Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 31
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I would ask members to imagine a runner. He takes his place and is about to run the biggest race of his lifetime, but before the whistle blows, he leans down and ties his shoelaces together so that one shoe is securely fastened to the other shoe.
Then the runner deliberately turns around so that his back faces the finish line and sits down. Meanwhile, all his opponents stand at the ready. Their shoes are fastened properly and they face forward. These runners are prepared to race.
That is a good way for us to picture the different position the Prime Minister is putting Canada in when there is a looming global food shortage that we are not prepared for.
Other countries around the world are ready. They are not punishing producers and they have a plan to tackle the looming crisis. Agriculture is our superpower. It is this hidden economic driver that can not only solve world hunger but could also bring a great deal of prosperity to this nation. However, our producers cannot do this alone. They need the government to work alongside them, not against them, but the Prime Minister fails to recognize this. Not only that, but he has belittled and disrespected this industry by tying its hands behind its back and kicking it aside, all the while expecting it to solve our problems.
It started with applying the carbon tax to on-farm fuels, followed by poor trade deals and then a threat of a 30% reduction in fertilizer usage. Now our producers are dealing with sky-high input costs and the new threat of front-of-pack labelling for single-ingredient ground beef. At the very least, all our producers are asking for from the government is clarity. Unlike everyone else, our farmers only get one shot at success every year, and they cannot go into this blindly.
In my question, I asked the minister for clarity around the retroactive tariff on Russian fertilizer purchased before March 2. In her answer, she refused to give specifics. Now we are here on June 20, and our farmers are still somewhat in the dark. Fertilizer prices have more than doubled over the winter, and when these are coupled with sky-high input costs, our producers simply cannot afford an extra tariff that was applied on a product purchased before the war even started.
Despite what the minister thinks, fertilizer is not some optional add-on; rather, it is a critical tool that is used to boost crop yields and maximize output. Farmers really have no choice but to use it in order to meet the global demand and to make a profit on the crops that they grow.
As we look at what is happening across the globe with the war in Ukraine, India placing a ban on the export of wheat and poor yields as a result of the drought in western Canada, it is safe to say that we are on the brink of a global food crisis. If we want to solve this problem with a made-in-Canada solution, the government should work to make inputs less expensive so we can increase crop yields. The minister can do this today by cancelling the tariff on Russian fertilizer.
Tonight I will ask again: Will the government do the right thing and remove the retroactive tariff on fertilizer purchased before March 2?
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, again, it is backwards hearing it from the parliamentary secretary when he thinks that just because it is paid by importers, somehow farmers are not going to have to pay for it. We all know the importers are going to pass that cost on to the farmer, but the farmer has no means of passing that cost on to anybody else. If the government truly wanted to support farmers, it would scrap the tariff for farmers.
Canada is also an outlier on this issue. The G7 countries do not have this kind of tariff because they truly know what it means to support farmers. Supporting farmers and going tough on Russia for its illegal occupation of Ukraine are not exclusive to each other.
I call on the minister once again. Let us harness our superpower and use it to address the looming global food crisis. After seven years of working against our farmers, the government has an opportunity to change course. Instead of working against them by making their lives more expensive, let us work alongside our producers. Standing up and saying they are working with the industry is not enough. Our farmers deserve actions and results.
Once again, will the government do the right thing, support our farmers and drop the tariff on Russian fertilizer purchased before March 2?
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-06-17 11:19 [p.6901]
Expand
Madam Speaker, I asked Yuliia, a 24-year-old intern from Ukraine, to describe Putin's brutal war in her own words. This is what she wrote, “Imagine it's Wednesday night. You set your alarm for 6:00 a.m., but it never goes off. Instead, your world is shattered by the deafening sounds of explosions. You're not sure what's going on. Your phone incessantly beeps with notifications. The war has started. Death steals your mind. Adrenaline fills you. You grab your passport, stuff your life into a backpack and try to escape. It takes six hours. You have no destination. Everything has been bombed. Friends text, 'Russians are entering the town, shooting civilians, looting apartments, stealing your life's belongings and sending them back to Russia.' Air sirens wail constantly as you read heartbreaking stories: A six-year-old boy's hair turning grey as he watches his mom being raped, a mom and daughter tied to a mine that exploded, a missile launched at a maternity hospital.”
Plain and simple, the Liberals need to stop sending their officials to drink champagne and eat caviar with Russian officials and do more to help Ukrainians.
Madame la Présidente, j'ai demandé à Yuliia, une stagiaire de 24 ans originaire d'Ukraine, de décrire dans ses propres mots la guerre brutale de Poutine. Voici ce qu'elle a écrit: « Imaginez que c'est un mercredi soir. Vous réglez votre réveil à 6 heures, mais il ne sonne jamais. Votre monde s'écroule plutôt avec le bruit assourdissant des explosions. Vous ne savez pas trop ce qui se passe. Votre téléphone sonne sans arrêt parce que vous recevez des notifications. La guerre a éclaté. La mort hante votre esprit. L'adrénaline monte en vous. Vous prenez votre passeport, fourrez votre vie dans un sac à dos et tentez de fuir. Il vous faut six heures. Vous ne savez pas où aller. Tout a été bombardé. Vos amis vous envoient des messages textes pour vous dire que les Russes ont pénétré dans la ville, tirent sur des civils, pillent des appartements, volent des effets personnels et les envoient en Russie. Des sirènes d'alerte antiaérienne hurlent sans cesse alors que vous lisez des histoires déchirantes, comme celle d'un garçon de 6 ans dont les cheveux sont devenus gris alors qu'il regardait sa mère se faire violer, celle d'une mère et d'une fille qui ont été attachées à une mine qui a ensuite explosé, et celle d'un missile qui a été lancé sur une maternité. »
Les libéraux doivent arrêter d'envoyer leurs fonctionnaires boire du champagne et manger du caviar avec des fonctionnaires russes et en faire davantage pour aider les Ukrainiens, un point c'est tout.
Collapse
View Michael Kram Profile
CPC (SK)
View Michael Kram Profile
2022-04-26 12:38
Expand
Madam Speaker, it is always an honour to rise in this chamber and to represent the people of Regina—Wascana. I am pleased to have the opportunity to speak today on the budget.
My grandmother would always say to me, when I was growing up, “If you can't say anything nice, then don't say anything at all.” While that may be good advice for getting along with the neighbour kids, it does not work so well as an opposition member of Parliament. I would like to at least partially take some of my grandmother's advice today and focus on one area of the budget on which I think there is broad agreement. That is the need for Canada to support Ukraine as it defends itself from the Russian invasion.
When the finance minister was presenting her budget earlier this month, I believe she received one standing ovation from both sides of the House, and that is when she said that the Russian army invading Ukraine needed to be vanquished. I agree. Vladimir Putin's war of aggression against Ukraine is completely and totally unacceptable. Countries around the world, including Canada, need to do their part to ensure that free and democratic countries are not overrun and annexed by a dictator like Vladimir Putin.
The finance minister went on to say that it was the brave people of Ukraine who would be doing the fighting against convoys of Russian tanks rolling into their country. There is one fundamental principle the minister did not mention in her budget speech that I believe everyone needs to understand. Every time one of those Russian tanks is destroyed by the Ukrainians, it is soon replaced by another Russian tank rolling off the assembly line.
If we are going to help the Ukrainians win this war and make the world a safer place for our children and grandchildren, then it is not enough to simply destroy the Russian tanks and other weapons on the front lines. We must also stop Vladimir Putin's ability to buy more of them. Tanks cost money. Bombs cost money. Battleships cost money.
Where does Vladimir Putin get his money to buy all these weapons? By far, the biggest source of funding for the Russian war machine is oil and gas exports to western Europe. That is Vladimir Putin's steady paycheque. That is Vladimir Putin's spending money: oil and gas exports to western Europe.
In fact, western Europe imports approximately 3.4 million barrels of oil and gas every day from Russia. The money western Europe spends on this oil and gas goes toward Vladimir Putin's war machine. He spends the money on tanks, bombs and battleships, all of which go toward the Russian war efforts against the Ukrainian military and toward committing atrocities against Ukrainian civilians, such as the bombing of a hospital maternity ward in Mariupol and the slaughter of civilians on the streets of Bucha.
If the international community could figure out a way to send an additional 3.4 million barrels of oil and gas to western Europe, we could seriously inhibit Russia's ability to wage war. How can the international community make up this shortfall? Canada alone could provide almost that entire amount from just four projects. These four projects have been debated many times in the House over the past few years. They are the Keystone XL pipeline, the energy east pipeline, the northern gateway pipeline and the Trans Mountain expansion.
All four of these projects have either been cancelled or significantly delayed over the past several years because of the government's Bill C-69, Bill C-48 and other roadblocks it keeps putting in the way.
Recently, the Minister of Natural Resources announced that Canada would increase oil exports to western Europe by only 300,000 barrels per day from existing infrastructure. Unfortunately, the minister has also described this increase as a short-term solution and only a temporary measure to help our friends and allies fighting in Ukraine.
I would strongly caution the government against reverting back to its old policy of keeping Canadian oil and gas in the ground, for a couple of reasons.
First, no one knows when this war will end. As many of us probably learned in high school history class, when World War I broke out, all of the experts of the day said that the war would be over by Christmas. Four years later, the war was still raging. Today, we are 62 days into the current conflict and it would be foolish for anyone to try to predict with any degree of accuracy when this war will be over. It could very well be the case that our allies in western Europe will need oil and gas for the foreseeable future from countries other than Russia.
Second, even if the war were to end tomorrow, it would be foolish for us not to learn from our past mistakes. One of the reasons why the world is in this situation is because, for far too long, peace-loving democratic countries have fallen into the bad habit of relying on petty dictators for their energy needs. All the while, Canadian oil and gas has stayed in the ground.
If this country could increase its oil and gas exports by 3.4 million barrels per day and displace Russian exports to western Europe, it raises the question of what Canadians could do with this extra money. The short answer is they could do whatever they wanted. Many people who work in the natural resources sector would love the opportunity to pay down their mortgages, save for their children's education or take a well-deserved vacation, especially after the last two years.
It is not just oil and gas workers in the private sector who would benefit. In my home province of Saskatchewan, in any given year between 10% and 15% of the provincial government's budget comes from natural resource royalties. That is money that can go toward roads, schools, hospitals and other services that people rely on. Over a decade ago, when resource royalties were at their height, the provincial Government of Saskatchewan announced that it would build a new children's hospital in Saskatoon. This hospital opened just a few years ago and it has since helped thousands of children.
I believe that the vast majority of people who let their names stand to run for public office do so with good intentions to make the world a better place for our children and grandchildren, but we all know what they say about good intentions. The cost of our inaction could not be more clear and the contrast could not be more stark. Instead of oil and gas revenues going toward bombing children's hospitals in Mariupol, they should be going toward building hospitals here in Canada.
Clearly, any objective observer would have to agree that Canada has a tremendous amount of potential to do a great deal of good on the world stage. It is not necessary for democracies in western Europe or the rest of the world to rely on petty dictators for their energy needs. It is not necessary for them to fund the war machine of Vladimir Putin or any other hostile regime.
Canada can be a force for world peace and stability by simply extracting and exporting the resources that we have in this country literally sitting beneath our feet and not doing anyone any good. If Vladimir Putin's army is to be vanquished, to use the finance minister's term, then we need to get serious about building pipeline capacity in this country so that western Europe and the rest of the world can buy their oil and gas from Canada instead of from Vladimir Putin's Russia.
Madame la Présidente, c’est toujours un honneur de prendre la parole en cette enceinte pour représenter les gens de Regina—Wascana. Je suis heureux d’avoir la chance de parler du budget aujourd’hui.
Quand j’étais jeune, ma grand-mère me disait toujours: « Si tu ne peux rien dire de bien, ne dis rien du tout. » C’est peut-être un bon conseil à suivre pour s’entendre avec les petits voisins, mais cela ne fonctionne pas aussi bien pour un député de l’opposition. J’aimerais prendre au moins une partie des conseils de ma grand-mère aujourd’hui et me concentrer sur un aspect du budget qui, je crois, fait l’objet d’un large consensus. C’est que le Canada doit appuyer l’Ukraine dans sa résistance à l’invasion russe.
Pendant la présentation de son budget au début du mois, la ministre des Finances a eu droit à une ovation des deux côtés de la Chambre quand elle a dit qu’il fallait vaincre l’armée russe, qui envahissait l’Ukraine. Je suis d’accord. La guerre d’agression de Vladimir Poutine contre l’Ukraine est complètement et totalement inacceptable. Les pays du monde entier, y compris le Canada, doivent tous faire leur part pour empêcher un dictateur comme Vladimir Poutine d’envahir et d’annexer des pays libres et démocratiques.
La ministre des Finances a ajouté que c’est le peuple courageux de l’Ukraine qui se battait contre les convois de chars de l’envahisseur russe. Cependant, il y a un principe fondamental que la ministre n’a pas mentionné dans son exposé budgétaire mais que tout le monde, selon moi, doit comprendre. Chaque fois qu’un char russe est détruit par les Ukrainiens, il est tout de suite remplacé par un autre char russe sortant de la chaîne de montage.
Si nous voulons aider les Ukrainiens à gagner cette guerre et faire du monde un endroit plus sûr pour nos enfants et nos petits-enfants, il ne suffit pas de détruire les chars et les autres armes russes sur la ligne de front. Nous devons aussi empêcher Vladimir Poutine d’en acheter d’autres. Les chars coûtent cher. Les bombes coûtent cher. Les cuirassés coûtent cher.
Où Vladimir Poutine prend-il l'argent pour s’acheter toutes ces armes? Les exportations de pétrole et de gaz vers l’Europe de l’Ouest constituent de loin la principale source de financement de la machine de guerre russe. C’est le chèque de paie régulier de Vladimir Poutine. C’est dans les exportations de pétrole et de gaz vers l’Europe de l’Ouest que Vladimir Poutine trouve sa source de financement.
En fait, l’Europe de l’Ouest importe chaque jour environ 3,4 millions de barils de pétrole et de gaz de la Russie. L’argent que l’Europe de l’Ouest dépense pour ce pétrole et ce gaz fait tourner la machine de guerre de Vladimir Poutine. Il dépense ensuite cet argent en achetant des chars d’assaut, des bombes et des cuirassés, qui servent tous à financer les efforts de guerre de la Russie contre l’armée ukrainienne et à commettre des atrocités contre les civils ukrainiens, comme le bombardement d’une maternité d’hôpital à Marioupol et le massacre de civils dans les rues de Boutcha.
Si la communauté internationale pouvait trouver un moyen d’envoyer 3,4 millions de barils supplémentaires de pétrole et de gaz en Europe de l’Ouest, nous pourrions sérieusement empêcher la Russie de poursuivre cette guerre. Comment la communauté internationale peut-elle combler ces besoins de l'Europe de l'Ouest? À lui seul, le Canada pourrait réussir au moyen de seulement quatre projets. Ces quatre projets ont fait l’objet de nombreux débats à la Chambre au cours des dernières années. Il s’agit du pipeline Keystone XL, du pipeline Énergie Est, du pipeline Northern Gateway et de l’expansion du réseau Trans Mountain.
Or, ces quatre projets ont été annulés ou considérablement retardés au cours des dernières années en raison des projets de loi C-69 et C-48 du gouvernement et d’autres obstacles qu’il ne cesse d’ériger.
Récemment, le ministre des Ressources naturelles a annoncé que le Canada n’augmenterait ses exportations de pétrole vers l’Europe de l’Ouest que de 300 000 barils par jour à partir des infrastructures existantes. Malheureusement, le ministre a également décrit cette augmentation comme une solution à court terme et seulement temporaire pour aider nos amis et alliés qui combattent en Ukraine.
Je mets fortement en garde le gouvernement contre le retour à sa vieille politique contre l’exploitation du pétrole et du gaz canadiens, et ce, pour deux raisons.
Premièrement, personne ne sait quand cette guerre prendra fin. Comme bon nombre d’entre nous l’ont probablement appris en classe d’histoire, lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté, tous les experts de l’époque ont dit que la guerre serait terminée à Noël. Quatre ans plus tard, la guerre faisait toujours rage. Aujourd’hui, 62 jours se sont écoulés depuis le début du conflit, et personne ne peut prédire avec exactitude quand cette guerre prendra fin. Il se peut fort bien que nos alliés en Europe de l’Ouest aient besoin de pétrole et de gaz de pays autres que la Russie dans un avenir prévisible.
Deuxièmement, même si la guerre prenait fin demain, il serait insensé de ne pas apprendre de nos erreurs passées. L’une des raisons pour lesquelles le monde est dans cette situation, c’est que, depuis trop longtemps, des pays démocratiques pacifiques ont pris la mauvaise habitude de faire confiance à de petits dictateurs pour leurs besoins énergétiques. Pendant ce temps, le pétrole et le gaz canadiens demeurent inexploités.
Si le Canada pouvait accroître ses exportations de pétrole et de gaz de 3,4 millions de barils par jour et remplacer les exportations de la Russie vers l’Europe de l’Ouest, on se demanderait ce que les Canadiens pourraient faire de l’argent que cela générerait. Ce n’est pas bien malin: ils pourraient en faire ce qu’ils veulent. Beaucoup de gens qui travaillent dans le secteur des ressources naturelles aimeraient bien rembourser leur hypothèque, épargner pour les études de leurs enfants ou prendre des vacances bien méritées, surtout après ce qu'ils ont vécu ces deux dernières années.
Les travailleurs du secteur privé ne seraient pas les seuls à en profiter. Chaque année, ma province, la Saskatchewan, tire de 10 à 15 % de son budget de ses redevances sur les ressources naturelles. Cet argent peut servir à financer les routes, les écoles, les hôpitaux et d’autres services dont les gens ont besoin. Il y a plus d’une décennie, lorsque les redevances sur les ressources étaient à leur apogée, le gouvernement provincial de la Saskatchewan a annoncé qu’il construirait un nouvel hôpital pour enfants à Saskatoon. Cet hôpital a ouvert ses portes il y a à peine quelques années et, depuis, il a aidé des milliers d’enfants.
Je crois que la grande majorité des gens qui se portent candidats à une charge publique le font avec les meilleures intentions du monde, en pensant à leurs enfants et à leurs petits-enfants, mais nous savons tous ce qu'on dit au sujet des bonnes intentions. Le coût de notre inaction est évident, et le contraste est frappant. Les recettes pétrolières et gazières ne devraient pas servir à bombarder des hôpitaux pour enfants de Marioupol; ils devraient servir à construire des hôpitaux ici au Canada.
Il est clair que tout observateur objectif conviendrait que le Canada a le potentiel énorme de faire beaucoup de bien sur la scène mondiale. Il n’est pas nécessaire que les démocraties de l’Europe de l’Ouest ou du reste du monde comptent sur les exportations de petits dictateurs pour satisfaire leurs besoins énergétiques. Il n’est pas nécessaire qu’ils financent la machine de guerre de Vladimir Poutine ou d’autres régimes hostiles.
Le Canada peut contribuer fortement à la paix et à la stabilité dans le monde simplement en extrayant et en exportant les ressources qu’il possède, qui se trouvent littéralement sous nos pieds et que nous n’utilisons pas. S'il faut vaincre l’armée de Vladimir Poutine, pour reprendre les termes de la ministre des Finances, nous devons nous employer sérieusement à construire des pipelines au Canada pour que l’Europe de l’Ouest et le reste du monde puissent acheter leur pétrole et leur gaz du Canada et non de la Russie de Vladimir Poutine.
Collapse
View Michael Kram Profile
CPC (SK)
View Michael Kram Profile
2022-04-26 12:48
Expand
Madam Speaker, I am glad to hear that all parties in the House support the people of Ukraine. Certainly, dictators cannot roll their tanks into neighbouring countries, take over and expect to think that is okay.
As for the issue with displacing Russian oil and gas going to western Europe, I believe that the four projects I mentioned should have been built years ago. I do not see why that could not have been done years ago. I do not see why it has to be so difficult for private sector businesses in this country to build pipelines or other major projects. It should be a lot easier and it should have been done a long time ago.
Madame la Présidente, je suis content de savoir que tous les partis ici représentés appuient le peuple ukrainien. Il est tout simplement intolérable qu’un dictateur décide d’envoyer ses chars envahir un pays voisin en toute impunité.
Quant à l’interruption des exportations de pétrole et de gaz russe vers les pays d’Europe occidentale, je pense que les quatre projets que j’ai mentionnés auraient dû être construits il y a des années. Je ne comprends pas pourquoi cela n’a pas été fait. Je ne comprends pas pourquoi les entreprises ont autant de mal à construire des pipelines au Canada. Ce devrait être beaucoup plus facile que ça ne l’est, et ces projets auraient dû être réalisés il y a bien longtemps.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, farmers need the certainty of knowing what the government is doing, especially since they have started their spring seeding. First, the Liberals hinted at restricting fertilizer use. Now they are implementing a 35% retroactive tariff on fertilizer imports from Russia. We are living in a disrupted world for food supply and trade, and there is no plan offering Canadian farmers stability.
We are close to a global food crisis and the minister is forcing farmers to grow less and taxing them out of existence. Will the minister remove the tariff on fertilizer purchased before March 2?
Monsieur le Président, les agriculteurs doivent savoir avec certitude quelles mesures prend le gouvernement, d'autant plus qu'ils ont commencé les semailles du printemps. Premièrement, les libéraux ont parlé de leur intention de restreindre l'utilisation des engrais. Maintenant, ils mettent en œuvre des droits de douane rétroactifs de 35 % sur les importations d'engrais de la Russie. À l'heure actuelle, l'approvisionnement alimentaire et le commerce sont perturbés, mais le gouvernement n'a aucun plan pour offrir de la stabilité aux agriculteurs canadiens.
Alors que pointe la menace d'une crise alimentaire mondiale, la ministre force les agriculteurs à réduire leurs cultures et elle les accable de taxes qui mettent leurs activités en péril. La ministre annulera-t-elle les droits de douane sur les engrais achetés avant le 2 mars?
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I rise today to table two petitions.
The first petition is signed by my constituents in my riding of Battlefords—Lloydminster. It calls on the Government of Canada to take several steps to further support Ukraine. This includes the establishment of a no-fly zone over Ukraine, the provision of additional lethal weapons and to increase humanitarian aid.
The second petition also calls on the Government of Canada to work with our allies to close the airspace over Ukraine and to provide direct military assistance.
In the face of Putin's indiscriminate attacks and unjustified aggression in Ukraine, the petitioners are urging Canada to stand shoulder to shoulder with Ukraine and the Ukrainian people, for the cost of not standing up to Putin's aggression is far too great.
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui pour présenter deux pétitions.
La première a été signée par des résidants de Battlefords—Lloydminster, que je représente. Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de prendre plusieurs mesures pour soutenir davantage l'Ukraine, ce qui comprend l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne au‑dessus de l'Ukraine, l'envoi de plus d'armes létales et l'accroissement de l'aide humanitaire.
La deuxième pétition demande également au gouvernement du Canada de collaborer avec ses alliés pour fermer l'espace aérien au‑dessus de l'Ukraine et de fournir une aide militaire directe.
Compte tenu des attaques aveugles en Ukraine et de son agression injustifiée par Vladimir Poutine, les pétitionnaires exhortent le Canada d'être solidaire de l'Ukraine et de son peuple, sans quoi, nous devrons payer un prix beaucoup trop grand pour l'agression de Poutine.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-04-01 11:51
Expand
Madam Speaker, Canada's export-dependent sectors have said that the WTO's upcoming ministerial conference must secure ambitious outcomes across the board. This includes removing pandemic related restrictions, fixing the appellate body and improving transparency. In addition, the global trading community must ensure Russia is condemned in all international institutions.
What is the government's plan to ensure this WTO ministerial conference is used to further isolate Putin and his aggression?
Madame la Présidente, les secteurs canadiens qui dépendent des exportations ont déclaré que la prochaine conférence ministérielle de l'OMC doit déboucher sur des résultats ambitieux dans tous les domaines. Il s'agit notamment de lever les restrictions liées à la pandémie, de remédier aux problèmes de l'organe d'appel et d'améliorer la transparence. En outre, les acteurs du commerce international doivent veiller à ce que la Russie soit sanctionnée par toutes les institutions internationales.
Que compte faire le gouvernement pour s'assurer que la conférence ministérielle de l'OMC serve à isoler davantage Poutine et son offensive?
Collapse
View Michael Kram Profile
CPC (SK)
View Michael Kram Profile
2022-04-01 12:18
Expand
Mr. Speaker, I would like to present two petitions today, both related to Canada's military contribution to the war in Ukraine and both signed by the Ukrainian community in Regina and southern Saskatchewan.
The first petition calls on the Government of Canada to resume providing RADARSAT image intelligence to the Ukrainian government and Ukrainian military. This is something that the Ukrainians have been calling for for some time and is something that Canada can and should be doing to help Ukraine win the war.
The second petition calls on the Government of Canada to expedite the approval of any export permits of arms sales to Ukraine. This one is pretty much self-explanatory. When President Zelenskyy addressed this chamber just a couple of weeks ago, he was very clear that Ukraine needs military equipment to help win the war. This petition says that any military equipment that is provided should be given in a timely manner.
I am pleased to present these petitions today on behalf of the Ukrainian community in Regina and southern Saskatchewan.
Monsieur le Président, je voudrais présenter deux pétitions aujourd’hui. Les deux concernent la contribution militaire du Canada pour la guerre en Ukraine et les deux ont été signées par des membres de la communauté ukrainienne de Regina et du Sud de la Saskatchewan.
La première pétition demande au gouvernement du Canada de recommencer à fournir, au gouvernement et aux forces militaires d’Ukraine, des renseignements par imagerie produits par les satellites RADARSAT. Les Ukrainiens le demandent depuis un certain temps et le Canada peut et doit aider l’Ukraine à gagner la guerre.
La deuxième pétition demande au gouvernement du Canada d’accélérer l’approbation de toute licence d’exportation qui concerne la vente d’armes à l’Ukraine. Le libellé est assez clair. Lorsque le président Zelenski s’est adressé à la Chambre il y a deux semaines, il a clairement dit que l’Ukraine avait besoin de matériel militaire pour pouvoir gagner cette guerre. L’objectif de cette pétition est que tout matériel militaire fourni devrait être remis à l’Ukraine le plus rapidement possible.
Je suis honoré de présenter ces pétitions aujourd’hui au nom des communautés ukrainiennes de Regina et du Sud de la Saskatchewan.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-03-30 14:14
Expand
Mr. Speaker, this past Saturday I had the pleasure of attending a fundraising supper at St. George Ukrainian Catholic Church.
The event, which included a Ukrainian feast, raised $12,000 for Come Back Alive: a charity supporting members of the Ukrainian forces with protective equipment, medical care and mental health services. The charity began operating seven years ago, when tensions between Ukrainian forces and Russian-backed separatists first erupted.
The event also featured a silent auction by the Veselka Ukrainian Cultural and Heritage Club. It raised $3,500 towards the Canada-Ukraine Foundation, which is involved in several humanitarian projects in Ukraine.
Residents of my constituency stand with Ukraine, with the people of Ukraine and with the over one million Canadians who have ties with Ukraine. They are our neighbours, our friends and our family. They are an integral part of Saskatchewan. Their concerns are our concerns.
Monsieur le Président, dimanche dernier, j'ai eu le plaisir de participer à un souper-bénéfice à l'église catholique ukrainienne St. George.
L'événement, qui comprenait un festin ukrainien, a permis de recueillir 12 000 $ pour l'organisme de bienfaisance Come Back Alive, qui aide les membres des forces armées ukrainiennes en leur fournissant de l'équipement de protection, des soins médicaux et des services de santé mentale. Cet organisme a été fondé il y a sept ans, quand ont débuté les tensions entre les forces ukrainiennes et les séparatistes appuyés par la Russie.
L'événement comprenait aussi un encan silencieux organisé par le Veselka Ukrainian Cultural and Heritage Club. Cette activité a permis de recueillir 3 500 $ pour la Fondation Canada-Ukraine, qui participe à plusieurs projets humanitaires en Ukraine.
Les habitants de ma circonscription sont de tout cœur avec l'Ukraine, ses habitants et le million de Canadiens qui ont des liens avec ce pays. Ils sont nos voisins, nos amis et notre famille. Ils font partie intégrante de la Saskatchewan. Leurs inquiétudes sont aussi les nôtres.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-03-29 11:49
Expand
Madam Speaker, it is a great pleasure to rise in this House today to speak to this concurrence motion on the grave situation before us in Ukraine. My constituents in Saskatoon West know that I sit on the House of Commons immigration committee. On this committee, we have been focused on several issues of importance, but none more so than the horrid war in eastern Europe and the humanitarian crisis being caused by Putin's unprovoked invasion of Ukraine.
The motion we are debating today is very simple. The immigration committee came together under the leadership of my colleague, the Conservative shadow minister of immigration, and asked the government to take in Ukrainians visa-free. That is simple enough, right? Unfortunately, every single Liberal on that committee voted against the motion. I hope today that the Liberals will change their minds and support this motion now that it is in front of the entire House of Commons.
This motion was born out of the experience of government failures since August 15 of last year to help Afghan refugees fleeing the Taliban. We do not want to see a repeat of what happened with Afghanistan replayed here with Ukraine, and indeed the two issues are very much intertwined. Before I get into detail about Ukraine, I must bring out some context about Afghanistan.
None of us in this House asked for the Taliban to wipe out the legitimate government of Afghanistan last August when Joe Biden removed the last of the U.S. troops from that country, just as none of us in this House asked for Vladimir Putin to invade and wage war in Ukraine, creating the greatest mass exodus of people in Europe since the end of World War II, yet here we are.
As one of the most fortunate and blessed countries on the planet, Canada has a role to play and must step up to the plate. If we listen to the government, we would hear that Canada's response, in the words of the foreign affairs minister, would be for Canada to be a convenor of meetings. We would send over a few World II bazookas and set up a couple of meetings in Ukraine. Of course, that pales in comparison to the Liberal response to the Taliban, a banned terrorist organization in Canada, conquering Kabul last year. Maryam Monsef, then Liberal leader for women's rights, no less, welcomed the Taliban as “our brothers”.
I first want to put some context to this debate on Ukraine today. That context is Afghanistan. When Kabul was falling to the Taliban, our Prime Minister called a vanity election, hoping to get his sought-after pandemic majority. On that day, the world was in crisis, and all the Prime Minister could see in the mirror was his own vain image. Thousands of Canadian Forces members served in Afghanistan between 2001 and 2014, with the solemn loss of 159 Canadians and military personnel. These brave women and men fought to secure basic human rights, such as girls not being sold into sexual slavery and instead going to school. They also fought to eliminate the threat the Taliban posed to world peace. Of course, it was the Taliban that gave material aid and support to al Qaeda in planning and executing the 9/11 attack.
Thoroughly embarrassed, the Liberals did promise to bring in 40,000 Afghan refugees. This included those who helped our armed forces while they were in the country, but the program established to bring them over to Canada has been a dismal failure. In eight months, the program has brought in less than 20% of the eligible number, and most of those brought in are in Canada because of private refugee sponsorship, not through the clumsy, overly bureaucratic IRCC process.
Last night, I attended the Afghan committee and listened to painful stories from Afghanistan. The Taliban hard-liners are turning back the clock. Girls have been banned from schools after the sixth grade and women cannot even travel on a plane without a male chaperone, yet Canada cannot get its act together.
Here is one example. Friba Rezayee from the Women Leaders of Tomorrow works with elite women athletes. She has 15 female Afghan athletes who have been given full-ride scholarships to respected Canadian universities. The Liberals have denied them student visas because they are afraid that these women might stay in Canada in the long term. The Liberals will not allow elite women athletes to study in Canada because they might not return to a regressive Taliban. I guarantee that we will not see that headline on CBC News.
Today many potential new refugees are currently in Europe, waiting for their go-ahead from IRCC and a plane ticket, but it is not happening. Indeed Greece, Crete and other EU nations are getting increasingly impatient with Canada as they bear the cost of housing and feeding these refugees who are meant for our country.
As an MP and deputy shadow minister for immigration, I am fortunate enough to have been able to meet with many ambassadors, high commissioners and consuls general from other regions to discuss Canada's response to the refugee crisis. I had very fruitful discussions with President Biden’s consul general, Boris Johnson’s deputy in Ottawa and the Belgian ambassador. I have also met with the high commissioners from India, Ajay Bisaria, and Bangladesh, Dr. Rahman, to discuss these issues. I hear one unifying message from the diplomatic corps here in Ottawa: Get on with the job and get those refugees settled in Canada.
I want to turn to the specific motion we are debating today. Earlier this month, our committee, led by the Conservatives and supported by the other opposition parties, passed this motion calling upon the government to implement visa-free travel for Ukrainians fleeing Putin’s war machine. Unfortunately, Liberal members voted against this motion, going on record with their opposition to allowing Ukrainians coming into Canada. Indeed, the Liberal member for Surrey—Newton summed up Liberal opposition to this at the March 1 committee meeting when we were discussing this. He said:
…Liberal members who are concerned about the security…concerned about bad people coming to Canada if there is a visa-free entry.
…This is not going to go well, so please consider that and do not support this motion.
Let us remember that we are talking about women and children. Men are not even allowed to leave Ukraine.
Honestly, this is just a smokescreen for the government to slow down the process and keep people out. I know this, because I asked the Minister of Immigration directly about security concerns for Ukrainians coming into Canada when he came to the committee at the following meeting. Specifically, I asked him if the biosecurity checks that are being done at our embassy in Warsaw, Poland, would add extra processing time to the applications. His answer was that it takes only a few days and added negligible time to the processing of Ukrainians. This is simply not true. The reality is that it is adding up to six weeks to the process.
It is so bad, in fact, that the Toronto Star reported that the Polish prime minister had to take Canadian media aside during our Prime Minister’s trip to Poland to underscore his frustration that these refugees were not being cleared through our embassy in Warsaw. When the Polish prime minister needs to complain about the lousy job the Liberals are doing, something is clearly wrong.
The Conservative solution is simple: Do the security checks when these individuals arrive in Canada. These are women and children; the risk is very low.
What would our Conservative solution accomplish? First and foremost, it would allow the people fleeing the war zone the opportunity to come to Canada in an expedited manner. Back in Saskatoon, as I talk to people who have family on the ground in Ukraine, Poland, Czech Republic, Slovakia or wherever they may be in Europe, the stories they are telling me are of massive delays at Canadian embassies and consulates to get paperwork done, and that paperwork is for visas. It is to get the so-called biometrics done. Basically, it is fingerprinting and criminal record checking but on a larger scale and against a global database. Conservatives absolutely understand the need to keep undesirables out of Canada. However, we can do these criminal checks in Canada. Let us remember that we are talking about women and children. Canada can do better.
On Thursday of last week, the Minister of Immigration appeared at our immigration committee. I asked him about the dichotomy between the treatment of Afghans and Ukrainians coming into Canada. I wanted know why only 9,500 of the promised 40,000 Afghan refugees have arrived in Canada after eight months. I wanted to know why he was also bragging about bringing in over 10,000 white Ukrainians to Canada in only three months. The minister said back to me, “the vast majority of people who want to seek safe haven in Canada actually [will] return to Ukraine.” Regarding Afghans, he said, “I hate to admit that the likelihood that people who are coming here are going to be able to return is just not there.”
He believes that Afghans will stay in Canada permanently. On the other hand, he has every confidence that white Ukrainians will have no problem exiting Canada when the time is right. This boggles my mind. He basically admitted to his own systemic biases in gauging people by their skin colour.
I am not the only person who caught this either. On Friday last week, The Globe and Mail did an entire news story on my exchange with the minister. This was its analysis:
Opposition parties says the Liberal government’s streamlined immigration program for Ukrainians creates a two-tiered, racialized system that prioritizes Ukrainian immigrants over refugees from other conflict zones, including Afghanistan.…
[The immigration minister] added that the government opted to offer streamlined immigration measures to Ukrainians, rather than a dedicated refugee program, because European counterparts and the Ukrainian Canadian community have indicated that most Ukrainians who come to Canada will want to eventually return home. This is not the case with people coming from Afghanistan, he said, hence the need for a refugee program.
I can assure my constituents in Saskatoon West and indeed all Canadians that they can read between these lines and see that the minister is basically waving the white flag to the Taliban and saying that, unlike white Europeans, Afghans do not have the drive, desire or love of their homeland and would not return if conditions improve.
I have managed many people over the years, and I have learned that the vast majority want to do a good job. I am sure that the hard-working staff at IRCC want to make Canada proud and do the best job that they can, but there are clear problems. Both Afghans and Ukrainians are being stalled by bureaucracy and piles of rules that effectively stop good people from coming to Canada. These types of problems fall firmly at the feet of leadership: the minister and his senior staff. I urge the minister to review this bureaucracy and make immediate changes so that those at IRCC can do the work they want to do and make Canada proud.
Marcel, from Saskatoon West, wrote to me after that Globe and Mail article was published. I want members to know what he said, because it is relevant to today's debate. He said, “Thank you for raising this issue...I complained...at election time that it was criminal that getting Afghanis who helped the Canadian Forces had been delayed by the Bureaucrats and the Liberals.... Today's paper states about half of those approved are still being kept out. We should charter planes to bring them here and do the paperwork later. All those who helped the Canadians can be identified by past and present members of the forces.”
Marcel's point was that the Afghans we are trying to get out helped us through the two-decade war. Canada was in that war because we are part of NATO, and the U.S. invoked article 5, which ensures mutual defence. When one NATO member is attacked, we are all attacked.
What is happening in Ukraine has a lot of people talking about NATO and Canada's role in NATO. People in Saskatoon West are asking me what I believe should be done for our defence posture in our budget. To that end, I put a motion on notice in the House just last week. Motion No. 55 reads as follows:
That, given the ongoing war of aggression in Ukraine and the possibility of the war spilling over into the North Atlantic Treaty Organization’s (NATO) defended territory, in the opinion of the House, the government should:
(a) make at minimum the NATO requirement of defence spending investments of 2% of gross domestic product (GDP) in budget 2022 to bring the budget of the Department of National Defence and the Canadian Armed Forces (CAF) into line with NATO requirements;
(b) focus this funding on expanding Canada’s war fighting capabilities;
(c) authorize the departments of Public Works and Government Services and National Defence to make capital purchases for the CAF on an urgent basis using national security grounds and waving bureaucratic red tape; and
(d) immediately enter into an agreement with the United States of America to use Canadian territory for the deployment of its ballistic missile system and provide funding and operational personnel for such a system based within in its territory.
The first and second parts of the motion are pretty straightforward. When our Prime Minister was in Brussels last week, NATO Secretary General Jens Stoltenberg told reporters that all member nations have until June to provide their plans to him to reach the NATO target of 2% of GDP for defence spending. Our defence minister immediately left that meeting and shot that idea down. The government's coalition partner, the NDP, has said that it will veto any increased defence spending, so it looks like Canada will once again miss this target.
The third part of the motion to cut red tape and authorize the purchase of military equipment on national security grounds is something that has not happened since Prime Minister Harper. When Canada needed tanks or new heavy-lift airplanes for the war in Afghanistan, the government invoked the national security clause and the equipment arrived within months. Today, when we look at what we can provide for the war on Ukraine, we do not have much. Our military cupboard is nearly bare.
When our governments go to buy helicopters, fighter jets or new naval vessels, it takes decades. The process to start building the new naval frigates started in the early 2000s, and not one plank has been laid. The process to buy the fighter jets started at the same time, and only yesterday did the government announce that it would begin the process to buy the planes that Harper wanted to buy in 2006. What about those helicopters? Yes, they are the ones that Brian Mulroney ordered in the 1980s and were cancelled by Jean Chrétien. Then they were reordered and finally arrived only a few years ago. Unfortunately, they are all out of service because of cracks in the airframe, but, hey, that is the government's red-tape military procurement system.
The final section I have in there is on Canada joining the U.S. ballistic missile defence system. Do members know that Canada is the only NATO country not protected against Russian nuclear attack? The technology in this system is proven to shoot down incoming ICBMs. It would not catch all of the nuclear warheads, but it would certainly limit the damage. Why is Canada not a member? The Americans were willing to pay and man the system after all, and all we needed to do was allow them to set up some stations in our Arctic territories. However, under the Paul Martin Liberals in 2005, Canada told President Bush that we thought Putin was a nice guy and would never harm a fly. What I am proposing is that we get back to the Americans, tell them Canada made a mistake, and that if we need to pay and man the stations in the Arctic, a real partnership with the U.S.A., we will do it.
Even with the war in Ukraine, I am not under any delusion that the NDP-Liberal government will support this motion, but I want my constituents back in Saskatoon West to know that I am putting these ideas forward for them.
Saskatoon has one of the highest Ukrainian diaspora populations on the planet. After Ukraine and Russia, the Canadian Prairies are home to the world’s third-largest Ukrainian population. I grew up behind the garlic curtain in Yorkton, Saskatchewan. The Yorkton area has a very large Ukrainian population, which is why I thought that garlic was one of the food groups. Borscht, perogy, holopchi, I ate very well in Yorkton.
I recently learned that my own ancestry is tied to Ukraine. My heritage is Mennonite. My Mennonites started out in the Netherlands; then they moved to Prussia, and then they were enticed to move to Russia by Catherine the Great. She offered them freedom in exchange for their work in developing vast farms, because they were known as great farmers. My grandfather always called himself Russian and labelled his town of birth as Schönfeld, Russia. However, what I recently learned was that my grandfather was actually born in Ukraine. His birthplace, while called Russia at the time, was actually very near Zaporizhzhia, the heart of the current fighting in southern Ukraine. I finally understood my love of Ukrainian food and of Ukrainian people.
Many Ukrainians also live in Saskatoon West. Their families came here when our province was first settled, and the government was providing land to be farmed. Many others had grandparents and parents flee to Canada during the Holodomor, Stalin’s holocaust and mass starvation of the Ukrainian people. Even today, there are many Ukrainians who are immigrating right now. The Ukrainian language is very much alive and well in Saskatoon.
I have had a chance to meet with many constituents of Ukrainian descent over the past several years and to talk about issues common to all Canadians. We talk about taxes and government spending. Inflation is a hot topic right now. We talk about health care, the pandemic, crime and everything in between. It has only been recently, though, that we have begun talking about the old country and their relations and ties back in Ukraine. It is heartbreaking to listen to the stories they relay from the front lines. It is also heartwarming to know that many of them are prepared to do everything possible to support Ukraine against Putin’s war of aggression. Even in Saskatoon, I have spoken with young men who could not wait to find a flight to get back to Ukraine to help fight against Putin.
Oleksandr from my riding wrote to me and said the following: “Hi Brad. I am Ukrainian immigrant. I am in Saskatoon since 2006...I am glad to meet with you (though I am just a journeyman welder in Canada, former Ukrainian engineer. Resident of Saskatoon. I am not a leader of a community or anything like this, so you don’t really need me other than to learn from me about this ridiculous fact of this old vicious attack against Ukraine”.
Oleksandr’s letter told me that he wanted to send a money wire transfer back to his family, but because of the policies of the Liberal government in Ottawa, he was barred from doing so. This is just another example of the Liberals making bureaucracy a priority over the people of Ukraine. What I will tell Oleksandr and all my constituents is that I am in Ottawa and I will continue to fight for you and will continue to stand up against this incompetent Liberal government to ensure that the concerns of Ukrainians are heard.
I do not know what the future holds for Ukraine and Afghanistan. I fear that in both instances it will not be good. Democracy and human rights may once again prevail in both countries, but the human cost will be high.
What is Canada’s responsibility to make sure peace happens? We fought a war in Afghanistan and a lot of Canadian blood was spilled and treasure spent. In Ukraine, the stakes are even higher. Reports put daily military causalities higher than the entire wars in Iraq and Afghanistan inflicted on U.S.A. and NATO allies in two decades. The belligerents of Russia and Belarus directly border NATO countries, while NATO supply lines of military equipment into Ukraine have become legitimate targets for attack. President Biden said the following, “Direct conflict between NATO and Russia is World War III, something we must strive to prevent.” Those are scary words, for sure.
Let me finish with these inspirational words from Ukrainian President Zelenskyy when he addressed this Parliament two weeks ago: “We are not asking for much. We are asking for justice, for real support, which will help us to prevail, to defend, to save lives, to save life all over the world.… Please expand your efforts to bring back peace to our peaceful country. I believe that you can do it and I know that you can do it.”
These are inspirational words. Let’s heed them. Peace to Ukraine. Slava Ukraini.
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole à la Chambre aujourd’hui pour parler de cette motion d’adoption du rapport sur la grave situation de l’Ukraine. Mes concitoyens de Saskatoon-Ouest savent que je siège au comité de l’immigration de la Chambre des communes. Ce comité s’est concentré sur plusieurs questions importantes, mais surtout sur l’horrible guerre qui fait rage en Europe de l’Est et sur la crise humanitaire causée par l’invasion de l’Ukraine que Poutine a ordonnée sans qu’il n’y ait eu de provocation.
La motion dont nous débattons aujourd’hui est très simple. Le comité de l’immigration s’est réuni sous la direction de mon collègue, le ministre du cabinet fantôme conservateur en matière d’immigration, et a demandé au gouvernement d’accepter les Ukrainiens sans visa. C’est assez simple, n’est-ce pas? Malheureusement, tous les membres libéraux du comité ont voté contre cette motion. J’espère que les libéraux changeront d’avis et appuieront cette motion maintenant qu’elle a été déposée devant toute la Chambre des communes.
Cette motion découle du fait que, depuis le 15 août de l’année dernière, le gouvernement n’a pas réussi à aider les réfugiés afghans qui fuient les talibans. Nous ne voulons pas que ce qui s’est passé en Afghanistan se reproduise en Ukraine. Ces deux problèmes sont très étroitement liés alors, avant d’entrer dans les détails au sujet de l’Ukraine, je vais présenter le contexte de la situation de l’Afghanistan.
Aucun de nous à la Chambre n’a demandé aux talibans, en août dernier, d’anéantir le gouvernement légitime de l’Afghanistan lorsque Joe Biden en a retiré les derniers soldats américains. De même, aucun de nous à la Chambre n’a demandé à Vladimir Poutine d’envahir l’Ukraine et de se livrer à une guerre qui a créé le plus grand exode en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais voilà où nous en sommes.
Le Canada est l’un des pays les plus chanceux et les plus choyés de la planète. Il doit donc assumer son rôle et faire sa part. Si nous écoutons le gouvernement, il semblerait que la réponse du Canada, pour reprendre les mots de la ministre des Affaires étrangères, serait d’organiser des réunions. Nous envoyons quelques bazookas datant de la Deuxième Guerre mondiale et nous organisons des réunions en Ukraine. Évidemment que cette réponse semble très faible à côté de celle des libéraux face aux talibans, qui forment une organisation terroriste interdite au Canada et qui ont conquis Kaboul l’an dernier. Maryam Monsef, championne du Parti libéral pour les droits des femmes, appelait les talibans « nos frères ».
J’aimerais d’abord mettre en contexte notre débat sur l’Ukraine. Le contexte, c’est l’Afghanistan. Pendant que Kaboul tombait aux mains des talibans, notre premier ministre a déclenché des élections par vanité, dans l’espoir d’obtenir la majorité qu’il recherchait pendant la pandémie. Ce jour-là, le monde était en crise, mais le premier ministre ne voyait rien d’autre que sa vaine image dans le miroir. Des milliers de membres des Forces canadiennes ont servi en Afghanistan entre 2001 et 2014, où 159 Canadiens et militaires ont perdu la vie. Ces femmes et ces hommes courageux se sont battus pour faire respecter les droits fondamentaux de la personne, notamment pour que les filles ne soient pas vendues comme esclaves sexuelles et puissent aller à l’école. Ils se sont également battus pour écarter la menace que les talibans faisaient planer sur la paix mondiale. Bien sûr, ce sont les talibans qui ont apporté un soutien matériel à Al‑Qaïda dans la planification et l’exécution de l’attaque du 11 septembre.
Profondément embarrassés, les libéraux ont promis de faire venir au Canada 40 000 réfugiés afghans, dont les gens qui ont aidé nos forces armées pendant qu’elles se trouvaient dans le pays, mais le programme conçu pour les faire venir au pays a été un échec lamentable. En huit mois, le programme a permis d’accueillir moins de 20 % des réfugiés admissibles, la plupart grâce au parrainage privé de réfugiés, et non pas grâce au processus boiteux et excessivement bureaucratique d’IRCC.
Hier soir, j’ai assisté à la séance du comité sur l’Afghanistan où j’ai entendu des histoires pénibles. Les talibans partisans de la ligne dure font reculer le pays des années en arrière. Ils interdisent aux filles de fréquenter l'école après la sixième année, et les femmes ne peuvent même pas prendre l’avion sans accompagnateur de sexe masculin, et pourtant, le Canada ne peut pas s’organiser.
Voici un exemple. Friba Rezayee, de l’organisme Women Leaders of Tomorrow, travaille avec des athlètes féminines d’élite. Elle connaît 15 athlètes afghanes qui ont reçu des bourses pour toutes leurs études dans des universités canadiennes de renom. Les libéraux leur ont refusé des visas d’étudiante parce qu’ils ont peur qu’elles restent au Canada à long terme. Les libéraux ne permettront pas aux athlètes féminines d’élite d’étudier au Canada parce qu’elles risquent de ne pas retourner vers un régime taliban régressif. Je vous garantis que nous ne verrons pas cette manchette aux nouvelles de Radio‑Canada.
Aujourd’hui, de nombreux nouveaux réfugiés potentiels se trouvent en Europe, en attente du feu vert d’IRCC et d’un billet d’avion, qui n’arrivent pas. En effet, la Grèce, la Crète et d’autres pays de l’Union européenne sont de plus en plus impatients face au Canada, car ils doivent loger et nourrir ces réfugiés qui sont censés venir au Canada.
En tant que député et ministre adjoint du cabinet fantôme en matière d'immigration, je suis plutôt chanceux d'avoir pu rencontrer de nombreux ambassadeurs, hauts-commissaires et consuls généraux d'autres pays pour discuter de la réponse du Canada à la crise des réfugiés. J'ai eu des discussions très fructueuses avec la consule générale du président Biden, le chef de mission adjoint de Boris Johnson à Ottawa, et l'ambassadeur de Belgique. J'ai aussi rencontré les hauts-commissaires de l'Inde, M. Ajay Bisaria, et du Bengladesh, le Dr Rahman, afin de discuter de ces sujets. Tous ces diplomates sont unanimes: il faut s'activer et faire venir ces réfugiés au Canada.
J'aimerais parler de la motion dont nous sommes saisis aujourd'hui. Plus tôt ce mois-ci, notre comité, dirigé par les conservateurs et appuyé par les autres partis de l'opposition, a adopté cette motion demandant au gouvernement d'accorder une exemption de visa aux Ukrainiens qui fuient la machine de guerre de Poutine. Malheureusement, les membres libéraux ont voté contre cette motion, indiquant ainsi officiellement qu'ils sont contre l'idée de laisser les Ukrainiens venir au Canada. En effet, le député libéral de Surrey—Newton a résumé en ces mots l'opposition des libéraux à cette motion lors de la réunion du 1er mars du comité:
[...] les membres du Parti libéral qui sont préoccupés au sujet de la sécurité [...] [et] du fait que de mauvaises personnes pourraient venir au Canada si le visa n'est pas obligatoire.
Les choses vont mal se passer, alors pensez‑y et n'appuyez pas cette motion.
N'oublions pas qu'on parle de femmes et d'enfants. Les hommes ne sont même pas autorisés à quitter l'Ukraine.
Honnêtement, ce n’est que de la poudre aux yeux de la part du gouvernement afin de ralentir le processus et d’empêcher les gens d’entrer. Je le sais, car j’ai interrogé directement le ministre de l’Immigration sur les problèmes de sécurité des Ukrainiens qui viennent au Canada lorsqu’il a comparu devant le comité à la réunion suivante. Plus précisément, je lui ai demandé si les contrôles biométriques qui sont effectués à notre ambassade à Varsovie, en Pologne, allaient ajouter du temps de traitement aux demandes. Il m’a répondu que cela ne prenait que quelques jours et n’ajoutait qu’un temps négligeable au traitement des demandes des Ukrainiens. C’est tout simplement faux. En réalité, cela ajoute jusqu’à six semaines au processus.
La situation est si grave que le Toronto Star a rapporté que le premier ministre polonais a dû prendre à part les médias canadiens lors du voyage du premier ministre en Pologne pour souligner sa frustration de voir que ces réfugiés n'étaient pas approuvés par notre ambassade à Varsovie. Lorsque le premier ministre polonais a besoin de se plaindre du piètre travail des libéraux, il est clair que quelque chose ne va pas.
La solution des conservateurs est simple: effectuer les contrôles de sécurité lorsque ces personnes arrivent au Canada. Ce sont des femmes et des enfants; le risque est très faible.
Qu’accomplirait la solution des conservateurs? D’abord et avant tout, elle permettrait aux personnes qui fuient la zone de guerre de venir au Canada de façon accélérée. À Saskatoon, lorsque je parle à des gens qui ont de la famille sur le terrain en Ukraine, en Pologne, en République tchèque, en Slovaquie ou ailleurs en Europe, ils me racontent qu’il y a des retards énormes dans les ambassades et les consulats canadiens pour obtenir des documents, et ces documents concernent les visas. Il s’agit d’obtenir ce que l’on appelle les données biométriques. En gros, il s’agit de prendre les empreintes digitales et de vérifier le casier judiciaire, mais à plus grande échelle et dans une base de données mondiale. Les conservateurs comprennent parfaitement la nécessité d’empêcher les personnes indésirables d’entrer au Canada. Cependant, nous pouvons effectuer ces vérifications criminelles au Canada. N’oublions pas que nous parlons de femmes et d’enfants. Le Canada peut faire mieux.
Jeudi dernier, le ministre de l’Immigration a comparu devant le comité de l’immigration. Je l’ai interrogé sur la dichotomie entre le traitement des Afghans et des Ukrainiens qui entrent au Canada. Je voulais savoir pourquoi seulement 9 500 des 40 000 réfugiés afghans promis sont arrivés au Canada après 8 mois. Je voulais savoir pourquoi il se vantait en plus d’avoir fait venir plus de 10 000 Ukrainiens blancs au Canada en seulement trois mois. Le ministre m’a répondu que la grande majorité des personnes qui veulent trouver refuge au Canada retourneront en fait en Ukraine. En ce qui concerne les Afghans, il a déclaré: « Il m’est très difficile d’admettre que la probabilité que les gens qui viennent ici puissent retourner chez eux n’existe tout simplement pas. »
Il pense que les Afghans resteront au Canada de façon permanente. En revanche, il est convaincu que les Ukrainiens blancs n’auront aucun problème à quitter le Canada le moment venu. Cela me stupéfie. Il a essentiellement admis ses propres préjugés systémiques pour ce qui est d'évaluer les gens en fonction de la couleur de leur peau.
Je ne suis pas le seul à l'avoir remarqué. Vendredi dernier, le Globe and Mail a consacré tout un reportage à mon échange avec le ministre, dont voici l'analyse:
Les partis de l'opposition affirment que le programme d'immigration simplifié du gouvernement libéral à l'égard des Ukrainiens crée un système racialisé à deux vitesses, qui accorde la priorité aux immigrants ukrainiens par rapport aux réfugiés d'autres zones de conflit, comme l'Afghanistan [...]
[Le ministre de l'Immigration] a ajouté que le gouvernement avait opté pour des mesures d'immigration simplifiées à l'égard des Ukrainiens, plutôt que de concevoir un programme de réfugiés spécial, étant donné que des homologues européens et la communauté ukrainienne du Canada avaient indiqué que la plupart des Ukrainiens qui viennent au Canada voudraient tôt ou tard rentrer chez eux. Ce n'est pas le cas pour les réfugiés de l'Afghanistan, ajoute-t-il, d'où le besoin d'établir un programme de réfugiés.
J'assure les résidants de ma circonscription, Saskatoon-Ouest, de même que tous les Canadiens qu'ils peuvent lire entre les lignes pour comprendre que le ministre brandit ni plus ni moins le drapeau blanc aux talibans, en affirmant que, contrairement aux Européens blancs, les Afghans n'ont pas de dynamisme, de volonté ni d'amour de leur patrie, où ils ne retourneraient pas si les conditions s'amélioraient.
Après avoir géré de nombreuses équipes au fil des ans, je sais que la vaste majorité des employés veulent faire du bon travail. Je suis certain que les employés dévoués du ministère de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté veulent que le Canada soit fier. Ils font de leur mieux, mais il y a des problèmes évidents. Les Afghans et les Ukrainiens sont embourbés dans cette bureaucratie et cette panoplie de règles qui empêchent des personnes irréprochables de venir au Canada. Ce type de problème est imputable aux dirigeants, en l'occurrence le ministre et les hauts fonctionnaires. J'exhorte le ministre à se pencher sur la bureaucratie et à apporter des changements immédiats pour que les employés du ministère puissent faire leur travail et faire honneur au Canada.
Marcel, de Saskatoon-Ouest, m'a écrit au sujet de l'article publié dans le Globe and Mail. Je veux que les députés sachent ce que m'a dit ce résidant parce que ses propos sont liés au débat d'aujourd'hui. Je le cite: « Merci de soulever ce point [...] J'ai dit [...] pendant la campagne électorale qu'il était criminel de laisser les bureaucrates et les libéraux retarder l'arrivée au Canada d'Afghans qui avaient aidé les Forces canadiennes [...] Dans le journal d'aujourd'hui, on indique que la moitié des personnes dont le dossier a été approuvé ne sont pas encore arrivées au Canada. Nous devrions noliser des avions pour les amener ici, et remplir les formulaires après. Les membres actuels et passés des Forces armées sont en mesure d'identifier les personnes qui ont aidé les Canadiens. »
Marcel voulait souligner que les Afghans que nous essayons de faire sortir d'Afghanistan nous ont aidés au cours de cette guerre qui a duré deux décennies. Le Canada était en guerre à titre de membre de l'OTAN, et les États‑Unis ont invoqué l'article 5 sur la défense collective. Une attaque dirigée contre un membre de l'OTAN est considérée comme une attaque contre tous les membres de l'Alliance.
Vu ce qui se passe en Ukraine, les gens parlent beaucoup de l'OTAN et du rôle du Canada comme membre de cette organisation. Les résidants de Saskatoon-Ouest me demandent mon avis sur ce que le budget devrait prévoir dans le domaine de la défense. J'ai déposé un avis de motion à la Chambre la semaine dernière. Voici donc le contenu de la motion M‑55:
Que, étant donné la guerre d'agression en cours en Ukraine et la possibilité que cette guerre empiète sur le territoire défendu par l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), de l'avis de la Chambre, le gouvernement devrait:
a) mettre au minimum dans le budget de 2022 l'exigence de l'OTAN concernant des investissements dans les dépenses militaires correspondant à 2 % du produit intérieur brut (PIB) afin d'harmoniser le budget du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes (FAC) avec les exigences de l'OTAN;
b) injecter ces fonds dans l'expansion des capacités de combat du Canada;
c) autoriser les ministères des Travaux publics et des Services gouvernementaux et de la Défense nationale à faire de toute urgence l'acquisition d'immobilisations pour les FAC, en invoquant des motifs de sécurité nationale et en s'affranchissant du fardeau administratif;
d) conclure immédiatement un accord avec les États-Unis d'Amérique concernant l'utilisation du territoire canadien pour le déploiement de leur système de missiles balistiques, ainsi que la fourniture du financement et du personnel opérationnel nécessaires à l'exploitation d'un tel système sur son territoire.
La première et la deuxième partie de la motion sont assez simples. La semaine dernière, lors de la visite du premier ministre à Bruxelles, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré aux journalistes que les pays membres de l’OTAN avaient jusqu’en juin pour lui présenter leurs plans en vue de consacrer au moins 2 % de leur PIB à des dépenses de défense, comme cette organisation l’exige. La ministre de la Défense a immédiatement quitté cette réunion et a refusé. Le partenaire de coalition du gouvernement, le NPD, a déclaré qu’il mettrait son veto à toute augmentation des dépenses de défense. Il semble donc que le Canada manquera une fois de plus cette cible.
La troisième partie de la motion vise à réduire les formalités administratives et à autoriser l’achat d’équipement militaire pour des raisons de sécurité nationale. Il s’agit de quelque chose qui ne s’est pas produit depuis le gouvernement Harper. Lorsque le Canada avait besoin de chars d’assaut ou de nouveaux avions de transport lourd pour la guerre en Afghanistan, ce gouvernement invoquait la clause de sécurité nationale et l’équipement arrivait en quelques mois. Aujourd’hui, lorsque nous regardons ce que nous pouvons fournir en soutien à la guerre en Ukraine, nous n’avons pas grand-chose. Notre armoire militaire est presque vide.
Lorsque les gouvernements canadiens achètent des hélicoptères, des avions de chasse ou de nouveaux navires de guerre, cela prend des décennies. Le processus pour faire construire de nouvelles frégates a commencé au début des années 2000, et leur construction n’a pas encore commencé. Le processus d’achat des avions de chasse a commencé à la même époque, et ce n’est qu’hier que le gouvernement a annoncé qu’il allait entamer le processus d’achat des avions que Harper proposait d’acheter en 2006. Qu’en est-il de ces hélicoptères? Oui, ce sont ceux que Brian Mulroney avait commandés dans les années 1980 et qui ont été annulés par Jean Chrétien. Ils ont ensuite été commandés à nouveau et sont finalement arrivés il y a quelques années seulement. Malheureusement, tous ces hélicoptères sont hors d’usage en raison de fissures dans leur structure, mais cela exemplifie le système d’approvisionnement militaire du gouvernement.
La dernière partie de la motion porte sur l’adhésion du Canada au système de défense antimissile balistique des États-Unis. Les députés savent-ils que le Canada est le seul pays de l’OTAN qui n’est pas protégé contre une attaque nucléaire russe? La technologie utilisée dans ce système a fait ses preuves pour ce qui est d’abattre les missiles balistiques intercontinentaux en approche. Il n’attraperait pas toutes les ogives nucléaires, mais il limiterait certainement les dégâts. Pourquoi le Canada n’y adhère-t-il pas? Les Américains étaient prêts à payer et à s’occuper du système après tout, et tout ce que nous avions à faire était de leur permettre d’installer quelques stations sur notre territoire dans l’Arctique. Cependant, en 2005, sous la direction du gouvernement libéral de Paul Martin, le Canada a dit au président Bush qu’il pensait que Poutine était un bon gars et que ce dernier ne ferait jamais de mal à une mouche. Ce que je propose, c’est que nous recontactions les Américains, que nous leur disions que le Canada a fait une erreur et que si nous devons payer et équiper les stations dans l’Arctique, pour conclure un véritable partenariat avec les États-Unis, nous le ferons.
Même avec la guerre en Ukraine, je ne me fais pas d’illusions sur la probabilité que le gouvernement néo-démocrate—libéral appuie cette motion. Je veux toutefois que les gens de Saskatoon-Ouest sachent que je présente ces idées pour eux.
La diaspora ukrainienne de Saskatoon est l’une des plus importantes au monde. Après l’Ukraine et la Russie, les Prairies canadiennes accueillent la troisième population ukrainienne en importance au monde. J’ai grandi derrière le rideau de l’ail, à Yorkton, en Saskatchewan. La région de Yorkton compte une importante population ukrainienne, c’est d’ailleurs pour cette raison que je pensais que l’ail était un des groupes alimentaires. J’ai très bien mangé à Yorkton, du bortsch, des pirojkis, des holopchis.
J’ai récemment découvert que mes propres ancêtres avaient un lien avec l’Ukraine. Je suis de descendance mennonite. Mes ancêtres mennonites sont originaires des Pays‑Bas et ils se sont ensuite établis en Prusse, avant d’être attirés vers la Russie par Catherine la Grande. Comme ils étaient reconnus comme d’excellents agriculteurs, elle leur a offert la liberté en échange de leur travail sur de vastes fermes. Mon grand-père a toujours dit qu’il était Russe et qu’il était né Schönfeld, en Russie. J’ai toutefois découvert récemment qu’il est né en Ukraine. Son lieu de naissance, dans ce qui était à l’époque la Russie, se trouvait tout près de Zaporijia, au cœur de l’actuelle zone de combat dans le Sud de l’Ukraine. J’ai finalement compris pourquoi j’adore la cuisine ukrainienne et le peuple ukrainien.
De nombreux Ukrainiens vivent aussi à Saskatoon-Ouest. Leurs familles sont arrivées ici au début de la colonisation de notre province et le gouvernement leur a offert des terres à cultiver. D’autres ont des grands-parents ou des parents qui ont trouvé refuge au Canada durant l’Holodomor, l’holocauste de Staline, et la grande famine qui a frappé le peuple ukrainien. Beaucoup d’Ukrainiens immigrent encore aujourd’hui. La langue ukrainienne est très vivante à Saskatoon.
Ces dernières années, j’ai eu l’occasion de rencontrer de nombreux concitoyens d’origine ukrainienne et de discuter avec eux de questions qui intéressent tous les Canadiens. Nous parlons d’impôts et des dépenses du gouvernement. En ce moment, l’inflation est un sujet très chaud. Nous parlons aussi des soins de santé, de la pandémie, de la criminalité et de bien d’autres enjeux. Ce n’est que récemment, cependant, que nous avons commencé à parler de leur pays d’origine et des liens qu'ils entretiennent avec lui. Il est déchirant d’entendre les histoires qu’ils nous transmettent des lignes de front. Par contre, il est réconfortant de savoir que bon nombre d’entre eux sont prêts à tout faire pour soutenir l’Ukraine dans cette guerre d’agression de Poutine. Même à Saskatoon, j’ai parlé à de jeunes hommes qui étaient impatients de trouver un vol vers l’Ukraine pour aller y combattre Poutine.
Oleksandr, un résidant de ma circonscription, m’a écrit ceci: « Bonjour Brad, je suis un immigrant ukrainien et je vis à Saskatoon depuis 2006... Je serais heureux de vous rencontrer, même si je ne suis qu’un compagnon soudeur ici au Canada, et un ancien ingénieur ukrainien. Je réside à Saskatoon. Comme je ne suis pas une figure dirigeante dans la communauté ni rien du genre, vous n’avez pas vraiment besoin de moi, si ce n’est que pour avoir des nouvelles de cette ridicule attaque vicieuse contre l’Ukraine. »
Dans sa lettre, Oleksandr me disait qu’il voulait envoyer de l'argent à sa famille, mais qu’il ne peut pas le faire à cause des politiques du gouvernement libéral à Ottawa. Voilà un autre exemple qui démontre que les libéraux font passer la bureaucratie avant les Ukrainiens. Je vais dire à Oleksandr et à tous les résidants de ma circonscription que je vais continuer à me battre pour eux contre ce gouvernement libéral incompétent afin que les préoccupations des Ukrainiens soient entendues.
Je ne sais pas ce que l’avenir réserve à l’Ukraine et à l’Afghanistan. Dans les deux cas, je crains que ce ne soient pas de bonnes nouvelles. La démocratie et les droits de la personne seront peut-être rétablis dans ces deux pays, mais le coût humain sera élevé.
Quelle est la responsabilité du Canada pour assurer la paix? Nous avons fait la guerre en Afghanistan et beaucoup de sang canadien a été versé et beaucoup d'argent a été dépensé. En Ukraine, les enjeux sont encore plus élevés. Selon les rapports, le nombre quotidien de victimes militaires est supérieur au nombre de pertes infligées par les guerres en Irak et en Afghanistan aux États-Unis et à l'OTAN en deux décennies. Les belligérants que sont la Russie et la Biélorussie ont une frontière directe avec des pays membres de l’OTAN, tandis que les lignes d’approvisionnement en matériel militaire de l’OTAN en Ukraine sont devenues des cibles d’attaque légitimes. Le président Biden a déclaré ce qui suit: « Un conflit direct entre l’OTAN et la Russie, c’est la troisième guerre mondiale, et nous devons nous efforcer de l’empêcher ». Ce sont des mots qui font peur, c’est sûr.
Je me permets de terminer par ces paroles inspirantes du président ukrainien Zelenski lorsqu’il s’est adressé au Parlement ici il y a deux semaines: « Nous ne demandons pas grand-chose. Nous demandons justice et une aide concrète qui nous aidera à l'emporter, à nous défendre, à sauver des vies partout dans le monde. Je vous prie d'accroître vos efforts afin de rétablir la paix dans notre pays pacifique. Je crois, je suis persuadé que vous en êtes capables. »
Ces paroles sont une source d’inspiration. Prenons-les en compte. Paix à l’Ukraine. Slava Ukraini.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-03-29 12:10
Expand
Madam Speaker, I thank the member for his statement. There may be a number somewhere that says two weeks, but my information comes directly from people we have talked to: people I have talked to and our office has talked to.
It is actually quite fascinating. I was in my office last week and my office manager was speaking with a woman in Canada who is Ukrainian. She was speaking with her family. As we were conversing here, she was texting her sister who was in Poland. It just amazed me that we had the ability to communicate directly with people on the front lines of this conflict.
When I say it is six weeks, that number is coming from those people. This is real information that I have from people I have talked to. The government may say one thing, but the information that I have seen and that I have heard from people in my constituency and from people fleeing the area is that it is many more than two weeks.
Madame la Présidente, je remercie le député de sa déclaration. Il y a peut-être un chiffre quelque part qui dit deux semaines, mais mon information provient directement de personnes à qui nous avons parlé: des personnes à qui j’ai parlé et à qui notre bureau a parlé.
C’est en fait assez fascinant. J’étais dans mon bureau la semaine dernière et mon chef de bureau parlait avec une femme ukrainienne au Canada. Elle s'entretenait avec sa famille. Pendant que nous conversions ici, elle envoyait des messages à sa sœur qui était en Pologne. J’ai été stupéfait de voir que nous pouvions communiquer directement avec les personnes qui se trouvent en première ligne de ce conflit.
Quand je dis que c’est six semaines, ce chiffre vient de ces personnes. Ce sont des renseignements réels que je tiens de personnes à qui j’ai parlé. Le gouvernement peut dire une chose, mais les renseignements que j’ai vus et que j’ai entendus de gens de ma circonscription et de personnes qui fuient la région, c’est que c’est beaucoup plus que deux semaines.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-03-29 12:12
Expand
Madam Speaker, that question points out the reality that is being faced right now. I have heard many stories of people who are wanting to get biometrics done, for example, and these biometrics are supposed to take a short time. When they call the office, they do not even have the ability to book an appointment because they are all booked for the next six-plus weeks.
There is a tremendous problem with the immediacy of this issue. My colleague suggested getting some planes over there and dealing with the paperwork once people come here. As I said in my speech, these are women and children. Men are not even allowed to leave Ukraine because they are needed in the war effort.
The risk to Canada is extremely low. I strongly believe that we can do things to get people out of the country, get them to a safe spot and then deal with paperwork and biometrics to figure out if they are terrorists or not.
Madame la Présidente, cette question illustre la réalité que nous vivons. J’ai entendu parler de gens qui veulent fournir leurs données biométriques, par exemple, dont la collecte est censée prendre peu de temps. Lorsqu’ils appellent le bureau, ils ne peuvent même pas prendre un rendez-vous, car les plages sont toutes prises pour au moins les six prochaines semaines.
L’urgence de cet enjeu pose un énorme problème. Mon collègue a suggéré d’envoyer des avions là-bas et de s’occuper de la paperasse une fois que les gens arrivent ici. Comme je l’ai dit dans mon intervention, il s’agit de femmes et d’enfants. Les hommes ne sont même pas autorisés à quitter l’Ukraine parce qu’ils sont nécessaires à l’effort de guerre.
Le risque pour le Canada est extrêmement faible. Je crois fermement que nous pouvons prendre des mesures pour faire sortir les gens du pays, les conduire dans un endroit sûr, puis nous occuper de la paperasserie et des analyses biométriques pour déterminer s’il s’agit de terroristes ou non.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-03-29 12:14
Expand
Madam Speaker, that question is one that we have asked multiple times at the immigration committee. I hear it from people every day.
The simple reality is that when one has finite resources and one adds more work to the pile, something will not get done. That is just reality. All of us who have been in the real world have experienced that. We experience that in our own homes: If there is too much to do, something does not get done. All of us have to-do lists we have not gotten to. That is the case here also.
I have heard many cases of other streams of immigration. I spoke a lot about Afghanistan. I think that one is falling by the wayside a bit. Certainly, in the normal stream of immigration, I can recall a man in my riding who was not able to see his wife and kids for two and a half years because he was waiting for paperwork. Those are the kinds of cases that I believe are going to suffer because of this. There are not enough resources to do all of this work at the same time. The good news is that I believe there could be more resources, if the will was there. Ultimately, we have to be able to walk and chew gum at the same time. We have to be able to deal with a crisis while we continue maintaining the regular work that has to be done.
Madame la Présidente, c’est une question que nous avons posée à plusieurs reprises au comité de l’immigration. Les gens me la posent tous les jours.
La réalité toute simple, c’est que lorsque les ressources sont limitées et que la pile de travail augmente, certaines choses sont laissées de côté. C’est la réalité. Tous ceux d’entre nous qui ont vécu dans le monde réel en ont fait l’expérience. Nous en faisons l’expérience dans nos propres foyers: s’il y a trop à faire, certaines tâches seront négligées. Nous avons tous des listes de choses à faire que nous n’avons pas encore commencées. C’est aussi le cas ici.
J’ai entendu parler de nombreux cas dans d’autres volets d’immigration. J’ai beaucoup parlé de l’Afghanistan. Je pense que ce pays est en train d’être un peu abandonné. Dans le volet d’immigration ordinaire, je me souviens d’un homme dans ma circonscription qui n’a pas pu voir sa femme et ses enfants pendant deux ans et demi parce qu’il attendait des papiers. Voilà le genre de cas qui, à mon avis, va pâtir de cette situation. Les ressources sont insuffisantes pour faire tout ce travail en même temps. La bonne nouvelle, c’est que je crois qu’il pourrait y avoir plus de ressources, si la volonté était là. Au bout du compte, nous devons être capables de marcher et de mâcher de la gomme en même temps. Nous devons être en mesure de faire face à une crise tout en continuant à accomplir le travail courant qui doit être fait.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-03-29 12:16
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague for the question. First, according to the current government, money does not seem to be an object for anything, so I do not think we can say that money is an object. The Liberals have found ways to print money. I am not suggesting that is a good thing, but it seems to be the mode the Liberals operate in, so I would be surprised if they said that money was an object. We also have a very large civil service, so I would think we would have the ability to do this. I believe the minister has the authority to authorize special permits for people to escape if needed. I think it has been done before, so I think we have the tools and the resources we need to make this happen. If we do not have enough resources, I am quite certain we could add what we need to get it done. We have to be able to accomplish these things.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question. Tout d’abord, selon le gouvernement actuel, l’argent ne semble pas poser un problème pour quoi que ce soit, alors je ne pense pas que nous puissions dire que l’argent pose un problème. Les libéraux ont trouvé des moyens d’imprimer de l’argent. Je ne dis pas que c’est une bonne chose, mais cela semble être le mode de fonctionnement des libéraux, alors je serais surpris qu’ils disent que l’argent pose un problème. Nous avons également une fonction publique très nombreuse, alors je pense que nous aurions la capacité de le faire. Je crois que le ministre a le pouvoir d’autoriser l'octroi de permis spéciaux pour permettre à des gens de fuir, au besoin. Je pense que cela s’est déjà fait, donc je pense que nous avons les outils et les ressources nécessaires pour y arriver. Si les ressources sont insuffisantes, je suis tout à fait certain que nous pourrions ajouter ce dont nous avons besoin pour y arriver. Nous devons être en mesure d’accomplir ces choses.
Collapse
Results: 1 - 15 of 31 | Page: 1 of 3

1
2
3
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data