Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 95
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-12-06 12:06 [p.10475]
Expand
Mr. Speaker, it is my pleasure to join the discussion today on the fall economic statement.
What we wanted to see is a plan for the future of all Canadians, but what we received from the Liberals in this fall economic statement is more reckless spending. We laid out two requests before the statement was delivered. One was no new taxes. The second was that if the government brought in more spending, it should find savings in the budget. That was not possible for the reckless Liberal-NDP coalition.
What we see right now is more spending and less money in the pockets of Canadians. We even heard the Governor of the Bank of Canada, Tiff Macklem, say that there is a made-in-Canada inflation problem. That is as a result of the reckless spending by the costly NDP-Liberal coalition.
I will go through a few of the spending items that we see as possibly unnecessary.
For one of them, the finance minister could not even answer a question. When asked about the $14.2-billion spend in the economic statement that is unaccounted for, she could not answer what it was earmarked for. As the finance minister of a G7 country, she should really have a better handle on where the money is going.
To add to the idea that the government right now is not in control of its spending, the Auditor General released a report today, and there are some very concerning things in it. A few of the numbers we saw today gave us a second to pause and wonder where the government is taking Canadians. One has to do with “overpayments to ineligible recipients” regarding COVID–19 spending. There was $4.6 billion in overpayments to ineligible recipients that the taxpayers of this country will never get back.
Let us not stop there. There is another one about “payments that should be investigated further” by the Auditor General. This was just released today, and there is $27.4 billion for further programs that we need to look into. One of my questions here, and I hope one of my Liberal counterparts will ask me about it, is whether the Liberals believe this needs to be investigated as well. Are they curious about where that $24.7 billion is that they said was necessary for COVID spending? I ask because we all remember the solemn hand-on-heart moment when Canadians were told by the Prime Minister that he has their backs.
Do members remember one of the last fall economic statements delivered by the current minister and the government? There was a famous line that will go down as one of my favourite quotes from the Prime Minister. He said the Liberals were going to take on debt so Canadians did not have to. How is that working for the government now?
I think Canadians across the country are wondering when exactly that is going to happen, because they have seen the government take on massive debt, more debt than all other governments combined. What I am seeing and hearing from Canadians across the country is they feel that this debt is now being passed on to them. That is how they feel. Where is this solemn pledge by the Prime Minister that the government is going to take on debt so Canadians do not have to? That is not a thing and Canadians are falling further and further behind.
I have a few examples of some of the discussions I have had.
This past weekend, I had the opportunity to speak with the Association of Canadian Custom Harvesters in Saskatoon. People from all over the country do custom harvesting. By the way, in question period, the associate minister of finance, who is from Alberta, keeps saying that there have been massive crop failures across the country, yet I did not hear that from the people who actually harvest crops. That is another one of the fabricated stories the Liberals continue to tell to make sure they have a compelling narrative to keep shovelling out dollars.
At this conference in Saskatoon, it was great to hear about some of the innovations and new technologies these custom harvesters are using to lower emissions. There were questions they kept coming back to ask me: How much is enough? For the carbon tax, what level will make the government happy? I was dumbfounded. I did not know how to answer that because I do not think it will ever be enough.
One of the custom harvesters actually does work across the border in Montana and the Midwestern states, and then comes back up. I asked him what the difference in his fuel bill is when he is harvesting down south across the border compared to when he is harvesting in Canada. He said it is between $15,000 and $20,000 a week. Could members imagine doing business in a different jurisdiction where it costs an extra $15,000 to $20,000 a week on something they have no control over? They have to fuel their vehicles. They have to fuel their harvesters and trucks. I asked him how it makes sense to keep going back and forth across the border. He said it does not. Then and there it just hit me that this is why we are becoming so uncompetitive. That is why the jobs are going south. It is because the current government is taxing businesses out of existence.
Then I remembered a quote I heard from one of the Liberal backbenchers, the member for Whitby. It all made sense when he stood in his spot and said to Canadians that they will have to go through pain. Can members imagine a government member standing up and saying that it is going to get worse? Can members imagine him saying he is not sure it is ever going to get better, but that Canadians can be sure that, as long as the Liberals are in government, it is going to continue to get worse for them, with more pain and suffering? I say “kudos” to that member because that is probably one of the first honest statements I have heard from a member of the Liberal Party in being honest with Canadians and saying that under the Liberals it will continue to get worse.
We see that situation across the country. One of the biggest things that hits me when I look at some of the statistics here is that 1.5 million Canadians are using a food bank every month in our country when we are supposed to be the breadbasket of the world. We have the food, fuel and fertilizer the world needs and we cannot feed our own people.
I opened the mail the other day when I was at home and my wife brought a letter to me. We are both U of R alumni. It was from the University of Regina. Usually people get these fundraising letters when it is for a capital project or some kind of infrastructure project. My wife said, “You will never believe this is coming from the University of Regina.” I read the fundraising letter and it was literally to feed students. It was an anonymous letter from one of the students saying that they go to bed hungry almost every night. There are 58.6% of university students at the U of R who are going to bed hungry. This is in our country now and it is shameful. From where we were to where we are now as a country, the food bank usages are up. Students are living in hostels and going to bed hungry, and they were looking for a vision from this economic statement. The government cannot spend itself out of inflation.
We are getting to another point where, if there are two more interest rate rises in this country, we are going to see a rash of bankruptcies. What is the Liberals' plan for that? Times are getting tough. I know people on variable mortgages whose mortgages have gone up $600 or $700 a month. Now it has come out that grocery bills are going to go up $1,000 to $1,500 per month. Eventually, there is nothing left.
In our country, under the current Liberal government, taxes now exceed take-home pay for people who are going to work every day. This is unsustainable in our country. We need a vision and we need a plan. We need to start making paycheques pay again. We need to make it so that people who are going to work have the ability to support their families and do not have to put water in their milk so they can make it go further for the kids. Parents are literally now scared to take their kids to the grocery store. I have constituents who have sent pictures to me of what $100 in groceries is buying for their family now, and it is sad. It is a couple of loaves of bread, maybe a jug of milk, some pasta and some pasta sauce. That is not good enough.
I will leave members with a quote. It is something Premier Wall always said when we were in government. He said that the best thing a government can and should do is leave things better than it found them. The current government has failed on that miserably.
Monsieur le Président, je suis heureux de me joindre au débat d'aujourd'hui sur l'énoncé économique de l'automne.
Ce que nous voulions, c'est un plan pour l'avenir de tous les Canadiens, mais les libéraux nous ont présenté un énoncé économique de l'automne prévoyant de nouvelles dépenses inconsidérées. Avant la présentation de l'énoncé, nous avions formulé deux demandes. La première était de ne pas ajouter de nouvelles taxes. La deuxième était que, si le gouvernement engageait d'autres dépenses, il devait trouver des économies à faire ailleurs dans le budget. La coalition irresponsable des libéraux et des néo-démocrates a été incapable de donner suite à ces demandes.
Le présent énoncé économique prévoit des dépenses supplémentaires et moins d'argent dans les poches des Canadiens. Tiff Macklem, gouverneur de la Banque du Canada, a même dit que le problème de l'inflation avait été fabriqué au Canada. Ce problème découle des dépenses inconsidérées de la coûteuse coalition néo-démocrate—libérale.
Je vais passer en revue certains postes de dépenses que nous considérons comme étant possiblement inutiles.
Pour l'un d'entre eux, la ministre des Finances n'a même pas été capable de répondre à une question. Lorsqu'on l'a interrogé sur les 14,2 milliards de dollars de dépenses injustifiées dans l'énoncé économique, la ministre n'a pas pu dire à quoi ces fonds étaient destinés. En tant que ministre des Finances d'un pays du G7, elle devrait vraiment mieux savoir où va l'argent.
Pour ajouter à l'idée que le gouvernement actuel ne contrôle pas ses dépenses, la vérificatrice générale a publié un rapport aujourd'hui, qui comprend des éléments très inquiétants. Quelques-uns des chiffres que nous avons vus nous ont incités à faire une pause et à nous demander où le gouvernement mène les Canadiens. L'un de ces éléments concerne les « paiements [...] versés en trop à des bénéficiaires inadmissibles » dans le cadre des mesures liées à la COVID‑19. Il y a eu 4,6 milliards de dollars de paiements versés en trop à des bénéficiaires inadmissibles, que les contribuables de ce pays ne récupéreront jamais.
Ne nous arrêtons pas là. La vérificatrice générale mentionne également « qu’il faudrait examiner de plus près des paiements [...] ». Cette information a été publiée aujourd'hui: il y a des paiements totalisant 27,4 milliards de dollars liés à d'autres programmes que nous devons examiner. L'une de mes questions, et j'espère que l'un de mes homologues libéraux m'interrogera à ce sujet, vise à savoir si les libéraux pensent que ces paiements doivent également faire l'objet d'une enquête. Sont-ils curieux de savoir où se trouvent ces 24,7 milliards de dollars qui, selon eux, étaient nécessaires pour lutter contre la COVID? Je pose la question parce que nous nous souvenons tous du moment solennel où les Canadiens se sont fait dire par le premier ministre, main sur le cœur, qu'il était là pour eux.
Les députés se souviennent-ils d'un des derniers énoncés économiques de l'automne présentés par l'actuelle ministre et le gouvernement? Une phrase célèbre du premier ministre restera dans les annales comme l'une de mes citations préférées. Il a dit que les libéraux allaient s'endetter pour que les Canadiens n'aient pas à le faire. Comment le gouvernement compte-t-il s'en sortir maintenant?
Je pense que les Canadiens de tout le pays se demandent comment cela se passera exactement, car ils ont vu le gouvernement s'endetter massivement, plus que tous les précédents gouvernements réunis. Selon ce que disent les Canadiens de partout au pays, ils ont l'impression que cette dette leur est maintenant transmise. C'est ce qu'ils ressentent. Qu'en est-il de cet engagement solennel du premier ministre voulant que le gouvernement s'endette pour que les Canadiens n'aient pas à le faire? Il n'en est rien et les Canadiens sont chaque jour un peu plus laissés pour compte.
Voici un aperçu de quelques discussions que j'ai eues.
La fin de semaine dernière, j'ai parlé avec des membres de l'Association of Canadian Custom Harvesters à Saskatoon, une association qui se concentre sur les moissonneurs contractuels. Il y a des moissonneurs contractuels partout au pays. Je rappelle, en passant, qu'à la période des questions, le ministre associé des Finances, un Albertain, répète souvent qu'il y a de mauvaises récoltes partout au pays. Ce n'est toutefois pas ce que me disent les gens qui font vraiment les récoltes. C'est simplement un autre récit que les libéraux ont inventé pour se justifier de continuer à faire pleuvoir les dollars.
J'ai été ravi d'entendre parler, pendant la conférence de Saskatoon, de certaines des innovations et des nouvelles technologies qu'emploient les moissonneurs pour réduire les émissions. Ils m'ont souvent posé les mêmes questions: quand les réductions seront-elles suffisantes? Pour la taxe sur le carbone, quel taux satisfera le gouvernement? J'étais incapable de leur répondre. Je ne savais pas quoi leur dire, car j'ai l'impression que les réductions ne seront jamais considérées comme suffisantes.
L'un des moissonneurs contractuels travaille de l'autre côté de la frontière, au Montana et dans les États du Midwest, puis il revient au Canada. Je lui ai demandé quelle est la différence entre les factures d'essence qu'il paie lorsqu'il travaille aux États‑Unis et celles qu'il doit payer lorsqu'il travaille au Canada. Il m'a dit que l'écart se situe entre 15 000 $ et 20 000 $ par semaine. Les députés peuvent-ils s'imaginer devoir payer 15 000 $ à 20 000 $ de plus par semaine pour faire des affaires dans un autre pays, sans pouvoir y faire quoi que ce soit? Ces gens doivent absolument faire le plein de leurs véhicules. Ils doivent faire le plein de leurs moissonneuses et de leurs camions. J'ai demandé au moissonneur s'il était logique de devoir se déplacer de part et d'autre de la frontière. Il m'a répondu que non. C'est à ce moment que j'ai compris pourquoi notre pays devient si peu compétitif. C'est pour cela que les emplois sont transférés vers le sud. C'est parce que le gouvernement actuel achève les entreprises en leur imposant un trop lourd fardeau fiscal.
Puis, je me suis souvenu des paroles d'un député libéral d'arrière-ban, le député de Whitby. Tout est devenu clair lorsqu'il s'est levé à la Chambre pour dire aux Canadiens qu'ils allaient devoir souffrir. Les députés peuvent-ils imaginer un ministériel dire à la Chambre que les choses vont empirer? Les députés peuvent-ils l'imaginer en train de dire qu'il n'est pas sûr que les choses vont un jour s'améliorer, mais que les Canadiens peuvent être certains que tant que les libéraux formeront le gouvernement, les choses iront de mal en pis pour eux et qu'il y aura plus de douleurs et de souffrances? Je lève mon chapeau à ce député, car cette déclaration aux Canadiens voulant que les choses continuent de s'aggraver est probablement l'une des premières déclarations honnêtes provenant d'un député du Parti libéral.
On constate la même situation partout au pays. Parmi les statistiques qui m'ont le plus frappé, il y a ces quelque 1,5 million de Canadiens qui, chaque mois, doivent se tourner vers les banques alimentaires, alors que notre pays est censé être le grenier de la planète. Nous avons les aliments, le carburant et les engrais dont la planète a besoin, mais nous sommes incapables de nourrir nos propres concitoyens.
Chez moi, l'autre jour, j'étais en train d'ouvrir mon courrier quand mon épouse m'a apporté une lettre qui provenait de l'Université de Regina, dont nous sommes tous deux diplômés. Habituellement, les gens reçoivent ce genre de lettre de collecte de fonds pour financer un projet d'investissement ou d'infrastructure. Mon épouse m'a dit: « Tu ne croiras jamais que cette lettre vient de l'Université de Regina. » J'ai lu la lettre de collecte de fonds qui visait littéralement à nourrir les étudiants. C'était une lettre anonyme d'un des étudiants expliquant qu'ils allaient au lit le ventre vide presque tous les soirs. Il y a 58,6 % des étudiants de l'Université de Regina qui vont se coucher le ventre vide. Cela se passe dans notre pays, et c'est honteux. Les choses évoluent de telle manière au pays que le recours aux banques alimentaires a augmenté. Des étudiants vivent dans des maisons de refuge et s'endorment le ventre vide, et ils s'attendaient à ce qu'on leur présente une vision dans l'énoncé économique. Le gouvernement ne peut pas espérer juguler l'inflation en continuant de dépenser sans compter.
Au Canada, nous sommes en train d'en arriver à un point où, s'il y a deux autres hausses du taux d'intérêt, nous assisterons à un grand nombre de faillites. Que comptent faire les libéraux à cet égard? La situation se corse. Je connais des gens qui ont un prêt hypothécaire à taux variable dont le paiement mensuel a augmenté de 600 $ ou 700 $. Maintenant, on vient d'annoncer que le panier d'épicerie coûtera entre 1 000 $ et 1 500 $ de plus par mois. À un moment donné, les gens n'ont plus d'argent dans leurs poches.
Au Canada, sous la direction de l'actuel gouvernement libéral, les impôts dépassent maintenant le revenu net des travailleurs à temps plein. Cette situation est insoutenable. Les Canadiens ont besoin d'une vision et d'un plan. Il faut que les chèques de paie permettent de nouveau aux gens de vivre. Nous devons faire en sorte que les travailleurs soient en mesure de subvenir aux besoins de leur famille et qu'ils n'aient pas à mettre de l'eau dans le lait pour qu'il y en ait un peu plus pour les enfants. À l'heure actuelle, les parents ont carrément peur d'amener les enfants à l'épicerie. Des gens de ma circonscription m'ont envoyé des photos pour me montrer ce qu'on peut acheter pour sa famille à l'épicerie avec 100 $, et c'est un bien triste constat. Ce panier se résume à quelques miches de pain, à une cruche de lait, à des pâtes alimentaires et à de la sauce pour les pâtes. C'est inacceptable.
En conclusion, voici une citation à l'intention des députés. Ce sont des paroles que répétait constamment le premier ministre Wall lorsqu'il dirigeait le gouvernement. Il disait que la meilleure chose que peut faire un gouvernement, ce qu'il doit faire, c'est de laisser derrière lui une situation meilleure que lorsqu'il est arrivé au pouvoir. Or, à ce chapitre, l'actuel gouvernement a échoué lamentablement.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-12-06 12:32 [p.10479]
Expand
Mr. Speaker, I listened intently to the speech of the member for Whitby. He is a member of the Standing Committee on Agriculture and Agri-Food, and we have worked together on some things. He talked about the innovation fund. He said that it would add $60 billion and create investments. I hope it does a lot better than the Infrastructure Bank, which did nothing for Canadians but build pipelines in China.
In the 2019 campaign, the Liberals promised not to raise the carbon tax over $50 a tonne. They broke that promise and blew by that cap. By 2030, the carbon tax is supposed to be $170 a tonne, which increases the cost of everything from food to fertilizer to fuel. Everything people buy will be more expensive because of the carbon tax.
Therefore, how high is high enough? With the tax currently at $170 a tonne, the Liberals will break that promise as well. How high is the carbon tax going to go before they realize it is going to bankrupt Canadians?
Monsieur le Président, j’ai écouté attentivement le discours du député de Whitby. Il est membre du Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire, et nous avons travaillé ensemble sur certains dossiers. Il a parlé du fonds d’innovation. Il a parlé d’un ajout de 60 milliards de dollars et de la création d’investissements. J’espère qu’il fera beaucoup mieux que la Banque de l’infrastructure, qui n’a rien fait pour les Canadiens, mais qui a construit des pipelines en Chine.
Pendant la campagne électorale de 2019, les libéraux ont promis de ne pas augmenter la taxe sur le carbone de plus de 50 $ la tonne. Ils ont brisé cette promesse et ont dépassé le plafond. D’ici 2030, la taxe sur le carbone devrait s’élever à 170 $ la tonne, ce qui exerce une pression à la hausse sur les prix, des aliments aux engrais en passant par le carburant. Tout ce que les gens achètent coûtera plus cher à cause de la taxe sur le carbone.
Alors, quel sera le plafond suffisant? Avec la taxe actuellement à 170 $ la tonne, les libéraux vont aussi briser cette promesse. Jusqu’où grimpera la taxe sur le carbone avant qu’ils ne se rendent compte qu’elle acculera les Canadiens à la faillite?
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
View Robert Kitchen Profile
2022-12-06 18:08 [p.10530]
Expand
Madam Speaker, unfortunately, my speech will have to be curtailed, which is something that should have been thought of before the Liberals came up with Bill C-32.
The fall economic statement, which could have done so much to help people in need, does absolutely nothing to address the real crises that Canadians are facing, like inflation, the cost of living and more taxes. Where it could have stopped new taxes and tax hikes and stopped new spending and wasteful spending, it fails to do so and only adds to the inflationary economy. The people of Saskatchewan cannot afford these out-of-touch policies that take their hard-earned money out of their pockets and put it into government coffers.
Each and every household in this country is feeling the effects of the Liberal incompetence when it comes to managing inflation and the cost of living. This year alone, government revenues have increased to $41.1 billion. Where is that money coming from? It is coming from the single mother who is skipping meals to make sure that her kids have enough to eat each week. It is coming from the families who have to pick between putting gas in their cars or keeping the lights on that month, because they are all paying higher taxes.
These are things the Prime Minister does not worry about and has never had to spare a thought for in his entire life. He is completely out of touch with his inflationary deficits, which are now at half a trillion dollars. It is clear that he has no problem profiting off the backs of Canadians and leaving the issues for future generations to deal with. He does not have their backs. He is profiting off their backs.
As we all know, this is Christmastime and a festive season for many. People are trying to get out, celebrate and help where they can. However, they are concerned, especially when a report that came out yesterday said that the cost of their food is escalating and, in 2023, prices will be 5% to 7% higher. Families will pay $1,065 more for groceries in 2023.
My wife goes out of her way yearly to assist with baking for hospitals, charities and people who have lost loved ones, as well as my family. Yesterday, she was making some cookies and went to buy some supplies. One box of graham cracker crumbs, two small cans of Eagle Brand condensed milk, two oranges, two lemons, a small 125-millilitre bottle of artificial vanilla and two 450-gram sticks of butter, which fit into one bag, was a total cost of $82.54. That is a lot of money for cookies, and next year it is going to be closer to $100.
The Liberals are killing rural communities and are doing it without even batting an eye. Measures like the carbon tax are killing businesses both small and large, including farming operations that have stood the test of time for generations. It is a tragedy to see family farms having to sell off their operations just so they can pay the bills. Many ranchers and farmers are close to walking away from the industry because of these escalating input costs.
As we all know, the Prime Minister has a pattern of promising something and doing the complete opposite. Many years and many billions of dollars ago, he said that he would not exceed $10 billion of debt. How soon people forget. The Prime Minister has now added more debt than all previous prime ministers combined. Furthermore, an alarming 40% of all new spending measures, roughly $205 billion, has nothing to do at all with COVID.
Ultimately, it is going to come down to what I call the “heat or keep” principle. In Saskatchewan, winters get brutally cold with temperatures dropping down into the minus forties multiple times during the season. In fact, as I speak today, it is below -30°C. Thanks to measures like the carbon tax for the last few years, people have been wondering if they can afford to heat their homes, a concern that no Canadian should have to grapple with. Now, because of the ever-rising interest rates and inflation, they are wondering if they will be able to keep their homes. The Prime Minister could never begin to imagine the stress that is felt by those who have to decide to heat or keep, but this is what it has come down to.
If we take a look at the numbers, the outlook is grim. Families who are financially on the brink who bought a typical home five years ago with a typical mortgage that is now up for renewal will pay $7,000 more a year. This is completely unsustainable and has the potential to financially devastate many hard-working homeowners who are just trying to live the life that they have earned and deserve. For example, someone with a mortgage of $400,000 amortized over 25 years with a monthly payment of $2,400 is not eligible for the relief that the Liberals are touting as the solution to the problem.
Speaking of the carbon tax, this could be a great opportunity for the government to actually help Canadians who are struggling to make ends meet. The Liberals could make the decision to cancel the tripling of the tax, but they will not.
Another big issue that I have with this economic update is that it fails to adequately address the Inflation Reduction Act that the U.S. passed in August, specifically with respect to investment in emissions reduction technology here in Canada.
The fact is that the Liberals have missed every single emissions reduction target they have set, yet they are still not doing enough to incentivize investment in clean technology. That is shameful. The United States has a 45Q tax credit that is straightforward, easy to understand and provides industry with certainty over things like regulation prices and timelines. By contrast, the measures created by the Liberal government are largely ineffective due to the high level of bureaucracy involved, with a mess of programs and credits layered on top of each other that create confusion and lack clarity.
We have already seen projects worth billions of dollars choose to operate in Texas over Alberta because of the ease of doing business in the U.S. The Liberals are choosing not to listen to industry experts who are prepared to assist and advise on clean tech like carbon capture and storage, or CCUS, because they do not want to be associated with the word “coal”. Is it the industry they are trying to kill, or is it the emissions?
Surely it is the emissions and the fact that CCUS can do it is something that we should be investing in. It is something that this economic statement does not move forward on and assist all Canadians by investing with private money, not public money.
Malheureusement, madame la Présidente, je vais devoir sabrer mon discours, une notion à laquelle les libéraux auraient dû penser avant de présenter le projet de loi C‑32.
L'énoncé économique de l'automne, qui aurait pu aider tellement de gens dans le besoin, ne prévoit absolument rien pour remédier aux véritables crises auxquelles les Canadiens sont confrontés, comme l'inflation, le coût de la vie et l'augmentation incessante de leur fardeau fiscal. Cet énoncé aurait pu mettre fin aux nouvelles taxes, aux hausses de taxes, aux nouvelles dépenses et aux dépenses inutiles, mais non. Il ne fait que jeter de l'huile sur le feu et attiser l’inflation. Les Saskatchewanais ne peuvent se permettre ces politiques déconnectées de la réalité qui servent à prélever l'argent qu'ils ont durement gagné pour le transférer dans les coffres du gouvernement.
Tous les ménages du pays ressentent les effets de l'incompétence libérale en matière de gestion de l'inflation et du coût de la vie. Cette année seulement, les revenus du gouvernement ont augmenté de 41,1 milliards de dollars. D'où provient tout cet argent? Il provient des mères seules qui sautent des repas afin que leurs enfants aient suffisamment à manger. Il provient des familles qui doivent choisir entre faire le plein de leur véhicule ou payer la facture d'électricité mensuelle, car elles paient toutes davantage de taxes.
Ce sont des problèmes dont le premier ministre n'a pas à se soucier et auxquels il n'a jamais eu à penser de toute sa vie. Il est complètement coupé de la réalité avec ses déficits inflationnistes, qui s'élèvent maintenant à 1 demi-billion de dollars. De toute évidence, il ne voit aucun mal à faire de l'argent sur le dos des Canadiens et à refiler ce fardeau aux générations futures. Le premier ministre n'est pas là pour les Canadiens. Il réalise des profits aux dépens des Canadiens.
Comme nous le savons tous, ce sera bientôt Noël et une période de réjouissances pour un grand nombre de personnes. Les Canadiens essaient de sortir, de célébrer et d'offrir leur aide dans la mesure du possible. Malheureusement, ils sont inquiets et le rapport qui a été publié hier n'a rien de rassurant. En effet, il indique que le coût de la nourriture grimpe en flèche et qu'il augmentera de 5 à 7 % en 2023. Les familles devront payer 1 065 $ de plus à l'épicerie en 2023.
Chaque année, mon épouse consacre beaucoup d'énergie à confectionner des biscuits et d'autres gâteries pour des hôpitaux, des organismes de bienfaisance, des gens qui ont perdu des êtres chers et notre famille. Comme elle voulait faire des biscuits hier, elle est allée acheter des ingrédients. Une boîte de chapelure de biscuits Graham, deux petites boîtes de lait condensé Eagle Brand, deux oranges, deux citrons, une petite bouteille de 125 millilitres de vanille artificielle et deux bâtonnets de beurre de 450 grammes chacun, des ingrédients qui entraient tous dans un seul sac, lui ont coûté 82,54 $. C'est beaucoup d'argent pour des biscuits, et la facture sera plus près de 100 $ l'an prochain.
Les libéraux sont en train de tuer les communautés rurales sans sourciller. Des mesures comme la taxe sur le carbone nuisent aux petites et aux grandes entreprises, y compris aux exploitations agricoles actives depuis des générations. Il est tragique de voir des fermes familiales forcées de se défaire de leurs installations pour payer les factures. Beaucoup d'agriculteurs et d'éleveurs sont à un cheveu de quitter leur secteur d'activité à cause de l'escalade du prix des intrants.
Comme nous le savons, le premier ministre a l'habitude de promettre quelque chose et de faire complètement le contraire. Il y a de cela de nombreuses années et plusieurs milliards de dollars, le premier ministre a dit que la dette ne dépasserait pas 10 milliards de dollars. Les gens oublient vite. Le premier ministre a maintenant accumulé plus de dettes que tous les premiers ministres précédents réunis. Qui plus est, 40 % des dépenses découlant des nouvelles mesures, ce qui correspond à environ 205 milliards de dollars, n'ont rien à voir avec la COVID‑19, ce qui est très inquiétant.
Ultimement, la situation se résumera à ce que j'appelle le principe « se chauffer ou garder ». En Saskatchewan, les hivers sont particulièrement froids: le mercure atteint plusieurs fois les -40 degrés Celsius au cours de la saison. En fait, à l'heure actuelle, il atteint les -30 degrés Celsius. Depuis quelques années, à cause de mesures comme la taxe sur le carbone, les gens se demandent s'ils auront les moyens de se chauffer, ce qui est une préoccupation qu'aucun Canadien ne devrait avoir. Maintenant, à cause des taux d'intérêt qui ne cessent de monter et de l'inflation, les gens se demandent s'ils pourront garder leur maison. Jamais le premier ministre n'arrivera à imaginer le stress ressenti par les personnes qui doivent choisir entre « se chauffer ou garder », mais voilà où nous en sommes rendus.
En jetant un coup d'œil aux chiffres, on s'aperçoit que les perspectives sont peu reluisantes. Les familles, qui sont au bord du gouffre sur le plan financier, et qui ont acheté une maison ordinaire il y a cinq ans en contractant une hypothèque normale qui doit maintenant être renouvelée, devront payer 7 000 $ de plus par an. C'est totalement insoutenable et pourrait nuire gravement à la situation financière de nombreux propriétaires qui travaillent dur et qui ne font que vivre selon leurs moyens. Par exemple, une personne ayant une hypothèque de 400 000 $ amortie sur 25 ans avec des paiements mensuels de 2 400 $ n'est pas admissible à l'allégement présenté par les libéraux comme la solution au problème.
Au sujet de la taxe sur le carbone, le gouvernement aurait là une excellente occasion de venir réellement en aide aux Canadiens qui peinent à joindre les deux bouts. Bien que les libéraux pourraient prendre la décision d'annuler le triplement de la taxe sur le carbone, ils refusent de le faire.
Un autre aspect de cette mise à jour économique qui me pose problème est qu'elle ne répond pas adéquatement à la loi sur la réduction de l'inflation que les États‑Unis ont adoptée en août, notamment en ce qui concerne les investissements dans les technologies de réduction des émissions, ici, au Canada.
Le fait est que même si les libéraux ont raté toutes leurs cibles en matière de réduction des émissions, ils n'en font toujours pas assez pour encourager les investissements dans les technologies propres. C'est une honte. Les États‑Unis ont mis en place un crédit d'impôt 45Q qui est simple, facile à comprendre et qui offre à l'industrie de la certitude quant aux tarifs et aux échéanciers fixés par la réglementation, notamment. En revanche, les mesures prises par le gouvernement libéral sont largement inefficaces en raison des lourdeurs administratives qu'elles entraînent, le tout accompagné d'un fouillis de programmes et de crédits qui crée de la confusion.
Déjà, des projets de milliards de dollars ont été lancés au Texas plutôt qu'en Alberta parce qu'il est plus facile de faire des affaires aux États‑Unis. Les libéraux choisissent de ne pas écouter les experts de l'industrie qui sont prêts à offrir de l'aide et des conseils au sujet de technologies propres comme le captage et le stockage du carbone, parce qu'ils ne veulent pas être associés au mot « charbon ». Les libéraux veulent-ils éliminer les émissions ou l'industrie?
Ce doit sûrement être les émissions. Comme les technologies de captage et de stockage du carbone peuvent mener à des réductions des émissions, il conviendrait d'investir dans ces technologies. C'est une avenue que n'explore pas l'énoncé économique pour aider tous les Canadiens en favorisant les investissements privés plutôt que publics.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-12-02 12:04 [p.10359]
Expand
Madam Speaker, residents of Saskatoon are suffering because of the carbon tax. It makes the cost of everything increase. Fuel and home heating are more expensive, and so is food. Some 20,000 people are using the Saskatoon food bank each month, and 40% of them are children.
This tax plan does nothing for the environment. Instead, it is ripping a hole in the bank accounts of Canadians.
Will the Liberal government show some compassion and stop forcing its failed carbon tax on Canadians?
Madame la Présidente, les habitants de Saskatoon font les frais de la taxe sur le carbone. Cette taxe fait grimper le prix de tout. L'essence et le chauffage domestique coûtent plus cher, tout comme les aliments. Quelque 20 000 personnes ont recours à la banque alimentaire de Saskatoon tous les mois, et 40 % d'entre elles sont des enfants.
Ce plan fiscal ne fait rien pour l'environnement. Il creuse plutôt un trou dans les comptes bancaires des Canadiens.
Le gouvernement libéral fera-t-il preuve de compassion en cessant d'imposer aux Canadiens sa taxe inefficace sur le carbone?
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
View Kelly Block Profile
2022-12-01 14:58 [p.10303]
Expand
Mr. Speaker, inflation is at a 40-year high. Interest rates have increased at their fastest rate in decades, and the Bank of Canada is telling us that they need to go higher. The Prime Minister's solution is to spend more and raise taxes. While his inflation tax eats into the paycheques of Canadians, they are cutting into their diets.
If the Prime Minister really was serious about making life more affordable for Canadians, he would cancel his carbon tax increase immediately. Will the Liberal government stop forcing its failed carbon tax on Canadians?
Monsieur le Président, l'inflation n'a jamais aussi élevée depuis 40 ans. Les taux d'intérêt augmentent à un rythme jamais vu depuis des décennies, et la Banque du Canada nous dit qu'ils doivent être augmentés davantage. La solution du premier ministre consiste à dépenser encore plus et à hausser les taxes. Tandis que sa taxe inflationniste gruge les chèques de paie des Canadiens, ces derniers mangent moins.
Si le premier ministre voulait sérieusement rendre la vie des Canadiens plus abordable, il annulerait immédiatement l'augmentation de sa taxe sur le carbone. Le gouvernement libéral va-t-il cesser d'imposer son inefficace taxe sur le carbone aux Canadiens?
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
View Kelly Block Profile
2022-12-01 15:00 [p.10303]
Expand
Mr. Speaker, The Liberals have not met an environmental target yet. Canadians are staring at bare cupboards and wondering how they are going to pay their heating bill this winter. Some 1.5 million Canadians have been forced to use food banks in a single month. One in five are skipping meals, and with the cost of home heating going up, they will not be able to afford to heat their homes.
The choice for Canadians is not between Disney+ and Netflix; it is between heating and eating. Will the Liberal government stop forcing its failed carbon tax on Canadians?
Monsieur le Président, les libéraux n'ont encore atteint aucune cible environnementale. Les Canadiens regardent leur garde-manger vide et se demandent comment ils réussiront à payer leur facture de chauffage cet hiver. Quelque 1,5 million de Canadiens ont été forcés d'avoir recours aux banques alimentaires en un seul mois. Un Canadien sur cinq saute des repas et, comme le coût du chauffage augmente, ils n'auront pas les moyens de chauffer leur logis.
Les Canadiens ne sont pas forcés de choisir entre Disney+ et Netflix, mais entre se chauffer et se nourrir. Le gouvernement libéral cessera-t-il de faire subir aux Canadiens son inefficace taxe sur le carbone?
Collapse
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, not a single climate target has been met, not one. The Liberal tax plan disguised as a climate plan unfairly targets rural and remote communities.
In northern Saskatchewan, driving is absolutely necessary. People travel great distances for groceries and medical appointments. Freight costs are significant on every item on every shelf everywhere. Heating our homes at -30°C is not a luxury.
Will the Liberals finally cancel their failed carbon tax, which is crippling Canadians?
Monsieur le Président, aucun objectif climatique n'a été atteint, pas un seul. Le plan fiscal des libéraux qui est déguisé en plan de lutte contre les changements climatiques cible injustement les collectivités rurales et éloignées.
Dans le Nord de la Saskatchewan, il est absolument nécessaire de conduire un véhicule. Les gens parcourent de grandes distances pour se rendre à l'épicerie ou à des rendez-vous médicaux. Les frais de transport de chaque article sur chaque étagère, partout, sont considérables. Chauffer nos maisons lorsqu'il fait -30 degrés Celsius n'est pas un luxe.
Les libéraux vont-ils enfin annuler leur taxe inefficace sur le carbone qui paralyse les Canadiens?
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-11-24 15:10 [p.9986]
Expand
Mr. Speaker, talking about just the facts, here are some facts. For seven years, taxes have gone up on all Canadians. For seven years, emissions have gone up. We had a better record on emissions than the Liberal government ever has had. Those are the facts.
Here are some more facts. Some 1.5 million Canadians rely on food banks to put food on their tables. Universities are sending out fundraising letters so that kids at our universities in Canada can eat before they go to bed.
This is the Canada these Liberals have made, so when will they get it together and stop forcing their failed carbon tax on all Canadians?
Monsieur le Président, si on veut s'en tenir uniquement aux faits, voici des faits. Depuis sept ans, les taxes augmentent pour tous les Canadiens. Depuis sept ans, les émissions augmentent. Les libéraux n'ont jamais réussi à obtenir un aussi bon bilan en matière d'émissions que les conservateurs. Ce sont les faits.
J'en ai d'autres, des faits. Quelques 1,5 million de Canadiens doivent avoir recours aux banques alimentaires pour se nourrir. Des universités mènent des campagnes de financement afin que les jeunes étudiants canadiens n'aient pas à aller se coucher le ventre vide.
C'est le Canada qu'ont créé les libéraux, alors quand ces derniers vont-ils se réveiller et arrêter d'imposer leur inefficace taxe sur le carbone aux Canadiens?
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-11-22 14:24 [p.9844]
Expand
Mr. Speaker, the real question is when the Liberals will have an environment plan, because they have not hit a single target they have set for themselves. That is not our opinion; that is the finding of their own departmental reports, and it was the Parliamentary Budget Officer, whom the Prime Minister appointed, who came to the conclusion that the vast majority of Canadians pay more in the carbon tax than they hope to receive in any rebate. Now, a report shows that Canada has come in 58th out of 63 when it comes to climate action, falling behind China and Indonesia.
When will the Liberals finally accept the science and admit they have a tax plan, not an environment plan?
Monsieur le Président, la vraie question est de savoir quand les libéraux auront un plan environnemental, car ils n'ont pas atteint un seul des objectifs qu'ils se sont fixés. Il ne s'agit pas de notre opinion, mais de la conclusion de leurs propres rapports ministériels. En outre, le directeur parlementaire du budget, que le premier ministre a nommé, est arrivé à la conclusion que la grande majorité des Canadiens paient plus en taxe sur le carbone que ce qu'ils peuvent espérer recevoir en remboursement. De surcroît, un rapport montre que le Canada se classe au 58e rang sur 63 pays en matière de lutte contre les changements climatiques, derrière la Chine et l'Indonésie.
Quand les libéraux vont-ils enfin reconnaître les données scientifiques et admettre qu'ils ont un plan fiscal et non un plan environnemental?
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-11-22 14:25 [p.9844]
Expand
Mr. Speaker, their entire premise is based on falsehoods.
The Liberals said the carbon tax would reduce emissions. They have gone up. The Liberals said it would be revenue neutral. Canadians pay more in carbon tax than they get back. The Liberals said the carbon tax would never go up. They plan to triple it.
Now, just in time for Canada Day, on a day when Canadians are supposed to come together and celebrate all that we have in common, the Liberals are going to make the carbon tax apply in three new Atlantic Canadian provinces, Newfoundland and Labrador, P.E.I. and Nova Scotia. Is that a part of some bizarre national unity strategy, to bring Canadians together by making sure Canadians in every region hate the carbon tax?
Monsieur le Président, leur hypothèse repose sur des faussetés.
Les libéraux avaient dit que la taxe sur le carbone permettrait de réduire les émissions, mais elles ont augmenté. Ils avaient dit qu'elle n'aurait aucune incidence sur les recettes, mais les Canadiens paient plus pour la taxe sur le carbone que ce qu'ils récupèrent. Ils avaient dit que la taxe sur le carbone n'augmenterait jamais, mais ils prévoient la tripler.
On apprend maintenant que, juste à temps pour la fête du Canada, journée où les Canadiens sont censés se réunir pour célébrer tout ce qu'ils ont en commun, les libéraux appliqueront la taxe sur le carbone dans trois nouvelles provinces de l'Atlantique: Terre‑Neuve‑et‑Labrador, l'Île‑du‑Prince‑Édouard et la Nouvelle‑Écosse. S'agit-il d'un élément d'une étrange stratégie d'unité nationale visant à rassembler les Canadiens en s'assurant que les citoyens de toutes les régions du pays détestent la taxe sur le carbone?
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-11-21 13:36 [p.9748]
Expand
Madam Speaker, the overall quality of life in Canada is in significant decline under the NDP-Liberal government, and we have the evidence all around us. Government is costing Canadians more while achieving less. Violent crime rates are increasing under the Prime Minister. Food inflation, as has already been said in the House today, is at a 40-year high. The cost of living crisis is ballooning, and basic necessities are becoming more and more out of reach for far too many Canadians. In fact, a record number of Canadians used food banks this past year alone, and reports are telling us that one in five Canadians are skipping meals. Those records are truly shameful.
The fall economic statement was yet another opportunity for the NDP-Liberal government to take meaningful action to tackle inflation. It was an opportunity to course correct and help the growing number of Canadians who are struggling to make ends meet. Instead, this costly coalition is continuing with its out-of-control inflationary spending and activist-driven policies that are hurting Canadians.
At the most, the NDP-Liberal government doled out more platitudes and offered remarkably out-of-touch budgeting tips to Canadians. Unlike this costly coalition that thinks it can keep spending and spending and that the budget will balance itself, Canadians already understand that they have to have a budget. The one in five Canadians skipping meals to help make ends meet certainly do not need advice about cancelling a Disney+ subscription from the out-of-touch finance minister and her government. They need a government that is going to stop pouring fuel on the inflationary fire with endless deficit spending and stop hiking taxes. Canadians need a government that is not going to keep making it harder and harder for them to pay their bills, heat their homes or put food on the table.
The reality is that Canadians are getting hit on all sides. A paycheque is not going nearly as far as it once did. Not only is the value of the dollar in their pockets decreasing as costs of basic necessities soar, but taxes are also going up. In fact, Canadians have never paid more in taxes. Quite frankly, Canadians are out of money.
That is why the Conservatives put forward two clear demands ahead of this fall economic statement: stop the taxes and stop the spending. There should be no new taxes on Canadians. This costly coalition should not be profiting off the empty stomachs of Canadians just so it can spend those dollars on its activist-driven agenda. It needs to keep those dollars in the pockets of Canadians so they can spend it on their own families' priorities.
This costly coalition’s plan to triple the carbon tax is cruel. The cost of home heating is expected to be double this winter, and they want to triple the carbon tax on that bill as well. It is a carbon tax, I might add, that has no meaningful impact on the environment, has failed to help the NDP-Liberal government meet a single one of its climate targets and has only succeeded in hurting Canadians, especially those living in rural and remote areas.
This costly coalition wants to triple the hurt. Cold winter weather has already arrived, and those higher home heating bills are already a reality. Basic necessities like home heating should not be out of reach for Canadians. In a country with an abundance of natural resources, affordable energy should be a reality for all Canadians, but it is far from a reality when we have an NDP-Liberal government that is so dead set on keeping our energy in the ground.
This is the same NDP-Liberal government that seems to have no problem at all importing energy from foreign countries with lower environmental and human rights standards. Only a Conservative government will remove the obstacles that it has put in place to strangle our resource sector. Not only Canada but the world needs more Canadian energy. Never has that been more obvious than in this last year as Putin wages war in Ukraine. Canada's failure to meet its energy potential is actually failing our allies.
Just the same, food insecurity is a growing concern globally. Adding insult to injury, the finance minister had the audacity to stand up in front of Canadians and proudly say that we grow food to feed the world while she knows full well that the government is destroying the viability of our agricultural sector.
Their fertilizer reduction plan not only threatens global food security but also food security here at home in Canada, not to mention its impact on food production and the cost of groceries.
When it comes to their failed carbon tax, our farmers and our producers are some of the hardest hit. Their excessive tax bills are in no way offset by the government’s measly tax credit. It is truly a slap in the face to our farmers, who are not only producing high-quality and nutritious food but are also doing far more to help the environment than the failed NDP-Liberal carbon tax.
There are obvious solutions to reversing the decline in the quality of life in our country, but the NDP-Liberal government cannot keep doing more of the same. To tackle the cost of living crisis that we find ourselves in because of the Prime Minister’s out-of-control spending, we have to bring government spending under control. It is one of the reasons Conservatives called on the government to cap government spending.
We asked the government to commit to matching any new spending with equivalent savings, just as, I am sure, many Canadians have to balance their own household budget. This fall economic statement continues down the path of spending beyond their means, at the expense of Canadian taxpayers and future Canadian taxpayers.
The members on that side of the House will be very quick to stand up in this place and try to tell Canadians that all of their deficit spending was and is necessary, and that they did it to support Canadians. The non-partisan PBO has already said that more than a third of the government’s spending had nothing to do with the pandemic.
The long list of wasteful spending continues to grow. Whether it is the overpriced arrive scam app, luxurious hotel stays exceeding $6,000 a night, CERB cheques that were issued to prisoners or wage subsidies given to corporations paying out dividends, there is obvious wasteful spending under the government’s watch.
The reality is that the NDP-Liberal government’s wasteful spending does nothing to support Canadians, but it does make more Canadians vulnerable and in need of support.
Only Conservatives are committed to stopping the inflationary deficit spending and to stopping the funding of government programs with printed cash. The potential for growth is immense, but we need to cut red tape and remove the gatekeepers that are standing in the way of our economic drivers. Instead of more cash chasing fewer goods, we need more goods.
The Prime Minister will find every and any excuse to lay blame elsewhere for the current cost of living crisis, but his failed and costly policies have directly contributed to the challenges that Canadians are facing today. The bills for his activist-driven policies are due and, unfortunately, it is Canadians who are left to pay for it.
The fall economic statement is inflationary, and it fails to address the challenges that Canadians are facing because of the NDP-Liberal government.
Madame la Présidente, de façon générale, la qualité de vie au Canada a considérablement baissé sous le gouvernement néo-démocrate—libéral, et cela se manifeste partout. Le gouvernement en fait moins à plus fort coût pour les Canadiens. Le taux de criminalité augmente sous le gouvernement de l'actuel premier ministre. Comme on l'a déjà dit à la Chambre, l'inflation qui touche le prix des aliments a atteint un sommet jamais vu en 40 ans. Le coût de la vie monte en flèche, et des produits de première nécessité sont de moins en moins abordables pour un trop grand nombre de Canadiens. D'ailleurs, dans la dernière année seulement, un nombre sans précédent de Canadiens ont eu recours aux banques alimentaires, et selon des reportages, un Canadien sur cinq saute des repas. Voilà un bilan vraiment lamentable.
Avec l'énoncé économique de l'automne, le gouvernement néo-démocrate—libéral avait une autre occasion de prendre des mesures concrètes pour combattre l'inflation. Il avait la possibilité de corriger le tir et d'aider le nombre grandissant de Canadiens qui peinent à joindre les deux bouts. Au lieu de cela, cette coûteuse coalition maintient ses dépenses inflationnistes incontrôlées et ses politiques militantes qui nuisent aux Canadiens.
Le gouvernement néo-démocrate—libéral s'est contenté, au mieux, de débiter plus de platitudes et de proposer aux Canadiens des conseils vraiment coupés de la réalité pour améliorer leurs finances. Contrairement à la coûteuse coalition actuelle, qui croit qu'elle peut continuer de dépenser encore et encore et que le budget s'équilibrera par lui-même, les Canadiens savent déjà qu'ils ont besoin d'un budget. Un Canadien sur cinq doit sauter des repas pour arriver à joindre les deux bouts; ces gens-là n'ont décidément pas besoin qu'une ministre des Finances déconnectée de la réalité et son gouvernement leur conseillent d'annuler leur abonnement à Disney+. Ils ont besoin d'un gouvernement qui arrêtera de jeter de l'huile sur la flambée inflationniste avec des dépenses sans fin, et qui arrêtera d'augmenter les taxes. Ils ont besoin d'un gouvernement qui arrêtera de prendre des décisions qui ont pour résultat qu'ils ont de plus en plus de mal à payer leurs factures, à chauffer leur logis et à mettre du pain sur la table.
La réalité, c'est que les Canadiens sont attaqués de tous côtés. Leur chèque de paie s'épuise beaucoup plus vite qu'auparavant. Non seulement la valeur du dollar dans leurs poches diminue tandis que le prix des nécessités monte en flèche, mais les impôts augmentent eux aussi. En fait, les Canadiens n'ont jamais payé autant d'impôts. Bien franchement, les Canadiens n'ont plus d'argent.
Voilà pourquoi les conservateurs ont formulé deux demandes claires avant la présentation de cet énoncé économique de l'automne: que le gouvernement cesse d'augmenter les taxes et les impôts et qu'il freine ses dépenses. Il ne doit pas frapper les Canadiens de nouvelles taxes. La coûteuse coalition ne doit pas réaliser de profits aux dépens des Canadiens à l'estomac vide simplement dans le but de dépenser ces dollars pour faire avancer son programme militant. Elle doit laisser ces dollars dans les poches des Canadiens pour que ces derniers puissent les consacrer aux priorités propres à leur famille.
Le projet de tripler la taxe sur le carbone est cruel. On s'attend à ce que le prix du chauffage résidentiel double cet hiver. Or, la coûteuse coalition veut également tripler la taxe sur le carbone sur cette facture. Je souligne que cette taxe sur le carbone n'aide aucunement l'environnement, d'ailleurs. Elle n'a pas permis au gouvernement néo-démocrate—libéral d'atteindre la moindre cible climatique. Tout ce qu'elle fait, c'est nuire aux Canadiens, en particulier ceux qui habitent dans les régions rurales ou éloignées.
La coûteuse coalition veut tripler le préjudice. Le froid de l'hiver est déjà arrivé, et les factures plus élevées de chauffage domestique sont déjà une réalité. Les produits essentiels comme le chauffage domestique ne devraient pas être hors de la portée des Canadiens. Dans un pays qui possède d'abondantes ressources naturelles, l'énergie abordable devrait être une réalité pour tous les Canadiens, mais c'est loin d'être le cas quand on a un gouvernement néo-démocrate—libéral qui tient mordicus à laisser l'énergie canadienne dans le sol.
C'est ce même gouvernement néo-démocrate—libéral qui ne semble avoir absolument aucun problème à importer de l'énergie de pays dont les normes en matière d'environnement et de respect des droits de la personne sont inférieures aux nôtres. Seul un gouvernement conservateur éliminera les obstacles que le gouvernement néo-démocrate—libéral a érigés pour étrangler le secteur canadien des ressources. Non seulement le Canada, mais le monde entier a besoin de plus d'énergie canadienne. Cela n'a jamais été plus évident qu'au cours de la dernière année, depuis que le président Poutine fait la guerre en Ukraine. En ne réalisant pas son potentiel énergétique, le Canada laisse en fait tomber ses alliés.
Qui plus est, l'insécurité alimentaire est une source de préoccupation croissante dans le monde entier. Pour comble d'insulte, la ministre des Finances a eu le culot de dire fièrement aux Canadiens que nous cultivons des aliments pour nourrir la planète alors qu'elle sait très bien que le gouvernement porte atteinte à la viabilité du secteur agricole.
Le plan de réduction des engrais des libéraux menace non seulement la sécurité alimentaire mondiale, mais aussi celle du Canada, et c'est sans parler de son incidence sur la production alimentaire et le coût du panier d'épicerie.
Les agriculteurs et les producteurs sont parmi les plus durement touchés par l'inefficace taxe sur le carbone des libéraux. Les projets de loi du gouvernement qui prévoient des taxes excessives ne sont absolument pas compensés par son maigre crédit d'impôt. Il s'agit véritablement d'une gifle pour les agriculteurs, qui non seulement produisent des aliments nutritifs de grande qualité, mais qui en font aussi beaucoup plus pour protéger l'environnement que l'inefficace taxe sur le carbone de la coalition néo-démocrate—libérale.
Il existe des solutions évidentes pour enrayer la dégradation de la qualité de vie au Canada, mais le gouvernement néo-démocrate—libéral ne peut pas continuer sur la même voie. Pour lutter contre la crise du coût de la vie que nous traversons à cause des dépenses effrénées du premier ministre, il faut reprendre le contrôle des dépenses de l'État. C'est notamment pourquoi les conservateurs ont demandé au gouvernement de plafonner les dépenses de l'État.
Nous avons demandé au gouvernement de s'engager à compenser toute nouvelle dépense par des économies équivalentes, tout comme, j'en suis sûre, de nombreux Canadiens doivent équilibrer le budget de leur propre ménage. Dans son énoncé économique de l'automne, le gouvernement continue à dépenser au-delà de ses moyens au détriment des contribuables canadiens, tant actuels que futurs.
Les députés d'en face s'empresseront de prendre la parole à la Chambre pour essayer de dire aux Canadiens que toutes leurs dépenses déficitaires sont depuis toujours nécessaires et qu'ils les ont faites pour soutenir les Canadiens. Le directeur parlementaire du budget, qui est apolitique, a déjà déclaré que plus du tiers des dépenses du gouvernement n'avait rien à voir avec la pandémie.
La longue liste des dépenses inutiles ne cesse de s'allonger. Qu'il s'agisse du coût excessif de l'application ArnaqueCan, des séjours dans des hôtels luxueux dont le coût dépasse 6 000 $ la nuitée, des chèques de la PCU émis à des prisonniers ou des subventions salariales accordées à des sociétés qui versent des dividendes, le gaspillage est évident sous le gouvernement.
La réalité, c'est que les dépenses inutiles du gouvernement néo-démocrate—libéral ne font rien pour soutenir les Canadiens. Par contre, elles augmentent le nombre de Canadiens qui sont vulnérables ou qui ont besoin d'aide.
Seuls les conservateurs s'engagent à mettre un terme aux dépenses déficitaires inflationnistes et à cesser de financer les programmes gouvernementaux avec la planche à billets. Le potentiel de croissance est immense, mais il faut réduire les formalités administratives et éliminer les obstacles qui se dressent devant nos moteurs économiques. Au lieu d'avoir plus d'argent et moins de produits, il nous faut plus de produits.
Le premier ministre trouvera toutes les excuses possibles pour rejeter sur d'autres la responsabilité de la crise actuelle du coût de la vie, mais ses politiques inefficaces et coûteuses ont directement contribué aux problèmes que vivent les Canadiens aujourd'hui. Les factures de ses politiques militantes sont exigibles, et ce sont malheureusement les Canadiens qui doivent les payer.
L'énoncé économique de l'automne est inflationniste et il ne règle pas les problèmes que vivent les Canadiens à cause du gouvernement néo-démocrate—libéral.
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-11-21 13:46 [p.9749]
Expand
Madam Speaker, if we look in Hansard, I have always been against a carbon tax. This carbon tax has done nothing for the environment. The Liberals and the NDP have not met the targets they have set over and over. I have seen bills from my farmers of $10,000 and $20,000 to dry their grain. I have seen the GST being collected on the carbon tax.
A great question for the government is this. Why is it collecting GST on the carbon tax? This tax on a tax is hurting Canadians.
Madame la Présidente, si on consulte le hansard, on constate que j'ai toujours été contre la taxe sur le carbone. Elle n'a rien fait pour l'environnement. Le Parti libéral et le Nouveau Parti démocratique ont systématiquement raté leurs cibles. J'ai vu des factures qui montrent que des agriculteurs de ma région doivent payer de 10 000 $ à 20 000 $ pour faire sécher leurs grains. J'ai vu que la TPS a été perçue sur la taxe sur le carbone.
J'ai une excellente question pour le gouvernement. Pourquoi perçoit-il la TPS sur la taxe sur le carbone? Cette taxe sur une taxe nuit aux Canadiens.
Collapse
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, imagine the people watching the answers this morning while having to choose between heating and eating in a cold Saskatchewan winter. Imagine them ordering small amounts of heating fuel that last only a few days, because they simply cannot afford any more. Imagine their desperation. Suppliers are lowering their delivery thresholds and are compassionately extending credit to people, knowing they may never get paid.
Will the current NDP-Liberal coalition commit to ending its plan to triple the carbon tax on home heating fuel, gas and groceries, or does it simply not care?
Madame la Présidente, représentons-nous les gens qui suivent le débat ce matin et qui, durant le rude hiver de la Saskatchewan, ont à choisir entre chauffer leur maison ou se nourrir. Imaginons-les réduits à commander une petite quantité de mazout à la fois, qui ne durera que quelques jours, parce qu'ils n'ont tout simplement pas les moyens d'en acheter davantage. Imaginons leur désespoir. Les fournisseurs font preuve de compassion, en réduisant le seuil d'achat minimal pour la livraison et en faisant crédit, sachant qu'ils ne seront peut-être jamais payés.
La coalition néo-démocrate—libérale s'engagera-t-elle à renoncer à son intention de tripler la taxe sur le carbone, qui s'applique au mazout domestique, à l'essence et à l'épicerie, ou bien s'en fiche-t-elle tout simplement?
Collapse
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
View Fraser Tolmie Profile
2022-11-16 17:43 [p.9586]
Expand
Madam Speaker, as we have debated this subject, we have heard the Liberal government bragging about Canada's AAA credit rating. When one has a credit card, the provider is always looking to increase the credit, and lenders always make money.
I have a couple of points here. Number one is homelessness. The Auditor General just spoke about it and gave a failing grade. I sit on the committee for Veterans Affairs, and it is getting a failing grade as well. Why does the government want to continue processing its way of doing its carbon tax when it is failing the people of Canada?
Madame la Présidente, au cours du débat sur le sujet, nous avons entendu le gouvernement libéral se vanter de la cote de crédit AAA du Canada. Les fournisseurs de cartes de crédit cherchent toujours à augmenter la marge de crédit des détenteurs, car le prêteur s'enrichit toujours.
J'aimerais aborder quelques points. Le premier est l'itinérance. La vérificatrice générale vient de se prononcer sur le sujet et a constaté l'échec des mesures en place. Je siège au comité des anciens combattants, dossier dans lequel on échoue également. Pourquoi le gouvernement persiste-t-il à imposer sa taxe sur le carbone alors qu'il manque à ses obligations envers les Canadiens?
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-11-15 18:44 [p.9531]
Expand
Mr. Speaker, it is always a pleasure to rise in the House and speak on behalf of the constituents of Saskatoon West.
Of course, we are debating a motion tonight, which is the latest attempt by the NDP-Liberal coalition to change the rules of Parliament to make up for its incredible incompetence when it comes to moving legislation through this House. As Jodi Taylor said, “Lack of planning on your part does not constitute an emergency on my part.” An even better quote comes from Peter Green, who said the marvellous thing about lack of planning is that failure comes as a complete and utter surprise. The Liberals constantly fail with the current parliamentary rules, so now they think that changing the rules will somehow make it better for them.
I could talk about this motion’s effect on resources such as our interpreters, who do such a great job, and the great strain this will add to them. I could talk about this motion’s effect on our committees and the likelihood that many meetings will be cancelled. However, rather than doing that, I think my time is better spent reminding the Liberals of the true priorities of Canadians, the things that they wish the Prime Minister was focused on instead of arcane parliamentary procedures.
All Canadians are aware of the carbon tax. The Prime Minister has imposed it on Canadians against their wishes. Yes, for some, those who cycle their bikes through the Toronto skyscrapers of Bay Street or have huge mansions in the Rosedale district, taxing people who drive cars seems like mana from heaven. For the people who live in the Liberal finance minister’s riding, it is a curiosity to them that people in places like Saskatoon need to drive to work every day and struggle to pay their bills. That is because it is the people in Saskatoon who are paying the carbon tax that the finance minister gives to people living in downtown Toronto. It is therefore no wonder that she never meets a carbon tax that she does not embrace and impose on Canadians.
The newest version is the Liberals' so-called clean fuel standard. I say “so-called” because it is simply a second carbon tax in disguise. Just as Shakespeare wrote “a rose by any other name would smell as sweet”, to the finance minister it is a nationwide carbon tax under another name that smells very sweet to her. Unfortunately, it is actually the stench of the carbon tax being tripled on all Canadians.
Between the planned tripling of the existing, federally imposed carbon tax in my province of Saskatchewan and the additional second carbon tax, residents of Saskatoon will be pushed to the breaking point. The odour of these carbon taxes is so overwhelming that it wafts all over the House from the finance minister. Not only does she promote it, but she wears it like a perfume. It is not a pleasant smell to the people in Saskatoon. They want the government to get rid of this carbon tax rather than wasting time on arcane parliamentary procedures like this motion does.
The Conservatives will continue holding the NDP-Liberal coalition to account for its endless tax increases on fuel and home heating. We welcome the opportunity to debate in this House because Canadians want us to fight for the things that matter to them, like the rising cost of living.
Christmas is not going to be a merry time of year for many Canadians. Record Liberal inflation has forced people to buckle down on their spending. This year, 30% of Canadians are expecting to cut down on gifts and dinner with their families to cope. Is it no surprise why. Thanks to the government’s inflationary policies, the price of everything continues to skyrocket. Printing money to pay for excessive spending has gotten us to where we are today. More money chasing fewer goods equals higher prices. During Thanksgiving, we saw the impact of this when holiday staples like turkey were up 15%, and when bread was up 13% and potatoes were up 22%. These price increases were on top of the Liberals' plan to triple the carbon tax on everyday essentials such as groceries, gasoline and home heating.
The finance minister’s solution of simply cancelling Disney+ subscriptions is not going to cut it this Christmas season for families barely scraping by. She does not get it. Canadians want action on the inflation crisis, not changes to the House of Commons procedures. One really has to wonder how much humbug the finance minister really has as Christmas approaches. Disney+ is about to launch the new Santa Claus franchise based on the beloved Tim Allen movies of a while back. Does she really want to strip Canadians of the joy that Tim Allen delivers, or is it because Tim Allen is a self-described conservative that she wants Disney+ cancelled?
Is it any wonder the Liberals have three Internet censorship bills they are trying to ram through Parliament? Canadians are getting clobbered by 40-year inflation highs and massive interest rate hikes while the Prime Minister tries to find more ways to skirt accountability. Today’s motion comes as no shock. The Liberals are once again trying to avoid transparency. They want to ram through their plans to triple the carbon tax on fuel, groceries and home heating and limit the ability of committees to investigate the $54-million arrive scam scandal and how Liberal friends got rich during the pandemic.
We have seen this before. When things do not go the Prime Minister’s way, he tries to run down anything in his path. Remember the WE Charity scandal, where the Liberals tried to give half a billion dollars to the Prime Minister’s friends? When they were caught, they shut down Parliament for more than five weeks. That cancelled all the work of Parliament, causing it to start again at square one. It was a huge waste of parliamentary resources.
What about the SNC-Lavalin scandal, where the Prime Minister fired Canada's first indigenous justice minister and attorney general because she would not give in to his demands?
Canadians remember and will not be fooled by Liberal corruption. They know that today's motion is an attempt by the Prime Minister to give himself a majority by stealth, and they know this motion is nothing more than a power grab that will limit the opposition's ability to hold the government to account. Conservatives will continue to demand accountability from this government and fight its inflation-causing agenda.
I have to say that it is not an easy task to stand up to the Liberals day in and day out. Take this motion that we are debating today, for instance. We are only here because the Liberals have a lap dog in the NDP who does their every bidding. The government knows that it can bring forward any outrageous measure, skirt any ethical law, break any democratic norm and NDP members will wag their tails and bark on command. People used to have this mythical image of the NDP, the so-called conscience of Parliament. What a sorry lot these current NDP members are compared to Tommy Douglas, Ed Broadbent, Jack Layton and Tom Mulcair.
Canadians are frightened by the anticipated increases in home heating costs, which are expected to rise anywhere from 30% to 100% this winter. Some may count on the NDP to deliver more than time on Twitter in such a crisis. Sadly, all they are getting are retweets of Liberal policy.
In October, the Conservatives moved a motion to remove the carbon tax on home heating. What did NDP members do? They voted alongside their costly Liberal coalition partner to make heating even more expensive. Unfortunately, this pattern is all too familiar. We are seeing it first-hand today with the NDP's support of the government's motion to end accountability and fast-track its legislation without scrutiny. They may pretend to be opposed on Twitter, but when it is time to face the music, they vote to prop up this corrupt government at every turn. Canadians simply cannot afford more inaction from the NDP.
While the NDP continues to increase the cost of living, Conservatives will hold this government to account for their cruel tax hikes and wasteful spending. When we form government, we will axe the carbon tax and cap government spending so Canadians can finally get ahead. The NDP members are the Liberal government's enablers, as it is their complicity in the drive-by corruption, ethical lapses and general war on the Canadian taxpayer that is hurting people in this country. This is the real world, and the NDP-Liberals are hurting Canadians.
The finance minister seems to live in a fairy tale, in a land where Canadians do not need to drive their cars to work in the morning and can afford to live in million-dollar mansions in Toronto. To her, the carbon tax is actually helping us, never mind the millions of Canadians struggling to choose between putting three meals on the table or heating their homes. The finance minister and the Liberals believe their plan to triple the carbon tax is going to help us get ahead. They believe that printing more money to pay for their reckless spending and raising interest rates will be good for us. Unfortunately for them, they are in for a rude awakening. Canadians are on the brink.
While the Prime Minister stays in $6,000-per-night hotels and jet-sets across the world, the carbon tax combined with NDP-Liberal money printing deficits has turned Canada into a country where mothers are putting water in their children’s milk because they cannot afford the increases in food prices, where 1.5 million people are turning to food banks and thousands are skipping meals just to get by. This is not a fantasy either. These are real people across the country hurting, because of this government’s refusal to listen to anyone besides the downtown elite class.
As we debate this motion, we see a stark contrast with the NDP-Liberals on one side of this Parliament. Theirs is a vision of high taxes, high gas and food prices, rampant corruption and no accountability. They are ramming this very motion through the House to allow for more opportunities to impose their vision of carnage on the Canadian public. On this side of Parliament stands the Conservative Party led by our new leader.
Our new leader is a man who is singularly focused on delivering solutions to fix the cost of living crisis. He will cut taxes. He will allow newcomers to work in the jobs they were trained in, and he will make life more affordable for average, working Canadians.
Monsieur le Président, c'est toujours un plaisir de prendre la parole à la Chambre au nom des habitants de Saskatoon‑Ouest.
Ce soir, nous débattons évidemment d'une motion qui constitue la dernière tentative de la coalition néo-démocrate—libérale de changer les règles du Parlement pour compenser son incroyable incompétence pour ce qui est de faire adopter des lois à la Chambre. Comme l'a dit Jodi Taylor, « un manque de planification de votre part n'entraîne pas une urgence pour moi ». Une citation encore meilleure vient de Peter Green, qui a dit que la beauté du manque de planification, c'est que l'échec est une surprise totale. Les libéraux échouent constamment avec les règles parlementaires actuelles et ils pensent qu'en les changeant, ils réussiront à améliorer leur situation.
Je pourrais parler de l'effet de cette motion sur des ressources comme nos interprètes, qui font un travail remarquable, et de l'énorme pression qu'elle exercera sur eux. Je pourrais parler de l'effet de cette motion sur nos comités et de la probabilité que de nombreuses réunions soient annulées. Cependant, au lieu de faire cela, je pense qu'il serait plus utile de me servir de mon temps pour rappeler aux libéraux les véritables priorités des Canadiens, les enjeux sur lesquels ils aimeraient que le premier ministre se concentre au lieu de procédures parlementaires obscures.
Tous les Canadiens sont au courant de la taxe sur le carbone. Le premier ministre leur a imposé cette taxe contre leur gré. Il est vrai que pour certains, ceux qui se déplacent à bicyclette entre les gratte-ciels de Toronto sur Bay Street ou qui habitent l'un des immenses manoirs du quartier Rosedale, taxer les gens qui conduisent une voiture semble la voie d'accès au paradis. Les habitants de la circonscription de la ministre des Finances libérale ne comprennent pas pourquoi des gens de Saskatoon, par exemple, ont besoin d'utiliser leur véhicule chaque jour pour se rendre au travail et n'arrivent pas à joindre les deux bouts. C'est parce que ce sont les habitants de Saskatoon qui paient pour la taxe sur le carbone que la ministre des Finances donne ensuite aux habitants du centre-ville de Toronto. Il n'est donc pas surprenant qu'elle soit toujours favorable à une taxe sur le carbone qu'elle peut imposer aux Canadiens.
La nouvelle version est tout simplement la soi-disant norme libérale sur les carburants propres. Je dis « soi-disant » parce que ce n'est ni plus ni moins qu'une deuxième taxe sur le carbone déguisée. Shakespeare a écrit: « Ce que nous appelons rose, sous tout autre nom, sentirait aussi bon. » Pour la ministre des Finances, il s'agit d'une taxe nationale sur le carbone qui, sous un autre nom, sent tout aussi bon pour elle. Malheureusement, pour le reste des Canadiens, c'est plutôt l'odeur nauséabonde de la taxe sur le carbone qu'ils doivent payer en triple.
Entre la taxe fédérale actuelle sur le carbone qui va tripler dans ma province, la Saskatchewan, et la deuxième taxe sur le carbone supplémentaire, les résidants de Saskatoon seront à bout de souffle. L'odeur de ces taxes sur le carbone est tellement dérangeante qu'elle se répand partout à la Chambre depuis la ministre des Finances. Non seulement elle en fait la promotion, mais elle les porte comme du parfum. Ce n'est pas une odeur agréable pour les gens de Saskatoon. Ils veulent que le gouvernement élimine cette taxe sur le carbone au lieu de perdre son temps avec des procédures parlementaires obscures, comme ce qu'on propose dans cette motion.
Les conservateurs continueront d'exiger des comptes de la coalition néo-démocrate—libérale pour ses innombrables augmentations des taxes sur l'essence et le chauffage domestique. Nous sommes heureux d'avoir l'occasion de participer au débat à la Chambre parce que les Canadiens veulent que nous nous battions pour les questions qui sont importantes pour eux, comme l'augmentation du coût de la vie.
Pour de nombreux Canadiens, Noël ne sera pas une période joyeuse de l'année. L'inflation record causée par les libéraux force les gens à réduire considérablement leurs dépenses. Cette année, 30 % des Canadiens s'attendent à devoir acheter moins de cadeaux et à faire moins de repas en famille pour arriver à joindre les deux bouts. La raison n'est pas surprenante. À cause des politiques inflationnistes du gouvernement, tous les prix continuent de monter en flèche. Si nous nous retrouvons dans une telle situation aujourd'hui, c'est parce qu'on a imprimé de l'argent pour financer des dépenses excessives. Quand il y a plus d'argent à dépenser que de marchandises à acheter, les prix augmentent. Lors de l'Action de grâces, nous avons constaté l'incidence de cette situation sur les produits traditionnels de cette fête, comme le prix de la dinde, qui a augmenté de 15 %, celui du pain, qui a augmenté de 13 %, et celui des pommes de terre, qui a augmenté de 22 %. L'augmentation de ces prix s'ajoutait au plan des libéraux de tripler la taxe sur le carbone imposée sur les produits de première nécessité, comme l'épicerie, l'essence et le chauffage.
La solution de la ministre des Finances d'annuler tout simplement son abonnement à Disney+ ne suffira pas en cette période des Fêtes pour les familles qui peinent à joindre les deux bouts. La ministre ne comprend rien. Les Canadiens veulent des mesures concrètes pour régler la crise de l'inflation, et non des changements à la procédure de la Chambre des communes. C'est à se demander à quel point la ministre des Finances raconte des balivernes à l'approche de Noël. Disney+ est sur le point de lancer une nouvelle franchise de Sur les traces du Père Noël inspirée des excellents films mettant en vedette Tim Allen, qui datent d'il y a quelque temps. La ministre veut-elle vraiment priver les Canadiens de la joie que procure Tim Allen, ou est-ce parce que cet acteur se décrit comme un conservateur qu'elle souhaite que les gens annulent leur abonnement à Disney+?
Faut-il s'étonner que les libéraux essaient de faire adopter trois projets de loi pour censurer Internet? Tandis que les Canadiens sont accablés par des taux d'inflation qui n'ont jamais été aussi élevés depuis 40 ans et par des hausses colossales des taux d'intérêt, le premier ministre tente de trouver d'autres moyens d'éviter de rendre des comptes. La motion d'aujourd'hui n'étonne personne. Les libéraux tentent une fois de plus d'éviter la transparence. Ils veulent faire adopter de force leur projet de tripler la taxe sur le carbone, qui s'applique au carburant, à l'épicerie et au chauffage domestique et limiter la capacité des comités à enquêter sur le scandale de l'application ArnaqueCAN qui a coûté 54 millions de dollars et sur la façon dont les amis libéraux se sont enrichis pendant la pandémie.
C'est du déjà vu. Lorsque les choses ne vont pas comme le souhaite le premier ministre, celui-ci essaie d'écarter tout ce qui se trouve sur son chemin. Rappelons-nous le scandale de l'organisme UNIS, où les libéraux ont essayé de donner un demi-milliard de dollars aux amis du premier ministre? Lorsqu'ils se sont fait prendre, ils ont fermé le Parlement pendant plus de cinq semaines. Cela a annulé tous les travaux parlementaires, qui ont dû revenir à la case départ. Ce fut un énorme gaspillage de ressources parlementaires.
Qu'en est-il du scandale de SNC-Lavalin, alors que le premier ministre a congédié la première femme autochtone à occuper le poste de ministre de la justice et procureure générale parce qu'elle ne faisait pas ce qu'il voulait?
Les Canadiens s'en souviennent et ne se laisseront pas berner par la corruption des libéraux. Ils savent qu'avec la motion à l'étude aujourd'hui, le premier ministre tente de se fabriquer une majorité par des moyens détournés. Ils savent que cette motion n'est qu'une façon de s'arroger des pouvoirs et de limiter la capacité qu'a l'opposition de demander des comptes au gouvernement. Les conservateurs continueront de demander des comptes au gouvernement et de lutter contre son programme inflationniste.
Je dois dire qu'il n'est pas facile de tenir tête aux libéraux jour après jour. Prenons la motion à l'étude, par exemple. Si nous en sommes là, c'est seulement parce que les libéraux ont un laquais, le NPD, qui fait leurs quatre volontés. Le gouvernement sait qu'il peut proposer des mesures aberrantes, manquer à l'éthique ou contourner toutes les normes démocratiques et que les députés néo-démocrates lui obéiront au doigt et à l'œil, comme de gentils toutous. Les gens avaient autrefois une image mythique du NPD, qui était vu comme la conscience du Parlement. Les députés néo-démocrates actuels n'arrivent même pas à la cheville de Tommy Douglas, Ed Broadbent, Jack Layton et Tom Mulcair.
Les Canadiens sont effrayés par les augmentations prévues du coût du chauffage, qui devraient être de l'ordre de 30 à 100 % cet hiver. Certains peuvent espérer que le NPD offre plus que des commentaires sur Twitter pendant une telle crise, mais malheureusement, tout ce qu'ils obtiennent, c'est la retransmission de gazouillis de la politique libérale.
En octobre, les conservateurs ont présenté une motion visant à supprimer la taxe carbone sur le chauffage domestique. Qu'ont fait les députés néo-démocrates? Ils ont voté dans le même sens que leur partenaire de la coûteuse coalition libérale afin de faire grimper davantage le coût du chauffage. Hélas, ce scénario n'est que trop familier. Nous le constatons aujourd'hui avec l'appui du NPD à la motion du gouvernement visant à mettre fin à la reddition de comptes et à accélérer l'adoption de son projet de loi sans examen. Ils peuvent prétendre s'y opposer sur Twitter, mais lorsqu'il faut faire face à leurs responsabilités, ils votent à chaque occasion pour soutenir ce gouvernement corrompu. Les Canadiens ne peuvent tout simplement pas se permettre plus d'inaction de la part du NPD.
Alors que le NPD continue de faire augmenter le coût de la vie, les conservateurs demanderont des comptes au gouvernement pour ses hausses de taxes cruelles et ses dépenses inutiles. Lorsque nous formerons le gouvernement, nous supprimerons la taxe sur le carbone et nous plafonnerons les dépenses gouvernementales afin que les Canadiens puissent enfin avancer. Les députés néo-démocrates sont les complices du gouvernement libéral, car c'est leur complicité dans la corruption aveugle, les manquements à l'éthique et la guerre générale contre les contribuables canadiens qui fait mal aux habitants du pays. La réalité, c'est que les néo-démocrates—libéraux nuisent aux Canadiens.
La ministre des Finances semble vivre dans un conte de fées, dans un monde où les Canadiens n'ont pas besoin de se rendre au travail en voiture le matin et où ils ont les moyens de vivre dans des manoirs de 1 million de dollars à Toronto. De son point de vue, la taxe sur le carbone est en fait une mesure d'aide, peu importe si des millions de Canadiens en difficulté doivent choisir entre manger trois repas et chauffer leur maison. La ministre des Finances et les libéraux pensent que leur projet de tripler la taxe sur le carbone nous aidera à améliorer notre sort. Ils pensent qu'imprimer plus d'argent pour payer leurs dépenses inconsidérées et augmenter les taux d'intérêt sera bon pour nous. Malheureusement pour eux, le réveil sera brutal. Les Canadiens sont au bord du gouffre.
Pendant que le premier ministre séjourne dans des hôtels à 6 000 $ la nuit et se promène en avion partout dans le monde, la taxe sur le carbone et l'impression de billets pour financer les déficits du NPD et du Parti libéral ont transformé le Canada en un pays où les mères diluent le lait de leurs enfants avec de l'eau parce qu'elles n'ont pas les moyens d'absorber l'augmentation du prix des aliments, où 1,5 million de personnes se tournent vers les banques alimentaires et où des milliers de gens sautent des repas simplement pour arriver à joindre les deux bouts. Ce n'est pas un monde imaginaire. Partout au pays, des gens souffrent parce que le gouvernement refuse d'écouter quiconque sauf l'élite du centre-ville.
Pendant que nous débattons de cette motion, on remarque un contraste prononcé entre les deux côtés de la Chambre. En face, il y a les députés néo-démocrates—libéraux. Leur vision s'articule autour de lourdes taxes, du prix élevé de l'essence et de la nourriture, de la corruption endémique et de l'absence de reddition de comptes. Ils tentent de faire adopter cette motion à toute vitesse à la Chambre pour avoir davantage d'occasions d'imposer leur vision cataclysmique à la population canadienne. De ce côté-ci de la Chambre, il y a le Parti conservateur dirigé par son nouveau chef.
Notre nouveau chef est un homme qui concentre particulièrement ses efforts sur des solutions visant à résoudre la crise du coût de la vie. Il réduira les taxes. Il permettra aux nouveaux arrivants d'occuper des emplois pour lesquels ils ont été formés et il rendra la vie plus abordable pour les travailleurs canadiens ordinaires.
Collapse
Results: 1 - 15 of 95 | Page: 1 of 7

1
2
3
4
5
6
7
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data