Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 5923
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
View Alistair MacGregor Profile
2022-10-06 10:08 [p.8205]
Expand
moved:
That, given that,
(i) big grocery stores have made massive profits in the past year, not long after several were investigated for bread price-fixing,
(ii) workers’ wages and the prices paid to producers in the agricultural sector are not keeping up with those corporate profits, or with inflation,
(iii) Canadian families are struggling with the rising costs of essential purchases,
the House call on the government to recognize that corporate greed is a significant driver of inflation, and to take further action to support families during this cost-of-living crisis, including:
(a) forcing CEOs and big corporations to pay what they owe, by closing the loopholes that have allowed them to avoid $30 billion in taxes in 2021 alone, resulting in a corporate tax rate that is effectively lower now than when this government was elected;
(b) launching an affordable and fair food strategy which tackles corporate greed in the grocery sector including by asking the Competition Bureau to launch an investigation of grocery chain profits, increasing penalties for price-fixing and strengthening competition laws to prohibit companies from abusing their dominant positions in a market to exploit purchasers or agricultural producers; and
(c) supporting the Standing Committee on Agriculture and Agri-Food in investigating high food prices and the role of “greedflation”, including inviting grocery CEOs before the committee.
He said: Mr. Speaker, I wish to notify the House that I will be splitting my time with the hon. member for Rosemont—La Petite-Patrie.
Today is a good day in the House of Commons because we as New Democrats are forcing parliamentarians to deal with the issues that are concerning Canadians. The motion that we as a party are bringing forward for debate today is specifically calling out the massive corporate profits that are occurring in so many sectors, often at the expense of what ordinary Canadians are able to afford.
Canadians see this week in and week out. They see it when they fill up their vehicles with fuel and they see it when they are at the grocery stores. It is reaching a breaking point for many families. It is forcing too many families to make difficult decisions that no family in a country as wealthy as Canada should have to make. These are decisions on whether their family budgets can afford to pay the rent or mortgage, decisions on whether we can get as much fresh produce for our young children as we used to get and decisions on whether we should only fill up the car with half a tank this week because we need to save money for next week.
This is the reality for too many families, and not only in my riding of Cowichan—Malahat—Langford, but across British Columbia and across Canada, from coast to coast to coast. For far too long, these Canadians have been looking at the profits that have been made, especially over this year. Some oil and gas companies are making over 100% more compared with what they were making just a few years ago. I hear a lot of talk in this place about taxes, but not enough talk is happening about the revenue we are losing, the revenue that would be there to support Canadians who are in dire need of it.
It is important that Canadians see that their members of Parliament are addressing their concerns. It is important that they see the people they have sent to this place debating this issue with sincerity and making policies that are going to address it. That is why I am such a proud member of the New Democratic caucus. We have been the only party in this place to call out massive corporate profits and champion an excess profits tax. We will continue to champion that until policy-makers see the light in this place and respond with effective policy.
I want to segue to the remarkable success that Canadians enjoyed yesterday at the Standing Committee on Agriculture and Agri-Food. I want to thank my colleagues from that committee who agreed to my motion to study the excess profits in the grocery sector in particular.
I want to centre particularly on food because food is the great equalizer in our society. No one can live without food. Everybody needs to eat, but some in our society are able to eat without worry. Others have to make difficult choices. When it comes to our nation's children, we know that a healthy and balanced diet is incredibly important not only for their growth, but for their ability to achieve a good education. In a country as wealthy as Canada, far too many children are suffering.
Juxtapose that reality with the fact that the three largest grocery chains in Canada have been raking in the money. We can look at Empire's net profits, which are up by 27.8% in two years. Loblaws profits are up by 17.2% compared with those of last year, and Metro's are up by 7.8%. I know that the CEO of Sobeys has recently been in the news complaining about us taking up an examination of their profits and shining a spotlight on this issue, but if I am in the bad books of a corporate CEO, I think I am doing my job properly in this place.
Those profits are publicly available, but I also want to identify the fact that calls are coming from inside the house. Last week, my office received an email from an employee. I am going to keep him anonymous. I am not going to mention who he works for, because he is afraid of reprisals, but I will quote him. He said:
I have noticed a worrying trend over the last year of large quantities of retail price increases being sent down on a weekly basis.... However, cost increases on these items don't match the increases of retail prices that are sent down....
I have noticed a trend where retail prices consumers must pay for products will increase, and cost increases will come down months after the fact, if at all. Based on what I know of our systems at [the] store level this means that the profit margins on saleable goods will increase for the company until a related cost increase brings it back down. Thus prices consumers must pay are overinflated until costs align with the retail change....
...That is why I believe that a federal probe into grocery store price increases should be supported in our parliament.
I would say to that employee that the New Democrats have heard their call. We are taking action and we are leading the initiative in this Parliament, not only at committee but in the House of Commons, to address this person's concerns and the concerns Canadian consumers have.
We are not going to stop there. We are also going to go after oil and gas. It is one thing to talk about the carbon price, a price on pollution, but if the government is going to completely ignore the massive profits that oil and gas companies are making off the backs of working Canadians, I think it needs to do some reflection on where its policies stand.
We are at a point where the CEO of Shell is being more progressive than the Liberals and calling out something the Conservatives will not even touch. I do not know what kind of a topsy-turvy world we live in when we have to depend on a CEO to be more progressive than our own government, but it is shameful.
In British Columbia, my constituents know the price of gas. They see it all the time, but they can also match that up with what large oil and gas companies are raking in right now. We need to follow the lead of other countries like the U.K. We need to implement an excess profits tax. That natural resource is owned by Canadians. Private companies have the privilege of bringing it out of the ground and selling it back to us, but it is a resource that is owned by Canadians. It is high time we put in place policies to make sure we are getting the full value out of it.
We also heard earlier this week that last year alone we did not collect $30 billion in corporate taxes. That is the difference between what corporations actually paid and what they should have paid. We are having this talk about the structural deficits we see in our housing and the structural deficits in supports for Canadians who are going through hard times, and then we look at what $30 billion in one year alone could have paid for: How many doctors could we have hired? How many school food programs could we have implemented? How many workers could we have retrained with that money to prepare them for the 21st-century economy?
That is the fundamental question before us. It is a question of what we want to be as a country. Do we really want to pursue well-funded programs that help lift everybody up, not just those at the top? I know where I stand on this matter, and I hope colleagues and other parties will do some genuine reflection on where they stand as well.
We are in a place where there has been extreme inaction from both the Liberals and Conservatives. If we were to follow Conservative tax policy, the Margaret Thatcher cosplay they are so often engaging in, we need only look to the United Kingdom as to what Conservative policy would result in. The Conservative prime minister there has single-handedly caused the U.K. economy to go into an absolute economic free fall through tax policies that rightly belong in the 1980s and have no place in the 21st-century economy, especially when we are trying to address massive inequality.
I know I am in my last minute of this speech, but I want to assure my constituents in Cowichan—Malahat—Langford and people in British Columbia and people right across this great country that, for as long as I have the privilege of standing in this place, I will never let them down. I will continue to aggressively pursue these progressive policies. I will do that until we actually see the fundamental change we need to see.
propose:
Que, étant donné que,
(i) les grandes épiceries ont fait d’énormes profits au cours de la dernière année, soit peu de temps après que certaines d’entre elles ont fait l’objet d’une enquête pour collusion sur le prix du pain,
(ii) le salaire des travailleurs et les prix payés aux producteurs agricoles n’augmentent pas au même rythme que les profits de ces sociétés ni même que l’inflation,
(iii) les familles canadiennes ont du mal à faire face à la hausse du prix des biens de première nécessité,
la Chambre demande au gouvernement de reconnaître que l’avidité des grandes sociétés alimente directement l’inflation et d’en faire plus pour soutenir les familles tant que durera la crise actuelle du coût de la vie, y compris en:
a) contraignant les PDG et les grandes entreprises à payer leur dû en éliminant les échappatoires qui leur ont permis d’éviter une facture fiscale de 30 milliards de dollars au cours de la seule année 2021, de sorte que le taux d’imposition des sociétés est en réalité plus bas maintenant que quand le gouvernement actuel a été porté au pouvoir;
b) lançant une stratégie alimentaire abordable et équitable qui s’attaque à la cupidité des entreprises du secteur des épiceries notamment en demandant au Bureau de la concurrence de mener une enquête sur les profits des chaînes de marchés d’alimentation, en alourdissant les sanctions pour la fixation des prix et en durcissant les lois sur la concurrence afin d’interdire aux entreprises d’abuser de leur position dominante dans un marché pour exploiter les acheteurs ou les producteurs agricoles;
c) soutenant le Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire à enquêter sur les prix élevés des aliments et sur le rôle de la « cupidiflation », y compris en invitant les PDG de chaînes d’alimentation à témoigner devant lui.
— Monsieur le Président, j'informe la Chambre que je partagerai mon temps de parole avec le député de Rosemont—La Petite-Patrie.
C'est une bonne journée aujourd'hui, à la Chambre des communes, car les néo-démocrates obligent les députés à se pencher sur les questions qui préoccupent les Canadiens. La motion que notre parti soumet au débat aujourd'hui traite en particulier des énormes profits qu'enregistrent les grandes entreprises dans de nombreux secteurs, souvent au détriment des Canadiens ordinaires aux moyens ordinaires.
Les Canadiens en sont témoins semaine après semaine. Ils le voient à la station-service, ils le voient à l’épicerie. Le point de rupture est atteint pour de nombreuses familles. Cela force un trop grand nombre d’entre elles à prendre des décisions difficiles qu’aucune famille ne devrait avoir à prendre dans un pays aussi riche que le Canada. Les familles doivent décider si leur budget leur permet de payer le loyer ou l’hypothèque, si elles peuvent se procurer autant de fruits et de légumes frais qu’auparavant pour leurs enfants et si elles ne devraient remplir le réservoir d'essence de la voiture qu'à moitié cette semaine-là afin de mettre de l’argent de côté pour la semaine suivante.
Telle est la réalité d'un trop grand nombre de familles, non seulement dans ma circonscription, Cowichan—Malahat—Langford, mais aussi dans l’ensemble de la Colombie‑Britannique et du Canada, d’un océan à l’autre. Depuis beaucoup trop longtemps, ces Canadiens regardent les bénéfices qui ont été réalisés, surtout cette année. Certaines sociétés pétrolières et gazières font plus de 100 % de plus qu’il y a quelques années à peine. On parle beaucoup d'impôts et de taxes à la Chambre, mais on ne dit pas grand-chose au sujet des recettes que nous perdons, des recettes qui permettraient d'aider les Canadiens qui en ont désespérément besoin.
Il importe que les Canadiens voient que leurs députés tiennent compte de leurs préoccupations. Il importe qu’ils voient leurs élus débattre du problème avec sincérité et adopter des politiques pour le régler. C’est pourquoi je suis si fier de faire partie du caucus néo-démocrate. Nous sommes le seul parti à la Chambre à dénoncer les bénéfices énormes des sociétés et à préconiser un impôt sur ces superbénéfices. Nous poursuivrons nos efforts jusqu’à ce que les décideurs voient la lumière à la Chambre et réagissent par des politiques efficaces.
J’aimerais maintenant parler du succès remarquable que les Canadiens ont connu hier au Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Je remercie mes collègues de ce comité qui ont accepté ma motion visant à étudier les superbénéfices dans le secteur de l’épicerie en particulier.
Je veux me concentrer particulièrement sur la nourriture, qui est le grand égalisateur dans notre société. Personne ne peut vivre sans nourriture. Tout le monde a besoin de manger, mais certains membres de notre société n’ont pas à s’inquiéter de cela. D’autres ont des choix difficiles à faire. Dans le cas de nos enfants, nous connaissons bien toute l’importance d’une alimentation saine et équilibrée, non seulement pour leur croissance, mais aussi pour leur capacité de bien réussir à l’école. Beaucoup trop d’enfants souffrent dans un pays aussi riche que le Canada.
Comparons cette réalité avec le fait que les trois plus grandes chaînes de marchés d'alimentation au Canada ont engrangé des profits énormes. Il suffit de regarder les bénéfices nets d'Empire, qui ont augmenté de 27,8 % en deux ans. Les bénéfices de Loblaws sont en hausse de 17,2 % par rapport à ceux de l'année dernière, et ceux de Metro sont en hausse de 7,8 %. Je sais que le PDG de Sobeys s'est récemment plaint aux médias du fait que nous nous penchions sur ses bénéfices et que nous braquions les projecteurs sur cette question, mais si je suis sur la liste noire d'un PDG d'entreprise, j'imagine que c'est parce que je fais bien mon travail ici.
Bien que ces chiffres soient accessibles au public, je tiens également à souligner que cette situation est dénoncée par des employés de la Chambre elle-même. La semaine dernière, mon bureau a reçu un courriel de l'un d'entre eux. Je ne révélerai pas son nom pour que cette personne puisse garder l'anonymat. Comme elle craint les représailles, je ne mentionnerai pas non plus pour qui elle travaille, mais je vais la citer. Elle a déclaré:
Depuis un an, je constate une tendance inquiétante: chaque semaine, on observe d'importantes augmentations des prix de vente au détail. Pourtant, l'augmentation des coûts associés à ces produits ne correspond pas à l'augmentation de leur prix au détail.
J'ai remarqué une tendance qui consiste à augmenter les prix des produits de détail que les consommateurs doivent payer, et à faire baisser ces augmentations plusieurs mois après, ou pas du tout. D'après ce que je sais de nos systèmes au niveau du magasin, cela signifie que les marges bénéficiaires sur les produits commercialisables augmentent pour l'entreprise jusqu'à ce qu'une augmentation des coûts connexes les fasse redescendre. Ainsi, les prix que les consommateurs doivent payer sont exagérés jusqu'à ce que les coûts s'alignent sur la variation du prix de détail...
[...] C'est pourquoi je crois qu'une enquête fédérale sur les hausses de prix dans les épiceries devrait être préconisée par notre Parlement.
Je dirais à cet employé que les néo-démocrates ont entendu son appel. Nous agissons et nous prenons l'initiative au sein de ce Parlement, non seulement en comité, mais aussi à la Chambre des communes, pour répondre aux préoccupations de cette personne et à celles des consommateurs canadiens.
Nous n'allons pas nous arrêter là. Nous allons également nous attaquer au pétrole et au gaz. C'est une chose de parler du prix du carbone, qui est une tarification de la pollution, mais si le gouvernement ignore complètement les profits massifs que les sociétés pétrolières et gazières réalisent aux dépens des travailleurs canadiens, je pense qu'il doit réfléchir à ses politiques.
Nous en sommes au point où le PDG de Shell est plus progressiste que les libéraux et dénonce une situation dont même les conservateurs ne veulent pas entendre. Je ne sais pas dans quel monde on vit quand on doit compter sur un PDG pour être plus progressiste que notre propre gouvernement, mais c’est honteux.
En Colombie-Britannique, mes concitoyens connaissent le prix de l’essence. Ils le voient constamment, mais ils peuvent aussi le comparer aux bénéfices astronomiques que les grandes sociétés pétrolières et gazières engrangent à l’heure actuelle. Nous devons suivre l’exemple d’autres pays comme le Royaume‑Uni. Nous devons mettre en place un impôt sur les profits excessifs. Ces ressources naturelles appartiennent aux Canadiens. Les entreprises privées ont le privilège de les extraire du sol et de nous les revendre, mais ces ressources appartiennent aux Canadiens. Il est grand temps que nous mettions en place des politiques pour nous assurer d’en tirer la pleine valeur.
Nous avons aussi entendu plus tôt cette semaine que l’an dernier seulement, une somme de 30 milliards de dollars en impôts des sociétés n’a pas été perçue. Il s’agit donc de l’écart entre ce que les sociétés ont payé et ce qu’elles auraient dû payer. Nous parlons des déficits structurels que nous constatons dans le domaine du logement et des mesures de soutien pour les Canadiens qui traversent une période difficile, puis nous voyons ce que nous aurions pu payer avec 30 milliards de dollars en une seule année. Combien de médecins aurions-nous pu embaucher? Combien de programmes alimentaires scolaires aurions-nous pu mettre en place? Combien de travailleurs aurions-nous pu recycler avec cet argent pour leur permettre de s’adapter à l’économie du XXIe siècle?
C’est la question fondamentale dont nous sommes saisis. Il s’agit de déterminer quel genre de pays nous voulons être. Voulons-nous vraiment mettre en œuvre des programmes bien financés qui améliorent la situation de tout le monde, et pas seulement celle des mieux nantis? Je connais ma position à ce sujet et j’espère que mes collègues et les autres partis réfléchiront sérieusement à leur position.
Les libéraux et les conservateurs ont fait preuve d’une inaction extrême. Si nous devions suivre la politique fiscale des conservateurs — et on sait que ces derniers se posent souvent en pseudo Margaret Thatcher —, nous n’aurions qu’à nous tourner vers le Royaume-Uni pour voir ce qu'entraînerait la politique conservatrice. La première ministre conservatrice de ce pays a provoqué à elle seule une chute libre de l’économie du Royaume-Uni en raison de politiques fiscales qui avaient leur place dans les années 1980, mais qui sont largement dépassées dans l’économie du XXIe siècle, surtout lorsque nous essayons de remédier à des inégalités massives.
Je sais que j'arrive à la conclusion de mon discours, mais je tiens à assurer aux habitants de Cowichan—Malahat—Langford, à la population de la Colombie-Britannique et à tous les Canadiens que, tant que j’aurai le privilège de prendre la parole à la Chambre, je ne les laisserai jamais tomber. Je continuerai de poursuivre énergiquement ces politiques progressistes. Je le ferai jusqu’à ce que nous assistions au changement fondamental qui s’impose.
Collapse
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
View Alistair MacGregor Profile
2022-10-06 10:19 [p.8207]
Expand
Madam Speaker, I would like to thank the hon. member for Kings—Hants and all colleagues on the agriculture committee for supporting my motion yesterday. It is going to be a very important inquiry to get the answers Canadians deserve.
I am trying to approach this issue from the perspective of one of my constituents. Two things are true. Prices on food items that people need to survive are going up faster than the general rate of inflation. That is the first truth. The second truth is that the large corporations that have cornered the grocery market are making profits. These two things exist at the same time, and it is about time that parliamentarians took this issue seriously, started an inquiry, got answers and met the challenge with effective policy that is going to tackle inequality in this country.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Kings—Hants et tous mes collègues du Comité de l’agriculture d’avoir appuyé la motion que j’ai présentée hier. Cette enquête cruciale nous fournira les réponses que les Canadiens méritent.
J’essaie d’aborder cette question du point de vue d'un habitant de ma circonscription. Nous faisons face à deux réalités. D’un côté, le prix des aliments dont les gens ont besoin pour survivre augmente plus rapidement que le taux général d’inflation. D’un autre côté, les grandes sociétés qui ont le monopole du marché de l’alimentation font maintenant des profits. Ces deux phénomènes se produisent simultanément, et il est vraiment temps que les parlementaires abordent sérieusement ce problème, qu’ils lancent une enquête, qu’ils obtiennent des réponses et qu’ils résolvent ce problème en établissant une politique efficace qui s’attaquera aux inégalités dans ce pays.
Collapse
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
View Alistair MacGregor Profile
2022-10-06 10:20 [p.8207]
Expand
Madam Speaker, I am so glad to see Conservatives, yet again, going to bat for their corporate friends. If the member thinks this is an NDP policy, he should look across the Atlantic Ocean to Conservatives in the United Kingdom who are proposing the exact same policy and have implemented what we are pursuing.
It is actually time for Conservatives to wake up, listen to their constituents, stop moaning about taxes and going after CPP and EI, and join us in going after the corporate fat cats who are profiting from an economy that so many Canadians are suffering under.
Madame la Présidente, je suis tellement content de voir que les conservateurs se portent encore une fois à la défense de leurs amis du monde des affaires. Si le député s’imagine qu’il s’agit d’une politique du NPD, il devrait regarder ce qui se passe de l’autre côté de l’Atlantique chez les conservateurs du Royaume‑Uni, qui proposent une politique identique et ont déjà pris les mesures que nous cherchons à mettre en œuvre.
Il est grand temps que les conservateurs se réveillent, se mettent à l’écoute de leurs concitoyens, et cessent de se râler contre les impôts et de s’attaquer au Régime de pensions du Canada et à l’assurance-emploi. Ils devraient se joindre à nous et s’attaquer aux riches sociétés qui profitent d’une économie qui fait souffrir tant de Canadiens.
Collapse
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
View Alistair MacGregor Profile
2022-10-06 10:22 [p.8208]
Expand
Madam Speaker, I would like to compliment my colleague. Indeed, he is a pleasure to work with at committee. We have always had very constructive talks on this.
As for the grocery code of conduct, absolutely, it has come up repeatedly at our committee. What we have heard, especially from producers and processors, is that when they are trying to market their items in large grocery chains there are all of these hidden fees. They can get charged for not supplying enough product, supplying too much or late delivery. That is why this grocery code of conduct is being put in place. It is because of the business practices of large grocery chains, which have put an unfair advantage on our producers and processors.
Again, it is part of the trend of why we are here today to tackle this issue and meet it with effective policy.
Madame la Présidente, je tiens à féliciter mon collègue. C’est vraiment un plaisir de travailler avec lui au comité. Nous avons toujours eu des échanges très constructifs à ce sujet.
Bien entendu, le code de conduite dans le marché des épiciers a fait l’objet de maintes discussions à notre comité. Ce que nous avons entendu, notamment de la part de producteurs et de transformateurs, c’est que lorsqu’ils essaient de commercialiser leurs produits dans les grandes chaînes d’alimentation, ils doivent payer un tas de frais cachés. On peut leur facturer le fait de ne pas avoir fourni suffisamment de produits, d'en avoir trop livrés ou de les avoir livrés en retard. C’est la raison pour laquelle ce code de conduite est mis en place, à cause des pratiques commerciales des grandes chaînes d’alimentation qui profitent indûment de nos producteurs et de nos transformateurs.
Là encore, si nous sommes ici aujourd’hui, c’est un peu pour nous attaquer à ce problème en proposant une politique efficace.
Collapse
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
View Richard Cannings Profile
2022-10-06 10:47 [p.8212]
Expand
Madam Speaker, it was good to hear the member for Edmonton Centre go on and on about all the good programs the government is bringing out that the NDP forced it to do. However, it has studiously avoided doing the one thing that has huge support from Canadians and that would make one of the biggest differences, and that is to put a windfall tax on the excess profits of big oil and gas companies and big grocery store chains.
Now we have the CEO of Shell saying to tax them because they have made too much money. Canadians are hurting, yet the Liberals just do not want to do this. The Conservatives certainly do not want to do it. Most Canadians want us to tax the companies that have made windfall profits. Why do they not do that? It would take a huge burden off Canadians who are suffering right now.
Madame la Présidente, c'était agréable d'entendre le député d'Edmonton‑Centre parler en long et en large de tous les excellents programmes que le gouvernement présente parce que le NPD l'a obligé à le faire. Cependant, le gouvernement a soigneusement évité de faire la chose qui jouit d'un très fort appui des Canadiens et qui a l'un des plus forts potentiels de changement: imposer une taxe exceptionnelle sur les bénéfices excédentaires des grandes sociétés pétrolières et gazières et des grandes chaînes d'alimentation.
Il y a même le PDG de Shell qui demande que son secteur soit imposé parce qu'il a fait trop d'argent. Les Canadiens souffrent. Pourtant, les libéraux refusent tout simplement de prendre une telle mesure. Chose certaine, les conservateurs ne veulent pas le faire. La plupart des Canadiens veulent que nous imposions les sociétés qui ont réalisé des bénéfices exceptionnels. Pourquoi les libéraux refusent-ils de le faire? Ils enlèveraient tout un poids aux Canadiens qui souffrent en ce moment.
Collapse
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
View Richard Cannings Profile
2022-10-06 11:34 [p.8219]
Expand
Madam Speaker, I share with the member a lot of his concerns about what farmers are dealing with in this day and age and about the inflation that is putting pressure on all Canadians. However, one thing we are asking for in this motion today is to put a tax on the excess profits of big companies. Big companies like Loblaws and Sobeys have made windfall profits while Canadians are suffering. There are also the big oil and gas companies. They talk forever about the carbon tax on the Conservative side, but they never mention the huge profits that oil and gas companies are making, which cause 10 times the increase in gas prices than the carbon tax.
I am wondering if he could comment on the comment the CEO of Shell made yesterday. He is saying to please tax Shell; it made too much money. He wants to help Canadians. When will the Conservatives—
Madame la Présidente, comme le député, je suis préoccupé par ce que vivent les agriculteurs à l'heure actuelle et par le fardeau de l'inflation que doivent supporter tous les Canadiens. Cependant, nous demandons entre autres dans cette motion aujourd’hui de taxer les profits excessifs des grandes entreprises. Des sociétés comme Loblaws et Sobeys réalisent des bénéfices exceptionnels pendant que les Canadiens souffrent. Il en va de même des géants du pétrole et du gaz. Les conservateurs parlent à n’en plus finir de la taxe sur le carbone, mais ils ne mentionnent jamais les énormes profits que les sociétés pétrolières et gazières engrangent et qui contribuent dix fois plus à la hausse du prix de l’essence que la taxe sur le carbone.
Le député pourrait-il nous parler de ce que le PDG de Shell a déclaré hier, lorsqu'il a prié le gouvernement de faire payer de l'impôt à Shell puisque cette entreprise gagne trop d’argent. C'est un PDG qui veut aider les Canadiens. Quand les conservateurs...
Collapse
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
View Richard Cannings Profile
2022-10-06 12:05 [p.8224]
Expand
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for his speech, and I hope that Bloc Québécois members bring all of those points forward in their next opposition day motion. It would be a bit much if we included all of that in ours today, but I think we totally agree with the member.
I will bring up one example that I would like to talk about here in the House, because it shows how egregious these offshore tax havens are.
A Canadian mining company had a big mine in Mongolia, and over the course of five years or so, it was facing $600 million in Canadian tax and $200 million in Mongolian tax. However, the company opened a post office box, not an office, in Luxembourg and wrote to the CRA to ask if it was legitimate. The CRA said it could go for it because it was perfectly legal. The company ended up paying no tax in Canada, no tax in Mongolia and $80 million in tax to Luxembourg, and it is legal. We have to change this.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours et j'espère que les députés du Bloc québécois présenteront tous ces points dans leur prochaine motion de l'opposition. Il serait exagéré d'inclure tout cela dans la nôtre aujourd'hui, mais je pense que nous sommes tout à fait d'accord avec le député.
Je vais vous parler d'un exemple ici à la Chambre, parce qu'il montre à quel point ces paradis fiscaux à l'étranger sont flagrants.
Une société minière canadienne avait une mine importante en Mongolie, et sur une période de cinq ans environ, elle devait payer 600 millions de dollars en impôt canadien et 200 millions de dollars en impôt mongol. Or, la société a ouvert non pas un bureau, mais une boîte postale au Luxembourg et a écrit à l'Agence du revenu du Canada pour lui demander s'il était légitime de le faire. L'Agence du revenu du Canada a dit qu'il n'y avait pas de mal à cela parce que c'était parfaitement légal. L'entreprise n'a payé aucun impôt au Canada, aucun impôt en Mongolie et 80 millions de dollars d'impôt au Luxembourg, et c'est légal. Il faut changer cela.
Collapse
View Lisa Marie Barron Profile
NDP (BC)
View Lisa Marie Barron Profile
2022-10-06 12:10 [p.8224]
Expand
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Nunavut.
I am pleased to rise today to speak to the motion in the name of my esteemed colleague from Cowichan—Malahat—Langford. I commend him on his excellent advocacy on behalf of workers and producers in the agricultural sector. I also commend our leader, the member for Burnaby South, for his unwavering fight to force CEOs and big corporations to pay what they owe and to tackle the corporate greed that has gouged families in every corner of our country.
As more and more people struggle to make ends meet, wealthy CEOs are raking in record profits. To make matters worse, workers' wages are not keeping up with these rising profits or inflation. The motion we are debating today is a logical and responsible response to alleviate the burden being placed on workers, families, seniors and Canadians as a whole by closing the tax loopholes the government and its Conservative counterparts continue to support, allowing these already-wealthy CEOs and big corporations to avoid paying $30 billion in taxes in 2021 alone.
After seven years in government, the Liberals continue to allow ultrarich CEOs and large corporations to avoid paying their fair share. While making these profits, they are stagnating the wages of workers and increasing prices. After seven years of government promises to be there for people and have large corporations pay their fair share, we are instead where we are today, with large corporations continuing to benefit off the backs of everyday Canadians.
While the Conservatives continue to make noise, they continue to prop up the ultrarich while leaving people behind. The Conservatives will always have the backs of their wealthy friends, not those who need it most. While the new Conservative leader was minister, the Conservatives cut the tax audit of the wealthiest and prioritized excessive CEO profits. While the Conservatives fight against children having dental care, they step back and prop up the Liberals to continue, as they always have, refusing to have those making the most pay their fair share.
My NDP colleagues and I continue to fight for people, as we always have. Instead of sitting idly and continuing with the status quo of the rich getting richer, we continue to pressure the Liberals to make the wealthiest CEOs pay what they owe and to stop the price gouging they are doing to people.
I want to take a moment to look at what we are talking about exactly. While Canadians pay the price for rising food, billionaire Galen Weston, chairman of Loblaw Companies, which includes stores like Real Canadian Superstore and Extra Foods, has increased dividends to shareholders from $118 million to $125 million by 2022. While shareholders reap the profits, more and more Canadians are having to cut back on the amount of food they buy. As a matter of fact, 23.6% of Canadians in a recent survey identified having to do so. We are not talking about Canadians having to cut back on luxuries here. We are talking about Canadians having to cut back on the basics: bread, milk, meat, fruits and veggies.
Canadians not having access to nutritious foods impacts us all. Prior to entering federal politics, my work was focused on the many symptoms of poverty and fighting for those who have the least to access their most basic human rights, such as a home, food on the table and the head-to-toe health care they deserve. I worked on the front lines with those who are almost always forgotten in the decisions being made by the federal government. The decisions made in this very chamber impact the lives of Canadians in endless ways. Every decision is an opportunity to do better, and this is even more true at a time when so many are struggling to make ends meet.
Children are among those most impacted by these decisions. In my riding of Nanaimo—Ladysmith, over half of children of lone-parent families live in poverty. Imagine for a moment a parent working hard to provide for their children, yet regardless of how hard they work, the money coming in does not cover even the most basic expenses. To make matters worse, the cost of living continues to increase, leaving them further behind than they were when they began.
I understand first-hand the frustration and hopelessness that parents trying to give their kids the best start in life experience and feel when all the systems surrounding them have set them up for failure. No matter how hard they work, they are always worried about how they are going to keep a roof over their heads, healthy food in their kids' stomachs and even transportation to school. However, children in Canada, who will one day be the ones to make decisions about our well-being, are often an afterthought.
There is no reason that children in Canada should not have access to healthy, nutritious foods. We know healthy foods are essential to the development and learning of children, yet while I was working in schools and had the honour to serve as a school board trustee, I saw too many children show up to school hungry. This impacted children in endless ways, with increased misbehaviour and challenges in learning, and now we know that the number of children showing up to school hungry continues to increase.
I am thankful for the work of so many on the ground in my riding of Nanaimo—Ladysmith who continue to do what is best for our communities despite the challenges that are being faced. I think of Nanaimo Foodshare, as one example, which continues to provide what it calls “good food boxes”. These boxes are offered on a pay-as-one-can basis to members of the community and include seven to nine varieties of whole fruits and vegetables, all packed and provided by the hard work of local volunteers. I also think of the Ladysmith Resources Centre Association, which offers a food recovery program that collects food from commercial production and distribution channels and redistributes it to those in need.
We know that those using food banks are disproportionately women, children, indigenous and racialized individuals, and those living with disabilities. Nanaimo Loaves & Fishes Community Food Bank in my riding of Nanaimo—Ladysmith has distributed 2.4 million pounds of food, valued at $6.5 million, to people on Vancouver Island directly or through first nation communities, non-profits, food banks and schools.
Clearly, as Canadians, we carry on the deep-rooted values of taking care of one another, but the onus of responsibility should not be laid on the shoulders of members of our communities. We need federal leadership that prioritizes people first, not the profits of rich CEOs. The trickle effect of the lack of federal leadership can be felt at every level: provincial and territorial, municipal, first nations and even school boards. Our municipalities and school boards, for example, should not be left to pick up the pieces where the government has failed with minimal resources to do so. Nobody benefits from this.
It is not just children who are impacted by the government's inaction. The number of seniors trying to make ends meet with low, fixed incomes while costs continue to increase is also on the rise. In 2018, 12% of seniors in Nanaimo were living in poverty, and we know that this number has seen steep inclines since. I heard from a senior recently, who wrote to me and said, “I am a senior who is just trying to live on a fixed income. Rent increases, cost of food, just too much to list. We were the people who helped build this country and we need to see some help please.”
There are also those who get up in the morning and head to work daily in order to provide for their families. They are also unable to make ends meet. It is sad to see so many working hard, day in and day out, and still struggling. This is just not right.
The cost of so many people struggling impacts us all in many ways. We know that as the number of people struggling to make ends meet increases, so do the needs within our health care system, as just one example. When we take care of one another and remain proactive with the ways we do so, we all benefit. It costs us all to leave people behind.
That is why the motion we are debating today is so important. While so many are going hungry in our country, wealthy CEOs are making record profits. It is time we force CEOs and big, wealthy corporations to pay what they owe so that this money can go where we need it most: back to people.
It is time to launch an affordable and fair food strategy that tackles corporate greed in the grocery sector and includes a full investigation into grocery chain profits, while increasing the ways we can hold them to account for abusing their positions for gain. It is time to remember that the decisions we make today impact people and that nobody benefits when we line the pockets of the ultrarich at the expense of Canadians.
I am happy to vote in support of this motion to do what is right for people, and I hope my colleagues in this chamber will do the same.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec le député de Nunavut.
Je suis heureuse de prendre la parole aujourd'hui au sujet de la motion au nom de mon estimé collègue de Cowichan—Malahat—Langford. Je le félicite de son excellent travail au nom des travailleurs et des producteurs du secteur agricole. Je félicite également notre chef, le député de Burnaby-Sud, pour son combat indéfectible visant à forcer les PDG et les grandes sociétés à payer ce qu'elles doivent et à s'attaquer à la cupidité des entreprises qui presse comme des citrons les familles partout au pays.
Au moment où de plus en plus de gens peinent à joindre les deux bouts, les PDG riches engrangent des profits records. Pire encore, les salaires des travailleurs ne suivent pas le rythme de ces bénéfices croissants ou de l'inflation. La motion dont nous débattons aujourd'hui est une réponse logique et responsable pour alléger le fardeau qui pèse sur les travailleurs, les familles, les aînés et l'ensemble des Canadiens en s'attaquant aux échappatoires fiscales que le gouvernement et son pendant conservateur continuent d'appuyer, qui permettent à ces PDG et grandes sociétés déjà riches d'éviter de payer 30 milliards d'impôts en 2021 seulement.
Après sept ans au gouvernement, les libéraux continuent de permettre aux PDG ultrariches et aux grandes sociétés d’éviter de payer leur juste part. Pendant qu’ils réalisent ces bénéfices, ils plafonnent les salaires des travailleurs et augmentent les prix. Le gouvernement promet d’être là pour les gens et de faire payer leur juste part aux grandes sociétés depuis sept ans. Or, voici où nous en sommes aujourd’hui: les grandes sociétés continuent d’engranger des bénéfices sur le dos des Canadiens ordinaires.
Les conservateurs continuent de chahuter. Ils continuent de soutenir les ultrariches, tout en laissant des gens en plan. Les conservateurs seront toujours là pour protéger leurs amis riches, et non ceux qui en ont le plus besoin. Quand le nouveau chef conservateur était ministre, les conservateurs ont réduit le nombre de vérifications fiscales des plus riches et accordé la priorité aux profits excessifs des PDG. Les conservateurs s’opposent aux soins dentaires pour les enfants, mais ils ne s'opposent pas, bien au contraire, aux libéraux qui continuent de refuser, comme ils l'ont toujours fait, de faire payer aux plus fortunés leur juste part.
Mes collègues néo-démocrates et moi-même continuons de nous battre pour les gens, comme nous l’avons toujours fait. Au lieu de ne rien faire et de continuer à maintenir le statu quo qui enrichit les riches, nous continuons de faire pression sur les libéraux pour que les PDG les plus riches paient ce qu’ils doivent et pour qu’ils cessent d’imposer des prix abusifs aux gens.
Je veux prendre un instant pour examiner ce dont nous parlons exactement. Pendant que les Canadiens paient le prix de la hausse des aliments, le milliardaire Galen Weston, président de Loblaw Companies, qui comprend des magasins comme Real Canadian Superstore et Extra Foods, a augmenté les dividendes aux actionnaires, les faisant passer de 118 millions de dollars à 125 millions de dollars en 2022. Pendant que les actionnaires récoltent les profits, de plus en plus de Canadiens doivent réduire la quantité de nourriture qu’ils achètent. En fait, 23,6 % des Canadiens qui ont participé à un récent sondage ont indiqué qu’ils devaient le faire. Nous ne parlons pas ici de Canadiens qui dépensent moins en produits de luxe. Nous parlons de Canadiens qui doivent réduire leurs dépenses en aliments essentiels: le pain, le lait, la viande, les fruits et les légumes.
C'est l'affaire de tous quand des Canadiens n’ont pas accès à des aliments nutritifs. Avant de me lancer en politique fédérale, mon travail portait sur les nombreux symptômes de la pauvreté et consistait lutter pour ceux qui sont le moins en mesure d'avoir accès à leurs droits fondamentaux, comme un foyer, de la nourriture sur la table et des soins de santé complets qu’ils méritent. J’ai travaillé aux premières lignes avec ceux qui sont presque toujours oubliés dans les décisions que prend le gouvernement fédéral. Les décisions prises ici même, à la Chambre se répercutent de mille et une manières sur la vie des Canadiens. Chaque décision donne l’occasion de faire mieux, et c’est encore plus vrai à une époque où tant de gens ont du mal à joindre les deux bouts.
Les enfants sont parmi les plus touchés par ces décisions. Dans ma circonscription, Nanaimo—Ladysmith, plus de la moitié des enfants issus de familles monoparentales vivent dans la pauvreté. Imaginons un instant un parent qui travaille dur pour subvenir aux besoins de ses enfants, mais peu importe le travail qu’il fait, l’argent qu’il gagne ne couvre même pas les dépenses les plus essentielles. Comme si ce n'était pas assez, le coût de la vie continue d’augmenter, les laissant encore plus appauvris qu’au début.
Je suis très bien placée pour comprendre la frustration et le désespoir que ressentent les parents qui essaient de donner à leurs enfants le meilleur départ possible dans la vie quand tous les systèmes qui les entourent les condamnent à l’échec. Malgré tout leur travail acharné, ils se demandent comment ils arriveront à garder un toit au-dessus de leur tête, à donner des aliments sains à leurs enfants et même à assurer leur transport vers l’école. Toutefois, les enfants au Canada, qui seront un jour ceux qui prendront des décisions concernant notre bien-être, sont souvent oubliés.
Rien ne justifie que des enfants n’aient pas accès à des aliments sains et nutritifs au Canada. Nous savons que les aliments sains sont essentiels au développement et à l’apprentissage des enfants. Pourtant, quand je travaillais dans les écoles et que j’ai eu l’honneur d’être commissaire, j’ai vu trop d’enfants arriver affamés à l’école. Évidemment, les répercussions sont nombreuses. L'enfant qui a faim présente plus de problèmes de comportement et des difficultés d’apprentissage, et nous savons maintenant que le nombre d’enfants qui arrivent le ventre vide à l’école ne cesse d’augmenter.
Je remercie les nombreuses personnes qui travaillent sur le terrain dans ma circonscription de Nanaimo—Ladysmith et qui continuent de faire ce qu’il y a de mieux pour nos concitoyens, malgré les défis qui se posent. Je pense à l'organisme Nanaimo Foodshare, par exemple, qui continue de fournir ce qu’il appelle des « boîtes de bons aliments ». Ces boîtes sont offertes aux membres de la communauté selon le principe « payez selon vos moyens », et comprennent sept à neuf fruits et légumes différents, tous emballés et fournis grâce au travail remarquable des bénévoles de la région. Je pense aussi à la Ladysmith Resources Centre Association, qui offre un programme de récupération alimentaire qui collecte les aliments des canaux de production et de distribution commerciales et les redistribue à ceux qui en ont besoin.
Nous savons que les personnes qui ont recours aux banques alimentaires sont des femmes, des enfants, des personnes autochtones et racisées, et des personnes en situation de handicap. Dans ma circonscription, la banque alimentaire communautaire Nanaimo Loaves & Fishes a distribué 2,4 millions de livres de nourriture, d’une valeur de 6,5 millions de dollars, aux habitants de l’île de Vancouver, que ce soit directement ou par l'intermédiaire des collectivités des Premières Nations, des organismes à but non lucratif, des banques alimentaires et des écoles.
De toute évidence, en tant que Canadiens, nous sommes animés par des valeurs d’entraide, mais ce ne sont pas les membres de nos collectivités qui devraient en être responsables. Nous avons besoin d’un leadership fédéral qui donne la priorité aux gens, et non pas aux profits des riches PDG. L’absence de leadership fédéral se fait sentir à tous les niveaux: dans les provinces et les territoires, les municipalités, les Premières Nations et même les commissions scolaires. Nos municipalités et nos commissions scolaires, par exemple, ne devraient pas avoir à ramasser les morceaux avec des ressources limitées là où le gouvernement a échoué. Personne ne profite de cette situation.
L’inaction du gouvernement ne touche pas seulement les enfants. Le nombre d’aînés qui tentent de joindre les deux bouts avec un faible revenu fixe, pendant que les coûts continuent à grimper, augmente lui aussi. En 2018, 12 % des aînés de Nanaimo vivaient dans la pauvreté, et nous savons que ce nombre a fortement augmenté depuis. Un aîné m’a écrit récemment afin de me dire qu’il essayait simplement de vivre avec un revenu fixe. Il parlait entre autres des augmentations de loyer et du coût des aliments. Il faisait partie de ceux qui ont contribué à bâtir notre pays et me priait de lui venir en aide.
Il y a aussi ceux qui se lèvent le matin et se rendent au travail tous les jours pour subvenir aux besoins de leur famille. Ils n’arrivent pas non plus à joindre les deux bouts. Il est désolant de voir autant de gens travailler avec acharnement, jour après jour, et éprouver encore des difficultés. Voilà qui est tout simplement inacceptable.
Le coût de tant de gens qui éprouvent des difficultés nous touche tous de bien des façons. Nous savons qu’à mesure que le nombre de personnes qui ont du mal à joindre les deux bouts augmente, les besoins de notre système de soins de santé augmentent aussi. Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Lorsque nous prenons soin les uns des autres et que nous continuons de le faire de façon proactive, nous sommes tous gagnants. Il nous coûte très cher de laisser des gens pour compte.
Voilà pourquoi la motion dont nous débattons aujourd’hui est si importante. Pendant que tant de gens ont faim dans notre pays, les PDG riches engrangent des profits records. Il est temps de forcer les PDG et les grandes et riches entreprises à payer ce qu’elles doivent pour que cet argent puisse aller là où nous en avons le plus besoin: aux gens.
Le temps est venu de lancer une stratégie alimentaire équitable et abordable, qui s’attaque à la cupidité des entreprises dans le secteur des aliments et comprend une enquête approfondie sur les bénéfices des chaînes d’épicerie, tout en augmentant les moyens dont nous disposons pour les obliger à rendre compte des abus qu’ils ont commis pour en tirer un profit. Le temps est venu de nous rappeler que les décisions que nous prenons aujourd’hui ont une incidence et que personne ne profite de l’enrichissement des ultrariches aux dépens des Canadiens.
J’appuie avec plaisir cette motion pour faire ce qui s'impose pour les gens, et j’espère que mes collègues à la Chambre feront de même.
Collapse
View Lisa Marie Barron Profile
NDP (BC)
View Lisa Marie Barron Profile
2022-10-06 12:21 [p.8226]
Expand
Madam Speaker, it is clear that this issue is complex. There are many different factors that we need to be looking at.
However, in response to the member's question, I will quote from an article about Jim Stanford, an economist and director of the Centre for Future Work, who says that when people spend more on shopping, it inflates supermarket profits. This is “acting as a kind of trickle-up economics and transferring wealth from the poorest to the richest.
“The inflation we're seeing ‘wasn't caused by wages,’ Stanford said, or by workers. ‘It's caused by greed.’”
This is why this motion is so important. We need to look at what is happening, look at the greedflation that is happening around us and finally start having those who are profiting off the backs of Canadians pay their fair share.
Madame la Présidente, de toute évidence, cette question est complexe. Nous devons nous pencher sur de nombreux facteurs différents.
Toutefois, en réponse à la question de la députée, je cite un article sur Jim Stanford, économiste et directeur du Centre for Future Work, qui dit que lorsque les gens magasinent plus, les profits des supermarchés gonflent. Selon lui, cela agit comme une sorte d’économie de percolation inversée et cela transfère la richesse des plus pauvres aux plus riches.
D'après M. Stanford, l’inflation que nous voyons n’est attribuable ni aux salaires ni aux travailleurs. Elle est causée par la cupidité.
Voilà pourquoi cette motion est si importante. Nous devons examiner ce qui se passe, examiner la cupidiflation qui nous entoure et enfin commencer à faire payer leur juste part à ceux qui engrangent des profits sur le dos des Canadiens.
Collapse
View Lisa Marie Barron Profile
NDP (BC)
View Lisa Marie Barron Profile
2022-10-06 12:23 [p.8226]
Expand
Madam Speaker, I hope this is supported and goes to committee so we can look at the results from witnesses and from those who are seeing, first-hand, the impacts.
What we know is that currently the system is set up to be lining the pockets of the ultrarich at the expense of everyday Canadians. I cannot reiterate that more than today. We are seeing the trickle impact. When I was in a level of government that was very local, we could see the impacts of federal inaction and how it trickles down to everyday people on the ground.
We need to be flipping this on its head and starting to make choices that benefit workers, seniors and children in our communities.
Madame la Présidente, j’espère que cette motion sera appuyée et qu’elle sera renvoyée au comité afin que nous puissions examiner les résultats des témoins et de ceux qui constatent directement les répercussions de la situation.
Ce que nous savons, c’est que le système est actuellement outillé pour remplir les poches des ultrariches aux frais des Canadiens ordinaires. Je ne le réaffirmerai jamais autant qu’aujourd’hui. Nous en voyons les répercussions. Quand je travaillais pour un gouvernement très local, j’étais en mesure de constater sur le terrain les répercussions de l’inaction du gouvernement fédéral et de ses effets sur les gens ordinaires.
Nous devons renverser le modèle actuel et commencer à faire des choix qui profitent aux travailleurs, aux aînés et aux enfants de nos collectivités.
Collapse
View Lisa Marie Barron Profile
NDP (BC)
View Lisa Marie Barron Profile
2022-10-06 12:24 [p.8227]
Expand
Madam Speaker, I appreciate the emphasis on seniors, and I most definitely mentioned this, although it may have been missed, in my speech. I spoke of seniors who are living off of fixed incomes, who are feeling the burden of the cost of living continuing to increase while the income they are receiving remains fixed and, by far, does not bring in enough to make ends meet.
Absolutely, anything that we can do to provide seniors with dignity and respect into their retirement, and to ensure that they are able to put food on their tables, I am in support of. I would be happy to continue the conversation with my colleague from the Bloc.
Madame la Présidente, je comprends l’accent que l’on met sur les personnes âgées, et j’en ai certainement parlé, quoique cela ait pu passer inaperçu dans mon discours. J’ai parlé des aînés qui ont un revenu fixe et qui ressentent le fardeau de la hausse continue du coût de la vie pendant que le revenu qu’ils touchent demeure fixe et, de loin, ne leur permet pas de joindre les deux bouts.
J’appuie sans réserve tout ce que nous pouvons faire pour assurer aux aînés une retraite dans la dignité et le respect, et garantir qu’ils peuvent se nourrir. Je serais heureuse de poursuivre la conversation avec mon collègue du Bloc.
Collapse
View Taylor Bachrach Profile
NDP (BC)
View Taylor Bachrach Profile
2022-10-06 13:03 [p.8232]
Expand
Madam Speaker, I am trying to hear myself think over the din of heckling coming from the opposition.
Earlier, we heard our friend from Kings—Hants talking about maybe going a little easier on our friends in the corporate sector, yet we see the CEO of Shell in the media saying they need the government to tax them more.
My question is on the principle of excess profits. A principle that Canada once held is that during a time of national crisis, like, for instance, the Second World War, it was inappropriate and reprehensible for corporate entities to make excess profits. Is this a principle that the parliamentary secretary believes is valid? We are getting through an extraordinary crisis as a country that is unparalleled in recent memory, yet we see certain companies posting record profits and taking advantage of the situation. Does he—
Madame la Présidente, j'ai du mal à m'entendre penser avec tout le vacarme que fait l'opposition.
Plus tôt, le député de Kings—Hants a affirmé que nous devrions peut‑être nous montrer plus indulgents envers nos amis du milieu des affaires. Pourtant, le PDG de Shell dit aux médias que le gouvernement doit leur faire payer plus d'impôts.
Ma question porte sur les profits excessifs. Par le passé, le Canada avait comme principe que, en période de crise nationale — par exemple, durant la Seconde Guerre mondiale —, il était inapproprié et répréhensible pour les sociétés de réaliser des profits excessifs. Le secrétaire parlementaire croit‑il à la validité de ce principe? Notre pays traverse une crise exceptionnelle, une crise d'une ampleur sans précédent dans l'histoire récente. Or, certaines entreprises enregistrent des profits records et profitent de la situation. Est‑ce qu'il...
Collapse
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
View Rachel Blaney Profile
2022-10-06 13:07 [p.8232]
Expand
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Churchill—Keewatinook Aski.
Before I start my speech on this very important motion today, I want to apologize to the amazing interpreters of this place. I was just in a committee where we were having some conversations with interpreters and some of their representations on the work they do here and the impacts that hybrid Parliament have had on them. I hope that all of us are mindful, as we go through this process, of how precious our interpreters are to the work we do. We should honour and respect them the best that we can.
Today, we are here to talk about fairness. I have talked about it in this place before, and I will never stop talking about it until I leave. It is the idea of having a bar of a dignity in our country, a bar of dignity that we do not let anyone fall below, that we hold one another to account. Whether as individuals, as corporations or as part of a big family or a small family, regardless of where we are from or our age, we need to commit, collectively, to having a bar of dignity that will allow people to live the best lives they can.
Today's motion talks specifically about that bar of dignity. We know that so many people across this country are falling behind. We know they do not have enough food to eat. We know they are unable to find somewhere safe to live. I am still saddened, disgusted and shocked by how many seniors from across the country are calling my office and talking about how close they are to losing their homes, how some of them, even as old as people in their 80s, are couch-surfing from one family friend to another, because they simply have nowhere safe to live.
Parents from across my constituency have told me that they do not have enough money to make ends meet, that they have made hard choices about what they will feed their children and whether they can make the basic necessities of their life happen.
I do not know about the other members, but I have lived through very hard financial times and, as a parent, one of the hardest things was saying no to my kids on things that I would regularly ensure they had. That is what is happening in our country.
We are talking about this bar of dignity, because we know that people are worried about whether they will be able to feed themselves. I have talked to parents who are not eating their last meal of the day so their kids have enough to eat for the whole day.
At the same time this is happening, CEOs and grocery stores are seeing huge returns. People in the oil and gas industry, at the top echelon of it, are making more profit than they have seen in over 30 years, while the most vulnerable, the most hard-working of them, the everyday people who are doing their jobs, going to work every day and coming home, who are doing nothing wrong, are paying the price of inflation and they are paying the price of the wealthy becoming wealthier.
The CEO of Sobeys has been awarded a total compensation package of $8.6 million in 2022, which is over 15% from the previous year. I do not know about the rest of the members in this place, but the constituents who I have talked to have not seen their wages increase by 15%. They are not seeing that return on the hard work they are often doing so wealthy people can get these huge extra payments. That is shameful in a country like ours.
I keep hearing discussions on the Conservative side about whether we should be giving people this bit of money to help with their dental care, the one-time payment of $500 to help get them through this next period of time. I think it is absolutely essential.
What is so sad is that both the Conservatives and Liberals are not talking about addressing the issue of ensuring the very ultrarich are paying their fair share. We hear from the government side, but we do not see action. What we do see are reports, like I saw the other day, of $30 billion that could have been brought to Canada to help with key important things like non-market housing, housing that seniors, with their very limited fixed incomes, could afford to live in, or people who are struggling one day to the next with different challenges would have a place to stay, a place to call home.
This is happening because of tax loopholes. I bet a lot of people across the country right now are working very hard and paying their taxes. They do it during tax time. I talked to seniors who have a little extra and pay their taxes. I talked to working families that pay their taxes. Why do we have a system that builds in these loopholes that allow the very wealthy, who can afford to pay people who understand these systems, to get away with paying less? Why should hard-working Canadians pay more, in terms of share, than those who make so very much?
CEOs are walking away with huge bonuses, getting incredible raises of 15%, having millions of dollars in annual income, while 24% of people are cutting back on how much basic food they buy. These are real people in our communities who are having to make these hard decisions, and it is not fair. We need voices in this place fighting for fairness, that are saying that it is not right that there is this big disparity and it is growing every year. Everyday Canadians are staying at one level and the ultra-wealthy are rising and rising.
I hope that everybody in this place is going to support the motion, because this is about saying we are going to hold those making excess profits accountable and ensuring that they finally are going to pay their fair share, so the bar of dignity is there for all.
Not too long ago, there was an incident in one of my communities where some young people were addressing unhoused people in a manner that was less than profoundly kind. This tell me that if we are not fighting this lack of fairness, we will be allowing for things to happen in our society of which we will have to live the long-term consequences. It is hard for people who are unhoused. It is hard for their loved ones and for businesses. It is hard for everyone, but we do not have a government that is taking it seriously, in a profound way, and it is not taking action to address fairness.
It is really sad that we are now living in a country where eating without worry is becoming less and less of a reality. Eating without worry is now becoming a privileged place to be. That is absolutely shameful and we need to do better.
There are things we can do and this motion would provide them. We can strengthen the Competition Act. We know that in European countries the competition laws can fine people substantively, so we need to do that. We need to ensure there is no price gouging. They have used it to ensure that pharmaceutical companies are not increasing medication costs, especially, for example, cancer drugs.
Right now, competition law in Canada has no teeth; it has no way of addressing this. This motion is about accountability to fairness and to the hard-working people of Canada. It is time we put it in place, and I hope every member in the House supports this.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Churchill—Keewatinook Aski.
Avant de commencer mon discours sur cette motion très importante aujourd’hui, je voudrais présenter mes excuses aux interprètes incroyables de la Chambre. Je faisais partie d’un comité où nous avons discuté avec eux du travail qu’ils font ici et des répercussions que le Parlement hybride a eues sur eux. J’espère que nous avons tous conscience de la valeur inestimable de nos interprètes dans le cadre de nos travaux. Nous devons les honorer et les respecter de notre mieux.
Aujourd’hui, nous somme ici pour parler d’équité. J’ai déjà abordé la question dans cette enceinte et je ne cesserai d’en parler jusqu’à mon départ. Nous voulons instaurer dans notre pays un niveau de dignité en dessous duquel personne ne devra tomber et pour lequel nous exigerons des comptes les uns des autres. Que ce soit en tant que personnes, en tant que sociétés ou au sein d’une grande ou d’une petite famille, peu importe notre origine ou notre âge, nous devons nous engager collectivement à avoir un niveau de dignité qui permettra aux gens de vivre le mieux possible.
La motion d’aujourd’hui traite précisément de ce niveau de dignité. Nous savons que beaucoup de gens à la grandeur de notre pays sont laissés pour compte. Nous savons qu’ils ne mangent pas à leur faim et qu’ils sont incapables de trouver un endroit sécuritaire où vivre. Je suis encore attristée, dégoûtée et choquée par le nombre de personnes âgées de partout au pays qui m'appellent pour me dire qu’elles sont sur le point de perdre leur maison, que certaines d’entre elles, même dans les 80 ans, passent d’un ami de la famille à un autre parce qu’elles n’ont tout simplement aucun endroit sécuritaire où vivre.
Des parents de ma circonscription m’ont dit qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour joindre les deux bouts, qu’ils avaient fait des choix difficiles quant à l'alimentation de leurs enfants et qu'ils se demandaient s’ils pouvaient répondre à leurs besoins essentiels.
Je ne peux pas parler pour les autres députés, mais j’ai vécu des périodes financières très pénibles et, comme parent, l’une des choses les plus difficiles pour moi était de refuser à mes enfants des choses que je m'assurais qu'ils aient normalement. C’est ce qui se passe dans notre pays.
Nous parlons de ce niveau de dignité, parce que nous savons que les gens s’inquiètent de savoir s’ils seront en mesure de se nourrir. J’ai parlé à des parents qui sautent leur repas du soir afin que leurs enfants aient assez à manger toute la journée.
Pendant ce temps, les PDG et les épiceries enregistrent d’énormes rendements. Les gens de l’industrie pétrolière et gazière, à l’échelon supérieur de l’industrie, font plus de profits qu’ils n'en ont jamais faits en plus de 30 ans, tandis que les plus vulnérables, les plus travailleurs, les gens ordinaires qui font leur boulot, qui vont travailler tous les jours et rentrent chez eux, qui ne font rien de mal, paient le prix de l’inflation et de l’enrichissement des riches.
Le PDG de Sobeys a touché une rémunération globale de 8,6 millions de dollars en 2022, ce qui représente une hausse de plus de 15 % par rapport à l’année précédente. Je ne sais pas ce qu'il en est pour les autres députés, mais les électeurs à qui j’ai parlé n’ont pas vu leur salaire augmenter de 15 %. Ils n'obtiennent pas autant en retour du dur labeur qu’ils font souvent pour que les riches puissent toucher ces énormes paiements supplémentaires. Dans un pays comme le nôtre, c'est honteux.
Les conservateurs n'arrêtent pas de demander si on devrait donner aux gens un petit montant d'argent pour les aider à payer des soins dentaires ou un paiement ponctuel de 500 $ pour les aider à traverser la prochaine période. Je pense que c’est absolument essentiel.
Le plus triste, c’est que ni les conservateurs ni les libéraux ne parlent de faire le nécessaire pour que les ultrariches paient leur juste part. Les députés ministériels parlent beaucoup, mais ils n'agissent pas. Tout ce qu'on a, c'est de l'information, comme celle que j'ai vue l’autre jour, selon laquelle le Canada aurait pu avoir 30 milliards de dollars de plus, ce qui aurait été bien utile pour des choses importantes comme le logement social, des logements à la portée financière des personnes âgées, qui ont un revenu fixe et très limité, ou encore des gens qui, jour après jour, vivent toutes sortes de problèmes, afin qu'ils aient un endroit où vivre, un chez-soi.
C'est attribuable aux échappatoires fiscales. Je parie qu’en ce moment, un grand nombre de Canadiens travaillent très fort et paient leurs impôts. Ils le font pendant la saison des impôts. J’ai parlé à des personnes âgées qui ont un peu plus d’argent et qui paient leurs impôts. J’ai parlé à des familles de travailleurs qui paient leurs impôts. Pourquoi avons-nous un régime qui prévoit des échappatoires qui permettent aux très riches, qui peuvent se permettre de payer des gens qui comprennent ces régimes, de s’en tirer en payant moins? Pourquoi les Canadiens qui travaillent dur devraient-ils payer plus, en proportion, que ceux qui gagnent des montants faramineux?
Les PDG qui ont un revenu annuel de plusieurs millions de dollars s’en tirent avec d’énormes primes et obtiennent des augmentations incroyables de 15 % alors que 24 % de nos concitoyens réduisent la quantité de nourriture de base qu’ils achètent. Ce sont de vraies personnes dans nos collectivités qui doivent prendre ces décisions difficiles, et ce n’est pas juste. Il faut des voix qui, dans cette enceinte, réclament l’équité et dénoncent l'injustice de cette énorme disparité qui augmente d'année en année. Les Canadiens ordinaires restent au même niveau alors que les ultra-riches ne cessent de s’élever.
J’espère que tous les députés ici présents appuieront la motion, parce qu’il faut dire que nous allons exiger que ceux qui font des profits excessifs rendent des comptes et nous assurer qu’ils finissent par payer leur juste part, de sorte que tous vivent dans la dignité.
Il n’y a pas si longtemps, dans une des collectivités que je représente, des jeunes ont manqué de respect dans leurs propos à des itinérants. Cet incident m'amène à penser que si nous ne luttons pas contre le manque d’équité, nous permettrons que se produisent dans notre société des abus dont nous devrons subir les conséquences à long terme. La situation est difficile pour les itinérants. Elle l'est aussi pour leurs proches et pour les entreprises. Bref, elle est difficile pour tout le monde, mais le gouvernement ne se soucie pas vraiment et sincèrement de l'itinérance et il ne prend pas de mesures pour remédier aux inégalités.
Il est vraiment regrettable que nous vivions maintenant dans un pays où manger sans souci devient de moins en moins la norme. Manger sans souci devient maintenant un privilège. C’est absolument honteux et nous devons faire mieux.
Nous pouvons prendre certaines mesures et cette motion nous en donne l'occasion. Nous pouvons renforcer la Loi sur la concurrence. Nous savons que, dans les pays européens, les lois sur la concurrence permettent d'imposer des amendes substantielles, et nous devons faire de même. Nous devons nous assurer qu’on ne pratique pas des prix abusifs. Les pays européens se sont servi de la loi pour s’assurer que les compagnies pharmaceutiques n’augmentent pas le prix des médicaments, notamment les médicaments contre le cancer.
En ce moment, les lois canadiennes sur la concurrence n'ont pas de mordant; elles n'ont aucun moyen de régler ce problème. La motion porte sur la responsabilité envers l'équité ainsi que les travailleurs canadiens. Il est temps de mettre ce genre de mesures en place, et j'espère que tous les députés appuieront la motion.
Collapse
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
View Rachel Blaney Profile
2022-10-06 13:17 [p.8234]
Expand
Madam Speaker, one of the things I have talked about for many years, prior to this job as well, is that systems matter. They matter profoundly. We can trust people and hope they are doing the right thing all the time. I am a person who usually believes that. I believe most people have a good heart and care about people, but without robust systems, we cannot be assured of that.
This motion talks about having that Canadian competition law and making it more assertive, aggressive and accountable for everyday Canadians. We can speculate who is doing what, but until we have the system that holds people and systems to account, we will never be at the place we need to be.
Madame la Présidente, ce que je dis depuis plusieurs années et que je disais même avant de devenir députée, c'est que les systèmes sont importants. Ils sont extrêmement importants. Nous pouvons faire confiance aux gens et espérer qu'ils font la bonne chose en tout temps. Personnellement, j'y crois habituellement. Je crois que la plupart des gens ont un bon cœur et se soucient des autres, mais sans système robuste, nous ne pouvons pas en avoir l'assurance.
La motion vise à durcir les lois canadiennes sur la concurrence dans le but d'améliorer la reddition de comptes pour les Canadiens ordinaires. Nous pouvons émettre des hypothèses sur qui fait quoi, mais jusqu'à ce que nous mettions en place un système qui oblige les gens et les organismes à rendre des comptes, nous n'atteindrons jamais notre but.
Collapse
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
View Rachel Blaney Profile
2022-10-06 13:19 [p.8234]
Expand
Madam Speaker, in the area I live, we have different farms of different sizes that do incredible work to feed our communities. One of the things that is unique in our area, as we live on Vancouver Island, is that we have three days of food for people, and that is it. If there is any emergency, there is a lot of concern about what we will do to address the fact that there is three days of food on the whole island for the people who live there. If we cannot get food into our communities, it will have a profound impact.
Part of the solution is that all levels of government need to work with farmers to ensure they have a robust ability to do their work. I went to visit a farmer not too long ago in my riding. On Vancouver Island, we are seeing draught like we have never ever seen before. One of the things the farmer showed me was that she had dug a significantly huge hole so that during the winter it filled up with water, which allowed her to keep all her produce watered even during the draught. She talked about how we needed to do more work on those sorts of innovative solutions.
Madame la Présidente, dans la région où je vis, nous avons différentes fermes de tailles différentes qui effectuent un travail incroyable pour nourrir nos collectivités. L’une des singularités de notre région, puisque nous vivons sur l’île de Vancouver, est que nous avons de quoi nourrir les gens pendant trois jours. C’est tout. Il y a beaucoup d'inquiétudes quant à ce que nous ferions, en cas d'urgence, pour gérer le fait que sur toute l’île nous avons trois jours de nourriture pour la population. Si nous ne pouvons pas acheminer de la nourriture dans nos collectivités, cela aura un impact profond.
Une partie de la solution est que tous les ordres de gouvernement doivent travailler avec les agriculteurs pour s’assurer qu’ils ont une solide capacité à effectuer leur travail. Je suis allée rendre visite à une agricultrice de ma circonscription il n’y a pas si longtemps. Sur l’île de Vancouver, nous voyons des sécheresses comme nous n’en avons jamais vu auparavant. L’une des choses que cette agricultrice m’a montrées est qu’elle avait creusé un trou d’une taille considérable, de sorte qu’en hiver, il se remplissait d’eau, ce qui lui permettait de garder tous ses produits arrosés même pendant la sécheresse. Elle a parlé de la façon dont nous devions travailler davantage sur ce genre de solutions innovantes.
Collapse
Results: 1 - 15 of 5923 | Page: 1 of 395

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data