Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 21
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
View Robert Kitchen Profile
2022-12-06 18:08 [p.10530]
Expand
Madam Speaker, unfortunately, my speech will have to be curtailed, which is something that should have been thought of before the Liberals came up with Bill C-32.
The fall economic statement, which could have done so much to help people in need, does absolutely nothing to address the real crises that Canadians are facing, like inflation, the cost of living and more taxes. Where it could have stopped new taxes and tax hikes and stopped new spending and wasteful spending, it fails to do so and only adds to the inflationary economy. The people of Saskatchewan cannot afford these out-of-touch policies that take their hard-earned money out of their pockets and put it into government coffers.
Each and every household in this country is feeling the effects of the Liberal incompetence when it comes to managing inflation and the cost of living. This year alone, government revenues have increased to $41.1 billion. Where is that money coming from? It is coming from the single mother who is skipping meals to make sure that her kids have enough to eat each week. It is coming from the families who have to pick between putting gas in their cars or keeping the lights on that month, because they are all paying higher taxes.
These are things the Prime Minister does not worry about and has never had to spare a thought for in his entire life. He is completely out of touch with his inflationary deficits, which are now at half a trillion dollars. It is clear that he has no problem profiting off the backs of Canadians and leaving the issues for future generations to deal with. He does not have their backs. He is profiting off their backs.
As we all know, this is Christmastime and a festive season for many. People are trying to get out, celebrate and help where they can. However, they are concerned, especially when a report that came out yesterday said that the cost of their food is escalating and, in 2023, prices will be 5% to 7% higher. Families will pay $1,065 more for groceries in 2023.
My wife goes out of her way yearly to assist with baking for hospitals, charities and people who have lost loved ones, as well as my family. Yesterday, she was making some cookies and went to buy some supplies. One box of graham cracker crumbs, two small cans of Eagle Brand condensed milk, two oranges, two lemons, a small 125-millilitre bottle of artificial vanilla and two 450-gram sticks of butter, which fit into one bag, was a total cost of $82.54. That is a lot of money for cookies, and next year it is going to be closer to $100.
The Liberals are killing rural communities and are doing it without even batting an eye. Measures like the carbon tax are killing businesses both small and large, including farming operations that have stood the test of time for generations. It is a tragedy to see family farms having to sell off their operations just so they can pay the bills. Many ranchers and farmers are close to walking away from the industry because of these escalating input costs.
As we all know, the Prime Minister has a pattern of promising something and doing the complete opposite. Many years and many billions of dollars ago, he said that he would not exceed $10 billion of debt. How soon people forget. The Prime Minister has now added more debt than all previous prime ministers combined. Furthermore, an alarming 40% of all new spending measures, roughly $205 billion, has nothing to do at all with COVID.
Ultimately, it is going to come down to what I call the “heat or keep” principle. In Saskatchewan, winters get brutally cold with temperatures dropping down into the minus forties multiple times during the season. In fact, as I speak today, it is below -30°C. Thanks to measures like the carbon tax for the last few years, people have been wondering if they can afford to heat their homes, a concern that no Canadian should have to grapple with. Now, because of the ever-rising interest rates and inflation, they are wondering if they will be able to keep their homes. The Prime Minister could never begin to imagine the stress that is felt by those who have to decide to heat or keep, but this is what it has come down to.
If we take a look at the numbers, the outlook is grim. Families who are financially on the brink who bought a typical home five years ago with a typical mortgage that is now up for renewal will pay $7,000 more a year. This is completely unsustainable and has the potential to financially devastate many hard-working homeowners who are just trying to live the life that they have earned and deserve. For example, someone with a mortgage of $400,000 amortized over 25 years with a monthly payment of $2,400 is not eligible for the relief that the Liberals are touting as the solution to the problem.
Speaking of the carbon tax, this could be a great opportunity for the government to actually help Canadians who are struggling to make ends meet. The Liberals could make the decision to cancel the tripling of the tax, but they will not.
Another big issue that I have with this economic update is that it fails to adequately address the Inflation Reduction Act that the U.S. passed in August, specifically with respect to investment in emissions reduction technology here in Canada.
The fact is that the Liberals have missed every single emissions reduction target they have set, yet they are still not doing enough to incentivize investment in clean technology. That is shameful. The United States has a 45Q tax credit that is straightforward, easy to understand and provides industry with certainty over things like regulation prices and timelines. By contrast, the measures created by the Liberal government are largely ineffective due to the high level of bureaucracy involved, with a mess of programs and credits layered on top of each other that create confusion and lack clarity.
We have already seen projects worth billions of dollars choose to operate in Texas over Alberta because of the ease of doing business in the U.S. The Liberals are choosing not to listen to industry experts who are prepared to assist and advise on clean tech like carbon capture and storage, or CCUS, because they do not want to be associated with the word “coal”. Is it the industry they are trying to kill, or is it the emissions?
Surely it is the emissions and the fact that CCUS can do it is something that we should be investing in. It is something that this economic statement does not move forward on and assist all Canadians by investing with private money, not public money.
Malheureusement, madame la Présidente, je vais devoir sabrer mon discours, une notion à laquelle les libéraux auraient dû penser avant de présenter le projet de loi C‑32.
L'énoncé économique de l'automne, qui aurait pu aider tellement de gens dans le besoin, ne prévoit absolument rien pour remédier aux véritables crises auxquelles les Canadiens sont confrontés, comme l'inflation, le coût de la vie et l'augmentation incessante de leur fardeau fiscal. Cet énoncé aurait pu mettre fin aux nouvelles taxes, aux hausses de taxes, aux nouvelles dépenses et aux dépenses inutiles, mais non. Il ne fait que jeter de l'huile sur le feu et attiser l’inflation. Les Saskatchewanais ne peuvent se permettre ces politiques déconnectées de la réalité qui servent à prélever l'argent qu'ils ont durement gagné pour le transférer dans les coffres du gouvernement.
Tous les ménages du pays ressentent les effets de l'incompétence libérale en matière de gestion de l'inflation et du coût de la vie. Cette année seulement, les revenus du gouvernement ont augmenté de 41,1 milliards de dollars. D'où provient tout cet argent? Il provient des mères seules qui sautent des repas afin que leurs enfants aient suffisamment à manger. Il provient des familles qui doivent choisir entre faire le plein de leur véhicule ou payer la facture d'électricité mensuelle, car elles paient toutes davantage de taxes.
Ce sont des problèmes dont le premier ministre n'a pas à se soucier et auxquels il n'a jamais eu à penser de toute sa vie. Il est complètement coupé de la réalité avec ses déficits inflationnistes, qui s'élèvent maintenant à 1 demi-billion de dollars. De toute évidence, il ne voit aucun mal à faire de l'argent sur le dos des Canadiens et à refiler ce fardeau aux générations futures. Le premier ministre n'est pas là pour les Canadiens. Il réalise des profits aux dépens des Canadiens.
Comme nous le savons tous, ce sera bientôt Noël et une période de réjouissances pour un grand nombre de personnes. Les Canadiens essaient de sortir, de célébrer et d'offrir leur aide dans la mesure du possible. Malheureusement, ils sont inquiets et le rapport qui a été publié hier n'a rien de rassurant. En effet, il indique que le coût de la nourriture grimpe en flèche et qu'il augmentera de 5 à 7 % en 2023. Les familles devront payer 1 065 $ de plus à l'épicerie en 2023.
Chaque année, mon épouse consacre beaucoup d'énergie à confectionner des biscuits et d'autres gâteries pour des hôpitaux, des organismes de bienfaisance, des gens qui ont perdu des êtres chers et notre famille. Comme elle voulait faire des biscuits hier, elle est allée acheter des ingrédients. Une boîte de chapelure de biscuits Graham, deux petites boîtes de lait condensé Eagle Brand, deux oranges, deux citrons, une petite bouteille de 125 millilitres de vanille artificielle et deux bâtonnets de beurre de 450 grammes chacun, des ingrédients qui entraient tous dans un seul sac, lui ont coûté 82,54 $. C'est beaucoup d'argent pour des biscuits, et la facture sera plus près de 100 $ l'an prochain.
Les libéraux sont en train de tuer les communautés rurales sans sourciller. Des mesures comme la taxe sur le carbone nuisent aux petites et aux grandes entreprises, y compris aux exploitations agricoles actives depuis des générations. Il est tragique de voir des fermes familiales forcées de se défaire de leurs installations pour payer les factures. Beaucoup d'agriculteurs et d'éleveurs sont à un cheveu de quitter leur secteur d'activité à cause de l'escalade du prix des intrants.
Comme nous le savons, le premier ministre a l'habitude de promettre quelque chose et de faire complètement le contraire. Il y a de cela de nombreuses années et plusieurs milliards de dollars, le premier ministre a dit que la dette ne dépasserait pas 10 milliards de dollars. Les gens oublient vite. Le premier ministre a maintenant accumulé plus de dettes que tous les premiers ministres précédents réunis. Qui plus est, 40 % des dépenses découlant des nouvelles mesures, ce qui correspond à environ 205 milliards de dollars, n'ont rien à voir avec la COVID‑19, ce qui est très inquiétant.
Ultimement, la situation se résumera à ce que j'appelle le principe « se chauffer ou garder ». En Saskatchewan, les hivers sont particulièrement froids: le mercure atteint plusieurs fois les -40 degrés Celsius au cours de la saison. En fait, à l'heure actuelle, il atteint les -30 degrés Celsius. Depuis quelques années, à cause de mesures comme la taxe sur le carbone, les gens se demandent s'ils auront les moyens de se chauffer, ce qui est une préoccupation qu'aucun Canadien ne devrait avoir. Maintenant, à cause des taux d'intérêt qui ne cessent de monter et de l'inflation, les gens se demandent s'ils pourront garder leur maison. Jamais le premier ministre n'arrivera à imaginer le stress ressenti par les personnes qui doivent choisir entre « se chauffer ou garder », mais voilà où nous en sommes rendus.
En jetant un coup d'œil aux chiffres, on s'aperçoit que les perspectives sont peu reluisantes. Les familles, qui sont au bord du gouffre sur le plan financier, et qui ont acheté une maison ordinaire il y a cinq ans en contractant une hypothèque normale qui doit maintenant être renouvelée, devront payer 7 000 $ de plus par an. C'est totalement insoutenable et pourrait nuire gravement à la situation financière de nombreux propriétaires qui travaillent dur et qui ne font que vivre selon leurs moyens. Par exemple, une personne ayant une hypothèque de 400 000 $ amortie sur 25 ans avec des paiements mensuels de 2 400 $ n'est pas admissible à l'allégement présenté par les libéraux comme la solution au problème.
Au sujet de la taxe sur le carbone, le gouvernement aurait là une excellente occasion de venir réellement en aide aux Canadiens qui peinent à joindre les deux bouts. Bien que les libéraux pourraient prendre la décision d'annuler le triplement de la taxe sur le carbone, ils refusent de le faire.
Un autre aspect de cette mise à jour économique qui me pose problème est qu'elle ne répond pas adéquatement à la loi sur la réduction de l'inflation que les États‑Unis ont adoptée en août, notamment en ce qui concerne les investissements dans les technologies de réduction des émissions, ici, au Canada.
Le fait est que même si les libéraux ont raté toutes leurs cibles en matière de réduction des émissions, ils n'en font toujours pas assez pour encourager les investissements dans les technologies propres. C'est une honte. Les États‑Unis ont mis en place un crédit d'impôt 45Q qui est simple, facile à comprendre et qui offre à l'industrie de la certitude quant aux tarifs et aux échéanciers fixés par la réglementation, notamment. En revanche, les mesures prises par le gouvernement libéral sont largement inefficaces en raison des lourdeurs administratives qu'elles entraînent, le tout accompagné d'un fouillis de programmes et de crédits qui crée de la confusion.
Déjà, des projets de milliards de dollars ont été lancés au Texas plutôt qu'en Alberta parce qu'il est plus facile de faire des affaires aux États‑Unis. Les libéraux choisissent de ne pas écouter les experts de l'industrie qui sont prêts à offrir de l'aide et des conseils au sujet de technologies propres comme le captage et le stockage du carbone, parce qu'ils ne veulent pas être associés au mot « charbon ». Les libéraux veulent-ils éliminer les émissions ou l'industrie?
Ce doit sûrement être les émissions. Comme les technologies de captage et de stockage du carbone peuvent mener à des réductions des émissions, il conviendrait d'investir dans ces technologies. C'est une avenue que n'explore pas l'énoncé économique pour aider tous les Canadiens en favorisant les investissements privés plutôt que publics.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-10-06 13:34 [p.8236]
Expand
Madam Speaker, I am happy to rise today on behalf of the constituents of Regina—Lewvan and ask a question of my NDP colleague.
I listened to her speech very intently. One thing she talked about throughout her speech was how the government could get more money, how the government could cut more money and how the government could be more greedy and take more money from taxpayers and not put it back in taxpayers' pockets.
The member talked about concrete actions that could be taken to help Canadians. There are not a lot of concrete actions in here. There is talk of doing a study or making a plan. When we brought a forward a motion a couple of days ago to lower taxes for all Canadians, to make sure that they were not triple-taxed when it came to the carbon tax and to make sure that they were not further taxed on their paycheques when it came to EI and CPP, the New Democrats voted against that.
How far has the NDP fallen? How irrelevant is it going to become? It will basically be as irrelevant as Blockbuster video if it does not stop taxing Canadians.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole aujourd’hui au nom des habitants de Regina—Lewvan et de poser une question à ma collègue néo-démocrate.
J’ai écouté son discours avec beaucoup d’attention. Tout au long de son discours, elle a parlé de la façon dont le gouvernement pourrait obtenir plus d’argent, couper plus d’argent, et être plus cupide, soutirer plus d’argent aux contribuables et ne pas le laisser cet argent dans leurs poches.
La députée a parlé de mesures concrètes qui pourraient être prises pour aider les Canadiens. Il n’y a pas beaucoup de mesures concrètes ici. On parle de faire une étude ou de préparer un plan. Il y a quelques jours, lorsque nous avons présenté une motion visant à réduire les impôts pour tous les Canadiens, à s’assurer que la taxe sur le carbone ne serait pas triplée et à s’assurer que les chèques de paie ne soient pas davantage grevés par l’assurance-emploi et le RPC, les néo-démocrates ont voté contre.
Jusqu’où est tombé le NPD? Quelle importance cela va-t-il devenir? Cela sera aussi inadapté que Blockbuster Video s’il n’arrête pas d’imposer les Canadiens.
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-10-06 16:10 [p.8261]
Expand
Madam Speaker, I understand that we are debating an opposition day motion today from the NDP about food supply. I am unsure of the relevance of what the member across—
Madame la Présidente, je crois comprendre que nous débattons aujourd'hui d'une motion de l'opposition présentée par le NPD sur l'approvisionnement alimentaire. Je ne suis pas certaine de la pertinence de ce que le député d'en face...
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-10-06 16:11 [p.8261]
Expand
Madam Speaker, the member for Battlefords—Lloydminster was very clear that she would like to see the member stick to the topic at hand. Also, the fact is that our leader has been very clear on this issue. He condemns it and condemns all the—
Madame la Présidente, la députée de Battlefords—Lloydminster a dit très clairement qu'elle aimerait que le député s'en tienne au sujet à l'étude. J'ajouterais aussi que notre chef s'est exprimé très clairement. Il dénonce la situation et dénonce tous les...
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-10-06 16:17 [p.8262]
Expand
Madam Speaker, I want to thank the NDP for bringing this forward. I look forward to seeing the study. I hope they have not predetermined the outcome of the study and will actually let witnesses bring forward the truth.
When it comes to the government, does it really understand what is going on in Canada? Does it actually comprehend the fact that people are hurting?
As an example, I was talking to a taxi driver this morning. He basically works two jobs. He works at a bank and in a taxi, just so he will be able to get enough money scraped together to have a Thanksgiving dinner. Does the member understand there are single mothers actually watering down the milk they feed their kids so the kids are not going hungry? Does he not understand that there is hurt and need in this country?
What is their proposal? They are going to give them $500 more. The Liberals need to do more. Does the member not understand that there is more that needs to be done? They are not presenting anything more.
Madame la Présidente, je veux remercier le NPD d'avoir présenté cette motion. J'ai hâte de voir cette étude. J'espère que les néo‑démocrates n'ont pas déterminé à l'avance les conclusions de l'étude et qu'ils laisseront les témoins exposer les faits.
Pour ce qui est du gouvernement, comprend‑il vraiment ce qui se passe au Canada? Est‑il conscient que des gens souffrent?
Par exemple, je parlais à un chauffeur de taxi ce matin, qui travaille aussi dans une banque. Il occupe essentiellement deux emplois, uniquement afin de réunir assez d'argent pour organiser un repas de l'Action de grâces. Le député sait‑il qu'il y a des femmes à la tête de familles monoparentales qui doivent mettre de l'eau dans le lait de leurs enfants pour éviter qu'ils souffrent de la faim? Ne comprend‑il pas qu'il y a des Canadiens qui souffrent et qui sont dans le besoin?
Quelle est la solution du gouvernement? Il va leur verser 500 $ supplémentaires. Les libéraux doivent en faire davantage. Le député ne se rend‑il pas compte qu'il y a plus à faire? Or, le gouvernement ne propose rien d'autre.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-10-06 16:58 [p.8268]
Expand
Madam Speaker, I listened to my friend from New Westminster—Burnaby, and it just shows a sad attempt at relevance. The NDP is not even relevant enough in Saskatchewan to be invited to a Saskatchewan NDP convention, because it is not viewed any longer as a credible NDP party.
In Saskatchewan, we have had NDP governments in the past. The saving grace for us is we had Alberta. We could go to Alberta to work. When we have an NDP-Liberal government here in the federacy, where do Canadians go to get a job? That is a real problem facing Canadians at this point in time.
As we look at this motion and the context of this motion, some of it is correct. It is fair to look at the motion itself, and it is fair to study exactly where the price increases in food are happening and why. We should look through the entire chain, right from the farm gate all the way through the supply chain and to the end users. We need to look and examine what is there.
What concerns me here is the fact that members predetermined the result. Will this member give the committee the chance and the credibility to do a thorough a study, and will he accept the results? When it comes back and members realize it was carbon tax that created the increase in the price of food and it is the government's bad policies that they have been supporting, will they vote against it and bring the government down?
Madame la Présidente, j'ai écouté mon ami le député de New Westminster—Burnaby, et son intervention se résume à une tentative pathétique de se montrer pertinent. Le NPD n'est même pas assez pertinent en Saskatchewan pour être invité à un congrès des néo-démocrates de cette province, car il n'est plus considéré comme un parti crédible.
En Saskatchewan, nous avons eu des gouvernements néo-démocrates par le passé. Ce qui nous a sauvés, c'est que nous avions l'Alberta. Nous pouvions y aller pour travailler. Lorsque nous avons un gouvernement fédéral néo-démocrate—libéral, où les Canadiens peuvent-ils aller pour trouver un emploi? C'est un véritable problème auquel les Canadiens sont confrontés à l'heure actuelle.
Lorsque nous examinons cette motion et son contexte, nous constatons qu'elle est en partie valable. Je pense qu'il est justifié de se pencher sur cette motion et de déterminer précisément ce qui cause la hausse du prix des aliments et pourquoi. Nous devrions examiner l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, du producteur jusqu'au consommateur final. Nous devons étudier ce qui se passe.
Ce qui me préoccupe ici, c'est le fait que des députés ont décidé à l'avance du résultat de cette étude. Le député donnera-t-il au comité la possibilité et la crédibilité de faire une étude approfondie, et en acceptera-t-il les conclusions? Lorsque l'étude démontrera aux députés que l'augmentation du prix des aliments est provoquée par la taxe sur le carbone et les politiques néfastes du gouvernement qu'ils ont appuyées, voteront-ils contre ce dernier pour le faire tomber?
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-10-06 17:06 [p.8269]
Expand
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes.
It has been an interesting day of listening to everybody talk about Bill C-31 and the reasons for the increase in the price of food. Going back to Saskatchewan to the riding of Prince Albert and going to a small town like Tisdale or Carrot River, or coming into the city of Prince Albert, one thing that becomes very clear is that food has definitely gotten more expensive. Whether people are buying hamburgers, steaks, potatoes or macaroni and wieners, everything has gotten more expensive. When they go through the process of buying groceries, they have a $100 bill in their wallet, but when they look in it after, they say, “Holy cow. Where did that go?” It is gone.
We have seen huge increases in the price of food. We can blame the war in Ukraine. We can blame a variety of things, but it really is the long-term policies of the government that have brought up the price of food items.
NDP members want to do a study and I agree with them on the study. It is a good idea. It is important to actually look at this and understand what is going on in the sector so we can have good policies to make sure that Canadians can take advantage of the great produce that is grown here in Canada.
We make the best food in the world. We grow the best animals. We grow the best vegetables, the best fruits, the best durum and the best canola. We have it all here. It is here in Canada. It is available for Canadians to take advantage of. We are blessed in so many ways, but then we look at things and ask how it can be this way. What has happened? What has made it so that it is so expensive to buy food when we have such an abundance of it?
Saskatchewan is a trading province. We have to export. We grow so much and we cannot consume it, so we export it around the world. That is when the trains run and the railcars show up. Of course, that is a problem with transportation and a problem with policy that comes back to the government. There are frustrations for sure, but there should be no reason to see this type of inflation in food. If we had the right policies in place, we would be able to see this scenario and be in a better situation.
When I was on the farm, I used to get frustrated because it cost me $250 an acre and the market paid me $200 an acre, so I took a $50-an-acre hit. It happens. The markets go up and the markets go down. In the good years, we put away enough money to ride through the bad years. Farmers are price-takers, not price-makers. We actually take our price from the market, so whether it is based on production around the world or production in Saskatchewan, there are many factors that will determine the price of grain, the price of beef or the price of a variety of other commodities. What we do is manage our costs. That is what farmers do in Canada.
They were the first to embrace zero tillage, which is one of the most advanced methods of growing crops in the world. That technology actually came out of the Sparrow report in the Senate, when we said we had to work on soil conservation and soil degradation. What did we do? Not only did we fix that, approve it and increase our organic matter, but we actually got more efficient. We produced cheaper products because we reduced the number of passes in the field. We became more and more efficient, and we took that knowledge and shared it around the world. However, we got zero credit for it from the government.
What has happened from the government as we look at this now? The government has hit us with a $50,000-a-year carbon tax. The Liberals say, “Don't worry. Be happy. Here is $800 back.” How can that be fair? How can that be neutral? Where did the rest of that money go? How do I take the $46,000 or $48,000 that I am short and reinvest it to become environmentally friendly? I have given it to Ottawa and what did I get back? I got tiddlywinks.
As we go through the process of looking at the cost of food, what happens? We get fewer farmers. We get bigger farms. We get huge farms. We do not have the small towns anymore so there are no thousand-acre farms. If they are not 2,000 or 5,000 acres, a lot of farms are 20,000 and 30,000 acres. They had to go that way because of the costs that were put on them by the federal government.
A carbon tax on food is immoral. Any tax on food is immoral and that is what the Liberals have done. Producers pay tax on fertilizer when they get it to the bin to put it in the ground. They pay tax on the diesel fuel to put it in the ground. They pay tax on the trucking to get it to the elevator. They pay tax on the rail to get it to the mill. They pay tax at the mill to get it to the grocery store. All that goes to Ottawa, and what does Ottawa do with it? Show me the mitigation the government has done with regard to the environment. Show me the bridges it has built. Show me the culverts it has put in and the lift stations. Where is the infrastructure?
We have seen flooding at historic levels in B.C. that shut down our transportation system. Where is the preparedness in the Liberal government to take on those types of things? Some were saying this was going to happen, and it did happen, but they did nothing to prepare for it. What did that cost our economy? What does their ignorance do to this economy and the abundance in this country called Canada, where we have so much to give?
We see around the world the war in Ukraine. We see that our friends in Europe could use our help again. We should be in a position to do that, and we are not. Why are we not? It is because we have neglected things here in Canada. We have not put in the infrastructure to take care of the export requirements for the variety of sectors that would be utilized in Europe at this point in time. Whether it is oil and gas, food or forestry products, we should be able to come in and fill those needs, but bad policy and planning by the government mean we cannot do that.
When we look at what is going on here in Canada and bring it back to the price of food, it is not just the price of food that is hurting Canadians; it is the price of everything. Everything they do, like going to Canadian Tire to buy some things for their kids, costs 30% or 20% more. When people get groceries, food costs that much more money. It just never goes far enough anymore.
Then we hear the government say that we need to pay more taxes, step up and pay for pollution. The Liberals are right. We do not have a problem with paying for pollution, but there is a problem I hear in my riding. A lot of people say they do not mind paying their share, but they ask what the government is doing globally to make sure that residents in high-emitting countries are paying their share. What is it doing to level the playing field so that when I pay for this on my farm in Saskatchewan, a farmer in Alberta, the U.S., China or Australia is paying the same amount so that the playing field is level? The Liberals have done nothing.
They have zero influence on the world stage, and we could go into debate on why that is. It could be a combination of things, like the trip to India or the trip to the U.K. that we just experienced. It could be the way the Prime Minister has conducted himself around the world. It would probably be better if we took away his passport, let him stay here and sent somebody else, because I think it would do our country more honour.
Let us come back to what this motion is talking about. It is talking about food; there is no question about that. However, what is hurting our economy and hurting Canadians is not just food. It is a variety of things they are experiencing right now and a government that just does not care or understand. When we start talking about the economy, those members give a blank look. They just do not get it. They do not seem to say they hear us and that they do not know what to do. They do not look at the options sitting in front of them, things like cancelling some tax increases for a period of time.
If we look at the tax increases the Liberals are proposing, the carbon tax is meant to change people's conduct with regard to the environment. We have just gone through record fuel prices in North America, Canada, B.C. and Ontario, and the prices are going up again. Should that not have had the same effect as a carbon tax? If the price of fuel is higher, I cannot drive as much. However, I live in rural Saskatchewan, and when I have to go for groceries, I still have to put gas in the truck because I do not have an alternative; I do not have an option. When taxes are increased on me because of that, the government has penalized me. When they take my $50,000 and make it $75,000, they have taken my ability to improve my operations to become more environmentally friendly. They have done worse.
Not only that, but I have been weakened in such a way that I cannot provide that cheap food Canadians have come to rely on. Who pays? The most vulnerable pay. Those who have the smallest paycheques pay. They do pay; they pay the most. The percentage of their food bill goes from 50% to 75%, so they do not have a chance to buy new clothes for their kids. They go to shelters and buy there.
If we look in Prince Albert and Saskatoon, the food banks have a record high number of people attending them. That is the direct result of bad policy, and if the Liberals do not get that now, then they are not listening. They cannot come back to Ottawa, go to their caucus and say they are dealing with a bunch of people who are in really bad shape and need a break, and then answer with a $500 GST tax credit. It sounds good, but it is not enough. We have to look at the other alternatives and levers we have at our disposal and bring the costs down. That is the same for farming, manufacturing and a variety of industries. We have to get the costs down and back to a relevant number so that we can compete throughout the world, hire Canadians and actually let families feed themselves.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes.
J'ai passé une journée intéressante à écouter tout le monde parler du projet de loi C-31 et des raisons de l'augmentation du prix des aliments. Lorsque l'on va en Saskatchewan, dans la circonscription de Prince Albert, et que l'on se rend dans un village comme Tisdale ou Carrot River, ou même dans la municipalité de Prince Albert, on constate clairement que les aliments sont de plus en plus chers. Que ce soit pour acheter des hamburgers, des steaks, des pommes de terre ou des macaronis et des saucisses, tout est devenu plus cher. Lorsqu'ils font leur épicerie avec un billet de 100 $ en poche, les gens se disent en sortant: « Bon sang, où est-il passé »? Le billet s'est envolé.
Les prix des denrées alimentaires se sont aussi envolés. Nous pouvons dire que c'est à cause de la guerre en Ukraine, ou de diverses autres choses, mais au bout du compte, ce sont les politiques à long terme du gouvernement qui ont fait augmenter le prix des produits alimentaires.
Les députés néo-démocrates souhaitent mener une étude et je crois, comme eux, que ce serait une bonne idée. Il est important d'examiner ce phénomène de près et de bien comprendre ce qui se passe dans ce secteur afin de mettre en place des politiques efficaces qui permettront aux Canadiens de bien profiter des excellents fruits et légumes qui sont cultivés ici même, au Canada.
Nous produisons les meilleurs aliments du monde entier. Nous élevons les meilleurs animaux. Nous cultivons les meilleurs légumes, les meilleurs fruits, le meilleur blé dur et le meilleur canola. Nous avons tout cela ici même, au Canada. Les Canadiens ont accès à tous ces produits et peuvent en profiter. Nous sommes privilégiés de bien des façons, mais, quand nous regardons la situation actuelle, nous nous demandons comment nous en sommes arrivés là. Que s'est-il passé? Pourquoi les aliments coûtent-ils maintenant une fortune alors que nous en produisons en abondance?
La Saskatchewan est une province commerçante. Nous devons exporter. Nous cultivons beaucoup de choses et nous ne pouvons pas tout consommer, alors nous les exportons dans le monde entier, à condition que les trains circulent et que les wagons se présentent. Bien sûr, il y a un problème de transport et de politique qui est de la responsabilité du gouvernement. Il y a des frustrations, c'est certain, mais il n'y a aucune raison de voir ce type d'inflation dans l'alimentation. Si les bonnes politiques étaient en place, nous serions dans une meilleure situation.
Lorsque j'étais à la ferme, j'étais frustré quand la production me coûtait 250 $ l'acre et que le marché me payait 200 $ l'acre, et que j'accusais donc une perte de 50 $ l'acre. Cela arrive. Les marchés montent et les marchés descendent. Les bonnes années, nous mettons suffisamment d'argent de côté pour traverser les mauvaises années. Les agriculteurs sont des preneurs de prix, pas des faiseurs de prix. En fait, nous prenons notre prix du marché. Qu'il soit établi en fonction de la production mondiale ou de la production de la Saskatchewan, de nombreux facteurs détermineront le prix des céréales, du bœuf ou d'une variété d'autres produits. Ce que nous faisons, c'est gérer nos coûts. Voilà ce que font les agriculteurs au Canada.
Ils ont été les premiers à adopter la culture sans labour, une des méthodes de culture les plus perfectionnées au monde. Cette technologie est issue du rapport Sparrow du Sénat, selon lequel il fallait s'occuper de la conservation des sols et faire quelque chose au sujet de la dégradation des sols. Qu'avons-nous fait? Nous avons réglé le problème, approuvé la méthode, augmenté la matière organique et, en plus, nous avons augmenté notre efficacité. Nous avons produit des aliments à moindre coût parce que nous avons réduit le nombre de passages dans les champs. Nous n'avons cessé d'accroître notre efficacité et nous avons partagé nos connaissances ainsi acquises partout dans le monde. Toutefois, le gouvernement ne nous a accordé aucun mérite.
Qu'est-ce que le gouvernement a fait pour nous? Il nous a asséné une taxe sur le carbone de 50 000 $ par année. Les libéraux nous disent: « Ne vous en faites pas. La vie est belle. Voici un remboursement de 800 $. » Comment peut-on affirmer que c'est juste? Comment peut-on parler de neutralité? Où est passé le reste de cet argent? Comment faire pour réinvestir ces 46 000 $ ou ces 48 000 $ que je n'ai plus afin de devenir écologique? Je les ai donnés à Ottawa, et qu'est-ce que j'ai obtenu en retour? Des miettes.
Pendant que nous réfléchissons au prix de la nourriture, que se passe-t-il? Il y a moins d’agriculteurs. Les exploitations agricoles sont de plus en plus grosses, au point de devenir gigantesques. Il n’y a plus de petites localités de nos jours, alors il ne reste plus de fermes dont les terres font mille acres. Les exploitations agricoles d’aujourd’hui ne comptent pas 2 000 acres, ni 5 000 acres; beaucoup d’entre elles mènent leurs activités sur des superficies de 20 000 ou 30 000 acres. Les agriculteurs n’ont pas eu d’autre choix que de grossir à ce point afin de pouvoir payer les frais imposés par le gouvernement fédéral.
Il est immoral d’imposer une taxe sur le carbone pour la nourriture. N’importe quelle taxe sur la nourriture est immorale, mais c’est pourtant ce que les libéraux ont fait. Les producteurs paient des taxes sur les engrais quand ils se les procurent pour enrichir le sol. Ils paient une taxe sur le carburant diésel pour l’épandre dans les champs. Ils paient une taxe sur le transport par camion pour envoyer leurs récoltes au silo-élévateur. Ils paient une taxe sur le transport par rail pour envoyer les céréales à l’usine de transformation. Ils paient une taxe à l’usine de transformation pour acheminer les produits à l’épicerie. Les recettes de toutes ces taxes sont versées à Ottawa, mais que fait Ottawa avec cet argent? J’aimerais voir les mesures d’atténuation que le gouvernement a mises en place pour lutter contre la crise climatique. J’aimerais voir les ponts que le gouvernement a bâtis. J’aimerais voir les caniveaux que le gouvernement a mis en place, et les stations de pompage. Où sont les infrastructures?
La Colombie-Britannique a subi des inondations d'envergure historique qui ont paralysé le système de transport. Comment le gouvernement libéral est-il préparé à relever ce genre de défi? Certains prévoyaient qu'une telle chose allait arriver, et elle est effectivement arrivée, mais les libéraux n'avaient rien fait pour s'y préparer. Qu'est-ce que cela a coûté à l'économie canadienne? Comment leur ignorance nuit-elle à l'économie et à l'abondance de ce pays qu'on appelle le Canada, où nous avons tant à offrir?
Quand on regarde ce qui se passe ailleurs, on voit la guerre en Ukraine. On voit que nos amis européens pourraient encore bénéficier de notre aide. Nous devrions être en position d'agir, mais nous ne le sommes pas. Pourquoi? C'est parce que nous avons négligé des choses, au Canada. Nous n'avons pas établi les infrastructures nécessaires pour satisfaire aux exigences d'exportation des divers secteurs qui seraient utiles en Europe en ce moment. Qu'il s'agisse de pétrole, de gaz, d'aliments ou de produits forestiers, nous devrions être en mesure de répondre aux besoins qui se présentent, mais à cause des mauvaises politiques et de la mauvaise planification du gouvernement, nous en sommes incapables.
Pour revenir au prix des aliments au Canada, je dirais que ce n'est pas seulement le prix des aliments qui nuit aux Canadiens, mais le prix de n'importe quoi. Tout ce qu'ils achètent, même les articles qu'ils achètent pour leurs enfants au Canadian Tire, leur coûte 20 % ou 30 % plus cher. Cela vaut aussi pour les aliments qu'ils achètent à l'épicerie. Il n'y a tout simplement plus de limites.
Maintenant, le gouvernement dit que nous devons payer plus de taxes et payer davantage pour la pollution. Les libéraux ont raison. Nous ne voyons aucun inconvénient à ce que la pollution ait un coût, mais bien des gens de ma circonscription me disent qu'il y a un problème. Ils sont nombreux à dire qu'ils ne voient pas d'inconvénient à payer leur juste part, mais ils se demandent ce que fait le gouvernement à l'échelle mondiale pour voir à ce que les résidants des pays à fortes émissions paient leur part. Que fait-il pour rendre les règles du jeu équitables de manière à ce qu'un agriculteur comme moi paie le même prix en Saskatchewan qu'un agriculteur en Alberta, aux États‑Unis, en Chine ou en Australie, afin que tous soient traités équitablement? Les libéraux n'ont rien fait.
Les libéraux n'ont absolument aucune influence sur la scène internationale, et nous pourrions discuter des raisons qui expliquent cette situation. Plusieurs facteurs entrent probablement en jeu, comme le voyage en Inde ou le voyage récent au Royaume‑Uni. C'est peut-être en raison de la façon dont le premier ministre s'est comporté à l'étranger. Il serait probablement préférable de lui retirer son passeport, de lui demander de rester ici et d'envoyer quelqu'un d'autre, ce qui rendrait plus honneur à notre pays selon moi.
Revenons au sujet de la motion dont nous sommes saisis. Elle porte sur les aliments; il n'y a aucun doute à ce sujet. Toutefois, le prix des aliments n'est qu'un seul des aspects qui nuisent à l'économie d'ici et aux Canadiens. Les Canadiens vivent toutes sortes de difficultés en ce moment, mais le gouvernement en place ne s'en soucie tout simplement pas ou il ne le comprend pas. Lorsque nous commençons à parler d'économie, les députés libéraux ont un regard vide. Ils ne comprennent tout simplement pas. Ils ne donnent pas l'impression qu'ils entendent ce que l'on dit et ils ne savent pas quoi faire. Ils n'examinent pas les options à leur disposition, des mesures comme l'annulation de hausses de taxes pour une certaine période.
Examinons les hausses de taxes que les libéraux proposent. La taxe sur le carbone est censée changer le comportement des gens à l'égard de l'environnement. En Amérique du Nord, au Canada, en Colombie‑Britannique et en Ontario, le prix de l'essence vient de fracasser des records et il est de nouveau en hausse. Cette situation n'aurait-elle pas dû avoir le même effet qu'une taxe sur le carbone? Plus le prix de l'essence est élevé, plus je dois réduire mes déplacements en voiture. Or, je vis dans une région rurale de la Saskatchewan et quand je dois sortir faire l'épicerie, je dois quand même mettre de l'essence dans mon camion parce que je n'ai pas de solution de rechange. Je n'ai pas le choix. Quand il hausse pour cette raison les taxes qui me sont imposées, le gouvernement me pénalise. Quand les libéraux font passer de 50 000 $ à 75 000 $ la taxe sur le carbone que je dois payer, ils m'empêchent d'améliorer mes installations pour qu'elles deviennent plus écologiques. Ils empirent la situation.
De surcroît, j'ai été affaibli de telle sorte que je ne peux pas fournir les aliments bon marché sur lesquels les Canadiens en sont venus à compter. Qui paie? Ce sont les plus vulnérables. Ce sont ceux qui ont les plus petits salaires. Ce sont eux qui paient et ils assument les coûts les plus élevés. Le pourcentage de leur facture d'épicerie passe de 50 % à 75 %, alors ils sont incapables d'acheter des vêtements neufs à leurs enfants. Ils vont dans des refuges pour en acheter.
Pensons à Prince Albert et à Saskatoon, où les banques alimentaires accueillent un nombre record de clients. C'est le résultat direct d'une mauvaise politique, et si les libéraux n'en sont toujours pas conscients, c'est qu'ils ne prêtent pas attention. Ils ne peuvent pas revenir à Ottawa, s'adresser à leur caucus et dire qu'ils ont affaire à un groupe de personnes qui sont en très mauvaise posture et qui ont besoin d'un répit, puis répondre avec un crédit d'impôt de 500 $ sur la TPS. Cela semble bien, mais c'est insuffisant. Nous devons examiner les autres solutions et leviers dont nous disposons pour faire baisser les coûts. C'est la même chose pour l'agriculture, la fabrication et une variété d'industries. Il faut réduire les coûts et les ramener à un niveau adéquat pour que l'on puisse soutenir la concurrence dans le monde entier, embaucher des Canadiens et permettre aux familles de se nourrir.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-10-06 17:17 [p.8271]
Expand
Madam Speaker, I think the hon. member has a hearing problem because our leader did not say that at all. In fact, he said the total opposite. He said that there were different ways to attack climate change.
Madame la Présidente, je pense que le député a un problème d'ouïe parce que notre chef n'a rien dit de tel. En fait, il a dit tout le contraire, à savoir qu'il existe d'autres façons de lutter contre les changements climatiques.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-10-06 17:17 [p.8271]
Expand
Madam Speaker, he talked about nuclear energy as one example. I heard it right here in the House. Therefore, if we want to look at different options and alternatives, we should at least have an open mind to consider them.
When the member talks about the Canadian Wheat Board or the other things he mentioned in his question, he is so out of touch with the farming community. Does he not realize that net incomes at the farm gate went up substantially when the wheat board was repealed. If we went to the farming community today and said we wanted to bring the wheat board back they would kick us out. They want nothing to do with a marketing board of any type. That is the reality. If the Liberals think they can do that, then they can do it—
Madame la Présidente, le député a donné l'exemple de l'énergie nucléaire. J'ai entendu cela ici même à la Chambre. C'est donc dire que, si nous voulons trouver des solutions de rechange, nous devrions au moins faire preuve d'ouverture.
Lorsque le député parle, entre autres, de la Commission canadienne du blé, il est déconnecté de la réalité des agriculteurs. Ne comprend-il pas que les revenus nets à la ferme ont augmenté considérablement lorsqu'on a abrogé la Loi sur la Commission canadienne du blé? Aujourd'hui, si nous proposions à des agriculteurs de rétablir la Commission canadienne du blé, ils nous mettraient à la porte. Ils ne veulent plus d'offices de commercialisation. Voilà la réalité. Si les libéraux pensent pouvoir faire cela, alors ils peuvent...
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-10-06 17:19 [p.8271]
Expand
Madam Speaker, we are going to vote in favour of this motion I will repeat again. The member has probably heard it 30 other times today. Did I say it clear enough?
I have reservations and concerns. My concern is that the NDP have prejudged the outcome before the committee has had the chance to do the study. That is a fair and reasonable concern. Let us bring the witnesses to committee. Let us let the committee actually do the work it is supposed to do. If the results show that the carbon tax or other items in our supply chains are responsible for the higher food prices, fair enough.
I challenge the New Democrats. If it is the carbon tax, if it comes out that way and that is the factor, will they bring these guys down? Will they quit supporting the Liberals? Will they actually take—
Madame la Présidente, nous allons appuyer la motion, je le répète. C'est probablement la 30e fois qu'on le dit aujourd'hui. Ai-je été assez clair pour la députée?
J'ai des réserves et des préoccupations. Ce qui m'inquiète, c'est que le NPD présume du résultat avant même que le comité ait commencé son étude. C'est une inquiétude justifiée et raisonnable. Commençons par entendre des témoins au comité. Laissons le comité faire son travail. Si les conclusions sont que la taxe sur le carbone ou d'autres éléments des chaînes d'approvisionnement au pays sont responsables de la hausse du prix des aliments, très bien.
Je mets les néo-démocrates au défi. Si la conclusion est que c'est la taxe sur le carbone la responsable et que c'est le principal facteur, vont-ils laisser tomber le gouvernement? Vont-ils cesser de soutenir les libéraux? Vont-ils vraiment...
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-10-06 17:20 [p.8272]
Expand
Madam Speaker, there are quite a few. Quebec has a strong agricultural base. It has some strong marketing boards. It has some great farmers and agricultural operations. Using more local food is definitely one of the options, when we can provide it from the farmyard to the grocery stores. That means making sure that there is shelf space for that locally grown food, and having the resources to see the manufacturing of our food products here in Canada or in Quebec instead of chasing them out of Canada because we have made it too expensive to do that production here.
What are we going to do? We are going to export the grain and all the resources to make the product and then we are going to import it back into Canada and buy it at retail. Does that make sense? That is the policy we are facing right now with the current Liberal government.
Madame la Présidente, il y en a plus d'une. Le Québec compte beaucoup d'agriculteurs. On y trouve d'excellentes exploitations agricoles. Il a également de bons offices de commercialisation. Favoriser la consommation d'aliments locaux en encourageant l'étalage de produits venant directement des agriculteurs des environs dans les épiceries est assurément l'une des options. Pour cela, il faut s'assurer que les supermarchés font de la place pour ces produits locaux. Il faut également avoir les ressources voulues pour fabriquer nos produits alimentaires ici même au Canada ou au Québec plutôt que de chasser les fabricants hors du pays en rendant la production trop dispendieuse chez nous.
Que ferons-nous? Exporterons-nous les céréales et toutes les ressources nécessaires à la fabrication des produits, pour ensuite importer les produits transformés au Canada et les acheter au détail? Est-ce logique? C'est pourtant la politique que nous avons en ce moment sous le gouvernement libéral.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-10-06 17:22 [p.8272]
Expand
Madam Speaker, again, it shows why there are no Green members elected in Saskatchewan, because they are not in touch with the agriculture community in Saskatchewan.
If the member is concerned about what is going on in the Port of Vancouver, I am too. When they are ranked second last out of 400 as a port for Canada, that tells us they have had bad policies and are not putting the infrastructure in place that is required for Canadian shippers, and the member is paying for it in her riding. There is no question about it.
If the government had actually put in the processes, had actually modernized the ports and spent the money in an appropriate manner, made it capable of taking on the next generation of ships that might be hydrogen-based, if it would do things like that, then we would actually see some results, but it has done nothing and the—
Madame la Présidente, voilà qui montre encore une fois la raison pour laquelle aucun député du Parti vert n'est élu en Saskatchewan: ils ne sont pas en contact avec la communauté agricole de la province.
Si la députée est préoccupée par ce qui se passe dans le port de Vancouver, je le suis aussi. Puisqu'il se classe avant-dernier sur 400 ports pour le Canada, cela nous montre qu'il a adopté de mauvaises politiques et qu'il ne met pas en place les infrastructures dont les armateurs canadiens ont besoin, et la députée en fait les frais dans sa circonscription. Il n'y a aucun doute là-dessus.
Si le gouvernement avait mis en place des processus, modernisé les ports et utilisé l'argent de manière appropriée, s'il avait rendu le port capable d'accueillir la prochaine génération de navires, qui pourraient être alimentés à l'hydrogène, s'il avait procédé de la sorte, alors nous constaterions des résultats, mais il n'a rien fait et le...
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-09-27 15:44 [p.7818]
Expand
Mr. Speaker, what needs to happen is the people who come to this place have to hear what their constituents are saying and bring that forward. I see on a first-hand basis that, because we have to drive where I reside, families have to choose.
That being said, we can look at companies and technology like carbon capture, for example, and things that industry is already doing. There are parties in this place that do not want to acknowledge the work that energy companies and the industry are already doing. It is only good enough if our energy stays in the ground and is not developed, according to certain parties in this place, and that is unacceptable.
Monsieur le Président, ce qu'il faut, c'est que les députés ici présents écoutent ce que les gens qu'ils représentent ont à dire et qu'ils en fassent part à la Chambre. Comme les gens de ma circonscription doivent se déplacer en voiture, je sais d'expérience que les familles que je représente sont obligées de faire des choix.
Cela dit, nous pouvons nous pencher, par exemple, sur les entreprises qui élaborent des moyens technologiques comme le captage du carbone, et sur d'autres solutions qui sont déjà employées par l'industrie. Certains partis dans cette enceinte ne veulent pas reconnaître le travail déjà accompli par des entreprises énergétiques et par l'industrie. Certains partis préfèrent que les ressources énergétiques restent sous terre et ne soient pas exploitées, et c'est inacceptable.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-03-31 17:09
Expand
Madam Speaker, I have a few points. First of all, I do not believe in picking winners and losers, so as far as the corporations getting subsidized by the federal government goes, we should be getting out of that. I agree with him on that. As for their paying dividends, that is a good thing. Their making profit, that is a good thing. To have a low tax rate so they are located here, that is a good thing.
I will say that the NDP joined this coalition, like lots of provincial NDP parties when they form government, but they now have to show responsibility. What they say and what they do means something because they are now a part of government. When they are in opposition—
Madame la Présidente, j'ai quelques observations à faire. Premièrement, je ne crois pas que l'on doive choisir des gagnants et des perdants. Par conséquent, en ce qui concerne les subventions que le gouvernement fédéral accorde aux entreprises, je crois qu'on devrait y mettre un terme. Je suis d'accord avec le député là-dessus. Pour ce qui est de payer des dividendes, c'est une bonne chose, tout comme le fait que ces entreprises réalisent des profits. C'est aussi une bonne chose que le taux d'imposition soit peu élevé pour que les entreprises puissent s'établir au Canada.
J'ajouterais que, maintenant que le NPD fait partie d'une coalition, il doit faire ce que nombre de partis néo-démocrates ont fait lorsqu'ils ont formé des gouvernements provinciaux, c'est-à-dire se montrer responsable. Ce que les néo-démocrates disent et font a de l'importance, car ils font maintenant partie du gouvernement. Lorsqu'ils sont dans l'opposition...
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I absolutely believe that corporations should pay their fair share of taxes. I would suggest that what we have seen over the last two years during the pandemic, which I believe has been greatly mismanaged by the current government, was the spending of tax dollars to grant sole-source contracts to Liberal insiders and their friends to line the pockets of those individuals. They really did take advantage of the pandemic. I suggest that questions about health care and whether it is being funded properly should be posed to the members across the way.
Madame la Présidente, je crois fermement que les sociétés devraient payer leur juste part d’impôt. Je dirais que ce que nous avons vu ces deux dernières années pendant la pandémie — que le gouvernement actuel a très mal gérée, selon moi — c’est qu’on a dépensé l’argent des contribuables pour accorder des contrats à fournisseur unique et remplir les poches des proches du Parti libéral et de leurs amis. Ils ont vraiment profité de la pandémie. Je dirais qu’il y a des questions à poser aux députés d’en face au sujet des soins de santé et de leur financement.
Collapse
Results: 1 - 15 of 21 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data