Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 386
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-09-29 10:06 [p.7900]
Expand
moved:
That, given that the cost of government is driving up inflation, making the price of goods Canadians buy and the interest they pay unaffordable, this House call on the government to commit to no new taxes on gas, groceries, home heating and pay cheques.
He said: Mr. Speaker, it is an honour to rise today to speak to this very important and timely motion.
The government's economic policy can be summed up in four simple words: smaller paycheques, higher prices. The cost of government is driving up the cost of living. What do the Conservatives mean when we say that? If we look at why prices are rising, it is directly linked to the massive deficits the Prime Minister has been racking up pretty much since his first day in office. In its first year in power, the government made a conscious decision to spend more money than it received and plunge this country into those deficits. That weakened our economy before the pandemic.
It is fair to say that nobody could have seen the COVID pandemic coming, but it is also prudent for a government to predict that the unknown could occur. We might not have known that it was going to be this crisis, but governments must be prepared for any number of world or global events that it might be forced to respond to. Plunging the country into those deficits when times were good was therefore a foolish thing to do. Obviously, in retrospect, it was massively unhelpful, as our country had to deal with the COVID pandemic from a weakened position because of the government's policies.
I know so many of my colleagues want to speak to this very important motion, because it is affecting people's lives in such a real and practical way, so I will be splitting my time this morning to allow for more members to participate in this debate.
How did the government's deficits lead to that higher spending? Well, the government had to go out and borrow a bunch of money that it did not have, so it turned to the Bank of Canada, and the Bank of Canada made a decision to underwrite the government's deficit spending by purchasing government bonds, or IOUs. When a government has to borrow money, it writes a promise to pay the money back. That is called a bond. Normally, individuals or institutions can buy those bonds and expect to get paid the interest, and the government pays the bond back at the end of the term. However, the Bank of Canada did something a little different: It created new money right out of thin air to buy those government bonds.
It started creating five billion dollars in new currency every single week, starting in March 2020, to buy those government bonds. That new money, not backed up by new production, not backed up by economic growth and not backed up by any extra production of goods or services, washed through the system.
There could be big winners when the government creates money out of thin air. The big winners are the large financial institutions that get the money first, because they go out and gobble up assets. They buy property and commodities. They do that with the new money before everybody realizes there is a whole new influx of currency in the system. When everybody else gets that money when it eventually makes its way through the economy, prices start to go up. Those large financial institutions and wealthy investors can then sell those commodities and make money on the difference. That is why prices have gone up, and it is also why we have seen record profits at large financial institutions like the big banks.
That is why we say that the cost of government has driven up the cost of living. Literally, the government's extra spending, wasteful spending, forced the Bank of Canada to underwrite those deficits, creating that new money and causing prices to rise. That is the higher prices.
What about the smaller paycheques? Well, what the government is planning to do on January 1 is take a bigger bite out of Canadians' paycheques with an increase in paycheque taxes. Canadians are going to be forced to pay more right off the top on their paycheques, and the government is going to take part of the extra tax it collects, scoop it out of the EI fund and spend it.
We know this. We know the government's plan for the EI increase is simply going to be gobbled up by regular government spending. In fact, the extra premiums the government will collect will put the EI fund into a $10-billion surplus over the short term, and all of that will be taken by the Prime Minister to finance his pet spending projects.
Where is a big chunk of that extra money going? It is going to the interest on our national debt. The Prime Minister has racked up more debt than every single other prime minister combined, and the PBO report indicates that just the interest on our national debt, which Canadian taxpayers will be forced to pay, will double. Soon, the portion of our tax dollars that go to pay just the interest on that national debt will be higher than the amount that is spent on the Canadian Armed Forces. That is the scale we are talking about.
What is the result? Well, we have all heard the heart-wrenching stories in our ridings. We have all heard from the seniors who have had to delay their retirement and watch their life savings evaporate with inflation. Thirty year-olds are trapped in tiny, 400-square-foot apartments in our large cities or, even worse, are still living in their parents' basement because the price of homes has doubled under the Liberals. Single mothers are putting water in their children's milk so they can afford the 10% year-over-year increase in the price of groceries.
It is no wonder that people are worried. Most are lucky just to get by, but so many are falling far behind. There are people in this country who are just barely hanging on. These are our friends and neighbours, and we in the House are their servants. It is up to us to take real action to address this Liberal-caused inflation crisis.
The Conservatives are bringing forward very simple and practical solutions to help Canadians across the country. Today, the Conservatives are calling on the government to not make the situation worse. The Liberals have already done damage with higher prices. They do not need to shrink Canadians' paycheques, which is what this government is planning to do. Not only are they adding inflationary fuel on the fire with their continued plans to increase spending, but they are reducing Canadians' ability to cope with the government-caused inflation by shrinking those paycheques.
A new poll out today is just jaw-dropping: 90% of Canadians are tightening their household budgets due to inflation. Almost half, or 46%, say they are worse off now than they were at the same time last year when it comes to their own finances, which represents a 12-year high. Over half say that it is difficult to feed their household, and this number rises to seven in 10, or 68%, among those with household incomes below $50,000. Canadians cannot keep up.
As for grocery prices, I have five children and our grocery bill is big enough as it is with a few teenagers in the house. Those prices have skyrocketed, up over 10% and rising at the fastest pace in 40 years. With inflationary pressures at this rate, the government's supports do not even help the problem but contribute to it, as that extra spending is added to the amount of money the government needs to borrow, which is causing that vicious circle of higher inflation.
The average Canadian family now spends more of its income on taxes than it does on basic necessities such as food, shelter and clothing combined. By comparison, 33.5% of the average family's income went to pay taxes in 1961. Thirty-three per cent of income in 1961 went to taxes and now that number is 43%, so more is spent on taxes than food, shelter and clothing combined. It is simply jaw-dropping.
On Tuesday, the Conservatives proposed that the government should cancel its plan to triple the carbon tax. The cost of everything is set to skyrocket as the government triples the amount that it charges Canadians on home heating and fuel, with all the effects that has on literally everything else that Canadians have to buy. Groceries, lumber and household items all go up when the government raises the carbon tax by 300%.
Today, we have another practical solution: The government should get its hands off Canadians' paycheques and let Canadians keep more of their hard-earned dollars. It has already robbed Canadians of the purchasing power that they are already earning, and their existing paycheques are already devalued because of the government's inflationary policies. It is never a good time to raise taxes, but the absolute worst time to raise taxes on Canadians' paycheques is when they are already struggling so hard to get by with day-to-day goods.
I hope every member of the House supports this common-sense, practical motion to stop the government's tax hikes on Canadians' paycheques.
propose:
Que, étant donné que les coûts du gouvernement font grimper l’inflation, ce qui rend inabordable le coût des biens que les Canadiens achètent et des intérêts qu’ils paient, cette Chambre demande au gouvernement de s’engager à n’imposer aucune nouvelle taxe sur l’essence, l’épicerie, le chauffage des foyers et les chèques de paie.
— Monsieur le Président, c'est un honneur de prendre la parole aujourd'hui pour présenter cette motion très importante et très opportune.
La politique économique du gouvernement peut se résumer en quatre mots simples: paies réduites, prix élevés. Les coûts du gouvernement font augmenter le coût de la vie. Que veulent dire ces paroles des conservateurs? Si l’on examine pourquoi les prix augmentent, on constate que c’est directement lié aux déficits colossaux que le premier ministre accumule depuis quasiment le premier jour de son entrée en fonction. Durant sa première année au pouvoir, le gouvernement a consciemment décidé de dépenser plus d’argent que ce qu’il perçoit, plongeant ainsi le pays dans le gouffre de ces déficits sans fin. Cette décision a affaibli notre économie avant même le début de la pandémie.
S'il est juste de dire que personne n'a vu venir la pandémie de COVID, il est aussi prudent pour un gouvernement de se préparer à l'imprévu. On ne savait peut-être pas qu'une telle crise aurait lieu, mais les gouvernements doivent être prêts à affronter toutes sortes d'événements d'envergure mondiale auxquels ils seront obligés de répondre. Plonger le pays dans un déficit alors que les choses allaient bien était pure folie. Évidemment, a posteriori, on constate que ce fut extrêmement nuisible, car, en raison des politiques du gouvernement, le pays était en position de faiblesse lors de l'arrivée de la pandémie.
Je sais que mes collègues sont nombreux à vouloir s'exprimer sur la motion, qui est très importante et dont le sujet touche la vie des gens de manière bien réelle et concrète. Je vais donc partager mon temps de parole ce matin afin de donner à un plus grand nombre d'entre eux la possibilité de participer au débat.
Comment les déficits du gouvernement ont-ils conduit à cette hausse des dépenses? Eh bien, le gouvernement a dû emprunter un tas d’argent qu’il n’avait pas, alors il s’est tourné vers la Banque du Canada, qui a décidé de garantir les dépenses déficitaires du gouvernement en achetant des obligations d’État, ou reconnaissances de dette. Lorsqu’un gouvernement doit emprunter de l’argent, il rédige une promesse de remboursement. C’est ce qu’on appelle une obligation. Normalement, les particuliers ou les institutions peuvent acheter ces obligations et s’attendre à recevoir les intérêts, et le gouvernement rembourse l’obligation à l’échéance. Cependant, la Banque du Canada a fait quelque chose d’un peu différent: elle a créé de l’argent frais à partir de rien pour acheter ces obligations d’État.
Elle a commencé à créer 5 milliards de dollars de nouvelle monnaie chaque semaine, à partir de mars 2020, pour acheter ces obligations d’État. Cette nouvelle monnaie, non soutenue par une nouvelle production, non soutenue par la croissance économique et non soutenue par une production supplémentaire de biens ou de services, s’est déversée dans le système.
Il peut y avoir de grands gagnants lorsque le gouvernement crée de l’argent à partir de rien. Les grands gagnants sont les grandes institutions financières qui obtiennent l’argent en premier, parce qu’elles se lancent dans l’achat d’actifs. Elles achètent des biens et des matières premières. Elles le font avec le nouvel argent avant que tout le monde ne se rende compte qu’il y a un tout nouvel afflux de monnaie dans le système. Quand tout le monde reçoit cet argent, quand il finit par faire son chemin dans l’économie, les prix commencent à monter. Les grandes institutions financières et ces riches investisseurs peuvent alors vendre ces produits et gagner de l’argent sur la différence. C’est pourquoi les prix ont augmenté, et c’est aussi pourquoi nous avons vu des profits records dans les grandes institutions financières comme les grandes banques.
C’est pourquoi nous disons que le coût du gouvernement a fait augmenter le coût de la vie. Littéralement, les dépenses supplémentaires du gouvernement, les dépenses inutiles, ont forcé la Banque du Canada à garantir ces déficits, créant ainsi de l’argent frais et provoquant la hausse des prix. Voilà pour les prix plus élevés.
Qu’en est-il des chèques de paie plus petits? Eh bien, ce que le gouvernement prévoit de faire le 1er janvier, c’est de prendre une plus grande part des chèques de paie des Canadiens en augmentant l’impôt sur les chèques de paie. Les Canadiens seront forcés de payer plus d’impôt sur leurs chèques de paie, et le gouvernement prendra une partie de l’impôt supplémentaire qu’il perçoit, l’extraira de la caisse de l’assurance-emploi et le dépensera.
Nous le savons. Nous savons que le montant des cotisations supplémentaires à l'assurance-emploi sera tout simplement absorbé par les dépenses ordinaires du gouvernement. En fait, les cotisations supplémentaires que le gouvernement percevra feront en sorte que la caisse de l’assurance-emploi affichera un excédent de 10 milliards de dollars à court terme, et le premier ministre s’emparera de tout cet argent pour financer ses projets de dépenses favoris.
Où va aller une grande partie de cet argent supplémentaire? Il va servir à payer les intérêts de notre dette nationale. Le premier ministre a accumulé plus de dettes que tous les autres premiers ministres réunis, et le rapport du directeur parlementaire du budget indique que les intérêts de la dette nationale — que les contribuables canadiens vont devoir payer — vont doubler. Bientôt, la part de nos impôts qui servira à payer les intérêts de la dette nationale sera plus élevée que le montant dépensé pour les Forces armées canadiennes. Voilà les proportions que le problème a atteintes.
Le résultat? Eh bien, nous avons tous entendu les histoires déchirantes dans nos circonscriptions. Nous avons tous entendu le témoignage des aînés qui ont dû retarder leur retraite et voir leurs économies s’évaporer avec l’inflation. Des jeunes de 30 ans sont coincés dans de minuscules appartements de 400 pieds carrés dans nos grandes villes ou, pire, vivent encore dans le sous-sol de leurs parents parce que le prix des maisons a doublé sous les libéraux. Des mères seules mettent de l’eau dans le lait de leurs enfants pour pouvoir payer l’augmentation de 10 % du prix de l’épicerie sur 12 mois.
Il n’est pas étonnant que les gens soient inquiets. La plupart des gens ont la chance de s’en sortir, mais beaucoup d’entre eux sont loin derrière. Il y a des gens dans ce pays qui s’en sortent à peine. Ce sont nos amis et nos voisins, et nous, à la Chambre, sommes leurs serviteurs. C’est à nous de prendre des mesures concrètes pour résoudre cette crise de l’inflation provoquée par les libéraux.
Les conservateurs proposent des solutions très simples et pratiques pour aider les Canadiens partout au pays. Aujourd’hui, les conservateurs demandent au gouvernement de ne pas aggraver la situation. Les libéraux ont déjà fait des dégâts en augmentant les prix. Ils n’ont pas besoin de réduire les chèques de paie des Canadiens, ce que ce gouvernement prévoit de faire. Non seulement ils jettent de l’huile sur le feu avec leurs plans constants pour augmenter les dépenses, mais ils réduisent la capacité des Canadiens de faire face à l’inflation causée par le gouvernement en amenuisant ces chèques de paie.
Un nouveau sondage publié aujourd’hui est tout simplement stupéfiant: 90 % des Canadiens resserrent leur budget familial en raison de l’inflation. Près de la moitié d’entre eux, soit 46 %, affirment que leur situation financière est pire qu’à la même époque l’an dernier, ce qui représente le plus haut niveau en 12 ans. Plus de la moitié disent qu’il est difficile de nourrir leur famille, et ce chiffre passe à sept sur dix, ou 68 %, chez ceux dont le revenu familial est inférieur à 50 000 $. Les Canadiens ne peuvent pas suivre le rythme.
En ce qui concerne le prix du panier d'épicerie, j’ai cinq enfants et notre facture d’épicerie est déjà assez élevée avec quelques adolescents à la maison. Les prix ont monté en flèche, augmentant de plus de 10 % au rythme le plus rapide en 40 ans. Avec de telles pressions inflationnistes, les mesures de soutien du gouvernement non seulement n’aident pas à régler le problème, mais elles y contribuent, car ces dépenses supplémentaires s’ajoutent à la somme d’argent que le gouvernement doit emprunter, ce qui alimente le cercle vicieux d’une inflation plus élevée.
La famille canadienne moyenne consacre aujourd’hui aux impôts une part plus importante de son revenu qu’aux produits de première nécessité, comme la nourriture, le logement et les vêtements réunis. En comparaison, en 1961, 33,5 % du revenu de la famille moyenne servait à payer les impôts. Aujourd’hui, ce chiffre est de 43 %, ce qui signifie que l’on dépense plus en impôts qu’en nourriture, logement et vêtements réunis. C’est tout simplement ahurissant.
Mardi, les conservateurs ont proposé que le gouvernement annule son projet de tripler la taxe sur le carbone. Tous les coûts sont appelés à monter en flèche lorsque le gouvernement triplera le montant qu'il impose aux Canadiens sur le chauffage domestique et le carburant, sans parler de tous les effets de cette mesure sur littéralement tout ce que les Canadiens doivent acheter. Les prix des produits d'épicerie, du bois de construction et des articles ménagers augmentent tous lorsque le gouvernement hausse la taxe sur le carbone de 300 %.
Aujourd'hui, nous proposons une autre solution pratique: le gouvernement devrait ne pas toucher au chèque de paie des Canadiens et laisser ceux-ci conserver une plus grande partie de l'argent qu'ils ont durement gagné. Il a déjà subtilisé aux Canadiens le pouvoir d'achat qu'ils avaient, et le chèque de paie de ces derniers se trouve déjà dévalué en raison des politiques inflationnistes du gouvernement. Ce n'est jamais le bon moment pour augmenter les impôts, mais le pire moment pour grever le chèque de paie des Canadiens, c'est quand ils ont déjà tant de mal à s'en sortir pour acheter les produits courants.
J'espère que tous les députés appuieront cette motion pratique et pleine de bon sens qui vise à bloquer les hausses de taxe que le gouvernement prévoit d'imposer sur le chèque de paie des Canadiens.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-09-29 10:17 [p.7901]
Expand
I still will.
C'est bien le cas.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-09-29 10:18 [p.7901]
Expand
Mr. Speaker, there we have it. The Liberal message to Canadians is to thank their lucky stars it is not even worse. It is a bit like an arsonist saying to a homeowner, “Well, I know I set your house on fire, but look, your neighbour's house is even more on fire.”
I do not think a single Canadian is going to be reassured by that message. When it comes to what this party has supported, we have always supported tax relief for Canadians. We certainly did not vote in favour of the government's wasteful and corrupt spending, such as when it sent $1 billion to its friends at the WE organization or when it gave $35 billion to an Infrastructure Bank that has turned into a corporate welfare machine and has not got a single project built.
On this side of the House, we recognize that when Canadians work so hard for their paycheques, they should be able to keep as much of it as possible. That is why we are so focused on this measure. The government should cancel the upcoming paycheque tax hikes so that Canadians can keep more of their hard-earned dollars.
Monsieur le Président, voilà qui est clair. Le message des libéraux aux Canadiens est qu’ils doivent remercier leur bonne étoile que la situation ne soit pas encore pire. C’est un peu comme si un pyromane disait à quelqu'un: « Je sais que j’ai mis le feu à votre maison, mais regardez, la maison de votre voisin brûle encore plus que la vôtre. »
Je ne pense pas qu’un seul Canadien sera rassuré par ce message. Pour ce qui est de ce que notre parti a soutenu, nous avons toujours appuyé les allégements fiscaux pour les Canadiens. Nous n’avons certainement pas voté en faveur du gaspillage et de la corruption du gouvernement, comme lorsqu’il a envoyé 1 milliard de dollars à ses amis de l’organisme UNIS ou lorsqu’il a donné 35 milliards de dollars à une banque d’infrastructure qui s’est transformée en une machine d’aide aux entreprises et qui n’a pas permis de construire un seul projet.
De ce côté-ci de la Chambre, nous reconnaissons que lorsque les Canadiens travaillent si fort pour obtenir leur chèque de paie, ils devraient pouvoir en garder la plus grande part possible. C’est pourquoi nous nous concentrons tant sur cette mesure. Le gouvernement devrait annuler les prochaines hausses de taxes sur les chèques de paie afin que les Canadiens puissent conserver une plus grande partie de l'argent qu'ils gagnent durement.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-09-29 10:20 [p.7902]
Expand
Mr. Speaker, the motion we are debating today proposes a concrete measure to help Canadians.
Today's measure is a concrete proposal. It is a very simple, straightforward proposal to help Canadians deal with the Liberal-caused inflation. It will allow them to keep more of their hard-earned dollars. The government is devaluing the dollars they are earning, so the very least it can do is to let Canadians keep more of the dollars they have worked so hard for in the first place.
We have to get back to the root cause. It will do Canadians and seniors no good to increase something with the left hand, but with the right hand take away all of that benefit with rising prices. As long as the government continues its vicious circle of increased spending and the borrowing that goes along with it, we will continue to have inflation. It will just make the problem worse. That is why we have to tackle the root cause of inflation.
I should point out that for several months we have had 8% inflation in this country. It is back to school time and I have been helping my daughters with their math, and 8%, I figured out, is just about one-twelfth. That is as if one were to go buy a case of beer, open up the first one and just dump it right down the drain. It just evaporates, or it is like working all month, day in and day out, and at the end of that month one finds out one worked for nothing. That is the effect of 8% inflation. Canadians are tired of working one month out of the year for nothing. The very least the government can do is to let them keep what they have earned the other 11 months.
Monsieur le Président, la motion dont nous débattons aujourd'hui propose une mesure concrète pour aider les Canadiens.
Ce qui est proposé aujourd’hui est une mesure concrète et toute simple qui aidera les Canadiens à faire face à l’inflation causée par le gouvernement libéral. Elle leur permettra de garder une plus grande part de l'argent qu'ils ont durement gagné. Le gouvernement dévalue les dollars qu’ils gagnent, alors le moins qu’il puisse faire, c’est de permettre aux Canadiens de conserver une plus grande part de l'argent qu’ils ont gagné à la sueur de leur front.
Il faut remonter à la cause profonde. Il n’est pas bon pour les Canadiens et les aînés d’augmenter quelque chose de la main gauche et d'en supprimer tous les avantages de la main droite en augmentant les prix. Tant que le gouvernement perpétuera son cercle vicieux d’augmentation des dépenses et des emprunts qui l’accompagnent, l’inflation se maintiendra. Le problème ne fera que s'aggraver. Voilà pourquoi il faut s'attaquer à la cause profonde de l’inflation.
Je dois souligner que depuis plusieurs mois, l'inflation a atteint 8 % au Canada. C’est la rentrée des classes et j’ai aidé mes filles à travailler leur calcul; j’ai compris que 8 % correspondaient à environ un douzième. C’est comme si l’on achetait une caisse de bière, qu’on ouvrait la première et qu’on la jetait directement dans l’évier. Elle s’évapore. C’est comme travailler tout un mois, jour après jour, et à la fin du mois, on découvre qu’on a travaillé pour rien. Voilà l’effet d’une inflation de 8 %. Les Canadiens en ont assez de travailler un mois par an pour rien. Le moins que le gouvernement puisse faire, c’est de les laisser garder ce qu’ils ont gagné les 11 autres mois.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-09-29 10:50 [p.7907]
Expand
Madam Speaker, the member talked about promises and commitments. I would ask him about a campaign commitment that his government made during the last campaign to never raise the carbon tax past $50. Now we see that it will go up to maybe $170 a tonne.
The member talked about some of the commitments we made in the last campaign. I am wondering how he feels about making a commitment on the doorsteps of his constituents and then not following through on that. They are seeing the price of everything go up because of the ever-increasing carbon tax.
I would like to hear the member's comments on not fulfilling the promise he made to the people who sent him here.
Madame la Présidente, le député a parlé de promesses et d’engagements. Qu’en est-il de la promesse électorale faite par le gouvernement pendant la dernière campagne de ne jamais faire passer la taxe sur le carbone à plus de 50 $? Nous voyons maintenant qu’elle atteindra peut-être 170 $ la tonne.
Le député a parlé de certains des engagements que nous avons pris pendant la dernière campagne. Comment se sent-il à propos d’une promesse faite sur le pas de porte de ses concitoyens qui n’est pas tenue? Ils voient tous les prix augmenter à cause de la taxe sur le carbone qui ne cesse de grimper.
J’aimerais que le député nous parle de la promesse non tenue qu’il a faite aux personnes qui l’ont élu.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-09-29 10:58 [p.7908]
Expand
Madam Speaker, it was interesting listening to the parliamentary secretary talk about the fact that EI and CPP were not taxes. I would refer him to his government's own website, where it clearly states, under the tax basics section, that they are, in fact, taxes. I am not sure if he is aware of that, so I wanted to make him aware of it.
Also, the member talked a lot about the ways that the government is shovelling money into the economy during a period of high inflation. Again, a basic economic principle that Liberals seem to misunderstand is that whatever the cause of inflation, and we may disagree on the cause, part of the solution is in the hands of government. One of the things that hurts inflation and makes it worse is when the government continues to pile money into the economy.
I wonder if he understands that and if he wants to do something about it.
Madame la Présidente, c'est curieux d’entendre le secrétaire parlementaire dire que l’assurance-emploi et le Régime de pensions du Canada ne sont pas des impôts. Je le renvoie au site Web du gouvernement dont il fait partie, où il est clairement indiqué, dans la section « Notions de base sur l'impôt », qu’il s’agit bel et bien d’impôts. Je ne sais pas s’il est au courant, alors je tenais à lui en faire part.
Par ailleurs, le député a longuement parlé des façons dont le gouvernement fait pleuvoir l'argent dans l’économie en période de forte inflation. Encore une fois, selon un principe économique de base que les libéraux ne semblent pas comprendre, quelle que soit la cause de l’inflation — et nous pouvons ne pas nous entendre sur sa cause —, une partie de la solution est entre les mains du gouvernement. Or, l’une des choses qui aggravent l’inflation, c’est lorsque le gouvernement continue à injecter des tas d’argent dans l’économie.
Je me demande si le député le comprend et s’il veut y faire quelque chose.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-09-29 12:03 [p.7918]
Expand
Madam Speaker, I am honoured to stand on my feet to ask a question on behalf of the constituents of Regina.
However, just to correct the record, the NDP literally signed an agreement with the Liberals, so those members are usually in agreement. There is a hard copy of their signature agreeing to prop up this government until 2025, so that is one falsehood.
I listened to the member's speech and she constantly talked about how Canadians are paying too much and how everyday, ordinary Canadians are taxed too high, yet she is going to vote against a motion that has tax cuts in it for everyday Canadians.
Secondly, she tried to make the agreement they signed with the Liberals a relevant agreement and she talked about why they signed it, but relevance is an issue for the NDP right now. The NDP are so irrelevant in Canada that the Saskatchewan NDP will not even let its leader come and speak at the Saskatchewan NDP convention. He was uninvited to the home of Tommy Douglas. What they—
Madame la Présidente, je suis honoré de prendre la parole pour poser une question au nom des résidants de Regina.
Cependant, je dois faire une mise au point en passant: le NPD a littéralement signé un accord avec les libéraux, alors ces députés-là sont généralement d’accord. Ils ont signé noir sur blanc pour dire qu’ils soutiendraient le gouvernement jusqu’en 2025. C'est donc là un mensonge.
J’ai écouté l’intervention de la députée, et elle n’a eu de cesse de dire que les Canadiens paient trop et que les simples citoyens paient trop d’impôts. Pourtant, elle va se prononcer contre une motion qui réclame des réductions d’impôt pour les Canadiens ordinaires.
Ensuite, elle a essayé de faire croire que l’accord que les néo-démocrates ont signé avec les libéraux est pertinent et elle a expliqué pourquoi ils l’ont signé, sauf que la pertinence est actuellement un problème pour le NPD. Le NPD n’a tellement pas de pertinence au Canada que le NPD de la Saskatchewan ne laisse même pas son chef venir parler à son propre congrès. Il a été désinvité à la maison de Tommy Douglas. Ce qu’ils…
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-09-29 13:46 [p.7934]
Expand
Madam Speaker, as I have been listening to the debate today, I have heard a lot of stories of Canadians who are struggling.
A woman just reached out to me on my social media. She does not even live in my riding. Her name is Sarah. She says that she and her husband both work outside the home. They live paycheque to paycheque. They are embarrassed to admit that they have had to ask their parents for money to help pay bills.
They have to choose whether they will pay for food or home heating this month. They have to decide whether they will pay for power or water or what the least expensive sport is to put their kids in so they can have fun and learn a skill and a team sport.
How does the hon. member justify increased payroll taxes and the tripling of the carbon tax when it is burdening Canadians?
Madame la Présidente, en écoutant le débat d'aujourd'hui, j'ai entendu beaucoup d'histoires de Canadiens qui ont du mal à s'en sortir.
Une femme vient juste de communiquer avec moi sur les médias sociaux. Elle ne vit même pas dans ma circonscription. Elle s'appelle Sarah. Elle dit que son mari et elle travaillent tous les deux à l'extérieur du foyer. Ils vivent de chèque de paie en chèque de paie. Ils sont gênés d'admettre qu'ils ont dû demander de l'argent à leurs parents pour arriver à payer des factures.
Ce mois-ci, ils doivent choisir s'ils vont acheter de la nourriture ou payer le chauffage. Ils doivent décider s'ils vont payer l'électricité ou l'eau, ou déterminer quel est le sport le moins coûteux auquel inscrire leurs enfants afin qu'ils puissent s'amuser, développer un talent et apprendre un sport d'équipe.
Comment le député justifie-t-il la hausse des taxes sur le chèque de paie et le triplement de la taxe sur le carbone alors que cela constitue un fardeau pour les Canadiens?
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-09-29 15:20 [p.7950]
Expand
Mr. Speaker, I am happy join in the debate.
Does the member not realize that tripling the carbon tax will have a disastrous effect on the most vulnerable in our society? I get emails from people all the time who are now going to food banks. Food bank use has more than tripled in many cities across the country. With this carbon tax increasing by three times to $170 a tonne by 2030, does he really not think that it is going to have a cascading effect on the affordability crisis, which has been created by inflation and by the Liberals?
Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat.
Le député ne comprend-il pas que le fait de tripler la taxe sur le carbone aura des conséquences dévastatrices pour les personnes les plus vulnérables de la société? Je reçois constamment des courriels de gens qui doivent maintenant aller dans les banques alimentaires. Le recours aux banques alimentaires a plus que triplé dans de nombreuses villes du pays. La taxe sur le carbone est censée tripler pour arriver à 170 $ la tonne d'ici 2030. Le député croit-il réellement que cette hausse n'entraînera pas un effet domino qui alimentera la crise de l'abordabilité, crise causée par l'inflation et par les libéraux?
Collapse
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
View Fraser Tolmie Profile
2022-09-29 15:37 [p.7953]
Expand
Mr. Speaker, I find it very amusing that the member from the Green Party would say that they can solve a crisis by creating another crisis, a financial crisis. I would ask my colleague what his thoughts are on the tripling of the carbon tax when, on top of that tax, most people are also paying GST. What would he say about that?
Monsieur le Président, je trouve très amusant d'entendre notre collègue du Parti vert dire qu'ils pourraient régler une crise en créant une autre crise, celle-là financière. J'aimerais savoir ce que le député pense de la volonté du gouvernement de tripler la taxe sur le carbone, surtout quand on sait que la plupart des gens paient aussi de la TPS. Qu'en pense-t-il?
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-09-29 15:50 [p.7955]
Expand
Demand the workers' unions.
Demandez aux syndicats de travailleurs.
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-09-29 15:52 [p.7955]
Expand
Mr. Speaker, my colleague mentioned quite a few truths in her speech. One of them was the broken promises of the Liberal government, one of them being that the Liberal Party had promised not to raise the carbon tax to exceed $50 a tonne, which seemed to not be true.
We also do not hear anybody saying that there is GST being collected on top of the carbon tax. When we hear the Liberal rhetoric that “you get back more than you pay”, would my hon. colleague agree that is a disingenuous statement?
Monsieur le Président, ma collègue a mentionné quelques vérités dans son discours. L’une d’entre elles est la promesse non tenue du gouvernement libéral selon laquelle la taxe sur le carbone ne dépasserait jamais 50 $ la tonne, mais cela ne semble pas être vrai.
En outre, personne ne semble mentionner le fait que la TPS est perçue en plus de la taxe sur le carbone. Quand les libéraux répètent leur rhétorique « vous allez récupérer plus que ce que vous payez », ma collègue convient-elle qu’il s’agit d’une déclaration trompeuse?
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-09-29 15:58 [p.7956]
Expand
Mr. Speaker, my colleague across the way mentioned the GST credit increase, the doubling of the payment. I do not believe one payment is going to fix the affordability issue. What is going to happen after that payment?
Will the member vote with her government to increase taxes even though that GST credit increase, that one-time payment, is not going to last forever?
Monsieur le Président, ma collègue d'en face a mentionné que le paiement du crédit pour la TPS allait être multiplié par deux. Je ne crois pas qu'un seul paiement va régler le problème de l'abordabilité. Que va-t-il se passer après?
La députée va-t-elle se ranger du côté du gouvernement pour augmenter les taxes, même si cette augmentation du crédit pour la TPS, ce paiement unique, ne durera pas éternellement?
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-09-29 16:56 [p.7964]
Expand
Madam Speaker, the Bloc is very concerned about the environment and believes that the carbon tax actually cuts emissions, but I read this in the Toronto Sun: “The Americans, without a national carbon tax, reduced [their emissions] by 21%. Canada, with a national carbon tax, reduced [their emissions] by 9%.” When we are talking about this, we are talking about making sure the carbon tax does not triple, because we are worried about the affordability crisis that Canadians are facing.
Could the hon. member explain to me how supporting a national carbon tax, which does not cut emissions but increases the price of food, is a good policy going forward for Canadians in all provinces?
Madame la Présidente, le Bloc est très préoccupé par l'environnement et croit que la taxe sur le carbone réduit vraiment les émissions, mais voici ce que j'ai lu dans le Toronto Sun: «  Les Américains, sans taxe nationale sur le carbone, ont réduit [leurs émissions] de 21 %. Le Canada, avec une taxe nationale sur le carbone, a réduit [ses émissions] de 9 % ». Ce qu'on veut, c'est s'assurer que la taxe sur le carbone ne triple pas, car on s'inquiète de la crise de l'abordabilité avec laquelle les Canadiens sont aux prises.
Le député peut-il nous expliquer en quoi le fait d'appuyer une taxe nationale sur le carbone, qui ne réduit pas les émissions et augmente le prix de la nourriture, est une politique d'avenir pour les Canadiens dans toutes les provinces?
Collapse
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
View Fraser Tolmie Profile
2022-09-29 17:06 [p.7966]
Expand
Madam Speaker, it is a privilege and an honour to be able to speak in this House on behalf of the constituents of Moose Jaw—Lake Centre—Lanigan concerning this issue.
This past weekend I received a phone call from a constituent who is very concerned. This young man had been looking at his energy bills, and he noticed that on top of the carbon tax that he is paying on his energy and power bills, he is also paying GST. Come April, when the carbon tax will be tripled, so will his GST payments increase.
Why did he come to me? It is because he is facing some struggles and challenges at home. When someone takes the time to look at that and understand that they are paying more in compound tax, they are very concerned. A tax upon a tax is just not right for the people of Moose Jaw—Lake Centre—Lanigan, and it is not right for the people of Canada.
Policies should be there to help us, not to punish us, but I feel that is what is actually happening. The government in power right now is trying to coerce the people of Canada into changing habits. I do not think it is actually winning the people of Canada over, because the habits have not changed and the carbon reductions have not met the government's targets. The Liberal government is failing, not only with bad policy; it is failing the people of Canada, and it is not listening to the people of Canada.
In the House, we hear about a climate crisis. When I do research and I look at what is happening in Saskatchewan and the challenges that farmers face, I see that drought is an issue in my riding. When I go to the University of Regina and look at the history of droughts in our province, I see that it goes way back. It goes back to 1910, 1914, 1917 to 1921, 1924, 1929, 1931 to 1939, 1958 to 1963, 1967 to 1969, 1974, 1977, 1979 to 1981, 1983 to 1986, 1988 to 1992, 2001 to 2003, 2009 and, people could argue, 2021. They cannot solve a crisis by creating another crisis. The crisis that the Liberal government is creating is taxing and burdening the people of this country.
I know by the physical posture on the other side that my colleagues in the Liberal and NDP government are hearing the same concerns that we are having. They are hearing that their people are being taxed way too much, that the policies in place are not solving the problem and that people's concerns are food, fuel and essentials. They are hearing that people need to provide a roof above their heads for their families, and that they want to plan for the future.
I am here because I want a better future for my children. One of the things I also teach my children is to be able to listen. The Liberal government is not listening to the people of Canada. The gentleman who called me last weekend said that at this point he would spend $600 million on an election, just to get the government out. He would spend a little to save a lot. That says a lot about what people are going through. The Liberal government needs to listen to the people of Canada. No more taxes. Axe the tax.
It is about time the current Liberal government listened to the people of Canada. That is our job. We are in the House of Commons because we represent the common people of this country. We are commoners, and we should be looking out for the people who are in our ridings, who are our neighbours and who are our friends and family, and the government is not doing that.
It is time to axe the tax.
Madame la Présidente, c'est un privilège et un honneur de pouvoir prendre la parole à la Chambre au nom des électeurs de Moose Jaw—Lake Centre—Lanigan au sujet de cette question.
Le week-end dernier, j'ai reçu un appel d'un citoyen très inquiet. Ce jeune homme a examiné ses factures d'énergie et a remarqué qu'en plus de la taxe sur le carbone qu'il paie sur ses factures d'énergie et d'électricité, il paie également la TPS. En avril prochain, lorsque la taxe sur le carbone sera triplée, il paiera également davantage de TPS.
Pourquoi est-il venu me voir? Parce qu'il est confronté à des difficultés et à des problèmes à la maison. Lorsqu'on prend le temps d'examiner la situation et de comprendre qu'on paie plus en raison du cumul des taxes, il y a de quoi être très inquiet. Pour les citoyens de Moose Jaw—Lake Centre—Lanigan et du Canada, ce cumul des taxes est tout simplement inacceptable.
L'objectif des politiques devrait être de nous aider, et non de nous punir, même si ce semble être le cas en ce moment. Le gouvernement en place tente de contraindre les Canadiens à changer leurs habitudes. Je ne pense pas qu'il réussit à les convaincre parce que les habitudes ne changent pas et le gouvernement n'atteint pas ses cibles de réduction des émissions de carbone. Le gouvernement libéral accumule les échecs, non seulement en adoptant de mauvaises politiques, mais également en laissant tomber les Canadiens. Il n'écoute pas la population canadienne.
À la Chambre, nous entendons parler d'une crise climatique. En faisant des recherches sur ce qui arrive en Saskatchewan et les défis que les agriculteurs doivent relever, je constate que les périodes de sécheresse sont un problème dans ma circonscription. Je me suis rendu à l'Université de Regina pour m'informer sur les périodes de sécheresse dans l'histoire de notre province, et elles ne datent pas d'hier. Il y en a eu en 1910, en 1914, de 1917 à 1921, en 1924, en 1929, de 1931 à 1939, de 1958 à 1963, de 1967 à 1969, en 1974, en 1977, de 1979 à 1981, de 1983 à 1986, de 1988 à 1992, de 2001 à 2003, en 2009 et, selon certains, en 2021. Les libéraux ne peuvent pas régler une crise en en créant une autre. C'est en imposant des taxes aux Canadiens et en alourdissant leur fardeau que le gouvernement libéral crée une nouvelle crise.
D'après la posture que prennent mes collègues d'en face au gouvernement néo-démocrate—libéral, je déduis qu'ils entendent les mêmes préoccupations que nous. Les gens leur disent qu'ils sont beaucoup trop taxés, que les politiques en place ne règlent aucun problème et que ce qui leur importe, c'est de pouvoir se procurer des aliments, de l'essence et des produits de première nécessité. Les gens leur disent qu'ils veulent pouvoir loger leur famille, qu'ils veulent planifier leur avenir.
Je suis ici parce que je veux un avenir meilleur pour mes enfants. L'une des choses que j'essaie également d'inculquer à mes enfants, c'est la capacité d'écoute. Le gouvernement libéral n'est pas à l'écoute des Canadiens. L'homme qui m'a téléphoné le week-end dernier m'a dit qu'au point où nous en sommes, il serait d'accord pour qu'on dépense 600 millions de dollars afin de tenir des élections juste pour qu'on se débarrasse du gouvernement. Il serait d'accord pour qu'on dépense un peu afin d'économiser beaucoup. Cela en dit long sur ce que les gens doivent endurer. Le gouvernement libéral doit écouter les Canadiens. On ne veut plus de taxes. Abolissons la taxe.
Il est temps que le gouvernement libéral écoute les Canadiens. C'est notre travail. Nous sommes à la Chambre des communes pour représenter les Canadiens ordinaires. Nous sommes des représentants du peuple, et nous devrions prendre soin de nos concitoyens; ce sont nos voisins, nos proches et nos amis. Or, ce n'est pas ce que fait le gouvernement.
Il est temps d'abolir la taxe.
Collapse
Results: 1 - 15 of 386 | Page: 1 of 26

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data