, dans un esprit de solidarité humaine universelle, pouvons-nous tenter de nous intéresser bien évidemment aux choses qui nous touchent de près, mais aussi aux questions concernant le bien-être et la souffrance des gens dans d'autres pays?
Dans ce contexte, j'allais citer un passage de la Théorie des sentiments moraux, qui a été écrit par Adam Smith, mais je ne pense pas avoir le temps de le faire, étant donné qu'il ne me reste qu'une minute. De toute façon, l'argument qu'il fait valoir dans sa fable plutôt célèbre c'est que, si une quelconque tragédie horrible se produisait à l'autre bout du monde, il se peut qu'on y pense, il se peut qu'on l'étudie, il se peut qu'on l'examine d'un point de vue philosophique et il se peut que, par la suite, on continue à vaquer à nos occupations.
Toutefois, dans le contexte de la fable, si, demain, nous perdions notre petit doigt, ou s'il nous arrivait personnellement un drame relativement mineur, cela nous toucherait viscéralement et inconsciemment. C'est notre raison et notre sens supérieur des valeurs qui nous poussent au-delà de cet état et qui nous permettent de sentir un vif sentiment de solidarité et de camaraderie à l'égard des gens qui nous entourent.
Collapse
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2017-06-12 11:16 [p.12439]
Expand
Mr. Speaker, I am pleased to rise today in support of the bill before us. It accomplishes a few things, one of which is that it makes it easier for businesses that are operating near waters on the Canada-U.S. border to run their businesses. They are able to have their clients pass over the border as long as they are not disembarking either from aircraft or from maritime vessels. Therefore, there is a trade component.
There is also a principle of reciprocity, because the United States has already taken measures to make the process for visitors on that side less cumbersome. This is a case of Canada being a good neighbour and giving the same rights and freedoms to American boaters that they are conferring on us as Canadians.
This changes a long-standing piece of legislation that I understand comes from the prohibition era, so it is also good housekeeping. The consensus on the bill is a good example of where we see a number of trade measures that can be implemented by Parliament that make sense.
People will know that the NDP never hesitates to speak up when we feel that trade measures contemplated by government are not in the best interests of Canadians. This is not one of those cases. It also serves to highlight that when concerns are raised about other trade issues, those come from a place of genuine critique and concern for the interests of Canadians. We are quite happy today to support this piece of legislation.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui et d'appuyer le projet de loi dont nous sommes saisis. Cette mesure législative permet aux entreprises dont les activités se déroulent près des eaux canadiennes, à la frontière canado-américaine, de fonctionner plus facilement. Elles sont en mesure de faire traverser la frontière à leurs clients, pourvu que ceux-ci demeurent dans l'aéronef ou le navire. Par conséquent, la mesure comporte une composante commerciale.
Il existe aussi un principe de réciprocité, étant donné que les États-Unis ont déjà pris des mesures pour rendre le processus moins lourd pour les Canadiens qui souhaitent se rendre de leur côté de la frontière. Pour le Canada, il s'agit donc d'être un bon voisin et d'accorder les mêmes droits et les mêmes libertés aux plaisanciers américains.
Cela modifie une vieille loi qui date de l'époque de la prohibition; c'est donc une bonne modification d'ordre administratif. Le fait que le projet de loi fasse consensus constitue un bon exemple où le Parlement prend un certain nombre de mesures commerciales logiques.
Les gens savent que les néo-démocrates n'hésitent jamais à dénoncer les mesures commerciales envisagées par le gouvernement qui ne sont pas, à leur avis, dans l'intérêt des Canadiens. Il ne s'agit pas d'une de ces occasions. De plus, il est important de souligner que, lorsque des préoccupations sont soulevées au sujet d'autres questions commerciales, ces préoccupations découlent d'une critique réelle et d'un souci sincère pour l'intérêt des Canadiens. Aujourd'hui, nous sommes très heureux d'appuyer cette mesure législative.
Collapse
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
View Richard Cannings Profile
2017-03-10 14:08 [p.9679]
Expand
Mr. Speaker, I am happy to speak today to Bill C-291, a bill that would require the labelling of food products made from genetically modified organisms, or GMOs.
I want to start by acknowledging the work and mentorship of Alex Atamanenko, who served as MP for British Columbia Southern Interior for almost a decade. Mr. Atamanenko introduced bills that were very similar to this one in previous parliaments, and worked tirelessly in his time as MP for the farmers of Canada and for food security for all of us in this country. He was a very popular MP in the southern interior, and he has left big shoes to fill in my riding. I am sure he is very happy to know that his work is being carried on by the member for Sherbrooke. I tabled a motion on GMO labelling last year in this place, but I am happy that my colleague has taken forward this issue as a bill.
Why do we need GMO labelling in Canada? For one thing, it would bring us into line with regulations used by our major trading partners. The European Union requires GMO foods to be labelled, and the United States passed legislation last year to do the same. The current government and my Conservative colleagues are always promoting the value of harmonization of our regulations with the European Union and the United States. Here is a wonderful opportunity for them to get on board with more of that. These labelling regulations are in place in Europe and the U.S.A. because many people are concerned about GMOs and their effects on the environment, on their health, and on agricultural practices themselves. Much of the debate I have heard here has been about health. However, it is more than that. It is about other concerns that GMOs create when they are used in agriculture.
Labelling gives people the ability to make informed choices about the foods they eat and the agricultural practices these products support. Again, the Conservative member who preceded me talked about how people should be given a choice. That is what this bill would do. As the member for Sherbrooke said, this is not an anti-GMO bill; it would simply give people the right to know what they are eating. Many people have valid concerns.
There are some ecological concerns about GMOs. Most GMO crops, about 86% of them, are modified to be herbicide resistant. A previous Liberal debater said there would be less herbicide use if GMOs were not around. It is quite the opposite. Most GMO crops are called Roundup Ready. They can be sprayed with herbicides that kill every plant in the field except the crops themselves. This is a great idea from the farmer's perspective, but it allows the application of huge amounts of chemicals on farms across Canada.
Roundup and similar herbicides do not just kill weeds. The surfactant that allows the product to bind to the plants is highly toxic. It is deadly to amphibians and fish if it gets into water-filled ditches, ponds, and streams. There are some health concerns about Roundup as well. The World Health Organization recently classed its active ingredient, glyphosate, as probably carcinogenic. Health Canada, of course, has downplayed those concerns, because normal diets would only expose Canadians to about one-third of the daily dose required to cause problems. This directly points to the need for GMO labelling. Some people want to be able to make that choice.
There are also deep concerns from the public around the ownership of seeds from plants that individuals have grown. For most GMO plants, it is illegal or even impossible to use seeds from the crops that people grow to plant next year's crops. This fundamentally changes the age-old practice of many farmers, particularly those in developing countries, of saving the seeds they produce to grow the next year's crops.
There are also concerns from some growers in Canada about the risk to our national reputation as a producer of safe, healthy food if we do not tackle the GMO issue. The BC Fruit Growers' Association opposed the licensing of the GMO Arctic Apple because its markets depend on the trust its customers have in the apples we produce.
People buy apples because they are considered a tasty and healthy food, and any risk to that reputation could be bad news for Canadian orchardists.
As a scientist, I know that every GMO is different, and that the effects they might have on our environment and our health are different as well. I do not want to spend all my time here today debating those issues.
I can say that views about GMO effects are very polarized out there, with many people believing that all GMOs are evil and many believing that they are universally harmless and beneficial. As in almost every debate, the truth is somewhere in between. However, it is hard to get at that truth when much of the data from studies around GMO effects are hidden from public view. One thing I would ask is for the government to adequately support Agriculture Canada's research programs in this field and ensure that Canadians are well informed on the issues.
My father worked in an Agriculture Canada research station throughout his career, and I am well aware of the great benefits the work of our scientists have for the citizens of this country, from help to farmers in producing better crops with higher yield, to creating new products, and planning for a future with a changing climate.
I think that Agriculture Canada and Health Canada could play central roles in rebuilding trust in the science behind food safety. Too many Canadians have simply lost all trust in reports they hear about that subject when most or all of the studies have been carried out by large multinational companies that have a huge financial stake in the outcomes and interpretation of those studies.
How do Canadians feel about GMO labelling? Health Canada reports that almost 80% of Canadians want GMO products to be labelled, and about the same number of Canadians feel that voluntary labelling does not work. The will of Canadians could not be clearer. They want GMO labelling. They want this bill to be passed.
This bill bends over backwards to give industry and the government full discretion in how labelling is introduced, what it would look like, and even the actual definition of what is or is not a GMO product. Members simply cannot argue that it is too prescriptive or restrictive. This bill is about transparency.
GMO labelling is a first step that would help diffuse the polarization in the GMO debate in this country. It would allow Canada to join the rest of the world in giving its citizens a clear choice about what they eat and, as the Prime Minister put it last year, "know more about what they are putting in their bodies".
I would like to finish by thanking the member for Sherbrooke once again for bringing this bill forward. I once again thank Alex Atamanenko for his work in my riding and across Canada.
I trust all members will vote for this bill and give Canadians the GMO labelling and the choice they want.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole au sujet du projet de loi C-291, qui exigerait l’étiquetage des aliments qui contiennent des organismes génétiquement modifiés, ou OGM.
Je souhaite tout d'abord souligner le travail et le rôle de mentor d'Alex Atamanenko, qui a été député de Colombie-Britannique—Southern Interior pendant près d'une décennie. M. Atamanenko a présenté, lors des législatures précédentes, des projets de loi similaires et, à titre de député, il a travaillé sans relâche à défendre les agriculteurs canadiens et à promouvoir la sécurité alimentaire de tous les Canadiens. C'était un député très aimé dans la région du Centre-Sud de la Colombie-Britannique; il a placé la barre haute dans ma circonscription. Je suis certain qu'il est très heureux que le député de Sherbrooke poursuive son travail. J'ai présenté une motion au sujet de l'étiquetage des OGM l'année dernière, mais je suis heureux que mon collègue ait choisi d'aborder cette question au moyen d'un projet de loi.
Pourquoi devrait-on étiqueter les OGM au Canada? Tout d'abord, cela permettrait au Canada d'harmoniser sa réglementation avec celle en vigueur chez ses principaux partenaires commerciaux. L'Union européenne exige que les aliments génétiquement modifiés soient étiquetés, et, l'an dernier, les États-Unis ont adopté une loi visant à faire la même chose. Le gouvernement actuel et les députés conservateurs soulignent toujours à quel point il est important d'harmoniser la réglementation canadienne avec celle en vigueur au sein de l'Union européenne et aux États-Unis. Le projet de loi représente une excellente occasion d'agir en ce sens. L'Union européenne et les États-Unis ont adopté une réglementation en matière d'étiquetage parce que de nombreuses personnes sont préoccupées par les OGM et leurs effets sur la santé, l'environnement et les pratiques agricoles. Les débats à ce sujet portent surtout sur les questions liées à la santé. Toutefois, ce n'est pas tout. Il faut aussi tenir compte des autres inquiétudes que suscite l'utilisation d'OGM dans le secteur de l'agriculture.
L'étiquetage permet aux gens de faire des choix éclairés quant aux aliments qu'ils mangent et aux pratiques agricoles à l'origine de ces produits. La députée conservatrice qui est intervenue avant moi a parlé de la nécessité d'offrir des choix aux consommateurs. C'est ce que le projet de loi permettrait de faire. Comme l'a dit le député de Sherbrooke, il ne s'agit pas d'un projet de loi anti-OGM; il permettrait simplement aux gens de savoir ce qu'ils mangent. Beaucoup de personnes ont des préoccupations légitimes à ce sujet.
Il y a des préoccupations au sujet des OGM. La plupart des cultures génétiquement modifiées, c'est-à-dire environ 86 % d'entre elles, sont modifiées de façon à résister aux herbicides. Un député libéral a dit précédemment que nous utiliserions moins d'herbicides s'il n'y avait pas d'OGM. C'est tout le contraire. La plupart des plants génétiquement modifiés sont de type Roundup Ready. Ils peuvent être aspergés d'herbicides qui tuent toutes les plantes dans le champ sauf les plants en question. Il s'agit d'une merveilleuse idée pour un agriculteur, mais elle entraîne l'utilisation d'énormes quantités de produits chimiques sur les fermes partout au Canada.
L'herbicide Roundup et d'autres herbicides semblables ne font pas que tuer les mauvaises herbes. Le surfactif qui permet au produit de se lier aux plantes est extrêmement toxique. Il est mortel pour les amphibiens et les poissons s'il se retrouve dans des fossés remplis d'eau, des étangs et des ruisseaux. De plus, des préoccupations en matière de santé sont liées à Roundup. L'Organisation mondiale de la santé a récemment classé son ingrédient actif, le glyphosate, de cancérogène probable. Santé Canada a évidemment minimisé l'importance de ces préoccupations puisqu'un régime alimentaire normal n'exposerait les Canadiens qu'à environ un tiers de la dose quotidienne requise pour causer des problèmes. La situation montre la nécessité d'étiqueter les OMG. Certaines personnes veulent avoir l'option de manger ou non des OMG.
La propriété des semences provenant de plants que les particuliers ont fait pousser suscite beaucoup d'inquiétudes. Pour la plupart des organismes génétiquement modifiés, il est illégal, voire impossible, de réutiliser l'année suivante les semences issues de ce qui a été récolté l'année précédente. Cette réalité modifie en profondeur les pratiques ancestrales de bien des agriculteurs, surtout ceux des pays en voie de développement, qui avaient l'habitude de conserver une partie de leurs semences pour l'année suivante.
Le Canada a la réputation de produire des aliments sûrs et sains, et certains producteurs canadiens craignent que cette réputation soit entachée si nous ne nous penchons pas sur la question des organismes génétiquement modifiés. L'Association des producteurs fruitiers de la Colombie-Britannique s'est opposée à l'homologation de la pomme Arctic, qui a été génétiquement modifiée, car selon elle, les consommateurs doivent avoir confiance dans leurs produits.
Les gens achètent des pommes parce qu'elles sont considérées comme un aliment savoureux et sain, et le fait de mettre en péril cette réputation serait néfaste pour les pomiculteurs canadiens.
En tant que scientifique, je sais que tous les OGM sont différents et que les effets qu'ils peuvent avoir sur l'environnement et la santé sont tout aussi différents. Je ne tiens pas à passer tout mon temps aujourd'hui à débattre de ces questions.
Je peux dire que les opinions qui circulent au sujet des effets des OGM sont très polarisées: de nombreuses personnes croient que tous les OGM sont mauvais, et beaucoup de gens croient qu'ils sont absolument inoffensifs et bénéfiques. Comme dans presque tous les débats, la vérité se trouve quelque part au milieu. Or, il est difficile de connaître la vérité lorsque la majorité des données provenant des études entourant les effets des OGM sont à l'abri des regards du public. Je tiens à demander une chose au gouvernement, et c'est de soutenir adéquatement les programmes de recherche d'Agriculture Canada dans ce domaine et de veiller à ce que les Canadiens soient bien informés sur ce sujet.
Tout au long de sa carrière, mon père a travaillé dans un centre de recherche d'Agriculture Canada, et je suis bien conscient des grands avantages que procure le travail des scientifiques aux citoyens du Canada, de leur contribution aux agriculteurs pour produire de belles récoltes au rendement accru à la création de nouveaux produits, en passant par la planification de l'avenir dans un contexte de changements climatiques.
Je pense que le ministère de l'Agriculture et Santé Canada pourraient contribuer grandement à rétablir la confiance dans les données scientifiques sur la salubrité des aliments. Trop de Canadiens ne croient plus du tout ce qu'ils entendent sur ce sujet parce que la majorité, voire la totalité, des études ont été menées par des grandes multinationales ayant d'importants intérêts financiers dans les résultats et l'interprétation de ces études.
Quelle est l'opinion des Canadiens sur l’étiquetage des aliments génétiquement modifiés? D'après Santé Canada, presque 80 % d'entre eux sont en faveur d'une telle initiative, et environ le même pourcentage est d'avis que l'étiquetage volontaire ne fonctionne pas. Les Canadiens ne sauraient être plus clairs. Ils veulent que les aliments génétiquement modifiés soient étiquetés et que le projet de loi soit adopté.
Le projet de loi donne à l'industrie et au gouvernement un pouvoir discrétionnaire total en ce qui concerne la façon dont l'étiquette serait présentée, l'apparence qu'elle aurait et même la définition des aliments génétiquement modifiés. Les députés ne peuvent donc pas prétendre que le projet de loi est trop normatif ou restrictif. Il vise simplement à favoriser la transparence.
L'étiquetage des aliments génétiquement modifiés est un premier pas nécessaire pour atténuer la polarisation du débat sur ce sujet qu'on observe au Canada. Le Canada pourrait ainsi, comme le reste du monde, permettre à ses citoyens de choisir en toute connaissance de cause ce qu'ils veulent manger et, comme l'a dit le premier ministre l'année dernière, d'« en savoir davantage sur ce qu'ils mangent ».
En terminant, je tiens à remercier de nouveau le député de Sherbrooke d'avoir présenté le projet de loi. Je souhaite aussi remercier encore une fois Alex Atamanenko du travail qu'il a fait dans ma circonscription et dans l'ensemble du Canada.
J'espère que tous les députés voteront en faveur du projet de loi afin d'assurer l'étiquetage des aliments génétiquement modifiés que les Canadiens désirent pour pouvoir faire des choix éclairés.
Collapse
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2016-10-31 17:01 [p.6359]
Expand
Thank you, Madam Speaker. I did use the Prime Minister's name, and I apologize. I got a little carried away in my fervour, but I will not let that happen again.
Still, I can talk about former prime ministers, including former Liberal prime minister Paul Martin. Internationally, he was seen as indecisive, but he found ways to pass more legislation as he tried to keep his struggling minority government afloat. During his first nine months in government, 36 bills became law.
How about another one? During Liberal prime minister Jean Chrétien's first nine months in office, 34 bills received royal assent in 1994, and 38 more were passed after the 1997 election. The current Prime Minister has managed to pass a mere 10 bills.
It is with that in mind that we begin our study of Bill C-29. This being a budget implementation bill, one would expect to find the government's promises in it. It should include massive infrastructure investments, a modest deficit, tax cuts for small businesses, home mail delivery, an agreement on diafiltered milk, a softwood lumber agreement, and plenty more. Unfortunately, none of those things are in Bill C-29.
No one could tell me where those promises came from. From the beginning, the opposition has been reminding everyone and repeating the same thing. I took the time to confirm everything and went back a year in time to see exactly what these infamous Liberal promises were. I found a lot. I do not understand why they have not introduced more legislation, considering all the promises the Liberal Party made during the last election campaign.
First of all, let us talk about modest deficits. On page 11 of the Liberal plan, or what I call the Liberal void, it states:
We will invest now in the projects our country needs and the people who can build them.
They do say “now”, and not in 10 years or five years. Page 12 continues:
We will run modest short-term deficits of less than $10 billion in each of the next two fiscal years to fund historic investments in infrastructure and our middle class.
After the next two fiscal years, the deficit will decline and our investment plan will return Canada to a balanced budget in 2019.
That is one promise the Liberal government has broken. There was another promise about modest deficits. It is worth reading. Page 73 states:
We will be honest about the government of Canada’s fiscal position, and base our projections on the recent report by the Parliamentary Budget Officer, instead of April’s outdated budget figures.
If the parliamentary budget officer is so important to the Liberals, why did they refuse, about 50 times, to allow the parliamentary budget officer's reports to be tabled right here, before parliamentarians?
Once again, they say one thing, but then do the exact opposite once they are in power. There is another interesting promise on the same page:
We will run modest deficits for three years so that we can invest in growth for the middle class and credibly offer a plan to balance the budget in 2019.
That is just one more promise the Liberals have broken.
To sum up deficits, I will quote someone who is not an opposition member. A TD Bank representative said:
The federal government’s deficit this fiscal year will be about $5 billion higher than Ottawa predicted in its March budget...
That is what the TD Bank is predicting. It blames the sluggish economy. According to TD Bank:
Over a five-year span, the cumulative deficit is likely to be $16.5 billion higher than forecasted in the last budget.
The forecast in the last budget was not $10 billion. It was not a modest deficit of $10 billion annually, but $30 billion annually. TD Bank tells us it will be even higher:
The higher-than-expected deficit will soak up the $6-billion annual cushion and then some that the government built in to its finances to protect against unforeseen events.
This could go beyond that even. The Liberals promised modest deficits, but I have to say that they did not keep their word.
As such, when it comes to budget implementation, the opposition parties feel quite reticent about trusting the other measures contained in Bill C-29.
Nonetheless, let us move on because there were other promises in the Liberal plan, or the “Liberal void” I should say. The plan says, “As we reduce the small business tax rate to 9 percent from 11 percent”. Not only did the government not reduce the small business tax rate to 9%, but it imposed a tax on carbon, which will greatly hinder small and medium-sized businesses in Canada. That is another broken promise.
With regard to agricultural producers, we find this little sentence on page 16: “We will help Canada’s agriculture sector be more innovative, safer, and stronger.” How will they help the agricultural sector be stronger? They will “defend Canadian interests during trade negotiations, including supply management.”
The diafiltered milk problem was an urgent issue and a solution had to be found. The solution was simple, but it lay in the hands of ministers. Unfortunately, despite the numerous promises of the Liberal government and the fact that producers from all over Quebec and Canada came right here, to Ottawa, to practically beg for action on diafiltered milk, there is not even a single measure in the budget on this subject. There we have another broken promise of the Liberal government.
In the softwood lumber file, a file that directly impacts every region of Canada that has trees, those magnificent works of nature that grow and enable us to develop our economy, we were supposed to conclude an agreement. We had one year to try to reach an agreement with the Americans. Unfortunately, Bill C-29 contains absolutely nothing on the possible implementation of a new softwood lumber agreement.
However, the Liberal platform says, “Canada’s economic success relies on strong trade relationships with our closest neighbours: the United States and Mexico.”
Furthermore, the next sentence is really worth quoting: “Unlike the Conservatives’ short-sighted approach, our focus on rebuilding relationships will build a solid foundation for greater trade, stronger growth, and more job creation.”
Here is one last little sentence: “To underscore the importance of the United States to Canada, we will also create a Cabinet committee to oversee and manage our relationship.”
We have no results on the two issues that concern the Americans, softwood lumber and diafiltered milk. Where is this committee? What is it doing? Does it exist? Unfortunately, I must once again say that this is another unkept promise by the Liberals.
I still have many pages of broken promises to mention. Let’s talk a bit about Canada Post. On page 34 of the “Liberal void”, we read: “By ending door-to-door mail delivery, Stephen Harper is asking Canadians to pay more for less service. That is unacceptable.”
One year later, absolutely nothing has changed on mail delivery. The decisions that were made by the Canada Post Corporation, an independent organization, are still the same, and home mail delivery has nowhere been restored. Once again, these are false pretexts and another promise not kept.
This is what they had to say about Iraq: “We will end Canada's combat mission in Iraq.” They withdrew our CF-18s and sent our soldiers to the front, where they are in even greater danger. We had decided to send our jets to protect Canadian soldiers. However, they decided to withdraw our planes, for strictly ideological reasons, and to send our soldiers to the front lines instead, to help the fighters there do their part. Yes, Canada must be involved, but could we have the facts? Could we be told exactly what we are doing in Iraq? This is another promise that was broken by the Liberal government.
Last week, here, in the House, I witnessed some things that impressed me. Some Liberal members introduced very interesting bills that were given the nod by cabinet.
The bill to provide a tax credit for first aid courses was of interest to me. Cabinet members voted against the bill introduced by one of their own members even though we find the following on page 30 of the Liberal platform:
We will make free votes in the House of Commons standard practice.
We will give Canadians a stronger voice in the House of Commons by limiting the circumstances in which Liberal Members of Parliament will be required to vote with Cabinet.
I am convinced that cabinet members did not read these lines because they voted against the bill of one of their own colleagues. It did not happen once or twice, but three times. It is important to mention that the promise to have free votes is, once again, a broken promise.
The Canada child benefit will not give rise to any new administrative costs. It replaces and is based on the structure and success of the Canada child tax benefit.
In Bill C-29, the Liberals confirmed that they are going to index the Canada child benefit to inflation as of January 2020. The parliamentary budget officer estimates that indexing the Canada child benefit will cost $42.5 billion over the next five years. The parliamentary secretary said that they are going to move forward with the measure despite the financial pressure it puts on the public purse. The government did not provide for this indexing in the budget. The parliamentary budget officer showed that it will cost billions of dollars more than predicted per year. Where will the Liberals find that money? The Liberals have shown us where they will get it from the outset. They will find it in Canadians' pockets.
When the Minister of Finance introduced Bill C-29, he spoke about the future. He said that the purpose of the bill was to help Canadians. He spoke about a long-term plan and how things will be tough in the short term. In fact, this is going to cost Canadians a lot of money in the short term.
Let us talk a little bit about the vision of the Minister of Finance. I was shocked to read his comments in the Edmonton Sun this weekend. The article spoke about the Minister of Finance and talked about what young people and not-so-young people would do with all the time they will save as a result of technology. As everyone knows, today's technology allows us to do a lot more than before in much less time. Back in the day, we thought that would give young people more leisure time. However, the reality is quite the opposite. The Minister of Finance was asked some questions. I will read a brief excerpt from what he said, but before I do, I would like to say that I think that all young people should take the time to read this article.
The other day, Finance Minister...told Millennials, the generation most-addicted to high technology and social media, that they had best get used to a series of dead-end jobs and continuous retraining, coupled with bouts of unemployment, and a life where job security is a pipe dream.
That is unbelievable. What kind of message is the government sending our young people?
He called it “job churn,” as in never-ending job losses and job searches, resume rejections, and living day-to-day....
The Liberal plan for youth is to teach them to get fired, get a new job, get fired, get a new job, and so on. Is that the Liberal job-creation plan? Every new hire-and-fire will count as a new job. That creates zero jobs and puts us no further ahead.
The article quoted the Minister of Finance. Is that supposed to make young people feel hopeful?
The Minister of Finance said this:
“We need to think about, How do we train and retrain people as they move from job to job to job?”.... “Because it’s going to happen. We have to accept that.”
No, we do not have to accept that. Our young people have the right to stable jobs. Our young people have the right to work. Like us, they have the right to have a career, to succeed, and to hope for something better than going from job to job to job. The Liberal hire-and-fire plan is not good enough for us.
The economic forecasts are dismal despite the Liberal government's fine promises. The Bank of Canada, the Bank of Montreal, and TD Bank all say that the economic situation has not improved under the Liberals despite their fine promises.
I will vote against Bill C-29, and I hope that parliamentarians will vote in favour of the amendment proposed by our finance critic, the member for Louis-Saint-Laurent. His amendment amends the motion considerably, making it significantly more acceptable to Canadian taxpayers.
Madame la Présidente, je vous remercie. J'ai effectivement mentionné le nom du premier ministre et je m'en excuse. Dans l'élan de mon discours, je me suis laissé un peu emporter, mais cela ne se reproduira plus.
Je peux quand même parler d'anciens premiers ministres, particulièrement de l'ancien premier ministre libéral Paul Martin. Il était réputé indécis à l'échelle internationale, mais il avait trouvé le moyen d'adopter davantage de mesures législatives, alors qu'il tentait de maintenir à flot son gouvernement minoritaire en difficulté. En effet, 36 projets de loi sont devenus lois durant ses neuf premiers mois au gouvernement.
Je peux en citer un autre. Durant les neuf premiers mois en fonction du premier ministre libéral Jean Chrétien, 34 projets de loi ont obtenu la sanction royale en 1994 et 38 autres l'ont obtenue à l'élection de 1997. Pour l'actuel premier ministre, c'est un pauvre 10 petits projets de loi.
C'est dans cet esprit-là que nous abordons aujourd'hui l'étude du projet de loi C-29. Comme c'est un projet de loi de mise en oeuvre du budget, on s'attend à y retrouver les promesses du gouvernement. On devrait donc s'attendre à y trouver des investissements massifs en infrastructure, un modeste déficit, des réductions d'impôt pour les PME, la livraison du courrier à domicile, une entente sur le lait diafiltré, une entente sur le bois d'oeuvre et bien d'autres choses. Malheureusement, il n'y a rien de tout cela dans le projet de loi C-29.
Personne ne pourrait me dire d'où viennent ces promesses. Depuis le début, l'opposition nous les rappelle et répète toujours la même chose. J'ai pris le temps de vérifier cela et je suis retourné un an en arrière, pour voir quelles étaient ces fameuses promesses libérales. J'en ai trouvé beaucoup. Je ne comprends pas qu'on n'ait pas réussi à faire plus de projets de loi, compte tenu de l'ensemble des promesses faites par le Parti libéral, lors de la dernière campagne.
Premièrement, parlons des modestes déficits. À la page 12 du plan ou néant libéral. on lit:
Nous investirons immédiatement dans les projets dont notre pays a besoin et dans les personnes qui peuvent bâtir ces projets.
Ils disent bien « immédiatement » et non pas dans 10 ans ou dans 5 ans.
Nous enregistrerons un modeste déficit à court terme de moins de 10 milliards de dollars au cours des deux prochains exercices financiers pour faire des investissements sans précédent dans les infrastructures et la classe moyenne.
À la fin des deux prochains exercices financiers, le déficit chutera et notre plan d'investissement permettra au Canada de revenir à l'équilibre budgétaire en 2019.
C'est une promesse non tenue par le gouvernement libéral. Il y a une autre promesse sur les modestes déficits. Celle-là vaut la peine d'être lue. À la page 81, on lit:
Nous serons honnêtes au sujet de la situation financière du Canada et fonderons nos prévisions sur les récents rapports du directeur parlementaire du budget (DPB) et non pas sur les chiffres désuets du budget d'avril.
Si pour les libéraux, le directeur parlementaire du budget est si important, pourquoi ont-ils refusé, au moins une cinquantaine de fois, que l'on dépose les rapports du directeur parlementaire du budget, ici même, devant les parlementaires?
Encore une fois, on dit une chose et on fait complètement le contraire, une fois qu'on a le pouvoir. Sur cette même page, il y a une autre promesse intéressante:
Nous enregistrerons des déficits modestes pendant trois ans pour pouvoir investir dans la croissance de la classe moyenne et offrir un plan crédible d'équilibre budgétaire en 2019.
C'est encore une fois une promesse qui n'a pas été tenue par les libéraux.
Si je veux faire un résumé concernant les déficits, je vais citer quelqu'un qui n'est pas un député de l'opposition. Un représentant de la Banque TD a affirmé:
Le déficit du gouvernement fédéral dépassera d'environ 5 milliards de dollars la prévision qu'a faite Ottawa dans son budget de mars [...]
C'est ce que la Banque TD a prédit. C'est une situation qu'elle a attribuée à la morosité de l'économie. Selon la Banque:
Sur l'ensemble des cinq prochains exercices, le déficit cumulatif devrait dépasser de 16,5 milliards les prévisions du plus récent budget fédéral.
Les prévisions du plus récent budget fédéral n'étaient pas de 10 milliards de dollars. Ce n'était pas un modeste déficit de 10 milliards de dollars par année, mais de 30 milliards de dollars par année. La Banque TD nous dit que ce sera encore plus imposant:
Ce plus important déficit va absorber le coussin annuel de 6 milliards que le gouvernement a mis de côté en cas d'événements imprévisibles [...]
Cela pourrait même aller au-delà de cela. Au sujet des modestes déficits promis par les libéraux, je dois malheureusement dire qu'ils n'ont pas tenu parole.
Ainsi, dans le cadre de la mise en oeuvre du budget, malheureusement, cela force les partis de l'opposition à être plutôt réticents à accorder leur confiance aux autres mesures contenues dans le projet de loi C-29.
Toutefois, continuons, parce qu'il y avait d'autres promesses dans le plan libéral, ou dans le « néant libéral », devrais-je dire. On y disait ceci: « Au fur et à mesure que nous réduirons le taux d'imposition des petites entreprises de 11 à 9 pour cent [...] ». Or non seulement on n'a pas réduit le taux d'imposition des petites entreprises à 9 %, mais on a imposé des taxes sur le carbone qui vont nuire grandement aux petites et moyennes entreprises du Canada. C'est une autre promesse non tenue.
En ce qui concerne les producteurs agricoles, on trouve cette petite phrase à la page 17: « Nous aiderons le secteur agricole canadien à être plus fort, plus innovant et plus sécuritaire. » Comment fera-t-on pour aider le secteur agricole à être plus fort? On va « défendre les intérêts du Canada lors des négociations commerciales, y compris au niveau de la gestion de l'offre. »
Le problème du lait diafiltré était un dossier urgent et il fallait trouver une solution. Celle-ci était simple, mais elle reposait dans les mains des ministres. Malheureusement, malgré les nombreuses promesses du gouvernement libéral et le fait que des producteurs de partout au Québec et au Canada sont venus ici même, à Ottawa, pour pratiquement le supplier d'agir dans le dossier du lait diafiltré, il n'y a même pas une seule mesure dans le budget concernant le lait diafiltré. C'est une autre promesse non tenue de la part du gouvernement libéral.
Dans le dossier du bois d'oeuvre, un dossier qui touche directement toutes les régions du Canada qui ont des arbres, ces magnifiques oeuvres de la nature qui poussent et qui nous permettent de développer notre économie, on devait conclure une entente. On a eu un an pour essayer de s'entendre avec les Américains. Malheureusement, dans le projet de loi C-29, il n'y a absolument rien qui prévoit la mise en oeuvre d'une nouvelle entente sur le bois d'oeuvre.
Pourtant, dans le programme libéral, on mentionnait ceci: « La réussite économique du Canada repose sur des relations commerciales étroites avec ses plus proches voisins: les États-Unis et le Mexique. » 
De plus, la phrase suivante vaut vraiment la peine d'être mentionnée: « Contrairement à l'approche des conservateurs qui manque de vision, nous souhaitons rebâtir les ponts, ce qui entraînera une intensification des échanges commerciaux, une forte croissance et la création d'emplois. »
Voici une dernière petite phrase: « Enfin, comme nous croyons en la valeur de nos relations avec les États-Unis, nous créerons un comité ministériel ayant pour mandat de superviser et de gérer nos relations avec ce voisin. »
On n'a donc obtenu aucun résultat dans les deux dossiers où les Américains sont concernés, ceux du bois d'oeuvre et du lait diafiltré. Où est ce comité? Que fait ce comité? Ce comité existe-t-il? Malheureusement, je dois dire encore une fois que c'est une promesse non tenue de la part des libéraux.
J'ai encore plusieurs pages de promesses non tenues à mentionner. Parlons un peu de Postes Canada. À la page 36 du « néant libéral », on peut lire ce qui suit: « En mettant un terme à la distribution du courrier à domicile, Stephen Harper demande aux Canadiennes et aux Canadiens de payer plus pour une offre de services moindre. C'est tout simplement inacceptable. »
Un an plus tard, absolument rien n'a changé en ce qui concerne la livraison du courrier. Les décisions qui avaient été prises par la Société canadienne des postes, un organisme indépendant, sont encore les mêmes, et la livraison du courrier à domicile n'a été rétablie nulle part. Encore une fois, ce sont de faux prétextes et une autre promesse non tenue.
Voici ce qu'on dit sur l'Irak: « Nous mettrons fin à la mission de combat du Canada en Irak. » On a retiré nos CF-18 et on a envoyé nos soldats au front, où ils sont encore plus en danger. Nous avions justement décidé d'envoyer des avions pour éviter des pertes de soldats canadiens. Toutefois, on a décidé de retirer les avions, uniquement par idéologie, et d'envoyer nos soldats au front à la place, afin d'accompagner les combattants là-bas pour faire leur part. Oui, le Canada doit intervenir, mais peut-on avoir l'heure juste? Peut-on savoir exactement ce qu'on fait en Irak? Cette phrase est donc une autre promesse non tenue de la part du gouvernement libéral.
La semaine dernière, ici, à la Chambre, j'ai vu des choses qui m'ont plutôt impressionné. Des députés libéraux ont déposé des projets de loi très intéressants qui n'ont pas obtenu l'aval des membres du Cabinet ministériel.
Le projet de loi sur les déductions d'impôt pour les cours de secourisme me touche personnellement. On a vu les membres du Cabinet ne pas voter en faveur d'un projet de loi de l'un de leurs propres députés. Pourtant, à la page 32 du programme libéral, on trouve ce qui suit:
Nous ferons du vote libre une norme à la Chambre des communes.
Nous servirons de porte-voix aux Canadiennes et aux Canadiens en limitant le nombre de fois où les députés libéraux devront suivre une ligne de parti.
Je suis persuadé que les membres du Cabinet n'ont pas lu ces lignes, car ils ont voté contre le projet de loi de l'un de leurs propres collègues. Cela ne s'est pas produit une fois ou deux fois, mais bien trois fois. C'est important de mentionner que la promesse sur le vote libre est, encore une fois, une promesse non tenue.
L'Allocation canadienne pour enfant n'engendrera aucun nouveau coût administratif. Elle remplace et se fonde sur la structure et le succès de la Prestation fiscale canadienne pour enfants.
Dans le projet de loi C-29, les libéraux confirment qu'ils vont indexer à l'inflation l'Allocation canadienne pour enfants à partir de janvier 2020. Le directeur parlementaire du budget a estimé que l'indexation de l'Allocation canadienne pour enfants coûterait 42,5 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. Le secrétaire parlementaire a dit qu'ils iront de l'avant avec la mesure malgré la pression financière qu'elle exerce sur les finances publiques. Le gouvernement n'a pas prévu cette indexation au budget. Le directeur parlementaire du budget a fait la démonstration que cela coûtera des milliards de dollars de plus par année. Où les libéraux vont-ils trouver cet argent? Les libéraux nous l'ont montré depuis le début. Ils vont le trouver dans les poches des citoyens canadiens et des citoyennes canadiennes.
Lorsqu'il a déposé le projet de loi C-29, le ministre des Finances a parlé d'avenir. Il a dit que le projet de loi visait à aider les Canadiens. Il parlait d'un plan à long terme, et ce sera très malheureux pour les gens à court terme. En effet, à court terme, cela coûtera très cher aux citoyens canadiens.
Parlons un peu de la vision du ministre des Finances. J'ai été estomaqué de lire ses commentaires dans le Edmonton SUN en fin de semaine. L'article parle du ministre des Finances. Celui-ci demande ce que les jeunes et les gens feront de tout le temps qu'ils vont gagner grâce à l'informatique. Comme chacun le sait, aujourd'hui, l'informatique nous permet de faire beaucoup plus de choses qu'avant, et en beaucoup moins de temps. À l'époque, on pensait que cela permettrait aux jeunes d'avoir plus de temps de loisir. La réalité nous a rattrapés, et ce n'est pas le cas. On a posé des questions au ministre des Finances. Je lirai maintenant une brève déclaration du ministre des Finances, mais avant, je dois dire que tous les jeunes devraient prendre le temps de la lire.
L'autre jour, le ministre des Finances […] a dit aux membres de la génération du millénaire, la génération la plus dépendante de la haute technologie et des médias sociaux, qu'ils feraient mieux de s'habituer à une série d'emplois sans avenir et à un recyclage permanent, accompagnés de périodes de chômage, ainsi qu'à une vie où la sécurité d'emploi n'est qu'une chimère.
C'est incroyable! Quel message envoie-t-on à nos jeunes?
Il a appelé cela un « roulement des emplois », c'est-à-dire une situation où une personne ne cesse de perdre son emploi, d'en chercher un autre et de voir son curriculum vitae être rejeté, ce qui la force à vivre au jour le jour […]
Le plan libéral pour les jeunes, c'est de leur apprendre à se faire congédier, à se faire réembaucher, à se faire congédier, à se faire réembaucher, et ainsi de suite. Est-ce cela le plan libéral qui permettra de créer des emplois? On va créer un emploi qu'on va compter, et on va compter un emploi. Cela n'en crée aucun. Cela ne donne absolument aucun résultat.
L'article relève les propos du ministre des Finances. Quel espoir donne-t-on aux jeunes?
Le ministre des Finances dit ce qui suit:
« Nous devons penser à la façon dont nous devons former et recycler les personnes qui passeront d'un emploi à l'autre. […] Nous devons le faire parce que cela deviendra la réalité. Nous devons l'accepter. »
Non, nous n'avons pas à accepter cela. Nos jeunes ont le droit d'avoir des emplois sûrs. Nos jeunes ont le droit de travailler. Tout comme nous, ils ont le droit d'avoir une carrière, de réussir et d'espérer faire mieux que de passer d'un emploi à un autre. Le plan des libéraux, selon lequel on embauche et on congédie, nous n'en voulons pas.
Les prévisions économiques sont sombres malgré les grandes promesses du gouvernement libéral. La Banque du Canada, la Banque de Montréal et la Banque TD, toutes confirment que la situation économique ne s'est pas améliorée sous les libéraux malgré leurs grandes promesses.
Je vais voter contre le projet de loi C-29, et j'espère que les parlementaires vont voter en faveur de l'amendement qui a été déposé par notre porte-parole en matière de finances, le député de Louis-Saint-Laurent, qui fait en sorte que cette motion soit modifiée considérablement afin qu'elle soit nettement plus acceptable pour les contribuables canadiens.
Collapse
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2016-10-27 17:34 [p.6251]
Expand
Madam Speaker, it is a pleasure for me to speak to this bill. Those members in the House who know me know my passion for the sealing industry and my support for Inuit across Canada who depend so heavily upon the sealing industry, as do the people in my riding and those across Atlantic Canada and in Quebec.
The bill, an act respecting national seal products day, was brought forward by Senator Céline Hervieux-Payette, a Liberal senator who has since retired from the Senate. It has now made its way to the House of Commons, championed by my colleague the member for Coast of Bays—Central—Notre Dame, another individual who we know is a very passionate supporter of the sealing industry in Canada.
The bill would designate May 20 of each year as national seal products day throughout Canada. National seal products day would not be a legal holiday, however, it would be an opportunity for us to reflect upon the seal, the cultural use of the seal, the sustainability of the seal in our lives, and how it maintains its strength for Canadians as a source of food, as a source for crafts, as a source of economic sustainability in many regions across the country.
It is important that we recognize and honour this occasion. In fact, on several occasions, I have had the opportunity to host seal day on the Hill. This past year, I hosted seal day for my colleagues, the members of Parliament, but also for others who were supporters of the seal industry across the country. It was an opportunity for advocates and promoters, for artists and crafters, for Inuit and others, to talk about this industry and how it sustained them as individuals and also their communities. It is important we continue to do that.
Those members who know me know I am strong promoter of the seal industry. I wear seal nearly every day, in one way, shape, or form.
I grew up in a small Inuit community in the north. My father was a hunter and a fisherman. Seal was such a large part of the diet of our family. It was our main source of protein as we grew up, but it brought so much more value besides food sustainability.
The seal itself became one of the main products that was used in making clothing, in making things that we would need for use outdoors or indoors every day. To this day, my mother is still a crafter of seal products. She makes beautiful designs of product. We do not waste anything. We have full utilization of seal.
I do not know if I have ever seen a more sustainable harvest in my entire life as exists in the sealing industry. Back 30 or 40 years ago, there was exploitation of the industry by those who were non-supporters, whose only goal was to set out to sabotage the lifeblood and lifestyle of the Inuit and northerners. They were successful, which was unfortunate.
However, as Canadians, we are also resilient and those of us who depend upon this resource to sustain our families continue to fight back.
I watched many times, as a young girl, as my father, my uncles, and my brothers all fought those great protesters who thought they were barbarians, that they were less than everyone else in the country because they were trying to provide for their family in a very sustainable way.
The sealing industry is one of the most humane industries in Canada today. Everything about the seal is humane: the way that it is harvested, the way that it is cured, the way that it is utilized. There is no waste.
In fact, as my colleague spoke to earlier, it has probably become one of the greatest impediments to fish stock rebuilding in Canada, of all the arguments one could make. As we know, we have an overpopulation of seal because of those protesters, because of the way they have tried to erode the lifestyle of Canadians who depend upon this sustainable animal. Our ecosystem is in complete imbalance, an imbalance that has affected the livelihood of other Canadians, especially in Atlantic Canada, and Newfoundland and Labrador in particular.
The imbalance in the ecosystem is a tremendous impediment to the rebuilding of our cod stocks. Indeed, I live in a region where I watch seals go in the rivers and fish for salmon, something we would never have heard of 20 years ago. That is because they are starving, because their population is so large. They have nothing in the ocean left to eat. We have allowed the ecosystem in the ocean to become imbalanced, and that is affecting the rest of the food supply and the fish we depend upon.
Is that wise? Of course it is not wise, but that imbalance was created by people who did not understand the importance of the seal industry to the people who utilize it. When we fish from the ocean or harvest from the land, we do so leaving it in a sustainable way. We do not waste; we utilize. We do not do it for fun; we do it because we need to, and as a cultural part of our lives.
The Magdalen Islands, Bona Vista, St. Anthony, Nain, Kuujjuaq, these are all places around Canada where both Inuit and non-Inuit have used the seal all their lives to sustain their families. It is such an important part of our culture. It is unfortunate that we have seen the seal ban by the European Union, but I want to say that as devastating as impact has been on indigenous and coastal communities that depend on the seal harvest, we have been working hard to find a way to get our products back into the EU.
I want to recognize and commend the Inuit artists and the Inuit Art Council for the work they have done in building that relationship with the Europeans. I want to commend them for the show they did on indigenous art and seal products in the European Union just recently. They have made some progress and now all seal products from Nunavut will have access to the European market. We are now also working with the Government of the Northwest Territories to ensure that it too will have that access.
I wanted to point that out, because when most people hear about the seal industry, they hear it from well-funded protest groups that have their own ideology about how the ecosystem and society should work. Their ideology is not based upon the cultural values of people who live in Canada. We are a country where people respect each other. We respect the cultures of each other. In our culture, seal is a very important part. It is a part that not only feeds our body and nourishes us, but it is also the part that sustains us economically, and has for a long time. To be able to raise the profile of that is important.
I remember doing about five different shows promoting the seal industry in Montreal, Toronto, and Ottawa. We promoted the seal products of Inuit people and talked about the seal industry and how it works. Many people wanted to know more about what was happening.
I will be supporting the motion. I think it is a good motion and I would ask my colleagues to recognize the cultural importance of seal and to mark this occasion with my constituents and all Inuit and others in Canada.
Madame la Présidente, c'est avec plaisir que j'interviens à propos du projet de loi. Les députés qui me connaissent savent à quel point je me passionne pour l'industrie de la chasse au phoque et j'appuie les Inuits, partout au Canada, qui en dépendent considérablement, à l'instar d'autres concitoyens de ma circonscription, du Canada Atlantique et du Québec.
C'est la sénatrice libérale Céline Hervieux-Payette qui a présenté le projet de loi instituant la Jounée nationale des produits du phoque; elle a depuis pris sa retraite. Le projet de loi a maintenant été renvoyé à la Chambre des communes, où le parraine mon collègue le député de Coast of Bays—Central—Notre Dame qui, c'est connu, soutient de tout coeur, lui aussi, l'industrie de la chasse au phoque au Canada.
Grâce au projet de loi, le 20 mai deviendra la « Journée nationale des produits du phoque », partout au Canada. Même s'il ne s'agira pas d'une fête légale, la journée n'en restera pas moins une occasion de s'intéresser au phoque, aux aspects culturels de son utilisation, à sa pérennisation et à son importance de toujours au Canada en tant que source de nourriture, de matériaux pour l'artisanat et de viabilité économique dans bien des régions du pays.
Il est important que nous reconnaissions cet apport au moyen d'une telle journée. J'ai d'ailleurs souligné le Jour du phoque sur la Colline à maintes reprises. Au cours de la dernière année, j'ai été l'hôte d'une activité organisée à l'occasion du Jour du phoque à laquelle étaient conviés mes collègues députés, mais également toutes les personnes qui appuient l'industrie du phoque au pays. Défenseurs et promoteurs, artistes et artisans, Inuits et autres ont ainsi eu l'occasion de parler de l'industrie et du rôle qu'elle joue dans leur vie et dans leur milieu. Nous devons continuer à prévoir de telles tribunes.
Les députés qui me connaissent savent que je suis une ardente défenseure de l'industrie du phoque. Je porte du phoque pratiquement tous les jours, d'une façon ou d'une autre.
J'ai grandi dans une petite communauté inuite du Nord. Mon père était un chasseur et un pêcheur et, quand j'étais petite, nous mangions souvent du phoque. En fait, c'était notre principale source de protéines. Mais le phoque était aussi pour nous beaucoup plus qu'une source de nourriture.
Nous nous en servions énormément pour fabriquer des vêtements et des objets d'usage quotidien. D'ailleurs, ma mère confectionne encore divers objets à partir du phoque, et ses créations sont d'une beauté remarquable. Rien ne se perd. Nous utilisons toutes les parties de l'animal.
Je ne crois pas avoir vu une chasse plus durable que celle qui se pratique dans l'industrie du phoque. Il y a une trentaine à une quarantaine d'années, l'industrie a été la cible de gens qui s'y opposaient et qui cherchaient essentiellement à détruire le moyen de subsistance et le mode de vie des Inuits et des habitants du Nord. Ils y sont malheureusement parvenus.
Nous sommes cependant des Canadiens résilients, et ceux d'entre nous qui dépendent de cette ressource pour faire vivre leur famille poursuivent leur combat.
Enfant, j'ai souvent vu mon père, mes oncles et mes frères se défendre contre ces opposants qui les considéraient comme des barbares, des moins que rien, parce qu'ils essayaient de subvenir aux besoins de leur famille de façon durable.
De nos jours, l'industrie du phoque est l'une des plus exemptes de cruauté envers les animaux au Canada. Toutes les étapes sont exemptes de cruauté, de la capture à la transformation de la viande, à l'utilisation des autres parties de l'animal. Rien ne se perd.
Quoi qu'on en dise, comme mon collègue l'a indiqué plus tôt, le phoque est probablement devenu un des plus grands obstacles au rétablissement des stocks de poissons au Canada. Comme nous le savons, nous sommes aux prises avec une surpopulation de phoques à cause des protestataires et de la façon dont ils ont tenté de nuire au style de vie des Canadiens dont la subsistance dépend de cette espèce animale durable. L'écosystème est complètement déséquilibré, ce qui nuit au gagne-pain d'autres Canadiens, particulièrement au Canada atlantique et à Terre-Neuve-et-Labrador.
Le déséquilibre de l'écosystème constitue un obstacle de taille pour le rétablissement des stocks de morue au Canada. Évidemment, je vis dans une région où on voit les phoques pêcher le saumon dans les rivières, quelque chose qu’on n’aurait jamais vu il y a 20 ans. Cette situation est attribuable au fait que les phoques sont affamés parce qu'ils sont trop nombreux. Il ne leur reste plus de nourriture dans l'océan. Nous avons laissé le déséquilibre s'installer dans l'écosystème océanique et cela affecte maintenant le reste de l'approvisionnement alimentaire de même que les poissons sur lesquels nous comptons.
Est-ce bien sage? Bien sûr que non, mais ce déséquilibre a été créé par des gens qui ne comprenaient pas l'importance de l'industrie du phoque pour les gens qui utilisent cette ressource. Lorsque nous pêchons dans l'océan et chassons sur la terre ferme, nous le faisons de manière à pouvoir le faire encore longtemps. Nous ne gaspillons pas la ressource; nous l'utilisons. Nous ne le faisons pas pour le plaisir; nous le faisons parce que nous en avons besoin et que cela fait partie de notre culture.
Les îles de la Madeleine, Bona Vista, St. Anthony, Nain, Kuujjuaq: ce sont tous des endroits au Canada où les Inuits et d'autres ont utilisé le phoque toute leur vie pour subvenir aux besoins de leur famille. C'est une partie si importante de notre culture. Il est malheureux que le phoque soit interdit dans l'Union européenne, mais je tiens dire que, si les répercussions sur les communautés autochtones et côtières qui dépendent de la chasse au phoque ont été dévastatrices, nous déployons beaucoup d'efforts pour trouver une façon d'exporter de nouveau nos produits dans l'Union européenne.
Je tiens à féliciter les artistes inuits et le conseil des arts inuits du travail qu'ils ont accompli en tissant des liens avec les Européens. Je tiens aussi à les féliciter de l'exposition d'art autochtone et de produits du phoque qu'ils ont présentée tout récemment dans l'Union européenne. Ils ont fait des progrès, si bien que, désormais, tous les produits du phoque du Nunavut pourront être vendus sur le marché européen. Nous collaborons aussi avec le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest pour veiller à ce que les produits de ce territoire puissent aussi se trouver sur le marché européen.
Je tenais à souligner cela, parce que, la plupart du temps, les gens entendent parler de l'industrie du phoque par l'entremise de groupes de protestataires bien financés, qui ont leurs propres idées sur la façon dont l'écosystème et la société devraient fonctionner. Leur idéologie n'est pas fondée sur les valeurs culturelles des Canadiens. Nous habitons un pays où les gens éprouvent du respect les uns envers les autres. Nous respectons la culture des autres. Le phoque occupe une place très importante dans notre culture. Non seulement il nous nourrit, mais il contribue aussi depuis longtemps à notre prospérité économique. Il importe de souligner cela.
Je me souviens d'avoir participé à cinq expositions différentes environ à Montréal, à Toronto et à Ottawa. Nous avons fait la promotion des produits du phoque fabriqués par des Inuits et parlé de l'industrie du phoque et de ses rouages. Beaucoup de gens souhaitaient en savoir plus sur cette industrie.
Je vais appuyer la motion. Je pense qu'il s'agit d'une bonne motion et je demande à mes collègues de se joindre aux résidants de ma circonscription, à tous les Inuits et à certains de nos concitoyens pour reconnaître l'importance du phoque sur le plan culturel.
Collapse
View Mel Arnold Profile
CPC (BC)
View Mel Arnold Profile
2016-10-27 17:44 [p.6252]
Expand
Madam Speaker, it is an honour to rise today to speak to Bill S-208, An Act respecting National Seal Products Day.
This bill is important in its purpose, in affirming the traditions and the heritage of peoples, especially our first nations peoples who inhabit Canadian coastal communities and seek to preserve a way of life and identity. If we examine the fabric of the identity of these people, we will find, interwoven in that fabric, the hard work and enterprising spirit, and many threads of tradition and culture that bring colour and distinction to their identity, and ours too as Canadians.
The bill affords the houses of this Parliament an opportunity to issue respect and stand with our fellow Canadians, the women and men in coastal communities, members of first nations determined to preserve their traditional way of life, to stand with Canadians with pride in the face of those who oppose the utility of the seal.
We need to stand up against those who would deny our fellow Canadians their way of life, those who would deny our fellow Canadians their cultural traditions, and those who would deny our fellow Canadians their identity.
As such, I stand in my place in the House today in support of not only this bill, but of our fellow Canadians who depend on seals the same way others depend on salmon or wheat or vegetables to pay their bills, the same way others depend on trees to feed their families, and the same way many other Canadians rely on our sustainable and natural resources to maintain their ways of life.
Our fellow Canadians deserve our support, and I sincerely hope our Parliament possesses the fortitude to afford this support. Now, more than ever, we must demonstrate solidarity with our fellow Canadians who seek to recover from the ill-conceived European Union ban of seal products in 2009. The EU ban was not based on science and it was not based on principles of sustainability. The EU ban was the result of a high-profile lobby campaign, fuelled by celebrities who took a few hours away from their lavish lives to denigrate and prejudice the lives of our fellow Canadians.
Sadly, their campaign was fed by biased information based on emotion, not science. The lobby campaign succeeded in undermining a sustainable industry based on seal hunts that were an important part of Canada's management of fisheries and oceans. What the EU did not see, through the smoke and mirrors of the celebrity campaigns, was that the Royal Commission of 1986 brought Canada's seal hunt into the 21st century.
The Royal Commission provided a foundation to ensure Canada's seal hunt was sustainable, sustainable for our seal population and sustainable for the complex ecosystems they inhabited. The Royal Commission also precipitated a modernizing of regulations to ensure the hunt would be carried out humanely.
Unfortunately, the EU has not only injured economies in our coastal and first nations communities, the EU's infantile ban has also harmed our oceans. Over time, we have learned that harvesting or not harvesting one species has impacts on other species and indeed the entire ecosystem in which we exist.
One might ask what an MP from the interior of British Columbia would know about seals or seal products. Well, in my former roles dealing with fish and wildlife management, and now as deputy critic for Fisheries and Oceans Canada and the Canadian Coast Guard, I speak with an understanding of how important it is to manage on an ecosystem basis, managing all species holistically, not just on a species-by-species approach.
In my home province of British Columbia, I have been witness to the reluctance to manage predator species and the devastating impacts this reluctance has had on prey and other species. This reluctance to manage predator species was born from similar campaigns based on emotion and vacant of scientific reason. Much like the campaign that led to the EU ban, these campaigns were supported by foreign funds and blatantly ignored the traditions, cultures and ways of life of our fellow Canadians.
I have also had the honour of travelling to Atlantic Canada for numerous meetings over the past few months, where I connected with many Atlantic Canadians who depend on the ocean for subsistence. The ocean and its bounty are their livelihood.
A fisherman friend from Newfoundland recently relayed to me that there was a time when the residents of Newfoundland and Labrador relied completely on the bounty of the sea, that the island of Newfoundland was founded on fishing and sealing, industries that supported the very survival of the inhabitants of Newfoundland. This was their way of life for hundreds of years, solidifying the importance of sealing in Canada's history as a heritage activity.
It has been over 24 years since the cod moratorium was announced, an announcement that precipitated the largest layoffs in Canada's history.
This fisherman also told me that the sealing industry is without a doubt a crucial element in helping the cod stocks of the northwest Atlantic Ocean recover from the devastating collapse in the 20th century. To ensure that the fisheries in Atlantic Canada will have a future, we need to protect them from an ever-increasing seal population, which is severely limiting their recovery. Population control is an essential tool that is needed to ensure that a balanced ecosystem can exist.
Hunters and fishers are able to harvest seals humanely, and they ought to be able to do that and be supported in this, as it is a means for them to provide for themselves and for others. By passing this bill, we would be helping to restore the way of life that existed in Newfoundland and other coastal communities that has been so drastically impacted.
We would also be building a stronger case for the EU to overturn its ban. By undercutting Canada's seal hunt, the EU ban has undercut an industry that has had an important role in maintaining a delicate balance in our ocean ecosystem.
A reduction in the number of seals being harvested has wreaked havoc on our fisheries. Canada's Atlantic salmon fishery continues to struggle, and we know that predation and a booming seal population is a factor. The same can be said for Canada's northern cod fishery and the snow crab fishery in Atlantic Canada, and the list goes on.
The EU ban has hurt the economies of our coastal and first nations communities, especially in our northern communities. In fact, I recently learned of a correlation between the imposition of the EU ban on seal products and an increase in the suicide rate in Canada's northern communities.
The EU ban has undermined a legitimate industry that was part of a broader system of maintaining a sustainable balance in the ocean food chains and ecosystems. Enough is enough. The European Union may close its market to our seal products and undermine our system, but the European Union and its chaos cannot and will not impinge on the pride and dignity of our fellow Canadians.
I applaud the sponsor of this bill for the fortitude to take on a challenging issue and bring it to the forefront, but I would be remiss if I did not mention a previous and similar bill that was introduced and passed in the previous Parliament. Bill C-501, passed in 2014, recognized National Hunting, Trapping and Fishing Heritage Day. We now have one day of the year that officially recognizes a fundamental part of our Canadian heritage that not only helped build this great nation but continues to provide food and sustenance for people across this land.
Bills S-208 and C-501 have very much in common. Both bills recognize the importance of our Canadian heritage, history, and way of life. Both bills seek respect for those people who make their living from our renewable and sustainable resources of fish, wildlife, and marine species.
If we fail to recognize and defend that which has made us Canadian, we open the door to exterior forces that would erode our identity, forces and voices that would detach Canadians from our heritage, our land, and our oceans and sever our connection to the earth.
The human race evolved by learning how to harvest and utilize the natural resources around us. In doing so, we are now learning that we must manage those natural resources around us in a way that finds balance. The people, including the first nations, who live on the front line of harvesting and who depend on natural resources such as seals understand this balance.
Madame la Présidente, c'est un honneur pour moi d'intervenir aujourd'hui au sujet du projet de loi S-208, Loi instituant la Journée nationale des produits du phoque.
Le projet de loi a une raison d'être importante. Il affirme les traditions et le patrimoine des populations — surtout celles des Premières Nations — habitant dans des collectivités côtières du Canada. Il cherche aussi à préserver leur mode de vie et leur identité. Si nous examinons le tissu identitaire de ces gens, nous verrons que leur esprit travailleur et leur esprit d'entreprise en sont une partie intégrante, tout comme les traditions et la culture, qui donnent un caractère vif et distinctif à leur identité, ainsi qu'à la nôtre, en tant que Canadiens.
Le projet de loi donne aux deux Chambres du Parlement l'occasion de montrer leur respect et leur solidarité pour les citoyens canadiens, les habitants des localités côtières et les membres des Premières Nations déterminés à préserver leur mode de vie traditionnel. Il leur permet de se ranger fièrement du côté des Canadiens qui dépendent des produits du phoque contre ceux qui s'y opposent.
Nous devons nous élever contre les personnes qui souhaitent priver nos concitoyens canadiens de leur mode de vie, de leurs traditions culturelles et de leur identité.
J'appuie donc aujourd'hui non seulement le projet de loi mais aussi nos concitoyens qui dépendent du phoque, comme d'autres du saumon, du blé ou des légumes pour payer leurs factures, d'autres des arbres pour nourrir leur famille et de nombreux autres des ressources naturelles et durables pour conserver leur mode de vie.
Nos concitoyens méritent notre soutien, et j'espère sincèrement que le Parlement est assez fort pour assurer ce soutien. Maintenant plus que jamais, nous devons nous montrer solidaires de nos concitoyens qui cherchent à se remettre de la déplorable interdiction des produits du phoque décrétée par l'Union européenne en 2009. Cette décision ne reposait ni sur des données scientifiques, ni sur des principes de durabilité. Elle résultait d'une campagne de lobbying hautement médiatisée attisée par des célébrités qui ont pris quelques heures de leur vie de pachas pour dénigrer nos concitoyens et leur faire du tort.
Malheureusement, cette campagne a été alimentée par des renseignements partiaux fondés sur l'émotion, et non pas sur les données de la science. La campagne de lobbying a réussi à fragiliser une industrie durable reposant sur une chasse au phoque qui compte pour beaucoup dans la gestion des pêches et des océans du Canada. Ce que l'Union européenne n'a pas vu, derrière les écrans de fumée des campagnes orchestrées par les célébrités, c'est que la Commission royale de 1986 a fait entrer la chasse au phoque au Canada dans le XXIe siècle.
La Commission royale a donné lieu à des recommandations pour que la chasse au phoque au Canada demeure viable non seulement pour notre population de phoques, mais aussi pour les écosystèmes complexes où elle vit. La Commission royale a également accéléré la modernisation de la réglementation afin que la chasse soit effectuée sans cruauté.
Hélas, non seulement l'Union européenne a nui à l'économie de nos collectivités côtières et autochtones, mais l'interdiction qu'elle a imposée de manière irréfléchie a également nui à nos océans. Au fil du temps, nous avons appris que le fait de chasser ou de ne pas chasser une espèce donnée a des répercussions sur d'autres espèces, voire sur tout notre écosystème.
On pourrait se demander ce qu'un député de la partie continentale de la Colombie-Britannique connaît aux phoques et aux produits du phoque. Or, en tant qu'ancien intervenant en gestion des pêches et de la faune et maintenant en tant que porte-parole adjoint de mon parti pour Pêches et Océans Canada et la Garde côtière canadienne, je sais à quel point il est important de gérer un écosystème en tenant compte de toutes les espèces et non seulement de certaines espèces en particulier.
Dans ma province, la Colombie-Britannique, j'ai été témoin de la réticence à gérer les espèces prédatrices et de ses effets dévastateurs sur les proies et sur d'autres espèces. Cette réticence à gérer les espèces prédatrices a été causée par le même genre de campagnes, axées sur les sentiments et dénuées de tout fondement scientifique. Tout comme celle qui a mené à l'interdiction imposée par l'Union européenne, ces campagnes ont été financées par des intervenants étrangers au mépris total des traditions, des cultures et du mode de vie de nos concitoyens.
J'ai aussi eu l'honneur de me rendre dans les provinces de l'Atlantique pour assister à diverses réunions au cours des derniers mois. J'y ai rencontré de nombreux Canadiens de là-bas qui comptent sur l'océan pour gagner leur vie. L'océan et les richesses qu'il recèle assurent leur gagne-pain.
Un de mes amis, un pêcheur terre-neuvien, m'a appris dernièrement que, à une certaine époque, les résidants de Terre-Neuve-et-Labrador dépendaient entièrement des richesses de l'océan et que l'île de Terre-Neuve s'est construite autour de la pêche et de la chasse au phoque, des industries qui ont carrément assuré la survie de ses résidants. Ce fut leur mode de vie des siècles durant. On n'en comprend que mieux la place qu'occupe la chasse au phoque dans l'histoire du Canada en tant que pratique traditionnelle.
Plus de 24 ans se sont écoulés depuis l'annonce du moratoire sur la pêche à la morue, qui a déclenché la plus vaste vague de licenciements de l'histoire du Canada.
Mon ami pêcheur m'a aussi dit que l'industrie de la chasse au phoque est absolument essentielle pour favoriser le rétablissement des stocks de morue dans le Nord-Ouest de l'Atlantique, qui s'est effondré au XXe siècle, une véritable catastrophe. Pour assurer l'avenir des pêches dans le Canada Atlantique, nous devons les protéger contre la population de phoques, qui enregistre une croissance constante, ce qui nuit gravement au rétablissement des stocks de poissons. La régulation démographique constitue un outil indispensable à l'équilibre de l'écosystème.
Les chasseurs et les pêcheurs sont en mesure de chasser le phoque sans cruauté et ils devraient pouvoir le faire, soutien à l'appui, car c'est un moyen de subvenir à leurs besoins et à ceux d'autres personnes. En adoptant le projet de loi, nous contribuerions à rétablir le mode de vie traditionnel de Terre-Neuve et d'autres régions côtières, qui a été complètement chamboulé.
Nous serions par ailleurs mieux outillés pour faire annuler l'interdiction des produits du phoque dans l'Union européenne. En s'en prenant à la chasse au phoque au Canada, cette interdiction porte préjudice à une industrie qui joue un rôle de premier plan pour préserver le délicat équilibre de l'écosystème océanique.
Les pêches ont été dévastées par la réduction des quotas de phoques. L'industrie canadienne de la pêche au saumon atlantique ne s'en est pas encore remise, une situation attribuable notamment à la prédation et à une population de phoques en plein essor. Il en va de même pour la pêche à la morue du Nord et au crabe des neiges dans l'Atlantique. La liste est interminable.
L'interdiction des produits du phoque en vigueur dans l'Union européenne a nui à l'économie des villages et des réserves des régions côtières, surtout dans le Nord. Je viens d'ailleurs d'apprendre qu'il existe un lien entre l'entrée en vigueur de cette interdiction et l'augmentation du taux de suicide dans les régions nordiques du Canada.
L'interdiction en vigueur en Europe porte préjudice à une industrie légitime qui constitue un rouage du maintien d'un équilibre durable dans les chaînes alimentaires et les écosystèmes océaniques. Trop, c'est trop. L'Union européenne peut bien fermer ses frontières aux produits canadiens du phoque et nuire à notre système, mais l'Union européenne et le chaos qu'elle a engendré ne doivent pas entacher et n'entacheront pas la fierté et la dignité de nos concitoyens.
Je félicite le parrain du projet de loi d'avoir eu le courage de s'attaquer à une question difficile et de la mettre à l'avant-plan, mais je m'en voudrais de ne pas mentionner un projet de loi semblable qui a été adopté au cours de la dernière législature. Le projet de loi C-501, adopté en 2014, a institué la Journée du patrimoine national en matière de chasse, de piégeage et de pêche. Désormais, une journée par année, nous soulignons officiellement une partie fondamentale du patrimoine canadien qui, en plus de façonner ce grand pays, continue d'être une source de nourriture et un moyen de subsistance pour un certain nombre de ses habitants d'un bout à l'autre du territoire.
Les projets de loi S-208 et C-501 ont beaucoup de points communs. Ils soulignent tous les deux l'importance du patrimoine, de l'histoire et du mode de vie canadiens. Ils visent à susciter le respect pour les gens qui vivent des ressources renouvelables de notre pays que sont les poissons, les animaux sauvages et les espèces marines.
Si nous refusons d'honorer et de défendre ce qui a fait de nous des Canadiens, nous permettons à des forces extérieures de saper notre identité, nos forces et nos voix, d'isoler les Canadiens de leur patrimoine, de leur terre et de leurs océans, et de couper le lien qui nous unit à la terre.
La race humaine a évolué en apprenant comment exploiter et utiliser les ressources naturelles qui l'entourent. Ce faisant, nous avons compris que nous devons gérer ces ressources de manière équilibrée. Les gens qui, à l'instar des Premières Nations, vivent de l'exploitation de ressources naturelles, le phoque par exemple, comprennent ce que signifie cet équilibre.
Collapse
Results: 1 - 13 of 13

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data