Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 3 of 3
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-06-22 18:23 [p.7172]
Expand
Madam Speaker, we have heard throughout this debate that seniors were disproportionately impacted by COVID-19, and we know that this was particularly true for seniors living in long-term care.
In the previous Parliament, I had the opportunity to initiate a study at the HUMA committee to review the impact of COVID-19 on the financial and social health and well-being of seniors. The purpose of the study was to understand the impact on seniors, take lessons from that understanding and make specific recommendations to improve supports for seniors. We know that long-term care was central to that study, and the committee heard important testimony that spoke directly to the experiences and needs of seniors, their families and staff in care homes.
I was relieved that in this Parliament, the HUMA committee completed that study. The report entitled “The Impacts of COVID-19 on the Well-Being of Seniors” was tabled in the House just recently. Similar to recommendations in that report, the motion being debated today calls on the government to work collaboratively with provincial and territorial governments to ensure that seniors receive adequate care.
I certainly appreciate and support the member for Avalon calling on his own government to act, but action must be taken. We know that the status quo is unacceptable and that the government can do better.
The conversation really turns to the Liberal government and the seniors minister. It is not enough to pass the motion in the House. The needle needs to move, and we know and have heard that action is past due. There are areas that fall under federal jurisdiction that can be acted on in the immediate term, and while we know that provincial jurisdictions must absolutely be respected, especially as priorities and needs may different regionally, the federal government can certainly provide leadership.
Madame la Présidente, on répète depuis le début du débat que les aînés ont été particulièrement éprouvés par la COVID‑19, et c'est encore plus vrai pour ceux qui habitent dans un centre d'hébergement de longue durée.
Pendant la législature précédente, j'ai convaincu le comité des ressources humaines d'entreprendre une étude sur les effets de la COVID‑19 sur la santé financière et sociale ainsi que sur le bien-être des aînés. Cette étude visait à comprendre les répercussions subies par les aînés, à en tirer des leçons et à recommander des façons de mieux aider les personnes âgées. Les soins de longue durée étaient au cœur de cette étude, et certains témoins entendus par le comité sont venus parler de leur expérience et expliquer les besoins des aînés vivant dans de tels établissements de même que ceux de leurs proches et du personnel qui en prend soin.
J'ai été soulagée d'apprendre, au début de la législature actuelle, que le comité avait terminé son étude. Son rapport, intitulé « Les répercussions de la COVID‑19 sur le bien-être des aînés », a été déposé à la Chambre récemment. Tout comme les recommandations qui s'y trouvent, la motion d'aujourd'hui demande au gouvernement de faire tout ce qui est en son pouvoir, en collaboration avec les provinces et les territoires, pour que les aînés reçoivent les soins dont ils ont besoin.
Je suis très reconnaissante au député d'Avalon d'avoir demandé à son gouvernement d'agir, mais encore faudrait-il qu'il soit entendu. Le statu quo est inacceptable, et le gouvernement est capable de mieux.
La balle est dans le camp des libéraux et de la ministre des Aînés. Ce n'est pas assez de donner son appui à une motion. Les choses doivent bouger et il est plus que temps qu'il se passe quelque chose. Dans l'immédiat, le gouvernement peut agir sur les éléments qui sont de son ressort, et si tout le monde s'entend pour dire que les compétences des provinces doivent absolument être respectées — d'autant plus que les priorités et les besoins peuvent varier d'une région à l'autre —, cela n'empêche pas le fédéral de montrer l'exemple.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-05-10 18:34
Expand
Madam Speaker, I am pleased to rise today on Motion No. 44, which seeks to force the government to:
...develop and publicly release within 120 days following the adoption of this motion a comprehensive plan to expand pathways to permanent residency for temporary foreign workers, including international students, with significant Canadian work experience in sectors with persistent labour shortages...
Furthermore, we are debating the amendment put forward by my colleague, the member for Vancouver East, with whom I sit on the immigration committee. It seeks to strengthen this motion.
Let me start by saying that this is my first opportunity in this Parliament to speak during Private Members' Business. I have had the chance to speak to multiple government bills and budgets since my re-election by the good folks of Saskatoon West, but it is always a pleasure to discuss ideas that originated from MPs outside of the Prime Minister's inner circle.
I would remind my Liberal colleagues across the way that they have the actual power to implement these things right now. I am glad to hear them talking positively about the motion, and I encourage them to actually implement it.
In Saskatoon West, as in all parts of Canada, our economy is driven through job growth. As our population ages and the boomers retire, we need people to fill those jobs and continue to grow our economy.
Like many western nations, Canada's demographics play against our economic survival. Birth rates in Canada are at a historic low of 1.47 children for every woman. An economy needs a replacement of 2.1 births just to keep the population stable, and that assumes that all people want a job and want to work.
Unfortunately, as we now know, some people, for one reason or another, would rather take a government cheque than work. Members should not kid themselves: I get emails from constituents demanding that what they and the NDP term as a “universal basic income” get implemented. This social experiment replaces working with a government paycheque, allowing people to stay home and watch Netflix all day. Not only are we short citizens, but not all able-bodied citizens want to work.
How do we fix this problem? Well, for the past 20 years or so, the answer has been immigration: bringing in people to do the work the so-called old-stock Canadians no longer want to do. They pick our vegetables, drive our taxis, serve our coffee, drill our oil, mine our lithium for electric cars, drive our big-rig trucks, take care of our children and elders, perform our surgeries, fly our planes, become our members of Parliament and so on. There is actually no limit to the skills that immigrants bring to our country.
Many of my constituents in Saskatoon West know that I support immigration. Conservatives are proponents of immigration. I sit on the immigration committee, and I believe in the value and hard work of our immigrants.
I take the opportunity when I am back in the riding to meet with Canadians of all backgrounds. Two of the main complaints I hear about are the issue of backlogs and the pathways to permanent residency. Both of these systems are broken.
Let me start with backlogs.
On Sunday, the latest figures reported by the government put the immigration backlog at two million people. These are Afghans and Ukrainians who are waiting. They are fearing for their lives. These are wives, husbands, children, brothers, sisters and parents who are waiting patiently to join their families already in Canada. They are waiting for IRCC to shuffle through paperwork.
Our citizenship backlog sits at almost half a million people. These are people who are now in Canada: They have gone through the immigration backlog, and have successfully applied and been accepted for Canadian citizenship. They are waiting for the day to give that simple oath that will give them the rights and privileges of being a Canadian citizen. Can members believe that? There are two and a half million people waiting for the nod of approval from the Liberal minister.
Clearly, there are major problems in the systems we use to manage immigration in our country. We have highlighted some ideas, such as having the entire process online, complete with notes and reasons for decisions to allow for complete transparency. Our system badly needs to be modernized and updated, and Conservatives will continue pushing for that.
It is the folks on temporary visas who are the most vulnerable to the whims of the minister and his backlogs. Immigrants come to Canada on a wide variety of temporary visas, such as study and work visas. Imagine that we have just spent four years educating someone as a doctor, engineer, accountant or something else, or a company invests months to train and provide experience to a worker, and then we send them home. Now, sometimes these folks want to return home, and that is just fine, but very often these people want to stay in Canada. When we send them home, Canada loses out on their talent and skills just when they are blossoming into productive workers.
In our last Conservative election platform, we promised to:
create pathways to permanence for those already living and working in Canada, so long as they are prepared to work hard, contribute to the growth and productivity of Canada, and strengthen our democracy. It does not make sense to attract the best and brightest, provide them training and knowledge, and then force these people—with all their potential—to leave.
Permanent residency is the best way to achieve this. Yes, the Liberals have played around the margins of many immigration programs, such as the temporary resident to permanent resident pathway, the Atlantic immigration program, etc., but what have they accomplished? I do not know.
Hopefully, this motion will pass and force the government to report back and tell us, but here is an easier answer: permanent residency. The question is, which classes of immigrants will it be for? Let us tackle that one.
Many immigrants come to Canada with credentials in their country of origin that allow them to practice medicine, be a nurse or a lawyer, drive a big truck, fly a plane, engineer a road or be a plumber, electrician or a boilermaker. When they come to Canada, either the federal or provincial regulatory body that controls their licensing says that they do not meet the standards. Sometimes that is fair, as when someone is a lawyer coming from India who speaks English. If the person expects to move to the Gaspé to practice law in French, he or she needs to meet certain requirements specific to that province's law association.
In other areas, training is training. An easy example to understand is aviation. If people are qualified to fly a Boeing 737 in Indonesia, they are equally qualified to fly that same plane in Canada. It is substantially the same. Therefore, a pilot coming from Indonesia should be able to pick up roots, move to Saskatoon and start flying for WestJet or Air Canada with very minimal training requirements.
In cases when there is some Canadian-specific training required, we need to simplify the process to achieve that education. Indeed, in our election platform, we promised to launch a credential recognition task force to develop new, timely and appropriate credential recognition strategies. I will be introducing in the House my own private member's legislation soon enough to accomplish this very task, so I encourage all members to look out for that.
Let me touch on the amendment from my colleague for Vancouver East. Her amendment would add the caregiver program to the list of programs that needs to be examined. In the past two studies we have done in the committee, I have asked multiple witnesses about this very program and about caregivers. Many of these folks come from the Philippines and settle in Saskatoon West. What I hear is unsettling. There was no pun intended.
MD Shorifuzzaman, who is an immigration consultant from my riding of Saskatoon West, appeared at our committee and said, “Let me focus a little bit about the caregiver program, which can be an example of mistreatment of those foreign workers who work hard to protect the vulnerable in our communities. This program was offered in 2018, but unfortunately, what happened was the priority of the IRCC shifted to the other programs.”
Mr. Gurpratap Kalas, another Immigration Consultant from Saskatoon West, also commented on the caregiver program and said, “The processing time has been an extensive amount and, because of the lengthy processing, the majority of the applicants' relationship stresses are often causing breakdowns in their relationships, with marriages falling apart, children reaching the age of majority and other areas. In some cases, employers have either already passed away, or the person to be cared for has already reached the age of majority, as is the case with child care providers.”
These immigration consultants are on the ground dealing with the failed caregiver program. I point this out, because I had asked the associate deputy minister of Immigration Canada, when she was at committee, about her thoughts on the caregiver program. She told me that “the caregiver program is one that is a priority for the department.” If a program that is a priority for her as deputy minister is such an abysmal failure, I hate to imagine what a non-priority program would be doing.
I want to conclude my remarks by reflecting on the need for compassionate immigration: our refugee program. The wars in Afghanistan and Ukraine have driven home the fact to many Canadians that we can and should be there to welcome people displaced by war. This is a role our country has taken on time and again.
Many immigrants came to Canada in the wake of the First and Second World Wars. We know that Hungarians fled here in 1956, and Eastern Europeans did throughout the Cold War. Japanese, Korean and Vietnamese people all fled conflicts. People from Hong Kong, Chinese citizens and practitioners of Falun Gong escaped China's basic dictatorship. Stephen Harper brought boatloads of Lebanese people over during their war with Israel, and the Syrians were after that.
Canada must continue to be open for refugees, but for that to happen, we must fix our immigration system, eliminate backlogs, implement new technologies and modernize our bureaucracy.
Let us get this motion passed and see what the government says in response. Hopefully, we can get on our way.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui au sujet de la motion M‑44, qui vise à forcer le gouvernement à:
[...] dresser et rendre public, dans les 120 jours suivant l’adoption de cette motion, un plan exhaustif visant à accroître les voies d’accès à la résidence permanente pour les travailleurs étrangers temporaires, y compris les étudiants internationaux, possédant une expérience de travail canadienne considérable dans des secteurs touchés par des pénuries de main-d’œuvre persistantes [...]
De plus, nous débattons de l'amendement proposé par ma collègue, la députée de Vancouver-Est, qui fait comme moi partie du comité de l'immigration. L'amendement vise à renforcer la motion.
D'abord, c'est la première fois au cours de la présente législature que je prends la parole pendant la période réservée aux affaires émanant des députés. J'ai eu la chance de me prononcer sur de multiples projets de loi et budgets du gouvernement depuis que j'ai été réélu par les bonnes gens de Saskatoon-Ouest, mais c'est toujours un plaisir de discuter des idées qui viennent de députés qui ne font pas partie de la garde rapprochée du premier ministre.
Je rappelle à mes collègues libéraux d'en face qu'ils ont le pouvoir de mettre en place de telles mesures dès maintenant. Je suis ravi de les entendre parler favorablement de la motion et je les encourage à la mettre en œuvre.
Dans Saskatoon-Ouest, comme partout ailleurs au Canada, l'économie repose sur la croissance de l'emploi. Alors que notre population vieillit et que les baby-boomers prennent leur retraite, nous avons besoin de gens pour occuper ces emplois et continuer à faire croître l'économie.
Comme dans beaucoup de pays occidentaux, la démographie du Canada nuit à sa survie économique. Le taux de natalité au pays n'a jamais été aussi bas: il s'élève à 1,47 enfant par femme. Pour garder la population stable, une économie a besoin d'un taux de natalité de 2,1 enfants par femmes, et cela suppose que tout le monde souhaite avoir un emploi et travailler.
Malheureusement, nous savons que certaines personnes, pour une raison ou une autre, préfèrent encaisser un chèque du gouvernement que travailler. Les députés ne doivent pas se leurrer: je reçois des courriels d'électeurs réclamant l'instauration de ce que le NPD et les libéraux appellent un « revenu universel de base ». Ce programme social remplace les emplois par des chèques de paie gouvernementaux qui permettent aux gens de rester chez eux et de regarder Netflix toute la journée. Non seulement le Canada manque de citoyens, mais ceux d'entre eux qui sont physiquement aptes sont plusieurs à ne pas vouloir travailler.
Comment pouvons‑nous rectifier cela? Eh bien, depuis une vingtaine d'années, nous avons eu recours à l'immigration en faisant venir des gens ici pour effectuer le travail que les Canadiens de souche ne veulent plus faire. Ces gens ramassent les légumes, conduisent les taxis, servent du café, forent des puits de pétrole, extraient le lithium pour les voitures électriques, conduisent les semi‑remorques, s'occupent des enfants et des aînés, pratiquent des chirurgies, pilotent des avions et deviennent des députés, entre autres. Il n'y a pas de limites aux compétences que possèdent les immigrants canadiens.
Bon nombre de mes concitoyens de Saskatoon‑Ouest savent que je suis pour l’immigration. Les conservateurs sont des partisans de l’immigration. Je siège au comité de l’immigration et je crois en la valeur et en l'excellent travail des immigrants.
Lorsque je retourne dans ma circonscription, je saisis l’occasion de rencontrer des Canadiens de toutes origines. Deux des principaux sujets de doléance dont j’entends parler sont les arriérés et les voies d’accès à la résidence permanente. Ces deux systèmes ne fonctionnent pas.
Commençons par les arriérés.
Dimanche dernier, les derniers chiffres communiqués par le gouvernement faisaient état d’un arriéré d’immigration de deux millions de personnes. Ce sont des Afghans et des Ukrainiens qui attendent. Ils craignent pour leur vie. Ce sont des femmes, des maris, des enfants, des frères, des sœurs et des parents qui attendent patiemment de rejoindre leur famille, déjà au Canada. Ils attendent qu’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada remue la paperasse.
Notre arriéré de demandes de citoyenneté s’élève à près d’un demi-million de personnes. Ce sont des gens qui sont déjà au Canada. Ils ont surmonté l’arriéré de l’immigration, ils ont présenté une demande de citoyenneté canadienne et ils ont obtenu une réponse positive. Ils attendent le jour où ils pourront prêter ce simple serment qui leur donnera les droits et les privilèges de la citoyenneté canadienne. Les députés peuvent-ils le croire? Deux millions et demi de personnes attendent un signe d’approbation du ministre libéral.
De toute évidence, les systèmes que nous utilisons pour gérer l’immigration dans notre pays posent des problèmes majeurs. Nous avons proposé certaines idées, comme la mise en ligne l’ensemble du processus, y compris les notes et la justification des décisions, de manière à assurer une transparence totale. Notre système a grandement besoin d’être modernisé et mis à jour, et les conservateurs continueront à faire pression en ce sens.
Ce sont les personnes munies d'un visa temporaire qui sont les plus vulnérables aux caprices du ministre et à ses arriérés. Les immigrants viennent au Canada avec une grande variété de visas temporaires, comme des visas d’études et de travail. Imaginons que nous venions de consacrer quatre ans à la formation d’un médecin, d’un ingénieur, d’un comptable ou de quelqu'un d'autre, ou qu’une entreprise investisse des mois pour former un travailleur et lui permettre d’acquérir de l’expérience, puis nous le renvoyons chez lui. Parfois, ces gens veulent rentrer chez eux, et c’est très bien, mais très souvent, ils veulent rester au Canada. Lorsque nous les renvoyons chez eux, le Canada perd leur talent et leurs compétences au moment même où ils deviennent des travailleurs productifs.
Dans le dernier programme électoral conservateur, nous avons promis de:
[...] créer des voies vers la permanence pour les gens qui vivent et travaillent déjà au Canada, s’ils sont prêts à travailler fort, à contribuer à la croissance et à la productivité du Canada, et à renforcer notre démocratie. Il est insensé d’attirer les meilleurs et les plus brillants, de leur offrir une formation et des connaissances, puis de les obliger à s’en aller avec tout leur potentiel.
La résidence permanente est la meilleure solution. Oui, les libéraux ont fait de petites modifications à de nombreux programmes d'immigration, comme la Voie d'accès de la résidence permanente temporaire à la résidence permanente et le Programme d'immigration au Canada atlantique, mais qu'ont-ils accompli? Je l'ignore.
J'espère que cette motion sera adoptée et qu'elle contraindra le gouvernement à nous revenir et à nous donner des réponses, mais voici une réponse toute prête: la résidence permanente. La question est de savoir quelles catégories d'immigrants seront concernées. Essayons d'y répondre.
De nombreux immigrants arrivent au Canada et possèdent des titres de compétence qui leur permettaient, dans leur pays d'origine, d'être médecin, infirmière, camionneur, pilote d'avion, ingénieur routier, plombier, électricien ou chaudronnier. Une fois en sol canadien, l'ordre provincial ou fédéral chargé des permis dont ces immigrants auraient besoin affirme qu'ils ne répondent pas aux normes. Parfois, la décision est fondée, dans le cas par exemple d'un avocat qui arrive d'Inde et qui parle anglais. Pour que cette personne puisse déménager à Gaspé pour y pratiquer le droit en français, elle doit répondre aux critères établis par le barreau de la province.
Dans d'autres domaines, une personne formée est une personne formée. Un exemple facile à comprendre est celui de l'aviation. Une personne qui possède les compétences pour piloter un Boeing 737 en Indonésie est tout aussi compétente pour le faire au Canada. C'est pratiquement la même chose. Par conséquent, un pilote qui arrive d'Indonésie devrait pouvoir s'établir à Saskatoon et devenir pilote pour WestJet ou Air Canada après une très brève formation.
Dans les cas où une formation propre au Canada est nécessaire, nous devons simplifier le processus d'obtention de cette éducation. D'ailleurs, dans notre plateforme électorale, nous avons promis de lancer un groupe de travail sur la reconnaissance des titres de compétence afin de créer de nouvelles stratégies opportunes et appropriées à cet égard. Sous peu, je présenterai à cette fin mon propre projet de loi d'initiative parlementaire à la Chambre, alors j'encourage tous les députés à le surveiller.
J'aimerais parler de l'amendement proposé par ma collègue de Vancouver-Est, qui entraînerait l'ajout du Programme des aides familiaux à la liste des programmes devant être examinés. Au cours des deux dernières études réalisées par le comité, j'ai posé des questions à plus d'un témoin concernant ce programme et les aides familiaux, dont bon nombre viennent des Philippines et s'établissent à Saskatoon-Ouest. Ce que j'entends est perturbant.
M. MD Shorifuzzaman, consultant en immigration de ma circonscription, Saskatoon-Ouest, a comparu devant le comité et a dit: « Permettez-moi de mettre un peu l'accent sur le Programme des aides familiaux, qui peut donner un exemple du mauvais traitement réservé aux travailleurs étrangers qui ne ménagent aucun effort pour protéger les gens vulnérables dans nos collectivités [...] Ce programme a été offert en 2018 [...] Malheureusement [Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada] a accordé la priorité à d'autres programmes ».
M. Gurpratap Kalas, un autre consultant en immigration de la circonscription de Saskatoon‑Ouest a aussi donné son avis sur le Programme des aides familiaux résidants et il a déclaré la chose suivante: « [...] le délai de traitement est très long et, en raison de ce délai, le stress ressenti par la majorité des demandeurs provoque souvent des ruptures dans leurs relations, avec des mariages qui s'effondrent, des enfants qui atteignent l'âge de la majorité et d'autres scénarios encore. Dans d'autres cas, soit les employeurs sont déjà décédés, soit la personne à prendre en charge a déjà atteint l'âge de la majorité, comme dans le cas de la garde d'enfants. »
Les consultants en immigration sont sur le terrain et ils doivent composer avec l'échec que représente le Programme des aides familiaux. Je le signale parce que j'ai demandé à la sous-ministre déléguée d'Immigration Canada, lorsqu'elle a témoigné au comité, ce qu'elle pensait de ce programme. Elle m'a répondu que ce programme était une priorité pour son ministère. Si elle considère qu'un tel programme — qui représente un échec monumental — est une priorité, je n'ose imaginer quel cauchemar serait un programme non prioritaire.
Je souhaite conclure mon intervention en parlant de la nécessité d'avoir une immigration bienveillante, et donc de notre programme de réfugiés. Les guerres en Afghanistan et en Ukraine ont fait comprendre à de nombreux Canadiens que nous pouvons et nous devons accueillir des personnes déplacées par la guerre. C'est un rôle que notre pays a joué de nombreuses fois.
Bon nombre d'immigrants sont venus au Canada après la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale. Nous savons que des Hongrois se sont réfugiés au Canada en 1956 et que des Européens de l'Est l'ont fait tout au long de la guerre froide. Des Japonais, des Coréens et des Vietnamiens ont aussi fui des conflits. Des Hongkongais, des citoyens chinois et des adeptes du Falun Gong ont fui la dictature fondamentale de la Chine. Sous le gouvernement de Stephen Harper, d'innombrables Libanais ont pu se réfugier au Canada pendant le conflit israélo-libanais, et des Syriens ont aussi été accueillis par la suite.
Le Canada doit continuer d'accueillir des réfugiés, mais pour cela, nous devons corriger les lacunes du système d'immigration, éliminer les arriérés, adopter de nouvelles technologies et moderniser nos formalités administratives.
Adoptons cette motion et voyons comment le gouvernement réagira. J'espère que nous pourrons faire un pas dans la bonne direction.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, for a lot of people, aging at home and a lot of other things could go along nicely with a motion like this. I am wondering what the member thinks about making sure the provinces can still utilize things such as aging in place and other means that people would want to use to meet their own specific needs. They may have a disability, and there are different things.
Madame la Présidente, pour beaucoup de gens, vieillir chez soi et de nombreuses autres choses pourraient aller de pair avec une motion comme celle-ci. Je me demande ce que le député pense de l'idée de faire en sorte que les provinces puissent toujours avoir recours à des solutions comme le fait de laisser les gens de vieillir chez eux, entre autres, pour pouvoir répondre à leurs besoins précis. Il peut s'agir de personnes vivant avec un handicap ou dans d'autres situations.
Collapse
Results: 1 - 3 of 3

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data