Committee
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 3 of 3
View David McGuinty Profile
Lib. (ON)
View David McGuinty Profile
2019-05-13 15:26
Expand
Thank you very much, Mr. Chair.
Good afternoon, colleagues. Thank you for your invitation to appear before your committee. I am joined by Rennie Marcoux, executive director of the Secretariat of the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians, or NSICOP.
It's a privilege to be here with you today to discuss the 2018 annual report of the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians.
The committee's first annual report is the result of the work, the dedication and the commitment from my colleagues on the committee. It is intended to contribute to an informed debate among Canadians on the difficult challenges of providing security and intelligence organizations with the exceptional powers necessary to identify and counter threats to the nation while at the same time ensuring that their activities continue to respect and preserve our democratic rights.
NSICOP has the mandate to review the overall framework for national security and intelligence in Canada, including legislation, regulations, policy, administration and finances.
It may also examine any activity that is carried out by a department that relates to national security or intelligence.
Finally, it may review any matter relating to national security or intelligence that a minister refers to the committee.
Members of the committee are all cleared to a top secret level, swear an oath and are permanently bound to secrecy. Members also agree that the nature of the committee, multi-party, drawn from the House of Commons and the Senate, with a broad range of experience, bring a unique perspective to these important issues.
In order to conduct our work, we are entitled to have access to any information that is related to our mandate, but there are some exceptions, namely, cabinet confidences, the identity of confidential sources or protected witnesses, and ongoing law enforcement investigations that may lead to prosecutions.
The year 2018 was a year of learning for the committee. We spent many hours and meetings building our understanding of our mandate and of the organizations responsible for protecting Canada and Canadians. The committee was briefed by officials from across the security and intelligence community and visited all seven of the main departments and agencies. Numerous meetings were also held with the national security and intelligence adviser to the Prime Minister. NSICOP also decided to conduct a review of certain security allegations surrounding the Prime Minister's trip to India in February 2018.
Over the course of the calendar year, the committee met 54 times, with an average of four hours per meeting. Annex E of the report outlines the committee's extensive outreach and engagement activities with government officials, academics and civil liberties groups.
The annual report is a result of extensive oral and written briefings, more than 8,000 pages of printed materials, dozens of meetings between NSICOP analysts and government officials, in-depth research and analysis, and thoughtful and detailed deliberations among committee members.
The report is also unanimous. In total, the report makes 11 findings and seven recommendations to the government. The committee has been scrupulously careful to take a non-partisan approach to these issues. We hope that our findings and recommendations will strengthen the accountability and effectiveness of Canada's security and intelligence community.
The report before you contains five chapters, including the two substantive reviews conducted by the committee.
The first chapter explains the origins of NSICOP, its mandate and how it approaches its work, including what factors the committee takes into consideration when deciding what to review.
The second chapter provides an overview of the security and intelligence organizations in Canada, of the threats to Canada's security and how these organizations work together to keep Canada and Canadian safe and to promote Canadian interests.
Those two chapters are followed by the committee's two substantive reviews for 2018.
In chapter 3, the committee reviewed the way the government determines its intelligence priorities. Why is this important? There are three reasons.
First, this process is the fundamental means of providing direction to Canada's intelligence collectors and assessors, ensuring they focus on the government's, and the country's, highest priorities.
Second, this process is essential to ensure accountability in the intelligence community. What the intelligence community does is highly classified. This process gives the government regular insight into intelligence operations from a government-wide lens.
Third, this process helps the government to manage risk. When the government approves the intelligence priorities, it is accepting the risks of focusing on some targets and also the risk of not focusing on others.
The committee found that the process, from identifying priorities to translating them into practical guidance, to informing ministers and seeking their approval, does have a solid foundation. That said, any process can be improved.
In particular, the committee recommends that the Prime Minister's national security and intelligence advisor should take a stronger leadership role in the process in order to make sure that cabinet has the best information to make important decisions on where Canada should focus its intelligence activities and its resources.
Moving on, chapter 4 reviews the intelligence activities of the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces. The government's defence policy, “Strong, Secure, Engaged”, states that DND/CAF is “the only entity within the Government of Canada that employs the full spectrum of intelligence collection capabilities while providing multi-source analysis.”
We recognize that defence intelligence activities are critical to the safety of troops and the success of Canadian military activities, including those abroad, and they are expected to grow. When the government decides to deploy the Canadian Armed Forces, DND/CAF also has implicit authority to conduct defence intelligence activities. In both cases, the source of authority is what is known as the Crown prerogative. This is very different from how other intelligence organizations, notably CSE and CSIS, operate. Each of those organizations has clear statutory authority to conduct intelligence activities, and they are subject to regular, independent and external review.
This was a significant and complex review for the committee, with four findings and three recommendations.
Our first recommendation focuses on areas where DND/CAF could make changes to strengthen its existing internal governance structure over its intelligence activities and to strengthen the accountability of the minister.
The other two recommendations would require the government to amend or to consider enacting legislation. The committee has set out the reasons why it formed the view that regular independent review of DND/CAF intelligence activities will strengthen accountability over its operations.
We believe there is an opportunity for the government, with Bill C-59 still before the Senate, to put in place requirements for annual reporting on DND/CAF's national security or intelligence activities, as would be required for CSIS and CSE.
Second, the committee also believes that its review substantiates the need for the government to give very serious consideration to providing explicit legislative authority for the conduct of defence intelligence activities. Defence intelligence is critical to the operations of the Canadian Armed Forces and, like all intelligence activities, involves inherent risks.
DND/CAF officials expressed concerns to the committee about maintaining operational flexibility for the conduct of defence intelligence activities in support of military operations. The committee, therefore, thought it was important to present both the risks and the benefits of placing defence intelligence on a clear statutory footing.
Our recommendations are a reflection of the committee's analysis of these important issues.
We would be pleased to take your questions.
Thank you.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Bonjour, chers collègues, et merci de nous avoir invités à comparaître devant votre comité. Je suis accompagné de Mme Rennie Marcoux, directrice générale du Secrétariat du CPSNR.
C'est un privilège pour nous de pouvoir discuter avec vous aujourd'hui du rapport annuel du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement pour 2018.
Ce premier rapport annuel est le fruit du travail, du dévouement et de l'engagement de tous mes collègues faisant partie de ce comité. Nous souhaitons que ce rapport puisse contribuer à un débat éclairé entre Canadiens quant aux difficultés qui nous attendent lorsqu'il s'agit de conférer aux organisations de sécurité et de renseignement les pouvoirs exceptionnels nécessaires pour cerner et contrer les menaces qui pèsent sur la nation tout en veillant à ce que leurs activités soient menées de manière à respecter et à protéger nos droits démocratiques.
Le CPSNR a pour mandat d'examiner l'ensemble du cadre de la sécurité nationale et du renseignement au Canada, soit les lois, les règlements, la stratégie, l'administration et les finances.
Il peut aussi examiner toute activité menée par un ministère lié à la sécurité nationale ou au renseignement.
Enfin, il peut examiner toute question se rapportant à la sécurité nationale ou au renseignement qu'un ministre nous confie.
Les membres de notre comité possèdent tous une cote de sécurité de niveau « très secret ». Nous prêtons serment et nous sommes astreints au secret à perpétuité. Nous pouvons en outre jeter un éclairage tout à fait particulier sur ces enjeux primordiaux du fait que nous comptons des membres de plusieurs partis, aussi bien à la Chambre des communes qu'au Sénat, qui nous font bénéficier d'une gamme variée d'expériences.
Nous pouvons accéder à tout renseignement se rapportant à notre mandat afin d'exécuter notre travail. Il y a cependant des exceptions. C'est le cas notamment des documents confidentiels du Cabinet, de l'identité de sources confidentielles ou de témoins protégés, et des enquêtes menées par les forces de l'ordre pouvant conduire à des poursuites judiciaires.
L'année 2018 en été une d'apprentissage pour le comité. Nous avons consacré plusieurs heures et réunions au développement d'une meilleure compréhension de notre mandat et du fonctionnement des organismes chargés de protéger le Canada et les Canadiens. Des fonctionnaires des différents secteurs de la sécurité et du renseignement ont informé les membres du comité, et nous avons visité les sept principaux ministères et organismes concernés. Nous avons rencontré plusieurs fois la conseillère à la sécurité nationale et au renseignement auprès du premier ministre. Le comité a également décidé de faire enquête concernant les diverses allégations entourant le voyage du premier ministre en Inde en février 2018.
En 2018, le comité s'est réuni à 54 reprises, en moyenne quatre heures à chaque fois. Vous trouverez à l'annexe C du rapport la liste des représentants du gouvernement, du milieu universitaire et des groupes de défense des libertés civiles que le comité a eu le plaisir de rencontrer en 2018.
Notre rapport annuel est l'aboutissement de nombreuses séances d'information, écrites et orales, d'une analyse de plus de 8 000 pages de documents, de dizaines de rencontres entre les analystes du CPSNR et les représentants du gouvernement, d'un travail approfondi de recherche et d'analyse, et de délibérations réfléchies et détaillées entre les membres du comité.
Il faut aussi préciser que ce rapport est unanime. En tout et partout, nous avons tiré 11 conclusions et formulé sept recommandations à l'intention du gouvernement. Le comité s'est bien assuré d'aborder ces questions en adoptant une approche non partisane. Nous osons espérer que nos conclusions et recommandations contribueront à renforcer la reddition de comptes et l'efficacité au sein de l'appareil de la sécurité et du renseignement au Canada.
Le rapport qui vous est présenté aujourd'hui contient cinq chapitres, dont certains portent sur les deux examens de fond menés par le CPSNR.
Le premier chapitre décrit les origines du CPSNR, son mandat et sa façon d'aborder le travail, y compris les facteurs qu'il examine ou considère au moment de choisir les examens à effectuer.
Le deuxième chapitre présente un aperçu des organismes de la sécurité et du renseignement au Canada et des menaces pour la sécurité du Canada ainsi que la manière dont ces organismes collaborent afin d'assurer la sécurité du Canada et des Canadiens et de promouvoir les intérêts du pays.
Les chapitres suivants présentent les deux examens de fond entrepris par le CPSNR en 2018.
Au chapitre 3, le comité a examiné la façon dont le gouvernement du Canada établit ses priorités en matière de renseignement. Pourquoi est-ce important? Pour trois raisons.
Premièrement, ce processus est le moyen privilégié pour guider le travail des collecteurs et des évaluateurs de renseignement du Canada afin de veiller à ce qu'ils canalisent leurs efforts en fonction des grandes priorités du gouvernement et de notre pays.
Deuxièmement, c'est un processus essentiel pour s'assurer qu'il y a reddition de comptes au sein de l'appareil du renseignement, lequel accomplit un travail hautement confidentiel. Grâce à ce processus, le gouvernement bénéficie de mises à jour régulières sur les opérations de renseignement dans une optique de gestion pangouvernementale.
Troisièmement, ce processus aide le gouvernement à gérer le risque. Lorsque le gouvernement approuve les priorités en matière de renseignement, il accepte le risque de se concentrer sur certaines cibles en même temps que le risque de ne pas mettre l'accent sur d'autres objectifs.
Le CPSNR a conclu que le processus, de la détermination des priorités à l'orientation pratique, et de la transmission de l'information aux ministres à l'obtention de leur approbation, repose sur des bases solides. Cela étant dit, on peut améliorer n'importe quel processus.
En particulier, le CPSNR recommande que la conseillère à la sécurité nationale et au renseignement auprès du premier ministre joue un rôle plus net de chef de file durant le processus afin d'assurer que le Cabinet possède les meilleurs renseignements qui soient pour être en mesure de prendre les décisions importantes, par exemple en ce qui a trait aux secteurs sur lesquels le Canada devrait axer ses activités de renseignement et ses ressources
Je passe maintenant au chapitre 4 qui traite des activités de renseignement du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes. La politique de défense du gouvernement, Protection, Sécurité, Engagement, stipule que ces deux organisations constituent « l'unique entité du gouvernement du Canada à utiliser le spectre complet des activités de collecte de renseignements tout en assurant une analyse multisources. »
Nous reconnaissons que les activités de renseignement de la Défense sont essentielles à la sécurité des troupes et à la réussite des activités militaires canadiennes, y compris celles menées à l'étranger, et qu'elles devraient prendre de l'expansion. Quand le gouvernement décide de déployer les forces armées, le ministère de la Défense et les Forces armées canadiennes ont l'autorité implicite de mener leurs activités de renseignement de défense. Dans les deux cas, c'est la prérogative de la Couronne qui confère cette autorité. Cette structure diffère de celle des autres organismes de renseignement, le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) et le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), qui mènent leurs activités en vertu de pouvoirs clairs conférés par une loi et sont assujettis à des examens externes indépendants.
C'est donc à l'issue d'un examen complexe que le comité a formulé quatre conclusions et trois recommandations.
Notre première recommandation est axée sur les secteurs où le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes pourraient apporter des changements à l'interne en vue de renforcer la structure de gouvernance de leurs activités de renseignement et la reddition de comptes de la part du ministre.
Nos deux autres recommandations exigeraient du gouvernement qu'il modifie ou adopte des lois. Le comité a expliqué les raisons pour lesquelles il en est venu à la conclusion qu'un examen indépendant régulier des activités de renseignements du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes permettrait une plus grande responsabilisation.
Étant donné que le projet de loi  C-59 est encore devant le Sénat, nous croyons que le gouvernement a ici l'occasion de le modifier afin que l'on fasse rapport chaque année des activités de renseignement ou de sécurité nationale du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, comme on l'exige du CST et du SCRS.
Le comité est également d'avis que son examen confirme la nécessité pour le gouvernement d'envisager très sérieusement d'accorder un pouvoir législatif explicite en matière d'activités de renseignement de défense. Ce type de renseignement est essentiel aux opérations des Forces armées canadiennes et comporte, comme toutes les activités de renseignement, des risques inhérents.
Dans le cadre de notre examen, nous avons entendu les préoccupations des fonctionnaires du ministère de la Défense nationale quant à l'importance de maintenir une flexibilité opérationnelle suffisante aux fins des activités de renseignement à l'appui des opérations militaires. Nous avons donc jugé nécessaire d'exposer les risques et les avantages de l'établissement d'une assise législative claire pour le renseignement de défense.
Nos recommandations sont le fruit de notre analyse de ces enjeux importants.
C'est avec plaisir que nous répondrons à vos questions.
Merci.
Collapse
View David McGuinty Profile
Lib. (ON)
View David McGuinty Profile
2019-05-13 15:48
Expand
Our role is to submit reports to the government, and we have done that. All we can do is hope that the government will take them seriously
The national security and intelligence review agency, NSIRA, once it's created under Bill C-59, will have the power to review the Department of National Defence but will not be obligated to do so on an annual basis like it will for CSIS and CSE. The committee was unanimous in calling for NSIRA to have that annual responsibility built into Bill C-59 so that the extensive activities of the Department of National Defence in intelligence were reviewed on an ongoing basis.
Notre rôle est de présenter les rapports au gouvernement, ce que nous avons fait. Il nous reste à espérer que le gouvernement les considère sérieusement.
Une fois qu'il aura été créé avec l'adoption du projet de loi  C-59, l'Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement aura le pouvoir d'examiner les activités du ministère de la Défense nationale, mais ne sera pas tenu de le faire chaque année comme ce sera le cas pour le SCRS et le CST. Notre comité a réclamé unanimement que cette responsabilité annuelle soit ajoutée au mandat de l'Office dans le projet de loi C-59 de telle sorte que l'on puisse examiner régulièrement l'ensemble des activités de renseignement du ministère de la Défense nationale.
Collapse
View John McKay Profile
Lib. (ON)
Good morning, everyone. I'd like to open the 88th meeting of the Standing Committee on Public Safety and National Security.
Our first witness is well known to the committee, the Honourable Ralph Goodale.
Mr. Goodale, I'm assuming that you're going to introduce all of those colleagues who are with you. The floor is yours.
Bonjour à tous. La 88e séance du Comité permanent de la sécurité publique et nationale est ouverte.
Notre premier témoin est bien connu du Comité, l'honorable Ralph Goodale.
Monsieur Goodale, je présume que vous allez nous présenter tous les collaborateurs qui vous accompagnent. Je vous cède la parole.
Collapse
Results: 1 - 3 of 3

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data