Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 8 of 8
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-10-04 14:00 [p.8083]
Expand
Mr. Speaker, it has been 1,000 days since Ukrainian International Airlines flight PS752 was shot down by the Islamic Revolutionary Guard Corps: 167 passengers and nine crew murdered; 57 Canadian citizens murdered; 138 students and academics returning to Canada to attend or teach at our universities murdered.
One was Dr. Mohammad Amin Jebelli. He was my friend. He was a student of mine at the University of Toronto. Amin was always willing to help out. He was always there to ensure no student was left out. I will never forget him.
The Iranian regime, the murderers of Zahra Kazemi, Mahsa Amini and all those on PS752, must be made to understand that the passage of time will never erase its crimes nor fade the memories that we hold of its victims.
The Holy Quran commands “to act against those who oppress people and transgress in the land against all justice.” Canadians demand their government hold that regime accountable and to finally declare the IRGC as a terrorist organization.
Monsieur le Président, il y a 1 000 jours que le Corps des Gardiens de la révolution islamique a abattu le vol PS752 d'Ukrainian International Airlines: 167 passagers et 9 membres d'équipage assassinés; 57 citoyens canadiens assassinés; 138 étudiants et universitaires revenant au Canada pour étudier ou enseigner dans nos universités assassinés.
L'un d'eux était le Dr Mohammad Amin Jebelli. Il était mon ami. Il était l'un de mes étudiants à l'Université de Toronto. Amin était toujours prêt à donner un coup de main. Il était toujours là pour s'assurer qu'aucun étudiant ne soit laissé de côté. Je ne l'oublierai jamais.
Le régime iranien, les meurtriers de Zahra Kazemi, de Mahsa Amini et de tous les passagers du vol PS752, doit comprendre que le passage du temps n'effacera jamais ses crimes ni n'estompera les souvenirs que nous avons de leurs victimes.
Le saint Coran commande un « recours que contre ceux qui se rendent coupables d’injustice envers les gens et qui commettent, sans raison valable, des abus sur terre ». Les Canadiens exigent de leur gouvernement qu'il demande des comptes à ce régime et qu'il déclare enfin organisation terroriste le Corps des Gardiens de la révolution islamique.
Collapse
View Alain Rayes Profile
Ind. (QC)
View Alain Rayes Profile
2022-09-26 14:00 [p.7672]
Expand
Madam Speaker, I want to take a moment to thank the thousands of people in the riding of Richmond—Arthabaska, those across Quebec and Canada, as well as my colleagues from all parties, who have supported me over the past two weeks following my decision to act in line with my values and convictions and, accordingly, to sit as an independent member of Parliament from now on.
We are fortunate to live in Canada, in a democracy that is the envy of the world. I call on the leaders of the various political parties to show respect, to set an example for their members, supporters and staff, and to denounce bullying in all its forms.
A bullying campaign like the one I was subjected to 10 days ago by my former political party is unacceptable. Canadians do not want to see that kind of behaviour, and every member in the House has a duty to debate passionately but respectfully and to condemn aggressive, hateful or threatening speech. Our constituents expect nothing less from us.
For the sake of our democracy, and to combat the current cynicism, let us all raise the level of debate.
Madame la Présidente, je désire prendre un instant pour remercier les milliers de personnes de la circonscription de Richmond—Arthabaska, du Québec et de partout au Canada, ainsi que mes collègues de tous les partis, qui m'ont démontré leur soutien depuis deux semaines, à la suite de ma décision de respecter mes valeurs et mes convictions et, par le fait même, de siéger, à partir de maintenant, comme député indépendant.
Nous avons la chance de vivre au Canada, au sein d'une démocratie qui fait l'envie du monde entier. J'invite les leaders des différentes formations à faire preuve de respect, à montrer l'exemple à leurs membres, à leurs partisans et à leur personnel et à dénoncer l'intimidation sous toutes ses formes.
Une opération d'intimidation comme celle que j'ai subie il y a 10 jours par mon ancienne famille politique est inacceptable. Les Canadiens ne veulent pas de ce genre de façon de faire et chaque membre présent à la Chambre a le devoir de débattre de façon passionnée et respectueuse et de ne pas cautionner les discours agressifs, haineux ou menaçants. Nos citoyens ne s'attendent à rien de moins de notre part.
Pour le bien‑être de notre démocratie et pour combattre le cynisme actuel, élevons tous notre discours.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-09-15 16:31 [p.7305]
Expand
Mr. Speaker, it is always a privilege to rise in the House, but it is a special honour to do so to pay tribute to Her late Majesty and extend my condolences to the royal family.
For so many Canadians, myself included, Her late Majesty was the only queen we have ever known, but she was more than a widely loved and respected sovereign. She represented stability in a country that grows increasingly chaotic and in a world that grows increasingly chaotic. She espoused a profound sense of humility in an era of self-aggrandizing, and she was a stalwart defender of democracy and the rule of law in an age of rising autocracy.
Speaking to friends and family, I noted that so many were surprised at the sense of personal loss we felt. The impact has been profound, because I think it is like losing a grandparent. It was deeply personal, and when it comes to losing a grandparent, it is something we know will happen one day but hope will be a long time from now. We never really expect it.
There is not much I can say that has not already be shared, but I can tell members from personal experience that there could be hundreds of people in the room, but she would make us feel like the only one there. She was incredibly attentive and as funny as she was kind, compassionate and gracious beyond words.
I am especially grateful that I had the opportunity to meet her during her reign, in 2017, when at Her late Majesty's command, I marked Canada's sesquicentennial by joining young leaders from across the Commonwealth in the U.K. It was at a special ceremony at Buckingham Palace, where we were appointed medallists of Her late Majesty. I had the distinct honour of being named Her Majesty the Queen's Young Leader for Canada.
I still recall being there in Buckingham Palace, with all of the pomp and circumstance, wracked with fear about whether or not I would mess up all of the protocol we were required to remember when we met the Queen, things like ensuring we do not turn our backs to her, that we wait for her to extend her hand first and that she speaks first.
I imagine that some people listening are thinking that, of course, they could do those basic and easy things. I would agree with them, until they are about to meet the Queen. Then it all goes out the window. It did not help that during our briefings, leaders would recount all the times they froze up or were speechless. Suffice it to say, I was nervous.
I was wearing my high-collar navy whites and had practised marching in, left turning and then saluting. Then I was told that, actually, we were to throw all that out the window when meeting the Queen and just do a quick head bow. So here was this kid in his mid-20s out of the suburbs of Toronto scared out of his mind trying to remember all of these basic, straightforward protocol requirements, all while my brain was screaming, “Oh my God. There's the Queen. Holy smokes.” Well, I used another word, but I am not allowed to repeat it in this place. Obviously, I was nervous.
To try to settle my nerves, I looked away at the crowd. “Do a quick scan of the room”, I thought. There were hundreds of people in the room, so that did not exactly help. However, as I was doing it, I spotted Prince Harry, who was at my two o'clock sitting in the front row. I guess His Royal Highness could sense my nervousness, so he gave me a supportive head nod and a wink as if to say “Hey, you've got this.” He was right.
I approached Her Majesty, I bowed, she extended her hand first, of course, and I did so in response. She said, “Congratulations” and handed me my medal. Now, I figured that was probably the end of it, but she asked me to tell her what I do. To put it in context, we were being recognized for the work we did in our communities back home and I was nominated for my work. I had the privilege of working with amazing at-risk youth and indigenous communities in northwestern and southwestern Ontario, including the incredible community of the Chippewas of the Thames First Nation.
I mentioned that I work with youth in different communities. She said, “Huh” and I thought, “She's interested”, so I told her about it. She said it was all very fascinating and asked me to tell her more, so I did. We ended up speaking for about a minute or two, which I am told, in Queen terms, is actually a really long time. As I said earlier, she had an extraordinary ability to make me feel like I was the only person in the room.
At the end of the conversation, she extended her hand. The handshake is meant to bookend the conversation, but I imagine there are some people who are so enamoured with meeting the Queen that they might not get the message. When she comes out to shake someone's hand, we cannot tell when watching in person, because I was there watching her do it to others, or on TV that she actually pushes the person away. It is kind of like, “Okay, Kevin, it was nice talking to you. Off you go now, little one.” I have to say that for a then 91-year-old woman, that was a strong push, and today I have the distinct pleasure of being able to tell people that I met the Queen, she gave me a medal and then she pushed me away. All joking aside, I am forever grateful that I had this opportunity. It is a memory that I will cherish for the rest of my life.
To conclude, twice I have sworn an oath of allegiance to Her late Majesty, first in 2015 when I joined Her Majesty's Royal Canadian Navy and again last year as a member of Parliament. In that oath, we commit to faithfully serving her and her heirs and successors. With the ascension to the throne of His Majesty King Charles III, I, like all members of this House, will continue my service, both in and out of uniform, to our sovereign.
Long live the King.
Monsieur le Président, c'est toujours un privilège de prendre la parole à la Chambre, mais c'est un honneur particulier de le faire pour rendre hommage à Sa défunte Majesté et offrir mes condoléances à la famille royale.
Pour de nombreux Canadiens, moi y compris, Sa défunte Majesté était la seule reine que nous ayons jamais connue, mais elle était plus qu'une souveraine aimée et respectée de tous. Elle représentait la stabilité dans un pays et un monde de plus en plus chaotiques. Elle a épousé un profond sens de l'humilité à une époque d'autoglorification et a vaillamment défendu la démocratie et la primauté du droit à une époque d'autocratie croissante.
Après avoir parlé à des amis et des membres de ma famille, j'ai remarqué que beaucoup de gens étaient surpris par le sentiment de perte personnelle ressenti. Le décès de la reine a eu une incidence profonde, semblable, je pense, au décès d'un grand-père ou d'une grand-mère. Il s'agit d'une perte extrêmement personnelle. En ce qui concerne la perte d'un grand-père ou d'une grand-mère, on sait que cela arrivera un jour, mais on espère que cela ne se produira pas avant longtemps. On ne s'y attend jamais vraiment.
Je ne peux pas ajouter grand-chose qui n'ait pas déjà été dit. J'aimerais toutefois dire ceci à mes collègues: je peux témoigner personnellement que la reine savait comment vous faire sentir comme s'il n'y avait que vous dans une pièce, et ce, même si des centaines de personnes étaient présentes. Elle était très attentive, drôle, gentille, et dotée d'une compassion et d'une grâce infinies.
Je suis particulièrement reconnaissant d'avoir eu la chance de rencontrer notre défunte reine en 2017, quand, à sa demande, j'ai souligné le 150e anniversaire du Canada en me joignant à de jeunes leaders des quatre coins du Commonwealth au Royaume‑Uni. Il s'agissait d'une cérémonie spéciale organisée au palais de Buckingham, au cours de laquelle nous avons reçu des médailles de Sa Majesté. J'ai eu l'immense honneur d'être nommé Jeune Leader de Sa Majesté la reine pour le Canada.
Je me souviens encore comment je me suis senti au palais de Buckingham, avec le décorum et le grand apparat, habité par la peur de me tromper dans le protocole que nous étions tenus de mémoriser pour rencontrer la reine. À titre d'exemple, il ne fallait pas lui tourner le dos, ni lui présenter la main en premier, ni lui adresser la parole, à moins qu'elle ne le fasse d'abord.
J'imagine que certaines personnes qui écoutent se disent qu'elles pourraient certainement faire ces choses assez simples. Je serais d'accord avec elles, jusqu'à ce qu'elles soient sur le point de rencontrer la reine. C'est là que toutes les directives se volatilisent. Cela n'a pas aidé que pendant les séances d'information, les leaders racontaient toutes les fois où ils sont restés figés ou bouche bée. Je me contenterai de dire que j'étais nerveux.
Je portais mon uniforme blanc de la marine au col haut. J'avais pratiqué comment j'allais entrer en marchant au pas, tourner à gauche et saluer. Ensuite, on m'a dit qu'en fait, il fallait oublier tout cela lors de la rencontre avec la reine, et seulement incliner rapidement la tête. Ainsi, me voilà, à vingt ans, un jeune des banlieues de Toronto, effrayé en essayant de me rappeler des exigences protocolaires de base assez simples, alors que mon cerveau criait: « Oh! mon Dieu. Voilà la reine. Sapristi. » Bon, j'ai employé un autre mot, mais je n'ai pas le droit de le répéter en ce lieu. À l'évidence, j'étais nerveux.
Pour essayer de me calmer, j'ai tourné le regard vers la foule. « Balaie rapidement la pièce du regard », me suis-je dit. Il y avait des centaines de personnes dans la salle, donc cela n'a pas vraiment aidé. Cependant, alors que je m'exécutais, j'ai aperçu le prince Harry qui était assis au premier rang, à deux heures par rapport à l'endroit où je me trouvais. Je suppose que Son Altesse Royale a pu sentir ma nervosité, alors il m'a fait un signe de tête de soutien et un clin d'œil comme pour dire: « Hé, tu peux le faire. » Il avait raison.
Je me suis approché de Sa Majesté, je me suis incliné, elle a tendu la main en premier, bien sûr, puis j'ai tendu la mienne. Elle a dit « félicitations » et m'a remis ma médaille. Je me suis dit que c'était probablement la fin de l'histoire, mais elle m'a demandé de lui dire ce que je faisais. Pour replacer les choses dans leur contexte, on nous récompensait pour notre travail dans nos communautés respectives et j'avais été mis en nomination. J'ai eu le privilège de travailler avec des jeunes à risque extraordinaires et des collectivités autochtones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest de l'Ontario, notamment l'incroyable collectivité de la Première Nation des Chippawas de la Thames.
Je lui ai dit que je travaillais avec des jeunes de différentes communautés. Elle a fait « hum », et je me suis dit que cela l'intéressait. Je lui en ai donc dit plus. Elle m'a dit que cela la fascinait et m'a demandé de lui en dire plus, ce que j'ai fait. Nous avons fini par discuter une minute ou deux, ce qui, selon ce qu'on m'a dit, est vraiment très long dans son cas. Comme je l'ai dit plus tôt, elle avait cette extraordinaire capacité à me faire sentir comme si j'étais la seule personne présente dans la salle.
À la fin de la conversation, elle m'a tendu la main, ce qui est censé vouloir dire que la conversation est terminée. Je suppose que certaines personnes sont tellement impressionnées par leur rencontre avec la reine qu'elles ne comprennent peut-être pas le message. On ne peut pas le discerner, que l'on soit sur place — j'étais là et je l'ai vu le faire avec d'autres — ou qu'on la regarde à la télé, mais lorsqu'elle tend la main pour qu'on la prenne, elle nous repousse. C'est comme si elle voulait dire « Mon petit Kevin, c'était bon de discuter avec toi, mais c'est terminé maintenant. » Je dois dire que la poussée était forte pour une femme de 91 ans. Je peux maintenant dire avec plaisir aux gens que j'ai rencontré la reine, qu'elle m'a remis une médaille, puis qu'elle m'a repoussé. Blague à part, je serai à jamais reconnaissant d'avoir pu vivre cela. C'est un souvenir que je vais chérir le reste de ma vie.
En conclusion, j'ai prêté deux fois allégeance à Sa défunte Majesté: une première fois en 2015, lorsque j'ai rejoint la Marine royale canadienne de Sa Majesté, puis une deuxième fois en tant que député. Dans ce serment, nous nous engageons à la servir fidèlement, ainsi que ses héritiers et successeurs. Avec l'accession au trône de Sa Majesté le roi Charles III, tout comme les autres députés de la Chambre, je continuerai de servir mon souverain, que je porte l'uniforme ou non.
Vive le roi.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-06-22 14:06 [p.7131]
Expand
Mr. Speaker, on July 1, Canadians will celebrate Canada's 155th birthday. As the son of refugees, I can say that Canada has presented me and my family with not just a home, but also opportunities and a future.
Even in tough times, this country rises above many others. We believe in the rule of law. We believe in free health care for all. We believe in assistance for those in need. We believe in the people's right to be heard. We do not have tanks on the streets. Many other countries do not enjoy this way of life.
We have a lot to be thankful for, but it did not happen by accident. It took a lot of hard work to forge the nation that we are today. We are not perfect, but I would say we are pretty close. We will face our challenges. We will be respectful. We will be inclusive as we move forward together to build an even better country.
This upcoming Canada Day, let us reaffirm our common values and go forward. On behalf of the people of my riding, I hope everyone can stay safe and celebrate this magnificent country in their own unique way.
Happy birthday, Canada.
Monsieur le Président, le 1er juillet prochain, les Canadiens célébreront le 155e anniversaire du Canada. En tant que fils de réfugiés, je peux dire que le Canada nous a offert, à moi et à ma famille, non seulement un foyer, mais aussi des possibilités et un avenir.
Même dans les moments difficiles, ce pays s'élève au-dessus de nombreux autres. Nous croyons à la primauté du droit. Nous croyons aux soins de santé gratuits pour tous. Nous croyons à l'aide aux personnes dans le besoin. Nous croyons au droit qu'ont les gens d'être entendus. Il n'y a pas de chars d'assaut dans nos rues. Beaucoup d'autres pays ne profitent pas de ce mode de vie.
Nous avons beaucoup de raisons d’être reconnaissants, mais cela ne s'est pas produit par accident. Il a fallu beaucoup de travail pour bâtir la nation que nous sommes devenus. Nous ne sommes pas parfaits, mais je dirais que nous n'en sommes pas très loin. Nous ferons face aux difficultés. Nous serons respectueux. Nous serons inclusifs dans notre progression commune vers un pays encore meilleur.
Lors de la fête du Canada, qui arrive à grands pas, réaffirmons nos valeurs communes et allons de l'avant. Au nom des gens de ma circonscription, je souhaite à chacun de pouvoir célébrer en toute sécurité et à sa propre manière ce pays magnifique.
Bonne fête, Canada.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-06-01 14:04 [p.5919]
Expand
Mr. Speaker, last week I was in Warsaw. While there I spoke with an Afghan refugee couple, he a journalist and she a teacher, as well as a female former supreme court justice. They are all priority targets for the Taliban. They were rescued from certain death and evacuated from Kabul by the Polish Air Forces.
Since August of 2021, Poland has provided them with money and housing. However, after 10 months of waiting for them to be resettled in Canada, Poland has done all it can. That country needs to focus on the 3.6 million Ukrainians who have crossed its borders.
Repeated efforts to obtain assistance from Canada's embassy in Poland, GAC and IRCC have proven useless. What good are Canada's special immigration measures for Afghans if they do not work and only amount to “Hey, here's a bunch of websites. Don't expect any help.”
What a disgrace. People's lives are at stake. Canada made a commitment. I call upon the government to honour our nation's word.
Monsieur le Président, la semaine dernière, j'étais à Varsovie. J'ai parlé là-bas avec un couple de réfugiés afghans, lui journaliste, et elle enseignante, ainsi qu'avec une ancienne juge de la Cour suprême. Ils sont tous des cibles prioritaires pour les talibans. Ils ont été sauvés d'une mort certaine et évacués de Kaboul par les forces aériennes polonaises.
Depuis août 2021, la Pologne leur fournit de l'argent et un logement. Toutefois, cela fait 10 mois que ces gens attendent leur réinstallation au Canada; la Pologne a fait tout ce qu'elle pouvait pour les aider, mais elle doit maintenant se concentrer sur les 3,6 millions d'Ukrainiens qui ont franchi ses frontières.
Les efforts répétés pour obtenir de l'aide de l'ambassade du Canada en Pologne, d’Affaires mondiales Canada et d’IRCC n’ont rien donné. À quoi servent donc les mesures d'immigration spéciales du Canada pour les Afghans si elles ne fonctionnent pas et qu'elles se résument à « voici un tas de sites Web. N'espérez aucune aide »?
Quelle honte. La vie de personnes est en jeu. Le Canada a pris un engagement. Je demande au gouvernement d'honorer la parole de notre nation.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-28 14:00
Expand
Mr. Speaker, a short time ago, it was Rare Disease Day. I want to bring scleroderma, also called systemic sclerosis, to the attention of the House. This rare autoimmune disease impacts over 40,000 Canadians.
One of those people was Ngoc Bé Huỳnh.
She was studying to become a doctor before war broke out in her country. She evaded Communist soldiers, she fought off pirates, and she survived two years in a refugee camp before being welcomed to this country. She was grateful to be here, but it was not easy. She did not speak English or French, but her indomitable spirit was not going to let her fail. She learned English. She went to college and she retrained as an electrical assembly worker, becoming the first in her factory to be a female line worker.
Ngoc Bé Huỳnh was her name. Others knew her as Belinda Vuong. I simply knew her as mom.
We do not know much about scleroderma. We know it predominantly affects women and that it relentlessly attacks the body. Life expectancy is three to 15 years. My mom lived with it for over 18 years. She passed away this morning after her courageous battle.
To my mom, who raised me to stand in my truth, to focus on doing right and to help as many people as I can: [Member spoke in Vietnamese].
[English]
I thank my mom. I love my mom. I will miss my mom.
Monsieur le Président, nous avons souligné récemment la Journée des maladies rares, ce qui m'amène à attirer l'attention de la Chambre sur la sclérodermie. Cette maladie auto‑immune, aussi appelée sclérodermie systémique, touche plus de 40 000 Canadiens.
L'une de ces personnes était Ngoc Bé Huỳnh.
Elle faisait des études en médecine avant que la guerre n'éclate dans son pays. Elle a réussi à échapper à des soldats communistes, elle a repoussé des pirates, et elle a survécu à un camp de réfugiés pendant deux ans avant d'être accueillie au Canada. Elle était reconnaissante d'être ici, mais les choses n'ont pas été faciles pour elle. Elle ne parlait ni l'anglais ni le français, mais sa ténacité à toute épreuve l'a empêchée d'échouer. Elle a appris l'anglais. Elle est allée au collège, où elle s'est recyclée comme monteuse de lignes électriques, devenant ainsi la première monteuse de ligne de son usine.
Elle se nommait Ngoc Bé Huỳnh, mais d'autres la connaissaient sous le nom de Belinda Vuong. Quant à moi, je l'appelais simplement « maman ».
Nous ne connaissons pas grand‑chose sur la sclérodermie. Nous savons qu'elle touche principalement les femmes et qu'elle s'attaque avec acharnement au corps des personnes qui en souffrent. L'espérance de vie est de 3 à 15 ans. Ma mère a vécu avec cette maladie pendant plus de 18 ans. Elle est morte ce matin après s'être battue courageusement contre cette maladie pendant tout ce temps.
À ma mère, qui m'a appris à être fidèle à moi‑même, à faire le bien et à aider les plus de gens possible, je tiens à dire [le député s’exprime en vietnamien].
[Traduction]
Je remercie ma mère. Je l'aime, et elle me manquera.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-01-31 14:00
Expand
Madam Speaker, last week my friend and World War II veteran Mr. Fred Arsenault passed away in Toronto at the age of 101. A member of the Cape Breton Highlanders, Fred fought in campaigns across Europe, including in the battles of Ortona and Monte Cassino in Italy and in the liberation of the Netherlands. In one battle, Fred was buried alive by a shell blast but soldiered on with his comrades. For Fred's 100th birthday, his son took to social media to ask for 100 birthday cards for his dad. Fred received over 120,000 from across the globe, and the family continues to receive more. Fred would make the annual pilgrimage to Ottawa for the national Remembrance Day ceremony for as long as he could.
Fred's family asked me to pass on a message that we, as a nation, never forget the sacrifice of their father and of Canada's greatest generation, that we cherish the time we have left with those who wore the uniform of our nation with pride and honour, and that we visit them and listen to their stories, lest we ever forget what they endured for Canada and all Canadians.
I thank Fred. He can stand easy; his watch has ended.
Madame la Présidente, la semaine dernière à Toronto, mon ami le vétéran Fred Arsenault, qui a fait la Deuxième Guerre mondiale, s'est éteint à l'âge de 101 ans. Membre des Cape Breton Highlanders, Fred a pris part à diverses campagnes un peu partout en Europe; il s'est notamment battu lors des batailles d'Ortona et de Monte Cassino, en Italie, en plus de contribuer à la libération des Pays‑Bas. Un jour, Fred a même été enterré vivant par les débris d'obus, mais il a tenu bon et il est demeuré aux côtés de ses camarades. Pour les 100 ans de Fred, son fils a diffusé un message sur les réseaux sociaux demandant aux gens d'envoyer 100 cartes d'anniversaire à son père. Il en a reçu au-delà de 12 000 de partout dans le monde, et sa famille continue d'en recevoir. Chaque année tant qu'il a pu, Fred est venu à Ottawa pour la cérémonie du jour du Souvenir.
Les enfants de Fred ont un souhait et ils m'ont demandé d'être leur porte-voix. Ils voudraient que les Canadiens n'oublient jamais les sacrifices consentis par leur père et par ceux qui formaient la génération la plus glorieuse de l'histoire de notre pays. Ils voudraient que nous chérissions le temps qu'il nous reste avec ceux qui ont porté l'uniforme canadien avec fierté et honneur. Allons voir ces vétérans et écoutons ce qu'ils ont à dire afin que jamais nous n'oubliions ce qu'ils ont enduré pour le Canada et pour tous les Canadiens.
Je remercie Fred. Il peut se reposer maintenant, son tour de garde est terminé.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2021-12-07 14:00
Expand
Mr. Speaker, my riding of Spadina—Fort York has been fortunate for many years to have the dedicated service of Carolyn Johnson.
Carolyn recently stepped down as co-chair of the York Quay Neighbourhood Association, after volunteering countless hours to ensure that our community was informed and engaged on the many issues facing our vibrant and diverse urban centre. From helping to build a waterfront that is accessible to all to enhancing community safety and so much more, we owe Carolyn a debt of gratitude for her leadership and unwavering commitment.
On behalf of the people of Spadina—Fort York, I express my appreciation to Carolyn for her work as YQNA co-chair and wish her and her husband good health and continued success. I also look forward to continuing to work with YQNA, with Angelo, Ulla and Mary, whose tireless work keeps residents of our community fully aware of issues that matter the most in our neighbourhood.
Monsieur le Président, ma circonscription, Spadina—Fort York, a eu la chance de bénéficier pendant de nombreuses années des loyaux services de Carolyn Johnson.
Carolyn a récemment quitté ses fonctions de coprésidente de la York Quay Neighbourhood Association après avoir fait d'innombrables heures de bénévolat pour informer notre collectivité, un centre urbain diversifié et dynamique, des nombreux enjeux la touchant et inciter la population à s'y intéresser. Que ce soit pour sa participation à l'aménagement d'un secteur riverain accessible à tous, pour ses efforts visant à améliorer la sécurité de la collectivité et pour tant d'autres initiatives, nous sommes reconnaissants à Carolyn de son leadership et de son engagement inébranlable.
Au nom des habitants de Spadina—Fort York, je remercie Carolyn de son travail comme coprésidente de la York Quay Neighbourhood Association, et je lui souhaite, à son mari et elle, une bonne santé et encore beaucoup de succès. J'ai hâte de poursuivre mon travail avec l'association, ainsi qu'avec Angelo, Ulla et Mary, dont le travail inlassable permet aux habitants de notre collectivité d'être pleinement informés des enjeux les plus importants la concernant.
Collapse
Results: 1 - 8 of 8

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data