Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 71
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-06-23 10:01 [p.7213]
Expand
I am now prepared to rule on the question of privilege raised yesterday by the member for Calgary Centre.
The member contended that the decision taken by unanimous consent to adjourn the sitting of June 21, 2022, constitutes a breach of his privileges. He noted that due to the technical difficulties with our video conferencing system, he was unable to participate in the proceedings of the House when this decision was made. He equated this matter with previous situations where members were prevented from physically accessing the chamber and asked that the Chair find a prima facie question of privilege.
I thank the member for raising this matter. As I indicated in my statement yesterday, the sitting of June 21, 2022, was suspended due to a connectivity problem external to the House of Commons
It is clear to the Chair that there was no deliberate attempt to interfere with the member's ability to participate in the proceedings. When it was brought to the Chair's attention that there was a widespread outage preventing members from participating, the sitting was suspended. Once it became apparent that it would not be possible to resolve the matter quickly, following discussions with representatives of all parties, the sitting was resumed to allow a motion to adjourn to be presented. The motion was adopted with the unanimous agreement of all members present.
The Chair recognizes that the member was not able to provide his consent for that decision. It was specifically because some members could not participate that the House agreed to adjourn early. The decision was made with the express intent of protecting the rights of those members participating by videoconference. Continuing to sit in those circumstances would have been more problematic for the privileges of members than making a decision to adjourn,
Therefore, the Chair cannot find that this matter constitutes a question of privilege.
I thank all members for their attention.
Je suis maintenant prêt à me prononcer sur la question de privilège soulevée hier par le député de Calgary‑Centre.
Selon le député, la décision prise du consentement unanime pour ajourner la séance du 21 juin 2022 constitue une violation de ses privilèges. Il a souligné que, en raison des problèmes techniques avec le système de vidéoconférence, il avait été dans l’impossibilité de participer aux délibérations de la Chambre quand cette décision a été prise. À son avis, cette situation est équivalente à d’autres circonstances antérieures où l’accès physique des députés à la Chambre avait été entravé et il demande à la présidence de déterminer qu’il y a, de prime abord, matière à question de privilège.
Je remercie le député d’avoir soulevé la question. Comme je l’ai dit hier dans ma déclaration, la séance du 21 juin a été suspendue en raison d’un problème de connexion à l’extérieur de la Chambre des communes.
Il est clair pour la présidence qu’il n’y avait aucune tentative délibérée de nuire à la capacité du député de prendre part aux délibérations. Quand il a été porté à l’attention de la présidence qu’une panne généralisée empêchait les députés de participer aux travaux, la séance a été suspendue. Lorsqu’il est devenu évident qu’il serait impossible de résoudre le problème rapidement, suivant des discussions avec les représentants de tous les partis, la séance a repris pour permettre la présentation d’une motion d’ajournement. Cette motion a été adoptée avec l’accord unanime de tous les députés présents.
La présidence reconnaît que le député n’a pas pu consentir à cette décision. C’est précisément parce que certains députés n’étaient pas en mesure de participer que la Chambre a convenu d’ajourner plus tôt. La décision a été prise avec une volonté manifeste de protéger les droits des députés participant par vidéoconférence. Poursuivre la séance dans de telles circonstances aurait été plus problématique pour les privilèges des députés que la décision d'ajourner.
Par conséquent, la présidence ne peut conclure qu’il y a matière à question de privilège.
Je remercie les députés de leur attention.
Collapse
View Greg McLean Profile
CPC (AB)
View Greg McLean Profile
2022-06-22 15:21 [p.7145]
Expand
Mr. Speaker, I am rising on a question of privilege concerning last night's crash of the hybrid Parliament system. I was working in my Confederation Building office here in the precinct for the House of Commons, but could not log into the Zoom portion of the House's proceedings last night. We were discussing Bill C-21, the government's cynical approach to gun control, which was to be followed by Bill C-28, a response to the Supreme Court's decision that relieved extremely intoxicated criminals of taking responsibility for their crimes. These are both issues that many of my constituents are very passionate about, and I wanted to be present for the debates.
Several colleagues also tried to access the video conference for the sitting, but were unsuccessful, I was told. I also understand that a meeting of the very important Special Joint Committee on the Declaration of Emergency, the committee looking into the government's choice to declare a national emergency over this winter's truck protest in Ottawa, had to be abandoned because of these technical failures.
Beyond the obvious inconvenience and embarrassment of the hybrid system, which incredibly the government House leader will be asking later today to be renewed for another year, this incident represents broadly, I believe, a breach of the privilege to be able to represent my constituents. Under the House order of November 25, 2021, which reinstituted hybrid arrangements after last year's election, “members may participate in proceedings of the House either in person or by video conference”. It states “may participate”. There is no caveat or qualification to that. There is nothing that says it is only applicable when all the technology lines are up.
As much as I may think the hybrid Parliament should be scrapped, the House has agreed to those arrangements until at least tomorrow, so I sought to exercise my right to participate remotely from my parliamentary office, yet I simply could not.
While I acknowledge that the House suspended last evening shortly after the connectivity problems were flagged, which was appropriate, the way the House adjourned was not, however. According to the records of the House, the sitting resumed at 8:54 last evening when the parliamentary secretary to the government House leader then sought unanimous consent for the House to adjourn. The chair then canvassed the House in the usual manner and found there was agreement for the motion. Since I was trying to attend remotely, but with a technical range that prevented me from doing so, I was unable to present for that vote. That too is a breach of my privileges.
I have since come to understand that there had been a consensus of party representatives to reconvene the House for the purpose of adjourning when it became obvious that technical issues could not be resolved prior to midnight. That said, I understand that my House leader's office had been assured by the government House leader's office that a minister of the Crown would be proposing the adjournment of the House. That is a critical point in these circumstances. Last night's sitting was an extended sitting under the House order of May 2, better known as Motion No. 11, which permits a cabinet minister to move an adjournment motion on a point of order, which is deemed adopted upon being moved. There would have been no vote and no opportunity to object. The NDP-Liberal agreement on Motion No. 11 already stripped me of those rights.
Had any of the 39 ministers of the Crown been here to manage the Business of the House, the House could have properly adjourned early under the Liberals' ruthless Motion No. 11, but they did not even manage that correctly. Instead, there was a vote and I was not able to be present for it. Your predecessors, Mr. Speaker, have found several prima facie cases of privilege concerning the inability of a member to reach the House, especially when there is a vote.
Mr. Speaker Regan put it well on April 6, 2017, at page 10,246 of the Debates:
The importance of the matter of members' access to the precinct, particularly when there are votes for members to attend, cannot be overstated. It bears repeating that even a temporary denial of access, whether there is a vote or not, cannot be tolerated.
He cited favourably the 21st report of the Standing Committee on Procedure and House Affairs in 2004, in relation to security arrangements on Parliament Hill for the visit of an American president:
The denial of access to Members of the House—even if temporary—is unacceptable, and constitutes a contempt of the House. Members must not be impeded or interfered with while on their way to the Chamber, or when going about their parliamentary business. To permit this would interfere with the operation of the House of Commons, and undermine the pre-eminent right of the House to the service of its Members.
Those cases concerned physical obstruction.
Page 111 of House of Commons Procedure and Practice, third edition, reminds us, “A Member may also be obstructed or interfered with in the performance of his or her parliamentary functions by non-physical means.” This new hybrid world obviously presents entirely new considerations that had not even been contemplated when those previous cases arose or when our procedural authorities were written. Bosc and Gagnon, at page 112, continues, “It is impossible to codify all incidents which might be interpreted as matters of obstruction [or] interference”.
That said, Mr. Speaker, I know that you, yourself, have been seized with considering just how privilege intersects with the virtual component of our proceedings from the very beginning. When the procedure and House affairs committee first began studying these issues in the earliest weeks of the pandemic, you testified on April 21, 2020, saying, at page five of the evidence, “By not having the connectivity or by having any issues, that could be an issue down the road.”
Later you added, at page 10, with particular relevance to my situation last night, “Allowing individuals to vote is the heart of our system, and it's the base of parliamentary privilege.” You reinforced this point in your July 6, 2020, appearance before the same committee by commenting, at page six of the evidence, “It is a member's privilege to vote, and we don't want the member to lose that privilege or not be able to access it.”
The issue goes much deeper than just attending votes. I could not attend any of the virtual sitting. A predecessor of yours, Peter Milliken, bluntly made the point about connection failures to the procedure and House affairs committee on April 23, 2020, at page 19 of the evidence. He said, “It would be a matter of privilege if they couldn't get into it.”
Taking the evidence the committee heard in the spring and summer of 2020, it presented two reports which helped form the structure of the hybrid system which has evolved here. Its views on these issues are equally clear.
In its fifth report presented in May 2020, the committee wrote at page 31, “It is essential that any modifications to the procedures and practices of the House made in response to the COVID-19 outbreak fully respect the rights possessed by members under parliamentary privilege.” It continues, “Further, in the exercise of the rights accorded by parliamentary privilege, members have the right to full and equal participation in parliamentary proceedings.” Last night, I did not have full and equal participation in parliamentary proceedings.
In its seventh report, which was presented in July 2020, at page 55, the committee recommended:
That the virtual or hybrid parliament replicate the rules and customs of the House as closely as possible...in order to fully ensure the democratic role of Parliament (deliberation, accountability and decision-making), as well as the parliamentary rights and privileges of members.
Further in the report, at page 60, the committee recommended, “That members participating virtually in any proceedings of the House of Commons enjoy and exercise the same parliamentary privileges that apply to members physically present.” I was incapable of exercising the same rights and privileges as my colleagues inside the chamber last evening when the Chair canvassed the House on the parliamentary secretary's unanimous consent motion.
As for the causes of the outage last night, I would submit that identifying the origins and motivations, if any, if either can even be identified, is immaterial to this question of privilege.
First, and most important, House business was conducted in defiance of the order adopted on November 25, 2021, denying me the opportunity to participate and vote, which is in breach of parliamentary privilege.
Second, that is a matter that a committee of the House, with a privilege reference, can determine. I will quote Mr. Speaker Milliken from October 15, 2001, at page 6085 of the debates, who said:
There is a body that is well equipped to commit acts of inquisition, and that is the Standing Committee on Procedure and House Affairs, which has a fearsome chairman, quite able to extract information from witnesses who appear before the committee, with the aid of the capable members who form that committee of the House.
Third, even if the source of last night's technical difficulties can be readily pinpointed, I would refer you to the ruling of your predecessor, the hon. member for Regina—Qu'Appelle, on March 6, 2012, at page 5,834 of the debates, where he found a prima facie case of privilege in connection with the online hacker collective Anonymous.
I have long thought that we need to get back to traditional in-person sittings of the House. Yesterday's situation is just the latest example of why it is so important.
Though I recognize I am straying into debate on Motion No. 19, which is on today's schedule, the point remains that something serious happened last night. It was something that rose to the level of a breach of privilege, and a committee needs to get to the bottom of it. Should you agree, Mr. Speaker, I am prepared to move the appropriate motion.
Monsieur le Président, je soulève une question de privilège concernant la panne du système parlementaire hybride survenue hier soir. Je travaillais dans mon bureau de l'édifice de la Confédération, ici, dans la Cité parlementaire, mais il m'a été impossible d'ouvrir une session pour participer à la partie des délibérations de la Chambre sur Zoom hier soir. Nous discutions du projet de loi C‑21, l'approche cynique du gouvernement pour contrôler les armes à feu, qui devait être suivi du projet de loi C‑28, la réponse à la décision de la Cour suprême qui absout les criminels gravement intoxiqués de toute responsabilité pour leur crime. Ce sont là deux sujets qui intéressent vivement un grand nombre de mes concitoyens, et je voulais être présent pour le débat.
On m'a dit que plusieurs collègues ont aussi tenté d'accéder à la vidéoconférence, mais sans succès. Je crois savoir, de plus, qu'une réunion du très important Comité mixte spécial sur la déclaration de la situation de crise, qui examine le choix qu'a fait le gouvernement de déclarer une urgence nationale lors de la manifestation des camionneurs à Ottawa, l'hiver dernier, a dû être annulée en raison des problèmes techniques.
Au-delà des inconvénients et de l’embarras évidents qu'engendre le système hybride, que le leader du gouvernement à la Chambre demandera inexplicablement, plus tard aujourd’hui, de renouveler pour une autre année, cet incident constitue généralement, à mon avis, une atteinte au privilège de représenter les résidants de ma circonscription. Selon l’ordre de la Chambre du 25 novembre 2021, qui a rétabli les dispositions hybrides après les élections de l’an dernier, il faut que « [...] les députés puissent participer aux délibérations de la Chambre en personne ou par vidéoconférence [...] ». On dit « puissent participer ». Il n’y a aucune réserve à cet égard. Rien ne dit que cela ne s’applique que lorsque toutes les connexions sont fonctionnelles.
Même si je pense que le Parlement hybride devrait être éliminé, puisque la Chambre a accepté ces dispositions au moins jusqu’à demain, j’ai tenté d’exercer mon droit de participer à la séance à distance, à partir de mon bureau parlementaire, mais je n’ai tout simplement pas pu le faire.
Bien que je reconnaisse que la Chambre a suspendu ses travaux hier soir peu après que les problèmes de connectivité ont été signalés, ce qui était la chose à faire, la façon dont la Chambre s'est ajournée ne l’était toutefois pas. Selon le compte rendu, la séance a repris à 20 h 54 hier soir lorsque le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre a demandé le consentement unanime pour que la Chambre s’ajourne. La présidence a ensuite sondé la Chambre de la façon habituelle et elle a constaté qu’il y avait consentement pour la motion. Or, comme j’essayais de participer à distance, mais que des problèmes techniques m’ont empêché de le faire, je n’ai pas pu me présenter pour ce vote. C’est aussi une atteinte à mes privilèges.
Depuis, j’ai cru comprendre qu’il y avait eu consensus entre les représentants des partis pour que la Chambre se réunisse de nouveau afin de lever la séance, alors qu’il était devenu évident que les problèmes techniques ne seraient pas réglés avant minuit. Cela dit, je crois comprendre que le bureau du leader du gouvernement à la Chambre avait assuré au leader de mon parti à la Chambre qu’un ministre proposerait l’ajournement de la Chambre. C’est un point crucial dans ces circonstances. La séance d’hier soir a été prolongée aux termes de l’ordre de la Chambre du 2 mai, mieux connu sous le nom de motion no 11, qui permet à un ministre de proposer une motion d’ajournement sur un rappel au Règlement, motion qui est réputée adoptée dès qu’elle est proposée. Il n’y aurait pas eu de vote ni de possibilité de s’opposer à la motion. L’accord entre le NPD et le Parti libéral sur la motion no 11 m’a déjà privé de ces droits.
Si l’un ou l’autre des 39 ministres avait été ici pour gérer les travaux de la Chambre, celle-ci aurait pu s'ajourner en bonne et due forme, conformément à l’impitoyable motion no 11 des libéraux, mais ils ne sont même pas arrivés à le faire correctement. Au lieu de cela, il y a eu un vote, et je n’ai pas pu y assister. Vos prédécesseurs, monsieur le Président, ont conclu à plusieurs reprises qu’il y a de prime abord atteinte au privilège lorsqu'un député est incapable de joindre la Chambre, surtout lorsqu’il y a un vote.
Le Président Regan l'a bien expliqué, le 6 avril 2017, comme on peut le lire à la page 10246 des Débats:
On ne saurait exagérer l'importance de la question du libre accès des députés à la Cité, particulièrement quand les députés sont appelés à voter. C'est un principe qu'il vaut la peine de répéter: bloquer l'accès, même de façon temporaire, ne peut être toléré.
Il a cité à l'appui le 21e rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, produit en 2004, relativement aux mesures de sécurité sur la Colline parlementaire pour la visite d’un président américain:
Il est inouï qu’on ait empêché — même temporairement — des députés d’accéder à la colline, et cela constitue un outrage à la Chambre. Les députés ne doivent pas être entravés lorsqu’ils se rendent à la Chambre ni dans les allées et venues exigées par leurs fonctions parlementaires. Le permettre serait entraver le fonctionnement de la Chambre des communes et affaiblirait le droit prééminent qu’elle a de compter sur la présence et les services des députés.
Ces cas portaient sur l'entrave physique.
À la page 111, La procédure et les usages de la Chambre des communes, troisième édition, nous rappelle que: « Un député peut aussi faire l’objet d’obstruction ou d’ingérence dans l’exercice de ses fonctions par des moyens non physiques. » Ce nouveau monde hybride suscite manifestement des considérations nouvelles qui n’avaient pas même été envisagées lorsque ces cas se sont produits ou que nos textes de procédure ont été rédigés. À la page 112, Bosc et Gagnon poursuivent: « Il est impossible de codifier tous les incidents qui pourraient être considérés comme des cas d’obstruction [ou] d’ingérence […] ».
Cela dit, monsieur le Président, je sais que vous avez vous-même été saisi, dès le départ, de la question de déterminer comment le privilège se concilie avec l’élément virtuel de nos délibérations. Quand le comité de la procédure et des affaires de la Chambre a entrepris d’étudier ces questions, dans les premières semaines de la pandémie, vous y avez déclaré, le 21 avril 2020, à la page 5 des témoignages: « Si on n’a pas la connectivité Internet ou qu’on éprouve d’autres difficultés, ce pourrait être problématique plus tard. »
Plus loin, à la page 10, vous avez dit ceci, qui a un lien précis avec la situation que j'ai vécue hier: « Dans notre système, le droit de vote est fondamental et il est à la base du privilège parlementaire. » Vous avez insisté sur ce point au moment de votre témoignage au comité le 6 juillet 2020, lorsque vous avez dit, à la page 6: « Pour un député, c'est un privilège que de voter, et nous ne voulons pas qu'il le perde ou qu'il n'y ait pas accès. »
La question va bien plus loin que la simple présence au moment d'un vote. Je n'ai pas du tout pu assister à la séance tenue en mode virtuel. Un de vos prédécesseurs, Peter Milliken, n'a pas mis de gants blancs pour parler des problèmes de connexion devant le comité de la procédure et des affaires de la Chambre, le 23 avril 2020, à la page 19. Il a dit: « Il y aurait atteinte au privilège si une personne ne pouvait pas participer à une séance. »
À partir des témoignages entendus au printemps et à l'été 2020, le comité a présenté deux rapports qui ont contribué à l'élaboration du système hybride qui a été déployé. Les avis concernant ces enjeux y étaient également très clairs.
Dans son cinquième rapport présenté en mai 2020, le comité a écrit, à la page 33: « Il est essentiel que toute modification à la procédure et aux usages de la Chambre effectuée en réaction à la pandémie de COVID‑19 respecte intégralement les droits dont jouissent les députés en vertu du privilège parlementaire ». Le rapport poursuit en disant: « De plus, les députés ont le droit de participer de façon pleine et égale aux travaux parlementaires dans l’exercice de leurs droits conférés par le privilège parlementaire. » Hier soir, je n'ai pas eu le droit de participer de façon pleine et égale aux travaux parlementaires.
Dans son septième rapport présenté en juillet 2020, le comité recommande, à la page 60:
Que le parlement virtuel ou hybride reproduise le plus conformément possible les règles et les usages de la Chambre [...] afin d’assurer pleinement le rôle du Parlement au sein de la démocratie (délibération, reddition de compte et prise de position) ainsi que les droits et privilèges parlementaires des députés.
Plus loin dans ce rapport, à la page 65, le comité recommande: « Que les députés qui participent virtuellement aux travaux de la Chambre des communes, quels qu’ils soient, puissent jouir des mêmes privilèges parlementaires que ceux qui sont accordés aux députés physiquement présents. » Hier soir, je n'ai pas été en mesure de jouir des mêmes droits et privilèges que les autres députés physiquement présents à la Chambre quand la présidence a consulté la Chambre à propos de la motion de consentement unanime du secrétaire parlementaire.
En ce qui concerne les causes de la panne d'hier soir, je dirais que le fait d'en déterminer la source et les motifs, s'il y en a, est sans importance à l'égard de la présente question de privilège.
Premièrement, et c'est le point le plus important, en poursuivant ses travaux, la Chambre n'a pas respecté l'ordre adopté le 25 novembre 2021, puisque je n'avais l'occasion ni de participer aux délibérations ni de voter, ce qui porte atteinte au privilège parlementaire.
Deuxièmement, un renvoi de la question de privilège peut habiliter un comité de la Chambre à trancher cette affaire. Le 15 octobre 2001, à la page 6 085 des Débats de la Chambre des communes, le Président Milliken a dit:
Il y a un organe qui est bien équipé pour mener de telles enquêtes, soit le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, dont le redoutable président est tout à fait capable de soutirer des renseignements aux témoins qui comparaissent devant le comité, avec l'aide des membres compétents de ce comité de la Chambre.
Troisièmement, même si la source des difficultés techniques d'hier soir a pu être facilement cernée, je vous renvoie à la décision de votre prédécesseur, le député de Regina—Qu'Appelle. Le 6 mars 2012, à la page 5 834 des Débats de la Chambre des communes, il a conclu qu’il y avait, à première vue, matière à question de privilège concernant une affaire impliquant le groupe de pirates informatiques Anonymous.
Je pense depuis longtemps que nous devons revenir aux séances traditionnelles en personne de la Chambre. La situation d'hier n'est que le plus récent exemple des raisons pour lesquelles c'est si important.
Bien que je reconnaisse que je m'engage dans le débat sur la motion no 19, qui figure à l'horaire d'aujourd'hui, il n'en demeure pas moins qu'un grave problème est survenu hier soir. Il constituait une atteinte au privilège et un comité doit faire toute la lumière sur cette affaire. Si vous en convenez, monsieur le Président, je suis prêt à présenter la motion nécessaire.
Collapse
View Mark Holland Profile
Lib. (ON)
View Mark Holland Profile
2022-06-22 15:32 [p.7147]
Expand
Mr. Speaker, obviously, an Internet connectivity issue with an external service provider does not constitute a question of privilege because it is outside the control of the House. The House took appropriate action to restart it. Of course, these provisions have worked 99.9% of the time.
I appreciate that the member, who was in his office 100 or 200 metres away, was impacted by this. All members were. However, there are various things that are outside of our control that sometimes interrupt our proceedings. We are back here today. It continues to work, and it has worked in 99.9% of the time. I would say that is very effective.
Monsieur le Président, de toute évidence, un problème de connectivité Internet avec un fournisseur de services externe ne constitue pas une question de privilège, car c'est hors du contrôle de la Chambre. La Chambre a pris les mesures nécessaires pour redémarrer le système. Bien sûr, ces mesures fonctionnent dans 99,9 % des cas.
Je comprends que le député, qui se trouvait dans son bureau à 100 ou 200 mètres d'ici, a été touché par le problème. Tous les députés l'ont été. Cependant, il y a divers facteurs qui sont hors de notre contrôle et qui interrompent parfois nos travaux. Nous sommes de retour à la Chambre aujourd'hui. Le système continue de fonctionner comme cela est le cas 99,9 % du temps. Je dirais que c'est très efficace.
Collapse
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2022-06-22 15:32 [p.7147]
Expand
Mr. Speaker, on the same point, the hon. member for Calgary Centre expressed the issue, which is that, in the context of his participation in the House, his participation was not able to occur. That is actually the point of his question of privilege today. This relates to Motion No. 11.
I think if you go back, Mr. Speaker, you will see that he had every right to participate. He could not last night, and I would agree with the member that this is the basis of his question of privilege.
C'est au sujet du même recours au Règlement, monsieur le Président. Le député de Calgary-Centre a expliqué qu'il n'a pas pu prendre part aux délibérations. C'est là-dessus que porte sa question de privilège. On parle ici du débat sur la motion no 11.
Si vous regardez bien comme il faut, monsieur le Président, vous constaterez qu'il avait absolument le droit de prendre part au débat d'hier soir, mais il en a été empêché. J'estime qu'il s'agit aussi de l'enjeu au cœur de sa question de privilège.
Collapse
View John Nater Profile
CPC (ON)
View John Nater Profile
2022-06-22 15:33 [p.7147]
Expand
Mr. Speaker, in response to the government House leader, I would encourage him to first review the points that were raised by the member for Calgary Centre and then consult the authorities. He would learn that, in fact, it is not necessarily an internal challenge that would create a question of privilege.
As has been clearly stated by Mr. Speaker Milliken, Mr. Speaker Regan and the current member for Regina—Qu'Appelle, external factors can, in fact, have an impact on the privileges and the dignity of this House. For the government House leader to say that just because it was an external problem outside of the direct control of this place is incredibly misleading. I would encourage him to consult the authorities, which are available at the table in those wonderful green books, and review what constitutes a question of privilege in this place.
Monsieur le Président, je répondrai au leader du gouvernement à la Chambre qu'il devrait commencer par prendre connaissance des arguments soulevés par le député de Calgary-Centre et relire les ouvrages de référence pertinents. Il constaterait alors que ce n'est pas nécessairement un conflit interne qui est à l'origine de sa question de privilège.
Comme l'ont clairement dit le Président Milliken, le Président Regan et l'actuel député de Regina—Qu'Appelle, il se peut fort bien que des facteurs extérieurs portent atteinte aux privilèges et à la dignité de la Chambre. C'est extrêmement trompeur de la part du leader parlementaire du gouvernement d'affirmer que la Chambre n'y peut rien simplement parce qu'il s'agit de facteurs indépendants de sa volonté. Je l'invite à consulter les ouvrages de référence pertinents — les gros livres verts, juste là, sur le bureau — et à relire le passage qui définit ce qui constitue une question de privilège.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-22 15:34 [p.7147]
Expand
Mr. Speaker, given last night's troubling events, the Bloc Québécois wishes to assert the right of reply on this question of privilege. We consider it to be very important, and we would like to contribute our thoughts.
Monsieur le Président, à la suite des événements troublants d'hier soir, le Bloc québécois aimerait se réserver un droit de réplique sur cette question de privilège, que nous trouvons vraiment importante et sur laquelle nous aimerions apporter notre réflexion.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-06-22 15:34 [p.7147]
Expand
In light of the amount of time that we have before we recess for summer, I will do my best to come back as soon as possible.
If any member has something to add, I would advise them to do so as soon as possible.
Compte tenu du temps qu'il nous reste jusqu'à l'ajournement pour l'été, je ferai de mon mieux pour y revenir le plus tôt possible.
Si des députés souhaitent ajouter quelque chose, je leur recommande donc de le faire le plus tôt possible.
Collapse
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2022-06-22 17:02 [p.7160]
Expand
Mr. Speaker, I would like to come back to the question of privilege raised by the official opposition member from Calgary Centre with regard to the technical difficulties we had in the middle of debate in the House on the evening of June 21.
This clearly demonstrates that the hybrid system of Parliament has its shortcomings when technical difficulties occur. The hybrid system is not infallible and brings with it certain risks with regard to parliamentary rights and privileges.
It is therefore clear that we need to carefully weigh the pros and cons before deciding whether to make this way of doing things in the House permanent in order to deal with exceptional circumstances, such as the COVID-19 pandemic. With the voting app, there is always a plan B with the possibility of voting by Zoom if there is a problem. However, there is no plan B when there are issues with secure broadcasting on the House network.
Yesterday, there was a request for unanimous consent once there was a known issue with secure broadcasting in the House. The member for Calgary Centre was unable to hear the question because of problems with the House network. The hon. member clearly demonstrated the limitations of a hybrid Parliament, and we therefore ask the Chair to consider the hon. member's request.
Monsieur le Président, j'aimerais revenir sur la question de privilège soulevée par le député de Calgary-Centre de l'opposition officielle en lien avec les problèmes techniques qui sont survenus le soir du 21 juin en plein débat de la Chambre.
De toute évidence, nous sommes devant la démonstration que le mode de Parlement hybride peut comporter certaines failles ou difficultés en cas de problèmes techniques. Le mode hybride n'est pas infaillible et peut comporter certains risques en ce qui a trait aux droits et aux privilèges parlementaires.
Cela nous mène devant le constat qu'il est nécessaire de bien peser les pour et les contre si ce mode de fonctionnement de la Chambre en venait à être considéré de façon permanente, afin de pallier les situations exceptionnelles telles que la pandémie de la COVID‑19. Avec l'application du vote, il y a toujours un plan B avec la possibilité de voter par Zoom en cas de problème. Or, il n'y a pas de plan B lorsqu'il y a des problèmes de diffusion sécurisée sur le réseau de la Chambre.
Hier, il y a eu une demande de consentement unanime alors que la Chambre avait justement un problème connu de diffusion sécurisée. Le député de Calgary-Centre n'a pas été en mesure d'entendre la question en raison de problèmes provenant du réseau de la Chambre. Le député a bien fait la démonstration des limites du Parlement hybride; nous demandons donc à la présidence de prendre en compte la requête du député.
Collapse
View Chris d'Entremont Profile
CPC (NS)
View Chris d'Entremont Profile
2022-06-22 17:03 [p.7160]
Expand
I thank the hon. member for his intervention.
Je remercie l'honorable député de son intervention à ce sujet.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-06-22 17:19 [p.7162]
Expand
Mr. Speaker, I rise on a point of order.
I will be very brief on two points, with reference to the question of privilege raised earlier today.
If I may, I will first provide a comment from the Speaker of the House who issued a news release back on February 18 notifying members. I will read it directly:
As per the Parliamentary Protective Service’s (PPS) most recent email notification, a police operation is expected to take place on Wellington Street and other locations in the downtown core of Ottawa.
Given these exceptional circumstances, and following discussion with all recognized party leadership, the sitting today is cancelled. More information will follow.
I cite that, because at times there are environments in which, through consultation, there is a need for the House, such as in last night's case, to adjourn. That is just the reality, and I think that I am using this to cite the precedent.
The other thing I would like to highlight is that I would like to draw to your attention some pertinent details around the adjournment of the House last night.
At 8:54 p.m., you, the Deputy Speaker, resumed the sitting of the House. When you did this, you stated the following: “I would like to inform members that we are still having trouble with the network. There is an estimation this will not be solved this evening, so I am wondering if we can come up with an agreement.” Given that you, the Deputy Speaker, made the request that agreement be sought to adjourn, I rose in response to see if there was an agreement to adjourn, given the challenges being experienced.
No one's privileges were breached. I was responding to the information and the request from the Deputy Speaker to adjourn, so that the problem could be fixed and so that all MPs could participate.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement.
Je soulève brièvement deux points relatifs à la question de privilège soulevée plus tôt aujourd'hui.
Si vous le permettez, je vais d'abord vous faire part d'un commentaire du Président de la Chambre qui a publié un communiqué de presse le 18 février dernier pour informer les députés. Je le cite:
Comme l’a annoncé le Service de protection parlementaire dans sa plus récente notification par courriel, une opération policière est prévue sur la rue Wellington et à d’autres endroits du centre-ville d'Ottawa.
Compte tenu de ces circonstances exceptionnelles, et à la suite de discussions avec tous les partis reconnus, la séance d’aujourd’hui est annulée. Des renseignements supplémentaires suivront.
Je cite ce communiqué pour montrer qu'il y a des circonstances où, parfois, la Chambre n'a d'autre choix que d'ajourner, comme ce fut le cas hier soir. C'est simplement la réalité, et ce communiqué fait état d'un précédent.
Je veux aussi attirer votre attention sur certains détails pertinents concernant l'ajournement de la Chambre hier soir.
À 20 h 54, vous, le vice-président, avez ordonné la reprise de la séance de la Chambre. Vous avez alors déclaré ce qui suit: « J'aimerais informer les députés que nous éprouvons toujours des problèmes avec le réseau. On estime qu'il ne sera pas résolu ce soir. Ainsi, je me demande si nous pouvons en venir à une entente. » Étant donné que vous, le vice-président, avez demandé que l'on s'entende pour lever la séance, j’ai pris la parole pour savoir s'il y avait un accord en ce sens, compte tenu des difficultés éprouvées.
Il n'y a eu atteinte aux privilèges d'aucun député. Je répondais à l'information et à la demande du vice-président concernant la levée de la séance, afin que le problème puisse être réglé et que tous les députés puissent participer aux débats.
Collapse
View Chris d'Entremont Profile
CPC (NS)
View Chris d'Entremont Profile
2022-06-22 17:21 [p.7163]
Expand
I thank the member for his intervention. Knowing that the House may be rising soon, I know the Speaker will be trying hard to come up with a response as soon as possible.
Resuming debate, the hon. member for Surrey Centre.
Je remercie le député de son intervention. Comme la Chambre pourrait ajourner bientôt, je sais que le Président s'efforcera de fournir une réponse le plus rapidement possible.
Nous reprenons le débat. Le député de Surrey Centre a la parole.
Collapse
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2022-06-22 19:54 [p.7186]
Expand
Madam Speaker, I rise on a point of order.
I am sorry that I have to interrupt another Conservative filibuster. I would love to rebut the member for Barrie—Innisfil's comments, but of course, he is stopping and blocking the entire House so that nobody has a right of reply, which is tragic. I will say that the member for Barrie—Innisfil is a very hard-working member of Parliament.
I am rising to add some comments regarding the alleged matter of privilege that was raised earlier today by the member for Calgary Centre regarding the events of yesterday evening.
As members know, yesterday evening a technical interruption prevented some members from participating in House proceedings remotely. My colleagues and I are fierce defenders of the rights of parliamentarians to participate in proceedings remotely, so much so that we actually want to see hybrid proceedings extended as a consequence of the ongoing pandemic and as a useful tool for modern parliamentarians. Ultimately, I do not agree that this is a matter of privilege.
As the government House leader indicated, the events were completely external to anything that is within the control of the House; namely, it was a technological matter. As noted by the government House leader, hybrid proceedings have worked in 99.9% of instances. I certainly hope the Conservatives are not using the matter of privilege, which is a very important proceeding that ought not to be abused, to further a political point.
Unfortunately, as we know, this evening, we do not have the right to reply to the comments of the House leader of the official opposition.
I do somewhat disagree with the government House leader in that I believe that matters external to the control of the House can sometimes infringe on the privileges of a member, but if there were a power outage or a sewer malfunction, I do not believe that these would constitute breaches of privilege. I believe a technological hiccup is akin to these, and not a matter that the House needs to weigh in on or study. This is my submission.
It was not a matter of privilege, because when the matter was brought to the attention of Speaker and the various House leaders, the appropriate action was taken. The Speaker suspended the House, technicians attempted to address the issue, and when it became apparent that this would not be resolved in a timely way, the House adjourned. There was no breach of privilege, as no members were denied the opportunity to participate because no proceedings took place.
Imagine the catch-22 we would be caught in, if due to an inability to participate remotely in a request that the House adjourn, the House were forced to continue sitting and debating something, all the while excluding those who could not log in. That would be preposterous.
I do want to take a moment to thank the Speaker and all the House leaders for the good will that was shown last night when the matter was first raised in suspending and ultimately adjourning. I believe that was the right and appropriate thing to do. I was glad to see all parties take that approach co-operatively. It is unfortunate that that good will from last night is not extending to today, and the Conservatives are not allowing other parties to speak to the motion that is before the House. They are basically shutting down and refusing members of all other parties except themselves the right to speak on behalf of our constituents.
To conclude, I do want to raise one minor complaint, which is that members were not provided further information about the technological glitches of last night until 2:00 p.m. today, despite the Speaker's office providing details to the media. In the future, I believe it would be more appropriate for members to hear directly from the Speaker rather than having to read details in the news.
We will now return to the Conservatives' monopolization of House time.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement.
Je suis navré de devoir interrompre une autre manœuvre d'obstruction des conservateurs. J'aimerais bien répondre aux propos du député de Barrie—Innisfil, mais bien entendu, il monopolise le discours afin que personne ne puisse répliquer, ce qui est terrible. Je dois dire que le député de Barrie—Innisfil travaille très fort.
Je prends la parole pour ajouter quelques observations à ce qui a été dit au sujet de la présumée question de privilège qui a été soulevée un peu plus tôt par le député de Calgary‑Centre au sujet de ce qui s'est passé hier soir.
Comme nous le savons, un problème technique a alors empêché des députés de participer aux travaux de la Chambre à distance. Mes collègues et moi sommes d'ardents défenseurs des droits des parlementaires de participer aux travaux à distance, à tel point que nous voulons que le mode hybride soit prolongé en raison de la pandémie toujours présente et parce que c'est un outil utile pour les parlementaires modernes. Ce qu'il faut retenir, c'est que je ne suis pas d'accord avec l'idée qu'il s'agit d'une question de privilège.
Comme le leader du gouvernement à la Chambre des communes l'a mentionné, il s'agissait d'un problème externe sur lequel la Chambre n'avait absolument aucun contrôle, c'est-à-dire un problème technique. Comme il l'a expliqué, les séances hybrides ont bien fonctionné dans 99,9 % de cas. J'espère sincèrement que les conservateurs n'invoquent pas la question de privilège, une procédure très importante dont il ne faut pas abuser, pour accumuler du capital politique.
Malheureusement, ce soir, comme on le sait, on n'a pas droit de réplique aux commentaires du leader parlementaire de l'opposition officielle.
Cela dit, je suis légèrement en désaccord avec le leader du gouvernement à la Chambre en ce sens que j'estime que les circonstances indépendantes de la volonté de la Chambre peuvent parfois porter atteinte aux privilèges d'un député. Toutefois, je ne crois pas qu'une panne d'électricité ou un refoulement d'égout constitueraient une atteinte au privilège. J'estime qu'un contretemps technologique s'apparente à ces situations et ne justifie pas d'intervention ou d'étude de la part de la Chambre. C'est ce que je veux faire valoir.
Il n'y a pas matière à question de privilège puisque, lorsque le problème a été porté à l'attention du Président et des divers leaders parlementaires, les mesures appropriées ont été prises. La présidence a suspendu la séance, les techniciens ont tenté de régler le problème, puis, lorsqu'il est devenu évident qu'il serait impossible de régler le problème rapidement, la Chambre a levé la séance. Il n'y a eu aucune atteinte au privilège, puisque, étant donné qu'il n'y a pas eu de délibérations, aucun député ne s'est vu privé de l'occasion d'y participer.
Imaginons l'impasse s'il fallait que, parce que des députés participant à distance ne peuvent pas s'exprimer concernant une motion portant que la Chambre s'ajourne, la Chambre soit forcée de continuer de siéger et de poursuivre ses travaux en excluant les députés incapables d'ouvrir une session. Ce serait ridicule.
J'aimerais prendre un instant pour remercier le Président et tous les leaders parlementaires pour la bonne volonté dont ils ont fait preuve hier soir lorsque le problème est survenu en suspendant, puis en ajournant les travaux. Je crois que c'était la bonne chose à faire. J'ai été heureux de voir tous les partis adopter une approche coopérative. Il est malheureux que la bonne volonté d'hier soir n'ait pas perduré jusqu'à aujourd'hui, car les conservateurs empêchent les autres partis de se prononcer au sujet de la motion dont la Chambre est saisie. Ils privent carrément tous les députés, sauf ceux de leur propre parti, de leur droit de s'exprimer au nom de leurs concitoyens.
En conclusion, j'aimerais émettre une plainte mineure, qui a trait au fait qu'on n'a pas donné aux députés de plus amples renseignements au sujet des problèmes techniques d'hier soir avant 14 heures aujourd'hui, et ce, même si le bureau du Président avait fourni des détails aux médias. À l'avenir, je crois qu'il serait plus approprié que les députés obtiennent ces renseignements directement du Président au lieu de devoir les lire dans les médias.
Nous allons maintenant revenir aux conservateurs, qui monopolisent les travaux de la Chambre.
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2022-06-22 19:58 [p.7187]
Expand
I will take the hon. member's comments in deliberation, and the Speaker will return to the House with a ruling.
The hon. House leader of the official opposition.
Je vais examiner les commentaires du député et la présidence communiquera sa décision à la Chambre.
Le leader parlementaire de l'opposition officielle a la parole.
Collapse
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2022-06-20 16:18 [p.6987]
Expand
Mr. Speaker, I rise on a question of privilege. I am rising pursuant to Standing Order 48 to bring to your attention what I believe to be a breach of my privilege. Standing Order 48(2) requires written notice to be given to the Speaker to outline a member's intention to raise a question of privilege. An electronic letter was provided to the Speaker's office at the earliest opportunity, that being at 3:03 this afternoon.
Canadians are united in their support of Ukraine and want to know that the government is doing everything that it can to ensure that Ukraine has the support that it needs and to stop the Russians' illegal war and the genocide that is being perpetrated in Ukraine. Canadians want to know if the measures that the government has announced regarding sanctions are having the delivered or desired effect, or in fact any effect at all, on stifling the Russian economy and preventing any Canadian contributions, even in the most inadvertent and incidental way, to the unlawful war in Ukraine.
Our allies who have enacted sanctions have been and are transparent. There are some countries that will officially announce when a yacht or a luxury apartment has been seized, as well as the monetary value of that item or asset. Other European allies have already publicized similar asset seizures, with over $2 billion seized by EU countries between late February and early April this year.
I have repeatedly asked the government, both verbally during question period and in writing Order Paper questions to the Minister of Foreign Affairs and her parliamentary secretary, about the number of sanctions imposed and the value of the assets or property seized from the listed Russian oligarchs and their named relatives, and whether these measures have resulted in the halting of assets that could be used to purchase material or resources to harm Ukraine and Ukrainians. Canadians, of course, would very much like to know if the measures that the government is enacting and undertaking are actually working.
While I understand that Speaker's rulings have stated that the Speaker is not responsible for the quality of the answer, the Speaker does have an obligation to ensure that question period meets the standards set out by Bosc and Gagnon. For example, House of Commons Procedure and Practice, Bosc and Gagnon, outlines a number of principles by which question period is governed. For example, it reads:
While there may be other purposes and ambitions involved in Question Period, its primary purpose must be the seeking of information from the government and calling the government to account for its actions.
If the primary purpose of question period is to seek information and call the government to account, how is it possible that the government provides incomplete or misleading answers?
Further, while Speakers have traditionally been reluctant to adjudicate on the quality of answers, it is nonetheless well within the Speaker's responsibility to ensure that the rules are followed and that the answers are provided. In this context, I will draw your attention to my specific case, namely the response, which indicates that the government would not answer, simply because it did not immediately have that information.
Mr. Speaker, this is not an example of an insufficient answer. It is an example of the government's abdication of its responsibility to provide an answer at all. In that context, I think it is appropriate for you to review this matter. Thus far, the Canadian government refuses to share even these basic, yet vital, details. Without this information, it feels very much like the government is hiding something. This raises concerns for me that perhaps the government has yet to take any meaningful, concrete actions, that it is just naming the names and not carrying out the enforcement.
The answers that have thus far been proffered to me in response to my numerous questions have been vague, incomplete or completely without any information at all. For example, the government responded to one of my Order Paper questions by writing that because it is unable or cannot provide complete information, it will provide none. I would argue that this response constitutes improper use by the government of the process of written questions, and it infringes on the member of Parliament's rights to hold accountable the ministry.
In chapter 7 of her November 20, 2004 report entitled “Process for Responding to Parliamentary Order Paper Questions”, the then auditor general wrote this:
The right to seek information from the Ministry of the day and the right to hold that Ministry accountable are recognized as two of the fundamental principles of parliamentary government.
Written questions are one of the tools that Canadians, via their elected representatives, can use to force the government to be accountable.
I hope you will consider this matter seriously and recognize that it involves a prima facie breach of my privileges as a member of Parliament. None of the information that I have requested has been found in the government's responses.
Monsieur le Président, je soulève la question de privilège, conformément à l'article 48 du Règlement, afin de vous signaler qu'il y a selon moi eu atteinte à mon privilège. L'article 48(2) du Règlement exige qu'un avis écrit soit remis au Président pour lui faire part de l'intention d'un député de soulever une question de privilège. Une lettre électronique a été transmise au bureau du Président à la première occasion, soit à 15 h 3 cet après-midi.
Les Canadiens sont unis dans leur appui à l'Ukraine et ils veulent avoir l'assurance que le gouvernement fait tout en son pouvoir pour que l'Ukraine ait le soutien dont elle a besoin et pour mettre fin à la guerre illégale des Russes et au génocide perpétré en Ukraine. Les Canadiens veulent savoir si les mesures annoncées par le gouvernement en matière de sanctions ont l'effet escompté — ou même un effet quelconque — pour étouffer l'économie russe et pour empêcher toute contribution canadienne, même par inadvertance et de manière absolument fortuite, à la guerre illégale en Ukraine.
Les alliés du Canada qui ont adopté des sanctions font et ont fait preuve de transparence. Certains pays annoncent officiellement la saisie d'un yacht ou d'un appartement de luxe, ainsi que la valeur monétaire de l'objet ou du bien saisi. D'autres alliés européens ont déjà rendu publiques des saisies d'actifs similaires, à hauteur de plus de 2 milliards de dollars saisis par les pays de l'Union européenne entre la fin de février et le début d'avril derniers.
À maintes reprises, j'ai demandé au gouvernement, tant verbalement pendant la période des questions que par écrit sous forme de questions au Feuilleton à l'intention de la ministre des Affaires étrangères et de sa secrétaire parlementaire, quel était le nombre de sanctions imposées aux oligarques russes visés et à leurs proches nommés de même que la valeur des actifs ou des biens saisis, et si ces mesures avaient entraîné le gel d'actifs pouvant servir à l'achat de matériel ou de ressources pour nuire à l'Ukraine et aux Ukrainiens. Évidemment, les Canadiens aimeraient beaucoup savoir si les mesures prises par le gouvernement sont vraiment efficaces.
Bien que je comprenne que, dans ses décisions, le Président ait déclaré ne pas être responsable de la qualité d'une réponse, il a néanmoins l'obligation de veiller à ce que la période des questions respecte les normes établies par Bosc et Gagnon. Par exemple, La procédure et les usages de la Chambre des communes, de Bosc et Gagnon, énonce divers principes gouvernant la période des questions. On peut par exemple y lire ceci:
Si les députés participant à la période des questions peuvent avoir d’autres visées, l’objectif principal doit être de demander des renseignements au gouvernement et de l’amener à rendre compte de ses actes [...]
Si la raison première de la période des questions est de demander des renseignements et d'amener le gouvernement à rendre compte de ses actes, comment se fait-il que le gouvernement fournisse des réponses incomplètes ou trompeuses?
De plus, bien que la présidence soit, traditionnellement, réticente à se prononcer sur la qualité des réponses, il fait néanmoins amplement partie de sa responsabilité de veiller à ce que les règles soient respectées et à ce que les réponses demandées soient fournies. Dans ce contexte, j'attire votre attention sur mon cas précis, soit la réponse m'informant que le gouvernement refuse de répondre simplement parce qu'il ne possède pas ces renseignements dans l'immédiat.
Monsieur le Président, il ne s'agit pas d'un exemple de réponse insuffisante. Il s'agit d'un exemple d'abdication, par le gouvernement, de sa responsabilité de fournir une réponse. Compte tenu de cela, j'estime que la situation justifie que vous l'examiniez. Jusqu'à présent, le gouvernement du Canada refuse de communiquer ces détails, aussi élémentaires et essentiels soient-ils. Sans cette information, tout porte à croire que le gouvernement cache quelque chose, ce qui me fait craindre que le gouvernement n'ait peut-être encore pris aucune mesure concrète, qu'il ne fasse que nommer des personnes et n'applique pas les sanctions.
Les réponses aux nombreuses questions que j'ai posées ont jusqu'à maintenant été ambiguës, incomplètes ou carrément dépourvues de contenu. Par exemple, le gouvernement a répondu à une des questions que j'avais fait inscrire au Feuilleton en écrivant que, comme il est incapable de fournir des renseignements complets, il n'en donnera aucun. Je dirais que cette réponse dénote un usage inapproprié, par le gouvernement, des questions écrites et qu'il s'agit d'une violation du droit des députés d'exiger des comptes du gouvernement.
Au chapitre 7 de son rapport du 20 novembre 2004, intitulé « Le processus suivi pour répondre aux questions des parlementaires inscrites au Feuilleton », la vérificatrice générale de l'époque avait écrit ce qui suit:
Le droit d'obtenir des renseignements du gouvernement et le droit de le tenir responsable de ses actes sont deux des principes fondamentaux du gouvernement parlementaire.
Les questions écrites constituent un des moyens dont disposent les Canadiens, par l'entremise de leur député élu, pour exiger du gouvernement qu'il rende des comptes.
J'espère que vous prendrez cette affaire au sérieux et que vous reconnaîtrez qu'il s'agit de prime abord d'une atteinte à mes privilèges en tant que députée. Aucun des renseignements que j'ai demandés ne se trouvait dans les réponses du gouvernement.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2022-06-20 16:22 [p.6988]
Expand
I would like to thank the hon. member for having raised this matter.
It is true that the right to seek information and to hold government to account are at the basis of our parliamentary system. The member seems unsatisfied with the type of information and level of details obtained in response to questions raised in the House and through written questions placed on the Order Paper.
I will quote the House of Commons Procedure and Practice, third edition, pages 529 and 530:
There are no provisions in the rules for the Speaker to review government responses to questions. Nonetheless, on several occasions, Members have raised questions of privilege in the House regarding the accuracy of information contained in responses to written questions; in none of these cases was the matter found to be a prima facie breach of privilege. The Speaker has ruled that it is not the role of the Chair to determine whether or not the contents of documents tabled in the House are accurate nor to “assess the likelihood of an Hon. Member knowing whether the facts contained in a document are correct”.
This question is not a new one and the Speaker has indicated in the past that it is acceptable for the government, in response to written questions, to indicate that it cannot supply an answer. As such, in the Chair's opinion, this does not constitute a prima facie case of privilege, nor does it constitute a valid point of order.
It is my duty pursuant to Standing Order 38 to inform the House that the questions to be raised tonight at the time of adjournment are as follows: the hon. member for Saanich—Gulf Islands, Climate Change; the hon. member for Cypress Hills—Grasslands, Agriculture and Agri-Food; the hon. member for Victoria, Climate Change.
Je remercie la députée d'avoir soulevé cette question.
Il est vrai que le droit de demander des renseignements et des comptes au gouvernement est le fondement de notre système parlementaire. La députée semble insatisfaite du type d'information et de la quantité de précisions obtenus en réponse aux questions soulevées à la Chambre et aux questions écrites inscrites au Feuilleton.
Je vais citer la troisième édition de La procédure et les usages de la Chambre des communes, aux pages 529 et 530:
Aucune disposition du Règlement ne permet au Président de contrôler les réponses que le gouvernement donne aux questions. S’il est arrivé à plusieurs reprises que des députés soulèvent une question de privilège à la Chambre concernant l’exactitude des renseignements fournis en réponse à des questions écrites, la présidence n’a jamais jugé qu’il y avait de prime abord atteinte au privilège. Le Président a jugé qu’il ne lui incombe pas de déterminer si le contenu des documents déposés à la Chambre est exact ou encore « de décider dans quelle mesure un député peut savoir ou non si les renseignements contenus dans un document sont exacts ».
La question n'est pas nouvelle et le Président a déjà établi qu'il est acceptable que le gouvernement, en réponse à des questions écrites, précise qu'il ne peut pas fournir de réponse. Ainsi, de l'avis de la présidence, il n'y a pas, à première vue, matière à question de privilège, et le recours au Règlement n'est pas recevable.
Conformément à l'article 38 du Règlement, je dois faire connaître à la Chambre les questions qu'elle abordera à l'heure de l'ajournement ce soir, à savoir: la députée de Saanich—Gulf Islands, Le changement climatique; le député de Cypress Hills—Grasslands, L'agriculture et l'agroalimentaire; la députée de Victoria, Le changement climatique.
Collapse
Results: 1 - 15 of 71 | Page: 1 of 5

1
2
3
4
5
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data