Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 4489
View Randy Boissonnault Profile
Lib. (AB)
View Randy Boissonnault Profile
2022-10-06 10:38 [p.8210]
Expand
Madam Speaker, I will be sharing my time with the hon. member for Kings—Hants.
I am pleased to rise in the House and address this important topic today. The motion before us rightfully focuses on the impacts of inflation on Canadians and the challenge it is causing, particularly with food prices.
As my colleagues on all sides of the House know, there are many drivers of this global inflation challenge, including the war in Ukraine and the supply chain disruptions in the aftermath of the acute phase of COVID-19.
However, the laser focus of our government remains on supporting Canadians through this difficult time and ensuring that our supports are targeted to those who need the support the most and when they need it the most. We are also working to ensure that corporations pay their fair share of tax.
Today's motion calls for many actions, which the government has already done or is actively doing, such as closing tax loopholes and directing the Competition Bureau to act if there is evidence of unlawful or anti-competitive behaviour in the marketplace, as the Minister of Innovation, Science and Industry did many months ago. However, our government welcomes the opportunity to highlight the work that we are doing to make life more affordable for Canadians and how we intend to continue supporting Canadians through a time of global economic uncertainty.
We introduced targeted support measures totalling $12.1 billion this year to help families across the country cope with inflation. Our goal is to help make life more affordable for millions of Canadians. That is more money in the pockets of Canadians who need it most, when they need it most, without driving inflation.
The last two federal budgets have helped to ensure that many of the supports in our affordability plan are in place right now to help Canadians.
First, and perhaps most important, the key benefits that Canadians rely on, including the Canada child benefit, the GST credit, the Canada workers benefit, the pension plan, old age security and the guaranteed income supplement, are all indexed to inflation. This allows them to keep pace with the cost of living.
Then in budget 2021, our government enhanced the Canada workers benefit, cut taxes and put up to $2,400 into the pockets of lower-income working families, starting this year. In fact, many recipients have already received this increased support through their 2021 tax return. This enhancement of the Canada workers benefit is extending support to about one million more Canadians and helping to lift nearly 100,000 people out of poverty.
In July, we increased old age security for seniors over 75 by 10%. This is the first permanent increase to old age security since 1993; I was 3 years old at the time. This measure is over and above inflation indexing, and it will strengthen the financial security of 3.3 million seniors by automatically paying more than $800 in the first year for those receiving a full pension.
Finally, our government continues to work with provinces and territories to build a Canada-wide early learning and child care system. Thanks to a historic investment of up to $27 billion over five years, regulated child care fees will be cut by an average of 50% by the end of this year. In my home province of Alberta, this agreement is already saving families hundreds and, in some cases, thousands of dollars each month.
These measures are providing real and much-needed supports to Canadians right now, but we know there is more to do. That is why we have been working so hard on Bill C-30 and Bill C-31. Through new legislation that our government has introduced, we are proposing to provide $3.1 billion in additional supports in 2022 to help make life more affordable for millions of Canadians.
First, we are doubling the GST credit for six months, which would provide $2.5 billion in additional targeted supports this year to the roughly 11 million individuals and families that already receive the tax credit.
Second, we are providing a one-time top-up to the Canada housing benefit this year to deliver $500 to $1.8 million low-income renters who are struggling with the cost of housing. We are more than doubling the commitment we made in budget 2022, helping twice as many Canadians as initially promised. This will be in addition to the Canada housing benefit that is currently jointly funded and paid out by the provinces and territories.
Three, we are providing dental care for Canadians without dental insurance earning less than $90,000, starting with hundreds of thousands of children under 12 this very year, direct payments totalling up to $1,300 per child over the next two years for dental services. This is only the first step, outlined in the supply and confidence agreement, to develop a national dental care program.
These are not just empty stats. These programs would provide real support for real individuals.
Let me give some examples. A couple in Thunder Bay, with an income of $45,000 and a child in day care, could receive about an additional $7,800 above existing benefits this fiscal year. A single recent graduate in home city of Edmonton, with an entry-level job and an income of $24,000, could receive about an additional $1,300 in new and enhanced benefits.
A senior with a disability in Trois-Rivières could receive $2,700 more this year than they did last year.
Simply put, our plan is putting more money into the pockets of Canadians who need it the most at the time when they need it the most.
In terms of consumer protection, a few months ago, the Minister of Innovation, Science and Industry asked our department officials to use all available tools to review the variations in pricing and closely monitor any potentially harmful actions.
It is completely unacceptable to take advantage of a crisis to raise prices on consumers. We expect the Competition Bureau to act swiftly if there is evidence of unlawful or anti-competitive behaviour in the marketplace.
If there is evidence of anti-competitive behaviour, the Minister of Innovation, Science and Industry will ask the Competition Bureau to investigate promptly and take appropriate action.
We will continue to use all of the tools at our disposal to make life more affordable for Canadians. When it comes to ensuring that companies pay what they owe, we take the fight against tax evasion very seriously.
The Minister of National Revenue and the Canada Revenue Agency, or CRA, continue to fight tax evasion in Canada and abroad. Thanks to a robust system of tax treaties and ongoing government investments, it is harder than ever to hide money abroad. The CRA is well positioned to find tax evaders wherever they are hiding.
The measures adopted in budget 2021 comprise many investments and legislative changes to combat tax evasion, including by closing loopholes used to avoid paying tax. There is also an additional $300‑million investment to improve CRA's capacity to fight tax evasion and to modernize Canada's general anti-avoidance rule. These measures will enable the CRA to use all the tools it needs to continue making progress on this important file.
Over the last five years, the number of criminal investigations has gone up by 60%. Over the last five years, the number of cases with at least $1 million in tax potential has gone up 189%. Over the last five years, the average fine by conviction has gone up 14%. Every time our government invests in the Canada Revenue Agency to go tax cheats and the people putting money overseas, we get multiple dollars back.
Our government is fully aware that Canadians are feeling the effects of high inflation, especially when they go to the grocery store or fill up at the pumps.
Canadians can rest assured that they will get support when they need it. Since 2015, our government has brought in real improvements to make life more affordable for Canadians.
Our affordability plan builds on these successes and is providing more money to the most vulnerable Canadians this year to help make life more affordable. We remain committed to continuing to build an economy that works for all Canadians and leaves no one behind.
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Kings—Hants.
Je suis heureux de prendre la parole à la Chambre aujourd’hui sur cet important sujet. La motion dont nous sommes saisis met en évidence, à juste titre, les répercussions de l’inflation sur les Canadiens et sur les difficultés qui en découlent, notamment en ce qui concerne les prix des aliments.
Comme mes collègues de tous les partis à la Chambre le savent, de nombreux facteurs sont à l’origine de cette inflation mondiale, entre autres la guerre en Ukraine et les perturbations survenues sur les chaînes d’approvisionnement dans la foulée de la phase aiguë de la pandémie de COVID‑19.
La priorité absolue du gouvernement est cependant de continuer à soutenir les Canadiens durant cette période difficile et de s’assurer que ses mesures de soutien ciblent ceux qui en ont le plus besoin, au moment où ils en ont le plus besoin. Nous voulons également nous assurer que les grandes sociétés paient leur juste part d’impôt.
La motion d’aujourd’hui demande la mise en place de nombreuses mesures que le gouvernement a déjà mises en œuvre ou qu’il est en train d’appliquer, par exemple en éliminant les échappatoires fiscales et en demandant l’intervention du Bureau de la concurrence lorsqu’il existe des preuves de comportement illégal ou anticoncurrentiel sur le marché, comme l’a fait le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie il y a de nombreux mois. Le gouvernement se réjouit d’avoir l’occasion de souligner les mesures qu'il a prises pour rendre la vie plus abordable pour les Canadiens et celles qu'il prévoit mettre en œuvre pour continuer à les soutenir en cette période d’incertitude économique mondiale.
Nous aidons les familles de tout le pays à affronter l'inflation grâce à une série de nouvelles mesures de soutien ciblées totalisant 12,1 milliards de dollars cette année. Tout cela vise à aider à rendre la vie plus abordable pour des millions de Canadiens. C'est plus d'argent dans les poches des Canadiens qui en ont le plus besoin au moment où ils en ont le plus besoin sans alimenter l'inflation.
Les deux derniers budgets fédéraux nous ont permis de mettre en œuvre un bon nombre des mesures de soutien prévues dans notre plan d’abordabilité pour aider les Canadiens.
D'abord, et ce qui est probablement le plus important, les principales prestations sur lesquelles comptent les Canadiens, notamment l’Allocation canadienne pour enfants, le crédit pour TPS, l’Allocation canadienne pour les travailleurs, le Régime de pensions du Canada, la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti, sont toutes indexées en fonction de l’inflation. Elles suivent donc le coût de la vie.
Ensuite, dans le budget de 2021, le gouvernement a bonifié l’Allocation canadienne pour les travailleurs, il a réduit les impôts et à partir de cette année, il remet jusqu’à 2 400 $ dans les poches des familles de travailleurs à faible revenu. En fait, de nombreux bénéficiaires ont déjà profité de ce soutien accru dans leur déclaration de revenus de 2021. Cette bonification de l’Allocation canadienne pour les travailleurs étend l'aide offerte à environ 1 million de Canadiens de plus et aide près de 100 000 personnes à sortir de la pauvreté.
En juillet dernier, nous avons aussi mis en place une augmentation de 10 % de la pension de la Sécurité de la vieillesse pour les personnes âgées de plus de 75 ans. Il s'agit de la première augmentation permanente de la pension de la Sécurité de la vieillesse depuis 1993; à l'époque, j'avais 3 ans. En dehors des rajustements dus à l'inflation, cette mesure renforcera la sécurité financière de 3,3 millions d'aînés en versant automatiquement plus de 800 $ la première année aux retraités à taux plein.
Enfin, notre gouvernement continue de travailler avec les provinces et les territoires pour bâtir un système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. Grâce à un investissement historique pouvant atteindre 27 milliards de dollars sur cinq ans, les coûts de garde d’enfants réglementés seront réduits en moyenne de 50 % d’ici à la fin de l’année. Dans ma province, l’Alberta, cet accord permet déjà aux familles d’économiser chaque mois des centaines et, dans certains cas, des milliers de dollars.
À l’heure actuelle, ces mesures offrent un soutien réel et nécessaire aux Canadiens, mais nous savons qu’il nous reste encore beaucoup à faire. C’est pourquoi nous avons travaillé si fort sur les projets de loi C‑30 et C‑31. Grâce aux nouvelles mesures législatives que le gouvernement a présentées, nous proposons de fournir, en 2022, 3,1 milliards de dollars en soutien supplémentaire pour aider à rendre la vie plus abordable pour des millions de Canadiens.
Premièrement, nous doublerons le crédit pour TPS pour une période de six mois, ce qui procurera 2,5 milliards de dollars de soutien ciblé supplémentaire cette année aux quelque 11 millions de particuliers et de familles qui reçoivent déjà ce crédit d’impôt.
Deuxièmement, nous verserons un paiement de 500 $ cette année à 1,8 million de locataires à faible revenu qui ont des difficultés avec le coût du logement par un complément ponctuel à l'Allocation canadienne pour le logement. Cela fait plus que doubler notre engagement du budget de 2022, atteignant deux fois plus de Canadiens que promis initialement. Cette mesure s'ajoutera à l'Allocation canadienne pour le logement actuellement cofinancée et versée par les provinces et les territoires.
Troisièmement, nous offrirons des soins dentaires aux Canadiens qui n’ont pas d’assurance dentaire et qui gagnent moins de 90 000 $, à commencer dès cette année par des centaines de milliers d’enfants de moins de 12 ans. Nous effectuerons des paiements directs pouvant atteindre 1 300 $ par enfant au cours de ces deux prochaines années pour les services dentaires. Ce n’est que la première étape de l’élaboration d’un programme national de soins dentaires, qui est décrite dans l’entente de soutien et de confiance.
Je ne vous présente pas des statistiques vides de sens. Ces programmes offriraient un soutien réel à des personnes réelles.
Permettez-moi de vous donner quelques exemples. Pendant l’exercice en cours, un couple de Thunder Bay ayant un revenu de 45 000 $ et un enfant en garderie pourrait recevoir environ 7 800 $ de plus que ses prestations actuelles. À Edmonton, une personne célibataire récemment diplômée qui occupe un emploi de premier échelon lui rapportant 24 000 $ pourrait recevoir environ 1 300 $ de plus en prestations nouvelles et améliorées.
Une personne âgée handicapée à Trois-Rivières pourrait percevoir, cette année, 2 700 $ de plus que ce qu'elle a reçu l'an dernier.
Bref, notre plan permet aux Canadiens qui en ont le plus besoin d'avoir plus d'argent dans leurs poches, au moment où ils en ont le plus besoin.
En ce qui concerne la protection des consommateurs, il y a quelques mois, le ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie a demandé aux responsables de notre ministère d'utiliser tous les outils disponibles pour examiner les variations de prix et surveiller de près toute action potentiellement préjudiciable.
Il est tout à fait inacceptable d'exploiter une crise pour augmenter les prix pour les consommateurs. Nous nous attendons à ce que le Bureau de la concurrence n'hésite pas à agir s'il existe des preuves de comportement illégal ou anticoncurrentiel sur le marché.
S'il y a des preuves d'activité anticoncurrentielle, le ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie demandera au Bureau de la concurrence d'enquêter rapidement et de prendre les mesures appropriées.
Nous allons continuer d'utiliser tous les outils à notre disposition pour rendre la vie plus abordable pour les Canadiens. Lorsqu'il s'agit de s'assurer que les entreprises paient ce qu'elles doivent, nous prenons très au sérieux la lutte contre l'évasion fiscale.
La ministre du Revenu national et l'Agence du revenu du Canada, ou ARC, continuent de lutter contre l'évasion fiscale au Canada et à l'étranger. Grâce à un solide réseau de conventions fiscales et à des investissements gouvernementaux continus, il est plus difficile que jamais de cacher de l'argent à l'étranger. L'ARC est bien placée pour trouver les fraudeurs fiscaux où qu'ils se cachent.
Les mesures adoptées dans le budget de 2021 comprennent de nombreux investissements et modifications législatives pour lutter contre l'évasion fiscale. Il s'agit entre autres de l'élimination des échappatoires utilisées pour éviter de payer des impôts. Il s'agit aussi d'un investissement supplémentaire de plus de 300 millions de dollars pour améliorer la capacité de l'ARC à lutter contre l'évasion fiscale et pour moderniser la règle générale anti-évitement du Canada. Ces mesures permettront à l'ARC d'avoir tous les outils dont elle a besoin pour continuer de faire progresser cet important dossier.
Au cours des cinq dernières années, le nombre d'enquêtes criminelles a augmenté de 60 %. Au cours des cinq dernières années, le nombre de cas visant la récupération possible d'au moins 1 million de dollars d'impôt a augmenté de 189 %. Au cours des cinq dernières années, l'amende moyenne imposée sur déclaration de culpabilité a augmenté de 14 %. Chaque fois que le gouvernement investit dans l'Agence du revenu du Canada pour cibler les fraudeurs et les personnes qui cachent de l'argent à l'étranger, nous récupérons d'importantes sommes.
Notre gouvernement est pleinement conscient que les Canadiens ressentent les effets d'une inflation élevée, particulièrement lorsqu'ils vont à l'épicerie et lorsqu'ils font le plein d'essence.
Les Canadiens peuvent être assurés qu'ils ont accès à du soutien lorsqu'ils en ont besoin. Depuis 2015, notre gouvernement a apporté de réelles améliorations pour rendre la vie des Canadiens plus abordable.
Notre plan en matière d'abordabilité fait fond sur ces réussites et permet aux Canadiens les plus vulnérables d'avoir plus d'argent cette année, ce qui contribue à rendre la vie plus abordable. Nous sommes résolus à continuer de bâtir une économie qui est à l'œuvre pour tous les Canadiens et qui ne laisse personne pour compte.
Collapse
View Randy Boissonnault Profile
Lib. (AB)
View Randy Boissonnault Profile
2022-10-06 10:49 [p.8212]
Expand
Madam Speaker, I have three things in response to my colleague from the New Democratic Party. First, let us put in context the oil and gas sector. It is 10% of our gross domestic product, it is a critical industry for us and the workers in that industry, and those companies are going to be working with the government to get our country to net zero. They are a critical investor, and they will be making huge investments into CCUS, so we need to make sure that takes place.
Let us also take a look at the fact that, in budget 2021, we made sure that we increased tax on the banks with what is essentially a windfall tax, an extraordinary tax for banks and insurance companies. We understand Canadians are experiencing inflation at the grocery stores and at the pumps, and that is why our affordability measures are targeted to focus on those Canadians who need it the most when they need it the most. It will not stoke inflation. It is 1/1,000 of the size of our economy. This is smart and responsible leadership for Canadians when they need it the most.
Madame la Présidente, j'ai trois choses à répondre au député du Nouveau Parti démocratique. Mettons d'abord en contexte le secteur pétrolier et gazier. Il représente 10 % de notre produit intérieur brut, il forme une industrie essentielle pour nous et pour ceux qui y travaillent et les entreprises de ce secteur vont collaborer avec le gouvernement pour que notre pays atteigne la carboneutralité. Ces entreprises s'avèrent essentielles, puisqu'elles investiront considérablement dans le captage, l'utilisation et le stockage du carbone. Nous devons donc nous assurer que cela se fasse.
Prenons également en compte le fait que, dans le budget de 2021, nous nous sommes assurés d'augmenter l'impôt sur les banques en appliquant ce qui est essentiellement une taxe exceptionnelle aux banques et aux compagnies d'assurance. Nous comprenons que les Canadiens subissent l'inflation à l'épicerie et à la pompe, et c'est pourquoi nos mesures d'abordabilité ciblent précisément les Canadiens qui en ont le plus besoin au moment où ils en ont le plus besoin. Ces mesures n'attiseront pas l'inflation, puisqu'elles représentent un millième de la taille de notre économie. Voilà un leadership intelligent et responsable pour les Canadiens au moment où ils en ont le plus besoin.
Collapse
View Randy Boissonnault Profile
Lib. (AB)
View Randy Boissonnault Profile
2022-10-06 10:50 [p.8212]
Expand
Madam Speaker, the Canada Revenue Agency has robust measures in place to make sure that terrorist financing does not take place in our country. We constantly survey these issues to make sure there are no loopholes in that system.
If we are talking about the issue on the floor of the House today, which is making sure that we do not have tax evasion, we could look at the Canada Revenue Agency's tax record. In just the investments we have put in to the CRA since we formed government, billions of dollars have come back from individuals and companies that have put their money into tax havens. The CRA is doing its job. It has a great track record on that issue. Not only do we not stand for any financing of terrorist organizations in Canada, we are going to make sure that tax cheats pay their fair share.
Madame la Présidente, l'Agence du revenu du Canada a mis en place des mesures strictes afin de veiller à ce qu'il n'y ait pas de financement terroriste dans notre pays. Nous surveillons constamment la situation afin que le système ne comporte aucune échappatoire.
En ce qui concerne le sujet dont la Chambre est saisie en ce moment, c'est-à-dire veiller à ce qu'il n'y ait pas d'évasion fiscale, nous pourrions examiner le bilan fiscal de l'Agence. Nos investissements dans l'Agence depuis notre arrivée au pouvoir lui ont permis de récupérer des milliards de dollars de particuliers et d'entreprises qui ont placé leur argent dans des paradis fiscaux. L'Agence du revenu du Canada fait son travail. Elle a un excellent bilan à ce chapitre. Nous n'allons pas permettre le financement d'organisations terroristes au Canada et nous allons veiller à ce que les fraudeurs fiscaux paient leur juste part.
Collapse
View Randy Boissonnault Profile
Lib. (AB)
View Randy Boissonnault Profile
2022-10-06 10:52 [p.8212]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague for her question.
We strongly believe that businesses and Canadians must pay their fair share of taxes. That is the basic principle.
Let us talk about the results achieved by the Canada Revenue Agency, or CRA, with the investments made by our government after 10 years under the Conservatives. We invested in the CRA, which has recovered not millions, not hundreds of millions, but billions of dollars from those who did not pay their taxes.
In our 2022 budget, we asked banks and insurance companies to pay more.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
Nous croyons fortement que les compagnies et les Canadiens doivent payer leur juste part d'impôts. C'est le principe de base.
Parlons des résultats qu'a obtenus l'Agence du revenu du Canada, ou ARC, en raison des investissements que notre gouvernement a faits après 10 ans de gouvernement conservateur. Nous avons investi dans l'ARC et ce ne sont pas des millions et des centaines de millions de dollars, mais bien des milliards de dollars que nous avons récupérés auprès de gens qui n'avaient pas payé leurs impôts.
Dans notre budget de 2022, nous avons demandé aux banques et aux compagnies d'assurance d'en payer plus.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2022-10-06 11:04 [p.8214]
Expand
Madam Speaker, there is some irony today in the NDP's signing a deal to support three years of Liberal budgets, sight unseen, and then putting forward a motion to call for additional measures that were not contained in the New Democrats' coalition agreement.
For the Liberal member who just spoke, is not the best way to address affordability simply to allow people to keep more of their own money? Would the member acknowledge that with cancelling the scheduled tax increases for next year, the tripling of the carbon tax and the increase in payroll tax, rather than the government taking more of their money to spend for them, it would be better to let people keep more of their own money and choose for themselves how they are going to spend it?
Madame la Présidente, c’est plutôt cocasse que le NPD, après s’être engagé à appuyer les budgets des libéraux pendant trois ans, présente aujourd’hui une motion réclamant des mesures supplémentaires qui ne figuraient pas dans l’accord de coalition des néo-démocrates.
Le député libéral qui vient de parler ne pense-t-il pas que la meilleure façon de protéger le pouvoir d’achat, c’est tout simplement de permettre aux gens de garder un peu plus de leur propre argent? Le député ne reconnaît-il pas qu’en annulant les hausses de taxes prévues l’an prochain, le triplement de la taxe sur le carbone et l’augmentation des taxes sur les salaires, les gens pourraient ainsi garder leur propre argent et décider eux-mêmes comment le dépenser, plutôt que de laisser le gouvernement le leur prendre et décider lui-même comment le dépenser?
Collapse
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2022-10-06 11:19 [p.8216]
Expand
Mr. Speaker, my colleague across the way did say that he felt this motion did not go far enough, so I assume that means he supports it. I cannot imagine he is against having CEOs pay the money that they owe.
He has made it very clear that he is not against having a fair and affordable food strategy. Obviously, his members have already said that they would be supporting the study in agriculture.
Does he feel that asking CEOs to pay their fair share is reasonable or does he think that all men should be told that they can go their own way?
Monsieur le Président, mon collègue d’en face a dit que la motion n’allait pas assez loin. J’en conclus qu’il l’appuie. Je ne peux pas imaginer qu’il s'oppose à ce que les dirigeants des grandes sociétés payent leur dû.
Il a dit très clairement qu’il n’était pas contre une stratégie visant à assurer que le prix des aliments est juste et abordable. Les députés de son parti ont déjà dit qu’ils étaient favorables à un examen de la question au comité de l’agriculture.
Estime-t-il qu’il est raisonnable de demander aux dirigeants des grandes sociétés de payer leur dû ou bien pense-t-il que tous les hommes devraient pouvoir choisir leur propre chemin?
Collapse
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2022-10-06 11:24 [p.8217]
Expand
Madam Speaker, it a difficult task to follow the leader of the official opposition, but I will do my best to carry on with our message about the NDP opposition day motion, which I also agree does not go far enough. It does not put a lot of the blame on the inflationary crisis we face where most of it belongs, which is on government spending.
We cannot say that CEOs, corporate Canada or global companies are driving inflation when we have a federal government that has put in half a trillion dollars in spending, which is having a significant impact on the prices that Canadians are facing all across the board.
I find it interesting that we see a bit of schizophrenia with our NDP colleagues, where with every opportunity they have to support increased spending and the tripling of the carbon tax, they vote with the government, yet their motion today attempts to try to make life more affordable for Canadians.
In question period yesterday, the leader of the NDP had concerns about rising gas prices, especially in his province of B.C. where fuel has hit $2.40 a litre. That is exactly what Liberal and NDP policy wants to achieve. It wants us to have higher fuel prices. It wants to force us to drive our cars less. I am sure that works in many of my colleagues' urban communities. Some days they can park their cars and take public transit or ride their bikes. My riding is almost 30,000 square kilometres.
Public transit does not exist in my riding. My constituents must drive their car. They must drive long distances to work. They must heat their homes and their barns in -40°C weather in January. These are the facts of life. These are the necessities of life. These are not extravagant choices; they have to do that. In response to that, our Liberal colleagues, supported by the NDP, want to triple the carbon tax.
I am going to focus a little on the agricultural sector and the impact that is having on rural economies and rural Canadians. I would argue that rural Canadians, especially our farmers, producers and ranchers, pay the carbon tax over and over again.
It was interesting to hear my Liberal colleague say that while farmers were price-takers, the carbon tax did not have an impact on the price of food. It is true that they are price-takers. However, when we triple the carbon tax, we triple the price of fuel. We saw the price of fertilizer go up 100% last year. That does not include the 35% tariff on fertilizer from Russia and Belarus. That impacts hauling their grain, hauling their cattle and transportation to the terminal. Every single time they are paying that carbon tax over and over again.
The company or rail company hauling their grain passes that carbon tax on to the consumer. Every time those prices go up on those transportation or commodity services, it impacts the price of food. That is why we have seen the cost of groceries go up more than 10%, the highest rate of inflation in more than 40 years.
Therefore, I understand my NDP colleagues when they say that the CEOs in Canada should pay their fair share. I agree with that. Every Canadian should pay their fair share. The Liberal government has been in power for seven years. If there are loopholes, it should be holding taxpayers accountable for paying their fair share. Obviously, it has not done that. However, to shift the blame from where it lies to other parts of the economy is disingenuous.
An interesting statistic came up yesterday at the agriculture committee, and I want to highlight it. We heard it from my Bloc colleague, who I have a lot of respect for as well. Climate change is real, but to put the price of fighting climate change on the backs of Canadian farmers is not fair. Let us be real here, as my colleague was saying. Let us have an honest conversation about this. GHG intensity in agriculture is about 28% globally. What it is in Canada? It is 8%. We are tenfold better than any other country in the world when it comes to GHG emissions and intensity in the agriculture sector in Canada.
With respect to the fertilizer issue, the Liberal government wants to see a 30% reduction in fertilizer use. As I said, grocery prices have gone up 10%. If the Liberals follow through with this policy, all I can say to Canadian consumers is “you ain't seen nothing yet”. When farmers have to see their yields go down between 30% and 50%, depending on what the commodity is, that means significantly lower yields and significantly higher grocery prices. That has nothing to do with the CEO of Loblaws. That has exactly to do with government policy put forward by the Liberals.
Again, what makes that so frustrating is they are saying to Canadian farmers that they are not part of the solution; they are the problem. Canadian farmers are 50% to 70% more efficient in their fertilizer use than any other country on planet earth. Instead of congratulating them for that and going around the world saying that we are the gold standard and here is where everybody else in the world should go, we are apologizing and dragging our farmers down to where everybody else is. That is the wrong philosophy and certainly the wrong policy.
All that is doing is making our farmers worse off. It is also more harmful to the environment, and food prices will go up. It is a triple whammy. Instead of doing the right thing and being a champion and advocate for Canadian farmers, we are going in the exact opposite direction.
There are other policies the Liberals have put forward that have made the cost of groceries and the cost of food go up, and I really want to focus on this part. I am going to backtrack a little to the carbon tax again. My colleague from the Bloc brought that up. In the agriculture committee, we are talking about Bill C-234, a private member's bill brought forward by the Conservatives to exempt natural gas and propane from the carbon tax on farms. This is a critical piece of legislation that would ensure our farmers are able to remain competitive on the global stage. However, the Liberals are arguing that we do not need Bill C-234 because farmers get a rebate through Bill C-8.
We now know from Finance Canada officials that the average farmer will get about $800 back a year through that rebate. We also know that farmers pay close to $50,000 a year on average in carbon tax. I asked a representative from Finance Canada how they could argue that the carbon tax is revenue-neutral when they were admitting that the average farmer is getting about $800 to $860 back. His answer was that if we made it revenue-neutral, urban Canadians would have to subsidize that. Okay. He was telling me that rural Canadians were subsidizing the carbon tax and wealth redistribution for urban Canadians. That is what he was telling me.
That is not what the Liberal policy on the carbon tax was. They said it was going to be revenue-neutral and that eight out of 10 families would get more back than they paid. That is baloney. Rural Canadians are suffering and certainly paying significantly more in carbon tax than other Canadians. That is not what the Liberals are selling. Again, it is Liberal policy that is driving inflation and driving up the price of food.
It is going to get worse. Although we had a bit of a win this spring when we got the Liberals to back down on front-of-pack labelling on ground beef and pork, they are still going ahead with front-of-pack labelling on most other products. The cost of that is going to be $1.8 billion to the industry. Who do we think pays for that? I can guarantee that Galen Weston at Loblaws is not covering that cost. I can guarantee that French's ketchup is not covering that cost. They are passing that right on to the consumer.
Again, a Liberal policy that no one asked for and serves very little purpose is going to be passing on $2 billion in costs to the Canadian consumer for no reason. That is not to mention that the United States has already identified this policy as a trade irritant. Therefore, not only are we upsetting Canadian consumers, but we are also upsetting our number one trading partner, which is looking for every excuse possible to fight back against Canadian trade.
In conclusion, I appreciate what my NDP colleague is trying to achieve with this motion, and there are many portions of it that we agree with. Certainly CEOs should pay their fair share and affordable food should be available for every Canadian, but the facts are the facts. Inflation is being driven by ideological, activist policy by the Liberal government. That should be the focus of the House.
Madame la Présidente, il est difficile de prendre la parole après le chef de l’opposition officielle, mais je ferai de mon mieux pour porter notre message au sujet de la motion de l'opposition du NPD, qui, j'en conviens également, ne va pas assez loin. La motion omet de rejeter une grande partie du blâme de la crise inflationniste qui nous touche sur ce qui en est la cause principale, c'est-à-dire les dépenses gouvernementales.
Nous ne pouvons pas affirmer que ce sont les PDG, les entreprises canadiennes ou les multinationales qui alimentent l'inflation alors que le gouvernement fédéral a engagé des dépenses d'un demi-billion de dollars, ce qui a une incidence considérable sur les prix que les Canadiens doivent payer dans tous les secteurs.
Je trouve intéressant que nos collègues du NPD se montrent un brin schizophrènes: chaque fois qu'ils ont l'occasion d'appuyer une augmentation des dépenses ou le triplement de la taxe sur le carbone, ils votent dans le même sens que le gouvernement, et pourtant, leur motion d'aujourd'hui tente de rendre la vie plus abordable pour les Canadiens.
Hier, pendant la période des questions, le chef du NPD s’inquiétait de la hausse du prix de l’essence, surtout dans sa province, la Colombie‑Britannique, où le carburant a atteint 2,40 $ le litre. C’est exactement ce que visent les politiques libérales et néo-démocrates. Elles veulent que nous payions l’essence plus cher. Elles veulent nous forcer à moins utiliser nos voitures. Je suis convaincu qu’elles réussissent à le faire dans les collectivités urbaines de bon nombre de députés. Certains jours, ils peuvent laisser leur voiture à la maison et se déplacer en transport en commun ou à vélo. Ma circonscription, elle, a une superficie de près de 30 000 kilomètres carrés.
Le transport en commun n’existe pas dans ma circonscription. Mes concitoyens ont besoin de leur voiture. Ils doivent parcourir de longues distances pour se rendre au travail. Ils doivent chauffer leurs maisons et leurs granges lorsqu’il fait -40 degrés Celcius en janvier. Cela fait partie du quotidien. Ce sont des besoins fondamentaux. Ce ne sont pas des choix extravagants: mes concitoyens doivent le faire. En guise de réponse, nos collègues libéraux, appuyés par le NPD, veulent tripler la taxe sur le carbone.
Je parlerai un peu sur le secteur agricole et des répercussions de cette situation sur l'économie et les habitants des régions rurales. À mon avis, les Canadiens des régions rurales, surtout les agriculteurs, les producteurs et les éleveurs, paient la taxe sur le carbone à maintes reprises.
Il était intéressant d’entendre mon collègue libéral dire que la taxe sur le carbone n’avait pas d’incidence sur le prix des aliments, et ce, même si les agriculteurs sont des preneurs de prix. Il est vrai qu’ils sont des preneurs de prix. Cependant, lorsque la taxe sur le carbone triple, le prix du carburant triple. L’an dernier, le prix de l’engrais a grimpé de 100 %. Cela n’inclut pas les droits de douane de 35 % imposés sur les engrais en provenance de Russie et de Biélorussie. Cette augmentation a des répercussions sur le transport des céréales, le transport du bétail et le transport jusqu’au terminal. Chaque fois qu’ils paient cette taxe sur le carbone à maintes reprises.
L’entreprise ou la compagnie de chemin de fer qui transporte les céréales transfère cette taxe sur le carbone au consommateur. Chaque augmentation du prix des services de transport ou des produits de base se fait sentir sur le prix de la nourriture. C’est pourquoi le coût de l’épicerie a augmenté de plus de 10 %; c’est pourquoi nous sommes aux prises avec le taux d’inflation le plus élevé depuis plus de 40 ans.
Je comprends donc mes collègues néo-démocrates lorsqu’ils disent que les PDG du Canada doivent payer leur juste part. Je suis d'accord avec eux. Chaque Canadien doit payer sa juste part. Le gouvernement libéral est au pouvoir depuis sept ans. S’il y a des échappatoires, il devrait tenir les contribuables responsables du paiement de leur juste part. Manifestement, il ne l’a pas fait. Il est toutefois malhonnête de rejeter le blâme sur d’autres secteurs de l’économie.
Une statistique intéressante a été présentée hier au comité de l’agriculture, et je tiens à la présenter. C’est mon collègue du Bloc, pour qui j’ai beaucoup de respect également, qui l’a présentée. Les changements climatiques sont réels, mais il est injuste de faire payer la lutte contre les changements climatiques par les agriculteurs canadiens. Soyons réalistes, comme le disait mon collègue. Discutons-en franchement. L'intensité des gaz à effet de serre émis par le secteur agricole est d’environ 28 % dans le monde. Au Canada, quel pourcentage atteint-elle? Elle est de 8 %. Nous faisons dix fois mieux que n’importe quel autre pays du monde en ce qui concerne les émissions et l’intensité des gaz à effet de serre dans le secteur agricole au Canada.
En ce qui concerne la question des engrais, le gouvernement libéral veut que l’utilisation des engrais baisse de 30 %. Je l’ai dit: le prix du panier d’épicerie a augmenté de 10 %. Si les libéraux donnent suite à cette politique, tout ce que je peux dire aux consommateurs canadiens, c’est qu’ils n’ont encore rien vu. Si les agriculteurs doivent voir leurs récoltes diminuer de 30 à 50 %, selon le produit de base, cela signifie des récoltes considérablement plus faibles et un prix du panier d’épicerie beaucoup plus élevé. Cela n’a rien à voir avec le PDG de Loblaws. Cela a à voir avec la politique du gouvernement proposée par les libéraux.
Encore une fois, ce qui rend cette situation si frustrante, c’est qu’on dit aux agriculteurs canadiens qu’ils ne font pas partie de la solution et que ce sont eux le problème. Les agriculteurs canadiens utilisent l’engrais de manière 50 à 70 % plus efficace que n’importe quel autre pays de la planète. Au lieu de les féliciter pour cela et de faire le tour du monde en disant que nous sommes la référence, et que c’est ici que le reste du monde devrait venir, nous nous excusons et nous rabaissons nos agriculteurs au niveau où tout le monde se situe. C’est la mauvaise philosophie, et certainement la mauvaise politique.
Ce faisant, cela ne fait qu’aggraver la situation de nos agriculteurs. C’est également plus dommageable pour l’environnement et le prix des aliments va augmenter. C’est une triple menace. Au lieu de faire ce qui s’impose, c’est-à-dire être un champion et défendre les agriculteurs canadiens, nous faisons exactement le contraire.
Les libéraux ont présenté d’autres politiques qui ont fait augmenter le coût du panier d’épicerie et celui des aliments, et je veux surtout m’attarder sur cet aspect. Je vais revenir un peu à la taxe sur le carbone. Mon collègue du Bloc a soulevé cette question. Au comité de l’agriculture, nous parlons du projet de loi C‑234, un projet de loi d’initiative parlementaire présenté par les conservateurs pour exempter le gaz naturel et le propane de la taxe sur le carbone applicable aux exploitations agricoles. Il s’agit d’une mesure législative essentielle qui permettrait à nos agriculteurs de demeurer concurrentiels sur la scène mondiale. Cependant, les libéraux soutiennent que nous n’avons pas besoin du projet de loi C‑234 parce que les agriculteurs reçoivent un remboursement par l’intermédiaire du projet de loi C‑8.
Nous savons maintenant, d’après les fonctionnaires du ministère des Finances Canada, que l’agriculteur moyen recevra environ 800 $ dans le cadre de ce programme de remboursement. Nous savons également que les agriculteurs paient en moyenne près de 50 000 $ par année en taxe sur le carbone. J’ai demandé à un représentant du ministère des Finances comment il pouvait soutenir que la taxe sur le carbone n’a aucune incidence sur les recettes, quand il reconnaissait que l’agriculteur moyen récupère environ 800 $ à 860 $. Il a répondu que ce sont les Canadiens des régions urbaines qui devraient subventionner le remboursement si celui-ci était sans incidence sur les recettes. D’accord. Il me disait donc que les Canadiens des régions rurales subventionnent la taxe sur le carbone et la redistribution de la richesse pour les Canadiens des régions urbaines. C’est ce qu’il me disait.
Ce n’est pas cela que la politique libérale de taxe sur le carbone devait être. Selon les libéraux, cette politique n’aurait aucune incidence sur les recettes, et huit familles sur dix recevraient plus d'argent qu’elles n’en paieraient. C’est de la foutaise. Les Canadiens des régions rurales souffrent et paient certainement beaucoup plus de taxe sur le carbone que les autres Canadiens. Ce n’est pas ce que les libéraux nous font miroiter. Encore une fois, ce sont les politiques du Parti libéral qui alimentent l’inflation et qui sont à l’origine de la montée en flèche du prix des aliments.
Cela ne fera qu’empirer. Nous avons remporté une petite victoire au printemps dernier, lorsque nous avons amené les libéraux à abandonner leur projet d’étiquetage sur le devant des emballages de bœuf haché et de porc. Pourtant, ils persistent à appliquer cette mesure pour la plupart des autres produits. Elle coûtera 1,8 milliard de dollars à l’industrie. Qui, à notre avis, paie pour cela? Je peux garantir à la Chambre que ce n'est pas Galen Weston, de Loblaws. Ce n'est pas non plus le ketchup French’s. C'est le consommateur qui paie la facture.
Voilà encore qu'une politique libérale que personne n’avait demandée et qui n’a que très peu d’utilité transférera aux consommateurs canadiens des coûts de 2 milliards de dollars, sans raison. Sans compter que les États-Unis ont déjà qualifié cette politique d’irritant commercial. Par conséquent, en plus de déplaire aux consommateurs canadiens, nous contrarions notre principal partenaire commercial, qui cherche toutes les excuses possibles pour réduire l'accès des produits canadiens à son marché.
Enfin, je comprends ce que mon collègue néo-démocrate essaie de faire avec cette motion, et nous en approuvons de nombreux aspects. Il est certain que les PDG devraient payer leur juste part et que tous les Canadiens devraient avoir accès à des aliments abordables, mais les faits sont les faits. L’inflation est alimentée par une politique idéologique et militante du gouvernement libéral. Voilà ce qui devrait retenir l'attention de la Chambre.
Collapse
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2022-10-06 11:35 [p.8219]
Expand
Madam Speaker, as I said, we agree with the portion of the motion about CEOs paying their fair share. As we said, every Canadian should pay their fair share.
His colleague, the member for Cowichan—Malahat—Langford, in his opening speech asked why the Conservatives are moaning about taxes all the time. Well, what our constituents are telling us every single day is that the tax increases by the Liberal government are punishing.
To answer my colleague's question, how is increasing a tax on Loblaws and Sobeys going to reduce food prices? Does he think that by increasing taxes on Galen Weston, he is going to turn around and reduce food prices?
Madame la Présidente, comme je l'ai dit, nous souscrivons à la partie de la motion qui exige que les PDG paient leur juste part. Comme nous l'avons dit, tous les Canadiens devraient payer leur juste part.
Dans son discours d'ouverture, son collègue le député de Cowichan—Malahat—Langford a demandé pourquoi les conservateurs ne cessent jamais de se plaindre des impôts. C'est parce que nos concitoyens nous disent chaque jour que les hausses de taxes du gouvernement libéral sont accablantes.
Pour répondre à la question de mon collègue, comment une augmentation des impôts de Loblaws et de Sobeys va-t-elle réduire le prix des aliments? Pense-t-il que le fait d'augmenter les impôts de Galen Weston va le convaincre de réduire le prix des aliments?
Collapse
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2022-10-06 11:37 [p.8219]
Expand
Madam Speaker, I would argue that the Conservatives, especially under the leader of the official opposition, have been talking about affordability every day in this House for the last two weeks. I do appreciate the motion brought forward by the NDP, but it is the Conservative Party that has addressed and highlighted that Liberal policy, Liberal tax hikes and planned new tax hikes are making life unaffordable for Canadians.
Grocery prices are up 10%. I did not even talk about interest rates, which have gone up several points and have put thousands of family farms on the brink of possible foreclosure. I cannot imagine what that is doing to many Canadians. I have had constituents in my riding say that interest rates have made their mortgage go up $500 a month. Not many Canadians have the resources to cover that new cost.
Madame la Présidente, je réponds que les conservateurs, particulièrement sous la direction du chef de l'opposition officielle, parlent d'abordabilité tous les jours depuis deux semaines à la Chambre. Je remercie le NPD d'avoir présenté cette motion, mais c'est le Parti conservateur qui a critiqué la politique libérale et qui en a mis les failles en lumière, notamment les hausses de taxes qui sont prévues pour bientôt et qui rendent la vie inabordable pour les Canadiens.
Le prix des aliments a augmenté de 10 %, et je n'ai même pas parlé de l'augmentation de plusieurs points de pourcentage des taux d'intérêt, qui poussent des milliers de familles au bord de la faillite. Je ne peux même pas imaginer le tort que cette mesure cause à de nombreux Canadiens. Des résidants de ma circonscription m'ont indiqué que la hausse des taux d'intérêt a fait grimper de 500 $ leur paiement hypothécaire mensuel. Peu de Canadiens ont les moyens d'absorber cette nouvelle hausse.
Collapse
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2022-10-06 11:40 [p.8220]
Expand
Madam Speaker, as a brief answer, we are not the government. The Liberals are. If the member has an issue with tax havens, he should take it up with the government.
Madame la Présidente, pour répondre brièvement, nous ne dirigeons pas le gouvernement. Ce sont les libéraux qui le dirigent. Si le député a un problème avec les paradis fiscaux, il devrait s'adresser au gouvernement.
Collapse
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2022-10-06 12:46 [p.8230]
Expand
Madam Speaker, I have a couple questions. The member told my colleague in the previous speech that there was some complexity to the food system, and he brought forward an awful lot of suggestions, options and information in his speech. I think, as a member of the government, it would be fantastic if his government was to bring some of these things forward. What we are doing right now with the NDP motion is bringing forward three concrete steps that can be used at this point to help. The motion would not solve the food crisis writ large. It would be three concrete steps that would go toward solving that for Canadians.
I am wondering whether he will be supporting this motion, and if not, which of those three very concrete steps, which are not a comprehensive food strategy for all things, he is opposed to.
Madame la Présidente, j’ai quelques questions. Le député a dit à ma collègue, dans le discours précédent, qu’il y avait une certaine complexité dans le système alimentaire et il a présenté beaucoup de suggestions, d’options et de renseignements dans son intervention. Je pense qu’il serait fantastique que le gouvernement prenne certaines de ces mesures. Ce que nous faisons actuellement, avec la motion du NPD, c’est de proposer trois mesures concrètes qui peuvent être utilisées dès maintenant pour aider. La motion ne réglera pas la crise alimentaire en général, mais ces trois mesures concrètes contribueraient à résoudre ce problème pour les Canadiens.
Je me demande s’il appuiera cette motion, et, dans le cas contraire, j’aimerais savoir à laquelle de ces trois mesures très concrètes, qui ne sont pas du tout une stratégie alimentaire globale, il s’oppose.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-10-06 13:34 [p.8236]
Expand
Madam Speaker, I am happy to rise today on behalf of the constituents of Regina—Lewvan and ask a question of my NDP colleague.
I listened to her speech very intently. One thing she talked about throughout her speech was how the government could get more money, how the government could cut more money and how the government could be more greedy and take more money from taxpayers and not put it back in taxpayers' pockets.
The member talked about concrete actions that could be taken to help Canadians. There are not a lot of concrete actions in here. There is talk of doing a study or making a plan. When we brought a forward a motion a couple of days ago to lower taxes for all Canadians, to make sure that they were not triple-taxed when it came to the carbon tax and to make sure that they were not further taxed on their paycheques when it came to EI and CPP, the New Democrats voted against that.
How far has the NDP fallen? How irrelevant is it going to become? It will basically be as irrelevant as Blockbuster video if it does not stop taxing Canadians.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole aujourd’hui au nom des habitants de Regina—Lewvan et de poser une question à ma collègue néo-démocrate.
J’ai écouté son discours avec beaucoup d’attention. Tout au long de son discours, elle a parlé de la façon dont le gouvernement pourrait obtenir plus d’argent, couper plus d’argent, et être plus cupide, soutirer plus d’argent aux contribuables et ne pas le laisser cet argent dans leurs poches.
La députée a parlé de mesures concrètes qui pourraient être prises pour aider les Canadiens. Il n’y a pas beaucoup de mesures concrètes ici. On parle de faire une étude ou de préparer un plan. Il y a quelques jours, lorsque nous avons présenté une motion visant à réduire les impôts pour tous les Canadiens, à s’assurer que la taxe sur le carbone ne serait pas triplée et à s’assurer que les chèques de paie ne soient pas davantage grevés par l’assurance-emploi et le RPC, les néo-démocrates ont voté contre.
Jusqu’où est tombé le NPD? Quelle importance cela va-t-il devenir? Cela sera aussi inadapté que Blockbuster Video s’il n’arrête pas d’imposer les Canadiens.
Collapse
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, northern Saskatchewan is home to the most compassionate people in Canada. In Meadow Lake, Eve Danilkewich and her family donated land to build the NorthWest Community Lodge, a 72-bed long-term care home. Mrs. Danilkewich’s additional $100,000 contribution to the lodge’s fundraising campaign has helped ensure that this new home will create an environment to deliver quality care and comfort for seniors in Meadow Lake for decades.
In La Ronge, the generosity is from La Ronge Petroleum Ltd., which along with residents Denis and Lynda Renaud, has raised more than $100,000 for the Jim Pattison Children’s Hospital in Saskatoon. They wrapped a semi-trailer with the children’s hospital logo as a visual reminder of the work the foundation is doing. Donors’ logos are then added to the side of the trailer as it travels all around Saskatchewan.
These selfless acts of generosity speak to the heart of northern Saskatchewan, where hard-working and supportive people make our communities always feel like home.
Monsieur le Président, le Nord de la Saskatchewan abrite les personnes les plus compatissantes du Canada. À Meadow Lake, Eve Danilkewich et sa famille ont fait don d’un terrain pour construire le NorthWest Community Lodge, un foyer de soins de longue durée de 72 places. La contribution supplémentaire de 100 000 $ de Mme Danilkewich à la campagne de financement du foyer a permis de veiller à ce que cette nouvelle résidence crée un environnement permettant d’offrir des soins de qualité et du confort aux personnes âgées de Meadow Lake, et ce, pendant des décennies.
À La Ronge, la générosité vient de La Ronge Petroleum ltée qui, avec les résidents Denis et Lynda Renaud, a recueilli plus de 100 000 $ pour l’hôpital pour enfants Jim Pattison à Saskatoon. Ils ont recouvert une semi-remorque au logo de l’hôpital pour enfants afin de rappeler visuellement le travail réalisé par la fondation. Les logos des donateurs sont ensuite placés sur le côté du véhicule lorsqu’il circule en Saskatchewan.
Ces gestes de générosité désintéressés vont droit au cœur des résidents du Nord de la Saskatchewan, où, grâce à des gens travailleurs et solidaires, nos collectivités sont toujours accueillantes.
Collapse
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
View Fraser Tolmie Profile
2022-10-06 14:05 [p.8241]
Expand
Mr. Speaker, the local rink is the heart of every Canadian community. It is where our kids learn to skate or curl, learn important skills and life lessons such as teamwork and sportsmanship. Perhaps most importantly, they create lifelong friendships and cherished memories.
After a fire burned down the rink in Pense 30 years ago, people rallied and built its replacement in just 15 months. Recently, the arena needed upgrades. People may remember that Pense was up for the Kraft Hockeyville contest. They did not win, but that did not stop them. This small town was able to raise more than $500,000. This past weekend, I was honoured to attend the grand reopening.
This is exactly the kind of story that makes me proud to represent Pense and other communities across rural Saskatchewan.
Monsieur le Président, l'aréna local est un élément central de toutes les collectivités canadiennes. C'est là que les enfants peuvent apprendre à patiner ou à jouer au curling, acquérir des leçons de vie ainsi que des aptitudes importantes comme l'esprit d'équipe et l'esprit sportif, mais surtout, développer des amitiés durables et vivre des expériences mémorables.
Après l'incendie qui a détruit l'aréna de Pense, il y a 30 ans, les gens ont uni leurs efforts pour le reconstruire en seulement 15 mois. L'aréna a dû être rénové récemment. Les gens se rappelleront peut-être que la ville de Pense a participé au concours Kraft Hockeyville. Elle ne l'a pas remporté, mais cela n'a pas empêché cette petite municipalité de recueillir plus de 500 000 $. Le week-end dernier, j'ai eu l'honneur d'assister à la grande réouverture.
Voilà exactement le genre d'histoire qui me rend fier de représenter Pense et d'autres collectivités rurales de la Saskatchewan.
Collapse
View Tim Uppal Profile
CPC (AB)
View Tim Uppal Profile
2022-10-06 14:12 [p.8242]
Expand
Mr. Speaker, I rise to mark National Catholic Health Care Week and celebrate the impact of Catholic health care in our communities. This year's theme, “Building Bridges”, underlines the importance of creating connections, addressing gaps and working together to improve the health and well-being of all Canadians.
In my riding of Edmonton Mill Woods, the Grey Nuns Community Hospital provides a full range of health care services. In 1988, during the transfer of acute services, staff walked from the Edmonton General to the Grey Nuns, carrying a torch as a symbol of continuing the sisters' legacy of compassionate care at the new facility. The sisters were instrumental in establishing palliative care services, mental health programs, and care for pregnant mothers and babies. In fact, my daughter was born at the Grey Nuns.
During this week, the Covenant family will share many stories that show their impact and mission in action. I hope we can all find opportunities to build bridges, create connections and improve the well-being of all those around us.
Monsieur le Président, je prends la parole pour souligner la Semaine nationale des soins de santé catholiques et célébrer l'impact des soins de santé catholiques dans nos collectivités. Le thème de cette année, « Jeter des ponts », met en évidence l’importance de créer des liens, de réduire les écarts et de travailler ensemble pour améliorer la santé et le bien-être de tous les Canadiens.
Dans ma circonscription, Edmonton Mill Woods, l’Hôpital de la communauté des sœurs grises propose un éventail complet de services de soins de santé. En 1988, pendant le transfert des services de soins de courte durée, le personnel a marché de l’Hôpital général d’Edmonton à celui des sœurs grises, portant un flambeau qui symbolisait le fait de perpétuer l’héritage des sœurs en matière de soins prodigués avec compassion dans les nouvelles installations. Les sœurs ont joué un rôle crucial pour établir des services de soins palliatifs, des programmes de santé mentale et des soins pour les femmes enceintes et les bébés. D'ailleurs, ma fille est née à l’hôpital des sœurs grises.
Au cours de cette semaine, la famille Covenant partagera de nombreuses histoires qui illustrent, de manière concrète, ses répercussions et sa mission. J’espère que nous pourrons tous trouver des occasions de jeter des ponts, de créer des liens et d’améliorer le bien-être de ceux qui nous entourent.
Collapse
Results: 1 - 15 of 4489 | Page: 1 of 300

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data