Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-15 18:44 [p.6759]
Expand
Madam Speaker, I would much prefer to be in Ottawa making these comments, but it is nice that we have the hybrid. It enables me to speak on the floor of the House while I am here in Winnipeg.
We are in an interesting debate in regard to Bill C-14. I am not necessarily surprised that we would see an amendment at this stage. One of the things that I have found over the past number of months is that, at times, we get legislation that one would naturally think would flow through the House of Commons: There would be relatively minimal debate, and we would get it through second reading and into committee.
I do not see this as controversial legislation. I am not exactly sure where the Bloc actually falls on the legislation. I would hope that it would support the province of Quebec getting a guaranteed number of seats, but at the end of the day, I like to think that this is the type of legislation that should ultimately pass through.
Was it necessary, for example, for us to have an amendment? I do not think it was for a report stage amendment. I think that when we get relatively uncontroversial legislation, where it appears that everyone is going to be voting in favour, I would have rather seen a debate on something like, let us say, Bill C-21 and the issue of guns and the safety of Canadians, which is top of mind for a lot of people.
True to form, what I have found is that, whether it is good, rather uncontroversial legislation such as Bill C-14 or if it is controversial or potentially controversial legislation, the Conservatives have one approach in dealing with the government's agenda and that is to prevent it from ultimately passing.
Having said that, I want to recognize a number of points in regard to Bill C-14. Having had the opportunity to speak on the legislation in the past, I want to be very specific on a few things.
One is the need for the legislation. I think it important that we recognize, as has been pointed out, that shifts take place in Canada's population for a wide variety of reasons. One could talk about things such as job opportunities, transfers, the allure of another area, or just people wanting to move to a warmer climate. In my case, they want to come to a nice, cool climate. People change their ridings.
Immigration is such a huge factor. Over the years, Canada continues to grow in good part because of immigration to our country. We are very dependent on immigration. Our birth rate is going down. As we grow as a nation overall, there is natural population shifting that occurs. It comes also in the form of immigration.
As a result, every 10 years, there is an obligation through an independent mechanism, and I want to emphasize that it really is an independent mechanism, that ensures that the ridings reflect the changes we have seen based on census material.
No one was surprised at all that we got a report this year. It was anticipated that we would get a report 10 years after we received the last report.
Going forward, every decade we will continue to receive recommendations from Elections Canada, through the commission, as to the need to change boundaries and possibly add constituencies or do some shifting.
That is, in essence, why we have the legislation today. It is because of the change in populations. In particular, for Quebec, there is a need for us to establish a floor, a minimum number of seats, for the province.
Doing it this way prevents us from having to do a constitutional change, where there is a 7/50 formula in order to enact a change. It addresses, for the most part, the biggest concerns that members of Parliament, on all sides of the issue, have as we recognize how important it is that the province of Quebec not lose any seats. I suspect that is the reason why the legislation would ultimately pass, hopefully unanimously, in the House.
Back in November, there was the establishment of these three-member commissions. We have a national commission. The commission establishes individual commissions of three people in a province, and through those commissions they all have a responsibility. That was done in November of last year, I believe. Those commissions then all have a responsibility to develop the new boundaries, whatever they might look like. They sit around, look at the numbers and the maps and try to provide new boundaries that we could be running the next federal election on.
Each commission operates independently. Manitoba, for example, has a three-member commission, and it operates independently of other aspects of Elections Canada, of political entities and of different stakeholders, such as community members and so forth. It is important to emphasize that it is, in fact, independent.
In developing those boundaries, the commission is tasked with a timeline. That timeline is quickly approaching, and the commissions need to provide a draft of the boundaries. One could be very concerned in regard to the dragging out of Bill C-14. The people who are paying the price for the House of Commons dragging its feet on the passage of this legislation are the people of Quebec. We know we want to see that minimum number of seats for the province of Quebec, and we have consistently said that from day one, as members will recall, when the national commission initially made the recommendation. It was an immediate response that came from not only my Quebec colleagues but from the caucus as a whole: Under no circumstances could we allow the province of Quebec not to have the 78 seats.
Until this legislation passes, that three-member commission in the province of Quebec has its hands tied, at least in good part, as other commissions continue to move forward with drafting boundaries, because the boundaries will change within different provinces. There will be tweaks in the city of Winnipeg, whether Winnipeg North grows more to the north or more in the inner city. This is something I wait for with bated breath, in hopes that we see some changes that the community will in fact support.
Once that draft is finished, the commission has to make it public. Once it is made public, it has to have public hearings that must take place before the end of October, because by mid-December the report has to be finalized.
That is why it is critically important that we pass this legislation. It is so the commission in the province of Quebec can finalize a draft so that it can go to the public, and in turn the public can provide its input so the commission can then provide that final draft by the end of the year.
It is an independent process, and that is why I am supporting Bill C-14. I hope all members would support its quick passage. I see my time has—
Madame la Présidente, je préférerais de loin faire mes observations à Ottawa, mais c'est bien d'avoir des séances hybrides. Cela me permet de prendre la parole à la Chambre alors que je suis à Winnipeg.
Nous tenons un débat intéressant sur le projet de loi C‑14. Je ne suis pas nécessairement surpris de voir un amendement à ce stade. L'une des choses que j'ai constatées au cours des derniers mois, c'est que nous recevons parfois un projet de loi qui, on pourrait naturellement penser, devrait facilement franchir toutes les étapes de la Chambre des communes: il y aurait relativement très peu de débats et nous permettrions au projet de loi de franchir l'étape de la deuxième lecture et d'être renvoyé au comité.
Je ne pense pas qu'il s'agit d'une mesure législative controversée. Je ne sais pas exactement quelle est la position du Bloc sur le projet de loi. J'espère qu'il appuiera l'idée d'accorder au Québec un nombre garanti de sièges, mais au bout du compte, j'aime à penser que c'est le type de projet de loi qui devrait être adopté.
Était‑il nécessaire, par exemple, d'avoir un amendement? À mon avis, ce ne l'était pas à l'étape du rapport. Lorsqu'une loi est relativement peu controversée et qu'il semble que tout le monde votera en sa faveur, je préfèrerais que l'on tienne un débat sur quelque chose comme, disons, le projet de loi C‑21 et la question des armes à feu et de la sécurité des Canadiens, qui sont au cœur des préoccupations de beaucoup de gens.
J'ai constaté que les conservateurs, fidèles à leurs habitudes, adoptent une approche unique face au programme du gouvernement: ils empêchent toute loi d'être adoptée, qu'il s'agisse d'une bonne loi prêtant assez peu à la controverse, comme le projet de loi C‑14, ou d'une loi controversée ou pouvant susciter la controverse.
Cela dit, j'aimerais souligner certains points concernant le projet de loi C‑14. Ayant eu l'occasion de m'exprimer à ce sujet dans le passé, j'aimerais apporter quelques précisions.
D'abord, la mesure législative à l'étude est nécessaire. J'estime important de reconnaître, comme on l'a souligné, que des changements démographiques se produisent au Canada pour une grande variété de raisons. On pourrait notamment parler de possibilités d'emploi, de mutations, de l'attrait d'une autre région, ou du simple fait que certains souhaitent vivre sous un climat plus clément. Pour ce qui est de ma région, les gens souhaitent vivre sous un climat agréable et frais. De plus, certains de nos concitoyens changent de circonscription.
L'immigration est un énorme facteur à prendre en compte. Au fil des ans, la population du Canada continue de croître en bonne partie grâce à l'immigration. Nous dépendons beaucoup de l'immigration. Au Canada, le taux de natalité est en baisse. À mesure que grandit la nation dans son ensemble, des changements démographiques se produisent naturellement. Ces changements sont notamment attribuables à l'immigration.
Par conséquent, le gouvernement a l'obligation de faire effectuer un recensement indépendant tous les 10 ans — je tiens à souligner qu'il s'agit vraiment d'un recensement indépendant — qui assure que les circonscriptions reflètent les changements survenus.
Personne n'a été le moindrement étonné qu'un rapport soit présenté cette année. Il était prévu qu'un rapport serait déposé 10 ans après le dernier recensement.
À l'avenir, nous continuerons de recevoir tous les 10 ans les recommandations d'Élections Canada, par l'entremise de la commission, quant à la nécessité de modifier les limites des circonscriptions, de créer de nouvelles circonscriptions et possiblement de faire certains changements.
Voilà essentiellement les raisons pour lesquelles nous sommes saisis de cette mesure législative aujourd'hui. Elles sont liées aux changements démographiques. Je souligne que pour le Québec, en particulier, il faut établir un plancher, un nombre minimal de sièges.
En procédant ainsi, nous évitons d’avoir à apporter une modification constitutionnelle, qui nécessiterait le recours à la formule 7/50. Ce projet de loi répond, pour l’essentiel, aux principales préoccupations des députés de tous les camps, car nous reconnaissons qu’il est important que la province de Québec ne perde aucun siège. J’ai l’impression que c’est la raison pour laquelle la Chambre adoptera finalement ce projet de loi, à l’unanimité, espérons-le.
En novembre, des commissions composées de trois membres ont été mises sur pied par la commission nationale. Chaque province a sa commission de trois personnes, qui a la responsabilité de délimiter les circonscriptions, quelle que soit leur forme. Cette démarche a eu lieu en novembre de l’année dernière, je crois. Les commissions se réunissent, examinent les données et les cartes, et tentent d’établir les nouvelles limites qui seraient utilisées lors des prochaines élections fédérales.
Chaque commission fonctionne de façon indépendante. Le Manitoba, par exemple, a une commission de trois membres, qui travaille indépendamment des autres activités d’Élections Canada, des organes politiques et des différentes parties intéressées, comme les membres de la collectivité, entre autres. Il est important de souligner qu’elle est, de fait, tout à fait indépendante.
La commission est chargée de respecter une échéance dans l'établissement de ces limites. Cette échéance approche à grands pas, et les commissions doivent fournir une ébauche des limites. On peut être très préoccupé par le fait que les choses traînent en longueur quant au projet de loi C‑14. Ce sont les Québécois qui paient le prix du manque d'empressement de la Chambre des communes à adopter ce projet de loi. Nous savons que nous voulons un nombre minimum de sièges pour la province de Québec et, comme les députés s'en souviendront, nous n'avons cessé de le dire depuis le début, lorsque la commission nationale a initialement fait sa recommandation. La réponse a été immédiate, non seulement de la part de mes collègues du Québec, mais aussi de l'ensemble du caucus: il était hors de question de permettre que le Québec n'ait pas les 78 sièges.
Tant que le projet de loi n'est pas adopté, la commission de trois membres au Québec a les mains liées, du moins en bonne partie, tandis que les autres commissions continuent de préparer les limites parce qu'elles changeront dans les différentes provinces. Des ajustements seront apportés aux limites dans la ville de Winnipeg, et la circonscription de Winnipeg‑Nord pourrait s'étendre plus au nord ou plus vers le centre-ville. C'est quelque chose que j'attends avec impatience dans l'espoir que nous verrons des changements que la collectivité appuiera.
Une fois cette ébauche terminée, la commission doit la rendre publique, puis organiser des audiences publiques qui doivent avoir lieu avant la fin d'octobre, car le rapport doit être finalisé avant la mi-décembre.
Voilà pourquoi il est essentiel que nous adoptions ce projet de loi. Ainsi, la commission de la province de Québec pourra terminer son ébauche et la rendre publique, et le public pourra à son tour se prononcer afin que la commission puisse présenter son ébauche finale d'ici la fin de l'année.
J'appuie le projet de loi C‑14 parce qu'il s'agit d'un processus indépendant. J'espère que tous les députés appuieront son adoption rapide. Je constate que mon temps de parole est...
Collapse
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data