Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 4279
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2022-09-29 10:20 [p.7902]
Expand
Mr. Speaker, I would like to hear from the Leader of the Opposition. The Conservatives keep coming back to the same issue, one that is very important. No one is denying that. However, it seems to me that there is a lack of constructive solutions.
Would my colleague be open to increasing benefits for seniors on fixed incomes? The Bloc Québécois has been trying to hammer home this point for several months in Parliament and the government has not responded. Given inflation rates, which are particularly affecting food prices, we should help seniors by increasing the old age security pension. The agricultural community also needs more support, considering that the cost of gasoline has increased.
I would like to hear some constructive comments from my colleague.
Monsieur le Président, j'aimerais avoir l'opinion du leader de l'opposition. Les conservateurs reviennent constamment sur le même sujet, qui est très important. Personne ne le conteste. Toutefois, il me semble qu'on manque de solutions constructives.
Mon collègue serait-il d'accord pour augmenter les revenus des personnes âgées qui ont un revenu fixe? Le Bloc Québécois martèle ce message depuis plusieurs mois au Parlement et le gouvernement ne réagit pas. Compte tenu de l'inflation, qui touche particulièrement le prix des aliments, il faudrait aider les personnes âgées en augmentant la pension de la Sécurité de la vieillesse. Il faudrait aussi soutenir le monde agricole, parce que le coût de l'essence a augmenté.
J'aimerais entendre des commentaires constructifs de la part de mon collègue.
Collapse
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
View Denis Trudel Profile
2022-09-29 10:33 [p.7904]
Expand
Mr. Speaker, it really is Groundhog Day here in Parliament. It seems as if we are talking about the same issue we discussed last Tuesday.
It is true that prices are going up. Let us talk about housing, for example. This week, the Canadian Housing and Renewal Association came to the Hill to meet with us. They told us something pretty interesting that predates the pandemic and the recent increase in inflation.
Over the last 10 years in Canada, 600,000 affordable housing units have been lost. These are units the government had paid for, that we had all paid for, and that were relatively affordable. They were moved to the private market.
The government boasts about having a national housing strategy in which it is investing $72 billion, supposedly to create affordable housing, but that money has been lost. Private developers are buying up the units and flipping them at higher prices.
This is a major crisis that requires major investment. What do the Conservatives have to offer?
Monsieur le Président, c'est vraiment le jour de la marmotte, ici, au Parlement. On a l'impression qu'on parle du même sujet que celui dont a parlé mardi passé.
C'est vrai que les choses augmentent. Parlons du logement, par exemple. Cette semaine, sur la Colline, l'Association canadienne d'habitation et de rénovation urbaine est venue nous rencontrer. Elle nous a raconté quelque chose d'assez intéressant, qui date d'avant la pandémie et d'avant la récente augmentation de l'inflation.
Au Canada, depuis 10 ans, il s'est perdu 600 000 logements abordables, des logements pour lesquels le gouvernement avait payé, pour lesquels nous avons tous payé et qui étaient relativement abordables. Ils sont rendus dans le marché privé.
Le gouvernement se targue d'avoir une stratégie nationale sur lelogement dans laquelle il met 72 milliards de dollars, supposément pour créer des logements abordables, mais cet argent est perdu. Des promoteurs privés rachètent cela et augmentent le coût des logements.
Il s'agit d'une crise majeure qui requiert des investissements majeurs. Qu'est-ce que les conservateurs ont à proposer?
Collapse
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
View Julie Vignola Profile
2022-09-29 10:46 [p.7906]
Expand
Mr. Speaker, I have risen in the House several times this week to talk about measures that might seem worthwhile in the short-term because they provide some relief for taxpayers. Today's motion might seem useful because it talks about lowering taxes. No one can be against apple pie.
However, we are in the midst of an inflationary period. As I used to teach my high school students, inflation is caused by a myriad of factors, such as supply issues, natural disasters that destroy areas that produce food and other goods, a labour shortage and so on.
I am trying to understand what medium- and long-term solutions the government and the opposition parties envision. What kinds of solutions will truly help us reduce inflation without draining our coffers? As I taught my high school students, inflation is followed by a recession, and that is when we will need money in the coffers.
Monsieur le Président, à plusieurs reprises cette semaine, je me suis levée concernant des mesures qui peuvent sembler intéressantes à court terme parce qu'elles soulagent les contribuables. Celle d'aujourd'hui peut sembler intéressante parce qu'on parle de diminuer les taxes et les impôts. Personne n'est contre le sucre à la crème.
Cependant, on est en période inflationniste. Comme je l'enseignais à mes élèves de cinquième secondaire, l'inflation est causée par une multitude de facteurs, notamment les problèmes d'approvisionnement, les catastrophes naturelles qui vont détruire les zones de production d'aliments et d'autres biens, le manque de main‑d'œuvre, ainsi de suite.
Ce que j'essaie de savoir, autant du gouvernement que des partis de l'opposition, c'est quelles sont les solutions à moyen et à long terme pour ces problèmes‑là, des solutions qui vont permettre de vraiment diminuer l'inflation sans vider les coffres de l'État. Après une inflation — je l'enseignais à mes élèves de cinquième secondaire —, vient une récession. Là, on va avoir besoin d'argent dans les coffres.
Collapse
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2022-09-29 11:00 [p.7908]
Expand
Madam Speaker, all week long, both in question period and during Government Orders, members have been comparing EI premiums to a payroll tax.
On one side of the House, the Conservatives are saying the rates are terrible and have to be cancelled. On the other, the Liberals say rates have gone down by 30¢, or something like that, since they came to power.
They are both wrong.
For starters, employment insurance premiums are not a payroll tax. They are a safeguard. They are contributions to an insurance plan for people who lose their jobs. The Conservatives are hardly ones to talk: They were the first to pillage the EI fund.
The current government is not one to talk either, because it is failing workers. Those contributions everyone is fighting over are not even available to 40% of people.
Imagine my private insurance company telling me it can insure my house, but only two of the rooms, not the other three rooms. It makes no sense. Either we have a proper safety net or we do not. This is a premium to protect workers.
Why did the government fail workers by putting an end to these emergency measures?
Madame la Présidente, depuis le début de la semaine, tant à la période des questions que durant les ordres émanant du gouvernement, on compare les cotisations à l'assurance-emploi à une taxe prélevée sur la paie.
D'un côté de la Chambre, les conservateurs disent que les taux sont épouvantables et qu'il faut les annuler. De l'autre côté, les libéraux disent que, depuis qu'ils sont au pouvoir, cela coûte 30 ¢ de moins, ou quelque chose du genre.
Dans les deux cas, c'est faux.
Premièrement, les cotisations à l'assurance-emploi ne constituent pas une taxe prélevée sur la paie. Il s'agit d'une mesure de protection. Ce sont des cotisations à un régime d'assurance en cas de perte d'emploi. Les conservateurs n'ont pas de leçons à donner, car ils ont été les premiers à saccager le régime d'assurance-emploi.
Deuxièmement, le gouvernement en place n'a lui non plus aucune leçon à donner parce que, à l'heure actuelle, il abandonne les travailleurs. Les taux de cotisation au sujet desquels on se chicane, 40 % des gens n'y ont pas accès.
C'est comme si ma compagnie d'assurance privée me disait qu'elle peut assurer ma maison, mais seulement deux pièces, pas les trois autres pièces. Cela n'a aucun sens. On se donne un vrai filet social ou on ne s'en donne pas. C'est une cotisation pour protéger les travailleurs.
Pourquoi le gouvernement a-t-il abandonné les travailleurs en mettant fin à ces mesures d'urgence?
Collapse
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I will begin by saying I will be sharing my time with the member for Terrebonne, who will definitely be very interesting to listen to.
Before getting into the presentation on our topic today, I think it is important to properly understand the motion. As some have already mentioned, reading it feels like déjà-vu. It feels like we are debating the same topic we did on Tuesday, on the Conservatives' opposition day. They are really stuck on this theme. It is important to them and it does them credit. It remains to be seen how important this is as a position and an idea. We will talk about it some more.
The motion reads as follows:
That, given that the cost of government is driving up inflation, making the price of goods Canadians buy and the interest they pay unaffordable, this House call on the government to commit to no new taxes on gas, groceries, home heating and pay cheques.
I will begin by addressing the elements they do not want a tax hike on, since I believe that that is what they are focusing on. That is what I gleaned from their remarks this week. They accuse the government of raising taxes on groceries, heating and paycheques. What are the facts? When they talk about a tax on gasoline, it is true that there is a carbon tax. Since gasoline produces carbon, there will be an increase in the carbon tax over time. Is this tax appropriate? I think so. Apparently, the Conservatives do not think so. Let us talk about this tax, because I think it is very important. It may even be the central focus of their motion, more than any other tax. In fact, this carbon tax appears to be what bothers them the most. As soon as we mention oil, their hair stands on end.
When it comes to the tax on groceries, I do not follow. They will have to explain what they mean. We will ask them questions later. Perhaps a member of the Conservative Party could explain how the government, with its new policies, is going to raise taxes on groceries. According to my understanding, basic goods at the grocery store are not taxed. The only products that will see a tax hike are, for example, sweets and soft drinks. These are not really basic goods and we do not really want to encourage their consumption. We know that there is a problem with the overconsumption of sugar and fats. Sugar is one of those ingredients whose content we should be trying to limit. I do not know why they should be so upset, given that these are not the most nutritious foods. People who live on sweets and soft drinks are probably very familiar with the health care system.
Then the Conservatives talk about a tax hike on home heating. The last I heard, there was not going to be a tax increase on Quebeckers' Hydro-Québec heating bills. Maybe elsewhere in Canada, but that is the carbon tax we were discussing earlier for people who heat with oil or gas, for example. These people may be affected. However, it is not a tax on home heating. Once again, the Conservatives are playing with words. It is sad to see. It is as if they are trying to say that the government wants to raise taxes on major daily costs, on essential goods. That is the crux of the Conservatives' motion: to portray the government as the bad guy.
Lastly, the Conservatives are talking about paycheques. They say that we will be raising taxes on paycheques. I must admit, they found a good way of saying it. However, I am uncertain about the content of the motion. It is more about form, and there is nothing really convincing about the content.
On Canadians' paycheques, we are talking about a very slight increase, but an increase nonetheless, in EI premiums. Of course, based on what we have seen with past Conservative governments, there would be almost no employment insurance if they were in power today. The Harper government did everything it could to cut employment insurance and tell workers that, if they are out of work, they should move. If memory serves, they had to accept jobs more than 100 kilometres away. Perhaps this was intended to help the oil industry or to empty the regions of Quebec. One thing is clear: the Conservatives missed a great opportunity to defend workers and reform the EI system.
They could have used their opposition day to point out that the temporary EI measures recently expired. Workers have been dealing with the gap in EI for a very long time now, and many people are not covered by the plan. The Conservatives could have said that it is time to talk about what we want to do with the employment insurance plan to better help Canadians now that the special measures have expired.
Based on their record, that is not something the Conservatives, who are calling us out for increasing premiums, would do. Increasing premiums is justified if there is a good reason, for example, enhancing the social safety net. In this case, we know that the rate of EI premiums is set by a commission, based on a seven-year forecast. I have not looked into it in detail but, during the pandemic, the government used the EI fund as a pandemic program so that Canadians could have an income. Helping people is not necessarily a bad thing, but the problem is that they depleted the employment insurance fund. They created huge delays, and the pandemic showed us that the EI program is no longer adequate and that it needs major reforms, which the government has still not done. I would very much like to hear what my Conservative colleagues have to say about that.
I would like to return to the issue of the gas tax we have heard so much about. They are afraid of the tax on gasoline. I understand that some people may be frustrated. When I saw the price of gas exceed $2 a litre in Quebec, I was angry and thought it was outrageous. There were surely people who were profiting from the situation.
In the end, it is the oil companies that are making record profits. They raise the price one day, and raise it again the next. Then they lower the price, and no one really knows why. All we know is that gas prices tend to rise far faster than inflation. It is difficult to understand the underlying reasons for these increases in oil prices.
What I find surprising is that I never heard the Conservatives denounce the practices of the oil companies. I never heard the Conservatives say that they are making absurd profits. However, if we increase the tax on gas by 0.01%, it will be the end of the world. In their way of thinking, the Conservatives believe that, if they lower the tax on gas, the price at the pumps will go down. From personal experience, I can say that is a laugh, I have a feeling that the price will stay about the same and the oil companies will pocket even more. That is what is likely to happen.
These companies are not interested in Canadians’ well-being. They are not trying to improve their living conditions. They are trying to raise the price as much as they can and as high as people are willing to pay to maximize their profits. If taxpayers get to keep more of their income because of a lower tax on gas, the oil companies will surely claw it back. Why would they not take the opportunity to make even more profits?
In fact, it is clear that this entire motion is meant to put a negative spin on the policies they do not like. That is not the real cause of inflation. The inflation problem was caused by a pandemic, by the fact that people stayed home and got money from the government. We had to help them. We did not want them to run out of money. They received money so they could meet their needs. Unfortunately, production stopped because people were at home.
When there is a gap between production and demand, prices rise. It is that simple. We need to help those who are suffering the most, not the oil companies.
Madame la Présidente, je commencerai en précisant que je vais partager mon temps de parole avec la députée de Terrebonne, qui sera assurément très intéressante à écouter.
Avant d'aller plus loin dans la présentation de ce dont on parle aujourd'hui, je pense qu'il est important de bien comprendre la motion. Comme l'ont mentionné certains qui ont déjà pris la parole, elle a des airs de déjà-vu. En effet, nous avons l'impression qu'on tient un débat sur le même sujet que celui qui a été utilisé mardi lors de la journée d'opposition des conservateurs. C'est pour dire à quel point ils semblent vraiment collés sur leur thème. Cela leur tient à cœur et c'est tout à leur honneur. Or, reste à voir si c'est vraiment si pertinent comme positionnement et comme idée. Nous en discuterons davantage.
Voici ce qui dit la motion:
Que, étant donné que les coûts du gouvernement font grimper l’inflation, ce qui rend inabordable le coût des biens que les Canadiens achètent et des intérêts qu’ils paient, cette Chambre demande au gouvernement de s’engager à n’imposer aucune nouvelle taxe sur l’essence, l’épicerie, le chauffage des foyers et les chèques de paie.
Je vais commencer en décortiquant les éléments sur lesquels ils ne veulent pas d'augmentation de taxe, car je pense que c'est surtout ce sur quoi ils mettent l'accent. C'est ce qui ressortait de leurs discours de cette semaine. Ils accusent le gouvernement d'augmenter les taxes sur l'épicerie, le chauffage, les chèques de paie. Qu'en est-il réellement? Quand on parle de taxe sur l'essence, on peut dire que cela est vrai: il y a une taxe carbone, comme on le dit. Puisque l'essence produit du carbone, il y aura donc une augmentation de la taxe carbone qui sera répartie dans le temps. Est-ce que cette taxe est bien fondée? Je dirais que oui. Il faut croire que les conservateurs ont, de leur côté, tendance à dire que non. Revenons sur cette taxe, parce que je pense qu'il s'agit de quelque chose de très important. C'est peut-être même l'élément central de leur motion, plus que toutes les autres taxes. En effet, celle qui les dérange le plus semble être la fameuse taxe sur le carbone. Dès qu'on se met à aborder le sujet du pétrole, les poils se dressent sur leurs bras.
Pour ce qui est de la taxe sur l'épicerie, j'ai un peu de mal à les suivre. Ils vont devoir nous expliquer cela. Des questions leur seront posées tout à l'heure. L'un des députés du Parti conservateur pourrait peut-être nous dire de quelle façon le gouvernement, avec ses nouvelles politiques, va taxer davantage l'épicerie. Selon ma compréhension des choses, les biens de base à l'épicerie ne sont pas taxés. En fait, les seuls produits pour lesquels des taxes supplémentaires sont prévues sont, par exemple, les confiseries ou les boissons gazeuses. Ce ne sont pas des produits qu'on peut vraiment considérer comme des produits de base et qu'on voudrait encourager les gens à consommer. Nous savons qu'il y a un problème de consommation de sucre et de gras. Le sucre fait partie des types d'ingrédients qu'il faut essayer de limiter dans les aliments. Je ne sais pas pourquoi on déchirerait sa chemise alors que ce ne sont pas les aliments les plus nutritifs. Si une personne se nourrit de boissons gazeuses et de confiseries, je pense qu'elle sera pas mal abonnée au système de santé.
Les conservateurs nous parlent ensuite d'une augmentation de taxe sur le chauffage des foyers. Aux dernières nouvelles, il n'allait pas y avoir d'augmentation de taxe sur le tarif d'Hydro‑Québec que les gens paient pour se chauffer au Québec. Il y en a peut-être ailleurs au Canada, mais il s'agit plutôt de la fameuse taxe carbone, dont on parlait tantôt, pour les gens qui vont se chauffer à l'huile ou au gaz, par exemple. Cela pourrait effectivement les toucher. Ce n'est toutefois pas une taxe sur le chauffage des foyers. On voit encore une fois qu'on joue avec les mots. Cette façon de faire est triste à voir. C'est comme si on avait voulu dire que le gouvernement allait augmenter la taxe sur les plus grosses dépenses au quotidien, sur les choses essentielles. C'est cela, l'idée de la motion des conservateurs: faire paraître le gouvernement comme le gros méchant dans cette histoire.
Comme dernier élément, les conservateurs nous parlent des chèques de paie. Ils disent qu'on va taxer davantage les chèques de paie. Ils ont trouvé une bonne façon de le dire, avouons-le. Je ne suis toutefois pas convaincu du fond de la motion. Cette motion est basée sur la forme, mais, au fond, ce n'est pas quelque chose de particulièrement convaincant.
Sur les chèques de paie, on parle d'une très faible augmentation, mais une augmentation quand même, du taux de cotisations à l'assurance-emploi. C'est sûr que du point de vue des conservateurs, il n'y aurait à peu près pas d'assurance-emploi si on se fie aux gouvernements conservateurs qu'on a vus dans le passé. On se rappellera que le gouvernement Harper a fait tout ce qu'il pouvait pour couper dans l'assurance-emploi et pour dire aux travailleurs que, s'ils n'avaient pas d'emploi, ils devraient déménager. Si ma mémoire est bonne, il fallait accepter un emploi à plus de 100 kilomètres de distance. Il a peut-être eu cette idée pour encourager l'industrie pétrolière ou parce qu'il voulait vraiment vider les régions du Québec. Une chose est claire, pour ce qui est de la défense des travailleurs et de la réforme du régime de l'assurance-emploi, les conservateurs ont manqué une belle occasion.
Ils auraient pu profiter de leur journée de l'opposition pour soulever le fait que les mesures temporaires d'assurance-emploi ont pris fin récemment. Cela fait très longtemps que des travailleurs sont pris avec le problème du trou noir, et plein de gens ne sont pas couverts par le régime de l'assurance-emploi. Les conservateurs auraient pu dire qu'il est temps de parler de ce qu'on veut faire avec le régime de l'assurance-emploi pour mieux soutenir les gens maintenant que les mesures spéciales ont pris fin.
Si le passé est garant de l'avenir, ce n'est pas la direction qui serait prise par les conservateurs, eux qui dénoncent justement qu'on augmente le taux de cotisations. Augmenter un taux de cotisations peut être justifié s'il y a de bonnes raisons sous-jacentes, par exemple une augmentation du filet social. Dans ce cas-ci, on sait que c'est une commission qui s'occupe d'établir le taux de l'assurance-emploi, basé sur une prévision de sept ans. Je ne me suis pas penché profondément sur la question, mais on a remarqué que, pendant la pandémie, le gouvernement s'est servi de la caisse de l'assurance-emploi comme programme pandémique pour aider les gens à avoir un revenu à la maison. Le fait d'avoir soutenu les gens n'est pas nécessairement une mauvaise chose, mais le problème est qu'on a vraiment asséché la caisse de l'assurance-emploi. On a créé des délais immenses et la pandémie nous a montré à quel point le programme d'assurance-emploi n'était plus adéquat et avait besoin de réformes majeures, ce que le gouvernement n'a toujours pas fait. J'aimerais beaucoup entendre mes collègues conservateurs là-dessus.
Je voudrais revenir sur la question de la fameuse taxe sur l'essence. La taxe sur l'essence leur fait peur. Je comprends qu'il y a du monde que cela frustre. Quand j'ai vu le prix de l'essence monter au-dessus de 2 $ le litre au Québec, j'étais pas mal fâché et je trouvais que cela n'avait pas d'allure. Or, il y a des gens là-dedans qui s'en mettent plein les poches.
Au bout du compte, les pétrolières sont les grandes gagnantes parce qu'elles font des profits record. Elles augmentent le prix un jour et l'augmentent le lendemain. Elles baissent le prix et on ne sait pas trop pourquoi. Tout ce qu'on sait, c'est que cela a une tendance à monter pas mal plus vite que l'inflation. C'est un peu difficile de comprendre les raisons qui sous-tendent ces augmentations du prix du pétrole.
Ce qui me surprend, c'est que je n'ai jamais vu les conservateurs dénoncer les pratiques des pétrolières. Je n'ai jamais vu les conservateurs dire que les profits que font les compagnies pétrolières n'ont pas d'allure. À l'inverse, si on augmente la taxe sur l'essence de 0,01 %, cela va être la fin des temps. Dans leur schème de pensées, les conservateurs se disent que s'ils baissent la taxe sur l'essence, le prix à la pompe va baisser. Selon mon expérience personnelle, c'est drôle, j'ai plutôt l'impression que le prix va rester à peu près le même et que les pétrolières vont s'en mettre encore plus dans les poches. C'est ce qui risque d'arriver.
Ces compagnies ne cherchent pas le bien-être de la population. Elles ne cherchent pas à améliorer les conditions de vie des gens. Elles cherchent à monter le prix au maximum jusqu'au prix que les gens sont prêts à payer pour maximiser le plus possible leurs profits. S'il y a un espace qui est libéré dans le budget des contribuables parce qu'on a baissé la taxe sur l'essence, c'est sûr que les pétrolières vont le récupérer. Pourquoi ne le feraient-elles pas si elles peuvent en mettre plus dans leurs poches?
En fait, on voit que toute cette motion a un but de faire paraître négativement les politiques qu'ils dénoncent. Ce n'est pas vraiment cela qui crée le problème d'inflation. Le problème d'inflation a été créé par une pandémie, par le fait que les gens sont restés à la maison et qu'ils ont reçu de l'argent du gouvernement. Il fallait les aider. On ne voulait pas qu'ils n'aient plus d'argent. Ils ont reçu de l'argent pour pouvoir combler leurs besoins. Malheureusement, il n'y avait plus de production qui se faisait parce que les gens étaient chez eux.
Quand il y a un décalage entre la production et la demande, cela occasionne bien sûr une augmentation des prix. C'est aussi simple que cela. Il faudra effectivement aider ceux qui sont les plus pénalisés, et non pas les pétrolières.
Collapse
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, my colleague's question is very pertinent.
They are playing with words. I am an accountant and we talked about payroll taxes and social security premiums in my accounting courses. They are playing with words a bit.
Generally speaking, when we talk about a tax, we are not talking about a specific program that will benefit citizens. There are taxes we pay when we purchase goods, and these taxes go into a consolidated fund. There are also income taxes.
However, employment insurance is rather unique, because the fund is not fully arm's length. If it were, that would at least counter this argument.
Madame la Présidente, la question de mon collègue est assez pertinente.
En fait, on joue avec les mots. Je suis comptable de profession et, dans mes cours de comptabilité, on parlait de taxes sur la masse salariale ou de cotisations sociales. On joue donc un peu avec les mots.
Cela dit, habituellement, quand on parle d'une taxe, ce n'est pas pour désigner un programme précis qui va bénéficier aux citoyens. On peut parler des taxes que nous payons lorsque nous achetons des produits et qui s'en vont dans un fonds consolidé. On peut aussi faire référence aux impôts.
Cependant, dans le cas de l'assurance-emploi, c'est un peu particulier parce que la caisse n'est pas totalement autonome non plus. Si elle l'était, cela pourrait au moins casser cet argument.
Collapse
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his question. He asked me how people are living with the carbon tax in my riding. Perhaps this will explain the reality of my riding.
I must say that no one in my riding talks to me about the carbon tax. The reason is quite simple: This tax does not exist in Quebec.
As for the reality in my colleague's riding, I would encourage him to have another look at his party's long-term policies. The price of gas will continue to go up regardless, and, unfortunately, oil is really bad for the environment.
I hope we will continue to move towards the electrification of vehicles as soon as possible. The government needs to step up the pace. This would help lower oil-related costs in the medium and long term, and perhaps create an economy of the future in which we are the leaders, not the last in line.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question. Il me demande comment les gens vivent avec la taxe sur le carbone dans ma circonscription. Cela va peut-être me permettre de l'éclairer quant à la réalité de ma circonscription.
Je dois dire que, dans ma circonscription, personne ne me parle de la taxe sur carbone. La raison en est bien simple: cette taxe n'existe pas au Québec.
Pour ce qui est de la réalité de la circonscription de mon collègue, je l'inviterais à revoir les politiques à long terme de son parti. Le prix de l'essence va augmenter de toute façon, et, malheureusement, le pétrole a des conséquences très graves sur l'environnement.
J'espère que nous allons procéder à l'électrification le plus vite possible et j'estime que le gouvernement devrait presser le pas. À moyen et à long terme, cela nous permettrait de diminuer les coûts liés au pétrole et peut-être de créer une économie de l'avenir dont nous serions les précurseurs, et non pas les derniers de classe.
Collapse
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I think that my NDP colleague raises a good point.
Some people took advantage of the pandemic to line their pockets, unlike others, who are now tightening their belts. With the current rate of inflation, oil companies are making extraordinary profits. It appears that the banks also made huge profits and that some food industries increased their profit margins. It is not acceptable that these profits be made at the expense of poor people who are struggling to make ends meet.
I very much agree that measures need to be put in place. For example, we need to do more to make sure that those who are taking advantage of the situation are held accountable and made to justify their decisions. Also, as members of Parliament, we should encourage the government to implement tax measures in an effort to limit these types of practices. I am in full agreement with my colleague.
Madame la Présidente, je pense que ma collègue du NPD soulève un bon point.
Certains ont profité de la pandémie pour s'en mettre plein les poches, contrairement à d'autres qui, aujourd'hui, se serrent la ceinture. Avec l'inflation actuelle, les pétrolières font des profits extraordinaires. Il semble que les banques ont elles aussi fait beaucoup de profits et que certaines industries alimentaires ont augmenté leurs marges de profits. Ce n'est pas normal que cela se fasse sur le dos du pauvre monde qui en arrache.
Je suis tout à fait d'accord pour dire qu'il faudrait mettre en place des mesures. Par exemple, il faut en faire davantage pour s'assurer que ceux qui en profitent sont redevables et doivent justifier leurs décisions. De plus, comme parlementaires, nous devrions inciter le gouvernement à mettre en œuvre des mesures fiscales pour essayer de limiter ce genre de pratiques. Je suis tout à fait d'accord avec ma collègue.
Collapse
View Nathalie Sinclair-Desgagné Profile
BQ (QC)
View Nathalie Sinclair-Desgagné Profile
2022-09-29 11:19 [p.7911]
Expand
Madam Speaker, we are here to debate a Conservative motion that is interesting, to say the least. I really want the people who are listening to us today to read and understand the wording of this motion. It is very interesting, and I will explain.
The motion reads as follows:
That, given that the cost of government is driving up inflation, making the price of goods Canadians buy and the interest they pay unaffordable, this House call on the government to commit to no new taxes on gas, groceries, home heating and pay cheques.
This motion is really interesting in that it represents the definition of populism. Populism is using issues that people are rightly concerned about, such as inflation, and proposing bogus solutions to achieve a goal that is not described in this motion. This is simply an attempt to downsize government and prevent it from doing its job while also manipulating people and taking them for a ride to feed their fear of, or concerns about, the carbon tax. I wanted to read it out loud and demonstrate just how little sense this motion makes.
The cure for populism is education. Therefore, I would like to give a lecture similar to the one I would prepare for a college student enrolled in economics 101. I go into much more detail with my master's students.
Economics 101: What is an externality? An externality is when a cost or a societal effect is not included in the price, the price being a market indicator, of a good or a service. This externality is often incurred on goods and services for which there are environmental impacts that have not been quantified or taken into account in the price. The role of the state in these cases is actually to identify the externality and include it in the price.
That is exactly what the government is trying to do with its carbon tax. I will go into a bit more detail on the carbon tax. It is one of the necessary means to address climate change.
Let us go back to basics. What is climate change? I am looking at my friends over there to be sure they understand me clearly. Greenhouse gases, namely methane, CO2, nitrous oxide and ozone, are gases emitted by human beings that have an impact on people through climate change. The effects of climate change have been studied extensively for the past 20 or 30 years. We know all about them now. We can measure their impact on people. A few years ago, I was a co-author of a study on the impact of climate change in Quebec. We know that climate change has real, tangible costs.
First, there are infrastructure costs because of floods and storms. Today our thoughts are with our friends in the Magdalen Islands and eastern Canada that were hit hard by a big storm, hurricane Fiona. Hurricanes are stronger now because climate change intensifies them. Shoreline erosion is also an issue that has a major economic impact.
Then there is the thawing permafrost. When the land thaws, infrastructure built on the ground, such as housing, collapses. Look at what is happening to our first nations friends.
Those are direct, tangible, quantifiable impacts of climate change.
There are also health impacts, including those caused by the emergence of zoonoses. What are zoonoses? They are diseases spread by animals that are vectors for disease, for example Lyme disease or the Nile virus. These diseases came from the south because temperatures are rising. There are also allergies. Our Conservative friends really like to talk about productivity and efficiency. When people have allergies, which are on the rise with climate change, they are less productive at work.
Finally there are heat waves. That is very important. Every year, heat waves cause the deaths of seniors in their homes. The Conservatives constantly talk about seniors. That is real. Older individuals are dying because of climate change and their lives have value.
The cost of these consequences is quantifiable, and it comes out to millions of dollars. Climate change has a cost for society. This cost is not included in the price we pay for gas.
Now that we have addressed the problems, let us talk about solutions. Economists have given us solutions many times. One of them is the carbon tax. Another is the cap-and-trade system for greenhouse gas emission allowances implemented a long time ago in Quebec.
In 2014, Quebec linked its system with California’s. They did not link their system with any other Canadian province, but with California. They had to go south of the border to find people who cared to do something about climate change. That was in 2014, eight years ago. Maybe we were a little ahead of the curve in Quebec. This is not the first time I am saying that, and it will surely not be the last.
Quebec has assumed its responsibility in the fight against climate change. I will give a small but very important example to show how well these measures work. In 2015, Quebec reduced its greenhouse gas emissions by 8.8% over 1990 levels. It works. The government must be able to implement measures to fight climate change.
The government needs to take action. Once again, the carbon tax is one of the measures it can use. However, we are happy that it does not apply to Quebec and that we can stay on the right track with the cap-and-trade system for greenhouse gas emission allowances. There are plenty of other means, but it is obvious that tax measures are the best way for a government to change people’s behaviour. That is a well-known fact; there is a lot of literature on the subject. I would be more than happy to send my colleagues a ton of papers. That might help them learn more about this very important topic.
Let us talk about the social cost of carbon. This cost does not reflect the market value of a tonne of carbon. There are now markets like Quebec's cap-and-trade system and the European carbon exchange that set a certain price. The social cost of carbon is higher. The U.S. has estimated the social of carbon at $51 per tonne. A very recent study in the journal Nature suggests that the cost should be roughly $180 per tonne. That is much higher than the estimate currently being used. The carbon tax is a start. It is nothing compared to the real cost of climate change.
The social cost of carbon is very difficult to measure. As I have already said, it can vary widely. Surprisingly, a tonne emitted in China has exactly the same impact as a tonne emitted in Canada. However, it is difficult to establish its value, which is why a range is used. This value is established by models that predict the impacts of climate change today and in the coming years. Everyone agrees that the next few generations are pretty important.
The government has a duty to take climate action. Everyone needs to come to an agreement on this, once and for all. Let us stop using issues like inflation, which concern the public and rightly so, to justify measures that stand in the way of the government taking climate action.
The Bloc Québécois has proposed some real solutions to combat inflation. I gave the example of seniors. The Conservatives go on and on about how much they care about seniors, but they do not have much to say when we propose increasing old age security.
We are also proposing that we build more social housing. The government should be investing 1% of its revenue in social housing.
We have a number of solutions, but one very important one on which we should align with the Conservatives is the free market. Why do we not hear them talk more about protecting and, most importantly, increasing the power of the Competition Bureau? As my colleague mentioned earlier, companies are getting rich at our expense. We must fight oligopolies and monopolies that are artificially making our prices too high.
These are measures that would truly help Quebeckers and Canadians. This is what the Bloc Québécois is proposing, while the Conservative Party proposes bogus solutions.
Madame la Présidente, nous sommes ici pour débattre d’une motion conservatrice intéressante, c’est le moins qu’on puisse dire. Je tiens vraiment à ce que les citoyens et les citoyennes qui nous écoutent aujourd’hui lisent et connaissent le libellé de cette motion. C’est très intéressant. Je vais l’expliquer.
La motion va comme suit:
Que, étant donné que les coûts du gouvernement font grimper l’inflation, ce qui rend inabordable le coût des biens que les Canadiens achètent et des intérêts qu’ils paient, cette Chambre demande au gouvernement de s’engager à n’imposer aucune nouvelle taxe sur l’essence, l’épicerie, le chauffage des foyers et les chèques de paie.
Cette motion est vraiment intéressante, parce qu'elle représente la définition du populisme. Le populisme, c’est d’utiliser des questions qui préoccupent avec raison la population, c’est-à-dire l’inflation, et de proposer de fausses solutions pour atteindre un objectif qui n’est pas décrit dans cette motion. On cherche simplement à réduire la taille de l’État, l’empêcher de faire son travail, manipuler les gens et les prendre pour des valises pour alimenter une crainte ou une peur qui est celle de la taxe sur le carbone. Je tenais à lire l’énoncé pour montrer à quel point cette motion n’a aucun sens.
Le remède contre le populisme, c’est l’éducation. Alors, je vais me permettre de faire ici un cours similaire à ce que je ferais à un étudiant de cégep, un cours 101 sur l’économie. Je vais déjà pas mal plus loin avec mes élèves de maîtrise.
Cours 101 sur l’économie: qu’est-ce qu'une externalité? Une externalité, c’est quand un coût ou un effet sociétal n’est pas inclus dans le prix, le prix étant un indicateur de marché, d’un bien ou d’un service. Cette externalité arrive souvent sur les biens et services pour lesquels il y a des répercussions environnementales qui ne sont pas quantifiées, qui ne sont pas prises en compte dans un prix. Le rôle de l’État dans ce cas, c’est justement d’aller chercher cette externalité et de l’inclure dans le prix.
C’est exactement ce que tente de faire le gouvernement avec sa taxe sur le carbone. Je vais aller un peu plus loin sur la taxe sur le carbone. C’est un des moyens nécessaires pour réagir aux changements climatiques.
Recommençons à zéro. Qu’est-ce qu’un changement climatique? Je regarde encore mes amis d’à côté pour être sûre qu’ils me comprennent bien. Les gaz à effet de serre, c’est-à-dire le méthane, le CO2, le protoxyde d’azote, l’ozone, sont des gaz émis par les êtres humains qui ont des répercussions sur la population par le truchement des changements climatiques. Les répercussions des changements climatiques ont été étudiées abondamment. Cela fait 20 ans, 30 ans qu’elles sont étudiées. On les connaît maintenant. On est capable de quantifier ces répercussions sur la population. Il y a quelques années, une étude dont j’étais l'une des autrices, est sortie concernant les répercussions des changements climatiques au Québec. On sait qu’ils ont des coûts concrets et tangibles.
D'abord, il y a des coûts d’infrastructure en raison des inondations et des tempêtes. Nous pensons aujourd’hui à nos amis des Îles-de-la-Madeleine et de l’Est du Canada qui ont souffert de la grosse tempête, l’ouragan Fiona. Les ouragans ont une plus grande force depuis que les changements climatiques leur donnent, on peut le dire, le vent dans les voiles. Il y a aussi l’érosion des berges. Cela a de grosses incidences économiques.
Ensuite, il y a le pergélisol qui dégèle. Quand le sol dégèle, les infrastructures construites sur le sol, comme des maisons, s'effondrent — nous pensons à nos amis des Premières Nations.
Ce sont là des répercussions directes, tangibles et quantifiées des changements climatiques.
Il y a aussi les effets sur la santé. Parmi ceux-ci, il y a l’arrivée des zoonoses. Elles sont à nos portes. Qu’est-ce que qu'une zoonose? C’est quand un animal est un vecteur d’une maladie. On pense à la maladie de Lyme ou au virus du Nil. Ces maladies sont arrivées du sud parce que la température se réchauffe. Il y a aussi les allergies. Nos amis conservateurs adorent nous parler de productivité et d’efficacité. Quand une personne souffre d’allergies, qui sont de plus en plus importantes avec les changements climatiques, elle est moins productive au travail.
Finalement, il y a les vagues de chaleur. C’est très important. Chaque année, il y a des aînés qui, à cause des vagues de chaleur, meurent de chaleur dans leur foyer. On les entend nous parler sans arrêt des aînés. C'est concret. Ce sont des personnes âgées qui meurent à cause des changements climatiques, et leur vie a une valeur.
Toutes ces conséquences sont quantifiées et elles valent des millions de dollars. Les changements climatiques ont un coût pour notre société. Ce coût n'est pas inclus dans le prix que nous payons notre essence.
Maintenant que nous avons parlé des problèmes, parlons des solutions. Les économistes les ont énoncées à plusieurs reprises. Une des solutions est la taxe sur le carbone. Une autre, c'est le système de plafonnement et d'échange de droits d'émission de gaz à effet de serre, ou SPEDE, qui a été mis en place il y a longtemps au Québec.
En 2014, le Québec liait son SPEDE avec celui de la Californie. On ne l'a pas fait avec n'importe quelle autre province au Canada, mais avec la Californie. Il a fallu aller chercher d'autres personnes au sud de la frontière qui en avaient quelque chose à faire des changements climatiques. C'était en 2014; cela fait huit ans. On était peut-être un peu en avance au Québec. Ce n'est pas la première fois que je le dis et sûrement pas la dernière.
Le Québec a déjà pris ses responsabilités pour lutter contre les changements climatiques. Je vais donner un petit exemple très important pour montrer à quel point ces mesures fonctionnent. En 2015, le Québec avait réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 8,8 % par rapport à son niveau de 1990. Cela fonctionne. Il faut que l'État puisse mettre en place des mesures pour lutter contre les changements climatiques.
Le gouvernement doit donc intervenir. Encore une fois, la taxe sur le carbone est l'un des moyens. On est quand même content qu'elle ne s'applique pas au Québec et qu'on puisse continuer sur la bonne voie avec le système de plafonnement et d'échange de droits d'émission de gaz à effet de serre. Il existe plein d'autres moyens, mais on s'entend que les mesures fiscales sont certainement le meilleur moyen pour un gouvernement de changer le comportement des gens. C'est bien connu; il y a beaucoup de littérature à ce sujet. Je n'hésiterais pas une seconde à envoyer à mes collègues une tonne de documents. C'est sûr que cela pourrait les aider à s'informer sur ce sujet très important.
Parlons du coût social du carbone. Ce coût ne représente pas la valeur de marché d'une tonne de carbone. Il y a maintenant des marchés comme le SPEDE ou le marché européen du carbone qui donnent un certain prix. Le coût social du carbone est au-dessus de cela. Les États‑Unis mettent le coût social du carbone à 51 $ la tonne. Une étude très récente dansNature propose plutôt que ce coût soit à peu près à 180 $ la tonne. C'est beaucoup plus élevé que ce qui se fait déjà ici. La taxe sur le carbone est un début. Ce n'est rien par rapport au coût réel des changements climatiques.
Le coût social du carbone est une mesure très difficile à établir. Comme je l'ai déjà indiqué, c'est une fourchette assez importante. Surprenamment, une tonne émise en Chine a exactement le même impact qu'une tonne émise au Canada. Pourtant, on a du mal à établir cette valeur. C'est pour cela qu'on utilise une fourchette. Cette valeur est établie par des modèles qui prédisent les impacts qu'ont les changements climatiques aujourd'hui et dans les prochaines années. On s'entend: les prochaines générations sont quand même un peu importantes.
Le gouvernement a donc le devoir d'agir pour lutter contre les changements climatiques. Une fois pour toutes, il faudrait que nous nous entendions là-dessus. Cessons d'utiliser de vrais enjeux comme l'inflation, qui préoccupe avec raison la population, pour proposer des mesures qui empêchent l'État d'agir.
Au Bloc québécois, nous avons proposé de vraies solutions contre l'inflation. J'ai donné l'exemple des aînés. Les conservateurs sont très forts pour dire que les aînés sont importants pour eux, mais quand il s'agit d'augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse comme nous le proposons, on les entend moins.
Nous proposons également d'augmenter la construction de logements sociaux. Il faudrait que 1 % des revenus du gouvernement soit investi en logement social.
Nous avons plusieurs solutions, mais une troisième solution très importante sur laquelle nous devrions nous entendre avec les conservateurs, c'est le libre marché. Comment se fait-il que nous ne les entendons pas plus parler de la protection et surtout de l'augmentation de la puissance du Bureau de la concurrence? Comme mon collègue l'a mentionné tout à l'heure, les entreprises s'enrichissent sur notre dos. Luttons contre les oligopoles et les monopoles qui font en sorte que nos prix sont anormalement trop élevés.
Ce sont des mesures qui aideraient vraiment les Québécois et les Québécoises et les Canadiens. C'est ce que le Bloc québécois propose, pas de fausses solutions comme le Parti conservateur.
Collapse
View Nathalie Sinclair-Desgagné Profile
BQ (QC)
View Nathalie Sinclair-Desgagné Profile
2022-09-29 11:31 [p.7913]
Expand
Madam Speaker, I thank my colleague for her comments and question.
I think that, unfortunately, this motion is a bad start. There are many problems we need to address, but where are the solutions? I would like to remind our Conservative Party colleagues that real solutions do exist. Maybe we should be working together a bit more to help Canadians and especially Quebeckers.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de ses commentaires et de sa question.
Malheureusement, je trouve que cette motion constitue un mauvais départ. En effet, nous devons nous attaquer à plusieurs problèmes, et, pourtant, les solutions ne sont pas là. J'aimerais effectivement rappeler à nos collègues du Parti conservateur qu'il existe de vraies solutions. Nous devrions peut-être y travailler un peu plus ensemble pour aider les Canadiens et les Canadiennes, et surtout les Québécois et les Québécoises.
Collapse
View Nathalie Sinclair-Desgagné Profile
BQ (QC)
View Nathalie Sinclair-Desgagné Profile
2022-09-29 11:33 [p.7913]
Expand
Madam Speaker, we can all agree on one thing: Alberta should be paying much more.
Madame la Présidente, nous allons nous entendre sur une chose: l'Alberta devrait payer beaucoup plus.
Collapse
View Nathalie Sinclair-Desgagné Profile
BQ (QC)
View Nathalie Sinclair-Desgagné Profile
2022-09-29 11:34 [p.7913]
Expand
Madam Speaker, I thank my hon. colleague for his question.
These issues are definitely very important. We are concerned about what is happening with first nations too.
In my speech, I talked about how climate change affects homes on first nations reserves that are built on thawing permafrost, on thawing soil.
We should also address other issues, such as building social housing. We have shared our ideas about that. We just want to point out that Quebec has programs like AccèsLogis, which are paid for by the Government of Quebec. The federal government did not provide compensation for those programs for two years, so we had to build social and community housing ourselves. That meant fewer resources available to other people who need them because we did not get critical funding or support from the federal government.
Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de sa question.
Effectivement, ce sont des problèmes très importants. La situation des Premières Nations nous préoccupe également.
Dans mon discours, j'ai d'ailleurs parlé de l'une des répercussions des changements climatiques, qui touche les maisons construites sur le pergélisol, un sol qui dégèle, dans les réserves où vivent les Premières Nations.
Nous devrions aussi aborder certaines questions, dont la construction de logements sociaux. Nous avons fait des propositions à ce sujet. Nous voulons simplement rappeler que, au Québec, nous avons des programmes comme AccèsLogis, qui sont payés par le gouvernement du Québec et pour lesquels le gouvernement fédéral n'a pas fourni de compensation pendant deux ans. Nous avons donc dû nous-mêmes construire des logements sociaux et communautaires aux dépens d'autres personnes qui en avaient besoin sans le financement et l'aide du fédéral, qui sont pourtant essentiels.
Collapse
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2022-09-29 11:49 [p.7916]
Expand
Madam Speaker, I would also like to take this opportunity to express my deepest condolences to my colleague on behalf of the Bloc Québécois.
I was very pleased to hear him talk about increasing old age security starting at 65 in response to an earlier question. I was also happy to hear him talk about employment insurance in his speech.
I have a question for him.
We are talking about collaboration in a minority government, but his political party chose to focus on a dental care plan when the provinces and Quebec are the ones best placed to take care of that. There should have simply been an increase in health transfers.
I would like to know whether he thinks that health transfers should be increased. Moreover, why did his party not bring up EI reform at the negotiating table, such as a reform of the existing structures, instead of rushing ahead with a flawed system like the one being proposed for dental care?
Madame la Présidente, j'aimerais moi aussi profiter de l'occasion pour transmettre mes sincères condoléances à mon collègue, en mon nom et au nom de mes collègues du Bloc québécois.
J'étais très heureux de l'entendre parler d'une augmentation de la pension de la Sécurité de la vieillesse à partir de l'âge de 65 ans, en réponse à une question précédente, tout comme j'aime bien l'entendre parler d'assurance-emploi dans son discours.
J'aimerais lui poser une question.
On parle de collaboration dans un gouvernement minoritaire, et sa formation politique a choisi de mettre l'accent sur un régime de soins dentaires, alors que les provinces et le Québec sont les mieux placés pour prendre soin de cela. On aurait dû simplement augmenter les transferts en santé.
J'aimerais savoir s'il ne pense pas qu'on devrait augmenter les transferts en santé. Surtout, pourquoi ne pas avoir mis sur la table de négociation une réforme de l'assurance-emploi, par exemple une réforme des structures qui sont déjà en place, plutôt que de mettre à la va-vite un système un peu tout croche, comme ce qu'on nous propose en matière de soins dentaires?
Collapse
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
2022-09-29 12:05 [p.7918]
Expand
Madam Speaker, I believe that the Conservatives are moving this motion today because real solutions are much more complex. There should be more thought put into how to create wealth while protecting the environment and, above all, how to share this wealth.
We heard about populism today and, to my great surprise, a Conservative colleague said he was proud to be a populist. I almost fell off my chair, but these are sturdy chairs. My question is simple.
Does my colleague from Edmonton Strathcona, who I hold in high regard, agree with me that this Conservative motion proposes simplistic and populist solutions to a complex problem?
Madame la Présidente, je pense que les conservateurs présentent cette motion aujourd'hui parce que les vraies solutions sont plus profondes. Elles méritent une plus grande réflexion sur la façon de créer de la richesse dans le respect de l'environnement, et surtout, sur la façon de partager cette richesse.
On a entendu parler de populisme aujourd'hui, et, à ma grande surprise, il y a un collègue conservateur qui s'est dit fier d'être populiste. J'ai failli tomber en bas de ma chaise, mais ce sont de bonnes chaises. Ma question n'est pas compliquée.
Est-ce que ma collègue d'Edmonton Strathcona, que j'estime beaucoup d'ailleurs, est d'accord avec moi que cette motion des conservateurs propose en fait des solutions simplistes et populistes à un problème complexe?
Collapse
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
View Denis Trudel Profile
2022-09-29 12:33 [p.7922]
Expand
Madam Speaker, since my Conservative friends have no qualms about moving essentially the same motion today that they moved on Tuesday, I am not going to worry too much about asking essentially the same question that I asked a Conservative member on Tuesday, especially since I did not get an answer to it anyway.
In this intense period of fighting climate change, the federal government continues to invest $14 billion in direct and indirect support for fossil fuels. In Quebec, an entire infrastructure is being created to support renewable energy. A company in my riding is working on developing electric engines for aircraft. This is key. We need more of this. The aviation industry emits 3.5% of all greenhouse gases on the planet. We will have to address that eventually. The $14 billion that the government is investing in oil could be invested in new technologies. This would create wealth and jobs and would combat greenhouse gases.
Would my colleague not agree?
Madame la Présidente, comme mes amis conservateurs ne se gênent pas pour présenter essentiellement la même motion aujourd'hui que celle qu'ils ont présentée mardi, je ne vais pas me gêner pour poser essentiellement la même question que j'ai posée mardi à un député conservateur, à laquelle je n'ai pas eu de réponse.
En cette période intense de lutte contre les changements climatiques, le gouvernement fédéral continue d'investir 14 milliards de dollars en aide directe et indirecte aux énergies fossiles. Au Québec, toute une infrastructure est en train de se mettre en place vers les énergies renouvelables. Dans ma circonscription, une industrie travaille à mettre au point un moteur électrique pour les avions. C'est fondamental, il faut aller vers cela. L'industrie aéronautique émet 3,5 % de tous les gaz à effet de serre sur la planète. À terme, il va falloir s'attaquer à cela. Il y a une possibilité de prendre les 14 milliards de dollars que le gouvernement investit dans le pétrole pour l'investir dans les nouvelles technologies. Cela créerait de la richesse, des emplois et cela combattrait les gaz à effet de serre.
Est-ce que mon collègue n'est pas d'accord sur cela?
Collapse
Results: 1 - 15 of 4279 | Page: 1 of 286

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data