Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 47530
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-12-06 10:00 [p.10463]
Expand
It is my duty to lay upon the table, pursuant to subsection 8(2) of the Auditor General Act, a special report of the Auditor General of Canada.
Pursuant to Standing Order 108(3)(g), this report is deemed to have been permanently referred to the Standing Committee on Public Accounts.
Il est de mon devoir de déposer sur le bureau, conformément au paragraphe 8(2) de la Loi sur le vérificateur général, un rapport spécial de la vérificatrice générale du Canada.
Conformément à l'article 108(3)g) du Règlement, ce rapport est réputé renvoyé en permanence au Comité permanent des comptes publics.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
It is my duty to lay upon the table, pursuant to subsection 19.1(2) of An Act to provide further support in response to COVID‑19, a report of the Auditor General of Canada.
Pursuant to Standing Order 108(3)(g), this report is deemed to have been permanently referred to the Standing Committee on Public Accounts.
Il est de mon devoir de déposer sur le bureau, conformément au paragraphe 19.1(2) de la Loi visant à fournir un soutien supplémentaire en réponse à la COVID‑19, un rapport de la vérificatrice générale du Canada.
Conformément à l'article 108(3)g) du Règlement, ce rapport est renvoyé d'office au Comité permanent des comptes publics.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-12-06 10:02 [p.10463]
Expand
It is my duty to lay upon the table, pursuant to subsection 21(1) of the Electoral Boundaries Readjustment Act, certified copies of the reports of the Federal Electoral Boundaries Commission of Manitoba and of Saskatchewan.
Pursuant to Standing Order 32(5), these reports are deemed permanently referred to the Standing Committee on Procedure and House Affairs.
Il est de mon devoir de déposer, sur le bureau, conformément au paragraphe 21(1) de la Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales, une copie certifiée des rapports des Commissions de délimitation des circonscriptions électorales fédérales du Manitoba et de la Saskatchewan.
Conformément à l'article 32(5) du Règlement, ces rapports sont réputés renvoyés en permanence au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre.
Collapse
View Marci Ien Profile
Lib. (ON)
View Marci Ien Profile
2022-12-06 10:02 [p.10463]
Expand
Mr. Speaker, I rise today because 33 years ago on this day a horrific act of violence changed our country forever. On December 6, 1989, 14 women were murdered at École Polytechnique de Montréal when a gunman walked in, separated the women from the men and opened fire.
They were murdered simply because they were women.
As a member of this place, as a member of cabinet, as a mother, as a sister and as a daughter, I stand here to say that the Government of Canada will not tolerate gender-based violence anywhere in any way in this country.
Today, on the National Day of Remembrance and Action on Violence Against Women, we remember Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne‑Marie Edward, Maud Haviernick, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne‑Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St‑Arneault, Annie Turcotte and Barbara Klucznik‑Widajewicz.
We also honour everyone who has been killed as a result of gender-based violence. Last year, 173 women and girls in Canada lost their lives in this way. This amounts to one woman or girl every two days.
We stand in solidarity today and every day with victims and survivors of gender-based violence and their families. We bring attention to those most at risk: women and girls; indigenous women and girls; members of the 2SLGBTQI+ communities; women and gender-diverse people with disabilities; and women living in northern, rural and remote communities. We honour and remember the women taken from us: Morgan Harris, Marcedes Myran, Rebecca Contois and Mashkode Bizhiki'ikwe. We will not forget them.
Gender-based violence has long-term effects on individuals, families and communities. It can happen at work, in families and between acquaintances.
It is a form of abuse that costs lives, and it must not be tolerated in Canada. These acts are part of a continuum of hate that needs to be disrupted, and each one of us has the power to help break that cycle.
As my hon. colleagues know, we are currently commemorating the annual 16 days of activism against gender-based violence. Our theme is “It's Not Just”, a double meaning that reminds us of both the injustice of gender-based violence and how society perpetuates it by excusing less violent and less obvious forms.
I want to take a minute to talk about the lives impacted by these heinous acts.
In 2021, 90 homicide victims were killed by an intimate partner. Three-quarters, or 76%, of these victims were women and girls. The number of victims of intimate-partner homicide in 2021 was higher than in 2020, with 84 victims, and in 2019, there were 77 victims. This means mothers, daughters, sisters, aunts, cousins and friends. Women and girls from all walks of life were killed at the hands of their intimate partners.
Think of the children left behind when a mother is killed by her partner. Think of the mother left to carry on when her child is killed by their partner. Think of the communities left with a hole that cannot be filled when they lose an integral member. At a time when the gun lobby is using the memory of this horrendous anniversary to promote its own agenda, we must stand firm and defend the memories and legacies of those gone too soon.
There is so much to be done, and we must all be part of the solution. In the past seven years, we have shown leadership in the efforts to end gender-based violence. I would like now to speak a bit about the progress we have made so far.
Since 2015, the Government of Canada has taken a wide-ranging approach to combat gender-based violence, including but not limited to introducing the first-ever federal strategy to address gender-based violence, dedicating 25% of the national housing strategy to support women, banning assault-style weapon and putting a freeze on the sale and transfer of handguns within Canada, listing coercive control as a form of family violence in the Divorce Act, dedicating up to $30 million over five years for crisis hotlines, and working with provinces and territories to deliver a national action plan to end gender-based violence and support survivors.
On November 9, the forum of federal-provincial-territorial ministers responsible for the status of women endorsed the national action plan to end gender-based violence. Over the next 10 years, the national action plan will enable federal, provincial and territorial governments to continue working with victims and survivors, indigenous partners, direct service providers, experts, advocates, municipalities, the private sector and researchers to prevent and address gender-based violence in Canada. This work is historic, and we look forward to moving ahead with our provincial and territorial colleagues to put the plan into action.
We continue this important work in the memory of every person killed as a result of gender-based violence. We must not relent or feel defeated by the enormity of this issue. We must keep moving forward in our efforts to make Canada safer for everyone.
I want to close by addressing those who are hearing this message and who are currently experiencing gender-based violence. I urge them to talk to someone they trust and ask for help. I want to tell them that they are not alone.
Monsieur le Président, il y a 33 ans aujourd'hui, un acte de violence épouvantable a changé notre pays à jamais. Le 6 décembre 1989, 14 femmes ont été tuées à l'École polytechnique de Montréal lorsqu'un homme armé est entré dans l'établissement, a séparé les femmes des hommes et a ouvert le feu.
Elles ont été assassinées parce qu'elles étaient des femmes.
Je prends la parole aujourd'hui en tant que députée, ministre, mère, sœur et fille pour déclarer que le gouvernement du Canada ne tolérera aucune forme de violence à l'endroit des femmes au pays.
Aujourd'hui, en cette Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes, nous nous souvenons de Geneviève Bergeron, de Hélène Colgan, de Nathalie Croteau, de Barbara Daigneault, d'Anne‑Marie Edward, de Maud Haviernick, de Maryse Laganière, de Maryse Leclair, d'Anne‑Marie Lemay, de Sonia Pelletier, de Michèle Richard, d'Annie St‑Arneault, d'Annie Turcotte et de Barbara Klucznik‑Widajewicz.
Nous rendons aussi hommage à toutes les personnes qui ont été tuées dans un acte de violence fondée sur le sexe. L'année dernière, 173 femmes et filles ont perdu la vie de cette manière. Cela revient à un décès chaque deux jours.
Nous exprimons notre solidarité, aujourd'hui et chaque jour, envers les victimes et les survivantes de la violence fondée sur le sexe, ainsi que leurs familles. Nous attirons l'attention sur les personnes les plus à risque: les femmes et les filles; les femmes et les filles autochtones, les membres des communautés 2ELGBTQI+; les femmes et les personnes de diverses identités de genre en situation de handicap; les femmes des communautés rurales, éloignées et du Nord. Nous honorons la mémoire des femmes qui nous ont été arrachées: Morgan Harris, Marcedes Myran, Rebecca Contois et Mashkode Bizhiki'ikwe. Nous ne les oublierons jamais.
La violence fondée sur le sexe a des répercussions à long terme sur les personnes, les familles et les collectivités. Elle peut se produire au travail, au sein de la famille et entre connaissances.
C’est une forme de violence qui coûte des vies, et qui ne doit pas être tolérée au Canada. Ces actes s’inscrivent dans un continuum de haine qui doit être interrompu, et chacun d’entre nous a le pouvoir de contribuer à briser ce cycle.
Comme mes collègues le savent, nous commémorons actuellement les 16 jours annuels d’activisme contre la violence fondée sur le sexe. Notre thème est « Ce n’est pas juste », un double sens qui nous rappelle à la fois l’injustice de la violence fondée sur le sexe et la façon dont la société la perpétue en excusant des formes moins violentes et moins évidentes.
Je veux prendre une minute pour parler des vies bouleversées par ces actes odieux.
En 2021, 90 victimes d’homicide ont été tuées par un partenaire intime. Les trois quarts ou 76 % de ces victimes étaient des femmes et des filles. Le nombre de victimes d’homicide par un partenaire intime en 2021 était plus élevé qu’au cours des deux années précédentes. Il y a eu 84 victimes en 2020 et 77 victimes en 2019. Il s'agit de mères, de filles, de sœurs, de tantes, de cousines et d'amies. Des femmes et des filles de tous horizons ont péri aux mains de leur partenaire intime.
Pensons aux enfants laissés derrière lorsque la mère est tuée par son partenaire. Pensons à la mère qui doit poursuivre son travail lorsque son enfant est tué par son partenaire. Pensons aux collectivités qui se retrouvent avec un vide qui ne peut être comblé lorsqu’elles perdent un membre à part entière. À un moment où le lobby des armes à feu utilise le souvenir de cet horrible anniversaire pour promouvoir son propre programme, nous devons rester fermes et défendre la mémoire et l’héritage de celles qui sont parties trop tôt.
Il y a tant à faire, et nous devons tous faire partie de la solution. Au cours des sept dernières années, nous avons fait preuve de leadership dans nos efforts visant à mettre fin à la violence fondée sur le sexe. J’aimerais maintenant parler un peu des progrès que nous avons réalisés jusqu’à présent.
Depuis 2015, le gouvernement du Canada a adopté une approche de grande portée pour lutter contre la violence fondée sur le sexe, notamment en présentant la toute première stratégie fédérale de lutte contre la violence fondée sur le sexe, en consacrant 25 % des investissements faits dans le cadre de la Stratégie nationale du logement au soutien des femmes, en interdisant les armes d’assaut et en imposant un gel de la vente et de la cession d’armes de poing au Canada, en incluant le contrôle coercitif comme forme de violence familiale dans la Loi sur le divorce, en affectant 30 millions de dollars sur cinq ans aux lignes d’écoute téléphonique et en collaborant avec les provinces et les territoires à l’élaboration d’un plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe et soutenir les survivants.
Le 9 novembre, le forum des ministres responsables de la condition féminine à l’échelle fédérale, provinciale et territoriale a approuvé le Plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe. Au cours des 10 prochaines années, le plan d’action national permettra au gouvernement fédéral et aux gouvernements provinciaux et territoriaux de continuer à travailler avec les victimes et les survivants, les partenaires autochtones, les fournisseurs de services directs, les experts, les défenseurs, les municipalités, le secteur privé et les chercheurs pour prévenir et combattre la violence fondée sur le sexe au Canada. C'est un travail historique, et nous sommes impatients d’aller de l’avant avec nos collègues provinciaux et territoriaux pour mettre en œuvre le plan.
Nous poursuivons ce travail important en mémoire de chaque personne tuée à cause de la violence fondée sur le sexe. Nous ne devons pas relâcher nos efforts ni nous sentir vaincus par l’énormité de ce problème. Nous devons poursuivre nos efforts pour rendre le Canada plus sûr pour tous.
Je souhaiterais conclure en m'adressant à celles et ceux qui entendent ce message et qui subissent actuellement de la violence fondée sur le sexe. Je les prie de parler à quelqu'un en qui ils ont confiance et de demander de l'aide. J'aimerais leur dire qu'ils ne sont pas seuls.
Collapse
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2022-12-06 10:10 [p.10464]
Expand
Madam Speaker, today I rise to honour and remember the victims of the tragic massacre at École Polytechnique 33 years ago. As the first female engineer here in the House of Commons, I will tell members that these women were my sisters.
On December 6, 1989, an armed man entered a mechanical engineering class at École Polytechnique where he ordered the men to leave. Telling the nine other women that he was fighting against feminism, he opened fire, killing six. Clearing a path through the school, he mainly targeted women during a 20-minute shooting spree before turning the gun on himself. In the end, 14 women were dead.
I will name them now to respect them for the strong women they were.
Those women are Geneviève Bergeron, 21, mechanical engineering student; Hélène Colgan, 23, mechanical engineering student; Nathalie Croteau, 23, mechanical engineering student; Barbara Daigneault, 22, mechanical engineering student; Anne-Marie Edward, 21, chemical engineering student; Maud Haviernick, 29, metallurgical engineering student; Barbara Klucznik-Widajewicz, 31, nursing student at the University of Montreal; Maryse Laganière, 25, employee at Polytechnique; Maryse Leclair, metallurgical engineering student; Anne-Marie Lemay, mechanical engineering student; Sonia Pelletier, mechanical engineering student; Michèle Richard, metallurgical engineering student; Annie St-Arneault, 23, mechanical engineering student; Annie Turcotte, metallurgical engineering student, only 20.
As a female engineer, I have experienced the kind of misplaced anger from men that seeks to remove us from the workforce. We must do more to prevent such acts of violence in our country, especially those that specifically target women.
We have banned the gun that was used in these tragic murders, but we have not eradicated the hatred of men against women. Violent crime is up 32% in the country. Handguns were banned months ago, but we continue to hear of shootings every day in the country because the bottom line is that criminals do not obey the law and we cannot legislate morality. We need to try to address the gender-based violent attitudes that lead to the kind of awful deaths that happened at École Polytechnique.
In 2016, I was part of a study at the status of women committee to eliminate violence against women and girls. I am disheartened to see that the violent deaths of women continue to rise. We must address the root cause of misogynistic attitudes toward women.
That is the work we should be doing to give meaning to incidents like this one that happened 33 years ago today. That is a way for us to honour their memory.
These young women were bright and intelligent. Maybe some of them would have been elected to the House.
May we never forget them and may we work together to ensure this never happens again.
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui pour honorer la mémoire des victimes du massacre qui a eu lieu à l'École polytechnique il y a 33 ans. En tant que première femme ingénieure à la Chambre des communes, je dirai aux députés que ces femmes étaient mes sœurs.
Le 6 décembre 1989, un homme armé est entré dans une classe de génie mécanique, à l'École polytechnique, où il a ordonné aux hommes de partir. Disant aux neuf autres femmes qu'il luttait contre le féminisme, le tireur a ouvert le feu, tuant six personnes. Se frayant un chemin à travers l'école, il a ciblé principalement des femmes au cours d'une fusillade de 20 minutes avant de retourner son arme contre lui-même. À la fin, 14 femmes étaient mortes.
Je prends le temps de nommer ces femmes pour honorer leur force de caractère.
Il s'agit de Geneviève Bergeron, 21 ans, étudiante en génie mécanique; Hélène Colgan, 23 ans, étudiante en génie mécanique; Nathalie Croteau, 23 ans, étudiante en génie mécanique; Barbara Daigneault, 22 ans, étudiante en génie mécanique; Anne-Marie Edward, 21 ans, étudiante en génie chimique; Maud Haviernick, 29 ans, étudiante en génie métallurgique; Barbara Klucznik-Widajewicz, 31 ans, étudiante en sciences infirmières à l'Université de Montréal; Maryse Laganière, 25 ans, employée à la Polytechnique; Maryse Leclair, étudiante en génie métallurgique; Anne-Marie Lemay, étudiante en génie mécanique; Sonia Pelletier, étudiante en génie mécanique; Michèle Richard, étudiante en génie métallurgique; Annie St-Arneault, 23 ans, étudiante en génie mécanique; Annie Turcotte, étudiante en génie métallurgique, 20 ans seulement.
À titre d'ingénieure, j'ai été la cible de la colère déplacée d'hommes qui cherchaient à nous faire quitter le marché du travail. Nous devons en faire davantage pour prévenir de tels actes de violence au Canada, plus particulièrement ceux qui ciblent les femmes.
Nous avons interdit le type d'arme qui avait servi à commettre ces meurtres tragiques, mais nous n'avons pas éradiqué la haine des hommes envers les femmes. Les crimes violents ont augmenté de 32 % au Canada. Les armes de poing ont été interdites il y a des mois, mais nous continuons d'entendre parler tous les jours de fusillades survenues au pays. C'est parce que, au bout du compte, les criminels ne respectent pas la loi et que nous ne pouvons pas légiférer sur la moralité. Nous devons tenter de nous attaquer aux attitudes violentes et sexistes qui sont à l'origine des morts terribles survenues à l'École polytechnique.
En 2016, j'ai participé à une étude menée par le comité de la condition féminine pour éliminer la violence contre les femmes et les jeunes filles. Je suis consternée de voir que le nombre de femmes mourant d'une mort violente continue d'augmenter. Nous devons nous attaquer à la cause profonde des attitudes misogynes.
C'est le travail que nous devons faire pour donner un sens à des incidents comme celui qui s'est produit il y a 33 ans aujourd'hui. C'est ainsi que nous honorons leur mémoire.
Ces jeunes femmes étaient brillantes et intelligentes. Peut-être que certaines d'entre elles auraient été élues à la Chambre.
Nous devons veiller à ce que ces femmes ne sombrent jamais dans l'oubli et travailler ensemble pour nous assurer qu'une telle tragédie ne se reproduit jamais plus.
Collapse
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2022-12-06 10:15 [p.10465]
Expand
Madam Speaker, 33 years ago, on December 6, 1989, a man entered the École Polytechnique in Montreal and murdered 14 women simply because they were women.
We have not forgotten Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Barbara Klucznik-Widajewicz, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault and Annie Turcotte.
All of us who are old enough remember where we were, who we were with and what we were doing when we heard of the massacre. In our hearts remain those feelings of confusion, horror, incomprehension, incredulity, sadness and shame that we felt after the events of December 6.
We carry in our hearts the memory of these women who died needlessly. The tragedy of the Polytechnique now carries a duty of remembrance. We must be aware of the mistakes and tragedies of the past in order to prevent them from happening again. The duty of remembrance requires words, because we must name misogyny, femicide, mass murder, armed violence. These are ugly, dark and dirty words. Unfortunately, though, they are words we continue to hear.
They continue to strike, humiliate and destroy. I would like new words to associate with the women at the Polytechnique. We need new words: love, hope, solidarity, determination.
The duty of remembrance requires us to name things, take action and live in hope. Equality is making headway, we are becoming more and more aware of misogyny, and we can win. We will never entirely win the battle against violence. There will always be tragedies.
However, I am convinced, and I want to be convinced, that we are moving in the right direction. We have no other choice. We owe it to all those who lost their lives because they were women. We owe it to the young women of the Polytechnique, to our sisters recently murdered in Manitoba and to all those who have disappeared or been murdered across Canada, to the hundreds and thousands of women killed in the past 33 years because they were women.
We need to move in the right direction. The duty of remembrance also comes with the duty to act. Better gun control laws, the prohibition of assault weapons and the firearms registry in Quebec are steps in the right direction.
I will not say that Bill C‑21 is perfect, or that the government is doing things the way it should, but I will say that we need to limit access to assault weapons and that that is also a step in the right direction.
Raising the collective awareness of sexual assault cases and of sexual crimes in general is a step in the right direction. It gives us hope.
The École Polytechnique women might have been mothers and even grandmothers today.
For 33 years, some of the survivors have gone to candlelight vigils on their own, then they brought their sons and daughters, and, this evening, we may see some grandchildren. These successive generations that share the memory of those who were lost demonstrate that we have not forgotten this tragedy, the loss, the responsibility to take action, and that we have not lost hope.
Geneviève, Hélène, Nathalie, Barbara Daigneault, Anne‑Marie Edward, Maud, Barbara Klucznik‑Widajewicz, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne‑Marie Lemay, Sonia, Michèle, Annie St‑Arneault and Annie Turcotte. We acknowledge our debt and we shall not forget.
Madame la Présidente, le 6 décembre 1989, il y a 33 ans, un homme entrait à l'École polytechnique à Montréal et tuait 14 femmes pour l'unique raison qu'elles étaient des femmes.
Nous n'oublions pas Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne‑Marie Edward, Maud Haviernick, Barbara Klucznik‑Widajewicz, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne‑Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St‑Arneault et Annie Turcotte.
Toutes celles et tous ceux en âge de se souvenir se souviennent où nous étions, avec qui nous étions et ce que nous faisions. Nous gardons dans nos cœurs ces sentiments d'affolement, d'horreur, d'incompréhension, d'incrédulité, de tristesse et de honte que les événements du 6 décembre nous avaient fait éprouver.
Nous gardons en nos cœurs précieusement le souvenir de ces femmes arrachées absurdement à la vie. La tragédie de Polytechnique nous impose depuis un devoir de mémoire. Il faut connaître les erreurs et les drames du passé pour éviter de les refaire et de les revivre. Le devoir de mémoire ne vient pas seul. II vient avec des mots, parce qu'il faut nommer les choses: misogynie, féminicide, tuerie de masse, violence armée. Ce sont des mots laids, noirs et sales. Ce sont des mots qu'on continue d'entendre, hélas.
Ce sont des mots qui continuent à frapper, humilier et détruire. Je veux, en pensant aux femmes de Polytechnique, avoir de nouveaux mots. Nous avons besoin de nouveaux mots: amour, espoir, solidarité et détermination.
Le devoir de mémoire nous impose de nommer les choses, il nous impose d'agir et il nous impose d'espérer. L'égalité progresse, la misogynie est de plus en plus étalée au grand jour et nous pouvons gagner. Nous ne gagnerons jamais totalement la bataille contre la violence. II y aura toujours des drames.
Cependant, je suis convaincue et je veux être convaincue que nous allons dans la bonne direction. Nous n'avons pas le choix. Nous le devons à toutes celles qui ont payé de leur vie le fait d'être une femme. Nous le devons aux filles de Polytechnique, à nos sœurs assassinées au Manitoba tout récemment et à toutes celles disparues ou assassinées partout au Canada, aux centaines et aux milliers de femmes tuées parce qu'elles étaient des femmes depuis 33 ans.
Nous devons aller dans la bonne direction. Le devoir de mémoire vient aussi avec le devoir d'agir. Le resserrement du contrôle des armes à feu, le bannissement des armes d'assaut, le registre des armes à feu au Québec sont des pas dans la bonne direction.
Je ne dirai pas que le projet de loi C‑21 est parfait ni que le gouvernement a fait les choses comme il le devait, mais je dirai que limiter l'accès aux armes d'assaut est nécessaire et que c'est aussi un pas dans la bonne direction.
Enfin, la prise de conscience collective quant aux cas d'agressions sexuelles et de crimes de nature sexuelle en général est un pas dans la bonne direction. Cela nous permet d'espérer.
Les femmes de Polytechnique seraient mères et peut-être grand-mères aujourd'hui.
Depuis 33 ans, certaines des survivantes ont fait des veillées à la chandelle seules, puis elles l'ont fait avec leurs filles ou leurs fils, et, ce soir, peut-être verra-t-on des petits-enfants. Ces générations qui se succèdent et qui partagent le souvenir de celles qu'on a perdues démontrent que nous n'oublions ni le drame, ni la perte, ni la responsabilité d'agir, ni l'espoir.
Geneviève, Hélène, Nathalie, Barbara Daigneault, Anne‑Marie Edward, Maud, Barbara Klucznik‑Widajewicz, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne‑Marie Lemay, Sonia, Michèle, Annie St‑Arneault et Annie Turcotte. Nous connaissons notre dette et nous n'oublions pas.
Collapse
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2022-12-06 10:21 [p.10465]
Expand
Madam Speaker, I rise on this solemn occasion to commemorate a horrific tragedy, the memory of the École Polytechnique massacre, which took place on this day 33 years ago. It is still etched in the minds of millions of people who will never forget this act of femicide.
Let me begin by paying tribute to the women who were murdered on December 6, 1989: Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault, Annie Turcotte and Barbara Klucznik-Widajewicz.
These women had big dreams. They dreamt of becoming engineers, a male-dominated profession, especially at that time. Their dreams and their lives were stolen by a man poisoned by misogynistic hate, a man who, as he opened fire, shouted, “You are all feminists”. They were killed because they were women. They were killed because they dared to pursue a career in an overwhelmingly male field.
They were killed by an act of violent misogyny. Thirty years later, violence born of misogyny, toxic masculinity and racism is still killing women and gender-diverse people across the country. Every six days, a woman in Canada is killed by her intimate partner. In 2021, 173 women and girls were killed by violence, up from 160 the year before. Indigenous women, girls and two-spirit people continue to go missing or be murdered at alarming rates.
Five days before the National Day of Remembrance and Action on Violence Against Women, we received news about another unspeakable femicide.
Three more indigenous women, Morgan Harris, Marcedes Myran and a third woman, whom the elders have asked us to call Buffalo Woman until her family can be found, were murdered by an alleged serial killer in Winnipeg who was also charged with the murder of Rebecca Contois in May 2022.
It is part of what the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls and the Prime Minister have described as an ongoing genocide.
As with the perpetrator of the Polytechnique massacre, what we know about this alleged serial killer is that he too was poisoned by hatred. A review of his social media activity revealed posts that promoted violence, misogyny, anti-Semitism and white supremacy.
Once again we were witnessing the fatal consequences of a growing far-right extremism.
While our country reels from this enormous loss, the Winnipeg Police Service declared that it would not undertake a search for the remains of the three precious sisters believed to be located in the Brady landfill.
I understand this might not be feasible but, at the very least, they need to stop dumping trash in the landfill so our loved ones can rest in peace and undisturbed.
What message does that callous decision send to indigenous women, to survivors, to the families of victims? It says that we are less than, that our lives have been deemed not valuable, that our ongoing genocide has been normalized and that it has been so normalized that it is not even considered an emergency in the House.
We should not have to plead for our safety, to be taken seriously or for our families to be given the closure they deserve. We need to be provided with resources because we deserve closure. The federal government must heed the calls of survivors, advocates and community leaders by providing immediate funding to stop this genocide, and provide the resources to search for the remains of our precious sisters, wherever they may be.
This is a human rights crisis. When faced with a crisis, we do not ignore it. We must act. While today is a day of remembrance, it is also a day of action. I urge the federal government and all governments in Canada to heed this call to action by taking urgent steps to stop this violence.
We will never forget the 14 women whose lives were taken 33 years ago. We will never forget the four indigenous women, and all the indigenous women, girls and two-spirit people whose lives were taken earlier this year and in past decades. In their cherished memory, we will renew our efforts to end gender-based violence once and for all.
Madame la Présidente, je prends la parole en cette occasion solennelle pour commémorer une tragédie épouvantable, le massacre de l’École polytechnique, qui a eu lieu il y a 33 ans aujourd'hui. Cette tragédie est gravée dans l'esprit de millions de personnes qui n’oublieront jamais ce féminicide.
Je vais commencer par rendre hommage aux femmes assassinées le 6 décembre 1989: Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault, Annie Turcotte et Barbara Klucznik-Widajewicz.
Ces femmes avaient de grands rêves. Elles rêvaient de devenir ingénieures, une profession à prédominance masculine, surtout à l’époque. Un homme rempli de haine misogyne leur a volé leurs rêves et leur vie. Lorsqu’il a ouvert le feu, cet homme s’est écrié « Vous êtes toutes des féministes ». Elles ont été tuées parce qu’elles étaient des femmes. Elles ont été tuées parce qu’elles ont eu l’audace de vouloir faire carrière dans un domaine à prédominance masculine.
Elles ont été tuées dans le cadre d’un acte de misogynie violente. Trente ans plus tard, des femmes et des personnes de diverses identités de genre continuent d’être tuées partout au pays à cause de la violence issue de la misogynie, de la masculinité toxique et du racisme. Tous les six jours, une femme est tuée par son partenaire intime au Canada. En 2021, 173 femmes et filles ont été tuées dans le cadre d’actes de violence, une hausse par rapport aux 160 de l’année précédente. Les femmes, les filles et les personnes bispirituelles autochtones continuent de disparaître ou d’être assassinées à un rythme alarmant.
Cinq jours avant la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, on nous a informés d’un autre féminicide horrible.
Trois autres femmes autochtones, Morgan Harris, Marcedes Myran et une troisième femme, que les aînés nous ont demandé d’appeler Buffalo Woman jusqu’à ce qu’ils puissent trouver sa famille, ont été assassinées par un tueur en série allégué à Winnipeg. Il a également été accusé du meurtre de Rebecca Contois en mai 2022.
Cela fait partie de ce que l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et le premier ministre ont décrit comme un génocide.
Nous savons que, tout comme c’était le cas du meurtrier de l’École polytechnique, ce tueur en série allégué était rempli de haine. Un examen de ses activités sur les médias sociaux a révélé des publications qui faisaient la promotion de la violence, de la misogynie, de l’antisémitisme et de la suprématie blanche.
Encore une fois, nous avons été témoins des conséquences mortelles d’un extrémisme de droite croissant.
Alors que notre pays est ébranlé par cette perte énorme, le service de police de Winnipeg a déclaré qu’il n'entreprendrait pas de recherches pour trouver les restes des trois adorables sœurs qui, selon certains, se trouvent dans le site d'enfouissement de Brady.
Je comprends que ces recherches ne sont peut-être pas réalisables. Cependant, il faudrait qu’on arrête au moins de déverser des déchets dans le site d'enfouissement afin que nos êtres chers reposent en paix, sans être dérangés.
Quel message cette décision sans cœur envoie-t-elle aux femmes autochtones, aux survivantes et aux familles des victimes? Elle dit que nous valons moins, que nos vies sont considérées comme étant sans valeur, que le génocide en cours à notre endroit a été normalisé, à un tel point que ce n'est même plus considéré comme une urgence à la Chambre.
Nous ne devrions pas avoir à plaider pour notre sécurité, pour être prises au sérieux ou pour que nos familles puissent tourner la page comme elles le méritent. Nous devons recevoir des ressources parce que nous méritons de pouvoir tourner la page. Le gouvernement fédéral doit tenir compte des appels des survivants, des défenseurs et des dirigeants communautaires en fournissant un financement immédiat pour mettre fin à ce génocide et fournir les ressources nécessaires pour chercher les restes de nos précieuses sœurs, où qu’ils se trouvent.
C’est une crise des droits de la personne. Lorsque nous sommes confrontés à une crise, nous ne fermons pas les yeux. Nous devons agir. Si aujourd’hui est un jour de commémoration, c’est aussi un jour d’action. J’exhorte le gouvernement fédéral et tous les gouvernements du Canada à répondre à cet appel à l’action en prenant des mesures urgentes pour mettre fin à cette violence.
Nous n’oublierons jamais les 14 femmes qui ont perdu la vie il y a 33 ans. Nous n’oublierons jamais les quatre femmes autochtones, ainsi que toutes les femmes, les filles et les personnes bispirituelles autochtones dont les vies ont été fauchées plus tôt cette année et au cours des dernières décennies. En leur mémoire, nous renouvellerons nos efforts pour mettre fin une fois pour toutes à la violence fondée sur le genre.
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2022-12-06 10:27 [p.10466]
Expand
I believe the hon. member for Saanich—Gulf Islands is seeking the unanimous consent of the House to speak. Does she have unanimous consent?
Some hon. members: Agreed.
Il semble que la députée de Saanich—Gulf Islands veuille demander le consentement unanime de la Chambre pour prendre la parole. A-t-elle le consentement unanime?
Des voix: D'accord.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2022-12-06 10:28 [p.10466]
Expand
Madam Speaker, I want to sincerely thank all my colleagues for giving me your consent. I also thank them for their support; we are all united at this time.
I want to warmly thank my colleague, the member for Toronto Centre and the Minister for Women and Gender Equality and Youth.
I would also like to thank my dear colleague, the member for Sarnia—Lambton, who is an engineer. Her message touched me.
Finally, I thank my colleagues, the member for Shefford and the member for Winnipeg Centre.
All of us here, as women in this place, do work in an environment that is traditionally male dominated. All of our society is dominated by the notion of patriarchy. Men are usually in charge.
On this day of remembrance, it is especially difficult to think about the events of December 6, 1989, a day I remember as though it were yesterday.
For all of us women who were alive, conscious and politically aware, there was the deliberate killing of 16 women who were so young. Their only crime was being in a classroom to study to become an engineer. Their only crime was to be a woman. Margaret Atwood said that men are afraid that women will laugh at them, and women are afraid that men will kill them.
We are in a time, as many of my colleagues have mentioned, where violence against women is on the rise. Women who are intimate partners are at risk. There is no question that the words of the member for Winnipeg Centre should ring out clearly across Canada that women are particularly at risk when they have two crimes: They are women, and they are indigenous.
The recent charges brought against a serial killer in Winnipeg for those deaths must again wake us up to misogyny, racism and the crimes of a toxic culture in which patriarchy is the accepted default position. We have to ask ourselves what more we can do. There is no question that every member of every party in this place is saying it is time that we must end violence against women. Here we are 33 years on, and violence against women continues.
What we can say is that we need our allies. On this day, when so many women turn to each other in sisterhood and solidarity, we embrace especially our male colleagues. They are the men who will stand and say that they are a feminist, the men who will stand up and say that patriarchy belongs in the dark ages of history.
We must speak out against femicide. We must stand with those women still in Afghanistan and help them to survive. We must stand with all indigenous women and girls across this country, and stand with the families of those who still do not know where their fallen mommies, aunties, sisters and daughters are. We must say that it is time to end violence, violence against women, violence against each other and the violence we carry in our hearts.
The killing of the 16 women on December 6, 1989, must never be forgotten. It is of them we think of this day. We also say we know that ending violence is a job for us all. It does not just fall on women, and it does not just fall on governments. It requires that all of us, heart to heart and neighbour to neighbour, pay attention and protect anyone we see as vulnerable. We must step up in the moment when we hear hatred spoken, because words of hate can turn into acts of hate.
We must, especially in this place, because we are here and we know each other, try harder to take the violence out of our language and to take polarization out of our politics. Then we can say to Canadians that we are a country that takes care of each other, we love each other and, in memory of the16 women who were killed on this day 33 years ago, we banish hate from our hearts.
Madame la Présidente, je veux dire un grand merci à tous mes collègues de m'accorder cette permission. Je les remercie aussi de leur soutien; nous sommes tous ensemble en ce moment.
Je tiens à dire un grand merci à ma collègue la députée de Toronto‑Centre et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et de la Jeunesse.
Je remercie également ma chère collègue la députée de Sarnia—Lambton, qui est ingénieure. Elle a livré un message qui m'a touchée.
Enfin, je remercie mes collègues la députée de Shefford et la députée de Winnipeg-Centre.
Nous toutes, les députées à la Chambre, travaillons dans un environnement qui est traditionnellement dominé par les hommes. L'ensemble de notre société est dominée par la notion de patriarcat. Ce sont généralement les hommes qui dirigent.
Il est particulièrement difficile, en cette journée de commémoration, de penser aux événements du 6 décembre 1989, un jour dont je me souviens comme si c'était hier.
Pour toutes les femmes qui étaient vivantes, conscientes et politiquement éveillées, 16 femmes toutes jeunes ont été tuées délibérément. Leur seul crime a été de se trouver dans une salle de classe pour étudier afin de devenir ingénieures. Leur seul crime a été d’être une femme. Margaret Atwood a dit que les hommes craignent que les femmes se moquent d’eux, et que les femmes craignent que les hommes les tuent.
Comme l’ont mentionné plusieurs de mes collègues, nous vivons à une époque où la violence faite aux femmes est en hausse. Les femmes qui sont des partenaires intimes sont en danger. Il ne fait aucun doute que les paroles de la députée de Winnipeg-Centre devraient résonner haut et fort dans tout le Canada, à savoir que les femmes sont particulièrement à risque lorsqu’elles sont coupables deux choses: être une femme et être Autochtone.
Les récentes accusations portées contre un tueur en série de Winnipeg pour ces décès doivent encore une fois nous sensibiliser à la misogynie, au racisme et aux crimes d’une culture toxique dans laquelle le patriarcat est la position par défaut acceptée. Nous devons nous demander ce que nous pouvons faire de plus. Il ne fait aucun doute que tous les députés de tous les partis dans cette enceinte affirment qu’il est temps de mettre fin à la violence faite aux femmes. Nous voici 33 ans plus tard, et cette violence se poursuit.
Nous pouvons dire que nous avons besoin de nos alliés. En ce jour où tant de femmes se tournent les unes vers les autres dans un esprit de fraternité entre elles et de solidarité, nous nous rallions tout particulièrement à nos collègues masculins. Ce sont les hommes qui se déclarent féministes, et qui déclarent que le patriarcat appartient au Moyen Âge.
Nous devons nous élever contre le féminicide. Nous devons être solidaires des femmes qui se trouvent toujours en Afghanistan et les aider à survivre. Nous devons être solidaires de toutes les femmes et filles autochtones du Canada et des familles de ceux qui ne savent toujours pas où se trouvent leur mère, leur tante, leur sœur et leur fille décédées. Nous devons dire qu’il est temps de mettre fin à la violence, à la violence faite aux femmes, à la violence entre les gens et à la violence que nous portons dans nos cœurs.
Il ne faut jamais oublier le meurtre de 16 femmes le 6 décembre 1989. C’est à elles que nous pensons aujourd'hui. Nous affirmons aussi que nous savons que mettre un terme à la violence est le travail de tous. Ce n'est pas seulement la responsabilité des femmes et des gouvernements. Il faut que nous portions tous, dans nos cœurs et entre voisins, une attention particulière et protégions les personnes jugées vulnérables. Nous devons intervenir dès que nous entendons un discours haineux, car ces propos peuvent mener à des gestes haineux.
Surtout ici, où nous sommes présents et où nous nous connaissons, nous devons déployer davantage d’efforts pour éliminer la violence de nos propos et la polarisation de nos politiques. Nous pourrons ensuite dire aux Canadiens que les habitants de notre pays prennent soin les uns des autres, qu’ils s’aiment et que, en souvenir des 16 femmes tuées le 6 décembre il y a 33 ans, nous bannissons la haine de nos cœurs.
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2022-12-06 10:33 [p.10467]
Expand
Following discussions among representatives of all parties in the House, I understand there is an agreement to observe a moment of silence.
I would now invite the House to rise and observe a minute of silence in memory of the victims of the tragic event that happened 33 years ago at École polytechnique de Montréal.
[A moment of silence observed]
À la suite de discussions entre les représentants de tous les partis à la Chambre, je crois comprendre qu'il y a consentement pour observer un moment de silence.
J'invite maintenant la Chambre à se lever et à observer un moment de silence à la mémoire des victimes de la tragédie survenue il y a 33 ans à l'École polytechnique de Montréal.
[La Chambre observe un moment de silence.]
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2022-12-06 10:34 [p.10467]
Expand
I wish to inform the House that, because of the ministerial statement, Government Orders will be extended by 30 minutes.
Je désire informer la Chambre qu'en raison de la déclaration ministérielle, l'étude des ordres émanant du gouvernement sera prolongée de 30 minutes.
Collapse
View Randeep Sarai Profile
Lib. (BC)
View Randeep Sarai Profile
2022-12-06 10:35 [p.10467]
Expand
Madam Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the sixth report of the Standing Committee on Justice and Human Rights in relation to Bill C-9, an act to amend the Judges Act.
The committee has studied the bill and has decided to report the bill back to the House with amendments.
Madame la Présidente, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le sixième rapport du Comité permanent de la justice et des droits de la personne relativement au projet de loi C‑9, Loi modifiant la Loi sur les juges.
Le comité a étudié le projet de loi et convenu d'en faire rapport à la Chambre avec des propositions d'amendement.
Collapse
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2022-12-06 10:35 [p.10467]
Expand
Madam Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the fourth report of the Standing Committee on Government Operations and Estimates, entitled “Supplementary Estimates (B), 2022-23”.
Madame la Présidente, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le quatrième rapport du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, intitulé « Budget supplémentaire des dépenses (B) 2022‑2023 ».
Collapse
View Peter Fonseca Profile
Lib. (ON)
View Peter Fonseca Profile
2022-12-06 10:36 [p.10467]
Expand
Madam Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the ninth report of the Standing Committee on Finance in relation to Bill C-241, an act to amend the Income Tax Act (deduction of travel expenses for tradespersons).
I would like to thank the finance committee clerks, Alexandre Roger and Carine Grand-Jean; legislative clerk, Marie-Hélène Sauvé; analysts, Joëlle Malo and Michaël Lambert-Racine; committee assistant, Lynda Gaudreault; all committee staff; interpreter services; and all members of the finance committee.
Madame la Présidente, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le neuvième rapport du Comité permanent des finances relativement au projet de loi C‑241, Loi modifiant la Loi de l’impôt sur le revenu, déduction des frais de déplacement pour les gens de métier.
Je tiens à remercier les greffiers du comité des finances, Alexandre Roger et Carine Grand‑Jean; la greffière législative, Marie‑Hélène Sauvé; les analystes, Joëlle Malo et Michaël Lambert‑Racine; l'adjointe du comité, Lynda Gaudreault; tout le personnel du comité; les services d'interprétation et tous les membres du comité des finances.
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-12-06 10:37 [p.10467]
Expand
Madam Speaker, I am rising to table a petition.
Dr. Louis Roy, from the Quebec college of physicians, recommended expanding euthanasia to babies. This is children ages zero to one. Euthanizing them was suggested because they may have been born with disabilities or very serious syndromes. Recently, the college sent another witness to somewhat double down on this, because there was outrage and concern from Canadians across the country.
The petitioners want the House to know that this proposal for the legalized killing of infants is disturbing and unacceptable in Canadian society. The petitioners believe that killing of children is always wrong.
The petitioners call on the House to block all attempts to legalize infanticide.
Madame la Présidente, je me lève pour présenter une pétition.
Le Dr Louis Roy, du Collège des médecins du Québec, a recommandé d’élargir l’euthanasie aux bébés, soit les enfants âgés de 0 à 1 an. Il a suggéré l'euthanasie de ceux qui ont pu naître avec des malformations ou des syndromes très graves. Récemment, le Collège a envoyé un autre témoin pour atténuer quelque peu cette recommandation, parce que des Canadiens partout au pays ont exprimé de l’indignation et des préoccupations à cet égard.
Les signataires de la pétition veulent que la Chambre sache que la proposition visant à légaliser le meurtre de nourrissons est troublante et inacceptable dans la société canadienne. Les signataires de la pétition croient que l’assassinat d’enfants est toujours inacceptable.
Les signataires de la pétition demandent à la Chambre de bloquer toute tentative visant à légaliser l’infanticide.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-12-06 10:38 [p.10468]
Expand
Madam Speaker, I have a number of petitions I want to present. The first is similar to that presented by my colleague.
The petitioners highlight, with horror, proposals from the Quebec college of physicians to legalize euthanasia for babies. They find this proposal deeply disturbing. Infants cannot consent. Killing children is always wrong. Infanticide is always wrong. There is no justification for proposing to legalize the killing of children.
The petitioners call on the Government of Canada to block any attempt to allow the killing of children for any reason.
Madame la Présidente, je souhaite présenter un certain nombre de pétitions. La première est semblable à celle qui a été présentée par ma collègue.
Les signataires de la pétition soulignent, avec horreur, la mesure proposée par le Collège des médecins du Québec visant à légaliser l’euthanasie pour les bébés. Ils jugent cette mesure très troublante. Les nourrissons ne peuvent pas donner leur consentement. Le fait de tuer des enfants est toujours inacceptable. L’infanticide est toujours inacceptable. Rien ne justifie de proposer la légalisation du meurtre d’enfants.
Les signataires de la pétition demandent au gouvernement du Canada de bloquer toute tentative visant à permettre l’assassinat d’enfants pour quelque raison que ce soit.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-12-06 10:39 [p.10468]
Expand
Madam Speaker, the next petition I am tabling is in support of Bill S-223, a private member's bill seeking to ban forced organ harvesting and trafficking. This bill proceeds to its second hour of debate at third reading stage tomorrow and a final vote next week.
The petitioners want to see this bill passed, making it a criminal offence for a person to go abroad and receive an organ taken without consent.
Madame la Présidente, la prochaine pétition que je présente soutient le projet de loi S‑223, un projet de loi d’initiative parlementaire cherchant à interdire le prélèvement forcé et le trafic d’organes. Ce projet de loi passera à la deuxième heure de débat à l'étape de la troisième lecture demain, et le vote final aura lieu la semaine prochaine.
Les signataires de la pétition demandent l’adoption de ce projet de loi, afin d'ériger en infraction criminelle le fait de se rendre à l'étranger pour recevoir un organe prélevé sans le consentement du donneur.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-12-06 10:40 [p.10468]
Expand
Madam Speaker, the next petition I am tabling responds to recommendations from the Minister of National Defence's advisory panel on systemic racism and discrimination that published its final report earlier this year.
The petitioners are concerned about the fact that this report calls for the exclusion of chaplains on the basis of the views of their faith community on issues of gender and sexuality. They say it is unacceptable, and it is a violation of religious freedom to require or promote the firing of religious clergy from chaplaincy roles on the basis of the views that their denominations hold on various issues.
The petitioners call on the government and the House to oppose this kind of religious discrimination; to reject the recommendations on chaplaincy in the Canadian Armed Forces in the final report of the Minister of National Defence's advisory panel on systemic racism and discrimination; and to affirm the right of all Canadians, including Canadian Armed Forces chaplains, to freedom of religion.
Madame la Présidente, la prochaine pétition que je présente porte sur des recommandations du Groupe consultatif de la ministre de la Défense nationale sur le racisme systémique et la discrimination, qui a publié son rapport final plus tôt cette année.
Les pétitionnaires s'inquiètent du fait que le rapport recommande l'exclusion d'aumôniers en fonction du point de vue de leur communauté religieuse sur le genre et la sexualité. Selon eux, il est inacceptable d'exiger ou de promouvoir le congédiement de membres du clergé aux postes d'aumônier en fonction du point de vue de leur groupe confessionnel sur divers sujets, car cela représente une violation de la liberté de religion.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement et à la Chambre de s'opposer à ce type de discrimination religieuse, de rejeter les recommandations sur l'aumônerie dans les Forces armées canadiennes contenues dans le rapport final du Groupe consultatif de la ministre de la Défense nationale sur le racisme systémique et la discrimination, et d'affirmer le droit de tous les Canadiens, y compris les aumôniers des Forces armées canadiennes, à la liberté de religion.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-12-06 10:40 [p.10468]
Expand
Madam Speaker, the next petition I am tabling highlights the horrific human rights abuses that have been inflicted on the Hazara community in Afghanistan over generations. They are abuses that have been ongoing but have significantly worsened since the Taliban takeover of Afghanistan.
The petitioners call on the government to recognize the violence and the genocide the Hazaras have faced, and to designate September 25 as Hazaras genocide memorial day.
Madame la Présidente, la prochaine pétition que je présente souligne les horribles violations des droits de la personne subies par la communauté hazara en Afghanistan depuis des générations. Ces actes sont perpétrés depuis bien des années, mais la situation s'est nettement détériorée depuis le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de reconnaître la violence et le génocide dont les Hazaras ont été victimes et de désigner le 25 septembre comme jour de commémoration du génocide hazara.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-12-06 10:40 [p.10468]
Expand
Finally, Madam Speaker, I am tabling a petition from people who are concerned about the government's intention to bring in another values test associated with charitable status, to use charitable status determinations to discriminate against organizations that hold different views from the government on the issue of abortion.
The petitioners call on the government to preserve and protect the application of charitable status rules on a politically and ideologically neutral basis without discrimination on the basis of political or religious values, without the imposition of another values test, and to affirm the Charter right of all Canadians to freedom of expression.
Enfin, madame la Présidente, je présente une pétition signée par des gens qui s’inquiètent de l’intention du gouvernement d’ajouter un autre critère des valeurs associé au statut d’organisme de bienfaisance, afin de se servir de la détermination du statut d’organisme de bienfaisance pour faire de la discrimination contre les organismes qui ont des positions différentes de celles du gouvernement sur la question de l’avortement.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de protéger et de préserver l’application des règles concernant le statut d’organisme de bienfaisance en toute neutralité sur le plan politique et idéologique, sans discrimination fondée sur les valeurs politiques ou religieuses et sans l’imposition d’un nouveau critère des valeurs, et d'affirmer le droit des Canadiens à la liberté d’expression.
Collapse
View Leslyn Lewis Profile
CPC (ON)
View Leslyn Lewis Profile
2022-12-06 10:41 [p.10468]
Expand
Madam Speaker, I am presenting a petition this morning on behalf of concerned Canadians.
I would like to draw the attention of the House to the fact that Louis Roy of the Quebec College of Physicians has recommended expanding euthanasia to babies, from birth to one year of age, who come into the world with severe deformities and very serious syndromes.
Recently, the college also sent another witness to AMAD to double down, claiming further that this was not a moral issue and that society had evolved past ethical considerations. The petitioners find this proposal to be very disturbing and very troubling, and they find that the legalized killing of infants is deeply disturbing and unacceptable in Canadian society. They believe that the killing of children is always wrong.
The petitioners call on the House to block all attempts to legalize infanticide.
Madame la Présidente, je présente ce matin une pétition au nom de Canadiens inquiets.
J’aimerais attirer l’attention de la Chambre sur la recommandation de Louis Roy du Collège des médecins du Québec d’étendre l’euthanasie aux bébés, de la naissance à l’âge d’un an, qui naissent avec de graves malformations et des syndromes très graves.
Récemment, le Collège a envoyé un autre témoin au Comité mixte spécial sur l'aide médicale à mourir pour insister sur ce point, affirmant que ce n’était pas une question morale et que la société avait évolué au-delà des considérations éthiques. Les pétitionnaires trouvent cette proposition très troublante et très dérangeante. Ils estiment que la légalisation du meurtre d’enfants est profondément perturbante et inacceptable dans la société canadienne. Ils croient qu’il est ne faut jamais tuer d’enfants.
Les pétitionnaires demandent à la Chambre d’empêcher toute tentative de légaliser l’infanticide.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2022-12-06 10:42 [p.10468]
Expand
Madam Speaker, it is an honour to rise today to present this petition.
From its very inception, Canada's electoral system has always been a first-past-the-post system.
The petitioners point out that this first past the post system leads to distortions. The popular vote is not represented. In these seats in the chamber, we are not here in the proportions for which Canadians have voted.
The petitioners call on the government to move toward a system of proportional representation, as recommended by the Special Committee on Electoral Reform in 2016, to bring credible representation to Canadians.
Madame la Présidente, j'ai l'honneur de prendre la parole aujourd'hui pour présenter cette pétition.
Le système électoral du Canada a toujours été, depuis sa création, un système uninominal majoritaire à un tour.
Ils soulignent que le système uninominal majoritaire à un tour crée des distorsions. Le vote populaire n’est pas représenté. Les sièges à la Chambre ne sont pas répartis selon les pourcentages de votes des Canadiens.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement d’adopter un système de représentation proportionnelle, comme l’a recommandé le Comité spécial sur la réforme électorale en 2016, afin d’assurer une représentation crédible aux Canadiens.
Collapse
View Anna Roberts Profile
CPC (ON)
View Anna Roberts Profile
2022-12-06 10:43 [p.10469]
Expand
Madam Speaker, I rise today to present a petition about our children. Children are our future and the killing of children is always wrong. Without our children, we have no future.
I stand here on behalf of my constituents today to demand that we stop the killing of our children. It is always wrong.
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd’hui pour présenter une pétition concernant nos enfants. Les enfants sont notre avenir et il est toujours répréhensible de tuer des enfants. Sans nos enfants, nous n’avons pas d’avenir.
Je prends la parole aujourd’hui au nom de mes concitoyens pour exiger que nous mettions fin au meurtre de nos enfants. C’est toujours répréhensible.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-12-06 10:44 [p.10469]
Expand
Madam Speaker, I ask that all questions be allowed to stand.
Madame la Présidente, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2022-12-06 10:44 [p.10469]
Expand
Is that agreed?
Some hon. members: Agreed.
D'accord?
Des voix: D'accord.
Collapse
View Mark Holland Profile
Lib. (ON)
View Mark Holland Profile
2022-12-06 10:44 [p.10469]
Expand
Madam Speaker, I move:
That in relation to Bill C-32, An Act to implement certain provisions of the fall economic statement tabled in Parliament on November 3, 2022 and certain provisions of the budget tabled in Parliament on April 7, 2022, not more than one further sitting day shall be allotted to the consideration of the report stage and not more than one sitting day shall be allotted to the consideration of the third reading stage of the said bill; and
That fifteen minutes before the expiry of the time provided for Government Orders on the day allotted to the consideration at report stage and on the day allotted to the consideration at the third reading stage of the said bill, any proceedings before the House shall be interrupted, if required for the purpose of this order, and in turn every question necessary for the disposal of the stage of the bill then under consideration shall be put forthwith and successively without further debate or amendment.
Madame la Présidente, je propose:
Que, relativement au projet de loi C‑32, Loi portant exécution de certaines dispositions de l'énoncé économique de l'automne déposé au Parlement le 3 novembre 2022 et de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 7 avril 2022, au plus un jour de séance supplémentaire soit accordé aux délibérations à l’étape du rapport et un jour de séance soit accordé aux délibérations à l'étape de la troisième lecture;
Que, 15 minutes avant la fin de la période prévue pour les ordres émanant du gouvernement au cours du jour de séance attribué pour l'étude à l'étape du rapport et au cours du jour de séance attribué pour l'étude à l'étape de la troisième lecture de ce projet de loi, toute délibération devant la Chambre soit interrompue, s'il y a lieu, aux fins de cet ordre et, par la suite, toute question nécessaire pour disposer de l'étape à l’étude à ce moment soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement.
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2022-12-06 10:45 [p.10469]
Expand
Pursuant to Standing Order 67(1), there will now be a 30-minute question period. I invite hon. members who wish to ask questions to rise in their places or use the “raise hand” function so the Chair has some idea of the number of members who wish to participate in the question period.
The hon. member for Louis‑Saint‑Laurent.
Conformément à l'article 67.1 du Règlement, il y aura maintenant une période de questions de 30 minutes. J'invite les honorables députés qui souhaitent poser des questions à se lever ou à activer la fonction « main levée » pour que la présidence ait une idée du nombre de députés qui désirent participer à cette période de questions.
L'honorable député de Louis‑Saint‑Laurent a la parole.
Collapse
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2022-12-06 10:47 [p.10469]
Expand
Madam Speaker, unfortunately, we must once again rise in the House to condemn the fact that the government is using a gag order to get its bills passed. This type of approach should be used only in extreme situations and as a last recourse. Gag orders should be used parsimoniously, but they have now become the government’s modus operandi. Unfortunately, we must acknowledge that, in the past seven years, it has used closure far too often, and that is an attack on democracy.
We do not need gag orders, especially since this is a minority government. We should keep in mind that the government received fewer votes than the official opposition. We should keep in mind that we must all work together for the good of Canadians. We should keep in mind that we are 338 duly elected representatives and that we have the right to express our opinion about every bill introduced by the government. The government grants the right to speak to the same few individuals—with whom I always enjoy debating, incidentally. These few people have virtually a monopoly on the right to speak, but that is not how we work in the official opposition.
Why is the government once again imposing closure on a bill that affects every Canadian’s wallet?
Madame la Présidente, par malheur, nous devons encore une fois nous lever à la Chambre pour dénoncer le fait que le gouvernement utilise le bâillon pour faire adopter ses projets de loi. Ce type d'approche doit être utilisé uniquement dans des situations extrêmes et en dernier recours. Il faut utiliser cela avec parcimonie, mais c'est maintenant devenu la façon de faire du gouvernement. Malheureusement, on doit reconnaître que, depuis sept ans, il le fait beaucoup trop souvent, et cela constitue une atteinte à la démocratie.
Nous n'avons pas besoin de cela, d'autant plus que le gouvernement est minoritaire. Il faut rappeler que ce gouvernement a eu moins de votes que l'opposition officielle. Il faut rappeler que nous devons tous travailler ensemble pour le bien du Canada. Il faut rappeler que nous sommes 338 personnes dûment élues et que nous avons le droit de nous exprimer sur chaque projet de loi déposé par le gouvernement. Le gouvernement concède le droit de parole à quelques individus que l'on voit toujours et avec qui j'ai beaucoup de plaisir à échanger, par ailleurs. Ces individus monopolisent presque à eux seuls le droit de parole du gouvernement, mais ce n'est pas ainsi que nous procédons dans l'opposition officielle.
Pourquoi le gouvernement a-t-il encore une fois recours au bâillon pour un projet de loi qui touche le porte-monnaie de tous les Canadiens?
Collapse
View Randy Boissonnault Profile
Lib. (AB)
View Randy Boissonnault Profile
2022-12-06 10:48 [p.10469]
Expand
Madam Speaker, I have enormous respect for my hon. colleague.
Before answering his question, I would like to mention that this is a sad day that marks a tragedy motivated by hate and misogyny. The École Polytechnique massacre will always be seared into our collective memory. My heart and my thoughts go out to the families of the victims who died 33 years ago, as well as to the families of all women who suffered a violent death. The minister and all of my colleagues in the House have my full support in the fight against misogyny. We need to put an end to violence against women and against those who identify as women.
We know that times are hard for Canadians, and Bill C-32 will provide them with essential support. We will eliminate interest on student loans, help families purchase their first home and reduce income tax for growing small and medium-size businesses. These are concrete measures that form the basis of our bill.
Rather than supporting Canadians who need the measures set out in Bill C-32, the Conservatives continue to vote against the bill and are now using delay tactics. I understand that there can be some back and forth in the House, but when the issue is the title of the bill, enough is enough, and we should move on to a vote.
Madame la Présidente, je respecte énormément mon honorable collègue.
Avant de répondre à sa question, j'aimerais souligner cette journée solennelle qui marque une tragédie motivée par la haine et la misogynie. La tuerie de l'École polytechnique restera toujours gravée dans notre mémoire. Mon cœur et mes sentiments sont avec les familles des victimes d'il y a 33 ans, mais aussi avec toutes les familles des victimes, des femmes tuées par la violence. J'appuie entièrement la ministre et tous mes collègues à la Chambre qui sont ici pour lutter contre la misogynie. Il faut que nous mettions fin à la violence contre les femmes et contre toute personne qui s'identifie comme femme.
Nous savons que les temps sont difficiles pour les Canadiens et le projet de loi C‑32 fournira du soutien essentiel aux Canadiens. Nous allons notamment éliminer les intérêts sur les prêts étudiants, aider les familles à acheter leur première maison et réduire les impôts des petites et moyennes entreprises en pleine croissance. Ce sont des mesures concrètes qui sont le fondement de notre projet de loi.
Plutôt que d'appuyer les Canadiens et les Canadiennes qui ont besoin des mesures du projet de loi C‑32, les conservateurs continuent de voter contre et, maintenant, ils utilisent des tactiques dilatoires. Je comprends qu'il puisse y avoir du va-et-vient à la Chambre, mais quand on est rendu à s'opposer au titre du projet de loi, c'est assez et il faut passer au vote.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-12-06 10:50 [p.10469]
Expand
Madam Speaker, when I was a child, there were stories on TV. They all used to end with “they got married and had many children”. The NDP and the Liberals got married and had many closure motions. They impose closure on themselves. They impose closure on the House of Commons. We have never seen an opposition party so eager to keep quiet. Sometimes, when we hear them talk, we can understand them.
Seriously, the government has negotiated 20 closure motions with the NDP. There was a motion that said the government could extend sittings until midnight up to June 23, if it so desired.
Let us look at the legislative agenda: Today we are studying Bill C-32; tomorrow, Bill C-32; Thursday, Bill C-32; Friday, Bill C-32. That is what is on the agenda.
They can extend the sittings until midnight, but that is not enough for them. They are in a hurry. Their bill is urgent. What do they do? They decide. My colleague, the Minister of Tourism, said that they are fed up. I would like to remind them that they are in Parliament. This is a democracy. I know that the Prime Minister once said he admired China and China’s dictatorship, but at some point he will have to learn to listen to the opposition, because the opposition parties often have important and relevant things to say. It might inspire them not to introduce bills like Bill C-31. That is why the NDP is on its knees licking the Liberals’ shoes; it is all for Bill C-31.
I have been a member of the House for 10 years, and I have never seen such a rotten bill. It is not me saying that, it is Mario Dumont, when he wrote about dental insurance and Bill C-31 in his column. The bill was so badly put together that they must have been hanging their heads in shame as they drafted it. That is why the NDP supported 20 gag orders. It is a little embarrassing.
My question is for the NDP. Are members of the NDP not ashamed of having supported 20 gag orders and not saying anything?
Madame la Présidente, quand j'étais petit, on racontait des histoires à la télévision. Dan ce temps-là, on disait: ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants. Le NPD et les libéraux se sont mariés et ils eurent beaucoup de bâillons. Ils se bâillonnent. Ils bâillonnent la Chambre des communes. On n'a jamais vu un parti de l'opposition autant aimer se la fermer. Des fois, quand on les entend parler, on les comprend.
Sérieusement, 20 bâillons ont été négociés avec le NPD. Il y a un bâillon qui disait que le gouvernement peut étendre les heures de séance jusqu'à minuit, et ce, jusqu'au 23 juin, s'il le souhaite.
Regardons le programme législatif: aujourd'hui, on étudie le projet de loi C‑32; demain, c'est le projet de loi C‑32; jeudi, c'est le projet de loi C‑32; vendredi, c'est le projet de loi C‑32. C'est ce qui est au programme.
Ils peuvent prolonger les séances jusqu'à minuit, mais cela n'est pas assez pour eux. Ils sont pressés. C'est urgent, leur affaire. Alors, que font-ils? Ils décident. Mon collègue le ministre du Tourisme l'a dit: ils sont tannés. Je leur rappelle qu'ils sont au Parlement. On appelle cela la démocratie. Je sais que le premier ministre a admiré la Chine et la dictature en Chine, mais à un moment donné il va falloir qu'il apprenne à écouter l'opposition, parce que, souvent, les partis de l'opposition ont des choses intéressantes et importantes à dire. Cela pourrait les inspirer pour qu'ils n'arrivent pas avec des projets de loi comme le projet de loi C‑31. C'est pour cela que le NPD est à genou à manger les bas des libéraux, c'est pour le projet de loi C‑31.
Cela fait dix ans que je siège à la Chambre et je n'ai jamais vu un projet de loi aussi pourri que cela. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est Mario Dumont dans sa chronique quand il a parlé de l'assurance dentaire et du projet de loi C‑31. C'était tellement bâti tout croche, ils ont dû faire cela avec une cagoule sur la tête tellement ils devaient être gênés d'écrire une telle affaire. C'est pour cela que le NPD a appuyé 20 bâillons. C'est un peu gênant.
Ma question s'adresse au NPD. Ses députés ne sont-ils pas gênés d'appuyer 20 bâillons et d'être obligés de se la fermer comme cela?
Collapse
Results: 1 - 30 of 47530 | Page: 1 of 1585

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data