Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 240
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-06-23 10:01 [p.7213]
Expand
I am now prepared to rule on the question of privilege raised yesterday by the member for Calgary Centre.
The member contended that the decision taken by unanimous consent to adjourn the sitting of June 21, 2022, constitutes a breach of his privileges. He noted that due to the technical difficulties with our video conferencing system, he was unable to participate in the proceedings of the House when this decision was made. He equated this matter with previous situations where members were prevented from physically accessing the chamber and asked that the Chair find a prima facie question of privilege.
I thank the member for raising this matter. As I indicated in my statement yesterday, the sitting of June 21, 2022, was suspended due to a connectivity problem external to the House of Commons
It is clear to the Chair that there was no deliberate attempt to interfere with the member's ability to participate in the proceedings. When it was brought to the Chair's attention that there was a widespread outage preventing members from participating, the sitting was suspended. Once it became apparent that it would not be possible to resolve the matter quickly, following discussions with representatives of all parties, the sitting was resumed to allow a motion to adjourn to be presented. The motion was adopted with the unanimous agreement of all members present.
The Chair recognizes that the member was not able to provide his consent for that decision. It was specifically because some members could not participate that the House agreed to adjourn early. The decision was made with the express intent of protecting the rights of those members participating by videoconference. Continuing to sit in those circumstances would have been more problematic for the privileges of members than making a decision to adjourn,
Therefore, the Chair cannot find that this matter constitutes a question of privilege.
I thank all members for their attention.
Je suis maintenant prêt à me prononcer sur la question de privilège soulevée hier par le député de Calgary‑Centre.
Selon le député, la décision prise du consentement unanime pour ajourner la séance du 21 juin 2022 constitue une violation de ses privilèges. Il a souligné que, en raison des problèmes techniques avec le système de vidéoconférence, il avait été dans l’impossibilité de participer aux délibérations de la Chambre quand cette décision a été prise. À son avis, cette situation est équivalente à d’autres circonstances antérieures où l’accès physique des députés à la Chambre avait été entravé et il demande à la présidence de déterminer qu’il y a, de prime abord, matière à question de privilège.
Je remercie le député d’avoir soulevé la question. Comme je l’ai dit hier dans ma déclaration, la séance du 21 juin a été suspendue en raison d’un problème de connexion à l’extérieur de la Chambre des communes.
Il est clair pour la présidence qu’il n’y avait aucune tentative délibérée de nuire à la capacité du député de prendre part aux délibérations. Quand il a été porté à l’attention de la présidence qu’une panne généralisée empêchait les députés de participer aux travaux, la séance a été suspendue. Lorsqu’il est devenu évident qu’il serait impossible de résoudre le problème rapidement, suivant des discussions avec les représentants de tous les partis, la séance a repris pour permettre la présentation d’une motion d’ajournement. Cette motion a été adoptée avec l’accord unanime de tous les députés présents.
La présidence reconnaît que le député n’a pas pu consentir à cette décision. C’est précisément parce que certains députés n’étaient pas en mesure de participer que la Chambre a convenu d’ajourner plus tôt. La décision a été prise avec une volonté manifeste de protéger les droits des députés participant par vidéoconférence. Poursuivre la séance dans de telles circonstances aurait été plus problématique pour les privilèges des députés que la décision d'ajourner.
Par conséquent, la présidence ne peut conclure qu’il y a matière à question de privilège.
Je remercie les députés de leur attention.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-06-22 14:05 [p.7131]
Expand
If I can have everyone's attention, the Chair wishes to revisit the technical issues that led to the early adjournment of the House yesterday evening.
While the sitting was suspended and after yesterday’s adjournment, House staff was busy identifying and resolving the causes of the problem, which proved to be a connectivity issue external to the infrastructure of the House. The problem was corrected, and the systems were tested over night. Everything is now in order.
The proceedings of the House and its committees may continue and technical resources will be available as needed. I would like to give my sincere thanks to all the devoted staff of the House who handled the situation diligently.
I thank members for their attention.
Je demande l'attention de tous les députés. La présidence désire revenir sur les enjeux techniques à la source de l’ajournement hâtif de la Chambre hier soir.
Pendant la suspension de la séance et après l’ajournement hier, le personnel de la Chambre a été à pied d’œuvre pour déterminer et résoudre les causes du problème, qui s’est avéré être un problème de connectivité externe à l’infrastructure de la Chambre. Le problème a été corrigé et les systèmes ont été testés la nuit dernière. Tout est maintenant en ordre.
Les délibérations de la Chambre et des comités peuvent avoir lieu et les ressources techniques seront disponibles au besoin. Je veux exprimer mes sincères remerciements à tout le personnel dévoué de la Chambre qui a traité cette situation avec diligence.
Je remercie les députés de leur attention.
Collapse
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2022-06-22 15:21 [p.7145]
Expand
Mr. Speaker, I am rising on a question of privilege concerning last night's crash of the hybrid Parliament system. I was working in my Confederation Building office here in the precinct for the House of Commons, but could not log into the Zoom portion of the House's proceedings last night. We were discussing Bill C-21, the government's cynical approach to gun control, which was to be followed by Bill C-28, a response to the Supreme Court's decision that relieved extremely intoxicated criminals of taking responsibility for their crimes. These are both issues that many of my constituents are very passionate about, and I wanted to be present for the debates.
Several colleagues also tried to access the video conference for the sitting, but were unsuccessful, I was told. I also understand that a meeting of the very important Special Joint Committee on the Declaration of Emergency, the committee looking into the government's choice to declare a national emergency over this winter's truck protest in Ottawa, had to be abandoned because of these technical failures.
Beyond the obvious inconvenience and embarrassment of the hybrid system, which incredibly the government House leader will be asking later today to be renewed for another year, this incident represents broadly, I believe, a breach of the privilege to be able to represent my constituents. Under the House order of November 25, 2021, which reinstituted hybrid arrangements after last year's election, “members may participate in proceedings of the House either in person or by video conference”. It states “may participate”. There is no caveat or qualification to that. There is nothing that says it is only applicable when all the technology lines are up.
As much as I may think the hybrid Parliament should be scrapped, the House has agreed to those arrangements until at least tomorrow, so I sought to exercise my right to participate remotely from my parliamentary office, yet I simply could not.
While I acknowledge that the House suspended last evening shortly after the connectivity problems were flagged, which was appropriate, the way the House adjourned was not, however. According to the records of the House, the sitting resumed at 8:54 last evening when the parliamentary secretary to the government House leader then sought unanimous consent for the House to adjourn. The chair then canvassed the House in the usual manner and found there was agreement for the motion. Since I was trying to attend remotely, but with a technical range that prevented me from doing so, I was unable to present for that vote. That too is a breach of my privileges.
I have since come to understand that there had been a consensus of party representatives to reconvene the House for the purpose of adjourning when it became obvious that technical issues could not be resolved prior to midnight. That said, I understand that my House leader's office had been assured by the government House leader's office that a minister of the Crown would be proposing the adjournment of the House. That is a critical point in these circumstances. Last night's sitting was an extended sitting under the House order of May 2, better known as Motion No. 11, which permits a cabinet minister to move an adjournment motion on a point of order, which is deemed adopted upon being moved. There would have been no vote and no opportunity to object. The NDP-Liberal agreement on Motion No. 11 already stripped me of those rights.
Had any of the 39 ministers of the Crown been here to manage the Business of the House, the House could have properly adjourned early under the Liberals' ruthless Motion No. 11, but they did not even manage that correctly. Instead, there was a vote and I was not able to be present for it. Your predecessors, Mr. Speaker, have found several prima facie cases of privilege concerning the inability of a member to reach the House, especially when there is a vote.
Mr. Speaker Regan put it well on April 6, 2017, at page 10,246 of the Debates:
The importance of the matter of members' access to the precinct, particularly when there are votes for members to attend, cannot be overstated. It bears repeating that even a temporary denial of access, whether there is a vote or not, cannot be tolerated.
He cited favourably the 21st report of the Standing Committee on Procedure and House Affairs in 2004, in relation to security arrangements on Parliament Hill for the visit of an American president:
The denial of access to Members of the House—even if temporary—is unacceptable, and constitutes a contempt of the House. Members must not be impeded or interfered with while on their way to the Chamber, or when going about their parliamentary business. To permit this would interfere with the operation of the House of Commons, and undermine the pre-eminent right of the House to the service of its Members.
Those cases concerned physical obstruction.
Page 111 of House of Commons Procedure and Practice, third edition, reminds us, “A Member may also be obstructed or interfered with in the performance of his or her parliamentary functions by non-physical means.” This new hybrid world obviously presents entirely new considerations that had not even been contemplated when those previous cases arose or when our procedural authorities were written. Bosc and Gagnon, at page 112, continues, “It is impossible to codify all incidents which might be interpreted as matters of obstruction [or] interference”.
That said, Mr. Speaker, I know that you, yourself, have been seized with considering just how privilege intersects with the virtual component of our proceedings from the very beginning. When the procedure and House affairs committee first began studying these issues in the earliest weeks of the pandemic, you testified on April 21, 2020, saying, at page five of the evidence, “By not having the connectivity or by having any issues, that could be an issue down the road.”
Later you added, at page 10, with particular relevance to my situation last night, “Allowing individuals to vote is the heart of our system, and it's the base of parliamentary privilege.” You reinforced this point in your July 6, 2020, appearance before the same committee by commenting, at page six of the evidence, “It is a member's privilege to vote, and we don't want the member to lose that privilege or not be able to access it.”
The issue goes much deeper than just attending votes. I could not attend any of the virtual sitting. A predecessor of yours, Peter Milliken, bluntly made the point about connection failures to the procedure and House affairs committee on April 23, 2020, at page 19 of the evidence. He said, “It would be a matter of privilege if they couldn't get into it.”
Taking the evidence the committee heard in the spring and summer of 2020, it presented two reports which helped form the structure of the hybrid system which has evolved here. Its views on these issues are equally clear.
In its fifth report presented in May 2020, the committee wrote at page 31, “It is essential that any modifications to the procedures and practices of the House made in response to the COVID-19 outbreak fully respect the rights possessed by members under parliamentary privilege.” It continues, “Further, in the exercise of the rights accorded by parliamentary privilege, members have the right to full and equal participation in parliamentary proceedings.” Last night, I did not have full and equal participation in parliamentary proceedings.
In its seventh report, which was presented in July 2020, at page 55, the committee recommended:
That the virtual or hybrid parliament replicate the rules and customs of the House as closely as possible...in order to fully ensure the democratic role of Parliament (deliberation, accountability and decision-making), as well as the parliamentary rights and privileges of members.
Further in the report, at page 60, the committee recommended, “That members participating virtually in any proceedings of the House of Commons enjoy and exercise the same parliamentary privileges that apply to members physically present.” I was incapable of exercising the same rights and privileges as my colleagues inside the chamber last evening when the Chair canvassed the House on the parliamentary secretary's unanimous consent motion.
As for the causes of the outage last night, I would submit that identifying the origins and motivations, if any, if either can even be identified, is immaterial to this question of privilege.
First, and most important, House business was conducted in defiance of the order adopted on November 25, 2021, denying me the opportunity to participate and vote, which is in breach of parliamentary privilege.
Second, that is a matter that a committee of the House, with a privilege reference, can determine. I will quote Mr. Speaker Milliken from October 15, 2001, at page 6085 of the debates, who said:
There is a body that is well equipped to commit acts of inquisition, and that is the Standing Committee on Procedure and House Affairs, which has a fearsome chairman, quite able to extract information from witnesses who appear before the committee, with the aid of the capable members who form that committee of the House.
Third, even if the source of last night's technical difficulties can be readily pinpointed, I would refer you to the ruling of your predecessor, the hon. member for Regina—Qu'Appelle, on March 6, 2012, at page 5,834 of the debates, where he found a prima facie case of privilege in connection with the online hacker collective Anonymous.
I have long thought that we need to get back to traditional in-person sittings of the House. Yesterday's situation is just the latest example of why it is so important.
Though I recognize I am straying into debate on Motion No. 19, which is on today's schedule, the point remains that something serious happened last night. It was something that rose to the level of a breach of privilege, and a committee needs to get to the bottom of it. Should you agree, Mr. Speaker, I am prepared to move the appropriate motion.
Monsieur le Président, je soulève une question de privilège concernant la panne du système parlementaire hybride survenue hier soir. Je travaillais dans mon bureau de l'édifice de la Confédération, ici, dans la Cité parlementaire, mais il m'a été impossible d'ouvrir une session pour participer à la partie des délibérations de la Chambre sur Zoom hier soir. Nous discutions du projet de loi C‑21, l'approche cynique du gouvernement pour contrôler les armes à feu, qui devait être suivi du projet de loi C‑28, la réponse à la décision de la Cour suprême qui absout les criminels gravement intoxiqués de toute responsabilité pour leur crime. Ce sont là deux sujets qui intéressent vivement un grand nombre de mes concitoyens, et je voulais être présent pour le débat.
On m'a dit que plusieurs collègues ont aussi tenté d'accéder à la vidéoconférence, mais sans succès. Je crois savoir, de plus, qu'une réunion du très important Comité mixte spécial sur la déclaration de la situation de crise, qui examine le choix qu'a fait le gouvernement de déclarer une urgence nationale lors de la manifestation des camionneurs à Ottawa, l'hiver dernier, a dû être annulée en raison des problèmes techniques.
Au-delà des inconvénients et de l’embarras évidents qu'engendre le système hybride, que le leader du gouvernement à la Chambre demandera inexplicablement, plus tard aujourd’hui, de renouveler pour une autre année, cet incident constitue généralement, à mon avis, une atteinte au privilège de représenter les résidants de ma circonscription. Selon l’ordre de la Chambre du 25 novembre 2021, qui a rétabli les dispositions hybrides après les élections de l’an dernier, il faut que « [...] les députés puissent participer aux délibérations de la Chambre en personne ou par vidéoconférence [...] ». On dit « puissent participer ». Il n’y a aucune réserve à cet égard. Rien ne dit que cela ne s’applique que lorsque toutes les connexions sont fonctionnelles.
Même si je pense que le Parlement hybride devrait être éliminé, puisque la Chambre a accepté ces dispositions au moins jusqu’à demain, j’ai tenté d’exercer mon droit de participer à la séance à distance, à partir de mon bureau parlementaire, mais je n’ai tout simplement pas pu le faire.
Bien que je reconnaisse que la Chambre a suspendu ses travaux hier soir peu après que les problèmes de connectivité ont été signalés, ce qui était la chose à faire, la façon dont la Chambre s'est ajournée ne l’était toutefois pas. Selon le compte rendu, la séance a repris à 20 h 54 hier soir lorsque le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre a demandé le consentement unanime pour que la Chambre s’ajourne. La présidence a ensuite sondé la Chambre de la façon habituelle et elle a constaté qu’il y avait consentement pour la motion. Or, comme j’essayais de participer à distance, mais que des problèmes techniques m’ont empêché de le faire, je n’ai pas pu me présenter pour ce vote. C’est aussi une atteinte à mes privilèges.
Depuis, j’ai cru comprendre qu’il y avait eu consensus entre les représentants des partis pour que la Chambre se réunisse de nouveau afin de lever la séance, alors qu’il était devenu évident que les problèmes techniques ne seraient pas réglés avant minuit. Cela dit, je crois comprendre que le bureau du leader du gouvernement à la Chambre avait assuré au leader de mon parti à la Chambre qu’un ministre proposerait l’ajournement de la Chambre. C’est un point crucial dans ces circonstances. La séance d’hier soir a été prolongée aux termes de l’ordre de la Chambre du 2 mai, mieux connu sous le nom de motion no 11, qui permet à un ministre de proposer une motion d’ajournement sur un rappel au Règlement, motion qui est réputée adoptée dès qu’elle est proposée. Il n’y aurait pas eu de vote ni de possibilité de s’opposer à la motion. L’accord entre le NPD et le Parti libéral sur la motion no 11 m’a déjà privé de ces droits.
Si l’un ou l’autre des 39 ministres avait été ici pour gérer les travaux de la Chambre, celle-ci aurait pu s'ajourner en bonne et due forme, conformément à l’impitoyable motion no 11 des libéraux, mais ils ne sont même pas arrivés à le faire correctement. Au lieu de cela, il y a eu un vote, et je n’ai pas pu y assister. Vos prédécesseurs, monsieur le Président, ont conclu à plusieurs reprises qu’il y a de prime abord atteinte au privilège lorsqu'un député est incapable de joindre la Chambre, surtout lorsqu’il y a un vote.
Le Président Regan l'a bien expliqué, le 6 avril 2017, comme on peut le lire à la page 10246 des Débats:
On ne saurait exagérer l'importance de la question du libre accès des députés à la Cité, particulièrement quand les députés sont appelés à voter. C'est un principe qu'il vaut la peine de répéter: bloquer l'accès, même de façon temporaire, ne peut être toléré.
Il a cité à l'appui le 21e rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, produit en 2004, relativement aux mesures de sécurité sur la Colline parlementaire pour la visite d’un président américain:
Il est inouï qu’on ait empêché — même temporairement — des députés d’accéder à la colline, et cela constitue un outrage à la Chambre. Les députés ne doivent pas être entravés lorsqu’ils se rendent à la Chambre ni dans les allées et venues exigées par leurs fonctions parlementaires. Le permettre serait entraver le fonctionnement de la Chambre des communes et affaiblirait le droit prééminent qu’elle a de compter sur la présence et les services des députés.
Ces cas portaient sur l'entrave physique.
À la page 111, La procédure et les usages de la Chambre des communes, troisième édition, nous rappelle que: « Un député peut aussi faire l’objet d’obstruction ou d’ingérence dans l’exercice de ses fonctions par des moyens non physiques. » Ce nouveau monde hybride suscite manifestement des considérations nouvelles qui n’avaient pas même été envisagées lorsque ces cas se sont produits ou que nos textes de procédure ont été rédigés. À la page 112, Bosc et Gagnon poursuivent: « Il est impossible de codifier tous les incidents qui pourraient être considérés comme des cas d’obstruction [ou] d’ingérence […] ».
Cela dit, monsieur le Président, je sais que vous avez vous-même été saisi, dès le départ, de la question de déterminer comment le privilège se concilie avec l’élément virtuel de nos délibérations. Quand le comité de la procédure et des affaires de la Chambre a entrepris d’étudier ces questions, dans les premières semaines de la pandémie, vous y avez déclaré, le 21 avril 2020, à la page 5 des témoignages: « Si on n’a pas la connectivité Internet ou qu’on éprouve d’autres difficultés, ce pourrait être problématique plus tard. »
Plus loin, à la page 10, vous avez dit ceci, qui a un lien précis avec la situation que j'ai vécue hier: « Dans notre système, le droit de vote est fondamental et il est à la base du privilège parlementaire. » Vous avez insisté sur ce point au moment de votre témoignage au comité le 6 juillet 2020, lorsque vous avez dit, à la page 6: « Pour un député, c'est un privilège que de voter, et nous ne voulons pas qu'il le perde ou qu'il n'y ait pas accès. »
La question va bien plus loin que la simple présence au moment d'un vote. Je n'ai pas du tout pu assister à la séance tenue en mode virtuel. Un de vos prédécesseurs, Peter Milliken, n'a pas mis de gants blancs pour parler des problèmes de connexion devant le comité de la procédure et des affaires de la Chambre, le 23 avril 2020, à la page 19. Il a dit: « Il y aurait atteinte au privilège si une personne ne pouvait pas participer à une séance. »
À partir des témoignages entendus au printemps et à l'été 2020, le comité a présenté deux rapports qui ont contribué à l'élaboration du système hybride qui a été déployé. Les avis concernant ces enjeux y étaient également très clairs.
Dans son cinquième rapport présenté en mai 2020, le comité a écrit, à la page 33: « Il est essentiel que toute modification à la procédure et aux usages de la Chambre effectuée en réaction à la pandémie de COVID‑19 respecte intégralement les droits dont jouissent les députés en vertu du privilège parlementaire ». Le rapport poursuit en disant: « De plus, les députés ont le droit de participer de façon pleine et égale aux travaux parlementaires dans l’exercice de leurs droits conférés par le privilège parlementaire. » Hier soir, je n'ai pas eu le droit de participer de façon pleine et égale aux travaux parlementaires.
Dans son septième rapport présenté en juillet 2020, le comité recommande, à la page 60:
Que le parlement virtuel ou hybride reproduise le plus conformément possible les règles et les usages de la Chambre [...] afin d’assurer pleinement le rôle du Parlement au sein de la démocratie (délibération, reddition de compte et prise de position) ainsi que les droits et privilèges parlementaires des députés.
Plus loin dans ce rapport, à la page 65, le comité recommande: « Que les députés qui participent virtuellement aux travaux de la Chambre des communes, quels qu’ils soient, puissent jouir des mêmes privilèges parlementaires que ceux qui sont accordés aux députés physiquement présents. » Hier soir, je n'ai pas été en mesure de jouir des mêmes droits et privilèges que les autres députés physiquement présents à la Chambre quand la présidence a consulté la Chambre à propos de la motion de consentement unanime du secrétaire parlementaire.
En ce qui concerne les causes de la panne d'hier soir, je dirais que le fait d'en déterminer la source et les motifs, s'il y en a, est sans importance à l'égard de la présente question de privilège.
Premièrement, et c'est le point le plus important, en poursuivant ses travaux, la Chambre n'a pas respecté l'ordre adopté le 25 novembre 2021, puisque je n'avais l'occasion ni de participer aux délibérations ni de voter, ce qui porte atteinte au privilège parlementaire.
Deuxièmement, un renvoi de la question de privilège peut habiliter un comité de la Chambre à trancher cette affaire. Le 15 octobre 2001, à la page 6 085 des Débats de la Chambre des communes, le Président Milliken a dit:
Il y a un organe qui est bien équipé pour mener de telles enquêtes, soit le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, dont le redoutable président est tout à fait capable de soutirer des renseignements aux témoins qui comparaissent devant le comité, avec l'aide des membres compétents de ce comité de la Chambre.
Troisièmement, même si la source des difficultés techniques d'hier soir a pu être facilement cernée, je vous renvoie à la décision de votre prédécesseur, le député de Regina—Qu'Appelle. Le 6 mars 2012, à la page 5 834 des Débats de la Chambre des communes, il a conclu qu’il y avait, à première vue, matière à question de privilège concernant une affaire impliquant le groupe de pirates informatiques Anonymous.
Je pense depuis longtemps que nous devons revenir aux séances traditionnelles en personne de la Chambre. La situation d'hier n'est que le plus récent exemple des raisons pour lesquelles c'est si important.
Bien que je reconnaisse que je m'engage dans le débat sur la motion no 19, qui figure à l'horaire d'aujourd'hui, il n'en demeure pas moins qu'un grave problème est survenu hier soir. Il constituait une atteinte au privilège et un comité doit faire toute la lumière sur cette affaire. Si vous en convenez, monsieur le Président, je suis prêt à présenter la motion nécessaire.
Collapse
View Mark Holland Profile
Lib. (ON)
View Mark Holland Profile
2022-06-22 15:32 [p.7147]
Expand
Mr. Speaker, obviously, an Internet connectivity issue with an external service provider does not constitute a question of privilege because it is outside the control of the House. The House took appropriate action to restart it. Of course, these provisions have worked 99.9% of the time.
I appreciate that the member, who was in his office 100 or 200 metres away, was impacted by this. All members were. However, there are various things that are outside of our control that sometimes interrupt our proceedings. We are back here today. It continues to work, and it has worked in 99.9% of the time. I would say that is very effective.
Monsieur le Président, de toute évidence, un problème de connectivité Internet avec un fournisseur de services externe ne constitue pas une question de privilège, car c'est hors du contrôle de la Chambre. La Chambre a pris les mesures nécessaires pour redémarrer le système. Bien sûr, ces mesures fonctionnent dans 99,9 % des cas.
Je comprends que le député, qui se trouvait dans son bureau à 100 ou 200 mètres d'ici, a été touché par le problème. Tous les députés l'ont été. Cependant, il y a divers facteurs qui sont hors de notre contrôle et qui interrompent parfois nos travaux. Nous sommes de retour à la Chambre aujourd'hui. Le système continue de fonctionner comme cela est le cas 99,9 % du temps. Je dirais que c'est très efficace.
Collapse
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2022-06-22 15:32 [p.7147]
Expand
Mr. Speaker, on the same point, the hon. member for Calgary Centre expressed the issue, which is that, in the context of his participation in the House, his participation was not able to occur. That is actually the point of his question of privilege today. This relates to Motion No. 11.
I think if you go back, Mr. Speaker, you will see that he had every right to participate. He could not last night, and I would agree with the member that this is the basis of his question of privilege.
C'est au sujet du même recours au Règlement, monsieur le Président. Le député de Calgary-Centre a expliqué qu'il n'a pas pu prendre part aux délibérations. C'est là-dessus que porte sa question de privilège. On parle ici du débat sur la motion no 11.
Si vous regardez bien comme il faut, monsieur le Président, vous constaterez qu'il avait absolument le droit de prendre part au débat d'hier soir, mais il en a été empêché. J'estime qu'il s'agit aussi de l'enjeu au cœur de sa question de privilège.
Collapse
View John Nater Profile
CPC (ON)
View John Nater Profile
2022-06-22 15:33 [p.7147]
Expand
Mr. Speaker, in response to the government House leader, I would encourage him to first review the points that were raised by the member for Calgary Centre and then consult the authorities. He would learn that, in fact, it is not necessarily an internal challenge that would create a question of privilege.
As has been clearly stated by Mr. Speaker Milliken, Mr. Speaker Regan and the current member for Regina—Qu'Appelle, external factors can, in fact, have an impact on the privileges and the dignity of this House. For the government House leader to say that just because it was an external problem outside of the direct control of this place is incredibly misleading. I would encourage him to consult the authorities, which are available at the table in those wonderful green books, and review what constitutes a question of privilege in this place.
Monsieur le Président, je répondrai au leader du gouvernement à la Chambre qu'il devrait commencer par prendre connaissance des arguments soulevés par le député de Calgary-Centre et relire les ouvrages de référence pertinents. Il constaterait alors que ce n'est pas nécessairement un conflit interne qui est à l'origine de sa question de privilège.
Comme l'ont clairement dit le Président Milliken, le Président Regan et l'actuel député de Regina—Qu'Appelle, il se peut fort bien que des facteurs extérieurs portent atteinte aux privilèges et à la dignité de la Chambre. C'est extrêmement trompeur de la part du leader parlementaire du gouvernement d'affirmer que la Chambre n'y peut rien simplement parce qu'il s'agit de facteurs indépendants de sa volonté. Je l'invite à consulter les ouvrages de référence pertinents — les gros livres verts, juste là, sur le bureau — et à relire le passage qui définit ce qui constitue une question de privilège.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-22 15:34 [p.7147]
Expand
Mr. Speaker, given last night's troubling events, the Bloc Québécois wishes to assert the right of reply on this question of privilege. We consider it to be very important, and we would like to contribute our thoughts.
Monsieur le Président, à la suite des événements troublants d'hier soir, le Bloc québécois aimerait se réserver un droit de réplique sur cette question de privilège, que nous trouvons vraiment importante et sur laquelle nous aimerions apporter notre réflexion.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-06-22 15:34 [p.7147]
Expand
In light of the amount of time that we have before we recess for summer, I will do my best to come back as soon as possible.
If any member has something to add, I would advise them to do so as soon as possible.
Compte tenu du temps qu'il nous reste jusqu'à l'ajournement pour l'été, je ferai de mon mieux pour y revenir le plus tôt possible.
Si des députés souhaitent ajouter quelque chose, je leur recommande donc de le faire le plus tôt possible.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-22 17:02 [p.7160]
Expand
Mr. Speaker, I would like to come back to the question of privilege raised by the official opposition member from Calgary Centre with regard to the technical difficulties we had in the middle of debate in the House on the evening of June 21.
This clearly demonstrates that the hybrid system of Parliament has its shortcomings when technical difficulties occur. The hybrid system is not infallible and brings with it certain risks with regard to parliamentary rights and privileges.
It is therefore clear that we need to carefully weigh the pros and cons before deciding whether to make this way of doing things in the House permanent in order to deal with exceptional circumstances, such as the COVID-19 pandemic. With the voting app, there is always a plan B with the possibility of voting by Zoom if there is a problem. However, there is no plan B when there are issues with secure broadcasting on the House network.
Yesterday, there was a request for unanimous consent once there was a known issue with secure broadcasting in the House. The member for Calgary Centre was unable to hear the question because of problems with the House network. The hon. member clearly demonstrated the limitations of a hybrid Parliament, and we therefore ask the Chair to consider the hon. member's request.
Monsieur le Président, j'aimerais revenir sur la question de privilège soulevée par le député de Calgary-Centre de l'opposition officielle en lien avec les problèmes techniques qui sont survenus le soir du 21 juin en plein débat de la Chambre.
De toute évidence, nous sommes devant la démonstration que le mode de Parlement hybride peut comporter certaines failles ou difficultés en cas de problèmes techniques. Le mode hybride n'est pas infaillible et peut comporter certains risques en ce qui a trait aux droits et aux privilèges parlementaires.
Cela nous mène devant le constat qu'il est nécessaire de bien peser les pour et les contre si ce mode de fonctionnement de la Chambre en venait à être considéré de façon permanente, afin de pallier les situations exceptionnelles telles que la pandémie de la COVID‑19. Avec l'application du vote, il y a toujours un plan B avec la possibilité de voter par Zoom en cas de problème. Or, il n'y a pas de plan B lorsqu'il y a des problèmes de diffusion sécurisée sur le réseau de la Chambre.
Hier, il y a eu une demande de consentement unanime alors que la Chambre avait justement un problème connu de diffusion sécurisée. Le député de Calgary-Centre n'a pas été en mesure d'entendre la question en raison de problèmes provenant du réseau de la Chambre. Le député a bien fait la démonstration des limites du Parlement hybride; nous demandons donc à la présidence de prendre en compte la requête du député.
Collapse
View Chris d'Entremont Profile
CPC (NS)
View Chris d'Entremont Profile
2022-06-22 17:03 [p.7160]
Expand
I thank the hon. member for his intervention.
Je remercie l'honorable député de son intervention à ce sujet.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-22 17:19 [p.7162]
Expand
Mr. Speaker, I rise on a point of order.
I will be very brief on two points, with reference to the question of privilege raised earlier today.
If I may, I will first provide a comment from the Speaker of the House who issued a news release back on February 18 notifying members. I will read it directly:
As per the Parliamentary Protective Service’s (PPS) most recent email notification, a police operation is expected to take place on Wellington Street and other locations in the downtown core of Ottawa.
Given these exceptional circumstances, and following discussion with all recognized party leadership, the sitting today is cancelled. More information will follow.
I cite that, because at times there are environments in which, through consultation, there is a need for the House, such as in last night's case, to adjourn. That is just the reality, and I think that I am using this to cite the precedent.
The other thing I would like to highlight is that I would like to draw to your attention some pertinent details around the adjournment of the House last night.
At 8:54 p.m., you, the Deputy Speaker, resumed the sitting of the House. When you did this, you stated the following: “I would like to inform members that we are still having trouble with the network. There is an estimation this will not be solved this evening, so I am wondering if we can come up with an agreement.” Given that you, the Deputy Speaker, made the request that agreement be sought to adjourn, I rose in response to see if there was an agreement to adjourn, given the challenges being experienced.
No one's privileges were breached. I was responding to the information and the request from the Deputy Speaker to adjourn, so that the problem could be fixed and so that all MPs could participate.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement.
Je soulève brièvement deux points relatifs à la question de privilège soulevée plus tôt aujourd'hui.
Si vous le permettez, je vais d'abord vous faire part d'un commentaire du Président de la Chambre qui a publié un communiqué de presse le 18 février dernier pour informer les députés. Je le cite:
Comme l’a annoncé le Service de protection parlementaire dans sa plus récente notification par courriel, une opération policière est prévue sur la rue Wellington et à d’autres endroits du centre-ville d'Ottawa.
Compte tenu de ces circonstances exceptionnelles, et à la suite de discussions avec tous les partis reconnus, la séance d’aujourd’hui est annulée. Des renseignements supplémentaires suivront.
Je cite ce communiqué pour montrer qu'il y a des circonstances où, parfois, la Chambre n'a d'autre choix que d'ajourner, comme ce fut le cas hier soir. C'est simplement la réalité, et ce communiqué fait état d'un précédent.
Je veux aussi attirer votre attention sur certains détails pertinents concernant l'ajournement de la Chambre hier soir.
À 20 h 54, vous, le vice-président, avez ordonné la reprise de la séance de la Chambre. Vous avez alors déclaré ce qui suit: « J'aimerais informer les députés que nous éprouvons toujours des problèmes avec le réseau. On estime qu'il ne sera pas résolu ce soir. Ainsi, je me demande si nous pouvons en venir à une entente. » Étant donné que vous, le vice-président, avez demandé que l'on s'entende pour lever la séance, j’ai pris la parole pour savoir s'il y avait un accord en ce sens, compte tenu des difficultés éprouvées.
Il n'y a eu atteinte aux privilèges d'aucun député. Je répondais à l'information et à la demande du vice-président concernant la levée de la séance, afin que le problème puisse être réglé et que tous les députés puissent participer aux débats.
Collapse
View Chris d'Entremont Profile
CPC (NS)
View Chris d'Entremont Profile
2022-06-22 17:21 [p.7163]
Expand
I thank the member for his intervention. Knowing that the House may be rising soon, I know the Speaker will be trying hard to come up with a response as soon as possible.
Resuming debate, the hon. member for Surrey Centre.
Je remercie le député de son intervention. Comme la Chambre pourrait ajourner bientôt, je sais que le Président s'efforcera de fournir une réponse le plus rapidement possible.
Nous reprenons le débat. Le député de Surrey Centre a la parole.
Collapse
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)
View Carol Hughes Profile
2022-06-22 17:39 [p.7166]
Expand
I apologize for interrupting the hon. member. I will stop the clock. I think someone has a microphone on.
I want to remind members who are participating virtually to make sure their microphones are not on, because they disrupt what is going on in the House.
The hon. member for Mirabel. He has 40 seconds left.
Je m'excuse d'interrompre le député. Je vais arrêter le chronomètre. Je crois que quelqu'un a un microphone ouvert.
Je rappelle aux députés qui participent au débat à distance de s'assurer que leur micro est fermé, sinon ils perturbent les travaux de la Chambre.
L'honorable député de Mirabel a la parole. Il lui reste 40 secondes.
Collapse
View Mark Holland Profile
Lib. (ON)
View Mark Holland Profile
2022-06-22 19:05 [p.7178]
Expand
moved:
That, notwithstanding any standing order, special order or usual practice of the House, beginning on Friday, June 24, 2022, and ending on Friday, June 23, 2023:
(a) members may participate in proceedings of the House either in person or by videoconference, provided that members participating remotely be in Canada;
(b) members who participate remotely in a sitting of the House be counted for the purpose of quorum;
(c) provisions in the Standing Orders to the need for members to rise or to be in their place, as well as any reference to the chair, the table or the chamber shall be interpreted in a manner consistent with the virtual and hybrid nature of the proceedings;
(d) the application of Standing Order 17 shall be suspended;
(e) in Standing Orders 26(2), 53(4), 56.1(3), and 56.2(2), the reference to the number of members required to rise be replaced with the word “five”;
(f) the application of Standing Order 62 shall be suspended for any member participating remotely;
(g) documents may be laid before the House or presented to the House electronically, provided that:
(i) documents deposited pursuant to Standing Order 32(1) shall be deposited with the Clerk of the House electronically,
(ii) documents shall be transmitted to the clerk by members prior to their intervention,
(iii) any petition presented pursuant to Standing Order 36(5) may be filed with the clerk electronically,
(iv) responses to questions on the Order Paper deposited pursuant to Standing Order 39 may be tabled electronically;
(h) should the House resolve itself in a committee of the whole, the Chair may preside from the Speaker’s chair;
(i) when a question that could lead to a recorded division is put to the House, in lieu of calling for the yeas and nays, one representative of a recognized party can rise to request a recorded vote or to indicate that the motion is adopted on division, provided that a request for a recorded division has precedence;
(j) when a recorded division is requested in respect of a debatable motion, or a motion to concur in a bill at report stage on a Friday, including any division arising as a consequence of the application of Standing Order 78, but excluding any division in relation to the budget debate, pursuant to Standing Order 84, or the business of supply occurring on the last supply day of a period, other than as provided in Standing Orders 81(17) and 81(18)(b), or arising as a consequence of an order made pursuant to Standing Order 57,
(i) before 2:00 p.m. on a Monday, Tuesday, Wednesday or Thursday, it shall stand deferred until the conclusion of Oral Questions at that day’s sitting, or
(ii) after 2:00 p.m. on a Monday, Tuesday, Wednesday or Thursday, or at any time on a Friday, it shall stand deferred until the conclusion of Oral Questions at the next sitting day that is not a Friday,
provided that any extension of time pursuant to Standing Order 45(7.1) shall not exceed 90 minutes;
(k) if a motion for the previous question under Standing Order 61 is adopted without a recorded division, the vote on the main question may be deferred under the provisions of paragraph (j), however if a recorded division is requested on the previous question, and such division is deferred and the previous question subsequently adopted, the vote on the original question shall not be deferred;
(l) when a recorded division, which would have ordinarily been deemed deferred to immediately before the time provided for Private Members’ Business on a Wednesday governed by this order, is requested, the said division is deemed to have been deferred until the conclusion of Oral Questions on the same Wednesday, provided that such recorded divisions be taken after the other recorded divisions deferred at that time;
(m) for greater certainty, this order shall not limit the application of Standing Order 45(7);
(n) when a recorded division is to be held, the bells to call in the members shall be sounded for not more than 30 minutes, except recorded divisions deferred to the conclusion of Oral Questions, when the bells shall be sounded for not more than 15 minutes;
(o) recorded divisions shall take place in the usual way for members participating in person or by electronic means through the House of Commons electronic voting application for all other members, provided that:
(i) electronic votes shall be cast from within Canada using the member’s House-managed mobile device and the member’s personal House of Commons account, and that each vote require visual identity validation,
(ii) the period allowed for voting electronically on a motion shall be 10 minutes, to begin after the Chair has read the motion to the House, and members voting electronically may change their vote until the electronic voting period has closed,
(iii) in the event a member casts their vote both in person and electronically, a vote cast in person take precedence,
(iv) any member unable to vote via the electronic voting system during the 10-minute period due to technical issues may connect to the virtual sitting to indicate to the Chair their voting intention by the House videoconferencing system,
(v) following any concern, identified by the electronic voting system, which is raised by a House officer of a recognized party regarding the visual identity of a member using the electronic voting system, the member in question shall respond immediately to confirm their vote, either in person or by the House videoconferencing system, failing which the vote shall not be recorded,
(vi) the whip of each recognized party have access to a tool to confirm the visual identity of each member voting by electronic means, and that the votes of members voting by electronic means be made available to the public during the period allowed for the vote,
(vii) the process for votes in committees of the whole take place in a manner similar to the process for votes during sittings of the House with the exception of the requirement to call in the members,
(viii) any question to be resolved by secret ballot be excluded from this order,
(ix) during the taking of a recorded division on a private members’ business, when the sponsor of the item is the first to vote and present at the beginning of the vote, the member be called first, whether participating in person or remotely;
(p) during meetings of standing, standing joint, special, special joint, except the Special Joint Committee on the Declaration of Emergency, and legislative committees and the Liaison Committee, as well as their subcommittees, where applicable, members may participate either in person or by videoconference, and provided that priority use of House resources for meetings shall be established by an agreement of the whips and, for virtual or hybrid meetings, the following provisions shall apply:
(i) members who participate remotely shall be counted for the purpose of quorum,
(ii) except for those decided unanimously or on division, all questions shall be decided by a recorded vote,
(iii) when more than one motion is proposed for the election of a chair or a vice-chair of a committee, any motion received after the initial one shall be taken as a notice of motion and such motions shall be put to the committee seriatim until one is adopted,
(iv) public proceedings shall be made available to the public via the House of Commons website,
(v) in camera proceedings may be conducted in a manner that takes into account the potential risks to confidentiality inherent in meetings with remote participants,
(vi) notices of membership substitutions pursuant to Standing Order 114(2) and requests pursuant to Standing Order 106(4) may be filed with the clerk of each committee by email; and
(q) notwithstanding the order adopted on Wednesday, March 2, 2022, regarding the Special Joint Committee on the Declaration of Emergency, until the committee ceases to exist and where applicable,
(i) the committee shall hold meetings in person only should this be necessary to consider any matter referred to it pursuant to subsection 61(2) of the act,
(ii) members who participate remotely shall be counted for the purpose of quorum,
(iii) except for those decided unanimously or on division, all questions shall be decided by a recorded vote,
(iv) in camera proceedings may be conducted in a manner that takes into account the potential risks to confidentiality inherent in meetings with remote participants,
(v) when more than one motion is proposed for the election of the House vice-chairs, any motion received after the initial one shall be taken as a notice of motion and such motions shall be put to the committee seriatim until one is adopted;
that a message be sent to the Senate to acquaint Their Honours that this House has passed this order; and
that the Standing Committee on Procedure and House Affairs be instructed to undertake a study on hybrid proceedings and the aforementioned changes to the Standing Orders and the usual practice of the House.
He said: Madam Speaker, it is my pleasure to rise on this motion and talk about the extension of hybrid provisions for one year and the opportunity for the procedure and House affairs committee members to study the issue of either the use or the non-use of those provisions as they deem through their process and their recommendations thereafter.
I will take us back for a moment to March 2020. As the whole business of the pandemic was unfolding, it was about a week before this House shut down when I had a conversation with the House administration at that time asking what the pandemic plan was and what we had on the books. Of course, those who wrote it had put something together, but it became apparent very quickly upon looking at it that the intersection of what was planned with what happened in real life meant that the plan, frankly, was not of much use.
We then began a process, and I want to thank members from all parties, reflecting back on those early days in March 2020, as we attempted to find a way for Canada's Parliament to continue to do its business and to make sure that, notwithstanding the fact that we had this incredible public health emergency that sent people to their homes, Canadians knew that the seat of their democracy continued to function, continued to get bills passed and continued to put supports out there for them.
Before I talk about some of those supports, I want to take a moment to thank the House administration and officials who worked with us to create these tools and innovations to allow our democracy to continue to function. In an incredibly short period of time, an ability was developed to participate and vote virtually. This eventually led to a voting app and other refinements that have enabled members, whether or not they are sick, whether or not they are unable to be at the House for medical or other reasons, to continue to participate in the proceedings of the House and to make sure they are not disenfranchised and their constituents continue to be represented.
Members would remember that Canadians and businesses were reeling in those early days of COVID, and some three million jobs were lost. There was a real state of folks not knowing where things were going to go. Small businesses were left unable to serve their customers and wondering what their future would be. It was specifically because of the provisions we put in place, which all parties worked on with the House administration, that we were able to still get those supports adopted and make historic support available to make sure that businesses and individuals did not fall through the cracks.
Now we see the economy roaring back, and 115% of jobs lost during the pandemic have come back, compared to below 100% for the United States. We see us being a world leader in economic growth, number two in the G7 and trending towards being number one next year. It is absolutely evident that the supports that were put in place to make sure that Canadians did not fall through the cracks were what got us there.
When we think of the bravery of people opening a small business, taking a chance and putting themselves out in the world, putting their shingle out and hoping to survive, there are a lot of things they have to prepare for, such as the possibility that their product may not be as popular as they had hoped, or the long hours that they, and the people they employ, will have to put in to try to make the business successful. Of course, it is not reasonable for folks to expect that a global pandemic will be the thing that shuts them down. It was, in fact, those hybrid provisions that enabled people to get that work done.
The pandemic continues, but before I talk about the continuing pandemic, I will take a moment to talk about all the things that we got done, and not just those historic supports.
As the pandemic came and went, as we thought it was over last November and we thought that things might be returning to a sense of normalcy but we got hit by omicron, the flexibility of Parliament meant that we were able to continue to get the job of the nation done. We can take a look at how much Parliament was able to accomplish from January to June: 14 bills, not including supply, were presented, and we introduced seven bills in the Senate on a range of important issues. Many of the bills that we are passing now or that have just passed through the House are going to the Senate, and it is our hope and expectation, particularly with the great work that was just done on Bill C-28, that the Senate will be able to get that done as well before it rises for the summer. This was all done using the hybrid provisions.
Let us take a look at some of those bills.
Bill C-19 is critical to grow our economy, foster clean technology, strengthen our health care system and make life more affordable for Canadians in areas such as housing and child care.
Bill C-18 would make sure that media and journalists in Canadian digital news receive fair compensation for their work in an incredibly challenged digital environment.
Bill C-11 would require online streaming services to contribute to the creation and availability of Canadian stories and music to better support Canadian artists.
Bill C-21 would protect Canadians from the dangers of firearms in our communities, making sure that we freeze the market on handguns, attack smuggling at the border and implement red flag provisions to address domestic violence.
Bill C-22 was brought forward to reduce poverty among persons with disabilities in Canada and is part of a broader strategy that has seen more than one million Canadians lifted out of poverty. That is particularly remarkable when we think that it was this government that set the first targets ever for poverty reduction. After we set those goals, we have been exceeding them every step of the way, and Bill C-22 is a big part of that strategy.
Bill C-28, which I talked about a minute ago, deals with the extreme intoxication defence. It is a great example of Parliament in a hybrid environment being able to work collaboratively to ensure that we close an important loophole to make sure that the extreme intoxication defence is not used when murder has been committed.
These are just some of the bills that we have been able to put forward, and we have been able to do so in a way that empowered all members of Parliament to be able to participate, whether they had COVID or not.
To give members a sense of the challenges, not only was all of this done using the hybrid system and during the middle of a pandemic, but it was done while dealing with obstruction. We saw all the times the Conservatives obstructed government legislation. In fact, 17 times over the past 14 weeks, the Conservatives used obstruction tactics, using concurrence motions and other tactics to block and obstruct, in many cases, legislation that was supported by three out of the four official parties here. They took the opportunity to obstruct, yet despite that, we have been able to make great progress.
The Conservatives support Bill C-14, yet we ended up spending a night because they were moving motions to hear their own speakers. At the MAID committee looking at medical assistance in dying, where there was incredibly sensitive testimony, witnesses were not able to testify because of the tactics and games that were happening here in this place. However, despite all that, in a hybrid environment we have been able to move forward.
Let us look at last week. Last week there were five members of the Liberal caucus who had COVID, and one of these people was the Prime Minister. I do not know how many members there were in other caucuses, but all were still able to participate in these proceedings. Every day, unfortunately, thousands of Canadians across the country continue to get COVID. Sadly, many of them are in hospitals and, even more tragically, many of them are dying. This pandemic is still very much a reality.
What we have seen over the last two years is that every time we try to start a parliamentary session, we spend weeks debating whether we should or should not continue using the hybrid system. Parliament deserves stability. People are still getting COVID. They have the right to be able to participate in this place, and as has been demonstrated by the incredible amount of work we have been able to get done during the pandemic, from historic supports in the deepest, darkest time of the pandemic to the more recent times dealing with a whole range of legislation that is absolutely critical to Canadians, these provisions allow us to continue to do the work of this nation in extraordinary times.
I do not think we should be in a position such that every time we start Parliament, we continue to have this debate. Canadians need predictability, as we do not know where this pandemic or public health circumstances are going. Canadians need predictability until the House of Commons, through a committee process, can evaluate the utility and usefulness of the provisions outside of a pandemic reality to see if they should be extended or used. We need to have a proper, thorough debate in that venue, hearing from witnesses, hearing from parliamentarians, taking a look at what was accomplished and at what could be done better or differently.
We are already seeing big improvements in everything, from the services that are being delivered to interpretation. I look forward to PROC's work to see whether or not these provisions have utility, but until then, this measure would give us the stability for PROC to do its report and for Parliament to continue to function in incredibly challenging times.
That is why I think it is only prudent to pass this measure now. It is so that Parliament will have the stability to do its work, so Canadians will know this work will not be interrupted, and so we can focus instead on the business of the nation.
propose:
Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, à compter du vendredi 24 juin 2022 et se terminant le vendredi 23 juin 2023:
a) les députés puissent participer aux délibérations de la Chambre en personne ou par vidéoconférence, pourvu que les députés participant à distance soient au Canada;
b) les députés participant à distance à une séance de la Chambre soient comptés pour fins de quorum;
c) les dispositions dans le Règlement relatives à l’exigence des députés de se lever ou d’être à leur place, ainsi que toute référence au fauteuil, au bureau ou à l’enceinte de la Chambre soient interprétées de manière cohérente avec la nature virtuelle et hybride des délibérations;
d) l’application de l’article 17 du Règlement soit suspendue;
e) aux articles 26(2), 53(4), 56.1(3) et 56.2(2) du Règlement, la référence au nombre de députés devant se lever soit remplacée par le mot « cinq »;
f) l’application de l’article 62 du Règlement soit suspendue pour tous les députés participant à distance;
g) des documents puissent être déposés ou présentés à la Chambre sous forme électronique, pourvu que:
(i) les documents déposés conformément à l’article 32(1) du Règlement soient déposés auprès du greffier de la Chambre sous forme électronique,
(ii) les documents soient transmis au greffier par les députés avant leur intervention,
(iii) toute pétition présentée conformément à l’article 36(5) du Règlement puisse être déposée auprès du greffier sous forme électronique,
(iv) les réponses aux questions inscrites au Feuilleton déposées conformément à l'article 39 du Règlement puissent être déposées sous forme électronique;
h) si la Chambre se forme en comité plénier, la présidence puisse présider du fauteuil du Président;
i) au moment de la mise aux voix, lorsque la question pourrait donner lieu à un vote par appel nominal, au lieu de procéder à un vote par oui ou non, un représentant d’un parti reconnu puisse se lever pour demander un vote par appel nominal ou que la question ainsi mise aux voix soit adoptée avec dissidence, pourvu qu’une demande de vote par appel nominal ait préséance;
j) lorsqu’un vote par appel nominal est demandé à l’égard d’une motion sujette à débat ou une motion pour l’adoption d’un projet de loi à l’étape du rapport un vendredi, y compris tout vote résultant de l’application de l'article 78 du Règlement, mais à l’exclusion de tout vote relatif au débat sur le budget conformément à l’article 84 du Règlement ou aux travaux des subsides se déroulant le dernier jour d’une période des subsides, sauf tel que prévu aux articles 81(17) et 81(18)b) du Règlement, ou découlant d’un ordre adopté conformément à l’article 57 du Règlement,
(i) avant 14 heures les lundis, mardis, mercredis ou jeudis, il soit différé à la fin de la période des questions orales de la séance, ou
(ii) après 14 heures les lundis, mardis, mercredis ou jeudis, ou à toute heure le vendredi, il soit différé à la fin de la période des questions orales de la prochaine séance qui n’est pas un vendredi,
pourvu que toute prolongation en vertu de l’article 45(7.1) du Règlement n’excède pas 90 minutes;
k) si une motion pour la question préalable en vertu de l’article 61 du Règlement est adoptée sans vote par appel nominal, le vote sur la question principale puisse être différé en vertu des dispositions du paragraphe j), mais si un vote par appel nominal est demandé sur la question préalable et que ce vote est différé et la question préalable est par la suite adoptée, le vote sur la question initiale ne soit pas différé;
l) lorsqu’un vote par appel nominal qui aurait normalement été réputé différé juste avant la période prévue pour les affaires émanant des députés un mercredi visé par cet ordre est demandé, il soit réputé avoir été différé à la fin de la période des questions orales de ce même mercredi, pourvu que ces votes par appel nominal soient tenus après les autres votes par appel nominal différés à ce moment;
m) pour plus de certitude, cet ordre ne limite nullement l’application de l’article 45(7) du Règlement;
n) lorsqu’un vote par appel nominal doit avoir lieu, la sonnerie d’appel fonctionne pendant au plus 30 minutes, à l’exception des votes par appel nominal différés à la conclusion des questions orales, où la sonnerie d’appel fonctionne pendant au plus 15 minutes;
o) les votes par appel nominal aient lieu de la manière usuelle pour les députés qui participent en personne ou par voie électronique par l’entremise de l’application de vote électronique de la Chambre des communes pour tous les autres députés, pourvu que:
(i) les votes électroniques soient exprimés à partir du Canada, à l’aide de l’appareil mobile du député géré par la Chambre et à partir de son compte personnel de la Chambre des communes, et que chaque vote exige une validation de l’identité visuelle,
(ii) la période accordée pour voter par voie électronique sur une motion soit de 10 minutes, période qui commence après la lecture de la motion à la Chambre par la présidence, et les députés votant par voie électronique puissent changer leur vote jusqu’à ce que la période de vote électronique prenne fin,
(iii) si un député exprime son vote en personne et par voie électronique, son vote en personne ait préséance,
(iv) tout député incapable de voter au moyen du système de vote électronique durant la période de 10 minutes en raison de difficultés techniques puisse se joindre à la séance virtuelle pour indiquer à la présidence son intention de vote par système de vidéoconférence de la Chambre,
(v) à la suite de toute préoccupation, identifiée par le système de vote électronique, qui est soulevée par un agent supérieur de la Chambre d’un parti reconnu en ce qui concerne l’identité visuelle d’un député qui utilise le système de vote électronique, le député en question doive répondre immédiatement pour confirmer son intention de vote, soit en personne soit par l’entremise du système de vidéoconférence de la Chambre, faute de quoi le vote ne sera pas enregistré,
(vi) le whip de chaque parti reconnu ait accès à un outil pour confirmer l’identité visuelle de chaque député votant par voie électronique, et que le vote des députés votant par voie électronique soit disponible au public pendant la période accordée pour le vote,
(vii) les votes en comité plénier se tiennent de façon semblable aux votes se tenant lors des séances de la Chambre, sauf pour ce qui est de l’obligation de convoquer les députés,
(viii) toute question devant être résolue par scrutin secret soit exclue de cet ordre,
(ix) lors de l’appel d'un vote par appel nominal sur une affaire émanant des députés, lorsque le parrain de l'affaire est le premier à voter et présent au commencement du vote, il soit appelé en premier, qu’il participe en personne ou à distance;
p) lors des réunions des comités permanents, comités mixtes permanents, comités spéciaux, comités mixtes spéciaux, sauf le Comité mixte spécial sur la déclaration de situation de crise, et législatifs, ainsi que du comité de liaison, et de leurs sous-comités, le cas échéant, les députés puissent participer en personne ou par vidéoconférence, et pourvu que la priorité d’utilisation des ressources de la Chambre soit établie par entente de tous les whips des partis reconnus et que les dispositions suivantes s’appliquent aux réunions virtuelles ou hybrides:
(i) les membres participant à distance soient comptés pour fins de quorum,
(ii) toutes les questions soient décidées par appel nominal, sauf celles agréées du consentement unanime ou avec dissidence,
(iii) lorsque plus d’une motion est proposée pour l’élection du président ou d’un vice-président d’un comité, toute motion reçue après la première soit traitée comme un avis de motion et que ces motions soient soumises au comité l’une après l’autre jusqu’à ce que l’une d’elles soit adoptée,
(iv) les délibérations publiques soient rendues disponibles au public via le site Web de la Chambre des communes,
(v) les délibérations à huis clos puissent être menées d’une manière qui tienne compte des risques potentiels pour la confidentialité inhérente aux réunions avec des participants à distance,
(vi) les avis de substitution de membres, en vertu de l’article 114(2) du Règlement et les demandes conformément à l’article 106(4) du Règlement soient remis au greffier de chaque comité par courriel;
q) nonobstant l’ordre adopté le mercredi 2 mars 2022 concernant le Comité mixte spécial sur la déclaration de situation de crise, jusqu’à ce que le Comité cesse d’exister et le cas échéant,
(i) le Comité tienne des réunions en personne si cela est nécessaire pour examiner toute question qui lui est soumise en vertu du paragraphe 61(2) de la loi,
(ii) les membres participant à distance soient comptés pour fins de quorum,
(iii) toutes les questions soient décidées par appel nominal, sauf celles agréées du consentement unanime ou avec dissidence,
(iv) les délibérations à huis clos puissent être menées d’une manière qui tienne compte des risques potentiels pour la confidentialité inhérente aux réunions avec des participants à distance,
(v) lorsque plus d’une motion est proposée pour l’élection des vice-présidents agissant au nom de la Chambre, toute motion reçue après la première soit traitée comme un avis de motion et que ces motions soient soumises au Comité l’une après l’autre jusqu’à ce que l’une d’elles soit adoptée;
qu’un message soit envoyé au Sénat afin d’informer Leurs Honneurs que cette Chambre a adopté cet ordre;
que le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre reçoive instruction d’entreprendre une étude sur les délibérations hybrides et les changements susmentionnés au Règlement et aux usages habituels de la Chambre.
— Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole au sujet de cette motion, qui prévoit prolonger les dispositions hybrides pendant un an et permettre aux membres du comité de la procédure et des affaires de la Chambre de se pencher sur l'utilisation ou la non-utilisation de ces dispositions, puis de présenter leurs recommandations par la suite.
Revenons un instant à mars 2020. Alors que la pandémie nous frappait, environ une semaine avant l'arrêt des travaux de la Chambre, j'ai eu une conversation avec l'Administration de la Chambre au sujet de ce que prévoyait le plan en cas de pandémie. Bien entendu, ses rédacteurs avaient prévu quelque chose, mais il est très rapidement devenu évident que ce plan n'avait rien à voir avec la réalité et qu'il était pour ainsi dire inutile.
Nous avons ensuite entamé un processus, et je tiens à remercier les députés de tous les partis qui ont participé à ces efforts depuis le début, en mars 2020, alors que nous tentions de trouver des solutions pour que le Parlement du Canada puisse poursuivre ses travaux, malgré cette exceptionnelle crise de santé publique qui obligeait les gens à rester chez eux, afin que les Canadiens aient la certitude que le siège de leur démocratie allait continuer de fonctionner, d'adopter des projets de loi et de leur offrir de l'aide.
Avant de parler de certaines de ces mesures d'aide, je tiens à prendre un instant pour remercier l'Administration de la Chambre et les fonctionnaires, qui ont travaillé avec nous pour élaborer les outils et les solutions novatrices qui ont permis à notre démocratie de continuer de fonctionner. En très peu de temps, des outils ont été mis en place pour que nous puissions prendre part aux travaux et voter à distance. Ces efforts ont finalement mené à la conception d'une application de vote et à d'autres ajustements qui ont permis aux députés, qu'ils soient malades ou non, ou qu'ils soient ou non en mesure de se rendre à la Chambre, pour des raisons médicales ou autres, de continuer à participer aux travaux de la Chambre et de se prévaloir de leurs droits afin de continuer de représenter les gens de leur circonscription.
Les députés se rappelleront que les Canadiens et les entreprises ont été ébranlés au début de la pandémie de COVID et que quelque trois millions d'emplois ont été perdus. Les gens ne savaient pas du tout ce qui les attendait. Les petites entreprises se retrouvaient dans l'incapacité de servir leurs clients et elles se demandaient ce que l'avenir leur réservait. C'est précisément grâce aux dispositions que nous avons mises en place, sur lesquelles tous les partis ont travaillé avec l'Administration de la Chambre, que nous avons pu faire adopter des mesures d'aide et offrir un soutien historique pour veiller à ce que les entreprises et les particuliers ne tombent pas entre les mailles du filet.
Aujourd'hui, l'économie revient en force, alors que 115 % des emplois perdus pendant la pandémie ont été retrouvés, par rapport à moins de 100 % aux États‑Unis. Nous sommes un chef de fil mondial en matière de croissance économique; nous sommes en deuxième position au sein du G7 et en voie d'atteindre la première l'année prochaine. Il est on ne peut plus évident que ce sont les mesures d'aide adoptées pour veiller à ce que les Canadiens ne passent pas à travers les mailles du filet qui nous ont permis d'en arriver là.
Quand on pense à la bravoure des gens qui démarrent une petite entreprise, qui prennent des risques et qui installent leur enseigne en espérant réussir, ils doivent se préparer à affronter beaucoup de choses, comme la possibilité que leur produit ne soit pas aussi populaire qu'ils l'auraient souhaité ou les longues heures de travail qu'ils devront endurer, ainsi que leurs employés, pour assurer le succès de l'entreprise. À l'évidence, il est impensable pour eux qu'une pandémie mondiale les force à fermer leurs portes. Or, c'est le mode de travail hybride qui a permis à ces gens de tenir le coup.
La pandémie se poursuit, mais avant d'en parler, je veux prendre le temps de souligner tout ce que nous avons accompli en plus des mesures d'aide historiques.
Avec les hauts et les bas de la pandémie, alors que nous avons cru en novembre dernier qu'elle était terminée et que les choses allaient revenir à la normale, mais qu'Omicron s'en est mêlé, la souplesse du Parlement nous a permis de continuer à faire notre travail au nom des Canadiens. Voyons tout le travail que le Parlement a abattu de janvier à juin: sans parler du projet de loi de crédits, 14 projets de loi ont été présentés à la Chambre et sept au Sénat à propos de diverses questions importantes. Bon nombre de ces projets de loi sont en voie ou viennent d'être adoptés, et le Sénat fera son travail. Étant donné l'excellent travail qui vient d'être réalisé pour le projet de loi C‑28, nous espérons que le Sénat arrivera à faire son travail avant la pause estivale. Les séances hybrides ont permis d'abattre tout ce travail.
Jetons un coup d'oeil à certains de ces projets de loi.
Le projet de loi C‑19 est essentiel puisqu'il vise à faire croître l'économie, à encourager les technologies propres, à renforcer le système de santé et à rendre la vie plus abordable pour les Canadiens dans des domaines comme le logement et la garde des enfants.
Le projet de loi C‑18 ferait en sorte que les médias et les journalistes du secteur des nouvelles numériques au Canada reçoivent une rémunération équitable pour leur travail dans un environnement numérique qui présente de plus en plus de défis.
Le projet de loi C‑11 exigerait que les services de diffusion continue en ligne contribuent à la création et à la disponibilité de récits et de musique canadiens afin de mieux soutenir les artistes canadiens.
Le projet de loi C‑21 protégerait les Canadiens contre les dangers que posent les armes à feu dans les communautés du pays, puisqu'il imposerait un gel au marché des armes de poing, qu'il s'attaquerait à la contrebande faite à la frontière, et qu'il mettrait en place des dispositions de signalement d'urgence pour contrer la violence familiale.
Le projet de loi C‑22 a été présenté dans le but de réduire la pauvreté chez les personnes handicapées au Canada. Il s'intègre dans une stratégie plus vaste qui a déjà permis de sortir de la pauvreté plus d'un million de Canadiens. C'est remarquable, surtout quand on sait que notre gouvernement a été le premier à établir des cibles de réduction de la pauvreté. Depuis que nous avons établi ces objectifs, nous les avons surpassés à toutes les étapes. Le projet de loi C‑22 forme une partie importante de cette stratégie.
Le projet de loi C-28, dont j’ai parlé il y a un instant, porte sur la défense d’intoxication extrême. C’est un excellent exemple de travail collaboratif du Parlement, dans un environnement de travail hybride, en vue d’éliminer une échappatoire majeure et d’éviter que la défense d’intoxication extrême puisse être utilisée quand un meurtre est commis.
Ce ne sont là que quelques-uns des projets de loi que nous avons réussi à mettre de l’avant, et nous avons été en mesure de le faire d’une manière qui a donné à tous les députés les moyens de participer aux travaux, qu’ils aient la COVID ou non.
Pour donner aux députés une idée des difficultés, non seulement nous avons accompli tout cela en utilisant un système hybride en plein milieu d’une pandémie, mais nous l’avons fait tout en luttant contre des manœuvres d’obstruction. Les conservateurs n'ont pas cessé de faire obstruction aux projets de loi du gouvernement. En fait, 17 fois au cours des 14 dernières semaines, les conservateurs ont eu recours à des manœuvres d’obstruction, en utilisant des motions d’adoption et d’autres tactiques pour bloquer et entraver, dans bien des cas, des projets de loi qui avaient l’appui de trois des quatre partis officiels à la Chambre. Ils ont profité de l’occasion pour faire de l’obstruction, mais, malgré tout, nous avons été en mesure de faire de grands progrès.
Les conservateurs appuient le projet de loi C‑14. Pourtant, nous avons dû y consacrer toute une soirée parce qu'ils présentaient des motions pour entendre leurs propres intervenants. Lors des séances du comité sur l'aide médicale à mourir, qui portaient sur un sujet extrêmement délicat, les témoins invités à comparaître ne pouvaient pas témoigner à cause des tactiques et des manœuvres qui avaient lieu à la Chambre. Toutefois, malgré cela, nous avons été en mesure d'aller de l'avant dans un environnement hybride.
Regardons ce qui s'est passé la semaine dernière. Cinq députés du caucus libéral avaient la COVID, dont le premier ministre. Je ne sais pas combien de députés des autres caucus avaient eux aussi la COVID, mais tout le monde a été en mesure de participer aux délibérations. Malheureusement, chaque jour, des milliers de Canadiens partout au pays continuent de contracter la COVID. Tristement, bon nombre d'entre eux sont à l'hôpital et, chose encore plus tragique, beaucoup en meurent. Cette pandémie est donc encore bien présente.
Ce que nous avons vu au cours des deux dernières années, c'est que, chaque fois que nous entamons une session parlementaire, nous passons des semaines à débattre de la question du maintien des séances hybrides. Le Parlement a besoin de stabilité. Il y a encore des gens qui contractent la COVID. Ils ont le droit de pouvoir participer aux travaux de la Chambre et, comme le prouve la quantité de travail que nous avons réussi à abattre pendant la pandémie — je pense aux mesures d'aide historiques pendant le pire de la pandémie et, plus récemment, aux différents projets de loi absolument essentiels pour les Canadiens —, les dispositions relatives aux séances hybrides nous ont permis de continuer de travailler pour le pays en des temps extraordinaires.
Je ne crois pas qu'il soit souhaitable de toujours relancer ces débats au début de chaque nouvelle législature. Les Canadiens ont besoin de prévisibilité et nous ignorons ce qu'il adviendra de la pandémie ou de la situation sanitaire. Les Canadiens ont besoin de prévisibilité jusqu'à ce que la Chambre des communes, au moyen de ses comités, ait évalué l'utilité des dispositions en cause en dehors du contexte pandémique afin de déterminer si elles doivent être maintenues ou employées. Il faut un débat exhaustif en bonne et due forme au comité pour entendre des témoins et des parlementaires, un débat qui portera sur ce qui a été accompli, sur ce qui aurait pu être mieux fait, ou sur ce qui aurait dû être fait différemment.
Nous constatons déjà de nettes améliorations à tous les égards, depuis les services offerts jusqu'à l'interprétation. Je suis impatient que le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre entreprenne son étude et se prononce sur l'utilité de ces dispositions, mais d'ici là, cette mesure procurerait la stabilité nécessaire pour que le comité puisse faire son rapport et pour que le Parlement puisse poursuivre ses travaux en cette période extrêmement difficile.
Voilà pourquoi je crois qu'il est tout simplement prudent d'adopter cette motion maintenant, puisqu'elle procurera au Parlement la stabilité voulue pour faire son travail, assurera aux Canadiens que ce travail ne sera pas interrompu, et nous permettra de nous concentrer sur les affaires du pays.
Collapse
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2022-06-22 19:54 [p.7186]
Expand
Madam Speaker, I rise on a point of order.
I am sorry that I have to interrupt another Conservative filibuster. I would love to rebut the member for Barrie—Innisfil's comments, but of course, he is stopping and blocking the entire House so that nobody has a right of reply, which is tragic. I will say that the member for Barrie—Innisfil is a very hard-working member of Parliament.
I am rising to add some comments regarding the alleged matter of privilege that was raised earlier today by the member for Calgary Centre regarding the events of yesterday evening.
As members know, yesterday evening a technical interruption prevented some members from participating in House proceedings remotely. My colleagues and I are fierce defenders of the rights of parliamentarians to participate in proceedings remotely, so much so that we actually want to see hybrid proceedings extended as a consequence of the ongoing pandemic and as a useful tool for modern parliamentarians. Ultimately, I do not agree that this is a matter of privilege.
As the government House leader indicated, the events were completely external to anything that is within the control of the House; namely, it was a technological matter. As noted by the government House leader, hybrid proceedings have worked in 99.9% of instances. I certainly hope the Conservatives are not using the matter of privilege, which is a very important proceeding that ought not to be abused, to further a political point.
Unfortunately, as we know, this evening, we do not have the right to reply to the comments of the House leader of the official opposition.
I do somewhat disagree with the government House leader in that I believe that matters external to the control of the House can sometimes infringe on the privileges of a member, but if there were a power outage or a sewer malfunction, I do not believe that these would constitute breaches of privilege. I believe a technological hiccup is akin to these, and not a matter that the House needs to weigh in on or study. This is my submission.
It was not a matter of privilege, because when the matter was brought to the attention of Speaker and the various House leaders, the appropriate action was taken. The Speaker suspended the House, technicians attempted to address the issue, and when it became apparent that this would not be resolved in a timely way, the House adjourned. There was no breach of privilege, as no members were denied the opportunity to participate because no proceedings took place.
Imagine the catch-22 we would be caught in, if due to an inability to participate remotely in a request that the House adjourn, the House were forced to continue sitting and debating something, all the while excluding those who could not log in. That would be preposterous.
I do want to take a moment to thank the Speaker and all the House leaders for the good will that was shown last night when the matter was first raised in suspending and ultimately adjourning. I believe that was the right and appropriate thing to do. I was glad to see all parties take that approach co-operatively. It is unfortunate that that good will from last night is not extending to today, and the Conservatives are not allowing other parties to speak to the motion that is before the House. They are basically shutting down and refusing members of all other parties except themselves the right to speak on behalf of our constituents.
To conclude, I do want to raise one minor complaint, which is that members were not provided further information about the technological glitches of last night until 2:00 p.m. today, despite the Speaker's office providing details to the media. In the future, I believe it would be more appropriate for members to hear directly from the Speaker rather than having to read details in the news.
We will now return to the Conservatives' monopolization of House time.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement.
Je suis navré de devoir interrompre une autre manœuvre d'obstruction des conservateurs. J'aimerais bien répondre aux propos du député de Barrie—Innisfil, mais bien entendu, il monopolise le discours afin que personne ne puisse répliquer, ce qui est terrible. Je dois dire que le député de Barrie—Innisfil travaille très fort.
Je prends la parole pour ajouter quelques observations à ce qui a été dit au sujet de la présumée question de privilège qui a été soulevée un peu plus tôt par le député de Calgary‑Centre au sujet de ce qui s'est passé hier soir.
Comme nous le savons, un problème technique a alors empêché des députés de participer aux travaux de la Chambre à distance. Mes collègues et moi sommes d'ardents défenseurs des droits des parlementaires de participer aux travaux à distance, à tel point que nous voulons que le mode hybride soit prolongé en raison de la pandémie toujours présente et parce que c'est un outil utile pour les parlementaires modernes. Ce qu'il faut retenir, c'est que je ne suis pas d'accord avec l'idée qu'il s'agit d'une question de privilège.
Comme le leader du gouvernement à la Chambre des communes l'a mentionné, il s'agissait d'un problème externe sur lequel la Chambre n'avait absolument aucun contrôle, c'est-à-dire un problème technique. Comme il l'a expliqué, les séances hybrides ont bien fonctionné dans 99,9 % de cas. J'espère sincèrement que les conservateurs n'invoquent pas la question de privilège, une procédure très importante dont il ne faut pas abuser, pour accumuler du capital politique.
Malheureusement, ce soir, comme on le sait, on n'a pas droit de réplique aux commentaires du leader parlementaire de l'opposition officielle.
Cela dit, je suis légèrement en désaccord avec le leader du gouvernement à la Chambre en ce sens que j'estime que les circonstances indépendantes de la volonté de la Chambre peuvent parfois porter atteinte aux privilèges d'un député. Toutefois, je ne crois pas qu'une panne d'électricité ou un refoulement d'égout constitueraient une atteinte au privilège. J'estime qu'un contretemps technologique s'apparente à ces situations et ne justifie pas d'intervention ou d'étude de la part de la Chambre. C'est ce que je veux faire valoir.
Il n'y a pas matière à question de privilège puisque, lorsque le problème a été porté à l'attention du Président et des divers leaders parlementaires, les mesures appropriées ont été prises. La présidence a suspendu la séance, les techniciens ont tenté de régler le problème, puis, lorsqu'il est devenu évident qu'il serait impossible de régler le problème rapidement, la Chambre a levé la séance. Il n'y a eu aucune atteinte au privilège, puisque, étant donné qu'il n'y a pas eu de délibérations, aucun député ne s'est vu privé de l'occasion d'y participer.
Imaginons l'impasse s'il fallait que, parce que des députés participant à distance ne peuvent pas s'exprimer concernant une motion portant que la Chambre s'ajourne, la Chambre soit forcée de continuer de siéger et de poursuivre ses travaux en excluant les députés incapables d'ouvrir une session. Ce serait ridicule.
J'aimerais prendre un instant pour remercier le Président et tous les leaders parlementaires pour la bonne volonté dont ils ont fait preuve hier soir lorsque le problème est survenu en suspendant, puis en ajournant les travaux. Je crois que c'était la bonne chose à faire. J'ai été heureux de voir tous les partis adopter une approche coopérative. Il est malheureux que la bonne volonté d'hier soir n'ait pas perduré jusqu'à aujourd'hui, car les conservateurs empêchent les autres partis de se prononcer au sujet de la motion dont la Chambre est saisie. Ils privent carrément tous les députés, sauf ceux de leur propre parti, de leur droit de s'exprimer au nom de leurs concitoyens.
En conclusion, j'aimerais émettre une plainte mineure, qui a trait au fait qu'on n'a pas donné aux députés de plus amples renseignements au sujet des problèmes techniques d'hier soir avant 14 heures aujourd'hui, et ce, même si le bureau du Président avait fourni des détails aux médias. À l'avenir, je crois qu'il serait plus approprié que les députés obtiennent ces renseignements directement du Président au lieu de devoir les lire dans les médias.
Nous allons maintenant revenir aux conservateurs, qui monopolisent les travaux de la Chambre.
Collapse
Results: 1 - 15 of 240 | Page: 1 of 16

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data