Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 35035
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2022-09-23 10:01 [p.7603]
Expand
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Red Deer—Lacombe.
This summer, I spoke with thousands of constituents from Kelowna—Lake Country in person, over the phone, on their doorsteps and at community events. I met with small businesses, farmers and not-for-profits. The struggles I heard from people and small businesses are real and extensive.
I heard about the unmanageable cost of living, which includes costs on housing, fuel and food, overall inflation, labour shortages, travel restrictions such as the ArriveCAN app, ongoing federal mandates, crushing debt for small business, supply chain issues, and delays in every federal government department, whether it be immigration and citizenship, CRA, benefits or passports.
It is evident that the legislation before us, Bill C-31, does nothing to address any of those issues and nothing to address the cost of 40-year-high inflation. For the Liberals to introduce this thrown-together legislation that will only boost inflation, and which will see its benefits evaporate with the ever-rising cost of food and gas, demonstrates the government's detachment from working families, small businesses and seniors.
I remember as a kid those tough times 40 years ago at the end of the last Trudeau government. History is repeating itself. I remember eating lots of wieners, white bread and Spam. What got us through were two sets of grandparents who had big gardens. Families are suffering today.
I mailed out a survey to residents of Kelowna—Lake Country to get their feedback about the cost of groceries and gas prices. I received thousands of responses. Food costs can vary regionally, and most people said their food bills had actually gone up more than 20%. To fill their vehicles was over $50 more per fill than last year.
Many people gave specific examples of their personal situations. I will give just a small sampling. John, who needs his pickup truck for work and who says he has good mileage on his truck, will be paying $513 a month more for gas than last year. Jeff in Lake Country wrote to me that he is getting close to having to choose between gas or food, saying that is “not a good spot to be in.”
Lea in Kelowna says she is forced to go to food banks for the first time in her life. Ken wrote that his family is presently helping a person who is living in his car because he cannot afford rent. This person works as a delivery driver, but gas prices may now prevent him from working entirely.
Paulette wrote to me and said, “I am a recently retired as a nurse. I am pretty tight with my budget. I have been able to keep my bank account at the same float number. Since March of this year, I have noticed incremental decline in my bank balance to the tune of $400 a month. It doesn't take long on a fixed income to be alarmed in seeing consistent decline.”
How is a retiree like Paulette supposed to deal with a $400 loss each month? How is a new family or a young worker supposed to deal with it? They will not if we maintain the government's high-spend, high-cost NDP-Liberal approach. We need to stop the money printing, stop the spending and stop increasing taxes, all of which are creating inflation.
Legislation like Bill C-31 will not reverse the ever-increasing costs of our basic necessities. While the government says this legislation will tackle the real issues of Canadians in need of relief, the value of these supports on people's budgets will rapidly proceed to nothing. They will evaporate quickly if the government does nothing to rein in its own costs.
Conservatives have been talking about precisely where the government could reduce costs, which would directly help to reduce the inflation that is shredding the value of people's paycheques and household budgets. It could cancel its $35-billion Canada Infrastructure Bank, which has yet to build a single road, bridge or rail line. It could drop the ArriveCAN app entirely today. It could save $25 million right now and scrap what I call the “ArriveCAN'T” app.
The government could use a one-for-one rule: For every dollar spent, find a dollar in savings. It could cancel all planned tax increases, including payroll tax hikes scheduled for January 1 and tax hikes on groceries, gas and home heating scheduled for April 1. It could cancel the escalator excise tax, which is also scheduled for April 1.
Leaving those scheduled increases on the books will be catastrophic to Canadian and small business bank accounts. Let us change course today. The NDP-Liberal bill would only raise Canadian costs, and this is obvious.
Economists are in agreement on this as well. Robert Kavcic, senior economist at the Bank of Montreal, was quoted recently on the government's proposal as saying, “We all know that sending out money as an inflation-support measure is inherently…inflationary.”
Andrey Pavlov at Simon Fraser University's Beedie School of Business said, “If we have high inflation and that inflation continues, that assistance isn’t going to do very much to help anyone, including the recipients of that assistance. It’s just not going to be enough.”
Derek Holt, vice president and head of capital markets economics at Scotiabank, could not have been clearer: “Any belief that the government's proposals will ease inflationary pressures must have studied different economics textbooks.”
Let us not forget that this legislation is before us only because of the summer rush that the members of the costly NDP-Liberal coalition put on themselves, once again trying to make a parliamentary body of law-making into a short-order kitchen of quick fixes.
The legislation bears all the hallmarks of a bill not thoroughly thought through. If the government members even took the time to glance at most rental listings in British Columbia, they would know that a $500 cheque would represent not much more than a single week's worth of rent.
According to rentals.ca, British Columbia had the highest average rental rate, at $2,578 per month in August 2022. Even if the bill passes, six out of every 10 renters will not qualify for it. In Kelowna—Lake Country, the government's record on rent is clear. According to the CMHC, the average one-bedroom apartment was roughly $900 a month in 2015, when this government was elected. Fast-forward to 2022 and the rental prices have increased 61%, to $1,475.
Instead of a bill that would expand the rental market or offer my constituents an affordable path to home ownership, the government chooses to raise costs even further.
For the government to call the other half of this legislation a dental program is not quite accurate. A program would typically feature an application process. It might coordinate with many provincial, low-income dental care programs. It would actually be a program. Instead, what the government offers is an attestation.
We have seen this attestation process with no verification or cross-referencing before. We have not been told how the CRA will administer this program or what extra staff they will need to administer it. All the government has said is to remember to keep one's dental receipts.
Will people be subject to having the value of this benefit clawed back if the government or the CRA deems them not applicable? My constituency office was inundated with people being told they had to pay back CERB. The government just has not learned.
Once again, the Liberal-NDP coalition is clear on how it wants the government to run: Allow inflation to rise unchecked, take more from Canadians' pockets, circulate it through the government's bureaucracy, and then write cheques that will give only a fraction of it back. It is like a family's financial situation is a sinking boat, and the Liberals throw them a teacup to bail out the boat instead of patching the holes.
We need to put people first.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Red Deer—Lacombe.
Cet été, j'ai parlé avec des milliers de gens de Kelowna—Lake Country au téléphone et en personne, en faisant du porte-à-porte et en participant à des activités communautaires. J'ai rencontré des propriétaires de petites entreprises, des agriculteurs et des représentants d'organismes sans but lucratif. Les difficultés que vivent les particuliers et les petits entrepreneurs sont bien réelles et multiples.
Ils m'ont parlé du coût de la vie impossible à gérer, notamment des prix du logement, de l'essence et de l'épicerie, de l'inflation en général, des pénuries de main-d'œuvre, des restrictions de voyage comme l'application ArriveCAN, des exigences fédérales en matière de vaccination, des dettes sous lesquelles croulent les petites entreprises, des problèmes de chaîne d'approvisionnement et des retards dans tous les ministères fédéraux, que l'on pense à l'immigration et à la citoyenneté, à l'Agence du revenu du Canada, aux prestations ou aux passeports.
Il est évident que la mesure législative dont nous sommes saisis, le projet de loi C‑31, ne prévoit rien pour régler ne serait-ce qu'un de ces problèmes et qu'elle ne prévoit rien pour contrer l'inflation qui a atteint son plus haut niveau en 40 ans. Le fait que les libéraux présentent ce projet de loi rédigé à la hâte qui ne fera qu'attiser l'inflation — et dont les avantages se volatiliseront en raison des prix qui ne cessent de monter pour l'épicerie et l'essence — montre à quel point le gouvernement est déconnecté des familles de travailleurs, des petits entrepreneurs et des aînés.
Je me souviens des temps difficiles il y a 40 ans à la fin du précédent gouvernement Trudeau, quand j'étais encore enfant. L'histoire se répète. Je me rappelle d'avoir mangé beaucoup de saucisses, de pain blanc et de Spam. Nous nous en sommes sortis grâce à mes grands-parents, paternels et maternels, qui avaient de grands potagers. Les familles souffrent aujourd'hui.
J'ai envoyé un sondage par la poste aux habitants de Kelowna—Lake Country pour obtenir leurs commentaires au sujet du coût de l'épicerie et du prix de l'essence. J'ai reçu des milliers de réponses. Le coût des aliments peut varier d'une région à l'autre et la plupart des gens ont déclaré que leurs factures d'épicerie ont augmenté de plus de 20 %. Pour faire le plein de leur véhicule, il doivent débourser plus de 50 $ de plus par plein d'essence que l'an dernier.
Beaucoup de personnes ont donné des exemples précis de leur situation personnelle. Je ne partagerai qu'un petit nombre d'entre eux. John, qui a besoin de sa camionnette pour le travail et qui dit qu'elle a une faible consommation d'essence, paiera 513 $ de plus par mois pour son essence que l'an dernier. Jeff, de Lake Country, m'a écrit qu'il est sur le point de devoir choisir entre l'essence et la nourriture et affirme que ce n'est « pas une situation enviable ».
Lea, de Kelowna, dit qu'elle est obligée de fréquenter les banques alimentaires pour la première fois de sa vie. Ken a écrit que sa famille aide actuellement un homme qui vit dans sa voiture parce qu'il n'a pas les moyens de payer un loyer. Cette personne travaille comme chauffeur-livreur, mais le prix de l'essence pourrait maintenant l'empêcher complètement de travailler.
Paulette m'a écrit et m'a dit: « Je suis une infirmière récemment retraitée. J'ai un budget assez serré. J'ai réussi à maintenir les fonds dans mon compte bancaire au même niveau. Depuis mars de cette année, j'ai remarqué une baisse progressive de mon solde bancaire de l'ordre de 400 $ par mois. Il ne faut pas longtemps, quand on a un revenu fixe, pour être alarmé de voir une baisse constante. »
Comment une retraitée comme Paulette est-elle censée faire face à une perte de 400 $ par mois? Comment y arrivera une jeune famille ou un jeune travailleur? Ils ne le pourront pas si nous maintenons l'approche dépensière et coûteuse néo-démocrate—libérale du gouvernement. Nous devons arrêter d'imprimer de l'argent, arrêter de dépenser et arrêter d'augmenter les impôts, qui sont toutes des mesures qui créent de l'inflation.
Une mesure comme le projet de loi C‑31 n'inversera pas les coûts toujours plus élevés de nos produits de première nécessité. Bien que le gouvernement affirme que ce projet de loi s'attaquera aux problèmes réels des Canadiens qui ont besoin d'aide, la valeur de ces mesures de soutien sur le budget des gens sera rapidement réduite à néant. Elle s'évaporera rapidement si le gouvernement ne fait rien pour contrôler ses propres dépenses.
Les conservateurs ont justement parlé de mesures qui permettraient au gouvernement de réduire les coûts, ce qui contribuerait directement à réduire l'inflation qui gruge les chèques de paie et le budget des Canadiens. Le gouvernement pourrait annuler la Banque de l'infrastructure du Canada, qui dispose de 35 milliards de dollars, mais qui n'a encore construit aucun chemin, aucun pont ni aucune voie ferrée. Il pourrait éliminer complètement l'application ArriveCAN dès aujourd'hui. Le gouvernement pourrait économiser dès maintenant 25 millions de dollars en éliminant ce que j'appelle l'application « N'arriveCAN ».
Le gouvernement pourrait utiliser la règle du un-pour-un: pour chaque dollar dépensé, il doit trouver le moyen d'économiser un dollar. Le gouvernement pourrait annuler toutes les augmentations de taxes qu'il a prévues, y compris l'augmentation de la taxe sur les chèques de paie prévue le 1er janvier et l'augmentation des taxes sur l'épicerie, l'essence et le chauffage prévue le 1er avril. Il pourrait aussi annuler l'augmentation de la taxe d'accise, une taxe avec indexation, qui est également prévue le 1er avril.
Laisser ces augmentations en place sera catastrophique pour les finances des Canadiens et des petites entreprises. Changeons de cap dès aujourd'hui. Le projet de loi néo-démocrate—libéral ne ferait qu'accroître les coûts au Canada; c'est tellement évident.
Les économistes aussi sont d'accord sur ce point. Robert Kavcic, économiste principal à la Banque de Montréal, aurait récemment dit ceci au sujet de la proposition du gouvernement: « Nous savons tous qu'envoyer de l'argent comme mesure de soutien contre l'inflation est intrinsèquement... inflationniste. »
Andrey Pavlov, de l'École de commerce Beedie de l'Université Simon Fraser, a déclaré: « Si le taux d'inflation est élevé et que la tendance se maintient, cette aide ne profitera pas vraiment à qui que ce soit, y compris les destinataires de l'aide en question. Ce ne sera tout simplement pas suffisant. »
Derek Holt, vice-président et chef des Études économiques sur les marchés des capitaux de la Banque Scotia, ne pourrait être plus clair: « Quiconque est d'avis que les propositions du gouvernement vont permettre d'atténuer les pressions inflationnistes doit avoir étudié des manuels d'économie différents. »
N'oublions pas que nous sommes saisis de cette mesure législative uniquement parce que les membres de la coûteuse coalition néo-démocrate—libérale ont réalisé pendant l'été qu'il fallait agir rapidement. Ils tentent une fois de plus de transformer le processus législatif parlementaire en un service de restauration rapide qui livre rapidement la marchandise.
Ce projet de loi présente tous les signes d'une mesure qui n'a pas été mûrement réfléchie. Si les députés ministériels prenaient au moins le temps de jeter un coup d'œil à la plupart des annonces de logements à louer en Colombie-Britannique, ils sauraient qu'un chèque de 500 $ représente à peine plus qu'une seule semaine de loyer.
Selon le site Web de location de logements rentals.ca, en août 2022, la Colombie‑Britannique avait le taux locatif moyen le plus élevé, à 2 578 $ par mois. Même si le projet de loi est adopté, six locataires sur 10 ne seront pas admissibles aux mesures d’aide qu’il prévoit. Dans Kelowna—Lake Country, le bilan du gouvernement en matière de logement est clair. Selon la SCHL, le prix d’un logement ordinaire d’une chambre à coucher s’élevait à environ 900 $ par mois en 2015, quand le gouvernement actuel est arrivé au pouvoir. Toutefois, en 2022, les prix des loyers ont augmenté de 61 % par rapport à 2015, avec une moyenne de 1 475 $ par mois.
Au lieu de présenter un projet de loi qui élargirait le marché du logement ou qui offrirait aux habitants de ma circonscription une voie abordable pour accéder à la propriété, le gouvernement choisit d’augmenter encore plus les coûts.
Aux yeux du gouvernement, l’autre moitié de ce projet de loi est un programme de soins dentaires, mais il a tort de le voir ainsi. Un vrai programme de soins dentaires comprend normalement un processus de demandes et, parfois, une certaine coordination avec les nombreuses mesures provinciales qui sont déjà incluses dans des programmes de soins dentaires pour les personnes à faible revenu. Si c’était le cas, on pourrait parler d’un programme. Ce que le gouvernement offre correspond plutôt à une attestation.
Nous avons vu quels ont été les résultats d’un précédent processus d’attestation sans vérification ni croisement de données. Le gouvernement ne dit pas comment l’Agence du revenu du Canada administrera ce programme ni si elle devra ajouter du personnel pour en assurer la prestation. Le gouvernement se limite à dire que tous les participants devront conserver leurs reçus de soins dentaires.
Y aura-t-il récupération de cette prestation si le gouvernement ou l'Agence du revenu du Canada estime que les gens ne sont pas admissibles? D'innombrables personnes ont communiqué avec mon bureau de circonscription parce qu'on leur a dit qu'ils devaient rembourser la PCU. Le gouvernement n'a tout simplement pas tiré de leçon.
Encore une fois, la coalition libérale—néo-démocrate sait clairement comment elle souhaite que le gouvernement procède. Elle entend laisser l'inflation augmenter sans intervenir, aller chercher plus d'argent dans les poches des Canadiens, le faire circuler dans la bureaucratie gouvernementale pour ensuite faire des chèques qui ne redonneront aux contribuables qu'une fraction de ce qu'ils ont payé. On pourrait comparer la situation financière d'une famille à un bateau en train de couler. Au lieu d'aider les gens à bord à colmater les fuites, les libéraux leur lancent une tasse minuscule en guise d'écope.
Il faut accorder la priorité aux gens.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-09-23 10:10 [p.7604]
Expand
Mr. Speaker, it is most unfortunate that the Conservatives and the Bloc do not recognize that this legislation is going to enable children under the age of 12 to get the dental work that is absolutely necessary. Many children are not getting dental work because of the issue of affordability. Many of those children end up going into hospitals at great cost because they did not get the dental work that is required. Now, we have a government that is recognizing the importance of getting the job done in serving our young children in Canada.
We are talking about hundreds of thousands of children who are going to be eligible, in every region of our country, yet the Conservatives feel that the federal government plays no role.
Why is the member not standing up for the children whom she represents who do not have dental insurance?
Monsieur le Président, il est fort regrettable que les conservateurs et les bloquistes ne reconnaissent pas que cette mesure législative permettra aux enfants de moins de 12 ans de recevoir des soins dentaires indispensables. De nombreux enfants n'ont pas accès à des soins dentaires faute de moyens. Or, bon nombre de ces enfants se retrouvent à l'hôpital à grands frais pour l'État parce qu'ils n'ont pas reçu les soins dentaires requis. Maintenant, le gouvernement reconnaît l'importance de prendre les mesures qui s'imposent pour servir les jeunes enfants au Canada.
Des centaines de milliers d'enfants dans toutes les régions du pays seront admissibles à ce programme, mais les conservateurs estiment que le gouvernement fédéral n'a pas de rôle à jouer dans ce dossier.
Pourquoi la députée ne défend-elle pas les intérêts des enfants qu'elle représente et qui ne sont pas couverts par une assurance dentaire?
Collapse
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2022-09-23 10:11 [p.7605]
Expand
Mr. Speaker, I guess the better question is this: Why can people not afford to spend money on certain things? The reason is that their paycheques are evaporating. The reason is that we have 40-year high inflation, which means people cannot even afford to buy food, they cannot buy medicine, and they cannot put gas in their vehicles. It is the policies of the government that are leaving people short every month. I gave several examples in my statement today. People are hurting because of the policies of the government.
Monsieur le Président, voici ce qui serait peut-être une meilleure question: pourquoi les gens n'ont-ils pas les moyens de faire certaines dépenses? C'est parce que leur chèque de paie est en train de s'évaporer. C'est parce que l'inflation est à son niveau le plus haut en 40 ans, ce qui signifie que les gens n'ont même pas les moyens de faire l'épicerie, d'acheter des médicaments et de mettre de l'essence dans leur véhicule. Ils manquent d'argent chaque mois à cause des politiques du gouvernement. J'ai donné plusieurs exemples dans mon discours d'aujourd'hui. Les gens sont dans une situation difficile à cause des politiques du gouvernement.
Collapse
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
View Denis Trudel Profile
2022-09-23 10:12 [p.7605]
Expand
Mr. Speaker, when our Conservative friends talk about the housing crisis, it seems as though they are always just opposing any measure the Liberal government proposes without bringing many solutions to the table.
I met an economist from the CMHC at a housing summit in Laval last week, and he said that, if we do not do something to change things, only 500,000 housing units will be built in Quebec over the next 10 years when, in fact, 1,100,000 units are needed to deal with the accessibility and affordability crisis. That is how many housing units we need to build in Quebec over the next 10 years to truly address this crisis.
What does the Conservative Party suggest we do to resolve this crisis?
Monsieur le Président, quand on écoute mes amis conservateurs parler de la crise du logement, on a l'impression qu'ils sont toujours en train de s'opposer à n'importe quelle mesure proposée par le gouvernement libéral. Or, ils apportent peu de solutions pour répondre à la crise.
La semaine dernière, lors d'un colloque à Laval, j'ai rencontré un économiste de la SCHL. Il disait que si on n'agit pas pour changer les choses, c'est 500 000 logements qui seront construits au cours des prochains 10 ans, simplement au Québec, alors que les besoins pour faire face à la crise d'accessibilité et d'abordabilité sont de 1 100 000 logements. C'est ce qu'on doit construire au cours des prochains 10 ans au Québec si on veut faire face à la crise qu'on vit en ce moment.
Quelles sont les solutions du Parti conservateur pour remédier à cette crise?
Collapse
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2022-09-23 10:12 [p.7605]
Expand
Mr. Speaker, we have given a number of suggestions. One suggestion is that we have a lot of federal buildings that are empty, and we could use those to build housing. We have a capacity problem. We have one of the lowest numbers of houses in the world when we look at it percentage-wise. We absolutely need to build more supply.
The other part is that costs are going up. When we have supply chain issues and when we have inflation the way it is, it makes it a lot more difficult for construction and for builders to build affordable housing. If we do not get this inflation crisis under control, it is not going to help with the affordability of building houses either.
Monsieur le Président, nous avons fait plusieurs suggestions. L'une d'entre elles serait d'utiliser certains des nombreux édifices fédéraux qui sont vides pour bâtir des logements. Il n'y a pas assez d'habitations. Quand on regarde le nombre de maisons en fonction de la population, le Canada a l'un des taux les plus bas du monde. Il faut absolument construire plus d'habitations.
L'autre aspect du problème concerne l'augmentation des coûts. Dans un contexte où la chaîne d'approvisionnement pose problème et où l'inflation sévit comme en ce moment, il est beaucoup plus difficile pour les constructeurs de bâtir des logements abordables. Si nous n'arrivons pas à juguler la crise de l'inflation, il sera d'autant plus difficile de construire des maisons de façon abordable.
Collapse
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2022-09-23 10:13 [p.7605]
Expand
Mr. Speaker, a constituent of mine, Ted, is a senior. He lost his teeth. He cannot get dental care coverage. I raised this in the House and someone from the member's party suggested that Ted should go back to work. He is 77. He should not have to go back to work to get his teeth fixed, and he should not have to eat soup all the time.
The member talked about payroll taxes. CPP is not a tax. It is retirement income; it is deferred wages. It is critical. We are hearing from seniors who have not saved. They need help with dental care. They need to make sure they can retire with more income.
Conservative premiers, and premiers right across this country, worked out a deal with the government to increase CPP, and that is for both workers' contributions and those of their employers, so that seniors can have enough money to get the things they need.
Does my colleague not agree that investments in CPP are deferred wages and are meant for retirement income? They are not payroll taxes.
Monsieur le Président, Ted est un aîné de ma circonscription qui n'a plus de dents. Il ne peut pas obtenir d'assurance dentaire. Lorsque j'ai parlé de lui à la Chambre, un collègue du parti de la députée a suggéré que Ted retourne travailler. Il a 77 ans. Il ne devrait pas avoir à retourner au travail pour avoir accès à des soins dentaires et il ne devrait pas être obligé de se nourrir exclusivement de soupe.
La députée parle de taxe sur le chèque de paie. La cotisation au Régime de pensions du Canada n'est pas une taxe. C'est un salaire différé. C'est essentiel. Certaines personnes âgées n'ont pas d'économies. Elles ont besoin d'aide pour obtenir des soins dentaires. Elles doivent pouvoir toucher un meilleur revenu à la retraite.
Des premiers ministres provinciaux du pays, y compris d'allégeance conservatrice, ont conclu un accord avec le gouvernement afin d'augmenter les cotisations au Régime de pensions du Canada, ce qui touche à la fois les contributions des travailleurs et celles de leurs employeurs, afin que les aînés aient suffisamment d'argent pour subvenir à leurs besoins.
La députée ne convient-elle pas que les investissements dans le Régime de pensions du Canada constituent un salaire différé censé être touché à la retraite? Il ne s'agit pas d'une taxe sur le chèque de paie.
Collapse
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2022-09-23 10:14 [p.7605]
Expand
Mr. Speaker, first, I will address the comments the member made about the senior in his riding. I hear stories like that as well. Seniors are among some of the hardest hit, because they are on fixed incomes. As this inflation continues to be at record levels, they, as I mentioned in my intervention with examples, are some of the hardest hit, because they are not able to have more income. That is the first thing.
The second thing, regarding people's paycheques, is that what the CPP and EI increases will do is reduce the paycheques they are taking home. It is also going to be more costly for businesses. A time like this, when we have record-breaking inflation, is not the time to be increasing any costs on people.
Monsieur le Président, je vais d’abord répondre aux commentaires du député au sujet de la personne âgée dans sa circonscription. J’entends aussi des histoires comme celle-là. Les personnes âgées sont parmi les plus durement touchées, car elles ont un revenu fixe. Comme l’inflation continue d’atteindre des niveaux records, elles sont, comme je l’ai mentionné dans mon intervention avec des exemples, parmi les plus durement touchées, parce qu’elles ne sont pas en mesure de gagner davantage. C’est la première chose.
Ensuite, en ce qui concerne les chèques de paie, ce que feront les augmentations des cotisations au RPC et à l’assurance-emploi, c’est réduire le salaire que les gens reçoivent. Cela sera également plus coûteux pour les entreprises. Dans une période comme celle-ci, où l’inflation bat des records, ce n’est pas le moment d’augmenter les charges imposées aux gens.
Collapse
View Blaine Calkins Profile
CPC (AB)
View Blaine Calkins Profile
2022-09-23 10:15 [p.7605]
Expand
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for her eloquent speech and articulate thoughts in the House this morning. She is exactly right.
The government is proposing to be the solution, but it is actually the problem. The problem can never be the solution. We are witnessing, coming out of COVID, the massive inflation-induced problems that Canadians are facing, making their paycheques shorter. There is more month now left than there is money on those paycheques. Canadians are struggling.
I am not talking about Canadians who have always or have typically struggled. I am talking about Canadians who just a few short years ago did not need the government to do anything at all for them. They were business owners. They were working in the private sector. They had the ability to earn a living and make their paycheques cover their cost of living, pay for their homes, pay for their energy, pay for their food, raise their children, put them through school and even save enough for their retirements.
These are Canadians who just want their government to provide them with the services only it can provide and get out of their way. This is the mentality of the people I represent in the constituency of Red Deer—Lacombe. This is why Alberta, my home province, is one of the lowest-taxed jurisdictions and one of the provinces in this Confederation that creates wealth in abundance, or at least it used to create wealth in abundance, for everybody to share in.
The problem is the philosophy of the current government. In its rush to make everybody equal, it is making everybody equally miserable. This is the problem with the philosophy of the socialist-bent NDP-Liberal coalition. It does not work. History has shown us throughout time that this kind of thinking only leads to everybody being worse off.
This bill specifically talks about rent and the dental program. The reason the government believes it needs to bring these things forward at this time is that my constituents who used to be able to pay for these things on their own, who used to have jobs where their employer made those payments or had a dental care plan, no longer find themselves in that calibre of employment anymore. That is because of the ideology of the current government across the way and its ideological attack on energy.
I want Canadians at home to realize that, if they take a look around their home, everything they have was either made from, brought to them by or manufactured with energy. When we attack that energy with things like a carbon tax, it underpins everything we do in our economy. The government's hell-bent position from the very first press release it issued was to rework the northern gateway and energy east pipelines and basically cancel those projects. The short-sightedness for cheap political gain of critical energy supplies, not only within Canada but around the world, is showing itself today.
The Chancellor of Germany was just here and our government was too dim-witted to even know that he came here asking for help in the way he could without embarrassing himself in front of his own people. What did our government say in response to our friend, our NATO ally and our economic trading partner? It basically gave him the bum's rush out of town and said we would have some renewables for him in three to five years. Meanwhile, the good people, our friends, our western liberal democracy philosophical allies are going to be left in the dark by the current government, which cannot see past the end of its nose in its ideological crusade against oil and natural gas. I think 14 to 18 LNG proposals were cancelled, shelved or tabled because of the current government. That is the legacy we have.
I want to get back to how that is relevant to the citizens of my province and the citizens I represent in the constituency of Red Deer—Lacombe. Central Alberta is a hub of the service industry of the oil and gas sector in Alberta. We have numerous pipeline companies, service rig companies, drilling rig companies. We even have, hopefully, a formerly Russian oligarch-owned steel pipe company that was providing services to the oil and gas sector. These were good-paying jobs.
I have good friends who have had multi-million dollar businesses. The way to get rid of a $10-million trucking company in Alberta is to vote Liberal and just wait a couple years. There is nothing left at the end of it. That is exactly the story, sadly, of some good friends of mine back in central Alberta. That is the misery that has been inflicted on the tens, if not hundreds of thousands of Albertans who are victims of this policy.
Now the good people of Germany and the rest of the free world are being held hostage by dictator energy in places like Germany, Ukraine and Poland. These are our friends, and they are being held hostage by the ruinous imperialism of Vladimir Putin right now. They are being held economically hostage. Putin has used energy as a weapon.
We could be energy independent. We do not need to import a single drop of gas or oil into this country. As a matter of fact, we have the third-largest proven reserves of oil in the world, and we have trillions of cubic feet of natural gas under every province and territory in this country. We could be supplying our friends, neighbours, allies and like-minded citizens in liberal democracies. That is small-l liberal democracies, because today's Liberals are not liberals. We could be providing that energy, relief and security to our friends.
The reason my constituents do not have the buying power they used to have, the reason my constituents are now in the same boat that many other Canadians find themselves in is that they do not have the security of that job they used to have, that well-paying energy sector job, a job with a company that actually could provide a benefits plan for them. I watched it happen. It has been absolutely disastrous and absolutely ruinous.
The problem I go back to is the philosophical bent of the government, which cannot see past the end of its nose. We can look at the pipeline policies and the unfair application of these things. For example, the upstream and downstream emissions on oil and gas that is produced in Canada are not applied to oil that is imported into Canada. Why the double standard?
Monsieur le Président, je tiens à remercier ma collègue pour son discours éloquent et les pensées qu'elle a exprimées clairement à la Chambre ce matin. Elle a tout à fait raison.
Le gouvernement propose de faire partie de la solution, mais il contribue plutôt au problème. Le problème ne peut jamais devenir la solution. Au sortir de la pandémie de COVID‑19, nous voyons que l'inflation cause énormément de problèmes aux Canadiens, qui voient leur pouvoir d'achat réduit. Leur salaire suffit à peine à couvrir leurs dépenses mensuelles. Les Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts.
Je ne parle même pas des Canadiens qui ont toujours eu du mal à joindre les deux bouts, même en temps normal, mais de ceux qui, il y a quelques années seulement, n'avaient pas besoin du gouvernement pour quoi que ce soit. Je parle des propriétaires d'entreprise et des travailleurs du secteur privé qui pouvaient gagner leur vie et qui touchaient un salaire suffisant pour couvrir le coût de la vie, payer le logement, l'électricité et l'épicerie, élever leurs enfants et payer leurs études, et même épargner suffisamment pour leur retraite.
Je parle des Canadiens qui veulent que le gouvernement leur fournisse seulement les services qu'il est le seul à pouvoir offrir, et qu'il ne leur fasse pas obstacle. C'est la mentalité des gens que je représente dans ma circonscription, Red Deer—Lacombe. C'est pour cela que ma province, l'Alberta, est l'un des endroits où le fardeau fiscal est le plus bas, et l'une des provinces de la Confédération qui enrichissent le plus l'ensemble des Canadiens, du moins, c'était le cas auparavant.
Le problème réside dans la philosophie du gouvernement actuel. Dans son empressement de rendre tout le monde égal, il rend tout le monde misérable de façon égale. Voilà ce qui cloche avec la philosophie à tendance socialiste de la coalition néo-démocrate—libérale. Elle ne fonctionne pas. L'histoire nous a enseigné que ce genre d'idéologie ne fait qu'empirer la situation de tout le monde.
Ce projet de loi traite précisément du loyer et du programme de soins dentaires. Le gouvernement croit qu'il doit proposer ces mesures à ce moment-ci parce que les résidants de ma circonscription, qui avaient habituellement les moyens de payer ces choses eux-mêmes, qui avaient un employeur pour faire ces paiements ou qui avaient un régime de soins dentaires ne se retrouvent plus dans cette catégorie d'emploi. Cette situation est attribuable à l'idéologie du gouvernement actuel et à son attaque idéologique contre l'énergie.
Je veux que les Canadiens se rendent compte, en regardant autour d'eux, que tout ce qui se trouve sous leurs yeux a été fabriqué ou leur a été livré grâce à l'énergie. Or, en attaquant cette énergie avec des mesures comme la taxe sur le carbone, on nuit à l'économie dans son ensemble. Dès le premier communiqué de presse qu'il a publié, le gouvernement a adopté une position inflexible qui visait à remanier les projets Énergie Est et Northern Gateway au point de les annuler. L'imprévoyance pour des raisons de basse politique au détriment des ressources énergétiques essentielles, non seulement au Canada, mais dans le monde entier, se manifeste aujourd'hui.
Le chancelier de l'Allemagne était ici récemment, et le gouvernement canadien était trop inepte pour se rendre compte qu'il était venu dans notre pays pour réclamer notre aide sans se mettre dans une situation embarrassante devant son propre peuple. Comment le gouvernement a‑t‑il traité le représentant de ce pays ami, qui est l'un de nos alliés au sein de l'OTAN et l'un de nos partenaires commerciaux? Il l'a essentiellement envoyé promener en lui disant que nous lui fournirions des énergies renouvelables dans trois à cinq ans. Entretemps, les habitants des démocraties libérales occidentales — les bons, nos amis, nos alliés philosophiques — seront laissés dans l'obscurité par le gouvernement actuel qui, à cause de sa croisade idéologique contre le pétrole et le gaz naturel, ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Je pense que le gouvernement actuel est à l'origine de l'annulation, de la mise au rancart ou du report de 14 à 18 projets de gaz naturel liquéfié. Voilà notre héritage.
Je veux expliquer comment cela se rapporte aux résidants de ma province, et plus précisément aux habitants de Red Deer—Lacombe, la circonscription que je représente. Le centre de l'Alberta est une plaque tournante du secteur des services de l'industrie pétrolière et gazière de la province. Nous avons un grand nombre de sociétés de pipelines, d'opérateurs de plateformes de forage et de maintenance. Nous avons même une entreprise de fabrication de tuyaux en acier qui appartenait à un oligarque russe — espérons que ce ne soit plus le cas — et qui offrait des services à l'industrie pétrolière et gazière. Cela représentait des emplois bien rémunérés.
J'ai de bons amis qui ont exploité des entreprises dont le chiffre d'affaires se chiffrait en millions de dollars. La meilleure façon de se débarrasser d'une entreprise de camionnage de 10 millions de dollars en Alberta est de voter pour les libéraux et d'attendre quelques années. En fin de compte, l'entreprise perd tout. Malheureusement, c'est justement ce qui est arrivé à certains de mes bons amis du centre de l'Alberta. Voilà le calvaire infligé à des dizaines, voire à des centaines de milliers d'Albertains qui sont victimes de cette politique.
Aujourd'hui, les braves gens d'Allemagne et du reste du monde libre sont pris en otage par une dictature de l'énergie dans des pays comme l'Allemagne, l'Ukraine et la Pologne. Ce sont nos amis, et ils sont en ce moment même pris en otage par l'impérialisme dévastateur de Vladimir Poutine. Ils sont pris en otage sur le plan économique. Poutine se sert de l'énergie comme d'une arme.
Nous pourrions être indépendants sur le plan énergétique. Nous n'avons pas besoin d'importer la moindre goutte de gaz ou de pétrole dans ce pays. En fait, il est avéré que nous possédons les troisièmes réserves de pétrole en importance au monde et que nous avons des billions de pieds cubes de gaz naturel sous chaque province et territoire du pays. Nous pourrions approvisionner nos amis, nos voisins, nos alliés et les citoyens des démocraties libérales qui partagent nos idées. Je parle bien sûr des petites démocraties libérales au sens large, car les libéraux d'aujourd'hui ne sont pas des libéraux. Nous pourrions fournir cette énergie, cette aide et cette sécurité à nos amis.
Si mes concitoyens n'ont plus le pouvoir d'achat qu'ils avaient auparavant et qu'ils se retrouvent désormais dans le même bateau que beaucoup d'autres Canadiens, c'est qu'ils ne jouissent plus de la sécurité que leur assurait leur ancien emploi, un emploi bien rémunéré dans le secteur de l'énergie au sein d'une entreprise qui leur offrait un régime d'avantages sociaux. J'ai vu cela se produire. Cette situation a été absolument désastreuse et absolument ruineuse.
Je reviens au problème de l'orientation philosophique du gouvernement, qui est incapable de voir plus loin que le bout de son nez. Il suffit d'examiner les politiques en matière de pipelines et leur application injuste. Par exemple, la notion d'émissions en amont et en aval appliquée à la production canadienne d'hydrocarbures ne s'applique pas au pétrole importé au Canada. Pourquoi ces deux poids, deux mesures?
Collapse
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
View Mark Gerretsen Profile
2022-09-23 10:23 [p.7606]
Expand
Mr. Speaker, on a point of order, this is a bill about dental care for children under the age of 12. The member has spoken about just about everything under the sun except dental care. I am wondering if he could be encouraged to get back to the topic of discussion.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Le projet de loi porte sur les soins dentaires pour les enfants de moins de 12 ans. Le député a parlé d'à peu près tous les sujets possibles, sauf des soins dentaires. Je me demande s'il est possible de l'encourager à revenir au sujet de la discussion.
Collapse
View Chris d'Entremont Profile
CPC (NS)
View Chris d'Entremont Profile
2022-09-23 10:23 [p.7606]
Expand
I appreciate the point of order. I would ask the member to maybe try to tie it in because there is two minutes and 35 seconds left.
Je comprends le recours au Règlement. Je demande au député de s'efforcer de faire un lien avec le sujet du débat parce qu'il ne reste que 2 minutes et 35 secondes.
Collapse
View Blaine Calkins Profile
CPC (AB)
View Blaine Calkins Profile
2022-09-23 10:23 [p.7606]
Expand
Mr. Speaker, my next-door neighbour back home is a dentist, and he noticed a sharp decline in his business shortly after the Liberal government took office, because nobody had the money they used to have in their pockets because of the policies of the government. That is the whole point. I know the members are cheering for that loudly over there—
An hon. member: That is from your side.
Mr. Blaine Calkins: —because Liberals actually do not care about Canadians who do not vote for them. That is the issue.
I would be happy to bring in all of my friends who happen to be dentists to talk about the decline in business once the oil and gas sector workers no longer had any disposable income. This is the problem, and I will get to it.
When a family is spending all of its money and the people who used to be able to easily provide for their families no longer have the resources they need, that is what puts them into this situation, that is what makes them desperate and dependent on government. That is actually what the Liberal government wants. I will go back to a great quote from Ronald Reagan, the former president of the United States, who once famously said, “Government does not solve problems. It subsidizes them.”
That is exactly what is happening with this piece of legislation. What is a $500 rent cheque going to do for somebody in Toronto or Vancouver who is now paying $2,300 to $2,600 a month for rent? The government is proposing to solve their housing problem by giving them one week's worth of rent while adding billions of dollars of debt onto our already massive national debt. This is not going to work. Economists are almost unanimous across this country in suggesting that any more spending by the government is surely to cause upward pressure on inflation and exacerbate the problem that we currently have.
The current government is not a solution-provider. The current government is problem-maker. There are more people in trouble in this country today than there have been in the entire time I have been here. They are in more trouble than they have been in 40 years with the inflationary pressure that we have. Interest rates are going up. Now people who borrowed money and the businesses that borrowed money during the pandemic have upward pressure on the loans they need to pay back. The pinch and squeeze is terrible for the people of this country. The problem is the government. It is not the solution.
Monsieur le Président, mon voisin est dentiste et il a remarqué une forte diminution de son chiffre d'affaires peu de temps après l'arrivée au pouvoir des libéraux parce que les politiques du gouvernement font que les gens n'ont plus autant d'argent qu'avant. C'est de cela qu’il est question. Je sais que des députés de l'autre côté s'en réjouissent...
Une voix: Cela vient de votre côté.
M. Blaine Calkins: ...parce que, à vrai dire, les libéraux ne se soucient pas des Canadiens qui ne votent pas pour eux. C'est de cela qu’il est question.
Je pourrais demander à tous mes amis dentistes de venir nous parler de la baisse du chiffre d'affaires qu'ils ont observée à partir du moment où les travailleurs du secteur du pétrole et du gaz ont vu disparaître leur revenu disponible. C'est là le problème, et je vais en parler plus en détail.
Quand une famille dépense jusqu'au dernier sou de ses revenus, quand une personne qui arrivait facilement à subvenir aux besoins de sa famille n'a plus les moyens de le faire, elles se retrouvent dans la situation actuelle, elles perdent espoir et elles deviennent dépendantes du gouvernement. C'est en fait ce que souhaite le gouvernement libéral. Je vais reprendre une citation célèbre de Ronald Reagan, ancien président des États‑Unis: « Le gouvernement ne règle pas les problèmes; il les subventionne. »
C'est exactement ce qui se passe avec ce projet de loi. Qu'est-ce qu'un chèque de 500 $ va changer pour un résidant de Toronto ou de Vancouver qui paie actuellement un loyer de 2 300 $ à 2 600 $ par mois? Le gouvernement propose de résoudre les problèmes de logement de ces personnes en leur donnant l'équivalent d'une semaine de loyer tout en ajoutant des milliards de dollars à notre dette nationale déjà énorme. Cela ne fonctionnera pas. Les économistes de tout le pays sont quasi unanimes pour dire que toute dépense supplémentaire du gouvernement provoquera inévitablement une pression à la hausse sur l'inflation et exacerbera le problème que nous connaissons actuellement.
Le gouvernement actuel ne propose aucune solution. En revanche, il crée des problèmes. Il y a plus de gens en difficulté aujourd'hui au pays qu'il n'y en a eu depuis que je suis ici. En raison des pressions inflationnistes que nous subissons, les Canadiens connaissent plus de difficultés que depuis les 40 dernières années. Les taux d'intérêt augmentent. Maintenant, les personnes et les entreprises qui ont emprunté pendant la pandémie doivent payer davantage pour rembourser leurs prêts. Cette situation est terrible pour les citoyens de notre pays. Le problème, c'est le gouvernement. Il n'est pas la solution.
Collapse
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
View Mark Gerretsen Profile
2022-09-23 10:26 [p.7607]
Expand
Mr. Speaker, I guess I will ask the member a question about his speech because he did not talk about dental care. I do want to make it relevant to his speech.
The member talked about a price on pollution. The reality of the situation is that 14 out of the 31 OECD countries have some form of price on pollution. I understand that Conservatives are against it now, but I would remind the member that when he ran in the 2021 election under the leader from Durham, he was in favour of pricing pollution. However, I guess now the Conservatives are not.
Could the member inform the House how the Conservatives plan, if they are elected, to tackle the rising carbon emissions and properly bring in measures to fight pollution, as we should as a society. I am assuming that he would agree with that. What is the Conservatives' plan today? I know what it was in 2021 when he ran in the last election, but what is it today?
Monsieur le Président, puisqu'il n'a pas parlé des soins dentaires, je suppose que je vais poser au député une question sur son discours. Je tiens à ce que mon intervention soit pertinente par rapport à son discours.
Le député a parlé de la tarification de la pollution. La réalité, c'est que 14 des 31 pays de l'OCDE ont adopté une forme de tarification de la pollution. Je sais que les conservateurs s'y opposent maintenant, mais je rappelle au député que, lorsqu'il s'est présenté aux élections de 2021 sous la direction du chef de l'époque, le député de Durham, il était en faveur de la tarification de la pollution. On dirait toutefois que les conservateurs ne le sont pas maintenant.
Le député pourrait-il informer la Chambre de la manière dont les conservateurs, s'ils sont élus, prévoient réduire les émissions croissantes de carbone et prendre des mesures appropriées pour lutter contre la pollution, comme nous devrions le faire en tant que société? Je suppose qu'il serait d'accord pour le faire. Quel est le plan actuel des conservateurs? Je sais quel était leur plan en 2021, lorsque le député s'est présenté aux dernières élections, mais quel est-il aujourd'hui?
Collapse
View Blaine Calkins Profile
CPC (AB)
View Blaine Calkins Profile
2022-09-23 10:27 [p.7607]
Expand
Mr. Speaker, I would like to remind my colleague across the way who asked that question that Conservatives have always been environmental stewards. Former prime minister Brian Mulroney is one of the greatest environmental stewards we have ever had sitting in the Prime Minister's chair. He has been awarded for this and Conservatives have always put forward a plan on the environment.
However, the issue right now, and where the current government is an outlier, is that virtually every other country that the member just listed in the OECD is reducing taxes and cutting spending to get this inflation under control. These guys are always late to the game. Just look at the border measures. Just look at everything the Liberals are doing when it comes to getting past the COVID restrictions. These guys would not know a good idea if it bit them.
Monsieur le Président, j'aimerais rappeler à mon collègue d'en face qui a posé cette question que les conservateurs ont toujours été des gardiens de l'environnement. L'ancien premier ministre Brian Mulroney est l'un des plus grands gardiens de l'environnement que nous n’ayons jamais eu à la tête d'un gouvernement. Il a été récompensé pour cela, et les conservateurs ont toujours présenté un plan pour l'environnement.
Cependant, le problème actuel, et là où le gouvernement fait piètre figure, c'est que pratiquement tous les autres pays que le député vient de citer au sein de l'OCDE réduisent les impôts et les dépenses pour maîtriser l'inflation. Le gouvernement libéral est toujours en retard. Il suffit de regarder les mesures à la frontière. Il suffit de regarder tout ce que font les libéraux lorsqu'il s'agit de mettre un terme aux restrictions liées à la COVID. Ceux-ci ne reconnaîtraient pas une bonne idée même si elle leur arrivait en plein visage.
Collapse
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2022-09-23 10:28 [p.7607]
Expand
Mr. Speaker, I thank my colleague from Red Deer—Lacombe for his speech. He and the speaker before him talked about the importance of cutting spending to fight inflation. If we want to cut spending, then I would suggest that we cut the subsidies being given to oil companies that are making record profits in the current crisis.
The Conservatives would never dream of cutting oil subsidies, but they do not want to provide rental assistance.
I would simply like to know why oil companies, which are already rich and making profits, deserve help more than someone who cannot afford to pay their rent.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Red Deer—Lacombe de son discours. Dans son discours et dans le discours précédent, on a parlé de l'importance de couper dans les dépenses pour s'assurer de contrer l'inflation. Si on veut couper dans les dépenses, je pourrais suggérer qu'on abolisse les subventions qui sont données aux compagnies pétrolières, qui font des profits records dans le contexte de la crise actuelle.
Je sais que, du côté conservateur, il n'est absolument pas question de toucher aux subventions pétrolières. En même temps, on ne veut pas offrir une aide loyer.
J'aimerais savoir tout simplement pourquoi les compagnies pétrolières, qui sont déjà riches et font des profits, méritent d'être aidées plus que quelqu'un qui n'arrive pas à payer son loyer.
Collapse
View Blaine Calkins Profile
CPC (AB)
View Blaine Calkins Profile
2022-09-23 10:29 [p.7607]
Expand
Mr. Speaker, that is spoken like a member of Parliament from an area that does not have energy workers in it. I represent a part of the country that actually has a large number, or at least used to have a large number, of energy workers. I know, for example, that the GDP alone of Fort McMurray is almost 6% of the national GDP. All of the businesses that operate there, the subcontractors that operate there and the employees who work for those companies all pay taxes into the general revenue of this country, which is distributed across the country, particularly to places like the Province of Quebec. I would appreciate a thanks instead of the rhetoric I just heard.
Monsieur le Président, il est clair que la députée représente une région où il n'y a pas de travailleurs de l'énergie. Je représente une partie du pays qui compte en fait un grand nombre de travailleurs de l'énergie, ou du moins qui en comptait un grand nombre. Je sais, par exemple, que le PIB de Fort McMurray représente à lui seul près de 6 % du PIB national. Toutes les entreprises qui y exercent leurs activités, les sous-traitants qui y exercent leurs activités et les employés qui travaillent pour ces entreprises versent tous des impôts et contribuent aux recettes générales du pays, qui sont distribuées dans tout le pays, en particulier dans des endroits comme la province de Québec. J'aimerais des remerciements au lieu de la rhétorique que je viens d'entendre.
Collapse
Results: 1 - 15 of 35035 | Page: 1 of 2336

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data