Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 47170
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-12-05 11:02 [p.10383]
Expand
There being no motion at report stage, the House will now proceed, without debate, to the putting of the question on the motion to concur in the bill at report stage.
Comme il n'y a aucune motion à l'étape du rapport, la Chambre passe maintenant sans débat à la mise aux voix de la motion d'adoption du projet de loi à l'étape du rapport.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-12-05 11:03 [p.10383]
Expand
, seconded by the member for Pierrefonds—Dollard, moved that the bill be concurred in.
, avec l'appui du député de Pierrefonds—Dollard, propose que le projet de loi soit agréé.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-12-05 11:03 [p.10383]
Expand
If a member of a recognized party present in the House wishes that the motion be carried or carried on division or wishes to request a recorded division, I would invite them to rise and indicate it to the Chair.
Si un député d'un parti reconnu présent à la Chambre désire que la motion soit adoptée ou adoptée avec dissidence, ou désire demander un vote par appel nominal, je l'invite à se lever et à l'indiquer à la présidence.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-12-05 11:04 [p.10383]
Expand
Mr. Speaker, I think there would be agreement for the motion to be carried unanimously.
Monsieur le Président, je crois qu'il y a consentement pour que la motion soit adoptée à l'unanimité.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-12-05 11:04 [p.10383]
Expand
Is that agreed?
Some hon. members: Agreed.
D'accord?
Des voix: D'accord.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-12-05 11:04 [p.10383]
Expand
When shall the bill be read the third time? By leave, now?
Some hon. members: Agreed.
Quand le projet de loi sera-t-il lu pour la troisième fois? Avec la permission de la Chambre, maintenant?
Des voix: D'accord.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-12-05 11:04 [p.10383]
Expand
, seconded by the member for Pierrefonds—Dollard, moved that the bill be read the third time and passed.
He said: Mr. Speaker, I am very pleased to be speaking today to Bill S-223, the next, and hopefully the last, in a long line of bills that have been proposed here and in the other place to begin the fight against the horrific practice of forced organ harvesting and trafficking.
I want to thank the member for Pierrefonds—Dollard for seconding the bill and recognize the incredible work done by Senator Ataullahjan as well, who proposed the bill. I have the honour of carrying that work on in this place.
The bill would make it a criminal offence for a person to go abroad and receive an organ taken without consent. Bill S-223 would also create a mechanism by which a person could be deemed inadmissible to Canada for involvement in forced organ harvesting and trafficking. The bill recognizes the basic moral principle that killing people or exploiting them for their organs is wrong everywhere and should be stopped everywhere.
Efforts to combat this practice have been ongoing in Canada's Parliament for close to 15 years, and the time that has elapsed underlines the sad reality of how long it takes to pass good private members' bills, even when everyone agrees. However, Bill S-223 has now made it further than any of its predecessors. Having passed the Senate and now been reported back from committee without amendments, the bill only needs to complete this third reading stage and receive royal assent before becoming law. Thanks to the member for Bow River trading with me today and the member for Simcoe North trading the second hour slot on Wednesday, the bill will complete debate this week and should pass its final vote in time for Christmas.
In the past I have always given uncharacteristically short speeches on the bill, trying to engineer an early collapse to debate to move the bill along more quickly. However, given that we now have the security of a second hour for debate lined up and a tight time line to move forward in any event, I will use the opportunity to now, for the first time, to lay out my views on this subject in the level of detail that the full time allows.
The bill responds to one particularly egregious human rights violation, but it would also take an important step toward the embracing of a vital principle of human rights more broadly; that is, the idea of the universality of human rights and of the responsibility of nations to prudentially use the means at their disposal to protect fundamental human rights, not only within their own nations but for every human being in every corner of the globe.
Bill S-223 would apply criminal prohibitions against organ harvesting and trafficking beyond Canada's borders. It recognizes that organ harvesting and trafficking is not just wrong in Canada as a result of particularly Canadian values or a particularly Canadian social contract. Rather, it recognizes that organ harvesting and trafficking is wrong because it denies the universal principle of inherent human dignity and value, a principle that should be understood and applied universally. In this sense, the bill seeks to continue the process of innovation around the principle of national sovereignty that began in 1948 with the promulgation of the Universal Declaration of Human Rights.
Today, I would like to make the case for the importance of embracing this continuing process of innovation, though with appropriate balance and with necessary parameters.
The principle of national sovereignty comes most sharply from Peace of Westphalia, which ended 30 years of war in the Holy Roman Empire in 1648. National sovereignty emerged as a necessary practical compromise from the new reality created by the Protestant Reformation. Prior to the Reformation, western Europe had a kind of moral and religious unity, with the Pope as spiritual leader and the Emperor as a temporal ruler whose practical jurisdiction varied from place to place, but who expressed a kind civilizational unity of the western Christian world.
The Reformation ended that unity and led to generations of wars, with most of the Catholic powers struggling to restore that civilizational unity and with the Protestant powers, with the periodic help of France, seeking to break the power of the Pope and Emperor and create a reality in which nation states could be their own authority in most areas. The Peace of Westphalia, more from exhaustion than decisive victory, marked the end of this period of religious wars and the beginning of the period of nation states.
Notably, this was not the beginning of some great flowering of individual freedom, liberty and human rights. The division of Europe into blocs meant that Catholics were persecuted in Protestant nations just as Protestants were persecuted in Catholic nations, and later as Catholics were brutally persecuted in anti-religious revolutionary France. Westphalia was not about saying that individuals could believe and do what they liked; it was “cuius regio, eius religio”, the religion of the ruler shall be the religion of the state. Under these circumstances, religious persecution continued for hundreds of years, and nations, though less inclined to fight wars over religion, fought wars that reflected the aspirations of rulers, no longer checked or mediated by super-national structures that reflected civilizational unity.
The 18th and 19th centuries saw the rise of new universalist movements. The French Revolution and later Marxism were great threats to existing structures and ideas of national sovereignty, because they made universal claims about the kinds of power structures that should exist, instead of accepting the Westphalian idea that it was up to the local political authorities to decide how a place would be governed.
These movements were obviously different, but a common thread can be discerned in the thinking of political universalists of both the pre-Reformation and the Revolutionary type. They believed that, insofar as there is such a thing as truth, insofar as there is such a thing as human nature and insofar as there is a resulting right and wrong way for a people to be governed, efforts should be made to apply these principles universally. There is intuitive logic to the idea that truth and justice for human beings in one place should be the same as truth and justice for human beings in another place.
There are more modern arguments made for the rejection of this kind of moral universalism that propose the general subjectivity of truth. I will comment more on these arguments later. For the time being, we should note that the emergence of national sovereignty as a principle in European politics did not arise from the rejection of absolute truth in religious and political matters. Rather, it arose from the practical recognition that such universals could not be practically enforced through warfare, at least not at any acceptable cost. The idea of national sovereignty was seen as a necessary political compromise to preserve some measure of peace and security.
It is hard to say how well national sovereignty actually worked at achieving its objectives. One can never test counterfactuals, but we can never know what would have happened in Europe if this piece of political technology had not been invented. Certainly, Europeans kept fighting wars of various kinds after 1648, but the return of the broadest and most devastating European wars tended to align with the emergence of new universalist ideologies.
Following the last of these total European wars, nations came together to try to shape a new kind of settlement. This included the formation of the United Nations in 1945 and also the signing of the Universal Declaration of Human Rights exactly 300 hundred years after the signing of the Peace of Westphalia.
Many of history's human rights declarations, especially prior to 1948, were calls to arms or efforts to justify a violent revolution. The Universal Declaration of Human Rights was radical insofar as it asserted the universality of various fundamental human rights, but it was also conservative in the sense that it was the project of nation states, within a framework that still recognized nationality with sovereignty, it did not legally bind the state signatories to actually uphold the rights therein, and, of course, it did not contain a call to armed enforcement by the people.
This provided a somewhat contradictory foundation, and international human rights law has continued to evolve and grow since 1948 on that foundation that recognizes both national sovereignty and universal human rights as being of great importance.
Notwithstanding the evident tension between these concepts, international diplomacy and law today recognizes that we cannot and ought not dispense with either. An absence of recognition of national sovereignty would lead to perpetual conflict between nations representing irreconcilable philosophical systems. This was the background prior to the Peace of Westphalia and a reality intermittently renewed by the rise of universalist revolutionary and totalitarian movements.
However, the absence of any limits on national sovereignty aimed at protecting universal human rights would create a reality in which we would look the other way when nations would commit the most dastardly crimes toward their own people. Any moral person who believes in justice and universal human dignity must, at a certain point, refuse to consent to allowing certain evils to be committed in the name of national sovereignty. Even if the only consideration is national sovereignty, history shows us clearly that nations that show capricious disregard for the rights of their own people quickly become a menace to their neighbours.
Recognizing the necessary tension between national sovereignty and international human rights, the approach of many nations has sadly been to talk the talk of international human rights, but not to put in practice meaningful mechanisms to enforce such rights.
The clearest example of this approach is the approach taken to the crime of genocide. Canada is a party to an international convention that seeks to define and make illegal the crime of genocide, regardless of assertions of national sovereignty. I strongly support this idea in principle and in practice. Slaughtering a group of people in an attempt to eradicate them is a horrific denial of universal human dignity of the person, and we should do what we can to prevent it. However, unfortunately, while assenting to the idea in principle that genocide should be an international crime, the Government of Canada has been reluctant to actually recognize any acts of genocide while they are progress. It claims that its obligation to act in response to genocide is triggered by a determination by some undefined competent international authority, even if such authorities are easily manipulated by the state committing genocide.
Additionally, this line from the government is fundamentally out of step with our actual legal obligations under the Genocide Convention. Our obligations, as a signatory to the convention, are to uphold that convention, which includes our responsibility to protect victims of genocide, regardless of national sovereignty and regardless of determinations by UN bodies. This is the legal obligation that we have assumed.
I also acknowledge the reality that it is not prudential to send in our troops in every case where genocide is happening. However, rather than burying our heads in the sand and denying the existence of genocide, the government could seek to clearly define the nature and also the limitations of how we would operationalize a responsibility to protect.
In my view, we need to develop real tools for practically integrating a commitment to universal human rights with a commitment to some form of national sovereignty. If an individual is involved in a violation of international human rights and if the nation state in which the person lives elects not to punish them or even condones their actions, national sovereignty limits our ability to punish this criminal. However, without resorting to means that are imprudent and likely to lead to even greater violence, we should still seek ways to punish those involved in human rights violations beyond our borders and thus deter criminals from committing these crimes.
Enter Bill S-223, a little bill with a big idea. It is the idea that we should use the means reasonably at our disposal to punish violations of fundamental human rights that happen beyond our borders. We could do this by punishing Canadians who are complicit in these acts of violence and by shunning foreigners who are involved in such violence. In light of the emergent reality of global connectivity, these kinds of limited tools are still meaningful and begin the process of deterring crime that happens beyond our borders.
It is a good thing that, if we agree it is always and everywhere wrong to do such and such a thing to a human being, we try to come up with some mechanism of accountability for these crimes that is prudent and that does not return us to the kind of world that existed between the Protestant Reformation and the Peace of Westphalia.
This idea of actively applying international human rights principles extraterritorially is about us doing what we can under the circumstances to advance justice. A commitment to this principle is why I have worked hard on this bill and also why I strongly support similar legislative mechanisms, such as the increasing use of Magnitsky sanctions, the adoption of Bill C-281, which is the international human rights act, and the adoption of Bill S-211. I support these legislative efforts to promote justice beyond our borders, because my children here in Canada are no more or less human than Uighur children, Rohingya children, the young nephew of my assistant who faces a hard winter in Ukraine or Kian Pirfalak, a nine-year-old boy who was murdered by police while attending a pro-freedom protest in Iran.
In conclusion, I want to return to a question I raised earlier: the case for universal moral claims in a world made up of diverse cultures and political traditions.
Every society since the dawn of time has tried to regulate itself with doctrines of something like morality. It is impossible for people to live together in a community if they do not regulate their interactions in some way. Furthermore, it is in our nature as beings to try to live rationally, to try to explain the decisions we make with reference to some good or goods.
However, while there has never been a society without some kind moral doctrines, and while those moral doctrines have sought to protect the lives and security of certain individuals, most societies have excluded certain groups or individuals from that protection. They have sought to protect an in-group without protecting an outgroup, seeking to narrow the definition of what it is to be human and perhaps allowing the exploitation of the outgroup for some advantage.
The core of my political philosophy is a simple commitment to universal humanism. It is the idea that we should not think in terms of in-group and outgroup when making decisions about fundamental human rights. If we are to speak authentically about human rights, then these are rights for all humans, regardless of age, environment, citizenship, skin colour or any other factor. Throughout history and still today, there are many who seek to limit the human family for their own convenience, but I believe that a person is a person.
Naturally there are certain kinds of rights that do flow from exchange. A worker has a right to wages. That is a right particular to the worker. A citizen has certain rights that accord with the obligations they have taken on to the nation in which they live. However, when we speak of human rights, these are rights that do not exist because of exchange. Rather, they are rights that flow from the universal nature of the human person.
Ideas of rights and justice are philosophical propositions that cannot be proven scientifically. All doctrines of human rights have their roots in something like faith: in the embrace of propositions that are not scientifically verifiable. However, the idea of universal human rights flowing from a universal humanness can be supported by observing how it accords with the universal aspirations of all people.
Today, as we speak, the people of China and the people of Iran are taking to the streets bravely demanding change. As we speak, incredibly, both of these totalitarian governments are at least feigning in the direction of concession. Also, the people of Ukraine have resisted and continue to heroically resist Putin's invasion, even as more and more Russians bravely express their own discontent.
I am proudly here today endorsing this universal movement for freedom and justice, to say that a person is a person no matter where they live and to say that we can and should prudentially work to affirm and give greater meaning to the idea of universal human rights.
, avec l'appui du député de Pierrefonds—Dollard, propose que le projet de loi soit lu pour la troisième fois et adopté.
— Monsieur le Président, je suis très heureux de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi S-223, le prochain et, espérons-le, le dernier projet de loi d'une longue série de projets de loi qui ont été présentés à la Chambre et à l'autre endroit pour commencer à lutter contre l'horrible pratique du prélèvement forcé et du trafic d'organes.
Je tiens à remercier le député de Pierrefonds—Dollard d'avoir appuyé le projet de loi et à souligner également l'excellent travail de la sénatrice Ataullahjan, qui a présenté le projet de loi. J'ai l'honneur de poursuivre ce travail à la Chambre.
Le projet de loi S-223 érigerait en infraction criminelle le fait pour une personne de se rendre à l'étranger et de recevoir un organe prélevé sans le consentement du donneur. Il créerait également un mécanisme par lequel une personne pourrait être interdite de territoire au Canada pour avoir été impliquée dans le prélèvement forcé et le trafic d'organes. Le projet de loi reconnaît le principe moral fondamental selon lequel tuer des personnes ou les exploiter pour leurs organes est un acte répréhensible partout et doit être arrêté partout.
Cela fait presque 15 ans que des efforts sont déployés au Parlement du Canada pour lutter contre cette pratique. Cela montre qu'il faut malheureusement beaucoup de temps pour adopter de bons projets de loi d'initiative parlementaire, même quand ils sont appuyés par tous. Toutefois, le projet de loi S-223 s'est maintenant rendu plus loin que tout ses prédécesseurs. Ayant été adopté par le Sénat, puis renvoyé à la Chambre par le comité sans amendement, le projet de loi n'a plus qu'à franchir l'étape de la troisième lecture et à obtenir la sanction royale pour entrer en vigueur. Grâce au député de Bow River, qui m'a laissé prendre la parole à sa place aujourd'hui, et au député de Simcoe-Nord, qui a accepté de céder son temps de parole pour permettre une deuxième heure de débat mercredi, nous terminerons le débat sur le projet de loi cette semaine, et nous devrions l'adopter lors du vote final à temps pour Noël.
Par le passé, j'ai toujours prononcé des discours inhabituellement courts sur le projet de loi parce que je voulais que l'on mette fin rapidement au débat pour le faire adopter plus rapidement. Cependant, maintenant qu'une deuxième heure de débat est garantie et que l'échéance d'adoption est, de toute façon, serrée, je profiterai de l'occasion afin d'exposer mon opinion sur ce sujet de manière détaillée, puisque le temps me le permet.
Le projet de loi s'attaque à une grave violation des droits de la personne. Cependant, il constitue également un pas important vers l'application plus générale d'un principe essentiel des droits de la personne, c’est-à-dire l’idée de l’universalité des droits de la personne et de la responsabilité des nations d’utiliser prudemment les moyens mis à leur disposition pour protéger les droits fondamentaux de la personne, pas seulement sur leur propre territoire, mais également pour tout être humain partout dans le monde.
Le projet de loi S-223 prévoit des interdictions relatives au prélèvement et au trafic d’organes en vertu du Code criminel qui vont au-delà des frontières du Canada. Il reconnaît que le prélèvement et le trafic d’organes ne sont pas seulement répréhensibles au Canada en raison de valeurs ou d’un contrat social canadiens. Il reconnaît que ces actes sont répréhensibles, car ils sont contraires au principe universel de la dignité et de la valeur humaines inhérentes, un principe qui devrait être compris et appliqué de manière universelle. À cet égard, le projet de loi cherche à poursuivre le processus d’innovation qui touche le principe de souveraineté nationale qui a été mis en place en 1948, avec la promulgation de la Déclaration universelle des droits de l’homme.
Aujourd’hui, je souhaite souligner l’importance de poursuivre ce processus constant d’innovation. Il faut néanmoins trouver un juste équilibre et établir les paramètres nécessaires.
Le principe de souveraineté nationale découle surtout des traités de Westphalie, qui ont mis un terme, en 1648, à 30 ans de guerre dans le Saint-Empire romain. Le concept de souveraineté nationale est apparu comme un compromis pratique nécessaire en raison de la nouvelle réalité créée par la Réforme protestante. Avant la Réforme, l’Ouest de l’Europe affichait un certain degré d’unité morale et religieuse, alors que le pape était le chef spirituel, et l’empereur, le régent temporel dont les pouvoirs pratiques variaient d’un endroit à l’autre, mais qui faisait valoir un type d’unité civilisationnelle du monde chrétien occidental.
La Réforme a mis fin à cette unité. Elle a entraîné des guerres pendant plusieurs générations. La majorité des puissances catholiques peinaient à restaurer cette unité et les puissances protestantes, avec une aide périodique de la France, cherchaient à dissoudre le pouvoir du pape et de l’empereur, et à créer une réalité dans laquelle les États-nations pourraient avoir leurs propres pouvoirs dans la majorité des domaines. La paix de Westphalie, qui était plutôt le fruit de l’épuisement que d’une victoire décisive, a marqué la fin de cette période caractérisée par des guerres religieuses, et le début de la période des États-nations.
Or, ce n’était pas le début d’un vaste épanouissement des libertés individuelles, de la liberté en général et des droits de la personne. Étant donné que l'Europe était divisée en blocs, les catholiques ont été persécutés dans les nations protestantes, alors que les protestants ont été persécutés dans les nations catholiques. Plus tard, les catholiques ont été persécutés brutalement lors de la Révolution française contre la religion. La paix de Westphalie ne voulait pas dire que les individus pouvaient croire à ce qu’ils voulaient et faire ce qu’ils voulaient. Elle faisait valoir le principe cuius regio, eius religio, c’est-à-dire que la religion du régent doit être la religion de l’État. Dans ce cas, la persécution religieuse s’est poursuivie pendant des centaines d’années. Même si elles étaient moins enclines à mener une guerre pour des motifs religieux, les nations ont mené des guerres qui étaient le reflet des aspirations des régents, qui n’étaient plus contrôlés ou modérés par des structures supranationales favorisant l’unité civilisationnelle.
Au XVIIIe et au XIXe siècle, il y a eu apparition de nouveaux mouvements universalistes. La Révolution française et, plus tard, le marxisme ont représenté de grandes menaces pour les structures existantes et les idées relatives à la souveraineté nationale, parce qu’ils faisaient valoir des concepts universels au sujet des types de structures de pouvoir qui devraient exister, au lieu d’accepter l’idée westphalienne selon laquelle les autorités politiques locales devaient décider de la manière dont un endroit devait être gouverné.
Ces mouvements étaient manifestement différents, mais il y a un point commun entre les penseurs politiques universalistes de la pré-Réforme et ceux de la Révolution. Tous deux estimaient en effet que, s’il existe une vérité, s’il existe une nature humaine et s’il existe, en conséquence, une bonne façon et une mauvaise façon de gouverner le peuple, alors il faut s’employer à appliquer ces principes de façon universelle. L’idée selon laquelle la vérité et la justice applicables à des êtres humains dans un endroit donné devraient être les mêmes que celles qui s'appliquent à d’autres êtres humains ailleurs semble procéder d’une logique intuitive.
Des arguments plus modernes dénonçant cette sorte d’universalisme moral proposent la subjectivité générale de la vérité. J’y reviendrai tout à l’heure. En attendant, il convient de noter que l’émergence du principe de la souveraineté nationale dans la politique européenne ne résulte pas du rejet de la vérité absolue dans les affaires religieuses et politiques. Elle procède au contraire de la reconnaissance pragmatique que de tels principes universels ne peuvent pas vraiment être appliqués par la guerre, en tout cas pas à un coût qui serait acceptable. Le concept de souveraineté nationale était considéré comme un compromis politique nécessaire pour préserver un certain niveau de paix et de sécurité.
Il est difficile de dire dans quelle mesure la souveraineté nationale a atteint ses objectifs. On ne peut jamais mesurer les résultats de ce qui n’est pas arrivé, et nous ne pouvons donc pas savoir ce qui se serait produit en Europe si cette théorie politique n’avait pas été inventée. Certes, les Européens ont livré bien d’autres guerres après 1648, mais la résurgence de guerres européennes plus étendues et plus dévastatrices a souvent accompagné l’émergence des nouvelles idéologies universalistes.
Après les deux dernières guerres totales en Europe, les nations se sont réunies pour essayer de s’entendre sur une nouvelle forme de gouvernance. C’est ainsi qu’on a créé les Nations unies en 1945 et qu’on a également signé la Déclaration universelle des droits de l’homme exactement 300 ans après la signature du traité de paix de Westphalie.
Bon nombre de déclarations des droits de l’homme, surtout celles qui sont antérieures à 1948, étaient en fait des cris de ralliement pour justifier une révolution violente. La Déclaration universelle des droits de l’homme était radicale dans la mesure où elle affirmait l’universalité des droits fondamentaux de l’homme, mais elle était aussi conservatrice en ce sens qu’elle reconnaissait la nationalité et la souveraineté, qu’elle ne contraignait pas légalement les États signataires à respecter les droits énoncés, et que, bien sûr, elle n’encourageait pas les peuples à recourir à la violence pour faire respecter lesdits droits.
Le fondement de la déclaration universelle était donc quelque peu contradictoire, et depuis 1948, le droit international en matière de droits de la personne a évolué à partir de cette contradiction selon laquelle la souveraineté nationale aussi bien que les droits universels de la personne revêtent une grande importance.
Malgré la tension évidente qui existe entre ces concepts, le droit international reconnaît aujourd’hui que l’on ne doit faire l’économie ni de l’un ni de l’autre. En l’absence d’une reconnaissance de la souveraineté nationale, on risque d’avoir des conflits perpétuels entre les nations défendant des doctrines philosophiques inconciliables. C’était le contexte qui prévalait avant le traité de Westphalie et c’est une réalité qui refait régulièrement son apparition avec l’émergence de mouvements universalistes révolutionnaires et totalitaires.
Or, l’absence de toute limite imposée à la souveraineté nationale en matière de protection des droits universels de la personne signifierait que nous serions pratiquement obligés de fermer les yeux lorsque des nations commettent les crimes les plus ignobles contre leurs peuples. Toute personne morale qui croit à la justice et à la dignité de la personne humaine doit, à un moment donné, refuser d’avaliser les crimes qui peuvent être commis au nom de la souveraineté nationale. Même si la seule considération est la souveraineté nationale, l’histoire nous montre clairement que les nations qui manifestent la plus grande indifférence envers le respect des droits de leur propre peuple deviennent bientôt une menace pour leurs voisins.
Conscients de la tension nécessaire qui existe entre la souveraineté nationale et les droits internationaux de la personne, bon nombre d’États se sont malheureusement contentés de faire de beaux discours sur les droits internationaux, sans se donner la peine de mettre en place les mécanismes nécessaires pour faire respecter ces droits.
L’exemple le plus flagrant est celui de l’approche adoptée face au crime de génocide. Le Canada est signataire d’une convention internationale qui définit et qualifie d’illégal le crime de génocide, même sous le prétexte de la souveraineté nationale. J’appuie sans réserve cette idée, au niveau du principe et de la pratique. Massacrer un groupe de gens afin de les faire totalement disparaître est un déni abominable de la dignité de la personne humaine, et nous devons tout faire pour l’empêcher. Or, même s’il adhère au principe selon lequel le génocide devrait être considéré comme un crime international, le gouvernement du Canada s’est malheureusement montré réticent à reconnaître des actes de génocide en cours. Il prétend que l’obligation qu’il a de réagir à un génocide n’existe qu’au moment où une instance internationale compétente, mais indéterminée, reconnaît l’existence d’un tel génocide, alors qu’on sait parfaitement que ce genre d’instance est souvent manipulée par l’État coupable du génocide.
De plus, la posture du gouvernement canadien ne correspond absolument pas aux obligations juridiques qu'il a contractées en signant la Convention sur le génocide, puisque celles-ci lui enjoignent de faire respecter ladite convention, ce qui comprend sa responsabilité de protéger les victimes de génocide, hormis toute considération de souveraineté nationale ou toute détermination par une instance onusienne de l’existence d’un génocide. C’est là l’obligation juridique que nous avons contractée.
Je reconnais bien sûr qu’il ne serait pas prudent d’envoyer nos soldats chaque fois qu’un génocide se produit. En revanche, j’estime que, plutôt que d’enfouir la tête dans le sable et de nier l’existence d’un génocide, le gouvernement devrait s’efforcer de définir clairement la nature et les limites de ce que nous pouvons faire pour nous acquitter de notre responsabilité de protéger les victimes.
À mon avis, nous devons développer de vrais outils pour harmoniser concrètement notre engagement à l'égard des droits universels de la personne avec notre engagement à respecter une forme quelconque de souveraineté nationale. Si une personne est impliquée dans un cas de violation des droits internationaux de la personne et que l'État-nation où elle vit choisit de ne pas la punir ou cautionne même ses actions, la souveraineté nationale limite notre capacité à punir ce criminel. Toutefois, sans recourir à des moyens imprudents et susceptibles d'engendrer une recrudescence de la violence, nous devrions tout de même chercher des moyens de punir les personnes impliquées dans des cas de violation des droits de la personne à l'étranger afin de dissuader les criminels de commettre ce genre de crimes.
C'est là qu'entre en scène le projet de loi S-223, un petit projet de loi qui propose une idée formidable, soit que nous utilisions les moyens raisonnables à notre disposition pour punir les violations des droits fondamentaux de la personne commises à l'étranger. Pour ce faire, nous pourrions punir les Canadiens complices de ces actes de violence et interdire de territoire les étrangers qui les commettent. Compte tenu de la nouvelle réalité de la connectivité mondiale, ce genre d'outils limités sont encore utiles et ils permettent d'amorcer le processus visant à avoir un effet dissuasif sur la criminalité à l'étranger.
Si nous convenons qu'un tel ou tel acte est partout et toujours répréhensible, il serait judicieux d'essayer de trouver un mécanisme de responsabilisation pour ces crimes, qui soit prudent et qui ne nous ramène pas au type de monde qui existait entre la Réforme protestante et la paix de Westphalie.
Cette idée d'appliquer activement les principes internationaux des droits de la personne à l'extérieur du territoire canadien vise à nous amener à faire ce que nous pouvons dans les circonstances pour faire avancer la justice. L'engagement envers ce principe est la raison pour laquelle j'ai travaillé d'arrache-pied sur ce projet de loi et aussi la raison pour laquelle je soutiens fermement d'autres mécanismes législatifs semblables, comme le recours croissant aux sanctions Magnitsky, l'adoption du projet de loi C-281, qui est la Loi sur les droits de la personne à l'échelle internationale, et l'adoption du projet de loi S-211. J'appuie ces efforts législatifs visant la promotion de la justice au-delà de nos frontières, car mes enfants ici, au Canada, ne sont ni plus ni moins humains que les enfants ouïghours, que les enfants rohingyas, que le jeune neveu de mon adjointe qui affronte un hiver difficile en Ukraine ou que Kian Pirfalak, un garçon de 9 ans qui a été assassiné par la police alors qu'il participait à une manifestation en faveur de la liberté en Iran.
En conclusion, j’aimerais revenir sur une question que j’ai soulevée tout à l’heure, à savoir l’application d’une morale universelle à un monde composé de cultures et de traditions politiques différentes.
Depuis la nuit des temps, chaque société s’est efforcée de se gouverner selon certaines conceptions de la moralité. Des peuples ne peuvent tout simplement pas vivre ensemble s’ils ne réglementent pas de quelque façon que ce soit leurs relations interpersonnelles. De plus, c’est dans la nature des êtres humains d’essayer de vivre de façon rationnelle, d’essayer de justifier les décisions qu’ils prennent en fonction du bien.
Pour autant, même s’il n’y a jamais eu de société complètement dépourvue d’une doctrine morale censée protéger la vie et la sécurité de certains individus, la plupart des sociétés ont exclu certains groupes et certains individus de cette protection. Elles se sont efforcées de protéger un groupe endogène au détriment d’un groupe exogène, en resserrant la définition de ce qu’est l’humain et en autorisant éventuellement l’exploitation du groupe exogène en échange d’un avantage quelconque.
Ma philosophie politique personnelle est fondée sur la défense de l’humanisme universel. Autrement dit, il ne faut pas penser en fonction d’un groupe endogène et d’un groupe exogène lorsqu’on prend des décisions concernant les droits fondamentaux de la personne. Si l’on est sincère, on doit défendre l’application de ces droits à tous les êtres humains, quel que soit leur âge, leur environnement, leur citoyenneté, la couleur de leur peau ou tout autre facteur. Depuis toujours et encore aujourd’hui, nombreux sont ceux qui essayent de limiter la famille humaine selon les critères qu’ils ont choisis, mais j’estime qu’une personne est une personne.
Il y a bien sûr des droits qui sont issus de certains échanges. Par exemple, un travailleur jouit du droit de recevoir un salaire. C’est un droit propre au travailleur. Un citoyen jouit de certains droits en échange des obligations qu’il a contractées en devenant citoyen du pays dans lequel il vit. En revanche, quand on parle de droits de la personne, il ne s’agit pas de droits qui résultent d’un échange. Ce sont des droits qui participent de la nature universelle de la personne humaine.
Les concepts de droits et de justice sont des concepts philosophiques qu’on ne peut pas prouver scientifiquement. Toutes les doctrines sur les droits de la personne trouvent leurs racines dans ce qui s’apparente à la foi puisqu’il s’agit d’accepter des propositions qui ne sont pas scientifiquement vérifiables. Il n’en demeure pas moins qu’on peut affirmer que le concept des droits universels de la personne procède d’une humanité universelle parce qu’il répond aux aspirations universelles de tous les peuples.
Aujourd’hui même, le peuple chinois et le peuple iranien manifestent courageusement dans les rues pour réclamer des changements. Et ce qui est incroyable, c’est que ces deux gouvernements totalitaires font au moins semblant de faire des concessions. De même, le peuple ukrainien continue de résister héroïquement à l’invasion décidée par Poutine, alors que de plus en plus de Russes osent manifester leur mécontentement.
Je suis fier d’affirmer aujourd’hui que j’appuie le mouvement universel pour la liberté et la justice, qu’une personne est une personne où qu’elle vive, et que nous devons avancer lentement mais sûrement vers une plus grande reconnaissance du concept des droits universels de la personne.
Collapse
View Sameer Zuberi Profile
Lib. (QC)
View Sameer Zuberi Profile
2022-12-05 11:19 [p.10386]
Expand
Madam Speaker, I would like to ask the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan a question.
We are working together on the Uighur file, which is an important issue. We are the co-chairs of the Canada-Uyghur Parliamentary Friendship Group.
I ask the member how the bill would impact this grave and serious human rights concern, which the House has said is a genocide occurring currently against the Uighur people. How does he see this bill ameliorating that particular situation right now?
Madame la Présidente, j'aimerais poser une question au député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
Nous travaillons ensemble sur le dossier des Ouïghours, un dossier important. Nous sommes les coprésidents du Groupe d'amitié parlementaire Canada-Ouïghours.
J’aimerais demander au député dans quelle mesure ce projet de loi va avoir un impact sur la situation extrêmement préoccupante du peuple ouïghour, dont cette Chambre a reconnu qu’il s’agissait d’un génocide. Pense-t-il que ce projet de loi va contribuer à améliorer leur situation?
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-12-05 11:20 [p.10386]
Expand
Madam Speaker, we have seen many initiatives before the House, including my friend's Motion No. 62, and these initiatives deal with different parts of the genocide: recognition, sanctions, immigration measures and forced labour. There are many different pieces to it that require a response.
This bill seeks to combat forced organ harvesting and trafficking. We have been hearing more and more reports that Uighurs have been victim to forced organ harvesting and trafficking. By cutting off some of the demand for those organs and by seeking to in some sense punish those involved in forced organ harvesting and trafficking, this bill is an important step. There are still many more steps required, but it is an important step in trying to advance justice fo Uighurs.
Madame la Présidente, la Chambre a été saisie de nombreuses initiatives, dont la motion M-62 de mon ami. Ces initiatives portent sur diverses parties du génocide: la reconnaissance, les sanctions, les mesures d'immigration et le travail forcé. De nombreux aspects requièrent une réponse.
Ce projet de loi vise à lutter contre le prélèvement forcé et le trafic d'organes. De plus en plus de rapports indiquent que des Ouïghours ont été victimes de prélèvement forcé et de trafic d'organes. Ce projet de loi constitue une étape importante en éliminant une partie de la demande et en cherchant en quelque sorte à punir ceux qui sont impliqués dans le prélèvement forcé et le trafic d'organes. Il reste encore de nombreuses étapes à franchir, mais ce projet de loi est une étape importante dans l'avancement de la justice pour les Ouïghours.
Collapse
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
View Alistair MacGregor Profile
2022-12-05 11:20 [p.10386]
Expand
Madam Speaker, I thank the member for shepherding this bill to this stage. It has been a long journey. I have a question based on the earlier intervention, aside from what is happening with the Uighur population.
Over the many years the member has been involved in trying to shepherd this bill through the Parliament of Canada, can he inform the House what the trends and statistics have been like worldwide that underline a strong a case and necessity for this bill being passed into law at this moment in time?
Madame la Présidente, je remercie le député d'avoir parrainé ce projet de loi jusqu'à cette étape. Le voyage a été long. J'ai une question fondée sur une intervention précédente et qui ne concerne pas les Ouïghours.
Au cours des nombreuses années pendant lesquelles le député a essayé de faire progresser ce projet de loi au Parlement du Canada, peut-il parler à la Chambre des tendances et des statistiques mondiales qui permettent de croire qu'il est approprié et nécessaire que nous adoptions ce projet de loi maintenant?
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-12-05 11:21 [p.10386]
Expand
Madam Speaker, there are different kinds of cases of forced organ harvesting and trafficking. We often speak of the situation in China, where forced organ harvesting and trafficking are part of the persecution of dissidents or minorities. Falun Gong practitioners have been significantly targeted for decades. Now we are seeing an increase in the targeting of Uighurs as part of a state-directed and state-controlled system.
However, in many other countries around the world where forced organ harvesting and trafficking happen, they are not likely coordinated by the state but in the dark ungoverned or less governed corners of society. People who are poor and vulnerable are taken advantage of and coerced or compelled into giving up their organs.
We know this is a problem, and there have been various efforts to quantify it. It is a difficult thing to quantify. It is particularly difficult to quantify the extent to which Canadians are or are not complicit in this, but the bill takes an important step in responding to that reality throughout the world.
Madame la Présidente, le prélèvement forcé et le trafic d'organes se déroulent dans de nombreux contextes différents. On parle souvent de la situation en Chine, où le prélèvement forcé et le trafic d'organes font partie de la persécution des dissidents ou des minorités. Les adeptes du Falun Gong y sont grandement ciblés depuis des décennies. On constate maintenant une augmentation du nombre d'Ouïghours ciblés dans le cadre d'un système dirigé et contrôlé par l'État chinois.
Cependant, dans beaucoup d'autres pays partout dans le monde où le prélèvement forcé et le trafic d'organes se commettent, il est peu probable que ces activités soient coordonnées par l'État. Elles se pratiquent plutôt dans l'obscurité, dans les recoins de la société où la loi ne s'applique que peu ou pas du tout. Des gens pauvres et vulnérables font profiter d'eux et sont contraints de faire don de leurs organes.
Nous savons que le problème existe, et divers efforts ont été déployés pour essayer de le quantifier, ce qui est difficile à faire. Il est particulièrement difficile de quantifier la mesure dans laquelle les Canadiens sont susceptibles d'être complices de ces activités, mais le projet de loi est un pas important visant à réagir à cette réalité qui existe partout dans le monde.
Collapse
View James Bezan Profile
CPC (MB)
View James Bezan Profile
2022-12-05 11:22 [p.10386]
Expand
Madam Speaker, the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan's dissertation was well researched and well articulated.
We know that Falun Gong practitioners have been unfairly and unjustly targeted by the regime in Beijing for organ harvesting. They are denied freedom of religion, freedom of association and freedom expression, things that we take for granted here in Canada.
We know that our former colleague David Kilgour, as well as David Matas, wrote a large study and briefing document on those responsible for the organ harvesting of the Falun Dafa in China. They brought forward, along with Falun Gong practitioners here in Canada, over 20 names of those who have profited from the very gross, which I mean in every way possible, human rights violations of Falun Gong practitioners in China, who have had their organs harvested for being political dissidents. None of them have ever been sanctioned.
Can the member speak to whether this bill would allow us to make sure that nobody in Canada profits from or gains access to these illicit organs? Why we are not sanctioning the individuals who are responsible for this?
Madame la Présidente, la dissertation du député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan était bien documentée et bien présentée.
Nous savons que des adeptes du Falun Gong ont été ciblés de manière inéquitable et injuste par le régime de Pékin pour se faire prélever leurs organes. On prive ces personnes du droit à la liberté de religion, à la liberté d'association et à la liberté d'expression, des libertés que nous tenons pour acquises ici, au Canada.
Nous savons que David Kilgour, notre ancien collègue, ainsi que David Matas ont mené une vaste étude et préparé un document d'information exhaustif sur les responsables du prélèvement sans consentement des organes des adeptes du Falun Dafa en Chine. Avec l'aide d'adeptes du Falun Gong au Canada, ils ont divulgué le nom de plus de 20 individus qui retirent des avantages des très graves violations des droits de la personne perpétrées, sous toutes les formes possibles, à l'égard des adeptes du Falun Gong en Chine. À titre d'exemple, ces adeptes se font enlever leurs organes de force sous prétexte qu'ils sont des dissidents politiques. Aucun responsable de ces crimes n'a été sanctionné à ce jour.
Le député peut-il expliquer comment ce projet de loi pourrait faire en sorte que personne au Canada ne retire des avantages de ce trafic d'organes ou n'ait accès à ces organes prélevés illicitement? Pourquoi le Canada n'impose-t-il pas de sanctions aux responsables de ces crimes?
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-12-05 11:24 [p.10387]
Expand
Madam Speaker, this bill would create a mechanism by which those involved with forced organ harvesting and trafficking would be inadmissible to Canada.
In terms of broader sanctions, Magnitsky-style sanctions, it is important that we also pass Bill C-281, which would create a mechanism through which a parliamentary committee could recommend people for Magnitsky sanctions. That would help us move forward to ensure that more people involved in these kinds of human rights violations are put on the sanctions list.
Madame la Présidente, le projet de loi créerait un mécanisme par lequel les personnes impliquées dans le prélèvement forcé et le trafic d'organes seraient interdites de territoire au Canada.
Pour ce qui est de sanctions plus lourdes, de sanctions comme celles prévues par la loi de Magnitski, il est important que nous adoptions également le projet de loi C-281, qui créerait un mécanisme par lequel un comité parlementaire pourrait recommander des personnes à qui imposer des sanctions Magnitski. Cela nous aiderait à faire en sorte qu'un plus grand nombre de personnes impliquées dans ce type de violations des droits de la personne soient inscrites sur la liste des sanctions.
Collapse
View Sameer Zuberi Profile
Lib. (QC)
View Sameer Zuberi Profile
2022-12-05 11:24 [p.10387]
Expand
Madam Speaker, I would like to start by thanking the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
I also want to thank Senator Ataullahjan, who has created this conversation within our House, the lower house, the House of Commons.
This Senate bill, Bill S-223, an act to amend the Criminal Code and the Immigration and Refugee Protection Act (trafficking in human organs), is a critical piece of legislation that would help us address a grave and serious human rights concern. It is new legislation that adds to an existing body of law, which addresses criminality but not with respect to organ harvesting outside of Canada's territory.
I want to acknowledge our collective commitment to ensuring that these important reforms become law. This is a commitment from all members of the House, from what I can see. The important and beautiful thing about this legislation and discussing it is we are focused on the public good, putting aside our partisan squabbles to promote what is right and just.
First, I would like to review the history of the legislative reform proposed in this bill.
The issue of organ trafficking has been before Parliament for a decade. Prior to Bill S-223, there were two Senate public bills that proposed nearly identical reforms. They were Bill S-240, introduced in 2017, and Bill S-204, introduced in 2020. In addition, two private member's bills introduced in 2017 and 2013 proposed similar reforms. They were Bill C-350 and Bill C-561. We all agree that organ trafficking is a heinous crime. It requires a legislative response.
As I said earlier, this piece of legislation would create something new within the Criminal Code that speaks specifically to the trafficking of organs extraterritorially, or outside the territory of Canada. Additionally, it would amend the Immigration and Refugee Protection Act so those who are seeking to reside permanently in Canada or foreign nationals would be inadmissible to our beautiful country for engaging in conduct that constitutes one of the offences proposed in this legislation. These offences target anybody who obtains organs, or who participates in or facilitates the trafficking of organs, from a person who did not provide informed consent. This legislation also seeks to target those who obtained organs that are purchased and those who participate in or facilitate the transfer of purchased organs.
These are coercive practices. They are difficult to prove, but we want to send a clear and strong signal that we as a country do not accept them.
Unfortunately, we know that people who are wealthier unwittingly or sometimes wittingly engage in this practice. Those who are victims of this practice are almost always deeply vulnerable. The transplant of organs without consent is abhorrent. Oftentimes, it leads to devastating impacts on those who had their organs trafficked. They are uncompensated, they live with lifelong problems and they sometimes die.
The member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan and I participated in an important study on the Uighur people. This was over two years ago at the parliamentary subcommittee on international human rights.
We heard testimony from a survivor of the concentration camps within Xinjiang Uighur Autonomous Region. He recounted to us, in testimony, how he was apprehended. He was asked to sign a forced confession and refused to do so. He was medically examined to such an extent that he thought he would be dissected on that table, that his eyes were going to be removed or that his organs were going to be harvested on the spot during the examination.
This piece of legislation seeks to target any behaviour that harvests organs from people.
I recognize that the Criminal Code may apply currently to some of the conduct that this bill is seeking to legislate. Right now, the Criminal Code has assault offences that apply when organs are harvested here in Canada with coercion. This piece of legislation, as I mentioned earlier, also looks at what happens outside of Canada.
Right now, there is no international covenant from the UN that speaks specifically to organ harvesting in its essence as the main thrust of the covenant. However, there are two covenants that do touch upon organ harvesting, and Canada is party to both of these UN instruments. The first is the Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children. This supplements the United Nations Convention against Transnational Organized Crime, which was ratified on May 13, 2002.
After this first piece of international law came the Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child on the sale of children, child prostitution and child pornography. This protocol addresses offering, delivering and accepting a child for the purposes of transferring children's organs, particularly article 3. This was ratified on September 14, 2005.
The Council of Europe Convention against Trafficking in Human Organs, adopted in 2014, also speaks directly to organ harvesting.
I will conclude by recognizing the important work that has been done around this, in particular by David Kilgour and David Matas. They have done extensive research around Falun Gong or Falun Dafa practitioners and have dedicated years to highlighting this particular issue around organ harvesting.
We know that David Kilgour served in the House for many years with the Liberal Party and the Conservative Party. He was a person of conviction. He was a person who continued to remain active after serving the House. He was somebody I crossed paths with before entering the House. I remember this gentleman as a sincere person who advocated for the public good and for human rights.
It is important to also mark David Matas, who along with David Kilgour conducted extensive research. It allowed us to build a body of evidence that proved not only anecdotally but also empirically that this is an abhorrent phenomenon occurring right now.
Recently, in the Subcommittee on International Human Rights, we heard how this is currently happening to the Uighur people. In the airports in Xinjiang Uighur Autonomous Region, in Urumqi, if my memory serves me correctly, there were lines on the floor as one entered the airport that specifically demarcated where one could pick up organs. This is abhorrent. This type of practice must stop. This practice might exist currently within a region of the world that we know, but this legislation applies across the board.
Madame la Présidente, j'aimerais d'abord remercier le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
Je remercie également la sénatrice Ataullahjan d'avoir lancé cette conversation dans cette enceinte, la Chambre basse, la Chambre des communes.
Le projet de loi sénatorial S-223, qui modifie le Code criminel et la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés en ce qui concerne le trafic d’organes humains, est une mesure législative cruciale pour nous aider à régler un grave problème en matière de droits de la personne. Il s'agit d'une nouvelle mesure qui s'ajoute au corpus législatif existant, lequel s'attaque à la criminalité, mais pas aux crimes concernant le prélèvement d'organes à l'extérieur du territoire canadien.
Je tiens à souligner notre engagement collectif à enchâsser ces importantes réformes dans la loi. D'après ce que je vois, tous les députés adhèrent à cet engagement. Ce qu'il y a d'important et de beau dans le projet de loi à l'étude et dans le fait d'en discuter, c'est que nous agissons pour le bien public, en mettant de côté nos querelles partisanes afin de promouvoir ce qui est juste et bon.
D'abord, j'aimerais retracer l'historique de la réforme législative proposée par ce projet de loi.
Le Parlement est saisi de la question du trafic d'organes depuis une décennie. Avant le projet de loi S-223, deux projets de loi publics du Sénat ont proposé des réformes presque identiques. Il s'agit du projet de loi S-240, déposé en 2017, et du projet de loi S-204, déposé en 2020. De plus, deux projets de loi émanant de députés, déposés en 2017 et 2013, ont proposé des réformes similaires. Il s'agit du projet de loi C-350 et du projet de loi C-561. Nous sommes tous d'accord pour dire que le trafic d'organes est un crime odieux. Cela exige une réponse législative.
Comme je l'ai dit plus tôt, ce projet de loi créerait un nouvel élément dans le Code criminel, qui porterait précisément sur le trafic d'organes à l'extérieur du territoire canadien. De plus, il modifierait la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés, afin que les personnes qui cherchent à résider en permanence au Canada ou les ressortissants étrangers soient interdits de séjour dans notre beau pays s'ils se livrent à des gestes qui constituent l'une des infractions prévues dans ce projet de loi. Les infractions en question visent toute personne qui obtient un organe, ou qui participe au trafic d'organes ou le facilite, sans le consentement éclairé de la personne sur qui l'organe est prélevé. Ce projet de loi vise également les personnes qui ont obtenu l'organe acheté et celles qui participent au transfert d'organes achetés ou qui le facilitent.
Il s'agit de pratiques coercitives qui sont difficiles à prouver, mais nous voulons envoyer un signal fort et clair pour indiquer que notre pays ne les accepte pas.
Malheureusement, nous savons que des personnes riches s'adonnent à cette pratique, parfois à leur insu et parfois sciemment. Les personnes qui sont victimes de cette pratique sont presque toujours profondément vulnérables. La transplantation d'organes sans consentement est odieuse. Elle a souvent des effets dévastateurs sur les personnes dont les organes ont fait l'objet d'un trafic. Ces personnes ne sont pas indemnisées, elles vivent avec des problèmes qui peuvent durer toute la vie et elles en meurent parfois.
Le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan et moi-même avons participé à une importante étude sur le peuple ouïghour. C'était il y a plus de deux ans, au Sous-comité des droits internationaux de la personne.
Nous avons entendu le témoignage d’un survivant des camps de concentration de la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Lors de son témoignage, il nous a raconté comment il a été arrêté. On lui a demandé de signer des aveux forcés, ce qu’il a refusé de faire. Il a subi un examen médical si approfondi qu’il pensait qu’il ferait l’objet d’une dissection sur cette table, que ses yeux seraient retirés ou que ses organes seraient prélevés, sur place, pendant l’examen.
Ce projet de loi cherche à cibler tout comportement dans le cadre duquel il y a prélèvement d’organes.
Je reconnais que le Code criminel peut s’appliquer à certains des comportements sur lesquels ce projet de loi cherche à légiférer. Actuellement, le Code criminel prévoit des infractions liées à des voies de fait lorsque des organes sont prélevés ici, au Canada, de manière coercitive. Comme je l’ai mentionné plus tôt, ce projet de loi porte également sur les situations qui se produisent hors du Canada.
À l'heure actuelle, il n’existe aucun pacte international de l’ONU qui porte précisément sur le prélèvement d’organes et qui en fait son sujet principal. Cependant, il existe deux pactes qui abordent le prélèvement d’organes. Le Canada est signataire de ces deux instruments de l’ONU. Il s’agit du protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants. Il s’ajoute à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, ratifiée le 13 mai 2002.
Après l’adoption de cette première loi internationale, il y a eu le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants. Ce protocole porte sur l’offre, la livraison et l’acceptation d’un enfant pour transférer les organes de cet enfant, tout particulièrement l’article 3. Il a été ratifié le 14 septembre 2005.
Adoptée en 2014, la Convention du Conseil de l’Europe contre le trafic d'organes humains porte aussi directement sur le prélèvement d’organes.
Je vais conclure en soulignant le travail important fait à ce sujet, tout particulièrement par David Kilgour et David Matas. Ils ont fait des recherches approfondies sur le prélèvement d'organes de pratiquants du Falun Gong ou du Falun Dafa et ils ont passé des années à mettre en évidence ce problème particulier.
Nous savons que David Kilgour a été député à la Chambre pendant de nombreuses années au sein du Parti libéral et du Parti conservateur. Il avait des convictions. Il a continué d’être actif après avoir quitté la Chambre. Je l’ai rencontré avant d’être député. Je me souviens qu’il était un gentilhomme sincère qui défendait le bien public et les droits de la personne.
Il est également important de mentionner David Matas qui, en compagnie de David Kilgour, a réalisé des recherches approfondies. Cela nous a permis d’obtenir des preuves qui montrent, de manière anecdotique et empirique, qu’un phénomène abominable se produit actuellement.
Récemment, lors d’une séance du Sous-comité des droits internationaux de la personne, nous avons appris que cette situation touche présentement les Ouïghours. Dans les aéroports de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, à Urumqi, si je me souviens bien, il y avait des lignes dessinées sur le sol lorsqu’une personne pénétrait dans un aéroport, marquant avec précision l’endroit où une personne pouvait ramasser des organes. C’est abominable. Il faut mettre un terme à ce type de pratique. Cette pratique existe peut-être actuellement dans une région du monde que nous connaissons. Cependant, ce projet de loi s’applique partout.
Collapse
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, it is always a pleasure to address the House, and I am glad to be here to talk about Bill S-223 today.
I love it when there is consensus in the House and all parties, no matter their political leanings, agree on an issue. I am happy to see that that is the case for this bill. I think this type of legislation is a step in the right direction for both Quebeckers and Canadians. I am very happy.
We know that organ trafficking is a barbaric practice that has been around for a long time and has become more prevalent with the arrival of the Internet and improved immunosuppressant drugs. I believe it is our duty to enact legislation about this. Canada does not yet have legislation prohibiting people from engaging in transplant tourism, which means travelling abroad, buying organs, having them transplanted and returning to Canada. It is about time we enacted this kind of legislation.
This bill provides an additional tool to combat trafficking in human organs, which speaks to the social and economic inequalities that unfortunately still exist around the world. It is also an additional tool to combat criminal groups. The bill is a step in the right direction in the fight against organ trafficking, but its effects will be proportional to the effort put into increasing knowledge and awareness about organ donation in order to address the shortage of organs needed for people waiting for a second chance.
There has been a lot of discussion about the facts pertaining to this bill, and I would like to focus on a few of them. Bill S-223 explicitly makes it a crime to travel abroad to receive a transplanted organ that was removed without free and informed consent and obtained for consideration. Simply put, it prohibits individuals from engaging in a practice abroad that is prohibited in Canada. The Criminal Code prohibits the exploitation of individuals, which includes organ and tissue harvesting. Once again, the bill provides an additional tool, as I just mentioned.
Technically speaking, the bill amends section 7 of the Criminal Code so that, if a person is found guilty of organ trafficking abroad, they will also be found guilty of the same crime in Canada. The bill also adds a few provisions regarding the removal of organs without consent.
The bill makes it a crime to obtain an organ to be transplanted into one's own body or the body of another person “knowing that the person from whom it was removed or a person lawfully authorized to consent on behalf of the person from whom it was removed did not give informed consent to the removal, or being reckless as to whether or not such consent was given”.
The bill also makes it a crime to carry out, participate in or facilitate the removal of an organ from the body of another person “knowing that the person from whom it was removed or a person lawfully authorized to consent on behalf of the person from whom it was removed did not give informed consent to the removal, or being reckless as to whether or not such consent was given”. It also makes it a crime to do anything in connection with the removal of an organ from the body of another person. It is clear that Bill S-223 makes any involvement in any such activity a crime.
The bill would also prevent immigrants from becoming Canadian citizens if they are found guilty of a crime related to trafficking in human organs. I think that is an interesting addition to the Immigration and Refugee Protection Act.
I would like to reiterate a few facts that were mentioned by several of my colleagues and that are good reasons for voting in favour of this bill. First, we all know that in 2002 Canada signed the UN Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children, supplementing the United Nations Convention against Transnational Organized Crime. This UN protocol, better known as the Palermo Protocol, prohibits trafficking in persons, whose definition includes the removal of organs.
There is also the 2008 Declaration of Istanbul, which invited states to implement measures to fight organ trafficking, specifically transplant tourism. I also want to mention that Canada adheres to the World Health Organization's 11 guiding principles that prohibit monetary payment for the different parties for organ donation. They also require the free and informed consent of the donor, the protection of minors, and the allocation of organs removed to be guided by ethical and equitable norms.
Through its participation in certain international declarations or conventions, Canada has clearly committed to fighting trafficking in human organs. Bill S-223 does exactly that.
Unfortunately, we know that there are far more people in the world in need of a new organ than there are organs available. As in any market where it is possible to make money because demand far outweighs supply, people can turn to the black market to obtain what they need. When a person's life is on the line, the will to survive may override morals.
The facts I will be sharing describe the seedy underbelly of organ trafficking. These are things that have been mentioned in the media, including in recent years. It goes as far back as the 2000s.
According to the United Nations Global Initiative to Fight Human Trafficking, the organ trade occurs in three broad categories: traffickers who force victims to give up an organ; those who sell their organs out of financial desperation, often only receiving a fraction of the profit or even nothing at all; and victims who are duped into believing they need an operation and the organ is removed without the victim's knowledge.
Organ trafficking is an organized crime that involves many offenders, including the recruiters who identify the vulnerable person, the transporter, the hospital or clinic staff, the medical professionals who perform the surgery, the middleman, the buyers, and the banks that store the organs. This is clearly not a one-man show; there may be several people involved in this type of activity that we are looking to criminalize.
According to the UN initiative, the entire ring is rarely exposed. In fact, a 2004 World Health Assembly resolution urged member states to take measures to protect vulnerable groups from transplant tourism and the sale of tissues and organs.
Transplant tourism is the most common way to trade organs across national borders. Recipients travel abroad to undergo organ transplants. Some websites offer all-inclusive packages. For example, the price of a kidney transplant abroad ranges from $70,000 U.S. to $160,000 U.S.
According to the World Health Organization, one in 10 organ transplants involves a trafficked human organ, which amounts to about 10,000 per year. While kidneys are the most commonly sold organs, hearts, livers, lungs, pancreases, corneas and human tissue are also illegally traded.
In a recent report, Global Financial Integrity stated that organ trafficking, which occurs in many countries, is on the rise and generates between $600 million and $1.2 billion in profit annually.
In Iran, the only country where trade in human organs is legal, organ sales are closely monitored. This practice has eliminated the waiting list for kidney transplants and increased post mortem organ donations, for which there is no compensation in Iran.
According to a Harvard University study, donors come from poor countries in South America, Asia and Africa, whereas recipients are often from developed countries such as Canada, the United States, Australia, the United Kingdom, Israel and Japan.
According to Michigan State University research into the black market for human organs in Bangladesh, the average price of a kidney was $1,400 U.S. The price has since gone down because of abundant supply.
In conclusion, I could go on and on with more fascinating facts. Less than a week ago, in fact, Radio-Canada's Enquête looked into the failings of our health system and provincial health systems in Canada with respect to organ donation. According to Dr. Pierre Marsolais, Canada was a leader in the field 20 years ago. Now it is at a standstill.
Rather than turning to the poor and indigent to supply organs for transplants, why is Canada not trying harder to re-establish itself as a leader in this field?
There are other things that can also be done to support organ donation, besides passing this bill, and there are other ways members can show their support. I am not familiar with what the other provinces do, but in Quebec, people can consent to donate their organs and tissue by signing the back of their health insurance cards or by registering directly on the Régie de l'assurance maladie du Québec website. This small act can save up to eight lives and restore the health of another 20 people. If everyone did that one small thing, it could make for a much brighter future for so many people.
Madame la Présidente, c'est toujours un plaisir de prendre la parole et je suis heureuse de le faire aujourd'hui au sujet du projet de loi S-223.
C'est toujours plaisant de constater qu'il y a un consensus à la Chambre et que tous les partis, peu importe les couleurs politiques, s'entendent sur un dossier. Je suis très heureuse de voir que c'est le cas pour ce projet de loi. Je pense que le fait de légiférer en ce sens constitue une avancée, notamment pour les Québécois et pour les Canadiens. Je suis bien contente.
Nous savons que le trafic d'organes est une pratique barbare qui existe depuis assez longtemps et qui a pris de l'ampleur avec l'arrivée d'Internet et avec le progrès des médicaments immunosuppresseurs. Je pense que nous avions le devoir de légiférer en la matière. À ce jour, il n'y a aucune loi canadienne qui interdit aux gens de s'adonner au tourisme de transplantation, c'est-à-dire de se rendre à l'étranger, d'acheter des organes, de se les faire greffer et de revenir au Canada. Alors, il était plus que temps qu'on légifère là-dessus.
Ce projet de loi représente donc un outil supplémentaire pour lutter contre le trafic d'organes, qui est un gage des inégalités sociales et économiques et qui persiste malheureusement encore partout sur la planète. C'est aussi un outil supplémentaire pour faire barrière aux groupes criminels. Ce projet de loi représente un pas dans la bonne direction dans le combat contre le trafic d'organes, mais ses effets seront proportionnels aux efforts qui seront mis pour améliorer l'information et la conscientisation au don d'organes afin de diminuer le manque d'organes pour les personnes qui attendent une deuxième chance.
On a beaucoup discuté des faits relatifs à ce projet de loi, mais je me permettrai d'en rappeler quelques-uns. Le projet de loi S-223 rend explicite le crime de se rendre à l'étranger pour une greffe d'un organe qui aurait été prélevé sans consentement libre et éclairé et avec contrepartie. Pour le dire simplement, il interdit aux individus de faire à l'étranger une pratique qui est déjà interdite au Canada. Le Code criminel interdit l'exploitation des personnes, ce qui comprend le prélèvement d'un organe ou des tissus. Ce projet de loi représente donc cet outil supplémentaire dont je parlais un peu plus tôt.
Sur le plan technique, le projet de loi modifie le Code criminel, notamment à l'article 7. Cette modification fait que, si une personne est reconnue coupable de trafic d'organes à l'étranger, elle l'est reconnue aussi au Canada. Le projet de loi ajoute également quelques dispositions concernant le prélèvement d'organes sans consentement.
Le projet de loi rend criminelle l'obtention d'un organe à des fins de greffe sur soi ou sur un tiers « sachant que le prélèvement est fait sans le consentement éclairé de la personne sur qui l'organe est prélevé, ou de la personne légalement autorisée à y consentir pour elle, ou ne se souciant pas de savoir si ce consentement a été donné […] ».
Le projet de loi rend aussi criminel le fait de se livrer ou de participer au prélèvement d'un organe sur une autre personne ou de faciliter pareil prélèvement « sachant que le prélèvement est fait sans le consentement éclairé de la personne sur qui l’organe est prélevé ou de la personne légalement autorisée à y consentir pour elle, ou ne se souciant pas de savoir si ce consentement a été donné. » Le projet de loi rend aussi criminel le fait de faire quelque chose relativement au prélèvement d'un organe sur une autre personne. On peut comprendre que toute implication dans ce genre d'activité serait rendue criminelle grâce au projet de loi S-223.
Le projet de loi empêcherait aussi une personne immigrante de devenir citoyen canadien si elle est reconnue coupable d'une infraction en lien avec le trafic d'organes humains. Je pense que c'est un ajout intéressant à la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés.
Je vais me permettre de revenir sur quelques faits qui ont déjà été mentionnés par plusieurs de mes collègues et qui constituent de bonnes bonnes raisons de voter en faveur de ce projet de loi. D'abord, nous savons tous que le Canada a signé en 2002 le Protocole additionnel à la Convention des Nations unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants. Cette convention des Nations unies est mieux connue sous le nom du Protocole de Palerme. Ce protocole interdit la traite des personnes, dont la définition comprend le prélèvement d'organes.
Ensuite, il y a la Déclaration d'Istanbul de 2008, qui invitait les États à prendre des mesures pour lutter contre le trafic d'organes, et précisément contre le tourisme de transplantation. Il faut également mentionner que le Canada adhère aux 11 principes directeurs de l'Organisation mondiale de la santé sur la transplantation qui interdisent toute contrepartie pécuniaire pour les différentes parties pour le don d'organes. Ils exigent également le consentement libre et éclairé du donneur. Ils exigent aussi qu'on s'assure de la protection des mineurs et qu'on s'assure que la distribution des organes prélevés se fait de façon éthique et équitable.
Bref, le Canada s'est clairement engagé, de par sa participation à certaines déclarations ou conventions internationales, à lutter contre le trafic d'organes. Le projet de loi S-223 vient exactement faire cela.
Malheureusement, on sait qu'il y a beaucoup plus de personnes sur la planète qui ont besoin d'un nouvel organe qu'il y a d'organes disponibles. Comme dans tout marché où il est possible de faire de l'argent parce que la demande dépasse grandement l'offre, on peut se tourner vers le marché noir pour obtenir ce dont on a besoin. Lorsque la vie d'une personne est en jeu, la volonté de survivre peut passer outre la morale.
Les faits que je vais amener décrivent un peu la face cachée du trafic d'organes. Ce sont des éléments qui ont été mentionnés dans les médias, notamment dans les dernières années. Cela remonte même jusqu'aux années 2000.
Selon l'Initiative mondiale des Nations unies pour la lutte contre la traite des êtres humains, le commerce des organes touche trois catégories de personnes: il y a d'abord les trafiquants qui forcent les victimes à donner un organe; il y a ensuite les personnes qui, en situation financière précaire, vendent leurs organes, souvent pour ne recevoir qu'une fraction du montant promis ou même rien du tout; il y a enfin les victimes à qui l'on fait croire qu'elles doivent subir une opération pour ensuite prélever un organe à leur insu.
Le trafic d'organes est un crime organisé qui implique de nombreux délinquants, notamment les recruteurs qui trouvent la personne vulnérable, le transporteur, le personnel de l'hôpital ou de la clinique, les professionnels de la santé qui effectuent la chirurgie, l'intermédiaire, les acheteurs et les banques qui entreposent les organes. On voit que ce n'est pas l'action d'une seule personne; il peut y avoir plusieurs acteurs impliqués dans ce type d'activités qu'on veut criminaliser.
Toujours selon l'Initiative, il est rare qu'on puisse lever le voile sur l'ensemble du réseau. D'ailleurs, une résolution de l'Assemblée mondiale de la santé, adoptée en 2004, encourageait les États membres à prendre des mesures pour protéger les groupes vulnérables contre le tourisme de transplantation et la vente de tissus et d'organes.
Le tourisme de transplantation est le moyen le plus utilisé pour faire le commerce transnational d'organes. Les receveurs se rendent à l'étranger pour subir une transplantation d'organe. Certains sites Web offrent des forfaits tout-compris. Par exemple, le prix d'une greffe de rein à l'étranger varie entre 70 000 et 160 000 $ américains.
Selon l'Organisation mondiale de la santé, une transplantation sur dix est effectuée au moyen d'un organe humain issu du trafic d'organes, soit environ 10 000 par année. Bien que les reins soient les organes les plus couramment vendus, il y a aussi un trafic illégal de cœurs, de foies, de poumons, de pancréas, de cornées et de tissus humains.
Dans un récent rapport, Global Financial Integrity affirme que le trafic d'organes, présent dans de nombreux pays, est à la hausse et qu'il génère des profits annuels de 600 millions à 1,2 milliard de dollars.
En Iran, le seul pays où le commerce d'organes est légal, les ventes d'organes sont étroitement surveillées. Cette pratique a permis d'éliminer la liste d'attente pour les transplantations de reins, en plus d'augmenter les dons d'organes post mortem qui ne sont pas rémunérés en Iran.
Selon une étude réalisée à l'Université Harvard, les donneurs proviennent de certains pays pauvres d'Amérique du Sud, d'Asie et d'Afrique, tandis que les receveurs proviennent souvent de pays comme le Canada, les États-Unis, l'Australie, le Royaume-Uni, Israël et le Japon, soit des pays plus développés.
Selon une recherche effectuée à l'Université d'État du Michigan concernant le marché noir des organes humains au Bangladesh, le prix moyen d'un rein était de 1 400 $ américains; ce prix a diminué en raison d'une offre abondante.
Je conclurai en disant que je pourrais continuer sur ces faits qui s'avèrent assez intéressants. Il y a moins d’une semaine à peine, l’émission Enquête, à Radio-Canada, brossait le portrait des ratés de notre système de santé et de nos systèmes de santé provinciaux au Canada en ce qui concerne le don d’organes. Selon le Dr Pierre Marsolais, le Canada était un chef de file en la matière il y a à peine 20 ans. Or, maintenant, c’est comme si on faisait du surplace.
Au lieu de se tourner vers des gens pauvres et des pauvres gens pour assurer nos transplantations d’organes, pourquoi ne nous donnerions-nous pas l’ambition de redevenir des chefs de file en la matière?
Je pense que, en plus d’adopter ce projet de loi, il y a des gestes qui peuvent être posés en faveur du don d'organes. Cela serait une belle marque d'appui de la part des députés. Je ne sais pas ce qu'il en est pour les autres provinces, mais, au Québec, nous pouvons signer le dos de notre carte d'assurance maladie, la carte-soleil, pour donner notre consentement au don d'organes et de tissus. Cela peut être fait aussi en s'inscrivant à la liste directement sur le site Web de la Régie de l'assurance maladie du Québec. Ce petit geste peut permettre de sauver jusqu'à huit vies et de redonner la santé à vingt autres personnes. Je pense que si tout le monde le faisait, cela pourrait être très positif pour l'avenir.
Collapse
Results: 1 - 15 of 47170 | Page: 1 of 3145

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data