Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 38
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
View Fraser Tolmie Profile
2022-10-27 11:24 [p.8944]
Expand
Madam Speaker, a promises is a promise in my house, and it should be the same in this House.
The Liberal government made a promise of $4.5 billion to contribute to mental health. Why it is not fulfilling that promise and is now making another promise that was not in the Liberal platform?
Madame la Présidente, une promesse est une promesse chez moi, et il devrait en être de même à la Chambre.
Le gouvernement libéral a promis de consacrer 4,5 milliards de dollars à la santé mentale. Pourquoi ne remplit-il pas cette promesse et fait-il maintenant une autre promesse qui ne figurait pas dans le programme libéral?
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-10-27 11:25 [p.8945]
Expand
Madam Speaker, as always, it is an honour to rise and speak in ths House on behalf of the constituents of Saskatoon West. I thought it would be fair to let members know, right up front, that I am planning to vote against this legislation. I know they are always curious about why we vote the way we do, so I would like them know why I am going to be voting that way.
First, I want to set the stage regarding the rental benefit that is in this legislation. We are in an era of the highest inflation that we have had in 40 years. We have food prices that are at double-digit inflation right now. Our housing costs are among the highest in the world. It is very difficult for people to afford to live right now.
Our energy costs are high. They are higher than they need to be because of all the taxes, including the carbon tax that was put on by the current Liberal government. Home heating is more expensive than ever. In fact, this winter many people in Canada will be paying double or more on their home heating bills than they have paid before. It is partly due to the tripling of the carbon tax that is happening.
These are difficult and challenging times for people with low incomes, seniors and also for those who have fixed incomes. It is very difficult for them to find a way to stretch that money to make it work with the increased expenses that we have.
There is an old proverb that says this: Give a man a fish and feed him for a day; teach a man to fish and feed him for a lifetime. I suggest that this plan is in the first category and this is why.
What we need are long-term solutions. We need a way to fix things. This is a short-term band-aid. It is a one-time payment.
The average rent in Canada right now is about $2,000 a month. Take that payment of $500 on a monthly basis and it is a quarter of a month or one week. Realistically, thinking of it over a year, it is $42 a month for a year. The truth is that there probably is not going to be an additional payment of this type during the tenure of the government. If the tenure of the government happens to be four years, which I certainly hope it is not, that would be $10 a month over four years. Ten dollars a month on a $2,000 rent bill makes no difference at all.
Nobody is going to refuse that $500, and I am certain that people need that money. The problem is that it is going to alleviate the problem for today. What about tomorrow, when the next bill comes due? How are they going to do that? This is not a long-term solution.
What is a long-term solution? We could be encouraging more housing and not simply throwing money after housing. I was a home builder for 12 years, so I am well aware of the challenges faced by home builders and housing providers in this country. One of the things that always frustrated me was how our municipalities would slow down the process and gum up the works. When people wanted to get a building permit, for example, it would take months to get one when it should not happen that way. Builders who are experienced and accredited should be able to get building permits quickly.
Members may have heard the term “gatekeepers” used around this place. That is a great example of a gatekeeper. They are some of the municipal systems that are in place to restrict and prevent things from happening in a quick way. That is something that we need to encourage them to fix.
Another thing is reducing red tape in bureaucracy in general. I am thinking of the building codes. We keep having more complicated building codes piled on top of building codes. Every time a new requirement is added to the building code it adds costs to the product they are building, which in this case is a house, and to the time to build it. Building codes are another thing that really reduce and end up restricting the amount of housing supply.
Ultimately, we need lower interest rates because everybody has to pay and it affects the cost to everybody. How can we lower our interest rates? What we need to do to lower our interest rates is build up our economy. Some people may not realize it, but over the last three years, most of the jobs that have been created in this country have been government jobs. They have not been private sector jobs. They have been government jobs that are ultimately paid for, through our taxes, by all of us who are working.
What we really need to do is focus on the natural resources that we have in our country. When we develop, sell and export our natural resources, that produces not only wealth for our country, but also tax revenues for the various levels of government, including the federal government. We have oil and natural gas. They are the third-largest reserves in the world. Canada has the best standards, when it comes to environment and labour, and we pay very well in this country. Compared to almost every other country, we are far ahead in being a better producer and a more environmentally friendly producer of oil and gas. We need to do that.
We need pipelines so that we can get our products to the east and to the west. Right now, we cannot help Europe very much with natural gas, which is a huge need because of the war in Ukraine. It is a shame that we cannot help Europe when we have exactly what it needs.
We have rare earth elements, and in my riding we have potash. We have potash all over the place in Saskatchewan and have a company called Nutrien. It has thousands of employees in Saskatoon, and we lead the world in potash production. The government is trying to push through a reduction in potash use in our agriculture sector, which is simply going to reduce the amount of output and the amount of food that is grown, ultimately raising the price of food.
We cannot do that. We need to encourage non-government jobs and private sector jobs that create wealth for our country and raise tax revenue. Ultimately, this will stop inflation, and if we stop inflation we can stop our deficits and our borrowing and can start to enjoy the benefits of a strong economy. To do that, we especially need a “pay as you go” law so that when new spending is introduced, we find a way to save it somewhere else. The result of that would be low inflation and lower taxes. That would be teaching a man to fish.
I want to talk a bit about the dental benefit. There is a dental health crisis in Canada. Actually, no, there is not. Now that I think about it, it is a mental health crisis. That is what is happening in Canada. I have not heard of a dental health crisis in this country.
What about the mental health crisis? One in five Canadians experiences mental illness. Every day in Canada, an average of 10 people die by suicide. Mental health challenges affect every Canadian in different ways. Some of us struggle with diagnosed conditions such as post-traumatic stress disorder, depression and anxiety. Others struggle in silence with shame, eating disorders, addictions or alcoholism.
Causes are hard to pinpoint. It can be trauma or tragedy of the worst kind in childhood or adulthood. It can be a physiological chemical imbalance. The DNA and genes we inherit from our parents play a role. Learned behaviour growing up at home, in school and in the workplace can also contribute. Add in race, religion, gender, sexual orientation, income bracket and other factors, and treatment, unfortunately, is haphazard. Some mental health disorders are diagnosed by the police and treated by the courts with prison sentences. Other people are fortunate enough to find themselves a physician, psychiatrist or other professional who can help them.
What we do not have in this country is an actual strategy to tackle mental health, particularly the causes, symptoms and treatments, on a national scale. Over two years ago, my Conservative colleague from Cariboo—Prince George proposed a national suicide hotline. Surely we would think this is a no-brainer the Liberal government could support for Canadians. However, if I dialed 988 right now, it would tell me to hang up and call a different number in English only.
What should we do when a francophone experiences a mental health crisis?
We therefore continue to wait. In the last election, the Liberals promised $4.5 billion for mental health, and we continue to wait. Instead, we have $700 million for the dental health crisis.
Why are we looking at this legislation today? We have a problem to be solved. All legislation is like this: There is a problem to be solved and legislation is supposedly going to fix that problem. What are the problems we have today? We have the cost of living. The rental benefit would not fix that; it is a short-term band-aid. We have a mental health crisis, and this dental benefit certainly would not fix that. Why do we have this legislation? Was there research, focus groups or surveys? I doubt there are many people who want a short-term band-aid on our economy. I also doubt there are many people who want to spend more money and put us into more debt.
I suggest this bill is simply the equivalent of a sideshow, a carny trick or a shiny object in the window meant to distract Canadians. It is meant to have Canadians believe that action is being taken to address poverty and affordability issues while nothing is really being done. Bill C-31 is like those fixed games at the carnival. It is flashy and exciting looking, but as we keep playing the NDP-Liberal game and keep losing our hard-earned money with little return, we realize it is a sucker's game. They are taking money away from us in the way of higher taxes. They continue to have Canadians pay more hoping to get that oversized stuffed animal. Then they give us a free play and another free play, except in this one they say we do not have to pay for it. However, it is our grandchildren who are going to be paying for it in the future when our national debt comes due. In the meantime, they give us some scraps. The government is running that kind of game.
There is a better way to run our country. For years, the Conservatives have warned that there are consequences from the Liberal-NDP's actions. The Conservatives call on the government to scour government spending, find savings for proposals like the $35-billion Canada Infrastructure Bank and stop useless spending like the $54-million ArriveCAN app. Finally, the Conservatives call on the Liberals to cancel all planned tax increases, including the payroll tax hikes on January 1 and the tripling of the carbon tax on gas—
Madame la Présidente, comme toujours, c’est un honneur pour moi de prendre la parole à la Chambre au nom des électeurs de Saskatoon‑Ouest. J'estime qu'il est de mon devoir de dire d'emblée aux députés que j’ai l’intention de voter contre ce projet de loi. Je sais que mes collègues sont toujours curieux de savoir pourquoi nous votons comme nous le faisons, alors j’aimerais le leur expliquer.
Tout d’abord, établissons le contexte qui entoure la prestation pour le logement locatif prévue dans le projet de loi. L’inflation n’a jamais été aussi élevée en 40 ans. Le taux d’inflation du prix des aliments est actuellement dans les deux chiffres. Le coût du logement au pays compte parmi les plus élevés au monde. Les gens ont beaucoup de mal à joindre les deux bouts en ce moment.
Nos coûts énergétiques sont élevés. Ils sont plus élevés qu’ils ne le devraient, et c'est à cause de toutes les taxes, y compris la taxe sur le carbone imposée par le gouvernement libéral actuel. Le chauffage résidentiel coûte plus cher que jamais. Cet hiver, de nombreuses personnes au Canada paieront le double de ce qu'ils payaient auparavant, sinon plus, pour leurs factures de chauffage, en partie parce que la taxe sur le carbone triplera.
Les temps sont durs pour les personnes à faible revenu, les aînés et les personnes à revenu fixe. Compte tenu de la hausse actuelle des dépenses, il est très difficile pour eux d’arriver.
Il y a un vieux dicton qui dit: « Qui donne un poisson à un homme le nourrit pour une journée; qui lui apprend à pêcher le nourrit jusqu'à la fin de ses jours. » À mon avis, ce plan fait partie de la première catégorie, et voici pourquoi.
Ce qu’il nous faut, ce sont des solutions à long terme. Nous avons besoin d’une façon de régler les problèmes. Or, le gouvernement propose une solution à court terme. C’est un paiement ponctuel.
À l’heure actuelle, le loyer moyen au Canada est d’environ 2 000 $ par mois. Prenons ce paiement de 500 $ par mois: c’est un quart de mois, c'est-à-dire une semaine. D’un point de vue réaliste, sur une année, il correspond à 42 $ par mois. La vérité, c’est qu’il n’y aura probablement pas d'autre paiement de ce genre pendant le mandat du gouvernement. Si le mandat du gouvernement dure quatre ans, et j’espère sincèrement que ce ne sera pas le cas, le paiement correspondra à une somme de 10 $ par mois. Dix dollars par mois sur un loyer de 2 000 $, cela ne fait aucune différence.
Personne ne va refuser ces 500 $, et je suis certain que les gens en ont besoin. Le problème, c’est que cette somme ne fera qu’atténuer le problème dans l’immédiat. Qu’en sera-t-il demain, quand viendra le temps de payer la prochaine facture? Comment les Canadiens vont-ils s’y prendre? Ce n’est pas une solution à long terme.
Qu’est-ce qu’une solution à long terme? Nous pourrions encourager la construction de logements, au lieu de jeter notre argent par les fenêtres. Puisque j’ai été constructeur de maisons pendant 12 ans, je suis bien conscient des défis auxquels font face les constructeurs et les fournisseurs de logements au pays. L’une des choses qui m’ont toujours frustré, c’est la façon dont nos municipalités ralentissaient le processus et bloquaient les travaux. Lorsque des gens voulaient obtenir un permis de construction, par exemple, il leur fallait des mois pour en obtenir un, alors que ce ne devrait pas être le cas. Les constructeurs expérimentés et accrédités devraient pouvoir obtenir rapidement des permis de construire.
Les députés ont peut-être entendu le terme « contrôleur » utilisé à la Chambre. C’est là un excellent exemple de contrôleur. Ce sont quelques-uns des systèmes municipaux en place qui ralentissent et alourdissent les processus. C’est une lacune que nous devons les encourager à corriger.
Il y a aussi la réduction des formalités administratives en général. Je pense aux codes du bâtiment. Les codes du bâtiment sont de plus en plus compliqués. Chaque fois qu’une nouvelle exigence y est ajoutée, cela fait gonfler la facture, c’est-à-dire d’une maison dans ce cas-ci, et allonge le temps qu’il faut pour la construire. Les codes du bâtiment constituent une autre entrave qui réduit vraiment l’offre de logements et qui finit par la limiter.
Au bout du compte, nous avons besoin de taux d’intérêt plus bas parce que tout le monde doit payer et que les taux ont une incidence sur les coûts pour tout le monde. Comment pouvons-nous réduire nos taux d’intérêt? Pour y arriver, nous devons renforcer notre économie. Certains ne s’en rendent peut-être pas compte, mais au cours des trois dernières années, la plupart des emplois qui ont été créés au Canada se trouvent dans la fonction publique. Ce ne sont pas des emplois du secteur privé. Ce sont des emplois au gouvernement qui, au bout du compte, sont payés par les contribuables, par tous ceux d’entre nous qui travaillent.
Ce que nous devons vraiment faire, c’est nous concentrer sur nos ressources naturelles. Lorsque nous exploitons, vendons et exportons nos ressources naturelles, nous générons non seulement de la richesse pour notre pays, mais aussi des recettes fiscales pour les différents ordres de gouvernement, dont le gouvernement fédéral. Nous avons du pétrole et du gaz naturel. Nous possédons les troisièmes réserves en importance au monde. Le Canada applique les normes les plus rigoureuses en matière d’environnement et de main d’œuvre, et nous payons très bien dans ce pays. Comparativement à presque tous les autres pays, nous sommes bien en avance pour ce qui est d’être un meilleur producteur de pétrole et de gaz, plus respectueux de l’environnement. C’est donc là-dessus que nous devons nous concentrer.
Nous avons besoin de pipelines pour acheminer nos produits vers l’est et vers l’ouest. À l’heure actuelle, nous ne pouvons pas vraiment combler les besoins en gaz naturel de l’Europe, qui sont énormes en raison de la guerre en Ukraine. Il est déplorable que nous ne puissions pas aider l’Europe alors que nous avons exactement ce dont elle a besoin.
Nous avons des éléments des terres rares et, dans ma circonscription, nous avons de la potasse. De la potasse, nous en avons partout en Saskatchewan. Nous avons une entreprise, appelée Nutrien, qui emploie des milliers de personnes à Saskatoon, et nous sommes le plus grand producteur de potasse au monde. Le gouvernement tente d’imposer une réduction de la consommation de potasse dans notre secteur agricole, ce qui ne fera que réduire la production et la quantité d’aliments cultivés, et finira par propulser le prix des aliments.
Nous ne pouvons pas faire cela. Nous devons favoriser l’emploi hors gouvernement et l’emploi dans le secteur privé qui crée de la richesse pour notre pays et génère des recettes fiscales. Au bout du compte, cela mettra fin à l’inflation, et si nous mettons fin à l’inflation, nous pourrons mettre fin à nos déficits et à nos emprunts et commencer à récolter les avantages d’une économie forte. Pour cela, nous avons particulièrement besoin d’une loi « payer à mesure », qui nous obligerait, chaque fois que nous engageons de nouvelles dépenses, à trouver des économies à faire ailleurs. Il en résulterait une faible inflation et des impôts moins élevés. Ce serait enseigner à un homme à pêcher.
J’aimerais dire un mot de la prestation pour soins dentaires. Le Canada connaît une crise de soins dentaires. En fait, non. Maintenant que j’y pense, c’est une crise de santé mentale. C’est ce qui se passe au Canada. Je n’ai pas entendu parler d’une crise de soins dentaires au Canada.
Que dire de la crise de santé mentale? Un Canadien sur cinq souffre d’une maladie mentale. Chaque jour, au Canada, en moyenne 10 personnes se suicident. Les problèmes de santé mentale touchent les Canadiens de différentes façons. Certains d’entre nous sont aux prises avec des problèmes diagnostiqués comme le trouble de stress post-traumatique, la dépression et l’anxiété. D’autres luttent en silence contre la honte, les troubles alimentaires, la toxicomanie ou l’alcoolisme.
Les causes sont difficiles à cerner. Il peut s’agir d’un traumatisme ou d’une tragédie de la pire espèce dans l’enfance ou à l’âge adulte. Il peut s’agir d’un déséquilibre chimique physiologique. L’ADN et les gènes que nous héritons de nos parents y sont pour quelque chose. Les comportements acquis à la maison, à l’école et au travail peuvent aussi y contribuer. Ajoutez la race, la religion, le sexe, l’orientation sexuelle, la tranche de revenu et d’autres facteurs, et le traitement, malheureusement, est aléatoire. Certains troubles de santé mentale sont diagnostiqués par la police et traités par les tribunaux par des peines d’emprisonnement. D’autres personnes ont la chance de se trouver un médecin, un psychiatre ou un autre professionnel qui peut les aider.
Ce que nous n’avons pas au Canada, c’est une véritable stratégie pour étudier la santé mentale, en particulier les causes, les symptômes et les traitements, à l’échelle nationale. Il y a plus de deux ans, mon collègue conservateur de Cariboo—Prince George a proposé la création d’une ligne nationale de prévention du suicide. On pourrait croire que c’est une évidence que le gouvernement libéral pourrait appuyer pour les Canadiens. Cependant, si je faisais le 988 à l’instant, je me ferais dire, en anglais seulement, de raccrocher et d’appeler un autre numéro.
Que doit-on faire lorsqu'un francophone est en crise de santé mentale?
Nous attendons donc toujours. Lors de la dernière campagne électorale, les libéraux ont promis 4,5 milliards de dollars pour la santé mentale, et nous attendons toujours. Au lieu de cela, nous avons 700 millions de dollars pour la crise des soins dentaires.
Pourquoi examinons-nous ce projet de loi aujourd’hui? Nous avons un problème à régler. C’est la même chose pour tous les projets de loi: il y a un problème à régler, et une mesure législative va prétendument le régler. Quels sont les problèmes que nous avons aujourd’hui? Il y a le coût de la vie. Ce n’est pas l’aide au loyer qui réglerait ce problème; l’aide au loyer est une solution à court terme. Nous avons une crise de santé mentale, et cette prestation dentaire ne réglerait certainement pas ce problème. Pourquoi ce projet de loi? Y a-t-il eu des études, des groupes de discussion ou des sondages? Je doute qu’il y ait beaucoup de gens qui veulent une solution à court terme pour notre économie. Je doute aussi qu’il y ait beaucoup de gens qui veulent dépenser plus d’argent et nous endetter davantage.
À mon avis, ce projet de loi n’est que l’équivalent d’une diversion, d’un tour de passe-passe ou d’un objet brillant qu'on utilise pour distraire les Canadiens. Il vise à faire croire aux Canadiens que des mesures sont prises pour régler les problèmes de pauvreté et d’abordabilité, alors que rien n’est vraiment fait. Le projet de loi C‑31 ressemble à ces jeux truqués de carnaval. Il est accrocheur et excitant, mais lorsque nous continuons de jouer le jeu néo-démocrate—libéral et de perdre notre argent durement gagné en n'obtenant que très peu en retour, nous finissons par comprendre que c’est un jeu de dupes. On nous enlève de l’argent en augmentant les taxes. Les Canadiens continuent de payer plus cher dans l’espoir de décrocher ce gros ourson en peluche. Ensuite, on nous donne un jeu gratuit, puis un deuxième, sauf que, dans ce dernier cas, on nous dit que cela ne nous coûte rien. Toutefois, ce sont nos petits-enfants qui devront payer la note plus tard, lorsque notre dette nationale arrivera à échéance. Entretemps, on nous donne des miettes. Voilà le jeu que joue le gouvernement.
Il existe une meilleure façon de diriger notre pays. Depuis des années, les conservateurs émettent des mises en garde contre les conséquences des décisions des néo‑démocrates—libéraux. Les conservateurs demandent au gouvernement d'éplucher les dépenses publiques, de trouver des économies pour des initiatives comme la Banque de l'infrastructure du Canada de 35 milliards de dollars et de mettre fin aux dépenses inutiles comme les 54 millions de dollars qui ont été consacrés à l'application ArriveCAN. Enfin, les conservateurs demandent aux libéraux de renoncer à toutes les augmentations de taxes prévues, y compris l'augmentation des taxes sur la masse salariale, le 1er janvier, et le triplement de la taxe sur le carbone qui s'applique sur l'essence...
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-10-27 11:36 [p.8947]
Expand
Madam Speaker, I understand that governing is hard and making decisions can be difficult, and many times we have to face trade-offs. However, I would suggest that the mental health crisis we have in our country is the biggest problem we face right now.
Yes, dental health and care for teeth are important, and I do not deny that at all, but I think if we have to pick one first and the other second, I would pick mental health first. We have clear a expense in our country for that, and we are seeing it right now in our health care system every single day. It is not only affecting us in dollars but affecting us in the number of lives that are affected, hurt and lost every day.
Madame la Présidente, je comprends qu'il est difficile de gouverner et de prendre des décisions, et que nous devons souvent faire des compromis. Cependant, je dirais que la crise de la santé mentale que connaît notre pays est le plus gros problème auquel nous sommes confrontés actuellement.
Oui, la santé dentaire et les soins des dents sont importants. Je ne le nie absolument pas, mais si nous devons commencer par l'un ou par l'autre de ces domaines, je choisirais la santé mentale en premier. Notre pays en a clairement fait les frais, et nous le constatons chaque jour dans notre système de soins de santé. Les conséquences ne se chiffrent pas seulement en dollars, mais aussi en nombre de vies qui sont touchées, frappées et perdues chaque jour.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-10-27 11:38 [p.8947]
Expand
Madam Speaker, the member uncovers a serious problem that I am sure the Liberals will have with this legislation, which is that health care is fundamentally a provincial jurisdiction issue. While the federal government does transfer funds and does dictate certain requirements to the provinces, ultimately the provinces are the ones that carry out these things.
In having money transferred to the provinces to cover things off, certainly the federal government has the ability to suggest that certain things get done, and that is what might happen in this case. However, I really believe that it is the provinces that have to carry out health care. The provinces need more money; that is the bottom line, and I think with the way the government has spent on things other than health care, a lot could have been diverted, and could still be diverted, to the provinces without actually increasing our spending.
Madame la Présidente, mon collègue met le doigt sur un grave problème que ce projet de loi causera aux libéraux, j’en suis sûr. En effet, les soins de santé relèvent fondamentalement de la compétence des provinces. Bien que le gouvernement fédéral leur transfère des fonds et qu'il leur impose certaines exigences, en fin de compte, ce sont les provinces qui s'occupent du dossier.
En transférant de l’argent aux provinces pour couvrir les dépenses, le gouvernement fédéral a certainement le pouvoir de suggérer que certaines choses soient faites, et c’est ce qui pourrait arriver dans ce cas-ci. Cependant, je crois vraiment que ce sont les provinces qui doivent s’occuper de la santé. Les provinces ont besoin de plus d’argent; c’est là l’essentiel, et je pense qu’une bonne partie de l’argent que le gouvernement a consacré à autre chose qu'aux soins de santé aurait pu et pourrait encore être réorientée vers les provinces sans que nous augmentions nos dépenses.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-10-27 11:39 [p.8947]
Expand
Madam Speaker, I believe that corporations need to pay their fair share of taxes, absolutely. Also, if the member had listened to my speech, she would have heard me say that we need to fully utilize the gifts we have been given in our country, which are our natural resources, whether they be oil and gas, forestry, minerals, agriculture or potash. There are all kinds of them.
Our country's wealth was built on natural resources and it will continue to be built on natural resources. We can mine them, take them out of the earth and use them in very environmentally friendly and effective ways. We lead the world in that category. That is something we are good at, and we should continue to push ourselves on the world stage because that is where we make our mark. We can actually make the world a better place with the energy and resources in Canada.
Madame la Présidente, je suis bien sûr convaincu que les grandes sociétés doivent payer leur juste part d’impôt. De plus, si ma collègue avait écouté mon discours, elle m’aurait entendu dire que nous devons utiliser pleinement les dons que la nature a octroyés à notre pays, nos ressources naturelles, qu’il s’agisse du pétrole et du gaz, des forêts, des minéraux, de l’agriculture ou de la potasse. Il y en a tellement.
La prospérité de notre pays repose sur les ressources naturelles et elle continuera à le faire. Nous pouvons les exploiter, les extraire de la terre et les utiliser de façon très écologique et efficace. Nous sommes en tête de file du monde pour cela. C’est un domaine où nous excellons, et nous devrions continuer à nous imposer sur la scène mondiale, car c’est là que nous faisons notre marque. L’énergie et les ressources du Canada ont la capacité d’améliorer la qualité de vie du monde entier.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-27 13:45 [p.8965]
Expand
Mr. Speaker, toward the end of his speech, the member talked about his region, and his riding being a rural riding. Sometimes I worry about the government's programs being cookie-cutter, one-size-fits-all programs. I just wonder if the member would like to elaborate on the fact that government programs need to be not just a one-size-fits-all program for the entire country. Every region has a different need. I liked what the member had to say about getting money to the hands of provinces and letting each province decide what they should do.
Monsieur le Président, vers la fin de son discours, le député a parlé de sa région et du fait que sa circonscription est en milieu rural. Parfois, je m'inquiète du fait que les programmes du gouvernement sont tous coulés sur le même moule et non modulables. Je me demande simplement si le député souhaite en dire davantage sur le fait que les programmes gouvernementaux ne doivent pas être homogènes dans l'ensemble du pays. Chaque région a des besoins différents. J'ai aimé ce que le député avait à dire sur l'idée de remettre l'argent entre les mains des provinces et de laisser chacune décider de ce qu'elle doit faire.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-10-27 16:40 [p.8991]
Expand
Madam Speaker, it is an honour for me to rise today to represent the constituents of Regina—Qu'Appelle in opposition to the bill that would add more inflationary fuel to the fire.
I caught the last few minutes of my hon. colleague's speech, the Liberal member for Winnipeg North, and I am astounded at how much he can get wrong in just a short 20-minute period of time. However, I give him full marks for efficiency. He crammed a lot of errors and misinformation into one 20-minute speech. I probably do not have enough time to address all of them in my speech because of the sheer volume of inaccuracies in his speech.
I will start by helping the hon. member understand what caused inflation, because that is what this bill is supposed to be about. It is supposed to help address the suffering of families who are experiencing the sticker shock every time they go into a grocery store, a hardware store or any other store they might have to buy goods or obtain services from. Prices they have been used to over the past few years are now much higher. We know the Prime Minister does not think about monetary policy. I am not sure if anybody else in the caucus does that the member leads, but I will help him understand what causes inflation.
The inflation that Canadians are suffering from is directly linked to the massive Liberal deficits that the government chose to run before the pandemic even started. Why do I say that? That is what the Bank of Canada admitted. The Bank of Canada, which is in charge of Canada's money supply, has acknowledged that it was the money creation that it embarked upon in March of 2020, just as the current government was racking up record-high deficits, the biggest deficits Canadians have ever seen. It was on its way to adding more to the national debt than every single other prime minister combined. The government added $500 billion to the national debt.
When the government spends more than it takes in, it has to borrow. It has to find someone who has money to lend to it. That is normally carried out during normal economic times by the bond market. Large investors buy government treasury bonds that are basically IOUs that the government writes after borrowing money from someone who has it and spending it with the promise to pay it back. It is that promise to pay it back with interest that is costing the Bank of Canada money now. As a little aside, the Bank of Canada is now actually losing money for the first time in Canadian history. This has never happened before. However, I will get back to that in a moment.
The government turned to the Bank of Canada and started floating these IOUs, these government bonds, and the Bank of Canada said it would buy the bonds the government was issuing with these massive deficits. The problem is that the Bank of Canada did not have anybody else's money. The Bank of Canada did not have lots of deposits from Canadians or deposits on account from financial institutions that it could use. When I say it did not have deposits, I mean it did not have any of its own money on deposit. It did not have some vaults of cash that it could buy those government bonds with.
What did it do? It had to create the money. It created that money right out of thin air. It exchanged the bonds that other institutions had bought, large profitable banks like the big five banks in Canada and other types of large financial institutions that have accounts with Canada's central bank. They bought the bonds from the federal government and sold them to the Bank of Canada in exchange for brand new money that had never existed before. With little ones and zeros and keyboard strokes, the Bank of Canada just dumped cash into those big banks and large financial institutions and then took those bonds in exchange. That is how the Canadian economy was flooded with over $400 billion of brand new money.
We have seen the effects of that, the Liberal government's trickle-down economics, where it pumped hundreds of billions of dollars into the most wealthy and most profitable corporations in Canada: the big banks. It pushed that money through that system. The big winners, when it comes to this type of arrangement, is whoever gets the money first as there is a bit of a lag between rising prices and money creation, because the market has not yet learned that there is a whole bunch of new money chasing the same number of goods. The prices in the grocery store have not yet, at this point, started to go up, and the prices for commodities have not yet, at this point, started to go up.
Those large financial institutions, those massively profitable banks, got to buy up all these assets. They got to push that money through on everything from commodities to real estate to anything else we can imagine, while the prices were still low. They got the new money first, bought as much as they could, and that is when the prices started to rise.
By the time that new money hits Canadians' pockets, it is already too late. The prices at the grocery store have already skyrocketed. We have seen food inflation go over 8% for a couple of months now. The average inflation index, the CPI, has been hovering around 7% for several months now. By the time Canadians start to get the new money the government has created, the prices have already gone up, and that is when those big banks and financial institutions can sell. They make those massive profits on what they can buy low with newly created money and sell high after the inflationary effects are taken into account. That is why we saw record profits during and after the pandemic by Canada's largest banks.
This is the result of the Prime Minister's economic policy, allowing the richest and most profitable corporations in Canada to make even more money, while Canadians subsidize that profit through higher prices in the grocery store aisles. That is why these inflationary deficits are so devastating, and that is why Conservatives are opposed to new measures that force the government to borrow more money to pay for new spending. It is a little like a superficial treatment to a problem.
We can all think of examples of what might look like a course of action that would help with a problem but that actually makes the problem worse. We might have experienced in our lives and have seen public service videos about fire safety where they say to never pour water on a grease fire. However, we can imagine a young child perhaps or someone who was never educated along the lines of fire safety seeing a fire, and we are all taught from a very young age that water beats fire. We put out fires with water, and we always keep a bucket of water if we are having a campfire and things like that. We all understand that. We see pictures of firefighters putting out fires with big hoses of water.
We can imagine someone about to dump water on a grease fire, thinking that they are helping, but we all know what will actually happen. We have to resist the temptation to apply a superficial antidote to a problem. We all know on this side of the House that instead of pouring water on that fire, we have to treat it in other ways. We have to put a lid on that fire and remove it from the heating element. There are others ways to tackle that fire rather than making it worse.
A thirsty person might look at an ocean shore and think, “Boy, I'm so thirsty, I'm going to go down and take a nice long drink of water.” As Homer Simpson taught us, “Water, water everywhere, so let's all have a drink,” but that is not actually how the poem goes. It is “Water, water, every where, nor any drop to drink,” because ocean water makes thirst worse. However, that is what we are seeing with this Liberal government bill.
The member for Winnipeg North gave a speech pretending and trying to convince Canadians that this would help, that while prices are going up in many aspects of their lives, the government is coming along with a way to reduce some costs for them. Where are they going to get the money for that? They are going to have to borrow more money to pay for that, so any benefit that any Canadian might hope to receive under the government's plan that we are debating today will evaporate because of the effects of this new government plan.
In other words, the government is trying to convince us that a government program will help alleviate the problems caused by government programs, and that is where Conservatives come along because we take a more comprehensive look at issues.
The Liberals and their allies in the costly coalition, the NDP who are pushing all this new spending and working hand-in-hand with the government to drive up the costs of living with higher spending and more borrowing to pay for it, is where this is coming from. That costly coalition's approach is always very superficial. We can make the comparison to candy before supper. There is a problem, so here is a simplistic solution: We are just going to have a new government program to dole out more money.
Conservatives understand that we have to treat the fundamental issues that caused it first. We would be doing Canadians a far greater service, including low-income Canadians who are being hit hardest by inflation, if we came to this place every day trying to reduce the cost of government, looking for ways to reduce spending and cutting out inefficiencies, like the half a billion dollars the government tried to give to its friends at the WE organization or the $54 million for the arrive scam app that did not work, was not needed and could have been designed and programmed in a weekend for a fraction of the $54 million taxpayers had to pay for it. The Prime Minister might have looked at ways to visit London where he did not have to charge $6,000 a night for a single room. Those would be the types of things.
We could all come together and every member of Parliament could go back to their offices tonight and scroll through the public accounts, which were just tabled this morning. We could all put our collective heads together to look for ways we could eliminate wasteful spending and bring down that cost of government, so that the government could pay back those IOUs, retire those bonds and take that brand new created money that is floating in the system out of the system to return it back to normal, where that money is backed up by real economic activity and not just ones and zeroes on the computer terminals at the Bank of Canada.
If we did that, we would put a lot more purchasing power back in the hands of Canadians who have worked so hard to earn it. That is why they call inflation the hidden tax, the most insidious tax of all. When the government raises a tax rate, it has to do it in the House for all to see. It has to bring forward a motion or a bill to raise those taxes, opposition parties hold it to account and every Canadian has an elected representative who can vote yes or no, based on that proposal.
However, when the government causes inflation through the Bank of Canada by forcing the bank to purchase those government bonds, there is no vote in the House, there is no debate and there is no accountability. Not any one of us got to read the proposal, make a decision and vote based on our constituents, and our constituents cannot hold us to account because none of that ever took place. It just happens. It happens because those powerful unaccountable officials just made a decision one day, and that is why Conservatives are opposed to this legislation, knowing it would make the problem worse.
There are other ways the government could tackle the cost of living crisis. This opposition has proposed a very concrete proposal, which we should be debating today instead of a bill that would add more borrowing costs on the government and, therefore, lead to even worse inflation.
We are about to head into the winter months, and many Canadians are already getting a taste of what those home heating costs are going to look like over the next few months. I want to take a few moments right now to inform members that the higher costs that Canadians are about to get hit with, and some have already started to experience, are not some accidental outcomes from government policies. These are not unintended consequences. It is not like the government was trying to do something and accidentally caused home energy costs to rise.
This is a feature of the NDP and Liberal coalition's plan to make home heating costs more expensive. They want Canadians to pay more for filling up their tanks and for heating their homes. Members do not have to take my word for it. They have admitted it. They have built a fake environmental policy around the idea of making Canadians pay more for fuelling their cars, for purchasing goods that have to be transported to Canada and for the crime of heating their homes in the winter.
That is what they want. They want Canadians to feel pain when it comes to those types of goods. They admit it. It is in the rationale for the carbon tax. Here is the thing: The carbon tax is not working. Canadians are getting all of the pain and none of the environmental gain. The government has not hit a single target it has set for itself. The people who are concerned about climate change the most should be opposed to the carbon tax the most, because the government has gone all in on a failed policy that, for seven years now, has been proven not to work.
That is why the official opposition and Conservative members of Parliament have been working so hard, since this fall sitting began, to convince the government to do no further harm when it comes to borrowing and spending and driving up inflation, to control some of the things it can control and to cancel the planned tax hikes.
The government's plan is to triple the carbon tax. The member for Winnipeg North might like to make jokes about the Tim Hortons double double, but there is a reason we are highlighting it and a reason we want Canadians to understand. It is because it is already hard enough to make ends meet for the vast majority of Canadians. We are hearing really shocking stats. Canada is a G7 developed country, and 1.5 million people visited a food bank last month. That is unbelievable.
It is a record high. It has gone up 15%. There have been 15% more visits to food banks last month than the month before. It is Canadians who are working, who have two jobs in some cases, and those in double-income households. Because they have to pay more for their mortgage as interest rates go up and costs are higher at the grocery store, they now have to turn to charity at food banks just to be able to feed their children.
What else is very alarming is that food banks are running out too, because Canadians have fewer goods to donate to the food banks. That is the thing about Liberal-NDP coalition economic policies. They lead to scarcity.
When Conservatives are in government, we lower the cost of government. We leave more money in the economy and more money in the pockets of hard-working Canadians, and that does more good for low-income Canadians, because there are more jobs to fill and there is more opportunity. When Canadians have more at the end of the month, they can make decisions to be charitable. They can fill up those shelves at the food banks so that the less fortunate have more choice, more options and more support when they need it.
NDP and Liberal policies that drive up the cost of fuel, home heating and other essentials and chase away jobs and investment mean there is less at the end of the month for Canadian families to donate to charities, so those families who do need it have less.
That is the constant and unblemished record of failure of the government and its failed policies. That is why Conservatives are fighting this instead of voting in favour of a bill that would just add to the cost of government, leaving Canadians with a situation in which the government has to go out and borrow more, paying higher interest rates.
I mentioned at the beginning of my speech how the Bank of Canada is losing money for the first time in Canadian history. This is the perverse outcome of the bond purchase program the Bank of Canada initiated to help pay for the government deficits. When it bought the bonds, the Bank of Canada bought them at very low rates. The Bank of Canada had lowered its overnight rates as low as 50 basis points; it was down to 0.5%. The interest the government had to pay on the bonds the Bank of Canada holds was at 0.5%.
Let us remember that the way it bought those bonds was by putting large deposits into the bank accounts of the large financial institutions. For example, TD Bank and CIBC have accounts at the Bank of Canada, and there are deposits in those accounts for the bonds the bank sold to the Bank of Canada. As interest rates rise, the Bank of Canada has to pay more interest to those large financial institutions than the government pays the Bank of Canada in interest. That is unbelievable.
This is a direct transfer of wealth: Hard-working taxpayers pay money to the government; the government then turns around and pays the Bank of Canada interest, and the Bank of Canada does not have enough, so it is going to lose money. I believe it has indicated that it expects to lose about $4 billion this year. That is from the bank's website. If the member for Winnipeg North thinks I should not believe everything I read on the bank's website, he should maybe call his friend, Tiff Macklem, and ask him to be a little more accurate.
The question for the government is, is it going to have to bail out the Bank of Canada with taxpayers' money? After taking taxpayers' money to pay interest on the bonds it sold, it will now have to underwrite the difference that the Bank is paying out to other large banks. If we follow the logic here, basically the government is going to have to underwrite the deficits that the Bank of Canada is racking up due to its own deficit spending. It is a triple insult to Canadians, when we look at all the interest that is being paid.
I will close by urging my colleagues on all sides of the House to stop digging when they are in a hole and to not pour water on that grease fire. Let us have no more inflationary spending that will make the problem even worse.
Madame la Présidente, c'est un honneur de prendre la parole au nom des habitants de Regina—Qu'Appelle pour m'opposer à un projet de loi qui ne ferait que contribuer à la flambée inflationniste.
J'ai entendu les dernières minutes du discours de mon collègue libéral de Winnipeg-Nord, et je n'en reviens pas du nombre de fois qu'il s'est trompé en seulement 20 minutes. Je lui donne toutefois une note parfaite pour son efficacité. Il a casé beaucoup d'erreurs et de désinformation dans un discours de 20 minutes. Je n'ai probablement pas assez de temps pour tout corriger dans mon discours en raison du trop grand nombre d'erreurs qu'il y avait dans le sien.
Je vais commencer en aidant mon collègue à comprendre ce qui a causé l'inflation, car c'est censé être l'objet du projet de loi. Il est censé contribuer à alléger la souffrance des familles qui ont un choc en voyant le prix sur l'étiquette chaque fois qu'elles vont à l'épicerie, à la quincaillerie ou dans n'importe quel magasin où elles voudraient acheter un bien ou obtenir un service. Les prix auxquels elles étaient habituées ces dernières années sont maintenant beaucoup plus élevés. Nous savons que le premier ministre ne pense pas à la politique monétaire, et je ne crois pas non plus que ce soit le cas de quiconque au sein du caucus qu'il dirige, mais je vais l'aider à comprendre ce qui cause l'inflation.
L'inflation que subissent les Canadiens aujourd'hui est le résultat direct des déficits astronomiques que le gouvernement libéral a décidé de créer, et ce, avant même la pandémie. Pourquoi est-ce que je dis cela? Parce que c'est ce que la Banque du Canada a elle-même admis. La Banque du Canada, qui est responsable de la masse monétaire canadienne, a reconnu que cette situation découle d'une impression excessive de billets à partir de mars 2020, alors que le gouvernement actuel ne cessait d’accumuler des déficits record, les déficits les plus élevés de toute l'histoire du Canada. Alors qu'il alourdissait la dette nationale plus que tous les premiers ministres précédents réunis, le premier ministre actuel a ajouté 500 milliards de dollars à la dette nationale.
Quand le gouvernement dépense plus que ce qui se trouve dans ses coffres, il doit emprunter. Il doit alors trouver quelqu'un qui a de l'argent à lui prêter. Quand les conjonctures économiques sont normales, ce rôle revient au marché des obligations. Les grands investisseurs achètent des obligations du Trésor, qui sont en quelque sorte des reconnaissances de dette que le gouvernement donne à quelqu'un à qui il a emprunté de l'argent, qu'il dépense en promettant de le rembourser. C'est cette promesse de remboursement avec intérêts qui fait perdre de l'argent à la Banque du Canada à l'heure actuelle. Soit dit en passant, la Banque du Canada se retrouve actuellement dans une situation où elle perd de l'argent pour la première fois depuis sa création. Ce n'est jamais arrivé auparavant. J'y reviendrai dans un instant.
Le gouvernement s'est tourné vers la Banque du Canada et a commencé à faire circuler ces reconnaissances de dettes que sont les obligations d'État. La Banque du Canada a dit qu'elle achèterait les obligations que le gouvernement émettait dans ce contexte d'immenses déficits. Le problème, c'est que la Banque du Canada n'avait pas à sa disposition l'argent d'autres personnes, c'est-à-dire une multitude de dépôts provenant des Canadiens ou de dépôts dans des comptes bancaires d'institutions financières. Quand je dis qu'elle n'avait pas de dépôts, j'entends par là qu'elle n'avait pas, en dépôt, de l'argent lui appartenant. Elle n'avait pas de coffres-forts remplis d'argent dont elle aurait pu se servir pour acheter ces obligations d'État.
Qu'a-t-elle fait, alors? Elle a dû créer cet argent. Elle l'a carrément créé. Elle a échangé les obligations qui avaient été achetées par d'autres institutions, par exemple par de grandes banques rentables comme les cinq banques canadiennes et d'autres types de grandes institutions qui ont des comptes à la banque centrale du Canada. Celles-ci ont acheté les obligations d'État du fédéral; elles les ont ensuite vendues à la Banque du Canada et ont obtenu en échange de l'argent frais qui n'existait pas auparavant. À partir d'un clavier et d'une multitude de petits uns et de petits zéros, la Banque du Canada a déversé de l'argent dans ces grandes banques et ces grandes institutions financières et a pris les obligations en contrepartie. C'est ainsi que plus de 400 milliards de dollars d'argent tout frais ont inondé l'économie canadienne.
Nous avons constaté les répercussions de la théorie des effets de retombée du gouvernement libéral, qui a injecté des milliards de dollars dans les sociétés les plus riches et les plus profitables au Canada: les grandes banques. Il a fait passer l'argent par ce système. Les grands gagnants de ce genre d'arrangement sont les entités qui sont les premières à toucher l'argent, car il y a un délai entre l'augmentation des prix et la création de l'argent, le marché n'ayant pas encore appris qu'il y a beaucoup de nouvel argent pour la même quantité de biens. Les prix à l'épicerie n'ont pas encore commencé à augmenter, à ce point-ci, ni les prix des produits de base.
Ces grandes institutions financières, ces banques extrêmement rentables ont pu acheter tous ces actifs. Elles ont pu se servir de cet argent pour tout acquérir — des marchandises, des biens immobiliers et tout ce qu'on peut imaginer —, alors que les prix étaient encore bas. Elles ont été les premières à obtenir ce nouvel argent, et elles ont acheté autant qu'elles le pouvaient. C'est à ce moment que les prix ont commencé à augmenter.
Lorsque le nouvel argent arrive dans les poches des Canadiens, il est déjà trop tard. Le prix des aliments a déjà monté en flèche. En effet, l'inflation des prix alimentaires dépasse 8 % depuis maintenant quelques mois. L'indice d'inflation moyen — l'indice des prix à la consommation — tourne autour de 7 % depuis plusieurs mois. Lorsque les Canadiens commencent à recevoir le nouvel argent créé par le gouvernement, les prix ont déjà augmenté, et c'est à ce moment que ces grandes banques et institutions financières peuvent vendre ce qu'elles ont acheté. Elles réalisent des profits gigantesques sur des biens qu'elles peuvent acquérir à bas prix avec de l'argent nouvellement créé, puis vendre à prix élevé après la prise en compte des effets inflationnistes. C'est pourquoi les plus grandes banques canadiennes ont fait des profits records durant et après la pandémie.
C'est là le résultat de la politique économique du premier ministre, qui permet aux sociétés les plus riches et les plus rentables du Canada de gagner encore plus d'argent, tandis que les Canadiens subventionnent ces profits en payant des prix plus élevés dans les rayons des épiceries. C'est pourquoi ces déficits inflationnistes sont si dévastateurs, et c'est pourquoi les conservateurs s'opposent à de nouvelles mesures qui obligent le gouvernement à emprunter plus d'argent pour couvrir de nouvelles dépenses. Il s'agit en quelque sorte d'une solution superficielle à un problème.
Nous connaissons tous des exemples de mesures qui peuvent sembler utiles pour résoudre un problème, mais qui, en réalité, ne font que l'aggraver. Nous avons peut-être fait l'expérience dans notre vie et vu des vidéos de service public sur la sécurité incendie dans lesquelles on dit de ne jamais verser de l'eau sur un feu de graisse. Cependant, nous pouvons imaginer qu'un jeune enfant ou une personne qui n'a jamais été sensibilisée à la sécurité incendie voit un incendie et pense que l'eau viendra à bout du feu, comme nous l'apprenons tous dès notre plus jeune âge. Nous éteignons les feux avec de l'eau, et nous gardons toujours un seau d'eau à portée de main si nous faisons un feu de camp, etc. Nous comprenons tous cela. Nous voyons des photos de pompiers qui éteignent des incendies avec de grands tuyaux.
On peut imaginer quelqu'un sur le point de verser de l'eau sur un feu de graisse, pensant qu'il va l'éteindre, mais nous savons tous ce qui va se passer en réalité. Nous devons résister à la tentation d'appliquer un antidote superficiel à un problème. Nous savons tous, de ce côté‑ci de la Chambre, qu'au lieu de verser de l'eau sur ce feu, nous devons intervenir autrement. Nous devons mettre un couvercle sur ce feu et le retirer de l'élément chauffant. Il existe d'autres moyens de s'attaquer à ce feu au lieu de l'aggraver.
Une personne assoiffée pourrait regarder le rivage de l'océan et se dire: « Bon sang, j'ai tellement soif que je vais descendre et boire un grand verre d'eau ». Comme Homer Simpson nous l'a appris, « De l’eau, de l’eau un peu partout, alors buvons-en un peu », mais ce n'est pas vraiment ce que dit le poème, bien sûr. La véritable version dit: « L’eau, l’eau était partout, et nous n'avions pas une goutte d'eau à boire », parce que l'eau de l'océan aggrave la soif. Or, c'est ce que nous constatons avec ce projet de loi du gouvernement libéral.
Le député de Winnipeg-Nord a prononcé un discours dans lequel il a prétendu et tenté de convaincre les Canadiens que ce projet de loi les aiderait. Or, alors que les prix augmentent dans de nombreux domaines, le gouvernement propose un moyen de réduire certains coûts, mais où trouvera-t-il l'argent nécessaire? Il va devoir emprunter plus d'argent pour payer cela, et donc tout avantage qu'un Canadien pourrait espérer recevoir au titre du plan du gouvernement dont nous débattons aujourd'hui va s'évaporer à cause des répercussions mêmes de ce nouveau plan gouvernemental.
Autrement dit, le gouvernement essaie de nous convaincre qu'un programme gouvernemental contribuera à atténuer les problèmes causés par les programmes gouvernementaux; et c'est là que les conservateurs interviennent, car nous envisageons les problèmes de manière plus globale.
Les libéraux et les néo-démocrates, leurs alliés de la coûteuse coalition, proposent plein de nouvelles dépenses et collaborent pour faire grimper le coût de la vie avec des dépenses toujours plus élevées et des emprunts pour couvrir ces dépenses, voilà le problème. Cette coûteuse coalition adopte toujours des approches très superficielles. C'est un peu comme manger des bonbons avant le souper. Nous avons un problème, alors voici une solution simpliste: nous allons simplement créer un nouveau programme gouvernemental pour distribuer plus d'argent.
Les conservateurs comprennent qu'il faut s'attaquer aux causes fondamentales du problème. Il serait beaucoup plus utile pour les Canadiens, y compris les Canadiens à faible revenu qui sont les plus touchés par l'inflation, que nous venions ici chaque jour pour trouver des façons de réduire les coûts du gouvernement, de réduire les dépenses et de supprimer les mesures inutiles, comme le demi-milliard de dollars que le gouvernement voulait donner à ses amis de l'organisme UNIS ou les 54 millions de dollars qu'a coûté l'application ArnaqueCAN, application qui ne fonctionnait même pas, qui n'était pas requise et qui aurait pu être conçue et programmée en une fin de semaine pour une fraction des 54 millions de dollars que les contribuables ont eu à payer. Le premier ministre aurait pu trouver une façon de visiter Londres sans payer 6 000 $ la nuit pour une chambre individuelle. Je parle de ce genre de choses.
Nous pourrions tous ensemble, tous les députés, retourner à nos bureaux ce soir et parcourir les comptes publics, qui viennent d'être présentés ce matin. Nous pourrions tous réfléchir collectivement aux façons d'éliminer les dépenses inutiles et de diminuer le coût du gouvernement, pour que le gouvernement puisse rembourser les dettes et les obligations, et reprendre l'argent flambant neuf qu'il vient de créer et qui flotte dans le système pour que celui-ci retourne à la normale, où l'argent est garanti par l'activité économique, et non pas seulement par des uns et de zéros dans les ordinateurs de la Banque du Canada.
Ce faisant, nous redonnerions beaucoup plus de pouvoir d'achat aux Canadiens qui ont travaillé si fort pour l'obtenir. C'est pourquoi on appelle l'inflation la taxe cachée, la taxe la plus insidieuse de toutes. Lorsque le gouvernement augmente un taux d'imposition, il doit le faire à la Chambre, au vu et au su de tous. Il doit présenter une motion ou un projet de loi pour augmenter ces taxes, les partis de l'opposition lui demandent des comptes et chaque Canadien a un représentant élu qui peut voter pour ou contre la proposition.
Cependant, lorsque le gouvernement provoque l'inflation en forçant la Banque du Canada à acheter des obligations d'État, il n'y a pas de vote à la Chambre, ni de débat ni de reddition de comptes. Aucun d'entre nous n'a pu lire la proposition, prendre une décision et voter en fonction de la position de nos concitoyens. De plus, nos concitoyens ne peuvent pas nous demander des comptes parce qu'aucune de ces étapes n'a eu lieu. Cela s'est tout simplement produit. Cela s'est produit parce que de puissants fonctionnaires qui n'ont pas de comptes à rendre ont simplement pris une décision un jour, et c'est pourquoi les conservateurs s'opposent au projet de loi, sachant qu'il aggravera le problème.
Le gouvernement peut s'attaquer à la crise du coût de la vie d'autres façons. L'opposition a fait une proposition très concrète, dont nous devrions débattre aujourd'hui au lieu de débattre d'un projet de loi qui augmenterait les coûts d'emprunt pour le gouvernement et, par conséquent, aggraverait l'inflation.
L'hiver arrive, et de nombreux Canadiens ont déjà un avant-goût de ce que seront les coûts de chauffage au cours des prochains mois. Je veux prendre quelques instants dès maintenant pour informer les députés que la hausse des coûts que les Canadiens sont sur le point de subir, et que certains ont déjà commencé à subir, n'est pas un résultat accidentel des politiques gouvernementales. Elle n'est pas une conséquence involontaire. Ce n'est pas comme si le gouvernement essayait de faire quelque chose et avait accidentellement provoqué une hausse des coûts de l'énergie.
C'est une caractéristique du plan de la coalition néo-démocrate et libérale, qui vise à hausser le coût du chauffage. Ils veulent que les Canadiens paient plus cher pour remplir leur réservoir et chauffer leur maison. Les députés n'ont pas à me croire sur parole. Ils l'ont admis. Ils ont élaboré une fausse politique environnementale fondée sur l'idée de hausser les montants que les Canadiens doivent débourser pour faire le plein d'essence, acheter des biens qui doivent être transportés au Canada et commettre le crime de chauffer leur maison en hiver.
Voilà ce qu'ils veulent. Ils veulent que les Canadiens grincent des dents lorsqu'il s'agit de ces biens. Ils l'admettent. Cela fait partie de la raison d'être de la taxe sur le carbone. Mais voilà, la taxe sur le carbone ne fonctionne pas. Les Canadiens en subissent tous les inconvénients sans en retirer le moindre bénéfice sur le plan environnemental. Le gouvernement n'a pas atteint une seule des cibles qu'il s'était fixées. Les personnes qui s'inquiètent le plus des changements climatiques sont celles qui devraient s'opposer le plus à la taxe sur le carbone, car le gouvernement s'est engagé à fond dans une politique malavisée qui, depuis sept ans maintenant, se révèle inefficace.
C'est pourquoi l'opposition officielle et les députés conservateurs travaillent si fort, depuis le début de la session d'automne, à convaincre le gouvernement de ne pas causer davantage de torts lorsqu'il s'agit d'emprunter, de dépenser et de faire grimper l'inflation, de contrôler certaines des choses qu'il peut contrôler en annulant les hausses de taxes prévues.
Le gouvernement a l'intention de tripler la taxe sur le carbone. Le député de Winnipeg-Nord aime faire des blagues à propos du café double sucre double crème de Tim Hortons, mais ce n'est pas pour rien que nous en parlons; nous tenons à ce que les Canadiens comprennent la situation. En effet, une vaste majorité de Canadiens a déjà du mal à joindre les deux bouts. Les statistiques qu'on entend sont effarantes. Alors que le Canada est un pays développé du G7, 1,5 million de personnes sont allées dans une banque alimentaire le mois dernier. C'est incroyable.
Il s'agit d'un nombre record. La fréquentation des banques alimentaires a grimpé de 15 %. Le mois dernier, le nombre de visites dans les banques alimentaires était de 15 % plus élevé que pendant le mois précédent. Les gens qui ont recours aux banques alimentaires sont des travailleurs; certains ont deux emplois, certains foyers ont deux salaires. Comme leur hypothèque coûte plus cher à cause de la hausse des taux d'intérêt et que l'épicerie coûte aussi plus cher, ils doivent maintenant se tourner vers les dons des banques alimentaires pour réussir à nourrir leurs enfants.
Autre fait très alarmant, les banques alimentaires elles-mêmes ont du mal à s'approvisionner, puisque les Canadiens ont moins de nourriture à leur donner. Voilà le résultat des politiques économiques de la coalition néo-démocrate—libérale: elles mènent à des pénuries.
Lorsque les conservateurs sont au pouvoir, ils réduisent le coût du gouvernement. Nous laissons plus d'argent dans l'économie et plus d'argent dans les poches des vaillants Canadiens, et cela fait plus de bien aux Canadiens à faible revenu, car il y a plus d'emplois à pourvoir et plus de possibilités. Lorsque les Canadiens ont plus d'argent à la fin du mois, ils peuvent prendre la décision d'être charitables. Ils peuvent remplir les étagères des banques alimentaires pour que les moins fortunés aient plus de choix, plus d'options et plus de soutien quand ils en ont besoin.
Les politiques du NPD et des libéraux font augmenter le coût du carburant, du chauffage domestique et d'autres produits essentiels et font fuir les emplois et les investissements. Résultat: à la fin du mois, les familles canadiennes ont moins d'argent à donner aux organismes de bienfaisance, de sorte que les familles qui en ont besoin en ont moins.
Voilà le bilan constant et invariable de l'échec du gouvernement et de ses politiques ratées. C'est pourquoi les conservateurs s'opposent au projet de loi au lieu de voter en sa faveur, car il ne ferait qu'accroître le coût du gouvernement, laissant les Canadiens dans une situation où le gouvernement doit emprunter davantage et payer des taux d'intérêt plus élevés.
Au début de mon discours, j'ai mentionné que la Banque du Canada perd de l'argent pour la première fois de l'histoire du pays. C'est l'effet pervers du programme d'achat d'obligations qu'elle a lancé pour contribuer à payer le déficit du gouvernement. La Banque du Canada a acheté les obligations à un très faible taux. Elle avait baissé son taux de financement à un jour à 50 points de base, soit 0,5 %. Le taux d'intérêt que le gouvernement devait payer pour les obligations détenues par la Banque du Canada était de 0,5 %.
Rappelons qu'elle a acheté ces obligations en faisant d'énormes dépôts dans les comptes des grandes institutions financières. Par exemple, la Banque TD et CIBC ont des comptes à la Banque du Canada, et des dépôts ont été faits dans ces comptes pour les obligations vendues par les banques à la Banque du Canada. Avec la hausse des taux d'intérêt, la Banque du Canada doit payer à ces grandes institutions financières plus d'intérêts que le gouvernement en payait à la Banque du Canada. C'est incroyable.
Il s'agit d'un transfert direct de richesse. Les contribuables qui travaillent fort versent de l'argent au gouvernement, celui-ci verse ensuite des intérêts à la Banque du Canada, et comme cette dernière n'en a pas assez, elle perdra de l'argent. Je crois qu'elle a indiqué qu'elle s'attend à perdre environ 4 milliards de dollars cette année. C'est ce qu'on peut lire sur le site Web de la Banque. Si le député de Winnipeg-Nord pense que je ne devrais pas croire tout ce que je lis sur le site Web de la Banque, il devrait peut-être appeler son ami, Tiff Macklem, pour lui demander d'être un peu plus précis.
Une question se pose pour le gouvernement: va-t-il devoir renflouer la Banque du Canada avec l'argent des contribuables? Après avoir utilisé l'argent des contribuables pour payer les intérêts sur les obligations qu'il a vendues, il devra maintenant garantir la différence que la Banque verse à d'autres grandes banques. Si l'on suit cette logique, le gouvernement devra essentiellement garantir les déficits que la Banque du Canada accumule en raison de ses propres dépenses déficitaires. C'est une triple insulte pour les Canadiens, quand on tient compte de tous les intérêts qui sont versés.
Je terminerai en exhortant les députés des deux côtés de la Chambre à cesser de creuser puisque nous sommes dans un trou et à ne pas verser d'eau sur ce feu de graisse. Évitons les dépenses inflationnistes qui ne feront qu'aggraver le problème.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-10-27 17:01 [p.8994]
Expand
Madam Speaker, I do not know if the member for Winnipeg North's mother ever used the expression, “Just because someone's friends go jump off a bridge does not mean they should too.”
It is true. There are other countries that have inflation. They followed the same failed policies the government did. There are lots of times in human history when there seem to be a lot of people making the same mistakes. That does not make it right. To the Canadian who is going through the grocery store aisle and buying things we make here in Canada at inflated prices, it is no comfort to know that other countries are paying higher prices too.
Other countries made the same mistakes. They printed money. They have inflation. Some countries did not print money to pay for their spending. Some countries, like Switzerland, maintained fiscal discipline, and that is why they are not experiencing inflation. That is the reason other countries—
Madame la Présidente, je ne sais pas si le député de Winnipeg-Nord a déjà entendu sa mère dire que ce n'est pas parce que ses amis sautent d'un pont qu'il doit les imiter.
Il est vrai que d'autres pays ont des problèmes d'inflation. C'est parce qu'ils ont adopté les mêmes politiques inefficaces que le gouvernement canadien. Au cours de l'histoire de l'humanité, il est souvent arrivé que bien des gens semblent commettre les mêmes erreurs. Ce n'est pas acceptable pour autant. Pour les Canadiens qui achètent des aliments et des produits fabriqués ici à des prix gonflés, il n'est pas réconfortant de savoir que d'autres pays sont dans la même situation que nous.
D'autres pays ont commis les mêmes erreurs que nous. Ils ont imprimé de l'argent, et ils sont maintenant aux prises avec de l'inflation. Certains pays n'ont pas imprimé d'argent pour payer leurs dépenses. Certains pays, tels que la Suisse, ont maintenu une discipline budgétaire, et c'est pourquoi ils n'ont pas de problèmes d'inflation. C'est la raison pour laquelle d'autres pays...
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-10-27 17:03 [p.8994]
Expand
Madam Speaker, I enjoy debating philosophical aspects.
I really enjoy esoteric philosophy-based discussions. I studied political science, and it is always interesting to talk about the best way to build a government and have a debate, perhaps over a glass of wine after dinner. However, I am sure that Canadians are more concerned about what their money can buy than they are about whose face is on it.
I basically agree with the member about government motions. We have had a few motions and bills that have nothing to do with the cost of living crisis.
I hope the government will present real solutions.
Madame la Présidente, j'aime discuter de questions philosophiques.
J'aime beaucoup les discussions ésotériques basées sur la philosophie. J'étais étudiant en science politique et c'est toujours intéressant de parler de la meilleure façon de construire un État et d'avoir un débat, peut-être avec un verre de vin après le dîner. Cependant, je suis sûr que les Canadiens sont plus préoccupés par ce que leur monnaie peut acheter que du visage sur celle-ci.
Essentiellement, je suis d'accord avec le député sur la question des motions du gouvernement. Nous avons eu quelques motions et des projets de loi qui n'avaient aucun lien avec la crise du coût de la vie.
J'espère que le gouvernement va présenter de réelles solutions.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-10-27 17:05 [p.8995]
Expand
Madam Speaker, I am happy to do that. There is a big difference between lowering the tax burden on Canadians and new spending. It is as simple as that.
I just want to take issue with one of the major principles with the far left these days and this idea that the government has a big pile of cash and all we are really doing is fighting over how to spend it.
The government does not have a dollar that it does not first take out of the economy, that it does not first take out of someone's pocket.
Is the hon. member comfortable saddling Canadians with more financial burdens and higher costs of government? That cost, the cost for this program, has to be paid for by taxpayers. It adds to the inflation crisis, because the government has to first borrow to pay for it.
Madame la Présidente, je le ferai volontiers. Il y a une grosse différence entre alléger le fardeau fiscal des Canadiens et dépenser de nouvelles sommes d'argent. C'est aussi simple que cela.
J'aimerais contester l'un des principes majeurs qui guident l'extrême gauche ces jours-ci, soit l'idée que le gouvernement dispose d'énormes ressources financières et que notre travail consiste simplement à déterminer comment nous allons les dépenser.
Chaque dollar que le gouvernement dépense est un dollar de moins pour l'économie. Chaque dollar que le gouvernement dépense est un dollar de moins dans la poche des Canadiens.
Le député n'a-t-il aucun remords à alourdir le fardeau fiscal des Canadiens et à faire en sorte que le gouvernement leur coûte plus cher? Le coût de ce programme devra être assumé par les contribuables. Cela exacerbera la crise de l'inflation, parce que le gouvernement devra d'abord emprunter pour le payer.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-10-27 17:07 [p.8995]
Expand
Madam Speaker, unfortunately I will not have enough time to point out all the errors that the member for Saanich—Gulf Islands just made in her statement.
I have here the “Economic and Fiscal Update 2021: Issues for Parliamentarians”, from the Office of the Parliamentary Budget Officer. While there is no doubt that a Conservative government would have found ways to support Canadians through an unprecedented pandemic, there are lots of ways that governments can do it without running the printing presses at the central bank.
I just want to read a very important stat from the report: “[S]ince the start of the pandemic, the Government has spent, or has planned to spend, $541.9 billion in new measures...of which [$176 billion] is not part of the COVID-19 Response Plan.
That is the major point here. Yes, there was a pandemic. Yes, there were unprecedented actions that governments had to take. However, there were lots of things along the way that the government did not have to do. The Liberal government chose to use the pandemic to try to enrich its friends at the WE organization. It chose to use the pandemic to give contracts out to former Liberal MPs. It chose to use the pandemic to create—
Madame la Présidente, je n'aurai malheureusement pas le temps de passer en revue toutes les erreurs que la députée de Saanich—Gulf Islands vient de commettre dans son intervention.
J'ai ici la « Mise à jour économique et budgétaire de 2021: Enjeux pour les parlementaires », du Bureau du directeur parlementaire du budget. Bien qu'il ne fasse aucun doute qu'un gouvernement conservateur aurait trouvé des moyens de venir en aide aux Canadiens pendant une pandémie sans précédent, les gouvernements disposent de nombreux moyens pour y parvenir sans faire tourner la planche à billets de la banque centrale.
J'aimerais simplement citer un chiffre très important du rapport: « [D]epuis le début de la pandémie, le gouvernement a dépensé ou prévu de dépenser de nouvelles mesures de 541,9 milliards de dollars et [...] près [de 176 milliards] de ces dépenses ne s’inscrivent pas dans le plan d’intervention pour la COVID‑19. »
C'est là le point essentiel. Certes, il y a eu une pandémie. Certes, les gouvernements ont dû prendre des mesures sans précédent. Cependant, il y a par ailleurs de nombreuses mesures que le gouvernement n'était pas obligé de prendre. Le gouvernement libéral a essayé de se servir de la pandémie pour enrichir ses amis de l'organisme UNIS. Il a choisi de se servir de la pandémie pour accorder des contrats à d'anciens députés libéraux. Il a choisi de se servir de la pandémie pour créer...
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-27 17:09 [p.8995]
Expand
Madam Speaker, this bill is $10 billion in new spending. There is a $500 one-time payment in it. I was reading an article about mortgage rates, and from October 2021 to May 2022 the average mortgage price per month went up $800. I cannot even imagine how much it has gone up since then as interest rates have continued to go up. I am just wondering what my hon. colleague thinks prices would be like now.
Madame la Présidente, le projet de loi représente 10 milliards de dollars en nouvelles dépenses. Il comprend un paiement unique de 500 $. Je lisais un article sur les taux d'hypothèques et, d'octobre 2021 à mai 2022, le paiement hypothécaire mensuel moyen a augmenté de 800 $. Je ne peux même pas imaginer de combien cela a augmenté depuis, à mesure que les taux d'intérêt ont continué d'augmenter. J'aimerais simplement savoir si le député a une idée de ce que seraient les paiements hypothécaires aujourd'hui.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-10-27 17:09 [p.8995]
Expand
Madam Speaker, this is the devastating reality that many Canadians are waking up to in the coming weeks and months as mortgages come up for renewal. I have already heard from friends and relatives of mine who maybe had a 2% or a 2.25% interest rate four or five years ago and are now renewing at 6%, 7% or 8%. Many Canadians are going to be faced with the tragic, sad reality that they are going to have to just toss the keys back to the bank, because they will not be able to make those payments.
The Prime Minister erroneously said to Canadians that the government was going to go into debt so Canadians did not have to. This is how Canadians are paying for it. They are getting stuck with the bill. The Liberals got the party. Canadians are paying the bill, and the sticker shock on that bill is awful. It is one more reason we should come here with sleeves rolled up and pencils out to be finding new ways to lower the cost of government, rather than finding new ways to borrow money to spend.
Madame la Présidente, c'est la tragique réalité que vivront de nombreux Canadiens dans les semaines et les mois à venir lorsque leur hypothèque arrivera à échéance. Déjà, des amis et des proches qui avaient obtenu une hypothèque à 2 % ou 2,25 % il y a quatre ou cinq ans me disent qu'ils doivent la renouveler à 6 %, 7 % ou 8 %. De nombreux Canadiens se retrouveront face à la triste et tragique réalité d'avoir à redonner les clés à la banque, parce qu'ils n'auront pas les moyens de faire leurs paiements.
Le premier ministre a affirmé aux Canadiens, à tort, que le gouvernement allait s'endetter pour éviter qu'eux aient à le faire. Voilà le prix que les Canadiens doivent payer. Ce sont eux qui doivent éponger la facture. Les libéraux ont fait la fête; les Canadiens paient la facture et le choc sera brutal. C'est une raison de plus pour que nous venions ici, que nous nous remontions les manches et que nous cherchions de nouvelles façons de réduire les coûts du gouvernement au lieu de chercher de nouvelles façons d'emprunter et de dépenser.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-10-27 17:10 [p.8996]
Expand
Madam Speaker, I agree with the member that there are a lot of provincial programs and that this new program will increase the cost of government and interfere in areas under provincial jurisdiction.
However, it is ironic that this question would come from the Bloc Québécois, because the Bloc wants the government to increase the carbon tax, which is also an intrusion into—
Madame la Présidente, je suis d'accord avec le député sur le fait qu'il y a beaucoup de programmes provinciaux et que ce nouveau programme va augmenter le coût du gouvernement et s'ingérer dans les champs de compétences provinciales.
Par contre, c'est drôle que cette question vienne du Bloc québécois, parce que le Bloc veut que le gouvernement augmente la taxe sur le carbone, ce qui est aussi une intervention dans les champs de compétences...
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-10-18 16:00 [p.8451]
Expand
Madam Speaker, I appreciate joining the debate.
I was a member of the Legislative Assembly of Saskatchewan for eight years before I was able to have the honour of this job. We dealt a lot with health and dental care, and I know there are jurisdictions across the country that have dental programs in place for low-income families and for children with disabilities.
Could the minister please outline how many of the provinces asked for this program? I know the health ministers meet at federal-provincial-territorial meetings. How many of the provincial health ministers had this dental program as their top ask or their top priority, consulting within their jurisdictions or with their partners?
I would really like to hear that answer, and I would appreciate it if the minister could talk about the consultations he had with health ministers for this program.
Madame la Présidente, je suis ravi de participer au débat.
J’ai été député à l’Assemblée législative de la Saskatchewan pendant huit ans avant d’avoir eu l’honneur d’occuper mon présent poste. Nous avons dû traiter de nombreux dossiers en matière de santé et de soins dentaires. Je sais qu’il y a des régions du pays qui disposent de programmes de soins dentaires pour les familles à faible revenu et les enfants en situation de handicap.
Le ministre peut-il nous dire combien de provinces ont demandé la mise en place de ce programme? Je sais que les ministres de la Santé se rencontrent lors de réunions fédérales-provinciales-territoriales. Pour combien de ministres de la Santé provinciaux ce programme de soins dentaires était-il la principale demande ou priorité, lors de consultations au sein de leur administration ou avec leurs partenaires?
J’aimerais vraiment obtenir cette réponse. J’aimerais que le ministre parle des consultations qu’il a tenues avec les ministres de la Santé au sujet de ce programme.
Collapse
Results: 1 - 15 of 38 | Page: 1 of 3

1
2
3
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data