Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 18
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-09-23 11:11 [p.7614]
Expand
Mr. Speaker, the new Conservative leader will put people first: their retirements, their paycheques, their homes and their country.
During harvest season, farmers are working hard to feed Canadian families and the world. This task is especially important at a time when there are real concerns about a global food shortage. Unfortunately, the current government seems determined to stand in the way. From a relentless carbon tax to a severe target for reducing fertilizer emissions, its actions are impacting our farmers. With rising food costs, it is clear that this hurts everyone. Another new industry report shows how the Liberals will once again fail to deliver because their fertilizer target is too unrealistic.
Will the Liberals restrict fertilizer use after all, like other countries around the world are trying to do? When I have raised the issue many times in the House, they stop short from ruling it out, yet they also cannot explain what else they are going to do.
One of Saskatchewan’s producers said this week, “We need to feed the world”. Another one said that its biggest threat to its operations is government policy.
The government needs to leave farmers alone and let them do their jobs.
Monsieur le Président, le nouveau chef conservateur accordera la priorité aux gens, à leur retraite, à leurs chèques de paie, à leur logement et à leur pays.
Pendant la saison des récoltes, les agriculteurs travaillent fort pour nourrir les familles canadiennes et le monde. Cette tâche est particulièrement importante alors qu'on craint sérieusement une pénurie alimentaire mondiale. Malheureusement, le gouvernement actuel semble résolu à mettre des bâtons dans les roues. Que l'on pense à l'implacable taxe sur le carbone ou aux cibles exigeantes de réduction des émissions causées par les engrais, ses actions ont des répercussions sur les agriculteurs canadiens. Avec la hausse des coûts des aliments, il ne fait aucun doute que cette approche nuit à tout le monde. Un autre rapport de l'industrie récent indique que les libéraux échoueront encore une fois parce que leur cible pour les engrais est irréaliste.
Est-ce que les libéraux finiront par restreindre l'utilisation d'engrais, comme d'autres pays tentent de le faire? Lorsque j'ai soulevé cette question à de nombreuses reprises à la Chambre, ils n'ont pas voulu exclure la possibilité. Pourtant, ils sont aussi incapables d'expliquer quelles autres mesures ils prendront.
Un producteur de la Saskatchewan a dit cette semaine: « Nous devons nourrir le monde. » Un autre a affirmé que la politique du gouvernement est la plus grande menace à ses activités.
Le gouvernement doit laisser les agriculteurs tranquilles et leur permettre de faire leur travail.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I would ask members to imagine a runner. He takes his place and is about to run the biggest race of his lifetime, but before the whistle blows, he leans down and ties his shoelaces together so that one shoe is securely fastened to the other shoe.
Then the runner deliberately turns around so that his back faces the finish line and sits down. Meanwhile, all his opponents stand at the ready. Their shoes are fastened properly and they face forward. These runners are prepared to race.
That is a good way for us to picture the different position the Prime Minister is putting Canada in when there is a looming global food shortage that we are not prepared for.
Other countries around the world are ready. They are not punishing producers and they have a plan to tackle the looming crisis. Agriculture is our superpower. It is this hidden economic driver that can not only solve world hunger but could also bring a great deal of prosperity to this nation. However, our producers cannot do this alone. They need the government to work alongside them, not against them, but the Prime Minister fails to recognize this. Not only that, but he has belittled and disrespected this industry by tying its hands behind its back and kicking it aside, all the while expecting it to solve our problems.
It started with applying the carbon tax to on-farm fuels, followed by poor trade deals and then a threat of a 30% reduction in fertilizer usage. Now our producers are dealing with sky-high input costs and the new threat of front-of-pack labelling for single-ingredient ground beef. At the very least, all our producers are asking for from the government is clarity. Unlike everyone else, our farmers only get one shot at success every year, and they cannot go into this blindly.
In my question, I asked the minister for clarity around the retroactive tariff on Russian fertilizer purchased before March 2. In her answer, she refused to give specifics. Now we are here on June 20, and our farmers are still somewhat in the dark. Fertilizer prices have more than doubled over the winter, and when these are coupled with sky-high input costs, our producers simply cannot afford an extra tariff that was applied on a product purchased before the war even started.
Despite what the minister thinks, fertilizer is not some optional add-on; rather, it is a critical tool that is used to boost crop yields and maximize output. Farmers really have no choice but to use it in order to meet the global demand and to make a profit on the crops that they grow.
As we look at what is happening across the globe with the war in Ukraine, India placing a ban on the export of wheat and poor yields as a result of the drought in western Canada, it is safe to say that we are on the brink of a global food crisis. If we want to solve this problem with a made-in-Canada solution, the government should work to make inputs less expensive so we can increase crop yields. The minister can do this today by cancelling the tariff on Russian fertilizer.
Tonight I will ask again: Will the government do the right thing and remove the retroactive tariff on fertilizer purchased before March 2?
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, again, it is backwards hearing it from the parliamentary secretary when he thinks that just because it is paid by importers, somehow farmers are not going to have to pay for it. We all know the importers are going to pass that cost on to the farmer, but the farmer has no means of passing that cost on to anybody else. If the government truly wanted to support farmers, it would scrap the tariff for farmers.
Canada is also an outlier on this issue. The G7 countries do not have this kind of tariff because they truly know what it means to support farmers. Supporting farmers and going tough on Russia for its illegal occupation of Ukraine are not exclusive to each other.
I call on the minister once again. Let us harness our superpower and use it to address the looming global food crisis. After seven years of working against our farmers, the government has an opportunity to change course. Instead of working against them by making their lives more expensive, let us work alongside our producers. Standing up and saying they are working with the industry is not enough. Our farmers deserve actions and results.
Once again, will the government do the right thing, support our farmers and drop the tariff on Russian fertilizer purchased before March 2?
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-06-16 20:33 [p.6868]
Expand
Mr. Chair, this is a very important and timely debate that we are joining here this evening on the floor of the House of Commons. It is really talking about food supply and how Canada can be one of the sources to get food to people around the world.
There are five major points I am going to make in my presentation today about what I see as the issues agriculture producers are facing in Canada that are hindering their ability to supply the world with more of the world-class beef, chicken, wheat and commodities and to get things moved from market to market.
The first thing I see as an issue facing our producers coming down the pipe is front-of-package labelling. It is a big concern. We were reached out to by the Canadian Cattlemen's Association and the Saskatchewan Stock Growers Association. They interviewed yesterday, and it is something people are getting more concerned about, that the government is going to put warning labels on our beef and pork.
We should have a really serious debate about whether that is something we need to do going forward because our producers have world-class beef and pork, and we do not need to put warning labels on them. It is a conversation that we need to have in the House of Commons to make sure we are supporting our producers. I believe they are doing phenomenal work from an environmental standpoint and from a food quality standpoint, and the government should not be putting a warning label on the front of packages. We would be the only country in the world to put this burdensome policy on our beef and pork producers.
A second issue we talk a lot about in this chamber that is really hurting the food we can produce is the carbon tax. It is ever-increasing for our Canadian producers. In western Canada, when we have these conversations about the carbon tax, we hear these are serious dollars. Now the PBO has come forward and said Canadians are not receiving as much money as they are paying in the carbon tax.
The fuel bill of a friend of mine has gone up $15,000 a week, just in the carbon tax, when he is seeding and harvesting. Obviously that is in the high point, during seeding, but that is how much more money this producer is paying to fuel his equipment, and that is just the tractors. It is not counting other pieces of machinery. That is the second thing that is hindering our producers from being able to feed the world.
The third thing, as the member for Foothills talked about, is the fertilizer tariff. We are asking for the producers to get that money back from before March 2. We are penalizing our producers with the government's policies, which are something it has control of. It can make it better for our producers and easier for them to grow what the world needs.
The fourth thing is the 30% reduction of fertilizer. I have talked to stakeholders across the country, and before this emission reduction was put on fertilizer, Fertilizer Canada, Nutrien and BHP were never reached out to. They were surprised by this 30% reduction target. There were never appropriate conversations with the stakeholders to ensure that they knew this was coming down the pipe. It was a surprise for them. It was a subjective target that came out of nowhere and really shook the people who produce the fertilizer that helps to grow the crops we need to feed the world.
The fifth thing has been touched on by colleagues on all sides. It is not a partisan thing. It is the war in Ukraine. Ukraine is the third-largest producer of wheat in the world, and they are in war zone. Those crops are not going to be planted this year. We are burdening our producers in this country with more red tape and more regulations, which will hinder our yields and our crops.
We are not going to be able to use much fertilizer, and that is something that is going to happen in this country. We are going to grow less produce and have smaller yields because producers are going to use less fertilizer because they simply cannot afford it. They will not be able to afford the increase in the cost of fertilizer, and they cannot support an increase in the carbon tax. When we talk about the global food supply, where we should be a major player in the world, the government is hindering the ability for our producers to step up and do what is needed.
Monsieur le président, le débat que nous avons ce soir à la Chambre des communes est très important et opportun. Il porte sur l'approvisionnement alimentaire et sur la façon dont le Canada peut être l'une des sources d'approvisionnement alimentaire pour les gens partout dans le monde.
Dans mon discours d'aujourd'hui, je parlerai des cinq grands problèmes éprouvés par les producteurs agricoles canadiens qui, selon moi, entravent leur capacité de fournir au monde plus de bœuf, de poulet, de blé et de denrées de calibre mondial et d'acheminer leurs produits d'un marché à un autre.
Le premier problème que je vois se profiler pour nos producteurs est l’étiquetage sur le devant des emballages. C’est une grande préoccupation. La Canadian Cattlemen’s Association et la Saskatchewan Stockgrowers Association ont communiqué avec nous. Nous nous sommes entretenus avec leurs représentants hier, et les gens sont de plus en plus préoccupés par le fait que le gouvernement va apposer des étiquettes de mise en garde sur les emballages de bœuf et de porc.
Nous devrions tenir un débat très sérieux pour déterminer si cette mesure est vraiment nécessaire, car nos producteurs produisent du bœuf et du porc de classe mondiale, et nous n’avons pas besoin de leur apposer des étiquettes de mise en garde. La Chambre des communes doit se pencher sur cette question pour veiller à ce que nous soutenions les producteurs. Je crois qu’ils font un travail phénoménal sur le plan de l’environnement et de la qualité des aliments, et le gouvernement ne devrait pas apposer d’étiquette de mise en garde sur le devant des emballages. Nous serions le seul pays au monde à imposer cette politique contraignante à ses producteurs de bœuf et de porc.
Un deuxième problème dont il est souvent question dans cette enceinte et qui nuit réellement à notre production alimentaire est la taxe sur le carbone. Elle ne cesse d’augmenter pour les producteurs canadiens. Dans l’Ouest canadien, quand on parle de la taxe sur le carbone, on entend dire que ce sont des sommes considérables. Or, le directeur parlementaire du budget a révélé que les Canadiens ne reçoivent pas autant d’argent qu’ils en paient au titre de la taxe sur le carbone.
La facture de carburant d'un de mes amis a augmenté de 15 000 $ par semaine durant la période des semailles et des récoltes, uniquement à cause de la taxe sur le carbone. Évidemment, le temps des semailles est le moment le plus occupé, mais c'est ce que ce producteur doit payer de plus pour faire fonctionner son équipement, et il ne s'agit que des tracteurs. Cela ne tient pas compte des autres machines. Voilà le deuxième problème qui empêche nos producteurs d'être en mesure de nourrir le monde.
Le troisième problème, et le député de Foothills en a parlé, ce sont les droits de douane sur les engrais. On demande aux producteurs de récupérer cet argent avant le 2 mars. Le gouvernement pénalise les producteurs avec ses politiques, qui relèvent pourtant de son contrôle. Il peut améliorer la situation des producteurs et leur permettre de cultiver plus facilement ce dont le monde a besoin.
Le quatrième problème tient à la cible de réduction de 30 % pour le secteur des engrais. Je me suis entretenu avec des intervenants de tout le pays, et avant que cette cible de réduction des émissions ne soit imposée au secteur des engrais, personne n'a jamais communiqué avec les représentants de Fertilisants Canada, de Nutrien et de BHP. Ils ont été surpris par cette cible de réduction de 30 %. Il n'y a jamais eu de discussions en bonne et due forme avec les intervenants pour veiller à ce qu'ils soient au courant de ce qui s'en venait. C'était une surprise pour eux. Il s'agit d'une cible subjective qui est sortie de nulle part et qui a vraiment ébranlé les personnes qui produisent les engrais qui permettent de faire pousser les cultures dont nous avons besoin pour nourrir le monde.
Le cinquième point a déjà été mentionné par des députés de tous les côtés de la Chambre et n'est aucunement partisan: il s'agit de la guerre en Ukraine. L'Ukraine, troisième producteur de blé au monde, est en pleine zone de guerre. Il n'y aura pas de semailles cette année. Ici au Canada, nous imposons à nos producteurs agricoles plus de tracasseries administratives et de règlements, ce qui nuira aux cultures et aux rendements.
Nous ne pourrons pas utiliser beaucoup d'engrais; c'est là où nous en sommes ici. Nous ferons pousser moins de fruits et de légumes et nous aurons des rendements plus faibles parce que les producteurs utiliseront moins d'engrais étant donné qu'ils n'ont carrément pas les moyens de les payer. Le coût des engrais augmente, et ils n'auront pas les moyens de payer ce coût plus élevé ni de payer une taxe sur le carbone plus élevée. Pour ce qui est de l'approvisionnement alimentaire mondial, un domaine dans lequel nous devrions jouer un rôle de premier plan, le gouvernement entrave la capacité qu'ont les producteurs canadiens d'intensifier leurs efforts et de faire le nécessaire.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-06-16 20:39 [p.6869]
Expand
Mr. Chair, I would like to congratulate the member for Kings—Hants on his upcoming wedding. That is amazing. He has probably, like most of us, punched above his weight, so hopefully his wife knows what she is getting into.
On his two questions I would say this: First and foremost, we are the only country in the world that has put a tariff on fertilizer. Other G7 countries are creating policies to help their agricultural producers, and we are creating a policy that hinders them.
On the second question, I would say that I am glad the government found out that BHP exists in Saskatchewan. I know it has been a long time since there has been a Liberal out there, but BHP has been talking about going to phase two since I was an MLA in 2011, so I have a great relationship with BHP. We talk all the time. I have been out to that mine, and we have done the tours. I think it is going to do very well this year with where fertilizer and potash prices are right now, so I wish BHP good luck and all the best.
Monsieur le président, j'offre mes félicitations au député de Kings—Hants, qui se mariera prochainement. C'est formidable. Comme la plupart d'entre nous, il a probablement dépassé les attentes, alors espérons que son épouse sait à quoi s'attendre.
Je répondrai à ses deux questions de la façon suivante. Tout d'abord, le Canada est le seul pays à avoir imposé des droits de douane sur l'engrais. Tandis que les autres pays du G7 élaborent des politiques pour aider les producteurs agricoles, le Canada crée une politique qui leur nuit.
Pour ce qui est de sa deuxième question, je dirais que je suis heureux que le gouvernement ait découvert l'existence de BHP en Saskatchewan. Je sais que cela fait longtemps qu'on n'a pas vu de libéraux là-bas, mais BHP parle d'entreprendre la phase deux depuis l'époque où j'étais député provincial, en 2011. J'ai donc d'excellents rapports avec BHP. Je discute avec cette entreprise constamment. Je me suis rendu à cette mine, et on m'a fait faire une visite. Je crois que les affaires seront très bonnes cette année, compte tenu du prix actuel des engrais et de la potasse. Je souhaite donc la meilleure des chances à BHP.
Collapse
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, input costs for farmers have soared. Fertilizer costs have nearly tripled and fuel costs have doubled, all while we face a food security crisis, yet Liberals intentionally hurt farmers' ability to increase production. A punitive fertilizer reduction policy, not based on fact or science, and a carbon tax increase are hindering investment in climate-resilient techniques that farmers were making long before Liberal ministers were Greenpeace activists.
Has the Minister of Agriculture misunderstood that she is supposed to fight for farmers instead of against?
Monsieur le Président, les coûts des intrants pour les agriculteurs sont montés en flèche. Le prix des engrais a presque triplé et le prix du carburant a doublé, alors que nous vivons une crise de sécurité alimentaire. Pourtant, les libéraux nuisent intentionnellement à la capacité des agriculteurs d'augmenter leur production. La politique punitive des libéraux sur la réduction des engrais — qui ne s'appuie par sur des faits ou des données scientifiques — et l'augmentation de la taxe sur le carbone nuisent aux investissements dans des techniques adaptées au changement climatique, dans lesquelles les agriculteurs investissent depuis longtemps, bien avant que les ministres libéraux ne se transforment en militants de Greenpeace.
La ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire n'a-t-elle pas compris que sa mission est de défendre les agriculteurs et non de les attaquer?
Collapse
View Michael Kram Profile
CPC (SK)
View Michael Kram Profile
2022-06-10 12:04 [p.6538]
Expand
Mr. Speaker, Saskatchewan is the breadbasket of the world and leads the country in the production of wheat, canola and many other crops. That takes fertilizer, lots of fertilizer. Recently, the government announced its plan to make Canadian farmers ration fertilizer by 30%, causing the price of groceries to skyrocket and leaving many Canadians going hungry.
Why is this government punishing Canadians who simply want to eat?
Monsieur le Président, la Saskatchewan est le grenier à blé du monde et elle fait figure de chef de file au pays pour ce qui est de diverses cultures, notamment le blé et le canola. Ces cultures nécessitent de l'engrais, beaucoup d’engrais. Récemment, le gouvernement a annoncé son intention d’imposer aux agriculteurs canadiens une réduction de 30 % de l’utilisation des engrais. Cette décision a entraîné une hausse fulgurante du prix des denrées alimentaires et, partant, de nombreux Canadiens ne mangent pas à leur faim.
Pourquoi le gouvernement pénalise-t-il les Canadiens qui veulent seulement se nourrir?
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-05-30 18:19
Expand
Madam Speaker, it is a pleasure to join this debate on ethics and the role that ethics should play for the people who govern our country.
This report is about whether we should re-evaluate what happened during the WE Charity scandal but, throughout my speech, I am going to cover many ethical lapses that have happened with the government. I will also talk about some of the things that people in Regina—Lewvan and across Saskatchewan and Canada would actually like to see this chamber debate.
I have listened to a few speeches now from the members of the opposition, the members for Winnipeg North and Kingston and the Islands, and they are talking about how the government has been nothing but a blessing for Canadians across the country. They are talking about how they cut taxes for the middle class in 2015, without really having the realization of what is happening in 2022 and putting the lens on.
We are getting past COVID-19. They still want to bring it up, and they still want to make everyone across the country afraid, but if we go to every country across the world, people are moving on. It is now time for the government to move on past COVID-19 and start looking at what it can do to help control inflation and the rising cost of living, get people back to work full-time, get all Canadians the ability to travel, get rid of restrictions, and stop stigmatizing and dividing Canadians at every turn.
The Liberal government has not met a wedge issue it has not tried to take advantage of with Canadians. Liberals have not missed an opportunity to try to pit Canadian against Canadian. Whether it be western Canadians against eastern Canadians, or people who made a personal health choice to take a vaccine or not, they will continue to try to pit Canadians against Canadians. That is something that us on this side, as Conservatives, have always fought against.
We have always had a consistent message: vaccines are available for those who want to take them. We needed to get to a high vaccine rate, which Canadians did. Canadians did go and get vaccinated, but we should not penalize people who have made a different choice. They should be able to go to work and raise their families. They should be able to travel, not only within Canada but also outside of Canada as well. We have people in the country who are not able to travel within their own country. They cannot get on a plane. They cannot get on a train. That is something we should be discussing in this chamber and questioning the Liberal government as to why it continues to try to stigmatize Canadians. Those are the debates we should be having.
We should be having debates on policy and on ethics as well. That is important.
Time and again, the government has used time allocation to stifle debate. In the magical fantasy land the member for Winnipeg North has brought forward in his speech, Conservatives try to stifle debate. We try to have debate as often as we can because we believe that it actually brings forward better legislation. It has happened, a couple of times.
It has happened, a couple of times, where we have added to the legislation. I remember the early times of the pandemic in 2019. We had debates, and we made programs better. That is hardly stifling. They did try to sneak past a piece of legislation that gave them the right to tax and spend for two years completely unfettered, which, once again, shows that every time there is an opportunity or a crisis, the Liberals will continue to try to seize more and more power so that they have the ability to do whatever they want, whenever they want. That actually should be their next campaign slogan in 2025: “Liberals: we can do whatever we want, whenever we want. Just trust us. Heart over hand.”
I digress. One of the things that I hear in Regina—Lewvan constantly is the fact that we need to fight the rising cost of living. We have brought forward opposition motions. We have brought forward ideas on how the Liberal government could help people out.
Over 50% of Canadians are finding it hard to put food on the table. That is not the sign of a good, prosperous, well-run government, when 50% of Canadians are unable to put food on the table. Plus, we have seen it and people have seen it, all across their provinces, that the rate of visitations to food banks continues to increase. That is a sign of troubling times ahead.
We brought forward an idea in an opposition motion a few weeks ago. Why not finally scrap the carbon tax? It continues to punish Canadians who have to drive to go to work. It punishes Canadians who have to heat their homes. It punishes Canadians who have to continue to try to buy food that gets trucked in to the grocery stores. Northern and remote Canadians get punished more because, when their food gets trucked in, the prices of everyday necessities continue to rise. Those are the debates we should be having.
The Liberals talk about the tax cuts they had for the middle class in 2015. They are not helping anyone anymore. The price of gas and every essential good has gone up so high that those tax cuts have gone back into government coffers. The government and the Liberals need to listen to what Canadians are saying, not just their Liberal insiders and Bay Street buddies. They need to hear how much harder it is for Canadians to get by, and it is going to get harder. Members may or may not believe this, but they want the carbon tax to go up to $150 a tonne. Imagine being a single parent who is trying to decide whether they can put gas in their vehicle to take their kids to sports, music or drama, or whether they can buy the essential goods of food and medication if they need it. That is ridiculous. When does it end?
We continue to bring forward positive suggestions and the Liberal government continues to slap them down and bring more rhetoric forward. Time and time again we talk about people coming with questions about whether the government is doing the right thing. The Liberals continue to show that the only people they are willing to listen to are those who already agree with them.
The reason they like time allocation is they do not like debate. They do not like to hear opposing views. They show it in their actions. They showed it in their actions in February when people came to the chamber and wanted to talk to representatives about how they were feeling during COVID‑19. I cannot even imagine the type of frustration some people must have felt when they came to Ottawa to try to talk to a member of the Liberal cabinet in person and they would not be heard. They were good people who came here and wanted to be listened to because it is their right. It is the people's Parliament, and not one Liberal took the opportunity to have a conversation with them. I have gone through a few conflict negotiation classes, and not one of them ever said that conflict negotiations do not include dialogue. We need dialogue to resolve a conflict.
I think the Liberals like some of the conflict that is going on right now in our country. I think they enjoy seeing the divide between Canadians, in some way. That is why this building is one of the only places that still has a mask mandate in place. We have asked constantly to see the science and have asked why we still need to wear masks just on Parliament Hill. If we go to receptions all around downtown Ottawa, we see members opposite and members from all parties not wearing masks at them.
Let us ask this question. Why is that still in place? Maybe my hon. colleagues will talk about the BOIE, but the Liberals now have a majority on the BOIE with the NDP and can vote in whatever they want, so really it is up to them to decide when restrictions will be dropped here on Parliament Hill.
Moving on, restrictions should be dropped elsewhere. I do not know if members have been to the Toronto airport lately, but it is an unmitigated disaster right now. These are very tough times with the restrictions and some of the vaccine mandates. People would be at work today at the Pearson airport if there were no vaccine mandates, and they could be helping get rid of some of the backlogs and making air travel more smooth.
Those are some of the things we should be talking about, but the Liberals continue to bring in time allocation.
This is an opportunity to bring forward something else that is also important to people across the country: When are we going to have some confidence in our democratic institutions again? That goes straight to the heart of ethics and the ethics report. People see a decline in democracy in our country and they are losing faith. I hear it in the conversations I have in Saskatchewan with people from Regina—Lewvan. A lot of people who come to my office ask why we cannot get rid of these guys and ask what is going on in our country. Some people feel our country is a laughing stock right now because of some of the policies the government has put in place.
People are travelling to the States or over to Europe and they see how life there is returning to normal. When they come back home, they find that travellers from other countries who come here do not understand this because a lot of people have moved on. It is a difficult thing, because now these decisions and policies, which are really out of touch with most Canadians, are being propped by the junior party, the NDP. It is propping up the Liberals now. Technically they never won a mandate for a majority, but they stole a majority government from the mandate they got in 2021.
That is something people have a really hard time computing. They are asking how the Liberals have a majority when they never were awarded one by the voters in Canada. When they talk about the co-operation, they understand that sometimes parties have to co-operate, but how could they give a blank cheque to the Liberal government to govern until 2025 and not show what was agreed to on the blank cheque? We have asked many times for them to show the documentation of what was in the hidden deal that was signed in the back rooms of Ottawa that allows the Prime Minister and the government to stay in power until 2025. What were the priorities of the NDP?
A lot of us who live in western Canada have seen some NDP governments, and they have had a lot of different priorities from those the federal NDP does right now. I am pretty sure Tommy Douglas would not even be part of the NDP right now in Ottawa because he would have a lot of different views, especially around fiscal policy. Some of my friends have seen some NDP governments, such as in Winnipeg, for example, that have had a lot more fiscal responsibility than the current NDP members in Ottawa have.
That comes to the crux of the argument. When we are looking at supporting the government, from my standpoint, if I was a New Democrat, I would also look at how I could support a government that has this many ethical violations. My friend from Kingston and the Islands actually had to answer the question when I said the WE Charity maybe did not say the Prime Minister was guilty, but it did say the former finance minister, Bill Morneau, was guilty of breaking ethics rules. There was also the “Trudeau Report” and the “Trudeau II Report”, which show the Prime Minister has broken ethics rules on several different occasions.
When we are talking about an ethical government, people at some point in time in the next little while are going to wonder if they can continue to vote for a government that has so many ethical lapses. I think that does go to the heart of the debate in this chamber, and it goes to the heart of the debate on what is going to happen if the government continues to have ethical lapses.
For example, we just saw another one. The Minister of National Defence gave a sole-source contract to a friend for $16,000. That has come out in the last couple of hours. The Minister of International Trade gave a sole-source contract to her friend for $17,000. Also, who can forget Frank Baylis's sole-source contract? There was couple million dollars for that one for ventilators, and he does not even have a company that makes ventilators. It goes on and on with these ethical lapses, so the question that comes to Canadians is, how much is enough and when is it enough?
Also, it does not have to just be contracts. We have seen this time and again in other areas of the government. Continuously we see it among insiders and Liberals who are well connected to the Prime Minister and to the front bench. We have seen it from the Minister of Intergovernmental Affairs, from New Brunswick, who has had a few questions come up about some of his appointments. I think members might remember they had to go through a Liberal donation registry before they had the opportunity to do some other things. These are some of the questions that Canadians continue to ask us, which we want to bring forward on the floor to debate, because I think there is a higher expectation of government than what the government has had.
I was an MLA in 2015, and I remember watching the Prime Minister debate Stephen Harper and talk about how sunshine is the best disinfectant. Do members remember that?
An hon. member: Hear, hear.
Mr. Warren Steinley: Madam Speaker, I heard a “hear, hear” from the member for Winnipeg North. I wish the Liberals still believed that. I also wish the Prime Minister still wanted to lead the most transparent and open government in Canadian history.
An hon. member: He does.
Mr. Warren Steinley: Madam Speaker, I heard “he does”, but he does not, because he is only the second Prime Minister to break the ethics rules not once but twice.
It is unbelievable for the government to say it is going to be the most open and accountable government in Canadian history and then continue to bring forward legislation that curtails freedom of speech, curtails freedom of expression and curtails what Canadians can put on the Internet on their own personal pages. How does that make it the most open and accountable government in Canadian history? People are looking for more. Something the government is really falling short on is making sure that people have hope for the future.
There are reports that the optimism of Canadian business owners is at an all-time low. If we talk to anyone in agriculture right now, we hear that people do not know how they are going to afford the inputs. This is a direct result of some of the policies put forward by the government. Let us look at what the cost of fertilizer is going to be for this year, with a 30% reduction, a completely arbitrary number, in emissions in the fertilizer industry. Basically, the only way the industry is going to get there is by lowering its outputs. Less fertilizer means that agriculture producers are going to have less fertilizer to put on their crops because they cannot afford to put more on. In turn, that means there is going to be less food available to Canadians and people around the world. That is the result of some of these arbitrary emission targets that the government has put into place.
I do not think some members of the Liberal government have thought about what the consequences are. I know a few have because, in doing the right thing, a few have voted in favour of a private member's bill that would lower the cost of the carbon tax on agriculture producers. One was the member for Kings—Hants and another member abstained. They have talked to agriculture producers and realized the impacts that these policies are going to have on the people who produce the food we consume.
Some of these ideological crusades that the government has been on for the last seven years do have real-life impacts on Canadians across the country. I am not talking about just western Canada, although western Canadians are the ones who produce the food that feed the rest of our country. It is not all of it but a lot of it. These impacts are compounding each other. Some of these policies were put in place not by malice, but maybe simply because sometimes the people who are putting them in place do not understand what is happening in agriculture in western Canada and the differences we see in our country.
There are a few other issues we can talk about. I have some time left, and there is a lot more I want to say.
I want to talk about the residents of Regina—Lewvan and the effects that some of these policies have had there, and some of the causes and effects of ethics. When the government makes decisions and gives some sole-source contracts, it is giving money to Liberal friends. However, it is also leaving out some of the people who are creating jobs and creating wealth in their communities.
Small business owners have had a tough time over the last couple of years. I talked to one of them, who owns a restaurant called Rock on Albert Street in Regina. He said that with how much money he has paid in carbon tax for heating and cooling the building, he could afford to hire another two staff members if he did not have to pay the carbon tax. Two people in Regina could have a job in one restaurant if there was not a carbon tax. That is something the Liberals really have to think about.
Another thing that this carbon tax is affecting in our country more than the Liberals probably realize is the budgets of school divisions in Saskatchewan. The school divisions have to heat their schools in the winter and keep them cool in the summer. Our temperature fluctuates a fair bit in Saskatchewan. It snowed on the May long weekend.
What the school divisions are seeing in their budgets, which are getting squeezed tighter and tighter, is that the carbon tax is taking tens of thousands of dollars out of them. That could be used for an EA, for another teacher or for the expense of fuel for busing. Some people do not understand how much people have to ride the bus in rural and remote communities. Fuel is also needed for heating and cooling schools. That is the equivalent to probably one or two EAs in a school division per year.
The Liberals talk about putting Canadians first and talk about having Canadians' backs. We need to bring forward good public policy to try to help out and make sure that the lives of Canadians get easier and more cost effective. We need to control inflation and the price of living. That is what we are hearing from Canadians. I hope that when we have another conversation, we will be able to talk about the Liberals being more co-operative in the House.
Madame la Présidente, je suis heureux de me joindre au débat, qui porte sur l'éthique et le rôle que l'éthique devrait jouer pour les personnes qui gouvernent le pays.
Le rapport vise à déterminer s'il convient de réévaluer ce qui s'est passé lors du scandale de l'organisme UNIS, mais, dans mon discours, j'aborderai de nombreux manquements à l'éthique commis au sein du gouvernement. Je parlerai aussi de certains enjeux dont les citoyens de Regina—Lewvan, de la Saskatchewan et du Canada aimeraient voir la Chambre débattre.
J'ai écouté quelques discours de députés d'en face, notamment ceux des députés de Winnipeg-Nord et de Kingston et les Îles, dans lesquels ils affirmaient que le gouvernement est une véritable bénédiction pour les Canadiens des quatre coins du pays. Ils disent avoir réduit les impôts pour la classe moyenne en 2015 sans pour autant se rendre compte de la situation en 2022.
La COVID‑19 est presque derrière nous. Certains députés veulent encore en parler et faire peur aux Canadiens, mais dans tous les autres pays du monde, les gens passent à autre chose. Il est maintenant temps que le gouvernement fasse de même et commence à se pencher sur ce qu’il pourrait faire pour aider à contrôler l’inflation et la hausse du coût de la vie, permettre le retour au travail à temps plein et les voyages pour tous, éliminer les restrictions et cesser de stigmatiser et de diviser les Canadiens.
Le gouvernement libéral a tout fait pour semer la discorde parmi les Canadiens. Il n’a pas raté une occasion de tenter de dresser les Canadiens les uns contre les autres. Les Canadiens de l’Ouest contre ceux de l’Est, les pro-vaccins contre ceux qui ont choisi de ne pas se faire vacciner pour des raisons de santé, ils continueront de tenter les Canadiens les uns contre les autres. Nous, les conservateurs, avons toujours lutté contre ces oppositions.
Notre message a toujours été le même: des vaccins sont disponibles pour ceux qui les veulent. Nous devions atteindre un taux de vaccination élevé, et nous avons réussi. Les Canadiens sont allés se faire vacciner, mais nous ne devrions pas pénaliser ceux qui ont fait un choix différent. Ils devraient pouvoir travailler et élever leur famille. Ils devraient pouvoir voyager au Canada et à l’étranger. Il y a des gens au pays qui ne peuvent même pas voyager dans leur propre pays. Ils ne peuvent pas prendre l’avion ni le train. Nous devrions en discuter à la Chambre et demander au gouvernement libéral pourquoi il continue de stigmatiser les Canadiens. Voilà les débats que nous devrions avoir.
Nous devrions aussi tenir des débats sur les politiques et l’éthique. C’est important.
À maintes reprises, le gouvernement s’est servi de l’attribution de temps pour empêcher la Chambre de débattre. Dans le pays imaginaire et magique que le député de Winnipeg-Nord a dépeint dans son discours, les conservateurs tentent d’empêcher le débat. Nous essayons de débattre le plus souvent possible, car nous croyons que le débat améliore les mesures législatives. Nous en avons été témoins à quelques reprises.
Cela s'est produit à quelques reprises et nous avons renforcé des projets de loi. Je me souviens des premiers temps de la pandémie en 2019. Nous avons tenu des débats et créé des programmes ensemble. C’est tout sauf un bâillon. Ils ont quand même tenté de faire adopter en douce une mesure législative qui leur donnait le droit d’imposer et de dépenser pendant deux ans sans aucune restriction, ce qui montre, encore une fois, qu’à chaque occasion ou crise, les libéraux vont continuer à essayer de s’emparer de plus en plus de pouvoir pour faire ce qu’ils veulent, quand ils le veulent. Cela devrait d'ailleurs être leur prochain slogan électoral en 2025: « Les libéraux: nous pouvons faire comme bon nous semble, quand bon nous semble. Faites-nous confiance. C'est promis. »
Je m'écarte du sujet. À Regina—Lewvan, j’entends sans cesse dire que nous devons lutter contre la hausse du coût de la vie. Nous avons présenté des motions de l’opposition. Nous avons présenté des idées pour que le gouvernement libéral puisse aider les gens.
Plus de la moitié des Canadiens ont de la difficulté à nourrir leur famille. Ce n’est pas un signe d’un bon gouvernement prospère et bien géré si la moitié des Canadiens sont incapables de nourrir leur famille. De plus, dans toutes les provinces, on constate une augmentation constante du taux de fréquentation des banques alimentaires. Voilà un signe que les temps sont difficiles.
Nous avons présenté une idée dans une motion de l’opposition il y a quelques semaines. Pourquoi ne pas enfin abolir la taxe sur le carbone? Elle punit les Canadiens qui doivent aller travailler en voiture. Elle punit les Canadiens qui doivent chauffer leur maison. Elle punit les Canadiens qui doivent continuer à acheter de la nourriture qui est transportée par camion jusqu'à l’épicerie. Les Canadiens du Nord et des régions éloignées sont punis encore davantage, car en raison de la distance à parcourir, le prix des produits de première nécessité continue d’augmenter. Voilà les débats que nous devrions avoir.
Les libéraux parlent des réductions d’impôt qu’ils ont accordées à la classe moyenne en 2015. Celles-ci n’aident plus personne. Le prix de l’essence et de tous les biens essentiels a tellement augmenté que ces réductions d’impôt sont revenues dans les coffres du gouvernement. Le gouvernement et les libéraux doivent écouter ce que disent les Canadiens, pas seulement ce que disent les proches du parti et leurs amis de Bay Street. Ils doivent savoir à quel point il est devenu difficile pour les Canadiens de joindre les deux bouts, et que la situation ne va pas en s’améliorant. Les députés peuvent le croire ou non, mais les libéraux veulent que la taxe sur le carbone atteigne 150 $ la tonne. Imaginez un parent seul qui doit choisir entre faire le plein de son véhicule pour amener ses enfants à des activités sportives, musicales ou de théâtre, ou acheter les aliments et les médicaments essentiels dont il a besoin. C’est ridicule. Quand cela va-t-il cesser?
Nous continuons de présenter des suggestions constructives, mais le gouvernement libéral ne cesse de les balayer d'un revers et de faire des discours creux. Nous avons discuté à maintes reprises avec des gens qui se demandent si le gouvernement fait ce qu'il faut. Les libéraux continuent de montrer que les seules personnes avec qui ils veulent discuter sont celles qui sont déjà de leur avis.
S'ils aiment autant le recours à l'attribution de temps, c'est qu'ils n'aiment pas débattre. Ils n'aiment pas entendre des opinions divergentes. Ils le prouvent par leurs actions. Ils l'ont prouvé en février lorsque des personnes se sont présentées devant la Chambre, car elles voulaient parler avec les représentants du peuple pour expliquer comment elles avaient vécu la pandémie. Je ne peux même pas imaginer la frustration ressentie par les personnes qui sont venues à Ottawa pour parler avec des membres du Cabinet libéral en personne et qui se sont retrouvées face à un mur. Ces personnes étaient de braves citoyens qui venaient ici pour se faire entendre, car c'est leur droit. Nous sommes dans le Parlement du peuple et aucun libéral n'a daigné converser avec ces citoyens. J'ai suivi quelques cours sur la résolution de conflits et je n'ai jamais entendu dire que la négociation pouvait se faire sans dialogue. Il faut dialoguer pour résoudre un conflit.
J’ai l’impression que le contexte conflictuel qui sévit à l’heure actuelle au pays plaît aux libéraux. Je pense que, jusqu’à un certain point, ils aiment que les Canadiens soient divisés. C’est sûrement la raison pour laquelle le Parlement est l’un des derniers lieux où il est obligatoire de porter le masque. Nous avons demandé maintes fois à obtenir les données probantes qui justifient la décision de porter le masque seulement sur la Colline du Parlement. Pourtant, les députés de tous les partis participent à des rassemblements où personne ne porte le masque un peu partout au centre-ville d’Ottawa.
Posons-nous la question. Pourquoi sommes-nous obligés de porter le masque ici? Peut-être que certains députés allégueront que cette décision relève du Bureau de régie interne, mais les libéraux y détiennent la majorité grâce à leur partenariat avec les néo-démocrates. Ils peuvent voter comme bon leur semble. Ils sont donc libres de décider quand mettre un terme aux restrictions sur la Colline du Parlement.
Parallèlement, les restrictions devraient aussi être levées dans d’autres endroits. Je ne sais pas si des députés se sont rendus à l’aéroport de Toronto récemment, mais la situation y est totalement désastreuse. Les restrictions et la vaccination obligatoire compliquent grandement les choses. Si la vaccination n’était plus obligatoire, un plus grand nombre d’employés de l’aéroport Pearson se présenteraient à leur poste. Ils pourraient ainsi aider à réduire les retards et à faciliter les déplacements par avion.
Voilà le genre de choses dont nous devrions parler, mais les libéraux ne cessent de recourir à l'attribution de temps.
Cela me permet de soulever une autre question importante pour les Canadiens. Quand pourrons-nous avoir de nouveau confiance dans nos institutions démocratiques? Cette question touche l'essence même de l'éthique et du rapport sur l'éthique. Les gens observent un affaiblissement de la démocratie au pays, et ils perdent confiance. C'est ce que j'entends dans des conversations avec des gens de ma circonscription, Regina—Lewvan, en Saskatchewan. Bien des personnes qui viennent à mon bureau se demandent ce qui se passe dans notre pays et pourquoi on ne peut pas se débarrasser de ces gens-là. Certains ont l'impression que notre pays se couvre de ridicule en ce moment, en raison de certaines politiques mises en place par le gouvernement.
Les personnes qui se rendent aux États‑Unis ou en Europe constatent que la vie reprend son cours normal là-bas. Lorsque ces personnes reviennent au Canada, elles voient que les voyageurs étrangers ne comprennent pas ce qui se passe ici parce que beaucoup de gens sont passés à autre chose. Je tiens à souligner que la situation est difficile parce que le parti de second rang, soit le NPD, appuie ces décisions et ces politiques, qui sont vraiment déconnectées de la réalité de la plupart des Canadiens. Le NPD appuie maintenant les libéraux, qui n'ont techniquement jamais remporté de mandat majoritaire, mais qui ont volé la majorité pour le mandat qu'ils ont obtenu en 2021.
C'est quelque chose que les gens ont vraiment beaucoup de mal à comprendre. Ils se demandent comment les libéraux ont fait pour détenir un mandat majoritaire que les électeurs canadiens ne leur ont jamais accordé. Le NPD parle de coopération, et les électeurs comprennent que les partis doivent parfois coopérer. Toutefois, comment le NPD a-t-il pu donner un chèque en blanc au gouvernement libéral jusqu'en 2025 sans dévoiler le contenu de cet accord? Nous avons demandé à maintes reprises aux néo-démocrates de nous montrer les documents relatifs à l'accord secret qui a été conclu dans les coulisses d'Ottawa et qui permet au premier ministre et au gouvernement de rester au pouvoir jusqu'en 2025. Quelles sont les priorités du NPD?
Beaucoup de députés qui vivent dans l'Ouest canadien ont connu des gouvernements néo-démocrates qui avaient des priorités très différentes de celles du NPD fédéral actuel. Je suis presque sûr que Tommy Douglas ne ferait même pas partie du NPD actuel à Ottawa, car il aurait un point de vue différent sur plusieurs choses, notamment la politique fiscale. Certains de mes amis ont vu des gouvernements néo-démocrates, comme celui de Winnipeg, par exemple, qui ont fait preuve d'une responsabilité financière beaucoup plus grande que celle des députés néo-démocrates actuels à Ottawa.
Voilà le nœud du problème. De mon point de vue, si j'étais néo-démocrate, au moment d'envisager d'appuyer le gouvernement, je me demanderais également comment soutenir un gouvernement qui a commis autant de violations éthiques. Mon ami de Kingston et les Îles a en fait dû répondre à la question lorsque j'ai dit que le rapport sur le scandale de l'organisme UNIS ne démontrait peut-être pas que le premier ministre était coupable, mais concluait que l'ancien ministre des Finances, Bill Morneau, avait enfreint les règles d'éthique. Il y a également eu le « Rapport Trudeau » et le « Rapport Trudeau II », qui montrent que le premier ministre a enfreint les règles d'éthique à plusieurs reprises.
À propos de gouvernement éthique, les gens vont bientôt finir par se demander s'ils peuvent continuer à voter pour un gouvernement qui est responsable de tant de manquements à l'éthique. Je pense que cette question est au cœur du débat à la Chambre et au cœur du débat sur ce qui se produira si le gouvernement continue à commettre des manquements à l'éthique.
Par exemple, nous venons d'en voir un autre. La ministre de la Défense nationale a accordé un contrat à fournisseur unique d'une valeur de 16 000 $ à un ami. Cette information a été révélée au cours des dernières heures. Quant à elle, la ministre du Commerce international a accordé un contrat à fournisseur unique d'une valeur de 17 000 $ elle aussi à une amie. De plus, qui peut oublier le contrat à fournisseur unique octroyé à Frank Baylis? Ce contrat de quelques millions de dollars pour des ventilateurs a été attribué à quelqu'un qui ne possédait même pas d'entreprise dans le domaine des ventilateurs. La liste de manquements à l'éthique est longue et la question qui vient à l'esprit des Canadiens est la suivante: combien de manquements doivent-ils être commis et pendant combien de temps avant de pouvoir dire que cela dépasse les bornes?
Cela ne se rapporte pas uniquement à l'attribution de contrats. À maintes reprises, nous avons observé des manquements à l'éthique dans d'autres secteurs du gouvernement. Nous avons continuellement vu des initiés et des libéraux entretenant de bons contacts avec le premier ministre et les députés des premières banquettes commettre de tels manquements. C'est notamment le cas du ministre des Affaires intergouvernementales, qui vient du Nouveau‑Brunswick et dont certaines des nominations ont été remises en question. Je pense que les députés se souviendront peut‑être que ces personnes devaient s'inscrire dans un registre de donateurs libéraux avant de pouvoir faire autre chose. Voilà certaines des questions que les Canadiens continuent de nous poser et dont nous voulons débattre parce que je crois que le gouvernement ne répond pas aux attentes à son égard.
J'étais député provincial en 2015, et je me souviens d'avoir regardé un débat entre le premier ministre et Stephen Harper où le premier ministre disait à ce dernier que le soleil est le meilleur désinfectant qui soit. Est‑ce que les députés se souviennent de cet échange?
Une voix: Bravo!
M. Warren Steinley: Madame la Présidente, j'entends un « Bravo! » de la part du député de Winnipeg-Nord. J'aimerais que les libéraux croient encore à cela. J'aimerais aussi que le premier ministre souhaite encore diriger le gouvernement le plus transparent et ouvert de l'histoire canadienne.
Une voix: C'est ce qu'il fait.
M. Warren Steinley: Madame la Présidente, j'entends quelqu'un dire que c'est ce que fait le premier ministre, mais ce n'est pas le cas parce qu'il est uniquement le deuxième premier ministre canadien à avoir enfreint les règles d'éthique pas seulement une fois, mais deux fois.
Il est incroyable d'entendre les libéraux dire que ce sera le gouvernement le plus ouvert et le plus responsable de l’histoire canadienne, puis de les voir continuer à proposer des mesures législatives qui limitent la liberté d’expression et qui limitent ce que les Canadiens peuvent publier sur Internet, sur leurs pages personnelles. En quoi cela fait-il du gouvernement actuel le gouvernement le plus ouvert et responsable de l’histoire canadienne? Les gens en veulent plus. Le gouvernement n’en fait nettement pas assez pour que les Canadiens aient espoir en l’avenir.
On rapporte que l’optimisme des propriétaires d’entreprises canadiens a atteint un creux historique. Quand on parle aux agriculteurs en ce moment, ils disent qu’ils ne savent pas s’ils auront les moyens d’acheter les intrants nécessaires. C’est un résultat direct de certaines des politiques mises de l’avant par le gouvernement actuel. Compte tenu de la cible de réduction de 30 % des émissions provenant de l’industrie des engrais, une cible tout à fait arbitraire, le prix de l’engrais sera à la hausse cette année. Essentiellement, la seule façon dont l’industrie parviendra à atteindre cette cible, c'est en produisant moins. Cela signifie que les agriculteurs auront moins d’engrais à utiliser dans leur culture parce qu’ils n’auront pas les moyens d’en utiliser plus. Cela se traduira par une diminution de la quantité de nourriture produite pour les Canadiens et pour le reste du monde. Voilà le véritable résultat des cibles d’émissions arbitraires mises en place par le gouvernement.
Je crois que certains députés libéraux n'ont pas réfléchi aux conséquences. Je sais que certains d'entre eux l'ont fait parce que, pour faire la bonne chose, certains ont voté en faveur d'un projet de loi d'initiative parlementaire visant à réduire le coût de la taxe sur le carbone pour les producteurs agricoles. L'un d'entre eux était le député de Kings—Hants, tandis que l'autre s'est abstenu. Ces députés ont parlé à des producteurs agricoles et ils ont compris les répercussions que ces politiques allaient avoir sur les personnes qui produisent les aliments que nous consommons.
Certaines des croisades idéologiques que le gouvernement mène depuis les sept dernières années ont des conséquences réelles dans la vie quotidienne des Canadiens. Je ne parle pas seulement de l'Ouest canadien, même si les Canadiens de l'Ouest sont ceux qui produisent les aliments qui permettent de nourrir le reste du pays; pas la totalité des aliments, mais une grande partie de ces aliments. Les répercussions finissent par s'accumuler. Certaines de ces politiques n'ont pas été mises en place par méchanceté, mais peut-être simplement parce que les personnes qui les ont mises en place ne comprennent pas ce qui se passe dans le secteur agricole dans l'Ouest canadien ni les différences qui existent au Canada.
Il y a quelques autres questions dont nous pouvons parler. Il me reste un peu de temps, et j’ai encore beaucoup de choses à dire.
Je veux parler des résidants de Regina—Lewvan et des effets que certaines de ces politiques ont eus là-bas, et de certaines raisons d'être et conséquences de l’éthique. Quand le gouvernement prend des décisions et accorde certains contrats à fournisseur unique, il donne de l’argent à des amis libéraux. Cependant, il abandonne à leur sort certaines des personnes qui créent des emplois et de la richesse dans leurs collectivités.
Les propriétaires de petites entreprises ont connu des moments difficiles au cours des deux dernières années. J’ai parlé à l’un d’entre eux, qui possède un restaurant appelé Rock sur la rue Albert à Regina. Il m’a dit qu’avec le montant qu’il a payé en taxe sur le carbone pour chauffer et climatiser le bâtiment, il pourrait se permettre d’embaucher deux autres employés s’il n’avait pas à payer la taxe sur le carbone. Deux personnes à Regina pourraient avoir un emploi dans un restaurant s’il n’y avait pas de taxe sur le carbone. C’est une chose à laquelle les libéraux doivent vraiment réfléchir.
Une autre chose que les libéraux ne réalisent probablement pas, c’est l’incidence de la taxe sur le carbone sur les budgets des divisions scolaires de la Saskatchewan. Les divisions scolaires doivent chauffer leurs écoles en hiver et les garder fraîches en été. La température fluctue passablement en Saskatchewan. Il a neigé pendant le long week-end de mai.
Ce que les divisions scolaires constatent dans leurs budgets, qui sont de plus en plus serrés, c’est que la taxe sur le carbone les prive de dizaines de milliers de dollars. Cet argent pourrait être utilisé pour un assistant en éducation, pour un autre enseignant ou pour les frais de carburant pour le transport par autobus. Certaines personnes ne comprennent pas à quel point les gens doivent se déplacer en autobus dans les communautés rurales et éloignées. Il faut aussi du carburant pour le chauffage et la climatisation des écoles. C’est probablement l’équivalent d’un ou deux assistants en éducation par année dans une division scolaire.
Les libéraux parlent de faire passer les Canadiens en premier et de défendre leurs intérêts. Nous devons présenter de bonnes politiques publiques pour tâcher de donner un coup de pouce aux Canadiens et de leur rendre la vie plus facile et plus abordable. Nous devons contrôler l’inflation et le coût de la vie. C’est ce que nous disent les Canadiens. J’espère que lorsque nous aurons une autre conversation, nous pourrons dire que les libéraux se montrent plus coopératifs à la Chambre.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, farmers need the certainty of knowing what the government is doing, especially since they have started their spring seeding. First, the Liberals hinted at restricting fertilizer use. Now they are implementing a 35% retroactive tariff on fertilizer imports from Russia. We are living in a disrupted world for food supply and trade, and there is no plan offering Canadian farmers stability.
We are close to a global food crisis and the minister is forcing farmers to grow less and taxing them out of existence. Will the minister remove the tariff on fertilizer purchased before March 2?
Monsieur le Président, les agriculteurs doivent savoir avec certitude quelles mesures prend le gouvernement, d'autant plus qu'ils ont commencé les semailles du printemps. Premièrement, les libéraux ont parlé de leur intention de restreindre l'utilisation des engrais. Maintenant, ils mettent en œuvre des droits de douane rétroactifs de 35 % sur les importations d'engrais de la Russie. À l'heure actuelle, l'approvisionnement alimentaire et le commerce sont perturbés, mais le gouvernement n'a aucun plan pour offrir de la stabilité aux agriculteurs canadiens.
Alors que pointe la menace d'une crise alimentaire mondiale, la ministre force les agriculteurs à réduire leurs cultures et elle les accable de taxes qui mettent leurs activités en péril. La ministre annulera-t-elle les droits de douane sur les engrais achetés avant le 2 mars?
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I appreciate my colleague's good comments about Saskatchewan and how we export the most of any province to the rest of the world. He is very right in that. We have a lot of great products.
One thing I found interesting when he was speaking was when he talked about canola crops. We have a government policy directive right now to reduce fertilizer emissions by 30%, and the government has hinted it is aiming toward reducing nitrogen fertilizer emissions. Nitrogen fertilizer is the most common fertilizer type used to grow canola, which is one of the most important elements of the government's biofuel agenda going forward.
I am wondering how the member plans to increase canola crop production while simultaneously reducing the fertilizer use that is so necessary and important for that crop.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de ses bonnes observations sur la Saskatchewan et sur le fait qu'elle exporte ses produits dans le reste du monde davantage que n'importe quelle autre province. Il a tout à fait raison à ce sujet. Nous avons de nombreux produits d'excellente qualité.
Pendant son intervention, j'ai trouvé intéressant qu'il parle des cultures de canola. À l'heure actuelle, le gouvernement donne comme directive de réduire les émissions associées aux engrais de 30 %, et il a laissé entendre qu'il vise à réduire les émissions liées aux engrais azotés. Or, les engrais azotés sont les engrais les plus couramment utilisés pour la culture du canola, qui est l'un des éléments les plus importants pour la mise en œuvre du programme du gouvernement à l'égard des biocarburants.
Je me demande comment le député compte accroître la production de canola tout en réduisant l'utilisation d'engrais absolument nécessaire à cette culture.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, it is an honour to rise in the House once again.
How do we begin to go over the country’s finances under the Liberal government? There is always so much spending and it is impossible to keep track of it all. It can give someone a headache if they try to keep up with it. Many of my fellow Conservatives are doing a great job of going through these spending items, showing how a lot of them do not make any sense and helpfully explaining how to handle Canada’s finances more effectively to get a better deal for the taxpayer.
I think it needs to be said, as a general comment, that in difficult times it is actually more important, not less, to make sure that we are managing our finances carefully and with close attention. The government must not act like it received a blank cheque from Canadians. However, when we are dealing with unusually large amounts of money, and when our minds are easily distracted by the news and events surrounding us here in this country, the temptation is always there to fall into a spending spree and make impulsive decisions without clearly thinking about the future and the ramifications of the decisions we make.
Everybody knows by now that we have entered a time of soaring inflation and supply chain shortages. Maybe it took an extra while for the Liberals to acknowledge it, because the warnings were coming from the official opposition, but they got there eventually and recognized that it was more than “Justinflation”.
To a degree, some challenges were expected during all the uncertainty and real disruptions to do with COVID and two years of lockdowns. That is the sort of thing that has been affecting countries around the world, which has been the government’s favourite talking point for a little while. However, it is not the perfect excuse that the Liberals are trying to make it out to be. Their mandate for truckers crossing the border, for example, at a time when supply chains are fragile with moving goods, is only one of the latest examples of their wrong-headed and unbalanced policies. We are already behind 18,000 truckers, and the mandates are only further exacerbating that issue. The Prime Minister's inflammatory and extreme rhetoric has also not been helping. However, I am not so much speaking on national unity today. It is the economic side of these problems that is the focus of debating the bill in front of us right now.
As far as handling COVID is concerned, the Liberals really have been normalizing lockdowns in practice. They have gone along as if it was a fallback or default position. Sometimes it seems as if they are stuck in the spring of 2020. The Liberals did not listen to feedback inside or outside of the House about supporting the provinces, strengthening their health care funding and providing all kinds of preventive measures as requested. The Conservatives demanded that they maximize all the incentives for businesses to hire and for more people to keep working, but now we find ourselves with ongoing labour shortages across different sectors. We are not out of the woods yet.
Even though we do need to be prepared for the worst-case scenario, it is still concerning to see the government announce a local lockdown program when it has consistently lacked a balanced approach. It would be one thing if the government was caught off guard by a crisis and had trouble finding its way, but with the Liberals and their economic update, it is about so much more than just COVID. Our finances were not in good shape before 2020 because of the same government’s mismanagement. We started off weaker than we needed to be, and it is obvious that the Liberals have not learned anything and are not willing to correct the course.
Over the last couple of years as a member of Parliament, I have had the chance to work on a few committees. In each of them, I have seen the same pattern up close. The government will make announcement after announcement for our future economy yet to come, while it does not hesitate to actively undermine our strongest sectors in the current economy. We cannot go on spending as much as we are if we do not have a strong economy to back it up.
When we ask them practical questions about the most basic details of their dream economy, there is not an answer, because questioning them on it just kills the mood. The Liberals are shooting our country in the foot and asking questions about it later, but it is okay, as there is a buyback program for the proverbial gun anyway. They will happily bring in new restrictions on people’s lives through taxes and new laws, but they do not seem to care as much about making sure that ordinary life can function in their new utopia.
First, they brought in their carbon tax, with no regard for the disproportionate impacts it has on rural areas, like the ones I serve, and the most vulnerable populations, even though their regulatory review admits it. It specifically singles out seniors living on a fixed income, but also single mothers, who are most at risk of experiencing energy poverty. As the carbon tax continues to escalate, The Liberals are looking to pile on the clean fuel standard, which has another carbon pricing mechanism attached to it. These people are only going to feel more and more crushed by the burden of the government's tax-heavy approach.
However, there is no need to worry because they say they are preparing our economy for the future. They promise a boom for industry with electric vehicles and biofuels in Canada. Again, without a plan, it sounds too good to be true.
A couple of days ago in committee, I followed up with the Minister of International Trade on a potential problem under CUSMA. Since coming into force in July of 2020, we have had a window of time to prepare for a requirement to regionally source 75% of lithium for EV batteries with minimal impacts on tariffs. If we are unable to do so there will be a massive increase in tariffs. With or without them, we could easily fall behind in this new industry, which appears to be crucial for the government's direction. What if it does not work out as well as expected?
I asked the minister about it a year ago. She did not seem to know what it was, and with no clear answer since then I decided to bring it up again this week, one year later. I am still not sure if the minister is actually aware of it and it is hard to get anything done if one does not know what one might have to deal with.
When it comes to new mines or resource projects in this area, industry has clearly said that the Liberal government's own impact assessment process is getting in the way and causing delays. The timelines for approval take way too long and it does not have to be this way. Our Canadian economy depends on resource development, the energy industry, specifically oil and gas, as a major contributor for work and wealth, but it is the same Liberal legislation, with an activist environment minister, that would aggressively shut it down while preventing the projects it will need to replace it.
If the Liberals want to keep spending away, where will the money come from? This is not the only way Liberal policies are working at cross-purposes either. Ever since the Liberals first floated their idea of reducing fertilizer emissions by 30%, producers and industry have been deeply concerned that this would follow the European Union's model of restricting the total amount of fertilizer used. It went with a 20% hard-cap reduction on fertilizer usage. This could cause huge losses for crop production.
Following its efforts, I raised this issue multiple times and the government has not ruled it out here in the House of Commons. Last fall, Meyers Norris Penny released a commissioned report on the estimated impact of such a policy in the coming years. By 2030, according to the report, losses of crop yields for corn, canola and spring wheat could total tens of millions of tonnes, costing up to nearly $48 billion to the Canadian economy. For Canadian agriculture, which is already a leading example of environmental efficiency and sustainability, this would be nothing short of devastating.
Considering the estimated number of losses to crops, this would also create new problems for trade exports and disruptions to domestic or global supply chains. Price pressures with reduced supply can easily combine with inflation to make it worse. What makes it even worse yet is this. Part of the Liberals' plan for their new economy for the new future is going to be biofuels. We all know that both corn and canola are the main crops we are going to be growing for biofuels going forward. According to this report, the number of bushels that are going to be produced is going to massively drop and we are not going to be able to meet this demand to fuel the future set out in the Liberals' plan.
Do members know what the government's response continues to be to all of this? It disagrees with the report, which is fair enough, except it has not even done its own impact studies or clearly laid out to farmers and producers what it is going to do. I was glad to hear it is looking at options besides heavily reducing fertilizer, but the main issue I am trying to raise today, and in the past, is that it continues to refuse to rule out the hard cap for the use of fertilizer. This whole time the government could have reassured us by saying it is not going to happen, but here we are again. It will not do it.
The Liberals need to think twice about ruining their own plan for biofuels where there is going to be even more demand for canola. How will it work for our producers who are having a harder time growing it underneath this new regime it is putting in place? The input costs are already through the roof, both for seed, fertilizer and spray. Machinery costs are also through the roof. Somehow I do not think they understand the practical realities and decisions that our farmers have to consider. The government already is not taking the concerns about land used for food versus fuel seriously, but now it wants to play with the idea of restricting fertilizer.
Despite all the uncertainties right now with inflation and supply chains in our economy, Canadians can be sure of at least one thing. The current Liberal government has been and will continue to be a disaster for our economy. It really could be so much better if it would only listen.
Madame la Présidente, je suis honoré de prendre une fois de plus la parole à la Chambre.
Par où devrait-on commencer quand on veut parler de la situation financière du pays sous le gouvernement libéral? Les dépenses sont si nombreuses qu'il est impossible d'en faire le suivi. Quiconque tente de s'y retrouver écope assurément d'un gros mal de tête. Bon nombre de mes collègues conservateurs font de l'excellent travail en examinant les postes de dépenses, en dénonçant les nombreuses incohérences et en expliquant de manière très utile comment on pourrait gérer plus efficacement les finances du Canada de manière à mieux servir l'intérêt des contribuables.
Une chose qu'il vaut la peine de mentionner, en guise d'observation générale, c'est qu'en période difficile, il est en fait plus important, et non moins, de gérer nos finances avec soin et attention. Le gouvernement ne doit pas se comporter comme si les Canadiens lui avaient donné un chèque en blanc. Cela dit, quand il est question de sommes d'argent plus importantes qu'à l'habitude, quand nous sommes facilement distraits par l'actualité et les événements qui nous entourent au pays, il est toujours tentant de se livrer à de folles dépenses et de prendre des décisions impulsives sans penser clairement à l'avenir et aux répercussions de ces décisions.
Tout le monde sait maintenant que nous sommes entrés dans une période d'inflation galopante et de ruptures des chaînes d'approvisionnement. Peut-être les libéraux ont-ils tardé à le reconnaître car ce sont les députés de l'opposition officielle qui les ont mis en garde, mais ils ont fini par admettre qu'il ne s'agissait pas que de « justinflation ».
Dans une certaine mesure, on s'attendait à des problèmes en raison de l'incertitude et des perturbations bien réelles liées à la COVID‑19 et à deux ans de confinements. C'est le type de problème qui touche tous les pays du monde, comme se plait à le rabâcher le gouvernement depuis un certain temps. Cependant, ce n'est pas l'excuse parfaite, comme les libéraux tentent de le faire croire. La vaccination obligatoire des camionneurs qui traversent la frontière, à un moment où les chaînes d'approvisionnement sont fragilisées par la circulation des marchandises, n'est qu'un des derniers exemples de leurs politiques insensées et démesurées. Il nous manque déjà 18 000 camionneurs et la vaccination obligatoire ne fait qu'aggraver le problème. De plus, la rhétorique incendiaire et excessive du premier ministre n'a rien arrangé. Cependant, aujourd'hui, je ne m'attarderai pas plus qu'il ne faut sur l'unité nationale. C'est l'aspect économique de ces problèmes qui est au cœur du débat sur le projet de loi dont nous sommes saisis.
En ce qui concerne la gestion de la COVID, les libéraux ont pratiquement normalisé le confinement. Ils se rabattent sur cette carte comme si c'était leur position par défaut. Parfois, ils semblent figés au printemps 2020. Ils font fi des commentaires formulés à l'intérieur et à l'extérieur de la Chambre sur le soutien à apporter aux provinces, sur l'augmentation des transferts en santé et sur la prise des mesures préventives qu'elles demandent. Les conservateurs ont demandé que les libéraux bonifient les mesures incitatives à l'embauche et au maintien en poste visant respectivement les entreprises et les particuliers. À présent, nous nous retrouvons avec des pénuries de main-d'œuvre qui perdurent dans différents secteurs. Nous ne sommes pas encore sortis du bois.
Même si nous devons nous préparer au pire scénario possible, nous sommes préoccupés de voir le gouvernement, qui n'a jamais su trouver le juste équilibre, annoncer un programme de confinement local. Ce n'est pas comme si le gouvernement était pris au dépourvu par une crise et qu'il cherchait la voie à suivre. Avec les libéraux et leur mise à jour économique, le problème dépasse la COVID. Même avant 2020, nos finances n'étaient pas en bon état en raison de cette même mauvaise gestion du gouvernement. Nous avons commencé dans une position beaucoup plus fragile qu'elle n'aurait dû l'être. Manifestement, les libéraux n'ont rien appris et refusent de corriger le tir.
À titre de député, j'ai eu la chance de siéger à quelques comités au cours des deux dernières années. J'ai vu la même tendance se répéter à chacun d'eux. Le gouvernement multiplie les annonces au sujet de l'économie de demain tout en n'hésitant pas à miner activement les secteurs les plus dynamiques de l'économie d'aujourd'hui. Nous ne pouvons pas continuer à dépenser autant que nous le faisons si nous n'avons pas une économie assez forte pour le faire.
Quand nous posons des questions pratiques aux libéraux au sujet des détails les plus fondamentaux de leur économie de rêve, ils n'ont rien à répondre parce que les interroger à ce sujet gâche l'ambiance. Les libéraux tirent dans le pied du Canada et posent des questions à ce sujet plus tard, mais ce n'est pas grave parce que, de toute façon, il existe un programme de rachat pour la proverbiale arme à feu qu'ils utilisent. Ils seront heureux d'imposer de nouvelles restrictions aux gens en mettant en place des taxes, des impôts et de nouvelles lois, mais ils ne semblent pas se soucier autant de veiller à ce que les citoyens ordinaires puissent évoluer dans leur nouvelle utopie.
Premièrement, les libéraux ont instauré la taxe sur le carbone sans se soucier des répercussions disproportionnées qu'elle a sur les régions rurales, comme celles que je représente, et sur les populations les plus vulnérables, même si c'est ce que confirme leur examen réglementaire. Cette taxe fait particulièrement mal aux aînés à revenu fixe, mais aussi aux mères seules, qui sont les plus susceptibles de souffrir de pauvreté énergétique. Alors que la taxe sur le carbone continue d'augmenter, les libéraux, eux, veulent y ajouter la Norme sur les combustibles propres, qui s'accompagne d'un autre mécanisme de tarification du carbone. Ces personnes se sentiront seulement de plus en plus écrasées par l'approche du gouvernement, qui est fortement axée sur des mesures fiscales.
Cependant, il n'y a pas lieu de s'inquiéter, car ils affirment préparer notre économie pour l'avenir. Ils promettent une forte expansion pour l'industrie des véhicules électriques et des biocarburants au Canada. Comme on l'a dit, l'absence de plan fait que cela semble trop beau pour être vrai.
Il y a deux jours, au cours d'une réunion de comité, j'ai fait un suivi auprès de la ministre du Commerce international concernant un problème potentiel dans le cadre de l'ACEUM. Depuis l'entrée en vigueur de l'accord en juillet 2020, nous avons eu le temps de nous préparer à satisfaire à l'exigence voulant que 75 % du lithium présent dans les batteries des véhicules électriques proviennent de sources régionales pour garantir une incidence minimale sur les droits de douane. Dans le cas contraire, il y aura une hausse massive des droits de douane. Avec ou sans ces droits, nous pourrions facilement prendre du retard dans cette nouvelle industrie, qui semble cruciale pour l'orientation du gouvernement. Qu'arrivera-t-il si cela ne fonctionne pas aussi bien que prévu?
J'ai posé la question à la ministre il y a un an. Elle ne semblait pas savoir de quoi je parlais. Étant donné que je n'avais pas reçu de réponse claire depuis, j'ai décidé d'aborder à nouveau le sujet cette semaine, soit un an plus tard. Je ne suis toujours pas sûr que la ministre soit réellement au courant de ce dossier et il est difficile d'accomplir quoi que ce soit si l'on ne sait pas à quoi s'en tenir.
Sur le plan des nouveaux projets miniers ou d'exploitation des ressources, l'industrie a clairement dit que c'est le processus d'évaluation d'impact du gouvernement libéral qui met des bâtons dans les roues et qui entraîne des retards. Les délais d'approbation sont beaucoup trop longs. Les choses n'ont pas à se passer ainsi. L'économie canadienne dépend de la mise en valeur des ressources et de l'industrie énergétique — en particulier le secteur pétrolier et gazier —, qui sont d'importants créateurs d'emplois et de richesse, mais la loi des libéraux, avec leur ministre de l'Environnement activiste, cherche à réduire tout cela à néant tout en empêchant la réalisation des projets nécessaires pour prendre le relais.
Si les libéraux souhaitent continuer à dépenser sans compter, d'où viendra l'argent? Ce n'est pas le seul exemple de politiques libérales contradictoires. Depuis que les libéraux ont lancé leur idée de réduire les émissions d'engrais de 30 %, les producteurs et l'industrie craignent fort qu'on copie le modèle de l'Union européenne quant à la limitation de la quantité totale d'engrais utilisée. L'Union européenne a en effet imposé une limite ferme à l'utilisation d'engrais avec une réduction de 20 %. Une telle mesure pourrait entraîner une baisse colossale de la production agricole.
Dans la foulée de ces efforts, j'ai soulevé le problème plus d'une fois à la Chambre et le gouvernement n'a pas écarté cette possibilité. À l'automne dernier, le cabinet Meyers Norris Penny a publié un rapport commandé sur les répercussions estimées de l'entrée en vigueur d'une telle politique au cours des prochaines années. Ce rapport indique que les pertes sur le rendement des cultures de maïs, de canola et de blé de printemps pourraient s'élever à des dizaines de millions de tonnes d'ici 2030, et pourrait coûter jusqu'à 48 milliards de dollars à l'économie canadienne. Ce ne serait rien de moins qu'une catastrophe pour l'agriculture canadienne, qui est pourtant déjà un modèle en matière d'efficacité environnementale et de durabilité.
Étant donné l'ampleur des pertes estimées sur le rendement des cultures, de nouveaux problèmes surgiraient sur le plan des exportations ainsi que des perturbations dans les chaînes d'approvisionnement nationales et mondiales. Les pressions exercées sur les prix attribuables à la baisse de l'offre pourraient facilement s'ajouter aux pressions inflationnistes, empirant ainsi la situation, mais il y a pire encore. Le plan des libéraux pour leur nouvelle économie orientée vers l'avenir repose en partie sur les biocarburants. Nous savons tous que le maïs et le canola sont les principales cultures sur lesquelles nous miserons pour ces futurs biocarburants. Selon ce rapport, le nombre de boisseaux produits chutera dramatiquement et nous ne serons pas en mesure de satisfaire à la demande prévue dans le plan des libéraux.
Les députés savent-ils comment le gouvernement réagit à tout cela? Il s'oppose au rapport, ce qui est tout à fait légitime, mais il n'a même pas mené d'études d'impact ni expliqué clairement aux agriculteurs et aux producteurs ce qu'il prévoit faire. J'ai été heureux d'entendre qu'il explorait d'autres options qu'une réduction drastique des engrais, mais l'enjeu sur lequel je souhaite attirer l'attention aujourd'hui, comme je l'ai fait par le passé, c'est qu'il refuse encore de renoncer à l'idée d'établir une limite ferme à l'usage d'engrais. Le gouvernement aurait pu nous rassurer il y a longtemps en nous disant qu'il n'établirait pas une telle limite mais, une fois de plus, il refuse de le faire.
Les libéraux doivent y réfléchir sérieusement avant de compromettre leur propre plan en matière de biocarburants, un plan qui fera grimper la demande de canola. Comment cela pourrait-il fonctionner, alors que les producteurs ont plus de mal à cultiver le canola sous le nouveau régime que le gouvernement met en place? Le coût des intrants est déjà astronomique, qu'il s'agisse de semences, d'engrais ou de pulvérisation. Le coût de la machinerie est aussi astronomique. J'ai l'impression que le gouvernement ne comprend pas la réalité concrète des agriculteurs et les décisions qu'ils doivent envisager de prendre. Le gouvernement ne prend déjà pas au sérieux leurs préoccupations à propos de la distinction entre les terres consacrées à la nourriture et celles qui servent aux carburants, et il jongle maintenant avec l'idée de limiter l'usage d'engrais.
Malgré toutes les incertitudes économiques actuelles liées à l'inflation et aux chaînes d'approvisionnement, les Canadiens peuvent être certains d'une chose: l'actuel gouvernement libéral a été et continuera à être catastrophique pour l'économie. Il pourrait être tellement meilleur si seulement il était à l'écoute.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, further research is always going to be a big part of it going forward. We have a great agricultural program at the University of Saskatchewan in Saskatoon. Innovation is going to be a big part of it, but again, at the end of the day, the government has laid out a biofuels strategy, and farmers need canola and corn to be able to meet that. The number one way they are going to meet that is through increasing the yield potential of those crops. Fertilizer is how to do it.
In particular, nitrogen is one of the elements these crops use and it is one of the things they are going to try to target. That is what the European Union targeted with its reductions, but those crops need it the most. The two—
Madame la Présidente, approfondir les recherches constituera toujours une grande partie de la solution. Nous avons un excellent programme d’agriculture à l’Université de la Saskatchewan, à Saskastoon. L’innovation sera cruciale à l’avenir, mais, tout compte fait, le gouvernement a présenté une stratégie sur les biocarburants, et les agriculteurs ont besoin de canola et de maïs pour la mettre en œuvre. La meilleure façon d'y parvenir est de bonifier le potentiel de rendement de ces cultures. L’engrais permet cela.
En particulier, l’azote est l’un des éléments les plus importants pour ces cultures, et on cherchera probablement à imposer des cibles de réduction de son utilisation. C’est ce qu'a fait l’Union européenne, mais le maïs et le canola ont le plus besoin d'azote. Les deux...
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-02-08 16:14
Expand
Mr. Speaker, it is my pleasure, as always, to speak to this important motion today, and I am proud to be speaking on behalf of Saskatoon West.
Saskatoon is the economic engine of Saskatchewan. For example, in January, there were 6,000 jobs in Saskatchewan and 4,000 of those were created in Saskatoon. My riding is west of the river in Saskatoon and includes the downtown commercial district with all the high rises. It has industrial parks for our oil and gas sector, the energy sector. There is much manufacturing and food processing. For agriculture, we have grain elevators and farm equipment manufacturing in my riding. Of course, it is also a transportation hub. We have highways going in all directions, there is an airport and of course there are trains. About 75,000 individuals live in my riding, from multi-generation Canadians to new immigrants, and we have the fourth-highest urban indigenous population in Canada.
What I do here in Parliament matters to the people in Saskatoon West, and what the Prime Minister and the leader of the NDP do also matters to the people of Saskatoon West. Today's motion is about the most fundamental bedrock that this country is built on. Today, we are debating Canada's Constitution and Saskatchewan's part in it.
The motion would rewrite the Saskatchewan Act, which is the legislation that brought our great province into Confederation. Currently, Canadian Pacific Railway may have an exemption under the act that excludes it from paying taxes to the province. This is a concession that was granted to the railway well over 100 years ago in exchange for its role in building the infrastructure of our province. This point is in dispute and is before the courts, with over $300 million in taxes to the Saskatchewan government at stake. Our motion would amend the Saskatchewan Act to remove any ambiguity about this issue to ensure that CP, like its counterpart CN, pays its taxes like all corporations are required to do. It would also settle the $300 million-plus tax question hanging over the provincial treasury.
I want the people of Saskatoon West to know that today I worked with my colleagues throughout Saskatchewan and throughout the House to get this done for them. As MPs, we can get great things done as Canadians when we work together.
For a little context, the economy, of course, is critical in Saskatchewan, and energy is 26% of the economic activity in the province. We produce an average of 13 million barrels of oil per month, which is about 500,000 barrels a day. For context, Canada as a whole consumes about 2.5 million barrels a day. Saskatchewan has another 1.2 billion barrels of oil in reserve. According to the City of Saskatoon, there are almost 40 businesses in my riding that are directly involved in primary energy production, and hundreds more in secondary manufacturing and service-sector jobs that service the energy sector. Of course, many workers who live in my riding drive to drilling locations all over western Canada.
As I mentioned earlier, Saskatoon has the fourth-largest urban indigenous population in the country. Our companies want to work with indigenous communities on energy and other projects, and many are.
I want to highlight the work of the Saskatoon Tribal Council and what it does in our city. Its website says:
STC Economic Development creates business and industry partnerships to promote sustainable wealth creation for our First Nation Communities. Industry Partnerships are collaborative agreements between key industrial stakeholders in Saskatchewan and the Tribal Council that are participation driven rather than profit driven.
STC's Industry Engagement Strategy was developed in response to the Truth and Reconciliation Commission's (TRC) Call to Action, # 92-ii which calls for, 1) equal access to jobs, training, and education opportunities in the corporate sector and, 2) long-term sustainable benefits from economic development projects.
While I am talking about the Saskatoon Tribal Council, I want to give it a shout-out for the great work it is doing with its temporary shelter in Saskatoon. Saskatoon faced a housing crisis this winter, and on very short notice back in November, various stakeholders came together. Within weeks, the STC put together a plan to create a shelter facility with 50 beds for the winter. I visited this facility about three weeks after it opened, and it was a very smooth-running operation, which is amazing considering they had such a short period of time to get it going. They are providing such a critical service in Saskatoon. This is a great example of different organizations and different levels of government working together to creatively solve a problem in a very short period of time. I congratulate Tribal Chief Mark Arcand and all the staff who are working in the shelter to look after Saskatoon's people to make Saskatoon a better place.
STC has multiple business partnerships with companies such as SaskEnergy, the largest energy company in the province; Saskatchewan's largest construction firm, KPCL; and Nutrien, the biggest developer of fertilizer on the planet.
Let us talk about Nutrien a bit. Nutrien is a Saskatoon success story. It is the single largest fertilizer manufacturer on the planet with over 20,000 employees worldwide. Where are its corporate headquarters? They are in Saskatoon West, in my riding. Everybody must be fed and to feed those people takes a lot of plants or animals that eat plants. All plants require four elements: oxygen, nitrogen, carbon and potassium. Nutrien extracts potash from the ground and potash is the potassium component of that equation.
The areas around Saskatoon have some of the highest naturally occurring potash reservoirs on the planet and PotashCorp, the Saskatoon-based predecessor to Nutrien, merged with Agrium three years ago to form this new company. Today, no matter what we eat, it has been grown with fertilizer supplied by this company based in my riding.
That brings me to agriculture in general. The lush cropland surrounding Saskatoon makes my riding the perfect hub for all that product to come into. Wheat, canola, pulse and speciality crops, beef, pork, dairy, chicken, it all has to move through my riding to its destination. If it is cattle or pigs, the animals are on trucks for hours until they reach slaughterhouses in Alberta or Manitoba. The grains and crops make their way to Asia, Europe, Africa and throughout the Americas. For that, they need to go to Chicago if it is going south, west to tidewater or east to Thunder Bay for the Great Lakes.
All of this takes trains. CN's largest switching yard between Winnipeg and Kamloops is on the edge of Montgomery in Saskatoon West. CP has its track that runs through the core of the city, right by my constituency office. Farmers, manufacturers and energy companies all depend on these railways to get their products to market.
Canada was built on these two railways. CN was an amalgamation of a bunch of railways that made up the Yellowhead route between Winnipeg and Kamloops in B.C. These railways helped develop the farms and settlements that made up Saskatoon in northern Saskatchewan. CP, of course, traces its roots back to Confederation. The colony of British Columbia joined Confederation on a promise of CP Rail and Sir John A. Macdonald won and lost his government over the CP Rail scandal.
The railways are so critical to our country that they have their own section of the British North America Act. Standing Order 130 of the House of Commons lays out a special procedure to deal specifically with railway legislation, separate from regular government business, and today we are debating a motion that deals directly with Canada's Constitution and the requirement of CP to either pay taxes or not in the province of Saskatchewan.
Now 116 years ago, the Saskatchewan Act created my home province and CP was granted an exemption related to its land concessions exempting it from provincial taxes. CP has been a good corporate citizen and has been paying taxes regardless, but now the railway is seeking $341 million in damages from the province in relation to those taxes.
The province argues that CP gave up the right not to pay the taxes over 60 years ago and is not owed that money back. That brings us to the caboose. Where is the train today? Just three months ago, the Saskatchewan government introduced a constitutional motion to clear up this issue and all MLAs supported it. There was perfect unanimity in the Saskatchewan legislature and that is rare.
In that spirit, I will quote NDP MLA Trent Wotherspoon who spoke on behalf of the official opposition in the provincial legislature. He said:
This is an important action for us as a province. And it represents history in the making because if this motion succeeds, it would be the first time the Saskatchewan Act and our Constitution has been amended with a motion that originates from the Saskatchewan legislature.
He is right. The process for amending the Constitution of the province under the Constitution Act is, first, that the motion has to be passed in the legislature of the affected province, and in this case it was. Second is that the motion has to pass both chambers of Parliament, and third, once it is approved, it then goes to be published under the Great Seal of Her Majesty. Step one is done. Hopefully, step two can happen today in the chamber and then the motion in the Senate can pass soon after.
Given that we are in Her Majesty's 70th jubilee year, this would be the perfect present for her to bequeath the people of Saskatchewan with this motion under her Great Seal.
These are weighty issues. We are talking about a constitutional issue with real economic consequences for my riding. The energy sector, the agriculture sector, corporate headquarters, jobs and indigenous development are all tied together with the growth of the railways. Saskatchewan and Saskatoon West need the railways to remain strong and healthy. They also need the railways to remember they serve the economic good of the people. Without our people thriving, the railways cannot survive.
It is time for CP, the province and the House to turn the page. I encourage MPs from every party to stand up and support this motion.
Monsieur le Président, comme toujours, je suis heureux de prendre la parole au sujet de la motion importante d'aujourd'hui et je suis fier de parler au nom des gens de Saskatoon-Ouest.
Saskatoon est le moteur économique de la Saskatchewan. Par exemple, en janvier dernier, 6 000 emplois ont été créés en Saskatchewan, et 4 000 d'entre eux ont été créés à Saskatoon. Ma circonscription se situe à l'ouest de la rivière qui traverse Saskatoon et elle abrite la zone commerciale du centre-ville, où se trouvent les gratte-ciel. On y trouve des parcs industriels pour le secteur des hydrocarbures, le secteur de l'énergie. On y trouve un important secteur manufacturier et de transformation des aliments. Pour ce qui est de l'agriculture, il y a des silos à grains et des fabricants d'équipement agricole dans ma circonscription. Bien entendu, Saskatoon est aussi une plaque tournante du transport. Il y a des routes qui partent dans toutes les directions, un aéroport et, bien sûr, des trains. Environ 75 000 personnes vivent dans ma circonscription, des Canadiens établis depuis plusieurs générations ainsi que de nouveaux immigrants, et la ville compte la quatrième population autochtone urbaine la plus nombreuse au Canada.
Ce que je fais au Parlement est important pour les habitants de Saskatoon-Ouest, tout comme ce que font le premier ministre et le chef du NPD. La motion d'aujourd'hui porte sur l'assise fondamentale sur laquelle repose le Canada. Aujourd'hui, nous débattons de la Constitution du Canada et du rôle qu'y joue la Saskatchewan.
La motion dont nous sommes saisis réécrirait la Loi sur la Saskatchewan, grâce à laquelle notre grande province a intégré la Confédération. Actuellement, cette loi accorde au Canadien Pacifique une exemption qui lui permet de ne pas payer d'impôt provincial. Il s'agit d'une concession qui lui a été accordée il y a plus de 100 ans en échange de sa participation à la construction des infrastructures de la province. Ce point est contesté, et l'affaire est devant les tribunaux. L'enjeu, pour la Saskatchewan, se chiffre à 300 millions de dollars en impôt. Notre motion modifierait la Loi sur la Saskatchewan de façon à éliminer toute ambiguïté afin que le CP paie de l'impôt, comme le CN et comme toutes les sociétés doivent le faire. Elle permettrait aussi de régler la question fiscale de plus de 300 millions de dollars qui pèse sur les coffres de la province.
Je veux que les gens de Saskatoon-Ouest sachent que je m'emploie aujourd'hui à régler cette question pour eux, en collaboration avec les députés de la Saskatchewan et l'ensemble de la Chambre. En unissant leurs efforts, les députés canadiens que nous sommes peuvent réaliser de grandes choses.
Pour situer un peu les choses dans leur contexte, l'économie, comme on le sait, est primordiale en Saskatchewan. Le secteur énergétique représente 26 % de l'activité économique de la province, qui produit en moyenne 13 millions de barils par mois, soit 500 000 barils par jour. À titre de comparaison, le Canada consomme environ 2,5 millions de barils par jour. La Saskatchewan possède encore 1,2 milliard de barils en réserve. Selon la Ville de Saskatoon, une quarantaine d'entreprises de ma circonscription sont actives dans le secteur primaire de la production d'énergie. Le secteur de la fabrication secondaire et des services en compte des centaines d'autres. De nombreux travailleurs de la circonscription doivent donc parcourir de grandes distances pour se rendre dans les lieux de forage situés un peu partout dans l'Ouest du Canada.
Comme je l'ai dit tout à l'heure, Saskatoon arrive au quatrième rang national des centres urbains comptant le plus d'Autochtones. Les entreprises de la région, qu'elles soient du secteur énergétique ou pas, veulent embaucher des Autochtones, et c'est ce que bon nombre d'entre elles font déjà.
Je remercie le Conseil tribal de Saskatoon de tout ce qu'il fait pour la ville. On peut lire ceci sur son site Internet:
STC Economic Development crée des partenariats commerciaux et industriels afin de promouvoir la création durable de richesse pour les communautés de notre Première Nation. Les partenariats industriels sont des ententes collaboratives entre des intervenants industriels clés de la Saskatchewan et le conseil tribal. Ces ententes sont fondées sur la participation plutôt que sur la recherche de profits.
La stratégie de participation de l'industrie du Conseil tribal de Saskatoon a été élaborée en réponse à l'appel à l'action no 92 de la Commission de vérité et réconciliation, qui demande à l'alinéa ii: 1) un accès équitable aux emplois, à la formation et aux possibilités de formation dans le secteur des entreprises; et 2) des avantages à long terme provenant des projets de développement économique.
Tandis que je suis sur le sujet du Conseil tribal de Saskatoon, j'aimerais souligner son excellent travail relativement à son refuge temporaire à Saskatoon. La ville a été confrontée à une crise du logement cet hiver, et divers intervenants ont uni leurs efforts à très court préavis en novembre dernier. En quelques semaines, le Conseil tribal de Saskatoon a planifié la création d'un refuge de 50 lits pour cet hiver. J'ai visité ce refuge environ trois semaines après son ouverture et tout fonctionnait rondement, ce qui est impressionnant compte tenu du si court préavis. Ce refuge offre un service vraiment essentiel à Saskatoon. Voilà un merveilleux exemple de différents organismes et ordres de gouvernement qui, grâce à la collaboration, parviennent à résoudre un problème de façon créative en très peu de temps. Je félicite Mark Arcand, le chef du conseil tribal, ainsi que tout le personnel du refuge de veiller ainsi sur la population de Saskatoon et de faire de la ville un meilleur endroit.
Le Conseil tribal de Saskatoon a conclu de nombreux partenariats d'affaires avec des entreprises telles que SaskEnergy, la plus importante société d'énergie de la province; KPCL, la plus importante entreprise de construction de la province; et Nutrien, le plus important producteur d'engrais au monde.
Parlons maintenant un peu de Nutrien, un exemple de réussite de Saskatoon. C'est le plus important fabricant d'engrais de la planète, avec plus de 20 000 employés dans le monde. Où est situé son siège social? Dans ma circonscription, Saskatoon-Ouest. Tout le monde doit manger, et pour nourrir les gens, cela prend beaucoup de plantes et d'animaux qui mangent des plantes. Toutes les plantes ont besoin de quatre éléments: l'oxygène, l'azote, le carbone et le potassium. Nutrien extrait la potasse de la terre; c'est la composante potassium de l'équation.
Les régions autour de Saskatoon possèdent certains des plus importants réservoirs de potasse d'origine naturelle de la planète. PotashCorp, le prédécesseur de Nutrien à Saskatoon, a fusionné avec Agrium il y a trois ans pour créer cette nouvelle entreprise. Aujourd'hui, peu importe ce qu'on mange, la nourriture a été cultivée à l'aide d'engrais fourni par cette entreprise de ma circonscription.
Ce qui m'amène à l'agriculture en général. Les luxuriantes terres cultivées autour de Saskatoon font de ma circonscription la plaque tournante idéale de toute production: blé, canola, légumineuses et cultures spécialisées, bœuf, porc, produits laitiers, poulet, tout doit passer par ma circonscription pour se rendre à destination. Les bovins et porcs destinés aux abattoirs albertains et manitobains font la route pendant des heures, chargés dans des remorques. Les céréales et autres cultures à destination de l'Asie, de l'Europe, de l'Afrique et d'ailleurs dans les Amériques doivent quant à elles transiter par Chicago, au sud, par les ports de la côte Ouest ou encore par Thunder Bay, à l'est, sur la voie maritime des Grands Lacs.
Tous ces déplacements se font par train. La gare de triage la plus imposante du CN entre Winnipeg et Kamloops se trouve en bordure du quartier Montgomery, dans Saskatoon-Ouest. La voie ferrée du CP passe en plein cœur de la ville, juste à côté de mon bureau de circonscription. Les agriculteurs, les fabricants et les sociétés d'énergie dépendent tous de ces services ferroviaires pour accéder aux marchés.
Le Canada s'est bâti le long de ces deux chemins de fer. Le CN est l'amalgame d'un ensemble de voies ferrées formant la route Yellowhead entre Winnipeg et Kamloops, en Colombie-Britannique. Ces chemins de fer ont contribué à développer les fermes et les peuplements à l'origine de Saskatoon, dans le Nord de la Saskatchewan. Évidemment, le CP date de la Confédération. La colonie de la Colombie-Britannique a intégré la Confédération sur la promesse d'accéder au chemin de fer du CP, et John A. Macdonald a été porté au pouvoir, puis l'a perdu, dans la foulée du scandale du Pacifique.
Les chemins de fer sont d'une telle importance pour notre pays qu'un article leur a été consacré dans l'Acte de l'Amérique du Nord britannique. L'article 130 du Règlement de la Chambre des communes prévoit une façon de faire particulière, distincte des affaires normales du gouvernement, dans le cas de mesures législatives portant sur les chemins de fers. De plus, nous débattons aujourd'hui d'une motion qui porte directement sur la Constitution du Canada et l'obligation ou la non-obligation, pour le Canadien Pacifique, de payer des taxes dans la province de la Saskatchewan.
Il y a 116 ans, la Loi sur la Saskatchewan a créé ma province, et le Canadien Pacifique s'est vu accorder une exemption liée à ses concessions de terres qui l'exemptait de payer des taxes provinciales. Malgré cela, le Canadien Pacifique s'est comporté en bonne entreprise citoyenne et a payé des taxes, mais il réclame maintenant à la province des dommages-intérêts de 341 millions de dollars en lien avec ces taxes.
La province fait valoir que le Canadien Pacifique a renoncé au droit de ne pas payer de taxes il y a plus de 60 ans et qu'il n'a pas droit à un remboursement. Nous prenons donc le train en marche: où en est-il aujourd'hui? Il y a trois mois, le gouvernement de la Saskatchewan a présenté une motion constitutionnelle visant à tirer les choses au clair. Les députés provinciaux l'ont appuyée à l'unanimité, alors que l'unanimité parfaite est rare à l'Assemblée législative de la Saskatchewan.
Dans cet esprit, je souhaite citer le député provincial Trent Wotherspoon, du NPD, qui a parlé au nom de l'opposition officielle à l'assemblée législative. Il a dit ceci:
Il s'agit d'une mesure importante pour notre province. Elle a une portée historique, car, si l'objectif est atteint, ce serait la première fois que l'on modifierait la Loi sur la Saskatchewan et la Constitution au moyen d'une motion issue de l'Assemblée législative de la Saskatchewan.
Il a raison. Le processus pour modifier la constitution d'une province aux termes de la Loi constitutionnelle consiste tout d'abord à faire adopter une motion par l'assemblée législative de la province concernée, comme dans ce cas-ci. Ensuite, la motion doit être adoptée par les deux Chambres du Parlement et, enfin, une fois ainsi approuvée, l'assentiment est donné à la publication par Sa Majesté de sa proclamation royale sous le grand sceau. La première étape est franchie. Espérons que la Chambre procédera à la deuxième étape aujourd'hui et que le Sénat adopte la motion peu après.
Étant donné que cette année est la 70e année du jubilé de Sa Majesté, la publication de la proclamation royale de la motion sous le grand sceau serait le présent parfait à offrir au peuple de la Saskatchewan.
L'affaire est lourde de conséquences. Il s'agit d'une question constitutionnelle avec de véritables conséquences économiques dans ma circonscription. Le secteur de l'énergie, l'agriculture, les sièges sociaux, les emplois et le développement économique des Autochtones sont tous liés à la croissance des chemins de fer. Les chemins de fer sont nécessaires à la force et à la vigueur de la Saskatchewan et de Saskatoon-Ouest. Il faut aussi que les chemins de fer n'oublient pas qu'ils servent les intérêts du peuple. Si le peuple ne prospère pas, les chemins de fer ne survivront pas.
Le moment est venu pour le CP, la province et la Chambre de tourner la page. J'invite les députés de tous les partis à appuyer la motion à l'étude.
Collapse
View Michael Kram Profile
CPC (SK)
View Michael Kram Profile
2022-02-04 11:59
Expand
Mr. Speaker, AGT Foods, Federated Co-operatives, Viterra and Cargill have all announced the construction of new canola crushing plants in Regina and the surrounding area, which will create 400 full-time jobs. However, growing canola requires fertilizer, lots of fertilizer. The government has announced it will be making farmers ration fertilizer by 30%.
Why is the government putting Regina's new canola crushing plants in jeopardy?
Monsieur le Président, AGT Foods, Federated Co-operative, Viterra et Cargill ont tous annoncé la construction d'usines de trituration de canola à Regina et dans les environs, ce qui créera 400 emplois à temps plein. Toutefois, la culture du canola exige de l'engrais, beaucoup d'engrais, et le gouvernement a annoncé qu'il allait imposer aux agriculteurs de réduire de 30 % leur utilisation d'engrais.
Pourquoi le gouvernement met-il en péril les nouvelles usines de trituration de canola de Regina?
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, when I originally asked the Minister of Agriculture what it would mean for farmers if the government restricted fertilizer use, I stressed how crucial it is for all Canadians across the country. Since then, the problem has only gotten more obvious. After all, we are talking about the people and operations producing our food and other essential supplies. It is something so critical for people in their daily lives and for the basic functioning of our entire economy, as one in six jobs relies on agriculture. However, ever since the Liberals first announced it over a year ago, they have kept everyone in the dark. Producers, industry and Canadian consumers are still waiting to get some clarity and reassurance about what they are actually going to do, or, rather, what they are not going to do.
After throwing out an open-ended announcement, will the Liberals finally rule out a restrictive approach that aggressively cuts down fertilizer use, much as what we saw in the European Union? It is a fair question, and they should be able to answer it by now. Associations and industry have been asking this for a long time, but the government will not say anything. Whenever I ask them, they all say the government has not been consulting with them. As time goes on, it seems like the government is unwilling to clear the air and it starts to feel like a bad sign.
Let us consider what is at stake and what damage can be done by a rash decision. Meyers Norris Penny worked out a projection based on the European Union modelling over the next decade for losses as a result of a significant cut to fertilizer use in Canada. Year after year, yields would drop by millions of tonnes. It could get so bad that we would have a steep decline in what we can export after filling our own domestic demand. For those working in agriculture, the sector could lose up to $10 billion in a year, for an estimated total loss of $48 billion by 2030.
No one can afford these devastating losses to a key part of our economy, especially when the federal government is already trying to bring down other high-performing industries, such as our natural resources sector. While maintaining food supply is a big enough challenge by itself, whether it is for here at home or to feed hungry populations all over the world, we can expect more problems to come along. We had a terrible drought this past year, compounded by bad years of lack of moisture in the years prior, which brought yields to lows unseen since 2007. It could happen again with future bad years.
Aside from weather conditions, the government is already pushing for a rapid expansion of biofuel production. It is going with the expectation that Canada can produce 26 million tonnes of canola by 2025, which we can definitely do, but only if we do not also remove the tool that makes it possible.
In the Order Paper question I submitted, the response that came back said that the government is specifically looking to reduce emissions from nitrogen-based fertilizers. One of the fundamental problems with that, which it is unwilling to recognize or admit, is that canola and corn, some of the main crops used for biofuels, are some of the biggest-consuming crops of nitrogen-based fertilizers to grow the bushels to get the yields that we need to meet demand. By creating more demand, we will need the same crops for food and fuel supply together, and we definitely cannot afford to sabotage our own yields by taking on a fertilizer-usage reduction, which is what we saw in the European Union. Unfortunately, the minister has not said much about this. She quoted an informal survey of a dozen professionals, who in the end actually agreed with what farmers and industry are already saying.
It has been clear for far too long that the Liberals do not recognize the practical realities of producers and how the difficult decisions they have to make will impact everybody else. I challenge the Liberal government right here and right now to remove all doubt and confusion.
Can the parliamentary secretary, right here and right now, guarantee to our farmers that there will not be a restriction on the amount of fertilizer used in farming?
Madame la Présidente, lorsque j'ai demandé initialement à la ministre de l'Agriculture d'expliquer les répercussions qu'aurait la décision du gouvernement de restreindre l'utilisation des engrais pour les agriculteurs, j'ai souligné l'importance de la question pour tous les Canadiens. Depuis, le problème n'a fait que devenir plus manifeste. Après tout, nous parlons des gens et des exploitations qui produisent nos aliments et d'autres denrées essentielles. Il s'agit d'une question cruciale pour la population au quotidien et pour le fondement de toute notre économie, puisqu'un emploi sur six dépend de l'agriculture. Cependant, depuis leur annonce, il y a plus d'un an, les libéraux tiennent tout le monde dans l'ignorance. Les producteurs, les acteurs de l'industrie et les consommateurs canadiens attendent toujours de recevoir des éclaircissements et des garanties au sujet des mesures qui seront prises, ou plutôt, au sujet des mesures qui ne seront pas prises.
Après avoir fait une annonce sans dates précises, les libéraux abandonneront-ils enfin l'idée d'adopter une approche restrictive qui réduirait drastiquement l'usage d'engrais, comme l'a fait l'Union européenne? La question se pose, et ils devraient maintenant être en mesure d'y répondre. Les associations et l'industrie la posent depuis longtemps, mais le gouvernement ne dit rien. Chaque fois que je m'informe auprès d'elles, elles me disent toutes que le gouvernement ne les consulte pas. Le temps passe, et le gouvernement semble peu enclin à mettre les choses au clair. Ça ressemble à un mauvais signe.
Regardons un peu ce qui est en jeu et les dommages que pourrait causer une décision irréfléchie. Le cabinet Meyers Norris Penny a établi des prévisions fondées sur le modèle de l'Union européenne, qui montrent les pertes que pourrait entraîner, au cours de la prochaine décennie, une réduction considérable de l'usage d'engrais au Canada. Les récoltes seraient réduites de plusieurs millions de tonnes chaque année, à tel point qu'après avoir répondu à la demande domestique, les quantités disponibles pour l'exportation seraient grandement réduites. Précisons, pour les gens qui travaillent en agriculture, que ce secteur pourrait perdre jusqu'à 10 milliards de dollars en un an, et que les pertes totales pourraient atteindre 48 milliards de dollars d'ici 2030.
Personne ne peut se permettre des pertes aussi dévastatrices dans un des principaux secteurs de l'économie, surtout à un moment où le gouvernement fédéral essaie de faire tomber d'autres industries hautement rentables, comme le secteur des ressources naturelles. Bien que maintenir l'approvisionnement alimentaire soit un problème assez considérable en soi, qu'il s'agisse de nourrir les gens de chez nous ou les populations qui ont faim un peu partout dans le monde, nous pouvons nous attendre à d'autres problèmes. Nous avons connu une terrible sécheresse l'an dernier, qui a été aggravée par le manque d'humidité des années antérieures, et le rendement des récoltes n'a pas été aussi faible depuis 2007. Cela pourrait se produire de nouveau si les prochaines années sont mauvaises.
Outre les conditions météorologiques, le gouvernement est déjà en train d'exercer des pressions pour une expansion rapide de la production de biocombustibles, car il s'attend à ce que le Canada produise 26 millions de tonnes de canola d'ici 2025, ce que nous pouvons assurément faire, mais seulement si on n'élimine pas l'outil qui rend une telle production possible.
À en croire la réponse à la question que j'ai fait inscrire au Feuilleton, le gouvernement s'emploie expressément à réduire les émissions causées par les engrais à base d'azote. Le principal problème, ce que le gouvernement refuse de reconnaître, c'est que le canola et le maïs figurent parmi les principales céréales entrant dans la fabrication de biocarburants, mais aussi parmi celles qui nécessitent le plus d'engrais azoté pour que les récoltes puissent répondre à la demande. Si la demande augmente, il faudra que les mêmes champs servent à la fois à nourrir la population et à fabriquer du carburant, et on ne peut très certainement pas se permettre de saboter nos champs en employant moins d'engrais. C'est ce qui est arrivé en Union européenne. Malheureusement, la ministre n'a pas été d'une grande aide. Elle nous a renvoyés à un sondage informel mené auprès d'une dizaine de professionnels, qui ont fini par dire la même chose que ce que les agriculteurs et l'industrie disent déjà.
On sait depuis maintenant trop longtemps que les libéraux ne comprennent rien à la réalité des producteurs et ne sont pas conscients que les décisions difficiles que ces derniers doivent prendre ont une incidence sur tout le monde. Je mets au défi le gouvernement libéral de dissiper aujourd'hui même tous les doutes et de nous donner l'heure juste.
Le secrétaire parlementaire peut-il garantir aux agriculteurs du Canada, ici et maintenant, que la quantité d'engrais qu'ils peuvent utiliser pour leurs cultures ne sera pas limitée?
Collapse
Results: 1 - 15 of 18 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data