Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 216
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I would first like to congratulate my colleague on his speech, which he delivered in French. I think that is very much to his credit.
My main take-away from the member's speech was his reference to the infamous representation by population. I could not help but think of the Union Act of 1840. There were two nations at that time. Quebec was forced to unite with Upper Canada following the revolt of the Patriotes, and it was given equal political weight with the rest of Canada. In a way, it was recognized that there were two nations, one that was more French-Canadian at the time and one that was more English-Canadian in Upper Canada, and that they should be given equal weight. When did that change?
This changed when the weight of the population became greater in the rest of Canada than it was in Quebec. It is odd. I would like to know what my colleague thinks. That is the vision of John A. Macdonald, where, now that Quebec has less weight on a population level, we will change the rules of the game. A few years later, we had Brian Mulroney, who proposed giving Quebec a stable 25%, regardless of what happened in the future.
I would like to know whether my colleague sides more with Mr. Macdonald or with Mr. Mulroney.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à féliciter mon collègue pour son discours, qu'il a fait en français. Je pense que c'est tout à son honneur.
Ce que j'ai retenu essentiellement du discours de mon collègue, c'est la fameuse représentation selon la population. Je n'ai pu m'empêcher de penser à l'Acte d'Union de 1840. À l'époque, on avait deux nations. Le Québec était fusionné de force avec le Haut‑Canada à la suite des révoltes des Patriotes, et on lui donnait un poids politique égal à celui du reste du Canada. D'une certaine façon, on reconnaissait qu'il y avait deux nations, celle qui était davantage canadienne-française à l'époque et celle qui était davantage canadienne-anglaise du côté du Haut‑Canada, et qu'on devait leur donner un poids équivalent. Quand cela a-t-il changé?
Cela a changé à partir du moment où le poids de la population est devenu plus grand dans le reste du Canada qu'il ne l'était au Québec. C'est particulier. J'aimerais savoir ce qu'en pense mon collègue. C'est la vision de John A. Macdonald qui consiste à dire que, maintenant que le Québec a moins de poids sur le plan populationnel, on va changer les règles du jeu. Pourtant, quelques années plus tard, on a eu Brian Mulroney qui, lui, proposait qu'on donne au Québec un pourcentage de 25 % stable, peu importe ce qui arrivait dans l'avenir.
J'aimerais savoir si mon collègue est davantage du côté de M. Macdonald que de celui de M. Mulroney.
Collapse
View Tom Kmiec Profile
CPC (AB)
View Tom Kmiec Profile
2022-06-15 18:40 [p.6758]
Expand
Madam Speaker, I would simply like to remind the member that the Charlottetown accord, which guaranteed that Quebec would never have less than 25% of the total number of seats in the House of Commons, was rejected by 58% of Quebeckers during a national referendum.
I would also like to quickly tell him that we cannot blame Albertans for the mistakes of Ontarians.
Madame la Présidente, j'aimerais tout simplement rappeler au député que l'Accord de Charlottetown, qui garantissait que le Québec n'aurait jamais moins de 25 % du nombre total des sièges à la Chambre des communes, a été rejeté par 58 % des Québécois lors d'un référendum national.
J'aimerais aussi lui dire rapidement qu'il ne faut pas blâmer les Albertains pour les erreurs des Ontariens.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-15 18:44 [p.6759]
Expand
Madam Speaker, I would much prefer to be in Ottawa making these comments, but it is nice that we have the hybrid. It enables me to speak on the floor of the House while I am here in Winnipeg.
We are in an interesting debate in regard to Bill C-14. I am not necessarily surprised that we would see an amendment at this stage. One of the things that I have found over the past number of months is that, at times, we get legislation that one would naturally think would flow through the House of Commons: There would be relatively minimal debate, and we would get it through second reading and into committee.
I do not see this as controversial legislation. I am not exactly sure where the Bloc actually falls on the legislation. I would hope that it would support the province of Quebec getting a guaranteed number of seats, but at the end of the day, I like to think that this is the type of legislation that should ultimately pass through.
Was it necessary, for example, for us to have an amendment? I do not think it was for a report stage amendment. I think that when we get relatively uncontroversial legislation, where it appears that everyone is going to be voting in favour, I would have rather seen a debate on something like, let us say, Bill C-21 and the issue of guns and the safety of Canadians, which is top of mind for a lot of people.
True to form, what I have found is that, whether it is good, rather uncontroversial legislation such as Bill C-14 or if it is controversial or potentially controversial legislation, the Conservatives have one approach in dealing with the government's agenda and that is to prevent it from ultimately passing.
Having said that, I want to recognize a number of points in regard to Bill C-14. Having had the opportunity to speak on the legislation in the past, I want to be very specific on a few things.
One is the need for the legislation. I think it important that we recognize, as has been pointed out, that shifts take place in Canada's population for a wide variety of reasons. One could talk about things such as job opportunities, transfers, the allure of another area, or just people wanting to move to a warmer climate. In my case, they want to come to a nice, cool climate. People change their ridings.
Immigration is such a huge factor. Over the years, Canada continues to grow in good part because of immigration to our country. We are very dependent on immigration. Our birth rate is going down. As we grow as a nation overall, there is natural population shifting that occurs. It comes also in the form of immigration.
As a result, every 10 years, there is an obligation through an independent mechanism, and I want to emphasize that it really is an independent mechanism, that ensures that the ridings reflect the changes we have seen based on census material.
No one was surprised at all that we got a report this year. It was anticipated that we would get a report 10 years after we received the last report.
Going forward, every decade we will continue to receive recommendations from Elections Canada, through the commission, as to the need to change boundaries and possibly add constituencies or do some shifting.
That is, in essence, why we have the legislation today. It is because of the change in populations. In particular, for Quebec, there is a need for us to establish a floor, a minimum number of seats, for the province.
Doing it this way prevents us from having to do a constitutional change, where there is a 7/50 formula in order to enact a change. It addresses, for the most part, the biggest concerns that members of Parliament, on all sides of the issue, have as we recognize how important it is that the province of Quebec not lose any seats. I suspect that is the reason why the legislation would ultimately pass, hopefully unanimously, in the House.
Back in November, there was the establishment of these three-member commissions. We have a national commission. The commission establishes individual commissions of three people in a province, and through those commissions they all have a responsibility. That was done in November of last year, I believe. Those commissions then all have a responsibility to develop the new boundaries, whatever they might look like. They sit around, look at the numbers and the maps and try to provide new boundaries that we could be running the next federal election on.
Each commission operates independently. Manitoba, for example, has a three-member commission, and it operates independently of other aspects of Elections Canada, of political entities and of different stakeholders, such as community members and so forth. It is important to emphasize that it is, in fact, independent.
In developing those boundaries, the commission is tasked with a timeline. That timeline is quickly approaching, and the commissions need to provide a draft of the boundaries. One could be very concerned in regard to the dragging out of Bill C-14. The people who are paying the price for the House of Commons dragging its feet on the passage of this legislation are the people of Quebec. We know we want to see that minimum number of seats for the province of Quebec, and we have consistently said that from day one, as members will recall, when the national commission initially made the recommendation. It was an immediate response that came from not only my Quebec colleagues but from the caucus as a whole: Under no circumstances could we allow the province of Quebec not to have the 78 seats.
Until this legislation passes, that three-member commission in the province of Quebec has its hands tied, at least in good part, as other commissions continue to move forward with drafting boundaries, because the boundaries will change within different provinces. There will be tweaks in the city of Winnipeg, whether Winnipeg North grows more to the north or more in the inner city. This is something I wait for with bated breath, in hopes that we see some changes that the community will in fact support.
Once that draft is finished, the commission has to make it public. Once it is made public, it has to have public hearings that must take place before the end of October, because by mid-December the report has to be finalized.
That is why it is critically important that we pass this legislation. It is so the commission in the province of Quebec can finalize a draft so that it can go to the public, and in turn the public can provide its input so the commission can then provide that final draft by the end of the year.
It is an independent process, and that is why I am supporting Bill C-14. I hope all members would support its quick passage. I see my time has—
Madame la Présidente, je préférerais de loin faire mes observations à Ottawa, mais c'est bien d'avoir des séances hybrides. Cela me permet de prendre la parole à la Chambre alors que je suis à Winnipeg.
Nous tenons un débat intéressant sur le projet de loi C‑14. Je ne suis pas nécessairement surpris de voir un amendement à ce stade. L'une des choses que j'ai constatées au cours des derniers mois, c'est que nous recevons parfois un projet de loi qui, on pourrait naturellement penser, devrait facilement franchir toutes les étapes de la Chambre des communes: il y aurait relativement très peu de débats et nous permettrions au projet de loi de franchir l'étape de la deuxième lecture et d'être renvoyé au comité.
Je ne pense pas qu'il s'agit d'une mesure législative controversée. Je ne sais pas exactement quelle est la position du Bloc sur le projet de loi. J'espère qu'il appuiera l'idée d'accorder au Québec un nombre garanti de sièges, mais au bout du compte, j'aime à penser que c'est le type de projet de loi qui devrait être adopté.
Était‑il nécessaire, par exemple, d'avoir un amendement? À mon avis, ce ne l'était pas à l'étape du rapport. Lorsqu'une loi est relativement peu controversée et qu'il semble que tout le monde votera en sa faveur, je préfèrerais que l'on tienne un débat sur quelque chose comme, disons, le projet de loi C‑21 et la question des armes à feu et de la sécurité des Canadiens, qui sont au cœur des préoccupations de beaucoup de gens.
J'ai constaté que les conservateurs, fidèles à leurs habitudes, adoptent une approche unique face au programme du gouvernement: ils empêchent toute loi d'être adoptée, qu'il s'agisse d'une bonne loi prêtant assez peu à la controverse, comme le projet de loi C‑14, ou d'une loi controversée ou pouvant susciter la controverse.
Cela dit, j'aimerais souligner certains points concernant le projet de loi C‑14. Ayant eu l'occasion de m'exprimer à ce sujet dans le passé, j'aimerais apporter quelques précisions.
D'abord, la mesure législative à l'étude est nécessaire. J'estime important de reconnaître, comme on l'a souligné, que des changements démographiques se produisent au Canada pour une grande variété de raisons. On pourrait notamment parler de possibilités d'emploi, de mutations, de l'attrait d'une autre région, ou du simple fait que certains souhaitent vivre sous un climat plus clément. Pour ce qui est de ma région, les gens souhaitent vivre sous un climat agréable et frais. De plus, certains de nos concitoyens changent de circonscription.
L'immigration est un énorme facteur à prendre en compte. Au fil des ans, la population du Canada continue de croître en bonne partie grâce à l'immigration. Nous dépendons beaucoup de l'immigration. Au Canada, le taux de natalité est en baisse. À mesure que grandit la nation dans son ensemble, des changements démographiques se produisent naturellement. Ces changements sont notamment attribuables à l'immigration.
Par conséquent, le gouvernement a l'obligation de faire effectuer un recensement indépendant tous les 10 ans — je tiens à souligner qu'il s'agit vraiment d'un recensement indépendant — qui assure que les circonscriptions reflètent les changements survenus.
Personne n'a été le moindrement étonné qu'un rapport soit présenté cette année. Il était prévu qu'un rapport serait déposé 10 ans après le dernier recensement.
À l'avenir, nous continuerons de recevoir tous les 10 ans les recommandations d'Élections Canada, par l'entremise de la commission, quant à la nécessité de modifier les limites des circonscriptions, de créer de nouvelles circonscriptions et possiblement de faire certains changements.
Voilà essentiellement les raisons pour lesquelles nous sommes saisis de cette mesure législative aujourd'hui. Elles sont liées aux changements démographiques. Je souligne que pour le Québec, en particulier, il faut établir un plancher, un nombre minimal de sièges.
En procédant ainsi, nous évitons d’avoir à apporter une modification constitutionnelle, qui nécessiterait le recours à la formule 7/50. Ce projet de loi répond, pour l’essentiel, aux principales préoccupations des députés de tous les camps, car nous reconnaissons qu’il est important que la province de Québec ne perde aucun siège. J’ai l’impression que c’est la raison pour laquelle la Chambre adoptera finalement ce projet de loi, à l’unanimité, espérons-le.
En novembre, des commissions composées de trois membres ont été mises sur pied par la commission nationale. Chaque province a sa commission de trois personnes, qui a la responsabilité de délimiter les circonscriptions, quelle que soit leur forme. Cette démarche a eu lieu en novembre de l’année dernière, je crois. Les commissions se réunissent, examinent les données et les cartes, et tentent d’établir les nouvelles limites qui seraient utilisées lors des prochaines élections fédérales.
Chaque commission fonctionne de façon indépendante. Le Manitoba, par exemple, a une commission de trois membres, qui travaille indépendamment des autres activités d’Élections Canada, des organes politiques et des différentes parties intéressées, comme les membres de la collectivité, entre autres. Il est important de souligner qu’elle est, de fait, tout à fait indépendante.
La commission est chargée de respecter une échéance dans l'établissement de ces limites. Cette échéance approche à grands pas, et les commissions doivent fournir une ébauche des limites. On peut être très préoccupé par le fait que les choses traînent en longueur quant au projet de loi C‑14. Ce sont les Québécois qui paient le prix du manque d'empressement de la Chambre des communes à adopter ce projet de loi. Nous savons que nous voulons un nombre minimum de sièges pour la province de Québec et, comme les députés s'en souviendront, nous n'avons cessé de le dire depuis le début, lorsque la commission nationale a initialement fait sa recommandation. La réponse a été immédiate, non seulement de la part de mes collègues du Québec, mais aussi de l'ensemble du caucus: il était hors de question de permettre que le Québec n'ait pas les 78 sièges.
Tant que le projet de loi n'est pas adopté, la commission de trois membres au Québec a les mains liées, du moins en bonne partie, tandis que les autres commissions continuent de préparer les limites parce qu'elles changeront dans les différentes provinces. Des ajustements seront apportés aux limites dans la ville de Winnipeg, et la circonscription de Winnipeg‑Nord pourrait s'étendre plus au nord ou plus vers le centre-ville. C'est quelque chose que j'attends avec impatience dans l'espoir que nous verrons des changements que la collectivité appuiera.
Une fois cette ébauche terminée, la commission doit la rendre publique, puis organiser des audiences publiques qui doivent avoir lieu avant la fin d'octobre, car le rapport doit être finalisé avant la mi-décembre.
Voilà pourquoi il est essentiel que nous adoptions ce projet de loi. Ainsi, la commission de la province de Québec pourra terminer son ébauche et la rendre publique, et le public pourra à son tour se prononcer afin que la commission puisse présenter son ébauche finale d'ici la fin de l'année.
J'appuie le projet de loi C‑14 parce qu'il s'agit d'un processus indépendant. J'espère que tous les députés appuieront son adoption rapide. Je constate que mon temps de parole est...
Collapse
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I was listening to my colleague's speech and, this time, it was interesting to see that he actually had something to say.
His comments were mainly directed at us and he basically told us how good, nice, and kind they are and how they are being charitable and generous, since Quebec will lose one less seat.
That is really something. I am just beside myself.
I have some questions. Parliament recognized Quebec as a nation, and that is supposed to mean something. Yet, census after census, and redistribution after redistribution, Quebec's representation in Canada drops. That just makes me wish all the more that Quebec would become independent and form its own country.
What can my colleague say to those Quebeckers who believe that Quebec should be a country when they see that, ultimately, we are going backwards all the time?
Madame la Présidente, j'écoutais le discours de mon collègue, et, cette fois-ci, c'était intéressant de voir qu'il avait vraiment quelque chose à dire.
Il disait grosso modo, en s'adressant principalement à nous, de regarder à quel point ils sont bons, ils sont fins, ils sont gentils, ils nous font la charité et ils sont très généreux, au fond: le Québec va perdre un siège de moins.
C'est vraiment quelque chose. Je ne me possède plus.
Je me questionne. Le Parlement a reconnu le Québec comme formant une nation, et c'est censé vouloir dire quelque chose. Pourtant, recensement après recensement, mais aussi redécoupage après redécoupage, la proportion du Québec dans le Canada diminue. Cela me donne d'autant plus le goût qu'on devienne un pays et qu'on fasse l'indépendance.
Quel argument mon collègue a-t-il à donner aux Québécois qui pensent que le Québec devrait être un pays quand ils voient, au bout du compte, qu'on régresse tout le temps?
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-15 18:55 [p.6760]
Expand
Madam Speaker, the first thing I would say is that the Government of Canada responded immediately by recognizing that we do not want to see the province of Quebec diminished in terms of numbers of seats. That is why we have this legislation, even though other opposition parties may see fit to try to delay it or even possibly cause some confusion about it.
What the Bloc members are proposing would require a constitutional change. I do not believe for a moment that Canadians are open to having a round of constitutional debates and discussions on this issue, along with the many other issues that would come out of any sort of a discussion on the Constitution.
I think the most important thing to recognize here is that if we want to support the people of Quebec in going through this independent process, we need to allow them the opportunity of having a basic number of seats and let the commission do the work it needs to do.
Madame la Présidente, je voudrais tout d'abord dire que le gouvernement du Canada a immédiatement répondu que nous ne souhaitons pas que le Québec perde des sièges. C'est pourquoi nous avons présenté cette mesure législative, même si certains partis de l'opposition jugent bon de la retarder ou même de créer une certaine confusion à son sujet.
Ce que les députés du Bloc proposent nécessiterait une modification constitutionnelle. Je ne crois pas un instant que les Canadiens souhaitent qu'on organise des rondes de discussions et de débats constitutionnels à ce sujet, sans parler des nombreux autres sujets qui pourraient découler de tout type de discussion sur la Constitution.
Je crois que le plus important, c'est de reconnaître que si nous voulons aider les Québécois à traverser ce processus indépendant, nous devons leur permettre d'avoir un nombre de sièges de base, puis de laisser la commission faire son travail.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-15 18:59 [p.6761]
Expand
Madam Speaker, I am pleased to rise today to speak to Bill C‑14.
I want to start by giving an overview of the problem that this bill is designed to fix in part. Every 10 years, the Chief Electoral Officer presents a new distribution of the number of seats in the House of Commons, so there are some things that keep happening every 10 years.
One thing that comes up systematically is that Quebec loses a percentage of its share of seats in the House. Allow me to give a quick background, and I will ask my colleagues to take me at my word. I have the figures and have pored over them like a dog eyeing a steak. Back in 1867, Quebec had 36% of the seats in the House and in 2015, it had 23.1%. That is typical. With the new distribution, Quebec will drop from 23.1% to 22.5%.
My colleague from Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères said something extraordinary. He is a brilliant Bloc Québécois member, although that is redundant. I see more and more Conservatives looking at us, as though they, too, can be brilliant. I would tell them to be patient because anything is possible. We are extending a light blue hand to their dark blue hand and we are waiting.
Back to the debate. My colleague said that the francophone nation used to be in the majority. It was decided back then that, because Quebeckers were in the majority, they would split the seats 50-50. As soon as it no longer suited them because there were more of us, they changed their mind. In the old days, Quebeckers had a lot of children—14 or 15 per family. Some parents even put stickers on their kids because they could not remember their names. In 1867, the government decided to change things. Going forward, seat distribution would be determined on the basis of population. At that point, four provinces were created, and Quebec's share of the seats fell to 33%. Our minority status in Canada was institutionalized. That is Lord Durham's political legacy.
In this classic tale, where we lose a certain percentage seats, there was recently a new plot twist. In addition to having fewer seats in percentage terms, Quebec was actually going to lose a seat. That matters. Our number of seats was going to drop from 78 to 77 seats. The Bloc Québécois began to fight, as did the Quebec government and various stakeholders in Quebec, and rightly so. Certain members here from other provinces even thought we were going a bit too far. That is when we began speaking out, because this sort of thing has not happened since 1966. The government eventually began to think that maybe it should not do this, because it did seem a bit crazy. If you want to drown someone in the pool, of course it looks crazy to push their head down and hold them in the water. What looks less crazy is gradually raising the water level in the pool. This way, a nation will eventually die, but quietly. That is what is planned for Quebec. That is what is going to happen.
The fact that Quebec has managed to make French the common language of Quebeckers is no small feat. It was even impossible for the French who failed us in 1760. They left and abandoned us, saying that things were not going well here and that, in any event, the English would take care of us, along with the priests. They thought that we would be speaking English within a generation. Two hundred years later, when France's General de Gaulle saw that Quebeckers were still here and were speaking French, he made the connection and declared, “Vive le Québec libre”.
It is a feat, but as we fight against the odds, in a situation that is becoming increasingly untenable, we will eventually need help to ensure that our nation survives and thrives, so that this nation lives on.
Is it because Quebec is better? No. Quebec is not better than the rest of Canada, but it is different. Beauty is often found in differences. I like going to Toronto. It is not home, but I like it. I like going to New York and France. I like that. It is not home, but I like it.
When the Bloc came to the House last year saying that Quebec is a nation, MPs got on board. I was impressed. We thought we were going to have to fight harder than that. Of course, the motion did not pass unanimously, but the vast majority of members agreed that Quebec is a nation.
Then some other members began getting ideas. I can never remember other people's riding names, which are incredibly long and just keep getting longer. There are 338 of us, and it is getting out of hand. We might as well use acronyms.
Getting back to my point, when we declared that Quebec was a nation, a Conservative member from British Columbia said that his province was also a nation. I told him that I was unaware, that he should explain it to us, prove it to us and bring forward a motion to that effect for us to discuss.
Then one of his colleagues, who was even more worked up than he was, said that Alberta was a nation. I will not say his name, but he did say that Alberta was a nation, and for 30 seconds he tried to convince us of that. I had to wonder.
Quebec is definitely a nation. We have a different language. We like to speak out, loud and clear, in our different language. Members can argue about it and say that language is not a big deal, but actually, it is a big deal. We are a different culture. Quebec has its own writers. I could name a few, and I doubt the other members would have any idea who they are. We had to fight at the leaders' meeting to convey how important Pierre Bruneau is to us.
We have to explain to members who we are. When Jean Leloup won a bunch of trophies, we had to explain to Canada who he was. We have to explain to members who we are. That is normal, because we are different.
Our economy is different. It is based on other aspects that are less developed elsewhere in Canada. The other regions in Canada are not worse than Quebec. They are just different.
Our history is different. When they get to the chapter on 1759, our history teachers dejectedly explain the defeat on the Plains of Abraham. Elsewhere in Canada, history teachers are pleased as punch to talk about 1759, what they call the victory on the Plains of Abraham. Need I say more?
I have two things to point out to my colleagues who say that other provinces are nations. First, when the Prime Minister was elected, he raised his arms and cheerily declared that Canada would be the first post-national state. To the people who say that their provinces are nations, I say that their leader said that they were no longer nations, that the era of nations is over.
One day, someone said to me, without any malice, that Canada is like a boring party, and everyone is just waiting for the first guest to leave so that they can leave too.
Last week, I heard the member from British Columbia say that B.C. was a nation and that Alberta was a nation in his colleague's eyes. My loving response to them is this: Why not make Canada a true confederation of sovereign states that unite as sovereign states, which manage everything within our own respective borders and which would meet to manage our economic relations and share a currency? Instead of coming together and explaining how we are different, we would meet to talk about what unites us all. That is my wish for all of us.
Unfortunately, Bill C‑14 does not reflect what we want. It is either a partial success or a partial failure, depending on whether we see the glass as half full or half empty. To fix this problem once and for all, and we need to agree on the idea that it is once and for all, Quebec would have to be guaranteed at least 25% of the seats in the House, as was proposed in the Charlottetown accord.
Madame la Présidente, j'ai le plaisir aujourd'hui d'intervenir sur le projet de loi C‑14.
Je vais commencer par faire une mise en situation qui explique le problème de départ que ce projet de loi vise à corriger partiellement. Tous les 10 ans, le directeur général des élections présente une nouvelle répartition du nombre de sièges à la Chambre des communes. Tous les 10 ans, il y a donc des choses qui se répètent et des événements qui se reproduisent toujours.
Un des éléments qui revient systématiquement, c'est le fait que le Québec perde un pourcentage du nombre de députés à la Chambre. Je vais faire une histoire courte et je demande à mes collègues de me croire sur parole. J'ai les chiffres; je les ai regardés avec intensité, comme un chien qui regarde son steak. À partir de 1867, le Québec détenait 36 % des sièges et, en 2015, il en détenait 23,1 %. C'est un classique. Avec la nouvelle répartition, on apprend que le Québec passe de 23,1 % à 22,5 %.
Mon collègue de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères a dit une chose extraordinaire; c'est un bloquiste brillant, même s'il s'agit d'un pléonasme. Je vois que de plus en plus de conservateurs nous regardent pour nous dire qu'eux aussi peuvent dire des choses extraordinaires. Je leur dirais de patienter, car tout est possible. Nous tendons une main bleu pâle vers leur main bleu foncé, et nous attendons.
Revenons au débat en question. Mon collègue a dit qu'avant, c'était la nation francophone qui était majoritaire. À cette époque, on se disait que puisque les Québécois étaient majoritaires, on allait répartir les sièges 50-50. Aussitôt que cela n'a plus fait l'affaire parce que nous étions plus nombreux, on a changé d'avis. Autrefois, les Québécois faisaient beaucoup d'enfants, soit 14 ou 15 enfants par famille. Il y avait même des parents qui mettaient des autocollants parce qu'ils ne se souvenaient pas du prénom de leurs enfants. En 1867, le gouvernement a décidé que cela changerait: la répartition des sièges se ferait désormais en fonction de la population. À ce moment-là, quatre provinces ont été créées, et la proportion de sièges du Québec est tombé à 33 %. On a institutionnalisé notre statut de minoritaires au Canada. C'était l'héritage politique de lord Durham.
Dans ce classique où nous perdons des sièges en pourcentage, il y a eu quelque chose de nouveau récemment: en plus d'avoir moins de sièges en pourcentage, le Québec se trouvait à perdre un siège. C'est quelque chose. Il passait de 78 à 77 sièges. Le Bloc québécois est donc allé au combat, le gouvernement du Québec aussi, ainsi que différents intervenants au Québec, et ce, avec raison. Certains députés des autres provinces ont même trouvé qu'on y allait un peu fort. C'est à ce moment que nous avons commencé à prêcher, parce que ce n'était pas arrivé depuis 1966. On a enfin commencé à penser qu'on ne devrait peut-être pas faire cela, parce que cela a l'air un peu fou. Quand on veut noyer quelqu'un dans la piscine, cela a l'air fou de lui mettre la main sur la tête et de le caler dans l'eau. Ce qui a moins l'air fou, c'est de monter le niveau de l'eau de la piscine tranquillement. À ce moment-là, une nation peut enfin mourir en silence. C'est ce qu'on prévoit pour le Québec. C'est cela qui va arriver.
Le fait que le Québec ait réussi à faire du français la langue commune des Québécois est un exploit. C'était impossible même pour les Français qui nous ont laissé tomber en 1760 . Ils sont partis et nous ont laissés là en se disant que cela n'allait pas bien ici et que, de toute façon, les Anglais allaient s'occuper de nous avec les prêtres. Ils se sont dit que, d'ici une génération, nous parlerions anglais. Deux cents ans plus tard, quand le général français de Gaulle a vu que les Québécois étaient encore là et qu'ils parlaient encore français, il a fait ce lien et a dit: « Vive le Québec libre! »
C'est un exploit, mais, à un moment donné, à force de nous tenir debout contre vents et marées, devant une situation qui devient de plus en plus intenable, nous avons besoin d'aide pour que notre nation demeure et puisse prospérer, pour que nous puissions vivre la pérennité de cette nation.
Est-ce parce que Québec est meilleur que les autres? La réponse est non. Le Québec n'est pas meilleur que le reste du Canada, mais il est différent. La beauté des choses se montre souvent par la différence que nous avons. J'aime aller à Toronto. Ce n'est pas chez nous, mais j'aime cela. J'aime aller à New York et en France. J'aime cela. Ce n'est pas chez nous, mais j'aime cela.
Quand nous sommes arrivés à la Chambre l'année passée et avons dit que le Québec était une nation, les députés ont embarqué. J'ai été impressionné. Nous pensions devoir nous battre plus fort que cela. C'est sûr que notre motion n'a pas été adoptée à l'unanimité, mais par la grande majorité des députés, qui ont confirmé que le Québec était une nation.
Cela a ensuite donné des idées à d'autres députés, dont je ne sais pas les noms de circonscription, qui sont incroyablement longs et ne cessent de rallonger. Nous sommes 338 députés et cela n'a pas de bon sens. Il faudrait pratiquement utiliser des lettres.
Pour revenir à ce que je voulais dire, quand nous avons déclaré que le Québec était une nation, un député conservateur de la Colombie‑Britannique a dit que sa province était une nation elle aussi. Je lui ai répondu que je ne le savais pas, qu'il fallait qu'il nous l'explique, nous le prouve et présente une motion à cet effet dont nous pourrions discuter.
Ensuite, un de ses collègues, encore plus énervé que lui, a dit que l'Alberta était une nation. Je ne dirais pas son nom, mais il a bien dit que l'Alberta était une nation et, pendant 30 secondes, il a essayé de nous en convaincre. Je me suis posé des questions.
Or, le Québec est effectivement une nation. Nous avons une langue différente. Cela parle fort, et c'est une langue différente. Les députés peuvent en discuter et affirmer que la langue, ce n'est pas grave, mais non, c'est grave. Nous sommes une culture différente. Le Québec a des auteurs qui lui sont propres. Je peux en citer et je pense que les autres députés n'auront aucune idée de qui ils sont. Il a fallu se battre à la réunion des leaders pour faire comprendre que Pierre Bruneau était une personne importante pour nous.
Il faut donc expliquer aux députés qui on est. À un moment donné, il a fallu qu'on explique au Canada qui était Jean Leloup, qui venait de gagner plein de trophées. Il faut expliquer aux députés qui on est. C'est normal, parce qu'on n'est pas pareil.
L'économie est différente. La nôtre est basée sur d'autres aspects qui sont moins développés ailleurs au Canada. Les autres régions du Canada ne sont pas pires que le Québec, mais sont simplement différentes.
L'histoire est différente. En ce qui concerne 1759, j'ai vu le professeur d'histoire arriver, l'air sombre, et expliquer la défaite des plaines d'Abraham. Ailleurs au Canada, pour 1759, ils arrivent, contents et énervés comme des caniches qui attendent la visite, et ils appellent cela la victoire des plaines d'Abraham. Ai-je besoin d'en dire plus?
Je rappelle deux choses à mes collègues qui disent que les autres provinces sont une nation. Tout d'abord, quand le premier ministre a été élu, il a dit, les bras dans les airs et l'air content, que le Canada serait le premier pays postnational. Aux gens qui disent que les provinces sont des nations, je réponds donc que leur chef a dit qu'elles n'étaient plus des nations et que c'est terminé.
Un jour, une personne m'a dit sans méchanceté que le Canada était comme un party ennuyeux et qu'il suffisait que le premier invité parte pour que les autres le suivent.
J'ai entendu la semaine passée le député de la Colombie‑Britannique nous dire qu'ils étaient une nation et que l'Alberta était une nation pour son collègue. Je leur dirais avec beaucoup d'amour: pourquoi ne ferait-on pas du Canada une vraie confédération d'États souverains, où on se réunirait en tant qu'États souverains, où on gérerait tout ce qui se passe à l'intérieur de nos frontières respectives et on se rencontrerait pour gérer les relations économiques entre nous et avoir la même monnaie? Au lieu de se rencontrer et d'expliquer pourquoi on est différents, on se rencontrerait pour dire ce qui nous unit tous. C'est la grâce que je nous souhaite.
Malheureusement, le projet de loi C‑14 ne correspond pas à ce que nous voulions. C'est un demi-gain ou une demi-défaite, selon qu'on soit optimiste ou pessimiste. En effet, pour régler définitivement le problème — il faut s'entendre sur « définitivement » — il aurait fallu un seuil minimal de 25 % des sièges à la Chambre pour le Québec, comme le proposait Charlottetown.
Collapse
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2022-06-15 19:09 [p.6762]
Expand
Madam Speaker, it is always a pleasure and a joy to listen to my Bloc Québécois colleague. I say that in all sincerity, but not without chiding him for mentioning the leaders meeting, which must remain confidential.
However, I want to salute him because we share a point of view that he talked about eloquently, as only he knows how, regarding the riding names that are too long. It makes no sense. I invite the House of Commons decision-makers to use Quebec as a model for this. In Quebec, it stops at two names, not more, which is a great idea. I invite everyone to follow the Quebec model.
Speaking of Quebec earlier, that member expressed the hope and the beauty of living in a confederation of sovereign states that work together. The primary objective of the member from that group is to make Quebec a country, to have independence. Okay.
There is a solution for that: On October 3, Quebeckers will have the opportunity to either choose a new government or keep the current one. We will see what they decide and we cannot assume anything. However, we know that one of the parties in the running is focused on achieving independence through a referendum right out of the gate. Why does the member not run for the Parti Québécois in the upcoming election—
Madame la Présidente, c'est toujours un plaisir et une joie d'entendre et d'écouter mon collègue du Bloc québécois. Je le dis sincèrement, non sans le gronder sévèrement, puisqu'il a évoqué la rencontre entre les leaders, laquelle doit rester confidentielle.
Par contre, je tiens à lui rendre hommage parce que nous partageons un point de vue qu'il a évoqué de façon spectaculaire, comme lui seul en a le secret, à savoir le nom trop long des circonscriptions. Cela n'a pas de bon sens. J'invite donc les décideurs de la Chambre des communes à s'inspirer du modèle québécois à ce chapitre. Au Québec, cela s'arrête à deux noms, pas plus, ce qui est une riche idée. J'invite donc tout le monde à s'inspirer du modèle québécois.
En parlant du Québec tout à l'heure, ce député a fait le souhait et a évoqué la grâce de se retrouver dans une confédération d'États souverains qui travaillent ensemble. Bref, l'objectif premier du député de ce groupe est de faire du Québec un pays, donc l'indépendance. C'est bien.
Il y a une solution qui existe pour cela: le 3 octobre prochain, les Québécois auront l'occasion de choisir un nouveau gouvernement ou de maintenir le gouvernement actuel en poste. On verra bien ce qu'ils décideront et on ne peut présumer de rien. Par contre, il est sûr qu'un des partis en lice a pour objectif premier de réaliser l'indépendance par voie référendaire dès son premier mandat. Pourquoi le député ne se présente‑t‑il pas pour le Parti québécois aux prochaines élections...
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-15 19:11 [p.6762]
Expand
Madam Speaker, I enjoy listening to him as well, and we have known one another a long time.
A coach does not ask a good defenceman to go out and play offence if he is good on defence. I came to the House to defend Quebeckers' interests while waiting for the big day. That is the Bloc Québécois's mission. We look after the interests of Quebeckers, we speak on behalf of Quebeckers, we explain what Quebeckers need, we talk about the values of Quebeckers and their political views.
We defend Quebec's interests in the House because they need to be defended until the big day arrives. There are people in Quebec City who are playing offence, making sure that a majority of Quebeckers will one day say “yes, finally”, after always being told no by the federal government. At some point, they will think more positively.
In the meantime, I am the Bobby Orr of Canadian politics.
Madame la Présidente, moi aussi, j'ai plaisir à l'entendre et on se connait depuis longtemps.
On ne demande pas à un bon défenseur d'aller jouer à l'attaque quand il est bon défenseur. Je suis venu à la Chambre pour défendre les intérêts des Québécois en attendant le grand jour. C'est la mission du Bloc québécois parce qu'on veille aux intérêts des Québécois, on parle au nom des Québécois, on explique ce dont les Québécois ont besoin, on parle des valeurs des Québécois et de leurs positions politiques.
À la Chambre, nous défendons les intérêts québécois. Il y en a besoin jusqu'au grand jour. Il y a des gens à Québec qui vont, eux, jouer à l'attaque et faire en sorte qu'une majorité de Québécois se disent un jour « enfin oui » après se faire tout le temps dire non par le gouvernement fédéral. À un moment donné, ils vont penser plus positif.
En attendant, je suis le Bobby Orr de la politique canadienne.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2022-06-15 19:14 [p.6763]
Expand
Madam Speaker, I support Bill C-14. I think nearly everyone here supports it.
I remember the debate on the Charlottetown accord. At that time, I was invited by civil society members to campaign with them in favour of the Charlottetown accord. At the same time, I was inspired because there was a real grassroots movement against the Charlottetown accord.
My question is not a simple one. In the opinion of my colleague from La Prairie, should we be trying harder to come up with a constitutional solution that really works for Quebec?
Madame la Présidente, je suis en faveur du projet de loi C‑14. Je pense que presque tout le monde ici est en faveur.
Je me souviens du débat sur l'accord de Charlottetown. À cette époque, j'étais invitée par des membres de la société civile à faire campagne avec eux en faveur de l'accord de Charlottetown. En même temps, j'étais inspirée parce qu'à ce moment, il y a eu un vrai mouvement de la population sur le terrain contre l'accord de Charlottetown.
Ma question n'est pas simple. Selon mon collègue de La Prairie, est-ce qu'il y a un effort à faire pour trouver une solution constitutionnelle qui fonctionne vraiment pour le Québec?
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-15 19:16 [p.6763]
Expand
Madam Speaker, you are being hard on me. I may stretch these 15 seconds a little.
Quebec faces many difficulties with respect to its values and needs in the Canadian federation. The solution to this problem would have been to simply set a minimum threshold with a percentage to guarantee that Quebec always has the same percentage of representatives in the House. There is no need to open the Constitution. We do not need 50% of the seats.
Patrick Taillon, a well-known constitutional expert, came before the parliamentary committee and told us that we did not need to do that. It is already provided for. I do not have enough time, but I would have said that the Supreme Court recognized, in 1987, the right to adopt clauses like the senatorial clause and the grandfather clause. We could have called it the Quebec clause. It would have been included in this bill and it would have resolved—
Madame la Présidente, vous êtes dure avec moi. Je vais peut-être étirer un peu ces 15 secondes.
Le Québec a beaucoup de problèmes avec ses valeurs et les besoins qu'il a dans la Fédération canadienne. La solution à ce problème aurait été de simplement mettre un seuil minimal avec un pourcentage pour garantir que le Québec ait toujours le même pourcentage de représentants à la Chambre. On n'a pas besoin d'ouvrir la Constitution. On n'a pas besoin de 50 % des sièges.
Patrick Taillon, un constitutionnaliste reconnu, est venu en comité parlementaire et nous a dit qu'on n'a pas besoin de cela. C'est prévu. Je n'ai pas assez de temps, mais j'aurais dit que la Cour suprême a reconnu, en 1987, le droit d'adopter des clauses comme la clause sénatoriale et la clause des droits acquis. On aurait pu appeler cela la clause Québec, on aurait intégré cela dans ce projet de loi et cela aurait été réglé en...
Collapse
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2022-06-15 19:16 [p.6763]
Expand
Madam Speaker, I am pleased to rise this evening to participate in the debate on Bill C‑14.
The NDP has long supported the principle that Quebec should maintain a consistent proportion of the seats in the House of Commons. That is not what Bill C‑14 would do, but we think that this bill is nevertheless important, to ensure that no ground is lost while we hold a broader debate on the proportion of seats. That is why this bill is worthwhile, and it is urgent, in light of the pending electoral distribution.
We must choose to ensure that the new seats reflect the number of seats that we want Quebec to have at the end of this process. Time is of the essence and we must make a decision. It is not a perfect one, but it is the right decision under the circumstances.
This has been an interesting debate. We have heard a lot about representation and some of the important principles that undergird the Canadian electoral system. We know that already in the House of Commons, representation by population is not the only consideration. Just as an example, provinces cannot have fewer seats in the House of Commons than they have in the Senate. That is already a departure from representation by population. We also know that rural areas tend to be weighted differently in order to ensure that there continues to be a strong role representation in the House of Commons, beyond what representation by population would dictate. Those are just a couple of examples of the way in which representation by population is not the only way that we determine representation in Canada, so there are certainly precedents for looking at other departures from representation by population.
Sometimes people get quite animated in this place during those debates. We just saw an example of that, and we have seen examples from folks in other parties as well who get pretty animated. We have seen some very spirited defences of representation by population, particularly from some of the western Conservative members. That is fair enough. We come here to represent our constituents and the points of view that people have on these matters, and they are rightly an object of concern.
I do think it is important to try to have these debates with a bit of humility, though, because they are very important and foundational debates. For instance, I look at the current Conservative leadership race, and I note with interest that, in their own system, representation by population is not the rule. That is fair enough. Different parties do that differently. In the NDP, we have a one member, one vote system. We do not have any kind of weighting.
In the Conservative Party, they have chosen to have a weighting. That is something that defies representation by population, presumably for good reason. I am not saying the Conservatives should not do that, and I am not saying that they should. What I am saying is that they have made a choice to forego strict representation by population because, presumably, they think it matters to have a proportionate weighting of voices from across the country in the selection of their leader.
Also, when we talk about representation in this place, we sometimes talk about the voting system we have. I have heard Conservatives take very strong positions on that, defending the balloting system that we have and defending the first-past-the-post system that we have. Folks can correct me during questions and comments if I am wrong, but I note with interest that I believe the Conservatives are going to have a preferential ballot in the Conservative leadership race. That is something the Conservatives are very much against in other contexts, but they have seen it to be appropriate for their leadership. Not only are they going to have a preferential ballot, but they are also going to have a preferential ballot that informs a proportional system because leadership candidates will get a number of votes within their riding association proportionate to the percentage of votes they got out of that system. Then, presumably, based on the alternative ballot, as some people fall off, those votes will be successively redistributed within that riding through the points system until they elect a leader.
I note also that the Conservatives are doing this uniquely by mail-in ballot, which is something I listened to many Conservatives talk about in a filibuster at the procedure and House affairs committee in the last Parliament. They were very clear then that they felt mail-in ballots led to fraudulent electoral outcomes. Here we are.
We have a Conservative Party that is using a preferential ballot in a non-representation-by-population system to have proportionate outcomes in a mail-in process, which is why I encourage us to speak to these issues here in the House with some humility, because I think that, in fact, depending on the context, various members do support different kinds of electoral principles.
That is why I think we should be able to have this conversation in a responsible way, in the way I think Canadians would expect mature adults to try to have those conversations: not demonize each other because of the kinds of positions we are putting forward, but try to hear what is important and of value in the other person's position and then try to hammer out a compromise, as was the case originally in 1867. There were compromises made that did not satisfy everyone at the time but that managed to move the Canadian project forward, and there have been many compromises since that have not been perfect and certainly have not pleased everyone. However, Canada has been a constant activity and a constant project of trying to seek consensus and agreement. As difficult as that is, I think it is actually Canada's strength.
We live in a world right now that is rife with conflict. We live in a world right now where people are choosing to end conversation and negotiation in favour of polarization and violence. One of the things that I think have been great about Canada, for all its many faults, because it is not a perfect place, has been its ability to find a way, even among very different peoples, languages, cultures and histories, to take on these important questions of political representation and find a path toward compromise.
We have a lot more work to do. We have work to do in the case of Quebec, which continues to see its proportion of seats decline in the House of Commons, despite its special status within Confederation with its own language, culture, history and contributions. We are also reckoning now, in a much more vigorous way, and appropriately so, with indigenous peoples, and there are questions of political representation that come up with respect to indigenous peoples as well, which is something we have not done a good job of at all in Canada in so many ways over the years. We have had no formal representation of indigenous peoples in this place, and there are no seats set aside. That is a conversation for another day, too.
What I think is important about Bill C-14 is that it is bringing people together from all sides of the chamber to recognize that while we have these larger debates, which are important debates and I do hope we will find good ways of having those debates where we treat each other well and work together on this project of constant negotiation that is Canada, we can at least agree that we should not be taking any steps backwards. I think that, at the very least, this law, if it should pass, would prevent us from taking steps backwards, even as we try to find our way forward.
We are not there yet. I think the debate around this bill has shown the extent to which we are not there in certain regards. However, I think it has been a positive exercise for this place to have occasion to talk about representation in Canada, what it does mean now and what it can mean in the future, and to have been able to do it in the context of a bill that, for all its imperfections and for all the legitimate criticism there is of it, has largely brought people together, because I think it has allowed for a better and a more responsible conversation than we sometimes have in this place.
I am thankful for that, and I am anxious to see this bill pass quickly, because of the time constraints we are under with the boundary redistribution process already taking place. As we head further into the 21st century and face many great challenges, both large challenges that are planetary, in terms of climate change, and also real political challenges here at home, I hope this is a down payment on a better debate for how we find new and better ways of ensuring that all the voices of Canadians are represented in their right proportion here in the House of Commons to build a prosperous future for all of us.
Madame la Présidente, ce soir, je suis content de contribuer au débat sur le projet de loi C‑14.
Depuis longtemps, le NPD appuie le principe que le Québec devrait maintenir une proportion constante de sièges à la Chambre des communes. Ce n'est pas ce qui se trouve dans le projet de loi C‑14, mais nous pensons que ce projet de loi est important pour ne pas reculer pendant que nous tenons un débat plus grand sur la question de la proportion. C'est vraiment la valeur de ce projet de loi et cela presse parce qu'il y a un redécoupage électoral.
Nous devons prendre une décision pour que les nouveaux sièges reflètent le nombre de sièges que nous souhaitons que le Québec maintienne à l'issue de ce processus. Cela presse, nous devons prendre une décision. Sans être parfaite, c'est quand même une bonne décision dans le contexte.
Ce fut un débat fort intéressant. Nous avons beaucoup entendu parler de la représentation et des principes importants qui sous-tendent le système électoral canadien. Nous savons déjà qu'à la Chambre des communes, la représentation selon la population n'est pas le seul principe qui est pris en considération. À titre d'exemple, les provinces ne peuvent pas avoir moins de sièges à la Chambre des communes qu'au Sénat. Cela constitue déjà une dérogation à la règle de la représentation selon la population. Nous savons aussi que la représentation des régions rurales a tendance à être pondérée différemment, afin de s'assurer qu'elles sont bien représentées à la Chambre des communes, mieux que si elles étaient soumises à la représentation selon la population. Ce ne sont là que quelques exemples pour montrer que la représentation selon la population n'est pas la seule façon de déterminer la représentation au Canada. Il y a certainement des précédents illustrant d'autres dérogations à cette règle.
Il arrive que les débats à ce sujet soient assez animés à la Chambre. Nous venons d'en voir un exemple, et nous avons déjà vu des députés d'autres partis s'enflammer lors des débats sur cette question. Nous avons entendu de fervents défenseurs de la représentation selon la population, surtout du côté des députés conservateurs de l'Ouest. C'est de bonne guerre. Nous sommes ici pour représenter nos électeurs et leurs points de vue, et ils ont raison de se préoccuper de cette question.
Je pense sincèrement qu’il est important d’essayer de débattre de ces enjeux avec un peu d’humilité, car ce sont des débats très importants et fondamentaux. Prenons l’exemple de la course au leadership du Parti conservateur. Il est intéressant de constater que, dans leur propre système, la représentation selon la population n’est pas la règle. C’est légitime. D’autres partis fonctionnent différemment. Au NPD, le système repose sur le principe que chaque personne équivaut à un vote. Il n’y a aucun élément de pondération.
Au Parti conservateur, ils ont choisi d’avoir un système qui repose sur la pondération. C’est un principe qui va à l'encontre de la représentation selon la population, apparemment pour une bonne raison. Je ne dis pas que le Parti conservateur ne devrait pas fonctionner ainsi, mais je ne dis pas le contraire non plus. Ce que je dis, c’est qu’ils ont fait le choix de renoncer à la représentation stricte selon la population parce que, apparemment, ils considèrent que c’est important de pondérer les voix de leurs membres d’un bout à l’autre du pays afin de sélectionner leur chef.
De même, lorsque nous parlons de représentation ici, nous parlons parfois de notre système de vote. J'ai entendu des conservateurs adopter des positions très fermes à ce sujet, et défendre le système de scrutin actuel et notre système uninominal à un tour. On me corrigera pendant la période des questions et observations si je me trompe, mais je note avec intérêt que les conservateurs vont avoir recours à un mode de scrutin préférentiel dans la course à la direction de leur parti. Les conservateurs sont très opposés à ce système dans d'autres contextes, mais ils l'ont jugé adéquat pour leur course à la direction. Non seulement ils vont avoir recours à un scrutin préférentiel, mais ce mode de scrutin deviendra en quelque sorte un système proportionnel, car les candidats à la direction obtiendront au sein de leur association de circonscription un nombre de voix proportionnel au pourcentage de voix qu'ils ont obtenu grâce à ce système. Puis, vraisemblablement, avec le bulletin de vote de type préférentiel, à mesure que certaines personnes se désistent, ces votes seront successivement redistribués au sein de cette circonscription grâce au système de points, jusqu'à ce qu'un chef soit élu.
Je note également que les conservateurs utilisent uniquement le vote par correspondance. J'ai entendu un grand nombre de conservateurs parler du vote par correspondance alors qu'ils faisaient de l'obstruction au comité de la procédure et des affaires de la Chambre au cours de la dernière législature. Ils avaient alors très clairement indiqué que le vote par correspondance entraînait des résultats électoraux frauduleux. Nous y voilà.
Le Parti conservateur utilise un mode de scrutin préférentiel dans un système autre qu'un système de représentation selon la population afin d'obtenir des résultats proportionnels en utilisant le vote par correspondance. Voilà pourquoi je nous encourage à aborder ces questions à la Chambre avec une certaine humilité, car je pense qu'en fait, selon le contexte, divers députés appuient différents types de principes électoraux.
Je pense que nous devrions pouvoir parler de ce sujet de façon responsable, comme les adultes responsables devraient discuter, comme l'espèrent probablement les Canadiens. Il serait contre-productif de nous diaboliser les uns les autres à cause de nos prises de position. Il faut essayer d'écouter ce qui a de l'importance pour l'autre afin de négocier un compromis, comme cela fut notoirement le cas en 1867. Des compromis ont été faits. Ils ne satisfaisaient pas tout le monde à l'époque, mais cela a permis de faire avancer le Canada. Il y a eu beaucoup de compromis, car rien n'était parfait et rien ne pouvait satisfaire tout le monde. Cependant, le Canada a été en progression constante en cherchant à obtenir le consensus. Même si cela peut paraître difficile à concevoir, je crois que le consensus est en fait ce qui fait la force du Canada.
Le monde est le théâtre de nombreux conflits en ce moment. Nous vivons à une époque où les gens ont tendance à mettre fin aux discussions et aux négociations, ce qui favorise la polarisation et la violence. À mon avis, l'une des grandes qualités du Canada, en dépit de tous ses travers — ce n'est pas un endroit parfait —, c'est sa capacité de trouver une façon, même pour des gens de langues, de cultures et d'histoires différentes, de s'attaquer à ces questions importantes sur la représentation politique et d'arriver à un compromis.
Il nous reste beaucoup de travail à faire. C'est le cas en ce qui concerne le Québec, qui continue de voir sa proportion de sièges diminuer à la Chambre des communes, malgré son statut spécial au sein de la Confédération avec sa langue, sa culture, son histoire et ses contributions qui lui sont propres. Par ailleurs, nous sommes beaucoup plus conscients, et à juste titre, des peuples autochtones. Des questions sur la représentation politique des peuples autochtones sont aussi soulevées, et nous avons fait un très mauvais travail à ce sujet au Canada au fil des ans, et ce, à bien des égards. Nous n'avons aucune représentation officielle des peuples autochtones à la Chambre, et aucun siège ne leur est réservé. C'est, là encore, un débat que nous devrons avoir un autre jour.
Ce pourquoi le projet de loi C‑14 est important, selon moi, c'est qu'il permet aux députés de tous les côtés de la Chambre de prendre conscience que, pendant que nous débattons de grandes questions comme celle-ci — je précise ici qu'il s'agit de débats importants, et j'espère que nous trouverons le moyen de traiter chacun de nos collègues avec courtoisie et d'unir nos efforts pour faire avancer les négociations constantes qui caractérisent le projet qu'est le Canada —, nous devons à tout le moins convenir qu'il faut éviter de revenir en arrière. Selon moi, si ce projet de loi est adopté, il devrait à tout le moins nous donner la garantie que nous pourrons réfléchir à notre avenir sans craindre les reculs.
Nous n'en sommes pas encore là. Selon moi, le débat actuel montre même à quel point il y a encore loin de la coupe aux lèvres. J'estime malgré tout que c'est une bonne chose que la Chambre ait pu discuter de la représentation au Canada, de ce qu'elle signifie aujourd'hui et de ce qu'elle signifiera demain, et de le faire en étudiant un projet de loi qui, malgré toutes ses imperfections et les critiques légitimes qu'on en a faites, a réussi à réunir les députés, car il a donné lieu à une conversation beaucoup plus civilisée et plus constructive que ce à quoi nous avons parfois droit dans cette enceinte.
Je m'en réjouis, et j’ai très hâte de voir le projet de loi franchir rapidement toutes les étapes, dans le contexte où le temps presse en raison de la révision des limites des circonscriptions en cours. Alors que nous avançons dans le XXIe siècle, et que de grands défis s'annoncent, que ce soient des défis planétaires, comme les changements climatiques, ou des enjeux politiques dans notre pays, j’espère que nous aurons là une mise de fonds pour de futurs débats fructueux visant à trouver comment la voix des Canadiens peut être représentée selon leur juste proportion ici, à la Chambre des communes, afin de bâtir un avenir prospère pour toute la population.
Collapse
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I really enjoyed my colleague's speech, in part because he spoke in French, at least for a bit. I think that is important to acknowledge. I also got a real sense that he is open to this process.
He acknowledged that Bill C‑14 does not fix Quebec's problem. I was happy to hear that, because it is hard to get members from the other parties to admit that. He also went as far as to say that he would be prepared to support our proposal to ensure that Quebeckers have a minimum of 25% of seats, which is a good thing. If all members of the House could agree on that, I think there would be a lot of happy people in Quebec. It might even facilitate some agreements.
However, I did not go into politics to get Quebec 25% of the seats. I did it to make sure Quebec has 100% of the seats and forms its own country.
I know that in the past, the NDP adopted the Sherbrooke declaration, which recognized that Quebec's right to self-determination is fundamental and inalienable. I was wondering how far his party's thinking has come on this issue.
Madame la Présidente, je tiens à dire que j'ai beaucoup aimé le discours de mon collègue. D'une part, c'est parce qu'il était en français, du moins pour un bon bout. Je pense qu'il faut le souligner. D'une autre part, on a vraiment senti de sa part une volonté d'ouverture.
Il a eu la volonté de dire qu'il reconnaît que le projet de loi C‑14 ne règle pas le problème du Québec. Je suis heureux de l'entendre, parce qu'il est difficile de le faire admettre par les députés des autres partis. De plus, il a même été jusqu'à dire qu'il serait prêt à appuyer notre proposition d'un seuil minimal d'environ 25 % des sièges pour les Québécois, ce qui est une bonne chose. Si tous les députés à la Chambre pouvaient s'entendre là-dessus, je pense que cela rendrait beaucoup de gens heureux au Québec. Peut-être même que cela faciliterait les ententes, parfois.
Cependant, si je suis en politique, ce n'est pas pour que le Québec ait 25 % des sièges, c'est pour qu'il en ait 100 % et qu'on soit un pays.
Je sais que, par le passé, le NPD avait adopté la Déclaration de Sherbrooke qui reconnaissait que le droit à l'autodétermination du Québec était quelque chose de fondamental et d'inaliénable. Je me demandais où en était rendue la réflexion de son parti sur cette question.
Collapse
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2022-06-15 19:30 [p.6765]
Expand
Mr. Speaker, the NDP has supported the principle of asymmetrical federalism since 1961. I may not fully understand the term “self-determination”, but we have always tried to ensure that Quebec's need to have more decision-making power is recognized, particularly in relation to federal programs. We have always wanted to protect that with respect to federal programs.
Personally, I think that a confederation can work well when the provinces work together. The federal government does not always play the role of telling the provinces what to do. The federal government can bring the provinces together to collaborate and negotiate in good faith. It can be there to provide funding and support for national initiatives that all the provinces also support.
Monsieur le Président, depuis 1961, le NPD appuie le principe d'une fédération asymétrique. Je ne comprends peut-être pas exactement le terme « autodétermination », mais nous avons toujours essayé de faire reconnaître le besoin du Québec d'avoir plus de pouvoir décisionnel, notamment par rapport aux programmes fédéraux. Nous avons toujours voulu protéger cet aspect en lien avec les programmes fédéraux.
Pour ma part, je pense qu'une confédération peut bien fonctionner quand les provinces travaillent ensemble. Le fédéral n'a pas toujours le rôle de dire aux provinces quoi faire. Le gouvernement fédéral peut réunir les provinces pour qu'elles travaillent ensemble et négocient de bonne foi. Il peut être là pour donner des fonds et de l'appui à des projets nationaux que toutes les provinces appuient aussi.
Collapse
View Maxime Blanchette-Joncas Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I listened carefully to the speech by my colleague from Saanich—Gulf Islands.
I would like her to explain something. On March 2, the Bloc Québécois moved a motion that my colleague supported. The motion sought to maintain Quebec's political weight and not have it lose a seat. The Bloc Québécois then presented Bill C‑246, which was along the same lines as the motion that my colleague supported, but she voted against it.
Today, the government is trying to salvage the situation with Bill C‑14. This bill seeks to preserve the number of seats, but not the political weight, because other seats could be added for other provinces outside Quebec.
I would like my colleague to explain why she voted for the Bloc Québécois motion and then voted against the Bloc Québécois bill.
Monsieur le Président, j'ai bien entendu le discours de ma collègue de Saanich—Gulf Island.
Je voudrais qu'elle m'explique une chose. Le 2 mars dernier, le Bloc québécois a déposé une motion que ma collègue a appuyée, motion qui visait à préserver le poids politique du Québec, c'est-à-dire de ne pas perdre de siège. Ensuite, le Bloc québécois a déposé le projet de loi C‑246, qui allait dans le même sens que la motion que ma collègue a appuyée, mais elle a voté contre.
Aujourd'hui, on voit le gouvernement tenter de sauver les meubles avec le projet de loi C‑14. Ce projet de loi vise à préserver le nombre de sièges, mais il ne vise pas à préserver le poids politique, puisqu'il permet d'ajouter d'autres sièges dans les autres provinces, à l'extérieur du Québec.
J'aimerais que ma collègue m'explique pourquoi elle a voté en faveur de la motion du Bloc québécois et qu'elle a ensuite voté contre le projet de loi que le Bloc a déposé.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2022-06-15 19:46 [p.6768]
Expand
Mr. Speaker, that is a very good question, and it will be difficult to answer briefly.
I had issues with the private member's bill designed to protect political weight. I am in favour of the principle, but the idea of a fixed percentage such as 25%, and not some other percentage, is an issue for me.
Maybe I was mistaken, but I am open-minded, which is why I am in favour of the principle. However, I am not in favour of the private member's bill. I am sorry.
Monsieur le Président, c'est une très bonne question, et il sera difficile d'y répondre brièvement.
J'ai eu des problèmes avec le projet de loi émanant des députés, dont l'idée était de protéger le poids politique. Je suis en faveur du principe, mais l'idée d'avoir un pourcentage fixe comme 25 % — et non un autre point de pourcentage — est un problème pour moi.
Je me suis peut-être trompée. Or j'ai de l'ouverture, et c'est pourquoi je suis en faveur du principe. Je ne suis cependant pas en faveur du projet de loi émanant des députés. J'en suis désolée.
Collapse
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, Liberal and Conservative members from Quebec showed their true colours yesterday. They voted against protecting Quebec's political weight in the House of Commons. They voted against maintaining the proportion of seats in Ottawa for the Quebec nation at 25%.
Because of them, Quebec is doomed to slowly disappear. Maintaining Quebec's political weight at 25% is not a new concept. It was proposed as part of the Charlottetown accord in 1992. It was Brian Mulroney's compromise in order to accommodate Quebec within the Canadian system. It was known as the “beau risque”. That is what the Liberals and Conservatives said no to.
It is even worse coming from the Conservatives, because they are abandoning the only real legacy they ever had in Quebec. In 1992, the Conservatives were in favour of protecting Quebec's political weight, while the Reform Party opposed it. This is basically proof that that party over there today is the Reform Party. It also shows how important the Quebec nation is to the rest of Canada. Let us face the facts.
Monsieur le Président, les députés québécois du Parti libéral et du Parti conservateur ont montré hier leur vrai visage. Ils ont voté contre la protection du poids politique du Québec à la Chambre des communes. Ils ont voté contre le maintien de 25 % des députés à Ottawa pour la nation québécoise.
À cause d'eux, le Québec est condamné à lentement s'effacer. Maintenir 25 % des députés du Québec, ce n'est pas nouveau. C'était la proposition de l'accord de Charlottetown en 1992. C'était le compromis de Brian Mulroney pour que le Québec trouve sa place dans le régime canadien. C'était le beau risque. C'est à cela que les libéraux et les conservateurs ont dit non.
C'est encore pire venant de la part des conservateurs, parce qu'ils renoncent au seul héritage véritablement québécois de leur part. En 1992, les conservateurs étaient pour la protection du poids politique du Québec et le Reform Party était contre. C'est donc la preuve que ce parti-là, aujourd'hui, c'est le Reform Party. C'est ça la place qui est réservée à la nation québécoise au sein du Canada. Prenons-en acte.
Collapse
View Scott Reid Profile
CPC (ON)
View Scott Reid Profile
2022-06-06 11:13 [p.6112]
Expand
Madam Speaker, we are talking today about Bill C-246, which provides that the total number of members from the province of Quebec can never be less than 25% of the total number of members in the House of Commons, regardless of whether Quebec's population decreases.
However, if Quebec's population increases and its percentage of representation exceeds 25% of the total number of members in the House, no limits will be imposed on Quebec under this bill.
If Quebec continues to be part of the Canadian federation, which I hope it will, it will have to adhere to the principles under which the federation was created in 1867. These principles were the subject of a month-long debate in the Parliament of the Province of Canada in 1866, when the broad strokes of what would become the Constitution Act, 1867, were debated and approved.
The biggest compromise that was made at that time was an agreement under which the three parts of the country that existed at the time, namely, Quebec, Ontario and the maritime provinces, would have equal representation in the upper chamber or Senate and would be represented by population in the lower chamber or House of Commons.
It is hard to overstate the importance of what the founders considered to be inseparable twin principles. The expression “representation by population” was used 186 times in the debates on Confederation in the legislative council and assembly of the Province of Canada. If this agreement had not been reached, then Confederation never would have happened.
To make this point, I am now going to turn to a few quotes from the time. This is in a volume of The Confederation Debates, which I played a role in editing, the first edition published since the 1860s. It is an English-language edition.
I am quoting first from George Brown, who stated:
Our Lower Canadian friends have agreed to give us representation by population in the Lower House on the express condition that they could have equality in the Upper House. On no other condition could we have advanced a step; and, for my part, I am quite willing they should have it.
This goes back and forth in French and English. I am not sure if it was originally in French, but I am going to quote it in English because that is what I have in front of me.
George-Étienne Cartier stated:
In 1858 I first saw that representation by population, though unsuited for application as a governing principle as between the two provinces, [Upper and Lower Canada], would not involve the same objection if other partners were drawn in by a federation. In a struggle between two—one a weak, and the other a strong party—the weaker could not but be overcome; but if three parties were concerned, the stronger would not have the same advantage; as when it was seen by the third that there was too much strength on one side, the third would club with the weaker combatant to resist the big fighter.
This was greeted with cheers, apparently. I note that he was prescient. Alberta and Quebec have worked closely together throughout the history of the 20th and 21st centuries of this country.
He goes on to say, “I did not entertain the slightest apprehension that Lower Canada’s rights were in the least jeopardized by the provision that in the General Legislature”, by which he means the House of Commons, “the French Canadians of Lower Canada would have a smaller number of representatives than all the other origins combined.”
Finally, I turn to John A. Macdonald. In the same speech in which he refers to the Senate as the chamber of sober second thought, he said, “To the Upper House is to be confided the protection of sectional interests; therefore is it that the three great divisions are there equally represented, for the purpose of defending such interests against the combinations of majorities in the Assembly.”
He goes on to say:
In the formation of the House of Commons, the principle of representation by population has been provided for in a manner equally ingenious and simple. The introduction of this principle presented at first the apparent difficulty of a constantly increasing body until, with the increasing population, it would become inconveniently and expensively large. But by adopting the representation of Lower Canada as a fixed standard—
That is, 65 seats for lower Canada or Quebec, and then the rest based on equally sized ridings.
—as the pivot on which the whole would turn—that province being the best suited for the purpose, on account of the comparatively permanent character of its population, and from its having neither the largest nor least number of inhabitants—we have been enabled to overcome the difficulty I have mentioned.
All of them were in favour of representation by population in the lower House.
The proposal at the time was that Quebec would hold 65 of the 181 seats in the House of Commons, or 36% of the total. This accurately reflected its share of the population. Quebec held 24 of the 72 seats in the Senate, only 33%. This means that Quebec was slightly under-represented in the upper house.
However, the relative population of the provinces has, over time, changed in ways that Sir John A. Macdonald and the other authors of the Constitution did not anticipate. Quebec's population grew considerably, but not as fast as some of the other provinces, including the six that had not yet joined Confederation at that time.
As a result, various amendments were made to section 51 of the Constitution Act, 1867, where our electoral formula is set out. The formula was adjusted in 1915; otherwise, Prince Edward Island's number of seats would have dropped below four in 1946, then again in 1952, 1975, 1985 and 2012. This year, it is being adjusted again so that Quebec will not lose a seat.
The end result is that Quebec is now represented in the Senate by the exact number of senators that its population would warrant, which is 24 senators out of 105, or 22.9% of the senators for a province with 22.9% of the Canadian population. That seems entirely appropriate to me.
Quebec will never have fewer seats than the number to which its population is entitled. In fact, in the event that Quebec's population dips below 22% of the Canadian total, it would become overrepresented in the Senate, where the numbers would never change regardless of any change to the populations in the provinces. Here, in the House of Commons, we have exactly the same situation, thanks to the anticipated changes to the Constitution, which I hope will be adopted.
There are many other aspects to Canada's seat distribution formula that I find problematic, but in at least one province, Quebec, the initial agreement still works as it should.
Madame la Présidente, nous parlons aujourd'hui du projet de loi C‑246, qui propose que le nombre total de députés de la province de Québec ne soit jamais inférieur à 25 % du nombre total de députés à la Chambre des communes, peu importe si la population du Québec chute.
Par contre, si la population du Québec augmente et que son pourcentage de représentation dépasse 25 % du nombre total de députés à la Chambre des communes, aucune limite ne sera imposée au Québec en vertu de ce projet de loi.
Si, comme je l'espère, le Québec continue de faire partie de la fédération canadienne, il devrait se conformer aux principes en vertu desquels la fédération a été créée en 1867. Ces principes ont fait l'objet d'un débat d'un mois au Parlement de la province du Canada en 1866, au cours duquel les grandes lignes de ce qui allait devenir la Loi constitutionnelle de 1867 ont été débattues et approuvées.
Le plus important des compromis conclus à l'époque était un accord selon lequel les trois sections du pays qui existaient à l'époque, c'est-à-dire le Québec, l'Ontario et les provinces maritimes, auraient une représentation égale à la Chambre haute, ou Sénat, tandis qu'ils auraient une représentation selon la population à la Chambre basse, ou Chambre des communes.
Il est difficile d'exagérer l'importance de ces deux principes jumeaux et inséparables aux yeux des fondateurs: l'expression « représentation selon la population » a été utilisée 186 fois dans les débats sur la Confédération à l'assemblée et au conseil législatif de la province du Canada. Si cet accord n'avait pas été atteint, il est évident que tout le projet de la Confédération se serait effondré.
Pour prouver ce point, je vais lire quelques citations de l'époque. Elles sont tirées d'un ouvrage intitulé Les Débats de la Confédération, que j'ai aidé à réviser. Il s'agit de la première publication de ces débats depuis les années 1860. C'est une édition bilingue.
Ma première citation vient de George Brown, qui a déclaré ceci:
Nos amis du Bas-Canada ne nous ont concédé la représentation d'après la population qu'à la condition expresse qu'ils auraient l'égalité dans le conseil législatif. Ce sont là les seuls termes possibles d'arrangement et, pour ma part, je les ai acceptés de bonne volonté.
Cet échange se poursuit en anglais et en français. Je ne sais pas si la citation suivante a été prononcée à l'origine en français, mais je vais la lire en anglais car c'est la version que j'ai devant moi.
George-Étienne Cartier a déclaré ceci:
En 1858, je n'ai pas tardé à voir que le principe de la représentation d'après le nombre, qui ne convenait pas comme principe gouvernant pour les deux provinces [Haut et Bas-Canada], n'aurait pas le même inconvénient si plusieurs provinces s'unissaient par une fédération. Dans une lutte entre deux partis, l'un fort et l'autre faible, le plus faible ne peut qu'être subjugué. Mais s'il y a trois partis, le plus fort n'a pas le même avantage, car quand deux de ces partis voient que le troisième a trop de force, ils s'allient [ensemble] pour le combattre.
Ces propos ont été chaudement applaudis, apparemment. Je signale qu'ils étaient prémonitoires. L'Alberta et le Québec ont collaboré de près pendant les XXe et XXIe siècles de notre histoire.
Il ajoute ensuite: « Je n'appréhende aucunement que les droits du Bas-Canada soient mis en péril par les dispositions du projet de confédération, d'après lesquelles, dans la législature générale — il voulait dire la Chambre des communes —, les Canadiens-Français auront moins de représentants que les autres nationalités ensemble. »
Je me tourne enfin vers John A. Macdonald. Dans le discours où il a parlé du Sénat comme d'une chambre de second examen objectif, il a dit: « [À] la chambre haute sera confié le soin de protéger les intérêts de section; il en résulte que les trois grandes divisions seront également représentées pour défendre leurs propres intérêts contre toutes combinaisons de majorités dans l’Assemblée. »
Il ajoute ensuite ceci:
Dans la composition de la chambre des communes on a appliqué, d'une façon aussi simple qu'ingénieuse, le principe de la représentation d'après la population. L'admission de ce principe présentait dès l'abord une difficulté apparente, celle de l'augmentation incessante du nombre des représentants dans la chambre basse, avec l'accroissement de la population, cette augmentation pouvant devenir gênante et trop coûteuse. Mais en adoptant pour terme de comparaison la représentation du Bas-Canada [...]
C'est-à-dire 65 sièges pour le Bas-Canada ou le Québec, le reste étant réparti entre des circonscriptions de même taille.
[...] — qui sera le pivot de notre système représentatif, — cette province étant la mieux choisie à cause des variations [peu] sensibles de sa population, et parce que le nombre de ses habitants tient la moyenne entre les populations des autres provinces, nous avons pu surmonter la difficulté que je viens de mentionner.
Ils étaient tous en faveur d'une représentation d'après la population à la Chambre basse.
À l'époque, il était proposé que le Québec détienne 65 des 181 sièges dans la Chambre des communes, c'est-à-dire 36 % du total. Cela reflétait exactement sa part de la population. Le Québec était représenté par 24 des 72 sièges au Sénat, c'est-à-dire seulement 33 %. Cela signifie que le Québec était légèrement sous-représenté à la Chambre haute.
Or, la population relative des provinces a, à long terme, changé d'une manière que sir John A. Macdonald et les autres auteurs de la Constitution n'avaient pas prévue. La population du Québec a considérablement augmenté, mais pas aussi vite que celle de certaines des autres provinces, y compris les six provinces qui n'avaient pas encore adhéré à la Confédération à ce moment-là.
Ainsi, diverses modifications ont été apportées à l'article 51 de la Loi constitutionnelle de 1867, où se cache notre formule électorale. La formule a été ajustée en 1915 alors que le nombre de sièges de l'Île-du-Prince-Édouard aurait sinon chuté en dessous de quatre en 1946, puis en 1952, en 1975, en 1985 et en 2012. Cette année, elle est à nouveau en train d'être ajustée de sorte que le Québec ne perdra pas un siège.
Le résultat final est que le Québec est maintenant représenté au Sénat par le nombre exact de sénateurs que sa population justifierait, c'est-à-dire 24 sénateurs sur 105, soit 22,9 % des sénateurs pour une province comptant 22,9 % de la population canadienne. Cela me semble tout à fait satisfaisant.
Le Québec ne descendra jamais en dessous du nombre de sièges auquel sa population lui donne droit. En effet, dans l'éventualité où la population du Québec descendrait en dessous de 22 % du total canadien, il en viendrait à être surreprésenté au Sénat, où les chiffres ne changeraient jamais sans égard à tout changement aux populations relatives des provinces. Ici, à la Chambre des communes, on a exactement la même situation, grâce au changement prévu à la Constitution qui, je l'espère, va être adopté.
Il y a de nombreux autres aspects de la formule de répartition des sièges du Canada que je trouve problématiques, mais, dans une province au moins, le Québec, l'accord initial fonctionne toujours comme il se doit.
Collapse
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I am very pleased and somewhat excited to rise on this beautiful Monday morning in June to speak to Bill C‑246, which was introduced by my valiant colleague from Drummond. This bill would provide that the total number of members from Quebec could not be less than 25% of the total number of members in the House of Commons.
I first want to clarify one thing, since we have heard quite a lot about the idea of representation by population. As a history buff, I have read a lot about these issues. In my humble opinion, it was quite deceitful, back when it all started in 1867, to shift from equal representation between the two so-called founding peoples to proportional representation just as French-Canadians were being outnumbered. I should mention that the notion of founding peoples is, in itself, highly controversial, given that this country and this regime were founded on subjugation. Proportional representation was certainly never considered when the proportion of French-Canadians was higher. I would call this a historical scam.
I have no problem saying that this so-called Confederation, with its two so-called founding peoples, is a historical scam. Canadian Confederation was brought in through the back door. After that, the only natural path to take was to slowly but steadily reduce the Quebec nation to a minority. That minority is now getting smaller and smaller, which will give us an increasingly smaller voice in decision making in the House of Commons. Unfortunately, we are on our way to becoming a minority that will no longer command respect or consideration.
As everyone knows, the Bloc Québécois wants to see Quebec become an independent country. However, we are also here to stop our decline. We are here to fight, to make gains, but also to stop our decline, and this bill does that. As long as we are in this system, we have to find ways to stop this decline. We have to cope with our losses, unfortunately.
I want to remind members of one very important detail. Last March, the House adopted a Bloc motion with an overwhelming majority of 261 to 66. The motion stated that “any scenario for redrawing the federal electoral map that would result in Quebec losing one or more electoral districts or that would reduce Quebec's political weight in the House of Commons must be rejected”. The part about not reducing our political weight in the House is the important part, but it is also the part that seems to be forgotten. That is what our motion said. It is not only about the number of seats, but also about the political weight.
Bill C-14, which is also under debate, is being presented to us as a win, a success. We have heard in the House that the bill in question would not reduce the number of members. However, the number of members means absolutely nothing if the relative weight drops. If Quebec keeps the same number of seats but more seats are added in the House, that means that Quebec's weight is being reduced. That is not hard to figure out. In the end, the exact number of seats is far less important than the relative weight.
We are asking for 25% because, as a so-called founding people and nation recognized as distinct, it does not seem unreasonable to ask for a quarter of the seats. Given Quebec's needs and its distinct interests and values, this does not seem unreasonable. Twenty-five per cent is also what was negotiated as part of the Charlottetown accord in 1992, based on the fact that Quebec is a distinct society. Although the accord never came into force, the text itself was approved by the House of Commons. That agreement was not without problems, however. The Bloc, which was newly created at the time, was against it. The sovereignist movement was against it.
Far from being perfect and satisfactory, the 25% was actually not so bad given the context. We were not upset about the objective. This agreement was proposed by Mulroney's Progressive Conservative Party, even though the Reform Party of the time was opposed. It was also supported by John Turner's Liberal Party, although rejected by the centralist wing of the Liberal Party of Pierre Elliott Trudeau. The NDP also supported this protection for Quebec's political weight. As the previous speaker reminded us, the NDP member for Compton—Stanstead proposed a rather similar bill in 2011. However, the bar was set a little lower, at 23.9%, representing Quebec's weight at the time.
In 2006, Stephen Harper's government passed a motion making Quebec a nation within a united Canada. This motion was somewhat questionable, as it was assumed that Quebec was not a nation outside of Quebec. Furthermore, the English wording differed from the French wording. However, the motion was a form of recognition of the existence of a Quebec nation.
In June 2021, the House of Commons overwhelmingly recognized Quebec as a French nation. Our national status must have concrete political implications, not just symbolic ones. In particular, there must be consideration for Quebec's difference, its interests and its values in Ottawa's approach, legislation and policies.
We need assurance that Quebec will have the representation it needs to ensure that its interests and values are heard. However, Quebec's weight has been in steady decline, with its demographic share falling from 36% in 1867 to 28.6% in 1947, 26.6% in 1976, 24.9% in 1999 and 23.1% in 2015. The most recent proposal of the Chief Electoral Officer amounts to 22.5%, which makes no sense. We responded with our motion a few months ago. As our demographic weight decreases, it is obvious that our weight in the House will decrease as a result of the legacy of this destructive system known as the 1867 Confederation.
We also know that the government has announced plans to dramatically increase the total number of immigrants. Quebec cannot bring in twice as many immigrants. It is already doing its part, and francization is, for the most part, not up to par as it is, so it is not like we can magically increase Quebec's demographic weight from one day to the next.
Let us remember that Quebec's culture is unique. Ours is the only jurisdiction in North America whose official common language is French. Our origins as a nation go back to the days of New France, to the coureurs des bois. We are a self-made people with a unique social model that reflects our own values. We must have the opportunity to exist as a political entity, not just an insignificant symbolic entity. If Quebec declines, both the French language and our unique culture will decline as well.
Recognizing our distinct character means protecting the Quebec nation's weight, not just by ensuring Quebec does not lose any seats, but also by making sure that, whenever seats are added, Quebec gets some too. I am well aware that some people think this is unfair. That is what they said when we were debating our motion a few months ago. People said those whiny Quebeckers were demanding special treatment yet again.
I want to take a moment here to point out that there are specific provisions in the Constitution Act that protect the provinces without anyone taking exception. The senatorial clause, for example, ensures that no province has fewer members of Parliament than senators. This guarantees four seats for Prince Edward Island, even though, by population, it should have just one. The grandfather clause ensures that no province will have fewer members of Parliament after an electoral redistribution than it had in 1985. This protects the number of seats of the maritime provinces and Saskatchewan. There is also a provision that guarantees one member of Parliament for each of the territories, even though the population would warrant just one member for all the territories.
Some observers have said that the addition of a clause to protect Quebec's weight would require constitutional talks and would have to be passed by seven provinces representing 50% of the population. That is incorrect. In 1987, the Campbell decision recognized that there were some legitimate exceptions to ensure effective representation and that Parliament had the power to adopt such exceptions. That is why I believe this bill is both necessary and urgent.
There are real consequences to the loss of political power, in particular the list of competing interests or, at the very least, priority interests for Quebec. Quebec has its National Assembly, which is the only parliament where Quebec has 100% of the seats. There have been innumerable unanimous motions, which I will not go into here.
The nation that had—
Madame la Présidente, en ce beau lundi du mois de juin, je suis très heureux d'intervenir, non sans un certain enthousiasme, sur le projet de loi C‑246, présenté par mon valeureux collègue de Drummond. C'est un projet de loi qui vise à assurer que le nombre total de députés du Québec n'est pas inférieur à 25 % du nombre total de députés de la Chambre des communes.
D'emblée, je souhaite tout de même clarifier une chose, puisqu'on a bien sûr parlé de cette représentation selon la population. Comme je suis relativement passionné d'histoire, je lis beaucoup au sujet de ces questions. À mon humble avis, c'était un peu frauduleux dès le départ, en 1867, de passer d'une représentation égale entre deux peuples soi-disant fondateurs, ce qui est hautement discutable parce qu'on sait que c'est une conquête qui est à la base de ce pays et de ce régime, à une représentation proportionnelle au moment où les Canadiens français deviennent moins nombreux. Il ne fallait surtout pas ce soit proportionnel lorsque ces derniers étaient plus nombreux. C'est ce qu'on peut appeler « une fraude de l'histoire ».
Je n'ai pas de problème à dire que cette prétendue confédération, avec ces deux prétendus peuples fondateurs, est une fraude de l'histoire. On s'est fait passer un Canada en douce. Par la suite, petit à petit, la seule voie naturelle à emprunter, c'est celle de la minorisation perpétuelle de la nation québécoise. De plus en plus, nous allons tendre vers une minorité de plus en plus minoritaire, laquelle va avoir un poids de plus en plus insignifiant dans la prise de décision à la Chambre des communes. C'est ce vers quoi nous allons malheureusement: une minorité qui ne va plus susciter ni respect ni considération.
Comme on le sait, le Bloc québécois veut que le Québec devienne un pays indépendant. Néanmoins, nous sommes là aussi pour freiner le déclin. Nous sommes là pour nous battre, pour faire des gains, mais également pour freiner le déclin, et ce projet de loi va dans ce sens. Tant que nous serons dans ce régime, il va falloir freiner ce déclin. Il va falloir gérer les pertes, hélas.
Rappelons une chose. De manière bien importante en mars dernier, la Chambre a adopté, avec une majorité écrasante de 261 députés contre 66, la motion du Bloc qui affirmait que « tout scénario de redécoupage de la carte électorale qui aurait pour effet de faire perdre une ou des circonscriptions électorales au Québec ou de diminuer le poids politique du Québec à la Chambre des communes [...] » — c'est le passage important, mais aussi celui qui est oublié — « [...] doit être rejeté ». C'est ce que notre motion disait. Il ne s'agit pas seulement du nombre de sièges, mais également du poids politique.
Le projet de loi C‑14, qui est aussi en discussion, nous est présenté comme un gain, comme un succès. On a entendu dire à la Chambre que le projet de loi en question ne réduisait pas le nombre de députés. Or, le nombre ne veut absolument rien dire si le poids relatif diminue. S'il y a davantage de sièges, mais que le Québec conserve le même nombre, cela veut dire qu'on dilue encore le poids du Québec. Ce n'est pas compliqué à calculer. Au bout du compte, le nombre de sièges en lui-même importe assez peu comparativement à la question du poids relatif.
Nous demandons 25 % parce que, en tant que soi-disant peuple fondateur et nation reconnue comme distincte, cela ne semble pas abusif de demander un quart des sièges. Compte tenu des besoins du Québec, des intérêts distincts du Québec et des valeurs distinctes du Québec, cela ne semble pas abusif. Les 25 % de sièges, c'est aussi ce qui a été négocié en 1992 dans l'accord de Charlottetown. Ce dernier s'appuyait sur le fait que le Québec constituait une société distincte. Même si l'accord n'est jamais entré en vigueur, le texte en lui-même avait été approuvé à la Chambre des communes. Cet accord était cependant problématique. Le Bloc, qui était fraîchement créé à l'époque, était contre. Le mouvement souverainiste était contre.
Très loin d'être parfaits et satisfaisants, les 25 % n'étaient quand même pas si pires dans le contexte. Disons que ce n'était pas le bout qui nous fâchait. Cet accord avait été mis de l'avant par le Parti progressiste-conservateur de Mulroney, même si le Reform Party de l'époque s'y opposait. Il était appuyé aussi par le Parti libéral de John Turner, bien que rejeté par l'aile centralisatrice du Parti libéral incarnée par Pierre Elliott Trudeau. Le NPD appuyait aussi cette protection du poids politique du Québec. D'ailleurs, comme l'a rappelé l'orateur précédent, le député néo-démocrate de Compton—Stanstead avait proposé un projet de loi relativement similaire en 2011. La barre était un peu plus basse, cependant, puisqu'on fixait le pourcentage à 23,8 %, représentant le poids du Québec à l'époque.
En 2006, le gouvernement de Stephen Harper a fait adopter une motion faisant du Québec une nation dans un Canada uni. La motion était quelque peu discutable, supposant que le Québec ne formait pas une nation à l'extérieur du Canada. De plus, le libellé anglais différait du libellé français. Cependant, la motion constituait une forme de reconnaissance de l'existence d'une nation québécoise.
En juin 2021, la Chambre des communes a massivement reconnu le statut de nation française au Québec. Notre statut national doit avoir des implications politiques concrètes, pas que symboliques. Il faut notamment tenir compte de la différence québécoise, de ses intérêts et de ses valeurs dans les lois, dans les politiques et dans les façons de faire d'Ottawa.
Il faut l'assurance que le Québec a la représentation nécessaire pour que ses intérêts et ses valeurs soient exprimés. Pourtant, le poids du Québec diminue sans cesse, sa proportion démographique étant passée de 36 % en 1867 à 28,6 % en 1947, 26,6 % en 1976, 24,9 % en 1999 et enfin 23,1 % en 2015. La plus récente proposition du DGE rapporte une proportion de 22,5 %, ce qui n'a aucun sens. Nous y avons répondu en déposant notre motion il y a quelques mois. À mesure que notre poids démographique descend, il est évident que notre poids à la Chambre va descendre, à cause de l'héritage de ce régime délétère de la soi-disant Confédération de 1867.
On sait aussi que le gouvernement a annoncé son intention d'augmenter drastiquement le nombre total d'immigrants. Or, le Québec ne peut pas doubler quant à lui le nombre de nouveaux arrivants qu'il accueille. Il fournit déjà sa part et la francisation est déjà déficiente en grande partie. On ne peut donc pas magiquement augmenter le poids démographique du Québec demain matin.
Rappelons-le, le Québec a une culture unique. C'est le seul État en Amérique dont la langue commune et officielle est le français. C'est une nation qui trouve son origine dans la Nouvelle‑France, un peuple de coureurs des bois, un peuple qui s'est construit et qui a aujourd'hui un modèle social unique qui reflète ses valeurs à lui. Il faut bien que nous puissions exister politiquement, pas seulement symboliquement à titre de minorité folklorique. Quand le Québec recule, le français recule et notre culture unique recule.
Reconnaître notre spécificité, c'est notamment protéger le poids de la nation québécoise, non seulement en assurant que le Québec ne perde pas de sièges, mais également que, si des sièges s'ajoutent, qu'il y en ait qui aillent au Québec. J'en entends qui crient à l'injustice, un des arguments que nous entendions aussi quand nous débattions de notre motion il y a quelques mois. On disait que les chiâleux du Québec réclamaient encore un traitement de faveur.
Je vais me permettre de souligner ici qu'il y existe des dispositions particulières dans la Loi constitutionnelle qui protègent des provinces sans que personne ne s'en offusque. La clause sénatoriale, par exemple, assure qu'aucune province n'aura moins de députés que de sénateurs. Cela garantit quatre sièges à l'Île-du-Prince-Édouard, alors que sa population n'en justifierait qu'un seul. Pour sa part, la clause des droits acquis assure qu'aucune province n'aura moins de députés après un éventuel redécoupage de la carte électorale que le nombre qu'elle comptait en 1985. Cela protège le nombre de sièges des provinces maritimes et de la Saskatchewan. Enfin, il existe une disposition garantissant un député pour chacun des territoires, même si la population ne justifierait qu'un seul député pour l'ensemble des territoires.
Certains commentateurs ont affirmé que l'ajout d'une clause protégeant le poids du Québec nécessiterait une ronde constitutionnelle et son adoption par sept provinces représentant 50 % de la population. C'est faux. En effet, en 1987, l'arrêt Campbell a reconnu que des exceptions étaient légitimes pour assurer une représentation effective et que le Parlement fédéral avait le pouvoir de les adopter. C'est pourquoi je pense que ce projet de loi est nécessaire et qu'il est urgent.
Il y a des conséquences concrètes à la perte de pouvoir politique, notamment la liste d'intérêts divergents, ou, à tout le moins, d'intérêts prioritaires au Québec. Le Québec a son Assemblée nationale qui est le seul Parlement où le Québec a 100 % des sièges. On ne compte plus le nombre de motions unanimes qui ne seront même pas discutées ici.
La nation qui avait...
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-02 10:35 [p.5996]
Expand
moved:
That it be an instruction to the Standing Committee on Procedure and House Affairs that, during its consideration of Bill C-14, An Act to amend the Constitution Act, 1867 (electoral representation), the committee be granted the power to expand the scope of the bill in order to amend the formula for apportioning seats in the House and include provisions that maintain the Quebec nation's political weight, as the House of Commons recognized on March 2, 2022.
He said: Mr. Speaker, Bill C-14 originally provided that no province would lose any federal ridings in the next electoral redistribution. Let us not forget that the future configuration of Parliament threatened to remove one riding from Quebec, which would have seen its number of seats in the House drop from 78 to 77. The Bloc Québécois obviously let it be known that this was outrageous.
We are now moving this motion of instruction for the following reason. It is true that we do not want to see a decrease in the number of members from Quebec in the House, but we want to go even further by asking for an end to the relative decrease in Quebec's political weight, which has been happening since the start of the 20th century.
Since this bill is already too restrictive to allow for these kinds of amendments, we are forced to propose amendments through a motion of instruction to ensure that it is in order. In this way, Bill C‑14 would become embedded in the parliamentary journey we set out on in June 2021.
Allow me to recap. Last year, in June 2021, we moved the following motion:
That the House agree...that Quebeckers form a nation, that French is the only official language of Quebec and that it is also the common language of the Quebec nation.
This motion was adopted by the vast majority of members in the House, which was the first step in this legislative journey.
Since that first step, Quebec has not been seen as a province like the others. It is seen as a nation, which we have known for a long time. However, if Quebec is a nation, it should have the same powers afforded to nations. We must therefore take action to protect the Quebec nation, whose common language is French, which is something that a very large majority of members recognized.
The second step was taken in March, when, once again, a large majority of members in the House adopted the following motion, which I will read because it is very important:
That, in the opinion of the House:
(a) any scenario for redrawing the federal electoral map that would result in Quebec losing one or more electoral districts or that would reduce Quebec's political weight in the House of Commons must be rejected...
propose:
Qu'une instruction soit donnée au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre portant qu'il soit habilité dans le cadre de son étude du projet de loi C‑14, Loi modifiant la Loi constitutionnelle de 1867 (représentation électorale), à élargir la portée du projet de loi de façon à modifier la formule de répartition des sièges à la Chambre et à inclure des dispositions garantissant le maintien du poids politique de la nation québécoise comme l'a reconnu la Chambre des communes le 2 mars 2022.
— Monsieur le Président, le projet de loi C‑14 prévoyait au départ qu'aucune province ne subirait de baisse de son nombre de circonscriptions fédérales dans le prochain redécoupage électoral. Rappelons que la future mouture du Parlement menaçait de retirer une circonscription au Québec, qui serait passé de 78 à 77 sièges à la Chambre. Le Bloc québécois a évidemment laissé savoir que cela n'avait aucun bon sens.
Nous proposons maintenant cette motion d'instruction pour la raison suivante. Nous ne voulons effectivement pas que le nombre de députés du Québec diminue à la Chambre, mais nous voulons aller encore plus loin en demandant que cesse la diminution relative du poids politique du Québec, entamée depuis le début du XXe siècle.
Puisque ce projet de loi est au départ trop limité pour que nous puissions y proposer des amendements de ce genre, nous devons le faire dans le cadre d'une motion d'instruction afin que ce soit recevable. Cela nous permettra d'inscrire le projet de loi C‑14 dans un continuum parlementaire lancé en juin 2021.
Je vais me permettre de récapituler les faits. En juin 2021, l'année passée, nous avons proposé la motion suivante:
Que la Chambre convienne [...] que les Québécoises et les Québécois forment une nation, que le français est la seule langue officielle du Québec et qu’il est aussi la langue commune de la nation québécoise.
Cette motion a été adoptée par une forte majorité de députés à la Chambre, marquant le premier jalon de cette aventure législative.
Depuis cette première étape, on considère que le Québec n'est pas une province comme les autres, mais bien une nation, ce que nous savons depuis longtemps. Or, si le Québec est une nation, il doit avoir les pouvoirs conférés à une nation. Il faut donc faire suivre les mots de gestes et agir pour protéger cette nation québécoise dont la seule langue commune est le français, ce qu'une très forte majorité de députés a reconnu.
La deuxième étape a été franchie au mois de mars dernier, alors qu'une majorité — encore une fois forte — des députés à la Chambre a adopté la motion suivante, que je vais lire puisqu'elle est très importante:
Que, de l'avis de la Chambre:
a) tout scénario de redécoupage de la carte électorale fédérale qui aurait pour effet de faire perdre une ou des circonscriptions électorales au Québec ou de diminuer le poids politique du Québec à la Chambre des communes doit être rejeté;...
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2022-06-02 10:39 [p.5997]
Expand
Mr. Speaker, could our colleagues please move their conversations somewhere outside the House?
Even though I am next to the member for La Prairie, I cannot hear what he is saying.
Monsieur le Président, est-ce que nos collègues pourraient aller parler à l'extérieur de la Chambre?
Bien que je sois à côté du député de La Prairie, je n'arrive pas à entendre ce qu'il dit.
Collapse
View Brad Vis Profile
CPC (BC)
View Brad Vis Profile
2022-06-02 10:39 [p.5997]
Expand
Mr. Speaker, it is a point well taken by my Quebec colleague. I was just a little thrown off. I thought we were going to be having a debate here on Standing Order 51. As a member of PROC, it took me by surprise that there is this new motion before us to talk about something that I thought would be dealt with at committee.
Monsieur le Président, c'est un argument valable de la part de mon collègue du Québec. J'étais seulement un peu ébranlé parce que je croyais que nous allions débattre de l'article 51 du Règlement. Comme membre du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, j'ai été surpris de constater que nous étions saisis de cette nouvelle motion qui porte sur une question que je croyais destinée à l'étude en comité.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-02 10:40 [p.5997]
Expand
Mr. Speaker, my father always said that good things come to those who wait, and my colleague will have to wait. I am sorry that my voice does not carry far, but my colleague was told that this motion would be moved and that I would speak for four or five minutes. Since my time has not yet expired, he should pay close attention. He may learn something.
There were two parts to the motion. The number of members from Quebec cannot be reduced, and the proportion of Quebec members in the House cannot be reduced. Those were the two aspects to this motion, and the vast majority of members voted in favour.
Bill C-14 is a step forward. The number of members from Quebec will not be reduced. Confucius said that even the longest journey always begins with a first step. The is the first step.
What we are asking for is the second step. That is obvious. Everyone here, or almost everyone here, has said that they cannot allow Quebec, which is a nation with French as its common language, to have its relative political weight in the House reduced.
The point of this motion of instruction is to allow the Bloc Québécois to table an amendment to Bill C‑14 so that we can finally carry out the mission provided for in the motion tabled in March. That is the bare minimum. The House needs to finally understand that we are not talkers, but doers. That is what I am asking the House to do.
Monsieur le Président, mon père disait tout le temps que tout vient à point à qui sait attendre, et mon collègue va attendre. Je suis désolé de ne pas avoir une voix qui porte beaucoup, mais mon collègue a été avisé qu'on déposerait cette motion et que j'en parlerais pendant quatre ou cinq minutes. Puisque mon temps de parole n'est pas encore expiré, il n'a qu'à s'accrocher à mes babines. Il apprendra peut-être des choses.
La motion disait donc deux choses: on ne peut pas réduire le nombre de députés du Québec et on ne peut pas faire en sorte que le Québec voie sa proportion de députés, ici, à la Chambre, diminuer. Il y avait deux aspects dans cette motion, et la forte majorité des députés ont voté en faveur.
Dans le projet de loi C‑14, on a franchi un pas: on ne va pas diminuer le nombre de députés du Québec. Confucius disait que même le plus long des voyages commence toujours par un premier pas. Le premier pas est donc franchi.
Ce que nous demandons, c'est le deuxième pas. C'est une évidence. Tous les gens ici — ou à peu près — ont dit qu'ils ne peuvent effectivement supporter que le Québec, qui est une nation ayant comme langue commune le français, subisse une diminution de son poids relatif sur le plan politique à la Chambre.
Cette motion d'instruction sert justement à permettre au Bloc québécois de déposer un amendement au projet de loi C‑14, afin qu'on puisse finalement remplir la mission qui était prévue par la motion déposée au mois de mars. C'est la moindre des choses. Il faut enfin que l’on comprenne ici que nous ne sommes pas que des « jaseux », mais des gens qui passent à l'action. C'est ce que je demande à la Chambre.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 10:42 [p.5997]
Expand
Mr. Speaker, it is very interesting the manner in which we are having this debate today, and I will be able to expand on that during my comments, but I will say that, when the commission came down indicating that it was looking at reducing the number of seats in the province of Quebec from 78 to 77, the reaction in the Government of Canada, the Liberal caucus, was very swift. We indicated that it could not happen and that we did not support the reduction of the number of seats in the province of Quebec. It was universally felt within the government that it was something that was not acceptable. That is the reason why we have Bill C-14.
I will get the opportunity to expand upon that point when I get the opportunity to address the motion. Historically we have witnessed, whether it is Prince Edward Island or out west, there have been guarantees of numbers. What are the member's thoughts on previous guarantees that were put in place to ensure that jurisdictions would not lose the number of members of Parliament they had?
Monsieur le Président, je trouve que la façon dont la question d'aujourd'hui est abordée est un peu curieuse. Avant d’entrer dans les détails, j’aimerais rappeler que, lorsque la commission a annoncé qu’elle envisageait de faire passer le nombre de sièges de la province du Québec de 78 à 77, la réaction du gouvernement du Canada et du caucus libéral ne s’est pas fait attendre. Nous avons indiqué que cela était impossible et que nous ne tolérerions pas une réduction du nombre de sièges de la province du Québec. Pour le gouvernement, cela était inacceptable. C’est la raison pour laquelle nous avons présenté le projet de loi C-14.
Je reviendrai là-dessus lorsque j’aurai l’occasion de parler de la motion. Traditionnellement, nous avons toujours eu, que ce soit pour l’Île‑du‑Prince‑Édouard ou pour les provinces de l’Ouest, un nombre de sièges garanti. Que pense le député des garanties auparavant mises en place pour que le nombre de sièges attribués aux provinces et aux territoires ne diminue pas?
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-02 10:43 [p.5998]
Expand
Mr. Speaker, I would like to thank the hon. member for his question. Yes, there are guarantees. In particular, there is the senatorial clause, which gives Prince Edward Island four members instead of one, and the grandfather clause. It is true.
That precedent is the reason we are proposing a new clause. Since there are already several clauses, we simply want to add a “Quebec clause” to make sure that Quebec always has 25% of the number of seats in the House of Commons.
That is in line with the remarks of my colleague from Winnipeg North.
Monsieur le Président, je remercie le député de sa question. Oui, il existe des clauses. Il y a notamment la clause sénatoriale, qui permet à l'Île‑du‑Prince‑Édouard d'avoir quatre députés au lieu d'un, et la clause des droits acquis. C'est vrai.
C'est parce qu'il y a jurisprudence dans ce domaine que nous proposons l'ajout d'une clause. En effet, il y a déjà des clauses instaurées, et nous voulons une « clause Québec » qui assure au Québec d'avoir en tout temps 25 % du nombre de députés siégeant à la Chambre des communes, tout simplement.
Cela va donc dans le sens du propos de mon collègue de Winnipeg‑Nord.
Collapse
View Tom Kmiec Profile
CPC (AB)
View Tom Kmiec Profile
2022-06-02 10:44 [p.5998]
Expand
Mr. Speaker, I appreciate the motion tabled by the Bloc Québécois House leader. I think that the motion of instruction highlights the important work that the House standing committees do. I trust the committee members to decide what type of motion and amendment regarding Bill C‑14 they might introduce.
I would also like to remind my colleagues that the substance of Bill C‑14 comes, as I believe, from the motion moved in early March by the hon. member for Mégantic—L'Érable. His motion sought unanimous consent to ensure that no province in this country loses a single seat.
I do not really have any questions for the hon. member for La Prairie. I simply wanted to address these remarks to the House and say that I think the motion is reasonable.
Monsieur le Président, j'apprécie cette motion que le leader à la Chambre du Bloc québécois a déposée. Je pense que la motion d'instruction souligne le travail important que les comités permanents de la Chambre font. Je fais confiance aux députés qui siègent sur ce comité pour décider quel type de motion et d'amendement ils pourraient présenter relativement au projet de loi C‑14.
Je veux aussi rappeler que la substance du projet de loi C‑14 provient, je crois, de la motion que le député de Mégantic—L'Érable a déposée à la Chambre au début du mois de mars en demandant le consentement unanime pour assurer qu'aucune province de ce pays ne perd un seul siège.
Je n'ai pas vraiment de question à poser au député de La Prairie. Je souhaitais surtout adresser ces commentaires à la Chambre et dire que cette motion me semble raisonnable.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-02 10:45 [p.5998]
Expand
Mr. Speaker, all that remains for me to do is to thank my colleague for his words of wisdom and, as always, commend him for the quality of his French. It is impressive. I would like to thank him.
Monsieur le Président, il me reste seulement à remercier mon collègue de ses propos judicieux et, comme toujours, de la qualité de son français. C'est vraiment impressionnant. Je le remercie.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 10:45 [p.5998]
Expand
Mr. Speaker, I am somewhat surprised at the question that has been implied by the Conservative Party. The Conservative Party seems to be taking the position that one of the ways in which we can expand the scope of legislation is to just bring forward a motion that enables any committee on any piece of legislation to say it would like to go in this direction or that direction. Then, by using a vote in the House, we give a different type of mandate to our standing committees.
I am wondering if this is the principle that the members of the Bloc would advocate for, whether here in the Parliament of Canada or in the parliament of Quebec. Would that very same principle apply so we should be encouraging these types of motions? I am not talking about the motion itself as much as the principle of having a motion that would enable legislation to be changed in committees on the issue of scope. That is one of the reasons why we have standing orders, which are technically what we were supposed to be debating today.
Monsieur le Président, je suis un peu surpris de ce que semble laisser entendre le Parti conservateur. En effet, il semble s’imaginer que, pour élargir la portée d’une loi, il suffit de présenter une motion permettant à un comité examinant n’importe quel projet de loi de dire qu’il serait souhaitable d’aller dans tel ou tel sens. Ensuite, par un vote à la Chambre, nous donnerions à nos comités permanents un mandat en conséquence.
Je me demande si c’est là le principe que les députés du Bloc préconisent, que ce soit pour le Parlement du Canada ou pour l’assemblée législative du Québec. Est-ce que nous devrions alors encourager ce genre de motions? Je ne parle pas de la motion en soi, mais plutôt du principe voulant qu'une motion permette à un comité de modifier la portée d’une loi. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons un Règlement, et c’est ce dont nous étions censés discuter aujourd’hui.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-02 10:47 [p.5998]
Expand
Mr. Speaker, when I got up this morning, I do not know why, but I had a feeling that it was going to be a big day. Now I know why. I just got a second question from my colleague from Winnipeg North. It is enough to wear a body out, but I thank him anyway.
The ability of parliamentary committees to amend bills is a basic rule of the parliamentary system. I did not make it up. We are all here to work on amendments and improve bills so they better reflect what the people of Canada and Quebec want.
In this particular case, it is all about Quebec. Everybody knows that the point of Bill C‑14 is to make sure Quebec does not lose any seats, so it makes sense to listen to what Quebec wants. Since the purpose of this bill is for Quebec to improve its political prospects within the House of Commons, for as long as we are here, we might as well go all in and get the job done properly.
I listened to my hon. colleague from Winnipeg North, which I always enjoy doing, but let me read part of the motion he voted for: “any scenario for redrawing the federal electoral map that would result in Quebec losing one or more electoral districts or that would reduce Quebec's political weight in the House of Commons must be rejected”.
He voted in favour of that.
He needs to explain why he does seem to comprehend that Bill C‑14 includes a section to satisfy Quebeckers.
Monsieur le Président, je me suis levé ce matin et, je ne sais pas pourquoi, j'ai eu l'intuition que j'allais avoir une grosse journée. Je viens d'en avoir la preuve: j'ai une deuxième question de mon collègue de Winnipeg‑Nord. Il y a de quoi être épuisé, mais je le salue quand même.
Le fait de modifier des projets de loi en comité parlementaire est une règle fondamentale du parlementarisme. Je ne l'ai pas inventée. Nous sommes tous là pour travailler à des amendements, pour faire en sorte que les projets de loi soient perfectibles et reflètent davantage la volonté des populations du Canada et du Québec.
Dans le cas qui nous concerne, cela implique le Québec. Tout le monde sait que le projet de loi C‑14 a été fait pour que le Québec ne perde pas de siège. Il est donc normal d'écouter ce que le Québec veut. Tant qu'à créer un projet de loi pour que les Québécois améliorent leur sort politique au sein de la Chambre des communes, pendant que nous y sommes encore, nous sommes aussi bien de tous nous y mettre et faire le travail au complet.
J'ai écouté mon collègue de Winnipeg‑Nord, et j'ai toujours beaucoup plaisir à le faire, mais voici un extrait de la motion pour laquelle il a voté: « tout scénario de redécoupage de la carte électorale fédérale qui aurait pour effet de faire perdre une ou des circonscriptions électorales au Québec ou de diminuer le poids politique du Québec à la Chambre des communes doit être rejeté; »
Il a voté pour cela.
Ce serait à lui de m'expliquer pourquoi il n'est pas d'accord que le projet de loi C‑14 comporte une partie visant à satisfaire la population québécoise.
Collapse
View Brad Vis Profile
CPC (BC)
View Brad Vis Profile
2022-06-02 10:48 [p.5998]
Expand
Mr. Speaker, I am beginning to understand the motion's significance.
First of all, I see that the Standing Committee on Procedure and House Affairs could be given the ability to make more significant amendments to Bill C‑14.
In that case, would the Bloc Québécois potentially accept a motion to guarantee sufficient powers for the province of British Columbia? As members know, British Columbia does not have enough seats in the House.
Will the Bloc Québécois support my province and its powers?
Monsieur le Président, je commence à comprendre la signification de la motion.
En premier lieu, je vois que le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre pourrait avoir la capacité de faire des amendements plus importants concernant le projet de loi C‑14.
Dans ce cas, le Bloc québécois va-t-il accepter potentiellement une motion pour garantir assez de pouvoirs pour la province de la Colombie‑Britannique? Comme les députés le savent, la Colombie‑Britannique n'a pas assez de sièges à la Chambre.
Le Bloc québécois va-t-il soutenir ma province et le pouvoir de la Colombie‑Britannique?
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-02 10:49 [p.5998]
Expand
Mr. Speaker, I thank my colleague for the question and commend the quality of his French. He told me once that he learned some of that French in Quebec, and that comes through in his strength and passion. We are very pleased to hear it.
If he thinks British Columbia should have more seats, then let him go through all the same steps we did. He needs to start by saying that British Columbia is a nation. Then we will discuss why it may or may not be a nation. That is what I am wondering. Is British Columbia a nation? We can discuss that at length, but I do know one thing: Quebec is a nation.
When Félix Leclerc died, the member did not know who he was, while Quebec was mourning his loss. I could come up with a whole list of reasons for why Quebec is a nation. I could talk about it all day.
If my colleague can do that with British Columbia, then let him put it to a vote in the House and we can talk about it again later.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question, et je dois aussi souligner la qualité de son français. Il m'a dit au cours d'une discussion qu'il a appris le français en partie au Québec, et cela se reflète dans sa vigueur et sa fougue. Nous sommes très contents de l'entendre.
S'il dit que la Colombie‑Britannique devrait avoir plus de sièges, qu'il fasse les étapes qu'on a faites. Il faut qu'il commence à dire que la Colombie‑Britannique est une nation. À ce moment-là, on discutera à savoir pourquoi c'est une nation et pourquoi ce n'en est pas une. C'est la question que je me pose. La Colombie‑Britannique est-elle une nation? On peut en discuter longuement, mais je peux dire une chose: le Québec est une nation.
Quand Félix Leclerc est décédé, il ne savait qui c'était, alors que le Québec pleurait sa mort. Je pourrais dresser une liste des raisons pour lesquelles le Québec est une nation; je pourrais en parler pendant 12 heures.
Si mon collègue est capable de faire cela avec la Colombie‑Britannique, qu'il soumette cela au vote de la Chambre et qu'on en reparle plus tard.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-06-02 10:50 [p.5999]
Expand
Mr. Speaker, I would like to talk a little bit about the Alberta nation.
Some hon. members: Oh, oh!
Mr. Garnett Genuis: This is not a joke, Mr. Speaker. We have a distinct culture, different festivals. We use the same language as some other parts of the country, just like Quebec uses the same language as some other parts of the world.
Does the member agree with me that Alberta is a nation and has the right to be recognized as such?
This is not a joke. It is very serious.
Monsieur le Président, je voudrais parler un peu de la nation de l'Alberta.
Des voix: Oh! Oh!
M. Garnett Genuis: Ce n'est pas une blague, monsieur le Président. Nous avons une culture distincte, des festivals différents. Notre langue est la même que celle de certaines autres parties du pays, tout comme la langue du Québec est la même que celle de certaines autres régions du monde.
Le député est-il d'accord avec moi pour dire que l'Alberta est une nation et qu'elle a droit à une reconnaissance?
Ce n'est pas une blague. C'est très sérieux.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-02 10:51 [p.5999]
Expand
Mr. Speaker, I commend my colleague for his excellent French. We have reached the point where Alberta is a nation.
British Columbia is a nation, Alberta is a nation. We can settle this right now. Why do we not all separate and form a confederation of sovereign states?
We could share an economic space, keep the same currency and each have our own country. Rather than arguing about what divides us, we could meet to talk about what unites us.
I say yes to the sovereignty of Alberta, British Columbia and Quebec with a shared economic space. Vive le Québec libre.
Monsieur le Président, je félicite mon collègue pour son bon français. C'est rendu que l'Alberta est une nation.
La Colombie‑Britannique est une nation, l'Alberta est une nation; on va régler cela tout de suite. Pourquoi ne nous séparons-nous pas tous pour faire une confédération d'États souverains?
Nous pourrions partager un espace économique, garder la même monnaie et avoir chacun notre pays. Au lieu de nous obstiner sur ce qui nous divise, nous pourrions nous rencontrer pour parler de ce qui nous rassemble.
Je dis oui à la souveraineté de l'Alberta, oui à celle de la Colombie‑Britannique et oui à celle du Québec, avec un espace économique commun. Vive le Québec libre.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 10:52 [p.5999]
Expand
Mr. Speaker, it has been an interesting exchange of ideas, particularly during the questions and answers, and in the way Bloc members have this dogged attitude of pursuing their ultimate objective, which is the breakup of Canada.
I see Canada as a great nation. In fact, around the world, we see a great demand from people wanting to come to Canada, and I believe it is because of our diversity. The diversity we have to offer the world is second to none.
In terms of observing what is taking place during the five or 10 minutes of questions and answers, it emboldens me to point out why it is so important that we have a government that governs all of Canada. It is working with the provinces, territories and indigenous leaders, and continues, as we saw during the pandemic, to work with many stakeholders. In the House of Commons, we have a government that is very sensitive to the needs of the different regions and provinces, and I saw that in terms of the Electoral Commission.
I made reference to this in my question to the member from the Bloc. When the Electoral Commission came out suggesting that the province of Quebec would lose a seat, the reaction was immediate for members of the Liberal caucus, and it was from all of us. We did not have to be from the province, even though I would argue that my colleagues from Quebec were quite boisterous about it, to realize how important it was that the province of Quebec did not lose a seat. This was quickly understood and shared with many in the public and within this chamber. The member referred to a vote I participated in, where I voted in the affirmative and showed my support for Quebec to not lose a seat.
I have spoken in the past about the province of Quebec, which is where my ancestral heritage comes from, both on my mother's and father's sides. For generations, my family grew up in and, I would suggest, helped pioneer Quebec. I have a great passion for the province. It also happens to have my second-favourite hockey team: the Montreal Canadiens.
That aside, I recognize the importance of representation, and the fine work that Elections Canada and the commission have done over the years. As we try to understand what is going to be taking place today in terms of the actual debate, it appears that we have the Bloc party working with the Conservative party, and no, I am not dreaming this. It seems as if the Conservative Party is going to be supporting the motion. It will be a blue and light-blue coalition on this particular issue to see it go to committee. I can tell members that this concerns me in a number of ways.
Are we now seeing the stage be set so that when the government is able to pass legislation, we will see future changes be proposed by the double-blue saying that those members want to widen the scope on this legislation that has now passed into second reading?
An hon. member: Oh, oh.
Mr. Kevin Lamoureux: Mr. Speaker, a member from the Bloc asks, “Why not?” I think that we need to be aware of that fact.
What is interesting is this. I suspect that the Conservatives, based on what I witnessed when I was here for second reading of the bill, do not support what the Bloc is proposing to do at committee. In principle, though, it would appear that they are going to support the initiative moving forward to committee. Maybe the coalition on that side has come to an agreement on it, but we will have to wait and see. If I were to wager a quarter, my quarter says it is the double-blue coalition that will attempt to get this to committee.
I have a problem with that. I have a problem because, at the end of the day, where is it going to stop? We have seen how difficult it is for the government to get legislation through the House of Commons, the chamber, because the Conservative opposition members have taken the approach that it does not matter what the legislation is, whether they support it or they do not support it. Unless the government is prepared to bring in time allocation, it is not going to pass going to committee.
I do not know. I did not do the research on this, but I suspect we might have even had to bring in time allocation on Bill C-14. I do not know that for sure. What I can say is that we now have debate on that bill resurfacing. We are now going to be debating Bill C-14 all over again today because the Bloc wants to have something instituted in it that the members kind of sense, perhaps with accuracy, goes beyond its scope during committee proceedings. At the commission, the commissioners have responsibilities. They have deadlines. They need to meet those deadlines. I think the Conservatives are enabling the Bloc to cause even more confusion within the province of Quebec in regard to meeting some of those deadlines.
The commission came down with numbers. We disagreed and we made an amendment, because we all recognized the value of Quebec not losing a seat. That was unanimous inside this chamber, or at least I believe it was. That sent a fairly significant message to Quebec. I believe it enabled the people of Quebec to better understand and appreciate that, as we go through this process, there are independent commissioners.
The province of Manitoba, for example, is already redrawing the boundaries. The boundaries will be coming out. I am not exactly sure on what day they will be coming out, but they have already looked for public consultation on the 14 ridings in the province of Manitoba and then there will be dialogue and public input. For the province of Quebec, if the commission listens to what has been taking place in the House, it could anticipate that there will be 78 seats to readjust the boundaries with, but there is no guarantee until the legislation passes. That is why we encouraged members, when we were debating Bill C-14, to pass the legislation. By passing the legislation and pushing it through, we are enabling the commission in Quebec to finalize the boundaries.
Now, with what appears to be the support of the Conservative Party, the Bloc at least has found a way to cause some potential mischief in committees. From our perspective, and I would like to think a majority perspective, we not only want the province of Quebec not to lose a seat, but we want to ensure that the commission is able to provide the report that is going to respond to what the people of Quebec want to see in terms of boundary alignments, which is absolutely critical. It is all part of the process. There are deadlines that have to be met that will ultimately see these new boundaries take effect in the next federal election.
I can say first-hand how important that process is in Winnipeg North. Ten years ago, when there were modifications to the boundaries in Winnipeg North, what was proposed was far different from what it is today. In fact, Amber Trails was not in Winnipeg North at all. A good portion of The Maples was excluded, and there we are talking about 10,000-plus people who were excluded from what today is in Winnipeg North. The expansion went north of McPhillips, all the way up to between Kingsbury and Inkster Boulevard. It was completely different from what it is today.
As part of the process, a presentation was provided that included the boundary maps. The public received it and responded, and because of the response provided by the public, the boundaries were dramatically changed, in Winnipeg North at the very least. It had an impact on the ridings of Kildonan—St. Paul and Winnipeg North, which today includes 85% of Amber Trails and all of The Maples. Those communities were clustered back into Winnipeg North.
I say that because I think we need to give more respect to the Province of Quebec and the commission and the fine work that, no doubt, they will be doing. With the riding changes in the city of Montreal, I suspect we will see a number of streets being changed, or in Quebec City or rural municipalities. We have to recognize that the reason this happens in the first place is because of shifting populations and increases in population. Manitoba, for example, is a whole lot more urban today than it was 30 years ago. At the provincial legislature at one time, there was a larger number of seats from rural Manitoba than from the city of Winnipeg. Today, there are more MLAs in Winnipeg than in rural Manitoba, but that is strictly urban-rural. That is not to mention that some rural communities grow more than other rural communities. The population decreases and increases.
The same principle applies to the province of Quebec. Manitoba's population has grown from 1.15 million to close to 1.3 million. The numbers remain relatively the same in terms of the number of seats because there is a guarantee, as has been referenced even by the Bloc. We have taken that into consideration. The best example is the province of Prince Edward Island. When Prince Edward Island came into Confederation, it had four seats. Part of the Constitution says that it retains those four seats.
It is actually the number of senators. Do not quote me on that, but I believe that is what it is. There is a constitutional agreement that enables—
Mr. Garnett Genuis: It is in Hansard.
Mr. Kevin Lamoureux: Yes, Mr. Speaker, if it is in Hansard it is true. There is a constitutional agreement that enables Prince Edward Island to retain that minimum number of seats. The same principle applies in other jurisdictions. We have three territories to the north, each one having a representative. Who in the chamber would deny that representation?
Clearly, we have seen the types of changes put into place that Bill C-14 is attempting to do, so why add confusion? That is why Elections Canada is charged with ensuring that we have a fair and equitable system. We have the commission, which in a very apolitical fashion comes up with the actual numbers.
When it came up with the number for Quebec, as I pointed out, it was for a wide variety of reasons, the French language being one of them. There is an island of French or francophone uniqueness in North America in the province of Quebec. I am very proud of that fact. I might not have the ability to speak French, but I can still care for the language. It is a part of my personal heritage. I am very proud of the French language. I encourage it in Winnipeg North. I am always amazed when I see immigrants, especially first-generation immigrants, whether of Filipino, Punjabi or Indo-Canadian heritage, who can speak Punjabi, English and French or Tagalog, English and French. I am very proud of the fact that we are a bilingual country.
In the province of Quebec, French is the spoken language, and we have seen how the Minister of Canadian Heritage, many of my Quebec colleagues, and those far beyond appreciate just how important the French language is, not only to the province of Quebec but to all of Canada. It speaks to our diversity. That is why, when the announcement was made that there would be a reduction in the number of seats in Quebec, the reaction within the Liberal caucus, from the Prime Minister to the ministers to the caucus as a whole, was quite swift. In a relatively short period of time, we saw legislation brought forward and introduced and brought to second reading. Then, I suspect through time allocation, it will go to committee stage. We want to see the legislation pass. The need for 78 seats as the bare minimum is something all members appreciate, from what I understand. If it were up to me, I would like to see not only the French language increase, but also the French population.
At the end of the day, I would hope that members will value the independence and fine work that Elections Canada and our commissions have done and allow the people of Quebec to have that full public discussion with the commission with respect to the communities that will make up the federal ridings that are going to represent the people of Quebec here in Ottawa.
Monsieur le Président, nous venons d’assister à un échange d’idées tout à fait intéressant, surtout avec les députés du Bloc qui ne perdent jamais une occasion de défendre leur objectif ultime, à savoir la fragmentation du Canada.
J’estime que le Canada est un grand pays. En fait, beaucoup d’étrangers aimeraient venir s’installer au Canada, et je crois que c’est à cause de notre diversité, qui est absolument unique au monde.
Après avoir écouté attentivement les questions et réponses des 10 dernières minutes, je me dois de saisir l’occasion pour rappeler pourquoi il est important que nous ayons un gouvernement central qui gouverne l’ensemble du Canada. C’est un système qui fonctionne avec les provinces, avec les territoires et avec les dirigeants autochtones, ainsi qu’avec beaucoup d’autres parties prenantes, comme nous l’avons vu pendant la pandémie. À la Chambre des communes, nous avons un gouvernement qui est très sensible aux besoins des différentes régions et provinces, et je le dis à propos de la commission électorale.
J’ai dit tout à l’heure, en posant une question au député du Bloc, que lorsque la commission électorale a proposé de diminuer d’un siège la représentation du Québec, la réaction des députés du caucus libéral ne s’est pas fait attendre. Elle a été unanime, même de la part des députés non issus du Québec, même si je dois reconnaître que mes collègues du Québec se sont montrés particulièrement véhéments sur la nécessité de préserver le nombre de sièges attribués à la province. Tout le monde s’est rapidement entendu là-dessus, aussi bien dans la population qu’au sein de la Chambre. Le député a rappelé que, lors d’un vote, je m’étais prononcé en faveur du maintien du nombre de sièges attribué au Québec.
J’ai déjà eu l’occasion de parler au sujet du Québec, d'où sont originaires mes ancêtres, aussi bien de mon côté maternel que de mon côté paternel. Pendant des générations, ma famille a vécu au Québec et je dirai même qu’elle a participé au développement du Québec. J’ai beaucoup d’affection pour cette province, sans compter que les Canadiens de Montréal est la deuxième équipe de hockey que je préfère.
Cela dit, je reconnais que la représentation est une question importante, et qu’Élections Canada fait un excellent travail depuis des années. Mais j’aimerais bien comprendre ce qui se passe ici aujourd’hui, car il semblerait que le Bloc québécois fasse cause commune avec le Parti conservateur. Non, je ne rêve pas. On dirait que le Parti conservateur va appuyer la motion. Nous allons donc avoir une coalition bleu foncé et bleu clair pour que la question soit renvoyée au comité. Je dois dire aux députés que cela m’inquiète pour plusieurs raisons.
Sommes-nous en train de préparer le terrain pour que, chaque fois que le gouvernement sera sur le point de faire adopter un projet de loi, les membres de la coalition des deux bleus proposent des amendements pour élargir la portée du projet de loi qui viendra d’être adopté en deuxième lecture?
Une voix: Oh, oh.
M. Kevin Lamoureux: Monsieur le Président, un député du Bloc vient de dire « pourquoi pas? ». Je pense qu’il faut être bien conscient de ce que cela implique.
Voici ce que je pense. D’après ce que j’ai observé à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi, je soupçonne les conservateurs de ne pas appuyer ce que le Bloc propose de faire au comité. Certes, ils semblent appuyer en principe le renvoi du texte au comité, et peut-être que la coalition s’est entendue là-dessus, mais il va falloir attendre de voir comment cela va se passer. Si j’étais prêt à parier, je dirais que c’est la coalition des deux bleus qui va essayer de renvoyer cela au comité.
Cela me pose un problème, car jusqu’où cela va-t-il aller? Il est déjà assez difficile pour le gouvernement de faire adopter des projets de loi à la Chambre des communes, étant donné l’opposition systématique des députés conservateurs, quel que soit le contenu du projet de loi, qu'il y soient favorables ou non. À moins que le gouvernement ne soit prêt à imposer l’attribution de temps, les projets de loi ne seront pas renvoyés à un comité.
Je n’ai pas fait de recherche là-dessus, mais je crois que nous aurions même été obligés d’imposer l’attribution de temps pour le projet de loi C-14. Je n’en suis pas absolument sûr, mais c’est ce que je pense. Tout ce que je sais, c’est que nous allons maintenant avoir un autre débat sur le projet de loi C-14, parce que le Bloc veut inclure quelque chose dans le texte qui dépasse probablement la portée du projet de loi à l'étape de l'étude en comité. La commission électorale a des responsabilités, et elle a aussi un échéancier qu’elle doit respecter. Les conservateurs sont en train de permettre au Bloc d’aggraver la confusion au Québec au sujet de l’échéancier à respecter.
La commission a proposé un certain nombre de sièges. Nous avons exprimé notre désaccord et nous avons proposé un amendement, parce que nous étions tous conscients de la nécessité de préserver le nombre de sièges attribué au Québec. C’est une décision qui faisait l’unanimité à la Chambre, du moins c’est ce que je croyais. Je pense que nous avons envoyé un message clair au Québec, et que la population de cette province est mieux en mesure de comprendre que les commissaires sont indépendants.
La province du Manitoba, par exemple, est déjà en train de procéder au redécoupage électoral. Les nouvelles délimitations seront annoncées un de ces jours, je ne sais pas quand exactement, mais la province a déjà prévu des consultations publiques pour les 14 circonscriptions du Manitoba, ce qui permettra à la population de s’exprimer. Pour la province du Québec, si la commission respecte la volonté de la Chambre, il y aura 78 circonscriptions dont il faudra modifier les délimitations, mais rien n’est certain tant que le projet de loi n’est pas adopté. C’est la raison pour laquelle nous avons encouragé les députés, pendant tout ce débat, à adopter le projet de loi C-14. Autrement dit, en adoptant sans tarder ce projet de loi, nous permettons à la commission de finaliser le redécoupage des circonscriptions du Québec.
Maintenant, avec ce qui semble être l’appui du Parti conservateur, le Bloc a trouvé le moyen de potentiellement semer la zizanie dans les comités. De notre point de vue, et j'espère que c'est aussi celui de la majorité des députés, l’important est que non seulement la province du Québec ne perde pas de siège, mais aussi que la commission puisse produire un rapport qui réponde aux aspirations des Québécois pour ce qui est du redécoupage électoral, car c’est absolument essentiel. Tout cela se tient. Il y a un échéancier qui doit être respecté pour que les nouvelles délimitations soient en vigueur pour les prochaines élections fédérales.
Je suis bien placé pour savoir que c’est quelque chose d’important pour la circonscription de Winnipeg‑Nord. Il y a 10 ans, les délimitations qui avaient été proposées étaient bien différentes de ce qu’elles sont aujourd’hui. En fait, Amber Trails n’était même pas dans la circonscription, une bonne partie du quartier The Maples non plus, ce qui signifie que plus de 10 000 personnes étaient exclues de ce qui est aujourd’hui la circonscription de Winnipeg‑Nord. L’extension s'étendait au nord de McPhillips, jusqu’à Kingsbury et au boulevard Inkster. C’était complètement différent de ce qui existe aujourd’hui.
Dans le cadre du processus, une présentation a été organisée où l'on montrait les cartes des limites des circonscriptions. Les gens ont fait connaître leur point de vue, et les délimitations ont été considérablement modifiées en conséquence, du moins dans Winnipeg‑Nord. Cela a eu un impact sur les circonscriptions de Kildonan—St. Paul et de Winnipeg‑Nord, qui comprend aujourd’hui 85 % d’Amber Trails et la totalité du quartier The Maples. Ces quartiers ont été réintégrés dans Winnipeg‑Nord.
Je dis cela parce qu’il faut tenir compte du travail qui incombera au Québec et à la commission. Avec les modifications prévues pour la ville de Montréal, je suppose qu’il y aura des changements pour un certain nombre de rues, tout comme à Québec et dans des municipalités rurales. Il faut bien comprendre que ce redécoupage électoral est rendu nécessaire par les déplacements de population et les augmentations démographiques dans certaines régions. Le Manitoba, par exemple, est beaucoup plus urbain aujourd’hui qu’il ne l’était il y a 30 ans. À l’assemblée législative provinciale, il y avait jadis plus de députés de régions rurales que de députés de Winnipeg. Aujourd’hui, il y a plus de députés provinciaux de Winnipeg que de députés de régions rurales, mais c'est strictement sur le plan urbain-rural. C'est sans compter que la population de certaines collectivités rurales augmente davantage que d’autres. Il y a des variations dans la population.
Le même principe s'applique à la province du Québec. La population du Manitoba est passée de 1,15 million à près de 1,3 million d'habitants. Le nombre de sièges est demeuré à peu près le même parce que, comme même le Bloc l'a mentionné, il y a une garantie à cet égard. C'est quelque chose que nous avons pris en considération. L'Île‑du‑Prince‑Édouard est le meilleur exemple de cette garantie. En effet, à son entrée dans la Confédération, l'Île‑du‑Prince‑Édouard avait quatre sièges, et la Constitution précise qu'elle doit conserver ces sièges.
Il s’agit en fait du nombre de sénateurs. Qu'on ne me cite pas sur ce point, mais je crois que c’est ce qu’il en est. Il y a un accord constitutionnel qui permet...
M. Garnett Genuis: C’est dans le hansard.
M. Kevin Lamoureux: Oui, monsieur le Président, si c’est dans le hansard, c’est vrai. Il y a un accord constitutionnel qui permet à l’Îl‑du‑Prince‑Édouard de conserver ce nombre minimum de sièges. Le même principe s’applique à d’autres endroits. Nous avons trois territoires dans le Nord, chacun ayant un représentant. Qui, à la Chambre, refuserait cette représentation?
De toute évidence, nous avons vu le type de changements qui ont été faits et que le projet de loi C‑14 tente d'apporter, alors pourquoi ajouter de la confusion? Voilà pourquoi Élections Canada est chargé de veiller à ce que nous ayons un système juste et équitable. Nous avons la commission qui, de manière très apolitique, établit les chiffres réels.
Comme je l’ai souligné, lorsqu’elle a établi le nombre pour le Québec, c’était pour une grande variété de raisons, la langue française étant l’une d’entre elles. Le Québec est un îlot d’unicité française ou francophone en Amérique du Nord. Je suis très fier de ce fait. Je ne sais peut-être pas parler français, mais je peux quand même me soucier de cette langue. Elle fait partie de mon patrimoine personnel. Je suis très fier de la langue française. Je l’encourage dans Winnipeg‑Nord. Je suis toujours étonné de voir des immigrants, surtout des immigrants de première génération, qu’ils soient d’origine philippine, pendjabie ou indo-canadienne, qui peuvent parler le pendjabi, l’anglais et le français, ou bien le tagalog, l’anglais et le français. Je suis très fier du fait que nous sommes un pays bilingue.
Au Québec, le français est la langue parlée, et nous avons pu constater à quel point le ministre du Patrimoine canadien, bon nombre de mes collègues québécois et ceux d’ailleurs apprécient l’importance de la langue française, non seulement pour la province de Québec, mais pour tout le Canada. Elle témoigne de notre diversité. C’est pourquoi, lorsque l’annonce a été faite qu’il y aurait une réduction du nombre de sièges au Québec, la réaction au sein du caucus libéral, du premier ministre aux ministres et à l’ensemble du caucus, a été très rapide. Dans un laps de temps relativement court, un projet de loi a été présenté et étudié à l'étape de la deuxième lecture. Ensuite, je soupçonne qu’avec l’attribution de temps, il passera à l’étape de l'étude en comité. Nous voulons que la mesure législative soit adoptée. Je crois que tous les députés reconnaissent la nécessité de maintenir 78 sièges comme strict minimum. Personnellement, j’aimerais voir non seulement une augmentation du français, mais aussi de la population francophone.
En fin de compte, j’espère que les députés reconnaîtront l’indépendance et l’excellent travail d’Élections Canada et de nos commissions et qu’ils permettront aux Québécois d’avoir une discussion publique avec la commission en ce qui concerne les collectivités qui composeront les circonscriptions fédérales représentant les Québécois ici, à Ottawa.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2022-06-02 11:12 [p.6001]
Expand
Mr. Speaker, I am troubled in this debate, although there has been unanimous support for Bill C-14. I think we have responded positively right across all party lines to the concerns of our Quebec colleagues that the voice of Quebec would be reduced within this place.
Obviously, we support the idea of measures to protect Quebec's number of seats in the House.
At the same time, as someone who was elected in 2011 when we had 308 MPs here, I have a larger concern. We are now at 338. Do we constantly expand the number of members of Parliament we have? In the U.K., they have 650-some MPs. Is it really better representation for our constituents that as the population expands, there are more voices? Does that not dilute the voice of each riding if we have more MPs? In a chamber of 650, very few people out of the whole number get to contribute to the debate.
I would rather see, and I put this to the hon. member, fair voting in this country through proportional representation and through limiting the constant growth in the number of MPs. In other words, in the concept of representation by population, we actually may not have better democracy, compared to actually fixing our voting system to have real democracy.
Monsieur le Président, je suis troublée par ce débat, même si le projet de loi C‑14 a reçu un appui unanime. Je pense que les députés de tous les partis ont répondu de façon constructive aux craintes de nos collègues québécois que la voix du Québec soit réduite dans cette Chambre.
Nous avons manifestement appuyé l'idée d'avoir des mesures pour protéger à la Chambre le nombe de sièges des Québécois et des Québécoises.
Par ailleurs, en tant que députée qui a été élue en 2011, alors que nous étions 308 députés à la Chambre, quelque chose me préoccupe davantage. Nous sommes maintenant 338 députés. Allons-nous constamment augmenter le nombre de députés? Au Royaume‑Uni, il y a quelque 650 députés. Assurons-nous une meilleure représentation de nos électeurs en augmentant le nombre de députés au fur et à mesure que la population augmente? Le fait d'avoir davantage de députés ne dilue-t-il pas la représentation de chaque circonscription? Dans une chambre qui compte 650 députés, une très faible proportion ont la possibilité de participer au débat.
Je préférerais voir, et je pose la question au député, une représentation équitable en instaurant la représentation proportionnelle et en limitant l'augmentation constante du nombre de députés. En d’autres termes, du point de vue de la représentation par la population, il se peut que cela ne rende pas notre démocracie plus représentative, comparativement au fait de corriger notre système pour qu'il soit véritablement démocratique.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 11:14 [p.6001]
Expand
Mr. Speaker, I appreciate the comments from the member. When I reflect on it, the number of members of Parliament does weighs heavily on my mind personally. What we ultimately want to see is all members of Parliament having a very important role in the chamber. I suspect that if we started to have numbers like 400 or 500, it could diminish.
The way in which we increase or provide services as the population continues to grow is by enhancing the resources that members of Parliament have. For example, members' allowances or their access to finances could be enhanced so that members of Parliament could better serve their constituents. We have seen that if MPs have more resources to serve their constituents, they are able to serve a larger number of people.
What I am glad and grateful for hearing in the member's comments is that the member supports retaining the 78 seats for Quebec. I do appreciate that, because I was not 100% sure, and that is why I could not say that it was unanimous in the House of Commons.
Based on what the member has just said, I am more confident that it is unanimously felt inside the House of Commons today that the Province of Quebec will retain 78 seats at the very least as a base mark here in the House of Commons. I see that as a positive thing, as a commitment to la belle province, a province that all of us no doubt care deeply about and that plays such an important role within our federation.
Monsieur le Président, j’apprécie les observations de la députée. À bien y penser, le nombre de députés est quelque chose qui me préoccupe fortement. Ce que nous voulons en fin de compte, c’est que chaque député puisse jouer un rôle capital à la Chambre. Je soupçonne que si nous commencions à avoir 400 ou 500 députés à la Chambre, le rôle de chaque député s'en trouverait diminué.
Une façon de renforcer nos services pour suivre l'augmentation de la population consiste à accroître les ressources accordées aux députés. Par exemple, on pourrait accroître les ressources financières allouées aux députés pour leur permettre de mieux servir leurs électeurs. Nous avons constaté qu'avec des ressources accrues, les députés sont en mesure de servir un plus grand nombre de citoyens.
Je suis ravi d’entendre que la députée est en faveur du maintien de 78 sièges pour le Québec. Je lui en suis reconnaissant, car je n’en étais pas tout à fait sûr, et c’est pourquoi je ne pouvais pas dire que cela faisait l'unanimité à la Chambre des communes.
Compte tenu des propos de la députée, je suis davantage convaincu que le fait de permettre au Québec de conserver un minimums 78 sièges fait l'unanimité à la Chambre des communes aujourd'hui. Je vois cela comme quelque chose de positif, comme un engagement envers la belle province, une province que nous aimons tous profondément et qui joue un rôle crucial au sein de notre fédération.
Collapse
View Terry Sheehan Profile
Lib. (ON)
View Terry Sheehan Profile
2022-06-02 11:16 [p.6001]
Expand
Mr. Speaker, during your time speaking, you mentioned the importance of Quebec and the French language to Winnipeg. Perhaps you could expand on that and talk about how important the feeling is that various communities in Manitoba have toward Quebec.
I know that in northern Ontario, places like Dubreuilville or Sturgeon Falls, which are predominantly French, support a lot of what is happening in Quebec. They basically see it as the motherland that they emigrated from, and they see a very strong, united Canada with Quebec in it.
Could you please expand on the feelings of Winnipeg towards maintaining or grandfathering these 78 seats for Quebec?
Monsieur le Président, au cours de votre intervention, vous avez mentionné l’importance du Québec et de la langue française pour Winnipeg. Peut-être que vous pourriez en dire davantage à ce sujet et parler de l’importance du sentiment qu’éprouvent les diverses collectivités du Manitoba à l’égard du Québec.
Je sais qu'il y a dans le Nord de l’Ontario des localités comme Dubreuilville ou Sturgeon Falls qui sont majoritairement francophones et qui appuient bien des choses qui se passent dans la province de Québec. Les gens la considèrent essentiellement comme la mère patrie d’où ils ont émigré, et, pour eux, un Canada très fort et uni comprend le Québec.
Pourriez-vous nous en dire plus sur ce que pensent les gens de Winnipeg du maintien ou de la protection des 78 sièges du Québec?
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 11:17 [p.6001]
Expand
Mr. Speaker, the connections that take place interprovincially are truly amazing.
I reference my own heritage from the province, along the St. Lawrence. My great-great-great-grandparents came from that region and moved out to St-Pierre-Jolys, Manitoba. From there, they went to St. Boniface, which became a part of the city of Winnipeg.
The St. Boniface community and many rural communities in Manitoba have very strong ties to the province of Quebec. One thing that holds that tie so closely is the French language. When things take place in the province of Quebec, whether it is an ice storm or the Olympics of many years ago, there is always interest from my home province of Manitoba. There are strong ties between people, and that is one of the nice things about the federation. I believe no matter where we go, we will always find those types of connections.
The general feeling I get is that people are very proud of other aspects of Canada, and I do not think anyone who has that passion for Quebec would want to see Quebec lose a House of Commons seat. Equally, I do not think the Province of Quebec or the people of Quebec would want to see Manitoba lose a seat when we look at electoral boundary changes.
Monsieur le Président, les liens qui existent entre les provinces sont vraiment étonnants.
Je pense à mes propres racines dans cette province, sur les rives du fleuve Saint-Laurent. Mes arrière-arrière-arrière-grands-parents sont venus de cette région et ont déménagé à St Pierre-Jolys, au Manitoba. De là, ils se sont rendus à Saint-Boniface, qui est devenue une partie de la ville de Winnipeg.
La collectivité de Saint-Boniface et de nombreuses localités rurales du Manitoba ont des liens très forts avec le Québec. Une chose qui maintient ce lien si étroit est le français. Lorsque des événements se produisent au Québec, qu’il s’agisse d’une tempête de verglas ou des Jeux olympiques il y a plusieurs années, ma province, le Manitoba, s’y intéresse toujours. Il existe des liens solides entre les gens, et c’est l’un des aspects positifs de la fédération. Je crois que peu importe où nous allons, nous trouverons toujours ce genre de liens.
Mon impression générale, c’est que les gens sont très fiers des autres aspects du Canada, et je ne pense pas qu’une personne qui a cette passion pour le Québec voudrait que le Québec perde un siège à la Chambre des communes. De même, je ne pense pas que le Québec ou les Québécois voudraient que le Manitoba perde un siège lorsqu'on envisage de modifier les limites des circonscriptions électorales.
Collapse
View Churence Rogers Profile
Lib. (NL)
View Churence Rogers Profile
2022-06-02 11:19 [p.6002]
Expand
Mr. Speaker, I too share some of the views of my colleague here in the House. I know the French language is extremely important across the entire country. I have four grandchildren who are enrolled in French immersion programs, and they are there because their parents and I as a grandparent encouraged them to do so. One of the things I regret is I did not have the opportunity to study French when I was in school, or at university, for that matter.
In my view as an MP in Ottawa, the French language today is extremely important. For example, the mayor of Blanc Sablon in Labrador was at a transport committee meeting talking about the fixed link from Newfoundland to Labrador, which is a tunnel that would be a great project to connect Labrador and the island portion of Newfoundland. The important part of that is that the mayor is French, and of course the north shore is very much French, and the people feel like they are losing their identity to a certain extent. They were there in support of that kind of project, because they want to see the highway to Quebec finished and they want to keep that connection. In fact, they want to grow that connection.
I strongly supported them, and I still do, in chasing that kind of project. It is important to them and to the province of Newfoundland and Labrador.
We talk about the balance we need when we talk about the numbers of seats in the House. I ask the member if indeed what we see is a fair balance.
Monsieur le Président, je partage moi aussi certaines des opinions de mon collègue ici à la Chambre. Je sais que la langue française est extrêmement importante dans tout le pays. J’ai quatre petits-enfants qui sont inscrits à des programmes d’immersion en français, et ils y sont parce que leurs parents et moi, leur grand-père, les avons encouragés à le faire. L’une des choses que je regrette, c’est de ne pas avoir eu l’occasion d’étudier le français lorsque j’étais à l’école, ou même à l’université, d’ailleurs.
En ma qualité de député à Ottawa, j'estime que la langue française est extrêmement importante aujourd’hui. Par exemple, lors d’une réunion du comité des transports, le maire de Blanc‑Sablon, au Labrador, a parlé du lien fixe entre Terre‑Neuve et le Labrador, c’est-à-dire un tunnel qui serait un excellent projet pour relier le Labrador et la partie insulaire de Terre‑Neuve. L’aspect important dans ce dossier, c'est que le maire est francophone, et comme la côte nord est en grande partie francophone, les gens ont l’impression de perdre leur identité dans une certaine mesure. Ils étaient là pour soutenir ce genre de projet, parce qu’ils veulent que l’autoroute vers le Québec soit terminée afin de conserver ce lien. En fait, ils veulent le renforcer.
Je les ai fortement soutenus, et je les soutiens toujours, dans la poursuite de ce genre de projet. C’est important pour eux et pour la province de Terre‑Neuve‑et‑Labrador.
Nous parlons de l’équilibre nécessaire quant au nombre de sièges à la Chambre. Je demande au député si ce que nous voyons est effectivement un juste équilibre.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 11:21 [p.6002]
Expand
Mr. Speaker, the member amplifies the issue of what I think would be a wonderful debate, which is the French language, where it is at and how that language builds our nation in a very positive way. Many different communities from coast to coast to coast are brought together by the French language.
In terms of Election Canada and Bill C-14, it is one of the reasons we had the reaction we did in the Liberal caucus. We want to ensure Quebec has that 78-floor base so that it can never go below that, and I see that as a positive.
Monsieur le Président, le député élargit la question de ce qui pourrait être, à mon avis, un merveilleux débat, à savoir l'état la langue française et la contribution très positive de celle-ci à l'édification de notre pays. De nombreuses collectivités, d’un bout à l’autre du pays, sont unies par la langue française.
En ce qui concerne Élections Canada et le projet de loi C‑14, c’est l’une des raisons pour lesquelles le caucus libéral a réagi comme il l'a fait. Nous voulons garantir au Québec un minimum de 78 sièges afin qu’il ne puisse jamais en avoir moins, et je vois cela comme un élément positif.
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2022-06-02 11:22 [p.6002]
Expand
Mr. Speaker, I listened carefully to the member for Winnipeg North, who I find very interesting and enjoy hearing from.
I do not mean to insult him, but I noticed something in his presentation that I see frequently and that I would describe as “predatory federalism”. I apologize for using that phrase, but it means that the Quebec nation and the French language are great as long as they remain a quaint curiosity.
If we look back in history, we have seen this predatory federalism on several occasions. I could even go back to the Laurendeau-Dunton commission, which could have led to Quebec being recognized, since Canada was supposed to be a bilingual and bicultural country. However, the federalists got scared and resorted to predatory federalism. They thought that if they granted recognition to Quebec, they would have a problem later on because that recognition could be leveraged for political power. That is why they went with multiculturalism instead.
That was the first time Quebec was rejected, but it was far from the last. Just think of Meech Lake or Charlottetown. Every time Quebec has asked for the political power to which it is entitled as a nation, the federalists have said no and invoked what I call “predatory federalism”. It goes without saying that Quebec is trying to protect itself in response to that.
If they recognize us as a nation, why not give us the power and the potential that belong to a nation? I would remind my colleague from Winnipeg North that this assembly was once prepared to recognize Quebec's political power by giving it 25% of the seats in the Charlottetown accord. Unfortunately, that accord was never adopted because people got scared, as my colleague explained earlier.
I do not see why he is afraid to add a Quebec clause to Bill C‑14. I do not know what scares him about that prospect, other than the fact that it would give Quebec a certain recognition. I believe that is clear enough. That is why, Mr. Speaker, I move:That this question be now put.
Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement le député de Winnipeg-Nord, que je trouve fort intéressant et que j'aime entendre.
Sans vouloir l'insulter, cependant, j'ai vu dans sa présentation quelque chose que je vois fréquemment et que je qualifie de « fédéralisme prédateur ». Je demande pardon du mot, mais cela signifie que la nation québécoise et la langue française sont intéressantes pour autant qu'elles restent folkloriques.
Si on regarde dans l'histoire, on constate ce fédéralisme prédateur à plusieurs reprises. Je pourrais même remonter à la commission Laurendeau-Dunton, dont les travaux auraient pu déboucher sur une reconnaissance du Québec, puisque le Canada devait être un pays bilingue et biculturel. Cependant, les fédéralistes ont eu peur à ce moment-là et ont exprimé leur fédéralisme prédateur. Ils se sont dit que, s'ils accordaient une reconnaissance au Québec, ils allaient avoir un problème par la suite, parce qu'elle pourrait être utilisée comme pouvoir politique. Ils ont donc préféré le multiculturalisme.
Cela a été le premier rejet du Québec et l'histoire en a vu d'autres en abondance. Il suffit de penser à Meech ou à Charlottetown. Chaque fois que la nation québécoise a demandé ce qui est légitime pour une nation, c'est‑à‑dire du pouvoir politique, elle s'est fait dire non par les fédéralistes, qui ont utilisé ce que j'appelle personnellement « le fédéralisme prédateur ». Il va de soi que le Québec essaie de se protéger en réaction à cela.
S'ils nous reconnaissent comme nation, pourquoi ne nous donnent-ils pas le pouvoir, le potentiel qui est celui qui sied à une nation? Je rappelle à mon collègue de Winnipeg-Nord que cette assemblée a déjà voulu reconnaître le pouvoir politique du Québec en lui accordant 25 % des sièges dans l'accord de Charlottetown, lequel n'a malheureusement jamais été adopté puisque les gens ont pris peur, ce qu'a expliqué mon collègue tout à l'heure.
Je ne vois donc pas pourquoi cela lui fait peur d'ajouter une clause Québec dans le projet de loi C‑14. Je ne comprends pas ce qui lui fait peur là-dedans, outre le fait que cela offrirait une certaine reconnaissance au Québec. Je pense que c'est assez clair. C'est pourquoi, monsieur le Président, je propose: Que cette motion soit maintenant mise aux voix.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 11:28 [p.6002]
Expand
Mr. Speaker, the first thing that comes to my mind is, why the hurry? The Bloc has brought forward a motion, and what they are suggesting is that we stop the debate on it when there is so much more we can talk about with regard to Elections Canada, the role it plays and the possible options. There are other things that can be addressed.
In my opening comments, I was dealing more with specifics. There are other aspects to Elections Canada. On the one hand, the Bloc is bringing forward this motion asking for us to have a debate on it so it can go to committee, and then right away they want to have a vote on it.
Does the member not want to hear what other members have to say about what the Bloc is proposing to do today?
Monsieur le Président, la première réflexion qui me vient à l'esprit, c'est pourquoi tant de précipitation? Le Bloc a présenté une motion et il suggère que nous cessions de débattre à ce sujet alors qu'il y a tant d'autres aspects à aborder concernant Élections Canada, notamment son rôle et les solutions possibles. Il y a d'autres aspects dont nous pouvons discuter.
Au début de mon intervention, je me suis penché sur les détails, mais la question d'Élections Canada est bien plus vaste. D'un côté, le Bloc présente une motion pour débattre de ce sujet avant qu'il soit renvoyé au comité et, de l'autre, il voudrait que nous nous prononcions immédiatement sur cette motion.
Le député ne souhaite-t-il pas entendre ce que les autres députés ont à dire à propos de la motion proposée par le Bloc aujourd'hui?
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2022-06-02 11:29 [p.6002]
Expand
Mr. Speaker, my colleague is asking why we are in such a hurry. Simply put, we have been waiting a long time for the Quebec nation to be recognized.
Earlier, I was talking about the Laurendeau-Dunton commission, which was in 1963, if I am not mistaken. It proved to be a failure for us. Then, in 1982, the Quebec nation suffered another setback with the patriation of the Constitution. Then there was Meech Lake and Charlottetown, two more disappointments for the Quebec nation. Then came a referendum, and we were so close to achieving our destiny. In the end, our victory was stolen, perhaps by the sponsorship program, which my colleague may have heard about.
I do not know about him, but we are losing patience, which is perhaps why we are acting quickly.
Monsieur le Président, mon collègue demande pourquoi nous sommes si pressés. Je lui réponds simplement que cela fait longtemps que nous attendons la reconnaissance de la nation québécoise.
Je parlais tout à l'heure de la commission Laurendeau-Dunton, en 1963 si je ne me trompe pas, qui s'est avérée un échec pour nous. Puis, en 1982, la nation québécoise a essuyé un autre échec avec le rapatriement de la Constitution. Ensuite, il y a eu Meech et Charlottetown, deux autres échecs pour la nation québécoise. Est venu ensuite un référendum qui est passé très près de nous mener vers notre destinée, mais qui a peut-être été volé par le programme des commandites, dont mon collègue a peut-être entendu parler.
Je ne sais pas en ce qui le concerne, mais, pour notre part, nous perdons patience, ce qui explique peut-être que nous agissions promptement.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2022-06-02 11:30 [p.6003]
Expand
Mr. Speaker, I would like to ask for clarification. Today's procedures are little different.
Is the Bloc Québécois MPs' goal to have a vote right away or another day, with or without debate?
I just want clarification as to the procedure for what the Bloc Québécois is asking for at this point.
Monsieur le Président, j'aimerais poser une question de clarification. Nous avons aujourd'hui des procédures un peu différentes.
L'intention des députés du Bloc québécois est-elle d'avoir un vote immédiatement ou un autre jour, avec débat ou sans débat?
Je demande seulement qu'on clarifie la procédure concernant ce que demande le Bloc québécois en ce moment.
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2022-06-02 11:30 [p.6003]
Expand
Mr. Speaker, the procedure is very straightforward. We want this assembly to vote on the motion moved by my colleague. It is as simple as that.
We can talk about it now. We spent an entire day doing so. As members know, there was an opposition day about Quebec's political weight during which we discussed an issue similar to this morning's issue. The House had a chance to vote then.
This is very simple. We want this assembly to vote. It is as simple as that. We do this all day long.
Monsieur le Président, la procédure est fort simple. Nous demandons à cette assemblée de se prononcer sur la motion qui a été déposée par mon collègue. C'est aussi simple que cela.
Nous pouvons en parler maintenant. Nous l'avons fait pendant une journée entière. On se le rappelle, il y a eu une journée de l'opposition portant sur le poids politique du Québec, au cours de laquelle nous avons discuté d'un sujet semblable à celui de ce matin. La Chambre a eu l'occasion de se prononcer, à ce moment.
C'est fort simple: nous demandons à cette assemblée de se prononcer. Ce n'est pas plus complexe que cela. On le fait à longueur de journée.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 11:31 [p.6003]
Expand
Mr. Speaker, it is interesting that when I posed the question to the member, right away he made reference to the Constitution. What he is talking about, from his perspective, is that the Bloc would like to have a discussion about the Constitution. I am wondering why that is. I did not even talk at length at all about the Constitution. Whether it was the constitutional agreements that were achieved in the 1970s, the Charlottetown accord or the Meech Lake accord, these are all no doubt important debates, but is it the position of the Bloc today that we should have a constitutional debate?
To the best I can tell, even people in the province of Quebec, like the residents of Winnipeg North, do not want to be talking about the Constitution. What they want to be talking about is Canada's economy. They want to be talking about the pandemic.
I am wondering if my friend could share with the House whether he agrees with me and the government that the priority today is not constitutional change. The priority today is how we can deliver better quality long-term health care and how we can ensure we are creating and supporting the many different industries, such as the aerospace industry, which is so important to the province of Quebec and the province of Manitoba. To me, that is what the legislature should be talking about. That is where the focus of the Bloc party should be, if it wants to be constructive in what it is doing inside the House of Commons. If Bloc members do not want to be constructive and want to be destructive, I suggest maybe they should continue along the line of constitutional debate.
Monsieur le Président, il est intéressant de noter que lorsque j’ai posé la question au député, il a tout de suite fait référence à la Constitution. Ce qu’il dit, de son point de vue, c’est que le Bloc aimerait avoir un débat sur la Constitution. Je me demande pourquoi. Je n’ai pas vraiment parlé de la Constitution. Qu’il s’agisse des accords constitutionnels conclus dans les années 1970, de l’accord de Charlottetown ou de l’accord du lac Meech, ce sont sans aucun doute des débats importants, mais la position du Bloc aujourd’hui est-elle que nous devrions avoir un débat sur la Constitution?
D’après ce que je peux voir, même les gens de la province de Québec, comme les résidants de Winnipeg-Nord, ne veulent pas parler de la Constitution. Ce dont ils veulent parler, c’est de l’économie du Canada. Ils veulent parler de la pandémie.
Je me demande si mon ami pourrait dire à la Chambre s’il est d’accord avec moi et le gouvernement pour dire que la priorité aujourd’hui n’est pas la modification de la Constitution. La priorité aujourd’hui est de savoir comment nous pouvons offrir des soins de longue durée de meilleure qualité et comment nous pouvons nous assurer de créer et de soutenir les nombreuses industries différentes, comme l’industrie aérospatiale, qui est si importante pour la province de Québec et la province du Manitoba. À mon avis, c’est de cela que la Chambre devrait parler. C’est là-dessus que le Bloc devrait se concentrer, s’il veut être constructif dans ce qu’il fait à la Chambre des communes. Si les bloquistes ne veulent pas être constructifs et veulent être destructeurs, ils peuvent continuer sur la voie du débat constitutionnel.
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2022-06-02 11:33 [p.6003]
Expand
Mr. Speaker, I find the hon. member for Winnipeg North’s approach very interesting.
Actually, I am not the only one to mention the Constitution. Earlier this week, we spoke about Bill 21 on state secularism.
His colleague from Mont-Royal said that the notwithstanding clause should never be applied. However, it is part of the Constitution. Does this colleague not respect his voters, since he talks about the Constitution and says the notwithstanding clause should never be applied?
I spoke earlier of predatory federalism. When it suits them to put Quebec in its place, saying that the notwithstanding clause should be removed, saying that it is not up to Quebec to decide how to manage secularism, the Liberals talk to us about the Constitution. When it comes to Bill 96 to protect the French language, the Liberals are ready to talk about the Constitution and to say that they do not want to hear about the notwithstanding clause.
However, when it comes to recognizing the Quebec nation as we ask, talking about the Constitution is like talking about a shameful disease.
They need to make up their minds. My colleague from Winnipeg North’s remarks are not in line with what his colleagues and the people in his own party are saying.
Monsieur le Président, je trouve l'angle d'approche du député de Winnipeg‑Nord vraiment intéressant.
En fait, je ne suis pas le seul à parler de Constitution. Plus tôt cette semaine, on a parlé de la loi 21 sur la laïcité de l'État.
Son collègue de Mont-Royal est venu dire que la clause dérogatoire ne devrait jamais s'appliquer. Elle fait pourtant partie de la Constitution. Ce même collègue ne respecte-t-il donc pas ses électeurs, parce qu'il parle de la Constitution en disant qu'on ne devrait jamais appliquer la clause dérogatoire?
J'ai parlé tout à l'heure de fédéralisme prédateur. Quand cela fait leur affaire d'asseoir le Québec à sa place en disant qu'on devrait enlever la clause dérogatoire, en disant que ce n'est pas à lui de se prononcer sur la manière de gérer la laïcité de l'État, les libéraux nous parlent de Constitution. Sur la loi 96 pour protéger le français, les libéraux sont prêts à parler de Constitution et à dire qu'ils ne veulent rien entendre de la clause dérogatoire.
Cependant, quand c'est le temps de donner une reconnaissance à la nation québécoise, comme nous le demandons, parler de Constitution est alors comme parler d'une maladie honteuse.
Il faudrait se brancher. Mon collègue de Winnipeg‑Nord n'est pas cohérent avec ce que disent ses collègues et les gens de son propre parti.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2022-06-02 11:34 [p.6003]
Expand
Mr. Speaker, I think that we have made an effort here, step by step, and I am concerned. I have no problem with the idea. In fact, we voted in favour of protecting the number of members from Quebec.
However, the idea of having percentage representation is based on another principle entirely. It is not the same thing as in Bill C-14. I think that this involves the Constitution.
We debated for an entire day, as the hon. member pointed out. However, the principle proposed in today’s motion is different. We have not had a chance to review it and discuss it.
I think I agree with the hon. member for Winnipeg North. He is right when he says that this involves the Constitution.
Monsieur le Président, je pense que nous avons ici fait des efforts, étape par étape, et je suis troublée. Je n'ai pas un seul problème avec l'idée. En effet, nous avons voté en faveur de la protection du nombre de députés du Québec.
Cependant, cette idée d'avoir une représentation basée sur un pourcentage nous renvoie à un principe différent. Ce n'est pas la même chose que ce qu'on retrouve dans le projet de loi C‑14. Je pense que cela touche notre Constitution.
Nous avons effectivement débattu pendant toute une journée, comme le député l'a dit. Or le principe qui est proposé dans la motion d'aujourd'hui est différent. Nous n'avons pas eu l'occasion de l'examiner et d'en discuter.
Je pense que je suis d'accord avec le député de Winnipeg‑Nord. Il a raison lorsqu'il dit que cela touche la Constitution.
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2022-06-02 11:36 [p.6003]
Expand
Mr. Speaker, I would like to answer my colleague by saying that informed politicians who are familiar with Quebec and Canadian politics would know that we have been talking about these issues for more than 50 years. At some point we need to stop debating; we need to do something.
We are moving this motion today. I do not think it is illegitimate or irrational to ask that a nation like the Quebec nation be ensured 25% representation in the House for the time it remains in Canada. I do not think that this is unreasonable. As I said earlier, it was part of the Charlottetown Accord. We talked about it on our opposition day.
The hon. member for Winnipeg North often uses closure these days to say that we must move things forward. This is the Bloc’s answer to that. It is the Bloc’s closure. We want to move our issues forward. I invite my colleagues to look at it that way, in a spirit of friendship and cordiality.
Monsieur le Président, je répondrai à ma collègue qu'un intervenant en politique averti, qui connaît la politique québécoise et la politique canadienne, sait qu'on parle de ces questions depuis plus de 50 ans. Donc, à un moment donné, le débat suffit; il faut passer à l'action.
Nous déposons cette motion aujourd'hui. Je ne pense pas que ce soit illégitime et irrationnel de demander qu'une nation comme la nation québécoise puisse s'assurer d'avoir une représentation à la hauteur de 25 % dans l'ensemble canadien pour le temps qu'elle y sera. Je ne pense pas que ce soit déraisonnable. Comme je l'ai dit tout à l'heure, cela faisait partie de l'accord de Charlottetown. Nous en avons parlé lors de notre journée de l'opposition.
Le député de Winnipeg-Nord utilise souvent le bâillon ces temps-ci pour dire qu'il faut faire progresser les choses. C'est un peu le retour du Bloc. C'est le bâillon du Bloc. Nous voulons faire progresser nos choses. J'invite mes collègues à le prendre de cette façon, dans l'amitié et la cordialité.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 11:37 [p.6004]
Expand
Mr. Speaker, what we are seeing is the real motivation behind this: The Bloc wants to have a debate on the Constitution. If the Bloc members are so gung-ho on debating an issue that Canadians do not want to deal with today, why do they not just introduce it as an opposition day motion and make very clear that they want to talk about the Constitution, as opposed to trying to do it through a back door?
Monsieur le Président, ce que nous voyons, c’est la véritable motivation derrière tout cela: le Bloc veut avoir un débat sur la Constitution. Si les députés du Bloc sont si enthousiastes à l’idée de débattre d’une question que les Canadiens ne veulent pas aborder aujourd’hui, pourquoi ne présentent-ils pas simplement une motion dans le cadre d'une journée de l'opposition et n’indiquent-ils pas très clairement qu’ils veulent parler de la Constitution, au lieu d’essayer de le faire par des moyens détournés?
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2022-06-02 11:37 [p.6004]
Expand
Mr. Speaker, I just wanted to point out to my colleague from Winnipeg North that he and I are the only ones debating the Constitution. The motion is specifically about Quebec's political weight, not the Constitution. I would also point out that it was his party that raised the constitutional issue by saying that the notwithstanding clause should not be used. It was his party that raised this, not me.
If my colleague wants to be consistent, he should also be talking about secularism, and not the notwithstanding clause.
Monsieur le Président, je veux juste faire remarquer à mon collègue de Winnipeg-Nord que c'est un débat qu'il y a entre lui et moi sur la Constitution. La motion porte spécifiquement sur le poids politique du Québec et non sur la Constitution. Je lui fais aussi remarquer que c'est son parti qui a mis la question constitutionnelle sur le tapis en disant qu'il ne faut pas utiliser la clause dérogatoire. C'est son parti qui a soulevé cela, ce n'est pas moi.
Donc, si mon collègue veut être cohérent, il devrait lui aussi parler de laïcité et non pas de clause dérogatoire.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 11:38 [p.6004]
Expand
Mr. Speaker, I am pleased to address the debate, even though at the beginning of the day, many colleagues from both sides of the House anticipated that we would be engaging in a debate on the Standing Orders. Every election cycle there is a date set aside when members can give their opinions on changes to our rules and how we can enhance opportunities to make the chamber more effective, whether it is in the chamber or at committees.
That is technically what we are supposed to be debating today. After going through motions we went on to petitions. I know that some of my colleagues had petitions to bring forward. Then we were meant to go into the Standing Orders debate. I was prepared to speak to the Standing Orders, but now we find that the Bloc has found a way to bring back a debate on Bill C-14 to the floor of the House of Commons, a debate that we have already had. We already debated Bill C-14 in the House of Commons.
It would appear that Bloc members, with the support of the Conservative Party of Canada, are trying to push forward this motion. I am going to know when the vote occurs, but I am speculating my quarter on the fact that the Conservatives and the Bloc have already negotiated this as a part of their double blue coalition. What we will see is an attempt to get this motion passed. When they do that—
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre part au débat, même si, au début de la journée, de nombreux collègues des deux côtés de la Chambre s’attendaient à ce que nous nous engagions dans un débat sur le Règlement. Chaque cycle électoral prévoit une date à laquelle les députés peuvent donner leur avis sur les changements à apporter au Règlement et sur la façon dont nous pouvons améliorer l'efficacité de la Chambre, ici ou dans les comités.
C’est en principe ce dont nous sommes censés débattre aujourd’hui. Après avoir examiné les motions, nous sommes passés aux pétitions. Je sais que certains de mes collègues avaient des pétitions à présenter. Puis nous étions censés passer au débat sur le Règlement. J’étais prêt à parler du Règlement, mais nous constatons maintenant que le Bloc a trouvé le moyen de revenir sur un débat que nous avons déjà tenu. Nous avons déjà débattu du projet de loi C‑14 à la Chambre.
Il semblerait que les députés du Bloc, avec l’appui du Parti conservateur du Canada, tentent de faire adopter cette motion. Je le saurai lorsque le vote aura lieu, mais je parie que les conservateurs et le Bloc ont déjà négocié cela dans le cadre de leur coalition des deux teintes de bleu. Ce que nous verrons, c’est une tentative de faire adopter cette motion. Quand ils le feront...
Collapse
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2022-06-02 11:40 [p.6004]
Expand
Mr. Speaker, the member opposite cannot impute motives or attribute words to other colleagues without evidence. All he is doing right now is spewing rhetoric and making some pretty big assumptions about what is going to happen—
Monsieur le Président, le député d'en face ne peut pas imputer des motifs et des propos à des collègues sans avoir des preuves à fournir. Présentement, tout ce qu'il fait, c'est dire des grandes paroles et faire des grandes suppositions sur ce qui va arriver...
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 11:41 [p.6004]
Expand
Mr. Speaker, let me enlighten the member. When we first began this discussion, the Conservative Party somewhat indicated that it was sympathetic and would like to see it pass. Then we had another member who seemed to be upset with it asking why we would want it to go to committee. There might be some confusion among the Conservative ranks on this, but I could be wrong in my speculation.
However, from what I can see, we have the double blue. The nice thing is they are still the dark blue versus the light blue. At the end of the day, it would appear as if they are coming together to see this thing go to committee if, in fact, they can get it to committee.
I say that because the member moved the motion to say that the vote now be heard and then there was some dialogue that occurred after that. Through that dialogue, we get a better picture of what it is the Bloc really wants to talk about. We saw that. It was the member who raised the issue. I just responded to it.
Constitutional change is what the member from the Bloc has raised. They talk about the need for some of the things that the Bloc would like to see take place, and they would require a constitutional change. Let me suggest to my Bloc friends that Canadians, as a whole, no matter where they live, whether it is Manitoba, Quebec or any other jurisdiction in Canada, do not want the government to have talks about the Constitution. It is just not anywhere on the political agenda.
That is the nice thing about Bill C-14. Bill C-14 will do what every member in the House, from what I understand, wants to see happen, and that is that the province of Quebec not lose a seat, maintaining at minimum 78 seats. In its own mischievous way, the Bloc wants to raise the issue of the Constitution.
As much as the Bloc may want to focus its attention in the chamber on that issue, I can assure people who might be following the debate, or just following the proceedings in the House day by day, that no matter what the Conservative-Bloc coalition comes up with, whether it is character assassination, constitutional debates or whatever else, the Government of Canada and the Prime Minister will remain focused on the issues that are important to Canadians.
On the specific issue of Bill C-14, which this motion is dealing with, the Prime Minister has been very clear, through the minister and the entire Liberal caucus, that the baseline is 78 seats.
There is a lot more on the government agenda than Bill C-14. I suspect we are not going to spend our future resources on issues such as constitutional debates over the next 12 months. Canadians are getting through the pandemic. Industries are looking for employees. Concerns are there in the many departments the federal government deals with on a daily basis. Those are the issues that are of critical importance.
Bill C-14 deals with one aspect, and that is the boundary redistribution commission and the report it made public not that long ago indicating the number of seats. I have been around for a few years, and Elections Canada, as an institution, is recognized around the world for the fine work it does. In fact, if we take a look at many other countries around the world, we will find that Elections Canada is often sourced and appealed to in order to assist other countries conduct their elections. A part of that status is that sense of independence, whether it is the creation of the election boundary commissions, the election commissioner, the Elections Act or the putting in place an actual election.
In fact, I made a suggestion earlier today referencing the sense of pride Canadians have in being a bilingual country with both French and English. No matter what region of the country we go to, there is equally a need for us to look at ways in which we can enrich Elections Canada's ability to ultimately not only make changes to boundaries indirectly, but also allow for wider participation in the elections.
When I made the suggestion about languages and having that as a topic on an opposition day, I thought it would have been a wonderful thing to see take place, but in a positive way. The Bloc seems to have a negative twist to things, and its members do not necessarily recognize the true value of Canada's diversity, but I think there is a positive way we could have that debate. I would equally like to see a debate on this if opposition members are looking for other areas in which they can explore and have these types of discussions about Elections Canada and ways we can enhance Elections Canada's role during election periods.
There are many different things we can do with elections. I have participated in debates on PROC, both on boundaries and on election reform, and I know there is a very keen interest in both areas. People understand why we have to have these commissions. These commissions are necessary because of shifting populations. All levels of government have them.
Within the legislation, we often will find variances that take place. For example, in the Province of Manitoba, it is rural versus urban. I have made reference to the fact that at one time we had more rural seats, which were outside the perimeter, than we did within the City of Winnipeg, and now that has changed. However, there are rules that enable rural representation to, in certain areas, have a lower number of voters or population. If we take a look at average populations, we will often find that we might get some at the lower end in rural communities.
I have spoken to commissioners before, and the types of things they have to take into consideration when making the decisions on boundary redistribution are not as simple as drawing a line on a map wherever there are waterways and major streets. It is far from that.
I recall a discussion with a board member on a commission, it was a provincial one, where he indicated that they have to also factor in rapid-growth communities. These are the areas where they anticipate there is going to be a lot of growth, so they do not want to go much above the average, knowing full well that a particular area will continue to grow at an exponential pace.
I also recall a riding change, which occurred in 1988, where a provincial riding was literally cut in half. The same principle applies at the national level, and this is one element that has to be taken into consideration. Another consideration is communities and, as much as possible, we want to keep communities together. I have seen all sorts of boundary changes in the past that often divided communities. I remember one occasion where we saw Weston and Brooklands, just south of Winnipeg North, and many identify those two communities as one. However, at the civic level, they were cut in half along one street. It was presumed to be a natural divide, a “concrete” divide, if I can put it that way, because it is a major artery. In fact, there is a very strong connection between both sides.
This is why I would ultimately argue that, when we take a look at the demographics, the population growth, both today and over the next few years, it is absolutely critical that these commissions are afforded the opportunity to be able to have proper consultations with members of the public. I honestly believe that.
As opposed to attempting to filibuster the bill again at committee stage by saying, “Well, let us expand the scope of the discussion at the committee stage”, when it has already been determined here in the House once before, why not allow the bill, in its simplicity, to pass? This would allow the commission for the Province of Quebec to get down to the job at hand and actually meet with the people of Quebec to get their direct input. If it wants input from the Bloc party, heck, I could probably give that input in where the Bloc party lies on the issue.
It is time for the politicians to allow Bill C-14 out of committee so that it can come back to the House because we do not have that much time. We are already in June, and I think we will be out of here June 23. That does not leave that much time. Members can do the math: How many hours are left to sit in the House?
I do not think that we should be playing games on this issue. Hopefully, at the end of the day, I will inspire members from the Bloc and possibly Conservatives not to filibuster the bill in any way when it comes before a standing committee, so the committee can pass the legislation, get it back in here and get it through third reading so it can go to the Senate and be given royal assent. All of that needs to happen relatively quickly.
For those who might think that this could be, in some twisted way, a filibuster, the legislation is already before the committee. The committee could pass the legislation. It does not need this motion. This motion is not meant to help facilitate the passage of Bill C-14, and the Conservatives, even though they will likely support this motion passing, know that.
At the end of the day, there is a different agenda being played out on the floor of the House of Commons. It has more to do with the gamesmanship of the Bloc and the Conservatives trying to change legislation or the scope of legislation after filibustering that legislation here. It is like they did not have enough filibustering on the floor of the House of Commons and want to do more at committee, in terms of changing the scope, so they bring in an amendment that really has no relevance or the chair would rule it as being beyond the scope of the legislation. If this motion does not pass, that would likely be the ruling of the chair. That is the reason why the members of the Bloc have brought it. I think they are starting to adopt some of the same principles of obstruction as the Conservatives.
My suggestion to the Bloc members is that if they truly care about what the people of Quebec have to say about this legislation, what they should be doing is encouraging the passage of it and joining the Liberal members from Quebec, who want to see this legislation pass and get royal assent, so that the people who live in Quebec, the people who actually contribute to where those lines are going to be drawn, are given the same sort of opportunity to participate as the rest of the people in Canada.
Other commissions are moving forward. Why would the Bloc not allow the people of Quebec that same opportunity? I suspect it is because there might be an alternative agenda. We saw that in the questions and answers of the member who moved the motion, to try to force a vote on this. They are eager to get it passed. They want to get it to committee so that they can cause more issues, which will ultimately cause additional delays. That is part of the motivation of the Bloc. I understand that, but the time will not allow me to expand on that particular point.
I can say that we, in the government caucus, believe that the people of Quebec, the public, need to be able to contribute to the commission on where those boundaries could be, or provide their recommendations in terms of the report that will be provided to the people of Quebec from the commission that has been designated in the province of Quebec.
Let us get it done. Let us pass the legislation out of committee and bring it back for third reading.
Monsieur le Président, je me permets d’éclairer la lanterne du député. Lorsque nous avons entamé cette discussion, le Parti conservateur a laissé entendre qu’il voyait la motion d’un bon œil et qu’il aimerait qu’elle soit adoptée. Puis, un autre député qui semblait contrarié par cette mesure nous a demandé pourquoi nous voulions qu’elle soit renvoyée au comité. Il se peut qu’il y ait une certaine confusion dans les rangs conservateurs à ce sujet, mais je peux me tromper dans mes déductions.
Cependant, d’après ce que je vois, nous avons les deux teintes de bleu. Ce qui est bien, c’est qu’il s’agit toujours du bleu foncé par rapport au bleu clair. En fin de compte, il semblerait qu’ils s’entendent pour que le projet de loi soit renvoyé au comité, si tant est qu’ils puissent le faire.
Je dis cela parce que le député a proposé une motion pour dire que le vote soit tenu maintenant et qu’il y a eu un certain dialogue par la suite. Grâce à ce dialogue, nous avons une meilleure idée de ce dont le Bloc veut vraiment parler. Nous l’avons vu. C’est le député qui a soulevé la question. Je n’ai fait qu’y répondre.
La modification de la Constitution, voilà ce dont parle le député du Bloc. Il parle de la nécessité de certaines des choses que le Bloc aimerait voir se réaliser, et elles exigeraient un changement constitutionnel. Je fais valoir aux députés du Bloc que les Canadiens dans leur ensemble, peu importe où ils vivent, que ce soit au Manitoba, au Québec ou ailleurs au Canada, ne veulent pas que le gouvernement parle de la Constitution. Ce sujet n’est tout simplement pas à l’ordre du jour politique.
Voilà le bon côté avec le projet de loi C‑14. Le C‑14 fera ce que tous les députés, si j’ai bien compris, veulent voir se produire, c’est-à-dire que la province de Québec ne perde aucun siège et conserve au moins 78 sièges. De manière fin finaude, le Bloc veut ramener sur le tapis la question de la Constitution.
Bien que le Bloc veuille attirer l’attention de la Chambre sur cette question, je peux assurer aux gens qui suivent le débat ou simplement les délibérations de la Chambre au jour le jour que, peu importe ce que la coalition conservatrice-bloquiste propose, qu’il s’agisse de diffamation, de débats constitutionnels ou de quoi que ce soit d’autre, le gouvernement du Canada et le premier ministre continueront de se concentrer sur les questions qui sont importantes pour les Canadiens.
En ce qui concerne la question précise du projet de loi C‑14, sur laquelle porte cette motion, le premier ministre a été très clair, par l’intermédiaire du ministre et de l’ensemble du caucus libéral, sur le fait que la base de référence est de 78 sièges.
Le gouvernement a bien d’autres priorités que le projet de loi C‑14. Je soupçonne que nous n’allons pas gaspiller nos ressources futures sur des questions comme le débat constitutionnel, au cours des 12 prochains mois. Les Canadiens se remettent de la pandémie. Les industries sont à la recherche d’employés. Des sujets préoccupent les nombreux ministères avec lesquels le gouvernement fédéral traite quotidiennement. Ce sont là les questions qui sont d’importance primordiale.
Le projet de loi C‑14 traite d’un aspect, à savoir la Commission de délimitation des circonscriptions électorales et le rapport qu’elle a publié il n’y a pas si longtemps, indiquant le nombre de sièges. Je suis ici depuis quelques années, et Élections Canada, en tant qu’organisme, est reconnu dans le monde entier pour son excellent travail. En fait, si on jette un coup d’œil à de nombreux autres pays dans le monde, on constate qu’Élections Canada est souvent sollicité pour aider d’autres pays à mener leurs élections. Une partie de ce statut est attribuable à cet aspect d’indépendance, qu’il s’agisse de la création de commissions de délimitation des circonscriptions électorales, du commissaire aux élections, de la Loi électorale ou de la mise en place d’une élection réelle.
Une de mes suggestions plus tôt aujourd’hui faisait référence à la fierté des Canadiens d’être un pays bilingue, avec le français et l’anglais. Quelle que soit la région du pays où on se trouve, il est également nécessaire d'examiner les moyens d’améliorer la capacité d’Élections Canada à modifier indirectement les limites des circonscriptions électorales, mais aussi à accroître la participation aux élections.
Lorsque j’ai proposé de parler des langues lors d’une journée de l’opposition, j’ai pensé que cela aurait été une chose merveilleuse à voir se produire, mais de façon positive. Le Bloc semble avoir une vision négative des choses, et ses membres ne reconnaissent pas nécessairement la véritable valeur de la diversité du Canada, mais il y a, à mon avis, une façon positive de tenir ce débat. J’aimerais également voir un débat sur ce sujet si les membres de l’opposition cherchent d’autres domaines où ils peuvent approfondir ce genre de discussions sur Élections Canada et les façons dont nous pouvons améliorer le rôle d’Élections Canada en période électorale.
Il y a beaucoup de choses différentes que nous pouvons faire au sujet des élections. J’ai participé à des débats au comité de la procédure, tant sur la délimitation des circonscriptions que sur la réforme électorale, alors je sais que l’intérêt pour ces deux domaines est très vif. Les gens comprennent pourquoi nous devons avoir ces commissions. Elles sont nécessaires en raison de l'évolution démographique. Elles existent pour tous les ordres de gouvernement.
Au sein des assemblées législatives, on constate souvent des variations. Par exemple, dans la province du Manitoba, il y a l’opposition entre les régions rurales et les régions urbaines. J’ai déjà fait référence au fait qu’à une certaine époque, il y avait plus de sièges ruraux, à l’extérieur du périmètre, que de sièges dans la ville de Winnipeg, mais les choses ont maintenant changé. Cependant, des règles permettent d’avoir une représentation rurale dans certaines zones dont l’électorat ou la population est plus faible. Si on prend les populations moyennes, on constate souvent que certaines circonscriptions rurales se situent à l’extrémité inférieure.
Je me suis déjà entretenu avec des commissaires, et les facteurs dont ils doivent tenir compte lorsqu’ils prennent des décisions sur le redécoupage des circonscriptions ne se limitent pas à tracer une ligne sur une carte là où il y a des cours d’eau et des rues principales. C’est loin d’être le cas.
Je me souviens d’une discussion avec un membre du conseil d’une commission, à l’échelle provinciale, qui m’avait dit qu'il fallait aussi tenir compte des collectivités en plein essor. Il s’agit de zones où l’on prévoit une forte croissance, de sorte que l’on ne veut pas dépasser de beaucoup la moyenne, sachant très bien qu’une zone donnée continuera de croître à un rythme exponentiel.
Je me souviens aussi d’un changement de circonscription, survenu en 1988, alors qu’une circonscription provinciale a été littéralement coupée en deux. Le même principe s’applique à l’échelle nationale, et c’est un facteur dont il faut tenir compte. Un autre facteur est celui des communautés. Le plus possible, nous voulons garder les communautés ensemble. J’ai déjà vu toutes sortes de modifications des limites qui ont souvent divisé des communautés. Je me souviens du cas de Weston et de Brooklands, juste au sud de Winnipeg‑Nord, deux secteurs qui ne font qu’une dans l’esprit de beaucoup de gens. Cependant, sur le plan civique, ils ont été coupés en deux le long d’une rue. On a supposé que c’était une division naturelle, d’une division « concrète », si je peux m’exprimer ainsi, parce qu’il s’agit d’une grande artère. Or, le lien est très fort entre les deux côtés.
Voilà pourquoi j’affirmerais, en définitive, que lorsque nous examinons les données démographiques, la croissance de la population, tant aujourd’hui qu’en vue des prochaines années, il est absolument essentiel que les commissions puissent mener des consultations appropriées avec la population. Je le crois sincèrement.
Au lieu de tenter de faire à nouveau obstruction au projet de loi à l’étape de l’étude en comité en disant: « Eh bien, élargissons la portée de la discussion à l’étape de l’étude en comité », alors que la question a déjà été tranchée ici à la Chambre une fois auparavant, pourquoi ne pas permettre l’adoption du projet de loi, dans toute sa simplicité? Cela permettrait à la commission de la province de Québec de s’atteler à la tâche et de rencontrer les Québécois pour obtenir directement leur avis. Si la commission veut obtenir l’avis du Bloc, je pourrais probablement lui dire quelle est la position du Bloc sur cette question.
Il est temps que les politiciens permettent au projet de loi C‑14 de sortir du comité pour qu’il puisse revenir à la Chambre, car nous n’avons pas beaucoup de temps. Nous sommes déjà en juin et je pense qu’il est prévu que nous terminions nos travaux le 23 juin. Cela ne laisse pas beaucoup de temps. Les députés peuvent faire le calcul: combien d’heures de séance reste-t-il avant l'ajournement d'été?
Je ne pense pas que nous devrions jouer à des jeux sur cette question. J’espère qu’au bout du compte, j’inciterai les députés du Bloc et peut-être même les conservateurs à ne pas faire d’obstruction au projet de loi lorsqu’il sera soumis à un comité permanent, de sorte que ce dernier puisse adopter le projet de loi, le renvoyer à la Chambre et le faire adopter à l'étape de la troisième lecture pour qu’il puisse être transmis au Sénat et recevoir la sanction royale. Tout cela doit se faire relativement rapidement.
Pour ceux qui pourraient penser qu’il s’agirait d’une tactique d’obstruction un peu tordue, le projet de loi est déjà devant le comité. Le comité pourrait l’adopter. Il n’a pas besoin de cette motion. Cette motion ne vise pas à faciliter l’adoption du projet de loi C‑14 et les conservateurs, même s’ils appuieront probablement cette motion, le savent bien.
Au bout du compte, c’est la quête d’un autre objectif qui se joue sur le parquet de la Chambre des communes. Cela tient davantage d’une manœuvre politique de la part du Bloc et des conservateurs, qui tentent de modifier un projet de loi ou sa portée après avoir fait de l’obstruction. On dirait qu'ils ne sont pas rassasiés de l’obstruction dont nous sommes témoins à la Chambre des communes et qu’ils veulent en faire plus en comité, en modifiant la portée, alors ils présentent un amendement qui n’est pas vraiment pertinent ou dont la présidence jugerait qu’il dépasse la portée du projet de loi. Si cette motion n’est pas adoptée, ce sera probablement la décision de la présidence. C’est pour cette raison que les députés du Bloc l’ont présentée. Je pense qu’ils commencent à adopter certains des principes d’obstruction chers aux conservateurs.
Je suggère aux députés du Bloc que s’ils se soucient vraiment de ce que les Québécois ont à dire sur ce projet de loi, ils devraient encourager son adoption et se joindre aux députés libéraux du Québec, qui veulent que ce projet de loi soit adopté et qu'il obtienne la sanction royale, afin que les habitants du Québec, ceux qui contribuent réellement à tracer ces limites, aient la même possibilité de participer que le reste de la population canadienne.
D’autres commissions vont de l’avant. Pourquoi le Bloc n’offrirait-il pas la même possibilité aux Québécois? Je soupçonne que c’est parce qu’il poursuit peut-être un autre objectif. Nous l’avons vu dans les questions et les réponses du député qui a proposé la motion, pour essayer de forcer un vote sur cette question. Ils sont impatients de la faire adopter. Ils veulent le renvoyer au Comité pour causer plus de problèmes, ce qui, au bout du compte, engendrera des retards supplémentaires. Cela fait partie de la motivation du Bloc. Je le comprends, mais je n’ai pas le temps de m’étendre sur ce point particulier.
Je peux dire que nous, au caucus du gouvernement, croyons que les Québécois, les membres du grand public, doivent avoir leur mot à dire à la commission sur l’emplacement des limites ou de formuler des recommandations dans le cadre du rapport que la commission désignée dans la province de Québec présentera au comité.
Finissons-en maintenant. Faisons sortir le projet de loi du comité et ramenons-le pour la troisième lecture.
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2022-06-02 11:59 [p.6006]
Expand
Madam Speaker, according to the hon. member for Winnipeg North, defending the Quebec nation means playing politics and obstructing Parliament.
I will be frank: Earlier, I referred to history, by saying that in 1963, Quebec was sidelined by the Laurendeau-Dunton Commission. In 1982, when the Constitution was repatriated, Quebec was sidelined. In the Meech Lake and Charlottetown accords, Quebec was sidelined.
I was referring to what I called predatory federalism. I did not want to launch a constitutional debate. The only people who launch constitutional debates these days are the hon. member for Mont-Royal, who said that the notwithstanding clause should be removed from the Constitution, and the Prime Minister, who is prepared to defy a legitimate Quebec law, Bill 21 on secularism, and to try to stop Quebec from legislating on the French language. These are the only people who are prepared to talk about the Constitution.
Madame la Présidente, pour le député de Winnipeg-Nord, défendre la nation québécoise, c'est jouer à des jeux politiques et faire de l'obstruction.
Je vais lui parler franchement: tout à l'heure, j'ai fait référence à l'histoire en lui disant que, en 1963, dans la commission Laurendeau‑Dunton, le Québec a été laissé de côté. En 1982, dans le rapatriement de la Constitution, le Québec a été laissé de côté. Dans les accord du lac Meech et de Charlottetown, le Québec a été laissé de côté.
C'était pour faire référence à ce que j'ai appelé le fédéralisme prédateur. Ce n'était pas pour me lancer dans un débat constitutionnel. Les seules personnes qui se sont lancées dans un débat constitutionnel ces jours‑ci, c'est le député de Mont-Royal, qui est venu dire que la clause dérogatoire devrait être enlevée de la Constitution, et c'est le premier ministre, qui est prêt à défier une loi légitime du Québec, la loi 21 sur la laïcité, et qui est prêt à mettre des bâtons dans les roues au Québec concernant sa législation sur le français. Ce sont les seules personnes qui sont prêtes à parler de Constitution.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 12:00 [p.6006]
Expand
Madam Speaker, what I know is that the Prime Minister is a great defender of the French language. I know that first-hand, not only in the province of Quebec but in all regions of our country. We understand. We can have that debate. I would encourage the members, if it is the French-language debate that the member wants to see, to bring it forward in a motion.
I would suggest to my colleague across the way that having that debate could be a positive experience for all of us here in the House of Commons. For the people of Quebec or the people of Saint-Boniface and Saint-Pierre-Jolys in my home province, there is a very strong French connection. There is a high sense of pride in the language from coast to coast to coast. If that is what the member would like to debate, I am happy to debate it.
To me, what we are really debating is a political manouevre to try to get legislation held up at committee stage, when we should not be doing that. We need that legislation to pass through committee.
Madame la Présidente, ce que je sais, c’est que le premier ministre est un grand défenseur de la langue française. Je le sais de première main, non seulement dans la province de Québec, mais dans toutes les régions de notre pays. Nous comprenons. Nous pouvons en débattre. S’il souhaite tenir un débat sur la langue française, j’encourage le député à le proposer dans une motion.
Je dirais à mon collègue d’en face que la tenue de ce débat pourrait être une expérience positive pour nous tous à la Chambre des communes. Pour les gens du Québec ou ceux de Saint‑Boniface et de Saint‑Pierre‑Jolys, dans ma province natale, il y a un lien très fort avec le français. Il y a un grand sentiment de fierté à l’égard de la langue d’un océan à l’autre. Si c'est cela que le député souhaite débattre, je serai heureux de le faire.
À mon avis, ce dont nous débattons vraiment, c’est d’une manœuvre politique qui vise à retenir le projet de loi à l’étape du comité, alors que nous ne devrions pas le faire. Nous avons besoin que ce projet de loi sorte du comité.
Collapse
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
View Alexandre Boulerice Profile
2022-06-02 12:01 [p.6006]
Expand
Madam Speaker, apart from expressing his love for the French language, why does my colleague oppose the recommendation that a parliamentary committee review Quebec’s political weight and, by extension, its citizen representation and the foundations of democracy?
As elected members of Parliament, are there other more important subjects for us than the quality of our democratic life and respect for Quebec communities and the Quebec nation? Why is he opposed to this? I find it pretty benign.
Madame la Présidente, à part exprimer son amour de la langue française, pourquoi mon collègue s'oppose-t-il à une recommandation qu'un comité parlementaire étudie le poids politique du Québec et, ainsi, sa représentation citoyenne et les fondements de la démocratie?
En tant qu'élus, parlementaires, députés, y a-t-il d'autres sujets plus importants que la qualité de notre vie démocratique et le respect des communautés et de la nation québécoises? Pourquoi s'oppose-t-il à cela? Je trouve cela assez bénin.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 12:02 [p.6006]
Expand
Madam Speaker, we understand that the legislation is unanimously supported in the House, that everyone wants 78 seats to be maintained. Bill C-14 would guarantee that. It would guarantee the province 78 seats. We should be able to pass that legislation. It should have been done by now, as far as I am concerned, and if the political will was there on all sides of the House to make that happen, it could be done. In fact, we have the power to do it today if we wanted to. I can say that the government's desire would be to see the legislation pass.
In terms of the debate that the member is suggesting, nothing prevents a standing committee to conduct a study of that. They could establish that at any point in time. All they have to do is raise the issue at the most appropriate standing committee. They could raise it at two or three different standing committees, but that is not the essence of what we should be debating today. What we are doing today is ultimately feeding the Conservative agenda, which the Bloc is indirectly supporting by bringing forward yet another motion in a standing committee that will enable them to continue to filibuster, and I do not think that is a good thing for the people of Quebec or Canada.
Madame la Présidente, nous comprenons que le projet de loi fait l’unanimité à la Chambre, que tout le monde veut que les 78 sièges soient maintenus. Le projet de loi C‑14 le garantirait. Il garantirait 78 sièges à la province. Nous devrions pouvoir adopter ce projet de loi. En ce qui me concerne, cela aurait déjà dû être fait, et si la volonté politique était présente de tous les côtés de la Chambre, nous pourrions le faire. À vrai dire, nous avons le pouvoir de le faire aujourd’hui si nous le voulons. Je peux dire que le désir du gouvernement serait de voir le projet de loi adopté.
Pour ce qui est du débat que le député suggère, rien n’empêche un comité permanent de mener une étude sur le sujet. Un comité pourrait lancer une telle étude à tout moment. Il suffit de soulever la question au comité permanent le plus compétent. On pourrait la soulever à deux ou trois comités permanents différents, mais ce n’est pas l’essence de ce dont nous devrions débattre aujourd’hui. Ce que nous faisons aujourd’hui, c’est essentiellement alimenter le programme des conservateurs, que le Bloc appuie indirectement en présentant une énième motion à un comité permanent qui leur permettra de continuer à faire de l’obstruction, et je ne pense pas que ce soit à l’avantage des Québécois ou des Canadiens.
Collapse
View Churence Rogers Profile
Lib. (NL)
View Churence Rogers Profile
2022-06-02 12:03 [p.6007]
Expand
Madam Speaker, in listening to this debate, I think about representation across the country. We are talking about 78 seats in Quebec, but if we think about the rural parts of the country in smaller provinces like Newfoundland and Labrador, which is geographically large, but in terms of population, of course, it is small, we have seven seats in the House of Commons. We come here to do our lobbying for the province, vote on different legislation, and so on. We would love to have more seats. In fact, we are dwarfed by provinces like Quebec and Ontario, larger provinces with huge populations, which I understand, but in terms of representation, I think Bill C-14 strikes a good balance. We would also like to encourage more seats in Newfoundland and Labrador. We would love to have another seven, but the reality is that if we were to allow the system to continue as it currently exists, we would fall even further behind in terms of striking a balance in representation.
I would ask my colleague if he sees Bill C-14 as striking a good balance in terms of representation across the country.
Madame la Présidente, en écoutant ce débat, je pense à la représentation dans l’ensemble du pays. Nous parlons de 78 sièges au Québec, mais si nous pensons aux régions rurales du pays, dans les provinces plus petites comme Terre‑Neuve‑et‑Labrador, qui couvre un vaste territoire, mais qui est évidemment petite par sa population, nous avons sept sièges à la Chambre des communes. Nous venons ici pour faire notre lobbying pour la province, voter sur différents projets de loi, et ainsi de suite. Nous aimerions beaucoup avoir plus de sièges. En fait, nous sommes éclipsés par des provinces comme le Québec et l’Ontario, des provinces plus grandes avec des populations énormes, ce que je comprends, mais en fait de représentation, je pense que le projet de loi C-14 établit un bon équilibre. Nous aimerions aussi favoriser l’obtention de plus de sièges à Terre‑Neuve‑et‑Labrador. Nous aimerions beaucoup avoir sept sièges de plus, mais la réalité est que si nous permettons au système de continuer tel qu’il existe, nous prendrions encore plus de retard en ce qui concerne l’équilibre de la représentation.
J’aimerais demander à mon collègue s’il estime que le projet de loi C-14 établit un bon équilibre en matière de représentation à la grandeur du pays.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 12:05 [p.6007]
Expand
Madam Speaker, the member mentioned that there are only seven seats in Newfoundland and Labrador. One would never know it, given the power of the Atlantic caucus. It is exceptionally effective, I must say, and Newfoundland and Labrador is represented exceptionally well in the House and in the committees in terms of the amount of workload that the members carry and their impact on government policy.
However, the member raises a very valid point. People as a whole in Canada understand our federation and why it is important that Prince Edward Island has four seats, and why it is important that we guarantee that the province of Quebec never goes below 78 seats, which is what Bill C-14 would do.
My colleague planted a seed asking about the future, about the province of Newfoundland or other provinces and the representation that they have. There are other opportunities, no doubt, both in opposition and in government, for us to enter into that dialogue. Canadians as a whole understand what is happening, they support it and it is time that we move on.
Madame la Présidente, le député a mentionné qu’il n’y a que sept sièges à Terre‑Neuve‑et‑Labrador. On ne le saurait jamais, vu le poids du caucus de l’Atlantique. Je dois reconnaître qu’il est exceptionnellement efficace et que Terre‑Neuve‑et‑Labrador est exceptionnellement bien représentée à la Chambre et au sein des comités, compte tenu de la somme de travail que les députés abattent et de l’influence qu’ils exercent sur la politique gouvernementale.
Cependant, le député soulève un point très valable. Les Canadiens dans leur ensemble comprennent notre fédération et savent pourquoi il est important que l’Île‑du‑Prince‑Édouard ait quatre sièges et pourquoi il est important que nous garantissions que la province de Québec n'aura jamais moins de 78 sièges, ce que ferait le projet de loi C-14.
Mon collègue a semé une graine en s’interrogeant sur l’avenir, sur la province de Terre‑Neuve ou d’autres provinces et sur leur représentation. Nous avons d’autres occasions, sans aucun doute, tant dans l’opposition qu’au gouvernement, d’entamer ce dialogue. Les Canadiens dans leur ensemble comprennent la situation, ils l’appuient et il est temps de passer à autre chose.
Collapse
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2022-06-02 12:07 [p.6007]
Expand
Madam Speaker, that is just amazing. I think there is a picture of my colleague from Winnipeg North beside the definition of “bad faith” in the dictionary. In fact, I am eager to check the latest edition to make sure.
The hon. member for Winnipeg North speaks of the maritime provinces, and I think that is good. I think it is a magnificent region of Canada. It is wonderful to visit. However, I am trying to remember when in history Prince Edward Island or Newfoundland, for example, were recognized as nations. I would like to remind my colleague that the goal, the idea and the intention of what the Bloc Québécois is proposing is that we walk the talk. It has been recognized that Quebec is a nation. It has been recognized that Quebec has its own identity, an identity it must protect, and that it should be given the tools to protect its unique identity and its values. That is precisely what we are talking about today.
Can my colleague tell me in a few words whether, yes or no, he understands the importance Quebecers place on this principle of defence—
Madame la Présidente, je trouve cela fantastique. Je pense que dans le dictionnaire, à côté de « mauvaise foi », il y a la photo de mon collègue de Winnipeg-Nord. D'ailleurs, j'ai hâte d'aller consulter la nouvelle édition du dictionnaire pour m'en assurer.
J'entends le député de Winnipeg-Nord parler des provinces des Maritimes et je trouve cela bien. Effectivement, c'est une région du Canada que je trouve magnifique. Elle est merveilleuse à visiter régulièrement. Or, j'essaie de me souvenir dans l'histoire à quel moment on a reconnu, par exemple, que l'Île-du-Prince-Édouard ou Terre-Neuve sont des nations. À cet effet, je rappelle à mon collègue que le but, l'idée et l'intention derrière ce que propose le Bloc québécois, c'est de mettre les bottines là où sont les babines. On reconnaît que le Québec est une nation. On reconnaît que le Québec a une identité propre qu'il doit protéger et qu'on doit lui donner les outils pour protéger son identité propre et ses valeurs. Or, c'est exactement de cela qu'on parle aujourd'hui.
Mon collègue est-il capable, en quelques mots, de me dire si, oui ou non, il comprend l'importance qu'accordent les Québécois à ce principe de défense...
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 12:08 [p.6007]
Expand
Madam Speaker, I would like to believe that I have a decent understanding of the uniqueness of the province of Quebec and its distinct nature, its culture and its heritage. I would love the opportunity to spend more time in Quebec as a province.
I can assure the member that when I look in particular at the Prime Minister, I see someone who has a love and passion for the province of Quebec and the French language. As a party, we encourage and we want to see the growth of the French language throughout our country. We recognize the unique nature of the province of Quebec when it comes to French in North America, and we have to preserve that.
Madame la Présidente, j’aimerais croire que je comprends assez bien le caractère unique de la province de Québec, sa nature distincte, sa culture et son patrimoine. J’aimerais avoir l’occasion de passer plus de temps dans la province de Québec.
Je peux assurer au député qu’en particulier, lorsque je regarde le premier ministre, je vois quelqu’un qui a un amour et une passion pour la province de Québec et la langue française. En tant que parti, nous favorisons et nous voulons voir la croissance de la langue française partout dans notre pays. Nous reconnaissons la nature unique de la province de Québec en ce qui concerne le français en Amérique du Nord, et nous devons la préserver.
Collapse
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
View Alexandre Boulerice Profile
2022-06-02 12:09 [p.6007]
Expand
Madam Speaker, I am pleased to rise in the House today to speak to this motion, which I find interesting. We welcome it because it raises an important issue.
The Bloc is calling on the Standing Committee on Procedure and House Affairs to study the issue of the political weight of Quebec. We are very open to this possibility because it is a matter of democracy and equality, recognizing the Quebec nation, protecting Quebec in the House and the weight we can have as representatives of our constituents.
I think it is a truly important topic and studying it would not get in the way of parliamentary business on other files and other issues.
I am also very proud of the work done by the NDP as a first step towards protecting Quebec's political weight and place in the House. We made sure that the agreement we negotiated with the minority government guaranteed the protection of the 78 seats allocated to Quebec, which risked losing one, as members will recall. That guarantee is set out in Bill C-14.
I am very proud of this NDP achievement. We can clearly tell Quebeckers that we kept our promise to represent them with this first step in the right direction. They are now protected whereas before they stood to lose some ground. We were there. We kept our promise to defend Quebeckers.
This is an important issue because, when we talk about the political weight of Quebec or a province, we are talking about something that affects all citizens, almost the entire population, not just small groups or one sector.
I find it interesting that we are discussing this today at a time when Ontarians are on their way to the polls, and have been all day, to elect their MPP. I encourage everyone to vote, and it will come as no surprise that I am encouraging Ontarians to support the provincial NDP. I hope that their leader, Andrea Horwath, has a good day, and I hope that she will end the day with a strong caucus. We will be watching the day unfold with great interest.
Speaking of the provinces' political weight, I want to talk about some of the more technical details of our Canadian federation's rather unique system.
There is also the whole issue of immigrants. There are political, administrative and legislative tools that can help, but the basic tool is demographic weight. I think that we are encouraging open and inclusive immigration that enables Quebec to welcome more immigrants and to have the means and resources to help them integrate properly and learn French if necessary.
This is all part of the effort to maintain fair representation for Quebec, which is about 23% right now. This also makes it possible to guarantee the 78th seat.
The NDP is strongly in favour of encouraging a path to citizenship, rather than throwing up roadblocks in the case of temporary workers and permanent residents who come to work in Quebec and Canada. I think we need to set up mechanisms to properly welcome new citizens and to expedite the process, because wait times are extremely long right now. I want to stress that we know that the Department of Citizenship and Immigration is currently having a lot of problems. I think that is part of the reflection and debate that we need to have on citizenship in general.
Basically, democracy is a revolutionary principle under which decisions are made by the people, not by a king who rules by so-called divine right and whose family has reigned for centuries by dividing power among aristocrats. A major revolutionary movement occurred in France, obviously, but also in England and the United States, driven by the belief that all citizens are equal in the eyes of the law and that it is up to them to choose their leaders and how they will be represented.
Of course, things started out far from perfect. The first democratic system was based on selective suffrage, where only the wealthiest people had the right to vote. People who were too poor to own property or pay taxes could not vote. It was a two-tier system that claimed to promote equality, but that was not an established right.
In our current system, roughly the same number of people are represented in each riding, in order to ensure fairness and equality in the right to vote as expressed in the House or in a Parliament, so that people are not unduly overrepresented or under-represented. There is a genuine concern for fairness and equality. It is one of the basic criteria recognized by Elections Canada for the redistribution of electoral boundaries, which is conducted by the provincial commissions. Is it the only factor? No, it is not.
We live in a system of exceptions, because other criteria apply to representation in the House of Commons. Currently, there are three criteria.
The senatorial clause ensures that no province has fewer MPs than it has senators. This creates significant distortions in representation relative to demographic weight and population size, but it is recognized and accepted. For instance, it clearly and blatantly benefits Prince Edward Island, and that is fine. It was negotiated and agreed to. That is how the system works.
There is the “territorial clause”, or the representation rule, for Nunavut, the Northwest Territories and Yukon. It would be difficult to strictly apply the rule to the number of people who live in these ridings, because this would mean that huge territories with their own identities and sense of community could not be represented, or would be drowned out in a riding so large and immense that it would be meaningless. This representation rule is important; it is respected, and it must continue to be respected.
I am thinking in particular of my colleague from Nunavut, who represents communities with a common identity, culture, language and interests. Every day, she fights here in the House to promote and defend the interests of such important communities that have very specific needs in specific contexts.
There is the grandfather clause, which had not applied to Quebec until now. However, the NDP managed to negotiate a guarantee that no province would lose seats in the event of electoral redistribution, immigration, or differences in provincial demographic weights.
Taken together, the senatorial clause, the representation rule and the grandfather clause for four provinces, if memory serves, demonstrate that there are already exceptions in the system and that demographic weight is not the only criterion, but it is controlled, improved or amended in accordance with certain provisions.
This brings us to today's motion, which asks us to consider the possibility of a Quebec clause. As parliamentarians, we recognized that Quebec is a nation, so we must consider the political, democratic and administrative implications of this recognition.
Ottawa and Quebec have already negotiated a number of asymmetrical agreements in the past, and that is to be expected. The NDP recognized the Quebec nation when it adopted the Sherbrooke declaration and other resolutions at its conventions. There is also the notion of asymmetrical federalism, which would allow Quebec to negotiate special powers or agreements with respect to particular issues.
As progressive New Democrats, we support the recognition of the Quebec nation and the idea of asymmetrical federalism. I think that we need to discuss what this means in practical terms in order to think about the potential consequences. If certain clauses were negotiated and drafted for certain provinces and territories in the past, I think we need to be brave and coherent and move forward in this special context.
The idea of protecting Quebec's political weight in the House is neither new or revolutionary.
It was negotiated by Brian Mulroney's Conservative federal government and Robert Bourassa's Liberal Quebec government. The provision was included in the Charlottetown accord. It is nothing new. It was accepted in the past, so it has already been normalized. There were discussions on the subject, and on many others as well, since the Charlottetown accord addressed many other issues. The NDP supported the Charlottetown accord. We reflected on the issue and discussed it, and the NDP accepted it.
I also think that it is in line with the historical view of the two founding nations. Consider the Laurendeau-Dunton commission on bilingualism and biculturalism. Consider also the historic agreement that began by saying that we would be together but that there were two founding nations, one British and the other French. I think we need to bear this in mind in our work and in the representation we have in the House. We must preserve this vision in the Official Languages Act, which recognizes French and English as Canada's two official languages. That is the rule used in the House of Commons. It is not always followed by the Liberal administration or by some companies that are subject to the Official Languages Act, but that is a separate issue.
That being said, I feel uncomfortable saying that we need to respect the concept of two founding nations. Of course it is important but, at the same time, it is historically insulting to the first nations, who were here long before any French or British settlers. We need to keep this concept of two founding nations in mind, and as a Quebecker, I will always defend it, but we must remember that, by the time these two founding nations arrived, other nations had been living here for thousands of years. They were shunted aside, forgotten, disrespected. Some were even subjected to cultural genocide, an attempt to annihilate them. Awful things were done, like the residential schools, and that is part of our history.
We must therefore discuss the role and weight of the first nations in our democracy and in the House. Personally, I am open to studying various scenarios, like the system used in New Zealand, where seats are reserved for indigenous New Zealanders. This is another way of looking at things and building a unifying political system and democracy that could correct the historical mistake of thinking that there were only two founding nations.
To strike this balance, which is not an easy thing to do, we need to have an open mind and approach this in a spirit of reconciliation with the first nations and indigenous peoples. This is an issue that I think is important and that the NDP caucus is promoting. We should also have a discussion about the role and the political weight of the first nations in the House.
I want to come back to the issue of equality because, while we are on the topic of democracy, the political system and representation, I will say that, unfortunately, the very idea that all votes are equal is currently not true. This is not because of the provisions of our electoral system that I have just mentioned. It is because our voting system is unfair.
We live with an archaic first-past-the-post system that allows for startling democratic discrepancies between what the people decide and how they are represented in this House.
Let us talk about it. If we want to have the best possible system, we need to be able to talk about proportional voting, which would respect the popular will and the choices of voters. We live in an absurd system where a government can sometimes be elected with less than 40% of the vote. This is a common occurrence. A political party can get 37% or 38% of the vote and 55% to 60% of the seats in the House, which means 100% of the power. That is absurd. A majority of the people voted against a political party, sometimes by 60% or 62%, but that political party is given the keys to absolute power for four years.
In 2015, the Liberals made a promise to change this. The 2015 election was supposed to be the last one under an unfair and archaic voting system.
I sat on the Special Committee on Electoral Reform. We travelled the country for a year listening to members of the public, stakeholders from interest groups, local elected officials, university professors and experts. We conducted online surveys and listened to people. Overwhelmingly, everyone saw that the current system is broken, that it does not ensure equality among all Canadians and that the House does not represent the will of the people. Ninety per cent of the witnesses who spoke at committee told us that, and 90% of the briefs we received said the same thing. Then the Liberal government realized that this was going in the wrong direction and that this was not necessarily where they wanted to go, so they conducted an online survey. It was an incredibly biased survey, but 75% of respondents still said they wanted a proportional representation voting system.
At the Special Committee on Electoral Reform, there was an agreement between the Conservative Party, the Bloc Québécois, the NDP and the Green Party. We agreed to hold a referendum and suggest that Canadians and Quebeckers adopt a proportional voting system. The majority of committee members reached a consensus to move forward and propose real change. The Liberals shocked us by responding that there was no consensus. They took that work and threw it in the garbage. That was the end of it. Then they walked away. They did that because it was not the direction they wanted to take. It was absolutely false to say that there was no consensus. There was a strong consensus among the witnesses, the people we consulted and the political parties represented on the committee. The Liberals were the only outliers. However, because they were in power, they did what they wanted. They broke their promise, and we missed an historic opportunity.
I believe we need to put this issue back on the front burner. It is important for improving our democratic system. I was saying earlier that a political party can be elected to a position of absolute power with less than 40% of the votes. We have even seen worse. One political party received more votes, but it became the opposition party, while the party that came second in terms of the popular vote got to form government. It is not just a distortion, it is hypocrisy. It goes against the popular will. If we are true democrats who believe that we must represent the people's choice in the House, then we must have a real conversation about adopting a much more suitable voting system, the one used by the vast majority of the world's democracies.
Canada is one of few countries, along with the United Kingdom and the United States, that still has this system. Most other countries have proportional voting systems of one kind or another. We could spend a long time talking about all the different systems, but my point is that proportional representation is much more respectful of the people's will.
I am very happy to be participating in today's debate. I think that our voting system, recognition of the Quebec nation, the political weight of various jurisdictions, communities and nations in the House are major issues, crucial ones. As a democrat, I always enjoy talking about democracy, about the people's power and about how we can improve our system.
I am ready to answer questions, but I do want to say that I think the recommendation in the motion is a good one and that it makes perfect sense to ask a parliamentary committee to study Quebec's political weight. This is an issue we should be talking about in the House.
Madame la Présidente, c'est avec plaisir que je me lève à la Chambre aujourd'hui pour parler de cette motion, que je trouve intéressante et que nous accueillons favorablement parce qu'elle soulève une question fondamentale.
Le Bloc demande que le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre étudie la question du poids politique du Québec. Nous sommes très ouverts à cette possibilité, car il serait question de démocratie et d'égalité, de reconnaissance de la nation québécoise, de protection du Québec à la Chambre et du poids que nous pouvons avoir comme représentants de nos concitoyens et concitoyennes.
C'est un sujet que je trouve vraiment pertinent et dont l'étude n'empêche pas la tenue de travaux parlementaires sur d'autres dossiers et d'autres questions.
Je suis très fier aussi du travail que le NPD a fait comme premier pas vers la protection du poids politique et de la place du Québec à la Chambre. En effet, dans l'entente que nous avons négociée avec le gouvernement minoritaire, nous avons fait inscrire la garantie, comprise dans le projet de loi C‑14, que seraient protégés les 78 sièges du Québec, lequel risquait d'en perdre un comme on se rappelle.
Je suis très fier de cette réalisation du NPD. Nous pouvons clairement dire aux Québécois et aux Québécoises que nous avons tenu notre promesse de les représenter ici avec ce premier pas dans la bonne direction. Ils sont maintenant protégés alors qu'ils risquaient un recul. Nous avons été là. Nous avons tenu notre promesse de défendre les Québécois et les Québécoises.
Je trouve cette question importante parce que, quand on parle du poids politique du Québec ou d'une province, on parle de quelque chose qui touche l'ensemble des citoyens et des citoyennes, presque toute la population, pas juste de petits groupes ou un secteur.
Je trouve d'ailleurs intéressant qu'on parle de cela aujourd'hui, alors que les citoyens de l'Ontario s'expriment en ce moment et toute la journée dans le cadre de l'élection des membres de leur législature provinciale. J'encourage tout le monde à aller voter et on ne se surprendra pas de savoir que j'encourage les Ontariens et les Ontariennes à donner leur appui au NPD provincial. Je souhaite une très belle journée à sa cheffe, Mme Andrea Horwath, et j'espère qu'elle va finir la journée avec un caucus très fort. On va suivre le déroulement de la journée avec beaucoup d'intérêt.
En parlant du poids politique des provinces, je vais entrer dans les détails plus techniques de notre régime assez particulier au sein de la fédération canadienne.
Il y a aussi toute la question des immigrants et des immigrantes. Il existe des outils politiques, administratifs et législatifs qui peuvent aider, mais l'outil de base est le poids démographique. Je pense qu'on encourage une immigration ouverte et inclusive, qui permet au Québec d'accueillir plus d'immigrants et d'immigrantes et d'avoir les moyens et les ressources pour bien les intégrer et les franciser au besoin.
Tout cela fait partie des moyens permettant justement de maintenir une représentation équitable du Québec, laquelle est à peu près à 23 % en ce moment, ce que permet aussi la garantie du 78e siège.
Au NPD, nous sommes vraiment favorables à la création de chemins vers la citoyenneté et non pas de freins à la citoyenneté dans le cas des travailleurs temporaires et des résidents permanents qui viennent travailler au Québec et au Canada. Je pense qu'on doit se doter de dispositifs pour accueillir favorablement les nouveaux citoyens et pour accélérer les processus, qui sont extrêmement longs en ce moment. On sait qu'il existe de nombreux problèmes au ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration et je le souligne. Je pense que cela fait partie de la réflexion et du débat qu'on doit avoir sur la citoyenneté en général.
La démocratie, à la base, est un principe révolutionnaire selon lequel c'est le peuple qui décide, pas un roi soi-disant mandaté par une quelconque divinité et qui règne avec sa famille pendant des siècles en partageant le pouvoir entre les aristocrates. Un vaste mouvement révolutionnaire est survenu en France, évidemment, mais aussi en Angleterre et aux États‑Unis, avec pour objectif de dire que tous les citoyens et les citoyennes sont égaux devant la loi, que c'est à eux que revient la possibilité de nommer leurs dirigeants et dirigeantes et que c'est ainsi qu'ils seront représentés.
Évidemment, au début, c'était très imparfait. Dans le premier système démocratique, il y avait le suffrage censitaire selon lequel le droit de vote était réservé aux citoyens les plus riches. Les gens qui étaient trop pauvres pour être propriétaires ou pour payer de l'impôt n'avaient pas le droit de vote. C'était un système à deux vitesses où on proclamait l'égalité, mais ce n'était pas un droit acquis.
Dans notre système actuel, un nombre à peu près semblable de citoyens et de citoyennes sont représentés dans chaque circonscription pour qu'il y ait une certaine équité et égalité que l'on reconnaît dans le droit de vote qui s'exprime à la Chambre ou dans un Parlement, afin que les gens ne soient pas sous-représentés ou surreprésentés de manière excessive. Ce souci d'équité et d'égalité des citoyens et des citoyennes existe. Cela fait partie des critères de base reconnus par Élections Canada pour le redécoupage électoral, qui est fait par les commissions provinciales. Est-ce le seul critère? La réponse est non.
On vit dans un système d'exceptions où d'autres critères s'appliquent à la représentation à la Chambre des communes. Trois critères existent présentement.
La clause sénatoriale garantit qu'aucune province ne peut pas avoir moins de députés qu'elle a de sénateurs. Cette clause crée des distorsions importantes quant à la représentation par rapport au poids démographique et au nombre de citoyens, mais elle a été reconnue et acceptée. Cela profite, par exemple, à l'Île-du-Prince-Édouard de manière très flagrante, très claire, et c'est correct. Cela a été négocié et tout le monde s'entend là-dessus. Le système fonctionne ainsi.
Il y a la « clause territoriale », ou la règle de représentation,  pour le Nunavut, les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon. Il serait difficile d'appliquer une règle stricte pour le nombre de personnes qui habitent dans ces circonscriptions, parce que cela voudrait dire que d'immenses territoires qui ont des identités et un sens de communauté propres ne pourraient pas être représentés ou seraient noyés dans une circonscription tellement vaste et immense que cela ne voudrait rien dire. Cette règle de représentation est importante; on la respecte et il faut continuer à le faire.
Je pense notamment à ma collègue du Nunavut qui doit représenter des communautés qui ont une identité, une culture, une langue et des intérêts communs. Tous les jours, elle se bat ici, à la Chambre, pour mettre de l'avant et défendre les intérêts de ces communautés tellement importantes qui ont des besoins très spécifiques dans des contextes particuliers.
Il y a la clause des droits acquis qui ne s'appliquait pas au Québec jusqu'à maintenant. C'est ce que nous avons réussi à négocier au NPD, pour garantir qu'aucune province ne perde de députés, malgré le redécoupage électoral, les flux migratoires, et les différences entre le poids de la population dans leur province.
Si on additionne tout cela, la clause sénatoriale, la règle de représentation et la clause des droits acquis pour quatre provinces, si ma mémoire est bonne, on vit déjà dans un régime d'exceptions, où le poids démographique n'est pas le seul critère, mais est encadré, bonifié ou modifié par certaines dispositions.
Cela nous amène à la question soulevée par la motion, celle d'étudier la possibilité d'avoir une clause pour le Québec. Si, en tant que parlementaires, nous avons reconnu l'existence de la nation québécoise, il nous revient de réfléchir aux conséquences politiques, démocratiques et administratives que cela aura.
Plusieurs ententes asymétriques ont déjà été négociées entre Ottawa et Québec par le passé et c'est normal. En adoptant la Déclaration de Sherbrooke et certaines résolutions lors de ses congrès, le NPD a reconnu la nation québécoise. Il y a également l'idée d'un fédéralisme asymétrique où le Québec pourrait avoir des pouvoirs particuliers ou des ententes particulières sur certains enjeux qui doivent être négociés.
En tant que néo-démocrates progressistes, nous portons cette vision de reconnaître la nation québécoise et d'avoir un fédéralisme asymétrique. Je pense que nous devons avoir des discussions sur ce que cela veut dire concrètement, dans les faits, afin de réfléchir aux conséquences que cela peut avoir. Si certaines clauses ont été négociées et créées pour certaines provinces et certains territoires par le passé, je pense que nous devons être courageux et cohérents et aller de l'avant avec ce regard et cette particularité.
Cette idée de protéger le poids politique du Québec à la Chambre n'est pas nouvelle ni révolutionnaire.
Cela a déjà été négocié par un gouvernement fédéral conservateur et un gouvernement libéral à Québec, entre Brian Mulroney et Robert Bourassa. Cette disposition était inscrite dans l'accord de Charlottetown. Ce n'est pas nouveau. Cela a déjà été accepté par le passé et cela a déjà été même normalisé. Il y a eu des discussions sur ce sujet, et sur bien d'autres également, puisque l'accord de Charlottetown parlait de beaucoup d'autres choses. Le NPD avait soutenu l'accord de Charlottetown. On a déjà eu une réflexion, une discussion à cet égard, et les néo-démocrates acceptaient cela.
Je pense aussi que cela est conforme à la conception historique des deux peuples fondateurs. Rappelons-nous la commission Laurendeau‑Dunton sur le bilinguisme et le biculturalisme. Rappelons aussi cette entente historique qui disait au départ qu'on allait être ensemble, mais qu'il y avait deux peuples fondateurs, l'un, d'origine britannique, et l'autre d'origine française. Je pense qu'on doit garder cette perspective en tête dans la gestion de nos affaires et dans la représentation que nous avons à la Chambre. On doit conserver cette vision dans la Loi sur les langues officielles, qui reconnaît le français et l'anglais comme les deux langues officielles du pays. On fonctionne en vertu de cette règle à la Chambre des communes. Celle-ci n'est pas toujours très bien respectée par l'administration libérale, par certaines entreprises assujetties à la Loi sur les langues officielles, mais c'est un autre aspect.
Cela dit, je ne me sens pas à l'aise quand je dis qu'on doit respecter la notion de deux peuples fondateurs. Bien sûr, c'est important, mais, en même temps, c'est historiquement insultant pour les Premières Nations, qui étaient là bien avant que les colons français ou britanniques arrivent ici. Cette notion de deux peuples fondateurs, on doit la garder en tête — en tant que Québécois, je la défendrai toujours —, mais on doit avoir à l'esprit que ces deux nations fondatrices sont arrivées après d'autres nations qui occupaient le territoire depuis des millénaires. On les a mises de côté, on les a oubliées, on ne les a pas respectées. Dans certains cas, on a même tenté de faire un génocide culturel, on a voulu les éliminer. On a fait des choses horribles, comme les pensionnats autochtones, et cela fait partie de notre histoire.
On doit donc tenir une discussion sur la place et le poids des Premières Nations dans notre démocratie et à la Chambre. Personnellement, je suis tout à fait disposé à étudier certains scénarios, comme celui de la Nouvelle-Zélande, où des sièges de députés sont réservés aux aborigènes de la Nouvelle‑Zélande. C'est une autre manière de voir les choses et de construire un système politique et une démocratie rassembleurs, qui pourraient corriger l'erreur historique de considérer qu'il n'y a eu que deux nations fondatrices.
Pour trouver un équilibre qui n'est pas nécessairement facile à faire, on doit avoir cette ouverture d'esprit, dans un esprit de réconciliation avec les Premières Nations et les peuples autochtones. C'est un enjeu que je trouve important et dont le caucus du NPD se fait porteur. On devrait donc tenir également une discussion sur la place et le poids politique des Premières Nations à la Chambre.
Je reviens à la question d'égalité, parce que, tant qu'à parler de démocratie, de système politique et de représentation, je me permettrai de dire que, malheureusement, la notion même d'égalité des votes des citoyens et des citoyennes, en ce moment, n'est pas respectée. Ce n'est pas à cause des dispositions de notre système électoral dont je viens de parler. Elle n'est pas respectée parce que notre système politique, notre système de vote, est inéquitable.
On vit avec un système archaïque de mode scrutin uninominal majoritaire à un tour, qui permet des distorsions démocratiques incroyables entre la décision des citoyens et des citoyennes et la représentation à cette Chambre.
Parlons-en. Si on veut avoir le meilleur système possible, il faut pouvoir discuter du mode de scrutin proportionnel, qui respecterait la volonté populaire et le choix des citoyens et des citoyennes. On vit dans un système absurde où parfois un gouvernement peut être élu avec moins de 40 % des votes. On a souvent vu cela. Un parti politique obtient 37 ou 38 % des votes et obtient 55 à 60 % des députés à la Chambre, donc 100 % du pouvoir. C'est absurde. Une majorité de citoyens ont voté contre un parti politique, parfois à 60 ou 62 %, et on donne les clés du pouvoir à ce parti politique de manière absolue pendant quatre ans.
C'était une promesse des libéraux, en 2015. L'élection de 2015 devait être la dernière avec un mode de scrutin inéquitable et archaïque.
J'ai siégé au Comité spécial sur la réforme électorale. Pendant un an, nous avons sillonné le pays pour écouter les gens, pour écouter des intervenants de groupes concernés par la question, des élus locaux, des professeurs d'université et des experts. Nous avons fait des sondages en ligne et écouté les gens. Dans une écrasante majorité, tout le monde a pu constater que le système actuel est brisé, qu'il ne correspond pas au respect de l'égalité des citoyens et des citoyennes et que la Chambre n'est pas représentative du choix fait par les gens. Ce sont 90 % des témoins venus nous rencontrer au Comité qui nous ont dit cela, et c'est ce que nous ont révélé 90 % des mémoires reçus. Ensuite, le gouvernement libéral s'est rendu compte que cela allait dans la mauvaise direction, que ce n'était pas nécessairement là où il voulait aller. Il a donc fait un sondage en ligne, un sondage incroyablement biaisé, et 75 % des gens ont tout de même répondu qu'ils souhaitaient avoir un mode de scrutin proportionnel.
Au Comité spécial sur la réforme électorale, il y a eu une entente entre le Parti conservateur, le Bloc québécois, le NDP et le Parti vert. Nous nous entendions pour tenir un référendum, pour suggérer aux Canadiens et aux Québécois d'adopter un mode de scrutin proportionnel. La majorité des membres du Comité avaient trouvé un consensus pour être capables d'aller de l'avant et de proposer un vrai changement aux gens. La réponse incroyable de la part des libéraux a été qu'il n'y avait pas de consensus. Ils ont pris ce travail et l'ont mis à la poubelle. C'en était terminé. Ils ont ensuite pris congé. Les libéraux ont agi ainsi parce que ce n'était pas là où ils voulaient aller. C'était absolument faux de dire qu'il n'y avait pas de consensus. Il y avait un énorme consensus au sein des témoins, des gens interrogés et des partis politiques représentés au Comité. Les libéraux étaient les seuls isolés. Toutefois, comme ils étaient au pouvoir, ils ont fait ce qu'ils voulaient. Ils ont brisé leur promesse, et nous sommes passés à côté d'une occasion historique.
Je pense que nous devons ramener cette question à l'avant-scène. Cela est important pour l'amélioration de notre système démocratique. Je disais tantôt qu'un parti politique peut être élu avec un pouvoir absolu grâce à moins de 40 % des votes. On a déjà vu pire: un parti politique avait obtenu davantage de voix, mais il était devenu un parti de l'opposition, tandis que le parti arrivé en deuxième position dans le vote populaire avait obtenu le pouvoir. Il ne s'agit donc pas seulement d'une distorsion, mais d'une tartufferie. C'est aller à l'encontre de la volonté populaire. Si nous sommes de vrais démocrates et que nous croyons que nous devons représenter à la Chambre le choix des citoyens et des citoyennes, il faut également avoir cette vraie conservation sur un mode de scrutin beaucoup plus adapté, qui est d'ailleurs celui de la grande majorité des démocraties du monde.
Le Canada est l'un des rares pays, avec le Royaume‑Uni et les États‑Unis, à avoir encore ce système. La plupart des pays du monde ont des modes de scrutin proportionnel, avec différents systèmes. Nous pourrions parler longtemps des différents modèles qui existent, mais je veux surtout dire que le mode de scrutin proportionnel est beaucoup plus respectueux de la volonté populaire.
Je suis très content de participer au débat d'aujourd'hui. Je pense que la question de notre système électoral, de la reconnaissance de la nation québécoise, du poids politique des différents territoires, des différentes communautés ou des différentes nations à la Chambre est importante et fondamentale. En tant que démocrate, j'aime toujours parler de démocratie, du pouvoir des citoyens et des citoyennes, ainsi que de la possibilité d'améliorer notre système.
Je suis prêt à répondre aux questions, mais je tiens à dire que je trouve intéressante la recommandation qui a été faite dans cette motion, et je pense que c'est tout à fait adapté de demander à un comité parlementaire d'étudier la question du poids politique du Québec. Cela fait partie des discussions normales que nous devons avoir à la Chambre.
Collapse
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
View Mark Gerretsen Profile
2022-06-02 12:28 [p.6010]
Expand
Madam Speaker, I listened to my colleague's intervention, and in the last point he made, he said it was appropriate for a committee to be studying this. The committee is already going to be studying this. What this motion is really about is telling the committee in more detail exactly how to study it and perhaps what the outcome should be in advance of letting it do the work.
More importantly, the member spent a lot of time talking about proportional representation. The NDP seems to come from this perspective that proportional representation is all or nothing. However, the reality of the situation is that my riding is unique. It is different from his riding. It is different from the ridings out west. It is different from many, if not all, ridings throughout the country. When constituents have an issue, they like coming to see me. They want a door they can go to and knock on so they can talk to local people about their issues, people who will represent them locally.
In the NDP's version of proportional representation, how do we ensure that people continue to have local representation? I know the member said there are a whole bunch of different models we could be studying and deliberating on, but could he comment more generally on this?
Madame la Présidente, j’ai écouté l’intervention de mon collègue et, dans son dernier point, il a dit qu’il était pertinent qu’un comité étudie cette question. Le comité doit déjà l’étudier. Cette motion vise en fait à dire plus en détail au comité comment étudier la question et peut-être quel devrait être le résultat avant de le laisser faire son travail.
Plus important encore, le député a passé beaucoup de temps à parler de la représentation proportionnelle. Le NPD semble penser que la représentation proportionnelle, c’est tout ou rien. Cependant, le fait est que ma circonscription est unique. Elle est différente de la sienne. Elle est différente des circonscriptions de l’Ouest. Elle est différente d’un grand nombre, voire de la totalité des circonscriptions du pays. Lorsque mes concitoyens ont un problème, ils aiment venir me voir. Ils veulent pouvoir frapper à une porte pour parler de leurs problèmes à des personnes locales, des personnes qui les représentent localement.
Dans la version du NPD de la représentation proportionnelle, comment nous assurons-nous que les gens continuent d’avoir une représentation locale? Je sais que le député a dit qu’il y a tout un tas de modèles différents que nous pourrions étudier et sur lesquels nous pourrions délibérer, mais pourrait-il faire des commentaires plus généraux à ce sujet?
Collapse
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
View Alexandre Boulerice Profile
2022-06-02 12:30 [p.6010]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague for that excellent question. Earlier I said that I was part of the Special Committee on Electoral Reform, which travelled across the country to hear what people had to say. This is an issue that came up many times. I know that in my colleague's riding, people like to know who their MP is, sometimes so that they can congratulate him, sometimes so that they can criticize him, sometimes so that they can hold him to account and sometimes so that they can ask for federal government services. That is entirely appropriate. We could have a big discussion about that, but there is a way to maintain that contact.
Let us look at Germany, which has a mixed member proportional system. Half of the members are elected in local ridings, like in our current system. The other half are elected by a proportional voting system. Proportional representation corrects the major distortions created by a purely local electoral model.
Why is it that Conservative voters have basically no representation in Toronto? Why do Liberal voters have no representation in the Prairies? I think we also need to keep that in mind. There are models that can help us maintain that connection with voters while correcting problems with the system.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de cette question qui en est une excellente. Tantôt, j'ai dit que j'ai fait partie du Comité spécial sur la réforme électorale qui a sillonné le pays et les territoires pour entendre les gens. C'est une question qui est revenue à plusieurs reprises. Je sais que dans la circonscription de mon collègue, les gens aiment savoir qui est leur député des fois pour le féliciter, des fois pour le critiquer, des fois pour lui demander des comptes et des fois pour lui demander des services de l'administration fédérale. C'est tout à fait légitime. On pourrait avoir une grande discussion à ce sujet, mais il y a moyen de conserver cela.
Regardons le système allemand qui a un système proportionnel mixte. La moitié des députés sont élus dans des circonscriptions locales, comme nous avons actuellement; l'autre moitié des députés sont élus par un scrutin proportionnel. Cette élection proportionnelle vient corriger les distorsions d'un modèle électoral qui est uniquement local et qui crée des distorsions importantes.
Comment se fait-il qu'il n’y ait pratiquement aucun électeur conservateur à Toronto qui soit représenté? Comment se fait-il qu'il n'y ait aucun électeur libéral qui soit représenté dans les Pairies? Je pense que nous devons aussi avoir cela en perspective. Il y a des modèles qui peuvent nous permettre de conserver ce lien avec l'électeur tout en corrigeant les lacunes du système.
Collapse
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
View Luc Desilets Profile
2022-06-02 12:31 [p.6010]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie for his speech, the first part of which I thought was quite nationalist and even independentist. It was good. I thank him for supporting the Bloc's position on Quebec's representation in the House of Commons.
My question is this: If we were to base this “Quebec clause” for example on the Charlottetown accord, which gave Quebec 25% representation in the House, would my colleague agree that we could go that far, 25%, which would mean six more members for Quebec?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie de son discours dont je trouvais la première partie très nationaliste et même indépendantiste. Cela fait du bien. Je le remercie d'appuyer la position du Bloc quant à la représentativité du Québec au sein de la Chambre des communes.
Ma question est la suivante: si on s'inspirait pour cette « clause Québec » entre autres de l'accord de Charlottetown, qui donnait une représentativité de 25 % de députés québécois, mon collègue serait-il d'accord que nous puissions aller jusque-là, 25 %, ce qui pourrait représenter six députés de plus pour le Québec?
Collapse
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
View Alexandre Boulerice Profile
2022-06-02 12:32 [p.6010]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague for his question. However, I am not sure about how he interpreted the start of my speech. I think that he took the rubber band and stretched it a bit.
I believe that this is a legitimate and reasonable target. That is part of the discussion that we need to have. We need to see what the current situation is. Is what was negotiated in 1992 necessarily applicable today? Maybe so, or maybe not, although I do think that we need to at least have this discussion and see how we can move forward to protect Quebec's political weight in the House.
I am very proud of the work that the NDP did in their negotiations; they at least protected what Quebec has right now and saved the province from losing a seat. I think that the NDP won a great victory for Quebec in its negotiations with the Liberal government.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question. Par contre, je ne suis pas certain de son interprétation du début de mon discours; je pense qu'il a pris l'élastique et il l'a étiré un peu.
Je pense que c'est une cible légitime et raisonnable. Cela fait partie des discussions que nous devons avoir. Il faut voir quel est l'état de la situation. Est-ce que ce qui a été négocié en 1992 doit s'appliquer tel quel aujourd'hui? Peut-être que oui et peut-être que non, mais je pense qu'il faut au moins avoir cette discussion et voir comment on peut aller de l'avant pour protéger le poids politique du Québec à la Chambre.
Je suis très fier du travail que le NPD a fait dans ses négociations; il a au moins protégé ce que le Québec a en ce moment et il lui a évité de perdre un siège. Je pense que le NPD a remporté une belle victoire pour le Québec dans ses négociations avec le gouvernement libéral.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2022-06-02 12:33 [p.6011]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie for his speech and especially for having once again raised the issue of our current voting system. I, too, was a member of the Special Committee on Electoral Reform.
I was particularly amused to hear the hon. member recall the weird survey the government did, called “vox populi”. It turned out that even when it tried to torque the questions to get the answers it wanted, the survey was never clear, because no one ever had a chance to just mark down “I want proportional representation.” It was very twisted. We did find out that 70% of Canadians who did the survey said they would rather see a lot of smaller parties work together, even if it takes longer, to come to decisions in a co-operative fashion by consensus. Our system here is way too adversarial and way too partisan, and it is not necessary.
Can the hon. member imagine a time when we can get rid of the perverse voting system we have here? We have been promised it over and over again by the Liberals, but it was snatched away from us.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie de son discours et particulièrement d'avoir encore une fois soulevé la question de notre système de scrutin actuel. J'ai moi aussi siégé au Comité spécial sur la réforme électorale afin de trouver un nouveau système de scrutin.
J’ai trouvé particulièrement amusant d’entendre le député rappeler l’étrange sondage que le gouvernement avait fait, appelé « vox populi ». Il s’est révélé que même s’il essayait de bricoler les questions de manière à obtenir les réponses qu’il souhaitait, le sondage n’était jamais clair, car on n’offrait jamais aux participants la possibilité de cocher simplement: « Je veux une représentation proportionnelle ». C’était très tordu. Nous avons appris que 70 % des Canadiens ayant participé au sondage ont dit qu’ils préféraient voir un grand nombre de petits partis travailler ensemble, même si cela prend plus de temps, pour prendre des décisions en collaboration par consensus. Notre système est beaucoup trop conflictuel et partisan, et ce n’est pas nécessaire.
Le député peut-il imaginer un avenir où nous pourrions nous débarrasser du système électoral pervers que nous avons ici? Les libéraux nous l’ont promis à maintes reprises, mais on nous l’a refusé.
Collapse
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
View Alexandre Boulerice Profile
2022-06-02 12:34 [p.6011]
Expand
Madam Speaker, my colleague is absolutely right.
If we look at the number of members that the parties get elected and the number of votes they get nationally, it creates distortions, as I was saying earlier. There was one election where it took an average of 35,000 votes to elect a Liberal member, 40,000 votes to elect a Conservative member, 80,000 votes to elect an NDP member and practically 300,000 votes to elect a Green Party member. It is completely unfair to the voters.
I think that we do indeed need to work together, collaborate on finding a better system that will be fairer for everyone and will likely produce governments that will have to work together. A proportional voting system is not just more respectful of the voters; it also changes the political culture.
I know that my colleague is keen on that notion and that idea. It creates parliaments that are less aggressive and confrontational with a lot more dialogue and consensus building. I think that is best for our democracy and it is also what people want from us.
Madame la Présidente, ma collègue a tout à fait raison.
Si on regarde le nombre de députés que les partis obtiennent et le nombre de votes qu'ils ont obtenus à l'échelle nationale, cela créait des distorsions, comme je le disais tantôt. Lors d'une certaine élection, cela prenait en moyenne 35 000 votes pour avoir un député libéral, 40 000 votes pour avoir un député conservateur, 80 000 votes pour avoir un député néo-démocrate et pratiquement 300 000 votes pour avoir un député du Parti vert. C'est complètement inéquitable entre les citoyens et les citoyennes.
Je pense que, effectivement, nous devons travailler ensemble, collaborer pour trouver un meilleur système qui sera plus juste pour tout le monde et qui va probablement donner des gouvernements qui vont devoir travailler ensemble. Un mode de scrutin proportionnel n'est pas juste plus respectueux pour les électeurs, cela change également la culture politique.
Je sais que ma collègue est attachée à cette notion et à cette idée. Cela crée des Parlements qui sont moins agressifs, moins dans la confrontation, beaucoup plus dans le dialogue et dans la recherche de consensus. Je pense que c'est meilleur pour notre démocratie et c'est également ce que les citoyens et les citoyennes nous demandent.
Collapse
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2022-06-02 12:35 [p.6011]
Expand
Madam Speaker, I am going to take the liberty of passing the puck to my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie. He can decide whether it lands on his stick or his skate; it depends how he takes it.
We are trying to make the Liberals understand that the Bloc Québécois does not want to pick a fight. We just want to maintain Quebec's political weight and representation in Parliament. That is the rationale for the 25% representation that Quebec is requesting, which is the same ratio that was entrenched in the Charlottetown accord, as my colleague mentioned.
When asked about this, the Liberals repeat that they have already given Quebec what it wanted, 78 seats. However, they set that number without considering representation, which is still at risk based on demographics and the gradual increase in the number of House seats.
I would like to hear my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie offer his opinion and expertise on the Liberals' attitude. They do not understand what we are trying to say when we demand that Quebec's political weight be maintained in Parliament.
Madame la Présidente, je vais me permettre de faire une passe à mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie. Il décidera si c'est une passe sur la palette ou dans les patins; cela dépendra de son interprétation.
Nous essayons de faire comprendre aux libéraux que le Bloc québécois n'essaie pas de créer de la chicane, mais bien de maintenir le poids et la représentation politique du Québec au Parlement. Voilà la raison d'être de cette demande de représentation à hauteur de 25 %, qui, comme mon collègue l'a mentionné, était enchâssée dans l'accord de Charlottetown.
Quand on leur pose des questions à ce sujet, les libéraux répètent qu'ils ont déjà donné au Québec ce qu'il voulait, à savoir 78 sièges. Cependant, on fixe ce nombre sans tenir compte de la représentativité, qui reste quand même à risque selon la démographie et l'augmentation graduelle des sièges à la Chambre.
J'aimerais entendre l'opinion et l'expertise de mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie sur cette attitude des libéraux, qui ne comprennent pas ce que nous essayons d'exprimer en exigeant qu'on maintienne le poids politique du Québec au Parlement.
Collapse
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
View Alexandre Boulerice Profile
2022-06-02 12:36 [p.6011]
Expand
Madam Speaker, I would like to thank my colleague from Drummond for his question.
I am not yet sure if his pass will hit my stick or my skates; it depends on how fast I can get to the puck.
My colleague asked an excellent question. I find it hard to understand the Liberals' stubbornness in refusing to discuss this. I am very proud that we were able to get the government to protect the 78 seats in Quebec. However, that is not the end of the discussion, or the end of the story.
I think we need to be open to this discussion, and I do not understand why the Liberal members from Quebec are not. They probably need to discuss it within their caucus. Why are they not showing more support for this motion so that we can discuss it in committee and determine next steps?
We protected 78 seats, and I think that this first step was absolutely necessary. However, this is not the end of this story or of this historic demand from Quebec.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Drummond de sa question.
Je ne sais pas encore si la passe sera sur palette ou dans les patins; cela dépendra de ma capacité d'aller vite pour attraper la rondelle.
Mon collègue a posé une excellente question. Je comprends mal l'obstination des libéraux, qui ne veulent même pas discuter. Je suis très fier que nous ayons réussi à obtenir du gouvernement qu'il protège les 78 sièges du Québec. Toutefois, ce n'est pas tout, ce n'est pas la fin de la discussion ni la fin de l'histoire.
Je pense qu'on doit être ouvert à cette discussion et je ne comprends pas que les députés libéraux du Québec ne puissent pas l'être. J'imagine qu'ils doivent en discuter au sein de leur caucus. Comment se fait‑il qu'ils ne manifestent pas davantage leur appui à cette motion afin qu'on en discute en comité et qu'on détermine quelles sont les prochaines étapes à suivre?
On a protégé 78 sièges et je pense que cette première étape était absolument nécessaire. Cependant, ce n'est pas la fin de cette histoire et de cette demande historique de la part du Québec.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-06-02 12:38 [p.6011]
Expand
Madam Speaker, I will be sharing my time.
This really is quite incredible. There is one day in the entire life of Parliament set aside for debate about the state of our democracy, and in particular the rules of order that govern this place. Unfortunately, we see other parties that want to debate a different motion and therefore overwhelm the time set aside for this important debate on the health of Parliament and the health of our democracy.
In particular, the member for Winnipeg North, who seems to be the only person speaking most of the time in the government caucus, has already eaten 40 minutes of the day that would otherwise have been set aside for this conversation on the Standing Orders, the rules of Parliament, and the state of our democracy.
It is very clear why the Liberals do not want to have a debate about the state of our democracy and the rules that govern it. The sad truth is that ours is a Parliament in decline. This is evident to many of us and is shown in the objective metrics of the health of our democracy. Under Prime Minister Stephen Harper, the use of time allocation and prorogation of Parliament provoked conniptions from Liberals and from the commentariat concerned that such measures were hurting democracy by curtailing debate and limiting the ability of other parties to hold the government accountable.
Today the Liberals, with the NPD's support, not only regularly use time allocation to limit debate but have normalized the routine use of programming motions that completely skip over whole stages of deliberation on bills, including blocking all committee study and preventing opportunities for amendment. These parties have gone from being apoplectic about any limiting of time at a particular stage of a bill, to passing motions to wholesale skip stages of consideration.
This Parliament has also spent substantial portions of the past few years suspended, and when it is sits, it is partially reduced to a Zoom call. Duly elected members of Parliament and their staff are barred from entering Parliament because of personal health choices, even while those same people mix unmasked and unvaccinated with staff and MPs at receptions only a block away.
Many of the same people who decried time allocation under Stephen Harper now defend the wholesale running over of the normal functioning of this institution on multiple fronts as allegedly necessary to prevent the so-called playing of partisan games and delay tactics, as if members of Parliament were obliged to do everything possible to pass government legislation quickly without serious review.
Today we have Motion No. 11, which is another attack on democracy. It allows the government to change the adjournment time at will without any notice and without a vote, which makes it extremely difficult, by design, for opposition politicians to do their jobs.
We are not just a Parliament in decline; we are a democracy in decline. To observe as much is not to say that we have ceased to be a democracy, but that our democracy is weakening and we need to act in response. The globally recognized authority on democracy measurement is called IDEA: the Institute for Democracy and Electoral Assistance. It is based in Stockholm.
IDEA recognizes that democracy is not an absolute: It is a measure of a country's performance across a series of metrics, such as representative government, impartial institutions and fundamental rights. According to IDEA, Canada's performance on key variables of checks on government and effective Parliament are in sharp decline. Our performance, in terms of checks on government, is at .68. That is lower than the United States and any nation in western Europe. Our score for effective Parliament has dropped precipitously from .73 in 2015 to .59 now. It is just barely above the world average.
It is not just Conservatives who say our Parliament is in decline. It is the world-leading experts responsible for measuring the health of parliaments and parliamentary democracies who say that we are a Parliament in decline.
Unfortunately, I do not have time to do a complete analysis of democratic decline in Canada, but I want to talk about what we should be talking about today, which is how the proper functioning of the Standing Orders provides tools for us to resist democratic decline. As the rules of the House of Commons, the Standing Orders have a particular role to play in trying to help preserve the vitality of our institutions.
The purpose of Parliament is to bring Canadians together who are chosen by and speak for the experience of different localities, to deliberate about the common good of the whole nation and pass laws in accordance with it. Within that, the role of the Standing Orders is to prescribe the form of that deliberation, such as who gets to speak, for how long and in what ways on what subjects. This balances the need to hear from a multiplicity of perspectives with a need to proceed with legislation in a reasonable amount of time.
The Standing Orders and traditions of this place are finely tuned to achieve that necessary balance. Ultimately, in a democracy the majority should have its way. The rules of the House exist, to some extent, to slow down the majority and to give other points of view the opportunity to be heard and to create space for the minority to try to persuade the majority.
Democracy is the idea that the majority should rule, but not that the majority is always right. Majorities can get vital issues wrong. In particular, since the dawn of democracy, thinkers have worried about how the stimulation of short-term passions in the majority can make for a kind of mob rule mentality and lead to bad decision-making. Even unanimous decisions stirred up around short-term impulses and passions can be deeply regretted afterward when the tyranny of the moment has passed.
The framers of modern democracies perceived these risks. They have noted that the world's first democracy killed the world's first known philosopher. Modern democracy has sought to improve on ancient mob rule by liberating the people from both the tyranny of elites and the tyranny of short-term thinking, and has thus sought to stimulate decision-making based on the considered judgment of the people over time.
The majority should rule, but should still be expected to hear contrary points of view and to sleep on decisions before finalizing them. Such requirements still do not provide a guarantee of right decision-making, but they do improve the chances.
Individuals and collectives make better decisions when they think about those decisions first. It is a key function of Parliament in general, and of the Standing Orders in particular, to create the time and space required for authentic, deliberative democracy and for the considered judgment of the people over time.
Those who have developed and refined Parliament as both an expression of, but also a check on, majoritarianism understood well that proportionate deliberation increases the chance that the majority will get both the big and the small questions right without unintended consequences.
The Standing Orders that we have are not perfect, but they are generally tuned to help strike this vital balance between majority rule and deliberation. A problem that is substantially driving the decline of our Parliament today is not so much the Standing Orders themselves, actually, but the casualness with which the rules contained therein are frequently abridged.
In principle, if rules are established and structures are as they should be, there is no need to abridge them, yet it is a veritable constant that we hear some delegate of the government rise in the House to propose that the House take some action notwithstanding any Standing Order or usual practice of the House. Every time we accept this, we are choosing to act contrary to that long-standing wisdom and, as such, we should be very careful.
Unanimous consents, even on mundane procedural matters, involve the House derogating from established practice. I am certainly not against the limited use of this abridgement in such cases, but I still think we should acknowledge its risks.
What is much worse is what we see more and more of in this Parliament, which is the way that the House now frequently goes beyond rule abridgement by unanimous consent for procedural simplicity. We are now operating under a series of special rules, passed by a majority of the House over the objections of the minority, that have fundamentally changed our operating practices to limit opposition input and government accountability.
We have government programming motions, which I have already discussed. We have the routine efforts of members of the House to get the House to pronounce itself on substantive issues through unanimous consent, without notice, where members are asked to unanimously endorse something, oppose something, or even adopt a piece of legislation at all stages with no advance notice or debate.
The use of these unanimous consent motions does respond to a real problem: It is that members of Parliament do not, I think, have enough opportunity to put substantive proposals forward. I would support changes to our Standing Orders that expand the available opportunities for members to put forward substantive motions or private members' bills for debate.
I still suspect that even with those opportunities, we would see MPs stand up out of the blue and expect the entire House to pronounce itself on substantive matters without formal notice or debate, and we would still see government motions that try to abridge long-established Standing Orders.
Those who obsessively use unanimous consent motions are, perhaps unwittingly, seeking to abridge vital checks and balances and bring us back to democratic mob rule, where the tyranny of the moment, instead of the considered judgment of the people over time, is what rules. I oppose these efforts to roll the clock back to a purely majoritarian democracy instead of a functioning, deliberative democracy.
The use of unanimous consent motions also lends itself to significant gamesmanship: efforts to move such motions when particular members are out of the House, or to actively engage certain members in conversation so that they will not notice that a motion is being moved. It is a given, with committee assignments and other responsibilities, that all members are not able to be in the House all day.
This is why we have, for instance, bells before votes. Unanimous consent motions override the rights of members who are not present. The Standing Orders and the Speaker should work to preserve and protect the rights of members and the health of our deliberative democracy by constraining these kinds of Standing Order—
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole.
C’est vraiment incroyable. C’est la seule journée de toute cette législature consacrée à un débat sur l’état de notre démocratie, en particulier sur les règles qui régissent la Chambre. Malheureusement, il semble que les autres partis souhaitent débattre d’une motion différente et qu’ils accaparent le temps réservé à cet important débat sur la santé du Parlement et la santé de notre démocratie.
Le député de Winnipeg-Nord, qui semble être le seul à intervenir la plupart du temps au sein du caucus gouvernemental, a déjà accaparé 40 minutes de la journée qui auraient pu être consacrées à ce débat sur le Règlement, les règles du Parlement, et l’état de notre démocratie.
La raison pour laquelle les libéraux ne veulent pas tenir un débat sur la santé de notre démocratie et les règles qui la régissent est très claire. La triste vérité, c’est que notre Parlement est en déclin. C’est évident pour bon nombre d’entre nous, comme le démontrent les mesures objectives de la santé de notre démocratie. Sous la direction du premier ministre Stephen Harper, le recours à l’attribution de temps et à la prorogation du Parlement suscitait l’ire des libéraux et des commentateurs qui craignaient que ces mesures portent atteinte à la démocratie en limitant le débat et en empêchant les autres partis de demander des comptes au gouvernement.
Aujourd’hui, les libéraux, avec l’appui des néo-démocrates, ont non seulement recours à l’attribution de temps pour limiter le débat, mais en plus, ils normalisent le recours à des motions de programmation qui suppriment des étapes entières de l’étude de projets de loi, notamment en entravant leur étude en comité et en empêchant la proposition d’amendements. Ces partis sont passés de l’indignation à l’idée d’escamoter toute étape de l’étude d’un projet de loi à l’adoption de motions visant à sauter des étapes entières de l’étude.
Le Parlement a également été suspendu durant une grande partie des dernières années et lorsqu’il siège, les séances se déroulent partiellement sur Zoom. Des députés dûment élus et leur personnel n’ont pas le droit d’entrer au Parlement à cause de leur choix personnel en matière de santé, même si ces mêmes personnes socialisent avec des membres du personnel et des députés non masqués et non vaccinés lors de réceptions dans un édifice voisin.
Bon nombre des députés qui ont décrié le recours à l’attribution de temps sous Stephen Harper défendent aujourd’hui le non-respect du fonctionnement de cette institution sur de multiples fronts, parce que cela serait prétendument nécessaire pour empêcher de prétendues manœuvres partisanes et tactiques dilatoires. C’est comme si les députés étaient obligés de faire tout en leur pouvoir pour adopter rapidement des projets de loi d’initiative ministérielle sans examen sérieux.
Aujourd’hui, nous sommes saisis de la motion no 11, qui est une atteinte de plus à la démocratie. Cette motion permet au gouvernement de modifier le moment de l’ajournement à son gré, sans préavis ni vote, ce qui rend la tâche extrêmement difficile aux députés de l’opposition.
Nous ne sommes pas seulement un Parlement en déclin; nous sommes une démocratie en déclin. Ce n’est pas tellement que nous ne sommes plus une démocratie, mais plutôt que notre démocratie s’affaiblit et que nous devons réagir. L’autorité mondialement reconnue en matière de mesure de la démocratie est l’Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale, mieux connu sous l’acronyme anglais IDEA. Il est basé à Stockholm.
L’IDEA reconnaît que la démocratie n’est pas un absolu: c’est une mesure de la performance d’un pays selon une série de paramètres, comme le gouvernement représentatif, des institutions impartiales et des droits fondamentaux. Selon l’IDEA, la performance du Canada au chapitre des variables clés des contrôles appliqués au gouvernement et de l’efficacité du Parlement est en net recul. Notre performance, au titre des contrôles appliqués au gouvernement, est de 0,68. C’est plus bas qu’aux États‑Unis et dans tout autre pays d’Europe occidentale. Notre cote pour un Parlement efficace a dégringolé de 0,73 en 2015 à 0,59 maintenant. C’est tout juste au-dessus de la moyenne mondiale.
Il n’y a pas que les conservateurs qui disent que notre Parlement est en déclin. Ce sont les experts de renommée mondiale responsables de mesurer la santé des parlements et des démocraties parlementaires qui affirment que nous sommes un Parlement en déclin.
Malheureusement, je n’ai pas le temps de faire une analyse complète du déclin de la démocratie au Canada, mais je veux parler de ce dont nous devrions parler aujourd’hui, c’est-à-dire de la façon dont le bon fonctionnement du Règlement nous donne des outils pour freiner le déclin de la démocratie. Comme les règles de la Chambre des communes, son Règlement a un rôle particulier à jouer pour nous aider à préserver la vitalité de nos institutions.
L’objet du Parlement est de rassembler des Canadiens qui sont choisis par les différentes localités et parlent en leur nom, de discuter du bien commun de l’ensemble de la nation et d’adopter des lois en conséquence. Dans ce contexte, le rôle du Règlement est de prescrire la forme de ces délibérations, par exemple, qui peut prendre la parole, pendant combien de temps et de quelle façon sur quels sujets. Cela équilibre la nécessité d’entendre les perspectives les plus diverses avec le besoin de procéder à l’adoption des lois dans un délai raisonnable.
Le Règlement et les traditions de la Chambre sont parfaitement adaptés pour atteindre cet équilibre nécessaire. Au bout du compte, en démocratie, la majorité devrait l’emporter. Les règles de la Chambre existent, dans une certaine mesure, pour ralentir la majorité et pour donner la possibilité d’exprimer d’autres points de vue et laisser à la minorité la chance d’essayer de persuader la majorité.
La démocratie, c’est l’idée que la majorité doit régner, mais pas que la majorité a toujours raison. Les majorités peuvent se tromper sur des questions cruciales. En particulier, depuis l’aube de la démocratie, les penseurs s’inquiètent de la façon dont la stimulation des passions éphémères chez la majorité peut créer une sorte de mentalité de gouvernement par la masse et déboucher sur de mauvaises décisions. Même les décisions unanimes en réaction à des impulsions et des passions éphémères peuvent être amèrement regrettées par la suite lorsque la tyrannie du moment est calmée.
Les fondateurs des démocraties modernes avaient perçu ces risques. Ils ont fait remarquer que la première démocratie au monde avait tué le premier philosophe connu au monde. La démocratie moderne a cherché à améliorer la loi de la rue qui régnait jusque-là en libérant le peuple de la tyrannie des élites et de la pensée à court terme, et elle a donc cherché à stimuler la prise de décisions fondées sur le jugement réfléchi du peuple au fil du temps.
La majorité devrait trancher, mais on devrait quand même s’attendre à entendre des points de vue contraires et à bien réfléchir aux conséquences des décisions avant de les finaliser. Ces exigences ne garantissent toujours pas une bonne prise de décisions, mais elles en améliorent les chances.
Les personnes et les collectivités prennent de meilleures décisions lorsqu’elles y accordent une mûre réflexion. C’est une fonction clé du Parlement en général, et du Règlement en particulier, que de créer le temps et l’espace nécessaires à une démocratie authentique et délibérative et au jugement réfléchi du peuple au fil du temps.
Ceux qui ont élaboré et raffiné le Parlement en tant que mode d’expression du majoritarisme, mais aussi à titre de frein et contrepoids, ont bien compris que la délibération proportionnelle augmente la possibilité que la majorité parvienne à bien répondre aux grandes et aux petites questions sans conséquences imprévues.
Notre Règlement n’est pas parfait, mais il vise généralement à établir cet équilibre vital entre la règle de la majorité et les délibérations. Un problème qui est à l’origine du déclin de notre Parlement aujourd’hui, ce n’est pas tant le Règlement lui-même, en fait, mais la désinvolture avec laquelle on s’écarte souvent des règles qu’il renferme.
En principe, si des règles sont établies et si les structures sont comme elles devraient l’être, il n’est pas nécessaire de les contourner. Pourtant, c’est une véritable constante que d’entendre un représentant du gouvernement se lever à la Chambre pour proposer que la Chambre prenne des mesures nonobstant tout article du Règlement ou l’usage habituel de la Chambre. Chaque fois que nous acceptons cela, nous choisissons d’aller à l’encontre de cette sagesse de longue date et, par conséquent, nous devrions être très prudents.
Le consentement unanime, même sur des questions de procédure banales, implique que la Chambre déroge à la pratique établie. Je ne suis certes pas contre le fait de dévier des règles de façon limitée dans de tels cas, mais je pense tout de même que nous devrions en reconnaître les risques.
Ce qui est bien pire, c’est ce que nous voyons de plus en plus au cours de la présente législature, c’est-à-dire la façon dont la Chambre va souvent au-delà du simple fait de dévier de certains articles, par consentement unanime, pour simplifier la procédure. Nous fonctionnons maintenant selon une série de règles spéciales, adoptées par la majorité de la Chambre malgré les objections de la minorité, qui ont fondamentalement modifié nos pratiques et ainsi limité la participation de l’opposition et la responsabilisation du gouvernement.
Nous avons des motions de programmation du gouvernement, dont j’ai déjà discuté. Nous avons les efforts réguliers des députés d’inciter la Chambre à se prononcer sur des questions de fond par consentement unanime, sans préavis. On demande aux députés d’appuyer à l’unanimité une chose, de s’opposer à autre chose ou même d’adopter un projet de loi à toutes les étapes sans préavis ni débat.
L’utilisation de ces motions de consentement unanime découle d’un véritable problème. À mon avis, les députés n’ont pas suffisamment de temps pour présenter des propositions de fond. J’appuierais des modifications au Règlement offrant aux députés davantage d'occasions de présenter des motions de fond ou des projets de loi d’initiative parlementaire.
Je soupçonne cependant que nous verrions quand même des députés se lever à l’improviste pour demander que toute la Chambre se prononce sur des questions de fond sans avis ni débat officiels. Nous verrions encore des motions du gouvernement visant à contourner des articles du Règlement établis depuis longtemps.
Ceux qui utilisent de façon obsessive les motions de consentement unanime cherchent, peut-être involontairement, à réduire les freins et contrepoids essentiels et à nous ramener au régime démocratique de la rue où règne la tyrannie du moment et non le jugement réfléchi de la population. Je m’oppose à ces efforts de revenir à une démocratie purement majoritaire pour remplacer une démocratie fonctionnelle et délibérative.
Le recours à des motions de consentement unanime se prête également à de grandes manœuvres politiques lorsqu’on profite de l’absence de certains députés pour les présenter ou lorsqu’on lance une conversation animée avec certains députés pour qu’ils ne remarquent pas qu’une motion a été proposée. Il est évident qu’avec les tâches et autres responsabilités au sein des comités, tous les députés ne peuvent pas siéger à la Chambre à longueur de journée.
C’est pourquoi nous avons, par exemple, une sonnerie avant les votes. Les motions de consentement unanime enfreignent les droits des députés absents. Le Règlement et le Président devraient s'efforcer de préserver et de protéger les droits des députés et la santé de notre démocratie délibérative en restreignant ces types de…
Collapse
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2022-06-02 12:46 [p.6013]
Expand
Madam Speaker, I have two quick points that I feel are valid.
I could have been handsome or intelligent. Unfortunately, I am neither. I am trying to see the link between the passionate speech by my colleague from Sherwood Park—Fort Saskatchewan and the Bloc Québécois's proposal to broaden the scope of Bill C-14 and study it at the Standing Committee on Procedure and House Affairs. There may be a link, but I need some clarification.
Second, I do not mean to be critical of my colleague's passionate style, but I would very respectfully like to point out that he is speaking very quickly and that the interpreters are sometimes having a hard time following. It is very important for us to be able to properly hear his comments.
Madame la Présidente, j'ai deux petits points, que je considère valides.
J'ai eu le choix entre être beau ou intelligent. Malheureusement, je ne suis aucun des deux. Je cherche donc un peu quel est le lien entre le discours passionné de mon collègue de Sherwood Park—Fort Saskatchewan et la proposition du Bloc québécois d'élargir la portée du projet de loi C‑14 pour l'étudier au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Il y en a peut-être un, mais j'aurais besoin d'être éclairé.
Deuxièmement, sans vouloir critiquer le style passionné de mon collègue, je souligne, évidemment très respectueusement, que son débit très rapide empêche parfois nos interprètes de le suivre. Or, pour nous, il serait très important de pouvoir bien entendre son propos.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-06-02 12:48 [p.6013]
Expand
Madam Speaker, the Bloc members point out we are into a debate on a different motion than what was scheduled for today, which was the one day when we were supposed to be talking about the rules of the House and the impact on our democracy. I will endeavour to make the link.
The Standing Orders and the Speaker, I believe, should work to preserve and protect the rights of members and the health of our democracy by constraining these practices of Standing Order abridgment. Requests for unanimous consent motions should not be entertained outside of certain very narrow circumstances, and those circumstances should involve a required consultation with all elected members, not just three or four.
The Standing Orders should constrain the use of programming motions, such as through prohibiting the use of time allocation or closure on a programming motion. The deadly combination of a programming motion and closure is allowing the government to pass a bill at all stages in an afternoon.
By constraining their own abridgment, the Standing Orders could reduce these abuses that are weakening our Parliament and roll us back toward unconsidered mob rule. I have no desire to see our Parliament reduced to a body that ritualistically gives perfunctory approval to bills that ministers assure us are very good, while endorsing unconsidered motions simply because they sound nice at first hearing.
Our parliamentary democracy, providing the mechanisms for the people's representatives to genuinely debate about important ideas over a reasonable period of time, is worth defending and preserving, and that is the issue we need to be discussing today.
However, we have Liberal members, and one in particular, who want to talk for a great deal of time on a different Bloc motion: a motion that we are formally debating right now, but we could be debating at any time. They want to discuss it at great length to avoid this vital conversation about the health of our democracy, and that is shameful.
Madame la Présidente, le député du Bloc me signale que le débat porte sur une autre motion que celle qui était initialement au programme. Il s'agit de la seule journée où nous aurions pu discuter des règles de fonctionnement de la Chambre et de leur incidence sur la démocratie. Je vais tâcher de relier les deux sujets.
À mon avis, le Règlement et la présidence devraient tous deux avoir pour objectif de préserver et de protéger les droits des députés et la santé de la démocratie en balisant les occasions où on peut contourner le Règlement. Les demandes de consentement unanime pour présenter une motion ne devraient être recevables que dans certaines circonstances bien précises et, dans tous les cas, c'est l'ensemble des députés qui devraient être consultés, pas juste trois ou quatre.
Le Règlement devrait baliser le recours aux motions de programmation, par exemple en interdisant de les conjuguer à une motion d'attribution de temps ou de clôture. Une fois combinés, ces deux types de motion deviennent beaucoup trop puissants et permettent par exemple au gouvernement de faire franchir toutes les étapes législatives à un projet de loi dans un seul après-midi.
En balisant le recours à ces voies de contournement, le Règlement pourrait réduire les abus qui minent le Parlement et nous ramènent à la loi de la rue. Je n'ai aucune envie que le Parlement soit réduit à une coquille vide qui approuve les yeux fermés les projets de loi que les ministres nous assurent être extraordinaires et qui adopte des motions sans queue ni tête simplement parce qu'elles sonnent bien à la première lecture.
Notre démocratie parlementaire, qui prévoit les mécanismes permettant aux représentants du peuple de débattre véritablement d'idées importantes pendant une période de temps raisonnable, mérite d'être défendue et préservée, et c'est la question dont nous devons discuter aujourd'hui.
Cependant, nous avons des députés libéraux, et un en particulier, qui veulent parler longuement d'une autre motion du Bloc, une motion dont nous débattons officiellement en ce moment, mais dont nous pourrions débattre à tout moment. Ils veulent en discuter longuement pour éviter une conversation essentielle sur la santé de notre démocratie, et c'est honteux.
Collapse
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
View Mark Gerretsen Profile
2022-06-02 12:51 [p.6014]
Expand
Madam Speaker, I guess it is in true form that Conservatives and the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan would somehow blame the government for the motion that we are debating today.
Nonetheless, during his speech, I heard him speak at length about the freedoms of democracy, and he mentioned that democracy is in decline in Canada. I would refer him to an organization called Freedom House. Freedom House has been around for 80 years now. It was developed toward the latter half of World War II.
It is an organization that enjoys bipartisan support in the United States and it rates freedoms throughout the world, specifically political and civil freedoms. Of the 210 countries that it rates, Canada comes in fifth. Canada gets a score of 40 out of 40 for political rights and 58 out of 60 for civil liberties.
How is it possible that the member is able to suggest that the freedoms in Canada and the democracy that relies on those freedoms is somehow in jeopardy, given that this organization—
Madame la Présidente, je suppose qu'il est dans l'ordre des choses que les conservateurs et le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan trouvent un moyen de blâmer le gouvernement pour la motion dont nous débattons aujourd'hui.
Quoi qu'il en soit, pendant son discours, le député a longuement parlé des libertés démocratiques, et il a mentionné que la démocratie était en déclin au Canada. Je l'invite à consulter une organisation appelée Freedom House, qui existe depuis maintenant 80 ans. Elle a été créée vers la seconde moitié de la Seconde Guerre mondiale.
Il s'agit d'une organisation qui jouit d'un appui bipartite aux États-Unis et qui évalue les libertés dans le monde entier, plus particulièrement les libertés politiques et civiles. Parmi les 210 pays évalués, le Canada se classe au cinquième rang. Notre pays a obtenu une note de 40 sur 40 pour les droits politiques et de 58 sur 60 pour les libertés civiles.
Comment le député peut‑il laisser entendre que les libertés au Canada et la démocratie qui repose sur ces libertés sont en quelque sorte en péril, sachant que cette organisation...
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-06-02 12:52 [p.6014]
Expand
Madam Speaker, the hon. member did not listen or he did not want to listen. IDEA, the organization I referred to that ranks global democracies across a series of metrics, draws on various metrics, and Freedom House is part of the input data that IDEA uses.
IDEA ranks democratic performance across a range of metrics including civil liberties, checks on government, pluralism and other metrics. What I said is specifically on the metric of checks on government. I did not talk about civil liberties. There are issues there but I did not talk about them. On the issue of checks on government, our objective ranking is declining.
The member's question completely ignored my comment on how checks on government and metrics on effective Parliament are in decline. On checks on government and effective Parliament, we have dropped massively in international ranking since 2015. That is a different metric from civil liberties. It is an extremely important metric and the member should be aware of the difference.
Madame la Présidente, le député n'a pas écouté ce que j'ai dit ou il a choisi de faire comme s'il n'avait pas entendu. L'Institut international pour la démocratie et l'assistance électorale, dont j'ai parlé, classe les démocraties mondiales selon divers critères et utilise différentes mesures et données, notamment celles de Freedom House.
L'Institut classe le rendement des démocraties dans diverses catégories comme les libertés civiles, les contrepoids au gouvernement et le pluralisme. J'ai parlé spécifiquement de la mesure des contrepoids au gouvernement. Je n'ai pas parlé des libertés civiles. Il y a aussi des problèmes dans ce domaine, mais je n'en ai pas parlé. Le classement objectif du Canada en matière de contrepoids au gouvernement est en déclin.
Dans sa question, le député fait complètement fi de ce que j'ai dit au sujet du déclin des contrepoids au gouvernement et de l'efficacité du Parlement. Dans ces deux domaines, le Canada a dégringolé au classement international depuis 2015. Ce n'est pas le même classement que celui concernant les libertés civiles. Il s'agit d'une donnée extrêmement importante, et le député devrait connaître la différence.
Collapse
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
View Luc Desilets Profile
2022-06-02 12:53 [p.6014]
Expand
Madam Speaker, I thank my hon. colleague, but I would very much like him to bring the discussion back to Bill C-14 and Quebec representation.
Where exactly does my colleague stand when it comes to the Charlottetown accord, which guaranteed Quebec 25% of the seats in the House of Commons?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue, mais j'aimerais beaucoup le ramener à l'objet de la discussion, c'est-à-dire le projet de loi C‑14 et la représentation du Québec.
Dans le contexte de l'accord de Charlottetown, qui prévoyait une représentation de députés québécois de 25 % à la Chambre des communes, où se situe précisément mon collègue?
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-06-02 12:54 [p.6014]
Expand
Madam Speaker, with respect to these issues of representation, the Conservatives supported the bill saying that no province's number of seats should drop, and I think I have been clear about that. I also think the principle of representation by population is an important principle in our democracy. We need to recognize that Quebec's identity is important, Alberta's identity is important and British Columbia's identity is important, and that every person in this country needs their voice to be heard in the House. That is my view.
However, if Parliament is not functioning properly and is not the mechanism through which individual MPs can actually be heard, check the power of government and debate legislation, the Standing Orders are not working properly. If Parliament is not working properly, then it barely matters who is here, because Parliament is prevented from doing its job. Even prior to the issues the member is raising is the question of whether Parliament is able to be that deliberative assembly of one nation. That is what I think is really important.
Madame la Présidente, en ce qui concerne la question de la représentation, les conservateurs ont appuyé le projet de loi voulant qu'aucune province ne perde de siège, et je pense que je l'ai indiqué clairement. Je crois également que le principe de la représentation selon la population est important pour la démocratie. Il faut reconnaître que l'identité du Québec est importante, comme celle de l'Alberta et de la Colombie‑Britannique, et que la voix de chaque Canadien doit pouvoir être entendue à la Chambre. C'est mon point de vue.
Cependant, si le Parlement ne fonctionne pas adéquatement et qu'il n'est pas le mécanisme par lequel les députés peuvent s'exprimer, faire contrepoids au pouvoir du gouvernement et débattre des mesures législatives, alors le Règlement ne joue pas son rôle. Si le Parlement ne fonctionne pas adéquatement, il importe peu de savoir qui s'y trouve, puisqu'il ne remplit pas sa fonction. Avant même de s'attarder à la question soulevée par le député, il faut se demander si le Parlement est apte à constituer l'assemblée délibérante de la nation. Voilà ce qui compte vraiment à mon avis.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 12:55 [p.6015]
Expand
Madam Speaker, the member makes reference to unanimous consent motions, and for the most part I agree with what he is saying. However, does he believe that the Speaker has some authority to use discretion, as we have been witnessing over the last little while, to clamp down on UC motions? There should be an expectation of discussions and approvals prior to a member's standing up and introducing one. What are the member's thoughts on that?
Madame la Présidente, le député a parlé des motions de consentement unanime, et je suis en grande partie d'accord avec lui sur ce point. Cependant, pense-t-il que la présidence dispose d'un certain pouvoir discrétionnaire qui lui permet de mettre un frein à ce type de motion, comme nous l'avons vu dernièrement? Il devrait y avoir des discussions destinées à trouver un terrain d'etente avant qu'un député ne puisse présenter ce type de motion. Qu'en pense le député?
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-06-02 12:55 [p.6015]
Expand
Madam Speaker, I have no choice but to find myself in violent agreement with the member that there should be proper consultations. I would just emphasize that those consultations should be with members of the House, not just with House leaders of recognized parties.
When there is a unanimous consent motion, the idea is that the House as a whole is expressing itself. There needs to be a mechanism for all members of the House to be properly and officially informed prior, just as we have with bells and the normal notice procedure. That is extremely important for protecting the rights not just of parties, but of all members.
Madame la Présidente, je n'ai d'autre choix que d'être totalement d'accord avec le député: des consultations adéquates doivent avoir lieu. Je souligne toutefois que ces consultations devraient avoir lieu auprès des députés, et non pas seulement auprès des leaders à la Chambre des partis reconnus.
Le recours à une motion de consentement unanime sous-entend que c'est la Chambre dans son ensemble qui s'exprime. Il faut mettre en place un mécanisme permettant d'en informer officiellement les députés à l'avance, comme cela est le cas avec la sonnerie et la procédure d'avis habituelle. C'est extrêmement important pour protéger les droits non seulement des partis, mais également de tous les députés.
Collapse
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2022-06-02 12:56 [p.6015]
Expand
Madam Speaker, as always, it is an honour to stand in this place and talk about the issues that are pressing to our nation. Certainly, I find it interesting that today a mechanism is being used for a motion the Bloc has brought forward to share some of the priorities of Bloc members. They have highlighted and shared what has come from their constituents.
Over the course of the next nine and a half minutes or so, I hope to discuss some of the substance of the motion and the overall realities that this place faces, in what I hope will be a productive conversation surrounding the importance of the institution that is Parliament and some of the rules and procedures that are associated with it. As will be no surprise to members who have had a chance to listen to some of my interventions in the past, I have a great deal of concern, because we are seeing what I would suggest is a decline in democracy in our nation.
I will highlight as well, when it comes to the motion, that there are questions and concerns surrounding representation for certain provinces with distinct cultures. Coming from Alberta, I know what it is like to be under-represented in this place in terms of the number of seats. It is, I believe, meant to be representation by population in Canada's lower house of our bicameral legislature. We also have a severe under-representation in our upper house. In our conversation around ensuring that our democratic infrastructure is responsive to the realities of our future, that needs to be part of the conversation.
Over the course of COVID, a massive effect has taken place that has impacted Parliament. Especially in the 43rd Parliament, I never thought I would have to fight so hard as a newly elected member of Parliament to simply do my job. There are many aspects of doing that job that have a clear relationship with the Standing Orders and rules we have, which govern the conduct of this place.
Over the course of the last number of months since the election and over the last two Parliaments, there has been a very different look and feel to Parliament. Although this is necessitated by COVID, I note that Canada lagged far behind in terms of Parliament's ability to be reactive and responsive in ensuring that democracy was an essential service in the midst of what is a global pandemic. I hope we can learn the lessons, some of which have been learned, that ensure we can get the functioning of this place back to what I would call a standard of normalcy and ensure there is clear representation. I will touch on Motion No. 11 in a moment, but I will note that over the course of the pandemic, we have seen that accountability can hide behind a computer screen. I know the House leader of the official opposition has brought forward what is an eminently reasonable series of proposals to get the functioning of this place back to normal.
I would like to highlight Motion No. 11. There are some very concerning aspects to it. As I said when discussing Motion No. 11, I can only imagine that had a Conservative prime minister, such as former prime minister Stephen Harper, even contemplated bringing forward something like Motion No. 11, there would have been an outcry by politicos and politicians from different political parties. The government eliminated quorum calls and preprogrammed the ability of a minister of the Crown to extend sittings, without consultation other than with a coalition partner, adding stress on resources. I have done a great deal of research into the matter, and I suggest that the consequences of Motion No. 11 may bring into question the constitutionality of the debate that is taking place.
As I referenced in a point of order earlier this year, the second edition of Parliamentary Privilege in Canada says, “the courts might be effective in ensuring the observance of procedural requirements imposed by the constitution with respect to the enactment of legislation.” Quorum in this place is a constitutional requirement. I would certainly like to hear from members of the government and their partners in the NDP whether they have acknowledged that there may be some constitutional implications to the debates that take place.
Furthermore, I call into question the confidence and supply motion. Through Motion No. 11 and other methods, the government has shown that it does not really want an opposition in this place; it simply wants an audience, whether that means the Conservatives, the Bloc or even the Greens. Although the Greens do not have official standing in this Parliament as a party, they have made their stand. However, the government's confidence and supply agreement, which clearly Canadians did not vote for, and the collaboration that can take place actually circumvent the role that Parliament is supposed to play.
I would also like to talk about the vaccine mandate that exists, which I suggest violates the privileges of members of the House. There is a larger conversation about the thousands of Canadians who have been fired due to the Liberal Prime Minister. What we just learned regarding 1,600 armed forces members, at a time when there is a huge shortage of personnel in our military, is that the government fired those individuals. That is unacceptable. Leadership needs to come from the top to adjust. Let us understand that imposing these sorts of things have consequences for our country. We need to ensure that the rules and procedures we follow respect the fact that we will have disagreements. We cannot weaponize things, as we have seen the Prime Minister do. We cannot weaponize something like a vaccine mandate to silence political opponents.
I will now touch on, as the member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan did before me, unanimous consent motions. We have seen a troubling divide grow between the executive government and administration and Parliament. Unanimous consent motions are one of the ways in which we see that.
We have seen unanimous consent motions pass in this place that have not been followed and have allocated or said to allocate significant funds from the treasury without consequence. I suggest that when it comes to anything other than administrative procedures or dilatory motions, the current process works fine. However, when it comes to policy or political matters, there has to be an adjustment. There has to be a change to ensure that the spirit and use of these motions do not inhibit the ability of this place to function effectively and properly.
I suggest that when it comes to a path forward for UC motions, if they are not, as I mentioned, administrative, procedural or dilatory, consent needs to be provided for a member to even present a unanimous consent motion. That would be a practical solution. Consent should have to be obtained. However, as an idea for those who will contemplate these important decisions, I suggest that if the House leaders of every registered political party were to agree, it would be perfectly reasonable for a unanimous consent motion to go forward, showing that there had been fulsome consultations. If not, they would need consent to simply proceed from there.
In my last minute, I would like to touch on a couple of additional things. I will share that one has to ensure that the role of this place holds a parallel line with the administration managed by the executive of government. The only reason that government exists is Parliament. That is how it works in a parliamentary democracy.
I hope there has been a connection between the debate at hand and the Standing Orders debate to come, and I hope I have been able to effectively bring some items of relevance that will help in the debate in this place.
Madame la Présidente, c'est un honneur, comme toujours, de prendre la parole à la Chambre pour parler d'enjeux pressants pour notre pays. Je trouve décidément intéressant de voir le mécanisme utilisé aujourd'hui dans le contexte de la motion que le Bloc a présentée pour mettre de l'avant certaines des priorités de ses députés et faire connaître le point de vue des citoyens qu'ils représentent.
Pendant les neuf prochaines minutes et demie, j'ai l'intention de parler un peu du fond de la motion et de l'ensemble des réalités auxquelles la Chambre est confrontée. J'espère que cela donnera lieu à un échange constructif sur l'importance de l'institution parlementaire et de ses règles et procédures. Les députés qui ont déjà écouté certaines de mes interventions ne seront pas étonnés d'entendre que je suis très préoccupé par ce à quoi nous assistons actuellement et qui m'apparaît être un déclin de la démocratie au Canada.
Toujours dans le contexte de cette motion, je m'attarderai sur le fait que la représentation de certaines provinces qui ont une culture distincte soulève des questions et des préoccupations. Comme je viens de l'Alberta, je connais la réalité d'une province sous-représentée à la Chambre en raison du nombre de sièges qui lui sont alloués. Si je ne m'abuse, à la Chambre basse de notre Parlement bicaméral, la représentation est censée être fondée sur la population. Nous sommes aussi gravement sous-représentés à la Chambre haute. Ce sont des éléments dont il faut tenir compte lorsqu'il est question de faire en sorte que l'infrastructure démocratique du pays puisse s'adapter aux réalités futures de notre pays.
La pandémie a provoqué de profonds bouleversements qui ont eu des répercussions sur le Parlement. Je n'aurais jamais cru, en particulier au cours de la 43e législature, devoir me battre autant comme nouveau député pour simplement arriver à faire mon travail. En effet, de nombreux aspects de notre travail ont un lien direct avec les règles et le Règlement qui régissent les délibérations de la Chambre.
Au cours des mois qui ont suivi les dernières élections et des deux dernières législatures, le Parlement a pris une allure bien différente. La COVID a rendu cela nécessaire, bien entendu, mais j'ai également constaté que le Canada a beaucoup tardé à faire en sorte que le Parlement s'adapte pour que la démocratie demeure un service essentiel en plein cœur d'une pandémie mondiale. J'espère que nous pourrons en tirer des leçons, en plus de celles qui ont été apprises, afin que la Chambre puisse retrouver ce que j'appellerais une forme de normalité et assurer une vraie représentation. Je vais parler de la motion no 11 dans un instant, mais je veux d'abord souligner que la pandémie nous a montré que la reddition de comptes peut se cacher derrière un écran d'ordinateur. Je sais que le leader à la Chambre de l'opposition officielle a présenté une série de propositions très raisonnables pour permettre à cette enceinte d'effectuer un retour à la normale.
Parlons maintenant de la motion no 11, car je dois dire qu'elle contient plusieurs éléments qui font sourciller. Je peux seulement imaginer ce qui serait arrivé s'il avait fallu qu'un premier ministre conservateur — l'ancien premier ministre Stephen Harper, par exemple — songe à présenter une motion comme celle-là. Nous aurions assisté à une levée de boucliers de la part de tout ce que le pays compte de politiciens et d'observateurs politiques. Le gouvernement a éliminé les demandes de quorum et donné aux ministres le pouvoir de prolonger les séances comme bon leur semble, et ce, sans consulter qui que ce soit à part le partenaire avec qui il forme une coalition, ce qui ajoute au stress du personnel de soutien. J'ai fait pas mal de recherches et, à mon avis, la motion no 11 pourrait rendre les débats actuels inconstitutionnels.
Comme je le disais dans un recours au Règlement qui a eu lieu plus tôt cette année, on peut lire dans la deuxième édition du Privilège parlementaire au Canada que « les tribunaux peuvent être un moyen efficace de garantir le respect des exigences imposées par la Constitution quant à la procédure d'adoption des lois ». Le quorum fait partie de ces exigences constitutionnelles. Je serais curieux de savoir si les libéraux et leurs partenaires néo-démocrates sont même conscients que la constitutionnalité des débats est loin d'être garantie.
Je m'interroge également sur l'entente de soutien et de confiance qui a été conclue. Grâce à la motion no 11 et à diverses autres tactiques, le gouvernement a prouvé qu'il ne veut pas vraiment d'opposition; ce qu'il veut, c'est un public, qu'il soit formé de conservateurs, de bloquistes ou même de verts. Même si le Parti vert n'est pas officiellement reconnu au Parlement, ses députés ont fait connaître leur position. Or, à cause de cet accord de soutien et de confiance, pour lequel les Canadiens n'ont jamais voté, le rôle du Parlement est court-circuité.
J’aimerais aussi parler des exigences actuelles liées à la vaccination, qui, selon moi, enfreignent le privilège parlementaire. Il y a aussi une conversation plus importante à avoir au sujet des milliers de Canadiens qui ont été congédiés à cause du premier ministre libéral. Nous venons d’apprendre que 1 600 membres des Forces armées canadiennes ont été congédiés par le gouvernement, à un moment où il y a une énorme pénurie de personnel dans nos forces armées. C’est inacceptable. Le leadership doit venir d’en haut et il faut ajuster le tir. Il faut comprendre que ce genre d’imposition a des conséquences pour notre pays. Nous devons veiller à ce que les règles et les procédures que nous suivrons respectent le fait que nous ne serons pas toujours d’accord. Nous ne devons pas instrumentaliser les choses comme l’a fait le premier ministre. Nous ne devons pas faire des exigences de vaccination une arme pour taire nos opposants politiques.
Je vais maintenant aborder, comme le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan l’a fait avant moi, les motions demandant le consentement unanime de la Chambre. Nous avons vu croître un fossé bien inquiétant entre le pouvoir exécutif, l’administration et le Parlement. Les motions demandant le consentement unanime en témoignent.
Nous avons vu la Chambre adopter des motions demandant le consentement unanime qui n'ont pas été respectées et qui ont affecté, en principe ou en réalité, des sommes du Trésor considérables sans conséquence. Je pense que, lorsqu’il s’agit de motions de nature administrative, procédurale ou dilatoire, le processus actuel fonctionne bien. Toutefois, quand il est question de stratégies ou de questions politiques, il faut ajuster les choses. Il faut apporter un changement pour veiller à ce que l'esprit de ces motions et leur utilisation ne servent pas à nuire au fonctionnement efficace et adéquat de la Chambre.
En ce qui concerne la voie à suivre pour les motions demandant le consentement unanime, si elles ne sont pas, comme je l'ai mentionné, de nature administrative, procédurale ou dilatoire, je crois que le consentement doit être fourni pour qu'un député puisse même présenter une motion de consentement unanime. Ce serait une solution pratique. Le consentement devrait être obtenu. Voici toutefois une idée pour les députés qui envisageront ces décisions importantes: si les leaders parlementaires de chaque parti politique enregistré étaient d'accord, je crois qu'il serait parfaitement raisonnable qu'une motion de consentement unanime soit présentée, ce qui montrerait qu'il y a eu des consultations exhaustives. Si ce n'est pas le cas, ils auraient besoin d'obtenir le consentement pour procéder simplement à partir de ce stade.
Je profite de la dernière minute qu'il me reste pour aborder deux points supplémentaires. Je dirai qu'il faut veiller à ce que le rôle de cet endroit soit parallèle à l'administration gérée par l'exécutif. Si le gouvernement existe, c’est uniquement grâce au Parlement. C'est ainsi que cela fonctionne dans une démocratie parlementaire.
J'espère qu'il y a eu un lien entre le débat en cours et le débat sur le Règlement à venir. J'espère aussi avoir été en mesure de soulever efficacement quelques éléments pertinents qui faciliteront le débat à la Chambre.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-02 13:06 [p.6016]
Expand
Madam Speaker, as I indicated to the previous speaker, on the idea of unanimous consent motions, I concur with many of the member's thoughts.
Does the member concur, failing an agreement among the House leaders, that the Speaker does have the authority and control, based on what they observe, if a motion does not seem to have unanimous consent and there were no consultations, to rule it out three words into it?
Madame la Présidente, comme je l’ai dit à l'intervenant précédent, au sujet des motions de consentement unanime, je souscris à bon nombre des réflexions du député.
Le député convient-il que, à défaut d’une entente entre les leaders à la Chambre, la présidence a le pouvoir et le contrôle requis, selon ses observations, pour rejeter d'emblée une motion si celle-ci ne semble pas faire l’objet d’un consentement unanime et s’il n’y a pas eu de consultations?
Collapse
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2022-06-02 13:07 [p.6016]
Expand
Madam Speaker, I would agree. That is why I would suggest that, other than administrative, procedural or dilatory items, consent needs to be acquired before even entering into a unanimous consent motion, and unless all four House leaders, in the case of this Parliament, were in agreement that a unanimous consent motion could go forward. Although, there are some unanimous consent motions, which I have seen before, that I would wholeheartedly agree with, but that the government did not appear to have followed through on, and so the question of confidence, I believe, can be brought into question.
Certainly, we have to take seriously the decisions that this place makes in terms of their implication on the public purse, in terms of their implication on policy, and ensure that we find the right process and procedure to respect the spirit of what UC motions are, and need to be, but also the debate that needs to take place on important items that we have put before us.
Madame la Présidente, je suis d’accord. C’est pourquoi je suggère que, sauf pour les questions administratives, procédurales ou dilatoires, il faut obtenir le consentement avant même de présenter une motion de consentement unanime, et que les quatre leaders parlementaires, dans le cas de la présente législature, doivent s'entendre pour qu’une motion de consentement unanime soit adoptée. Bien que j'aie déjà vu des motions de consentement unanime que j'appuierais sans réserve, mais auxquelles le gouvernement ne semble pas avoir donné suite, je crois que l’aspect de la confiance peut être remis en question.
Il est certain que nous devons prendre au sérieux les répercussions des décisions prises par la Chambre sur les deniers publics et les politiques, et nous assurer que nous trouvons le bon processus et la bonne procédure pour respecter l’esprit de ce qu’est et de ce que doit être une motion de consentement unanime, mais aussi le débat qui doit avoir lieu sur les questions importantes dont nous sommes saisis.
Collapse
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2022-06-02 13:08 [p.6016]
Expand
Madam Speaker, my hon. colleague gave a thoughtful speech.
About 14 years ago, I had occasion to sit with some parliamentarians who had served before me for several decades. Among the wisdom they imparted to me was that there are very few privileges of an individual member of Parliament, and they need to be judiciously protected. One of them is the right to vote the way they want to on private member's legislation and introducing private member's legislation, and the second is to always maintain their individual right to say yes or no on a unanimous consent motion because, of course, by definition, any motion in the House that is unanimous requires the consent of each member.
I must say that I have been troubled recently by the springing of UC motions on members of the House who do not know what the motion is about and who have not had a chance to study or deliberate on it, yet they are asked to make a pronouncement, sometimes on very serious matters, including genocide.
Does my hon. colleague agree that we need to find a mechanism to make sure that UC motions are only used for matters that have obvious and broad support or that are timely, and that every member in the House deserves to have the right to deliberate before passing judgment on any matter before the House, as our voters expect us to do?
Madame la Présidente, mon collègue a prononcé un discours réfléchi.
Il y a environ 14 ans, j’ai eu l’occasion d’échanger avec des parlementaires qui avaient servi pendant plusieurs décennies avant moi. Parmi les sages paroles qu’ils m’ont transmises, il y a le fait qu’un simple député a très peu de privilèges et qu’il faut donc les protéger judicieusement. Le premier de ces privilèges est le droit de voter comme il l'entend sur les projets de loi d’initiative parlementaire et de présenter des projets de loi d’initiative parlementaire, et le deuxième est de toujours conserver son droit individuel d’accepter ou de rejeter une motion de consentement unanime parce que, bien sûr, par définition, toute motion adoptée à l’unanimité à la Chambre nécessite le consentement de tous les députés.
Je dois dire que j’ai été troublé récemment par la présentation de motions de consentement unanime à des députés qui ne connaissaient pas la teneur de la motion et qui n’avaient pas eu l’occasion de l’étudier ou d’en délibérer, mais qui ont pourtant été appelés à se prononcer sur des questions parfois très graves, comme le génocide.
Mon collègue est-il d’accord pour dire que nous devons trouver un mécanisme pour nous assurer que les motions de consentement unanime ne sont utilisées que pour des questions qui font l’objet d’un vaste appui évident ou qui arrivent à point nommé, et que chaque député de la Chambre mérite d’avoir le droit de délibérer avant de se prononcer sur une question dont la Chambre est saisie, comme nos électeurs s’attendent à ce que nous le fassions?
Collapse
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2022-06-02 13:09 [p.6016]
Expand
Madam Speaker, I would have just been voting for the first time 14 years ago.
I would agree with the member that we do have to ensure that we get it right, and I did make some suggestions in my speech as to how, practically, we could do that. Certainly, although they are not well understood today, the reasons for the privilege within this place go back nearly a millennia, and those reasons, although from a very different context than we live in today, are equally important today. The highest elected office in this land is that of the member of Parliament, and to ensure that MPs have the authority and the ability to do their jobs, as their constituents require them, is absolutely fundamental.
As well, I would suggest defending other areas of privilege, such as a member's entrance into this place and ensuring that there are free votes and protection. Certainly, the Conservatives supported the use of the Reform Act to ensure that, for example, a prime minister or the leader of a political party could not unilaterally kick somebody out of their caucus, which is, I would suggest, part of the preservation of the privilege of members of Parliament to ensure that democracy and Parliament is responsive to what its intent is in this place.
Madame la Présidente, il y a 14 ans, je votais pour la première fois.
Je reconnais avec le député que nous devons bien faire les choses et j’ai fait certaines suggestions dans mon discours sur la façon dont nous pourrions nous y prendre dans la pratique. Certes, bien que mal comprises aujourd’hui, les raisons pour lesquelles nous jouissons du privilège à la Chambre remontent à près d’un millénaire, et ces raisons, bien que dans un contexte très différent de celui d’aujourd’hui, ne sont pas moins importantes maintenant. La plus haute fonction élective au Canada est celle de député, et il est absolument fondamental de laisser aux députés le pouvoir et la capacité d’accomplir le travail que leurs concitoyens attendent d’eux.
De plus, je proposerais de défendre d’autres domaines de privilège, comme l’entrée du député à la Chambre, le vote libre et la protection. Il est certain que les conservateurs ont appuyé le recours à la Loi instituant des réformes pour faire en sorte, par exemple, qu’un premier ministre ou le chef d’un parti politique ne puisse pas expulser unilatéralement un député de son caucus, ce qui, à mon avis, fait partie de la préservation du privilège des députés pour faire en sorte que la démocratie et le Parlement répondent à son objet à la Chambre.
Collapse
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
View Mark Gerretsen Profile
2022-06-02 13:11 [p.6017]
Expand
Madam Speaker, I participate in the debate today having really hoped that this would have been about the subject that was supposed to be debated. Once in a parliamentary cycle we have a unique opportunity to talk about the parliamentary procedure of the House and ways we could look at improving upon it. At least within the Liberal caucus, we have had a number of opportunities to talk about that, bringing forward ideas and discussing them among ourselves. It certainly would have been a great opportunity to have done that in the House with everyone else.
I realize that some members have been inadvertently sneaking some of that into their speeches, as the last two Conservatives did, and I get that, but it would have been better to have had the opportunity to really do this. Instead, what we have before us is a motion of instruction that has been put forward by the Bloc Québécois. Most MPs probably had not even heard of a motion of instruction until two days ago when the Conservatives did it randomly, out of nowhere, and now we have the Bloc Québécois doing it. I cannot help but wonder if perhaps it saw what the Conservatives did two days ago and thought it was another good way to interfere with the business of the House. Perhaps it does not see the importance of needing to discuss the procedural items of the House.
Nonetheless, I will start off by commenting on a couple of things that I just recently heard. The member for Battle River—Crowfoot said a couple of things that really resonated with me. One of those things was when he spoke about quorum calls. I know he has risen in the House on a couple of occasions to object to the use of a motion passed by the House to eliminate quorum calls at certain parts of the day through Motion No. 11. He seemed to suggest that there is a constitutional issue there that could rule that legislation unacceptable, inadmissible or out of order, whatever the term might be.
However, the reality of the situation is that we routinely pass motions, usually unanimous consent motions, that prevent members from making quorum calls whenever we go into the evening. Whether we do that through a unanimous consent motion or an actual motion with a recorded vote, I do not think there is any difference at all. Whether everybody agrees to it or a majority agrees to it, the precedent has been set, and the precedent is well entrenched within the House that we have the opportunity to put forward a procedural rule to prevent those quorum calls from being made. I am pretty sure the Conservatives realize that too, even though the member brought it up a couple of times.
The member for Battle River—Crowfoot also said something that I found very interesting about democracy being ineffective and was not able to fully function during the pandemic. I think he said people were hiding behind computer screens. I guess that is just in line with what we have heard from Conservatives over the last two years. They have never really taken the pandemic seriously. They have always been about three steps behind everybody else when it comes to what we should be doing. They were always the last ones to put on masks. They were the last ones to adopt the need for vaccines. They were the last ones to get vaccines. They were the last ones in every regard as it related to the pandemic, so I am not surprised about that, but I will say that democracy worked very well during the pandemic if anyone asks me, particularly in the beginning of the pandemic when members of the House of Commons came together and unanimously passed a number of measures to take care of Canadians.
We have procedures that set out how we have to do things in the House, and coming into the House of Commons in the numbers that we did, based on the arrangements that we made with the various House leaders to ensure safety or make that as safe as possible, is something that we did. We were able to put money in the bank accounts of Canadians within five weeks of the World Health Organization declaring a global pandemic. If nothing else can say that democracy worked during the pandemic, I suggest that would be it.
I realize the Conservatives will, for a very long time into the future, make the suggestion that democracy is failing because we are looking at new ways of doing things and are not stuck in the stone age. They can argue that to their hearts' content, but I think the vast majority of people would see otherwise.
Here we are with this motion of instruction from the Bloc Québécois. What I find very interesting about it is that it already had an opposition day motion on this exact issue. It clearly was not happy with the outcome because it was not in its favour, so rather than accept defeat and move on, it has decided it will jam up a day of House time and put forward this motion of instruction, which will basically rehash everything we have already attempted to do.
My understanding, and I could be wrong, from having listened to some of what I have heard come from the Conservatives today, is it appears as though they might be willing to support this to go to committee, but after that they may or may not support it. It is almost as though the Conservatives and the Bloc have got together and decided they will collectively attempt to disrupt the proceedings of the House. That is what I am seeing here today.
When we look back to just a few months ago when the member for Durham was still the Conservative leader, it was a completely different Bloc Québécois, but as soon as he left something happened. Things changed in the House of Commons. The Bloc Québécois suddenly started to become a lot more cozy with the Conservatives. It was right at that time when the member for Durham was kicked out, and it was becoming obvious that the member for Carleton was going to become the new leader. Suddenly, the posture within the House of Commons changed and the Bloc Québécois was trying to align itself with, or at least not be as aggressively against, the Conservatives, and I cannot help but wonder why. I have hypothesized on it before in the House, and I will save it from my doing that again, but I find it interesting that here we are seeing the exact same kind of thing happen with the Bloc Québécois now.
It has put forward a motion that basically states that Quebec will always have 25% of the elected seats throughout Canada. While this work is at committee, it is basically telling the committee how to do its job. The Bloc already tried to do this through an opposition day motion, but were unsuccessful, yet here we are, and it is trying to ram it through again. I think it is extremely unfortunate that it cannot accept the fact that it has lost the battle and is looking for an opportunity to rehash it.
I also find it extremely regrettablefor the reasons I stated at the beginning. Today was supposed to be a very special day to discuss the procedures of the House. Unfortunately, it now looks as though that will not happen, and we will not be able to. I can tell from what the Conservative colleagues who spoke before me said that they had things they wanted to talk very passionately about with respect to this, but they were not able to do so, or at least not in the context in which they should have had the opportunity to do that.