Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 84
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2022-10-05 19:57 [p.8191]
Expand
Mr. Speaker, I would like to respond to the first part of what was said, that it was the provinces that brought in the mandates that made it difficult for businesses and whatnot. I am sorry, but I hold the Prime Minister and the Liberal government fully responsible for everything that has happened in this country, because when it first hit and we did not know what we were dealing with, our borders were not shut down to China and thousands of people from Wuhan, and China in general, came into this country.
That is absolutely true. You are welcome at any point to share with the House, the way you were supposed to, what helped you make the decisions that you made and every province responded to the—
Monsieur le Président, en réponse à la première partie de l'intervention du député, qui a dit notamment que ce sont les provinces qui ont mis en place les exigences ayant causé des difficultés aux entreprises. Je suis désolée, mais je tiens le premier ministre et le gouvernement libéral entièrement responsable de tout ce qui est arrivé au pays, car, au début de la pandémie, alors que nous ne savions pas à quoi nous avions affaire, nous n'avons pas fermé nos frontières aux voyageurs de la Chine, et des milliers de gens sont venus au Canada à partir de Wuhan ou d'autres régions de la Chine.
C'est tout à fait vrai. Vous pouvez à tout moment indiquer à la Chambre les raisons qui justifient les décisions que vous avez prises, et toutes les provinces ont répondu...
Collapse
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2022-10-05 19:58 [p.8192]
Expand
Mr. Speaker, you did make a couple of good decisions that I really appreciated, even as far as bringing the member to the bar and facing what you faced.
Anytime the government is ready to share the information that this House called for so that we are aware of what was done to make the decisions that were made is fine with me. I am open to that and I would appreciate hearing what should have been shared with the House in the first place.
Monsieur le Président, vous avez pris quelques bonnes décisions que j'ai vraiment appréciées, notamment celle d'amener le député à la barre et de lui montrer ce que vous aviez devant vous.
Dès que le gouvernement sera prêt à fournir les informations que la Chambre a réclamées pour que nous sachions ce qui a motivé les décisions qui ont été prises, cela me conviendra. Je suis ouverte à cela et je souhaiterais bien entendre ces informations qui auraient dû être communiquées à la Chambre en premier lieu.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-10-03 14:06 [p.8004]
Expand
Mr. Speaker, Canadians are getting sick and tired of this out-of-touch NDP-Liberal coalition government. Their support is plummeting across the country. Canadians see hope in a strong, unified Conservative team that will give them back control of their lives.
It is very telling that the NDP has signed a secret backroom deal to prop up the arrogant Liberal government until 2025, and Canadians will respond accordingly during the next election. It has gotten so bad for the federal NDP out west that its provincial comrades in Saskatchewan do not even want the member for Burnaby South, the current federal leader, around. I cannot believe it. The home of Tommy Douglas decided to uninvite the federal NDP leader to its provincial convention. What is the reason? It is because the NDP leader and his party would rather prop up the Prime Minister and the incompetent government than stand with the hard-working people of Saskatchewan.
Our leader and Conservatives will always put the people first.
Monsieur le Président, les Canadiens en ont assez de ce gouvernement de coalition néo‑démocrate-libérale déconnecté de la réalité. Sa popularité est en chute libre partout au pays. Les Canadiens fondent leurs espoirs sur une équipe conservatrice forte et unie qui leur redonnera le contrôle de leur vie.
Le fait que le NPD ait conclu une entente secrète en douce pour appuyer un gouvernement libéral arrogant jusqu'en 2025 est très révélateur, et les Canadiens s'en souviendront au moment des prochaines élections. Les choses vont tellement mal pour les néo‑démocrates fédéraux de l'Ouest que leurs homologues provinciaux de la Saskatchewan refusent de voir le député de Burnaby-Sud, l'actuel chef néo‑démocrate, dans les parages. C'est difficile à croire. Les néo‑démocrates provinciaux de la région qui a porté Tommy Douglas au pouvoir ont décidé de ne pas inviter le chef néo‑démocrate fédéral à leur congrès provincial. Pourquoi? Parce que le NPD et son chef préfèrent appuyer le premier ministre et son gouvernement incompétent plutôt que de défendre les travailleurs de la Saskatchewan.
Les conservateurs et leur chef feront toujours passer les Canadiens en premier.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-09-27 18:10 [p.7840]
Expand
Madam Speaker, I ask that the House give unanimous consent to support the Province of Saskatchewan's environmental plan. Saskatchewan's plan mirrors the plan of other provinces that the Liberal government has accepted. Therefore, based on fair and equal treatment of provinces within the dominion of Canada, Saskatchewan's plan should be accepted and approved by the government of the day.
Madame la Présidente, je demande le consentement unanime de la Chambre afin d'appuyer le plan environnemental de la Saskatchewan. Ce plan reflète ceux d'autres provinces qui ont été acceptés par le gouvernement libéral. Par conséquent, en se fondant sur un traitement juste et équitable de toutes les provinces au sein du Dominion du Canada, le plan de la Saskatchewan devrait être accepté et approuvé par le gouvernement du jour.
Collapse
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, while it is always an honour to rise in this place and speak on behalf of the people of Desnethé—Missinippi—Churchill River, this week as we return to Parliament, especially as a member from northern Saskatchewan, I come with a heavy heart. As I begin today, I want to acknowledge the recent tragic events in northern Saskatchewan in the communities of James Smith Cree Nation and Weldon. As the healing journey begins for so many, it is important that in the days and weeks ahead we do not allow our focus to be lost from what is going to be a long and difficult journey for many. Often as the media attention diminishes, so can the help and support. The heavy burden these communities will carry will require a resolve, a resolve to continue to be there for family, friends and neighbours. We must not allow them to walk this journey alone.
It is with these thoughts in mind that I rise to speak on Bill C-29, an act to provide for the establishment of a national council for reconciliation. The work of truth and reconciliation needs to be viewed as a journey rather than a destination. Relationships are not easy, especially ones that have a long history of distrust. That distrust is the reason why a bill like Bill C-29 deserves to be looked at through a lens that focuses on a consensus-building approach. This will create better legislation. It is what is needed and, quite frankly, deserved.
Bill C-29 attempts to honour calls to action 53 to 56 of the Truth and Reconciliation Commission by creating an accountability mechanism on the progress of reconciliation across the country. Our party supports accountability. In fact, as the party that established the Truth and Reconciliation Commission, we welcome it. We will support this bill to go to committee and work there to make improvements.
With the purpose of building better legislation and in the advancement of reconciliation, there are a few matters that I feel should be addressed, some concerns, some questions and some suggestions we will make. I would like to take the next few minutes to speak to some of those concerns.
The first concern I will address is around the appointment process of the board of directors of the national council for reconciliation, its transparency and its independence. To help explain this, I want to speak to some of the steps and timelines that led up to Bill C-29 being tabled in the House.
In December of 2017, the Prime Minister announced that he would start the process of establishing a national council for reconciliation by establishing an interim board of directors. By June 2018, only six months later, the interim board of directors presented its final report, with 20 very specific recommendations. It is worth noting, and it was confirmed by the technical briefing last night, that those 20 recommendations were the basis for the draft legal framework. One of those recommendations also included setting up a transitional committee to continue the work that was started.
I want to read a quote from that final report. It states:
As indicated in our interim report, the interim board believes it is important that a transitional committee be set up to continue the work proposed in the interim and final reports. During our tenure, we have heard from various organizations and community members that we need to move forward with speed and maintain the momentum to establish the NCR.
However, inexplicably, it took three and a half years, until December 2021, for the minister to finally get around to appointing the members of the transitional committee. Again, let us be clear. The development of the basis for the legal framework of Bill C-29 was already finished in June 2018. Why the delay?
The current government, time and again on indigenous issues, makes big announcements, holds press conferences, takes photographs and then proceeds to ignore the real and difficult work. Now we fast-forward to June of 2022, when the minister finally tabled Bill C-29, with just two days left in the spring session I might add. That is four years after the recommendations.
It is not just the unacceptable time frames, but the lack of independence and transparency of the selection process that is concerning. From the interim board of directors to the transitional committee to the board of directors of the council, the process of selecting members has been at the sole discretion of the minister. In June, while Bill C-29 was being introduced, there were indigenous organizations that were very public with their own concerns about this process. These concerns are valid, because according to the TRC’s call to action 53, the national council for reconciliation is supposed to be an independent body. I have a simple question. How is it independent if, per clause 8 of this bill, the first board of directors is “selected by the Minister”?
Does the government really expect us to believe, based on its history, that it deserves the benefit of the doubt, and that it would never put forward any undue pressure to get what it wants? Finally, there are the minister’s own words when explaining how this oversight body is needed. He said, “It isn’t up to Canada to be grading itself.”
I think the concerns around the selection process require the minister to be very clear in the House and, more importantly, to indigenous peoples on why he is comfortable in having so much direct control and influence on a body that will be tasked with holding his own government to account on advancing reconciliation.
My next concern is that there is nothing in Bill C-29 that has anything concrete as far as measuring outcomes. Quantifying reconciliation is difficult, I admit, but a close look at call to action number 55 will show that it includes several items that are, in fact, measurable. I will give a few examples: the comparative number of indigenous children to non-indigenous children in care and the reasons for that; the comparative funding for education of on- and off-reserve first nations children; the comparative education and income attainments of indigenous to non-indigenous people; progress on closing the gap on health outcomes; progress on eliminating overrepresentation of indigenous children in youth custody; progress on reducing the rate of criminal victimization in homicide, family violence and other crimes; and, finally, progress on reducing overrepresentation in the justice and correctional systems.
The concern is that, if we want to measure accountability, we must set targets that determine success from failure. Like the axiom, what gets measured gets done.
The PBO recently released a report in response to a Standing Committee on Indigenous and Northern Affairs request that was very critical of the departments of ISC and CIRNAC for spending increases without improvements in outcomes. I am going to quote from the report: “The analysis conducted indicates that the increased spending did not result in a commensurate improvement in the ability of these organizations to achieve the goals that they had set for themselves.” That paragraph ends with, “Based on the qualitative review the ability to achieve the targets specified has declined.”
  Maybe this is what the government is afraid of. Not only is there a lack of measurable outcomes in Bill C-29, but the wording seems to be purposely vague, just vague enough to avoid accountability. Chief Wilton Littlechild, who sat on both the interim board of directors and the transitional committee, when referring to the bill, told CBC News that the wording needs to be strengthened.
For example, the purpose section of the bill uses the text “to advance efforts for reconciliation”, but Littlechild said the word “efforts” needs deletion. He says the bill should instead say, “advance reconciliation” because it is building on work that has already laid a foundation. The preamble of the bill states that the government should provide “relevant” information, which Littlechild says leaves the government to determine what is important or not. “We could've taken out those kind of words,” he said.
When added all together, it seems that there is a pattern of reducing the risk of accountability in the wording of the bill and in the lack of measurable outcomes that would require the government to follow through on its words and actions.
My final concern is around who responds to the annual report issued by the national council. Subclause 17(3) of the bill states that the minister must respond to the matters addressed by the NCR’s annual report by “publishing an annual report on the state of Indigenous peoples that outlines the Government of Canada’s plans for advancing reconciliation.” This does not honour the TRC’s call to action number 56, which clearly and unequivocally calls on the Prime Minister of Canada to formally respond.
The Prime Minister has consistently said that, “No relationship is more important to Canada than the relationship with Indigenous Peoples.” Actions speak louder than words and the Prime Minister should be the one responding directly, not delegating that responsibility to the minister.
In closing, as I stated earlier, our party will support Bill C-29 and, in the spirit of collaboration and in response to the minister's own words of being willing to be open to “perfecting” the bill, will work with the members of the Standing Committee on Indigenous and Northern Affairs and will offer some amendments that we believe will make this bill better.
It is now our duty to ensure that Bill C-29 is a piece of legislation that truly advances reconciliation.
Monsieur le Président, c'est toujours un honneur de prendre la parole à la Chambre au nom des gens de Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill. C'est toutefois le cœur lourd que je reviens cette semaine au Parlement, surtout en tant que député du Nord de la Saskatchewan. Tout d'abord, je tiens à souligner aujourd'hui les événements tragiques qui sont survenus récemment dans le Nord de la Saskatchewan, dans les communautés de la nation crie de James Smith et de Weldon. Alors que le processus de guérison s'amorce pour de nombreuses personnes, il est important de ne pas perdre de vue, dans les jours et les semaines à venir, ce qui sera un long et difficile parcours pour bien des personnes. Souvent, lorsque l'attention des médias diminue, l'aide et le soutien diminuent aussi. Ces communautés devront faire preuve de détermination pour porter leur lourd fardeau; elles devront être déterminées à continuer à être là pour les familles, les amis et les voisins. Nous ne devons pas leur permettre de cheminer seuls.
C'est dans cet esprit que je prends la parole au sujet du projet de loi C‑29, Loi prévoyant la constitution d'un conseil national de réconciliation. Le travail de vérité et de réconciliation doit être considéré comme un parcours plutôt qu'une destination. Les relations ne sont pas faciles, surtout celles qui sont marquées par une longue histoire de méfiance. Cette méfiance est la raison pour laquelle une mesure législative comme le projet de loi C‑29 mérite d'être examinée au moyen d'une approche axée sur l'établissement d'un consensus. Cela permettra de créer un meilleur projet de loi. C'est ce qui est nécessaire et, franchement, c'est ce à quoi on est en droit de s'attendre.
Le projet de loi C‑29 tente de répondre aux appels à l'action 53 à 56 de la Commission de vérité et réconciliation en créant un mécanisme de reddition de comptes sur les progrès de la réconciliation dans tout le pays. Notre parti est favorable à la reddition de comptes. En fait, en tant que parti qui a créé la Commission de vérité et réconciliation, nous nous en félicitons. Nous appuierons le renvoi de ce projet de loi au comité et travaillerons à y apporter des améliorations.
Dans le but d'élaborer un meilleur projet de loi et de favoriser l'avancement de la réconciliation, il y a quelques préoccupations, quelques questions et quelques sujets qui, selon moi, devraient être abordés, et quelques suggestions que nous ferons. J'aimerais prendre les quelques minutes qui suivent pour parler de certaines de ces préoccupations.
Ma première réserve touche le processus de nomination des membres du Conseil national de réconciliation, sa transparence et son indépendance. Afin d’expliquer mon propos, je vais revenir sur les étapes et l’échéancier qui ont mené au dépôt du projet de loi C‑29 à la Chambre.
En décembre 2017, le premier ministre avait annoncé qu’il lancerait le processus de mise sur pied d’un conseil national de réconciliation en instaurant un conseil d’administration provisoire. En juin 2018, à peine six mois plus tard, ce dernier présentait son rapport final, qui énonçait 20 recommandations très précises. Il est important de préciser que celles-ci ont jeté les assises de l’ébauche du libellé du cadre législatif — ce qui a été confirmé lors de la séance d’information technique tenue hier soir. Il était notamment recommandé de nommer un comité de transition pour poursuivre les travaux amorcés.
J’aimerais vous lire un passage tiré de ce rapport final, qui dit ceci:
Comme nous l’avons indiqué dans notre rapport provisoire, le comité de transition croit qu’il est important qu’un comité de transition soit mis sur pied afin que les travaux proposés dans les rapports provisoire et final puissent se poursuivre. Au cours de notre mandat, divers organismes et membres des collectivités nous ont indiqué que nous devons rapidement aller de l’avant avec l’établissement du Conseil national de réconciliation et maintenir l’élan pour ce faire.
Toutefois, inexplicablement, il a fallu attendre trois ans et demi, jusqu'en décembre 2021, pour que le ministre nomme enfin les membres du comité de transition. Une fois de plus, soyons clairs. L'élaboration du fondement du cadre juridique du projet de loi C‑29 était déjà terminée en juin 2018. Pourquoi ce retard?
Le gouvernement actuel ne cesse de faire de grandes annonces, de tenir des conférences de presse et de prendre des photos au sujet de dossiers concernant les Autochtones, sans s'atteler ensuite aux tâches difficiles. En juin 2022, le ministre a finalement déposé le projet de loi C‑29, deux jours à peine avant la relâche parlementaire estivale, ajouterai-je. C'était donc quatre ans après les recommandations.
Non seulement un tel retard est inacceptable, mais le manque d'indépendance et de transparence du processus de sélection est préoccupant. Du conseil d'administration provisoire au conseil d'administration final du conseil en passant par le comité de transition, le processus de sélection des membres reste à l'entière discrétion du ministre. En juin, au moment de la présentation du projet de loi C‑29, des organismes autochtones ont clamé haut et fort leurs réserves au sujet de ce processus. Ces réserves étaient valables, car selon l'appel à l'action no 53 de la Commission de vérité et réconciliation, le Conseil national de réconciliation est censé être indépendant. J'ai une question toute simple. Comment peut-il être indépendant si, conformément à l'article 8 de ce projet de loi, le premier conseil d'administration doit être composé de personnes « choisies par le ministre »?
Le gouvernement veut-il vraiment nous faire croire, vu son bilan, qu'il mérite de se faire accorder le bénéfice du doute et qu'il n'exercerait jamais une pression indue pour obtenir ce qu'il veut? Enfin, il y a les propres mots du ministre, qui a dit ceci lorsqu'il a expliqué pourquoi un organisme de surveillance est nécessaire: « Il n'appartient pas au Canada de s'évaluer lui-même. »
À mon avis, les préoccupations concernant le processus de sélection exigent que le ministre dise très clairement à la Chambre et, surtout, aux peuples autochtones pourquoi il est à l'aise avec l'idée d'avoir autant de contrôle et d'influence directs sur un organisme qui aura pour tâche de demander des comptes à son propre gouvernement relativement aux progrès dans la réconciliation.
Autre sujet d'inquiétude: le projet de loi C-29 ne propose rien de concret pour mesurer les résultats. Certes, il est difficile de quantifier la réconciliation, mais, en lisant attentivement l'appel à l'action numéro 55, on constate qu'il comprend plusieurs éléments qui sont bel et bien mesurables. Voici quelques exemples: le nombre d'enfants autochtones pris en charge par comparaison avec les enfants non autochtones et les motifs de la prise en charge; une comparaison en ce qui touche le financement destiné à l'éducation des enfants des Premières Nations dans les réserves et à l'extérieur de celles-ci; une comparaison sur les plans des niveaux de scolarisation et du revenu entre les Autochtones et les non-Autochtones; les progrès réalisés pour combler les écarts en ce qui a trait aux indicateurs de la santé; les progrès réalisés pour ce qui est d’éliminer la surreprésentation des jeunes Autochtones dans le régime de garde; les progrès réalisés dans la réduction du taux de la victimisation criminelle des Autochtones, y compris des données sur les homicides, la victimisation liée à la violence familiale et d’autres crimes, et, enfin, les progrès réalisés en ce qui touche la réduction de la surreprésentation dans le système judiciaire et correctionnel.
Le problème, c'est que si l'on veut mesurer la responsabilité, il faut fixer des cibles qui permettent de distinguer la réussite de l'échec. Comme le veut l'adage, ce qui peut être mesuré peut être accompli.
Le directeur parlementaire du budget a publié récemment un rapport en réponse à une demande du Comité permanent des affaires autochtones et du Nord, où il critique vertement Services aux Autochtones Canada et Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada pour des hausses de dépenses qui ne se sont pas traduites par une amélioration des résultats. Je cite le rapport: « Il ressort de l’analyse réalisée que l’augmentation des dépenses n’a pas entraîné d’amélioration proportionnelle de la capacité de ces organisations à atteindre les objectifs qu’elles s’étaient fixés. » Le paragraphe se termine sur la phrase suivante: « Selon l’examen qualitatif, la capacité à atteindre les objectifs fixés a diminué. »
  C'est peut-être ce que craint le gouvernement. En plus de ne pas prévoir de résultats mesurables, le projet de loi C‑29 emploie des formulations qui semblent délibérément vagues, juste assez vagues pour éviter une possible reddition de comptes. Le chef Wilton Littlechild, qui a siégé au conseil d'administration provisoire et au comité de transition, a dit à CBC News qu'il fallait renforcer le texte du projet de loi.
À titre d'exemple, la section « Mission » contient la formulation « faire progresser les efforts de réconciliation ». Selon M. Littlechild, il faudrait supprimer le mot « efforts »; le projet de loi devrait plutôt dire « faire progresser la réconciliation », puisqu'il s'appuie sur le travail déjà accompli et les bases établies. Par ailleurs, le préambule du projet de loi dit que le gouvernement devrait communiquer des renseignements « pertinents », ce qui, d'après M. Littlechild, laisse au gouvernement la liberté de déterminer ce qui est important ou non. « On aurait pu enlever les mots de ce genre », a-t-il dit.
Lorsqu'on combine tous ces éléments, on a l'impression que le gouvernement cherche à réduire les risques d'une possible reddition de comptes en utilisant certaines formulations et en ne prévoyant pas de résultats mesurables, qui l'obligeraient à donner suite à ses paroles et à ses gestes.
Ma dernière préoccupation concerne la personne qui doit répondre au rapport annuel publié par le conseil national. Le paragraphe 17(3) du projet de loi précise que le ministre doit répondre aux enjeux visés par le rapport du conseil national de réconciliation en « publiant un rapport annuel sur la situation des peuples autochtones qui décrit les plans du gouvernement du Canada pour faire avancer la réconciliation ». Cela ne respecte pas l'appel à l'action numéro 56 de la Commission de vérité et réconciliation, qui demande clairement et sans équivoque au premier ministre du Canada d'y répondre officiellement.
Le premier ministre affirme toujours qu'« aucune relation n'est plus importante pour le Canada que celle qu'il entretient avec les peuples autochtones ». Les gestes sont plus éloquents que les paroles, et le premier ministre devrait être celui qui répond directement, sans déléguer cette responsabilité au ministre.
En conclusion, comme je l'ai dit plus tôt, notre parti appuiera le projet de loi C‑29 et, dans un esprit de collaboration et en réponse à la déclaration du ministre, qui s'est dit disposé à « perfectionner » le projet de loi, notre parti travaillera avec les membres du Comité permanent des affaires autochtones et du Nord et il proposera certains amendements qui, selon nous, amélioreront ce projet de loi.
Il est maintenant de notre devoir de veiller à ce que le projet de loi C‑29 fasse véritablement progresser la réconciliation.
Collapse
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, yesterday in the community of Dorintosh, the local Lions Club had a celebration to recognize the contributions of John Osborne. John Osborne is the definition of a “pillar of the community”. As a business owner, John was someone who valued an honest day’s work. However, his work went well beyond his own business. Being involved in municipal politics for over three decades, including a long run as mayor, John was a “let’s get the job done” type of leader who approached everything with an authentic kindness and integrity.
Beyond politics, some of John’s other contributions included being a charter member of the Lions Club and an active member of the Ski-Doo club, and two decades on the Beaver River Community Futures board. He even taught old-time dance lessons to the kids at the school. It was mentioned last night that if John’s years of service to his community were added together, it would be over 150 years or two lifetimes' worth.
I think all of us can agree that the world needs more John Osbornes.
Monsieur le Président, hier, dans la collectivité de Dorintosh, le Club Lions local a organisé une fête pour souligner les diverses contributions de John Osbourne. John Osbourne est la définition même d'un « pilier de la communauté ». En tant qu'entrepreneur, John était quelqu'un qui savait reconnaître une bonne journée de travail. Son œuvre s'est toutefois étendue bien au-delà de son entreprise. Il a œuvré au sein de la politique locale pendant plus de 30 ans, dont une bonne partie en tant que maire. John était le genre de dirigeant qui n'hésitait pas à tout mettre en oeuvre pour mener à bien les projets. Il abordait les choses avec bonté et intégrité.
Au-delà de la politique, John était un membre en règle du Club Lions et un membre actif du club de motoneige. Il a aussi fait partie du conseil d'administration de la Beaver River Community Futures Corporation pendant une vingtaine d'années. Il a même donné des leçons de danse traditionnelle aux enfants de l'école. On a dit hier soir que si on additionnait ensemble toutes les années que John a consacrées au service de la collectivité, cela équivaudrait à plus de 150 ans, ou deux vies.
Je crois que nous pouvons convenir que le monde a besoin de plus de personnes comme John Osborne.
Collapse
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, since 2015, the cost of living in northern Saskatchewan has skyrocketed. People travel great distances for groceries and medical appointments and to check on loved ones. There is one charging station, no public transit and there are more deer and moose trails than bike lanes in my riding. The cost of gas, groceries, home heating fuel and farm inputs, and nearly everything is getting more expensive under the Liberal-NDP coalition.
This is another attack on Saskatchewan's rural, northern and remote communities. Is that not true?
Monsieur le Président, depuis 2015, le coût de la vie dans le Nord de la Saskatchewan a monté en flèche. Les gens parcourent de longues distances pour faire l'épicerie, se rendre à des rendez-vous médicaux et rendre visite à des proches. Dans ma circonscription, il n'y a qu'une station de recharge, il n'y a pas de réseau de transport en commun, et il y a plus de pistes de chevreuil et d'orignal que de pistes cyclables. Sous le gouvernement de la coalition néo-démocrate—libérale, l'essence, l'épicerie, l'huile à chauffage domestique, les intrants agricoles et pratiquement n'importe quoi d'autre coûtent de plus en plus cher.
C'est une autre attaque contre les collectivités rurales, nordiques et éloignées de la Saskatchewan. N'est-ce pas la réalité?
Collapse
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, with some just beginning and others well on their way, I want to take the opportunity today to wish all farmers in northern Saskatchewan a safe and successful spring seeding season.
Spring is a time of year when farming families incur significant financial risk, and one that can be very stressful. With the current situation in Ukraine, this year's seeding season feels even more crucial, as it is essential to the world for Saskatchewan farmers to get their crops in. With Saskatchewan accounting for more than 40% of Canada's arable land, our farmers not only are vital to our own food security but are responsible for setting record exports in 2021, worth $17.5 billion. Saskatchewan's farmers have fed the rest of Canada and the world for generations. They are a significant part of the economic stability of the country.
To our farm families in Desnethé—Missinippi—Churchill River, I thank them for all their hard work and for their contributions to Canada.
Madame la Présidente, je veux profiter de l'occasion qui m'est offerte aujourd'hui pour souhaiter à tous les agriculteurs du nord de la Saskatchewan des semailles du printemps fructueuses et sans danger.
Le printemps est une période de l'année où les familles d'agriculteurs prennent d'importants risques financiers, ce qui peut générer beaucoup de stress. En raison de la situation actuelle en Ukraine, la saison d'ensemencement de cette année semble encore plus cruciale, car la capacité des agriculteurs de la Saskatchewan à produire leurs récoltes aura une incidence sur le monde entier. Comme la Saskatchewan compte 40 % des terres arables au Canada, les agriculteurs de cette province font non seulement un travail vital pour la sécurité alimentaire au Canada, mais ils ont aussi atteint un niveau record d'exportations de 17,5 milliards de dollars en 2021. Les agriculteurs saskatchewanais nourrissent le reste du Canada et le monde entier depuis des générations. Ils constituent un pilier de la stabilité économique de notre pays.
Je remercie toutes les familles d'agriculteurs de la circonscription de Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill pour leur dur labeur et tout ce qu'ils apportent au Canada.
Collapse
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, following my question last month on the lack of cell service on the Hanson Lake Road, a constituent shared a heartbreaking story. Recently, he came across an unresponsive male in the driver's seat of a vehicle stopped on that road. He drove to cell coverage, called for an ambulance and returned to the scene. By the time he got back, the man was deceased.
This is not a political issue; it is literally one of life and death. Will the minister approve today Saskatchewan's application to the CRTC for cell service on the Hanson Lake Road?
Madame la Présidente, après la question que j'ai posée le mois dernier concernant le manque de services cellulaires sur la route Hanson Lake, un résidant m'a fait part d'une histoire bouleversante. Récemment, il a trouvé un homme qui avait perdu connaissance au volant d'un véhicule stationné sur cette route. Le résidant a dû conduire là où il y avait une couverture cellulaire pour appeler une ambulance. Lorsqu'il est revenu sur les lieux, l'homme dans la voiture était décédé.
Ce n'est pas une question politique; c'est littéralement une question de vie ou de mort. La ministre approuvera-t-elle aujourd'hui la demande de la Saskatchewan auprès du CRTC concernant l'accès à un service de téléphonie cellulaire sur la route Hanson Lake?
Collapse
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, everyone in the House and in this country remembers where they were four years ago today when the Humboldt Broncos hockey team was involved in a horrific crash. It became a sad day in Saskatchewan, across our nation and around the world. Fifteen young lives were tragically taken away from us far too soon. The outpouring of support was immediate. Who can forget the images from across our great country of people leaving hockey sticks outside their doors? During times like this, it is hard to find the silver lining and to answer the question of why something so tragic would happen, but the crash brought out the best of our country and inspired people to register as organ donors.
This tragedy showed us the true spirit of Saskatchewan and all Canadians. Through horrific circumstances, the best of what we are comes through. May God bless those who experienced loss.
Monsieur le Président, tous les députés et tous les Canadiens se souviennent de l'endroit où ils étaient lors du terrible accident dont ont été victimes les Broncos de Humboldt, il y a quatre ans aujourd'hui. C'est devenu un triste jour pour la Saskatchewan, notre pays et le monde. Quinze jeunes vies nous ont été tragiquement arrachées beaucoup trop tôt. La vague de soutien a été immédiate. Qui peut oublier les images de gens aux quatre coins de notre grand pays qui ont placé des bâtons de hockey devant leur porte? En de telles circonstances, il est difficile de voir le bon côté des choses et de comprendre pourquoi un événement aussi tragique a lieu, mais l'accident a fait ressortir ce qu'il y a de meilleur chez nos concitoyens et il a inspiré des gens à s'inscrire comme donneurs d'organes.
Cette tragédie nous a montré le véritable esprit des habitants de la Saskatchewan et de l'ensemble du Canada. Devant des circonstances horribles, c'est le meilleur de nous-mêmes qui ressort. Que Dieu bénisse ceux qui ont été frappés par le deuil.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-04-06 14:20
Expand
Mr. Speaker, God looked down on his frozen tundra and said, “I need a skater,” so God made a hockey player.
God said, “I need somebody strong enough to tussle with the enemy, yet sportsman enough to shake his hand when it is over, somebody not afraid to lose, but with enough heart to despise not winning,” so God made a hockey player.
God said, “I need somebody to stand in front of a rush of sticks and skates, ice the bruises that show, rub the ones that do not, suit back up and do it all over again because their teammates are counting on them,” so God made a hockey player.
God said, “I need somebody with enough desire to never quit, enough passion to never be good enough and enough grit to take a piece of frozen rubber to the cheek occasionally,” so God made a hockey player.
God said, “I need someone who is an athlete, a warrior, unselfish, hard-working, strong-willed, sharp-eyed and quick-witted, yet human enough to look around, pause and proudly call his teammates his family,” so God made a hockey player.
On the fourth anniversary, we remember our Humboldt Broncos, and I ask everyone to leave some sticks on the porch tonight just in case they need a spare one upstairs.
Monsieur le Président, Dieu observa la toundra gelée et se dit: « J’ai besoin d’un patineur », et Dieu créa un joueur de hockey.
Dieu dit: « J’ai besoin de quelqu’un d’assez fort pour combattre son adversaire, mais d'assez beau joueur pour lui serrer la main après l’affrontement; quelqu’un qui n’a pas peur de perdre, mais qui a assez de cœur pour ne pas mépriser la victoire », alors Dieu créa un joueur de hockey.
Dieu dit: « J’ai besoin de quelqu’un qui peut se tenir debout devant une déferlante de bâtons et de patins, qui applique de la glace sur les blessures qui se voient et frictionne celles qui ne se voient pas, et qui retourne aussitôt dans l'arène rejoindre ses coéquipiers, car ils comptent sur lui », alors Dieu créa un joueur de hockey.
Dieu dit: « J’ai besoin de quelqu’un d’assez passionné pour ne jamais abandonner ni se dire qu’il est suffisamment bon et quelqu’un d’assez courageux pour se prendre parfois une rondelle de caoutchouc gelé en plein visage », alors Dieu créa un joueur de hockey.
Dieu dit: « J’ai besoin d'un athlète, d'un guerrier, de quelqu’un de généreux, travailleur, résolu, au regard et à l’esprit vifs, mais qui est assez humain pour regarder autour de lui, s’arrêter et dire avec fierté que ses coéquipiers sont comme sa famille », alors Dieu créa un joueur de hockey.
En ce quatrième anniversaire, nous nous souvenons des Broncos de Humboldt, et je demande à chacun de laisser quelques bâtons de hockey sur son perron ce soir, au cas où certains en auraient besoin là-haut.
Collapse
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, the Hanson Lake road in northeastern Saskatchewan is a 324-kilometre stretch of highway connecting Creighton, Denare Beach, Flin Flon and many first nations to the rest of the province. Unfortunately, there is no cell or broadband service. Not only is this extremely dangerous, but it restricts the much-needed economic growth opportunities in the region. I have written and talked to the minister on several occasions with no response.
When will the government approve Saskatchewan’s application to the CRTC and give these communities what they need for both safety and success?
Monsieur le Président, la route Hanson Lake dans le Nord‑Est de la Saskatchewan s'étend sur 324 kilomètres et relie Creighton, Denare Beach, Flin Flon et de nombreuses Premières Nations au reste de la province. Malheureusement, il n'y a pas de couverture cellulaire ou de service à large bande le long de cette route. Cette situation est extrêmement dangereuse et elle limite les possibilités de croissance économique dont la région a tellement besoin. J'ai déjà écrit à la ministre et je lui ai parlé de cette situation à plusieurs reprises, sans jamais obtenir de réponse.
Quand le gouvernement approuvera-t-il la demande faite par la Saskatchewan au CRTC et donnera-t-il aux municipalités ce dont elles ont besoin pour leur sécurité et leur prospérité?
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, a lack of federal consultation with the province of Saskatchewan resulted in a massive cost increase over RCMP retroactive pay. Provinces fund 70% of RCMP policing costs, yet the federal Liberals refused input from the provincial government on the issue, despite an agreement requiring collaboration. Rural communities, villages, towns and cities across the province cannot afford this.
When will the government stop ignoring Saskatchewan, fulfill its commitments and give these communities a much-needed break?
Madame la Présidente, l'absence de consultation de la province de la Saskatchewan par le gouvernement fédéral a entraîné une hausse massive des coûts liés au salaire rétroactif de la GRC. Les provinces financent 70 % des coûts des services de police de la GRC, mais les libéraux fédéraux refusent d'entendre le gouvernement provincial sur cette question, malgré une entente qui exige la collaboration. Les collectivités rurales, les villages et les villes de la province n'ont pas les moyens d'assumer cette hausse.
Quand le gouvernement cessera-t-il d'ignorer la Saskatchewan? Quand respectera-t-il son engagement et quand donnera-t-il à cette province un répit bien nécessaire?
Collapse
View Michael Kram Profile
CPC (SK)
View Michael Kram Profile
2022-02-28 19:55
Expand
Mr. Speaker, Saskatchewan has a large Ukrainian community, with as many as 15% of the province's population tracing their roots back to Ukraine.
Last week the provincial Government of Saskatchewan sent a letter to this government, asking it to prioritize immigration applicants from Ukraine who have already applied under the Saskatchewan immigrant nominee program as well as to fast-track refugee applications from Ukrainians bound for Saskatchewan.
Can the government commit to working closely with the provincial Government of Saskatchewan on these priority items so we can help as many Ukrainians as possible?
Monsieur le Président, la Saskatchewan compte une importante communauté ukrainienne. En effet, près de 15 % de la population de la province possède des racines ukrainiennes.
La semaine dernière, le gouvernement de la Saskatchewan a écrit au gouvernement fédéral pour lui demander d'accorder la priorité aux demandes d'immigration en provenance de l'Ukraine qui ont déjà été approuvées dans le cadre du programme des candidats de la Saskatchewan et d'accélérer le traitement des demandes de statut de réfugié des Ukrainiens qui souhaitent se rendre en Saskatchewan.
Le gouvernement peut-il s'engager à collaborer étroitement avec le gouvernement provincial de la Saskatchewan sur ces priorités afin que nous puissions aider le plus grand nombre d'Ukrainiens possible?
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-02-15 14:12
Expand
Mr. Speaker, last week, my Conservative caucus colleagues and I had the distinct privilege of carrying through our motion to review and amend our Canadian Constitution.
By unanimously removing a long-standing tax provision that granted special treatment to a large corporation, all members of the House played a critical role in opening up and fixing that error in our Constitution. Although not necessarily a headline-grabbing initiative, removing red tape and unfair provisions of our Constitution is an important task, and part of the responsibility our constituents have entrusted us with in sending us all here.
Tensions have been running high in the House for weeks as we debate issues that are important and have a direct impact on the future of all Canadians. Given the fraught environment we currently find ourselves in, the rarity of finding unanimous consent on any issue is not lost on me. I thank members of the House, especially my 13 Saskatchewan Conservative colleagues, for the show of unity in getting this important work done.
We will always be on Saskatchewan’s side. After all, if we do not respect the Constitution, do we have respect for anything?
Monsieur le Président, la semaine dernière, mes collègues du caucus conservateur et moi-même avons eu l'insigne privilège de faire adopter notre motion tendant à examiner et à modifier la Constitution canadienne.
En décidant à l'unanimité d'abroger une disposition fiscale de longue date qui accordait un traitement de faveur à une grande société, tous les députés ont contribué de manière cruciale à mettre en lumière cette erreur de la Constitution et à la corriger. Certes, l'initiative n'a pas nécessairement attiré l'attention des médias, mais débarrasser la Constitution de tracasseries administratives et de dispositions injustes constitue une tâche importante et fait partie du mandat que nous a confié la population en nous élisant.
Depuis des semaines, la tension à la Chambre est palpable, tandis que nous débattons d'enjeux importants qui ont des répercussions directes sur l'avenir des Canadiens. Étant donné l'atmosphère lourde qui règne actuellement, je suis bien conscient qu'un consentement unanime sur quelque question que ce soit est un fait remarquable. Je remercie les députés, en particulier les 13 députés conservateurs de la Saskatchewan, d'avoir manifesté leur solidarité dans la réalisation de cette tâche importante.
La Saskatchewan pourra toujours compter sur nous. Après tout, si nous ne respectons pas la Constitution, que respecterons-nous?
Collapse
Results: 1 - 15 of 84 | Page: 1 of 6

1
2
3
4
5
6
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data