Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 676 - 690 of 808
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, it is an honour to stand today to speak to our motion to advocate for the rights of the people of Saskatchewan. This motion is especially important to my riding of Moose Jaw—Lake Centre—Lanigan, as we are a major rail hub for not only CP but also for CN Rail.
I am not a native of Moose Jaw. I came to Moose Jaw as a pilot in training with the Royal Canadian Air Force. When I moved to Moose Jaw, prior to leaving Bagotville, Quebec, where I was doing on-the-job training in a fighter squadron, I was told that I would meet a girl behind every tree. The problem is that there were not a lot of trees in the area of Saskatchewan I was going to be in. My wife is 5'11”, so she is as tall as a tree. When we walk down the street, I have to hold my hand up, and it looks somewhat pathetic. I married up.
This motion is especially important in my riding. The history of the rail line being built in our city has a connection to Moose Jaw's notorious past. The Soo Line was a direct line linking Moose Jaw to Chicago. Everyone knows that during Prohibition, Al Capone hid out in the tunnels of Moose Jaw while trying to escape from the heat. When I say heat, I mean law enforcement.
As I am sure everyone here is aware, many towns across the Prairies were developed along the rail lines. Communities popped up all across western Canada, and many flourished. These communities became trading posts where people, farmers in particular, were able to bring their goods to market. These railways helped transport not only raw materials, but also value-added agricultural goods.
Some may know that in 1910, Robin Hood in Moose Jaw had the largest flour mill in all of western Canada. Also relevant to my riding and others in Saskatchewan, rail is used to transport potash, which is a necessary component of fertilizer. This product is sent globally, using the railway to both east and west ports. Ethically produced energy, used as fuel, is also transported. It is essential to helping Canadians getting out of the pandemic and getting back to work. Obviously, there is also food, both raw and processed. We are the breadbasket, and we have given the world the gift of canola.
Moose Jaw is a major transportation hub, having two major rail lines and highways No. 1 and No. 2. Clearly, this issue is of local, provincial and national importance. What we need to look at is co-operation by recognizing the province's authority and request. Rail companies have always been good corporate citizens and partners with our communities. As we have heard throughout today, the issue at hand is an outdated agreement and Saskatchewan's right to tax companies operating within its borders.
The parties have been engaged in a 13-year legal saga, with CP Rail seeking over $300 million in taxes that it has already paid. This has gone on for far too long, and we need to find a resolution. CP contends that it is exempt from various provincial taxes based on a contract struck over 140 years ago. This was before Saskatchewan was even a province. Meanwhile, Saskatchewan contends that the exemption ended in 1966, when CP's then president rescinded the deal in exchange for regulatory changes.
It is not disputed that CP paid taxes for over a century. The issue to be determined at trial is whether the company was legally obligated to do so and, if not, whether it is entitled to a return of the money paid.
This past November, the Saskatchewan justice minister, Gordon Wyant, put forward a motion to repeal section 24 of the Saskatchewan Act, which contained this exemption. This motion received the unanimous consent of the Saskatchewan legislature. As members of Parliament, we should all be supporting unanimous decisions dealing with provincial rights.
I would like to ask the people of the House to imagine something. Imagine a company with a market cap of $66 billion. Should that company pay its fair share in taxes? Then, imagine that same company turns around and sues the federal government for taxes it has already paid in the past. The lawsuit is not for excess taxes paid but for all taxes paid. Their market cap is higher than companies such as CIBC, Bell or the outfitters for our Olympic athletes, Lululemon.
On a side note, it would be prudent for me to wish good luck to Moose Jaw's own Graeme Fish, who will be racing for Olympic gold later this week in the 10,000-metre race, and good luck to Ben Coakwell, who is part of Canada's four-man bobsled team. I would also like to extend my thanks to all the other Canadian Olympians for their efforts.
I am sure that everyone in this place would agree that this company should pay its fair share of taxes. That is what we are asking for, a fair share. However, as we have all heard today, that is exactly what is in the courts right now in this legal battle.
In support of the province's unanimous motion and to recognize its provincial autonomy, my friend and colleague, the hon. member for Regina—Qu'Appelle, put forward a motion in this place to finalize the process at the federal level. It is important to remember that at this point this motion has led to unanimous support of every politician in Saskatchewan, every provincial MLA from both sides of the aisle and every federal MP from Saskatchewan. I am asking the House to show that same solidarity and respect Saskatchewan's rights. Excess red tape like this will hurt any jurisdiction's ability to be competitive.
I understand that the provincial and federal justice ministers have discussed this issue and I trust it will receive a speedy resolution. This is not complicated and it is not partisan. In recent days and recent weeks, Canadians have been looking to their elected officials to improve the tone. They are asking us to open up dialogue. They are asking us to look for ways and things to unite us. They are asking to be recognized and valued. Above all, they are looking to us to show grace to one another and a spirit of humility.
In that spirit of humility, I am asking the House to support this motion today and recognize Saskatchewan's equal place in Confederation.
I offer thanks for the chance to speak to this important motion, and I look forward to questions.
Monsieur le Président, c'est un honneur de prendre la parole au sujet de la motion des conservateurs visant à protéger les droits des Saskatchewanais. La motion est particulièrement importante pour les gens de ma circonscription, Moose Jaw—Lake Centre—Lanigan, car cette dernière est une plaque tournante du transport par rail pour le CP et aussi pour le CN.
Je ne suis pas né à Moose Jaw. J'y suis allé comme pilote en formation au sein de l'Aviation royale canadienne. Avant de déménager à Moose Jaw, lorsque j'étais encore à Bagotville, au Québec, où je suivais une formation en milieu de travail au sein d'un escadron de chasse, on m'a dit que là-bas, je trouverais une fille derrière chaque arbre. Le problème, c'est qu'il n'y avait pas tellement d'arbres là où je m'en allais en Saskatchewan. Ma femme mesure 5 pieds 11 pouces, elle est presque aussi grande qu'un arbre. Quand on marche sur la rue, je dois lever ma main pour tenir la sienne; j'ai l'air un peu pathétique. On peut dire que j'ai marié quelqu'un de supérieur.
Cette motion est particulièrement importante pour ma circonscription. Le glorieux passé de Moose Jaw est lié à l'histoire de la construction du chemin de fer dans notre ville. La Soo Line reliait directement Moose Jaw à Chicago. Tout le monde sait que pendant la prohibition, Al Capone s'est caché dans les tunnels de Moose Jaw pour échapper aux forces de l'ordre.
Comme tout le monde ici le sait sans aucun doute, de nombreuses villes des Prairies ont vu le jour le long du chemin de fer. Des collectivités sont nées dans tout l'Ouest canadien, et nombre d'entre elles ont prospéré. Ces collectivités sont devenues des postes de traite où les gens, les agriculteurs surtout, pouvaient vendre leurs marchandises. Le chemin de fer permettait de transporter non seulement des matières premières, mais aussi des produits agricoles à valeur ajoutée.
Certains savent peut-être qu'en 1910, Robin Hood, de Moose Jaw, possédait la plus grande meunerie de tout l'Ouest canadien. Également important pour ma circonscription et d'autres en Saskatchewan, le chemin de fer est employé pour transporter la potasse, composant essentiel des engrais. Cette matière est distribuée dans le monde entier par le truchement des ports de l'Est et de l'Ouest, où elle est acheminée par voie ferrée. L'énergie produite de façon éthique, employée comme carburant, est également transportée par voie ferrée. Elle a un rôle essentiel à jouer pour aider les Canadiens à sortir de la pandémie et à retourner au travail. Évidemment, il faut également mentionner les aliments bruts et transformés. Nous sommes le grenier du Canada, et nous avons fait découvrir au monde le canola.
Moose Jaw est une importante plaque tournante du transport, puisque deux grandes lignes ferroviaires y convergent, de même que les autoroutes nos 1 et 2. De toute évidence, cette question revêt une importance locale, provinciale et nationale. Nous devons favoriser la coopération en reconnaissant l'autorité de la province et en accédant à sa demande. Les compagnies ferroviaires ont toujours été socialement responsables et ont toujours travaillé en partenariat avec les collectivités. Comme nous l'avons entendu tout au long de la journée, le problème tient à une vieille entente et au droit de la Saskatchewan de faire payer des impôts aux entreprises qui mènent des activités sur son territoire.
Les parties se livrent à une saga juridique depuis 13 ans, le CP cherchant à se faire rembourser plus de 300 millions de dollars d'impôts qu'il a déjà payés. La situation dure depuis trop longtemps. Nous devons trouver une façon de la régler. Le CP soutient qu'un contrat conclu il y a plus de 140 ans, c'est-à-dire avant que la Saskatchewan devienne une province, l'exempte de diverses taxes provinciales. De son côté, la Saskatchewan soutient que l'exemption n'est plus valide depuis 1966, puisque le président d'alors du CP a annulé l'entente en échange de la modification de règlements.
Nul ne remet en question le fait que le CP a payé des impôts pendant plus d'un siècle. La question que le tribunal doit trancher, c'est de savoir si la compagnie était légalement tenue de le faire et, dans le cas contraire, si elle a droit à un remboursement des sommes payées.
En novembre dernier, le ministre de la Justice de la Saskatchewan, Gordon Wyant, a présenté une motion demandant l'abrogation de l'article 24 de la Loi sur la Saskatchewan, qui contient ladite exemption. L'Assemblée législative de la Saskatchewan a adopté cette motion à l'unanimité. Les députés fédéraux devraient tous appuyer les décisions unanimes des provinces concernant leurs droits.
Imaginons une entreprise dont la capitalisation boursière s'élève à 66 milliards de dollars. Cette entreprise devrait-elle payer sa juste part d'impôts? Imaginons maintenant que cette même entreprise poursuit le gouvernement fédéral pour les impôts qu'elle a payés par le passé. On ne parle pas d'impôts payés en trop. On parle de tous les impôts payés. Cette entreprise a une capitalisation boursière supérieure à des sociétés telles que la CIBC, Bell ou le fournisseur de vêtements officiel de nos athlètes olympiques, Lululemon.
J'ouvre une parenthèse pour souhaiter bonne chance à Graeme Fish, de Moose Jaw, qui tentera d'emporter l'or à l'épreuve du 10 000 mètres en patinage de vitesse plus tard cette semaine. Je souhaite bonne chance également à Ben Coakwell, membre de l'équipe canadienne de bobsleigh à quatre. J'aimerais enfin saluer les efforts de tous les autres athlètes olympiques canadiens.
Tous les députés s'entendront sûrement pour dire que cette société devrait payer sa juste part d'impôt. C'est ce que nous demandons. Toutefois, selon ce que nous avons entendu aujourd'hui, c'est justement cet aspect qui fait l'objet d'un litige devant les tribunaux en ce moment.
Pour appuyer la motion unanime de la province et pour reconnaître l'autonomie de celle‑ci, mon ami et collègue, le député de Regina—Qu'Appelle, a présenté une motion à la Chambre pour terminer le processus au niveau fédéral. Il est important de rappeler que cette motion a obtenu le soutien unanime des politiciens en Saskatchewan, c'est-à-dire de tous les députés de l'assemblée législative, tous partis confondus, et de tous les députés fédéraux de la Saskatchewan. Je demande à la Chambre de faire preuve de la même solidarité et de respecter les droits de la Saskatchewan. Des formalités administratives excessives comme celles-là nuiront à la compétitivité de n'importe quel gouvernement.
Je sais que les ministres de la Justice provincial et fédéral ont discuté de cette question et je suis convaincu qu’elle sera réglée rapidement. Ce n’est pas un enjeu compliqué ni partisan. Ces derniers jours et ces dernières semaines, les Canadiens ont demandé à leurs élus d'améliorer le ton du débat. Ils nous demandent d’entamer un dialogue. Ils veulent que nous trouvions des moyens de nous unir. Ils veulent être reconnus et être valorisés. Par-dessus tout, ils veulent que nous fassions montre de grâce et d’humilité entre nous.
Dans un esprit d’humilité, je demande aujourd’hui à la Chambre d’appuyer cette motion et de reconnaître la place égale qu’occupe la Saskatchewan au sein de la Confédération.
Merci de m’avoir laissé m’exprimer sur cette motion importante. J’ai hâte de répondre aux questions.
Collapse
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I also have a quote from the Saskatchewan Minister of Justice, Mr. Gordon Wyant: “We're going to vigorously defend the claim that's been brought by the railway to defend the interests of the people of Saskatchewan.”
I thank the member very much for the olive branch and his comments. I look forward to the member supporting the motion that has been brought forward.
Monsieur le Président, le ministre saskatchewanais de la Justice, M. Gordon Wyant, a aussi dit ceci: « Nous allons contester vigoureusement les allégations de la compagnie de chemin de fer afin de défendre les intérêts de la population de la Saskatchewan. »
Je remercie vivement le député de la branche d'olivier qu'il m'a tendue et de ses observations. J'ose espérer que le député appuiera la motion qui a été présentée aujourd'hui.
Collapse
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, the point of this conversation and dialogue is to talk about Saskatchewan's place in Confederation and to recognize its entitlement to make a decision on businesses that operate within its borders. It should be a fair share of tax, not overtaxing or undertaxing.
As for her question, I am not aware of any other loopholes, but this agreement was struck over 140 years ago. It needs to be updated and that is what we are trying to bring light to.
Monsieur le Président, le présent débat a pour but de parler de la place de la Saskatchewan dans la Confédération et de reconnaître le droit qu'a cette province de prendre une décision touchant les entreprises qui sont actives sur son territoire. Il devrait y avoir une juste part d'impôt, et non une imposition excessive ou insuffisante.
Pour ce qui est de la question de la députée, je ne connais pas d'autres échappatoires, mais l'entente qui nous intéresse a été conclue il y a plus de 140 ans. Elle doit être actualisée, et c'est ce sur quoi nous voulons attirer l'attention.
Collapse
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I can tell my hon. colleague that I know his doppelgänger. He lives in Moose Jaw. I know his identical twin. He is on my EDA board. Every time the member stands, it freaks me out a bit. I would like to get a selfie with the member, if he does not mind.
This is important to Saskatchewan. We believe in a strong Confederation and in a strong nation of Canada. Making a stronger Saskatchewan makes a stronger Canada. That is what I am speaking about today. That is what we are discussing and that is the opportunity before the House.
Monsieur le Président, je peux dire à mon collègue qu'il a un sosie. Il vit à Moose Jaw. Je connais son jumeau identique. Il fait partie du conseil d'administration de mon association de circonscription. J'en ai des frissons chaque fois que le député prend la parole. J'aimerais prendre un égoportrait avec lui, s'il est d'accord.
C'est important pour la Saskatchewan. Nous croyons dans une confédération forte et dans le Canada en tant que nation forte. Le Canada sera plus fort grâce à une Saskatchewan plus forte. C'est de cela que je veux parler aujourd'hui. C'est de cela qu’il est question à la Chambre aujourd'hui.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-02-08 17:50
Expand
Madam Speaker, I listened intently to the comments my colleague put on the record, and I thank him for his support of the motion going forward. I do have kids and I have played many games of Ticket to Ride. We have more in common, my Quebec colleagues and I, than we think.
Another thing we have in common is a respect for provincial jurisdiction. I thank the member for the support. Premier Moe called for an increase in health funding, so that is another thing Quebec and Saskatchewan have in common.
Given the constitutional amendment, are there other areas where the current Liberal government has let Quebec down? We probably have more things in common than we expect. Could he put some of those on the table so we can learn more about each other?
Madame la Présidente, j'ai écouté attentivement les commentaires du député et je le remercie d'appuyer la motion. J'ai des enfants et j'ai déjà joué plusieurs parties du jeu Les Aventuriers du Rail. Les députés du Québec et moi partageons plus de choses que nous le croyons.
Nous partageons aussi le respect des compétences provinciales. Je remercie le député de son soutien. Le premier ministre Moe a demandé une hausse du financement en matière de santé. Voilà un autre élément que le Québec et la Saskatchewan ont en commun.
Étant donné la modification constitutionnelle, y a-t-il d'autres dossiers dans lesquels le gouvernement libéral actuel a laissé tomber le Québec? Nous avons probablement plus de choses en commun que nous le croyons. Le député pourrait-il nous en expliquer quelques-unes pour nous permettre de nous connaître davantage?
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-02-08 17:56
Expand
Madam Speaker, it is a pleasure to get up in the House for the first time this year to talk about my home province and the importance of this motion to the province of Saskatchewan and its people. To make my colleagues in the Liberal Party aware, I will not take the full 20 minutes, because, as one of the sayings I had in my previous life in sales goes, when everybody is saying yes, maybe we are better off just shutting up, getting on with it and getting it done. I know it is nice to hear that.
It has been interesting listening to the debate in the House. The member for Coquitlam—Port Coquitlam is from Asquith, Saskatchewan. My wife is from Asquith. The Summach family that used to work with Flexi-Coil is from Asquith too. I know that town very well. There are other members who have a relationship with Saskatchewan, and Saskatchewan has exported some wonderful people. It is nice to see them showing up in other parts of the country and coming here to the House of Commons and taking on that Saskatchewan spirit. I am sure they are all Riders fans too. Otherwise they could not have come from Saskatchewan.
I will point out that CP and CN are very important to our province. Saskatchewan is an exporting province. We grow more than we could ever consume, so we have to export it. We have to get it to port and they have been there. If it were not for them in the past and going forward into the future, we would not have the province we have today, a vibrant province, and the economy we see in Canada and Saskatchewan, with the growth we are having and the great people who come from there. They are very important to us.
However, in the same breath, $340 million goes a long way in a province. I know that money has been collected and the Province has spent some of it, but do members know what it was spent on? It was spent on hospitals, road crossings, schools and highways. These are the key basics that we need in our province or anywhere else across Canada for the economy to thrive and grow. These are things that give us a better standard of living, a higher quality of living. Furthermore, the people who utilize these facilities are CN and CP employees, so everybody gets the benefit. When we pay taxes, it is not always a bad thing. In fact, on the farm, we used to kind of joke that if we were paying taxes, we had a good year. It is a good sign and means that we are doing well.
In this situation, there was preferential treatment that had run its course. CP had said that it no longer deserved it, and the Province of Saskatchewan unanimously agreed that it had run its course. For CP to come back now and say that it does not want to pay taxes is kind of rich since all the benefits it has received from our province far exceed the $340 million it is asking for. If we think about how much that rail line pulled out of the Province of Saskatchewan, it was billions of dollars over the years and it established the company. A good reason the company is here today is the grain shipments and forestry shipments coming out of western Canada and Saskatchewan in particular. I look at this as righting things and making sure that everything is done properly. It is about making sure that things are fair. That is what we are doing here today.
I always like to see parties come together and agree. We have seen that here today and I have enjoyed it. Even the member for Winnipeg North was agreeing with us today. Now, he had some comments, but he is from Winnipeg North. Having said that, this goes back to my original point: We see agreement.
I talked to the Minister of Justice, and he was on board with this. His only concern with the unanimous consent motion was that we needed to have a day to talk about it, and I agree with him on that. When he explained this to me, it made a lot of sense. This is a constitutional change. This is a big deal, and we do not do this lightly.
I want to thank the member for Regina—Lewvan for bringing forward this opposition day motion so we could talk about it, think it through as a group of colleagues and ask if there are any downsides or upsides. That we actually came to the same conclusion just shows us that the House can work together. I wish more people in Canada could see the House on a day like today when it is functioning properly. I wish more people in Canada could see committees when they function like this, because this happens a lot. Of course, they never see that, and it is unfortunate.
I want to thank all the parties for being good partners with us folks in Saskatchewan, for helping us get this done and for doing something that is important for the people of Saskatchewan. If it is important for the people of Saskatchewan, it is important to the people of Canada.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole à la Chambre pour la première fois cette année et de le faire à propos de ma province et de l'importance de cette motion pour la Saskatchewan et sa population. Mes collègues du Parti libéral prendront note que je n'utiliserai pas les 20 minutes qui me sont allouées, car, comme je le disais à l'époque où j'évoluais dans la vente, quand tout le monde est d'accord, il vaut peut-être mieux se taire et conclure. Je sais que c'est agréable à entendre.
Le débat à la Chambre est intéressant. Le député de Coquitlam—Port Coquitlam est originaire d'Asquith, en Saskatchewan. Ma femme vient aussi d'Asquith. La famille Summach, qui travaillait à Flexi-Coil à l'époque, est aussi originaire d'Asquith. Je connais très bien la ville. Il y a d'autres députés qui ont un lien avec la Saskatchewan, et la province a donné au reste du pays des personnes fabuleuses. Il est agréable de les voir s'affirmer ailleurs et venir à la Chambre des communes pour représenter leur région avec le zèle qui caractérise la Saskatchewan. Je suis persuadé que ce sont tous des supporteurs des Roughriders aussi. Le contraire est inconcevable pour tout Saskatchewanais d'origine.
Je soulignerai que le Canadien Pacifique et le Canadien National sont très importants dans la province. La Saskatchewan est une province exportatrice. Nos récoltes dépassent largement notre consommation. Nous devons donc en exporter. Lorsque nous transportons les produits au quai, nous pouvons compter sur ces sociétés. Si elles n'avaient pas été là dans le passé, et si nous devions composer sans elles dans l'avenir, notre province ne serait pas aussi dynamique. Notre économie et celle du Canada ne seraient pas ce qu'elles sont, aussi florissantes et soutenues par de braves gens d'ici. Le Canadien Pacifique et le Canadien National sont vraiment importants pour nous.
En revanche, nous pouvons en faire beaucoup dans la province avec une somme 340 millions de dollars. Je sais que l'argent a été perçu et que la province en a dépensé une partie. Par contre, les députés savent-ils à quoi il a servi? Ces fonds ont été investis dans les hôpitaux, les passages à niveau, les écoles et les autoroutes. Ces infrastructures essentielles dans notre province et partout ailleurs au Canada permettent de faire croître et prospérer l'économie. Elles rehaussent notre qualité de vie. En outre, parmi les utilisateurs de ces installations, il y a les employés du Canadien National et du Canadien Pacifique. Tout le monde y trouve son compte. Payer des impôts n'est pas toujours une mauvaise chose. En fait, à la ferme, nous disions en blague que si nous payions des impôts, c'était signe que l'année avait été bonne et que tout allait bien.
Dans le cas présent, il est question d'un traitement préférentiel qui est arrivé à sa fin. Le CP a dit qu'il ne méritait plus ce traitement préférentiel, et la Saskatchewan a convenu à l'unanimité que ce dernier était arrivé à sa fin. Étant donné que tous les avantages que le CP a reçus de notre province dépassent de loin les 340 millions de dollars qu'il réclame, il est un peu fort qu'il dise maintenant qu'il ne veut pas payer d'impôts. Lorsqu'on y pense, ce chemin de fer a permis de faire sortir de la Saskatchewan des milliards de dollars de marchandises au fil des ans, ce qui a permis à l'entreprise de prospérer. Il y a une bonne raison pour laquelle l'entreprise est ici aujourd'hui, et c'est le transport de grains et de produits forestiers en provenance de l'Ouest canadien et de la Saskatchewan en particulier. À mes yeux, cette mesure vise à redresser la situation et à s'assurer que tout est fait correctement. L'objectif est de s'assurer que les choses sont équitables. Voilà ce que nous faisons ici aujourd'hui.
J’aime toujours voir les partis s’entendre et s’unir. C’est ce que nous avons vu dans cette enceinte aujourd’hui et je m’en réjouis. Même le député de Winnipeg-Nord était d’accord avec nous aujourd’hui. Oui, il avait son mot à dire, mais il vient de Winnipeg-Nord. Cela dit, j’en reviens à mon premier argument: nous sommes d’accord.
J’ai parlé au ministre de la Justice et il est d’accord. S’il était réticent à appuyer la motion demandant le consentement unanime de la Chambre, c’est simplement parce qu’il était d’avis qu’il fallait prendre une journée pour en discuter, et je suis d’accord avec lui. Quand il m’a expliqué cela, ça m’a semblé logique. Il est question d’un changement constitutionnel. C’est majeur. On ne fait pas cela à la légère.
Je remercie le député de Regina—Lewvan d’avoir proposé cette motion de l’opposition afin que nous puissions en discuter, y réfléchir en tant que collègues et en étudier les éventuels avantages et inconvénients. Le fait que nous soyons parvenus à la même conclusion démontre que la Chambre peut travailler ensemble. J’aimerais que plus de Canadiens observent les travaux de la Chambre des journées comme celle-ci, où elle fonctionne correctement. J’aimerais que plus de Canadiens voient les travaux des comités quand ils se déroulent bien comme dans le cas présent, ce qui est fréquent. Bien sûr, ils ne voient jamais cela, et c’est dommage.
Je remercie tous les partis d’être de bons partenaires pour nous, les gens de la Saskatchewan, de nous aider à régler cette question et de faire un geste important pour la population de la province. Si c’est important pour les Saskatchewanais, c’est important pour les Canadiens.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-02-08 18:01
Expand
Madam Speaker, will someone pinch me? He agreed with me twice.
I want to thank the member for showing that goodwill, and I want to bite my lip, because we always want to come back in the House of Commons with some sort of jab. I just want to thank him. I appreciate the goodwill that his party is showing toward the people of Saskatchewan. The $330 million staying in the people of Saskatchewan's pockets has been spent wisely and will continue to be spent wisely as they are taxed into the future.
Madame la Présidente, que quelqu'un me pince: le député a été deux fois d'accord avec moi.
Je le remercie d'ailleurs de sa bonne volonté. Je n'en dirai pas plus parce que l'on s'attend toujours à décocher des flèches dans cette enceinte. Je veux juste le remercier. Je suis reconnaissant envers tous les députés de son parti pour leur bonne volonté à l'égard de la population de la Saskatchewan. Les 330 millions de dollars qui demeurent dans les poches de mes concitoyens ont été et seront administrés de manière judicieuse, comme les impôts qu'ils paieront à l'avenir.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-02-08 18:03
Expand
Madam Speaker, I agree with the member on the point that when companies are cheating, they are cheating, and we have to go after them. If they are breaking the law, stealing or taking money out of our pockets and hiding it in Panama or somewhere else, then we need to do everything we can within the rule of law to get those funds back, because they belong to the people of Canada.
I also think we have to be very cautious when we start talking about general taxation on all corporations, because a lot of corporations pay a lot of taxes. A lot of corporations hire a lot of people. A lot of corporations are the blood, sweat, tears and backbone of our economy here in Canada, so let us make sure everything is done properly and fairly. I would not stress that all corporations are crooked and that all corporations need to pay more taxes. Let us make sure they pay a fair level of taxes and that they are in a situation that allows them to compete globally and provide jobs for people here in Canada.
Madame la Présidente, je suis d'accord avec la députée dans la mesure où quand une entreprise triche, il faut intervenir. Si elle contrevient à la loi, qu'elle vole ou prend de l'argent dans nos poches pour le cacher à Panama ou ailleurs, il faut faire tout ce que permet la loi pour récupérer ces fonds, car ils appartiennent à la population canadienne.
Je crois qu'il faut aussi être prudent quand on parle de l'imposition générale pour toutes les sociétés, car beaucoup de sociétés paient des taxes et des impôts considérables. Beaucoup de sociétés comptent un grand nombre d'employés. Beaucoup de sociétés forment le moteur, le sang, les larmes et la sueur de l'économie du Canada. Il faut donc s'assurer d'agir correctement et équitablement. Je n'affirmerais pas que toutes les sociétés sont malhonnêtes et doivent payer plus de taxes et d'impôts. Il faut voir à ce qu'elles paient une part équitable et à ce qu'elles soient en bonne posture pour affronter la concurrence à l'échelle mondiale et fournir des emplois aux travailleurs du Canada.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-02-08 18:04
Expand
Madam Speaker, it is a pleasure to rise once again on this very important constitutional amendment. We have heard a lot of talk from the member for Winnipeg North on the UC motion that was brought forward in December. Once again, I was the member who brought that UC motion forward. We did have some initial conversations, but hearing everyone today putting their opinions and statements on the record about why they want to support this constitutional amendment for Saskatchewan and support that unanimous decision from the legislature, I think, is an important and good process to go through.
My friend and colleague from Prince Albert is dead on when he said it is great that the House of Commons can work together like this in collaboration to get things done. I wish the people of Canada would see this more often than what we see during the theatrics of question period.
Another thing my friend hit on is what the $350 million has been used for in terms of public services for the people of Saskatchewan. I was an MLA for eight years, and something I would like to put on the record is that probably one of the best initiatives we did was the STARS air ambulance coming to Saskatchewan. It helps everyone across the province from rural Saskatchewan to Regina and Saskatoon, because that helicopter is a lifesaver. When we hear it in the air coming to land, it is a life-saving initiative. We should be very proud, as a province, that we brought that forward.
I wonder if my colleague would like to put a few other comments on the record about how, moving forward, we want to thank our colleagues across the chamber for supporting this initiative and making sure we get this done and ensure this also passes on the floor of the Senate sooner rather than later.
Madame la Présidente, je suis heureux d'intervenir encore une fois au sujet de la modification constitutionnelle très importante qui est à l'étude. Le député de Winnipeg-Nord a longuement parlé de la motion demandant le consentement unanime présentée en décembre. Je le répète, je suis le député qui a présenté cette motion de consentement unanime. Certes, il y a eu des conversations initiales, mais, selon moi, il est bon et important d'entendre tous les députés exprimer leur opinion et déclarer devant la Chambre pourquoi ils appuient la modification constitutionnelle pour la Saskatchewan et la décision unanime de l'Assemblée législative de la Saskatchewan.
Mon ami et collègue de Prince Albert vise juste quand il dit qu'il est formidable de voir la Chambre des communes collaborer ainsi pour faire avancer les choses. J'aimerais que les Canadiens voient cela plus souvent que les envolées théâtrales de la période des questions.
Mon ami a aussi parlé des services publics offerts aux gens de la Saskatchewan grâce à ces 350 millions de dollars. J'ai été député provincial pendant huit ans et j'aimerais signaler que le service d'ambulance aérienne STARS est probablement l'une des meilleures initiatives lancées en Saskatchewan. Ce service aide tout le monde dans la province, des régions rurales jusqu'à Régina et Saskatoon, parce qu'un hélicoptère sauve des vies. Lorsqu'on l'entend dans les airs s'apprêter à atterrir, cette initiative sauve des vies. La province peut être très fière de l'avoir lancée.
J'aimerais entendre le député formuler quelques observations sur la manière dont nous voulons remercier les députés de tous les partis à la Chambre de leur appui à la motion, et mettre tout en œuvre pour qu'elle soit adoptée, pour que le Sénat l'adopte à son tour, et ce, le plus tôt possible.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-02-08 18:05
Expand
Madam Speaker, I thank the member for Regina—Lewvan for his tenacity in making sure he continued on to get this done and pushed it through. I appreciate that.
STARS is a really good example, and again it is another example people do not know about where parties worked together in the background to make something succeed. I remember when STARS's Rod Gantefoer, a retired MLA, approached the Saskatchewan caucus and said they needed new helicopters in Alberta and Saskatchewan. I remember the former member for Malpeque and finance chair Wayne Easter asking if there was any way we could get these guys in front of the finance committee as they did the pre-budget consultations. He moved some mountains and he made it happen, because he knew it was the right thing to do. He got it in front of the finance minister and we got some funding for some helicopters.
That is the type of thing Canadians do not hear about, and that is the type of thing they want to hear about. Those are things that are important to Canadians, when parties work together and have the emotional intelligence to put the partisan differences aside and actually get things done for the people of Canada.
Madame la Présidente, je remercie le député de Regina—Lewvan de la persévérance dont il a fait preuve pour faire avancer ce dossier. Je l'en remercie.
Le service STARS est un très bon exemple. C'est un autre exemple que les gens ne connaissent pas et où les partis ont travaillé ensemble pour atteindre leur objectif. Je me rappelle que, lorsque Rod Gantefoer, du service STARS, qui a été député provincial, a joint le caucus de la Saskatchewan et leur a dit que l'Alberta et la Saskatchewan avaient besoin de nouveaux hélicoptères, l'ancien député de Malpeque et président du comité des finances, Wayne Easter, a demandé s'il était possible de faire comparaître ces gens au comité des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires. Il a déplacé des montagnes et il a rendu le projet possible parce qu'il savait que c'était la chose à faire. Il a présenté le projet au ministre des Finances et nous avons obtenu des fonds pour acheter des hélicoptères.
C'est le genre de choses dont les Canadiens n'entendent pas parler, mais qu'ils veulent entendre. C'est le genre de choses qui importent aux Canadiens; ils veulent que les partis travaillent ensemble et qu'ils aient assez d'intelligence émotionnelle pour mettre leurs différends politiques de côté et accomplir quelque chose de concret pour les Canadiens.
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-02-08 18:07
Expand
Madam Speaker, the Conservative Party has been open to ideas from Quebec in the past. I think of the example of a nation within a nation. That is an example of the Harper government actually agreeing to see that go forward on behalf of some of the people from Quebec who wanted to see that. There are examples in the past of Conservatives working with people from Quebec, and we will continue to work with people from Quebec. As long as it is in Canada's interests and Quebec's interests, why would we not?
Madame la Présidente, le Parti conservateur a été ouvert aux idées du Québec par le passé. Je pense à la reconnaissance d'une nation au sein d'un pays. C'est un exemple où le gouvernement Harper a accepté d'aller de l'avant pour les gens du Québec qui réclamaient cela. Il y a eu des exemples par le passé où les conservateurs ont travaillé avec les Québécois, et nous allons continuer de travailler avec eux. Tant que c'est dans l'intérêt du Canada et du Québec, pourquoi ne travaillerions-nous pas ensemble?
Collapse
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2022-02-08 18:08
Expand
Madam Speaker, the member is right. Again, as a farmer, I have a love-hate relationship with railways. When it is 40 below and they do not run, I am really mad.
I will use the example of CP right now. There are cattle producers in southern Alberta who are low on feedstock. CP has stepped up to the plate and I believe has allocated four or five trains of corn to make sure they have enough cattle feed to get their livestock through the winter. CP does do things in the background. I think of Hay West, when we had droughts previously, and CP and CN stepped up and moved bales from Ontario and eastern Canada into western Canada and did not charge anybody a dime.
They have been good corporate citizens in the past and they have been part of building our country. There is no question about that. There will be times when we will be mad at CP and CN, which is the nature of railways, but they are a big and important part of who we are. If they were not there, I do not know what this country would look like.
Madame la Présidente, le député a raison. En tant qu'agriculteur, j'ai une relation amour-haine avec les chemins de fer. Quand il fait 40 degrés sous zéro et que les trains ne roulent pas, cela me rend furieux.
Prenons l'exemple du CP. Il y a des producteurs de bovins dans le Sud de l'Alberta qui manquent d'aliments pour leur bétail. Le CP est intervenu en leur fournissant, je crois, quatre ou cinq trains de maïs pour que leur bétail ait assez de nourriture pour survivre à l'hiver. Le CP fait du travail en coulisse. Je pense à la campagne Hay West, lorsque nous avions eu des périodes de sécheresse, et que le CP et le CN ont transporté gratuitement des balles de foin de l'Ontario et de l'Est du Canada jusqu'à l'Ouest canadien.
Ces deux compagnies se sont bien acquittées de leurs responsabilités sociales par le passé, et elles ont contribué à la construction de notre pays. Personne ne peut le nier. Il y a des moments où elles nous fâchent, comme les compagnies ferroviaires ont tendance à le faire, mais elles constituent une partie importante et intégrante de notre identité. Sans elles, je ne sais pas à quoi ressemblerait le Canada.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-02-08 18:17
Expand
Madam Speaker, I thank the member for adding his voice in this chamber and for his support for this motion.
I have asked a question of a couple of Liberal members who spoke today, and I am wondering if there are other areas where we can support Saskatchewan with other measures in his file. We know the environment plan put forward by Premier Moe is very similar to those of other provinces, such New Brunswick and P.E.I., and those were accepted by the government.
In the spirit of collaboration, I am wondering if the member would be another advocate for Saskatchewan in trying to ensure that Liberals could take a second look at the environmental plan that Premier Moe and the minister of environment for Saskatchewan put forward. Maybe we could move forward together in this new spirit of happiness. They could take another look at it so that we can make sure Saskatchewan is once again being treated fairly by the federal Liberal government.
Madame la Présidente, je remercie le député d'avoir ajouté sa voix à l'appui de cette motion à la Chambre.
J'ai posé une question à quelques députés libéraux qui ont pris la parole aujourd'hui, et je me demandais s'il y a autre chose que nous pourrions faire pour soutenir la Saskatchewan, comme prendre d'autres mesures qui relèvent du portefeuille du député. Nous savons que le plan pour l'environnement présenté par le premier ministre Moe est fort comparable à celui d'autres provinces, notamment le Nouveau‑Brunswick et l'Île‑du‑Prince‑Édouard, que le gouvernement a accepté.
Dans un esprit de collaboration, le député serait-il prêt à défendre lui aussi les intérêts de la Saskatchewan en tentant d'amener les libéraux à examiner de nouveau le plan pour l'environnement présenté par le premier ministre Moe et le ministre de l'Environnement de la Saskatchewan? Peut-être pourrions-nous avancer ensemble dans ce nouvel esprit de bonheur. Ainsi, nous ferions en sorte que le gouvernement libéral fédéral traite de nouveau équitablement la Saskatchewan.
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I want to congratulate my colleagues from Saskatchewan for introducing this motion.
On this day, great tidings of joy came to Saskatchewan when our premier announced he was ending the vaccine and mask mandates. By the end of the month, people will no longer have to wear a mask in Saskatchewan. We are thrilled to see these restrictions being lifted in our home province. Freedom is coming back to Saskatchewan, the first province in Canada to put an end to the government's interference and its overreaching into people's lives. We are very excited.
This motion is also making people excited, because they see an effective opposition. We may be on the verge of history here. I do not know that any opposition party has ever amended the Constitution of Canada. That is historic. When Saskatchewan sent 14 Conservative members of Parliament, it sent a message that Saskatchewan wants us to fight for its interests against this government's policies, which have so hurt our province. Therefore, I am thrilled and grateful to see that all parties will be supporting this common sense amendment to the Constitution of Canada. Whatever the reasons were for granting a rail company this kind of exemption so many years ago, it is certainly clear that there is no need for it today. It would represent a huge loss to Saskatchewan if this change is not made, so I am very grateful to have support from all parties in the House, which I hope is a sign of something new for the Liberal government.
One thing about the Conservatives MPs in Saskatchewan is that we can always be counted on to stand up for Saskatchewan. We are always on our province's side.
Let us look at what the current government has done. In the middle of an election campaign, the Prime Minister said he would claw back Saskatchewan's health care transfers. These are transfers that every province gets, yet he singled out Saskatchewan specifically. When our government proposed an environmental plan based very closely on New Brunswick's environmental plan, the Liberal government said no to Saskatchewan, even though it had said yes to other provinces.
I see that I am getting the signal that I have to sit down. I want to congratulate my colleagues in Saskatchewan. I am excited for this motion to pass so that we can ensure that Saskatchewan does not lose out on any of its fair share of tax revenue. This is a great moment for our province.
Madame la Présidente, je félicite mes collègues de la Saskatchewan pour leur motion.
Aujourd'hui, la Saskatchewan était en liesse quand notre premier ministre a annoncé la fin des exigences relatives à la vaccination et au port du masque. D'ici la fin du mois, les gens n'auront plus à porter de masque en Saskatchewan. Nous sommes ravis d'apprendre la fin de ces restrictions dans notre province. La liberté est de retour en Saskatchewan, la première province au pays à mettre un terme à l'ingérence du gouvernement et à son incursion dans la vie des gens. Nous en sommes enchantés.
Cette motion suscite également la joie de la population parce que celle-ci constate l'efficacité de l'opposition. Nous sommes peut-être sur le point de marquer l'histoire. Je ne crois pas qu'un parti de l'opposition ait déjà réussi à faire modifier la Constitution du Canada. C'est un moment historique. Quand la Saskatchewan a envoyé 14 députés conservateurs à Ottawa, elle a signifié sa volonté de voir ses intérêts défendus contre les politiques de ce gouvernement, qui ont été si néfastes pour notre province. Je suis donc ravi et reconnaissant de constater l'appui de tous les partis à cet amendement logique à la Constitution. Peu importe les raisons justifiant à l'époque une telle exemption pour une société ferroviaire, il est on ne peut plus évident qu'elle n'est plus nécessaire aujourd'hui. Si cette modification n'est pas apportée, les pertes seront énormes pour la Saskatchewan. Je suis donc très reconnaissant du soutien de tous les partis à la Chambre, ce qui, je l'espère, témoigne d'un changement au sein du gouvernement libéral.
Ce qui caractérise les députés conservateurs de la Saskatchewan, c'est que l'on peut toujours compter sur eux pour défendre leur province. Ils se rangent toujours du côté de celle-ci.
Voyons ce que le gouvernement actuel a fait. En pleine campagne électorale, le premier ministre a déclaré qu'il récupérerait les transferts en santé de la Saskatchewan. Ce sont des transferts que toutes les provinces reçoivent, mais il a ciblé spécifiquement la Saskatchewan. Lorsque notre gouvernement a proposé un plan environnemental très semblable à celui du Nouveau‑Brunswick, le gouvernement libéral l'a rejeté, même s'il avait accepté ceux d'autres provinces.
Je vois que l'on me signale que mon temps de parole est écoulé. Je tiens à féliciter mes collègues de la Saskatchewan. Il me tarde de voir cette motion adoptée pour que la Saskatchewan puisse recevoir sa juste part des recettes fiscales. C'est un grand moment pour notre province.
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, I am pleased to rise today to speak at length for the first in this 44th Parliament and, in so doing, speak to Bill C-8. I will review what this bill would do.
In alignment with the economic and fiscal update tabled in Parliament by the Minister of Finance last December, Bill C-8 would implement certain provisions of the economic fiscal update. There are a number of provisions in the bill, including several changes to the Income Tax Act; the enacting of a new underused housing tax act; funding for various COVID measures, including the purchasing of tests; and finally, amendments to the Employment Insurance Act. The economic fiscal update presented last year proposed increases in government spending by roughly $70 billion, which adds to the national debt.
Since the pandemic started, the government has piled on spending and debt totalling in the hundreds of billion of dollars. Budget 2021 predicted a $354-billion deficit for the 2020-21 fiscal year and an additional $154-billion deficit for the 2021-22 fiscal year. It should be noted, however, that not all of the debt incurred over the last two years by the government was as a result of the pandemic. In fact, approximately $176 billion in new deficit spending is unrelated to the pandemic.
I remember when the Prime Minister made a bold, but modest, promise to run a few small $10-billion deficits to support infrastructure projects. Way back then, Canadians believed him. We all know where that promise ended up: at the bottom of the PMO shredder, ripped up into billions of tiny pieces.
The fact is that the Liberal government cannot be trusted to manage the country's finances in a responsible way. It is one thing for a government to borrow money during an emergency; it is quite a different story for that government to be running up the credit card for things that are unrelated to the pandemic. The government is using the pandemic to hide massive spending increases, and this latest additional spending increase is, according to the Parliamentary Budget Officer, unnecessary. He stated, “It appears to me that the rationale for the additional spending initially set aside as ‘stimulus’ no longer exists.”
The reality is that we would not be here debating yet another $70 billion in deficit spending if the Liberal government had not mismanaged and exploited the pandemic over the last two years.
Where has this runaway deficit spending gotten us? Our national debt has now reached $1.2 trillion and has produced record-breaking inflation. At the finance committee, when asked if government deficits can contribute to inflation, the Parliamentary Budget Officer clearly responded that, yes, they can, and here we are with inflation reaching a 30-year high. Gasoline is up 34%. Housing prices are up almost 27%. Sugar is up 20%. Beef and bacon are up 17%, and carrots are up 13%. Even coffee is up 10%.
It has been reported that nearly 60% of Canadians are struggling to afford food for their families and that only 34% of Canadians believe their families will be better off in five years. It should then come as no surprise that this has led to Canada having one of the lowest levels of economic optimism in the world, well below the global average. I believe that is why we are seeing the mass demonstrations across our country and right outside the doors of this place, together with the thousands of people who have lined the streets and highways in support of them.
Canadians are looking for hope and a future. In March of 2020, they were asked for two weeks to flatten the curve. They have now given two years. They have been waiting for, and continue to wait for, a plan to reopen our economy, get Canadians back to work and life back to normal. Still, there is no plan.
To be clear, Conservatives always understood that, if Canadians were being told to stay home and shutter their businesses, financial support would be needed. That is why we were supportive of measures that supported Canadians and Canadian businesses. It is why we have supported spending that made a real change for struggling Canadians heavily affected by the pandemic. It is why our Conservative members were there every step of the way, providing solutions to address the shortcomings to make those support programs better and more responsive to the needs of both workers and businesses.
However, we also understood that we needed to position both businesses and workers to be able to open up and get back to work when it was safe to do so. Last spring, the Parliamentary Budget Officer noted that a significant amount of the Liberal spending in the budget would not stimulate jobs or create economic growth. Unfortunately, unbridled spending on Liberal partisan priorities has been par for the course with the government. It has always run deficits, not once trying to control the national debt or rein in spending, and now that is catching up with us.
During debate on the Budget Implementation Act, I made the observation that budget 2021 did not set Canadians up for future prosperity. Rather, I said that it set up Canada for long-term postpandemic failure. It would appear that this is now the case. The Liberals have made numerous missteps in their spending during the pandemic, and Canadians are paying for it with the cost of living ballooning under the government.
As I stated earlier, Canadians are finding it more and more difficult to make ends meet. Families will be paying nearly $1,000 more on groceries this year. They are struggling to provide for their children today, let alone save for their future tomorrow. Young people are being forced to live in their parents' basements because they cannot afford to buy a home of their own. There has been an 85% home inflation over the last six years, and 25% of that was in the last year alone. The Real Estate Association's chief economist has called it the biggest gain of all time.
Seniors on a fixed income cannot afford groceries with the price of food skyrocketing, and workers are finding it more and more costly to get to work with the price of gas soaring.
Under the Prime Minister, Canada has consistently had one of the highest unemployment rates in the G7 and record economic decline. In fact, the Liberal government has spent more and delivered less than any other G7 country. Now more than ever, Canadians need a government willing to prioritize thoughtful, focused and effective fiscal policies ahead of its own partisan purposes.
We need policies that support Canadians getting back to work. We need policies that support every sector in every province across our country. For example, the oil and gas industry, which employs thousands of hard-working Canadians, fosters economic growth and provides revenues that support social programs and infrastructure, such as schools and hospitals. We need policies that will put Canadians first.
Conservatives are opposed to Bill C-8, which would unnecessarily add an additional $70 billion of new inflationary spending to an already jaw-dropping deficit.
Madame la Présidente, je suis heureuse de prendre la parole aujourd’hui au sujet du projet de loi C-8. Je vais passer en revue les mesures prévues dans ce projet de loi.
La ministre des Finances a déposé la mise à jour économique et financière au Parlement en décembre dernier. Le projet de loi C-8 mettrait en œuvre certaines dispositions prévues dans celle‑ci. Ce projet de loi prévoit un certain nombre de mesures, entre autres, plusieurs modifications à la Loi de l’impôt sur le revenu, l’adoption d’une nouvelle Loi sur la taxe sur les logements sous- utilisés, le financement de diverses mesures liées à la COVID, dont l’achat de tests de dépistage, et, enfin, des modifications à la Loi sur l’assurance‑emploi. La mise à jour économique présentée l’an dernier prévoyait également une augmentation des dépenses gouvernementales d’environ 70 milliards de dollars qui viennent s’ajouter à la dette nationale.
Depuis le début de la pandémie, le gouvernement a accumulé des dépenses et une dette totalisant des centaines de milliards de dollars. Le budget de 2021 prévoyait un déficit de 354 milliards de dollars pour l’exercice de 2020-2021 et de 154 milliards de dollars de plus pour l’exercice de 2021-2022. Soulignons toutefois que la dette contractée par le gouvernement au cours de ces deux dernières années n’est pas entièrement attribuable à la pandémie. En fait, environ 176 milliards de dollars des nouvelles dépenses déficitaires n’ont rien à voir avec la pandémie.
Je me souviens de l’époque où le premier ministre avait promis de façon audacieuse, mais modeste, qu’il ne produirait que quelques petits déficits de 10 milliards de dollars pour appuyer des projets d’infrastructure. À l’époque, les Canadiens l’ont cru. Nous savons tous où cette promesse s’est retrouvée: en milliards de petits morceaux de papier au fond de la déchiqueteuse du Cabinet du premier ministre.
Il est évident que nous ne pouvons pas confier au gouvernement libéral la gestion responsable des finances du pays. C’est une chose pour un gouvernement d’emprunter de l’argent pendant une situation d’urgence, mais il ne peut pas se servir de cette carte de crédit pour des initiatives qui n’ont rien à voir avec la pandémie. Le gouvernement se sert de la pandémie pour cacher les augmentations massives de ses dépenses. Selon le directeur parlementaire du budget, cette dernière augmentation est inutile. Il a affirmé que « la raison d’être initiale de ces dépenses supplémentaires, soit la relance économique, ne semble plus présente ».
En fait, nous ne discuterions pas d’un nouveau déficit de 70 milliards de dollars si le gouvernement libéral avait bien géré la pandémie et s’il n'avait pas exploité la situation au cours des deux dernières années.
Où ce déficit effréné nous a-t-il entraînés? Notre dette nationale a maintenant atteint 1,2 billion de dollars et a produit un taux d’inflation record. Au Comité des finances, lorsqu’on lui a demandé si les déficits du gouvernement pouvaient contribuer à l’inflation, le directeur parlementaire du budget a répondu clairement qu’en effet, ils le pouvaient. Nous faisons face au taux d’inflation le plus élevé depuis 30 ans. L’essence a augmenté de 34 %. Le prix des logements a augmenté de près de 27 %. Le sucre a augmenté de 20 %. Le bœuf et le bacon ont augmenté de 17 %, et les carottes de 13 %. Même le café a augmenté de 10 %.
On rapporte que près de 60 % des Canadiens ont de la difficulté à acheter de la nourriture pour leur famille et que seulement 34 % d’entre eux croient que leur situation s’améliorera dans cinq ans. On ne peut donc pas s’étonner si, en matière d'économie, le Canada affiche l’un des niveaux d’optimisme les plus bas au monde, qui est bien en deçà de la moyenne mondiale. Je crois que c’est la raison pour laquelle nous assistons à des manifestations de masse partout au pays, même sous les fenêtres de la Chambre, et que des milliers de personnes bordent les rues et les autoroutes pour appuyer les manifestants.
Les Canadiens veulent de l’espoir et un avenir. En mars 2020, on leur a demandé deux semaines pour aplatir la courbe. Ils ont maintenant donné deux ans. Ils attendent encore et toujours le plan de relance de l’économie qui les ramènera au travail et à la vie normale. Malheureusement, ce plan n’existe pas.
Je tiens à préciser que les conservateurs ont toujours compris qu’en demandant aux Canadiens de rester chez eux et de fermer leurs entreprises, nous devions leur accorder un soutien financier. Voilà pourquoi nous avons appuyé les mesures qui ont aidé les Canadiens et les entreprises canadiennes. Voilà pourquoi nous avons appuyé les dépenses qui ont vraiment aidé les Canadiens durement touchés par la pandémie. Voilà pourquoi les députés conservateurs ont été présents à toutes les étapes du processus et ont proposé des solutions pour combler les lacunes des programmes de soutien et pour mieux répondre aux besoins des travailleurs et des entreprises.
Cependant, nous avons aussi compris qu’il fallait à la fois soutenir les entreprises et les travailleurs pour qu'ils puissent reprendre leurs activités et retourner au travail lorsqu'il était sécuritaire de le faire. Le printemps dernier, le directeur parlementaire du budget a fait remarquer qu’une part importante des dépenses prévues dans le budget des libéraux ne stimulerait ni l’emploi ni la croissance économique. Malheureusement, le gouvernement a continué à faire des dépenses effrénées pour financer ses priorités partisanes. Il a continuellement produit des déficits; il n’a jamais essayé de contrôler la dette nationale et les dépenses, et maintenant nous en souffrons tous.
Pendant le débat sur le projet de loi d’exécution du budget, j’ai fait remarquer que le budget de 2021 n'assurerait pas aux Canadiens une prospérité future, mais qu'il les préparait plutôt à un échec postpandémique à long terme. Il semble bien que nous nous y trouvions maintenant. Les libéraux ont fait de nombreux faux pas relativement à leurs dépenses pendant la pandémie, et les Canadiens en font les frais, car le coût de la vie grimpe en flèche sous le gouvernement actuel.
Comme je l’ai dit plus tôt, les Canadiens ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Les familles paieront près de 1 000 $ de plus pour leur épicerie cette année. Ils ont du mal à subvenir aux besoins de leurs enfants aujourd’hui, alors ils n'ont certainement pas les moyens d'épargner pour leur avenir. Les jeunes sont obligés de vivre dans le sous-sol de leurs parents parce qu’ils n’ont pas les moyens d’acheter une maison. Le coût du logement a grimpé de 85 % au cours de ces six dernières années, dont 25 % au cours de l’année dernière seulement. L’économiste en chef de l’Association canadienne de l’immeuble a affirmé qu’il s’agit de la plus forte augmentation de tous les temps.
Les aînés qui ont un revenu fixe n’ont pas les moyens de faire leur épicerie, car le prix des aliments augmente rapidement. Les travailleurs trouvent qu’il est toujours plus cher de se rendre au travail, parce que le prix de l’essence grimpe en flèche.
Sous la direction du premier ministre, le Canada a systématiquement eu l’un des taux de chômage les plus élevés des pays du G7, en plus de connaître un déclin économique record. En fait, le gouvernement libéral est celui qui a dépensé le plus et obtenu le moins de résultats parmi les pays du G7. Maintenant plus que jamais, les Canadiens ont besoin d’un gouvernement qui établisse des politiques budgétaires réfléchies, ciblées et efficaces au lieu de traiter ses propres objectifs partisans en priorité.
Nous avons besoin de politiques qui aident les Canadiens à retourner au travail. Nous avons besoin de politiques qui soutiennent tous les secteurs dans toutes les provinces du pays. Par exemple, l’industrie pétrolière et gazière, qui emploie des milliers de travailleurs canadiens, favorise la croissance économique et génère des revenus qui soutiennent les programmes sociaux et l’infrastructure, comme les écoles et les hôpitaux. Nous avons besoin de politiques qui donnent la priorité aux Canadiens.
Les conservateurs s’opposent au projet de loi C‑8, car il ajouterait inutilement 70 milliards de dollars en nouvelles dépenses inflationnistes à un déficit déjà écrasant.
Collapse
Results: 676 - 690 of 808 | Page: 46 of 54

|<
<
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data