Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 3 of 3
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-15 18:44 [p.6759]
Expand
Madam Speaker, I would much prefer to be in Ottawa making these comments, but it is nice that we have the hybrid. It enables me to speak on the floor of the House while I am here in Winnipeg.
We are in an interesting debate in regard to Bill C-14. I am not necessarily surprised that we would see an amendment at this stage. One of the things that I have found over the past number of months is that, at times, we get legislation that one would naturally think would flow through the House of Commons: There would be relatively minimal debate, and we would get it through second reading and into committee.
I do not see this as controversial legislation. I am not exactly sure where the Bloc actually falls on the legislation. I would hope that it would support the province of Quebec getting a guaranteed number of seats, but at the end of the day, I like to think that this is the type of legislation that should ultimately pass through.
Was it necessary, for example, for us to have an amendment? I do not think it was for a report stage amendment. I think that when we get relatively uncontroversial legislation, where it appears that everyone is going to be voting in favour, I would have rather seen a debate on something like, let us say, Bill C-21 and the issue of guns and the safety of Canadians, which is top of mind for a lot of people.
True to form, what I have found is that, whether it is good, rather uncontroversial legislation such as Bill C-14 or if it is controversial or potentially controversial legislation, the Conservatives have one approach in dealing with the government's agenda and that is to prevent it from ultimately passing.
Having said that, I want to recognize a number of points in regard to Bill C-14. Having had the opportunity to speak on the legislation in the past, I want to be very specific on a few things.
One is the need for the legislation. I think it important that we recognize, as has been pointed out, that shifts take place in Canada's population for a wide variety of reasons. One could talk about things such as job opportunities, transfers, the allure of another area, or just people wanting to move to a warmer climate. In my case, they want to come to a nice, cool climate. People change their ridings.
Immigration is such a huge factor. Over the years, Canada continues to grow in good part because of immigration to our country. We are very dependent on immigration. Our birth rate is going down. As we grow as a nation overall, there is natural population shifting that occurs. It comes also in the form of immigration.
As a result, every 10 years, there is an obligation through an independent mechanism, and I want to emphasize that it really is an independent mechanism, that ensures that the ridings reflect the changes we have seen based on census material.
No one was surprised at all that we got a report this year. It was anticipated that we would get a report 10 years after we received the last report.
Going forward, every decade we will continue to receive recommendations from Elections Canada, through the commission, as to the need to change boundaries and possibly add constituencies or do some shifting.
That is, in essence, why we have the legislation today. It is because of the change in populations. In particular, for Quebec, there is a need for us to establish a floor, a minimum number of seats, for the province.
Doing it this way prevents us from having to do a constitutional change, where there is a 7/50 formula in order to enact a change. It addresses, for the most part, the biggest concerns that members of Parliament, on all sides of the issue, have as we recognize how important it is that the province of Quebec not lose any seats. I suspect that is the reason why the legislation would ultimately pass, hopefully unanimously, in the House.
Back in November, there was the establishment of these three-member commissions. We have a national commission. The commission establishes individual commissions of three people in a province, and through those commissions they all have a responsibility. That was done in November of last year, I believe. Those commissions then all have a responsibility to develop the new boundaries, whatever they might look like. They sit around, look at the numbers and the maps and try to provide new boundaries that we could be running the next federal election on.
Each commission operates independently. Manitoba, for example, has a three-member commission, and it operates independently of other aspects of Elections Canada, of political entities and of different stakeholders, such as community members and so forth. It is important to emphasize that it is, in fact, independent.
In developing those boundaries, the commission is tasked with a timeline. That timeline is quickly approaching, and the commissions need to provide a draft of the boundaries. One could be very concerned in regard to the dragging out of Bill C-14. The people who are paying the price for the House of Commons dragging its feet on the passage of this legislation are the people of Quebec. We know we want to see that minimum number of seats for the province of Quebec, and we have consistently said that from day one, as members will recall, when the national commission initially made the recommendation. It was an immediate response that came from not only my Quebec colleagues but from the caucus as a whole: Under no circumstances could we allow the province of Quebec not to have the 78 seats.
Until this legislation passes, that three-member commission in the province of Quebec has its hands tied, at least in good part, as other commissions continue to move forward with drafting boundaries, because the boundaries will change within different provinces. There will be tweaks in the city of Winnipeg, whether Winnipeg North grows more to the north or more in the inner city. This is something I wait for with bated breath, in hopes that we see some changes that the community will in fact support.
Once that draft is finished, the commission has to make it public. Once it is made public, it has to have public hearings that must take place before the end of October, because by mid-December the report has to be finalized.
That is why it is critically important that we pass this legislation. It is so the commission in the province of Quebec can finalize a draft so that it can go to the public, and in turn the public can provide its input so the commission can then provide that final draft by the end of the year.
It is an independent process, and that is why I am supporting Bill C-14. I hope all members would support its quick passage. I see my time has—
Madame la Présidente, je préférerais de loin faire mes observations à Ottawa, mais c'est bien d'avoir des séances hybrides. Cela me permet de prendre la parole à la Chambre alors que je suis à Winnipeg.
Nous tenons un débat intéressant sur le projet de loi C‑14. Je ne suis pas nécessairement surpris de voir un amendement à ce stade. L'une des choses que j'ai constatées au cours des derniers mois, c'est que nous recevons parfois un projet de loi qui, on pourrait naturellement penser, devrait facilement franchir toutes les étapes de la Chambre des communes: il y aurait relativement très peu de débats et nous permettrions au projet de loi de franchir l'étape de la deuxième lecture et d'être renvoyé au comité.
Je ne pense pas qu'il s'agit d'une mesure législative controversée. Je ne sais pas exactement quelle est la position du Bloc sur le projet de loi. J'espère qu'il appuiera l'idée d'accorder au Québec un nombre garanti de sièges, mais au bout du compte, j'aime à penser que c'est le type de projet de loi qui devrait être adopté.
Était‑il nécessaire, par exemple, d'avoir un amendement? À mon avis, ce ne l'était pas à l'étape du rapport. Lorsqu'une loi est relativement peu controversée et qu'il semble que tout le monde votera en sa faveur, je préfèrerais que l'on tienne un débat sur quelque chose comme, disons, le projet de loi C‑21 et la question des armes à feu et de la sécurité des Canadiens, qui sont au cœur des préoccupations de beaucoup de gens.
J'ai constaté que les conservateurs, fidèles à leurs habitudes, adoptent une approche unique face au programme du gouvernement: ils empêchent toute loi d'être adoptée, qu'il s'agisse d'une bonne loi prêtant assez peu à la controverse, comme le projet de loi C‑14, ou d'une loi controversée ou pouvant susciter la controverse.
Cela dit, j'aimerais souligner certains points concernant le projet de loi C‑14. Ayant eu l'occasion de m'exprimer à ce sujet dans le passé, j'aimerais apporter quelques précisions.
D'abord, la mesure législative à l'étude est nécessaire. J'estime important de reconnaître, comme on l'a souligné, que des changements démographiques se produisent au Canada pour une grande variété de raisons. On pourrait notamment parler de possibilités d'emploi, de mutations, de l'attrait d'une autre région, ou du simple fait que certains souhaitent vivre sous un climat plus clément. Pour ce qui est de ma région, les gens souhaitent vivre sous un climat agréable et frais. De plus, certains de nos concitoyens changent de circonscription.
L'immigration est un énorme facteur à prendre en compte. Au fil des ans, la population du Canada continue de croître en bonne partie grâce à l'immigration. Nous dépendons beaucoup de l'immigration. Au Canada, le taux de natalité est en baisse. À mesure que grandit la nation dans son ensemble, des changements démographiques se produisent naturellement. Ces changements sont notamment attribuables à l'immigration.
Par conséquent, le gouvernement a l'obligation de faire effectuer un recensement indépendant tous les 10 ans — je tiens à souligner qu'il s'agit vraiment d'un recensement indépendant — qui assure que les circonscriptions reflètent les changements survenus.
Personne n'a été le moindrement étonné qu'un rapport soit présenté cette année. Il était prévu qu'un rapport serait déposé 10 ans après le dernier recensement.
À l'avenir, nous continuerons de recevoir tous les 10 ans les recommandations d'Élections Canada, par l'entremise de la commission, quant à la nécessité de modifier les limites des circonscriptions, de créer de nouvelles circonscriptions et possiblement de faire certains changements.
Voilà essentiellement les raisons pour lesquelles nous sommes saisis de cette mesure législative aujourd'hui. Elles sont liées aux changements démographiques. Je souligne que pour le Québec, en particulier, il faut établir un plancher, un nombre minimal de sièges.
En procédant ainsi, nous évitons d’avoir à apporter une modification constitutionnelle, qui nécessiterait le recours à la formule 7/50. Ce projet de loi répond, pour l’essentiel, aux principales préoccupations des députés de tous les camps, car nous reconnaissons qu’il est important que la province de Québec ne perde aucun siège. J’ai l’impression que c’est la raison pour laquelle la Chambre adoptera finalement ce projet de loi, à l’unanimité, espérons-le.
En novembre, des commissions composées de trois membres ont été mises sur pied par la commission nationale. Chaque province a sa commission de trois personnes, qui a la responsabilité de délimiter les circonscriptions, quelle que soit leur forme. Cette démarche a eu lieu en novembre de l’année dernière, je crois. Les commissions se réunissent, examinent les données et les cartes, et tentent d’établir les nouvelles limites qui seraient utilisées lors des prochaines élections fédérales.
Chaque commission fonctionne de façon indépendante. Le Manitoba, par exemple, a une commission de trois membres, qui travaille indépendamment des autres activités d’Élections Canada, des organes politiques et des différentes parties intéressées, comme les membres de la collectivité, entre autres. Il est important de souligner qu’elle est, de fait, tout à fait indépendante.
La commission est chargée de respecter une échéance dans l'établissement de ces limites. Cette échéance approche à grands pas, et les commissions doivent fournir une ébauche des limites. On peut être très préoccupé par le fait que les choses traînent en longueur quant au projet de loi C‑14. Ce sont les Québécois qui paient le prix du manque d'empressement de la Chambre des communes à adopter ce projet de loi. Nous savons que nous voulons un nombre minimum de sièges pour la province de Québec et, comme les députés s'en souviendront, nous n'avons cessé de le dire depuis le début, lorsque la commission nationale a initialement fait sa recommandation. La réponse a été immédiate, non seulement de la part de mes collègues du Québec, mais aussi de l'ensemble du caucus: il était hors de question de permettre que le Québec n'ait pas les 78 sièges.
Tant que le projet de loi n'est pas adopté, la commission de trois membres au Québec a les mains liées, du moins en bonne partie, tandis que les autres commissions continuent de préparer les limites parce qu'elles changeront dans les différentes provinces. Des ajustements seront apportés aux limites dans la ville de Winnipeg, et la circonscription de Winnipeg‑Nord pourrait s'étendre plus au nord ou plus vers le centre-ville. C'est quelque chose que j'attends avec impatience dans l'espoir que nous verrons des changements que la collectivité appuiera.
Une fois cette ébauche terminée, la commission doit la rendre publique, puis organiser des audiences publiques qui doivent avoir lieu avant la fin d'octobre, car le rapport doit être finalisé avant la mi-décembre.
Voilà pourquoi il est essentiel que nous adoptions ce projet de loi. Ainsi, la commission de la province de Québec pourra terminer son ébauche et la rendre publique, et le public pourra à son tour se prononcer afin que la commission puisse présenter son ébauche finale d'ici la fin de l'année.
J'appuie le projet de loi C‑14 parce qu'il s'agit d'un processus indépendant. J'espère que tous les députés appuieront son adoption rapide. Je constate que mon temps de parole est...
Collapse
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2016-09-22 13:26 [p.4971]
Expand
Mr. Speaker, I, too, believe that I am the voice of the people of Atlantic Canada, where I lived between the ages of two and 11. Acadia is still very much a part of me, and that is why I absolutely had to speak about it today.
Right in the middle of summer, the Prime Minister arrogantly and unabashedly announced that he intended to change the historic process for appointing Supreme Court justices that has been in place since 1875.
More than any other, this government announcement has made me dislike the political party that currently governs our great country. Yes, like many Canadians, I am outraged by such actions and attitudes that show the true arrogance of this government.
I am saddened by this unsettling desire, so brazenly expressed by the Prime Minister, to radically alter our constitutional customs, the very customs that have informed government policy for so long in Canada.
If this Liberal government decides to change the constitutional convention for choosing Supreme Court justices without first obtaining the consent of all parliamentarians in the House, it will be going too far. Therefore, and I am choosing my words carefully, this government's actions in the past few months make me fear the worst for the federal unity of this great country.
The Prime Minister is not just interfering in provincial jurisdictions whenever he feels like it, but also interfering in his own areas of jurisdiction by planning to make sweeping changes without even consulting the opposition parties or the public. This is nothing short of anti-democratic. There are other examples of this.
First, the Prime Minister plans to change Canada's nearly 150-year-old voting system without holding a referendum to do so. It is no secret that he and his acolytes are doing this for partisan reasons and to protect their political interests as well.
Then, this same Prime Minister shamelessly suggested just this morning that he wanted to put an end to a 141-year-old constitutional convention. I am talking about the constitutional convention whereby a Prime Minister selects and appoints a judge to the Supreme Court when a seat becomes vacant while ensuring that the new appointee comes from a region similar to that of the person who occupied the vacant seat.
The purpose of this constitutional convention is to guarantee that the decisions rendered by the highest court in the country reflect the regional differences in our federation. Must I remind the political party before me that Canada has five distinct regions and that those regions are legally recognized?
The fact is that Jean Chrétien's Liberal government passed a law that provides for and gives each of the regions of Canada a quasi-constitutional right of veto. Accordingly, the Atlantic provinces, and their region as a whole, do have a say when it comes to the Constitution Act of 1982.
What is more, the British North America Act guarantees the Atlantic provinces fair and effective representation in the House of Commons. For example, New Brunswick is guaranteed 10 seats. The same is true in the Senate, where it is guaranteed just as many seats. Under the same convention, each of the Atlantic provinces holds at least one seat on the Council of Ministers.
How can our friends opposite justify threatening, out of the blue, to reduce to nil the Atlantic provinces' presence in the highest court of the country? If the government moves forward with this new approach, will it do the same to Quebec, the national stronghold of French Canadians? That does not make any sense.
I invite the government to think about this: can the Supreme Court of Canada really render fair and informed decisions on cases affecting the Atlantic provinces without any representation from that region?
Justice for Atlantic Canadians means treating them as equals. It seems the Liberals could not care less about the regions even though every one of them includes distinct communities that want Supreme Court decisions to reflect their values, goals and ideas about the world.
For the Prime Minister to suggest, if only in passing, we defy the convention whereby one seat on the Supreme Court of Canada's bench is reserved for Atlantic Canada is offensive to many legal experts and associations, including Janet Fuhrer, a past president of the Canadian Bar Association, and Ann Whiteway Brown, president of the New Brunswick branch of the Canadian Bar Association.
Echoing this sentiment are the Law Society of New Brunswick, the Atlantic Provinces Trial Lawyers Association, and the Société nationale de l'Acadie, which advocates on behalf of Acadians worldwide.
Disregarding this constitutional convention is tantamount to stripping four out of ten provinces of their voice in the highest court in the land.
Must I also remind members that the Atlantic provinces have a large pool of extremely qualified legal professionals who come from every region and background and who are perfectly bilingual? More importantly, these are candidates who have a vast knowledge of the Atlantic provinces' legal systems and issues. Is there anyone in this House, or elsewhere, who would dispute that?
Even more importantly, there are a few significant constitutional cases on the horizon that could have major repercussions on the Atlantic provinces. Consider, for example, the case referred to the Nova Scotia Court of Appeal regarding the elimination of protected Acadian ridings. Hearings on this are currently under way.
Is the Prime Minister really thinking about having judges from other regions rule on a case that deals with how Acadians are represented, when Acadians have been fighting for their survival on this continent for generations?
Is that really what our friends across the aisle want? Do the Liberals from Atlantic Canada really want to muzzle New Brunswick and Nova Scotia, two founding provinces of this great country?
The change that the Prime Minister wants to make to how judges are lawfully appointed to the Supreme Court is essentially a total and complete reversal of this country's established constitutional practices. How shameful and how arrogant.
It would seem the son is following in his father's footsteps. Do hon. members not see what is happening? Just like his father before him, the Prime Minister wants to alter the constitutional order of our country.
Fear not, however, because we in the Conservative Party are not buying it. We not only see what this Prime Minister is doing, but we also see know full well that behind this change in convention is a much greater ideological design.
There is an underlying desire to profoundly change Canadian constitutional arrangements and replace them with a post-materialist world view that is a departure from our constitutional traditions.
In this world view, the main objective is to eliminate from our government institutions, in this case the Supreme Court, the historical and traditional community characteristics that have defined Canada since day one by replacing them with individual and associational characteristics.
In other words, the Prime Minister obviously wants to eliminate the political predominance of certain constituencies in the Canadian constitutional order, at the Supreme Court in particular. He wants to promote a new political predominance, that of associational groups that bring together individuals who share individual rights rather than constituent rights.
Although that may be commendable in some ways, it is a major change because the Prime Minister is ensuring that the very essence of political representativeness and the concept of diversity within the judiciary is changed. The Prime Minister wants a representativeness based on a concept of individual diversity and fragmented by idiosyncratic characteristics.
In light of this potential change, Canadians across the country, including those from Atlantic Canada, must protest and call on the Prime Minister to answer for this. The Prime Minister cannot act unilaterally in this case and must involve all the players concerned.
Monsieur le Président, moi aussi, j'ai bien la certitude d'être la voix des gens de l'Atlantique, où j'ai grandi de l'âge de 2 ans à 11 ans. L'Acadie résonne encore en moi, et c'est pourquoi je tenais absolument à en parler aujourd'hui.
Au beau milieu de l'été, le premier ministre a annoncé, de manière arrogante et sans vergogne, qu'il avait l'intention de changer la procédure historique par laquelle sont choisis les juges de la Cour suprême depuis 1875.
Plus que toute autre, cette annonce faite par ce gouvernement engendre chez moi une aversion définitive à l'égard de la formation politique qui gouverne actuellement notre grand pays. Oui, comme de nombreux Canadiens, je suis outré par de telles actions et attitudes qui témoignent d'une arrogance authentique, celle de ce gouvernement.
Je suis attristé par cette volonté déconcertante, exprimée sans timidité, faut-il le dire, par le premier ministre, qui vise à engendrer un changement significatif à nos moeurs constitutionnelles, celles qui, après tout, guident nos actions gouvernementales depuis si longtemps ici, au Canada.
Si ce gouvernement libéral décide de changer la convention constitutionnelle relative à la sélection des juges de la Cour suprême sans d'abord avoir eu l'assentiment de l'ensemble des parlementaires de la Chambre, il va bien trop loin. Suivant ce raisonnement, et je pèse bien mes mots, les actions posées par ce gouvernement dans les derniers mois me font craindre le pire pour l'unité fédérale de ce grand pays.
En effet, le premier ministre s'adonne non seulement à de l'ingérence dans les compétences provinciales quand bon lui semble, mais de plus, dans ses propres compétences, il prévoit y conduire des changements d'envergure sans toutefois consulter les partis de l'opposition ni même la population. Cela n'est ni plus ni moins qu'antidémocratique. D'ailleurs, quelques exemples en témoignent d'ores et déjà.
D'abord, le premier ministre entend changer notre mode de scrutin canadien, vieux de presque 150 ans, sans faire de référendum. C'est un secret de Polichinelle: lui et ses acolytes le font pour des raisons partisanes et pour assurer leur intérêt politique de surcroît.
Ensuite, ce même premier ministre a laissé entendre jusqu'à ce matin, sans honte, qu'il voulait mettre fin à une convention constitutionnelle vieille de 141 années. Je parle ici de la convention constitutionnelle qui veut qu'un premier ministre choisisse et nomme un juge à la Cour suprême, lorsqu'un siège est libéré, tout en s'assurant que la nouvelle nomination est issue d'une région semblable à celle de la personne qui occupait le siège laissé vacant.
Cette convention constitutionnelle a comme objectif de garantir que les décisions rendues par la plus haute institution judiciaire du pays reflètent les particularités régionales qui composent notre fédération. Dois-je rappeler à ce parti politique qui est devant moi que nous avons, au Canada, cinq régions distinctes et que ces mêmes régions ont une reconnaissance légale de fait?
Notons à ce sujet que le gouvernement libéral de l'honorable Jean Chrétien a adopté une loi qui prévoit et alloue un droit de veto quasi-constitutionnel à chacune des régions du Canada. Ainsi, on accorde aux provinces de l'Atlantique et à leur région dans son ensemble un droit de regard en ce qui concerne la Loi constitutionnelle de 1982.
De plus, nonobstant cet état de fait, notons que l'Acte de l'Amérique du Nord britannique garantit aux provinces de l'Atlantique une représentation efficace et équitable à la Chambre des communes. Par exemple, 10 sièges sont garantis au Nouveau-Brunswick, et il en va de même au Sénat, où autant de sièges lui sont garantis. La même convention veut que chacune des provinces de l'Atlantique reçoive au moins un siège au Conseil des ministres.
Alors, comment nos amis d'en face peuvent-ils justifier que, du jour au lendemain, on ait menacé de réduire à néant la présence des provinces de l'Atlantique au plus haut tribunal du pays? Si cette nouvelle façon de faire voit le jour, sera-t-elle répétée dans le cas du Québec également, le bastion national des Canadiens français de ce grand pays? Cela n'a aucun sens.
J'invite ce gouvernement à songer à la chose suivante: la Cour suprême du Canada peut-elle vraiment rendre des jugements justes et éclairés sur des causes qui concernent les provinces de l'Atlantique en l'absence de toute représentation de cette région?
Traiter les Canadiens de l'Atlantique avec justice, c'est les mettre sur un pied d'égalité. Toutefois, peut-être les libéraux veulent-ils tout simplement faire fi de nos régions canadiennes. Pourtant, chacune d'entre elles détient en son sein des communautés constitutives bien distinctes dont chacune espère voir ses valeurs, ses aspirations et ses visions du monde reflétées dans des décisions rendues par la Cour suprême.
Laisser entendre, comme le premier ministre l'a fait, ne serait-ce que quelques secondes, qu'on ne veut pas respecter la convention qui veut qu'on réserve pour la région de l'Atlantique un siège à la Cour suprême du Canada est très grave aux yeux de plusieurs juristes et associations. C'est le cas notamment de Janet Fuhrer, qui fut présidente de l'Association du Barreau canadien, et d'Ann Whiteway Brown, présidente de la division du Nouveau-Brunswick de l'Association du Barreau canadien.
C'est le cas également pour le Barreau du Nouveau Brunswick, pour l'Association des avocats plaideurs de l'Atlantique et pour la Société nationale de l'Acadie, présente dans le monde entier à la défense des Acadiens.
Songer à ne pas respecter cette convention constitutionnelle, c'est songer à priver quatre provinces sur dix de toute voix au chapitre au sein de la plus haute institution judiciaire du pays.
Doit-on aussi rappeler que les provinces de l'Atlantique possèdent un grand bassin de juristes candidats des plus qualifiés, originaires de toutes les communautés de la région et, qui plus est, parfaitement bilingues. Surtout, il s'agit de candidats qui possèdent une connaissance approfondie des systèmes judiciaires et des enjeux de l'Atlantique. Y a-t-il quelqu'un à la Chambre ou ailleurs pour dire le contraire?
Plus important encore, d'importantes causes à caractère constitutionnel ou qui auront des retentissements majeurs dans les provinces de l'Atlantique sont à l'horizon au moment même où on se parle. À titre d'exemple, mentionnons le renvoi de la Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse dans la cause portant sur l'abolition des circonscriptions électorales acadiennes. Les audiences sont en cours en ce moment même.
Le premier ministre a-t-il vraiment songé à faire en sorte que des juges d'autres régions déterminent l'issue d'une cause qui porte sur la représentativité des Acadiens, ce peuple qui se bat depuis des générations pour survivre sur ce continent?
Est-ce bien cela que veulent nos amis d'en face, les libéraux des provinces atlantiques, faire taire le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, deux provinces fondatrices de ce grand pays?
Le changement que veut apporter le premier ministre à la façon dont il lui est loisible de choisir les juges de la Cour suprême n'est ni plus ni moins qu'un renversement radical des coutumes constitutionnelles du pays. Quelle honte et quelle arrogance!
De toute évidence, le fils suit les traces de son père. Ne voit-on pas ce qui se passe? Tout comme son aïeul, le premier ministre veut aujourd'hui altérer l'ordre constitutionnel de notre pays.
Cependant, que l'on soit sans crainte, car au Parti conservateur du Canada, nous ne sommes pas dupes. Non seulement nous voyons ce à quoi s'adonne ce premier ministre, mais nous savons aussi très bien que derrière cette modification conventionnelle loge un dessein idéologique bien plus grand.
En effet, il y a une volonté sous-jacente qui vise à changer de manière profonde les arrangements constitutionnels canadiens afin de les remplacer par une vision post-matérialiste du monde qui fait route à part avec nos traditions constitutionnelles.
Dans cette vision du monde, l'objectif principal consiste à effacer de nos institutions gouvernementales, en l'occurrence la Cour suprême, les particularités communautaires historiques et traditionnelles dont est composé le Canada depuis sa naissance, et, pour ce faire, à les remplacer par des particularités individuelles et associationnelles.
En d'autres mots, il est évident que le premier ministre veut mettre fin à la prédominance politique des communautés constitutives dans l'ordre constitutionnel canadien, tout particulièrement à la Cour suprême. Il veut ainsi favoriser une nouvelle prédominance politique, celle des groupes associationnels qui regroupent des individus partageant des droits individuels plutôt que des droits constitutifs.
Bien que cela puisse être louable à certains égards, bien entendu, il s'agit d'un changement profond, car ce faisant, le premier ministre fait en sorte que l'essence même de la représentativité politique et du concept de diversité au sein du pouvoir judiciaire soit modifiée. Le premier ministre veut donc voir une représentativité basée sur un concept de diversité individuelle et atomisée basée sur des particularités idiosyncratiques.
Devant un tel changement potentiel, les Canadiens de tout le pays, incluant ceux de l'Atlantique, doivent protester et amener le premier ministre à répondre de ses intentions. Le premier ministre ne peut agir de manière unilatérale dans ce dossier et se doit de faire appel à tous les acteurs concernés.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2011-10-31 15:19
Expand

Question No. 132--
Ms. Megan Leslie:
With regard to Environment Canada and the oil and gas sector in Canada: (a) what does Environment Canada’s economic modelling show about the effect of a carbon price on natural gas consumption in Canada, relative to business as usual; (b) has Environment Canada performed any assessment or updating of its methane emission factors for natural gas extraction, processing, transmission and distribution, and what is the source of the emission factors it is currently using; (c) has Environment Canada performed any analysis on whether to include oil and gas wells in the National Pollutant Release Inventory such that the composition and volume of fracking fluids would be publicly reported; (d) what recent analysis has Environment Canada performed concerning the structure and use of groundwater resources in Canada; (e) what analysis, if any, has Environment Canada performed concerning the effect of natural gas prices on potential shale gas expansion; (f) what analysis has Environment Canada done concerning the cumulative impacts of natural gas development on Canada’s natural environment; (g) what analysis has Environment Canada done concerning the cost per tonne of carbon capture and storage for natural gas processing plants; (h) what analysis has Environment Canada done of changes to disclosure rules concerning gas development in other jurisdictions, and what is Environment Canada's position on those proposals; (i) what analysis has Environment Canada done of “pauses” or moratoria on gas development in other jurisdictions, and what is Environment Canada's position on those proposals; and (j) what analysis, if any, has Environment Canada done on the role of switching to natural gas in reaching Canada’s 2020 greenhouse gas emission target?
Response
(Return tabled)

Question No. 138--
Mr. Massimo Pacetti:
With regard to the constitutional provision that each of the 24 Senators appointed to represent the province of Quebec “shall be appointed for One of the Twenty-four Electoral Divisions of Lower Canada specified in Schedule A to Chapter One of the Consolidated Statutes of Canada”, what is: (a) the total population of each of these 24 electoral divisions; (b) the geographic size in square kilometres of each of these 24 divisions; (c) the name and population of the largest urban centre in each of these divisions; and (d) the population, geographic size in square kilometres, and name and population of the largest urban centre of the area in the province of Quebec that is not covered by any division?
Response
(Return tabled)

Question no 132 --
Mme Megan Leslie:
En ce qui concerne Environnement Canada et le secteur pétrolier et gazier du Canada: a) qu’est-ce que révèle la modélisation économique d’Environnement Canada sur les répercussions d’un prix du carbone sur la consommation de gaz naturel au Canada, en comparaison avec la situation « standard »; b) Environnement Canada a-t-il effectué une quelconque évaluation ou actualisation de ses coefficients d’émission de méthane pour l’extraction, le traitement, le transport et la distribution du gaz naturel, (i) quelle source des coefficients d’émission utilise-t-il actuellement; c) Environnement Canada a-t-il effectué une analyse quelconque pour savoir s’il fallait ajouter les puits de pétrole et de gaz à l’Inventaire national des rejets de polluants, de sorte que la composition et le volume des fluides de fracturation seraient publiés; d) quelle analyse récente Environnement Canada a-t-il menée quant à la structure et à l’emploi des ressources souterraines d’eau au Canada; e) quelle analyse Environnement Canada a-t-il effectuée sur les répercussions du prix du gaz naturel sur l’expansion potentielle des gaz de schiste; f) quelle analyse Environnement Canada a-t-il effectuée sur les effets cumulatifs de nouvelles exploitations de gaz naturel sur l’environnement naturel du Canada; g) quelle analyse Environnement Canada a-t-il effectuée sur le coût par tonne des processus de capture et de stockage du carbone pour les usines de traitement du gaz naturel; h) quelle analyse Environnement Canada a-t-il effectuée des changements aux règles de divulgation sur l’exploitation de gaz dans d’autres provinces et quelle est la position d'Environnement Canada sur ces propositions; i) quelle analyse Environnement Canada a-t-il effectuée des pauses ou moratoires sur l’exploitation des gaz dans d’autres provinces et quelle est la position d'Environnement Canada sur ces propositions; j) quelle analyse Environnement Canada a-t-il effectuée sur le rôle que peut jouer le passage au gaz naturel dans l’atteinte de la cible de 2020 que s’est fixée le Canada en matière d’émission de gaz à effet de serre?
Response
(Le document est déposé)

Question no 138 --
M. Massimo Pacetti:
En ce qui concerne la disposition constitutionnelle prévoyant que chacun des 24 sénateurs nommés pour représenter la province de Québec « sont nommés à raison de un pour chacune des vingt-quatre circonscriptions électorales du Bas-Canada énumérées à l’annexe A du chapitre premier du recueil des lois du Canada »: a) quelle est la population totale de chacune de ces 24 circonscriptions électorales; b) quelle est la superficie géographique en kilomètres carrés de chacune de ces 24 circonscriptions électorales; c) quels sont les nom et population du plus important centre urbain de chacune de ces circonscriptions électorales; d) quels sont les nom, population et superficie géographique en kilomètres carrés du plus important centre urbain de la province de Québec qui ne fait pas partie d’une circonscription électorale?
Response
(Le document est déposé)
Collapse
Results: 1 - 3 of 3

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data