Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 149
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-06 17:29 [p.8273]
Expand
moved that Bill C-294, An Act to amend the Copyright Act (interoperability), be read the second time and referred to a committee.
He said: Madam Speaker, it is a great honour to rise in the House today and speak to my first-ever Private Member's Bill, Bill C-294, an act to amend the Copyright Act as it relates to interoperability.
It has also been unofficially called the “unlocking innovation act”. The pathway for putting together this bill began in the winter of 2019-20 as the federal government was finalizing the new NAFTA deal, which is now officially known as CUSMA. For my part, it started with working on the industry committee. We were studying the legislation which would implement the new trade deal. Some of my own constituents from back home in Cypress Hills—Grasslands appeared as witnesses to give their feedback on it. They were representing Honey Bee Manufacturing, and I will say more about them in a moment.
During the meeting, while expressing their support for having a free trade agreement in place, they pointed out a threat to their industry. This is what they laid out in their opening statement:
The challenge we face is interoperability. Recently, with technical protection measures and so on, companies have started to use digital locks and keys to prevent us from allowing our equipment to interoperate with these major OEM brands. It's a form of protectionism that allows them to own and operate the entire value chain at the exclusion of independent manufacturers.
In Canada we have 1,400 manufacturers of implements that are attached to agriculture, mining, forestry or construction equipment. Of those manufacturers, 500 are for agricultural equipment. That agricultural equipment is primarily manufactured adjacent to small communities in Canada, rural communities, where the majority of that type of manufacturing takes place. It's a challenge for us to achieve the ability to continue to legally manufacture our product and sell it onto these platforms. The copyright act in the United States has provision for circumventing for the purpose of interoperation. The Canadian Copyright Act does not have this same term in the agreement.
We would like to see that ratified prior to the signing of the trade agreement so that we're not on that uneven footing that prevents us from competing legally in the marketplace here and abroad.
That is the main problem in a nutshell, and it is the type of challenging situation that this bill would correct. The requested change did not end up happening around the timing of CUSMA, or in the time since then, but it has brought us to today as we debate this bill. Bill C-294 seeks to move ahead with a change to the Copyright Act that would help to put interoperability back in its rightful place in the Canadian marketplace.
This is the right thing to do on a number of fronts, because interoperability means support for innovation, consumer choice and protection, competitive markets, small business and job creation. Before explaining in a little more detail what it is, I am going to tell a story about why interoperability is important.
Two farmers from southwest Saskatchewan, Glen and Greg Honey, out of a desire to have a product that worked better and more efficiently on their farm, took the initiative to engineer and build a 425-horsepower tractor. They then went on to make a self-propelled swather, as well as the grain belt header that has become the standard in the marketplace for how headers are built.
As farm implements and attachments, it was easy to use them with something else, such as a tractor or a combine, which they would have already had. At that time, interoperability was generally open and achievable because of the simplified nature of the equipment. All one needed was a common hydraulic hose connection and a PTO shaft, and they would be ready to go. It did not stop there.
As local farmers around the area began to see the equipment the Honeys were using on their farm, they began to want the same kind of swather and header as well. Over the course of a decade, they eventually moved their new manufacturing outfit from their farm to the town of Frontier.
There they were able to set up in the shop in the space vacated by Flexi-Coil when they bought out Friggstad Manufacturing, another family-owned and operated farm equipment manufacturer in Frontier. Friggstad had a similar operation that had built a superior product of its own. However, it was a victim of rapid inflation and market instability in the 1980s which unfortunately put it in receivership. It was eventually bought out by the bigger competition. The sale of Friggstad Manufacturing to Flexi-Coil was devastating to the community because they moved the operation up to Saskatoon, cutting the population of the town almost in half, from over 500 people down to around 300.
However, the move into town in 1987 by the Honey brothers became a new opportunity for the community, and soon Honey Bee Manufacturing became the largest source of employment for the region. They created a future for the community once again. It really shows how crucial and how much of a difference these short-line manufacturers can make in rural communities when they are in business and are allowed to succeed. The success story of Honey Bee is not unique just to Frontier. There are hundreds of companies across the Prairies and this country that share a similar success story of innovation that was born out a need to create either a better product or a new one altogether.
Whether it is a company such as Schulte in Englefeld, Bourgault in St. Brieux or Väderstad north of Langbank, these are companies in Saskatchewan who are driving innovation in their industry. While doing it, they are making an absolutely essential contribution to the livelihoods and the social fabric of our small communities and rural area.
Sadly, Honey Bee Manufacturing's level of early success 40 years ago would likely not be possible right now. This innovative industry has long been losing ground to large companies that are pushing them out of the market. It might sound hard to believe, but our copyright law seems to be helping large companies and providing them the tools to do just that, which is actually the opposite of what the Copyright Act was originally intended to do. I will offer some support for this common sense principle from a book on Canadian copyright law by David Vaver, who published it while serving as an Oxford professor of intellectual property law and a director for the Oxford Intellectual Property Research Centre.
It reads:
patents and copyrights are supposed to encourage work to be disclosed to the public and to increase society's pool of ideas and knowledge.
Keeping a broad public domain itself encourages experimentation, innovation, and competition—and ultimately the expectation of lower prices, better service, and broader public choice.
Those are the known benefits of an open and competitive market against a monopoly. Interoperability has been a key part in that for the agriculture sector as long as anyone can remember and that is what it is still doing in other areas of our lives. At a basic level, interoperability is something that is actually quite broad.
It happens whenever different devices, machines or pieces of equipment can connect and work together. There are many examples of this, including how people use simple tools or digital technology that we simply take for granted in our daily lives. It is something that we do not usually notice, and there is a good reason for that. That is because most of the time we do not actually have a problem with interoperability and there is usually not a barrier to prevent it from happening.
However, today, I am talking about where a barrier does exist and how a simple update to the Copyright Act would get us back on track for supporting innovation and consumer choice. A new barrier comes from technological protection measures, or TPMs for short. They are a legitimate tool designed to protect intellectual property, including things like movies, music or software, and they have been enforced by Canadian copyright law for over 10 years.
The bill introducing legal recognition for TPMs into the Copyright Act had this to say in its preamble:
Whereas the Government of Canada is committed to enhancing the protection of copyright works or other subject-matter, including through the recognition of technological protection measures, in a manner that promotes culture and innovation, competition and investment in the Canadian economy;
That is exactly how they should be used in line with the principles of copyright. At that time, copyright law in different parts of the world was catching up to significant changes in technology and industry. We have reached the point again where there is a critical need to do the same thing in our own time. Technology has advanced into new areas. Everything is increasingly digital. This enables new features in our homes, our vehicles and our machinery.
However, in some ways, this has also created a catch when it comes to the Copyright Act. The digital aspect of machinery means that it is operating with software to communicate as needed with a user interface or with other devices or attachments. Copyright applies to the software contained inside these products, and this has given the original manufacturers a new mechanism to control access to the entire product after it has been purchased.
This is what is happening with digital locks. If a user of the equipment wants to attach a piece of equipment to a tractor, but it was not made by the same major brand, if we keep down the path we are on, it will be locked out and will not be used. Good luck keeping customers for innovative SMEs.
The digital lock also prevents a short-line manufacturer from reverse engineering to make their products compatible in the first place, since the OEMs own the software in the machine, as per the terms and conditions that must be accepted every single time the machine is started after purchase.
Clearly, there is movement toward a monopoly, and it is partly being done in the name of copyright. While the current version of the act explicitly mentions interoperability of two computer programs as a non-violation of TPMs, the language in place does not capture what is happening right now. As it is, there is enough ambiguity to allow for some OEMs to take advantage of it and hold it over their customers and their competitors.
There is more reason to be uneasy than having a vague fear in the face of an unknown. Back in 2017, the Nintendo v. King decision came out from the Federal Court. It is one of the first decisions to apply to Canada's TPM provisions and, since then, has been cited in several other cases.
For the larger issue of interoperability, the main point is not really about how Nintendo games were used in the particulars of this case. The case set a precedent in which a piece of physical hardware was considered copyrighted material. That is how the current law has been interpreted, and it means there is one more way to stop reverse engineering for legitimate reasons.
It is easy to see this becoming a bad trend across various industries if it were left unchecked, but right now the battle line seems to be in agriculture. There is still some time to clarify the law in line with its spirit and intent, but there are already some signs of damage.
A 2021 report released by what was then called Western Economic Diversification outlines industry data for the agriculture manufacturing sector in Canada and organizes it for us to get an idea of the economic impact. It starts out by presenting a financial picture:
Nationally this sector accounts for total revenues over $4 billion with western Canada accounting for a dominant share, 65.9 percent, of Canadian agricultural equipment manufacturing. In 2018, agricultural equipment manufacturing in Western Canada contributed an estimated $2.6 billion in revenue with total salaries and wages accounting for $488 million.
For the breakdown of employment, the report found that 87% of the businesses are micro, meaning they have 1 to 4 employees, or small, with 5 to 99 employees. Regardless of their size, they are productive in their own right. The report continues, “Based on 2018 data for small and medium sized enterprises, industry averages for revenue was $996,900 with 72 percent of establishments being profitable. Financial performance data was reported for 311 businesses with an annual revenue range of $30,000 to $5 million.”
Besides showing these numbers, the report later states:
Impacts of interoperability will be affecting the industry in 2020 as one OEM’s starts restricting access to short line manufactures equipment. A survey of implement dealers has indicated a significant drop in orders of short line manufacture combine headers for the coming year and in to the future.
From table 4, dealers of agriculture equipment have indicated a reduction in intentions to purchase headers from short line manufactures base on the past five-year average. The current sales, specifically in OEM 1 mainline dealers, could see sales numbers decreasing by as much as 60 percent this year over the five-year average. A further reduction in future sales is predicted moving forward.
Again, so many of our SMEs are independent from major brands. They tend to make their own innovative pieces of equipment that are meant to connect with others produced by different companies, which are often the bigger players. If restrictions tighten on equipment users and engineers with the expanding use of digital locks, these small competitors and innovators will die out as time goes on. Everybody will lose. What has to be understood here is the nature of a rural economy and how it all works. Rural areas have small populations that are spread further apart. They cannot afford to lose the people or the jobs they have. It is nothing less than their survival that is at stake.
Section 92 of the Copyright Act mandates that it be reviewed every five years, and we have reached that designated time for reviewing it. Both Parliament and the government have been taking steps toward updating our copyright laws, and this bill is exactly in line with what needs to be done to improve it. The work has been done and the change is ready to be made.
Bill C-294 will provide a clear, limited exemption for consumers and innovators who simply wish to enable their devices or machinery to interoperate with other equipment, as they were always able to do in the past. My conversations with other members across party lines has been encouraging, and I look forward to discussing it with more of my colleagues.
This is a simple update to make sure that our Copyright Act is fair for everyone, while also making sure that it is in line with our international commitments and our international trade agreements with other countries, while in the meanwhile making sure that we are on the same level playing field as other signatories in the CUSMA deal.
I believe that as a Parliament we can work together to see this bill gets it done.
propose que le projet de loi C-294, Loi modifiant la Loi sur le droit d’auteur (interopérabilité), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Madame la Présidente, c'est pour moi un grand honneur de prendre la parole aujourd'hui au sujet de mon tout premier projet de loi d'initiative parlementaire, le projet de loi C‑294, qui vise à modifier la Loi sur le droit d'auteur en ce qui a trait à l'interopérabilité.
On l'a aussi appelé communément le projet de loi favorisant l'innovation. Nous avons commencé à concevoir ce projet de loi à l'hiver 2019-2020, alors que le gouvernement fédéral s'employait à parachever le nouvel ALENA, qui s'appelle officiellement l'ACEUM. En ce qui me concerne, le processus a commencé dans le cadre de mon travail au comité de l'industrie. Nous étions en train d'étudier le projet de loi d'exécution du nouvel accord de libre-échange. Des gens de ma circonscription, Cypress Hills—Grasslands, ont témoigné à ce sujet. Ils représentaient Honey Bee Manufacturing, et je vais en dire davantage sur cette entreprise dans un instant.
Lors de la réunion, ils ont dit que, même s'ils étaient favorables à la mise en place d'un accord de libre-échange, ils avaient cerné une menace pour leur industrie. Voici les explications fournies dans leur déclaration liminaire:
[...] nous rencontrons une difficulté, celle de l'interopérabilité. Récemment, avec les mesures de protection techniques et ainsi de suite, les entreprises se sont mises à utiliser des verrous et clés numériques pour empêcher l'interopérabilité de notre équipement avec ces grandes marques de FEO. C'est une forme de protectionnisme qui leur permet de posséder et d'exploiter la chaîne de valeur tout entière en excluant les fabricants indépendants.
Au Canada, nous avons 1 400 fabricants de dispositifs qui se fixent à de l'équipement d'exploitation agricole, minière ou forestière, ou à de l'équipement de construction. Parmi ces fabricants, 500 produisent de l'équipement agricole. Cet équipement agricole est principalement fabriqué près de petites collectivités au Canada, des collectivités rurales, où se fait la majorité de ce type de fabrication. C'est un défi pour nous de pouvoir continuer à fabriquer légalement nos produits et à les vendre sur ces plateformes. La Copyright Act des États‑Unis comporte des dispositions qui permettent le contournement à des fins d'interopérabilité. Ce n'est pas le cas de la Loi sur le droit d'auteur du Canada, par rapport à l'accord.
Nous aimerions que cela soit ratifié avant la signature de l'accord commercial, de sorte que nous ne soyons pas dans une situation injuste qui nous empêcherait de faire concurrence légalement sur le marché, ici et à l'étranger.
Le principal problème se résume en ces quelques mots, et le projet de loi permettrait de rectifier ce genre de difficulté. Le changement demandé n'a pas été entériné au moment de la signature de l'ACEUM, ni dans l'intervalle, mais il nous amène aujourd'hui à débattre de ce projet de loi. Le projet de loi C‑294 vise à modifier la Loi sur le droit d'auteur afin de redonner à l'interopérabilité la place qui lui revient sur le marché canadien.
C'est la bonne chose à faire à divers titres, car l'interopérabilité favorise l'innovation, le choix et la protection des consommateurs, la concurrence sur les marchés, les petites entreprises et la création d'emplois. Avant d'expliquer un peu plus en détail de quoi il s'agit, je vais raconter une histoire illustrant l'importance de l'interopérabilité.
Deux agriculteurs du Sud‑Ouest de la Saskatchewan, Glen et Greg Honey, désiraient avoir un produit qui fonctionnerait mieux et plus efficacement sur leur exploitation. Ils ont donc pris l'initiative de concevoir et de construire un tracteur d'une puissance de 425 chevaux. Ils ont ensuite fabriqué une andaineuse autopropulsée ainsi qu'une plateforme de coupe dont la construction constitue aujourd'hui la norme sur le marché pour ce type d'engin.
En tant qu'instruments et pièces agricoles, il était facile de les employer avec quelque chose d'autre, comme un tracteur ou une moissonneuse-batteuse, qu'ils auraient déjà eu en leur possession. À l'époque, l'interopérabilité était généralement réalisable parce que l'équipement était plus simple. On avait seulement besoin d'une simple connexion hydraulique et d'un arbre de prise de force. Cela ne s'est pas arrêté là.
Lorsque les agriculteurs du coin ont commencé à voir l'équipement que les Honey utilisaient sur leur exploitation, ils ont commencé à vouloir le même type d'andaineuse et de plateforme de coupe. En l'espace d'une décennie, les Honey ont déménagé les locaux de leur nouvelle entreprise manufacturière de leur exploitation à la ville de Frontier.
Là‑bas, ils ont pu s'installer dans l'espace laissé vacant par Flexi-Coil quand elle a fait l'acquisition de Friggstad Manufacturing, une autre entreprise familiale de fabrication d'équipement agricole à Frontier. Friggstad offrait un service semblable et avait fabriqué un produit de qualité supérieure. Cependant, elle a été la victime d'une inflation rapide et de l'instabilité des marchés dans les années 1980, et elle a malheureusement été mise sous séquestre. Elle a fini par se faire acheter par un rival plus gros qu'elle. L'acquisition de Friggstad Manufacturing par Flexi-Coil a eu des effets dévastateurs sur Frontier parce que Flexi-Coil a déménagé à Saskatoon, ce qui a réduit la population de presque la moitié, soit de plus de 500 habitants à environ 300.
Cependant, le déménagement en ville des frères Honey en 1987 a offert une nouvelle occasion à la collectivité et Honey Bee Manufacturing est rapidement devenue la plus grande source d'emplois dans la région. L'entreprise a créé un nouvel avenir pour la collectivité. Cela montre vraiment à quel point ces fabricants de série partielle d'articles peuvent être essentiels et faire la différence dans les collectivités rurales lorsqu'ils sont en activité et qu'on leur permet de réussir. Le succès de Honey Bee n'est pas propre à Frontier. Il existe des centaines d'entreprises dans les Prairies et le reste du Canada qui connaissent un succès similaire à la suite d'une innovation qui découle du besoin de créer un meilleur produit ou un produit entièrement nouveau.
Qu'il s'agisse d'une entreprise comme Schulte à Englefeld, Bourgault à St. Brieux ou Väderstad au nord de Langbank, nous parlons d'entreprises de la Saskatchewan qui sont à l'origine de l'innovation dans leur secteur. Ce faisant, elles apportent une contribution absolument essentielle aux moyens de subsistance et au tissu social de nos petites collectivités et de notre région rurale.
Malheureusement, le succès initial de Honey Bee il y a 40 ans ne serait probablement pas possible aujourd'hui. Ces sociétés innovantes ont longtemps perdu du terrain au profit de grandes entreprises qui les évincent du marché. Cela peut sembler difficile à croire, mais notre loi sur le droit d'auteur semble aider les grandes entreprises et leur fournir les outils nécessaires à cette fin, ce qui est en fait le contraire de ce que la loi sur le droit d'auteur était censée faire à l'origine. Pour appuyer ce principe de bon sens, je vais citer un livre sur la loi canadienne sur le droit d'auteur, de David Vaver, qui l'a publié alors qu'il était professeur de droit de la propriété intellectuelle à Oxford et directeur du Centre de recherche sur la propriété intellectuelle d'Oxford.
Voilà ce qu'il dit:
Les brevets et les droits d'auteur sont censés encourager la divulgation des travaux au public et accroître le réservoir d'idées et de connaissances de la société.
Le maintien d'un large domaine public encourage l'expérimentation, l'innovation et la concurrence et, en fin de compte, la réduction des prix, l'amélioration des services et l'élargissement du choix public.
Voilà les avantages connus d'un marché ouvert et concurrentiel par opposition à un monopole. L'interopérabilité fait partie intégrante de cette ouverture et de cette concurrence dans le secteur agricole depuis aussi longtemps qu'on s'en souvienne, et cela vaut encore aujourd'hui dans d'autres aspects de notre vie. À la base, l'interopérabilité est en fait un concept très vaste.
Dès que différents appareils, machines ou pièces d'équipement peuvent se connecter et fonctionner ensemble, il y a interopérabilité. Les exemples sont nombreux et comprennent notamment des outils simples et des technologies numériques que nous utilisons au quotidien et tenons tout simplement pour acquis. Habituellement, on ne s'en aperçoit même pas, et il y a une bonne raison pour cela. La raison, c'est que la plupart du temps, l'interopérabilité ne pose aucun problème parce que, en général, rien n'y fait obstacle.
Toutefois, aujourd'hui, je parle d'une situation où un obstacle à l'interopérabilité existe et du fait qu'une simple mise à jour de la Loi sur le droit d'auteur nous ramènerait sur le droit chemin pour soutenir l'innovation et le libre choix des consommateurs. Ce nouvel obstacle découle des mesures techniques de protection, un outil légitime conçu pour protéger la propriété intellectuelle, dont les films, la musique ou les logiciels, appliqué dans le droit canadien relatif au droit d'auteur depuis plus de 10 ans.
Le projet de loi qui a donné lieu à la reconnaissance légale des mesures techniques de protection dans la Loi sur le droit d'auteur disait, dans son préambule:
Attendu que le gouvernement du Canada s'engage à améliorer la protection des œuvres ou autres objets du droit d'auteur, notamment par la reconnaissance de mesures techniques de protection, d'une façon qui favorise la culture ainsi que l'innovation, la concurrence et l'investissement dans l'économie canadienne;
C'est précisément ainsi qu'ils devraient être utilisés, conformément aux principes du droit d'auteur. À l'époque, dans différents pays, la législation sur le droit d'auteur était en train de rattraper l'importante évolution technologique de ce secteur. Or, une fois de plus, nous en sommes arrivés à un point où il est absolument nécessaire de faire la même chose. La technologie a évolué dans de nouveaux domaines. Nous sommes dans l'ère du numérique. Cela nous permet d'intégrer de nouvelles fonctionnalités à nos maisons, nos véhicules et notre machinerie.
Cependant, d'une certaine manière, cette évolution a également engendré un problème par rapport à la Loi sur le droit d'auteur. L'aspect numérique des équipements signifie qu'ils fonctionnent à l'aide de logiciels pour communiquer au besoin avec une interface utilisateur ou avec d'autres dispositifs ou accessoires. Le droit d'auteur s'applique au logiciel contenu dans ces produits, ce qui donne aux fabricants d'origine un nouveau moyen de contrôler l'accès à l'ensemble du produit après son achat.
Voilà où nous en sommes avec les verrous numériques. Si nous poursuivons dans cette voie, si un utilisateur veut attacher à son tracteur de l'équipement qui n'a pas été fabriqué par la même grande marque, le tracteur sera verrouillé et l'équipement ne pourra pas être utilisé. Bonne chance aux PME novatrices qui voudront garder leurs clients dans ces circonstances.
Le verrou numérique empêche également la rétroingénierie qui permettrait aux petits fabricants d'assurer la compatibilité de leur équipement, puisque le logiciel de l'équipement appartient au fabricant original, comme le prévoient les modalités qui doivent être acceptées chaque fois que l'on démarre l'équipement après en avoir fait l'acquisition.
Manifestement, on tend vers un monopole, et on procède en partie de la sorte au nom du droit d'auteur. Bien que la version actuelle de la loi cite explicitement que l'interopérabilité des programmes d'ordinateur ne constitue pas une violation des mesures techniques de protection, le libellé n'englobe pas ce qui a cours actuellement. En fait, il est assez flou pour permettre à certains fabricants d'équipement d'origine d'en tirer profit au détriment de leurs clients et de leurs concurrents.
Il y a plus de raisons d'être mal à l'aise qu'il y en a de ressentir une vague peur face à un inconnu. En 2017, la Cour fédérale a rendu la décision Nintendo c. King. C'est l'une des premières décisions à s'appliquer aux dispositions canadiennes en matière de mesures techniques de protection. Depuis, elle a été citée dans plusieurs autres affaires.
Pour ce qui est de la question plus large de l'interopérabilité, l'essentiel n'est pas vraiment la façon dont les jeux Nintendo ont été utilisés dans les particularités de cette affaire. L'affaire a créé un précédent dans lequel une pièce de matériel physique a été considérée comme du matériel protégé par le droit d'auteur. C'est ainsi que la loi actuelle a été interprétée, et cela signifie qu'il y a un moyen de plus d'arrêter la rétroingénierie pour des raisons légitimes.
Il est facile de s'imaginer cette situation devenir une mauvaise tendance dans divers secteurs si elle n'est pas contrôlée. Pour l'instant, cependant, la ligne de front semble être dans le secteur agricole. Bien qu'il reste encore du temps pour clarifier la loi conformément à son esprit et à son intention, il y a déjà des signes de dommages.
Un rapport de 2021 publié par ce qui s'appelait alors le ministère de la Diversification de l'économie de l'Ouest présente les données industrielles du secteur de la fabrication agricole au Canada et les organise pour que nous puissions nous faire une idée de l'incidence économique. Il commence par la présentation d'un portrait financier:
À l’échelle nationale, ce secteur représente des revenus totaux de plus de 4 milliards de dollars, et 65,9 % de la fabrication de matériel agricole canadien provient de l’Ouest canadien. En 2018, la fabrication d’équipements agricoles dans l’Ouest canadien a contribué à un revenu estimé à 2,6 milliards de dollars, le total des salaires et traitements s’élevant à 488 millions de dollars.
En ce qui concerne la ventilation en fonction du nombre d'employés, le rapport révèle que 87 % des entreprises sont des micros entreprises, soit qu'elles ont de 1 à 4 employés, ou de petites entreprises ayant de 5 à 99 employés. Peu importe leur taille, elles sont tout de même productives. Le rapport indique ceci: « Sur la base des données de 2018 pour les petites et moyennes entreprises, la moyenne des revenus de l’industrie s’élevait à 996 900 $, et 72 % des établissements étaient rentables. Des données sur la performance financière ont été communiquées pour 311 entreprises dont le chiffre d’affaires annuel se situe entre 30 000 dollars et 5 millions de dollars. »
En plus de donner ces chiffres, le rapport ajoute également ceci:
Les impacts de l’interopérabilité affecteront l’industrie en 2020, puisque le fabricant d’équipement d’origine, FEO, commencera à limiter l’accès aux équipements des fabricants à série restreinte. Une enquête menée auprès des concessionnaires d’équipements a révélé une baisse considérable des commandes de moissonneuses-chargeuses auprès des fabricants à série restreinte pour les prochaines années.
D’après le tableau 4, les concessionnaires de matériel agricole ont indiqué une réduction des intentions d’achat de moissonneuses-chargeuses auprès des fabricants à série restreinte sur la base de la moyenne des cinq dernières années. Les ventes actuelles, en particulier chez les concessionnaires principaux des fabricants d’équipement d’origine 1, pourraient enregistrer une baisse allant jusqu’à 60 % cette année par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Une nouvelle réduction des ventes à venir est prévue.
Je le répète, beaucoup de nos PME sont indépendantes des grandes marques. Elles fabriquent souvent leurs propres pièces d’équipement novatrices, destinées à se raccorder à d’autres pièces produites par d’autres entreprises, souvent des grands joueurs. Si les restrictions imposées aux utilisateurs d’équipements et aux ingénieurs se resserrent avec l’utilisation croissante des verrous numériques, ces petits concurrents et innovateurs disparaîtront au fil du temps. Tout le monde y perdra. Ce qu’il faut comprendre ici, c’est la nature d’une économie rurale et son fonctionnement. Dans les régions rurales, les populations sont peu nombreuses et très dispersées. Elles ne peuvent pas se permettre de perdre des gens ou des emplois. Ce n’est rien de moins que leur survie qui est en jeu.
L’article 92 de la Loi sur le droit d’auteur prévoit que celle-ci doit être révisée tous les cinq ans, et l’échéance est arrivée. Le Parlement et le gouvernement ont entrepris des démarches pour mettre à jour nos lois sur le droit d’auteur, et ce projet de loi correspond exactement à ce qui doit être fait pour les améliorer. Le travail a été fait, et les changements sont prêts à être apportés.
Le projet de loi C‑294 prévoit une exemption claire et limitée pour les consommateurs et les innovateurs qui souhaitent simplement que leurs appareils ou leur matériel puissent interopérer avec d’autres équipements, comme c’était jadis possible. Mes conversations avec des députés de tous les partis ont été encourageantes, et j’ai hâte d’en discuter avec d’autres de mes collègues.
Il s'agit d'une simple mise à jour qui vise à ce que la Loi sur le droit d'auteur soit équitable pour tous, tout en veillant à ce qu'elle respecte nos engagements et nos accords commerciaux internationaux et à ce que nous soyons sur un pied d'égalité avec les autres pays signataires de l'ACEUM.
Je crois que nous pouvons travailler ensemble dans le but d'adopter ce projet de loi.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-06 17:46 [p.8276]
Expand
Madam Speaker, this bill is tackling a very specific problem, which was brought forward to me by some valuable members of the manufacturing community. This is an issue that impacts all of Canada and it is something that is going to bring about more opportunities for people to innovate
As I alluded to in the title of it, this is an act to innovate. We want to see that innovation go forward. I suppose it would address the issue that the member has brought up, making better products that will last longer, so that consumers have high-quality products that do not just break down all too easily and then they are forced to buy other things or something that they may not necessarily want because what they had was working so well.
I do think that it would address that in the long run, maybe not quite as directly head-on as the member alluded to, but I do think that this is a very positive bill and it is one that I think we should all support.
Madame la Présidente, ce projet de loi s'attaque à un problème bien précis, qui m'a été rapporté par des membres importants du secteur manufacturier. C'est un problème qui a des répercussions partout au Canada et qui va stimuler l'innovation.
Comme je l'ai dit au début de mon discours, il s'agit d'un projet de loi qui favorise l'innovation. Je suppose qu'il va permettre de s'attaquer à la question soulevée par mon collègue. On pourra ainsi fabriquer des produits qui dureront plus longtemps afin que les consommateurs aient des biens de grande qualité qui ne se brisent pas trop facilement, car ils doivent alors en acheter d'autres ou acheter quelque chose dont ils ne veulent pas nécessairement parce que ce qu'ils avaient fonctionnait si bien.
Je crois qu'il permettrait de s'attaquer à ce problème à long terme, mais peut-être pas aussi directement et rapidement que le député l'a dit. Je crois malgré tout qu'il s'agit d'un projet de loi très positif que tous les députés devraient appuyer.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-06 17:47 [p.8276]
Expand
Madam Speaker, the hon. member was a great chair of the committee, so I really enjoyed working with her.
What I will say is that they both, in principle, address the Copyright Act in a very similar way but in a very different way. I have a different section of the act that is being amended and there is another exemption that is being included.
The reason for it is that, down in the United States, for example, they have a very clear exemption for interoperability. Here in Canada, we do not. What this bill is trying to do is make sure that we have the same operating field that the Americans do. It is in line with our trade deal with the European Union. We are seeing moves by other countries around the world, Australia, in particular. France, as well, is leading the conversation on this issue.
This is something with which we have an opportunity to match what other people are doing, and this bill does that with the amendment to the section of the Copyright Act.
Madame la Présidente, la députée s'est avérée une excellente présidente de comité, et j'ai beaucoup aimé travailler avec elle.
Je dirai qu'ils traitent tous deux, en principe, de la Loi sur le droit d'auteur d'une manière à la fois très semblable et très différente. Le projet de loi dont nous sommes saisis propose de modifier un article différent de la loi et d'inclure une autre exemption.
Ce qui le justifie, c'est que les États-Unis, par exemple, disposent d'une exemption très claire pour l'interopérabilité. Ici, au Canada, nous n'en avons pas. Ce projet de loi cherche à nous donner la même marge de manœuvre que les Américains. C'est conforme à notre accord commercial avec l'Union européenne. D'autres pays comme l'Australie prennent des mesures en ce sens. De même, la France oriente les discussions sur cette question.
Cela nous donne l'occasion de nous placer au même niveau que les autres. Voilà ce que ce projet de loi propose en modifiant l'article de la Loi sur le droit d'auteur.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-06 17:48 [p.8276]
Expand
Madam Speaker, I think there is always the question around proprietary software. I think that will be where some of the push-back might be, but what this act clearly does is say that the exemption we are going to allow for only allows for making a product interoperate. It leaves the protection in there for the developer of proprietary software, because the usage of the act is only for that very specific purpose.
We made sure to make sure that this was focused clearly on interoperability and no further than that, because we do want that certainty there for innovators. However, in the same breath, we have to make sure that we have the ability for people to build the short line or the secondary pieces onto mainline platforms.
Madame la Présidente, je pense qu'il y a toujours la question des logiciels privés. Je crois que c'est à cet égard qu'il pourrait y avoir de l'opposition, mais ce projet de loi dit clairement que l'exemption vise seulement à autoriser les mesures visant à rendre un programme et un produit interopérables. Il maintient les mesures de protection pour le concepteur du logiciel privé, puisque le projet de loi ne vise que l'utilisation mentionnée.
Nous avons veillé à ce que ce projet de loi ne vise rien d'autre que l'interopérabilité, car nous voulons offrir des certitudes aux innovateurs. Cependant, nous devons également veiller à ce que les gens puissent construire les équipements à série restreinte ou les pièces secondaires offertes par les concessionnaires principaux.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-10-05 19:12 [p.8185]
Expand
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague for his support of this bill, and I would like to just quickly address some of the fallacies that came out of the government party in listening to the hon. parliamentary secretary to the government House leader. I cannot remember which Winnipeg riding the hon. member is from.
Mr. Kevin Lamoureux: Winnipeg North.
Hon. Andrew Scheer: Yes, Mr. Speaker, it is Winnipeg North. It has been a tough year for Regina-Winnipeg relations from a Saskatchewan point of view, given the Blue Bombers and Roughriders, but thankfully we will talk about something that should unite us all here: accountability.
Accountability should be the one thing that all members of Parliament embrace. I can never understand it, but only a Liberal would think that increased accountability somehow undermines confidence in an institution, even when showing Canadians more of what goes on behind closed doors and when showing Canadians more about why the bank took certain decisions, why it acted when it did and, most importantly, why it did not act when it did not. Only a Liberal would think that this somehow undermines the confidence in an institution. This is not surprising, because that is how we have seen the Prime Minister act with everything from access to information requests to redactions to refusals, even taking the Speaker of the House of Commons to court to cover up the scandal at the Winnipeg lab.
However, we are not talking about that scandal today. We are talking about the economic vandalism that has gone on since March 2020, ever since the Bank of Canada decided to create money right out of thin air to purchase government bonds, depositing that brand new money, not backed up by any growth or increase in production, into the bank accounts of the large financial institutions. The bank bought IOUs from the government, bought them from those large financial institutions and flooded those institutions with large amounts of currency through digital assets and digital currency. Of course, they increased the money supply in other ways, including by printing cash and running the printing presses.
My hon. colleague pointed out fallacy number one: Accountability undermines confidence. We all know that to be false. Accountability strengthens confidence in institutions.
Audits are already being done. As my hon. colleague pointed out, audits are being done but they are a different kind of audit than what this bill calls for. I wish the hon. member for Winnipeg North had taken the time to read that part of the legislation. This is not just about bringing in auditors like KPMG. It is about bringing in the Auditor General, who does performance audits and value-for-money audits.
While we are talking about value for money, did members know that the Bank of Canada, during the Prime Minister's tenure, for the first time in Canadian history is losing money. That is right. The state bank, the institution that has a monopoly on creating money in Canada, is losing money. That happened because when it bought government IOUs, when it bought those bonds, it did so at a time when interest rates were low. It put the new money as credits into the bank accounts of large financial institutions, and it has to pay interest on that. Now that it is raising interest rates, it is losing money on the money it received from the government because it has to pay even more to those large banks.
Can members imagine that TD Bank, Royal Bank and other large financial institutions that have these credits from the Bank of Canada are getting paid more from the bank than the bank is receiving in interest payments from the government? All that money just washes through the system, and the people who get the money first are the big winners. They can go out and buy a large number of assets, and when prices rise, they can sell them and make the difference on the spread.
My colleague, the hon. member for Winnipeg North, said that for the first time in Canadian history people are raising questions about the bank. This is not true. His former boss and former leader, Jean Chrétien, campaigned on firing the Bank of Canada governor in the 1993 election.
This is the point I want to make today. Institutions are only as good as the human beings who run them, and human beings are not perfect. We are all capable of making mistakes. We have someone who has so much power in this country, with the ability to affect the value of the money that Canadians have worked so hard to earn, and when they make such monumental mistakes, they have to be held accountable. This is not about punishing someone for a mistake. This is about replacing the Bank of Canada governor with someone who knows how to keep inflation low.
That brings me to my final point. My colleague from Winnipeg North said that there has been no failure at the Bank of Canada. He should tell that to the hard-working families that are using food banks for the first time because inflation has gone up so high. He should tell that to students who are living in homeless shelters because they cannot afford to make rent. If that is not a failure in managing our monetary system in Canada, I do not know what it would take for a Liberal to think it is time to take action.
Monsieur le Président, je remercie le député d'appuyer le projet de loi à l'étude. J'aimerais revenir brièvement sur certains arguments fallacieux du parti ministériel, qu'a formulés le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes. J'oublie quelle circonscription de Winnipeg le député représente.
M. Kevin Lamoureux: Winnipeg‑Nord.
L'hon. Andrew Sheer: C'est Winnipeg‑Nord, bien sûr. Les relations entre Regina et Winnipeg ont été difficiles cette année, du point de vue de la Saskatchewan, en raison des Blue Bombers et des Roughriders, mais, heureusement, nous allons discuter d'un sujet qui devrait être rassembleur: la reddition de comptes.
S'il y a une chose que les députés devraient s'entendre pour défendre, c'est bien la reddition de comptes. Je n'arriverai jamais à comprendre pourquoi, mais il n'y a qu'un libéral pour penser qu'une reddition de comptes accrue minerait la confiance en une institution, même lorsqu'il s'agit de montrer davantage aux Canadiens ce qui se passe derrière les portes closes, les raisons qui justifient certaines des décisions de la banque, ce qui l'a poussée à agir lorsqu'elle l'a fait et, surtout, ce qui l'a amenée à ne pas agir lorsqu'elle n'a rien fait. Il n'y a qu'un libéral pour croire que cela minerait la confiance envers une institution. Ce n'est pas étonnant, étant donné la manière dont a agi le premier ministre sur tous les fronts, qu'on pense aux demandes d'accès à l'information, au caviardage de documents et aux refus. Il a même traîné la présidence de la Chambre en cour afin de couvrir le scandale du laboratoire de Winnipeg.
Quoi qu'il en soit, nous ne parlerons pas de ce scandale aujourd'hui. Nous parlons du vandalisme économique qui se poursuit depuis mars 2020, depuis que la Banque du Canada a décidé de créer de l'argent à partir de rien pour acheter des obligations d'État, et de déposer cet argent flambant neuf — qui n'était pas le produit de la croissance ou d'une augmentation de la production — dans les comptes bancaires des grandes institutions financières. La Banque a acheté des reconnaissances de dette du gouvernement, elle les a achetées à ces grandes institutions financières, qu'elle a inondées d'une importante quantité de devises sous forme d'actifs et de monnaie numériques. Bien entendu, la Banque a aussi augmenté la masse monétaire d'autres façons, notamment en imprimant de l'argent et en faisant tourner la planche à billets.
Mon collègue a pointé du doigt le premier argument fallacieux: la reddition de comptes mine la confiance. Nous savons tous que c'est faux. La reddition de comptes renforce la confiance dans les institutions.
Des vérifications sont déjà en cours. Comme mon collègue l'a souligné, des vérifications sont en cours, mais elles sont d'un type différent de ce que prévoit ce projet de loi. J'aurais aimé que le député de Winnipeg‑Nord ait pris le temps de lire cette partie du projet de loi. Il ne s'agit pas seulement de faire appel à des vérificateurs comme KPMG. Il s'agit de faire appel au vérificateur général, qui effectue des vérifications de gestion et de l'optimisation des ressources.
Parlant d'optimisation des ressources, les députés savent-ils que la Banque du Canada, pendant le mandat du premier ministre, pour la première fois dans l'histoire du Canada, perd de l'argent? C'est exact. La banque d'État, l'institution qui a le monopole de la création d'argent au Canada, perd de l'argent. Cela s'explique par le fait que lorsqu'elle a acheté les reconnaissances de dettes du gouvernement, lorsqu'elle a acheté ces obligations, les taux d'intérêt étaient bas. Elle a placé l'argent frais sous forme de crédits dans les comptes bancaires des grandes institutions financières et elle doit payer des intérêts sur ces crédits. Maintenant qu'elle augmente les taux d'intérêt, elle perd de l'argent sur celui qu'elle a reçu du gouvernement parce qu'elle doit payer encore plus d'argent à ces grandes banques.
Les députés peuvent-ils imaginer que la Banque TD, la Banque Royale et d'autres grandes institutions financières qui ont ces crédits de la Banque du Canada reçoivent plus d'argent de la banque que ce qu'elle reçoit en intérêts du gouvernement? Tout cet argent circule dans le système, et les gens qui le reçoivent en premier sont les grands gagnants. Ils peuvent acheter un grand nombre d'actifs et, lorsque les prix augmentent, ils peuvent les vendre et réaliser un profit grâce à l'écart acheteur-vendeur.
Mon collègue le député de Winnipeg‑Nord a dit que, pour la première fois dans l'histoire du Canada, les gens se posent des questions sur la banque. Ce n'est pas vrai. Son ancien patron et ancien chef, Jean Chrétien, a fait campagne sur le congédiement du gouverneur de la Banque du Canada lors des élections de 1993.
C'est le point que je veux faire valoir aujourd'hui. Les institutions ne valent guère mieux que les êtres humains qui les dirigent et les êtres humains ne sont pas parfaits. Nous sommes tous capables de faire des erreurs. Il y a quelqu'un qui a beaucoup de pouvoir au Canada et qui a la capacité de changer la valeur de l'argent que les Canadiens ont travaillé très fort pour gagner, et il doit être tenu responsable lorsqu'il fait des erreurs aussi monumentales. Il ne s'agit pas de punir quelqu'un pour une erreur. Il s'agit de remplacer le gouverneur de la Banque du Canada par quelqu'un qui sait comment maintenir l'inflation à un bas niveau.
Cela m'amène à mon dernier point. Le député de Winnipeg‑Nord a dit que la Banque du Canada n'avait pas échoué. Il devrait le dire aux familles qui travaillent fort et qui doivent, pour la première fois, avoir recours aux banques alimentaires à cause de la hausse vertigineuse de l'inflation. Il devrait le dire aux étudiants qui vivent dans des refuges pour itinérants parce qu'ils n'ont pas les moyens de payer le loyer. Si ce n'est pas le signe d'un échec dans la gestion du système monétaire du Canada, je ne sais pas ce qu'il faudra avant qu'un libéral juge bon d'agir.
Collapse
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2022-10-05 19:46 [p.8190]
Expand
Mr. Speaker, it is a privilege for me to be able to stand tonight and speak to this bill. I am going to speak slowly, because I just decided to do this and do not have anything to provide to the translators, so I promised them I would do my best to make it as easy as possible for them to translate what I have to say tonight.
It is really important we go back to the beginning of the current government, which was my first time in the House, and remember what happened as early as preCOVID. We tend to focus on things as they are right now, but how did we get here? We have heard over and over again tonight the word “crisis” and that we are in a crisis. Absolutely, I agree, but why are we in the crisis we are in today, where Canadians are suffering so much within an economy that is simply not functioning the way it should?
We heard about sunny ways and how amazing life was going to be for Canadians with a new government. Honestly, it is true, there was a real sense of hope in Canada when the Liberal government came to power. However, seven years later, we are in a situation where the government, when it runs out of answers, goes all the way back to 2017 to talk about the amazing things it did.
It brought in a Canada child benefit, which, it claims, lifted all of these children out of poverty and no longer gave money to the wealthy, and which was just an amazing service that it gave to Canadians.
However, what the government does not talk about is how many of those whom they raised out of poverty were also being raised out of poverty previously, and also that the way it runs this program, where it picks winners and losers, costs a lot more. The way the government functions, bureaucratically, costs Canadians more.
As I walked along, knocking on doors, people would say to me that they get the child benefit but have to give it all back. At that point, I would ask if they owned their home, how many cars they had and if they both worked. In that circumstance, they did not need that money. I would tell them to set it aside, and when the time came, to pay it back to the government through their taxes.
However, what if something happened whereby that family lost its means of income in the course of that year? Let us say they worked in the oil field when the government came into power, and all of a sudden their jobs are gone. The way this program is set up, they would need to wait until the next year, after they filed their taxes, to show how desperate they were, and then have their child benefit reinstated. The way the program used to run, if someone hit the end of that year and things were bad, they would have that money.
On the circumstances around lowering the taxes on the middle class and raising them on the wealthy, there are reasons to go that route to some degree, yet the government claimed it was revenue neutral. We know it was not. We are talking millions of dollars in difference that it did not make up by doing that, so already we were in a situation where the government was not managing money well. It was not managing the funds from Canadians' money well in the way it was providing its programs.
That was all preCOVID, when it signalled to the world that Canada was not going to be open for business anymore. All kinds of small businesses and medium-sized businesses that were involved in our oil and gas industry left this country in an instant. I am sure the members on the other side of the floor must understand that when one does that and all of a sudden creates chaos in the source of funding for our economy, it is not a good thing. Canadians were left in very dire straights.
We were no longer open for business. We lost the confidence of investors in this nation. As a matter of fact, the government had to buy a pipeline, or maybe chose to buy a pipeline, because it wanted to control the future of our oil and gas industry in a way that was not beneficial toward a green economy in the future, because we were hampering our own country at a time when the world, and it knows this as well, will continue to need oil for a long time.
Therefore, we are saying to a world that needs our products that are clean and ethical and enable our people to earn a living and to pay taxes so that the current and future governments can provide for the true needs of Canadians, that all of a sudden it is not there. These measures that we are looking at today are temporary measures. They are like putting one's finger in a dike.
I know Canadians are desperate enough to say that they want this and need this and that it is better than nothing, but the frustrating thing is that we never should have gotten here in the first place. The government promised a $10-billion over-expenditure on an annual basis. It has never met that promise, and we are facing almost a trillion and a half dollars in debt as a nation, larger than all the debt combined throughout the history of our country. That is where we are today.
Of course, Canadians are in a circumstance that is very difficult. I grew up in Saskatchewan. As I was growing up, we had an NDP government. I grew up during that time when things were really tough. My husband has four siblings and I have five. Out of 11 of us, everybody but two left our province. There was no work. There was no income for our government to do the things it needed to do. We were in a situation where government knew best and wanted to provide for everybody, and it shut down productivity in our province. People left because there was no work. There was no encouragement for people to become small business men or women and make a difference for their own family by becoming productive on their own.
With respect to these measures that I am seeing here now, they are trying to put a stopgap in a situation that is really bad. That is what happened during COVID as well, because people were not allowed to work. Small business owners in my communities could have maintained their ability to be active in their communities. They could have continued to pay their employees and produce their products in a way that worked within that environment, but the government shut everything down. Yes, it provided in that circumstance, but it created the problem as well.
I experienced having a small business in the early 1980s. It says here that this is the worst inflation in 40 years. Do members know what was happening about 40 years ago? I experienced losing our business, as did many business owners, because interest rates rose to 22% overnight because of the fiscal approach of Pierre Elliott Trudeau. Here we are today. The apple does not fall far from the tree.
I just want to put a shout-out for the fact that yes, as the NDP members are saying, large corporations should not be receiving benefits from the government. The Liberal government handed out incredible money for fridges for a large corporation that these people spoke against, yet here it is now, supporting them.
I want to speak for corporations that put incredible amounts of tax dollars into our provincial and federal governments and provide amazing community resources. I know, because I live where there is one. They provide benefits to their employees that are unmatched. We have a lot for which to thank those corporations that do good work and are fiscally and environmentally responsible. We should not be painting them all with the same brush.
Monsieur le Président, c'est un privilège d'intervenir à la Chambre au sujet du projet de loi à l'étude. Je parlerai lentement parce que je viens tout juste de décider d'intervenir et que je n'ai pas de matériel à fournir aux interprètes; je leur ai donc promis de faire de mon mieux pour qu'ils puissent facilement interpréter ce que je dirai ce soir.
Il est vraiment important de revenir aux débuts du gouvernement actuel, à l'époque où j'étais une nouvelle députée, pour repenser à ce qui s'est passé dès la période pré-COVID. Nous avons tendance à nous concentrer sur la situation actuelle, mais comment en sommes-nous arrivés là? Les députés ont beaucoup répété le mot « crise » ce soir et dit que nous sommes en pleine crise. Je suis tout à fait d'accord, mais pourquoi sommes-nous plongés dans la crise actuelle, qui fait que les Canadiens souffrent terriblement au sein d'une économie qui ne roule pas aussi bien qu'elle le devrait?
Nous avons entendu parler de jours ensoleillés et de tout ce que la vie allait réserver de grandiose pour les Canadiens avec l'arrivée d'un nouveau gouvernement. Honnêtement, c’est vrai. Il y avait un réel vent d’espoir au Canada quand le gouvernement libéral a été élu. Cependant, sept ans plus tard, le gouvernement, lorsqu'il est à court de réponses, remonte jusqu’en 2017 pour rappeler toutes les bonnes choses qu’il a faites.
Il a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, alléguant que cela a permis à un nombre considérable d’enfants de sortir de la pauvreté, qu’il ne donnerait plus d’argent aux riches et que cela allait être un service merveilleux pour les Canadiens.
Malheureusement, le gouvernement reste muet non seulement sur le fait qu’une grande partie de toutes les personnes qu’il a sorties de la pauvreté étaient déjà en train de sortir de la pauvreté, mais aussi sur le fait qu’il administre ce programme en sélectionnant les gagnants et les perdants, ce qui fait énormément augmenter le coût de fonctionnement. De manière générale, sur le plan de la bureaucratie, le gouvernement coûte plus cher aux Canadiens.
Lorsque j'ai fait du porte-à-porte pour rencontrer les gens, certains m'ont dit qu’ils doivent rembourser tous les montants de l’Allocation canadienne pour enfants. Je leur demandais alors s’ils étaient propriétaires de leur maison, combien de voitures ils possédaient, et si les deux parents occupaient un emploi. En répondant oui à toutes ces questions, je leur disais qu’ils n’avaient pas besoin de ces prestations. Je leur recommandais de mettre cet argent de côté, puis de le rembourser au gouvernement par l’entremise de leurs impôts le temps venu.
Cependant, que se passerait-il si cette famille perdait sa source de revenus pendant cette année? Supposons que ces gens travaillaient dans le secteur pétrolier lorsque le gouvernement est arrivé au pouvoir et qu'ils se sont retrouvés soudainement sans emploi. Selon la façon dont ce programme est conçu, ils devraient attendre l'année prochaine, après avoir soumis leur déclaration de revenus pour montrer à quel point leur situation est désespérée, avant que l'allocation pour enfants leur soit de nouveau accordée. Auparavant, le programme était conçu de telle façon que les gens obtenaient cet argent si leur situation était mauvaise à la fin de l'année.
Pour ce qui est de réduire les impôts de la classe moyenne et d'augmenter ceux des plus riches, il existe des raisons de le faire dans une certaine mesure, mais le gouvernement a affirmé que cette mesure était sans incidence sur les recettes. Or, nous savons que c'est faux. On parle d'un manque à gagner de plusieurs millions de dollars que le gouvernement n'a pas comblé. Nous avions donc déjà affaire à un gouvernement qui ne gérait pas les finances comme il faut. Il ne savait pas gérer convenablement l'argent des contribuables qui servait à financer ses programmes.
C’était avant la COVID‑19, quand il a fait savoir au monde entier que le Canada n’allait plus être prêt à faire des affaires. Toutes sortes de petites et moyennes entreprises de notre industrie pétrolière et gazière ont quitté le pays du jour au lendemain. Je suis certaine que les députés d’en face savent que quand on crée soudainement le chaos dans la source de financement de notre économie, ce n'est pas une bonne chose. Les Canadiens se sont retrouvés dans une situation extrêmement difficile.
Notre pays n’était plus prêt à faire des affaires. Notre pays avait perdu la confiance des investisseurs. En fait, le gouvernement a dû acheter un pipeline, ou peut-être a choisi d’acheter un pipeline, parce qu’il voulait contrôler l’avenir de notre industrie pétrolière et gazière de façon hostile pour faire un virage vers une future économie verte. Le gouvernement a nui à notre propre pays alors que — et le gouvernement le sait aussi — le monde dépendra des combustibles fossiles pendant encore longtemps.
Par conséquent, nous disons à une communauté internationale qui a besoin de nos produits, des produits propres et éthiques qui permettent à nos concitoyens de gagner leur vie et de payer des impôts afin que les gouvernements actuel et futurs puissent répondre aux véritables besoins des Canadiens, que tout d'un coup, il n'y en a plus. Les mesures que nous examinons aujourd'hui sont des mesures temporaires. Elles équivalent à essayer de colmater une brèche dans une digue avec son doigt.
Je sais que les Canadiens sont assez désespérés pour dire qu'ils veulent ceci et qu'ils ont besoin de cela et que c'est mieux que rien, mais il est frustrant de savoir que nous n'aurions jamais dû en arriver là. Le gouvernement a promis un dépassement annuel de 10 milliards de dollars. Il n'a jamais respecté cette promesse, et nous sommes confrontés à une dette nationale de près de 1,5 billion de dollars, ce qui est supérieur à toutes les dettes dans l'histoire du Canada combinées. Voilà où nous en sommes aujourd'hui.
De toute évidence, les Canadiens se trouvent dans une situation très difficile. J'ai grandi en Saskatchewan. Quand j'étais jeune, nous avions un gouvernement néo-démocrate. J'ai grandi à une époque où la vie était très dure. Mon mari a quatre frères et sœurs, et j'en ai cinq. Sur ce total de 11 personnes, seulement deux sont encore en Saskatchewan. Toutes les autres sont parties parce qu'il n'y avait pas de travail. Le gouvernement n'avait pas de revenus pour faire ce qui devait être fait. Nous étions dans une situation où le gouvernement avait toujours raison et voulait subvenir aux besoins de tout le monde, et cela a freiné la productivité de la province. Des gens sont partis parce qu'il n'y avait pas de travail. Il n'y avait aucune mesure pour encourager les gens à lancer une petite entreprise et à devenir eux-mêmes productifs pour aider leur famille.
Pour ce qui est des mesures dont nous discutons aujourd'hui à la Chambre, le gouvernement tente de mettre en place une solution provisoire alors que la situation est vraiment grave. La même chose s'est produite pendant la pandémie de COVID parce que les gens n'étaient pas autorisés à travailler. Les propriétaires de petites entreprises de ma région auraient pu poursuivre leurs activités dans leur communauté. Ils auraient pu continuer de payer leurs employés et de produire leurs produits d'une manière adaptée au contexte pandémique, mais le gouvernement a tout fermé. Il a certes subvenu aux besoins des gens pendant cette période, mais il avait lui-même créé le problème.
J'ai eu une petite entreprise au début des années 1980. On dit ici que nous observons le pire taux d'inflation depuis 40 ans. Les députés savent-ils ce qui s'est passé il y a 40 ans? Comme bien d'autres, j'ai perdu mon entreprise parce que le taux d'intérêt a grimpé du jour au lendemain à 22 % en raison des politiques fiscales de Pierre Elliott Trudeau. Nous revoici dans une situation semblable. Le fruit ne tombe jamais loin de l'arbre.
J'aimerais seulement préciser que je suis d'accord avec les députés du NPD lorsqu'ils disent que les grandes entreprises ne devraient pas recevoir d'aide du gouvernement. Le gouvernement libéral a donné énormément d'argent à une grande entreprise pour qu'elle achète des réfrigérateurs, ce que ces députés ont dénoncé. Or, ils appuient maintenant le gouvernement.
J'aimerais parler des entreprises qui paient énormément d'impôts aux gouvernements fédéral et provinciaux et qui apportent une contribution exceptionnelle à la collectivité. Je le sais, car j'en connais une où j'habite. Elle offre à ses employés des avantages inégalés. Nous avons bien des raisons d'être reconnaissants envers ces entreprises qui font du bon travail et qui se montrent responsables sur le plan fiscal et environnemental. Nous ne devrions pas les mettre toutes dans le même panier.
Collapse
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2022-10-05 19:57 [p.8191]
Expand
Mr. Speaker, I would like to respond to the first part of what was said, that it was the provinces that brought in the mandates that made it difficult for businesses and whatnot. I am sorry, but I hold the Prime Minister and the Liberal government fully responsible for everything that has happened in this country, because when it first hit and we did not know what we were dealing with, our borders were not shut down to China and thousands of people from Wuhan, and China in general, came into this country.
That is absolutely true. You are welcome at any point to share with the House, the way you were supposed to, what helped you make the decisions that you made and every province responded to the—
Monsieur le Président, en réponse à la première partie de l'intervention du député, qui a dit notamment que ce sont les provinces qui ont mis en place les exigences ayant causé des difficultés aux entreprises. Je suis désolée, mais je tiens le premier ministre et le gouvernement libéral entièrement responsable de tout ce qui est arrivé au pays, car, au début de la pandémie, alors que nous ne savions pas à quoi nous avions affaire, nous n'avons pas fermé nos frontières aux voyageurs de la Chine, et des milliers de gens sont venus au Canada à partir de Wuhan ou d'autres régions de la Chine.
C'est tout à fait vrai. Vous pouvez à tout moment indiquer à la Chambre les raisons qui justifient les décisions que vous avez prises, et toutes les provinces ont répondu...
Collapse
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2022-10-05 19:58 [p.8192]
Expand
Mr. Speaker, you did make a couple of good decisions that I really appreciated, even as far as bringing the member to the bar and facing what you faced.
Anytime the government is ready to share the information that this House called for so that we are aware of what was done to make the decisions that were made is fine with me. I am open to that and I would appreciate hearing what should have been shared with the House in the first place.
Monsieur le Président, vous avez pris quelques bonnes décisions que j'ai vraiment appréciées, notamment celle d'amener le député à la barre et de lui montrer ce que vous aviez devant vous.
Dès que le gouvernement sera prêt à fournir les informations que la Chambre a réclamées pour que nous sachions ce qui a motivé les décisions qui ont été prises, cela me conviendra. Je suis ouverte à cela et je souhaiterais bien entendre ces informations qui auraient dû être communiquées à la Chambre en premier lieu.
Collapse
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2022-10-05 20:00 [p.8192]
Expand
Mr. Speaker, I can assure the member that this is definitely something that we have discussed in my riding. Truth be told, the majority of people in my riding have dental care programs. I have experienced this as well because, when the previous prime minister was in place, we went through a very hard time. We lost our business. We had $500 to our name, three small children and had to totally retool for our future. There were programs available for us. There are programs available for seniors who are within the province to assist them as well.
It is not that I do not believe that these children should have the support that they need. I just believe that we should be focused, as a government, on those who truly need assistance and not thinking of the larger-scale programs where everybody falls under the same umbrella and no one is left to put the taxes in the place—
Monsieur le Président, je peux assurer à la députée que c'est quelque chose dont nous avons parlé dans ma circonscription. Il faut le dire, la majorité des gens de ma circonscription sont couverts par une assurance dentaire. Je comprends bien la situation parce que, lorsque le premier ministre précédent était en place, nous avons vécu des moments très difficiles. Nous avons perdu notre entreprise. Nous n'avions plus que 500 $ et, avec trois jeunes enfants, nous avons dû revoir nos plans pour l'avenir. Nous avons eu accès à certains programmes. Les aînés de la province ont également accès à des programmes.
Ce n'est pas que je considère que ces enfants ne devraient pas avoir accès à l'aide dont ils ont besoin. C'est seulement que je crois que le gouvernement devrait travailler à soutenir ceux qui sont vraiment dans le besoin plutôt que de chercher à mettre en place des programmes mur à mur qui englobent tout le monde et qui ne laissent personne pour s'occuper du fardeau fiscal...
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-05 20:15 [p.8194]
Expand
Mr. Speaker, it is an honour to once again rise in the House of Commons. It is great to see many members of Parliament returning to be in person in the House of Commons once again. It is great to see. It is great for camaraderie in the House to be able to connect with other members, not only within our own party but also with the parties across the way.
Throughout the summer, I did hear from many people who are worried about the cost of living, which is what brings us to the bill we have here today. Many people are doing their very best to survive. I am sure that all members should be aware by now that this is not only a regional problem. It is not only affecting my riding. It is affecting people all across the country. As a result, Canadians are worried about what is happening right now with our economy and where it is headed.
It has been a really difficult year for a growing number of people. We have seen our inflation rate reach levels not seen in almost 40 years, which would be before I was even born.
Back in the early to mid-eighties, my parents had to deal with buying their farm with interest rates at around 18%. We are already hearing some rumblings of a recession, which should take us back to that time once again. I know that many people are not too excited about the prospect of interest rates of even 8%, let alone 18%.
For a lot of younger Canadians today and, in particular, a lot of young farmers and ranchers in my riding, it is already hard to imagine ever getting ahead, finding opportunity or even achieving a dream as simple as owning a home. Now they have to deal with everyday essentials that are basically unaffordable, never mind trying to think about the future for themselves or their families, if they can start a family in the first place.
In response to this situation, we have Bill C-31 in front of us today. Sadly, there is no sign that the Liberal government will acknowledge the full scale of the problem.
They also do not want to talk about where the problems are coming from or admit that reversing their failed policies is part of the solution. Since taking power over seven years ago, the Liberal government has been short-sighted with promoting and developing our industries. Strengthening our economy simply has not been a priority, and some of our strongest assets, such as the energy sector, have consistently been punished instead of supported.
This left us in a vulnerable position, where we were unprepared for whenever a new crisis would eventually come along. As a result, Canadians continue to suffer the consequences of these bad decisions. At first, the Liberals were simply ignoring the issue for a while, but they cannot say that we didn't warn them.
Once it was clear that our national economy was getting into trouble, the Liberals went right ahead with their same old approach. As much as they try to pretend otherwise, big spending is not going to make our troubles disappear. It actually adds fuel to the fire at a time when the flames are out of control. That is what Canadians are seeing and living right now with their cost of living.
Last year saw inflation rise quickly and stay high above the target of 2%. After the Liberals could not ignore it anymore, they decided to downplay it. They would say, “Do not worry. It is just temporary.”
That is basically what the Deputy Prime Minister and Minister of Finance said back in January when I asked about their projections at the time. She said:
Inflation is currently higher than what we were accustomed to over the last decade. This is true in Canada and in many other countries around the globe. This is a matter of concern to the Bank of Canada and the government. However, most market observers around the world view the factors keeping inflation elevated to be temporary. As a result, the Bank of Canada expects inflation to ease back and to reach its 2% target by late 2022.
That was their prediction, on the record, and they have not really reconsidered it since then. Even though that clearly did not turn out to be the case, we will not hear the Liberal government take any responsibility for what Canadians are going through today. To this day, they will never dare admit that they have contributed to it. Anything or anyone else is to blame except for themselves.
After the budget, I asked again if the government had any plans to control inflation, just in case they were wrong in saying that it might not actually be that big of a deal. Once again, there was not much of an answer. Besides mentioning the Bank of Canada hiking interest rates, they pointed to the type of proposal we find in Bill C-31, along with national child care.
Over the summer, while Canadians faced worsening challenges, the government finally realized that it might start to affect them, after seeing some signs that it is losing public support over its approach. It tried to generate some new excitement in the media about how it was putting together a plan to help with the cost of living but, so far, the Liberal plan appears to be changing nothing from what they were doing before. There is no readjustment in sight.
That means that it is attempting to help with affordability in limited ways without fighting inflation, which should be a non-starter. If we look at Bill C-31, we will find that the Liberals propose to handle inflation with new programs that require a lot more inflationary spending. By definition, that will not make things better overall.
It might be a political price for a coalition with the NDP, but paying it will end up costing Canadians, who will continue to struggle with affordability. That is because none of this amounts to a full-scale plan or a serious effort to fix the root cause of something that is impacting all Canadians.
If that continues unchecked, it is easy for the problem to stay with us and get worse. After spending billions of taxpayer dollars, it could help the effects of inflation persist and cancel any net benefits to affordable living. If that happens, what will the government tell Canadians then? Even with affordability, the Liberals are missing the mark. They are well aware that food and fuel are two of the biggest things driving inflation, and they want to make things worse in both of these areas.
When Canadians started to see the highest gas prices ever at the pumps, Conservatives voted for a temporary suspension of the carbon tax, but the Liberal government refused to do it. We are dealing with food prices rising at the fastest pace in 40 years. At a time like this, I have to remind the government that it is our farmers who grow and raise it in the first place. The same carbon tax is hitting them year after year, and the Liberals, the NDP and the Bloc are all comfortable with tripling it going forward.
Instead of changing direction, they are doubling down, even tripling down. The Liberals deny that it is doing any damage because the rebates are giving people more money back than they pay, at least that is the government's idea of affordability. Many Canadians know that is not happening for them, especially in small towns, particularly in rural Saskatchewan and especially for our farmers.
I have seen a bill from a farmer that shows the added cost of $1,100 in one month, just in carbon tax. It definitely does not match the annual rebate given for my province.
The Liberals are also bringing another attack on agriculture through an unrealistic target for fertilizer emissions. After being asked multiple times, they have not ruled out a restriction or a ban as seen in other countries. That type of policy would be disastrous for producing food, and it should be unthinkable when the world is already trying to avoid catastrophic shortages.
It should come as no surprise that the Liberals are not interested in prioritizing people's needs over their political projects. The real concern for achieving affordability has been noticeably lacking. How can Canadians believe the same government's claim that their new programs are supposed to be the answer? It all sounds more like an excuse. The government's past record speaks for itself.
Even with child care, as another recent example, the government's plan is designed for specific circumstances involving day care. What is it doing for any families who want to live on a single income and take care of their own children in their own home? The Liberals are the ones who removed income splitting, which helped these families afford whichever decisions were right for them. With the way it has been handling everything, the government's failed priorities have added extra pressure in the lives of these families and excluded different options for them.
Meanwhile, they are not addressing the larger problem behind the costs that all families have to deal with. That can only be done by actually fighting inflation and strengthening our economy as a whole. We are demanding something better for Canadians.
We cannot pretend the Liberals are offering any lasting solutions by simply repackaging their platform, a platform that has consistently been proven not to work.
Monsieur le Président, je suis honoré de prendre la parole une fois de plus à la Chambre des communes. Il est bon de voir tant de députés assister de nouveau aux séances en présentiel. C'est formidable. Le fait de pouvoir échanger avec des députés de tous les partis, et pas seulement avec les membres de son parti, favorise la camaraderie à la Chambre.
Au cours de l'été, bien des gens m'ont dit qu'ils sont préoccupés par le coût de la vie. C'est ce qui nous amène au projet de loi à l'étude aujourd'hui. Beaucoup de gens font de leur mieux pour survivre. Je suis convaincu que tous les députés sont conscients que ce problème ne concerne pas seulement une région. Il ne touche pas seulement ma circonscription. Le problème afflige tous les Canadiens. Résultat, les Canadiens s'inquiètent de ce qui se passe avec notre économie en ce moment et de ce que l'avenir nous réserve.
L'année est très difficile pour de plus en plus de gens. Nous avons vu notre taux d'inflation atteindre des niveaux inédits depuis près de 40 ans, c'est-à-dire avant même ma naissance.
Au début ou au milieu des années 1980, mes parents ont acheté leur ferme alors que le taux d'intérêt oscillait autour de 18 %. Nous entendons déjà quelques rumeurs de récession, ce qui devrait nous ramener à cette époque une fois de plus. Je sais que peu de personnes sont bien enthousiastes à la perspective d'un taux d'intérêt de 8 %, encore moins de 18 %.
Pour beaucoup de jeunes Canadiens aujourd'hui et, en particulier, pour beaucoup de jeunes agriculteurs et éleveurs de ma circonscription, il est déjà difficile d'imaginer pouvoir un jour améliorer leur sort, trouver des possibilités ou même réaliser un rêve aussi simple que celui de posséder une maison. Ils doivent maintenant trouver les moyens d'acheter des produits de première nécessité qui sont pratiquement inabordables, sans parler d'essayer de penser à leur avenir et à celui de leur famille, s'ils peuvent même se permettre de fonder une famille.
Pour remédier à cette situation, nous voilà aujourd'hui saisis du projet de loi C‑31. Malheureusement, rien n'indique que le gouvernement libéral reconnaîtra l'ampleur du problème.
Les libéraux ne veulent pas non plus parler de l'origine des problèmes ni admettre que l'annulation de leurs politiques malavisées permettrait de résoudre une partie de ces problèmes. Depuis leur arrivée au pouvoir il y a sept ans, les libéraux ont manqué de vision en ce qui concerne la promotion et le développement de nos industries. Renforcer l'économie n'a tout simplement pas fait partie de leurs priorités et certains de nos secteurs les plus forts, comme celui de l'énergie, ont constamment été punis au lieu d'être appuyés.
Cela nous a laissés dans une position vulnérable, sans protection si jamais une nouvelle crise survenait. Les Canadiens continuent donc de souffrir des conséquences de ces mauvaises décisions. Au début, les libéraux ont feint d'ignorer le problème, mais ils ne peuvent pas dire que nous ne les avons pas avertis.
Lorsqu'il a été clair que notre économie nationale était en difficulté, les libéraux ont adopté leur approche habituelle. Même s'ils tentent de prétendre le contraire, dépenser sans compter ne va pas faire disparaître nos problèmes. Cela ne fait que verser plus d'huile sur le feu à un moment où les flammes sont déjà hors de contrôle. C'est ce que les Canadiens vivent et constatent en ce moment avec le coût de la vie.
L'an dernier, le taux d'inflation a commencé à grimper rapidement pour rester bien au-dessus de la cible de 2 %. Ne pouvant plus ignorer la situation, les libéraux ont décidé d'en minimiser l'importance. Ils disaient: « Ne vous en faites pas, ce n'est que temporaire. »
C’est essentiellement ce que la vice-première ministre et ministre des Finances a déclaré au mois de janvier dernier quand je lui ai demandé ses projections. Elle a répondu:
À l’heure actuelle, l’inflation est supérieure à la moyenne d’environ 2 % qui a prévalu au cours des dernières décennies. Cela est vrai au Canada et dans de nombreux autres pays du monde. C’est une question qui préoccupe la Banque du Canada et le gouvernement. Cependant, la plupart des observateurs du marché dans le monde s’attendent à ce que les facteurs qui maintiennent l’inflation élevée disparaissent après un certain temps. Par conséquent, la Banque du Canada s’attend à ce que l’inflation ralentisse et atteigne sa cible de 2 % d’ici la fin de 2022.
Voilà les projections officielles du gouvernement. Il ne les a pas révisées depuis. Même si ces projections se sont avérées erronées, nous n’entendons pas les libéraux assumer leur part de responsabilité pour les difficultés que vivent les Canadiens à l’heure actuelle. À ce jour, ils n’osent pas admettre qu’ils ont contribué au problème. À leurs yeux, les responsables sont partout, sauf au gouvernement.
Après le dépôt du budget, j’ai encore une fois demandé si le gouvernement avait un plan quelconque pour contrôler l’inflation, juste au cas où il avait tort de croire que la situation ne serait pas si grave. Encore une fois, ce n’était pas une réponse très claire. D’ailleurs, à la suggestion que la Banque du Canada risquait de hausser les taux d’intérêt, les libéraux ont soulevé le type de proposition que l’on retrouve dans le projet de loi C‑31, combinée au programme national de garde d’enfants.
Pendant l'été, alors que la situation des Canadiens devenait de plus en plus difficile, le gouvernement a enfin compris que tout cela pouvait avoir une incidence sur eux, puisque certains signes semblaient indiquer que son approche lui faisait perdre l'appui de la population. Il a tenté d'éveiller l'enthousiasme des médias en expliquant qu'il élaborait un plan pour aider les gens à composer avec le coût de la vie. Dans les faits, jusqu'à maintenant, les libéraux semblent avoir pour plan de continuer à faire la même chose qu'avant. Aucun rajustement n'est prévu.
C'est donc dire qu'il tente d'améliorer un peu l'abordabilité en employant des moyens limités et sans combattre l'inflation, une approche qui devrait être vouée à l'échec. Dans le projet de loi C‑31, par exemple, les libéraux proposent de contrer l'inflation avec de nouveaux programmes qui nécessitent de fortes dépenses inflationnistes, ce qui, par le fait même, n'améliorera aucunement la situation dans son ensemble.
C'est peut-être un prix politique à payer pour une coalition avec le NPD, mais cela finira par coûter cher aux Canadiens, qui continueront de devoir composer avec des prix inabordables. La raison en est que rien de tout cela ne correspond à un plan à grande échelle ni à un effort sérieux pour régler la cause profonde d'un problème qui touche tous les Canadiens.
S'il n'est pas contrôlé, le problème pourrait facilement perdurer et s'aggraver. Après des milliards de dollars de dépenses avec l'argent des contribuables, cela pourrait faire en sorte que les effets de l'inflation persistent et annuler tout avantage net pour une vie abordable. Si cela se produit, que dira alors le gouvernement aux Canadiens? Même en ce qui concerne l'abordabilité, les libéraux font fausse route. Ils savent très bien que les aliments et le carburant sont deux des principaux facteurs d'inflation, mais souhaitent aggraver la situation dans ces deux domaines.
Lorsque les Canadiens ont commencé à voir les prix de l'essence les plus élevés jamais enregistrés à la pompe, les conservateurs ont proposé une suspension temporaire de la taxe sur le carbone. Cependant, le gouvernement libéral a rejeté l'idée. Nous sommes confrontés à une augmentation du prix des aliments au rythme le plus rapide des 40 dernières années. Dans un moment comme celui-ci, je dois rappeler au gouvernement que ce sont nos agriculteurs qui produisent nos denrées alimentaires. La taxe sur le carbone les frappe année après année, mais les libéraux, les néo-démocrates et les bloquistes sont tous à l'aise avec l'idée de la tripler.
Au lieu de changer de cap, ils en rajoutent, et trois fois plutôt qu'une. Les libéraux nient qu'ils causent des dommages parce que les remboursements rendent aux gens plus d'argent qu'ils n'en paient, du moins c'est l'idée que le gouvernement se fait de l'abordabilité. De nombreux Canadiens savent que ce n'est pas le cas pour eux, surtout dans les petites villes, en particulier dans les régions rurales de la Saskatchewan, et pour les agriculteurs.
J'ai vu la facture d'un agriculteur qui indique un supplément de 1 100 dollars pour un mois, juste pour la taxe sur le carbone. Cela ne correspond absolument pas au remboursement annuel accordé dans ma province.
Les libéraux portent également une autre attaque contre le milieu de l'agriculture en fixant une cible irréaliste pour les émissions de fertilisants. Après des demandes répétées, ils n'ont pas exclu une restriction ou une interdiction, comme cela se fait dans d'autres pays. Ce type de politique serait désastreux pour la production alimentaire et il devrait être impensable alors que le monde tente déjà d'éviter des pénuries catastrophiques.
On ne devrait pas s'étonner que les libéraux ne souhaitent pas faire passer les besoins des gens avant leurs projets politiques. De toute évidence, le gouvernement ne se préoccupe pas vraiment de rendre la vie abordable. Comment peut-on s'attendre à ce que les Canadiens croient ce gouvernement lorsqu'il prétend que ses nouveaux programmes sont la solution? Tout cela ressemble plus à une excuse. Le bilan du gouvernement est éloquent.
Même avec la garde d'enfants, pour prendre un autre exemple récent, le plan du gouvernement est conçu en fonction de circonstances précises qui se rapportent aux garderies. Que fait-il pour les familles qui souhaitent vivre avec un seul revenu et s'occuper de leurs enfants dans leur propre maison? Ce sont les libéraux qui ont aboli le fractionnement du revenu, qui aidait ces familles à se permettre de prendre les décisions qui leur conviennent. Avec sa façon de tout gérer, le gouvernement et ses priorités ratées ont ajouté une pression supplémentaire dans la vie de ces familles, en plus de les priver de diverses options.
Pendant ce temps, le gouvernement ne s'attaque pas au problème plus vaste qui se cache derrière les coûts qui accablent toutes les familles. Il ne pourra y arriver qu'en luttant réellement contre l'inflation et en renforçant notre économie dans son ensemble. Nous exigeons mieux pour les Canadiens.
On ne peut pas prétendre que les libéraux proposent des solutions durables lorsqu'ils se contentent de présenter leur plateforme avec un nouvel emballage, car cette plateforme s'est toujours révélée inefficace.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-05 20:25 [p.8196]
Expand
Mr. Speaker, I would submit that going back to yesterday where there is no carbon tax would mean that groceries, food, heating, energy and gas would all be cheaper. It would means things would be more affordable for Canadians. That is the crisis that we are going through right now, an affordability crisis.
Over the next number of years the carbon tax will go up, and the clean fuel standard will kick in, which is also going to add another couple cents per litre, and going forward that will also increase, putting another burden on Canadians, consumers and how we transport our goods across this country.
Those are things we cannot afford that are pricing Canadians out of the grocery store, out of their homes and into a situation where they have to choose between heating or eating.
Monsieur le Président, si nous revenions à une époque où il n'y avait pas de taxe sur le carbone, je crois que le prix de l'épicerie, des aliments, du chauffage, de l'énergie et de l'essence serait inférieur. La vie serait plus abordable pour les Canadiens. Nous sommes en pleine crise de l'abordabilité.
Au cours des prochaines années, la taxe sur le carbone augmentera. De plus, la norme sur les combustibles propres entrera en vigueur, ce qui ajoutera quelques cents au prix du litre d'essence, et elle augmentera elle aussi, ce qui alourdira encore plus le fardeau des Canadiens et des consommateurs et compliquera la façon dont nous transportons les marchandises à l'échelle du pays.
Ce sont des choses que nous ne pouvons nous permettre parce qu'elles empêchent les Canadiens de payer leur épicerie et leur logement, en plus de les placer dans une situation où ils doivent choisir entre se chauffer ou se nourrir.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-05 20:26 [p.8196]
Expand
Mr. Speaker, it is quite simple. It is a tax rebate. When I first entered the workforce, I received GST cheques. I remember what that was like, but that was for taxes I had paid to the government that were coming directly back to me. It is just like a tax return. When we all file our taxes, the money coming back to us is what we paid to the government. Leaving more money in people's pockets would be better, but in lieu of the government actually cutting and reducing taxes, we will support a rebate on the taxes that Canadians have paid.
Monsieur le Président, c'est très simple. Il s'agit d'un remboursement de taxe. Lorsque je suis entré sur le marché du travail, j'ai reçu des chèques de TPS. Je me rappelle comment c'était à l'époque, c'était pour des taxes que j'avais payées au gouvernement et qui me revenaient directement. C'est exactement comme un remboursement d'impôt. Lorsque nous soumettons notre déclaration de revenus, l'argent qui nous revient est celui que nous avons payé au gouvernement. Il serait préférable de laisser plus d'argent dans les poches des gens, mais à défaut d'obtenir que le gouvernement réduise réellement les taxes, nous sommes en faveur d'un remboursement des taxes que les Canadiens ont payées.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-05 20:28 [p.8196]
Expand
Mr. Speaker, the $12-million handout the government gave to Loblaws, for example, was something that never should have happened. As far as I know, the NDP supported that measure. We do not want to see big handouts to big corporations like that.
What is most important is that oil companies in small-town Saskatchewan, for example, are passing along their profits. They are investing in the communities where they operate, but also beyond them. Hospitals, care homes and schools are paid for by revenue dollars that are brought in by oil companies. The government is making record profits right now on the backs of oil revenues that have been sky high over the summer.
We need to remember where that money comes from. It comes from the people who are providing jobs and providing energy to this country. As the government and the NDP want to phase out and eliminate that, they are eliminating billions of dollars in revenue for the provinces and the federal government. These programs would not exist or even be an option if these companies were to disappear.
Monsieur le Président, le cadeau de 12 millions de dollars que le gouvernement a donné à Loblaws, par exemple, est une chose qui n'aurait jamais dû avoir lieu. Que je sache, le NPD a appuyé cette mesure. Nous ne voulons pas que de grandes sociétés reçoivent de tels cadeaux.
Le plus important est que les compagnies pétrolières des petites villes de la Saskatchewan, par exemple, font profiter les autres de leurs gains. Elles investissent dans les collectivités où elles opèrent, mais aussi dans les environs. Les hôpitaux, les maisons de soins et les écoles sont financés par les revenus générés par les compagnies pétrolières. Le gouvernement réalise actuellement des bénéfices records grâce aux revenus pétroliers qui ont atteint des sommets au cours de l'été.
Il ne faut pas oublier d'où vient cet argent. Il provient de gens qui fournissent des emplois et de l'énergie au pays. En abandonnant progressivement l'énergie qu'ils produisent, comme le prônent le gouvernement et le NPD, on prive les provinces et le gouvernement fédéral de revenus à hauteur de milliards de dollars. Les programmes n'existeraient pas ou ne seraient même pas une option si ces entreprises devaient disparaître.
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
View Kelly Block Profile
2022-09-29 18:01 [p.7973]
Expand
Madam Speaker, I am thankful for the opportunity to close the debate on my bill, the protection of freedom of conscience act.
I believe this is a straightforward piece of legislation. It would make it an offence to intimidate a medical professional to participate in medically assisted suicide, directly or indirectly, or to dismiss from employment or refuse to hire a medical professional simply because they refuse to take part in medically assisted dying.
With the removal of safeguards, the slippery slope that many predicted when medically assisted suicide was decriminalized has come to fruition. Additionally, the courts and government legislation have expanded medically assisted suicide far beyond what was conceived in the Carter decision of 2015. Now, those who promote euthanasia support medically assisted suicide for the mentally ill, with some even believing that children should be eligible. This is creating turbulent and stressful times for many in the medical field.
Given this expansion of medical assistance in dying, there is the growing concern or objection among many medical professionals, whether they support MAID or disagree with it, that they may be forced to participate, even if they do not believe that it is in a particular patient's best interest based on their expertise and knowledge of the patient's history. More and more are becoming aware of the erosion of respect for their professional judgment and the precious relationship between the health care provider and their patient.
Unlike what some are trying to portray, this bill does not relitigate the legality of MAID, nor does it seek to impede a patient's access to MAID. Rather, it seeks to protect a medical professional's charter right not to participate in medically assisted suicide when they cannot in good conscience do so.
Section 2 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms specifically says:
Everyone has the following fundamental freedoms:
(a) freedom of conscience and religion;
During the first hour of debate, my colleague, the member for St. Albert—Edmonton, reminded us that the Supreme Court's ruling in the Carter decision was predicated on two things: “a willing patient and, as importantly, a willing physician.” He went on to note that in the decision, the Supreme Court stated the following: “we note...that a physician’s decision to participate in assisted dying is a matter of conscience and, in some cases, of religious belief”.
Protecting individuals from coercion of this nature is not foreign to the Criminal Code of Canada, as found in section 425. If Parliament can enshrine criminal penalties for employers for coercing employees not to form a union, then surely we can provide similar protection for medical professionals when dealing with conscience protections.
Throughout the pandemic, we saw just how important every doctor, nurse and medical support worker is to our system. I do not want even one of these amazing men and women to leave Canada or leave the profession because they are faced with a situation of having one of their most precious rights violated.
With Bill C-230, I have put forward comprehensive yet simple legislation that is important to medical professionals from coast to coast. I would welcome a committee's examination of it, as well as any recommendations to improve it.
In closing, it is an honour to have introduced a private member's bill of substance and consequence in this place and to have members debate it. I humbly ask all members to vote in favour of it at second reading so that it can be sent to committee for further study.
Madame la Présidente, je suis heureuse d'avoir l'occasion de clore le débat sur mon projet de loi, la Loi sur la protection de la liberté de conscience.
À mon avis, il s'agit d'une mesure législative toute simple. Le projet de loi érigerait en infraction le fait d’intimider un professionnel de la santé pour le forcer à prendre part, directement ou indirectement, à l'aide au suicide médicalement assisté, ou de congédier ou de refuser d’employer un professionnel de la santé pour la seule raison qu’il refuse de prendre part à la prestation de l’aide médicale à mourir.
Avec le retrait des mesures de sauvegarde, les situations difficiles prédites par bien des gens quand le suicide médicalement assisté a été décriminalisé se sont concrétisées. Qui plus est, les tribunaux et la mesure législative du gouvernement ont élargi l'aide au suicide médicalement assisté bien au-delà de ce qui était prévu dans l'arrêt Carter de 2015. Maintenant, ceux qui font la promotion de l'euthanasie réclament l'aide médicale au suicide pour les malades mentaux, et certains croient même que les enfants devraient y être admissibles. Cette situation engendre une période turbulente et stressante pour de nombreuses personnes dans le domaine médical.
En raison de l'élargissement de l'aide médicale à mourir, de plus en plus de professionnels de la santé, qu'ils appuient cette pratique ou non, expriment des réserves ou formulent des objections face au fait de pouvoir être forcés de prendre part à cette pratique, même s'ils croient que cela n'est pas dans l'intérêt de leur patient selon leur expertise et leur connaissance des antécédents de ce dernier. Ils sont de plus en plus nombreux à se rendre compte de l'érosion du respect à l'égard de leur jugement professionnel et du lien précieux qui unit les professionnels de la santé et leurs patients.
Contrairement à ce que certains prétendent, le projet de loi ne vient pas mettre en cause la légalité de l'aide médicale à mourir ni la capacité des patients à obtenir l'aide médicale à mourir. Il a plutôt pour objet de protéger les droits conférés par la Charte aux professionnels de la santé, notamment celui de ne pas participer à l'aide au suicide médicalement assisté si cela va à l'encontre de leur conscience.
L'article 2 de la Charte canadienne des droits et libertés est explicite:
Chacun a les libertés fondamentales suivantes:
a) liberté de conscience et de religion;
Pendant la première heure du débat, mon collègue le député de St. Albert—Edmonton nous a rappelé que l'arrêt Carter de la Cour suprême repose sur deux éléments: « la volonté d'un patient et, ce qui est tout aussi important, la volonté d'un médecin ». Il a ensuite ajouté que, dans sa décision, la Cour suprême a indiqué ceci: « Nous rappelons [...] que la décision du médecin de participer à l'aide à mourir relève de la conscience et, dans certains cas, de la croyance religieuse. »
Assurer la protection contre ce genre de coercition est déjà un objectif du Code criminel, comme on le constate à l'article 425. Si le Parlement a choisi de codifier dans la loi des pénalités à l'endroit des employeurs qui font entrave à la liberté des employés de former un syndicat, alors il est certainement concevable que nous accordions une protection similaire aux professionnels de la santé en ce qui a trait à la liberté de conscience.
Tout au long de la pandémie, nous avons pris conscience de l'importance de chaque médecin, infirmière et auxiliaire médical pour notre système. Je ne voudrais pas qu'une seule de ces personnes exceptionnelles quitte le Canada ou leur profession en raison d'une situation où l'un de leurs droits les plus précieux est bafoué.
Le projet de loi C‑230 est une mesure législative exhaustive, mais simple qui est importante pour les professionnels de la santé des quatre coins du pays. Je serais heureuse que celui-ci fasse l'objet d'une étude en comité et je serais ouverte à recevoir des recommandations pour l'améliorer.
Pour conclure, c'est un honneur pour moi d'avoir pu présenter un projet de loi d'initiative parlementaire aussi substantiel et important à la Chambre et d'avoir pu en débattre avec les députés. Je demande humblement à tous les députés de voter en faveur de ce projet de loi à l'étape de la deuxième lecture afin qu'il puisse être renvoyé au comité pour une étude plus approfondie.
Collapse
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2022-09-28 18:07 [p.7882]
Expand
Madam Speaker, the Minister of Crown-Indigenous Relations appointed the interim board, as the member mentioned, and the transitional committee. Now, with Bill C-29, he is responsible to select the directives of the national council. I hear all the time from indigenous communities in Saskatchewan that they do not want to be stakeholders. They want to be shareholders. A large percentage want to be involved in the oil and gas industry, more so than other Canadians.
I wonder how the member feels about that being something important to truth and reconciliation and their ability to succeed.
Madame la Présidente, le ministre des Relations Couronne-Autochtones a nommé le conseil d'administration provisoire, comme l'a mentionné la députée, et le comité de transition. Maintenant, dans le cadre du projet de loi C‑29, il est chargé de transmettre les directives au conseil national. Les communautés autochtones de la Saskatchewan me répètent sans cesse qu'elles ne veulent pas être de simples parties prenantes, mais plutôt des partenaires. Un fort pourcentage d'entre elles veulent participer à l'industrie pétrolière et gazière, soit beaucoup plus que les autres Canadiens.
Je me demande si la députée considère que c'est important pour la vérité et la réconciliation, ainsi que pour leur capacité à réussir.
Collapse
Results: 1 - 15 of 149 | Page: 1 of 10

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data