Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 44
View Michael Kram Profile
CPC (SK)
View Michael Kram Profile
2022-11-18 12:02 [p.9706]
Expand
Madam Speaker, according to Regina Food Bank CEO, John Bailey, food bank use in Saskatchewan is up 37% this year. More fully employed working families are turning to food banks just to make ends meet, and with winter on the way and home heating costs set to rise, the problem will only get worse.
Will the Liberals end their inflationary spending and cancel their plan to triple taxes on groceries, gas and home heating?
Madame la Présidente, selon John Bailey, PDG de la banque alimentaire de Regina, le recours aux banques alimentaires en Saskatchewan a augmenté de 37 % cette année. De plus en plus de familles de travailleurs à temps plein se tournent vers les banques alimentaires pour joindre les deux bouts, et avec la venue de l'hiver et la hausse des coûts de chauffage, le problème ne fera qu'empirer.
Les libéraux vont-ils mettre fin à leurs dépenses inflationnistes et annuler leur projet de tripler les taxes sur l'épicerie, l'essence et le chauffage résidentiel?
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
View Kelly Block Profile
2022-11-15 11:28 [p.9468]
Expand
Madam Speaker, it is truly a privilege to rise in this place and have the opportunity to speak to the fall economic statement. Before I begin, I note that I will be splitting my time with the member for Mégantic—L'Érable.
I listened with interest to the interventions made during the debate, both yesterday and this morning, and I just want to thank my colleagues on this side of the House for speaking up for Canadians. Canadians are finding it harder and harder to make ends meet, as there is more month left at the end of the money, and they are having to make really tough choices because the Prime Minister and the government did not.
This piece of legislation comes at a critical time for Canadians. There is a severe cost of living crisis, which the Liberal government has done nothing to address in this statement. Instead, it continues to spend more, which continues to push the inflation rate higher, causing the fastest rise in interest rates in decades. This has had devastating consequences for Canadians. In the fall economic statement, the Liberals are predicting that economic growth will be 0.7% lower next year and that Canada's national debt will reach $1.177 trillion.
Home prices have doubled since 2015. The increase in the housing prices and skyrocketing inflation and interest rates have put the dream of home ownership out of reach for millions of Canadians. Paycheques no longer go as far due to just inflation. Nearly 50% of Canadians are $200 away from insolvency, and the price of groceries, gas and home heating just keeps going up.
While the Deputy Prime Minister made the difficult decision to cut Disney+, too many Canadians are being forced to cut their diets. Food bank usage is at an all-time high. With the price of groceries up by almost 11%, moms are adding water to their children's milk, and seniors cannot afford to heat their homes. Canadians are getting closer to the edge, and the Liberal government just keeps pushing them further. The government does not understand how to assist Canadians.
Over the past seven years under the government, it has only gone from bad to worse. While believing that budgets will balance themselves and promising to budget from the heart out with no more than $10 billion in deficits, the Prime Minister has spent more than all previous prime ministers combined, running the most expensive government in Canadian history.
Now I know the government likes to use the pandemic for cover on spending issues, but 40% of all new government spending measures have nothing to do with COVID. That is over $200 billion. By next year, the cost to pay just the interest rate on our national debt will be equal to the amount being spent on the Canada health transfer.
Canadians need relief now, not more empty promises from the Liberal government. With over $170,000 being added to the deficit every minute, every minute counts.
That is why we called on the government to do two things: stop the taxes and stop the spending. The government could have, and indeed should have, committed to cancelling any planned tax hikes, including the tripling of the carbon tax. This would keep more money in the pockets of Canadians as they plan for their futures. Additionally, the government should have cut its wasteful spending and required ministers to find an equivalent savings to any new spending put forward. These are two simple initiatives that would have an immediate impact on helping Canadians.
Businesses are also feeling the impacts and struggling. While at home in my riding this past week, I had the pleasure of meeting with representatives from the Prairie Sky, Rosetown and Humboldt chambers of commerce. It was the first time that we were able to meet face to face. I would like to thank the executive directors and chamber boards for taking the time to meet with me.
While our conversations covered a wide range of topics, a common theme was how difficult the past two and a half years have been for local businesses, especially independent retailers. As I mentioned yesterday, I also heard about how lockdowns have driven customers to larger retailers and online shopping sites like Amazon. I heard how lockdowns have had not only a devastating impact on independent retailers, but a negative impact on supply chains.
The impact of inflation was top of mind for most, whether they were business owners or municipal representatives. For business owners, not only is inflation cutting into the bottom line of their customers, but it is also increasing costs for businesses, making it difficult for them to survive let alone thrive. In addition to the federal-government caused inflation, the recent hike in interest rates by the Bank of Canada is having a big impact on individuals and businesses alike. The likelihood of renewing loans and mortgages at rates more than double what they are currently paying is bringing solvency into doubt for both.
Added to this is the mess the government has made of the Department of Immigration, Refugees and Citizenship. Many business owners have told me that they are desperate for workers in certain industries but that it takes far too long for qualified people to get through the system. While the government loves to make grand announcements, citizens, business owners and newly arrived immigrants are telling me the system is broken.
The Liberals' mismanagement knows no bounds. The pattern of the government over the years has been to completely disregard the needs of Canadians and a consistent inability to manage Canada's finances.
Inflation is not just hurting individuals and businesses. One mayor told me that inflation is causing municipal projects to run 25% to 40% over budget, forcing municipalities to make cuts and raise taxes in order to balance their budgets. I have also heard from many municipal leaders in recent weeks that they may be forced to cover the back pay for the RCMP following the conclusion of the force's collective bargaining agreement with the federal government. If municipalities are forced to cover the back pay of an agreement they had no say in negotiating, this will put more pressure on municipal budgets. This means individuals and businesses would have to pay more for less from their municipal governments.
Canadians, small and medium-sized business owners and municipalities need a Conservative government that will put an end to the Prime Minister's inflationary spending, which is driving up the cost of everything. Under the leadership of the member for Carleton, our Conservative caucus has been working to develop policies that will address the issues facing our country.
The Conservatives have a plan to make life more affordable for Canadians. Instead of printing more cash and fuelling the inflation crisis, we will create more of what cash buys: more homes, more gas, more food and more resources here at home. By increasing the supply of goods, we can fight the rising cost of living. We will make energy more affordable by repealing the anti-energy legislation of the Liberal government, and we will cut corporate welfare and get rid of the carbon tax.
To fight climate change, we will make alternative energy cheaper rather than making Canadian energy more expensive. We will ensure that paycheques go further. We will reform the tax and benefits system to make sure that when a Canadian works an extra hour, takes an extra shift or earns an extra bonus, they are better off and will keep more of their dollars in their pockets.
The Conservatives will continue to fight for Canadians across the country. We will continue to hold the government to account for its inflationary spending, and we will continue to put forward policies that put Canadians first before Liberal insiders and their friends.
Madame la Présidente, c’est un réel privilège de prendre la parole au sujet de l’énoncé économique de l’automne. Avant de commencer, je précise que je partagerai mon temps de parole avec le député de Mégantic—L'Érable.
J’ai écouté avec intérêt les interventions pendant le débat, tant hier que ce matin, et je tiens à remercier mes collègues de ce côté-ci de la Chambre d’avoir parlé au nom des Canadiens. Les Canadiens ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Leurs revenus ne leur permettent pas de boucler le mois, ce qui les force à faire des choix vraiment difficiles, tout cela parce que le premier ministre et le gouvernement n’ont pas fait les choix qui s’imposaient.
Ce projet de loi vient à un moment critique pour les Canadiens. Il y a une grave crise du coût de la vie, mais le gouvernement libéral ne prévoit rien dans cet énoncé pour y remédier. Au lieu de cela, il continue de dépenser plus, ce qui continue d’alimenter l’inflation et de faire grimper les taux d’intérêt comme jamais depuis des décennies. Les conséquences sont désastreuses pour les Canadiens. Dans l’énoncé économique de l’automne, les libéraux prédisent que la croissance économique sera inférieure de 0,7 % l’an prochain et que la dette nationale atteindra 1,177 billion de dollars.
Le prix des maisons a doublé depuis 2015. À l’augmentation du prix des maisons s'ajoutent l’inflation et les taux d’intérêt qui grimpent en flèche, ce qui fait s’envoler le rêve d’accession à la propriété de millions de Canadiens. À elle seule, l'inflation gruge les salaires, puisqu'ils n'ont plus le même pouvoir d'achat. Près de la moitié des Canadiens sont à 200 $ de l’insolvabilité, et le prix de l’épicerie, de l’essence et du chauffage domestique ne cesse d’augmenter.
Tandis que la vice-première ministre a pris la difficile décision d'annuler son abonnement à Disney+, trop de Canadiens sont obligés de réduire leur alimentation. Les banques alimentaires n’ont jamais été aussi sollicitées. Avec la hausse de près de 11 % du prix du panier d’épicerie, des mères coupent le lait de leurs enfants avec de l’eau, et des aînés n’ont pas les moyens de se chauffer. Les Canadiens se rapprochent du gouffre, et le gouvernement libéral continue de les pousser dans cette direction. Le gouvernement ne sait pas comment aider les Canadiens.
Sous ce gouvernement, qui est au pouvoir depuis sept ans, tout va de mal en pis. Le premier ministre, qui croit que les budgets s'équilibrent tout seuls et qui promettait, la main sur le cœur, que les déficits ne dépasseraient pas 10 milliards de dollars, a dépensé plus que tous ses prédécesseurs réunis. Il dirige le gouvernement le plus coûteux de l’histoire du Canada.
Bien sûr, je sais que le gouvernement se plaît à invoquer la pandémie pour se disculper sur la question des dépenses, mais 40 % de toutes les nouvelles dépenses gouvernementales n’ont rien à voir avec la COVID. Cela représente plus de 200 milliards de dollars. D’ici l’an prochain, le paiement des intérêts sur la dette nationale sera égal au montant dépensé pour le Transfert canadien en matière de santé.
Les Canadiens ont besoin d’aide dès maintenant, pas de nouvelles promesses creuses de la part du gouvernement libéral. Avec plus de 170 000 $ qui s’ajoutent au déficit chaque minute, le temps presse.
Voilà pourquoi nous avons demandé au gouvernement de faire deux choses: cesser d'imposer des taxes et cesser de dépenser. Le gouvernement aurait pu, et aurait même dû, s’engager à annuler toute hausse d’impôt prévue, y compris le triplement de la taxe sur le carbone. Cela permettrait de garder plus d’argent dans les poches des Canadiens qui planifient leur avenir. De plus, le gouvernement aurait dû réduire ses dépenses inutiles et exiger des ministres qu’ils trouvent des économies équivalentes à toute nouvelle dépense proposée. Ce sont deux initiatives simples qui auraient un impact immédiat pour aider les Canadiens.
Les entreprises ressentent elles aussi les effets de la crise et éprouvent des difficultés. Quand j’étais chez moi dans ma circonscription la semaine dernière, j’ai eu le plaisir de rencontrer les représentants des chambres de commerce de Prairie Sky, Rosetown et Humboldt. C’était la première fois que nous pouvions nous rencontrer en personne. Je tiens à remercier les directeurs généraux et les conseils d’administration des chambres de commerce d’avoir pris le temps de me rencontrer.
Nos conversations ont porté sur des sujets très variés, mais un thème commun est ressorti, soit les difficultés vécues par les entreprises locales ces 30 derniers mois, surtout les détaillants indépendants. Comme je l’ai mentionné hier, j’ai aussi entendu dire que les confinements ont poussé les clients vers les grands détaillants et les sites d’achat en ligne comme Amazon. J’ai entendu dire que les confinements ont eu non seulement un effet dévastateur sur les détaillants indépendants, mais aussi un effet négatif sur les chaînes d’approvisionnement.
L’effet de l’inflation était au cœur des préoccupations de la plupart d’entre eux, qu’ils soient propriétaires d’entreprise ou représentants municipaux. Pour les propriétaires d’entreprise, l’inflation nuit non seulement aux finances de leurs clients, mais elle augmente aussi les coûts de leur entreprise, ce qui rend leur survie difficile, sans parler de leur prospérité. En plus de l’inflation causée par le gouvernement fédéral, la récente hausse des taux d’intérêt par la Banque du Canada a eu des répercussions importantes sur les particuliers et les entreprises. La possibilité qu'ils doivent renouveler des prêts bancaires et des prêts hypothécaires à des taux plus de deux fois supérieurs à ceux qu’ils paient actuellement risque de nuire à leur solvabilité.
Ajoutons à cela le gâchis du ministère de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté. Beaucoup de propriétaires d’entreprise dans certaines industries me disent qu’ils cherchent désespérément à embaucher, mais que les démarches pour faire venir des personnes qualifiées sont bien trop longues. Le gouvernement aime faire de grandes annonces, mais les citoyens, les propriétaires d’entreprise et les immigrants nouvellement arrivés me disent que le système ne fonctionne pas.
La mauvaise gestion des libéraux ne connaît pas de limites. La tendance du gouvernement, au fil des ans, a été de complètement faire fi des besoins des Canadiens et de faire preuve d’une incapacité constante à gérer les finances publiques.
L’inflation ne fait pas seulement mal aux citoyens et aux entreprises. Un maire m’a expliqué qu’à cause de l’inflation, les projets municipaux coûtent de 25 % à 40 % plus cher que prévu, ce qui oblige les municipalités à réduire les dépenses et à augmenter les taxes pour équilibrer leurs budgets. Ces dernières semaines, beaucoup de dirigeants municipaux m’ont également dit qu’ils allaient peut-être devoir couvrir les salaires rétroactifs de la GRC après la conclusion de sa convention collective avec le gouvernement fédéral. Si les municipalités doivent rembourser les augmentations de salaire rétroactives prévues dans une convention collective au sujet de laquelle elles n’ont pas eu leur mot à dire, les budgets municipaux seront encore plus serrés. Cela veut dire que les citoyens et les entreprises devront payer plus pour obtenir moins de leurs administrations municipales.
Les Canadiens, les propriétaires de petites et moyennes entreprises et les municipalités ont besoin d’un gouvernement conservateur qui mettra fin aux dépenses inflationnistes du premier ministre, qui font augmenter tous les prix. Sous la direction du député de Carleton, le caucus conservateur prépare des politiques pour régler les problèmes auxquels notre pays fait face.
Les conservateurs ont un plan pour rendre la vie plus abordable pour les Canadiens. Au lieu de faire fonctionner la machine à billets et d’alimenter l’inflation, nous créerons plus de ce que l’argent achète: plus de maisons, plus d’essence, plus d’aliments et plus de ressources ici, au Canada. En augmentant l’offre de biens, nous pouvons lutter contre la hausse du coût de la vie. Nous rendrons l’énergie plus abordable en abrogeant les lois anti-énergie du gouvernement libéral, et nous réduirons les subventions versées aux entreprises parasites et nous nous débarrasserons de la taxe sur le carbone.
Pour lutter contre les changements climatiques, nous rendrons les énergies de remplacement plus abordables, au lieu de rendre l’énergie canadienne plus chère. Nous ferons en sorte que les salaires permettent de vivre décemment. Nous réformerons le régime de l’impôt et des prestations pour que, lorsqu’un Canadien travaille une heure de plus ou un quart de plus, ou gagne une prime supplémentaire, il garde une plus grande part de l’argent qu’il a gagné.
Les conservateurs continueront de se battre pour les Canadiens dans tout le pays. Nous continuerons de demander des comptes au gouvernement pour ses dépenses inflationnistes et nous continuerons de proposer des politiques qui feront passer les Canadiens avant les proches du Parti libéral et leurs amis.
Collapse
View Corey Tochor Profile
CPC (SK)
View Corey Tochor Profile
2022-11-04 11:58 [p.9346]
Expand
Madam Speaker, Canadians are hurting given that out-of-control inflation is getting worse under this costly NDP-Liberal coalition. Canadians are cutting back on food. Moms are watering down their milk for their kids. One in five Canadians are skipping meals because they cannot afford to eat, while the Prime Minister is jetting away to London and staying at a $6,000-a-night fancy hotel. Is he kidding me?
Why will the Liberals not give Canadians some relief and cancel their plan to triple the taxes on gas, groceries and home heating?
Madame la Présidente, parce que la coûteuse coalition néo-démocrate—libérale aggrave une inflation déjà incontrôlée, les Canadiens souffrent. Les Canadiens se privent de nourriture. Des mères diluent le lait de leurs enfants avec de l'eau. Un Canadien sur cinq saute des repas parce qu'il ne peut pas payer la note d'épicerie. Pendant ce temps, le premier ministre s'évade en jet à Londres et séjourne dans un hôtel luxueux qui coûte 6 000 $ la nuitée. C'est une blague ou quoi?
Pourquoi les libéraux refusent-ils de donner un peu de répit aux Canadiens en renonçant à leur plan de tripler les taxes sur le carburant, la nourriture et le chauffage résidentiel?
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
View Robert Kitchen Profile
2022-10-17 16:25 [p.8380]
Expand
Madam Speaker, I appreciate my colleague's comments on the many issues he has brought up.
It is interesting what I am hearing around the room. I have an earpiece that I have to use because I cannot hear. I am deaf in one ear. People do not understand this because they cannot see my disability and I do not talk about my disability. There was a big concern about that with masks during COVID. People who are disabled because of their hearing read lips, and we could not read lips when we could not hear things. We heard comments from people who said we are speaking too loudly. Well, we speak loudly because we cannot hear and understand them. The issue of invisible disabilities is extremely important to a lot of disabled people.
I would like to quickly speak of a constituent who is 43 years old and has four children. He has lost the ability to raise his children. He had cochlear implants put in. His concern with this legislation is that while there are regulations, they do not tell him what he can do and how he can get back to work.
I wonder if the member would mind commenting on those invisible disabilities and the ability for people to get back to work.
Madame la Présidente, j’apprécie les commentaires de mon collègue sur les nombreuses questions qu’il a soulevées.
Ce que j’entends dans cette enceinte est intéressant. J’ai un appareil auditif que je dois utiliser parce que je n'entends pas bien. Je suis sourd d’une oreille. Les gens ne le comprennent pas parce qu’ils ne voient pas mon handicap et que je n'en parle pas. Il y avait une grande préoccupation à ce sujet avec les masques pendant la pandémie de COVID‑19. Les personnes malentendantes lisent sur les lèvres, et nous ne pouvions pas lire sur les lèvres à défaut de bien entendre. Nous avons entendu des commentaires de personnes qui disaient que nous parlions trop fort. Eh bien, nous parlons fort parce que nous entendons et nous comprenons mal. La question des handicaps invisibles est extrêmement importante pour de nombreuses personnes handicapées.
J’aimerais parler rapidement d’un électeur âgé de 43 ans et père de quatre enfants. Il a perdu la capacité d’élever ses enfants. On lui a posé des implants cochléaires. Ce qui le préoccupe dans ce projet de loi, c’est que, bien qu’il y ait des règlements, ils ne lui disent pas ce qu’il peut faire ni comment il pourrait retourner travailler.
Je me demande si le député pourrait parler un peu des handicaps invisibles et de la capacité des gens à retourner au travail.
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
View Robert Kitchen Profile
2022-10-17 17:21 [p.8388]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague for his great speech and for recognizing the many types of disabilities that we have out there.
This past weekend, I was fortunate to be golfing with a young man whose left hand and left foot are disabled due to cerebral palsy, and on the very last hole of the tournament, he was the last guy up. He hit his golf ball on 14th hole of the Estevan golf course, and eight of us watched it sail over the water, hit the green and roll into the hole. He got a hole in one, and it was spectacular.
Now, his nickname is Ace, and I hate to say this, but he has had three holes in one. However, it was such a fantastic thing to see, and the eight of us were all over him, cheering him on with this great and fantastic thing.
I chatted with him a little about the legislation before us during that golf tournament, and one of his concerns was about the steps that were in it, particularly the regulations and what those regulations would be saying, which is a big challenge. I wonder if my colleague could comment on where he sees these regulations, because the reality is, at committee those regulations will hopefully get some answers to them.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son excellent discours et d'avoir reconnu les nombreux types de handicaps qui existent.
La fin de semaine dernière, j’ai eu la chance de jouer au golf avec un jeune homme handicapé de la main et du pied gauche en raison d’une paralysie cérébrale. Au tout dernier trou du tournoi, il était le dernier à jouer. Il a frappé sa balle de golf au 14e trou du terrain de golf d’Estevan, et nous étions huit à la regarder passer au-dessus de l’eau, toucher le vert et tomber dans le trou. Il a fait un trou en un, et c’était spectaculaire.
Son surnom est Ace et, je n'aime pas l'avouer, il a réussi trois trous en un. Cela dit, c’était un moment vraiment fantastique, et nous étions huit à l'épauler et à célébrer ce formidable exploit.
J’ai discuté un peu avec lui du projet de loi à l’étude pendant le tournoi de golf, et l’une de ses préoccupations concernait les mesures qu’il contient, en particulier les règlements et ce qu’ils contiendraient, ce qui est un gros enjeu. Je me demande si mon collègue pourrait nous dire ce qu'il attend de ces règlements; au comité, nous obtiendrons vraisemblablement des réponses sur la teneur des futurs règlements.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-10-06 17:06 [p.8269]
Expand
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes.
It has been an interesting day of listening to everybody talk about Bill C-31 and the reasons for the increase in the price of food. Going back to Saskatchewan to the riding of Prince Albert and going to a small town like Tisdale or Carrot River, or coming into the city of Prince Albert, one thing that becomes very clear is that food has definitely gotten more expensive. Whether people are buying hamburgers, steaks, potatoes or macaroni and wieners, everything has gotten more expensive. When they go through the process of buying groceries, they have a $100 bill in their wallet, but when they look in it after, they say, “Holy cow. Where did that go?” It is gone.
We have seen huge increases in the price of food. We can blame the war in Ukraine. We can blame a variety of things, but it really is the long-term policies of the government that have brought up the price of food items.
NDP members want to do a study and I agree with them on the study. It is a good idea. It is important to actually look at this and understand what is going on in the sector so we can have good policies to make sure that Canadians can take advantage of the great produce that is grown here in Canada.
We make the best food in the world. We grow the best animals. We grow the best vegetables, the best fruits, the best durum and the best canola. We have it all here. It is here in Canada. It is available for Canadians to take advantage of. We are blessed in so many ways, but then we look at things and ask how it can be this way. What has happened? What has made it so that it is so expensive to buy food when we have such an abundance of it?
Saskatchewan is a trading province. We have to export. We grow so much and we cannot consume it, so we export it around the world. That is when the trains run and the railcars show up. Of course, that is a problem with transportation and a problem with policy that comes back to the government. There are frustrations for sure, but there should be no reason to see this type of inflation in food. If we had the right policies in place, we would be able to see this scenario and be in a better situation.
When I was on the farm, I used to get frustrated because it cost me $250 an acre and the market paid me $200 an acre, so I took a $50-an-acre hit. It happens. The markets go up and the markets go down. In the good years, we put away enough money to ride through the bad years. Farmers are price-takers, not price-makers. We actually take our price from the market, so whether it is based on production around the world or production in Saskatchewan, there are many factors that will determine the price of grain, the price of beef or the price of a variety of other commodities. What we do is manage our costs. That is what farmers do in Canada.
They were the first to embrace zero tillage, which is one of the most advanced methods of growing crops in the world. That technology actually came out of the Sparrow report in the Senate, when we said we had to work on soil conservation and soil degradation. What did we do? Not only did we fix that, approve it and increase our organic matter, but we actually got more efficient. We produced cheaper products because we reduced the number of passes in the field. We became more and more efficient, and we took that knowledge and shared it around the world. However, we got zero credit for it from the government.
What has happened from the government as we look at this now? The government has hit us with a $50,000-a-year carbon tax. The Liberals say, “Don't worry. Be happy. Here is $800 back.” How can that be fair? How can that be neutral? Where did the rest of that money go? How do I take the $46,000 or $48,000 that I am short and reinvest it to become environmentally friendly? I have given it to Ottawa and what did I get back? I got tiddlywinks.
As we go through the process of looking at the cost of food, what happens? We get fewer farmers. We get bigger farms. We get huge farms. We do not have the small towns anymore so there are no thousand-acre farms. If they are not 2,000 or 5,000 acres, a lot of farms are 20,000 and 30,000 acres. They had to go that way because of the costs that were put on them by the federal government.
A carbon tax on food is immoral. Any tax on food is immoral and that is what the Liberals have done. Producers pay tax on fertilizer when they get it to the bin to put it in the ground. They pay tax on the diesel fuel to put it in the ground. They pay tax on the trucking to get it to the elevator. They pay tax on the rail to get it to the mill. They pay tax at the mill to get it to the grocery store. All that goes to Ottawa, and what does Ottawa do with it? Show me the mitigation the government has done with regard to the environment. Show me the bridges it has built. Show me the culverts it has put in and the lift stations. Where is the infrastructure?
We have seen flooding at historic levels in B.C. that shut down our transportation system. Where is the preparedness in the Liberal government to take on those types of things? Some were saying this was going to happen, and it did happen, but they did nothing to prepare for it. What did that cost our economy? What does their ignorance do to this economy and the abundance in this country called Canada, where we have so much to give?
We see around the world the war in Ukraine. We see that our friends in Europe could use our help again. We should be in a position to do that, and we are not. Why are we not? It is because we have neglected things here in Canada. We have not put in the infrastructure to take care of the export requirements for the variety of sectors that would be utilized in Europe at this point in time. Whether it is oil and gas, food or forestry products, we should be able to come in and fill those needs, but bad policy and planning by the government mean we cannot do that.
When we look at what is going on here in Canada and bring it back to the price of food, it is not just the price of food that is hurting Canadians; it is the price of everything. Everything they do, like going to Canadian Tire to buy some things for their kids, costs 30% or 20% more. When people get groceries, food costs that much more money. It just never goes far enough anymore.
Then we hear the government say that we need to pay more taxes, step up and pay for pollution. The Liberals are right. We do not have a problem with paying for pollution, but there is a problem I hear in my riding. A lot of people say they do not mind paying their share, but they ask what the government is doing globally to make sure that residents in high-emitting countries are paying their share. What is it doing to level the playing field so that when I pay for this on my farm in Saskatchewan, a farmer in Alberta, the U.S., China or Australia is paying the same amount so that the playing field is level? The Liberals have done nothing.
They have zero influence on the world stage, and we could go into debate on why that is. It could be a combination of things, like the trip to India or the trip to the U.K. that we just experienced. It could be the way the Prime Minister has conducted himself around the world. It would probably be better if we took away his passport, let him stay here and sent somebody else, because I think it would do our country more honour.
Let us come back to what this motion is talking about. It is talking about food; there is no question about that. However, what is hurting our economy and hurting Canadians is not just food. It is a variety of things they are experiencing right now and a government that just does not care or understand. When we start talking about the economy, those members give a blank look. They just do not get it. They do not seem to say they hear us and that they do not know what to do. They do not look at the options sitting in front of them, things like cancelling some tax increases for a period of time.
If we look at the tax increases the Liberals are proposing, the carbon tax is meant to change people's conduct with regard to the environment. We have just gone through record fuel prices in North America, Canada, B.C. and Ontario, and the prices are going up again. Should that not have had the same effect as a carbon tax? If the price of fuel is higher, I cannot drive as much. However, I live in rural Saskatchewan, and when I have to go for groceries, I still have to put gas in the truck because I do not have an alternative; I do not have an option. When taxes are increased on me because of that, the government has penalized me. When they take my $50,000 and make it $75,000, they have taken my ability to improve my operations to become more environmentally friendly. They have done worse.
Not only that, but I have been weakened in such a way that I cannot provide that cheap food Canadians have come to rely on. Who pays? The most vulnerable pay. Those who have the smallest paycheques pay. They do pay; they pay the most. The percentage of their food bill goes from 50% to 75%, so they do not have a chance to buy new clothes for their kids. They go to shelters and buy there.
If we look in Prince Albert and Saskatoon, the food banks have a record high number of people attending them. That is the direct result of bad policy, and if the Liberals do not get that now, then they are not listening. They cannot come back to Ottawa, go to their caucus and say they are dealing with a bunch of people who are in really bad shape and need a break, and then answer with a $500 GST tax credit. It sounds good, but it is not enough. We have to look at the other alternatives and levers we have at our disposal and bring the costs down. That is the same for farming, manufacturing and a variety of industries. We have to get the costs down and back to a relevant number so that we can compete throughout the world, hire Canadians and actually let families feed themselves.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes.
J'ai passé une journée intéressante à écouter tout le monde parler du projet de loi C-31 et des raisons de l'augmentation du prix des aliments. Lorsque l'on va en Saskatchewan, dans la circonscription de Prince Albert, et que l'on se rend dans un village comme Tisdale ou Carrot River, ou même dans la municipalité de Prince Albert, on constate clairement que les aliments sont de plus en plus chers. Que ce soit pour acheter des hamburgers, des steaks, des pommes de terre ou des macaronis et des saucisses, tout est devenu plus cher. Lorsqu'ils font leur épicerie avec un billet de 100 $ en poche, les gens se disent en sortant: « Bon sang, où est-il passé »? Le billet s'est envolé.
Les prix des denrées alimentaires se sont aussi envolés. Nous pouvons dire que c'est à cause de la guerre en Ukraine, ou de diverses autres choses, mais au bout du compte, ce sont les politiques à long terme du gouvernement qui ont fait augmenter le prix des produits alimentaires.
Les députés néo-démocrates souhaitent mener une étude et je crois, comme eux, que ce serait une bonne idée. Il est important d'examiner ce phénomène de près et de bien comprendre ce qui se passe dans ce secteur afin de mettre en place des politiques efficaces qui permettront aux Canadiens de bien profiter des excellents fruits et légumes qui sont cultivés ici même, au Canada.
Nous produisons les meilleurs aliments du monde entier. Nous élevons les meilleurs animaux. Nous cultivons les meilleurs légumes, les meilleurs fruits, le meilleur blé dur et le meilleur canola. Nous avons tout cela ici même, au Canada. Les Canadiens ont accès à tous ces produits et peuvent en profiter. Nous sommes privilégiés de bien des façons, mais, quand nous regardons la situation actuelle, nous nous demandons comment nous en sommes arrivés là. Que s'est-il passé? Pourquoi les aliments coûtent-ils maintenant une fortune alors que nous en produisons en abondance?
La Saskatchewan est une province commerçante. Nous devons exporter. Nous cultivons beaucoup de choses et nous ne pouvons pas tout consommer, alors nous les exportons dans le monde entier, à condition que les trains circulent et que les wagons se présentent. Bien sûr, il y a un problème de transport et de politique qui est de la responsabilité du gouvernement. Il y a des frustrations, c'est certain, mais il n'y a aucune raison de voir ce type d'inflation dans l'alimentation. Si les bonnes politiques étaient en place, nous serions dans une meilleure situation.
Lorsque j'étais à la ferme, j'étais frustré quand la production me coûtait 250 $ l'acre et que le marché me payait 200 $ l'acre, et que j'accusais donc une perte de 50 $ l'acre. Cela arrive. Les marchés montent et les marchés descendent. Les bonnes années, nous mettons suffisamment d'argent de côté pour traverser les mauvaises années. Les agriculteurs sont des preneurs de prix, pas des faiseurs de prix. En fait, nous prenons notre prix du marché. Qu'il soit établi en fonction de la production mondiale ou de la production de la Saskatchewan, de nombreux facteurs détermineront le prix des céréales, du bœuf ou d'une variété d'autres produits. Ce que nous faisons, c'est gérer nos coûts. Voilà ce que font les agriculteurs au Canada.
Ils ont été les premiers à adopter la culture sans labour, une des méthodes de culture les plus perfectionnées au monde. Cette technologie est issue du rapport Sparrow du Sénat, selon lequel il fallait s'occuper de la conservation des sols et faire quelque chose au sujet de la dégradation des sols. Qu'avons-nous fait? Nous avons réglé le problème, approuvé la méthode, augmenté la matière organique et, en plus, nous avons augmenté notre efficacité. Nous avons produit des aliments à moindre coût parce que nous avons réduit le nombre de passages dans les champs. Nous n'avons cessé d'accroître notre efficacité et nous avons partagé nos connaissances ainsi acquises partout dans le monde. Toutefois, le gouvernement ne nous a accordé aucun mérite.
Qu'est-ce que le gouvernement a fait pour nous? Il nous a asséné une taxe sur le carbone de 50 000 $ par année. Les libéraux nous disent: « Ne vous en faites pas. La vie est belle. Voici un remboursement de 800 $. » Comment peut-on affirmer que c'est juste? Comment peut-on parler de neutralité? Où est passé le reste de cet argent? Comment faire pour réinvestir ces 46 000 $ ou ces 48 000 $ que je n'ai plus afin de devenir écologique? Je les ai donnés à Ottawa, et qu'est-ce que j'ai obtenu en retour? Des miettes.
Pendant que nous réfléchissons au prix de la nourriture, que se passe-t-il? Il y a moins d’agriculteurs. Les exploitations agricoles sont de plus en plus grosses, au point de devenir gigantesques. Il n’y a plus de petites localités de nos jours, alors il ne reste plus de fermes dont les terres font mille acres. Les exploitations agricoles d’aujourd’hui ne comptent pas 2 000 acres, ni 5 000 acres; beaucoup d’entre elles mènent leurs activités sur des superficies de 20 000 ou 30 000 acres. Les agriculteurs n’ont pas eu d’autre choix que de grossir à ce point afin de pouvoir payer les frais imposés par le gouvernement fédéral.
Il est immoral d’imposer une taxe sur le carbone pour la nourriture. N’importe quelle taxe sur la nourriture est immorale, mais c’est pourtant ce que les libéraux ont fait. Les producteurs paient des taxes sur les engrais quand ils se les procurent pour enrichir le sol. Ils paient une taxe sur le carburant diésel pour l’épandre dans les champs. Ils paient une taxe sur le transport par camion pour envoyer leurs récoltes au silo-élévateur. Ils paient une taxe sur le transport par rail pour envoyer les céréales à l’usine de transformation. Ils paient une taxe à l’usine de transformation pour acheminer les produits à l’épicerie. Les recettes de toutes ces taxes sont versées à Ottawa, mais que fait Ottawa avec cet argent? J’aimerais voir les mesures d’atténuation que le gouvernement a mises en place pour lutter contre la crise climatique. J’aimerais voir les ponts que le gouvernement a bâtis. J’aimerais voir les caniveaux que le gouvernement a mis en place, et les stations de pompage. Où sont les infrastructures?
La Colombie-Britannique a subi des inondations d'envergure historique qui ont paralysé le système de transport. Comment le gouvernement libéral est-il préparé à relever ce genre de défi? Certains prévoyaient qu'une telle chose allait arriver, et elle est effectivement arrivée, mais les libéraux n'avaient rien fait pour s'y préparer. Qu'est-ce que cela a coûté à l'économie canadienne? Comment leur ignorance nuit-elle à l'économie et à l'abondance de ce pays qu'on appelle le Canada, où nous avons tant à offrir?
Quand on regarde ce qui se passe ailleurs, on voit la guerre en Ukraine. On voit que nos amis européens pourraient encore bénéficier de notre aide. Nous devrions être en position d'agir, mais nous ne le sommes pas. Pourquoi? C'est parce que nous avons négligé des choses, au Canada. Nous n'avons pas établi les infrastructures nécessaires pour satisfaire aux exigences d'exportation des divers secteurs qui seraient utiles en Europe en ce moment. Qu'il s'agisse de pétrole, de gaz, d'aliments ou de produits forestiers, nous devrions être en mesure de répondre aux besoins qui se présentent, mais à cause des mauvaises politiques et de la mauvaise planification du gouvernement, nous en sommes incapables.
Pour revenir au prix des aliments au Canada, je dirais que ce n'est pas seulement le prix des aliments qui nuit aux Canadiens, mais le prix de n'importe quoi. Tout ce qu'ils achètent, même les articles qu'ils achètent pour leurs enfants au Canadian Tire, leur coûte 20 % ou 30 % plus cher. Cela vaut aussi pour les aliments qu'ils achètent à l'épicerie. Il n'y a tout simplement plus de limites.
Maintenant, le gouvernement dit que nous devons payer plus de taxes et payer davantage pour la pollution. Les libéraux ont raison. Nous ne voyons aucun inconvénient à ce que la pollution ait un coût, mais bien des gens de ma circonscription me disent qu'il y a un problème. Ils sont nombreux à dire qu'ils ne voient pas d'inconvénient à payer leur juste part, mais ils se demandent ce que fait le gouvernement à l'échelle mondiale pour voir à ce que les résidants des pays à fortes émissions paient leur part. Que fait-il pour rendre les règles du jeu équitables de manière à ce qu'un agriculteur comme moi paie le même prix en Saskatchewan qu'un agriculteur en Alberta, aux États‑Unis, en Chine ou en Australie, afin que tous soient traités équitablement? Les libéraux n'ont rien fait.
Les libéraux n'ont absolument aucune influence sur la scène internationale, et nous pourrions discuter des raisons qui expliquent cette situation. Plusieurs facteurs entrent probablement en jeu, comme le voyage en Inde ou le voyage récent au Royaume‑Uni. C'est peut-être en raison de la façon dont le premier ministre s'est comporté à l'étranger. Il serait probablement préférable de lui retirer son passeport, de lui demander de rester ici et d'envoyer quelqu'un d'autre, ce qui rendrait plus honneur à notre pays selon moi.
Revenons au sujet de la motion dont nous sommes saisis. Elle porte sur les aliments; il n'y a aucun doute à ce sujet. Toutefois, le prix des aliments n'est qu'un seul des aspects qui nuisent à l'économie d'ici et aux Canadiens. Les Canadiens vivent toutes sortes de difficultés en ce moment, mais le gouvernement en place ne s'en soucie tout simplement pas ou il ne le comprend pas. Lorsque nous commençons à parler d'économie, les députés libéraux ont un regard vide. Ils ne comprennent tout simplement pas. Ils ne donnent pas l'impression qu'ils entendent ce que l'on dit et ils ne savent pas quoi faire. Ils n'examinent pas les options à leur disposition, des mesures comme l'annulation de hausses de taxes pour une certaine période.
Examinons les hausses de taxes que les libéraux proposent. La taxe sur le carbone est censée changer le comportement des gens à l'égard de l'environnement. En Amérique du Nord, au Canada, en Colombie‑Britannique et en Ontario, le prix de l'essence vient de fracasser des records et il est de nouveau en hausse. Cette situation n'aurait-elle pas dû avoir le même effet qu'une taxe sur le carbone? Plus le prix de l'essence est élevé, plus je dois réduire mes déplacements en voiture. Or, je vis dans une région rurale de la Saskatchewan et quand je dois sortir faire l'épicerie, je dois quand même mettre de l'essence dans mon camion parce que je n'ai pas de solution de rechange. Je n'ai pas le choix. Quand il hausse pour cette raison les taxes qui me sont imposées, le gouvernement me pénalise. Quand les libéraux font passer de 50 000 $ à 75 000 $ la taxe sur le carbone que je dois payer, ils m'empêchent d'améliorer mes installations pour qu'elles deviennent plus écologiques. Ils empirent la situation.
De surcroît, j'ai été affaibli de telle sorte que je ne peux pas fournir les aliments bon marché sur lesquels les Canadiens en sont venus à compter. Qui paie? Ce sont les plus vulnérables. Ce sont ceux qui ont les plus petits salaires. Ce sont eux qui paient et ils assument les coûts les plus élevés. Le pourcentage de leur facture d'épicerie passe de 50 % à 75 %, alors ils sont incapables d'acheter des vêtements neufs à leurs enfants. Ils vont dans des refuges pour en acheter.
Pensons à Prince Albert et à Saskatoon, où les banques alimentaires accueillent un nombre record de clients. C'est le résultat direct d'une mauvaise politique, et si les libéraux n'en sont toujours pas conscients, c'est qu'ils ne prêtent pas attention. Ils ne peuvent pas revenir à Ottawa, s'adresser à leur caucus et dire qu'ils ont affaire à un groupe de personnes qui sont en très mauvaise posture et qui ont besoin d'un répit, puis répondre avec un crédit d'impôt de 500 $ sur la TPS. Cela semble bien, mais c'est insuffisant. Nous devons examiner les autres solutions et leviers dont nous disposons pour faire baisser les coûts. C'est la même chose pour l'agriculture, la fabrication et une variété d'industries. Il faut réduire les coûts et les ramener à un niveau adéquat pour que l'on puisse soutenir la concurrence dans le monde entier, embaucher des Canadiens et permettre aux familles de se nourrir.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-05 20:28 [p.8196]
Expand
Mr. Speaker, the $12-million handout the government gave to Loblaws, for example, was something that never should have happened. As far as I know, the NDP supported that measure. We do not want to see big handouts to big corporations like that.
What is most important is that oil companies in small-town Saskatchewan, for example, are passing along their profits. They are investing in the communities where they operate, but also beyond them. Hospitals, care homes and schools are paid for by revenue dollars that are brought in by oil companies. The government is making record profits right now on the backs of oil revenues that have been sky high over the summer.
We need to remember where that money comes from. It comes from the people who are providing jobs and providing energy to this country. As the government and the NDP want to phase out and eliminate that, they are eliminating billions of dollars in revenue for the provinces and the federal government. These programs would not exist or even be an option if these companies were to disappear.
Monsieur le Président, le cadeau de 12 millions de dollars que le gouvernement a donné à Loblaws, par exemple, est une chose qui n'aurait jamais dû avoir lieu. Que je sache, le NPD a appuyé cette mesure. Nous ne voulons pas que de grandes sociétés reçoivent de tels cadeaux.
Le plus important est que les compagnies pétrolières des petites villes de la Saskatchewan, par exemple, font profiter les autres de leurs gains. Elles investissent dans les collectivités où elles opèrent, mais aussi dans les environs. Les hôpitaux, les maisons de soins et les écoles sont financés par les revenus générés par les compagnies pétrolières. Le gouvernement réalise actuellement des bénéfices records grâce aux revenus pétroliers qui ont atteint des sommets au cours de l'été.
Il ne faut pas oublier d'où vient cet argent. Il provient de gens qui fournissent des emplois et de l'énergie au pays. En abandonnant progressivement l'énergie qu'ils produisent, comme le prônent le gouvernement et le NPD, on prive les provinces et le gouvernement fédéral de revenus à hauteur de milliards de dollars. Les programmes n'existeraient pas ou ne seraient même pas une option si ces entreprises devaient disparaître.
Collapse
View Corey Tochor Profile
CPC (SK)
View Corey Tochor Profile
2022-10-04 14:45 [p.8091]
Expand
Mr. Speaker, Canadians have been dealing with a lot of gaslighting from the other side of the chamber when it comes to EI tax hikes. It is refreshing that the finance minister has finally admitted it, when she said, “Doubling the GST...for six months is around $2.5 billion and the proposed EI freeze is around $2.5 billion”.
Given that she is finally admitting that EI is a tax, will she commit the government today to stopping the planned tax hike on Canadian paycheques?
Monsieur le Président, les députés d'en face manipulent constamment les faits qu'ils présentent aux Canadiens au sujet des hausses des cotisations à l'assurance-emploi. Il est rafraîchissant de constater que la ministre des Finances a finalement admis que le doublement du crédit pour la TPS pendant 6 mois équivaut à environ 2,5 milliards de dollars et que le gel proposé des cotisations à l'assurance-emploi est d'environ 2,5 milliards de dollars.
Comme la ministre a finalement reconnu que les cotisations à l'assurance-emploi constituent une taxe, peut-elle s'engager immédiatement à ce que le gouvernement annule l'augmentation prévue des taxes sur les chèques de paie des Canadiens?
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
View Robert Kitchen Profile
2022-10-04 16:08 [p.8104]
Expand
Madam Speaker, I hear that from the Liberals all the time. They like to put out all sorts of numbers, and they put them out so much that people who are watching can hear all these big numbers, like the $1,000 they are going to get back, when in reality it is a much smaller number. They inflate that number, just like they inflate inflation and just like they inflate the taxes that are on these people. Unfortunately, taxes are going up and prices are going up. Seniors, I suspect, in the member's riding, after taking retirement, are going to turn around and now say, especially those in my riding, that they are going to have to go back to work because they cannot afford the cost of living anymore because of increased costs.
It is one thing to help out, and it is nice to see that, but the bottom line is that ending the taxes will help these people much faster.
Madame la Présidente, c'est toujours la même rengaine: les libéraux aiment nous bombarder de chiffres et les répètent si souvent que les gens finissent par les absorber, comme les 1 000 $ qu'ils vont supposément récupérer. Dans les faits, toutefois, cette somme est beaucoup plus modeste. Les libéraux gonflent cette somme, tout comme ils gonflent l'inflation et les taxes. Malheureusement, les taxes sont à la hausse, tout comme les prix. Je soupçonne que, dans la foulée de la hausse des coûts, les aînés de la circonscription du député qui ont pris leur retraite diront qu'ils sont désormais incapables de payer leurs factures et qu'ils devront donc retourner sur le marché du travail. C'est encore plus vrai pour les aînés de ma circonscription.
Certes, toute aide est la bienvenue et nous nous en réjouissons, mais, en fin de compte, l'élimination des taxes aurait été une mesure beaucoup plus efficace.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-09-29 10:06 [p.7900]
Expand
moved:
That, given that the cost of government is driving up inflation, making the price of goods Canadians buy and the interest they pay unaffordable, this House call on the government to commit to no new taxes on gas, groceries, home heating and pay cheques.
He said: Mr. Speaker, it is an honour to rise today to speak to this very important and timely motion.
The government's economic policy can be summed up in four simple words: smaller paycheques, higher prices. The cost of government is driving up the cost of living. What do the Conservatives mean when we say that? If we look at why prices are rising, it is directly linked to the massive deficits the Prime Minister has been racking up pretty much since his first day in office. In its first year in power, the government made a conscious decision to spend more money than it received and plunge this country into those deficits. That weakened our economy before the pandemic.
It is fair to say that nobody could have seen the COVID pandemic coming, but it is also prudent for a government to predict that the unknown could occur. We might not have known that it was going to be this crisis, but governments must be prepared for any number of world or global events that it might be forced to respond to. Plunging the country into those deficits when times were good was therefore a foolish thing to do. Obviously, in retrospect, it was massively unhelpful, as our country had to deal with the COVID pandemic from a weakened position because of the government's policies.
I know so many of my colleagues want to speak to this very important motion, because it is affecting people's lives in such a real and practical way, so I will be splitting my time this morning to allow for more members to participate in this debate.
How did the government's deficits lead to that higher spending? Well, the government had to go out and borrow a bunch of money that it did not have, so it turned to the Bank of Canada, and the Bank of Canada made a decision to underwrite the government's deficit spending by purchasing government bonds, or IOUs. When a government has to borrow money, it writes a promise to pay the money back. That is called a bond. Normally, individuals or institutions can buy those bonds and expect to get paid the interest, and the government pays the bond back at the end of the term. However, the Bank of Canada did something a little different: It created new money right out of thin air to buy those government bonds.
It started creating five billion dollars in new currency every single week, starting in March 2020, to buy those government bonds. That new money, not backed up by new production, not backed up by economic growth and not backed up by any extra production of goods or services, washed through the system.
There could be big winners when the government creates money out of thin air. The big winners are the large financial institutions that get the money first, because they go out and gobble up assets. They buy property and commodities. They do that with the new money before everybody realizes there is a whole new influx of currency in the system. When everybody else gets that money when it eventually makes its way through the economy, prices start to go up. Those large financial institutions and wealthy investors can then sell those commodities and make money on the difference. That is why prices have gone up, and it is also why we have seen record profits at large financial institutions like the big banks.
That is why we say that the cost of government has driven up the cost of living. Literally, the government's extra spending, wasteful spending, forced the Bank of Canada to underwrite those deficits, creating that new money and causing prices to rise. That is the higher prices.
What about the smaller paycheques? Well, what the government is planning to do on January 1 is take a bigger bite out of Canadians' paycheques with an increase in paycheque taxes. Canadians are going to be forced to pay more right off the top on their paycheques, and the government is going to take part of the extra tax it collects, scoop it out of the EI fund and spend it.
We know this. We know the government's plan for the EI increase is simply going to be gobbled up by regular government spending. In fact, the extra premiums the government will collect will put the EI fund into a $10-billion surplus over the short term, and all of that will be taken by the Prime Minister to finance his pet spending projects.
Where is a big chunk of that extra money going? It is going to the interest on our national debt. The Prime Minister has racked up more debt than every single other prime minister combined, and the PBO report indicates that just the interest on our national debt, which Canadian taxpayers will be forced to pay, will double. Soon, the portion of our tax dollars that go to pay just the interest on that national debt will be higher than the amount that is spent on the Canadian Armed Forces. That is the scale we are talking about.
What is the result? Well, we have all heard the heart-wrenching stories in our ridings. We have all heard from the seniors who have had to delay their retirement and watch their life savings evaporate with inflation. Thirty year-olds are trapped in tiny, 400-square-foot apartments in our large cities or, even worse, are still living in their parents' basement because the price of homes has doubled under the Liberals. Single mothers are putting water in their children's milk so they can afford the 10% year-over-year increase in the price of groceries.
It is no wonder that people are worried. Most are lucky just to get by, but so many are falling far behind. There are people in this country who are just barely hanging on. These are our friends and neighbours, and we in the House are their servants. It is up to us to take real action to address this Liberal-caused inflation crisis.
The Conservatives are bringing forward very simple and practical solutions to help Canadians across the country. Today, the Conservatives are calling on the government to not make the situation worse. The Liberals have already done damage with higher prices. They do not need to shrink Canadians' paycheques, which is what this government is planning to do. Not only are they adding inflationary fuel on the fire with their continued plans to increase spending, but they are reducing Canadians' ability to cope with the government-caused inflation by shrinking those paycheques.
A new poll out today is just jaw-dropping: 90% of Canadians are tightening their household budgets due to inflation. Almost half, or 46%, say they are worse off now than they were at the same time last year when it comes to their own finances, which represents a 12-year high. Over half say that it is difficult to feed their household, and this number rises to seven in 10, or 68%, among those with household incomes below $50,000. Canadians cannot keep up.
As for grocery prices, I have five children and our grocery bill is big enough as it is with a few teenagers in the house. Those prices have skyrocketed, up over 10% and rising at the fastest pace in 40 years. With inflationary pressures at this rate, the government's supports do not even help the problem but contribute to it, as that extra spending is added to the amount of money the government needs to borrow, which is causing that vicious circle of higher inflation.
The average Canadian family now spends more of its income on taxes than it does on basic necessities such as food, shelter and clothing combined. By comparison, 33.5% of the average family's income went to pay taxes in 1961. Thirty-three per cent of income in 1961 went to taxes and now that number is 43%, so more is spent on taxes than food, shelter and clothing combined. It is simply jaw-dropping.
On Tuesday, the Conservatives proposed that the government should cancel its plan to triple the carbon tax. The cost of everything is set to skyrocket as the government triples the amount that it charges Canadians on home heating and fuel, with all the effects that has on literally everything else that Canadians have to buy. Groceries, lumber and household items all go up when the government raises the carbon tax by 300%.
Today, we have another practical solution: The government should get its hands off Canadians' paycheques and let Canadians keep more of their hard-earned dollars. It has already robbed Canadians of the purchasing power that they are already earning, and their existing paycheques are already devalued because of the government's inflationary policies. It is never a good time to raise taxes, but the absolute worst time to raise taxes on Canadians' paycheques is when they are already struggling so hard to get by with day-to-day goods.
I hope every member of the House supports this common-sense, practical motion to stop the government's tax hikes on Canadians' paycheques.
propose:
Que, étant donné que les coûts du gouvernement font grimper l’inflation, ce qui rend inabordable le coût des biens que les Canadiens achètent et des intérêts qu’ils paient, cette Chambre demande au gouvernement de s’engager à n’imposer aucune nouvelle taxe sur l’essence, l’épicerie, le chauffage des foyers et les chèques de paie.
— Monsieur le Président, c'est un honneur de prendre la parole aujourd'hui pour présenter cette motion très importante et très opportune.
La politique économique du gouvernement peut se résumer en quatre mots simples: paies réduites, prix élevés. Les coûts du gouvernement font augmenter le coût de la vie. Que veulent dire ces paroles des conservateurs? Si l’on examine pourquoi les prix augmentent, on constate que c’est directement lié aux déficits colossaux que le premier ministre accumule depuis quasiment le premier jour de son entrée en fonction. Durant sa première année au pouvoir, le gouvernement a consciemment décidé de dépenser plus d’argent que ce qu’il perçoit, plongeant ainsi le pays dans le gouffre de ces déficits sans fin. Cette décision a affaibli notre économie avant même le début de la pandémie.
S'il est juste de dire que personne n'a vu venir la pandémie de COVID, il est aussi prudent pour un gouvernement de se préparer à l'imprévu. On ne savait peut-être pas qu'une telle crise aurait lieu, mais les gouvernements doivent être prêts à affronter toutes sortes d'événements d'envergure mondiale auxquels ils seront obligés de répondre. Plonger le pays dans un déficit alors que les choses allaient bien était pure folie. Évidemment, a posteriori, on constate que ce fut extrêmement nuisible, car, en raison des politiques du gouvernement, le pays était en position de faiblesse lors de l'arrivée de la pandémie.
Je sais que mes collègues sont nombreux à vouloir s'exprimer sur la motion, qui est très importante et dont le sujet touche la vie des gens de manière bien réelle et concrète. Je vais donc partager mon temps de parole ce matin afin de donner à un plus grand nombre d'entre eux la possibilité de participer au débat.
Comment les déficits du gouvernement ont-ils conduit à cette hausse des dépenses? Eh bien, le gouvernement a dû emprunter un tas d’argent qu’il n’avait pas, alors il s’est tourné vers la Banque du Canada, qui a décidé de garantir les dépenses déficitaires du gouvernement en achetant des obligations d’État, ou reconnaissances de dette. Lorsqu’un gouvernement doit emprunter de l’argent, il rédige une promesse de remboursement. C’est ce qu’on appelle une obligation. Normalement, les particuliers ou les institutions peuvent acheter ces obligations et s’attendre à recevoir les intérêts, et le gouvernement rembourse l’obligation à l’échéance. Cependant, la Banque du Canada a fait quelque chose d’un peu différent: elle a créé de l’argent frais à partir de rien pour acheter ces obligations d’État.
Elle a commencé à créer 5 milliards de dollars de nouvelle monnaie chaque semaine, à partir de mars 2020, pour acheter ces obligations d’État. Cette nouvelle monnaie, non soutenue par une nouvelle production, non soutenue par la croissance économique et non soutenue par une production supplémentaire de biens ou de services, s’est déversée dans le système.
Il peut y avoir de grands gagnants lorsque le gouvernement crée de l’argent à partir de rien. Les grands gagnants sont les grandes institutions financières qui obtiennent l’argent en premier, parce qu’elles se lancent dans l’achat d’actifs. Elles achètent des biens et des matières premières. Elles le font avec le nouvel argent avant que tout le monde ne se rende compte qu’il y a un tout nouvel afflux de monnaie dans le système. Quand tout le monde reçoit cet argent, quand il finit par faire son chemin dans l’économie, les prix commencent à monter. Les grandes institutions financières et ces riches investisseurs peuvent alors vendre ces produits et gagner de l’argent sur la différence. C’est pourquoi les prix ont augmenté, et c’est aussi pourquoi nous avons vu des profits records dans les grandes institutions financières comme les grandes banques.
C’est pourquoi nous disons que le coût du gouvernement a fait augmenter le coût de la vie. Littéralement, les dépenses supplémentaires du gouvernement, les dépenses inutiles, ont forcé la Banque du Canada à garantir ces déficits, créant ainsi de l’argent frais et provoquant la hausse des prix. Voilà pour les prix plus élevés.
Qu’en est-il des chèques de paie plus petits? Eh bien, ce que le gouvernement prévoit de faire le 1er janvier, c’est de prendre une plus grande part des chèques de paie des Canadiens en augmentant l’impôt sur les chèques de paie. Les Canadiens seront forcés de payer plus d’impôt sur leurs chèques de paie, et le gouvernement prendra une partie de l’impôt supplémentaire qu’il perçoit, l’extraira de la caisse de l’assurance-emploi et le dépensera.
Nous le savons. Nous savons que le montant des cotisations supplémentaires à l'assurance-emploi sera tout simplement absorbé par les dépenses ordinaires du gouvernement. En fait, les cotisations supplémentaires que le gouvernement percevra feront en sorte que la caisse de l’assurance-emploi affichera un excédent de 10 milliards de dollars à court terme, et le premier ministre s’emparera de tout cet argent pour financer ses projets de dépenses favoris.
Où va aller une grande partie de cet argent supplémentaire? Il va servir à payer les intérêts de notre dette nationale. Le premier ministre a accumulé plus de dettes que tous les autres premiers ministres réunis, et le rapport du directeur parlementaire du budget indique que les intérêts de la dette nationale — que les contribuables canadiens vont devoir payer — vont doubler. Bientôt, la part de nos impôts qui servira à payer les intérêts de la dette nationale sera plus élevée que le montant dépensé pour les Forces armées canadiennes. Voilà les proportions que le problème a atteintes.
Le résultat? Eh bien, nous avons tous entendu les histoires déchirantes dans nos circonscriptions. Nous avons tous entendu le témoignage des aînés qui ont dû retarder leur retraite et voir leurs économies s’évaporer avec l’inflation. Des jeunes de 30 ans sont coincés dans de minuscules appartements de 400 pieds carrés dans nos grandes villes ou, pire, vivent encore dans le sous-sol de leurs parents parce que le prix des maisons a doublé sous les libéraux. Des mères seules mettent de l’eau dans le lait de leurs enfants pour pouvoir payer l’augmentation de 10 % du prix de l’épicerie sur 12 mois.
Il n’est pas étonnant que les gens soient inquiets. La plupart des gens ont la chance de s’en sortir, mais beaucoup d’entre eux sont loin derrière. Il y a des gens dans ce pays qui s’en sortent à peine. Ce sont nos amis et nos voisins, et nous, à la Chambre, sommes leurs serviteurs. C’est à nous de prendre des mesures concrètes pour résoudre cette crise de l’inflation provoquée par les libéraux.
Les conservateurs proposent des solutions très simples et pratiques pour aider les Canadiens partout au pays. Aujourd’hui, les conservateurs demandent au gouvernement de ne pas aggraver la situation. Les libéraux ont déjà fait des dégâts en augmentant les prix. Ils n’ont pas besoin de réduire les chèques de paie des Canadiens, ce que ce gouvernement prévoit de faire. Non seulement ils jettent de l’huile sur le feu avec leurs plans constants pour augmenter les dépenses, mais ils réduisent la capacité des Canadiens de faire face à l’inflation causée par le gouvernement en amenuisant ces chèques de paie.
Un nouveau sondage publié aujourd’hui est tout simplement stupéfiant: 90 % des Canadiens resserrent leur budget familial en raison de l’inflation. Près de la moitié d’entre eux, soit 46 %, affirment que leur situation financière est pire qu’à la même époque l’an dernier, ce qui représente le plus haut niveau en 12 ans. Plus de la moitié disent qu’il est difficile de nourrir leur famille, et ce chiffre passe à sept sur dix, ou 68 %, chez ceux dont le revenu familial est inférieur à 50 000 $. Les Canadiens ne peuvent pas suivre le rythme.
En ce qui concerne le prix du panier d'épicerie, j’ai cinq enfants et notre facture d’épicerie est déjà assez élevée avec quelques adolescents à la maison. Les prix ont monté en flèche, augmentant de plus de 10 % au rythme le plus rapide en 40 ans. Avec de telles pressions inflationnistes, les mesures de soutien du gouvernement non seulement n’aident pas à régler le problème, mais elles y contribuent, car ces dépenses supplémentaires s’ajoutent à la somme d’argent que le gouvernement doit emprunter, ce qui alimente le cercle vicieux d’une inflation plus élevée.
La famille canadienne moyenne consacre aujourd’hui aux impôts une part plus importante de son revenu qu’aux produits de première nécessité, comme la nourriture, le logement et les vêtements réunis. En comparaison, en 1961, 33,5 % du revenu de la famille moyenne servait à payer les impôts. Aujourd’hui, ce chiffre est de 43 %, ce qui signifie que l’on dépense plus en impôts qu’en nourriture, logement et vêtements réunis. C’est tout simplement ahurissant.
Mardi, les conservateurs ont proposé que le gouvernement annule son projet de tripler la taxe sur le carbone. Tous les coûts sont appelés à monter en flèche lorsque le gouvernement triplera le montant qu'il impose aux Canadiens sur le chauffage domestique et le carburant, sans parler de tous les effets de cette mesure sur littéralement tout ce que les Canadiens doivent acheter. Les prix des produits d'épicerie, du bois de construction et des articles ménagers augmentent tous lorsque le gouvernement hausse la taxe sur le carbone de 300 %.
Aujourd'hui, nous proposons une autre solution pratique: le gouvernement devrait ne pas toucher au chèque de paie des Canadiens et laisser ceux-ci conserver une plus grande partie de l'argent qu'ils ont durement gagné. Il a déjà subtilisé aux Canadiens le pouvoir d'achat qu'ils avaient, et le chèque de paie de ces derniers se trouve déjà dévalué en raison des politiques inflationnistes du gouvernement. Ce n'est jamais le bon moment pour augmenter les impôts, mais le pire moment pour grever le chèque de paie des Canadiens, c'est quand ils ont déjà tant de mal à s'en sortir pour acheter les produits courants.
J'espère que tous les députés appuieront cette motion pratique et pleine de bon sens qui vise à bloquer les hausses de taxe que le gouvernement prévoit d'imposer sur le chèque de paie des Canadiens.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-09-29 10:18 [p.7901]
Expand
Mr. Speaker, there we have it. The Liberal message to Canadians is to thank their lucky stars it is not even worse. It is a bit like an arsonist saying to a homeowner, “Well, I know I set your house on fire, but look, your neighbour's house is even more on fire.”
I do not think a single Canadian is going to be reassured by that message. When it comes to what this party has supported, we have always supported tax relief for Canadians. We certainly did not vote in favour of the government's wasteful and corrupt spending, such as when it sent $1 billion to its friends at the WE organization or when it gave $35 billion to an Infrastructure Bank that has turned into a corporate welfare machine and has not got a single project built.
On this side of the House, we recognize that when Canadians work so hard for their paycheques, they should be able to keep as much of it as possible. That is why we are so focused on this measure. The government should cancel the upcoming paycheque tax hikes so that Canadians can keep more of their hard-earned dollars.
Monsieur le Président, voilà qui est clair. Le message des libéraux aux Canadiens est qu’ils doivent remercier leur bonne étoile que la situation ne soit pas encore pire. C’est un peu comme si un pyromane disait à quelqu'un: « Je sais que j’ai mis le feu à votre maison, mais regardez, la maison de votre voisin brûle encore plus que la vôtre. »
Je ne pense pas qu’un seul Canadien sera rassuré par ce message. Pour ce qui est de ce que notre parti a soutenu, nous avons toujours appuyé les allégements fiscaux pour les Canadiens. Nous n’avons certainement pas voté en faveur du gaspillage et de la corruption du gouvernement, comme lorsqu’il a envoyé 1 milliard de dollars à ses amis de l’organisme UNIS ou lorsqu’il a donné 35 milliards de dollars à une banque d’infrastructure qui s’est transformée en une machine d’aide aux entreprises et qui n’a pas permis de construire un seul projet.
De ce côté-ci de la Chambre, nous reconnaissons que lorsque les Canadiens travaillent si fort pour obtenir leur chèque de paie, ils devraient pouvoir en garder la plus grande part possible. C’est pourquoi nous nous concentrons tant sur cette mesure. Le gouvernement devrait annuler les prochaines hausses de taxes sur les chèques de paie afin que les Canadiens puissent conserver une plus grande partie de l'argent qu'ils gagnent durement.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-09-29 10:20 [p.7902]
Expand
Mr. Speaker, the motion we are debating today proposes a concrete measure to help Canadians.
Today's measure is a concrete proposal. It is a very simple, straightforward proposal to help Canadians deal with the Liberal-caused inflation. It will allow them to keep more of their hard-earned dollars. The government is devaluing the dollars they are earning, so the very least it can do is to let Canadians keep more of the dollars they have worked so hard for in the first place.
We have to get back to the root cause. It will do Canadians and seniors no good to increase something with the left hand, but with the right hand take away all of that benefit with rising prices. As long as the government continues its vicious circle of increased spending and the borrowing that goes along with it, we will continue to have inflation. It will just make the problem worse. That is why we have to tackle the root cause of inflation.
I should point out that for several months we have had 8% inflation in this country. It is back to school time and I have been helping my daughters with their math, and 8%, I figured out, is just about one-twelfth. That is as if one were to go buy a case of beer, open up the first one and just dump it right down the drain. It just evaporates, or it is like working all month, day in and day out, and at the end of that month one finds out one worked for nothing. That is the effect of 8% inflation. Canadians are tired of working one month out of the year for nothing. The very least the government can do is to let them keep what they have earned the other 11 months.
Monsieur le Président, la motion dont nous débattons aujourd'hui propose une mesure concrète pour aider les Canadiens.
Ce qui est proposé aujourd’hui est une mesure concrète et toute simple qui aidera les Canadiens à faire face à l’inflation causée par le gouvernement libéral. Elle leur permettra de garder une plus grande part de l'argent qu'ils ont durement gagné. Le gouvernement dévalue les dollars qu’ils gagnent, alors le moins qu’il puisse faire, c’est de permettre aux Canadiens de conserver une plus grande part de l'argent qu’ils ont gagné à la sueur de leur front.
Il faut remonter à la cause profonde. Il n’est pas bon pour les Canadiens et les aînés d’augmenter quelque chose de la main gauche et d'en supprimer tous les avantages de la main droite en augmentant les prix. Tant que le gouvernement perpétuera son cercle vicieux d’augmentation des dépenses et des emprunts qui l’accompagnent, l’inflation se maintiendra. Le problème ne fera que s'aggraver. Voilà pourquoi il faut s'attaquer à la cause profonde de l’inflation.
Je dois souligner que depuis plusieurs mois, l'inflation a atteint 8 % au Canada. C’est la rentrée des classes et j’ai aidé mes filles à travailler leur calcul; j’ai compris que 8 % correspondaient à environ un douzième. C’est comme si l’on achetait une caisse de bière, qu’on ouvrait la première et qu’on la jetait directement dans l’évier. Elle s’évapore. C’est comme travailler tout un mois, jour après jour, et à la fin du mois, on découvre qu’on a travaillé pour rien. Voilà l’effet d’une inflation de 8 %. Les Canadiens en ont assez de travailler un mois par an pour rien. Le moins que le gouvernement puisse faire, c’est de les laisser garder ce qu’ils ont gagné les 11 autres mois.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-09-29 10:50 [p.7907]
Expand
Madam Speaker, the member talked about promises and commitments. I would ask him about a campaign commitment that his government made during the last campaign to never raise the carbon tax past $50. Now we see that it will go up to maybe $170 a tonne.
The member talked about some of the commitments we made in the last campaign. I am wondering how he feels about making a commitment on the doorsteps of his constituents and then not following through on that. They are seeing the price of everything go up because of the ever-increasing carbon tax.
I would like to hear the member's comments on not fulfilling the promise he made to the people who sent him here.
Madame la Présidente, le député a parlé de promesses et d’engagements. Qu’en est-il de la promesse électorale faite par le gouvernement pendant la dernière campagne de ne jamais faire passer la taxe sur le carbone à plus de 50 $? Nous voyons maintenant qu’elle atteindra peut-être 170 $ la tonne.
Le député a parlé de certains des engagements que nous avons pris pendant la dernière campagne. Comment se sent-il à propos d’une promesse faite sur le pas de porte de ses concitoyens qui n’est pas tenue? Ils voient tous les prix augmenter à cause de la taxe sur le carbone qui ne cesse de grimper.
J’aimerais que le député nous parle de la promesse non tenue qu’il a faite aux personnes qui l’ont élu.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-09-29 10:58 [p.7908]
Expand
Madam Speaker, it was interesting listening to the parliamentary secretary talk about the fact that EI and CPP were not taxes. I would refer him to his government's own website, where it clearly states, under the tax basics section, that they are, in fact, taxes. I am not sure if he is aware of that, so I wanted to make him aware of it.
Also, the member talked a lot about the ways that the government is shovelling money into the economy during a period of high inflation. Again, a basic economic principle that Liberals seem to misunderstand is that whatever the cause of inflation, and we may disagree on the cause, part of the solution is in the hands of government. One of the things that hurts inflation and makes it worse is when the government continues to pile money into the economy.
I wonder if he understands that and if he wants to do something about it.
Madame la Présidente, c'est curieux d’entendre le secrétaire parlementaire dire que l’assurance-emploi et le Régime de pensions du Canada ne sont pas des impôts. Je le renvoie au site Web du gouvernement dont il fait partie, où il est clairement indiqué, dans la section « Notions de base sur l'impôt », qu’il s’agit bel et bien d’impôts. Je ne sais pas s’il est au courant, alors je tenais à lui en faire part.
Par ailleurs, le député a longuement parlé des façons dont le gouvernement fait pleuvoir l'argent dans l’économie en période de forte inflation. Encore une fois, selon un principe économique de base que les libéraux ne semblent pas comprendre, quelle que soit la cause de l’inflation — et nous pouvons ne pas nous entendre sur sa cause —, une partie de la solution est entre les mains du gouvernement. Or, l’une des choses qui aggravent l’inflation, c’est lorsque le gouvernement continue à injecter des tas d’argent dans l’économie.
Je me demande si le député le comprend et s’il veut y faire quelque chose.
Collapse
Results: 1 - 15 of 44 | Page: 1 of 3

1
2
3
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data