Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 211
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2018-05-22 11:19
Expand
After line 22, it should say...and just before “Decision-Making”.
Après la ligne 21, il faudrait lire... et juste avant « Prise de décisions ».
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 11:23
Expand
Thank you very much.
I'm delighted to be here. I'm a little surprised that I'm invited. I see a lot of expertise at the table already. I'm presuming that I've been invited because I was the first person to table an environmental bill of rights at the federal level. I also have a copy of my Bill C-202 here, which could be distributed later. It is in both official languages. I apologize that my brief was not already translated, but I think that will be provided to you.
I was also a member of the first team of citizens who worked with the Minister of Environment in the early 1980s in the drafting of the original CEPA. I want to share a little about how it came about that some environmental rights were included in that bill and why it's important to continue to strengthen those rights and opportunities in that legislation.
What do we mean by environmental rights? First, these rights involve the enshrining of the rights of Canadians to a healthy and ecologically balanced environment through amendments to federal laws and the Canadian Bill of Rights. Many have proposed that Canada mirror the precedent set by many other nations who have entrenched these rights in their constitutions.
Second, these rights are considered important in order to enshrine the Government of Canada's public trust duty to protect the environment to the extent of its jurisdiction, including legislating and enforcing environmental protection laws.
Third, specific environmental rights are generally considered to include the right of Canadians to hold their governments accountable by accessing environmental information to become better informed on the potential environment or health impacts of projects, activities, or decisions; having the right to participate in decisions impacting their health and environment; and gaining standing before courts and tribunals to seek intervention where those rights are denied, including requiring effective enforcement of environmental protection laws.
Why is it important to enshrine environmental rights? Directly informing and engaging the public eases suspicions and builds trust in the decisions by regulators. It's important that the process be constructive, and I'll speak to that a bit later and give some examples of some processes that have been more constructive.
Canada committed in 1993, under the North American Agreement on Environmental Cooperation, to the importance of public participation in conserving, protecting, and enhancing the environment; to promote transparency and participation in the development of environmental laws, regulations, and policies; to publish in advance any proposed measures and provide interested persons reasonable opportunity to comment; to extend the right to demand investigation of environmental violations; to provide access to administrative, quasi-judicial, or judicial proceedings for the enforcement of environmental laws, or to file suit for damages or injunctions; and to ensure that all administrative, quasi-judicial, and judicial proceedings are fair, equitable, and open to the public. Canada has already committed since 1993 that it will extend those rights in federal law.
What are the alternative means available to extend environmental rights?
One way is through constitutional reform, which would override all federal environmental laws, but many believe it's also important to extend those rights more specifically in statutes.
A number of jurisdictions have already incorporated or have issued stand-alone environmental bills of rights. The Government of Ontario did, and I think Manitoba was in the process, at least before the last election. Nova Scotia is proceeding. On my part, I have tabled a proposed federal environmental bill of rights several times.
The rights could be incorporated in individual statutes. The statue you're reviewing now is one of the first to incorporate some of those rights. The Canadian Environmental Assessment Act also has, or had, a good number of rights, which were emasculated by the former government. That is why there's been a lot of opposition to resource projects. Alberta, Northwest Territories, and Yukon all have included a variety of environmental rights in their environmental laws.
Rights can also be extended to citizens by petitions to stand-alone bodies. The commissioner for environment and sustainable development already has that power, and citizens are extended the right to petition the commissioner. The North American Commission for Environmental Cooperation has, within its agreement, the provision that anyone in North America can petition when they are concerned that the environmental law is not being enforced. As I mentioned previously, Canada has committed to put in place very many specific environmental rights.
When CEPA was first enacted in 1984, Environment Canada led an intensive public consultation process, including with industry and non-government organizations. An important addition to this consolidation statute was the entrenching of environmental rights and related obligations, now contained in part 2, including the registry of decisions, the right to request the addition of a substance on a priority substance list, the right to make voluntary, confidential reports of violations, the right to seek an investigation of an offence and the duty of the government to respond, the right to bring an environmental protection action, and the right to seek an injunction where a person suffers loss or damage due to contraventions.
An equally important parallel action taken by the then environment minister when CEPA was first enacted was to table an enforcement and compliance policy, thereby disclosing publicly what the responses would be when there is a violation under CEPA. This, again, was a public confidence-building gesture to the public. In doing so, the minister said, “A good law, however, is not enough. It must be enforced—ruthlessly if need be.”
This was a very important aspect of the original tabling of CEPA, and I think it should be given careful consideration by this committee. The public is concerned not only about what is in the law, but also about the law being effectively enforced.
As for constructive public engagement processes, it is not sufficient merely to enact these rights. It is incumbent upon the government to put in place constructive processes to engage the public in implementing the law, which is all the more important where there are concerns about toxic substances entering the environment, as you have heard from other witnesses.
Several good models exist that I encourage the committee to consider and recommend to the department. One is under the Canadian Environmental Assessment Act. My understanding is that the Liberal government is going to re-enact the Regulatory Advisory Committee, wherein all concerned parties—industry, public, and so forth—will have a say in federal environmental assessment legislation and regulations.
Another really good model is the Clean Air Strategic Alliance in Alberta. That was initiated way back under the government of Ralph Klein. It is a tripartite committee, with somebody from the environmental community, somebody from industry, and senior people from government. They can come up with their own reviews, or the government can refer to them matters on air emissions that it wants them to review. As a result of this committee, Alberta now, I think, has the lowest flaring emissions in Canada. As a result of this committee, Alberta is the only jurisdiction in Canada that requires the capture of mercury from coal-fired power. Through that committee, they have issued standards on NOx, sulphur dioxide in particular. I think it is a really good model for the federal government to look at.
Third, the government could consider re-funding the Canadian Environmental Network, which was very effective in bringing together citizens from across the country to effectively and constructively provide comments on everything from pesticides and the Fisheries Act to toxins. There was a very active toxic substances caucus, which regularly met and provided constructive, informed advice to the government. There was also an aboriginal caucus, which provided advice to the government specifically in these matters.
Another one was MERS, the Mercury Emissions Regulatory.... I can't remember what it stood for, but it was a federal body that was looking at the control of mercury. I'm sad to say that it was not effective. It simply issued what was called a Canada-wide standard. I strongly recommend that the committee say that we no longer do a Canada-wide standard. When is a standard not a standard? It's when it is a Canada-wide standard and simply a guideline. It doesn't mean anything. The federal government has never issued any standard for mercury from coal-fired.
A final one is COSEWIC—the SARA advisory committee and the independent aboriginal advisory body.
Merci beaucoup.
Je suis enchantée d'être ici. Je suis un peu surprise d'avoir été invitée parce que je vois que vous avez déjà plusieurs spécialistes à la table. Je suppose que j'ai été invitée parce que j'ai été la première à déposer un projet de Charte canadienne des droits environnementaux au niveau fédéral. J'ai ici un exemplaire de mon projet de loi C-202, qui peut être distribué plus tard. Il est en version bilingue. Je regrette que mon mémoire n'ait pas déjà été traduit, mais je pense qu'il vous sera fourni.
J'ai également été membre du premier groupe de citoyens qui a participé avec le ministre de l'Environnement au début des années 1980 à la rédaction de la première version de la LCPE. J'aimerais vous parler brièvement des raisons pour lesquelles quelques droits environnementaux ont été inscrits dans ce projet de loi et vous expliquer pourquoi il est important de continuer à renforcer ces droits dans la législation environnementale.
Qu'entendons-nous par droits environnementaux? Premièrement, ces droits comprennent l'inscription dans la loi du droit des Canadiens à un environnement sain et écologiquement équilibré grâce à des modifications de la législation fédérale et de la Charte des droits et libertés. Beaucoup de gens ont proposé que le Canada emboîte le pas aux nombreux pays qui ont inscrit ces droits dans leur constitution.
Deuxièmement, on considère que ces droits sont importants parce qu'ils garantissent l'obligation pour le gouvernement du Canada de protéger l'environnement dans son champ de compétence, notamment en élaborant et en mettant en oeuvre des lois de protection de l'environnement.
Troisièmement, les droits environnementaux spécifiques comprennent en général le droit des Canadiens de tenir leurs gouvernements responsables en ayant accès à l'information environnementale pour être au courant des incidences possibles sur l'environnement et la santé de projets, d'activités ou de décisions, leur droit de participer aux décisions ayant des effets sur leur santé et l'environnement et leur droit de s'adresser aux tribunaux s'ils sont empêchés d'exercer ces droits, notamment pour demander une mise en oeuvre efficace des lois de protection de l'environnement.
Pourquoi est-il important de garantir les droits environnementaux? En informant directement le public, le gouvernement apaise ses soupçons et l'encourage à faire confiance aux décisions des organismes de réglementation. Il est important que le processus soit constructif. Je reviendrai plus tard sur cette question et je donnerai quelques exemples de processus qui se sont révélés constructifs.
En 1993, le Canada a reconnu, dans l'Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l'environnement, l'importance de la participation du public à la conservation, à la protection et à l'amélioration de l'environnement. Il s'est également engagé à favoriser la transparence et la participation du public à l'élaboration des lois, règlements et politiques ayant trait à l'environnement, à publier d'avance toute mesure envisagée et à donner aux parties intéressées une occasion raisonnable de présenter des observations, à donner accès à des procédures administratives, quasi judiciaires ou judiciaires pour la mise en vigueur des lois environnementales ou à intenter des poursuites en vue d'obtenir des dommages-intérêts ou des injonctions, et à veiller à ce que toutes les procédures administratives, quasi judiciaires et judiciaires soient justes, équitables et ouvertes au public. Le Canada s'est déjà engagé depuis 1993 à inscrire ces droits dans la législation fédérale.
Quels sont les moyens d'accorder des droits environnementaux?
Il serait possible de recourir à une modification constitutionnelle qui prendrait le pas sur toutes les lois environnementales fédérales, mais beaucoup de gens croient qu'il est également important de prévoir ces droits d'une façon plus précise dans la législation.
Quelques administrations ont intégré les droits environnementaux dans d'autres lois ou ont adopté des lois distinctes à cet égard. Le gouvernement de l'Ontario l'a fait, et je crois que celui du Manitoba était en train de le faire, du moins avant les dernières élections. La Nouvelle-Écosse prend aussi des mesures à cet effet. Pour ma part, j'ai déposé à plusieurs reprises des projets de loi portant création d'une Charte canadienne des droits environnementaux.
Les droits peuvent être intégrés dans des mesures législatives traitant de sujets différents. La loi que vous examinez en ce moment est l'une des premières à énoncer certains de ces droits. La Loi canadienne sur l'évaluation environnementale comprenait aussi un bon nombre de droits avant d'être émasculée par le gouvernement précédent. Voilà pourquoi il y a tant d'opposition aux projets d'exploitation de ressources. L'Alberta, les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon ont également inscrit différents droits environnementaux dans leur législation environnementale.
Des droits peuvent en outre être accordés aux citoyens par voie de pétition adressée à des organismes indépendants. La commissaire à l'environnement et au développement durable est déjà investie de ce pouvoir, et les citoyens sont habilités à lui présenter des pétitions. La Commission de coopération environnementale de l'Amérique du Nord peut, en vertu de l'accord qui l'a créée, recevoir une pétition de toute personne intéressée qui s'inquiète d'une violation possible des lois environnementales. Comme je l'ai déjà mentionné, le Canada s'est engagé à faire respecter de nombreux droits environnementaux précis.
Lorsque la LCPE est entrée en vigueur en 1984, Environnement Canada a mis en train un important processus de consultation du public, qui s'étendait à l'industrie et aux organisations non gouvernementales. Par la suite, le gouvernement a ajouté à cette loi des droits environnementaux et des obligations connexes qui figurent maintenant dans la partie 2, y compris le registre des décisions, le droit de demander l'inscription d'un produit sur la liste des substances d'intérêt prioritaire, le droit de présenter des rapports volontaires confidentiels dénonçant des violations, le droit de demander l'ouverture d'une enquête sur une infraction et l'obligation du gouvernement d'y répondre, le droit d'intenter une action en protection de l'environnement et le droit de toute personne qui subit un dommage ou un préjudice par suite de contraventions de demander une injonction.
Le ministre de l'Environnement d'alors avait pris une mesure parallèle également importante lors de la mise en vigueur de la LCPE en annonçant une politique d'exécution et de conformité permettant de rendre publiques les réactions aux violations de la loi. Encore une fois, c'était un geste destiné à inspirer confiance au public. Ce faisant, le ministre avait dit: « Une bonne loi ne suffit cependant pas. Elle doit être mise en vigueur sans pitié, si c'est nécessaire. »
C'était là un aspect très important de la LCPE initiale. Je crois que le Comité devrait l'examiner soigneusement. Le public s'inquiète non seulement du contenu de la loi, mais aussi de la façon dont elle est appliquée.
En ce qui concerne les processus d'engagement constructif du public, il ne suffit pas de proclamer simplement ces droits. Il incombe au gouvernement de mettre en place des processus constructifs pour inciter le public à participer à la mise en oeuvre de la loi, ce qui est d'autant plus important quand les gens s'inquiètent de la libération dans l'environnement de substances toxiques, comme d'autres témoins vous l'ont dit.
Il existe plusieurs bons modèles que j'encourage le Comité à étudier et à recommander au ministère. L'un d'eux relève de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale. Je crois savoir que le gouvernement libéral a l'intention de réactiver le Comité consultatif de la réglementation, où toutes les parties intéressées — industrie, public, etc. — auront leur mot à dire sur la législation fédérale d'évaluation environnementale et sur ses règlements d'application.
On trouve un autre très bon modèle dans la Clean Air Strategic Alliance de l'Alberta. Cette alliance stratégique pour l'air pur avait été créée par le gouvernement de Ralph Klein. Il s'agit d'un comité tripartite comprenant un représentant de la communauté environnementale, un autre de l'industrie ainsi que de hauts fonctionnaires du gouvernement. Le comité peut procéder à ses propres examens ou étudier des questions liées aux émissions atmosphériques que le gouvernement lui a transmises. Par suite des travaux de ce comité, l'Alberta a aujourd'hui les plus faibles émissions de torchage du Canada. De plus, la province est la seule administration canadienne qui exige la capture du mercure émis par les centrales au charbon. C'est également grâce aux activités du comité que des normes ont été établies au sujet des oxydes d'azote et, en particulier, de l'anhydride sulfureux. Je crois que c'est un excellent modèle que le gouvernement fédéral devrait étudier.
Troisièmement, le gouvernement peut envisager de rétablir le financement du Réseau canadien de l'environnement, qui a fait du très bon travail en réunissant des citoyens de tous les coins du pays pour formuler des observations constructives sur toutes sortes de sujets allant des pesticides à la Loi sur les pêches et aux substances toxiques. Le réseau comprenait un caucus très actif qui s'occupait de ces substances. Il tenait des réunions régulières et donnait des conseils constructifs et éclairés au gouvernement. Il y avait aussi un caucus autochtone qui conseillait également le gouvernement sur ces questions particulières.
Il y a aussi le SREM, ou stratégie de réduction des émissions… Je ne me souviens plus de ce que ce sigle représentait, mais il s'agissait d'un organisme fédéral qui s'occupait du contrôle du mercure. Je dois malheureusement dire qu'il n'était pas efficace. Il n'a fait que publier ce qu'on a appelé alors une norme pancanadienne. J'exhorte instamment le Comité à affirmer que nous n'établissons plus de normes pancanadiennes. À quel moment une norme n'est plus une norme? Une norme pancanadienne ne représente qu'une simple ligne directrice qui ne signifie rien du tout. Le gouvernement fédéral n'a jamais publié de normes relatives au mercure émis par les centrales au charbon.
Il y a finalement le COSEPAC, le comité consultatif de la Loi sur les espèces en péril et le comité consultatif autochtone indépendant.
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 11:32
Expand
I think those are particularly important for part 9. As the woman from the Tahltan first nation mentioned, it is very important to ensure that the responsibilities under UN DRIP are also observed.
Thank you.
Je crois que ces organismes sont particulièrement importants dans le contexte de la partie 9. Comme l'a dit la représentante de la nation Tahltan, il est très important de veiller à faire respecter les obligations découlant de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.
Je vous remercie.
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 11:45
Expand
I have a different perspective. I don't think it's a case of government or industry educating the public. It's the reverse. It's time to educate the regulators on the need to finally take action on these toxins and to expedite the banning of the ones we already know about, for example, the fire retardant.
There are more constructive ways to do that. I don't think we can expect the soccer mum, the soccer dad, or the general public to have the time or the expertise.
It's incumbent upon the government to establish advisory committees where people, in the long term, are providing advice, are informed, and are helping constructively to recommend which priority substance to tackle. Give them a voice in regulatory hearings on big industrial projects that are going to emit toxins. There are lots of ways we can do it to give a voice to the community.
Mon point de vue est différent. Je ne crois pas que ce soit un cas où le gouvernement ou l'industrie doit sensibiliser le public. C'est vraiment l'inverse. Il est temps de sensibiliser les responsables de la réglementation à la nécessité de prendre finalement des mesures au sujet de ces produits toxiques et d'accélérer l'interdiction des substances que nous connaissons déjà, comme les retardateurs de flammes.
Il y a des façons plus constructives d'agir. Je ne crois pas qu'on puisse demander à de jeunes parents ou à des membres du grand public de faire preuve d'expertise.
Il incombe au gouvernement d'établir des comités consultatifs où les gens, à long terme, donnent des conseils, reçoivent de l'information et contribuent d'une manière constructive à la désignation des substances dont il faut s'occuper en priorité. Il faut encourager les gens à s'exprimer au cours des audiences réglementaires sur les grands projets industriels qui produiront des substances toxiques. Il y a de nombreux moyens d'agir de façon à permettre à la communauté de s'exprimer.
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 11:50
Expand
That's a big question.
C'est une grande question.
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 11:50
Expand
I could go back to a specific example. I was involved with a local community group dealing with the emissions from coal-fired power plants.
Je peux revenir à un exemple précis. J'ai été en contact avec un groupe communautaire local qui s'occupait des émissions des centrales au charbon.
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 11:50
Expand
I decided that I would focus on mercury, because that's a neurotoxin. It's the most serious chemical out there, which the federal government has failed to regulate.
It's very difficult unless you give up your career and paid work and take the time to inform yourself. The only way to.... Frankly, as the lawyer from Tahltan has said, these issues come up when a disaster occurs in your community, or when a project is proposed near your community or on a river or lake you care about. Then you get engaged. Then you start hearing about what the potential chemicals are that might impact you.
Just generally, in the federal government's regulating of chemicals under CEPA, it's very hard to garner people's interest. That's why I'm saying there needs to be a specific advisory body of NGOs that are willing to give their time to this on behalf of their communities across the country.
J'avais décidé de concentrer mes recherches sur le mercure, qui est une neurotoxine. C'est l'élément chimique le plus dangereux qu'il y ait dans l'environnement, mais il échappe à la réglementation fédérale.
C'est très difficile à moins de renoncer à sa carrière et à un emploi rémunéré pour prendre le temps de s'informer. La seule façon de… En toute franchise, comme l'a dit l'avocate des Tahltan, les questions se posent quand une catastrophe frappe votre collectivité ou quand il est envisagé de réaliser un projet près de chez vous ou à proximité d'une rivière ou d'un lac qui vous tient à coeur. C'est à ce moment que vous vous engagez. Ensuite, vous entendez parler des produits chimiques qui peuvent vous nuire.
D'une façon générale, il est très difficile de susciter l'intérêt des gens quand on parle de la réglementation fédérale des produits chimiques en vertu de la LCPE. C'est pour cette raison que je dis qu'il faudrait établir un organe consultatif spécialisé formé d'ONG disposées à consacrer du temps à cette cause au nom de collectivités qui se trouvent un peu partout dans le pays.
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 11:58
Expand
Chair, in responding to Mr. Amos' question, which was really good, here is my question. In addition to referring this matter to this committee, is the department also conferring another committee to engage the views of concerned Canadians?
Madame la présidente, en guise de réponse à la question de M. Amos, qui était excellente, voici ma question. Le ministère, en plus de renvoyer la question à ce comité-ci, confie-t-il à un autre comité la tâche de consulter les Canadiens intéressés?
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 12:02
Expand
As I've been elected for the last eight years, and not always in the environment portfolio, I have to say that honestly, I haven't followed it closely. My understanding is that previously, it definitely was not a floodgate.
The vast majority of actions by the environmental community or the public are generally against a government agency, demanding the right to be heard. They're more to do with standing, procedure, judicial review, and so forth. I think the floodgates argument initially put forward has been shown not to be true for that, but I think it's also very important to revisit those sections to make sure that they are updated also, to make sure that they are compliant with the North American Agreement on Environmental Cooperation.
Comme je suis élue depuis huit ans et que je ne me suis pas toujours occupée de l'environnement, je dois avouer honnêtement que je n'ai pas suivi la question de près. Je crois savoir que, auparavant, les litiges n'ont pas été légion.
La vaste majorité des actions dans les milieux écologistes ou le grand public visent généralement un organisme gouvernemental. Ils exigent de se faire entendre. Elles portent plutôt sur leur position, la procédure, le contrôle judiciaire, etc. L'argument du déluge d'actions judiciaires qu'on a fait valoir au départ s'est révélé sans fondement. Il n'en est pas moins très important de revoir ces articles pour les mettre à jour et veiller à ce qu'ils soient conformes à l'Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l’environnement.
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 12:07
Expand
Can I give a brief response to your question?
Puis-je répondre brièvement à votre question?
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 12:07
Expand
I just wanted to give you a suggestion from what they've done in Alberta. In Alberta, in the CASA process, we had a whole framework for emissions from the electricity sector. A provision in that overriding framework is that when any new scientific information comes to light about any of the substances being regulated, the government is obligated to open up that process to anybody who wants to participate. It's not so much that the government has the obligation to do all that new work, but they have an obligation—and the industry or whoever's using the chemical—to watch for any new information and to bring that to the attention of the government.
Je voudrais simplement vous dire ce qu'on a fait en Alberta. Dans le processus de la CASA, nous avons tout un cadre pour les émissions du secteur de l'électricité. Dans ce cadre général, il est prévu que, lorsqu'apparaissent de nouvelles connaissances scientifiques sur l'une ou l'autre des substances réglementées, le gouvernement est tenu d'ouvrir le processus à quiconque veut participer. Ce n'est pas tant qu'il est obligé de faire tout le nouveau travail. Chacun est plutôt tenu, tout comme l'industrie ou quiconque utilise le produit chimique en question, d'être à l'affût de toute information nouvelle et de la signaler au gouvernement.
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 12:11
Expand
Can I respond to that as well?
Puis-je répondre également?
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 12:11
Expand
It should be clear in the law that there is a duty to watch for that new information. There is a provision in CEPA already that people tend to ignore, a section that imposes a mandatory duty on the health minister. It says that where any information comes to her attention of a toxin that might impact health and the environment, she is obligated to initiate a review. You might want to review and supplement that section. It's also important to keep in mind that we're not just talking about chemicals in products. This law that also regulates emissions from energy sources. These are quite different kinds of processes.
Il devrait être clair dans la loi qu'il est obligatoire d'être à l'affût des nouvelles données. Il existe déjà dans la LCPE une disposition qu'on a tendance à oublier. Elle impose une obligation au ministre de la Santé. Lorsqu'il lui est signalé qu'un produit toxique peut avoir un effet sur la santé et l'environnement, il est tenu d'entamer un examen. Vous voudrez peut-être revoir cet article et le compléter. Il importe également de ne pas oublier qu'il n'est pas question seulement des substances chimiques présentes dans des produits. La loi régit aussi les émissions des sources d'énergie. Les processus sont fort différents.
Collapse
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2016-06-09 12:32
Expand
What I wanted to say was that the biggest lack is of political will, and I'll tell you where the origins are.
First, I'm concerned that you don't just talk about consumer products, because this act is the only federal tool for regulating trans-boundary pollution and major toxins like mercury, lead, PAHs, and on and on, dioxins. These are important. These are huge sources of public health risk.
It used to be that, when major projects were proposed, the federal government would intervene. Then slowly it pulled out, and so now when major projects are reviewed in Canada, there is no federal presence. There is just an across-the-board lack of political will for the federal government to exercise its responsibilities under CEPA.
Ce que je voulais dire, c'est que la plus grande lacune réside dans le manque de volonté politique. Je vais vous dire quelle en est l'origine.
Tout d'abord, je m'inquiète parce que nous ne parlons pas seulement ici de produits de consommation. La LCPE est le seul moyen dont nous disposons à l'échelle fédérale pour réglementer la pollution transfrontalière et les grandes substances toxiques telles que le mercure, le plomb, les hydrocarbures aromatiques polycycliques, les dioxines, etc. Ces substances sont importantes. Elles sont la source de graves risques pour la santé du public.
Il fut un temps où le gouvernement fédéral intervenait lorsque de grands projets étaient proposés. Il s'est retiré petit à petit, de sorte qu'aujourd'hui, lorsqu'un grand projet est examiné au Canada, il n'y a aucune présence fédérale. Il s'agit d'un manque général de volonté politique quant à l'exercice par le gouvernement fédéral de ses responsabilités en vertu de la LCPE.
Collapse
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2015-06-16 12:45
Expand
It's for Mr. Di Bartolomeo.
Mr. Walter Di Bartolomeo: I don't deal with nuclear waste.
Mr. Brian Masse: You mentioned risk in your report here.
Dr. Robert Walker: Perhaps that was my remark.
Mr. Brian Masse: Maybe it was. I'm sorry; I could be corrected.
Elle est destinée à M. Bartolomeo.
M. Walter Di Bartolomeo: Je ne m'occupe pas des déchets nucléaires.
M. Brian Masse: Vous avez mentionné des risques dans votre rapport.
M. Robert Walker: Il s'agissait peut-être d'une de mes observations.
M. Brian Masse: C'était peut-être le cas. Je suis désolé; je pourrais être dans l'erreur.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 15:31
Expand
Thank you very much, Mr. Chair.
First off, thank you to all the members for your vote on November 5 to get this bill passed at second reading.
It was a great show of teamwork among all the parties to bring this bill forward, to have an agreement where each of the parties sent up a speaker, and then we moved on, forgoing the second hour of debate and immediately proceeded to the vote. That was a fantastic bit of teamwork that was brought forward and that's why we're here now.
I was very pleased that the bill passed second reading almost unanimously. Moving forward, hopefully we can continue that great work. There's not much time left in the calendar to get this back to House and off to the Senate to become law before Parliament rises and we end up in an election campaign.
My inspiration for bringing Bill C-597 forward was the year I spent working in Alberta. I'm originally from Ontario, Scarborough born and bred, lived there my entire life, and never experienced Remembrance Day as a holiday. Then during my year working in Alberta, of course it is a statutory holiday there, I got to see some differences about how it's recognized and the importance that people place on it. I thought that might be something we could bring forward at the federal level.
Looking at the Holidays Act itself, I was perplexed to find that we have three holidays. Two of them, Canada Day and Victoria Day, are both listed as legal holidays. Remembrance Day doesn't have the word “legal” and it's simply a holiday. This bill would seek to elevate it to the same status as the other holidays at the federal level.
The great thing with this is that federal jurisdictions, federal businesses, and the government are already shut down that day. Banks are also closed. There isn't a cost associated with implementing this in the same way that you would traditionally have if you were to bring in a completely new statutory holiday
Of course, the actual recognition of holidays happens at the provincial level. Currently, we already have six provinces and three territories that recognize it as a statutory holiday. Then there is Nova Scotia, which has its own Remembrance Day Act, and Manitoba, which has retail and businesses closed until 1:00 pm.
There are many different things that the provinces can look to do.
In Ontario, for instance, it's generally a regular business day, but the public sector is shut down on Remembrance Day. That's something that was negotiated between the government and their employees. Certainly, if Ontario chose to go down that path, it would be something that would be worth extending to all Ontarians, but, of course, that decision lies with the province.
One of the most interesting things I found, when this debate was taking place, was the national conversation that ensued. From coast to coast, people were talking about our acts of remembrance and what it means and what the best options are. Should this be a statutory holiday everywhere, so that everyone has the opportunity to go and pay their respects if they choose, or should we should carry on as a normal day?
There was lots of back and forth on that, especially in the provinces where it is not a holiday already. There's the debate about kids being in school and the importance of them being able to learn about our rich history through being in school, and observing ceremonies and participating in events. Of course, in the provinces where it is a statutory holiday, they do ceremonies and events on the last school day before Remembrance Day. You're able to commemorate and get kids to learn in school while still having November 11 off. The example I like to use is from Newfoundland and Labrador, where kids have a week of in-class instruction and learn about Remembrance Day, and then have the day off to go to ceremonies with their friends and families if they choose.
There are lots of different ways that we can commemorate, and having that national discussion was a big part of that. One of my local radio stations, 102.1 the Edge, is not a news station but purely a music station. I was surprised to hear even them, when I tuned in on Remembrance Day, talking about the bill and whether it was a good idea to make it a statutory holiday.
Any time we as parliamentarians can spark debate and conversations of this nature, I think we advance ourselves as a society and as a democracy. It helps to remind us of exactly what those brave men and women sacrificed so that we would have the country we have, one where we can have these open, free, and fair discussions without any fear of reprisal. I think's that's very important and great.
The other thing we should certainly touch on is the second clause of the bill. There's agreement between the parties to remove that from the bill, but that will, of course, require an amendment here to actually remove it from the bill. I certainly hope colleagues on all sides will be in agreement, because that was really the thing that got us the agreement in the House to move the bill forward.
It's a simple question of protocol with respect to lowering the flag. I heard the arguments and was in agreement that we should actually maintain the flexibility to lower the flag to half-mast whenever we choose, whenever protocol demands it, rather than it being fixed that it has to be at half-mast on November 11 and not allowing for any variations for ceremonies or as protocol would evolve over time. We definitely want to avoid situations where a natural evolutionary process of protocol would require parliamentarians to come back and change the law, because that's a heck of a lot of work for something very small. I heard the arguments about this and was in agreement to get rid of that part of the bill. That will have to be brought forward as an amendment here.
We are short on time, so I want to get to the questions. I don't think you're going to have me back for another meeting, so the faster we get to questions, I think the more we'll get answered.
Merci beaucoup, monsieur le président.
J'aimerais d'abord remercier tous les membres du comité d'avoir voté en faveur de ce projet de loi le 5 novembre pour qu'il soit adopté en deuxième lecture.
Tous les partis ont fait un excellent travail d'équipe afin d'adopter ce projet de loi, s'entendant pour que chaque parti envoie un intervenant, puis renonçant à la deuxième heure de débat pour procéder immédiatement au vote. C'était un formidable travail d'équipe grâce auquel nous sommes ici aujourd'hui.
J'ai été enchanté qu'il soit presque unanimement adopté en deuxième lecture. J'espère que cet excellent travail se poursuivra dans l'avenir. Il ne reste pas beaucoup de temps au calendrier pour renvoyer le projet de loi à la Chambre, puis au Sénat afin de l'adopter avant la prorogation du Parlement. Nous serons ensuite en campagne électorale.
C'est l'année que j'ai passée à travailler en Alberta qui m'a incité à déposer le projet de loi C-597. Originaire d'Ontario, je suis né et j'ai grandi à Scarborough, où j'ai passé toute ma vie et où le jour du Souvenir n'avait jamais été pour moi un jour férié. Mais pendant l'année où j'ai travaillé en Alberta, où ce jour était bien entendu une fête légale, j'ai constaté que la manière dont le jour du Souvenir est souligné et l'importance que les gens lui accordent étaient différentes. J'ai pensé que cette fête légale pourrait s'appliquer à l'échelle fédérale.
Quand j'ai examiné la Loi instituant des jours de fête légale, j'ai été étonné de découvrir que nous avons trois jours fériés. Deux d'entre eux, soit la fête du Canada et la fête de Victoria, sont considérés comme des fêtes légales. Mais le jour du Souvenir est dépourvu du mot « légal » et est simplement un jour férié. Le présent projet de loi vise à lui conférer le même statut que les autres fêtes légales à l'échelle fédérale.
L'avantage, c'est que les ministères et organismes fédéraux et le gouvernement sont déjà fermés ce jour-là, tout comme les banques. Le coût de la mise en oeuvre de cette fête n'est donc pas le même que celui qu'entraînerait traditionnellement l'instauration d'un tout nouveau jour férié.
Bien entendu, c'est aux provinces qu'il revient d'accepter les jours fériés. À l'heure actuelle, six provinces et trois territoires considèrent ce jour comme une fête légale. La Nouvelle-Écosse a sa propre Remembrance Day Act, et au Manitoba, tous les commerces de détail et les entreprises sont fermés jusqu'à 13 heures.
Il y a bien des choses que les provinces peuvent envisager de faire.
En Ontario, par exemple, il s'agit généralement d'un jour ouvrable ordinaire, mais le secteur public est fermé le jour du Souvenir, conformément à une entente négociée entre le gouvernement et ses employés. Si l'Ontario décidait d'emprunter cette voie, c'est une mesure qu'elle pourrait certainement élargir à l'ensemble des Ontariens, mais la décision lui revient, bien entendu.
Quand le débat sur la question a eu lieu, j'ai été particulièrement intéressé par la conversation nationale qui a suivi. D'un océan à l'autre, les gens ont parlé des gestes que nous posons pour nous souvenir, du sens qu'on leur accorde et des meilleures solutions. Ce jour devrait-il être une fête légale partout pour que tout le monde ait l'occasion de l'observer s'ils le souhaitent, ou devrait-il être considéré un jour normal?
Il y a eu beaucoup d'échanges à ce sujet, particulièrement dans les provinces où ce jour n'est pas déjà un jour férié. Il y a notamment un débat au sujet de la présence des enfants à l'école et du fait qu'il importe qu'ils puissent s'informer à propos de notre riche histoire en allant à l'école et en participant à des activités. Bien entendu, dans les provinces où ce jour est une fête légale, les écoles organisent des cérémonies et des activités le jour d'école précédant le jour du Souvenir. On peut souligner cette journée et permettre aux enfants d'apprendre sur le sujet à l'école, tout en étant en congé le 11 novembre. J'aime utiliser l'exemple de Terre-Neuve-et-Labrador, où les enfants reçoivent une semaine d'enseignement pour en apprendre au sujet du jour du Souvenir, après quoi ils ont une journée de congé pour assister aux cérémonies avec leur famille et leurs amis s'ils le souhaitent.
Nous pouvons souligner ce jour de bien des manières, et la discussion nationale a joué un grand rôle à cet égard. Une de mes stations de radio locales, 102.1 the Edge, n'est pas nouvelle, mais elle ne diffuse que de la musique. Quelle ne fut pas ma surprise, quand je l'ai syntonisée le jour du Souvenir, de constater que même à cette station, on parlait du projet de loi et discutait à savoir si c'était une bonne idée de faire de ce jour une fête légale.
Chaque fois qu'à titre de parlementaires nous encourageons un débat et des conversations de cette nature, je pense que nous faisons progresser la société et la démocratie. Cela nous aide à nous rappeler ce que ces hommes et ces femmes courageux ont sacrifié pour que nous ayons le pays que nous avons, un pays où nous pouvons tenir des discussions ouvertes, libres et équitables sans crainte de représailles. Je pense que c'est formidable et très important.
Nous devons aussi certainement traiter de la deuxième disposition du projet de loi. Les partis ont convenu qu'elle devrait être éliminée, mais pour le faire, il faudra évidemment apporter un amendement au projet de loi. J'espère certainement que mes collègues de tous les partis s'entendront à cet égard, car c'est vraiment le point sur lequel nous sommes entendus à la Chambre pour adopter le projet de loi.
C'est une simple question de protocole concernant la mise en berne du drapeau. Après avoir écouté les arguments, j'ai convenu que nous devrions maintenir la souplesse nous permettant de baisser le drapeau à mi-mât quand nous le souhaitons, quand le protocole l'exige, plutôt que de stipuler qu'il doit l'être le 11 novembre, sans permettre de changement aux cérémonies ou au protocole au fil du temps. Nous voulons certainement éviter de nous retrouver dans des situations où l'évolution naturelle du protocole obligerait les parlementaires à modifier la loi, car ce serait beaucoup de travail pour une broutille. J'ai écouté les arguments présentés à ce sujet et j'accepte d'éliminer cette partie du projet de loi. Il faudra proposer un amendement à ce sujet.
Comme le temps nous est compté, je veux passer aux questions. Je ne pense pas que vous me convoquerez à une autre séance, donc plus vite nous passons aux questions, plus nous aurons de réponses.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 15:39
Expand
Yes, but I won't have a problem talking as much as I want.
Oui, mais je n'aurai pas de problème à parler autant que je veux.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 15:41
Expand
The consultative process was undertaken for several months before the bill came before the House. It included letter-writing campaigns to every single legion across the country, because unfortunately—and this was always perplexing—we could never get Dominion Command to return our calls. That was very unfortunate, because you want to be engaging in these conversations.
Through the last couple of years, every time I'd encounter a member of the Canadian Armed Forces, I'd ask them for their opinions on this bill and whether they thought that making Remembrance Day a statutory holiday made sense. I found that the vast majority of them were in agreement.
There are a lot of folks who think it will lose meaning if we make it into a statutory holiday. I know that in Ontario part of the concern was that if kids aren't in school they're not going to learn about it and we're actually going to take a step back. But for this, like anything else we honour or celebrate, it's incumbent upon us to give it meaning. I think that's where the importance is here. As long as we continue to provide great importance to and a focus on Remembrance Day, it will gain in importance and meaning.
The consultative process, though, was not perhaps as fulsome as I would have liked. Certainly, I don't think we're ever able to spend enough time consulting on the different things we want to do or meeting with as many different groups and individuals as possible. I had conversations with the Retail Council of Canada, as well as the Canadian Federation of Independent Business, and heard from those groups about what they thought. As well, in going to some of their member businesses to see what they thought, although there are certainly a number of businesses that don't want to see another statutory day off, I was pleasantly surprised by the number that did.
Depending on where you are in retail, for instance, this bill might not have much of an impact. One CEO I spoke to told me that people have only so much money to spend, and if they can't spend it today, they'll spend it tomorrow. For his business, he wasn't going to see a negative to bringing this bill forward. With another CEO, it was a question of his grandfather having served in the First World War, and he would have appreciated having the day to pay his respects and to participate in ceremonies and services.
There's a lot of opinion out there all across the way, but I think everybody is on the right track with respect to wanting to find the best way to commemorate the eleventh.
Le processus de consultation a été entrepris plusieurs mois avant le dépôt du projet de loi à la Chambre. Nous avons écrit des lettres à toutes les légions du pays, car malheureusement, la Direction nationale n'a jamais retourné nos appels, ce qui n'a cessé de nous étonner. C'est bien malheureux, car nous voulons tenir ces conversations.
Au cours des deux dernières années, chaque fois que je rencontrais un membre des Forces armées canadiennes, je lui demandais son avis pour savoir s'il pensait que c'était une bonne idée de faire du jour du Souvenir une fête légale. J'ai constaté que la vaste majorité approuvait l'idée.
Bien des gens pensent que ce jour perdra son sens si l'on en fait une fête légale. Je sais qu'en Ontario, on craint que si les enfants ne sont pas à l'école, ils n'apprendront rien au sujet de cette journée et notre société y perdra. Mais je considère qu'il nous revient de conférer un sens à ce jour, comme c'est le cas pour tout ce que nous honorons ou célébrons. Voilà ce qui importe, selon moi. Tant que nous continuons d'accorder une grande importance et de l'attention au jour du Souvenir, il gagnera en importance et en signification.
Cependant, le processus de consultation n'a peut-être pas été aussi exhaustif que je l'aurais voulu. Je doute que nous ne soyons jamais capables de passer suffisamment de temps à consulter les gens sur les diverses initiatives que nous voulons prendre ou de rencontrer autant de groupes et de gens que possible. J'ai discuté avec le Conseil canadien du commerce de détail et la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, et j'ai écouté ces groupes me dire ce qu'ils pensaient. De plus, j'ai consulté certains de leurs membres pour voir ce qu'ils pensaient, et même si un certain nombre d'entre eux ne voulaient pas avoir d'autres fêtes légales, j'ai été agréablement surpris par le nombre qui était favorable à l'idée.
Dépendamment du secteur du commerce de détail où l'on travaille, par exemple, ce projet de loi pourrait ne pas avoir beaucoup d'incidence. Un chef d'entreprise auquel j'ai parlé m'a dit qu'il y a une limite à l'argent que les gens peuvent dépenser, et que s'ils ne le dépensent pas aujourd'hui, ils le feront demain. Il ne pensait pas que le projet de loi aurait une incidence négative sur son entreprise. Un autre chef d'entreprise m'a parlé de son grand-père, qui a participé à la Seconde Guerre mondiale, et il m'a indiqué qu'il aimerait avoir congé ce jour-là pour lui rendre hommage et pour prendre part aux cérémonies et aux services.
Il existe toutes sortes d'opinions sur la question, mais je pense que tout le monde est sur la bonne voie et souhaite trouver la meilleure manière de commémorer le 11 novembre.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 15:44
Expand
That wasn't seven minutes. It was only three or four.
Voices: Oh, oh!
Je n'ai pas pris sept minutes, mais seulement trois ou quatre.
Des voix: Oh, oh!
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 15:45
Expand
I didn't speak directly with the school boards. It's very much like having formal discussions with the provinces before we even get past second reading. I saw a little bit as putting the cart before the horse.
I did speak about this to a number of teachers in and around the GTA, many of whom are the teachers who actually end up being the representative at the school who organizes their ceremonies. Typically, in most schools, one teacher is given the task of putting together the curriculum for the day for the ceremonies that are going to be done in schools.
This leaves the situation open, whereby you're going to have a vastly different take on it in every single school. Some schools will do the absolute bare minimum that's required in the curriculum, and other schools will have really great and fantastic services and have veterans in the school to share their stories, impart their wisdom, and remind us all of why war is such a terrible thing and how we should have a world where it isn't needed anymore.
Je n'ai pas parlé directement aux conseils scolaires. C'est un peu comme si on tenait des discussions officielles avec les provinces avant même de dépasser l'étape de la deuxième lecture. Je pensais que c'était un peu comme mettre la charrue avant les boeufs.
J'ai toutefois discuté de la question avec un certain nombre de professeurs dans la grande région de Toronto, dont un grand nombre sont responsables de l'organisation des cérémonies dans leur école. Habituellement, dans la plupart des écoles, un enseignant se charge de préparer le programme des cérémonies qui auront lieu à l'école.
Cela confère une grande marge de manoeuvre qui permet à chaque école d'adopter des approches très différentes. Certains établissements ne feront que le strict minimum requis au programme, alors que d'autres auront des services vraiment formidables et inviteront des anciens combattants à venir raconter leur histoire, transmettre leur sagesse et nous rappeler à tous pourquoi la guerre est si terrible et pourquoi nous ne devrions plus avoir besoin de faire la guerre dans le monde.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 15:47
Expand
As I said at the beginning, we sent out letters to every single legion across the country. I'm glad you are hearing back from some of them. I wish some of them had contacted me with their concerns so that I could actually address them. The legions in my area have been very supportive.
Comme je l'ai indiqué au début, nous avons envoyé des lettres à chaque légion du pays. Je suis heureux que certaines d'entre elles communiquent avec vous. J'aurais aimé que certaines d'entre elles communiquent avec moi pour me faire part de leurs préoccupations pour que je puisse y réagir. Les légions de ma région appuient fortement le projet de loi.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 15:48
Expand
Any holiday that we celebrate or recognize or commemorate is not going to have a 100% participation rate. Not everybody participates in Canada Day even. For a lot of us, that's our biggest holiday. It's not the case in all provinces.
I said a lot of us, not everyone, Madam Latendresse.
If kids are not in school and the parents are also off, then in that instance I would say it perhaps falls a little bit onto the parents to impart that importance. We shouldn't say that kids aren't going to learn anything in school. If it's not going to be in school on the 11th itself, then it should be the day beforehand. In the provinces that do have it as a holiday, that's exactly what they do. It shouldn't be about just the one day.
Quel que soit le jour férié, on ne pourra jamais avoir un taux de participation de 100 %. Ce n'est pas tout le monde qui célèbre la fête du Canada. Pour beaucoup d'entre nous, c'est la plus grande fête, mais ce n'est pas le cas dans toutes les provinces.
J'ai bien dit pour beaucoup d'entre nous; pas pour tout le monde, madame Latendresse.
Si les enfants ne sont pas à l'école et que les parents sont en congé ce jour-là, je dirais qu'il revient en quelque sorte aux parents de transmettre à leurs enfants l'importance de se souvenir des héros de guerre. Il ne faut pas dire que les enfants n'apprendront rien à l'école. Si ce n'est pas la journée du 11, ce sera le jour avant. Dans les provinces où le jour du Souvenir est un congé férié, c'est exactement ce qu'on fait. Il ne s'agit pas seulement d'une journée.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 15:50
Expand
One thing that is also really important about the education the kids get in school is that, particularly for new Canadians who come from parts of the world where this isn't commemorated, this is how those families learn about its importance to Canada and about the sacrifice that our men and women have made. The kids learn about it in school, and then they go home and tell their parents. That's often how you'll get uptake with new Canadians who then say, “Well, this is the reason we have this great country, and I wanted to come here. I'll go pay my respects.”
Il est important d'expliquer ce que représente le jour du Souvenir dans les écoles, car cela permet également aux nouveaux Canadiens qui viennent de régions du monde où on ne commémore pas cette journée de voir toute l'importance que le Canada accorde aux sacrifices que ces hommes et femmes ont consentis pour leur pays. Les enfants reviennent donc à la maison et en parlent à leurs parents. Cette tradition de reconnaissance éveille souvent l'intérêt des nouveaux Canadiens pour notre merveilleux pays. Ils se sentent bien ici et veulent rendre hommage eux aussi à ceux qui ont servi notre pays.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 15:51
Expand
Remembrance Day is a national event that is important for everyone. In that sense, our system is no different from the American one. The U.S. government started by adopting legislation it enforced on a federal level, and each state then adopted a similar piece of legislation. In other words, the 51 or 52 states have all adopted their own legislation. They commemorate the day, and that is very important. It would be a good idea for us to do the same as a nation, but it's up to each province to decide on the best way to commemorate those events.
C'est un événement national qui est important pour tout le monde. En ce sens, notre système n'est pas très différent de celui des Américains. Le gouvernement américain a commencé par adopter une loi qu'il a appliquée au niveau fédéral, et chacun des États a ensuite adopté une loi similaire. C'est donc dire que les 51 ou 52 États ont tous adopté leur propre loi. Ils commémorent ce jour, ce qui est très important. Il serait bon, en tant que pays, que nous le fassions également, mais c'est à chacune des provinces de décider comment elle veut commémorer ces événements, c'est-à-dire de la façon qu'elle considère la meilleure.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 15:53
Expand
It's a matter of protocol. Most people won't think of those details, and that is why the provision was originally included in the bill. I am not the only member to make that suggestion. Chris Charlton proposed a very similar provision, and Inky Mark, a former Conservative member, did the same. The idea was to lower the flag to half-mast. Sorry, I can't remember how to say it in French.
C'est une question de protocole. La plupart des gens ne vont pas penser à ces détails, et c'est de cette façon que la disposition a été incluse au départ dans le projet de loi. Je ne suis pas le seul député à avoir fait cette suggestion. Chris Charlton a proposé une disposition très semblable et Inky Mark, un ex-député conservateur, l'a fait également. On parlait de mettre le drapeau at half mast. Je m'excuse, mais j'ai oublié comment cela se dit dit en français.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 15:54
Expand
Pardon?
“En berne”. Thank you. Lowering the flag to half-mast makes sense to Canadians, but the government may want that to happen at 11 a.m., during the ceremony.
To put it down at half-mast at a particular time of day when it's going to be relevant, and for instance the country is watching, makes more sense than at 12:01 and it having to be put down at half-mast. It also makes sense if protocol were to evolve with time, and we were to change what's appropriate with respect to lowering the flag. It's much better to not have to go back in and have a new law in order to make that change.
Pardon?
En berne. Merci. Mettre le drapeau en berne a du sens pour les gens, mais le gouvernement veut peut-être que cela se passe à 11 heures, pendant la cérémonie.
Il serait plus approprié de mettre le drapeau en berne au moment opportun, par exemple lorsque le pays regarde, plutôt qu'à midi une. De plus, si le protocole évolue et qu'on doit apporter des changements relativement à la mise en berne du drapeau, ce serait beaucoup plus logique; autrement, nous devrons adopter une nouvelle loi à cet effet.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 16:51
Expand
Absolutely.
You're quite right. It could never be said that we've done too much to honour the sacrifices that the brave men and women over generations have made for our country.
One of the things they were protecting was government and the jurisdictions that we have between the federal government and the provinces. This would apply to areas of federal jurisdiction who, for the majority, already have it off.
Absolument.
Vous avez tout à fait raison. On n'en fera jamais assez pour honorer les sacrifices qu'ont faits ces braves hommes et femmes pour notre pays au fil des générations.
Ils protégeaient notamment le gouvernement et les compétences entre le gouvernement fédéral et les provinces. Ce projet de loi s'appliquerait aux industries sous régime fédéral qui, pour la plupart, ont déjà ce congé.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 16:52
Expand
There is certainly that concern and I think that concern is borne out any time any government looks to make a change like this.
There was quite the debate in Ontario when the provincial government decided to implement Family Day. How many families would take the day to spend with each other as a family?
That certainly is going to be a concern and that responsibility has to go back to the individuals. This day will only continue to have meaning for us and for our country if we continue to bring it forward and to impart that meaning into it.
Absolument, et il y a toujours des préoccupations chaque fois que le gouvernement envisage de faire un tel changement.
Il y a eu tout un débat en Ontario lorsque le gouvernement provincial a décidé d'instaurer le jour de la Famille. Combien de familles allaient-elles réellement prendre cette journée pour passer du temps en famille?
C'est inquiétant, mais cette responsabilité revient à chaque individu. Cette journée continuera de revêtir une signification pour nous et notre pays seulement si nous continuons d'entretenir cette tradition de reconnaissance.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 16:53
Expand
By any means and it would be grossly unfair for the federal government to try to take that jurisdiction from the provinces.
Absolument pas. Ce serait d'ailleurs totalement injuste de la part du gouvernement fédéral d'imposer cela aux provinces.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 16:53
Expand
Absolutely.
I would encourage those jurisdictions to take the time to have this conversation. In Manitoba and Nova Scotia they've both done their own thing and I think they should be applauded for that.
Tout à fait.
J'encouragerais d'ailleurs ces provinces à en discuter. Le Manitoba et la Nouvelle-Écosse sont déjà allés de l'avant, et je crois qu'on devrait les féliciter pour cela.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 16:54
Expand
It's not going to change how we celebrate or commemorate Remembrance Day, but what it does is correct an error when the Holidays Act was originally passed that, by not having the word “legal” associated with Remembrance Day compared to Canada Day and Victoria Day, it didn't put them on the same level playing field.
Victoria Day is another good example; not every province recognizes Victoria Day. In Ontario I'd say we take it for granted in terms of it being a day off. In Quebec it's La journée des Patriotes, and some of the other provinces don't have it at all. Those are the decisions those jurisdictions have chosen to make themselves.
Cela ne va rien changer à la façon dont nous observons le jour du Souvenir, mais cela vise plutôt à corriger une erreur. En vertu de la Loi instituant des jours de fête légale, la fête du Canada et la fête de Victoria sont des jours de fête légale, alors que le jour du Souvenir est simplement un jour férié. Nous voulons donc élever le 11 novembre au même statut légal que les deux autres fêtes.
La fête de Victoria est un autre bon exemple; ce ne sont pas toutes les provinces qui reconnaissent la fête de Victoria. En Ontario, on tient pour acquis que c'est un jour de congé. Au Québec, c'est la Journée nationale des patriotes, et dans d'autres provinces, on ne reconnaît pas du tout cette fête. Ces décisions appartiennent à chaque province.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 16:57
Expand
I would say to look to the six provinces and three territories where it is currently a statutory holiday. I don't think we've seen a lessening of the meaning there.
That kids should be in school and learning about this is the biggest swaying argument, I would say, in the other direction. But I don't think it's a one-or-the-other situation. Look at those school boards. What happens when Remembrance Day falls on a weekend and the schools are closed anyway? The schools hold their ceremonies on the last school day beforehand so they're still able to have the ceremonies and still impart the age-appropriate education.
I would argue that we would have opportunities to even improve it more if the ceremonies in the schools were not taking place on the 11th. The vast majority of veterans and Canadian Forces' members, and even reservists who have regular jobs, are not able to take time off on the 11th. They're not able to commemorate the way they'd like. If ceremonies were taking place in schools the day before, you'd actually have a lot more veterans available to go into schools, and we'd be able to improve the education of our children.
Il faudrait se tourner vers les six provinces et les trois territoires où le jour du Souvenir est actuellement un congé férié. Je ne crois pas que cette journée ait perdu sa signification.
Pour ce qui est de cet argument selon lequel les enfants devraient être présents à l'école pour en apprendre davantage à ce sujet, je pourrais le retourner dans l'autre sens. Toutefois, je ne crois pas qu'il faille choisir l'une ou l'autre des situations. Regardez ces commissions scolaires. Qu'arrive-t-il lorsque le jour du Souvenir tombe la fin de semaine et que les écoles sont fermées de toute façon? Les écoles organisent leur cérémonie le jour avant, soit le dernier jour de classe, afin que nos enfants puissent recevoir l'éducation qui correspond à leur âge.
J'irais même jusqu'à dire que les cérémonies seraient meilleures dans les écoles si elles n'avaient pas lieu le jour même. La grande majorité des anciens combattants et des membres des Forces armées canadiennes, même les réservistes qui ont un emploi régulier, ne peuvent pas prendre congé le 11 novembre. Ils ne sont pas en mesure de commémorer comme ils le souhaiteraient. Si les cérémonies se tenaient le jour précédent, il y aurait beaucoup plus d'anciens combattants disponibles pour s'adresser aux élèves dans les écoles.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 16:58
Expand
In 2003, yes.
Oui, en 2003.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 16:59
Expand
Yes, we do have the general numbers of what it would normally cost to create a holiday on the national level.
Oui, nous avons des chiffres généraux.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 16:59
Expand
Within the province of Ontario, you're traditionally looking at about $1 billion.
En Ontario, on parle de 1 milliard de dollars.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 16:59
Expand
Nearly, for the entire province to be shut down, and that's not an insignificant amount.
With a day like Remembrance Day, it's a little hard to pinpoint that number because of all the other factors. Ontario and Quebec are open, but the rest of the provinces and territories for the most part aren't. The United States isn't. Most of Europe is also taking that day. A lot of the regular business that could be done ends up being impacted. I've heard countless stories over the years whereby people call the company branch in Alberta or in British Columbia and when the phone rings, it goes to voice mail, and the call doesn't get returned. The caller doesn't even realize they're off.
On parle de presque un milliard de dollars pour fermer les services de toute la province; ce n'est pas négligeable.
Pour le jour du Souvenir, il est un peu plus difficile de cerner ce montant en raison de tous les autres facteurs. Ce n'est pas un congé en Ontario ni au Québec, mais dans tous les autres provinces et territoires, tout est fermé. C'est la même chose aux États-Unis. Une grande partie de l'Europe a également ce congé. De nombreuses activités courantes pourraient donc être touchées. J'ai entendu toutes sortes d'histoires au fil des ans selon lesquelles une personne appelait une succursale de l'entreprise en Alberta ou en Colombie-Britannique, mais personne ne répondait car c'était congé et on ne l'avait pas réalisé ici.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 17:01
Expand
The shortest summary for me would be the importance that my family has always taken in Remembrance Day, starting with my great-grandfather, who served in both world wars. A great-great uncle on my mother's side was killed in the First World War and is buried near the Somme. I've had a continuous level of service in my family from the Korean War to two cousins who did tours in Afghanistan. It's always been incredibly important to us. Over the years I've certainly made the effort in every instance possible to take the time off to go to the cenotaph in my riding, the one that represents all of Scarborough, to participate in the ceremonies. When my grandmother was in the Canadian Women's Army Corps, she marched to the cenotaph at the first Remembrance Day after the Second World War.
It has great meaning for us. A group of people go to those ceremonies every year, and every year a few of them are missing because they couldn't get the time off work and aren't able to go and commemorate the way they would like. That's employees and owners of small businesses.
This past Remembrance Day, one of my good friends, Stephen Gregoire, who runs Eagle Beaver Sports in the riding, wasn't able to get down to the cenotaph until 10 p.m. on the 11th because of work, but he still made the time to do that. That's where it's important. The people for whom this matters are going to make the effort, and I want to make it easy for them. There are always going to be people who are going to use a day like this as a day off; it doesn't matter what we do. Those aren't the folks I want to focus on; it's the folks for whom this has meaning.
En bref, je dirais que toute ma famille a toujours accordé une grande importance au jour du Souvenir, à commencer par mon arrière-grand-père, qui a servi dans les deux guerres mondiales. Un grand-oncle du côté de ma mère a été tué au cours de la Première Guerre mondiale et est enterré près de la Somme. Beaucoup de membres de ma famille sont d'anciens combattants de la guerre de Corée, et j'ai même deux cousins qui ont été en Afghanistan. Cela a toujours été très important pour nous. Au cours des années, dans la mesure du possible, j'ai toujours pris un moment au cours de la journée pour me rendre au cénotaphe de ma circonscription, celle qui représente Scarborough, afin de participer aux cérémonies. Lorsque ma grand-mère faisait partie du Service féminin de l'Armée canadienne, elle a défilé au cénotaphe à l'occasion du premier jour du Souvenir suivant la Deuxième Guerre mondiale.
Cela revêt donc une grande importance pour nous. Beaucoup de gens assistent aux cérémonies chaque année, mais il y en a toujours qui sont absents parce qu'ils n'ont pas pu se libérer de leur travail et n'ont pas pu commémorer l'événement comme ils l'auraient voulu. Ce sont des employés et des propriétaires de petites entreprises.
Lors du dernier jour du Souvenir, un de mes bons amis, Stephen Gregoire, qui possède le Eagle Beaver Sports dans ma circonscription, n'a pas pu se rendre au cénotaphe avant 22 heures en raison de son travail, mais il a quand même pris le temps d'y aller. Il y a des gens pour qui cette journée revêt une grande importance. Je veux donc leur faciliter les choses. Naturellement, il y aura toujours des gens pour qui le jour du Souvenir n'a pas de signification particulière et n'est qu'un jour de congé; toutefois, je ne veux pas m'attarder à eux, mais bien à ceux pour qui cela compte vraiment.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 17:03
Expand
That is typically the case. Previous versions of this bill that have been introduced into the House also laid out a provision for it to be on the last Friday before or the Monday after. That was something I sought to remove from the bill. With respect to Remembrance Day, the day itself is what's important. The 11th is the 11th. If it falls on a weekend, that should be the day. Again, it's not about having the day off, it's about having the opportunity to commemorate. If that means that people who work in businesses are there on weekends and end up having that day as opposed to a regular weekday worker who gets the day off, then so be it.
C'est habituellement le cas. Des versions antérieures de ce projet de loi qui ont été déposées à la Chambre renfermaient une disposition visant à ce qu'il y ait un congé le vendredi précédent ou le lundi suivant. J'ai voulu enlever cette disposition du projet de loi. Selon moi, ce qui est important, c'est le jour du Souvenir. Le 11, c'est le 11. S'il tombe la fin de semaine, on le célébrera à ce moment-là. Il ne s'agit pas d'avoir une journée de congé, mais plutôt d'avoir l'occasion de le commémorer. Dans ce cas, la personne qui travaille normalement la fin de semaine aurait donc congé et non pas la personne qui travaille durant la semaine, selon le cas.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 17:05
Expand
Absolutely, as I think there is some room for improvement.
A number of our veterans make an effort to speak to students at schools to teach them about what happened during the war and share their experience. Veterans occasionally have to miss the ceremonies to do that. If the school activities took place on the last day of school or on the day preceding November 11, veterans would be able to speak to students, teach them about what happened and then attend the ceremonies. The children could also attend.
During the ceremonies held in my region, grade 4 students always sing In Flanders Fields. It would be a shame to lose that. It happens because it's important to their teacher. I'm sure that, even if it was a holiday, he would do the same thing and would invite all the students to attend and bring their families. In fact, many of the parents who are not working come to see their children sing.
Absolument, puisque je pense qu'on peut améliorer les choses à ce sujet.
Plusieurs de nos anciens combattants font l'effort d'aller s'adresser aux étudiants dans les écoles pour leur apprendre ce qui s'est passé au cours de la guerre et leur parler de leur expérience. Parfois, pour faire cela, ces anciens combattants doivent manquer les cérémonies. Si les activités dans les écoles ont lieu lors de la dernière journée d'école ou lors de la journée avant le 11 novembre, les anciens combattants pourront parler aux étudiants, leur apprendre ce qui s'est passé et ensuite assister aux cérémonies. Les enfants pourront également assister aux cérémonies.
Lors des cérémonies dans ma région, il y a toujours des élèves de 4e année qui chantent In Flanders Fields. Ce serait dommage de perdre cela. Cela se fait grâce à l'enseignant de cette classe car c'est important pour lui. Je suis certain que même si c'était une journée de congé, il ferait la même chose et inviterait tous les élèves à venir et à amener leurs familles. En effet, beaucoup de familles dont les parents ne travaillent pas viennent voir leurs enfants chanter.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 17:07
Expand
Yes. I was talking about my friend, who was not a reservist.
I would like to point out that all reservists have regular jobs, like everyone else. They have leave to participate in their training, but not to attend or even organize ceremonies. We know that our reservists are as proud to serve as all the regular forces members. They would certainly be happy to participate in events or commemorations. That would be very important, especially after what took place last October. That's when we saw the potential impact on our reservists. I'm certain that everyone would like to have an opportunity at the next November 11 ceremonies to honour our reservists and soldiers who were killed last year.
Oui. J'ai parlé de mon ami, qui n'était pas réserviste.
J'aimerais souligner que tous les réservistes ont des emplois normaux, comme tout le monde. Ils ont congé pour participer à leur entraînement, mais pas pour assister aux cérémonies ou même organiser des cérémonies. On sait que nos réservistes sont aussi fiers de servir que tous les militaires de la force régulière. Ils seraient certainement heureux de participer à des événements ou à des commémorations. Ce serait très important, surtout après les événements d'octobre dernier. On a alors vu l'impact que cela a pu avoir sur nos réservistes. Lors des prochaines cérémonies du 11 novembre, je suis certain que tout le monde aimerait avoir la chance de rendre hommage à nos réservistes et à nos soldats qui ont été tués l'an dernier.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 17:10
Expand
l I think those are the regional differences. Where it already is a holiday I think it is greatly supported. As you mentioned, after Nova Scotia brought in the Remembrance Day Act the participation rates went up. I didn't talk about that earlier because I don't have any statistics to bring forward to prove it, but anecdotally that's what we've heard in different jurisdictions.
Certainly when you say timely, we are coming up on the 100th anniversary of the First World War and the 100th anniversary of Vimy is around the corner. This is a great time to rededicate ourselves to all those brave men and women who have served Canada faithfully throughout the years.
You mentioned also the cadets. In Scarborough on the last Sunday before Remembrance Day there has always been a ceremony that takes place at the Scarborough Civic Centre. It's one of the most impressive sights I've ever seen, because this is a six-storey structure that is very open-aired and each level is recessed further back so of course you have a great sightline. The cadets all are lined up in uniform along each one of those levels. You have hundreds of cadets lined up and every time you look up you see the great future of our country and the next generation that's ready to take their place in defence of our country. As I've said before, I don't think it could ever be said that we've done too much for those who have put their lives on the line for us.
Je pense que ce sont des différences régionales. Là où c'est déjà un jour férié, je pense que c'est très bien accueilli. Comme vous l'avez mentionné, les taux de participation ont augmenté après que la Nouvelle-Écosse ait adopté sa propre loi sur le jour du Souvenir. Je n'en n'ai pas parlé parce que je n'ai pas de statistiques à vous présenter pour prouver mes dires, mais c'est ce que nous entendons dans différentes provinces ou territoires.
Bien sûr, quand vous dites que ce projet de loi arrive à point, nous nous apprêtons à célébrer le 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale et le 100e anniversaire de la Bataille de Vimy. C'est un excellent moment pour réaffirmer notre reconnaissance envers tous les braves hommes et femmes qui servent fidèlement le Canada au fil des ans.
Vous avez également mentionné les cadets. À Scarborough, le dimanche précédant le jour du Souvenir, il y a toujours une cérémonie qui a lieu au Scarborough Civic Centre. C'est l'une des scènes les plus saisissantes qu'il m'ait été donné de voir, parce qu'il s'agit d'une structure de six étages à aire très ouverte, et tous les étages sont décalés, donc bien sûr, cela donne une excellente perspective. Les cadets se tiennent tous en rang, en uniforme, le long de chaque étage. Il y a des centaines de cadets en rang, et chaque fois qu'on lève les yeux, on voit le bel avenir de notre pays, la prochaine génération qui s'apprête à prendre sa place dans la défense de notre pays. Comme je l'ai déjà dit, je pense qu'on ne pourra jamais prétendre qu'on en fait trop pour ceux et celles qui se se battent pour nous au péril de leur vie.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2015-03-30 17:25
Expand
Yes, this actually comes as quite a surprise. If more time was going to be needed to study this, I wish it had come to committee a little faster, because second reading was passed on November 5. We're already at the end of March, so it took four months to get here, and there are two months left on the calendar, and we're going to add another month onto this.
If veterans affairs wants to have a look at it, they can invite me to the committee. I'm more than happy to hear from folks about their concerns with respect to the bill. Certainly I'm glad that some members of the government have been getting some feedback. I would encourage them to have those people contact me in my office to discuss it and I think we can seek to get through that in a timely manner.
But, as my colleague said, if it is reported back on June 11, we're going to be right in the middle of a budget.
Oui, c'est toute une surprise. Si nous avions besoin de plus de temps pour cette étude, j'aurais bien aimé que le projet de loi parvienne un peu plus vite à l'étape du comité, parce qu'il a été adopté en deuxième lecture le 5 novembre. Nous sommes déjà à la fin mars, il a donc fallu quatre mois pour en arriver là, il nous reste deux mois selon le calendrier et nous allons ajouter un mois ici.
Si le Comité des anciens combattants veut y jeter un coup d'oeil, il peut m'inviter. Je serai très heureux d'entendre ce que les gens ont à dire sur ce projet de loi. Je suis content que certains députés du gouvernement aient reçu des commentaires. Je les encourage à inviter ces personnes à communiquer avec mon bureau pour en discuter, et je pense que nous pourrons essayer de terminer cette étude rapidement.
Mais comme mon collègue l'a dit, si nous en faisons rapport le 11 juin, nous serons en plein milieu de l'étude d'un budget.
Collapse
View Rathika Sitsabaiesan Profile
NDP (ON)
I apologize, Mr. Minister, I only have one minute. I don't like you mischaracterizing my question and saying that I've cited something and I haven't. I said that in decreasing funding from immigrant aid, such as settlement—
Je vous prie de m'excuser, monsieur le ministre, mais je n'ai qu'une minute. Je n'apprécie pas que vous déformiez ma question en disant que j'ai cité quelque chose alors que je ne l'ai pas fait. J'ai dit qu'en diminuant le financement de l'aide aux immigrants, comme l'aide à l'établissement...
Collapse
View Rathika Sitsabaiesan Profile
NDP (ON)
If we may come back to my question, in decreasing funding from immigrant aid, such as settlement and resettlement assistance, how will these new measures affect the children of families separated by these new immigration regulations?
Si nous pouvons revenir à ma question, en diminuant le financement de l'aide aux immigrants, comme l'aide à l'établissement et à la réinstallation, en quoi est-ce que ces nouvelles mesures touchent les enfants de familles séparées par ces nouvelles règles de l'immigration?
Collapse
View Rathika Sitsabaiesan Profile
NDP (ON)
A short answer, please. We're running out of time.
Une brève réponse, s'il vous plaît. Nous allons manquer de temps.
Collapse
View Rathika Sitsabaiesan Profile
NDP (ON)
Thank you, Madam Chair.
I was just about to approach how Australia, a country that we compare ourselves to on a regular basis when creating our immigration policy....
Is there a point on the floor? I'm sorry, Madam Chair, I didn't hear it.
Merci, madame la présidente.
J'étais sur le point de parler de l'Australie, un pays auquel nous nous comparons régulièrement au moment d'établir notre politique d'immigration, et de la façon dont...
Quelqu'un invoque le Règlement? Je suis désolée, madame la présidente, je n'avais pas entendu.
Collapse
View Rathika Sitsabaiesan Profile
NDP (ON)
Thank you, Mr. Chair.
In my understanding this is clearly looking for a motion of instruction from the House to the committee to extend our study. If we're looking for that extension of time from the House, then we should report it back to the House as quickly as possible, so that the House can provide us that latitude with the extension and with the instruction from the House itself.
We know that the committee—
Merci, monsieur le président.
Je crois comprendre que ce sous-amendement vise clairement à ce que la Chambre émette une motion d'instruction au comité pour prolonger notre étude. Si nous cherchons à obtenir cette prolongation, alors nous devrions en faire rapport à la Chambre dans les plus brefs délais pour qu'elle puisse nous donner la latitude voulue avec cette prolongation et son instruction.
Nous savons que le comité...
Collapse
View Mike Sullivan Profile
NDP (ON)
View Mike Sullivan Profile
2013-05-09 10:00
Expand
Thank you, Chair.
Thank you for the opportunity to address the committee as it examines the final report of the federal electoral boundaries commission for Ontario, and I want to thank the commission itself for the excellent work it did in trying times with not being able to please everybody.
I'm appearing before you not as a complainant, but in response to an objection filed by the member for Eglinton—Lawrence, who seeks to transfer some 30,000 people from the western part of his riding to mine. I am here to object to his objection.
As you know, the commission for Ontario started its work in February last year with a mandate to fit 15 new ridings into the province. It had to respect geographical boundaries, community of interest, and try to limit variations in population to plus or minus 25% of the provincial target quotient of 106,213 people per riding, which is between 79,660 and 132,776 people.
The Ontario commission provided a proposal on possible riding boundaries in July of last year for broad public consultation, held hearings in October and November, including two days in Toronto, and presented its report to Parliament this past February. I participated in this process and made both a written and oral presentation to the commission. As you know, the commission recommended the status quo for both our ridings, which is a recommendation I support and my colleague from Davenport also supports.
It was not until I received notice of this committee's hearing that I became aware that the member for Eglinton—Lawrence had proposed something affecting my riding of York South—Weston. He did not consult with me or any of the communities I represent, and according to the commission itself, he did not propose this measure to the commission during its public hearings.
It was a total surprise to find out that there was an objection that would affect my riding and how significant a proposal it was. I'm disappointed that the member for Eglinton—Lawrence is not here today to speak to you about his proposal and give me the ability to respond to his concerns. I understand that Mr. Oliver will be providing you with written material to back up his objection, but I would ask for the opportunity to be able to review his material and respond to these arguments prior to this committee's making a recommendation.
My objection to the proposal being advanced by the member for Eglinton—Lawrence is based on two of the principles that guided the commission in its work. First, it creates a riding, my riding of York South—Weston that would greatly exceed the variation permitted for the population of ridings in Ontario. Second, it would join neighbourhoods that have no community of interest with York South—Weston.
The area of Eglinton—Lawrence that Mr. Oliver suggests should be transferred to York South—Weston lies between the CNR railroad tracks on the west, along Eglinton Avenue on the south, Allen Road on the east, and Highway 401 on the north.
This area, according to the 2011 census, is home to 30,887 people, nearly one-quarter of my current riding. The addition of this area to my riding would create a federal electoral district of 147,493 people, which is 138% of the target population quotient for Ontario, well above the 125% guideline. It would create the largest riding in terms of population in Ontario. There's no justification for this.
Second, there is no community of interest for the neighbourhoods between the CNR tracks and the Allen Road in the Eglinton—Lawrence and the communities I represent west of these railway tracks. This was a factor recognized by the commission in its report when it considered proposals affecting our mutual boundary of the railroad tracks.
Indeed, the municipal electoral boundary for the City of Toronto between ward 12 in the east part of my riding adjoining ward 15 on the west side of Mr. Oliver's riding is the CNR railroad tracks. These tracks are a significant physical barrier dividing these communities, penetrated only by Lawrence Avenue, Castlefield Avenue, and Eglinton Avenue over a 3.7 kilometre length.
It is absurd to suggest adding 30,000 people to a riding that is already within 10% of the provincial quotient as my riding of York South—Weston is. To bring us back to that target population quotient would have a large domino effect on neighbouring ridings, basically, redoing the commission's work in Toronto.
There is no justification for this. Mr. Oliver is trying to solve a problem the commission has already dealt with and, instead, is creating more problems than can be reasonably dealt with by this committee today. I would ask therefore that this committee reject Mr. Oliver's objection to the commission's recommendation regarding Eglinton—Lawrence on the basis that it artificially joins to York South—Weston neighbourhoods with whom there is no community of interest and, in so doing, creates a riding that is far too large, exceeding the commission's guidelines for appropriate riding population.
I would be happy to answer any questions you have.
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie de me permettre de prendre la parole devant le comité à l'occasion de son examen du rapport final de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour l'Ontario. Je tiens à remercier la commission de l'excellent travail qu'elle a accompli, même s'il lui était difficile de satisfaire tout le monde.
Je ne comparais pas devant vous en tant que plaignant, mais en réponse à une objection déposée par le député d'Eglinton—Lawrence qui cherche à faire rattacher à ma circonscription 30 000 personnes résidant dans la partie ouest de sa circonscription. Je suis ici pour contester son objection.
Comme vous le savez, la commission pour l'Ontario a commencé son travail en février de l'année dernière avec pour mission de créer 15 nouvelles circonscriptions dans la province. Elle devait respecter les délimitations géographiques, les communautés d'intérêts et essayer de limiter les variations dans la population à plus ou moins 25 p. 100 du quotient provincial cible de 106 213 personnes par circonscription, ce qui donne un chiffre de 79 660 à 132 776 habitants.
La commission pour l'Ontario a présenté, en juillet dernier, une proposition de délimitation des circonscriptions qu'elle devait soumettre à de vastes consultations publiques. Elle a donc tenu des audiences en octobre et en novembre, notamment pendant deux jours à Toronto, et elle a présenté son rapport au Parlement en février dernier. J'ai participé à ce processus et j'ai fait part de mes observations à la commission à la fois par écrit et verbalement. Comme vous le savez, la commission a recommandé le statu quo pour nos deux circonscriptions et c'est une recommandation que j'appuie et que mon collègue de Davenport appuie également.
C'est seulement quand j'ai été informé des audiences de votre comité que j'ai appris que le député d'Eglinton—Lawrence avait proposé un changement concernant ma circonscription de York-Sud—Weston. Il ne m'a pas consulté et n'a pas consulté non plus les collectivités que je représente et, selon la commission, il ne lui a pas proposé cette modification au cours de ses audiences publiques.
J'ai été totalement surpris d'apprendre qu'il avait formulé une objection qui pourrait toucher ma circonscription de façon importante. Je suis déçu que le député d'Eglinton—Lawrence ne soit pas ici aujourd'hui pour vous parler de sa proposition et me donner la possibilité de répondre à ses arguments. Si j'ai bien compris, M. Oliver va justifier son objection par écrit, mais je demanderais qu'on me permette d'examiner ses arguments et d'y répondre avant que le comité ne fasse une recommandation.
Mon objection à la proposition du député d'Eglinton—Lawrence se fonde sur deux des principes qui ont guidé les travaux de la commission. Premièrement, cette proposition crée une circonscription, ma circonscription de York-Sud—Weston, dont la population dépasserait largement la variation permise pour les circonscriptions de l'Ontario. Deuxièmement, elle intégrerait des quartiers qui n'ont pas d'intérêts communs avec York-Sud—Weston.
Le secteur d'Eglinton—Lawrence que M. Oliver suggère de rattacher à York-Sud—Weston se trouve entre les voies de chemin de fer du CN, à l'ouest, le long de l'avenue Eglinton, au sud, le chemin Allen, à l'est et la 401, au nord.
Selon le recensement de 2011, 30 887 personnes, soit près du quart de la population de ma circonscription actuelle, habitent dans ce secteur. Le rattachement de ce secteur à ma circonscription créerait une circonscription électorale fédérale de 147 493 personnes, ce qui représente 138 p. 100 du quotient de population cible pour l'Ontario, bien au-dessus des 125 p. 100 recommandés. Cela créerait la circonscription la plus peuplée de l'Ontario. Rien ne le justifie.
Deuxièmement, les quartiers situés entre les voies ferrées du CN et le chemin Allen dans Eglinton—Lawrence et les communautés que je représente à l'ouest de ces voies ferrées n'ont pas d'intérêts communs. La commission l'a reconnu dans son rapport lorsqu'elle a examiné les propositions touchant les limites de nos circonscriptions formées par le chemin de fer.
D'ailleurs, pour les élections municipales de la ville de Toronto, les voies du CN séparent le quartier 12, situé dans la partie est de ma circonscription, du quartier 15, situé du côté ouest de la circonscription de M. Oliver. Ces voies ferrées constituent un obstacle physique important séparant ces quartiers qui sont reliés uniquement par l'avenue Lawrence, l'avenue Castlefield et l'avenue Eglington sur une longueur de 3,7 kilomètres.
Il est absurde de proposer de rattacher 30 000 personnes à une circonscription qui dépasse déjà de 10 p. 100 le quotient provincial comme c'est le cas de ma circonscription de York-Sud—Weston. Nous ramener à ce quotient de population entraînerait une réaction en chaîne dans les circonscriptions voisines et obligerait à refaire le travail que la commission a accompli à Toronto.
Rien ne le justifie. M. Oliver essaie de résoudre une situation que la commission a déjà réglée et cela crée plus de problèmes que le comité ne peut raisonnablement en résoudre aujourd'hui. Je demande donc que le comité rejette l'objection de M. Oliver à la recommandation de la commission concernant Eglinton—Lawrence parce qu'elle joindrait artificiellement à York-Sud—Weston des quartiers avec lesquels nous n'avons pas de communauté d'intérêts et, ce faisant, créerait une circonscription beaucoup trop grande, dépassant les lignes directrices de la commission à l'égard de la population des circonscriptions.
Je me ferais un plaisir de répondre à vos questions.
Collapse
View Mike Sullivan Profile
NDP (ON)
View Mike Sullivan Profile
2013-05-09 10:18
Expand
According to the census, it's a little over 30,000 people.
Selon le recensement, c'est un peu plus de 30 000 personnes.
Collapse
View Mike Sullivan Profile
NDP (ON)
View Mike Sullivan Profile
2013-05-09 10:18
Expand
In the proposal, we are already over the quotient. We are at 114,000, so it would put us way, way over.
Selon la proposition, nous dépassons déjà le quotient. Nous en sommes à 114 000 et ce chiffre augmenterait considérablement.
Collapse
View Mike Sullivan Profile
NDP (ON)
View Mike Sullivan Profile
2013-05-09 10:18
Expand
Absolutely. It would be the largest in Ontario.
Absolument. Ce serait la circonscription la plus peuplée de l'Ontario.
Collapse
View Mike Sullivan Profile
NDP (ON)
View Mike Sullivan Profile
2013-05-09 10:19
Expand
As far as we can tell, there were never any written or oral submissions from Mr. Oliver to this effect, or to any effect, regarding his riding.
In the commission's process, the first time that we became aware of it was from the letter written to the clerk. It's not dated, so I'm not exactly sure when it was sent to the clerk. I'm assuming that's the only document. The chair did say there was a submission from Mr. Oliver, so I don't know if there's a second document, but I have not seen a second document.
À notre connaissance, M. Oliver n'a jamais présenté d'arguments par écrit ou verbalement en ce sens, ou tout autre sens, au sujet de sa circonscription.
Au cours du processus d'examen de la commission, la première fois que nous en avons eu connaissance, c'était par la lettre adressée à la greffière. Elle n'est pas datée et je ne sais donc pas exactement quand elle a été envoyée à la greffière. C'est, je suppose, le seul document. Le président a dit que M. Oliver avait envoyé un mémoire et je ne sais donc pas s'il y a un deuxième document, mais je ne l'ai pas vu.
Collapse
View Mike Sullivan Profile
NDP (ON)
View Mike Sullivan Profile
2013-05-09 10:21
Expand
I can't predict what the impacts would be, but I can't imagine that it would be left, that the riding I represent in an urban area, with its significant growth potential, would somehow now be at 138% and growing, without there being some easement somewhere.
So that easement requires—
Je ne peux pas prédire quelles en seraient les conséquences, mais je ne peux pas imaginer que la circonscription que je représente dans une zone urbaine ayant un important potentiel de croissance puisse se retrouver avec un quotient de 138 p. 100 qui ira en augmentant sans un allégement quelconque.
Par conséquent, cet allégement exige…
Collapse
View Mike Sullivan Profile
NDP (ON)
View Mike Sullivan Profile
2013-05-09 10:29
Expand
I did appear before the commission, because the original proposed boundary was different from my riding. I did appear. Many individuals in my riding also appeared, and other politicians appeared to suggest, first, that the riding was okay the way it was and didn't need to change, but also to defend communities of interest. As I understand it from the commission, Mr. Oliver did not make any submissions pro or con, none whatsoever, regarding the chunk that he is now proposing.
Another concern I have is that the clerk has indicated that he will be preparing additional written submissions, to which I would request from this committee that I be put in a position to respond when they are submitted. I'm not sure how much time you have to do this.
J'ai comparu devant la commission, car la délimitation proposée au départ modifiait ma circonscription. J'ai comparu. Un grand nombre de citoyens de ma circonscription ont également comparu ainsi que d'autres membres de la classe politique pour dire, premièrement, que la circonscription fonctionnait bien telle qu'elle était et n'avait pas besoin d'être modifiée, et aussi pour défendre les communautés d'intérêts. D'après ce qu'a dit la commission, M. Oliver n'a pas présenté d'arguments pour ou contre, absolument aucun, au sujet du changement qu'il propose maintenant.
D'autre part, la greffière a mentionné qu'il allait présenter d'autres arguments par écrit auxquels je demande au comité de me permettre de répondre lorsqu'ils seront soumis. Je ne sais pas combien de temps vous avez pour faire cela.
Collapse
View Mike Sullivan Profile
NDP (ON)
View Mike Sullivan Profile
2013-05-09 10:30
Expand
I'm not sure what your timing is for allowing him to make more written submissions than the one letter that's here, but I certainly would want the opportunity to be able to read it, to digest it, and to respond to it and, if necessary, to provide evidence.
Je ne sais pas exactement dans quel délai vous allez lui permettre de présenter d'autres arguments par écrit en plus de la lettre qui est ici, mais je tiens à pouvoir les lire, les digérer, y répondre et, si nécessaire, témoigner.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Bonjour. Thank you for the opportunity to appear before you to speak. During the electoral boundary process, I attended both meetings, one in North Bay on the original proposal and the second in Sault Ste. Marie, which was added after the commission put forward an alternative proposal.
I am certain it was a difficult task for the commission to create riding boundaries for northern Ontario that make mathematical and geographic sense. The need to draw up a second proposal reflects how challenging that was.
The physical geography and population density have to be balanced by what can reasonably be expected of any single member of Parliament, and what level of representation can be seen as the most balanced and fair for constituents. That means that in northern Ontario the boundary commission was not able to look only at numbers, as is possible in truly urban areas.
I brought to the commission a schedule of the outreach clinics my office runs so that people who prefer to approach their MP for help in person can do so, and showed how the placement of my constituency offices help maximize my ability to service the constituency. I have one here that I will be able to submit afterwards.
I believe the commission listened to the concerns and opinions presented to them, and the recommendations put forward show that they have done a good job of balancing the criteria. Additionally, they managed to maintain a semblance of continuity that will help minimize confusion among constituents across the region.
I understand there are people on both sides of this proposal, but I feel that if the overarching desire is to increase the number of voters in AMK, the final recommendation is the proposal that will likely do the least harm.
The changes made by the commission mean that the north shore boundaries of the riding of Algoma—Manitoulin—Kapuskasing more closely match the boundaries of the provincial Algoma-Manitoulin constituency along the north shore area.
I would also like to mention that from the beginning of the process, before I met with the commission, I was in touch with constituents and municipal officials to determine the wishes of the people who would be affected. Throughout my presentations to the commission, I encouraged them to maintain the status quo and grant a population exemption to AMK.
Given its current size and distance, the end results have to ensure that ridings be designed with serviceability in mind and fairness for constituents. I do believe it is important for the decision to reflect that Algoma—Manitoulin—Kapuskasing is made up of numerous similar-sized communities and beholden to none of northern Ontario's biggest cities.
This was the reason cited when the riding was created during the last round of redistribution, and it still makes sense today. It works to the advantage of the many small towns that receive equal representation under the current boundaries, which could be jeopardized if the riding were to skirt Sudbury as was originally proposed. This would also have put three members of Parliament in the city of Greater Sudbury, which would disadvantage the small communities, as I mentioned.
In conclusion I believe it is important to adopt a different mindset when considering the distribution of ridings in northern Ontario. We have to acknowledge that there is more to consider than mere population, and reflect how physical geography sets out certain challenges that define the ability of an MP to service a constituency.
It should also be noted that I did discuss the possibilities of boundary changes with the member from Sault Ste. Marie prior to the North Bay hearing, and did speak with him again after the Sault Ste. Marie one, given that he was not in attendance at either of them. I also suggested that he might want to make a submission. I'm not sure if he did that.
Finally it is important for this committee to consider the fact that any changes to Algoma—Manitoulin—Kapuskasing will cascade in two directions and cause considerable reorganization of constituency boundaries from the north shore of Lake Superior through to the Quebec boundary.
I urge you to weigh all these elements as you come up with your final recommendation.
Is there any more time?
Bonjour. Merci de m'avoir invitée à comparaître devant vous. Au cours du processus de redécoupage des circonscriptions électorales, j'ai assisté aux deux réunions, celle de North Bay concernant la proposition initiale et la deuxième, à Sault Ste. Marie, qui a été organisée après que la commission ait formulé une nouvelle proposition.
Je suis certaine que la commission a eu de la difficulté à créer des limites de circonscription logiques du point de vue mathématique et géographique pour le Nord de l'Ontario. La nécessité de présenter une deuxième proposition témoigne de cette difficulté.
Il faut établir un juste équilibre entre, d'une part, la géographie physique et la densité démographique et d'autre part, ce que l'on peut raisonnablement attendre d'un député, en tenant compte également du niveau de représentation qui semble le mieux équilibré et le plus équitable pour les électeurs. Cela veut dire que dans le Nord de l'Ontario, la commission des délimitations ne pouvait pas tenir compte uniquement des chiffres, comme il est possible de le faire dans les régions vraiment urbaines.
J'ai présenté à la commission un calendrier des permanences que mon bureau organise à l'extérieur afin que les gens qui préfèrent contacter leur député en personne puissent le faire et j'ai montré que l'emplacement de mes bureaux de circonscription m'aide à desservir au maximum les citoyens. J'ai ici un document que je pourrai déposer tout à l'heure.
Je crois que la commission a écouté les préoccupations et les opinions qui lui ont été présentées, et les recommandations qu'elle a formulées montrent qu'elle a bien su tenir compte des différents critères. De plus, elle a réussi à préserver une certaine continuité qui aidera à causer le moins de confusion possible chez les électeurs de toute la région.
Je sais qu'il y a des personnes pour et contre cette proposition, mais à mon avis, si l'on souhaite surtout augmenter le nombre d'électeurs dans Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, la recommandation finale est probablement celle qui aura le moins d'effets négatifs.
Les changements apportés par la commission feront en sorte que les limites nord de la circonscription d'Algoma—Manitoulin—Kapuskasing correspondront davantage aux limites de la circonscription provinciale d'Algoma—Manitoulin, le long de la rive nord.
Je voudrais également mentionner que depuis le début du processus, avant que je rencontre la commission, j'ai communiqué avec les électeurs et les autorités municipales pour établir ce que souhaitaient les personnes touchées. Chaque fois que j'ai pris la parole devant la commission, je l'ai invitée à maintenir le statu quo et à accorder une exemption à la circonscription d'Algoma—Manitoulin—Kapuskasing sur le plan de la population.
Étant donné la superficie actuelle et la distance, il faut s'assurer que les circonscriptions seront découpées de façon à permettre de desservir les électeurs et d'être équitable envers eux. Je crois important que la décision reflète le fait qu'Algoma—Manitoulin—Kapuskasing se compose de nombreuses communautés de même taille et ne compte aucune des grandes villes du Nord de l'Ontario.
Telle a été la raison invoquée quand la circonscription a été créée au cours du dernier remaniement et elle reste valide aujourd'hui. Cela favorise les nombreuses petites villes qui bénéficient de la même représentation dans le cadre des limites actuelles, ce qui risque d'être compromis si la circonscription longe Sudbury comme cela a été proposé au départ. Cela aurait également eu pour effet de placer trois députés dans l'agglomération urbaine de Sudbury, ce qui aurait désavantagé les petites communautés, comme je l'ai mentionné
Pour conclure, je crois important d'aborder le redécoupage des circonscriptions du Nord de l'Ontario sous un angle différent. Nous devons reconnaître qu'il y a d'autres critères que celui de la population à considérer et tenir compte du fait que la géographie physique pose certains défis qui définissent la capacité d'un député de desservir une circonscription.
J'ajouterais que j'ai discuté des possibilités de modification des limites avec le député de Sault Ste. Marie avant l'audience de North Bay et que j'ai encore parlé avec lui après l'audience de Sault Ste. Marie étant donné qu'il a assisté à ni l'une ni l'autre de ces audiences. Je ne sais pas s'il la fait.
Enfin, le comité ne doit pas perdre de vue que tout changement à la circonscription d'Algoma—Manitoulin—Kapuskasing se répercutera dans deux directions et obligera à réviser considérablement les limites de la circonscription au nord du lac Supérieur jusqu'au Québec.
Je vous exhorte à tenir compte de tous ces éléments pour formuler votre recommandation finale.
Me reste-t-il du temps?
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
That's good then. Thanks.
Ce sera tout, alors. Merci.
Collapse
View Glenn Thibeault Profile
Ind. (ON)
View Glenn Thibeault Profile
2013-05-09 10:51
Expand
Thank you, Mr. Chair.
Thank you to the members of the committee for giving me the opportunity to come forward today and speak to the proposed boundaries for northeastern Ontario.
As you may be aware, when this process started last year the chief concern of the majority of northern Ontarians was keeping 10 federal ridings in the north. Northern Ontario represents 87% of Ontario's land area. So although the population of the ridings in the region is below the national average, it is important to keep 10 ridings in order to ensure effective representation.
I will use my own riding of Sudbury as an example of why this is so important. Although Sudbury is the largest city in northern Ontario, it has no passport office, and recently the CIC office in Sudbury was closed. This means that my office acts as a de facto immigration office and processes thousands of passport applications each year. So MPs in northern Ontario form a vital link between Canadians and the federal government, regardless of which party we represent.
I was therefore very happy that the proposal released by the Ontario commission in the fall of 2012 took this into account and kept 10 ridings in northern Ontario. However, there were a number of concerns with where the riding boundaries had been placed in the initial proposal, particularly in northeastern Ontario.
For example, the removal of Lively, Whitefish, and Naughton from the Sudbury riding did not reflect the fact that these communities are part of the city of Greater Sudbury, and it would have isolated them from the rest of the proposed Algoma—Manitoulin—Killarney riding.
The boundary between Timmins—Cochrane—James Bay and Nickel Belt—Timiskaming would have created an artificial divide between a community of interest of farmers and people associated with agriculture. The ridings of Timmins—Cochrane—James Bay and Nickel Belt—Timiskaming would have become larger both in terms of geography and population than the large ridings they replaced, making them almost unserviceable.
The removal of the Kapuskasing-Hearst region from the riding of Algoma—Manitoulin—Killarney would have placed it in a riding in which it had no political or community history.
The commission held public hearings in Sudbury, New Liskeard, North Bay, as well as Kenora and Thunder Bay. MPs from those areas all attended. The commission also offered a second round of public meetings in Sault Ste Marie to look at other options, and I would like to thank the commission for doing so. I also note that Mr. Hayes did not appear at any of these public hearings, even when changes were suggested to the rural region that is part of the Algoma provincial riding.
In each of these hearings, in northeastern Ontario it was clear that an overwhelming majority of constituents did not feel that the proposal put forward would provide representation equal to or better than the status quo. We thank the commission for listening to the citizens and mayors of northeastern Ontario regarding the problems that the original proposal would have created for the region.
The final report of the commission corrects the majority of these concerns, and as the report itself states, the final recommendation was made on account of the advice received at those public hearings. The NDP MPs in the region participated in the public hearing process within the guidelines drawn up in the 2004 report by Elections Canada, which lays out the rights of MPs to participate in the public hearing process. These read:
Members of the House of Commons are not by any means excluded from this process of public involvement. Indeed, it is recognized that they will invariably have strong views on both the names and boundaries of the proposed electoral districts. Therefore, members of the House of Commons are not only allowed to appear before a commission at the public hearings, but the legislation also provides the opportunity for them to object to the proposals of any of the boundaries commissions.
Any changes to boundaries in the region will have a significant knock-on effect on all ridings in northern Ontario. Let me repeat that: Any changes to the boundaries in the region of northern Ontario will have cascading effects that will affect the area from White River—north of Lake Superior—to the Quebec boundary. I therefore support the report of the boundary commission and would ask this committee to call for no changes to the boundaries for northern Ontario.
I thank, again, the boundary commission for their excellent work in what can be sometimes a thankless and difficult task, especially when you're looking at northern Ontario. And I thank you all for having me here today.
Merci, monsieur le président.
Je remercie les membres du comité de m'avoir permis de venir aujourd'hui parler des limites proposées pour le nord-est de l'Ontario.
Comme vous le savez peut-être, quand ce processus a débuté, l'année dernière, le principal souci de la majorité des Ontariens du Nord était de conserver 10 circonscriptions fédérales dans le nord. Le Nord de l'Ontario représente 87 p. 100 de la superficie de la province. Par conséquent, même si la population des circonscriptions de la région est en dessous de la moyenne nationale, il est important de conserver 10 circonscriptions pour assurer une représentation efficace.
Je vais prendre l'exemple de ma propre circonscription, celle de Sudbury, pour expliquer pourquoi c'est si important. Même si Sudbury est la plus grande ville du Nord de l'Ontario, elle n'a pas de bureau des passeports et récemment, le bureau de la CIC à Sudbury a fermé ses portes. Cela veut dire que mon bureau joue, de facto, le rôle de bureau d'immigration et reçoit des milliers de demandes de passeport chaque année. Par conséquent, les députés du Nord de l'Ontario constituent un lien vital entre les Canadiens et le gouvernement fédéral, quel que soit le parti que nous représentons.
J'étais donc très content de voir que les propositions que la commission pour l'Ontario a publiées au cours de l'automne 2012 tenaient compte de cette situation et maintenaient 10 circonscriptions dans le nord de la province. Néanmoins, l'endroit où les limites de la circonscription étaient placées dans la proposition initiale a suscité un certain nombre de préoccupations, surtout dans le nord-est de l'Ontario.
Par exemple, la soustraction de Lively, Whitefish et Naughton de la circonscription de Sudbury ne tenait pas compte du fait que ces communautés faisaient partie de l'agglomération urbaine de Sudbury et que cela les aurait isolés du reste de la circonscription d'Algoma—Manitoulin—Killarney proposée.
La limite entre Timmins—Cochrane—Baie James et Nickel Belt—Timiskaming aurait divisé artificiellement une communauté d'intérêts constituée d'agriculteurs et de personnes associées à l'agriculture. Les circonscriptions de Timmins—Cochrane—Baie James et Nickel Belt—Timiskaming auraient eu une superficie et une population plus importantes que celles des grandes circonscriptions qu'elles remplaçaient, ce qui les aurait rendues pratiquement impossibles à desservir.
En enlevant la région de Kapuskasing-Hearst de la circonscription d'Algoma—Manitoulin—Killarney, on l'aurait placée dans une circonscription dans laquelle elle n'avait aucune racine politique ou communautaire.
La commission a tenue des audiences publiques à Sudbury, New Liskeard, North Bay ainsi qu'à Kenora et Thunder Bay. Les députés de ces régions y ont tous participé. La commission a aussi organisé une deuxième série d'audiences publiques à Sault Ste. Marie pour examiner d'autres options et je voudrais remercier la commission de l'avoir fait. Je mentionnerais également que M. Hayes n'a comparu à aucune de ces audiences publiques, même quand des changements ont été proposés à la région rurale qui fait partie de la circonscription provinciale d'Algoma.
Au cours de certaines de ces audiences, il était évident que la majorité des électeurs du nord-est de l'Ontario ne pensaient pas que la proposition leur assurerait une représentation égale ou supérieure au statu quo. Nous remercions la commission d'avoir écouté les citoyens et les maires du nord-est de l'Ontario au sujet des problèmes que la proposition initiale aurait créés dans la région.
Le rapport final de la commission répond à la majorité de ces préoccupations et comme le rapport le précise lui-même, la recommandation finale tient compte des opinions reçues lors des audiences publiques. Les députés néo-démocrates de la région ont participé aux audiences publiques conformément aux lignes directrices établies dans le rapport de 2004 par Élections Canada qui énonce le droit des députés de participer au processus d'audiences publiques. Ces lignes directrices sont les suivantes:
Les députés ne sont nullement exclus de ces audiences. Comme on reconnaît qu'ils tiendront inévitablement à se prononcer sur le nom et les limites des circonscriptions proposées, la loi les autorise non seulement à se faire entendre aux audiences publiques mais aussi à exprimer leur opposition aux propositions émises par les commissions.
Toute modification du découpage des circonscriptions de la région aura d'importantes répercussions sur toutes les circonscriptions du Nord de l'Ontario. Je tiens à répéter que toute modification du tracé des circonscriptions de la région du Nord de l'Ontario aura des répercussions qui toucheront la région allant de White River — au nord du lac Supérieur — jusqu'à la frontière du Québec. J'appuie donc le rapport de la commission de délimitation et je demande au comité de demander qu'aucun changement ne soit apporté aux limites des circonscriptions du Nord de l'Ontario.
Je remercie, encore une fois, la commission de délimitation de l'excellent travail qu'elle a accompli malgré une tâche parfois ingrate et difficile, particulièrement dans le Nord de l'Ontario. Et je vous remercie tous de m'avoir invité ici aujourd'hui.
Collapse
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2013-05-09 10:56
Expand
Thank you, Mr. Chair.
I'm pleased to be here today to speak to the boundary proposal to move the rural townships of Harris and Hudson into Timmins—James Bay. The move reflects the opinions that were given at the public hearing held in New Liskeard on October 15, 2012, on the need to maintain the continuity of rural communities along the Highway 11 corridor.
I support the boundaries commission's recommendation for this change. However, I have spoken with the member for Nipissing—Timiskaming about his desire to keep these townships within the present boundaries. I will defer to the boundaries commission either way on these matters and will be satisfied with the result.
I am also here, however, in response to Mr. Hayes' claim that political interference in the boundaries commission has unfairly impacted his region. Mr. Hayes is referring to references made in the federal electoral boundaries commission report for Ontario of February 23, 2013, where the commission referenced two examples of alleged inappropriate actions on my part.
The first was this:
The Member of Parliament for Timmins—James Bay submitted that the community of interest among farmers and people associated with agriculture in the farming area west and north of the City of Temiskaming Shores flowed north along Highway 11, and that there was no community of interest with people involved in agriculture in the electoral district of Nickel Belt.
My involvement was in the form of a public hearing in New Liskeard, where I read a statement into the record. I will quote from the record of what I stated that day:
Cutting a line through Timiskaming will be very detrimental. This will be the third time in just over 10 years that Timiskaming has been substantially affected by dramatic riding changes.... Under the new changes, the line has been arbitrarily moved vertically along Highway 11 so that Englehart will now be in the Nickel Belt riding, while its neighbouring community of Tomstown will be in Timmins—Cochrane—James Bay.
Thus, residents in one community will be a 20-minute drive from their MP office, while their neighbours are 300 km from their MP.... It makes no sense from a geographic or economic point of view.
Moving Timiskaming into Nickel Belt will create numerous problems for the agriculture community of Timiskaming. There are no historic or economic lines of continuity between rural Timiskaming and the Sudbury region.... People in Nickel Belt overwhelmingly see themselves as part of the greater Sudbury region. Timiskaming, however, is part of a growing farm community that is anchored on Highway 11.
The second objection that the boundaries commission referenced as inappropriate actions was also stated in the report:
The member also expressed concern about the ability to serve constituents effectively if the communities along Highway 11 from the Town of Smooth Rock Falls to west of the Town of Hearst were included in the electoral district.
I will therefore read the statement that I gave to the commission:
I know it is not the mandate of the boundaries commission to concern itself with MP staffing and budgets. However, the boundaries commission needs to reflect on the impact of an additional six communities, some as much as 300 km from our existing office, being added to the riding. As no other ridings in the north other than Nickel Belt—Timiskaming are being asked to assume such dramatic new responsibilities, I argue that this recommendation creates an unnecessary imbalance between the smaller urban ridings and the larger rural ridings.
The riding of Timmins—James Bay is already bigger than Great Britain. The northwest rural riding of Kenora has a population that is 40% less than the proposed Timmins—Cochrane—James Bay riding. The new Nipissing riding will have a population that is 11% smaller than the new riding and a land mass that is a mere 4% of the size of my expanded riding. The urban riding of Sudbury will have a population smaller than Timmins—Cochrane—James Bay, while my riding is being asked to assume 17,000 more kilometres of distance and six new communities. There is no reason for such obvious disparities within the ridings of northern Ontario.
The position that I presented was echoed by over 1,000 submissions of citizens, town councils, and municipal organizations. Justice Valin and his commission ultimately agreed with these objections. I am satisfied that the new boundary proposal represents the larger interests of citizens in our region, and that further changes at this late hour would only create a ripple effect across a number of ridings.
I thank the boundaries commission for its excellent work. It is a hard task to fix the issues in northern Ontario, and people were certainly vocal in responding to the problem, with their initial proposals. However, the true test of fairness is noted in the commission's willingness to listen to the issues and attempt to find a balance, given the problems of the vast geography of northern Ontario. I support its recommendations.
Merci, monsieur le président.
C'est un plaisir pour moi d'être ici aujourd'hui pour parler de la proposition visant à placer les cantons ruraux de Harris et Hudson dans la circonscription de Timmins—Baie James. Ces changements reflètent les opinions qui ont été émises lors de l'audience publique qui a eu lieu à New Liskeard, le 15 octobre 2012, quant à la nécessité de préserver la continuité des collectivités rurales situées le long du corridor de la route 11.
J'appuie la recommandation de la commission de délimitation concernant ces changements. Néanmoins, j'ai eu un entretien avec le député de Nipissing—Timiskaming au sujet de son désir de maintenir ces cantons dans les limites actuelles. Je m'en remettrais à la décision de la commission à cet égard et je serai satisfait du résultat.
Néanmoins, je suis aussi ici pour répondre aux affirmations de M. Hayes selon lesquelles une ingérence politique dans les travaux de la commission aurait eu des répercussions injustes pour sa région. M. Hayes fait allusion à la teneur du rapport de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour l'Ontario du 23 février 2013 dans lequel la commission mentionne deux exemples d'actes de ma part qui auraient été inappropriés.
La première mention était la suivante:
Le député de Timmins—Baie James a affirmé que les agriculteurs et les personnes associées à l'agriculture dans la région agricole à l'ouest et au nord de la ville de Timiskaming Shores partageaient une communauté d'intérêts qui remonte la route 11, et qu'ils n'avaient aucun intérêt en commun avec le monde agricole de la circonscription de Nickel Belt.
Mon intervention a été ma participation à une audience publique à New Liskeard où j'ai lu une déclaration. Je vais vous citer un extrait de ce que j'ai déclaré ce jour-là:
Le tracé de la limite à travers Timiskaming aura des effets très négatifs. Ce sera la troisième fois, en à peine plus de 10 ans, que Timiskaming sera largement touchée par un redécoupage aux effets dramatiques… Les nouveaux changements déplacent arbitrairement la limite, à la verticale, le long de la route 11 si bien qu'Englehart se trouvera désormais dans la circonscription de Nickel Belt tandis que la communauté voisine de Tomstown sera dans celle de Timmins—Cochrane—Baie James.
Par conséquent, les résidents d'une collectivité seront à 20 minutes de route du bureau de leur député tandis que leurs voisins devront parcourir 300 kilomètres pour aller voir leur député… C'est complètement illogique du point de vue géographique ou économique.
L'inclusion de Timiskaming dans Nickel Belt va créer de nombreux problèmes pour la communauté agricole de Timiskaming. Il n'y a pas de lien historique ou économique entre la région rurale de Timiskaming et la région de Sudbury… La majorité des résidents de Nickel Belt considèrent qu'ils font partie de l'agglomération urbaine de Sudbury. Toutefois, Timiskaming fait partie d'une communauté agricole en plein essor qui est ancrée sur la route 11.
La deuxième objection que la commission qualifiait d'inappropriée était également mentionnée dans le rapport:
Le député a aussi exprimé des inquiétudes quant à la capacité de l'élu de bien servir les résidents de sa circonscription si celle-ci intègre les collectivités situées le long de la route 11, depuis la ville de Smooth Rock Falls jusqu'à l'ouest de la ville de Hearst.
Je vais donc lire la déclaration que j'ai faite à la commission:
Je sais que la commission de délimitation n'a pas pour mandat de se préoccuper de la dotation en personnel et des budgets des députés. Néanmoins, la commission doit réfléchir aux répercussions qu'entraînerait le rattachement à la circonscription de 10 autres collectivités dont certaines se trouvent à 300 kilomètres de notre bureau actuel. Comme on ne demande à aucune autre circonscription du nord d'assumer des nouvelles responsabilités aussi lourdes, j'estime que cette recommandation crée un déséquilibre inutile entre les petites circonscriptions urbaines et les vastes circonscriptions rurales.
La circonscription de Timmins—Baie James est déjà plus vaste que la Grande-Bretagne. La circonscription rurale de Kenora, au nord-ouest de la province, compte 40 p. 100 moins d'habitants que la circonscription de Timmins—Cochrane—Baie James proposée. La nouvelle circonscription de Nipissing aura une population inférieure de 11 p. 100 à celle de la nouvelle circonscription et une superficie représentant 4 p. 100 seulement de celle de ma circonscription élargie. La circonscription urbaine de Sudbury aura une population plus petite que celle de Timmins—Cochrane—Baie James, tandis qu'on demande à ma circonscription de couvrir une superficie supplémentaire de 17 000 kilomètres et six nouvelles collectivités. Rien ne justifie des disparités aussi évidentes entre les circonscriptions du Nord de l'Ontario.
Plus d'un millier de mémoires adressés par les citoyens, les conseils municipaux et des organismes municipaux ont présenté des opinions similaires aux miennes. Le juge Valin et sa commission ont finalement accepté ces objections. Je suis convaincu que la nouvelle limite proposée servira les intérêts supérieurs des citoyens de notre région et que tout autre changement qui serait apporté aussi tardivement pourrait entraîner des répercussions dans un certain nombre de circonscriptions.
Je remercie la commission de délimitation de son excellent travail. Il est difficile de régler les problèmes dans le Nord de l'Ontario et les gens n'ont certainement pas hésité à parler de ces problèmes dans leurs propositions initiales. Néanmoins, la commission a fait preuve d'équité en écoutant les objections et en cherchant à établir un juste équilibre étant donné les problèmes que pose le vaste territoire du Nord de l'Ontario. J'appuie ses recommandations.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
That's not what I'm saying at all.
I indicated I had a discussion with Mr. Hayes about the changes. When it came to North Bay, Mr. Hayes said that there were no changes to his riding, so he had no interest in being there, and I only spoke to him afterwards with respect to Sault Ste. Marie. I assumed he would be there because it was in his own backyard, and I don't know the reasons why he wasn't there.
As I said, he could have made a submission. I have no idea if he did or not. So I indicated I did attempt to be there. I did speak to Mr. Hayes prior to going to North Bay, looking at a better solution because I knew that the changes that were being proposed did not align properly with the riding, and he indicated that he wanted to keep St. Joseph Island because his best man was from there.
I can tell you that I did speak to some of the mayors on St. Joseph Island.
Ce n’est pas du tout ce que je veux dire.
J’ai déjà indiqué que j’avais eu une conversation avec M. Hayes à propos des changements apportés. Lorsque la consultation est arrivée à North Bay, M. Hayes m’a déclaré que sa circonscription n’ayant pas subi de modifications, il ne voyait pas de raison de s’y rendre. C’est seulement par la suite que j’ai eu un entretien avec lui à propos de Sault Ste. Marie, et je pensais qu’il y serait, car c’était sur son propre terrain. Je ne sais donc pas pourquoi il ne s’y est pas rendu.
Comme je l’ai dit, il aurait pu déposer un mémoire écrit — d’ailleurs je ne sais pas s’il l’a fait. J’ai dit que je m’efforcerais d’y être et j’en ai parlé à M. Hayes avant de me rendre à North Bay. J’étais à la recherche d’une meilleure solution, car je savais que les changements proposés ne convenaient pas à l’alignement de la circonscription, et parce qu’il m’avait indiqué qu’il souhaitait garder St. Joseph Island étant donné que son témoin venait de là.
Je peux aussi vous dire que j’ai eu des conversations avec certains des maires de St. Joseph Island.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
And I said no.
Et je vous ai répondu par la négative.
Collapse
View Glenn Thibeault Profile
Ind. (ON)
View Glenn Thibeault Profile
2013-05-09 11:07
Expand
The reason I brought up that point in my speech was the importance of appearing and having the discussions throughout the process. We would have concerns if there were an 11th-hour pitch to change things that would have cascading effects throughout the north.
Si j’ai soulevé cet aspect dans mon intervention, c’était pour souligner l’importance de comparaître et de participer aux discussions tout au long du processus. Nous nous inquiétions d’une initiative de la onzième heure pour changer les choses, avec les répercussions en cascade que cela aurait eu pour l’ensemble de la région Nord.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I simply want to add the following.
In the beginning, I asked for an exemption at all of the sessions. The commission's representatives kept telling us that their mandate did not allow them to grant another exemption to any riding in northern Ontario. That is what they told us.
When it was a matter of the communities in the riding of Sault Ste. Marie, I told them that if I could not get an exemption, their second suggestion would surely be the best for the riding to ensure that people are properly represented.
As I said, we do not expect people to come into the office, because the distances are long. As a result, my assistants travel to the communities to hold community meetings.
That said, I spoke to the mayor of St. Joseph Island. He wanted his city to remain in the riding of Sault Ste. Marie, and that was mentioned to the commission. However, I have always maintained that the best solution was the status quo.
Je veux simplement ajouter ceci.
Au début, j'ai en effet demandé une exception lors de toutes les sessions qui ont eu lieu. Les représentants de la commission nous disaient tout le temps que leur mandat ne leur permettait pas d'accorder une autre exception à quelque circonscription que ce soit dans le Nord de l'Ontario. C'est ce qu'ils ont dit.
Quand il a été question des communautés qui étaient dans la circonscription de Sault Ste. Marie, je leur ai dit que si je ne pouvais pas avoir droit à une exception, leur deuxième suggestion aurait sûrement été la meilleure pour le comté pour s'assurer que les gens sont bien représentés.
Comme je l'ai dit, on ne s'attend pas à ce que les gens viennent nous voir directement au bureau, parce que les distances sont importantes. Par conséquent, mes adjointes se déplacent et vont dans les communautés pour tenir des réunions communautaires.
Cela étant dit, j'ai parlé au maire de St Joseph Island. Il voulait que sa ville reste dans la circonscription de Sault Ste. Marie et cela a été mentionné à la commission. Toutefois, j'ai toujours répété que la meilleure solution était le statu quo.
Collapse
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2013-05-09 11:19
Expand
No difficulty at all; and I would have supported Mr. Hayes, but the boundary commission told us that they would not allow an exemption for Algoma—Manitoulin—Kapuskasing. They said it was not going to be allowed and that we had to divide up the population. That's why they came back and they were adamant.
Our only opposition to Mr. Hayes' proposition right now is that because they said they refused to recognize an exemption, even though Algoma—Manitoulin—Kapuskasing is very challenged, someone is going to have to make up that population, and that's what they told us.
That's why we're here. We don't object overall to the idea, but we are within the constraints of what the boundary commission told us.
Aucune difficulté, et j’aurais appuyé la proposition de M. Hayes, mais la Commission des frontières électorales nous a déclaré qu’elle n’autoriserait pas une exemption pour Algoma—Manitoulin—Kapuskasing. Ils nous ont dit que cela ne serait pas autorisé et qu’il nous faudrait nous répartir la population. C’est la raison pour laquelle ils sont revenus et sont restés absolument fermes sur leur position.
Aujourd’hui, notre seule objection à la proposition de M. Hayes tient au fait qu’ils ont refusé d’accorder une exemption, même si la circonscription Algoma—Manitoulin—Kapuskasing est des plus difficiles. Il va falloir que l’on compense cette population, en tout cas c’est ce qu’ils nous ont dit.
C’est la raison pour laquelle nous sommes ici. Nous n’avons aucune objection de nature générale à cette idée, mais nous devons respecter les paramètres qui nous ont été assignés par la Commission de délimitation des circonscriptions électorales.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
That does not change the population of the other ridings. I think that is reliable. Mr. Hayes said that it would take 45 minutes by car to get to his office and about an hour to get to the Elliot Lake office. We do not expect people to come to our office. We go to them.
However, I can tell you that with the change this would make to Mr. Angus's riding, it would take three hours for people from Hearst to drive to Timmins.
Cela ne change pas la population des autres comtés. Je pense que c'est fiable. M. Hayes a mentionné qu'il faudrait 45 minutes pour se rendre en auto à son bureau et environ une heure pour venir au bureau d'Elliot Lake. On ne s'attend pas à ce que ces gens se rendent à notre bureau. On se rend dans leur communauté.
Par contre, je peux vous dire qu'avec le changement que cela aurait amené dans le comté de M. Angus, il faudrait trois heures pour que les gens de Hearst conduisent jusqu'à Timmins.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
No, but are you taking into account the fact that the towns of Manitouwadge and Pic Mobert were transferred to Thunder Bay?
Non, mais tenez-vous compte des villages de Manitouwadge et de Pic Mobert qui ont été transférés à Thunder Bay?
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
The commission is suggesting that we remove two communities from my riding and transfer them to Thunder Bay. Do your figures take into account that the communities will return to Algoma—Manitoulin—Kapuskasing?
La commission propose d'enlever deux communautés de mon comté et de les transférer à Thunder Bay. Vos chiffres tiennent-ils compte du fait que ces communautés retourneront dans Algoma—Manitoulin—Kapuskasing?
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
No. That is what I asked the commission, but as I said, it removed two communities and that will affect Thunder Bay.
Non. C'est ce que j'ai demandé à la commission, mais comme je l'ai dit, elle a enlevé deux communautés et cela aura un impact à Thunder Bay.
Collapse
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2013-05-09 11:22
Expand
The problem is that the boundary commission was clear. So, at this hour I would love fantasy but I'm living in reality.
Le problème, c’est que la Commission de délimitation des circonscriptions électorales a été parfaitement claire, et même si j’aimerais pouvoir vivre dans le monde des chimères, je dois tenir compte de la réalité.
Collapse
View Glenn Thibeault Profile
Ind. (ON)
View Glenn Thibeault Profile
2013-05-09 11:23
Expand
We all, at all of our sessions, asked for the status quo for AMK, because the way the commission divvied up AMK when they brought out their propositions—so much so that we had Coniston, which was on the east side of the City of Sudbury, in AMK—it really changed the way we could represent all constituents in northern Ontario.
We asked that at every single commission meeting. They said that they would not look at any other status quo propositions or proposals.
What they've proposed now is the best option for all of northeastern Ontario.
À toutes les audiences, nous avons tous demandé que soit maintenu le statu quo pour Algoma—Manitoulin—Kapuskasing. En effet, la façon dont la commission avait divisé cette circonscription dans ses propositions — à telle enseigne que Coniston, qui se trouve du côté est de la Ville de Sudbury, s’est trouvé placé dans Algoma—Manitoulin—Kapuskasing — changeait radicalement la façon dont nous pouvions représenter tous les commettants du nord de l’Ontario.
Nous avons donc présenté cette requête à chacune des réunions de la commission, mais elle nous a répondu qu’elle n’étudierait aucune autre proposition de statu quo.
Ce qu’elle vient de proposer à présent constitue la meilleure option pour l’ensemble du nord-est de l’Ontario.
Collapse
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2013-05-09 11:26
Expand
I can only go from what was in the report. There were two references to me.
One was my suggestion, my firm belief, backed by the mayors of Timiskaming...the farm community moved along Highway 11...and wasn't connected to Sudbury.... He said that was one example.
The second one was the ability to serve constituents in the northern part, given the size of the riding.
The third one he referenced was when he said that all of the mayors in the north supported it, and Madam Hughes actually said that they don't, because the mayors didn't support it.
I can't speculate beyond that, but what I find interesting is that he accepted the objections, because there were over a thousand objections made based on similar arguments. I think Justice Valin did the right thing; he heard the suggestions.
I don't know what was inappropriate about mentioning the Highway 11 corridor. This is the whole discussion we've all been having here, and I think we're all in agreement on it.
But we think they did a good job under the circumstances, because northern Ontario is obviously a very difficult piece, given its vast geography and its vast differences in some areas in terms of cultural, economic, and historic ties.
Je ne peux que me baser sur le contenu du rapport, où il est question de moi à deux reprises.
La première fois, lorsque j’ai exprimé ma conviction — d’ailleurs appuyée par les maires de Timiskaming — que la collectivité agricole de la région est ancrée le long de l’autoroute 11 et n’a pas son centre d’intérêts à Sudbury… Voilà pour le premier cas.
La deuxième référence concerne l’aptitude à desservir les commettants dans le secteur nord, compte tenu de la superficie de la circonscription.
En troisième lieu, il y est dit que tous les maires du secteur nord y étaient favorables, et Mme Hughes a rectifié cette déclaration, car les maires ne l’appuyaient pas.
Je ne veux pas me livrer à des conjectures, mais il est tout de même intéressant qu’il ait accepté les objections, car il y a eu plus d’un millier d’objections basées sur des arguments analogues. Je pense donc que le juge Valin a agi de la bonne façon en prêtant l’oreille aux suggestions.
Je ne vois pas ce qu’il y a de déplacé à mentionner le couloir de l’autoroute 11, d’autant que nous en avons tous parlé ici et que, selon moi, nous sommes d’accord là-dessus.
Je crois cependant que, compte tenu des circonstances, ils se sont bien acquittés de leur tâche. N’oublions pas que le Nord de l’Ontario est très difficile à gérer, compte tenu de son immense superficie de même que des profondes disparités d’un secteur à l’autre aux plans culturel et économique, mais également du point de vue des liens historiques.
Collapse
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2013-05-09 11:27
Expand
All I can refer to is the report of February 23, 2013, where he laid out what he thought were the examples of inappropriate behaviour. The Highway 11 corridor is an agricultural corridor that connects Val Gagné, Matheson, Cochrane, up to Kapuskasing, down through Timiskaming, and that there is no connection over to Sudbury....
To be fair there is a bit of a rural belt around the Sudbury area. What I contended with Justice Valin at the time was that we do not have any real historic ties agriculturally. And we are actually in a boom.
You might not be aware of this, but northern Ontario's booming right now in agriculture, and it's coming out of Timiskaming and moving up through Matheson. I had actually presented two maps showing the differences between agriculture in the proposed riding and agriculture under the present riding. You could see that if you cut the line, the northern part would become much smaller agriculturally, and it wouldn't be politically connected. That was the concern we raised.
Je ne peux que me référer au rapport du 23 février 2013, où sont énoncés les exemples de ce qui est considéré comme un comportement déplacé. Le couloir de l’autoroute 11 est un couloir à vocation agricole qui relie Val Gagné, Matheson, Cochrane, jusqu’à Kapuskasing en montant et, en descendant, jusque et y compris Timiskaming, et sans raccordement en direction de Sudbury…
À dire vrai, il existe bien une petite ceinture rurale autour de Sudbury. Mais ce que j’essayais de faire valoir auprès du juge Valin, c’est que nous n’avons pas de véritables liens historiques dans le domaine agricole. Et j’ajoute que nous connaissons une période de très forte expansion.
Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais le secteur agricole du nord de l’Ontario connaît un vrai boom, qui part de Timiskaming et qui arrive jusqu’à Matheson. J’avais d’ailleurs présenté deux cartes illustrant les différences au niveau des activités agricoles, dans la circonscription actuelle et dans celle qui est proposée, et l’on voyait bien que selon le nouveau tracé, l’activité agricole dans le secteur nord s’en trouvera considérablement réduite et qu’elle perdra son ancrage politique. Telle était donc la préoccupation que nous avons exprimée.
Collapse
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2013-05-09 11:29
Expand
Again I think it's interesting. If you look at the report he references that, and he references the issue of service to constituents. He said that to him was inappropriate.
I think the problem for Justice Valin....This is why this needs to be put in context. In 2004 during the last boundary ridings adjustment, we had a member of Parliament who told the communities not to get involved, that it would get fixed at the last stage, and there were no submissions made, and Timiskaming disappeared as a riding. When the new riding boundary proposal came in that Timiskaming would become part of a much different riding, people were very upset. When Justice Valin came into the region, we had a very large turnout. People were very organized because they had been through this before.
I think he thought that he was coming to try to fix the solution. He was certainly surprised by the response from all the mayors, all the agricultural groups, all the citizens and, at the end of the day, he agreed. This is what he said, that he listened to those objections and he agreed with them. I think this is the measure of a good report, that when you hear from people that there are serious problems with a recommendation, you listen to them.
He listened, and at the end of the day I think it's unfortunate that he felt it was inappropriate to talk about issues of services to constituents, but within the 2004 electoral guide for involvement, it says that it's expected that MPs will participate. MPs will have strong opinions, and I certainly have strong opinions about the farming community of Timiskaming.
Là encore, je trouve cela pour le moins intéressant, car il est dit dans le rapport que ce qu’il considère comme inappropriées, ce sont les observations relatives à la difficulté de desservir les commettants.
Je crois que si l’on veut comprendre la difficulté pour le juge Valin, il faut replacer la question dans son contexte. Lors du dernier ajustement des frontières électorales, en 2004, un député a recommandé aux différentes composantes de la collectivité de ne pas intervenir dans le processus en disant que les choses se régleraient à la dernière étape, si bien qu’il n’y a pas eu de témoignages ni de dépositions et que Timiskaming a été éliminée en tant que circonscription. Lorsqu’on a déposé le nouveau projet de délimitation de la circonscription, qui plaçait Timiskaming dans une circonscription très différente, cela a soulevé un tollé, si bien que lorsque le juge Valin s’est rendu dans la région, il y avait foule aux réunions. Les gens, échaudés la première fois, étaient cette fois-ci parfaitement organisés.
Je pense qu’il s’imaginait être venu avec la solution toute prête et qu’il a été fort surpris par la réaction de l’ensemble des maires, de toutes les associations agricoles, sans parler de l’afflux de citoyens, et qu’il a fini par être convaincu. C’est d’ailleurs ce qu’il a déclaré, à savoir qu’il avait pris en compte les objections et qu’il était d’accord. Je pense que c’est là le critère d’un bon rapport, je veux dire lorsque les gens vous signalent des problèmes graves et qu’ils assortissent cela de recommandations, et que vous en tenez compte.
Donc il a su prêter l’oreille et je dois en fin de compte regretter qu’il ait considéré que le fait d’aborder la capacité de desservir les commettants était déplacé. Au demeurant, le guide électoral de 2004 précise bien qu’il y aura participation des députés. Il faut s’attendre à ce que les députés aient des opinions affirmées, et c’est certainement mon cas en ce qui a trait à la communauté agricole de Timiskaming.
Collapse
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2013-05-09 11:30
Expand
I can't speculate. I'm only going on the evidence.
Je ne veux pas spéculer et je m’en tiendrai strictement aux faits.
Collapse
View Glenn Thibeault Profile
Ind. (ON)
View Glenn Thibeault Profile
2013-05-09 11:31
Expand
Sure. What I mentioned at committee was that when we were looking at the original proposals brought forward by the electoral boundaries committee, we asked for that special exemption for AMK.
Bien volontiers. J’ai rappelé au comité que, lorsque nous nous penchions sur les propositions initialement déposées par la Commission de délimitation des circonscriptions électorales, nous avions demandé cette exemption spéciale au profit de la circonscription AMK.
Collapse
View Glenn Thibeault Profile
Ind. (ON)
View Glenn Thibeault Profile
2013-05-09 11:32
Expand
This is the one Mr. Hayes is asking for. We were told outright that it would not happen, that Kenora has that exemption due to extreme circumstances, and that they would not be looking at that at all. That was said numerous times because a colleague and I were there. I can't speak for my colleague, but I did hear it numerous times.
I'm sure that Mr. Angus, along with Ms. Hughes, could also state that. That's part of why I thought it was important to outline that my friend, Mr. Hayes, was not at those meetings, because he could have brought that forward as well at that time.
Tout à fait. On nous a répondu d’emblée qu’elle ne serait pas accordée, que Kenora l’avait effectivement obtenue en raison de circonstances extrêmes mais que cela ne serait pas envisagé. J’étais là en compagnie d’un autre député, qui pourrait en témoigner aussi mais je ne veux pas me prononcer au nom de ce député; je peux dire, moi, que je les ai entendus faire cette déclaration à plusieurs reprises.
Je suis sûr que M. Angus, mais aussi Mme Hughes, pourraient en témoigner. C’est en partie la raison pour laquelle j’ai cru devoir souligner que mon ami, M. Hayes, n’était pas présent à ces réunions, car il aurait certainement présenté lui-même la même requête.
Collapse
View Glenn Thibeault Profile
Ind. (ON)
View Glenn Thibeault Profile
2013-05-09 11:35
Expand
We asked for the status quo for AMK because every riding in northern Ontario was being affected by these changes to AMK. They have stated through the commission that they will not invoke that special status. If they do not invoke that special status, we're happy with the way things are. The work that the boundaries commission has done works for almost everyone in northern Ontario.
Nous avons demandé que la circonscription AMK soit maintenue telle quelle en raison des répercussions qu’un changement ne manquerait pas d’avoir pour toutes les circonscriptions du nord de l’Ontario. Ils ont déclaré que la disposition extraordinaire ne serait pas invoquée et nous sommes prêts à nous satisfaire de l’état actuel des choses. Le travail accompli par la Commission de délimitation des circonscriptions donne des résultats pour presque tout le monde dans le nord de l’Ontario.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
I want to indicate that we certainly had asked for this throughout the process, and the commission was very clear to us at each of the hearings that this was not an option for them, that they didn't have the mandate. What I would caution you on, or what I want to introduce, is something that I said to Mr. Dion.
If you're indicating that you're going to leave the status quo, then there will be a ripple effect on Thunder Bay as well, because Manitouwadge and Pic Mobert were actually cut out of this new proposal and put into the Thunder Bay riding.
Je tiens à préciser que nous avons plaidé dans ce sens tout au long du processus, et qu’à chacune des audiences, la commission nous a clairement fait savoir qu’elle n’avait pas le mandat pour ce faire et qu’elle ne l’envisageait donc pas. J’aimerais également, à titre de mise en garde, rappeler ce que j’ai dit à M. Dion.
Si vous indiquez que vous comptez vous en tenir au statu quo, il faut s’attendre également à un effet de propagation en direction de Thunder Bay, étant donné que Manitouwadge et Pic Mobert ont, en fait, été exclues de cette nouvelle proposition et intégrées à la circonscription de Thunder Bay.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
But it will now affect the population base in Thunder Bay. That's what I'm saying.
Thank you.
Je veux dire que cela affectera le quotient de population de Thunder Bay.
Je vous remercie.
Collapse
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2013-05-09 11:39
Expand
The one thing the committee has heard about from all of us is the issue of serviceability in such a massive rural region. Kenora has the exemption. Kenora and my riding are the only ones with special fly-in communities, but I also have an urban base.
The issue is that we were told it wasn't possible. I don't know why it's not possible. It was frustrating, because we felt that it was a clear message. We weren't asking for it in each of our ridings; we were saying that we had one large rural riding. We asked for it. We were told no. But it is perfectly reasonable to ask the commission to look at that, and then we will live with the results.
S’il y a un sujet que nous avons tous évoqué devant le comité, c’est celui de la difficulté à desservir une région rurale aussi vaste. Kenora bénéficie de l’exemption; or, je précise que Kenora et ma circonscription sont les seules à avoir des agglomérations qu’il faut rejoindre par avion. Mais il se trouve que j’ai également une base urbaine.
Le problème tient au fait qu’on nous a dit que ce ne serait pas possible, et je ne vois pas pourquoi. Certes, nous avons été contrariés, car nous pensions que le message était clair; nous ne demandions pas cette mesure pour chacune de nos circonscriptions, nous avons fait valoir que nous avions une grande circonscription à caractère rural, et nous avons fait la demande, avec la réponse négative que l’on sait. Il reste toutefois parfaitement raisonnable de demander à la commission de se pencher sur la question, et puis nous nous accommoderons de sa réponse.
Collapse
View Glenn Thibeault Profile
Ind. (ON)
View Glenn Thibeault Profile
2013-05-09 11:39
Expand
I know, Mr. Reid, you have a confused look on your face. What you're hearing about right now is that the northeastern side of Ontario and the effects that are happening there. We can't forget that Algoma—Manitoulin—Kapuskasing also affects and hits Thunder Bay—Superior North.
Monsieur Reid, je vois, à votre expression, que les choses ne sont pas claires pour vous. On vous parle en ce moment du nord-est de l’Ontario et des répercussions dans ce secteur, mais nous ne devons pas oublier que la situation à Algoma—Manitoulin—Kapuskasing affecte également directement Thunder Bay—Superior North.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
If you want to maintain the status quo, that will be the population that would remain in Algoma—Manitoulin—Kapuskasing. The commission has removed two communities from my riding and put them into Thunder Bay, which means that if you removed that population base from the Sault, I would be even lower than the amount you're quoting now.
Si vous voulez maintenir le statu quo, c’est cette population qui restera dans la circonscription Algoma—Manitoulin—Kapuskasing. La commission a prélevé deux localités de ma circonscription pour les placer dans celle de Thunder Bay; en d’autres termes, si vous éliminez cette composante de population de Sault Ste. Marie, je vais me retrouver avec une population encore inférieure au chiffre que vous citez.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Yes. I don't have the exact number but I'm inclined to think it's probably a couple of thousand. Again, this is the ripple effect.
En effet, je n’ai pas le chiffre exact mais j’ai tendance à penser qu’il s’agit d’environ 2 000 personnes, avec, une fois de plus, l’effet de propagation.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Where would that put Thunder Bay in percentage terms after that? I've always said that I wanted to keep Manitouwadge and Pic Mobert. I know there were over 70 submissions from Manitouwadge saying that they wanted to stay in Thunder Bay, and Pic Mobert said that they wanted to stay in Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, because they're closely tied to White River for their economic activities.
Il faut se demander quel pourcentage représenterait Thunder Bay après cette opération. J’ai toujours dit que je souhaitais garder Manitouwadge et Pic Mobert. Je sais qu’il y a eu plus de 70 requêtes émanant de Manitouwadge pour dire qu’ils souhaitaient rester avec Thunder Bay, alors que les gens de Pic Mobert ont dit vouloir rester dans la circonscription Algoma—Manitoulin—Kapuskasing car leurs activités économiques sont étroitement liées à White River.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
Well, I can give you some comments with respect to Mr. Hyer.
Eh bien, je voudrais faire quelques remarques en lien avec ce qu’a dit M. Hyer.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-05-07 10:04
Expand
Thank you.
I'm sorry that the map is not in front of you, but I actually handed out a map. What I have given you is a map of what I'm proposing, some photos that I will go through, and my submission in writing, in English and French, of course.
Thank you for your effort. I will be talking mostly about the community of interest in my riding and my proposal.
Originally, my riding of Trinity—Spadina went from Dupont all the way down to the lake. Because of the condo boom, the numbers got so big that the commission made the decision to divide it. I went to the commission, and they took my submission to keep the Annex together—it's a very nice neighbourhood—but by making that decision, they didn't take my suggestion around the southern boundaries.
On the southern boundaries, my suggestion was Front Street, but it has now moved to Dundas. As a result, my new riding, called University—Rosedale, now includes Rosedale. Rosedale, you may know, is one of the richest neighbourhoods in Canada—not just in Toronto, but in Canada. My suggestion is to move Rosedale to St. Paul's riding, because St. Paul's riding has Forest Hill. You will note that the median income, the average income, in Forest Hill is $253,000, and in Rosedale-Moore Park, it's $245,000. You can tell that they are economically quite well off, so I thought those two communities had a lot in common.
In contrast, what I want is to have the west part of St. Paul's, which is the Oakwood-Vaughan area, and St. Clair come to Trinity—Spadina. Right now Trinity—Spadina juts up to the east, and we're asking for it to come to the west. The west area, Oakwood-Vaughan, has a lot of things in common with Trinity—Spadina, which I will list.
Their median income is very similar. It is 10% Italian, because of St. Clair, and of course, Little Italy is in my riding of Trinity—Spadina. Little Italy has very nice outdoor cafés, so the built form is very similar. If you look at the photos that I've submitted, you will see the Sicilian Sidewalk Café, and the other one is at St. Clair and Rushton. The photo on this side is the existing built form in Trinity—Spadina and Little Italy. The other side, which is very similar, is St. Clair Avenue. The built form is really quite similar.
Another point is there are extra challenges caused by poverty. In the northern part of the riding that I'm suggesting, there is a neighbourhood called the Five Points. That neighbourhood is very dense with many apartment buildings. It's been known to have some economic challenges, and as a result, some crime rates have gone up. That is not dissimilar to my existing riding, with Alexandra Park and Grange Avenue,when it comes to dealing with drugs, gangs, and some of the challenges facing that neighbourhood. Oakwood-Vaughan would no longer be isolated if it came down to the university area.
The other really important aspect is the college students. George Brown College has a campus at Casa Loma. The students from George Brown Casa Loma would then be united, and a lot of them would live in the Annex area anyway. They would be connecting back to the south of Dupont, which would include the University of Toronto and OCAD students.
There are three other areas. There are many first nations buildings. There's a residence up in that area and they should connect to some of the first nations communities south of Dupont. For the arts community, the western portion of St. Paul's is known to Toronto with the second largest number of arts workers. Of course, in my existing riding, there is the Ontario College of Art and Design, ROM, and the AGO.
In summary, my proposal would bring the community and self-interests together.
Thank you for your consideration.
Merci.
Je suis désolée qu'il n'y ait pas de carte devant vous, mais j'en ai fourni une. Je vous ai donné une carte qui représente ce que je propose, des photos dont je parlerai et mon mémoire, en anglais et en français, bien entendu.
Je vous remercie de votre travail. Je parlerai surtout de la communauté d'intérêts de ma circonscription et de ma proposition.
À l'origine, ma circonscription de Trinity—Spadina couvrait la zone située entre la rue Dupont et le lac. En raison de l'augmentation rapide dans la construction de condominiums, il y a eu une si forte hausse que la commission a décidé de diviser la circonscription. J'ai participé aux travaux de la commission, qui a accepté ma proposition de ne rien changer au quartier Annex — c'est un très beau quartier —, mais tout en prenant cette décision, elle n'a pas accepté ma proposition concernant la limite sud.
En ce qui concerne la limite sud de la circonscription, j'avais proposé la rue Front, mais c'est maintenant la rue Dundas. Par conséquent, ma nouvelle circonscription, qui s'appelle University—Rosedale, inclut maintenant Rosedale. Comme vous le savez peut-être, c'est le quartier le plus riche du Canada — pas seulement de Toronto, mais de tout le pays. Je propose d'intégrer Rosedale à la circonscription St. Paul's, car elle comprend le quartier Forest Hill. Vous remarquerez que dans le quartier Forest Hill, le revenu moyen est de 253 000 $ et qu'il est de 245 000 $ dans Rosedale-Moore Park. On peut donc dire que les deux collectivités sont à l'aise sur le plan économique, et je crois donc qu'elles ont beaucoup en commun.
En revanche, je veux que la partie ouest de la circonscription de St. Paul's, qui est les secteurs de Oakwood-Vaughan et de St. Clair soient inclus dans Trinity—Spadina. À l'heure actuelle, Trinity—Spadina s'étend vers l'est, et nous demandons à ce qu'elle s'étende vers l'ouest. Le secteur ouest, Oakwood-Vaughan, a beaucoup de choses en commun avec Trinity—Spadina, que je vais expliquer.
Leur revenu médian est très similaire. Il y a 10 p. 100 d'Italiens, car St. Clair et, bien entendu, Little Italy font partie de Trinity—Spadina, ma circonscription. Little Italy compte de très bons cafés-terrasses et l'architecture est très semblable. Si vous regardez les photos que j'ai fournies, vous verrez le Sicilian Café et l'autre café situé au coin de St Clair et Rushton. La photo de ce côté-ci représente le type de bâtiments actuel de Trinity—Spadina et de Little Italy. L'autre côté, qui est très similaire, c'est l'avenue St. Clair. C'est vraiment très semblable.
De plus, il y a les difficultés supplémentaires liées à la pauvreté. Dans la partie nord de la circonscription telle que je la propose, il y a un quartier qui s'appelle Five Points. Il compte une très forte population et de nombreux immeubles d'habitation. Il est connu pour ses difficultés économiques et, par conséquent, le taux de criminalité augmente. La situation n'est pas très différente dans ma circonscription actuelle, dans le parc Alexandra et l'avenue Grange, pour ce qui est des problèmes de drogue, de gangs et de certaines difficultés dans le quartier. Oakwood-Vaughan ne serait plus isolé s'il était inclus dans University.
L'autre aspect très important, ce sont les étudiants collégiaux. Le collège George Brown a un campus dans la collectivité de Casa Loma. Les étudiants de ce campus seraient donc regroupés, et beaucoup d'entre eux vivent dans Annex de toute façon. Ils seraient liés au sud de la rue Dupont, ce qui inclurait l'Université de Toronto et l'Université OCAD.
Il y a trois autres secteurs. On compte un grand nombre d'établissements de Premières Nations. Il y a une résidence et cela doit être lié à certaines collectivités des Premières Nations au sud de la rue Dupont. Pour ce qui est des communautés d'arts, la partie ouest de la circonscription de St. Paul's comprend le deuxième regroupement de travailleurs des arts de Toronto. Bien sûr, ma circonscription actuelle inclut l'École d'art et de design de l'Ontario, le ROM et l'AGO.
Bref, ce que je propose permettrait de regrouper la collectivité et les intérêts.
Je vous remercie de votre attention.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-05-07 10:23
Expand
Yes, I did.
We are very grateful to the commission. They accepted my recommendation to keep the Annex intact. Originally the Annex was divided on Bloor so the northern part of the Annex was separated from the southern part.
By fixing that, they moved up the southern boundaries. I'll show you the map before the commission changed it. My riding, Trinity—Spadina, used to be straight down. I lost the southern part of the riding, all the condos, and now I've picked up Rosedale, which doesn't quite fit into the kind of riding that Trinity—Spadina has been.
Moi, oui.
Nous sommes très reconnaissants à la commission. Elle a accepté ma recommandation de laisser intact le quartier Annex. À l'origine, la rue Bloor le divisait nord-sud.
Cette correction s'est accompagnée d'un déplacement, vers le nord, des limites sud de ma circonscription. Je vous montrerai la carte, avant les changements faits par la commission. Ma circonscription, Trinity—Spadina, se rendait jusqu'au lac. Elle a perdu sa partie sud, tous les condos, et j'ai choisi Rosedale, qui ne correspond pas tout à fait au genre de circonscription qu'était Trinity—Spadina.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-05-07 10:27
Expand
Mr. Rae has asked me about bringing the southern portion into his riding. I really agreed on principle, but the problem is the population numbers. I also suggested moving Rosedale out and then taking the western part. I spoke to Ms. Bennett and she's not in agreement with that, so that's the quandary. For me to make that change in the southern part, it then impacts the northern part.
M. Rae m'a consultée sur le transport du sud de ma circonscription dans la sienne. J'étais d'accord en principe, mais le problème est le nombre d'électeurs. J'ai aussi proposé d'enlever Rosedale, puis de prendre l'ouest de la circonscription. J'ai parlé à Mme Bennett. Elle n'est pas d'accord. Voilà donc le dilemme. Pour moi, la modification dans le sud se répercute dans le nord.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-05-07 10:31
Expand
Actually, Mr. Chair, I have a more fulsome 10-page submission which I wasn't able to get translated, so I did not hand it out. I only have the English version. That one eventually will be my formal submission to you and probably to the commission.
The community of interest is really economic. There's a lot more in common between Rosedale and Forest Hill. Linguistically, Italian is spoken in 10% of the western part and the downtown university area. With regard to blue collar versus white collar, it's 80% white collar in Rosedale and Forest Hill, whereas in the area south it's 50% or so, and 60% on the west side—55% on the west side, so just based on economic....
On the built forms, Rosedale houses and Forest Hill houses are very grand because the income level is high, whereas the built forms in the St. Clair Avenue area, the Boulevard Café and all that is very similar.
I could go on about poverty also, but mostly the key area is the feel. Also Kensington Market is near the university. It's where people see themselves as being slightly different, trendy maybe. It's hard to describe them. They are eclectic. They are very artistic. They are very creative and diverse, and that's very similar to the Wychwood Barns area. It's very creative, diverse, and very artistic. That's very similar to the Grange and Kensington Market area. In fact, most of the people in the Annex and Seaton Village, in the area that I represent now, shop at Wychwood Barns every Saturday morning.
En réalité, monsieur le président, j'ai un long mémoire de 10 pages, que je n'ai pas pu faire traduire. Je ne l'ai donc pas communiqué. Je n'ai que la version anglaise. Ce mémoire constituera ma communication officielle au comité et probablement à la commission.
La communauté d'intérêts est vraiment économique. Rosedale et Forest Hill ont beaucoup en commun. Sur le plan linguistique, on parle italien dans 10 p. 100 de l'ouest et dans le secteur universitaire du centre-ville. En ce qui concerne le taux de cols blancs, il est de 80 p. 100 dans Rosedale et Forest Hill, tandis que, au sud, c'est 50 p. 100, à peu près, et 60 p. 100 dans l'ouest — 55 p. 100 dans l'ouest, donc, uniquement du point de vue économique...
En ce qui concerne le bâti, il est très imposant dans Rosedale et Forest Hill, en raison des revenus élevés, tandis que dans le secteur de l'avenue St. Clair, le boulevard Café et ainsi de suite, c'est très homogène.
Je pourrais aussi parler de la pauvreté, mais, ce qui compte, principalement, c'est comment on se sent. En outre, dans le quartier Kensington Market, près de l'université, les gens se perçoivent comme un peu différents, branchés, peut-être. On peut difficilement les décrire. Ils sont éclectiques. Ils sont très artistes. Ils sont très créatifs et très différents. C'est très semblable au secteur de Wychwood Barns, qui est très créatif, très diversifié, très artistique. C'est très semblable à Grange et à Kensington Market. En fait, la plupart des habitants du quartier Annex et de Seaton Village, dans ma circonscription actuelle, font leur magasinage dans Wychwood Barns, le samedi matin.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-05-07 10:40
Expand
Can I explain why?
An hon. member: Probably not.
Puis-je expliquer pourquoi?
Une voix: Probablement pas.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-05-07 10:41
Expand
My problem is that even though I agree in principle with what Mr. Rae is suggesting, I have to pick up a little area on the southern portion of the riding. By picking up that little area, you change the population. Yes, I do have the numbers. By changing the numbers, I need to do something else up here.
Since I'm picking up here—there's a substantial amount of condos in the area that he wants to pick up—I need something else on the north side, which is why I've gone off to Rosedale and taken out Rosedale, and gone off on the west side.
I do have the statistical numbers. If we are using this chart, this map, this boundary, the numbers work.
La difficulté que j'ai est que même si, en principe, je suis d'accord avec la proposition de M. Rae, le sud de ma circonscription gagne un petit secteur. À cause de cela, la population change. Oui, j'ai les chiffres. Ce changement de chiffres m'oblige à un autre changement, ici.
À cause de cet ajout ici — dans ce secteur, on trouve un nombre considérable de condos, qu'il veut acquérir — j'ai besoin d'autre chose au nord. Voilà pourquoi j'ai pris Rosedale et que je suis passée à l'ouest.
J'ai les statistiques. Avec ce diagramme, cette carte, cette limite, les chiffres concordent.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-05-07 10:42
Expand
Yes, I have the numbers. I believe my staff submitted a document. It's just not translated yet. It was submitted in English.
Oui, j'ai les chiffres. Je pense que mon personnel a déposé un document. Il n'est pas encore traduit. Il l'a déposé en anglais.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-05-07 10:43
Expand
My problem was that when the commission came to town, Ms. Bennett and I actually supported each other's submission. Her riding was changed and my riding was changed. We supported each other and made a submission. Unfortunately, the commission took her advice. Because my riding is so huge, they chopped the southern end and changed the boundaries. I ended up getting Rosedale.
As a result, I wasn't able to have enough time, other than talking to Ms. Bennett, to talk to the rest of the association. I spoke to some individuals. Some of these individuals gave me this information, which is a long 10-page submission, that I'm putting in front of you.
Le problème est que, lorsque la commission est venue à Toronto, Mme Bennett et moi-même étions mutuellement d'accord sur nos propositions. Nos circonscriptions ont été modifiées. En nous appuyant l'une et l'autre, nous avons fait une proposition. Malheureusement, la commission s'est rangée à son avis. En raison de l'étendue de ma circonscription, elle l'a amputée de son extrémité sud et elle en a modifié les limites. J'ai fini par obtenir Rosedale.
À cause de cela, j'ai seulement eu le temps de parler à Mme Bennett, mais pas au reste de l'association. J'ai parlé à quelques personnes, et certaines m'ont communiqué ces renseignements, un mémoire de 10 pages, que je dépose devant vous.
Collapse
View Malcolm Allen Profile
NDP (ON)
View Malcolm Allen Profile
2013-05-02 11:40
Expand
Thank you very much, Mr. Preston. That's very true. It is a pleasure to be here. Thank you.
Mr. Dykstra and Mr. Allison have outlined some of the concerns that they have, and certainly there were concerns expressed in the hearings in Niagara Falls, at which I have to say I was the only MP who actually attended, as did two members of the provincial Parliament, one from the Niagara Falls riding who is a Liberal and one from the Welland riding who is also a New Democrat, with 11 other presenters.
For the Niagara Falls riding, as far as the mayors and councils of Niagara-on-the-Lake and Fort Erie were concerned, they were unanimous in passing resolutions that they wished to stay within the boundaries of the Niagara Falls riding, as much as Justice Valin admitted that indeed this made it a larger riding, but one that fell within the allowable limit.
Notwithstanding Mr. Allison's suggestion and the absolute fact that his riding declines in population, when one looks at the map he has the largest geographical component. In fact, he almost has half the Niagara peninsula, geographically. I'm not suggesting that this is like northern Ontario, if you're in Timmins—James Bay, but in the south it's a pretty big size. He also has four of the fastest-growing communities in the Niagara peninsula inside the Niagara West boundary, which means that it fills out over time.
Clearly, we had some suggestions for the commission. They weren't actually followed through on, but the commission came to some conclusions and changed the map. They had a second hearing in Hamilton, which also included Niagara and which I attended—I believe I was the only witness from Niagara who attended the second hearing—and at that point I suggested to the commission that I was fairly satisfied with what they had done.
They changed it again by moving the boundary in St. Catharines more towards the south, if you will, which more resembled what Mr. Dykstra's riding was—the previous boundary as it is now, minus a sliver on the west end.
My position at this point is that I am very confident and pleased with what the boundaries are as they have been shown in this iteration. So are the mayors of Welland and Port Colborne, and so are the mayors down the riverside because, of the communities of interest that the commission took into consideration, the Niagara peninsula is more of a north-south configuration, the centrepiece being down the Welland Canal.
If you actually look at it, it's Highway 406 and the Welland Canal that drive north to south. When you look at the Niagara River, which is all border communities—Niagara-on-the-Lake, Niagara Falls, Fort Erie—all have border crossings and they're all on the Niagara River. That's exactly what the commission looked at, at the end of the day.
The only last comment I'll make, Mr. Chair, is that the south end of St. Catharines has been part of the configuration of the Welland—Thorold riding for about four decades. So, speaking to the suggestion that somehow the south end of St. Catharines isn't part of the Welland riding, the distinction is that the folks in St. Catharines, and indeed in Thorold and Port Colborne, don't like the name “Welland”. What they want is “Niagara Centre”, and they're quite happy to hear that we're going back to being Niagara Centre. It's really the name Welland that disturbs the folks in those other communities, not actually Niagara Centre.
I'll leave it at that. Thank you, Chair.
Merci beaucoup, monsieur Preston. Ce que vous dites est tout à fait vrai. Je suis heureux d'être ici. Merci.
MM. Dykstra et Allison ont souligné certaines de leurs inquiétudes. Des préoccupations ont été partagées lors des audiences qui ont eu lieu à Niagara Falls auxquelles j'étais le seul député fédéral à participer, en compagnie de deux députés provinciaux, un libéral de la circonscription de Niagara Falls et un néo-démocrate de la circonscription de Welland, ainsi que 11 autres participants.
Les maires et conseils municipaux de Niagara-on-the-Lake et Fort Erie ont adopté à l'unanimité des résolutions exprimant leur désir de rester dans les limites de la circonscription de Niagara Falls. Le juge Valin a admis que cela élargissait la circonscription, mais qu'elle restait à l'intérieur des limites permises.
En dépit de la suggestion de M. Allison et de la baisse du nombre d'électeurs dans sa circonscription, sur le plan géographique, sa circonscription est la plus grande. D'ailleurs, elle couvre près de la moitié de la péninsule du Niagara. Elle n'a pas la taille de la circonscription de Timmins—Baie James, dans le Nord de l'Ontario, mais pour le sud, c'est plutôt considérable. Sa circonscription compte également quatre des collectivités qui connaissent la croissance la plus rapide sur la péninsule à l'intérieur de la limite ouest de Niagara, ce qui signifie que le nombre d'habitants dans sa circonscription augmentera au fil des ans.
Bien entendu, nous avons fait des recommandations à la commission. Elle n'en a pas tenu compte, mais a tout de même modifié sa proposition. Il y a eu une deuxième audience, à Hamilton, où il était également question de la région de Niagara — si je ne m'abuse, j'étais le seul témoin de la région de Niagara à y participer. Lors de cette audience, j'ai dit à la commission que j'étais plutôt satisfait de leur proposition.
Elle a présenté une nouvelle proposition poussant vers le sud la limite de St. Catharines, ce qui ressemble davantage aux limites actuelles de la circonscription de M. Dykstra — la limite actuelle, moins une minuscule section à l'ouest.
Je suis très satisfait des limites de cette proposition, tout comme les maires de Welland et de Port Colborne, ainsi que les maires des municipalités qui bordent la rivière, car, ce dont la commission a tenu compte, c'est que la péninsule du Niagara a davantage une configuration Nord-Sud, le point central étant le canal Welland.
Si vous regardez attentivement, vous verrez que l'autoroute 406 et le canal Welland forment l'axe nord-sud. Les localités frontalières, situées le long de la rivière Niagara — Niagara-on-the-Lake, Niagara Falls et Fort Erie — ont toutes des postes frontaliers. En fin de compte, c'est ce dont la commission a tenu compte.
Enfin, monsieur le président, j'ajouterais que la section sud de St. Catharines fait partie de la circonscription de Welland—Thorold depuis environ 40 ans. Il est donc faux de prétendre qu'elle n'en fait pas partie. Le problème, c'est que les habitants de cette section de St. Catharines, ainsi que ceux de Thorold et de Port Colborne, n'aiment pas le nom « Welland » donné à la circonscription. Ils veulent que la circonscription soit nommée « Niagara—Centre » et ils sont très heureux d'apprendre que c'est ce qui est proposé. C'est le nom de Welland qui les dérange, pas celui de Niagara—Centre.
C'est tout, monsieur le président. Merci.
Collapse
View Malcolm Allen Profile
NDP (ON)
View Malcolm Allen Profile
2013-05-02 11:45
Expand
In Madam Finley's case, it has no impact on my riding whatsoever, so I have no comment to make about the minister's riding. The discrepancy would be depending on what's being asked for here. If both parties, Mr. Allison and Mr. Dykstra, are asking to go back to the original iteration, then I would be opposed to both of them.
If not—
La situation de Mme Finley n'a aucun impact sur ma circonscription, alors je n'ai rien à dire sur le sujet. Le problème dépend des demandes de MM. Allison et Dykstra. S'ils demandent à ce que l'on revienne aux limites de la première proposition de la commission, alors je m'y oppose.
Sinon...
Collapse
View Malcolm Allen Profile
NDP (ON)
View Malcolm Allen Profile
NDP (ON)
View Malcolm Allen Profile
2013-05-02 11:46
Expand
That's correct.
In reading Mr. Allison's written deposition as well as Mr. Dykstra's, in Mr. Dykstra's case, asking for his boundary to be extended to the west, to the urban boundary line of St. Catharines, has no impact on my riding. I'm mute on that point.
C'est exact.
Si je lis les lettres présentées par MM. Allison et Dykstra... M. Dykstra demande à ce que la limite ouest de sa circonscription soit repoussée jusqu'aux limites urbaines de St. Catherines. Cela n'aurait aucun impact sur ma circonscription, alors ça ne me pose pas de problème.
Collapse
Results: 1 - 100 of 211 | Page: 1 of 3

1
2
3
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data