Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 65
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-10-05 16:19 [p.8159]
Expand
Mr. Speaker, it is difficult to follow gophers, but I rise today to present a petition on behalf of 90 Canadians calling on the Government of Canada to enshrine in the Criminal Code the protection of conscience rights, for physicians and other medical professionals, from coercion or intimidation to participate in euthanasia.
Petitioners note that coercion, intimidation and other forms of pressure intended to force physicians and health care workers to become parties in euthanasia are a violation of their fundamental freedom of conscience. They also note that section 2(a) of the Canadian Charter of Rights and Freedoms protects freedom of conscience.
Monsieur le Président, il est difficile d'intervenir après qu'il a été question de spermophiles. Je prends la parole aujourd'hui pour présenter une pétition au nom de 90 Canadiens, qui prient le gouvernement du Canada d'inscrire dans le Code criminel la protection du droit à la liberté de conscience des médecins et des autres travailleurs de la santé contre toute coercition ou intimidation visant à les contraindre à participer à un acte d'euthanasie.
Les pétitionnaires soulignent que la coercition, l'intimidation ou d'autres formes de pression visant à contraindre les médecins et les travailleurs de la santé à prendre part à l'euthanasie constituent une violation des droits fondamentaux relatifs à la liberté de conscience. Ils signalent également que l'alinéa 2a) de la Charte canadienne des droits et libertés garantit la liberté de conscience.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-09-29 10:58 [p.7908]
Expand
Madam Speaker, it was interesting listening to the parliamentary secretary talk about the fact that EI and CPP were not taxes. I would refer him to his government's own website, where it clearly states, under the tax basics section, that they are, in fact, taxes. I am not sure if he is aware of that, so I wanted to make him aware of it.
Also, the member talked a lot about the ways that the government is shovelling money into the economy during a period of high inflation. Again, a basic economic principle that Liberals seem to misunderstand is that whatever the cause of inflation, and we may disagree on the cause, part of the solution is in the hands of government. One of the things that hurts inflation and makes it worse is when the government continues to pile money into the economy.
I wonder if he understands that and if he wants to do something about it.
Madame la Présidente, c'est curieux d’entendre le secrétaire parlementaire dire que l’assurance-emploi et le Régime de pensions du Canada ne sont pas des impôts. Je le renvoie au site Web du gouvernement dont il fait partie, où il est clairement indiqué, dans la section « Notions de base sur l'impôt », qu’il s’agit bel et bien d’impôts. Je ne sais pas s’il est au courant, alors je tenais à lui en faire part.
Par ailleurs, le député a longuement parlé des façons dont le gouvernement fait pleuvoir l'argent dans l’économie en période de forte inflation. Encore une fois, selon un principe économique de base que les libéraux ne semblent pas comprendre, quelle que soit la cause de l’inflation — et nous pouvons ne pas nous entendre sur sa cause —, une partie de la solution est entre les mains du gouvernement. Or, l’une des choses qui aggravent l’inflation, c’est lorsque le gouvernement continue à injecter des tas d’argent dans l’économie.
Je me demande si le député le comprend et s’il veut y faire quelque chose.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-09-29 14:44 [p.7944]
Expand
Mr. Speaker, the finance minister may want to consult the Government of Canada's financial literacy website. The section called “Tax basics” lists the types of taxes Canadians pay: income tax, GST and, yes, the federal payroll taxes of EI and CPP. Despite the finance minister's protests, her own website clearly states that these are taxes.
Any tax hike, including raising payroll taxes, only serves one purpose: to take money out of the pockets of Canadians.
Will the Prime Minister cancel his planned tax increases on Canadian paycheques?
Monsieur le Président, la ministre des Finances devrait peut-être consulter le site Web du gouvernement sur la littératie financière. La section intitulée « Notions de base sur l'impôt » énumère les types de taxes que paient les Canadiens: l'impôt sur le revenu, la TPS et, eh oui, les taxes que le gouvernement fédéral déduit de la paie, c'est-à-dire les cotisations à l'assurance-emploi et au Régime de pensions du Canada. La ministre des Finances a beau le nier, son propre site Web dit clairement que ces charges sociales sont des taxes.
Toute hausse de taxe, y compris des taxes sur le chèque de paie, n'a qu'un seul but: prendre de l'argent dans les poches des Canadiens.
Le premier ministre annulera-t-il les hausses de taxes qu'il a prévues sur les chèques de paie des Canadiens?
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-09-26 14:03 [p.7673]
Expand
Madam Speaker, our new Conservative leader will put people first: their retirement, their paycheques, their homes and their country. That is why, this past June, I introduced my first private member's bill, Bill C-286, the recognition of foreign credentials act. This legislation will streamline the process of connecting skilled immigrants with jobs that our economy desperately needs. This is a vital step in making life more affordable for Canadians.
I spent the summer consulting with stakeholders and constituents to discuss this legislation. The feedback is overwhelming. Canada's foreign credentials system is broken. It is a 19th-century system governing a 21st-century labour market.
Having doctors drive taxis is unacceptable. The NDP-Liberal coalition is too busy fuelling the inflation fire and has not done anything to help newcomers work in their fields. Conservatives, under our new leader, are committed to helping newcomers get the jobs they were trained for.
I urge every single MP to lay down their instruments, get to work and pass this important legislation for our country.
Madame la Présidente, notre nouveau chef conservateur fera passer les gens en premier: leur retraite, leur chèque de paie, leur maison et leur pays. C'est pourquoi, en juin dernier, j'ai présenté mon premier projet de loi d'initiative parlementaire, le projet de loi C-286, Loi sur la reconnaissance des titres de compétences étrangers. Cette mesure législative simplifiera le processus de jumelage d’immigrants qualifiés avec les emplois que notre économie a désespérément besoin de pourvoir. Il s'agit d'une étape essentielle pour rendre la vie plus abordable pour les Canadiens.
J'ai passé l'été à consulter les intervenants et les électeurs pour discuter de ce projet de loi. Tous abondent dans le même sens: le système canadien d'évaluation des titres de compétences étrangers ne fonctionne pas. C'est un système du XIXe siècle qui régit un marché du travail du XXIe siècle.
Il est inacceptable que des médecins conduisent des taxis. La coalition néo-démocrate-libérale, trop occupée à alimenter le feu de l'inflation, n'a rien fait pour aider les nouveaux arrivants à travailler dans leur domaine. Les conservateurs, sous la direction de notre nouveau chef, sont déterminés à aider les nouveaux arrivants à obtenir les emplois pour lesquels ils ont été formés.
J'exhorte chaque député à se mettre au travail et à adopter ce projet de loi important pour notre pays.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-09-26 18:09 [p.7712]
Expand
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Kenora.
It is an honour to rise to speak on behalf of the constituents of Saskatoon West, but before I speak to this legislation, I would like to let everyone in Atlantic Canada know that my thoughts and prayers are with them as they recover from this weekend's terrible storm. This is a very difficult time, with property destruction, injuries and deaths, and I know that the rest of the country stands with them and is ready to help with whatever they need.
Over the summer, I spoke with many constituents, and all of them had the same message: The cost of living is really starting to hurt. Seniors are struggling to get by on their fixed incomes, and all Canadians know about the high cost of groceries, at least those of us who actually buy our own groceries. I am talking about grocery prices that are up by almost 11%. They are rising at the fastest pace in 40 years.
Here we are in week two of our new parliamentary session. Is the government talking about reducing the sky-high cost of food? Is the government talking about stopping planned payroll tax hikes, such as the tax increases on January 1 that will reduce everybody's paycheques, or the coming carbon tax price increase on April Fool's Day, which is all part of the government's plan to triple the carbon tax? Is this what we are debating? No, we are here debating legislation that was born out of a cynical coalition deal between the NDP and the Liberals to keep this tired, worn-out government in power.
Yes, this legislation, Bill C-30, is nothing more than a scheme cooked up between the NDP and the Liberals through a tweet. In the summer, the NDP leader tweeted that the Liberals needed to do this or that to count on his unwavering support, and the government responded with Bill C-30 and Bill C-31. Close to $5 billion will be used and, to use the words of the Minister of Tourism last week, thrown into the lake to keep the NDP happy.
I do not believe that government should be throwing money into the lake just to cling to power. Governments exist to serve the people who elected them, so today I have good news for Canadians. Our party just elected a new leader who is well versed in economics. He is a man who actually understands how economic works. For years, the member for Carleton warned the government about reckless and out-of-control spending. What was his simple message? It was that excessive government spending would lead to out-of-control inflation. Well, guess what? Inflation is rampant and out of control. Our new leader predicted this, and he has a solid plan to get us out of this. In the meantime, we will continue to hold our Prime Minister to account and work hard to encourage the government to implement sensible policy.
Let us talk about this piece of legislation, Bill C-30, and the financial implications for our treasury, our economy and, most importantly, the everyday taxpayer. The government is telling us that this a limited, one-time doubling of the GST rebate that will provide $467 for the average family. When I look at this, on the one hand, who will argue if the government wants to hand them some cash? It is welcomed relief coming at a difficult time, but it is a short-term band-aid that does not get to the heart of the problem. If we do not fix the core problem, then more band-aids will be proposed, and indeed we are already seeing this. While the government says that this is a one-time payment, it is openly admitting that this is just the start of a larger government spending package. Bill C-31, for example, includes more inflation boost in cash injections, which is just the start of an even bigger spending program that the health minister cannot even quantify right now.
I think this would be a good opportunity to take a moment to provide the government with some information that it may not understand. You see, I, like many of my Conservative colleagues, studied economics. Like me, many of my Conservative colleagues have run businesses and created jobs prior to being elected to this great House. I used sound economic principles to build my successful business and run my own household with the help of my wife. Together, we understood some of the basic economic principles and used them successfully. Now, we are not particularly smarter than other Canadians. In fact, I would suggest that most Canadians understand these basic economic principles and use them every day to manage their own households.
What are some of these basic principles? First, there is only so much money. It is not infinite. There is not a magic money tree in the backyard where we can go when we need a little extra cash. No, we have to make some hard choices. We have a limited amount of money with unlimited ways to spend it, and so we have to sit down together, weigh the pros and cons of the various options available and make a choice. Sometimes that choice is hard, especially right now. Families have to choose between inflated food prices and paying the carbon tax on their heating bills. These are not easy choices, but people are creative. Families find ways to scrimp and save in one area to allow them to spend in another. That is the first principle: Money is finite.
The next principle is that borrowing money is like playing with fire. It needs to be done very carefully and in a controlled manner. Yes, sometimes we need to borrow money, when we are borrowing to purchase a house, for example, but loan payments can become a heavy financial burden, especially when interest rates start to rise.
That is why most families understand that borrowing should be temporary, and that is why, when loans get paid off, there is great celebration in a household and a wonderful feeling of freedom. That is the second principle: borrow with caution. How does this apply to the government? If the government applied these two simple principles, the results would be lower taxes and lower debt. Canadians could keep more money in their pockets and have the freedom to spend their money the way they choose.
There is a third, very important principle I also want to talk about. This one is a larger principle that governments really must understand and apply. The third principle is the law of supply and demand. The easiest way to understand this is through an example. If consumers have $10, and the store has 10 loaves of bread, then consumers will pay $1 for each loaf of bread. If the government suddenly gives consumers an extra $10, but the amount of bread does not increase, now people are going to pay $2 for each loaf of bread. That is inflation. The loaf of bread goes from costing $1 to $2, and that is exactly what is happening in our country right now.
The government has dramatically boosted the amount of money available to people with $500 billion in the last two years. This extra money has bid up the price of everything that we buy. This extra money has also been tacked onto our national debt, resulting in increased interest payments, an obligation that our children's children will have to deal with long after we are gone from this place. When the Prime Minister famously said he does not think about economic policy, this simple principle is what he was not thinking about, and because he was not thinking, we are in this mess today.
I will once again remind everyone that the Conservative leader does understand these principles and is committed to running government according to them. What would it look like if Conservatives were in charge right now? Let us say we had a Conservative prime minister and that we believed the government should provide some GST tax relief to Canadians, just as Bill C-30 proposes. How would we implement something like this?
First, we would understand that money is finite and that we cannot go to a magic money tree to implement this bill. We would task our government to find savings somewhere else to pay for this new program. We would recognize that a new dollar spent would require a dollar to be saved somewhere else, just like all Canadians do every day when they manage their own households. If the government behaved like this, it would not take long for inflation to back down and for taxes to be reduced. That is how Conservatives would govern.
I need to come back to the topic of high prices and the rampant inflation that we see every day. There is a grocery store a few blocks down 22nd Street from my constituency office. The folks who shop there know that I sometimes set up shop there on the weekends to shake hands, hand out reusable grocery bags and chat with my constituents in Saskatoon West.
I also shop there for groceries with my wife Cheryl. Cheryl and I have seen our grocery bill go up every month. It may be salad ingredients, such as lettuce and tomatoes. It might be meat and potatoes, or the side dishes and vegetables. Bread, milk, coffee, pop and chips, everything, has increased in price, and prepackaged portions are decreasing. I am not just talking about small increases. Look at the cost of meat today versus two years ago. It has nearly doubled in price. That is 100% inflation.
Chicken breasts used to go for five in a package for $10. Now we only get three for that same price. They have cut the portion size to hide the cost increase. I was just at Costco this weekend, and I bought a four-pack of bacon. It used to cost $20, but now it costs $30. That is 50% more.
Is this a result of Russia invading Ukraine, as the Liberals would have us believe? How much beef, chicken, lettuce, potato chips, rice, coffee and milk do we get from Ukraine? It is probably zero. The vast majority is farmed and harvested right here in Canada. It is the domestic policy of the federal government, such as printing cash for the past two years, that has put Canada in this inflation period. It is domestic policies, such as the Bank of Canada aiding and abetting the federal government by underwriting its massive debt load instead of sticking to its mandate to control inflation. It is domestic policies, such as the carbon tax and fertilizer reductions, that are hurting our farmers and causing food prices to soar. It is domestic policies, such as ramming massive spending legislation through the House of Commons to keep a marriage of convenience with the NDP alive.
As I wrap up, I want to focus on accountability. Who is accountable for the $5 billion the government is shovelling out the door to satisfy a Twitter outburst from the NDP leader? I know it will not be the Liberals and the NDP, as they ram the legislation through Parliament and pat themselves on the back like they like to do. Instead, it will be the people of Saskatoon West left holding the bag through more inflation, higher taxes and reduced benefits from the government. Rodney Dangerfield famously said he gets no respect. Unfortunately for Canadians, from the Liberal government, they get no respect either.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Kenora.
C'est un honneur de prendre la parole au nom des habitants de Saskatoon-Ouest, mais avant de parler du projet de loi, je tiens à ce que tous les habitants du Canada atlantique sachent que mes pensées et mes prières les accompagnent alors qu'ils se remettent de la terrible tempête de la fin de semaine. C'est une période très difficile: il y a eu des dommages matériels, des blessés et des morts. Je sais que le reste du pays est de tout cœur avec les habitants de cette région et qu'il est prêt à leur offrir tout ce dont ils ont besoin.
Au cours de l'été, j'ai discuté avec bon nombre de mes concitoyens, et ils avaient tous le même message: le coût de la vie commence vraiment à causer du tort. Les aînés ont du mal à joindre les deux bouts avec leur revenu fixe, et tous les Canadiens savent que le coût de l'épicerie a augmenté, du moins ceux qui font l'épicerie. Je parle ici de l'augmentation de près de 11 % du prix de l'épicerie. C'est l'augmentation la plus rapide en 40 ans.
Alors que nous amorçons notre deuxième semaine de la session parlementaire, le gouvernement a-t-il parlé de réduire le coût exorbitant des aliments? Parle-t-il d'annuler ses hausses de taxes sur les salaires, dont celles qu'il prévoit imposer le 1er janvier et qui réduira les salaires de tout le monde, ou encore de la hausse de la taxe sur le carbone prévue le jour du poisson d'avril, puisque le gouvernement compte tripler la taxe sur le carbone? Est-ce de cela que nous débattons? Non, nous sommes en train de débattre d'un projet de loi qui découle d'une entente de coalition conclue de façon cynique entre le NPD et le Parti libéral afin de maintenir ce gouvernement usé au pouvoir.
Ce projet de loi, le projet de loi C‑30, n'est qu'un stratagème élaboré par le NPD et le Parti libéral pour donner suite à un gazouillis. En effet, dans un gazouillis publié en été, le chef du NPD a dit que les libéraux devaient faire telle ou telle chose s'il voulait pouvoir compter sur son appui indéfectible, et le gouvernement a répondu en présentant les projets de loi C‑30 et C‑31. Pour contenter le NPD, près de 5 milliards de dollars seront dépensés et jetés dans le lac, pour reprendre les propos tenus la semaine dernière par le ministre du Tourisme.
Je ne crois pas que le gouvernement devrait jeter de l'argent dans le lac juste pour se maintenir au pouvoir. Les gouvernements sont là pour servir la population qui l'a élu. J'ai donc une bonne nouvelle pour les Canadiens. Notre parti vient d'élire un nouveau chef bien versé en économie. C'est un homme qui sait vraiment comment l'économie fonctionne. Cela fait des années que le député de Carleton nous met en garde contre les dépenses irresponsables et effrénées du gouvernement. Son message était simple. Il nous a prévenus que les dépenses excessives du gouvernement allaient mener à une inflation débridée. Or, devinez quoi? On assiste maintenant à une inflation galopante et incontrôlée. Notre nouveau chef l'avait prédit, et il a un plan rigoureux pour nous sortir de cette situation. En attendant, nous allons continuer de demander des comptes au premier ministre, et nous allons redoubler d'efforts pour encourager le gouvernement à adopter des politiques raisonnables.
Parlons du projet de loi C-30 et des répercussions financières pour le Trésor, l'économie et, ce qui importe le plus, le contribuable ordinaire. Le gouvernement affirme que, grâce à la mesure limitée et ponctuelle consistant à doubler le remboursement de la TPS, une famille moyenne recevrait 467 $. D'une part, qui se plaindra que le gouvernement veut lui remettre de l'argent? Certes, il s'agit d'un répit qui arrive à point nommé en période difficile, mais il s'agit d'une solution de fortune, à court terme, qui ne s'attaque pas aux racines du problème. Si on ne règle pas le problème principal, d'autres solutions de fortune seront proposées. En fait, c'est déjà le cas. Le gouvernement dit qu'il s'agit d'un paiement ponctuel, tout en admettant ouvertement que ce n'est que le début d'un programme de dépenses gouvernementales de plus grande envergure. Le projet de loi C-31 prévoit, par exemple, d'autres injections d'argent qui alimenteront l'inflation. Cela n'est que le début d'un programme de dépenses plus vaste que le ministre de la Santé ne peut même pas quantifier à l'heure qu'il est.
Voici donc une bonne occasion de prendre un instant pour fournir au gouvernement certains renseignements qu'il ne comprend peut-être pas. Voyez-vous, j'ai fait des études en économie, comme beaucoup de mes collègues conservateurs. Comme moi, bon nombre des députés conservateurs ont dirigé une entreprise et créé des emplois avant d'être élus dans cette illustre enceinte. Je me suis appuyé sur de solides principes économiques pour bâtir une entreprise prospère et gérer mon ménage avec l'aide de mon épouse. Tous les deux, nous avons compris certains principes économiques de base et les avons appliqués de manière fructueuse. Nous ne sommes pas nécessairement plus intelligents que les autres Canadiens. En fait, je suis prêt à affirmer que la plupart des Canadiens comprennent ces principes économiques de base et les appliquent dans la gestion de leur propre ménage.
Voyons certains de ces principes de base. D'abord, l'argent dont nous disposons est limité. Il n'est pas infini. Dans notre jardin, il n'y a pas d'arbre magique où pousse de l'argent que nous pourrions aller cueillir au besoin. Non. Nous sommes forcés de faire des choix difficiles. Nous disposons d'une quantité limitée d'argent, et les possibilités de le dépenser sont illimitées. Nous devons donc nous asseoir ensemble, peser le pour et le contre des différentes options et faire un choix. Il arrive que ce choix soit difficile, surtout en ce moment. Des familles se retrouvent coincées entre la flambée des prix des denrées alimentaires et la taxe sur le carbone qui fait grimper leur facture de chauffage. De tels choix sont difficiles, mais les Canadiens sont créatifs. Les familles trouvent des moyens d'économiser à certains endroits pour pouvoir dépenser ailleurs. Voilà le premier principe: l'argent dont nous disposons est limité.
Le principe suivant veut qu'emprunter de l'argent, ce soit comme jouer avec le feu. Il faut y aller avec beaucoup de précaution et de façon contrôlée. Bien entendu, il faut parfois emprunter de l'argent, pour acheter une maison, par exemple, mais le remboursement du prêt peut devenir un lourd fardeau financier, surtout lorsque les taux d'intérêt commencent à grimper.
C'est pourquoi la plupart des familles comprennent que les emprunts devraient être temporaires et que, lorsque des prêts sont remboursés, elles sont enchantées et se sentent merveilleusement libres. C'est là le deuxième principe: emprunter avec prudence. Comment cela s'applique‑t‑il au gouvernement? Si le gouvernement avait appliqué ces deux principes simples, cela aurait réduit le fardeau fiscal et la dette. Cela aurait permis aux Canadiens de garder plus d’argent dans leurs poches et de dépenser à leur guise.
Je veux aussi parler d'un troisième principe fort important. Il s'agit d'un principe général que les gouvernements doivent vraiment comprendre et appliquer: c'est la loi de l'offre et de la demande. La meilleure façon de l'expliquer, c'est en donnant un exemple. Si les consommateurs ont 10 $ et que le magasin vend 10 miches de pain, les consommateurs paieront 1 $ pour chaque miche. Cependant, si le gouvernement leur donne soudainement 10 $ de plus, mais que la quantité de pain n'augmente pas, les gens paieront désormais 2 $ pour chaque miche. C'est cela l'inflation. Le prix du pain passe de 1 $ à 2 $. C'est exactement ce qui est en train de se passer dans notre pays.
En offrant aux Canadiens une série de mesures d'aide d'une valeur de 500 milliards de dollars au cours des deux dernières années, le gouvernement a augmenté de façon spectaculaire le montant d'argent en circulation. Cet argent supplémentaire a fait augmenter le prix de tous les biens à la consommation. Cela a également fait augmenter notre dette nationale, donnant lieu à une hausse des intérêts à payer, une obligation avec laquelle nos petits-enfants devront composer bien longtemps après que nous ne serons plus ici. Cela revient à la célèbre déclaration du premier ministre comme quoi il ne réfléchit pas vraiment à la politique économique. Ce principe pourtant simple est exactement ce à quoi il n'a pas réfléchi, et parce qu'il n'a pas réfléchi, nous nous retrouvons aujourd'hui dans ce bourbier.
Je rappelle à tous que le chef conservateur comprend ces principes et est déterminé à diriger le gouvernement en les respectant. À quoi ressemblerait la situation à l'heure actuelle si les conservateurs étaient au pouvoir? Si par exemple nous avions un premier ministre conservateur et que nous estimions que le gouvernement devrait alléger le fardeau de la TPS pour les Canadiens, comme il est proposé dans le projet de loi C‑30. Comment nous y prendrions-nous?
Premièrement, nous comprendrions que l'argent n'est pas une ressource renouvelable et qu'on ne peut pas la faire pousser dans les arbres, comme par magie, pour mettre en œuvre ce projet de loi. Nous chargerions donc le gouvernement de trouver des économies ailleurs pour payer ce nouveau programme. Nous reconnaîtrions que pour chaque dollar dépensé, il faut économiser un dollar ailleurs, exactement comme le font les Canadiens lorsqu'ils gèrent les finances de leur ménage au quotidien. Si le gouvernement agissait ainsi, l'inflation diminuerait rapidement et les taxes aussi. Voilà comment les conservateurs gouverneraient.
Je reviens sur les prix exorbitants et l'inflation généralisée que nous observons jour après jour. Il y a une épicerie située à quelques pâtés de maisons de mon bureau de circonscription, sur la 22e rue. Les gens qui y font leurs emplettes savent que je m'y installe parfois la fin de semaine pour serrer la main des citoyens de ma circonscription, Saskatoon‑Ouest, leur remettre des sacs réutilisables et discuter avec eux.
J'y fais aussi mes courses avec ma femme, Cheryl. Cheryl et moi avons vu notre facture d'épicerie augmenter chaque mois. Qu'il s'agisse de ce que nous mettons dans nos salades, comme de la laitue et des tomates, ou encore de la viande, des pommes de terre, des plats d'accompagnement, des légumes, du pain, du lait, du café, des boissons gazeuses ou des croustilles, tout a augmenté, et les portions des produits préemballés diminuent. Je ne parle pas que de petites augmentations. Comparons le prix de la viande aujourd'hui à celui d'il y a deux ans. Il a presque doublé. C'est une inflation de 100 %.
Autrefois, on pouvait acheter un paquet de cinq blancs de poulet pour 10 $. Maintenant, nous n'en avons que trois pour le même prix. On a réduit la taille des portions pour masquer l'augmentation des prix. J'étais chez Costco en fin de semaine et j'y ai acheté quatre paquets de bacon, qui coûtaient auparavant 20 $, mais qui coûtent aujourd'hui 30 $. Cela représente une augmentation de 50 %.
Est-ce que c'est attribuable à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, comme tentent de nous le faire croire les libéraux? Quelle est la quantité de bœuf, de poulet, de laitue, de croustilles, de riz, de café et de lait que nous importons d'Ukraine? C'est probablement zéro. La majeure partie de ces produits sont cultivés et récoltés ici même, au Canada. Ce sont les politiques intérieures du gouvernement fédéral, comme l'impression effrénée de billets depuis deux ans, qui ont poussé le Canada vers une période d'inflation. Ce sont les politiques intérieures comme celles de la Banque du Canada, qui a soutenu le gouvernement fédéral en se portant garante de la dette massive qu'il a engendrée, au lieu de jouer le rôle qui lui incombe, soit de limiter l'inflation. Ce sont les politiques intérieures comme la taxe sur le carbone et l'imposition d'une réduction de l'utilisation d'engrais qui nuisent aux agriculteurs canadiens et qui provoquent une explosion du prix des aliments. Ce sont les politiques intérieures comme l'adoption forcée de mesures législatives ultracoûteuses par la Chambre des communes dans le seul but de maintenir en vie le mariage de convenance intervenu entre les libéraux et le NPD qui sont en cause.
En terminant, je voudrais parler de responsabilité. Qui assumera la responsabilité des 5 milliards de dollars que le gouvernement jette par la fenêtre dans le seul but d'apaiser une crise que le chef du NPD a faite sur Twitter? Je sais que ce ne seront ni les libéraux ni les néo-démocrates parce qu'ils forcent l'adoption de projets de loi au Parlement et qu'ils s'en félicitent, comme d'habitude. Ce seront plutôt les gens de Saskatoon‑Ouest, qui devront subir l'inflation galopante, la hausse du fardeau fiscal et la réduction des prestations gouvernementales. Malheureusement, cela me fait penser à la célèbre déclaration de Rodney Dangerfield, qui avait affirmé que personne ne le respecte; hélas, personne au gouvernement libéral ne respecte les Canadiens non plus.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-09-26 18:20 [p.7714]
Expand
Mr. Speaker, I think the member's question demonstrates quite clearly the issue that we have here. The government does not really understand how economics work. All economists are willing and very happy to explain to people that, when governments add a lot of money to the economy, it causes inflation. It is a proven fact. It happens all the time, and we are seeing it right now.
Yes, it is happening in different countries around the world, but it gets worse depending on how the government impacts that. In Canada, our government has shovelled so much money into the economy that our inflation is actually hurting us more than it needs to. That is what we will be fixing with the new Conservative government.
Monsieur le Président, je pense que la question du député montre clairement le problème actuel. Le gouvernement ne comprend pas vraiment les rouages de l’économie. Tous les économistes peuvent expliquer — et ils se feront un plaisir de le faire — que lorsque les gouvernements ajoutent beaucoup d’argent dans l’économie, l'inflation grimpe. C’est prouvé. Cela se produit régulièrement, et nous le constatons dans la présente conjoncture.
C’est vrai que d’autres pays connaissent une crise inflationniste, mais la gravité de la situation dépend de ce que fait le gouvernement. Au Canada, le gouvernement a injecté tellement d’argent dans l’économie que notre taux d’inflation est plus dommageable qu'il devrait l'être. Voilà le problème que réglera le nouveau gouvernement conservateur.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-09-26 18:21 [p.7714]
Expand
Mr. Speaker, it is a good point. We need permanent solutions to these problems. A temporary tax relief measure like Bill C-30 is helpful, as I said, but it is only temporary.
What we need to do is get government out of the way of our economy. The government is stepping in and messing around with the economy in ways that cause businesses to make decisions differently than they would have before. It causes us to lose jobs. It causes our economy to not have the economic output that it should have, which affects everything from jobs to incomes, from paycheques to government revenue. This is the direction we need to go in. We need to help the government get out of the way so we can let our economy do what it is supposed to do, which is better for everyone, including government.
Monsieur le Président, c'est un bon point. Nous avons besoin de solutions permanentes à ces problèmes. Une mesure d'allégement fiscal temporaire comme le projet de loi C‑30 est utile, comme je l'ai dit, mais elle n'est que temporaire.
Nous devons empêcher le gouvernement d'intervenir dans notre économie. Le gouvernement s'immisce dans l'économie et la perturbe d'une manière qui amène les entreprises à prendre des décisions différentes de celles qu'elles auraient prises auparavant. Cela nous fait perdre des emplois. Notre économie n'a pas la production économique qu'elle devrait avoir, ce qui a des répercussions sur tout, allant des emplois aux revenus et des chèques de paie aux recettes de l'État. Nous devons aller dans cette voie. Nous devons aider le gouvernement à cesser d'intervenir afin que l'on puisse laisser notre économie faire ce qu'elle est censée faire, ce qui est mieux pour tout le monde, y compris pour le gouvernement.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-09-26 18:23 [p.7714]
Expand
Mr. Speaker, the government has a role to play in helping our economy in many ways. Helping people who are not able to work and who need a leg up is part of the whole role of government. It is one of the key roles of government.
However, governments cannot do that effectively when they are crippled financially. That is the whole point. We need to keep government out of the areas that it should not be in so it can excel and focus on the areas that it should be focusing on. When government is messing around in things it should not be in, it takes away the opportunity for government to help people like the one my colleague referenced.
We can have it both ways. The government needs to step aside, let the economy do its thing by generating the cash and the revenues, and then the government can turn around and do the things it needs to do, like defence and helping those who need help. We can accomplish this, and we will accomplish it.
Monsieur le Président, le gouvernement a un rôle à jouer pour aider notre économie de bien des façons. Aider les gens qui ne sont pas en mesure de travailler et qui ont besoin d'un coup de pouce fait partie du rôle intégral du gouvernement. C'est l'une de ses principales fonctions.
Toutefois, les gouvernements ne peuvent pas bien s'acquitter de cette fonction lorsqu'ils sont paralysés financièrement. C'est là toute la question. Nous devons tenir le gouvernement à l'écart des domaines dans lesquels il ne devrait pas intervenir afin qu'il puisse exceller dans ceux sur lesquels ils devraient se concentrer. Lorsque le gouvernement se mêle de ce qui ne le regarde pas, il n'a plus la possibilité de venir en aide à des gens comme ceux dont mon collègue a parlé.
Nous pouvons concilier ces deux aspects. Le gouvernement doit rester à l'écart pour laisser l'économie faire son œuvre en générant de l'argent et des revenus. Il pourra ensuite faire ce qui s'impose, comme dans le secteur de la défense et en aidant ceux qui en ont besoin. Nous pouvons y arriver, et nous y arriverons.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-09-16 11:03 [p.7329]
Expand
Madam Speaker, it is an honour for me to rise today to pay my respects to the late Queen Elizabeth II. She was the only monarch that I have ever known and I am saddened by her passing. This will be a time of great adjustment, not just for our institutions and our country but for individuals like me.
Much has been said over the past week as the world has been mourning her passing, and many words have been said right here in this chamber over the last two days. Rather than repeat a bunch of facts, I want to share my own personal connection to the Queen.
I did not grow up in a privileged home where my father had regular audiences with the Queen. Rather, I grew up like most Canadians, in a modest family, learning about the Queen in school. I remember singing God Save the Queen with my classmates every morning in school to start the day. I also remember my parents telling me that they sang God Save the King when they went to school, which seemed so strange to me at the time.
I spoke with them just this week and they recounted how difficult it was for them to switch from singing about the King to singing about the Queen. Now, years later, I am the one who has to change my thought process from Queen to King. It is not easy. Of course my parents, who are now in their eighties, have to change back from Queen to King. It is going to take some getting used to.
Another connection that most of us have with the Queen is our money. Her image is on nearly every coin and bill that we use, as well as stamps and other forms of payment. I cannot imagine the complication and cost there will be to change that over, but I am sure it will take a long time. It will be very interesting, though, when we start to see those first coins, bills and stamps with the image of the King rather than the Queen.
Another connection we all share are the visits she made to Canada. The Queen visited Canada more times than she did any other country. Her Majesty's first visit to Canada happened right in my constituency of Saskatoon West during her time serving as Princess in 1951, before she became the Queen. She would later go on to visit Saskatchewan five more times in her capacity as Queen, creating a strong bond with the people of my province.
She visited Canada a total of 22 times. One of these visits was particularly meaningful to me.
Her last visit to Canada was in 2010, and I had the privilege of being in Ottawa during that visit. Through a connection with my MP, the member for Carlton Trail—Eagle Creek, I was able to get tickets for a garden party at Rideau Hall where the Queen would attend. Given that there were hundreds of people at this event and she was 84 years old at the time, I was not sure how close I would get to her. To my amazement, she and Prince Philip made a lengthy walk through the garden, stopping to chat with many people.
My moment of fame was a fleeting glance. The Queen and I locked eyes for just a second as she slowly walked past me and my wife. Obviously she could not speak with everyone, and that fleeting glance would have to do for me. In that glance, I felt her warmth and I felt her caring. Prince Philip followed behind her, as he always did, and he stopped to talk with a veteran nearby. I was able to listen in on that conversation and experienced the care that he had, especially for veterans.
I also attended the massive Canada Day rally on Parliament Hill where the Queen was present and spoke. I remember the moment she arrived on the Hill. I was looking up at the Canadian flag on the Peace Tower, and I glanced away for just a second. When I looked back, I saw the monarchy flag up there. I still have no idea how they changed the flag so quickly. She must have had some very special powers. The Queen certainly had a way of making everyone feel important and cared for, whether we saw her on TV, walked past her or shared a moment's glance. I am sure many Canadians can relate to this.
Through times of triumph and disaster, the Queen has always been there for Canadians. She was there in 1967 for our centennial anniversary and in 1982 to sign the historic proclamation of Canada's Constitution. She also guided former prime minister Brian Mulroney in his work to abolish apartheid in South Africa and to free Nelson Mandela in 1990. One of the Queen's final acts was to issue her condolences to the people of Saskatchewan and the people of James Smith Cree Nation in Saskatchewan after the tragic events of the Labour Day weekend.
Now we start a new chapter, one with a King instead of a Queen. I congratulate King Charles III on his ascension to the throne, and I look forward to all the changes that will happen over the next few years, like seeing the King on our currency and our stamps. However, for now we mourn the Queen, a Queen who has served the Commonwealth through seven decades and 12 Canadian prime ministers, including Saskatchewan's very own John Diefenbaker. In fact, in 1957, during Prime Minister Diefenbaker's first year in office, Queen Elizabeth visited Canada and read the Speech from the Throne herself.
In a world of constant change, she was the one steady figure that Canadians could rely on. Hers was a life well lived.
I know that I speak for all of my constituents back home in honouring the life of a Queen who gave so much of herself for the Commonwealth. I offer her family my sincerest condolences and the condolences of everyone in Saskatoon West.
May Queen Elizabeth II rest in peace with her beloved husband by her side, as always. Long live the King.
Madame la Présidente, c'est un honneur pour moi de prendre la parole aujourd'hui afin de rendre hommage à la regrettée reine Elizabeth II. C'est le seul monarque que j'aie jamais connu, et je suis attristé par son décès. Il y aura une période de grande adaptation, non seulement pour nos institutions et notre pays, mais aussi pour les personnes comme moi.
Beaucoup de choses ont été dites depuis une semaine alors que le monde pleure la mort de la reine, notamment ici même à la Chambre au cours des deux derniers jours. Au lieu de répéter une liste de faits, je tiens à parler du lien très personnel qui m'unit à la reine.
Je n'ai pas grandi dans un milieu aisé où mon père avait des audiences régulières avec la reine. J'ai plutôt grandi comme la plupart des Canadiens, soit dans une famille modeste, et j'ai appris à connaître la reine à l'école. Je me rappelle que je chantais le God Save the Queen avec mes camarades de classe chaque matin à l'école pour commencer la journée. Je me rappelle aussi que mes parents me disaient qu'ils chantaient le God Save the King quand ils allaient à l'école, ce qui me semblait tellement étrange à l'époque.
J'ai parlé avec eux cette semaine, et ils m'ont raconté à quel point il avait été difficile d'apprendre à entonner le God Save the Queen au lieu du God Save the King. Maintenant, des années plus tard, je me trouve dans une situation similaire. Ce n'est pas facile. Bien sûr, mes parents, qui sont maintenant octogénaires, vont devoir se réhabituer à parler du roi au lieu de la reine.
Notre argent est un autre lien que la plupart des Canadiens entretiennent avec la reine. En effet, son image est sur presque toutes les pièces de monnaie et tous les billets que nous utilisons, ainsi que sur les timbres et d'autres formes de paiement. Je ne peux pas imaginer à quel point il sera compliqué et coûteux de changer cela, mais je suis sûr que cela prendra beaucoup de temps. Cependant, ce sera intéressant quand nous commencerons à voir, pour la première fois, l'image du roi plutôt que celle de la reine sur nos pièces, nos billets et nos timbres.
Les visites de la reine au Canada lui ont également permis de tisser des liens avec tous les Canadiens. En effet, elle a visité notre pays plus que n'importe quel autre. La première visite de Sa Majesté au Canada a eu lieu dans ma circonscription, Saskatoon‑Ouest, en 1951, alors qu'elle était encore princesse. Plus tard, en sa qualité de reine, elle a fait cinq autres visites en Saskatchewan, créant ainsi un lien solide avec les habitants de ma province.
Elle a visité le Canada 22 fois au total. L'une de ces visites a été particulièrement marquante pour moi.
Sa dernière visite au Canada remonte à 2010, et j'ai eu le privilège d'être à Ottawa à cette occasion. Grâce à une relation de ma députée, la députée de Sentier Carlton—Eagle Creek, j'ai pu obtenir des billets pour une réception en plein air à Rideau Hall, à laquelle la reine devait assister. Étant donné qu'il y avait des centaines de personnes à cet événement et qu'elle avait 84 ans à l'époque, je n'étais pas certain de pouvoir l'approcher. À mon grand étonnement, elle et le prince Philip ont longuement déambulé dans le jardin, s'arrêtant pour discuter avec de nombreuses personnes.
Mon instant de gloire a consisté en un regard fugace. La reine et moi nous sommes fixés l'espace d'une seconde alors qu'elle passait lentement devant moi et ma femme. De toute évidence, elle ne pouvait pas parler à tout le monde, et ce regard fugace devait suffire pour moi. Dans ce regard, j'ai senti sa chaleur et sa bienveillance. Le prince Philip la suivait, comme à son habitude, et il s'est arrêté pour parler avec un ancien combattant à proximité. J'ai pu écouter cette conversation et j'ai constaté la sollicitude dont il faisait preuve, en particulier à l'égard des anciens combattants.
J'ai également assisté au grand rassemblement de la fête du Canada sur la Colline du Parlement où la reine était présente et a pris la parole. Je me souviens du moment où elle est arrivée sur la Colline. Un instant, je regardais le drapeau du Canada hissé au sommet de la Tour de la Paix, et l'instant d'après, c'était le drapeau de la monarchie qui s'y trouvait. J'ignore toujours comment on a pu remplacer le drapeau aussi rapidement. La reine devait avoir des pouvoirs très spéciaux. Elle avait certainement le don de faire en sorte que chacun se sente important et valorisé, qu'on la voie à la télévision, qu'on la croise en marchant ou qu'on croise son regard ne serait-ce qu'un instant. Je suis convaincu que bien des Canadiens éprouvent le même sentiment.
La reine a toujours été là pour les Canadiens, que ce soit pour célébrer les triomphes ou surmonter les catastrophes. Elle était là pour célébrer notre centenaire en 1967, et pour signer la proclamation historique de la Constitution du Canada en 1982. Elle a aussi guidé les efforts de l'ancien premier ministre Brian Mulroney pour abolir l'apartheid en Afrique du Sud et faire libérer Nelson Mandela en 1990. L'une des dernières actions de la reine a été d'exprimer ses condoléances aux gens de la Saskatchewan et aux membres de la nation crie de James Smith, en Saskatchewan, à la suite des événements tragiques survenus la fin de semaine de la fête du Travail.
Nous entamons maintenant un nouveau chapitre, avec un roi au lieu d'une reine. Je félicite le roi Charles III pour son accession au trône et j'ai hâte de voir tous les changements qui se produiront au cours des prochaines années, comme le fait de voir son effigie sur notre monnaie et nos timbres. Cependant, pour le moment, nous pleurons le décès de la reine, une reine qui a servi le Commonwealth pendant sept décennies et pendant le mandat de 12 premiers ministres du Canada, dont celui de John Diefenbaker, de la Saskatchewan. En fait, en 1957, au cours de la première année du mandat du premier ministre Diefenbaker, la reine Elizabeth est venue au Canada et a lu elle-même le discours du Trône.
Dans un monde en perpétuel changement, elle était la seule personnalité stable sur laquelle les Canadiens pouvaient compter. Elle a mené une vie bien remplie.
Je sais que je m'exprime au nom de tous les citoyens de ma circonscription en rendant hommage à une reine qui a tant donné de sa personne pour le Commonwealth. J'offre à sa famille mes plus sincères condoléances et celles de tous les habitants de Saskatoon-Ouest.
Que la reine Elizabeth II repose en paix aux côtés de son époux bien-aimé, comme toujours. Vive le roi.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-06-15 17:22 [p.6744]
Expand
moved for leave to introduce Bill C-286, An Act to amend the Immigration and Refugee Protection Act (recognition of foreign credentials).
He said: Mr. Speaker, it is a great honour for me to rise and present my very first private member's bill in this House, the recognition of foreign credentials bill.
I am bringing forward this legislation in my role as deputy shadow minister for immigration to help immigrant communities throughout Canada. This is an issue that I constantly hear about form newcomers to Canada, and it is something I want to improve. Many newcomers to Canada have qualifications to do a particular job in their home country, but a combination of red tape, confusing rules and licensing boards means they cannot practise their profession here in Canada. We all know the examples of doctors driving taxis, nurses working as nannies, or mechanics working as janitors. The system for foreign credential recognition is broken. When newcomers to our country are denied the opportunity to practise their profession, it hurts them and their families, and it negatively affects the Canadian economy, individual businesses and the welfare of all Canadians.
One way to fix this process is by reducing red tape. By giving government the tools to bypass the red tape, the process could be expedited. My proposed legislation would give the government expanded regulatory authority in assessing foreign credentials. It would allow the minister to designate certain foreign education credentials as equivalent to Canadian ones. This would speed up and simplify the ability of newcomers to work in their profession in Canada.
As I said, the largest barrier is red tape, and this bill would remove some of that complexity and confusion. My legislation is one piece of the puzzle. It is not the whole picture, but it is a solid start. When combined with funding announcements, such as the one proposed by my friend, the future leader of the Conservative Party, the member for Carleton, this legislation would go a long way to resolving the issue.
That said, I would ask all members of this House to support this legislation.
demande à présenter le projet de loi C-286, Loi modifiant la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (reconnaissance des titres de compétence étrangers).
Monsieur le Président, c’est un grand honneur pour moi de présenter mon tout premier projet de loi d’initiative parlementaire à la Chambre, le projet de loi sur la reconnaissance des titres de compétence étrangers.
Je présente ce projet de loi en tant que ministre adjoint du cabinet fantôme en matière d’immigration pour aider les communautés d’immigrants partout au Canada. Cette mesure législative s'attaque à un problème que soulèvent fréquemment les nouveaux arrivants au Canada, et c’est quelque chose que je veux améliorer. De nombreux nouveaux arrivants au Canada possèdent les compétences nécessaires pour accomplir un travail donné dans leur pays d’origine, mais à cause d’une combinaison de tracasseries administratives, de règles déroutantes et des exigences des organismes d'attribution des permis, ils ne peuvent pas exercer leur profession ici au Canada. Nous avons tous entendu parler de médecins qui conduisent des taxis, d’infirmières qui travaillent comme bonnes d’enfants ou de mécaniciens qui travaillent comme concierges. Le système de reconnaissance des titres de compétences étrangers ne fonctionne pas. Le fait de refuser à quelqu'un la possibilité d’exercer sa profession nuit non seulement à cette personne, mais aussi à sa famille, à l’économie canadienne, aux entreprises et au bien-être de tous les Canadiens.
Une façon de régler ce problème serait de réduire les formalités administratives. En donnant au gouvernement les outils nécessaires pour contourner la bureaucratie, le processus pourrait être accéléré. Le projet de loi que je propose donnerait au gouvernement un pouvoir de réglementation élargi pour évaluer les titres de compétence étrangers. Il permettrait au ministre de désigner certains titres de compétence étrangers comme équivalents à ceux du Canada. Tout cela accélérerait et simplifierait le processus permettant aux nouveaux arrivants d’exercer leur profession au Canada.
Comme je l’ai dit, le plus grand obstacle est la paperasserie, et ce projet de loi éliminerait une partie de ces complications et de cette confusion. Mon projet de loi n’est qu’une pièce du casse-tête. Il ne règle pas tout, mais c’est un bon début. Combiné à des annonces de financement, comme celle de mon ami, le futur chef du Parti conservateur et député de Carleton, ce projet de loi contribuerait grandement à résoudre le problème.
Je demande donc à tous les députés d’appuyer ce projet de loi.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-05-17 18:01
Expand
Madam Speaker, I am very proud to be here today to speak on Bill C-232 this evening, which would proclaim April as Arab heritage month in Canada. I appreciated listening to the speech of my colleague for Scarborough Centre and to hear all of the people she named, all of the distinguished people of Arab descent. It is quite significant in our country. As many Canadians know, we have a long tradition in the House of Commons of recognizing certain months or days to honour individuals or groups or, indeed, entire peoples that make up this Canadian fabric. We do this much more than just the 12 months or the 365 days that make up the calendar.
April, for example, is already officially recognized as African American Women's Fitness Month, Alcohol Awareness Month, Black Women's History Month, Celebrate Diversity Month, Distracted Driving Awareness Month, Financial Literacy Month, Foot Health Awareness Month, International Guitar Month, Mathematics Awareness Month, Month of the Military Child, Pets are Wonderful Month, Scottish-American Heritage Month, Sexual Assault Awareness Month, Sexually Transmitted Infections Awareness Month and Sikh Heritage Month. This is just the tip of the April iceberg.
Why do we need an Arab heritage month? The answer is that, like the worthy causes I just listed, we need to formally recognize the contributions that Arabs make to Canadian society.
Let me tell everyone about my riding of Saskatoon West and the contributions that Arabs make to my community. As many people know, I knocked on many doors over the past three years and on many occasions I got the usual politician-at-your-door treatment, which was, “Why are you here? Get off my lawn. I am voting for the other guy,” and that type of thing. When I would go into apartment buildings that had primarily Arab tenants or even people from other Islamic backgrounds, I received a different treatment. People said, “Yes, yes, please come in. Have some tea and biscuits. Sit down. Please discuss what you are here for.” I would spend 10 or 20 minutes there, then knock on the next door and it would be the same thing all over again.
As a westerner in a country like Canada, I am not used to Middle Eastern hospitality. Arab people are earnest and honest about treating outsiders with kindness, respect and dignity. This is a value that is ingrained in their culture. The result of those visits was that those polls that I visited, where I sat down and took tea and biscuits, ended up voting for me. If we look at the electoral map, this is the first time ever that some of those polls voted Conservative. It is because I took the time to make a one-on-one connection with the people there, which is the way they are. More importantly, they got to know me and to know more than just the politician. That is the amazing thing about the Arab and Muslim people. They love their children and care deeply about their families. They care for their neighbours, they love this country of Canada and want to make it a better place. They work hard, often working at multiple jobs or working at a job while running a family business at the same time.
As old-stock Canadians, we just need sometimes to move beyond our preconceived ideas that have formed in our minds from popular culture and past events and get to know our Muslim brothers and sisters. Just two blocks away from my constituency office live Ahlan, her husband Osoma and their six children. They are Arab Muslims from Jordan and want to visit Osoma’s ailing father, who is in a hospital in Jordan. The family has personal objections to the COVID vaccine and now that the world is reopening, they would like to go to Jordan to visit the children’s grandparent, whom they have not seen in eight years. The only thing stopping them from this trip is the NDP-Liberals' unscientific vaccine mandates, which prohibit them from boarding the airplane. I want this family to know that I am doing everything I can to fight these useless mandates put forward by the current government.
I want to tackle head-on some of the perceptions that Canadians have of Muslims and Arabs, in particular, due to past events and popular culture, and I am not going to sugar-coat this. When I was growing up, I and many people of my generation saw constant conflict in the Middle East between various nation-states, and the growth of terrorism scared many people. We saw the despots in control of Arab countries such as Syria, Iraq and Egypt and the puppet regimes in other countries such as Lebanon. The Persian neighbour of Iran saw the Ayatollah come to power, seize the U.S. embassy and declare us in North America to be the great Satan. Who could forget 9/11 and then war and even more war?
Canada went to war in Afghanistan for nearly 20 years with our American and European allies, only to let Kabul end up in the hands of the Taliban. Hollywood, the mainstream news media and now social media have added an extra layer to these actual historical world events. Hollywood takes everything and embellishes it. In the early and mid-2000s, we could not turn on the TV without hitting another American TV show with Arabs as the bad guys against the American good guys.
NCIS is still the number one show on TV, and for 19 years, in almost every episode, Gibbs is chasing down some fictional Arab terrorist.
Social media has taken all of that anti-Arab, anti-Muslim mixed bag of historical fact and popular culture and created the new global crisis of out-of-control conspiracy theories. Conspiracy theories have always been a part of a free society, but now every hateful, spiteful thing that is said is twisted and amplified by the Internet.
Why am I bringing this up? It is because, as parliamentarians, we need to shine a light on the dark spaces and on the garbage dumps of our society in order to clean them up.
Unfortunately, but truly, Islamophobia and anti-Arab sentiment are real in Canada. If this bill, Bill C-232, which would create Arab heritage month, and the few hours of debate that we will have on it allow us to address this issue, then so much the better, because as members of Parliament, we owe it to all of the Arab folks to get this right.
Let me tell you, Hollywood has it wrong. Yes, bad historical events happened, but they happened because of bad individuals, not because of the religion or the area of the world. Putin is nominally a Christian, and he is engaging in a war of aggression. Mussolini was the first to call himself a fascist, and he was a Roman Catholic from Italy. Hitler was Austrian. These were individual men causing great harm, and they did not reflect European Christians at the time. Just like Saddam Hussein was one man and Gaddafi was one man, they did not reflect all Arab Muslims.
What we need to do is move beyond these individual men and these bad events and celebrate Arab people as a group. We need to better understand the Muslim religion in its entirety. That is what Bill C-232 strives to do.
The Tigris River is the birthplace of modern civilization. The Bronze Age, where man moved from stone tools to metalwork, took place in the delta of the Persian Gulf. From that moment on, civilization has been marked by the advances in the Arab world. Did you know that the concept of the number zero was invented by Arabs?
It actually goes back to the Quran, which calls upon Muslim people to count the phases of the moon in order to track days. As we know, there are 28 days in a month, with the new moon at the beginning of each cycle, so they needed a way to numerically write that and came up with a number to represent nothingness, the number zero.
It seems a simple concept to us but it was not the Greeks, nor the Romans, nor the Indians, nor the Chinese who could grasp this concept until the Arab world taught it to them.
What about language and learning? The Great Library at Alexandria, in Egypt, was the first place of learning. Long before Oxford and Cambridge were established in England as the first modern universities, the first university had already been established in Damascus in the eighth century. To the chagrin of many school-aged children, who invented algebra? It was an Arab, in the territory of Spain.
The first hospital was also established in the Arab world and, prior to that, there was no central place for physicians and patients to gather in one place. The first modern surgical procedure was also undertaken by Arabs.
How about inventions in the Arab world? Graph paper, the first planetary globe and the first mechanical clock. Yes, it was the Arabs, not the Swiss, who invented the clock.
In Canada, the first mosque built was the Al Rashid Mosque, in Edmonton, in the 1800s. My colleague from Edmonton West would argue that the Rahma Mosque in Edmonton West was the first, but I do not think he is right.
Mr. Kelly McCauley (Edmonton West, CPC): No, it is the best.
Mr. Brad Redekopp (Saskatoon West, CPC): Oh, it is the best, Madam Speaker. I will not pass judgment on that, but I do know it is the first.
I must emphasize how proud I am to support this legislation. Canadians need to understand the positive accomplishments that the Arab people have brought to our planet and our country. It is not just the bad stuff they see on the TV and the Internet. There is much more to it. In Canada, the contributions of Arab Canadians are immeasurably positive.
There are, of course, many friends and neighbours who have come from countries throughout the Arab region. Some of us have family members who are Arab or Muslim. We know them as shopkeepers, business people, restaurateurs, school teachers, oil rig workers, bus drivers, pilots, doctors, nurses, members of Parliament and every vocation possible. They are Canadians and, according to our census, 2,300 people of Arab descent live in my riding. They may be from the Middle East and have a different religion, but they are the same as everyone else.
If there is one message that I want my constituents to hear, and I want all Canadians to hear, it is that we must move past historical events and what Hollywood has shown us and focus on the positive.
Let us work together and vote to support this legislation.
Madame la Présidente, je suis très fier d’être ici ce soir pour parler du projet de loi C‑232, qui propose la désignation du mois d’avril comme Mois du patrimoine arabe au Canada. J’ai bien aimé le discours de ma collègue de Scarborough-Centre et entendre parler de toutes les distinguées personnes d’ascendance arabe qu'elle a mentionnées. C’est très important pour notre pays. Comme le savent de nombreux Canadiens, nous avons une longue tradition, à la Chambre des communes, de souligner certains mois ou certains jours en l’honneur de personnes, de groupes ou encore de peuples qui font partie du tissu social canadien. Cette pratique dépasse largement les 12 mois ou les 365 jours du calendrier.
Par exemple, avril est déjà officiellement reconnu comme étant le Mois de la santé physique des Afro-Américaines, le Mois de la sensibilisation à l’alcool, le Mois de l’histoire des femmes noires, le Mois de célébration de la diversité, le Mois de la sensibilisation à la distraction au volant, le Mois de la littératie financière, le Mois de la sensibilisation à la santé podiatrique, le Mois international de la guitare, le Mois de la sensibilisation aux mathématiques, le Mois des enfants de militaires, le Mois d’appréciation des animaux domestiques, le Mois du patrimoine écossais américain, le Mois de la sensibilisation aux agressions sexuelles, le Mois de la sensibilisation aux infections transmises sexuellement et le Mois du patrimoine sikh. Ce n’est que la pointe de l’iceberg pour avril.
Pourquoi avons-nous besoin d’un Mois du patrimoine arabe? La réponse, c’est qu’au même titre que toutes les causes valables que je viens de nommer, nous devons officiellement reconnaître la contribution des Arabes à la société canadienne.
J'aimerais décrire à tous les députés ma circonscription, Saskatoon-Ouest, et les contributions qu'apportent les Arabes à ma collectivité. Comme le savent déjà de nombreuses personnes, j'ai cogné à beaucoup de portes au cours des trois dernières années et, à nombre d'occasions, j'ai eu droit au traitement habituel réservé aux politiciens qui font du porte-à-porte: « Que faites-vous là? Allez-vous-en. Je vote pour l'autre candidat. » Ce genre de choses. Dans les immeubles d'appartements où les habitants étaient surtout des Arabes ou d'autres gens de confession islamique où je suis allé, cependant, j'ai eu droit à un traitement tout à fait différent. Les gens me disaient: « Oui, entrez. Je peux vous offrir du thé et des biscuits? Asseyez-vous. Veuillez nous dire pourquoi vous êtes venu. » J'y passais 10 ou 20 minutes, puis je cognais à la prochaine porte, et les gens m'accueillaient de la même manière.
En tant que Canadien de l'Ouest, je ne suis pas habitué à l'hospitalité moyen-orientale. Les Arabes veulent sérieusement et sincèrement traiter les étrangers avec gentillesse, respect et dignité. C'est une valeur qui est ancrée dans leur culture. Ces gens que j'ai visités et avec lesquels je me suis assis pour boire du thé et manger des biscuits ont voté pour moi, en fin de compte. Si nous examinons la carte électorale, nous pouvons constater que c'est la première fois que les conservateurs remportent la victoire dans certains de ces lieux de scrutin. C'est parce que j'ai pris le temps d'établir des liens directs avec les gens y habitant, d'apprendre à connaître qui ils sont. Plus important encore, ils ont appris à me connaître au-delà de mon identité politique. C'est ce qui est incroyable chez les Arabes et les musulmans. Ils aiment leurs enfants, et ils se soucient énormément de leur famille. Ils se soucient de leurs voisins. Ils aiment le Canada et veulent le rendre encore meilleur. Ils travaillent fort, et ils occupent souvent plusieurs emplois ou ils occupent un emploi tout en dirigeant en même temps une entreprise familiale.
En tant que Canadiens de souche, nous devons parfois nous écarter de nos préjugés — ancrés dans nos esprits par la culture populaire et des événements passés — pour apprendre à connaître nos frères et nos sœurs musulmans. À deux pâtés de maisons à peine de mon bureau de circonscription vivent Ahlan et son mari Osoma, avec leurs six enfants. Ce sont des musulmans arabes qui viennent de Jordanie. Ils voudraient se rendre au chevet du père d'Osoma qui est hospitalisé en Jordanie. La famille a des objections personnelles au vaccin contre la COVID, et maintenant que la vie reprend son cours normal dans le monde, ils souhaitent aller voir les grands-parents de leurs enfants — qui ne les ont pas vus depuis huit ans — en Jordanie. La seule chose qui les empêche de faire ce voyage, ce sont les exigences vaccinales — non fondées scientifiquement — du gouvernement néo-démocrate-libéral, qui leur interdit de monter à bord d'un avion. Je veux que cette famille sache que je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour lutter contre ces exigences inutiles qui sont imposées par le gouvernement actuel.
J'aimerais aborder de front certaines perceptions que les Canadiens ont à l'égard des musulmans et des Arabes, en particulier en raison d'événements passés et de la culture populaire. Je ne vais pas édulcorer mes propos. Ma génération a grandi en voyant constamment des images de conflits au Moyen-Orient entre divers États-nations, sans compter l'expansion du terrorisme qui faisait peur à bien des gens. Nous avons vu des despotes à la tête de pays arabes tels que la Syrie, l'Irak et l'Égypte et des régimes fantoches diriger des pays tels que le Liban. Son voisin perse, l'Iran, a vu l'ascension au pouvoir de l'ayatollah, qui a investi l'ambassade des États‑Unis et a déclaré que l'Amérique du Nord était le grand Satan. Qui pourrait oublier le 11 septembre 2001, et la multitude de guerres qui ont suivi?
Le Canada a participé pendant près de 20 ans à la guerre en Afghanistan avec ses alliés américains et européens, tout cela pour abandonner Kaboul aux mains des talibans. Hollywood, les principaux médias d'information et, maintenant, les médias sociaux ajoutent une autre dimension à ces événements historiques mondiaux. Le cinéma hollywoodien brode autour de toutes les histoires qu'il raconte. Au début et au milieu des années 2000, on ne pouvait allumer la télévision sans tomber sur une émission américaine opposant les méchants Arabes aux bons Américains.
L'émission NCIS est toujours en tête du palmarès télévisuel et, dans presque tous les épisodes diffusés depuis 19 ans, Gibbs pourchasse un terroriste arabe fictif.
Les médias sociaux ont créé, à partir de ce ramassis de faits historiques et d'éléments de culture populaire anti-arabes et anti-musulmans, une nouvelle crise mondiale faite de théories du complot débridées. Il y a toujours eu des théories du complot dans les sociétés libres, mais maintenant, chaque parole haineuse et malveillante est déformée et amplifiée par Internet.
Pourquoi j'en parle? C'est parce qu'à titre de parlementaires, nous devons braquer les projecteurs sur les coins sombres et les poubelles de la société pour mieux les nettoyer.
Il est désolant que l'islamophobie et l'hostilité envers les Arabes existent au Canada, mais c'est la réalité. Si nous pouvons contribuer à régler ce problème grâce au projet de loi C‑232, qui instituerait le Mois du patrimoine arabe, et aux quelques heures de débat que nous lui consacrerons, ce sera un pas dans la bonne direction. En tant que députés, nous avons le devoir de bien faire les choses pour les personnes d'origine arabe.
Hollywood a tout faux, je tiens à le dire. Il y a eu des événements historiques désolants, certes, mais ils étaient le fait d'individus et non d'une religion ou d'une région du monde. Poutine, qui est de confession chrétienne, mène une guerre d'agression. Mussolini, qui a été le premier à se qualifier de fasciste, était italien et catholique romain. Hitler était autrichien. Ces hommes ont causé des souffrances terribles, mais ils ne sont pas le miroir des chrétiens européens de leur époque. De la même manière, Saddam Hussein était un individu, Kadhafi aussi, et ils n'étaient pas le miroir de tous les Arabes musulmans.
Nous devons laisser de côté ces hommes et ces terribles événements et célébrer le peuple arabe en tant que groupe. Nous devons mieux comprendre la religion musulmane dans son ensemble. C'est ce que le projet de loi C‑232 s'efforce de faire.
Le Tigre est le berceau de la civilisation moderne. L'âge du bronze, où l'humanité a fait la transition des outils en pierre au travail des métaux, a eu lieu dans le delta du golfe Persique. À partir de ce moment, la civilisation a été marquée par les progrès du monde arabe. Saviez-vous que les Arabes ont inventé le concept du chiffre zéro?
Cela remonte en fait au Coran, qui invite les musulmans à compter les phases de la lune afin de suivre les jours. Comme nous le savons, un mois compte 28 jours et la nouvelle lune représente le début de chaque cycle. Ils avaient donc besoin d'un moyen d'écrire ce fait numériquement et ont trouvé un chiffre pour représenter le néant, le chiffre zéro.
Ce concept nous semble simple, mais ni les Grecs, ni les Romains, ni les Indiens, ni les Chinois n'ont pu le saisir avant que le monde arabe ne le leur enseigne.
Qu'en est-il de la langue et de l'apprentissage? La grande bibliothèque d'Alexandrie, en Égypte, a été le premier lieu d'apprentissage. Bien avant la création d'Oxford et de Cambridge en Angleterre en tant que premières universités modernes, la première université avait déjà été créée à Damas, au XIIIe siècle. Au grand dam de nombreux enfants d'âge scolaire, qui a inventé l'algèbre? Un Arabe, sur le territoire de l'Espagne.
Le premier hôpital a également été créé dans le monde arabe. Avant cela, il n'existait pas de lieu central permettant aux médecins et aux patients de se réunir en un seul endroit. La première intervention chirurgicale moderne a aussi été réalisée par des Arabes.
Qu'en est-il des inventions du monde arabe? Le papier graphique, le premier globe terrestre et la première horloge mécanique. Oui, ce sont les Arabes, et non les Suisses, qui ont inventé l'horloge.
Au Canada, la première mosquée construite a été la mosquée Al Rashid, à Edmonton, dans les années 1800. Mon collègue d'Edmonton-Ouest soutiendrait que la mosquée Rahma à Edmonton-Ouest a été la première, mais je ne pense pas qu'il ait raison.
M. Kelly McCauley (Edmonton-Ouest, PCC): Non, c'est la meilleure.
M. Brad Redekopp (Saskatoon-Ouest, PCC): Oh, la meilleure, madame la Présidente. Je ne vais pas me prononcer à ce sujet, mais je sais que c'est la première.
Je dois souligner à quel point je suis fier d'appuyer cette mesure législative. Les Canadiens doivent comprendre toutes les contributions positives du peuple arabe à la planète et à notre pays. Cela ne se limite pas seulement aux mauvaises choses qu'on voit à la télévision et sur Internet. C'est bien plus que cela. Au Canada, les contributions des Canadiens d'origine arabe sont immensément positives.
Beaucoup de nos amis et voisins proviennent de pays arabes. Les membres de la famille de certains d'entre nous sont d'origine arabe ou musulmane. Ce sont des commerçants, des entrepreneurs, des restaurateurs, des enseignants, des travailleurs d'installation de forage, des chauffeurs d'autobus, des pilotes, des médecins, des infirmières, des députés, et j'en passe. Ce sont des Canadiens et, selon le recensement, 2 300 personnes d'origine arabe vivent dans ma circonscription. Ils viennent peut-être du Moyen-Orient et leur religion est peut-être différente de la nôtre, mais ils sont comme tout le monde.
S'il y a un message que je souhaite transmettre aux habitants de ma circonscription et à tous les Canadiens, c'est que nous devons aller au-delà des événements passés et de ce qu'Hollywood nous montre et nous concentrer sur le positif.
Travaillons ensemble et votons en faveur de cette mesure législative.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-05-16 14:35
Expand
Mr. Speaker, I do not think Putin's invasion affects Maine, but gas is going for $1.88 in Saskatoon today. People have to choose between filling up their gas tanks and putting food on the table. These are hard-working Canadians who commute to work, take their children to hockey and cook meals for their families. Postponing the increase in the carbon levy is absolutely within the minister's control. She is clearly refusing to act. As a result, she is directly cutting the purchasing power of Canadians and contributing to increasing the cost of everyday goods.
Will the minister offer immediate relief to all Canadians by rolling back the carbon tax increase on gasoline?
Monsieur le Président, je ne crois pas que l'invasion de Poutine affecte le Maine, mais aujourd'hui à Saskatoon, le litre d'essence coûte 1,88 $. Les gens doivent choisir entre faire le plein ou faire l'épicerie. Je parle de Canadiens qui travaillent fort et qui doivent prendre leur voiture pour aller au bureau, amener les enfants au hockey et préparer les repas de la famille. La ministre a tout à fait le pouvoir de repousser l'entrée en vigueur de la hausse de la taxe sur le carbone, mais, de toute évidence, elle refuse de le faire. Par conséquent, elle sape directement le pouvoir d'achat des Canadiens et contribue à l'augmentation du prix des produits de première nécessité.
La ministre est-elle prête à offrir une aide immédiate à tous les Canadiens en repoussant l'entrée en vigueur de la hausse de la taxe sur le carbone qui fera monter le prix de l'essence?
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-05-13 11:11 [p.5321]
Expand
Mr. Speaker, today is Friday the 13th, a very scary day for Saskatchewan agriculture.
Here in this House the environment minister and the agriculture minister are creating their own horror movie. Like Freddy and Jason before them, they are slashers. This time they want to slash two key industries in Saskatchewan, farming and fertilizer production.
In Saskatoon West, Nutrien, the largest fertilizer producer on the planet, employs over 3,000 people. If the government slashers have their way, Nutrien will be forced to sell its potash to someone else, and our farmers will pay the price.
We have seen this NDP-Liberal pattern before, attacking Canadian industries in the name of climate change and allowing other countries to take jobs and economic growth away from Canadians. In this case, we are seeing the NDP-Liberals diminish the capacity of wheat fields in Saskatchewan while getting the Americans to pick up the slack.
However, we should not fear; every nightmare ends eventually. Once Canadians give this government the boot, Conservatives will be ready to get to work and promote our resources around the globe.
Monsieur le Président, nous sommes le vendredi 13, une journée très effrayante pour les agriculteurs en Saskatchewan.
Ici, à la Chambre, les personnages de ce film d'horreur sont le ministre de l'Environnement et la ministre de l'Agriculture. Comme Freddy et Jason, ils veulent sortir leur couteau et faire des coupes, dans ce cas-ci dans deux industries clés de la Saskatchewan: l'agriculture et la production d'engrais.
Dans Saskatoon‑Ouest, Nutrien, le plus important producteur d'engrais de la planète, emploie plus de 3 000 personnes. Si les maniaques au couteau du gouvernement réussissent leur coup, Nutrien devra vendre sa potasse ailleurs, et ce sont les agriculteurs canadiens qui en paieront le prix.
Ce n'est pas la première fois que nous voyons ce scénario chez les néo-démocrates—libéraux. Ils s'en prennent aux industries canadiennes sous prétexte de lutter contre les changements climatiques et ils laissent les emplois filer vers des pays étrangers, qui profitent alors de la croissance économique qui revenait aux Canadiens. Dans ce cas-ci, le gouvernement néo-démocrate—libéral mine la capacité de production de blé des champs de la Saskatchewan et il laisse la place aux Américains.
Cependant, il ne faut pas avoir peur; tous les cauchemars ont une fin. Dès que les Canadiens auront mis le gouvernement actuel à la porte, les conservateurs seront prêts à se mettre au travail et à faire la promotion des ressources canadiennes partout sur la planète.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-05-10 18:34
Expand
Madam Speaker, I am pleased to rise today on Motion No. 44, which seeks to force the government to:
...develop and publicly release within 120 days following the adoption of this motion a comprehensive plan to expand pathways to permanent residency for temporary foreign workers, including international students, with significant Canadian work experience in sectors with persistent labour shortages...
Furthermore, we are debating the amendment put forward by my colleague, the member for Vancouver East, with whom I sit on the immigration committee. It seeks to strengthen this motion.
Let me start by saying that this is my first opportunity in this Parliament to speak during Private Members' Business. I have had the chance to speak to multiple government bills and budgets since my re-election by the good folks of Saskatoon West, but it is always a pleasure to discuss ideas that originated from MPs outside of the Prime Minister's inner circle.
I would remind my Liberal colleagues across the way that they have the actual power to implement these things right now. I am glad to hear them talking positively about the motion, and I encourage them to actually implement it.
In Saskatoon West, as in all parts of Canada, our economy is driven through job growth. As our population ages and the boomers retire, we need people to fill those jobs and continue to grow our economy.
Like many western nations, Canada's demographics play against our economic survival. Birth rates in Canada are at a historic low of 1.47 children for every woman. An economy needs a replacement of 2.1 births just to keep the population stable, and that assumes that all people want a job and want to work.
Unfortunately, as we now know, some people, for one reason or another, would rather take a government cheque than work. Members should not kid themselves: I get emails from constituents demanding that what they and the NDP term as a “universal basic income” get implemented. This social experiment replaces working with a government paycheque, allowing people to stay home and watch Netflix all day. Not only are we short citizens, but not all able-bodied citizens want to work.
How do we fix this problem? Well, for the past 20 years or so, the answer has been immigration: bringing in people to do the work the so-called old-stock Canadians no longer want to do. They pick our vegetables, drive our taxis, serve our coffee, drill our oil, mine our lithium for electric cars, drive our big-rig trucks, take care of our children and elders, perform our surgeries, fly our planes, become our members of Parliament and so on. There is actually no limit to the skills that immigrants bring to our country.
Many of my constituents in Saskatoon West know that I support immigration. Conservatives are proponents of immigration. I sit on the immigration committee, and I believe in the value and hard work of our immigrants.
I take the opportunity when I am back in the riding to meet with Canadians of all backgrounds. Two of the main complaints I hear about are the issue of backlogs and the pathways to permanent residency. Both of these systems are broken.
Let me start with backlogs.
On Sunday, the latest figures reported by the government put the immigration backlog at two million people. These are Afghans and Ukrainians who are waiting. They are fearing for their lives. These are wives, husbands, children, brothers, sisters and parents who are waiting patiently to join their families already in Canada. They are waiting for IRCC to shuffle through paperwork.
Our citizenship backlog sits at almost half a million people. These are people who are now in Canada: They have gone through the immigration backlog, and have successfully applied and been accepted for Canadian citizenship. They are waiting for the day to give that simple oath that will give them the rights and privileges of being a Canadian citizen. Can members believe that? There are two and a half million people waiting for the nod of approval from the Liberal minister.
Clearly, there are major problems in the systems we use to manage immigration in our country. We have highlighted some ideas, such as having the entire process online, complete with notes and reasons for decisions to allow for complete transparency. Our system badly needs to be modernized and updated, and Conservatives will continue pushing for that.
It is the folks on temporary visas who are the most vulnerable to the whims of the minister and his backlogs. Immigrants come to Canada on a wide variety of temporary visas, such as study and work visas. Imagine that we have just spent four years educating someone as a doctor, engineer, accountant or something else, or a company invests months to train and provide experience to a worker, and then we send them home. Now, sometimes these folks want to return home, and that is just fine, but very often these people want to stay in Canada. When we send them home, Canada loses out on their talent and skills just when they are blossoming into productive workers.
In our last Conservative election platform, we promised to:
create pathways to permanence for those already living and working in Canada, so long as they are prepared to work hard, contribute to the growth and productivity of Canada, and strengthen our democracy. It does not make sense to attract the best and brightest, provide them training and knowledge, and then force these people—with all their potential—to leave.
Permanent residency is the best way to achieve this. Yes, the Liberals have played around the margins of many immigration programs, such as the temporary resident to permanent resident pathway, the Atlantic immigration program, etc., but what have they accomplished? I do not know.
Hopefully, this motion will pass and force the government to report back and tell us, but here is an easier answer: permanent residency. The question is, which classes of immigrants will it be for? Let us tackle that one.
Many immigrants come to Canada with credentials in their country of origin that allow them to practice medicine, be a nurse or a lawyer, drive a big truck, fly a plane, engineer a road or be a plumber, electrician or a boilermaker. When they come to Canada, either the federal or provincial regulatory body that controls their licensing says that they do not meet the standards. Sometimes that is fair, as when someone is a lawyer coming from India who speaks English. If the person expects to move to the Gaspé to practice law in French, he or she needs to meet certain requirements specific to that province's law association.
In other areas, training is training. An easy example to understand is aviation. If people are qualified to fly a Boeing 737 in Indonesia, they are equally qualified to fly that same plane in Canada. It is substantially the same. Therefore, a pilot coming from Indonesia should be able to pick up roots, move to Saskatoon and start flying for WestJet or Air Canada with very minimal training requirements.
In cases when there is some Canadian-specific training required, we need to simplify the process to achieve that education. Indeed, in our election platform, we promised to launch a credential recognition task force to develop new, timely and appropriate credential recognition strategies. I will be introducing in the House my own private member's legislation soon enough to accomplish this very task, so I encourage all members to look out for that.
Let me touch on the amendment from my colleague for Vancouver East. Her amendment would add the caregiver program to the list of programs that needs to be examined. In the past two studies we have done in the committee, I have asked multiple witnesses about this very program and about caregivers. Many of these folks come from the Philippines and settle in Saskatoon West. What I hear is unsettling. There was no pun intended.
MD Shorifuzzaman, who is an immigration consultant from my riding of Saskatoon West, appeared at our committee and said, “Let me focus a little bit about the caregiver program, which can be an example of mistreatment of those foreign workers who work hard to protect the vulnerable in our communities. This program was offered in 2018, but unfortunately, what happened was the priority of the IRCC shifted to the other programs.”
Mr. Gurpratap Kalas, another Immigration Consultant from Saskatoon West, also commented on the caregiver program and said, “The processing time has been an extensive amount and, because of the lengthy processing, the majority of the applicants' relationship stresses are often causing breakdowns in their relationships, with marriages falling apart, children reaching the age of majority and other areas. In some cases, employers have either already passed away, or the person to be cared for has already reached the age of majority, as is the case with child care providers.”
These immigration consultants are on the ground dealing with the failed caregiver program. I point this out, because I had asked the associate deputy minister of Immigration Canada, when she was at committee, about her thoughts on the caregiver program. She told me that “the caregiver program is one that is a priority for the department.” If a program that is a priority for her as deputy minister is such an abysmal failure, I hate to imagine what a non-priority program would be doing.
I want to conclude my remarks by reflecting on the need for compassionate immigration: our refugee program. The wars in Afghanistan and Ukraine have driven home the fact to many Canadians that we can and should be there to welcome people displaced by war. This is a role our country has taken on time and again.
Many immigrants came to Canada in the wake of the First and Second World Wars. We know that Hungarians fled here in 1956, and Eastern Europeans did throughout the Cold War. Japanese, Korean and Vietnamese people all fled conflicts. People from Hong Kong, Chinese citizens and practitioners of Falun Gong escaped China's basic dictatorship. Stephen Harper brought boatloads of Lebanese people over during their war with Israel, and the Syrians were after that.
Canada must continue to be open for refugees, but for that to happen, we must fix our immigration system, eliminate backlogs, implement new technologies and modernize our bureaucracy.
Let us get this motion passed and see what the government says in response. Hopefully, we can get on our way.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui au sujet de la motion M‑44, qui vise à forcer le gouvernement à:
[...] dresser et rendre public, dans les 120 jours suivant l’adoption de cette motion, un plan exhaustif visant à accroître les voies d’accès à la résidence permanente pour les travailleurs étrangers temporaires, y compris les étudiants internationaux, possédant une expérience de travail canadienne considérable dans des secteurs touchés par des pénuries de main-d’œuvre persistantes [...]
De plus, nous débattons de l'amendement proposé par ma collègue, la députée de Vancouver-Est, qui fait comme moi partie du comité de l'immigration. L'amendement vise à renforcer la motion.
D'abord, c'est la première fois au cours de la présente législature que je prends la parole pendant la période réservée aux affaires émanant des députés. J'ai eu la chance de me prononcer sur de multiples projets de loi et budgets du gouvernement depuis que j'ai été réélu par les bonnes gens de Saskatoon-Ouest, mais c'est toujours un plaisir de discuter des idées qui viennent de députés qui ne font pas partie de la garde rapprochée du premier ministre.
Je rappelle à mes collègues libéraux d'en face qu'ils ont le pouvoir de mettre en place de telles mesures dès maintenant. Je suis ravi de les entendre parler favorablement de la motion et je les encourage à la mettre en œuvre.
Dans Saskatoon-Ouest, comme partout ailleurs au Canada, l'économie repose sur la croissance de l'emploi. Alors que notre population vieillit et que les baby-boomers prennent leur retraite, nous avons besoin de gens pour occuper ces emplois et continuer à faire croître l'économie.
Comme dans beaucoup de pays occidentaux, la démographie du Canada nuit à sa survie économique. Le taux de natalité au pays n'a jamais été aussi bas: il s'élève à 1,47 enfant par femme. Pour garder la population stable, une économie a besoin d'un taux de natalité de 2,1 enfants par femmes, et cela suppose que tout le monde souhaite avoir un emploi et travailler.
Malheureusement, nous savons que certaines personnes, pour une raison ou une autre, préfèrent encaisser un chèque du gouvernement que travailler. Les députés ne doivent pas se leurrer: je reçois des courriels d'électeurs réclamant l'instauration de ce que le NPD et les libéraux appellent un « revenu universel de base ». Ce programme social remplace les emplois par des chèques de paie gouvernementaux qui permettent aux gens de rester chez eux et de regarder Netflix toute la journée. Non seulement le Canada manque de citoyens, mais ceux d'entre eux qui sont physiquement aptes sont plusieurs à ne pas vouloir travailler.
Comment pouvons‑nous rectifier cela? Eh bien, depuis une vingtaine d'années, nous avons eu recours à l'immigration en faisant venir des gens ici pour effectuer le travail que les Canadiens de souche ne veulent plus faire. Ces gens ramassent les légumes, conduisent les taxis, servent du café, forent des puits de pétrole, extraient le lithium pour les voitures électriques, conduisent les semi‑remorques, s'occupent des enfants et des aînés, pratiquent des chirurgies, pilotent des avions et deviennent des députés, entre autres. Il n'y a pas de limites aux compétences que possèdent les immigrants canadiens.
Bon nombre de mes concitoyens de Saskatoon‑Ouest savent que je suis pour l’immigration. Les conservateurs sont des partisans de l’immigration. Je siège au comité de l’immigration et je crois en la valeur et en l'excellent travail des immigrants.
Lorsque je retourne dans ma circonscription, je saisis l’occasion de rencontrer des Canadiens de toutes origines. Deux des principaux sujets de doléance dont j’entends parler sont les arriérés et les voies d’accès à la résidence permanente. Ces deux systèmes ne fonctionnent pas.
Commençons par les arriérés.
Dimanche dernier, les derniers chiffres communiqués par le gouvernement faisaient état d’un arriéré d’immigration de deux millions de personnes. Ce sont des Afghans et des Ukrainiens qui attendent. Ils craignent pour leur vie. Ce sont des femmes, des maris, des enfants, des frères, des sœurs et des parents qui attendent patiemment de rejoindre leur famille, déjà au Canada. Ils attendent qu’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada remue la paperasse.
Notre arriéré de demandes de citoyenneté s’élève à près d’un demi-million de personnes. Ce sont des gens qui sont déjà au Canada. Ils ont surmonté l’arriéré de l’immigration, ils ont présenté une demande de citoyenneté canadienne et ils ont obtenu une réponse positive. Ils attendent le jour où ils pourront prêter ce simple serment qui leur donnera les droits et les privilèges de la citoyenneté canadienne. Les députés peuvent-ils le croire? Deux millions et demi de personnes attendent un signe d’approbation du ministre libéral.
De toute évidence, les systèmes que nous utilisons pour gérer l’immigration dans notre pays posent des problèmes majeurs. Nous avons proposé certaines idées, comme la mise en ligne l’ensemble du processus, y compris les notes et la justification des décisions, de manière à assurer une transparence totale. Notre système a grandement besoin d’être modernisé et mis à jour, et les conservateurs continueront à faire pression en ce sens.
Ce sont les personnes munies d'un visa temporaire qui sont les plus vulnérables aux caprices du ministre et à ses arriérés. Les immigrants viennent au Canada avec une grande variété de visas temporaires, comme des visas d’études et de travail. Imaginons que nous venions de consacrer quatre ans à la formation d’un médecin, d’un ingénieur, d’un comptable ou de quelqu'un d'autre, ou qu’une entreprise investisse des mois pour former un travailleur et lui permettre d’acquérir de l’expérience, puis nous le renvoyons chez lui. Parfois, ces gens veulent rentrer chez eux, et c’est très bien, mais très souvent, ils veulent rester au Canada. Lorsque nous les renvoyons chez eux, le Canada perd leur talent et leurs compétences au moment même où ils deviennent des travailleurs productifs.
Dans le dernier programme électoral conservateur, nous avons promis de:
[...] créer des voies vers la permanence pour les gens qui vivent et travaillent déjà au Canada, s’ils sont prêts à travailler fort, à contribuer à la croissance et à la productivité du Canada, et à renforcer notre démocratie. Il est insensé d’attirer les meilleurs et les plus brillants, de leur offrir une formation et des connaissances, puis de les obliger à s’en aller avec tout leur potentiel.
La résidence permanente est la meilleure solution. Oui, les libéraux ont fait de petites modifications à de nombreux programmes d'immigration, comme la Voie d'accès de la résidence permanente temporaire à la résidence permanente et le Programme d'immigration au Canada atlantique, mais qu'ont-ils accompli? Je l'ignore.
J'espère que cette motion sera adoptée et qu'elle contraindra le gouvernement à nous revenir et à nous donner des réponses, mais voici une réponse toute prête: la résidence permanente. La question est de savoir quelles catégories d'immigrants seront concernées. Essayons d'y répondre.
De nombreux immigrants arrivent au Canada et possèdent des titres de compétence qui leur permettaient, dans leur pays d'origine, d'être médecin, infirmière, camionneur, pilote d'avion, ingénieur routier, plombier, électricien ou chaudronnier. Une fois en sol canadien, l'ordre provincial ou fédéral chargé des permis dont ces immigrants auraient besoin affirme qu'ils ne répondent pas aux normes. Parfois, la décision est fondée, dans le cas par exemple d'un avocat qui arrive d'Inde et qui parle anglais. Pour que cette personne puisse déménager à Gaspé pour y pratiquer le droit en français, elle doit répondre aux critères établis par le barreau de la province.
Dans d'autres domaines, une personne formée est une personne formée. Un exemple facile à comprendre est celui de l'aviation. Une personne qui possède les compétences pour piloter un Boeing 737 en Indonésie est tout aussi compétente pour le faire au Canada. C'est pratiquement la même chose. Par conséquent, un pilote qui arrive d'Indonésie devrait pouvoir s'établir à Saskatoon et devenir pilote pour WestJet ou Air Canada après une très brève formation.
Dans les cas où une formation propre au Canada est nécessaire, nous devons simplifier le processus d'obtention de cette éducation. D'ailleurs, dans notre plateforme électorale, nous avons promis de lancer un groupe de travail sur la reconnaissance des titres de compétence afin de créer de nouvelles stratégies opportunes et appropriées à cet égard. Sous peu, je présenterai à cette fin mon propre projet de loi d'initiative parlementaire à la Chambre, alors j'encourage tous les députés à le surveiller.
J'aimerais parler de l'amendement proposé par ma collègue de Vancouver-Est, qui entraînerait l'ajout du Programme des aides familiaux à la liste des programmes devant être examinés. Au cours des deux dernières études réalisées par le comité, j'ai posé des questions à plus d'un témoin concernant ce programme et les aides familiaux, dont bon nombre viennent des Philippines et s'établissent à Saskatoon-Ouest. Ce que j'entends est perturbant.
M. MD Shorifuzzaman, consultant en immigration de ma circonscription, Saskatoon-Ouest, a comparu devant le comité et a dit: « Permettez-moi de mettre un peu l'accent sur le Programme des aides familiaux, qui peut donner un exemple du mauvais traitement réservé aux travailleurs étrangers qui ne ménagent aucun effort pour protéger les gens vulnérables dans nos collectivités [...] Ce programme a été offert en 2018 [...] Malheureusement [Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada] a accordé la priorité à d'autres programmes ».
M. Gurpratap Kalas, un autre consultant en immigration de la circonscription de Saskatoon‑Ouest a aussi donné son avis sur le Programme des aides familiaux résidants et il a déclaré la chose suivante: « [...] le délai de traitement est très long et, en raison de ce délai, le stress ressenti par la majorité des demandeurs provoque souvent des ruptures dans leurs relations, avec des mariages qui s'effondrent, des enfants qui atteignent l'âge de la majorité et d'autres scénarios encore. Dans d'autres cas, soit les employeurs sont déjà décédés, soit la personne à prendre en charge a déjà atteint l'âge de la majorité, comme dans le cas de la garde d'enfants. »
Les consultants en immigration sont sur le terrain et ils doivent composer avec l'échec que représente le Programme des aides familiaux. Je le signale parce que j'ai demandé à la sous-ministre déléguée d'Immigration Canada, lorsqu'elle a témoigné au comité, ce qu'elle pensait de ce programme. Elle m'a répondu que ce programme était une priorité pour son ministère. Si elle considère qu'un tel programme — qui représente un échec monumental — est une priorité, je n'ose imaginer quel cauchemar serait un programme non prioritaire.
Je souhaite conclure mon intervention en parlant de la nécessité d'avoir une immigration bienveillante, et donc de notre programme de réfugiés. Les guerres en Afghanistan et en Ukraine ont fait comprendre à de nombreux Canadiens que nous pouvons et nous devons accueillir des personnes déplacées par la guerre. C'est un rôle que notre pays a joué de nombreuses fois.
Bon nombre d'immigrants sont venus au Canada après la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale. Nous savons que des Hongrois se sont réfugiés au Canada en 1956 et que des Européens de l'Est l'ont fait tout au long de la guerre froide. Des Japonais, des Coréens et des Vietnamiens ont aussi fui des conflits. Des Hongkongais, des citoyens chinois et des adeptes du Falun Gong ont fui la dictature fondamentale de la Chine. Sous le gouvernement de Stephen Harper, d'innombrables Libanais ont pu se réfugier au Canada pendant le conflit israélo-libanais, et des Syriens ont aussi été accueillis par la suite.
Le Canada doit continuer d'accueillir des réfugiés, mais pour cela, nous devons corriger les lacunes du système d'immigration, éliminer les arriérés, adopter de nouvelles technologies et moderniser nos formalités administratives.
Adoptons cette motion et voyons comment le gouvernement réagira. J'espère que nous pourrons faire un pas dans la bonne direction.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2022-05-09 14:54
Expand
Mr. Speaker, last week the minister bragged about her visit to the Saskatoon “out-of-Service Canada” office, yet, after her visit, the daughter of my constituent, Viktoriia, still cannot get a passport, because they lost her birth certificate. By contrast, the Bangladesh High Commission sent six people to Saskatoon on the weekend, and they processed 800 passports in two days.
How is it that a foreign government can get more done in two days than this minister can in two months?
Monsieur le Président, la semaine dernière, la ministre s'est vantée d'avoir visité le bureau de « hors Service Canada » à Saskatoon. Pourtant, après sa visite, la fille de l'un de mes concitoyens, Viktoriia, ne peut toujours pas obtenir de passeport, car on a perdu son certificat de naissance. En revanche, le Haut-commissariat du Bangladesh a envoyé six personnes à Saskatoon pendant la fin de semaine et celles-ci ont traité 800 passeports en deux jours.
Comment se fait-il qu'un gouvernement étranger puisse faire plus en deux jours que la ministre en deux mois?
Collapse
Results: 1 - 15 of 65 | Page: 1 of 5

1
2
3
4
5
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data