Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 4 of 4
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2015-05-08 12:05 [p.13661]
Expand
Mr. Speaker, I would ask you to review the question period tapes from today and what you will find very clearly on the tapes is the Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons saying entirely inappropriate and unparliamentary things. It is not the first time he has been caught on audio or video saying inappropriate things. He needs to understand that when his microphone is on, everything he says, whether parliamentary or not, is actually broadcast into the audiotape.
I would ask that you review the tapes, Mr. Speaker, because the kind of insulting and degrading terms that he used today are simply unacceptable whether one is standing in the House or sitting behind a microphone. I would ask you to review the tapes and I am sure he will stand later and apologize for those comments.
Monsieur le Président, je vous prierais d'écouter l'enregistrement de la période des questions d'aujourd'hui. Vous allez entendre très clairement le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes tenir des propos entièrement déplacés et non parlementaires. Ce n'est pas la première fois que des commentaires inappropriés de sa part sont captés sur bande audio ou vidéo. Il doit comprendre que, lorsque son micro est allumé, tout ce qu'il dit, que ce soit parlementaire ou non, est enregistré sur bande audio.
Monsieur le Président, je vous demanderais donc d'écouter l'enregistrement, car les propos insultants et dégradants tenus par le député aujourd'hui sont tout simplement inacceptables à la Chambre, peu importe qu'il ait eu la parole ou qu'il ait été assis derrière un micro. Je vous saurais gré d'écouter l'enregistrement. Je suis convaincu que le député interviendra pour s'excuser d'avoir tenu ces propos.
Collapse
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2015-05-08 12:06 [p.13662]
Expand
I thank hon. members for their interventions.
Indeed, we will check them. I know there was some commentary today that was somewhat close to the line in terms of the usual decorum that one would expect in the House, but having said that, I will take this under advisement and get back to the House, if necessary.
Je remercie les députés de leurs interventions.
Nous allons écouter l'enregistrement. Je sais que certains commentaires exprimés aujourd'hui étaient à la limite de ce qui est acceptable compte tenu du décorum auquel on est en droit de s'attendre à la Chambre. Cela étant dit, je vais prendre la question en délibéré et ferai part de ma décision à la Chambre, au besoin.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2015-01-26 15:19
Expand

Question No. 773--
Hon. Mark Eyking:
With regard to the Canadian Food Inspection Agency’s (CFIA) animal transportation inspection system, and review of the animal transport regulations under Part XII of the Health of Animals Regulations: (a) what corrective actions are being taken in light of the apparent violations of the Health of Animals Regulations and CFIA inspectors’ apparent failure to respond to unacceptable treatment of animals, as recently suggested by images filmed at the Western Hog Exchange in Red Deer, Alberta (http://www.ctvnews.ca/w5/hidden-camera-investigation-reveals-abuse-in-canadian-pork-transportation-system-1.2049011); (b) what is the status of draft amendments or proposals to the animal transport regulations under the Health of Animals Regulations, Part XII, and what is the Agency’s timeframe for publishing those proposed changes in Part I of the Canada Gazette; and (c) what measures will the Minister of Agriculture and Agri-Food advise CFIA to take to ensure that Administrative Monetary Penalties (AMPs) are dissuasive and specifically, is the Minister planning to significantly increase AMPs in order to ensure that they are dissuasive?
Response
Hon. Gerry Ritz (Minister of Agriculture and Agri-Food, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the CFIA has taken immediate action with regard to the regulatory authority for which it is responsible upon learning of this situation.
To assess the state of compliance with humane transportation provisions of the Health of Animals Act, staff conducted humane transportation inspection blitzes. While the inspection team observed some minor health issues with transported animals, the district veterinarian concluded that the inspected loads were in compliance with the sections of the regulations that were assessed.
A team of subject matter specialists external to the region was tasked with conducting a review to determine whether federal rules were broken and if appropriate inspection actions were taken. The results of this review are pending and appropriate actions will be taken based on the review results.
To address any perceptions or concerns of regulatory capture, CFIA has increased inspector presence within the Western Hog Exchange barns. The increased inspection presence will continue until the results of this review are received and an action plan is in place.
CFIA management has met with inspection staff in the area to reinforce our values of courage, rigour and respect. The CFIA has also taken this opportunity to discuss with staff our ongoing expectation that animal welfare responsibilities be carried out in a compassionate and respectful manner.
With regard to (b), the CFIA is committed to updating Part XII of the Health of Animals Regulations, which pertains to the transportation of animals, and continues to work on the proposed amendment. There have been ongoing consultations with Canadian stakeholders and the CFIA is currently assessing feedback received.
With regard to (c), the Government of Canada is taking significant measures to implement appropriate penalties in the agricultural sector. Among others, the Minister of Agriculture and Agri-Food introduced Bill C-18, the agricultural growth act, which contains provisions that propose to amend the Agriculture and Agri-Food Administrative Monetary Penalties Act, AAAMP. In the bill, clauses 114 to 116 aim at increasing monetary penalties for businesses from $2,000, minor violation, $10,000, serious violation, and $15,000, very serious violation, to $5,000, $15,000 and $25,000 respectively.
The government believes that this updated regime of penalties included in Bill C-18 will be dissuasive and encourage compliance from regulated parties in the sector. Unfortunately, the Liberal agricultural critic introduced an amendment during the consideration of this bill at committee stage to water down this updated regime. A majority of members of Parliament disagreed with this amendment and defeated the attempt by the Liberal agricultural critic to significantly lessen the impact of this provision.

Question No. 777--
Hon. John McKay:
With respect to the Office of the Extractive Sector Corporate Social Responsibility (CSR) Counsellor in the Department of Foreign Affairs, Trade and Development: (a) is the Department currently conducting interviews to fill the role of CSR Counsellor within the office and, if so, (i) how many candidates have been interviewed by the Department, (ii) by what date does the Department expect to fill the role of CSR Counsellor; (b) how many staff are currently employed by the Department to administer the Office of the CSR Counsellor; and (c) including the cost of staff, office space rental, stationery and similar materials, hospitality, and any other expenses not mentioned above, what was the total cost of maintaining the Office of the CSR Counsellor during the period from October 2013 to October 2014?
Response
Hon. Ed Fast (Minister of International Trade, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), on November 14, 2014, the government officially launched the selection process to appoint a new extractive sector CSR counsellor. The process commenced through notifications on the Canada Gazette and Governor in Council websites.
No candidates have yet been interviewed, as potential candidates had until December 1, 2014, to submit their applications to the Privy Council Office, assistant secretary of the cabinet.
It is not possible to indicate a precise date for the completion of the selection process; however, in light of the announcement on November 14 of the updated CSR strategy, Doing Business the Canadian Way, the government is moving to staff this important post as soon as possible.
With regard to (b), administration of the CSR counsellor’s office consists of three positions: the CSR counsellor, a senior adviser, and an administrative assistant.
With regard to (c), the total operating cost of maintaining the CSR counsellor’s office from October 2013 to October 2014 was $181,600.

Question No. 781--
Mr. Kevin Lamoureux:
With regard to the Canadian Space Agency: (a) why was the photograph of Canadarm 2, previously posted to the Agency's Tumblr accounts at “http://canadian-space-agency.tumblr.com/post/76666430256/csa-astronaut-jeremy-hansen-canadarm2-looks” and “http://agence-spatiale-canadienne.tumblr.com/post/76666430181/jeremy-hansen-asronaute-de-lasc-canadarm2”, modified to add the Canada wordmark; (b) who made these modifications to the photograph; (c) who requested or directed that the modifications be made; (d) when was that request or direction issued; (e) why was the Tumblr posting removed; (f) who removed the Tumblr posting; (g) who requested or directed that the Tumblr posting be removed; and (h) why was that request or direction issued?
Response
Hon. James Moore (Minister of Industry, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the altered image was produced for an internal event celebrating the fifth anniversary of Canadarm2.
With regard to (b) to (d), in 2006, the Canadian Space Agency, CSA, employees made the modifications to the original photo, at their own initiative.
With regard to (e), as soon as the CSA was made aware of the situation, it took steps to remove the altered photo from its Tumblr account. The agency also contacted both Citizenship and Immigration Canada, CIC, and the Privy Council Office, PCO, to have the altered image replaced with the original photo already available on the CSA’s website. The correct image has now been posted.
With regard to (f) to (g), the CSA’s communications and public affairs directorate.
With regard to (h), the altered photo was intended to be used for an internal event in 2006. As soon as the CSA was made aware of its error, it took steps to replace the photo with the original image available on the CSA website, including replacing it on the Tumblr website.

Question No. 785--
Mr. Sean Casey:
With regard to the War Veterans Allowance (WVA) program: (a) how many Allied veterans have applied for the program since it was expanded in June 2009; (b) what are the criteria that Allied veterans must meet to be eligible for the WVA; (c) specifically, are Allied veterans required to be Canadian citizens, permanent residents, or living in Canada to be eligible; (d) how many applicants have been approved; (e) how many family members of Allied veterans have applied for the program since it was expanded in June 2009; (f) how many family members of Allied veterans have been approved to receive the benefit; (g) what is the total value of benefits approved for Allied veterans and their families since the WVA was expanded in June 2009; and (h) after submitting an application, what is the average wait-time for Allied veterans or their families to receive a benefit?
Response
Hon. Erin O'Toole (Parliamentary Secretary to the Minister of International Trade, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), as of March 31, 2014, 2,356 Allied veterans have applied for the war veterans allowance program since it was expanded in June 2009.
With regard to (b), effective January 1, 2010, low-income Allied veterans of the Second World War and the Korean War who live in Canada have access to war veterans allowance and associated health benefits. These benefits include treatment benefits, the veterans independence program, long-term care as well as the assistance fund and funeral and burial assistance. To qualify for these benefits, Allied veterans must have served in a war zone during the Second World War or Korean War, lived in Canada prior to enlisting, or moved to Canada after the war and have lived here for at least 10 years and live in Canada now.
With regard to (c) Allied veterans do not have to be Canadian citizens or permanent residents as those terms are described in legislation administered by Citizenship and Immigration Canada. The War Veterans Allowance Act requires that an Allied veteran be a resident in Canada to apply for and receive the allowance.
With regard to (d) Of the 2,356 Allied veteran applications, 1,103 have been approved. This number does not include veterans’ survivors.
With regard to (e) As of March 31, 2014, 170 Allied veteran family members (survivors of veterans) have applied for the program since it was expanded in June 2009.
With regard to (f) Of the 170 applications by family members of Allied veterans, 66 have been approved to receive the benefit.
With regard to (g) As of March 31, 2014, the total expenditure for Allied veterans and their families, since the war veterans allowance program was expanded in June 2009, was $2.1 million.
With regard to (h) The average adjudication decision turnaround time for applicants is 47 days.

Question No. 791--
Mr. John Barlow:
With regard to the operations of the RCMP in and around the Town of High River, Alberta, between June 20, 2013, and July 12, 2013 (“the High River operations”): (a) what are the definitions of “illegally stored firearms”, “carelessly stored firearms” and “unsafe storage” as accepted and enforced by the RCMP, (i) are there any circumstances under which these definitions are expanded or altered in such a way that it impacts the extent to which the RCMP can enforce them, (ii) if (i) is answered affirmatively, did any of these circumstances occur in the context of the High River operations, and in what way were these definitions thus altered; (b) what statutes and regulations, as enforced by the RCMP, regulate the storage of legally owned firearms, of all classifications, (i) are there any circumstances under which these statutes and or regulations are expanded or altered in such a way that it impacts the extent to which the RCMP can enforce them, (ii) if (i) is answered affirmatively, did any of these circumstances occur in the context of the High River operations, and in what way were the statutes and regulations in question thus altered; (c) what specific sections of RCMP training, procedural manuals, or other documentation governed the procedures that led to the seizure of legally stored firearms located by RCMP in residences during the High River operations; (d) what prior examples of large scale door-to-door searches by the RCMP that included the seizure of firearms from multiple residences informed the procedure for the seizure of legally stored firearms that occurred in the context of the High River operations; (e) what information was recorded by the RCMP regarding the location in each residence of the firearms that were seized and or secured by the RCMP in the course of the door-to-door searches of residences during the High River operations, (i) where is this information being kept, (ii) who has access to it, (iii) what was the purpose of recording this information; (f) in how many instances were legally stored firearms located in residences by RCMP in the context of the High River operations and not seized or secured by the RCMP; (g) was any information recorded regarding legally stored firearms in residences which were not seized and or secured by the RCMP in the context of the High River operations and, if so, (i) what are the details of the information recorded, (ii) who (including name, rank, and detachment) authorized the recording; (h) under what statutory or procedural authority was the RCMP operating when the firearms which were seized or secured by the RCMP during the course of the door-to-door searches of residences in the context of the High River operations were queried in the Canadian Police Information Centre database; (i) how many times has the Canadian Police Information Centre database been accessed by any members of the RCMP regarding (i) any residents of the Town of High River, Alberta, (ii) any firearms-license holders residing in and around the town of High River, Alberta; (j) what was the purpose of querying, in the Canadian Police Information Centre database, the firearms which had been seized or secured by the RCMP in the context of the High River operations, (i) what are the names, ranks, positions, units and detachments of the officer or officers who authorized this procedure, (ii) what other seized items were queried in the Canadian Police Information Centre database, (iii) if no other seized items were checked against the Canadian Police Information Centre database, why not, (iv) in how many instances did this process result in the identification of stolen weapons, (v) in how many instances did this process result in the identification of persons in possession of firearms that they were prohibited from possessing; (k) was the Canadian Police Information Center database accessed by any member or members of the RCMP regarding any residences which were linked with federal firearms-license holders, in and around the Town of High River, Alberta and, if so, (i) what information was accessed, (ii) why was the information accessed, (iii) on what specific dates was the information accessed, (iv) what are the names, ranks, positions, units and detachments of the RCMP officers or officer who authorized this procedure; and (l) was the restricted-firearms registry accessed at any point between June 20, 2013, and July 12, 2013, by any members of the RCMP regarding any residents of the Town of High River, Alberta, or regarding any restricted or prohibited firearms registered to persons residing in and around the Town of High River, Alberta and, if so, (i) what information from the restricted-firearms registry was sought by the RCMP, (ii) what was the purpose of accessing the restricted firearms registry at this time, (iii) what was the number of restricted or prohibited firearms identified in the restricted-firearms registry as being registered in and around the Town of High River, Alberta, (iv) how many such firearms were eventually seized by the RCMP, (v) what are the names, ranks, positions, units and detachments of the officers or officer who authorized this procedure?
Response
Hon. Steven Blaney (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, CPC):
Mr. Speaker, in response to this question, the RCMP has provided the following assessment. There is an ongoing review of this matter by the Civilian Review and Complaints Commission for the Royal Canadian Mounted Police.
With regard to (a), the Firearms Act and the Criminal Code, and their supporting regulations, are used by the RCMP to determine storage requirements. With regard to (i), no. With regard to (ii), not applicable.
With regard to (b), there are two regulations that apply to the storage of firearms: the Storage, Display and Transportation of Firearms and Other Weapons by Businesses Regulations; and the Storage, Display, Transportation and Handling of Firearms by Individuals Regulations. With regard to (i), no. With regard to (ii), not applicable.
With regard to (c) to (e) and (h) to (l), there is an ongoing review of this matter by the Civilian Review and Complaints Commission for the Royal Canadian Mounted Police.
With regard to (f) and (g), the RCMP’s data collection system does not capture this information.

Question No. 792--
Mr. John Barlow:
With regard to the operations of the Canadian Armed Forces in and around the Town of High River, Alberta between June 20, 2013, and July 12, 2013: (a) what were the operational directives issued to the Canadian Armed Forces concerning their operations in conjunction with the RCMP, specifically with respect to (i) the door-to-door searches of residences, (ii) door-to-door searches of residences by forced entry, (iii) searches for any firearms in residences, (iv) collection of any firearms found while searching residences, (v) transportation of any firearms found while searching residences, (vi) recording of any information regarding firearms found while searching residences, (vii) recording of any information regarding residences in which firearms were located; (b) what operations were conducted by the Canadian Armed Forces in conjunction with the RCMP specifically with respect to (i) the door-to-door searches of residences, (ii) door-to-door searches of residences by forced entry, (iii) searches for any firearms in residences, (iv) collection of any firearms found while searching residences, (v) transportation of any firearms found while searching residences, (vi) recording of any information regarding firearms found while searching residences, (vii) recording of any information regarding residences in which firearms were located; (c) what requests were issued by the RCMP to the Canadian Armed Forces specifically with respect to (i) the door-to-door searches of residences, (ii) door-to-door searches of residences by forced entry, (iii) searches for any firearms in residences, (iv) collection of any firearms found while searching residences, (v) transportation of any firearms found while searching residences, (vi) recording of any information regarding firearms found while searching residences, (vii) recording of any information regarding residences in which firearms were located; (d) were any requests by the RCMP refused by the Canadian Armed Forces and, if so, (i) what was the content of each request by the RCMP that was refused by the Canadian Armed Forces, (ii) on what date was each request made, (iii) what were the reasons for the refusal of each request; (e) what requests were issued by any government entities, including, but not limited to municipal, provincial and federal governments, to the Canadian Armed Forces specifically with respect to (i) the door-to-door searches of residences, (ii) door-to-door searches of residences by forced entry, (iii) searches for any firearms in residences, (iv) collection of any firearms found while searching residences, (v) transportation of any firearms found while searching residences, (vi) recording of any information regarding firearms found while searching residences, (vii) recording of any information regarding residences in which firearms were located; and (f) was any request by any government entity refused by the Canadian Armed Forces and, if so, (i) what was the content of each request by any government entity that was refused by the Canadian Armed Forces, (ii) on what date was each request made, (iii) what were the reasons for the refusal of each request?
Response
Hon. Rob Nicholson (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), in June 2013, the Canadian Armed Forces, CAF, provided support to Royal Canadian Mounted Police, RCMP, flood relief operations in High River, Alberta. The support was provided pursuant to subsection 273.6(1), Public Service, of the National Defence Act, following a request for assistance from the Minister of Public Safety, which was itself preceded by a request for assistance from the province of Alberta. The CAF was asked for humanitarian support, including transportation support in the effort to locate trapped or injured persons.
The CAF operation in the area was guided by a tasking order from the Chief of the Defence Staff and an operations order issued by the commander, Canadian Joint Operations Command. Concerning operations in conjunction with the RCMP, the operations order stated that CAF personnel would remain under military command at all times and would not engage in assistance to law enforcement agency operations. CAF support and capabilities were specifically directed to be in response to relief efforts for flooding.
With regard to (b), the basis for CAF involvement in the flood relief operations in Alberta was pursuant to the National Defence Act, subsection 273.6(1), Public Service, and not specifically for law enforcement assistance. Public Safety Canada has the lead responsibility for emergency response and CAF personnel were in continuous liaison with Public Safety Canada, as well as with provincial authorities and our other federal partners as part of relief efforts.
With regard to (c), the Department of National Defence and CAF, DND/CAF, did not find any records of official requests made by the RCMP to the CAF for law enforcement assistance.
With regard to (d), DND/CAF did not find any records of official requests made by the RCMP to the CAF for law enforcement assistance.
With regard to (e), these requests would have been made through the formal request for assistance, RFA, process between the Minister of National Defence and the Minister of Public Safety. DND/CAF do not have any records of formal RFAs on assistance with law enforcement activities. On June 21, 2013, the Minister of Public Safety requested the following assistance: evacuation and safeguarding of at-risk persons; safeguarding of critical infrastructure from flooding; resupply of those areas isolated by flooding as requested by civil authorities; provision of engineering, logistic and humanitarian relief support to those communities that must shelter in place; and, assistance in informing the public of the need to avoid entry in to those areas evacuated, damaged or otherwise in need of control and surveillance in order to ensure the safety of emergency personnel and evacuees.
If informal requests for assistance were made to the local commanders, these low-level RFAs would have been handled at site unless there were larger operational concerns.
With regard to (f), as with part (e) these requests would have been made through the formal request for assistance process between the Minister of National Defence and the Minister of Public Safety. DND/CAF do not have any records of formal RFAs on assistance with law enforcement activities.

Question No. 795--
Mr. Dennis Bevington:
With respect to the imprisonment in China of Canadian citizen Huseyin Celil; (a) has the government discussed the topic of his case with Chinese government officials; (b) if discussions have taken place, how were they conducted; (c) what questions did the government ask regarding his status and well-being; (d) what responses did the government receive from the Chinese government; (e) what were the government's follow-up actions based on these responses; (f) has the Canadian Consular services ever visited him in prison (either directly, or indirectly through a third party like Red Crescent or Red Cross); and (g) if the Canadian Consular Services has not visited him in prison, why not?
Response
Hon. Lynne Yelich (Minister of State (Foreign Affairs and Consular), CPC):
Mr. Speaker, in processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act. Information that constitutes personal information and information that could reasonably be expected to be injurious to the conduct of international affairs is not shared in accordance with the law.
With regard to (a), the Prime Minister of Canada and senior cabinet ministers have raised Mr. Celil’s case with their counterparts.
With regard to (c), the Government of Canada is actively engaged in Mr. Celil’s case. Senior-level officials have raised his case at every opportunity with the goal of ensuring that he is safe and that he is treated fairly and in accordance with local laws and international norms.
With regard to (e), the Government of Canada is very engaged. Senior officials continue to raise Mr. Celil’s case at every opportunity calling upon the Government of China to permit consular access to Mr. Celil. Canadian consular officials continue all efforts to pursue access to Mr. Celil.
With regard to (f), Canada remains deeply concerned at China’s refusal to recognize Mr. Celil’s Canadian citizenship or permit Canadian consular officials to visit him. Canadian officials continue to call upon the Government of China to permit consular access to Mr. Celil. China does not permit visits by the Red Cross to Chinese prisons.
With regard to (g), Canada remains deeply concerned at China’s refusal to recognize Mr. Celil’s Canadian citizenship or permit Canadian consular officials to visit him. Canadian officials continue to call upon the Government of China to permit consular access to Mr. Celil.

Question No. 800--
Mr. Rodger Cuzner:
With respect to fines and penalties issued or imposed for violations of the Do Not Call List since January 1, 2010: (a) what is the total number and dollar value of Administrative Monetary Penalties (AMPs) that have been imposed; (b) what is the total number and dollar value of AMPs that have been paid to date; (c) what is the total number of negotiated settlements that have been reached to date; (d) what is the total number and dollar value of negotiated settlements that have been paid to date; (e) what is the number of companies that have refused to either pay an AMP or reach a negotiated settlement; (f) for Pecon Software Ltd., (i) did the company seek a review of the fine, (ii) what was the total dollar value of the fine after a review, if any, was completed, (iii) did the company request a negotiated settlement of the fine, (iv) was a negotiated settlement reached, (v) if a negotiated settlement was reached, what was its total value (vi) what is the total dollar value of the fine, if any, that has been paid to date, (vii) has the company refused to pay the fine or reach a negotiated settlement; and (g) for Avaneesh Software, (i) what was the finding of the Violation and Review Panel, (ii) what was the total dollar value of the fine after the review, if any, (iii) did the company request a negotiated settlement of the fine, (iv) was a negotiated settlement reached, (v) what was the total value of the negotiated settlement, if any, (vi) what is the total dollar value of the fine, if any, that has been paid to date, (vii) has the company refused to pay the fine or reach a negotiated settlement?
Response
Mr. Rick Dykstra (Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), since January 1, 2010, the CRTC has issued 86 administrative monetary penalties, AMPs, including negotiated settlements, for a value of $4,499,800.
With regard to (b), since January 1, 2010, the total number and dollar value of AMPs paid are 62 and $3,900,419 respectively.
With regard to (c), since January 1, 2010, the CRTC has entered into 31 negotiated settlements.
With regard to (d), since January 1, 2010, 28 negotiated settlements have been paid in full for a total of $ 3,423,400.
With regard to (e), since January 1, 2010, no companies have refused to either pay an AMP or reach a negotiated settlement.
With regard to (f), with respect to the fine of $495,000 to Pecon Software Ltd., the Canadian Radio-television and Telecommunications Commission, CRTC, issued a notice of violation on October 2, 2012. In order to comply with international service requirements, the CRTC filed the documents with the Indian Government’s Ministry of Law and Justice--central authority for extrajudicial service of documents. The CRTC cannot proceed with these matters legally until Pecon Software Ltd. has been legally served. According to the Convention on Service Abroad of Judicial and Extrajudicial Documents in Civil or Commercial Matters, the Indian central authority is required to provide the CRTC with an affidavit attesting to the fact that they have legally served the documents to Pecon Software Ltd.
The documents were received by the central authority in India on April 2, 2013. The CRTC is now working with the Indian Ministry of Law and Justice--central authority to serve the documents to Pecon Software Ltd. Once the Indian Ministry has attested to the fact that the documents have been served, Pecon Software Ltd. will have 30 days to pay the penalty or file representations with the CRTC.
With regard to (g), with respect to the fine of $12,000 to Avaneesh Software, the CRTC issued a notice of violation on October 2, 2012, and Avaneesh Software accepted the service of the notice and accompanying documents. Avaneesh Software has submitted representations as per section 72.07(2) of the Telecommunications Act and a violation and review panel will be held to determine if the violations set out in the notice of violation occurred and whether or not to uphold the administrative monetary penalty. The matter has yet to be reviewed.

Question No. 801--
Mr. Charlie Angus:
With respect to information in the government's possession concerning First Nation students on-reserve who participated in provincial standardized testing for numeracy and literacy: (a) what was the methodology used to determine the results; (b) what were the ages of the individuals tested; and (c) what were the numeracy and literacy results, broken down by reserve?
Response
Hon. Bernard Valcourt (Minister of Aboriginal Affairs and Northern Development, CPC):
Mr. Speaker, insofar as Aboriginal Affairs and Northern Development Canada, AANDC, and its special operating agency, Indian Oil and Gas Canada, are concerned, the response is as follows:
With regard to (a), first nations schools on reserve covered by regional first nations organizations that receive funding under the first nation student success program, FNSSP, are required to administer to their students standardized tests that are identical to those used by the relevant provincial ministry of education to assess student outcomes. Regional first nations organizations are responsible for the collection, analysis and reporting to AANDC of data on student achievement.
With regard to (b), Aboriginal Affairs and Northern Development Canada does not gather information on the ages of the individuals who were tested.
With regard to (c), Aboriginal Affairs and Northern Development Canada’s 2013-2014 departmental performance report, DPR, sets out the percentages of male and female first nations students, broken down by region, who: attended an on-reserve school covered by a regional first nations organization that received funding under the first nation school success program; participated in provincial standardized testing; and met the provincially established standard associated with this testing.
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada does not gather or break down information on literacy and numeracy results by reserve.

Question No. 802--
Mr. Jack Harris:
With regard to Canada’s combat mission in Iraq, known as Operation IMPACT: (a) what are the total estimated flying hours for the six-month mission, broken down by month, for each of the following, (i) CF-188 Hornets, (ii) CC-177 Globemaster, (iii) CC-130J Hercules, (iv) CP-140 Aurora, (v) CC-150T Polaris; (b) what are the total estimated costs per hour associated with the flying hours for each of these previously mentioned aircraft; and (c) what is the amount of any additional costs related to the deployment and sustainment of the air mission to Iraq, including the total estimated costs of the establishment of personnel in Kuwait, and all associated costs for the six-month period?
Response
Hon. Rob Nicholson (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, the Department of National Defence and Canadian Armed Forces, DND/CAF, provided an estimate of flying hours to the government to inform decision-making on the mission. However, this information cannot be provided at this time, as flying hours remain dynamic and evolve with the refinement of planning and operational assumptions, as well as the requirements of the coalition.
With regard to (a), (i), (iv), and (v) specifically, as of 25 November 2014, Air Task Force Iraq had conducted 111 sorties, including 72 sorties by CF-188 Hornet fighters; 21 sorties by CC-150T Polaris aerial refuelling aircraft, delivering some 976,000 pounds of fuel to coalition aircraft; and 23 reconnaissance missions by CP-140 Aurora aircraft.
With regard to (a), (ii), and (iii), as of 26 September 2014, CC-177 Globemaster and CC-130J Hercules aircraft had completed 25 flights, delivering more than 1,600,000 pounds of military supplies, consisting of small arms, ammunition, and equipment donated by contributing allies to Iraq.
Further information on the Royal Canadian Air Force’s activities as part of Operation Impact is available on DND/CAF’s website at http://www.forces.gc.ca/en/operations-abroad-current/op-impact.page.
With regard to (b), cost estimates are dynamic and evolve with the refinement of planning and operational requirements. Estimates are updated regularly to support planning efforts and decision-making, and therefore any estimate provided would be inaccurate.
With regard to (c), all elements, units, and organizations involved in Operation Impact are required to capture incremental costs and charge expenses related to their tasks in accordance with the published financial directives, and to report results through the Department of National Defence’s financial review process. The costs of a mission are available through the regular parliamentary process, including with the publication of the annual departmental performance report or 90 days following the end of the mission.

Question No. 803--
Mr. Jack Harris:
With regard to the Canadian Armed Forces’ advise and assist mission to Iraq announced on September 5, 2014: (a) what are the estimated total and incremental costs of the mission; (b) are there other personnel associated with this mission and, if so, how many; and (c) is this mission scheduled to end six months from October 7, 2014, the date the motion to initiate it was adopted by the House of Commons?
Response
Hon. Rob Nicholson (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the costs of a mission are available through the regular parliamentary process, including with the publication of the annual departmental performance report, or 90 days following the end of the mission. Cost estimates are dynamic and evolve with the refinement of planning and operational requirements. Estimates are updated regularly to support planning efforts and decision-making, and therefore any estimate provided would be inaccurate.
With regard to (b), as announced by the Government of Canada, up to 69 personnel have been authorized for the advise and assist mission in Iraq.
With regard to (c), the Canadian Armed Forces’ advise and assist mission to Iraq is running on the same timelines as those indicated in the motion that was adopted by the House of Commons on the contribution of Canadian military assets to the fight against the Islamic State of Iraq and the Levant, ISIL, and terrorists allied with ISIL.

Question No. 809--
Ms. Rosane Doré Lefebvre:
With regard to transactions respecting Leclerc penitentiary in Laval between the federal government and the Government of Quebec: (a) what was the total cost of the penitentiary transaction; (b) for how much was the kitchen equipment sold; (c) for how much was the laundry equipment sold; and (d) was the heating equipment including in the transaction, and if so, what are the details of the service contract for sharing the heating equipment with the rest of the complex, which includes other federal penitentiaries?
Response
Hon. Steven Blaney (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, CPC):
Mr. Speaker, the transaction regarding the Leclerc Institution is not a real estate sale, but rather a lease for a period of ten years effective April 1, 2014, with a renewal option of five years.
In processing parliamentary returns, the government applies the principles set out in the Access to Information Act. As such, the details of the transaction are protected under these principles, as the information was obtained in confidence from the government of a province. In order to determine whether this information can be disclosed, consultations with the provincial government of Quebec are required, and these consultations cannot be completed within the timeframe provided.

Question No. 810--
Mr. Mathieu Ravignat:
With regard to Shared Services Canada: (a) what was the intention of the privatization of email services; and (b) what are the consequences of this privatization with respect to (i) public service jobs, (ii) the possible loss of these jobs, (iii) the reliability of email services for shared services employees, (iv) the confidentiality and security of these email services, (v) the savings or losses from these changes to email services?
Response
Hon. Diane Finley (Minister of Public Works and Government Services, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the email transformation initiative, ETI, will replace 63 different legacy email systems across 43 organizations, affecting over 375,000 employees, as part of a whole-of-government approach, consistent with the government’s strategy to create a secure, centralized, and modern information technology infrastructure. The decision to move to an enterprise-wide email solution was based upon meeting the Government of Canada’s stated requirements: increased security, providing value for money, and improving services to Canadians.
With regard to (b)(i) and (ii), the decision to move to an enterprise-wide email solution was based upon meeting the Government of Canada’s stated requirements: increased security, providing value for money, and improving services to Canadians.
When SSC was created in August 2011, there were approximately 360 public service employees supporting email services across 63 email systems. There are currently about 140 public service employees supporting the existing email legacy systems and working to implement a single modern, consolidated system for the Government of Canada.
As the consolidation project is implemented, some employees who had been working on legacy departmental email systems have already been re-assigned to other transformation activities within SSC or have accepted appointments to positions outside of SSC. Other employees will continue to work on supporting the existing email legacy systems until the transition to the modern, consolidated system is complete. They will then be assigned to other positions. SSC is committed to supporting employees throughout this transformation process, helping them build the skills they need to meet evolving government requirements. To do this, SSC has implemented a workforce management strategy that was designed at the outset of the ETI project and endorsed by SSC and bargaining agents.
With regard to (b)(iii), moving to a single, integrated email system will reduce the diversity, duplication, and complexity of email services; enhance access; and improve how public servants work to deliver programs to Canadian citizens and businesses. To ensure reliability and to help better manage, monitor, and protect the email system, state of the art anti-spam and anti-virus software will be used to inspect all emails entering the system. The email server will be hosted in secure facilities to ensure high availability and recoverability of data in accordance with government policies and procedures. The ETI project is being rolled out in a series of waves across the Government of Canada, beginning with SSC, to ensure that the solution works and that it is secure.
With regard to (b)(iv), increasing the security of email communication is a fundamental component of the new email service, which has up-to-date security features incorporated into its design, construction, and operation. SSC is committed to protecting the information and the confidentiality of data held by the Government of Canada.
For all services, including the new consolidated email system, SSC's security architecture is based upon an approach that uses a series of control measures to protect information. SSC will continue to work with its partners to ensure that equipment comes from trusted vendors and that services meet Government of Canada security standards.
With regard to (b)(v), beginning in 2015–16, the Government of Canada will achieve $50 million in annual savings through the standardization and consolidation of email services into one solution.

Question No. 815--
Hon. Scott Brison:
With respect to each expenditure contained in each budget or budget implementation bill since fiscal year 2006-2007, inclusively: (a) has the Department of Finance done an economic impact analysis of the expenditure; (b) if the answer to (a) is affirmative, what is the date, name and file number of any record which constitutes part of that analysis; (c) has the Department of Finance relied on any economic impact analysis of any organization outside government on the expenditure or not; and (d) if the answer to (c) is affirmative, (i) which organizations analysed the measure, (ii) what is the date, name and file number of any record obtained from that organization which constitutes part of that analysis?
Response
Mr. Andrew Saxton (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the department conducts a broad analysis of every measure included in the budget and budget-related legislation on elements that include the following: proposed program design, program effectiveness, administrative issues, and general economic impacts. It is not the department’s practice to develop specific estimates of the job impact of each measure.
With regard to (b), in processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act, and some information has been withheld on the grounds that the information is considered confidences of the Queen’s Privy Council for Canada.
With regard to (c), when assessing proposals, the department considers analyses of outside organizations.
With regard to (d), in processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act, and some information has been withheld on the grounds that the information is considered confidences of the Queen’s Privy Council for Canada.

Question No. 819--
Ms. Peggy Nash:
With regard to Canada Post: (a) what are the details of the five-point turnaround plan to put Canada Post on track for financial sustainability by 2020; (b) what is the annual budget for advertising campaigns, broken down by (i) medium, (ii) region, (iii) product or service line, (iv) any additional internal categories used not included in this question; (c) what are the internal metrics for measuring success of any advertising outlined in (b); and (d) what is the cost of any advertising campaigns from (b) in (i) fiscal year 2012-2013, (ii) fiscal year 2013-2014, (iii) fiscal year-to-date 2014-2015?
Response
Hon. Lisa Raitt (Minister of Transport, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), Canada Post’s five-point action plan is available at: https://www.canadapost.ca/cpo/mc/assets/pdf/aboutus/5_en.pdf
With regard to parts (b), (c), and (d), the requested information is financial and commercial in nature and has always been treated as confidential.

Question No. 822--
Mr. Philip Toone:
With regard to employment insurance benefits: (a) what are the amounts paid out for employment insurance benefits in Quebec from fiscal year 2010–2011 to the current fiscal year, broken down by (i) year, (ii) economic region, (iii) electoral district, (iv) regional county municipality (RCM) or the most detailed level available; (b) how many beneficiaries have there been in Quebec from fiscal year 2010–2011 to the current fiscal year, broken down by (i) year, (ii) economic region, (iii) electoral district, (iv) RCM or the most detailed level available; and (c) if the information requested in (a) and (b) is not available, why is that the case?
Response
Mr. Scott Armstrong (Parliamentary Secretary to the Minister of Employment and Social Development, CPC):
Mr. Speaker, the amount of employment insurance regular benefits paid, which is under part I of the Employment Insurance Act, and the number of employment insurance beneficiaries, meaning the number of new claims for which at least one dollar of employment insurance regular benefits was paid, are available by province and employment insurance economic region and by year until 2012–13. Annex 2.5 of the 2012-13 EI Monitoring and Assessment Report provides this information. The report is accessible via the following link: http://www.esdc.gc.ca/en/reports/ei/monitoring2013/index.page.
The employment insurance program is designed and administered based on 62 employment insurance regions. As a result, data by electoral district and regional county municipality, or RCM, are not available. As for the data in 2013–14, they will be available in the first quarter of 2015.

Question No. 823--
Ms. Lysane Blanchette-Lamothe:
With regard to the government's Temporary Public Policy Concerning Tibetans Living in the State of Arunachal Pradesh in India: (a) how much has been spent in research towards implementing this resettlement program; (b) what is the budget allocated to this program; (c) how many applications for permanent residence have been made under the Immigration and Refugee Protection Act for this program; and (d) how many applicants have been resettled?
Response
Hon. Chris Alexander (Minister of Citizenship and Immigration, CPC):
Mr. Speaker, insofar as Citizenship and Immigration Canada, CIC, is concerned, with regard to (a) and (b), this public policy has been implemented within existing CIC reference levels and with existing staff. There have been no funds earmarked specifically for research.
With regard to (c), as of November 26, 2014, 517 applications for permanent residence have been made.
With regard to (d), as of November 26, 2014, 197 persons have been resettled.

Question No. 824--
Mr. Brian Masse:
With regard to construction undertaken during the period from fiscal year 2004-2005 to 2014-2015, inclusively: (a) how much has been spent on scaffolding throughout the Parliamentary Precinct including specific costs incurred for (i) the preparation of the building, (ii) construction, (iii) maintenance, (iv) the entire project; and (b) how much has been spent on scaffolding for the Paul Martin Building in Windsor, Ontario, including specific costs incurred for (i) the preparation of the building, (ii) construction, (iii) maintenance, (iv) the entire project?
Response
Hon. Diane Finley (Minister of Public Works and Government Services, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a) and (b), the information on scaffolding for the Parliamentary Precinct was obtained for multiple projects over multiple years, while the information on scaffolding for the Paul Martin Building is accounted for as a single project.
With regard to part (a), the scaffolding costs throughout the Parliamentary Precinct, including specific costs incurred, were, for (a)(i), $835,902.33; for (a)(ii), $18,757,302.86; for (a)(iii), $1,733,470.72; and for (a)(iv), $21,326,675.91.
With regard to part (b), scaffolding was installed on the Paul Martin Building in 2010. The specific costs listed in the question were, for (b)(i), nil, in that there were no preparation costs; for (b)(ii), $77,212.00; for (b)(iii), $407,931.90; and for (b)(iv), $538,750.15. The entire project cost $485,143.90, plus an encroachment fee for the use of the public sidewalk of $53,606.25, which was paid to the City of Windsor for the period July 2, 2014, to July 1, 2015, bringing the total cost to $538,750.15.

Question No. 825--
Hon. Hedy Fry:
With respect to the creation of the position of President of the Public Health Agency of Canada in Bill C-43, the Budget Implementation Act: (a) what are the names, positions, organizations or affiliations of all the stakeholders consulted leading up to the creation of this position; (b) what submissions, proposals or recommendations were made by stakeholders during the consultation process before the creation of this position; and (c) what are the dates, times, and locations of the meetings with those individuals or organizations consulted before the creation of this position?
Response
Hon. Rona Ambrose (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, changes to the Public Health Agency of Canada’s organizational structure are aimed at strengthening both its internal management and public health capacity. The division of responsibilities between the president and the chief public health officer will enhance the agency’s internal management and allow the chief public health officer to focus on the important public health needs of Canadians. The proposed position of president will bring the leadership of the agency in alignment with other health portfolio organizations; both the Canadian Food Inspection Agency and the Canadian Institutes for Health Research are led by presidents. These changes were proposed by the chief public health officer, Dr. Gregory Taylor, and recommended by both him and the president-designate, Ms. Krista Outhwaite.
As part of the legislative process, parliamentarians were briefed on the proposed changes. Bill C-43 was discussed and read in both the House of Commons and the Senate and examined in committees: the Standing Senate Committee on Social Affairs, Science and Technology; the House of Commons Standing Committee on Finance; the Senate National Finance Committee. Witnesses gave their opinions on the bill and it was subjected to clause-by-clause study based on the testimony.
The chief public health officer, Dr. Taylor, pointed out during his appearances that he supports this proposal as it will allow his position to focus on moving Canada forward on public health issues; providing excellent advice directly to the Minister of Health and to Canadians; collaborating with all partners, and interacting with multiple key players including the Canadian public.
At the same time, a dedicated Public Health Agency of Canada president will provide strategic policy and management leadership for a world-leading and strong public sector organization. The president, as deputy head, will become the agency’s accounting officer and will focus on many of the issues for which the CPHO was previously accountable, including finance, audit, evaluation, staffing, official languages, and access to information and privacy. These are all important functions, requiring the attention of an experienced public service leader.
The changes will allow the chief public health officer to dedicate more of his time to public health issues of importance to Canadians. This is also a model seen in many provinces across Canada, and internationally.

Question No. 829--
Hon. Judy Sgro:
With respect to Citizenship and Immigration Canada’s pause in processing visa applications from foreign nationals who have been physically present in a country designated by the World Health Organization as having widespread and intense transmission of the Ebola virus on Friday, October 31, 2014: (a) what are the names, positions, organizations or affiliations of all the stakeholders consulted leading up to this decision; (b) what submissions, proposals or recommendations were made by stakeholders during the consultation process; and (c) what are the dates, times, and locations of the meetings with those individuals or organizations consulted?
Response
Hon. Chris Alexander (Minister of Citizenship and Immigration, CPC):
Mr. Speaker, insofar as Citizenship and Immigration Canada, CIC, is concerned, the Government of Canada has a duty to ensure that the security and safety of Canadians is paramount in determining the admissibility of foreign nationals. In rapidly evolving situations where the potential impact may be very significant, potentially resulting in loss of life, it is essential that the government take decisive action to protect the well-being of its citizens.
That is why on October 31, 2014, it announced precautionary measures to protect the health and safety of all Canadians. Under these new measures, visas for temporary residence will not be issued unless the officer is satisfied the applicant has not been in an Ebola-affected country within the three months prior to the finalization of an application. Discretion remains for the Minister of Citizenship and Immigration to grant entry where travel is essential and in Canadians’ interest.
CIC consulted with partners across government including those in the public safety and health portfolios. The Public Health Agency of Canada has significant experience and responsibility for public health and safety. This includes a consultative relationship with the World Health Organization, which was contacted upon development of these new measures. The government has advised various domestic and international stakeholders including government representatives from the affected countries, at the time of deployment.

Question No. 832--
Mr. Paul Dewar:
With regard to the Family Class sponsorships and Immigration and Refugee Protection Act (IRPA) Regulation 117(9)(d): (a) how many Family Class sponsorships have been denied by visa officers based on this Regulation since its inception in 2003; (b) of the refused applications, (i) how many of the excluded family members were spouses, (ii) how many of the excluded family members were children, (iii) what is the gender breakdown of the sponsors; (c) how many sponsors have requested an exemption from this Regulation to allow their excluded family member to come to Canada on humanitarian and compassionate grounds under Section 25 of the IRPA; (d) how many requests for exemptions were granted; (e) of the exemptions that were granted, (i) how many of the excluded family members were spouses, (ii) how many of the excluded family members were children, (iii) what is the gender breakdown of the sponsors; (f) how many requests for exemptions were refused; and (g) of the exemptions that were refused, (i) how many of the excluded family members were spouses, (ii) how many of the excluded family members were children, (iii) what is the gender breakdown of the sponsors?
Response
Hon. Chris Alexander (Minister of Citizenship and Immigration, CPC):
Mr. Speaker, insofar as Citizenship and Immigration Canada, CIC, is concerned, in response to question (a), a total of 1,200 family class applications have been refused based on the R117(9)(d) refusal ground, in persons, beginning in 2010. Prior to 2010, a different system was in use by the department, which did not allow for the consistent tracking and reporting of refusal grounds. Due to this, CIC can only report on the number of applications that were refused based on 117(9)(d) beginning in 2010 for those applications that were processed in the global case management system, GCMS.
In response to questions (b)(i) and (ii), CIC does not capture this level of detail sought for these questions in a systematic fashion and therefore cannot provide this information.
In response to question (b)(iii), of the 1,200 family class applicants refused with R117(9)(d), 333 were female sponsors and 594 were male sponsors.
In response to questions (c) to (g), CIC is not able to report on this type of information as it is not tracked systematically in the global case Management system, GCMS, and therefore CIC cannot provide the level of detail required.

Question No. 833--
Mr. Ryan Cleary:
With regard to the Department of National Defense and the policy stating that Members of Parliament only have permission to visit a regional base if it is within their constituency: (a) when did this policy become a formal departmental policy; (b) what were the reasons given for establishing this policy; and (c) how many requests have been denied?
Response
Hon. Rob Nicholson (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, while the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces endeavour to maintain an open and accessible posture in order to connect with the Canadian public, this approach is balanced against the need to limit visits to military bases when such visits interfere with operational missions and critical security activities. A directive is currently in draft form awaiting publication in the defence administrative orders and directives. The departmental position is that the Canadian Armed Forces’ wings and bases are to support cabinet committee work, commissions, as well as their own members of Parliament and senators within capabilities. The draft directive reflects this position.
The Department of National Defence has no central tracking system regarding visits to military bases and therefore cannot report how many, if any, requests from members of Parliament to visit bases have been denied.

Question No. 834--
Mr. Ryan Cleary:
With regard to Transport Canada and tanker vessel traffic entering Placentia Bay, Newfoundland and Labrador: (a) where is the oil spill response equipment for Placentia Bay stored; (b) what is the oil spill capacity of the response equipment; (c) what is the response time if an oil spill should occur; and (d) is there personnel on-call to handle an oil spill?
Response
Hon. Lisa Raitt (Minister of Transport, CPC):
Mr. Speaker, in response to part (a), the Canada Shipping Act, 2001, its regulations and standards require potential polluters to maintain a minimum level of preparedness at all times. Prescribed oil handling facilities must have an arrangement with a certified response organization that would maintain a prescribed level of preparedness to respond to a spill on the polluter's behalf. Oil handling facilities must each have onsite plans, equipment, personnel, and training and exercise programs that allow them to deploy an immediate response in the event of an oil spill.
There are several caches of oil pollution countermeasures equipment in Placentia Bay. Oil handling facilities such as North Atlantic Refining Limited and Newfoundland Transshipment Limited have their own stockpile of spill response equipment equating to 150 tonnes as they are responsible for initially responding to their own spills.
Eastern Canada Response Corporation, the response organization responsible for responding to ship-source oil spills in this area, stores its pollution countermeasures equipment at its base in Donovan’s Industrial Park in Mount Pearl, Newfoundland and Labrador.
The Canadian Coast Guard also stores its pollution countermeasures equipment at its base in Donovan’s Industrial Park in Mount Pearl, Newfoundland and Labrador.
In response to part (b), Transport Canada is the lead agency responsible for Canada's marine oil spill preparedness and response regime. The regime was established in 1995 to enable industry to respond to its own oil spills of up to 10,000 tones within the prescribed time standards and operating environments, for Canadian waters south of 60 degrees north latitude. The regime is built upon a partnership between government and industry. It sets rigorous standards for response organizations and oil handling facilities, and establishes the requirements for national preparedness capacity.
In response to part (c), designated ports, each with a primary area of responsibility, are an important piece of Canada's marine oil spill response regime.. A designated port has higher volumes of oil transferred between the shore and a vessel than other ports. The associated higher risk requires more concentrated response capability. A designated port thus has advantages with respect to spill response time and capability. Holyrood and Come By Chance are two designated ports in Newfoundland and Labrador. The response time to deploy equipment at a designated port is six hours.
In response to part (d), under part 8 of the Canada Shipping Act, 2001, prescribed oil handling facilities and vessels must have arrangements with a response organization, in this case, Eastern Canada Response Corporation. As part of its response plan, Eastern Canada Response Corporation has response personnel available to respond to a spill when contracted by the polluter.
In addition, oil handling facilities have personnel, listed in their oil pollution emergency plans, who must be available to respond in the event of a spill.
The Canadian Coast Guard monitors the overall response to ensure that it is effective, timely, and appropriate to the incident. In the event that the polluter is unable to respond, unwilling to take action or unknown, the Canadian Coast Guard becomes the on-scene commander.

Question No. 835--
Mr. Ryan Cleary:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans and the food fishery in Newfoundland and Labrador: (a) what communication occurred between the Minister's office and the Department regarding the extension of the food fishery in fall 2014 in Newfoundland and Labrador; and (b) what were the formal reasons given for the extension?
Response
Hon. Gail Shea (Minister of Fisheries and Oceans, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the communication between the department and the minister’s office regarding the extension of the recreational groundfish fishery in fall 2014, in Newfoundland and Labrador, included the drafting of a note regarding the decision to extend the fishery.
In response to (b), the formal reason for the extension was the result of poor weather during the second half of the fall fishing seasons, September 20 to September 28, which created safety concerns for recreational fishers. As a result the minister made the decision to extend the fishery by three days.

Question No. 836--
Hon. Irwin Cotler:
With regard to federal judicial appointments from 1993 to 2014 inclusive: (a) broken down by year, province, level of court, (i) how many judicial appointments were made, (ii) how many of those appointments were women, (iii) what percentage were women, (iv) how many indicated French as a first language, (v) what percentage indicated French as a first language, (vi) how many were visible minorities, (vii) what percentage were visible minorities, (viii) how many were Aboriginal, First Nations, or Métis, (ix) what percentage were Aboriginal, First Nations, or Métis; (b) broken down by year, how many persons were appointed to the following Judicial Appointments Advisory Committees or their predecessors, if any names changed, (i) Alberta, (ii) British Columbia, (iii) Manitoba, (iv), New Brunswick, (v) Newfoundland and Labrador, (vi) Northwest Territories, (vii) Nova Scotia, (viii) Nunavut, (ix) Ontario, East and North, (x) Ontario, Greater Toronto Area, (xi) Ontario, West and South, (xii) Prince Edward Island, (xiii) Quebec, East, (xiv) Quebec, West, (xv) Saskatchewan, (xvi) Yukon, (xvii) Tax Court of Canada; (c) for the persons named by the Justice Minister to the committees in (b), how many and what percentage were (i) women, (ii) Francophone, (iii) Aboriginal, First Nations, or Métis, (iv) visible minorities, broken down by committee and year; (d) how many applications were received total, and of these, how many were from (i) women, (ii) Francophones, (iii) Aboriginals, First Nations, or Métis, (iv) visible minorities, broken down by year and Judicial Advisory Committee; (e) what percentage of applicants were appointed, broken down by (i) gender, (ii) first language, (iii) visible minority status, (iv) Aboriginal, First Nations, or Métis status, broken down by year for all federal judicial appointments; (f) what was the ratio of men to women on the committee and the ratio of women to men in terms of appointments for each year, broken down by Judicial Advisory Committee; (g) in what ways were appointment demographics measured, tracked, and monitored; (h) were any targets, quotas, or principles set with respect to the diversity of those serving on the Advisory Committees; (i) were any targets, quotas, or principles set with respect to the diversity of those who received judicial appointments; (j) what specific efforts were made to ensure diversity on Judicial Advisory Committees; (k) what documents are available that substantiate the answer in (j) with reference, control, or access numbers; (l) what specific efforts were made to ensure diversity in federal judicial appointments; (m) what documents are available that substantiate the answer in (l) with reference, control, or access numbers; (n) what meetings did the Department or Minister have with regard to ensuring diversity on Judicial Advisory Committees, broken down by year; (o) what meetings did the Department or Minister have to ensure diversity among federal judicial appointees, broken down by year; (p) how many Supreme Court of Canada appointments were made, broken down by Prime Minister; (q) how many of the appointments in (p) were of women; (r) what efforts were made to ensure gender parity on the Supreme Court of Canada; (s) how many federal judicial appointments were made to the (i) Federal Court, (ii) Federal Court of Appeals, (iii) Tax Court of Canada or their predecessor bodies, broken down by year; (t) of the appointments in (s) how many were (i) women, (ii) Francophone, (iii) Aboriginal, First Nations, or Métis, (iv) visible minorities; (u) of the candidates considered for each position filled in (s) how many were (i) women, (ii) Francophone, (iii) Aboriginal, First Nations, or Métis, (iv) visible minorities; (v) are women statistically more likely to be appointed to some courts over others and, if so, what explains this difference; (w) are women statistically less likely to be appointed to some courts over others and, if so, what explains this difference; (x) in what ways does the likelihood of an Aboriginal, First Nations, or Métis person receiving a federal judicial appointment vary; (y) in what ways does the likelihood of visible minority receiving a federal judicial appointment vary; (z) regarding the statistics needed to answer (x) and (y), have any quantities studies been completed by the government regarding any relationship between likelihood of appointment and demographic factors; (aa) have any studies been conducted on the demographics of individuals receiving federal judicial appointments; (bb) have any studies been conducted on the demographics panels, boards, and committees responsible for federal judicial appointments; (cc) regarding applications for judicial appointment, how do the percentage of applicants compare with general Canadian population as a whole, broken down by (i) year, (ii) gender, (iii) visible minority, (iv) Aboriginal, First Nations, or Métis status; (dd) regarding federal judicial appointments, how do the percentage of appointees compare with the general Canadian population, broken down by (i) year, (ii) gender, (iii) visible minority, (iv) Aboriginal, First Nations, or Métis status; (ee) regarding appointment to Federal Judicial Advisory Committees, how does the percentage of applicants compare with general Canadian population as a whole, broken down by (i) year, (ii) gender, (iii) visible minority, (iv) Aboriginal, First Nations, or Métis status; (ff) for each appointment made within the period, what was the duration of time between the date the vacancy arose and the date of appointment, broken down by court; (gg) what policies, guidelines, or targets exist regarding the timeliness of filling vacancies on courts; (hh) for each appointment made within the period to a judicial advisory committee, what was the duration of time between the date the vacancy arose and the date of appointment, broken down by advisory committee; (ii) what policies, guidelines, or targets exist regarding the timeliness of filling vacancies on advisory committees; (jj) what was the average time between a vacancy arising and it being filled, broken down by (i) year, (ii) court; (kk) what accounts for variations in the delay between a judicial vacancy arising and its being filled; (ll) when multiple vacancies exist concurrently, in what order are appointments made; (mm) for each court to which federal judicial appointments are made, what is the vacancy percentage, broken down by (i) year, (ii) court; (nn) do any requirements exist regarding the deadline by which a vacancy must be filled, broken down by court; (oo) what are the consequences of judicial vacancies on courts to which federal judicial appointments are made; (pp) what studies has the government undertaken or completed with respect to the impact of judicial vacancies; (qq) what metrics, if any, has the government identified with respect to judicial vacancies, (i) how are these measured, (ii) how often, (iii) by whom, (iv) for what purpose, (v) with what reporting; (rr) what metrics, if any, has the government identified with respect to judicial appointments, (i) how are these measured, (ii) how often, (iii) by whom, (iv) for what purpose, (v) with what reporting; and (ss) in what ways have any of the federal judicial appointments processes changed over the period indicated?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of Justice and Attorney General of Canada, CPC):
Mr. Speaker, the information requested is not readily available and would require an extensive manual search of all records. It is therefore not feasible to produce a response within the time period allotted.

Question No. 837--
Mr. Peter Julian:
With respect to the evidence requested from the Department of Justice by the Costa Rican Attorney General, to which the latter referred in his statement of October 3, 2014: (a) does the Minister of Justice or his Department have any information regarding an amount of $200,000 sent to the Aria Foundation for Peace in 2008 and, if so, what are details, including the identity of the sender and the relationship between the sender and Infinito Gold, Ronald Mannix, the Norlien Foundation, and Coril Holdings Ltd.; and (b) did the Department of Justice answer the Costa Rican Attorney General's questions in the first request letter (#08-000011-033-PE) sent on Tuesday, December 10, 2013, as well as in the second request letter (#12-000124-621-PE) dated Tuesday, February 4, 2014, (i) if so, what answer was provided, (ii) if not, why not?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of Justice and Attorney General of Canada, CPC):
Mr. Speaker, due to the confidentiality of state-to-state communications, the Department of Justice does not confirm nor deny any requests for legal assistance by other countries.

Question No. 839--
Mr. Ryan Cleary:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans and the Canadian Coast Guard: has the Department done an assessment on the total cost to remove the oil from the Manolis L that sunk off the coast of Newfoundland in 1985?
Response
Hon. Gail Shea (Minister of Fisheries and Oceans, CPC):
Mr. Speaker, the Government of Canada and the Canadian Coast Guard remain committed to protecting our oceans from ship-sourced oil spills. The government has made this clear through the ongoing implementation of a world-class tanker safety system.
The Canadian Coast Guard has received some advice from international experts regarding how to best address the Manolis L situation since March 2013. Further analysis and data collection is required in order to make the most informed decision as part of the ongoing management plan for the Manolis L. The Canadian Coast Guard successfully completed a major operation on the Manolis L wreck in December 2014. This included the cleaning of the cofferdam, replacement with a new cofferdam and detailed inspection of the hull. Removal of oil collected in the cofferdam was within its capacity and samples will be sent to Environment Canada for analysis.
Surveillance of the area has detected no oil. The Canadian Coast Guard plans to return to the site of the Manolis L in the spring of 2015 to conduct the next oil removal from the cofferdam.
The Canadian Coast Guard, along with its federal partners, Transport Canada and Environment Canada, is continuing to monitor and manage the site. Should this situation change, the department will take the necessary action to mitigate the risk.

Question No. 844--
Ms. Joyce Murray:
With regard to Canadian military bases and stations both in Canada and abroad: since 2007, what are (a) the names and ridings of Members of Parliament who have visited any bases or stations; (b) the dates that the Members visited; (c) the name of the base or station that was visited; (d) the purpose of the visit; and (e) any costs associated with Member’s visit?
Response
Hon. Rob Nicholson (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, the Department of National Defence and Canadian Armed Forces, DND/CAF, do not have a centralized tracking and reporting mechanism for visits by members of Parliament to CAF bases and stations, whether in Canada or abroad. As such, DND/CAF is unable to provide the requested details in the available timeframe.

Question No. 845--
Ms. Mylène Freeman:
With respect to the implementation of Bill C-10, An Act to amend the Criminal Code (trafficking in contraband tobacco): (a) what is the full itemized cost of implementing the bill; (b) what are the steps identified to implement the bill; (c) what is the timeline to implement the bill; (d) on the Mohawk territory of Kanehsatà:ke, whom does the government anticipate will enforce the law once implemented and, more specifically, does the government anticipate that it will be enforced by (i) the Sureté du Québec, (ii) the RCMP; (e) on the Mohawk territory of Kanehsatà:ke, what does the government project it will cost to enforce the law, once implemented; (f) how many residents of Kanehsatà:ke does the government project will potentially be affected; (g) how much contraband tobacco does the government expect to seize fromKanehsatà:ke; (h) how much revenue in Kanehsatà: ke will be affected; and (i) how does the government anticipate that residents of Kanehsatà:ke will be tried under the law, once implemented?
Response
Hon. Steven Blaney (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), it is not anticipated that there will be any new costs in implementing this bill.
With regard to (b), the act will come into force on a day to be fixed by order of the Governor in Council. On coming into force, it will provide a new tool for federal and provincial law enforcement to lay charges under the Criminal Code for the trafficking of high volumes--10,000 cigarettes or more or 10 kg or more of raw leaf or any other tobacco product--of contraband tobacco.
On the act’s coming into force, the RCMP will implement an internal communications process to inform front-line RCMP officers of the new legislation.
With regard to (c), the act will come into force on a day to be fixed by order of the Governor in Council.
With regard to (d), the Criminal Code applies evenly across Canada. The new Criminal Code offence will provide both the RCMP and the Sureté du Québec with a new tool to address the problem of trafficking in contraband tobacco. The bill will also allow for concurrent jurisdiction, whereby the Office of the Director of Public Prosecutions and provincial attorneys general would share the authority to prosecute this new Criminal Code offence. It is not anticipated that there will be any new costs in implementing this bill.
With regard to (e), it is not anticipated that there will be any new costs in enforcing this bill.
With regard to (f), it is recognized that organized crime networks are exploiting first nation communities and the jurisdictional and political relationships between those communities, governments, and enforcement agencies.
The objective of Bill C-10 is to target organized crime groups operating in these communities and involved in the large-volume trafficking of contraband tobacco, as well as other forms of serious criminality, including trafficking in weapons and illicit drugs.
With regard to (g), Bill C-10 provides a new tool for federal and provincial law enforcement agencies to target organized crime groups involved in the contraband tobacco market.
The RCMP focuses its federal investigations on criminal networks conducting illegal operations in Canada, regardless of the illicit commodity. The outcome of potential seizures of contraband tobacco resulting from Bill C-10 is unknown.
With regard to (h), Bill C-10 establishes a new Criminal Code offence to help address the problem of trafficking in contraband tobacco. The bill is not intended to affect legitimate trade in tobacco products, but rather to target organized crime groups and their associates involved in the large-volume trafficking of contraband tobacco.
With regard to (i), under the bill, the maximum penalty for a first offence would be six months’ imprisonment on summary conviction and five years’ imprisonment if prosecuted on indictment. The decision to proceed by way of summary conviction, six months, or indictment, five years, is a matter of prosecutorial discretion.
The bill also establishes mandatory minimum penalties of imprisonment of six months to two years less a day on second and subsequent convictions.

Question No. 846--
Ms. Megan Leslie:
With respect to the Convention on the International Trade of Endangered Species (CITES) Conference of the Parties in March of 2013: (a) why has the government placed reservations on all species added to Appendix I or II of the Wild Animal and Plant Trade regulations from the meeting of the Conference of the Parties rather than adding them to Schedule I of Canada’s Wild Animal and Plant Trade Regulations; and (b) does the government intend to lift these reservations and fulfil its commitment to CITES and, if so, what is the timeline in which the government intends on lifting the reservations on all species given increased protection?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of the Environment, Minister of the Canadian Northern Economic Development Agency and Minister for the Arctic Council, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), Canada is supportive of all the CoP16 decisions and takes the commitments made at the CITES Conference of the Parties very seriously. Canada’s reservation on all the species listing decisions at the 16th meeting of the CITES Conference of the Parties, CoP16, is temporary, undertaken for administrative and procedural reasons.
The reservation placed by Canada is done so that Canada is not in contravention of CITES obligations and with Canada’s treaty law policy and procedures.The convention, drafted in 1975, allows 90 days for countries to update their regulations. Canada, as with many other parties to the convention, is unable to meet the short timelines for making the necessary regulatory changes. In order to avoid being in contravention of treaty requirements, the Government of Canada placed a temporary reservation until such time as listing decisions of the Conference of the Parties can be reflected in its domestic regulations.
With regard to (b), yes, Canada fully intends to lift the temporary reservation.
Environment Canada is working diligently to complete the regulatory changes to schedule I of the wild animal and plant trade regulations to enable the listing changes agreed at the 16th Conference of Parties to be legally enforced in Canada by spring 2015. Once the regulatory changes are completed, the Department of Foreign Affairs, Trade and Development will proceed to obtain the necessary authorities and lift the temporary reservation.

Question No. 858--
Hon. John McCallum:
With regard to Public Works and the temporary flagpole erected between West Block of Parliament and the central lawn: (a) what is the date on which the temporary flagpole was initially installed; (b) on what dates was it relocated; (c) who carried out each relocation; and (d) what have been the costs associated with each relocation?
Response
Hon. Diane Finley (Minister of Public Works and Government Services, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), in the winter of 2011, the pole was temporarily moved outside the West Block construction area to replace the pole that was on the West Block prior to the start of the major rehabilitation project.
With regard to (b), during the summer of 2014, the construction area for the West Block rehabilitation project was expanded for health and safety reasons. The base and the pole in question were therefore relocated southeast of the West Block. The pole is there to ensure that the flag is present on the west side of the Hill and that the program whereby Canadian flags from Parliament Hill are given to Canadian citizens is continued for the duration of the rehabilitation work.
With regard to (c), in the winter of 2011, PWGSC and PCL Construction carried out the relocation. In the summer of 2014, PCP Construction carried out the relocation.
With regard to (d), in the winter of 2011, the total cost for the purchase of the pole and its installation was $25,000. Of that cost, $14,000 was used to purchase the flagpole, with a brushed aluminum finish; and $11,000 was used for the installation of the pole and the establishment of a safety perimeter. The pole in question is 15.25 metres high and meets the ceremonial standards for Parliament Hill.
In the summer of 2014, $2,000 was used to relocate the base, the flagpole, and the safety perimeter southeast of the West Block.
Note that the cost of these relocations was included in the budget approved for the West Block rehabilitation project.

Question No. 862--
Hon. Lawrence MacAulay:
With regard to the Wild Atlantic Salmon Conservation Policy: (a) what progress has been made in reaching the goals of the Wild Atlantic Salmon Conservation Policy; (b) has there been a performance review of the Wild Atlantic Salmon Conservation Policy since its 2009 announcement, (i) if so, what are the findings of such a review, (ii) if not, why not, (iii) again if not, what justification is there for not respecting the five year deadline for an independent review; and (c) has the government formed a task force or advisory committee with the authority and resources to meet with stakeholders, review relevant information, and advise Fisheries and Oceans Canada of the measures needed to increase salmon populations on the Miramichi River, (i) if so, what are the details of the task force or advisory committee, (ii) if not, why not?
Response
Hon. Gail Shea (Minister of Fisheries and Oceans, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the intent of the wild Atlantic salmon conservation policy is to provide a framework for decision-making and priority-setting. The progress of its goals is therefore measured in terms of plans, investments, and partnerships, some recent examples of which include the following: the establishment of the recreational fisheries conservation partnership program in 2013, and allocation of over $1 million to community groups for projects to rebuild and restore wild salmon habitat; support of 53 projects in 2014 under the Atlantic salmon endowment fund, and ongoing science activities to rigorously undertake counts of salmon returns, including the dedication of nearly 65,000 hours in 2013 alone for monitoring and enforcement activities; introduction of extra measures for salmon conservation in 2014, including reductions in allowable retention for recreational anglers; and advocacy for sustainable fishing at forums such as the North Atlantic Salmon Conservation Organization.
With regard to (b), early planning to review of the wild Atlantic salmon conservation policy starting in 2015 has been initiated. The intention is to present a plan for discussion and feedback at the next meeting of the Atlantic salmon advisory committee, expected in the spring/summer of 2015.
With regard to (c), the creation of a ministerial advisory committee on Atlantic salmon to help determine the course of action to address low returns of Atlantic salmon on the east coast was announced on December 18, 2014. The committee, supported by officials from Fisheries and Oceans Canada, will focus on the following aspects: conservation and enforcement measures, predation, and a strategy to address international unsustainable fishing, and focused areas for advancing science.

Question No. 870--
Hon. Mauril Bélanger:
With regard to the Canadian observers sent by the government to monitor Tunisia’s recent presidential and legislative elections: (a) how many observers took part in the observation missions and what are their names; (b) with which organizations did the observers work; and (c) what selection process was used to choose the observers?
Response
Hon. John Baird (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, as announced on October 26, following Tunisia’s legislative elections and again following the first and second rounds of the presidential election, Canada is pleased to have supported the deployment of both domestic and international election observers. These election observers served as a confidence building measure for the Tunisian population as they voted in their first democratic elections, and monitored and reported upon the conduct of the elections in line with national regulations and international election benchmarks and standards for democratic elections.
With regard to (a), the delegation included four Canadian observers for the legislative elections and nine for each round of the presidential elections.
For the legislative elections on October 26, 2014, the observers were Darrell Dexter, Elizabeth Weir, Eric Duhaime, and Sylvia Thomson.
For the first round of the presidential election on November 23, 2014, the observers were Les Campbell, Olivia Chow, Paul Hong, Judy Wasylycia-Leis, Michael Ferrabee, Mathieu Jacques, Greg Lyle, David McLaughlin, and Chris Yonke.
For the second round of the presidential election on December 21, 2014, the observers were Les Campbell, the Hon. Ken Dryden, Darrell Dexter, Paul Hong, Greg Lyle, John MacDonell, the Hon. William Paul Robert Norris, Nathan Rotman, and Chris Yonke.
With regard to (b), while a number of international organizations sent election observers to Tunisia, Canada’s funding was through the National Democratic Institute, NDI. The aforementioned Canadian observers formed a part of the NDI delegation.
With regard to (c), the recruitment, selection, and deployments of observers were done by the partner, NDI, who selected individuals through its global network of experts and partners. NDI draws upon current and former members of parliaments and other legislative bodies, current and former heads of state, current and former government officials, election commissioners, technical and legal experts, and civil society activists, among others.
Canada supports the tremendous progress that has been achieved in the pursuit of a free and democratic Tunisia and will continue to support Tunisia’s continued efforts to strengthen its democracy and build a prosperous and secure future for all Tunisians.

Question No. 871--
Mr. Scott Simms:
With respect to servers, including leased physical and virtual servers and cloud-based servers, owned, operated, shared, or otherwise used by the government for all platforms and protocols, broken down by department: (a) what operating system and kernel version is the server using, including, for all unix-variant systems, the output of "uname -a"; (b) in what datacenter is the server physically located; (c) who owns, provides, and operates the server; (d) what is the purpose of the server; (e) for each service provided by the server, what is the name, type, software used, protocol, and listening ports of the service; (f) what security compromises have been detected in each service provided by the server, broken down by (i) the nature of the security compromise (privilege escalation, rooting or rootkits, sniffed packets, compromised passwords, worms, viruses, trojans, lost data storage devices, unauthorised use of information by otherwise authorised users, etc.), (ii) the details of any information accessed without proper authority, damaged, or lost, (iii) the classification and designation of the compromise and the information compromised, (iv) measures taken to prevent further security compromises, (v) date the security compromise was detected, (vi) date the security compromise was believed or found to have taken place, (vii) date the security compromise was resolved; (g) of the security compromises identified in (f), what are the file numbers of any correspondence or government records related to any such security compromises, broken down by (i) relevant file numbers, (ii) correspondence or file type, (iii) subject, (iv) date, (v) purpose, (vi) origin, (vii) intended destination, other officials copied or involved; and (h) on what dates have any threat risk assessments been conducted that affected or involved the server or its surrounding infrastructure, stored data, use, or relevant department?
Response
Hon. Diane Finley (Minister of Public Works and Government Services, CPC):
Mr. Speaker, SSC was created on August 4, 2011, as a common service organization providing information technology, IT, infrastructure services to other federal government departments and agencies. Its mandate is to consolidate, standardize, transform, and deliver e-mail, data centre, and telecommunication services to 43 federal departments and agencies.
For security reasons, SSC does not share or discuss information related to Government of Canada servers.
SSC is accountable and responsible for IT infrastructure, systems, and services within its purview and for ensuring the confidentiality, integrity, and availability of the information processed. SSC does not publish information that, if disclosed, could reasonably be expected to be used in a malicious fashion against Government of Canada IT infrastructure. This includes information relating to servers, data centre locations, cyberattacks, and current tactics, techniques, and processes used to defend Government of Canada IT infrastructure.

Question No. 872--
Mr. Pat Martin:
With regard to the government and the Canadian Wheat Board (CWB): (a) the 2011-12 Annual Report states that expenses were “offset by $177.3 million in government reimbursements”, what is meant by this statement; (b) what expenses were the reimbursements made for; (c) what government reimbursements were made in fiscal years 2012-2013 and 2013-2014; (d) what total government revenues were paid to the CWB in each fiscal year and crop year between 2011 and 2014; (e) what was the objective of these government revenues; (f) on which dates and in which amounts were the $349 million, pledged by the Minister of Agriculture in June 2012, transferred to the CWB; (g) what studies were conducted by the Department of Agriculture and Agri-Food regarding the future of the CWB; (h) what public and private consultations were undertaken regarding the privatization of the CWB in 2012, 2013, and 2014, (i) who were those consultations with, (ii) on what dates; (i) what is the total outstanding amount owed to the government for credit sales undertaken by the CWB; (j) what foreign customers have outstanding credit sales; (k) what is the status of interest owed on outstanding credit sales; and (l) which body or government agency will receive the interest paid on credit sales?
Response
Hon. Gerry Ritz (Minister of Agriculture and Agri-Food, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), in anticipation of the government’s funding of certain restructuring costs of the Canadian Wheat Board, CWB, through the Canadian Wheat Board transition cost program, CTP, the CWB notionally estimated $177.3 million in reimbursable costs as of July 31, 2012, accrued in their financial statements.
With regard to (b), the funding provided under the CTP was in relation to the following restructuring expenses that were incurred in the year ended July 31, 2012 and described in the CWB’s financial statements as follows: loss on property, plant and equipment; impairment loss on intangible assets; employee severance expense; and net expenses related to the curtailment of pension and post-employment benefit plans.
With regard to (c) and (d), see the Public Accounts of Canada.
With regard to (e), the purpose of these expenditures from the CTP was to reimburse the transaction costs of the CWB as it transitions to a voluntary grain marketing organization. By assisting with the transition costs, the CWB will be better positioned to be a viable marketing alternative for farmers in the open wheat and barley market.
With regard to (f), the amounts were transferred in fiscal years 2013-14 and 2014-15.
With regard to (g), the department has conducted an economic analysis of a June 2008 study by Informa Economics. The Informa study examined the potential impact on farmers of an open marketing system for wheat, durum, and barley in western Canada.
With regard to (h), since Bill C-18, the Marketing Freedom for Grain Farmers Act, has received royal assent, consultations with stakeholders are ongoing.
With regards to (i), (j), (k), and (l), this information is protected under subparagraph 21.(1)(e)(3) of the Canadian Wheat Board (Interim Operations) Act.

Question No. 883--
Mr. Robert Chisholm:
With regard to Employment Insurance, has the government conducted any assessments or evaluations of the reforms implemented in 2012 and, if so, (i) what are their titles and dates, (ii) will the government make them public?
Response
Mr. Scott Armstrong (Parliamentary Secretary to the Minister of Employment and Social Development, CPC):
Mr. Speaker, with regards to the employment insurance, EI, program, ESDC has not yet conducted any assessments or evaluations of the reforms implemented in 2012.
The EI program is evaluated through the employment insurance monitoring and assessment report on an annual basis. The most recent version of the report can be accessed at http://www.esdc.gc.ca/en/reports/ei/monitoring2013/index.page

Question No. 885--
Ms. Chrystia Freeland:
With regard to all written questions on the Order Paper, submitted to date during the 41st Parliament, which received returns in the House of Commons from the government: (a) on what date was each question, with instructions to answer, forwarded by the Privy Council Office (PCO) to all relevant departments and agencies; (b) on what date did each department or agency receive and process the incoming request; (c) on what date did each department or agency return their respective answer to PCO; and (d) how many days did each department or agency require to complete each request for answer?
Response
Mr. Tom Lukiwski (Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, with regard to part (a) of the question, during the 41st Parliament, more than 2,300 written questions have been placed on the order paper. The Privy Council Office, or PCO, analyzes each question and, when required, provides guidance and instructions to organizations assigned to provide a response.
Each assignment or set of instructions is developed as a result of consultations with implicated organizations. This process is iterative in nature, and as a result, assignments and instructions are modified as necessary. The dates of these modifications are not tracked in PCO information systems. In order to compile a response, an extensive manual search of records would be required. This search cannot be completed in the timeframe allotted to respond to this question.
PCO strives to assign questions and provide instructions as soon as possible to ensure that organizations have the maximum amount of time possible to produce a response.
With regard to part (b), organizations assigned to respond to each question receive the assignment notice and instructions immediately following the assignment by PCO.
With regard to part (c), in order to compile a response, an extensive manual search of records for more than 2,300 written questions would be required. This search cannot be completed in the timeframe allotted to respond to this question. For all questions for which a response was requested within 45 calendar days, PCO encourages organizations to return their answers at least five business days prior to the deadline for responding to the question.
With regard to part (d), the date on which each written question was placed on the notice, as well as the date of the response, can be found in the Status of House Business section on the Parliament of Canada website. It should be noted that when a member of Parliament requests a response within 45 calendar days, the deadline for responding to the question is not established until the question is transferred to the order paper.
In the case of the 41st Parliament, 1st session, members are referred to: http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?Pub=status&Language=E&Mode=1&Parl=41&Ses=1&File=12.
In the case of the 41st Parliament, 2nd session, members are referred to: http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?Pub=status&Language=E&Mode=1&Parl=41&Ses=2&File=12.

Question No. 886--
Ms. Chrystia Freeland:
With regard to the log books for personal use of ministerial executive vehicles: for each fiscal year since 2011-2012, (a) what is the total number of entries for each executive vehicle; (b) what are the dates, time and length for each entry; (c) what is the trip description, if any, of each entry; (d) what is the identification, if available, of the family member or member of the household that was the driver for each entry; and (e) what is the total kilometres travelled for personal use?
Response
Mr. Paul Calandra (Parliamentary Secretary to the Prime Minister and for Intergovernmental Affairs, CPC):
Mr. Speaker, with regard to parts (a) to (d) of the question, the Privy Council Office, or PCO, has no information in regard to logbooks for the personal use of ministerial executive vehicles for each fiscal year since 2011-12. When processing Parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act. Information has been withheld that could compromise the security of government officials or family members.

Question No. 889--
Ms. Libby Davies:
With regard to Health Canada and drug shortages: (a) what is the compliance rate with the voluntary drug-shortage reporting recommendations; (b) what communications has the Department received from concerned health care providers, pharmacists, patients and caregivers related to drug shortages; and (c) what actions has the Department undertaken to respond to these concerns?
Response
Hon. Rona Ambrose (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, the current voluntary drug shortage reporting system, which can be seen at www.drugshortages.ca, was launched by industry associations in March 2012 in response to calls from the Minister of Health. This industry-funded and administered reporting website enables drug manufacturers and importers to provide public notification of shortages and discontinuances. As of November 2014, over 1000 shortages and discontinuances have been publicly reported by drug companies on the website.
Timely, comprehensive, and reliable drug shortage information is critical to the health and safety of Canadians. Drug companies have been reminded on several occasions of the federal government’s expectation that they provide public notification of all drug shortages. Health Canada also publicly issues letters of non-compliance to drug companies that fail to provide notification of anticipated or actual drug shortages. These letters are posted publicly on Health Canada’s website as part of the department’s ongoing efforts to improve drug supplier transparency and accountability for drug shortages and discontinuances.
Health Canada’s efforts to address drug shortages, and to improve shortage notification in particular, benefits greatly from the direct involvement of key stakeholders, including health care providers, pharmacists, and patient groups. From May 2014 to July 2014, Health Canada led extensive consultations on the voluntary notification system and on whether a voluntary or mandatory notification approach would be appropriate and effective for Canadian patients and those who care for them. Direct input was received from the Canadian public and a broad range of stakeholders, including provinces and territories, patient and consumer advocates, health care professionals, regional health authorities, drug companies, group purchasing organizations, distributors, wholesalers, importers, and international counterparts. With consultations now complete, Health Canada is analyzing the findings and assessing options to improve drug shortage notification in Canada so that Canadians have access to the timely, comprehensive, and reliable information they need.
Health Canada co-chairs the multi-stakeholder steering committee on drug shortages, MSSC, with the Province of British Columbia. The MSSC brings together representatives from provincial and territorial governments, industry, group purchasing organizations, distributors, and health professional associations in support of a more rigorous and coordinated approach to drug shortages. This comprehensive and collaborative approach recognizes that all levels of government and all stakeholders across the health care system have important and distinct roles to play in response to drug shortages. Reflecting the input provided by health care providers, pharmacists, patients, and other key stakeholders, the MSSC has made considerable progress to date, including the enhanced coordination of actual shortages and the development of concrete tools such as the MSSC Protocol for the Notification and Communication of Drug Shortages and the MSSC Multi-Stakeholder Toolkit, announced in September 2013. The MSSC is building on this momentum while focusing on identifying underlying causes and the prevention of drug shortages
Health Canada will continue to work with all key stakeholders across the drug supply and health care system, including patient and caregiver groups, to advance concrete action on improving the communication, management, and prevention of drug shortages.
As has been consistently communicated, the government is open to a mandatory reporting system if needed, especially if it will benefit patients.

Question No. 891--
Hon. Stéphane Dion:
With regard to the Universal Child Care Benefit (UCCB) advertisements: (a) how much money has been spent on these ads, broken down by (i) television, (ii) radio, (iii) internet; and (b) what are the internal tracking numbers of all documents, communications or briefing notes regarding the UCCB advertisements, broken down by (i) prior to the release of the ad, (ii) following the release of the ad?
Response
Mr. Andrew Saxton (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the UCCB component is part of a broader campaign that highlights various proposed benefits to help Canadian families keep money into their pockets, such as the new family tax cut, the doubling of the children’s fitness tax credit and the Increasing of the child care deduction. However, at this time the Department of Finance is not able to determine the final costs for the campaign, as all invoices have not yet been received, verified, and paid. All advertising costs will be published in the annual report on advertising, available at http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/pub-adv/annuel-annual-eng.html.
With regard to (b)(i), prior to the release of the ad, the tracking number is ADV#1415-0040/ 1415 0167/1415-0176/1415-0208/1415-0200.
With regard to (b)(ii), following the release of the ad, the tracking number is not available.

Question No. 911--
Ms. Charmaine Borg:
With regard to property No. 06872 in the Directory of Federal Real Property, also known as the Old St-Maurice Firing Range: (a) has the Department of National Defence estimated the total cost of decontaminating site No. 00008471 in the Federal Contaminated Sites Inventory; and (b) how much is the total cost of decontaminating the site identified in (a)?
Response
Hon. Rob Nicholson (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), the Department of National Defence has evaluated the cost for decontaminating site No. 00008471, located on property No. 06872.
With regard to (b), in processing Parliamentary returns, the government applies the principles set out in the Access to Information Act, and this information has been withheld on the grounds that the information is related to economic interests of Canada and of federal Institutions.

Question No. 915--
Mr. Marc Garneau:
With respect to Canada’s involvement in Iraq since September 2014: what are the direct costs, broken down by department or agency incurring the cost, which have been incurred, and are anticipated to be incurred by the end of the current fiscal year, relative to (a) the deployment of the Canadian Forces; (b) the deployment of Canadian F-18s; and (c) other costs?
Response
Hon. Rob Nicholson (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, all elements, units, and organizations of the Department of National Defence and Canadian Armed Forces involved in Iraq are required to capture incremental costs and charge expenses related to their tasks in accordance with the published financial directives and to report results through the Department of National Defence’s financial review process.
The costs of a mission are available through the regular parliamentary process, including the publication of the annual departmental performance report or within 90 days following the end of the mission.
Cost estimates are dynamic and evolve with the refinement of planning and operational requirements. Estimates are updated regularly to support planning efforts and decision-making, and therefore any estimate provided would be inaccurate.

Question No. 919--
Ms. Judy Foote:
With respect to the Public Service Health Care Plan for pensioners: (a) how many plan members were or are members of (i) the federal public service, (ii) the RCMP, (iii) the Canadian Forces, (iv) the Veterans Affairs client group; and (b) what will the pensioner contribution rate be for single person supplementary coverage as of (i) April 1, 2014, (ii) April 1, 2015, (iii) April 1, 2016, (iv) April 1, 2017, (v) April 1, 2018?
Response
Hon. Tony Clement (President of the Treasury Board, CPC):
Mr. Speaker, in managing the federal benefit plans in a way that is affordable, sustainable, and fair for both plan members and Canadian taxpayers, the Government of Canada noted in Economic Action Plan 2013 that it would examine overall employee compensation and pensioner benefit with a view to aligning federal compensation with other public and private sector employers. The government worked with and consulted key stakeholders, including retiree representatives, with a resulting negotiated settlement reached with retiree representatives and federal public sector unions.
The government health care plan is a voluntary program that retirees can opt into. To have this choice is a privilege. The benefits of the plan are generous, with coverage included for hospital beds and therapeutic mattresses, hearing aids, psychological services, and $15,000 a year in nursing services. Retired employees may choose to join the government program or elect to join in any number of alternative benefit plans available to Canadians. It should be noted that the provision of health care benefits to retired workers is the exception in Canada, not the rule. Most public and private sector employers in Canada do not provide health care benefits to employees after retirement, as alternative plans are available.
Previously, the costs of the federal benefit plan were subsidized by Canadian taxpayers, with retirees paying 25% of the plan costs and Canadian taxpayers 75% of the costs. As a result of the negotiations, the costs of the voluntary supplemental plan will be split evenly between retirees and Canadian taxpayers. Canadian taxpayers should be aware of the health care benefits that they subsidize as part of the federal public servants’ retirement benefit package. It should be noted that this negotiated agreement does not apply to low-income pensioners, who will not be subject to the 50:50 cost-sharing measures.
With regard to (a), as of November 30, 2014, the following is the breakdown of Public Service Health Care Plan pensioner member participation: with regard to (a)(i), the federal public service, based on pensioners in receipt of a pension under the Public Service Superannuation Act: 205,843; with regard to (a)(ii), the Royal Canadian Mounted Police, based on pensioners in receipt of a pension under the Royal Canadian Mounted Police Superannuation Act): 16,171; with regard to (a)(iii), the Canadian Forces, based on pensioners in receipt of a pension under the Canadian Forces Superannuation Act: 80,469; with regard to (a)(iv), the Veterans Affairs client group: 2,179.
With regard to (b), the pensioner contribution rate for a single member with supplementary coverage can be found at: http://www.njc-cnm.gc.ca/directive/index.php?hl=1&lang=eng&merge=2&sid=87
An exception is that a new PSHCP pensioner supplementary relief rate will be introduced effective April 1, 2015, and will be available at the above-mentioned site on January 30, 2015. The new provision is only available to those pensioners enrolled in the PSHCP on or before March 31, 2015, and requires an application to be submitted to the pensioner’s respective pension office. Following receipt of an application, eligibility is contingent upon the pensioner being in receipt of a guaranteed income supplement, GIS, benefit or having a single or joint net income that is lower than the applicable GIS thresholds in effect on the date application is received.
The pensioner contribution rates for a single member approved for the supplementary relief provision effective April 1, 2015 will be available on January 30, 2015, at the above-mentioned site.
Contribution rates are calculated based on plan experience. As a result, the rates for (b)(iii), April 1, 2016, (b)(iv), April 1, 2017, and (b)(v), April 1, 2018, have not yet been determined. It is anticipated that the rates for April 1, 2016, will be established in early 2016. Similarly, it is anticipated that the rates for April 1, 2017, will be established in early 2017 and that the rates for April 1, 2018, will be established in early 2018.

Question No. 932--
Ms. Irene Mathyssen:
With regard to Employment and Social Development Canada: (a) what funding has been spent since January 2013, including the 2013 Budget and up to today, fulfilling the promise within the 2013 Speech from the Throne about providing seniors with access to information about government programs and services such as, but not limited to, Old Age Security, the Guaranteed Income Supplement, the Allowance and the Allowance for a Survivor, Canada Pension Plan and, in each case, (i) what are the funds, grants, loans and loan guarantees provided, (ii) what is the monetary value of the funding, (iii) what is the location and organization or group given the funding, (iv) what is the specific purpose of the funding; (b) what oversight mechanism has been put in place to ensure funding in order to provide seniors increased access to information about the aforementioned programs; and (c) what detailed plans have been articulated in writing by the government to improve access to information about seniors’ programs for seniors who rely on door-to-door mail delivery, (i) what is the timeframe in which seniors will have increased information about seniors’ programs as a replacement for door-to-door delivery, (ii) what is the expected cost of any such plans, (iii) what input has the government received from seniors regarding their need to greater access to information on these programs?
Response
Mr. Scott Armstrong (Parliamentary Secretary to the Minister of Employment and Social Development, CPC):
Mr. Speaker, ESDC is not in a position to respond to the question in a specific way within the time allotted. However, in general, ESDC is committed to providing seniors with information about government programs and services.
The department has implemented budget and Speech from the Throne commitments by taking a number of steps to improve seniors’ access to benefits. They include enhancing mobile services to better reach seniors where they live; ensuring clients have easier access to the information they need on the web, by phone, and in person through the Service Canada network; increasing the number of applications that are sent proactively to Canadians before they turn 65 of age; and reorganizing and rewriting the pension-related pages on the Service Canada website using a plain language perspective to better explain the retirement income system in Canada and improve access to the Canada pension plan, CPP, and the old age security, OAS, pensions and benefits.
Through inserts with tax slips for CPP or OAS benefits, we advise seniors on how to access information on the full range of benefits available to them. In 2013, we sent out 7.2 million tax inserts.
Between April 2013 and March 2014, Service Canada mobile outreach services delivered 1,774 information sessions to 22,490 senior citizens and caregivers, community groups, and service delivery partners across the country.
Service Canada also mails application forms for CPP and OAS benefits or the renewal of guaranteed income supplement, or GIS, and the allowances to many senior Canadians. In 2013-14, Service Canada mailed OAS application forms to approximately 250,000 individuals who recently turned 64 years old. A CPP retirement application was also included for individuals not yet in receipt of CPP Retirement benefits. An additional 10,000 CPP application forms were sent to individuals who recently turned 64 and were not in pay for CPP, but for whom an application for OAS had already been received. As well, 138,605 individuals received automatic enrolment letters instead of an application form. Most of these individuals will not need to apply for their OAS pension. Approximately 50,000 applications for the GIS and allowances were sent to individuals who may be eligible, based on Canada Revenue Agency income.
Service Canada has also introduced a landing page on the Internet devoted to content of particular interest to seniors at servicecanada.gc.ca. This page is continually updated with new information of interest to seniors.
In addition to the above, automatic enrolment of OAS beneficiaries using existing information on their CPP and Quebec pension plan began in April 2013 and was fully implemented in October 2013.
As of November 2014, Service Canada has sent automatic enrolment letters to notify individuals that they will be put into pay for their OAS benefit without having to apply. It is estimated that the first 130,000 of these individuals will have been put into pay at the age of 65 by the end of 2014-15.

Question no 773 --
L'hon. Mark Eyking:
En ce qui concerne le système d’inspection du transport des animaux de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et l’examen des règles sur le transport des animaux énoncées à la partie XII du Règlement sur la santé des animaux: a) quelles mesures correctives a-t-on prises à la suite des violations apparentes du Règlement sur la santé des animaux et du défaut apparent des inspecteurs de l’ACIA de répondre au traitement inacceptable d’animaux, comme en font foi des images filmées récemment au Western Hog Exchange, à Red Deer, en Alberta (http://www.ctvnews.ca/w5/hidden-camera-investigation-reveals-abuse-in-canadian-pork-transportation-system-1.2049011); b) quel est l'état des modifications ou des propositions relatives aux règles sur le transport des animaux énoncées à la partie XII du Règlement sur la santé des animaux et quand l’ACIA compte-t-elle publier ces modifications proposées dans la partie 1 de la Gazette du Canada; c) quelles mesures le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire conseillera-t-il à l’ACIA de prendre pour veiller à ce que les sanctions administratives pécuniaires soient dissuasives et en particulier, le ministre compte-t-il augmenter considérablement ces sanctions pour s’assurer qu’elles soient dissuasives?
Response
L'hon. Gerry Ritz (ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, dès qu'elle a été informée de la situation, l'ACIA a pris immédiatement des mesures en tant qu'organisme veillant au respect de la réglementation pertinente.
D’abord, afin d'évaluer l'état de conformité aux dispositions de la Loi sur la santé des animaux qui concernent le transport sans cruauté, le personnel a effectué des inspections éclair portant sur cet aspect. Malgré certains petits problèmes de santé ayant été relevés chez les animaux transportés, le vétérinaire de district a conclu que le transport de ces derniers était conforme aux dispositions de la réglementation visées par l’évaluation.
Ensuite, on a demandé à une équipe de spécialistes du domaine venant de l'extérieur de la région de procéder à un examen afin de déterminer si des règles fédérales avaient été enfreintes et si des mesures d'inspection appropriées avaient été prises. Des mesures appropriées fondées sur les résultats de l'examen seront prises dès que ceux-ci seront connus.
Par ailleurs, afin de répondre à toute préoccupation soulevée relativement à la captation, réelle ou perçue, de la réglementation, l'ACIA a renforcé la présence d’inspecteurs dans les étables de Western Hog Exchange. Cette présence accrue sera maintenue jusqu'à ce que les résultats de l'examen soient connus et qu'un plan d'action soit mis en place.
Enfin, la direction de l'ACIA a rencontré le personnel d'inspection du centre opérationnel pour renforcer ses valeurs de courage, de rigueur et de respect. L’ACIA a aussi profité de l’occasion pour souligner aux employés que nous nous attendons toujours à ce qu’ils s’acquittent de leurs responsabilités relatives au bien-être des animaux avec compassion et respect.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, l'ACIA s’engage à mettre à jour la partie XII du Règlement sur la santé des animaux, qui porte sur le transport des animaux, et continue de travailler sur la modification proposée. Des consultations ont lieu de façon continue avec les intervenants canadiens et l’ACIA examine actuellement les commentaires reçus.
Enfin, en ce qui a trait à la partie c) de la question, le gouvernement du Canada prend des mesures importantes afin d’appliquer des sanctions appropriées dans le secteur agricole. Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire a notamment déposé le projet de loi C-18, Loi sur la croissance du secteur agricole, qui renferme des dispositions visant à modifier la Loi sur les sanctions administratives pécuniaires en matière d’agriculture et d’agroalimentaire, la LSAPAA. Les articles 114 à 116 du projet de loi visent à faire passer les sanctions pécuniaires imposées aux entreprises de 2 000 $ à 5 000 $ pour les infractions mineures, de 10 000 $ à 15 000 $ pour les infractions graves et de 15 000 $ à 25 000 $ pour les infractions très graves.
Le gouvernement est d’avis que le nouveau régime de sanctions proposé dans le projet de loi C-18 aura un effet dissuasif et incitera les parties réglementées du secteur à se conformer. Malheureusement, le porte-parole libéral en matière d'agriculture a présenté une modification pendant l’étude de ce projet de loi à l’étape du comité afin d’atténuer ce nouveau régime. Une majorité de membres du Parlement se sont opposé à cette modification et ont fait échouer la tentative du porte-parole libéral en matière d'agriculture de réduire l’impact de cette disposition.

Question no 777 --
L'hon. John McKay:
En ce qui concerne le Bureau du conseiller en responsabilité sociale des entreprises (RSE) de l’industrie extractive, qui fait partie du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement: a) le Ministère interviewe-t-il actuellement des candidats au poste de conseiller en RSE et, le cas échéant, (i) combien de candidats le Ministère a-t-il interviewés jusqu’à présent, (ii) d’ici quelle date le Ministère prévoit-il doter le poste de conseiller en RSE; b) combien d’employés du Ministère administrent actuellement le Bureau du conseiller en RSE; c) pour la période allant d’octobre 2013 à octobre 2014, quel a été le coût total du maintien du Bureau du conseiller en RSE, y compris les coûts de personnel, de location de bureaux, de papeterie et de produits semblables, les frais d’accueil et tout autre coût non mentionné ci-dessus?
Response
L'hon. Ed Fast (ministre du Commerce international, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le 14 novembre 2014, le gouvernement a officiellement lancé le processus de sélection visant à nommer un nouveau conseiller en responsabilité sociale des entreprises, le RSE, de l’industrie extractive. Le processus a débuté par la publication d’avis sur les sites internet de la Gazette du Canada et du gouverneur en conseil.
Pour ce qui est de la partie a)(i) de la question, aucun candidat n’a été interviewé jusqu’à maintenant, car les candidats potentiels avaient jusqu’au 1er décembre 2014 pour soumettre leur candidature au Bureau du Conseil privé, au secrétaire adjoint du Cabinet.
En ce qui a trait à la partie a)(ii) de la question, il n’est pas possible de préciser la date à laquelle le processus de sélection sera complété. Cependant, à la lumière de l’annonce de la Stratégie de RSE renouvelée, à savoir « Le modèle d’affaires canadien » du 14 novembre dernier, le gouvernement fait tout le nécessaire pour combler ce poste important aussi rapidement que possible.
En ce qui concerne la partie b) de la question, le bureau du conseiller en RSE de l’industrie extractive compte trois postes: le conseiller en RSE, un poste de conseiller principal et un d’adjoint administratif.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, entre octobre 2013 et octobre 2014, le total des coûts opérationnels du bureau du conseiller en RSE a été de 181 600 $.

Question no 781 --
M. Kevin Lamoureux:
En ce qui concerne l’Agence spatiale canadienne: a) pourquoi a-t-on modifié la photographie du Canadarm2 relayée sur les comptes Tumblr de l’Agence à « http://canadian-space-agency.tumblr.com/post/76666430256/csa-astronaut-jeremy-hansen-canadarm2-looks » et « http://agence-spatiale-canadienne.tumblr.com/post/76666430181/jeremy-hansen-asronaute-de-lasc-canadarm2 » par l’ajout du mot-symbole Canada; b) qui a modifié la photographie; c) qui a demandé ou donné l’ordre de modifier la photographie; d) quand la demande ou l’ordre a-t-il été formulé; e) pourquoi a-t-on retiré le billet Tumblr; f) qui a retiré le billet Tumblr; g) qui a demandé ou donné l’ordre de retirer le billet Tumblr; h) pourquoi cette demande ou cet ordre a-t-il été formulé?
Response
L'hon. James Moore (ministre de l’Industrie, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’image modifiée a été produite pour une activité à l’interne qui visait à souligner le 5e anniversaire du Canadarm2.
Pour ce qui est des parties b) à d) de la question, en 2006, des employés de l’Agence spatiale canadienne, l’ASC, ont apporté les modifications à la photo initiale de leur propre initiative.
En ce qui a trait à la partie e) de la question, dès que l’ASC a été mise au courant de la situation, elle a pris les mesures requises pour retirer la photo modifiée de son compte Tumblr. L’ASC a également communiqué avec Citoyenneté et Immigration Canada, CIC, et avec le Bureau du Conseil privé, le BCP, pour que l’image modifiée soit remplacée par la photo initiale déjà disponible sur le site Web de l’ASC. La bonne image est maintenant affichée.
En ce qui concerne les parties f) et g) de la question, il s’agit de la Direction des communications et des affaires publiques de l’ASC.
Enfin, pour ce qui est de la partie h) de la question, la photo modifiée devait être utilisée pour une activité à l’interne en 2006. Dès que l’ASC a été mise au courant de l’erreur, elle a pris les mesures nécessaires pour remplacer la photo par l’image initiale disponible sur le site Web de l’ASC, en plus de remplacer la photo sur le site Web Tumblr.

Question no 785 --
M. Sean Casey:
En ce qui concerne le Programme des allocations aux anciens combattants (Programme des AAC): a) combien d’anciens combattants alliés ont fait une demande au titre du programme depuis son élargissement en juin 2009; b) quels critères les anciens combattants alliés doivent-ils remplir pour être admissibles au Programme des AAC; c) plus précisément, doivent-ils être citoyens canadiens, résidents permanents ou vivre au Canada pour être admissibles; d) combien de demandes ont été approuvées; e) combien de membres des familles des anciens combattants alliés ont présenté une demande au titre du programme depuis son élargissement en juin 2009; f) combien de membres de ces familles ont pu recevoir des prestations; g) quelle est la valeur totale des prestations dont le versement a été autorisé aux anciens combattants alliés et aux membres de leurs familles depuis l’élargissement du Programme des AAC en juin 2009; h) après la présentation de la demande, combien de temps en moyenne les anciens combattants alliés ou les membres de leurs familles doivent-ils attendre pour recevoir des prestations?
Response
L’hon. Erin O'Toole (ministre des Anciens Combattants, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, en date du 31 mars 2014, 2 356 vétérans alliés avaient présenté une demande dans le cadre du programme des allocations aux anciens combattants, l’AAC, depuis son élargissement en juin 2009.
En ce qui a trait à la partie b) de la question, depuis le 1er janvier 2010, les vétérans alliés de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée ayant un faible revenu et résidant au Canada sont admissibles aux allocations aux anciens combattants et aux avantages médicaux connexes. Ces avantages incluent des prestations de traitement, le Programme pour l’autonomie des anciens combattants, des soins de longue durée, ainsi que le Fonds de secours et de l’aide pour les frais de funérailles et d’inhumations. Pour être admissibles à ces avantages, les vétérans alliés doivent avoir servi dans une zone de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale ou la guerre de Corée, devaient résider au Canada avant de s’enrôler, ou doivent être déménagés au Canada après la guerre, avoir vécu au pays pendant au moins 10 ans et doivent actuellement résider au Canada.
En ce qui concerne la partie c) de la question, les vétérans alliés ne sont pas tenus d’être des citoyens canadiens ou des résidents permanents selon les termes qui sont énoncés dans les lois administrées par Citoyenneté et Immigration Canada. La Loi sur les allocations aux anciens combattants stipule que pour être admissible à recevoir l’allocation, un vétéran allié doit résider au Canada.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, parmi les 2 356 demandes soumises par des vétérans alliés, 1 103 ont été approuvées. Ce nombre n’inclut pas les survivants des vétérans.
En ce qui a trait à la partie e) de la question, en date du 31 mars 2014, 170 membres de familles de vétérans alliés, ou les survivants de vétérans, avaient présenté une demande dans le cadre du programme depuis son élargissement en juin 2009.
En ce qui concerne la partie f) de la question, parmi les 170 demandes soumises par des membres de familles de vétérans alliés pour recevoir des prestations, 66 ont été approuvées.
Pour ce qui est de la partie g) de la question, en date du 31 mars 2014, les dépenses totales pour les vétérans alliés et leurs familles s’élevaient à 2,1 millions de dollars depuis l’élargissement du programme des allocations aux anciens combattants, l’AAC, en juin 2009.
Enfin, en ce qui a trait à la partie h) de la question, le délai d’attente moyen avant qu’une personne obtienne une décision à l’égard de sa demande de prestations est de 47 jours.

Question no 791 --
M. John Barlow:
En ce qui concerne les opérations de la GRC dans la ville de High River, en Alberta, et les environs, entre le 20 juin et le 12 juillet 2013, (« les opérations de High River »): a) quelle est la définition des expressions « armes à feu illégalement entreposées », « entreposage négligent d’une arme à feu » et « entreposage non sécuritaire » telle qu’elle est acceptée et appliquée par la GRC, (i) y a-t-il des circonstances où ces définitions sont élargies ou modifiées de telle sorte que cela a une incidence sur la mesure dans laquelle la GRC peut veiller à leur application, (ii) si la réponse au point (i) est affirmative, de telles circonstances se sont-elles produites dans le cadre des opérations de High River, et de quelle manière les définitions ont-elles été modifiées par la suite; b) quels lois et règlements qu’applique la GRC réglementent l’entreposage d’armes à feu légalement détenues, toutes classifications confondues, (i) y a-t-il des circonstances où ces lois et règlements sont élargis ou modifiés de telle sorte que cela a une incidence sur la mesure dans laquelle la GRC peut veiller à leur application, (ii) si la réponse au point (i) est affirmative, de telles circonstances se sont-elles produites dans le cadre des opérations de High River, et de quelle manière les lois et règlements en question ont-ils été modifiés par la suite; c) quelles sections des manuels de formation, guides de procédure ou autres documents de la GRC traitaient des procédures qui ont entraîné la saisie des armes à feu légalement entreposées que la GRC a trouvées dans des maisons pendant les opérations de High River; d) quels cas antérieurs de vastes fouilles systématiques de maisons par la GRC dans le cadre desquelles des armes à feu ont été saisies dans de nombreuses maisons ont inspiré la procédure de saisie d’armes légalement entreposées exécutée dans le cadre des opérations de High River; e) quels renseignements la GRC a-t-elle consignés concernant l’emplacement dans chaque maison des armes à feu saisies ou sécurisées par ses agents dans le cadre de fouilles systématiques de maisons pendant les opérations de High River, (i) où ces renseignements sont-ils conservés, (ii) qui y a accès, (iii) pour quelle raison ces renseignements ont-ils été consignés; f) dans combien de cas des armes à feu légalement entreposées que la GRC a trouvées dans des maisons pendant les opérations de High River n’ont-elles pas été saisies ni sécurisées par la GRC; g) des renseignements ont-ils été consignés concernant les armes à feu légalement entreposées dans des maisons qui n’ont pas été saisies ni sécurisées par la GRC dans le cadre des opérations de High River et, dans l’affirmative, (i) quels renseignements ont été consignés, (ii) quels sont le nom, le grade et le détachement de l’agent ayant autorisé la consignation des renseignements; h) en vertu de quelle autorité législative ou procédurale la GRC a-t-elle cherché dans la base de données du Centre d’information de la police canadienne les armes à feu qu’elle avait saisies ou sécurisées pendant ses fouilles systématiques de maisons dans le cadre des opérations de High River; i) combien de fois des membres de la GRC ont-il interrogé la base de données du Centre d’information de la police canadienne au sujet (i) de résidents de la ville de High River, en Alberta, (ii) de titulaires de permis d’armes à feu domiciliés à High River, en Alberta, et dans les environs; j) pour quelle raison a-t-on cherché, dans la base de données du Centre d’information de la police canadienne, les armes à feu qui avaient été saisies ou sécurisées par la GRC dans le cadre des opérations de High River, (i) quels sont le nom, le grade, le titre, l’unité et le détachement du ou des agents qui ont autorisé cette recherche, (ii) quels autres articles saisis ont fait l’objet d’une recherche dans la base de données du Centre d’information de la police canadienne, (iii) si aucun autre article saisi n’a fait l’objet d’une recherche dans la base de données du Centre d’information de la police canadienne, pourquoi pas, (iv) dans combien de cas cette recherche a-t-elle permis de repérer des armes volées, (v) dans combien de cas cette recherche a-t-elle mené à l’identification de personnes possédant des armes à feu dont la possession leur était interdite; k) un ou des membres de la GRC ont-ils interrogé la base de données du Centre d’information de la police canadienne au sujet de maisons liées à des titulaires de permis fédéraux d’armes à feu, dans la ville de High River, en Alberta, ou dans les environs, et, dans l’affirmative, (i) quels renseignements ont été demandés, (ii) pour quelle raison a-t-on demandé ces renseignements, (iii) à quelles dates précises ces renseignements ont-ils été demandés, (iv) quels sont le nom, le grade, le titre, l’unité et le détachement du ou des agents de la GRC qui ont autorisé cette recherche; l) des membres de la GRC ont-ils effectué une recherche dans le registre des armes à feu à autorisation restreinte entre le 20 juin et le 12 juillet 2013 au sujet de résidents de la ville de High River, en Alberta, ou au sujet d’armes à feu à autorisation restreinte ou d’armes à feu prohibées enregistrées au nom de personnes résidant dans la ville de High River, en Alberta, ou dans les environs, et, dans l’affirmative, (i) quels renseignements contenus dans le registre des armes à feu à autorisation restreinte a demandé la GRC, (ii) pour quelle raison le registre des armes à feu à autorisation restreinte a-t-il été consulté à ce moment-là, (iii) combien d’armes à feu à autorisation restreinte et d’armes à feu prohibées enregistrées dans la ville de High River, en Alberta, et dans les environs ont été repérées dans le registre des armes à feu à autorisation restreinte, (iv) combien de ces armes à feu ont éventuellement été saisies par la GRC, (v) quels sont le nom, le grade, le titre, l’unité et le détachement du ou des agents de la GRC qui ont autorisé cette procédure?
Response
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à cette question, la GRC fournit la présente évaluation. L’affaire en cause fait actuellement l’objet d’un examen de la part de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la Gendarmerie royale du Canada.
Pour ce qui est de la partie a) de la question, la GRC utilise la Loi sur les armes à feu, le Code criminel et les règlements connexes pour déterminer les exigences en matière d’entreposage. Pour ce qui est de la partie a)(i), la réponse est non. La partie a)(ii), quant à elle, est sans objet.
En ce qui a trait à la partie b) de la question, deux règlements s’appliquent à l’entreposage des armes à feu: le Règlement sur l’entreposage, l’exposition et le transport des armes à feu et autres armes par des entreprises et le Règlement sur l’entreposage, l’exposition, le transport et le maniement des armes à feu par des particuliers. Pour ce qui est de la partie b)(i), la réponse est non. La partie b)(ii), quant à elle, est sans objet.
En ce qui concerne les parties c) à e) et h) à l) de la question, l’affaire en cause fait actuellement l’objet d’un examen de la part de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la Gendarmerie royale du Canada.
Enfin, pour ce qui est des parties f) et g) de la question, le système de collecte de données de la GRC ne permet pas la saisie de ces renseignements.

Question no 792 --
M. John Barlow:
En ce qui concerne les opérations des Forces armées canadiennes à High River, en Alberta et dans les alentours, entre le 20 juin 2013 et le 12 juillet 2013: a) quelles directives opérationnelles les Forces armées canadiennes ont-elles reçues pour leurs opérations conjointes avec la GRC, en particulier en ce qui concerne (i) les fouilles porte-à-porte de résidences, (ii) les fouilles porte-à-porte de résidences avec entrée par la force, (iii) la recherche d’armes à feu dans les résidences, (iv) la saisie d’armes à feu lors de la fouille de résidences, (v) le transport d’armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vi) l’enregistrement d’information concernant les armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vii) l’enregistrement d’information concernant les résidences où des armes à feu ont été trouvées; b) quelles opérations les Forces armées canadiennes ont-elles menées conjointement avec la GRC, en particulier en ce qui concerne (i) les fouilles porte-à-porte de résidences, (ii) les fouilles porte-à-porte de résidences avec entrée par la force, (iii) la recherche d’armes à feu dans les résidences, (iv) la saisie d’armes à feu lors de la fouille de résidences, (v) le transport d’armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vi) l’enregistrement d’information concernant les armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vii) l’enregistrement d’information concernant les résidences où des armes à feu ont été trouvées; c) quelles demandes la GRC a-t-elle adressées aux Forces armées canadiennes, en particulier en ce qui concerne (i) les fouilles porte-à-porte de résidences, (ii) les fouilles porte-à-porte de résidences avec entrée par la force, (iii) la recherche d’armes à feu dans les résidences, (iv) la saisie d’armes à feu lors de la fouille de résidences, (v) le transport d’armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vi) l’enregistrement d’information concernant les armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vii) l’enregistrement d’information concernant les résidences où des armes à feu ont été trouvées; d) les Forces armées canadiennes ont-elles refusé certaines demandes de la GRC et, si oui, (i) quel était le contenu de chacune des demandes de la GRC refusées par les Forces armées canadiennes, (ii) à quelle date chacune des demandes a-t-elle été faite, (iii) pour quelles raisons chacune des demandes a-t-elle été refusée; e) quelles demandes les instances gouvernementales, notamment municipales, provinciales et fédérales, ont-elles adressées aux Forces armées canadiennes, en particulier en ce qui concerne (i) les fouilles porte-à-porte de résidences, (ii) les fouilles porte-à-porte de résidences avec entrée par la force, (iii) la recherche d’armes à feu dans les résidences, (iv) la saisie d’armes à feu lors de la fouille de résidences, (v) le transport d’armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vi) l’enregistrement d’information concernant les armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vii) l’enregistrement d’information concernant les résidences où des armes à feu ont été trouvées; f) les Forces armées canadiennes ont-elles refusé certaines demandes adressées par des instances gouvernementales et, si oui, (i) quel était le contenu de chacune des demandes des instances gouvernementales refusées par les Forces armées canadiennes, (ii) à quelle date chacune des demandes a-t-elle été adressée, (iii) pour quelles raisons chacune des demandes a-t-elle été refusée?
Response
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, en juin 2013, les Forces armées canadiennes, les FAC, ont soutenu les opérations de la Gendarmerie royale du Canada, la GRC, pour venir en aide aux victimes des inondations à High River, en Alberta. Le soutien a été accordé conformément au paragraphe 273.6(1), Service public, de la Loi sur la défense nationale, à la suite d’une demande d’aide du ministre de la Sécurité publique, elle même précédée d’une demande d’assistance de la province de l’Alberta. Les FAC ont été appelées à fournir des secours humanitaires, notamment des moyens de transport en vue de retrouver les personnes piégées ou blessées.
L’opération des FAC dans ce secteur était fondée sur un ordre de mission du chef d’état major de la Défense et sur un ordre d’opération diffusé par le commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada. En ce qui concerne les opérations menées de concert avec la GRC, l’ordre d’opérations précisait que les membres des FAC devaient demeurer sous commandement militaire en tout temps et qu’ils ne devaient pas prêter assistance aux opérations des organismes chargés de l’application de la loi. Le soutien et les capacités des FAC devaient uniquement servir au secours des victimes des inondations.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, les conditions de la participation des FAC aux opérations de secours lors des inondations survenues en Alberta étaient conformes au paragraphe 273.6(1), Service public, de la Loi sur la défense nationale et ne concernaient pas particulièrement l’assistance à l’application de la loi. Sécurité publique Canada est le principal responsable des interventions d’urgence, et les membres des FAC étaient en constante communication avec le personnel de ce ministère ainsi qu’avec les autorités provinciales et d’autres partenaires fédéraux pendant les opérations de secours.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, le ministère de la Défense nationale, le MDN, et les FAC n’ont trouvé aucun document concernant des demandes officielles d’assistance à des activités d’application de la loi qui auraient été adressées par la GRC aux FAC.
En ce qui concerne la partie d) de la question, le MDN et les FAC n’ont trouvé aucun document concernant des demandes officielles d’assistance à des activités d’application de la loi qui auraient été adressées par la GRC aux FAC.
Pour ce qui est de la partie e) de la question, de telles demandes auraient été présentées au moyen du processus officiel de demande d’aide, DA, établi entre le ministre de la Défense nationale et le ministre de la Sécurité publique. Le MDN et les FAC n’ont aucun document de DA officielle sollicitant leur assistance pour des activités d’application de la loi. Le 21 juin 2013, le ministre de la Sécurité publique a demandé l’aide suivante, à savoir: l’évacuation et protection des personnes à risque; la protection des infrastructures essentielles contre les inondations; l’approvisionnement des secteurs isolés par suite des inondations, suivant la demande des autorités civiles; le soutien technique et logistique et les secours humanitaires aux communautés devant s’abriter sur place; et l’aide pour informer la population de la nécessité de ne pas entrer dans les secteurs évacués et touchés, ni ceux où des mesures de contrôle et de surveillance s’imposent, afin d’assurer la sécurité du personnel d’urgence et des personnes évacuées.
Si des demandes d’aide non officielles ont été adressées à des commandants locaux, ces DA de niveau inférieur ont été traitées sur place, sauf si elles concernaient des préoccupations d’ordre opérationnel plus vastes.
Enfin, en ce qui a trait à la partie f) de la question, tout comme dans le cas de la partie e) de la question, ces demandes auraient été présentées au moyen du processus officiel de DA établi entre le ministre de la Défense nationale et le ministre de la Sécurité publique. Le MDN et les FAC n’ont aucun document de DA officielle sollicitant leur assistance pour des activités d’application de la loi.

Question no 795 --
M. Dennis Bevington:
En ce qui concerne l’emprisonnement en Chine de Huseyin Celil, un citoyen canadien: a) le gouvernement a-t-il abordé la question avec les représentants du gouvernement de la Chine; b) si de telles discussions ont eu lieu, de quelle façon se sont-elles déroulées; c) quelles questions le gouvernement a-t-il posées quant à son statut et à son bien-être; d) quelles réponses le gouvernement a-t-il reçues du gouvernement de la Chine; e) quelles mesures le gouvernement a-t-il prises à la suite de ces réponses; f) les services consulaires du Canada ont-ils déjà rendu visite au prisonnier (soit directement, soit indirectement par l’entremise d’un tiers comme le Mouvement du Croissant-Rouge ou la Croix-Rouge); g) si les services consulaires du Canada n’ont pas rendu visite au prisonnier, pourquoi ne l’ont-ils pas fait?
Response
L'hon. Lynne Yelich (ministre d’État (Affaires étrangères et consulaires), PCC):
Monsieur le Président, en ce qui concerne les parties a) à f) de la question, le gouvernement, lorsqu’il traite les documents parlementaires, applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Certains renseignements n’ont pas été communiqués, car il s’agissait de renseignements personnels et de renseignements qui risqueraient vraisemblablement de porter préjudice à la conduite des affaires internationales.
Pour ce qui est de la partie a) de la question, le premier ministre du Canada et les principaux ministres du Cabinet ont soulevé le cas de M. Cecil auprès de leurs homologues.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, le gouvernement du Canada est activement engagé dans le cas de M. Cecil. Des hauts représentants ont soulevé le cas de M. Cecil à toutes les occasions possibles afin de s’assurer qu’il est en sécurité et qu’il est traité de manière équitable et respectueuse des lois locales et des normes internationales.
En ce qui concerne la partie e) de la question, le gouvernement du Canada poursuit résolument ses efforts. Des hauts représentants ont saisi toutes les occasions appropriées pour soulever ce cas en exhortant le gouvernement de la Chine à autoriser l’accès consulaire à M. Cecil. Les agents consulaires du Canada continuent de déployer tous les efforts possibles pour visiter M. Cecil.
Pour ce qui est de la partie f) de la question, le Canada demeure vivement préoccupé par le refus de la Chine de reconnaître la citoyenneté canadienne de M. Cecil ou de permettre à des agents consulaires de lui rendre visite. Les représentants du Canada continuent de demander au gouvernement de la Chine d’autoriser l’accès consulaire à M. Cecil. La Chine n’autorise pas la Croix-Rouge à visiter ses prisons.
Enfin, en ce qui a trait à la partie g) de la question, le Canada demeure vivement préoccupé par le refus de la Chine de reconnaître la citoyenneté canadienne de M. Cecil ou de permettre à des agents consulaires de lui rendre visite. Les représentants du Canada continuent de demander au gouvernement de la Chine d’autoriser l’accès consulaire à M. Cecil.

Question no 800 --
M. Rodger Cuzner:
En ce qui concerne les amendes et les sanctions imposées pour les violations de la Liste de numéros de télécommunication exclus depuis le 1er janvier 2010: a) quel est le nombre total et le montant total des sanctions administratives pécuniaires (SAP) qui ont été imposées; b) quel est le nombre total et le montant total des SAP qui ont été payées jusqu’à présent; c) combien de règlements négociés ont été conclus jusqu’à présent; d) quel est le nombre total et le montant total des règlements négociés pour lesquels il y a eu paiement; e) combien d’entreprises ont refusé de payer une SAP ou de conclure un règlement négocié; f) dans le cas de Pecon Software Ltd., (i) l’entreprise a-t-elle demandé une révision de l’amende, (ii) quel était le montant total de l’amende après révision, le cas échéant, (iii) l’entreprise a-t-elle demandé de négocier un règlement au sujet de l’amende, (iv) un règlement négocié a-t-il été conclu, (v) le cas échéant, quel était le montant total du règlement négocié, (vi) quel est le montant total de l’amende, le cas échéant, payé jusqu’à présent, (vii) l’entreprise a-t-elle refusé de payer l’amende ou de conclure un règlement négocié; g) dans le cas d’Avaneesh Software, (i) quelle a été la conclusion du comité d’examen des cas d’infraction, (ii) quel était le montant total de l’amende après la révision, le cas échéant, (iii) l’entreprise a-t-elle demandé de négocier un règlement au sujet de l’amende, (iv) un règlement négocié a-t-il été conclu, (v) le cas échéant, quel était le montant total du règlement négocié, (vi) quel est le montant total de l’amende, le cas échéant, payé jusqu’à présent, (vii) l’entreprise a-t-elle refusé de payer l’amende ou de conclure un règlement négocié?
Response
M. Rick Dykstra (secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question. depuis le 1er janvier 2010, le CRTC a émis 86 sanctions administratives pécuniaires, y compris les règlements négociés, pour une valeur de 4 499 800 $.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, depuis le 1er janvier 2010, le nombre total et la valeur en dollars des sanctions administratives pécuniaires qui ont été payées s’élèvent respectivement à 62 et 3 900 419 $.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, depuis le 1er janvier 2010, le CRTC a conclu 31 règlements négociés.
En ce qui concerne la partie d) de la question, les 28 règlements négociés se sont traduits par le paiement intégral des sanctions administratives pécuniaires correspondantes, ce qui représente un total de 3 423 400 $.
Pour ce qui est de la partie e) de la question, depuis le 1er janvier 2010, aucune entreprise n’a refusé de payer l’amende ou de négocier un règlement.
En ce qui a trait à la partie f) de la question et l’amende de 495 000 $ imposée à Pecon Software Ltd., le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, le CRTC, a dressé un procès-verbal de violation le 2 octobre 2012. Afin de se conformer aux exigences de signification internationale, le CRTC a déposé les documents auprès du ministère du Droit et de la Justice, soit le Ministry of Law and Justice -- Central Authority, de l’Inde -- autorité centrale pour le service de documents extrajudiciaires. Le CRTC ne peut aller de l’avant avec ces questions, d’un point de vue juridique, avant que Pecon Software Ltd. n’ait reçu la signification. Conformément à la Convention relative à la signification et à la notification à l’étranger des actes judiciaires et extrajudiciaires en matière civile ou commerciale, l’autorité centrale indienne est tenue de fournir au CRTC un affidavit attestant qu’elle a légalement signifié les documents à Pecon Software Ltd.
L’autorité centrale indienne a reçu les documents le 2 avril 2013. Le CRTC collabore maintenant avec le ministère du Droit et de la Justice, soit le Ministry of Law and Justice -- Central Authority, de l’Inde pour assurer la signification des documents à Pecon Software Ltd. Dès que le ministère indien aura attesté que les documents ont bien été signifiés, Pecon Software Ltd. aura 30 jours pour payer la pénalité ou présenter des observations au CRTC.
Enfin, en ce qui concerne la partie g) de la question et l’amende de 12 000 $ imposée à Avaneesh Software, le CRTC a dressé un procès-verbal de violation le 2 octobre 2012, et Avaneesh Software a accepté la signification de l’avis et des documents d’accompagnement. Avaneesh Software a présenté des observations en vertu du paragraphe 72.07(2) de la Loi sur les télécommunications et un comité d’examen des violations et des révisions se réunira pour déterminer si les violations précisées dans l'avis de violation ont eu lieu ou si la sanction administrative pécuniaire doit être maintenue ou non. L’affaire n’a pas encore été examinée.

Question no 801 --
M. Charlie Angus:
En ce qui concerne de l'information que possède le gouvernement sur les écoliers des réserves des Premières Nations qui ont participé au test provincial standardisé de numératie et de littératie: a) quelle méthodologie a-t-on employée pour déterminer les résultats; b) quel âge avaient les écoliers; c) quels sont les résultats en numératie et en littératie ventilés par réserve?
Response
L’hon. Bernard Valcourt (ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, PCC):
Monsieur le Président, en ce qui concerne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, AADNC, et son organisme spécial, Pétrole et gaz des Indiens du Canada, voici la réponse.
Pour ce qui est de la partie a) de la question, les écoles des Premières Nations dans les réserves, qui sont couvertes par des organisations régionales des Premières Nations qui reçoivent du financement dans le cadre du Programme de réussite scolaire des étudiants des Premières Nations, le PRSEPN, sont tenues d’administrer à leurs étudiants des tests normalisés qui sont identiques à ceux dont se sert le ministère de l’Éducation provincial pertinent pour évaluer les résultats scolaires. Il incombe aux organisations régionales des Premières Nations de recueillir et d’analyser les résultats scolaires des étudiants et d’en rendre compte à AADNC.
En ce qui concerne la partie b) de la question, Affaires autochtones et Développement du Nord Canada ne recueille pas de données sur l’âge des étudiants soumis aux tests.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, le Rapport ministériel sur le rendement de 2013 2014 d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada indique les pourcentages, ventilés par région, des étudiants et des étudiantes des Premières Nations qui ont: fréquenté une école dans une réserve couverte par une organisation régionale des Premières Nations qui a reçu du financement dans le cadre du Programme de réussite scolaire des étudiants des Premières Nations; participé aux tests provinciaux normalisés; et satisfait à la norme établie par la province pour ces tests.
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada ne procède pas à la collecte des données sur les résultats en numératie et en litératie ni à la ventilation de ces résultats par réserve.

Question no 802 --
M. Jack Harris:
En ce qui concerne la mission de combat du Canada en Iraq, connue sous le nom d’opération IMPACT: a) quelles sont les heures de vol totales estimées pour la mission de six mois, ventilées par mois, pour chacun des appareils suivants, (i) CF-188 Hornets, (ii) CC-177 Globemaster, (iii) CC-130J Hercules, (iv) CP-140 Aurora, (v) CC-150T Polaris; b) quel est le total des coûts estimés par heure associés aux heures de vol pour chacun des appareils mentionnés précédemment; c) quel est le montant des frais additionnels associés au déploiement et au maintien de la mission aérienne en Irak, y compris les coûts totaux estimés pour les effectifs au Koweït et tous les coûts connexes pour la période de six mois?
Response
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le ministère de la Défense nationale, le MDN, et les Forces armées canadiennes, les FAC, ont fourni au gouvernement une évaluation des heures de vol en vue d’influencer la prise de décisions liées à la mission. Toutefois, ces renseignements ne peuvent être communiqués en ce moment, car les heures de vol continuent de changer à mesure que se précisent la planification et les hypothèses opérationnelles, ainsi que les besoins de la coalition.
En ce qui concerne les appareils correspondant aux éléments (i), (iv) et (v) de la partie a) de la question, au 25 novembre 2014, la Force opérationnelle aérienne – Irak a effectué 111 sorties: le chasseur CF 188 Hornet a servi à l’exécution de 72 sorties, l’avion CC-150T Polaris a servi à 21 sorties aux fins de ravitaillement de carburant en vol, ayant alors livré quelque 976 000 livres de carburant aux aéronefs de la coalition, et l’avion CP-140 Aurora a servi à l’exécution de 23 missions de reconnaissance.
En ce qui concerne les appareils correspondant aux éléments (ii) et (iii) de la partie a) de la question, au 26 septembre 2014, les avions CC-177 Globemaster et CC-130J Hercules ont effectué 25 vols, livrant alors plus de 1 600 000 livres d’approvisionnements militaires, dont des armes légères, des munitions et de l’équipement ayant été donnés à l’Irak par les alliés contributeurs.
D’autres renseignements sur les activités de l’Aviation royale canadienne dans le cadre de l’opération IMPACT se trouvent sur le site Web du MDN/des FAC, au http://www.forces.gc.ca/fr/operations-etranger-actuelles/op-impact.page.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, une estimation des coûts est une activité dynamique qui évolue à mesure que se précisent la planification et les besoins opérationnelles. Les estimations sont mises à jour régulièrement afin d’appuyer les travaux de planification et la prise de décisions. Pour cette raison, toute estimation donnée serait inexacte.
Enfin, en ce qui a trait à la partie c) de la question, tous les éléments, les unités et les organismes qui jouent un rôle dans le cadre de l’opération IMPACT doivent comptabiliser les coûts supplémentaires et passer en charges les dépenses selon les directives financières publiées. De plus, ils doivent rendre compte des résultats par l’intermédiaire du processus d’examen des états financiers du ministère de la Défense nationale. Les coûts d’une mission sont rendus publics dans le cadre du processus parlementaire normal, y compris au moment de la publication du rapport ministériel sur le rendement annuel ou 90 jours après la fin de la mission.

Question no 803 --
M. Jack Harris:
En ce qui concerne la mission de conseil et de soutien des Forces armées canadiennes en Irak annoncée le 5 septembre 2014: a) à combien estime-t-on les coûts totaux et différentiels de la mission; b) y a-t-il d’autres membres du personnel touchés par cette mission et, dans l’affirmative, combien; c) cette mission doit-elle prendre fin six mois après le 7 octobre 2014, date à laquelle la Chambre des communes a adopté la motion relative à la mission?
Response
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, les coûts d’une mission sont divulgués dans le cadre du processus parlementaire normal, y compris au moment de la publication du rapport ministériel sur le rendement annuel ou 90 jours après la fin de la mission. Une estimation des coûts est une activité dynamique qui évolue à mesure que se précisent la planification et les besoins opérationnelles. Les estimations sont mises à jour régulièrement afin d’appuyer les travaux de planification et la prise de décisions. Pour cette raison, toute estimation donnée serait inexacte.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, tel qu’il a été annoncé par le gouvernement du Canada, l’affectation d’au plus 69 militaires a été autorisée pour la mission de conseil et de soutien en Irak.
Enfin, en ce qui a trait à la partie c) de la question, l’échéancier de la mission de conseil et de soutien en Irak des Forces armées canadiennes correspondra a celui qui a été indiqué dans la motion adoptée par la Chambre des communes visant la contribution des actifs militaires des Forces canadiennes à la lutte contre le groupe terroriste État islamique en Irak et au Levant, l’EIIL, et les terroristes alliés à l’EIIL.

Question no 809 --
Mme Rosane Doré Lefebvre:
En ce qui concerne les transactions relatives à l'établissement carcéral Leclerc à Laval entre le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec: a) à combien s'élevaient les coûts de la transaction du pénitencier; b) à quel prix l'équipement pour la cuisine s'est-il vendu; c) à quel prix l'équipement pour la buanderie s'est-il vendu; d) est-ce que l'équipement pour le chauffage était compris dans la transaction et, le cas échéant, quels sont les détails du contrat de service pour le partage de l'équipement de chauffage avec le reste du complexe qui comprend les autres pénitenciers fédéraux?
Response
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
Monsieur le Président, Service correctionnel Canada a fourni la réponse suivante: la transaction relative à l’établissement Leclerc n’est pas une de vente de bien immobilier, mais bien un bail de location d’une durée de 10 ans effectif le 1 avril 2014, avec une option de renouvellement de cinq ans.
Lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique les principes de la Loi sur l’accès à l’information. À ce titre, les détails de la transaction sont protégés en vertu de ces principes puisque les renseignements ont été obtenus à titre confidentiel de la part du gouvernement d’une province. Afin de déterminer si ces renseignements peuvent être divulgués, des consultations avec le gouvernement provincial du Québec sont nécessaires et ces consultations ne peuvent pas être achevées dans le délai prévu.

Question no 810 --
M. Mathieu Ravignat:
En ce qui concerne Services partagés Canada: a) quelle a été l'intention de la privatisation des services de courriel; b) quelles sont les conséquences de cette privatisation en ce qui a trait (i) aux emplois de la fonction publique, (ii) aux pertes possibles de ces emplois, (iii) à la fiabilité des services de courriel pour les employés des services partagés, (iv) à la confidentialité et à la sécurité de ces services de courriel, (v) aux économies ou aux pertes associées à ces modifications aux services de courriel?
Response
L'hon. Diane Finley (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la question a), l’Initiative de transformation des services de courriel, l’ITSC, remplacera 63 systèmes de courriel actuels différents répartis dans 43 organisations, dans le cadre d'une approche « pangouvernementale », conformément à la stratégie du gouvernement visant à créer une infrastructure de technologie de l’information moderne, centralisée et sécuritaire et touchant plus de 375 000 employés. La décision de passer à une solution de services de courriel à l’échelle de l’organisation a été prise pour répondre aux exigences établies par le gouvernement du Canada, c’est-à-dire pour renforcer la sécurité, offrir un bon rapport qualité-prix et améliorer les services à la population canadienne.
Pour ce qui est des parties (i) et (ii) de la question b), la décision de passer à une solution de services de courriel à l’échelle de l’organisation a été prise pour répondre aux exigences établies par le gouvernement du Canada, c’est-à-dire pour renforcer la sécurité, offrir un bon rapport qualité-prix et améliorer les services à la population canadienne.
Lorsque Services partagés Canada, ou SPC, a été créé en août 2011, on estime qu’environ 360 employés de la fonction publique s’occupaient des services de courriel de 63 systèmes de courriel. Il y a actuellement environ 140 employés de la fonction publique qui s’occupent des systèmes de courriel existants et qui travaillent à mettre en œuvre un seul système moderne et centralisé pour le gouvernement du Canada.
Tout au long de la mise en œuvre du projet de centralisation, certains employés qui travaillaient au soutien des systèmes de courriel ministériels actuels ont été réaffectés à d’autres activités de transformation au sein de SPC ou ont accepté des postes à l’extérieur du ministère. D’autres employés continueront de travailler au soutien des systèmes de courriel actuels jusqu’à la fin de la transition au système moderne et centralisé. Ils seront, par la suite, assignés à d’autres postes. SPC s’est engagé à appuyer les employés tout au long de ce processus de transformation et à les aider à perfectionner les compétences dont ils ont besoin pour répondre à l’évolution des exigences gouvernementales. Pour ce faire, SPC a mis en œuvre une stratégie de gestion de l’effectif élaborée au début du projet de l’ITSC et approuvée par SPC et les agents négociateurs.
En ce qui a trait à la partie (iii) de la question b), l’adoption d’un système de courriel unique et intégré permettra de réduire la diversité, le chevauchement et la complexité des services de courriels, d’accroître l’accessibilité, ainsi que d’améliorer la façon dont les fonctionnaires assurent la prestation des programmes destinés aux citoyens et aux entreprises du Canada. Afin d’assurer la fiabilité et une meilleure gestion et d’accroître la surveillance et la protection du système de courriel, un logiciel à la fine pointe contre les virus et les pourriels sera utilisé pour l’inspection de tous les courriels entrant dans le système. Le serveur de messagerie sera hébergé dans des installations sécurisées afin d’assurer une grande disponibilité et une capacité élevée de récupération des données, conformément aux politiques et aux procédures gouvernementales. Le projet de l’ITSC est en cours de déploiement par vague dans tout le gouvernement du Canada, en commençant par SPC, pour assurer que la solution fonctionne et qu’elle est sécuritaire.
En réponse à la partie (iv) de la question de la question b), le renforcement de la sécurité des courriels est un élément essentiel du nouveau service de courriel, qui comprendra l’intégration de caractéristiques de sécurité à jour dans sa conception, sa construction et son fonctionnement. SPC s’est engagé à protéger l’information et la confidentialité des données que détient le gouvernement du Canada.
En ce qui a trait à tous les services, incluant le nouveau système de courriel intégré, l’architecture de sécurité de SPC repose sur une approche comportant une série de mesures de contrôle en matière de protection de l’information. SPC continuera de collaborer avec ses partenaires pour s’assurer que l’équipement provient de fournisseurs fiables et que les services satisfont aux normes de sécurité du gouvernement du Canada.
En ce qui concerne la partie v) de la question (b), le gouvernement du Canada réalisera des économies de 50 millions de dollars par année à compter de 2015-2016, grâce à la normalisation et au regroupement des services de courriel en une seule solution.

Question no 815 --
L'hon. Scott Brison:
En ce qui concerne toutes les dépenses prévues dans chacun des budgets ou des projets de loi d’exécution du budget depuis l'exercice 2006-2007 inclusivement: a) le ministère des Finances a-t-il fait une analyse de l’impact des dépenses; b) si la réponse à la question posée en a) est affirmative, quels sont la date, le nom et le numéro de tout dossier faisant partie de cette analyse; c) le ministère des Finances s’est-il fondé sur une analyse de l’impact économique réalisée par tout organisme extérieur au gouvernement; d) si la réponse à la question posée en c) est affirmative, (i) quelles organisations ont analysé la mesure, (ii) quels sont la date, le nom et le numéro de tout dossier obtenu de l’organisation en cause qui fait partie de cette analyse?
Response
M. Andrew Saxton (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la question a), le ministère effectue une analyse générale de chaque mesure présentée dans le budget et des lois budgétaires sur des éléments qui comprennent la conception proposée des programmes, l’efficacité des programmes, les questions administratives et les répercussions économiques générales. Le ministère n’a pas l’habitude d’établir des estimations précises de l’incidence de chaque mesure sur l’emploi.
Pour ce qui est de la question b), lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Certains renseignements n’ont pas été communiqués, car il s’agissait de renseignements confidentiels du Conseil privé de la Reine pour le Canada.
En ce qui concerne la question c), le ministère tient compte d’analyses provenant d’organisations externes dans le cadre de l’évaluation des propositions.
Quant à la question d), lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Certains renseignements n’ont pas été communiqués, car il s’agissait de renseignements confidentiels du Conseil privé de la Reine pour le Canada.

Question no 819 --
Mme Peggy Nash:
En ce qui concerne Postes Canada: a) quels sont les détails du plan de redressement en cinq points destiné à remettre Postes Canada sur la voie de la viabilité financière d’ici 2020; b) quel est le montant du budget annuel consacré aux campagnes de publicité, ventilé par (i) média, (ii) région, (iii) produit ou secteur de services, (iv) toute autre catégorie interne additionnelle non incluse dans la présente question; c) quels sont les paramètres internes utilisés pour évaluer la réussite de toute publicité visée en b); d) quel est le coût de toute campagne de publicité en b) pour (i) l’exercice 2012-2013, (ii) l’exercice 2013-2014, (iii) depuis le début de l’exercice 2014-2015?
Response
L'hon. Lisa Raitt (ministre des Transports, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le Plan d’action en cinq points de Postes Canada est disponible à l’adresse suivante: https://www.canadapost.ca/cpo/mc/assets/pdf/aboutus/5_fr.pdf
En réponse aux parties b), c) et d), les renseignements demandés sont de nature financière et commerciale et ont toujours été traités comme étant des données confidentielles.

Question no 822 --
M. Philip Toone:
En ce qui concerne les prestations d’assurance-emploi: a) quels sont les montants des prestations d’assurance-emploi versés au Québec depuis l’exercice 2010-2011 à l’exercice en cours, ventilés par (i) années, (ii) régions économiques, (iii) circonscriptions électorales, (iv) municipalités régionales de comté (MRC) ou le niveau le plus précis disponible; b) quel est le nombre de prestataires au Québec depuis l’exercice 2010-2011 à l’exercice en cours, ventilé par (i) années, (ii) régions économiques, (iii) circonscriptions électorales, (iv) MRC ou le niveau le plus précis disponible; c) si les renseignements demandés en a) et b) ne sont pas disponibles, pourquoi est-ce le cas?
Response
M. Scott Armstrong (secrétaire parlementaire du ministre de l'Emploi et du Développement social, PCC):
Monsieur le Président, le montant des prestations régulières d’assurance-emploi versées au titre de la partie I de la Loi sur l’assurance-emploi et le nombre de prestataires d’assurance-emploi, soit le nombre de nouvelles demandes à l’égard desquelles au moins un dollar a été versé en prestations régulières d’assurance-emploi, sont disponibles par province et région économique de l’assurance-emploi et par année jusqu’en 2012-2013. L’annexe 2.5 du Rapport de contrôle et d’évaluation de l’assurance-emploi 2012-2013 fournit cette information. Le rapport est accessible sur Internet à l’adresse http://www.edsc.gc.ca/fr/rapports/assurance_emploi/controle2013/annexe2.page.
Le programme d’assurance-emploi est conçu et administré en fonction de 62 régions économiques de l’assurance-emploi. En conséquence, les données par circonscription électorale et MRC ne sont pas disponibles. Quant aux données pour l’année 2013-2014, elles seront disponibles au cours du premier trimestre de 2015.

Question no 823 --
Mme Lysane Blanchette-Lamothe:
En ce qui concerne la Politique d’intérêt public temporaire concernant les Tibétains qui vivent dans l’État indien d’Arunachal Pradesh du gouvernement: a) combien de fonds ont été consacrés à des recherches en vue de la mise en œuvre de ce programme de réinstallation; b) quel est le budget alloué à ce programme; c) combien de demandes de résidence permanente en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés ont été faites pour ce programme; d) combien de demandeurs ont été réinstallés?
Response
L’hon. Chris Alexander (ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, PCC):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a) et b) de la question, cette politique publique a été mise en œuvre dans les niveaux de références existants de Citoyenneté et Immigration Canada, ou CIC, et avec le personnel existant. Il n'y a eu aucun fond affecté spécifiquement pour la recherche.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, au 26 novembre 2014, 517 demandes de résidence permanente avaient été reçues.
Enfin, en ce qui concerne la partie d) de la question, au 26 novembre 2014, 197 personnes avaient été réinstallées.

Question no 824 --
M. Brian Masse:
En ce qui concerne les travaux de construction menés de 2004-2005 à 2014-2015 inclusivement: a) combien ont coûté les échafaudages dans l’ensemble de la Cité parlementaire notamment pour (i) la préparation du bâtiment, (ii) la construction, (iii) l’entretien, (iv) l'ensemble du projet; b) combien ont coûté les échafaudages de l’édifice Paul Martin à Windsor (Ontario), notamment pour (i) la préparation du bâtiment, (ii) la construction, (iii) l’entretien, (iv) l'ensemble du projet?
Response
L'hon. Diane Finley (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, PCC):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a) et b) de la question, l’information sur les échafaudages pour la Cité parlementaire a été obtenue pour plusieurs projets étalés sur plusieurs années tandis que l’information sur les échafaudages pour l’édifice Paul Martin est comptabilisée comme un seul projet.
Pour ce qui est de la partie a), le coût des échafaudages dans l’ensemble de la Cité parlementaire se répartit comme suit: 835 902,33 $ pour la préparation du bâtiment; 18 757 302,86 $ pour la construction; 1 733 470,72 $ pour l’entretien; et 21 326 675,91 $ pour l’ensemble du projet.
En ce qui concerne la partie b), l'échafaudage a été installé sur le bâtiment Paul Martin en 2010. Les totaux répartis selon les coûts spécifiques énumérés dans la question sont les suivants: il n'y avait pas de coûts de préparation du bâtiment; 77 212 $ pour la construction; 407 931,90 $ pour l’entretien; et 538 750,15 $ pour l’ensemble du projet — 485 143,90 $, montant auquel des frais d'empiétement pour l'utilisation du trottoir public de 53 606,25 $ payés à la Ville de Windsor pour la période du 2 juillet 2014 au 1er juillet 2015 doivent être ajoutés pour un coût total de 538 750,15 $.

Question no 825 --
L'hon. Hedy Fry:
En ce qui concerne la création du poste de président de l’Agence de la santé publique du Canada dans le projet de loi C-43, la loi d’exécution du budget: a) quels sont le nom, le titre, l’organisme ou l’affiliation des intervenants consultés en vue de la création de ce poste; b) quelles présentations, propositions ou recommandations les intervenants ont-ils faites pendant le processus de consultation avant la création du poste; c) à quelles dates, à quelles heures et à quels endroits les réunions tenues avec les personnes ou les organismes consultés avant la création du poste ont-elles eu lieu
Response
L'hon. Rona Ambrose (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, les changements proposés à la structure organisationnelle de l’Agence de la santé publique du Canada visent à renforcer sa capacité de gestion interne et sa capacité en matière de santé publique. La distinction des responsabilités de la présidente de celles de l’administrateur en chef de la santé publique permettra d’améliorer la gestion interne de l’agence et permettra également à l’administrateur en chef de la santé publique de se concentrer sur les besoins importants des Canadiens en matière de santé publique. L’administrateur en chef de la santé publique conservera la responsabilité de communiquer avec les gouvernements, les organismes de la santé et le grand public, tant au Canada qu’à l’étranger, au sujet de questions liées à la santé publique. Cette nouvelle présidence permettra également de faire correspondre le leadership de l’agence avec celui d’autres organismes du portefeuille de la santé: l’Agence canadienne d’inspection des aliments aussi bien que les Instituts de recherche en santé du Canada sont dirigés par des présidents. Ces changements ont été proposés par l’administrateur en chef de la santé publique, le Dr Gregory Taylor, et recommandés par lui et par la présidente-désignée, Mme Krista Outhwaite.
Dans le cadre du processus législatif, on a fait part des changements proposés aux parlementaires. On a discuté du projet de loi C-43 et on l’a débattu à la Chambre des Communes et au Sénat; celui-ci a été examiné en comité (Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie, Comité permanent des finances de la Chambre des Communes, Comité sénatorial permanent des finances nationales). Des témoins ont été invités à fournir leurs opinions sur le projet de loi et une étude détaillée, article par article, a été entreprise à la lumière des opinions exprimées.
L’administrateur en chef de la santé publique a indiqué lors de ses comparutions qu’il appuyait les changements proposés car cela lui permettra de redéfinir son rôle, qui sera axé sur le traitement des questions de santé publique, la prestation de conseils judicieux, la collaboration avec tous les partenaires et la communication avec plusieurs intervenants clés, notamment la population canadienne.
Par ailleurs, un président dévoué de l’Agence de la santé publique pourra assurer un leadership stratégique en politique et en gestion pour une organisation du secteur publique solide et à l’avant-garde. Le président, à titre d’administrateur général de l’agence, deviendra l’administrateur des comptes de l’agence et se concentrera sur plusieurs enjeux pour lesquels l’administrateur en chef de la santé publique était auparavant redevable, notamment les finances, la vérification, l’évaluation, la dotation, les langues officielles, les demandes d’accès à l’information et la protection des renseignements personnels. Il s’agit de fonctions importantes, qui doivent être prises en charge par un dirigeant de la fonction publique avec beaucoup d’expérience.
Les changements permettront à l’administrateur en chef de la santé publique à vouer davantage de son temps aux enjeux de santé publique qui sont importants pour les Canadiens. On voit ce modèle organisationnel dans plusieurs provinces partout au Canada, ainsi qu’à l’échelle internationale.

Question no 829 --
L'hon. Judy Sgro:
En ce qui concerne la décision de Citoyenneté et Immigration Canada d’interrompre le traitement des demandes de visa de ressortissants étrangers ayant séjourné dans un pays où, selon l’Organisation mondiale de la santé, la transmission du virus Ebola était généralisée et intense le vendredi 31 octobre 2014: a) quels sont les noms, titres, organisations ou affiliations de tous les intervenants consultés avant la prise de cette décision; b) quelles observations, propositions ou recommandations les intervenants ont-ils formulées pendant le processus de consultation; c) quels sont les dates, heures et lieux des réunions avec les personnes ou organismes consultés?
Response
L’hon. Chris Alexander (ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, PCC):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada a le devoir de veiller à ce que la sécurité des Canadiens revête une importance capitale lorsqu’il s’agit de déterminer l’admissibilité des étrangers. Dans les situations qui évoluent rapidement et dont les répercussions potentielles peuvent être très importantes — éventuellement la perte de vies, il est essentiel que le gouvernement prenne des mesures décisives pour protéger le bien être de ses citoyens.
C’est pourquoi, le 31 octobre 2014, le gouvernement a annoncé des mesures de précaution pour protéger la santé et la sécurité de tous les Canadiens. Dans le cadre de ces nouvelles mesures, les visas de résidence temporaire seront accordés uniquement si l'agent est convaincu que le requérant n'a pas été dans un pays touché par l’Ébola dans les trois mois avant la finalisation de la demande. Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration a le pouvoir discrétionnaire d’autoriser ou non l’entrée au pays de personnes dont la présence ici est essentielle et dans l'intérêt des Canadiens.
Citoyenneté et Immigration Canada, ou CIC, a consulté des partenaires au sein du gouvernement, y compris des représentants des portefeuilles de la Sécurité et de la Santé publique. L’Agence de la santé publique du Canada a une vaste expérience et une responsabilité importante en matière de santé publique -- cela inclut une relation de caractère consultatif avec l’Organisation mondiale de la santé, qui a été consultée quant à l’élaboration de ces nouvelles mesures. Le gouvernement a conseillé divers intervenants nationaux et internationaux, dont des représentants des gouvernements des pays touchés, au moment du déploiement.

Question no 832 --
M. Paul Dewar:
En ce qui concerne le parrainage au titre de la catégorie du regroupement familial et l’alinéa 117(9)d) du Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés: a) combien de demandes de parrainage au titre de la catégorie du regroupement familial ont été rejetées par les agents des visas en vertu de ce Règlement depuis sa création en 2003; b) parmi les demandes rejetées, (i) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des conjoints, (ii) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des enfants, (iii) quelle est la répartition hommes-femmes des répondants; c) combien de répondants ont demandé une dispense des dispositions du Règlement afin de permettre à un membre de la famille visé par l’exclusion d’entrer au Canada pour des motifs d’ordre humanitaire en vertu de l’article 25 de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés; d) combien de demandes de dispense ont été accordées; e) parmi les demandes de dispense accordées, (i) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des conjoints, (ii) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des enfants, (iii) quelle est la répartition hommes-femmes des répondants; f) combien de demandes de dispense ont été rejetées; g) parmi les demandes de dispense rejetées, (i) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des conjoints, (ii) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des enfants, (iii) quelle est la répartition hommes-femmes des répondants?
Response
L’hon. Chris Alexander (ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, PCC):
Monsieur le Président, pour ce qui concerne la question a), depuis 2010, 1 200 demandes de résident permanent de la catégorie du regroupement familial ont été refusées, motifs de refus selon l’alinéa R117(9)d). Avant 2010, il était impossible de rendre compte des raisons de refus. Le Système mondial de la gestion des cas, le SMGC, qui a débuté en 2010 nous permet de rapporter le nombre de cas qui ont été refusés avec la raison de refus 117(9)d).
En ce qui concerne les parties (i) et (ii) de la question b), Citoyenneté et Immigration Canada, ou CIC, ne consigne pas le niveau de détail demandé d'une manière systématique et ne peut donc pas fournir cette information.
Pour ce qui est de la partie (iii) de la question b), sur les 1 200 demandeurs de la catégorie du regroupement familial déboutés en vertu de l’alinéa R117(9)d), 333 étaient des répondants féminins et 594 étaient des répondants masculins.
En réponses aux questions c) à g), ces renseignements ne sont pas consignés dans le Système mondial de gestion des cas (SMGC) du ministère; par conséquent, CIC ne peut fournir le niveau de détail demandé.

Question no 833 --
M. Ryan Cleary:
En ce qui concerne le ministère de la Défense nationale et la politique voulant que les députés ne puissent visiter une base régionale que lorsqu'elle est située dans leur circonscription: a) quand cette politique est-elle devenue une politique ministérielle officielle; b) quelles raisons ont été avancées pour établir cette politique; c) combien de demandes ont été refusées?
Response
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, bien que le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes s’efforcent de maintenir un climat ouvert et accessible afin de favoriser les liens avec la population canadienne, cette approche est contrebalancée par la nécessité de limiter les visites aux bases militaires lorsque celles-ci perturbent les missions opérationnelles et les activités de sécurité essentielles. Une directive existe présentement sous forme d’ébauche, et attend d’être publiée dans les Directives et ordonnances administratives de la Défense. La position ministérielle est que les escadres et les bases des Forces armées canadiennes doivent, selon leur capacité, appuyer le travail des comités du cabinet, les commissions, ainsi que le travail de leurs propres députés et sénateurs. L’ébauche de cette directive reflète cette position.
Le ministère de la Défense ne dispose pas d’un système centralisé de suivi concernant les visites aux bases militaires et ne peut pas ainsi rendre compte du nombre de demandes de visite aux bases militaires qui ont été refusées aux députés.

Question no 834 --
M. Ryan Cleary:
En ce qui concerne Transports Canada et la circulation de navires-citernes dans la baie Placentia, à Terre-Neuve-et-Labrador: a) où est conservé l’équipement d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbure; b) quelle est la capacité de cet équipement; c) quel est le temps d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbure; d) y a-t-il du personnel sur appel pour intervenir dans un tel cas?
Response
L'hon. Lisa Raitt (ministre des Transports, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada et les règlements et normes connexes exigent que les pollueurs potentiels maintiennent un niveau minimal de préparation en tout temps. Les installations de manutention d’hydrocarbures visées doivent conclure une entente avec un organisme d’intervention agréé qui maintient un niveau prescrit de préparation afin d’intervenir au nom du pollueur, en cas de déversement d’hydrocarbures.
Il existe plusieurs dépôts d’équipement de lutte contre la pollution par les hydrocarbures dans la baie Placentia. Les installations de manutention d’hydrocarbures, comme North Atlantic Refining Limited et Newfoundland Transshipment Limited ont leur propre réserve d’équipement d’intervention en cas de déversement équivalent à 150 tonnes, étant donné qu’elles sont responsables d’intervenir en premier à la suite de leurs propres déversements.
La Société d’intervention maritime, Est du Canada Ltée, ou SIMEC, l’organisme responsable d’intervenir en cas de déversement d’hydrocarbures provenant de navires dans ce secteur, conserve son équipement de lutte contre la pollution à sa base, dans le parc industriel Donovan à Mount Pearl, Terre Neuve et Labrador.
La Garde côtière canadienne conserve également son équipement de lutte contre la pollution à sa base, dans le parc industriel Donovan à Mount Pearl, Terre-Neuve-et-Labrador.
En réponse à la partie b) de la question, Transports Canada est l’organisme responsable du Régime canadien de préparation et d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures en milieu marin. Le régime a été établi en 1995 pour permettre à l’industrie d’intervenir à la suite de ses propres déversements d’au plus 10 00 tonnes, dans les délais et les conditions d’exploitation prescrits, dans les eaux canadiennes au sud du 60e parallèle de latitude nord. Le régime repose sur un partenariat entre le gouvernement et l’industrie. Il permet d’établir des normes rigoureuses pour les organismes d’intervention et les installations de manutention d’hydrocarbures, et de fixer des exigences en ce qui a trait à la capacité de préparation nationale.
En ce qui concerne la partie c) de la question, un élément important du Régime canadien de préparation et d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures en milieu marin est lié aux ports désignés, dont chacun fait l’objet d’un secteur primaire de responsabilité. Par comparaison aux autres ports, des volumes plus importants d’hydrocarbures sont transférés de la côte à un navire dans les ports désignés. Les risques connexes plus élevés exigent une capacité d’intervention plus concentrée. Ainsi, un port désigné présente des avantages sur le plan du délai et de la capacité d’intervention en cas de déversement. Holyrood et Come-by-Chance sont deux ports désignés de Terre Neuve et Labrador. Le temps nécessaire pour déployer l’équipement d’intervention dans un port désigné est de six heures.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, en vertu de la Partie 8 de la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada, les installations de manutention d’hydrocarbures et les navires prescrits doivent conclure une entente avec un organisme d’intervention, la SIMEC dans ce cas. Dans le cadre de son plan d’intervention, la SIMEC met à la disposition du pollueur ses services d’un personnel d’intervention en cas de déversement.
De plus, les installations de manutention d’hydrocarbures ont, dans leur plan d’urgence en cas de pollution par les hydrocarbures, une liste de membres du personnel qui doivent être disponibles pour intervenir à la suite d’un déversement.
La Garde côtière canadienne surveille l’intervention dans son ensemble pour assurer l’efficacité, la rapidité et la pertinence des mesures. Advenant le cas où le pollueur est inconnu, incapable d’intervenir ou non disposé à le faire, la Garde côtière canadienne devient le commandant sur place.

Question no 835 --
M. Ryan Cleary:
En ce qui concerne le ministère des Pêches et des Océans et la pêche vivrière à Terre-Neuve-et-Labrador: a) en quoi ont consisté les communications entre le bureau du Ministre et le Ministère à propos du prolongement de la pêche vivrière à l’automne 2014 à Terre-Neuve-et-Labrador; b) quelles étaient les raisons officielles données pour ce prolongement?
Response
L'hon. Gail Shea (ministre des Pêches et des Océans, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, les communications entre le ministère et mon bureau à propos du prolongement de la pêche récréative du poisson de fond à l’automne 2014 à Terre-Neuve-et-Labrador a porté notamment sur la préparation d’une note qui faisait état de la décision de prolonger la pêche.
En ce qui concerne la partie b) de la question, officiellement, la prolongation résultait des mauvaises conditions météorologiques qui ont eu cours pendant la deuxième partie de la saison de pêche, soit du 20 au 28 septembre. Des préoccupations liées à la sécurité des pêcheurs récréatifs ont motivé ma décision de prolonger la pêche de trois jours.

Question no 836 --
L'hon. Irwin Cotler:
En ce qui concerne les personnes nommées à la magistrature fédérale entre 1993 et 2014 inclusivement: a) par an, par province, par instance, (i) combien y en a-t-il eu, (ii) combien étaient des femmes, (iii) quel pourcentage étaient des femmes, (iv) combien indiquaient le français comme langue première, (v) quel pourcentage indiquaient le français comme langue première, (vi) combien étaient issues de minorités visibles, (vii) quel pourcentage étaient issus d’une minorité visible, (viii) combien étaient autochtones, membres d’une Première Nation ou métisses, (ix) quel pourcentage étaient autochtones, membres d’une Première Nation ou métisses; b) par an, combien de personnes ont été nommées aux comités consultatifs à la magistrature suivants ou, en cas de changement de nom, à leurs prédécesseurs, (i) Alberta, (ii) Colombie-Britannique, (iii) Manitoba, (iv), Nouveau-Brunswick, (v) Terre-Neuve-et-Labrador, (vi) Territoires du Nord-Ouest, (vii) Nouvelle-Écosse, (viii) Nunavut, (ix) Ontario, Est et Nord, (x) Ontario, région du Grand Toronto, (xi) Ontario, Ouest et Sud, (xii) Île-du-Prince-Édouard, (xiii) Québec, Est, (xiv) Québec, Ouest, (xv) Saskatchewan, (xvi) Yukon, (xvii) Cour fédérale du Canada; c) concernant les personnes nommées par le ministre de la Justice aux comités visés en b), par comité et par an, combien et quel pourcentage étaient des (i) femmes, (ii) francophones, (iii) autochtones, membres d’une Première Nation ou métisses, (iv) issues d’une minorité visible; d) combien a-t-on reçu de candidatures et, sur ce nombre, par comité et par an, combien provenaient (i) de femmes, (ii) de francophones, (iii) d’autochtones, membres d’une Première Nation ou métis, (iv) de personnes issues d’une minorité; e) par an, quel pourcentage des candidats ont été nommés par (i) sexe, (ii) langue première, (iii) appartenance à une minorité visible, (iv) appartenance à une Première Nation ou à l’identité autochtone ou métisse; f) par an et par comité consultatif, quel était le rapport femmes-hommes parmi les membres du comité et parmi les personnes nommées; g) de quelles façons les caractéristiques démographiques des personnes nommées étaient-elles mesurées, suivies et contrôlées; h) y avait-il des cibles, des quotas ou des principes à respecter concernant la diversité des membres des comités consultatifs; i) y avait-il des cibles, des quotas ou des principes à respecter concernant la diversité des personnes nommées à la magistrature; j) quelles mesures a-t-on prises pour assurer la diversité des membres des comités consultatifs; k) quels sont les documents susceptibles de corroborer la réponse donnée à j) avec numéro de référence, de contrôle ou d’accès; l) quelles mesures a-t-on prises pour assurer la diversité des personnes nommées à la magistrature; m) quels sont les documents susceptibles de corroborer la réponse donnée à l) avec numéro de référence, de contrôle ou d’accès; n) par an, quelles réunions le ministère ou le ministre a-t-il eues en vue d’assurer la diversité des membres des comités consultatifs; o) par an, quelles réunions le ministère ou le ministre a-t-il eues en vue d’assurer la diversité des personnes nommée à la magistrature; p) par premier ministre, combien de personnes ont été nommées à la Cour suprême du Canada; q) parmi les personnes visées en p), combien étaient des femmes; r) quelles mesures a-t-on prises pour assurer la parité des sexes à la Cour suprême du Canada; s) par an, combien de personnes ont été nommées à la (i) Cour fédérale, (ii) Cour d’appel fédérale, (iii) Cour canadienne de l’impôt ou à leurs prédécesseurs; t) parmi les personnes visées en s), combien étaient des (i) femmes, (ii) francophones, (iii) autochtones, membres d’une Première Nations ou métis, (iv) membres d’une minorité visible; u) parmi les candidats à chacun des postes à pourvoir visés en s), combien étaient des (i) femmes, (ii) francophones, (iii) autochtones, membres d’une Première Nation ou métis, (iv) membres d’une minorité visible; v) les femmes ont-elles statistiquement plus de chances d’être nommées à certaines cours qu’à d’autres et, si oui, comment s’explique la différence; w) les femmes ont-elles statistiquement moins de chances d’être nommées à certaines cours qu’à d’autres et, si oui, comment s’explique la différence; x) de quelles façons les chances pour l’autochtone, le membre d’une Première Nation ou le métis d’être nommé à la magistrature fédérale varient-elles; y) de quelles façons les chances pour le membre d’une minorité visible d’être nommé à la magistrature fédérale varient-elles; z) concernant les statistiques nécessaires pour répondre à x) et y), le gouvernement a-t-il mené des études quantitatives sur les liens entre les probabilités de nomination et les facteurs démographiques; aa) a-t-on mené des études sur les caractéristiques démographiques des personnes nommées à la magistrature fédérale; bb) a-t-on mené des études sur les caractéristiques des membres des groupes, conseils ou comités chargés des nominations judiciaires fédérales; cc) comment le pourcentage des candidats aux nominations judiciaires fédérales se compare-t-il à la population générale suivant (i) l’année, (ii) le sexe, (iii) l’appartenance à une minorité visible, (iv) l’appartenance à une Première Nation ou à l’identité autochtone ou métisse; dd) comment le pourcentage des personnes nommées à la magistrature fédérale se compare-t-il à la population générale suivant (i) l’année, (ii) le sexe, (iii) l’appartenance à une minorité visible, (iv) l’appartenance à une Première Nation ou à l’identité autochtone ou métisse; ee) comment le pourcentage des personnes nommées aux comités consultatifs à la magistrature se compare-t-il à la population générale suivant (i) l’année, (ii) le sexe, (iii) l’appartenance à une minorité visible, (iv) l’appartenance à une Première Nation ou à l’identité autochtone ou métisse; ff) pour chaque nomination judiciaire faite pendant la période, combien de temps s’est écoulé entre la date de vacance et la date de nomination, par cour; gg) quelles politiques, lignes directrices ou cibles y a-t-il concernant les délais de nomination aux postes de juges vacants; hh) pour chaque nomination faite pendant la période aux comités consultatifs à la magistrature, combien de temps s’est écoulé entre la date de vacance et la date de nomination, par comité; ii) quelles politiques, lignes directrices ou cibles y a-t-il concernant les délais de nomination aux postes de membres de comité consultatif vacants; jj) combien de temps s’est écoulé en moyenne entre la date de vacance et la date de nomination (i) par an, (ii) par cour; kk) comment expliquer que le temps qui s’écoule entre la date de vacance et la date de nomination varie; ll) quand il y a plusieurs postes à pourvoir en même temps, dans quel ordre les nominations se font-elles; mm) pour l’ensemble de la magistrature fédérale, quel est le pourcentage des vacances (i) par an, (ii) par cour; nn) y a-t-il des exigences concernant le délai de nomination aux postes vacants, par cour; oo) quelles sont les conséquences des vacances judiciaires dans la magistrature fédérale; pp) quelles études le gouvernement a-t-elle entreprises ou achevées concernant l’impact des vacances judiciaires; qq) quels paramètres le gouvernement emploie-t-il concernant les vacances judiciaires, (i) comment sont-ils contrôlés, (ii) à quelle fréquence, (iii) par qui, (iv) à quelle fin, (v) avec quelle obligation de rapports; rr) quels paramètres le gouvernement emploie-t-il concernant les nominations à la magistrature, (i) comment sont-ils contrôlés, (ii) à quelle fréquence, (iii) par qui, (iv) à quelle fin, (v) avec quelle obligation de rapports; ss) de quelles façons les processus de nomination à la magistrature fédérale ont-ils changé pendant la période visée?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Justice et procureur général du Canada, PCC):
Monsieur le Président, l’information demandée n’est pas facilement accessible et nécessiterait une recherche manuelle intensive de tous les documents. Il n’est donc pas possible de produire une réponse dans les délais prescrits.

Question no 837 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne les preuves que le procureur général du Costa Rica demande au ministère de la Justice et qu’il mentionne dans sa déclaration du 3 octobre 2014: a) le ministre de la Justice ou son ministère ont-ils en leur possession des renseignements concernant une somme de 200 000 $ envoyée à la Fondation Arias pour la paix en 2008, et, dans l’affirmative, quels sont les détails relatifs à cette somme, y compris l’identité de l’expéditeur et la relation entre l’expéditeur et Infinito Gold, Ronald Mannix, la Norlien Foundation et Coril Holdings Ltd.; b) le ministère de la Justice a-t-il répondu aux questions que pose le procureur général du Costa Rica dans sa première lettre (08-000011-033-PE) du mardi 10 décembre 2013 et dans sa deuxième lettre (12-000124-621-PE) du mardi 4 février 2014, (i) si oui, quelle a été sa réponse, (ii) sinon, pourquoi n’y a-t-il pas répondu?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Justice et procureur général du Canada, PCC):
Monsieur le Président, les communications entre États étant confidentielles, le ministère de la Justice ne confirme ni n’infirme l’existence de demandes d’entraide, quelles qu’elles soient, d’autres pays.

Question no 839 --
M. Ryan Cleary:
En ce qui concerne le ministère des Pêches et des Océans et la Garde côtière canadienne: le Ministère a-t-il procédé à une évaluation du coût total que représenterait le pompage du pétrole du Manolis L, qui a coulé au large de Terre-Neuve en 1985?
Response
L'hon. Gail Shea (ministre des Pêches et des Océans, PCC):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada et la Garde côtière canadienne demeurent engagés à protéger l'environnement contre les déversements d'hydrocarbures provenant des navires. Le gouvernement a clairement réaffirmé ce mandat grâce à la mise en œuvre actuelle d'un système de sécurité de classe mondiale pour les navires citernes.
La Garde côtière canadienne a reçu de la part d'experts internationaux quelques conseils sur la meilleure façon d’aborder la situation du Manolis L depuis mars 2013. D'autres analyses et une collecte de données sont nécessaires afin d'éclairer le plus possible le processus décisionnel dans le cadre du plan de gestion du Manolis L. En décembre 2014, la Garde côtière canadienne a terminé avec succès une grande opération à réaliser sur l'épave du Manolis L. Cette opération incluait l'extraction du pétrole dans le batardeau, le remplacement de ce dernier par un nouveau batardeau et une inspection minutieuse de la coque. L'extraction du pétrole accumulé dans le batardeau s'est parfaitement bien déroulée, et des échantillons seront envoyés à Environnement Canada aux fins d'analyse.
Aucune fuite de pétrole n'a été observée dans les environs. La Garde côtière canadienne entend retourner sur les lieux du Manolis L au printemps 2015 afin de procéder à la prochaine extraction du pétrole du batardeau.
La Garde côtière canadienne, en collaboration avec ses partenaires fédéraux, Transports Canada et Environnement Canada, maintient la surveillance et la gestion du site. Si la situation change, le ministère prendra les mesures nécessaires pour en atténuer les risques.

Question no 844 --
Mme Joyce Murray:
En ce qui concerne les bases et les stations militaires canadiennes au Canada et à l’étranger: depuis 2007, quel est a) le nom et la circonscription des députés qui les ont visitées; b) la date de la visite; c) le nom de la base ou de la station visitée; d) le but de la visite; e) le montant des coûts associés à la visite?
Response
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes, les FAC, n’ont pas de mécanisme de suivi et de communication centralisé pour les visites des bases et des stations des FAC par les députés, aussi bien au Canada qu'à l'étranger. Par conséquent, le ministère et les FAC ne peuvent pas fournir les détails demandés dans les délais alloués.

Question no 845 --
Mme Mylène Freeman:
En ce qui concerne le projet de loi C-10, Loi modifiant le Code criminel (contrebande de tabac): a) quelle est la répartition détaillée des coûts liés à la mise en application du projet de loi; b) quelles sont les mesures nécessaires à la mise en application du projet de loi; c) quelle est l’échéance pour la mise en application du projet de loi; d) sur le territoire mohawk de Kanehsatake, qui, selon le gouvernement, appliquera la loi après son entrée en vigueur et, plus précisément, le gouvernement prévoit-il qu’elle sera appliquée par (i) la Sureté du Québec, (ii) la GRC; e) sur le territoire mohawk de Kanehsatake, quels sont les coûts projetés par le gouvernement pour l’application de la loi après son entrée en vigueur; f) combien de résidents de Kanehsatake pourraient être visés par le projet de loi selon les projections du gouvernement; g) quelle quantité de tabac de contrebande le gouvernement s’attend-il à saisir à Kanehsatake; h) combien de revenus à Kanehsatake seront visés; i) comment le gouvernement prévoit-il que les résidents de Kanehsatake seront poursuivis en vertu de la loi après son entrée en vigueur?
Response
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, il n’est pas prévu que la mise en œuvre du projet de loi entraîne de nouveaux coûts.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, la Loi entrera en vigueur à la date fixée par décret du gouverneur en conseil. Dès son entrée en vigueur, elle fournit aux organismes d’application de la loi fédéraux et provinciaux un nouvel outil qui leur permet de déposer des accusations en vertu du Code criminel pour le trafic d’un grand volume de tabac de contrebande, soit 10 000 cigarettes ou plus ou 10 kg de tabac en feuilles ou tout autre produit du tabac).
Dès l’entrée en vigueur du projet de loi, la GRC établira un processus de communication interne pour informer ses agents de première ligne au sujet de la nouvelle loi.
En ce qui concerne la partie c) de la question, la Loi entrera en vigueur à la date fixée par décret du gouverneur en conseil.
En réponse à la partie d) de la question, le Code criminel s’applique uniformément partout au Canada. La nouvelle infraction du Code criminel fournira à la GRC et à la Sûreté du Québec un nouvel outil pour lutter contre le trafic du tabac de contrebande. Le projet de loi permettra également la compétence concurrente, où le Bureau du directeur des poursuites pénales et les procureurs généraux des provinces partageraient le pouvoir d’intenter des poursuites relatives à la nouvelle infraction. Il n’est pas prévu que la mise en œuvre du projet de loi entraîne de nouveaux coûts.
En ce qui a trait à la partie e) de la question, il n’est pas prévu que l’application du projet de loi entraîne de nouveaux coûts.
Pour ce qui est de la partie f) de la question, il est reconnu que les réseaux du crime organisé exploitent les collectivités des Premières Nations ainsi que les relations politiques et les relations entre les administrations, les collectivités, les gouvernements et les organismes d’application de la loi.
Le projet de loi C 10 vise les groupes du crime organisé qui mènent leurs opérations dans ces collectivités et qui font le trafic de grandes quantités de tabac de contrebande, ainsi que d’autres formes de criminalité grave, y compris le trafic d’armes et de drogues illicites.
Au sujet de la partie g) de la question, le projet de loi C 10 fournit aux organismes d’application de la loi fédéraux et provinciaux un nouvel outil pour cibler les groupes du crime organisé qui sont impliqués dans le marché du tabac de contrebande.
Les enquêtes fédérales menées par la GRC visent les réseaux criminels qui mènent des opérations illégales au Canada, sans égard à la marchandise illicite. Le résultat des éventuelles saisies de tabac de contrebande découlant du projet de loi C 10 n’est pas connu.
À propos de la partie h) de la question, le projet de loi C 10 établit une nouvelle infraction au Code criminel pour aider à lutter contre le problème du trafic de tabac de contrebande. Il n’aura n’a aucune incidence sur le trafic légitime des produits du tabac, mais vise plutôt les groupes du crime organisé et leurs associés qui font le trafic de grandes quantités de tabac de contrebande.
Enfin, en réponse à la partie i) de la question, dans le cadre du projet de loi, la peine maximale pour une première infraction est un emprisonnement de six mois sur déclaration de culpabilité par voie de procédure sommaire, et de cinq ans sur déclaration de culpabilité par mise en accusation. La décision d’opter pour des poursuites par voie de procédure sommaire pouvant mener à un emprisonnement de six mois ou par voie de mise en accusation pouvant mener à un emprisonnement de cinq ans est une question de pouvoir discrétionnaire.
Le projet de loi impose également une peine d’emprisonnement minimale obligatoire de six mois à deux ans moins un jour pour une deuxième condamnation et les condamnations subséquentes.

Question no 846 --
Mme Megan Leslie:
En ce qui concerne la Conférence des Parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) tenue en mars 2013: a) pourquoi le gouvernement a-t-il formulé des réserves pour toutes les espèces ajoutées aux annexes I ou II de la réglementation sur le commerce d’espèces animales et végétales sauvages de la réunion de la Conférence des Parties plutôt que de les ajouter à l’annexe I du Règlement sur le commerce d’espèces animales et végétales sauvages du Canada; b) le gouvernement compte-il lever ces réserves et respecter son engagement à l’égard de la CITES et, le cas échéant, dans combien de temps le gouvernement compte-t-il lever ses réserves pour toutes les espèces qui ont bénéficié d’une protection accrue?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de l’Environnement, ministre de l’Agence canadienne de développement économique du Nord et ministre du Conseil de l’Arctique, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le Canada appuie toutes les décisions prises à la 16e réunion et prend au sérieux tous les engagements pris à la Conférence des Parties à la CITES. La réserve formulée par le Canada concernant toutes les décisions d’inscription d’espèces prises à la 16e réunion de la Conférence des Parties à la CITES est temporaire et prise pour des raisons administratives et de procédure.
Cette réserve a été exprimée par le Canada pour que celui-ci ne contrevienne pas aux obligations découlant de la CITES ainsi qu’aux procédures et aux politiques de droit conventionnel du Canada. La convention, rédigée en 1975, accorde un délai de 90 jours aux pays pour qu’ils mettent à jour leur réglementation. Le Canada, comme bon nombre d’autres parties à la convention, se voit dans l’impossibilité d’apporter les modifications réglementaires nécessaires dans un si court délai. Afin de ne pas contrevenir aux exigences du traité, le gouvernement du Canada a formulé une réserve temporaire jusqu’à ce que sa réglementation tienne compte des décisions d’inscription prises à la Conférence des Parties.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, oui, le Canada a la ferme intention de retirer sa réserve temporaire.
Environnement Canada s’emploie activement à apporter toutes les modifications réglementaires à l’Annexe I du Règlement sur le commerce d’espèces animales et végétales sauvages afin que les modifications d'inscriptions adoptées à la 16e Conférence des Parties aient force de loi au Canada d’ici le printemps 2015. Une fois que ces modifications réglementaires auront été apportées, le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement demandera les autorisations nécessaires et retirera la réserve temporaire.

Question no 858 --
L'hon. John McCallum:
En ce qui concerne Travaux publics et le mât de drapeau temporaire installé entre l’édifice de l’Ouest du Parlement et le parterre central : a) à quelle date le mât de drapeau temporaire a-t-il été d’abord installé; b) à quelles dates a-t-il été relocalisé; c) qui a exécuté chaque relocalisation; d) quels ont été les coûts reliés à chaque relocalisation?
Response
L'hon. Diane Finley (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, à l’hiver 2011, le mât a été installé temporairement à l’extérieur de la zone de construction de l’édifice de l’Ouest pour remplacer le mât qui était sur l’édifice de l’Ouest avant le début des travaux majeurs.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, au cours de l’été 2014, la zone de construction du projet de réhabilitation de l’édifice de l’Ouest fut élargie pour des raisons de santé et de sécurité. La base et le mât en question ont donc été relocalisés au Sud-Est de l’édifice de l’Ouest. Ce mât vise à assurer la présence du drapeau sur l’Ouest de la Colline et la continuité du programme de distribution des drapeaux canadiens de la Colline du Parlement aux citoyens pendant la durée des travaux de réhabilitation.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, le relocalisation de l’hiver de 2011 a été effectuée par TPSGC et PCL Construction, et celle de l’été de 2014, par PCL Construction.
Enfin, pour ce qui est de la partie d) de la question, à l’hiver de 2011, le coût total pour l’achat du mât et de son installation a été de 25 000$. De ce coût, 14 000$ ont servi à l’achat du mât ayant un fini d’aluminium brossé; 11 000$ ont servi à l’installation et à dresser un périmètre de sécurité. Le mât en question mesure 15.25 mètres et est conforme aux normes cérémoniales pour la Colline parlementaire.
À l’été de 2014, 2 000$ ont servi à relocaliser la base, le mât en question et le périmètre de sécurité au Sud-Est de l’édifice de l’Ouest.
Il est à noter que le coût de ces relocalisations est compris dans le budget approuvé du projet de réhabilitation de l’édifice de l’Ouest.

Question no 862 --
L'hon. Lawrence MacAulay:
En ce qui concerne la Politique de conservation du saumon atlantique sauvage : a) quels progrès ont été accomplis dans la poursuite des objectifs de la Politique de conservation du saumon atlantique sauvage; b) la Politique de conservation du saumon atlantique sauvage a-t-elle fait l’objet d’un examen du rendement depuis qu’elle a été annoncée en 2009, (i) dans l’affirmative, quelles sont les constatations d’un tel examen, (ii) pourquoi pas, (iii) dans la négative, qu’est-ce qui justifie le non-respect de l’obligation de soumettre la Politique à un examen indépendant après cinq ans; c) le gouvernement a-t-il formé un groupe de travail ou comité consultatif doté de l’autorité et des ressources nécessaires pour rencontrer les parties intéressées, examiner les renseignements pertinents et informer Pêches et Océans Canada des mesures requises pour augmenter les populations de saumon de la rivière Miramichi, (i) dans l’affirmative, quels sont les détails relatifs au groupe de travail ou comité consultatif, (ii) dans la négative, pourquoi pas?
Response
L'hon. Gail Shea (ministre des Pêches et des Océans, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la Politique de conservation du saumon atlantique sauvage a pour objet d'encadrer le processus décisionnel et l'établissement des priorités. L'avancement vers l'atteinte de ses buts est donc mesuré en plans, en investissements et en partenariats. Voici quelques exemples récents: la mise en place du Programme de partenariats relatifs à la conservation des pêches récréatives en 2013 et l’allocation de plus de 1 million de dollars à des groupes communautaires pour mener des projets de reconstruction et de restauration de l'habitat du saumon sauvage; le soutien de 53 projets en 2014 grâce au Fonds de dotation pour le saumon de l'Atlantique; des activités scientifiques permanentes visant à mener des décomptes rigoureux des montaisons de saumons, notamment en consacrant près de 65 000 heures, dans la seule année 2013, à des activités de surveillance et de mise en application; l’adoption de mesures supplémentaires de conservation du saumon en 2014, en particulier des réductions du nombre de prises pouvant être conservées par les pêcheurs récréatifs; et la défense de la pêche durable dans des organismes comme l'Organisation pour la conservation du saumon de l'Atlantique Nord.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, on a donc lancé une planification précoce visant l'examen, à compter de 2015, de la Politique de conservation du saumon atlantique sauvage. On prévoit ainsi présenter un plan de discussion et de commentaires pour la prochaine réunion du Conseil consultatif du saumon de l'Atlantique prévue au printemps ou à l'été 2015.
Enfin, en ce qui a trait à la partie c) de la question, la création d'un comité consultatif ministériel sur le saumon de l'Atlantique, qui aidera à définir le plan d'action à mettre en œuvre pour réagir aux faibles montaisons de saumons de l'Atlantique sur la côte Est, a été annoncée le 18 décembre 2014. Ce comité, avec l'aide des fonctionnaires de Pêches et Océans Canada, se concentrera sur les points suivants : mesures de conservation et de mise en application, prédation, stratégie pour lutter contre la pêche étrangère non durable et certains domaines ciblés pour faire progresser la science.

Question no 870 --
L'hon. Mauril Bélanger:
En ce qui concerne les observateurs canadiens envoyés par le gouvernement lors des dernières élections présidentielle et législative de la Tunisie: a) combien d’observateurs ont participé aux missions d'observation et quels sont leurs noms; b) par le biais de quelles organisations les observateurs ont-ils participé; c) quel processus de sélection a-t-on utilisé pour choisir les observateurs?
Response
L'hon. John Baird (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, tel qu’annoncé le 26 octobre après les élections législatives en Tunisie, puis après les premier et deuxième tours de l'élection présidentielle, le Canada est heureux d'avoir appuyé le déploiement d’observateurs électoraux nationaux et internationaux. Ces observateurs électoraux ont contribué à renforcer la confiance de la population tunisienne dans le cadre de la première élection démocratique du pays, et à surveiller et produire des rapports sur le déroulement des élections afin de vérifier si celles-ci ont répondu aux règlements nationaux et aux normes et critères internationaux applicables aux élections démocratiques.
En réponse à la partie a) de la question, les délégations comprenaient quatre observateurs canadiens lors des élections législatives et neuf observateurs canadiens lors de chacun des tours de l’élection présidentielle.
Lors des élections législatives du 26 octobre 2014, les observateurs étaient Darrell Dexter, Elizabeth Weir, Eric Duhaime et Sylvia Thomson.
Lors du premier tour de l’élection présidentielle du 23 novembre 2014, ces observateurs étaient Les Campbell, Olivia Chow, Paul Hong, Judy Wasylycia-Leis, Michael Ferrabee, Mathieu Jacques, Greg Lyle, David McLaughlin et Chris Yonke.
Lors du second tour de l’élection présidentielle, le 21 décembre 2014, les observateurs étaient Les Campbell, l’honorable Ken Dryden, Darrell Dexter, Paul Hong, Greg Lyle, John MacDonell, l’honorable William Paul Robert Norris, Nathan Rotman et Chris Yonke.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, alors qu'un certain nombre d'organisations internationales ont envoyé des observateurs électoraux en Tunisie, le Canada a apporté un appui financier au National Democratic Institute, le NDI. Les observateurs canadiens susmentionnés faisaient partie de la délégation du NDI.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, l’organisation partenaire NDI s’est chargée du recrutement, de la sélection et du déploiement des observateurs grâce à son réseau mondial de spécialistes et de partenaires. Le NDI peut sélectionner des membres actuels et anciens de Parlements ou d’autres organes législatifs, des chefs d’État actuels et anciens, des représentants gouvernementaux actuels et anciens, des commissaires aux élections, des experts techniques et juridiques et des militants de la société civile.
Le Canada soutient les énormes progrès réalisés en vue de l’établissement d’une Tunisie libre et démocratique, et continuera de soutenir la Tunisie dans ses efforts visant à renforcer la démocratie et à assurer un avenir prospère et sûr pour tous les Tunisiens.

Question no 871 --
M. Scott Simms:
En ce qui concerne les serveurs, y compris les serveurs physiques et virtuels et les serveurs en nuage, que le gouvernement possède, exploite, partage ou utilise autrement, pour tous les protocoles et plateformes, répartis par ministère: a) quels système d’exploitation et version de noyau le serveur utilise-t-il, y compris, pour tous les systèmes fonctionnant sous Unix, les données de sortie de « uname -- a »; b) dans quel centre de données le serveur est-il situé; c) qui possède, offre et exploite le serveur; d) quel est l’objet du serveur; e) pour chaque service offert par le serveur, quel est le nom, le type, le logiciel et le protocole du service et quels sont ses ports d’écoute; f) quelles atteintes à la sécurité ont été détectées à l’égard de chaque service offert par le serveur, réparties selon (i) la nature de l’atteinte à la sécurité (élévation de privilège, rooting ou rootkits, paquets compromis, mots de passe compromis, vers, virus, programmes de Troie, dispositifs de stockage de données perdus, utilisation non autorisée de renseignements par des utilisateurs autorisés, etc.), (ii) les détails des renseignements obtenus sans autorisation, endommagés ou perdus, (iii) la classification et la désignation de l’atteinte et des renseignements compromis, (iv) les mesures prises afin de prévenir d’autres atteintes à la sécurité, (v) la date à laquelle l’atteinte à la sécurité a été détectée, (vi) la date à laquelle on croit ou sait que l’atteinte à la sécurité a eu lieu, (vii) la date à laquelle l’atteinte à la sécurité a été résolue; g) parmi les atteintes à la sécurité indiquées en f), quels sont les numéros des éléments de correspondance ou des dossiers du gouvernement relatifs à toutes atteintes à la sécurité, répartis selon (i) les numéros de dossiers pertinents, (ii) le type de correspondance ou de dossier, (iii) le sujet, (iv) la date, (v) l’objectif, (vi) l’auteur, (vii) le destinataire, les autres responsables en copie conforme ou concernés; h) à quelles dates ont été menées des évaluations de menaces ou de risques ayant touché ou concerné le serveur ou ses infrastructures connexes, les données stockées, l’utilisation ou un autre ministère?
Response
L'hon. Diane Finley (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, PCC):
Monsieur le Président, Services partagés Canada, ou SPC, a été créé le 4 août 2011 en tant qu’organisme de services communs qui fournit des services d’infrastructure de technologie de l’information, ou TI, à d’autres ministères et agences du gouvernement fédéral. Son mandat est de regrouper, normaliser, transformer et fournir des services de courriels, de centres de données et de télécommunications à 43 ministères et organismes fédéraux.
Pour des raisons de sécurité, SPC ne traite pas ou ne partage pas de renseignements relatifs aux serveurs du gouvernement du Canada.
SPC est responsable d’assurer la confidentialité, l’intégrité et la disponibilité des renseignements traités ainsi que de l’infrastructure des TI, des systèmes et des services relevant de sa compétence et a également l’obligation de rendre compte. SPC ne publie pas de renseignements qui, s’ils étaient divulgués, risqueraient vraisemblablement d’être utilisés de façon malveillante contre les infrastructures de TI du gouvernement du Canada, tels que les renseignements relatifs aux serveurs, aux emplacements des centres de données, aux cyberattaques, aux tactiques actuelles, aux techniques et aux procédés utilisés pour défendre les infrastructures de TI du gouvernement du Canada.

Question no 872 --
M. Pat Martin:
En ce qui concerne le gouvernement et la Commission canadienne du blé (CCB): a) le rapport annuel de 2011-2012 déclare que des dépenses ont été compensées par 177,3 millions de dollars en remboursements du gouvernement, qu’entend-on par cette déclaration; b) pour quelles dépenses les remboursements ont-ils été effectués; c) quels remboursements du gouvernement ont été faits au cours des exercices 2012-2013 et 2013-2014; d) quelles recettes de l’État ont été versées à la CCB pour chaque exercice et campagne agricole entre 2011 et 2014; e) quel était l’objectif de ces recettes; f) à quelles dates les 349 millions de dollars promis par le ministre de l’Agriculture en juin 2012 ont-ils été transférés à la CCB, et de quels montants étaient ces transferts; g) quelles études a effectuées le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire en ce qui concerne l’avenir de la CCB; h) quelles consultations publiques et privées ont été entreprises dans le dossier de la privatisation de la CCB en 2012, en 2013 et en 2014, (i) avec qui a-t-on tenu ces consultations, (ii) à quelles dates; i) quel est le montant total dû au gouvernement pour les ventes à crédit effectuées par la CCB; j) à quels clients étrangers ont été effectuées les ventes à crédit en cours; k) où en est le paiement des intérêts sur les ventes à crédit en cours; l) quel organisme indépendant ou gouvernemental recevra le montant des intérêts payés sur ces ventes à crédit?
Response
L'hon. Gerry Ritz (ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, en prévision du financement du gouvernement des coûts de restructuration de la Commission canadienne du blé, la CCB, par l’entremise du programme des coûts de transition de la CCB, la commission est arrivée, selon ses estimations, à un montant de 177,3 millions de dollars en frais remboursables le 31 juillet 2012; ce montant a été comptabilisé dans ses états financiers.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, l’aide financière versée dans le cadre du PCT a servi à couvrir les dépenses de restructuration engagées durant l’exercice terminé le 31 juillet 2012 et décrites dans les états financiers de la CCB comme suit: perte liée aux immobilisations, aux installations et à l’équipement; perte de valeur des biens incorporels; indemnités de départ d’employés; et dépenses nettes liées à la réduction des régimes de pension et d’avantages postérieurs à l’emploi.
En ce qui a trait aux parties c) et d) de la question, il convient d’aller consulter les Comptes publics du Canada.
En ce qui concerne la partie e) de la question, ces dépenses du PCT de la CCB visaient à rembourser des coûts de transaction précis de la commission dans le cadre de sa transformation en organisation de commercialisation des grains à participation volontaire. L’aide relative aux coûts de transition permettra à la commission de se positionner comme une organisation de commercialisation viable pour les agriculteurs dans le marché libre du blé et de l’orge.
Pour ce qui est de la partie f) de la question, ces montants ont été transférés au cours des exercices 2013-2014 et 2014-2015.
En ce qui a trait à la partie g) de la question, AAC a procédé à une analyse économique d'une étude réalisée en juin 2008 par Informa Economics. Dans ce travail, Informa examinait de deux façons différentes les effets éventuels sur les agriculteurs d'un système de mise en marché ouvert pour le blé, le blé dur et l'orge dans l'Ouest du Canada.
En ce qui concerne la partie h) de la question, les consultations avec les intervenants sont en cours depuis que le projet de loi C-18, Loi sur le libre choix des producteurs de grains en matière de commercialisation, a obtenu la sanction royale.
Enfin, Pour ce qui est des parties i) à l) de la question, cess renseignements sont protégés en vertu de l’article 21.(1)e)(3) de la Loi sur la Commission canadienne du blé (activités en période intérimaire).

Question no 883 --
M. Robert Chisholm:
En ce qui concerne l’assurance-emploi, le gouvernement a-t-il effectué des évaluations des réformes apportées en 2012 et, le cas échéant, (i) quels en sont les titres et les dates, (ii) le gouvernement les rendra-t-elles publiques?
Response
M. Scott Armstrong (secrétaire parlementaire du ministre de l'Emploi et du Développement social, PCC):
Monsieur le Président, en ce qui concerne le programme de l’assurance-emploi, l’AE, Emploi et Développement social Canada, EDSC, n’a pas encore effectué d’évaluations des réformes apportées en 2012.
Le programme d’AE est évalué par le Rapport de contrôle et d’évaluation de l’assurance-emploi sur une base annuelle. La dernière version du rapport peut être consultée à l’adresse suivante: http://www.edsc.gc.ca/fr/rapports/assurance_emploi/controle2013/index.page.

Question no 885 --
Mme Chrystia Freeland:
En ce qui concerne chaque question écrite inscrite au Feuilleton lors de la 41e législature pour lesquelles le gouvernement a déposé sa réponse à la Chambre des communes: a) à quelle date le Bureau du Conseil privé (BCP) a-t-il transmis la question accompagnée des instructions de réponse aux ministères et organismes compétents; b) à quelle date le ministère ou l’organisme a-t-il reçu et traité la demande de réponse; c) à quelle date le ministère ou l’organisme a-t-il envoyé chaque réponse au BCP; d) combien de jours le ministère ou l’organisme a-t-il mis à répondre à chaque question?
Response
M. Tom Lukiwski (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, durant la 41e législature, plus de 2 300 questions écrites ont été inscrites au Feuilleton. Le Bureau du Conseil privé analyse chaque question, et le cas échéant, fournit des conseils et des directives aux organismes désignés pour y répondre.
Chaque attribution ou ensemble de directives est élaboré après la tenue de consultations avec les organismes visés. Comme il s’agit d’un processus itératif, les attributions et les directives varient au besoin. On ne tient pas compte des dates de ces modifications dans les systèmes du BCP. Pour produire une réponse, il faudrait effectuer une vaste recherche manuelle. Cela ne peut pas être fait dans le délai de réponse prescrit pour la présente question.
Le BCP s’efforce d’attribuer les questions et de fournir des directives le plus tôt possible afin que les organismes aient le maximum de temps pour produire une réponse.
En ce qui concerne la partie b) de la question, les organismes responsables de répondre à une question reçoivent un avis et des directives immédiatement après que le BCP ait attribué les questions.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, afin de produire une réponse, il faudrait effectuer une vaste recherche manuelle englobant plus de 2 300 questions écrites. Cette recherche ne peut pas être effectuée dans le délai prescrit pour répondre à cette question. En ce qui concerne les réponses exigées dans les 45 jours civils, le BCP encourage les organismes à envoyer leurs réponses au moins cinq jours ouvrables avant la date d’échéance.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, la date à laquelle chaque question écrite a été affichée sur l’avis, ainsi que la date de la réponse, se trouvent dans l’État des travaux de la Chambre, dans la section du site Web du Parlement du Canada. Il est à noter que lorsqu’un député demande une réponse dans les 45 jours ouvrables, le délai de réponse n’est fixé que lorsque la question est inscrite au Feuilleton.
Pour la 1re session de la 41e législature, on trouve ces informations à l’adresse suivante: http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?Pub=status&Mode=1&Parl=41&Ses=1&File=12&Language=F.
Pour la 2e session de la 41e législature, on trouve ces informations à l’adresse suivante: http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?Pub=status&Mode=1&Parl=41&Ses=2&File=12&Language=F.

Question no 886 --
Mme Chrystia Freeland:
En ce qui concerne le carnet de route à usage personnel des véhicules de fonction des ministres: pour chaque exercice depuis 2011-2012, a) quel est le nombre total d’entrées pour chaque véhicule de fonction; b) quelle est la date, l’heure et la longueur de chaque entrée; c) quelle est la description, s’il y en a une, du déplacement à chaque entrée; d) quelle est l’identité, si elle est précisée, du membre de la famille ou du ménage qui était au volant pour chaque entrée; e) quel est le nombre total des kilomètres parcourus à des fins personnelles?
Response
M. Paul Calandra (secrétaire parlementaire du premier ministre et pour les Affaires intergouvernementales, PCC):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a) à d) de la question, le Bureau du Conseil privé, le BCP, n’a pas d’information au sujet des carnets de route à usage personnel des véhicules de fonction des ministres pour chaque exercice depuis 2011-2012. Lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Certains renseignements n’ont pas été fournis, car leur divulgation pourrait compromettre la sécurité de représentants du gouvernement ou de membres de leur famille.

Question no 889 --
Mme Libby Davies:
En ce qui concerne Santé Canada et les pénuries de médicaments: a) quel est le taux de conformité au système volontaire de déclaration des pénuries de médicaments; b) quelles communications le ministère a-t-il reçu des professionnels de la santé, des pharmaciens, des patients et des soignants au sujet des pénuries de médicaments; c) qu'a fait le gouvernement en réponse à ces préoccupations?
Response
L'hon. Rona Ambrose (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, le système actuel de déclaration des pénuries de médicaments, www.penuriesdemedicaments.ca, a été lancé en mars 2012 par les associations de l'industrie en réponse aux appels de la ministre de la Santé. Ce site Web de déclaration financé et administré par l'industrie permet aux fabricants et importateurs de médicaments de produire des avis de pénuries et d'abandons de médicaments au public. En date du mois de novembre 2014, plus de 1 000 pénuries et abandons ont été déclarés publiquement sur le site Web par les sociétés pharmaceutiques.
Il est essentiel de communiquer des renseignements opportuns, complets et fiables sur les pénuries de médicaments pour assurer la santé et la sécurité des Canadiens. On a rappelé à plusieurs reprises aux sociétés pharmaceutiques que le gouvernement fédéral s'attendait à ce qu'elles communiquent des avis publics sur toutes les pénuries de médicaments. Santé Canada publie également publiquement des lettres de non-conformité destinées aux sociétés pharmaceutiques qui ne fournissent pas d'avis de pénuries de médicaments prévues ou réelles. Ces lettres sont affichées publiquement sur le site Web de Santé Canada dans le cadre des efforts continus du ministère visant à améliorer la transparence et la responsabilisation des fournisseurs de médicaments à l'égard des pénuries et des abandons de médicaments.
Les efforts de Santé Canada en vue de remédier aux pénuries de médicaments et plus particulièrement d'améliorer la communication d'avis en matière de pénuries, profitent nettement de la participation directe des intervenants clés, qui comprennent notamment les fournisseurs de soins de santé, les pharmaciens et les groupes de patients. De mai à juillet 2014, Santé Canada a dirigé de vastes consultations sur le système de signalement volontaire, et sur l'adéquation et l'efficacité pour les patients canadiens et les professionnels de la santé d'une approche volontaire ou obligatoire de la communication d'avis. Des commentaires directs ont été reçus du public canadien, et d'une large gamme d'intervenants, y compris les provinces et les territoires, les défenseurs des patients et consommateurs, les professionnels de la santé, les autorités régionales de santé, les sociétés pharmaceutiques, les organismes de groupements d'achats, les distributeurs, les grossistes, les importateurs et les homologues internationaux. À présent que les consultations sont achevées, Santé Canada analyse les conclusions et évalue les possibilités d'amélioration du signalement des pénuries de médicaments au Canada, afin que les Canadiens aient accès aux renseignements opportuns, complets et fiables dont ils ont besoin.
Santé Canada copréside le Comité directeur multilatéral sur les pénuries de médicaments, le CDM, avec la Colombie-Britannique. Ce comité réunit des représentants des gouvernements provinciaux et territoriaux, ainsi que de l’industrie, des organismes de groupement d’achats, des distributeurs et des associations de professionnels de santé pour qu’ils participent à l’élaboration d’une approche plus rigoureuse et coordonnée pour faire face aux pénuries de médicaments. Cette approche cohérente et collaborative reconnaît que tous les niveaux de gouvernement et l’ensemble des intervenants du système de santé jouent des rôles distincts et essentiels pour remédier aux pénuries de médicaments. En s'appuyant sur les commentaires fournis par les fournisseurs de soins de santé, les pharmaciens, les patients et les autres intervenants clés, le CDM a réalisé à ce jour des progrès considérables, y compris l'amélioration de la coordination des pénuries réelles et l'élaboration d'outils concrets tels que le Protocole pour la divulgation et la communication des pénuries de médicaments et la Boîte à outils multilatérale du CDM, annoncés en septembre 2013. Le CDM poursuit sur cette lancée tout en se concentrant sur les causes sous-jacentes et la prévention des pénuries de médicaments.
Santé Canada continuera de travailler avec tous les intervenants clés dans l'ensemble du système d'approvisionnement en médicaments et de soins de santé, y compris les groupes de fournisseurs de soins, afin de faire avancer des mesures concrètes qui améliorent la communication, la gestion et la prévention des pénuries de médicaments.
Comme il a été communiqué de façon uniforme, le gouvernement est ouvert à l’idée de l’établissement d’un système de déclaration obligatoire, si requis, en particulier si cela aidera les patients.

Question no 891 --
L'hon. Stéphane Dion:
En ce qui concerne la publicité entourant la Prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE): a) quels montants ont été consacrés à ces annonces, ventilés par (i) la télévision, (ii) la radio, (iii) Internet; b) quels sont les numéros de suivi internes de tous les documents, communications ou notes d’information relatifs à la publicité sur la PUGE, selon qu’ils ont été produits (i) avant la diffusion de l’annonce, (ii) après la diffusion de l’annonce?
Response
M. Andrew Saxton (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la composante relative à la Prestation universelle pour la garde d’enfants s’inscrit dans le cadre d’une campagne élargie, laquelle met en relief divers avantages proposés visant à aider les familles canadiennes à conserver une plus grande part de leur argent. Parmi ces avantages, on retrouve la nouvelle baisse d’impôt pour les familles, le doublement du crédit d’impôt pour la condition physique des enfants et l’augmentation de la déduction pour frais de garde d’enfants. Par contre, à l’heure actuelle, le ministère n’est pas en mesure de déterminer le coût final de cette campagne, étant donné que toutes les factures n’ont pas encore été reçues, vérifiées et payées. Tous les frais de publicité seront publiés dans le rapport annuel sur la publicité à l’adresse suivante: http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/pub-adv/annuel-annual-fra.html.
Pour ce qui est de la partie b)(i) de la question, il s’agit de ADV#1415-0040/1415-0167/1415-0176/ 1415 0208/1415-0200.
La partie b)(ii) de la question, quant à elle, est sans objet.

Question no 911 --
Mme Charmaine Borg:
En ce qui concerne le bien n° 06872 du Répertoire des biens immobiliers fédéraux, aussi appelé ancien champ de tir Saint-Maurice: a) est-ce que le Ministère de la Défense nationale a évalué le coût total associé à la décontamination du site n° 00008471 de l’Inventaire des sites contaminés fédéraux; b) à combien se chiffre le coût total de décontamination du site identifié en a)?
Response
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le ministère de la Défense nationale a évalué le coût associé à la décontamination du site n° 00008471, qui est situé sur la propriété n° 06872.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, lorsqu'il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique les principes de la Loi sur l'accès à l'information. Cette information ne peut être communiquée, car elle concerne des intérêts économiques du Canada et d’institutions fédérales.

Question no 915 --
M. Marc Garneau:
En ce qui concerne la participation du Canada en Iraq depuis septembre 2014: quels sont les coûts directs, ventilées par ministère ou organisme payeur, qui ont été engagés et qui sont prévus d’ici la fin de l’exercice en cours relativement a) au déploiement des Forces canadiennes; b) au déploiement de F-18 canadiens; c) à d’autres dépenses?
Response
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, tous les unités, organisations et autres services du ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes qui sont engagés en Irak sont tenus de comptabiliser les coûts différentiels et d’imputer les dépenses se rattachant à leurs tâches conformément aux directives financières publiées, et de faire rapport des résultats selon le processus d’examen financier du ministère de la Défense nationale.
Les coûts d’une mission peuvent être obtenus par le processus parlementaire habituel, y compris au moment de la publication du Rapport annuel sur le rendement ou 90 jours après la fin de la mission.
Une estimation des coûts est une activité dynamique qui évolue à mesure que se précisent la planification et les besoins opérationnels. Les estimations sont mises à jour régulièrement afin d’appuyer les travaux de planification et la prise de décisions. Pour cette raison, toute estimation donnée serait inexacte.

Question no 919 --
Mme Judy Foote:
En ce qui concerne le Régime de soins de santé de la fonction publique pour les retraités: a) combien de cotisants au régime font ou en ont fait partie (i) de la fonction publique fédérale, (ii) de la GRC, (iii) des Forces canadiennes, (iv) de la clientèle des Anciens Combattants; b) quel sera le taux de cotisation des retraités pour la protection supplémentaire d’une personne seule au (i) 1er avril 2014, (ii) 1er avril 2015, (iii) 1er avril 2016, (iv) 1er avril 2017, (v) 1er avril 2018?
Response
L'hon. Tony Clement (président du Conseil du Trésor, PCC):
Monsieur le Président, en gérant le régime fédéral d’avantages sociaux de façon abordable, viable et équitable, tant pour les membres du régime que pour les contribuables Canadiens, le gouvernement du Canada a indiqué dans son Plan d’action économique de 2013 qu’il examinerait la rémunération totale des employés ainsi que les avantages offerts aux retraités afin d’aligner ces avantages sociaux à ceux offerts par les employeurs dans les secteurs publics et privés. Le gouvernement a travaillé et consulté les intervenants clés, incluant les représentants des participants retraités, et est arrivé à une entente négociée avec les représentants des participants retraités et les syndicats de la fonction publique fédérale.
Le régime de soins de santé du gouvernement est un programme volontaire auquel les participants retraités peuvent adhérer s’ils le désirent. Un tel choix est un privilège. Les avantages sociaux du régime sont généreux et la couverture du régime inclut des lits d’hôpitaux et matelas thérapeutiques, les prothèses auditives, des services de psychologues et 15 000 dollars par année en services infirmiers. Les employés à la retraite peuvent choisir le régime du gouvernement ou se joindre à tout autre régime au pays également offert aux Canadiens et ayant les mêmes avantages. Il est à noter que la prestation aux travailleurs retraités d’un régime de santé et d’avantages sociaux est l’exception plutôt que la règle au Canada. La plupart des employeurs au Canada des secteurs publics et privés ne donnent pas de soins de santé aux employés après leur retraite car des régimes alternatifs sont disponibles.
Avant, les coûts du régime fédéral étaient subventionnés par les contribuables Canadiens, alors que les retraités payaient 25% des frais du régime et les contribuables Canadiens, 75% de ces frais. À partir des résultats des négociations, les coûts du régime volontaire de protection supplémentaire seront partagés également entre les retraités et les contribuables Canadiens. Les contribuables Canadiens devraient être au courant des avantages et bénéfices de soins de santé qu’ils subventionnent et qui font partie de l’éventail des avantages sociaux et soins de santé des fonctionnaires fédéraux. Il convient de noter que l’entente négociée ne s’applique pas aux retraités à faible revenu, ces retraités n’étant pas assujettis aux dispositions de partage égal des frais du régime de 50:50.
En réponse à la partie a) de la question, voici une ventilation de la participation des employés à la retraite qui adhèrent au Régime de soins de santé de la fonction publique, le RSSFP, en date du 30 novembre 2014: d’abord, la fonction publique fédérale — d’après le nombre de participants à la retraite qui reçoivent une pension en vertu de la Loi sur la pension de la fonction publique —: 205 843; la Gendarmerie royale du Canada — d’après le nombre de participants à la retraite qui reçoivent une pension en vertu de la Loi sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du Canada —: 16 171; les Forces armées canadiennes — d’après le nombre de participants à la retraite qui reçoivent une pension en vertu de la Loi sur la pension de retraite des Forces canadiennes —: 80 469; et le groupe de clients d’Anciens Combattants Canada: 2 179.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, le taux de contribution des participants à la retraite sans personne à charge ayant une couverture complémentaire, bien que les taux n’aient pas été réajustés, se trouve au lien suivant: http://www.njc-cnm.gc.ca/directive/index.php?hl=1&lang=fra&merge=2&sid=87.
Il existe toutefois une exception. Un nouveau taux d’allégement complémentaire pour les participants à la retraite qui adhèrent au RSSFP entrera en vigueur le 1er avril 2015 et sera affiché au lien noté ci-dessus dès le 30 janvier 2015. Cette nouvelle disposition sera uniquement offerte aux participants à la retraite qui auront adhéré au RSSFP le ou avant le 31 mars 2015. Elle exige qu’une demande soit présentée au service de pension propre au participant à la retraite. Après réception d’une demande, l’admissibilité est déterminée selon le montant du Supplément de revenu garanti, le SRG, versé au participant à la retraite ou selon que le participant reçoit un montant de revenu individuel ou combiné inférieur au seuil du SRG en vigueur à la date de réception de la demande.
Les taux de contribution d’un participant à la retraite sans personne à charge ayant droit au taux d’allégement complémentaire qui entrera en vigueur le 1er avril 2015 et sera affiché au lien noté ci-dessus dès le 30 janvier 2015.
Les taux de contribution sont calculés en fonction des résultats réels du régime. Par conséquent, les taux pour le 1er avril 2016, le 1er avril 2017 et le 1er avril 2018 n’ont pas encore été fixés. On prévoit que les taux pour le 1er avril 2016 seront fixés au début de l’année 2016. De même, on prévoit que les taux pour le 1er avril 2017 seront fixés au début de l’année 2017, et que les taux pour le 1er avril 2018 seront fixés au début de l'année 2018.

Question no 932 --
Mme Irene Mathyssen:
En ce qui concerne Emploi et Développement social Canada: a) quelles dépenses ont été engagées depuis janvier 2013, notamment depuis le budget de 2013, pour donner suite à la promesse énoncée dans le discours du Trône de 2013 de renseigner les aînés sur des programmes et services gouvernementaux tels que la Sécurité de la vieillesse, le Supplément de revenu garanti, l’allocation et l’allocation au survivant, Régime de pensions du Canada, entre autres, et, dans chaque cas, (i) quels sont les fonds, subventions, prêts et garanties de prêt fournis, (ii) quel est le montant du financement, (iii) quel est le lieu et l’organisme ou groupe ayant reçu les fonds, (iv) quel sont les fins précises pour lesquelles les fonds ont été versés; b) quel mécanisme de surveillance a été mis en place pour garantir le financement afin de fournir de l’information aux aînés sur les programmes susmentionnés; c) quels plans détaillés le gouvernement a-t-il établis par écrit pour améliorer l’accès aux renseignements sur les programmes à l’intention des aînés dans le cas d’aînés qui dépendent de la livraison du courrier à domicile, (i) dans combien de temps les aînés auront-ils accès aux renseignements accrus sur les programmes à l’intention des aînés qui remplaceront la livraison à domicile, (ii) quel est le coût prévu de ces plans, (iii) quels commentaires le gouvernement a-t-il reçus de la part d’aînés quant à leur besoin d’un accès accru aux renseignements sur ces programmes?
Response
M. Scott Armstrong (secrétaire parlementaire du ministre de l'Emploi et du Développement social, PCC):
Monsieur le Président, Emploi et Développement social Canada, EDSC, n’est pas en mesure de répondre à la question de façon précise dans le temps alloué. Cependant, en général, EDSC s’est engagé à fournir aux aînés des renseignements au sujet des programmes et des services gouvernementaux.
Le ministère a mis en œuvre les engagements du budget et du discours du Trône en prenant un certain nombre de mesures pour améliorer l’accès aux prestations par les aînés. Il a notamment amélioré les services mobiles afin de mieux joindre les aînés là où ils habitent; il a fait en sorte que les clients puissent accéder plus facilement aux renseignements dont ils ont besoin sur le Web, par téléphone et en personne par l’entremise du réseau de Service Canada; il a augmenté le nombre de demandes qui sont envoyées de façon proactive aux Canadiens avant qu’ils atteignent l’âge de 65 ans; et il a restructuré et réécrit dans un langage clair les pages du site Web de Service Canada ayant trait aux pensions afin de mieux expliquer le système de revenu de retraite au Canada et d’améliorer l’accès aux pensions et aux prestations du Régime de pensions du Canada, le RPC, et de la Sécurité de la vieillesse, la SV.
Par le truchement d’encarts envoyés avec les feuillets de renseignements pour les prestations du RPC ou de la SV, nous informons les aînés de la façon d’accéder aux renseignements sur l’éventail complet de prestations mises à leur disposition. En 2013, nous avons envoyé 7,2 millions d’encarts.
Entre avril 2013 et mars 2014, les services externes mobiles de Service Canada ont présenté 1 774 séances d’information à 22 490 personnes âgées et fournisseurs de soins, groupes communautaires et partenaires de la prestation de services dans tout le pays.
De plus, Service Canada envoie par la poste des formulaires de demande pour les prestations du RPC ou de la SV ou pour le renouvellement du SRG et des allocations à de nombreux aînés canadiens. En 2013-2014, Service Canada a posté le volume suivant de formulaires de demande: des formulaires de demande de la SV ont été envoyés à environ 250 000 personnes qui ont atteint 64 ans, et un formulaire de demande de prestations du RPC a également été joint pour les personnes qui ne reçoivent pas encore ces prestations — 10 000 autres formulaires de demande du RPC ont été envoyés aux personnes qui ont atteint récemment 64 ans et qui ne bénéficiaient pas du RPC, mais pour qui une demande de SV avait déjà été reçue; 138 605 personnes ont reçu des lettres d’inscription automatique au lieu d’un formulaire de demande. La plupart de ces personnes n’auront pas besoin de faire une demande de pension de SV; environ 50 000 demandes pour le SRG et les allocations ont été envoyées aux personnes qui pourraient être admissibles d’après les déclarations de revenus produites auprès de l’Agence du revenu du Canada.
Par ailleurs, Service Canada a lancé une page de destination sur Internet consacrée à du contenu susceptible d’intéresser particulièrement les aînés, à servicecanada.gc.ca, laquelle est continuellement mise à jour avec de nouveaux renseignements intéressants pour les aînés.
En plus de ce qui précède, l’inscription automatique des bénéficiaires de la SV à l’aide des renseignements figurant actuellement dans leur RPC et leur Régime de rentes du Québec a commencé en avril 2013 et a été entièrement mise en œuvre en octobre 2013.
En date de novembre 2014, Service Canada a envoyé des lettres d’inscription automatique pour aviser les personnes qu’elles recevront leur prestation de SV sans devoir en faire la demande. Le processus en vue du versement de cette prestation à l’âge de 65 ans devrait avoir commencé pour les 130 000 premières de ces personnes d’ici la fin de 2014-2015.
Collapse
Aboriginal peoplesAboriginal reservesAcademic achievement and school performanceAccess to informationAccountabilityAdministrative Monetary Penalty SystemAdvertisingAglukkaq, LeonaAir defenceAlbertaAlexander, Chris ...Show all topics
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2014-09-15 15:30
Expand

Question No. 503--
Mr. Malcolm Allen:
With regard to the use of azodicarbonamide in Canada: (a) in what year was Health Canada’s most recent assessment of azodicarbonamide and its chemical by-products completed; (b) what research and data was used in this assessment; (c) did Health Canada’s most recent assessment of azodicarbonamide include analysis of its chemical by-products semicarbazide and urethane and, if so, what were the results of this analysis; (d) when does Health Canada plan to undertake its next assessment of azodicarbonamide and its chemical by-products; (e) what has Health Canada established to be a safe, acceptable daily intake of azodicarbonamide and its chemical by-products; (f) what information does the government collect to ensure that Canadians are not exceeding the safe, acceptable daily intake of azodicarbonamide and its chemical by-products; (g) how many products containing azodicarbonamide have been approved for sale in Canada; and (h) what labelling requirements has the government established in regard to products containing azodicarbonamide and its chemical by-products?
Response
Hon. Rona Ambrose (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, Health Canada completed a thorough safety assessment of the use of azodicarbonamide in 2006.
The 2006 assessment took into consideration the available scientific data as well as the outcomes of scientific research conducted by Health Canada to investigate the safety of azodicarbonamide.
Health Canada’s assessment of azodicarbonamide did take into consideration exposure to one of its main breakdown products, semicarbazide. While Health Canada scientists were aware that small amounts of urethane, or ethyl carbamate, can form in some products associated with azodicarbonamide use, the levels were considered to be consistent with low urethane levels that can naturally form in a number of foods and alcoholic beverages during fermentation.
The results of Health Canada’s studies on semicarbazide demonstrated that manufacturers were using azodicarbonamide according to Canada’s food additive provisions and that the levels of semicarbazide formed did not represent a health risk to consumers.
Health Canada is not aware of any recent scientific evidence that would suggest the current use of azodicarbonamide as a food additive, or exposure to semicarbazide, represents a health concern to consumers. Therefore, there are no plans to undertake another assessment in the near future. Should any scientific evidence indicate that the use of azodicarbonamide as a food additive presents a risk to human health, Health Canada would take appropriate action that could include reassessing the substance and amending the provisions that permit its use.
No acceptable daily intake has been established for azodicarbonamide or its chemical by-products, as the results of Health Canada’s initial assessment and most recent reassessment have deemed such a level unnecessary.
In addition, following the 2006 evaluation, it was concluded that there was a very large margin of safety between doses associated with adverse effects in experimental animals and the maximum dietary exposure for Canadians. Therefore, an acceptable daily intake was also not established for semicarbazide.
Currently, azodicarbonamide can be used as a food additive in bread, flour or whole wheat flour at a maximum level of 45 parts per million, or ppm, in the flour. The regulatory provisions for the use of azodicarbonamide as an additive are “enabling” provisions, meaning that food manufacturers can choose to use azodicarbonamide, provided they do so in accordance with its legal conditions of use, however, they are not obligated to use it.
When used according to the stated conditions in the Food and Drug Regulations, exposure to either azodicarbonamide or its breakdown products, semicarbazide and urethane, do not represent a health risk to consumers. It is the responsibility of the Canadian Food Inspection Agency to ensure that all food additives approved for use in Canada comply with their stated conditions of use.
When offered for sale, flour and whole wheat flour must carry a list declaring all ingredients, including any food additives contained within, such as azodicarbonamide.

Question No. 504--
Ms. Megan Leslie:
With regard to Parks Canada’s Parks Passport program: (a) for the time period of 2010 to 2013, broken down by month and year, (i) how many students registered for the program, (ii) of those who registered, how many attended, (iii) from what schools, (iv) in which region and city; and (b) broken down by region, province and year, which parks participated in the program?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of the Environment, Minister of the Canadian Northern Economic Development Agency and Minister for the Arctic Council, CPC):
Mr. Speaker, between 2010 and 2013, Parks Canada mailed 1,531,749 passes for entry into Parks Canada places to schools with grade 8 or secondary II students, or enough passes to distribute to every eligible student. Once the passes are distributed, no registration is required to validate them. Parks Canada calculated the required number of passes in collaboration with its program partners, based on information provided by school boards about the number of eligible students, including those in split classes, in their schools. The agency has endeavoured to be inclusive of home schooling, private schools, federally funded schools on reserves and charter schools, which are not included in the 347,694 grade 8 or secondary II students reported by Statistics Canada.
The yearly totals are as follows: in May 2010, 390,365 passes were distributed; in April 2011, 381,142 passes were distributed; in March 2012, 380,639 passes were distributed; and in March 2013, 379,603 passes were distributed.
Students are not required to register their pass for use at Parks Canada places. However, based on Parks Canada’s tracking systems, which include point of sale systems and manual procedures, an estimated 17,000 passes were used to enter Parks Canada places between 2010 and 2013.
To respect the privacy of minors, students entering Parks Canada places with a My Parks Pass are not required to provide their school’s details. Therefore, data identifying the schools is not available.
To respect the privacy of Canadians, particularly minors, Parks Canada does not collect personal information from individuals using the My Parks Pass to enter Parks Canada places. Therefore, data on region and city is not available.
All parks and sites administered by Parks Canada participate in the My Parks Pass program through online and in-class activities. All Parks Canada places that charge an entry fee also participate by accepting the pass for free entry and discount.

Question No. 506--
Ms. Peggy Nash:
With regard to gender-based analyses carried out by the Department of Finance: what are the titles, dates and authors of any reports or studies done by the department that provide a gender-based analysis of (i) income splitting, (ii) Tax-Free Savings Accounts, (iii) the Child Arts Tax Credit, (iv) the employee stock option deduction, (v) the Children’s Fitness Tax Credit, (vi) pension income splitting, (vii) partial deduction of meals and entertainment expenses, (viii) partial inclusion of capital gains, (ix) the moving expense deduction, (x) the flow-through share deduction, (xi) cuts to program spending?
Response
Mr. Andrew Saxton (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, the Department of Finance undertakes gender-based analysis, GBA, on all new policy proposals for ministerial consideration, including tax and spending measures, where appropriate and where data exists.
For each initiative specified in Q-506, the points that follow provide the information available under title, author, and date of publication of the GBA.
With regard to income splitting and pension income splitting, a measure to allow pension income splitting was announced in the tax fairness plan on October 31, 2006, and a GBA for the measure was completed by the Department of Finance. No other measure related to income splitting has been announced or implemented by the Government of Canada. As such, no additional information about a GBA in respect of this proposal is available.
With regard to tax-free savings accounts, this measure was introduced in the budget tabled on February 26, 2008. The GBA for the measure was completed by the Department of Finance in advance of the tabling of the budget.
With regard to the children’s arts tax credit, this measure was introduced in the budget tabled on March 22, 2011. The GBA for the measure was completed by the Department of Finance in advance of the tabling of the budget.
With regard to the employee stock option deduction, this measure was introduced in 1977. Introduction of the measure predates the government’s 1995 commitment to conduct GBA in respect of new policy proposals.
With regard to the children’s fitness tax credit, this measure was introduced in the budget tabled on May 2, 2006. The GBA for the measure was completed by the Department of Finance in advance of the tabling of the budget.
With regard to pension income Splitting--see (i).
With regard to partial deduction of meals and entertainment expenses, this measure was introduced in 1987. Introduction of the measure predates the government’s 1995 commitment to conduct GBA in respect of new policy proposals.
With regard to partial inclusion of capital gains, this measure was introduced in 1972. Introduction of the measure predates the government’s 1995 commitment to conduct GBA in respect of new policy proposals.
With regard to the moving expense deduction, this measure was introduced in 1971. Introduction of the measure predates the government’s 1995 commitment to conduct GBA in respect of new policy proposals.
With regard to the flow-through share deduction, the current flow-through share regime was introduced in 1986, but previous forms of the regime have been allowed by the Income Tax Act since the 1950s. Introduction of the measure predates the government’s 1995 commitment to conduct GBA in respect of new policy proposals.
With regard to cuts to program spending, sponsoring departments and the Treasury Board Secretariat undertook a GBA on savings proposals that informed recommendations to Treasury Board and budget 2012 planned reductions to departmental spending.

Question no 514 --
Mr. Scott Simms:
With regard to the Public Prosecution Service of Canada, what are the file numbers of all ministerial briefings or departmental correspondence between the government and the Public Prosecution Service of Canada since the department’s creation, broken down by (i) minister or department, (ii) relevant file number, (iii) correspondence or file type, (iv) date, (v) purpose, (vi) origin, (vii) intended destination, (viii) other officials copied or involved?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of Justice and Attorney General of Canada, CPC):
Mr. Speaker, the Public Prosecution Service of Canada, PPSC, was created on December 12, 2006, when the Director of Public Prosecutions Act, part 3 of the Federal Accountability Act, came into force.
The PPSC is an independent organization, reporting to Parliament through the Attorney General of Canada, and is responsible for prosecuting offences under more than 50 federal statutes and for providing prosecution-related legal advice to law enforcement agencies.
Correspondence between the PPSC and other government departments mainly comprises communications between crown counsel and various investigative agencies, and is protected by solicitor-client privilege and/or litigation privilege. As well, in order to identify all correspondence with other government departments, it would be necessary to conduct a manual search of the files and records of all PPSC employees and agents, which is not feasible given the operational and time demands required to do so.

Question No. 517--
Hon. Ralph Goodale:
With regard to federal non-refundable tax credits for public transit, children’s fitness and children’s arts: how many Canadians who submitted income tax returns did not have a high enough income to be able to use each in the 2011, 2012 and 2013 tax years?
Response
Hon. Kerry-Lynne D. Findlay (Minister of National Revenue, CPC):
Mr. Speaker, individual tax filers with taxable income, as reported on line 260 of the general income tax and benefit return, under the basic personal amount do not pay federal income tax.
The figures provided below include all individual filers whose taxable income was less than the basic personal amount. The figures are not limited to those who applied for the above-mentioned credits, as it is expected that some individuals will choose not to claim the credits given that their taxable income is less than the basic personal amount, and claiming any of these credits would not result in additional tax savings. As such, the Canada Revenue Agency, CRA, cannot determine how many of these individuals may have been able to benefit from one or more of the above-mentioned credits.
The number of individual tax filers with taxable income less than the basic personal amount for tax years 2011 and 2012 are as follows. As the CRA is currently processing 2013 tax year returns, data is not currently available for that taxation year.
For 2011, the number of filers was 6,636,600, with a basic personal amount of $10,527; and for 2012, it was 6,462,350, with a basic personal amount of $10,822. The figures are rounded to the nearest 10. They are from the CRA T1 Data Mart and include all initially assessed returns processed up to May 2, 2014, that is, the most recent available data.

Question No. 519--
Mr. Glenn Thibeault:
With regard to the Hiring Credit for Small Business, since 2011-2012: broken down by fiscal year up to and including the current fiscal year, (a) what is the total cost of the Hiring Credit for Small Business; (b) what is the total number of small businesses that successfully accessed the hiring credit; and (c) what was the average tax savings for small business owners who successfully accessed the hiring credit?
Response
Hon. Kerry-Lynne D. Findlay (Minister of National Revenue, CPC):
Mr. Speaker, the 2011 federal budget originally introduced the hiring credit for small business, HCSB. The HCSB was extended in 2012 and expanded and extended again in 2013.
With regard to (a), the Canada Revenue Agency, CRA, administers the HCSB as part of its daily operations. As HCSB administration costs are not tracked separately, the CRA is unable to respond in the manner requested.
With regard to (b), the HCSB was a credit intended to stimulate new employment and support small businesses. Since its introduction, a number of Canadian small businesses have successfully accessed the credit. As the CRA tracks the number of employers who have received the HCSB by taxation year, rather than by fiscal period, its response is limited to information for the following tax years: 2011, 551,940 employers; 2012, 550,609 employers; and 2013, 509,544 employers to date. For 2013, the numbers represent a year to date total. It is anticipated that additional filing and processing of employer returns will increase the total number of employers receiving the credit for 2013.
With regard to (c), the HCSB provides a credit to the taxpayer’s account at a minimum of $2 and a maximum credit of $1,000 based on the taxpayer’s eligibility for the program. The available data focuses on the credit paid to taxpayers and may not fully represent the average tax savings for taxpayers who have successfully accessed the HCSB. The average credit paid to taxpayers by tax year is as follows: 2011, $381.23; 2012, $396.47; and 2013, $422.74 to date. The 2013 HCSB threshold of the employers’ portion of the employment insurance premiums was expanded from $10,000 to $15,000, which potentially has increased the number of taxpayers eligible to receive the maximum credit.

Question No. 529--
Hon. Lawrence MacAulay:
With regard to contracts under $10,000 granted by the Royal Canadian Mounted Police since January 1, 2013: what are the (a) vendors' names; (b) contracts' reference numbers; (c) dates of the contracts; (d) descriptions of the services provided; (e) delivery dates; (f) original contracts' values; and (g) final contracts' values if different from the original contracts' values?
Response
Hon. Steven Blaney (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, CPC):
Mr. Speaker, within the timeframe provided, it would not be possible to manually verify the value of each of the contracts under $10,000 granted by RCMP since January 1, 2013, given the volume of data. As a result, a complete and accurate response could not be produced.

Question No. 544--
Hon. Ralph Goodale:
With regard to railway grain transportation reporting requirements: for each week in the current crop year, starting August 1, 2013, how much grain was moved, as reported by each of CN Rail and CP Rail from prairie delivery points, (a) to a port for export, indicating (i) the type of grain, (ii) the port in each case; (b) out of country by rail, indicating (i) the type of grain, (ii) the destination in each case; and (c) to final domestic users, indicating the (i) type of grain, (ii) final domestic user in each case?
Response
Hon. Lisa Raitt (Minister of Transport, CPC):
Mr. Speaker, the grain transportation data forwarded to Transport Canada by CN Rail and CP Rail is provided pursuant to the Canada Transportation Act. Section 51(1) of that act states that “information required to be provided to the Minister pursuant to this Act is, when it is received by the Minister, confidential and must not knowingly be disclosed or made available by any person without the authorization of the person who provided the information or documentation.” Consequently, this confidential information cannot be disclosed.

Question No. 548--
Mr. Frank Valeriote:
With regard to government-wide advertising activities, broken down by department, agency, and institution, since April 1, 2011: (a) how many advertisements have (i) been created in total, broken down by type (cinema, internet, out-of-home, print dailies, print magazine, weekly/community newspapers, radio, television) and by year, (ii) been given an identification number, a name or a Media Authorization Number (ADV number); (b) what is the identification number, name or ADV number for each advertisement listed in (a)(ii); and (c) for the answers to each part of (a), what is (i) the length (seconds or minutes) of each radio advertisement, television advertisement, cinema advertisement, internet advertisement, (ii) the cost for the production or creation of each advertisement, (iii) the companies used to produce or create each advertisement, (iv) the number of times each advertisement has aired or been published, specifying the total number of times and the total length of time (seconds or minutes), broken down by year and by month for each advertisement, (v) the total cost to air or publish each advertisement, broken down by year and by month, (vi) the criteria used to select each of the advertisement placements, (vii) media outlets used to air or publish each advertisement, broken down by year and by month, (viii) the total amount spent per outlet, broken down by year and by month?
Response
Hon. Tony Clement (President of the Treasury Board, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), (b) and (c) iii, (v), (vii), and (viii), information can be found at http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/pub-adv/annuel-annual-eng.html.
With regard to (c)(i), (ii), (iv), and (vi), the Government of Canada does not disclose information about the specific amounts paid for individual ad placements or the amounts paid to specific media outlets with which it has negotiated rates. This information can be considered third-party business sensitive information, and may be protected under the Access to Information Act.

Question No. 549--
Mr. Marc Garneau:
With regard to foreign affairs, and specifically applications to export military goods or technology since January 1, 2000: (a) in respect of each such application, how many human rights experts were consulted (i) from within the Department of Foreign Affairs and International Trade, (ii) from within another department, specifying the department, (iii) from within an overseas diplomatic mission, specifying the mission; (b) for each such application, what methodology was employed to demonstrate that there is no reasonable risk that the goods or technology would be used against the civilian population; (c) in assessing that risk for each such application, were consultations undertaken with any of (i) Amnesty International, (ii) Human Rights Watch, (iii) the United Nations, (iv) any other external organization, specifying the organization; and (d) will the government revoke an export permit granted under such an application if there are new or mitigating circumstances or information that indicate the goods or technology may be used, or may have been used, against civilians or in other violations of human rights or international law or norms?
Response
Hon. John Baird (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), (b), and (c), applications for permits to export military goods or technology are assessed against a number of criteria, one of which is assessing the risk that the proposed export could result in human rights violations in the destination country. A number of DFATD divisions, including missions abroad, are involved in the review of permit applications. Consultations are also undertaken with the Department of National Defence and other agencies or departments as needed. Assessing risks of human rights violations is a key consideration during the review process. As part of their responsibilities, officers at our missions abroad and at geographic divisions at DFATD headquarters closely follow human rights issues, meeting regularly with human rights groups and organizations, and accessing information from these groups and organizations, from other non-governmental organizations, and civil society. This information is used to inform the consultation process and assess whether there is a significant risk that an export is likely to result in human rights violations in the destination country.
With regard to (d), officials closely monitor international developments that have the potential to negatively impact regional security, or that are resulting, or are likely to result, in violations of human rights. In cases where the situation changes in a destination country, export permits can be suspended or cancelled should it be determined that the export has become inconsistent with Canada's foreign and defence policies and interests, including on human rights grounds.

Question No. 559--
Mr. Kevin Lamoureux:
With regard to government answers to written questions: (a) what is the rationale for the policy of the Privy Council Office not to release tabular or written material prepared in response to written questions in the native digital format in which it was prepared; (b) on what dates was this policy (i) established, (ii) revised; and (c) what are the dates, file numbers, and titles of any orders, memoranda, directives, or other documents in which this policy has been set forth?
Response
Mr. Tom Lukiwski (Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, except for those questions requiring an oral answer pursuant to the Standing Orders of the House of Commons, the government’s answers to questions on the order paper are contained in documents tabled in Parliament that bear a minister’s or parliamentary secretary’s signature. Any other version of a response is considered a draft and unofficial.

Question No. 568--
Mr. Murray Rankin:
With regard to the DSC/Fiscal Arbitrator tax scheme: (a) when did the Canada Revenue Agency (CRA) initially execute an investigation; (b) when did the CRA post a warning to the public; (c) how many citizens owed funds to the CRA, broken down by (i) province, (ii) region; (d) what were the (i) original amounts owed, (ii) penalties owed, (iii) interest owed; (e) what was the range of penalties; (f) as of June 5, 2014, how much (i) is still owed, (ii) how much has been paid, (iii) how many have paid the full balance, (iv) how many have paid a partial balance, (v) how many have not paid towards the balance; (g) how many have filed for bankruptcy and, as a result of bankruptcy, how much has been lost to the CRA in interest and penalties; (h) in total, how many files (i) received refunds, (ii) declined a refund; and (i) what would be the total amount owing had all files received a refund?
Response
Hon. Kerry-Lynne D. Findlay (Minister of National Revenue, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), Section 241 of the Income Tax Act precludes the Canada Revenue Agency, the CRA, from providing taxpayer-specific information or information that would identify specific taxpayers; therefore, the CRA will not comment on an investigation that it may or may not be undertaking.
With regard to (b), on an ongoing basis, the CRA provides information to Canadians on tax matters, including warnings to beware of groups or individuals who conspire, counsel, and promote tax avoidance schemes. The CRA continues to issue substantial public warnings about tax schemes and inform Canadians about how to protect themselves from fraud through tax alerts, news releases, and fact sheets–all of which can be found on the CRA website--as well as through outreach and partnerships with stakeholders.
Information on these schemes and how to identify and avoid them is readily available to anyone seeking it. Through these various media the CRA also informs Canadians about the consequences of participating in and promoting various schemes, how to report participation in a scheme they become aware of, and how to come forward using the voluntary disclosures program to correct past tax mistakes before criminal and financial consequences occur.
When a conviction related to an illegal tax avoidance scheme occurs, the CRA issues a regional conviction news release to inform the Canadian public in order to help others who may have unknowingly participated in similar schemes and to deter others from participating. More information on convictions that have occurred within the last year is available on the CRA website.
Under certain circumstances, including when it may provide a more timely warning of ongoing schemes, the CRA issues news releases when charges are laid. The CRA has also provided interviews to the media to inform the Canadian public about participating in tax schemes, including the risks and costs they could incur and how to identify them and avoid taking part.
Specifically to warn taxpayers of schemes and fraud, in 2006 the CRA created tax alerts—a warning issued to the media, posted to the CRA website, and issued through an e-mail list and RSS feed. Some tax alerts have made specific reference to schemes involving fictitious business losses, while others have been broader, encompassing a call to action to seek independent advice from a trusted tax professional before becoming involved in a scheme or arrangement. Many of these alerts have reminded Canadians that if it looks too good to be true, it probably is.
The CRA also collaborates with the Competition Bureau and the RCMP in its yearly promotion of Fraud Prevention Month. The CRA issues a yearly fraud prevention news release that reminds Canadians to protect themselves and leads them to the CRA’s website, where a comprehensive web resource provides them with further details. Other products such as fact sheets and checklists on how Canadians can protect themselves have accompanied those releases.
In addition to the yearly Fraud Prevention Month promotion, the CRA has also issued several other warnings about fraud or schemes. These have been distributed using News Canada articles, news releases, and tax tips during income tax filing season, and through the CRA’s Twitter feed, which prominently features tweets on schemes, scams, and fraud. Regardless of the exact nature of the warning, web links to information on a variety of schemes and fraud are provided. Promoting those resources helps visitors learn about how to protect themselves on a variety of fronts.
With regard to parts (c) through (i), the CRA routinely audits questionable business losses. The CRA does not track information by specific tax scheme, such as DSC and Fiscal Arbitrators. Furthermore, section 241 of the Income Tax Act precludes the CRA from providing taxpayer-specific information or information that would identify specific taxpayers.

Question No. 571--
Mr. Ryan Cleary:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans: (a) have there been any reports written on seismic testing and the effects on fish stocks in the Gulf of St. Lawrence since 1996; and (b) have there been any reports written on seismic testing and the effects on fish stocks off Newfoundland and Labrador since 2006?
Response
Hon. Gail Shea (Minister of Fisheries and Oceans, CPC):
Mr. Speaker, the potential impact of seismic testing on fish, invertebrates, marine mammals, and sea turtles has been an area of study for many years. Researchers within Fisheries and Oceans Canada, as well as others within Canada and internationally, have conducted numerous studies, ranging from laboratory-scale experiments looking at effects on the physiology, behaviour, and survivorship of individual animals up to large-scale field studies looking at changes in fish stocks and fish catches before, during, and after seismic surveys. This includes research reports, summaries of broad syntheses, environmental impact statements, and the Canadian Statement of Practice, which guides the applications of seismic surveys. Most of these studies are applicable to all locations. In addition, there have been some reports produced on the specific areas mentioned:
With regard to (a), in the Gulf of St. Lawrence there have been reports produced on potential impacts of seismic testing as part of DFO’s review of proposed development projects.
With regard to (b), in the waters off Newfoundland and Labrador there have been reports produced as part of the review of developments proposals, and also some reports on research conducted on lobster, crabs, and fish in local waters.

Question No. 572--
Mr. Ryan Cleary:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans and Articles 39 and 40 of the Northwest Atlantic Fisheries Organization (NAFO) Conservation and Enforcement Measures: what have been the outcomes of citations issued in Canadian waters to foreign fishing vessels over the past five years?
Response
Hon. Gail Shea (Minister of Fisheries and Oceans, CPC):
Mr. Speaker, as the port citations were only just issued in May of this year, the Government of Canada has not yet been informed of the outcome by the vessels’ home countries.

Question No. 574--
Mr. Ryan Cleary:
With regard to the Department of Canadian Heritage: have there been any studies on the infrastructure at Cape Spear Lighthouse National Historic Site or Fort Amherst National Historic Site since 2000?
Response
Mr. Rick Dykstra (Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage, CPC):
Mr. Speaker, the Department of Canadian Heritage has not conducted any studies on the infrastructure at Cape Spear Lighthouse National Historic Site or at Fort Amherst National Historic Site since 2000.

Question No. 588--
Ms. Yvonne Jones:
With regard to corrections, since November 27, 2012: (a) has any department or agency conducted any review or assessment of physical conditions, practices, policies, or any other matter, pertaining to (i) the Baffin Correctional Centre in Iqaluit, Nunavut, (ii) correctional services in Nunavut in general; (b) what are the details, including dates and file numbers, of each such review or assessment; (c) has any department or agency conducted any review or assessment of physical conditions, practices, policies, or any other matter, pertaining to (i) Her Majesty’s Penitentiary in St. John’s, Newfoundland and Labrador, (ii) correctional services in Newfoundland and Labrador in general; and (d) what are the details, including dates and file numbers, of each such review or assessment?
Response
Hon. Steven Blaney (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a)(i), (a)(ii), and (b), the Department of Public Safety and Emergency Preparedness, or PS, has not conducted any review or assessment pertaining to the Baffin Correctional Centre or any other correctional services in Nunavut. This is a territorial institution, not a federal institution.
With regard to (c)(i), (c)(ii), and (d), PS has not conducted any review or assessment pertaining to Her Majesty’s Penitentiary or any other correctional services in Newfoundland and Labrador. This is a provincial institution, not a federal institution.
With regard to (a)(i), since November 27, 2012, Correctional Service of Canada, CSC, has not conducted any review or assessment of physical conditions, practices, policies, or any other matter pertaining to Baffin Correctional Centre in Iqaluit, Nunavut. This is a territorial institution, not a federal institution.
With regard to (a)(ii), the last review of the Exchange of Service Agreement, or ESA, between CSC and the Territory of Nunavut was completed in April 2012 and is in effect until March 2018; there have been no further reviews of the ESA since November 27, 2012.
With regard to (b), there have been no further reviews of the ESA since November 27, 2012. As a result, there are no dates and file reviews between CSC and the Government of Nunavut to report.
With regard to (c)(i), since November 27, 2012, CSC has not conducted any review or assessment of physical conditions, practices, policies, or any other matter pertaining to Her Majesty’s Penitentiary in St. John’s, Newfoundland and Labrador. This is a provincial institution, not a federal institution.
With regard to (c)(ii), in January 2012, in accordance with the provision of the ESA between CSC and the Province of Newfoundland and Labrador, a review of the ESA was completed to enable CSC to measure the results achieved against objectives set forth in the ESA.
With regard to (d), this review focused on the continued relevance of the ESA, whether the agreement is effective in meeting its objectives within budget and without unwanted outcomes, whether it is cost-effective, and whether it was implemented as designed.
While this review did not focus solely on provincial corrections, it was concluded that the ESA has, in all key areas, been implemented as intended. It is fair to say that the success of the program initiatives and many others is due to the high level of collaboration and co-operation between the two jurisdictions at all levels.
The details, including dates and file numbers, of each discussion between CSC and the Province of Newfoundland and Labrador are not readily available.
With regard to (a)(i), (a)(ii), and (b), since November 27, 2012, the RCMP has not conducted any review or assessment pertaining to the Baffin Correctional Centre or any other correctional services in Nunavut. This is a territorial institution, not a federal institution.
(c)(i)(ii)(d) With regard to (c)(i), (c)(ii), and (d), since November 27, 2012, the RCMP has not conducted any review or assessment pertaining to Her Majesty`s Penitentiary in St. John’s or correctional services in Newfoundland and Labrador in general.

Question No. 607--
Mr. Scott Andrews:
With regard to Marine Atlantic Incorporated and the recent decision to eliminate two vessels crossing per week between Port aux Basques, Newfoundland and Labrador and North Sydney, Nova Scotia: (a) what consultations took place between Marine Atlantic and stakeholder groups in Newfoundland and Labrador, including names of stakeholders and how the consultations took place; (b) what were the established thresholds that had to be met before crossings were cancelled; and (c) what is the projected financial benefit or loss to Marine Atlantic for cancelling these crossings?
Response
Hon. Lisa Raitt (Minister of Transport, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), no formal consultations took place between Marine Atlantic and stakeholder groups in Newfoundland and Labrador; however, the corporation did have regular informal discussions with members of various stakeholder groups in advance of the schedule change. These discussions centred around decreasing traffic levels with the corporation and trying to better understand the amount of traffic that commercial operators planned on moving during the summer.
With regard to (b), the decision to change the schedule was not based on specified traffic thresholds. The corporation’s traffic has been declining, leading to revenues that were less than anticipated. Marine Atlantic recognized that it needed to change the schedule in order to better match traffic demand with available capacity and to ensure that the corporation could continue to meet its budgetary obligations.
With regard to (c), the projected savings from the 2014 summer schedule changes are approximately $4.13 million.

Question No. 608--
Ms. Joyce Murray:
With regard to the evaluation of options to sustain a Canadian Forces Fighter Capability: (a) has an assessment been made of the capacity of Canada’s CF-18 fleet to contribute to operations beyond 2020; (b) what are the associated costs determined by this calculation, including necessary upgrades to maintain safe and effective operations of each plane, broken down by (i) type of upgrade, (ii) cost; (c) how many CF-18s out of Canada’s current fleet could be upgraded; and (d) what is the estimated new operational timeframe of all planes in part (c), broken down by individual aircraft in the fleet?
Response
Hon. Rob Nicholson (Minister of National Defence, CPC):
Mr. Speaker, as part of the evaluation of options, the CF-18 fleet was assessed for its ability to contribute to operations beyond 2020. The assessment also outlines the rough order magnitude cost estimate to maintain safe and effective operations from an airworthiness, regulatory, and operational relevance perspective.
Ministers are reviewing a number of reports from the evaluation of options, including fighter capabilities, industrial benefits, costs, and other factors related to the decision to replace Canada's CF-18 fleet.

Question No. 609--
Mr. Scott Andrews:
With regard to the announcement by the Minister of Transport on May 13, 2014, to strengthen world-class tanker safety systems: (a) what evidence, studies, research, discussions, advice or other methods were used to support the establishment of regional planning and resources to better respond to accidents in each of the following locations, (i) Southern British Columbia, (ii) Saint John and the Bay of Fundy, New Brunswick, (iii) Port Hawkesbury, Nova Scotia, (iv) the Gulf of St. Lawrence; and (b) what evidence, studies, research, discussions, advice or other methods were used to not support the establishment of regional planning and resources to better respond to accidents in Placentia Bay and the South Coast of Newfoundland?
Response
Hon. Lisa Raitt (Minister of Transport, CPC):
Mr. Speaker, area response planning was approved as an overarching approach and will be implemented through a phased approach, starting in four areas: the southern portion of B.C; Saint John and Bay of Fundy, New Brunswick; Port Hawkesbury, Nova Scotia; and the Gulf of St. Lawrence, Quebec.
A pan-Canadian risk assessment entitled “Risk Assessment for Marine Spills in Canadian Waters” was conducted by GENIVAR. It was used to determine the areas where area response planning would initially be implemented. Other criteria used in identifying these areas include a high level of risk, geographic coverage, and the involvement of all four certified response organizations, those being Atlantic Emergency Response Team, Eastern Canada Response Corporation Ltd., Western Canada Marine Response Corporation, and Point Tupper Marine Services Ltd. Involving the response organizations will allow each to work within the new area response planning model, test new response standards and techniques, and determine the operational and financial impact of implementing area response planning nationally.

Question No. 615--
Hon. Wayne Easter:
With regard to Canada Border Services Agency (CBSA): what are the file numbers of all ministerial briefings or departmental correspondence between the government and CBSA from July 2013 to present, broken down by (i) minister or department, (ii) relevant file number, (iii) correspondence or file type, (iv) date, (v) purpose, (vi) origin, (vii) intended destination, (viii) other officials copied or involved?
Response
Hon. Steven Blaney (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, CPC):
Mr. Speaker, a preliminary search was done in ccmMercury, the file tracking system of the CBSA, to find the file numbers of all ministerial briefings or departmental correspondence between the government and the CBSA from July 2013 to June 12, 2014. As a result of the volume and the processing required to provide the detail requested, the CBSA cannot produce a response by the specified deadline.

Question No. 616--
Mr. David McGuinty:
With regard to the inventory of protests or demonstrations maintained by the Government Operations Centre: (a) which government departments or agencies are involved in the surveillance of public demonstrations; (b) when did the surveillance measures begin; (c) what government resources are employed in the surveillance; (d) for each department or agency, how many staff members have participated in the surveillance reporting system in each fiscal year since surveillance began; (e) what have been all the costs of implementing the surveillance; (f) how long are these surveillance measures intended to last; (g) which government department or agency maintains the data on the protests; (h) how long is such data retained; (i) who are the partners with whom it is shared; and (j) under what authority is it shared?
Response
Hon. Steven Blaney (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a) through (f), the Government Operations Centre does not conduct surveillance operations.
With regard to (g), the role of the Government Operations Centre, on behalf of the Government of Canada, is to support response coordination of events affecting the national interest. The Government Operations Centre seeks to maintain situational awareness of those demonstrations that may develop into events affecting the national interest. Situation reports are retained in accordance with the record-keeping accountability requirements of the Library and Archives of Canada Act.
With regard to (h), information obtained by the Government Operations Centre is retained for 10 years in accordance with the record-keeping accountability requirements of the Library and Archives of Canada Act.
With regard to (i), the Government Operations Centre works with all federal departments and agencies to ensure a whole-of-government response capability. It facilitates information-sharing for potential and ongoing events with other federal departments, with provinces and territories, and with its partners through regular analysis and reporting. Requests for information are part of the information-sharing process.
With regard to (j), information collected and situation reports prepared on events affecting the national interest are shared under the authority of the Emergency Management Act and the Department of Public Safety and Emergency Preparedness Act.

Question No. 617--
Mr. David McGuinty:
With regard to the telephone survey of nearly 3,000 Canadians conducted by the Reid Group regarding prostitution and delivered to the Department of Justice on February 10, 2014: (a) why is the Department refusing to disclose the information it contains; (b) did the Minister of Justice take the findings of this survey into account in the drafting of the new bill; (c) why did the Minister of Justice not see fit to publish the survey results; and (d) what organizations inside or outside government have received a copy of the survey results?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of Justice and Attorney General of Canada, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a) and (c), the department respects the Government of Canada policy with regard to the undertaking of public opinion research and has delivered the results of this work and the related data to Library and Archives Canada for public release in accordance with the policy. The material is publicly available on the public opinion research reports website.
With regard to (b), the Minister of Justice does not rely on just one source of information as a basis for informing his decisions. The information collected from the telephone survey on prostitution was a single tool completed to provide the minister with information for use at his discretion.
With regard to (d), no organizations inside or outside of government received an advance copy of the survey results.

Question No. 623--
Mr. Massimo Pacetti:
With regard to the Canadian Radio-television and Telecommunications Commission (CRTC): since June 27, 2011, has the Royal Canadian Mounted Police (RCMP) or members of the RCMP Senior Executive Committee issued directives or suggestions in order to forbid or discourage RCMP offices or members of the RCMP from (a) providing letters of support to the CRTC on applications or processes that are or were before the CRTC; and (b) communicating with the Minister of Public Safety’s office with regard to applications or processes that are or were before the CRTC and, if so, what are the (i) names of the individuals or office that issued such a directive or suggestion, (ii) dates when the directives or suggestions were issued, (iii) individuals or departments to whom the directives or suggestions were issued, (iv) details as to the content of the directives or suggestions?
Response
Hon. Steven Blaney (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, CPC):
Mr. Speaker, with regard to (a), a member of the RCMP senior executive committee instructed RCMP members and employees to refrain from providing letters of support to the Canadian Radio-television and Telecommunications Commission, CRTC, on applications or processes that are or were before the CRTC. The answer to (i) is Executive Director of Public Affairs Daniel Lavoie. The answer to (ii) is February 20, 2013. The answer to (iii) is the RCMP national communications services and communications group of “C” Division, Quebec. The answer to (iv) is that it was to remind those individuals, mentioned in response to (iii), that it would not be appropriate for an RCMP representative to endorse an application before the CRTC as the CRTC is a regulatory organization of the federal government.
With regard to (b), the RCMP did not issue directives or suggestions in order to forbid or discourage RCMP offices or members of the RCMP from communicating with the office of the Minister of Public Safety with regard to applications or processes that are or were before the CRTC.

Question No. 627--
Ms. Chrystia Freeland:
With regard to government funding in the province of Ontario, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the province, specifying for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, namely the municipality and the federal electoral district, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
Hon. Peter Van Loan (Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, due to the large volume of information involved, the government’s long-standing practice with regard to questions relating to total grants and contributions is to provide an answer for one federal electoral district per question. The government invites the member to specify for which individual riding she would like the requested information and ask the corresponding question.

Question No. 629--
Ms. Lysane Blanchette-Lamothe:
With regard to refugees: (a) as of June 11, 2014, how many of the 200 Syrian refugees the government committed to resettle were in Canada; (b) what was the average processing time in 2014 for applications for privately sponsored refugees; and (c) what was the average processing time in 2014 for applications for privately sponsored refugees from Syria?
Response
Hon. Chris Alexander (Minister of Citizenship and Immigration, CPC):
Mr. Speaker, insofar as Citizenship and Immigration Canada (CIC) is concerned, the Government of Canada is deeply concerned about the crisis in Syria and will continue to do what it can to best help the Syrian people. Canada has a long and proud tradition of providing protection to those truly in need. We have one of the most fair and generous immigration systems in the world. We welcome about one out of every 10 of all resettled refugees globally, more than almost any industrialized country in the world. Canada is one of the world’s largest providers of humanitarian aid to Syrian refugees. To date, Canada has committed more than $630 million in humanitarian, development and security assistance to the Syrian crisis.
In response to the June 2013 UNHCR appeal for assistance with extremely vulnerable cases, Canada committed to permanently resettling 1,300 Syrian refugees by the end of 2014, 200 refugees through the government-assisted refugees, or GAR, program and 1,100 through the private sponsorship of refugees, or PSR, program.
It was only in late 2013 and early 2014 that the UNHCR began to call for increased resettlement efforts as an expression of international solidarity and burden-sharing while providing much needed protection to the most. To meet Canada’s commitment the UNHCR began referring cases to Canada in late 2013.
In total, since the start of the Syrian conflict, Canada has received over 3,070 applications from Syrians seeking Canada’s protection through the asylum and resettlement programs and we have provided protection to more than 1,230 Syrians.
As of June 11, 93 Syrian refugees out of the 200 that the government committed to resettle had arrived in Canada. As of July 2, as the minister confirmed to The Globe and Mail, 177 Syrian refugees of the 200 the government had committed to resettle had arrived in Canada. That number continues to rise. CIC reports processing times on a 12-month rolling period, based on the calendar year, so 2014 processing time data is not yet available. CIC also does not report processing times based on a client’s country of origin but rather by processing centre. As such, this information is not available. That said, robust backlog, and wait time reduction strategies and resources have been implemented to reduce processing times generally.
Current processing times vary depending on the category. To see our processing times, please visit our website: http://www.cic.gc.ca/english/information/times/perm-other.asp.
Processing times have begun to improve, and where working inventories have been established, cases are being put into process quickly. We continue to work toward processing times at all missions of 12 to 18 months for newly received PSR cases.
The Government of Canada remains committed to upholding its humanitarian tradition to resettle refugees and offer protection to those in need. CIC continues to work as effectively as possible to resettle refugees given operational and security limitations.
Canada is working closely with the UNHCR and resettlement countries to determine how best to respond to the needs of Syrian refugees, given the overwhelming scale of the displacement. Canada is reviewing an additional request from the UNHCR for Syrian resettlement as part of our broader response to this crisis. The Government of Canada remains committed to upholding its humanitarian tradition to resettle refugees and offer protection to those in need. CIC continues to work diligently and as effectively as it can to resettle as many refugees as possible.

Question No. 631--
Mr. Francis Scarpaleggia:
With respect to an accidental release in March 2011 of industrial wastewater from a Suncor oil sands project into the Athabasca River: (a) when did the government of Alberta notify the federal government of the spill; (b) was the notification in (a) done pursuant to the Canada-Alberta Environmental Occurrences Notification Agreement; (c) what fines did the federal government impose for this violation of the Fisheries Act; (d) what non-monetary penalties did the federal government impose for this violation of the Fisheries Act; (e) if fines or non-monetary penalties were not imposed, for what reasons were they not imposed; and (f) with regard to the federal government’s investigation of the incident, (i) on what date was the investigation opened, (ii) on what date was the investigation closed and (iii) what was the reason for the closing of the investigation?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of the Environment, Minister of the Canadian Northern Economic Development Agency and Minister for the Arctic Council, CPC):
Mr. Speaker, the answer to part (a) is on Thursday, March 24, 2011 at 4:43 p.m.
In regard to part (b), yes, the Alberta CIC notification centre sent a summary email of the occurrence and a link to the full Suncor report to an Environment Canada environmental emergencies officer in the Edmonton office. The CIC notification reference number was 245344.
Regarding (c), the answer is none.
Regarding (d), the answer is none.
With regard to (e), information gathered during this investigation has determined that Suncor has been operating their wastewater system diligently and that the March 21, 2011, incident could not have been reasonably foreseen. Consequently, no charges were laid against Suncor. On November 8, 2011, the file was approved for closure, with no recommended enforcement action.
The answer to (f)(i) is on March 25, 2011; and (f)(ii) is November 8, 2011. Finally, (f)(iii), was answered in the response to (e).

Question No. 632--
Mr. Francis Scarpaleggia:
With respect to the government’s response aimed at ensuring the safety of drug compounds to the under-dosing of chemotherapy drugs, discovered on March 20, 2013 at four Ontario hospitals: (a) what actions have been taken, with (i) drug compounders, (ii) each of the provinces and territories, in order to establish a federal regulatory framework for this sector; (b) what steps remain to be taken to successfully establish a comprehensive federal regulatory regime for drug compounders, similar to that which exists for drug manufacturers; (c) what new rules will be included with regard to purchasing protocols for compounding inputs; (d) will these protocols be equivalent to those for manufacturers; (e) how will compliance with the rules in (c) be monitored and enforced; (f) how does the government monitor and enforce manufacturing and purchasing protocols for drug manufacturers; and (g) how does the government ensure that monitoring and compliance are sufficient to ensure the safety of all Canadians who consume medications?
Response
Hon. Rona Ambrose (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, with regard to part (a) of the question, since the under-dosing incident, Health Canada has undertaken these actions.
First, on April 19, 2013, Health Canada published the “Interim Regulatory Oversight of Admixing and Compounding” statement, allowing organizations involved in these activities to continue providing these services, if they meet certain conditions, while the department and the provinces and territories, or PTs, worked together to determine the long-term oversight of these activities.
Second, Health Canada convened the Ad Hoc Federal-Provincial-Territorial Working Group on Admixing and Compounding to collaboratively work toward two goals: to examine the scope and extent of hospital pharmacy outsourcing of drug compounding and admixing across Canada; and to determine the appropriate oversight of these activities. Health Canada also convened a sub-working group to bring clarity to the delineation between federal and PT oversight of these activities.
With regard to part (b), Health Canada has also been working collaboratively with key stakeholders such as the National Association of Pharmacy Regulatory Authorities and the Canadian Society of Hospital Pharmacists to determine how best to achieve regulatory clarity to enhance patient safety, and improve predictability and transparency going forward.
In regard to (c), (d), and (e), our government is determined that Canadians will have tough, effective regulations for drug safety. Health Canada has been actively working on a proposal for a federal approach to commercial compounding and initiated consultations in June 2014 to gain feedback from PTs and other key stakeholders on elements of the proposal and its implementation.
In regard to (c), details will be developed during the regulatory process in consultation with stakeholders.
In regard to (d), the proposed regulatory requirements would be proportional to the level of risk associated with the type of activity in question.
In regard to (e), proposed federal regulations would be an extension of existing regulatory frameworks governing the manufacturing of drugs, and Health Canada would develop an appropriate compliance and enforcement approach based on existing processes and procedures.
In regard to (f), Health Canada conducts routine inspections on a risk-based cycle to monitor compliance with the regulatory requirements, including the requirement to have and follow appropriate protocols related to the manufacturing of drugs. When non-compliance is identified, Health Canada verifies the corrective action taken by the manufacturer and takes appropriate enforcement action to protect the health and safety of Canadians.
In regard to (g), Health Canada administers an inspection program to regularly monitor the compliance of drug manufacturers with the regulatory requirements. Policies, guidelines and procedures related to the inspection program are regularly reviewed and audited to support continuous improvement so that Health Canada’s inspection program provides effective oversight to help protect the health and safety of Canadians. The department also participates in ongoing assessment activities with international partners to confirm the international equivalence of the Canadian inspection system.
Health Canada is also enhancing the integrity of the health product supply chain in Canada by educating stakeholders and improving the oversight of the ingredients found in health products in accordance with the new active pharmaceutical ingredients regulations. In addition to the existing measures in place to protect the health and safety of Canadians, our government is enhancing patient safety by C-17, Vanessa’s Law, which will require the reporting of adverse drug reactions by health institutions, mandatory recalls of unsafe drugs, and increased fines and penalties.

Question No. 633--
Hon. Mark Eyking:
With regard to the Correctional Service of Canada: what are the file numbers of all ministerial briefings or departmental correspondence between the government and the Correctional Service of Canada from July 2013 to present, broken down by (i) minister or department, (ii) relevant file number, (iii) correspondence or file type, (iv) date, (v) purpose, (vi) origin, (vii) intended destination, (viii) other officials copied or involved?
Response
Hon. Steven Blaney (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, CPC):
Mr. Speaker, CSC is unable to respond to the request within the given timeframe. There are variations in the manner with which ministerial briefings and departmental correspondence are tracked and CSC’s electronic document tracking database cannot be used to produce the requested information; therefore, an electronic search for the requested records is not possible. As a result, a manual search of files would be required in order to respond to this request. System limitations and the amount of resources that would be required for such a search prevent CSC from providing a full and consistent response to the request.

Question No. 634--
Hon. Mark Eyking:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the province of Nova Scotia, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality and the federal electoral district, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
Hon. Peter Van Loan (Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, due to the large volume of information involved, the government’s long-standing practice with regard to questions relating to total grants and contributions is to provide an answer for one federal electoral district per question. The government invites the member to specify for which individual riding he would like the requested information and ask the corresponding question.

Question No. 635--
Ms. Judy Foote:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the province of Newfoundland and Labrador, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality and the federal electoral district, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
Hon. Peter Van Loan (Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, due to the large volume of information involved, the government’s long-standing practice with regard to questions relating to total grants and contributions is to provide an answer for one federal electoral district per question. The government invites the member to specify for which individual riding she would like the requested information and ask the corresponding question.

Question No. 637--
Hon. Dominic LeBlanc:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the province of New Brunswick, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality and the federal electoral district, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
Hon. Peter Van Loan (Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, due to the large volume of information involved, the government’s long-standing practice with regard to questions relating to total grants and contributions is to provide an answer for one federal electoral district per question. The government invites the member to specify for which individual riding he would like the requested information and ask the corresponding question.

Question No. 639--
Hon. John McKay:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the province of British Columbia, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality and the federal electoral district, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
Hon. Peter Van Loan (Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, due to the large volume of information involved, the government’s long-standing practice with regard to questions relating to total grants and contributions is to provide an answer for one federal electoral district per question. The government invites the member to specify for which individual riding he would like the requested information and ask the corresponding question.

Question No. 641--
Mr. Marc Garneau:
With regard to government funding, for each fiscal year since 2007-2008 inclusive: (a) what are the details of all grants, contributions, and loans to any organization, body, or group in the province of Quebec, providing for each (i) the name of the recipient, (ii) the location of the recipient, indicating the municipality and the federal electoral district, (iii) the date, (iv) the amount, (v) the department or agency providing it, (vi) the program under which the grant, contribution, or loan was made, (vii) the nature or purpose; and (b) for each grant, contribution and loan identified in (a), was a press release issued to announce it and, if so, what is the (i) date, (ii) headline, (iii) file number of the press release?
Response
Hon. Peter Van Loan (Leader of the Government in the House of Commons, CPC):
Mr. Speaker, due to the large volume of information involved, the government’s long-standing practice with regard to questions relating to total grants and contributions is to provide an answer for one federal electoral district per question. The government invites the member to specify for which individual riding he would like the requested information and ask the corresponding question.

Question no 503 --
M. Malcolm Allen:
En ce qui concerne l’utilisation du diazènedicarboxamide au Canada: a) à quelle année remonte la dernière évaluation de Santé Canada sur le diazènedicarboxamide et ses sous-produits chimiques; b) quelles sont les données et les recherches utilisées aux fins de cette évaluation; c) la dernière évaluation sur le diazènedicarboxamide réalisée par Santé Canada comprenait-elle l’analyse de ses sous-produits chimiques, à savoir le semi-carbazide et l’uréthane, et, le cas échéant, quels ont été les résultats de cette analyse; d) quand Santé Canada prévoit-il effectuer une autre évaluation sur le diazènedicarboxamide et ses sous-produits chimiques; e) quel est le taux acceptable et sécuritaire d’ingestion quotidienne de diazènedicarboxamide et de ses sous-produits chimiques établi par Santé Canada; f) quels renseignements le gouvernement recueille-t-il pour veiller à ce que les Canadiens n’excèdent pas le taux acceptable et sécuritaire d’ingestion quotidienne de diazènedicarboxamide et de ses sous-produits chimiques; g) combien de produits contenant du diazènedicarboxamide sont-ils autorisés à être vendus au Canada; h) quelles exigences le gouvernement a-t-il établies pour l’étiquetage des produits contenant du diazènedicarboxamide et ses sous-produits chimiques?
Response
L'hon. Rona Ambrose (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, Santé Canada a effectué une évaluation exhaustive de l’innocuité de l’utilisation de l’azodicarbonamide en 2006.
L’évaluation réalisée en 2006 a pris en compte les données scientifiques disponibles ainsi que les résultats de la recherche menée par Santé Canada dans le but de déterminer la salubrité de l’azodicarbonamide.
Dans le cadre de son examen de l’azodicarbonamide, le ministère a tenu compte de l’exposition à l’un de ses principaux produits de dégradation, le semicarbazide. Bien que les scientifiques de Santé Canada aient identifié le fait que de faibles quantités d’uréthane, aussi appelé carbamate d’éthyle, peuvent se former dans certains produits dans lesquels l’azodicarbonamide est utilisé, ils ont conclu que ces teneurs correspondaient à celles qui peuvent se former naturellement dans plusieurs aliments et boissons alcoolisées pendant leur fermentation.
Selon les résultats des études de Santé Canada sur le semicarbazide, les fabricants utilisent l’azodicarbonamide conformément aux dispositions réglementaires canadiennes en matière d’additifs alimentaires, et le semicarbazide ainsi formé ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs.
Santé Canada n’a pas identifié l’existence de données scientifiques récentes qui indiqueraient que l’utilisation actuelle de l’azodicarbonamide en tant qu’additif alimentaire ou que l’exposition au semicarbazide suscitent des préoccupations pour la santé des consommateurs. Par conséquent, la tenue d’une autre évaluation de la substance dans un avenir rapproché n’est pas prévue. Cependant, si certaines données scientifiques indiquaient que l’utilisation de l’azodicarbonamide comme additif alimentaire comporte un risque pour la santé humaine, Santé Canada prendrait les mesures qui s’imposent, ce qui pourrait comprendre une réévaluation de la substance et la modification des dispositions réglementaires qui en permettent l’utilisation.
Aucun apport quotidien tolérable n’a été établi à l’égard de l’azodicarbonamide ni de ses sous-produits chimiques après l’évaluation initialement réalisée par Santé Canada. En effet, à la suite de son plus récent réexamen de ces questions, l’établissement d’un tel apport a été jugé inutile.
En outre, l’évaluation de 2006 a mené à la conclusion qu’une très importante marge d’innocuité existait entre les doses de la substance mises en cause à l’égard des effets potentiellement nocifs chez les animaux de laboratoire et l’exposition quotidienne maximale à celle-ci chez la population canadienne. Par conséquent, un apport quotidien tolérable n’a pas davantage été établi à l’égard du semicarbazide.
Actuellement, le recours à l’azodicarbonamide à titre d’additif alimentaire est autorisé dans le pain, la farine et la farine de blé entier jusqu’à une teneur maximale de 45 parties par million, ou ppm, dans la farine. Les dispositions réglementaires encadrant l’utilisation de l’azodicarbonamide comme additif alimentaire constituent des dispositions habilitantes, ce qui signifie que les fabricants d’aliments peuvent l’utiliser s’ils le souhaitent, à condition qu’ils le fassent en respectant les conditions d’utilisation réglementaires, mais qu’ils n’y sont pas obligés.
Dans la mesure où l’azodicarbonamide est utilisé conformément aux conditions édictées par le règlement sur les aliments et les drogues, l’exposition à celui-ci ou à ses produits de dégradation, le semicarbazide et l’uréthane, ne comportent pas de risques pour la santé des consommateurs. Quant à la responsabilité de veiller à ce que tous les additifs alimentaires dont l’utilisation est autorisée au Canada soient conformes aux conditions édictées à leur endroit, elle incombe à l’Agence canadienne d’inspection des aliments, l’ACIA.
Lorsque la farine et la farine de blé entier sont offertes sur le marché, une liste de tous les ingrédients qu’elles contiennent doit figurer sur leur emballage, y compris les additifs alimentaires qui en sont des constituants, tels que l’azodicarbonamide.

Question no 504 --
Mme Megan Leslie:
En ce qui concerne le programme Mon Passeport Parcs de Parcs Canada: a) pour la période de 2010 à 2013, ventilés par mois et par année, (i) combien d’étudiants étaient inscrits au programme, (ii) de ce nombre, combien ont participé au programme, (iii) de quelles écoles provenaient-ils, (iv) de quelles régions et de quelles villes provenaient-ils; b) ventilés par région, par province et par année, quels parcs ont participé au programme?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de l’Environnement, ministre de l’Agence canadienne de développement économique du Nord et ministre du Conseil de l’Arctique, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la question a)(i), entre 2010 et 2013, Parcs Canada a posté un total de 1 531 749 passeports à des écoles ayant des classes de 8e année ou de 2e secondaire, soit suffisamment de laissez-passer pour les distribuer à tous les élèves admissibles. Une fois les passeports distribués, aucune inscription n’est nécessaire pour les valider et on peut s’en servir immédiatement pour accéder aux sites de Parcs Canada. Parcs Canada a calculé le nombre de passeports nécessaires en collaboration avec ses partenaires du programme et en s’appuyant sur l’information fournie par les conseils scolaires au sujet du nombre d’élèves admissibles dans leurs écoles, ce qui inclut les classes combinées. L’agence s’est efforcée d’inclure les élèves recevant l’enseignement à domicile par les parents, ainsi que ceux des écoles privées, des écoles financées par le gouvernement fédéral dans les réserves et des écoles à charte, qui ne sont pas comptés dans les 347 694 élèves de 8e année et de 2e secondaire dénombrés par Statistique Canada.
Les totaux annuels sont les suivants: 390 365 lors de la distribution de mai 2010; 381 142 lors de la distribution d’avril 2011; 380 639 lors de la distribution de mars 2012; et 379 603 lors de celle de 2013.
Pour ce qui est de la partie a)(ii) de la question, les élèves ne sont pas tenus d’inscrire leur passeport pour l’utiliser dans les sites de Parcs Canada. Cependant, les données recueillies par Parcs Canada, ce qui comprend les données provenant des enregistreuses des points de vente et les entrées manuelles, indiquent qu’environ 17 000 laissez-passer ont été utilisés pour accéder aux sites de Parcs Canada entre 2010 et 2013.
En ce qui concerne la partie a)(iii) de la question, dans le but de protéger les renseignements personnels des mineurs, on ne demande pas aux élèves qui accèdent aux sites de Parcs Canada en utilisant Mon Passeport Parcs de fournir des renseignements sur leur école. Par conséquent, ces données ne sont pas disponibles.
En ce qui a trait à la partie a)(iv) de la question, dans le but de protéger les renseignements personnels des Canadiens, et en particulier des mineurs, Parcs Canada ne recueille pas de renseignements personnels auprès des personnes qui utilisent Mon Passeport Parcs pour accéder aux sites de Parcs Canada. Par conséquent, ces données ne sont pas disponibles.
Enfin, en réponse à la partie b) de la question, tous les sites de Parcs Canada participent au programme Mon Passeport Parcs par des activités en ligne et en classe. Tous les endroits administrés par Parcs Canada qui perçoivent des droits d’entrée prennent part au programme Mon Passeport Parcs en offrant l’entrée gratuite et des rabais.

Question no 506 --
Mme Peggy Nash:
En ce qui concerne les analyses comparatives entre les sexes effectuées par le ministère des Finances: quels sont le titre, la date de publication et les auteurs de tous les rapports et études produits par le ministère qui contient une analyse comparative entre les sexes sur (i) le partage du revenu, (ii) les comptes d’épargne libres d’impôt, (iii) le crédit d’impôt pour les activités artistiques des enfants, (iv) les retenues liées à l’option d’achat d’actions accordée à un employé, (v) le crédit d’impôt pour la condition physique des enfants, (vi) le fractionnement du revenu de pension, (vii) les retenues partielles pour les dépenses liées aux repas et au divertissement, (viii) l’inclusion partielle des gains en capital, (ix) les retenus pour frais de déménagement, (x) les retenus liées aux actions accréditives, (xi) les compressions aux dépenses de programme?
Response
M. Andrew Saxton (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, le ministère des Finances effectue l’analyse comparative entre les sexes, l’ACS, de toutes les nouvelles propositions de politique à l’étude ministérielle, y compris les mesures fiscales et les mesures de dépenses, s’il y a lieu et si des données sont disponibles.
Pour chaque initiative énoncée dans la Q-506, les points qui suivent fournissent les renseignements disponibles sur le titre, l’auteur et la date de publication de l’ACS.
En réponse à la partie (i) de la question, une mesure permettant le fractionnement du revenu de pension a été annoncée dans le Plan d’équité fiscale du gouvernement le 31 octobre 2006, et l’ACS de la mesure a été effectuée par le ministère des Finances. Aucune autre mesure de ce genre n’a été annoncée ou mise en œuvre par le gouvernement du Canada. À ce titre, aucune information sur une ACS n’est disponible.
Pour ce qui est de la partie (ii) de la question, concernant les comptes d’épargne libres d’impôt, cette mesure a été présentée dans le budget déposé le 26 février 2008. L’ACS de la mesure a été effectuée par le ministère des Finances avant le dépôt du budget.
En ce qui concerne la partie (iii) de la question, touchant le crédit d’impôt pour les activités artistiques des enfants, cette mesure a été présentée dans le budget déposé le 22 mars 2011. L’ACS de la mesure a été effectuée par le ministère des Finances avant le dépôt du budget.
En ce qui a trait à la partie (iv) de la question, sur les retenues liées à l’option d’achat d’actions accordée à un employé, cette mesure a été mise en œuvre en 1977. La mise en œuvre de la mesure est antérieure à l’engagement pris par le gouvernement en 1995 d’effectuer l’ACS des nouvelles propositions de politique.
Pour ce qui est de la partie (v) de la question, concernant le crédit d’impôt pour la condition physique des enfants, cette mesure a été présentée dans le budget déposé le 2 mai 2006. L’ACS de la mesure a été effectuée par le ministère des Finances avant le dépôt du budget.
En ce qui concerne la partie (vi) de la question, touchant le fractionnement du revenu de pension, la réponse est la même qu’à la partie (i) de la question.
En ce qui a trait à la partie (vii) de la question, sur les retenues partielles pour les dépenses liées aux repas et au divertissement, cette mesure a été mise en œuvre en 1987. La mise en œuvre de la mesure est antérieure à l’engagement pris par le gouvernement en 1995 d’effectuer l’ACS des nouvelles propositions de politique.
Pour ce qui est de la partie (viii) de la question, concernant l’inclusion partielle des gains en capital, cette mesure a été mise en œuvre en 1972. La mise en œuvre de la mesure est antérieure à l’engagement pris par le gouvernement en 1995 d’effectuer l’ACS des nouvelles propositions de politique.
En ce qui concerne la partie (ix) de la question, touchant la déduction pour frais de déménagement, cette mesure a été mise en œuvre en 1971. La mise en œuvre de la mesure est antérieure à l’engagement pris par le gouvernement en 1995 d’effectuer l’ACS des nouvelles propositions de politique.
En ce qui a trait à la partie (x) de la question, sur la déduction liée aux actions accréditives, le régime actuel des actions accréditives a été mis en œuvre en 1986, mais des formes antérieures du régime ont été permises par la Loi de l’impôt sur le revenu depuis les années 1950. La mise en œuvre de la mesure est antérieure à l’engagement pris par le gouvernement en 1995 d’effectuer l’ACS des nouvelles propositions de politique.
Enfin, pour ce qui est de la partie (xi) de la question, concernant les compressions aux dépenses de programme, les ministères parrains et le Secrétariat du Conseil du Trésor ont effectué une ACS des propositions d’économies qui ont éclairé les recommandations au Conseil du Trésor et les réductions prévues des dépenses ministérielles dans le budget de 2012.

Question no 514 --
M. Scott Simms:
En ce qui concerne le Service des poursuites pénales du Canada, quels sont les numéros de dossier de tous les breffages ministériels ou de la correspondance ministérielle entre le gouvernement et le Service des poursuites pénales du Canada depuis la création du ministère, par (i) ministre ou ministère, (ii) numéro de dossier pertinent, (iii) type de correspondance ou de dossier, (iv) date, (v) objet, (vi) origine, (vii) destination prévue, (viii) responsables qui en ont reçu copie ou étaient impliqués?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Justice et procureur général du Canada, PCC):
Monsieur le Président, le Service des poursuites pénales du Canada, le SPPC, a été créé le 12 décembre 2006, lorsque la Loi sur le directeur des poursuites pénales, partie 3 de la Loi fédérale sur la responsabilité, est entrée en vigueur.
Le SPPC assume les fonctions du procureur général du Canada dans l'exécution de son mandat dans le domaine du droit pénal et est chargé d'intenter des poursuites relatives aux infractions prévues aux termes de plus de 50 lois fédérales et de conseiller les organismes chargés de l'application de la loi à l'égard des poursuites.
La correspondance entre le SPPC et les autres ministères du gouvernement est principalement constituée de communications entre des procureurs de la Couronne et divers organismes d’enquête qui sont protégées par le secret professionnel ou le privilège relatif au litige. Aussi, afin de trouver toute la correspondance avec d’autres ministères du gouvernement, il faudrait faire une recherche manuelle des fichiers et des dossiers de tous les employés et mandataires du SPPC, ce qui est impossible compte tenu des exigences opérationnelles et du temps requis à cette fin.

Question no 517 --
L'hon. Ralph Goodale:
En ce qui concerne les crédits d’impôt non remboursables pour le transport en commun, la condition physique des enfants et les activités artistiques des enfants: combien de Canadiens ayant présenté une déclaration de revenus n’avaient pas suffisamment de revenus pour se prévaloir de chacun d’entre eux en 2011, 2012 et 2013?
Response
L'hon. Kerry-Lynne D. Findlay (ministre du Revenu national, PCC):
Monsieur le Président, les déclarants avec un revenu imposable, défini comme étant le montant inscrit à la ligne 260 de la Déclaration de revenus et de prestations, qui est inférieur au montant de base personnel ne paient pas d’impôts fédéraux sur le revenu.
Les chiffres fournis ci-dessous comprennent tous les déclarants individuels dont le revenu imposable est inférieur au montant personnel de base. Les chiffres ne sont pas limités à ceux qui ont demandé les crédits mentionnés ci-dessus, étant donné que l’on s'attend à ce que certaines personnes choisissent de ne pas les demander. En effet, leur revenu imposable étant inférieur au montant personnel de base, une demande de crédits n’entraînerait pas de réductions d’impôt supplémentaires. En tant que tel, l'Agence du revenu du Canada, l’ARC, ne peut pas déterminer combien de ces personnes peuvent avoir été en mesure de bénéficier d'un ou de plusieurs des crédits mentionnés ci-dessus.
Le nombre de déclarants avec un revenu imposable qui était inférieur au montant de base personnel pendant les années d’imposition 2011 et 2012 suit. Il est à noter que les chiffres sont arrondis à la plus proche dizaine. Par ailleurs, les renseignements proviennent des données T1 de l’ARC et comprennent toutes les déclarations qui avaient initialement été traitées jusqu’au 2 mai 2014. Il s’agit donc des données les plus récentes disponibles. Comme l'ARC est en train de traiter les déclarations de l’année d’imposition 2013, les données ne sont actuellement pas disponibles pour cette année d’imposition.
En 2011, il y avait donc 6 636 600 déclarants, et le montant de base personnel était de 10 527 $. En 2012, il y avait 6 462 350 déclarants, et le montant de base personnel était de 10 822 $.

Question no 519 --
M. Glenn Thibeault:
En ce qui concerne le crédit pour l’embauche visant les petites entreprises depuis 2011-2012: ventilé par exercice, jusqu’à l’exercice en cours inclusivement, a) quel est le coût total du crédit pour l’embauche visant les petites entreprises; b) quel est le nombre total de petites entreprises qui ont pu bénéficier du crédit pour l’embauche; c) quelles sont, en moyenne, les économies d’impôt des propriétaires de petite entreprise qui ont pu bénéficier du crédit pour l’embauche?
Response
L'hon. Kerry-Lynne D. Findlay (ministre du Revenu national, PCC):
Monsieur le Président, le budget fédéral de 2011 a introduit le crédit pour l’embauche visant les petites entreprises, le CEPE. Le CEPE a été prolongé en 2012, puis bonifié et prolongé de nouveau en 2013.
En réponse à la partie a) de la question, l’Agence du revenu du Canada, l’ARC, administre le CEPE dans le cadre de ses activités courantes. Les coûts administratifs du CEPE ne faisant pas l’objet d’un suivi, l’ARC n’est pas en mesure de répondre de la façon souhaitée.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, le CEPE était un crédit ayant pour but de stimuler l’emploi et de soutenir les petites entreprises. Depuis son introduction, de nombreuses petites entreprises canadiennes ont réussi à l’obtenir. Étant donné que l’ARC fait un suivi du nombre d’employeurs ayant reçu le crédit selon l’année d’imposition, au lieu de le faire selon l’exercice, sa réponse se limite à des renseignements pour les années d’imposition suivantes: en 2011, il y avait 551 940 employeurs; en 2012, il y avait 550 609 employeurs; et pour 2013, à ce jour, nous pouvons dire qu’il y avait 509 544 employeurs. On prévoit que la production et le traitement d’autres déclarations d’employeurs augmentera le nombre total d’employeurs qui ont reçu le crédit pour 2013.
En ce qui concerne la partie c) de la question, le CEPE accorde un crédit, dans le compte du contribuable, d’un montant minimum de 2 $ et d’un maximum de 1 000 $, en fonction de l’admissibilité du contribuable au programme. Les données disponibles portent sur le crédit payé aux contribuables et peuvent ne pas refléter entièrement les économies d’impôt pour les contribuables qui ont réussi à obtenir le CEPE. Le crédit moyen payé aux contribuables selon l’année d’imposition est comme suit: pour l’année d’imposition, le crédit moyen était de 381,23 $; pour l’année d’imposition 2012, il était de 396,47 $; et pour 2013, à ce jour, il est de 422,74 $. Il convient de souligner qu’en 2013, le seuil des cotisations à l’assurance-emploi des employeurs a été majoré, de 10 000 $ à 15 000 $, ce qui augmente le nombre potentiel d’employeurs admissibles au montant maximum du CEPE.

Question no 529 --
L'hon. Lawrence MacAulay:
En ce qui concerne les contrats de moins de 10 000 $ accordés par la Gendarmerie royale du Canada depuis le 1er janvier 2013, quels sont: a) les noms des fournisseurs; b) les numéros de référence des contrats; c) les dates des contrats; d) les descriptions des services fournis; e) les dates d’exécution; f) la valeur des contrats initiaux; g) les valeurs des contrats finaux, si elles diffèrent de celles des contrats initiaux?
Response
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
Monsieur le Président, dans le délai prévu, il ne serait pas possible de vérifier manuellement les valeurs de chaque contrat de moins de 10 000 $ accordés par la GRC depuis le 1er janvier 2013 étant donné le volume élevé de données. Par conséquent, il est impossible de fournir une réponse complète et précise à cette question.

Question no 544 --
L'hon. Ralph Goodale:
En ce qui concerne les exigences de déclaration de transport du grain par voie ferroviaire : pour chaque semaine pendant la campagne agricole en cours, à compter du 1er août 2013, quel volume de grains a été transporté, tel que rapporté par le CN et le CP à partir des points de livraison des prairies, a) vers un port à des fins d’exportation, en précisant (i) le type de grain, (ii) le port dans chaque cas; b) à l’extérieur du pays par voie ferroviaire, en précisant (i) le type de grain, (ii) la destination dans chaque cas; c) à des utilisateurs finaux au pays, en précisant (i) le type de grain, (ii) l’utilisateur final au pays?
Response
L'hon. Lisa Raitt (ministre des Transports, PCC):
Monsieur le Président, les données sur le transport du grain transmis à Transports Canada par le CN et le CP sont fournies en vertu de la Loi sur les transports au Canada. Le paragraphe 51(1) de cette loi stipule que « les renseignements qui doivent être fournis au ministre au titre de la présente loi deviennent confidentiels dès leur réception par celui-ci. Nul ne peut, sciemment, les communiquer sans l’autorisation écrite de la personne qui les a fournis ». Par conséquent, ces informations confidentielles ne peuvent être divulguées.

Question no 548 --
M. Frank Valeriote:
En ce qui concerne les activités publicitaires à l’échelle du gouvernement, pour chaque ministère, organisme et institution, depuis le 1er avril 2011: a) combien de messages publicitaires (i) ont été créés au total, ventilés par type (cinéma, Internet, affichage, quotidiens, magazines imprimés, journaux hebdomadaires et communautaires, radio, télévision) et par année, (ii) ont reçu un numéro d’identification, un nom ou un numéro d’autorisation média (numéro PUB); b) quel est le numéro d’identification, le nom ou le numéro PUB de chacun des messages publicitaires énumérés en a)(ii); c) pour ce qui est des réponses à chaque partie en a), quels sont (i) la durée (en secondes ou en minutes) de chaque annonce à la radio, à la télévision, au cinéma et sur Internet, (ii) le coût de production ou de création de chaque annonce, (iii) les entreprises employées pour produire ou créer chaque annonce, (iv) le nombre de fois que chaque annonce a été diffusée ou publiée, en précisant le nombre total de fois et la durée totale de diffusion (en secondes ou en minutes), ventilé par année et par mois dans chaque cas, (v) le coût total de diffusion ou de publication de chaque annonce, ventilé par année et par mois, (vi) les critères utilisés pour choisir chacun des placements médias, (vii) les organes de presse utilisés pour diffuser ou publier chaque annonce, ventilés par année et par mois, (viii) le montant total des dépenses par organe, ventilé par année et par mois?
Response
L'hon. Tony Clement (président du Conseil du Trésor, PCC):
Monsieur le Président, l’information qui répond aux parties a) b) et c)(iii), c)(v), c)(vii) et c)(viii) de la question se trouve au lien suivant: http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/pub-adv/annuel-annual-fra.html.
Pour ce qui est des parties c)(i), c)(ii), c)(iv) et c)(vi), le gouvernement du Canada ne divulgue aucune information concernant les montants spécifiques payés pour des placements d'annonces ou les montants versés à des médias avec lesquels il a négocié des tarifs. Certains renseignements peuvent être considérés comme étant des renseignements d’affaires de nature délicate relatifs à un tiers et peuvent être protégés en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Question no 549 --
M. Marc Garneau:
En ce qui concerne les affaires étrangères, et plus précisément les demandes d’exportation de matériel militaire ou de technologie depuis le 1er janvier 2000: a) à l’égard de chacune de ces demandes, combien de spécialistes des droits de la personne ont-ils été consultés (i) du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, (ii) d’un autre ministère, en précisant lequel, (iii) d’une mission diplomatique à l’étranger, en précisant laquelle; b) quelle méthode a-t-on employée à l’égard de chacune de ces demandes pour démontrer qu’il n’existe aucun risque raisonnable que le matériel ou la technologie soit utilisé contre la population civile; c) dans le cadre de l’évaluation du risque que comporte chacune de ces demandes, des consultations ont-elles été menées auprès (i) d’Amnistie Internationale, (ii) de Human Rights Watch, (iii) des Nations Unies, (iv) d’autres organismes externes, en précisant lesquels; d) le gouvernement révoquera-t-il un permis d’exportation accordé à la suite d’une telle demande si des circonstances ou une information nouvelles ou atténuantes indiquent que le matériel ou la technologie peut être utilisé, ou peut avoir été utilisé, contre des civils ou à l’encontre des droits de la personne, du droit international ou des normes internationales?
Response
L'hon. John Baird (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a), b) et c) de la question, les demandes de licence d’exportation de matériel et de technologie militaires sont évaluées selon plusieurs critères, dont celui du risque que ledit bien contrôlé puisse porter atteinte aux droits de la personne dans le pays de destination. Plusieurs directions du MAECD, ce qui inclut les missions à l’étranger, participent à la revue des demandes de licence. Le ministère de la Défense nationale ainsi que d’autres ministères sont également consultées, s’il y a lieu. Au nombre de leurs responsabilités, nos officiers en place aux missions et à nos divisions géographiques du bureau chef de MAECD à Ottawa, font un suivi régulier des enjeux sur les droits de la personne avec les organisations touchant les droits de la personne. Nous recueillons les informations pertinentes de ces groupes mais également celles des organisations non gouvernementales et des membres de la société civile. Les informations obtenues sont utilisées lors de consultations afin de mesurer les risques d’atteinte aux droits de la personne dans un pays donné.
Enfin, pour ce qui est de la partie d) de la question, les fonctionnaires impliqués surveillent tout changement dans la conjoncture internationale qui pourrait avoir un impact négatif sur la sécurité dans une région donnée ou qui pourrait mener à des violations des droits de la personne. Dans les cas où la conjoncture change dans un pays donné, les licences d'exportation peuvent être suspendues ou annulées s'il est déterminé que ces exportations sont incompatibles avec les politiques et intérêts du Canada en matière de politique étrangère et de défense, y compris en ce qui a trait aux droits de la personne.

Question no 559 --
M. Kevin Lamoureux:
En ce qui concerne les réponses du gouvernement aux questions écrites: a) pourquoi le Bureau du Conseil privé a-t-il pour politique de ne pas communiquer l’information tabulaire ou écrite en réponse aux questions écrites sous la forme numérique d’origine; b) à quelle date cette politique a-t-elle été (i) établie, (ii) révisée; c) quels sont la date, le numéro de dossier et le titre des ordonnances, notes de service, directives ou autres documents où cette politique est énoncée?
Response
M. Tom Lukiwski (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, sauf pour les questions qui nécessitent une réponse orale en vertu du Règlement de la Chambre des communes, les réponses du gouvernement aux questions inscrites au Feuilleton figurent dans des documents déposés au Parlement qui portent la signature d’un ministre ou d’un secrétaire parlementaire. Toute autre version d’une réponse est considérée comme étant une ébauche et non officielle.

Question no 568 --
M. Murray Rankin:
En ce qui concerne le stratagème fiscal orchestré par DSC/Fiscal Arbitrators: a) quand l’Agence du revenu du Canada (ARC) a-t-elle mené sa première enquête; b) quand l’ARC a-t-elle mis en garde le public; c) combien de citoyens doivent de l’argent à l’ARC, (i) par province, (ii) par région; d) quels étaient (i) les montants dus au départ, (ii) les sanctions dues, (iii) les intérêts dus; e) quel était le barème des sanctions; f) au 5 juin 2014, combien (i) d’argent ces citoyens doivent-ils encore, (ii) ces citoyens ont-ils déjà payé, (iii) de citoyens ont déjà payé leur solde au complet, (iv) de citoyens ont payé leur solde en partie, (v) de citoyens n’ont encore payé aucune partie de leur solde; g) combien de citoyens ont déclaré faillite et, par suite de cette faillite, combien d’argent, au chapitre des intérêts et des sanctions, l’ARC a-t-elle perdu; h) en tout, combien de dossiers (i) ont obtenu un remboursement, (ii) n’ont pas obtenu de remboursement; i) quel montant total serait dû si tous les dossiers avaient obtenu un remboursement?
Response
L'hon. Kerry-Lynne D. Findlay (ministre du Revenu national, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’article 241 de la Loi de l’impôt sur le revenu interdit à l’Agence du revenu du Canada, l’ARC, de fournir des renseignements précis concernant un contribuable ou des renseignements qui pourraient permettre de l’identifier; par conséquent, l’ARC ne commentera aucune enquête qui pourrait ou non être entreprise.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, l’ARC donne régulièrement aux Canadiens des renseignements sur des sujets fiscaux, notamment des alertes invitant les contribuables à se méfier de groupes ou de particuliers qui conspirent, qui prétendent donner des conseils et qui font la promotion de stratagèmes fiscaux. L’ARC continue de diffuser des avertissements publics importants à propos des stratagèmes fiscaux et de renseigner les Canadiens sur les façons de se protéger contre la fraude par des alertes fiscales, des communiqués de presse et des documents d’information -- qui se trouvent tous sur le site Web de l’ARC --, ainsi qu’au moyen d’activités de sensibilisation et de partenariats avec des intervenants.
Les renseignements sur ces stratagèmes et sur les façons de les déceler et de les éviter sont facilement accessibles à quiconque les cherche. Par ces moyens variés, l’ARC renseigne également les Canadiens sur les conséquences de la participation à divers stratagèmes, ou de leur promotion, sur la façon de signaler la participation à un stratagème dont ils ont connaissance et sur la possibilité d’avoir recours au Programme de divulgations volontaires, dans le but de corriger les erreurs fiscales passées avant qu’il n’y ait des conséquences sur les plans criminel et financier.
Lorsque survient une condamnation liée à un stratagème illégal d’évitement fiscal, l’ARC publie un communiqué de presse régional à l’intention du public canadien, en vue d’aider d’autres contribuables qui peuvent avoir participé à des stratagèmes semblables à leur insu et de dissuader les autres contribuables d’y participer. Plus de renseignements sur les condamnations survenues au cours de la dernière année sont accessibles dans le site Web de l’ARC.
Dans certaines circonstances, y compris lorsque cela peut transmettre plus rapidement une alerte concernant des stratagèmes en cours, l’ARC publie des communiqués de presse lorsque des accusations sont déposées. L’ARC a aussi accordé des entrevues aux médias dans le but de renseigner le public canadien sur la participation aux stratagèmes fiscaux, y compris sur les risques et les coûts qui y sont liés, ainsi que sur la façon de les déceler et d’éviter d’y prendre part.
En 2006, dans le but précis de mettre les contribuables en garde contre les stratagèmes et la fraude, l’ARC a créé les alertes fiscales – un avertissement transmis aux médias, publié dans le site Web de l’ARC et diffusé à l’aide d’une liste de diffusion et d’un fil RSS. Certaines alertes fiscales mentionnaient précisément des stratagèmes concernant des pertes d’entreprise fictives, tandis que d’autres étaient plus générales, englobant un appel à l’action afin que le contribuable sollicite les conseils indépendants d’un fiscaliste fiable avant de s’impliquer dans un stratagème ou un arrangement. Bon nombre de ces alertes ont rappelé aux Canadiens que si une offre semble trop belle pour être vraie, elle l’est probablement.
L’ARC collabore aussi avec le Bureau de la concurrence et la GRC dans le cadre de sa promotion annuelle du Mois de la prévention de la fraude. L’ARC publie un communiqué de presse annuel sur la prévention de la fraude, qui rappelle aux Canadiens de se protéger et qui les dirige vers le site Web de l’ARC, où ils trouveront tous les renseignements pertinents. D’autres produits, tels que des documents d’information et des listes de vérification sur les façons dont les Canadiens peuvent se protéger, ont accompagné ces publications.
En plus de la promotion annuelle du Mois de la prévention de la fraude, l’ARC a publié plusieurs autres avertissements à propos de la fraude ou de stratagèmes. La diffusion s’est faite au moyen d’articles dans Actualité Canada, de communiqués de presse et de conseils fiscaux durant la période de production des déclarations de revenus, ainsi que sur le fil Twitter de l’ARC, qui accorde une place importante aux gazouillis sur les stratagèmes, les arnaques et la fraude. Indépendamment de la nature exacte de l’avertissement, les liens Web vers des renseignements sur divers stratagèmes et types de fraude sont fournis. La promotion de ces ressources permet aux visiteurs du site d’en apprendre davantage sur les façons de se protéger à divers égards.
Enfin, pour ce qui est des parties c) à i) de la question, l’ARC vérifie systématiquement les pertes commerciales douteuses. L’ARC ne collecte pas de renseignements sur des stratagèmes précis, comme le cas DSC/Fiscal Arbitrators. En outre, l’article 241 de la Loi de l’impôt sur le revenu interdit à l’ARC de fournir des renseignements précis concernant un contribuable ou des renseignements qui pourraient permettre de l’identifier.

Question no 571 --
M. Ryan Cleary:
En ce qui concerne le ministère des Pêches et des Océans: a) y a-t-il eu des rapports écrits sur la prospection sismique et ses répercussions sur les populations de poissons dans le golfe du Saint-Laurent depuis 1996; b) y a-t-il eu des rapports écrits sur la prospection sismique et ses répercussions sur les populations de poissons au large de Terre-Neuve-et-Labrador depuis 2006?
Response
L'hon. Gail Shea (ministre des Pêches et des Océans, PCC):
Monsieur le Président, les effets possibles des levés sismiques sur les poissons, les invertébrés, les mammifères marins et les tortues de mer font l'objet d'études depuis de nombreuses années. Les chercheurs de Pêches et Océans Canada, ainsi que d'autres chercheurs au pays et à l'étranger, ont effectué de nombreuses études, allant d'expériences en laboratoire pour étudier les répercussions sur la physiologie, le comportement et le taux de survie d'individus, aux études à grande échelle sur le terrain pour observer les variations des stocks de poissons et des prises avant, durant et après les levés sismiques. Cela inclut notamment des rapports de recherche, des précis de grandes synthèse, des énoncés d’incidences environnementales et l’énoncé des pratiques canadiennes en matière de conduite de levés sismiques. La plupart de ces études sont applicables à tous les endroits. En outre, quelques rapports sur les domaines spécifiques mentionnés ont été produits.
Dans le cas de la partie a) de la question, dans le golfe du Saint-Laurent, des rapports ont été produits sur les répercussions potentielles de la prospection sismique dans le cadre de l’examen de MPO de projets de développement proposés.
De même, dans le cas de la partie b) de la question, dans les eaux au large de Terre-Neuve-et-Labrador, des rapports ont été produits dans le cadre de l’examen des propositions de développement, et aussi des rapports sur les recherches menées sur les homards, les crabes et les poissons dans les eaux locales.

Question no 572 --
M. Ryan Cleary:
En ce qui concerne le ministère des Pêches et des Océans et les articles 39 et 40 des Mesures de conservation et de contrôle de l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord Ouest (OPANO): quelle a été l’issue des contraventions émises dans les eaux canadiennes aux bateaux de pêche étrangers au cours des cinq dernières années?
Response
L'hon. Gail Shea (ministre des Pêches et des Océans, PCC):
Monsieur le Président, comme les citations émises à la suite d'inspections dans des ports n'ont été délivrées qu'en mai dernier, le gouvernement du Canada n'a pas encore été informé de l'issue de ces dernières par le pays d'origine du navire concerné.

Question no 574 --
M. Ryan Cleary:
En ce qui concerne le ministère du Patrimoine canadien : est-ce que des études ont été menées sur l’infrastructure du lieu historique national du Phare-de-Cap-Spear ou du lieu historique national de Fort-Amherst depuis 2000?
Response
M. Rick Dykstra (secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien, PCC):
Monsieur le Président, le ministère du Patrimoine canadien n’a mené aucune étude sur l’infrastructure du lieu historique national du Phare-de-Cap-Spear ou du lieu historique national de Fort-Amherst depuis 2000.

Question no 588 --
Mme Yvonne Jones:
En ce qui concerne les services correctionnels, depuis le 27 novembre 2012: a) des ministères ou organismes ont-ils procédé à l’examen ou à l’évaluation des conditions matérielles, des pratiques, des politiques ou de toute autre question liée (i) au Centre correctionnel de Baffin, à Iqaluit, au Nunavut, (ii) aux services correctionnels au Nunavut, en général; b) quels sont les détails, y compris les dates et numéros de dossier, de chacun de ces examens ou évaluations; c) des ministères ou organismes ont-ils procédé à l’examen ou à l’évaluation des conditions matérielles, des pratiques, des politiques ou de toute autre question liée (i) au Her Majesty’s Penitentiary de St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, (ii) aux services correctionnels à Terre-Neuve-et-Labrador, en général; d) quels sont les détails, y compris les dates et numéros de dossier, de chacun de ces examens ou évaluations?
Response
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
Monsieur le Président, dans le cas de Sécurité publique Canada, en réponse aux parties a) et b) de la question, celui-ci n’a effectué aucun examen ou évaluation concernant le Centre correctionnel de Baffin ni les autres services correctionnels du Nunavut. Il s’agit d’un établissement territorial et non d’un établissement fédéral.
Pour ce qui est des parties c) et d) de la question, Sécurité publique Canada n’a effectué aucun examen ou évaluation concernant l’établissement Her Majesty’s Penitentiary ni les services correctionnels à Terre-Neuve-et-Labrador, en général. Il s’agit d’un établissement territorial et non d’un établissement fédéral.
Par ailleurs, en réponse à la partie a)(i) de la question, Service correctionnel Canada, SCC, n’a pas effectué d’examen ou d`évaluation des conditions physiques, des usages, des politiques ou de tout autre sujet, relativement au Centre correctionnel de Baffin à Iqaluit, au Nunavut depuis le 27 novembre 2012. Il s’agit d’un établissement territorial et non d’un établissement fédéral.
Pour ce qui est de la partie a)(ii) de la question, le dernier examen de l’accord d’échange de services, l’AES, entre SCC et le territoire du Nunavut a été effectué en avril 2012 et demeure effectif jusqu’en mars 2018; il n’y a eu aucun examen subséquent du AES depuis novembre 2012.
En ce qui concerne la partie b) de la question, il n’y a eu aucun examen subséquent du AES depuis le 27 novembre 2012; il n’y a donc aucune date ou examen de dossier entre SCC et le gouvernement du Nunavut.
En ce qui a trait à la partie c)(i) de la question, depuis le 27 novembre 2012, SCC n’a entrepris aucune vérification ou évaluation de l’état physique, des pratiques et des politiques en place ou autre au pénitencier Her Majesty’s Penitentiary à St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador. Cet établissement est de compétence provinciale, et non fédérale.
Pour ce qui est de la partie c)(ii) de la question, en janvier 2012, conformément à l’AES entre SCC et la province de Terre-Neuve-et-Labrador, une vérification de l’AES a été complétée afin de permettre à SCC de procéder à une révision des résultats atteints par rapport aux objectifs établis dans l’AES.
En ce qui concerne la partie d) de la question, la révision s’est penchée principalement sur la pertinence de l’AES, l’atteinte de ses objectifs selon les cadres budgétaires établis et en évitant les résultats non désirés, son efficience budgétaire et son implantation selon les paramètres établis à sa conception.
Bien que le système correctionnel provincial ne fût pas le seul aspect ayant été examiné dans le cadre de la révision, il a été conclu que l’AES a été mise en œuvre de façon adéquate dans tous les secteurs clés. Il serait alors approprié d’affirmer que le succès de cette initiative et de bien d’autres similaires est en grande partie le résultat d’une étroite et efficace collaboration entre les deux compétences.
Des renseignements précis, dont les dates et numéros de dossiers des discussions entre SCC et le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador y compris, ne sont pas facilement disponibles.
Pour ce qui est de la Gendarmerie royale du Canada, la GRC, en réponse aux parties a) et b) de la question, depuis le 27 novembre 2012, la GRC n’a procédé à aucun examen ou évaluation concernant le Centre Correctionnel de Baffin ni les autres services correctionnels du Nunavut. Il s’agit d’une institution territoriale et non d’une institution fédérale.
Enfin, pour ce qui est des parties c) et d) de la question, depuis le 27 novembre 2012, la GRC n’a procédé à aucun examen ou évaluation liée au pénitencier Her Majesty’s Penitentiary de St. John’s ni aux services correctionnels à Terre-Neuve-et-Labrador, en général.

Question no 607 --
M. Scott Andrews:
En ce qui concerne Marine Atlantique S.C.C. et la récente décision d’éliminer deux traversées par semaine entre Port-aux-Basques (Terre-Neuve-et-Labrador) et North Sydney (Nouvelle-Écosse): a) quel est le nom des groupes intéressés que Marine Atlantique a consultés à Terre-Neuve-et-Labrador et de quelle manière ces groupes ont-ils été consultés; b) quels sont les seuils établis qui devaient être atteints avant qu’on élimine des traversées; c) qu’est-ce que l’élimination de ces traversées représente en fait de gain ou de perte pour Marine Atlantique?
Response
L'hon. Lisa Raitt (ministre des Transports, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, aucune consultation officielle n’a été tenue entre Marine Atlantique et les groupes intéressés à Terre-Neuve-et-Labrador; la société a toutefois tenu des discussions informelles régulières avec les membres de divers groupes intéressés avant les changements apportés à l’horaire. Ces discussions avec la société étaient centrées sur la baisse de l’achalandage et une meilleure compréhension de l’achalandage prévue par les opérateurs commerciaux pour la saison estivale.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, la décision de modifier l’horaire n'était pas fondée sur des seuils d’achalandage spécifiés. L’achalandage de la société a diminué, menant à des revenus inférieurs aux prévisions. Marine Atlantique a reconnu qu'il était nécessaire de modifier l’horaire afin de mieux correspondre à la demande avec la capacité disponible et de veiller à ce que la société puisse continuer à honorer ses obligations budgétaires.
Enfin, en ce qui concerne la partie c) de la question, les économies prévues reliées aux changements apportés à l’horaire d’été de 2014 sont d'environ 4,13 millions de dollars.

Question no 608 --
Mme Joyce Murray:
En ce qui concerne l’évaluation des options pour le maintien de la capacité des Forces canadiennes en matière d’avions de chasse: a) a-t-on réalisé une évaluation de la capacité de la flotte CF-18 du Canada pour ce qui est de participer à des opérations au-delà de 2020; b) quels sont les coûts connexes déterminés par ce calcul, y compris les mises à niveau requises pour assurer le fonctionnement sûr et efficace de chaque avion, ventilés par (i) type de mise à niveau, (ii) coût; c) combien de CF-18 de la flotte canadienne actuelle pourraient être mis à niveau; d) quelle serait la nouvelle période opérationnelle prévue pour tous les avions en c), pour chaque avion de la flotte?
Response
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
Monsieur le Président, dans le cadre de l’évaluation des options, la capacité de la flotte de CF-18 à contribuer aux opérations au-delà de 2020 a été examinée. L’ordre de grandeur approximatif des coûts qu’entraînerait la maintenance de ces appareils, sur le plan de la navigabilité, des règlements et de la pertinence opérationnelle afin qu’ils puissent mener des opérations de manière sûre et efficace, a également été estimé.
Les ministres examinent présentement divers rapports produits au cours de l’évaluation des options, notamment ceux portant sur la capacité des chasseurs, les retombées industrielles, les coûts et d’autres facteurs liés à la décision de remplacer la flotte de CF-18 du Canada.

Question no 609 --
M. Scott Andrews:
En ce qui concerne l’annonce de la ministre des Transports, le 13 mai 2014, de raffermir le système de sécurité de classe mondiale pour les navires citernes: a) sur quels éléments de preuve, études, recherches, discussions, conseils ou autres méthodes s’est-on appuyé pour justifier l’établissement de ressources et de plans d'intervention régionaux en cas d’accidents (i) dans le Sud de la Colombie-Britannique, (ii) à Saint John et dans la baie de Fundy, au Nouveau-Brunswick, (iii) à Port Hawkesbury, en Nouvelle-Écosse, (iv) dans le golfe du Saint-Laurent; b) sur quels éléments de preuve, études, recherches, discussions, conseils ou autres méthodes s’est-on appuyé pour refuser l’établissement de ressources et de plans d'intervention régionaux en cas d’accidents dans la baie de Placentia et sur la côte sud de Terre-Neuve?
Response
L'hon. Lisa Raitt (ministre des Transports, PCC):
Monsieur le Président, la planification de l’intervention sectorielle a été adoptée en tant qu’approche globale et sera mise en œuvre de façon progressive en commençant dans quatre secteurs: la partie sud de la C.-B.; Saint John et la baie de Fundy, au Nouveau-Brunswick; Port Hawkesbury, en Nouvelle-Écosse; et le golfe du Saint-Laurent, au Québec.
L’évaluation pancanadienne des risques menée par GENIVAR, soit l’évaluation des risques liés aux déversements d’hydrocarbures dans les eaux canadiennes, a été utilisée pour déterminer les secteurs où la planification de l’intervention sectorielle serait d’abord mise en œuvre. Parmi les autres critères utilisés pour sélectionner ces secteurs, il y a le niveau élevé de risque, la couverture géographique et la participation des quatre organismes d’intervention agréés: l’Atlantic Emergency Response Team, la Société d’intervention maritime Est du Canada Ltée, Western Canada Marine Response Corporation et Point Tupper Marine Services Ltd. La participation des organismes d’intervention permettra à chacune d’évoluer au sein du nouveau modèle de planification de l’intervention sectorielle, de mettre à l’essai les nouvelles normes et techniques et de définir les répercussions opérationnelles et financières de la mise en œuvre de la planification de l’intervention sectorielle à l’échelle nationale.

Question no 615 --
L'hon. Wayne Easter:
En ce qui concerne l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC): quels sont les numéros de dossier de tous les documents d’information du ministre ou de la correspondance entre le gouvernement et l’ASFC depuis juillet 2013, ventilés par (i) ministre ou ministère, (ii) numéro de dossier pertinent, (iii) type de correspondance ou de dossier, (iv) date, (v) but, (vi) source, (vii) destination, (viii) autres responsables en ayant reçu copie ou ayant eu un rôle à jouer?
Response
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
Monsieur le Président, une recherche préliminaire a été effectuée dans ccmMercury, le système de suivi des dossiers de l’ASFC, pour les numéros de dossier de tous les documents d’information du ministre ou de la correspondance entre le gouvernement et l’ASFC de juillet 2013 au 12 juin 2014. À cause du nombre élevé de dossiers et de toutes les procédures à effectuer pour obtenir les détails requis, l’ASFC n’est pas en mesure de répondre dans les délais prescrits.

Question no 616 --
M. David McGuinty:
En ce qui concerne la liste des manifestations tenue par le Centre des opérations du gouvernement a) quels ministères et organismes gouvernementaux participent à la surveillance des manifestations publiques; b) à quel moment les mesures de surveillance ont-elles été mises en place; c) quelles ressources du gouvernement sont affectées à la surveillance; d) combien d’employés pour chaque ministère et organisme ont participé au système de production de rapports de surveillance pour chaque exercice depuis sa mise en œuvre; e) quels sont les coûts totaux de la mise en place de la surveillance; f) combien de temps les mesures de surveillance dureront-elles; g) quel ministère ou organisme gouvernemental tient à jour les données sur les manifestations; h) combien de temps ces données sont-elles conservées; i) à quels partenaires transmet-on ces données; j) en vertu de quel pouvoir les transmet-on?
Response
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a) à f) de la question, le Centre des opérations du gouvernement ne mène pas d’opérations de surveillance.
Pour ce qui est de la partie g) de la question, le Centre des opérations du gouvernement a pour rôle d’appuyer, au nom du gouvernement du Canada, la coordination des interventions fédérales en cas d’événements touchant l’intérêt national. Le Centre des opérations du gouvernement cherche à demeurer au courant de la situation en cas de manifestations pouvant se transformer en événements touchant l’intérêt national. Les rapports de situation sont conservés, conformément aux exigences en matière de tenue de documents de la Loi sur la Bibliothèque et les Archives du Canada.
En ce qui concerne la partie h) de la question, les renseignements obtenus par le Centre des opérations du gouvernement sont conservés pendant 10 ans, conformément aux exigences en matière de tenue de documents de la Loi sur la Bibliothèque et les Archives du Canada.
En ce qui a trait à la partie i) de la question, le Centre des opérations du gouvernement travaille avec tous les ministères et organismes fédéraux pour assurer une capacité d’intervention pangouvernementale. En cas d’événements éventuels ou en cours, il facilite l’échange d’information avec d’autres ministères fédéraux, les provinces et territoires et ses partenaires, en menant des analyses et en produisant des rapports périodiques. Les demandes de renseignements font partie du processus d’échange de l’information.
Enfin, pour ce qui est de la partie j) de la question, les renseignements obtenus et les rapports de situation produits dans le cadre d’événements touchant l’intérêt national sont communiqués en vertu de la Loi sur la gestion des urgences et de la Loi sur le ministère de la Sécurité publique et de la Protection civile.

Question no 617 --
M. David McGuinty:
En ce qui concerne le sondage téléphonique mené auprès de 3 000 Canadiens par la firme Reid Group concernant la prostitution, remis le 10 février 2014 au ministère de la Justice: a) quelles sont les raisons qui justifient le refus du Ministère de divulguer les informations qu’il contient; b) le ministre de la Justice a-t-il pris en considération les conclusions de ce sondage dans la confection du nouveau projet de loi; c) pourquoi le ministre de la Justice n’a-t-il pas jugé pertinent de rendre public ce sondage; d) quels organismes à l’intérieur ou à l’extérieur du gouvernement ont reçu copie des résultats du sondage?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Justice et procureur général du Canada, PCC):
Monsieur le Président, en réponse aux parties a) et c) de la question, le ministère de la Justice a livré les résultats de ce travail et les données relatives à Bibliothèque et Archives Canada pour diffusion publique, conformément à la politique du gouvernement du Canada en ce qui concerne la recherche sur l'opinion publique. Le matériel est disponible publiquement sur le site des Rapports de recherches sur l’opinion publique.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, en tant que ministre de la Justice, je ne fonde pas mes décisions sur une seule source d’information. L’information recueillie lors des sondages téléphoniques sur la prostitution était un outil rempli pour me fournir des renseignements pour un usage à ma discrétion.
Enfin, en ce qui concerne la partie d) de la question, aucune organisation, à l'intérieur ou à l'extérieur du gouvernement, n’a reçu de copie des résultats de l'enquête à l'avance.

Question no 623 --
M. Massimo Pacetti:
En ce qui concerne le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC): depuis le 27 juin 2011, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ou un membre de l’état-major supérieur de la GRC a-t-il formulé des directives ou des suggestions de manière à interdire ou à déconseiller aux bureaux ou aux membres de la GRC de a) présenter des lettres d’appui au CRTC sur les demandes ou processus que l’organisme étudiait ou étudie encore; b) communiquer avec le cabinet du ministre de la Sécurité publique concernant des demandes ou des processus qu’étudiait ou qu’étudie encore le CRTC, dans l’affirmative, quels sont (i) le nom des personnes ou du bureau ayant formulé de telles directives ou suggestions, (ii) les dates où les directives ou suggestions ont été formulées, (iii) les personnes ou ministères à qui les directives ou suggestions ont été formulées, (iv) les détails du contenu des directives ou suggestions?
Response
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, un membre de l’état-major supérieur de la GRC a avisé les membres de la GRC et les employés de s’abstenir de présenter des lettres d’appui au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, le CRTC, sur les demandes ou processus que l’organisme étudiait ou étudie encore. Daniel Lavoie, directeur exécutif des Affaires publiques, a donné cette consigne le 20 février 2013 aux Services nationaux de communication de la GRC et au groupe de communication de la Division « C », Québec. Il rappelait aux personnes de ces services qu’il serait inapproprié pour un représentant de la GRC d’appuyer une demande de permis au CRTC puisque la CRTC est un organisme réglementaire du gouvernement fédéral.
Enfin, pour ce qui est de la partie b) de la question, la GRC n’a pas formulé de directives ou de suggestions de manière à interdire ou à déconseiller aux bureaux ou aux membres de la GRC de communiquer avec le cabinet du ministre de la Sécurité publique concernant des demandes ou des processus qu’étudiait ou qu’étudie encore le CRTC.

Question no 627 --
Mme Chrystia Freeland:
En ce qui concerne le financement gouvernemental dans la province de l’Ontario, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la province, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité et la circonscription fédérale dans lesquelles est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
L'hon. Peter Van Loan (leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, en raison du volume important d’informations en cause, la pratique de longue durée du gouvernement en ce qui concerne les questions relatives aux subventions et contributions est de fournir une réponse pour une seule circonscription électorale fédérale par question. Le gouvernement invite la députée à préciser la circonscription pour laquelle elle souhaiterait recevoir les informations et à poser la question correspondante.

Question no 629 --
Mme Lysane Blanchette-Lamothe:
En ce qui concerne les réfugiés: a) en date du 11 juin 2014, combien de réfugiés syriens, parmi les 200 que le gouvernement s’est engagé à réinstaller, étaient au Canada; b) combien de temps le traitement des demandes de réfugiés parrainés par des organismes du secteur privé a t il pris en moyenne en 2014; c) combien de temps le traitement des demandes de réfugiés syriens parrainés par des organismes du secteur privé a t il pris en moyenne en 2014?
Response
L’hon. Chris Alexander (ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, PCC):
Monsieur le Président, en ce qui concerne Citoyenneté et Immigration Canada, CIC, le gouvernement du Canada est profondément préoccupé par la crise en Syrie et continuera de faire ce qu’il peut pour aider au mieux la population syrienne. Le Canada est fier de cette tradition de longue date qui consiste à offrir une protection à ceux qui en ont véritablement besoin. Nous possédons l’un des systèmes d’immigration les plus équitables et les plus généreux au monde. Nous accueillons environ le dixième des réfugiés qui sont réinstallés dans le monde, soit davantage que la plupart des autres pays industrialisés. Le Canada est l’un des plus grands fournisseurs d'aide humanitaire aux réfugiés syriens. Jusqu’ici, en ce qui concerne la crise en Syrie, le Canada a consacré plus de 630 millions de dollars en aide humanitaire, en aide au développement et en assistance en matière de sécurité.
En réponse à l’appel de juin 2013 du HCR pour venir en aide aux réfugiés les plus vulnérables, le Canada s’est engagé à accepter 1 300 réfugiés syriens pour la réinstallation permanente au Canada d'ici à la fin de 2014, dont 200 réfugiés dans le cadre du Programme de réfugiés pris en charge par le gouvernement, le RPG, et 1 100 réfugiés dans le cadre du Programme de parrainage privé de réfugiés, le PPPR.
Ce n ’est qu’à la fin de 2013 et au début de 2014 que le HCR a commencé à demander l’accroissement des efforts de réinstallation, en guise de solidarité et de partage des obligations à l’échelle internationale, tout en offrant une protection des plus nécessaires aux plus vulnérables. Pour aider le Canada à respecter son engagement, le HCR a commencé à lui recommander des cas à la fin de 2013.
Au total, depuis le début du conflit syrien, le Canada a reçu plus de 3 070 demandes de Syriens souhaitant obtenir la protection du Canada dans le cadre des programmes d’octroi de l’asile et de réinstallation, et le pays a offert une protection à plus de 1 230 d'entre eux.
En date du 11 Juin, 93 réfugiés syriens des 200 que le gouvernement s'est engagé à réinstaller étaient arrivés au Canada. À partir du 2 Juillet, tel que je l’ai confirmé au Globe and Mail, 177 des 200 réfugiés syriens que le gouvernement s'était engagé à réinstaller étaient arrivés au Canada. Ce nombre continue d'augmenter. CIC rapporte le temps de traitement sur une période de 12 mois, basé sur l'année civile, mais le temps de traitement de 2014 n'est pas encore disponible. CIC ne signale également pas les délais de traitement fondés sur le pays d'origine du client, mais plutôt par le centre de traitement. Comme telle, cette information n'est pas disponible. Cela dit, un carnet de commandes volumineux et une stratégie de réduction du temps d’attente et des ressources ont été mises en œuvre pour réduire le temps de traitement en général.
Les délais de traitement actuels varient selon la catégorie de la demande. Pour consulter les délais de traitement, on peut visiter notre site Web: http://www.cic.gc.ca/francais/information/delais/perm-autre.asp.
Les délais de traitement ont commencé à s'améliorer et lorsqu'il y a des cas en attente de traitement, ceux ci sont traités rapidement. Nous poursuivons nos efforts afin d'établir des délais de traitement de 12 à 18 mois pour les nouvelles demandes reçues au titre du PPPR, et ce, dans toutes les missions.
Le gouvernement du Canada demeure résolu à maintenir sa tradition humanitaire, à savoir réinstaller les réfugiés et offrir sa protection à ceux qui en ont besoin. CIC continue de travailler le plus efficacement possible pour réinstaller les réfugiés en tenant compte des limites opérationnelles et en matière de sécurité.
Le Canada travaille en étroite collaboration avec le HCR et les pays de réinstallation afin de déterminer la meilleure façon de répondre aux besoins des réfugiés syriens, compte tenu du nombre écrasant de citoyens déplacés. Le Canada examine une demande supplémentaire de réinstallation de Syriens présentée par le HCR dans le cadre de son intervention à plus grande échelle à l’égard de cette crise. CIC travaille activement à l'élaboration et à la mise en œuvre de stratégies visant à réduire les délais de traitement liés au PPPR. La gestion des demandes reçues est essentielle pour assurer le fonctionnement efficace du PPPR et veiller à ce qu’il réponde aux besoins de protection des réfugiés.

Question no 631 --
M. Francis Scarpaleggia:
En ce qui concerne le rejet accidentel dans la rivière Athabasca, en mars 2011, d’eaux usées industrielles en provenance de sables bitumineux de Suncor: a) quand le gouvernement de l’Alberta a-t-il avisé le gouvernement fédéral du déversement; b) la notification mentionnée en a) a-t-elle été faite aux termes de l’Accord Canada-Alberta sur les avis d’événements environnementaux; c) quelles amendes le gouvernement fédéral a-t-il imposées parce que cela violait la Loi sur les pêches; d) quelles sanctions non pécuniaires le gouvernement fédéral a-t-il imposées parce que cela violait la Loi sur les pêches; e) si des amendes ou des sanctions non pécuniaires n’ont pas été imposées, pour quelles raisons; f) à l’égard de l’enquête que le gouvernement fédéral a menée sur l’incident, (i) à quelle date a-t-il commencé l'enquête, (ii) à quelle date a-t-il clos l’enquête; (iii) quelle était la raison de sa clôture de l’enquête?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de l’Environnement, ministre de l’Agence canadienne de développement économique du Nord et ministre du Conseil de l’Arctique, PCC):
Monsieur le Président, la réponse à la partie a) de la question est le jeudi 24 mars 2011 à 16h43.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, oui, le Centre de notification du CIC d’Alberta a envoyé un courriel sommaire de l’incident et un lien vers le rapport intégral de Suncor à un agent des urgences environnementales d’Environnement Canada au bureau d’Edmonton. Le numéro de référence de la notification du CIC est 245344.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, aucune amende n’a été imposée.
En ce qui concerne la partie d) de la question, aucune sanction non pécuniaire n’a été imposée.
Pour ce qui est de la partie e) de la question, les renseignements recueillis au cours de cette enquête ont permis de déterminer que Suncor exploitait son réseau d’assainissement avec diligence et qu’il ne pouvait pas raisonnablement prévoir l’incident du 21 mars 2011. Par conséquent, aucune accusation n’a été portée contre Suncor. Le 8 novembre 2011, la clôture du dossier a été approuvée et aucune mesure d’application de la loi n’a été recommandée.
Enfin, en ce qui concerne la partie f) de la question, l’enquête a commencé le 25 mars 2011 et a été close le 8 novembre 2011. Pour ce qui est de la raison de cette clôture, il faut se référer à la réponse à la partie e) de la question.

Question no 632 --
M. Francis Scarpaleggia:
En ce qui concerne les mesures prises par le gouvernement pour garantir l’innocuité des composés médicamenteux par suite de la découverte, le 20 mars 2013, du sous-dosage de produits chimiothérapeutiques dans quatre hôpitaux de l’Ontario: a) quelles mesures a-t-il prises concernant (i) les préparateurs de médicaments, (ii) chaque province et territoire, dans le but de mettre en place un cadre de réglementation fédéral pour ce secteur; b) quelles mesures reste-t-il à prendre pour mettre en place un régime réglementaire fédéral exhaustif à l’intention des préparateurs de médicaments, comme celui qui existe pour les fabricants de médicaments; c) quelles nouvelles règles seront ajoutées relativement aux protocoles d’achat pour les préparations; d) ces protocoles seront-ils équivalents à ceux des fabricants; e) comment la conformité aux règles en c) sera-t-elle surveillée et assurée; f) comment le gouvernement surveille-t-il et fait-il respecter les protocoles d’achat et de fabrication qui s’appliquent aux fabricants de médicaments; g) comment le gouvernement s’assure-t-il que les mesures de surveillance et de respect de la réglementation sont suffisantes pour garantir la sécurité de tous les Canadiens qui prennent des médicaments?
Response
L'hon. Rona Ambrose (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, depuis l’incident de sous-dosage survenu, Santé Canada a pris plusieurs mesures. En réponse à la partie a)(i) de la question, le 19 avril 2013, Santé Canada a publié l’énoncé « Surveillance réglementaire provisoire du mélange et de la préparation des médicaments », qui permet aux organisations participant à ces activités de continuer de fournir ces services s’ils répondent à certaines conditions, pendant que le ministère et les provinces et territoires, le PT, continuent de collaborer pour déterminer l’approche à long terme de la surveillance de ces activités.
Pour ce qui est de la partie a)(ii) de la question, Santé Canada a constitué le Groupe de travail spécial fédéral, provincial, territorial chargé des activités de mélange et de préparation des médicaments pour qu’il travaille en collaboration à l’atteinte de deux objectifs: d’abord examiner la portée et l’étendue de l’impartition de la préparation et du mélange des médicaments aux pharmacies par les hôpitaux dans tout le Canada; ensuite déterminer la surveillance adéquate de ces activités. Santé Canada a également constitué un sous-groupe de travail visant à clarifier la délimitation des responsabilités du gouvernement fédéral et des PT quant à la surveillance de ces activités.
En ce qui concerne la partie b) de la question, Santé Canada travaille en collaboration avec les intervenants clés, dont l’Association nationale des organismes de réglementation de la pharmacie et la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux, afin de déterminer la meilleure façon de clarifier la réglementation en vue d’assurer la sécurité des patients et d’améliorer la prévisibilité et la transparence à l’avenir.
En ce qui a trait aux parties c), d) et e) de la question, Santé Canada travaille activement à la rédaction d’une proposition d’approche fédérale de la préparation commerciale et a entamé des consultations en juin 2014 pour recueillir les commentaires des PT et d’autres intervenants clés sur les éléments de la proposition et sa mise en œuvre. L’approche proposée sera axée sur la qualité des produits et comprendra des exigences supplémentaires, tel que l’étiquetage et la production de rapports, et l’amélioration de la sécurité des patients sans imposer de fardeau réglementaire exagéré.
Des précisions seront formulées au cours du processus de réglementation en consultation avec les intervenants.
Les exigences réglementaires proposées seraient proportionnelles au niveau de risque associé au type d’activité en question.
Le règlement fédéral proposé constituerait une prolongation des cadres réglementaires existants qui régissent la fabrication des médicaments, et Santé Canada élaborerait une approche adéquate de la conformité et de l’application fondée sur les procédures et processus existants.
Pour ce qui est de la partie f) de la question, les fabricants de médicaments pharmaceutiques ont la responsabilité de respecter les exigences du Règlement sur les aliments et drogues. La conformité à ces exigences optimise la sécurité et la qualité des produits médicamenteux à la disposition des Canadiens. Santé Canada réalise des inspections de routine en fonction d’un cycle fondé sur les risques, afin de surveiller la conformité aux exigences réglementaires, ce qui comprend l’exigence d’établir et d’appliquer des protocoles adéquats liés à la fabrication de médicaments. Lorsqu’une non-conformité est observée, Santé Canada vérifie les mesures correctives appliquées par le fabricant et prend les mesures d’application pertinentes, au besoin, pour atténuer les risques pour les Canadiens.
Enfin, en ce qui concerne la partie g) de la question, les fabricants de médicaments ont pour responsabilité principale d’assurer la sécurité des produits qu’ils fournissent aux Canadiens. Santé Canada est chargé de vérifier que les fabricants de médicaments réalisent leurs activités conformément aux exigences réglementaires.
Santé Canada administre un programme d’inspection visant à surveiller régulièrement la conformité des fabricants de médicaments aux exigences réglementaires. Les politiques, lignes directrices et procédures liées au programme d’inspection sont régulièrement examinées et auditées à l’appui d’une amélioration continue, afin que le programme d’inspection de Santé Canada assure une surveillance efficace pour aider à protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Le ministère participe également aux activités d’évaluation continues avec les partenaires internationaux, afin de confirmer leur équivalence au système d’inspection canadien.
Santé Canada améliore également l’intégrité de la chaîne d’approvisionnement en produits de santé canadienne en éduquant les intervenants et en améliorant la surveillance des ingrédients que contiennent les produits de santé, conformément au nouveau Règlement concernant les ingrédients pharmaceutiques actifs. En plus des mesures existantes visant à protéger la santé et la sécurité des Canadiens, Santé Canada améliore la sécurité des patients en proposant de nouveaux pouvoirs législatifs pour la déclaration des effets indésirables des médicaments par les institutions de santé, les rappels obligatoires de médicaments dangereux et l’augmentation des amendes et pénalités.

Question no 633 --
L'hon. Mark Eyking:
En ce qui concerne le Service correctionnel du Canada : quels sont les numéros de dossier de tous les documents d’information des ministres et de la correspondance ministérielle entre le gouvernement et le Service correctionnel du Canada depuis juillet 2013, ventilés par (i) ministre ou ministère, (ii) numéro de dossier correspondant, (iii) type de correspondance ou de dossier, (iv) date, (v) objet, (vi) source, (vii) destination prévue, (viii) autres responsables en ayant reçu une copie ou ayant eu un rôle à jouer?
Response
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
Monsieur le Président, le Service correctionnel du Canada, le SCC, n’est pas en mesure de répondre à la demande dans les délais prescrits. Il y a des variations dans la façon avec laquelle les documents d’information des ministres et de la correspondance ministérielle sont suivis, et la base de données électronique de suivi des documents du SCC ne peut être utilisée pour produire l’information demandée. Une recherche électronique en vue de retrouver les documents est donc impossible. Par conséquent, il faudrait effectuer une recherche manuelle pour répondre à cette demande. Les limites du système et l’importance des ressources requises pour ce faire empêchent le SCC de fournir une réponse complète et uniforme à la demande.

Question no 634 --
L'hon. Mark Eyking:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la province de la Nouvelle-Écosse, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité et la circonscription fédérale dans lesquelles est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
L'hon. Peter Van Loan (leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, en raison du volume important d’informations en cause, la pratique de longue durée du gouvernement en ce qui concerne les questions relatives aux subventions et contributions est de fournir une réponse pour une seule circonscription électorale fédérale par question. Le gouvernement invite le député à préciser la circonscription pour laquelle elle souhaiterait recevoir les informations et à poser la question correspondante.

Question no 635 --
Mme Judy Foote:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la province de Terre-Neuve-et-Labrador, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité et la circonscription fédérale dans lesquelles est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
L'hon. Peter Van Loan (leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, en raison du volume important d’informations en cause, la pratique de longue durée du gouvernement en ce qui concerne les questions relatives aux subventions et contributions est de fournir une réponse pour une seule circonscription électorale fédérale par question. Le gouvernement invite la députée à préciser la circonscription pour laquelle elle souhaiterait recevoir les informations et à poser la question correspondante.

Question no 637 --
L'hon. Dominic LeBlanc:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la province du Nouveau-Brunswick, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité et la circonscription fédérale dans lesquelles est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
L'hon. Peter Van Loan (leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, en raison du volume important d’informations en cause, la pratique de longue durée du gouvernement en ce qui concerne les questions relatives aux subventions et contributions est de fournir une réponse pour une seule circonscription électorale fédérale par question. Le gouvernement invite le député à préciser la circonscription pour laquelle elle souhaiterait recevoir les informations et à poser la question correspondante.

Question no 639 --
L'hon. John McKay:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la province de la Colombie-Britannique, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité et la circonscription fédérale dans lesquelles est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
L'hon. Peter Van Loan (leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, en raison du volume important d’informations en cause, la pratique de longue durée du gouvernement en ce qui concerne les questions relatives aux subventions et contributions est de fournir une réponse pour une seule circonscription électorale fédérale par question. Le gouvernement invite le député à préciser la circonscription pour laquelle elle souhaiterait recevoir les informations et à poser la question correspondante.

Question no 641 --
M. Marc Garneau:
En ce qui concerne le financement gouvernemental, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe de la province de Québec, c’est-à-dire dans chaque cas (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité et la circonscription fédérale dans lesquelles est situé le bénéficiaire, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le ministère ou l’organisme octroyeur, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l’annonçant a-t-il été publié, et, dans l’affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
Response
L'hon. Peter Van Loan (leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
Monsieur le Président, en raison du volume important d’informations en cause, la pratique de longue durée du gouvernement en ce qui concerne les questions relatives aux subventions et contributions est de fournir une réponse pour une seule circonscription électorale fédérale par question. Le gouvernement invite le député à préciser la circonscription pour laquelle elle souhaiterait recevoir les informations et à poser la question correspondante.
Collapse
AdvertisingAglukkaq, LeonaAgreements and contractsAlexander, ChrisAllegations of fraud and fraudAllen, MalcolmAmbrose, RonaAndrews, ScottAnswers to Written Questions on the Orde ...Arms controlAthabasca River ...Show all topics
Results: 1 - 4 of 4

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data