Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 31 - 45 of 808
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2022-10-05 20:00 [p.8192]
Expand
Mr. Speaker, I can assure the member that this is definitely something that we have discussed in my riding. Truth be told, the majority of people in my riding have dental care programs. I have experienced this as well because, when the previous prime minister was in place, we went through a very hard time. We lost our business. We had $500 to our name, three small children and had to totally retool for our future. There were programs available for us. There are programs available for seniors who are within the province to assist them as well.
It is not that I do not believe that these children should have the support that they need. I just believe that we should be focused, as a government, on those who truly need assistance and not thinking of the larger-scale programs where everybody falls under the same umbrella and no one is left to put the taxes in the place—
Monsieur le Président, je peux assurer à la députée que c'est quelque chose dont nous avons parlé dans ma circonscription. Il faut le dire, la majorité des gens de ma circonscription sont couverts par une assurance dentaire. Je comprends bien la situation parce que, lorsque le premier ministre précédent était en place, nous avons vécu des moments très difficiles. Nous avons perdu notre entreprise. Nous n'avions plus que 500 $ et, avec trois jeunes enfants, nous avons dû revoir nos plans pour l'avenir. Nous avons eu accès à certains programmes. Les aînés de la province ont également accès à des programmes.
Ce n'est pas que je considère que ces enfants ne devraient pas avoir accès à l'aide dont ils ont besoin. C'est seulement que je crois que le gouvernement devrait travailler à soutenir ceux qui sont vraiment dans le besoin plutôt que de chercher à mettre en place des programmes mur à mur qui englobent tout le monde et qui ne laissent personne pour s'occuper du fardeau fiscal...
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-05 20:15 [p.8194]
Expand
Mr. Speaker, it is an honour to once again rise in the House of Commons. It is great to see many members of Parliament returning to be in person in the House of Commons once again. It is great to see. It is great for camaraderie in the House to be able to connect with other members, not only within our own party but also with the parties across the way.
Throughout the summer, I did hear from many people who are worried about the cost of living, which is what brings us to the bill we have here today. Many people are doing their very best to survive. I am sure that all members should be aware by now that this is not only a regional problem. It is not only affecting my riding. It is affecting people all across the country. As a result, Canadians are worried about what is happening right now with our economy and where it is headed.
It has been a really difficult year for a growing number of people. We have seen our inflation rate reach levels not seen in almost 40 years, which would be before I was even born.
Back in the early to mid-eighties, my parents had to deal with buying their farm with interest rates at around 18%. We are already hearing some rumblings of a recession, which should take us back to that time once again. I know that many people are not too excited about the prospect of interest rates of even 8%, let alone 18%.
For a lot of younger Canadians today and, in particular, a lot of young farmers and ranchers in my riding, it is already hard to imagine ever getting ahead, finding opportunity or even achieving a dream as simple as owning a home. Now they have to deal with everyday essentials that are basically unaffordable, never mind trying to think about the future for themselves or their families, if they can start a family in the first place.
In response to this situation, we have Bill C-31 in front of us today. Sadly, there is no sign that the Liberal government will acknowledge the full scale of the problem.
They also do not want to talk about where the problems are coming from or admit that reversing their failed policies is part of the solution. Since taking power over seven years ago, the Liberal government has been short-sighted with promoting and developing our industries. Strengthening our economy simply has not been a priority, and some of our strongest assets, such as the energy sector, have consistently been punished instead of supported.
This left us in a vulnerable position, where we were unprepared for whenever a new crisis would eventually come along. As a result, Canadians continue to suffer the consequences of these bad decisions. At first, the Liberals were simply ignoring the issue for a while, but they cannot say that we didn't warn them.
Once it was clear that our national economy was getting into trouble, the Liberals went right ahead with their same old approach. As much as they try to pretend otherwise, big spending is not going to make our troubles disappear. It actually adds fuel to the fire at a time when the flames are out of control. That is what Canadians are seeing and living right now with their cost of living.
Last year saw inflation rise quickly and stay high above the target of 2%. After the Liberals could not ignore it anymore, they decided to downplay it. They would say, “Do not worry. It is just temporary.”
That is basically what the Deputy Prime Minister and Minister of Finance said back in January when I asked about their projections at the time. She said:
Inflation is currently higher than what we were accustomed to over the last decade. This is true in Canada and in many other countries around the globe. This is a matter of concern to the Bank of Canada and the government. However, most market observers around the world view the factors keeping inflation elevated to be temporary. As a result, the Bank of Canada expects inflation to ease back and to reach its 2% target by late 2022.
That was their prediction, on the record, and they have not really reconsidered it since then. Even though that clearly did not turn out to be the case, we will not hear the Liberal government take any responsibility for what Canadians are going through today. To this day, they will never dare admit that they have contributed to it. Anything or anyone else is to blame except for themselves.
After the budget, I asked again if the government had any plans to control inflation, just in case they were wrong in saying that it might not actually be that big of a deal. Once again, there was not much of an answer. Besides mentioning the Bank of Canada hiking interest rates, they pointed to the type of proposal we find in Bill C-31, along with national child care.
Over the summer, while Canadians faced worsening challenges, the government finally realized that it might start to affect them, after seeing some signs that it is losing public support over its approach. It tried to generate some new excitement in the media about how it was putting together a plan to help with the cost of living but, so far, the Liberal plan appears to be changing nothing from what they were doing before. There is no readjustment in sight.
That means that it is attempting to help with affordability in limited ways without fighting inflation, which should be a non-starter. If we look at Bill C-31, we will find that the Liberals propose to handle inflation with new programs that require a lot more inflationary spending. By definition, that will not make things better overall.
It might be a political price for a coalition with the NDP, but paying it will end up costing Canadians, who will continue to struggle with affordability. That is because none of this amounts to a full-scale plan or a serious effort to fix the root cause of something that is impacting all Canadians.
If that continues unchecked, it is easy for the problem to stay with us and get worse. After spending billions of taxpayer dollars, it could help the effects of inflation persist and cancel any net benefits to affordable living. If that happens, what will the government tell Canadians then? Even with affordability, the Liberals are missing the mark. They are well aware that food and fuel are two of the biggest things driving inflation, and they want to make things worse in both of these areas.
When Canadians started to see the highest gas prices ever at the pumps, Conservatives voted for a temporary suspension of the carbon tax, but the Liberal government refused to do it. We are dealing with food prices rising at the fastest pace in 40 years. At a time like this, I have to remind the government that it is our farmers who grow and raise it in the first place. The same carbon tax is hitting them year after year, and the Liberals, the NDP and the Bloc are all comfortable with tripling it going forward.
Instead of changing direction, they are doubling down, even tripling down. The Liberals deny that it is doing any damage because the rebates are giving people more money back than they pay, at least that is the government's idea of affordability. Many Canadians know that is not happening for them, especially in small towns, particularly in rural Saskatchewan and especially for our farmers.
I have seen a bill from a farmer that shows the added cost of $1,100 in one month, just in carbon tax. It definitely does not match the annual rebate given for my province.
The Liberals are also bringing another attack on agriculture through an unrealistic target for fertilizer emissions. After being asked multiple times, they have not ruled out a restriction or a ban as seen in other countries. That type of policy would be disastrous for producing food, and it should be unthinkable when the world is already trying to avoid catastrophic shortages.
It should come as no surprise that the Liberals are not interested in prioritizing people's needs over their political projects. The real concern for achieving affordability has been noticeably lacking. How can Canadians believe the same government's claim that their new programs are supposed to be the answer? It all sounds more like an excuse. The government's past record speaks for itself.
Even with child care, as another recent example, the government's plan is designed for specific circumstances involving day care. What is it doing for any families who want to live on a single income and take care of their own children in their own home? The Liberals are the ones who removed income splitting, which helped these families afford whichever decisions were right for them. With the way it has been handling everything, the government's failed priorities have added extra pressure in the lives of these families and excluded different options for them.
Meanwhile, they are not addressing the larger problem behind the costs that all families have to deal with. That can only be done by actually fighting inflation and strengthening our economy as a whole. We are demanding something better for Canadians.
We cannot pretend the Liberals are offering any lasting solutions by simply repackaging their platform, a platform that has consistently been proven not to work.
Monsieur le Président, je suis honoré de prendre la parole une fois de plus à la Chambre des communes. Il est bon de voir tant de députés assister de nouveau aux séances en présentiel. C'est formidable. Le fait de pouvoir échanger avec des députés de tous les partis, et pas seulement avec les membres de son parti, favorise la camaraderie à la Chambre.
Au cours de l'été, bien des gens m'ont dit qu'ils sont préoccupés par le coût de la vie. C'est ce qui nous amène au projet de loi à l'étude aujourd'hui. Beaucoup de gens font de leur mieux pour survivre. Je suis convaincu que tous les députés sont conscients que ce problème ne concerne pas seulement une région. Il ne touche pas seulement ma circonscription. Le problème afflige tous les Canadiens. Résultat, les Canadiens s'inquiètent de ce qui se passe avec notre économie en ce moment et de ce que l'avenir nous réserve.
L'année est très difficile pour de plus en plus de gens. Nous avons vu notre taux d'inflation atteindre des niveaux inédits depuis près de 40 ans, c'est-à-dire avant même ma naissance.
Au début ou au milieu des années 1980, mes parents ont acheté leur ferme alors que le taux d'intérêt oscillait autour de 18 %. Nous entendons déjà quelques rumeurs de récession, ce qui devrait nous ramener à cette époque une fois de plus. Je sais que peu de personnes sont bien enthousiastes à la perspective d'un taux d'intérêt de 8 %, encore moins de 18 %.
Pour beaucoup de jeunes Canadiens aujourd'hui et, en particulier, pour beaucoup de jeunes agriculteurs et éleveurs de ma circonscription, il est déjà difficile d'imaginer pouvoir un jour améliorer leur sort, trouver des possibilités ou même réaliser un rêve aussi simple que celui de posséder une maison. Ils doivent maintenant trouver les moyens d'acheter des produits de première nécessité qui sont pratiquement inabordables, sans parler d'essayer de penser à leur avenir et à celui de leur famille, s'ils peuvent même se permettre de fonder une famille.
Pour remédier à cette situation, nous voilà aujourd'hui saisis du projet de loi C‑31. Malheureusement, rien n'indique que le gouvernement libéral reconnaîtra l'ampleur du problème.
Les libéraux ne veulent pas non plus parler de l'origine des problèmes ni admettre que l'annulation de leurs politiques malavisées permettrait de résoudre une partie de ces problèmes. Depuis leur arrivée au pouvoir il y a sept ans, les libéraux ont manqué de vision en ce qui concerne la promotion et le développement de nos industries. Renforcer l'économie n'a tout simplement pas fait partie de leurs priorités et certains de nos secteurs les plus forts, comme celui de l'énergie, ont constamment été punis au lieu d'être appuyés.
Cela nous a laissés dans une position vulnérable, sans protection si jamais une nouvelle crise survenait. Les Canadiens continuent donc de souffrir des conséquences de ces mauvaises décisions. Au début, les libéraux ont feint d'ignorer le problème, mais ils ne peuvent pas dire que nous ne les avons pas avertis.
Lorsqu'il a été clair que notre économie nationale était en difficulté, les libéraux ont adopté leur approche habituelle. Même s'ils tentent de prétendre le contraire, dépenser sans compter ne va pas faire disparaître nos problèmes. Cela ne fait que verser plus d'huile sur le feu à un moment où les flammes sont déjà hors de contrôle. C'est ce que les Canadiens vivent et constatent en ce moment avec le coût de la vie.
L'an dernier, le taux d'inflation a commencé à grimper rapidement pour rester bien au-dessus de la cible de 2 %. Ne pouvant plus ignorer la situation, les libéraux ont décidé d'en minimiser l'importance. Ils disaient: « Ne vous en faites pas, ce n'est que temporaire. »
C’est essentiellement ce que la vice-première ministre et ministre des Finances a déclaré au mois de janvier dernier quand je lui ai demandé ses projections. Elle a répondu:
À l’heure actuelle, l’inflation est supérieure à la moyenne d’environ 2 % qui a prévalu au cours des dernières décennies. Cela est vrai au Canada et dans de nombreux autres pays du monde. C’est une question qui préoccupe la Banque du Canada et le gouvernement. Cependant, la plupart des observateurs du marché dans le monde s’attendent à ce que les facteurs qui maintiennent l’inflation élevée disparaissent après un certain temps. Par conséquent, la Banque du Canada s’attend à ce que l’inflation ralentisse et atteigne sa cible de 2 % d’ici la fin de 2022.
Voilà les projections officielles du gouvernement. Il ne les a pas révisées depuis. Même si ces projections se sont avérées erronées, nous n’entendons pas les libéraux assumer leur part de responsabilité pour les difficultés que vivent les Canadiens à l’heure actuelle. À ce jour, ils n’osent pas admettre qu’ils ont contribué au problème. À leurs yeux, les responsables sont partout, sauf au gouvernement.
Après le dépôt du budget, j’ai encore une fois demandé si le gouvernement avait un plan quelconque pour contrôler l’inflation, juste au cas où il avait tort de croire que la situation ne serait pas si grave. Encore une fois, ce n’était pas une réponse très claire. D’ailleurs, à la suggestion que la Banque du Canada risquait de hausser les taux d’intérêt, les libéraux ont soulevé le type de proposition que l’on retrouve dans le projet de loi C‑31, combinée au programme national de garde d’enfants.
Pendant l'été, alors que la situation des Canadiens devenait de plus en plus difficile, le gouvernement a enfin compris que tout cela pouvait avoir une incidence sur eux, puisque certains signes semblaient indiquer que son approche lui faisait perdre l'appui de la population. Il a tenté d'éveiller l'enthousiasme des médias en expliquant qu'il élaborait un plan pour aider les gens à composer avec le coût de la vie. Dans les faits, jusqu'à maintenant, les libéraux semblent avoir pour plan de continuer à faire la même chose qu'avant. Aucun rajustement n'est prévu.
C'est donc dire qu'il tente d'améliorer un peu l'abordabilité en employant des moyens limités et sans combattre l'inflation, une approche qui devrait être vouée à l'échec. Dans le projet de loi C‑31, par exemple, les libéraux proposent de contrer l'inflation avec de nouveaux programmes qui nécessitent de fortes dépenses inflationnistes, ce qui, par le fait même, n'améliorera aucunement la situation dans son ensemble.
C'est peut-être un prix politique à payer pour une coalition avec le NPD, mais cela finira par coûter cher aux Canadiens, qui continueront de devoir composer avec des prix inabordables. La raison en est que rien de tout cela ne correspond à un plan à grande échelle ni à un effort sérieux pour régler la cause profonde d'un problème qui touche tous les Canadiens.
S'il n'est pas contrôlé, le problème pourrait facilement perdurer et s'aggraver. Après des milliards de dollars de dépenses avec l'argent des contribuables, cela pourrait faire en sorte que les effets de l'inflation persistent et annuler tout avantage net pour une vie abordable. Si cela se produit, que dira alors le gouvernement aux Canadiens? Même en ce qui concerne l'abordabilité, les libéraux font fausse route. Ils savent très bien que les aliments et le carburant sont deux des principaux facteurs d'inflation, mais souhaitent aggraver la situation dans ces deux domaines.
Lorsque les Canadiens ont commencé à voir les prix de l'essence les plus élevés jamais enregistrés à la pompe, les conservateurs ont proposé une suspension temporaire de la taxe sur le carbone. Cependant, le gouvernement libéral a rejeté l'idée. Nous sommes confrontés à une augmentation du prix des aliments au rythme le plus rapide des 40 dernières années. Dans un moment comme celui-ci, je dois rappeler au gouvernement que ce sont nos agriculteurs qui produisent nos denrées alimentaires. La taxe sur le carbone les frappe année après année, mais les libéraux, les néo-démocrates et les bloquistes sont tous à l'aise avec l'idée de la tripler.
Au lieu de changer de cap, ils en rajoutent, et trois fois plutôt qu'une. Les libéraux nient qu'ils causent des dommages parce que les remboursements rendent aux gens plus d'argent qu'ils n'en paient, du moins c'est l'idée que le gouvernement se fait de l'abordabilité. De nombreux Canadiens savent que ce n'est pas le cas pour eux, surtout dans les petites villes, en particulier dans les régions rurales de la Saskatchewan, et pour les agriculteurs.
J'ai vu la facture d'un agriculteur qui indique un supplément de 1 100 dollars pour un mois, juste pour la taxe sur le carbone. Cela ne correspond absolument pas au remboursement annuel accordé dans ma province.
Les libéraux portent également une autre attaque contre le milieu de l'agriculture en fixant une cible irréaliste pour les émissions de fertilisants. Après des demandes répétées, ils n'ont pas exclu une restriction ou une interdiction, comme cela se fait dans d'autres pays. Ce type de politique serait désastreux pour la production alimentaire et il devrait être impensable alors que le monde tente déjà d'éviter des pénuries catastrophiques.
On ne devrait pas s'étonner que les libéraux ne souhaitent pas faire passer les besoins des gens avant leurs projets politiques. De toute évidence, le gouvernement ne se préoccupe pas vraiment de rendre la vie abordable. Comment peut-on s'attendre à ce que les Canadiens croient ce gouvernement lorsqu'il prétend que ses nouveaux programmes sont la solution? Tout cela ressemble plus à une excuse. Le bilan du gouvernement est éloquent.
Même avec la garde d'enfants, pour prendre un autre exemple récent, le plan du gouvernement est conçu en fonction de circonstances précises qui se rapportent aux garderies. Que fait-il pour les familles qui souhaitent vivre avec un seul revenu et s'occuper de leurs enfants dans leur propre maison? Ce sont les libéraux qui ont aboli le fractionnement du revenu, qui aidait ces familles à se permettre de prendre les décisions qui leur conviennent. Avec sa façon de tout gérer, le gouvernement et ses priorités ratées ont ajouté une pression supplémentaire dans la vie de ces familles, en plus de les priver de diverses options.
Pendant ce temps, le gouvernement ne s'attaque pas au problème plus vaste qui se cache derrière les coûts qui accablent toutes les familles. Il ne pourra y arriver qu'en luttant réellement contre l'inflation et en renforçant notre économie dans son ensemble. Nous exigeons mieux pour les Canadiens.
On ne peut pas prétendre que les libéraux proposent des solutions durables lorsqu'ils se contentent de présenter leur plateforme avec un nouvel emballage, car cette plateforme s'est toujours révélée inefficace.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-05 20:25 [p.8196]
Expand
Mr. Speaker, I would submit that going back to yesterday where there is no carbon tax would mean that groceries, food, heating, energy and gas would all be cheaper. It would means things would be more affordable for Canadians. That is the crisis that we are going through right now, an affordability crisis.
Over the next number of years the carbon tax will go up, and the clean fuel standard will kick in, which is also going to add another couple cents per litre, and going forward that will also increase, putting another burden on Canadians, consumers and how we transport our goods across this country.
Those are things we cannot afford that are pricing Canadians out of the grocery store, out of their homes and into a situation where they have to choose between heating or eating.
Monsieur le Président, si nous revenions à une époque où il n'y avait pas de taxe sur le carbone, je crois que le prix de l'épicerie, des aliments, du chauffage, de l'énergie et de l'essence serait inférieur. La vie serait plus abordable pour les Canadiens. Nous sommes en pleine crise de l'abordabilité.
Au cours des prochaines années, la taxe sur le carbone augmentera. De plus, la norme sur les combustibles propres entrera en vigueur, ce qui ajoutera quelques cents au prix du litre d'essence, et elle augmentera elle aussi, ce qui alourdira encore plus le fardeau des Canadiens et des consommateurs et compliquera la façon dont nous transportons les marchandises à l'échelle du pays.
Ce sont des choses que nous ne pouvons nous permettre parce qu'elles empêchent les Canadiens de payer leur épicerie et leur logement, en plus de les placer dans une situation où ils doivent choisir entre se chauffer ou se nourrir.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-05 20:26 [p.8196]
Expand
Mr. Speaker, it is quite simple. It is a tax rebate. When I first entered the workforce, I received GST cheques. I remember what that was like, but that was for taxes I had paid to the government that were coming directly back to me. It is just like a tax return. When we all file our taxes, the money coming back to us is what we paid to the government. Leaving more money in people's pockets would be better, but in lieu of the government actually cutting and reducing taxes, we will support a rebate on the taxes that Canadians have paid.
Monsieur le Président, c'est très simple. Il s'agit d'un remboursement de taxe. Lorsque je suis entré sur le marché du travail, j'ai reçu des chèques de TPS. Je me rappelle comment c'était à l'époque, c'était pour des taxes que j'avais payées au gouvernement et qui me revenaient directement. C'est exactement comme un remboursement d'impôt. Lorsque nous soumettons notre déclaration de revenus, l'argent qui nous revient est celui que nous avons payé au gouvernement. Il serait préférable de laisser plus d'argent dans les poches des gens, mais à défaut d'obtenir que le gouvernement réduise réellement les taxes, nous sommes en faveur d'un remboursement des taxes que les Canadiens ont payées.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2022-10-05 20:28 [p.8196]
Expand
Mr. Speaker, the $12-million handout the government gave to Loblaws, for example, was something that never should have happened. As far as I know, the NDP supported that measure. We do not want to see big handouts to big corporations like that.
What is most important is that oil companies in small-town Saskatchewan, for example, are passing along their profits. They are investing in the communities where they operate, but also beyond them. Hospitals, care homes and schools are paid for by revenue dollars that are brought in by oil companies. The government is making record profits right now on the backs of oil revenues that have been sky high over the summer.
We need to remember where that money comes from. It comes from the people who are providing jobs and providing energy to this country. As the government and the NDP want to phase out and eliminate that, they are eliminating billions of dollars in revenue for the provinces and the federal government. These programs would not exist or even be an option if these companies were to disappear.
Monsieur le Président, le cadeau de 12 millions de dollars que le gouvernement a donné à Loblaws, par exemple, est une chose qui n'aurait jamais dû avoir lieu. Que je sache, le NPD a appuyé cette mesure. Nous ne voulons pas que de grandes sociétés reçoivent de tels cadeaux.
Le plus important est que les compagnies pétrolières des petites villes de la Saskatchewan, par exemple, font profiter les autres de leurs gains. Elles investissent dans les collectivités où elles opèrent, mais aussi dans les environs. Les hôpitaux, les maisons de soins et les écoles sont financés par les revenus générés par les compagnies pétrolières. Le gouvernement réalise actuellement des bénéfices records grâce aux revenus pétroliers qui ont atteint des sommets au cours de l'été.
Il ne faut pas oublier d'où vient cet argent. Il provient de gens qui fournissent des emplois et de l'énergie au pays. En abandonnant progressivement l'énergie qu'ils produisent, comme le prônent le gouvernement et le NPD, on prive les provinces et le gouvernement fédéral de revenus à hauteur de milliards de dollars. Les programmes n'existeraient pas ou ne seraient même pas une option si ces entreprises devaient disparaître.
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
View Robert Kitchen Profile
2022-10-04 11:35 [p.8061]
Expand
Madam Speaker, the member for Montcalm talked about seniors, and I was very touched to hear that. I also read an article just yesterday on how inflation was having a huge impact on the lives of retired seniors. The article basically talked about how they would have to come back to the workforce, because they realized their pensions were not enough. Inflation had driven up costs and the high costs of taxes are driving them out of retirement.
I am interested to hear what the member has to say about those aspects and the reality of the carbon tax, not to mention the GST that is on top of that carbon tax. These huge costs are impacting seniors.
Could the member expand on how these will have huge impacts not only on seniors in Quebec but across the whole country?
Madame la Présidente, le député de Montcalm a parlé des aînés, et j’ai été très touché d’entendre cela. J’ai également lu un article hier sur les répercussions énormes de l’inflation sur la vie des aînés retraités. L’article expliquait essentiellement comment ils vont devoir retourner au travail, car ils se rendent compte que leurs pensions sont insuffisantes. L’inflation a fait grimper les coûts, et le coût élevé des taxes les pousse à quitter la retraite.
Je suis curieux d’entendre ce que le député a à dire sur ces aspects et sur la réalité de la taxe sur le carbone, sans parler de la TPS qui s’ajoute à cette taxe. Ces coûts énormes ont des répercussions sur les aînés.
Le député pourrait-il nous expliquer comment ces coûts auront des répercussions énormes non seulement sur les aînés du Québec, mais aussi sur ceux de tout le pays?
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
View Kelly Block Profile
2022-10-04 12:46 [p.8072]
Expand
Mr. Speaker, I would point out to the member that grocery prices are at their highest rate since 1981, that more than 70% of families with children will not receive this support and, in fact, lower-income families will receive no benefits at all.
Will the member support those who are hardest hit by the cost of living crisis and call for the Prime Minister to cancel the carbon tax?
Monsieur le Président, je rappelle à mon collègue que le prix des aliments augmente à un taux le plus élevé depuis 1981. Plus de 70 % des familles qui ont des enfants ne recevront pas cette aide. En fait, les familles à faible revenu ne recevront aucune prestation.
Mon collègue soutiendra-t-il les personnes les plus durement touchées par la crise du coût de la vie et demandera-t-il au premier ministre d’annuler la taxe sur le carbone?
Collapse
View Fraser Tolmie Profile
CPC (SK)
View Fraser Tolmie Profile
2022-10-04 14:40 [p.8090]
Expand
Mr. Speaker, a veteran in my riding noticed that GST was being charged on top of the carbon tax on his power bill. The Liberal government plans to triple the carbon tax. Guess what. This would also triple the GST on a basic necessity.
Life is getting too expensive for Canadians. When will the government scrap its plans to triple the carbon tax, and axe the tax on the carbon tax?
Some hon. members: Oh, oh!
Monsieur le Président, un ancien combattant de ma circonscription a remarqué que la TPS s'ajoutait à la taxe sur le carbone sur sa facture d'électricité. Le gouvernement libéral prévoit de tripler la taxe sur le carbone. Or, devinez quoi? Cela triplera également la TPS sur ce produit de première nécessité.
La vie devient trop chère pour les Canadiens. Quand le gouvernement abandonnera-t-il son projet de tripler la taxe sur le carbone et abolira-t-il la taxe sur la taxe sur le carbone?
Des voix: Oh, oh!
Collapse
View Corey Tochor Profile
CPC (SK)
View Corey Tochor Profile
2022-10-04 14:45 [p.8091]
Expand
Mr. Speaker, Canadians have been dealing with a lot of gaslighting from the other side of the chamber when it comes to EI tax hikes. It is refreshing that the finance minister has finally admitted it, when she said, “Doubling the GST...for six months is around $2.5 billion and the proposed EI freeze is around $2.5 billion”.
Given that she is finally admitting that EI is a tax, will she commit the government today to stopping the planned tax hike on Canadian paycheques?
Monsieur le Président, les députés d'en face manipulent constamment les faits qu'ils présentent aux Canadiens au sujet des hausses des cotisations à l'assurance-emploi. Il est rafraîchissant de constater que la ministre des Finances a finalement admis que le doublement du crédit pour la TPS pendant 6 mois équivaut à environ 2,5 milliards de dollars et que le gel proposé des cotisations à l'assurance-emploi est d'environ 2,5 milliards de dollars.
Comme la ministre a finalement reconnu que les cotisations à l'assurance-emploi constituent une taxe, peut-elle s'engager immédiatement à ce que le gouvernement annule l'augmentation prévue des taxes sur les chèques de paie des Canadiens?
Collapse
View Corey Tochor Profile
CPC (SK)
View Corey Tochor Profile
2022-10-04 14:46 [p.8091]
Expand
Mr. Speaker, only Liberals would believe those lines. The Canadian families I am hearing from are just hanging on by a thread. Four out of five Canadians have changed their diets because of this Liberal government. Canadians cannot afford any more little tax grabs on Canadian paycheques.
When will the minister stop printing money, stop with the wasteful government spending that is fuelling inflation and stop the tripling of taxes on Canadians?
Monsieur le Président, il n'y a que les libéraux pour croire à de telles affirmations. Les familles canadiennes me disent qu'elles ne tiennent qu'à un fil. Quatre Canadiens sur cinq ont dû changer leurs habitudes alimentaires à cause du gouvernement libéral. Les Canadiens ne peuvent plus se permettre d'autres petites ponctions fiscales sur leurs chèques de paie.
Quand la ministre cessera-t-elle de faire marcher la planche à billets et de gaspiller l'argent des contribuables, ce qui alimente l'inflation, et quand renoncera-t-elle à tripler les taxes des Canadiens?
Collapse
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2022-10-04 15:19 [p.8097]
Expand
Mr. Speaker, I rise on a point of order. I believe that if you check this side of the House, we were not withholding unanimous consent. We were not saying boo; we were saying boo-urns. Please allow him to continue.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je crois que si vous vérifiez de ce côté-ci de la Chambre, nous ne refusions pas le consentement unanime. Nous ne disions pas « chou »; nous disions « chou-ette ». Veuillez lui permettre de poursuivre.
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
View Robert Kitchen Profile
2022-10-04 16:08 [p.8104]
Expand
Madam Speaker, I hear that from the Liberals all the time. They like to put out all sorts of numbers, and they put them out so much that people who are watching can hear all these big numbers, like the $1,000 they are going to get back, when in reality it is a much smaller number. They inflate that number, just like they inflate inflation and just like they inflate the taxes that are on these people. Unfortunately, taxes are going up and prices are going up. Seniors, I suspect, in the member's riding, after taking retirement, are going to turn around and now say, especially those in my riding, that they are going to have to go back to work because they cannot afford the cost of living anymore because of increased costs.
It is one thing to help out, and it is nice to see that, but the bottom line is that ending the taxes will help these people much faster.
Madame la Présidente, c'est toujours la même rengaine: les libéraux aiment nous bombarder de chiffres et les répètent si souvent que les gens finissent par les absorber, comme les 1 000 $ qu'ils vont supposément récupérer. Dans les faits, toutefois, cette somme est beaucoup plus modeste. Les libéraux gonflent cette somme, tout comme ils gonflent l'inflation et les taxes. Malheureusement, les taxes sont à la hausse, tout comme les prix. Je soupçonne que, dans la foulée de la hausse des coûts, les aînés de la circonscription du député qui ont pris leur retraite diront qu'ils sont désormais incapables de payer leurs factures et qu'ils devront donc retourner sur le marché du travail. C'est encore plus vrai pour les aînés de ma circonscription.
Certes, toute aide est la bienvenue et nous nous en réjouissons, mais, en fin de compte, l'élimination des taxes aurait été une mesure beaucoup plus efficace.
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
View Robert Kitchen Profile
2022-10-04 19:07 [p.8129]
Expand
Mr. Speaker, I want to thank my hon. colleague from Sherwood Park—Fort Saskatchewan for how clearly he indicated all the great steps that Taiwan took when the pandemic happened and the tremendous steps they took from a scientific point of view.
They had scientists. They stepped up in many avenues, protecting the public with restrictions on coming in and out of Taiwan, and did things we did not do in this country. We have had the opportunity to learn from them, and learn not only from the scientific knowledge they brought to us, but from the steps they took in helping assist this country. For example, as my colleague mentioned, there was the donation of millions of dollars of equipment, whether it was the masks or gowns they sent to Canada to help us during our time of crisis while we were trying to get caught up on things.
It is interesting. I know the issue here is these great scientists in Taiwan, but having scientists get together and talk to each other is how we learn. Having Taiwanese scientists and medical practitioners at the WHO and the WHA to provide their expertise means we can learn from their expertise and continue to do that.
I am interested to hear from my colleague, in particular on what the Liberal government has done on issues dealing with Iran and the steps taken. It is saying that it is going to do things, yet it is not doing anything. I am wondering if the member might comment on that.
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue de Sherwood Park—Fort Saskatchewan de la clarté avec laquelle il a énuméré toutes les mesures importantes que les autorités de Taïwan ont prises au début de la pandémie et les mesures considérables qu'elles ont prises d'un point de vue scientifique.
Ils avaient des scientifiques. Ils ont pris des mesures dans de nombreux domaines, ils ont protégé le public à l'aide de restrictions aux entrées et sorties de Taïwan et ils ont fait des choses que nous n'avons pas faites. Nous avons eu l'occasion d'apprendre d'eux, d'apprendre non seulement des connaissances scientifiques qu'ils nous ont transmises, mais aussi des mesures qu'ils ont prises pour nous aider. Par exemple, comme mon collègue l'a mentionné, ils nous ont fait don de matériel valant des millions de dollars, qu'il s'agisse des blouses ou des masques qu'ils nous ont envoyés afin de nous aider pendant notre période de crise, alors que nous essayions de reprendre le contrôle.
C'est intéressant. Je sais que nous parlons des remarquables scientifiques de Taïwan. Cependant, c'est lorsque les scientifiques se réunissent et se parlent que nous apprenons. Nommer des scientifiques et des médecins taïwanais à l'Organisation mondiale de la Santé et à l'Assemblée mondiale de la Santé pour qu'ils apportent leur expertise signifie que nous pouvons apprendre de cette expertise.
Je souhaite entendre mon collègue, en particulier sur ce qu'a fait le gouvernement libéral à propos des questions relatives à l'Iran et les mesures prises. Le gouvernement dit qu'il compte faire certaines choses, mais il ne fait rien du tout. J'aimerais savoir ce que le député en pense.
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
View Robert Kitchen Profile
2022-10-04 19:26 [p.8132]
Expand
Mr. Speaker, the member spoke many times and very eloquently about how Taiwan has so much to offer to the world and, in particular, when we talk about antimicrobials, etc. However, as a doctor in my previous career, the reality is that being an observer at a meeting gives Taiwan no opportunity to interact and get that onto the table. I am wondering why the member is okay with Taiwan being an observer as opposed to being a full participant so it can get their information to the table to help the world.
Monsieur le Président, la députée a dit à maintes reprises et avec beaucoup d'éloquence que Taïwan avait beaucoup à offrir au monde, notamment en ce qui concerne les antimicrobiens. Cependant, en tant qu'ancien médecin, je peux dire que le fait que Taïwan assiste à des réunions à titre d'observateur ne lui donne pas l'occasion d'interagir et de faire valoir son point de vue. Je me demande pourquoi la députée accepte que Taïwan ne soit qu'un observateur au lieu d'être un participant à part entière, ce qui lui permettrait de transmettre les informations dont elle dispose pour aider le monde.
Collapse
View Warren Steinley Profile
CPC (SK)
View Warren Steinley Profile
2022-10-03 14:06 [p.8004]
Expand
Mr. Speaker, Canadians are getting sick and tired of this out-of-touch NDP-Liberal coalition government. Their support is plummeting across the country. Canadians see hope in a strong, unified Conservative team that will give them back control of their lives.
It is very telling that the NDP has signed a secret backroom deal to prop up the arrogant Liberal government until 2025, and Canadians will respond accordingly during the next election. It has gotten so bad for the federal NDP out west that its provincial comrades in Saskatchewan do not even want the member for Burnaby South, the current federal leader, around. I cannot believe it. The home of Tommy Douglas decided to uninvite the federal NDP leader to its provincial convention. What is the reason? It is because the NDP leader and his party would rather prop up the Prime Minister and the incompetent government than stand with the hard-working people of Saskatchewan.
Our leader and Conservatives will always put the people first.
Monsieur le Président, les Canadiens en ont assez de ce gouvernement de coalition néo‑démocrate-libérale déconnecté de la réalité. Sa popularité est en chute libre partout au pays. Les Canadiens fondent leurs espoirs sur une équipe conservatrice forte et unie qui leur redonnera le contrôle de leur vie.
Le fait que le NPD ait conclu une entente secrète en douce pour appuyer un gouvernement libéral arrogant jusqu'en 2025 est très révélateur, et les Canadiens s'en souviendront au moment des prochaines élections. Les choses vont tellement mal pour les néo‑démocrates fédéraux de l'Ouest que leurs homologues provinciaux de la Saskatchewan refusent de voir le député de Burnaby-Sud, l'actuel chef néo‑démocrate, dans les parages. C'est difficile à croire. Les néo‑démocrates provinciaux de la région qui a porté Tommy Douglas au pouvoir ont décidé de ne pas inviter le chef néo‑démocrate fédéral à leur congrès provincial. Pourquoi? Parce que le NPD et son chef préfèrent appuyer le premier ministre et son gouvernement incompétent plutôt que de défendre les travailleurs de la Saskatchewan.
Les conservateurs et leur chef feront toujours passer les Canadiens en premier.
Collapse
Results: 31 - 45 of 808 | Page: 3 of 54

|<
<
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data