Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 3 of 3
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-09-27 15:30 [p.7816]
Expand
Mr. Speaker, I want to note off the top that I will be splitting my time this afternoon with the member for Peterborough—Kawartha.
We know that costs are continuing to soar in this country and affordability is becoming a greater stress for more and more Canadians. Families are feeling the pressures of inflation, which continues to be fanned by the Liberal government’s deficit spending, and while inflation takes a bite out of the paycheques of hard-working Canadians, the Liberal government’s tax hikes only dive deeper into their pockets.
Canadians are feeling the squeeze, and if the Liberal government really wanted to, it could take meaningful action to alleviate those pressures. It could cap government spending, cut red tape and scrap its tax increases.
Today’s motion, put forward by our Conservative leader, calls on the government to abandon its plan to triple the carbon tax, and it would make a real difference in the lives of Canadians. Canadians, and certainly my constituents in Battlefords—Lloydminster, cannot afford the tripling of the carbon tax. The Liberal government has burdened Canadians with a carbon tax as it is, a carbon tax that is ineffective and costly.
The Liberals' so-called price on pollution has failed to deliver any meaningful results. Since the Liberal government has imposed the carbon tax on Canadians, it has failed to meet every climate target that it has set for itself. Doubling down on this failed policy, or I should say “tripling down”, will continue to do nothing for the environment. However, the government's failed carbon tax policy has not been without any consequences. Its failure has been at the expense of Canadians.
The carbon tax is making everything more expensive, and the government's plan to hike the carbon tax further could not come at a worse time, as the cost of living continues to skyrocket in this country. Small businesses, which have been doing everything they can to get by during the last few years of uncertainty, cannot afford these added costs, and workers, families and seniors who are struggling to put food on the table or to heat their homes cannot afford another tax hike.
The carbon tax hurts those who can afford it the least, the most. The cost of basic necessities should not be out of reach for Canadians. We know that the carbon tax is making food more expensive. It is making home heating more expensive. Driving to work, appointments or school is more expensive, and that is a direct result of the government’s failed policies.
These costs are even greater for rural Canadians, such as those who are in my riding of in Battlefords—Lloydminster. Every single Canadian living in rural and remote communities are punished more by the federal carbon tax, and that is a reality that really cannot and should not be ignored. The simple fact is that rural Canadians have to drive to get groceries, to get to work and to drive to go to school. Even for medical appointments, they have to drive. There are no other alternatives. There are ridings that do not even have public transit, and often times their drive is a greater distance. Sometimes constituents of mine are driving one to two hours just to see their doctor to have a prescription refilled.
However, we have to realize that at the same time, the cost of shipping foods and goods into our communities also goes up with this failed carbon tax, and as the fall cold air moves in, we cannot forget the reality of our Canadian seasons. Come winter, home heating is not a luxury. It is a necessity. It is a necessity that far too many Canadians are struggling to pay for, and unfortunately, it is going to be harder if the government follows through on its plan to triple the carbon tax.
We know members on that side of the House are always very quick to get up in this place to repeat their rhetoric that most Canadians get more back more than they pay in taxes. That is far from the truth. Liberal math fails to give a complete picture of the impact of their carbon tax. Canadians know this. My constituents know this, and the Parliamentary Budget Officer also knows it.
The PBO has clearly stated that under the government's carbon tax plan, most households in Saskatchewan, Alberta, Manitoba and Ontario will suffer a net loss. These are real families and real businesses that are being punished with this carbon tax. Many of my constituents cannot afford the carbon tax at its current rate, much less if it were tripled.
While the government might operate on endless deficits and expect taxpayers and future taxpayers to pick up the bill, that does not work for Canadians. I hear directly from constituents all the time about the impact of the carbon tax on their families and on their businesses.
For example, Rob, a welder in my riding, shared some energy bills with me. One bill shows that for just 800 dollars' worth of gas delivered, his business paid $450 for the Liberal carbon tax. In another month, he paid over $600 in carbon taxes on just under $1,100 of gas delivered. The carbon tax is 25% of his overall natural gas bill. That is a significant expense for small businesses. What is also worth noting is that those bills were before the latest carbon tax hike in the spring. That was when the carbon tax rate was only $40 a tonne, and 25% of his energy bills went to the carbon tax.
Let us not forget that the carbon tax is hiking the cost of materials and operations. The Liberals are creating a very risky business environment. Red tape is making it harder and harder to do business in this country, and higher taxes are hiking business costs. We need to ensure that businesses have the ability to succeed.
We have not even talked about our farmers yet. Farmers are some of the hardest hit by the ineffective and costly Liberal carbon tax. They are paying tens of thousands of dollars on the failed carbon tax. We heard in question period earlier that farmers get rebated what they pay, but that is not true. They may receive a drop in the bucket of what they pay in carbon taxes.
We need our Canadian farmers. The world needs our Canadian farmers. Food insecurity is an increasing concern globally, and Canadian farmers can be an important part of the solution.
It is not feasible for our farmers to continue to operate if they are overrun with costs. The carbon tax and nonsensical policies like the Liberal plan to cap fertilizer use hurt farm operations and jeopardize food security globally, as I said, and also here at home. I believe the tripling of the carbon tax would be absolutely detrimental to our farmers and farm families.
We need the Liberal government to get serious about affordability. The Liberals cannot keep spending money and driving up inflation. They need to get their hands out of the pockets of hard-working Canadians. Every single person, no matter their background and no matter where they are from, should have the opportunity to succeed in this great country. Canadians should be confident that when they work hard, they will have enough money in their pocket to put food on their table, put gas in their car and put a roof over their head, and still have something left over for their family's own priorities.
If the Prime Minister and his Liberal government truly cared about Canadians who are struggling to make ends meet, they would give Canadians a break. He would support this motion and cancel his ineffective and costly carbon tax increase.
Monsieur le Président, je tiens à signaler d’emblée que je partagerai mon temps de parole cet après-midi avec la députée de Peterborough—Kawartha.
Nous savons que les coûts continuent de grimper en flèche au pays et que les prix qui deviennent de moins en moins abordables causent de plus en plus de stress à un nombre croissant de Canadiens. Les familles ressentent la pression inflationniste, qui continue d’être alimentée par les dépenses déficitaires du gouvernement libéral. Tandis que l'inflation ponctionne les chèques de paie des travailleurs canadiens, les hausses de taxe du gouvernement libéral ne font que leur vider davantage les poches.
Les Canadiens ressentent la pression, et si le gouvernement libéral le voulait vraiment, il pourrait prendre des mesures efficaces pour alléger ces pressions. Il pourrait limiter les dépenses gouvernementales, réduire la paperasserie et supprimer ses hausses de taxe.
La motion d’aujourd’hui, présentée par le chef du Parti conservateur, demande au gouvernement d’abandonner son projet de tripler la taxe sur le carbone, et cela ferait toute la différence dans la vie des Canadiens. La population canadienne, y compris certainement mes électeurs de Battlefords—Lloydminster, n’a pas les moyens de payer une telle augmentation. Le gouvernement libéral a imposé aux Canadiens une taxe sur le carbone inefficace et coûteuse.
La prétendue tarification de la pollution imposée par les libéraux n’a pas donné de résultats notables. Depuis que le gouvernement libéral a imposé la taxe sur le carbone aux Canadiens, il n’est pas parvenu à atteindre tous les objectifs climatiques qu’il s’était fixés lui-même. Refaire la même politique ratée en doublant la taxe ou plutôt en la triplant continuera à n’avoir aucun effet sur l’environnement. Cependant, la politique ratée du gouvernement en matière de taxe sur le carbone n’a pas été sans conséquence. Elle a échoué au détriment de la population canadienne.
La taxe sur le carbone rend tout plus cher, et le projet du gouvernement de l’augmenter encore ne pourrait pas tomber à un pire moment, alors que le coût de la vie continue de grimper en flèche au pays. Les petites entreprises, qui ont fait tout ce qu’elles pouvaient pour s’en sortir au cours des dernières années, caractérisées par l'incertitude, ne peuvent pas se permettre ces coûts supplémentaires, et les travailleurs, les familles et les personnes âgées qui ont du mal à mettre du pain sur la table ou à chauffer leur maison ou leur logement ne peuvent pas se permettre une autre hausse de taxe.
La taxe sur le carbone nuit le plus à ceux qui peuvent le moins se le permettre. Le coût des produits de première nécessité ne devrait pas être hors de portée pour les Canadiens. Nous savons que la taxe sur le carbone rend la nourriture plus chère. Elle rend le chauffage domestique plus cher. Il en coûte plus cher de se rendre en voiture au travail, à un rendez-vous ou à l’école, et c’est le résultat direct des politiques ratées du gouvernement.
Ces coûts sont encore plus élevés pour les Canadiens des régions rurales, comme ceux qui vivent dans Battlefords—Lloydminster, ma circonscription. Chaque Canadien résidant dans une collectivité rurale et éloignée est davantage pénalisé par la taxe fédérale sur le carbone, un fait qui ne peut et ne doit pas être ignoré. La réalité est que les Canadiens des régions rurales doivent utiliser leur voiture pour faire leur épicerie, pour aller au travail et à l’école et même pour aller à leurs rendez-vous médicaux. Il n’y a pas d’autres solutions. Dans certaines circonscriptions, il n’y a même pas de transport en commun et, souvent, la distance à parcourir est plus grande. Il arrive que des électeurs de ma circonscription fassent une ou deux heures de route simplement pour voir leur médecin et faire renouveler une ordonnance.
Cependant, nous devons être conscients qu’en même temps, le coût d’expédition des aliments et des produits dans nos collectivités augmente également avec cette taxe sur le carbone qui a échoué, et alors que l’air froid de l’automne commence à se faire sentir, nous ne pouvons pas oublier ce que sont les saisons au Canada. En hiver, le chauffage domestique n’est pas un luxe. C’est une nécessité. C’est une nécessité, mais beaucoup trop de Canadiens ont déjà des difficultés à payer leur chauffage, et ce sera encore plus difficile si le gouvernement donne suite à son projet de tripler la taxe sur le carbone.
Nous savons que les députés de ce côté-là de la Chambre sont toujours très prompts à prendre la parole pour répéter le même argument selon lequel la plupart des Canadiens reçoivent plus en retour que ce qu’ils paient en taxe. C’est loin d’être la vérité. Les calculs des libéraux ne donnent pas une image complète des répercussions de leur taxe sur le carbone. Les Canadiens le savent. Mes électeurs le savent, et le directeur parlementaire du budget le sait aussi.
Le directeur parlementaire du budget a clairement indiqué que la taxe sur le carbone du gouvernement se soldera par une perte nette pour la plupart des ménages de la Saskatchewan, de l’Alberta, du Manitoba et de l’Ontario. Ce sont de vraies familles et de vraies entreprises que cette taxe pénalise. En effet, bon nombre de citoyens de ma circonscription ne peuvent se permettre de payer la taxe sur le carbone à son taux actuel, et encore moins si le taux était multiplié par trois.
Même si le gouvernement pense pouvoir fonctionner avec des déficits sans fin et s'attend à ce que les contribuables actuels et futurs paient la facture, cela ne fonctionne pas pour les Canadiens. Les contribuables de ma circonscription me parlent constamment des répercussions de cette taxe sur leurs familles et leurs entreprises.
Par exemple, Rob, un soudeur de ma circonscription, m’a montré quelques-unes de ses factures d'énergie. Sur l’une, on peut voir que, pour seulement 800 $ d'essence livrée, son entreprise a payé 450 $ pour la taxe libérale sur le carbone. Un autre mois, il a payé plus de 600 $ pour un peu moins de 1 100 $ d'essence. Cette taxe représente 25 % de sa facture globale de gaz naturel. C'est une dépense importante pour les petites entreprises. Il convient également de noter que ces factures ont été établies avant la dernière augmentation de la taxe, au printemps. À cette époque, le taux de la taxe sur le carbone n'était que de 40 $ la tonne, et 25 % de sa facture d'énergie servait à payer cette taxe.
N'oublions pas que la taxe sur le carbone fait grimper le coût des matériaux et des opérations. Les libéraux créent ainsi des conditions très risquées pour les entreprises. En outre, à cause des tracasseries administratives, il est de plus en plus difficile de faire des affaires dans ce pays, et les taxes plus élevées font grimper les coûts des entreprises. Or, nous devons veiller à ce que les entreprises aient la capacité de réussir.
Nous n'avons même pas encore parlé des agriculteurs, qui sont parmi les gens les plus durement touchés par la taxe libérale sur le carbone, une taxe inefficace et coûteuse. Ils paient des dizaines de milliers de dollars pour une taxe qui rate la cible. Au cours de la période des questions, on nous a dit que les agriculteurs obtiennent un remboursement de ce qu'ils paient, mais ce n'est pas vrai. Ils ne reçoivent qu'une infime fraction de la taxe sur le carbone qu’ils paient.
Le Canada a besoin de ses agriculteurs. Le monde a besoin de nos agriculteurs. L'insécurité alimentaire est une préoccupation croissante à l'échelle mondiale, et les agriculteurs canadiens peuvent constituer une partie importante de la solution.
Nos agriculteurs ne peuvent poursuivre leurs activités s'ils sont écrasés par les coûts. La taxe sur le carbone et des politiques absurdes comme le plan libéral visant à plafonner l'utilisation des engrais nuisent aux activités agricoles et mettent en péril la sécurité alimentaire dans le monde, comme je l'ai dit, et aussi ici, au pays. Le triplement de la taxe sur le carbone serait absolument néfaste pour les agriculteurs et leurs familles.
Le gouvernement libéral doit prendre au sérieux la question de l'abordabilité. Les libéraux ne peuvent pas continuer à dépenser de l'argent et à faire grimper l'inflation. Ils doivent cesser de siphonner l’argent que les Canadiens gagnent durement. Chaque personne, quels que soient ses antécédents et son lieu d'origine, devrait avoir la possibilité de réussir dans ce magnifique pays. Les Canadiens devraient avoir la certitude qu'en travaillant dur, ils auront assez d'argent pour mettre de la nourriture sur la table, de l'essence dans la voiture et un toit sur leur tête, et qu'il leur restera encore quelque chose pour ce qui est important pour leurs familles.
Si le premier ministre et son gouvernement libéral se souciaient vraiment des Canadiens qui ont du mal à joindre les deux bouts, ils leur donneraient un répit. Il appuierait cette motion et annulerait son augmentation inefficace et coûteuse de la taxe sur le carbone.
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, stakeholders are calling out the Liberals on their failure to ensure adequate and reliable rail service for western agriculture products destined for markets around the world.
According to the executive director of the Western Grain Elevator Association, “We're right back to the same quagmire we were in before Bill C-49 was passed.”
Instead of wasting his energy maintaining vindictive travel bans for Canadians, when will the minister tackle actual transportation issues here in Canada?
Monsieur le Président, les intervenants dénoncent les libéraux, qui ne sont pas parvenus à assurer un service ferroviaire adéquat et fiable pour les produits agricoles de l'Ouest destinés aux marchés internationaux.
Selon le directeur général de la Western Grain Elevator Association: « Nous sommes retournés dans le bourbier même où nous étions avant l'adoption du projet de loi C‑49. »
Au lieu de gaspiller son énergie à maintenir des interdictions de voyager vindicatives pour les Canadiens, quand le ministre s'attaquera-t-il aux véritables enjeux de transport ici, au Canada?
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-02-08 17:56
Expand
Madam Speaker, it is a pleasure to get up in the House for the first time this year to talk about my home province and the importance of this motion to the province of Saskatchewan and its people. To make my colleagues in the Liberal Party aware, I will not take the full 20 minutes, because, as one of the sayings I had in my previous life in sales goes, when everybody is saying yes, maybe we are better off just shutting up, getting on with it and getting it done. I know it is nice to hear that.
It has been interesting listening to the debate in the House. The member for Coquitlam—Port Coquitlam is from Asquith, Saskatchewan. My wife is from Asquith. The Summach family that used to work with Flexi-Coil is from Asquith too. I know that town very well. There are other members who have a relationship with Saskatchewan, and Saskatchewan has exported some wonderful people. It is nice to see them showing up in other parts of the country and coming here to the House of Commons and taking on that Saskatchewan spirit. I am sure they are all Riders fans too. Otherwise they could not have come from Saskatchewan.
I will point out that CP and CN are very important to our province. Saskatchewan is an exporting province. We grow more than we could ever consume, so we have to export it. We have to get it to port and they have been there. If it were not for them in the past and going forward into the future, we would not have the province we have today, a vibrant province, and the economy we see in Canada and Saskatchewan, with the growth we are having and the great people who come from there. They are very important to us.
However, in the same breath, $340 million goes a long way in a province. I know that money has been collected and the Province has spent some of it, but do members know what it was spent on? It was spent on hospitals, road crossings, schools and highways. These are the key basics that we need in our province or anywhere else across Canada for the economy to thrive and grow. These are things that give us a better standard of living, a higher quality of living. Furthermore, the people who utilize these facilities are CN and CP employees, so everybody gets the benefit. When we pay taxes, it is not always a bad thing. In fact, on the farm, we used to kind of joke that if we were paying taxes, we had a good year. It is a good sign and means that we are doing well.
In this situation, there was preferential treatment that had run its course. CP had said that it no longer deserved it, and the Province of Saskatchewan unanimously agreed that it had run its course. For CP to come back now and say that it does not want to pay taxes is kind of rich since all the benefits it has received from our province far exceed the $340 million it is asking for. If we think about how much that rail line pulled out of the Province of Saskatchewan, it was billions of dollars over the years and it established the company. A good reason the company is here today is the grain shipments and forestry shipments coming out of western Canada and Saskatchewan in particular. I look at this as righting things and making sure that everything is done properly. It is about making sure that things are fair. That is what we are doing here today.
I always like to see parties come together and agree. We have seen that here today and I have enjoyed it. Even the member for Winnipeg North was agreeing with us today. Now, he had some comments, but he is from Winnipeg North. Having said that, this goes back to my original point: We see agreement.
I talked to the Minister of Justice, and he was on board with this. His only concern with the unanimous consent motion was that we needed to have a day to talk about it, and I agree with him on that. When he explained this to me, it made a lot of sense. This is a constitutional change. This is a big deal, and we do not do this lightly.
I want to thank the member for Regina—Lewvan for bringing forward this opposition day motion so we could talk about it, think it through as a group of colleagues and ask if there are any downsides or upsides. That we actually came to the same conclusion just shows us that the House can work together. I wish more people in Canada could see the House on a day like today when it is functioning properly. I wish more people in Canada could see committees when they function like this, because this happens a lot. Of course, they never see that, and it is unfortunate.
I want to thank all the parties for being good partners with us folks in Saskatchewan, for helping us get this done and for doing something that is important for the people of Saskatchewan. If it is important for the people of Saskatchewan, it is important to the people of Canada.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole à la Chambre pour la première fois cette année et de le faire à propos de ma province et de l'importance de cette motion pour la Saskatchewan et sa population. Mes collègues du Parti libéral prendront note que je n'utiliserai pas les 20 minutes qui me sont allouées, car, comme je le disais à l'époque où j'évoluais dans la vente, quand tout le monde est d'accord, il vaut peut-être mieux se taire et conclure. Je sais que c'est agréable à entendre.
Le débat à la Chambre est intéressant. Le député de Coquitlam—Port Coquitlam est originaire d'Asquith, en Saskatchewan. Ma femme vient aussi d'Asquith. La famille Summach, qui travaillait à Flexi-Coil à l'époque, est aussi originaire d'Asquith. Je connais très bien la ville. Il y a d'autres députés qui ont un lien avec la Saskatchewan, et la province a donné au reste du pays des personnes fabuleuses. Il est agréable de les voir s'affirmer ailleurs et venir à la Chambre des communes pour représenter leur région avec le zèle qui caractérise la Saskatchewan. Je suis persuadé que ce sont tous des supporteurs des Roughriders aussi. Le contraire est inconcevable pour tout Saskatchewanais d'origine.
Je soulignerai que le Canadien Pacifique et le Canadien National sont très importants dans la province. La Saskatchewan est une province exportatrice. Nos récoltes dépassent largement notre consommation. Nous devons donc en exporter. Lorsque nous transportons les produits au quai, nous pouvons compter sur ces sociétés. Si elles n'avaient pas été là dans le passé, et si nous devions composer sans elles dans l'avenir, notre province ne serait pas aussi dynamique. Notre économie et celle du Canada ne seraient pas ce qu'elles sont, aussi florissantes et soutenues par de braves gens d'ici. Le Canadien Pacifique et le Canadien National sont vraiment importants pour nous.
En revanche, nous pouvons en faire beaucoup dans la province avec une somme 340 millions de dollars. Je sais que l'argent a été perçu et que la province en a dépensé une partie. Par contre, les députés savent-ils à quoi il a servi? Ces fonds ont été investis dans les hôpitaux, les passages à niveau, les écoles et les autoroutes. Ces infrastructures essentielles dans notre province et partout ailleurs au Canada permettent de faire croître et prospérer l'économie. Elles rehaussent notre qualité de vie. En outre, parmi les utilisateurs de ces installations, il y a les employés du Canadien National et du Canadien Pacifique. Tout le monde y trouve son compte. Payer des impôts n'est pas toujours une mauvaise chose. En fait, à la ferme, nous disions en blague que si nous payions des impôts, c'était signe que l'année avait été bonne et que tout allait bien.
Dans le cas présent, il est question d'un traitement préférentiel qui est arrivé à sa fin. Le CP a dit qu'il ne méritait plus ce traitement préférentiel, et la Saskatchewan a convenu à l'unanimité que ce dernier était arrivé à sa fin. Étant donné que tous les avantages que le CP a reçus de notre province dépassent de loin les 340 millions de dollars qu'il réclame, il est un peu fort qu'il dise maintenant qu'il ne veut pas payer d'impôts. Lorsqu'on y pense, ce chemin de fer a permis de faire sortir de la Saskatchewan des milliards de dollars de marchandises au fil des ans, ce qui a permis à l'entreprise de prospérer. Il y a une bonne raison pour laquelle l'entreprise est ici aujourd'hui, et c'est le transport de grains et de produits forestiers en provenance de l'Ouest canadien et de la Saskatchewan en particulier. À mes yeux, cette mesure vise à redresser la situation et à s'assurer que tout est fait correctement. L'objectif est de s'assurer que les choses sont équitables. Voilà ce que nous faisons ici aujourd'hui.
J’aime toujours voir les partis s’entendre et s’unir. C’est ce que nous avons vu dans cette enceinte aujourd’hui et je m’en réjouis. Même le député de Winnipeg-Nord était d’accord avec nous aujourd’hui. Oui, il avait son mot à dire, mais il vient de Winnipeg-Nord. Cela dit, j’en reviens à mon premier argument: nous sommes d’accord.
J’ai parlé au ministre de la Justice et il est d’accord. S’il était réticent à appuyer la motion demandant le consentement unanime de la Chambre, c’est simplement parce qu’il était d’avis qu’il fallait prendre une journée pour en discuter, et je suis d’accord avec lui. Quand il m’a expliqué cela, ça m’a semblé logique. Il est question d’un changement constitutionnel. C’est majeur. On ne fait pas cela à la légère.
Je remercie le député de Regina—Lewvan d’avoir proposé cette motion de l’opposition afin que nous puissions en discuter, y réfléchir en tant que collègues et en étudier les éventuels avantages et inconvénients. Le fait que nous soyons parvenus à la même conclusion démontre que la Chambre peut travailler ensemble. J’aimerais que plus de Canadiens observent les travaux de la Chambre des journées comme celle-ci, où elle fonctionne correctement. J’aimerais que plus de Canadiens voient les travaux des comités quand ils se déroulent bien comme dans le cas présent, ce qui est fréquent. Bien sûr, ils ne voient jamais cela, et c’est dommage.
Je remercie tous les partis d’être de bons partenaires pour nous, les gens de la Saskatchewan, de nous aider à régler cette question et de faire un geste important pour la population de la province. Si c’est important pour les Saskatchewanais, c’est important pour les Canadiens.
Collapse
Results: 1 - 3 of 3

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data