Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 1097
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-12-07 15:15 [p.10558]
Expand
Mr. Speaker, there have been consultations among the House leaders, and I hope you will find unanimous consent for the following motion.
I move:
Whereas, protesters in China who are fighting for basic human rights and freedoms have been using an Airdrop feature on iPhones to avoid government censors, and
Whereas, Apple has announced its decision to disable that feature solely for phones in China, and
Whereas, such a move will make it more difficult for the protesters to avoid the authoritarian restrictions on communications, and
Whereas, other tech giants like Google have long collaborated with the Chinese regime in its policies to control online content and communication,
Therefore, this house condemn the decision by Apple and other tech giants for their complicity in the crackdown against peaceful protesters in China.
Monsieur le Président, il y a eu consultations entre les leaders parlementaires, et j'ai bon espoir que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante.
Je propose:
Attendu que les manifestants en Chine qui luttent pour les droits de la personne et les libertés fondamentales utilisent la fonction Airdrop sur les appareils iPhone pour éviter la censure gouvernementale,
Apple a annoncé sa décision de désactiver cette fonction uniquement sur les téléphones en Chine,
à la suite d’une telle mesure, il sera plus difficile pour les manifestants d’éviter les restrictions autoritaires des communications,
d’autres géants de la haute technologie comme Google collaborent depuis longtemps avec le régime chinois dans l’application de ses politiques de contrôle des contenus et des communications en ligne,
la Chambre, par conséquent, condamne la décision d'Apple et d’autres géants de la haute technologie pour leur complicité dans la répression de manifestants pacifiques en Chine.
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-12-06 10:37 [p.10467]
Expand
Madam Speaker, I am rising to table a petition.
Dr. Louis Roy, from the Quebec college of physicians, recommended expanding euthanasia to babies. This is children ages zero to one. Euthanizing them was suggested because they may have been born with disabilities or very serious syndromes. Recently, the college sent another witness to somewhat double down on this, because there was outrage and concern from Canadians across the country.
The petitioners want the House to know that this proposal for the legalized killing of infants is disturbing and unacceptable in Canadian society. The petitioners believe that killing of children is always wrong.
The petitioners call on the House to block all attempts to legalize infanticide.
Madame la Présidente, je me lève pour présenter une pétition.
Le Dr Louis Roy, du Collège des médecins du Québec, a recommandé d’élargir l’euthanasie aux bébés, soit les enfants âgés de 0 à 1 an. Il a suggéré l'euthanasie de ceux qui ont pu naître avec des malformations ou des syndromes très graves. Récemment, le Collège a envoyé un autre témoin pour atténuer quelque peu cette recommandation, parce que des Canadiens partout au pays ont exprimé de l’indignation et des préoccupations à cet égard.
Les signataires de la pétition veulent que la Chambre sache que la proposition visant à légaliser le meurtre de nourrissons est troublante et inacceptable dans la société canadienne. Les signataires de la pétition croient que l’assassinat d’enfants est toujours inacceptable.
Les signataires de la pétition demandent à la Chambre de bloquer toute tentative visant à légaliser l’infanticide.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-12-06 12:06 [p.10475]
Expand
Mr. Speaker, it is my pleasure to join the discussion today on the fall economic statement.
What we wanted to see is a plan for the future of all Canadians, but what we received from the Liberals in this fall economic statement is more reckless spending. We laid out two requests before the statement was delivered. One was no new taxes. The second was that if the government brought in more spending, it should find savings in the budget. That was not possible for the reckless Liberal-NDP coalition.
What we see right now is more spending and less money in the pockets of Canadians. We even heard the Governor of the Bank of Canada, Tiff Macklem, say that there is a made-in-Canada inflation problem. That is as a result of the reckless spending by the costly NDP-Liberal coalition.
I will go through a few of the spending items that we see as possibly unnecessary.
For one of them, the finance minister could not even answer a question. When asked about the $14.2-billion spend in the economic statement that is unaccounted for, she could not answer what it was earmarked for. As the finance minister of a G7 country, she should really have a better handle on where the money is going.
To add to the idea that the government right now is not in control of its spending, the Auditor General released a report today, and there are some very concerning things in it. A few of the numbers we saw today gave us a second to pause and wonder where the government is taking Canadians. One has to do with “overpayments to ineligible recipients” regarding COVID–19 spending. There was $4.6 billion in overpayments to ineligible recipients that the taxpayers of this country will never get back.
Let us not stop there. There is another one about “payments that should be investigated further” by the Auditor General. This was just released today, and there is $27.4 billion for further programs that we need to look into. One of my questions here, and I hope one of my Liberal counterparts will ask me about it, is whether the Liberals believe this needs to be investigated as well. Are they curious about where that $24.7 billion is that they said was necessary for COVID spending? I ask because we all remember the solemn hand-on-heart moment when Canadians were told by the Prime Minister that he has their backs.
Do members remember one of the last fall economic statements delivered by the current minister and the government? There was a famous line that will go down as one of my favourite quotes from the Prime Minister. He said the Liberals were going to take on debt so Canadians did not have to. How is that working for the government now?
I think Canadians across the country are wondering when exactly that is going to happen, because they have seen the government take on massive debt, more debt than all other governments combined. What I am seeing and hearing from Canadians across the country is they feel that this debt is now being passed on to them. That is how they feel. Where is this solemn pledge by the Prime Minister that the government is going to take on debt so Canadians do not have to? That is not a thing and Canadians are falling further and further behind.
I have a few examples of some of the discussions I have had.
This past weekend, I had the opportunity to speak with the Association of Canadian Custom Harvesters in Saskatoon. People from all over the country do custom harvesting. By the way, in question period, the associate minister of finance, who is from Alberta, keeps saying that there have been massive crop failures across the country, yet I did not hear that from the people who actually harvest crops. That is another one of the fabricated stories the Liberals continue to tell to make sure they have a compelling narrative to keep shovelling out dollars.
At this conference in Saskatoon, it was great to hear about some of the innovations and new technologies these custom harvesters are using to lower emissions. There were questions they kept coming back to ask me: How much is enough? For the carbon tax, what level will make the government happy? I was dumbfounded. I did not know how to answer that because I do not think it will ever be enough.
One of the custom harvesters actually does work across the border in Montana and the Midwestern states, and then comes back up. I asked him what the difference in his fuel bill is when he is harvesting down south across the border compared to when he is harvesting in Canada. He said it is between $15,000 and $20,000 a week. Could members imagine doing business in a different jurisdiction where it costs an extra $15,000 to $20,000 a week on something they have no control over? They have to fuel their vehicles. They have to fuel their harvesters and trucks. I asked him how it makes sense to keep going back and forth across the border. He said it does not. Then and there it just hit me that this is why we are becoming so uncompetitive. That is why the jobs are going south. It is because the current government is taxing businesses out of existence.
Then I remembered a quote I heard from one of the Liberal backbenchers, the member for Whitby. It all made sense when he stood in his spot and said to Canadians that they will have to go through pain. Can members imagine a government member standing up and saying that it is going to get worse? Can members imagine him saying he is not sure it is ever going to get better, but that Canadians can be sure that, as long as the Liberals are in government, it is going to continue to get worse for them, with more pain and suffering? I say “kudos” to that member because that is probably one of the first honest statements I have heard from a member of the Liberal Party in being honest with Canadians and saying that under the Liberals it will continue to get worse.
We see that situation across the country. One of the biggest things that hits me when I look at some of the statistics here is that 1.5 million Canadians are using a food bank every month in our country when we are supposed to be the breadbasket of the world. We have the food, fuel and fertilizer the world needs and we cannot feed our own people.
I opened the mail the other day when I was at home and my wife brought a letter to me. We are both U of R alumni. It was from the University of Regina. Usually people get these fundraising letters when it is for a capital project or some kind of infrastructure project. My wife said, “You will never believe this is coming from the University of Regina.” I read the fundraising letter and it was literally to feed students. It was an anonymous letter from one of the students saying that they go to bed hungry almost every night. There are 58.6% of university students at the U of R who are going to bed hungry. This is in our country now and it is shameful. From where we were to where we are now as a country, the food bank usages are up. Students are living in hostels and going to bed hungry, and they were looking for a vision from this economic statement. The government cannot spend itself out of inflation.
We are getting to another point where, if there are two more interest rate rises in this country, we are going to see a rash of bankruptcies. What is the Liberals' plan for that? Times are getting tough. I know people on variable mortgages whose mortgages have gone up $600 or $700 a month. Now it has come out that grocery bills are going to go up $1,000 to $1,500 per month. Eventually, there is nothing left.
In our country, under the current Liberal government, taxes now exceed take-home pay for people who are going to work every day. This is unsustainable in our country. We need a vision and we need a plan. We need to start making paycheques pay again. We need to make it so that people who are going to work have the ability to support their families and do not have to put water in their milk so they can make it go further for the kids. Parents are literally now scared to take their kids to the grocery store. I have constituents who have sent pictures to me of what $100 in groceries is buying for their family now, and it is sad. It is a couple of loaves of bread, maybe a jug of milk, some pasta and some pasta sauce. That is not good enough.
I will leave members with a quote. It is something Premier Wall always said when we were in government. He said that the best thing a government can and should do is leave things better than it found them. The current government has failed on that miserably.
Monsieur le Président, je suis heureux de me joindre au débat d'aujourd'hui sur l'énoncé économique de l'automne.
Ce que nous voulions, c'est un plan pour l'avenir de tous les Canadiens, mais les libéraux nous ont présenté un énoncé économique de l'automne prévoyant de nouvelles dépenses inconsidérées. Avant la présentation de l'énoncé, nous avions formulé deux demandes. La première était de ne pas ajouter de nouvelles taxes. La deuxième était que, si le gouvernement engageait d'autres dépenses, il devait trouver des économies à faire ailleurs dans le budget. La coalition irresponsable des libéraux et des néo-démocrates a été incapable de donner suite à ces demandes.
Le présent énoncé économique prévoit des dépenses supplémentaires et moins d'argent dans les poches des Canadiens. Tiff Macklem, gouverneur de la Banque du Canada, a même dit que le problème de l'inflation avait été fabriqué au Canada. Ce problème découle des dépenses inconsidérées de la coûteuse coalition néo-démocrate—libérale.
Je vais passer en revue certains postes de dépenses que nous considérons comme étant possiblement inutiles.
Pour l'un d'entre eux, la ministre des Finances n'a même pas été capable de répondre à une question. Lorsqu'on l'a interrogé sur les 14,2 milliards de dollars de dépenses injustifiées dans l'énoncé économique, la ministre n'a pas pu dire à quoi ces fonds étaient destinés. En tant que ministre des Finances d'un pays du G7, elle devrait vraiment mieux savoir où va l'argent.
Pour ajouter à l'idée que le gouvernement actuel ne contrôle pas ses dépenses, la vérificatrice générale a publié un rapport aujourd'hui, qui comprend des éléments très inquiétants. Quelques-uns des chiffres que nous avons vus nous ont incités à faire une pause et à nous demander où le gouvernement mène les Canadiens. L'un de ces éléments concerne les « paiements [...] versés en trop à des bénéficiaires inadmissibles » dans le cadre des mesures liées à la COVID‑19. Il y a eu 4,6 milliards de dollars de paiements versés en trop à des bénéficiaires inadmissibles, que les contribuables de ce pays ne récupéreront jamais.
Ne nous arrêtons pas là. La vérificatrice générale mentionne également « qu’il faudrait examiner de plus près des paiements [...] ». Cette information a été publiée aujourd'hui: il y a des paiements totalisant 27,4 milliards de dollars liés à d'autres programmes que nous devons examiner. L'une de mes questions, et j'espère que l'un de mes homologues libéraux m'interrogera à ce sujet, vise à savoir si les libéraux pensent que ces paiements doivent également faire l'objet d'une enquête. Sont-ils curieux de savoir où se trouvent ces 24,7 milliards de dollars qui, selon eux, étaient nécessaires pour lutter contre la COVID? Je pose la question parce que nous nous souvenons tous du moment solennel où les Canadiens se sont fait dire par le premier ministre, main sur le cœur, qu'il était là pour eux.
Les députés se souviennent-ils d'un des derniers énoncés économiques de l'automne présentés par l'actuelle ministre et le gouvernement? Une phrase célèbre du premier ministre restera dans les annales comme l'une de mes citations préférées. Il a dit que les libéraux allaient s'endetter pour que les Canadiens n'aient pas à le faire. Comment le gouvernement compte-t-il s'en sortir maintenant?
Je pense que les Canadiens de tout le pays se demandent comment cela se passera exactement, car ils ont vu le gouvernement s'endetter massivement, plus que tous les précédents gouvernements réunis. Selon ce que disent les Canadiens de partout au pays, ils ont l'impression que cette dette leur est maintenant transmise. C'est ce qu'ils ressentent. Qu'en est-il de cet engagement solennel du premier ministre voulant que le gouvernement s'endette pour que les Canadiens n'aient pas à le faire? Il n'en est rien et les Canadiens sont chaque jour un peu plus laissés pour compte.
Voici un aperçu de quelques discussions que j'ai eues.
La fin de semaine dernière, j'ai parlé avec des membres de l'Association of Canadian Custom Harvesters à Saskatoon, une association qui se concentre sur les moissonneurs contractuels. Il y a des moissonneurs contractuels partout au pays. Je rappelle, en passant, qu'à la période des questions, le ministre associé des Finances, un Albertain, répète souvent qu'il y a de mauvaises récoltes partout au pays. Ce n'est toutefois pas ce que me disent les gens qui font vraiment les récoltes. C'est simplement un autre récit que les libéraux ont inventé pour se justifier de continuer à faire pleuvoir les dollars.
J'ai été ravi d'entendre parler, pendant la conférence de Saskatoon, de certaines des innovations et des nouvelles technologies qu'emploient les moissonneurs pour réduire les émissions. Ils m'ont souvent posé les mêmes questions: quand les réductions seront-elles suffisantes? Pour la taxe sur le carbone, quel taux satisfera le gouvernement? J'étais incapable de leur répondre. Je ne savais pas quoi leur dire, car j'ai l'impression que les réductions ne seront jamais considérées comme suffisantes.
L'un des moissonneurs contractuels travaille de l'autre côté de la frontière, au Montana et dans les États du Midwest, puis il revient au Canada. Je lui ai demandé quelle est la différence entre les factures d'essence qu'il paie lorsqu'il travaille aux États‑Unis et celles qu'il doit payer lorsqu'il travaille au Canada. Il m'a dit que l'écart se situe entre 15 000 $ et 20 000 $ par semaine. Les députés peuvent-ils s'imaginer devoir payer 15 000 $ à 20 000 $ de plus par semaine pour faire des affaires dans un autre pays, sans pouvoir y faire quoi que ce soit? Ces gens doivent absolument faire le plein de leurs véhicules. Ils doivent faire le plein de leurs moissonneuses et de leurs camions. J'ai demandé au moissonneur s'il était logique de devoir se déplacer de part et d'autre de la frontière. Il m'a répondu que non. C'est à ce moment que j'ai compris pourquoi notre pays devient si peu compétitif. C'est pour cela que les emplois sont transférés vers le sud. C'est parce que le gouvernement actuel achève les entreprises en leur imposant un trop lourd fardeau fiscal.
Puis, je me suis souvenu des paroles d'un député libéral d'arrière-ban, le député de Whitby. Tout est devenu clair lorsqu'il s'est levé à la Chambre pour dire aux Canadiens qu'ils allaient devoir souffrir. Les députés peuvent-ils imaginer un ministériel dire à la Chambre que les choses vont empirer? Les députés peuvent-ils l'imaginer en train de dire qu'il n'est pas sûr que les choses vont un jour s'améliorer, mais que les Canadiens peuvent être certains que tant que les libéraux formeront le gouvernement, les choses iront de mal en pis pour eux et qu'il y aura plus de douleurs et de souffrances? Je lève mon chapeau à ce député, car cette déclaration aux Canadiens voulant que les choses continuent de s'aggraver est probablement l'une des premières déclarations honnêtes provenant d'un député du Parti libéral.
On constate la même situation partout au pays. Parmi les statistiques qui m'ont le plus frappé, il y a ces quelque 1,5 million de Canadiens qui, chaque mois, doivent se tourner vers les banques alimentaires, alors que notre pays est censé être le grenier de la planète. Nous avons les aliments, le carburant et les engrais dont la planète a besoin, mais nous sommes incapables de nourrir nos propres concitoyens.
Chez moi, l'autre jour, j'étais en train d'ouvrir mon courrier quand mon épouse m'a apporté une lettre qui provenait de l'Université de Regina, dont nous sommes tous deux diplômés. Habituellement, les gens reçoivent ce genre de lettre de collecte de fonds pour financer un projet d'investissement ou d'infrastructure. Mon épouse m'a dit: « Tu ne croiras jamais que cette lettre vient de l'Université de Regina. » J'ai lu la lettre de collecte de fonds qui visait littéralement à nourrir les étudiants. C'était une lettre anonyme d'un des étudiants expliquant qu'ils allaient au lit le ventre vide presque tous les soirs. Il y a 58,6 % des étudiants de l'Université de Regina qui vont se coucher le ventre vide. Cela se passe dans notre pays, et c'est honteux. Les choses évoluent de telle manière au pays que le recours aux banques alimentaires a augmenté. Des étudiants vivent dans des maisons de refuge et s'endorment le ventre vide, et ils s'attendaient à ce qu'on leur présente une vision dans l'énoncé économique. Le gouvernement ne peut pas espérer juguler l'inflation en continuant de dépenser sans compter.
Au Canada, nous sommes en train d'en arriver à un point où, s'il y a deux autres hausses du taux d'intérêt, nous assisterons à un grand nombre de faillites. Que comptent faire les libéraux à cet égard? La situation se corse. Je connais des gens qui ont un prêt hypothécaire à taux variable dont le paiement mensuel a augmenté de 600 $ ou 700 $. Maintenant, on vient d'annoncer que le panier d'épicerie coûtera entre 1 000 $ et 1 500 $ de plus par mois. À un moment donné, les gens n'ont plus d'argent dans leurs poches.
Au Canada, sous la direction de l'actuel gouvernement libéral, les impôts dépassent maintenant le revenu net des travailleurs à temps plein. Cette situation est insoutenable. Les Canadiens ont besoin d'une vision et d'un plan. Il faut que les chèques de paie permettent de nouveau aux gens de vivre. Nous devons faire en sorte que les travailleurs soient en mesure de subvenir aux besoins de leur famille et qu'ils n'aient pas à mettre de l'eau dans le lait pour qu'il y en ait un peu plus pour les enfants. À l'heure actuelle, les parents ont carrément peur d'amener les enfants à l'épicerie. Des gens de ma circonscription m'ont envoyé des photos pour me montrer ce qu'on peut acheter pour sa famille à l'épicerie avec 100 $, et c'est un bien triste constat. Ce panier se résume à quelques miches de pain, à une cruche de lait, à des pâtes alimentaires et à de la sauce pour les pâtes. C'est inacceptable.
En conclusion, voici une citation à l'intention des députés. Ce sont des paroles que répétait constamment le premier ministre Wall lorsqu'il dirigeait le gouvernement. Il disait que la meilleure chose que peut faire un gouvernement, ce qu'il doit faire, c'est de laisser derrière lui une situation meilleure que lorsqu'il est arrivé au pouvoir. Or, à ce chapitre, l'actuel gouvernement a échoué lamentablement.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-12-06 12:16 [p.10477]
Expand
Mr. Speaker, if we are being honest, I would also like that member to be honest with his constituents when they are not getting as much back from the carbon tax as they are paying. Every day in question period, we ask straightforward questions of this government, and the government members get on their feet and say that eight out of 10 Canadians are better off under their system and their carbon tax scheme, which is a tax scheme not an environmental plan. It is simply untrue.
If we are going to be honest, we should talk about controlling spending and where the $14.2 billion in this economic statement is actually going. If we are going to be honest, I would like the Liberal member to be honest with his constituents and say with hand over heart, “We have your back, but $200 billion out of the $500 billion that we spent on COVID spending, we do not know where it went.”
Monsieur le Président, puisque nous souhaitons être honnêtes, il faudrait que le député soit, lui aussi, honnête avec ses électeurs lorsqu’ils constatent qu’ils ne retirent pas de la taxe sur le carbone autant qu’elle leur coûte. Chaque jour, pendant la période des questions, nous posons des questions directes au gouvernement, et les députés ministériels se lèvent et affirment que huit Canadiens sur dix sont mieux lotis avec leur système et leur taxe sur le carbone, qui est un stratagème fiscal, et non un plan environnemental. Or, cette idée que la taxe sur le carbone avantage les Canadiens est tout simplement fausse.
Si nous voulons être honnêtes, nous devons parler du contrôle des dépenses et de l'utilisation des 14,2 milliards de dollars prévus dans cet énoncé économique. Si nous voulons être honnêtes, j’aimerais que le député libéral le soit envers ses électeurs et qu’il leur dise, la main sur le cœur: « Nous vous soutenons, mais nous avons perdu la trace de 200 milliards de dollars sur les 500 milliards que nous avons dépensés relativement à la COVID. »
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-12-06 12:19 [p.10477]
Expand
Mr. Speaker, I agree with the statement that seniors are falling further behind. It is happening in my riding as well, especially, as the member brought up, the stories of going to the grocery stores and having to choose between paying for medications or their food.
One of the things seniors also depend on is their retirement savings plans and savings they use through retirement. One thing those are based on is the fiscal viability and health of the country and the economy. What we would like to see is getting our financial house in order, so those retirement savings actually grow instead of dwindle and inflation gets under control, especially when it comes to rental prices and the inflation on groceries. Those all go down when spending is under control and one's financial house is in order. What the Conservative Party would do, which would start to make the value of the dollar grow more in order to be able to afford more, is get our spending under control, get our fiscal house in order and make sure that our seniors who helped build this country are taken care of the way they should be.
Monsieur le Président, je suis tout à fait d’accord, la situation des aînés se détériore de plus en plus. On le voit aussi dans ma circonscription. Comme l’a souligné mon collègue, il est terrible d’entendre les gens dire qu’à l’épicerie, ils doivent choisir entre payer leurs médicaments ou acheter de la nourriture.
Les aînés comptent aussi sur leurs régimes d’épargne-retraite et leurs économies, qu’ils utilisent à la retraite. Or, la fiabilité de ces régimes repose sur la viabilité financière du pays et la santé de son économie. Nous voudrions vraiment voir plus d’ordre dans les finances du pays afin que l’épargne-retraite augmente au lieu de diminuer et que nous puissions maîtriser l’inflation, surtout dans le cas des loyers et des prix à l’épicerie. Tout cela diminuera une fois que les dépenses seront bien contrôlées et que les finances publiques seront en ordre. Le Parti conservateur se concentrerait sur la maîtrise des dépenses afin de faire croître la valeur du dollar pour en retirer davantage. Il mettrait de l’ordre dans les finances publiques et veillerait à ce que les aînés, qui ont aidé à bâtir notre pays, soient bien traités.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-12-06 12:21 [p.10477]
Expand
Mr. Speaker, I am shocked the member was in my riding and did not give me a call. I would have given him a tour of some of the food banks and union halls I get to visit. He would have been able to meet some of the hard-working members of Regina—Lewvan who are strong Conservative supporters.
However, I wish this member would stop trying to play class warfare. I wish this member would realize employees work for some of these big companies, and they are good-paying jobs. I wish this member would stop trying to pit Canadian against Canadian and being as divisive as his Liberal counterparts.
I would ask the member to go back home, talk about how he can get good-paying jobs and get hard-working union people back to work, support the oil and gas industry and make sure that all the guys at USW 5890 can continue to work at the steel plant and the guys at Unifor can keep working at the refinery. They are good-paying jobs in Regina, and I wish he would support them.
Monsieur le Président, je suis choqué d’apprendre que le député est venu dans ma circonscription sans même me donner un coup de fil. Je l’aurais accompagné à certaines banques alimentaires et salles syndicales qu’il m’arrive parfois de visiter. Il aurait pu y rencontrer des résidents de Regina—Lewvan qui travaillent fort et qui sont de fervents partisans conservateurs.
J’aimerais toutefois que le député cesse de se livrer à cette lutte des classes. Je voudrais qu’il comprenne que des employés travaillent pour certaines de ces grandes entreprises et qu’ils sont bien rémunérés. J’aimerais qu’il cesse de dresser les Canadiens les uns contre les autres et de semer la discorde, comme le font ses collègues libéraux.
Je lui demanderai de retourner chez lui et de proposer des idées pour que les travailleurs syndiqués obtiennent des emplois bien rémunérés et retournent sur le marché du travail, tout en soutenant le secteur pétrolier et gazier et en veillant à ce que tous les employés du local 5890 du Syndicat des métallos puissent continuer de travailler à l’aciérie et que les employés d’Unifor puisent continuer de travailler à la raffinerie. Ce sont des emplois bien rémunérés à Regina et je voudrais bien qu’il les soutienne.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-12-06 12:32 [p.10479]
Expand
Mr. Speaker, I listened intently to the speech of the member for Whitby. He is a member of the Standing Committee on Agriculture and Agri-Food, and we have worked together on some things. He talked about the innovation fund. He said that it would add $60 billion and create investments. I hope it does a lot better than the Infrastructure Bank, which did nothing for Canadians but build pipelines in China.
In the 2019 campaign, the Liberals promised not to raise the carbon tax over $50 a tonne. They broke that promise and blew by that cap. By 2030, the carbon tax is supposed to be $170 a tonne, which increases the cost of everything from food to fertilizer to fuel. Everything people buy will be more expensive because of the carbon tax.
Therefore, how high is high enough? With the tax currently at $170 a tonne, the Liberals will break that promise as well. How high is the carbon tax going to go before they realize it is going to bankrupt Canadians?
Monsieur le Président, j’ai écouté attentivement le discours du député de Whitby. Il est membre du Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire, et nous avons travaillé ensemble sur certains dossiers. Il a parlé du fonds d’innovation. Il a parlé d’un ajout de 60 milliards de dollars et de la création d’investissements. J’espère qu’il fera beaucoup mieux que la Banque de l’infrastructure, qui n’a rien fait pour les Canadiens, mais qui a construit des pipelines en Chine.
Pendant la campagne électorale de 2019, les libéraux ont promis de ne pas augmenter la taxe sur le carbone de plus de 50 $ la tonne. Ils ont brisé cette promesse et ont dépassé le plafond. D’ici 2030, la taxe sur le carbone devrait s’élever à 170 $ la tonne, ce qui exerce une pression à la hausse sur les prix, des aliments aux engrais en passant par le carburant. Tout ce que les gens achètent coûtera plus cher à cause de la taxe sur le carbone.
Alors, quel sera le plafond suffisant? Avec la taxe actuellement à 170 $ la tonne, les libéraux vont aussi briser cette promesse. Jusqu’où grimpera la taxe sur le carbone avant qu’ils ne se rendent compte qu’elle acculera les Canadiens à la faillite?
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
View Kelly Block Profile
2022-12-06 14:42 [p.10499]
Expand
Mr. Speaker, in 2021 the government procured a system to track vaccines. This system, VaccineConnect, is set to cost Canadians over $59 million.
The government then decided to delay the development of key capabilities, forcing employees to use spreadsheets instead. This led to significant waste of vaccines and taxpayers' dollars, including confusion on expiration dates.
Why did the government delay key developments on its own project, wasting vaccines and taxpayers' money?
Monsieur le Président, en 2021, le gouvernement a fait l'acquisition d'un système de suivi des vaccins. Ce système, qui s'appelle ConnexionVaccin, devrait coûter plus de 59 millions de dollars aux Canadiens.
Le gouvernement a alors décidé de retarder la mise au point de fonctions clés, ce qui a obligé les employés à utiliser des feuilles de calcul à la place. Cela a entraîné un gaspillage considérable de vaccins et d'argent des contribuables, notamment en semant la confusion au sujet des dates d'expiration.
Pourquoi le gouvernement a-t-il retardé des mises au point importantes dans son propre projet, ce qui a gaspillé des vaccins et de l'argent des contribuables?
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
View Kelly Block Profile
2022-12-06 14:43 [p.10500]
Expand
Mr. Speaker, perhaps that member would like to have a conversation with the Auditor General.
In her report this morning, she made it clear the government is on track for almost $2 billion in wasted vaccines by the end of this year, over 15 million doses wasted so far, with the potential of the majority of another 55 million doses set to expire in 26 days. The government took vaccines meant for underdeveloped countries, the only G7 country to do so, while wasting billions in expired vaccines.
When will the government stop its wasteful spending of taxpayers' dollars?
Monsieur le Président, le député aimerait peut-être discuter avec la vérificatrice générale.
Dans son rapport publié ce matin, elle écrit noir sur blanc que le gouvernement est en voie de gaspiller pour près de 2 milliards de dollars de vaccins d'ici la fin de l'année: plus de 15 millions de doses ont été gaspillées jusqu'à maintenant, et la majorité des 55 millions de doses qui expireront dans 26 jours risquent de s'ajouter à ce nombre. Le gouvernement a pris des vaccins destinés aux pays sous-développés — le Canada est le seul pays du G7 à avoir fait une telle chose — et il a gaspillé des milliards de dollars pour des vaccins expirés.
Quand le gouvernement cessera-t-il de jeter l'argent des contribuables par les fenêtres?
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-12-06 15:00 [p.10503]
Expand
Mr. Speaker, the Auditor General did take a look, and more than $30 billion in payments went to ineligible applicants. We know in this House that the Auditor General is a respected officer of Parliament. It was Parliament that asked for the report from the AG. The minister is now calling into question the independence of the AG. Will the minister apologize?
Monsieur le Président, la vérificatrice générale a regardé de plus près la situation, et plus de 30 milliards de dollars ont été versés à des demandeurs non admissibles. À la Chambre, nous savons que la vérificatrice générale est une mandataire respectée du Parlement. C'est le Parlement qui a demandé un rapport à la vérificatrice générale. La ministre remet maintenant en question l'indépendance de la vérificatrice générale. La ministre lui présentera-t-elle des excuses?
Collapse
View Rosemarie Falk Profile
CPC (SK)
View Rosemarie Falk Profile
2022-12-06 15:01 [p.10503]
Expand
Mr. Speaker, that definitely was a non-answer. The Liberals say they worked with the Auditor General, but they will not accept the recommendations from the Auditor General. Will the Minister of National Revenue stand up and apologize for her remarks, which seem to be that her government does not trust the Auditor General and the work that was done?
Monsieur le Président, c'était assurément une non-réponse. Les libéraux disent qu'ils ont travaillé avec la vérificatrice générale, mais ils n'acceptent pas ses recommandations. Est-ce que la ministre du Revenu national va prendre la parole et s'excuser pour ses remarques, qui laissent entendre que son gouvernement ne fait pas confiance à la vérificatrice générale et au travail qui a été fait?
Collapse
View Kevin Waugh Profile
CPC (SK)
View Kevin Waugh Profile
2022-12-06 16:39 [p.10517]
Expand
Madam Speaker, it is an honour to speak to the fall economic statement this afternoon.
I have to say that I am, along with many Canadians, deeply disappointed in the fall economic statement because it was an opportunity to provide real leadership to Canadians, give relief to small businesses in this country and take action to address the rising costs we are seeing coast to coast to coast.
It seems that the Deputy Prime Minister has forgotten that we are in the worst cost of living crisis we have seen in a generation. Inflation, as we have talked about for months in the House, is at a 40-year high. Gas prices are still at record levels, especially diesel. Housing is more expensive than it has ever been.
Where did this crisis start? This time, the Liberals cannot blame the person by the name of Stephen Harper. They have had seven years to correct this. They want to blame global economic conditions, and sure, maybe that has a bit to do with it. However, what is the real root of the inflationary crisis we find ourselves in today? What has made everything worse in this country? The Liberals know, but they do not want to say. They know that the crisis has been caused by years of massive out-of-control Liberal deficit spending.
I was here in 2015 when the Liberals came into power, and Conservatives left them with a balanced budget and a very good economic forecast. That was left to them by a responsible Conservative government. They, in seven years, squandered it. I get it. The Prime Minister could not help himself. His agenda was failing, so he needed to try and buy votes every way he could think of.
However, the chickens have now come home to roost. The price of chicken, by the way, has doubled since the Liberals took office in 2015. All that spending they have done in the last seven years has driven inflation to a 40-year high. Canadians coast to coast to coast are struggling mightily.
Canadians are having to choose between filling their cars with gas, putting food on the table and heating their homes. A paycheque today does not go as far as it used to. Liberal inflation, combined with Liberal tax hikes, means that Canadians need to do more with less.
What does the government propose? It proposes to make everything worse in this country. This economic statement introduces another $20 billion of inflationary spending to drive inflation up even further. It also includes hikes to EI premiums next month and to CPP contributions, taking more money off of everybody's paycheque.
Instead of stopping their tax hikes, the Liberals are pushing forward with their plan to triple the carbon tax in 2023. That is right. In the dead of winter, the Liberals will be raising the cost of fuel, home heating and groceries.
Food bank usage, as we all know, is already at an all-time high in this country, with a 35% increase in the last year. In my city of Saskatoon alone, with a population of about 250,000, about 20,000 people a month visit the food bank. The city of Saskatoon used to be the economic engine of Canada.
Executive director, Laurie O'Connor, admits the numbers she sees coming through her door every day are very concerning. The donations of food and purchasing power have significantly decreased because food is so expensive. It is going to only get worse.
Members may recall that the 13th edition of Canada’s Food Price Report came out yesterday. It says a family of four will see their food bill go up by over $1,000, reaching about $16,000 a year. According to Stuart Smyth from the University of Saskatchewan, who helped in the report that was released yesterday, a family of six will pay over $21,000 in 2023 for food.
The problem is right in front of the Liberals' faces, and they have simply ignored it.
In Saskatchewan, the temperature today hit between -30°C and -40°C, and it is early December. People of my province are trying to figure out what temperature they can afford to set their thermostat to. If we think about it, in the last week in Saskatchewan, it was -30°C to -40°C already, and we are not even at January temperatures.
I want to know what the Prime Minister would say to the families who are already struggling to put food on the table when they see the last few dollars they have being used up when they move the thermostat up. The Prime Minister and the Liberal government has failed those families. They have failed retirees and the people living with disabilities who are on a fixed income.
What should the government be doing today?
First, without question, it should cancel all planned tax hikes and stop any government-mandated increases to the cost of living, with no hikes at all to payroll taxes and no tripling of the carbon tax. Canadians simply cannot afford any more of this Liberal tax increase.
Second, it needs to stop creating new inflationary spending. We know that government spending is only going to make inflation worse. If a minister wants to spend more money, he or she should have to find the equivalent savings in their budgets. Even the Deputy Prime Minister mentioned that a bit in the fall economic report. However, while she did mention it, the Liberals gave the CBC an additional $42 million over two years. Why? It is because the CBC had a tough time during the pandemic.
This is the type of spending that has got to stop in this country. The CBC, the public broadcaster, already gets between $1.2 billion and $1.5 billion, but they will then be given an additional $42 million over two years. Plus, we found out today that it is going to be at the trough when Bill C-18 gets cleared through the House. The public broadcaster will be one of the biggest beneficiaries from Google and Facebook when that bill passes through the House.
When the Prime Minister was first elected he promised that deficits, as we all recall, were not going to exceed $10 billion and that he would balance the budget by 2019. We all know that was a farce.
The pandemic is not the only thing to blame here. Forty per cent of the government's new spending measures had nothing to do with the last two years of COVID. Since coming to power, the Prime Minister has introduced $205 billion in new inflationary spending, which had nothing to do with COVID, and I just mentioned the public broadcaster.
The cost of the interest payments on the federal government's debt has doubled. The payments are nearly as high as the cost of the health transfers to the provinces. Imagine what could be done today if that money were directed elsewhere.
Instead, due to this Liberal mismanagement, we have interest rates that are increasing faster than they have in decades. In fact, we expect another 50 basis points tomorrow by the federal Bank of Canada. Mortgage payments, as we all know, are going sky high. Therefore, anyone who bought a house a few years ago and has to renew their mortgage could pay up to $7,000 more a year. Many Canadians cannot afford that. Some, unfortunately, are losing their homes.
While the Liberals are focused on making the problem worse, Conservatives are going to propose some solutions for Canadians. Instead of printing more money, a Conservative government would create more of what money buys. We will get more homes built and make Canada the quickest place in the world to get a building permit. Young Canadians who have never been able to afford a home and start a family under the Liberals will find a more competitive and more affordable market under our Conservative government.
A Conservative government will make energy more affordable. We will repeal the anti-energy laws and axe the carbon tax. We will not punish Canadians for heating their homes or simply driving their kids to activities, if they can even afford those activities in 2023.
Madame la Présidente, c’est un honneur de prendre la parole cet après-midi au sujet de l’énoncé économique de l’automne.
Je dois dire que, comme beaucoup de Canadiens, je suis profondément déçu de l’énoncé économique de l’automne, car c’était l’occasion de faire preuve d’un véritable leadership à l'égard des Canadiens, de soulager les petites entreprises du pays et de prendre des mesures pour contrer la hausse des coûts que nous constatons d’un océan à l’autre.
Il semble que la vice-première ministre ait oublié que nous traversons la pire crise du coût de la vie que nous ayons connue depuis une génération. L’inflation, comme nous en parlons depuis des mois à la Chambre, n’a jamais été aussi élevée en 40 ans. Le prix de l’essence est toujours à des niveaux records, surtout le diésel. Le logement est plus cher que jamais.
D’où vient cette crise? Cette fois, les libéraux ne peuvent pas blâmer Stephen Harper. Ils ont eu sept ans pour corriger la situation. Ils veulent blâmer la conjoncture économique mondiale, et bien sûr, cela a peut-être un peu à voir avec cela. Cependant, quelle est la véritable racine de la crise inflationniste dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui? Qu’est-ce qui a fait empirer les choses dans ce pays? Les libéraux le savent, mais ils ne veulent pas le dire. Ils savent que la crise a été causée par des années de dépenses déficitaires massives et hors de contrôle des libéraux.
J’étais ici en 2015 quand les libéraux sont arrivés au pouvoir. Les conservateurs leur ont laissé un budget équilibré et de très bonnes prévisions économiques. C’est ce qu’ils ont hérité d’un gouvernement conservateur responsable. En sept ans, ils l’ont dilapidé. Je comprends. Le premier ministre ne pouvait pas s’en empêcher. Son programme échouait, alors il devait essayer d’acheter des votes de toutes les manières possibles.
Cependant, les poulets sont maintenant rentrés au poulailler. Le prix du poulet, soit dit en passant, a doublé depuis que les libéraux sont arrivés au pouvoir en 2015. Toutes ces dépenses qu’ils ont faites au cours des sept dernières années ont fait grimper l’inflation à son plus haut niveau en 40 ans. Les Canadiens d’un bout à l’autre du pays éprouvent de grandes difficultés.
Ils doivent choisir entre faire le plein d’essence, mettre de la nourriture sur la table et chauffer leur maison. Un chèque de paie aujourd’hui ne va pas aussi loin qu’avant. L’inflation libérale, combinée aux hausses d’impôts des libéraux, signifie que les Canadiens doivent faire plus avec moins.
Que propose le gouvernement? Il propose de tout empirer dans ce pays. Cet énoncé économique prévoit 20 milliards de dollars de dépenses inflationnistes supplémentaires pour faire grimper l’inflation encore plus. Il prévoit également des hausses des cotisations à l’assurance-emploi le mois prochain et des augmentations des cotisations au Régime de pensions du Canada, ce qui réduira davantage le chèque de paie de tous les travailleurs.
Au lieu de mettre fin à leurs hausses d’impôts, les libéraux poursuivent leur plan visant à tripler la taxe sur le carbone en 2023. Voilà. En plein hiver, les libéraux augmenteront le coût du carburant, du chauffage et de la nourriture.
Comme nous le savons tous, le recours aux banques alimentaires n’a jamais été aussi fréquent au pays, avec une augmentation de 35 % dans les 12 derniers mois. Seulement dans ma ville, Saskatoon, qui compte environ 250 000 habitants, près de 20 000 personnes par mois ont recours à la banque alimentaire. Saskatoon était autrefois le moteur économique du Canada.
La directrice générale, Laurie O’Connor, admet que le nombre de gens qu’elle voit entrer chaque jour est très inquiétant. Les dons de nourriture et le pouvoir d’achat ont considérablement diminué parce que les produits alimentaires sont excessivement chers. La situation ne peut qu’empirer.
Les députés se souviennent peut-être que la 13e édition du Rapport sur les prix alimentaires canadiens a été publiée hier. Selon le rapport, une famille de quatre personnes verra sa facture alimentaire augmenter de plus de 1 000 $, pour atteindre environ 16 000 $ par an. Selon Stuart Smyth, de l’Université de la Saskatchewan, qui a participé à la rédaction du rapport, une famille de six personnes devra dépenser plus de 21 000 $ pour se nourrir en 2023.
Le problème a beau être sous le nez des libéraux, ils l’ignorent tout simplement.
En Saskatchewan, la température était aujourd’hui entre ‑30 et ‑40 degrés Celsius, et nous sommes au début de décembre. Les résidants de ma province essayent de déterminer à quelle température ils peuvent se permettre de régler leur thermostat. Rappelons que la semaine dernière, en Saskatchewan, il faisait déjà entre ‑30 et ‑40 degrés Celsius, et nous n’avons pas encore atteint les températures de janvier.
Je veux savoir ce que le premier ministre dirait aux familles qui ont déjà du mal à mettre de la nourriture sur la table lorsqu’elles doivent donner les quelques dollars qui leur restent pour pouvoir monter le thermostat. Le premier ministre et le gouvernement libéral ont laissé tomber ces familles. Ils ont laissé tomber les personnes retraitées et les personnes handicapées qui ont un revenu fixe.
Que devrait faire le gouvernement aujourd’hui?
Tout d’abord, il devrait sans aucun doute annuler toutes les hausses d’impôt prévues et mettre fin à toute augmentation du coût de la vie imposée par le gouvernement, sans augmenter les charges sociales et sans tripler la taxe sur le carbone. Les Canadiens n’ont tout simplement plus les moyens de payer pour une hausse d’impôt de plus décidée par les libéraux.
Deuxièmement, il doit arrêter de créer de nouvelles dépenses inflationnistes. Nous savons que les dépenses publiques ne font qu’aggraver l’inflation. Si un ministre veut dépenser plus d’argent, il doit trouver comment économiser le même montant dans son budget. Même la vice-première ministre y a fait allusion dans le rapport économique de l’automne. Bien qu’elle en ait parlé dans le rapport, les libéraux ont accordé à CBC/Radio-Canada 42 millions de dollars supplémentaires sur deux ans. Pourquoi? Parce que CBC/Radio-Canada a connu un moment difficile pendant la pandémie.
C’est le type de dépenses qui doit cesser dans ce pays. CBC/Radio-Canada, le diffuseur public, reçoit déjà entre 1,2 et 1,5 milliard de dollars, mais elle aura 42 millions de dollars supplémentaires sur deux ans. Nous avons également appris aujourd’hui que CBC/Radio-Canada s'en mettra plein les poches lorsque le projet de loi C‑18 sera adopté par la Chambre. Le diffuseur public sera l’un des plus grands bénéficiaires de Google et de Facebook lorsque le projet de loi sera adopté par la Chambre.
Lorsque le premier ministre a été élu pour la première fois, il a promis que les déficits — nous nous en souvenons tous — ne dépasseraient pas 10 milliards de dollars et qu’il équilibrerait le budget d’ici 2019. Il n’échappera à personne que c’était une imposture.
La pandémie à elle seule n’explique pas la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Quarante pour cent des nouvelles mesures de dépense du gouvernement n’ont rien à voir avec les deux dernières années de COVID. Depuis qu’il est arrivé au pouvoir, le premier ministre a créé 205 milliards de dollars de nouvelles dépenses inflationnistes sans aucun rapport avec la COVID, et je viens de citer l’exemple du diffuseur public.
Le montant des paiements d’intérêts sur la dette du gouvernement fédéral a doublé. Ces montants sont presque aussi élevés que le coût des transferts en santé aux provinces. Imaginez ce qu'on pourrait faire aujourd’hui si ces fonds étaient affectés ailleurs.
Au lieu de cela, à cause de l'incurie des libéraux, les taux d’intérêt augmentent plus rapidement ici qu’ils l’ont fait depuis des décennies. En fait, nous attendons demain une nouvelle hausse de 50 points du taux directeur de la Banque du Canada. Les paiements hypothécaires, personne ne l’ignore, montent en flèche. Ainsi, quiconque a acheté une maison il y a quelques années et doit renouveler son hypothèque pourrait payer jusqu’à 7 000 $ de plus par année. Beaucoup de Canadiens ne peuvent pas se le permettre. Certains d’entre eux sont malheureusement en train de perdre leur maison.
Alors que les libéraux font de leur mieux pour aggraver le problème, les conservateurs proposeront des solutions aux Canadiens. Au lieu d’imprimer plus d’argent, un gouvernement conservateur créerait davantage de ce que l’argent permet d’acheter. Nous ferons construire plus de maisons et nous ferons du Canada l’endroit où l’on obtient un permis de construire le plus rapidement au monde. Les jeunes Canadiens qui n’ont jamais pu s’acheter une maison et fonder une famille sous le gouvernement libéral trouveront un marché plus concurrentiel et plus abordable sous notre gouvernement conservateur.
Un gouvernement conservateur rendra l’énergie plus abordable. Nous abrogerons les lois anti-énergie et supprimerons la taxe carbone. Nous ne punirons pas les Canadiens pour avoir chauffé leur maison ou simplement emmené leurs enfants à des activités en voiture, à supposer qu’ils puissent même se permettre ces activités en 2023.
Collapse
View Kevin Waugh Profile
CPC (SK)
View Kevin Waugh Profile
2022-12-06 16:49 [p.10519]
Expand
Madam Speaker, there is no doubt that if they do not have to pay the interest, and we can defer the interest payments for I do not know how many years, that would obviously help the students of today going to school. At the same time, who is paying the interest on those loans? It is going to be Canadians.
I can say that it was a good gesture to help not only university students but also students going to college who are taking part in the trades we have in this country. It was a good gesture. I do not know how long we can go on with it because of the Liberals' spending. We are seeing interest rates rise almost every two or three weeks in this country because of the money they are spending.
Madame la Présidente, il ne fait aucun doute que s'ils n'ont pas à payer d'intérêt sur la dette et qu'ils peuvent reporter le remboursement des intérêts pendant Dieu sait combien d'années, les étudiants qui sont aux études en ce moment en ressortiront gagnants. Par contre, qui paie les intérêts sur ces prêts? Les Canadiens.
Je dois dire que le fait d'aider non seulement les étudiants universitaires, mais aussi ceux du collégial qui apprennent des métiers a été une bonne décision. C'était un beau geste. Je ne sais pas combien de temps nous pourrons tenir ce rythme avec toutes les dépenses des libéraux. Les taux d'intérêt augmentent presque toutes les deux ou trois semaines au Canada à cause de tout l'argent qu'ils dépensent.
Collapse
View Kevin Waugh Profile
CPC (SK)
View Kevin Waugh Profile
2022-12-06 16:51 [p.10519]
Expand
Madam Speaker, yes, health care is essential in this country, but we have seen, coming out of the pandemic, that there is excruciating pain in every hospital in this country. The pandemic was not easy for every hospital in every province in this country.
We are fighting the shortage of doctors and nurses. It would be nice if we could take out of the air an extra hundred doctors and put them in the city Saskatoon, but that is not possible. We will see where it is going to go. It is an interesting time, as we are coming out of the pandemic. With the Liberals' spending, it is going to be tougher to get out of it because of the interest rates that we are going to see in the next little while.
Madame la Présidente, s'il est vrai que les soins de santé sont essentiels dans notre pays, nous avons constaté, au sortir de la pandémie, que tous les hôpitaux du Canada connaissent de terribles difficultés. Tous les hôpitaux, dans toutes les provinces, ont fait les frais de la pandémie.
Nous luttons contre la pénurie de médecins et de personnel infirmier. Ce serait pratique de faire apparaître une centaine de médecins supplémentaires comme par magie et de les envoyer à Saskatoon, mais ce n'est pas possible. Nous verrons comment la situation évoluera. Nous sortons tout juste de la pandémie, et c'est une période intéressante. Compte tenu des taux d'intérêt que nous connaîtrons pendant un certain temps, les dépenses des libéraux feront qu'il sera plus difficile de s'en sortir.
Collapse
View Kevin Waugh Profile
CPC (SK)
View Kevin Waugh Profile
2022-12-06 16:52 [p.10519]
Expand
Madam Speaker, I am fairly confident that in the province of Saskatchewan we have really moderate housing costs compared to everybody else in the country. I feel for those people starting out who are living in Vancouver and Toronto and the GTA, where it is without question nearly impossible to start under $700,000 or $800,000. In my city and my province, that would get people a pretty good house these days.
Canadians really do want to save for housing. It is going to take a little time. I am really disturbed by the interest rates. I lived when they were 12% to 18% in the 1970s and 1980s. It was hard. The younger folks, if I can say this, have never seen 12% to 18% interest rates. They have to get used to it because the way the government is spending, we are getting there faster than ever before.
Madame la Présidente, je suis à peu près certain que, en Saskatchewan, le prix des maisons est plus modéré que partout ailleurs au pays. Je compatis avec les personnes qui veulent accéder à la propriété à Vancouver, à Toronto et dans la région du Grand Toronto, où il est assurément à peu près impossible de s'en sortir avec moins de 700 000 $ ou 800 000 $. Dans ma ville et dans ma province, une telle somme permettrait aux gens de s'acheter une très belle maison.
Les Canadiens veulent vraiment économiser pour se loger. Il faudra un peu de temps. Les taux d'intérêt me préoccupent beaucoup. J'ai été témoin des taux d'intérêt de 12 à 18 % dans les années 1970 et 1980. C'était difficile. Les jeunes, si je peux me permettre de le dire, n'ont jamais vu des taux d'intérêt de 12 à 18 %. Ils devront se faire à l'idée parce que les dépenses du gouvernement nous en rapprochent plus rapidement que jamais.
Collapse
Results: 1 - 15 of 1097 | Page: 1 of 74

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data