Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 31
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-09-26 18:09 [p.7712]
Expand
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Kenora.
It is an honour to rise to speak on behalf of the constituents of Saskatoon West, but before I speak to this legislation, I would like to let everyone in Atlantic Canada know that my thoughts and prayers are with them as they recover from this weekend's terrible storm. This is a very difficult time, with property destruction, injuries and deaths, and I know that the rest of the country stands with them and is ready to help with whatever they need.
Over the summer, I spoke with many constituents, and all of them had the same message: The cost of living is really starting to hurt. Seniors are struggling to get by on their fixed incomes, and all Canadians know about the high cost of groceries, at least those of us who actually buy our own groceries. I am talking about grocery prices that are up by almost 11%. They are rising at the fastest pace in 40 years.
Here we are in week two of our new parliamentary session. Is the government talking about reducing the sky-high cost of food? Is the government talking about stopping planned payroll tax hikes, such as the tax increases on January 1 that will reduce everybody's paycheques, or the coming carbon tax price increase on April Fool's Day, which is all part of the government's plan to triple the carbon tax? Is this what we are debating? No, we are here debating legislation that was born out of a cynical coalition deal between the NDP and the Liberals to keep this tired, worn-out government in power.
Yes, this legislation, Bill C-30, is nothing more than a scheme cooked up between the NDP and the Liberals through a tweet. In the summer, the NDP leader tweeted that the Liberals needed to do this or that to count on his unwavering support, and the government responded with Bill C-30 and Bill C-31. Close to $5 billion will be used and, to use the words of the Minister of Tourism last week, thrown into the lake to keep the NDP happy.
I do not believe that government should be throwing money into the lake just to cling to power. Governments exist to serve the people who elected them, so today I have good news for Canadians. Our party just elected a new leader who is well versed in economics. He is a man who actually understands how economic works. For years, the member for Carleton warned the government about reckless and out-of-control spending. What was his simple message? It was that excessive government spending would lead to out-of-control inflation. Well, guess what? Inflation is rampant and out of control. Our new leader predicted this, and he has a solid plan to get us out of this. In the meantime, we will continue to hold our Prime Minister to account and work hard to encourage the government to implement sensible policy.
Let us talk about this piece of legislation, Bill C-30, and the financial implications for our treasury, our economy and, most importantly, the everyday taxpayer. The government is telling us that this a limited, one-time doubling of the GST rebate that will provide $467 for the average family. When I look at this, on the one hand, who will argue if the government wants to hand them some cash? It is welcomed relief coming at a difficult time, but it is a short-term band-aid that does not get to the heart of the problem. If we do not fix the core problem, then more band-aids will be proposed, and indeed we are already seeing this. While the government says that this is a one-time payment, it is openly admitting that this is just the start of a larger government spending package. Bill C-31, for example, includes more inflation boost in cash injections, which is just the start of an even bigger spending program that the health minister cannot even quantify right now.
I think this would be a good opportunity to take a moment to provide the government with some information that it may not understand. You see, I, like many of my Conservative colleagues, studied economics. Like me, many of my Conservative colleagues have run businesses and created jobs prior to being elected to this great House. I used sound economic principles to build my successful business and run my own household with the help of my wife. Together, we understood some of the basic economic principles and used them successfully. Now, we are not particularly smarter than other Canadians. In fact, I would suggest that most Canadians understand these basic economic principles and use them every day to manage their own households.
What are some of these basic principles? First, there is only so much money. It is not infinite. There is not a magic money tree in the backyard where we can go when we need a little extra cash. No, we have to make some hard choices. We have a limited amount of money with unlimited ways to spend it, and so we have to sit down together, weigh the pros and cons of the various options available and make a choice. Sometimes that choice is hard, especially right now. Families have to choose between inflated food prices and paying the carbon tax on their heating bills. These are not easy choices, but people are creative. Families find ways to scrimp and save in one area to allow them to spend in another. That is the first principle: Money is finite.
The next principle is that borrowing money is like playing with fire. It needs to be done very carefully and in a controlled manner. Yes, sometimes we need to borrow money, when we are borrowing to purchase a house, for example, but loan payments can become a heavy financial burden, especially when interest rates start to rise.
That is why most families understand that borrowing should be temporary, and that is why, when loans get paid off, there is great celebration in a household and a wonderful feeling of freedom. That is the second principle: borrow with caution. How does this apply to the government? If the government applied these two simple principles, the results would be lower taxes and lower debt. Canadians could keep more money in their pockets and have the freedom to spend their money the way they choose.
There is a third, very important principle I also want to talk about. This one is a larger principle that governments really must understand and apply. The third principle is the law of supply and demand. The easiest way to understand this is through an example. If consumers have $10, and the store has 10 loaves of bread, then consumers will pay $1 for each loaf of bread. If the government suddenly gives consumers an extra $10, but the amount of bread does not increase, now people are going to pay $2 for each loaf of bread. That is inflation. The loaf of bread goes from costing $1 to $2, and that is exactly what is happening in our country right now.
The government has dramatically boosted the amount of money available to people with $500 billion in the last two years. This extra money has bid up the price of everything that we buy. This extra money has also been tacked onto our national debt, resulting in increased interest payments, an obligation that our children's children will have to deal with long after we are gone from this place. When the Prime Minister famously said he does not think about economic policy, this simple principle is what he was not thinking about, and because he was not thinking, we are in this mess today.
I will once again remind everyone that the Conservative leader does understand these principles and is committed to running government according to them. What would it look like if Conservatives were in charge right now? Let us say we had a Conservative prime minister and that we believed the government should provide some GST tax relief to Canadians, just as Bill C-30 proposes. How would we implement something like this?
First, we would understand that money is finite and that we cannot go to a magic money tree to implement this bill. We would task our government to find savings somewhere else to pay for this new program. We would recognize that a new dollar spent would require a dollar to be saved somewhere else, just like all Canadians do every day when they manage their own households. If the government behaved like this, it would not take long for inflation to back down and for taxes to be reduced. That is how Conservatives would govern.
I need to come back to the topic of high prices and the rampant inflation that we see every day. There is a grocery store a few blocks down 22nd Street from my constituency office. The folks who shop there know that I sometimes set up shop there on the weekends to shake hands, hand out reusable grocery bags and chat with my constituents in Saskatoon West.
I also shop there for groceries with my wife Cheryl. Cheryl and I have seen our grocery bill go up every month. It may be salad ingredients, such as lettuce and tomatoes. It might be meat and potatoes, or the side dishes and vegetables. Bread, milk, coffee, pop and chips, everything, has increased in price, and prepackaged portions are decreasing. I am not just talking about small increases. Look at the cost of meat today versus two years ago. It has nearly doubled in price. That is 100% inflation.
Chicken breasts used to go for five in a package for $10. Now we only get three for that same price. They have cut the portion size to hide the cost increase. I was just at Costco this weekend, and I bought a four-pack of bacon. It used to cost $20, but now it costs $30. That is 50% more.
Is this a result of Russia invading Ukraine, as the Liberals would have us believe? How much beef, chicken, lettuce, potato chips, rice, coffee and milk do we get from Ukraine? It is probably zero. The vast majority is farmed and harvested right here in Canada. It is the domestic policy of the federal government, such as printing cash for the past two years, that has put Canada in this inflation period. It is domestic policies, such as the Bank of Canada aiding and abetting the federal government by underwriting its massive debt load instead of sticking to its mandate to control inflation. It is domestic policies, such as the carbon tax and fertilizer reductions, that are hurting our farmers and causing food prices to soar. It is domestic policies, such as ramming massive spending legislation through the House of Commons to keep a marriage of convenience with the NDP alive.
As I wrap up, I want to focus on accountability. Who is accountable for the $5 billion the government is shovelling out the door to satisfy a Twitter outburst from the NDP leader? I know it will not be the Liberals and the NDP, as they ram the legislation through Parliament and pat themselves on the back like they like to do. Instead, it will be the people of Saskatoon West left holding the bag through more inflation, higher taxes and reduced benefits from the government. Rodney Dangerfield famously said he gets no respect. Unfortunately for Canadians, from the Liberal government, they get no respect either.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Kenora.
C'est un honneur de prendre la parole au nom des habitants de Saskatoon-Ouest, mais avant de parler du projet de loi, je tiens à ce que tous les habitants du Canada atlantique sachent que mes pensées et mes prières les accompagnent alors qu'ils se remettent de la terrible tempête de la fin de semaine. C'est une période très difficile: il y a eu des dommages matériels, des blessés et des morts. Je sais que le reste du pays est de tout cœur avec les habitants de cette région et qu'il est prêt à leur offrir tout ce dont ils ont besoin.
Au cours de l'été, j'ai discuté avec bon nombre de mes concitoyens, et ils avaient tous le même message: le coût de la vie commence vraiment à causer du tort. Les aînés ont du mal à joindre les deux bouts avec leur revenu fixe, et tous les Canadiens savent que le coût de l'épicerie a augmenté, du moins ceux qui font l'épicerie. Je parle ici de l'augmentation de près de 11 % du prix de l'épicerie. C'est l'augmentation la plus rapide en 40 ans.
Alors que nous amorçons notre deuxième semaine de la session parlementaire, le gouvernement a-t-il parlé de réduire le coût exorbitant des aliments? Parle-t-il d'annuler ses hausses de taxes sur les salaires, dont celles qu'il prévoit imposer le 1er janvier et qui réduira les salaires de tout le monde, ou encore de la hausse de la taxe sur le carbone prévue le jour du poisson d'avril, puisque le gouvernement compte tripler la taxe sur le carbone? Est-ce de cela que nous débattons? Non, nous sommes en train de débattre d'un projet de loi qui découle d'une entente de coalition conclue de façon cynique entre le NPD et le Parti libéral afin de maintenir ce gouvernement usé au pouvoir.
Ce projet de loi, le projet de loi C‑30, n'est qu'un stratagème élaboré par le NPD et le Parti libéral pour donner suite à un gazouillis. En effet, dans un gazouillis publié en été, le chef du NPD a dit que les libéraux devaient faire telle ou telle chose s'il voulait pouvoir compter sur son appui indéfectible, et le gouvernement a répondu en présentant les projets de loi C‑30 et C‑31. Pour contenter le NPD, près de 5 milliards de dollars seront dépensés et jetés dans le lac, pour reprendre les propos tenus la semaine dernière par le ministre du Tourisme.
Je ne crois pas que le gouvernement devrait jeter de l'argent dans le lac juste pour se maintenir au pouvoir. Les gouvernements sont là pour servir la population qui l'a élu. J'ai donc une bonne nouvelle pour les Canadiens. Notre parti vient d'élire un nouveau chef bien versé en économie. C'est un homme qui sait vraiment comment l'économie fonctionne. Cela fait des années que le député de Carleton nous met en garde contre les dépenses irresponsables et effrénées du gouvernement. Son message était simple. Il nous a prévenus que les dépenses excessives du gouvernement allaient mener à une inflation débridée. Or, devinez quoi? On assiste maintenant à une inflation galopante et incontrôlée. Notre nouveau chef l'avait prédit, et il a un plan rigoureux pour nous sortir de cette situation. En attendant, nous allons continuer de demander des comptes au premier ministre, et nous allons redoubler d'efforts pour encourager le gouvernement à adopter des politiques raisonnables.
Parlons du projet de loi C-30 et des répercussions financières pour le Trésor, l'économie et, ce qui importe le plus, le contribuable ordinaire. Le gouvernement affirme que, grâce à la mesure limitée et ponctuelle consistant à doubler le remboursement de la TPS, une famille moyenne recevrait 467 $. D'une part, qui se plaindra que le gouvernement veut lui remettre de l'argent? Certes, il s'agit d'un répit qui arrive à point nommé en période difficile, mais il s'agit d'une solution de fortune, à court terme, qui ne s'attaque pas aux racines du problème. Si on ne règle pas le problème principal, d'autres solutions de fortune seront proposées. En fait, c'est déjà le cas. Le gouvernement dit qu'il s'agit d'un paiement ponctuel, tout en admettant ouvertement que ce n'est que le début d'un programme de dépenses gouvernementales de plus grande envergure. Le projet de loi C-31 prévoit, par exemple, d'autres injections d'argent qui alimenteront l'inflation. Cela n'est que le début d'un programme de dépenses plus vaste que le ministre de la Santé ne peut même pas quantifier à l'heure qu'il est.
Voici donc une bonne occasion de prendre un instant pour fournir au gouvernement certains renseignements qu'il ne comprend peut-être pas. Voyez-vous, j'ai fait des études en économie, comme beaucoup de mes collègues conservateurs. Comme moi, bon nombre des députés conservateurs ont dirigé une entreprise et créé des emplois avant d'être élus dans cette illustre enceinte. Je me suis appuyé sur de solides principes économiques pour bâtir une entreprise prospère et gérer mon ménage avec l'aide de mon épouse. Tous les deux, nous avons compris certains principes économiques de base et les avons appliqués de manière fructueuse. Nous ne sommes pas nécessairement plus intelligents que les autres Canadiens. En fait, je suis prêt à affirmer que la plupart des Canadiens comprennent ces principes économiques de base et les appliquent dans la gestion de leur propre ménage.
Voyons certains de ces principes de base. D'abord, l'argent dont nous disposons est limité. Il n'est pas infini. Dans notre jardin, il n'y a pas d'arbre magique où pousse de l'argent que nous pourrions aller cueillir au besoin. Non. Nous sommes forcés de faire des choix difficiles. Nous disposons d'une quantité limitée d'argent, et les possibilités de le dépenser sont illimitées. Nous devons donc nous asseoir ensemble, peser le pour et le contre des différentes options et faire un choix. Il arrive que ce choix soit difficile, surtout en ce moment. Des familles se retrouvent coincées entre la flambée des prix des denrées alimentaires et la taxe sur le carbone qui fait grimper leur facture de chauffage. De tels choix sont difficiles, mais les Canadiens sont créatifs. Les familles trouvent des moyens d'économiser à certains endroits pour pouvoir dépenser ailleurs. Voilà le premier principe: l'argent dont nous disposons est limité.
Le principe suivant veut qu'emprunter de l'argent, ce soit comme jouer avec le feu. Il faut y aller avec beaucoup de précaution et de façon contrôlée. Bien entendu, il faut parfois emprunter de l'argent, pour acheter une maison, par exemple, mais le remboursement du prêt peut devenir un lourd fardeau financier, surtout lorsque les taux d'intérêt commencent à grimper.
C'est pourquoi la plupart des familles comprennent que les emprunts devraient être temporaires et que, lorsque des prêts sont remboursés, elles sont enchantées et se sentent merveilleusement libres. C'est là le deuxième principe: emprunter avec prudence. Comment cela s'applique‑t‑il au gouvernement? Si le gouvernement avait appliqué ces deux principes simples, cela aurait réduit le fardeau fiscal et la dette. Cela aurait permis aux Canadiens de garder plus d’argent dans leurs poches et de dépenser à leur guise.
Je veux aussi parler d'un troisième principe fort important. Il s'agit d'un principe général que les gouvernements doivent vraiment comprendre et appliquer: c'est la loi de l'offre et de la demande. La meilleure façon de l'expliquer, c'est en donnant un exemple. Si les consommateurs ont 10 $ et que le magasin vend 10 miches de pain, les consommateurs paieront 1 $ pour chaque miche. Cependant, si le gouvernement leur donne soudainement 10 $ de plus, mais que la quantité de pain n'augmente pas, les gens paieront désormais 2 $ pour chaque miche. C'est cela l'inflation. Le prix du pain passe de 1 $ à 2 $. C'est exactement ce qui est en train de se passer dans notre pays.
En offrant aux Canadiens une série de mesures d'aide d'une valeur de 500 milliards de dollars au cours des deux dernières années, le gouvernement a augmenté de façon spectaculaire le montant d'argent en circulation. Cet argent supplémentaire a fait augmenter le prix de tous les biens à la consommation. Cela a également fait augmenter notre dette nationale, donnant lieu à une hausse des intérêts à payer, une obligation avec laquelle nos petits-enfants devront composer bien longtemps après que nous ne serons plus ici. Cela revient à la célèbre déclaration du premier ministre comme quoi il ne réfléchit pas vraiment à la politique économique. Ce principe pourtant simple est exactement ce à quoi il n'a pas réfléchi, et parce qu'il n'a pas réfléchi, nous nous retrouvons aujourd'hui dans ce bourbier.
Je rappelle à tous que le chef conservateur comprend ces principes et est déterminé à diriger le gouvernement en les respectant. À quoi ressemblerait la situation à l'heure actuelle si les conservateurs étaient au pouvoir? Si par exemple nous avions un premier ministre conservateur et que nous estimions que le gouvernement devrait alléger le fardeau de la TPS pour les Canadiens, comme il est proposé dans le projet de loi C‑30. Comment nous y prendrions-nous?
Premièrement, nous comprendrions que l'argent n'est pas une ressource renouvelable et qu'on ne peut pas la faire pousser dans les arbres, comme par magie, pour mettre en œuvre ce projet de loi. Nous chargerions donc le gouvernement de trouver des économies ailleurs pour payer ce nouveau programme. Nous reconnaîtrions que pour chaque dollar dépensé, il faut économiser un dollar ailleurs, exactement comme le font les Canadiens lorsqu'ils gèrent les finances de leur ménage au quotidien. Si le gouvernement agissait ainsi, l'inflation diminuerait rapidement et les taxes aussi. Voilà comment les conservateurs gouverneraient.
Je reviens sur les prix exorbitants et l'inflation généralisée que nous observons jour après jour. Il y a une épicerie située à quelques pâtés de maisons de mon bureau de circonscription, sur la 22e rue. Les gens qui y font leurs emplettes savent que je m'y installe parfois la fin de semaine pour serrer la main des citoyens de ma circonscription, Saskatoon‑Ouest, leur remettre des sacs réutilisables et discuter avec eux.
J'y fais aussi mes courses avec ma femme, Cheryl. Cheryl et moi avons vu notre facture d'épicerie augmenter chaque mois. Qu'il s'agisse de ce que nous mettons dans nos salades, comme de la laitue et des tomates, ou encore de la viande, des pommes de terre, des plats d'accompagnement, des légumes, du pain, du lait, du café, des boissons gazeuses ou des croustilles, tout a augmenté, et les portions des produits préemballés diminuent. Je ne parle pas que de petites augmentations. Comparons le prix de la viande aujourd'hui à celui d'il y a deux ans. Il a presque doublé. C'est une inflation de 100 %.
Autrefois, on pouvait acheter un paquet de cinq blancs de poulet pour 10 $. Maintenant, nous n'en avons que trois pour le même prix. On a réduit la taille des portions pour masquer l'augmentation des prix. J'étais chez Costco en fin de semaine et j'y ai acheté quatre paquets de bacon, qui coûtaient auparavant 20 $, mais qui coûtent aujourd'hui 30 $. Cela représente une augmentation de 50 %.
Est-ce que c'est attribuable à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, comme tentent de nous le faire croire les libéraux? Quelle est la quantité de bœuf, de poulet, de laitue, de croustilles, de riz, de café et de lait que nous importons d'Ukraine? C'est probablement zéro. La majeure partie de ces produits sont cultivés et récoltés ici même, au Canada. Ce sont les politiques intérieures du gouvernement fédéral, comme l'impression effrénée de billets depuis deux ans, qui ont poussé le Canada vers une période d'inflation. Ce sont les politiques intérieures comme celles de la Banque du Canada, qui a soutenu le gouvernement fédéral en se portant garante de la dette massive qu'il a engendrée, au lieu de jouer le rôle qui lui incombe, soit de limiter l'inflation. Ce sont les politiques intérieures comme la taxe sur le carbone et l'imposition d'une réduction de l'utilisation d'engrais qui nuisent aux agriculteurs canadiens et qui provoquent une explosion du prix des aliments. Ce sont les politiques intérieures comme l'adoption forcée de mesures législatives ultracoûteuses par la Chambre des communes dans le seul but de maintenir en vie le mariage de convenance intervenu entre les libéraux et le NPD qui sont en cause.
En terminant, je voudrais parler de responsabilité. Qui assumera la responsabilité des 5 milliards de dollars que le gouvernement jette par la fenêtre dans le seul but d'apaiser une crise que le chef du NPD a faite sur Twitter? Je sais que ce ne seront ni les libéraux ni les néo-démocrates parce qu'ils forcent l'adoption de projets de loi au Parlement et qu'ils s'en félicitent, comme d'habitude. Ce seront plutôt les gens de Saskatoon‑Ouest, qui devront subir l'inflation galopante, la hausse du fardeau fiscal et la réduction des prestations gouvernementales. Malheureusement, cela me fait penser à la célèbre déclaration de Rodney Dangerfield, qui avait affirmé que personne ne le respecte; hélas, personne au gouvernement libéral ne respecte les Canadiens non plus.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-09-22 16:59 [p.7577]
Expand
Madam Speaker, I would ask the shadow minister of finance if he believes these tax credits will be vaporized by the ever-increasing inflation and cost of living that Canadians are facing now and into the future.
Has he done some research and has he heard anyone say that these cheques coming at the end of the year are going to offset what people would be paying for in the long term and what they have been paying for years now in inflation and the carbon tax? Especially on January 1 with the increases in payroll taxes and on April 1 with the increase in the carbon tax, are these cheques going to help or is it just going to be too little too late?
Madame la Présidente, j'aimerais que le ministre des finances du cabinet fantôme nous dise s'il croit que ces crédits d'impôt se volatiliseront sous la pression de l'inflation galopante et de la hausse constante du coût de la vie que doivent subir les Canadiens actuellement et qui continueront de sévir.
A-t-il fait des recherches et a-t-il entendu quelqu'un dire que les chèques qui seront émis à la fin de l'année allaient compenser ce que les gens paieront à long terme et ce qu'ils paient depuis des années à cause de l'inflation et de la taxe sur le carbone? Quand les charges sociales augmenteront, le 1er janvier, puis quand ce sera le tour de la taxe sur le carbone d'augmenter, le 1er avril, ces chèques vont-ils constituer une aide suffisante ou est-ce que ce sera trop peu, trop tard?
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-06-23 15:02 [p.7244]
Expand
Mr. Speaker, as my father always said, “Trudeau times were tough times back in the eighties.” We have the highest inflation rate since 1983, at 7.7%. We have heard the tired old talking points and we know the finance minister's only solution is to increase spending and raise taxes. That is simply not working. Now, more than 72% of Canadians are finding it hard to make their paycheque last until the end of the month.
The government cares only about its rich friends and elitist donors. It is really out of touch with the realties of families across Saskatchewan. Is that not the truth?
Monsieur le Président, comme mon père le disait toujours: « Les temps étaient durs sous le gouvernement Trudeau, dans les années 1980 ». Aujourd'hui, nous avons le plus haut taux d'inflation depuis 1983; il est à 7,7 %. On nous a fait jouer la même vieille cassette, et nous savons que la seule solution proposée par la ministre des Finances est d'augmenter les dépenses et de hausser les impôts. Cela ne fonctionne tout simplement pas. Aujourd'hui, plus de 72 % des Canadiens ont du mal à terminer le mois.
Le gouvernement se soucie uniquement de ses riches amis et de ses donateurs élitistes. Il est vraiment déconnecté des réalités des familles saskatchewanaises. N'est-ce pas là la vérité?
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
View Kelly Block Profile
2022-06-07 14:40 [p.6222]
Expand
Mr. Speaker, the Liberals' high taxes and high inflation policies are hurting Canadians. Shaughn, a veteran and a constituent in my riding, recently emailed me to say that as a result of the carbon tax and the impact of inflation, he has had to sell his home in order to get by. Shaughn’s home was his nest egg and safety net for the future, but thanks to the Prime Minister's policies, it is gone.
Will the Prime Minister acknowledge the harm his policies are having on Canadians like Shaughn?
Monsieur le Président, les politiques libérales qui font grimper le fardeau fiscal et l'inflation nuisent aux Canadiens. Shaughn, un ancien combattant et un habitant de ma circonscription, m'a récemment envoyé un courriel pour me dire que, à cause de la taxe sur le carbone et des répercussions de l'inflation, il a dû vendre sa maison pour arriver à joindre les deux bouts. La maison de Shaughn était son bas de laine et son filet de sécurité pour l'avenir, mais grâce aux politiques du premier ministre, tout cela a disparu.
Le premier ministre reconnaîtra-t-il les torts que ses politiques causent aux Canadiens comme Shaughn?
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
View Kelly Block Profile
2022-06-06 18:20 [p.6171]
Expand
Madam Speaker, I am pleased to have the opportunity to rise and speak this afternoon to the budget implementation bill at report stage. The bill seeks to implement certain measures found in budget 2022.
It was encouraging to see the opposition parties work together to improve this bill at committee. However, I believe that more amendments are needed.
I also want to recognize the hard work of my colleague, the member for Central Okanagan—Similkameen—Nicola, in his role as the shadow minister of finance.
Through these deliberations, parliamentarians will decide the direction of our country for the next year and beyond. These decisions will have long-lasting effects. That is why it is very important for all members in this place to have the opportunity to speak to this legislation. Regrettably, the government, with the support of the NDP, has once again stifled debate on legislation by imposing time allocation.
An issue that remains top of mind for millions of Canadians, and many in my riding, is health care. If the pandemic highlighted anything, it is the importance of having a strong health care system in place, one that can respond effectively and efficiently in a crisis. While health care falls under the jurisdiction of the provinces, I had hoped that, given our system was nearly driven to the breaking point, the government would have supported them in addressing their respective needs.
The first ministers were clear. They asked for an increase to health transfer payments to deal with the remaining effects of the pandemic. However, once again, the Liberals, supported by the NDP, decided to disregard the requests of the provinces and not provide any additional support to them.
With respect to the cost of living, the pattern set by the government over the years is a complete disregard for the needs of Canadians and an inability to properly manage Canada’s finances. In 2015, the government inherited a balanced budget, which was made possible by the careful management of Canada’s finances through the 2010 financial crisis and the years that followed. While the Liberals continue to claim that the pandemic caused inflation, we know that high deficits pre-2020 were already setting the stage for inflation. The reckless spending in the five years that preceded the pandemic put Canada in a more precarious position than we needed to be. This is having dire consequences on the ability of Canadians to manage their finances.
Record government spending has caused the cost of living to rise dramatically, with inflation at a 31-year high, reflected in rising food and gas prices and astronomically high home prices. This has been devastating to many Canadians across the country. While the NDP-Liberal government brags about the amount of money it has spent, it fails to recognize that its programs inevitably end up costing more with little to no results. Now, with this budget, it is doubling down on many of the same failed policies.
Over the past seven years, the Liberal government has hampered Saskatchewan’s growth by implementing job-killing policies, increasing regulations, increasing taxes and scaring away investment.
Having said that, in budget 2022, the government is finally following the leadership of my home province of Saskatchewan with respect to the development of small modular reactors. In March of this year, Saskatchewan, Alberta, Ontario and New Brunswick came to an agreement for the construction of these reactors. This was great news for the respective provincial economies, as well as the environment.
Conservatives have long been proponents of nuclear energy and have pointed out numerous times that the development of nuclear energy would greatly improve our domestic energy sector, as well as assist in the reduction of emissions. Rather than attacking our oil and gas sector, which is among the safest and cleanest in the world, the federal government could have been more proactive in promoting nuclear energy as a way for Canada to reduce carbon emissions.
I am sure the agreement between the provinces went a long way in convincing the federal government to jump on board with the good work being done by the provinces.
Staying on the topic of energy and failed Liberal-NDP policies, the climate action incentive payment resulting from the skyrocketing costs of the carbon tax is desperately hurting my constituents. The PBO has reported that households in Alberta, Saskatchewan, Manitoba and Ontario will face carbon taxes which exceed the climate action incentive payments.
In a rural riding such as mine, the carbon tax is particularly hard-hitting. During the long, cold winters on the prairies, heating bills increase significantly, which is only further exasperated by the carbon tax. Add to this the large geographic regions and the lack of public transportation in many rural areas, which mean people must drive everywhere they need to go. The rising carbon tax is doing nothing but putting more pressure on my constituents.
That same failed approach is true for the agricultural industry, which is also very important across Saskatchewan and indeed to the whole country. Here was an opportunity for this NDP-Liberal government to demonstrate that it understands and values this industry. However, it let the opportunity slip through its fingers.
With the invasion of Ukraine by Russia, world food security has become a major area of concern, and our ability to feed the world is now more critical than ever. It would have been prudent for the government to focus on supporting our agriculture sector and the complimentary infrastructure farmers need to get their products to market.
Listening to our producers, who are being hit hard by the carbon tax, inflation and higher input costs would have been a welcome change of pace for the government. Instead of listening to the pleas of our farmers, ranchers and other workers in the agricultural sector, and getting behind the Conservative initiative to exempt farmers from the carbon tax, the government hiked it once again.
Budget 2022 also includes an increase in defence spending for which there is broad support. Increased NORAD funding is a good start to improve our ability to protect the integrity of our national borders.
With the complete disregard Russia has shown for international law through its invasion of Ukraine, the need to ensure the integrity of our land in the Arctic has been intensified by the territorial claims put forward by it, which encroach on our northern borders. The promise of an additional $8 billion of funding over the next five years looks good on its face, however, the funding plan that has been put forward has been woefully underwhelming.
A PBO report shows that from the 2017-18 fiscal year to the 2020-21 fiscal year, there was $10 billion in lapsed funding. Setting aside the lapsed funding, the additional funding amounts to little more than a top up.
Due to the inflation crisis, which the government has treated with callousness, the impact of increased defence spending will be significantly lessened. Further, the NDP voted against a Conservative motion to increase defence spending to meet our NATO obligations. How can we trust the government to take the funding of our armed forces seriously when it has allied itself with a party that has made clear its lack of support for military spending? Perhaps this is the reason that the announced funding does not bring us up to the requirements of our NATO obligations.
In closing, Saskatchewanians and all Canadians needed a budget that would address the issues facing our energy and agriculture sectors, the cost of living, and our failing health care system. Instead, the Prime Minister chose to buy the NDP’s support so that he can continue to govern rather than earn back the trust of Canadians. This budget is symbolic of broken promises and the Liberal track record of leaving Canadians behind.
Madame la Présidente, c'est un bonheur de prendre la parole cet après-midi à propos du projet de loi d'exécution du budget, qui est maintenant à l'étape du rapport. Ce projet de loi vise à mettre en œuvre certaines mesures du budget de 2022.
J'ai trouvé encourageant de voir les partis de l'opposition collaborer pendant les travaux du comité pour améliorer le projet de loi. Je crois toutefois qu'il faudrait y apporter d'autres amendements.
J'en profite pour souligner l'excellent travail de mon collègue le député de Central Okanagan—Similkameen—Nicola, ministre du cabinet fantôme responsable des finances.
Dans le cadre du débat actuel, les parlementaires décideront de la voie que suivra le pays pendant la prochaine année et plus longtemps encore. Leurs décisions auront des répercussions à long terme. Il est donc très important que tous les députés puissent intervenir au sujet de ce projet de loi, mais le gouvernement a malheureusement choisi, avec l'appui du NPD, d'imposer une fois de plus l'attribution de temps pour étouffer le débat.
Les soins de santé demeurent un grand sujet de préoccupation pour des millions de Canadiens, dont beaucoup de gens de ma circonscription. S'il y a une chose qu'on a pu constater pendant la pandémie, c'est qu'il est essentiel d'avoir d'un système de soins de santé solide, qui peut réagir avec efficacité et efficience en temps de crise. Bien que les soins de santé relèvent de la compétence des provinces, j'espérais que le gouvernement les aiderait à répondre à leurs besoins, puisque le système a presque été poussé jusqu'à son extrême limite.
Les premiers ministres provinciaux ont été clairs. Ils ont demandé une augmentation des transferts en santé pour pouvoir composer avec les répercussions de la pandémie. Les libéraux ont toutefois décidé une fois de plus, avec l'appui du NPD, de faire fi des demandes des provinces et de ne pas leur fournir de soutien supplémentaire.
En ce qui concerne le coût de la vie, le gouvernement a pris l'habitude au fil des ans de mépriser totalement les besoins des Canadiens et s'est montré incapable de gérer correctement les finances du Canada. En 2015, le gouvernement a hérité d'un budget équilibré, parce que l'on avait géré avec prudence les finances du Canada pendant la crise financière de 2010 et les années qui ont suivi. Les libéraux ont beau continuer de prétendre que l'inflation est causée par la pandémie, nous savons que les déficits élevés d'avant 2020 préparaient déjà le terrain pour l'inflation. Les dépenses inconsidérées des cinq années qui ont précédé la pandémie ont placé le Canada dans une position plus précaire que nécessaire. Cela a des conséquences désastreuses sur la capacité des Canadiens à gérer leurs finances.
Les dépenses record du gouvernement ont entraîné une hausse spectaculaire du coût de la vie, l'inflation atteignant son niveau le plus élevé en 31 ans, ce qui se traduit par une augmentation des prix de la nourriture et de l'essence et par les prix astronomiques des logements. Cette situation a été dévastatrice pour de nombreux Canadiens un peu partout au pays. Le gouvernement néo-démocrate—libéral se vante des sommes qu'il a dépensées, mais il ne reconnaît pas que ses programmes finissent inévitablement par coûter plus cher, avec peu ou pas de résultats. Aujourd'hui, avec le budget à l'étude, il double la mise avec plusieurs des mêmes politiques inefficaces.
Au cours des sept dernières années, le gouvernement libéral a entravé la croissance de la Saskatchewan en mettant en œuvre des politiques néfastes pour l'emploi, en alourdissant la réglementation, en augmentant les impôts et en faisant fuir les investisseurs.
Cela dit, dans le cadre du budget de 2022, le gouvernement a enfin décidé de suivre l'exemple de ma province, la Saskatchewan, en ce qui concerne la construction de petits réacteurs modulaires. En mars dernier, la Saskatchewan, l'Alberta, l'Ontario et le Nouveau‑Brunswick ont conclu une entente pour la construction de ces réacteurs. C'était une excellente nouvelle pour les économies de ces provinces et pour l'environnement.
Il y a longtemps que les conservateurs font la promotion de l'énergie nucléaire, et ils ont fait valoir à maintes reprises que le développement de ce secteur améliorerait considérablement le secteur canadien de l'énergie tout en contribuant à la réduction des émissions. Au lieu de s'en prendre au secteur pétrolier et gazier du pays, qui est parmi les plus sûrs et les plus écologiques du monde, le gouvernement fédéral aurait pu promouvoir de façon plus proactive l'énergie nucléaire comme moyen de réduire les émissions de carbone du Canada.
Je suis sûre que l'entente interprovinciale a beaucoup contribué à convaincre le gouvernement fédéral de soutenir l'excellent travail réalisé par les provinces concernées.
Puisque nous parlons d'énergie et des politiques inefficaces du gouvernement néo-démocrate—libéral, soulignons que les gens de ma circonscription souffriront énormément de l'inefficacité de l'Incitatif à agir pour le climat à cause de la montée en flèche du coût de la taxe sur le carbone. Selon le directeur parlementaire du budget, le montant de la taxe sur le carbone que les ménages de l'Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et de l'Ontario devront payer dépassera celui des paiements au titre de l'Incitatif à agir pour le climat.
Les gens des circonscriptions rurales comme la mienne sont durement touchés par la taxe sur le carbone. Pendant les longs et rigoureux hivers des Prairies, les factures de chauffage augmentent considérablement, une situation que la taxe sur le carbone ne fait qu'aggraver. Par ailleurs, dans bien des régions rurales, l'immensité du territoire et l'absence de réseau de transport en commun obligent les gens à prendre la voiture pour tous leurs déplacements. La hausse de la taxe sur le carbone ne fait qu'exercer plus de pressions sur les gens de ma circonscription.
L'approche du gouvernement est tout aussi inefficace dans l'industrie agricole, qui est aussi un secteur très important, non seulement en Saskatchewan, mais dans l'ensemble du pays. Le gouvernement néo-démocrate—libéral avait l'occasion de démontrer qu'il comprend l'importance de cette industrie, mais il a raté sa chance.
Avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la sécurité alimentaire dans le monde est devenue une importante préoccupation, et notre capacité de nourrir le monde est maintenant plus importante que jamais. Il aurait été plus prudent que le gouvernement cherche à soutenir le secteur agricole canadien et les infrastructures complémentaires dont les agriculteurs ont besoin pour acheminer leurs produits vers les marchés.
Pour une fois, le gouvernement aurait pu écouter nos producteurs, qui sont durement touchés par la taxe sur le carbone, le taux d’inflation et le coût élevé des intrants de production. Au lieu d’écouter les agriculteurs, les éleveurs et les autres acteurs du secteur agricole, et de soutenir l’initiative conservatrice visant à exempter les agriculteurs de la taxe sur le carbone, le gouvernement a décidé de la hausser à nouveau.
Le budget de 2022 prévoit également une augmentation des dépenses en matière de défense, et cette mesure a reçu un large appui. L’augmentation du financement du NORAD est un bon point de départ en vue d’améliorer notre capacité à protéger l’intégrité de nos frontières nationales.
La Russie a fait preuve d’un mépris total pour le droit international en envahissant l’Ukraine. Il est essentiel de veiller à l’intégrité de notre territoire dans l’Arctique, car la Russie a présenté des revendications territoriales qui empiètent sur nos frontières dans le Nord. La promesse de 8 milliards de dollars supplémentaires sur les cinq prochaines années paraît bien, à première vue. Toutefois, le plan de financement proposé est terriblement décevant.
Un rapport du directeur parlementaire du budget indique qu'il y a eu 10 milliards de dollars en fonds inutilisés de l'exercice 2017‑2018 à l'exercice 2020‑2021. Si l'on met de côté les fonds inutilisés, le financement additionnel ne représente guère plus qu'un supplément.
En raison de la crise de l'inflation, que le gouvernement traite avec insensibilité, les retombées de l'augmentation des dépenses de défense seront réduites considérablement. De plus, le NPD a voté contre la motion des conservateurs visant à augmenter les dépenses de défense pour respecter nos obligations envers l'OTAN. Comment pouvons-nous croire que le gouvernement prendra le financement des forces armées au sérieux alors qu'il s'est allié à un parti qui s'est clairement prononcé contre les dépenses militaires? C'est peut-être pour cette raison que les fonds annoncés ne permettent pas de respecter nos obligations envers l'OTAN.
Pour conclure, les Saskatchewanais et tous les autres Canadiens avaient besoin d'un budget qui s'attaquait aux problèmes des secteurs canadiens de l'énergie et de l'agriculture, au coût de la vie et aux défaillances du système de santé. Plutôt, le premier ministre a choisi d'acheter l'appui du NPD afin de pouvoir continuer à gouverner au lieu de regagner la confiance des Canadiens. Ce budget est à l'image des promesses brisées des libéraux et de leur habitude d'abandonner les Canadiens à leur sort.
Collapse
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, since 2015, the cost of living in northern Saskatchewan has skyrocketed. People travel great distances for groceries and medical appointments and to check on loved ones. There is one charging station, no public transit and there are more deer and moose trails than bike lanes in my riding. The cost of gas, groceries, home heating fuel and farm inputs, and nearly everything is getting more expensive under the Liberal-NDP coalition.
This is another attack on Saskatchewan's rural, northern and remote communities. Is that not true?
Monsieur le Président, depuis 2015, le coût de la vie dans le Nord de la Saskatchewan a monté en flèche. Les gens parcourent de longues distances pour faire l'épicerie, se rendre à des rendez-vous médicaux et rendre visite à des proches. Dans ma circonscription, il n'y a qu'une station de recharge, il n'y a pas de réseau de transport en commun, et il y a plus de pistes de chevreuil et d'orignal que de pistes cyclables. Sous le gouvernement de la coalition néo-démocrate—libérale, l'essence, l'épicerie, l'huile à chauffage domestique, les intrants agricoles et pratiquement n'importe quoi d'autre coûtent de plus en plus cher.
C'est une autre attaque contre les collectivités rurales, nordiques et éloignées de la Saskatchewan. N'est-ce pas la réalité?
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, inflation is not like the weather. It is not something that just happens like a snowstorm in May. The inflation that Canadians are suffering from today is a direct result of the deficits the Prime Minister racked up, bankrolled by the money printing of the Bank of Canada.
When the Prime Minister ran out out of other people's money to borrow, he turned to the bank, and the governor was only too happy to oblige. The Bank of Canada created over $400 billion in brand new money to purchase the government bonds to pay for the out-of-control Liberal spending.
Any time we get more dollars chasing fewer goods, we get inflation. The decision to bankroll the government's deficit spending undermined the bank's independence. It has one main mandate: to keep inflation at 2%. It has completely failed and Canadians are right to demand accountability.
To restore the bank's independence, the leadership at the bank needs to stop acting like it is the Prime Minister's personal ATM. As Milton Friedman said, “Inflation is always and everywhere a monetary phenomenon”. We cannot expect the Prime Minister to know that. He brags that he does not even think about monetary policy.
Monsieur le Président, l'inflation n'est pas comme la météo. Ce n'est pas quelque chose qui survient simplement comme une tempête de neige en mai. L'inflation que subissent les Canadiens aujourd'hui est le résultat direct des déficits accumulés par le premier ministre, qu'il a financés en recourant à la planche à billets de la Banque du Canada.
Lorsque le premier ministre n'a plus été en mesure d'emprunter l'argent des autres, il s'est tourné vers la Banque, et le gouverneur n'a été que trop heureux d'acquiescer à sa demande. La Banque du Canada a généré plus de 400 milliards de dollars d'argent frais pour acheter des obligations du gouvernement afin de couvrir les dépenses incontrôlées des libéraux.
Chaque fois qu'il faut plus d'argent pour acheter moins de biens, il y a de l'inflation. La décision de financer les dépenses déficitaires du gouvernement a sapé l'indépendance de la Banque. Celle-ci a un mandat principal: maintenir l'inflation à 2 %. Elle a complètement échoué. Les Canadiens ont raison de demander des comptes.
Pour rétablir l'indépendance de la Banque, ses dirigeants doivent cesser d'agir comme s'il s'agissait du guichet automatique personnel du premier ministre. Comme le disait Milton Friedman, « [l]'inflation est toujours et partout un phénomène monétaire ». Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que le premier ministre le sache. Il se vante de ne même pas penser à la politique monétaire.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
moved that Bill C-253, An Act to amend the Bank of Canada Act and to make consequential amendments to other Acts, be read the second time and referred to a committee.
He said: Madam Speaker, it is truly an honour to rise today and speak to my private member's bill, Bill C-253, the Bank of Canada accountability act.
Members may know that the Auditor General is empowered, under the Auditor General Act, to perform audits on government agencies and departments. However, there is a special carve-out, an exemption, in the Financial Administration Act that specifically excludes the Bank of Canada from the oversight that the Auditor General provides.
We are all familiar with Auditor General's reports. It is always a big day on Parliament Hill when the Auditor General tables a report after an investigation on behalf of Canadians into various departments, agencies and programs. Of course, it was the Auditor General's report many years ago that first brought to light the excessive expenses of the long gun registry. It was thanks to her work, at the time, that Canadians got to know the billion-dollar price tag of that useless and ineffective program. We can all think to times when the Auditor General has identified massive problems with the government's handling of everything from immigration protocols to transportation, and that is what this bill is all about: Bringing the Bank of Canada into line with other departments and agencies to provide that oversight so that the Auditor General is empowered to do the same types of audits that he or she does on all other agencies and departments.
Many in the Liberal establishment are opposed to this bill. The Prime Minister once said that “sunlight is the best disinfectant”, and then he ran around pulling the shades down on all the windows to keep things hidden. He is afraid of accountability and transparency now. In fact, he is so allergic to it that he has made a deal with the NDP to help cover things up at committees and in the House. It is not a surprise that Liberal parliamentarians and Liberal politicians are opposed to this bill, but Canadians are demanding this type of accountability and oversight. They are demanding it, because we are seeing unprecedented action by the Bank of Canada and unprecedented decision-making that is directly affecting the value of the money they have worked so hard to earn.
Many of the arguments against this bill that I have already heard through corporate, taxpayer-subsidized and government-subsidized media and Liberal politicians are all bogus. First of all, one of the critiques is that the bank is already audited. That is true. The bank is already audited by private-sector firms in Canada, but those are not the same types of audits that the Auditor General does. The Auditor General does not simply do a balance-sheet audit. It is not like the Auditor General goes in and tallies up everything on the left side of the ledger and makes sure it balances with everything on the right side of the ledger. No one is assuming that someone is leaving the Bank of Canada with bags of cash over their shoulder. In addition to balance-sheet audits, the Auditor General does performance audits, and that really is the whole point of this bill.
The Bank of Canada has made many decisions that have had a profound negative impact on Canadians. It decided, for example, to buy corporate bonds. It had a corporate bond purchasing program. Now, if we go to its website, it spells out some of the general criteria of what minimum thresholds companies would have to meet in order to have their bonds purchased by the bank. I should point out that it is a huge advantage to a company to have its bonds purchased by the central bank.
A bond is basically an IOU. It is debt. It is a company saying, “We don't have the money today, but loan it to us now and we will pay you back later.” Corporations have to pay for that. They have to pay interest on those bonds. When fewer people are willing to buy the bonds, those corporations have to raise their interest rates to sweeten the deal to attract more potential buyers, and that costs the corporations more money. When the Bank of Canada comes along and says, “We'll buy some of those bonds”, that is a huge benefit to the corporation that is selling the bonds.
Which bonds did the Bank of Canada buy? Why did it buy a bond from company A and not company B? Those are the types of things that we do not know. We do not know all the criteria that led to the decision-making. It could very well be that in very competitive marketplaces, say the airline industry, one airline's bonds were purchased by the bank and another's were not.
It is the same thing in the telecommunications sector. Perhaps one company's bonds were bought and another's were not. Let us be clear. It is not buying these bonds with its own money. The Bank of Canada creates money. When it buys these corporate bonds, it is creating new money right out of thin air, which has an impact on the purchasing power of the money Canadians have worked so hard to earn. In fact, it dilutes that every time new money is created.
In addition to the corporate bonds, it has been buying government bonds, and boy has it ever. It has been on a buying spree for almost two years. From the beginning of the pandemic, when the Prime Minister ran out of other people's money to borrow, he had to turn to the Bank of Canada, and the Bank of Canada was only too happy to oblige.
The Bank of Canada, since about April of 2020, has been bankrolling the Prime Minister's deficit spending to the tune of about $400 billion. That is $400 billion of new money created right out of thin air. That is what is causing the inflation today, and that is why Canadians have a right to know what the bank was doing and what criteria it was following, and report back to Parliament and ultimately to Canadians.
We have never seen this type of intervention in our monetary policy in our nation's history. Back in the great global recession of 2008, the previous Conservative government held the line on monetary policy. It was a difficult time. Many of my colleagues were in the House at that time. A lot of difficult decisions had to be made, but the previous Conservative government understood that if money starts to be printed out of thin air it makes an already difficult situation even worse.
That is what we are seeing today as we are coming out of the pandemic, after two years of hardship and the emotional toll it took on Canadians individually. People had to go long periods of time without seeing their loved ones. Many small business owners were watching their entire life's work evaporate as restrictions prevented them from opening their doors and serving their customers.
Coming out of that, now Canadians are being faced with punitive rates of inflation. Things that had cost $10 or $12 are now going for $18 or $20. One almost needs to get a pre-approval on a new loan to go grocery shopping these days as we see the prices escalating. Tools, lumber and all types of everyday purchases Canadians make are going up and up. The government would have us believe this is just something that happens and that it is like the weather: “We are going through an unexpected cloudy period, and inflation is up a little this quarter.” That is nonsense. Inflation does not just happen. It is a direct result of the monetary policy of the Bank of Canada working hand in hand with the government of the day. That is why this proposed act is so necessary. We need to restore the independence of the Bank of Canada.
The Bank of Canada's independence has been undermined by the government's decisions to bankroll its deficit spending with all that new money creation. That is why prices are going up today. It is actually rather simple. If we have the same number of goods but dramatically increase the number of dollars going around, prices will go up. It is not rocket science. In fact, these are basic laws of economics. More dollars chasing fewer goods equals inflation. That is precisely what we are seeing today.
The government will try to have us believe inflation is happening because of external factors. Do members remember when it tried to blame the war on Ukraine? It tried to blame inflation on Putin's illegal invasion of Ukraine. Guess what? Inflation was happening long before the invasion of Ukraine. The previous summer, on the eve of the election, inflation was already ticking up to record levels.
We all remember the famous quote the Prime Minister said in the middle of an election when inflation was only at about 4%. Do members remember those days, when inflation was only as bad as 4%? Our party started to challenge the Prime Minister and the Liberals on this and highlighted to Canadians it was their economic policy causing the inflation. What did the Prime Minister come back with? He said, “you'll forgive me if I don't think about monetary policy.” Well, we do not forgive him. He should think about monetary policy. I guess he does not understand it, otherwise he would know that he is to blame for all that inflation.
Liberals try to say that it cannot be the Prime Minister's fault, that, yes, there is inflation in Canada, but there is inflation in other countries, too. That is true. Other countries that made the same foolish decisions to run the printing presses during a time of economic contraction are also experiencing record levels of inflation. Some countries did not do that. There are several countries around the world that preserved the value of their currency and are not experiencing the same punitive levels of inflation that Canadians are having to pay.
The government's argument is a little like if someone told me I was putting on a bit of weight and I might want to look at my eating habits, and I said that obesity is a North American problem, that obesity rates in North America are the real challenge and that it cannot be anything I do because I live in a continent where it is a challenge for a lot of people. No, of course not. It is because of the decisions of each individual, just like it is the decisions of each individual country that are causing the inflation we are seeing today.
At the end of the day, the dollars that we carry around with us, the ones and zeros in our bank accounts, have no intrinsic value. We cannot do much with a 20-dollar bill or a 100-dollar bill. The only reason why other people accept it as payment is that there is a level of trust. There is a level of trust that someone else will accept it as payment and give the same value that was received. When the Bank of Canada undermines that trust by creating all that money washing through our system, it devalues the value of the money that people work so hard for. It is a form of fraud.
If people agree to provide labour to an employer for a given salary and then at the end of the quarter or the end of the year the money they receive for the work they have done is worth less, they have been defrauded of what they agreed to. They cannot go back and take away 6% to 10% of their labour. They cannot go back and tell the employer that the dollars they were paid with are now worth less, so they would like some of their time and energy back. They cannot do that. They have already given that to their employer, and the money they receive is now worth less than what they agreed to. That is why inflation is the worst form of tax.
Of course, governments love inflation, because it makes the debt they have accumulated easier to pay off. Inflation is great for people who have the ability to borrow, and that is what we saw during the pandemic. As the Bank of Canada washed all that money through the system, the people who got the money first got to buy things before prices went up. These large financial institutions and investors who had access to that early money first were able to accumulate all the assets. By the time the rest of us get the money, through wage increases and other phenomena, the prices have already gone up and those wealthy investors get to sell at record profits. That is why there have been such big winners during the last two years. Members should look at the stock market and check what bank shares have done in the last two years. Bank shares have gone up dramatically since the start of the pandemic.
When we look at the Bank of Canada's balance sheet and the money supply charts, factoring in all the money in Canada, everything from the ones and zeros in our bank accounts and the digital money that we all have in our chequing and savings accounts to the cash and all the various credit products that exist out there, the rate of increase in the money supply tracks almost identically with the balance sheet at the Bank of Canada.
That is what this bill is all about. It is about providing the first steps toward accountability and transparency so that Canadians can have their confidence in the Bank of Canada restored. The independence of the Bank of Canada has been undermined by the political decisions of the Prime Minister. If we want to get our finances under control, if we want to get the value of the money that we have worked so hard to earn stable, we need this first step toward accountability so we can understand what the decision-making process was and what the costs were to Canadians.
I have one final point. We are going to hear arguments from the opposite benches about why this bill will undermine the Bank of Canada's independence. In fact, it is quite the contrary. The Bank of England is subject to parliamentary oversight through its equivalent of the Auditor General. The Reserve Bank of New Zealand has the same types of audit provisions that I am proposing today. The European Central Bank has similar types of provisions, with its version of the Auditor General. In fact, Canada is a bit of an outlier in the fact that it is allowing its central bank, which has such enormous power over our economy, to be excluded from this oversight.
This bill is long overdue and I hope all members of the House will support it.
propose que le projet de loi C‑253, Loi modifiant la Loi sur la Banque du Canada et apportant des modifications corrélatives à d’autres lois, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Madame la Présidente, c’est vraiment un honneur de prendre la parole aujourd’hui pour parler de mon projet de loi d’initiative parlementaire, le projet de loi C‑253, la Loi sur la responsabilité de la Banque du Canada.
Les députés savent peut-être que le vérificateur général a le pouvoir, en vertu de la Loi sur le vérificateur général, d’effectuer des vérifications des ministères et des organismes gouvernementaux. Par contre, la Loi sur la gestion des finances publiques soustrait explicitement la Banque du Canada à la surveillance du vérificateur général.
Nous sommes tous au fait des rapports du vérificateur général. C'est toujours un grand jour sur la Colline du Parlement quand le vérificateur général présente son rapport après avoir mené une enquête sur les divers ministères, organismes et programmes au nom des Canadiens. Bien sûr, c'est la présentation d'un tel rapport il y a de nombreuses années qui a révélé les dépenses excessives liées au registre des armes d'épaule. C'est grâce au travail de la vérificatrice générale de l'époque que les Canadiens ont appris que ce programme inutile et inefficace coûtait 1 milliard de dollars. Nous pouvons tous penser à des moments où le vérificateur général en poste a repéré d'énormes problèmes dans la façon dont le gouvernement gère tous les dossiers, des protocoles d'immigration aux transports. Voilà la raison d'être du projet de loi: s'assurer que, comme les autres ministères et organismes, la Banque du Canada fait l'objet d'une surveillance de la part du vérificateur général, qui serait désormais autorisé à procéder aux mêmes types de vérifications que ceux qu'il effectue pour tous les autres organismes et ministères.
Les membres de l'establishment libéral sont nombreux à s'opposer à ce projet de loi. Le premier ministre a dit un jour que « le soleil [était] le meilleur désinfectant », et il a ensuite fait le tour des fenêtres pour fermer les stores afin de tout camoufler. Maintenant, il a peur de la reddition des comptes et de la transparence. En fait, il est rendu tellement allergique à ces principes qu'il a conclu une entente avec les néo-démocrates pour qu'ils l'aident à cacher des choses aux comités et à la Chambre. Il n'est pas étonnant que les parlementaires et les politiciens libéraux s'opposent au projet de loi. Les Canadiens, quant à eux, demandent ce genre de reddition de comptes et de surveillance. Ils l'exigent à cause des mesures sans précédent de la Banque du Canada et des décisions sans précédent qui ont des répercussions directes sur la valeur de l'argent qu'ils ont gagné à la sueur de leur front.
Un grand nombre des arguments invoqués par les politiciens libéraux et par les grands médias qui reçoivent des subventions du gouvernement payées à même l’argent des contribuables sont fallacieux. Un de ces arguments veut que la banque fasse déjà l’objet d'audits. C’est vrai. La banque est visée par des audits menés par des entreprises du secteur privé au Canada, mais ce ne sont pas les audits que fait la vérificatrice générale. En effet, la vérificatrice générale ne se contente pas d’aligner des colonnes sur une feuille de calcul. Son travail n’est pas de faire en sorte que les chiffres de la colonne de gauche arrivent avec les chiffres de la colonne de droite dans les livres comptables. Personne ne prétend que quelqu’un sort des bureaux de la Banque du Canada avec des valises remplies de billets. Outre les audits du bilan, la vérificatrice générale mène des audits pour vérifier le rendement, notion centrale du projet de loi.
La Banque du Canada a pris des décisions qui ont eu un impact profondément dévastateur pour les Canadiens. Elle a décidé, par exemple, d’acheter des obligations de sociétés par l’intermédiaire de son programme d’achat d’obligations de sociétés. Or, le site Web de la Banque du Canada énumère les critères généraux relatifs aux seuils minimums auxquels les sociétés doivent satisfaire afin de pouvoir vendre des obligations à la Banque du Canada. Soulignons que c’est un énorme avantage pour une société de vendre une part de ses obligations à la banque centrale.
Les obligations sont essentiellement des reconnaissances de dettes. Ce sont des dettes. L'entreprise dit qu'elle n'a pas assez d'argent pour l'instant, mais qu'elle aimerait qu'on lui prête de l'argent qu'elle pourra rembourser plus tard. Les entreprises doivent payer pour cela. Elles doivent payer des intérêts sur ces obligations. Quand les gens sont moins nombreux à vouloir acheter les obligations, ces entreprises doivent alors augmenter leurs taux d'intérêt pour offrir des conditions plus attrayantes aux acheteurs potentiels, et cela coûte encore plus cher aux entreprises. Lorsque la Banque du Canada leur dit qu'elle est prête à acheter une partie de ces obligations, c'est extrêmement avantageux pour l'entreprise qui les vend.
Quelles obligations la Banque du Canada a-t-elle achetées? Pourquoi a-t-elle choisi d'acheter des obligations à une entreprise plutôt qu'à une autre? Voilà le genre d'information qu'il nous manque. Nous ne connaissons pas tous les critères qui sous-tendent ces décisions. Il se pourrait très bien que, dans des marchés très concurrentiels, comme l'industrie du transport aérien, la banque ait décidé d'acheter des obligations à un transporteur aérien plutôt qu'à un autre.
C'est la même chose dans le secteur des télécommunications. Les obligations d'une société ont peut-être été achetées, mais pas celles d'une autre. Soyons clairs. La Banque du Canada n'achète pas ces obligations avec son propre argent. Elle crée de l'argent. Lorsqu'elle achète des obligations de sociétés, elle crée de l'argent frais à partir de rien, ce qui a une incidence sur le pouvoir d'achat des Canadiens, qui ont travaillé si fort pour gagner leur argent. En fait, le pouvoir d'achat est dilué chaque fois que de l'argent frais est créé.
En plus des obligations de sociétés, la Banque du Canada a acheté des obligations d'État, et ce, comme jamais auparavant. Elle s'est lancée dans une frénésie d'achats il y a presque deux ans. Depuis le début de la pandémie, lorsque le premier ministre n'avait plus d'argent à emprunter, il a dû se tourner vers la Banque du Canada, et celle‑ci n'était que trop heureuse de lui rendre service.
Depuis avril 2020, la Banque du Canada a financé les dépenses déficitaires du premier ministre à hauteur d'environ 400 milliards de dollars. On parle bien de 400 milliards de dollars d'argent frais créé de toutes pièces. Voilà ce qui cause l'inflation aujourd'hui, et voilà pourquoi les Canadiens ont le droit de savoir ce que la banque faisait et quels critères elle suivait, et d'exiger qu'elle rende compte au Parlement et, au bout du compte, aux citoyens.
De toute l'histoire du Canada, nous n'avons jamais vu ce genre d'intervention dans la politique monétaire. Lors de la grande récession mondiale de 2008, le gouvernement conservateur précédent a maintenu la politique monétaire. C'était une époque difficile. Nombre de mes collègues siégeaient à la Chambre à l'époque. Il a fallu prendre beaucoup de décisions difficiles, mais le gouvernement conservateur a compris que si l'on commence à imprimer de l'argent, cela ne fait qu'aggraver une situation déjà difficile.
C'est ce dont nous sommes témoins aujourd'hui, au sortir de la pandémie, après les épreuves et les bouleversements émotionnels qu'ont subis les Canadiens pendant deux ans. Les gens ont dû passer de longues périodes sans voir leurs proches. Beaucoup de propriétaires de petites entreprises ont perdu le travail de toute une vie, car les restrictions les empêchaient d'ouvrir les portes de leur commerce et de servir leurs clients.
Au sortir de cette situation, les Canadiens doivent maintenant faire face à des taux d'inflation exorbitants. Des biens qui coûtaient 10 ou 12 $ coûtent maintenant 18 ou 20 $. Aujourd'hui, on a presque besoin de faire préapprouver un prêt pour faire son épicerie, car les prix ne cessent d'augmenter. Le prix des outils, du bois d'œuvre et de tous les articles que les Canadiens achètent quotidiennement ne cesse d'augmenter. Le gouvernement voudrait nous faire croire qu'il s'agit de quelque chose qui échappe à son contrôle, comme la météo, et nous dire: « Nous connaissons actuellement un ennuagement imprévu, et l'inflation augmentera légèrement ce trimestre. » C'est absurde. L'inflation n'est pas le fruit du hasard. Elle est le résultat direct de la politique monétaire de la Banque du Canada qui travaille de concert avec le gouvernement actuel. Voilà pourquoi ce projet de loi est si nécessaire. Nous devons rétablir l'indépendance de la Banque du Canada.
L'indépendance de la Banque du Canada a été compromise par les décisions du gouvernement de financer ses dépenses et ses déficits en faisant tourner la planche à billets. C'est pourquoi les prix augmentent aujourd'hui. C'est en fait assez simple. Si nous disposons du même nombre de biens, mais que nous augmentons considérablement le nombre de dollars en circulation, les prix augmentent. Ce n'est pas sorcier. En fait, il s'agit des lois fondamentales de l'économie. Plus d'argent pour obtenir moins de biens donne de l'inflation. C'est précisément ce que nous observons aujourd'hui.
Le gouvernement veut nous faire croire que la hausse de l'inflation est attribuable à des facteurs externes. Les députés se rappellent-ils qu'il a tenté de jeter le blâme sur la guerre en Ukraine? Il a voulu nous faire croire que la hausse de l'inflation était attribuable à l'invasion illégale de l'Ukraine par le régime du président Poutine. Devinez quoi? L'inflation était déjà en hausse bien avant l'invasion de l'Ukraine. L'été dernier, à l'approche des élections, l'inflation atteignait déjà un niveau sans précédent.
Nous nous souvenons tous de la déclaration mémorable du premier ministre, qui, en pleine campagne, a dit que le taux d'inflation n'était que d'environ 4 %. Les députés se souviennent-ils de cette époque où un taux d'inflation de 4 % n'était pas si mal? Notre parti a commencé à demander des comptes au premier ministre et aux libéraux sur cette question, et il a démontré aux Canadiens que la hausse de l'inflation était attribuable aux politiques économiques du gouvernement. Comment le premier ministre a-t-il réagi? Il a dit: « Pardonnez-moi si je ne pense pas à la politique monétaire. » Or, non, nous ne lui pardonnons pas. Il devrait s'intéresser à la politique monétaire. Je suppose qu'il n'y comprend rien, sinon, il saurait que c'est lui qui est à blâmer pour cette hausse de l'inflation.
Les libéraux prétendent que cela ne peut pas être la faute du premier ministre parce que l'inflation n'est pas seulement un problème au Canada, mais également dans d'autres pays. C'est vrai. D'autres pays ayant pris la même décision insensée de faire marcher la planche à billets en période de contraction économique doivent eux aussi composer avec une inflation record. Certains pays n'ont pas agi comme nous. En effet, plusieurs pays ont préservé la valeur de leur monnaie et n'ont pas à subir des taux d'inflation dissuasifs comme le Canada.
C'est un peu comme si quelqu'un me disait que j'avais un peu grossi et que je devrais peut‑être changer mes habitudes alimentaires, et que je lui répondais que l'obésité est un problème nord‑américain, que les taux d'obésité dans cette partie du monde constituent le véritable problème, et que je ne suis aucunement à blâmer parce que j'habite sur un continent où de nombreuses autres personnes ont ce problème. Cet argument ne tient évidemment pas la route. L'obésité est causée par les décisions prises par chaque personne, tout comme les décisions de chaque pays sont à blâmer pour l'inflation élevée que nous observons actuellement.
Au bout du compte, les dollars que nous avons en poche et les chiffres qui s'alignent sur nos comptes en banque n'ont pas de valeur intrinsèque. On ne peut pas faire grand-chose avec un billet de 20 $ ou de 100 $. La seule raison pour laquelle les gens acceptent ces billets à titre de paiement, c'est parce qu'il y a un certain degré de confiance. C'est grâce à cette confiance que quelqu'un va accepter le billet comme paiement et donner en retour un quelque chose de la même valeur. Lorsque la Banque du Canada compromet cette confiance en envoyant un flot de liquidités dans notre système, la valeur même du travail que les gens ont accompli si durement est dévaluée. C'est une forme de pratique frauduleuse.
Si les gens acceptent de travailler pour un employeur contre un certain salaire et qu'à la fin du trimestre ou de l'année, l'argent qu'ils reçoivent pour le travail qu'ils ont effectué vaut moins que ce qu'il valait avant, on peut dire qu'ils se sont fait escroquer. Ils ne peuvent pas revenir en arrière et récupérer 6 ou 10 % de leur travail. Ils ne peuvent pas revenir en arrière et dire à leur employeur qu'ils voudraient récupérer leurs temps et leur énergie, étant donné que les dollars qu'ils ont reçus valent moins aujourd'hui. Ils ne peuvent pas le faire. Ils ont déjà donné ce travail à leur employeur, et l'argent qu'ils reçoivent vaut désormais moins que ce qui avait été convenu. Voilà pourquoi l'inflation est le pire impôt qui existe.
Bien sûr, les gouvernements adorent l'inflation, car elle rend la dette qu'ils ont accumulée plus facile à rembourser. L'inflation est excellente pour les personnes qui ont la capacité d'emprunter, et c'est ce que nous avons vu pendant la pandémie. Lorsque la Banque du Canada a fait circuler tout cet argent dans le système, les personnes qui ont reçu l'argent en premier ont pu acheter des choses avant que les prix ne montent. Les grandes institutions financières et les investisseurs qui ont été les premiers à avoir accès à l'argent ont pu accumuler tous les actifs. Lorsque le reste d'entre nous a reçu de l'argent, par l'entremise d'augmentations de salaire et d'autres phénomènes, les prix avaient déjà augmenté, et ces riches investisseurs ont pu vendre avec des bénéfices records. C'est pourquoi il y a eu de si grands gagnants au cours des deux dernières années. Les députés devraient regarder le marché boursier et s'attarder à la hausse du cours des actions bancaires pendant cette période. Le cours des actions bancaires a augmenté de façon spectaculaire depuis le début de la pandémie.
Lorsque nous examinons le bilan de la Banque du Canada et les graphiques de la masse monétaire, en tenant compte de tout l'argent au Canada, des montants dans nos comptes bancaires à la monnaie numérique que nous avons tous dans nos comptes chèques et d'épargne, en passant par l'argent liquide et les divers produits de crédit qui existent, le taux d'augmentation de la masse monétaire est presque identique à celui du bilan de la Banque du Canada.
Voilà l'objet de ce projet de loi. Il s'agit de faire les premiers pas vers la responsabilité et la transparence, afin de rétablir la confiance des Canadiens dans la Banque du Canada. L'indépendance de la Banque du Canada a été minée par les décisions politiques du premier ministre. Si nous voulons reprendre le contrôle de nos finances, si nous voulons stabiliser la valeur de l'argent pour lequel nous avons travaillé si dur, nous devons faire ce premier pas vers la responsabilisation, afin de comprendre le processus décisionnel et les coûts supportés par les Canadiens.
J'ai un dernier point à soulever. Depuis les banquettes d'en face, on nous fera valoir des arguments selon lesquels le projet de loi portera atteinte à l'indépendance de la Banque du Canada. En fait, c'est tout le contraire. La Banque d'Angleterre est soumise à la surveillance du Parlement par l'intermédiaire de l'équivalent du vérificateur général. La Banque de réserve de la Nouvelle‑Zélande a les mêmes types de dispositions en matière de vérification que celles que je propose aujourd'hui. La Banque centrale européenne a des dispositions similaires, avec sa propre version du vérificateur général. En fait, le Canada fait un peu figure d'exception en permettant à sa banque centrale, qui a un pouvoir énorme sur son économie, d'échapper à ce genre de surveillance.
Ce projet de loi s'impose depuis longtemps, et j'espère que tous les députés l'appuieront.
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, as we have been hearing over the last couple of weeks especially, across the country, Canadians really are feeling the squeeze. Their budgets are being stretched further and further, and for too many, their pocketbooks simply cannot keep up. Inflation has ballooned to record levels and costs are skyrocketing.
Canadians need some financial relief, and this is something that we on this side of the House have been saying and asking for on their behalf. However, those who are desperately looking for a break will not find it here in the legislation before us. The Liberal government is asking Parliament to approve significant spending through the bill. In fact, in all, the fall economic statement and the fiscal update add $70 billion of new spending to the books, which will, in turn, fuel inflation in this country and send it to even higher levels.
This government's tax-and-spend agenda hurts our economy and it hurts Canadians. Just last Friday, we know that Canadians were hit with the latest Liberal tax hikes: The escalator tax on alcohol went up, and the failed Liberal carbon tax went up by 25%. That is an extra 2.2¢ a litre, bringing the carbon tax to 11¢ a litre. Of course, that is on top of the already high gasoline prices. The carbon tax is adding to the costs of groceries, home heating and everyday essentials that Canadians need and rely on. It is contributing to the inflation in this country, and in doing so it is actually punishing all Canadians. It is even more punishing for Canadians on fixed incomes who, frankly, can afford it the least.
I hear from my constituents on this issue all the time. I have received countless copies of energy bills from my constituents, who are anxious and distressed about the impact on their bottom line. Simply put, my constituents cannot afford this Liberal carbon tax, and they certainly do not accept this Liberal government's tired old talking points that they will receive more money back than they pay through the climate action incentive rebate. This government's math simply does not add up, and my constituents know that.
We also know that the Bank of Canada recently revealed that the carbon tax alone has increased inflation by nearly half a percent. That is, in essence, an additional tax on everything, and this government cannot simply ignore it when it is considering the cost of a carbon tax on Canadians. In fact, we all know now that the Parliamentary Budget Officer has confirmed that, contrary to what this Liberal government says, most households subjected to the Liberal carbon tax will, in fact, see a net loss. What is worse, this tax punishes Canadians while failing to accomplish anything for the environment. On top of that, it is even more punishing for rural Canadians, such as my constituents in Battlefords—Lloydminster. Farm families and farm businesses know that all too well. Their bottom line has taken a massive hit specifically from this Liberal carbon tax. The cost of business is going up, but they cannot pass those costs along. It is shrinking an already very slim profit margin.
While this legislation might seemingly acknowledge some of the hardships that are faced by our farmers, it fails to actually acknowledge the Liberal government's contribution to these hardships. The bill also fails to deliver a common-sense solution of simply exempting farm fuels from the carbon tax.
The reality is that our farmers are always looking to improve the efficiency of their operations. The agricultural community has developed and adopted modern technologies to reduce their carbon footprint and to protect our environment, which takes investment on their part. We know that the carbon tax is not accomplishing anything for the environment, and it would go a lot further to leave more money in the pockets of our farm businesses so that they could reinvest into what would work best for their own operations.
As our farmers face massive carbon tax bills on farm fuels including propane and natural gas, typically used in grain drying, I had hoped to see a full exemption on farm fuels in the fall economic update, but surprisingly that is not what is contained in the bill. Fortunately, a private member's bill to that effect has been brought forward by my colleague, the member for Huron—Bruce, and I hope that all members of the House will stand up for our hard-working farmers and support Bill C-234. Our farmers, as I have said, make tremendous contributions to our environment, our food security and our economy. We cannot take that for granted.
We need to ensure that the economic agenda of our country is working toward opportunity and a prosperous future for all Canadians. That is what is problematic with this legislation, and more generally, I would say, with the fiscal mismanagement of the Liberal government. This many years later, it really does seem like the Prime Minister still thinks and believes that budgets will balance themselves. However, we cannot dig ourselves out of a hole.
The Liberal government continues to spend money that is not there to fund its partisan-driven agenda. We know that since the start of the pandemic, the Liberal government has brought in $176 billion, not million, in spending that is completely unrelated to COVID-19. Our national debt is over $1 trillion. The Liberal government rarely talks in millions anymore and announcements in the billions have become more commonplace.
The finance minister certainly does not talk about what Canadians are paying to service that debt, nor does she acknowledge her government's contribution to rising inflation. Unfortunately, ignoring these factors does not negate their existence. With the federal budget set to be released later this week, I think Canadians would be right to brace themselves. They have been left to wonder what the new NDP-Liberal government will cost them and their children. The budget will likely give us our first glimpse of what an economic agenda driven by the NDP will cost. An ideological and activist-driven agenda that cripples our economic drivers and spends massively could only lead to higher taxes and more debt, and it is Canadians who will be left holding the bag, as usual.
The ease at which the government continues down this road shows just how out of touch it is with the reality of everyday Canadians. The Parliamentary Budget Officer has told Parliament that the rationale for the government's $100 billion in planned stimulus no longer exists. The government needs to start reining it in. If the government was serious about growing our economy, it could start by abandoning its policies that are crippling our economic drivers. It has chased away countless projects and investment dollars in our Canadian energy sector, a sector that has contributed so much to our Canadian economy and that could contribute so much more. That is not to mention its potential to contribute to the stabilization of global energy security.
The government's policies push Canada to the sidelines while leaving demand to be filled by other countries with lower environmental and human rights standards than we have here in Canada. Canada finds itself at a disadvantage with nothing really gained. This is particularly devastating for my constituents, many whose livelihoods have been taken away or threatened while the cost of everything continues to go up.
When considering this legislation, we cannot simply ignore the inflation tax. Inflation is eating into the paycheques of my constituents and those of every single Canadian. A dollar today does not go nearly as far as it used. The government's spending is only pouring gasoline on the fire, leaving so many Canadians behind. Canadians need real solutions in the immediate term.
On this side of the House, the Conservatives have proposed a number of common-sense and practical solutions to help Canadians, but the Liberals have rejected each and every one. With record high inflation and skyrocketing costs of living, it is time to give Canadians a break. We need real solutions, tangible solutions, to alleviate the inflationary burden on Canadians. We cannot keep going down this risky and expensive path that is leaving far too many Canadians behind.
Madame la Présidente, comme nous l’avons entendu au cours des deux dernières semaines, partout au pays, les Canadiens ressentent vraiment la pression. Leurs budgets sont de plus en plus serrés et, pour un trop grand nombre d’entre eux, le porte-monnaie ne peut tout simplement pas suivre. L’inflation a atteint des niveaux records et les coûts montent en flèche.
Les Canadiens ont besoin d’un certain soulagement financier, et c’est quelque chose que nous, de ce côté-ci de la Chambre, préconisons et avons demandé en leur nom. Cependant, ceux qui cherchent désespérément un répit ne le trouveront pas dans le projet de loi qui nous est présenté. Le gouvernement libéral demande au Parlement d’approuver des dépenses importantes au moyen de ce projet de loi. En fait, en tout, l’énoncé économique de l’automne et la mise à jour budgétaire ajoutent 70 milliards de dollars de nouvelles dépenses qui ne serviront qu'à alimenter l’inflation au pays et à la propulser à des niveaux encore plus élevés.
Le programme d’imposition et de dépense du gouvernement nuit à notre économie et aux Canadiens. Pas plus tard que vendredi dernier, les Canadiens ont été frappés par les dernières hausses de taxes des libéraux: la taxe avec indexation sur l’alcool a augmenté, et la taxe sur le carbone des libéraux, qui est inefficace, a augmenté de 25 %. Cette augmentation représente 2,2 ¢ de plus par litre, portant la taxe sur le carbone à 11 ¢ par litre. Bien sûr, elle s’ajoute au prix déjà élevé de l’essence. La taxe sur le carbone augmente le coût de l’épicerie, du chauffage et des biens de première nécessité dont les Canadiens ont besoin et sur lesquels ils comptent. Elle contribue à l’inflation dans le pays et, ce faisant, elle pénalise tous les Canadiens. C'est encore plus vrai pour les Canadiens à revenu fixe qui, franchement, peuvent le moins se le permettre.
Les électeurs de ma circonscription me parlent constamment de cette question. Ils m'ont envoyé d’innombrables copies de factures d’énergie. Ils sont inquiets et angoissés par l’effet que cela a sur leur situation financière. Disons-le simplement: ils ne peuvent pas se permettre cette taxe libérale sur le carbone. Ils ne croient pas du tout la vieille rengaine du gouvernement libéral selon laquelle ils recevront plus d’argent qu’ils n’en paient grâce au remboursement de l'incitatif à agir pour le climat. Les calculs du gouvernement ne tiennent tout simplement pas la route, et les habitants de ma circonscription le savent.
Nous savons également que la Banque du Canada a récemment révélé que la taxe sur le carbone a, à elle seule, fait augmenter l’inflation de près d’un demi pour cent. Il s’agit, en fait, d’une taxe supplémentaire sur tout, et le gouvernement ne peut pas simplement ignorer cet aspect lorsqu’il évalue le coût d'une taxe sur le carbone pour les Canadiens. En fait, nous savons tous maintenant que le directeur parlementaire du budget a confirmé que, contrairement aux dires du gouvernement libéral, la plupart des ménages soumis à la taxe libérale sur le carbone accuseront en fait une perte nette. Pire encore, cette taxe punit les Canadiens sans rien apporter sur le plan environnemental. De plus, elle pénalise davantage les Canadiens vivant dans des régions rurales, comme les habitants de Battlefords-Lloydminster. Les familles et les entreprises agricoles en sont très conscientes. La taxe libérale sur le carbone a eu un lourd impact sur leur situation financière. Les coûts d’exploitation augmentent, mais les gens ne peuvent pas refiler la facture. Cela réduit une marge de profit déjà très mince.
Bien que le projet de loi semble reconnaître certaines des difficultés auxquelles sont confrontés nos agriculteurs, il ne reconnaît pas la contribution du gouvernement libéral à ces difficultés. Le projet de loi ne propose pas non plus une solution sensée, soit simplement exempter les carburants agricoles de la taxe sur le carbone.
En réalité, les agriculteurs cherchent toujours à améliorer l’efficacité de leurs opérations. La communauté agricole a développé et adopté des technologies modernes pour réduire son empreinte carbone et protéger l'environnement, ce qui nécessite des investissements de sa part. Nous savons que la taxe sur le carbone n’accomplit rien pour l’environnement, et il serait beaucoup plus utile de laisser plus d’argent dans les poches des entreprises agricoles afin qu’elles puissent réinvestir ces sommes dans ce qui fonctionne le mieux pour leurs propres opérations.
Comme la facture des agriculteurs pour les carburants agricoles, notamment le propane et le gaz naturel généralement utilisés pour le séchage des céréales, augmente massivement en raison de la taxe sur le carbone, j’aurais espéré voir une exemption pour les carburants agricoles dans la mise à jour économique de l’automne. Or, étonnamment, ce n’est pas ce que contient le projet de loi. Heureusement, mon collègue, le député de Huron-Bruce, a présenté un projet de loi d’initiative parlementaire en ce sens. J’espère que tous les députés défendront les agriculteurs, qui travaillent fort, et appuieront le projet de loi C-234. Les agriculteurs, comme je l’ai dit, contribuent énormément à notre environnement, à notre sécurité alimentaire et à notre économie. Nous ne pouvons pas tenir cela pour acquis.
Nous devons nous assurer que le programme économique de notre pays offre des possibilités et un avenir prospère à tous les Canadiens. C’est ce qui pose problème avec ce projet de loi et, de manière générale, avec la mauvaise gestion financière du gouvernement libéral. Au bout de tant d’années, le premier ministre semble toujours penser que les budgets s’équilibreront d’eux-mêmes. Cependant, nous n’arrivons pas à nous en sortir.
Le gouvernement libéral continue de dépenser de l’argent qu’il n’a pas pour financer son programme à saveur partisane. Depuis le début de la pandémie, nous savons que le gouvernement libéral a dépensé 176 milliards de dollars, j’ai bien dit milliards, pour des mesures qui n’avaient rien à voir avec la pandémie. Notre dette nationale atteint plus d’un billion de dollars. Le gouvernement libéral ne parle presque plus en millions de dollars, il a pris l’habitude de parler en milliards de dollars.
La ministre des Finances ne dit certainement pas combien paient les Canadiens pour le service de la dette, elle ne reconnaît pas non plus le rôle de son gouvernement dans la hausse de l’inflation. Malheureusement, ignorer ces faits ne signifie pas qu’ils n’existent pas. Comme le budget fédéral sera déposé au cours de la semaine, je pense que les Canadiens auraient intérêt à bien s’y préparer. Ils se demandent combien leur coûtera le nouveau gouvernement néo-démocrate—libéral, à eux et à leurs enfants. Le budget nous donnera probablement une première idée de ce que coûtera un programme économique piloté par le NPD. Un programme idéologique et militant qui paralyse nos moteurs économiques et dépense massivement ne pourrait qu’entraîner une hausse des impôts et une augmentation de la dette. Ce sont les contribuables canadiens qui paieront la facture, comme d’habitude.
La facilité avec laquelle le gouvernement poursuit sa route dans cette direction montre à quel point il est déconnecté de la réalité des Canadiens ordinaires. Le directeur parlementaire du budget a informé le Parlement que les 100 milliards de dollars prévus pour la relance économique n’étaient plus nécessaires. Le gouvernement doit commencer à mettre les freins. S’il voulait sérieusement stimuler l’économie, il pourrait commencer par abandonner ses politiques qui paralysent nos moteurs économiques. Il a repoussé d’innombrables projets et investissements dans le secteur canadien de l’énergie qui a pourtant contribué à l’économie canadienne et qui pourrait y contribuer bien davantage, sans parler de son potentiel de contribuer à la stabilisation de la sécurité énergétique mondiale.
Les politiques du gouvernement tiennent le Canada à l’écart, tout en laissant d’autres pays, dont le bilan en matière d’environnement et de respect des droits de la personne est inférieur au nôtre, répondre à la demande. Le Canada se retrouve dans une position désavantageuse, sans avoir fait de gains. Cette situation est particulièrement désastreuse pour les résidants de ma circonscription, qui sont nombreux à avoir perdu leur gagne-pain ou à être menacés de le perdre, pendant que le coût de la vie continue d’augmenter.
Lorsque nous examinons ce projet de loi, nous ne pouvons pas simplement passer l’inflation sous silence. L’inflation gruge les salaires de mes gens de ma circonscription et de tous les Canadiens. Aujourd’hui, un dollar ne donne plus le même pouvoir d’achat qu’auparavant. Les dépenses du gouvernement ne font que jeter de l’huile sur le feu, laissant de nombreux Canadiens pour compte. Les Canadiens ont besoin de solutions concrètes à court terme.
De ce côté-ci de la Chambre, les conservateurs ont proposé un certain nombre de solutions sensées et pratiques pour aider les Canadiens, mais les libéraux les ont toutes rejetées. Compte tenu du taux d’inflation record et de la montée en flèche du coût de la vie, il est temps de donner un répit aux Canadiens. Nous avons besoin de solutions concrètes afin d’alléger le fardeau de l’inflation pour les Canadiens. Nous ne pouvons pas continuer sur cette voie risquée et coûteuse qui laisse beaucoup trop de Canadiens sans ressources.
Collapse
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I had no problem with my colleague continuing on. I appreciate my colleague from Medicine Hat—Cardston—Warner.
It is an honour to rise today to speak to Bill C-8, the economic and fiscal update implementation act, 2021. I would like to thank the people of Moose Jaw—Lake Centre—Lanigan for their overwhelming confidence in sending me to Ottawa to serve them as their member of Parliament. In my maiden speech, I recognized the sacrifices of my family. I would be remiss today if I did not recognize the team of volunteers who door knocked, canvassed, made phone calls and contributed to help get me here today so that true Saskatchewan values have a voice in this House and so that people from Saskatchewan can participate in Confederation and bring a voice of reason to this House.
I want to focus today on something that affects everyone daily but that the government seems to have forgotten about: the skyrocketing costs of living. Last Friday, Canadians got a rude April Fool's joke played on them in the form of a 25% hike to the carbon tax. This means that when I drove to the airport last night, the price of gas in my riding had gone up to $1.68 per litre. This came at a time when inflation had already hit a 30-year high of 5.7%.
The Liberals, when challenged on this issue, always compare us to other countries. I have just witnessed that. We are not here to compare ourselves to others. We are here to fight for the interests of our constituents. Just because inflation here is not as bad as it is in another country does not mean that it is good. The Liberals must address this and take responsibility for it.
Inflation is increasing the cost of everything, including groceries, housing and everyday essentials that Canadians rely on. How did the Liberals decide to try to help Canadians who are already struggling? It was by hiking their taxes yet again. The problem with raising the carbon tax is that it does not just target the cost of gas; it hits everything that is transported or harvested with gas. Essentially, everything we buy is affected. Raising the carbon tax even increases inflation. The Bank of Canada told us recently that the tax accounted for 0.4% of the latest inflation numbers.
A few weeks ago we, the Conservatives, offered a solution to these high gas prices. We proposed a motion to pause the GST on gas. Unsurprisingly, the Liberals voted this down. We are saying, and I have been saying since my maiden speech, that policy needs to be there and exist to help people, not punish them, and hiking the carbon tax during the current inflationary crisis is hurting Canadians. The least the government could do is postpone this tax grab.
The largest contributor to the global economy is the consumer. Those consumers in this case are citizens and taxpayers. Reducing their buying power actually slows down the global economy. This has created a bureaucratic cycle implemented by this Liberal government. How does this happen? The Liberal government taxes someone with one hand and then, with the other hand, gives the money back to them. That bureaucratic cycle costs the taxpayer their hard-earned dollars, because someone has to administer and oversee the tax.
This lost money should be used by consumers to purchase goods and services to support their own households. We see this in every policy that the Liberal government comes up with. It is like going to the carnival and seeing the giant pea and shell game. It is just moving money around. Everyone knows that this is a bureaucratic mess.
Leading up to the federal budget, we are hearing more and more about the number of big-spending promises that the Liberals have made to buy the support of their coalition partner, the NDP, such as national dental care and national pharmacare. On top of these pet NDP causes, we have the Russian invasion of Ukraine that is forcing the government to finally rethink defence spending. I am glad to see that the government is finally buying the F-35s that Stephen Harper, the former prime minister, agreed to buy nearly a decade ago, but it is coming at a higher cost and at a time when Canada will struggle to afford it.
As someone who has served in the Royal Canadian Air Force, increasing Canada's defence spending is something that I wholeheartedly agree with. However, times like this are why we need a prime minister who thinks about monetary policy. A leader who spent any time thinking about it would know that all of these big-spending promises cost Canadians.
The Canadian debt is skyrocketing under the Liberal government. According to the Canadian Taxpayers Federation, the national debt is now over $1 trillion. It is growing by $16 million per hour, and each Canadian's share of it is over $31,000 at this point in time.
My youngest daughter is six years old. We are spending money that her children will be paying back, and probably her grandchildren, too. We expect the government to set an example and be reflective of who we are as a society. We do not remortgage our homes to buy something for ourselves. We mortgage our homes to have a place to raise our families and to leave something to our children when we have paid it off: to leave a legacy. What legacy are we going to be leaving behind at this point? I talked about this theme in my maiden speech. It is our shared responsibility to leave something to our children and to future generations. Leaving them a trillion-dollar national debt is not what I had mind.
Last week, we debated another Conservative motion calling on the government to exercise any semblance of fiscal restraint in the upcoming budget. We voted on that and, unsurprisingly, the NDP-Liberal coalition voted against it. Let us not fool ourselves. Pierre Elliott Trudeau was a member of the CCF: It was the precursor to the NDP, prior to 1965. Now, this coalition is coming full circle and showing the current Prime Minister's true colours. It took this country decades to dig our way out of the debt that Pierre Trudeau left us. How many decades will we be cleaning up his son's mess for?
I would like to spend a bit of time talking about Canadian veterans. I sit on the veterans affairs committee, which has been studying the rising backlog of cases under the current government. The average wait times are bad enough, but they get even worse if people are francophone or female. Heaven forbid if someone is a female francophone. I expect we will see some mention of this in this week's budget; however, I know that it will not be enough to fix the lingering issues. The fact that we are planning to spend nearly a billion dollars on electric infrastructure just shows how out of touch we are, and that we are not focusing on veterans: that number is a sizable chunk of the entire budget for Veterans Affairs Canada that could be used.
I am concerned about the future of our country.
Madame la Présidente, je ne voyais pas d'inconvénient à ce que le député de Medicine Hat—Cardston—Warner poursuive. En fait, j'apprécie mon collègue.
C'est un honneur d'intervenir aujourd'hui au sujet du projet de loi C‑8, Loi d'exécution de la mise à jour économique et budgétaire de 2021. Je profite de l'occasion pour remercier les gens de Moose Jaw—Lake Centre—Lanigan de m'avoir fait confiance en me choisissant par une écrasante majorité pour les représenter à titre de député à Ottawa. Lors de mon premier discours à la Chambre, j'ai reconnu les sacrifices faits par ma famille. Je manquerais à mon devoir aujourd'hui si je ne faisais pas mention de l'équipe de bénévoles qui a fait du porte-à-porte, de la sollicitation et des appels téléphoniques et qui a contribué à ma présence ici aujourd'hui pour défendre les vraies valeurs de la Saskatchewan et pour que les Saskatchewanais participent à la Confédération et contribuent à faire entendre la voix de la raison dans cette enceinte.
J'aimerais me concentrer aujourd'hui sur un enjeu qui concerne tout le monde, mais que le gouvernement semble avoir oublié: la hausse vertigineuse du coût de la vie. Vendredi dernier, les Canadiens ont reçu un bien mauvais poisson d'avril: une augmentation de 25 % de la taxe sur le carbone. En pratique, cela signifie que lorsque je me suis rendu à l'aéroport hier soir, le prix de mon déplacement avait augmenté de 1,68 $ le litre. Or, cette hausse arrive au moment où le taux d'inflation atteint déjà 5,7 %, un sommet inégalé en 30 ans.
Quand on remet en question le bien-fondé de cette augmentation, les libéraux comparent immanquablement la situation du Canada à celle d'autres pays. Je viens d'en être témoin. Nous ne sommes pas ici pour nous comparer aux autres. Nous sommes ici pour défendre l'intérêt de nos concitoyens. Le fait que l'inflation au Canada ne soit pas aussi élevée qu'ailleurs ne signifie pas pour autant que la situation est enviable. Les libéraux doivent s'attaquer à ce problème et en assumer la responsabilité.
L'inflation augmente le coût de tout, y compris de la nourriture, du logement et des produits essentiels sur lesquels les Canadiens comptent. Comment les libéraux ont-ils décidé d'essayer d'aider les Canadiens qui peinent déjà à joindre les deux bouts? En augmentant encore une fois leurs taxes. Le problème que pose l'augmentation de la taxe sur le carbone est qu'elle ne vise pas seulement le coût de l'essence; elle a une incidence sur tout ce qui est transporté ou récolté avec de l'essence. Essentiellement, tout ce que nous achetons est touché. La hausse de la taxe sur le carbone augmente même l'inflation. La Banque du Canada nous a dit récemment que la taxe représentait 0,4 % des derniers chiffres de l'inflation.
Il y a quelques semaines, nous, les conservateurs, avons proposé une solution au prix élevé de l'essence. Nous avons proposé une motion visant à suspendre la TPS sur l'essence et, comme nous nous y attendions, les libéraux l'ont rejetée. Les conservateurs maintiennent, tout comme je le fais depuis mon premier discours, que les politiques doivent exister pour aider les gens et non pour les punir, et l'augmentation de la taxe sur le carbone pendant la crise inflationniste actuelle nuit aux Canadiens. Le moins que le gouvernement puisse faire, c'est de reporter cette ponction fiscale.
Le plus grand contributeur à l'économie mondiale est le consommateur. Dans le cas présent, ces consommateurs sont les citoyens et les contribuables. La réduction de leur pouvoir d'achat ralentit l'économie mondiale. Cela a créé un cycle bureaucratique mis en place par le gouvernement libéral actuel. Comment cela se produit-il? Le gouvernement libéral taxe quelqu'un d'une main, puis lui rend l'argent de l'autre main. Ce cycle bureaucratique coûte aux contribuables de l'argent qu'ils ont durement gagné, car quelqu'un doit appliquer et superviser la taxe.
Cet argent devrait plutôt être utilisé par les consommateurs pour acheter des biens et des services qui leur permettent de subvenir aux besoins de leur famille. Nous observons ce phénomène pour chaque politique mise en place par le gouvernement libéral. C'est comme le jeu des gobelets à la foire. Ce n'est que de l'argent qui se déplace, et tout le monde sait que c'est un fouillis bureaucratique.
À l'approche du budget fédéral, il est de plus en plus question du nombre de coûteuses promesses faites par les libéraux pour acheter le soutien de leur partenaire de coalition, le NPD, comme le programme national de soins dentaires et le régime national d'assurance-médicaments. En plus de ces chevaux de bataille du NPD, il y a l'invasion de l'Ukraine, qui force le gouvernement à enfin revoir les dépenses de défense. Je suis heureux de voir que le gouvernement achète enfin les F‑35 que Stephen Harper, l'ancien premier ministre, avait convenu d'acheter il y a près d'une décennie. Cela reviendra toutefois à un coût plus élevé, à un moment où le Canada aura de la difficulté à assumer cette dépense.
À titre d'ancien membre de l'Aviation royale canadienne, j'appuie sans réserve une hausse des dépenses militaires canadiennes. Toutefois, c'est dans des moments comme celui-ci que nous avons besoin d'un premier ministre qui pense à la politique monétaire. Un tel dirigeant connaîtrait le coût de toutes ces coûteuses promesses pour les Canadiens.
La dette canadienne explose sous le gouvernement libéral. Selon la Fédération canadienne des contribuables, la dette nationale dépasse actuellement 1 billion de dollars. Elle s'accroît de 16 millions de dollars par heure et la part actuelle de chaque Canadien s'élève à plus de 31 000 $.
Ma plus jeune fille a six ans. Nous dépensons de l'argent que ses enfants devront rembourser, et probablement ses petits-enfants aussi. Nous nous attendons à ce que le gouvernement donne l'exemple et soit le miroir de notre société. Nous ne réhypothéquons pas notre maison pour nous gâter. Lorsqu'on contracte une hypothèque, c'est pour offrir un chez-soi à notre famille et, une fois cette hypothèque payée, avoir quelque chose à laisser en héritage à nos enfants. Quel héritage pourrons-nous offrir, là où nous en sommes? J'en ai parlé dans mon premier discours à la Chambre. Nous avons la responsabilité commune de laisser quelque chose à nos enfants et aux générations futures. Leur léguer une dette nationale de 1 billion de dollars n'est pas ce que j'avais en tête.
La semaine dernière, nous avons débattu d'une autre motion conservatrice demandant au gouvernement de faire preuve d'un semblant d'austérité financière dans le prochain budget. Au moment du vote sur cette motion, personne n'a été surpris de voir la coalition néo-démocrate—libérale se prononcer contre. Ne soyons pas dupes. Pierre Elliott Trudeau était membre de la CCF, prédécesseure du NPD, avant 1965. Aujourd'hui, cette coalition boucle la boucle et montre le vrai visage du premier ministre. Il a fallu des décennies au Canada pour se sortir de la dette laissée par Pierre Trudeau. Combien de décennies faudra-t-il pour nettoyer le gâchis laissé par son fils?
J'aimerais prendre le temps de parler des vétérans canadiens pendant un instant. Je fais partie du comité des anciens combattants, qui se penche actuellement sur l'arriéré croissant des dossiers sous le gouvernement actuel. Les temps d'attente, qui sont déjà trop longs, sont encore pires si le vétéran est francophone ou de sexe féminin. Il ne faudrait surtout pas qu'il s'agisse d'une ancienne combattante francophone. Je suppose qu'il en sera question dans le budget de cette semaine, mais je sais que ce ne sera pas suffisant pour régler les problèmes persistants. Le fait que nous prévoyions dépenser près de 1 milliard de dollars en infrastructures électriques démontre à quel point nous sommes déconnectés et que nous ne nous concentrons pas sur les vétérans. Cette somme représente une part importante du budget d'Anciens Combattants Canada qu'on pourrait utiliser.
L'avenir de notre pays m'inquiète.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-04-04 13:41
Expand
Mr. Speaker, it is great to be here this morning talking about government spending again. Spending is something the government knows how to do very well, and it has been very actively spending taxpayers' dollars as it sees fit, as if it is the government's own slush fund. I am here to speak against Bill C-8, because some of that bill would actually do the exact same thing that has happened before.
Let us review what is going on in the Canadian economy as we speak today. Typical housing prices have gone from $345,000 to $810,000 in the biggest one-time gain of all time. Newly created government cash, $400 billion, was pumped into the financial markets, and a lot of that money went into high-risk mortgages at rates less than inflation. Those are concerns that Canadian taxpayers should have going into the future, because we are insuring a lot of those high-risk mortgages. We are seeing the price of food going up, and that is something I hear of quite often. The price of chicken, for example, is up 6.2%, beef is up 12%, bacon is up 20% and bread is up 5%. Those are old numbers. Those numbers are no longer relevant. We could almost double them today and that is what we would see when we go to buy things at the grocery store.
Inflationary pressures, not COVID pressures, are starting to become a major factor in what Canadians are facing moving forward.
We see the economies opening up here in Canada. Saskatchewan has been open for literally over a month and a half. Masking mandates have been removed and vaccine passports have been removed. Canadians are getting back to business, except for federal employees who, for one reason or another, decided not to be vaccinated or not to reveal their status. Those people are still sitting in unemployment lines or have been laid off or fired. It is really sad when we look at the history of these people and what they have contributed to our economy and to our civil service. These are penitentiary guards and other federal workers who have given their hearts and souls to their jobs, only to be told, because they did not release their medical status, that they were no longer needed or wanted.
It is amazing to lose people with that type of skill set and that experience at this point in time, in a situation where we have unemployment. People are demanding and looking for labour. The government is going to have a huge problem filling the shoes of those people who have left.
I think the government has forgotten history, and I am going to go on a trip down memory lane, just as I did last week when I was talking about our motion to look for a way back to a balanced budget. The government has not remembered the mistakes of the past. It has not talked to former Liberal members who went through the process of trying to actually balance the budget after they were told they had to.
Let us go back to the 1990s. Let us look at the situation in 1992 and 1993. All of a sudden, the warning signs were going off. We had inflation. We had gone through a period in the eighties when, if someone got a mortgage at 14%, they were excited. I can remember buying my first house. I was excited. I got a mortgage at 14%. Now, if I cannot get a mortgage at 2.5% or 3%, I am mad. That really tells us the difference between where we are sitting right now and where we are possibly heading again.
We saw rapid inflationary pressures. We were seeing oil and gas pressure. The Canadian economy was showing strides. If someone had a job, they were excited. When I was coming out of high school in 1984 or 1985, if I got a job at McDonald's I was taking it, because there were not a lot of jobs to be had. A lot of people flocked to university, just because they had no options other than continuing to go to school. There were no jobs to be had.
In 1994, Moody's investors lowered our credit rating. In 1995 and 1996, we had more people jumping on that and saying that Canada needed to do something, and in 1996 Jean Chrétien and finance minister Paul Martin had to go through the process of making decisions they did not want to make. They were decisions I hope no future governments will ever have to make. The federal government, for example, wanted to block transfers to the provinces. It cut health care funding substantially, compared with 1993 levels, and those levels did not return to normal, or 1993 levels, until 2004. It took that long to get things back in order so that we could actually start putting more money back into our health care system.
Basically, we saw a situation where people were looking at the economy and were in dire need, and there were just no financial resources there to help them out. We had spent the cupboard bare, and the government had to make all sorts of difficult choices, both at the federal and provincial levels, to pay back the excess of borrowing that happened in previous governments, such as the Trudeau governments of the early and late seventies. I do not want to see that repeated. I do not want to see that handed on to my kids or my grandkids. Hopefully I will have grandkids somewhere down the road.
We are spending a lot of money. We are seeing inflationary pressures and all sorts of instability around the world. We are spending our reserves, which we may need to save for another rainy day, like we did when COVID-19 first hit or when we had the great recession of 2008. At that time, we had the fiscal capacity to spend some money and strategically use it in such a way to advance our communities and help things that needed to be done get done earlier so we could get back to balanced budgets in 2015. Now we are seeing the government spending like crazy.
Part of it is okay. I have to admit that part of it is fine. Supporting people during the time of COVID-19 was important. We had to be there for people. I think all parties agreed with that. However, now as we get out of COVID and start looking into the future post-COVID, all of a sudden we have not learned a lesson and we continue to keep spending and spending. We have to wonder: What is the role of taxpayers? Are taxpayers really on board with this type of spending? If we go back to the last election, they did not vote for a coalition government. They did not vote for a new dental care program or a new pharmacare program. They did not vote for a coalition government. If we asked them that today, they would be totally against it, and it would have changed their voting habits in the last election.
When we look at the costs of these types of programs, one has to wonder: Who is going to pay for them? How are we going to pay for them? There are some options. If we want a dental care program or health care program, there are options to pay for that. One of them is to quit shutting down the industries that actually would pay for it, like the oil and gas sector, for example. We have the safest and most ethical oil and gas in the world. We just need to get it to market. By getting it to market, we would have royalties that could be used to keep our deficits low, pay for services like a dental care program, increase funding to health care and education and transition to a green economy, which is somewhere we all know we have to go. However, our transition is not going to be paid by royalties off oil and gas; it is going to be paid off with deficits and debt.
The Liberals call this investment. That is fine, but in the same breath, why are we borrowing money when we have the ability to raise the money? That is what drives me and a lot of Canadians crazy, because they see opportunities for the government to get this economy going and what does it do? It brings in regulations and policies that slow or shut it down. It brings in policies that are not being followed anywhere else in the world and it is putting Canadians through restrictions that nobody else has to face.
A classic example is the oil and gas regulations for the environment we have here in Canada, and our friend President Biden and the regulations he put in place. If he was so in favour of what we have done in Canada, why did he not copy us? Why did he not bring in our regulations? Why did he not bring in the exact same regulations we have here? Has he done that? Is he going to do that? The answer to that is no, because he will not risk the U.S. economy in light of what he needs to do in moving forward with electronic vehicles or the green economy. He is not going to throw that away. He is basically going to try to do both at the same time, which is what Prime Minister Harper was trying to do. He was balancing the economy and the environment together.
We can look at other sectors. If we talk to those in the manufacturing sector, they are saying we are losing manufacturing left, right and centre. They are saying nobody is reinvesting in Canada because it is too expensive to operate here in Canada. I was in the U.S. two weeks ago and had some closed-door meetings with some senators. They were saying the reputation of Canada being a great member of the supply chain is at serious risk. They were saying that we cannot seem to get it together and that we do not have the ability to be part of a supply chain anymore. They said we are great for one-off purchases, but if we want to part of and embedded in the supply chain, we need to improve our border efficiency, our reliability and our tax structure. Not all of these are federal problems; I will agree with that. Some of them are municipal and some are provincial. However, we need to get to work on them, and that is where we need to focus.
When we look at things we could be spending money on, things that could grow our economy and make things grow stronger, that would be wise to consider. More importantly, we need to be smarter and more proactive. Let us spend money where it is needed and required immediately, not chase new dreams and new structural deficits and debts that will leave our kids basically out in the cold, making the exact same decisions that Paul Martin and Jean Chrétien had to make. Even Ralph Goodale was part of that role.
I encourage the Liberals to talk to some old Liberals. I think a lot of the old Liberals, like Dan McTeague, would say, “What is this party?” [Technical difficulty—Editor] what the government has been doing. They would not endorse it. They would not say this is a prudent way forward. They have the scars of going through the 1995-97 cuts and have experienced that. Let us not make the same mistakes. Let us learn from history. Let us move forward and do it in a prudent, proactive way.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole une fois de plus au sujet des dépenses gouvernementales. Le gouvernement est passé maître dans l'art de dépenser l'argent des contribuables et il le fait sans retenue, comme s'il s'agissait de sa propre caisse noire. Je me prononce contre le projet de loi C‑8, parce que, en partie, ce projet de loi refera les erreurs du passé.
Examinons la conjoncture économique actuelle au Canada. Le prix d'une maison moyenne est passé de 345 000 $ à 810 000 $, ce qui représente la plus forte hausse ponctuelle de l'histoire. Le gouvernement a imprimé de l'argent — 400 milliards de dollars — qu'il a injecté dans les marchés financiers, et une bonne partie de cet argent est allée aux hypothèques à risque élevé à des taux inférieurs à l'inflation. Cette situation devrait inquiéter les contribuables canadiens pour l'avenir, parce que le pays assure beaucoup de ces hypothèques à risque élevé. Le prix des aliments augmente et on m'en parle très souvent. Par exemple, le prix du poulet a augmenté de 6,2 %, celui du bœuf, de 12 %, celui du bacon, de 20 % et celui du pain, de 5 %. Ce ne sont même pas les chiffres les plus récents. Ils ne sont probablement plus les bons. Si on allait vérifier à l'épicerie, on constaterait probablement qu'ils ont doublé.
Les pressions inflationnistes, et non pas les pressions associées à la COVID‑19, sont en train de devenir un facteur déterminant de l'avenir des Canadiens.
L'économie redémarre partout au Canada. L'activité économique de la Saskatchewan reprend de la vigueur depuis plus d'un mois et demi. Les exigences relatives au port du masque et aux passeports vaccinaux ont été levées. Les Canadiens reprennent leurs activités, à l'exception des employés fédéraux qui, pour une raison ou une autre, ont décidé de ne pas se faire vacciner ou de ne pas communiquer leur statut vaccinal. Ces personnes sont toujours au chômage, ont été mises à pied ou licenciées. Ce que ces personnes vivent est bien triste quand on pense à ce qu'elles ont apporté à notre économie et à la fonction publique. Il s'agit notamment de gardiens de prison et d'autres travailleurs fédéraux qui se sont consacrés corps et âme à leur travail, pour ensuite se faire dire, parce qu'ils ont refusé de communiquer leur statut vaccinal, qu'on n'avait plus besoin d'eux ou qu'on ne voulait plus d'eux.
Il est étonnant de laisser partir des employés possédant ce type de compétences et cette expérience en ce moment, dans un contexte de chômage. Les employeurs cherchent de la main-d'œuvre. Le gouvernement va avoir énormément de difficulté à remplacer les employés qui sont partis.
Le gouvernement semble avoir oublié l'histoire, alors je vais remonter un peu dans le temps, comme je l'ai fait la semaine dernière, lorsque j'ai parlé de la motion dans laquelle nous demandions au gouvernement de chercher un moyen de revenir à l'équilibre budgétaire. Le gouvernement a oublié les erreurs du passé. Il n'a pas parlé aux anciens députés libéraux qui ont vécu la tentative pour équilibrer le budget quand le gouvernement s'était fait dire que cet exercice s'imposait.
Revenons aux années 1990. Examinons la situation de 1992 et 1993. Tout à coup, il y avait des signaux d'alarme. Il y avait de l'inflation. Nous venions de traverser une période, pendant les années 1980, où, quand une personne obtenait une hypothèque à un taux d'intérêt de 14 %, elle en était ravie. Je me rappelle l'achat de ma première propriété. Je m'estimais chanceux. J'ai obtenu un taux d'intérêt de 14 %. Aujourd'hui, si on ne peut pas obtenir un taux de 2,5 % ou de 3 %, on est furieux. Cela témoigne vraiment de la différence entre la situation d'aujourd'hui et celle où nous risquons de nous retrouver de nouveau.
Il y a eu de rapides pressions inflationnistes. Il y a eu des pressions provenant du secteur pétrolier et gazier. L'économie canadienne s'essoufflait. On était heureux d'avoir un emploi. Après mes études secondaires, en 1984 ou 1985, si on m'offrait un emploi chez McDonald's, je l'acceptais, car les emplois disponibles étaient rares. Beaucoup de gens ont entrepris des études universitaires tout simplement parce qu'ils n'avaient d'autre choix que de poursuivre leurs études. Il n'y avait pas d'emplois.
En 1994, la firme Moody's a abaissé notre cote de crédit. En 1995 et 1996, de plus en plus de gens s'insurgeaient contre ce fait en disant que le Canada devait réagir. Finalement, en 1996, Jean Chrétien et le ministre des Finances Paul Martin ont dû prendre des décisions qu'ils ne souhaitaient pas prendre, des décisions qu'aucun autre gouvernement, je l'espère, n'aura à prendre un jour. Par exemple, le gouvernement fédéral a voulu interrompre les transferts aux provinces. Il a considérablement réduit les fonds destinés aux soins de santé par rapport à ce qu'ils étaient en 1993. Ces niveaux ne sont d'ailleurs pas revenus à la normale — c'est-à-dire aux niveaux de 1993 — avant 2004. Il a fallu tout ce temps pour rétablir la situation et pouvoir recommencer à investir davantage dans notre système de soins de santé.
La situation était essentiellement que les gens avaient désespérément besoin d'argent et qu'ils se tournaient vers l'économie, mais qu'il n'y avait tout simplement pas les ressources nécessaires pour les aider. Les coffres avaient été vidés, et les gouvernements — fédéral et provinciaux — ont dû faire toutes sortes de choix difficiles pour rembourser les emprunts excessifs des gouvernements antérieurs, comme les gouvernements Trudeau du début et de la fin des années 1970. Je ne veux pas que cette situation se répète. Je ne veux pas que de telles dettes soient imposées à mes enfants ou à mes petits-enfants. J'espère bien avoir des petits-enfants un de ces jours.
Nous dépensons beaucoup. Nous constatons des pressions inflationnistes et de l'instabilité dans le monde entier. Nous dépensons nos réserves, dont nous pourrions avoir besoin en prévision d'autres mauvais jours, comme au début de la COVID-19 ou lors de la grande récession de 2008. À ce moment-là, nous avions la capacité financière requise pour dépenser un peu d'argent de façon stratégique pour faire progresser les collectivités et pour faire avancer plus rapidement les dossiers prioritaires, afin de nous permettre de retrouver l'équilibre budgétaire en 2015. À l'heure actuelle, le gouvernement dépense tous azimuts.
Je dois dire que c'est acceptable jusqu'à un certain point. Il était important d'aider les Canadiens durant la COVID-19. Il fallait soutenir la population. Je crois que tous les partis ont été d'accord à ce sujet. Cependant, alors que nous envisageons l'après-COVID, il se trouve que nous n'avons pas tiré de leçon de la situation et que nous continuons à dépenser sans compter. Il faut réfléchir au rôle que jouent les contribuables. Sont-ils vraiment d'accord avec toutes ces dépenses? Si l'on pense aux dernières élections générales, les contribuables n'ont pas voté pour un gouvernement de coalition. Ils n'ont pas voté pour un nouveau régime de soins dentaires ou d'assurance-médicaments. Ils n'ont pas voté pour un gouvernement de coalition. Si on leur posait la question aujourd'hui, ils seraient tout à fait contre et ils auraient voté autrement lors des dernières élections.
Lorsqu’on examine les coûts de ce genre de programmes, il y a lieu de se demander: Qui va payer? Comment allons-nous les assumer? Il y a quelques options. Si nous voulons un programme de soins dentaires ou de soins de santé, il y a des options pour payer un tel programme. L’une d’entre elles consiste à cesser de fermer les industries qui paieraient pour un tel programme, comme le secteur pétrolier et gazier. Nous avons le pétrole et le gaz les plus sûrs et les plus éthiques au monde. Il suffirait de l’acheminer vers les marchés. Une fois qu'il serait sur le marché, nous toucherions des redevances qui pourraient servir à abaisser nos déficits, à payer des services comme un programme de soins dentaires, à augmenter le financement des soins de santé et de l’éducation et à faire la transition vers une économie verte, ce que nous savons tous que nous devons faire. Cela dit, notre transition ne sera pas financée par des redevances sur le pétrole et le gaz; mais bien par des déficits et l'endettement.
Les libéraux appellent ça un investissement. C’est bien, mais en même temps, pourquoi empruntons-nous de l’argent alors que nous avons la capacité de nous en procurer? C’est ce qui nous rend fous, moi et beaucoup de Canadiens, car nous voyons des occasions pour le gouvernement de relancer l’économie et que fait-il? Il met en place des règlements et des politiques qui ralentissent ou ferment l’économie. Il adopte des politiques qui ne sont suivies nulle part ailleurs dans le monde et impose aux Canadiens des restrictions auxquelles personne d’autre n’a à faire face.
Un exemple classique: la réglementation environnementale pour le pétrole et le gaz que nous avons au Canada comparée à celle mise en place par notre ami, le président Biden. S’il était tellement en faveur de ce que nous avons fait au Canada, pourquoi ne nous a-t-il pas imités? Pourquoi n’a-t-il pas adopté notre réglementation? Pourquoi n’a-t-il pas mis en place les mêmes règlements que nous avons ici? L’a-t-il fait? Va-t-il le faire? La réponse est non, parce qu’il ne mettra pas en péril l’économie américaine compte tenu de ce qu’il doit faire pour aller de l’avant avec les véhicules électroniques ou l’économie verte. Il n’a pas l’intention de renoncer à cela. Il va essayer de faire les deux en même temps, comme le premier ministre Harper essayait de le faire. Il équilibrait les considérations économiques et environnementales.
Pour ce qui est des autres secteurs, notamment le secteur manufacturier, on nous dit que l'industrie est en chute libre et que personne ne réinvestit au Canada parce qu'il est trop coûteux d'opérer ici. Il y a deux semaines, je suis allé aux États‑Unis et j'ai eu des réunions à huis clos avec des sénateurs. Ils m'ont dit que la réputation du Canada en tant qu'excellent membre de la chaîne d'approvisionnement était sérieusement compromise. Selon eux, nous n'arrivons pas à nous organiser et nous n'avons plus la capacité de faire partie d'une chaîne d'approvisionnement. Ils affirment que nous sommes excellents pour les achats ponctuels, mais que si nous voulons participer à la chaîne d'approvisionnement et en faire partie intégrante, nous devons améliorer l'efficacité aux frontières, la fiabilité et la structure fiscale. Tous les problèmes ne relèvent pas du gouvernement fédéral, j'en conviens. Certains problèmes relèvent de la compétence des administrations municipales ou provinciales. Cependant, nous devons nous y atteler, et c'est là-dessus que nous devons nous concentrer.
En ce qui concerne les dépenses que nous pourrions faire, il serait sage de cibler les choses qui pourraient stimuler la croissance et renforcer notre économie. Plus important encore, nous devons adopter une approche plus intelligente et plus proactive. Dépensons là où il est nécessaire de le faire immédiatement au lieu de nous accrocher à de nouveaux rêves et d'alourdir la dette et les déficits structurels ce qui reviendrait ni plus ni moins à abandonner nos enfants à leur sort et à nous pousser vers les mêmes décisions que Paul Martin et Jean Chrétien ont dû prendre. Même Ralph Goodale y a joué un rôle.
J'encourage les libéraux à parler à des libéraux d'autrefois. Je crois qu'une bonne partie de ces libéraux d'une autre époque, comme Dan McTeague, diraient: « Quel est ce parti? » [Difficultés techniques] ce que le gouvernement est en train de faire. Ils ne l'appuieraient pas. Ils ne diraient pas que c'est une approche prudente. Ils portent les cicatrices laissées par les compressions de 1995 à 1997. Ne commettons pas les mêmes erreurs. Tirons des leçons de l'histoire. Allons de l'avant avec une approche prudente et proactive.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-04-01 11:12
Expand
Madam Speaker, once again, the Liberal government's hubris has been on full display. After heartlessly increasing the carbon tax today, the government's refusal to listen to hard-working Canadians, agriculture producers and small business shop creators shows just how out of touch the NDP-Liberal government truly is. This tax disproportionately affects Canadians in rural and remote areas and is a callous cash grab.
Plowing through with this carbon tax increase only puts more strain on already squeezed budgets in businesses throughout the country. While the government spins its tax increase, I have heard directly from families who have indicated that this increase on top of already soaring prices is unsustainable.
It is my constituents from Regina—Lewvan who are feeling the tightening of their budgets, and they are unsure what they can do about it. These are people who cannot get a third job because there are not enough hours in the day to do more work. That is a problem most Liberals have never seen. It is time for the government to finally do the right thing and scrap its carbon tax.
Madame la Présidente, une fois de plus, l'arrogance du gouvernement libéral s'affiche pleinement. Après avoir augmenté sans ménagement la taxe sur le carbone aujourd'hui, le refus du gouvernement d'écouter les travailleurs canadiens, les producteurs agricoles et les petites entreprises créatrices d'emploi montre à quel point le gouvernement néo-démocrate-libéral est déconnecté de la réalité. Cette taxe touche de façon disproportionnée les Canadiens des régions rurales et éloignées et constitue une ponction fiscale cynique.
Cette augmentation de la taxe sur le carbone ne fait qu'alourdir les budgets déjà serrés des entreprises de tout le pays. Alors que le gouvernement présente son augmentation de taxe sous un angle favorable, des familles m'ont affirmé directement que cette augmentation, qui s'ajoute à des prix déjà très élevés, est insoutenable.
Les habitants de Regina-Lewvan ressentent la pression qui s'exerce sur leur budget et ils ne savent pas comment s'en sortir. Ces gens ne peuvent pas occuper un troisième emploi parce qu'il n'y a pas assez d'heures dans la journée pour travailler davantage. C'est un problème que la plupart des libéraux n'ont jamais connu. Il est temps que le gouvernement fasse enfin ce qui s'impose et supprime la taxe sur le carbone.
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I thank my colleague from Prince Albert for his fantastic and riveting speech, which not only brought us back in history but also focused on Canada and not what the rest of the world is doing.
Today’s debate is an extremely important one, not just because of the upcoming federal budget but due to the fact that this issue has been a major concern for my constituents for a number of years now. I would like to thank my Conservative colleagues for their tireless advocacy on behalf of the Canadians who are being negatively impacted by the government’s financial mismanagement, both now and in future generations.
The government continues to fail to recognize that it has doubled the national debt from $612 billion in 2015 to over $1.2 trillion today, and who knows what that magic number might be, if announced at all, next Thursday. It seems that we, on this side of the House, are the only ones who truly understand the long-term impacts of a federal government that racks up debt and deficit without a second thought. On top of that, inflation, which we know is at 5.7%, is the highest it has been in 31 years, so it is impossible to stay silent, especially knowing that next week’s budget will likely contain even more reckless government spending that will only push our country further into debt.
The last two years have been extremely difficult for Canadians across the country, with many still trying to get back to some sense of normalcy. With that said, the government continues to forget that any money produced comes from the people of this great country. It comes from the taxpayer. It comes from them now and it will always come from them. We need to respect that.
Small businesses were hit particularly hard, especially those in the service industry. Some who did not have the luxury of working from home had to be laid off or lost their jobs completely. The last thing they need to be concerned about right now is a government that will impose even more taxes on them than they are already pay, which is the equivalent to kicking them when they are down. Canadians deserve, and quite frankly, need, a break from the skyrocketing cost of living that we have been experiencing lately.
In my riding, one of the biggest and most pressing issues is the carbon tax. As members know, the carbon tax will increase from $40 per tonne to $50 per tonne on April 1, which happens to be tomorrow. I wish I could say this is a poor attempt at an April Fool’s joke, but it is unfortunately a reality we must face. Life has already been made significantly more expensive because of the carbon tax, and instead of helping Canadians who need it, the Liberals are only making things worse.
While I do not expect the Prime Minister to know everything about my riding, my constituents and I would certainly hope that he knows what rural means. In rural Canada, we do not have access to public transportation through things like bus systems or light-rail transit. If we cannot reach a place by foot, by bicycle or horse, taking a car is the only option. The increased carbon tax, increased food costs and escalator taxes, combined with the astronomical gas prices, have put a heavy additional burden on Canadians who have already struggled through the pandemic.
Small businesses will continue to suffer under these increases, especially those who work in transportation. One small trucking company in my riding is now paying tens of thousands of dollars more to fuel its fleet of vehicles than it was paying before the carbon tax came into effect. This is not including the increase happening tomorrow or the increase in gas prices due to the Russian invasion of Ukraine.
Furthermore, this business employs a number of people in the community it is based in, and if it has to shut its doors because it can no longer afford fuel, jobs will be lost and the trickle-down effect will certainly have negative ramifications for the community as a whole. If we add inflation into this equation, the outcome is even worse. How are small business owners supposed to stay afloat when they are constantly being taxed left, right and centre?
These inflationary prices are throughout the economy. In fact, I just read today that Dollarama, which sells its stock for one dollar a piece, will be increasing up to five dollars for the sale of its wares. That is a huge inflationary increase.
I received a letter in February 2022 from a constituent who owns a small Home Hardware business with his wife. He states, “I have an item in my store that in July last year sold for $52.99. That same valve this week now retails for $144.99. It is nearly three times that retail in six months. This is by no means the only item. We have been advised that over 7,500 items are facing this increase in just the next couple of months.”
Those figures are absolutely outrageous. To think that any small business could weather a financial storm of that magnitude is unconscionable. The government needs to find some way to provide relief for Canadians when it comes to inflation and taxes or local economies will suffer: not just the businesses, but consumers as well.
He goes on to say, “The concern is that I am a fairly new corporation: under six years old. I live paycheque to paycheque as it is. I cannot and do not have the funds to invest more money into the business to even maintain the inventory level I have now. I have just over $1 million in inventory. I am now looking at needing $3 million in inventory just to stay where I was. I just can’t do it. We don’t have any more money to give. Our mortgages are maxed. So in addition to mass shortages and massive delays in getting inventory, I am having to greatly reduce my inventory quantities just to stay in budget. This cannot continue, or I will be out of stock and business in months, possibly before summer.”
The closure of a business is a scary thing.
He continues, “The current policies and mandates are destroying the businesses of our country. I am unsure as to how much longer any of us with moderate to high debt loads can continue. I have spoken to many business owners, and even those that are 30-, 40-, and 50-year-old businesses are considering selling off and closing their doors forever. I have been in this business for almost 34 years and absolutely love it, but I can’t afford to stay in business like this.”
This is a real tragedy. These businesses have been institutions in their local communities, some for generations, and the government’s inability to take control of inflation, on top of its incessant and relentless taxation, will be the death knell for these businesses.
Canadians want to see real, practical solutions and a meaningful plan from the government, but instead they are being left behind. They are scared of a new hidden or escalating tax to further eat away at them from a government that does not understand how to work a business.
Canadians have had enough of this parasitic approach of the Liberal government that puts up a front while eating away at them internally.
I think the ending of the letter will resonate with many small business owners, not just in southeast Saskatchewan but all across the country.
He says, “More and more mom-and-pop shops have started working six days a week up from five, just to try and make enough to make ends meet. I am looking at downsizing staff and closing Sundays as it isn’t feasible and I have to cut costs somewhere. We have already gone from 25 staff a year ago to 18, and may have to go to 14 or even 12 to maybe survive. I don’t even know if I could make the current business work with 12 to 14 staff. I would have a lot of land not making any money to help pay bills. I would have also about $400,000 dollars of equipment to try and sell in a downhill market. I would have a loss here as well. I am unsure how to get this across to the Liberals and their buddies, but it is getting real ugly, real fast financially, for most of us.”
Unfortunately, whether it be from a lack of understanding or a lack of care, this issue is clearly not getting across to the Liberals. Canadians want to see a plan for growth, with targeted investments in the places that need them the most. We need a concrete plan to fight these inflationary pressures. Taxing Canadians even more is not the solution.
We all know most seniors also live on a fixed income and many have no additional source of revenue outside of their CPP and OAS. I regularly receive correspondence in my office from seniors who express just how tight their budgets are, as well as their concerns about future government decisions that will negatively impact them going forward. One constituent of mine who is now retired stated, “I’d like to bring to the attention of our Prime Minister and the governing members of our country what it is like to live in rural Canada. We are so tired of hearing how easy it should be to use public transportation and not rely on natural gas. All these things are available to large city dwellers, but not in my community.”
This senior also brought up the fact that he has no choice but to travel long distances to attend medical appointments. These have a huge impact on his family.
My constituents have completely lost faith in the government’s ability to fiscally manage our country. Excessive government spending, increased taxes and record high levels of inflation are symptoms of poor fiscal management and a lack of responsibility. As I see my time is quickly ending, I call upon the government to ensure that next week’s budget contains no new taxes and outlines a much-needed plan to balance the budget. Canadians need, and certainly deserve, a break.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Prince Albert de son discours fantastique et captivant, qui en plus de fournir un contexte historique, s'est également concentré sur le Canada, et non pas sur ce que fait le reste du monde.
Le débat d'aujourd'hui est extrêmement important notamment en raison du budget fédéral à venir, mais aussi parce que ce sujet préoccupe grandement les gens de ma circonscription depuis un certain nombre d'années maintenant. J'aimerais remercier mes collègues conservateurs de défendre sans relâche les intérêts des Canadiens qui subissent les effets négatifs de la mauvaise gestion financière du gouvernement, que l'on pense aux gens aujourd'hui ou aux générations futures.
Le gouvernement continue de refuser d'admettre qu'il a doublé la dette nationale qui est passée de 612 milliards de dollars en 2015 à plus de 1,2 billion de dollars aujourd'hui, et qui sait quel chiffre magique elle pourrait atteindre, si on se donne la peine de l'annoncer, jeudi prochain. Il semble que nous soyons les seuls, de ce côté-ci de la Chambre, à vraiment comprendre les répercussions à long terme d'un gouvernement fédéral qui alourdit la dette et le déficit sans la moindre hésitation. De plus, comme nous le savons, l'inflation a atteint 5,7 %, le taux le plus élevé depuis 31 ans. Il est donc impossible de rester silencieux, surtout lorsque l'on sait que le budget de la semaine prochaine contiendra probablement encore plus de dépenses inconsidérées du gouvernement, ce qui ne fera qu'endetter davantage notre pays.
Les deux dernières années ont été extrêmement difficiles pour les Canadiens de partout au pays. Nombre d'entre eux tentent toujours de revenir à une certaine normalité. Cela dit, le gouvernement continue d'oublier que tout argent est le fruit des efforts des citoyens de ce grand pays. Les recettes viennent des contribuables. C'est eux qui les génèrent aujourd'hui et c'est eux qui les génèreront toujours. Nous devons respecter cela.
Les petites entreprises ont été très durement touchées, surtout celles du secteur des services. Des gens qui n'avaient pas le luxe du télétravail ont dû être mis à pied; certains ont complètement perdu leur emploi. La dernière chose dont ils devraient s'inquiéter maintenant, c'est d'un gouvernement qui leur imposera encore plus de taxes. Ce serait l'équivalent de frapper quelqu'un qui est déjà à terre. Les Canadiens méritent un répit après la hausse vertigineuse du coût de la vie que nous avons vécu dernièrement — et, bien franchement, ils en ont besoin.
Dans ma circonscription, un des problèmes les plus importants et les plus pressants est la taxe sur le carbone. Comme le savent les députés, la taxe sur le carbone passera de 40 à 50 $ la tonne le 1er avril, c'est-à-dire demain. J'aimerais pouvoir dire que c'est une mauvaise blague du poisson d'avril, mais malheureusement, c'est bel et bien la réalité. La hausse du coût de la vie est déjà considérable à cause de la taxe sur le carbone. Au lieu d'aider les Canadiens qui ont besoin de soutien, les libéraux ne font qu'aggraver les choses.
Je ne m'attends pas du premier ministre qu'il sache tout sur ma circonscription et sur ses résidants. J'ose espérer par contre qu'il sait en quoi consiste la vie en région rurale. Dans les régions rurales du Canada, nous n'avons pas accès au transport en commun; nous n'avons pas de réseau d'autobus ou de train léger sur rail. Si nous ne pouvons pas nous rendre à destination à pied, en vélo ou à cheval, la seule option est la voiture. La hausse de la taxe sur le carbone, l'augmentation des prix des aliments et les taxes avec indexation, combinées au coût de l'essence astronomique, ont considérablement alourdi le fardeau des Canadiens déjà éprouvés par la pandémie.
Les petites entreprises vont continuer à souffrir de ces hausses, surtout dans le secteur des transports. Depuis l'entrée en vigueur de la taxe sur le carbone, une petite entreprise de camionnage de ma circonscription paie des dizaines de milliers de dollars de plus en carburant pour faire rouler sa flotte de véhicules. C'est sans compter la hausse qui entrera en vigueur demain ou la montée du prix de l'essence résultant de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.
Qui plus est, cette entreprise emploie un certain nombre d'habitants au sein de la localité où elle est située. Si elle ferme ses portes parce que le prix de l'essence est inabordable, des emplois disparaîtront. Les effets dévastateurs feront boule de neige dans l'ensemble de la collectivité. Ajoutons à cela l'inflation, et le problème prend une ampleur terrifiante. Comment les propriétaires de petites entreprises peuvent-ils réussir à boucler leurs fins de mois quand ils sont taxés de tous bords, tous côtés?
Les hausses de prix causées par l'inflation sont omniprésentes dans notre économie. En fait, j'ai appris aujourd'hui que Dollarama, qui vend ses articles à un dollar, augmentera le prix de ses produits jusqu'à cinq dollars. C'est une immense augmentation inflationniste.
En février dernier, j'ai reçu une lettre d'un habitant de ma circonscription qui est propriétaire d'un petit magasin Home Hardware avec son épouse. Il m'a expliqué qu'un article, une valve, se vendait 52,99 $ au mois de juillet de l'année dernière dans son magasin. Cette même valve se vend aujourd'hui 144,99 $. C'est presque trois fois le prix de vente au détail en six mois. Il ajoutait que c'est loin d'être le seul cas, car il avait reçu un avis annonçant que 7 500 articles allaient subir une hausse de prix dans les deux prochains mois.
Ces chiffres sont absolument scandaleux. Penser qu’une petite entreprise pourrait braver une tempête financière de cette ampleur est déraisonnable. Le gouvernement doit trouver une façon d’offrir un répit aux Canadiens face à l’inflation et aux impôts, ou les économies locales en souffriront: pas seulement les entreprises, mais les consommateurs aussi.
La lettre se poursuit ainsi: « Le souci, c’est que mon entreprise est relativement nouvelle: elle a moins de six ans. Je vis déjà d’un chèque de paie à l’autre. Je n’ai pas les fonds nécessaires pour investir plus d’argent dans l’entreprise, même seulement pour entretenir les stocks que j’ai en ce moment. Les stocks que j’ai valent juste un peu plus de 1 million de dollars. Maintenant, il semble que j’ai besoin de 3 millions de dollars de marchandises pour rester au même niveau. C’est carrément impossible. Nous n’avons plus d’argent à donner. Nos hypothèques sont au maximum. En plus des grandes pénuries et des retards énormes pour l’acquisition de marchandises, je dois donc grandement diminuer la quantité de marchandise que j'ai en stock pour respecter mon budget. Cela ne peut pas durer, car je serai à court de produits et je ferai faillite dans quelques mois, peut-être avant l’été. »
La fermeture d’une entreprise est quelque chose d’inquiétant.
Il ajoute: « Les politiques et les obligations actuelles anéantissent les entreprises au pays. Je ne sais pas pendant combien de temps ceux qui, comme nous, ont un niveau d'endettement allant de moyen à élevé pourront encore tenir. J'ai discuté avec de nombreux entrepreneurs, et même ceux dont l'entreprise a 30, 40 ou 50 ans envisagent de liquider et de fermer leurs portes définitivement. Je travaille dans ce domaine depuis presque 34 ans et j'adore ça, mais je n'ai pas les moyens de continuer. »
C'est une véritable tragédie. Ces entreprises sont des institutions de leur collectivité, certaines depuis des générations, et l'incapacité du gouvernement à maîtriser l'inflation, qui s'ajoute aux taxes incessantes et impitoyables, sonneront le glas de ces entreprises.
Les Canadiens veulent de véritables solutions concrètes et un plan sensé de la part du gouvernement, mais on les laisse plutôt en plan. Ils craignent l'imposition d'une nouvelle taxe cachée ou croissante qui les accablera encore davantage par un gouvernement qui ne comprend pas la gestion d'une entreprise.
Les Canadiens en ont assez de cette approche parasitaire du gouvernement libéral, qui est de leur côté en apparence, mais qui les grignote de l'intérieur.
Je pense que la fin de la lettre trouvera écho auprès de nombreux propriétaires de petites entreprises, non seulement dans le Sud-Est de la Saskatchewan, mais partout au pays.
On peut y lire ceci: « De plus en plus de petits commerces de quartier demeurent maintenant ouverts six jours par semaine, au lieu de cinq, pour tenter de survivre. Quant à moi, j'envisage de réduire mes effectifs et de fermer le dimanche parce qu'il est devenu impossible de rester ouvert ce jour‑là et que je dois trouver un moyen de réduire les coûts. Nous sommes déjà passés de 25 à 18 employés en un an, et nous devrons peut‑être réduire ce nombre à 14 ou même à 12 pour survivre. Je ne sais même pas si je pourrais faire rouler mon entreprise avec 12 ou 14 employés. J'aurais un grand terrain qui ne me rapporterait aucun argent pour m'aider à payer mes factures. Je devrais également tenter de vendre du matériel d'une valeur d'environ 400 000 $ sur un marché en déclin. Je subirais donc aussi des pertes à cet égard. Je ne sais pas trop comment faire comprendre aux libéraux et à leurs copains que la situation financière de la majorité d'entre nous se détériore gravement très rapidement. »
Malheureusement, les libéraux ne semblent clairement pas le comprendre ou s'en soucier. Les Canadiens veulent un plan qui favorisera la croissance et des investissements ciblés dans les secteurs qui en ont le plus besoin. Nous avons besoin d'un plan concret pour nous attaquer aux pressions inflationnistes. Alourdir encore plus le fardeau fiscal des Canadiens n'est pas la solution.
Nous savons tous que la plupart des aînés ont un revenu fixe et que, pour beaucoup, les prestations du RPC et de la Sécurité de la vieillesse sont leur unique source de revenus. Des aînés écrivent régulièrement à mon bureau pour me dire à quel point leur budget est serré et m'expliquer qu'ils s'inquiètent des répercussions qu'auront sur eux les prochaines décisions du gouvernement. Un résidant de ma circonscription, aujourd'hui retraité, a écrit qu'il aimerait attirer l'attention du premier ministre et des députés ministériels sur ce qu'est la vie dans le Canada rural. Les gens en ont plus qu'assez de se faire dire à quel point il est facile d'utiliser les transports en commun et de ne pas dépendre du gaz naturel. Toutes ces choses sont accessibles dans les grandes villes, mais pas dans sa collectivité.
Cet aîné a aussi précisé qu'il n'a pas le choix de parcourir de longues distances pour se rendre à ses rendez-vous médicaux, ce qui a des répercussions majeures sur sa famille.
Les résidants de ma circonscription sont complètement désillusionnés quant à la capacité du gouvernement à gérer le budget national. Des dépenses excessives, des hausses de taxes et une inflation record sont les symptômes d'une mauvaise gestion budgétaire et d'un manque de responsabilité. Puisque je constate que mon temps sera bientôt écoulé, j'exhorte le gouvernement à veiller à ce que le budget de la semaine prochaine ne comprenne pas de nouvelle taxe et qu'il fournisse un plan vers le retour à l'équilibre budgétaire, ce qui est plus que nécessaire. Les Canadiens ont besoin de reprendre leur souffle et ils le méritent.
Collapse
View Kevin Waugh Profile
CPC (SK)
View Kevin Waugh Profile
2022-03-30 14:04
Expand
Mr. Speaker, the lineups have already started. Canadians will fill up their gas tanks today and tomorrow in advance of the latest price surge. which will take Canadian gas prices to an all-time high. The increase of the federal carbon tax of $50 per tonne will kick in April 1.
Along with the price of gas, the price of everyday essentials will also be going up. Inflation has already surged to 5.7%, the highest in decades, and it is climbing. The majority of Canadians already say they are struggling just to keep up, and it is no wonder. Let us look at food prices. They are up 5.7%. Meat alone is up 10.1%. Bread is up 7.5%. Fresh fruit is up 8.2%.
After Friday, Canadians will be paying even more. When will the NDP-Liberal government realize it is hurting all Canadians?
Monsieur le Président, les files ont déjà commencé. Les Canadiens feront le plein aujourd'hui et demain juste avant une nouvelle augmentation du prix de l'essence qui atteindra un sommet sans précédent au Canada. La majoration de la taxe fédérale sur le carbone de 50 $ la tonne entrera en vigueur le 1er avril.
À l'instar du prix de l'essence, le prix des biens de première nécessité augmentera. L'inflation atteint déjà 5,7 %, un sommet jamais vu depuis des décennies, et ne cesse de grimper. La majorité des Canadiens affirment avoir déjà du mal à joindre les deux bouts, ce qui n'est pas étonnant. Jetons un coup d'œil au prix des aliments qui a augmenté de 5,7 %. Le prix de la viande, à lui seul, a augmenté de 10,1 % et celui du pain et des fruits frais de 7,5 % et 8,2 % respectivement.
À compter de vendredi, les Canadiens paieront encore plus. Quand le gouvernement néo-démocrate—libéral se rendra-t-il compte qu'il pénalise l'ensemble des Canadiens?
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-03-28 13:09
Expand
Madam Speaker, ironically, the very next line in my speech is that “the government really knows how to waste time”. I think that was just a great example of it right there.
I want to assure colleagues that I am not going to waste the time of my constituents in Saskatoon West. I am going to dive into this piece of legislation and speak about why I am voting against it. Then I am going to talk about what matters to the economy of Saskatoon West, which is agriculture and energy, and why this fall economic legislation should have focused on those drivers of our economy.
I need to tell my constituents why I oppose this legislation. I invite all Canadians to go to page 36 of the fall economic update to understand how damaging this legislation is for our country. The government’s own figures show that once this legislation passes an additional $28 billion in debt will be added in the fiscal year ending this week. For the next fiscal year, which starts on Friday, this legislation will increase the debt by another $13 billion.
The government thinks this is a non-event with nothing to see here, but the Canadian Taxpayers Federation has a debt clock that shows our debt. Did colleagues know that the Liberals broke that clock? It did not have enough digits. The clock shows our debt is increasing at $4,500 per second. That means in the minute and a half that I have been speaking, our debt has increased by $400,000. Every 10-minute speech by the Prime Minister adds $2.7 million to our debt. Last year’s deficit added well over $300 billion. This year’s deficit will add another $150 billion and next year is half of that again.
How do governments come up with this extra money? They issue bonds and print money. All economic theory will tell you that printing money increases inflation. History teaches us this same lesson. It could be the hyperinflation of Weimar Germany or the stagflation of 1970s America. Twenty years ago it was the Asian flu, and 10 years ago we had South American governments that were defaulting and becoming bankrupt. Time and time again, when governments print money it results in inflation. Inflation hurts Canadians, especially seniors and those on fixed incomes.
Another effect of money printing is rising house prices. Property prices skyrocket, requiring larger and larger mortgages and putting homeowners under financial stress. That is exactly what caused the 2008 housing crash and the Great Recession. I think most Canadians understand that government spending causes inflation. I think that Canadians also understand that only the Conservative Party can fix the mess caused by the Liberal government. We will fix this one. We will reign in government spending. We will unleash the power of our entrepreneurs and risk-takers. We will multiply the advantage of our resource sector. We will restore confidence in Canada again.
In Saskatchewan, agricultural policy is economic policy, and Bill C-8 does not mention this. Even though I represent a fully urban riding, I know the importance of agriculture to the economy of Saskatoon West. Plus, we all need food and most of us enjoy it too.
There are two main growing areas on this planet. The first is the great plains of North America, which stretch from northern Saskatchewan all the way down to Texas. The second are those in eastern Europe. Putin’s unprovoked invasion and war in Ukraine is destroying the second-largest wheat growing area in the world. We have not seen a disruption of eastern European food supplies on this scale since the Holodomor under Stalin, when that brutal dictator stole the crops of the people and starved millions of Ukrainians to death. Now that we are counting on Saskatchewan and the great plains to feed the entire planet, our farmers will step up to the plate. There is no doubt that Canadian farmers have the capacity to make up the shortfall, but there are problems that our farmers face.
I sat at the environment committee, and I focused on farmers' issues and the harm that the NDP-Liberal government's policies were doing to our farmers. First and foremost is the carbon tax. This tax is adding massive input costs. Fertilizer and fuel for planting machinery is adding significantly to each bushel of wheat. Output costs are going up as well. Fuel for harvesting machinery and transport costs by trucks and train are adding even more dollars of cost per bushel of wheat.
To help mitigate this for our farmers, I asked the environment minister at committee if he would recognize Saskatchewan’s carbon capture system as equivalent to the federal system. His answer was, “That's certainly the intent.” True to form, he then reneged and imposed his own separate system of federal costs on Saskatchewan farmers. The result is more inflation on the price of food.
We will certainly grumble over the massive inflation price increases, but we are a rich country. The people who will suffer the most are in Africa and Asia, the most vulnerable people on the planet. I guess, in the minds of the small cabal of NDP-Liberal politicians that have a power lock on this House, mass starvation is a low price to pay for a carbon tax.
Let us look at the NDP food policy. As I have said, Canada is a global agricultural superpower, but the NDP do not recognize this. Indeed, the NDP's policy statement says the opposite. It says, “We’ll work to connect Canadians to farmers with initiatives like local food hubs, community supported agriculture, and networks to increase the amount of food that is sold, processed and consumed in local and regional markets.”
We might ask what is wrong with that. A Saskatchewan farmer produces tens of thousands of bushels of wheat, and he is not going to sell that at a farmers’ market. How many Canadians do members know who mill their own wheat into flour and then transform that into bread and pasta? If it were up to the NDP, all we would have are community gardens in urban settings that grow food like a few carrots and cabbages. There is nothing wrong with community gardens, but they only feed a small group of Starbucks-sipping people, whereas the Conservative Party has a long history of unlocking Saskatchewan agriculture.
It was under Prime Minister Harper that we eliminated the Canadian Wheat Board, allowing farmers to finally market their own crops. We also gave plant breeders the right to give our farmers access to the most modern crop technology available. All these measures were opposed by the NDP-Liberals. The people in my riding of Saskatoon West need to ask themselves whether the NDP really has an agriculture policy that benefits our province and them.
In Saskatchewan our energy and mining sectors are the two other drivers of economic activity that are not really addressed in this legislation. Last month, I spoke to the importance of these sectors to our province. Energy is 26% of the economic activity in Saskatchewan. In my riding alone, 40 businesses are directly involved in primary energy extraction. Our province produces an average of 500,000 barrels of oil per day, or one-fifth of all the oil consumed in Canada every day, and additionally we have 1.2 billion barrels of oil in reserve.
How is this oil transported? Some of it goes through pipelines, but much of it travels on railways. The NDP-Liberal government has done everything in its power to kill pipeline projects that would safely move oil and natural gas to refineries or tidewater. Conservatives, on the other hand, understand the need for pipelines and the need for Canadian energy.
Right now there is massive global demand for Canadian oil and natural gas due to the war in Ukraine. The price of oil is as high as it has ever been. Russian liquefied natural gas has been cut off from Europe. Our allies in the U.S. and Europe need our energy. President Biden has instead turned to the dictators and despots of Venezuela, Iran and Saudi Arabia for this energy. Why? It is because the NDP-Liberal government is keeping its ideological blinders on and not seizing on this opportunity to move our energy to market.
The people of Saskatoon West have faced a host of issues these past years, while suffering under the yoke of the current Liberal-NDP government in Ottawa. This current legislation promises to add to the crisis of Justinflation. The Bank of Canada admitted earlier this month that the carbon tax is directly contributing to this inflation, which has raised the cost of groceries an average of $1,000 a year. For many people that is simply out of reach, especially as they make trade-offs as the prices of gasoline, clothes, rent, mortgages and other necessities experience record high inflation as well.
There is a strong contrast between NDP-Liberal policies that will pickpocket people and redistribute their money to special interest groups, and the Conservatives, who will allow people to keep their money and let them decide how they want to spend it. Do we want our taxes to rise, or do we want tax cuts to help Canadians struggling to get by? Do we want income splitting? Do we want unrestricted access to EI and CPP payroll taxes to make up government policy shortfalls, or do we want to have rates that keep politics out of those funds? Do we want to pay tax when we sell our houses? Do we want tax rates that are set by G20 bureaucrats or by people in Canada?
I could go on, but my constituents get the point. NDP-Liberals will tax and spend and drive inflation through the roof. Conservatives will always be there to make life simpler for Canadians.
Madame la Présidente, ironiquement, la ligne suivante de mon discours est que « le gouvernement sait vraiment comment perdre du temps ». Je pense que c’en est un excellent exemple.
Je tiens à assurer à mes collègues que je ne ferai pas perdre de temps à mes concitoyens de Saskatoon‑Ouest. Je vais me plonger dans ce projet de loi et expliquer pourquoi je vote contre. Ensuite, je parlerai de ce qui compte pour l’économie de Saskatoon‑Ouest, soit l’agriculture et l’énergie, et de la raison pour laquelle ce projet de loi économique de l’automne aurait dû se concentrer sur ces moteurs de notre économie.
Je dois dire à mes concitoyens pourquoi je m’oppose à cette mesure législative. J’invite tous les Canadiens à aller consulter la page 45 de la mise à jour économique de l’automne pour comprendre à quel point ce projet de loi est dommageable pour notre pays. Les propres chiffres du gouvernement montrent qu’une fois ce projet de loi adopté, une dette supplémentaire de 28 milliards de dollars sera ajoutée au cours de l’exercice financier se terminant cette semaine. Pour le prochain exercice, qui commence ce vendredi, cette mesure législative augmentera la dette de 13 milliards de dollars supplémentaires.
Le gouvernement pense qu’il s’agit d’un non-événement, qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat, mais la Fédération canadienne des contribuables a une horloge de la dette qui montre notre dette. Les collègues savaient-ils que les libéraux ont cassé cette horloge? Elle n’avait pas assez de chiffres. L’horloge montre que notre dette augmente de 4 500 $ par seconde. Cela signifie que pendant la minute et demie où j’ai parlé, notre dette a augmenté de 400 000 $. Chaque discours de 10 minutes du premier ministre ajoute 2,7 millions de dollars à notre dette. Le déficit de l’année dernière a ajouté bien plus que 300 milliards de dollars. Le déficit de cette année ajoutera encore 150 milliards de dollars, et l’année prochaine, ce sera encore la moitié de cette somme.
Comment les gouvernements trouvent-ils cet argent supplémentaire? Ils émettent des obligations et impriment de l’argent. Toute la théorie économique vous dira qu’imprimer de l’argent augmente l’inflation. L’histoire nous enseigne cette même leçon. À titre d'exemple, songeons à l’hyperinflation de l’Allemagne de Weimar ou à la stagflation de l’Amérique des années 1970. Il y a vingt ans, c’était la grippe asiatique, et il y a dix ans, des gouvernements d’Amérique du Sud faisaient défaut et étaient en faillite. Comme on a pu le constater à maintes reprises, lorsque les gouvernements impriment de l’argent, il en résulte de l’inflation. L’inflation nuit aux Canadiens, surtout aux personnes âgées et à celles qui ont un revenu fixe.
L’impression d’argent entraîne également une hausse du prix des maisons. Le prix des propriétés monte en flèche, ce qui nécessite des hypothèques de plus en plus élevées et crée des pressions financières pour les propriétaires. C’est exactement ce qui a provoqué l’effondrement du marché immobilier de 2008 et la grande récession. Je crois que la plupart des Canadiens comprennent que les dépenses publiques provoquent l’inflation. Je crois que les Canadiens comprennent également que seul le Parti conservateur peut réparer le gâchis causé par le gouvernement libéral. Nous allons réparer celui-ci. Nous allons réduire les dépenses gouvernementales. Nous libérerons le pouvoir des entrepreneurs et de ceux qui prennent des risques. Nous multiplierons les avantages du secteur canadien des ressources. Nous rétablirons la confiance dans le Canada.
En Saskatchewan, la politique agricole est une politique économique, mais le projet de loi C-8 n’en fait pas mention. Même si je représente une circonscription entièrement urbaine, je connais l’importance de l’agriculture pour l’économie de Saskatoon-Ouest. De plus, nous avons tous besoin de nourriture et la plupart d’entre nous en profitent également.
Il y a deux grandes zones de culture sur cette planète. La première est celle des grandes plaines d’Amérique du Nord, qui s’étendent du nord de la Saskatchewan jusqu’au Texas. La seconde est celle de l’Europe de l’Est. L’invasion et la guerre injustifiées menées par Poutine en Ukraine détruisent la deuxième plus grande zone de culture de blé au monde. On n'avait pas vu une perturbation de l’approvisionnement alimentaire de l’Europe de l’Est de cette ampleur depuis l’Holodomor sous Staline, lorsque ce dictateur brutal a volé les récoltes de la population et a fait mourir de faim des millions d’Ukrainiens. Maintenant que nous comptons sur la Saskatchewan et les grandes plaines pour nourrir la planète entière, nos agriculteurs vont se montrer à la hauteur. Il ne fait aucun doute que les agriculteurs canadiens ont la capacité de combler le déficit, mais nos agriculteurs sont confrontés à certains problèmes.
J’ai siégé au comité de l’environnement et je me suis concentré sur les problèmes des agriculteurs et sur le tort que les politiques du gouvernement néo-démocrate-libéral font à nos agriculteurs. Il y a d’abord et avant tout la taxe sur le carbone. Cette taxe ajoute des coûts massifs aux intrants. Les engrais et le carburant pour la machinerie de plantation augmentent considérablement le coût de chaque boisseau de blé. Les coûts de production augmentent également. Le carburant pour les machines de récolte et les coûts de transport par camion et par train ajoutent encore plus au coût du boisseau de blé.
Pour atténuer cette situation pour nos agriculteurs, j’ai demandé au ministre de l’Environnement au comité s’il reconnaîtrait le système de captage du carbone de la Saskatchewan comme équivalent du système fédéral. Sa réponse a été la suivante: « C’est certainement l’intention ». Fidèle à lui-même, il s’est ensuite rétracté et a imposé son propre système distinct de coûts fédéraux aux agriculteurs de la Saskatchewan. Cette mesure a entraîné une nouvelle hausse du prix des aliments.
Nous allons certainement nous plaindre de l’augmentation massive des prix par l’inflation, mais nous sommes un pays riche. Les populations qui souffriront le plus sont en Afrique et en Asie, ce sont les plus vulnérables de la planète. Je suppose que, dans l’esprit de la petite cabale de politiciens néo-démocrates et libéraux qui ont la mainmise sur cette Chambre, la famine massive est un faible prix à payer pour une taxe sur le carbone.
Prenons la politique alimentaire du NPD. Comme je l’ai dit, le Canada est une superpuissance agricole mondiale, mais le NPD ne le reconnaît pas. Il suffit, pour s’en convaincre, de lire son énoncé de politique. Il y dit qu’il travaillera « à établir des liens entre la population canadienne et le monde agricole, grâce à des initiatives comme les marchés alimentaires locaux, l'agriculture soutenue par la collectivité et les réseaux visant à accroître la quantité d’aliments vendus, transformés et consommés sur les marchés locaux et régionaux. »
Qu’est-ce qui cloche dans ce projet? Un agriculteur de la Saskatchewan produit des dizaines de milliers de boisseaux de blé et il ne les vendra pas au marché du coin. Combien de Canadiens les députés connaissent-ils qui moulent leur propre blé pour avoir de la farine dont ils font ensuite du pain et des pâtes? S’il n'en tenait qu’au NPD, nous n’aurions que des jardins communautaires en milieu urbain où pousseraient quelques carottes et quelques choux. Je n'ai rien contre les jardins communautaires, mais ils ne nourrissent qu’un petit groupe de jardiniers du dimanche, alors que le Parti conservateur fait depuis longtemps en sorte que l’agriculture saskatchewanaise se développe.
C’est sous le premier ministre Harper que nous avons éliminé la Commission canadienne du blé, ce qui a permis aux agriculteurs d’enfin commercialiser leurs propres récoltes. Nous avons également donné aux phytogénéticiens le droit de permettre à nos agriculteurs d’avoir accès aux techniques culturales les plus modernes. Les néo-démocrates et les libéraux se sont opposés à toutes ces mesures. Les citoyens de ma circonscription de Saskatoon-Ouest doivent se demander si le NPD a vraiment une politique agricole qui sert les intérêts de notre province et les leurs.
En Saskatchewan, les secteurs minier et énergétique sont les deux autres moteurs de l’activité économique dont il n’est pas vraiment question dans le projet de loi. Le mois dernier, j’ai parlé de l’importance de ces secteurs pour notre province. L’énergie représente 26 % de l’activité économique en Saskatchewan. Rien que dans ma circonscription, 40 entreprises travaillent directement dans l’extraction d’énergie primaire. La province produit en moyenne 500 000 barils de pétrole par jour, ce qui équivaut au cinquième de la consommation quotidienne de pétrole au Canada, et elle dispose d’une réserve de 1,2 milliard de barils.
Comment ce pétrole est‑il transporté? Une partie l’est par pipeline, mais l’essentiel l’est par voie ferrée. Le gouvernement néo-démocrate-libéral fait tout ce qui est en son pouvoir pour tuer les projets de pipeline qui permettraient d’acheminer en toute sécurité le pétrole et le gaz naturel vers les raffineries ou les ports maritimes. Au contraire, les conservateurs comprennent la nécessité des pipelines et des ressources énergétiques canadiennes.
À l’heure actuelle, la demande mondiale de pétrole et de gaz naturel canadiens est énorme à cause de la guerre en Ukraine. Le cours du pétrole est plus élevé que jamais. Le gaz naturel liquéfié russe n’alimente plus l’Europe. Nos alliés américains et européens ont besoin de notre énergie, mais le président Biden s'est tourné vers les dictateurs et les despotes du Venezuela, de l’Iran et de l’Arabie saoudite. Pourquoi? Parce que le gouvernement néo-démocrate-libéral garde ses œillères idéologiques et ne saisit pas cette chance de vendre notre énergie sur les marchés.
Ces dernières années, les résidants de Saskatoon-Ouest ont connu leur lot de problèmes, en plus de subir le joug de l’actuel gouvernement libéral—néo-démocrate ici à Ottawa. Ce projet de loi ne fera qu’aggraver la crise de la Justinflation. La Banque du Canada a reconnu au début du mois que la taxe sur le carbone contribuait directement à cette inflation, qui a fait augmenter la facture d’épicerie d’en moyenne 1 000 $ par année. Bien des gens n’ont pas les moyens d’y faire face, en particulier lorsqu’ils doivent faire des choix, puisque les prix de l’essence, des vêtements, des loyers, des hypothèques et d’autres biens de première nécessité ont également atteint des sommets record.
Il y a un net contraste entre les politiques néo-démocrates—libérales qui iront prendre de l’argent dans les poches des contribuables pour le redistribuer à des groupes d’intérêt spéciaux, et celles des conservateurs qui laisseront les gens décider eux-mêmes comment ils veulent dépenser leur argent. Voulons-nous des hausses d’impôt ou voulons-nous des réductions d’impôt pour aider les Canadiens à joindre les deux bouts? Voulons-nous le fractionnement des revenus? Souhaitons-nous un accès illimité à l’assurance-emploi et une augmentation illimitée des charges sociales au titre du RPC pour combler le manque à gagner causé par la politique gouvernementale, ou souhaitons-nous avoir des taux d’imposition qui empêchent le gouvernement d’avoir accès à des fonds? Voulons-nous payer des taxes quand nous vendons nos maisons? Voulons-nous que les taux d’imposition soient établis par les bureaucrates du G20 ou par les Canadiens?
Je pourrais continuer, mais les gens de ma circonscription comprennent ce que je veux dire. Les néo-démocrates—libéraux augmenteront les impôts et feront grimper l’inflation en flèche. Les conservateurs seront toujours là pour simplifier la vie des Canadiens.
Collapse
Results: 1 - 15 of 31 | Page: 1 of 3

1
2
3
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data