Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 1639
View Emmanuel Dubourg Profile
Lib. (QC)
View Emmanuel Dubourg Profile
2021-06-07 19:18
Expand
Thank you.
As I don't have much time left, I will ask you a question about your relationship with the United States. You used to be an astronaut, and so you have privileged contacts with them.
What kind of a relationship would you say you have with the U.S. Secretary of State Mr. Blinken and the Biden administration?
Je vous remercie.
Étant donné qu'il ne me reste pas beaucoup de temps, je vais vous poser une question sur vos relations avec les États‑Unis. Vous avez été astronaute, et vous avez donc des contacts privilégiés avec eux.
Comment qualifiez-vous vos relations avec le secrétaire d'État américain M. Blinken et l'administration Biden?
Collapse
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
I would say that relationship is excellent. Mr. Blinken and I hit it off. He speaks French very well, as he went to high school in Paris in his youth. So we often speak in French, and we have a very good relationship.
Je dirais qu'elles sont excellentes. M. Blinken et moi avons des atomes crochus. Il parle très bien français, car il a fréquenté un lycée de Paris dans sa jeunesse. Nous parlons donc souvent en français et nous avons de bonnes relations.
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:07
Expand
Thank you very much, Mr. Chair, and it is windy here from time to time today.
Thank you and members of the committee for the opportunity to appear today and make the case for border communities, not just Windsor but across the country, to gain access to surplus vaccines that have been offered by our neighbours in the United States.
In my community prior to the onset of the pandemic, the border between Windsor and Detroit was much like that between Ottawa and Gatineau, in the shadow of Parliament Hill.
Thousands of health care workers live in my community but cross to work every day in Detroit.
At the onset of the pandemic when Detroit was a hot spot for cases—in fact, among the worst in the United States—Canadian nurses crossed the border each day to support the health care system in southeast Michigan. It's no exaggeration to suggest that without Canadian health care workers, entire hospitals would have closed in Michigan, creating widespread problems. In fact, the United States State Department recognized this invaluable contribution, and the U.S. consul general came to Windsor. He and I handed out thank-you gift cards to doctors, nurses and pharmacists who were crossing at the Windsor-Detroit tunnel and the Ambassador Bridge.
That was April 2020.
When the vaccines began to be delivered, the City of Windsor stepped up to support all aspects of the process. Hundreds of city staff have been redeployed to support different mass vaccination clinics across Windsor. We set up a special call centre to help ensure the process was smooth and efficient.
It hasn't been without challenges, the largest of which relates to the mismatch between supply and demand.
In the beginning we had 12,000 seniors over 80 years old on our wait-list. Some had waited for six weeks for the phone call to book their first appointment.
I actually booked 180 of these appointments myself. When I called one 86-year-old, she broke down crying on the phone with joy. She hadn't left home for six weeks. She wouldn't even take out her recycling without bringing her phone for fear of missing the call that would set her on a path to, once again, hug her grandkids.
The problem is that the fear and uncertainty she felt in the beginning was only exacerbated after she received her first shot, because we told her to go home and wait for up to four months now for someone else to call and book the second appointment.
Members of the committee, we can and we must do better until everyone has been fully vaccinated. Today, multiple medical officials in Detroit and the State of Michigan have offered to provide us with surplus vaccines, many of which would otherwise expire and be thrown away because vaccine uptake is slowing just two kilometres away in Detroit.
Last week it was reported that the State of Michigan saw 35,000 doses hit the landfill, and I submit to this committee that those were doses that could have gone into the arms of Canadians.
I appreciate there are a host of issues that would need to be resolved in order to make this sort of international inoculation effort possible. I'm not here to minimize or trivialize the effort that's required to make this happen, but I am here to advocate for that effort to be sped up, because it would help get Canadians access to their second doses faster than would otherwise be the case.
The federal government's COVID-19 testing and screening expert advisory panel report released on May 28 specifically highlights that Canadians with only one dose are at a significant public health disadvantage. I appreciate that a pathway exists for Canadians to get fully vaccinated based on the supply procured at the national level, which is allocated to the province, but this process will take months to hit all eligible Canadians. Multiple offers for surplus vaccines have been made to Canadians from U.S. counterparts today.
An urgent dialogue is required with all respective parties on both sides of the border to find a way to make this happen.
Throughout this pandemic, governments at every level have found ways to move mountains to safeguard the health and safety of the public. Policy initiatives which would otherwise have taken years get resolved in a matter of days, and I commit to doing everything and anything in my power to create the conditions for success.
Last week the board of the Windsor-Detroit Tunnel Corporation voted to authorize the closure of the international tunnel for the purpose of hosting a vaccination clinic at the border line below the Detroit River. I established an online wait-list for Windsor-Essex residents who are ready to stand in line for U.S. surplus vaccines. As of today we have over 11,500 Canadians on that list.
Creative solutions have been found at the Carway crossing between Alberta and Montana, and I congratulate everyone involved on both sides of the border for the creativity employed to make the right thing happen there. Surplus vaccines from Montana are getting into the arms of waiting Canadians. I'm asking for that same type of creativity and effort to be [Technical difficulty—Editor] so that we can accomplish our shared binational goal to fully vaccinate our residents so that we can reunite families, reignite our economies, get people back to work, get businesses open, and reopen the world's longest undefended border.
But I need help and leadership from our federal government, and I'm here again asking for that today.
Thank you, and I look forward to the questions and discussions this morning.
Merci beaucoup, monsieur le président. C'est vrai que le vent souffle, mais par à‑coups aujourd'hui.
Je vous remercie, vous et les membres du Comité, de me donner l'occasion de plaider en faveur des collectivités frontalières, non seulement Windsor, mais toutes les collectivités de partout au pays, pour qu'elles aient accès aux vaccins excédentaires offerts par nos voisins américains.
Dans ma collectivité, avant le début de la pandémie, la frontière entre Windsor et Detroit ressemblait beaucoup à celle entre Ottawa et Gatineau, dans l'ombre de la Colline du Parlement.
Des milliers de travailleurs de la santé vivent dans ma collectivité, mais se rendent travailler tous les jours à Detroit.
Au début de la pandémie, quand Detroit était un point chaud quant au nombre d'éclosions — en fait, l'un des pires endroits aux États-Unis —, les infirmières canadiennes traversaient la frontière chaque jour pour appuyer le système de santé dans le Sud-Est du Michigan. Il n'est pas exagéré de dire que, sans les travailleurs de la santé canadiens, des hôpitaux entiers auraient fermé au Michigan, ce qui aurait créé des problèmes généralisés. En fait, le département d'État américain a reconnu cette précieuse contribution, et le consul général américain est venu à Windsor. Lui et moi avons distribué des cartes-cadeaux de remerciement aux médecins, aux infirmières et aux pharmaciens qui traversaient le tunnel Windsor-Detroit et le pont Ambassador.
C'était en avril 2020.
Au début de la vaccination, la Ville de Windsor a pris des mesures pour appuyer tous les aspects du processus. Des centaines d'employés municipaux ont été redéployés pour prêter main-forte à des cliniques de vaccination de masse à Windsor. Nous avons mis sur pied un centre d'appels spécial pour veiller à ce que le processus se déroule sans heurts et de façon efficace.
Cela n'a pas été sans difficultés, la plus importante étant l'écart entre l'offre et la demande.
Au début, 12 000 personnes âgées de plus de 80 ans figuraient sur notre liste d'attente. Certaines avaient attendu six semaines avant de téléphoner pour prendre leur premier rendez-vous.
En fait, j'ai pris moi-même 180 rendez-vous. Quand j'ai appelé une dame de 86 ans, elle s'est mise à pleurer de joie. Elle n'était pas sortie de chez elle depuis six semaines. Elle ne voulait même pas sortir son bac de recyclage sans son téléphone de peur de manquer l'appel qui lui donnerait de nouveau la possibilité d'embrasser ses petits-enfants.
Le problème, c'est que la peur et l'incertitude qu'elle avait ressenties au début n'ont fait qu'empirer après sa première injection, parce qu'on lui a dit de rentrer chez elle et d'attendre jusqu'à quatre mois que quelqu'un d'autre l'appelle pour lui donner un deuxième rendez-vous.
Mesdames et messieurs les membres du Comité, nous pouvons et devons faire mieux jusqu'à ce que tout le monde ait été complètement vacciné. Aujourd'hui, de nombreux responsables médicaux de Detroit et de l'État du Michigan ont offert de nous envoyer leurs vaccins excédentaires, dont beaucoup expireraient autrement et seraient jetés parce que le nombre de personnes souhaitant se faire vacciner est en baisse, cela à deux kilomètres à peine de Detroit.
La semaine dernière, nous avons appris que l'État du Michigan avait jeté 35 000 doses, tandis que, selon moi ces doses auraient pu servir à vacciner des Canadiens.
Je comprends qu'une foule de questions se posent, des questions qu'il faudrait régler pour rendre possible ce genre d'effort international de vaccination. Je ne suis pas ici pour minimiser ou banaliser les efforts nécessaires pour que cela se produise, mais je suis ici pour préconiser que cet effort soit accéléré, parce que cela aiderait les Canadiens à avoir accès à leur deuxième dose plus rapidement que si nous n'agissons pas.
Le rapport du Comité consultatif d'experts en matière de tests et de dépistage de la COVID‑19, publié par le gouvernement fédéral le 28 mai, souligne précisément que les Canadiens qui n'ont qu'une dose sont grandement désavantagés sur le plan de la santé publique. Je comprends qu'il existe une voie pour que les Canadiens soient entièrement vaccinés en fonction de l'approvisionnement national réparti entre les provinces, mais ce processus prendra des mois pour que tous les Canadiens admissibles reçoivent leur deuxième dose. Aujourd'hui, nos homologues américains se proposent d'envoyer des vaccins excédentaires au Canada.
Il est urgent de dialoguer avec toutes les parties concernées des deux côtés de la frontière pour trouver une solution.
Tout au long de cette pandémie, tous les ordres de gouvernements ont déplacé des montagnes pour protéger la santé et la sécurité du public. Les initiatives stratégiques qui auraient autrement pris des années se règlent en quelques jours, et je m'engage à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour créer les conditions propices au succès.
La semaine dernière, le conseil d'administration de la Windsor-Detroit Tunnel Corporation a voté en faveur de la fermeture du tunnel international dans le but d'organiser une clinique de vaccination à la frontière, en aval de la rivière Detroit. J'ai établi une liste d'attente en ligne pour les résidents de Windsor-Essex qui sont prêts à faire la queue pour recevoir les vaccins excédentaires des États-Unis. Aujourd'hui, plus de 11 500 Canadiens figurent sur cette liste.
Des solutions créatives ont été trouvées au poste frontalier de Carway entre l'Alberta et le Montana, et je félicite tous les intervenants des deux côtés de la frontière pour la créativité dont ils ont fait preuve afin que l'on fasse, là‑bas, ce qu'il faut. Les vaccins excédentaires du Montana servent à des Canadiens qui attendaient. Je demande le même type de créativité et d'effort pour être [Difficultés techniques] afin que nous puissions atteindre notre objectif binational commun de vacciner pleinement nos résidents pour réunir les familles, pour relancer nos économies, pour remettre les gens au travail, pour faire ouvrir les entreprises et pour rouvrir la plus longue frontière non défendue du monde.
Cependant, j'ai besoin de l'aide et du leadership de notre gouvernement fédéral, et c'est ce que je demande encore aujourd'hui.
Merci. J'attends avec impatience les questions et les discussions de ce matin.
Collapse
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
I'll be directing my questions to Mayor Dilkens.
Before I do, I just want to say to Ms. Cardona and Ms. Dhillon that your testimony was shocking and should wake every member of this committee up. I can't believe you had to go through that. I reiterate calls for the government to scrap the non-scientific and discriminatory hotel quarantine program.
I am so sorry you have had to go through that. I'm in shock. It's ridiculous.
Mayor Dilkens, it's my understanding that prior to this meeting—about three minutes before the meeting—you got some correspondence from PHAC that said that if a U.S. pharmacist reached her hand across the border line to give a Canadian a dose that would otherwise go in the garbage, it would be considered importing the drug for sale and would need Health Canada approval. Is this correct?
Je vais adresser mes questions au maire Dilkens.
Au préalable, je tiens à dire à Mme Cardona et à Mme Dhillon que leur témoignage est bouleversant et qu'il doit provoquer une prise de conscience chez tous les membres du Comité. Je ne peux pas croire que vous ayez dû passer par là. Je demande encore une fois au gouvernement d'abolir le programme de quarantaine à l'hôtel, qui n'a aucune base scientifique et est discriminatoire.
Je suis vraiment désolée que vous ayez dû subir cette injustice. Je suis sous le choc. C'est ridicule.
Monsieur le maire Dilkens, je crois comprendre qu'avant la séance — environ trois minutes avant —, vous avez reçu une lettre de l'ASPC disant que si une pharmacienne américaine passait la main au Canada, à la frontière, pour donner à un Canadien une dose qui, autrement, irait à la poubelle, cela serait considéré comme l'importation d'un médicament pour la vente et nécessiterait l'approbation de Santé Canada. Est‑ce exact?
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:24
Expand
That's correct.
C'est exact.
Collapse
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Has the federal government offered you any assistance in getting these doses into Canada?
Le gouvernement fédéral vous a‑t‑il offert de l'aide pour faire entrer ces doses au Canada?
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:24
Expand
No, none whatsoever.
Non, aucune.
Collapse
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Would you say that they have been more focused on providing roadblocks to getting these doses into Canada?
Diriez-vous qu'il cherche davantage à multiplier les obstacles à l'entrée de ces doses au Canada?
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:24
Expand
Every effort to find creative solutions to make this work has been thwarted.
Tous les efforts déployés pour trouver des solutions innovantes ont été contrecarrés.
Collapse
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Would you characterize the Canadian federal government as being, in fact, comfortable with 35,000 doses going in the garbage?
Diriez-vous que le gouvernement fédéral du Canada accepte sans difficulté aucune que 35 000 doses aillent à la poubelle?
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:25
Expand
It would appear that way.
We have 35,000 doses that hit the trash in the State of Michigan, two kilometres away from where I'm sitting at this very moment. These were doses that had been offered to us by pharmacists living in my community who work over there. They are just beside themselves thinking that this stuff is going into the landfill when there's such a demand here on our side of the border.
Il semblerait que ce soit le cas.
Trente-cinq mille doses ont été mises à la poubelle au Michigan, à deux kilomètres de là où je me trouve en ce moment même. Il s'agissait de doses qui nous avaient été offertes par des pharmaciens de ma collectivité qui travaillent là‑bas. Ils sont hors d'eux-mêmes à l'idée que ces vaccins se retrouvent dans un site d'enfouissement alors qu'il y a une telle demande de notre côté de la frontière.
Collapse
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Would you characterize that as sort of the height of privilege, in terms of watching vaccine inequity around the world, with the Canadian federal government being content to let doses of Pfizer vaccine go in the garbage?
Diriez-vous que c'est en quelque sorte le comble du privilège, devant l'injustice vaccinale dans le monde, que le gouvernement fédéral du Canada se permette de laisser des doses de vaccin Pfizer aller à la poubelle?
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:25
Expand
I just think we can do better.
We have a pathway to do better. It's not like [Technical difficulty—Editor] the U.S. side, in every situation at all times. This is being offered to us and for some reason, our government is finding every way to say no to making this happen.
I'm looking for someone who will find one way to say yes. This is a sensible pathway. It's Pfizer vaccine that's manufactured at the same plant in Kalamazoo, Michigan. Let's just find a way to make this happen.
Nous pouvons faire mieux.
Nous avons un moyen de faire mieux. Ce n'est pas comme [Difficultés techniques] le côté américain, dans toutes les situations et en tout temps. On nous offre ces vaccins et, pour une raison ou une autre, le gouvernement multiplie les objections.
Je cherche quelqu'un qui trouvera un moyen de dire oui. C'est un moyen sensé. Il s'agit du vaccin Pfizer fabriqué à la même usine de Kalamazoo, au Michigan. Trouvons simplement une façon d'utiliser ces vaccins.
Collapse
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
In front of this committee, the head of PHAC said that every Canadian currently has a pathway to a vaccine and then made this sort of glib comment about the Twitter account, Vaccine Hunters.
Would you characterize that as correct in your community right now? Does every resident in your community have a current pathway to, let's say, even a second dose of vaccine? Could anybody in your community go and get a second dose today in Windsor?
Devant le Comité, le président de l'ASPC a dit que chaque Canadien a actuellement un moyen de se faire vacciner et il a eu ensuite des propos désinvoltes au sujet du compte Twitter Vaccine Hunters.
Diriez-vous que cette affirmation est exacte en ce qui concerne votre ville, à l'heure actuelle? Chaque habitant a‑t‑il actuellement le moyen d'obtenir une deuxième dose de vaccin? N'importe qui peut‑il recevoir une deuxième dose aujourd'hui à Windsor?
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:26
Expand
No. If they could, I wouldn't be here. That's the problem. There's a supply and demand mismatch. This is a pathway to help make our situation better on this side of the border.
Non. Si c'était possible, je ne serais pas là. Voilà le problème. L'offre ne correspond pas à la demande. Nous avons une façon d'améliorer la situation de ce côté‑ci de la frontière.
Collapse
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Do you think Health Canada and PHAC are just being obstinate? I don't understand why they're not helping you.
Could you shed some light on that? Are they just being obstructionist for the sake of being obstructionist, in their privilege?
Pensez-vous que Santé Canada et l'ASPC manifestent de l'entêtement? Je ne comprends pas pourquoi ils ne vous aident pas.
Pourriez-vous nous éclairer à ce sujet? Font-ils simplement de l'obstruction pour le plaisir de faire de l'obstruction, se drapant dans leur privilège?
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:26
Expand
The part that's difficult for me to understand is that pathways have been found. I'm not asking for something unique here. Pathways have been found at the Carway crossing between Alberta and Montana. In fact, tomorrow and Wednesday, there will be further Canadians crossing at that port of entry to get their vaccine and return to Canada.
I'm trying to facilitate the same type of thing here in my community because the vaccines are being offered. People who live here who are calling me and telling me that this stuff is being thrown in the garbage. They're asking how we can get it into our supply chain so that we can help vaccinate our population.
Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est qu'on a trouvé des moyens de faire. Je ne demande pas quelque chose d'exceptionnel. Des moyens ont été trouvés au point de passage de Carway entre l'Alberta et le Montana. En fait, demain et mercredi, d'autres Canadiens traverseront la frontière à ce point d'entrée pour se faire vacciner et revenir ensuite au Canada.
J'essaie de faciliter le même genre de chose dans ma ville parce que des vaccins nous sont offerts. Des gens qui vivent ici m'appellent pour dire que ces vaccins sont jetés à la poubelle. Ils nous demandent comment nous pouvons les reprendre dans notre chaîne d'approvisionnement pour que nous puissions aider à vacciner notre population.
Collapse
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Have you had any push-back from anybody on the American side, be it officials or health care providers? Is anyone signalling to you that they don't want to do this?
Avez-vous eu des réactions négatives de la part de quiconque, du côté américain, qu'il s'agisse de fonctionnaires ou de services de santé? Y a‑t‑il des signes d'opposition?
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:27
Expand
I've spoken with the head of U.S. Customs—the one responsible for the port in Detroit. They have concerns with the vaccination on the U.S. side at the port of entry. They said they don't deem that to be essential travel into the United States. That's why we've had to work on other creative ways to try to make this happen. That is why we painted the line in middle of the Detroit tunnel.
J'ai parlé au chef des douanes américaines, à celui qui est responsable du bureau d'entrée de Detroit. À ce bureau, on est préoccupé par la vaccination du côté américain et un voyage justifié par la vaccination n'est pas considéré comme essentiel. C'est pourquoi nous avons dû trouver d'autres moyens innovateurs de parvenir à nos fins. Nous avons peint une ligne au milieu du tunnel de Detroit.
Collapse
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Would you speculate that this is due to the fact that the Canadian federal government really doesn't have any plans or benchmarks for reopening the U.S. border, in spite of people like Republican congresswoman Elise Stefanik saying that they might have to unilaterally open the border?
I'll close with this, since we have you here.
If the Americans unilaterally open the border, as Elise Stefanik has sort of alluded to today, do you think PHAC or anybody would have the resources to follow up with the tens of thousands of Canadians who would almost certainly cross the border to get vaccinated?
Pensez-vous que cela tiendrait au fait que le gouvernement fédéral du Canada n'a pas vraiment de plans ou de points de repère pour la réouverture de la frontière américaine, en dépit du fait que des gens comme Elise Stefanik, représentante républicaine au Congrès, ont dit qu'ils pourraient devoir rouvrir unilatéralement la frontière?
Je vais terminer là‑dessus, puisque vous êtes là.
Si les Américains rouvrent unilatéralement la frontière, comme Elise Stefanik en a évoqué la possibilité aujourd'hui, pensez-vous que l'ASPC ou quelqu'un d'autre aurait les ressources nécessaires pour faire un suivi auprès des dizaines de milliers de Canadiens qui traverseraient presque certainement la frontière pour se faire vacciner?
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:28
Expand
I am the mayor of the closest city to the United States, a major urban area on the other side of the border. When the border opens, if it opens later this month, there will be 10,000 people crossing it in the first couple of hours to get their second vaccine, to pick up packages and, most importantly, to visit loved ones they haven't seen in 15 months. Our system will be absolutely overrun. If the thought is that you have to be fully vaccinated plus a two-week window after your second vaccine to be considered fully vaccinated, the system will be completely overloaded at this point of entry very quickly.
Je suis maire de la ville la plus proche des États-Unis, et une grande zone urbaine se trouve juste de l'autre côté de la frontière. Lorsque la frontière ouvrira, si elle ouvre plus tard ce mois‑ci, 10 000 personnes la traverseront au cours des premières heures pour obtenir leur deuxième vaccin, pour prendre des colis et, surtout, pour rendre visite à des êtres chers qu'ils n'ont pas vus depuis 15 mois. Notre système sera complètement dépassé. Si on pense qu'il faut, pour être considéré comme entièrement vacciné, attendre deux semaines après avoir reçu la deuxième dose, le système sera très vite complètement débordé à ce point d'entrée.
Collapse
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
I have 30 seconds left.
Do you think any member of this committee should be comfortable with 35,000 doses of the Pfizer vaccine being thrown in the garbage?
Il me reste 30 secondes.
Pensez-vous que les membres du Comité peuvent se sentir à l'aise si 35 000 doses du vaccin Pfizer sont jetées à la poubelle?
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:29
Expand
No.
Non.
Collapse
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2021-06-07 11:46
Expand
Thank you, Mr. Davies.
That's atrocious and disgusting. I thank the UNITE workers for bringing this forward and for the work they've done previously on Investment Canada as well.
Mr. Dilkens, with regard to the Public Health Agency, I know they've responded to you in a negative way. Can you shed some light on how seamless the integrity at the border is? The City of Windsor owns the Windsor-Detroit tunnel. Can you highlight the logistics and the security that you offer in this program?
Merci, monsieur Davies.
C'est atroce et dégoûtant. Je remercie les travailleurs de UNITE d'avoir soulevé ce problème et je les remercie du travail qu'ils ont fait au sujet d'Investissement Canada.
Monsieur Dilkens, l'Agence de la santé publique vous a donné une réponse négative. Pouvez-vous nous dire à quel point l'intégrité à la frontière est parfaitement garantie? Windsor est propriétaire du tunnel Windsor-Detroit. Quels services de logistique et de sécurité assurez-vous?
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:46
Expand
Thank you for the question.
Being on the international border, we are very unique here in that we own our half of the Windsor-Detroit tunnel. The City of Detroit owns their half. It's really the only case like this between the United States and Canada. With the approval of the board, which we got—unanimous approval—we have the ability, as the board said, to close the tunnel down as often as we need for as long as we need to be able to facilitate vaccination at the centre line.
We actually drew the line in the tunnel. The idea here is that on the U.S. side, we have multiple offers from folks who live in Canada, from Canadians, to facilitate and to secure the vaccines. We're trying to find a way to do this that is maybe not the easiest. There are better solutions that are more optimal, but we're trying to find a practical way to deal with all of the logistics on both sides of the border. We can close the tunnel, bring people down and vaccinate them right at the border line. Then they'd be fully vaccinated Canadians.
You know what? Guess what? It would be better for everyone else in Canada who is waiting for a vaccine. We've acquired other vaccines from other sources, and everyone else would move up on the list faster.
Je vous remercie de votre question.
Comme nous sommes situés à la frontière internationale, notre situation sort de l'ordinaire, en ce sens que nous possédons la moitié du tunnel Windsor-Detroit. Detroit est propriétaire de l'autre moitié. C'est vraiment le seul cas semblable entre les États-Unis et le Canada. Grâce à l'approbation unanime que nous avons obtenue de la commission, nous avons la capacité, comme la commission l'a dit, de fermer le tunnel aussi souvent et aussi longtemps qu'il le faut pour faciliter la vaccination à la ligne de démarcation.
En fait, nous avons tracé la ligne dans le tunnel. L'idée, c'est que du côté américain, nous avons de multiples offres de gens qui habitent au Canada, de Canadiens, donc, pour faciliter la vaccination et obtenir les vaccins. Nous essayons de trouver une façon de faire qui n'est peut-être pas la plus facile. Il y a de meilleures solutions, plus optimales, mais nous essayons de trouver une façon pratique de gérer toute la logistique des deux côtés de la frontière. Nous pouvons fermer le tunnel, faire descendre les gens et les vacciner directement à la frontière. Ils seraient alors entièrement vaccinés.
Vous savez quoi? Devinez quoi? Ce serait préférable pour tous les autres Canadiens qui attendent un vaccin. Nous avons acquis d'autres vaccins auprès d'autres sources, et tout le monde monterait plus rapidement dans la liste de priorité.
Collapse
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2021-06-07 11:47
Expand
On top of that, many of those people involved in the process would actually be Canadians, because they work over in the United States. Thousands go over there every single day. We would actually have Canadians inoculating Canadians, but just using surplus U.S. vaccine.
De plus, bon nombre de ceux qui participent au processus sont en fait des Canadiens, et ils travaillent aux États-Unis. Des milliers de personnes s'y rendent chaque jour. Des Canadiens vaccineraient des Canadiens, mais seulement en utilisant les vaccins qui sont en trop aux États-Unis.
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:47
Expand
You're absolutely right. These would be Canadians working in Michigan in health care and administering the vaccines to Canadians on the other side of the line.
Vous avez tout à fait raison. Il s'agit de Canadiens qui travaillent au Michigan dans les soins de santé et qui administrent les vaccins à des Canadiens de l'autre côté de la frontière.
Collapse
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2021-06-07 11:48
Expand
Lastly, can you confirm the secure operation there? You've provided an international transit system already and other types of secure elements. The Public Health Agency doesn't seem to understand, I don't think, the security that can take place in the operation that you're proposing.
Enfin, pouvez-vous confirmer que l'opération est sécuritaire? Vous avez déjà fourni un système de transport en commun international et d'autres types d'éléments de sécurité. L'Agence de la santé publique ne me semble pas comprendre que la sécurité peut être assurée dans l'opération que vous proposez.
Collapse
Drew Dilkens
View Drew Dilkens Profile
Drew Dilkens
2021-06-07 11:48
Expand
I'm really clear that we don't want to do this under the cover of darkness. We'll work with the U.S. CBP and the CBSA to find the best way to do this that allows traffic to continue to flow, but at the end of the day, there are ways to do this so that everyone has the security and comfort they need.
Il est clair que nous ne voulons pas mener cette opération dans le noir. Nous travaillerons avec le CBP des États-Unis et l'ASFC pour trouver la meilleure façon de faire, tout en maintenant la circulation, mais au bout du compte, il y a des façons de s'y prendre qui permettent d'assurer à tous confort et sécurité.
Collapse
View Jennifer O'Connell Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Chair.
Mayor Dilkens, thank you for coming.
As an Ontario MP, I understand the frustration of the Ontario government with some of the vaccine rollout plans. I'm sure you've expressed that, including some of the four-month timelines, because other provinces had moved sooner to change that, but we're happy to see Ontario starting to put that pathway out for second doses.
I'm sure you've been having some fiery conversations with Premier Ford on that.
With regard to some of the conversations around these doses, while I certainly appreciate and agree that no doses should ever be wasted, the crux of this is that these doses don't belong to Canada. They belong to the U.S. and the U.S. people, and the taxpayers who paid for them.
Although we want to make sure that Canadians can access doses, we would need the State of Michigan, the U.S. government and, frankly, even Premier Ford to support this, which is what we were able to do in Manitoba and North Dakota. All of those levels of government came to the table, so it wasn't about creativity; it was really precise planning.
Do you have the support of the State of Michigan, the U.S. government and Premier Ford for the import of these vaccines like we had in other provinces?
Merci, monsieur le président.
Monsieur le maire Dilkens, merci d'être venu.
En tant que députée de l'Ontario, je comprends l'exaspération du gouvernement de l'Ontario à l'égard de certains plans de vaccination. Je suis sûre que vous vous êtes exprimé. Il y a eu notamment la question des délais de quatre mois, car d'autres provinces ont moins tardé à les abréger, mais nous sommes heureux de voir que l'Ontario commence à mettre en place le dispositif pour administrer les deuxièmes doses.
Je suis certain que vous avez eu des conversations très animées avec le premier ministre Ford à ce sujet.
Quant aux échanges au sujet de ces doses, même si je reconnais qu'aucune dose ne devrait être gaspillée, le nœud du problème, c'est que ces doses ne sont pas la propriété du Canada. Elles appartiennent aux États-Unis, aux Américains, aux contribuables qui les ont payées.
Même si nous voulons nous assurer que les Canadiens peuvent avoir accès à des doses, il faudrait que l'État du Michigan, le gouvernement américain et, franchement, même le premier ministre Ford donnent leur appui, comme cela a pu se faire entre le Manitoba et le Dakota du Nord. Tous les ordres de gouvernement ont participé aux discussions. Il ne s'agissait pas de créativité, mais de planification précise.
Avez-vous l'appui de l'État du Michigan, du gouvernement américain et du premier ministre Ford pour l'importation de ces vaccins, appui que nous avons eu dans d'autres provinces?
Collapse
Results: 1 - 30 of 1639 | Page: 1 of 55

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data