Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 10 of 10
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-06-22 22:15 [p.7206]
Expand
Madam Speaker, Canadians are struggling with soaring gas prices and the highest increase in food costs and inflation in 40 years. While Canadians are struggling, the government has refused to provide relief, despite the fact that it is raking in billions off the backs of consumers. Worst of all, the government is filling its massive fuel slush fund by the taxing of taxes. I speak, of course, of the HST being applied to the federal excise tax on fuel, the federal carbon tax on fuel and the provincial tax, never mind the product. My god, I am sure that if the Liberals could get away with it, they would put a tax on a tax on a tax.
This is why I am going to ask the government, for a fifth time now, to please help Canadians.
I know that my colleague will likely have some government talking points. I am going to help him out, so that we can really get to the substance of this debate.
The Liberals are likely going to cite child care. Yes, child care is great. I support child care, but how does $10-a-day child care help Canadians if they cannot afford the gas to take their child to day care? What about those of us who do not have kids or whose kids are adults now?
The Liberals will tell us that inflation is a challenge that multiple countries are facing. They might even list the countries where inflation is worse than in Canada, but our concern should be our constituents and Canadians here. How does the fact that it is worse elsewhere help those of us struggling here at home?
The Liberals might mention that payments are coming from the carbon tax and list the projected amounts that families are supposed to be rebated. When? People need help now. Can people expect payments when they can still afford to make a mortgage or rent payment or when they can still afford to put food on the table?
The Liberals will likely also cite how supply chains and many things are outside of the government's control. Do members know what the federal government has complete control of? It has complete control over how it chooses to use the massive slush fund of at least $2.5 billion. That is $2.5 billion extra that the government had not budgeted for or earmarked, the windfall.
Doing nothing is a choice. If the government wants to choose to continue to tax taxes, that is its prerogative, but I will plead with my hon. colleague to please put himself in the shoes of people who dread the end of the month and who wonder whether or not they will be able to make their bill payments. People are at their breaking point. They need help.
I hope that the fifth time is the charm and that this fifth call on the government will be enough to persuade it to help struggling Canadians.
Therefore, I ask my hon. colleague this: Will the government stop taxing taxes and will it please help Canadians who are struggling?
Madame la Présidente, les Canadiens sont aux prises avec une flambée du prix de l'essence et la plus forte augmentation du coût des aliments et de l'inflation en 40 ans. Pendant que les Canadiens se démènent, le gouvernement refuse de leur venir en aide, même s'il engrange des milliards au détriment des consommateurs. Le pire, c'est que le gouvernement remplit son énorme caisse noire en taxant les taxes sur le carburant. Je parle, bien sûr, de la TVH appliquée à la taxe d'accise fédérale sur le carburant, à l'application de la taxe fédérale sur le carburant, à la taxe fédérale sur le carbone et à la taxe provinciale, sans parler du produit. Mon Dieu, je suis sûr que si les libéraux pouvaient le faire impunément, ils imposeraient une taxe sur une taxe sur une taxe.
Voilà pourquoi je vais demander au gouvernement, pour la cinquième fois, de bien vouloir aider les Canadiens.
Le député aura probablement quelques réponses toutes faites du gouvernement. Je vais l'aider, afin que nous puissions vraiment aborder le vif du débat.
Les libéraux parleront probablement des services de garde. Oui, les services de garde sont une excellente chose. Je suis en faveur des places en garderie pour les enfants, mais comment des services de garde à 10 $ par jour peuvent-ils aider les Canadiens s'ils n'ont pas les moyens de payer l'essence pour conduire leur enfant à la garderie? Qu'en est-il de ceux d'entre nous qui n'ont pas d'enfants ou dont les enfants sont maintenant adultes?
Les libéraux nous diront que l'inflation pose problème dans de nombreux pays. Ils énuméreront peut-être des pays où elle est encore plus marquée qu'au Canada, mais nous devrions nous concentrer sur les gens de nos circonscriptions et sur les Canadiens. Si la situation est pire ailleurs, en quoi cela peut-il aider les gens qui ont du mal à joindre les deux bouts ici, chez nous?
Les libéraux mentionneront peut-être les paiements que procurera la taxe sur la carbone et le montant des remboursements que les familles devraient recevoir. Quand les recevront-ils? Ils ont besoin d'aide dès maintenant. Les gens peuvent-ils s'attendre à des paiements s'ils ont encore les moyens de payer leur hypothèque ou leur loyer, ou s'ils ont encore les moyens de faire l'épicerie?
Il est aussi probable que les libéraux parlent des chaînes d'approvisionnement et de nombreux éléments qui échappent au contrôle du gouvernement. Les députés savent-ils dans quel domaine le gouvernement est le maître absolu? Il est le maître absolu quand il s'agit de décider comment utiliser l'énorme caisse noire qui contient au moins 2,5 milliards de dollars. Il s'agit de revenus supplémentaires de 2,5 milliards de dollars que le gouvernement n'a pas prévus dans son budget ni dans ses dépenses, bref, une manne inattendue.
Ne rien faire est un choix. Si le gouvernement veut choisir de continuer à taxer des taxes, c'est sa prérogative, mais je supplie mon collègue de bien vouloir se mettre à la place des personnes qui redoutent la fin du mois et qui se demandent si elles pourront ou non payer leurs factures. Les gens sont arrivés à un point de rupture. Ils ont besoin d'aide.
J'espère que la cinquième fois sera la bonne et que ce cinquième appel au gouvernement sera suffisant pour le persuader d'aider les Canadiens en difficulté.
C'est pourquoi je pose la question suivante à mon collègue: le gouvernement va-t-il cesser de taxer les taxes et aura-t-il l'obligeance de venir en aide aux Canadiens qui ont de la difficulté à joindre les deux bouts?
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-06-22 22:22 [p.7207]
Expand
Madam Speaker, my colleague listed a number of things that he says his government is doing. Who is paying for these things? It is Canadians. It is Canadians' hard-earned taxpayer dollars that are being used to fund these things.
However, I did not really hear anything beyond great, grand commitments. How does that help someone who is struggling? It is cold comfort to someone who is sitting at the table at the end of the night, wondering whether they can feed their family next week.
What I hope my hon. colleague could help me to better understand is not a rehashing of things that have already been announced but what Canadians can expect, what my constituents can count on as they struggle to pay their bills.
Madame la Présidente, mon collègue a énuméré un certain nombre de mesures prises par son gouvernement. Qui paie pour ces mesures? Ce sont les Canadiens. C'est l'argent durement gagné par les contribuables canadiens qui est utilisé pour financer ces mesures.
Cependant, je n'ai pas vraiment entendu quoi que ce soit au-delà de beaux engagements grandioses. En quoi cela aide-t-il quelqu'un qui est en difficulté? C'est un bien piètre réconfort pour quelqu'un qui, à la fin de la journée, se demande s'il pourra nourrir sa famille la semaine prochaine.
J'espère que mon collègue pourra m'aider à mieux comprendre, non pas les mesures qui ont déjà été annoncées et qu'il ressasse, mais ce à quoi les Canadiens peuvent s'attendre et ce sur quoi mes concitoyens peuvent compter alors qu'ils ont du mal à payer leurs factures.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-06-14 18:19 [p.6718]
Expand
Madam Speaker, the price of gas has risen over 40% year over year. If we look up the price of gas in the GTA right now in, from Toronto to Richmond Hill, we will see that it is currently around 209.3¢ per litre. The cost of gas is up, way up, and so is the price of food.
Even if someone does not drive, farmers drive to plant, to harvest and to do so much more, and they need gas. To get the food they grow to our grocery stores, they need gas. Gas prices are up 40%. It is no surprise that food prices have risen almost 10%.
We have seen the largest increase in the cost of food since 1981. That is a 41-year record. In 1981, I was not even born yet. My parents were still in a refugee camp. If we take into account the fact that Canada’s median age is 41.1 years, that means for half of Canadians, myself included, the increase in the price of food is the highest it has ever been in our lifetime. The price of gas is also the highest I have ever seen in my lifetime.
The soaring cost of gas and food is crushing Canadians, but while Canadians are struggling, the government is just raking it in. How much is it bringing in? Let us do the math. Annually, 65 billion litres of gasoline and diesel are sold in Canada. The GST revenue that the federal government collects from just these two fuels alone works out to about $6 billion a year.
However, members will remember that gas prices are up 40%, so the federal government stands to pocket $2.5 billion extra that it never budgeted for or earmarked. Those billions of dollars belong to Canadians.
I know I have much more time to speak, but I am going to jump straight to the point. The federal government has a duty to give this slush fund back to Canadians. I will ask this of the government, yet again: Will the government provide relief to struggling Canadians, just as the fiscally prudent and compassionate Liberal Paul Martin government did? Yes or no?
Madame la Présidente, le prix de l'essence a augmenté de plus de 40 % sur 12 mois. Dans la région du Grand Toronto, de Toronto à Richmond Hill, le prix de l'essence se chiffre actuellement à environ 209,3 ¢ le litre. Le prix de l'essence a considérablement augmenté, tout comme le prix des aliments.
Même si quelqu'un ne conduit pas, les agriculteurs conduisent pour mettre en terre et récolter leurs cultures, et faire bien d'autres choses encore, et ils ont besoin d'essence. Pour acheminer les aliments qu'ils cultivent vers les épiceries, ils ont besoin d'essence. Or, le prix de l'essence a augmenté de 40 %. Il n'est pas étonnant que les prix des aliments aient augmenté de près de 10 %.
Nous connaissons la plus forte augmentation du coût des aliments depuis 1981. C'est un record de 41 ans. En 1981, je n'étais même pas encore né. Mes parents vivaient encore dans un camp de réfugiés. Si l'on tient compte du fait que l'âge médian au Canada est de 41,1 ans, cela signifie que pour la moitié des Canadiens, moi y compris, l'augmentation du prix des aliments est la plus élevée de toute notre vie. Le prix de l'essence est également le plus élevé que j'aie jamais connu au cours de ma vie.
Alors que les Canadiens sont écrasés par la hausse fulgurante du coût de l'essence et des aliments, le gouvernement s'enrichit. Combien empoche-t-il? Faisons le calcul. Chaque année, 65 milliards de litres d'essence et de diésel sont vendus au Canada. À elle seule, la TPS associée à ces deux carburants rapporte au gouvernement fédéral environ 6 milliards de dollars par année.
Les députés se souviendront toutefois que le prix de l'essence a grimpé de 40 %, ce qui veut dire que le gouvernement fédéral pourrait empocher 2,5 milliards de dollars supplémentaires, qu'il n'avait prévus ni dans ses budgets ni dans ses dépenses. Ces milliards de dollars appartiennent aux Canadiens.
Je sais qu'il me reste amplement de temps de parole, mais je passerai directement à l'essentiel: le gouvernement fédéral a le devoir de redonner cet argent aux Canadiens. Je le demanderai donc au gouvernement une fois de plus: aidera-t-il les Canadiens en difficulté, comme l'avait fait le gouvernement libéral de Paul Martin, qui était guidé à la fois par la prudence financière et la compassion? Oui ou non?
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-06-14 18:24 [p.6719]
Expand
Madam Speaker, I will acknowledge that there are countries around the world that are facing challenges with inflation. I acknowledge that point by my colleague. He mentioned there are certain things out of the countries' control. What is within the federal government's control is what it will choose to do with $2.5 billion extra that it did not plan to have.
Canadians are struggling now. What about single Canadians? Family support is fantastic and $10-a-day child care is great. What about those who do not have children? One in seven Canadians lives in poverty. They are struggling now with the cost of gas, the cost of food and so on.
I will ask, for the third time now: Will the government help struggling Canadians and provide relief following a precedent that a previous Liberal government had done?
Madame la Présidente, je reconnais qu'il y a des pays dans le monde qui font face à des défis liés à l'inflation. Je reconnais le point de vue de mon collègue. Il a mentionné qu'il y a certaines choses que les pays ne peuvent pas contrôler. Ce qui est sous le contrôle du gouvernement fédéral, c'est ce qu'il va choisir de faire avec 2,5 milliards de dollars supplémentaires qu'il n'avait pas prévus.
Les Canadiens ont des difficultés en ce moment. Qu'en est-il des Canadiens vivant seuls? Le soutien aux familles est fantastique, et les garderies à 10 $ par jour sont formidables. Toutefois, qu'en est-il de ceux qui n'ont pas d'enfants? Un Canadien sur sept vit dans la pauvreté. Les Canadiens doivent faire face au coût de l'essence, au coût de la nourriture, et ainsi de suite.
Voici ma question, pour la troisième fois: le gouvernement va-t-il aider les Canadiens en difficulté en suivant un précédent établi par un ancien gouvernement libéral?
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-06-08 23:56 [p.6398]
Expand
Madam Speaker, we are here this evening because the government has made a commitment to resettle 40,000 Afghan refugees, a commitment that we are failing to deliver on. How many have we actually welcomed? It is only 15,000.
While the minister pats himself on the back for welcoming 37.5% of our commitment, people are suffering. While the minister pats himself on the back for a failing grade, people are dying.
How many people are hiding in abandoned buildings trying to evade the Taliban's wrath, who would kill not only them but everyone they hold dear, like women and children? It does not matter who, because the Taliban are a group of people who have put individuals into cages and set them on fire.
The government is keeping 25,000 terrified people waiting. Canada made a commitment. The government is not delivering, and people are dying because of it.
Even of the 15,000 who have made it, how many were because of the government and how many were because of the heroic efforts of civil society organizations like the Veterans Transition Network? It stepped up in the absence of government leadership to help resettle at least 2,061 refugees. Sadly, as even the CBC reported, even it has had to stop its efforts because its staff were so exhausted by “logistical nightmares” and “bureaucratic red tape”.
Since November of last year, I have had the extreme privilege of working with the Cassels law firm in Toronto in the hopes of savings the lives of people who have assisted Canada in Afghanistan. They were our nation's lawyers in Kabul, but right now it seems their lives do not matter very much. Enough with the excuses; bring them to Canada now.
A short time ago, my hon. colleague, the member for Calgary Forest Lawn, raised in this House the tragic death of Nazifa, who was a 10-year-old girl murdered by the Taliban because her father worked with our military in Kandahar. How many more children will die before the government honours our nation's word?
Just two weeks ago, I was in Warsaw and met with a number of Afghan refugees who were rescued by Poland. Poland has also welcomed 3.6 million Ukrainian refugees. The Afghan refugees need our help. They want to resettle in Canada.
I met with an Afghan couple, he a journalist and she a teacher. He showed me the messages that he had received from the Taliban telling him they would kill him and his wife and any family members they could find.
I also spoke with a former justice of the Supreme Court of Afghanistan. She told me about how she cannot go back because when the Taliban took over, they opened the doors of the prisons and released all the criminals, criminals she had convicted of heinous crimes.
What happened to the government's feminist foreign policy? Canada made a commitment. People's lives are at risk, and the government must honour our nation's word.
What is the plan for the 25,000 people who are waiting for the government to honour its word? Give us a timeline. Please.
We are at 15,000 now. When will we hit 20,000 or 25,000? When will we hit 40,000 refugees?
Madame la Présidente, nous sommes ici ce soir parce que le gouvernement s'est engagé à accueillir 40 000 réfugiés afghans et qu'il ne respecte pas sa promesse. Combien de réfugiés avons-nous accueillis en réalité? Seulement 15 000.
Pendant que le ministre se félicite d'avoir concrétisé 37,5 % de notre engagement, des gens souffrent. Pendant que le ministre se félicite de cet échec, des gens meurent.
Combien de personnes se cachent dans des immeubles abandonnés dans l'espoir d'échapper à la colère des talibans, qui seraient prêts à les tuer et à tuer aussi toutes les personnes qui leur sont chères, y compris des femmes et des enfants? Personne n'est à l'abri, puisque le groupe des talibans a déjà placé des gens dans des cages avant de les brûler vifs.
Le gouvernement fait attendre 25 000 personnes terrifiées. Le Canada a pris un engagement. Des gens meurent parce que le gouvernement ne le respecte pas.
D'ailleurs, parmi les 15 000 réfugiés qui se trouvent au Canada, combien sont arrivés ici grâce au gouvernement, et combien doivent leur réinstallation aux efforts héroïques d'organismes de la société civile comme le Réseau de transition des vétérans? Alors que le gouvernement manquait de leadership, ce réseau s'est mobilisé et a aidé au moins 2 061 réfugiés à s'installer ici. Comme CBC/Radio-Canada l'a indiqué, le réseau a malheureusement dû arrêter ce travail parce que ses employés étaient épuisés par les « cauchemars logistiques » et les « tracasseries bureaucratiques ».
Depuis novembre dernier, j'ai l'immense privilège de travailler avec le cabinet d'avocats Cassels, de Toronto, dans l'espoir de sauver la vie de gens qui ont aidé le Canada en Afghanistan. Bien qu'ils étaient les avocats de notre pays à Kaboul, leur vie ne semble maintenant plus compter autant. Fini les excuses, il faut les ramener au Canada dès maintenant.
Récemment, mon collègue, le député de Calgary Forest Lawn a informé la Chambre du décès tragique de Nazifa, une fillette de 10 ans assassinée par les talibans parce que son père avait collaboré avec nos soldats à Kandahar. Combien d'autres enfants devront mourir avant que le gouvernement tienne sa promesse?
Il y a deux semaines à peine, j'étais à Varsovie, où j'ai rencontré des réfugiés afghans qui ont été sauvés par la Pologne. La Pologne a aussi accueilli 3,6 millions de réfugiés ukrainiens. Les réfugiés afghans ont besoin de notre aide. Ils veulent venir s'établir au Canada.
J'ai rencontré un couple afghan. Lui est journaliste, elle est enseignante. Il m'a fait lire les messages que les talibans lui ont envoyés, et dans lesquels ils menaçaient de le tuer, lui, sa femme et tous les membres de leur famille qu’ils pourraient trouver.
J'ai également parlé avec une ancienne juge de la Cour suprême d'Afghanistan. Elle m'a raconté qu'elle ne pouvait pas retourner en Afghanistan parce que lorsque les talibans ont pris le pouvoir, ils ont ouvert les portes des prisons et ont libéré tous les criminels, dont des criminels qu'elle avait condamnés pour des crimes odieux.
Que s'est-il passé avec la politique étrangère féministe du gouvernement? Le Canada a pris un engagement. La vie des gens est en danger, et le gouvernement doit honorer la parole de notre pays.
Quel est le plan pour les 25 000 personnes qui attendent que le gouvernement honore sa parole? Je vous implore de nous donner un échéancier.
Nous en sommes maintenant à 15 000 réfugiés. Quand atteindrons-nous 20 000 ou 25 000? Quand atteindrons-nous 40 000 réfugiés?
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-06-09 0:03 [p.6399]
Expand
Madam Speaker, as the son of refugees, I applaud the government's commitment to 40,000, but my question for my hon. colleague is, when? He has spoken about the importance of supporting members of the LGBTQ community and activists. There is Rainbow Railroad. When are we going to be able to support them to come over?
I talked about Canada's law firm in Kabul and Mr. Shajjan. His 28 lawyers are still stuck in Afghanistan. When will they be brought over?
I have talked about a number of journalists and a justice, but there is also an Afghan interpreter who is now seven months pregnant. She is wife to a veteran of our nation and is in a third party country right now, Pakistan. She has still not been able to make her way here.
When can they come to their new home?
Madame la Présidente, en tant que fils de réfugiés, je félicite le gouvernement de son engagement à accueillir 40 000 réfugiés, mais ma question à mon collègue est la suivante: quand? Il a parlé de l'importance de soutenir les membres de la communauté LGBTQ et les militants. Il y a le Rainbow Railroad. Quand serons-nous en mesure de les aider à venir ici?
J'ai parlé du cabinet d'avocats canadien à Kaboul et de M. Shajjan. Ses 28 avocats sont toujours coincés en Afghanistan. Quand les fera-t-on venir au Canada?
J'ai parlé d'un certain nombre de journalistes et d'une juge, mais il y a aussi une interprète afghane qui est maintenant enceinte de sept mois. Elle est l'épouse d'un ancien combattant canadien et elle se trouve actuellement dans un pays tiers, le Pakistan. Elle n'a toujours pas réussi à se rendre ici.
Quand pourront-ils venir dans leur nouveau pays?
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-21 18:29
Expand
Mr. Speaker, the answer I received to my initial question, one that I support, outlines Canada's efforts to assist people trying to flee the violence in Ukraine. I support our nation's legacy of providing shelter to those in dire need. Forty years ago, it was my parents and other refugees who were being generously welcomed to Canada. I would not have the honour of standing before members today if not for the compassion of Canada.
However, my question was not on Canada's effort to assist Ukrainian refugees to come to Canada, but on whether Canada would be providing assistance to Poland and other NATO allies that have opened their borders to the Ukrainian exodus. Three weeks ago, when I asked the government if it would assist, there were 115,000 refugees headed for Poland. Today, 3.3 million Ukrainians have fled their country to seek sanctuary. Poland has welcomed more than two million of them.
Poland is a nation of honour. The Polish know what it is like to stand up to aggression and they know what it is like to stand up to tyranny. It is why the first line of the country's national anthem is “Poland is not yet lost”. It is why the country's historical unofficial motto is “for our freedom and yours”.
I have seen first-hand the courage and honour of the Polish people as a proud member of the Warsaw Security Forum community. I see the efforts of my friends in Poland who are doing everything they can to support Ukrainians who have sought shelter in their country, but resources are being stretched to the brink. Thus, my question remains relevant: Will Canada support our allies at this tragic time?
I am asking if my hon. colleague can inform the House whether Canada will be providing help to those nations that have opened their borders to the sea of humanity seeking safety. That is my question that I am asking again, both of the government and of my hon. colleague.
Monsieur le Président, la réponse que j'ai obtenue à ma question initiale — et avec laquelle je suis d'accord — décrit les efforts déployés par le Canada pour aider les personnes qui cherchent à fuir la violence en Ukraine. Le Canada a toujours offert un refuge à ceux qui en avaient désespérément besoin, et c'est une tradition à laquelle je suis favorable. Il y a quarante ans, ce sont mes parents et d'autres réfugiés qui ont été généreusement accueillis au Canada. Sans cette compassion du Canada, je n'aurais pas l'honneur de prendre la parole dans cette enceinte aujourd'hui.
Cependant, ma question ne portait pas sur les efforts du Canada pour aider les réfugiés ukrainiens à venir au Canada, mais elle visait à savoir si le Canada allait aider la Pologne et d'autres alliés de l'OTAN qui ont ouvert leurs frontières aux réfugiés ukrainiens en exode. Il y a trois semaines, quand j'ai demandé au gouvernement s'il allait fournir de l'aide, 115 000 réfugiés se dirigeaient vers la Pologne. Aujourd'hui, 3,3 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays pour trouver refuge. La Pologne en a accueilli plus de 2 millions.
La Pologne est une nation fondée sur l'honneur. Les Polonais savent ce que c'est de résister à l'agression et à la tyrannie. Voilà pourquoi la première ligne de l'hymne national est « La Pologne n'a pas encore péri ». Voilà pourquoi la devise non officielle du pays est « Pour notre liberté et la vôtre ».
J'ai constaté de visu le courage et la fierté du peuple polonais lors de ma participation au forum de Varsovie sur la sécurité. Je vois les efforts déployés par mes amis en Pologne, qui font tout, même à bout de ressources, pour soutenir les Ukrainiens à la recherche d'un refuge dans leur pays. Ma question est donc toujours pertinente: le Canada soutiendra-t-il nos alliés dans ces circonstances tragiques?
Je me demande si ma collègue pourrait dire à la Chambre si le Canada fournira ou non de l'aide aux pays qui ont ouvert leurs frontières à cette marée humaine en quête d'un endroit sûr. Je réitère ma question, qui s'adresse au gouvernement et à ma collègue.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-21 18:36
Expand
Mr. Speaker, I thank my colleague for expanding on the support we have been providing to Ukraine and to neighbouring countries. Not only do we have to stick together; we must stand together, and we will win together. I thank the member and the government for all we are doing to support Ukraine, Poland and our neighbouring NATO allies.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue d'avoir expliqué plus en détail le soutien que nous apportons à l'Ukraine et aux pays voisins. Non seulement nous devons nous serrer les coudes, mais nous devons aussi faire front commun et gagner ensemble. Je remercie la députée et le gouvernement pour tout ce que nous faisons pour appuyer l'Ukraine, la Pologne et nos alliés de l'OTAN.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-01 18:44
Expand
Madam Speaker, it has been nearly a month since I asked the Minister of Canadian Heritage whether he would consider hosting a national conference on the future of art. Since then, performing artists have continued to reach out to me about how their livelihoods are imperiled. The arts community is an integral part of our economy, and while the additional funding by the government via the Canada performing arts workers resilience fund was a positive step for sector resilience, we are far from the end of the crisis. This is why I called on the minister to convene a national conference on the future of art, because it is clear that we have to find a way to live with COVID. It is clear also that every industry is different and that we must develop a targeted approach to how we will support different sectors and how we will support the arts community.
I will give an example. When the Province of Ontario initiated a lockdown in response to the omicron variant, the arts were lumped into the same bucket as sports arenas. It did not matter that when we were watching Come From Away or when I went to see The Nutcracker, I and other audience members were doing so quietly and we were masked. It did not matter that this was an experience vastly different from that of the Scotiabank Arena, where audiences are eating and drinking and cheering for the Raptors and the Leafs.
Let me be clear. I know that everyone here will appreciate that this fell within provincial jurisdiction. However, it is federally, not just in funding but also in leading and in convening, that the government can take action because, unfortunately, the decimation to the arts community is sadly not just exclusively in my riding and not just in Ontario but all across Canada. This is why Canada needs, and again I reiterate my call for it, a national conference to forge the path forward on the future of art in our country.
Like my hon. colleague, I have been at the Standing Committee on Canadian Heritage, where we have heard from many witnesses about the need for this because of the crippling impact that COVID has had on their sector. In fact, quite a number of the witnesses whom the heritage committee has heard from were from my riding of Spadina—Fort York, such as Ms. Kendra Bator of Mirvish Productions and Ms. Barbara Diabo, chair of the grand council of the Indigenous Performing Arts Alliance, to name but a couple. The statements provided by them and other witnesses were startling.
The cost that COVID has levied on the Canadian arts community is alarming, and we must act, because the cost of inaction is not just on Canadian art and culture, which I would suggest is priceless; the price of inaction will mean jobs lost, local businesses continuing to be devastated, and forgone tax revenue.
Let me share some of the stats that Kendra from Mirvish, which is our country's largest theatre production company, shared with the heritage committee. In 2019, over 1.8 million people attended a commercial theatre production. On tickets alone, audiences spent over $160 million, generating over $19 million in tax revenue. This does not even include a billion dollars spent on additional travel, hotels, restaurants, parking and retail.
When people support the arts community, they are also supporting Canadian small businesses. When they support the arts community, they are also supporting Canadian tourism. When they support the arts community, they are supporting Canadian jobs and culture.
Does my hon. colleague not agree that we have to take action and that the government must convene a national conference on the future of art?
Madame la Présidente, près d'un mois s'est écoulé depuis que j'ai demandé au ministre du Patrimoine canadien s'il envisageait de tenir une conférence nationale sur l'avenir des arts. Depuis, les artistes de la scène ont continué à me dire à quel point leur gagne-pain est en péril. La communauté artistique fait partie intégrante de l'économie canadienne, et même si le financement supplémentaire offert par le gouvernement au moyen du Fonds pour la résilience des travailleurs du secteur des spectacles sur scène du Canada est une mesure positive pour assurer la résilience du secteur, nous sommes loin d'être sortis de la crise. C'est pour cette raison que j'ai demandé au ministre de tenir une conférence nationale sur l'avenir des arts. Il ne fait aucun doute que nous devons trouver une façon de vivre avec la COVID-19. Il est aussi évident que chaque industrie est différente et que nous devons mettre au point une approche ciblée pour soutenir chacun des secteurs, notamment une aide à la communauté artistique.
Voici un exemple. Lorsque la province de l'Ontario a imposé un confinement en réponse au variant Omicron, les arts ont été mis dans le même panier que les sports. Il importait peu que, lorsque nous assistions à Come From Away ou à Casse-Noisette, les autres membres de l'assistance et moi, nous étions silencieux et avions le visage masqué. Il importait peu que l'expérience soit fort différente de celle vécue à l'amphithéâtre Scotiabank, où les spectateurs mangent, boivent et acclament les Raptors ou les Leafs.
Soyons clairs. Je sais que tout le monde ici est conscient que cela relève de la compétence provinciale. Cependant, c'est sur le plan fédéral, non seulement en matière de financement, mais aussi en matière de direction et d'organisation, que le gouvernement peut agir, car malheureusement, la décimation de la communauté artistique ne se limite pas à ma circonscription ni à l'Ontario; elle s'étend à l'ensemble du Canada. C'est pourquoi le Canada a besoin, et je réitère mon appel en ce sens, d'une conférence nationale afin de tracer la voie à suivre pour l'avenir de l'art au pays.
Comme mon collègue, j'ai siégé au Comité permanent du patrimoine canadien, où de nombreux témoins sont venus nous parler de la nécessité de cette mesure en raison de l'effet paralysant que la COVID-19 a eu sur ce secteur. En fait, un grand nombre des témoins qui ont comparu devant le comité venaient de ma circonscription, Spadina—Fort York, comme Mmes Kendra Bator, de Mirvish Productions, et Barbara Diabo, présidente du grand conseil de l'Indigenous Performing Arts Alliance, pour ne citer que celles-ci. Leurs déclarations ainsi que celles d'autres témoins étaient alarmantes.
Le coût qu'a engendré la COVID-19 pour la communauté artistique canadienne est alarmant, et nous devons agir, car le coût de l'inaction ne se limite pas à la culture et aux arts canadiens, qui, à mon avis, n'ont pas de prix. En effet, celle-ci se traduira par des pertes d'emplois, des entreprises locales en faillite et des recettes fiscales perdues.
J'aimerais mentionner certains chiffres dont Kendra, de Mirvish, la plus grande société de production théâtrale au Canada, a fait part au comité du patrimoine. En 2019, plus de 1,8 million de personnes ont assisté à une production théâtrale commerciale. Les achats de billets à eux seuls représentaient 160 millions de dollars, soit 19 millions de dollars de recettes fiscales. Ce chiffre ne tient pas compte du milliard de dollars supplémentaire dépensé en frais de déplacement, d'hôtel, de restaurant, de stationnement et de vente au détail.
Lorsque les gens appuient le milieu artistique, ils appuient également les petites entreprises, le tourisme, les emplois et la culture au Canada.
Mon collègue ne convient-il pas que nous devons agir et que le gouvernement doit tenir une conférence nationale sur l'avenir des arts?
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-01 18:52
Expand
Madam Speaker, my hon. colleague said that I am late to the game. The province is starting to open up. When is this national convening going to happen? The inaction by the government has led to us losing Canada's most successful musical, Come From Away. In our hometown of Toronto, it has closed.
I want to localize the impact this has had due to inaction. Come From Away attracted more than a million patrons to Toronto. Box office sales surpassed $115 million with $15 million in HST. The show created jobs over 9,000 employee weeks. This was for the cast, stage managers, musicians, crew members and front of the house team members.
When will the national convening happen?
Madame la Présidente, le député a dit que j’arrive un peu tard. La province commence à rouvrir. Quand aura lieu ce rassemblement national? L’inaction du gouvernement nous a déjà fait perdre une des meilleures comédies musicales canadiennes, Come From Away. Dans notre ville, Toronto, elle n’est plus à l’affiche.
Voici quelques chiffres pour illustrer les répercussions que cette inaction a eues localement. Come From Away a attiré plus de 1 million de spectateurs à Toronto. Les ventes de billets ont dépassé 115 millions de dollars, et 15 millions en TVH. Cette comédie musicale a créé des emplois pour plus de 9 000 personnes par semaine. Ce chiffre comprend la distribution, les régisseurs, les musiciens, les membres de l’équipe et les employés en contact avec la clientèle.
Quand aura lieu ce rassemblement national?
Collapse
Results: 1 - 10 of 10

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data