Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 6882
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 15:57
Expand
Am I involved in the unanimous consent?
A voice: It was updated.
Dois-je consentir moi aussi?
Une voix: Il y a eu une mise à jour.
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 15:57
Expand
I am here for an hour.
J’ai une heure à vous consacrer.
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 15:57
Expand
Thank you very much, Mr. Chair, and good afternoon.
Members of the committee, I want to thank you for this opportunity to appear before the Standing Committee on Veterans Affairs for the first time. I certainly appreciate the great work the members have done on behalf of Canada's veterans and their families. I especially want to acknowledge the important work undertaken by the committee recently on issues such as indigenous veterans, ending veterans' homelessness and medical cannabis.
Mr. Chair, I also want to thank you for your motion on ending veterans' homelessness. All of us agree that having one homeless veteran is one too many, and it's important to shine a light on that issue. That's exactly what you have done, and I look forward to working with everybody on the committee to make sure that we can reduce homelessness.
I want to say that I was previously, 25 years ago, the secretary of state for Veterans Affairs, and it's certainly an honour and a privilege to be back here at this committee. I consider it an honour to have the position that I do and to have the privilege of representing the people who have done so much for our country.
Last week, I had the tremendous honour of accompanying the delegation of veterans to the shores of Normandy to commemorate the 75th anniversary of D-Day and the Battle of Normandy. I was accompanied by a number of members, and I think everybody involved would be nothing but proud of the ceremonies and our country.
D-Day was of enormous importance for our country and for the world, and also a day of tremendous loss. Three hundred and fifty-nine Canadian soldiers made the ultimate sacrifice that day and more than 700 were wounded. To walk these beaches with the people who fought there 75 years ago and who saw their friends fall there, to visit the memorials and the final resting place of thousands of comrades—there are really no words to describe it. Together, we laid wreaths, we saw old battlefields and we paid tribute to those who made the sacrifice. Quite simply, it was one of the greatest honours I've had in my life.
Also, with many young Canadians as well, the best way to learn about our history is to ensure it lives on and to hear it from the veterans themselves. It is so important. We all gained a deeper understanding of what our troops went through 75 years ago.
I think it's fair to say that we went through some understanding, but it's pretty near impossible to realize what it would be like at Juno Beach. My colleagues here were there too, and just to look at coming up that beach...can you imagine it 75 years ago with the Nazis shooting down at them? It was just something else. Because of what they did, that's why we're at this table: for them, for their families and for all the people who followed in their footsteps, from the hills of Korea to the mountains of Afghanistan, and now in Iraq and Mali and beyond.
Canadians are forever in debt to those who step forward in the service and defence of this country and in support of our friends and allies around the world. It is our job to remember them and to take care of them when they return.
Before I speak to the changes compared to last year's estimates, I'd like to take a step back.
As you know, Veterans Affairs is a different department than it was four years ago. It's driven by vision and with a clear focus on the overall well-being of our Canadian Armed Forces members, our veterans and their families. It's because of that vision that we have invested over $10 billion in new dollars since 2015. It is a vision that saw our government immediately reopen nine Veterans Affairs offices. In fact, we opened an extra one, giving veterans better access to the information and programs and the services that they've earned.
In budget 2016, we increased the maximum value of the disability award for Canadian Armed Forces members and veterans with service-related illnesses and injuries to $360,000, putting more money directly into the pockets of veterans. We also increased the earnings loss benefit, raising it to 90% of an injured Canadian Armed Forces member's military salary at the time of their release from the forces.
We reversed a decade of cuts in service, hiring 700 more staff to deliver services and benefits, answer questions and help veterans through the transition process. We need people at Veterans Affairs to deal with veterans when they come in. We have increased outreach in every part of the country, including a strong effort to reach our veterans in the Canadian north.
Budgets 2017 and 2018 introduced eight new and enhanced programs, including a new veterans education and training benefit, providing veterans with up to $82,000; the caregiver recognition benefit; a veterans and families well-being fund; and a new veterans emergency fund, which is a fund that's so important. It's $4 million—$1 million a year—and last year we had to add $300,000 to that. It's something that's used. Last is expanded access to military family resource centres and a centre of excellence on post-traumatic stress disorder.
More recently, through budget 2019, we continued to build on these important initiatives with investments of $41 million to improve the transition process to civilian life; $20 million for a centre of excellence on chronic pain research; $30 million to recognize the contribution of Métis veterans to this country in Second World War efforts and to commemorate the sacrifice and achievements of all Métis veterans; and $25 million to improve how we care for members of the military, veterans and their families.
There's one underlying purpose for all of these changes and in fact for everything that our government has done over the last four years. It's not just the well-being of veterans but that of their families, because a veteran cannot do well if his or her family does not do well. This is why we are committed to ensuring our veterans and their families are better informed, better served and better supported.
I am pleased to report that this approach is working and, in fact, that applications are on the rise. In fact, with the renewed trust in the department since 2015, we have seen an increase of 60% in disability benefit applications since we formed government. This is a good thing. It means that veterans are coming forward and getting the help they need.
Of course, this kind of increase demands a response, so we're taking concrete steps to improve our service. Our government is providing $42.8 million over two years, which started in 2018-19, to increase service delivery capacity and keep up with the rise in demand. We also refocused our efforts, and service delivery is now centred on the individual veteran: their circumstances, their needs and strengths and those of the family.
To help address these needs, we have hired hundreds of new caseworker managers, who work directly with veterans. We have hired more than 450 new case managers, up from a low of 194. This is a significant improvement from where we were four years ago, and we will continue to recruit to meet the demands of the veterans community, because we know there's always more work to do for veterans.
Of course, the recent implementation of the pension for life was critical and delivered on our promise to bring back a monthly pension. The pension for life combined what veterans and stakeholders asked for with the most up-to-date research and understanding of veterans' well-being, which brings us back to why we're here today.
If we look at the main estimates and the numbers themselves, the net increase of $25.4 million that Veterans Affairs Canada will receive compared to the 2018-19 estimates will directly benefit veterans and their families.
The increase in funding as a result of the pension for life includes $685 million for pain and suffering compensation, $628 million for the income replacement benefit and $102 million for the additional pain and suffering compensation. All of these changes are significant fundamental improvements to the many services, supports and benefit programs required by veterans and their families to make a successful transition from military life.
I want to remind the committee that over 90% of our budget represents payments to veterans and their families, because they are the single guiding focus for everything that we do.
It's our job to help them transition smoothly to life after service and to commemorate and recognize their sacrifice. We have come a long way since 2015—from improving benefits and services to restoring trust with the veteran community and shifting the focus of government from being one of cost savings to one of support for veterans and their families.
In the months that follow, we will continue the important work that veterans have asked us to do, because that is what they deserve and that's exactly what Canadians expect from their government.
Again, I want to say it's an honour to be here, and I again want to acknowledge the hard work and dedication of this committee and my deputy minister, Mr. Natynczyk, whom I neglected to introduce, but most people know him.
Thank you very much. These are my remarks and I'm open to questions.
Merci beaucoup, monsieur le président, et bon après-midi à tous.
Mesdames et messieurs les membres du Comité, je tiens à vous remercier de cette occasion de comparaître pour la première fois devant le Comité permanent des anciens combattants. Sachez que j’apprécie l’excellent travail que vous avez fait au nom des anciens combattants du Canada et de leurs familles. Je tiens en particulier à vous féliciter de vos travaux récents sur des sujets comme les anciens combattants autochtones, la lutte contre le sans-abrisme des anciens combattants et le cannabis thérapeutique.
Je tiens également à vous remercier, monsieur le président, de votre motion sur la lutte contre le sans-abrisme des anciens combattants. Nous convenons tous que lorsqu’un ancien combattant est sans-abri, cela en fait un de trop, et qu’il importe de traiter cette question en priorité. C’est exactement ce que vous avez fait et je souhaite collaborer avec tous les membres du Comité pour nous assurer de réduire le sans-abrisme de ces anciens combattants.
Je veux que vous sachiez que, il y a 25 ans, j’étais secrétaire d’État aux anciens combattants et c’est certainement pour moi un honneur et un privilège de me retrouver à nouveau devant ce comité. Je suis fier d’occuper ce poste et d’avoir le privilège de représenter des gens qui ont tant fait pour notre pays.
La semaine dernière, j’ai eu l’immense honneur d’accompagner une délégation d’anciens combattants sur les côtes de Normandie pour commémorer le 75e anniversaire du jour J et de la bataille de Normandie. J’étais accompagné d’un certain nombre de députés et je crois que toutes les personnes impliquées ne pouvaient qu’être fières des cérémonies et de notre pays.
Le jour J a marqué l’histoire de notre pays et du monde; et nous avons aussi subi ce jour-là des pertes considérables. Trois cent cinquante-neuf soldats canadiens ont fait ce jour-là le sacrifice de leur vie, et plus de 700 ont été blessés. Parcourir ces plages avec les gens qui y ont combattu il y a 75 ans, qui y ont vu leurs amis tomber à côté d’eux, visiter les mémoriaux et les cimetières où reposent des milliers de camarades, il n’y a vraiment pas de mots pour décrire tout cela. Ensemble, nous avons déposé des couronnes, vu les anciens champs de bataille et rendu hommage à ceux qui se sont sacrifiés. En toute simplicité, c’est l’un des plus grands honneurs que j’ai eus de toute ma vie.
N’oublions pas non plus que la meilleure façon d’enseigner notre histoire à de nombreux jeunes Canadiens est de nous assurer qu’elle reste vivante grâce à d’anciens combattants la racontant eux-mêmes. C’est tellement important. Grâce à cette expérience, nous avons tous beaucoup mieux compris ce que nos troupes ont vécu il y a 75 ans.
Je crois que l’on peut dire que nous avons acquis une meilleure compréhension de cette bataille, mais il me paraît pratiquement impossible de réaliser pleinement ce que c’était de se trouver sur la plage Juno ce jour-là. Mes collègues qui m’accompagnent étaient également là, et simplement s’imaginer grimper cette plage… pouvez-vous imaginer la situation de nos soldats avec les nazis qui les mitraillaient? Ils étaient plongés dans un autre univers. C’est grâce à ce qu’ils ont fait que nous sommes ici, assis à cette table: pour eux, pour leurs familles et pour tous ceux qui ont suivi leurs traces, des collines de Corée aux montagnes d’Afghanistan et maintenant en Irak, au Mali et ailleurs…
Les Canadiens seront toujours redevables envers ceux qui se sont portés à la défense de ce pays et qui sont venus en aide à nos amis et à nos alliés partout dans le monde. Il nous incombe de nous souvenir d’eux et d’en prendre soin quand ils reviennent au pays.
Avant de vous entretenir des changements survenus dans le dernier Budget principal des dépenses par rapport à celui de l’an dernier, j’aimerais remonter un peu dans le temps.
Comme vous le savez, Anciens Combattants Canada est un ministère différent de ce qu’il était il y a quatre ans. Il est maintenant animé par une vision et par la priorité manifestement accordée au bien-être global de tous les membres de nos Forces armées canadiennes et de tous nos anciens combattants et de leurs familles. C’est cette vision qui nous a conduits à investir en argent frais plus de 10 milliards de dollars depuis 2015. C’est aussi cette vision qui a amené notre gouvernement à rouvrir immédiatement neuf bureaux pour anciens combattants. Nous en avons même ouvert un de plus afin de donner aux anciens combattants un meilleur accès à l’information, aux programmes et aux services auxquels ils ont droit.
Dans le budget de 2016, nous avons relevé le montant maximal de l’indemnité d’invalidité des membres des Forces armées canadiennes et des anciens combattants souffrant de maladies ou de blessures liées au service jusqu’à 360 000 $, ce qui revient à verser directement davantage d’argent dans les poches des anciens combattants. Nous avons également augmenté l’Allocation pour perte de revenus pour qu’elle atteigne, au moment de sa libération des forces, 90 % de la solde d’un membre blessé des Forces armées canadiennes.
Nous avons inversé une décennie de coupures dans les services, en embauchant plus de 700 employés pour fournir les services et les diverses prestations, pour répondre aux questions et pour aider les anciens combattants à passer à travers le processus de transition. Il faut que nous ayons des gens à Anciens Combattants Canada pour nous occuper de ces anciens combattants quand ils franchissent nos portes. Nous avons accru nos activités de sensibilisation dans toutes les régions du pays, avec un effort particulier pour rejoindre nos anciens combattants se trouvant dans le Nord canadien.
Les budgets de 2017 et 2018 comportaient huit programmes nouveaux et améliorés, y compris une nouvelle Allocation pour études et formation à l’intention des anciens combattants leur permettant d’obtenir jusqu’à 82 000 $; l’Allocation de reconnaissance pour aidant; un Fonds pour le bien-être des vétérans et de leur famille; et un nouveau Fonds d’urgence pour les vétérans, qui est de la plus haute importance. Il sera doté pendant quatre ans de 1 million de dollars par année, donc d’un total de 4 millions de dollars, et nous y avons ajouté l’an dernier 300 000 $. C’est de l’argent qui se révèle fort utile. Enfin, on peut citer un accès élargi au Centre de ressources pour les familles des militaires et à un Centre d’excellence sur le trouble de stress post-traumatique.
Plus récemment, avec le budget de 2019, nous avons continué à nous appuyer sur ces initiatives importantes avec des investissements de 41 millions de dollars destinés à améliorer le processus de transition à la vie civile; 20 millions de dollars ont été versés à un centre d’excellence en recherche sur les douleurs chroniques; 30 millions de dollars ont été affectés à la reconnaissance de l’apport des anciens combattants métis à ce pays pendant la Seconde Guerre mondiale et à commémorer les sacrifices et les réalisations de tous les anciens combattants métis; et 25 millions de dollars ont servi à améliorer la façon dont nous prenons soin des membres des forces armées, des anciens combattants et de leurs familles.
Toutes ces modifications sont sous-tendues par un objectif, et c’est en vérité le cas de tout ce que le gouvernement a fait pendant les quatre dernières années. Il ne s’agit pas uniquement de nous assurer du bien-être des anciens combattants, mais de celui de leur famille parce que, si sa famille va mal, un ancien combattant n’ira pas bien non plus. C’est pourquoi nous nous sommes engagés à garantir à nos anciens combattants et à leurs familles d’être mieux informés, mieux servis et mieux soutenus.
Je suis ravi de pouvoir vous dire que cette approche donne de bons résultats et que, en réalité, les demandes sont à la hausse. Dans les faits, avec le renouvellement de la confiance envers le ministère depuis 2015, nous avons enregistré une hausse de 60 % des demandes d’allocations d’invalidité depuis que nous constituons le gouvernement. C’est une bonne chose. Cela signifie que les anciens combattants s’adressent à nous et obtiennent l’aide dont ils ont besoin.
Bien évidemment, une hausse de ce niveau demande qu’on s’y adapte et c’est la raison pour laquelle nous prenons des mesures concrètes pour améliorer nos services. Notre gouvernement consacre, depuis l’exercice 2018-2019, 42,8 millions de dollars sur deux ans pour accroître notre capacité de prestation de services et nous adapter à la hausse de la demande. Nous recentrons également nos efforts et la prestation de nos services aux anciens combattants est maintenant axée sur la personne, sur les caractéristiques de sa situation, sur ses besoins et sur ses forces, ainsi que sur celles de sa famille.
Pour aider à répondre à ces besoins, nous avons embauché plus de 450 nouveaux gestionnaires de dossiers qui travaillent directement avec les anciens combattants, un chiffre en hausse par rapport au plancher antérieur de 194. C’est là une amélioration majeure par rapport à la situation dans laquelle nous nous trouvions il y a quatre ans et nous allons continuer à recruter du personnel pour répondre aux demandes de la collectivité des anciens combattants, parce que nous savons qu’il y aura toujours davantage de travail à faire pour eux.
Bien évidemment, la mise en oeuvre récente d’un régime de pension à vie a joué un rôle primordial. Il s’agissait pour nous de tenir notre promesse de revenir à une pension mensuelle. Cette pension à vie, combinée avec les demandes des anciens combattants et des autres intervenants a nécessité de disposer de recherches à jour pour bien comprendre les caractéristiques du bien-être des anciens combattants, ce qui nous ramène à la raison de notre présence ici aujourd’hui.
Si nous examinons le Budget principal des dépenses en nous concentrant sur les chiffres, le montant additionnel de 25,4 millions de dollars que recevra Anciens Combattants Canada en plus de ce dont il a disposé dans le Budget principal des dépenses de 2018-2019 profitera directement aux anciens combattants et à leurs familles.
Le financement additionnel accompagnant la mise en oeuvre du régime de pension à vie comprend 685 millions de dollars pour l’Indemnité pour douleur et souffrance, 628 millions de dollars pour la Prestation du remplacement du revenu et 102 millions de dollars pour l’Indemnité supplémentaire pour douleur et souffrance. Toutes ces additions vont se traduire par des améliorations fondamentales et importantes dans les nombreux programmes de services, de soutien et de prestations dont ont besoin les anciens combattants et leurs familles pour réussir leur transition de la vie militaire à la vie civile.
Je tiens à rappeler aux membres du Comité que plus de 90 % de notre budget sert à verser des fonds aux anciens combattants et à leurs familles, parce qu’ils constituent le fil directeur de tout ce que nous faisons.
C’est à nous qu’il incombe de leur permettre de faire une transition en douceur entre la vie militaire et la vie civile ainsi que de commémorer et de reconnaître leurs sacrifices. Nous avons parcouru beaucoup de chemin depuis 2015, de l’amélioration des prestations et des services à la restauration de la confiance de la collectivité des anciens combattants et en faisant passer la priorité du gouvernement de la recherche d’économies au soutien des anciens combattants et de leurs familles.
Dans les mois qui viennent, nous allons poursuivre le travail important que les anciens combattants nous ont demandé de faire, parce que c’est ce qu’ils méritent et c’est exactement ce que les Canadiens et les Canadiennes attendent de leur gouvernement.
Je tiens encore à vous dire combien je suis honoré d’être ici et je veux à nouveau vous féliciter pour le travail acharné et l’engagement de votre comité, et de mon sous-ministre, M. Natynczyk, que j’ai oublié de vous présenter, mais que la plupart d’entre vous connaissent.
Je vous remercie de votre écoute. C’était là mes commentaires préliminaires. Je suis maintenant prêt à répondre à vos questions.
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:13
Expand
Thank you very much.
Certainly I know you're very passionate and concerned about the issue. I was, of course, in the House when this was an issue in the House. I understand. I certainly want to pass my condolences on to the family. I think you're fully aware that the veteran's family is also qualified to receive benefits. It creates a difficult situation if you take it away from all the veterans' families. That is what the problem is.
I will let my deputy explain as to what—
Merci beaucoup.
Je sais fort bien que vous prenez ce sujet à coeur et qu’il vous préoccupe. J’étais bien évidemment en Chambre lorsque la question y a été abordée. Je comprends. Je tiens bien évidemment à offrir mes condoléances à la famille de Mme Campbell. Je crois que vous savez très bien que la famille d’un ancien combattant est également admissible à des prestations. La situation paraît difficile si vous omettez qu’il s’agit d’une famille d’ancien combattant. C’est là que réside le problème.
Je vais laisser mon sous-ministre vous expliquer la nature du problème.
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:14
Expand
—the facts are on it, but the thing is that, when you make a change on one issue, it can affect all veterans.
Just give me a minute. I would like to answer the question that you put forward.
I would not agree to make a change that would hurt veterans' families—
Les faits sont véridiques, mais si vous apportez des modifications aux critères d’admissibilité à des prestations à partir d’un cas particulier, cela peut toucher tous les anciens combattants.
Veuillez m’accorder une minute. J’aimerais répondre à la question que vous m’avez posée.
Je ne peux consentir à des modifications d'un programme qui nuiraient aux familles d’anciens combattants…
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:14
Expand
—but I certainly couldn't be more sorry and more sympathetic to Catherine Campbell's family, and you know that I would be.
… mais je ne saurai être plus désolé pour la famille de Catherine Campbell ni éprouver plus de sympathie à son endroit, comme vous savez fort bien que c’est le cas.
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:14
Expand
But I think it's fair, being that you asked the question—
Mais je crois qu’il serait juste, puisque vous avez posé la question…
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:15
Expand
Thank you very much.
Yes, we have started the process and it will continue. The deputy might add to it, but it's something that we want to do.
The cards and recognizing veterans are something I want to look at down the road, too. There are many things that can be done in that area.
I'll let the deputy respond.
Merci beaucoup.
Oui, nous avons lancé le processus et nous allons continuer. Mon sous-ministre aura peut-être quelque chose à ajouter, mais c’est effectivement quelque chose que nous voulons faire.
Je tiens moi aussi à me pencher un peu plus tard sur ces cartes et sur la reconnaissance du statut d’ancien combattant. Il y a quantité de choses qui sont possibles dans ce domaine.
Je vais maintenant laisser le sous-ministre vous répondre.
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:18
Expand
Yes, $150 million has been dedicated over five years. Basically what we're trying to do is to work with the veterans organizations to put a formula together that will work to make sure that the distribution of funds is done in a proper manner. We want to make sure this is done in a proper way. In fact, we're into that process at the moment to make sure that we're able to deal with this issue.
Oui, 150 millions de dollars y ont été consacrés sur cinq ans. Ce que nous essayons de faire, pour l’essentiel, est de collaborer avec les organisations représentant les anciens combattants pour élaborer ensemble une formule garantissant que la répartition des fonds se fait comme elle doit l’être. Nous tenons à nous assurer qu’elle soit bien faite. En vérité, nous vérifions actuellement que nous sommes bien en mesure de faire face à ce problème.
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:19
Expand
I'm an associate minister of National Defence, and that's to try to have the transition a little smoother—to make it smooth, in fact. The card itself—I don't have an answer today—in other countries, helps in many ways.
When military people retire.... Let's say you go into the military after high school. You're there for 25 or 30 years and you come out. Number one, where do you find a doctor? There are so many things that have to be looked at in order to make sure the transition is as seamless as possible.
Also, that's where the education fund comes in, the $82 million. It's a very valuable workforce. They had a hiring session in Halifax and there were a lot of major companies there. We have so many people coming out of the military who are trained, but they could use this money in order to be valuable to the private sector. That's why this $82 million in the training program is so vitally important.
As you know, right across the country, we need workers. These people want to work, and this helps provide the qualifications that are needed for them to be able to work. When somebody leaves the military, they want to work—
Je suis aussi ministre associé de la Défense nationale et il s’agit de trouver les moyens pour que la transition se passe un peu plus en douceur, en vérité pour qu’elle se passe sans heurt. Quant à la carte en elle-même, et je n’ai pas d’autre réponse à vous donner aujourd’hui. Elle s’avère être utile à plus d’un titre dans les autres pays.
Lorsque les militaires prennent leur retraite… Disons que vous êtes devenu militaire à la fin de l’école secondaire. Vous avez passé 25 ou 30 ans dans l’armée et vous en sortez maintenant. La première question est: « Où trouver un médecin? » Il y a tant de choses dont vous devez vous occuper pour permettre une transition aussi en douceur que possible.
C’est aussi là que le Fonds pour l’éducation entre en jeu avec ses 82 millions de dollars. Les gens qui quittent l’armée constituent une main-d’oeuvre très précieuse. Une séance d’embauche a été organisée à Halifax et beaucoup de grandes entreprises y étaient présentes. Il y a tant de gens qui quittent les forces armées et qui y ont suivi une bonne formation, mais il y en a aussi qui pourraient aussi utiliser cet argent pour suivre une formation et devenir des atouts précieux dans le secteur privé. C’est pourquoi ce montant de 82 millions de dollars investis dans un programme de formation est de la toute première importance.
Comme vous le savez, partout au pays, nous avons besoin de travailleurs. Ces gens veulent travailler, et cela leur permet d’acquérir les qualifications qui leur seront utiles sur le marché du travail. Les gens qui quittent l’armée veulent travailler…
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:20
Expand
—so we're making it a bit easier.
There are other problems too, but those are just a couple of issues that I'm trying to deal with at the moment. There are many others. We are trying to make the transition seamless.
… nous leur faciliterons un peu la tâche.
Il y a également d’autres problèmes, mais ce sont là simplement quelques questions que j’essaie de régler en ce moment. Il y en a beaucoup d’autres. Nous tentons de permettre à la transition de se faire en douceur.
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:21
Expand
Of course, the $10 billion is ongoing, but on the pension for life—I don't have the exact figure—all of this costs so much money. The education fund is so important, the top-up of wages.
Walter, I'll let you answer that.
These programs are so vitally important and these are new ventures that are taking place from Veterans Affairs so that the veteran, when he leaves active service—
Bien sûr, les 10 milliards de dollars sont un montant continu, mais en ce qui concerne la pension pour la vie, je n'ai pas le montant exact, tout ceci coûte tellement. Le fonds pour les études est très important, le supplément de salaire, etc.
Walter, je vais vous laisser répondre à cela.
Ces programmes sont cruciaux et ce sont de nouvelles initiatives lancées par Anciens Combattants pour que les vétérans, quand ils quittent le service actif...
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:22
Expand
On the actual dollars....
Sur les montants eux-mêmes...
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:22
Expand
There are more dollars being spent now than there were last year.
On dépense plus d'argent maintenant qu'on en a dépensé l'an dernier.
Collapse
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
View Lawrence MacAulay Profile
2019-06-12 16:22
Expand
It's an ongoing issue.
Will the $10 billion be spent this year? No. Down the road, the money will be spent improving.... We have wait times that are more than we should have. We're working hard to digitize the department to make sure that you can push a button and get the information from the doctor when a veteran applies for.... This is the kind of thing that costs money.
C'est une situation en constante évolution.
Les 10 milliards de dollars seront-ils dépensés cette année? Non. Plus tard, l'argent sera dépensé pour améliorer... Nos temps d'attente sont plus longs qu'ils ne devraient l'être. Nous travaillons fort à numériser le ministère pour veiller à ce que l'on puisse appuyer sur un bouton et obtenir l'information du médecin quand un vétéran présente une demande pour... C'est le genre de choses qui coûtent de l'argent.
Collapse
Results: 1 - 15 of 6882 | Page: 1 of 459

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data