Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 344
Daniel Jean
View Daniel Jean Profile
Daniel Jean
2012-11-29 8:48
Expand
Thank you, Mr. Chair.
I'm pleased to meet with the members of the Standing Committee on Government Operations and Estimates. With me today, as the chair has mentioned, is Robert Hertzog, who is the department's chief financial officer, and René Bouchard, who is the executive director of our portfolio affairs.
We appeared before the committee last May on the subject of the 2012-13 main estimates for the Department of Canadian Heritage and its portfolio organizations. At that time, I said that the total budget of the department was $1.28 billion. This figure consists of $202.8 million in operating expenditures and $1.078 billion in grants and contributions.
As well, the 18 Canadian Heritage portfolio organizations receive $1.9 billion in appropriations. As stipulated in budget 2012, Canadian Heritage and its portfolio organizations face planned reductions of approximately 6.9% by 2014-15. The total amount of these reductions, as well as their financial impact on our current year financial results, are explained in the department's quarterly financial reports. The first report was tabled in June 2012.
Let me now address the 2012-13 supplementary estimates (B) for the Department of Canadian Heritage and the portfolio organizations.
The supplementary estimates for 2012-13 were tabled in Parliament on November 8, 2012. Parliament is being asked to approve $7.5 million in additional resources for the Department of Canadian Heritage.
The new requirements are for the following initiatives.
$14,386,219 for Sport Canada's hosting program to support the construction of new facilities and the upgrade of existing facilities. This includes the related design and planning activities for the Toronto 2015 Pan American and Parapan American games. Funding announcements that have been made for these facilities include Markham, York, Welland, and others will be ongoing.
$3,000,000 for Sport Canada's sport support program to support activities of ParticipACTION and the Quebec-based fitness organization Le grand défi Pierre Lavoie. Both of these organizations promote more active lifestyles and healthier, stronger communities across Canada, with a particular emphasis on children and youth.
A $1,000,000 transfer from the sport support program to the athlete assistance program to provide increased living and training allowances to high-performance athletes.
$5,000,000 for the celebration and commemoration program to support the 100 th Grey Cup anniversary celebrations that took place in communities across Canada. Activities focused on the ten-week national train tour and week-long celebration in Toronto just prior to the Grey Cup game on November 25, 2012.
$2,500,000 for a grant to the Hnatyshyn Foundation. The foundation supports artistic and cultural development in Canada through a grant program that affirms the vital role of the arts and artists in strengthening the community and enriching the quality of life of Canadians.
$200,000 ofor government advertising programs related to the war of 1812. The Government of Canada has a series of activities to commemorate the 200 th anniversary of the war of 1812 over three years. Activities include a pan-Canadian public awareness campaign, learning materials for schools, funding for up to 100 events and historical re-enactments, a traveling War Museum exhibit, a permanent 1812 monument in Ottawa, and investments in national historic sites associated with the war of 1812.
Funds being provided to the department for these initiatives through supplementary estimates (B) are shown net of $17,541,000 in savings. These savings were identified in budget 2012 and are being achieved through efficiencies in operations and the reduction in 2012-13 of programs such as international expositions, for savings of $8,612,000, and the Canada interactive fund, for savings of $7,880,000.
Items in the supplementary estimates (B) for 2012-13 that affect the Canadian Heritage portfolio organizations include $32.2 million in funding for Canadian Broadcasting Corporation programming. Since 2001, CBC/Radio-Canada has received $60 million in annual funding to enhance and expand its Canadian radio and television programming. For 2012-13, the $60-million amount is reduced by $27.8 million, which reflects the reduction to the CBC's appropriations that were announced in budget 2012. As a result, the net amount to be provided to CBC in 2012-13 is, as I noted, $32.2 million.
There is $46,700,000 for the Canadian Museum for Human Rights. The museum will receive $21.7 million in operating funds for 2012-13, as well as a $25-million instalment on a $35-million advance on appropriations granted by the government. The latter is financial flexibility; this will provide the museum with the financial flexibility it needs to open in 2014.
Authority is also being sought for transfers to and from other federal government departments or organizations, for a net increase of $1 million. This comprises a decrease of $9.5 million in operating and an increase of $10.5 million in grants and contributions.
These are largely adjustments to ongoing initiatives with other Canadian Heritage portfolio organizations and government departments, and they include: the transfer of funds to Veterans Affairs Canada to support the Historica-Dominica Institute's memory project and help educate youth about the importance of remembrance; the transfer of funds from the Canada Council for the Arts to support a series of research reports on the arts in Canada, and the return of funding provided for the national translation program for book publishing that is not required
As I mentioned when I appeared before the committee last May, Canadian Heritage has long-standing financial targets and is continuing to meet these targets. We continue to do our part to achieve the government-wide productivity improvement and efficiency goals that have been established. The measures we have adopted support modernizing the department by maximizing investments, delivering results, and increasing the impact of our programs.
We would now be pleased to respond to any questions committee members may have.
Merci.
Merci, monsieur le président.
Je suis heureux de rencontrer les membres du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires. Comme le président l'a mentionné, je suis accompagné aujourd'hui de Robert Hertzog, directeur général de la gestion financière du ministère, et de René Bouchard, directeur exécutif des Affaires du portefeuille.
Nous nous sommes présentés devant le comité en mai dernier concernant le Budget principal des dépenses 2012-2013 du ministère du Patrimoine canadien et de ses organismes du portefeuille. À cette occasion, j'ai indiqué que le budget total du ministère s'élevait à 1,28 milliard de dollars. De cette somme, 202,8 millions de dollars vont aux dépenses de fonctionnement, et 1,078 milliard de dollars sont consacrés aux subventions et contributions.
En outre, les 18 organismes du portefeuille de Patrimoine canadien reçoivent 1,9 milliard de dollars en crédits. Tel qu'inscrit dans le Budget de 2012, Patrimoine canadien et les organismes du portefeuille doivent s'attendre à des réductions prévues d'environ 6,9 p. 100 d'ici 2014-2015. Le montant total de ces réductions et les répercussions qu'elles auront sur nos résultats financiers pour l'exercice en cours sont expliqués dans les rapports trimestriels du ministère. Le premier rapport a été déposé en juin 2012.
J'aimerais maintenant vous parler du Budget supplémentaire des dépenses 2012-2013 du ministère du Patrimoine canadien et des organismes du portefeuille.
Le Budget supplémentaire des dépenses (B) 2012-2013 a été déposé au Parlement le 8 novembre 2012. Nous demandons au Parlement d'approuver des ressources supplémentaires de 7,5 millions de dollars pour le ministère du Patrimoine canadien.
Les nouveaux besoins sont liés aux activités suivantes.
L'octroi de 14 386 219 $ est demandé pour le programme d'accueil de Sport Canada afin de permettre la construction de nouvelles installations et la rénovation d'installations existantes. Cette somme comprend les activités connexes de conception et de planification en vue des Jeux panaméricains et parapanaméricains de 2015 à Toronto. Des annonces de financement ont été faites pour des installations à Markham, à York, à Welland, et d'autres suivront.
Une somme de 3 millions de dollars est nécessaire pour le programme de soutien aux sports de Sport Canada, en vue de soutenir les activités de ParticipACTION et du Grand défi Pierre Lavoie, un organisme de promotion de la condition physique établi au Québec. Ces organismes font tous deux la promotion d'un mode de vie plus actif et de collectivités plus saines partout au pays. Ils mettent particulièrement l'accent sur les enfants et les jeunes.
Un transfert de 1 million de dollars du programme de soutien aux sports vers le programme d'aide aux athlètes vise à offrir aux athlètes de haut niveau des allocations de subsistance et d'entraînement plus élevées.
Nous indiquons une somme de 5 millions de dollars pour le programme des célébrations et commémorations en appui aux célébrations du 100e anniversaire de la Coupe Grey qui se sont déroulées dans des collectivités d'un bout à l'autre du pays. Les activités étaient axées sur une tournée nationale de 10 semaines en train, ainsi que sur les célébrations qui ont duré une semaine à Toronto, juste avant le match de la Coupe Grey, le 25 novembre 2012.
Une somme de 2,5 millions de dollars est mentionnée pour l'octroi d'une subvention à la Fondation Hnatyshyn. Cette fondation soutient le développement artistique et culturel au Canada grâce à un programme de bourses qui confirme le rôle vital des arts et des artistes dans le dynamisme des collectivités et la qualité de vie des Canadiens.
Nous notons une somme de 200 000 $ pour les programmes de publicité du gouvernement, en lien avec la guerre de 1812. Le gouvernement du Canada mène une série d'activités visant à souligner le 200e anniversaire de la guerre de 1812. Ces activités se déroulent sur une période de trois ans. Elles incluent une campagne pancanadienne de sensibilisation du public, du matériel d'apprentissage pour les écoles, le financement d'un maximum de 100 activités et reconstitutions historiques, une exposition itinérante du Musée canadien de la guerre, un monument permanent à Ottawa commémorant la guerre de 1812 ainsi que des investissements dans les lieux historiques nationaux associés à la guerre de 1812.
Les fonds fournis au ministère pour ces activités au moyen du Budget supplémentaire des dépenses (B) sont présentés après déduction des économies, lesquelles atteignent 17 541 000 $. Ces économies, prévues dans le Budget de 2012, sont réalisées grâce à des gains d'efficacité dans le fonctionnement. Elles ont aussi été rendues possible par la réduction, en 2012-2013, de programmes tels que celui des expositions internationales, qui a engendré une économie de 8 612 000 $ et le Fonds interactif du Canada, qui a permis une économie de 7 880 000 $.
Les éléments du Budget supplémentaire des dépenses (B) 2012-2013 qui ont une incidence sur les organismes du portefeuille de Patrimoine canadien comprennent, entre autres, une somme de 32,2 millions de dollars pour le financement de la programmation de la Société Radio-Canada. Depuis 2001, CBC/Radio-Canada reçoit annuellement 60 millions de dollars de financement pour améliorer et élargir sa programmation canadienne de radio et de télévision. Pour 2012-2013, cette somme de 60 millions de dollars est réduite de 27,8 millions de dollars, ce qui reflète la réduction des crédits annoncée dans le Budget de 2012. Par conséquent, le montant net à verser à la SRC en 2012-2013 s'élève, conformément à ce que je viens de mentionner, à 32,2 millions de dollars.
Il y a également une somme de 46 700 000 $ pour le Musée canadien pour les droits de la personne, qui recevra 21,7 millions de dollars pour ses dépenses de fonctionnement en 2012-2013, de même qu'un versement de 25 millions de dollars sur une avance de 35 millions de dollars sur les crédits accordés par le gouvernement. Cette mesure donnera au musée la latitude financière dont il a besoin pour être en mesure d'ouvrir ses portes en 2014.
Nous demandons aussi le pouvoir de faire des transferts avec d'autres ministères et organismes du gouvernement fédéral, pour une augmentation nette de 1 million de dollars. Cette somme comprend une réduction de 9,5 millions de dollars des frais de fonctionnement et une augmentation de 10,5 millions de dollars des subventions et contributions.
Il s'agit en grande partie de rajustements d'activités en cours dans d'autres ministères et dans des organismes du portefeuille de Patrimoine canadien, notamment le transfert de fonds à Anciens Combattants Canada pour soutenir le Projet Mémoire de l'Institut Historica-Dominion et contribuer à sensibiliser les jeunes à l'importance de se souvenir de notre histoire, et le transfert de fonds du Conseil des arts du Canada pour financer une série de rapports de recherche sur les arts au Canada et pour remettre des sommes fournies dans le cadre du Programme national de traduction pour l'édition du livre, sommes qui ne sont pas requises.
Comme je l'ai mentionné lorsque je me suis présenté devant le comité en mai dernier, Patrimoine canadien a des objectifs financiers établis depuis longtemps, et il continue de réaliser ses objectifs. Nous continuons de collaborer à l'amélioration de la productivité dans l'ensemble du gouvernement et à la réalisation des objectifs fixés en matière d'efficacité. Les mesures que nous avons adoptées favorisent la modernisation du ministère en optimisant les investissements, en produisant des résultats et en accroissant les effets de nos programmes.
Nous serons heureux de répondre à toute question que les membres du comité pourraient avoir à nous poser.
Merci.
Collapse
Daniel Jean
View Daniel Jean Profile
Daniel Jean
2012-11-29 9:05
Expand
The advertising was to make all Canadians aware of the importance of the war of 1812, which was a significant event in Canadian history.
La publicité était destinée à l'ensemble des Canadiens afin de les sensibiliser à l'importance de la guerre de 1812, qui est un fait marquant de l'histoire du Canada.
Collapse
View Jean-François Larose Profile
(QC)
Thank you, Mr. Chair.
My thanks to our guests for joining us.
if I understood correctly, you were talking about the war of 1812. How much did all that advertising cost?
Merci, monsieur le président.
Je remercie nos invités de leur présence parmi nous.
Si j'ai bien compris, vous avez parlé de la guerre de 1812. Combien a coûté toute cette publicité?
Collapse
Daniel Jean
View Daniel Jean Profile
Daniel Jean
2012-11-29 9:06
Expand
The total amount for advertising was $6.7 million, spread over three years.
La somme totale pour la publicité était de 6,7 millions de dollars étalés sur trois ans.
Collapse
View Denis Blanchette Profile
NDP (QC)
View Denis Blanchette Profile
2012-11-29 9:33
Expand
What are the major cost items in the commemoration of the war of 1812? When will it come to an end?
Quels sont les grands postes de dépenses en ce qui concerne la commémoration de la guerre de 1812? Quand cela se terminera t-il?
Collapse
Daniel Jean
View Daniel Jean Profile
Daniel Jean
2012-11-29 9:33
Expand
As I said earlier, for the war of 1812, an amount of $6.7 million was set aside for the advertising campaign, or, in broader terms, for a media model. There were programs for…
En ce qui a trait à la guerre de 1812, comme j'ai dit plus tôt, un montant de 6,7 millions de dollars a été alloué à la campagne de publicité ou, plus largement, à un modèle médiatique. Il y avait des programmes pour les...
Collapse
Daniel Jean
View Daniel Jean Profile
Daniel Jean
2012-11-29 9:34
Expand
As the minister mentioned and as I explained previously, the $28 million was an additional amount put into the budget for the war of 1812. Some money in already existing commemoration programs were also used to support a lot of projects in communities across Canada.
Comme le ministre l'a mentionné et comme je l'ai expliqué auparavant, le montant de 28 millions de dollars est la somme d'argent additionnelle qui a été accordée dans le budget pour la guerre de 1812. On a également utilisé certains fonds dans des programmes de commémoration existants pour soutenir beaucoup de projets dans les communautés du Canada.
Collapse
View Denis Blanchette Profile
NDP (QC)
View Denis Blanchette Profile
2012-11-29 9:34
Expand
So the celebrations will cost more than $28 million, if I understand correctly.
Les célébrations coûteront donc plus que 28 millions de dollars, si je comprends bien.
Collapse
Daniel Jean
View Daniel Jean Profile
Daniel Jean
2012-11-29 9:34
Expand
The celebrations cost more than $28 million, but most of the money is invested in communities across Canada through programs.
Elles coûtent plus que 28 millions de dollars, mais la majeure partie de l'argent est investie dans les communautés du Canada par l'entremise de programmes.
Collapse
View Steven Blaney Profile
CPC (QC)
Thank you very much, Mr. Chair. Thank you for welcoming me. I would like to greet the members of the Standing Committee on Veterans Affairs.
First of all, I would like to introduce the two persons joining me: Suzanne Tining, Deputy Minister for Veterans Affairs Canada, and James Gilbert, Assistant Deputy Minister for Policy, Communications and Commemoration.
Mr. Chair, I could give a very short speech and say that, at the end of the day, I need billions of dollars for veterans, but you are entitled to know why. That is why I have prepared a speech that will basically focus on two items, including the funding I need to be able to get through the year, more specifically the Supplementary Estimates (C). I am also going to seek the support of the committee members for next year's base budget, the 2012-2013 budget, which will begin on April 1st.
Mr. Chair, I want to state clearly from the very beginning that our government is maintaining benefits to veterans, and we're also making great strides in our efforts to ensure that these brave men and women—some are with us today and this makes this meeting even more meaningful—receive the hassle-free services that they asked for and that they deserve.
My department's priority is to provide services and benefits that are tailored to the needs of veterans and their families, while ensuring that all Canadians remember their achievements and sacrifices. The 2012-2013 main estimates provide Veterans Affairs Canada with nearly $3.6 billion, an increase of $44.8 million, which is 1.3% when compared to the main estimates of last year, which was 2011-2012.
We are doing everything we can to modernize and to upgrade our activities so as to maintain a balance between providing services to veterans and, of course, to modern-day veterans, whether they served in Korea, the Balkans, Bosnia, and Afghanistan, or during World War II.
To this end, we work closely with a variety of veterans groups so that they can help us balance our response and actions, as we address the demographic shift within Canada's veteran community.
A few weeks ago in Winnipeg, I announced the cutting red tape initiative as a way to reduce paperwork. This action plan is going to reduce administrative formalities for veterans, making it possible to provide them with the care they deserve. One of the major features of this announcement is the use of clear and plain language.
As I said during the announcement, much of what is needed to make these improvements simply involves returning to the basics and overhauling how this department works.
With that in mind, we are putting in place updated and more efficient technology to make bureaucratic delays a thing of the past. We are making our programs and policies more relevant, providing greater electronic access to benefits and services, offering professional service from employees who understand the military experience, and creating seamless transition to civilian life from military life, and this is to be done in communicating in plain language.
Last year, Mr. Chair, we processed 41,000 letters, mainly disability benefit applications from veterans. For each of these applications, a letter was written and sent out advising the veteran of a decision. We have heard from the veterans, and we have heard from the Veterans Ombudsman that these letters are too complex, and need to be written in clearer and plainer language.
As you know, we are sending out about 41,000 letters every year in response to veterans' disability claims. Over the past few years, we have made improvements to the way those letters are written, but that is not enough. The ombudsman has asked us to take this a step further.
That is why veterans now receive letters that are clearer and organized based on the following criteria: the veteran's request, the answer, the facts, the evidence we have used, the references and the means available to veterans to proceed forward.
We have heard from the veterans and we have acted upon these recommendations.
These letters are easier to read and understand. We are also making direct contact with the many veterans who have recently received them to ask for their feedback. Better training for employees and better technology will ensure that letters are processed faster and meet the accepted standards of plain language.
We have a new brochure to explain the services and benefits to veterans—and not only to veterans. It provides an overview of the department.
We are modernizing the tools our employees are using to help the veterans. The benefit browser allows employees to quickly access information on the programs and services most relevant to the veterans they are serving. We're rolling out a similar online tool that we expect will be available to veterans once we have made it more user friendly.
Veterans can see a difference. In the past year we have reduced the amount of time it takes to deliver decisions to veterans regarding their disability benefits, a fact reflected by the increased funding requested through the supplementary estimates.
We have improved the response time in our national call centres. And of course, veterans can now take advantage of the direct deposit option to receive their money more quickly.
We have announced a number of other initiatives. Last year's most important initiative was definitely the improvements to the new veterans charter. That is why I am here for the Supplementary Estimates (C). Actually, the call for these new measures is quite strong. We estimate that, over the next five years, 4,000 veterans are going to benefit from these measures. That is an additional $189-million investment. As you know, our department has to let the Treasury Board know what our long-term estimates are. We are roughly talking about a $2-billion investment over the life of the program, meaning the improvements to the new veterans charter.
With these enhancements, we are ensuring that our veterans and Canadian Forces members, especially modern vets, have the right care at the right time for as long as they need it.
In January, Prime Minister Stephen Harper announced funding for the helmets to hardhats program.
Worth noting is that this program was launched jointly with the unions, the provincial government—the Ontario government, in this case—and with resources from the private sector in order to provide veterans with job opportunities in the construction industry.
In this case, TransCanada agreed to put in funds, with the government. So it is a type of public-private partnership for the benefit of veterans. And I have to say that we have had a great response so far with the program.
Approximately 4,000 Canadian Forces members make the transition to civilian life each year. Over the course of their careers, many have developed highly transferable skills as craftsmen, engineers, and welders—just to name a few. Others have administrative, leadership, project management, or planning experience, all skills that could be put to work at one of Canada's 260,000 construction sector firms.
The uptake on the helmets to hardhats program is good, Mr. Speaker, and we are building on this success to make it wider and to reach out to other parts of the country.
At this point I want to thank the members for the work you did on the commemoration report. I've taken note of your recommendations and I will be replying in the near future. Especially as we are to enter the centennial of the First World War, it is key that we get ready for this big meeting.
Actually, in a much shorter window of opportunity, on April 9 we will mark the 95th anniversary of the Battle of Vimy Ridge in Canada and in France. For the second year in a row, over 500 cadets will hold a candlelight ceremony on April 8, and cadets will stand vigil all night at the Tomb of the Unknown Soldier. They will also participate in the national ceremony the following morning.
More than 5,000 Canadians will join veterans, members' organizations, and 100 members of the Canadian Forces in Vimy on Easter Monday for commemoration, and especially to make a transition for young Canadians to learn about the key role Canada played in this battle and learn more about the stories and sacrifices of Canadians in the First World War. So that's quite inspirational.
One thing that is very good, Mr. Speaker—we also need some additional funding as I come to you—is our community war memorial program and cenotaph monument restoration program. Communities throughout the country are asking for funds to rejuvenate, and build new cenotaphs. I'm sure the members around the table have seen projects nearby.
There's good uptake for this program.
Last week, I was in Brighton, Ontario, near the military air base. The government announced a $50,000 contribution for a construction project there.
This monument was inaugurated in 1927 by Sir Arthur Currie and has not been improved, so I think this is more than welcome.
In closing, Mr. Speaker, I just want to reaffirm that I can see that, as parliamentarians, we're all here today to make the lives of our veterans better. That's my very goal as the Minister of Veterans Affairs. I really insist, and I've instructed my officials, that we need to move on with cutting red tape and making our programs easier for veterans to access.
With this, I will be more than happy to take your comments and questions.
Merci beaucoup, monsieur le président. Je vous remercie aussi de votre accueil. Je tiens à saluer les membres du Comité permanent des anciens combattants.
Dans un premier temps, je voudrais vous présenter les deux personnes qui m'accompagnent. Il s'agit de la sous-ministre d'Anciens Combattants Canada, Mme Suzanne Tining, et de M. James Gilbert, le sous-ministre adjoint aux Politiques, communications et commémoration.
Monsieur le président, je pourrais faire une allocution très brève et vous dire qu'en fin de compte, j'ai besoin de milliards de dollars pour les vétérans, mais vous êtes en droit de savoir pourquoi. C'est la raison pour laquelle j'ai préparé une allocution qui portera essentiellement sur deux points, notamment les fonds nécessaires dont j'ai besoin pour compléter l'année, c'est-à-dire le Budget supplémentaire des dépenses (C). Je vais également solliciter l'appui des membres du comité pour le budget de base de l'année prochaine, soit l'année 2012-2013 qui débutera le 1er avril.
Monsieur le président, je tiens à dire clairement, d'entrée de jeu, que le gouvernement maintient les prestations pour les anciens combattants et que nous faisons beaucoup de progrès dans nos efforts pour nous assurer que ces braves hommes et femmes — dont certains sont ici aujourd'hui, ce qui rend cette réunion d'autant plus importante — reçoivent les services sans tracas qu'ils demandent et qu'ils méritent.
La priorité du ministère est de fournir des services et prestations qui sont adaptés aux besoins des anciens combattants et de leur famille tout en s'assurant que tous les Canadiens se souviennent de leurs réalisations et de leurs sacrifices. Dans le Budget principal des dépenses 2012-2013, on accorde près de 3,6 milliards de dollars à Anciens Combattants Canada, ce qui représente une augmentation de 44,8 millions, c'est-à-dire 1,3 p. 100 par rapport au Budget principal des dépenses de l'an dernier, celui de 2011-2012.
Nous déployons tous les efforts nécessaires pour moderniser et mettre à jour nos activités, dans le but de maintenir un équilibre entre la prestation des services aux anciens combattants et, bien sûr, aux combattants de l'ère moderne, que ce soit ceux qui ont servi en Corée, dans les Balkans, en Bosnie, en Afghanistan ou lors de la Seconde Guerre mondiale.
À cette fin, nous travaillons en étroite collaboration avec divers groupes d'anciens combattants. Ainsi, ils pourront nous aider à trouver un juste équilibre dans notre réponse et nos actions, tandis que nous essayons de régler les questions liées au changement démographique chez les anciens combattants du Canada.
Il y a quelques semaines, à Winnipeg, j'a annoncé l'initiative Cutting Red Tape, afin de réduire la paperasse. Ce plan d'action réduira les formalités administratives pour les anciens combattants et les vétérans, et permettra de leur fournir les soins qu'ils méritent. Un des éléments majeurs de cette annonce est l'utilisation d'un langage clair et simple.
Comme je l'ai indiqué lors de l'annonce, une bonne partie de ce qui est nécessaire à ces améliorations consiste simplement à retourner aux sources et à moderniser le fonctionnement du ministère.
Dans cette optique, nous mettons en place une technologie plus moderne et plus efficace afin de faire des retards causés par la bureaucratie une chose du passé. Nous allons rendre nos politiques et nos programmes plus pertinents; améliorer l'accès électronique aux avantages et aux services; fournir un service professionnel rendu par des employés qui comprennent la culture militaire et qui aident les militaires à faire la transition à la vie civile en toute harmonie. Pour y parvenir, nous utiliserons un langage clair.
L'an dernier, monsieur le président, nous avons traité 41 000 lettres, principalement des demandes de prestations d'invalidité présentées par les anciens combattants. Pour chaque demande traitée, une lettre a été envoyée pour les informer de la décision prise. Les anciens combattants et l'ombudsman des anciens combattants nous ont dit que les lettres sont trop compliquées et qu'elles doivent être écrites dans un langage plus simple et plus clair.
Comme vous le savez, nous émettons près de 41 000 lettres par année aux vétérans pour des demandes d'invalidité. Au cours des dernières années, il y a eu des améliorations dans la façon dont nous rédigeons ces lettres, mais ce n'est pas suffisant, et l'ombudsman nous a demandé d'aller plus loin.
C'est la raison pour laquelle, au moment où l'on se parle, les vétérans reçoivent maintenant une lettre beaucoup plus claire et fragmentée selon les éléments suivants, à savoir: quelle est la requête du vétéran, quelle est la réponse, quelles sont les évidences, quelles sont les preuves sur lesquelles nous nous sommes appuyés, quelles sont les références et quels sont les moyens permettant au vétéran d'aller de l'avant.
Nous avons entendu les anciens combattants et nous avons agi en fonction de ces recommandations.
Les lettres sont plus faciles à lire et à comprendre. De plus, nous contactons directement les nombreux anciens combattants qui ont récemment reçu cette lettre pour demander ce qu'ils en pensent. Une meilleure formation des employés et une meilleure technologie permettront d'assurer que les lettres sont traitées plus rapidement et qu'elles satisfont aux normes acceptées de langage simple.
Nous avons créé une nouvelle brochure qui explique les services et les avantages offerts aux anciens combattants et à d'autres personnes. Elle offre un aperçu du ministère.
Nous sommes en voie de moderniser les outils que nos employés utilisent pour aider les anciens combattants. Le navigateur des avantages permettra aux employés de trouver plus rapidement l'information sur les programmes et les services qui conviennent le mieux à la personne dont ils s'occupent. Nous nous employons à créer un outil en ligne semblable que nous prévoyons rendre accessible aux anciens combattants lorsque nous aurons réussi à rendre son utilisation plus conviviale.
Les anciens combattants peuvent voir une différence. Dans la dernière année, nous avons réduit le temps requis pour informer les anciens combattants d'une décision concernant leurs prestations d'invalidité, ce qui se reflète par l'augmentation du financement demandé dans le budget supplémentaire des dépenses.
On a amélioré les temps de réponse dans nos centres d'appels nationaux. Bien sûr, les vétérans peuvent maintenant bénéficier du mécanisme de dépôt direct pour recevoir leur argent plus rapidement.
On a annoncé plusieurs autres initiatives. Évidemment, au cours de la dernière année, la plus importante est l'initiative relative aux améliorations à la Nouvelle Charte des anciens combattants. C'est la raison pour laquelle je suis ici, notamment en ce qui a trait au Budget supplémentaire des dépenses (C). En effet, la demande relative à ces nouvelles mesures est très forte. On estime qu'au cours des cinq prochaines années, 4 000 vétérans bénéficieront de cette mesure. C'est un investissement supplémentaire de 189 millions de dollars. Comme vous le savez, notre ministère doit indiquer au Conseil du Trésor quelles sont nos prévisions budgétaires à long terme, et on parle d'un investissement de l'ordre de 2 milliards de dollars pour la durée de vie du programme, donc des améliorations à la Nouvelle Charte des anciens combattants
Grâce à ces améliorations, nous nous assurons que les anciens combattants et les membres des Forces canadiennes — surtout les anciens combattants d'aujourd'hui — reçoivent les soins dont ils ont besoin au bon moment, et aussi longtemps qu'il le faudra.
En janvier, le premier ministre Stephen Harper a annoncé le financement du programme Du régiment aux bâtiments.
Fait particulièrement intéressant, ce programme a été lancé de concert avec les syndicats, le gouvernement provincial de l'Ontario, dans ce cas-ci, et avec des ressources du secteur privé afin d'offrir aux vétérans des possibilités d'emploi dans l'industrie de la construction.
Dans ce cas, c'est l'entreprise TransCanada qui a accepté de débloquer des fonds, avec le gouvernement. C'est donc une forme de partenariat public-privé au bénéfice des anciens combattants. Et je dois dire qu'à ce jour, ce programme nous donne une très bonne réponse.
Chaque année, monsieur le président, environ 4 000 membres des Forces canadiennes font la transition à la vie civile. Pendant leur carrière, beaucoup d'entre eux ont acquis des compétences hautement polyvalentes à titre d'artisans spécialisés, d'ingénieurs et de soudeurs, pour n'en nommer que quelques-uns. D'autres ont de l'expérience en administration, en leadership, en gestion de projet ou en planification, des compétences qui pourraient être utilisées au sein d'une des 260 000 entreprises du secteur de la construction.
Monsieur le président, la participation au programme Du régiment aux bâtiments est bonne, et nous nous appuyons sur ses résultats pour élargir le programme et l'étendre à d'autres régions du pays.
À ce moment-ci, j'aimerais remercier les députés de leur travail sur le rapport sur la commémoration. Je vais vous donner une réponse sous peu. À l'approche du centenaire de la Première Guerre mondiale, il est particulièrement important que nous nous préparions pour cet important événement.
En fait, à plus court terme, le 9 avril nous célébrerons, au Canada et en France, le 95e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy. Pour la deuxième année consécutive, plus de 500 cadets organiseront une cérémonie à la chandelle le 8 avril, et ils tiendront une veille à la tombe du Soldat inconnu pendant toute la nuit. Ils participeront aussi à la cérémonie nationale qui aura lieu le lendemain matin.
Le lundi de Pâques, à Vimy, plus de 5 000 Canadiens se joindront aux anciens combattants, aux organismes de membres et à 100 membres des Forces canadiennes pour la commémoration. Ce sera particulièrement l'occasion de faire une transition pour que les jeunes Canadiens prennent connaissance du rôle clé que le Canada a joué pendant cette bataille et qu'ils en apprennent davantage sur les histoires et les sacrifices des Canadiens pendant la Première Guerre mondiale. Donc, c'est plutôt stimulant.
Le Programme d'aide à l'édification de monuments commémoratifs dans les collectivités et le Programme de restauration de cénotaphes et de monuments sont très bien, monsieur le président, et nous avons aussi besoin de financement supplémentaire en ce moment. Des collectivités de partout au pays demandent des fonds pour restaurer des cénotaphes ou en construire des nouveaux. Je suis certain que des députés qui sont présents sont au courant de projets dans leur circonscription.
Il y a une bonne participation au programme.
La semaine dernière, j'étais à Brighton, en Ontario. C'est près de la base militaire aérienne. Le gouvernement y a annoncé une contribution de 50 000 $ pour un projet de construction.
Ce monument a été inauguré en 1927 par Sir Arthur Currie et il n'a pas été amélioré. Donc, je pense que ce ne serait pas de trop.
En terminant, monsieur le président, je veux simplement réaffirmer que je constate qu'en notre qualité de parlementaires, nous sommes tous ici aujourd'hui pour améliorer la vie des anciens combattants. À titre de ministre des Anciens Combattants, c'est mon objectif fondamental. J'insiste vraiment — et c'est ce que j'ai demandé aux fonctionnaires — pour que nous poursuivions nos efforts pour éliminer les tracasseries administratives et rendre nos programmes plus faciles d'accès.
Sur ces propos, je serais très heureux d'entendre vos commentaires et vos questions.
Collapse
Stuart Murray
View Stuart Murray Profile
Stuart Murray
2012-02-07 11:51
Expand
Thank you very much.
Members of Parliament, I am honoured to be here today to talk with you about ideas and inspiration for the 150th anniversary celebration of our great nation.
I thank you for this invitation. I am pleased to have the opportunity to discuss this important moment in the history of our country with you.
Anniversaries are an important part of how society makes its collective progress and defines its goals for the future. I remember back to 1967, when Canada was celebrating its 100th anniversary. One of my strongest memories from that time was Bobby Gimby's iconic song, Canada.
The French version is entitled Une chanson du centenaire.
That song embodied the pride and the sense of accomplishment Canadians were feeling at that time. It became an anthem for our 100th anniversary and was very iconic.
Now on the journey towards Canada's 150th anniversary, we have the opportunity to create new memories that Canadians will remember for generations. Canadians are united by core values. They share history and a sense of common purpose. We cherish our shared history. Our government will join Canadians in celebrating our heritage, in promoting our values, and in standing for what's right on the world stage.
I've had the opportunity to be involved with other large-scale celebrations like this in the past. Those experiences give me hope for what this celebration could be and could mean to Canadians.
As Canadians we aren't really known for patting ourselves on the back, but I believe that these milestones provide us with an opportunity to celebrate the diversity that makes Canada unique, strong, and successful. This is Canada's time.
In 1999 I had the privilege of serving as chair of the organizing committee for the world junior hockey championship, which was held in Manitoba. If you have been to a world juniors game or have ever watched one on television, you're well aware of the passion and excitement that accompany this tournament. In fact, just this past year in Edmonton and Calgary, although we didn't end up with the hockey result we wanted, we couldn't have been prouder of the way our Alberta family represented Canada in the process.
In Manitoba, many of the games were held outside of the capital city in smaller rural markets like Portage la Prairie, Selkirk, Brandon, and Morden. Every single one of those games was packed to the rafters with people and emotion. They were able to share in this experience directly as a community. One of the points we must carefully consider is how to showcase and celebrate our vast geography, rather than having geography become a barrier to participation.
Not only did the experience with the world junior hockey championship solidify for me that hockey is without a doubt Canada's game, it revealed to me the values that make Canada a great nation: hard work, perseverance, dedication, teamwork, and integrity.
Hockey has a way of bringing out the best in Canadians, of bringing the nation together, to rally behind a cause. Our 150th anniversary celebrations present the opportunity for people to coalesce in a similar way.
I just have to say on a small note, Mr. Chairman, that it would be quite exciting if Winnipeg's new NHL franchise, the Jets, were playing the Nordiques de Québec in a winter classic of the Stanley Cup in 2017.
The 2010 Vancouver Olympic and Paralympic Games also serve as an example of the ways in which large-scale celebrations can lead to a greater sense of pride and national character. John Furlong, the Vancouver Olympics Committee CEO, said the Olympics were Canada's games in Vancouver. During the closing ceremonies, he commented that “Canadians tonight are stronger, more united, more in love with our country and more connected with each other than ever before.”
People came from around the world to participate in the events in Vancouver and Whistler, and the atmosphere was absolutely electric. The sporting events, along with the celebrations of music, dance, and theatre in Manitoba House, where the Canadian Museum for Human Rights was featured as part of Canada Place, made the experience unforgettable for visitors.
The respect of the four nations that hosted the games created an even greater sense of togetherness and connectedness, honouring the place and people that graciously welcomed the world.
What really stuck out for me was the awakening of a national spirit, a sense of national pride in the hearts of Canadians. Watching the gold medal hockey game outdoors on the big screens at Canada Place with thousands of people was a once-in-a-lifetime experience I don't think many will forget.
This was a feeling of pride, not only for Canadians who were there, but also for people well beyond Vancouver. It was evident in all corners of the country. The 160 Olympic torch run that passed through every province and territory in Canada represented this inclusivity and togetherness that we had all hoped that the Vancouver Olympics would mean for Canada. Well-planned, well-executed celebrations have the capability to fundamentally change the way people see themselves, their country, and their place in it.
While today's headlines focus on Her Majesty's diamond jubilee, in 2010 during the royal visit to Canada the Canadian Museum for Human Rights had the incredible honour of receiving a cornerstone from Her Majesty the Queen. The stone, selected specifically for the museum, was from Runnymede, site of the signing of the Magna Carta in 1215. The Magna Carta, or the great charter, is often touted as a precursor to modern constitutions and charter rights and liberties. Tens of thousands of people attended the celebration at the Forks in Winnipeg, and Canadian and international media shared the moment with viewers across the country and around the world.
Queen Elizabeth II's gift was a very important gesture, not only because it speaks to the long and storied history of Canada, but because it also speaks to the long and storied history of human rights, a history that continues to unfold every day in all parts of Canada and around the world. This represents Canada's human rights voice in the world.
And that brings me to my vision for the 150th anniversary of Confederation in 2017. As Canadians, we take pride in our history and look forward to our future as the true north strong and free. From our earliest days, we have always come together to advance our common purpose, all of us ready to do our part to move Canada forward, using our diversity as strength that makes Canada's social fabric stronger.
Our human rights history is a critical part of our history as a nation: one cannot be recounted without the other. I see the 150th anniversary celebration as an opportunity to honour our history, to look at where we started as a nation and look at where we find ourselves today. Our human rights history is our common history. It is the foundation of our identity as Canadians.
We have many stories to tell--some well known, some less familiar--and these stories can unite us as a country. Like the passing of the torch I mentioned earlier, the 150th anniversary celebrations present an opportunity to strengthen the fabric of our nation and serve as a positive catalyst for growth for generations to come. But what if, instead of a torch, we passed on the stories of our nation, the stories of perseverance, of struggle, of community, of triumph?
February is black history month in Canada. I'd like to recount the story of Viola Desmond, one of Canada's human rights heroes. In 1946 Viola Desmond, a black Canadian from Nova Scotia, travelled to Glasgow, Nova Scotia, on business. Because of car trouble, she had a few hours to spare, so she decided to take in a movie. Viola purchased a ticket and made her way into the theatre, unaware that racial segregation laws prohibited her from sitting in a seat on the main floor with white people. She was supposed to sit in the balcony reserved for black people.
When Viola refused to move from her seat on the main floor, the police were called and she was dragged out, put in jail, and fined $20 for breaking provincial laws. She was also charged with defrauding the government, as the ticket to the main floor was more expensive than that of the balcony seat. Following the incident, Viola began to speak out about racial segregation, and the public became galvanized around the cause. Finally, in 1954 Nova Scotia repealed its segregation laws. It wasn't until decades later, in 2010, long after her death, that Viola Desmond was granted a pardon, cleared of all charges against her, and provided an apology.
It was just announced a few days ago that a stamp honouring this human rights hero will be distributed through Canada Post. This story reflects the values that we cherish as Canadians: diversity, freedom, justice, perseverance, collective action, and learning from our mistakes. Think of this as another of Canada's national resources: our stories.
Our human rights history is not blemish-free. Trail-blazing is never without its misgivings or mistakes. For example, we should recognize that even these 150th celebrations will not be viewed in the same way by all people. For many aboriginal communities, this is not necessarily an event that warrants celebration. But by looking honestly and openly at our past, by engaging in a diversity of voices and perspectives and by celebrating what has been accomplished to overcome these mistakes, we will serve to make our nation more united, more proud, and more just.
We can use this anniversary to continue on our journey of reconciliation. To tell these stories, the museum could develop dynamic, bilingual, online exhibits, travelling exhibits, and activities at the Canadian Museum for Human Rights. The stories chosen for the exhibits would be wide-ranging and would aim to engage many groups and communities, including aboriginal communities, francophones, anglophones, allophones, persons with disabilities, labour groups, and ethnocultural communities, to name a few.
State-of-the-art technology as well as art, theatre, and artifacts would make the travelling exhibits appeal to a large audience. Interactivity will provide Canadians with the opportunity to learn more about their neighbours and about themselves, strengthening the bonds of citizenship between us.
We could partner with the other national museums we're sharing with today to ensure that Canada's newest national museum, the Canadian Museum of Immigration at Pier 21, for example, has immigration experiences of new immigrants that are well connected to human rights.
These exhibits could also be used long after the 150th celebrations are over and travel to other museums of conscience globally, demonstrating to the world the progress being made in Canada on human rights.
A social media campaign could accompany these exhibits. It would engage a younger audience and encourage them to learn more about their history and to get involved in writing new chapters. Through YouTube we can challenge Canadians to tell their own stories and the stories of their communities--their Canada.
While the vision for the Canadian Museum for Human Rights emanated from the vision of a private citizen, the late Israel Asper, it evolved into a partnership of the Government of Canada, the Province of Manitoba, the City of Winnipeg, the Forks North Portage Partnership, and the Friends of the Canadian Museum for Human Rights. People from across Canada and around the world adopted this vision of the museum as their own, and thousands of individual donors, labour organizations, and the private sector contributed generously to the shared vision of what our project means and can accomplish for this country and the world.
Partnerships between the federal, provincial, and municipal levels of government and the private sector are opportunities that must be considered in the development of plans on the journey to the 150th anniversary of Confederation.
Many successful Canadian companies have stories to tell in the context of the development of our nation. They should be invited as active partners to both have their stories told and to invest financially in community, sporting, arts, and cultural events.
On this journey toward marking the 150th anniversary of Confederation in 2017, I invite all Canadians to imagine ways to build a better society, a fairer society. I then challenge them to take action to make that society a reality.
I believe that to achieve our vision, we must work together, learn from our past to reinforce innovation, and encourage philanthropy and volunteerism. We must build on our proud history toward a brighter future.
I thank you for the privilege of speaking to you.
Let us work together to make this great year in Canadian history unforgettable.
Each of us can answer the call to service in our own way and together can continue this bold experiment we call Canada.
Thank you very much.
Merci beaucoup.
Je suis honoré d’être ici aujourd’hui pour vous donner des idées et vous inspirer en vue des célébrations du 150e anniversaire de notre beau pays.
Je vous remercie de cette invitation. Je suis heureux d'avoir l'occasion de vous parler d'un moment important dans la vie de notre pays.
Les anniversaires sont une part importante de la façon dont la société progresse collectivement et définit ses objectifs futurs. Je me souviens des célébrations du 100e anniversaire du Canada en 1967. L’un de mes plus vifs souvenirs est la chanson symbolique Canada de Bobby Gimby.
La version française s'intitulait Une chanson du centenaire.
Cette chanson symbolisait la fierté et le sentiment d’accomplissement que les Canadiens ressentaient à l’époque. Elle est devenue l’hymne du 100e anniversaire et un puissant symbole.
En marge des célébrations du 150e anniversaire, nous avons l’occasion de créer de nouveaux souvenirs que les Canadiens se rappelleront pour des générations à venir. Les Canadiens ont des valeurs communes. Ils ont une histoire commune et un but commun. Nous chérissons notre histoire. Le gouvernement se joindra aux Canadiens en célébrant notre patrimoine, en promouvant nos valeurs et défendant ce qui est bien sur la scène internationale.
J’ai déjà eu l’occasion de participer à d’autres célébrations de grande envergure. Mon expérience me donne bon espoir en ce qui concerne la forme de ces célébrations et ce qu’elles signifieront pour les Canadiens.
Les Canadiens ne sont pas vraiment reconnus pour se péter les bretelles, mais je crois que de tels jalons nous donnent l’occasion de célébrer la diversité qui rend le Canada unique, fort et fructueux. C’est notre moment.
En 1999, j’ai eu l’honneur d’agir à titre de président du comité organisateur du championnat mondial de hockey junior qui avait lieu au Manitoba. Si vous avez déjà assisté à une partie du championnat junior ou si vous en avez déjà vu une à la télévision, vous savez que la passion et l’excitation sont au rendez-vous dans un tel tournoi. En fait, l’année dernière, à Edmonton et à Calgary, même si nous n’avons pas obtenu les résultats escomptés, nous ne pourrions être plus fiers de la façon que l’Alberta a représenté le Canada dans le cadre du tournoi.
Au Manitoba, de nombreuses parties ont eu lieu en dehors de la capitale dans de petits marchés ruraux, comme Portage la Prairie, Selkirk, Brandon et Morden. Des partisans passionnés ont rempli les gradins chaque fois. Les gens ont pu vivre l’expérience directement en tant que collectivité. L’un des éléments dont nous devons attentivement tenir compte est comment nous allons présenter et célébrer notre vaste géographie, au lieu que cette même géographie vienne justement nuire à la participation.
Mon expérience au championnat mondial de hockey junior m’a confirmé que le hockey est notre sport national et il m’a appris les valeurs qui font du Canada une grande nation, soit le dur labeur, la persévérance, le dévouement, le travail d’équipe et l’intégrité.
Le hockey réussit à tirer le meilleur des Canadiens et à rallier la nation derrière une cause. Les célébrations du 150e anniversaire présentent l’occasion pour le peuple canadien d’ainsi s’unir.
J’aimerais seulement dire, monsieur le président, que je serais très heureux que la nouvelle franchise de la LNH de Winnipeg, les Jets, affronte les Nordiques de Québec dans une classique hivernale pour la Coupe Stanley en 2017.
Les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques de 2010 à Vancouver démontrent bien comment des célébrations de grande envergure peuvent accroître le sentiment de fierté et d’appartenance nationale. John Furlong, le directeur général du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Vancouver, a dit que les Jeux olympiques étaient les jeux du Canada à Vancouver. Pendant les cérémonies de clôture, il a dit que les Canadiens étaient plus forts, plus unis, plus en amour avec leur pays et plus en contact les uns avec les autres que jamais auparavant.
Des gens ont traversé le globe pour participer aux évènements à Vancouver et à Whistler; l’ambiance était franchement électrisante. Les compétitions sportives et les célébrations en musique, en danse et en théâtre à la Maison du Manitoba, où le Musée canadien des droits de la personne avait une exposition, dans la Place du Canada, ont rendu l’expérience inoubliable pour les visiteurs.
Le respect des quatre nations qui ont accueilli les JO a créé un sentiment de proximité et de convivialité encore plus grand, honorant ainsi les terres et les gens qui ont gracieusement accueilli le monde.
Ce qui m’a vraiment frappé, c’est l’éveil d’un esprit national, d’un sentiment de fierté nationale dans le coeur des Canadiens. J’ai regardé la partie de hockey pour la médaille d’or à l’extérieur sur les écrans géants de la Place du Canada avec des milliers de gens; il s’agit d’une expérience unique que personne n’oubliera.
Les Canadiens présents affichaient un sentiment de fierté, mais ce sentiment s’étendait bien au-delà des gens présents. C’était frappant partout au pays. La flamme olympique a parcouru en 160 jours chaque province et chaque territoire; cela représentait la convivialité et la proximité que nous espérions que les Jeux olympiques de Vancouver signifieraient pour le Canada. Des célébrations bien préparées qui se déroulent à merveille ont la capacité de changer fondamentalement la façon dont les gens se perçoivent, perçoivent leur pays et perçoivent leur place au sein de ce pays.
Bien que les manchettes d'aujourd'hui portent sur le Jubilé de diamant de Sa Majesté, en 2010, au cours de la visite royale, le Musée canadien des droits de la personne a eu l'honneur incroyable de recevoir une pierre angulaire de Sa Majesté la Reine. La pierre, choisie expressément pour le musée, provient de Runnymede, lieu de signature de la Magna Carta en 1215. La Magna Carta, ou la Grande Charte, est souvent présentée comme le précurseur des constitutions et des chartes des droits et libertés modernes. Dix milles personnes ont participé à l'événement à La Fourche à Winnipeg, et les médias canadiens et internationaux ont diffusé ce moment à des téléspectateurs partout au pays et dans le monde.
Le cadeau de la reine Élisabeth II représente un geste très important, non seulement parce qu'il témoigne de la longue et riche histoire du Canada, mais parce qu'il témoigne également de la longue et riche histoire des droits de la personne, une histoire qui continue de s'écrire tous les jours dans toutes les régions du Canada et partout dans le monde. Il représente la voix du Canada en matière des droits de la personne dans le monde.
Et cela m'amène à la vision du 150e anniversaire de la Confédération en 2017. À titre de Canadiens, nous sommes fiers de notre histoire et voyons notre avenir comme une épopée des plus brillants exploits. Dès les débuts, nous nous sommes rassemblés pour faire avancer nos buts communs, chacun d'entre nous étant prêt à faire sa part pour faire avancer le Canada, en utilisant notre diversité comme une force qui rend le tissu social du Canada plus solide.
Notre histoire des droits de la personne est une partie déterminante de notre histoire en tant que nation: on ne peut parler de l'une sans parler de l'autre. Je vois la célébration du 150e anniversaire comme une occasion d'honorer notre histoire, de regarder nos débuts en tant que nation et voir où nous sommes rendus aujourd'hui. Notre histoire des droits de la personne est notre histoire commune. C'est le fondement de notre identité en tant que Canadiens.
Nous avons de nombreuses histoires à raconter — certaines bien connues, d'autres moins — et ces histoires peuvent nous unir en tant que pays. Comme le fait de passer le flambeau, comme je l'ai dit plus tôt, les célébrations du 150e anniversaire constituent une occasion de renforcer le tissu de la société canadienne et sert de catalyseur positif pour la croissance pour des générations à venir. Mais qu'arriverait-il si, au lieu d'un flambeau, nous passions les histoires de notre nation, les histoires de persévérance, de lutte, de communauté, de triomphe?
Février est le Mois de l'histoire des Noirs au Canada. J'aimerais raconter l'histoire de Viola Desmond, une héroïne des droits de la personne du Canada. En 1946, Viola Desmond, une Canadienne de race noire de Nouvelle-Écosse, s'est rendue par affaires à Glasgow, en Nouvelle-Écosse. En raison d'ennuis mécaniques, elle avait quelques heures à occuper; alors, elle a décidé d'aller au cinéma. Elle a acheté une billet et est entrée dans le cinéma, ignorant que des lois fondées sur la ségrégation raciale lui interdisaient de s'asseoir au rez-de-chaussée en compagnie des personnes de race blanche. Elle était censée s'asseoir au balcon qui était réservé aux personnes de race noire.
Lorsqu'elle a refusé de quitter son siège au rez-de-chaussée, on a appelé la police. Les agents l'ont traînée dehors, l'ont emprisonnée et lui ont imposé une amende de 20 $ pour avoir enfreint les lois provinciales. Elle a également été accusée de fraude à l'endroit du gouvernement étant donné que le billet pour une place au rez-de-chaussée coûtait plus cher que le billet pour une place au balcon. Après cet incident, Viola a commencé à parler de ségrégation raciale et elle a galvanisé l'opinion publique autour de cette cause. Enfin, en 1954, la Nouvelle-Écosse a abrogé ses lois ségrégationnistes. Ce n'est que des décennies plus tard, en 2010, longtemps après sa mort, que Viola Desmond s'est vu accorder la réhabilitation; toutes les accusations portées contre elle ont été effacées et on lui a exprimé des excuses.
Il y a à peine quelques jours, Postes Canada annonçait qu'elle allait distribuer un timbre en l'honneur de cette héroïne des droits de la personne. Cette histoire reflète les valeurs que nous chérissons en tant que Canadiens: la diversité, la liberté, la justice, la persévérance, l'action collective et apprendre de nos erreurs. Il faut voir nos histoires comme une autre des ressources nationales du Canada.
Notre histoire en matière de droits de la personne n'est pas sans tache. Faire oeuvre de pionnier comporte son lot d'hésitations et d'erreurs. Par exemple, nous devrions reconnaître que même ces célébrations du 150e anniversaire ne seront pas perçues de la même façon par tout le monde. Pour de nombreuses collectivités autochtones, il ne s'agit pas nécessairement d'un événement qui mérite d'être célébré. Mais en jetant un regard honnête et ouvert sur notre passé, en faisant place à la diversité des voix et des perspectives et en célébrant ce qui a été fait pour corriger ces erreurs, nous contribuerons à rendre notre nation plus unie, plus fière et plus juste.
Nous pouvons utiliser cet anniversaire pour continuer notre démarche de réconciliation. Pour raconter ces histoires, le musée pourrait préparer des expositions dynamiques, bilingues, en ligne, des expositions itinérantes et des activités au Musée canadien des droits de la personne. Les histoires choisies pour être présentées seraient variées et viseraient à interpeller de nombreux groupes et collectivités, y compris les collectivités autochtones, les francophones, les anglophones, les allophones, les personnes handicapées, les groupes ouvriers et les collectivités ethnoculturelles, pour n'en nommer que quelques-uns.
Les dernières technologies ainsi que l'art, le théâtre et les objets rendraient les expositions itinérantes attrayantes pour un vaste auditoire. L'interactivité donnera aux Canadiens l'occasion d'en apprendre davantage sur leurs voisins et sur eux-mêmes, renforçant ainsi les liens civiques entre eux.
Nous pourrions travailler en partenariat avec d'autres musées nationaux avec lesquels nous discutons aujourd'hui pour nous assurer que le plus récent musée national du Canada, le Musée canadien de l'immigration du Quai 21, par exemple, présente des expériences d'immigration de nouveaux immigrants qui sont fortement liées aux droits de la personne.
Ces expositions pourraient également être utilisées longtemps après la fin des célébrations du 150e anniversaire et voyager dans d'autres musées de la conscience dans le monde, pour montrer au monde les progrès réalisés au Canada en matière de droits de la personne.
Une campagne dans les médias sociaux pourrait accompagner ces expositions. Elle aurait pour effet de sensibiliser un auditoire plus jeune et de les encourager à en apprendre davantage sur leur histoire et à participer à l'écriture de nouveaux chapitres. Par l'intermédiaire de YouTube, vous pouvez mettre au défi les Canadiens de raconter leurs propres histoires et les histoires touchant leur collectivité — leur Canada.
Bien que la vision du Musée canadien des droits de la personne tire son origine dans la vision d'un simple citoyen, feu Israel Asper, elle a évolué pour devenir un partenariat entre le gouvernement du Canada, la province du Manitoba, la ville de Winnipeg, le Forks North Portage Partnership et les Amis du Musée canadien des droits de la personne. Des gens de partout au Canada et de partout dans le monde ont adopté cette vision du musée comme la leur, et des milliers de donneurs individuels, des organisations syndicales, des gens du secteur privé ont contribué généreusement à la vision commune de ce que signifie notre projet et de ce qu'il peut faire pour le pays et pour le monde entier.
Les partenariats entre les différents paliers de gouvernement, fédéral, provincial et municipal, et le secteur privé sont des occasions que l'on doit saisir dans l'élaboration des plans en vue du 150e anniversaire de la Confédération.
De nombreuses entreprises canadiennes prospères ont des histoires à raconter dans le contexte du développement de notre nation. Elles devraient être invitées à devenir des partenaires actifs, aussi bien pour que leurs histoires soient racontées que pour qu'elles investissent financièrement dans les événements culturels, artistiques, sportifs et communautaires.
Dans ce voyage vers la célébration du 150e anniversaire de la Confédération en 2017, j'invite tous les Canadiens à imaginer des façons de bâtir une société meilleure, une société plus juste. Je les mets ensuite au défi de prendre les mesures nécessaires pour faire de cette société une réalité.
Je crois que pour réaliser notre vision, nous devons travailler ensemble, apprendre de notre passé pour renforcer l'innovation et encourager la philanthropie et le bénévolat. Nous devons bâtir sur notre fière histoire pour rendre notre avenir meilleur.
Je vous remercie de m'avoir offert le privilège de vous parler.
Travaillons ensemble pour faire de cette grande année dans l'histoire canadienne une année inoubliable.
Chacun d'entre nous peut répondre à l'appel du devoir à sa manière et ensemble, poursuivre cette expérience audacieuse que nous appelons le Canada.
Merci beaucoup.
Collapse
View Pierre Nantel Profile
NDP (QC)
Good morning, everyone.
This morning, we have a special presentation. We have representatives from the Glenn Gould Foundation, Mr. Brian Levine and Ms. Clelia Farrugia. Although they appear in second place on our agenda, we will start with them. There is another special thing: the video being presented is in English only but our interpreters will give us a simultaneous translation on the sound system. If you want to listen to music, you will have to find two headphones, one for English and the other for French.
After that, we will hear our other witnesses, Mr. William Thorsell and Dr. Robynne Rogers Healy.
Thank you very much for coming here this morning.
The clerk is advising me that there is a technical problem with translation. It should be fixed in a couple of minutes.
We will now present this video from the Glen Gould Foundation. Then Mr. Levine will address the committee.
Mr. Levine, do you have something to say before we proceed with the video presentation?
Bonjour tout le monde.
Ce matin, nous avons droit à une présentation particulière. Nous recevons des représentants de la Fondation Glenn-Gould: M. Brian Levine et Mme Clelia Farrugia. Bien qu'ils apparaissent en deuxième à l'ordre du jour, on commencera par eux. Il y a une autre particularité: le vidéo de présentation est en version anglaise, mais les interprètes assureront la traduction simultanée dans le système d'oreillettes. Si vous voulez avoir de la musique, trouvez deux oreillettes: une pour l'anglais, l'autre pour le français.
Nous entendrons par la suite les témoignages de M. William Thorsell et de Mme Robynne Rogers Healey.
Je vous remercie de votre présence ce matin.
Madame m'avise qu'il y a un problème technique relié à la traduction. Ce ne sera pas très long, environ deux minutes.
Nous allons procéder à l'écoute de la présentation vidéo de la Fondation Glenn-Gould. M. Levine s'adressera à nous par la suite.
Monsieur Levine, auriez-vous aimé nous adresser la parole d'abord?
Collapse
Brian Levine
View Brian Levine Profile
Brian Levine
2011-11-17 8:50
Expand
To begin, this video is a good backgrounder to help set the context for what I'll be saying. I think it's pretty self-explanatory.
[Video Presentation]
Je voudrais dire, pour commencer, que cette vidéo situe bien le contexte de ce que je vais dire. Je crois qu'elle se passe d'explications.
[Présentation vidéo]
Collapse
Brian Levine
View Brian Levine Profile
Brian Levine
2011-11-17 8:58
Expand
Chairman, and honourable members of the committee, thank you so much for the opportunity to speak with you today.
The Glenn Gould Foundation would be honoured to play a significant role in the Canada 150 celebrations. In fact, we have actually been developing plans to mark this historic year for some time. To explain how, I need to outline our primary areas of focus today. Then we can move on to our plans for the future.
First is to cement the Glenn Gould Foundation's position as a global cultural institution and the Glenn Gould Prize as the world's pre-eminent award for artistic achievement and creativity in the service of humanity, and as a powerful vehicle for using the arts to transform lives. Effectively, our objective is to make Canada the home of the Nobel Prize of the arts. In so doing, our goal is to project Canada as the leading centre of excellence and innovation on the world stage. It is to build the Canadian brand, if you will, using our most iconic symbol of originality and creativity: Glenn Gould.
Second is the celebration of our future. Of course, the young emerging artists of today are our creative future, which is why we present the Glenn Gould Protégé Prize to recognize and promote the promise of outstanding young artists. Now we're going further with the establishment of the Glenn Gould concerts. They are a wonderful platform for recognizing and promoting the most gifted young musical talent in the land and for boosting their career development by associating them with Gould's legacy.
The first of these concerts featured eight brilliant young artists and was held for Their Excellencies, the vice-regal couple, at Rideau Hall last December. Our plan is to continue in this vein, seeking out the best and brightest. In fact, this very evening we have a concert at Carnegie Hall featuring a young Montreal pianist.
Now the template has been established, and we're going to be partnering with other arts organizations across the country to present these Glenn Gould concerts to the Canadian public from coast to coast to coast.
That brings us to 2017 and the unique opportunity to take our foundation's 30 years of experience with world-class celebrations and the promotion of gifted young artists to the ultimate level by creating a Canadian musical dream team of incredible young musicians. This roster of fresh new talent will reflect the rich diversity of musical cultures and genres in our great country, from east coast Celtic to Québecois chanteurs; from aboriginal, jazz, classical, country, blues, urban, singer-songwriter to folk rock and metal. We plan to conduct a national search for young Canadian musicians of true superstar potential throughout 2016. This will create public awareness, anticipation, and excitement, both for our young artists who are vying for pride of place and for the coming 150th anniversary year. These exceptional young Canadians will receive their big breaks in the sesquicentennial year. Like our Olympians, they'll be given a once-in-a-lifetime opportunity to own the podium by becoming our musical ambassadors not only to Canadians, telling our musical stories to ourselves, but also to the world.
In short, the Glenn Gould Foundation proposes to mount a spectacular year-long Canada 150 world tour. Our specially selected dream team, representing the cream of our future musical stars, will perform for six months across the country, in major venues and smaller communities from coast to coast to coast, in a unique showcase presentation of Canada's most exciting musicians under 25. The six months in Canada will culminate in an epic Canada Day concert to express musically the dreams, hopes, and aspirations of all Canadians.
For the remaining six months we'll be taking the show on the road, visiting world cultural capitals and spreading awareness of Canadian excellence and cultural brilliance. Our young artists will be a living expression of Canada's national confidence, maturity, and culture of innovation. They will be spreading the word to our friends and most valuable trading partners alike. The adventures and triumphs of the Canada 150 musical team will be the stuff of legend. Captured by media and preserved in documentaries, they will inspire all Canadians, especially our youth, to strive for excellence and to always believe in the limitless potential of this great nation.
It is our hope to present a commemorative multi-media memento of our musical Team Canada 150 as a gift to every Canadian schoolchild as an inspiration in years to come and as a keepsake to remember this historic year.
The Glenn Gould Foundation possesses the experience, the network, the expertise, and certainly the big vision, and above all, the powerful symbol of Canadian excellence represented by Gould himself that are needed to bring this ambitious goal of a national celebration of our musical future to the world.
Thank you for letting me share the vision with you. I hope the members of the committee will embrace it and join with us in helping to make this dream a reality.
Monsieur le président et membres du comité, je vous remercie de m'avoir donné l'occasion de prendre la parole devant vous aujourd'hui.
La Fondation Glenn-Gould serait honorée de jouer un rôle appréciable dans les célébrations du 150e anniversaire du Canada. En fait, il y a déjà un bon moment que nous élaborons des plans pour marquer cette année historique. Avant d'expliquer comment nous entendons procéder, je voudrais présenter un aperçu de nos principaux domaines d'intérêt. Je passerai ensuite à nos plans d'avenir.
Premièrement, nous voulons établir la Fondation Glenn-Gould comme institution culturelle mondiale et le prix Glenn Gould comme la récompense mondiale la plus recherchée en réalisation artistique et en créativité au service de l'humanité et en utilisation des arts pour transformer des vies. En effet, notre objectif est de faire du Canada le centre du Prix Nobel des arts. Ce faisant, nous voulons projeter l'image du Canada comme centre d'excellence et d'innovation sur la scène mondiale. Nous voulons établir une image de marque canadienne, en utilisant notre meilleur symbole d'originalité et de créativité, Glenn Gould.
Deuxièmement, nous voulons célébrer notre avenir. Bien sûr, les jeunes artistes d'aujourd'hui sont notre avenir de demain. C'est la raison pour laquelle nous présentons le prix Protégé de Glenn Gould en vue de reconnaître et de promouvoir les jeunes artistes exceptionnellement prometteurs. Maintenant, nous allons plus loin en établissant les Concerts Glenn Gould, merveilleux programme permettant de reconnaître les jeunes musiciens les plus doués et de promouvoir leur carrière en les associant à l'héritage de Glenn Gould.
Le premier de ces concerts, auquel participaient huit jeunes et brillants artistes, a été donné en l'honneur de Leurs Excellences le duc et la duchesse de Cambridge à Rideau Hall en décembre dernier. Nous prévoyons poursuivre dans la même veine en recherchant les éléments les plus prometteurs. En fait, nous présentons ce soir même en concert au Carnegie Hall un jeune pianiste montréalais.
Maintenant que le modèle est établi, nous nous associerons à d'autres organisations artistiques du pays afin de présenter les concerts Glenn Gould au public canadien d'un océan à l'autre.
Cela nous amène à 2017 et à l'occasion unique que nous avons d'exploiter les 30 ans d'expérience de notre fondation dans l'organisation de célébrations de calibre mondial et la promotion de jeunes talents pour créer un ensemble musical de rêve. Cet ensemble sera composé de jeunes talents reflétant la riche diversité des cultures et des genres musicaux de notre grand pays, du folklore celte de la côte Est aux chanteurs québécois et aux chanteurs-compositeurs autochtones, du jazz, du classique, du country, du blues et de la musique urbaine au folk-rock et au métal. Pendant toute l'année 2016, nous lancerons une recherche nationale pour trouver de jeunes musiciens canadiens susceptibles de devenir de grandes vedettes. Cela sensibilisera le public et suscitera des attentes et de l'intérêt, tant pour nos jeunes artistes que pour le 150e anniversaire. Ces jeunes Canadiens exceptionnels auront l'occasion en 2017 de faire la preuve de leur talent. Comme nos champions olympiques, ils auront une chance unique de monter au podium en devenant nos ambassadeurs musicaux non seulement auprès des Canadiens, en leur racontant notre histoire musicale, mais aussi auprès du reste du monde.
Bref, la Fondation Glenn Gould se propose d'organiser une spectaculaire tournée mondiale d'un an intitulée Canada 150. Notre ensemble de rêve trié sur le volet se produira pendant six mois dans les grandes villes et les petites localités de tous les coins du Canada. Cette tournée permettra de faire connaître nos musiciens les plus brillants de moins de 25 ans et atteindra son point culminant le jour de la fête du Canada avec un concert qui exprimera en musique les rêves, les espoirs et les aspirations de tous les Canadiens.
Pendant les six mois restants, l'ensemble Canada 150 fera le tour du monde, visitant les capitales culturelles de la planète pour faire connaître l'excellence artistique et culturelle canadienne. Nos jeunes artistes seront l'expression vivante de la confiance, de la maturité et de la culture d'innovation du Canada. Ils nous feront connaître aussi bien parmi nos amis que parmi nos plus importants partenaires commerciaux. Les aventures et les triomphes de l'ensemble de rêve Canada 150 bâtiront une véritable légende canadienne. Enregistrés par les médias et préservés dans des documentaires, ils inspireront tous les Canadiens, et surtout les jeunes, les incitant à viser l'excellence et à toujours croire au potentiel illimité de notre pays.
Nous espérons présenter une production commémorative multimédia de l'ensemble de rêve Canada 150 à tous les écoliers canadiens afin de les inspirer dans les années à venir et de leur permettre de garder très longtemps le souvenir cette année historique.
La Fondation Glenn Gould possède tout ce qu'il faut — expérience, réseaux, savoir-faire, vision et surtout le puissant symbole de l'excellence canadienne qu'est Glenn Gould lui-même — pour réaliser cet objectif ambitieux qu'est la célébration nationale de notre avenir musical.
Je vous remercie de m'avoir permis de vous faire part de cette vision. J'espère que les membres du comité l'adopteront et se joindront à nous pour nous aider à réaliser ce rêve.
Collapse
William Thorsell
View William Thorsell Profile
William Thorsell
2011-11-17 9:03
Expand
Thank you, Mr. Chair.
I thank you for the opportunity to come here and think about Canada 2017. My remarks today are taken from a paper that I gave in July to the annual meeting of Canada's federal and provincial ministers of culture and heritage in Whitehorse. This is a much abbreviated version of that paper, which I have supplied to the committee.
I'm looking to start back in 1967 at the time of Canada's centennial celebrations, and to talk a little bit about how Canada has changed and suggest how I think we should think about what to do in 2017.
Our celebrations in 1967 had a major focus, Expo 67, at which I had the privilege of being the manager of the western Canada pavilion at the age of 21. In those days you could get jobs like that when you were just out of school from Alberta. Of course, Expo 67 was but a star attraction in a myriad of events and projects created to mark that centenary, many of them under the Centennial Commission, and many others coming up through the provinces and municipalities.
The centenary was a fervent mix of bottom-up and top-down projects. A lot of infrastructure was built, the National Arts Centre among other examples. We had a lot of good times. It was fun and productive, which is good to know when we don't have enough fun or are not productive enough.
But was it something more? Did the centennial and Expo 67, along with the new flag and medicare and the Canada Pension Plan, set the stage for a golden age of national unity and economic progress? Did Montreal vault into that league of international cities that we assumed it would at the time? Did our estranged regions and communities across Canada create new networks of understanding and shared purpose?
Unfortunately, the answer is no. Within three years of the centennial, we endured the extrasensory trauma of the October Crisis in Quebec, followed by the dramatic economic erosion of Montreal, a decade of national stagflation in the 1970s, not to mention shag carpets and bell bottoms and disco. We had the election of the Parti Québécois in 1976, a referendum on sovereignty association in 1980, and the dramatic intensification of western alienation, to the point of a separatist party arising in Alberta by 1980.
I think the question is, can our celebrations of 2017 make a more enduring contribution to the national project than the centennial of 1967, for all the latter's brilliance? I think so, if we act on the basis of two salient points, with a bias to looking towards the future.
The first of them is what I call the “Canadian equation”, which is the equation between land and people. Something has changed here in the last 50 years. Canadians have among the biggest claims on earth to the world's lands and oceans, and not just per capita but in terms of the sheer extent of this territory: about 7% of the global land mass is under our sovereignty. This creates a delight and a responsibility for its management that is global in depth and scope.
The grandeur of this space alone can be an enormous source of pride and commitment to Canada. Who else's nationality includes such potent and inspiring real estate? As the rest of the world's population scrabbles to live on more crowded and compromised lands, we retain a sense of Eden about our own.
What has changed in the last 50 years is the rampant degradation of ecosystems around the planet since 1967. We now realize here that competent management of our territory is of exploding significance to us and to the entire world. We are going to be famous in history, unavoidably, for how we manage the Canadian equation alone: very few people, much land, the capacity as rich people to do something about it.
To do it well, a great many more Canadians need to get out and actually experience the breadth and depth of the land. Most Canadians have no concept of the landscape of Canada, because they have never seen it.
The second salient fact since 1967 has to do with our human geography. In 1967, the Royal Commission on Bilingualism and Biculturalism realized that biculturalism was not a viable concept. Canada was clearly a multicultural country, which was officially recognized in 1971 with Mr. Trudeau's famous speech in Parliament.
Since then, multiculturalism, however, has grown dramatically. Several years ago, Statistics Canada published a report looking ahead to the nature of Canada's visible minority population in 2017. What did it say?
Amounting to some 7 million people—looking at 2017—these communities of predominantly Chinese, south Asian, black, Filipino, Latin American, southeast Asian, Arab, west Asian, Japanese, and Korean peoples will constitute 20% of our population. These communities are growing at six times the rate of the rest of the population. And 75% of these peoples are concentrated in the three cities of Montreal, Toronto, and Vancouver—and 95% of them in our cities as a whole. The more urban we are, the more multicultural we are. Even more striking is the fact that in 2017, fully 70% of these visible minorities will have been born outside of Canada. This is the highest proportion of foreign-born Canadians in the last 100 years.
One can say something qualitatively about these numbers. Newer immigrant communities are clearly more distinctive or different from mainstream Canada than in the past. Multiculturalism once referred to various ethnicities and peoples within the ambit of Europe, that is, the west. Now it refers overwhelmingly to peoples who come from different civilizations and religious traditions and values. They are visibly and culturally much more distinctive than earlier generations of immigrants from Europe. And they are likely to maintain that distinctiveness with unusual ease and passion, abetted by unbroken relationships with their homelands in the digital age.
At the same time, our aboriginal populations are emerging as more urban, self-confident, and participatory than we have ever known them to be.
This is a very significant change from 1967. The cultural differences among our communities and regions are deeper, the size of our minority communities is larger, and the concentration of different communities in certain suburbs or provinces is bigger. All of these trends are deepening. Canada is becoming multicultural with a capital G and a capital M, Global Multiculturalism.
How do we sustain shared commitment, knowledge, and familiarity among various communities in the country—a swath of common ground, if you will—so we do not become many more communities of others, not two solitudes but many?
Given the Canadian equation of land and people and the concentration of various communities in far-flung cities and regions, how do we give these groups a real appreciation for each other and for the country, for the landscape itself? How do we make this happen?
I believe that 2017 is a very good opportunity. One of the gaping truths about Canada is that very few of us know it, either in the sense of having physically experienced it or having come to actually know fellow Canadians of different cultural and regional backgrounds. Aristotle is the one who famously said that one's first sacred duty is to “know thyself”. We don't pass that test, as Canadians, in this country.
This is where I think we have an opportunity to create a transformational year in the development of our very surprising society, a celebration with unique and serious purpose. So here is my proposal.
With great energy and conviction, we need to mix up our communities and get those mixed up communities on the road together to experience each other and the country. We can envision a national mixer and mover, if you will, on a scale not before seen in any other country, social networking of a dimension and reality unparalleled anywhere. Diversity, yes, but diversity up close and on the road.
The goal is the creation of broader, deeper human networks, more shared values, more social trust, social networking, more knowledge and pride in the country, and more commitment to the health of our lands and oceans.
And so I would say that Canada's 150th anniversary should not be about things; it should be about relationships. It should not be about places; it should be about movement among places. It should not be about existing communities or groups; it should be about networking among communities and mixing up groups. It should not be about government defining a country; it should be about individuals and groups discovering their country and thereby redefining it themselves.
Imagine something like this. Under the title, “Mix-Up and Move Around”, the Canadian social network program, Know Thyself 2017, would fund an enormous variety of projects, exactly like the Glenn Gould Foundation proposal here--a huge variety of travel and schemes--on the condition that they mix up people by ethnicities, age, and other demographic qualities, and take them into parts of Canada they have not experienced before, sometimes even across a metropolitan region.
When I was at the ROM we brought a bunch of grade 4 school kids down from Jane-Finch. They came as a philanthropic thing. I met them as they got off the bus, and I said to the teacher, “These kids have never been to this museum”. She said, “Mr. Thorsell, most of these kids have never been downtown.” They didn't know they lived in a city like this. They didn't know they lived on water. They live in suburban Toronto. That's how bad it can get.
So under the title, “Mix-Up and Move Around”, we would support only the projects that come forward that mixed up people by demographics and got them out of their own backyards into other parts of the country. That would be the lens or filter by which we would assess them.
Former UN Secretary-General Javier Pérez de Cuéllar put it this way in 1991 when he gave his whole collection of mementos to the Canadian Museum of Civilization. I went to a dinner at the Prime Minister's house and I asked him, “You're a Peruvian diplomat. Why did you give all five years of your mementos from your time as Secretary-General to a Canadian museum?”. He said he had travelled the world and that Canada was the country that the rest of the world needed to become. By that, he was talking about our species of multiculturalism and living together.
We cannot be complacent about this. We must work intelligently and intensely to keep it true. The 150th birthday of the country gives us a perfect vehicle through all of these other groups who are looking for support. The goal of Canada 150 is neither immodest nor modest: We will enrich and deepen Canada's unique national character beyond the reach of cynicism or a reversal in hope for the world.
As a postscript to realizing that people often look for material projects anyway, these are not material projects. This is move, move, move, talk, talk, learn, see, experience, and then create a Facebook page to make sure these relationships develop forever in the next 10 or 15 years, instead of having Expo 67, the centennial, just fall off a cliff.
I have two short proposals for the federal government.
First, consistent with this, let's build an unforgettable bridge over the Ottawa River like those old bridges in Venice, Paris, and London that had buildings on them. It's would not be a bridge for cars, but would be accessible only to pedestrians, that is, a Bridge of Canadian Persons. Canada is made and changed by individuals like Glenn Gould, as well as by groups. Let that bridge include a contemporary version of a national portrait gallery, if you want to use that phrase, but with gathering places, performance spaces, restaurants, bars, and lookouts over the rushing waters and romantic spires. Let that bridge be both a fact and a metaphor, identifying and illuminating the individuals, not groups, that stand out in the creation of our society.
We are also part of this great geography. So consistent with Mix-Up and Move Around and getting to know each other and Know Thyself, the Government of Canada should complete, in full dress, the Trans Canada Trail project for Canada and inaugurate it on January 1, 2017. The Trans Canada Trail literally extends and completes that bridge of persons across the Ottawa River and mixes up and moves people around in a very intimate way, literally across the country.
So the Government of Canada would complete a perfect circle—there's only one kind of circle, a perfect circle—for Canada 150 by creating the biggest social networking experience in the history of any country. The rest of the world will be dumbfounded by this. By building a Bridge of Canadian Persons in a breathtaking structure over the Ottawa River and by tying it all up into the romantic Trans Canada Trail as an accessible national artery for mixing up and moving around....
Mixing up and moving around: Know Thyself. That's it.
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie de m'avoir donné l'occasion de me présenter devant le comité et de réfléchir à Canada 2017. Cet exposé se base sur un document que j'ai présenté en juillet à la réunion annuelle des ministres fédéraux-provinciaux de la Culture et du Patrimoine, qui a eu lieu à Whitehorse. L'exposé est une version beaucoup plus courte du document que j'ai fourni au comité.
Je voudrais commencer par revenir à 1967 et aux célébrations du centenaire du Canada afin de mettre en évidence l'évolution du pays et de vous donner mon point de vue sur ce qu'il conviendrait de faire en 2017.
Nos célébrations de 1967 comprenaient un grand point de convergence, Expo 67, où j'avais l'honneur de diriger le pavillon de l'Ouest à l'âge de 21 ans. À cette époque, il était encore possible de décrocher des emplois de ce genre après avoir terminé ses études en Alberta. Bien sûr, Expo 67 n'était qu'une attraction hors pair parmi une multitude d'événements et de projets réalisés pour marquer le Centenaire, dans beaucoup de cas par la Commission du Centenaire et dans beaucoup d'autres par les provinces et les municipalités.
Le Centenaire fut un mélange ardent de projets ascendants et descendants. Les différents gouvernements ont construit beaucoup d'ouvrages d'infrastructure, dont le Centre national des arts. Nous avons eu beaucoup de bon temps. Ce fut une période aussi divertissante que productive, ce qui est bon à savoir lorsqu'on connaît des moments moins amusants et moins productifs.
Mais le Centenaire a-t-il été plus que cela? Est-ce que le Centenaire et Expo 67, de même que notre nouveau drapeau, l'assurance-maladie et le Régime de pensions du Canada, ont préparé la voie à un âge d'or en matière d'unité nationale et de progrès économique? Est-ce que Montréal a réussi à se joindre à la ligue des villes internationales comme nous pensions qu'elle le ferait à l'époque? Est-ce que nos régions et nos collectivités isolées ont créé de nouveaux réseaux de compréhension et d'objectifs communs?
Malheureusement, la réponse est non. Trois ans après le Centenaire, nous avons subi le traumatisme de la crise d'octobre au Québec, qui a été suivie par un spectaculaire affaiblissement économique de Montréal, par une décennie de stagflation nationale dans les années 1970, sans parler des tapis à longs poils, des pattes d'éléphant et du disco. Nous avons eu l'élection du Parti québécois en 1976, un référendum sur la souveraineté-association en 1980 et une intensification extraordinaire de l'aliénation de l'Ouest, qui a atteint un point tel qu'un parti séparatiste a vu le jour en Alberta en 1980.
La question qui se pose aujourd'hui est la suivante: Nos célébrations de 2017 contribueront-elles d'une façon plus durable à l'édifice national que le Centenaire de 1967 avec les brillantes festivités qui l'ont marqué? Je le crois, pourvu que nous agissions en fonction de deux facteurs importants en nous tournant constamment vers l'avenir.
Le premier facteur est ce que j'appellerai l'« équation canadienne », ou l'équation entre le territoire et les gens. Quelque chose a changé ici dans les 50 dernières années. Les Canadiens comptent parmi les plus grands propriétaires de terres et d'océans du monde, non seulement par habitant, mais aussi en fonction de l'étendue extraordinaire de leur territoire: notre souveraineté s'étend à près de 7 p. 100 de la masse terrestre de la planète. Cela est évidemment un plaisir, mais nous avons aussi une responsabilité de gestion d'une profondeur et d'une portée planétaires.
La seule grandeur de cet espace peut constituer une énorme source de fierté et d'engagement pour le Canada. Quel autre pays possède un territoire aussi puissant et inspirant? Tandis que le reste de la population mondiale se débat pour vivre dans des territoires plus peuplés et plus compromis, nous gardons l'impression de vivre dans notre propre jardin d'Éden.
Ce qui a changé dans les 50 dernières années, c'est la dégradation galopante des écosystèmes de la planète depuis 1967. Nous nous rendons compte maintenant qu'une gestion compétente de notre territoire revêt une énorme importance pour nous et pour le monde entier. Nous serons inévitablement célèbres dans l'histoire par la façon dont nous gérerons l'équation canadienne: population clairsemée, territoire immense et possibilité — parce que nous sommes riches — de faire quelque chose à cet égard.
Pour bien faire, il faudrait que beaucoup plus de Canadiens aillent reconnaître l'étendue et la profondeur de ce territoire. La plupart des habitants du pays n'ont aucune idée du paysage canadien parce qu'ils ne l'ont jamais vu.
Le second facteur qui a marqué notre évolution depuis 1967 concerne notre géographie humaine. En 1967, la Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme a constaté que le biculturalisme n'était pas un concept viable. Le Canada était de toute évidence un pays multiculturel, ce que M. Trudeau a officiellement reconnu en 1971 dans son fameux discours au Parlement.
Depuis, le multiculturalisme a connu une croissance extraordinaire. Il y a quelques années, Statistique Canada a publié un rapport sur la nature des minorités visibles du Canada en 2017. Que dit ce rapport?
En 2017, ces communautés essentiellement chinoises, d'Asie méridionale, noires, philippines, latino-américaines, d'Asie du Sud-Est, arabes, d'Asie occidentale, japonaises, et coréennes auront atteint 7 millions de personnes et constitueront 20 p. 100 de notre population. Leur croissance est de six fois plus élevée que celle du reste de la population. Et 75 p. 100 de ces gens sont concentrés dans trois villes, Montréal, Toronto et Vancouver. De plus, 95 p. 100 des membres de ces communautés vivent dans des agglomérations urbaines. Plus nous sommes urbains, plus nous sommes multiculturels. Ce qui est encore plus frappant, c'est qu'en 2017, 70 p. 100 de membres de ces minorités visibles seront nés à l'étranger. C'est la plus forte proportion de Canadiens nés à l'étranger des 100 dernières années.
Il y a un certain nombre d'observations à faire sur ces chiffres. Les communautés d'immigrants les plus récentes sont clairement plus distinctes ou plus différentes du reste du Canada que dans le passé. Il fut un temps où le multiculturalisme désignait différentes ethnies et peuples d'Europe ou de l'Ouest. Aujourd'hui, multiculturalisme évoque surtout des gens de civilisations, de traditions religieuses et de valeurs très différentes. Ils sont visiblement et culturellement plus distincts que les générations précédentes d'immigrants venant d'Europe. Et ils sont susceptibles de maintenir leur caractère distinct avec une facilité et une passion inhabituelles parce qu'à l'ère numérique, ils peuvent garder des relations très étroites avec leur terre d'origine.
En même temps, nos populations autochtones deviennent plus urbaines, plus confiantes et plus enclines à participer qu'elles ne l'ont jamais été.
Sur ce plan, la situation actuelle est très différente de celle de 1967. Les différences culturelles entre nos communautés et nos régions sont plus profondes, la taille de nos communautés minoritaires est plus importante et la concentration des différentes communautés dans certaines banlieues et provinces est plus marquée. Toutes ces tendances s'accentuent. Le multiculturalisme du Canada prend une dimension planétaire.
Comment pouvons-nous maintenir une certaine communauté d'engagement, de connaissances et de familiarité parmi les différentes communautés du pays? Comment trouver un terrain d'entente pour éviter d'avoir non deux, mais de nombreuses solitudes?
Compte tenu de l'équation canadienne du territoire et des gens et de la concentration des différentes communautés dans des villes et des régions très distantes les unes des autres, comment permettre à ces groupes de s'apprécier mutuellement et d'apprécier le pays et son paysage? Comment faire?
Je crois que 2017 est une excellente occasion. L'une des grandes vérités du Canada, c'est que très peu d'entre nous connaissent vraiment leur pays, soit parce qu'ils l'ont visité soit parce qu'ils ont eu des contacts avec des concitoyens d'autres cultures et d'autres régions. Aristote a parlé du devoir sacré de se connaître soi-même. Comme Canadiens, nous avons tous manqué à ce devoir.
Je crois que nous avons là une occasion parfaite de préparer une année de transformation dans le développement de notre très surprenante société grâce à des célébrations ayant un but unique et sérieux. Voici ce que j'ai à proposer.
Nous devons, avec beaucoup d'énergie et de conviction, mélanger nos communautés et les envoyer ensemble explorer le pays et apprendre à se connaître mutuellement. Nous pouvons envisager, si vous voulez, un appareil national de mélange et de déplacement à une échelle jamais connue auparavant dans n'importe quel pays, un réseautage social d'une dimension et d'une réalité sans pareilles dans le monde. Diversité, oui, mais diversité en étroite proximité et sur la route.
L'objectif est de créer des réseaux humains plus étendus et plus approfondis, de définir davantage de valeurs communes, de susciter une plus grande confiance sociale, une plus grande connaissance du pays, un plus grand orgueil national et davantage d'engagement envers la santé de notre territoire et de nos océans.
À mon avis, le 150e anniversaire du Canada devrait être axé non sur des choses, mais sur des relations. Il devrait se fonder non sur des endroits, mais sur des déplacements entre différents endroits. Il devrait porter non sur des communautés ou des groupes existants, mais sur la création de réseaux entre les communautés et le mélange des groupes. Il ne devrait pas consister à laisser le gouvernement définir le pays; il devrait se baser sur des individus et des groupes qui découvrent leur pays et qui réussissent ainsi à se redéfinir eux-mêmes.
Imaginez quelque chose de ce genre. Sous le titre « Échanges et voyages », le réseau social canadien « Connais-toi toi-même en 2017 » financerait une multitude incroyable de projets, exactement comme l'a proposé la Fondation Glenn-Gould, pourvu qu'ils fassent intervenir des gens d'ethnies, d'âges et d'autres caractères démographiques différents et leur fassent visiter des régions du Canada qu'ils n'ont jamais vues auparavant, parfois dans une même zone métropolitaine.
Pendant que j'étais au Musée royal de l'Ontario, nous avons fait venir un groupe d'écoliers de 4e année du quartier Jane-Finch, dans le cadre d'une initiative philanthropique. Je les ai accueillis à leur arrivée, et j'ai dit à l'enseignante: « Ces enfants ne sont jamais venus dans ce musée. » Elle m'a répondu: « Monsieur Thorsell, la plupart de ces petits n'ont jamais été dans le centre-ville. » Ils ne savaient même pas qu'ils vivaient dans une grande ville. Ils ne savaient pas qu'ils vivaient en bordure d'un lac. Ils habitaient pourtant dans une banlieue de Toronto. Voilà à quel point les choses peuvent en arriver.
Par conséquent, sous le titre « Échanges et voyages », nous appuierions uniquement des projets qui réuniraient des gens ayant des caractères démographiques différents pour les faire sortir de leur cour et leur faire visiter d'autres parties du pays. Ce sont les critères qui régiraient l'évaluation des projets.
L'ancien secrétaire général des Nations Unies Javier Pérez de Cuéllar a dit ceci en 1991 lorsqu'il a fait don de toute une collection de cadeaux qu'il avait reçus au Musée canadien des civilisations. Comme j'assistais à un dîner offert en son honneur par le premier ministre, je lui avais demandé: « Vous êtes un diplomate péruvien. Pourquoi avez-vous offert à un musée canadien l'ensemble des souvenirs que vous avez recueillis pendant vos cinq années comme secrétaire général? » Il m'a dit qu'il avait voyagé partout dans le monde et que le Canada était le pays que le reste du monde devait apprendre à devenir. Il parlait ainsi de notre forme de multiculturalisme et de notre façon de vivre ensemble.
Mais nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers. Nous devons travailler intelligemment et intensément pour maintenir ce mode de vie. Le 150e anniversaire de notre pays constitue l'occasion parfaite d'établir le contact avec tous les autres groupes qui recherchent notre appui. L'objectif du 150e anniversaire n'est ni présomptueux ni modeste: nous enrichirons et approfondirons le caractère national unique du pays pour le mettre à l'abri du cynisme et du manque d'espoir du monde.
Je me rends compte que les gens cherchent souvent des projets matériels. Je dois donc dire qu'il n'y en a pas. Cette initiative consiste à se déplacer, à parler, à apprendre, à voir, à expérimenter, puis à créer une page Facebook pour s'assurer que les relations établies se développeront constamment dans les 10 ou 15 années suivantes, contrairement à Expo 67 et au Centenaire qui ont disparu aussitôt achevés.
J'ai aussi deux petites propositions pour le gouvernement fédéral.
Premièrement, construisons un pont inoubliable sur l'Outaouais, un peu sur le modèle des vieux ponts de Venise, de Paris et de Londres, avec des bâtiments dessus. Ce ne serait pas un pont pour les voitures. Il ne serait accessible qu'aux piétons: ce serait le Pont des Canadiens. Le Canada a été fait et changé par des individus tels que Glenn Gould ainsi que par des groupes. Ce pont devrait aussi comprendre une version contemporaine d'un musée national du portrait, si on veut utiliser cette expression, mais en y incluant des lieux de rencontre, des espaces de représentation, des restaurants, des bars et des promontoires donnant sur des eaux tumultueuses et des cimes romantiques. Faisons de ce pont à la fois un fait et une métaphore illustrant les individus, et non les groupes, qui ont marqué l'édification de notre société.
Nous faisons également partie de cette grande géographie. Par conséquent, pour être en accord avec les échanges et les voyages ainsi qu'avec la connaissance de soi et des autres, le gouvernement du Canada devrait réaliser le projet du Sentier transcanadien et l'inaugurer le 1er janvier 2017. Le Sentier transcanadien prolongerait et compléterait le Pont des Canadiens construit sur l'Outaouais et permettrait aux gens de se rencontrer et de se déplacer d'une façon très intime, littéralement d'un bout du pays à l'autre.
Ainsi, le gouvernement du Canada ferait le cercle complet, le cercle parfait pour le 150e anniversaire du Canada en créant la plus grande expérience de réseautage social de l'histoire de tous les pays. Le reste du monde en sera sidéré. En construisant un extraordinaire Pont des Canadiens sur l'Outaouais et en le reliant à un romantique Sentier transcanadien, comme artère nationale accessible pour échanger et voyager…
Échanger et voyager, se connaître soi-même. Voilà, c'est tout.
Collapse
Robynne Rogers Healey
View Robynne Rogers Healey Profile
Robynne Rogers Healey
2011-11-17 9:18
Expand
Thank you.
I'd like to thank both the chair and the committee for the opportunity to appear. I am before you today as an historian, and am always happy to celebrate any opportunity to discuss the heritage of our great country. I'd like to focus my comments today on the sesquicentennial celebrations in three specific areas, one of which I think is quite connected to Mr. Thorsell's comments.
The first is on 2017 as part of a nation-building process, with this caveat: let's get the history right. We sit on the cusp of a number of important celebratory events in Canadian history. As most of you know, next year is the bicentennial of the war of 1812. It has already received a fair bit of press. Two years after that marks the centennial of the beginning of the First World War which, for good or for ill, has claimed a fairly important position in Canadian history. And just over five years we shall celebrate the 150th anniversary of Canadian Confederation, an event that created a state, not a nation.
In 1969, shortly after the centennial celebrations of 1967, Canadian historian J. M. S. Careless published his famous article “'Limited Identities' in Canada”. Among historians, at any rate, it's famous. In that work Careless argued that region, ethnicity, and class tended to be more important signifiers of identity than national patterns and attitudes. The flood of scholarship that followed, which focused on limited, not national identities, was by his own admission not as much a response to his commentary as it was to the academic climate of universities in the late 1960s and 1970s, which reflected the cultural upheaval of a country that has had its share of discontented Canadians and has teetered occasionally on the brink of dissolution.
That immense body of work, however, should not be interpreted as evidence of the lack of a national identity. Many historians, including Careless, as well as many if not most Canadians would agree that limited identities are integral to a larger national identity. Limited identities do not negate a national identity as much as they are a particular part of it. I think most of us personally are aware of our own limited identity before we are aware of a larger national one.
However, celebratory moments such as 2017 offer us opportunities to gather around an identity that can be constructed in positive, not negative, terms. I think a perfect example of this is the torch relay that predated the 2010 Olympic and Paralympic Games in Vancouver.
Creating a national identity has been an ongoing process since the Dominion of Canada came into existence on July 1, 1867. As the country has expanded geographically and in population, Canadian history attests to the number of disputes the country's inhabitants have had about what it means to be a Canadian. But Canadians have worked through their differences. I think Canadians continue to be prepared to work across differences to find the links that connect each of us to a larger, national narrative. While we may not see ourselves in the entirety of the Canadian story, we can each know where we fit into the evolving story of Canadian history. Getting the story right, then, is critical.
Consider the centennial voyageur canoe pageant, which is viewed as one of the most successful events of the 1967 centennial year. It garnered probably the most media coverage of any of the events that year. Ten teams representing eight provinces and two territories—Prince Edward Island and what was Newfoundland at the time did not participate—took part in the race, which left Rocky Mountain House in Alberta on May 24, 1967, and arrived at the Expo site in Montreal on September 4. Organizers and publicists, representing the race as re-enacting a specific nationalist historiography, portrayed the voyageurs as the founders of Canada and legitimized Canada itself as a culturally and geographically unified nation.
In the notes I'ved handed out, I refer to an excellent article by Misao Dean on this pageant, and I really encourage people to consult that article because it examines this issue in much more detail.
The re-enactment was not authentic. There was no effort to recruit first nations or a Métis team of paddlers, even though they were the majority of the voyageurs. They did participate, I will say, but in a minority on provincial teams. They were in a majority on the territorial teams, but they experienced such horrendous racism throughout the process that it was a horrific experience.
Secondly, very little was interpreted in French, and it should be noted that the Official Languages Act did not become law until 1969. That was part of it. Very little was interpreted in French, even though it was the French who had forged a unique relationship with their first nations allies in North America, a relationship that predated and was, in my opinion, more successful than the relationship established by the English in the Hudson's Bay Company with their allies.
First nations women, who served so importantly as translators and guides to European fur traders, were entirely absent from the pageant. Despite this, the spectacle was presented as the re-enactment of the founding of the nation of Canada. It had the three founding peoples. It incorporated lots of narratives on conquering the wilderness and so on.
This type of error continues. Just this week, I was asked to write an article for a magazine focusing on one of the issues that is related to the coming celebration of the bicentennial of the War of 1812. The request was to contribute a piece on pacifism. I'm going to quote to you from the request, because I think it's important. Specifically, the request was for "...a story on how Canadians developed as a nation of peacekeepers, with direct connections to the War of 1812 and Quaker pacifism during that conflict." I was shocked. This is the area of my own research. Such a connection does not exist. My response to the request was that any such piece would be anachronistic at best, and a fabrication at worst. Reading history backwards or reading into history the things that we wish had existed does nothing, in my opinion, to encourage Canadians to learn about their history or to take any pride in it.
The second thing I would like to comment on are the opportunities to connect to local history and heritage as part of a national story. Again, this seems to connect to Mr. Thorsell's comment. From a practical perspective, I'd encourage the committee to consider the value of local history to the larger national narrative. You have already heard from a number of witnesses representing large cultural groups in Canada. Large-scale productions will play a critical role in the celebration and its legacy. Don't forget the museums, however, in every town in Canada with their shoestring budgets and cadre of loyal volunteers. I sit on a couple of those museum boards. I have been struck by their important role as a place of experiential learning for young people.
In communities across Canada, thousands of school children go through these museums' doors each year and experience the history of their communities' pioneers, connecting them to the larger story of their country. In my current community, the local museums re-enact the resource history of British Columbia's Fraser Valley, weaving together the stories and heritage of the first nations, Euro-Canadians, and Indo-Canadians, all of whom are represented by the students who come through the site. My own children grew up in a community in Alberta that was deeply steeped in its francophone heritage, and they participated in wonderful programs through those local museums. Compared with the types of facilities available in Ottawa or the provincial capitals, local heritage sites and museums can appear as the poor country cousin. Their value, however, should not be overlooked. They too should be invited to the party.
Finally, I'd like to comment briefly on the importance of education programs that reflect accurately on our country's past, and the role that the digitization of archival records might play in this.
As I'm sure all of us are aware, educational programs and access to materials are critically important to encouraging Canadians across the country to be part of the larger national story and to inspire learning about our country's history. In this digital age, it seems to me that so much more can be done to make archival materials from across the country available to all Canadians. Inspiring students to learn their history in documents is possible if the documents are widely available.
As historians, we spend a lot of time in archives. When I can share some of that experience with students in a virtual capacity, history comes alive for them. I recognize that the process has already begun. The National Archives of Canada has some amazing digitization projects that have been ongoing, and some of the provincial archives have wonderful digitization projects. I think that any expansion of this would be welcome. As Mr. Thorsell says, if we want to connect our large land and the people of this land to one another, having resources available to do that would be a welcome.
Thank you.
Je vous remercie.
Je voudrais remercier le président et les membres du comité de m'avoir donné l'occasion de comparaître. Je me présente devant vous aujourd'hui à titre d'historienne. Je suis toujours heureuse de profiter de n'importe quelle occasion pour parler du patrimoine de notre grand pays. Je vais concentrer mes propos concernant les célébrations du 150e anniversaire sur trois domaines particuliers, dont l'un est très proche, je crois, de ce que vient de dire M. Thorsell.
Le premier domaine concerne 2017 comme élément d'un processus d'édification d'une nation, mais à une condition: respectons scrupuleusement l'histoire. Nous sommes proches d'un certain nombre d'anniversaires importants de l'histoire du Canada. Comme vous le savez sans doute, l'année prochaine marquera le bicentenaire de la guerre de 1812. Cet événement a déjà fait l'objet d'une certaine couverture médiatique. Deux ans plus tard, nous aurons le centenaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale qui, à tort ou à raison, occupe une place importante dans notre histoire. Et, dans un peu plus de cinq ans, nous célébrerons le 150e anniversaire de la Confédération canadienne, événement qui a donné naissance à un État, mais non à une nation.
En 1969, peu après la célébration du Centenaire de 1967, l'historien canadien J. M. S. Careless a publié son célèbre article Limited Identities in Canada, qui est du moins célèbre parmi les historiens. Dans ce texte, Careless soutient que la région, l'ethnicité et la classe constituent des déterminants plus importants de l'identité que les attitudes et les schémas nationaux. Pour lui, les innombrables études qui ont suivi et qui étaient axées sur les identités restreintes plutôt que sur l'identité nationale étaient beaucoup moins attribuables à ses observations qu'au climat qui régnait dans les universités à la fin des années 1960 et au début des années 1970, climat qui reflétait les perturbations culturelles d'un pays qui a eu sa bonne part de Canadiens mécontents et qui a atteint à l'occasion le bord du précipice.
Cette énorme masse de travaux ne devrait cependant pas être interprétée comme indice d'un manque d'identité nationale. De nombreux historiens — dont Careless lui-même, de même que beaucoup de Canadiens, sinon la plupart — conviendraient que les identités restreintes font partie intégrante d'une identité nationale plus vaste. Les identités restreintes ne nient pas l'existence d'une identité nationale puisqu'elles en constituent une partie spéciale. Je crois que la plupart d'entre nous prennent conscience de leur propre identité restreinte avant de se rendre compte de l'existence d'une identité nationale plus grande.
Toutefois, des célébrations comme celles de 2017 nous donnent l'occasion de nous rassembler autour d'une identité qui peut être bâtie en termes positifs et non négatifs. Nous en avons un exemple parfait dans le parcours de la flamme olympique qui a précédé les Jeux olympiques et paralympiques de Vancouver en 2010.
La création d'une identité nationale a fait partie d'un processus permanent depuis l'établissement du Dominion du Canada le 1er juillet 1867. À mesure que le pays s'étendait sur le double plan géographique et démographique, l'histoire du Canada témoigne du nombre de conflits suscités par les différentes tentatives de définir ce qu'est un Canadien. Quoi qu'il en soit, les Canadiens ont su régler leurs différends. Je crois qu'ils restent disposés à surmonter leurs conflits afin de trouver des liens qui les rattachent à un contexte national plus vaste. Même si nous ne réussissons pas à nous voir dans toute l'histoire du Canada, chacun de nous sait où il se situe dans cette histoire. C'est pour cette raison qu'il est critique de respecter scrupuleusement l'histoire.
Considérons la course en canot des Voyageurs, qui a été un des événements les plus réussis des célébrations du centenaire du Canada. Elle a probablement fait l'objet de la couverture médiatique la plus complète de toutes les manifestations de 1967. Dix équipes représentant huit provinces et deux territoires — l'Île-du-Prince-Édouard et ce qui n'était alors que la province de Terre-Neuve n'ont pas participé — ont pris part à la course qui a commencé au Rocky Mountain House en Alberta le 24 mai 1967 et s'est terminée au terrain de l'Expo à Montréal le 4 septembre. Les organisateurs et les publicistes, qui présentaient la course comme une reconstitution historique nationale, avaient dit des Voyageurs qu'ils étaient les « fondateurs du Canada » et avaient dépeint le Canada comme une nation unie du double point de vue géographique et culturel.
Dans les notes que j'ai distribuées, je cite un excellent article de Misao Dean sur cette course. J'encourage vraiment les membres du comité à consulter ce texte qui examine la question d'une façon très détaillée.
La reconstitution n'était pas authentique. Aucun effort n'a été fait pour recruter des équipes de pagayeurs appartenant aux Premières nations ou aux Métis, même s'ils formaient la majorité des Voyageurs. Les Autochtones étaient bien là, mais c'était une minorité faisant partie des équipes provinciales. Ils étaient majoritaires dans les équipes territoriales, mais ils ont été en butte à un racisme tellement odieux que l'expérience a dû être vraiment horrible pour eux.
Deuxièmement, il n'y a eu que très peu d'interprétation en français. Il y a lieu de noter que la Loi sur les langues officielles n'a été adoptée qu'en 1969. C'était une partie de la raison. Quoi qu'il en soit, il n'y a eu que très peu de français, même si ce sont les Français qui avaient établi des relations très particulières avec leurs alliés des Premières nations en Amérique du Nord. Ces relations avaient précédé celles que les Anglais de la Compagnie de la Baie d'Hudson avaient nouées avec leurs alliés et, à mon avis, avaient eu beaucoup plus de succès.
Les femmes des Premières nations, qui avaient joué un rôle si important comme interprètes et comme guides des trappeurs et coureurs des bois européens, étaient totalement absentes de la course. Malgré cela, celle-ci a été présentée comme une reconstitution de la fondation du Canada parce qu'elle faisait intervenir les trois peuples fondateurs et comprenait beaucoup d'histoires sur la conquête des territoires inexplorés, etc.
On continue encore à faire ce genre d'erreur. Justement, une revue m'a demandé la semaine dernière d'écrire un article sur le pacifisme relié à la prochaine célébration du bicentenaire de la guerre de 1812. Je vais vous citer un extrait de la demande car je pense que c'est important. On m'a donc demandé « un article sur la façon dont les Canadiens se sont développés comme nation de gardiens de la paix, en établissant des liens directs avec la guerre de 1812 et le pacifisme quaker au cours de ce conflit ». J'ai été choquée. C'est un domaine de mes propres recherches. Des liens de ce genre n'existent tout simplement pas. J'ai répondu qu'un tel article serait au mieux un anachronisme et, au pire, une invention pure et simple. Lire l'histoire en mode rétrospectif ou y chercher les choses que nous voudrions y voir ne constitue pas pour moi un moyen d'encourager les Canadiens à en apprendre davantage sur leur histoire et à y trouver une source de fierté.
Le second sujet que je voudrais aborder porte sur les occasions d'exploiter l'histoire et le patrimoine locaux comme éléments de l'histoire nationale. Encore une fois, cela présente des liens avec les propos de M. Thorsell. D'un point de vue pratique, j'encouragerais le comité à considérer la valeur de l'histoire locale dans le cadre de l'histoire nationale. Vous avez déjà entendu un certain nombre de témoins représentant les grands groupes culturels du Canada. Des productions à grande échelle joueront un rôle essentiel dans la célébration et ce qu'elle léguera aux générations futures. N'oubliez cependant pas les musées que vous trouverez dans chaque petite ville du Canada, avec leurs tout petits budgets et leurs cadres de loyaux bénévoles. Je siège au conseil d'administration de quelques-uns de ces musées. J'ai été frappée par l'importance du rôle qu'ils jouent comme lieux d'apprentissage pour les jeunes.
Dans les collectivités du Canada, des milliers d'écoliers visitent chaque année ces musées pour apprendre l'histoire des pionniers locaux et faire le lien avec l'histoire plus vaste de leur pays. Dans ma collectivité actuelle, les musées locaux font une reconstitution de l'histoire des ressources de la vallée du Fraser en Colombie-Britannique, tissant une trame faite d'un mélange d'histoire et de patrimoine des Premières nations, des Euro-Canadiens et des Indo-Canadiens, qui sont tous représentés parmi les écoliers visiteurs. Mes propres enfants ont grandi dans une collectivité albertaine profondément imprégnée de son patrimoine francophone. Ils ont participé à deux merveilleux programmes organisés par les musées locaux. Comparés aux installations d'Ottawa et des capitales provinciales, les sites patrimoniaux et les musées locaux peuvent faire parents pauvres, mais il ne faut pas sous-estimer leur valeur. Ils devraient eux aussi participer aux célébrations.
Je voudrais enfin formuler quelques observations sur l'importance de programmes d'éducation qui reflètent avec exactitude le passé de notre pays et sur le rôle de la numérisation des archives.
Comme vous le savez sans doute, les programmes éducatifs et l'accès au matériel sont extrêmement importants pour encourager les Canadiens, dans tout le pays, à participer au scénario national et à en apprendre davantage sur leur propre histoire. En cette ère numérique, j'ai l'impression que nous pourrions en faire tellement plus pour mettre à la disposition de tous les Canadiens les archives conservées un peu partout. Il est possible d'inciter les étudiants à apprendre leur histoire dans les documents si ceux-ci sont largement disponibles.
Comme historiens, nous passons beaucoup de temps dans les archives. Quand je peux partager cette expérience avec des étudiants en mode virtuel, cela fait revivre l'histoire pour eux. J'admets que le processus est déjà commencé. Les Archives nationales du Canada ont mis en train d'extraordinaires projets de numérisation. Je pense que toute expansion de ces projets serait la bienvenue. Comme l'a dit M. Thorsell, si nous voulons faire le lien entre notre immense territoire et les gens qui y vivent, il serait avantageux de disposer de ressources pour le faire.
Je vous remercie.
Collapse
View Paul Calandra Profile
CPC (ON)
Thank you all very much. I appreciate each of your coming here.
Ms. Healey, I'll start with you. You said something interesting about the small museums. I represent a community with four small museums--in Markham, Stouffville, King, and Richmond Hill. I get to spend some time there because a lot of events happen there. What strikes me is that the archival information they have is truly amazing. What also is a bit frightening is the fact that a lot of the local history seems to be getting lost as they compete for dollars.
How do we actually do that? Can our local museums somehow be connected in a different way so that they aren't necessarily competing against each other? In my area all four of these museums are located in the York region. They share a lot of common history but they compete against each other for resources and information. How do we tie them together?
You mentioned, again, archival information. We hear a lot about this. We heard it from Stratford the other day and the CBC when they came before us. Do you have additional thoughts on how we go about archiving across Canada? And what types of resources are needed to do that?
The last thing I'll leave you with is this. If I put a hundred historians in a room and tell them to write the history of Canada, how long would it take them to do it and what would it look like?
Je remercie tous les témoins. Nous apprécions beaucoup leur présence au comité.
Je voudrais commencer par poser une question à Mme Healey. Vous avez dit une chose intéressante au sujet des petits musées. Je représente une collectivité qui a quatre petits musées, à Markham, Stouffville, King et Richmond Hill. J'ai l'occasion d'y passer un certain temps parce que beaucoup de manifestations sont organisées là. J'ai été frappé par la quantité d'archives dont ils disposent. Je suis cependant un peu inquiet. J'ai l'impression que nous perdons beaucoup d'éléments de l'histoire locale parce que ces musées doivent se faire la concurrence pour obtenir du financement.
Que faut-il faire? Y a-t-il moyen de relier nos musées locaux d'une façon différente pour qu'ils n'aient pas nécessairement à se faire concurrence entre eux? Dans mon coin, ces quatre musées se trouvent tous dans la région de York. Ils ont beaucoup d'histoire en commun, mais ils doivent s'opposer les uns aux autres pour trouver des ressources et de l'information. Que pouvons-nous faire pour les relier entre eux?
Vous avez parlé d'archives. C'est un sujet qui est souvent abordé. Nous en avons entendu parler par les représentants de Stratford et de Radio-Canada qui ont comparu devant le comité. Pouvez-vous nous en dire davantage sur les moyens d'archivage partout au Canada? De quels genres de ressources avons-nous besoin pour cela?
Je vais maintenant vous poser une dernière question. Si je réunissais une centaine d'historiens dans une salle et que je leur demandais d'écrire l'histoire du Canada, combien de temps leur faudrait-il pour le faire et que vaudrait leur travail?
Collapse
Robynne Rogers Healey
View Robynne Rogers Healey Profile
Robynne Rogers Healey
2011-11-17 9:31
Expand
I'll start with your second question. I don't know if I can answer the third question, because I would say it would take us forever. Certainly, all of us come with our own perspective to history. I do think, however, that there is some agreement on a larger national narrative. I would not suggest that the writing of a national narrative is impossible; I would suggest that the writing of a national narrative gets bigger each year.
As to archival information and how we do this, I believe that the digital age is an opportunity for us to preserve documents in a way that didn't exist before. Of course, that's going to mean that we're going to have to be able to read those documents digitally. In 1990, had documents been digitized and saved on large square floppy disks, we would be in the unfortunate position of having to figure out how to read those documents. One thing that digitization allows for is the collection and preservation of documents in such a way that they can be shared.
Documents take up an awful lot of space. One of the problems that small, local archives face is their inability to deal with all of the materials that come to them. Within the last 50 years, and especially within the last 30 years, we've become much more aware of the importance of materials other than documents for the preservation of Canada's history. This is material history, and those artifacts are space-consuming. How do we preserve those? Regardless, I think it's important to do it.
As to how we tie museums together, I think that museums in small regions, or even in large regions, need to be encouraged to work together instead of at cross purposes. In the community that I live in—and I sit on the board of one museum—there is competition, and usually it's for resources. That's usually the problem. It's not a competition over the narrative; the competition is over who's going to get the funding to be able to do more work. Museums need to be encouraged to become part of the larger story, not just to preserve employment for themselves.
Local museums operate with important groups of volunteers. One of the archivists with whom I work in my own field is a volunteer archivist. She's over 80 years old. She drives from St. Thomas, Ontario, to Newmarket every time I want to meet with her to get into the archives. If those small archives aren't protected, we will definitely lose a critical part of Canada's history. It's not all in the national archives, or even in large provincial archives. In fact, as a historian who works largely in local archives, I think a very important part of our story is found in those places.
Je vais commencer par votre deuxième question. Je ne sais pas si je peux répondre à la troisième parce que je dirais que cela nous prendrait une éternité. Bien sûr, chacun d'entre nous à son propre point de vue sur l'histoire. Je crois cependant qu'on s'entend dans une certaine mesure sur le grand scénario national. Je ne prétendrais pas que la rédaction d'un scénario national est impossible. Je dirais simplement que c'est une tâche qui grandit un peu plus chaque année.
Pour ce qui est des archives et de la façon de les réaliser, je crois que l'ère numérique constitue pour nous une occasion de préserver des documents d'une façon qui n'existait pas auparavant. Bien sûr, cela signifie que nous allons devoir faire une lecture numérique de ces documents. Si nous avions entrepris la numérisation en 1990 et avions stocké les données sur ces grandes disquettes carrées, nous serions obligés aujourd'hui de trouver un moyen de lire ces documents. L'une des choses que la numérisation permet, c'est la collecte et la préservation des documents dans une forme échangeable.
Les documents peuvent occuper énormément d'espace. L'un des problèmes des petites archives locales, c'est que les responsables ne savent plus quoi faire du matériel qu'ils reçoivent. Au cours des 50 dernières années, et surtout ces 30 dernières années, nous avons pris conscience de l'importance de préserver du matériel autre que des documents pour sauvegarder l'histoire du Canada. Ce sont des éléments matériels de l'histoire. Ces pièces sont encombrantes. Comment les préserver? Quel que soit le moyen, je crois que c'est important de le faire.
Quant à la question de savoir comment relier les musées entre eux, je crois que les musées des petites régions — et même des grandes — devraient être encouragés à collaborer au lieu de s'opposer les uns aux autres. Dans la collectivité où je vis — je siège au conseil d'administration d'un musée —, il y a une concurrence portant sur les ressources. C'est habituellement là que réside le problème. La concurrence ne porte pas sur l'histoire à raconter; elle concerne plutôt les ressources à obtenir pour faire davantage de travail. Nous devons encourager les musées à faire partie du grand scénario au lieu d'essayer de préserver des emplois pour eux-mêmes.
Les musées locaux comptent sur d'importants groupes de bénévoles. L'une des archivistes avec qui je travaille dans mon propre domaine est une bénévole. Bien qu'octogénaire, elle vient en voiture de St. Thomas, en Ontario, jusqu'à Newmarket chaque fois que je veux la rencontrer pour discuter d'archives. Si nous n'arrivons pas à protéger les petites archives, nous allons certainement perdre une partie essentielle de notre histoire. Tout ne fait pas partie des archives nationales, ni même des grandes archives provinciales. En fait, comme historienne qui s'intéresse surtout aux archives locales, je crois que c'est là que réside une partie très importante de notre histoire.
Collapse
View Paul Calandra Profile
CPC (ON)
Mr. Levine, you have a very ambitious program for Canada 150. I'm wondering about some of the challenges that you're going to face, and how the government, in its Canada 150 planning, might assist you in overcoming some of those challenges in Canada and internationally.
Monsieur Levine, vous avez un programme très ambitieux pour célébrer le 150e anniversaire du Canada. Je me pose des questions au sujet des problèmes que vous aurez à résoudre et de la façon dont le gouvernement peut vous aider à les surmonter, aussi bien au Canada qu'à l'étranger, dans le cadre de sa planification du 150e anniversaire.
Collapse
Brian Levine
View Brian Levine Profile
Brian Levine
2011-11-17 9:36
Expand
Of course, there's a good deal of modelling yet to be done, and I've given you the vision in broad strokes. We're in the process of assembling a strategic planning group of people with varied expertise throughout different areas of the arts and media. I communicated just yesterday with a very senior-level, award-winning television producer who has built one of the most successful media companies in this country. He has offered his services as an ongoing adviser to the project.
We can accomplish a great deal through our own networking. Obviously, at a certain stage, dollars and cents are going to enter into the equation, and our plan is to build this in a way that is scalable from a budgetary point of view. Essentially, the increments will be the number of concerts in the tour. The assistance of provincial governments to access key performing venues and historic locations obviously will be crucial. We will be reaching out and asking them to join with us as part of this process.
I would say, based on my own experience, which is entrepreneurial, that one of the most important things a government can do is to help establish some terms of reference and objectives they would like to see met and to give us as much freedom as possible once they're satisfied we can deliver.
The week of events briefly depicted in the video that I showed from our last prize celebration was accomplished by a core staff of three persons at the foundation. These events included a 250-member orchestra that was brought from South America; and work with all of the school boards in Ontario in the creation of a multimedia study guide; an international symposium on music education with guest speakers and performers from all over the world; and visits to schools, and so on. There were literally hundreds and hundreds of moving parts,
We believe in efficiency and keeping the critical path clear of too many unnecessary obstructions, simply because we have a lot of work to do and we want to be able to focus on the things that will deliver the product and results at the end of the day. Obviously, we need to be good collaborators and communicators, if we to be fortunate enough to receive public funding to help us in the realization of this project. So I'm not saying give us the money and then leave us alone. That's not how it works, and we understand that.
But what will be of the greatest assistance to us is keeping the path as clear and non-bureaucratic as you possibly can, and trusting in the skills that our organization and our partner organizations have demonstrated. Be clear to us about what you want us to accomplish. Be clear about the subsidiary goals, that we're doing more than just putting on shows, but that we're helping to build national consciousness and awareness, that we're helping to celebrate the kind of diversity and mixing of cultures that William was talking about.
Make it clear what you expect of us and then, as long as you're satisfied that we know what we're doing, let us do it.
Il y a bien sûr beaucoup de modélisation à faire. Je ne vous ai présenté que les grandes lignes de notre projet. Nous sommes en train de former un groupe de planification stratégique composé de personnes ayant toutes sortes de compétences dans différents domaines des arts et des médias. J'ai pris contact hier avec un producteur de télévision primé d'un niveau très élevé, qui a monté l'une des entreprises médiatiques les plus prospères du pays. Il nous a offert ses services à titre de conseiller permanent du projet.
Nous pouvons en faire beaucoup grâce à notre propre réseau. Bien sûr, à un certain stade, les dollars devront entrer dans l'équation. Nous projetons de concevoir notre projet sur une base budgétaire évolutive dans laquelle la variable serait le nombre de concerts à donner au cours de la tournée. Il sera évidemment essentiel d'obtenir l'aide des gouvernements provinciaux pour nous permettre d'accéder à différents lieux de représentation et sites historiques. Nous établirons les contacts et demanderons aux provinces de se joindre à nous dans le cadre de ce processus.
Je dirais, sur la base de ma propre expérience de l'entrepreneuriat, que l'une des contributions les plus importantes d'un gouvernement consisterait à définir les mandats et les objectifs qu'il aimerait nous voir atteindre, puis à nous laisser autant de liberté que possible une fois qu'il se sera assuré que nous pouvons remplir nos engagements.
La semaine d'événements brièvement décrite dans la vidéo que je vous ai montrée a été réalisée à la fondation par un personnel de base composé de trois personnes. Les manifestations en cause comprenaient des concerts donnés par un orchestre de 250 membres que nous avons fait venir d'Amérique du Sud. Il a fallu également travailler avec tous les conseils scolaires de l'Ontario pour produire un guide multimédia. Il y avait en outre un symposium international d'éducation musicale avec des conférenciers et des artistes venant du monde entier, des visites dans les écoles, etc. Il y avait littéralement des centaines et des centaines d'activités.
Nous croyons à l'efficacité et tenons à garder un chemin critique exempt d'un trop grand nombre d'obstacles inutiles, simplement parce que nous avons beaucoup de travail à faire et que nous voulons concentrer nos efforts sur ce qui produira des résultats. Bien sûr, nous devons être de bons collaborateurs et de bons communicateurs si nous avons la chance de recevoir des fonds publics pour nous aider à réaliser ce projet. Je ne vous dis donc pas de nous donner de l'argent et de nous laisser carte blanche. Ce n'est pas ainsi que ça marche, et nous le comprenons.
Toutefois, il serait très utile pour nous que la voie ne soit pas trop encombrée et trop bureaucratique et qu'on se fie aux compétences établies de notre organisation et de nos organisations partenaires. Nous vous demandons simplement de nous dire clairement ce que vous voulez nous voir accomplir. Soyez très clairs au sujet des objectifs secondaires. Nous faisons plus que monter des spectacles. Nous essayons de renforcer la conscience nationale et de mieux sensibiliser les gens afin de célébrer le genre de diversité et de mélange des cultures dont William a parlé.
Dites-nous clairement ce que vous attendez de nous, puis laissez-nous agir tant que vous êtes persuadés que nous savons ce que nous faisons.
Collapse
View Tyrone Benskin Profile
NDP (QC)
View Tyrone Benskin Profile
2011-11-17 9:39
Expand
Wow. I have to applaud all of you for your presentations. I had heart palpitations, quite honestly.
I want to get to Mr. Levine, but I'm going to zero in on Ms. Healey and Mr. Thorsell because I see a link between your references to the lost history of Canada and how in 2017 we have an opportunity to remedy some of that by connecting people—almost a back-to-the-future thing—by looking at our history and using it to move forward.
With regard to some of the lost history of Canada, how would you say we could present it in such a way that it doesn't become a “look what you did” history, but “this is what we've missed and this is what you as Canadians should know and be proud of”? I'll put that to both of you.
Génial. Je dois vous féliciter tous pour vos exposés. En toute franchise, ils m'ont littéralement donné des palpitations.
Je voudrais poser une question à M. Levine, puis passer à Mme Healey et M. Thorsell parce que je vois un lien entre ce que vous avez dit de l'histoire perdue et l'occasion que nous donnera 2017 d'y remédier en encourageant les gens à se parler — c'est presque un retour vers le futur —, en considérant notre histoire et en l'utilisant comme tremplin pour avancer.
Pour ce qui est de l'histoire perdue, comment, à votre avis, pouvons-nous présenter les choses de façon à dire aux gens non pas « Regardez ce que vous avez fait », mais plutôt « Voici ce que nous avons manqué, voici ce que vous devez connaître et voici ce dont vous pouvez être fiers »? J'aimerais que vous répondiez tous les deux à cette question.
Collapse
Robynne Rogers Healey
View Robynne Rogers Healey Profile
Robynne Rogers Healey
2011-11-17 9:41
Expand
In terms of praxis I could see a number of different methods or mechanisms for putting something into play that would allow individual communities to tell their own stories and make them part of the national story.
I would be disappointed if we continued to focus on the bad things that have happened in Canada. We've made mistakes in terms of actions that have been part of our own history and also in the way that we've told them. However, I don't think we need to focus on that as much as look forward to see what we have accomplished.
So in that way we should get communities to tell their own stories—and by communities I don't necessarily mean local geographic communities, but communities that expand across the country—and make them part of the national narrative. I think that digital projects are a wonderful way of doing that. People from all parts of the country could be involved in a way they couldn't be 45 years ago.
Je vois en pratique un certain nombre de moyens ou de mécanismes différents pouvant permettre à chaque collectivité de raconter sa propre histoire, pour ensuite regrouper le tout dans un scénario national.
Je serais vraiment déçue si nous continuons à insister sur les mauvaises choses qui se sont produites au Canada. Nous avons commis des erreurs tant dans ce que nous avons fait au cours de notre histoire que dans la façon dont nous l'avons racontée. Toutefois, je ne crois pas que nous ayons à mettre cela en évidence au lieu de nous tourner vers l'avenir en pensant à ce que nous avons accompli.
Ainsi, nous pourrions faire en sorte que les collectivités racontent leur propre histoire… Quand je parle de collectivités, il ne s'agit pas nécessairement de lieux géographiques. Il peut s'agir de communautés s'étendant à tout le pays. Nous pouvons ensuite regrouper le tout dans un scénario national. Je crois que les projets numériques constituent un merveilleux moyen de réaliser cela. Des gens de tous les coins du monde peuvent y participer d'une façon que nous n'aurions pas pu envisager il y a 45 ans.
Collapse
William Thorsell
View William Thorsell Profile
William Thorsell
2011-11-17 9:42
Expand
Thank you.
History is bound to be a major topic during a birthday party for a country. Certainly, some of the projects that would come forward under “Mix-Up and Move Around” would have to do with history. Of course, all of these new immigrants from different worlds—in very large proportions now—need to know some of the history that predates them in this country, although they're now making history themselves here.
The approach I'm taking is that you have to have a strategic heartbeat for something like 2017. It needs a brand, in the sense that this is what this year is about. It can't just be scattershot, where you have 500 good, worthy causes that come forward and you say, “Okay—these, these, these, these, these.” Then there's no overarching way to understand what we're doing or why we're doing this.
I'm proposing that there be an overarching idea to whatever you want to do, whether it's trying to revive history, or doing a national tour of kids from all around the country and traveling all around the country—which really is a Mix-Up and Move Around classic case—so that you don't have to decide all of these projects for yourself, but you know what you're looking for, and you tell everybody what they need to do if they want support. In a strategic vision where you say, “This is what this is about and not other things”, your worthy causes are subject to the sacred cause of knowing thyself, because this is the biggest challenge we have going forward. I'm more interested in the significance of going forward of what we can do this year than looking back so much, although history can be part of it.
How much can we strengthen the good road we're on, and not go into the ditch on multiculturalism, by framing the year and saying that whatever you have to do or want to do—whether it's in the arts, sport, conferences, or business—you've got to mix-up and move around if you are to get support for 2017. That's the core issue.
There's a wide variety of things that you would hear from across the country. Let's say you announce two years earlier what your approach will be, and you say that by 2017, all of you have a chance to come up with all these great projects. Some would be “crazy Canuck” projects and some would be serious projects, but they all have to go through the filter of mix-up and get out into the country and know thyself. That means you'd be off the hook of this risk of incoherent worthy causes, which are there every other year. History has a different value for different people in different times.
Thinking about the GTA, where I spend a lot of my time now, I am very concerned that they get to know the present—the country as it is, other parts of the country, other communities in the country—more than the past, because the parochialism that's developing among different groups with very different backgrounds is profound. When you look at the GTA, the residential distribution of populations in different parts is clearly such that it's quite common that many people—some say south Asian people in Brampton, or Asian people in Markham—may go downtown once a year in Toronto, and their children hardly ever do, maybe on a school trip or something.
We have many people in Montreal, Vancouver, Toronto, or Winnipeg who have never been to another region. They've hardly been out of the cities they live in, and have no idea where they live or who else lives there. This is an opportunity to say to all of those people, "Be creative. You guys have all the ideas, but you have to mix yourself up, and you have to get out there if you want to be part of this particular season's agenda.”
Je vous remercie.
Il est inévitable que l'histoire joue un rôle de premier plan dans la célébration de l'anniversaire d'un pays. Certains des projets qui viennent à l'esprit dans le cadre de l'initiative Échanges et Voyages sont nécessairement liés à l'histoire. Bien sûr, tous ces nouveaux immigrants venant de mondes différents — dans de très grandes proportions aujourd'hui — ont besoin de connaître une partie de l'histoire qui précède leur arrivée dans le pays, même s'ils contribuent eux-mêmes à la définition de l'histoire du Canada.
Pour moi, il nous faut un concept stratégique pour un événement tel que le 150e anniversaire du Canada. Nous avons besoin d'une image de marque qui corresponde à cet événement. Nous ne pouvons pas trop disperser nos efforts. Si vous avez 500 demandes valables, vous pouvez dire: « Très bien. Nous choisirons celle-ci, puis celle-là et cette autre. » Vous n'auriez alors aucun thème dominant pouvant permettre aux gens de comprendre ce que nous faisons et les raisons de notre action.
Je propose d'avoir une idée dominante qui définisse ce que nous voulons faire, qu'il s'agisse de reconstituer l'histoire ou d'envoyer des enfants faire le tour du pays, ce qui représenterait un cas classique d'Échanges et Voyages. Ainsi, vous n'auriez pas à prendre vous-même une décision au sujet de tous ces projets, mais vous sauriez ce que vous recherchez et seriez en mesure de dire à chacun ce qu'il doit faire pour vous aider. Dans une vision stratégique où vous dites « C'est de cela que nous parlons, et de rien d'autre », vos bonnes causes seront assujetties à la cause sacrée qui consiste à se connaître soi-même, parce que c'est le plus grand défi que nous aurons à l'avenir. Je m'intéresse beaucoup plus à ce que l'avenir nous réserve qu'à ce qui s'est produit dans le passé, mais l'histoire a quand même sa place.
Nous pouvons renforcer le bon chemin sur lequel nous nous trouvons, sans tomber dans le fossé en matière de multiculturalisme, en fixant l'année et en disant que quoi que nous fassions ou souhaitions faire, dans les arts, les sports, les conférences ou les affaires, il faut « échanger et voyager » afin d'obtenir de l'aide pour 2017. Voilà la question de base.
Vous entendrez toutes sortes de choses à différents endroits du pays. Supposons que vous annonciez deux ans plus tôt quelle sera votre approche et dites aux gens qu'ils auront tous la possibilité de présenter leurs grands projets d'ici 2017. Vous aurez des projets un peu fous, et d'autres plus sérieux, mais ils devront tous correspondre au filtre des « Échanges et Voyages » et de la connaissance de soi. Vous échapperez ainsi au risque d'adopter un ensemble incohérent de bonnes causes. L'histoire a une valeur différente pour différentes personnes à différents moments.
Dans le cas de la région métropolitaine de Toronto, où je passe une grande partie de mon temps maintenant, je tiens beaucoup à ce que les gens se familiarisent avec le présent, avec le pays tel qu'il est, avec les autres régions et les autres communautés du Canada. Ils doivent le faire beaucoup plus que dans le passé parce qu'il y a un profond esprit de clocher qui se développe parmi les différents groupes de différentes origines. Quand on considère la région métropolitaine, la répartition des communautés est telle qu'il est très courant que beaucoup de gens — par exemple ceux d'Asie du Sud-Est à Brampton ou bien les Asiatiques de Markham — n'aillent dans le centre-ville qu'une fois par an et que leurs enfants ne le fassent quasiment jamais, à moins que l'école n'organise une visite ou quelque chose de ce genre.
Il y a beaucoup de gens à Montréal, Vancouver, Toronto et Winnipeg qui n'ont jamais vu une autre région du pays. Ils ne sortent que très rarement de la ville où ils vivent et ne connaissent même pas les autres gens qui s'y trouvent. Voilà l'occasion de dire à tous ces gens: « Soyez créatifs. Vous avez toutes les idées, mais vous devez vous mêler aux autres et voir autre chose si vous voulez figurer au programme de cette saison particulière. »
Collapse
View Tyrone Benskin Profile
NDP (QC)
View Tyrone Benskin Profile
2011-11-17 9:47
Expand
Okay.
Just to address Mr. Levine, my colleague, Mr. Calandra, had asked a general question about the.... I'm interested in hearing a little more about the roll out of the 2017 project, in terms of how you expect to connect with communities, geographically as well as with peoples, in order to start putting this thing together?
D'accord.
Monsieur Levine, mon collègue, M. Calandra, a posé une question générale au sujet de… J'aimerais en savoir un peu plus sur la mise en œuvre du projet 2017. Comment comptez-vous entrer en contact avec les collectivités et avec les gens pour commencer à organiser les choses?
Collapse
Brian Levine
View Brian Levine Profile
Brian Levine
2011-11-17 9:47
Expand
That's a very good question.
First, of course, we'll need to communicate with the public to let them know that this is happening. That is going to have to start happening well in advance of 2017, possibly as early at the last half or quarter of 2015. By that time, of course, we'll know whether we're a go for this project or not. We will have finished evaluating the different models for selection, if it's something more like a sporting qualifying process to choose the young artists who will move on to be finalists, and be part of the selection. Obviously, the use of communication techniques, from social media and Internet to traditional media, will be part of the announcement.
The one very real model as a possibility for the process of selection throughout 2016 is a televised event, which could be presented as a series. Although we're certainly not committed to that model, it is at least one of the options; hence our discussions with the gentleman with the very distinguished television production background whom I mentioned. The trick, if it is done in a televised series, is to provide a tremendous vehicle for using that whole process as essentially a year-long advertisement for the 2017 event that will come. Once you have accessed the mass media, you're reaching a great many communities.
But we can do more. We can use the techniques of social media. We can actually use individual outreach to community organizations and centres. We can get right down to school boards, libraries, churches, and the cultural institutions representing the diverse communities, and conservatories, and university faculties to encourage the faculties to urge their best students to come forward. The initial processes might be to submit a tape or some sort of media audition online, or to send panels of auditioners around the country—which, again, could be very interesting and provide a viable method of helping to spread the word and enthusiasm.
My feeling, though, is that it is going to snowball. Once the announcement is made, and once you begin to think of this as akin to trying out to be part of the Canadian Olympic team—only, in this case, in music—I think that people are going to figure it out and reaching across the country isn't going to be hard to do.
C'est une très bonne question.
Nous devons en premier communiquer avec le public pour l'informer de ce qui se passe. Il faudra s'y prendre bien avant 2017, peut-être au dernier semestre ou trimestre de 2015. D'ici là, nous saurons si nous avons le feu vert. Nous aurons fini d'évaluer les différents modèles de sélection, un peu comme dans les épreuves de qualification des athlètes, en vue de choisir les jeunes artistes qui font partie des finalistes. Il est évident que nous userons de différentes techniques de communication, allant des médias sociaux et d'Internet aux médias traditionnels.
Nous envisageons comme possibilité, dans le cadre du processus de sélection, d'organiser un événement télévisé en 2016, qui serait présenté sous forme d'une série. Bien que nous n'ayons pas encore arrêté notre choix sur ce modèle, c'est au moins l'une des options qui s'offrent à nous. Cela explique nos discussions avec l'éminent producteur de télévision que j'ai mentionné. Si nous optons pour la série télévisée, nous devrons apprendre à utiliser ce moyen extraordinaire comme s'il s'agissait d'une annonce d'une durée d'un an faisant la promotion des manifestations de 2017. Une fois qu'on a accédé aux médias de masse, on touche déjà un très grand nombre de collectivités.
Nous pouvons cependant en faire davantage en recourant aux médias sociaux. Nous pouvons en fait prendre contact sur une base individuelle avec les organisations et les centres communautaires. Nous pouvons toucher les conseils scolaires, les bibliothèques, les églises, les organisations culturelles représentant les différentes communautés, les conservatoires ainsi que les universités et les facultés pour qu'elles incitent leurs meilleurs éléments à se présenter. Au départ, il suffirait probablement d'envoyer un enregistrement ou une forme quelconque d'audition en ligne. Il serait également possible d'envoyer des jurys faire le tour du pays, ce qui pourrait être très intéressant comme moyen pour diffuser l'information et susciter l'enthousiasme.
J'ai cependant l'impression que cela fera boule de neige. Une fois l'annonce faite, une fois que les gens auront commencé à y penser comme s'il s'agissait de faire partie de l'équipe olympique canadienne — sauf que ce serait en musique cette fois —, je pense qu'ils sauront quoi faire. Je n'ai pas l'impression qu'il serait alors difficile de toucher l'ensemble du pays.
Collapse
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
I'm going to pick up on some of the points that Mr. Thorsell made, but I would like everyone to weigh in on this as well.
Several years ago--and I won't say how many, because it gives away my age--I was an air cadet and went on a trip to Alberta. There were two kids from each province and we were on a survival course in the woods. I met someone there who became a dear friend of mine. He was from Quebec City. He barely spoke English and I barely spoke French. The relationship we struck was based on our similarities. First and foremost, we didn't like the Montreal Canadiens—but there you go. Beyond that, for our living spaces and our ancestors, the same narrative was there. The only thing that separated us was language. I bring that up only because of the points you make, Mr. Thorsell, about mixing up with others. I think we underestimate what a fantastic experience that is in nation-building.
We see the kids who come here with Encounters with Canada . It's an amazing program. I would like Encounters to happen in every province. If it has to be in a provincial capital, so be it.
The demand for national conventions in St. John's, Newfoundland is phenomenal. When I go there and I speak to people from far-flung areas of the country, I ask them whether this is their first convention in Newfoundland. They tell me that everybody wants to go there. The experience is so different from their own that they are just amazed it's their own country.
So I buy into what you're saying, and I think I probably had the same heart palpitations as Mr. Benskin. You're speaking to a narrative that we have to encapsulate. All the things that feed into this, like the social media, are going to enhance this as an extension of ourselves. Not to get too McLuhanistic with everybody, I suppose the medium is the message in a big way.
One of the things you mentioned and one of the things I seem to have a hard time wrapping my head around is the idea of the legacy. Personally I think the interpersonal relationships, the mix-up you talked about, is going to be that intangible legacy.
When it comes to the concept of having a pedestrian bridge, I think that's a fantastic idea, because the symbolism is rich and the experience is much richer. But giving $50 million to each province and territory would enable them to create some sort of a legacy project. Thank you for bringing that up.
I'd like to ask each of you, if you were to running this program and could tell each province you were going to give them $50 million, would you be asking them to show you what they've got, or would you be asking them how they can enhance the national narrative? I don't know if that question makes sense, but what I'm asking is, what do you see as the permanent legacies left over?
Je voudrais revenir sur certains points mentionnés par M. Thorsell. J'aimerais cependant que tous les témoins présentent leur point de vue.
Il y a bien des années — je ne dirai pas combien, car cela trahirait mon âge —, j'étais cadet de l'Air. J'avais eu l'occasion de faire un voyage en Alberta. Le groupe, qui comprenait deux jeunes de chaque province, suivait un cours de survie dans les bois. J'ai rencontré là quelqu'un qui est devenu un excellent ami. Venant de Québec, il ne connaissait que quelques mots d'anglais, et je n'avais moi-même que des connaissances très rudimentaires du français. Les relations qui se sont établies entre nous se fondaient sur nos points communs. D'abord et avant tout, nous n'aimions ni l'un ni l'autre les Canadiens de Montréal. Voilà, c'est dit. À part cela, pour ce qui est du territoire et des ancêtres, le scénario était à peu près le même. La seule chose qui nous séparait était la langue. Je mentionne cela simplement à cause des arguments que vous avez présentés, monsieur Thorsell, au sujet des échanges et des voyages. Je crois que nous avons tendance à sous-estimer la valeur d'une telle expérience dans l'édification d'une nation.
Nous voyons ici les jeunes qui viennent dans le cadre de Rencontres du Canada. C'est un programme extraordinaire. J'aimerais qu'il soit étendu à toutes les provinces. S'il faut l'établir dans une capitale provinciale, je n'y verrais pas d'inconvénient.
Il y a, à St. John's, à Terre-Neuve, une demande phénoménale de congrès nationaux. Quand j'y vais et que je parle à des gens venant de différents endroits du pays, je leur demande si c'est la première fois qu'ils assistent à un congrès à Terre-Neuve. Ils me répondent que tout le monde veut venir dans la province parce que chacun y trouve un milieu tellement différent du sien qu'il a peine à croire que c'est le même pays.
Je suis donc bien d'accord avec vous. Je crois même que j'ai ressenti les mêmes palpitations que M. Benskin. Vous parlez d'un scénario que nous devons incarner. Tout ce qui l'alimentera, comme les médias sociaux, va le renforcer comme prolongement de nous-mêmes. Sans vouloir trop verser dans le mcluhanisme, je dirais que le médium est certainement le message dans ce cas.
L'une des choses que vous avez mentionnées et que j'ai de la difficulté à saisir, c'est l'idée de laisser quelque chose à la postérité. Personnellement, je crois que les relations interpersonnelles et les échanges dont vous parlez constitueront en soi un héritage intangible.
Pour ce qui est de votre pont piétonnier, je crois que c'est une idée fantastique à cause de la richesse du symbolisme et de l'expérience. Toutefois, en donnant 50 millions de dollars à chaque province et territoire, on leur permettrait de réaliser un projet à laisser en héritage. Je vous remercie d'avoir avancé cette idée.
Je voudrais demander ceci à chacun des témoins: si, à titre de responsable de ce programme, vous pouvez dire à chaque province que vous allez lui donner 50 millions de dollars, lui demanderiez-vous de vous montrer ce qu'elle envisage ou bien de vous dire comment elle peut enrichir le scénario national? Je ne sais pas si la question est sensée, mais je vous demande en fait de me dire ce que vous envisagez comme héritage permanent de ces célébrations.
Collapse
William Thorsell
View William Thorsell Profile
William Thorsell
2011-11-17 9:54
Expand
That part comes out of my longer paper that you've obviously read. It's not in this one.
First of all, with respect to the legacy of relationships, there are these programs where you get people together. The Governor General has one and does something every year. Various groups get kids together and make them travel. Anyone who has ever been on one of those things says, “It changed my whole life and it changed my whole sense of the country”. They make friends and all of that kind of stuff. But for a year like this, it has to be an order of magnitude bigger.
In 1967, Expo actually lost less money than was budgeted for it, in terms of the costs to the taxpayer. It cost the taxpayer about $220 million in 1967 dollars to do Expo 67--not the whole centennial. If you took that amount of money in current dollars, you could have the biggest mosh pit in the history of the country—
Some hon. members: Oh, oh!
Mr. William Thorsell: —by funding people and mixing them up and moving them around.
Cette partie vient de mon document détaillé que vous avez évidemment lu. Elle ne se trouve pas dans le texte abrégé.
Tout d'abord, comme héritage au niveau des relations, il y aurait les programmes visant à mettre les gens en contact les uns avec les autres. Le gouverneur général en a un qui lui permet d'organiser quelque chose chaque année. Différentes organisations envoient des groupes d'enfants voyager dans le pays. Tous ceux qui participent à ces voyages disent: « Cela a changé ma vie et ma façon de voir le pays. » Ils se font des amis et nouent toutes sortes de relations. Toutefois, dans une année comme 2017, il faudrait que ces programmes soient plus étendus d'un ordre de grandeur.
En 1967, l'Expo a en fait coûté moins d'argent aux contribuables qu'on ne l'avait prévu. Le coût assumé par les contribuables s'est élevé à environ 220 millions de dollars de 1967. C'est le coût de l'Expo, pas celui du Centenaire. Si on utilisait le même montant en dollars courants, on pourrait organiser le plus grand mosh pit de l'histoire du pays…
Des voix: Oh, oh!
M. William Thorsell: … en finançant les gens pour faire toutes sortes d'échanges et de voyages.
Collapse
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
No, that's the House of Commons you're talking about.
Non, c'est la Chambre des communes que vous êtes en train de décrire.
Collapse
William Thorsell
View William Thorsell Profile
William Thorsell
2011-11-17 9:56
Expand
Then instead of having islands with buildings that were built to be torn down six months later, as at Expo, where only a few buildings were saved.... Instead of that impermanence being built in, what you would see with the digital media is everybody who went out on their two-week mixed-up trip up to Prince Rupert, for example, and met all kinds of people there, going back and getting on the Internet and creating Facebook pages. There'd be a tremendous legacy of relationships and appreciation of the country. It's the most important thing you could do. It's invisible and critical. It's not testable, I suppose, but it's fundamental to the future of the country to get to know it.
Ensuite, au lieu d'avoir des îlots contenant des bâtiments construits pour être démolis six mois plus tard, comme à l'Expo où seuls quelques bâtiments ont pu être sauvés… Donc, au lieu de construire toutes ces choses provisoires, nous verrions, grâce aux médias numériques d'aujourd'hui, que chaque personne qui revient de son voyage de deux semaines à Prince Rupert, par exemple, où elle a rencontré toutes sortes de gens, ira sur Internet pour créer des pages Facebook. Il y aurait un héritage extraordinaire de relations et d'appréciation du pays. C'est la chose la plus importante qu'on puisse faire. Elle est invisible, mais essentielle. Je suppose qu'on ne pourrait pas la mettre à l'épreuve, mais elle n'en est pas moins fondamentale pour l'avenir du pays.
Collapse
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Not to add to this—and I'll get others to weigh in as well—but just very simply, should we have an Encounters with Canada across the country? Should kids amalgamate in a place like Prince Rupert from across the country? Should they go to St. John's, Newfoundland?
Je n'ai rien à ajouter à cela, sauf que j'aimerais aussi connaître le point de vue des autres, mais je voudrais très simplement demander s'il serait bon de généraliser le programme Rencontres du Canada partout dans le pays. Faudrait-il réunir des jeunes de tout le pays à un endroit comme Prince Rupert? Faudrait-il les envoyer à St. John's, à Terre-Neuve?
Collapse
William Thorsell
View William Thorsell Profile
William Thorsell
2011-11-17 9:57
Expand
Yes, absolutely, and what I'm suggesting here is that you don't have to come up with all of these programs. All you have to come up with is the principle for all of the people who want to do programs.
Mr. Levine's proposal, which I heard only this morning, couldn't be a more perfect way of mixing up and moving around people in the area of music. Somebody else is going to mix up and move around in the area of wilderness, like the things that you did. Somebody else is going to do it in the area of sport. Somebody else is going to do it in the area of clowns or something.
As long as it is a credible commitment to mixing up groups as they are created, and going off into some other part of the country to deal with other mixed-up groups or doing something like that, then you can look at any proposal. The idea is that we build this bridge, this literal and metaphorical bridge, focusing on individuals of Canadian history and Canadian society, and tying into the trail. I think it would just be a nice physical memento of the year. But the real legacy is much more profound than that, and much more long-lasting. Not only that, but it wouldn't end, would it? People who went out to Alberta and made friends while travelling there, and discovered that Alberta is much more wonderful than they ever imagined are going to go back there and take their kids, and take some other people with them. So it has a huge leg on it, I think.
If you have a rigorous strategic filter for the year, and give the year a brand, and say whatever we're doing, we're all in the same game of mixing up and moving around, then I think we can get something done.
Oui, absolument. Je voudrais dire cependant que vous n'avez pas besoin de concevoir et de réaliser tous ces programmes. Il suffit d'établir le principe pour tous les gens qui veulent réaliser eux-mêmes des programmes.
La proposition de M. Levine, dont je n'ai entendu parler que ce matin, serait un moyen parfait de faire des échanges et des voyages dans le domaine de la musique. Quelqu'un d'autre pourra réaliser un programme dans le domaine des territoires inexploités, comme vous l'avez fait. Un autre encore le ferait dans le domaine des sports, dans le domaine des clowns ou dans n'importe quel autre domaine.
Tant qu'il y a un engagement crédible envers des échanges et des voyages, tant qu'on a l'intention de réunir des gens différents pour leur faire voir d'autres coins du pays, on peut examiner n'importe quelle proposition. L'idée est de construire ce pont, aussi bien matériel que virtuel, pour insister sur les personnages de l'histoire du Canada et de la société canadienne et pour faire le lien avec le sentier. Je crois que ce serait un bon souvenir concret de l'année. Toutefois, le véritable héritage à léguer à la postérité est beaucoup plus profond et plus durable que cela. C'est en fait un héritage qui n'a pas de fin, n'est-ce pas? Les gens qui seront allés en Alberta et se seront fait des amis, les gens qui auront découvert que les paysages de l'Alberta sont beaucoup plus beaux qu'ils ne l'auraient imaginé vont y revenir et vont y emmener leurs enfants et peut-être d'autres personnes. Je crois que les incidences peuvent être énormes.
Si vous établissez un filtre stratégique rigoureux pour l'année et que vous créez une image de marque, si vous dites que quoi qu'on fasse, tout le monde participera au jeu des échanges et des voyages, je crois que nous pourrons arriver à faire quelque chose.
Collapse
Brian Levine
View Brian Levine Profile
Brian Levine
2011-11-17 9:58
Expand
I'm very, very glad you raised the issue of legacy, because it's something that I think about a great deal. By legacy, I think we all tend to refer to things of great permanence and value. To my way of thinking, there are two forms that it can take. One is the kind of physical monument that we use as landmarks in our cities and public spaces, and the other is what I think of as the monuments of human consciousness, the things that live within us. I think we sometimes tend to undervalue those because we can't see them. We all feel them, and we share them, but to understand how powerful and how long-lasting they can be, perhaps I can share an anecdote.
Something that I remember reading with keen interest about eight or ten years ago was that there were researchers at Laval University who were going to very small rural communities across Quebec and collecting folk songs that the farm people were still singing. They managed to trace the origins of those folk songs back to France in the Middle Ages—in fact, to the 1100s. None of these folk songs were preserved in France because of the sudden break that took place with the French Revolution, so the last repository was, in fact, here in Quebec. Imagine 800 years of a shared conscious legacy. It's something that holds people together and is powerfully felt.
When we create experiences that are jointly shared by people, whether they're positive or they're national traumas and tragedies, they affect us and they last going forward. So this is really an opportunity to create that kind of intense enriching experience, and those of us who were around in the centennial year—perhaps not all of us were—know that it was a transforming movement. We all sang the songs. We all shared the pride. We all felt that rush of confidence, and I think that we all carry around part of that within ourselves today and have passed it along even to young Canadians who weren't there.
We certainly have some absolutely magnificent historical sites and edifices and, of course, they should be added to, and maintained, preserved, loved, and cherished because they symbolize that inner experience. But if we can invest in that legacy of consciousness, I think that's probably the one that's going to pay the lasting dividends for the nation.
Je suis vraiment très, très heureux que vous ayez soulevé la question de l'héritage parce que c'est une chose à laquelle je pense beaucoup. Quand on parle d'héritage, je crois que nous pensons tous à des choses d'une grande permanence et d'une grande valeur. À mon avis, cela peut prendre deux formes. Il y a d'abord les monuments qui servent de point de repère dans nos villes et nos espaces publics. Il y a ensuite ce que j'appellerai les monuments de la conscience humaine, c'est-à-dire les choses qui vivent en nous. Nous avons parfois tendance à sous-évaluer ces choses parce que nous ne pouvons pas les voir. Nous les ressentons, nous les échangeons, mais, pour comprendre à quel point elles peuvent être puissantes et durables, je vais peut-être vous raconter une anecdote.
J'avais lu avec un grand intérêt, il y a huit ou dix ans, que des chercheurs de l'Université Laval faisaient le tour des petites collectivités rurales du Québec pour recueillir les chansons folkloriques que les gens de la campagne chantaient encore. Ils sont arrivés à retrouver en France les origines de ces chansons, qui remontaient au Moyen Âge ou, plus exactement, au XIIe siècle. Aucune de ces chansons folkloriques n'avait été préservée en France à cause de la rupture brutale provoquée par la Révolution française. C'est seulement au Québec qu'elles existaient encore. Imaginez 800 ans d'un héritage conscient partagé. C'est une chose qui cimente les relations entre les gens et qui est très fortement ressentie.
Lorsqu'on crée des expériences qui sont partagées par des gens, qu'elles soient positives, tragiques ou traumatisantes, elles nous affectent et ont des effets très durables. C'est donc vraiment l'occasion de créer ce genre d'expériences aussi intenses qu'enrichissantes. Ceux d'entre nous qui ont vécu l'année du Centenaire — nous n'étions probablement pas tous là — connaissent le pouvoir transformateur de telles initiatives. Nous avons tous chanté les chansons. Nous avons tous partagé la fierté. Nous avons tous ressenti ce grand élan de confiance. Je crois que nous portons tous en nous aujourd'hui une part de cette expérience et que nous l'avons probablement transmise à des jeunes qui n'ont pas vécu ces événements.
Nous avons bien sûr des sites et des édifices historiques vraiment magnifiques. Il est évident qu'il faut en ajouter d'autres et qu'il est nécessaire de les entretenir, de les préserver et de les chérir parce qu'ils sont le symbole de cette expérience intérieure. Toutefois, si nous pouvons investir dans un héritage de conscience, je suis persuadé qu'il paiera des dividendes durables pour l'ensemble du pays.
Collapse
Robynne Rogers Healey
View Robynne Rogers Healey Profile
Robynne Rogers Healey
2011-11-17 10:01
Expand
All right, I'll try to be concise.
I want to say that I can't imagine an historian who doesn't think that the past is there to guide us into the future. I would hate it if anybody assumed that I'm suggesting we gaze only backwards, because historians look back in order to move forward. That is a critical commentary.
I was sitting here thinking about people becoming part of the story, so with mix-up and move around, I think we need to leverage digital resources for this. As somebody who's lived in every region of this great country—and I currently live in the west beyond the west, living on the coast that is so far away that people forget it's part of the west—I would like to see this as inclusive as possible. Being from the west coast, I can attest to how difficult it is for our young people to get out of British Columbia. That's why they all go south. The movement is north and south, not east and west, because it's a huge country. I think we should encourage programs that allow students to mix and to move around. I was a student who participated in many of those kinds of programs.
But imagine what we could do with digital resources that could connect classrooms across the country, with resources that could connect first nations communities to non-first-nations communities, that could connect English Canadians and French Canadians, that could connect people from Richmond to people from St. John's. I think those kinds of opportunities exist today, and that is the kind of legacy that would provide us with something to move forward.
So we can mix up and move around. I'd like to see it happening physically, but I'm also saying that it can happen virtually.
Très bien, j'essaierai d'être concise.
Je dois dire que j'ai du mal à imaginer un historien qui ne pense pas que le passé est là pour nous guider vers l'avenir. Je n'aimerais cependant pas qu'on suppose que je ne fais que me tourner vers le passé. En effet, les historiens se servent du passé pour progresser vers l'avenir. C'est là une observation critique.
J'étais en train de réfléchir aux gens qui participent à l'histoire. Avec les échanges et les voyages, je crois que nous avons besoin de ressources numériques. Ayant vécu un peu partout dans le pays — je vis actuellement à l'ouest de l'Ouest, tellement loin sur la côte que les gens oublient que cet endroit fait partie de l'Ouest —, j'aimerais que cette initiative soit le plus inclusive possible. Venant de la côte Ouest, je peux témoigner du fait qu'il est extrêmement difficile pour nos jeunes de sortir de la Colombie-Britannique. C'est la raison pour laquelle ils prennent tous la direction du Sud. Les déplacements se font entre le Nord et le Sud, au lieu de se faire entre l'Est et l'Ouest, parce que nous avons un immense pays. Je crois que nous devrions favoriser les programmes qui permettent aux étudiants de faire des échanges et des voyages. Étudiante, j'ai participé à beaucoup de ces programmes.
Imaginez cependant ce que nous pourrions faire si nous disposions de ressources numériques reliant les salles de classe du pays, reliant les collectivités des Premières nations aux collectivités non autochtones, reliant anglophones et francophones, reliant les gens de Richmond à ceux de St. John's. Je crois que des possibilités de ce genre existent aujourd'hui. Voilà le genre d'héritage qui favoriserait notre progression à l'avenir.
Nous pouvons donc échanger et voyager. J'aimerais bien que cela se fasse matériellement, mais je crois que nous pouvons également le faire sur le plan virtuel.
Collapse
View Andrew Cash Profile
NDP (ON)
View Andrew Cash Profile
2011-11-17 10:04
Expand
Thank you, Mr. Chair.
Merci, monsieur le président.
Collapse
View Scott Armstrong Profile
CPC (NS)
Thank you, Mr. Chair.
We have great sympathy for you on your first day in the chair. Congratulations.
Merci, monsieur le président.
Nous avons la plus grande sympathie pour vous en ce premier jour où vous assumez la présidence. Félicitations.
Collapse
View Scott Armstrong Profile
CPC (NS)
It's the second day. Oh, sorry.
I'm trying to organize my line of questioning, so I'm going to start in the past, as an historian myself.
Dr. Healey, you talked about a digital narrative. You talked about events in our past that we should celebrate to help inform people, including those who have come here after much of our history has taken place in communities.
When I look at the dates in history that may be pivotal in 2017, there are two that are close to me because I'm from Nova Scotia and my grandfather was a World War I veteran. On April 9, 1917, we had Vimy Ridge, and it will be the 100th anniversary of that in 2017. On December 6, 1917, we had the Halifax explosion, which was another pivotal date in history, particularly on the east coast, when the Mont Blanc and the Imo collided and killed thousands of people in Halifax and flattened a great part of the city. I'm sure there are other events in other regions that took place during that year.
Do you think we could use some of these centennial and other events that took place in Canadian history as centres to bring people together from other parts of the country? I could see our having an event, not just in Canada but at Vimy Ridge in that year—the centennial of Vimy Ridge and our 150th anniversary, our sesquicentennial. I believe a lot of our nationhood really began at Vimy Ridge. That was when Canada was reflected in European papers and American papers as a nation, not just part of the British expeditionary force.
I'm just going to stop here at this point. Can we use some of these pivotal events, particularly the centennials of some these events that took place during the First World War, to try to bring our nation together?
C'est le deuxième jour. Je m'excuse.
J'essaie d'organiser les questions que j'ai à poser. Étant moi-même historien, je vais commencer dans le passé.
Madame Healey, vous avez parlé d'un scénario numérique. Vous avez mentionné des événements de notre passé que nous devrions célébrer pour mieux renseigner les gens, y compris ceux qui sont venus longtemps après les événements historiques qui se sont produits dans nos collectivités.
En pensant aux dates qui revêtent un sens particulier en 2017, je pense à deux événements qui me touchent de près parce que je viens de la Nouvelle-Écosse et que mon grand-père était un ancien combattant de la Première Guerre mondiale. Le 9 avril 1917, nous avons eu la bataille de la crête de Vimy, dont ce sera le centenaire en 2017. Le 6 décembre 1917, nous avons eu l'explosion d'Halifax, événement d'une grande importance dans notre histoire, particulièrement sur la côte Est. En effet, la collision du Mont-Blanc et de l'Imo a tué des milliers de personnes à Halifax et a complètement détruit une grande partie de la ville. Je suis sûr que d'autres événements importants ont eu lieu cette année-là dans d'autres régions.
À votre avis, pouvons-nous utiliser certains de ces événements et autres qui ont marqué l'histoire du Canada comme points de convergence pour rapprocher les gens de différents coins du pays? J'aimerais bien, par exemple, qu'on organise une cérémonie non seulement au Canada, mais aussi à la crête de Vimy, pour célébrer le centenaire de la bataille et le 150e anniversaire du Canada. Je crois que la bataille de la crête de Vimy a marqué le début de notre sens de l'identité nationale. En effet, c'est à ce moment que le Canada a été reconnu dans les documents européens et américains comme nation, et pas seulement comme élément de la force expéditionnaire britannique.
Je vais m'arrêter là. Pouvons-nous utiliser certains de ces événements marquants, et particulièrement le centenaire de certains épisodes de la Première Guerre mondiale pour essayer de rassembler les Canadiens?
Collapse
Robynne Rogers Healey
View Robynne Rogers Healey Profile
Robynne Rogers Healey
2011-11-17 10:06
Expand
I would argue that we certainly can, and I think this reflects on my comments that we need to use local heritage to connect it to the larger national story. So yes, I would argue that the enthusiasm, the opportunities, the local volunteers who exist in those places, who will be able to work on celebrations of those events, can become a part of the larger story.
You talk about the Halifax explosion. This was an event that fundamentally and quite literally changed the face of Halifax. That story can be told to people in other parts of the country, as it's not just a Nova Scotia story. It happened in Nova Scotia, but it is part of the country's heritage.
I could see that happening across the country.
Nous le pouvons certainement. Cela me ramène d'ailleurs à mes observations concernant le besoin d'utiliser le patrimoine local pour le rattacher au grand scénario national. Par conséquent, oui, j'estime que l'enthousiasme, les occasions, les bénévoles qui travaillent à ces endroits et qui pourraient participer aux célébrations, tout cela peut faire partie du scénario national.
Vous avez parlé de l'explosion d'Halifax. C'est un événement qui a littéralement transformé l'aspect de la ville. C'est une histoire qu'il y aurait lieu de raconter ailleurs dans le pays, pas seulement en Nouvelle-Écosse. L'événement s'est produit en Nouvelle-Écosse, mais il fait partie du patrimoine national.
Je verrais bien cela se produire partout dans le pays.
Collapse
View Scott Armstrong Profile
CPC (NS)
Mr. Thorsell, you talk about moving around the country. We look back at the first 150 years of Canada and we see about 80% of our people living within 200 kilometres of the U.S. border. Most of our history has taken place just north of that parallel. I believe that a big part our next 150 years is going take place in the north, where we have our northern sovereignty, particularly with some of the decisions being made at the United Nations level about 2013 and beyond.
Mr. Thorsell, speaking of mixing it up and moving around, do you think we could use the sesquicentennial to actually move a lot of our people into the north and establish greater northern sovereignty and a greater affection in our entire country for the north? That could be a lasting legacy, I believe, of the sesquicentennial. Do you have any comments on that?
Monsieur Thorsell, vous parlez de voyages partout dans le pays. Depuis près de 150 ans, 80 p. 100 de la population du Canada vit dans la bande de 200 kilomètres située au nord de la frontière américaine. La plus grande partie de notre histoire s'est déroulée dans cette bande. Je crois par ailleurs que nous vivrons une bonne partie des 150 prochaines années plus au nord, pour établir notre souveraineté, surtout dans le contexte des décisions que les Nations unies doivent prendre en 2013 et au-delà.
Monsieur Thorsell, en parlant d'échanges et de voyages, croyez-vous qu'il serait possible d'utiliser le 150e anniversaire pour déplacer nos gens vers le nord, établir une plus grande souveraineté dans cette région et inciter la population à s'attacher davantage à nos régions septentrionales? Cela pourrait constituer, je crois, un héritage durable de cet anniversaire. Qu'en pensez-vous?
Collapse
William Thorsell
View William Thorsell Profile
William Thorsell
2011-11-17 10:08
Expand
I think that is a perfect example of what you could do.
To go to your earlier example, this is where I think you need some discipline. For example, why would the 150th birthday focus a lot on things like the Halifax explosion or Vimy Ridge, which happened a hundred years ago or at other times? There's a risk of dissipation. There's a risk of good causes, worthy ideas, coming forward and our saying that it sounds like a good thing. It wasn't 150 years ago, but it was 20 years ago or 50 years ago.
Again, the rigour, the branding, the strategic focus on getting certain things accomplished in 2017 would probably lead me to say that those are great ideas, but they don't fit under this rubric, because we have important work to do and concentrate on. That is unless somebody were able to mix up and move around on the Halifax explosion or something
Clearly, the vast parts of the country that nobody, no significant population, has ever seen or been to are there to colonized in a way in 2017. In a sense, it's a year of self-colonization, isn't it? All those people from Edmonton, where I was raised, who have never even been to Ontario, much less to the Atlantic provinces, are going to colonize their own country. We're going to go out there and find out what it's all about.
Package this and market this well as a challenge to the nation, to know thyself. Open it up to all sorts of ideas. Tell people to come to you with all of their ideas, and no idea is crazy as long as they mix up and move around. Then I think we will find people in unprecedented numbers and with a certain amount of joy, and even a kind of mischievousness, saying, for example, that they have an incredible group and they're all going up to Spence Bay and are actually going to camp there and hike 10 days and will organize a group up there to stay with and so forth.
I think we would be amazed at the creativity and the sense of fun in projects—and even competition among groups, that “I've got a better idea than you for how to make this happen”. It would be a kind of national shared idea. Who has the best ideas to mix people up, not only by ethnicity but by age, by disabilities, via all sorts of different kinds of mix-ups. Say we have a proposal, like Brian's here, that is just going to blow your mind when it comes to how many different people are going to run into each other and move out.
By the way, I thought of something when you were speaking. When I was at the Globe and Mail, we were trying to cover multiculturalism, as a newspaper. It's not a beat. How do you cover multiculturalism? I asked reporters to go to one of the most diverse high schools in Toronto and to spend two weeks there to see how the kids there were getting along. What was happening? Did they have fights in the cafeteria? Did they have gangs and cliques? What was happening? I told them to go and embed themselves in there.
They came back two weeks later to report that the kids were getting along really well. They were dating; they were in games together. There were no police and there was no conflict to any significant degree. And yet there were all these different kids. I said, “Do you mean that there's no story there, except that it's a good story?” They said no, “There's a real problem with their parents.” This was because the parent of a Chinese girl was appalled that she was dating a blonde-haired kid from Rosedale. She was appalled that her daughter wanted to go into dancing instead of physics or something. So there was a lot of intergenerational conflict, and that story turned out to be a story of conflict, not among the kids but between the kids and their parents on the basis of what the kids were doing with each other and what their career ideas were.
At any rate, there is wonderful potential for people to wake up about in Canada and to come back and become ever more mobile as a result, and for our claims on our own territory to be strengthened.
Je crois que c'est un exemple parfait de ce qu'il est possible de faire.
Pour revenir à votre exemple précédent, c'est là que nous aurions besoin d'une certaine discipline. Par exemple, pourquoi faudrait-il axer le 150e anniversaire sur des choses telles que l'explosion de Halifax ou la bataille de la crête de Vimy, qui remontent à une centaine d'années? Il y aurait un risque de dispersion des efforts. On nous proposera beaucoup de bonnes causes et d'idées valables, ce qui nous fera courir le risque de dire que c'est une bonne chose. Il ne s'agira pas d'événements remontant à 150 ans, mais peut-être à 20 ou 50 ans.
Encore une fois, nous avons besoin de rigueur, d'une image de marque, d'une convergence stratégique pour réaliser certaines choses en 2017. Je suis donc tenté de dire que toutes ces choses représentent d'excellentes idées, sauf qu'elles ne s'inscrivent pas dans le cadre établi parce que nous avons des choses importantes à faire et que nous devons concentrer nos efforts. À moins qu'il ne soit possible de trouver un moyen d'utiliser l'explosion de Halifax comme thème pour organiser des échanges et des voyages.
De toute évidence, nous avons de vastes étendues du pays qui ont une population clairsemée, que peu de Canadiens connaissent et qu'il nous serait possible de coloniser en quelque sorte d'ici 2017. En un sens, ce serait une année d'auto-colonisation, n'est-ce pas? Tous ces gens d'Edmonton, où j'ai grandi, qui n'ont jamais vu l'Ontario et encore moins les provinces de l'Atlantique, pourront aller coloniser leur propre pays. Nous allons sortir de chez nous pour aller à la découverte.
Préparez un projet et faites-en la promotion comme défi pour le pays, le défi de se connaître soi-même. Ouvrez le projet à toutes sortes d'idées. Dites aux gens de venir vous parler de leurs idées. Dites-leur qu'aucune idée ne sera jugée folle si elle implique d'échanger et de voyager. Vous constaterez alors qu'un nombre incroyable de personnes viendront vous proposer avec joie et même avec une certaine dose de malice de constituer un groupe pour aller, par exemple, camper à Spence Bay, organiser des randonnées d'une dizaine de jours, et ainsi de suite.
Vous seriez vraiment surpris de voir la créativité, l'enthousiasme et même la concurrence que peuvent susciter ces projets. Les groupes viendront vous dire: « J'ai une meilleure idée pour faire telle ou telle chose. » Ce serait en quelque sorte un projet national partagé. On chercherait qui a la meilleure idée pour échanger et voyager, pour rassembler des gens en fonction non seulement de l'ethnie, mais aussi de l'âge, des handicaps, etc. Nous aurions des propositions, comme celle de Brian, par exemple, qui permettraient à un nombre extraordinaire de personnes différentes d'apprendre à se connaître et à connaître le pays.
J'ai d'ailleurs pensé à quelque chose pendant que vous parliez. Du temps où je travaillais pour le Globe and Mail, nous avions essayé de couvrir le multiculturalisme d'un point de vue médiatique. Ce n'était pas facile. Comment faire? J'ai demandé à des journalistes d'aller dans l'une des écoles secondaires les plus multiculturelles de Toronto et d'y passer deux semaines pour voir comment les étudiants s'entendaient entre eux. Que se passait-il? Y avait-il des batailles rangées à la cafétéria? Y avait-il des bandes et des cliques? J'ai donc demandé à ces journalistes d'aller là et d'essayer de faire partie du paysage.
Ils sont revenus deux semaines plus tard me dire que les jeunes s'entendaient vraiment très bien. Il y en avait qui sortaient ou allaient faire du sport ensemble. Il y avait relativement peu de conflits, et la police n'avait pas à intervenir. Pourtant, tous ces jeunes venaient de milieux très différents. J'ai demandé aux journalistes: « Voulez-vous dire qu'il n'y a aucun reportage à faire à ce sujet, sauf pour dire que tout va bien? » Ils m'ont répondu: « Non. Le vrai problème, ce sont les parents. » C'est parce que les parents d'une jeune Chinoise étaient consternés parce que leur fille sortait avec un jeune blond de Rosedale. La mère était en colère parce que sa fille voulait apprendre la danse plutôt que la physique. Il y avait donc beaucoup de conflits intergénérationnels. L'histoire que nous avions à raconter portait donc non sur les jeunes entre eux, mais plutôt sur les relations tendues qu'ils avaient avec leurs parents à cause de leurs fréquentations ou de leurs projets de carrière.
Quoi qu'il en soit, il y a là d'excellentes possibilités d'intéresser les gens au Canada, de les rendre plus mobiles et de consolider nos revendications sur notre propre territoire.
Collapse
View Scott Armstrong Profile
CPC (NS)
Mr. Levine, I think you have a tremendous project. When I was being educated I went on four youth exchanges—two from B.C. to Nova Scotia, by the way. It's not just the challenge of geography, but there's also a challenge of time. By the time they get out there and get rested and free of jet lag, then they have to come right back. If we're going to go from coast to coast we actually have to plan for extended stays to deal with the time issue as well as the geography.
Mr. Levine, I'm very excited about your program and moving children all around to different areas. One of my concerns is this. We've heard that this can't be top-down, that it has to be a bottom-up experience. It can't be just the federal or the provincial governments being very restrictive and saying this is what you're going to do.
The project you're already planning is a very bottom-up one. We just have to find a model that could support you and other people. Do you have any suggestions for recommendations that we could make in support of support programs like yours that are staring and others that are already at the visionary stage? How can we support that without putting limitations on ideas you've already had?
Monsieur Levine, je crois que vous avez un projet vraiment extraordinaire. Pendant mes études, j'ai participé à quatre échanges de jeunes, dont deux étaient d'ailleurs entre la Colombie-Britannique et la Nouvelle-Écosse. Il n'y a pas seulement le défi de la géographie, il y a aussi celui des fuseaux horaires. Le temps d'arriver, de se reposer et de se remettre du décalage horaire, c'est déjà le moment de rentrer. S'il faut organiser des voyages d'un océan à l'autre, il conviendrait peut-être de prévoir des séjours prolongés pour remédier tant au problème géographique qu'à celui du décalage horaire.
Monsieur Levine, je trouve votre programme particulièrement intéressant, surtout en ce qui concerne l'envoi d'enfants dans différentes régions. Voici ma préoccupation à ce sujet. Nous avons entendu dire que ce projet ne se prête pas à une approche descendante et qu'il est nécessaire de l'aborder en mode ascendant. Le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux ne peuvent donc pas imposer trop de restrictions et vous dire que vous devez faire ceci ou cela.
Le projet que vous préparez déjà se caractérise par une approche très ascendante. Nous devons donc simplement trouver un modèle pouvant vous appuyer et appuyer d'autres personnes. Avez-vous des suggestions à nous présenter au sujet des recommandations à formuler pour soutenir des programmes comme le vôtre, qui se basent sur une vision ou un concept? Comment pouvons-nous vous appuyer sans imposer de restrictions sur les idées que vous avez déjà développées?
Collapse
Brian Levine
View Brian Levine Profile
Brian Levine
2011-11-17 10:14
Expand
To hearken back to what I said previously, we need to understand the basic parameters of what government is hoping to see come out as a result. It should not be government saying it would like x number of young musicians, to use my model, to be performing in x number of cities, but a matter of giving Canadians as a whole the opportunity to share in the exchange of their cultures, whether through literature, interfaith events, music, painting. or whatever else. With these kinds of exchanges, the objective of lasting communications between the participants, and, as a result, their communities, will happen.
This is a very generic way of describing it, but if you understand the end results you'd like to see and if those are made clear as part of the terms of reference for any funding that's granted—and there should be reporting, as there always should be afterwards—there should be a deliverable that is less nitty-gritty or detailed as much as a broader picture of how we see this transformational year affecting our country and our society, going forward.
So if you can take a look at it from, let's say broadly, a broader policy point of view rather than x number of musicians performing in x number of cities point of view, I think you've basically got the starting point. I think if you take that view within the obvious limits.... It goes without saying that if you're working with young people, you have to have certain safeguards to ensure their safety, including background checks on the people who are going to be working with them, and all of those kinds of things. But if you basically are prepared to trust the people, the people who are creative and the public as a whole who are going to be basically providing the participation, this is really just about creating a forum for all of us in this country to come together.
We're pretty smart folks; we'll figure it out. If you basically give us the prod and the nudge, I think the Canadian people will do the rest.
Pour revenir à ce que j'ai dit précédemment, nous avons besoin de comprendre les paramètres de base de ce que le gouvernement attend de nous. Dans le cas de notre modèle, le gouvernement ne devrait pas nous dire qu'il aimerait avoir X musiciens qui devront se produire dans un nombre X de villes. Il faudrait plutôt donner à l'ensemble des Canadiens la possibilité de participer à un échange culturel, qu'il s'agisse de littérature, d'événements interconfessionnels, de musique, de peinture ou de n'importe quoi d'autre. Avec de tels échanges, il sera possible d'atteindre l'objectif d'établir des communications durables entre les participants et, partant, entre leurs collectivités.
C'est une façon très générique de décrire la chose, mais si on comprend les résultats attendus, si ceux-ci sont clairement définis dans le mandat accompagnant tout financement accordé — il y aura bien sûr des rapports par la suite —, il serait possible de remplacer tous les petits détails par un tableau d'ensemble expliquant comment cette année de transformation changera notre pays et notre société.
Par conséquent, si vous pouviez adopter une vision plus globale allant au-delà de tel ou tel nombre de musiciens se produisant dans tel ou tel nombre de villes, je crois que ce serait un excellent point de départ. Si vous pouviez prendre cette optique en tenant compte bien sûr des limites évidentes… Il va sans dire qu'en travaillant avec des jeunes, il faut prendre certaines précautions pour assurer leur sécurité, avec un contrôle des références de ceux qui les encadreront et tout le reste. Bref, si vous êtes prêts à faire confiance aux gens, aussi bien ceux qui doivent créer que le public participant, vous établirez un forum qui permettra à tous les Canadiens de se retrouver ensemble.
Nous ne sommes pas inintelligents. Nous trouverons toujours des moyens d'atteindre les objectifs fixés. Si vous voulez bien nous donner un petit coup de pouce, je crois que les Canadiens sont capables de faire le reste.
Collapse
View Andrew Cash Profile
NDP (ON)
View Andrew Cash Profile
2011-11-17 10:16
Expand
This has been an amazing morning of information for us, and I thank all three of you. We've come to expect this calibre of input from you.
Mr. Thorsell, I'd just like to say to you personally that you did a fantastic job in your leadership position at the ROM and, of course, at the Globe and Mail. It's an honour to have you all here today.
Mr. Levine, I think the idea of creating a Nobel prize of music excellence based here in Canada is a fantastic idea and one for which you'll find many allies in this room.
These ideas are excellent, and because I only have five minutes, let's try to keep these answers succinct.
El Sistema is a fantastically successful program in Venezuela with 250,000 children involved in it.
Nous avons eu une séance extraordinaire ce matin. Je vous en remercie tous les trois. Nous en sommes arrivés à attendre de vous des apports de ce calibre.
Monsieur Thorsell, je voudrais vous dire à titre personnel que vous avez fait, je crois, un travail exceptionnel au Musée royal de l'Ontario et, bien sûr, au Globe and Mail. C'est un honneur de vous accueillir au comité aujourd'hui.
Monsieur Levine, je pense que l'idée de créer, ici au Canada, un prix Nobel d'excellence en musique est absolument fantastique et que vous trouverez dans cette salle de nombreux alliés si vous voulez aller plus loin dans cette voie.
Ces idées sont excellentes. Comme je n'ai que cinq minutes, j'espère que vous pourrez me répondre succinctement.
Au Venezuela, El Sistema est un programme remarquable auquel participent 250 000 jeunes.
Collapse
Brian Levine
View Brian Levine Profile
Brian Levine
2011-11-17 10:18
Expand
Actually, there are half a million now.
Le nombre a en fait déjà atteint un demi-million.
Collapse
View Andrew Cash Profile
NDP (ON)
View Andrew Cash Profile
2011-11-17 10:18
Expand
There are half a million now. Well, there you go.
You know the story, but in 2007 a loan was leveraged for quite a lot of money, and with that money they built several regional centres for El Sistema. Not only is it a physical bricks and mortar legacy, but also, what goes into the bricks and mortar is the really lasting legacy of that program.
We have 10 hours of El Sistema in Toronto, I assume. How many kids does that serve right now?
Vous dites qu'il y en a déjà un demi-million. C'est vraiment remarquable.
Vous connaissez l'histoire. En 2007, un prêt a permis de recueillir beaucoup d'argent qui a servi à construire plusieurs centres régionaux d'El Sistema. Mais les bâtiments qui ont été construits ne forment qu'une partie de l'héritage durable de ce programme, qui comprend aussi tout ce que contiennent ces bâtiments.
Nous avons eu, je crois, une dizaine d'heures d'El Sistema à Toronto. Combien d'enfants le programme dessert-il à l'heure actuelle?
Collapse
Brian Levine
View Brian Levine Profile
Brian Levine
2011-11-17 10:19
Expand
You have to understand that El Sistema Toronto rolled out for the first time about four-and-a-half or five weeks ago. It's brand new. It's a pilot project.
Il faut comprendre qu'El Sistema Toronto n'a commencé ses activités qu'il y a quatre ou cinq semaines. C'est un tout nouveau projet pilote.
Collapse
View Andrew Cash Profile
NDP (ON)
View Andrew Cash Profile
2011-11-17 10:19
Expand
Fair enough. We'll move on then. Understood.
When I listened to Mr. Thorsell's excellent idea, I thought we could all go home. We have the plan right here. We don't have to spend any more time. We don't have to get a defibrillator for the heart palpitations this creates—or maybe we'll have to get more.
When I listen to what you're talking about, one of the groups you haven't mentioned--and maybe you would, if you'd had more time--was the mixing of social classes, which Ms. Healey referred to. That's an essential issue going forward for Canada. We see that in the “occupy” protests sweeping not just Canada but North America.
This is an essential part of the mixing. You referenced it when you talked about the kids from Jane and Finch. We know this is a huge problem in our city and across the country. We have difficulty in cities in getting people to mix, right? El Sistema creates that arena for mixing. Not only does it create an arena for mixing, it also creates a legacy that's not just about arts and culture. It's also about public safety. It's about education. It's about nurturing children. It's about keeping families together. It's about saving the federal government a lot of money when they're thinking about building prisons.
Do you think that this kind of idea could have a place in Canada 150?
D'accord, c'est bien compris. Nous passons à autre chose.
Lorsque j'ai écouté M. Thorsell exposer son excellente idée, j'ai pensé que nous pouvions tous rentrer chez nous. Nous avons là le plan qu'il nous faut. Nous n'avons pas besoin d'en faire davantage. Nous n'avons pas à nous procurer un défibrillateur pour remédier aux palpitations que ce projet suscite… En fait, il faudrait peut-être en obtenir plusieurs.
En vous écoutant, j'ai pensé qu'il y avait un groupe que vous n'avez pas mentionné. Vous l'auriez peut-être fait si vous aviez eu plus de temps: c'est le mélange des classes sociales, dont Mme Healey a parlé. C'est une question qui deviendra de plus en plus importante au Canada. Nous avons pu nous en rendre compte au Canada et en Amérique du Nord en observant le mouvement des indignés.
C'est un aspect essentiel des échanges dont vous parlez. Vous y avez fait allusion en parlant des enfants de Jane-Finch. Nous savons que c'est un énorme problème dans notre ville et partout dans le pays. Nous avons déjà de la difficulté à amener les gens à se rencontrer dans les villes. El Sistema constitue la tribune idéale pour cela, tout en laissant un héritage qui va au-delà des arts et de la culture et s'étend aussi à la sécurité publique, à l'éducation, à l'épanouissement des enfants. C'est un programme qui cimente les familles et qui permettrait au gouvernement fédéral d'épargner beaucoup d'argent sur la construction de prisons.
Croyez-vous qu'une idée de ce genre aurait sa place dans le cadre de la célébration du 150e anniversaire du Canada?
Collapse
William Thorsell
View William Thorsell Profile
William Thorsell
2011-11-17 10:21
Expand
You mean the El Sistema thing?
It's another one of those things that sound like they would qualify really well under this rigorous filter. The growth of these kinds of programs would qualify really well.
There was an earlier question on how this is done. In 1967 we had a centennial commission, so what you probably need is some kind of Canada 150 commission or something like that. If it had a mandate that was rigorous, it would not only receive ideas for mixing up and moving around, but it could provoke ideas, particularly when it comes to social class mixing, which I think is a great opportunity here. Sometimes people maybe haven't quite figured out how to do that, but with that kind of commission, without their programming, they could provoke and inspire things and say, “Hey, here's somebody who has come up with this, and other people might want to do this as well” to get out there and market this idea of mixing up and moving around. It would be a little bit of stimulus—not programming.
Parlez-vous du programme El Sistema?
C'est une autre idée qui semble bien s'inscrire dans les paramètres de ce filtre rigoureux dont je parle. Le développement de tels programmes serait très compatible avec cette idée.
Une question a déjà été posée sur la façon de procéder. En 1967, nous avions une Commission du Centenaire. Par conséquent, nous aurions peut-être besoin d'une Commission du 150e anniversaire d'une forme ou d'une autre. Avec un mandat rigoureux, elle pourrait non seulement recevoir des idées sur le thème des échanges et des voyages, mais aussi en susciter, particulièrement dans le domaine du mélange des classes sociales qui constitueraient, je crois, une excellente idée. Parfois, les gens n'imaginent pas très bien la façon de le faire, mais avec une commission de ce genre, on pourrait, sans avoir à concevoir des programmes, dire aux gens: « Il y a quelqu'un qui a eu cette idée. Peut-être y en a-t-il d'autres qui voudraient faire la même chose. » Il deviendrait possible ainsi de promouvoir l'idée des échanges et des voyages. Il suffirait de donner un petit coup de pouce, sans se lancer dans la conception de programmes.
Collapse
View Andrew Cash Profile
NDP (ON)
View Andrew Cash Profile
2011-11-17 10:22
Expand
You mentioned the need to focus, and I agree. I think we can get sidetracked. We really do need to settle on a legacy, to settle on an idea of what this means and to whom it speaks. Well, it speaks to us. Who are we? Know thyself, right?
Getting back to this wonderful little program that exploded in Venezuela, a country much smaller than our own and with fewer resources, we're looking for a place to hang this, a structure to hang this Canada 150 on. Children, mixing ethnicities, regions, classes, music.... One of the problems with classical music, as we know, is that it's often the place for privileged people. That's just what it is. That's just how things have gone.
I was able to travel the country and mix and mash up because I played music. I was able to go right across this country, say 25 times. It was an amazing opportunity. I think we need to strive for that kind of a mixing. We have the programs. The federal government has programs; provincial governments have those kinds of mixing....
Music is such a fantastic way of bridging these gaps, and I would just encourage this committee, with the input from all of you here, to really drill down on this issue of a model like El Sistema.
Vous avez dit que nous avons besoin de nous concentrer. Je suis bien d'accord, car il est facile de disperser ses efforts. Nous avons besoin de penser à l'héritage que nous voulons léguer et d'arrêter notre choix sur l'idée à retenir et l'auditoire à cibler. Cela revient à demander: Qui sommes-nous? Comme vous l'avez dit, il s'agit de se connaître soi-même, n'est-ce pas?
Pour revenir à ce merveilleux petit programme qui s'est développé à un rythme foudroyant au Venezuela, pays beaucoup plus petit et beaucoup moins riche que le nôtre, nous sommes à la recherche d'un cadre ou d'un thème pour ce 150e anniversaire. Prendre des enfants, mélanger les ethnies, les régions, les classes, la musique… L'un des problèmes de la musique classique, comme nous le savons, c'est que c'est souvent une chasse gardée de la classe privilégiée. C'est un fait. C'est ainsi que les choses ont évolué.
J'ai eu l'occasion de parcourir le pays et de connaître d'autres gens parce que je jouais de la musique. J'ai pu faire le tour du pays, peut-être 25 fois. C'est une expérience extraordinaire. Je crois que nous devrions nous efforcer de réaliser ce genre de mélange. Nous avons des programmes fédéraux et des programmes provinciaux qui visent à permettre aux gens de se rencontrer.
La musique est vraiment un moyen remarquable de jeter des ponts. J'encourage vraiment le comité, avec l'apport de vous tous, à approfondir l'idée d'un modèle semblable à celui d'El Sistema.
Collapse
View Jim Hillyer Profile
CPC (AB)
View Jim Hillyer Profile
2011-11-17 10:24
Expand
Thank you.
Mr. Thorsell, in your paper you talked about Expo 67 being this big deal that everyone got excited about and that we still talk about and carry within our memories. You said it didn't have much of a lasting impact on the country, that it carried forward in our memories rather than in our lives, because shortly after Expo 67 and the centennial celebrations, you listed some pretty non-unifying things in the country, like the FLQ crisis and western alienation.
Could you comment on that a little bit? Is it just a fact of life that we may put too much expectation on this event to create some lasting legacy of unity? Should it just be a celebration? Was that a failure of the celebration for the centennial that we can learn from and make it work this time?
Je vous remercie.
Monsieur Thorsell, vous parlez dans votre mémoire du fait qu'Expo 67 a été un phare qui a soulevé l'enthousiasme de tout le monde, dont nous parlons encore et dont nous gardons le souvenir. Vous avez également dit qu'Expo 67 n'a pas eu d'effets durables sur le pays, qu'elle a influé davantage sur nos souvenirs que sur nos vies car, peu après l'Expo et les célébrations du Centenaire, certains événements ont déchiré le pays, comme la crise du FLQ et l'aliénation de l'Ouest.
Pouvez-vous nous en dire davantage à ce sujet? Est-il simplement naturel de s'attendre à ce que cet anniversaire constitue un événement grandiose qui aura des effets durables sur l'unité du pays? Devrions-nous nous limiter à une simple fête? La célébration du Centenaire comportait-elle des lacunes dont nous pouvons tirer des enseignements pour les 150 ans du Canada?
Collapse
William Thorsell
View William Thorsell Profile
William Thorsell
2011-11-17 10:25
Expand
That's a good question.
I think we can be overly portentous about these things. As I said in that paper, there's nothing wrong with having a great party just to have a party, even if it doesn't have any consequences. Of course, Expo and the centennial did have consequences in terms of a lot of good infrastructure. There are concert halls, libraries, art centres, bridges, and sidewalks all over the country that have Expo or the centennial on them.
I suppose, as I said, things might have been worse without Expo, because things got bad very quickly after Expo. It had nothing to with the centennial. Pierre Berton called 1967 Canada's last good year until about the 1990s, or sometime. We just ran into one problem after another thereafter. Perhaps there were global reasons for that and historical reasons for that. That's why, having been at Expo and having had a great time at the age of 21 in Montreal, when I was thinking about this idea of 2017, I wondered whether there's another way to come at it, where the odds of having a more constructive, lasting consequence would be higher than just having another world's fair, or building another building or having some parties.
If you're thinking about where the country is today and where it is going, there's a saying that if you don't change direction you're likely to end up where you're headed. On multiculturalism, I think we're headed in the right direction, so I don't think we have to change direction. As I put it in the paper, if that's true, gas up, hold onto the wheel and make sure you don't go into the ditch, because the challenges of multiculturalism are thicker now.
There are no guarantees, but I really like Brian's idea of a legacy of consciousness or legacy of relationships and building character. These are incredibly important things to do for a country. I really admire this meeting of the committee because most countries don't even have the capacity to think in these terms about themselves going forward. They're thinking about much more basic things, because they're not as wealthy as we are—or perhaps because they don't have our past. It's a marvel to be able, as a country, to think about a 150th birthday as a year of character building instead of “stuff building”, of relationship building instead of trophy building. It's a marvel to be able to talk about it like this.
C'est une bonne question.
Je crois que nous pouvons être un peu trop présomptueux à cet égard. Comme je l'ai dit dans le mémoire, il n'y a rien de mal à organiser une grande fête pour le simple plaisir de célébrer, sans viser des retombées particulières. Bien sûr, Expo et le Centenaire ont eu des incidences sous forme d'une multitude d'ouvrages d'infrastructure. Il y a, partout dans le pays, des salles de concert, des bibliothèques, des centres d'arts, des ponts, des trottoirs qui ont été construits à l'occasion de l'Expo ou du Centenaire.
Comme je l'ai dit, les choses auraient pu être pires sans l'Expo parce que des événements désagréables se sont produits très peu de temps après. Cela n'avait rien à voir avec le Centenaire. Pour Pierre Berton, 1967 a été la dernière bonne année du Canada jusqu'aux années 1990. En effet, les problèmes se sont succédé sans cesse. La situation avait peut-être des causes mondiales et historiques. C'est la raison pour laquelle, ayant connu l'Expo et m'étant beaucoup amusé à 21 ans à Montréal, lorsque j'ai pensé à 2017, je me suis demandé s'il était possible d'envisager autrement cet anniversaire, de façon à avoir des conséquences plus positives et plus durables que celles d'une simple exposition mondiale, d'un autre bâtiment ou d'une autre grande fête.
Pour ce qui est de la situation actuelle du pays et de son orientation, on dit que si vous gardez le cap, vous avez de bonnes chances d'atteindre votre destination. En matière de multiculturalisme, je crois que nous allons dans la bonne direction. Nous n'avons donc pas besoin de changer de cap. Comme je l'ai dit dans le mémoire, si cela est vrai, accélérons, agrippons-nous bien au volant et assurons-nous de ne pas finir dans le fossé parce que le multiculturalisme doit maintenant affronter des défis plus sérieux.
Il n'y a pas de garanties, mais j'aime bien l'idée de Brian concernant un héritage de conscience, de relations et de formation du caractère. Ce sont là des choses extrêmement importantes pour un pays. J'admire beaucoup cette réunion du comité parce que la plupart des pays n'ont même pas la capacité de réfléchir comme nous le faisons à leur propre existence et à leur avenir. Les pays pensent à des choses beaucoup plus terre-à-terre parce qu'ils ne sont pas aussi riches que nous, ou peut-être encore parce qu'ils n'ont pas le même passé que nous. C'est merveilleux de pouvoir, comme pays, envisager un 150e anniversaire comme une année pour créer des idées plutôt que des « choses », une année pour rechercher des relations plutôt que des trophées. C'est merveilleux de pouvoir en parler comme nous le faisons.
Collapse
View Jim Hillyer Profile
CPC (AB)
View Jim Hillyer Profile
2011-11-17 10:28
Expand
Thank you.
Dr. Healey, I understand and actually share your concern about revisionist history. We say, let's tell our stories but let's not change them.
I don't know enough about the voyageur pageant to know what it really was. You talked about how it was a bunch of white Anglo-Saxon protestants who were doing it, when in fact it was Métis, first nations, and French who did it in the real world. Was that a case of rewriting history or was it just the fact of the matter that it was mostly the white Anglo-Saxon protestants who were participating in it? Then it was a failure of not including people in the party, more than revisionist history.
When we celebrate the Christmas pageant, we know that Joseph and Mary weren't really little kids and we know that the three wise men weren't there at the birth but showed up two years later, but that's not really the point.
We would be upset if some Chinese, some Blackfoot Indians, and some Punjabi participated in the pageant of the War of 1812, even though they weren't really there.
I guess my question is this: how do make sure we're not revising history without being too hung up on stuff like that?
Je vous remercie.
Madame Healey, je comprends et partage votre préoccupation au sujet de la révision de l'histoire. Je suis bien d'accord: nous devons raconter notre histoire sans rien y changer.
Je n'en sais pas suffisamment sur la course en canot des Voyageurs pour pouvoir en parler. Vous avez dit que les participants étaient en majorité des blancs anglo-saxons protestants, alors que les vrais Voyageurs étaient des Métis, des membres de Premières nations et des Français. A-t-on vraiment essayé de réécrire l'histoire ou bien était-ce simplement que ce sont surtout des blancs anglo-saxons protestants qui se sont offerts pour y participer? Dans ce cas, c'était une mauvaise idée de ne pas inclure des gens, mais ce n'était pas vraiment une révision de l'histoire.
Dans le cas de la parade de Noël, nous savons que Joseph et Marie n'étaient pas vraiment de petits enfants et que les trois mages sont venus, non pas la naissance, mais deux ans plus tard. Toutefois, nous ne nous soucions pas beaucoup de ces détails.
Serions-nous choqués si des Chinois, des Pieds-Noirs et des Panjabis participaient à une parade organisée en commémoration de la guerre de 1812, alors que leurs ancêtres n'étaient pas vraiment là?
Ma question revient en fait à ceci: Comment pouvons-nous nous assurer de ne pas réécrire l'histoire sans pour autant s'attacher à des détails de ce genre?
Collapse
Robynne Rogers Healey
View Robynne Rogers Healey Profile
Robynne Rogers Healey
2011-11-17 10:29
Expand
Let me say that the story we choose to tell says a lot about who we are. That particular pageant offered a very specific nationalist narrative of nation building that wasn't reflective of what actually happened. I don't think that there's a problem at all if individuals want to engage in re-enactments for children of all ethnic backgrounds whose ancestors may or may not have been there to be a part of it. That's just participating in the story; that's not my point. My point is that the people whose ancestors were part of the voyager experience do exist in Canada and their participation was not sought. That's my point.
It's not that those who may be newcomers to Canada cannot participate in the story of Canada's past, but the fact that the story of Canada's past was changed in order to offer up a grand narrative. So when you have tourists coming and viewing this and this is the story you choose to tell, it's like getting your history from film and saying, I saw that in the movie theatre, therefore it must be true. We do a lot of analysis of that.
Permettez-moi de dire que l'histoire que nous décidons de raconter en dit beaucoup sur ce que nous sommes. Cette course particulière présentait un scénario nationaliste précis qui ne reflétait pas ce qui s'était réellement passé. Je ne vois aucun inconvénient à ce que des gens veuillent participer à des reconstitutions organisées pour des enfants de toutes les origines ethniques dont les ancêtres n'ont peut-être pas pris part à l'événement commémoré. Il ne s'agirait là que de participer à une histoire, ce qui n'a rien à voir avec mon objection. Je soutiens que les gens dont les ancêtres faisaient partie des Voyageurs vivent au Canada aujourd'hui et qu'on ne leur a pas demandé de participer. Voilà où je veux en venir.
Les nouveaux venus au Canada peuvent bien sûr participer à des histoires concernant le passé du pays, mais je m'oppose à ce que l'histoire du Canada soit modifiée simplement pour rendre les choses plus spectaculaires. Si nous montrons ce genre d'histoire à des touristes, ce serait un peu comme se baser sur un film pour affirmer: Comme j'ai vu cela au cinéma, c'est sans doute vrai. Nous faisons beaucoup d'analyses à ce sujet.
Collapse
View Marjolaine Boutin-Sweet Profile
NDP (QC)
View Marjolaine Boutin-Sweet Profile
2011-11-17 10:31
Expand
Thank you, Mr. Chair.
I am aware that I do not have much time. Anyway, my colleague Mr. Cash has already asked my first question. It was about social achievements which I think are very important. We have an opportunity to advance our Canadian social agenda, and I think we must do it on Canada's 150th anniversary.
I will therefore focus on museums. It is true that both small and large museums need help to survive. You mentioned volunteers. I for one have worked in museums for about 20 years. It is true that volunteers are very important but they do not have the same responsibilities as employees. For example, as a gallery attendant—I have a master degree—I could notice a difference in people's reactions when they tour a museum with a professional guide as opposed to a volunteer. You cannot ask volunteers to do the same things as permanent employees.
How can we help museums, both small and large, in the context of Canada 150?
My question is to Dr. Rogers Healy, and also to Mr. Thorsell who has experience with large institutions like the Royal Ontario Museum. By the way, I just got a message from my husband who asked me to say hello.
Dr. Rogers Healy, what can we do in general to help museums?
Merci, monsieur le président.
Je réalise que je n'ai pas beaucoup de temps. De toute façon, mon collègue M. Cash a déjà posé la première question que je voulais poser. Elle portait sur les réalisations du côté social qui, à mon avis, sont très importantes. On a une occasion de faire avancer le côté social canadien et je pense qu'on a une obligation de le faire lors du 150e anniversaire.
Je me concentrerai donc plutôt sur les musées. C'est vrai que les musées, petits et grands, ont besoin d'aide pour survivre. Vous avez mentionné les bénévoles. Personnellement, j'ai travaillé pendant une vingtaine d'années dans des musées. C'est vrai que les bénévoles sont très importants, mais ils n'ont pas les mêmes obligations que les employés. Par exemple, en tant que guide animatrice — j'ai une maîtrise —, j'ai pu voir une différence dans la réaction des gens qui faisaient la visite avec un guide professionnel plutôt qu'avec un guide bénévole. On ne peut pas demander les mêmes choses aux bénévoles qu'aux employés permanents.
Dans le cadre du 150e anniversaire, entre autres, comment pourrait-on donner un coup de main aux musées, non seulement les petits, mais aussi les grands?
Je pose ma question à Mme Rogers Healey et aussi à M. Thorsell, parce qu'il a l'expérience des grands musées, avec le Royal Ontario Museum. En passant, je viens d'avoir un message de mon mari et il vous fait dire bonjour.
Madame Rogers Healey, comment pourrait-on aider les musées en général?
Collapse
Robynne Rogers Healey
View Robynne Rogers Healey Profile
Robynne Rogers Healey
2011-11-17 10:33
Expand
I do think that funding is an issue. I think though that funding for local museums needs to come from a number of different levels, from the municipal level to provincial levels. As a board members of a very small museum, I agree with you that we can ask and expect far more of staff members than volunteers.
But I think that in terms of funding, we make a priority those things that we to be a priority. If we believe that telling local stories is an important part of the national story, then we will make that a priority.
Je crois vraiment que le financement est un problème. Je pense cependant que le financement des musées locaux devrait provenir d'un certain nombre de niveaux différents, allant du municipal au provincial. À titre de membre du conseil d'administration d'un tout petit musée, je conviens avec vous qu'on peut demander et attendre beaucoup plus des membres du personnel que des bénévoles.
Pour ce qui est du financement, nous déclarons prioritaires les activités que nous estimons prioritaires. Si nous croyons que le fait de raconter l'histoire locale constitue une importante part de l'histoire nationale, nous l'inscrirons parmi nos priorités.
Collapse
View Marjolaine Boutin-Sweet Profile
NDP (QC)
View Marjolaine Boutin-Sweet Profile
2011-11-17 10:33
Expand
This was not exactly my question.
How can we help museums survive in order to tell these stories?
Ce n'était pas tout à fait ma question.
Comment peut-on aider les musées à survivre pour qu'ils puissent raconter ces histoires?
Collapse
Robynne Rogers Healey
View Robynne Rogers Healey Profile
Robynne Rogers Healey
2011-11-17 10:34
Expand
Survival is, for some of them, critical. Some museums operate on such a shoestring budget that there is very little leeway.
I guess I would say that is going to have to come. There is going to have to be some commitment to funding some staff for museums. Other than that, there has to be the will. There must be the political will to do that.
Without that, the history will disappear.
Pour certains de ces musées, la survie est parfois difficile. Quelques-uns d'entre eux ont un budget tellement serré qu'ils n'ont vraiment qu'une très faible marge de manœuvre.
Je crois qu'il faudra trouver quelque chose. Il faudra bien que quelqu'un s'engage à payer quelques employés pour les musées. À part cela, il faut de la volonté. Nous avons besoin d'une volonté politique à cet égard.
Autrement, nous allons perdre notre histoire.
Collapse
View Marjolaine Boutin-Sweet Profile
NDP (QC)
View Marjolaine Boutin-Sweet Profile
2011-11-17 10:34
Expand
Mr. Thorsell, what are your thoughts about this?
Monsieur Thorsell, qu'en pensez-vous?
Collapse
William Thorsell
View William Thorsell Profile
William Thorsell
2011-11-17 10:34
Expand
Thank you.
I'm a great fan of the smaller museums. I am a member of them in my own province. They tell stories that are intimate and personal in a way that the big ROMs don't. They are more artistically oriented, in large part.
I don't think we have what is known as a national museum strategy. There was some talk some years ago about the national museum strategy from the federal point of view. I don't think there is one. We have national museums, but we don't have a national museum strategy looking at the whole sector across all jurisdictions and sizes. So getting a national museum strategy is probably a good piece of homework to work on.
On the issue of how that would that fit into Canada 150, I use the example of a school bus of kids from Jane Finch coming down to the ROM, kids who had never been to the museum and had never been downtown. The only way they got there was through philanthropy, because we have to charge the kids for the school visits. We now have a whole program there where we go out to our philanthropic boards and ask them to fund school buses to bring in kids from the whole GTA, from economically disadvantaged areas, and get them into the museum. We ask them to try to get 50,000 students who don't have to pay to get here. They'll pay for the bus; they'll pay for all of that stuff and get them in and out. So that's mixing up and moving around, isn't it?
They're coming into a world they haven't been before, they're coming downtown maybe for the second time or the first or the third time. Programs like that would fit in with Canada 150. Maybe you're not going to support museums for Canada 150, that they are just one of a number of worthy causes; but if the museums come to you and say they've got the message and that their approach is to get all of these people who have never been to their museums, from the areas where people never visit museums, and they will visit as a result and somehow reciprocate, they might qualify for something like this.
Je vous remercie.
Je suis un grand partisan des petits musées. J'en fais partie dans ma province. Ils racontent des histoires intimes et personnelles d'une façon que les grands musées, tels que le Musée royal de l'Ontario, ne peuvent pas imiter. Pour la plupart, ils ont une orientation artistique plus marquée.
Je ne crois pas que nous ayons ce qu'on appelle une stratégie nationale des musées. Il en a été question, il y a quelques années, au niveau fédéral, mais je ne pense pas que cela s'est concrétisé. Nous avons des musées nationaux, mais pas une stratégie nationale régissant tout le secteur et tous les musées grands et petits, où qu'ils se trouvent. L'élaboration d'une stratégie nationale des musées serait probablement une bonne chose.
Quant à la question de savoir comment cela peut s'inscrire dans la célébration du 150e anniversaire du Canada, je prends l'exemple de l'autobus qui amène des enfants du quartier Jane-Finch au Musée royal de l'Ontario. Ce sont des enfants qui n'ont jamais vu un musée et qui n'ont même pas vu le centre-ville. Sans l'œuvre philanthropique qui a payé leur visite, ils ne seraient jamais venus parce que nous faisons payer un droit d'entrée aux écoliers. Nous avons maintenant tout un programme pour solliciter les oeuvres philanthropiques et leur demander de financer des visites en autobus scolaire pour les enfants des quartiers défavorisés de toute la région métropolitaine de Toronto. Nous leur demandons de financer des visites pour 50 000 écoliers qui n'ont pas les moyens de payer le droit d'entrée. Ces œuvres financent le transport et la visite. C'est encore le principe des échanges et des voyages, n'est-ce pas?
Ces enfants apprennent à connaître un monde qu'ils n'avaient jamais vu auparavant. Ils viennent dans le centre-ville peut-être pour la première, la deuxième ou la troisième fois de leur vie. Des programmes de ce genre s'inscriraient bien dans le cadre du 150e anniversaire. Vous ne voudrez peut-être pas financer les musées à cette occasion parce qu'ils ne représentent que l'une des nombreuses bonnes causes qui existent partout. Toutefois, si les musées viennent vous voir pour vous expliquer qu'ils ont un message à transmettre et qu'ils veulent aller chercher tous ces gens des quartiers dont les résidents ne vont jamais visiter des musées, ils réussiront peut-être à vous convaincre qu'ils sont admissibles.
Collapse
View Marjolaine Boutin-Sweet Profile
NDP (QC)
View Marjolaine Boutin-Sweet Profile
2011-11-17 10:36
Expand
Your national museum strategy is very interesting.
Do you have any special ideas or suggestions?
Votre stratégie nationale pour les musées est très intéressante.
Avez-vous des suggestions particulières, des idées?
Collapse
William Thorsell
View William Thorsell Profile
William Thorsell
2011-11-17 10:37
Expand
First of all, I noted with amazement yesterday that the federal government gave $122 million to help fund the new Royal Alberta Museum. It's astonishing. I heard about it on the plane coming down, because the guy sitting beside me was coming here with the Premier of Alberta, who is meeting with the Prime Minister today, and said they had made an announcement that afternoon of more than $100 million in support of a provincial museum. It's amazing and very good that it happened.
In terms of a national museum strategy, there is a great diversity of institutions. Some are provincial, some are local, some are NGOs, etc., and some have nothing to do with government. I think the emphasis of a national museum strategy should not necessarily be on the biggest ones but those on the next levels down. Places like the ROM received valuable support for our expansion from the Government of Canada. It was a breakthrough again, as the federal government normally doesn't deal with a provincial museum.
Getting over some of those jurisdictional attitudes, as you did yesterday, is a very good thing to do. I think it should be focused somewhat on the smaller museums that have intimacy and that have a relatively greater need. That's probably where you might show some bias.
Tout d'abord, j'ai été très surpris hier d'apprendre que le gouvernement fédéral avait offert 122 millions de dollars comme contribution au financement du Musée royal de l'Alberta. C'est vraiment surprenant. Je l'ai appris dans l'avion, en venant ici, parce que mon voisin accompagnait à Ottawa la première ministre de l'Alberta, qui devait s'entretenir avec le premier ministre du Canada aujourd'hui. J'ai appris qu'ils ont annoncé dans l'après-midi une contribution de plus de 100 millions de dollars à un musée provincial. Je trouve cela extraordinaire.
Pour revenir à la stratégie nationale des musées, nous avons un très grand nombre d'établissements différents. Certains sont provinciaux, d'autres sont locaux, d'autres encore sont dirigés par des ONG. Certains n'ont rien à voir avec le gouvernement. Je crois qu'une stratégie nationale des musées devrait s'intéresser principalement non aux plus grands établissements, mais au niveau suivant. Par exemple, le Musée royal de l'Ontario a reçu du gouvernement du Canada une aide précieuse qui lui a permis de s'agrandir. Encore une fois, c'était quelque chose de surprenant parce que le gouvernement fédéral ne finance pas ordinairement des musées provinciaux.
Surmonter les obstacles créés par la division des pouvoirs, comme vous l'avez fait hier, est une très bonne chose. Je crois que cette aide devrait aller principalement aux petits musées qui ont des histoires plus intimes à raconter et dont les besoins sont relativement plus grands. Voilà un domaine dans lequel vous pouvez faire preuve d'une certaine asymétrie.
Collapse
View Wai Young Profile
CPC (BC)
View Wai Young Profile
2011-11-17 10:38
Expand
Thank you so much, and thank you to the witnesses for being here today.
I've certainly learned a lot. I'm not a member of the standing committee, but am just filling in for somebody. I deeply appreciate the wealth of ideas and information I received today.
Having said that, I am a sociologist and I've lived in Vancouver, Ms. Healey, for over 45 years. I've seen a great change in that city and across Canada, as one of my key things I do in going across Canada and seeing different communities has been visiting all of these little local museums, because it's a passion of my husband's. My children have been everywhere, including all over the world, experiencing UNESCO world sites, etc.
I really get this mix-up and move around thing, but I have some questions and have very limited time. So I'm going to be very specific, if you don't mind.
We have recently come through, I think, one of the most successful Winter Olympics in Vancouver. I think your notion of a strategic heartbeat is a really impressive concept. I wanted to explore that a little bit, because I believe that Vancouver and the Olympics were so successful because we had that. Everybody knows about this own the podium concept. We as a country set a goal. We included all communities in that goal via the torch relay, and then we joined together to achieve the single goal. Across the country we were inspired as Canadians. It wasn't just about winning medals; it was about our pride as a nation.
Having said that, I also believe that we can leverage this 150-year opportunity as an investment in a lasting legacy, whether via the memory of travels across Canada, as we've already discussed, or building a substantive program that our children and grandchildren can benefit from in the years to come.
My specific questions are to Ms. Healey. How can we dramatically correct our history, which I know as a Chinese Canadian is not accurate because the Chinese have been here for over a hundred years? That is not reflected in any of our history books and not taught in any of our schools. Perhaps I can pause on that for a minute before you answer.
Then I'd like to ask this. There seems to be a spectrum here of discussion around how we can correct our past and our history, but also around visioning for the future. How do we go forward, as I think I agree with you, as one of the symbolic nations in the world, as a global, multicultural, successful nation despite some issues in communities? I think that would be a successful statement to the world and a celebration of our global multiculturalism. We're not quite there yet; we need to do some work, absolutely.
Thirdly, how do we do this mix-up and move around thing--I guess that's an operational term at this point, or a concept--and still capture a legacy beyond that? How does one convert that in-the-moment experience? Throwing a great party is a great idea, but do we also want to have lasting icons and lasting legacies from that experience?
I'm going to give you a couple of things.
I don't know if Ms. Healey is aware of this, but in the City of Langley, B.C., community members are actually planning, for the Guinness Book of World Records, to hold the largest community gathering ever to create a Canadian flag of people. They need 22,000 people in a football field in Langley to put up placards--we've all seen this done--to do a Canadian flag. This will happen in the spring of next year. These events are already happening in people's minds and in communities.
I know a lot of Chinese seniors in Vancouver. A couple of years ago, VIA Rail had a discount, charging only $99 per senior to go across Canada. They could stop anywhere, get on anywhere, and experience Canada. I knew of so many Chinese seniors who had never seen Canada, but that's what they did. They went across Canada and were so excited. There were groups of them and tours of them. It was the most amazing thing. Is that the kind of thing you envision?
I know that's a lot to ask, but I only have a few minutes. Please, Ms. Healey, perhaps you can respond to some of the past and the future things and jump in as you want.
Merci beaucoup. Je remercie également les témoins de leur présence au comité aujourd'hui.
J'ai certainement beaucoup appris. Je ne suis pas membre du comité permanent, je ne fais que remplacer quelqu'un. J'apprécie énormément toutes les idées et l'information que vous avez présentées.
Madame Healey, je suis sociologue et je vis à Vancouver depuis plus de 45 ans. J'ai été témoin de grands changements dans cette ville et partout au Canada. Lorsque je parcours le pays et visite les différentes collectivités, j'ai l'habitude d'aller voir tous les petits musées locaux parce que c'est une passion de mon mari. Mes enfants ont été partout, dans le monde entier; ils ont visité les sites de l'UNESCO, etc.
Je comprends vraiment le principe des échanges et des voyages, mais j'ai quelques questions à poser et très peu de temps pour le faire. Je serai donc très précise, si vous n'y voyez pas d'inconvénient.
Nous avons récemment vécu à Vancouver des Jeux olympiques d'hiver qui comptent parmi les plus réussis du monde. Je crois que votre notion de concept stratégique est vraiment impressionnante. J'aimerais en savoir davantage à ce sujet, car je pense que Vancouver et les Olympiques ont eu un énorme succès à cause de cela. Tout le monde connaît le programme À nous le podium. Comme pays, nous nous sommes fixé un objectif. Nous y avons associé toutes les collectivités grâce au parcours de la flamme olympique. Ensuite, nous avons joint nos efforts pour atteindre l'objectif commun. Cela a inspiré tous les Canadiens. Il ne s'agissait pas seulement de gagner des médailles. C'était la fierté nationale qui était en jeu.
Cela étant dit, je crois que nous pouvons aussi profiter de l'occasion que nous offre le 150e anniversaire du Canada pour faire un investissement dans un héritage durable, soit en créant des souvenirs de voyage, comme nous en avons discuté, soit en réalisant un programme concret dont nos enfants et nos petits-enfants pourront profiter dans les années à venir.
Mes questions précises s'adressent à Mme Healey. Comment pouvons-nous corriger substantiellement notre histoire? Comme Canadienne d'origine chinoise, je sais qu'elle est inexacte parce que les Chinois sont ici depuis plus de 100 ans. Pourtant, nous ne voyons rien à ce sujet dans nos livres d'histoire. Cela n'est pas enseigné dans nos écoles. Je vais peut-être vous laisser réfléchir à la question pendant quelques instants avant d'y répondre.
Je voudrais également savoir ceci. Nous avons commencé à discuter de la façon dont nous pouvons corriger notre passé et notre histoire et envisager l'avenir. Comment pouvons-nous progresser — je suis bien d'accord avec vous — comme nation symbolique du monde, comme pays qui a réussi à préserver son multiculturalisme, malgré quelques difficultés dans les communautés? Si nous arrivons à le faire, ce serait une déclaration de succès à faire au monde et une célébration de notre multiculturalisme. Nous n'y sommes pas encore tout à fait. Il n'y a pas de doute qu'il y a encore du travail à faire.
Troisièmement, comment pouvons-nous réaliser ce concept d'échanges et de voyages — je crois que c'est devenu un terme opérationnel à ce stade — tout en laissant quand même quelque chose à la postérité? Comment pouvons-nous convertir cette expérience ponctuelle? Organiser une grande fête est une bonne idée, mais est-ce que nous voulons aussi avoir des symboles et des témoignages durables de cette expérience?
Je vais vous donner quelques exemples.
Je ne sais pas si Mme Healey est au courant de cela, mais, dans la ville de Langley, en Colombie-Britannique, les membres de la collectivité projettent d'organiser, à l'intention du Guinness Book of World Records le plus grand rassemblement communautaire jamais réalisé pour former un drapeau du Canada avec des gens. Ils ont besoin de placer 22 000 personnes dans un terrain de football de Langley — nous avons déjà vu faire cela — afin de former le drapeau canadien. Cela se fera au printemps de l'année prochaine. Ces événements se produisent déjà dans l'esprit des gens et dans les collectivités.
Je connais beaucoup d'aînés chinois à Vancouver. Il y a un ou deux ans, VIA Rail a fait une promotion dans le cadre de laquelle elle offrait aux aînés, pour 99 $ seulement, la possibilité de faire le tour du Canada. Je connais tant de Chinois âgés qui n'avaient jamais visité le Canada, mais ils l'ont fait. Ils ont effectué cette tournée et sont revenus vraiment enthousiastes. Ils étaient partis en groupe. C'était vraiment extraordinaire. Est-ce ce genre de choses que vous envisagez?
Je sais que c'est beaucoup demander, mais je n'ai que quelques minutes. Je vous en prie, madame Healey, vous pourriez peut-être répondre à quelques questions concernant le passé et l'avenir, puis passer aux autres quand vous voudrez.
Collapse
Robynne Rogers Healey
View Robynne Rogers Healey Profile
Robynne Rogers Healey
2011-11-17 10:43
Expand
I'll try to be very brief so that we can move to the other speakers.
As for how we can correct our history, I think the history has been corrected. That's what historians have been doing. The problem isn't that we don't know our history, but that we don't teach our history in our schools in the way we should.
I think that the multiculturalism narrative is an example of this. The multiculturalism narrative in education has been so successful that I've had students come into my classrooms at the university level and say, “I would like to write my paper on Chinatowns as an expression of our wonderful multicultural heritage”. My response to them is, “Are you aware that Chinatowns exist because of the separation of Chinese Canadians from the rest?” So that's what I'm talking about. There's a disconnect, it seems to me, from the history that's taught in the grade schools and the history that students get as they go into post-secondary education.
That would be my comment on that.
J'essaierai d'être très brève pour laisser un peu de temps aux autres.
À la question de savoir comment nous pouvons corriger notre histoire, je répondrai que l'histoire a déjà été corrigée. C'est ce que les historiens ont fait. Le problème n'est pas que nous ne connaissons pas notre histoire, c'est plutôt que nous ne l'enseignons pas comme il le faudrait dans nos écoles.
Je crois qu'on en trouve un exemple dans le multiculturalisme. Le multiculturalisme a été tellement bien intégré dans l'éducation que certains de mes étudiants à l'université sont venus me voir pour me dire: « J'aimerais écrire une thèse sur les quartiers chinois, comme expression de notre merveilleux patrimoine multiculturel. » Je leur réponds: « Savez-vous que les quartiers chinois existent à cause de la séparation des Canadiens d'origine chinoise du reste de la population? » Voilà de quoi je parle. Il y a un hiatus, je crois, une incohérence entre l'histoire enseignée à l'école primaire et celle que les étudiants apprennent au niveau postsecondaire.
C'est ce que j'avais à dire.
Collapse
William Thorsell
View William Thorsell Profile
William Thorsell
2011-11-17 10:44
Expand
I would like to say that your reference to the Vancouver Olympics was excellent, because that was another example of a clear strategic vision with a brand, a personality, and a program that was then developed to make sure that we all shared in a certain circle of understanding and experience.
It's very hard to say no to things, and it's very easy to see things dissipate. Vancouver was an example of a strategic vision closely held by the leadership there and implemented so that everything fed into the same sense of participation. That ran across the country with all of the different groups, symbolizing that very effectively in the way that first nations participated and so forth.
It just reiterates my sense, coming out of my own work experience, that on something like this, you need to decide what you want to do and what effect you want to have and to focus on that. Once you do that, it makes it really easy for a lot of other people to say, “I get it”. Then it liberates all sorts of participation and creativity. If you don't do that, you will just have a wish-wash and it will go away, and you won't get anything for your buck, if you will.
Je trouve que votre mention des Olympiques de Vancouver était excellente parce que c'est un autre exemple d'une vision stratégique claire, avec une image de marque, une personnalité et un programme conçu pour nous faire partager un certain cercle de compréhension et d'expérience.
Il est très difficile de dire non à certaines choses, ce qui fait qu'il est très facile de se disperser. Vancouver est un exemple de vision stratégique que les responsables ont maintenue dans des limites étroites et qu'ils ont mise en œuvre de façon à ce que tout contribue au même sens de participation. Cela s'est fait dans tout le pays et avec tous les groupes, comme en témoignent la participation des Premières nations et tout le reste.
Cela me ramène une fois de plus à la notion, fondée sur ma propre expérience professionnelle, que pour une chose de ce genre, nous devons décider de ce que nous voulons, définir les effets que nous souhaitons et concentrer tous nos efforts là-dessus. Une fois cela fait, il est vraiment très facile pour tous les autres de dire: « Je comprends. » Cela suscite ensuite toutes sortes d'idées, de créativité et de formes de participation. Si vous n'agissez pas ainsi, vous n'aurez qu'un mélange fadasse qui ne laissera aucune trace et qui ne vous donnera pas l'impression d'en avoir eu pour votre argent.
Collapse
View Pierre Nantel Profile
NDP (QC)
I wish to thank all those present this morning, and particularly Ms. Farrugia and Mr. Levine from the Glen Gould Foundation, as well as Dr. Rogers Healy and Mr. Thorsell. With your presentation entitled "Mix-up and Move Around: Canada's social network in person", you gave us a very good example of the unifying theme of the Canada 150 celebrations.
Thank you very much. We hope to see you soon.
J'aimerais remercier tout le monde présent ce matin, et tout particulièrement Mme Farrugia et M. Levine, de la Fondation Glenn-Gould, ainsi que Mme Rogers Healey et M. Thorsell. Vous avez fourni, dans le cadre de votre présentation intitulée « Échanges et voyages: faire l'expérience du réseau social du Canada », un très bon exemple de thème rassembleur pour les célébrations du 150e anniversaire.
Merci beaucoup et à bientôt.
Collapse
View Rob Moore Profile
CPC (NB)
View Rob Moore Profile
2011-11-15 8:49
Expand
Good morning, everybody. We'll get our meeting started.
I should mention that the last 15 minutes of this meeting, from 10:30 to 10:45, will be set aside for committee business. We will be hearing from witnesses until 10:30.
I am very pleased to welcome our witnesses today.
We have Anita Gaffney from the Stratford Shakespeare Festival, and Janice Price from Luminato, Toronto Festival of Arts and Creativity. Welcome.
Now, by way of video conference--and we have to remember, it's 8:45 here but it's pretty early over on our west coast--we have Sarah Iley, vice-president of programming at the Banff Centre in Banff, Alberta; and Fatima Amarshi of the Coastal Jazz and Blues Society in Vancouver, British Columbia.
Welcome to all of you. The way the committee works is that each of our witnesses will have ten minutes for opening remarks. Then we will go into rounds of questioning.
I think we'll start with you, Anita, if you don't mind. Someone has to be first, so we'll let that be you.
We're here to listen to your opening remarks. You have the floor.
Bonjour à tous. Nous allons commencer.
Je dois mentionner que nous réserverons les 15 dernières minutes de la séance, soit de 10 h 30 à 10 h 45, aux travaux du comité. Nous allons entendre les témoins jusqu'à 10 h 30.
C'est un grand plaisir d'accueillir nos témoins aujourd'hui.
Nous avons avec nous Anita Gaffney, du Stratford Shakespeare Festival, et Janice Price, de Luminato, Festival des arts et de la créativité de Toronto. Je vous souhaite la bienvenue.
Maintenant, par vidéoconférence — et je vous rappelle qu'il est 8 h 45 ici, mais qu'il est très tôt sur la côte Ouest —, nous avons Sarah Iley, vice-présidente, Programmation, Banff Centre, de Banff, en Alberta; et Fatima Amarshi, Coastal Jazz and Blues Society, de Vancouver, en Colombie-Britannique.
Soyez toutes les bienvenues. Voici la façon dont nous procédons habituellement: chaque témoin dispose de 10 minutes pour faire une déclaration préliminaire, après quoi nous passons aux séries de questions.
Puisque quelqu'un doit commencer, je pense que ce sera vous, Anita, si vous le voulez bien.
Nous sommes ici pour entendre votre déclaration préliminaire. La parole est à vous.
Collapse
Anita Gaffney
View Anita Gaffney Profile
Anita Gaffney
2011-11-15 8:51
Expand
Great. I'm happy to do so.
Thank you very much for inviting me here today.
Thank you, Minister Moore, and thank you to Paul Calandra, who I met with a couple of weeks ago. It was as a result of that meeting that the invitation was extended to me today to come before you. So thank you very much.
I'm going to talk a little bit about the Stratford Shakespeare Festival, just share with you a little bit of what we're about, and then talk about how major cultural organizations can be showcased in Canada at 150 in 2017, and then wrap up with some discussion about how we might partner as arts organizations in the celebrations.
For the Stratford Shakespeare Festival, it's a very exciting time right now. We're going into our 2012 season, which is our 60th season, so we've had a bit of experience with anniversary celebrations--back in 2002 with our 50th and this coming year with our 60th. We mount 14 productions each year, and we run from April to November.
We have quite a wide range of productions. We're well-known for our Shakespeares, things like Henry V and Cymbeline, which we're producing this year. We're also well-known for our contemporary classics, things like The Importance of Being Earnest. We had a production of Earnest that went to Broadway earlier this year and its star won a Tony.
We're also well-known for doing blockbuster musicals, things like Jesus Christ Superstar, which at this very moment is being driven to San Diego. It's going to open at La Jolla Playhouse very shortly and then go to Broadway in the spring of 2012.
We also commission and produce new plays. A notable example is one we did by Timothy Findley in 2000 called Elizabeth Rex. That same play is actually being produced by the Chicago Shakespeare Theater right now, with the same actor who starred in it at Stratford in 2000, Diane D'Aquila. She's doing it in Chicago.
The festival brings in about 500,000 people to Stratford and region each year. We employ about 1,000 people. This includes everyone from actors and directors and designers, to people who make props and wigs, to people who are administrators, educators, and marketers. It's a full range; it's almost like a little village at the Stratford Shakespeare Festival. We generate about $140 million in economic activity and about $76 million in taxes for all three levels of government.
In addition to the plays, we also train our actors. We run a conservatory for classical theatre training, which is very generously funded by the Department of Heritage. We also have 60 years of archival material and artifacts from the festival housed at Stratford. It's the biggest archives dedicated to a single institution in the country.
We're members of FAME, Festivals and Major Events Canada. It's a relatively new organization of major events across the country. I'd like to just spend a little bit of time reflecting on how we can really stand on the shoulders of these great organizations, which are national in scope but also bring international attention.
These are some thoughts that I think are based on reflections from some of the anniversary celebrations that have gone by, things like the Olympics, Expo 67 and Expo 86, and even some of the things that have happened at Stratford. They are some thoughts I have around what sort of focal points we should think about.
The first one is on technology. There's a conference in Stratford each year called Canada 3.0. They declared a moon shot, and that was to see that Canada be a digital nation by 2017. I think there's a real opportunity to grasp that moon shot and to look to cultural institutions to become engaged in technology and digital media. I think there would be opportunities to film our productions in 3D technology in order to be able to broadcast those, not just here in Canada but around the world, and to share them on line as well. So there are lots of opportunities around technology.
I think this is an opportunity to digitize and catalogue our archival collections. Stratford alone has 60 years of costumes, props, and artifacts that we would love to share with the rest of the country and with the rest of the world, and technology facilitates that.
Finally, I think there would be opportunities for engaging the public using technology through contests. I have some ideas about this that we can talk about during the question period, because I want to get on to some of these other great thoughts.
I'd also like to think about a four-season.... I think one of the things that defines Canada is that we have four distinct seasons. You could think about having a celebration in the west coast in the winter, in the midwest in the spring, autumn in central Canada, and summer on the east coast, and really keep the celebrations going four seasons of the year and across the country, so that we're not just looking at one geographic region and one time of the year.
Just on that point about getting across the country, I think the notion of passports has been talked about before. We reminisce about 1967 and the passports that had been used around the site at Expo 67, but there may be an opportunity to issue passports to Canadians to encourage them and give them some incentive to travel to these various events that are happening across the country in 2017.
There's an opportunity to showcase the great work of these major arts festivals. I know because I work at the Stratford Festival; I've worked here for 20 years. I love it because I love the transformative experience of going to the theatre. When I go to the theatre it challenges my attitude about things. It entertains me, which is very nice, but it has a deeper experience for me, and I find it a very transformational, refreshing, inspiring experience. I think it's great that 500,000 people experience that at Stratford each year, but I'd love to see more people have the opportunity to experience this fine art and this transformational experience at Stratford and other organizations.
Our thought here is to put together a festival of events that might have a theatre, a dance, a music, and a comedy component that would be packaged and toured from coast to coast within Canada. Another thought is to take that same festival of events under the banner of Canada 2017 on an international tour and go to some of the international festivals, like Edinburgh, Hong Kong, and Australia in 2016, and really say we're coming, and come and visit us in 2017.
There are a lot of opportunities to partner with cultural organizations. Stratford is thinking about doing some special programming in 2017, commissioning some plays that would touch on some of the major events that have happened in Canada over the last 150 years, and taking that to many platforms. We're talking to a major national broadcaster about commissioning scripts that would be available for television, for web, and for stage production.
The festival and places like the festival have amazing marketing reach. We could certainly be branding Canada 2017, Canada 150, in all of our marketing materials. Stratford alone spends $3 million to $4 million a year, and we reach across Canada and into the United States.
Another important thing is that we have an educational network. As many arts organizations do, we reach 70,000 kids each year. We work with teachers and students, and there's a real opportunity to take our outreach activities into schools. We do it electronically and digitally. We bring students to us. There's an opportunity to use that network to help educate the country about the culture of Canada over the last 150 years.
There's an opportunity for exploiting the talent of the cultural organizations and getting them involved in the planning of Canada 150. I'm so pleased to be here today to have the opportunity to share some ideas, but I'd like to think about having leaders from our major arts organizations involved in the planning and operational activities as well.
Finally, I'd like to say that in looking at what Governor General David Johnston said about his vision for Canada 2017—he talked about a nation that is smarter and more caring, with a focus on families and children, on learning and innovation, and philanthropy and volunteerism—I think the arts is a real lightning rod for that ambition and that vision.
I look to the example of the Olympics in London in 2012. The Olympics are happening, but they've also come up with a really innovative focus on Shakespeare for the year. I visited a number of the cultural organizations and they're all doing something to celebrate Shakespeare in 2012, from art galleries to public installations to theatres. They're inviting other countries to come and showcase how they produce Shakespeare. It's a really big idea that has fused the nation and really given a celebration of culture alongside the sports. I think there might be something to learn there as we look at Canada 150.
Thank you very much.
Excellent. Cela me fait plaisir.
Je vous remercie beaucoup de m'avoir invitée aujourd'hui.
Je remercie le ministre Moore, ainsi que Paul Calandra, que j'ai rencontré il y a environ deux semaines. C'est à la suite de cette rencontre qu'on m'a invitée à comparaître devant vous aujourd'hui. Je vous en remercie.
Je vais vous parler un peu du Stratford Shakespeare Festival, de ce que nous sommes. Ensuite, j'aborderai la façon dont les principaux organismes culturels peuvent être mis en valeur au Canada lors du 150e anniversaire en 2017, puis je conclurai en parlant des façons dont les organisations artistiques pourraient former un partenariat dans le cadre des célébrations.
C'est une période très emballante pour le Stratford Shakespeare Festival actuellement. En 2012, nous entamerons notre 60e saison; nous avons donc une certaine expérience en matière de célébrations, puisqu'en 2002, c'était notre 50e anniversaire et que l'année prochaine, ce sera notre 60e. Nous montons 14 pièces de théâtre par année, et notre saison s'étend d'avril à novembre.
Nous avons une grande variété de productions. Nous sommes bien connus pour nos pièces de Shakespeare, comme Henry V et Cymbeline, que nous produisons cette année, ainsi que pour nos pièces classiques contemporaines, comme The Importance of Being Earnest, qui a été présentée à Broadway plus tôt cette année et dont la vedette principale a remporté un prix Tony.
Nous sommes également reconnus pour nos comédies musicales à succès, comme Jesus Christ Superstar, qui se dirige, en ce moment même, vers San Diego. Elle sera présentée à La Jolla Playhouse sous peu, puis à Broadway au printemps 2012.
De plus, nous commandons et produisons de nouvelles pièces. En 2000, nous avons notamment produit une pièce de Timothy Findley intitulée Elizabeth Rex. Elle est d'ailleurs présentée actuellement par le Chicago Shakespeare Theater avec la même actrice qui a joué le rôle principal à Stratford en 2000, Diane D'Aquila. Elle joue à Chicago.
Chaque année, le festival attire quelque 500 000 visiteurs à Stratford et dans la région. Nous employons environ un millier de personnes, parmi lesquelles on trouve des acteurs, directeurs et décorateurs, ainsi que des créateurs d'accessoires et de perruques, des administrateurs, des éducateurs et des spécialistes du marketing. Nous avons tout un éventail d'employés; le Stratford Shakespeare Festival est presque comme un petit village. Nous générons environ 140 millions de dollars en retombées économiques et nous rapportons quelque 76 millions de dollars en impôts aux gouvernements fédéral et provincial, ainsi qu'à l'administration municipale.
Nous formons aussi nos acteurs. Nous dirigeons un conservatoire de formation en théâtre classique très généreusement financé par le ministère du Patrimoine. Nous conservons également depuis 60 ans des documents d'archives du festival à Stratford. Il s'agit de la collection d'archives la plus importante au pays pour une même institution.
Nous sommes membres de FAME, Festivals and Major Events Canada, un organisme relativement nouveau de défense des grands événements au pays. J'aimerais prendre quelques instants pour parler de la manière dont nous pouvons appuyer ces excellents organismes, qui sont de portée nationale, mais qui attirent aussi l'attention sur le plan international.
Voici quelques idées qui sont fondées sur d'autres célébrations d'anniversaire, comme les Olympiques, l'Expo 67 et l'Expo 86, et même certains événements qui ont eu lieu à Stratford. Elles concernent les enjeux sur lesquels nous devrions nous pencher.
D'abord, il y a la technologie. Chaque année, un forum appelé Canada 3.0 a lieu à Stratford. On y a fixé un « objectif lune », celui de faire en sorte que le Canada devienne une nation numérique d'ici à 2017. Je crois que c'est une réelle occasion de voir plus loin et de permettre aux institutions culturelles de s'engager dans la technologie et les médias numériques. Je pense qu'il serait possible de filmer nos productions en utilisant la technologie 3D afin de pouvoir les diffuser, non seulement au Canada, mais dans le monde entier, et de les publier en ligne également. Il y a donc de nombreuses possibilités sur le plan de la technologie.
Je crois que c'est une occasion de numériser et de cataloguer nos collections d'archives. Stratford a accumulé depuis 60 ans des costumes, accessoires et autres objets que nous aimerions montrer au reste du pays et au reste du monde, ce que permet la technologie.
Enfin, je pense qu'il serait possible d'encourager le public à utiliser la technologie grâce à des concours. J'ai quelques idées à ce sujet, dont nous pourrions parler pendant la période de questions, car je veux aborder d'autres excellentes idées.
J'aimerais également parler des quatre saisons... Je pense que l'une des choses qui définit le Canada, c'est que nous avons quatre saisons distinctes. Il pourrait y avoir des célébrations sur la côte Ouest en hiver, au Centre-Ouest au printemps, dans le centre du Canada à l'automne, et sur la côte Est à l'été. On célébrerait toute l'année et partout au pays, et non pas dans une seule région et à une période de l'année.
À ce propos, je pense que l'idée des passeports a déjà été envisagée. Nous nous rappelons de l'Expo 67 et de l'utilisation des passeports sur place; il serait peut-être possible de remettre des passeports aux Canadiens pour les inciter à se rendre aux divers événements qui auront lieu partout au pays en 2017.
Nous avons la possibilité de mettre en valeur le travail fantastique de ces grands festivals artistiques. Je le sais, car je travaille au Stratford Festival depuis 20 ans. J'aime beaucoup cela, car le fait d'aller au théâtre se veut une expérience de transformation. Lorsque je vais au théâtre, cela remet en cause ma conception des choses. Cela me divertit, et c'est très bien, mais c'est aussi une expérience plus profonde pour moi, une expérience qui me transforme, me stimule et m'inspire. C'est formidable que 500 000 personnes le vivent chaque année à Stratford, mais j'aimerais bien qu'il y en ait davantage qui puissent profiter de cette expérience artistique de transformation à Stratford et ailleurs.
Nous aimerions créer un festival d'événements qui pourrait offrir des volets de théâtre, de danse, de musique et de comédie et qui serait présenté partout au Canada. Nous aimerions également présenter ce même festival d'événements sous la bannière de Canada 2017 à l'échelle internationale et dans certains festivals internationaux, comme ceux d'Édimbourg, de Hong Kong et d'Australie en 2016, nous faire connaître et inviter les gens à venir nous visiter en 2017.
Il y a toutes sortes de possibilités de partenariat avec les organismes culturels. Stratford envisage d'élaborer une programmation spéciale en 2017, de commander des pièces de théâtre qui porteraient sur quelques-uns des principaux événements qui sont survenus au Canada au cours des 150 dernières années, et de les présenter sur de nombreuses plateformes. Nous sommes en discussion avec un important télédiffuseur national en ce qui concerne la préparation de scénarios pour la télévision, le Web et la scène.
Le festival et les organisations semblables ont un formidable rayonnement sur le plan du marketing. Nous pourrions certainement faire la promotion du 150e anniversaire du Canada dans tous nos documents promotionnels. À lui seul, Stratford dépense de 3 à 4 millions de dollars par année, et nous couvrons le Canada et les États-Unis.
Il est important de souligner que nous avons un réseau éducatif grâce auquel nous pouvons joindre 70 000 enfants, comme bien d'autres organismes artistiques. Nous collaborons avec les enseignants et les élèves, et nous avons là une occasion réelle de présenter nos activités de rayonnement dans les écoles. Nous le faisons par voie électronique et numérique. Nous amenons les élèves à nous. Nous pourrions utiliser ce réseau pour faire connaître aux Canadiens les événements culturels qui se sont déroulés au pays au cours des 150 dernières années.
Nous pourrions tirer parti des talents des organismes culturels et les faire participer à la planification des célébrations du 150e anniversaire du Canada. Je suis ravie d'être ici aujourd'hui pour échanger des idées, mais j'aimerais que les dirigeants de nos principaux organismes artistiques participent à la planification et aux activités opérationnelles également.
Enfin, compte tenu de ce qu'a dit le gouverneur général David Johnston au sujet de sa vision du Canada en 2017 — il a parlé d'une nation plus avertie et bienveillante, qui appuie les familles et les enfants, renforce l'apprentissage et l'innovation, et encourage la philanthropie et le bénévolat —, je pense que les arts permettent véritablement de concrétiser cette ambition et cette vision.
Pensons par exemple aux Jeux olympiques de Londres, en 2012. Il y aura les Olympiques, mais on mettra également l'accent de façon très novatrice sur Shakespeare durant l'année. J'ai visité quelques organismes culturels, et ils organisent tous quelque chose pour célébrer Shakespeare en 2012, qu'il s'agisse de galeries d'art, d'installations publiques ou de théâtres. Ils invitent d'autres pays à venir montrer comment ils présentent Shakespeare. C'est un très grand projet qui unit la nation et permet de célébrer la culture en même temps que les sports. Je pense que nous pourrions nous inspirer de cela pour les célébrations entourant le 150e anniversaire du Canada.
Merci beaucoup.
Collapse
Janice Price
View Janice Price Profile
Janice Price
2011-11-15 9:00
Expand
Thank you.
Thank you for the invitation to appear. I am the CEO of the Luminato Festival, which is Toronto's festival of arts, culture, and creativity. I'd also like to thank you right off the top because for the past four years Luminato has been supported by the Canadian arts presentation fund, through the Department of Canadian Heritage, for which we are very grateful. This has been vital support, allowing us to present hundreds of Canadian artists from across the country and then in turn share them with the world.
Luminato is an annual festival in Toronto that celebrates the creative spirit by presenting hundreds of events in theatre, dance, music, visual arts, food, film, magic, and literature. I know that's a mouthful, but art does not evolve in isolation, so our festival promotes the exciting products that come from this kind of creative collaboration.
We operate for 10 days each June and we transform parks, theatres, squares, and public spaces of Toronto. Landmark productions come to town, marquee events give public concerts, and festival-goers are invited to explore the city and experience what we have dubbed accidental encounters with art. That's largely because a majority of our events are free to the public, and making art accessible and participatory has been a key part of our mandate.
We also aim to reflect Toronto and the region's diverse community in our programming, which is from around the globe, in the volunteers who give of their time, in the audiences who come to our events, and in giving back to some of Canada's most highest needs neighbourhoods through education outreach initiatives.
Our festival programming is curated to present high-calibre art that wouldn't otherwise have a chance to be seen in Ontario or Canada. In 2011 we presented 800 artists from 7 provinces and 28 different countries, all brought together in the spirit of celebrating creative diverse spirit.
One of the most important roles we play in the cultural landscape, similar to what Anita alluded to, is as a commissioner and a partner in developing new Canadian and international work from both established and emerging artists. Luminato has become one of the most active commissioning bodies in Canada, presenting works in their North American or world premiers. Often these works then go on to tour abroad, taking the stamp “Made in Canada” with them when they go and promoting our country and our region as a vibrant cultural centre in which to live, work, and play.
We've come therefore to play a significant role within the region's tourism and cultural sectors, annually reaching around one million festival-goers. And we have become in only five short years a highly anticipated part of the spring festival season for both residents and visitors.
This past June we celebrated our fifth anniversary, and thanks to strong partnerships from our corporate, private and individual, and government stakeholders we're already one of the largest multi-arts festivals in North America.
I'm here today representing Luminato and to discuss the sesquicentennial, but also in my position as a member of the executive for our new national association of Festivals and Major Events, or FAME. I know that last week you heard from our colleague, André Picard, from Just for Laughs, so I won't provide too much further background on FAME, other than to say we are a member-driven and member-funded organization and we do represent the largest events and festivals in the country.
Festivals have the capability to transform their communities and bring people together in a spirit of social unity, and we're an industry that drives tourism and social engagement and is already active in over 308 ridings across this country. On behalf of myself and I'm sure of my colleagues, really our message here today is that we are willing and able to come to the table to help ensure the success of this important 150th celebration undertaking.
I agree with Anita that we already have the networks, the partnerships, many of the community connections, and obviously the activities that could be leveraged to expand this message's reach into many markets. Many of us already have close working relationships with the Department of Canadian Heritage in our regions. And I would echo as well Anita's comment about our marketing, our program, and our educational abilities.
Festivals like Luminato already play a key role in supporting national and regional celebrations. Our involvement directly helped Toronto win the bid to host the 2011 Indian international film awards, and we were joined in that effort by another FAME member, the Toronto International Film Festival. We in turn together created a regional focus on South Asian culture.
We're also intimately involved with the region's 1812 bicentennial commemoration activities, as well as the 2015 Pan American and Parapan Games when they come to Ontario.
We know how important cultural activities are. As we saw at the 2010 Vancouver Olympics, more people took part in the peripheral cultural happenings than in sporting events.
In our view, there were several key elements that helped contribute to the success of the 2010 Vancouver Olympic Games as a cultural catalyst.
One is a central organizing body. Designating one body that has the respect and the legitimacy within the sectors to coordinate activities was, we believe, very important. It had a national scope, which obviously this new celebration has to have. While Vancouver was the focus, the torch relay and the subsequent community events ensured that it was a truly national celebration. How can we promote similar regional celebrations and also regional exchange?
Also, there is the buildup of excitement. It takes years to develop and prepare cultural product to be of the highest international calibre. Just as it took years for VANOC to put together the program, we think it's going to take years to build the relationships and the awareness of a sesquicentennial celebration.
Another very important learning from the Vancouver games would be to seize opportunities to promote Canadian culture abroad. As our friends at the Tourism Industry Association of Canada have shared with you, there's an incredible interest in Canada right now, and our national brand has never been stronger. We can sustain that brand by highlighting the rich, diverse cultural offerings and exporting our cultural product to new markets.
We know that the reach and the impact of Canada's centennial in 1967 was monumental. It was a fantastic impetus for investing in what are now landmark cultural buildings across the country—bricks and mortar. That was much-needed hardware. Perhaps a far-reaching legacy for Canada 150 is an equally ambitious program to invest in what I call the “software”, the landmark cultural content that will now fill these buildings and share our stories with one another and create a different kind of legacy.
Just as the centennial marked a new stage of national confidence and pride in a Canadian cultural identity from coast to coast to coast, perhaps the legacy of 2017 should take the next step and promote a new level of Canadian cultural identity and confidence across the globe. I would encourage the committee to think boldly about what legacy will be felt in content and in Canadian programming for years afterwards.
What programs could be put in place to encourage a national exchange of art, culture, and ideas? What incentives might help drive Canadians to explore new regions of their own country? Festivals and events can be the catalysts that provide exciting things for people to see and do once they arrive. How can we engage our international partners, embassies, and consulates and invite them to help us celebrate here at home and around the world?
I'd like to close by highlighting that what we're talking about is creating those iconic Canadian moments that festivals such as ours are already in the business of making a reality. We're very excited and engaged to come to the table. We plan on working towards having arts and culture from every province represented in our 2017 festival. We look forward to working with you to make the 150th celebration an incredible success.
Thank you.
Merci.
Je vous remercie de m'avoir invitée à venir témoigner. Je suis la présidente du Festival Luminato, le festival des arts, de la culture et de la créativité de Toronto. Je tiens d'abord à vous remercier, car au cours des quatre dernières années, Luminato a obtenu le soutien du Fonds du Canada pour la présentation des arts, par l'entremise du ministère du Patrimoine canadien, et nous lui en sommes très reconnaissants. C'est un soutien indispensable, qui nous permet de présenter des centaines d'artistes canadiens de partout au pays et de les faire découvrir au reste du monde.
Luminato est un festival tenu à Toronto qui célèbre l'esprit créatif en présentant des centaines d'événements dans des disciplines comme le théâtre, la danse, les arts visuels, la gastronomie, le cinéma, la magie et la littérature. Je sais que c'est très varié, mais l'art n'évolue pas en vase clos; notre festival met en valeur les produits attrayants qui émanent de ce genre de collaboration créative.
Nos activités durent 10 jours et se tiennent en juin de chaque année; nous transformons les parcs, les théâtres et les places publiques de Toronto. On y présente des productions connues, des concerts publics de renom, et les festivaliers sont invités à explorer la ville et à connaître ce que nous appelons des rencontres accidentelles avec l'art, principalement grâce au fait que la plupart de nos événements sont gratuits. C'est un élément clé de notre mandat que de rendre l'art accessible et participatif.
Nous voulons également que la diversité de la collectivité de Toronto et de la région se reflète dans notre programmation, qui provient de partout dans le monde, dans les bénévoles qui donnent de leur temps, dans les visiteurs qui assistent à nos événements, et dans les initiatives de soutien à l'éducation dans les quartiers les plus défavorisés.
Notre programmation vise à présenter des événements artistiques d'excellence qu'il serait autrement impossible d'offrir en Ontario ou même au Canada. En 2011, nous avons présenté 800 artistes provenant de 7 provinces et de 28 pays; ils se sont rassemblés pour célébrer l'esprit de diversité créative.
L'un des principaux rôles que nous jouons dans le paysage culturel, un peu comme ce qu'a mentionné Anita, c'est celui de commissaire et de partenaire dans la création de nouvelles oeuvres canadiennes et internationales tant par des artistes reconnus que des artistes émergents. Luminato est devenu l'un des organismes de commandes les plus actifs au Canada et présente des oeuvres en première nord-américaine ou mondiale. Il s'ensuit bien souvent une tournée à l'étranger, où ces oeuvres y représentent le Canada et font connaître notre pays et notre région comme un centre culturel dynamique où il fait bon vivre, travailler et se divertir.
Nous jouons par conséquent un rôle important pour les secteurs touristiques et culturels de la région en attirant chaque année environ un million de festivaliers. En cinq ans à peine, nous avons créé un festival printanier très attendu de la part des résidants et des visiteurs.
En juin dernier, nous avons célébré notre cinquième anniversaire, et grâce aux partenariats solides que nous avons établis avec nos intervenants des secteurs privé et public, nous sommes déjà l'un des festivals d'arts multidisciplinaires les plus importants en Amérique du Nord.
Je suis ici aujourd'hui pour représenter Luminato et discuter du 150e anniversaire, mais également en tant que membre du conseil exécutif de notre nouvelle association nationale, Festivals and Major Events, ou FAME. Je sais que la semaine dernière, vous avez entendu le témoignage de notre collègue, André Picard, du festival Juste pour rire, alors je ne vous parlerai pas trop en détail de FAME, sauf pour vous dire que nous sommes un organisme autogéré et autofinancé par ses membres et que nous représentons les plus grands événements et festivals du pays.
Les festivals ont la capacité de transformer les collectivités et de rassembler les gens dans un esprit d'unité sociale. Notre industrie favorise le tourisme et l'engagement social et est déjà active dans plus de 308 circonscriptions au pays. En mon nom personnel et au nom de mes collègues, je veux vous dire aujourd'hui que nous avons la volonté et la capacité de participer à la réussite de ces importantes célébrations du 150e anniversaire.
Je suis d'accord avec Anita pour dire que nous avons déjà les réseaux, les partenariats, beaucoup de relations communautaires et évidemment les activités qui pourraient servir à étendre la portée de ce message dans bien des marchés. Bon nombre d'entre nous avons déjà établi d'étroites relations de travail avec le ministère du Patrimoine canadien dans nos régions. Et je suis également d'accord avec Anita au sujet de nos capacités en matière de marketing, de programmes et d'éducation.
Les festivals comme Luminato sont déjà au coeur des célébrations nationales et régionales. Nous avons directement aidé Toronto à agir à titre d'hôte de la soirée de remise des prix de l'Académie internationale du film indien en 2011, avec l'appui d'un autre membre de FAME, le Festival international du film de Toronto. Nous avons ensuite créé ensemble un point de mire régional sur la culture sud-asiatique.
Nous participons aussi de près à la planification des activités commémoratives du bicentenaire de la guerre de 1812 ainsi que des Jeux panaméricains et parapanaméricains, qui auront lieu en Ontario en 2015.
Nous savons à quel point les activités culturelles sont importantes. Aux Jeux olympiques de Vancouver en 2010, nous avons constaté qu'un plus grand nombre de gens prenaient part aux activités culturelles qu'aux compétitions sportives.
À notre avis, plusieurs éléments importants ont fait en sorte que les Jeux olympiques de Vancouver ont été un succès sur le plan culturel.
Tout d'abord, il y avait un organisme central chargé de l'organisation. À notre avis, pour la coordination des activités, il était très important de nommer un organisme respecté et considéré légitime dans les secteurs. L'événement avait un caractère national, et il devra évidemment en être de même pour la nouvelle fête. Vancouver était au centre de l'attention, mais le relais de la flamme olympique et les activités dans la collectivité qui ont suivi ont fait en sorte que ce soit une vraie célébration nationale. Comment pouvons-nous promouvoir des célébrations similaires à l'échelle régionale et également des échanges régionaux?
De plus, il y a les préparatifs. Il faut des années pour créer et préparer des produits culturels d'envergure internationale. Comme il a fallu des années au COVAN pour élaborer le programme, nous pensons qu'il en sera de même pour établir les relations et promouvoir un 150e anniversaire.
Une autre chose très importante que nous avons apprise à Vancouver, c'est qu'il faut saisir les occasions de promouvoir la culture canadienne à l'étranger. Comme nos collègues de l'Association de l'industrie touristique du Canada vous l'ont dit, on s'intéresse beaucoup au Canada présentement, et notre renommée n'a jamais été aussi forte. Nous pouvons l'étendre en mettant en valeur notre offre culturelle diversifiée et riche et en exportant nos produits culturels vers de nouveaux marchés.
Nous savons que le centenaire du Canada, en 1967, a eu un effet monumental. Il a donné un élan fantastique aux investissements dans ce que sont devenues de grandes constructions culturelles partout au pays — des installations. Elles étaient plus que nécessaires. Peut-être qu'un grand héritage que le 150e anniversaire du Canada pourrait laisser, ce serait un projet tout aussi ambitieux qui consisterait à investir dans le contenu culturel important qui remplira ces constructions, racontera nos histoires et laissera un autre type d'héritage.
Tout comme le centenaire a ravivé la confiance nationale et la fierté à l'égard d'une identité culturelle canadienne partout au pays, le 150e anniversaire en 2017 devrait aller plus loin et promouvoir davantage l'identité culturelle canadienne et une meilleure confiance partout dans le monde. J'incite le comité à réfléchir de manière audacieuse à l'héritage que laisseront le contenu et le programme canadien pendant plusieurs années.
Quels programmes pourraient être créés afin de favoriser un échange national d'art, de culture et d'idées? Qu'est-ce qui pourrait inciter les Canadiens à découvrir des régions de leur pays qu'ils ne connaissent pas? Les festivals et les activités peuvent permettre aux gens de voir et de faire des choses passionnantes à leur arrivée. Comment pouvons-nous faire participer nos partenaires internationaux, nos ambassades et nos consulats et les inviter à nous aider à célébrer au pays et partout dans le monde?
J'aimerais terminer en soulignant qu'il s'agit de créer les moments canadiens marquants que des festivals comme le nôtre créent déjà. Nous sommes très enthousiastes et nous nous engageons à jouer un rôle. Nous travaillons à ce que les arts et la culture de chaque province soient représentés dans le cadre de notre festival en 2017. Nous avons hâte de collaborer avec vous pour faire des fêtes du 150e anniversaire un énorme succès.
Merci.
Collapse
Sarah Iley
View Sarah Iley Profile
Sarah Iley
2011-11-15 9:08
Expand
Thank you very much Mr. Chairman.
I appreciate the opportunity to speak to the committee today. As I've been introduced, I am the vice-president of programming for the Banff Centre. I thought I should begin with a bit of background about the Banff Centre. It began life as the Banff summer school of the arts 78 years ago, and it's now one of Canada's leading cultural organizations. We are designated by the Department of Canadian Heritage as one of Canada's national arts training institutions, and we attract some 4,000 artists each year to our mountain setting. I think it's important to give you an idea of the setting itself.
We're located on the side of a mountain, in the heart of Canada's first national park, which has been designated a UNESCO world heritage site. It's also been a significant spiritual site for the first nations for over 12,000 years.
The artists who come to this site, 25% of whom come from outside Canada, come from countries throughout North America and South America, Europe, Australia, and Asia. They come to the Banff Centre to create, exhibit, and perform works in a dozen different arts disciplines. One of our objectives is to showcase the work of those emerging and established Canadian and international artists in an exciting way, so we produce the Banff arts and mountain festivals, multidisciplinary, critically acclaimed festivals that produce over 300 ticketed and free events in the months from May through the end of October.
The Banff arts festivals showcase jazz and classical musical, theatre, classical and contemporary dance, opera, visual arts exhibitions, film and new media, literary readings, and aboriginal arts.
The Banff mountain festivals showcase internationally recognized writers and filmmakers who focus specifically on mountain culture, sports, and the environment.
The Banff Summer Arts Festival is actually Canada's oldest multidisciplinary arts festival. It was begun in 1942, and our Banff mountain festivals are now in their 35th year.
Our festivals deliver premier presentations for audiences visiting Banff National Park, adding an important dimension to the tourism industry. The events provide unparalleled access to artists, musicians, filmmakers, and writers through specially designed events presented in our three theatres, our art gallery, our concert hall, and our brand-new outdoor stage, the Shaw Amphitheatre.
The centre is able to host and engage audiences from around the globe in this very special setting. Only 18% of our audience comes from Banff. Another 44% comes from across Alberta, and the remaining 38% comes from across Canada and around the world. You can see why I'm very happy to be here with my colleagues working with Festivals and Major Events Canada, FAME, the national organization that regroups festivals across the country, because we also believe in FAME's mission to play a leading role in the economic and social promotion of international-scale Canadian festivals and events.
I have to agree with both Anita and Janice. We also believe that our experience provides an excellent platform from which to help the committee and the rest of Canada think through what we should be doing for Canada's sesquicentennial celebrations.
It's also important, because despite the importance of our festivals to Banff, we don't believe that everything that happens in Banff should stay in Banff. We work with partners in order that the art created here can be seen elsewhere. For that purpose, at the conclusion of our annual Banff Mountain Film Festival, which is the world's leading festival of this kind of genre of film, we produce the best of the festival world tour, and that undertakes an extensive circuit around the globe. We have 168 tour sponsors, and just this past quarter our world tour was featured by tour hosts in 76 screenings in 13 countries on 5 continents, including Antarctica.
In addition, this year National Geographic worked with us to produce an hour-long television special on the Banff mountain festivals, which they will air on channels in 148 countries.
With that as a bit of background, I would like to focus on a couple of things from our experience, which the committee might find helpful in thinking through how best to approach Canada's 150th anniversary. Those things are positioning, partnerships, and community engagement.
I'm going to start with positioning. I mentioned at the start that the Banff Centre was founded 78 years ago, so three years ago we celebrated our 75th anniversary. Seventy-five years is a long time for an arts and cultural organization to be around and to be thriving, so we wanted to celebrate.
In thinking about positioning the Banff Centre on its 75th anniversary, there were a few messages we wanted to get out. The first was that Banff is an important site for indigenous peoples and takes seriously its responsibility to support the development of work that reflects their culture. The second was that it attracts artists from around the world, because the artists who attend from Alberta and Canada can take their own place on the world stage. The third is that we believe it's important to support the creation of new works of art to add Canadian music, dance, theatre, literature, and art to the global repertoire.
In thinking about Canada at 150 years, I think some of these pieces will also be important to position Canada as a nation that did not just begin 150 years ago with Confederation but long before that with the first nations. Secondly, they will position Canada as a nation with a diversity of talents, reflected by accomplished artists whose work should be showcased to the world.
In order to celebrate our own 75th anniversary, we had a number of objectives, and we needed to make sure that we could get the word out beyond Banff in order to position the Banff Centre as a unique resource for Albertans, Canadians, and the world. Events were planned and took place in Los Angeles, Seattle, Vancouver, Edmonton, Calgary, Winnipeg, Toronto, Ottawa, and New York, as well as here. Our alumni were featured everywhere, and work that had been created at Banff was featured at festivals and events across Canada and as far away as Beijing.
None of this could have happened without partnerships, institutions such as the Governor General's office, Harbourfront Centre in Toronto, One Yellow Rabbit: High Performance Rodeo in Calgary, etc.--they were all partners. For instance, we co-produced A Rocky Mountain High, a special weekend mini-festival at Harbourfront Centre in Toronto, which showcased the works of 60 Banff Centre alumni.
What I think is important to remember here is that one couldn't have done any of this without partners. We worked with Luminato, for instance, to co-commission Tono, an aboriginal dance piece, which has since been around the world and was featured at both the Beijing and Vancouver Olympics as well as at the Shanghai Expo.
If we think it was important and useful to have partners, I can only imagine how exciting it would be for Canada to reach out to a whole range of different kinds of partners. Festivals are some of the partners within, but Canada should also reach out to partners outside.
We've also had some experience in helping to celebrate Parks Canada's 100th anniversary as we are situated in Banff National Park. Parks invented a wonderful program that I think is a great symbol of the next thing we should talk about, which is community engagement. Parks invented a program called Canada's Greatest Summer Job, by which it invited young people to apply to spend the summer creating films that told the stories about Canada's national parks from their own point of view. Nearly 1,000 university and college film students from across Canada applied, and there were something like 35 of them selected to spend the summer documenting each park. They began here with their film boot camp at the Banff Centre, and it was guaranteed that those whose work was best would be featured in our Mountain Film Festival.
The resulting work of these individual young people was personal, idiosyncratic, and utterly delightful, because it wasn't created or dictated by Parks Canada; it reflected their own experience of each park. It gave Parks Canada wonderful content for a variety of media platforms, just to underline Anita's point that we need to be thinking about how we can use technology and the interactive platforms that exist to spread the word far beyond live performance.
There's another movement of which all of us here today are a part called Culture Days. The ability to engage the public in the arts is at the heart of Culture Days, the national movement for which the Banff Centre is a founding partner and serves as treasurer. Culture Days is a collaborative, pan-Canadian volunteer movement to raise the awareness, accessibility, participation, and engagement of all Canadians in the arts and cultural life of their communities. It was spurred on by the vision that was inspired by Quebec's Journées de la culture. Hundreds of volunteers have self-organized themselves in communities across the country to create events across the same weekend that Quebec has claimed for the past 12 years.
The result is that in our second year as the national Culture Days more than 800 Canadian cities and towns—up from 700 last year—opened their doors and offered some 5,500 free Culture Days: hands-on classes, excursions, tours, demonstrations, seminars, panels, and behind-the-scenes experiences.
This was all promoted by our marketing partners, the Globe and Mail, CBC, and Aeroplan. And it proved that self-organized, connected by social media, and sharing umbrella marketing plans, you can create extraordinary events that are excellent examples of community engagement.
In closing, I would just like to emphasize that when we consider the variety of partnerships one could put together to celebrate and really acknowledge the unique qualities of Canada, we also have to think about the possibilities of community engagement and the ways in which we can reach out to Canadians across the country to help create their own visions of Canada.
Thank you.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je suis ravie d'avoir l'occasion de parler au comité aujourd'hui. Comme on vous l'a déjà dit, je suis vice-présidente de la programmation du centre Banff. Je vais tout d'abord vous parler un peu du centre. Il a été créé il y a 78 ans et s'appelait à l'époque la Banff summer school of the arts. C'est maintenant l'un des organismes culturels de premier plan au Canada. Le ministère du Patrimoine canadien l'a désigné comme l'un des établissements nationaux de formation dans le secteur des arts, et nous attirons environ 4 000 artistes dans notre milieu montagneux chaque année. Je crois qu'il est important de vous en donner un aperçu.
Nous sommes situés à côté d'une montagne, au coeur du premier parc national du Canada, qui a été nommé site du patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est également un lieu spirituel important pour les Premières nations depuis 12 000 ans.
Les artistes, dont 25 p. 100 viennent de l'étranger, viennent des Amériques, de l'Europe, de l'Australie et de l'Asie. Ils vont au centre Banff pour créer, exposer et exécuter des oeuvres dans une dizaine de formes d'art. L'un de nos objectifs, c'est de présenter les oeuvres des artistes de la relève ou des artistes accomplis du Canada et d'ailleurs d'une façon captivante. Nous produisons donc le Banff arts festival et le Festival du film de montagne de Banff, des festivals multidisciplinaires et très bien accueillis par la critique qui présentent plus de 300 événements, dont certains sont gratuits, du mois de mai à la fin octobre.
Le Banff arts festival présente des concerts de jazz et de musique classique, des pièces de théâtre, des spectacles de danse classique et de danse contemporaine, des spectacles d'opéra, des expositions d'art visuel, des films et des arts des nouveaux médias, des rencontres littéraires et des arts autochtones.
Le Festival du film de montagne de Banff présente des écrivains et des cinéastes reconnus à travers le monde qui se concentrent surtout sur la culture des montagnes, les sports et l'environnement.
Le Banff Summer Arts Festival est en fait le plus ancien festival des arts multidisciplinaire au Canada. Le premier a eu lieu en 1942, et notre Festival du film de montagne de Banff en est à sa 35e année.
Nos festivals offrent des premières présentations aux spectateurs qui visitent le parc national Banff, ce qui ajoute une dimension importante au tourisme. Les activités donnent un accès sans précédent aux artistes, aux musiciens, aux cinéastes et aux écrivains dans le cadre d'événements spéciaux présentés dans nos trois salles de spectacles, notre galerie d'art, notre salle de concert et sur notre toute nouvelle scène extérieure, le Shaw Amphitheatre.
Le centre peut accueillir et attirer dans son milieu très spécial des visiteurs de partout dans le monde. Seulement 18 p. 100 de notre public vient de Banff. Un autre 44 p. 100 vient de l'Alberta et 38 p. 100 vient du reste du Canada et de l'étranger. Vous pouvez comprendre pourquoi je suis très heureuse d'être ici avec mes collègues, qui collaborent avec Festivals and Major Events Canada, FAME, l'organisme national qui regroupe des festivals de partout au Canada, car nous croyons aussi en la mission de FAME, qui consiste à jouer un rôle de premier plan dans la promotion économique et sociale de festivals et d'événements canadiens à l'échelle internationale.
Je ne peux qu'être d'accord avec Anita et Janice. Nous croyons aussi que notre expérience peut être très utile au comité et au reste du Canada, qui examineront soigneusement ce que nous devrions faire pour les célébrations du 150e anniversaire du pays.
C'est aussi essentiel, car malgré l'importance de nos festivals pour Banff, nous ne croyons pas que tout ce qui se passe à Banff doit y demeurer. Nous collaborons avec des partenaires afin que l'art créé ici puisse être vu ailleurs. C'est pour cela qu'à la fin de notre Festival du film de montagne de Banff annuel, qui est le plus grand festival du genre au monde, nous produisons la plus grande tournée mondiale de festival qui s'arrête à de nombreux endroits dans le monde. Nous avons 168 partenaires, et au dernier trimestre, il y a eu 76 visionnements dans 13 pays sur 5 continents, dont l'Antarctique.
De plus, cette année, le National Geographic a collaboré avec nous pour la production d'une émission d'une heure sur le Festival du film de montagne de Banff, qui sera présentée dans 148 pays.
Maintenant que je vous ai donné un aperçu général, j'aimerais parler de quelques aspects de notre expérience, que le comité pourrait trouver utile pendant qu'il étudie soigneusement la meilleure approche à adopter pour le 150e anniversaire du Canada: positionnement, partenariat, et mobilisation communautaire.
Je vais commencer par le positionnement. Au début de mon exposé, j'ai dit que le centre Banff a été créé il y a 78 ans; nous avons donc célébré notre 75e anniversaire il y a trois ans. Étant donné que 75 ans, c'est long pour un organisme culturel voué aux arts, nous voulions le souligner.
En réfléchissant à la façon de positionner le centre Banff à l'occasion de son 75e anniversaire, nous avons établi que nous voulions faire passer quelques messages. Le premier, c'est que le centre Banff est un endroit important pour les Autochtones et qu'il prend très au sérieux sa responsabilité de soutenir la création d'oeuvres qui reflètent leur culture. Le deuxième, c'est qu'il attire des artistes de partout dans le monde, car les artistes albertains et canadiens qui y viennent peuvent prendre leur place sur la scène mondiale. Le troisième, c'est que nous croyons qu'il est important d'appuyer la création de nouvelles oeuvres pour ajouter la musique, la danse, le théâtre, la littérature et l'art canadiens au répertoire mondial.
Au sujet du 150e anniversaire du Canada, je pense que certains de ces éléments seront aussi importants pour présenter le Canada comme un pays dont l'histoire n'a pas commencé il y a 150 ans avec la Confédération, mais bien avant, avec les Premières nations. Ensuite, ils permettront de présenter le Canada comme une nation enrichie par la diversité de ses talents, comme en témoignent les oeuvres de nos artistes accomplis qui devraient être présentées dans le monde.
Pour célébrer notre 75e anniversaire, nous avions établi un certain nombre d'objectifs, et nous devions nous assurer de faire passer le mot à l'extérieur de Banff afin que le centre soit considéré comme une ressource unique pour les Albertains, les Canadiens et le monde. Nous avons préparé des événements qui ont eu lieu à Los Angeles, à Seattle, à Vancouver, à Edmonton, à Calgary, à Winnipeg, à Toronto, à Ottawa, et à New York. Nos anciens élèves sont apparus partout, et les oeuvres qui avaient été créées à Banff ont été présentées lors de festivals et d'événements partout au Canada et même à Pékin.
Rien de tout cela ne se serait produit sans l'aide de partenaires, des institutions, comme le Cabinet du Gouverneur général, le Harbourfront Centre de Toronto, la compagnie de théâtre One Yellow Rabbit de Calgary avec le High Performance Rodeo de Calgary, etc. Ils ont tous été des partenaires. Par exemple, nous avons co-produit A Rocky Mountain High, un mini-festival spécial d'une fin de semaine qui s'est tenu au Harbourfront Centre de Toronto, où l'on a présenté les oeuvres de 60 anciens élèves du centre Banff.
À mon avis, ce qui est important de retenir, c'est que rien de tout cela n'aurait été possible sans l'aide de partenaires. Nous avons travaillé avec Luminato, par exemple pour Tono, un spectacle de danse autochtone, qui depuis, fait le tour du monde et a été présenté aux Jeux olympiques de Pékin et à ceux de Vancouver, ainsi qu'à l'Expo de Shanghai.
Si nous pensons qu'il était important et utile d'avoir des partenaires, j'imagine à quel point ce serait excitant pour le Canada d'établir des relations avec tout un ensemble de différents partenaires. Les festivals représentent certains des partenaires à l'intérieur, mais il faut également chercher des partenaires à l'extérieur.
Puisque nous sommes situés au parc national de Banff, nous avons également contribué aux célébrations du 100e anniversaire de Parcs Canada. Parcs Canada a créé un programme fantastique qui est, à mon avis, un excellent exemple de ce dont nous devrions maintenant parler, c'est-à-dire la mobilisation communautaire. Parcs Canada a créé un programme intitulé Le meilleur emploi d'été au Canada, dans le cadre duquel il a invité des jeunes à demander de venir passer l'été à faire des films sur leur expérience dans les parcs nationaux du Canada. Près de 1 000 jeunes qui font des études cinématographiques dans des universités et des collèges de partout au Canada ont fait une demande, et environ 35 d'entre eux ont été choisis pour passer l'été à recueillir des informations sur chaque parc. Ils ont tout d'abord participé au camp de cinéma du centre Banff. On leur a garanti que les meilleures oeuvres seraient présentées à notre Festival du film de montagne.
Les oeuvres de ces jeunes avaient un caractère personnel et idiosyncrasique et elles étaient tout à fait charmantes, car elles n'avaient pas été créées ou dirigées par Parcs Canada; elles étaient le reflet de leur propre expérience dans chaque parc. Cela a donné à Parcs Canada un contenu fantastique pour une variété de plateformes médiatiques, seulement pour souligner ce qu'Anita a dit au sujet de notre besoin de réfléchir à la façon dont nous pouvons utiliser la technologie et les plateformes interactives existantes pour nous faire connaître au-delà de la présentation en direct.
Il existe un autre mouvement auquel chacun de nous ici prend part: la Fête de la culture. La capacité d’intéresser le public aux arts est ce qui constitue l’essentiel de la Fête de la culture, le mouvement national pour lequel le centre Banff est un partenaire fondateur et agit à titre de trésorier. La Fête de la culture est un mouvement bénévole pancanadien axé sur la collaboration dont le but est de favoriser la sensibilisation, l'accessibilité, la participation et l'engagement de tous les Canadiens à la vie artistique et culturelle de leurs collectivités. Elle a été inspirée par les Journées de la culture du Québec. Dans des collectivités de partout au pays, des centaines de bénévoles ont créé des événements qui ont lieu au cours d’une même fin de semaine, comme on le fait au Québec depuis les 12 dernières années.
Il en a résulté que lors de la deuxième édition de la Fête de la culture, plus de 800 villes et villages canadiens — il y en avait 700 l’année précédente — ont ouvert leurs portes et ont offert environ 5 500 activités gratuites: formations pratiques, excursions, visites guidées, démonstrations, séminaires, groupes d'experts et découverte des coulisses.
Nos partenaires, le Globe and Mail, Radio-Canada et Aéroplan, en ont fait la promotion. Cela a montré qu'avec des plans de marketing organisés qui font intervenir des médias sociaux et qui sont chapeautés par différents partenaires, on peut créer des événements extraordinaires qui sont d'excellents exemples de mobilisation communautaire.
En terminant, j'aimerais seulement souligner que lorsque nous songeons aux divers partenaires que nous pouvons réunir pour vraiment rendre hommage aux caractéristiques uniques du Canada, nous devons aussi réfléchir aux possibilités de mobiliser les collectivités et aux façons dont nous pouvons inciter les Canadiens de partout aux pays à créer leur propre vision du Canada.
Merci.
Collapse
Fatima Amarshi
View Fatima Amarshi Profile
Fatima Amarshi
2011-11-15 9:20
Expand
Thank you, Mr. Chairman, and good morning. I'll ask you to forgive me if I'm a little groggy today.
I'm the executive director of the Coastal Jazz and Blues Society, which produces the annual Vancouver International Jazz Festival as well as Winterruption on Granville Island, the Time Flies festival, and a series of concerts throughout the year.
My colleagues have spoken extensively to the value of arts and culture in these kinds of celebrations. What I want to talk to you about today is the legacy from these kinds of activities, in particular the long-term cultural legacy that goes far beyond the showcasing of the arts at the initial time of the event, that goes far beyond the long-term legacy of physical infrastructure projects.
Ironically, this actually ties quite well to our organization's history. If you'll allow me, I'd like to tell you a little bit of a story around that.
In 1986 Vancouver hosted Expo 86, an event that coincided with Vancouver's centennial anniversary. John Orysik, Ken Pickering, and Robert Kerr, along with a group of other music lovers and idealistic dreamers, launched the first Vancouver International Jazz Festival as part of the world's fair that year.
You can imagine what a thrill it was for them to showcase to the world some of the great Canadian talent that was residing in their hometown, along with such legends of the music world as Miles Davis, Bobby McFerrin, and Tito Puente. Together with Expo 86, they produced over 120 concerts in 23 locations, not only sharing the sense of pride and belonging that Expo generated but also developing the courage and inspiration to pursue their own vision of nurturing and presenting a uniquely Canadian voice to audiences both here and abroad.
Inspired by Expo 86, they secured their first major sponsor, and working with the city in a province that was now awakened to the limitless possibilities and opportunities of major civic events, they launched Vancouver's first major annual outdoor street festival in Gastown shortly after that, and built partnerships with Granville Island, the Roundhouse community centre, and a plethora of other civic and arts and cultural organizations.
Today we're the largest arts and cultural producer in B.C. The Vancouver International Jazz Festival has been acclaimed as one of the best in the world, showcasing over 1,800 musicians in 400 concerts, 150 of which are free. We draw over half a million people every year and have an economic impact of almost $18 million on the region.
I share this because we are the cultural legacy of Expo 86. Had it not been for Expo 86, organizations like ours wouldn't have existed. It's a legacy that continued on with the next major celebration in Vancouver, the 2010 Olympics and the accompanying three-year Cultural Olympiad--whose program director, incidentally, was Robert Kerr, one of the founders of the jazz festival and my predecessor.
That's another great example of a national celebration that spawned its own infrastructure and cultural legacies. We participated extensively in the Cultural Olympiad, bringing together, for instance, through our Sonic Genome project, renowned international and Canadian musicians to participate with local musicians and students in creating innovative jazz in a community centre environment over a period of 24 hours. You couldn't get a better presentation of community engagement and education than that.
We're asking you, as you develop plans for the 120th anniversary, to keep in mind building on platforms that exist today--platforms like our festivals--and also supporting emerging organizations. Who knows? The seeds of what happens in 2017 may very well blossom into tomorrow's cultural institutions and the incubators of the next generation of Canadian artists and cultural producers. We all know very well that it's through arts and culture that a nation can really inspire and capture the imagination of its people, weaving a narrative of its history and its communities and awakening its best ideals and dreams for the future.
My colleagues have spoken extensively about the value of arts and culture--the ability to position Canada as a brand and to really be able to showcase who we are to the world--but I'd like to speak a little bit more literally to our history.
Vancouver, for instance, has an extensive history of the interaction between jazz musicians who have played here and our development as a society--an ethnocultural society, a multicultural society--and the laws and segregation practices that have evolved over time around that. Vancouver has been home to some of the greatest musicians in the world--Jimmy Hendrix, Jelly Roll Morton--for very crucial times in their lives. The likes of Ella Fitzgerald and Duke Ellington regularly played here, and were able to come and play in the hotels, but they weren't able to stay there.
That is the kind of history most Canadians aren't aware of. Organizations like ours can present the literal version of Canada's histories through celebrations like 2017.
The 2017 celebrations offer us the opportunity to commission unique works to tell these kinds of literal stories, to allow Canadian artists to expand on their repertoires, and to showcase the kinds of unique neighbourhoods that exist in our cities. They can showcase once again to the world unique contemporary talents like Diana Krall, Ingrid Jensen, Nikki Yanofsky, and Michael Bublé that we've all nurtured through our various activities. It's a profound opportunity in which we'd very much like to participate.
There's also a series of archives, as Anita mentioned, that the jazz festival has access to, with decades of history of jazz in Vancouver. This kind of celebration provides a unique opportunity to digitize and share that across the country.
I'd like to end with the notion of cultural legacy and what can come out of the 150th anniversary celebrations. Please keep in mind that you are not only supporting the existing arts platforms and opportunities for Canadians to share their stories; you're really supporting the next series of organizations and cultural and artistic incubators of our identity that will be telling our stories for several generations to come.
Thank you.
Merci, monsieur le président, et bonjour. J'espère que vous me pardonnerez d'être un peu fatiguée aujourd'hui.
Je suis la directrice administrative de la Coastal Jazz and Blues Society, qui produit le Festival international de jazz de Vancouver, et Winterruption, à Granville Island, le festival Time Flies et une série de concerts tout au long de l'année.
Mes collègues ont parlé abondamment de l'importance des arts et de la culture dans ce type de célébrations. Aujourd'hui, j'aimerais vous parler de l'héritage de ce type d'activités, surtout celui à long terme, dont les effets demeurent bien après la présentation de l'événement, et qui va beaucoup plus loin que celui laissé par les projets d'infrastructures physiques.
Ironiquement, cela s'applique très bien à l'histoire de notre organisme. Si vous me le permettez, j'aimerais vous raconter une petite histoire à ce sujet.
En 1986, la ville de Vancouver a accueilli Expo 86, un événement qui coïncidait avec le centenaire de la ville. John Orysik, Ken Pickering et Robert Kerr, en collaboration avec d'autres mélomanes et rêveurs idéalistes, ont lancé le premier Festival international de jazz de Vancouver dans le cadre de cette exposition universelle.
Vous pouvez imaginer à quel point il était emballant pour eux de présenter au public certains des plus grands talents canadiens issus de leur ville, aux côtés de légendes du monde de la musique comme Miles Davis, Bobby McFerrin et Tito Puente. Dans le cadre d'Expo 86, ils ont produit plus de 120 concerts en 23 endroits; en plus de partager la fierté et le sentiment d'appartenance généré par l'Expo, ils ont aussi eu le courage et l'inspiration de mener à bien leur propre vision, qui consistait à favoriser et à présenter une voix canadienne unique au public d'ici et d'ailleurs.
Inspirés par Expo 86, ils ont attiré leur premier commanditaire important, et en travaillant avec la ville dans une province qui s'éveillait aux multiples possibilités et occasions créées par les fêtes municipales, ils ont lancé le premier festival en plein air annuel de Vancouver à Gastown peu de temps après, et ont formé des partenariats avec Granville Island, le centre communautaire Roundhouse et une multitude d'autres organismes communautaires et d'organismes voués aux arts et à la culture.
Nous sommes aujourd'hui le plus important producteur d'art et de culture en Colombie-Britannique. Le Festival international de jazz de Vancouver a été salué comme étant l'un des meilleurs au monde, avec 1 800 musiciens donnant 400 concerts, dont 150 gratuits. Nous attirons plus d'un demi-million de personnes chaque année et nous engendrons des retombées économiques de presque 18 millions de dollars dans la région.
Si je vous en parle, c'est que nous sommes l'héritage culturel d'Expo 86. En effet, sans cet évènement, des organismes comme le nôtre n'auraient pas vu le jour. Cet héritage s'est poursuivi avec une autre célébration importante de Vancouver, c'est-à-dire les Jeux olympiques de 2010 et l'Olympiade culturelle de trois ans qui y est attachée. Le directeur des programmes, soit dit en passant, était Robert Kerr, mon prédécesseur et l'un des fondateurs du Festival de jazz.
C'est un autre exemple important d'une célébration nationale qui a donné naissance à sa propre infrastructure et à son héritage culturel. Nous avons activement participé à l'Olympiade culturelle en rassemblant, par exemple, dans le cadre de notre programme Sonic Genome, des musiciens canadiens et de renommée internationale qui ont collaboré avec les musiciens locaux et des étudiants pour créer du jazz innovateur dans un centre communautaire pendant une période de 24 heures. C'est un des meilleurs exemples d'engagement communautaire et d'éducation qui existent.
Alors que vous échafaudez les plans du 120e anniversaire, nous vous prions de penser à bâtir sur des plateformes existantes — comme nos festivals — et aussi d'appuyer les organismes naissants. Qui sait? Les événements de 2017 pourraient bien devenir les institutions culturelles de demain et les incubateurs de la prochaine génération d'artistes et de producteurs culturels canadiens. Nous savons très bien que c'est en passant par les arts et la culture qu'une nation peut vraiment inspirer ses citoyens et enflammer leur imagination, en écrivant leur histoire et celle de leur collectivité, et en avivant leurs idéaux et leurs rêves pour l'avenir.
Mes collègues ont beaucoup parlé de l'importance des arts et de la culture, et de la capacité de donner une image de marque au Canada pour le faire connaître au reste du monde. Toutefois, j'aimerais parler un peu plus de notre histoire.
L'histoire de Vancouver, par exemple, amalgame celle des musiciens de jazz qui y ont joué et la formation de sa société — une société ethnoculturelle et multiculturelle —, et les lois et les pratiques de ségrégation qui ont évolué avec le temps à partir de ces événements. Vancouver a accueilli certains des meilleurs musiciens du monde — Jimmy Hendrix, Jelly Roll Morton — à des périodes extrêmement importantes de leur vie. Des artistes comme Ella Fitzgerald et Duke Ellington y ont régulièrement donné des prestations, et on leur permettait de jouer dans les hôtels, mais pas d'y loger.
C'est le côté de l'histoire que la plupart des Canadiens ne connaissent pas. Des organismes comme le nôtre sont en mesure de présenter des récits tirés de l'histoire du Canada dans le cadre de célébrations comme celles qui se tiendront en 2017.
Les célébrations de 2017 nous offrent l'occasion de commander des oeuvres uniques qui racontent ce genre de récits, de permettre aux artistes canadiens d'enrichir leur répertoire et de mettre en valeur les quartiers uniques de nos villes. C'est notre chance, encore une fois, de faire connaître au monde des artistes contemporains au talent incomparable comme Diana Krall, Ingrid Jensen, Nikki Yanofsky et Michael Bublé; nos diverses activités ont d'ailleurs contribué à leur épanouissement. Il s'agit d'une occasion exceptionnelle à laquelle nous aimerions bien participer.
Comme Anita l'a mentionné, le festival de jazz a aussi accès à des archives qui couvrent l'histoire du jazz à Vancouver sur une période de plusieurs décennies. Ce type de célébration est l'occasion idéale d'en numériser le contenu et de le diffuser partout au pays.
J'aimerais terminer en vous parlant de l'héritage culturel et de ce qui peut ressortir des célébrations du 150e anniversaire. N'oubliez pas que vous ne faites pas qu'appuyer les plateformes artistiques et les occasions existantes qui permettent aux Canadiens de partager leurs récits; vous appuyez aussi la prochaine série d'organismes et d'incubateurs culturels et artistiques de notre identité qui raconteront nos histoires aux générations suivantes.
Merci.
Collapse
View Paul Calandra Profile
CPC (ON)
Thank you, Mr. Chair.
Thank you to all of the witnesses.
Ms. Gaffney and Ms. Amarshi both spoke about archives and digitizing. Can you expand on that? What thought has already gone into that? Ms. Gaffney spoke about other opportunities for seizing the digital era as we move forward to 2017.
We also heard from the CBC, and they have a very extensive collection of archives that are extraordinarily important to celebrating Canadian history.
I usually allow my colleague Mr. Brown to talk about Canadian history. But in the context of leading up to 2017, is this something that FAME or other organizations have been focusing on? As we move to 2017, how can we capture some of the important events so that we don't lose everything that leads up to 2017, and 2017 itself?
Merci, monsieur le président.
Merci à tous nos témoins.
Madame Gaffney, madame Amarshi, vous avez parlé d'archives et de numérisation. Pouvez-vous nous en dire plus? Qu'a-t-on prévu à ce sujet? Mme Gaffney a parlé d'autres occasions d'embrasser l'ère numérique alors que nous nous dirigeons vers 2017.
La SRC nous a également informés qu'elle avait une très grande collection d'archives extrêmement importantes pour célébrer l'histoire canadienne.
Je laisse généralement à M. Brown, mon collègue, le soin de parler de l'histoire du Canada. Toutefois, dans le contexte de 2017, des organismes comme FAME ou d'autres se sont-ils penchés sur le sujet? Alors que nous nous rapprochons de 2017, comment pouvons-nous nous approprier certains des événements importants afin de ne pas perdre tout ce qui y mène, ainsi que 2017?
Collapse
Anita Gaffney
View Anita Gaffney Profile
Anita Gaffney
2011-11-15 9:28
Expand
Our archives in Stratford hold props and costumes, but we have a lot of electronic media as well--audio clips from our productions. Remember, we've had people like Christopher Plummer and William Shatner on our stage. Glenn Gould was the music director at Stratford. We have some real treasures of Canadian artists in our archives.
We have very well-maintained archives. It's a beautiful facility. We invite researchers to come in and use it. That's wonderful for universities, students, and people who can come. We would really like to be able to make those materials available in a digital format so that people can access them. There's an opportunity to package those materials into learning modules about original composition in theatre.
We didn't just grab classical music for The Matchmaker; we hired a composer to write the music for it, and we have that in our archives. We've built costumes from the ground up--authentic replicas of Elizabethan costumes, with people who dye the costumes and make the crowns, not the wigs. There's an amazing craft and art at the festival. Other organizations would have archives as well.
So it's very important to be able to share that as a source of pride for what cultural organizations do, and as a source of learning about what we do.
Nos archives de Stratford renferment des décors et des costumes, mais nous avons aussi beaucoup de médias électroniques, c'est-à-dire des extraits audio, de nos productions. N'oubliez pas que des gens comme Christopher Plummer et William Shatner sont montés sur nos planches. De plus, Glenn Gould a été directeur musical à Stratford. Nos archives contiennent des trésors liés aux artistes canadiens.
Nous prenons grand soin de nos archives; elles sont conservées dans des installations très bien entretenues et nous invitons les chercheurs à les consulter. C'est une occasion en or pour les universités, les étudiants et les gens qui peuvent s'en prévaloir. Nous aimerions vraiment être en mesure de les numériser pour que les gens puissent y avoir accès. C'est l'occasion de présenter ce matériel en modules d'apprentissage sur la musique originale dans le domaine du théâtre.
En effet, nous ne nous sommes pas contentés d'utiliser des extraits de musique classique pour The Matchmaker; nous avons embauché un compositeur pour l'écrire, et nous avons conservé cette musique dans nos archives. Nous avons confectionné nos propres costumes — des répliques authentiques de costumes de l'époque élisabéthaine; des gens ont teint ces costumes et fabriqué les couronnes, pas les perruques. Le festival présente un excellent volet art et artisanat. D'autres organisations possèdent aussi des archives.
Il est donc très important de pouvoir partager ces ressources comme source de fierté pour le travail des organismes culturels et comme source d'apprentissage sur nos activités.
Collapse
View Paul Calandra Profile
CPC (ON)
Could each of you talk about the importance of international tourism and visits to your festivals? As part of the economic action plan we have something called marquee tourism events. Have any of you had experience with that? Is that the type of thing that would help promote you within Canada and internationally? So first is the importance of international visits to your festivals, and second, how do we focus on bringing more international visits to each of your festivals?
Pourriez-vous nous parler de l'importance du tourisme et des visites internationales à vos festivals? Dans le cadre du plan d'action économique, nous avons un programme appelé manifestations touristiques de renom. En avez-vous fait l'expérience? Ce genre de programmes vous aide-t-il à faire la promotion de vos activités au Canada et sur la scène internationale? J'aimerais donc que vous me parliez en premier de l'importance des visites internationales à vos festivals, et deuxièmement, de la façon dont nous pouvons multiplier ces visites.
Collapse
Anita Gaffney
View Anita Gaffney Profile
Anita Gaffney
2011-11-15 9:30
Expand
I'll start and then let the rest of my colleagues go on.
The marquee tourism events program was incredibly important to the festival. We received $3 million in each of 2009 and 2010, which basically doubled our marketing budget and allowed us to really reach out further afield to bring in international visitors. We see about 25% of our audience coming from outside of our borders.
Our strategy is to invest in our marketing activities to get beyond our borders and to tell people about the fabulous things that are coming up and happening in Stratford, but also, our strategy is to get out. When I talked about the Stratford Festival, you will noticed that I talked about all of the things we're doing to take our work outside of the festival and to garner attention and heighten awareness outside of our borders.
This has the dual purpose of bringing in visitors and also increasing national pride when The New York Times says, “This was the greatest production of The Tempest I've ever seen”. Hey, Canadians feel pretty proud of having the Stratford Festival in their country.
Je vais répondre en premier et ensuite mes collègues prendront la relève.
Le programme des manifestations touristiques de renom a été extrêmement important pour le festival. Nous avons reçu trois millions de dollars en 2009 et autant en 2010, ce qui a pratiquement doublé notre budget de commercialisation et nous a permis d'aller recruter encore plus loin nos visiteurs internationaux. Environ 25 p. 100 de notre public vient de l'étranger.
Notre stratégie est d'investir dans nos activités de promotion afin de dépasser nos frontières et d'informer les gens au sujet des choses fantastiques qui s'en viennent et qui se produisent déjà à Stratford. Vous aurez remarqué que lorsque j'ai parlé du Festival de Stratford, j'ai mentionné toutes les choses que nous faisons pour faire la promotion de nos activités à l'extérieur du festival et pour attirer l'attention sur nous au-delà de nos frontières.
Lorsqu'un journaliste du New York Times affirme que c'est la meilleure production de The Tempest qu'il a jamais vue, cela a pour effet à la fois d'attirer les visiteurs et d'intensifier la fierté nationale. En effet, les Canadiens sont fiers d'avoir le Festival de Stratford dans leur cour.
Collapse
Janice Price
View Janice Price Profile
Janice Price
2011-11-15 9:31
Expand
I would expand on Anita's point and say that certainly the marquee tourism program was instrumental in also allowing us, from a marketing perspective, to attract.... There's no question: it's measured. We shared a lot of that data recently when a group of us from FAME came here and visited with a number of ministers and members.
I'm going to add to that. I think it did apply through all of the recipients of the program. We received a total of $3 million over two years. We were able also to focus on the content side as a result of that funding. The funding was very targeted towards actually improving what we could do within our festivals, because, really, it is about the content experience. When you can bring in one-time-only events and you must come to Toronto or Stratford or various regions to see an event that we would not have been able to mount or produce without that funding...that was a critical difference. Also, we have seen successive growth in our tourism numbers over our five years of existence.
But there's no question that we would like to...and we have proposals to actually generate a new and different kind of program from MTEP. It was incredibly helpful and powerful for all of us.
J'aimerais ajouter aux paroles d'Anita, car le programme des manifestations touristiques de renom a en effet été essentiel pour nous permettre, d'un point de vue de la promotion, d'attirer... Cela ne fait aucun doute; on l'a mesuré. Nous avons récemment échangé un grand nombre de ces données lorsqu'un groupe de FAME est venu ici et a rencontré plusieurs ministres et députés.
Je vais même en ajouter; je pense que cela s'applique à tous les bénéficiaires du programme. Nous avons reçu un total de trois millions de dollars en deux ans. Grâce à ce financement, nous avons pu concentrer nos efforts sur le contenu. En effet, le financement visait surtout les améliorations que nous pouvions apporter à nos festivals, car vraiment, c'est le contenu qui est important. Lorsqu'on met sur pied des événements uniques et qu'il faut se rendre à Toronto ou à Stratford pour voir un événement que nous n'aurions pas été en mesure de monter ou de produire sans ce financement... Cela a fait une très grande différence. Aussi, le tourisme a augmenté de façon constante au cours de nos cinq années d'existence.
Mais il ne fait aucun doute que nous aimerions... Et nous avons des propositions pour générer un nouveau programme différent à partir du PMTR. Il nous a été extrêmement utile et nous a donné un grand coup de main.
Collapse
Fatima Amarshi
View Fatima Amarshi Profile
Fatima Amarshi
2011-11-15 9:33
Expand
I would like to echo what Anita and Janice are saying. The program was very vital to our activities and to being able to draw the international audiences.
We certainly saw a growth in the international audiences, as well as in what Janice is mentioning, which is the ability to really be able to present new and extraordinary works that we wouldn't have been able to without this, and in many cases to actually showcase Canadian artists who have not been showcased in Canada before but have gone abroad to seek their success. This allowed us an opportunity to bring them home and showcase them here to a Canadian audience and an international audience built into our festival. That was a really wonderful and unique aspect of the program.
J’aimerais me faire l’écho de ce qu’Anita et Janice ont dit. Le programme a permis de réaliser nos activités et d’attirer le public international.
Nous avons certainement constaté un nombre accru de touristes internationaux et une amélioration de notre capacité, comme Janice l’a mentionné, de présenter de nouvelles oeuvres artistiques extraordinaires. Nous n’aurions autrement pas été capables de le faire. D’ailleurs, nous avons parfois pu présenter des artistes canadiens qui ne se produisent pas en sol canadien, mais qui connaissent du succès à l’étranger. Le programme a permis de les rapatrier et de les présenter au public canadien et international qu’accueille notre festival. Il s’agissait d’un aspect intéressant et unique du programme.
Collapse
Sarah Iley
View Sarah Iley Profile
Sarah Iley
2011-11-15 9:33
Expand
I can add to that. From our perspective in Banff, obviously one of the key things is that Banff is in fact in a rural Alberta constituency, and the fact is that there are only 7,800 people in this town, so we rely entirely on people from outside of Banff coming to see the work. Tourism is a huge piece.
What's really interesting too, though, is that not only do we have people coming here to see the work, but we also have artists coming here from around the world to create the work. We had people from 18 different countries here participating in our programs. What that does too, I think, is really emphasize the fact that Canadian artists are absolutely worthy of being showcased on the international stage, just as international artists want to come and be seen on our stages.
Now that we're talking about a global commerce, a global approach to the world, I think Canada needs to think about how we approach the arts, not just as an expression of Canadian identity, but also as an expression of Canada within the world. That's certainly a huge focus of what we're able to do here because of that blend of people coming from all over the world to create work with our Canadian artists for Canadian and international audiences.
J’aimerais ajouter quelque chose. De notre côté, il faut évidemment retenir que Banff se situe en fait en milieu rural albertain et qu’il n’y a que 7 800 habitants. Nous sommes donc entièrement dépendants des touristes qui viennent voir les oeuvres. Le tourisme est important.
De plus, il est intéressant de noter que nous accueillons non seulement des touristes qui viennent voir les oeuvres, mais aussi des artistes de partout dans le monde qui viennent en produire. Des gens de 18 pays ont participé à nos programmes. À mon avis, cela démontre également que les artistes canadiens méritent tout à fait de se produire sur la scène internationale, tout comme les artistes internationaux veulent monter sur nos scènes.
Nous parlons désormais d’une industrie mondiale et d’une approche mondiale, et je crois que le Canada doit repenser sa façon d’aborder les arts non seulement comme une expression de la liberté canadienne, mais aussi comme une expression du Canada dans le monde. C’est certainement cet aspect que nous mettons en valeur dans nos programmes, grâce aux artistes de partout dans le monde qui viennent créer des oeuvres avec nos artistes canadiens pour un public canadien et international.
Collapse
View Pierre Nantel Profile
NDP (QC)
Do you have translators up there in Banff and in Vancouver?
No? No problem. I'll speak in English. That's all right.
First I want to thank you all for participating this morning. It's very nice.
My first question would be to Ms. Amarshi.
Obviously, I think that even though Mr. Picard came a few weeks ago, and I'm sure that André Ménard would bring the same from the jazz festival in Montreal....
Obviously you guys could be some backbone support for the whole organization, to make sure that the 150th is well implemented in all markets, because you guys are successful and you have an impact in your cultural milieu.
Is there FAME membership, Ms. Amarshi, all over Canada, or are there blind spots where there is no FAME event?
Avez-vous des interprètes à Banff et à Vancouver?
Non? Ce n’est pas un problème. C’est correct.
Je vous remercie de votre participation. Nous vous en sommes très reconnaissants.
Ma première question s’adresse à Mme Amarshi.
Évidemment, je crois que même si M. Picard est venu il y a quelques semaines, et je suis certain qu’André Ménard en ferait autant en ce qui concerne le Festival international de jazz de Montréal...
Vous pourriez évidemment jouer un rôle clé dans l’aventure en vous assurant de la présence dans tous les marchés d’activités relatives au 150e anniversaire, parce que vous connaissez du succès et que vous avez un effet sur le milieu culturel.
Madame Amarshi, FAME compte-t-il des membres d’un océan à l’autre, ou y a-t-il des zones où vous n’êtes pas présents?
Collapse
Fatima Amarshi
View Fatima Amarshi Profile
Fatima Amarshi
2011-11-15 9:36
Expand
FAME is an organization that's just been put together, so it is in its infancy. I think perhaps Janice could speak better to this, as a member of the executive. I know they are reaching out, certainly, to organizations across Canada to get their input and to stay connected to their work.
For instance, in Vancouver, we're not formally part of FAME quite yet, but we're certainly very actively in communication with them and are consistently partnering on our common endeavours. I think FAME, as it grows, will become more and more of an umbrella organization that can benefit all of us from coast to coast.
FAME est un organisme qui vient de naître; il est encore jeune. Je crois que Janice, en tant que membre de la direction, serait peut-être mieux placée que moi pour vous répondre. Je sais que FAME essaye bien entendu de communiquer avec les divers organismes partout au Canada pour connaître leurs opinions et être au fait de leurs activités.
Par exemple, à Vancouver, nous ne faisons pas encore tout à fait officiellement partie de FAME, mais nous échangeons beaucoup et nous collaborons toujours dans le cadre de projets communs. Je crois que FAME, en grandissant, deviendra de plus en plus un organisme de coordination qui sera bénéfique pour nous tous d’un océan à l’autre.
Collapse
Janice Price
View Janice Price Profile
Janice Price
2011-11-15 9:37
Expand
I would just like to add to that, because it's a very important question, the membership question.
We're about a year and a half old as a formal organization. As I said, we're member supported through a dues system, and we have as a very top priority acquiring new members. You've been hearing today from the arts and culture cadre of FAME membership that our objective is to embrace major festivals and events, which would include, for example, the Stampede. We have the Ottawa Tulip Festival, which is not strictly an arts organization; it's a major festival. That's been really great for all of us, because that kind of cross-pollination, I think, is really healthy in terms of reminding us that the major tourism community impact is a really critical part for festivals, even though many of us are mission-driven through arts and culture.
J’aimerais ajouter quelque chose, parce que la question des membres est très importante.
Notre organisme existe officiellement depuis un an et demi. Comme je l’ai dit, ce sont nos membres qui nous financent par l’entremise de cotisations, et le recrutement de nouveaux membres est notre priorité. Aujourd’hui, les membres du cadre culturel et artistique de FAME vous disent que notre objectif est d’apporter notre soutien aux festivals et aux évènements de grande envergure, comme le Stampede. Il y a aussi le Festival des tulipes d’Ottawa, qui n’est pas exclusivement consacré aux arts; n’empêche que c’est un grand festival. C’est vraiment bénéfique pour nous tous, parce que je crois que cette sorte de pollinisation croisée est très saine étant donné qu’elle nous rappelle que l’industrie touristique est extrêmement importante pour les festivals, même si la majorité de nos festivals sont consacrés aux arts et à la culture.
Collapse
View Pierre Nantel Profile
NDP (QC)
Perfect.
Ms. Price, I have a question for you. Let's forget for the moment that there may be blind spots in the Canadian association Festivals and Major Events. I understand that it is a growing organization. We wish you every success possible. All these events are far reaching. We are completely behind you.
If Festivals and Major Events Canada was mandated to promote Canada's 150th birthday, what would the best scenario be? Would it be a general theme for the entire festival, or special evenings or a series of shows or presentations?
How do you see this?
Parfait.
Madame Price, j'ai une question pour vous. Pour le moment, oublions qu'il y a peut-être des blind spots dans l'organisation de Festivals et événements majeurs du Canada. Je comprends qu'il s'agit d'une organisation en croissance. On vous souhaite tout le rayonnement possible. Tous ces évènements ont une grande portée. On est tout à fait derrière vous.
Si Festivals et événements majeurs du Canada était mandaté pour promouvoir le 150e anniversaire du Canada, quel serait le meilleur scénario? Serait-ce une thématique générale pour tout le festival, des soirées particulières ou une série de spectacles ou de présentations?
Comment voyez-vous cela?
Collapse
Janice Price
View Janice Price Profile
Janice Price
2011-11-15 9:39
Expand
Another place where festivals can play a role is that we will indirectly, obviously, have a trickle effect through other festivals' arts organizations, up to and including individual artists, because we, at our core, work within a much larger ecosystem. Where we are located across the country we will have the capacity to have that kind of ripple effect by working with other artists. As I said, from Luminato's perspective, we have one goal or one program we're already devising, which is to have every single province represented in our program in that year.
I also think that the place where FAME can have a really helpful effect is in what I refer to as that lead-up opportunity. One of the great things about us is that we all happen at different times of year. Sometimes we overlap. But you basically get year-round coverage with a FAME kind of group, which I think could really be helpful for disseminating the singular theme.
I think one all-encompassing theme can be hard to manage. It could be hard to get everyone in that same box. But I think if you had enough voices around the table, and at least some large slogan or organizing principle, such as “Canada on the world stage” or something like that, everybody could figure out a way to work within one theme. I think through our organization, and obviously, if you add the NAC and others to that, we could be really helpful in a consultation for brainstorming those ideas.
Les festivals jouent aussi indirectement un rôle en créant évidemment un effet de ruissellement sur les autres festivals d’arts et les artistes, parce que nous évoluons fondamentalement au sein d’un vaste écosystème. Lorsque nous aurons des racines partout au pays, nous pourrons avoir ce genre d’effet en travaillant avec d’autres artistes. Comme je l’ai dit, en ce qui concerne Luminato, notre but est que chaque province soit représentée dans la programmation que nous mettons actuellement sur pied.
À mon avis, FAME peut vraiment être utile en ce qui concerne ce que j’appelle la première occasion de promotion. L’une de nos caractéristiques intéressantes est que nos festivals ont lieu à différents moments dans l’année. Ils se déroulent parfois en même temps, mais un organisme comme FAME assure la tenue d’activités toute l’année, ce qui, selon moi, pourrait être utile à la promotion d’un thème unique.
Je crois qu’il pourrait être difficile de regrouper tout le monde sous un même thème. Cependant, à mon avis, si vous avez la collaboration d’un nombre suffisant d’intervenants et au moins un slogan ou un principe organisationnel de nature générale, comme « le Canada sur la scène mondiale », les intervenants trouveront une façon de collaborer sous un même thème. Notre organisme de même que le CNA et d’autres, si vous décidez bien entendu de les inclure dans le projet, pourraient vous être d’une aide précieuse dans vos consultations pour trouver des idées à ce sujet.
Collapse
View Pierre Nantel Profile
NDP (QC)
Thank you very much.
Ms. Gaffney, we were just talking about this principle of the four seasons. I really liked your approach when you said that we need to find a vocation, for example. You said that the Stratford Shakespeare Festival, for example, was initially devoted to promoting the works of Shakespeare.
Do you think it would be good to have a theme related to our country? In England, they promote Shakespeare, a figure as old as the country. As part of Canada's 150th birthday, could we present people, authors or poets who would be as relevant in Canada as Shakespeare is in England?
Merci beaucoup.
Madame Gaffney, tout à l'heure, on parlait justement de ce principe des quatre saisons. J'ai beaucoup aimé votre approche lorsque vous évoquiez qu'il fallait, par exemple, trouver une vocation. Vous avez mentionné, par exemple, que le Festival Shakespeare de Stratford était consacré, à la base, à la promotion de l'oeuvre de Shakespeare.
Croyez-vous qu'il serait bon d'avoir une thématique reliée à notre pays? En Angleterre, on fait la promotion de Shakespeare, qui est un personnage aussi vieux que le pays. Dans le cadre du 150e anniversaire du Canada, pourrions-nous présenter des gens, des auteurs ou des poètes qui seraient tout aussi pertinents que Shakespeare l'est en Angleterre?
Collapse
Anita Gaffney
View Anita Gaffney Profile
Anita Gaffney
2011-11-15 9:41
Expand
I used the example of what they're doing in London, because what caught my imagination about that.... I visited the National Theatre, the Globe Theatre, the Tate Gallery, and the National Gallery, and what excited me was they had a big idea of Shakespeare. If you want to use Shakespeare in Canada, that would be fine too. But they use Shakespeare. What I liked about it is how they all interpreted it in their way that was suitable for their institution.
The theme could be Canada at 150, simple as that, and we could get arts institutions around that idea. As I said, Stratford's idea is to commission some plays about the big stories of Canada over the last 150 years. I think other arts organizations could take that same idea and get excited about it. But as Janice said, I also think it takes some discussion and consultation to package that big idea to get people really excited about it.
J’ai utilisé l’exemple de ce qui se déroule à Londres, parce que ce qui m’a vraiment emballée à ce sujet... J’ai visité le National Theater, le Globe Theater, la Tate Gallery et la National Gallery, et j’ai vraiment aimé le fait qu’ils avaient tous adopté Shakespeare comme thème. Si c’est le thème que vous souhaitez choisir au Canada, c’est correct. C’est celui qu’ils ont utilisé à Londres. J’ai beaucoup aimé la manière dont chaque organisme a adapté à sa façon le thème.
Le thème pourrait être simplement le 150e anniversaire du Canada, et nous pourrions demander aux établissements d’arts de mettre l’accent sur ce thème. Le Festival Shakespeare de Stratford propose de commander la production de pièces sur les grandes épopées canadiennes des 150 dernières années. Je crois que d’autres établissements d’arts pourraient emboîter le pas et trouver l’idée intéressante. Toutefois, comme Janice l’a fait remarquer, je crois qu’il faut aussi tenir des consultations pour trouver un thème rassembleur qui suscitera vraiment un engouement.
Collapse
View Pierre Nantel Profile
NDP (QC)
You also just mentioned the idea of a travelling show, a 150th birthday caravan. Do you think it would be possible for each of the festivals to participate in this travelling show, which would become a huge showcase that would let people see what will be presented at each of the festivals taking place to celebrate Canada's 150th birthday? There could even be an international dimension, as Ms. Iley from the Banff Centre just mentioned.
Tout à l'heure, vous avez aussi évoqué le concept d'un spectacle ambulant, d'une caravane du 150e anniversaire. Croyez-vous qu'il serait possible que chacun des festivals participe au projet de ce spectacle ambulant, qui deviendrait comme une énorme vitrine qui permettrait de voir ce qui sera présenté dans chacun des festivals qui auront lieu pour célébrer le 150e anniversaire du Canada? Cela pourrait même avoir une portée internationale, comme l'évoquait tout à l'heure Mme Iley, du Banff Centre.
Collapse
Anita Gaffney
View Anita Gaffney Profile
Anita Gaffney
2011-11-15 9:43
Expand
I would look to an example of the Royal Shakespeare Company, which brought five or six plays into New York this year, and they did an installation at The Armory. So you might look at that as a model, where you have a venue in a big international destination; you bring an opera, a symphony, a theatre, and a music festival--you bring a handful of festivals--and you call it Canada 150. You go into an installation within a community.
You may also be part of a festival. Something like the Edinburgh Festival is a wonderful international festival, and they may have a component that hosts all these Canadian activities in their different venues, because they've got many venues in Edinburgh.
I think the other concept is to embrace technology on this concept as well. The idea of filming our productions in 3D—that technology is really taking hold, and I think that's an opportunity. It doesn't replace the theatre-going experience, but I think it tantalizes the taste buds for having that experience at some point. But I think as close as you get is that 3D experience, so there's an opportunity to film some of our artistic activities and take those out into the world as well.
Je pense à ce que la Royal Shakespeare Company a fait; elle a monté cette année cinq ou six pièces de théâtre à New York et elle s’est installée à l’Armory. Nous pourrions faire comme eux, à savoir de présenter dans une salle d’une importante destination touristique internationale quelque chose comme un opéra, un concert symphonique, une pièce de théâtre et un festival de musique — de nombreux festivals. Nous appellerions le tout Canada 150. Nous pourrions nous installer dans une ville.
Le Canada pourrait également participer à un festival. Par exemple, le Festival d’Édimbourg est extraordinaire, et les organisateurs pourraient présenter les oeuvres canadiennes dans leurs nombreuses salles réparties aux quatre coins de la ville.
De plus, je crois que nous devrions mettre l’accent sur la technologie. Nous pourrions filmer nos productions en 3D; cette technologie est bien ancrée, et je crois qu’il faut saisir l’occasion. L’expérience 3D ne remplace pas le cinéma, mais je crois qu’elle suscite un intérêt. Nous pourrions filmer certaines productions canadiennes en 3D et les diffuser dans le monde.
Collapse
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Thank you, Chair.
I've heard some great quotes in the last 30 minutes or so: a new level of confidence in this country is a good way of looking at it; festivals and events can be a catalyst to discovering your own country; community engagement; the seeds of 2017 could certainly create infrastructure and create legacies that will be longstanding and very beneficial.
Thank you for that.
As a committee, I think our job is to provide the government with a study, with some ideas of how we can celebrate who we are at 150. This is such a broad thing to look at, whether it's sports or, in this case, arts.
First and foremost, as a catalyst, I think FAME is a fantastic organization. I've met with several of you in the past, and I find it's a great opportunity for decision-makers to sit down and flesh out some of these themes that I talked about.
But when it comes to, let's say, the MTEP, which is a very popular program...when we look at specific recommendations to the government and how we access government funds to promote this idea, I have no doubt there is going to be some type of fund you can take advantage of for Canada 150 and whatever theme there may be.
Where does the thrust of that funding go to? I know that's a hard question to answer because we're several years away, but give us an idea of where this funding works.
You talked about marketing, about infrastructure, bricks and mortar—the building itself. Do you put money into promoting your festival that people across the country can go to see, or do you take this festival and put it on the road, similar to what the Discovery Train was back in 1967?
I don't know where to start on this one...maybe I'll go from east to west. I'll start with Ms. Gaffney and then Ms. Price, and then to our guests on video conference.
Merci, monsieur le président.
J’ai entendu d’excellents commentaires au cours des 30 dernières minutes: une confiance accrue dans le pays est une bonne façon d’aborder la question; les festivals et les événements peuvent être un moyen de redécouvrir son propre pays; l’engagement communautaire; les réalisations en préparation pour 2017 pourraient certainement créer une infrastructure et laisser un héritage qui sera présent très longtemps et qui sera très bénéfique pour les Canadiens.
Merci de vos commentaires.
En tant que comité, notre travail est de présenter une étude au gouvernement et de lui donner des idées pour souligner le 150e anniversaire du pays. Le sujet est très vaste et comprend, par exemple, les sports ou, dans le cas présent, les arts.
Tout d’abord, je crois que FAME, en tant que catalyseur, est un organisme incroyable. J’ai rencontré plusieurs d’entre vous et je trouve très important que les décideurs prennent le temps de préciser certains thèmes que j’ai mentionnés.
Par contre, pour ce qui est, par exemple, du PMTR, qui est un programme très populaire... en ce qui concerne les recommandations précises faites au gouvernement et l’accès au financement gouvernemental à ce sujet, il ne fait aucun doute que vous aurez accès à des fonds pour faire la promotion du 150e anniversaire et du thème choisi.
À quels aspects le financement serait-il en grande partie consacré? Je sais que c’est une question difficile à répondre, parce que nous sommes des années à l’avance, mais j’aimerais en avoir une idée.
Vous avez parlé de la promotion, de l’infrastructure et de la construction de bâtiments. Investirez-vous dans la promotion de votre festival pour que les gens viennent y assister, ou sera-t-il plutôt question d’un festival ambulant, un peu à l’image du Train de la Découverte en 1967?
Je ne sais pas par qui débuter... Je vais y aller d’est en ouest. Donc, je vais débuter par Mme Gaffney, suivie de Mme Price, puis de nos témoins en vidéoconférence.
Collapse
Anita Gaffney
View Anita Gaffney Profile
Anita Gaffney
2011-11-15 9:47
Expand
Funding is about partnerships, first of all, and using public funds to incent investment from the private sector as well. I think there's an opportunity around both marketing and product development.
On the marketing front—again, I can speak about the Stratford Festival because that's what I know the best—we're most focused on raising money to produce the works in Stratford. That's what our donors give to. That's what government gives to. That's what's important.
We are an asset that can be exploited to be marketed further afield. We have very limited marketing dollars that we allocate ourselves, but we're an enormous tourism catalyst. If there's more money made available to market this treasure and this asset, all the better for the tourism economy, and also for the reputation of Canada because we're bringing more people into the country.
From a product development perspective, some of the ideas we've talked about today, the notion of commissioning plays, of touring productions, would be things that could be supported in 2017.
Le financement dépend, en premier lieu, des partenariats et des fonds publics pour encourager le secteur privé à investir également dans l’aventure. Selon moi, il y a des possibilités sur les plans tant de la promotion que de la conception.
En ce qui concerne la promotion — encore une fois, je parle du point de vue du Festival Shakespeare de Stratford, parce que c’est ce que je connais le plus —, nous consacrons principalement nos fonds à la présentation de pièces à Stratford. C’est pour cette raison que nous recevons des dons de particuliers et des subventions du gouvernement. C’est ce qui est important.
Notre produit peut être commercialisé dans d’autres marchés. Nos fonds à cet égard sont très limités, mais nous attirons beaucoup de touristes. Si plus d’argent est affecté à la promotion de ce joyau, ce sera bénéfique pour l’industrie touristique et la réputation du Canada, parce que nous attirerons davantage de touristes étrangers.
En ce qui a trait à la conception, nous appuyons les diverses idées qui ont été proposées en prévision des activités du 150e anniversaire, comme la commande de pièces de théâtre ou l’organisation d’une tournée.
Collapse
Janice Price
View Janice Price Profile
Janice Price
2011-11-15 9:48
Expand
I would add that we need the song, you know.... There are a lot of us here who are old enough that we could probably do the whole Bobby Gimby Canada song--I can. I'll leave it to Member Cash to come up with some ideas on that front.
Voices: Oh, oh!
Ms. Janice Price: But that's not an entirely facetious comment. It's those things that layer together to create that sense of a unified celebration that everyone can come to--and who can't fall in love with a great theme song?
I think it is a layer of things. For festivals like Luminato, for example, that are already multi-arts festivals, we already present...on average, 70% of our programming every year is Canadian artists from Toronto, from Ontario, and across Canada, and yet we have very rapidly built a reputation as a festival of international arts as well.
Our founders had a big vision right from the beginning, about six and a half or seven years ago, that Luminato actually was meant to be a festival for Toronto, for Ontario, and for Canada, and was meant to be embraced and loved by all Canadians in the way that they are now proud of TIFF, after its almost 35 years versus our five years. But we actually aspire--as TIFF now has achieved--to be among the top three multi-arts festivals in the world, such that we're thought of in the same breath as Edinburgh or Sydney and people plan their calendars around it and so on.
When you take that kind of scope and thinking with the large festivals and events, what I would layer into it, whether through a new MTEP-like program or the celebrations...it is an ecosystem, and you will hear from FAME members.... In fact, some of the proposals on which we've been working with government are around equally supporting smaller festivals and events. There does have to be this whole kind of holistic approach, where perhaps FAME can have that trickle-down effect, as I said, or work with artists and organizations across the country. But we also believe that there are going to have to be entry points for smaller community festivals and events, because they equally can have huge impacts in their own community.
So I think it will be important to look at the whole ecosystem. Again, it's a place where we have a lot of experience in doing that, and we are certainly willing to expand upon that for you.
J’aimerais ajouter qu’il nous faut une chanson... Certains d’entre nous sont assez vieux pour avoir appris la chanson du Centenaire compos