Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 11 of 11
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-06-22 18:23 [p.7172]
Expand
Madam Speaker, we have heard throughout this debate that seniors were disproportionately impacted by COVID-19, and we know that this was particularly true for seniors living in long-term care.
In the previous Parliament, I had the opportunity to initiate a study at the HUMA committee to review the impact of COVID-19 on the financial and social health and well-being of seniors. The purpose of the study was to understand the impact on seniors, take lessons from that understanding and make specific recommendations to improve supports for seniors. We know that long-term care was central to that study, and the committee heard important testimony that spoke directly to the experiences and needs of seniors, their families and staff in care homes.
I was relieved that in this Parliament, the HUMA committee completed that study. The report entitled “The Impacts of COVID-19 on the Well-Being of Seniors” was tabled in the House just recently. Similar to recommendations in that report, the motion being debated today calls on the government to work collaboratively with provincial and territorial governments to ensure that seniors receive adequate care.
I certainly appreciate and support the member for Avalon calling on his own government to act, but action must be taken. We know that the status quo is unacceptable and that the government can do better.
The conversation really turns to the Liberal government and the seniors minister. It is not enough to pass the motion in the House. The needle needs to move, and we know and have heard that action is past due. There are areas that fall under federal jurisdiction that can be acted on in the immediate term, and while we know that provincial jurisdictions must absolutely be respected, especially as priorities and needs may different regionally, the federal government can certainly provide leadership.
Madame la Présidente, on répète depuis le début du débat que les aînés ont été particulièrement éprouvés par la COVID‑19, et c'est encore plus vrai pour ceux qui habitent dans un centre d'hébergement de longue durée.
Pendant la législature précédente, j'ai convaincu le comité des ressources humaines d'entreprendre une étude sur les effets de la COVID‑19 sur la santé financière et sociale ainsi que sur le bien-être des aînés. Cette étude visait à comprendre les répercussions subies par les aînés, à en tirer des leçons et à recommander des façons de mieux aider les personnes âgées. Les soins de longue durée étaient au cœur de cette étude, et certains témoins entendus par le comité sont venus parler de leur expérience et expliquer les besoins des aînés vivant dans de tels établissements de même que ceux de leurs proches et du personnel qui en prend soin.
J'ai été soulagée d'apprendre, au début de la législature actuelle, que le comité avait terminé son étude. Son rapport, intitulé « Les répercussions de la COVID‑19 sur le bien-être des aînés », a été déposé à la Chambre récemment. Tout comme les recommandations qui s'y trouvent, la motion d'aujourd'hui demande au gouvernement de faire tout ce qui est en son pouvoir, en collaboration avec les provinces et les territoires, pour que les aînés reçoivent les soins dont ils ont besoin.
Je suis très reconnaissante au député d'Avalon d'avoir demandé à son gouvernement d'agir, mais encore faudrait-il qu'il soit entendu. Le statu quo est inacceptable, et le gouvernement est capable de mieux.
La balle est dans le camp des libéraux et de la ministre des Aînés. Ce n'est pas assez de donner son appui à une motion. Les choses doivent bouger et il est plus que temps qu'il se passe quelque chose. Dans l'immédiat, le gouvernement peut agir sur les éléments qui sont de son ressort, et si tout le monde s'entend pour dire que les compétences des provinces doivent absolument être respectées — d'autant plus que les priorités et les besoins peuvent varier d'une région à l'autre —, cela n'empêche pas le fédéral de montrer l'exemple.
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, the member is right. She points out things that are very important as the population ages and as we see disabled people within this country having multiple challenges in order to move forward.
The member mentioned the issue of home renovation tax credits that were there. That is a huge issue, because the reality is that, with the way it is set up, the government has not even put in place people who can assess whether they need those renovations. A disabled person who knows they need to put in new windows cannot even touch that until such time as somebody has come, which is taking forever because those people are not available.
Madame la Présidente, la députée a raison. Elle souligne des enjeux très importants, alors que la population vieillit et que les personnes handicapées doivent surmonter de multiples défis au Canada pour aller de l'avant.
La députée a fait mention des crédits d’impôt pour la rénovation domiciliaire qui sont prévus dans le budget. C’est un énorme problème, car en réalité, en l’état actuel des choses, le gouvernement n’a encore chargé personne d’évaluer la nécessité de ces rénovations. Une personne handicapée qui sait qu'elle a besoin de nouvelles fenêtres ne peut même pas bénéficier de cette mesure tant que personne ne sera venu évaluer la situation, ce qui prend une éternité, car il n’y a encore personne de disponible.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, for a lot of people, aging at home and a lot of other things could go along nicely with a motion like this. I am wondering what the member thinks about making sure the provinces can still utilize things such as aging in place and other means that people would want to use to meet their own specific needs. They may have a disability, and there are different things.
Madame la Présidente, pour beaucoup de gens, vieillir chez soi et de nombreuses autres choses pourraient aller de pair avec une motion comme celle-ci. Je me demande ce que le député pense de l'idée de faire en sorte que les provinces puissent toujours avoir recours à des solutions comme le fait de laisser les gens de vieillir chez eux, entre autres, pour pouvoir répondre à leurs besoins précis. Il peut s'agir de personnes vivant avec un handicap ou dans d'autres situations.
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I thank my colleague from Prince Albert for his fantastic and riveting speech, which not only brought us back in history but also focused on Canada and not what the rest of the world is doing.
Today’s debate is an extremely important one, not just because of the upcoming federal budget but due to the fact that this issue has been a major concern for my constituents for a number of years now. I would like to thank my Conservative colleagues for their tireless advocacy on behalf of the Canadians who are being negatively impacted by the government’s financial mismanagement, both now and in future generations.
The government continues to fail to recognize that it has doubled the national debt from $612 billion in 2015 to over $1.2 trillion today, and who knows what that magic number might be, if announced at all, next Thursday. It seems that we, on this side of the House, are the only ones who truly understand the long-term impacts of a federal government that racks up debt and deficit without a second thought. On top of that, inflation, which we know is at 5.7%, is the highest it has been in 31 years, so it is impossible to stay silent, especially knowing that next week’s budget will likely contain even more reckless government spending that will only push our country further into debt.
The last two years have been extremely difficult for Canadians across the country, with many still trying to get back to some sense of normalcy. With that said, the government continues to forget that any money produced comes from the people of this great country. It comes from the taxpayer. It comes from them now and it will always come from them. We need to respect that.
Small businesses were hit particularly hard, especially those in the service industry. Some who did not have the luxury of working from home had to be laid off or lost their jobs completely. The last thing they need to be concerned about right now is a government that will impose even more taxes on them than they are already pay, which is the equivalent to kicking them when they are down. Canadians deserve, and quite frankly, need, a break from the skyrocketing cost of living that we have been experiencing lately.
In my riding, one of the biggest and most pressing issues is the carbon tax. As members know, the carbon tax will increase from $40 per tonne to $50 per tonne on April 1, which happens to be tomorrow. I wish I could say this is a poor attempt at an April Fool’s joke, but it is unfortunately a reality we must face. Life has already been made significantly more expensive because of the carbon tax, and instead of helping Canadians who need it, the Liberals are only making things worse.
While I do not expect the Prime Minister to know everything about my riding, my constituents and I would certainly hope that he knows what rural means. In rural Canada, we do not have access to public transportation through things like bus systems or light-rail transit. If we cannot reach a place by foot, by bicycle or horse, taking a car is the only option. The increased carbon tax, increased food costs and escalator taxes, combined with the astronomical gas prices, have put a heavy additional burden on Canadians who have already struggled through the pandemic.
Small businesses will continue to suffer under these increases, especially those who work in transportation. One small trucking company in my riding is now paying tens of thousands of dollars more to fuel its fleet of vehicles than it was paying before the carbon tax came into effect. This is not including the increase happening tomorrow or the increase in gas prices due to the Russian invasion of Ukraine.
Furthermore, this business employs a number of people in the community it is based in, and if it has to shut its doors because it can no longer afford fuel, jobs will be lost and the trickle-down effect will certainly have negative ramifications for the community as a whole. If we add inflation into this equation, the outcome is even worse. How are small business owners supposed to stay afloat when they are constantly being taxed left, right and centre?
These inflationary prices are throughout the economy. In fact, I just read today that Dollarama, which sells its stock for one dollar a piece, will be increasing up to five dollars for the sale of its wares. That is a huge inflationary increase.
I received a letter in February 2022 from a constituent who owns a small Home Hardware business with his wife. He states, “I have an item in my store that in July last year sold for $52.99. That same valve this week now retails for $144.99. It is nearly three times that retail in six months. This is by no means the only item. We have been advised that over 7,500 items are facing this increase in just the next couple of months.”
Those figures are absolutely outrageous. To think that any small business could weather a financial storm of that magnitude is unconscionable. The government needs to find some way to provide relief for Canadians when it comes to inflation and taxes or local economies will suffer: not just the businesses, but consumers as well.
He goes on to say, “The concern is that I am a fairly new corporation: under six years old. I live paycheque to paycheque as it is. I cannot and do not have the funds to invest more money into the business to even maintain the inventory level I have now. I have just over $1 million in inventory. I am now looking at needing $3 million in inventory just to stay where I was. I just can’t do it. We don’t have any more money to give. Our mortgages are maxed. So in addition to mass shortages and massive delays in getting inventory, I am having to greatly reduce my inventory quantities just to stay in budget. This cannot continue, or I will be out of stock and business in months, possibly before summer.”
The closure of a business is a scary thing.
He continues, “The current policies and mandates are destroying the businesses of our country. I am unsure as to how much longer any of us with moderate to high debt loads can continue. I have spoken to many business owners, and even those that are 30-, 40-, and 50-year-old businesses are considering selling off and closing their doors forever. I have been in this business for almost 34 years and absolutely love it, but I can’t afford to stay in business like this.”
This is a real tragedy. These businesses have been institutions in their local communities, some for generations, and the government’s inability to take control of inflation, on top of its incessant and relentless taxation, will be the death knell for these businesses.
Canadians want to see real, practical solutions and a meaningful plan from the government, but instead they are being left behind. They are scared of a new hidden or escalating tax to further eat away at them from a government that does not understand how to work a business.
Canadians have had enough of this parasitic approach of the Liberal government that puts up a front while eating away at them internally.
I think the ending of the letter will resonate with many small business owners, not just in southeast Saskatchewan but all across the country.
He says, “More and more mom-and-pop shops have started working six days a week up from five, just to try and make enough to make ends meet. I am looking at downsizing staff and closing Sundays as it isn’t feasible and I have to cut costs somewhere. We have already gone from 25 staff a year ago to 18, and may have to go to 14 or even 12 to maybe survive. I don’t even know if I could make the current business work with 12 to 14 staff. I would have a lot of land not making any money to help pay bills. I would have also about $400,000 dollars of equipment to try and sell in a downhill market. I would have a loss here as well. I am unsure how to get this across to the Liberals and their buddies, but it is getting real ugly, real fast financially, for most of us.”
Unfortunately, whether it be from a lack of understanding or a lack of care, this issue is clearly not getting across to the Liberals. Canadians want to see a plan for growth, with targeted investments in the places that need them the most. We need a concrete plan to fight these inflationary pressures. Taxing Canadians even more is not the solution.
We all know most seniors also live on a fixed income and many have no additional source of revenue outside of their CPP and OAS. I regularly receive correspondence in my office from seniors who express just how tight their budgets are, as well as their concerns about future government decisions that will negatively impact them going forward. One constituent of mine who is now retired stated, “I’d like to bring to the attention of our Prime Minister and the governing members of our country what it is like to live in rural Canada. We are so tired of hearing how easy it should be to use public transportation and not rely on natural gas. All these things are available to large city dwellers, but not in my community.”
This senior also brought up the fact that he has no choice but to travel long distances to attend medical appointments. These have a huge impact on his family.
My constituents have completely lost faith in the government’s ability to fiscally manage our country. Excessive government spending, increased taxes and record high levels of inflation are symptoms of poor fiscal management and a lack of responsibility. As I see my time is quickly ending, I call upon the government to ensure that next week’s budget contains no new taxes and outlines a much-needed plan to balance the budget. Canadians need, and certainly deserve, a break.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Prince Albert de son discours fantastique et captivant, qui en plus de fournir un contexte historique, s'est également concentré sur le Canada, et non pas sur ce que fait le reste du monde.
Le débat d'aujourd'hui est extrêmement important notamment en raison du budget fédéral à venir, mais aussi parce que ce sujet préoccupe grandement les gens de ma circonscription depuis un certain nombre d'années maintenant. J'aimerais remercier mes collègues conservateurs de défendre sans relâche les intérêts des Canadiens qui subissent les effets négatifs de la mauvaise gestion financière du gouvernement, que l'on pense aux gens aujourd'hui ou aux générations futures.
Le gouvernement continue de refuser d'admettre qu'il a doublé la dette nationale qui est passée de 612 milliards de dollars en 2015 à plus de 1,2 billion de dollars aujourd'hui, et qui sait quel chiffre magique elle pourrait atteindre, si on se donne la peine de l'annoncer, jeudi prochain. Il semble que nous soyons les seuls, de ce côté-ci de la Chambre, à vraiment comprendre les répercussions à long terme d'un gouvernement fédéral qui alourdit la dette et le déficit sans la moindre hésitation. De plus, comme nous le savons, l'inflation a atteint 5,7 %, le taux le plus élevé depuis 31 ans. Il est donc impossible de rester silencieux, surtout lorsque l'on sait que le budget de la semaine prochaine contiendra probablement encore plus de dépenses inconsidérées du gouvernement, ce qui ne fera qu'endetter davantage notre pays.
Les deux dernières années ont été extrêmement difficiles pour les Canadiens de partout au pays. Nombre d'entre eux tentent toujours de revenir à une certaine normalité. Cela dit, le gouvernement continue d'oublier que tout argent est le fruit des efforts des citoyens de ce grand pays. Les recettes viennent des contribuables. C'est eux qui les génèrent aujourd'hui et c'est eux qui les génèreront toujours. Nous devons respecter cela.
Les petites entreprises ont été très durement touchées, surtout celles du secteur des services. Des gens qui n'avaient pas le luxe du télétravail ont dû être mis à pied; certains ont complètement perdu leur emploi. La dernière chose dont ils devraient s'inquiéter maintenant, c'est d'un gouvernement qui leur imposera encore plus de taxes. Ce serait l'équivalent de frapper quelqu'un qui est déjà à terre. Les Canadiens méritent un répit après la hausse vertigineuse du coût de la vie que nous avons vécu dernièrement — et, bien franchement, ils en ont besoin.
Dans ma circonscription, un des problèmes les plus importants et les plus pressants est la taxe sur le carbone. Comme le savent les députés, la taxe sur le carbone passera de 40 à 50 $ la tonne le 1er avril, c'est-à-dire demain. J'aimerais pouvoir dire que c'est une mauvaise blague du poisson d'avril, mais malheureusement, c'est bel et bien la réalité. La hausse du coût de la vie est déjà considérable à cause de la taxe sur le carbone. Au lieu d'aider les Canadiens qui ont besoin de soutien, les libéraux ne font qu'aggraver les choses.
Je ne m'attends pas du premier ministre qu'il sache tout sur ma circonscription et sur ses résidants. J'ose espérer par contre qu'il sait en quoi consiste la vie en région rurale. Dans les régions rurales du Canada, nous n'avons pas accès au transport en commun; nous n'avons pas de réseau d'autobus ou de train léger sur rail. Si nous ne pouvons pas nous rendre à destination à pied, en vélo ou à cheval, la seule option est la voiture. La hausse de la taxe sur le carbone, l'augmentation des prix des aliments et les taxes avec indexation, combinées au coût de l'essence astronomique, ont considérablement alourdi le fardeau des Canadiens déjà éprouvés par la pandémie.
Les petites entreprises vont continuer à souffrir de ces hausses, surtout dans le secteur des transports. Depuis l'entrée en vigueur de la taxe sur le carbone, une petite entreprise de camionnage de ma circonscription paie des dizaines de milliers de dollars de plus en carburant pour faire rouler sa flotte de véhicules. C'est sans compter la hausse qui entrera en vigueur demain ou la montée du prix de l'essence résultant de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.
Qui plus est, cette entreprise emploie un certain nombre d'habitants au sein de la localité où elle est située. Si elle ferme ses portes parce que le prix de l'essence est inabordable, des emplois disparaîtront. Les effets dévastateurs feront boule de neige dans l'ensemble de la collectivité. Ajoutons à cela l'inflation, et le problème prend une ampleur terrifiante. Comment les propriétaires de petites entreprises peuvent-ils réussir à boucler leurs fins de mois quand ils sont taxés de tous bords, tous côtés?
Les hausses de prix causées par l'inflation sont omniprésentes dans notre économie. En fait, j'ai appris aujourd'hui que Dollarama, qui vend ses articles à un dollar, augmentera le prix de ses produits jusqu'à cinq dollars. C'est une immense augmentation inflationniste.
En février dernier, j'ai reçu une lettre d'un habitant de ma circonscription qui est propriétaire d'un petit magasin Home Hardware avec son épouse. Il m'a expliqué qu'un article, une valve, se vendait 52,99 $ au mois de juillet de l'année dernière dans son magasin. Cette même valve se vend aujourd'hui 144,99 $. C'est presque trois fois le prix de vente au détail en six mois. Il ajoutait que c'est loin d'être le seul cas, car il avait reçu un avis annonçant que 7 500 articles allaient subir une hausse de prix dans les deux prochains mois.
Ces chiffres sont absolument scandaleux. Penser qu’une petite entreprise pourrait braver une tempête financière de cette ampleur est déraisonnable. Le gouvernement doit trouver une façon d’offrir un répit aux Canadiens face à l’inflation et aux impôts, ou les économies locales en souffriront: pas seulement les entreprises, mais les consommateurs aussi.
La lettre se poursuit ainsi: « Le souci, c’est que mon entreprise est relativement nouvelle: elle a moins de six ans. Je vis déjà d’un chèque de paie à l’autre. Je n’ai pas les fonds nécessaires pour investir plus d’argent dans l’entreprise, même seulement pour entretenir les stocks que j’ai en ce moment. Les stocks que j’ai valent juste un peu plus de 1 million de dollars. Maintenant, il semble que j’ai besoin de 3 millions de dollars de marchandises pour rester au même niveau. C’est carrément impossible. Nous n’avons plus d’argent à donner. Nos hypothèques sont au maximum. En plus des grandes pénuries et des retards énormes pour l’acquisition de marchandises, je dois donc grandement diminuer la quantité de marchandise que j'ai en stock pour respecter mon budget. Cela ne peut pas durer, car je serai à court de produits et je ferai faillite dans quelques mois, peut-être avant l’été. »
La fermeture d’une entreprise est quelque chose d’inquiétant.
Il ajoute: « Les politiques et les obligations actuelles anéantissent les entreprises au pays. Je ne sais pas pendant combien de temps ceux qui, comme nous, ont un niveau d'endettement allant de moyen à élevé pourront encore tenir. J'ai discuté avec de nombreux entrepreneurs, et même ceux dont l'entreprise a 30, 40 ou 50 ans envisagent de liquider et de fermer leurs portes définitivement. Je travaille dans ce domaine depuis presque 34 ans et j'adore ça, mais je n'ai pas les moyens de continuer. »
C'est une véritable tragédie. Ces entreprises sont des institutions de leur collectivité, certaines depuis des générations, et l'incapacité du gouvernement à maîtriser l'inflation, qui s'ajoute aux taxes incessantes et impitoyables, sonneront le glas de ces entreprises.
Les Canadiens veulent de véritables solutions concrètes et un plan sensé de la part du gouvernement, mais on les laisse plutôt en plan. Ils craignent l'imposition d'une nouvelle taxe cachée ou croissante qui les accablera encore davantage par un gouvernement qui ne comprend pas la gestion d'une entreprise.
Les Canadiens en ont assez de cette approche parasitaire du gouvernement libéral, qui est de leur côté en apparence, mais qui les grignote de l'intérieur.
Je pense que la fin de la lettre trouvera écho auprès de nombreux propriétaires de petites entreprises, non seulement dans le Sud-Est de la Saskatchewan, mais partout au pays.
On peut y lire ceci: « De plus en plus de petits commerces de quartier demeurent maintenant ouverts six jours par semaine, au lieu de cinq, pour tenter de survivre. Quant à moi, j'envisage de réduire mes effectifs et de fermer le dimanche parce qu'il est devenu impossible de rester ouvert ce jour‑là et que je dois trouver un moyen de réduire les coûts. Nous sommes déjà passés de 25 à 18 employés en un an, et nous devrons peut‑être réduire ce nombre à 14 ou même à 12 pour survivre. Je ne sais même pas si je pourrais faire rouler mon entreprise avec 12 ou 14 employés. J'aurais un grand terrain qui ne me rapporterait aucun argent pour m'aider à payer mes factures. Je devrais également tenter de vendre du matériel d'une valeur d'environ 400 000 $ sur un marché en déclin. Je subirais donc aussi des pertes à cet égard. Je ne sais pas trop comment faire comprendre aux libéraux et à leurs copains que la situation financière de la majorité d'entre nous se détériore gravement très rapidement. »
Malheureusement, les libéraux ne semblent clairement pas le comprendre ou s'en soucier. Les Canadiens veulent un plan qui favorisera la croissance et des investissements ciblés dans les secteurs qui en ont le plus besoin. Nous avons besoin d'un plan concret pour nous attaquer aux pressions inflationnistes. Alourdir encore plus le fardeau fiscal des Canadiens n'est pas la solution.
Nous savons tous que la plupart des aînés ont un revenu fixe et que, pour beaucoup, les prestations du RPC et de la Sécurité de la vieillesse sont leur unique source de revenus. Des aînés écrivent régulièrement à mon bureau pour me dire à quel point leur budget est serré et m'expliquer qu'ils s'inquiètent des répercussions qu'auront sur eux les prochaines décisions du gouvernement. Un résidant de ma circonscription, aujourd'hui retraité, a écrit qu'il aimerait attirer l'attention du premier ministre et des députés ministériels sur ce qu'est la vie dans le Canada rural. Les gens en ont plus qu'assez de se faire dire à quel point il est facile d'utiliser les transports en commun et de ne pas dépendre du gaz naturel. Toutes ces choses sont accessibles dans les grandes villes, mais pas dans sa collectivité.
Cet aîné a aussi précisé qu'il n'a pas le choix de parcourir de longues distances pour se rendre à ses rendez-vous médicaux, ce qui a des répercussions majeures sur sa famille.
Les résidants de ma circonscription sont complètement désillusionnés quant à la capacité du gouvernement à gérer le budget national. Des dépenses excessives, des hausses de taxes et une inflation record sont les symptômes d'une mauvaise gestion budgétaire et d'un manque de responsabilité. Puisque je constate que mon temps sera bientôt écoulé, j'exhorte le gouvernement à veiller à ce que le budget de la semaine prochaine ne comprenne pas de nouvelle taxe et qu'il fournisse un plan vers le retour à l'équilibre budgétaire, ce qui est plus que nécessaire. Les Canadiens ont besoin de reprendre leur souffle et ils le méritent.
Collapse
View Michael Kram Profile
CPC (SK)
View Michael Kram Profile
2022-02-15 21:56
Expand
Mr. Speaker, in the hon. member's speech, she mentioned some of the mental health implications of the pandemic on seniors in particular.
I wonder if she could share with the chamber, what should the government be doing differently, and what could the government have done differently, to minimize some of the mental health impact of the pandemic on seniors?
Monsieur le Président, dans son discours, la députée a mentionné certains effets de la pandémie sur la santé mentale qui ont touché plus particulièrement les aînés.
Je me demande si elle pourrait indiquer à la Chambre ce que le gouvernement devrait faire autrement et ce qu'il aurait pu faire autrement pour atténuer certains de ces effets de la pandémie sur la santé mentale des aînés.
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, seniors from across my riding have been expressing their worries about the government's disregard for their skyrocketing costs of living. With inflation being higher than ever before, those who live on fixed incomes through programs like CPP or old age security, many with no pensions, are finding it hard to make ends meet. The Liberal carbon tax only makes things worse.
In these stressful economic times, why does the Prime Minister insist on taking money from Canadians and seniors who are already struggling to pay their bills?
Monsieur le Président, partout dans ma circonscription, des aînés s'inquiètent de voir le gouvernement faire peu de cas de la hausse vertigineuse du coût de la vie pour eux. L'inflation atteignant des sommets, ceux qui vivent avec un revenu fixe en tant que prestataires de programmes comme le Régime de pensions du Canada ou la Sécurité de la vieillesse, et dont beaucoup n'avaient pas de régime de retraite, arrivent difficilement à joindre les deux bouts. La taxe sur le carbone des libéraux ne fait qu'aggraver la situation.
En cette période économique difficile, pourquoi le premier ministre s'entête-t-il à puiser dans les poches des Canadiens et des personnes âgées qui éprouvent déjà de la difficulté à joindre les deux bouts?
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I commend the member for King—Vaughan on her maiden speech.
I know she is very well aware of the government's disregard for the skyrocketing cost of living. I am interested to hear the member's thoughts on the issue of the huge costs that are happening to our seniors, in particular on the CPP escalation that is happening and the fact that none of this money is actually going out to these seniors.
Monsieur le Président, je félicite la députée de King—Vaughan pour son premier discours.
Je sais qu’elle sait très bien que le gouvernement fait peu de cas de la montée en flèche du coût de la vie. J’aimerais savoir ce que la députée pense des coûts énormes que doivent assumer nos aînés, en particulier de l’augmentation des cotisations au RPC et du fait qu’aucune partie de cet argent ne leur est versée.
Collapse
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, it is an honour to stand in the House and to speak on behalf of the people of Moose Jaw—Lake Centre—Lanigan. I thank my wife Cassandra, our two beautiful daughters who are watching today, and my family for its love and support.
One person who was unable to see me elected was my grandmother. She was instrumental in inspiring me in not only my service as an officer in the Royal Canadian Air Force, but also my service as a city councillor, as a mayor of the City of Moose Jaw and now as a member of Parliament.
I am the son of Scottish immigrants who came to Canada to make a better life for themselves and their family. My parents experienced challenges and turmoil with the loss of an infant. It affected their emotional and mental health. As a result, I grew up in a single-parent home where my mother struggled to keep a roof over our heads and food on the table, and suffered from bouts of depression.
Growing up below the poverty line for the greater part of my early childhood and early teenage years, I know what it is like to receive a handout. I know what it is like to see nothing under the Christmas tree. Despite what was or was not under the tree, I was always loved. I spoke of my grandmother helping to shape my future by telling me stories of the past. As a young child I would spend my Saturdays with her hearing about my Scottish heritage, my family overseas and the difficulties of enduring the Second World War. She was the greatest storyteller I have ever known. One story had a profound impact on me. It is a constant reminder to me to honour the past and of the responsibility we have to the next generation.
My grandmother had to evacuate from the city of Glasgow. She had all of her belongings in one suitcase and the most precious thing in her other hand: my mother. As she waded through the waves of airmen, seamen and soldiers in the train station in Glasgow, an Australian officer came along and escorted her onto the train. As he placed her on the train, he looked at two British soldiers and said to them that if the air raid siren went off, he wanted them to help this woman and her child to the air raid shelter. Not 30 seconds went by and that terrifying sound went off, and those two British soldiers bolted. As my grandmother struggled and my mother started crying, that Australian officer came back and escorted my grandmother to the air raid shelter. They waited out the bombing, and afterward the train was cancelled, so that Australian officer escorted my grandmother and my mother to my great-aunt and great-uncle's tiny flat in Glasgow. They invited him in for tea and shared rations. As he looked around at the size of that flat, he looked at my grandmother and asked if this was what her man was fighting for. I can tell members that it was not what my grandfather was fighting for, it was who and it was for a way of life.
This son of Scottish immigrants believes in a better future and opportunity for all Canadians. We are here today debating the throne speech. I want to focus on issues not included in the speech. They are issues important to my riding, such as energy, agriculture, infrastructure spending and honouring our elders.
Energy is an important industry in Saskatchewan and it is uniquely positioned to help Canadians recover from the pandemic, yet all the government can talk about is killing ethical energy produced in Canada along with the livelihoods of thousands of Canadians. Another livelihood under attack is agriculture. Agriculture is among the largest industries in Saskatchewan. In my riding it is the largest single employer. It is also a sector largely ignored by the Liberals and left out of the throne speech.
A study conducted by the University of Regina says Saskatchewan has experienced a history of drought, including the years 1910, 1914, 1917 to 1921, 1924, 1929, 1931 to 1939, 1958 to 1963, 1967 to 1969, 1974, 1977, 1979 to 1981, 1983 to 1986, 1988 to 1992, 2001 to 2003, 2009 and now 2021.
Policy should be there to help us, not punish us. A carbon tax has not solved, and will not solve, the problems farmers are facing today. The solution to their challenge is obvious to them, but not to the Liberal government: It is irrigation.
Completing the Lake Diefenbaker irrigation project would create jobs, save livelihoods and generate a financial return. There is a difference between investing in infrastructure projects important to communities that are part of our economic engine and wasting money on projects that are dictated by the Liberal government without consultation. After a year of drought and plummeting income, agriculture does not even warrant a mention from the Liberal government. No one should be surprised by this omission.
Let us take a moment to talk about useful and necessary infrastructure projects for local communities. As mayor, I witnessed first-hand how useless the federal government's infrastructure plans for communities have been. Moose Jaw is in the middle of a 20-year project to replace cast iron water mains, which will cost local taxpayers over $120 million. Water is essential to the livelihood of a community. Instead of listening to what the city needed, the Liberals tried to give the city, with a population of 35,000, $15 million for a green transit system. The transit system is already underused and does not meet the community's needs. Moose Jaw needed its 100-year-old cast iron water mains replaced. The current government forgets that water is essential, whether it is drinking water for cities or first nations or irrigation to combat droughts.
The international coalition to combat climate change is actually an international coalition for justifying inflation, creating global instability and not actually lowering emissions. The Liberal government is selling us out to other nations that do not have our best interests at heart. What is needed is alignment and collaboration with municipalities and provinces that know where their infrastructure dollars need to be spent. Local solutions are needed for local problems.
During my five-year tenure as mayor, we brought in over one billion dollars' worth of investment, creating jobs and prosperity for the community, and we tackled essential infrastructure. That is what is really needed.
The Liberal government has lost its way. It has stopped listening to the people who matter and started putting itself first. People feel it is giving up on the next generation, leaving it with more debt and more problems to solve.
My parents came here to make better lives for themselves and the next generation. However, seniors today are having that dream taken away from them. They are being asked to sacrifice more and leave less behind. Because of inflation, the equity people have built up in their homes or farms is under attack. Their legacy is being taken away from them.
Every generation must be responsible for the time it has been given. This generation is faced with making life better for the next generation. Voters have entrusted me with a gift. My commitment is that I will be an advocate for my constituents who are being left behind by the current government and this throne speech.
Ethical energy workers need to be rewarded for complying with surpassing new federal standards. Agriculture producers deserve recognition for what they contribute. Communities deserve a say in how infrastructure dollars are spent. Veterans and seniors deserve more. The stories of our past play an important role in shaping our future. We owe it to the generations that have gone before us to do better for the generations that follow us. We can do much better.
Madame la Présidente, c'est un honneur d'intervenir à la Chambre au nom des habitants de Moose Jaw—Lake Centre—Lanigan. Je remercie mon épouse Cassandra, nos deux jolies filles qui me regardent aujourd'hui, et les membres de ma famille pour leur amour et leur soutien.
Malheureusement, ma grand‑mère n'a pas pu voir mon élection. Elle a été une grande source d'inspiration pour moi quand j'étais officier dans l'Aviation royale canadienne, ainsi que lorsque j'étais conseiller municipal et maire de Moose Jaw, et elle continue de l'être maintenant que je suis député.
Je suis le fils d'immigrants écossais qui sont venus au Canada en vue de bâtir une vie meilleure pour eux et leur famille. Mes parents ont connu des difficultés et ils ont été bouleversés par la mort d'un de leurs enfants en bas âge. Cela a nui à leur santé émotionnelle et mentale. Par conséquent, j'ai grandi dans une famille monoparentale. Ma mère a dû se démener pour garder un toit au‑dessus de notre tête et pour nous nourrir, et elle a traversé des périodes de dépression.
Ayant vécu sous le seuil de pauvreté pendant la plus grande partie de mon enfance et le début de mon adolescence, je sais ce qu'on ressent quand on reçoit de l'aide financière. Je sais ce que c'est de ne voir aucun cadeau sous l'arbre de Noël. Cependant, peu importe ce qui se trouvait ou non sous l'arbre, je me suis toujours senti aimé. J'ai dit que ma grand‑mère avait contribué à façonner mon avenir en me racontant des histoires du passé. Quand j'étais enfant, je passais tous les samedis avec elle à l'écouter parler de mon héritage écossais, de ma famille à l'étranger et des difficultés subies pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle était la meilleure conteuse que j'aie jamais connue. Une de ses histoires a eu une incidence profonde sur moi. Elle me rappelle constamment l'importance d'honorer le passé et la responsabilité que nous avons envers la prochaine génération.
C’est l’histoire de l’évacuation de la ville de Glascow. Ma grand-mère devait partir. Dans une main, elle avait une valise avec tous ses effets personnels et dans l’autre, elle tenait son bien le plus précieux: ma mère. Comme elle tentait de se frayer un chemin à travers les flots d’aviateurs, de marins et de soldats dans la gare de Glasgow, un officier australien est arrivé pour l’accompagner jusqu’à son train. Après l’avoir mise dans le train, il a demandé à deux soldats britanniques à côté d’intervenir si la sirène de raid aérien se déclenchait, et d’aider cette femme et son enfant à se rendre jusqu’à un abri antiaérien. Au bout d’à peine 30 secondes, la sinistre alarme s’est fait entendre et les deux soldats ont déguerpi. Alors que ma grand-mère se démenait et que ma mère pleurait, cet officier australien est revenu pour l’accompagner jusqu’à l’abri. Ils ont attendu la fin du bombardement. Après cela, le train étant annulé, l’officier australien a accompagné ma grand-mère et ma mère chez ma grand-tante et mon grand-oncle, qui vivaient dans un appartement minuscule à Glasgow. Ces derniers l’ont invité à prendre un thé et à partager leurs rations. Après avoir parcouru des yeux le minuscule appartement, il a regardé ma grand-mère et lui a demandé si c’était ce pour quoi son mari se battait. Je peux dire aux députés que mon grand-père ne se battait pas pour cela, mais plutôt pour défendre les siens et son mode de vie.
En tant que fils d'immigrants écossais, je crois à un avenir meilleur et à des possibilités pour tous les Canadiens. Nous sommes ici aujourd'hui pour débattre le discours du Trône. J'aimerais mettre l'accent sur des dossiers importants pour ma circonscription qui sont absents de ce discours, notamment l'énergie, l'agriculture, les dépenses dans les infrastructures et l'importance d'honorer nos aînés.
L'énergie est une industrie importante en Saskatchewan et elle est particulièrement bien placée pour aider les Canadiens à se remettre de la pandémie. Pourtant, la seule chose qui préoccupe le gouvernement, c'est de mettre un terme à la production éthique d'énergie au Canada et, par le fait même, au gagne-pain de milliers de Canadiens. Un autre gagne-pain compromis est l'agriculture. L'agriculture est l'une des industries les plus importantes de la Saskatchewan. Dans ma circonscription, il s'agit de la principale source d'emploi. Ce secteur est également en grande partie négligé par les libéraux et omis dans le discours du Trône.
Selon une étude réalisée par l'Université de Regina, la Saskatchewan a connu des sécheresses en 1910, en 1914, de 1917 à 1921, en 1924, en 1929, de 1931 à 1939, de 1958 à 1963, de 1967 à 1969, en 1974, en 1977, de 1979 à 1981, de 1983 à 1986, de 1988 à 1992, de 2001 à 2003, en 2009 et en 2021.
Les politiques devraient exister pour nous aider, et non pour nous punir. Une taxe sur le carbone n'a jamais été et ne sera jamais la solution aux problèmes que connaissent les agriculteurs. Pour eux, la solution à leur problème est évidente: c'est l'irrigation. Mais le gouvernement libéral ne le reconnaît pas.
Mener à bien le projet d'expansion de la capacité d'irrigation du lac Diefenbaker créerait de l'emploi, sauverait des gagne-pain et serait rentable sur le plan financier. Il existe une différence entre investir dans des projets d'infrastructure importants pour les collectivités qui font partie de notre moteur économique et gaspiller de l'argent pour des projets dictés par le gouvernement libéral sans consultation. Après une année de sécheresse et de pertes de revenu, l'agriculture ne mérite même pas une mention de la part du gouvernement libéral. Cette omission ne devrait étonner personne.
Prenons un instant pour parler des projets d'infrastructure qui sont utiles et nécessaires pour les collectivités locales. Lorsque j'étais maire, j'ai pu constater par moi-même à quel point les plans d'infrastructure du gouvernement fédéral se sont avérés inutiles pour les collectivités. Moose Jaw est en train de mettre en œuvre un projet s'étalant sur 20 ans pour remplacer des canalisations d'eau principales en fonte, ce qui coûtera plus de 120 millions de dollars aux contribuables locaux. L'approvisionnement en eau est absolument essentiel à la survie d'une collectivité. Au lieu d'être à l'écoute des besoins de la ville, les libéraux ont tenté de donner à cette municipalité de 35 000 habitants un montant de 15 millions de dollars pour un réseau de transport en commun écologique, alors que le réseau de transport en commun est déjà sous-utilisé et ne répond pas aux besoins de la collectivité. Moose Jaw avait besoin de remplacer ses canalisations d'eau principales en fonte qui sont vieilles de 100 ans. Le gouvernement actuel oublie que l'eau est quelque chose d'essentiel, que ce soit pour répondre aux besoins en eau potable des villes ou des Premières Nations, ou pour l'irrigation et la lutte contre la sécheresse.
La coalition internationale qui vise à lutter contre les changements climatiques sert plutôt à justifier l'inflation et à créer de l'instabilité à l'échelle mondiale sans pour autant réduire les émissions. Le gouvernement libéral est en train de vendre le Canada à d'autres pays qui n'ont pas ses intérêts à cœur. Il faut se concerter avec les municipalités et les provinces qui savent où les fonds pour les infrastructures doivent être dépensés. Il faut des solutions locales pour répondre aux problèmes locaux.
Pendant les cinq années de mon mandat comme maire, nous avons attiré plus de 1 milliard de dollars en investissements, favorisé la création d'emplois et la prospérité dans la collectivité, et mis en œuvre des projets d'infrastructure essentiels. Voilà ce dont nous avons vraiment besoin.
Le gouvernement libéral fait fausse route. Il a cessé d'écouter les gens qui comptent et il a commencé à faire passer ses propres intérêts en premier. Les gens ont l'impression qu'il a abandonné la prochaine génération en lui laissant une lourde dette et davantage de problèmes à régler.
Mes parents sont venus ici pour bâtir une vie meilleure pour eux-mêmes et la prochaine génération. Toutefois, les aînés d'aujourd'hui voient ce rêve s'envoler. On leur demande de faire davantage de sacrifices et de laisser un plus petit héritage. À cause de l'inflation, la valeur nette que les gens ont acquise sur leur maison ou leur ferme est menacée. On les prive de leur legs.
Chaque génération doit être responsable du temps qui lui est imparti. La génération actuelle doit améliorer le sort de la prochaine génération. Les électeurs m'ont confié un cadeau. Je m'engage à défendre les intérêts de mes concitoyens qui ont été laissés pour compte par le gouvernement actuel et par le discours du Trône.
Les travailleurs du secteur de l'énergie, dont l'éthique est irréprochable, doivent être récompensés pour avoir surpassé les nouvelles normes fédérales. Les producteurs agricoles méritent notre reconnaissance pour leurs contributions. Les collectivités méritent d'avoir leur mot à dire sur la façon dont les fonds destinés aux infrastructures sont dépensés. Les anciens combattants et les aînés méritent mieux. Notre histoire contribue grandement à façonner notre avenir. Nous devons aux générations qui nous ont précédés de faire mieux pour les générations qui suivront. Nous pouvons faire beaucoup mieux.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2021-12-01 16:52
Expand
Madam Speaker, first, I would like to thank the wonderful people of Saskatoon West for once again putting their trust in me to represent them here in Ottawa. Many of those people, by the way, are seniors, and they have spoken to me many times about the difficulties they are facing. Of course, most seniors live on a fixed income, and the government has made it very difficult for them. Inflation is causing all things to go up in price, including food. Beef prices are up by 14%, chicken by 9%.
How does the member explain to the senior constituents in his riding how the government has impacted them, how it is hurting seniors? What are the answers he gives to his seniors when he is trying to answer their difficult questions about the difficulties they are facing in their daily lives?
Madame la Présidente, j’aimerais d’abord remercier les formidables habitants de Saskatoon-Ouest de m’avoir encore une fois fait confiance pour les représenter ici à Ottawa. En passant, nombre d'entre eux sont des aînés, qui m’ont parlé à maintes reprises des difficultés auxquelles ils sont confrontés. La plupart des aînés vivent évidemment d’un revenu fixe, et le gouvernement leur a rendu la vie très difficile. L’inflation fait augmenter tous les prix, y compris celui des aliments. Le prix du bœuf est en hausse de 14 % et celui du poulet de 9 %.
Comment le député explique-t-il aux aînés de sa circonscription les répercussions que les mesures prises par le gouvernement ont eues sur eux, le tort qu'elles leur fait? Que leur répond-il lorsqu'ils lui font part des difficultés qu'ils éprouvent dans leur vie quotidienne?
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-11-29 13:14
Expand
Madam Speaker, I appreciate the opportunity to get on my feet and ask a question.
A few of my colleagues from both the NDP and the Conservative Party have asked members from the government what their plan is for seniors. Seniors are getting their GIS clawed back because of some of the programs the Liberals brought forward, and the government has created an inflation crisis where the cost of energy has gone up 25.5% and the cost of gasoline 41.7%, yet the government is clawing back money from our seniors when they need it the most.
Can the member please tell me how many seniors have had their GIS clawed back because of these government programs? What are the Liberals going to do to help seniors get through their inflation crisis?
Madame la Présidente, je suis heureux de pouvoir prendre la parole et poser une question.
Certains de mes collègues néo-démocrates et conservateurs ont demandé aux députés ministériels de leur faire part de leur plan pour les aînés. L'État récupère une partie du Supplément de revenu garanti des aînés à cause de certains des programmes mis en place par les libéraux, et le gouvernement a provoqué une crise d'inflation qui a fait grimper le coût de l'énergie de 25,5 % et celui de l'essence de 41,7 %. Pourtant, le gouvernement récupère l'argent des aînés au moment où ils en ont le plus besoin.
Le député peut-il me dire combien d'aînés ont vu l'État récupérer une partie de leur Supplément de revenu garanti à cause de ces programmes gouvernementaux? Que feront les libéraux pour aider les aînés à traverser la crise d'inflation que le gouvernement a lui-même créée?
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-11-29 15:33
Expand
Mr. Speaker, it is a pleasure to rise and once again ask some questions of my colleague from Kings—Hants. We worked together on the agriculture committee, and we see eye to eye every now and then.
He keeps bringing to the floor of the assembly this conversation and debate about the Conservatives saying one thing and then doing another: on one hand talking about spending more and on the other hand talking about spending less. This is not completely true. What we have done as the Conservatives is put forward areas where we should be spending. We do not disagree with the Liberals. We think they can spend money very well. What we disagree with is the priorities.
Does my hon. friend think it is fair for the GIS to be clawed back from seniors because they went on programs the government pushed them to go on? How many seniors are receiving less money from the GIS in his riding because of the government's policy decisions?
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole pour poser de nouveau des questions au député de Kings—Hants. Nous avons travaillé ensemble au comité de l'agriculture et il nous arrive parfois de voir les choses du même œil.
Il ne cesse de soulever à la Chambre que les conservateurs diraient une chose, mais en feraient une autre: d'un côté, nous parlerions de dépenser plus, et de l'autre, de réduire les dépenses. Ce n'est pas tout à fait exact. Ce que nous, conservateurs, avons fait est d'indiquer des secteurs où il conviendrait de dépenser davantage. Nous ne sommes pas en désaccord avec les libéraux. Nous pensons qu'ils sont très habiles à dépenser de l'argent. Cependant, nous sommes en désaccord avec leurs priorités.
Le député croit-il juste de récupérer le Supplément de revenu garanti des aînés parce qu'ils ont bénéficié de programmes que le gouvernement leur a fortement proposés? Combien d'aînés de sa circonscription reçoivent moins d'argent du Supplément de revenu garanti à cause des décisions politiques du gouvernement?
Collapse
Results: 1 - 11 of 11

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data