Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 6 of 6
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-06-23 12:38 [p.7226]
Expand
Madam Speaker, I appreciate the opportunity to join this debate. I have been listening intently over the last hour or so to what has been discussed in the House, and I heard the government House leader say that we will be able to look at this at PROC in the fall. However, the rule is going to be in place until June 23, 2023. I do not know where the Liberals come from, but where I come from, we do not make a rule and then study it to make another rule when it has already been put in place.
Their argument here is irrelevant. If they want PROC to study this in September, why are they putting in this piece of legislation now so that the rule stays until June 23, 2023?
It does not make any sense, so I would like our House leader to explain it to us.
Madame la Présidente, je suis heureux de pouvoir participer à ce débat, que j'écoute avec attention depuis plus d'une heure environ. Le leader du gouvernement à la Chambre a dit que le comité de la procédure pourra se pencher sur la question à l'automne, mais la règle restera en place jusqu'au 23 juin 2023. Je ne sais pas d'où viennent les libéraux, mais d'où je viens, on n'établit pas une règle pour ensuite l'étudier afin d'établir une nouvelle règle alors qu'il en existe déjà une.
L'argument des libéraux ne tient pas la route. S'ils veulent que le comité de la procédure se penche sur la question en septembre, pourquoi présentent-ils maintenant cette mesure qui vise à ce que la règle reste en place jusqu'au 23 juin 2023?
Cela n'a aucun sens. J'aimerais que notre leader parlementaire nous fournisse une explication.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-11-25 12:38
Expand
Mr. Speaker, as this is my first time on my feet in the 44th Parliament, I have a few words of thanks for the people who have allowed me to take my place in this august chamber once again. That starts with the voters of Regina—Lewvan.
This is my second term. The class of 2019 had an unusual first session of Parliament. We were in this chamber for about five weeks, at the start of our parliamentary careers, and then COVID hit on about March 13-14, 2020. It was a different experience for us. We went through the hybrid experience. Speaking for some on this side and maybe some others, that was not the best experience for us as parliamentarians. It added an extra level of difficulty. Being new members of Parliament also added to how we thought we needed to represent our constituents and how we needed to stand up for them in this place.
A lot of people who voted for me said, “Please be Regina—Lewvan's voice in Ottawa”, not Regina—Lewvan's voice on a screen and not Regina—Lewvan's voice sometimes in Ottawa. When the House is sitting, voters want us to be in our chairs here because that is our job. Our job is to represent our constituents in this chamber, to be their voice and to bring forward their concerns to the government. The opposition's job is to propose and oppose. I think that is very important for us to do. It is incumbent on all of us to think about how we could do that best. I have heard a lot of Liberal members say they are going to be here regardless of whether hybrid sittings happen. Why do we not continue with that tradition?
Members have talked about our member for Beauce. Is he the only person who has ever had a health care issue and could not come to the chamber? It has been happening since the start of sessions in the chamber. People have health care issues that mean they cannot come here. When they get better, they come back to sit in the House and do their jobs. It has always been that way.
I think the idea of pairing, which the member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes brought up, is a very good idea. It is a proposition from us that suggests a different way of doing things without there being a bit of leverage for not being in the chamber.
Why could we not use pairing? I have not heard a response from the Liberal government, or from our NDP colleagues who are propping up the Liberal government's decision to take away accountability, about why that would not be an option for us to make sure that we could continue to do our jobs in this chamber.
I grew up on a dairy farm in Rush Lake, Saskatchewan. There was no way that we could ever virtually milk a cow. I represent people who have to go to work every day regardless of their health, regardless of whether they want to get up, and regardless of whether they had a long night the night before. People have to get up and they have to go to work. That is for dairy farmers, people who have to put hay up, ranchers and people who have to harvest. There is no virtual harvesting of products in Saskatchewan. People have to get up every day to go to work. My friend Dieter, who runs a cement company, cannot pour cement over a screen. People have to get up and go to work every day to make sure they can support their families.
That is what we are talking about today. Why do Liberal members think it is okay for us not to have to show up for the people we represent? They do it for us all the time. Every day they get up and go to work because they have to. During the pandemic, the people who work at grocery stores did not have the choice to say they were not going to go to work because they did not feel good or just did not feel like they wanted to.
That being said, members always have the ability to not come to the chamber. If a Liberal member does not feel well and wants to keep people safe, they can not come. If a person is sick, they should not come to the chamber. That is how this works. That is our responsibility. If someone does not want to spread a sickness, they should not come to the chamber if they are not feeling well. We have a personal responsibility as well. We are all adults in this chamber. Why can we not do that? Why does the government have to make a rule to tell people not to come to work if they do not feel well? That is what I ask. We can do that on our own. We are intelligent people.
Accountability is what this is all about. The government thinks it can hide over virtual Parliament until June of 2022. My constituents in Regina—Lewvan do not want that. They want us to be in this chamber. They want government ministers to be answering questions in person instead of having technical difficulties over Zoom. That is what I am talking about.
There are also two different sides to Liberal members. There are Liberal members and the House leader in the media saying it is all about safety. Then the cameras go off and they are hugging people all over during our opening day. Each and every one of these members went and hugged people throughout the chamber on opening day when we were here. What is the difference? Why is that okay? Is it because there are no media and they can feign their hypocrisy?
When the cameras are on, it is all about safety, hand over heart. Then they can jump on a plane, go to COP and rub shoulders with Leonardo DiCaprio. That is okay. They can go and hang out with their global elitists in Glasgow, but they cannot stand up for their constituents in this chamber. That is what we get with a few of the Liberal members.
Some Liberal members have the best intentions. I have worked with the member for Kings—Hants on the agriculture committee and he has done his duty on agriculture, but I am sure he would rather be here. I am sure he would rather be in this chamber. Actually, I heard him say that. There is the Maritime bubble. If I am able, I would rather be in the chamber.
I wish some Liberal members would have talked to their leadership like that before this motion was brought forward. I think there are a lot of Liberal members who feel like their jobs should be in this chamber, and they want to be here as much as possible. However, they did not have a caucus meeting until 50 days after the election, so they probably never got a chance to have that conversation. Unfortunately, if there was a bit more collaboration on the Liberal benches, maybe they would have heard their members and said, “It is time for most Canadians to go to work to earn a paycheque and we should, too.”
When it comes down to it, what we are really talking about is the need for us to be leaders and to show the people who sent us here, after a $600-million cabinet shuffle, that we are going to be here and standing up for their rights. Liberal members must feel that same way, because I do not think someone puts their name on a ballot to sit in front of a screen. I do not think any of them did that. I believe in my heart that they want to represent their constituents as well.
I am hoping that when all is said and done, we make sure the Liberal front benches hear from their back benches that they want to come to work, too. To have this motion on the Order Paper and say we are going to shut down real Parliament until June 2022 shows that this is more about political gamesmanship than about the safety of those here. I believe that the parliamentary precinct has done a great job of making this a safe place. I believe they worked hard and they did all they could to make sure we could do our jobs over virtual Parliament when we had to, but now we can do this in person.
I will give a shameless plug to the Saskatchewan Roughriders. They are having a home playoff game on Sunday. There are going to be 33,000 people at Mosaic Stadium watching our Riders beat the Calgary Stampeders. If we can do that, if we can fly to Glasgow and rub shoulders with global elites at COP, 338 of us can sit here in this chamber to make sure we are passing laws for the people of Canada and make sure we are going to work to represent our constituents.
That is what I want to do and that is what my request is. To some of the back bench Liberals, talk to the front benches and ask if it is not possible that we can sit here in person and make sure we are doing our jobs so that each and every Canadian has a representative in this chamber.
Monsieur le Président, comme c’est la première fois que je prends la parole depuis le début de la 44e législature, j’ai quelques mots de remerciement pour les gens qui m’ont permis de les représenter dans cette auguste Chambre encore une fois. Ce sont d'abord les électeurs de Regina—Lewvan.
C’est mon deuxième mandat. Les nouveaux élus de 2019 ont connu une première session parlementaire inhabituelle. Nous avons siégé dans cette Chambre pendant environ cinq semaines, au début de nos carrières parlementaires, puis la COVID a frappé vers le 13 ou le 14 mars 2020. C’était une expérience différente pour nous. Nous avons vécu l'expérience hybride. Pour certains députés de ce côté-ci et peut-être pour d’autres, ce n’était pas la meilleure expérience en tant que parlementaires. Cela a ajouté un niveau supplémentaire de difficulté. Le fait d’être de nouveaux députés nous a également amenés à réfléchir à la façon dont nous devions représenter nos concitoyens et défendre leurs intérêts dans cette enceinte.
Beaucoup de gens qui ont voté pour moi m'ont demandé d'être la voix de Regina—Lewvan à Ottawa, et non pas la voix de Regina—Lewvan parfois sur un écran et parfois à Ottawa. Lorsque la Chambre siège, les électeurs veulent que nous soyons dans nos sièges, car c’est notre travail. Notre travail consiste à représenter les électeurs de nos circonscriptions dans cette Chambre, à être leur voix et à faire part au gouvernement de leurs préoccupations. Le travail de l’opposition consiste à proposer et à s’opposer. Je pense que c’est très important pour nous de le faire. Il nous incombe à tous de réfléchir à la meilleure façon de le faire. J’ai entendu beaucoup de députés libéraux dire qu’ils seront ici, peu importe si les séances hybrides ont lieu. Pourquoi ne pas poursuivre cette tradition?
Certains députés ont parlé du député de Beauce. Est-il la seule personne à avoir eu un problème de santé et à ne pas pouvoir venir à la Chambre? Cela se produit depuis le début des séances à la Chambre. Les gens ont parfois des problèmes de santé qui les empêchent de venir ici. Lorsqu’ils vont mieux, ils reviennent siéger à la Chambre et faire leur travail. Il en a toujours été ainsi.
Je pense que l’idée du pairage, évoquée par le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes, est une très bonne idée. C’est une proposition de notre part qui suggère une façon différente de faire les choses sans qu’il y ait de pression pour ne pas être présent à la Chambre.
Pourquoi ne pourrions-nous pas utiliser le pairage? Je n’ai pas entendu de réponse de la part du gouvernement libéral ni de nos collègues néo-démocrates, qui soutiennent la décision du gouvernement libéral d’éliminer la reddition de comptes, quant aux raisons pour lesquelles ce ne serait pas une option valable pour nous permettre de continuer à faire notre travail à la Chambre.
J’ai grandi dans une ferme laitière à Rush Lake, en Saskatchewan. Il n’était pas question pour nous de pouvoir traire une vache virtuellement. Je représente des gens qui doivent se rendre au travail tous les jours, quel que soit leur état de santé, peu importe s’ils veulent se lever, et peu importe s’ils ont eu à veiller très tard la veille. Les gens doivent se lever et aller au travail. C’est le cas des producteurs laitiers, des personnes qui doivent couper le foin, des éleveurs et de ceux qui doivent travailler à la récolte. Il n’y a pas de récolte virtuelle de produits en Saskatchewan. Les gens doivent se lever tous les jours pour aller travailler. Mon ami Dieter, qui dirige une entreprise de ciment, ne peut pas verser du ciment sur un écran. Les gens doivent se lever et aller travailler tous les jours pour faire vivre leur famille.
C’est de cela que nous parlons aujourd’hui. Pourquoi les députés libéraux pensent-ils qu’il est normal que nous n’ayons pas à nous déplacer au travail pour les gens que nous représentons? Ces gens le font pour nous tout le temps. Chaque jour, ils se lèvent et vont au travail parce qu’ils doivent le faire. Pendant la pandémie, les personnes qui travaillent dans les épiceries n’ont pas eu le choix de dire qu’elles n’allaient pas travailler parce qu’elles ne se sentaient pas bien ou qu’elles n’en avaient pas envie.
Cela dit, les députés ont toujours la possibilité de ne pas venir à la Chambre. Si un député libéral ne se sent pas bien et veut assurer la sécurité des gens, il peut ne pas venir. Si une personne est malade, elle ne doit pas venir en Chambre. C’est ainsi que cela fonctionne. C’est notre responsabilité. Si quelqu’un ne veut pas propager une maladie, il ne doit pas venir à la Chambre s’il ne se sent pas bien. Nous avons également une responsabilité personnelle. Nous sommes tous des adultes dans cette chambre. Pourquoi ne pouvons-nous pas le faire? Pourquoi le gouvernement doit-il établir une règle pour dire aux gens de ne pas venir travailler s’ils ne se sentent pas bien? C’est ce que je demande. Nous pouvons le faire de notre propre chef. Nous sommes des gens intelligents.
La reddition de comptes, voilà où le bât blesse. Le gouvernement pense qu’il peut se cacher derrière le Parlement virtuel jusqu’en juin 2022. Les gens de Regina—Lewvan ne veulent pas de cela. Ils veulent que nous soyons présents dans cette enceinte. Ils veulent que les ministres du gouvernement répondent aux questions en personne au lieu d’avoir des difficultés techniques sur Zoom. C’est de cela que je parle.
Les députés libéraux montrent deux visages. Il y a les députés libéraux et le leader parlementaire qui disent dans les médias que la sécurité est primordiale. Puis, quand les caméras s’éteignent, ils s’étreignent partout dès le premier jour de la rentrée. Tous ces députés sont allés embrasser des gens dans toute la Chambre le premier jour où nous nous sommes retrouvés ici. Quelle est la différence? Pourquoi est-ce acceptable? Est-ce parce qu’il n’y avait pas de médias autour? N'est-ce pas hypocrite?
Quand les caméras tournent, c’est la sécurité avant tout, la main sur le cœur. Après, ils peuvent sauter dans un avion pour aller à la COP côtoyer Leonardo DiCaprio. C’est normal. Ils peuvent aller passer du temps avec leurs amis de l’élite mondiale à Glasgow, mais ils ne peuvent pas défendre leurs concitoyens dans cette enceinte. Voilà l’attitude de quelques-uns des députés libéraux.
Certains députés libéraux ont les meilleures intentions du monde. J’ai travaillé avec le député de Kings-Hants au comité de l’agriculture et il y a fait son devoir, mais je suis sûr qu’il préférerait être ici. Je suis sûr qu’il préférerait siéger à la Chambre même. En fait, je l’ai entendu le dire. Il y a la bulle de l'Atlantique. Si je le pouvais, je préférerais être à la Chambre.
J’aurais aimé que certains députés libéraux parlent comme cela à la direction de leur parti avant que cette motion soit présentée. Je pense que beaucoup de députés libéraux estiment que leur travail devrait se faire à la Chambre, et ils veulent être ici autant que possible. Cependant, comme leur première réunion de caucus a eu lieu 50 jours après les élections, ils n’ont probablement jamais eu l’occasion d’avoir cette conversation. Malheureusement, s’il y avait un peu plus de collaboration dans les rangs libéraux, peut-être que leur direction les aurait entendus et aurait conclu que s’il est temps pour la plupart des Canadiens d’aller gagner leur salaire, cela vaut pour nous aussi.
Au fond, ce dont nous parlons, c’est de la nécessité pour nous de montrer l’exemple et de montrer aux citoyens qui nous ont élus, qu’après un remaniement ministériel qui aura coûté 600 millions de dollars, nous serons ici pour défendre leurs droits. Les députés libéraux doivent penser la même chose parce que je ne crois pas qu’on mette son nom sur un bulletin pour s’asseoir devant un écran. Je ne crois pas que ce soit le cas d’aucun d’entre eux. Je suis personnellement convaincu qu’ils veulent aussi représenter leurs concitoyens.
J’espère qu’en fin de compte, nous faisons en sorte que les banquettes ministérielles entendent les députés libéraux d'arrière-ban quand ils leur disent qu’ils veulent venir travailler eux aussi. Inscrire cette motion au Feuilleton et dire que nous mettrons fin aux débats en personne jusqu’en juin 2022 montre qu’il s’agit plus de manœuvres politiques que de la sécurité de tous les députés. Je suis convaincu que la Cité parlementaire a fait le nécessaire pour que cet endroit soit sûr. Je crois qu’elle n’a pas ménagé ses efforts pour que nous puissions faire notre travail à distance lorsque c’était nécessaire, mais nous pouvons maintenant siéger en personne.
Je vais promouvoir sans vergogne les Roughriders de la Saskatchewan. Ils ont un match éliminatoire à domicile dimanche. Il y aura 33 000 spectateurs au stade Mosaic qui les regarderont battre les Stampeders de Calgary. Si nous pouvons réunir tout ce monde, si nous pouvons prendre l’avion pour Glasgow et passer du temps avec l’élite mondiale à la COP, 338 députés peuvent siéger à la Chambre afin d’adopter des lois pour les Canadiens et de s’assurer de travailler pour représenter leurs concitoyens.
C’est ce que je souhaite et c’est ce que je demande: que les députés libéraux de l’arrière-ban parlent aux députés des banquettes ministérielles pour leur demander si nous ne pourrions pas tous siéger en personne afin de nous assurer que nous faisons notre travail au mieux et que chaque Canadien est représenté à la Chambre.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-11-25 12:48
Expand
Mr. Speaker, obviously the member thinks the media is here, because there is the feigned hypocrisy of a Liberal who is asking me to apologize. I am standing up for people who want to see us work here. I know people work virtually. You all worked virtually. What I am saying is that there are some people who cannot. There are some people who have to get up and go to work every day because they do not have the opportunity to do it virtually.
I am standing up for ranchers and the oil and gas people who have to put their boots on and go to work every morning, the people the Liberals do not respect. They hate what we do in western Canada. Every time they get on their high horse, which must be because of the media up there, they feign hypocrisy, and they rub shoulders with global elites in Glasgow and make sure they look down their noses at all of us. I am standing up for the people of Regina—Lewvan and I have no need to apologize for that.
Monsieur le Président, de toute évidence, la députée pense que les médias sont ici, car elle feint d'être offensée et me demande de m'excuser. Je défends les gens qui veulent que nous travaillions ici. Je sais que les gens travaillent à distance. Vous avez tous travaillé à distance. Ce que je dis, c'est qu'il y a des gens qui ne le peuvent pas. Il y a des gens qui doivent se lever et se rendre au travail jour après jour parce qu'ils n'ont pas la possibilité de travailler de chez eux.
Je défends les éleveurs et les travailleurs du secteur pétrolier et gazier qui doivent mettre leurs bottes et aller travailler tous les matins, des gens que les libéraux ne respectent pas. Les libéraux détestent ce que nous faisons dans l'Ouest. Chaque fois qu'ils montent sur leurs grands chevaux — ce qu'on peut probablement attribuer à la présence des médias —, ils font preuve d'hypocrisie. Ils côtoient l'élite mondiale à Glasgow et nous toisent ensuite de haut. Je défends les habitants de Regina—Lewvan et je n'ai pas besoin de m'excuser de cela.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-11-25 12:49
Expand
Mr. Speaker, I agree with my hon. colleague from Port Moody—Coquitlam that work means almost everything. It means many different things to many different people. However, would she agree that there are also people who have to go to work each and every morning and do not have the option of doing it virtually over a computer screen? They have to put their boots on and go to work every morning.
Why do we always talk about divisive policies like this? Why can we not stand up for all working people across Canada instead of pitting east against west? I think that has happened because the government has not done one thing to try to unite Canadians.
We on the Conservative side would like to talk about everyone going back to work, everyone having opportunities to support themselves and everyone having a better life and a better future for themselves and their children. That is what the Conservatives want to talk about. I would really love for us to stop talking about this divisiveness of east versus west.
Monsieur le Président, je suis d'accord avec la députée de Port Moody—Coquitlam que travailler peut vouloir dire presque n'importe quoi. Le sens varie selon la personne. Toutefois, serait-elle d'accord pour dire qu'il y a aussi des personnes qui doivent se rendre au travail chaque matin et n'ont pas l'option de travailler à distance, devant un écran d'ordinateur? Ils doivent se chausser et se rendre au boulot tous les matins.
Pourquoi parlons-nous toujours de politiques comme celle-ci qui sont source de discorde? Pourquoi ne pouvons-nous pas prendre position pour tous les travailleurs du pays plutôt que d'opposer l'Est à l'Ouest? Selon moi, c'est ce qui se produit quand le gouvernement ne fait rien pour unir les Canadiens.
Chez les conservateurs, nous aimerions parler du retour au travail pour tous, de la possibilité pour chacun de subvenir à ses besoins et de l'accès à une vie et à un avenir meilleurs pour tous les Canadiens et leurs enfants. Voilà ce dont les conservateurs veulent parler. J'aimerais vraiment que nous arrêtions de parler de cette discorde entre l'Est et l'Ouest.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2021-11-25 12:52
Expand
Mr. Speaker, absolutely. I am not a doctor, so I do not know about the medical exemptions, and I do not play one like the deputy House leader tries to play here when talking about medical exemptions. What I do know is that I love talking about the oil and gas sector and that a strong oil and gas sector makes for a stronger Canada and brings Canada together. I appreciate that my colleague said that.
Also, Mr. Speaker, congratulations on your appointment. It is very well deserved. Great job.
Monsieur le Président, tout à fait. Je ne suis pas médecin, alors je ne connais pas les exemptions médicales et je ne cherche pas à jouer au médecin comme le fait le leader adjoint à la Chambre lorsqu'il parle des exemptions médicales. Par contre, j'aime bien parler du secteur pétrolier et gazier qui, lorsqu'il est solide, rend le Canada plus fort et plus uni. Je suis reconnaissant que mon collègue l'ait dit.
Aussi, monsieur le Président, je vous félicite de votre élection bien méritée à ce poste. Bravo!
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, it is an honour to rise for the first time in this new Parliament.
Does the hon. member agree with the government House leader who said on Monday that if a fully vaccinated person tested positive for COVID-19, they could still go to work?
Madame la Présidente, je suis honoré de prendre la parole pour la première fois depuis le début de cette nouvelle législature.
Le député est-il d'accord avec le leader du gouvernement à la Chambre qui a déclaré lundi qu'une personne pleinement vaccinée dont le test de dépistage de la COVID‑19 donne un résultat positif pourrait quand même accomplir son travail?
Collapse
Results: 1 - 6 of 6

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data