Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 717
View Mike Wallace Profile
CPC (ON)
View Mike Wallace Profile
2015-05-11 16:34
Expand
We'll call this meeting back to order for our next hour. Pursuant to the order of reference of Wednesday, October 8, 2014, we're dealing with Bill C-590, an act to amend the Criminal Code on blood alcohol content.
Mr. Pruden is joining us from the Department of Justice, if we have any questions at all.
This bill is a private member's bill. It has one clause. To get started, I will call clause 1.
(On clause 1)
The Chair: Mr. Dechert, I know you'd like to speak to this. The floor is yours.
La séance reprend pour la prochaine heure. Conformément à l'ordre de renvoi adopté le mercredi 8 octobre 2014, le comité étudie le projet de loi C-590, Loi modifiant le Code criminel (alcoolémie).
M. Pruden, du ministère de la Justice, est avec nous pour répondre à nos questions.
Il s'agit d'un projet de loi d'initiative parlementaire et il comporte un article. Passons donc à l'article 1.
(Article 1)
Le président: Monsieur Dechert, je sais que vous avez des choses à dire à ce sujet. La parole est à vous.
Collapse
View Bob Dechert Profile
CPC (ON)
Thank you, Mr. Chair.
I would like to propose an amendment to subclause 1(1) of the bill.
I hope the committee members have it before them.
Merci, monsieur le président.
J'aimerais proposer un sous-amendement au paragraphe 1(1) du projet de loi.
J'espère que les membres du comité l'ont devant eux.
Collapse
View Bob Dechert Profile
CPC (ON)
Right. Previously the amendment had two paragraphs in it, (a) and (b). I will not be moving (b).
Can I read it to the committee?
D'accord. Au départ, l'amendement comportait deux paragraphes: a) et b). Je ne ferai pas la proposition du paragraphe b).
Puis-je en faire la lecture au comité?
Collapse
View Bob Dechert Profile
CPC (ON)
It says replace lines 13 to 21 on page 1 with the following:
of blood
(a) is guilty of an indictable offence and is liable to imprisonment for a term not exceeding 10 years and
(i) in the case of a first offence, to a fine of not less than $2,000 and to imprisonment for not less than 60 days, and
(ii) in the case of a second or subsequent offence, to imprisonment for not less than 240 days; or
(b) is guilty of an offence punishable on summary conviction and is liable
(i) in the case of a first offence, to a fine of not less than $2,000, and
(ii) in the case of a second or subsequent offence, to imprisonment for not less than 30 days.
The rationale is that while we all support higher penalties for those who drive with a high blood alcohol concentration and for those who drive while impaired and cause bodily harm or death, there are concerns regarding the specific proposals for change in Bill C-590.
Accordingly where proposed in this amendment subclause 1(1) of the bill proposes an indictable offence for having a blood alcohol concentration exceeding 160 with a mandatory minimum penalty of $2,000 plus 60 days imprisonment and 240 days on the second offence.
The concern is that these very significant penalties, particularly for a first offender, could lead to many cases where the driver simply refuses to provide a sample because the penalty for the refusal offence has a mandatory minimum penalty of only $1,000. This was raised by a number of members of the committee during the examination with witnesses last week.
Part (a) of the motion therefore proposes that the offence of driving with a blood alcohol concentration of more than 160 would be a hybrid offence, so on indictment the penalties would remain as proposed in the bill and on summary conviction the mandatory minimum fine for a first offence would be $2,000, which is double the minimum fine for impaired driving, and for a second or subsequent offence the minimum penalty would be 30 days in prison.
By making these changes we believe that in most cases where the driver has a blood alcohol concentration of over 160 but there's no injury or death the $2,000 fine combined with the mandatory prohibition on driving for one year would be a sufficient deterrent. The very severe penalties on indictment should at the discretion of the prosecution be reserved for the most serious cases, for example, where the blood alcohol concentration is well above 160 or where the driver caused significant property damage.
For those reasons, Mr. Chair, we're proposing and we'll support this amendment.
On dit: par substitution, aux lignes 12 à 20, page 1, de ce qui suit:
mililitres de sang est coupable:
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de dix ans et:
(i) dans le cas d’une première infraction, d’une amende minimale de deux mille dollars et d’un emprisonnement minimal de soixante jours,
(ii) en cas de récidive, d’un emprisonnement minimal de deux cent quarante jours;
b) soit d’une infraction punissable par procédure sommaire passible:
(i) dans le cas d’une première infraction, d’une amende minimale de deux mille dollars,
(ii) en cas de récidive, d’un emprisonnement minimal de trente jours.
Bien que nous soyons tous en faveur de l'imposition de sanctions plus sévères à ceux qui conduisent avec un fort taux d'alcoolémie et à ceux qui conduisent avec les facultés affaiblies et causent des lésions corporelles ou la mort, nous avons des réserves face à certains changements proposés par le projet de loi C-590.
Ainsi, l'amendement propose que le paragraphe 1(1) du projet de loi prévoie que toute personne présentant un taux d'alcoolémie de plus 160 soit coupable d’un acte criminel et passible d'une amende minimale de 2 000 $ et d'un emprisonnement minimal de 60 jours, et en cas de récidive, de 240 jours.
Ce qui nous préoccupe, c'est que des sanctions aussi sévères, notamment pour une première infraction, pourraient inciter le conducteur à refuser carrément de fournir un échantillon, car la sanction prévue pour un tel refus est une peine minimale obligatoire de 1 000 $ seulement. Les membres du comité ont soulevé la question à plusieurs reprises lors de la comparution des témoins la semaine dernière.
La partie a) de la motion propose donc que l'acte de conduire avec un taux d'alcoolémie de plus de 160 soit une infraction hybride, ce qui veut dire que sur mise en accusation les sanctions seraient celles proposées dans le projet de loi, et sur déclaration sommaire de culpabilité la peine minimale obligatoire pour une première infraction serait de 2 000 $, soit le double de l'amende minimale prévue pour conduite avec facultés affaiblies; en cas de récidive, la peine minimale serait de 30 jours d'emprisonnement.
Avec ces changements, nous croyons que dans la plupart des cas, il serait suffisant d'imposer une peine de 2 000 $ plus l'interdiction obligatoire de conduire pendant un an aux conducteurs affichant un taux d'alcoolémie de 160, mais qui n'ont pas causé de lésions ni la mort. Les sanctions plus sévères sur mise en accusation devraient être laissées à la discrétion du procureur et réservées pour les cas graves, par exemple lorsque le conducteur affiche un taux d'alcoolémie nettement supérieur à 160 et cause d'importants dommages matériels.
Pour ces raisons, monsieur le président, nous proposons et soutenons cet amendement.
Collapse
View Françoise Boivin Profile
NDP (QC)
View Françoise Boivin Profile
2015-05-11 16:39
Expand
Last week, we shared a fairly important point with the sponsor of the bill. We indicated that there could be all kinds of shady goings-on in the wake of his bill.
For instance, take the offence of refusing to breathe into a breathalyzer when asked to do so by the police; this will mean that the individual would have a far lesser sentence. So there could be attempts to avoid the impact of Bill C-590.
What does the department have to say about that? Is there not a type of injustice there? Indeed, word will get around. This will make Bill C-590 completely useless. Repeat offenders and people who drink very heavily will spread the word so that they do not go beyond the 160 milligram threshold mentioned in Bill C-590. They could simply and consistently refuse to blow into the breathalyzer.
La semaine dernière, on a fait part d'un point assez important au parrain du projet de loi. On a indiqué que toutes sortes de jeux de coulisse pourraient avoir lieu, compte tenu de son projet de loi.
Il y a l'infraction de refus de souffler dans un détecteur d'alcool, par exemple, dans le cadre d'une demande faite par un policier; cela ferait en sorte qu'une personne aurait une sentence beaucoup moins importante. Il pourrait donc y avoir des tentatives d'éviter l'impact du projet de loi C-590.
Que répond le ministère à cela? N'y a-t-il pas là une forme d'injustice? En effet, les gens vont se passer le mot. Cela va rendre le projet de loi C-590 complètement inutile. Les récidivistes et les gens qui boivent en quantité industrielle vont se passer le mot pour ne pas dépasser le seuil de 160 milligrammes mentionné dans le projet de loi C-590. Ils décideraient tout simplement et invariablement de refuser de souffler dans le détecteur d'alcool.
Collapse
Hal Pruden
View Hal Pruden Profile
Hal Pruden
2015-05-11 16:40
Expand
First, thank you for the question.
I think it's fair to say that most of the offenders, perhaps even with refusal offences but certainly with impaired driving and over a milligram's offences, are first offenders. They're not people who have repeatedly committed the offence of impaired driving, and I doubt very much that they would be looking at the offence and saying that, for a hybrid offence if the motion is to pass, the minimum fine is $2,000 if I'm over 160; and the fine, if I refuse, is a minimum of $1,000 if the crown proceeds by way of summary conviction, which they do in most first offender cases.
For the vast majority of offences, it would be my sense that, no, the change in the motion will not lead to more people saying that they're going to refuse because it's $2,000 on summary conviction, instead of $1,000—
Pour commencer, je vous remercie de votre question.
Je crois qu'il est juste de dire que la plupart des contrevenants en sont à leur première infraction dans le cas de la conduite avec capacités affaiblies et de l’alcoolémie élevée, et peut-être même de l'infraction de refus. Ces gens n'ont pas commis à plusieurs reprises une infraction de conduite avec facultés affaiblies. Je doute fort qu'ils songent à l'infraction et se disent, dans le cas d'une infraction mixte, si la motion est adoptée, que l'amende minimale est de 2 000 $ s'ils dépassent 160 milligrammes, alors qu'ils s'en tireront avec une amende minimale de 1 000 $ en cas de refus, si la Couronne procède par voie de déclaration sommaire de culpabilité, ce qu'elle fait pour la plupart des premières infractions.
Dans la vaste majorité des cas, je doute fort que la modification apportée à la motion incite plus de gens à refuser l’éthylotest parce que l'amende est de 2 000 $ par procédure sommaire, plutôt que 1 000 $...
Collapse
View Françoise Boivin Profile
NDP (QC)
View Françoise Boivin Profile
2015-05-11 16:42
Expand
Just so I make sure I understand your answer, you're saying that the majority are first offenders and as such would not be too familiar with the system. That being said then, isn't there a danger in the case of the people we want to get with Bill C-590, with the jurisprudence that the Supreme Court of Canada just set with the Nur decision concerning the mandatory minimum sentence? Because isn't there a chance that maybe somebody who could have pleaded something to the court, maybe a bad decision... We've all been young at some point in time and....
I'm not saying that it is okay to make this mistake. It is a mistake that may cost dearly.
Isn't there a potential risk--and we should see these things coming--that an absolutely pathetic case will go before the courts and lead to a situation where stricter minimum mandatory sentences may be deemed unconstitutional and inconsistent with the Canadian Charter of Rights and Freedoms, or considered to be cruel and unusual punishment under sections 7 or 12? I do not remember the exact number of the section concerned.
Je veux m'assurer de bien comprendre votre réponse. Vous dites que la majorité des contrevenants en sont à leur première infraction, et qu'ils ne connaissent donc pas très bien le système. Cela dit, n'y a-t-il pas un risque dans le cas des gens que nous ciblons avec le projet de loi C-590, compte tenu de la jurisprudence que la Cour suprême du Canada vient d'établir dans l'affaire Nur à propos de la peine minimale obligatoire? Ne serait-il pas possible qu'une personne ait plaidé une chose devant le tribunal, peut-être une mauvaise décision... Nous avons tous déjà été jeunes et...
Je ne suis pas en train de dire qu'il est correct de faire cette erreur. C'est une erreur qui peut coûter cher.
N'y a-t-il pas un risque que, dans les hypothèses raisonnables qu'on devrait prévoir, un cas absolument pathétique ne se retrouve devant les tribunaux et fasse en sorte que tout le schéma des peines minimales obligatoires plus sévères pourrait être considéré inconstitutionnel et contraire à la Charte canadienne des droits et libertés, ou comme étant une peine cruelle et inusitée au sens de l'article 7 ou 12? Je ne me rappelle plus le numéro de l'article en question.
Collapse
Hal Pruden
View Hal Pruden Profile
Hal Pruden
2015-05-11 16:43
Expand
I want to be very clear that I'm not in a position to provide charter legal advice to the committee. That being said, it might be fair to simply point out that the change proposed in the motion is to have, instead of the current minimum fine of $1,000, a minimum fine of $2,000.
Je tiens à dire très clairement que je ne suis pas en mesure de vous fournir un avis juridique relatif à la Charte. Cela dit, permettez-moi simplement de préciser que la modification à la motion propose de faire passer l'amende minimale de 1 000 à 2 000 $.
Collapse
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2015-05-11 16:44
Expand
Thank you, Mr. Chair, and I'm sure the members opposite never thought they'd hear this from me, but I welcome this amendment, which provides some discretion to the prosecution in these cases. I'm particularly glad to see it come from the government, because it has a much better chance of passing.
My question for you, Mr. Pruden—and I hope and expect that you saw the transcript or that you were present when Mr. Hoback testified—is the same question that I posed to him. It's about the practice that's grown up in at least some of the provincial and magistrates' courts where the prosecution gives notice as to whether they're going to be relying on the subsections within section 255 that impose a jail sentence.
What I mean is that a practice has grown up, whether it's by guidelines, whether it's by professional courtesy, or whether it's because there is some jurisprudence that requires them to do it, that the prosecution will give a heads-up to the court and to the accused if they intend to rely on the fact that what's before the court is a second offence or a third offence and therefore will attract a jail sentence. In many instances they exercise their discretion not to give such notice and have the case proceed as if it weren't a second offence.
My question to you is the same one I asked Mr. Hoback. Are you familiar with that practice, and if so, can you give us some sense how it has grown up, and is there anything in this bill that will have any impact on it?
Merci, monsieur le président. Je suis persuadé que les députés d'en face n'auraient jamais imaginé m'entendre dire ce qui suit, mais je suis en faveur de la modification, qui laisse un certain pouvoir discrétionnaire à la poursuite dans ces situations. Je suis particulièrement ravi que ce soit le gouvernement qui l'ait proposée, car elle a de bien meilleures chances d'être adoptée.
Maître Pruden, j'aimerais vous poser la même question que celle que j'ai posée à M. Hoback lors de son témoignage — et j'imagine que vous avez lu la transcription ou que vous étiez présent. Elle porte sur une pratique qui s'est établie du moins dans certaines cours provinciales et de magistrat, où la poursuite indique son intention de s'appuyer ou non sur les paragraphes de l'article 255 qui imposent une peine d'emprisonnement.
Ce que je veux dire, c'est qu'une pratique s'est installée en raison soit de lignes directrices, soit d'une courtoisie professionnelle, soit de la jurisprudence. La poursuite avise donc le tribunal et l'accusé si elle tiendra compte du fait que l'affaire devant le tribunal est une deuxième ou une troisième infraction, ce qui nécessite une peine d'emprisonnement. Dans bien des cas, elle exerce son pouvoir discrétionnaire et choisit de ne pas donner cet avis et de procéder comme s'il ne s'agissait pas d'une récidive.
Je vous pose donc la même question que j'avais posée à M. Hoback. Êtes-vous au courant de cette pratique? Dans l'affirmative, pouvez-vous nous expliquer comment elle a pris forme? Le projet de loi contient-il quoi que ce soit qui puisse avoir une incidence à ce chapitre?
Collapse
Hal Pruden
View Hal Pruden Profile
Hal Pruden
2015-05-11 16:45
Expand
The short answer is, yes, I am familiar with the notice that is required of the crown before it seeks a higher penalty based on a person's prior convictions. That is statutory, so it's not just a practice. There is a requirement in the Criminal Code in section 727 for the crown to give that notice.
That having been said, it's very important to know that the provinces and the attorneys general of the provinces and of the federal government will typically have policy manuals that include guidelines on when the crown should use a look-back period, which means how far I look back before I tender that notice seeking the higher penalty. In some cases it might be 10 years. I'll look back 10 years and if the person is clear for a certain number of years, then I won't file my notice seeking a higher penalty.
The judge is always required to fashion a fit and proper sentence based on all the factors whether they're mitigating, or whether they're aggravating. Interestingly, in Canada, the crown as well as the defence may launch an appeal against the sentence if they believe the judge has not given a fit and proper sentence based on all the circumstances. One can conceive of situations where the notice is not filed because of the policy, but nonetheless the prosecution is asking for more than the minimum penalty based on all the factors surrounding the current offence.
Pour répondre brièvement, je suis bel et bien au courant de l'avis que la Couronne est tenue de donner avant de demander une peine plus lourde en raison des condamnations antérieures d'un individu. Ce n'est pas qu'une simple pratique puisque c'est prévu à la loi. L'article 727 du Code criminel exige que la Couronne donne un tel avis.
Cela dit, il est très important de souligner que les provinces et les procureurs généraux des provinces et du gouvernement fédéral ont habituellement des manuels de directives qui précisent notamment le moment où la Couronne doit avoir recours à une période rétrospective, qui définit jusqu'à quand il faut revenir en arrière pour pouvoir donner un tel avis et demander une peine plus sévère. Dans certains cas, ce peut être 10 ans. Il faut donc revenir 10 ans en arrière, et si l'individu n'a commis aucune infraction depuis un certain nombre d'années, il n'y a pas lieu de donner un avis pour obtenir une peine plus sévère.
Le juge doit toujours imposer une peine juste et suffisante en fonction de toutes les circonstances, qu'elles soient atténuantes ou aggravantes. Il est intéressant de souligner qu'au Canada, tant la Couronne que la défense peuvent interjeter appel de la peine s'ils croient que le juge n'a pas infligé une peine juste et suffisante tenant compte de toutes les circonstances. Il est possible d'imaginer des situations où l'avis n'est pas donné en raison d'une politique, mais où la poursuite demande néanmoins une peine plus sévère que la peine minimale en raison de l'ensemble des circonstances entourant l'infraction actuelle.
Collapse
View Mike Wallace Profile
CPC (ON)
View Mike Wallace Profile
2015-05-11 16:47
Expand
Thank you.
Further to the amendment.... By the way I should have mentioned the amendment is in order. I should have said that right up front.
Any further questions or comments on the amendment?
(Amendment agreed to)
(Clause 1 as amended agreed to)
The Chair: Shall the bill carry as amended?
Some hon. members: Agreed.
The Chair: Shall the title carry?
Some hon. members: Agreed.
The Chair: Shall the chair report the bill, as amended, to the House?
Some hon members: Agreed.
The Chair: Shall the committee order a reprint of the bill, as amended, for the use of the House at report stage?
Some hon. members: Agreed.
The Chair: We're done now with Bill C-590. I will report that back to the House tomorrow.
We do now have visitors coming to see us at five o'clock for those who can hang around. They are from the delegation from the Parliament of Ukraine. You have a notice on who's coming. They are a fairly senior legal group that wants to come to see us. If you could hang around, that would be great. If you can't, I fully understand.
We will suspend until five o'clock.
Je vous remercie.
À propos de la modification... En passant, j'aurais dû dire qu'elle est recevable. J'aurais dû le préciser d'emblée.
Y a-t-il d'autres questions ou commentaires concernant la modification?
(L'amendement est adopté.)
(L'article 1 modifié est adopté.)
Le président: Le projet de loi modifié est-il adopté?
Des voix: D'accord.
Le président: Le titre est-il adopté?
Des voix: Oui.
Le président: La présidence doit-elle faire rapport du projet de loi modifié à la Chambre?
Des voix: D'accord.
Le président: Le comité ordonne-t-il la réimpression du projet de loi modifié pour l'usage de la Chambre à l'étape du rapport?
Des voix: D'accord.
Le président: Nous avons maintenant terminé notre étude du projet de loi C-590. Je vais en faire rapport à la Chambre demain.
Pour ceux qui peuvent rester, nous aurons de la visite à 17 heures. Ce sont des représentants de la délégation du Parlement de l'Ukraine. L'avis de convocation indique qui sera présent. C'est un groupe d'assez hauts représentants du milieu juridique qui souhaite discuter avec nous. Il serait formidable que vous puissiez rester, mais je comprendrai parfaitement si vous ne pouvez pas.
Nous allons suspendre la séance jusqu'à 17 heures.
Collapse
View Mike Wallace Profile
CPC (ON)
View Mike Wallace Profile
2015-05-06 15:31
Expand
Ladies and gentlemen, I'm calling this meeting to order. It is 3:30.
Today we're at meeting number 74 of the Standing Committee on Justice and Human Rights. According to the orders of the day pursuant to the order of reference of Wednesday, October 8—that seems like a long time ago—we are studying Bill C-590, an act to amend the Criminal Code in regard to blood alcohol content, which was referred to committee.
Today's witness for this bill is the mover of the bill, Mr. Hoback, who is the MP for Prince Albert.
Mr. Hoback, the floor is yours for 10 minutes.
Mesdames et messieurs, la séance est ouverte. Il est 15 h 30.
C'est la 74e réunion du Comité permanent de la justice et des droits de la personne. Conformément à l'ordre de renvoi du mercredi 8 octobre — cela me semble remonter à loin —, nous étudions le projet de loi C-590, Loi modifiant le Code criminel (alcoolémie), qui a été renvoyé au comité.
Nous avons comme témoin aujourd'hui l'auteur du projet de loi, M. Hoback, député de Prince Albert.
Monsieur Hoback, la parole est à vous pour 10 minutes.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2015-05-06 15:31
Expand
Thank you, Chair.
Thank you, colleagues, for being here this afternoon to talk about something that's very serious. It's dear to my heart but also dear to many Canadians across Canada. It is about the ability to get drunk drivers off the road and to actually put in place better legislation to do that.
As for what Bill C-590 does, it is an act to amend section 255 of the Criminal Code to establish more severe penalties for offenders who have a blood alcohol content of twice the legal limit. In this bill, we're not going after those who have had one glass of wine or are maybe in and out of the 0.05 or 0.08, depending on what province you're in. This is actually going after people who are two sheets to the wind: they are seriously drunk and they're getting into a motor vehicle and doing great harm when they do that.
As I said when we first discussed this in the House, I am very open to ideas on, suggestions for, and amendments to this bill. This is not just my bill. In a lot of ways, this is your bill. I look forward to the committee making this bill a stronger bill by doing just that, so that the result is something we can take pride in and have some confidence in, knowing that we've made the roads, streets, and waterways in Canada safer.
What we'd be doing is that offenders who are at twice the legal limit would be “liable to imprisonment for a term not exceeding 10 years”. Penalties for the first-offence conviction will now result in a minimum fine of $2,000 and a minimum 60-day prison term. In the case of a second or subsequent offence, the minimum term of imprisonment will be 240 days. Those with a blood alcohol content over the legal limit who harm or kill someone will be additionally penalized with a minimum fine of $5,000, a minimum of 120 days in prison for a first offence, and a minimum of a 12-month term of imprisonment for a second or subsequent offence.
To share some stats, according to Statistics Canada, almost half of fatally injured drivers had a blood alcohol content of more than twice the legal limit. This level of impairment has had a devastating impact on our youth, as they make up 31% of alcohol-related deaths. I don't think there is one person in this room who can't relate to that statistic. When I went to high school, we heard of different schools throughout the district that saw youth killed before their prime because they were drinking and driving.
The June 2009 report by the House of Commons Standing Committee on Justice and Human Rights on alcohol use among fatally injured drivers indicates that the bulk of impaired driving problems lies with those drivers having a blood alcohol content over the current Criminal Code BAC of 0.08. That's a startling fact, when you think about it. This isn't about somebody who maybe had one little drink too many and is over 0.08. We're seeing very severe consequences when they get over that 0.08 or 0.05 factor, depending on where you are.
Among the tested drivers in Canada, 62.9% showed no evidence of alcohol, and that's a good sign; 37.1% had been drinking, and that's a bad sign; 4.3% had a blood alcohol content below 0.05; 2.6% had a blood alcohol content from 0.05 to 0.08; 9.4% had a blood alcohol content of 0.081 to 0.160; and 20.8% had a blood alcohol content over 0.160.
In other words, 81.5% of the fatally injured drinking drivers had a blood alcohol content over the current limit of 0.08 up to 0.16. High blood alcohol content drivers, such as those with a blood alcohol content over 160 milligrams per 100 millilitres of blood, are drunk. There's no question that they're behind a wheel and there's no question that they should not be behind the wheel. Your friends will recognize that at this level of alcohol.... These are the people who are doing the most harm on our roads. Of course, this represents a disproportionate number of fatally injured drinking drivers.
Drivers with a high blood alcohol content represent about 1% of the cars on the road at night and on weekends, yet they account for nearly half of all drivers killed at those times. That's 1%, but half the deaths. Limited resources would seem to be best deployed to target the 81.5% of the fatally injured drinking drivers who are already above the 0.08 threshold. The worst offenders are already driving with a blood alcohol content two or three times the current limit. Drivers with the highest blood alcohol content constitute the most significant danger on the roads or waterways, and they should still be a priority.
Section 255.1 of the Criminal Code states that if an impaired driving offence is committed by someone whose blood alcohol content exceeds 0.16 at the time the offence was committed, it will be an aggravating factor upon sentencing. This reflects the fact that driving with a high level of impairment—over 0.16, or double the current legal limit—is generally indicative of a serious problem.
Even if a driver with this level of impairment is being detected for the first time, it is likely that this is a hard-core impaired driver. In other words, the only thing we don't know is how many times he's been drinking and driving before they caught him. Of course, this is due to the fact that rarely is that time the first time he has driven while under the influence of alcohol.
In Saskatchewan we've experienced an increase in police-reported impaired driving incidents in each consecutive year from 2006 to 2011, according to Stats Canada. Furthermore, in 2011, Saskatchewan had the highest number of such police-reported impaired driving incidents, at almost 700 per 100,000 people, among all of the provinces. In other words, over the course of five years, the number of police-reported incidents has increased from around 500 incidents to 700 per 100,000 people.
Bill C-590 targets drivers with a high blood alcohol content by increasing specific penalties for such drivers. The goal is to prevent these drivers from reoffending, since high-risk offenders cause the greater number of collisions, with higher fatality rates, and are more likely to be repeat offenders.
On a personal note, this became an interest to me because right next to my office in Prince Albert was a guy by the name of Ben Darchuk. He ran Ben's Auto Glass and employed roughly 10 to 20 people in his business. Ben had just bought a new boat, and on May 20, 2012, he was going to head up to Christopher Lake for the long weekend. His family had already gone up to secure a camping site. He hooked up to his boat and was heading up to the lake to meet with his family. He didn't get there. He was hit by a 22-year-old who was over 0.08 and who was also on cocaine. Ben was killed instantly. Ben is survived by his wife Leanne and two daughters and a son. He never got a chance to use that new boat.
You can look at that impact on Prince Albert and at impacts around the country, where everybody has an example like that. I can call on another example of a lady in Prince Albert who was pregnant and was killed by a drunk driver. She was 17 years old. They managed to save the baby.
There are too many examples of this type of scenario happening on our streets and on our roads. I don't want to say just “our roads”, because it's also our waterways. I want to stress that. A boat is a motor vehicle. This is not just about cars. A lot of people think they can have one or two beer, or five or ten, and go on a boat or a Jet Ski and think they're safe. They aren't.
What we're trying to do here is very simple, and I look forward to amendments to make this bill even better. The goal is to get these people off the road. We need to do that. We have to make sure that they don't do harm and get the proper counselling and treatment so they don't reoffend.
Mr. Chair, I'll end it there. I'll entertain questions.
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie, collègues, de m'avoir invité cet après-midi à parler d'un sujet très sérieux qui me tient beaucoup à coeur, comme il tient à coeur à de nombreux Canadiens, un peu partout dans le pays. Il s'agit d'empêcher les conducteurs ivres de prendre le volant et d'adopter de meilleures mesures législatives à cette fin.
Le projet de loi C-590 a pour but de modifier l'article 255 du Code criminel afin d'imposer des peines plus sévères aux conducteurs dont l'alcoolémie atteint ou dépasse le double de la limite légale. Le projet de loi ne cible pas ceux qui prennent un verre de vin ou dont l'alcoolémie est proche de 0,05 ou 0,08, selon la province où ils se trouvent. Il vise en fait les gens qui prennent les commandes d'un véhicule à moteur dans un état d'ébriété avancé et qui causent ainsi un grand préjudice.
Comme je l'ai dit lorsque nous en avons discuté pour la première fois à la Chambre, je suis très ouvert aux idées, suggestions et amendements. Ce n'est pas seulement mon projet de loi, c'est aussi le vôtre. Je souhaite que le comité le renforce pour que nous puissions aboutir à un résultat dont nous serons fiers et dans lequel nous aurons confiance, sachant que nous aurons rendu plus sûres les routes, les rues et les voies navigables du Canada.
Si le projet de loi est adopté, un conducteur dont l'alcoolémie se situe au double de la limite légale serait « passible d'un emprisonnement maximal de dix ans ». Pour une première infraction, ce conducteur se verrait infliger une amende minimale de 2 000 $ et une peine d'emprisonnement minimale de 60 jours. En cas de récidive, la peine d'emprisonnement minimale serait de 240 jours. Les conducteurs qui blessent ou tuent une personne pendant que leur alcoolémie dépasse la limite légale seraient condamnés à une amende minimale de 5 000 $ et à une peine d'emprisonnement minimale de 120 jours pour une première infraction et à une peine minimale de 12 mois en cas de récidive.
Je voudrais vous faire part de quelques chiffres. D'après Statistique Canada, près de la moitié des conducteurs mortellement blessés avaient une alcoolémie dépassant le double de la limite légale. Ce niveau d'affaiblissement des facultés a eu des effets dévastateurs sur nos jeunes, qui représentent 31 % des décès liés à l'alcool. Je ne crois pas qu'il y ait ici une seule personne pour qui ce chiffre ne revêt pas un sens particulier. Quand j'étais à l'école secondaire, j'ai entendu parler d'étudiants de différents établissements du district qui avaient trouvé la mort parce qu'ils avaient pris le volant après avoir bu.
Le rapport sur l'alcool au volant publié en juin 2009 par le Comité permanent de la justice et des droits de la personne de la Chambre des communes indiquait que la plupart des problèmes liés à la conduite en état d'ébriété étaient attribuables aux conducteurs dont l'alcoolémie était supérieure à la limite de 0,08 actuellement prévue dans le Code criminel. À bien y penser, c'est un fait vraiment surprenant. Nous ne parlons pas de personnes qui ont simplement pris un verre de trop qui leur a fait dépasser la limite de 0,08. Nous sommes témoins de très graves conséquences lorsque ces gens vont au-delà de 0,05 ou 0,08, selon la province.
Parmi les conducteurs du Canada qui ont été testés, 62,9 % n'avaient aucune trace d'alcool, ce qui est un bon signe; 37,1 % avaient bu, ce qui est un mauvais signe; 4,3 % avaient une alcoolémie inférieure à 0,05; 2,6 % se situaient entre 0,05 et 0,08; 9,4 % étaient entre 0,081 et 0,160; et 20,8 % dépassaient 0,160.
Autrement dit, 81,5 % des conducteurs mortellement blessés après avoir bu avaient une alcoolémie qui se situait entre la limite actuelle de 0,08 et 0,16. Les conducteurs à forte alcoolémie, comme ceux qui ont plus de 160 mg d'alcool par 100 ml de sang, sont vraiment saouls. Il n'y a pas de doute que ces gens avaient pris le volant, comme il n'y a pas de doute qu'ils n'auraient pas dû le faire. Vos amis reconnaîtront qu'à ce niveau d'alcoolémie… Ce sont ces gens qui font le plus de mal sur nos routes. De toute évidence, cela représente un nombre disproportionné de conducteurs mortellement blessés après avoir bu.
Des conducteurs à forte alcoolémie sont au volant d'environ 1 % des véhicules qui roulent sur les routes la nuit et en fin de semaine. Pourtant, ils représentent aussi près de la moitié de l'ensemble des conducteurs tués à ces heures. Ces chiffres sont éloquents: 1 % des véhicules, mais la moitié des décès. Avec des ressources limitées, il est donc préférable de cibler les 81,5 % de conducteurs mortellement blessés qui sont déjà au-delà de la limite de 0,08. Les pires contrevenants prennent le volant avec une alcoolémie deux à trois fois supérieure à la limite légale actuelle. Ces conducteurs constituent le plus grand danger que nous ayons sur nos routes et nos voies navigables et devraient donc être considérés comme prioritaires.
D'après l'article 255.1 du Code criminel, si l'infraction de conduite avec facultés affaiblies est commise par une personne dont l'alcoolémie dépasse 0,16, ce facteur constitue une circonstance aggravante lors de la détermination de la peine. Cela reflète le fait que conduire à un tel niveau d'ébriété — plus de 0,16 ou plus du double de la limite légale actuelle — témoigne en général d'un sérieux problème.
Même si un conducteur ayant une telle alcoolémie est pris pour la première fois, il est probable que c'est un buveur invétéré. Autrement dit, la seule chose que nous ne sachions pas, c'est combien de fois il a conduit dans cet état avant d'être pris. Bien sûr, cela est dû au fait qu'il est rare que ce soit vraiment la première fois qu'il ait conduit en état d'ébriété.
En Saskatchewan, d'après Statistique Canada, nous avons connu chaque année, de 2006 à 2011, des hausses du nombre d'incidents de conduite avec facultés affaiblies signalés par la police. De plus, en 2011, la Saskatchewan avait le taux le plus élevé de tels incidents parmi toutes les provinces, avec près de 700 pour 100 000 personnes. Autrement dit, en l'espace de cinq ans, le nombre d'incidents signalés par la police est passé de près de 500 à 700 pour 100 000 habitants.
Le projet de loi C-590 cible les conducteurs à forte alcoolémie en leur imposant des peines plus sévères, le but étant de prévenir la récidive puisque ces contrevenants à risque élevé causent le plus grand nombre de collisions, avec des taux de mortalité élevés, et sont les plus susceptibles de récidiver.
Sur un plan personnel, je me suis intéressé à ce sujet parce que, tout près de mon bureau à Prince Albert, il y avait un homme que je connaissais, Ben Darchuk, qui dirigeait l'atelier Ben's Auto Glass et employait entre 10 et 20 personnes dans son entreprise. Ben venait tout juste d'acheter un nouveau bateau quand, le 20 mai 2012, il a pris la direction du lac Christopher où il devait passer le week-end prolongé. Sa famille était déjà partie pour trouver un site de camping. Il avait attelé le bateau à son véhicule et se dirigeait vers le lac pour retrouver sa famille, mais il n'est jamais arrivé à destination. Il a été heurté par un jeune de 22 ans qui était au-dessus de la limite légale de 0,08 et qui prenait également de la cocaïne. Il a été tué sur le coup, laissant une femme, Leanne, deux filles et un fils. Il n'a jamais eu l'occasion d'utiliser son nouveau bateau.
Vous pouvez imaginer l'impact de cet accident à Prince Albert ainsi que les incidences d'accidents du même genre partout dans le pays. Chacun connaît des exemples semblables. Je peux penser à cette jeune femme de Prince Albert qui était enceinte et qui a été tuée par un conducteur ivre. Elle n'avait que 17 ans. On avait au moins réussi à sauver le bébé.
Il n'y a que beaucoup trop d'exemples de ce genre sur nos routes et nos rues. Je ne devrais pas dire « nos routes » parce qu'il faut également penser à nos voies navigables. Je veux insister sur ce point. Un bateau est aussi un véhicule à moteur. Nous ne parlons pas seulement de voitures. Beaucoup de gens pensent qu'ils peuvent consommer sans risques une ou deux bières ou peut-être cinq ou dix avant de prendre les commandes d'une embarcation ou d'une motomarine. Ce n'est pas vrai.
Ce que nous essayons de faire ici est très simple. J'attends de vous des amendements pouvant améliorer le projet de loi. L'objectif est de tenir ces gens à l'écart des routes. Nous devons le faire. Nous devons nous assurer qu'ils ne feront plus de tort aux autres et qu'ils recevront les traitements et les conseils dont ils ont besoin pour ne pas récidiver.
Monsieur le président, je vais m'arrêter là. Je serai heureux de répondre à des questions.
Collapse
View Françoise Boivin Profile
NDP (QC)
View Françoise Boivin Profile
2015-05-06 15:40
Expand
Thank you, Mr. Hoback.
This is interesting. I will reiterate how important the bill is, as it tackles a serious issue. I think it is a scourge too. We have to try to discourage people from doing things like that.
With all the awareness campaigns out there, I don't understand why, in 2015, people—I'm pulling my hair out trying to figure out what we can do to make them understand—
I know that you are focusing on the most serious cases. I practised criminal law, so I agree with you: a blood alcohol level of 0.16 means someone is pretty drunk.
In January, in the riding of Gatineau—which I represent—50 drivers who had been arrested for driving while impaired were discharged because of unreasonable delays. Everyone was shocked by that news.
Parliament may pass legislation, but there are other major things involved, including access to justice. Justice can also be faster. We need more judges and crown prosecutors so as to avoid passing legislation that seems tough, but then having people wake up and see that 50 drivers have been let go. I am not saying they were all guilty. Nevertheless, 50 people were charged, and they were discharged because their trials could not be held within a reasonable timeframe.
I'm glad you explained what gave rise to the bill. One of my concerns is about increasing the minimum sentence, which is already established in the Criminal Code, in the sections we are dealing with. There is a theory out there that the problem is due to the fact that minimum sentences are becoming the standard. It is not uncommon for the Crown or the defence to stick to minimum sentences. We have to keep in mind the Nur ruling, which held that the mandatory minimum sentence must not be exaggerated, as it might not pass the test. Courts often stick to the minimum sentences.
Is it not dangerous to set a minimum sentence, instead of increasing maximum sentences and leaving it to the court's discretion to rule based on the case and the individual's criminal record?
I am surprised to see that MADD Canada is not supporting your initiative. I don't know whether you know why that is, but perhaps you could explain it to us.
Have you looked into the legality of increasing mandatory minimum sentences in light of the Supreme Court of Canada's recent decision on those sentences?
Merci, monsieur Hoback.
C'est intéressant. Je vais répéter à quel point il s'agit d'un projet de loi important qui s'attaque à une question sérieuse. Je pense, moi aussi, qu'il s'agit d'un fléau. Il faut tenter de dissuader les gens d'agir de la sorte.
Avec toutes les campagnes de sensibilisation, je ne comprends pas pourquoi, en 2015, des gens... Je m'arrache les cheveux de la tête, j'aimerais savoir ce qu'on peut faire pour leur faire comprendre...
Je sais que vous vous concentrez sur les cas plus sérieux. J'ai pratiqué le droit criminel et je suis d'accord avec vous: un taux d'alcoolémie de 0,16 indique qu'une personne est pas mal saoule
Par ailleurs, en janvier, dans le comté de Gatineau, que je représente, 50 conducteurs qui avaient été arrêtés pour facultés affaiblies ont été libérés, parce que les délais étaient déraisonnables. Tout le monde était en état de choc à la suite de cette nouvelle.
Parfois, le Parlement adopte des lois, mais il y a des corollaires importants, dont l'accessibilité à la justice. La justice peut aussi être plus rapide. Il faut davantage de juges et de procureurs de la Couronne pour éviter qu'on adopte des lois qui semblent sévères, mais qu'en bout de ligne, les gens se réveillent et voient que 50 conducteurs ont été libérés. Je ne dis pas qu'ils étaient tous coupables. Il n'en demeure pas moins que 50 personnes ont été accusées, et elles ont été libérées parce qu'on n'a pas pu faire en sorte que leur procès ait lieu dans un délai raisonnable.
Je suis contente que vous ayez expliqué ce qui a mené au projet de loi. Une de mes inquiétudes a trait au fait de hausser la peine minimale. La peine minimale existe déjà dans le Code criminel, dans les articles en question. Une certaine théorie circule à l'effet que le problème serait dû au fait que les peines minimales deviennent la norme. Il n'est pas rare de voir la Couronne ou la Défense s'en tenir aux peines minimales. Il faut tenir compte de l'arrêt dans la cause Nur, selon lequel il ne faut pas que la sentence minimale obligatoire soit exagérée, parce que cela risque de ne pas passer le test et, souvent, les tribunaux vont s'en tenir aux peines minimales.
Établir une peine minimale, au lieu de hausser les peines maximales et laisser à la cour la discrétion de décider compte tenu du dossier et des antécédents judiciaires de la personne, n'est-il pas dangereux?
Je suis surprise de voir que MADD Canada n'appuie pas votre démarche. Je ne sais pas si vous savez pourquoi, mais peut-être pourriez-vous nous l'expliquer.
Avez-vous vérifié la légalité de la hausse des sentences minimales obligatoires compte tenu de l'arrêt récent de la Cour suprême du Canada sur les sentences minimales obligatoires?
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2015-05-06 15:43
Expand
Thank you.
First of all, thank you for your questions. I appreciate them.
It's interesting to talk about minimums and the whole content surrounding minimums. When I talked to some of the different driving instructors, I asked what would have the most impact in getting that message not to drink and drive out to young people when they're learning how to drive. They said that it's when you can tell them what is going to happen as a result of drinking and driving.
First of all, we're going to detect it, so we have to make sure that resources are in place to detect it. Second, it's inexcusable because of time restrictions to have 50 people not go through the system and not have their day in court when they have already been charged. It is something that I think the province will have to deal with in how they fund their courts. I can't comment on that. I don't know a lot about it, so I'll leave that alone.
What I will tell you is what these driving instructors are telling me. They're saying that when you can go in there and tell students what the impact is, when you tell them about the damage and the harm they will do to people and their families.... For example, we've seen schools at graduation time take a damaged car and put it on the front lawn just to shock students at graduation about what happens when you drink and drive. They're saying that if they have the ability to explain to the students the consequences, the students will take a second look and say that it's serious.
Another comment that came out when I was discussing it with MADD is that they actually would like to see higher minimum sentences. They'd like to see them be a lot more. In fact, their concern is that they're only going to get one kick at this and we won't get enough for it. I can understand why they're coming forward. We have to balance a combination of things. Again, I will take amendments from this committee. I'm wide open. What I feel is that this is just a good place to start.
When they're talking about marijuana and driving, and drugs and driving, that's another concern. With the fact that there are some tests coming into play in the future, MADD says that suddenly students realize that if they have a joint somebody is going to detect it, so all of a sudden they say they don't want to do that. The fear of the consequences of being caught, the fact that they can be caught, is having an impact on them and they're saying that they don't want to do it. That's the goal in this case.
Merci.
Je voudrais commencer par vous remercier de vos questions.
Il est intéressant de parler des peines minimales et de tout ce qui les entoure. Je me suis entretenu avec un certain nombre de moniteurs d'auto-école. Je leur ai demandé ce qui, à leur avis, aurait le plus d'impact pour persuader les jeunes qui suivent des cours de conduite de ne pas prendre le volant après avoir bu. Ils m'ont dit que le mieux est de leur expliquer ce qui arrive quand on mélange alcool et conduite.
Tout d'abord, il faut détecter les contrevenants. Nous devons donc nous assurer d'avoir les ressources nécessaires pour le faire. Deuxièmement, il est inexcusable de laisser aller 50 conducteurs à cause de trop longs délais alors que des accusations avaient déjà été portées contre eux. C'est un problème que la province devra affronter en examinant le financement accordé aux tribunaux. Je n'ai pas d'observations à formuler à cet égard. Je ne sais pas grand-chose à ce sujet. Je vais donc m'abstenir.
Je ne peux que vous répéter ce que ces moniteurs m'ont dit. Pour eux, s'il est possible d'aller parler aux étudiants des conséquences, de leur dire combien de dégâts ils peuvent causer et combien de tort ils peuvent faire aux gens et à leurs familles… Il y a par exemple des écoles qui, le jour de la remise des diplômes, ont placé des épaves de voiture sur la pelouse, en face de l'établissement, afin de choquer les étudiants en leur montrant ce qui peut arriver quand on prend le volant après avoir bu. Les moniteurs disent que s'ils ont la possibilité d'expliquer les conséquences, les étudiants y penseront à deux fois et se diront que c'est vraiment sérieux.
J'ai eu d'autres commentaires lors de mes discussions avec les représentantes de MADD. Elles m'ont dit en fait qu'elles souhaitaient voir des peines minimales plus sévères, beaucoup plus sévères. Elles craignent de nous voir nous occuper de cette question d'une façon ponctuelle qui ne donnera pas de résultats suffisants. Je comprends leur point de vue. Nous devons cependant réaliser un certain équilibre entre différents éléments. Encore une fois, j'attends des amendements du comité. Je suis très ouvert à cet égard. J'estime simplement que le projet de loi constitue un bon point de départ.
Il faut aussi se soucier des effets au volant de la marijuana et d'autres drogues. Compte tenu du fait que des tests feront leur apparition à l'avenir, les représentantes de MADD croient que les étudiants se rendront compte que s'ils fument un joint, on pourra s'en apercevoir et préféreront donc s'en abstenir. La crainte des conséquences et de ce qui peut arriver s'ils sont pris a des effets salutaires qui les amènent à renoncer. C'est l'objectif dans ce cas.
Collapse
Results: 1 - 15 of 717 | Page: 1 of 48

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data