Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 76 - 90 of 108
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-24 18:17
Expand
Mr. Speaker, I agree to apply the results of the previous vote and am voting in favour.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique. Je voterai pour la motion.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-24 18:22
Expand
Mr. Speaker, I agree to apply the results of the previous vote and vote in favour.
Monsieur le Président, je suis d’accord pour que le résultat du vote précédent s’applique. Je voterai pour la motion.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-24 18:23
Expand
Mr. Speaker, I agree to apply the result of the previous vote and will be voting in favour.
Monsieur le Président, je suis d’accord pour que le résultat du vote précédent s’applique. Je voterai pour la motion.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-24 18:38
Expand
Mr. Speaker, I agree to apply the results of the previous vote and I am voting in favour.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique. Je voterai pour la motion.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-24 18:44
Expand
Mr. Speaker, I agree to apply the results of the previous vote, and I will be voting in favour.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai pour.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-24 18:46
Expand
Mr. Speaker, I agree to apply the results of the previous vote, voting in favour.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour appliquer les résultats du vote précédent. Je voterai pour la motion.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-23 15:13
Expand
Mr. Speaker, on January 28, the Minister of Housing and Diversity and Inclusion announced the government's intention to appoint a special representative on combatting Islamophobia.
Last week, on March 19, Canadians saw yet another attack, this time at a mosque in the GTA. We remember Quebec City. We remember London. Racism is alive and well in Canada, and more must be done to combat it.
Could the minister inform this House when the special representative will be appointed?
Monsieur le Président, le 28 janvier, le ministre du Logement, de la Diversité et de l’Inclusion a annoncé que le gouvernement avait l'intention de nommer un représentant spécial pour lutter contre l'islamophobie.
La semaine dernière, le 19 mars, les Canadiens ont été témoins d'une autre attaque, cette fois-ci contre une mosquée de la région du Grand Toronto. Nous nous souvenons des événements de la ville de Québec. Nous nous souvenons de ce qui s'est passé à London. Le racisme est encore bien présent au Canada, et il faut en faire davantage pour le combattre.
Le ministre pourrait-il dire à la Chambre quand le représentant spécial sera nommé?
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-21 18:29
Expand
Mr. Speaker, the answer I received to my initial question, one that I support, outlines Canada's efforts to assist people trying to flee the violence in Ukraine. I support our nation's legacy of providing shelter to those in dire need. Forty years ago, it was my parents and other refugees who were being generously welcomed to Canada. I would not have the honour of standing before members today if not for the compassion of Canada.
However, my question was not on Canada's effort to assist Ukrainian refugees to come to Canada, but on whether Canada would be providing assistance to Poland and other NATO allies that have opened their borders to the Ukrainian exodus. Three weeks ago, when I asked the government if it would assist, there were 115,000 refugees headed for Poland. Today, 3.3 million Ukrainians have fled their country to seek sanctuary. Poland has welcomed more than two million of them.
Poland is a nation of honour. The Polish know what it is like to stand up to aggression and they know what it is like to stand up to tyranny. It is why the first line of the country's national anthem is “Poland is not yet lost”. It is why the country's historical unofficial motto is “for our freedom and yours”.
I have seen first-hand the courage and honour of the Polish people as a proud member of the Warsaw Security Forum community. I see the efforts of my friends in Poland who are doing everything they can to support Ukrainians who have sought shelter in their country, but resources are being stretched to the brink. Thus, my question remains relevant: Will Canada support our allies at this tragic time?
I am asking if my hon. colleague can inform the House whether Canada will be providing help to those nations that have opened their borders to the sea of humanity seeking safety. That is my question that I am asking again, both of the government and of my hon. colleague.
Monsieur le Président, la réponse que j'ai obtenue à ma question initiale — et avec laquelle je suis d'accord — décrit les efforts déployés par le Canada pour aider les personnes qui cherchent à fuir la violence en Ukraine. Le Canada a toujours offert un refuge à ceux qui en avaient désespérément besoin, et c'est une tradition à laquelle je suis favorable. Il y a quarante ans, ce sont mes parents et d'autres réfugiés qui ont été généreusement accueillis au Canada. Sans cette compassion du Canada, je n'aurais pas l'honneur de prendre la parole dans cette enceinte aujourd'hui.
Cependant, ma question ne portait pas sur les efforts du Canada pour aider les réfugiés ukrainiens à venir au Canada, mais elle visait à savoir si le Canada allait aider la Pologne et d'autres alliés de l'OTAN qui ont ouvert leurs frontières aux réfugiés ukrainiens en exode. Il y a trois semaines, quand j'ai demandé au gouvernement s'il allait fournir de l'aide, 115 000 réfugiés se dirigeaient vers la Pologne. Aujourd'hui, 3,3 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays pour trouver refuge. La Pologne en a accueilli plus de 2 millions.
La Pologne est une nation fondée sur l'honneur. Les Polonais savent ce que c'est de résister à l'agression et à la tyrannie. Voilà pourquoi la première ligne de l'hymne national est « La Pologne n'a pas encore péri ». Voilà pourquoi la devise non officielle du pays est « Pour notre liberté et la vôtre ».
J'ai constaté de visu le courage et la fierté du peuple polonais lors de ma participation au forum de Varsovie sur la sécurité. Je vois les efforts déployés par mes amis en Pologne, qui font tout, même à bout de ressources, pour soutenir les Ukrainiens à la recherche d'un refuge dans leur pays. Ma question est donc toujours pertinente: le Canada soutiendra-t-il nos alliés dans ces circonstances tragiques?
Je me demande si ma collègue pourrait dire à la Chambre si le Canada fournira ou non de l'aide aux pays qui ont ouvert leurs frontières à cette marée humaine en quête d'un endroit sûr. Je réitère ma question, qui s'adresse au gouvernement et à ma collègue.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-21 18:36
Expand
Mr. Speaker, I thank my colleague for expanding on the support we have been providing to Ukraine and to neighbouring countries. Not only do we have to stick together; we must stand together, and we will win together. I thank the member and the government for all we are doing to support Ukraine, Poland and our neighbouring NATO allies.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue d'avoir expliqué plus en détail le soutien que nous apportons à l'Ukraine et aux pays voisins. Non seulement nous devons nous serrer les coudes, mais nous devons aussi faire front commun et gagner ensemble. Je remercie la députée et le gouvernement pour tout ce que nous faisons pour appuyer l'Ukraine, la Pologne et nos alliés de l'OTAN.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-01 18:44
Expand
Madam Speaker, it has been nearly a month since I asked the Minister of Canadian Heritage whether he would consider hosting a national conference on the future of art. Since then, performing artists have continued to reach out to me about how their livelihoods are imperiled. The arts community is an integral part of our economy, and while the additional funding by the government via the Canada performing arts workers resilience fund was a positive step for sector resilience, we are far from the end of the crisis. This is why I called on the minister to convene a national conference on the future of art, because it is clear that we have to find a way to live with COVID. It is clear also that every industry is different and that we must develop a targeted approach to how we will support different sectors and how we will support the arts community.
I will give an example. When the Province of Ontario initiated a lockdown in response to the omicron variant, the arts were lumped into the same bucket as sports arenas. It did not matter that when we were watching Come From Away or when I went to see The Nutcracker, I and other audience members were doing so quietly and we were masked. It did not matter that this was an experience vastly different from that of the Scotiabank Arena, where audiences are eating and drinking and cheering for the Raptors and the Leafs.
Let me be clear. I know that everyone here will appreciate that this fell within provincial jurisdiction. However, it is federally, not just in funding but also in leading and in convening, that the government can take action because, unfortunately, the decimation to the arts community is sadly not just exclusively in my riding and not just in Ontario but all across Canada. This is why Canada needs, and again I reiterate my call for it, a national conference to forge the path forward on the future of art in our country.
Like my hon. colleague, I have been at the Standing Committee on Canadian Heritage, where we have heard from many witnesses about the need for this because of the crippling impact that COVID has had on their sector. In fact, quite a number of the witnesses whom the heritage committee has heard from were from my riding of Spadina—Fort York, such as Ms. Kendra Bator of Mirvish Productions and Ms. Barbara Diabo, chair of the grand council of the Indigenous Performing Arts Alliance, to name but a couple. The statements provided by them and other witnesses were startling.
The cost that COVID has levied on the Canadian arts community is alarming, and we must act, because the cost of inaction is not just on Canadian art and culture, which I would suggest is priceless; the price of inaction will mean jobs lost, local businesses continuing to be devastated, and forgone tax revenue.
Let me share some of the stats that Kendra from Mirvish, which is our country's largest theatre production company, shared with the heritage committee. In 2019, over 1.8 million people attended a commercial theatre production. On tickets alone, audiences spent over $160 million, generating over $19 million in tax revenue. This does not even include a billion dollars spent on additional travel, hotels, restaurants, parking and retail.
When people support the arts community, they are also supporting Canadian small businesses. When they support the arts community, they are also supporting Canadian tourism. When they support the arts community, they are supporting Canadian jobs and culture.
Does my hon. colleague not agree that we have to take action and that the government must convene a national conference on the future of art?
Madame la Présidente, près d'un mois s'est écoulé depuis que j'ai demandé au ministre du Patrimoine canadien s'il envisageait de tenir une conférence nationale sur l'avenir des arts. Depuis, les artistes de la scène ont continué à me dire à quel point leur gagne-pain est en péril. La communauté artistique fait partie intégrante de l'économie canadienne, et même si le financement supplémentaire offert par le gouvernement au moyen du Fonds pour la résilience des travailleurs du secteur des spectacles sur scène du Canada est une mesure positive pour assurer la résilience du secteur, nous sommes loin d'être sortis de la crise. C'est pour cette raison que j'ai demandé au ministre de tenir une conférence nationale sur l'avenir des arts. Il ne fait aucun doute que nous devons trouver une façon de vivre avec la COVID-19. Il est aussi évident que chaque industrie est différente et que nous devons mettre au point une approche ciblée pour soutenir chacun des secteurs, notamment une aide à la communauté artistique.
Voici un exemple. Lorsque la province de l'Ontario a imposé un confinement en réponse au variant Omicron, les arts ont été mis dans le même panier que les sports. Il importait peu que, lorsque nous assistions à Come From Away ou à Casse-Noisette, les autres membres de l'assistance et moi, nous étions silencieux et avions le visage masqué. Il importait peu que l'expérience soit fort différente de celle vécue à l'amphithéâtre Scotiabank, où les spectateurs mangent, boivent et acclament les Raptors ou les Leafs.
Soyons clairs. Je sais que tout le monde ici est conscient que cela relève de la compétence provinciale. Cependant, c'est sur le plan fédéral, non seulement en matière de financement, mais aussi en matière de direction et d'organisation, que le gouvernement peut agir, car malheureusement, la décimation de la communauté artistique ne se limite pas à ma circonscription ni à l'Ontario; elle s'étend à l'ensemble du Canada. C'est pourquoi le Canada a besoin, et je réitère mon appel en ce sens, d'une conférence nationale afin de tracer la voie à suivre pour l'avenir de l'art au pays.
Comme mon collègue, j'ai siégé au Comité permanent du patrimoine canadien, où de nombreux témoins sont venus nous parler de la nécessité de cette mesure en raison de l'effet paralysant que la COVID-19 a eu sur ce secteur. En fait, un grand nombre des témoins qui ont comparu devant le comité venaient de ma circonscription, Spadina—Fort York, comme Mmes Kendra Bator, de Mirvish Productions, et Barbara Diabo, présidente du grand conseil de l'Indigenous Performing Arts Alliance, pour ne citer que celles-ci. Leurs déclarations ainsi que celles d'autres témoins étaient alarmantes.
Le coût qu'a engendré la COVID-19 pour la communauté artistique canadienne est alarmant, et nous devons agir, car le coût de l'inaction ne se limite pas à la culture et aux arts canadiens, qui, à mon avis, n'ont pas de prix. En effet, celle-ci se traduira par des pertes d'emplois, des entreprises locales en faillite et des recettes fiscales perdues.
J'aimerais mentionner certains chiffres dont Kendra, de Mirvish, la plus grande société de production théâtrale au Canada, a fait part au comité du patrimoine. En 2019, plus de 1,8 million de personnes ont assisté à une production théâtrale commerciale. Les achats de billets à eux seuls représentaient 160 millions de dollars, soit 19 millions de dollars de recettes fiscales. Ce chiffre ne tient pas compte du milliard de dollars supplémentaire dépensé en frais de déplacement, d'hôtel, de restaurant, de stationnement et de vente au détail.
Lorsque les gens appuient le milieu artistique, ils appuient également les petites entreprises, le tourisme, les emplois et la culture au Canada.
Mon collègue ne convient-il pas que nous devons agir et que le gouvernement doit tenir une conférence nationale sur l'avenir des arts?
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-03-01 18:52
Expand
Madam Speaker, my hon. colleague said that I am late to the game. The province is starting to open up. When is this national convening going to happen? The inaction by the government has led to us losing Canada's most successful musical, Come From Away. In our hometown of Toronto, it has closed.
I want to localize the impact this has had due to inaction. Come From Away attracted more than a million patrons to Toronto. Box office sales surpassed $115 million with $15 million in HST. The show created jobs over 9,000 employee weeks. This was for the cast, stage managers, musicians, crew members and front of the house team members.
When will the national convening happen?
Madame la Présidente, le député a dit que j’arrive un peu tard. La province commence à rouvrir. Quand aura lieu ce rassemblement national? L’inaction du gouvernement nous a déjà fait perdre une des meilleures comédies musicales canadiennes, Come From Away. Dans notre ville, Toronto, elle n’est plus à l’affiche.
Voici quelques chiffres pour illustrer les répercussions que cette inaction a eues localement. Come From Away a attiré plus de 1 million de spectateurs à Toronto. Les ventes de billets ont dépassé 115 millions de dollars, et 15 millions en TVH. Cette comédie musicale a créé des emplois pour plus de 9 000 personnes par semaine. Ce chiffre comprend la distribution, les régisseurs, les musiciens, les membres de l’équipe et les employés en contact avec la clientèle.
Quand aura lieu ce rassemblement national?
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-02-28 15:09
Expand
Mr. Speaker, last week I met with Ilya and Liudmyla in my constituency office. They will soon be Canadian citizens and are excited to begin the next chapter of their lives. However, Liudmyla also told me that she is worried about her mom and her family, who are living in bomb shelters. In Ukraine, others are in long lines of refugees at the Polish border. Over 115,000 refugees are heading for safety in Poland. Thousands are also going to Romania and any EU country offering sanctuary. However, resources are being stretched to the brink.
Can the Minister of Foreign Affairs inform the House if Canada will provide assistance to countries opening their borders to the Ukrainian exodus?
Monsieur le Président, la semaine dernière, j’ai rencontré Ilya et Liudmyla à mon bureau de circonscription. Elles recevront bientôt la citoyenneté canadienne et elles sont enthousiastes à l’idée d’entamer ce nouveau chapitre de leur vie. Toutefois, Liudmyla m’a aussi dit qu’elle était inquiète pour sa mère et sa famille qui vivent en ce moment dans des abris anti-bombes. En Ukraine, il y a aussi de longues files de réfugiés à la frontière polonaise. Plus de 115 000 réfugiés cherchent à se mettre à l’abri en Pologne. Des milliers se dirigent vers la Roumanie et d’autres pays européens qui leur accordent l’asile. Malheureusement, ces pays sont sur le point de manquer de ressources.
La ministre des Affaires étrangères peut-elle dire à la Chambre si le Canada viendra en aide aux pays qui ouvrent leurs frontières aux réfugiés ukrainiens en exode?
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-02-21 7:02
Expand
Madam Speaker, I want to begin by acknowledging and thanking all of the staff of the House of Commons and the interpreters for joining us today, bright and early, at seven in the morning. Today, in this province, it is Family Day, and they are here spending the day with us. I am grateful and want to thank them and acknowledge them, as well as everyone who is here with us today. We thank them for their time and for everything they are doing as we discuss a matter that I think is very impactful for our families and, really, for our family of Canada.
I also want to take this occasion to wish Her Majesty the very best and a speedy recovery. I had the honour of meeting Her Majesty. I had an audience with her the year of Canada's sesquicentennial. As one of her medalists, it was the honour of my life to have had that opportunity.
Continuing where I left off last evening, flags matter. Symbols matter, just like how our Canadian flag is a beacon of hope for so many people here at home and abroad. I was distraught, as a person who has proudly worn our flag and the uniform of our country, to see people wrap themselves in our flag and use it as a shield for their behaviour, which sometimes was anything but honourable.
What I have commented on thus far, beginning last evening and this morning, unfortunately describes in detail what I believe lay at the heart of some of those who came to Ottawa. They did not come here to register valid concerns. They certainly did not need three weeks to pretend to try to do so, and the rhetoric that spewed from their leaders did not signal a desire for dialogue. They were trying to impose their views on the nation. They were fed up with mandates, vaccines and not being able to do whatever it is they wanted. They wanted to dictate. Some even wanted to govern.
Forget about the will of the people; it was the protesters own will they wanted to impose. That is not expressing freedom. It is also a grossly uneducated view of Canadian democracy and an extremely poor attempt at implementing a coup. Our rights to freedom of expression and assembly should not and must not include the oppression of another's.
I wonder if the protesters were equally fed up with the 35,000 Canadians who died as a direct result of COVID‑19 and its variants? Did those who are no longer with us die because of the common cold? Did they lose their lives because of the actions of draconian governments to stop the spread of the virus? It is disrespectful and nonsense.
This is what happens when some people are glued to Fox News and attend the university of social media. In fact, it was a Fox News commentator who went so far as to share disinformation about a protester getting hurt and dying, only to later delete the erroneous post but, by then, the damage had been done. I would like to commend the members of the Toronto Police Service's mounted unit for their professionalism, their work and the exemplary manner in which they conducted themselves. I commend all of the police services that came to Ottawa to assist in the restoration of peace and order.
Much will be said of the last three weeks and the targeted use of a portion of the Emergencies Act to peacefully end the occupation of our capital and to protect Canada's foreign trade link to our largest and strongest trading partner. People should remember that our country cannot live on beautiful scenery alone. We need good jobs. We need to protect the health of our people and the viability of our economy and our health care system.
Moreover, with every passing day, the protest was sending a signal globally that the rule of law in Canada was weak. It is not often that Canada makes the podcast on The Economist, never mind be the main topic of discussion, but we did. Instead of it being about our world-class arts and culture, our leading tech and innovation, and the many things that make our Canada, our country, great, it was about the protest. It was destroying our global reputation.
I would like now to focus my comments on what lies at the basis of what is being debated in this House, that being the rule of law. Unfortunately, I know a little of what it is like to be denied the rule of law. I also know what it is like to be judged by the court of public opinion, where facts are often cast aside as pesky annoyances.
To the issue at hand, does the limited implementation of certain provisions of the Emergencies Act deny Canada and Canadians the rule of law? Does the act remove one's charter rights? Are the police and the military going to start searching people's homes and arresting anyone they do not like? Will Canadians have all of their civil liberties stripped away at a moment's notice by a nefarious federal government? Of course not.
In listening to some of my colleagues, it would seem that the federal government is on the verge of a military dictatorship. I have heard stories from my parents and others who actually escaped oppression. I spent hours in Yad Vashem reading, listening and learning about the systemic horrors that were endured during the Holocaust. In Ottawa, I heard protesters draw parallels between their experience in the occupation and what different oppressed communities have endured, and some, sadly, still do. I implore people who continue to do that to please stop, because they are cheapening the suffering of those who have endured oppression and much worse.
The rule of law is just that: The law rules. It rules insofar as the same laws apply to everyone, regardless of their personal circumstances, their race, their orientation or anything else.
The definition of the rule of law employed by the United Nations is quite lengthy. The term refers to “a principle...in which all persons, institutions and entities, public and private, including the State itself, are accountable to laws that are publicly promulgated, equally enforced and independently adjudicated, and which are consistent with international human rights norms and standards.” Interestingly, the UN definition goes on to state, “It requires, as well, measures to ensure adherence to the principles of supremacy of law, equality before the law, accountability to the law, fairness in the application of the law, separation of powers, participation in decision-making, legal certainty, avoidance of arbitrariness and procedural and legal transparency.”
The government's decision to implement certain targeted aspects of the Emergencies Act within a duration of just 30 days is certainly transparent and ensures adherence to the principles of the supremacy of the law. At no point does the implementation of the act remove the rights and freedoms guaranteed under the charter. At no point does the act usurp the powers of Parliament. At no point does the act impose some unconstitutional period of martial law.
In conclusion, what is being done with the temporary, targeted use of certain provisions of the Emergencies Act is to restore peace, order and good government through legitimate and constitutional measures to ensure that the people of Ottawa, the economy and the people of Canada are able to function without further unlawful interference and interruption.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à saluer et à remercier tout le personnel de la Chambre des communes et tous les interprètes de s'être levés de bonne heure aujourd'hui pour se joindre à nous à sept heures du matin. Aujourd'hui, en Ontario, c'est le jour de la famille et ils sont ici pour passer la journée avec nous. Je leur suis reconnaissant et je tiens à les remercier et à les saluer, ainsi que tous ceux qui sont ici avec nous aujourd'hui. Nous les remercions de leur temps et de tout ce qu'ils font tandis que nous discutons d'une question qui, à mon avis, a une grande incidence sur nos familles, de même que sur la famille canadienne.
Je profite également de cette occasion pour souhaiter à Sa Majesté la meilleure des chances et un prompt rétablissement. J'ai eu l'honneur de rencontrer Sa Majesté. J'ai eu une audience avec elle l'année du 150e anniversaire du Canada. En tant qu'un de ses médaillés, ce fut l'honneur de ma vie d'avoir eu cette occasion.
Je vais reprendre là où je me suis arrêté hier soir. Un drapeau, c'est important. Les symboles sont importants et le drapeau du Canada est une source d'espoir pour un grand nombre de personnes au pays et à l'étranger. Ayant moi-même porté fièrement le drapeau et l'uniforme de notre pays, j'ai été consterné de voir des gens se draper dans notre drapeau et s'en servir comme d'un bouclier pour défendre leur comportement qui, parfois, était tout sauf honorable.
Ce que j’ai commenté jusqu’à présent, depuis hier soir et ce matin, décrit malheureusement en détail ce qui, à mon avis, est au cœur des motivations de certains manifestants venus à Ottawa. Ils ne sont pas venus ici pour exprimer des préoccupations valables. Ils n’avaient certainement pas besoin de trois semaines pour faire semblant d’essayer de le faire, et les discours de leurs dirigeants n'exprimaient pas un désir de dialogue. Ces gens essayaient d’imposer leur opinion à la nation. Ils en avaient assez des restrictions, des vaccins et de ne pas pouvoir faire ce qu’ils voulaient. Ils voulaient dicter. Il y en a même qui voulaient gouverner.
Sans égard à la volonté du peuple, c’est leur propre volonté que les manifestants voulaient imposer. Ce n’est pas l’expression de la liberté. C’est aussi l'illustration d'une vision grossièrement inculte de la démocratie canadienne et une piètre tentative de mettre en œuvre un coup d’État. Nos droits à la liberté d’expression et de réunion ne devraient pas et ne doivent pas inclure l’oppression de la volonté d’autrui.
Je me demande si les manifestants en avaient également assez d'entendre parler des 35 000 Canadiens qui sont morts en conséquence directe de la COVID-19 et de ses variants? Ceux qui nous ont quittés sont-ils morts à cause d’un simple rhume? Ont-ils perdu la vie à cause des mesures draconiennes prises par les gouvernements pour arrêter la propagation du virus? C’est un manque de respect et un non-sens.
Voilà ce qui arrive lorsque certaines personnes sont rivées sur Fox News et fréquentent l’université des médias sociaux. En fait, un commentateur de Fox News est allé jusqu’à annoncer à tort qu’une personne parmi les manifestants était blessée et mourante, pour ensuite se rétracter, mais le mal était déjà fait. Je tiens à féliciter les membres de l’unité montée du service de police de Toronto pour leur professionnalisme, leur travail et la manière exemplaire dont ils se sont comportés. Je félicite tous les services de police venus à Ottawa pour prêter main forte afin de rétablir l’ordre et la paix.
On parlera beaucoup des trois dernières semaines et de l’utilisation ciblée d’une partie de la Loi sur les mesures d’urgence pour mettre fin pacifiquement à l’occupation de la capitale et pour protéger le lien commercial du Canada avec notre plus grand et plus fort partenaire commercial. Les gens devraient se rappeler que le Canada ne peut pas vivre uniquement de beaux paysages. Nous avons besoin de bons emplois. Nous devons protéger la santé de la population et la viabilité de l'économie et du système de soins de santé.
En outre, à mesure que les jours passaient, la manifestation signalait au reste du monde la faiblesse de la primauté du droit au Canada. Il n’est pas fréquent que le Canada fasse l’objet d’un balado dans l’Economist, et encore moins qu’il soit le principal sujet de discussion, mais c'est arrivé. Au lieu de parler de nos arts et de notre culture, de notre technologie et de notre innovation de pointe, et de toutes les choses qui sont de calibre mondial et font la grandeur du Canada, de notre pays, il a été question de la manifestation. Cette situation a terni notre réputation mondiale.
Je voudrais maintenant concentrer mes observations sur ce qui est au cœur du présent débat, à savoir le principe de la primauté du droit. Malheureusement, je sais un peu ce qu'est le fait d’être privé de la primauté du droit. Je sais aussi ce que c’est que d’être jugé par le tribunal de l’opinion publique, où les faits sont souvent mis de côté parce qu'ils sont considérés comme embêtants.
Pour en revenir à la question qui nous occupe, la mise en œuvre limitée de certaines dispositions de la Loi sur les mesures d’urgence prive-t- elle le Canada et les Canadiens de la primauté du droit? La loi supprime-t-elle les droits garantis par la Charte? Les policiers et les militaires vont-ils commencer à fouiller les maisons des gens et à arrêter ceux qui ne leur plaisent pas? Les Canadiens se verront-ils retirer toutes leurs libertés civiles à un moment donné par un gouvernement fédéral malveillant? Bien sûr que non.
En écoutant certains de mes collègues, j’ai l’impression que le gouvernement fédéral est sur le point de devenir une dictature militaire. J’ai entendu les histoires de mes parents et d’autres personnes qui ont réellement échappé à l’oppression. J’ai passé des heures au Yad Vashem à lire, écouter et apprendre les horreurs systémiques qui ont été endurées pendant l’Holocauste. À Ottawa, j’ai entendu des manifestants établir des parallèles entre leur expérience de l’occupation et ce que différentes communautés opprimées ont enduré, et certains, malheureusement, le font encore. J’implore les personnes qui continuent de tenir ce genre de discours d’arrêter, car elles minimisent la souffrance de ceux qui ont véritablement enduré l’oppression et bien pire encore.
La primauté du droit est le principe selon lequel l'application de la loi est la règle prépondérante. Autrement dit, les mêmes lois s’appliquent à tous, indépendamment de leur situation personnelle, de leur race, de leur orientation ou de toute autre circonstance.
La définition de primauté du droit employée par les Nations unies est assez longue. Elle renvoie à « […] un principe […] en vertu duquel l’ensemble des individus, des institutions et des entités publiques et privées, y compris l’État lui-même, ont à répondre de l’observation de lois promulguées publiquement, appliquées de façon identique pour tous et administrées de manière indépendante, et compatibles avec les règles et normes internationales en matière de droits de l’homme. » Il est intéressant de noter que la définition de l’ONU se poursuit ainsi: « Il implique, d’autre part, des mesures propres à assurer le respect des principes de la primauté du droit, de l’égalité devant la loi, de la responsabilité au regard de la loi, de l’équité dans l’application de la loi, de la séparation des pouvoirs, de la participation à la prise de décisions, de la sécurité juridique, du refus de l’arbitraire et de la transparence des procédures et des processus législatifs. »
La décision du gouvernement de mettre en œuvre certains aspects particuliers de la Loi sur les mesures d’urgence pendant 30 jours seulement est certainement transparente et garantit le respect des principes de la suprématie de la loi. À aucun moment la mise en œuvre de la loi ne supprime les droits et libertés garantis par la Charte. En aucun cas, la loi n’usurpe les pouvoirs du Parlement. À aucun moment la loi n’impose une période inconstitutionnelle de loi martiale.
En conclusion, l’utilisation temporaire et ciblée de certaines dispositions de la Loi sur les mesures d’urgence vise à rétablir l’ordre, la paix et le bon gouvernement au moyen de mesures légitimes et constitutionnelles, afin que les citoyens d’Ottawa, l’économie et la population du Canada puissent fonctionner sans autre ingérence ou interruption illégale.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-02-21 7:13
Expand
Madam Speaker, yesterday I was in Ottawa and wanted to patron a local restaurant, as I hope anyone would want to do if my own city of Toronto had gone through the same thing that Ottawa had. It took me 20 minutes of walking before I could find a local restaurant to support here in Ottawa.
Even a fast casual dining restaurant will have a minimum complement of staff of seven to 10 people, so imagine how many hundreds of workers were out of work. I imagine that is an opinion my Conservative colleague and I would share: the importance of supporting local businesses. How many jobs and livelihoods were impacted? How many millions in business revenue were lost? These are revenues to the treasury that support the important services that make our country what it is.
This has been a black eye on our country, and it is so vital that we move forward.
Madame la Présidente, hier, j’étais à Ottawa et je voulais aller au restaurant, comme j'imagine quiconque voudrait le faire si Toronto, ma ville, vivait la même situation qu’Ottawa. Il m’a fallu 20 minutes de marche avant de trouver un restaurant où aller.
Même un restaurant ordinaire a un effectif minimum de sept à dix personnes, alors imaginez combien de centaines de travailleurs se sont retrouvés sans emploi. J’imagine que mon collègue conservateur et moi-même convenons qu’il est important de soutenir les entreprises locales. Combien d’emplois et de moyens de subsistance ont été touchés? Combien de millions de dollars de revenus commerciaux ont été perdus? Ce sont des recettes pour le trésor public qui soutiennent les services importants qui font de notre pays ce qu’il est.
Cette occupation est une honte pour notre pays, et il est essentiel qu’on avance.
Collapse
View Kevin Vuong Profile
Ind. (ON)
View Kevin Vuong Profile
2022-02-21 7:15
Expand
Madam Speaker, again, one of the real issues I have observed walking through the streets of Ottawa is how the people have been impacted. For example, the National Arts Centre has been closed. To give members a sense of the scope, I will provide a statistic from my riding. Ms. Kendra Bator of Mirvish Productions comes from my riding, which is our country's largest theatre production company. Every dollar spent generates $10 in the local economy. How many millions were lost as a result of the disruption by the occupation? It is so vital that we move forward so we can support Ottawa's businesses and people's livelihoods.
Madame la Présidente, encore une fois, l’un des problèmes réels que j’ai observés en marchant dans les rues d’Ottawa est la façon dont les gens ont été touchés. Par exemple, le Centre national des arts a été fermé. Pour donner aux députés une idée de l’ampleur de la situation, je vais fournir une statistique de ma circonscription. Mme Kendra Bator, de Mirvish Productions, vient de ma circonscription. C’est la plus grande société de production théâtrale du pays. Chaque dollar dépensé génère 10 $ dans l’économie locale. Combien de millions ont été perdus en raison des perturbations causées par l’occupation? Il est essentiel que nous avancions pour soutenir les entreprises d’Ottawa et les moyens de subsistance des gens.
Collapse
Results: 76 - 90 of 108 | Page: 6 of 8

|<
<
1
2
3
4
5
6
7
8
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data